Page 1

LE GUIDE DU JARDIN PARTAGÉ

FAIRE SON JARDIN EN VILLE

www.actionvertlavenir.com


Édito Ahmed BOUZOUAÏD Président d’Action Vert l’Avenir Voilà quatre années maintenant que l’équipe d’Action Vert l’Avenir (AVA) multiplie les réalisations, en s’engageant avec celles et ceux qui se mobilisent pour améliorer leur cadre de vie. Parce qu’au-delà d’un concept, abstrait pour certains, marketing pour d’autres, le développement durable est pour nous une question de bon sens, et une manière d’agir au cœur des quartiers et auprès des habitants. Passion, créativité, professionnalisme, débrouillardise sont les ingrédients que nous avons joints à l’énergie, l’endurance et la persévérance de nombreux acteurs locaux. Ceux qui ne tarissent pas d’efforts pour le bien commun, pour nourrir et construire de nouvelles solidarités. Parmi eux, ils sont de plus en plus à se mobiliser autour de la question de la nature en ville. Cette question nous invite à une meilleure connaissance de notre environnement et à repenser l’urbanisation dans ses rapports avec le vivant. Destruction des espaces naturels et agricoles, utilisation des pesticides, pollutions, déchets,… à l’heure où plus de 50% de la population mondiale est urbaine, la ville contre nature n’est pas viable. Plus qu’un milieu minéral, la ville est une réserve de biodiversité avec une multitude d’espèces, animales et végétales, sédentaires et de passage. En prendre conscience, c’est apprendre à connaître et à favoriser la préservation de la terre et de la vie. En France, près de 45% des Français disposent d’un jardin ou d’un potager. Au total, les jardins de France cumulent un million d’hectares, soit autant que les réserves naturelles. Les jardins

partagés comptent parmi ces initiatives urbaines de réappropriation de la ville par les citoyens. Dans le même temps, ils sont l’occasion d’interroger nos modes de vie : notre rapport à la nature, à la ville et à l’autre. Ils nous rappellent qu’aimer sa ville, son quartier, c’est aussi participer collectivement à son embellissement et à son bien-être. Action Vert l’Avenir a acquis une expertise du jardinage en ville et de l’accompagnement de projets de développement local et de participation citoyenne. En identifiant les principaux obstacles rencontrés par les porteurs de projets de jardins en ville, ainsi que les différents leviers d’action, l’association a décidé de mettre à disposition ce bagage sous la forme d’un guide. Ce guide se veut un outil pédagogique et indispensable pouvant susciter l’envie de réaliser un jardin, et il apporte également des pistes et des réponses clefs à chaque étape de l’évolution du projet. Progressez pas à pas avec votre guide, il est fait pour prendre des notes, alors n’hésitez plus et lancez-vous. Maintenant, à vous de jouer…de jardiner !

______ 02


03 ______

Introduction

______ 04

1

Une idée

______ 06

2

Un terrain

______ 10

3

L’organisation

______ 16

4

Le jardinage

______ 22

5

Un peu d’histoire

______ 26

Liens utiles

______ 30


Introduction Qu’est-ce qu’un jardin partagé ? Un jardin partagé est un espace vert situé dans la ville. Il participe au maintien de la biodiversité en milieu urbain et s’inscrit dans une démarche locale de développement durable. Autour de lui, les habitants s’unissent pour inventer de nouvelles manières de faire et de vivre la ville ! Contrairement aux jardins publics habituels, les jardins partagés sont créés et entretenus par les habitants d’un même quartier qui se rassemblent autour d’un projet commun pour améliorer leur cadre de vie. Ensemble, ils agissent pour rendre leur environnement plus agréable. Il ne tient plus qu’à vous d’agir pour ramener la nature dans votre quartier ! Faites appel à toutes vos qualités, votre créativité et votre solidarité ! Un jardin partagé est avant tout un lieu de vie, de rencontre et de partage. Des activités de jardinage sont bien sûr au centre de cette vie sociale. Ils permettent aussi de se dépenser, de se détendre en plein air, de créer des liens entre voisins, ou de se changer les idées. C’est l’occasion d’entretenir une activité physique et de se détendre dans un coin de nature, de partager des savoirs et d’enrichir son expérience de jardinier. En partenariat avec d’autres structures comme les écoles ou les associations, les jardins partagés peuvent avoir différentes fonctions et répondre à une variété de besoins. Ce guide vous invite à faire collectivement le jardin qui vous ressemble.

______ 04


Voici quelques exemples de types de jardins. Ils vous donneront des pistes pour construire votre projet. Voilà donc trois types de jardins dont vous pouvez vous inspirer ! Mais ce ne sont pas les seuls possibles… Bien sûr, vous êtes libre d’avoir d’autres idées. Votre projet est une chance de redécouvrir votre quartier, de mieux connaître ceux qui y travaillent et d’initier de nouveaux liens avec ses habitants. Nous vous y encourageons !

Le Jardin collectif simple Ce jardin est un espace de vie commune, géré collectivement et au sein duquel les habitants d’un quartier s’investissent pour améliorer leur cadre de vie. Il offre aux citadins des moments de détente en rupture avec le rythme de la ville et favorise les liens entre les voisins, les associations, les écoles, le quartier.

Le jardin pédagogique

Le jardin d’insertion L’objectif de ce type de jardin est de soutenir, d’aider mais aussi de redynamiser des personnes en difficulté et/ou en demande d’insertion. Ces espaces accueillent le plus généralement des retraités et des chômeurs. Les activités et ateliers proposés dans le jardin offrent aux participants un espace de sociabilité qui peut les aider à sortir de leur isolement. En raison de sa spécificité, le jardin d’insertion sociale demande beaucoup de temps et d’investissement. Les activités doivent nécessairement être encadrées par des animateurs.

Le jardin pédagogique est un lieu qui s’adresse aux enfants et à tous ceux qui ont une soif d’apprendre. Ce jardin offre la possibilité de découvrir la nature grâce à des activités de jardinage. Dans un but éducatif, il amène à réfléchir sur les questions du respect de l’environnement et du partage. On y expérimente des activités ludiques tout en apprenant. Vous voulez créer un jardin pédagogique ? Prenez contact avec les écoles de votre quartier afin d’en faire profiter les élèves !

05 ______


1

Une idée 1. Un jardin pour qui ? ■ Votre environnement vous appartient, c’est à vous de l’améliorer ! Avant toute chose, nous vous conseillons d’aller à la rencontre de personnes qui voudraient participer à votre projet. Parlez-en à vos voisins, dans votre immeuble et dans les commerces de votre quartier. L’objectif est de réunir un groupe de personnes pour construire le projet. La maison des associations de votre quartier peut aussi vous aider. N’hésitez pas à leur demander conseil. Ils sont là pour ça !

Quelques questions pour vous aider à dessiner votre projet :

■ Quelles structures peuvent vous renseigner tout au long de votre démarche ? (Mairie, associations, maison des associations, Equipe de Développement Local – EDL -…) ■ Quel public et quels participants souhaitez-vous accueillir dans votre jardin ? (voisins d’immeubles, de la résidence, du quartier, collègues de travail…) ■ Avec qui voulez-vous travailler sur le jardin? (habitants du quartier, écoles, Mairie, autres institutions)

______ 06


2. Définir son projet ■

Quelques questions peuvent vous aider à préciser votre projet :

■ Un jardin pour quoi faire ? (un endroit pour jardiner, un espace de détente, un lieu de rencontre, un projet d’économie sociale et solidaire…) ■ Combien de temps par semaine êtes-vous prêt(e) à consacrer au jardin, à sa gestion et à son entretien ? ■ Espaces collectifs, parcelles individuelles ou les deux ; comment envisager vous de vous organiser ? ■ Envisagez-vous de jardiner hors-sol et/ou d’utiliser des jardinières ? ■ Quelles seront les activités proposées au sein du jardin ? (jardinage, apiculture, repas, farniente, bal, théâtre, projection de film, sculpture…) ■ Le jardin sera-t-il ouvert à des activités extérieures ?

TRUCS ET ASTUCES Un peu de méthode ... Répondre à ces questions vous aidera à construire votre projet. N’oubliez pas que la définition du projet est un travail collectif ! Vos premières rencontres vous permettront de recueillir les idées, les souhaits, les capacités et les disponibilités de chacun des participants. Nous vous conseillons de prendre des notes dans ce guide pour suivre l’évolution du projet. C’est important pour la gestion du travail en équipe !

07 ______


R É S E R V E C U LT U R E L L E L e «  P a s s e p o r t b i o d i v e r s i t é  » de Natureparif

partagés ont peut être déjà vu le jour près de chez vous ! Ils peuvent vous inspirer !

Devenez un véritable globetrotter de la biodiversité grâce au «  Passeport biodiversité  », délivré par Natureparif. Il vous invite à découvrir les trésors que recèle l’Ile-de-France. Cela sera un bon moyen de dénicher des idées et de bons conseils pour votre jardin.

■ 3 bonnes raisons

_________________________________

■ Aller à la découverte d’une grande variété de paysages et de sites remarquables ■ Rencontrer les experts de la biodiversité ■ Découvrir votre environnement, c’est mieux le connaitre, apprendre à l’aimer et donc le protéger.

_________________________________

■ Conseils et idées ■ Partez à la découverte des parcs, jardins et forêts près de chez vous, c’est l’occasion d’étonnantes découvertes… ■ Entrez en contact avec le monde agricole en visitant une ferme. Des fermes pédagogiques sont conçues pour vous accueillir et tout vous expliquer. ■ Partez en balade avec un ornithologue confirmé ou visitez un parc ornithologique pour devenir incollable en chants d’oiseaux  ■ Renseignez-vous, d’autres jardins ______ 08


CE QU’IL FAUT RETENIR Rencontrer des gens motivés et créer une équipe Mettre les idées en commun et définir le projet collectivement Se renseigner auprès de la Mairie pour connaître les aides et les ressources disponibles Imaginer comment peuvent s’intégrer d’autres personnes, d’autres projets, de nouvelles initiatives… Garder en tête que les délais administratifs sont longs, il faut être patient. Ne désespérez pas ! Entretenir la motivation !

JE NOTE

m o n id é e

- Po ur qu i ?

- Po ur qu oi ?

09 ______


2

Un terrain 1. Repérer une parcelle de terrain disponible ■

Maintenant que vous avez défini votre projet, il est temps de passer à l’action !

■ Vous souhaitez créer un jardin partagé mais vous n’avez pas encore de parcelle ? Partez à la recherche de votre terrain (friche, cour, pied d’immeuble, terrain vague, toit, balcon, terrasse…). Promenez-vous dans votre quartier et faites un repérage des lieux. Rien de tel qu’une balade urbaine attentive pour redécouvrir votre quartier. Cherchez bien et soyez patient ! Les habitants et les commerçants du quartier pourront vous orienter. N’hésitez pas à leur parler de votre projet. Ils pourraient être intéressés et y participer. Pensez à vous adresser à la Mairie et au conseil de quartier, ils pourront sans doute vous faire gagner du temps dans vos recherches. ■ Une fois le terrain repéré, identifiez à qui il appartient (Ville, bailleur, propriétaire privé…)

______ 10


TRUCS ET ASTUCES Obtenir un terrain Vous pouvez obtenir des renseignements auprès de votre Mairie. Elle vous indiquera la démarche pour mettre en place votre projet de jardin. Elle vous sera également utile pour savoir qui est le propriétaire. Auprès du service urbanisme, il est possible de consulter le Plan Local d’Urbanisme (PLU) et le cadastre qui permettront d’identifier les terrains et leurs propriétaires. N’hésitez pas à faire appel aux conseils de quartier et aux associations locales !

2. Faire l’état des lieux ■

Vous avez trouvé votre terrain ? Félicitations, c’est un grand pas en avant ! Maintenant, prenez le temps d’étudier votre parcelle. Faire l’état des lieux est une étape importante. Ainsi, vous allez vous rendre compte des limites, ou au contraire des possibilités qu’offre votre terrain. Voici quelques détails à ne pas négliger : ■ Pollution des sols Prenez contact avec la Mairie pour en savoir plus sur la qualité de votre terrain: si le sol est pollué, sachez qu’il est possible d’apporter de la terre de l’extérieur et de faire des parcelles, ou bien d’utiliser des jardinières « hors-sol ». ■ Présence d’un point d’eau ■ Ensoleillement

11 ______


2 ■ Creux dans le sol (zones facilement inondables) ■ État du terrain (nu ou déjà cultivé ?) ■ Le terrain présente-t-il une biodiversité remarquable qu’il faut sauvegarder ? ■ Moyens d’accès au jardin  ■ Voisinage et environnement proche ■ Qualité de la terre (cela vous permettra de savoir quoi planter dans votre sol et d’envisager les apports naturels nécessaires) Surtout pas de panique  ! La Mairie dispose des compétences pour vous aider à réaliser cet état des lieux.

TRUCS ET ASTUCES Comment évaluer la qualité de votre terre ? C’est facile ! Commencez par enlever toutes les racines des mauvaises herbes à l’aide d’une bèche. Creusez un trou de la taille d’un cube de 50cm de côté. Videz l’équivalent de deux arrosoirs dans le trou. Si l’évacuation de l’eau se fait rapidement, c’est que votre terre a une bonne capacité de drainage. Ensuite, prenez une poignée de terre et malaxez-la. Si la terre est compacte, collante et qu’elle adhère bien, c’est qu’elle est lourde et riche en argile. Vous êtes alors sur la bonne voie !

______ 12


R É S E R V E C U LT U R E L L E

La diversité biologique : l’allié du jardinier ! Des millions d’espèces cohabitent sur notre planète et favorisent son équilibre. Cette diversité végétale ou animale, c’est ce que l’on appelle la biodiversité. Votre jardin ne répond pas uniquement aux besoins des êtres humains, c’est aussi un très bon moyen de contribuer au maintien et au développement de cette richesse sans laquelle la vie sur terre serait impossible. _________________________________

■ Conseils et idées ■ Créez ou conservez des cavités qui sont des refuges pour beaucoup d’espèces (les vieux arbres ou les murs anciens) ■ Aménagez des habitats (rucher, nichoirs de substitution, pigeonnier,

13 ______

plan d’eau…) ou laisser une zone à l’état sauvage (pelouse non tondue, massif de plantes livré à lui-même…) ■ Ne détruisez pas les nids et respectez les périodes de taille d’arbre afin de préserver les oiseaux ■ Ne murer pas votre jardin et veillez à favoriser les couloirs écologiques afin que les espèces puissent circuler _________________________________

■ 3 bonnes raisons ■ En recréant un équilibre biologique, votre jardin devient plus vivant et fournit un lieu d’accueil à de nombreuses espèces ■ Préserver la biodiversité contribue à protéger la terre et la vie ■ Si la biodiversité décline, notre qualité de vie se dégrade


2

JE NOTE

ie u x l s e d t m o n ét a ) : déja cu lt ivé, ... - Te rrai n (n u,

de pollut io n, es po te nt iels - Sols (ris qu .) : d’ in on da tion ,..

nt - En sole il le me

:

la te rre : - Qu alité de

co mm erce s. ..) t (voisi na ge , en em nn ro vi - En

at io n : cè s et ci rc ul - Moye ns d’ ac

______ 14


CE QU’IL FAUT RETENIR Trouver son terrain Faire l’état des lieux Faire un plan de son jardin en y introduisant tous les éléments nécessaires à son bon aménagement Penser à rendre votre jardin facile d’accès et pratique de circulation.

JE DESSINE

m o n te r ra i n

15 ______


3

L’organisation 1. Faire vivre son jardin ■

Vous êtes tout près du but : faire de votre jardin un lieu d’échange et de vie ! Mais ne vous précipitez pas, cela demande un peu d’organisation…

Pour le bon fonctionnement de l’espace vert en ville, la rédaction d’un règlement interne n’est pas de trop. Il sera mis à disposition des adhérents du jardin partagé. Dans ce règlement, mettez-vous d’accord sur la manière dont vous allez vous organiser pour la gestion du jardin. Commencez par fixer les jours et les horaires d’ouverture de votre jardin (il est important qu’un adhérent au moins soit présent pendant les heures d’ouverture au public pour accueillir les visiteurs). Pour bien répartir les rôles, définissez un emploi du temps selon les disponibilités de chacun.

Certaines Mairies peuvent vous proposer de convenir d’une convention (ex : à Paris, la Charte Main Verte – cf.« trucs et astuces »).

Une fois que la Ville vous soutient dans votre projet, cela vous donne des droits mais aussi des obligations. À vous de jouer pour vous mettre d’accord avec la Mairie afin de répondre au mieux aux besoins du jardin et de son environnement !

______ 16


TRUCS ET ASTUCES Un peu de communication ! Votre public donnera vie au jardin, mais c’est à vous de le faire venir. Pour attirer des visiteurs, parlez-en aux habitants du quartier, aux commerçants, aux écoles… et invitez-les pour une visite ! Placez une pancarte à l’entrée. Il est important que votre jardin soit visible et identifiable. Vous pouvez aussi créer un blog illustré de quelques photos et précisant l’adresse, les heures d’ouverture, les activités proposées… Bref, faites connaître votre jardin ! N’hésitez pas à cultiver le partage. Il est intéressant de créer des partenariats entre jardins sur la base d’échanges de bonnes pratiques et de « récolte » en faisant du « troc » avec les surplus, les graines en trop etc…

2. Le financement ■ Pour fonctionner, un jardin a besoin d’argent. Mais avant de chercher cet argent, il est important de calculer les besoins du projet ! Pour bien étudier vos ressources financières, prévoyez un budget pour les recettes et les dépenses liées au jardin. Cela vous aidera à mieux gérer vos comptes. L’entretien du terrain, les travaux de construction, le matériel de jardinage, les annonces, la pancarte... Tout cela coûte de l’argent ! Si personne n’a de compétences pour cet exercice, vous pouvez demander de l’aide à des associations.

17 ______


3 ■

Trois types de ressources de financement sont possibles : ■ le financement public (Mairie…) ■ le financement privé (fondation, mécénat,..) ■ l’autofinancement (cotisation, kermesse, brocante…) Après la présentation de votre projet et la signature d’une convention, la Mairie vous aidera (cf : à Paris, il existe le « programme main verte »). Mais vous pouvez aussi cotiser entre participants pour aider le projet et éventuellement demander aux habitants du quartier de vous soutenir. Selon les activités que vous organisez, vous pouvez éventuellement demander une aide aux institutions avec lesquelles vous collaborez (école, hôpital, maison de retraite...) Vous pouvez aussi aller à la rencontre d’organismes privés et leur parler de votre projet (une jardinerie, une épicerie bio…)

TRUCS ET ASTUCES Charte Main Verte – www.paris.fr A Paris, le contact se fait avec la cellule Main Verte de la Mairie. En cas de besoin, elle peut vous conseiller. L’objectif est d’impliquer votre association, la Mairie d’arrondissement et les services de la Ville de Paris dans la mise en œuvre du projet. Une fois la Charte Main Verte signée, le terrain identifié vous sera confié pour une durée limitée d’un an, renouvelable jusqu’à cinq ans. En tant qu’association porteuse du projet, vous devrez entretenir le jardin partagé et assurer son animation dans l’esprit de cette Charte Main Verte : respect de l’environnement, ouverture régulière aux habitants et au public, organisation d’un événement public par saison de jardinage… Ne vous inquiétez pas, la cellule Main Verte est là pour vous aider !

______ 18


3 R É S E R V E C U LT U R E L L E Sciences participatives au jardin Jardinier, scientifique en herbe, avec le jardin les portes d’un véritable territoire d’exploration s’ouvrent à vous. La biodiversité qu’il accueille vous offre mille opportunités de vous étonner et d’apprendre en vous amusant. Observer, explorer, inventorier, comparer, photographier : pourquoi ne pas devenir le principal chercheur de votre jardin ? _________________________________

■ Conseils et idées ■ Aménagez des endroits dans votre jardin pour observer la vie sauvage. Recensez les espèces au cœur de votre jardin. ■ Devenez un véritable reporter photo et suivez par exemple les insectes pollinisateurs. ■ Concevez votre herbier. Récoltez feuilles, fleurs et lichens, faites-les sécher pour les coller dans votre cahier d’explorateur. 19 ______

■ Organisez des ateliers sur différents thèmes (boutures, compost, abris d’insectes…) et partager les connaissances au sein de votre jardin. _________________________________

■ 3 bonnes raisons ■ Observer, c’est prendre conscience des bienfaits, des équilibres et des interactions qui se nouent au sein d’un jardin. ■ Apprendre la manière dont se comportent les espèces et comment la biodiversité fonctionne vous aidera à les préserver. ■ Apporter sa contribution scientifique en collectant des informations utiles à des organismes de recherche sur la biodiversité (Muséum d’Histoire Naturelle de Paris - www.mnhn.fr). ( Débutez votre recherche sur www. spipoll.fr une action du Muséum national d’Histoire naturelle ; Natureparif organise aussi l’opération « Etonnant Automne » www. natureparif.fr)


CE QU’IL FAUT RETENIR Fixer les heures d’ouverture et les rôles de chacun des participants Faire connaître son jardin Réaliser un budget prévisionnel ; avec un équilibre entre vos sorties et vos entrées financières ! Faire les démarches nécessaires pour financer votre projet

JE NOTE

m o n o rg a n is a t io n

- Le s ho rai res d’o uv ert ure :

- Le s rôles : qu i fai t qu oi ?

- Le s pa rte na ire s fin an cie rs :

- Le s moye ns de co mm un ica tio n :

______ 20


JE NOTE

ma ges tio n

Dépens es

Montant

Ressou rces

Achat matériel

Cotisations

Assurances

Dons

Eau, gaz, électricité

Subventions

Fournitures

Mécénat

(papier, stylos,...)

Ventes

Frais de communication

...

Terre Plantes, graines ...

Total =

21 ______

Total =

Montant


4

Le jardinage Les différents types de jardinages Les démarches administratives sont derrière vous et vous avez obtenu le feu vert pour vous consacrer pleinement à votre jardin... Félicitations ! Il ne vous reste plus qu’à donner vie à votre jardin. Il existe plusieurs techniques de jardinage. Voici quelques suggestions qui permettront de faire de votre jardin un espace agréable, tout en respectant l’environnement.

■ Le jardinage sylvestre Il s’agit de répartir les plantes comestibles en trois niveaux, le premier étant le plus ensoleillé : ■ Au niveau supérieur, placez des arbres fruitiers. ■ Au second niveau, plantez une couche arbustive (des petits fruits qui supportent l’ombre). ■ Au niveau inférieur, faites un tapis de condiments et de légumes vivaces. ■ Plantez tout autour des plantes grimpantes. Elles permettent d’éviter les maladies et de lutter contre les parasites. ■ Paillez votre jardin afin de limiter les pertes en eau. Le principal entretien consiste ici à enlever les plantes indésirables.

______ 22


■ La permaculture La permaculture est une culture du « non labour », c’està-dire qui vise à réduire l’influence de l’homme sur l’environnement. Le jardinier intervient le moins possible et est attentif aux évolutions naturelles des espèces. Le jardin est divisé en différentes zones et les plantes qui nécessitent le plus d’entretien doivent être à portée de main. Le but est d’obtenir un beau jardin avec le moins d’entretien possible.

■ La culture biologique Cette technique de jardinage a pour objectif principal de nourrir le sol notamment grâce à l’utilisation du compost (par exemple terreau de feuilles mortes) et du fumier. Elle est basée sur plusieurs principes : ■ Pas d’engrais chimiques ■ Pas de produits de synthèse ■ Une culture adaptée aux cycles naturels ■ L’application de la rotation des cultures ■ Le désherbage manuel ■ L’utilisation du compostage

■ La rotation des cultures Le principe est simple et efficace : regroupez les plantes qui ont les mêmes exigences en matière d’irrigation et d’ensoleillement par exemple, sur une même planche. Chaque année, déplacez les cultures de planche. Les cultures circulent sur toutes les zones de plantation jusqu’à revenir à leur emplacement initial. Ce principe a l’avantage de rompre les cycles des maladies qui menacent vos plantations et d’éviter l’épuisement des sols.

23 ______


R É S E R V E C U LT U R E L L E Zéro pesticide, La diversité

Economisez de l’énergie ! Souvent, les mauvaises herbes ne sont ni nuisibles, ni dangereuses, alors laissez-les vivre.

Dans le jardin, les pesticides (= produits phytosanitaires ou phytopharmaceutiques) sont des concentrés de substances chimiques utilisés pour détruire ou abattre certains végétaux, insectes ou animaux. Reconnus néfastes pour la santé,

■ Connaissez vos alliés. De nombreux insectes et animaux vous rendent service et ne vous demandent pas de salaire. Les coccinelles, par exemple, se font un régal de vous débarrasser de vos pucerons.

leur utilisation est à proscrire.

_________________________________

_________________________________

■ 3 bonnes raisons

■ Conseils et idées ■ Tapissez les espaces que vous souhaitez préserver des plantes indésirables avec un paillage organique (à base de pailles, de branches ou d’écorces broyées). Il limite l’évaporation de l’eau et protège vos zones de plantations du froid et de la chaleur. Le tapis organique se transforme en engrais lorsqu’il se décompose. ■ Recyclez vos eaux de cuisson en un désherbant écologique efficace. Les plantes colonisatrices ne résistent pas à un bain d’eau bouillante !

■ Les risques sur l’Homme sont nombreux et non négligeables : développement de cancer, problèmes de fertilité, déficits immunitaires, danger pour les femmes enceintes… ■ Les dégâts causés par les pesticides s’étendent à tout l’environnement et ne se limitent pas aux problèmes que vous souhaitez traiter. ■ Un jardinage qui se passe de pesticide est responsable, respectueux de l’environnement et coûte moins cher. ______ 24


CE QU’IL FAUT RETENIR Trouver son terrain Aménager son jardin en fonction des techniques de jardinage Prendre conseil auprès de spécialistes Jardiner avec du bon sens et de la méthode pour bannir les pesticides Se faire plaisir !

JE NOTE

mon jard ina ge

25 ______


5

Un peu d’histoire XXè siècle : Des « jardins ouvriers » aux « jardins familiaux » ■ 1896. Naissance des jardins ouvriers En 1896, l’abbé Lemire inventait les “jardins ouvriers”. Leur objectif était de mettre à disposition des familles urbaines les plus pauvres des jardins potagers pour leur permettre d’avoir une meilleure alimentation. Leur succès conduit alors les autres catégories de la population à bénéficier aussi de ces jardins. En 1952, les “jardins ouvriers” changent de nom et deviennent les “jardins familiaux”. Ils jouent d’ailleurs un rôle important pendant les deux guerres mondiales lorsque la population connait de fortes pénuries alimentaires.

■ 1970. Le concept de « jardin partagé » investit les grandes villes américaines Le concept de « jardins partagés » vient d’Amérique du nord. Dans les années 70, les premiers jardins partagés se sont principalement développés dans les grandes villes de cette région, notamment à New-York et à Montréal. À cette période, la France entre dans une période de forte croissance économique. L’urbanisation est en plein développement. Les grandes villes s’étalent et on construit partout sans se soucier de l’environnement naturel.

______ 26


XXIè siècle : Prise de conscience écologique en France  ■ 1997. Premiers jardins partagés en France Ce n’est qu’à partir des années 80 qu’il y a une prise de conscience des conséquences négatives de l’urbanisation sur la nature. Les citadins se sensibilisent à l’écologie, et revendiquent leur droit de vivre dans un environnement plus naturel. De nouvelles pratiques urbaines et des mobilisations collectives se mettent en place. Les citoyens s’engagent localement pour améliorer leur cadre de vie. De nombreux espaces verts publics et privés sont créés. Le premier jardin collectif ouvre à Lille en 1997, l’année de la fondation du réseau français “Le jardin dans tous ses états”...

■ Aujourd’hui et demain. Un bel avenir pour le jardin partagé Les jardins partagés s’inscrivent dans cette mouvance pour répondre à plusieurs besoins des citadins. Ils favorisent la biodiversité, les activités de jardinage et la sensibilisation au respect de l’environnement. Mais les jardins partagés sont aussi des espaces de rencontre et d’échange ouverts à tous. Ils humanisent les rapports entre les citadins, et contribuent à l’animation de la vie de quartier. Alors, à quand des petits jardins partagés au pied de nos immeubles, dans nos cours intérieures et sur nos trottoirs ? Croyez-nous, c’est pour bientôt.

27 ______


R É S E R V E C U LT U R E L L E Les services écosystémiques Il s’agit de tous les services écologiques utiles au bien-être de l’être humain. Ils comptent tous les bénéfices que tire la société de la biodiversité et du fonctionnement des écosystèmes. Ils sont classés en 4 catégories de services :

_________________________________

■ Conseils et idées ■ Espaces de détente, revêtement végétal (sol, murs, toits), ombrage et rafraîchissement de l’air par la végétation, faites de votre jardin un îlot de fraîcheur ! ■ Maraîchage, arbres fruitiers, miel des villes, l’agriculture urbaine est en marche et votre jardin peut y contribuer à sa façon !

■ Les services d’approvisionnement : il s’agit des aliments et des ressources que nous prélevons de notre environnement.

■ Récupération des eaux de pluie, compostage, paillage organique, bricolage, ayez le déclic recyclage !

■ Les services culturels : les bienfaits esthétiques, récréatifs, éducatifs, spirituels qui se rapportent à la nature.

Pratiquez les cultures raisonnées en organisant vos plantations en fonction des saisons et des espèces

■ Les services de régulation : les avantages issus de l’équilibre des écosystèmes tels que le cycle climatique, le cycle de l’eau, la pollinisation etc… ■ Les services d’appui  : ceux nécessaires pour produire tous les services, comme l’auto-entretien du cycle naturel, la formation du sol, etc…

pour optimiser leur cohabitation. _________________________________

■ 3 bonnes raisons ■ Réduire son empreinte écologique. ■ Economiser les ressources naturelles. ■ Vivre en accord avec son environnement.

______ 28


29 ______


Liens utiles ■ www.association-espaces.org

■ www.padesautoproduction.net

« Espaces » est une structure associative qui a pour objectif d’expérimenter une gestion écologique de l’environnement urbain avec des personnes en insertion.

Le « PADES » travaille à analyser les actions innovantes dans le domaine de l’autoproduction

■ www.ecole-et-nature.org Site riche en informations et outils pour tout projet d’éducation à l’environnement.

■ www.fnars.org La « FNARS  » est un réseau des associations inscrit dans une démarche de solidarité avec un pôle jardin

■ www.graine-idf.org « Graine Ile-de-France » est une association qui agit pour le développement de l’éducation à l’environnement et rassemble tous ceux qui s’y investissent.

■ www.jardins-familiaux.asso.fr Cette association présente les actions de la Fédération Nationale de Jardins Familiaux : projets, soutiens, ressources.

■ www.jardiniersdefrance.com « Jardiniers de France » est une association faisant la promotion du jardinage et du partage des connaissances et aide à la création de jardins partagé.

■ www.jardinons.com « Le jardin dans Tous Ses Etats » (JTSE) est un réseau d’associations qui défend les jardins collectifs sous toutes les formes. L’association « Graine de jardins » est le correspondant Francilien www.jardinons-ensemble. org

■ www.jardinons-alecole.org Réalisé par le GNIS, ce site est à l’attention de toute personne souhaitant mettre en place des activités de jardinage avec les enfants.

■ www.actionvertlavenir.com Trouvez plus d’informations sur notre site internet et téléchargez gratuitement ce guide

■ www.natureparif.fr « Natureparif », l’Agence de la nature et de la biodiversité en Île-de-France. Profitez-en pour vous renseigner sur l’évènement « Etonnant Automne ».

■ www.paris.fr Le site de la ville de Paris, vous y trouverez le dossier d’information du programme Main Verte.

■ www.snhf.org Société Nationale d’Horticulture de France (SNHF) 84 rue de Grenelle – 75 007 Paris -

■ Cellule Main Verte Sur Paris, la Cellule Main Verte « Maison du Jardinage » est un service de la Mairie de Paris qui réceptionne les demandes de créations de jardins et aide à leur mise en place (Maison du Jardinage, 41 rue Paul Belmondo 75012 Paris, tel : 01 53 46 19 19).

■ www.mnhn.fr Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN)

■ www.facebook.com Venez poser vos questions et obtenir des informations complémentaires sur le forum du groupe Facebook « Jardins partagés »

■ www.yvelines.fr Le Conseil général des Yvelines finance l’acquisition et/ou l’aménagement de jardins familiaux par les communes et communautés de communes.

■ www.promenades92.fr Le Conseil général des Hauts-de-Seine propose des cours de jardinage et d’art floral de juin à octobre.

■ www.cg94.fr Le Conseil général du Val-de-Marne anime des potagers pédagogiques dans deux de ses parcs, tout spécialement pour les écoliers, ainsi qu’au sein des collèges.

■ www.valdoise.fr Le Conseil général du Val d’Oise propose assistance, conseils aux propriétaires publics et privés dans leurs projets de création et d’aménagements de jardins ouverts au public. Il finance sous conditions la réhabilitation de jardins potagers pédagogiques et de jardins familiaux par les associations.

______ 30


Collaborateurs :

Ahmed BOUZOUAÏD Vincent ARMENGOL Estelle TOURNUS Irune PENAGARICANO Hadrien BOCQUILLON Arc hantael DOROTHEE Floriane LE ROUX (Graphiste)

31 ______


Depuis une dizaine d’années, les jardins partagés fleurissent dans les grandes villes françaises. Leur but est simple : faire revenir la nature en ville. Ras-lebol du bitume et des voitures ? Il est temps de faire place aux plantes, à la terre, aux arbres et aux fleurs ! Les jardins partagés arrivent en ville pour vous permettre de renouer avec la nature et créer des espaces d’échange et de rencontre dans votre quartier. Enfin une opportunité de s’échapper du cadre urbain tout en restant dans la ville.

Vous êtes sensible à la nature, à la préservation de la biodiversité, et vous êtes intéressé(e) par la création de jardins partagés, ou par la présence d’un peu plus de verdure en ville ? C’est plus simple que vous ne l’imaginez ! Ce guide est là pour vous accompagner et vous aider dans chacune de vos démarches. Gardez-le bien avec vous, il vous sera utile…

www.actionvertlavenir.com

guide AVA  

Un guide pour faire son jardin en ville