Issuu on Google+

Tous appelés à la sainteté Dans la tradition de l’Eglise, la date du 1er novembre est réservée à fête de tous les saints, c’est-a-dire tous les baptisés qui sont consacrés à Dieu. Dès lors, il faut comprendre que, contrairement à ce que pense le commun des mortels, la sainteté n’est pas un « bien » de luxe dont la « consommation » serait réservée à une poignée d’hommes et de femmes qui ont répondu à l’appel de Dieu pour servir l’Evangile, notamment : les évêques, les prêtres, les religieux et religieuses. Elle est plutôt l’affaire d’une « foule immense » que nul ne peut dénombrer, « une foule de toutes nations, races, peuples et langues » (Ap 7, 2-4. 9-14). C’est chaque baptisé qui est appelé à la sainteté parce qu’il vit en communion d’amour avec tous les membres du corps du Christ qui constituent le peuple saint. Le « oui » du baptême nous engage, tous et chacun, sur le chemin qui conduit à la sainteté de Dieu, au sommet de son amour infini. L’exigence de sainteté n’est pas non plus réservée à une seule époque. Elle concerne, en tant que don de l’Amour de Dieu, toutes les générations passées, présentes et à venir.

Journal du Secteur Pastoral de Sénart 30 octobre 2011 - N° 76 Paroisses catholiques de Draveil, Soisy-sur-Seine et Vigneux-sur-Seine

En effet, dans le récit du buisson ardent, Dieu s’est révélé comme « Je suis », c’est-à dire le maître du temps et de l’histoire. Sa présence et son action ne connaissent pas de limite spatio-temporelle. L’appel à la sainteté est déjà présent dans l’Ancien Testament : (Suite page 2)

1


Éditorial

(Suite de la page 1)

« Soyez saints parce que moi, Dieu, je suis saint » (Lv 19, 2). Jésus reprend la même exhortation dans le Nouveau Testament :« Soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait » (Mt 5, 43-48). Dans les deux cas, l’appel à la sainteté émane de Dieu lui-même parce qu’elle lui appartient. Par cet appel, Dieu veut communiquer la sainteté aux hommes qui lui sont réservés par le baptême afin de les placer « au-delà de tout » en les faisant entrer dans la sphère divine. Nous comprenons donc que la sainteté ne consiste pas à réaliser des exploits hors de portée humaine. Il s’agit en revanche d’accueillir Dieu qui veut nous y faire accéder ; savoir accueillir son amour pour apprendre à mieux aimer, sans faire de différence entre les hommes. Alors, aimer les autres, et même ses ennemis, est la clé qui ouvre le royaume des saints. Cette clé, tout le monde peut se la procurer, à condition toutefois de devenir pauvre en esprit, c’est-à-dire avoir une humilité du cœur qui s’oppose à l’omniscience de l’orgueilleux. Père Adélard KASESHI

Pour avoir les nouvelles du diocèse, nous vous rappelons que vous pouvez vous « brancher » sur :

SOMMAIRE

http://evry.catholique.fr/eee/semaine.rtf

Editorial .......................................................................... 1-2 Échos du Secteur ......................................................... 3-5 Échos de Draveil ........................................................... 5-7 Échos de Soisy ................................................................. 7 Prière ................................................................................. 8

2


Depuis début septembre la paroisse de Vigneux et le secteur de Draveil – Sénart accueillent respectivement un nouveau prêtre et un nouveau responsable : le Père Adélard. Ce n’est pas un inconnu pour nous, puisqu’il a passé deux ans comme prêtre coopérateur sur la paroisse de Vigneux, alors que Père Thierry David en était responsable. Nous sommes tout de même allés lui poser quelques questions pour refaire connaissance, et lui demander de nous dire ce qui s’est passé dans sa vie de prêtre impliqué dans la vie du diocèse depuis de nombreuses années. Effata : Père Adélard, rappelez-nous votre pays d’origine et votre cursus jusqu’à votre arrivée en France. P. Adélard : Je viens de la République démocratique du Congo, où j’ai été ordonné prêtre le 11 septembre 1994 après deux ans d’études à la faculté de théologie de Kinshasa ; pendant deux ans, j’ai été directeur des études au petit séminaire de Kinshasa, puis mon évêque m’a demandé d’entreprendre des études de sciences économiques et sociales à l’université catholique, dans le souci que l’Eglise soit présente sur des terrains où elle n’apparaissait pas beaucoup jusqu’alors au Congo ; après la maîtrise, en 2000, je suis venu terminer mes études en France. C’est là que j’ai « atterri » à Vigneux ; et ce fut un « atterrissage » réussi ! Effata : Pouvez-vous nous dire en quoi, Père ? P. Adélard : Ce fut réussi parce que la communauté de Vigneux s’est révélée pour moi comme une seconde famille ; en effet, alors que j’ai eu la grande tristesse de perdre ma mère peu de temps après mon arrivée en France, c’est grâce à la communauté de Vigneux que j’ai pu repartir au Congo pour ses funérailles … et en revenir, après quelques péripéties. Ce fut aussi un temps où j’ai pu apprendre mon « métier » de prêtre aux côtés du P. Thierry David, tout en continuant mes études à la faculté des sciences économiques et sociales, puis à l’École des Hautes Études en Sciences Économiques et Sociales. 3

Échos du Secteur

Nous accueillons le Père Adélard à Vigneux et sur le secteur


Échos du Secteur

Effata : Mais vous avez alors quitté le secteur de Sénart ? P. Adélard : Oui, en 2002 notre évêque m’a alors nommé prêtre accompagnateur de l’Équipe Animatrice de Saint-Michel-sur-Orge ; j’avais aussi en charge l’Aumônerie du Val d’Orge, et j’étais, et je suis toujours, l’aumônier du CCFD pour le diocèse ; j’étais aussi inscrit à la Sorbonne pour poursuivre un DEA d’économie des ressources humaines, puis début 2005 commencer à écrire une thèse en économie internationale. Effata : Vous êtes resté assez longtemps à Saint-Michel ? P. Adélard : Jusqu’en 2008, où je suis devenu le prêtre accompagnateur de l’Équipe Animatrice de Morangis tout en accompagnant l’Aumônerie du secteur de la 6è à la Terminale. Effata : Et nous avons cru comprendre que vous avez été très heureux à Morangis ? P. Adélard : Oui, très heureux de travailler avec l’Équipe Animatrice ; mais je suis aussi très heureux d’arriver à Vigneux et sur le secteur, heureux de « revenir aux sources », heureux d’y faire mes premiers pas en tant que responsable de secteur : le Seigneur me place là à nouveau pour y vivre à nouveau quelque chose de fort. J’ai beaucoup de joie à voir que des chrétiens s’accrochent à leur foi malgré les difficultés ; c’est pourquoi je peux dire que partout où il y a des chrétiens, où l’Eglise existe, là est ma famille. Effata : Merci, Père pour ces quelques mots partagés avec les paroissiens du secteur et les lecteurs d’Effata, et bienvenue à vous dans l’espérance d’une fructueuse collaboration. Propos recueillis par G. Voitel

Directeur de la publication : P. Adélard Kaseshi, Représentants des E.A. : M. Leipp Correcteurs : B. Bolf, M. Farvacque

Comité de rédaction : F. Farvacque, M. Seguin, G. Voitel Fabrication: C. Capy, M. Farvacque, A. Nedelec, B. Voitel ISSN en cours

4

EFFATA 3, place de la République, 91210 DRAVEIL Tél. 01 69 03 72 12 EFFATA Signifie “Ouvre-toi” en araméen


Un chaud soleil illuminait les vitraux de la chapelle de l’IMP, bon augure pour une messe de début d’année pastorale. Tous les fidèles du secteur avaient été invités à fêter l’installation d’Adélard Kaseshi à la paroisse de saint Pierre de Vigneux et comme responsable de secteur, ainsi que celle de Mesmin Koukponou à la paroisse de Notre Dame de Soisy. Ce fut célébré dans une chaleureuse liturgie. Notre Père Evêque, Michel Dubost, s’était déplacé pour cette occasion, nous rappelant ainsi l’unité des missions baptismales, sacerdotales et épiscopales. Pendant la célébration il a remis aux nouveaux membres des équipes animatrices leur lettre de mission. Tous unis dans l’église locale, nous assurons l’annonce de la Bonne Nouvelle au monde, sous l’autorité déléguée de notre évêque. Les textes du jour semblaient être spécialement choisis pour nous et pour cette occasion : Ez 18, 25-28 Ph 2,1-11 Mt 21,28-32. Joie d’accueillir, joie de célébrer l’eucharistie ensemble, joie de se retrouver c’est ce que fut la matinée. La chapelle est grande mais il restait encore des places assises. Sommes-nous si peu nombreux de chrétiens catholiques sur notre secteur ? Paul Lambert

" Le site de la Paroisse de Draveil est fin prêt pour vous recevoir ! Venez y retrouver Effata, notre guide paroissial, les horaires des messes, les jours d’ouverture de notre bibliothèque, les dates des conférences et des festivités… Notre site est eglisedraveil.fr sans oublier celui de nos amis eglisesoisysurseine.fr et eglisevigneuxsurseine.fr. " 5

Échos du Secteur

Messe de rentrée de secteur


Échos de Draveil

Kermesse de Printemps des 21 et 22 Mai 2011 Tout a commencé par le souhait très vif du Père Phalip : remettre en place la bonne et traditionnelle kermesse paroissiale. Nous avons souri à cette idée et retroussé nos manches. Christian a accepté avec grand plaisir de dessiner notre affiche que Monique et André ont mise en couleurs, et toute la chaîne d’organisation et d’entraide s’est allongée au fil des jours. Aurélien avait trouvé un petit manège, le club de poneys du Port aux Cerises nous promettait deux poneys avec un encadrant (il y en aura finalement deux, Emilie et Charlotte), les jeux se précisaient, la brocante renouvelait son contenu, André fabriquait une dose magistrale de tickets et Josiane était heureuse d’organiser la partie restauration. Les réunions de préparation furent animées et rassurantes. Rémi nous avait donné une aide précieuse pour trouver des lots intéressants, le transfert des tables de ping-pong serait courageusement assuré par Bernard et Raymonde et Françoise continuait à confectionner ses enveloppessurprise et à rassembler les lots correspondants avec tout l’enthousiasme qui la caractérise. Il fallait préparer le calicot que Monique nous a aidés à embellir. Philippe l’installera astucieusement au-dessus du portail. Merci à Michel aussi pour les panneaux si bien confectionnés. Il fallait enfin rassembler tout le matériel pour les jeux, sachant que la Mairie nous fournirait tables, chaises et stands et que le collège Notre-Dame nous prêterait sa cour. Nous voici enfin au Samedi 21 Mai ! Tout démarre avec le joli petit manège qui enchante les enfants ! La salle 1 est transformée, jolies couleurs, charmants bouquets, nourriture alléchante en grande quantité. Josiane sera rayonnante après ces deux journées. Certains sont ravis d’emmener leur plateau sous les arbres. Bernadette régale les gourmands avec ses nems, son riz cantonais et les délicieuses barquettes qu’elle a confectionnées. Rien ne restera ! Tandis que Monique et Françoise exposent aux visiteurs le fonctionnement de la bibliothèque, les médailles et objets religieux se vendent avec succès. Aurélien, avec l’énergie qu’on lui connaît, anime joyeusement cette fête. André le relaie pour proposer les autres activités. La pêche à la ligne fonctionne au maximum tandis que résonnent les boîtes de conserve du chamboul’tout ainsi que les balles et les galets du passe-boules et du tonneau, gracieusement prêtés par Jean-Claude et Christiane. Les enfants, qui ont honoré le si bel atelier tenu par Sandrine, se mettent à chanter vers 17h30 sous la direction d’Anne et annoncent ainsi la Messe et la fin de cette première journée. Le lendemain matin la cour est très animée dès la sortie de la Messe. Tous s’affairent parmi les étalages disposés cette fois dehors. Monsieur le Maire vient nous visiter et s’essaie au chamboul’tout ! Le calme revient au moment du repas et la salle 1 fournit à nouveau comme par magie de 6


Venu récemment dans le diocèse et comme l’un des nouveaux prêtres du secteur, j’ai été invité à me présenter selon l’usage. Mais en fait de présentation, je parlerais de découverte. Nous allons nous découvrir réciproquement, pour porter ensemble la Bonne Nouvelle de l’amitié, de la fraternité, de la joie et de la paix du Seigneur. Comme personne unique donc, du nom de Mesmin Koukponou et originaire du Bénin, je veux ensemble avec vous, apporter ma modeste contribution au rayonnement de l’Evangile de vie et d’amour dans la simplicité et la joie qui nous vient du Ressuscité. Que la grâce et la paix du Seigneur soient avec vous. Père Mesmin Koukponou 7

Échos de Soisy

Bienvenue au Père Mesmin

Échos de Draveil

bons repas. Puis tout se réanime. Le panier, dont il faut deviner le poids, passe à nouveau de main en main, le ping-pong reprend, puis la pétanque et les autres jeux. Les poneys font le tour de la cour sans discontinuer. Tout sera clos à 18h et le ballet incessant de tous ceux qui rangent s’animera jusqu’à 20h30. Il reste maintenant à dire merci du fond du cœur à toutes les équipes, à tous les bénévoles, à tous ceux qui ont donné si généreusement d’eux-mêmes, de façon si fidèle ou pour la première fois, et à tous ceux qui nous ont visités. Merci au Père Phalip d’avoir relancé l’idée de la kermesse ! Nous essaierons d’améliorer cette fête au fil des années. C’est beaucoup de travail certes, mais encore plus de joie ! Merci à Marguerite que ses 85 ans n’ont pas empêchée de nous aider pendant les deux jours ! La préparation ainsi que le déroulement de la fête sont la parfaite occasion de belles rencontres, de jolies histoires qui nous soudent tous et nous font vivre pleinement la coopération, l’amitié, l’échange, l’attention à l’autre, toute cette ouverture qui concrétise notre foi. Quel bel enrichissement avant, pendant et après l’évènement ! Eliane Bernard


Toi, la source de la paix En ces temps où des responsables de toutes les religions vont se retrouver une nouvelle fois à Assise, nous nous adressons à Toi, Toi qui es à la source de toute vie, Toi qui nous as fait sortir du néant pour nous faire vivre, Toi qui ne nous laisseras pas retomber dans le néant après notre mort. Nous le savons, tous les humains, tous les vivants ont du prix à tes yeux. Mais nous, les habitants de cette planète, nous n’arrêtons pas, hélas, de nous entretuer par nos armes, par nos paroles ou nos silences, par la méchanceté de notre cœur. Parfois même, tu le sais bien, nous utilisons ce que nous croyons savoir de toi pour rejeter ceux qui ne croient pas comme nous. Nous avons besoin de toi aujourd’hui. Dans la traversée de notre violence, fais jaillir en nous la paix dont Tu es la Source. Dominique Fontaine Prier N° 335 octobre 2011 DIEU SOURCE ET ORIGINE Dans ce texte écrit spécialement pour « Prier », Dominique Fontaine fait écho à la Nuit interreligieuse pour la paix, prévue à Paris fin octobre, qui célèbrera le 25’ anniversaire du rassemblement d’Assise. Le vicaire général de la Mission de France invoque le Dieu unique commun aux trois religions monothéistes. Source et origine de toute vie, Dieu nous fait le don de la paix les uns à travers les autres. Il nous invite à réussir le pari d’accueillir les richesses d’autrui et de nous en émerveiller.

8


Effata 76