Page 1

EFOA M@G SECTION NAME

LA NEWSLE T TER DE L’ÉCOLE FRANÇAISE D’OSTÉOPATHIE ANIMALE

N°3 - JUIN 2017

ACTUS

Rétrospective EFOA Actualités professionnelles

DOSSIER

www.efoa.fr

! Les cellules souches

VIE ETUDIANTE

Ca s’est passé à l’EFOA !

INTERVIEW

JUIN 2015 OSTÉOMAG 

Paldraig Mac Carthy

1


SECTION NAME

EFOA M@G - N°3 Juin 2017

E D I TO R I AL

Edition ESSOR PLUS Sas au capital de 3000 euros 6, place de Boston 14200 Hérouville Saint Clair

Tel : 02.31.94.98.08. www.efoa.fr RÉDACTION : Christine Chareton Charlotte Beerts Thomas Boucher

CONCEPTION GRAPHIQUE David de Gaalon Christine Chareton

CREDIT PHOTOS : Photothèque EFOA Ari Rossner

2 

OSTÉOMAG JUIN 2015

Avec beaucoup de retard ; voici le N° 3 de notre Web MAG. Quatre ans après son ouverture, L’EFOA c’est aujourd’hui 85 étudiants et trente formateurs dont une quinzaine d’enseignants réguliers et autant d’intervenants plus ponctuels. Dernière née des écoles d’ostéopathie animale sur le territoire, la particularité des prestations qu’elle propose lui permet déjà, malgré le niveau d’exigences le plus élevé du marché en matière de recrutement, de recevoir chaque année trois fois plus de candidatures que de places disponibles. Ce développement rapide ne nous

a pas laissé beaucoup de temps pour la réalisation de ce numéro dans les délais espérés. Nous n’avons pas vu passer le temps, nos élèves non plus à les entendre ! Ces deux années nous ont permis de partager avec eux passion, travail, découvertes et projets dont vous trouverez une synthèse dans notre rubrique ACTUS. Après quelques infos marquantes et mises au point sur la profession, nous vous proposerons une publication sur les cellules souches, réalisée par l’une de nos enseignantes et traduite par les élèves de quatrième année de l’école. Vous découvrirez aussi l’écurie de Paldraig Mac Carthy, cavalier international de C.C.E., interviewé par Thomas, étudiant de 3ème année à l’EFOA, en stage chez lui l’été dernier. Et nous finirons dans la bonne humeur avec quelques réalisations du B.D.E , de plus en plus actif, à travers quelques photos souvenir de ces 18 mois de vie à l’école. Bonne lecture à tous et à bientôt pour le prochain numéro.

- Christine Chareton

Présidente de l’EFOA


sommaire 4 ACTUALITES E.F.O.A ______________________________________________________________________ Rétrospectives 2015/2016 et 2016/2017.

6

ACTUALITÉS PROFESSIONNELLES

10

DOSSIER

______________________________________________________________________ Reconnaissance, certification, diplômes, … où en sommes nous ?

“Desmite du Ligament Accessoire du Tendon Fléchisseur Profond du Doigt du Cheval : Une Approche Régénérative”

____________________________________________________________________ - Publication du Dr Charlotte Beerts (enseignante à l’EFOA)

14

INTERVIEW

Paldraig Mc Carthy, par Thomas Boucher (étudiant à l’EFOA).

16

VIE ETUDIANTE

Ca s’est passé à l’EFOA…

JUIN 2017 OSTÉOMAG 

3


ACTUALITES EFOA

RETROSPECTIVE

ANNÉE SCOLAIRE 2015/2016 Septembre 2015 : 24 étudiants (sur les 30 inscrits en 1ère année) passent en 3ème année, 31 sur 31 en 2ème année, et une classe de 25 lauréats, sélectionnés parmi plus de 70 candidats, intègre l’EFOA en première année. Beaucoup de travail et d’investissement pour les étudiants, une forte implication des enseignants et une sélection rigoureuse des candidats ont permis ces bons résultats. L’équipe pédagogique s’est élargie avec comme prévu l’arrivée de trois nouvelles enseignantes en ostéopathie animale; Sandrine Leblay, Maud Rialin et Déborah Daneels. Pour les cours d’anatomie et de physiologie; Charlotte Beerts et Pascale Piette, Dr vétérinaire, viennent renforcer l’équipe. David de Gaalon vient soutenir Lily Lecluse pour le programme d’Anglais. Une évidence s’est aussi imposée ; les besoins des étudiants en méthodologie, et leurs difficultés à gérer stress et émotions. Afin de leur éviter de se pénaliser notamment lors des examens, l’école a donc mis en place deux jours de cours pour « apprendre à apprendre » avec Pascale de Ferron et un suivi en développement personnel avec Elizabeth Palmiéri. Car transmettre n’est efficace que si l’apprenant est réceptif et capable d’utiliser cette connaissance.

4 

OSTÉOMAG JUIN 2017

Des cours sur l’anatomie, la physiologie et les pathologies des NAC (nouveaux animaux de compagnie) sont dispensés par Florence Desachy, Docteur Vétérinaire. Et une première approche des bovins est faite, tant théorique que pratique. Côté pratiques, deux écuries supplémentaires accueillent les étudiants et portent au nombre de 4 les établissements partenaires qui permettent à nos futurs praticiens de travailler sur un cheptel varié de plus de 150 chevaux et poneys. Juin : Au terme des examens de fin d’année, 3 étudiants ne peuvent accéder à l’année supérieure. Pour les autres, rendez-vous pris pour septembre.

ANNÉE SCOLAIRE 2016/2017 Septembre 2016 : 21 étudiants (sur les 30 inscrits en 1ère année) accèdent en 4ème année, 31 sur 31 en 3ème année, 24/25 en deuxième année, et 30 nouveaux inscrits intègrent l’EFOA en première année; sélectionnés parmi plus de 90 candidats. Des profils géographiquement diversifiés, une tranche d’âge qui s’étend de 18 à 25 ans, des reconversions intéressantes, toujours une large majorité de filles…


La première journée de la rentrée est l’occasion d’accueillir les nouveaux et pour les étudiants de quatrième année de recevoir le certificat validant leur premier cursus. L’équipe s’élargit avec l’arrivée de Sophie Stévignon, Docteur Vétérinaire, pour l’anatomie et la physiologie du système neuro, d’Emilie Labarrière, Ingénieur des Techniques Agricoles et de l’Environnement, pour parfaire les connaissances des étudiants sur la filière bovine, de Stéphane Sibout, ostéopathe D.O. qui va renforcer Rodolphe Bohec et permettre aux élèves de 4ème année de découvrir et d’explorer les techniques indirectes et l’ostéopathie fonctionnelle. Le Docteur A. Favre et Elyse Gorny, Préparatrice, prennent en charge les cours de radiographie (principes et lecture), Céline Balcer dispense une conférence en Saddle Fitting . Côté pratiques ; premières pratiques asine, nouvelles pratiques bovines et N.A.C. (les photos sur notre page F.B.) . La Ferme de Canon nous accueille sur un site de 50 ha où plus de 1000 animaux multi espèces sont mis à la disposition de nos étudiants. Mise en place à l’école de T.D. de biologie mais aussi de dissection au Centre de Recherche de Université. Les sujets de mémoire sont déposés par les étudiants de 4ème année après qu’ils aient été formés sur les obligations de contenu, la méthodologie de rédaction, de protocole d’étude de cas, d’utilisation de la bibliographie scientifique internationale etc… 2016/2017 est aussi, pour les étudiants de quatrième année, l’occasion de suivre le premier séminaire d’entreprenariat pour futurs praticiens en ostéopathie animale, à l’E.M. de Normandie. Etude de marché, bilan prévisionnel, cadre juridique et social de la profession, comptabilité, assurances… Leur projet professionnel devient une réalité et l’école est fière des excellents retours des enseignants de l’EM Normandie sur la qualité de la classe.

ACTUALITES EFOA

Et parce que nous demandons le maximum à nos étudiants mais aussi à nos enseignants ; l’EFOA reçoit pendant trois jours Bruno Josse, ostéopathe D.O. de renommée internationale, pour permettre à l’équipe pratique de recevoir son enseignement et d’approfondir ses connaissances notamment en cranien. Printemps 2017 : la cinquième promo de l’EFOA se précise avec des candidatures arrivées très tôt cette année ! Clôture des inscriptions le 30 juin sous réserve des places disponibles. Et pour conclure, une étude menée en collaboration avec la Fédération Européenne des Ostéopathes pour Animaux nous a permis de recueillir les premiers chiffres concernant la profession et mieux cerner le marché de l’ostéopathie animale et les résultats des différents organismes de formation. Avec un effectif, sur le territoire, de moins de 500 ostéopathes pour animaux exclusifs en activité recensés (pour 18.000 vétérinaires), et un marché en plein développement, nos étudiants ont des perspectives professionnelles non négligeables. Les organismes de formation en ostéopathie animale recrutent en moyenne 240 à 250 étudiants chaque année. Le pourcentage de ces étudiants en exercice au terme de leur formation varie selon les établissements de 10 à 50%. En résumé ; selon les établissements, 1 à 5 étudiants sur 10, inscrits en 1ère année en ostéopathie animale, exercent au terme de leur formation. La sélection que nous appliquons dans le recrutement de nos candidats, et nos exigences sur tous les plans, nous permettent d’ores et déjà de garantir que nos résultats seront très supérieurs à ces chiffres.

A l’école, les infrastructures se sont encore améliorées ; quatre grandes salles peuvent maintenant accueillir les étudiants ; en plus des espaces de vie, des bureaux, de la cafétéria, de la bibliothèque… Enfin, le barème et les exigences des examens sont relevés, ainsi que les critères de sélection des candidats.

Ils nous font confiance: Aujourd’hui c’est une collaboration avec plus de 30 intervenants réguliers, quatre écuries, un chenil, une association de sauvegarde pour chats, deux cliniques vétérinaire, un refuge de 250 chevaux, une ferme animalière, un élevage d’ânes, deux élevages de bovins, deux laboratoires de recherche, le Muséum National d’Histoire Naturelle, l’E.M. Normandie et tous nos maitres de stage.

JUIN 2017 OSTÉOMAG 

5


ACTUALITÉS PROFESSIONNELLES

RECONNAISSANCE, CERTIFICATION, DIPL Petit rappel: La profession d’ostéopathe pour animaux marche dans les pas de celle d’ostéopathe « humain »; et depuis plus de 20 ans nous nous battons aussi pour que notre médecine « non conventionnelle » soit reconnue dans l’indépendance et acquiert ses lettres de noblesse. La route n’est pas sans embuches et les conflits d’intérêts sont nombreux. Mais notre persévérance et le soutien de nos clients sur le terrain nous permettent d’envisager l’avenir avec optimisme.

Ces derniers mois, certains organismes professionnels

et de formation véhiculaient sur leurs sites internet, à des fins commerciales, des propos pouvant prêter à confusion concernant le diplôme d’ostéopathe animalier. Ces propos nuisent au sérieux et à l’image de la profession. ; nous allons donc tenter, dans les prochaines lignes, de synthétiser la situation actuelle aussi clairement et objectivement que possible.

A propos du diplôme ; ce qu’il faut savoir:

L’enseignement de l’ostéopathie animale exclusive (pour les non vétérinaires), est dispensée en France par des écoles hors contrat (qui ne sont pas en contrat avec l’état). Ecoles indépendantes, elles délivrent pour la plupart, en fin de cursus, un certificat ou un diplôme d’école. Il n’est donc pas question de diplôme d’état.

6 

OSTÉOMAG JUIN 2017

Qu’est ce que le R.N.C.P. ? (http://www.cncp.gouv.fr/repertoire) « Le Répertoire national des certifications professionnelles (RNCP) a pour objet de tenir à la disposition des personnes et des entreprises une information constamment à jour sur les diplômes et les titres à finalité professionnelle ainsi que sur les certificats de qualification figurant sur les listes établies par les commissions paritaires nationales de l’emploi des branches professionnelles. Il contribue à faciliter l’accès à l’emploi, la gestion des ressources humaines et la mobilité professionnelle. Les certifications enregistrées dans le Répertoire sont reconnues sur l’ensemble du territoire national. L’enregistrement dans le Répertoire national concerne la seule certification proprement dite (…) » En d’autres termes le R.N.C.P. répertorie les titres professionnels et les certifications et diplômes qui y conduisent et qui ont été enregistrés, après instruction et validation du dossier des organismes de formation qui en font la demande auprès de la C.N.C.P..


ACTUALITÉS PROFESSIONNELLES

LOMES, NORMES… OU EN SOMMES NOUS ? finalité professionnelle ou des certificats de qualification professionnelle, • Signaler les éventuelles correspondances totales ou partielles entre les certifications enregistrées dans le répertoire national, ainsi qu’entre ces dernières et d’autres certifications, notamment européennes,

Qu’est ce que la CNCP ? (http://www.cncp.gouv.fr/commission) « Créée par la loi de modernisation sociale du 17 janvier 2002, la Commission nationale de la certification professionnelle est placée sous l’autorité du ministre en charge de la formation professionnelle. (…) Elle a pour mission de : • Répertorier l’offre de certifications professionnelles (répertoire national des certifications professionnelles), • Informer les personnes et les entreprises sur les certifications inscrites au répertoire national et sur les certifications reconnues dans les états membres de la communauté européenne, • Veiller à la cohérence, à la complémentarité et au renouvellement des diplômes et des titres ainsi qu’à leur adaptation à l’évolution des qualifications et de l’organisation du travail, • Émettre des recommandations à l’attention des institutions délivrant des diplômes, des titres à

• Rendre un avis public préalablement à l’élaboration et à la création des certifications professionnelles enregistrées de droit dans le répertoire national, • Réaliser l’évaluation publique des certificats de qualification professionnelle, • Recenser dans un inventaire spécifique les certifications et habilitations correspondant à des compétences transversales exercées en situation professionnelle. • Élaborer une nouvelle nomenclature des niveaux de certification en rapport avec les emplois occupés. • Contribuer aux travaux internationaux sur la transparence des qualifications. A ce titre, elle constitue le point national de coordination dans le cadre européen des certifications pour l’éducation et la formation tout au long de la vie. » (http://www.cncp.gouv.fr/commission)

L’EFOA vient d’est reconnue par la CNCP en tant qu’organisme de formation et elle pourra désormais proposer à ses diplômés un titre de niveau 2 inscrit au RNCP.

JUIN 2017 OSTÉOMAG 

7


ACTUALITÉS PROFESSIONNELLES

RECONNAISSANCE, CERTIFICATION, DIPLO Le choix d’un organisme de formation doit donc avant tout être fait en fonction de l’offre pédagogique de celui-ci (programme, organisation, transparence, nombre d’heures de cours, niveau d’expertise de son équipe pédagogique, qualité et diversité des infrastructures théoriques et pratiques...) car c’est de la qualité de la formation que dépendra la compétence du praticien et c’est de sa compétence que dépendra sa réussite professionnelle ; et seulement de cela. A l’EFOA nous restons prioritairement attachés à proposer une formation de haut niveau et notre objectif principal demeure garantir une formation rigoureuse, complète, innovante, qui permettra à nos étudiants de vivre de leur métier.

Qu’est-ce que le niveau 2 : Il existe 5 niveaux d’enregistrement. Le niveau 2 ; Définition : « Personnel occupant des emplois exigeant normalement une formation d’un niveau comparable à celui de la licence ou de la maîtrise. » Le niveau 2 ; Indication : « A ce niveau, l’exercice d’une activité professionnelle salariée ou indépendante implique la maîtrise des fondements scientifiques de la profession, conduisant généralement à l’autonomie dans l’exercice de cette activité. » Alors bien sur l’enregistrement du titre d’ostéopathe pour animaux par la CNCP est une avancée pour la reconnaissance de notre profession, mais elle ne doit pas occulter le fait que la clientèle attend de son ostéo de la compétence, de la compétence, et …. de la compétence.

8 

OSTÉOMAG JUIN 2015

Sources : site de la C.N.C.P.


ACTUALITÉS PROFESSIONNELLES

OMES, NORMES… OU EN SOMMES NOUS ? Et la loi dans tout ça ? Le ministère de l’agriculture nous avait promis, lors de la parution de l’ordonnance n° 2011862 du 22 juillet 2011, des décrets pour en préciser le cadre. Mars 2017 ; les textes tombent, à la veille du premier tour des élections présidentielles… La profession est recconue mais placée sous la tutelle du CNOV (Ordre des Vétérinaires) pour lequel ces décrets sont un véritable chèque en blanc. L’EFOA, la Fédération Européenne des Ostéopathes pour Animaux et l’ESAO, se mobilisées depuis plusieurs mois, déposent, au lendemain de la parution des décrets, plusieurs recours au Conseil d’Etat ayant pour objectifs la contestation des textes et que les véritables entités représentatives de la profession soit enfin entendues. Mai 2017 ; L’EFOA et tous les principaux acteurs de la profession, se rapprochent. C’est désormais tous unis que nous allons pouvoir défendre les intérêts et l’indépendance de notre discipline et de ses praticiens.

S’il est important d’encadrer et d’organiser notre profession, cela doit se faire, comme en ostéopathie humaine, en concertation avec le Ministère concerné et le CNOV, dans l’intérêt de l’ostéopathie animale, sur la base d’une collaboration saine et cohérente.

Plusieurs actions juridiques sont donc en cours et à venir, des actions médiatiques de grande ampleur sont, et vont être mises en place, afin d’informer et sensibiliser les pouvoirs publics et l’opinion de cette brutale mise sous tutelle de notre profession et obtenir la révision des textes. Si vous êtes professionnel ; vous pouvez nous aider. Venez nous rejoindre. Contactez la FEOA https:// www.feoa.fr/ ou l’UOA https://www.union-osteopathes-animaliers.com. L’union fait la force.

Surtout soyons clairs ; l’EFOA travaille en partenariat avec de nombreux vétérinaires, et sur le terrain la plupart d’entre eux (en particulier les jeunes générations) cohabitent très bien avec les ostéopathes pour animaux exclusifs, afin de répondre à la demande grandissante des propriétaires, éleveurs et détenteurs d’animaux de tous bords. Nous déplorons donc que la démarche du CNOV et du Ministère de l’Agriculture soit aussi inadaptée et ne soit absolument pas le reflet des besoins du marché et de la réalité dont ils semblent totalement déconnectés.

Ce sont leurs décisions, prises unilatéralement, qui nous contraignent malheureusement, comme l’ont été les ostéopathes en humaine depuis 30 ans, à nous défendre avec force.

JUIN 2015 OSTÉOMAG 

9


DOSSIER Article de Charlotte Beerts traduit par les étudiants de 4ème année de l’EFOA INTRODUCTION

DESMITE DU LIGAMENT ACCESSOIRE DU TENDON FLECHISSEUR PROFOND DU DOIGT DU CHEVAL : UNE APPROCHE REGENERATIVE Beerts et al., J Tissue Sci Eng 2013

Les lésions des tendons et des ligaments sont des pathologies récurrentes en médecine équine. Ce sont souvent des blessures qui amènent à une fin de carrière sportive chez les chevaux de haut niveau, tout comme chez les chevaux de loisir. Ces lésions peuvent apparaitre après un traumatisme inopiné ou être la conséquence d’une accumulation de microlésions due à des stress répétés [1, 2]. Après la rupture des tissus, on observe une première phase dite inflammatoire qui peut durer jusqu’à deux semaines. Elle apparaît à l’échographie comme une région hypo- ou anéchogène (hémorragie intra-lésionnelle) [3]. Il est important de limiter cette réaction inflammatoire, dans le but d’éviter des atteintes graduelles des tissus. Suite à cette première phase, les tissus entrent en phase de réparation durant laquelle le tissu cicatriciel est formé par les fibroblastes [4]. Cette phase arrive à son terme à environ 4 semaines après la lésion initiale. Le tissu cicatriciel est majoritairement composé de fibres plus courtes, moins organisées, moins élastiques et moins résistantes (collagène de type III) que les fibres originelles (collagène de type I) [5]. Pour finir, on observe une phase de maturation durant approximativement 6 mois. Pendant cette phase, du collagène de type I se recréé et remplace en partie le collagène de type III désordonné ultérieurement formé. Lors de cette phase, il est primordial d’adapter le travail du cheval afin d’inciter l’alignement parallèle des nouvelles fibres et d’augmenter substantiellement la résistance du tendon [6]. Un suivi échographique au cours de cette phase est une aide importante, permettant de définir une quantité (rythme et intensité) de travail du cheval autorisé en fonction du degré présent d’alignement des fibres de collagène. Malgré la phase de maturation, le tissu lésé ne retrouve jamais sa structure, sa force et son élasticité originelle. Malheureusement, un nombre substantiel de chevaux de compétition sont incapables de retrouver leur niveau sportif initial. Par voie de conséquence, les thérapies régénératives trouvent leur place dans l’univers médical. Le ligament accessoire du tendon du fléchisseur profond du doigt (LATFPD), aussi nommé bride carpienne continue le ligament commun palmaire et rejoint le tendon du fléchisseur profond du doigt (TFPD), au centre du premier tiers de la région métacarpienne. Le LATFPD et le tendon du fléchisseur superficiel du doigt (TFSD) sont liés en faisceaux de fibres. Cette connexion prédispose au développement d’adhérences entre ces deux structures, dans le cas de lésions et/ou d’inflammation sévère (desmite) de l’une des deux structures. Dyson et Ross [1] décrivent la desmite du LATFPD, qui est plutôt exceptionnellement constaté, comme étant une pathologie commune se retrouvant chez les chevaux de Hunter, CSO, Dressage, les poneys de Polo, l’American Saddlebred et autres races de trot, chevaux Arabes et Demi-Sang Arabes, chevaux d’Attelage, et pour finir chez les poneys de compétition. De plus, l’incidence de la desmite du ALDDFT est aussi élevée chez les chevaux de loisir issus de croisements. Les chevaux atteints d’une desmite du ALDDFT aigue présentent généralement au début une soudaine boiterie modérée à sévère. De plus, la région proximale du troisième métacarpien est souvent gonflée et chaude et la palpation de cette région est douloureuse. Habituellement, la boiterie est diminuée après

10 

OSTÉOMAG JUIN 2017


DOSSIER une inhibition du nerf sous carpien. Un outil utile et pratique de confirmation de diagnostic reste l’échographie. Une diminution de l’échogénécité peut être observée et dans la plupart des cas, le ligament montre des irrégularités en périphérie. A ce jour, différents traitements conservatifs ont été décrits pour traiter les tendinites comme les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), le refroidissement, le repos au box et la pose de bandages chez l’Homme et les chevaux. Cependant, tous ces traitements sont uniquement centrés sur les effets antiinflammatoire et remodelant. De plus, une étude du traitement de la desmite du ALDDFT par thérapie d’ondes de choc extracorporelles réalisée sur huit chevaux Purs Sangs n’a pas montré une accélération notable de la guérison. Un autre traitement suggéré est l’injection intra-lésionnelle ß – aminoproprionitrile (Bapten), cependant plusieurs études signalent un effet négatif sur les tendons des chevaux après un traitement au Bapten. En dernier recours, dans les cas chroniques, une desmotomie complète du ligament atteint peut aussi être réalisée. Néanmoins, restitutio ad integrum (restitution de l’intégrité tissulaire) ne peut jamais aboutir avec cette technique. A ce propos, la tendinite du tendon fléchisseur superficiel du doigt (TFSD) et la desmite du ligament suspenseur (LS) ont été traités avec des résultats prometteurs grâce au plasma riche en plaquettes (PRP), aux cellules souches mésenchymateuses (CSMs) ou encore par les cellules souches mésenchymateuses induites par tenogénécité sur les chevaux. Cependant, à notre connaissance, à part un cheval traité avec le plasma autologue conditionné, il n’y a pas de rapport concernant l’approche régénérative pour le traitement de la desmite du ALDDFT à ce jour. Pour toutes ces raisons, cet article décrit deux traitements régénératifs de la desmite aigue du ALDDFT chez huit chevaux. Quatre chevaux ont reçu une injection intralésionnelle de PRP et 4 chevaux avec le sang périphérique allogénique ténogénique induit (PB) dérivé des cellules souches mésenchymateuses (Tendo-Cell). MATERIEL ET METHODE Isolement et induction ténogénique des cellules souches mésenchymateuses (CSMs) Au total, 50ml de sang périphérique a été collecté dans des tubes stériles EDTA à partir de la veine jugulaire d’un donneur hongre de 6 ans pour isolation d’une cellule souche mésenchymateuse (CSM). En même temps le sérum a été collecté et envoyé au laboratoire Böse (Harsum, Allemagne) pour tester les maladies transmissibles suivantes : Anémie Infectieuse Equine (AIE), Rhinopneumonie Equine (HVE-1, HVE-4), Artérite virale équine (AVE), virus du Nil occidental (VNO), maladie du cheval africain (MCA), Dourine (Trypanosoma), Piroplasmose, Malleus, Morve, Grippe équine A (équi I et II, type américain et européen) et borréliose (Borrelia burgdorferi, maladie de Lyme). Trois semaines après, un second échantillon de sang a de nouveau été envoyé à Böse, dans le but de confirmer si la production d’anticorps était due à la vaccination. Il a été confirmé que le cheval donneur était vacciné pour les HVE-1, HVE-4 et la grippe équine. Après être arrivés au laboratoire, les 50ml de sang ont été centrifugés à 1000g pendant 20 minutes, et la couche leucocytaire a été diluée à ½ avec un tampon phosphate salin (PBS). La séparation suivante, induction tenogénique et Tendo-Cell production (1ml par échantillon), a été réalisée comme décrit précédemment (20).

Préparation d’un plasma riche en plaquettes (PRP) Au total 300ml de sang périphérique a été mis dans une poche de sang (Terumo) citrate-phosphate dextrose adénine-1, pour préparation d’un plasma riche en plaquettes. Pour ce cheval donneur, 25 échantillons de 1ml PRP ont été préparés comme décrit précédemment 20. Sélection de cas et histoire Huit chevaux Warmblood adultes de jumping ont été inclus dans cette étude. Les chevaux ont montré les signes cliniques suivants : boiterie aigüe sur un des antérieurs (un des chevaux était boiteux après un exercice de saut), gonflement, chaleur et sensibilité de la zone du Ligament Accessoire du Tendon Fléchisseur Profond du Doigt (LATFPD). De plus, toutes les lésions de LATFPD devaient être clairement détectables à l’échographie et aucun cheval n’a pu recevoir un quelconque traitement avant l’inspection par des vétérinaires non-aveuglés. En plus, les chevaux avec des lésions d’autres structures, outre le LATFPD, ont été exclus de cette étude. Protocole de traitement Quand la desmite du LATFPD a été diagnostiquée, les chevaux ont été initialement traités prudemment avec des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), de repos, du refroidissement, et un bandage compressif dans le but de réduire le gonflement de la région et obtenir des conditions optimales pour l’injection intra-lésionnelle. Après un traitement minimum, une injection intra-lésionnelle de PRP ou de Tendo-Cell a été aléatoirement assignée à chaque cheval et réalisé par échographie guidée. Tous les 8 huit chevaux ont été immobilisé (repos au box) pendant 3 semaines, puis un exercice de marche quotidienne de 5 à 10 minutes pour 3 autres semaines. Le 1er suivi a été planifié 6 semaines après l’injection. Un second examen clinique et échographique a été réalisé 4 mois après le traitement. Protocole d’évaluation Les chevaux ont été ré-évalués cliniquement et par échographie 6 semaines et 4 mois après l’injection de PRP ou TendoCell®. L’examen clinique consistait en une inspection visuelle, une palpation de la présence de gonflements, et/ou chaleur, une inspection générale du patient, et une évaluation concise de la boiterie. Un examen ultrasonique approfondi a été effectué au niveau de la lésion. Il y avait plusieurs raisons d’effectuer des diagnostiques échographiques. La facilité, la sécurité et la non-invasivité de cette méthode ont permis, non seulement une évaluation morphologique in-vivo des lésions, mais plus important, une observation dans le temps. Grâce aux avancées technologiques et à la diminution du coût des équipements, ce processus d’imagerie est très utile et rapidement disponible en pratique. Il a été demandé à deux vétérinaires de donner un score entre 0 et 5 pour les images échographiques de tous les patients. Le système de notation a été adapté d’une étude précédente traitant des tendinites du fléchisseur superficiel du doigt et des desmites du ligament suspenseur par Broeckx et al. (20). Le seuil d’amélioration après une thérapie conservatrice réussie a été fixé à 40% à 6 semaines, et 60% à 4 mois après le traitement conservateur. Un score de 0 correspondait à 0% d’amélioration ou pas d’amélioration à l’échographie ; 1 = 20% d’amélioration ou une légère amélioration à l’échographie ; 2 = 40% d’amélioration, ou une amélioration de même niveau

JUIN 2017 OSTÉOMAG 

11


DOSSIER à l’échographie, comme attendue après 6 semaines de traitement conservateur ; 3 = 60% d’amélioration ou une meilleure amélioration à l’échographie, comme attendue après 6 semaines de traitement conservateur, ou la même amélioration à l’échographie, comme attendue après 4 mois de traitement conservateur . 4 = 80% d’amélioration ou une très bonne amélioration à l’échographie, bien meilleure que ce qui a été vu après 4 mois de traitement conservateur, mais pas complètement récupérée ; 5 = 90 à 100% d’amélioration, ou (presque) pas d’anomalies à l’échographie, le ligament n’a (pratiquement) pas de foyers hypoéchogènes, et a (presque) la même orientation des fibres que le ligament controlatéral. Des détails plus spécifiques concernant le système de notation peuvent être trouvés dans le tableau 1. RESULTS Isolation et induction ténogénique des cellules souches mésenchymateuses (CSMs) : Pour le prélèvement sanguin, le comité local d’éthique a approuvé la conception expérimentale (EC_2012_001). Après 17 jours, les premières cellules en forme de tige ont été remarqué dans les flacons de culture, et à 21 jours après isolement, les cellules sont tripsinisées approximativement à 60%. Les cellules isolées avaient une morphologie en forme stellaire ou de broche, et satisfaisaient toutes les exigences pour être typées comme cellules souches mésenchymateuses (CSMs) [22]. Après 3 jours d’induction ténogénique, les cellules ont montré une morphologie étirée avec une orientation des fibres in vitro. Les échantillons ont été stocké dans un congélateur à la température très basse de -80°C (Haier, Elscolab), et expédiés sur de la glace carbonique avant l’application clinique. Après décongélation, une moyenne de 85% de cellules viables a été remarquée dans tous les échantillons. De plus, il a été signalé que les cellules souches mésenchymateuses équines congelées SP-dérivée n’ont pas perdu leurs caractéristiques de cellules souches [23]. Ainsi, l’utilisation d’échantillons induits par la ténogénicité congelé était défendable. Préparation de plasma riche en plaquettes (PRP) : Concernant la préparation du plasma riche en plaquettes, chaque échantillon de 1ml contenait approximativement 200x106 plaquettes par ml, a été congelé et stocké par 1ml d’échantillon dans un congélateur à la très basse température de -80°C (Haier, Escolab) ; avant l’application clinique. De plus, il a été mentionné que pour toutes les cellules tendineuses et les échantillons de PRP, des examens bactériologique, fongique et de levure ont été effectué. Evidemment, seuls les échantillons négatifs aux examens microbiologiques ont servis pour l’utilisation clinique. Dans la présente étude, nous avons décidé de travailler avec une forme liquide de PRP parce que ; les cellules souches étaient également dans un milieu liquide (DMEM). Ainsi, nous avons été capables de comparer les cellules tendineuses avec le PRP, en utilisant le même protocole de traitement et un milieu liquide similaire. Suivi du patient Dans les jours suivant l’injection intra-lésionnelle, une attention particulière a été accordée pour observer toute possibilité d’effet inverse ou de réaction d’hypersensibilité, qui serait perceptible sous d’une formation de poudre (réaction physique),

12 

OSTÉOMAG JUIN 2017

chaleur locale, transpiration, difficulté respiratoire ou fièvre. Dans les huit chevaux, il n’y avait aucun signe d’effets généraux inverses, qui aurait pu être exclu, depuis que les chevaux ont été injectés localement. En revanche les patients traités avec TendoCell, les quatre chevaux traités avec PRP montraient des gonflements plus prononcés pendant cinq jours après l’injection, qui ont disparu sans traitement médical. Aux réévaluations de six semaines et quatre mois après l’injection, aucun des chevaux ne présentaient d’effets locaux inverses après le traitement avec PRP et Tendo-Cell sur le ligament accessoire du tendon du fléchisseur profond du doigt. (ALDDFT) Tous les chevaux traités avec PRP étaient encore boiteux à approximativement six semaines après l’injection, la région ALDDFT était faiblement gonflée, et les images à ultrasons étaient légèrement améliorées. Donc, un score de 2/5 a été donné par deux vétérinaires indépendants aux quatre patients. Avec le groupe traité par Tendo-Cell, d’autre part, les quatre chevaux étaient cliniquement sains, les gonflements ont disparu, et les deux mêmes vétérinaires indépendants donnèrent un score de 4/5 pour les images à ultrasons à six semaines après l’injection intra-lésionnelle. Cela implique que les lésions s’améliorées à environ 80% sur les images à ultrasons, qui est beaucoup mieux que les 40% d’améliorations avec le groupe traité par PRP. La figure 6 représente les images à ultrasons des trois patients, avant et après les six semaines de traitement de Tendo-Cell. Une cicatrisation considérable des lésions pourrait être remarquée dans tous les cas. Il y a avait toujours des lésions n’ayant pas complétement cicatrisées, et ainsi, les patients étaient conseillés de continuer et augmenter les exercices de marche trois semaines de plus, suivi par des exercices au trot, jusqu’à quatre mois après le traitement. Quatre mois après l’injection intra-lésionnelle PRP, les chevaux étaient faiblement boiteux (seulement visible dans certaines circonstances), et les vétérinaires assistants ont assigné un score de 3/5, qui n’était toujours pas comparable avec les six semaines après un traitement Tendo-Cell. A quatre mois après le traitement Tendo-Cell, trois des quatre chevaux ont reçu un score de 5/5, et ont retrouvé un entraînement complet. Néanmoins, un des quatre chevaux légèrement rechuté (non prononcé boiteux) a reçu un score de 3/5, comme avec le groupe PRP. DISCUSSION Dans cette étude, 8 chevaux atteints d’une desmite aigüe du ligament accessoire du tendon du fléchisseur profond du doigt ont été traité avec deux thérapies allogéniques régénératrices différentes : le PRP (plasma riche en plaquette) ou les cellules souches mésenchymateuses induite par la enèse. Chez tous les chevaux (n=4) ayant reçus le PRP, seule une petite amélioration de la guérison a été observé par les deux vétérinaires présents. De ce fait, les chevaux traités par le PRP ont été considéré comme le groupe contrôle. D’autre part, une évolution plus positive a été observée cliniquement et ultrasonographiquement après le traitement TendoCell, Le moment optimal de l’injection intra-lésionnelle avec une médecine régénérative reste un sujet de débat. Il a été rapporté d’une part qu’il est préférable d’injecter des cellules souches pendant la phase aigüe, et d’autre part qu’il était bénéfique d’attendre que la granulation et la vascularisation du tissu blessé ait commencé. Dans cette étude, les injections intra-lésionnelles ont été réalisées 5 jours après un traitement conservateur avec des médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens, afin de contrôler l’inflammation aigue et pour fournir un microenvironnement plus approprié pour la thérapie régénératrice. Après l’injection de PRP allogénique, ainsi que de cellules Tendo-Cell,


DOSSIER aucune réponse immunitaire sévère n’a été observée chez aucun cheval, comme précédemment reporté pour le traitement de 25 chevaux présentant des lésions au tendon fléchisseur superficiel du doigt (TFSD) et au ligament suspenseur (LS). Cependant, dans cette étude une réponse immunitaire moyenne a été remarquée chez un des chevaux traités avec du PRP, l’utilisation sûre du PRP allogénique a aussi été précédemment remarquée chez les humains. En effet, différentes études rapportent que les MSC ont la capacité d’inhiber l’activation de réaction immunitaire innée en bloquant la maturation des cellules dentaires et en étouffant l’activité des cellules T et des monocytes, avec une réduction significative de la TFN-Alpha et de l’interleukine. De plus, les MSC pourraient être aussi capables d’augmenter la production d’agents anti-inflammatoire, comme les antagonistes aux récepteurs IL-1 et IL-10. Dans une étude menée par GUEST, aucune réaction immunitaire à médiation cellulaire n’a été visible après l’injection de cellules progénitrices de mésenchyme allogénique dans des chevaux SDFT, et également, qu’une intégration de cellules souches dans le tendon blessé a été révélée. De plus, CARRADE et al. Ont montrés que des injections intradermiques de cordon ombilical allogénique de chevaux dans 6 chevaux n’ont pas induites de réaction hypersensible. Néanmoins, il a été rapporté que l’expression du complexe d’histocompatibilité majeur CMH-Ia et-II (immunogénique) augmenterait, et l’expression du CMH-Ib (immunosuppressif) diminuerait in vitro, après avoir différencié les cellules souches mésenchymateuses en différents types de cellules adultes avec les caractéristiques myogénique, endothéliales ou musculaire lisse. De futures recherches pourraient déterminer si oui ou non cela serait le cas après une différenciation ténogénique in vivo, et quelle serait l’influence de l’expression du CMH sur les réactions indésirables possibles. Dans la présente étude, à 6 semaines après l’injection intra lésionnelle, tous les chevaux traités avec Tendo-Cell montrent 80% d’amélioration, ou une très bonne amélioration à l’échographie (score 4/5), avec cicatrisation et alignement des fibres, mais pas encore un rétablissement complet. 4 mois après le traitement, 3 chevaux sur 4 sont retournés à l’entrainement. Un cheval a rechuté à un score de 3/5. Cela peut être attribué à différents facteurs : faible force intrinsèque, différences individuelles, mauvais mouvements pendant la reconsolidation, traumatisme dans le box… Les futures recherches donneront plus de réponses à cette question. Avec les patients traités au PRP (Plasma Riche en Plaquettes), 4/4 ont reçu un score de 2/5 à 6 semaines post injection, cela correspond à seulement 40% d’amélioration. 4 mois après le traitement, tous ces patients ont reçu un score de 3/5, ce qui n’est toujours pas plus de 60% d’amélioration. La littérature rapporte un pourcentage de récupération variable chez les chevaux atteints de desmite du ligament accessoire du tendon fléchisseur profond du doigt, après un traitement conservatif. Selon une première étude, qui inclue le suivi de 13 chevaux sans complication de la desmite du ligament accessoire du tendon fléchisseur profond du doigt, 77% des patients récupèrent complétement, avec une récupération de 6 mois après le traitement conservatif consistant à rester au box, à des exercices de marche et des AINS (Anti-Inflammatoire Non Stéroïdien) dans quelque cas. D’un autre côté, Van Den Belt et Al, sur 19 chevaux suivi pendant 36 mois, seul 3 chevaux ont été capable de retrouver un travail normal après le repos au box et la rééducation. Cela correspond à 16% de résultat positif après le traitement conservatif. Il faut mentionner que dans l’étude de Van Den Belt, 40% des chevaux présentés des lésions sur un autre tissu mou, réduisant le pronostic de ces animaux. Une autre étude rapporte 44% de récupération complet après un traitement conservatif chez 18 chevaux. De plus, la thérapie par onde de choc n’a pas donné de résultat significatif comme traitement de la desmite du ligament accessoire du tendon fléchisseur profond du doigt.

Finalement, dans un des cas traités avec l’injection intra lésionnelle de plasma continu autologue, un rétablissement complet a été observé 7 à 9 mois après l’injection. En prenant tous les traitements conservatifs susmentionné, 21 des 50 chevaux avec une desmite du ligament accessoire du tendon fléchisseur profond du doigt traité de manière conservative, ont récupéré après 6 mois (environ 42%). En comparaison avec la thérapie conservative en générale, et le traitement PRP en spécifique, on peut conclure que ¾ (75%) de taux de rétablissement après 4 mois au traitement, Tendo Cell semble prometteur. Toutefois, les autres études utilisent des critères différents pour le choix des cas et un autre système de score, toute comparaison doit être interprétée avec précaution. De plus, notre étude doit être considérée comme des données préliminaires, et dans le futur, une plus grande étude de cas avec un suivi sur le long terme pourra confirmer la possibilité de récidive dans le temps de l’atteinte du ligament accessoire du tendon fléchisseur profond du doigt. Effectivement la desmite du ligament accessoire du tendon fléchisseur profond du doigt est souvent rencontrée dans les blessures chez les chevaux de sport, comme chez les chevaux de loisir et à ce jour peu de traitement réussi ont été rapporté. D’autre part, les résultats modérés obtenus après l’injection intra-lésionnelle, avec le PRP allogénique, devront être considérés avec attention. Il pourrait être affirmé que pour le traitement des desmites du ALDDFT, le PRP seul n’est pas suffisant pour provoquer une amélioration de la formation des ténocytes, et pour former un tissu sain. Dans ce cas, le PRP doit être plus indiquer comme une aide à la stimulation de la croissance des cellules saines, et en raison de la perturbation des microenvironnements, les effets de la guérison d’une simple injection avec PRP seraient insuffisants sur les cellules endommagées. De plus, les différentes études indiquent les effets de l’amélioration de la guérison du PRP sur les lésions tendineuses, en raison de l’augmentation de la synthèse de la matrice extracellulaire, de l’augmentation de la croissance vasculaire et des effets de la régulation négative des cytokines dégradant la matrice. Néanmoins Schnabel décrit moins les effets régénératifs du PRP que la moelle osseuse acellulaire dans la culture d’explant du ligament suspenseur. En conclusion, cette étude expose médecine positive et les résultats échographiques après le traitement des MSC des desmites du ALDDFT équin induit par induction ténogénique, alors qu’aucune amélioration considérable peut être noté après le traitement avec le PRP allogénique.

JUIN 2017 OSTÉOMAG 

13


INTERVIEW

INTERVIEW de Padraig MAC CARTHY

Cavalier International de concours complet aux écuries MGH sport Horses à Highampton, Irelande

Bonjour Mr Padraig, Hi Thomas, Pouvez vous vous présenter à nos lecteurs? Je suis un cavalier Irlandais de Concours Complet, actuellement classé au 37ème rang du classement mondial FEI. J'ai débuté dans cette discipline en 2011 après avoir rencontré ma femme Lucy. Elle m’a encouragé à aller plus haut et je m’y suis donc mis plus sérieusement à partir de 2013. J'ai commencé les concours avec de jeunes chevaux, mais en 2014 Lucy m'a donné Simon Porloe, un de ses chevaux d’âge. Avec lui, j'ai atteint le niveau 3 * à la fin de la saison, et en 2015, nous faisions partie de l'équipe Irlandaise aux Championnats d'Europe à Blair Castle. En 2016, nous avons

14 

participé aux Jeux olympiques de Rio. Lorsque j’ai commencé les concours, je venais de terminer un doctorat en affaires et en sociologie. Au début de ma carrière, j'avais été un cavalier de saut d'obstacles. Actuellement je me concentre presque complètement au concours complet. Mes meilleurs classements sont : 2014: Waragem ; CICO*** : 10è en individuel, 3è par équipe. 2015: Belton; CIC***: 4è 2015: Barbury Castle; CIC*** : 8è 2015: Aachen; CICO***: 17è en individuel, 4è par équipe 2015: European Championships ; 9è par équipe 2015: Boekelo; CICO***: 1ère place par équipe 2016: Ballindenisk; CCI***: 2è 2016: Chatsworth; CIC*** : 1er 2016: Tattersalls; CIC***: 1er et 8è 2016 : Rio Olympic Games: 8è par équipe. Concernant la gestion de votre écurie;

OSTÉOMAG JUIN 2017

comment quel est le programme alimentaire des chevaux ? La base de l’alimentation de tous les chevaux de l’écurie est composée de foin de bonne qualité, classique ou enrubanné, distribué deux fois par jour en très grosse quantité donc quasiment à volonté. En plus de cela, chaque cheval a des compléments individualisés en fonction de sa charge de travail ou de ses besoins particuliers et un complément alimentaire fortement nutritionnel à base de noix. Les poulinières ont une alimentation pré-poulinage composée de céréales, de fibres, et de granulés matin et soir. Leurs foals ont un peu de granulé. Les chevaux au travail sont nourris 3 fois par jour; le matin et le midi avec des fibres, le soir avec un mélange de céréales,, de floconnés et de granulés. Quel programme d’entrainement appliquez-vous, comment sont-ils travaillés ? (Fréquence, intensité, préparation aux événements majeurs?) Chaque cheval a son planning de compétitions au début de la saison. La quantité et le type de travail qu'ils effectuent dépendront de leur âge, de leur expérience et du type de concours auxquels ils seront destinés. Les chevaux qui concourent en compétition de niveau CCI 3 & 4 étoiles travailleront davantage au galop que les jeunes chevaux. En matière d’entrainement, les chevaux plus âgés auront aussi


INTERVIEW généralement besoin d’une moindre fréquence de dressage et de travail à l’obstacle que les jeunes chevaux car ils ont déjà du métier. Avec ces chevaux, notre objectif est de nous assurer qu’ils sont assez en forme et qu'ils sont heureux et frais. Ils feront donc beaucoup de sorties en trottings. Quels soins et méthodes de prévention utilisez-vous le plus sur vos chevaux? Avec les chevaux de compétition ; la chose la plus importante pour limiter les risques de blessures, est de veiller à ce qu’ils aient la condition et soient assez fort pour faire le travail que vous leur demandez. Nous avons un vétérinaire qui vient régulièrement à l’écurie et pour les chevaux les plus âgés, nous pratiquons parfois des soins au niveau des différentes articulations qui commencent à montrer des signes d'arthrose ou d'usure plus générale. Les chevaux de compétition sont également régulièrement traités par un ostéopathe équin pendant la saison. Quelle est la fréquence

semaines. Le Dentiste intervient tous les 6 à 12 mois selon le cheval. Nous avons un vétérinaire dans la cour au moins une fois toutes les 2 semaines, mais il n’intervient que si cela est nécessaire. Pendant la saison de compétition nous avons aussi un kinésithérapeute environ une fois par mois et l’osteopathe intervient regulièrement. Quelles astuces utilisez-vous et quels conseils pourriez-vous donner? Je crois que chaque cheval est différent et en particulier avec les jeunes chevaux vous devez les laisser vous dire quand ils sont physiquement prêts à concourir. Ce n'est pas une bonne façon de faire de précipiter les choses avec des jeunes chevaux qui ne sont pas prêts physiquement. Depuis quand utilisez-vous l'ostéopathie pour vos chevaux? Pour quels types de problèmes le faites vous intervenir ? Nous utilisons un ostéopathe depuis plus de 15 ans. Je pense que les soins ostéopathiques sont une partie très importante de notre fonctionnement. Parfois, je sens que les chevaux sont un peu plus raides d’un côté ou ils me semblent un peu irréguliers et l'ostéopathe va très souvent corriger ces problèmes. Utilisez-vous d'autres méthodes de soins non conventionnelles (Acupuncture, médecine chinoise, shiatsu ...?) Nous avons parfois utilisé l'acupuncture mais non, principalement l'ostéopathie.

d’intervention du vétérinaire, du maréchal, du dentiste et de l'ostéopathe?

Quel est le plus beau souvenir de votre carrière?

Je pense que gagner le CIC *** à Tattersalls en 2016 est un très bon souvenir car c'était en Irlande et c'était le dernier concours de sélection avant les Jeux olympiques. Donc, cela signifiait que je pouvais croire en ma sélection. C'était aussi agréable car ma famille était là pour partager cette victoire avec moi. Et votre pire souvenir? Probablement aussi le Tattersalls 2016. Je dirigeais le CCI *** avec mon cheval M. Chunky, mais il s'est blessé à la jambe après le cross-country et n'a pas pu terminer. J'avais de fortes chances de gagner les deux 3 étoiles, ce qui est quelque chose que personne n'avait réalisé auparavant. C'était très décevant. Quels sont vos projets concernant votre structure? Nous prévoyons de construire un manège et de développer un vaste terrain d’entrainement pour le cross. Et vos objectifs de carrière de cavalier? Je voudrais gagner Badminton, Burghley et un championnat majeur. Merci beaucoup Mr Padraig, nous vous souhaitons une très bonne saison. (Propos recueillés par Thomas Boucher. Elève de 3e année à l’EFOA.)

Les chevaux sont ferrés toutes les 4 à 5 JUIN 2017 OSTÉOMAG 

15


VIE ETUDIANTE

16 

OSTÉOMAG JUIN 2017

Mag efoa numero 3 juin 2017  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you