Issuu on Google+

ÉCOLE D’INGÉNIEUR DES

TECHNOLOGIES ET

DE

DE

LA

L ’ I N F O R M A T I O N

COMMUNICATION

PROGRAMME DE LICENCE Années L1, L2, L3, L’3 Tableau des matières Cycle

Année

Semestre

Page

L

L1

s1

2-4

s2

5-7

s3

8 - 10

s4

11 - 13

s5

14 - 15

s6

16 - 18

s5p

19 - 22

s6p

23 - 25

L2 L3 L’3

Remarques

Elèves issus de L1 et L2 à l’EFREI Elèves admis directement en L3

Lexique CM (Cours Magistral, promotion entière) : exposés des principes et des concepts, exposé des cas d’applications, démonstration de l’étude générale des cas présentés TD (Travaux Dirigés, groupes) : illustrations par des exemples concrets, étude des fonctions associées aux systèmes présentés, focalisation sur quelques fonctions TP (Travaux Pratiques, binômes) : applications pratiques du cours par des expérimentations ou par recours à la simulation CP (Cours Participatifs, groupes) : cours en petits groupes avec périodes d’exercices intégrées TAI (Travaux d’Autonomie et d’Initiative, équipes) : approfondissement d’un thème découvert en CM ou découverte d’un thème en prolongement du CM, démarche en trois temps (distribution des thèmes, formation des équipes et « lancement » - recherche documentaire, appropriation, valeur ajoutée - rapport de synthèse et présentations pédagogiques croisées) Etude (équipes) : étude bibliographique sur un sujet abordé en cours dans le but de produire un rapport écrit Projet (équipes) : étude, conception et réalisation concrète d’un dispositif ou d’une fonction relative à un dispositif ; chaque projet donne lieu à rapport et soutenance. TIE : total des heures de Travaux Individuels et d’Equipes Représente l’estimation des heures que doit passer l’élève à effectuer les travaux prescrits par l’enseignant ECTS : crédits « European Credits Transfert System » Ces crédits sont proportionnels aux heures totales de formation pour chaque matière évaluée Le total semestriel des crédits vaut toujours 30 Un semestre est validé si l’élève obtient ses 30 crédits, suite aux évaluations Le cycle Licence représente 180 ECTS Le cycle Master représente 120 ECTS FFP : total des heures de « Face à Face Pédagogique » Représente les heures programmées à l’emploi du temps, devant l’enseignant La norme à l’EFREI est de 24h par semaine

Programme cycle Licence

1


Licence 1 - Semestre 1 Semestre 1

Volumes horaires CM

TD

Fonctions et variations

15

18

Nombres et structures

15

De l’atome à la puce

TP

tai

ét/pr

Crédits FFP

TIE

ECTS

7

40

20

3

18

7

40

20

3

12

16

12

40

20

3

L’information numérique

9

12

9

10

40

20

3

Algorithmie et programmation en C

21

20

20

19

80

40

6

8

16

8

1,5

14

7

1,5

30

15

3

Sciences

Techniques

Applications Outils informatiques : bureautique

8

Outils informatiques : systèmes

14

Formation entreprise L’entreprise

30

Formation humaine et international Culture et Communication

30

30

15

3

Anglais

30

30

15

2

Deuxième langue vivante

15

15

8

1

360

180

30

TOTAL

Mathématiques • Fonctions et variations L’information est une fonction : le son est une fonction du temps ; l’image animée est une fonction à trois variables ; le texte (suite de symboles) est une fonction qui relie la valeur du symbole à un indice de position. En outre, l’information réside essentiellement dans la variation d’une ou plusieurs valeurs, on accède à une notion de quantité d’information face à une « mesure » de ces variations. Enfin, l’information traverse des systèmes qu’il est nécessaire de modéliser par une ou plusieurs fonctions, linéaires ou non. Programme : Fonctions réelles ou complexes d’une variable réelle – Propriétés topologiques – Compositions de fonctions – Continuité – Limites – Dérivabilité et dérivation – Intégration (Riemann) – Notion d’intégrales généralisées – Développements limités – Développements en série

• Nombres et structures La représentation de l’information utilise des symboles et des nombres. L’information numérique ou numérisée est elle-même représentée par une suite numérique. Selon le type d’information, des nombres différents seront utilisés (des naturels jusqu’aux réels et parfois des nombres complexes), appartenant à des ensembles adaptés à l’utilisation de ces nombres (infinis ou finis, continus ou discrets) et munis d’opérations arithmétiques élémentaires. Programme : Eléments de logique et de théorie des ensembles – Structures algébriques – Corps des complexes – Applications et relations – Dénombrements – Arithmétique (diviseurs, PGCD, calculs sur des grands nombres) – Polynômes – Fractions rationnelles

Programme cycle Licence

2


Physique • De l’atome à la puce Le stockage et le traitement de l’information se réalisent grâce à des procédés fonctionnant aujourd’hui principalement sur des principes électriques macroscopiques (conducteurs, semiconducteurs, dipôles électriques). Les besoins d’accroissement de capacité de stockage et de vitesse de traitement, entraînés par les applications d’aujourd’hui ont contraint à réaliser des « puces » à très haut niveau d’intégration et à éléments de dimensions géométriques très petites, au point d’en arriver à des limites de conception traditionnelle. Les applications informatiques de demain, qui vont requérir encore plus de capacité de stockage et de vitesse de traitement, entraînent déjà aujourd’hui des recherches et des développements de nouvelles technologies (nanotechnologies, spintronique, ordinateur quantique, …) aussi bien pour définir de nouveaux procédés que pour fabriquer et utiliser ces nouveaux systèmes. Programme : Structure des atomes et des molécules (modèles de niveaux d’énergie) – Le corps solide amorphe ou cristallin – Les électrons dans les solides et les bandes d’énergie électronique : cas des métaux, des isolants et des semiconducteurs, ordres de grandeur – Le dopage type N ou type P des semiconducteurs et l’influence de la structure de bandes – La jonction PN homopolaire et hétéropolaire – La caractéristique I(V) – Les diodes « LED » – Le transistor bipolaire et le modèle d’Ebers-Moll – Le CMOS et la puce – L’intégration et les lois de Moore – Le transistor à 1 électron ou le blocage de Coulomb – Les nanotubes de carbone : métal ou semiconducteur ? – Notion d’électronique moléculaire

Fonctions et systèmes électroniques • L’information numérique L’information est une notion formelle, sa représentation la rend « matérielle ». Cette représentation est le résultat d’un codage qui, dans le cas de l’informatique, est un codage numérique. Les nombres ainsi générés sont amenés à subir des opérations en vue du traitement de l’information. Les machines informatiques, pour l’instant, travaillent en langage binaire, ce qui amène à développer des « opérateurs logiques » grâce à des « circuits logiques ». Programme : Représentation de l’information et systèmes de numération : les trois systèmes utilisés en informatique : binaire octal et hexadécimal – Conversions entre les systèmes de numération (divisions successives, multiplications successives, méthode du tableau) – Représentation des nombres signés (module, signe, complément à 2) – Arithmétique binaire (addition, soustraction, multiplication). La logique booléenne : Algèbre de Boole, algèbre binaire et théorèmes fondamentaux (dualité, De Morgan, inclusions, adjacence) – Simplification de fonctions logiques par l’algèbre booléenne – Expressions booléennes et tables de vérité Opérateurs logiques et fonctions usuelles : les opérateurs intégrés fondamentaux OR, NOT et AND et leurs dérivés NAND, NOR XOR et XNOR – Circuits logiques combinatoires de base – Introduction aux éléments logiques programmables (PAL, GAL, ELP) TP et projet : Fonctions logiques (simulation), réalisation d’un ensemble élémentaire de traitement à partir d’un circuit logique programmable

Informatique • Algorithmique et programmation en C L’informatique utilise un procédé de « programmation » consistant à exécuter des « instructions logicielles » sur une « machine » (calculateur ou ordinateur) en suivant une séquence de processus. La séquence et le type de processus résultent du traitement à effectuer par l’adoption d’un algorithme de traitement adapté. Les instructions logicielles sont codées à l’aide d’un langage de programmation, accessible à l’utilisateur (qui sera ensuite « interprété » ou « compilé » pour réaliser matériellement les instructions sur la machine). Programme : Méthodologie de programmation structurée – Structures de contrôles (tests et boucles) – Types de données – Modularité – Fichiers – Récursivité – Pseudo langage Organisation d’un programme écrit en langage C – Préprocesseur (include, define) – Types de base, expressions et opérateurs – Entrées et sorties – Structures de contrôles – Fonctions et structure des programmes

• Bureautique et systèmes informatiques La pratique de l’informatique requiert trois outils principaux : une « machine » de traitement ou de communication, un outil logiciel de mise en œuvre de cette « machine » (dit « système d’exploitation ») et un outil logiciel adapté au processus souhaité (dit « application »). Il s’agit ici de présenter des systèmes d’exploitation et quelques applications orientées bureautique, indispensables au futur ingénieur. Programme : Systèmes « Windows NT » et UNIX – Ouverture et fermeture de session – Gestion de fichiers – Accès aux ressources partagées – Internet – Services courants (mail, news, ftp, www, etc.) Bureautique : Traitement de texte et tableur

Programme cycle Licence

3


Entreprise et applications • L’entreprise L’objectif est d’inciter les étudiants à s’intéresser aux sujets économiques et à l’entreprise. Pour ce faire, ils doivent mener à bien deux études en équipes de 5 étudiants portant sur un sujet proposé par eux-mêmes pour la première et sur un sujet proposé par l’intervenant pour la seconde. Les produits finaux sont une soutenance de 25 minutes et un polycopié sous format powerpoint. Ces études servent également d’initiation au travail en équipe, à la réalisation d’un fichier powerpoint de qualité et aux techniques de présentation en équipe. Programme : Briefing des étudiants sur le déroulement du projet, la méthodologie de travail et les sujets – Choix des sujets et validation des choix des sujets par les tuteurs – Etablissement d’un plan provisoire de la soutenance, définitions des actions de recherche à mener, répartition des tâches et planification du projet – Recherche encadrée – Création du fichier powerpoint – Soutenance des résultats de l’équipe devant le groupe

Culture et communication • Structurer un écrit, prendre la parole L’objectif est de permettre aux étudiants d’acquérir des méthodes et des outils afin de s’adapter sans difficulté aux modes de communication écrite et orale en vigueur dans l’entreprise. Le programme du semestre est construit autour de 2 axes : Techniques d’expression écrite – Techniques d’expression orale Programme : Communication Ecrite : Acquérir des capacités rédactionnelles spécifiques – Maîtriser le code rédactionnel – Développer la vigilance orthographique – Structurer un écrit – Construire une argumentation rigoureuse – Développer l’esprit d’analyse – Mener une réflexion approfondie et pertinente Communication orale : Découvrir les composantes de la communication orale : le verbal et le non-verbal – Faciliter la prise de parole face à un groupe – Développer la confiance en soi, l’aisance – Travailler la force de conviction – Gérer le temps et l’espace – Utiliser des notes

Anglais, LV2 et international Le programme de langues vivantes du Cycle L a pour objectif d’accompagner la formation internationale de nos élèves-ingénieurs, de les rendre progressivement opérationnels en anglais et dans une deuxième langue vivante et de les sensibiliser aux problématiques de l’inter-culturalité pour qu’ils soient capables de s’intégrer et de communiquer efficacement dans des équipes multiculturelles. Le programme d’anglais du Cycle L vise au développement harmonieux des compétences de compréhension et d’expression orales et écrites et favorise l’autonomie dans l’expression quelle que soit la situation ou le contexte de communication. Notre pédagogie repose sur une approche communicative et actionnelle dans laquelle l’étude de la langue est intimement liée à celle des cultures. Ainsi à partir de supports authentiques, audio-visuels et écrits, les élèves seront progressivement amenés à se familiariser avec des registres linguistiques variés (anglais standard, anglais scientifique et technique et anglais de l’entreprise des affaires) et à approfondir leur connaissance des institutions, de l’histoire, des enjeux sociaux-économiques et des débats d’actualité dans divers pays du monde anglophone. Plus globalement, les cours d’anglais permettront le renforcement des capacités de réflexion et d’analyse et l’acquisition de compétences méthodologiques, académiques ou professionnelles (travail sur la dissertation, la synthèse, le compte rendu, la correspondance professionnelle, le CV, les techniques de présentation orales...). L’étude d’une seconde langue étrangère (Allemand, Espagnol, Chinois ou Japonais) est également obligatoire tout au long du cycle L. Que l’on choisisse d’approfondir l’étude d’une langue déjà étudiée dans le secondaire ou que l’on s’initie à une langue asiatique, l’étude d’une seconde langue enrichit la culture générale, permet une plus grande ouverture sur le monde et facilite la mobilité internationale vers des destinations non anglophones.

• Anglais : Le monde Anglophone 1 Ce module d’anglais a pour objectif la découverte du monde anglophone: USA, Canada, Angleterre, Irlande, Etats du Common Wealth (Inde, Australie, Afrique du Sud, Malaisie …). Les aspects culturels spécifiques à chacun des pays (histoire, institutions politiques, enjeux économiques et sociologiques, débats d’actualité…) sont généralement abordés au travers de supports authentiques écrits ou oraux (presse écrite, médias, documentaires, essais…). Le module est dispensé à des groupes de niveau linguistique homogène et recouvre les niveaux de langue A2 à C1. Programme : Le cours vise à développer de façon harmonieuse les quatre compétences langagières : Compréhension Ecrite (CE) – Compréhension Orale (CO) – Expression Ecrite (EE) – Expression Orale (EO). On travaillera également à l’acquisition ou au renforcement de certaines compétences méthodologiques et académiques. A l’oral : Techniques de présentation. A l’écrit : Essai argumentatif et analytique en anglais (Structure et enchaînements de paragraphes – Introduction et conclusion – Citations – Synthèse et reformulation de sources – Analyse et l’argumentation logique – Formulation d’une problématique…)

Programme cycle Licence

4


Licence 1 - Semestre 2 Semestre 2

Volumes horaires CM

TD

Algèbre linéaire

15

18

Statistiques

15

L’information : la voix et l’image

TP

tai

ét/pr

Crédits FFP

TIE

ECTS

7

40

20

3

18

7

40

20

3

12

16

12

40

20

3

Du système à la fonction

9

12

9

10

40

20

3

Techniques de programmation en C

21

20

20

19

80

40

6

30

30

15

3

30

30

15

3

Culture et communication

30

30

15

3

Anglais

30

30

15

2

Deuxième langue vivante

15

15

8

1

360

180

30

Sciences

Techniques

Applications Informatique appliquée à la gestion

Formation entreprise Environnement économique de l’entreprise

Formation humaine et internationale

STAGE D’EXECUTION (été) TOTAL

Mathématiques • Statistiques Les données constituent une large partie de l’ensemble des informations et se trouvent dans tous les domaines d’activités : démographie, clients, fournisseurs, météorologie, produits manufacturés, etc. Ces données, très nombreuses en général, requièrent des méthodes et outils statistiques de manière à pouvoir en tirer des caractéristiques globales en vue de leur exploitation. Programme : Séries statistiques : effectifs, fréquence, classes, histogramme – Paramètres de position – Paramètres de dispersion – Ajustement : lissage, moindres carrés – Indices statistiques – Série statistique à deux caractères – Séries chronologiques

• Algèbre linéaire Les systèmes linéaires forment une classe primordiale car un grand nombre de phénomènes peuvent être modélisés ainsi. Un système linéaire est caractérisé par une fonction qui peut s’exprimer sous forme matricielle. Cette représentation particulière facilite et révèle des opérations en vue de caractériser ces systèmes. Programme : Espaces vectoriels – Applications linéaires (noyau, image, rang, projecteurs) – Matrices – Opérations sur les matrices – Déterminants – Systèmes d’équations linéaires

Programme cycle Licence

5


Physique • L’information : la voix et l’image Il y a un type particulier d’information : celui qui intéresse les sens humains, parmi eux la voix et, plus généralement, les sons audibles puis l’image et, plus généralement, la lumière visible. Le « berceau » des télécommunications (voire de l’électronique) est précisément localisé dans les domaines de la transmission du son et de l’image. Ces deux grandeurs, très différentes, ont néanmoins des aspects communs au niveau de leur représentation (« ondes »), de leurs propriétés (puissances, spectres, etc.) et de leurs propagations (mécanique pour la première, électromagnétique pour la seconde). Programme : La voix : Ondes mécaniques – Equation de propagation – Solutions harmoniques – Energie et impédance – Le transport de la voix – Le domaine de l’acoustique audible – Sources et récepteurs – Analyse spectrale d’un son – Transmission – Les ondes acoustiques comme véhicules de l’information (à l’écoute de la mer : acoustique sous-marine ; à l’écoute du corps humain : échographie médicale ; à l’écoute de la Terre : sismologie ; à l’écoute du soleil : héliosismologie ; à l’écoute des matériaux : contrôle non destructif par ultrasons) L’image : Principe de formation d’une image – Outils d’acquisition – L’œil – Producteurs d’image analogique ou numérique – Numérisation (échantillonnage, quantification) – Capteur – Numériseur Traitement de l’image numérique : Objectifs (restauration, amélioration, segmentation, analyse et compression) – Les différentes écoles (traitement du signal, analyse statistique, morphologie mathématique) – Les différents types d’outils – Transformations globales, locales, ponctuelles

Fonctions et systèmes électroniques • Du système à la fonction En règle générale, le besoin d’une application entraîne le choix (ou la création !) d’un système qui appelle des fonctions, elles-mêmes réalisées grâce à des composants et des circuits intégrant ces composants. L’application « transmission à grande distance de la parole  » a ainsi conduit à l’invention du téléphone, système qui, par évolutions successives, a nécessité la création de fonctions telles que l’amplification, le filtrage, la commutation, le multiplexage, l’échantillonnage, la numérisation, etc. Programme : Modèle électrique d’une transmission : source, quadripôle de transmission, charge – Circuits électriques – Modélisation d’un dipôle et d’un quadripôle – Théorèmes généraux – Atténuation et concept d’amplification – Système amplificateur à transistor bipolaire – Réalisation d’un amplificateur – Perturbations et concept de filtrage – Représentation et propriétés des circuits de filtrage – Synthèse des filtres – Conversion numérique « Fil conducteur d’application» : Télégraphie (transmission de symboles) et téléphonie (transmission d’une fonction continue)

Informatique • Techniques de programmation en C Une fonction peut toujours s’exprimer sous forme d’une expression analytique ou algorithmique. Dans les deux cas, la machine informatique (« calculateur » ou « ordinateur ») est à même de réaliser cette fonction pour autant que l’expression soit traduite sous forme d’un « programme ». Un certain nombre d’opérations sont récurrentes et ont conduit progressivement à des instructions ou fonctions adaptées. Alors que le langage « assembleur » est proche de la machine, décrivant séquentiellement les opérations élémentaires, un langage structuré tel que le langage C permet d’obtenir des programmes structurés, clairs et maintenables, permettant de les comprendre, de les modifier, de les améliorer. Programme : Pointeurs – Tableaux – Types énumérés – Types structurés – Gestion dynamique de la mémoire – Chaînes de caractères – fichiers (binaire, texte) – Fonctions – Tableaux de fonctions – Opérateurs bit à bit – Compilation

• Informatique appliquée à l’entreprise Les premières applications de l’informatique dans les entreprises (outre le calcul scientifique) sont nées dans les domaines de la gestion au sens général, particulièrement quand les données à traiter étaient nombreuses et de présentations semblables (banques et assurances). Aujourd’hui encore, le plus grand nombre des applications informatiques se trouve dans les processus de management des entreprises (gestion et organisation), quel que soit le type de l’entreprise (industriel, commercial ou de services) et quel que soit le type de processus (fabrication, achats, ventes, finances, etc.) Programme : Utilisation d’un tableur pour des opérations de gestion (fichiers clients et fournisseurs, stocks, comptabilité, etc.) – Programmation de « macro » – Création d’interface homme-machine

Programme cycle Licence

6


Entreprise et applications • Environnement économique de l’entreprise Objectif : initier les étudiants à l’environnement économique dans lequel évoluent les entreprises. Les rendre capables d’une lecture critique de l’actualité économique. Programme : Les sciences économiques et l’économie – Le marché – La performance économique – La monnaie – Le travail

Culture et communication • Argumenter un point de vue L’objectif est encore de permettre aux étudiants d’acquérir des méthodes et des outils afin de s’adapter sans difficulté aux modes de communication en vigueur dans l’entreprise. Programme : Le programme du semestre est construit autour de 4 axes : Curiosité intellectuelle et ouverture d’esprit : Inciter les étudiants à prendre en compte le monde qui les entoure – Développer l’accès à l’information – Redécouvrir la lecture – Introduire une réflexion sur les grandes problématiques – Développer le sens critique, favoriser la capacité à prendre du recul. Outils professionnels : Construire son CV – Rédiger une lettre de motivation Compétences humaines : Développer le sens de l’écoute active (la concentration, le goût du travail en équipe, la rigueur, la curiosité) – Acquérir des compétences relationnelles

Anglais : Le monde Anglophone 1 Ce module d’anglais a pour objectif la découverte du monde anglophone: USA, Canada, Angleterre, Irlande, Etats du Common Wealth (Inde, Australie, Afrique du Sud, Malaisie …). Les aspects culturels spécifiques à chacun des pays (histoire, institutions politiques, enjeux économiques et sociologiques, débats d’actualité…) sont généralement abordés au travers de supports authentiques écrits ou oraux (presse écrite, médias, documentaires, essais…). Le module est dispensé à des groupes de niveau linguistique homogène et recouvre les niveaux de langue A2 à C1. Programme : Le cours vise à développer de façon harmonieuse les quatre compétences langagières : Compréhension Ecrite (CE) – Compréhension Orale (CO) – Expression Ecrite (EE) – Expression Orale (EO). On travaillera également à l’acquisition ou au renforcement de certaines compétences méthodologiques et académiques. A l’oral : Techniques de présentation. A l’écrit : Essai argumentatif et analytique en anglais (Structure et enchaînements de paragraphes – Introduction et conclusion – Citations – Synthèse et reformulation de sources – Analyse et l’argumentation logique – Formulation d’une problématique…)

Programme cycle Licence

7


Licence 2 - Semestre 3 Semestre 3

Volumes horaires CM

TD

Mathématiques du réel

15

18

Probabilités

15

Propagation de l’information

TP

tai

ét/pr

Crédits FFP

TIE

ECTS

7

40

20

3

18

7

40

20

3

12

16

12

40

20

3

Système de transmission

9

12

9

10

40

20

3

Structures de données

21

20

20

19

80

40

6

8

10

30

15

3

6

30

15

3

Sciences

Techniques

Applications Architecture des ordinateurs

12

Formation entreprise Les comptes de l’entreprise

16

8

Formation humaine et internationale Mener une réflexion pertinente et rigoureuse

30

30

15

3

Anglais scientifique et technique

30

30

15

3

360

180

30

Deuxième langue vivante

TOTAL

Mathématiques • Mathématiques du réel Les mathématiques, puissant outil de modélisation et de résolution de problèmes permettent précisément de représenter de façon fonctionnelle des situations réelles rencontrées dans le monde, dans la vie, dans les technologies, en économie, en logistique... et permettent d’effectuer des opérations en vue de caractériser ces situations, d’en tirer des tendances, de participer à des tentatives de prédiction, d’optimiser un processus en termes de temps, de parcours, de coût, … La description d’une situation réelle requiert souvent un grand nombre de paramètres et de variables, ainsi les fonctions mathématiques sont-elles à plusieurs variables, parfois interdépendantes et les opérations doivent être définies et menées en conséquence. Programme : Fonctions à plusieurs variables – Espace vectoriel – Espace métrique – Normes – Différentiabilité et différentielles – Convexité – Recherche d’extrema locaux – Optimisation – Intégration à plusieurs variables – Notion de flux – Applications bilinéaires – Produit scalaire

• Probabilités Lorsqu’un phénomène ou un processus fait appel à un très (trop) grand nombre de facteurs ou de variables, sa description est difficilement accessible à une fonction explicite. Le qualificatif « aléatoire » est alors employé avec recours aux calculs ou estimations de probabilités. Deux familles principales sont distinguées selon que les « variables aléatoires » sont discrètes ou continues. Le comportement de ces variables aléatoires est décrit par des lois qui permettent de dégager un certain nombre de propriétés visant à extraire des données utilisables représentatives du phénomène ou du processus. Programme : Expérience aléatoire, événement – Variables aléatoires discrètes – Notion de probabilité – Dénombrements – Probabilités conditionnelles – Théorème de Bayes – Lois discrètes – Espérance mathématique – Variance – Moments d’ordre supérieur – Variables aléatoires continues – Lois continues – Convergence en loi

Programme cycle Licence

8


Physique • Propagation de l’information Ce cours est intermédiaire entre le cours de L1 (l’information : la voix et l’image) et les cours de L3 (canaux de transmission et systèmes de transmission). Le cours de L1 introduit en particulier la notion d’onde scalaire et la notion de propagation au travers du son et de son audition, ce même cours introduit la lumière par l’image et sa vision. Les cours de L3 sont des enseignements techniques (techniques de l’ingénieur) permettant d’aboutir à des réalisations concrètes de liaisons de transmission de l’information par voie câblée (cuivre), électromagnétique (espace libre ou perturbé) ou optique (fibre optique). Ce cours de L2 présente les concepts de la propagation pour ces trois situations, les développe et les applique. Programme : L’onde électromagnétique (oem) : introduction aux champs E et B, unification électricité-optique, onde plane dans le vide, aspect vectoriel des champs, interférences, équations de Maxwell, introduction du courant de déplacement, propagation dans le vide d’une oem – Réflexion et réfraction d’une oem : approximation de l’optique géométrique, principe de Fermat, lois de Descartes (aspect optique géométrique), aspect champ électromagnétique, conditions aux limites, configuration des champs (transverse ou normal), notion d’indice, réflexion ou réfraction totale, cas du métal parfait, polarisation d’une oem – Sources des ondes électromagnétiques : antenne isotrope, excitation, potentiel vecteur, densité de puissance (vecteur de Poynting), puissance d’émission, équation des télécommunications (de la densité de puissance à la puissance reçue par l’antenne de réception), antenne doublet, diagramme de rayonnement, notion de gain, équation des télécommunications avec gains d’antennes, zones de rayonnement (Rayleigh, Fresnel, Fraunhofer) – Propagation des oem : transmission sol-sol, transmission sol-espace – Ondes guidées : fibres optiques et guides d’ondes métalliques, schéma unique en 2 dimensions, modes de propagation, fibres à saut d’indice, conditions pour une propagation monomode TP et projet : Fonctions élémentaires (additionneurs, multiplieurs, filtres, modulateurs) – Réalisation d’un système expérimental de transmission sans fil entre deux postes informatiques

Informatique • Structures de données L’informatique, science et technique du traitement de l’information, effectue des traitements algorithmiques sur des données organisées en ensembles structurés. Les traitements sont adaptés à ces structures ainsi qu’aux résultats attendus. Ainsi, selon la problématique, on adoptera les structures et les méthodes en vue de réaliser la programmation du traitement. Cette phase est préliminaire à la programmation proprement dite. Programme : Structures séquentielles (listes linéaires, liste chaînée, piles, files, listes circulaires) – Arbres binaires (représentation, algorithmes de parcours) – Tris et algorithmes de tris – Recherche en tables – Arbres équilibrés TP et projet : Ecriture d’algorithmes – Programmation en langage C – Réalisation d’un traitement informatique

• Architecture des ordinateurs Les ordinateurs sont des machines complexes effectuant des opérations séquentielles sur des données exprimées sous formes de valeurs numériques binaires. Ces machines sont organisées suivant des architectures adaptées au types de traitements envisagées. Toutefois, l’architecture générale comprend au minimum des éléments incontournables tels que : processeurs (unités de traitements proprement dit, parfois spécialisés), mémoires, organes d’entrée et de sortie. Ces éléments sont commandés par un « programme » qui est une suite d’instructions appliquées à ces éléments. Programme : Codage de l’information – Circuits logiques pour des fonctions élémentaires – Architecture d’un microprocesseur – Fonctions câblées et microprogrammées – Architecture d’un microprocesseur « courant » – L’assembleur – Le simulateur – Le debugger – Performances – Architectures particulières et dédiées Architecture d’un ordinateur : entrées et sorties – interruptions – mémoires – périphériques TP et projet : Programmation en assembleur – Réalisation d’un « driver »

Entreprise et applications • Les comptes de l’entreprise L’objet de ce cours est de permettre à de futurs ingénieurs de dialoguer efficacement avec les comptables avec lesquels ils auront à être en relation à un moment de leur carrière. Une telle connaissance est nécessaire pour deux raisons : • D’une part, l’information d’origine comptable est souvent la seule qui soit disponible sous forme précise dans l’entreprise. • D’autre part, le modèle comptable défini par le Plan Comptable Général est obligatoire et ne peut être ignoré.

Programme cycle Licence

9


Culture et communication • Mener une réflexion pertinente et rigoureuse Le programme de ce semestre a pour finalité de consolider et d’approfondir les acquis en communication écrite et orale. Il s’articule autour de 2 axes : maîtrise des techniques d’expression écrite et orale, curiosité intellectuelle et ouverture d’esprit. Programme : Communication Ecrite : Traiter un dossier de presse pour énoncer un point de vue personnel argumenté et structuré – Développer l’esprit d’analyse – Maîtriser la technique de la synthèse Communication Orale : Expérimenter les techniques oratoires – Développer la force de conviction Curiosité intellectuelle et ouverture d’esprit : Réfléchir aux grands thèmes de société – Lire un essai et en proposer une approche critique – Se constituer une culture générale diversifiée

Anglais • Préparation à la Mobilité académique internationale 1 Ce module d’anglais a pour objectif de préparer les étudiants au trimestre de mobilité académique internationale qui intervient durant la troisième année du cycle Licence. Il est structuré autour de 2 axes de travail principaux : Anglais scientifique et technique – Introduction à l’interculturel. Les activités de cours, développées à partir de supports variés, oraux et écrits visent à développer de façon harmonieuse les quatre compétences de communication (compréhension et expression écrites et orales). Le module est dispensé à des groupes de niveau linguistique homogène et recouvre les niveaux de langue A2 à C1. Programme : Anglais scientifique et technique : Acquisition et développement du vocabulaire des mathématiques et de l’informatique à partir de nombreux supports, oraux et écrits, à caractère scientifique et technique – Exposés par les étudiants sur des produits ou des innovations technologiques. Introduction à l’interculturel : Notions et concepts liés à l’interculturalité (Identité et choc culturels – Stéréotypes et préjugés – Pratiques sociales – Apprentissage de la tolérance – Langue comme reflet d’une culture – Ethnocentrisme et exotisme – Décentration et reconnaissance de l’autre…) au travers de 4 thématiques (La culture française vue par d’autres cultures – Voyages et voyageurs – Les sociétés multiculturelles – Impérialisme culturel). Cette réflexion thématique sur la comparaison des cultures s’accompagne d’un développement systématique des compétences de réflexion et d’analyse avec un travail sur : – l’expression et l’argumentation d’un point de vue et sur la formulation d’une problématique – l’identification, la hiérarchisation, la contextualisation et la comparaison des points de vue et concepts – la synthèse des informations, et leur présentation dans un essai comparatif et structuré

Programme cycle Licence

10


Licence 2 - Semestre 4 Semestre 4

Volumes horaires CM

TD

Mathématiques pour l’informatique

15

18

Analyse des données

15

Information et entropie

TP

tai

ét/pr

Crédits FFP

TIE

ECTS

7

40

20

3

18

7

40

20

3

12

16

12

40

20

3

Systèmes numériques

9

12

9

10

40

20

3

Programmation en langage C++

21

20

20

19

80

40

6

8

16

30

15

3

10

30

15

3

Sciences

Techniques

Applications Système Unix pour l’utilisateur

6

Formation entreprise L’organisation des entreprises

20

Formation humaine et international Communication publicitaire, entretien de vente

30

30

15

3

Anglais : préparation au séjour à Londres

30

30

15

2

Deuxième langue vivante

15

15

8

1

360

180

30

STAGE COMMERCIAL (été) TOTAL

Mathématiques • Mathématiques pour l’informatique L’informatique repose sur l’algorithmique qui présente des méthodes et des moyens de « calcul » adaptés aux processus et machines informatiques. Ces mathématiques sont essentiellement des mathématiques discrètes, travaillant sur des ensembles finis avec des opérations modulaires et exploitant les riches propriétés de ceux-ci, notamment pour des applications de codage détecteur et correcteur d’erreurs et pour des applications de cryptographie. Ce sont aussi des mathématiques graphiques et topologiques (graphes) destinées à modéliser puis résoudre des problématiques aussi bien technologiques (recherche d’un chemin optimal dans un réseau de communication) qu’économique et social (célèbre problème du voyageur de commerce). Programme : Ensembles naturels finis – Congruences – Corps de Galois – Théorème de Fermat – Eléments primitifs – Division euclidienne et algorithme d’Euclide – Applications pour les codes correcteurs – Applications pour la cryptographie – Graphes– Algorithmes de recherche du plus court chemin

• Analyse des données Les enquêtes et relevés de données permettent d’élaborer des éléments statistiques au travers d’analyses de ces données recueillies. Selon le type de résultat souhaité et le type de présentation de ces résultats, des méthodes différentes sont utilisées. Ce sont des outils de bilan et d’aide à la décision. Programme : Analyse en composantes principales – Analyse factorielle des composantes – Analyse factorielle multiple – Analyse factorielle discriminante – Analyse des correspondances multiples – Classifications – Classification ascendante hiérarchique – Intervalles et ellipses de confiance et de tolérance

Programme cycle Licence

11


Physique • Information et entropie Energie et entropie sont des concepts issus de la « thermodynamique », destinés au départ à représenter et caractériser les systèmes thermiques de production ou d’utilisation de l’énergie. Ces concepts très généraux sont applicables à l’information : elle résulte en effet d’une certaine organisation de « valeurs » (symboles, chiffres, évènements, successions d’évènements…), elle est destinée à être stockée sur un support ou transmise au travers d’un canal et, à ce titre, cette information sera perturbée. A chacune des « valeurs » est associée une énergie élémentaire, à l’information organisée est associée une entropie. La « théorie de l’information » permet de mesurer l’information, de modéliser puis optimiser les codages, de modéliser puis prévoir les effets des perturbations. Programme : L’information : définition, unité, généralisation de la notion d’information – L’énergie : notion de température, notion de chaleur, notion de travail – Conservation de l’énergie, premier principe – L’entropie : le deuxième principe, l’entropie thermodynamique, l’entropie statistique – L’entropie et le désordre – Théorie de l’information : mesure de l’information, entropie d’une source, entropie conjointe, entropie conditionnelle – Codage de source : premier théorème de Shannon, techniques de codage – Adaptation de la source au canal – Codage de canal : deuxième théorème de Shannon, capacité d’un canal

Fonctions et systèmes électroniques • Systèmes numériques La très grande majorité des traitements réalisés sur l’information sont des traitements « numériques », c’est-à-dire opérant sur des valeurs numériques binaires après codages et représentations appropriées de l’information. En règle générale, ces traitements sont de type séquentiel, c’est-à-dire introduisant la notion de « mémoire » des états précédents. Dès lors, un traitement peut s’exécuter de manière matérielle (avec des circuits électriques appropriés), de manière logicielle (mais sur une machine informatique qui est elle-même à base de circuits numériques) ou de manière « mixte » (circuits spécialisés nécessitant une micro programmation). Programme : Systèmes séquentiels : notions fondamentales – Définitions, structure, représentation du fonctionnement. Introduction à la logique séquentielle : bascules (RS, RST, JK, D) – Systèmes élémentaires avec bascules – Introduction aux registres Mémoires : Mémoire vives (RAM, SRAM, DRAM) – Mémoires mortes (ROM) – Mémoires mortes programmables (PROM, EPROM, EEPROM), extension de la mémoire Microprocesseur : éléments de base d’un microprocesseur, unité centrale de traitement (unité arithmétique et logique, unité de commande), mémoires, les BUS, les ports d’entrées sorties, différentes structures d’un microprocesseur (ou microcontrôleur) TP et projet : Quelques fonctions réalisées à l’aide de systèmes électroniques numériques séquentiels (simulation) – Mise en œuvre d’un micro contrôleur (68HC11)

Informatique • Programmation en C++ Le langage de programmation C++ permet d’accéder à la programmation par objets, qui sont des structures regroupant des données et les fonctions destinées à manipuler ces données. Ce type de programmation permet de réaliser des programmes modulaires, aisément modifiables, dont les composants (objets) peuvent même être réutilisés. Programme : Approche objets – Avantages de l’objet (extensibilité, réutilisabilité, rapidité de conception) – Encapsulation des données, classes, instances, héritages, spécialisation, agrégation, surcharge, polymorphisme et liaison dynamique – Répartition des charges entre objets – Syntaxe du langage C++ TP et projet : Programmation de fonctions en langage C++ – Réalisation d’un traitement informatique

• Système UNIX pour l’utilisateur Une machine informatique n’est réellement utilisable qu’à travers un « système d’exploitation » de cette machine, qui régit essentiellement la gestion des fichiers, l’allocation des mémoires, les interfaces avec les éléments périphériques de cette machine (gestion des entrées et sorties). Le système UNIX est un des grands standards de système d’exploitation, il présente l’avantage d’être « multi-tâches » et d’intégrer de nombreuses fonctions de communication entre machines. Programme : Système UNIX – Commandes de base – Commandes d’administration – Gestion de fichiers – Gestion des processus – Gestion des impressions – Gestion de la messagerie – Interpréteur de commandes (shell) – Programmation de scripts – Editeur « vi » – Fonctions de communication TP et projet : Programmation système – Rédaction de commandes « script » – Gestion de fichiers, gestion de la mémoire, gestion des entrées et sorties

Programme cycle Licence

12


Entreprise et applications • Organisation et processus de l’entreprise Ce cours a pour but de sensibiliser les étudiants aux enjeux de l’organisation du travail dans les entreprises. Le fonctionnement par processus est le fondement des entreprises modernes et il est désormais indispensable pour les certifications ISO. De plus l’analyse des processus est incontournable dans la conception de systèmes d’information. Les ingénieurs en technologies de l’information doivent donc avoir connaissance des principaux concepts et méthodes de la démarche processus. Programme : Enjeux de l’organisation et de la démarche par les processus dans le contexte actuel des affaires – Définitions de processus et exemples – Analyser, modéliser, administrer et améliorer les processus – Facteurs clés de succès de la démarche par les processus

Culture et communication • Communication publicitaire, entretien de vente Le programme de ce semestre a pour finalité de consolider et d’approfondir les acquis en communication écrite et orale. Il s’articule autour de 2 axes : communication publicitaire et préparation du stage commercial. Programme : La communication publicitaire : Initier les étudiants aux stratégies de communication utilisées dans la publicité (copie-strategy, socio-styles, les fonctions de Jakobson, les actions mercatiques, la rhétorique publicitaire, la symbolique des couleurs…) – Elaborer un projet publicitaire en équipe et le défendre devant un jury L’entretien de vente : Comprendre les mécanismes de la vente (typologie de la clientèle, argumentaire produit ) – Cerner l’enjeu de la politique commerciale d’une entreprise

Anglais • Préparation à la Mobilité académique internationale 2 (suite) Ce module d’anglais a pour objectif de préparer les étudiants au trimestre de mobilité académique internationale qui intervient durant la troisième année du cycle Licence. Il est structuré autour de 2 axes de travail principaux : Anglais scientifique et technique – Introduction à l’interculturel. Les activités de cours, développées à partir de supports variés, oraux et écrits visent à développer de façon harmonieuse les quatre compétences de communication (compréhension et expression écrites et orales). Le module est dispensé à des groupes de niveau linguistique homogène et recouvre les niveaux de langue A2 à C1. Programme : Anglais scientifique et technique : Acquisition et développement du vocabulaire des mathématiques et de l’informatique à partir de nombreux supports, oraux et écrits, à caractère scientifique et technique – Exposés par les étudiants sur des produits ou des innovations technologiques. Introduction à l’interculturel : Notions et concepts liés à l’interculturalité (Identité et choc culturels – Stéréotypes et préjugés – Pratiques sociales – Apprentissage de la tolérance – Langue comme reflet d’une culture – Ethnocentrisme et exotisme – Décentration et reconnaissance de l’autre…) au travers de 4 thématiques (La culture française vue par d’autres cultures – Voyages et voyageurs – Les sociétés multiculturelles – Impérialisme culturel). Cette réflexion thématique sur la comparaison des cultures s’accompagne d’un développement systématique des compétences de réflexion et d’analyse avec un travail sur : – l’expression et l’argumentation d’un point de vue et sur la formulation d’une problématique – l’identification, la hiérarchisation, la contextualisation et la comparaison des points de vue et concepts – la synthèse des informations, et leur présentation dans un essai comparatif et structure

Programme cycle Licence

13


Licence 3 - Semestre 5 - (Elève déjà à l’Efrei en L1 et L2) Semestre 5

Volumes horaires CM

TD

TP

tai

ét/pr

Crédits FFP

TIE

ECTS

60

60

5

32

15

3

Sciences Codages et transformations

SM115

Théorie des graphes

SM118

60 12

8

6

6

Techniques Systèmes d’exploitation

TI119

60

60

60

5

Réseaux et protocoles

TI120

60

60

60

5

Langages et compilation

TI117

9

25

15

2

Programmation web

TI123

9

33

15

2

Communication numérique

TE107

9

28

20

3

36

36

5

334

281

30

10

6 16

10

9

8

Formation générale Anglais

TOTAL

FI112

36

En italique : enseignements dispensés dans le cadre de la mobilité internationale (septembre à novembre dans l’une des trois destinations : Angleterre – Malaisie – USA/Californie)

Mathématiques • Codages et transformations L’information délivrée par une source possède le caractère « naturel » de la source. Cette information est représentée communément à l’aide de symboles numériques par le biais d’un codage souvent élémentaire. Lorsque se posent des problèmes de limitation de débit de transmission ou de capacité de stockage, il est nécessaire de procéder à des optimisations du codage résidant principalement en des transformations mathématiques propres à réduire les redondances et les dépendances présentées par la source, mais aussi propres à mettre en évidence et utiliser des propriétés révélées par ces transformations. Programme : Transformation de Fourier – Introduction aux distributions – Convolution – Transformée de Fourier discrète – Transformée en cosinus discrète – Transformée en ondelettes – Analyse multirésolution – Echantillonnage, restitution, décimation et interpolation – Illustrations par les procédés « mp3 » et « jpeg » – Applications aux traitements de signaux

Informatique • Systèmes d’exploitation Les machines informatiques sont des systèmes qui exécutent des programmes. Il y a un programme particulier qui représente l’environnement logiciel de la machine et qui est indispensable à son fonctionnement : c’est le système d’exploitation, capable de « gérer la machine » au niveau de son fonctionnement logique séquentiel (processeur, mémoires, périphériques), de définir la notion de fichiers et des arborescences (système de fichiers) et d’assurer les fonctions essentielles sur ces fichiers (attributs, sauvegarde, indexation, …). Suivant le type de machine et son emploi, ces systèmes peuvent être « conventionnels », temps réel, multi-tâches, etc. Programme : Histoire, structure, rôle et composantes d’un système d’exploitation – Gestion des processus : états, ordonnancement, sémaphores, moniteurs, communication, synchronisation – Gestion de la mémoire : allocation, pagination, segmentation, mémoire physique et virtuelle – Gestion de fichiers : organisation, accès, gestion des blocs, cohérence du disque, modèle Fat du DOS et inode d’UNIX – Gestion des entrées et sorties : couches, technique du spool, pilotes, requêtes, DMA, interruptions – Gestion de l’interblocage

Programme cycle Licence

14


• Réseaux et protocoles L’informatique, science du traitement de l’information couvre aussi l’ensemble des moyens et méthodes de communication de l’information (les « télécommunications »). L’interconnexion souhaitée des différentes ressources informatiques a donné naissance aux « réseaux » informatiques, réseau local au niveau d’une entreprise, réseau étendu au niveau d’une région, d’un pays, voire du monde entier. Ces réseaux utilisent les moyens matériels des « télécommunications » sur lesquels s’appuient les « protocoles » mis en œuvre pour réaliser effectivement la transmission entre machines, incluant ainsi des notions d’adressage, de routage, de contrôle de flux et de bon acheminement, des reprises sur erreurs et tout autre service attendu par les protagonistes. Programme : Réseaux étendus et réseaux locaux – Topologie des réseaux – Architectures des réseaux – Modèle OSI de communication – Fonctionnalités des différentes couches – Protocoles de communication – Couches basses : physique, liaison, transport, réseau – Couches hautes : session, présentation, application – Introduction à l’administration des réseaux locaux

• Langages et compilation Le développement informatique d’applications repose sur l’utilisation de langages informatiques, nécessaires à l’écriture d’un programme. Selon le type d’application envisagée et les catégories de traitements nécessaires à la réalisation de cette application, il peut être préférable voire optimal de définir un langage approprié ou, tout au moins à performances et fonctionnement connus. En outre, ces langages sont naturellement un intermédiaire entre le développeur qui conçoit et la machine qui exécute. Les opérations d’interprétation ou de compilation réalisent ainsi les interfaces correspondantes. Programme : Automates à états finis – Analyse lexicale – Grammaires algébriques – Machines de Turing – Analyse syntaxique – Introduction à LEX et YACC – Traduction dirigée et la syntaxe – Production de code – Quelques compilateurs

• Programmation web Les technologies Web (« en ligne ») sont universellement employées par les entreprises, organismes et particuliers. Leurs particularités ont conduit à développer un ensemble de technologies particulièrement dévolues à ces systèmes. Parmi elles, la programmation tient un rôle essentiel. Programme : Notions d’architecture Internet – Les pages Web – Les langages à balises (HTML) – Les objets (images, animations, …) – Les langages de développement du Web – Programmation côté client – Programmation côté serveur – Programmation « PHP – MySQL »

Electronique • Communications numériques Le choix de la représentation numérique de l’information est totalement justifié dans le contexte des communications (transmission et stockage) à cause du caractère non idéal des canaux de transmission ou des supports de stockage (perturbations, micro-coupures, nonlinéarités, effet de filtrage, …). En effet, la représentation numérique permet, entre autres, une régénération du signal numérique et une correction d’erreurs binaires. En outre, cette représentation permet de mettre en œuvre la compression de l’information, la modulation multi-états et le multiplexage temporel propres à adapter la source au canal. Programme : Modélisation du canal de transmission – Intérêts de la représentation numérique – Codage de canal (codes et modulations) – Codages correcteurs d’erreurs (procédures BEC et FEC, codes cycliques, codes convolutifs) – Compression avec et sans perte d’information – Multiplexages

Anglais • Module Anglais pendant la Mobilité académique internationale Ce module d’anglais est destiné aux étudiants du programme d’immersion académique internationale. Il est offert dans l’une des trois universités partenaires de l’EFREI en Angleterre, aux USA, en Malaisie. Le module est dispensé à des groupes de niveau linguistique homogène et recouvre les niveaux de langue A2 à B1. Programme : Les activités de cours, développées à partir de supports variés (oraux et écrits) à caractère scientifiques et techniques visent à développer de façon harmonieuse les quatre compétences de communication (compréhension et expression écrites et orales) et à approfondir la connaissance du vocabulaire des mathématiques et de l’informatique. L’objectif de ce cours est différencié par le niveau d’anglais des élèves. Les élèves de bons et très bons niveaux sont dirigés vers un cours généraliste de management d’entreprise, suivant les règlementations, les organisations et les méthodes en vigueur dans le pays où se situe la mobilité. Les élèves de niveaux faibles ou moyens sont dirigés vers un cours de langue anglaise traditionnel, mais avec l’avantage qu’il est dispensé par des natifs de langue anglaise dans une université et un pays anglophones.

Programme cycle Licence

15


Licence 3 - Semestre 6 Semestre 6

Volumes horaires CM

TD

TP

tai

ét/pr

Crédits FFP

TIE

ECTS

33

15

3

23

10

3

29

15

3

23

10

3

35

15

3

Sciences Optimisation et compléxité

SM117

15

8

Algorithmique numérique

SM119

9

8

Aide à la décision

TI118

15

8

Pysique quantique

SP116

15

Canaux de transmission

SP111

15

Porgammation JAVA 1

TI122

12

Base de données

TI128

15

18

Analyse financière

FE111

9

Droit des sociétés et des contrats

FE112

Séminaire projet professionnel

FE113

Communication et culture générale

10 6 6 8

12

8

Techniques 12

9

33

15

3

12

9

54

25

3

12

21

10

1

9

4

13

5

1

6

4

10

20

1

FH110

22

22

15

2

Anglais

FI108

30

30

15

2

Deuxième langue vivante

FI170

15

15

8

1

PAVE L3 obligatoire

PVE103

20

1

198

30

Formation générale

TOTAL

341

Mathématiques • Optimisation et complexité Dans un grand nombre de domaines et pour un grand nombre d’applications, il est recherché une optimisation (nombre minimal d’opérations, distance minimale, temps minimal dans un réseau ou dans un file, coût minimal...). Les méthodes de la « recherche opérationnelle « sont à même de donner des résultats ou, tout au moins, d’aider à la décision. La modélisation de situations réelles fait apparaître des problèmes qui présentent des difficultés de résolution pour plusieurs raisons : grand nombre de données, degrés de liberté sur un système, indéterminées sur des données, dépendance entre données, conditions ou contraintes sur des données, relations non-linéaires, … Programme : Programmation dynamique – Recherche d’un chemin optimal – Problèmes d’ordonnancement – Problèmes de flot – Problèmes d’affectation – Problèmes de transport – Processus markovien – Files d’attente – Programmation linéaire, méthode du simplexe, minimisation, paramétrisation.

• Algorithmique numérique L’algorithmique numérique s’intéresse à la résolution, par des ordinateurs, de problèmes qui relèvent du calcul scientifique. Le calcul scientifique recouvre des domaines très divers en apparence (météorologie, chimie, imagerie, mathématiques, aéronautique, physique nucléaire, démographie, etc.), mais on peut en extraire quelques grandes classes de problèmes du point de vue de leurs modélisations mathématiques, de leurs méthodes de résolution et des algorithmes correspondants. L’essentiel du cours est donc consacré à l’étude d’algorithmes classiques en s’attachant à leur complexité mais surtout aux limitations de précision qu’impose l’architecture des ordinateurs. Programme : Représentation des nombres réels en machine et erreurs numériques – Résolution de systèmes linéaires (méthodes directes et itératives) – Interpolation et approximations (Lagrange, Newton…) / Splines – Recherche de zéros (Recherche incrémentale, NewtonRaphson…) – Intégration / dérivation (approximation polynomiale , Richardson, Romberg)

Programme cycle Licence

16


• Aide à la décision L’aide à la décision (dite aussi « intelligence artificielle ») consiste à rechercher des moyens et des méthodes propres à résoudre (ou à aider à résoudre) des problèmes qualifiés de « complexes », habituellement traités grâce à l’intelligence humaine (apprentissage, connaissances, structuration, raisonnement, perception). Le développement des moyens de calcul informatiques permet d’avancer chaque jour les limites de l’intelligence artificielle. Programme : Résolution de problèmes – Systèmes experts – Apprentissage automatique – Reconnaissance de formes

Physique • Physique quantique L’augmentation de la densité de transistors sur les puces suit relativement bien la loi de Moore. On diminue sans cesse les dimensions des composants mais, au dessous du nanomètre, les lois classiques ne sont plus valables et il faut faire intervenir des concepts quantiques. L’invention des microscopies à champ proche a donné des outils permettant de manipuler la matière atome par atome, d’où une autre approche possible pour la fabrication de nanocomposants. Parallèlement, toute une nanoscience a pu se développer et avec elle on entre dans le domaine des nanotechnologies. L’ensemble de ces concepts découle des principes principaux de la physique quantique. Programme : Présentation du champ couvert par les nanotechnologies – Les nanotechnologies font appel à la mécanique quantique – La constante de Planck et la dualité onde-corpuscule – La fonction d’onde et l’équation de Schrodinger – Les paquets d’ondes et l’inégalité de Heisenberg – Problèmes stationnaires : barrières (effet tunnel) et puits de potentiel infini – Le microscope à effet tunnel Principe et illustrations : Les systèmes à deux niveaux et applications – Le spin de l’électron et l’électronique de spin • Canaux de transmission La transmission de l’information utilise des canaux physiques réalisés sous forme de câbles électriques, de fibres optiques ou d’onde électromagnétique se propageant dans l’air ou dans le vide. L’exploitation de ces liaisons requiert la connaissance des propriétés, performances et limitations des canaux de transmission, de manière à optimiser la transmission. Programme : Lignes de transmission – Courants et tensions sur la ligne – Impédance caractéristique – Adaptation – Techniques d’adaptation bande étroite et large bande – Antennes : principes, directivité, gain – Propagation électromagnétique en espace libre – Bilan de puissance – Propagation réelle : zones de Fresnel, dégagement pratique, courbure terrestre, propagation atmosphérique – Propagation guidée en guide métallique ou fibre optique – Théorie des rayons – Réflexion totale et interférences – Modes de propagation – Vitesses de phase et de groupe

Informatique

• Programmation Java Ce langage est un vrai langage de programmation : il intègre tout ce que l’on sait faire de mieux en matière de langage de programmation. Java est un langage orienté objet : la brique de base du programme est donc l’objet, instance d’une classe. La gestion de la mémoire n’est plus à la charge du programmeur. La syntaxe, ainsi que quelques points de sémantique, sont inspirés de C++ et par conséquent, de C. Java est distribué, robuste et sûr. Programme : Structure d’un programme Java, les fonctionnalités objet du langage, syntaxe, contrôle de flux, définition des classes, développement d’interfaces, entrées/sorties et bases de données. • Bases de données Une base de données est une entité dans laquelle il est possible de stocker des données de façon structurée et avec le moins de redondance possible. Ces données doivent pouvoir être utilisées par des programmes et par des utilisateurs différents. Ainsi, la notion de base de données est généralement couplée à celle de réseau. Une base de données peut être locale, c’est-à-dire utilisable sur une machine par un utilisateur, ou bien répartie, c’est-à-dire que les informations sont stockées sur des machines distantes et accessibles par réseau. Il existe cinq modèles de SGBD (Système de Gestion de Bases de Données), différenciés selon la représentation des données qu’elle contient. Mais les plus utilisés et donc répandus sont le modèle relationnel et le modèle objet. Le but de cet enseignement est de présenter les concepts et les règles utiles à la création d’une base de données. Programme : Aspects de conceptions de Bases de Données (Modèle entité/association, formalisme UML, modèle relationnel, dépendances fonctionnelles, normalisation) – Aspects de manipulations (création, interrogation, développement) de Bases de Données (SQL, PL/SQL et ProC)

Programme cycle Licence

17


Entreprise et applications • Analyse financière L’objet de ce cours est de permettre à de futurs ingénieurs de dialoguer efficacement avec les financiers avec lesquels ils auront très probablement à être en relation à un moment de leur carrière. Programme : Définition, finalité de l’analyse financière et présentation du bilan fonctionnel – Les tableaux de financement – Les ratios : signification et présentation des ratios de liquidité, de structure, de gestion et de rentabilité – Les choix d’investissements : critères de choix des investissements et évaluation – Eléments de mathématiques financières • Droit des sociétés et des contrats Il s’agit de sensibiliser les étudiants ingénieurs à la discipline juridique en utilisant des domaines d’application. La méthode d’enseignement est axée sur la participation dynamique des étudiants et la recherche commune de la règle de droit. Programme : Introduction au droit – Droit des contrats et le cas particulier des contrats en milieu informatique – Droit de la responsabilité et le cas particulier de la responsabilité des fournisseurs d’accès – Droit des sociétés en France – Droit des sociétés, comparaisons avec l’étranger – Initiation aux problèmes fiscaux et sociaux des entreprises

• Séminaire de projet professionnel Ce séminaire sensibilise les étudiants aux métiers des ingénieurs TIC. Il a pour but d’accompagner les étudiants dans la construction de leur projet professionnel pendant les années d’études restantes et de les éclairer sur leurs choix de spécialités dans le cycle M. Programme : Séminaire de deux jours, chacun consacré à un thème spécifique : Les ingénieurs TIC et l’entreprise – Les métiers des ingénieurs TIC. La première partie de la matinée est consacrée à une série de courtes conférences ou à une table ronde. Les intervenants sont en règle générale des anciens élèves. Les étudiants rencontrent ensuite, en groupes-atelier, un « témoin-praticien » qui leur fait part de ces expériences et qui discute avec eux. Pendant l’après-midi, les ateliers travaillent sur la démarche du projet professionnel. Ensuite, les étudiants établissent leur projet professionnel. Après environ un mois, une première rencontre avec un permanent de l’école a lieu. Environ deux mois après le séminaire, les étudiants présentent leur projet professionnel à un jury composé d’un permanent et d’un ancien. Le jury discute de la faisabilité du projet et de la bonne démarche à suivre.

Culture et communication • Communication et culture générale Les objectifs de ce cours sont de développer sa force de conviction lors d’un entretien, de maîtriser les outils professionnels (prise de notes et comptes rendus), de développer son autonomie et d’appréhender un projet professionnel. Programme : Les différentes composantes de la force de conviction – Deux applications de la force de conviction : la soutenance de stage et l’entretien de recrutement individuel et collectif – Structurer ses réponses lors d’un entretien Approche pédagogique : Etude de cas concrète à partir d’un document vidéo – Mise en situation – Une journée complète avec un ingénieur en entreprise – Simulations d’entretiens de recrutement filmée et commentaires.

Anglais • Le Monde de l’Entreprise et l’Anglais des Affaires Ce module d’Anglais des Affaires est structuré autour d’axes thématiques permettant d’approfondir un ensemble de notions concernant : Catégories, structures et organisations des entreprises - Processus de production - Le marché du travail et les politiques de recrutement L’internationalisation de l’entreprise - Les enjeux éthiques - Le management et la gestion d’équipe. Le module est dispensé à des groupes de niveau linguistique homogène et recouvre les niveaux de langue B1 à C2. Programme : Les activités de cours sont développées à partir de sources authentiques, articles ou podcast extraits de la presse et des médias anglophones (The Economist, the Financial Times, Wall Street Journal, Business section of International Herald Tribune, etc..) et sur des sujets d’actualité en relation avec les thématiques du cours. Le travail sur la compétence écrite est axé sur la production de supports professionnels spécifiques : correspondance professionnelle, rapports, compte rendu, commentaire de graphique…. A l’oral, on privilégiera les situations et les actes de parole liés à l’activité professionnelle (réunion, présentation, négociation, …)

Programme cycle Licence

18


Licence L’3 – Semestre 5P (élèves entrant directement en L3 : admissions parallèles) Semestre 5

Volumes horaires CM

TD

TP

tai

ét/pr

Crédits FFP

TIE

ECTS

Sciences Mathématiques pour l’informatique

SM107P

10

20

30

15

2

Probabilités et statistiques

SM112P

10

20

30

15

2

Théorie des graphes

SM118P

9

8

29

15

2

Optimisation et complexité

SM117P

12

8

30

15

2

Algorithmique numérique

SM119P

6

8

22

10

1

6

6 10

8

Techniques Programmation en C et C++

TI125P

4

langage C

18

16

16

50

25

langage C++

10

10

20

40

20

21

20

9

50

25

Structures de données et algorithmique

TI126P

Introduction architectures et systèmes

TI127P

Architectures

4 12

10

Systèmes Langages et compilation

2

22

10

12

12

5

6

25

10

2

TI117P

9

10

Organisation et comptes de l’entreprise

FE109P

10

20

30

15

2

Analyse financière

FE111P

9

12

21

10

1

Droit des sociétés et des contrats

FE112P

9

4

13

5

1

Techniques d’expression écrite et orale

FH105P

30

30

15

2

Anglais

FI105P

30

30

15

2

15

15

8

1

464

225

30

Formation générale

Deuxième langue vivante

TOTAL

Mathématiques • Mathématiques pour l’informatique L’informatique repose sur l’algorithmique qui présente des méthodes et des moyens de « calcul » adaptés aux processus et machines informatiques. Ces mathématiques sont essentiellement des mathématiques discrètes, travaillant sur des ensembles finis avec des opérations modulaires et exploitant les riches propriétés de ceux-ci notamment pour des applications de codage détecteur et correcteur d’erreurs et pour des applications de cryptographie. Ce sont aussi des mathématiques graphiques et topologiques (graphes) destinées à modéliser puis résoudre des problématiques aussi bien technologiques (recherche d’un chemin optimal dans un réseau de communication) qu’économique et social (célèbre problème du voyageur de commerce). Programme : Ensembles naturels finis – Congruences – Corps de Galois – Théorème de Fermat – Eléments primitifs – Division euclidienne et algorithme d’Euclide – Applications pour les codes correcteurs – Applications pour la cryptographie – Graphes – Algorithmes de recherche du plus court chemin

Programme cycle Licence

19


• Probabilités et statistiques Lorsqu’un phénomène ou un processus fait appel à un très (trop) grand nombre de facteurs ou de variables, sa description est difficilement accessible à une fonction explicite. Le qualificatif « aléatoire » est alors employé avec recours aux calculs ou estimations de probabilités. Deux familles principales sont distinguées selon que les « variables aléatoires » sont discrètes ou continues. Le comportement de ces variables aléatoires est décrit par des lois qui permettent de dégager un certain nombre de propriétés visant à extraire des données utilisables représentatives du phénomène ou du processus. D’autre part, les données constituent une large partie de l’ensemble des informations et se trouvent dans tous les domaines d’activités : démographie, clients, fournisseurs, météorologie, produits manufacturés, etc. Ces données, très nombreuses en général, requièrent des méthodes et outils statistiques de manière à pouvoir en tirer des caractéristiques globales en vue de leur exploitation. Programme : Expérience aléatoire, événement – Variables aléatoires discrètes – Notion de probabilité – Dénombrements – Probabilités conditionnelles – Théorème de Bayes – Lois discrètes – Espérance mathématique – Variance – Moments d’ordre supérieur – Variables aléatoires continues – Lois continues – Convergence en loi Séries statistiques : Effectifs, fréquence, classes, histogramme – Paramètres de position – Paramètres de dispersion – Ajustement : lissage, moindres carrés – Indices statistiques – Série statistique à deux caractères – Séries chronologiques

• Théorie des graphes Les graphes sont des figures géométriques utilisables pour modéliser des problèmes simples ou complexes. Munis de règles et de méthodes de traitement, ces graphes peuvent contribuer à la résolution de problèmes et à la recherche d’optimum. Programme : Graphes et graphes orientés – Connexité – Parcours de graphes – Problème du plus court chemin – Problème de l’ordonnancement – Arbres, poids

• Optimisation et complexité Dans un grand nombre de domaines et pour un grand nombre d’applications, il est recherché une optimisation (nombre minimal d’opérations, distance minimale, temps minimal dans un réseau ou dans un file, coût minimal...). Les méthodes de la « recherche opérationnelle « sont à même de donner des résultats ou, tout au moins, d’aider à la décision. La modélisation de situations réelles fait apparaître des problèmes qui présentent des difficultés de résolution pour plusieurs raisons : grand nombre de données, degrés de liberté sur un système, indéterminées sur des données, dépendance entre données, conditions ou contraintes sur des données, relations non-linéaires, … Programme : Programmation dynamique – Recherche d’un chemin optimal – Problèmes d’ordonnancement – Problèmes de flot – Problèmes d’affectation – Problèmes de transport – Processus markovien – Files d’attente – Programmation linéaire, méthode du simplexe, minimisation, paramétrisation

• Algorithmique numérique L’algorithmique numérique s’intéresse à la résolution, par des ordinateurs, de problèmes qui relèvent du calcul scientifique. Le calcul scientifique recouvre des domaines très divers en apparence (météorologie, chimie, imagerie, mathématiques, aéronautique, physique nucléaire, démographie, etc.), mais on peut en extraire quelques grandes classes de problèmes du point de vue de leurs modélisations mathématiques, de leurs méthodes de résolution et des algorithmes correspondants. L’essentiel du cours est donc consacré à l’étude d’algorithmes classiques en s’attachant à leur complexité mais surtout aux limitations de précision qu’impose l’architecture des ordinateurs. Programme : Représentation des nombres réels en machine et erreurs numériques – Résolution de systèmes linéaires (méthodes directes et itératives) – Interpolation et approximations (Lagrange, Newton…) / Splines – Recherche de zéros (Recherche incrémentale, NewtonRaphson…) – Intégration / dérivation (approximation polynomiale , Richardson, Romberg)

Informatique • Programmation en C et C++ Une fonction peut toujours s’exprimer sous forme d’une expression analytique ou algorithmique. Dans les deux cas, la machine informatique (« calculateur » ou « ordinateur ») est à même de réaliser cette fonction pour autant que l’expression soit traduite sous forme d’un « programme ». Un certain nombre d’opérations sont récurrentes et ont conduit progressivement à des instructions ou fonctions adaptées. Alors que le langage « assembleur » est proche de la machine, décrivant séquentiellement les opérations élémentaires, un langage structuré tel que le langage C permet d’obtenir des programmes structurés, clairs et maintenables, permettant de les comprendre, de les modifier, de les améliorer. Le langage de programmation C++ permet d’accéder à la programmation par objets, qui sont des structures regroupant des données et les fonctions destinées à manipuler ces données. Ce type de programmation permet de réaliser des programmes modulaires, aisément modifiables, dont les composants (objets) peuvent même être réutilisés.

Programme cycle Licence

20


Programme : Pointeurs – Tableaux – Types énumérés – Types structurés – Gestion dynamique de la mémoire – Chaînes de caractères – fichiers (binaire, texte) – Fonctions – Tableaux de fonctions – Opérateurs bit à bit – Compilation Approche objets – Avantages de l’objet (extensibilité, réutilisabilité, rapidité de conception) – Encapsulation des données, classes, instances, héritages, spécialisation, agrégation, surcharge, polymorphisme et liaison dynamique – Répartition des charges entre objets – Syntaxe du langage C++

• Structures de données et algorithmique L’informatique, science et technique du traitement de l’information, effectue des traitements algorithmiques sur des données organisées en ensembles structurés. Les traitements sont adaptés à ces structures ainsi qu’aux résultats attendus. Ainsi, selon la problématique, on adoptera les structures et les méthodes en vue de réaliser la programmation du traitement. Cette phase est préliminaire à la programmation proprement dite. Programme : Structures séquentielles (listes linéaires, liste chaînée, piles, files, listes circulaires) – Arbres binaires (représentation, algorithmes de parcours) – Tris et algorithmes de tris – Recherche en tables – Arbres équilibrés

• Introduction aux architectures et aux systèmes Les ordinateurs sont des machines complexes effectuant des opérations séquentielles sur des données exprimées sous formes de valeurs numériques binaires. Ces machines sont organisées suivant des architectures adaptées aux types de traitements envisagés. Toutefois, l’architecture générale comprend au minimum des éléments incontournables tels que : processeurs (unités de traitements proprement dits, parfois spécialisés), mémoires, organes d’entrée et de sortie. Ces éléments sont commandés par un « programme » qui est une suite d’instructions appliquées à ces éléments. En outre, l’ordinateur repose sur un programme particulier (système d’exploitation) nécessaire pour démarrer ses applications de base, pour accéder aux autres applications, pour gérer la mémoire, pour construire l’affichage (fenêtres en particulier) et pour contrôler les entrées et sorties des périphériques. Programme : Codage de l’information – Circuits logiques pour des fonctions élémentaires – Architecture d’un microprocesseur – Fonctions câblées et microprogrammées – Architecture d’un microprocesseur « courant » – L’assembleur – Le simulateur – Le debugger – Performances – Architectures particulières et dédiées Système d’exploitation pour l’utilisateur – Paramétrages – Systèmes Windows et Linux

• Langages et compilation Le développement informatique d’applications repose sur l’utilisation de langages informatiques, nécessaires à l’écriture d’un programme. Selon le type d’application envisagée et les catégories de traitements nécessaires à la réalisation de cette application, il peut être préférable voire optimal de définir un langage approprié ou, tout au moins à performances et fonctionnement connus. En outre, ces langages sont naturellement un intermédiaire entre le développeur qui conçoit et la machine qui exécute. Les opérations d’interprétation ou de compilation réalisent ainsi les interfaces correspondantes. Programme : Automates à états finis – Analyse lexicale – Grammaires algébriques – Machines de Turing – Analyse syntaxique – Introduction à LEX et YACC – Traduction dirigée et la syntaxe – Production de code – Quelques compilateurs

Entreprise et applications • Organisation et comptes de l’entreprise Sensibiliser les étudiants aux enjeux de l’organisation du travail dans les entreprises. Le fonctionnement par processus est le fondement des entreprises modernes et il est désormais indispensable pour les certifications ISO. De plus, l’analyse des processus est incontournable dans la conception de systèmes d’information. Sensibiliser les étudiants ingénieurs aux disciplines comptables par la connaissance des flux et des stocks ; par la compréhension du bilan et du compte de résultat, c’est-à-dire par la connaissance de l’entreprise à travers ses comptes. Programme : Enjeux de l’organisation et de la démarche par les processus dans le contexte actuel des affaires – Définitions de processus et exemples – Analyser, modéliser, administrer et améliorer les processus – Facteurs clés de succès de la démarche par les processus Introduction sur l’évolution de la Comptabilité : de la comptabilité embryonnaire dans la Rome Antique à la comptabilité en perte double pour arriver aujourd’hui à une Normalisation Comptable et aux principes anglo-saxons – La comptabilité est une science : langage, outil, science – La comptabilité s’apprécie au travers de ses comptes : compte de Bilan, compte de Résultat

Programme cycle Licence

21


• Analyse financière L’objet de ce cours est de permettre à de futurs ingénieurs de dialoguer efficacement avec les financiers avec lesquels ils auront très probablement à être en relation à un moment de leur carrière. Programme : Définition, finalité de l’analyse financière et présentation du bilan fonctionnel – Les tableaux de financement – Les ratios : signification et présentation des ratios de liquidité, de structure, de gestion et de rentabilité – Les choix d’investissements : critères de choix des investissements et évaluation – Eléments de mathématiques financières

• Droit des sociét��s et des contrats Il s’agit de sensibiliser les étudiants ingénieurs à la discipline juridique en utilisant des domaines d’application. La méthode d’enseignement est axée sur la participation dynamique des étudiants et la recherche commune de la règle de droit. Programme : Introduction au droit – Droit des contrats et le cas particulier des contrats en milieu informatique – Droit de la responsabilité et le cas particulier de la responsabilité des fournisseurs d’accès – Droit des sociétés en France – Droit des sociétés, comparaisons avec l’étranger – Initiation aux problèmes fiscaux et sociaux des entreprises

Culture et communication • Techniques d’expression écrite et orale Maîtriser l’écrit et l’oral dans un contexte professionnel, acquérir une méthode de travail, aborder le projet professionnel Programme : Rédiger des écrits dans un contexte professionnel – Faire des présentations devant un auditoire d’entreprise – Méthodologie de la prise de parole en public – La synthèse de documents : méthodologie et entraînement – L’entretien de vente – Construire son CV Approche pédagogique : Présentation individuelle – Jeux de rôle

Anglais • Préparation à la Mobilité académique internationale 1 Ce module d’anglais a pour objectif de préparer les étudiants au trimestre de mobilité académique internationale qui intervient durant la troisième année du cycle Licence. Il est structuré autour de 2 axes de travail principaux : Anglais scientifique et technique – Introduction à l’interculturel. Les activités de cours, développées à partir de supports variés, oraux et écrits visent à développer de façon harmonieuse les quatre compétences de communication (compréhension et expression écrites et orales). Le module est dispensé à des groupes de niveau linguistique homogène et recouvre les niveaux de langue A2 à C1. Programme : Anglais scientifique et technique : Acquisition et développement du vocabulaire des mathématiques et de l’informatique à partir de nombreux supports, oraux et écrits, à caractère scientifique et technique – Exposés par les étudiants sur des produits ou des innovations technologiques. Introduction à l’interculturel : Notions et concepts liés à l’interculturalité (Identité et choc culturels – Stéréotypes et préjugés – Pratiques sociales – Apprentissage de la tolérance – Langue comme reflet d’une culture – Ethnocentrisme et exotisme – Décentration et reconnaissance de l’autre…) au travers de 4 thématiques (La culture française vue par d’autres cultures – Voyages et voyageurs – Les sociétés multiculturelles – Impérialisme culturel). Cette réflexion thématique sur la comparaison des cultures s’accompagne d’un développement systématique des compétences de réflexion et d’analyse avec un travail sur : – l’expression et l’argumentation d’un point de vue et sur la formulation d’une problématique – l’identification, la hiérarchisation, la contextualisation et la comparaison des points de vue et concepts – la synthèse des informations, et leur présentation dans un essai comparatif et structure

Programme cycle Licence

22


Licence L’3 – Semestre 6P (élèves entrant directement en L3 : admissions parallèles) Semestre 5

Volumes horaires CM

TD

TP

tai

ét/pr

Crédits FFP

TIE

ECTS

60

60

5

Sciences Codages et transformations

SM115P

60

Techniques Communications numériques

TE107P

12

Programmation Java 1

TI122P

12

Bases de données

TI128P

15

Systèmes d’exploitation

TI119P

Réseaux et protocoles

TI120P

10

9

9

40

20

3

12

9

33

15

2

12

9

54

20

2

60

60

60

5

60

60

60

5

4

10

20

1

18

Formation générale Séminaire projet professionnel

FE113P

Anglais

FI108P

10

10

5

1

Anglais (pendant la mobilité)

FI112P

36

36

36

4

6

6

3

1

20

1

319

30

Deuxième langue vivante - 6 PAVE L’3 obligatoire

TOTAL

6

PVE103

363

En italique : enseignements dispensés dans le cadre de la mobilité internationale (septembre à novembre dans l’une des trois destinations : Angleterre – Malaisie – USA/Californie)

Mathématiques

• Codages et transformations L’information délivrée par une source possède le caractère « naturel » de la source. Cette information est représentée communément à l’aide de symboles numériques par le biais d’un codage souvent élémentaire. Lorsque se posent des problèmes de limitation de débit de transmission ou de capacité de stockage, il est nécessaire de procéder à des optimisations du codage résidant principalement en des transformations mathématiques propres à réduire les redondances et les dépendances présentées par la source, mais aussi propres à mettre en évidence et utiliser des propriétés révélées par ces transformations. Programme : Transformation de Fourier – Introduction aux distributions – Convolution - Transformée de Fourier discrète – Transformée en cosinus discrète – Transformée en ondelettes – Analyse multirésolution – Echantillonnage, restitution, décimation et interpolation – illustrations par les procédés « mp3 » et « jpeg » – Applications aux traitements de signaux.

Electronique

• Communications numériques Le choix de la représentation numérique de l’information est totalement justifié dans le contexte des communications (transmission et stockage) à cause du caractère non idéal des canaux de transmission ou des supports de stockage (perturbations, micro-coupures, nonlinéarités, effet de filtrage, …). En effet, la représentation numérique permet, entre autres, une régénération du signal numérique et une correction d’erreurs binaires. En outre, cette représentation permet de mettre en œuvre la compression de l’information, la modulation multi-états et le multiplexage temporel propres à adapter la source au canal. Programme : Modélisation du canal de transmission – Intérêts de la représentation numérique – Codage de canal (codes et modulations) – Codages correcteurs d’erreurs (procédures BEC et FEC, codes cycliques, codes convolutifs) – Compression avec et sans perte d’information – Multiplexages

Programme cycle Licence

23


Informatique

• Programmation Java Ce langage est un vrai langage de programmation : il intègre tout ce que l’on sait faire de mieux en matière de langage de programmation. Java est un langage orienté objet : la brique de base du programme est donc l’objet, instance d’une classe. La gestion de la mémoire n’est plus à la charge du programmeur. La syntaxe, ainsi que quelques points de sémantique, sont inspirés de C++ et par conséquent, de C. Java est distribué, robuste et sûr. Programme : Structure d’un programme Java, les fonctionnalités objet du langage, syntaxe, contrôle de flux, définition des classes, développement d’interfaces, entrées/sorties et bases de données.

• Bases de données Une base de données est une entité dans laquelle il est possible de stocker des données de façon structurée et avec le moins de redondance possible. Ces données doivent pouvoir être utilisées par des programmes et par des utilisateurs différents. Ainsi, la notion de base de données est généralement couplée à celle de réseau. Une base de données peut être locale, c’est-à-dire utilisable sur une machine par un utilisateur, ou bien répartie, c’est-à-dire que les informations sont stockées sur des machines distantes et accessibles par réseau. Il existe cinq modèles de SGBD (Système de Gestion de Bases de Données), différenciés selon la représentation des données qu’elle contient. Mais les plus utilisés et donc répandus sont le modèle relationnel et le modèle objet. Le but de cet enseignement est de présenter les concepts et les règles utiles à la création d’une base de données. Programme : Les aspects de conceptions de Bases de Données (Modèle entité/association, formalisme UML, modèle relationnel, dépendances fonctionnelles, normalisation) Les aspects de manipulations (création, interrogation, développement) de Bases de Données (SQL, PL/SQL et ProC)

• Systèmes d’exploitation Les machines informatiques sont des systèmes qui exécutent des programmes. Il y a un programme particulier qui représente l’environnement logiciel de la machine et qui est indispensable à son fonctionnement : c’est le système d’exploitation, capable de « gérer la machine » au niveau de son fonctionnement logique séquentiel (processeur, mémoires, périphériques), de définir la notion de fichiers et des arborescences (système de fichiers) et d’assurer les fonctions essentielles sur ces fichiers (attributs, sauvegarde, indexation, …). Suivant le type de machine et son emploi, ces systèmes peuvent être « conventionnels », temps réel, multi-tâches, etc. Programme : Histoire, structure, rôle et composantes d’un système d’exploitation – Gestion des processus : états, ordonnancement, sémaphores, moniteurs, communication, synchronisation – Gestion de la mémoire : allocation, pagination, segmentation, mémoire physique et virtuelle – Gestion de fichiers : organisation, accès, gestion des blocs, cohérence du disque, modèle Fat du DOS et inode d’UNIX – Gestion des entrées et sorties : couches, technique du spool, pilotes, requêtes, DMA, interruptions – Gestion de l’interblocage.

• Réseaux et protocoles L’informatique, science du traitement de l’information, couvre aussi l’ensemble des moyens et méthodes de communication de l’information (les « télécommunications »). L’interconnexion souhaitée des différentes ressources informatiques a donné naissance aux « réseaux » informatiques, réseau local au niveau d’une entreprise, réseau étendu au niveau d’une région, d’un pays, voire du monde entier. Ces réseaux utilisent les moyens matériels des « télécommunications » sur lesquels s’appuient les « protocoles » mis en œuvre pour réaliser effectivement la transmission entre machines, incluant ainsi des notions d’adressage, de routage, de contrôle de flux et de bon acheminement, des reprises sur erreurs et tout autre service attendu par les protagonistes. Programme : Réseaux étendus et réseaux locaux - Topologie des réseaux – Architectures des réseaux – Modèle OSI de communication – Fonctionnalités des différentes couches – Protocoles de communication – Couches basses : physique, liaison, transport, réseau – Couches hautes : session, présentation, application – Introduction à l’administration des réseaux locaux

Entreprise et applications • Séminaire de projet professionnel Ce séminaire sensibilise les étudiants aux métiers des ingénieurs TIC. Il a pour but d’accompagner les étudiants dans la construction de leur projet professionnel pendant les années d’études restantes et de les éclairer sur leurs choix de spécialités dans le cycle M. Programme : Séminaire de deux jours, chacun consacré à un thème spécifique : Les ingénieurs TIC et l’entreprise – Les métiers des ingénieurs TIC. La première partie de la matinée est consacrée à une série de courtes conférences ou à une table ronde. Les intervenants sont en règle générale des anciens élèves. Les étudiants rencontrent ensuite, en groupes-atelier, un « témoin-praticien » qui leur fait part de ces expériences et qui discute avec eux. Pendant l’après-midi, les ateliers travaillent sur la démarche du projet professionnel. Ensuite, les étudiants établissent leur projet professionnel. Après environ un mois, une première rencontre avec un permanent de l’école a lieu. Environ deux mois après le séminaire, les étudiants présentent leur projet professionnel à un jury composé d’un permanent et d’un ancien. Le jury discute de la faisabilité du projet et de la bonne démarche à suivre.

Programme cycle Licence

24


Anglais

Le village associatif, des expériences inoubliables !

• Préparation à la Mobilité académique internationale 2 (suite) Réaliser un projet qui tient à cœur, être en lien direct avec le marché du travail, monter conférences, organiser des séjours ou des fêtes, gérer des convois humanitaires, Ce module d’anglais a pour objectifdes de préparer les étudiants au trimestre de mobilité académique internationale qui intervient durant la troisième année du cycle Licence. est structuré autour de soutenir 2 axes dedes travail principauxde : Anglais scientifique et les technique – Introduction s’investirIl dans la recherche, structures microcrédit dans pays en voie à l’interculturel. de développement, participer aux grandes compétitions internationales… Autant d'activités Les activités de cours, développées à partir de supports variés, oraux et écrits visent à développer de façon harmonieuse les quatre et de projets d'envergure qui offrent auxet étudiants réelle degroupes se réaliser. compétences de communication (compréhension et expression écrites orales). Leune module estopportunité dispensé à des de niveau linguistique homogène et recouvre les niveaux de langue A2 à C1. Programme : Les associations de l’EFREI ont un palmarès remarquable. Anglais scientifique et technique : Acquisition et développement du vocabulaire des mathématiques et de l’informatique à partir de Finalistes ou gagnants des grandessur compétitions mondiales (Imagine nombreux supports, oraux et écrits, à caractère scientifique et technique – Exposés parplus les étudiants des produits ou des innovations cup, SIFE, Euromanager…), les élèves s’y dépassent et étoffent leurs réseaux. technologiques. Introduction à l’interculturel : Notions et concepts liés à l’interculturalité (Identité et choc culturels – Stéréotypes et préjugés – Parce que l’expérience associative participe pleinement au développement Pratiques sociales – Apprentissage de la tolérance – Langue comme reflet d’une culture – Ethnocentrisme et exotisme – Décentration personnel et professionnel, encourage associations et reconnaît et reconnaissance de l’autre…) au travers de 4 thématiques (La culture française vue l’EFREI par d’autres cultures les – Voyages et voyageurs – l'investissement des élèves. Les sociétés multiculturelles – Impérialisme culturel). académiquement Cette réflexion thématique sur la comparaison des cultures s’accompagne d’un développement systématique des compétences de réflexion et d’analyse avec un travail sur : – l’expression et l’argumentation d’un point de vue et sur la formulation d’une problématique – l’identification, la hiérarchisation, la contextualisation et la comparaison des points de vue et concepts + de associations – la synthèse des informations, et leur présentation dans un essai comparatif et structure

40

• Anglais des Technologies de l’Information Ce module d’anglais est destiné aux étudiants du programme de mobilité académique internationale. Il est offert dans l’une des trois universités partenaires de l’EFREI en Angleterre, aux USA, en Malaisie. Le module est dispensé à des groupes de niveau linguistique homogène et recouvre les niveaux de langue A2 à B1.

Financer ses études Programme : Les activités de cours, développées à partir de supports variés, oraux et écrits à caractère scientifiques et techniques visent à développer Prêts bancaireset expression écrites et orales) et à approfondir la scolarité 2010-11 deFrais façondeharmonieuse les quatre compétences de communication (compréhension Prêts préférentiels avec nos banques partenaires (LCL, 6 500 € + Inscription / an 1 290 € connaissance du vocabulaire des mathématiques et de l’informatique. Société Générale, BNP Paribas) Bourses Missions rémunérées Cumul possible pour les boursiers d'État Stages (1 150 € / mois environ en M1 et M2, 10 mois +), Social & Mérite 350 à 550 €, Mobilité Internationale 750 € année professionnelle, EFFOR (Centre agréé de formation des cadres Entreprises 1 000 €, Excellence 2 000 € géré par les élèves), Junior-Entreprise SepEfrei... Intégrer l'EFREI Admission L1 (1ère année)

Admission L2 (2ème année)

Bac S, STI, ES spé maths

Math Sup, BTS, PAES, L2

Math Spé, DUT, L3

Concours : QCM (mathématiques, physique ou SES, logique, anglais), entretiens individuel et de groupe

Sur dossier et entretien

Concours e3a et banque PT. TSI et ATS : sur dossier et entretien

Infos ++ Réviser son bac de façon ludique avec le Pr. Mathesis

annales.efrei.fr Préparer son Bac à l’EFREI “sessions intensives”

Admission L3 (3ème année)

Inscription sur admission-postbac.fr (L1) I efrei.fr admissions@efrei.fr Portes Ouvertes 5 février et 12 mars 2011

monBac@efrei Concours de création de jeux vidéo Innov'Game EFREI

innovgame.fr

Programme cycle Licence• 94800 Villejuif • infos@efrei.fr 30-32 av. de la République

efrei.fr

01 46 77 46 77

25


Cycle-Licence