Issuu on Google+

Le dispositif des Référents Le «PARI» d’Annick Fitoussi, Référente L3

En quoi consiste votre rôle de référente en L3 ? Mon rôle consiste surtout à accompagner activement les étudiant(e)s qui sont momentanément perturbé(e)s dans leur cursus scolaire. Je mets donc en place un suivi individualisé pour aider les élèves à surmonter leurs difficultés. Les étudiants qui étaient à l’EFREI en L1 et en L2 connaissent déjà bien cette démarche. Cet espace d’écoute, de réflexion et d’action est un dispositif particulièrement opérant en L3. Pour les élèves comme pour leurs familles, l’enjeu est crucial. Il faut rappeler que la L3 est la dernière du cycle L, et que de sa validation complète dépend le passage dans le cycle M. C’est une étape vraiment décisive dans le parcours d’un(e) étudiant(e). C’est un cap à franchir parfois délicat, ce que l’on peut aisément comprendre. La fin d’un cycle, la confirmation d’une voie d’étude, le choix d’une filière adaptée à un projet professionnel… sont autant d’aspects à prendre en considération pour soutenir les étudiant(e)s et leurs parents. Mon rôle consiste aussi à faciliter le dialogue entre les différents partis. C’est bien connu, les élèves, à cet âge, ont besoin de s’en remettre à d’autres instances adultes que leurs parents. Quelles sont les problématiques récurrentes des étudiants que vous recevez en entretien ? Elles sont bien souvent liées aux besoins vitaux (logement, santé, travail, …), aux études (organisation, méthode, formation antérieure…) et à la personnalité (relation à autrui, conflits avec les parents, problème de motivation, doute sur l’orientation, problèmes affectifs, chagrins amoureux, manque de confiance en soi...). Ce sont, il est vrai, des problèmes « ordinaires », mais qui n’en sont pas moins difficiles à vivre. Dans ces momentslà, les étudiants risquent de « décrocher ». Les absences, les retards, les résultats… servent vite d’indices. Les élèves concernés sont donc convoqués ou demandent eux mêmes un rendez-vous. Je reçois également leurs parents. Lorsque les familles sont en province ou à l’étranger, les entretiens se passent par téléphone. Ce suivi à distance existe aussi en début de L3 (en partenariat avec la coordinatrice du programme international). Il est des étudiants qui vivent mal l’éloignement de la sphère familiale. Nous les poussons bien sûr à affronter les difficultés liées à la séparation, pour ne pas qu’ils se privent d’une expérience interculturelle. Tout est mis en œuvre pour qu’ils comprennent que le jeu en vaut la chandelle ! En général, ils ne le regrettent pas. Quel type de travail faites-vous avec eux ? Lors de l’entretien, j’essaie toujours de cerner le questionnement de l’étudiant(e), car ils ont tendance à appliquer la règle binaire du « tout ou rien » à tous leurs problèmes. Tout en respectant leurs difficultés, il est indispensable de les obliger à circonscrire leur réflexion pour sortir du « tout va mal ». En isolant les problèmes, on parvient la plupart du temps à les dédramatiser d’une part et à les analyser plus sereinement d’autre part. Nous passons en revue les solutions à mettre en place : rencontrer un enseignant, former un groupe de travail avec des camarades, reconsidérer une méthode de travail, voir un médecin, suivre des cours de soutien, intégrer une association… J’insiste auprès des élèves en suivi pour qu’ils dépassent le stade du constat et qu’ils aient ce réflexe de trouver des solutions. C’est un véritable espace de travail qui sollicite l’engagement et l’implication de chacun. Cette approche des problèmes, quelle que soit leur nature, les prépare au quotidien en entreprise. D’ailleurs, le développement de l’autonomie et le respect des codes professionnels sont des objectifs majeurs de la référence pédagogique en L3. Que se passe t-il lorsqu’un élève rencontre des difficultés dans une matière ? Je les invite en premier lieu à contacter les enseignants qui n’hésitent pas à donner des conseils pour les faire progresser. Des rencontres régulières sont, par ailleurs, organisées avec les délégués et avec le Directeur des études. Montrer aux élèves qu’à l’instar d’une entreprise, l’école est une entité qui rassemble plusieurs compétences est un de nos objectifs. Ils ont ensuite tout le loisir d’aller vers les personnes susceptibles d’apporter des réponses à leurs questions. Je finirai par les règles qui s’imposent au quotidien et qui s’apparentent à un pari : Ponctualité et assiduité, Analyse rigoureuse des consignes, Respect des délais, Image renvoyée par son travail. C’est le gage de la réussite !


interview-afitoussi-09