Issuu on Google+

Octobre 2010 > Juin 2011

Le premier séminaire de travail des États Généraux s’est tenu les 22 et 23 octobre. De la CGT au MEDEF, de la FSU au CJD, l’ensemble des partenaires sociaux ont participé à ces deux journées de travail. ONG et associations, philosophes et économistes sont venus aussi exposer leur diagnostic de la crise et leurs premières propositions afin de parvenir à l’objectif des États Généraux : diviser par 2 le chômage en cinq ans et diviser par 2 les émissions de gaz à effet de serre en dix ans.

LES VERTS

LES VERTS


Il y a deux ans, quand Lehman Brothers s’effondrait, tout le monde disait que nous vivions une crise historique, que le capitalisme nous menait dans le mur. Deux ans plus tard, beaucoup voudraient nous faire croire que la crise est finie et qu’on peut continuer « comme avant ». Nous autres, écologistes, ne pensons pas du tout que la crise est finie. Nous sommes, plus que jamais, convaincus qu’il est nécessaire et urgent de construire une alternative. Le 13 février 2010, Eva Joly organisait une première réunion de travail sur la crise. « Il y a deux bombes dans l’économie mondiale, expliquait Pierre Larrouturou. En 18 mois, la dette des Etats-Unis a augmenté de 2.400 milliards. Quant à la Chine, pour éviter la récession, elle a injecté l’an dernier 44 % du PIB en crédits nouveaux. L’économie mondiale est comme une voiture qui roule encore, certes, mais qui a besoin qu’on s’arrête tous les 100 mètres pour mettre deux litres d’huile : le moteur peut exploser à tout moment. » Eva JOLY Députée européenne

« Cette image de la voiture décrit bien l’économie mondiale, insistait Joseph Stiglitz. Nous sommes en train de préparer le terrain pour d’autres crises aussi violentes que celle que nous traversons. Elles détruiront des millions d’emplois dans le monde. Depuis deux ans, on s’est contenté de déplacer les fauteuils sur le pont du Titanic.» « Pour éviter une désintégration du système Terre, poursuivait Edgar Morin, il faut d’urgence changer nos modes de pensée et nos modes vie. Tout est à transformer pour trouver de nouvelles raisons d’espérer. Il faut arrêter les rustines. Arrêter les affrontements stériles et penser une vraie métamorphose de notre société. »

Pierre LARROUTUROU Économiste

C’est pour penser très concrètement cette métamorphose, c’est pour trouver de nouvelles raisons d’espérer qu’Europe Ecologie - Les Verts a lancé des États Généraux. PLOI ET DE L’ÉCOLOGIE

APPEL POUR DES ÉTATS GÉNÉRAUX DE L’EM

Joseph STIGLITZ Prix Nobel d’économie

Edgar MORIN Philosophe

  Cher‐es ami‐es,    ux  n’est  pas  un  gique  qui  frappe  les  pays  occidenta La  crise  économique,  sociale  et  écolo   modèle  de  d’un ent  isem l’épu la  conséquence  de  accident  de  parcours.  Elle  est  u grand jour.  ais a ésorm ent d raiss  appa égâts développement, dont les limites et les d    atique et  atteintes  de  nt des inégalités, dérèglement clim Chômage,  précarité et accroisseme es...  Dans tous les  étair  mon rs et ancie es fin uilibr éséq plus  en plus graves à la biodiversité, d t  de  rupture  est  poin le  ,  $%&es !"# !$&(* 3'$-4"-5* !'* !"#$%&'()* +$* (%,-$,%"&* (.$//0$1'2* 9+'7  *#"! 1'$50"46'7*8+*'(,*-0/'&,*!.%&1'&,'0*-&*&"    généraux  pour  Ecologie  –  Les  Verts  organise  des  Etats C’est  la  raison  pour  laquelle  Europe  rs analyses et  r leu rime d’exp eurs  s act us le  à to  permettre l’emploi et de l’écologie, qui doivent rité  et  les  préca la  age,  chôm le  réduire  significativement  leurs  propositions  concrètes  pour  risques écologiques.      centrale  dans  cette  rs  associatifs  occuperont  une  place Les  partenaires  sociaux  et  les  acteu épassera  de loin,  r un  travail commun, sur  la durée,  qui d initiative.  Nous souhaitons organise s  par  les  partis  nisée orga ions  ultat cons   traditionnelles par  son  ambition  et  sa  méthode,  les  politiques à la veille des élections.    : étudier toutes  s devons avoir un objectif très concret  Pour être à la hauteur des enjeux, nou q ans, tout en  n cin age e chôm  2 le  tront de diviser par les propositions qui, ensemble, permet ectif est ambitieux,  t obj e. Ce  serr et de à eff  gaz  n de divisant par 2, en dix ans, la  productio à  la  gravité  de  la  r  la  pertinence  de  ses  propositions  mais  il  permet  à  chacun  de  confronte  les différents  iliser  mob bition chiffrée est de nature à crise. Il nous semble que seule une am .   fatalisme acteurs, associer les citoyens et sortir du issions,  des    sur  des  complicités  faciles,  des  dém non  truit  «  La  civilisation,  la  vraie,  se  cons   Monod  dore Théo ait  écriv »  ents  ssem dépa ruptures,  des  esclavages  mais  sur  des  refus,  des  dans ses Carnets.         e ruptures" ?   Serons‐nous capables de "refus et d s d’audace ?  pable le, ca semb us en us, to Serons‐no        

 

 

 

 

Eva JOLY,       Députée européenne,            

          

 

 

    Anne SOUYRIS,    ologie – Les verts    Membre du bureau exécutif d’Europe Ec

// 2

   

Pierre LARROUTUROU,  Economiste, 


CRISE SOCIALE, CRISE ÉCOLOGIQUE : DIRE LA VÉRITÉ 4.600.000 CHÔMEURS

En deux ans, le nombre de chômeurs a augmenté de plus de 1.100.000. Le total des inscrits à Pôle Emploi dépasse les 4.600.000. Et le Ministère admet que plus de 60 % de ceux qui sortent des statistiques ne retrouvent pas d’emploi. La majorité de celles et ceux qui quittent Pôle Emploi sont en fin de droit. Ils vont basculer dans une très grande précarité, survivre - ou sousvivre - avec le RMI-RSA ou n’auront droit à aucune allocation si leur

«Si tu n’es pas content, va voir ailleurs !» Voilà pourquoi la part des salaires dans le PIB n’a pas cessé de diminuer depuis 30 ans. Dans les 15 pays les plus riches de l’OCDE, la part des salaires (et des cotisations) représentait 67 % de la richesse nationale en 1980. Elle ne représente plus aujourd’hui que 57 % ! Part des salaires dans la valeur ajoutée des entreprises (OCDE - 15*)

67,3%

68% 66% 64%

Demandeurs d'emploi inscrits à Pôle emploi en catégories A,B,C,D,E

62%

(en milliers)

4 750

60%

4 500

58%

4 250

56%

4 000

54%

57,3%

Souce : OCDE

1976

1986

1996

2006

3 750 * Allemagne, Suède, Etats-Unis, Japon, Royaume-Uni, Danemark, Italie, Espagne, France, Pays-Bas, Autriche, Belgique, Finlande, Grèce et Irlande.

3 500

sept.-10

mars-10

sept-09

mars-09

sept.08

mars-08

sept.-07

mars-07

3 250

sept.-06

Déclarations d’embauches au 2ème trimestre 2010

CDD

moins d’1 mois conjoint a un revenu correct : en un an ou

62,2% CDD

plus d’1 mois

21,6% CDI

temps plein ou partiel

16,2%

SOURCE URSSAF JUILLET 2010

deux, le revenu du couple aura été divisé par 2 mais leur problème n’apparaît dans aucune statistique…

Quant à ceux qui retrouvent un emploi, ils doivent de plus en plus se contenter d’emplois précaires : les CDD de moins d’un mois représentent 60 % des embauches. A un tel niveau, le chômage et la précarité ne concernent pas seulement les chômeurs et leurs familles mais l’ensemble des salariés. La peur du chômage est dans toutes les têtes et déséquilibre complètement les négociations sur les salaires.

En 2007 déjà, Patrick Artus, Directeur des études à la Caisse des Dépôts CDC-Ixis, soulignait le déséquilibre qui se creusait entre bénéfices et salaires (1) : « Dans la zone euro, chaque année, les entreprises prennent l’équivalent de 1 % du PIB dans la poche de leurs salariés, en plus de ce qu’elles ont fait les années précédentes. Dû à la perte de pouvoir de négociation des salariés, le transfert en faveur des profits est considérable. » La crise financière est le résultat de 30 ans de crise sociale. Si on luttait radicalement contre le chômage, on pourrait rééquilibrer la négociation sur les salaires, améliorer la santé et la qualité de vie des personnes au travail. Le financement des retraites serait plus facile.

1

Les Incendiaires, Perrin 2007

// 3


CRISE CLIMATIQUE, CRISE ÉNERGÉTIQUE 2010, année record de chaleur La NASA a annoncé que 2010 est l’année la plus chaude depuis 130 ans ! Toutes les études, hélas, confirment la même tendance : la décennie 2000-2009 fut la décennie la plus chaude depuis qu’existent des relevés de température. Comme l’avait été auparavant la décennie 19901999, et comme l’avait été auparavant la décennie 1980-1989… Température moyenne de la planète Terre (Moyenne sur 12 mois consécutifs - Source NASA)

+0,6°C

+0,4°C

+0,2°C

0

-0,2°C

-0,4°C 1880

1900

1920

1940

1960

1980

2000

L’Académie des Sciences réfute les thèses de Claude Allègre Dans un rapport adopté à l’unanimité le 28 octobre 2010, l’Académie des Sciences affirme que «l’augmentation du CO2 dans l’atmosphère est la cause principale du dérèglement climatique» et que «l’augmentation du CO2 est incontestablement due à l’activité humaine ». Sécheresse et incendies en Russie, Inondations catastrophiques au Pakistan… L’été 2010 a été particulièrement meurtrier. Pour le premier réassureur mondial, Munich Re, le doute n’est plus possible : la multiplication des évènements extrêmes est bien liée au dérèglement climatique (2). « Un événement météorologique isolé n’est pas la preuve d’un changement climatique

mais la somme totale des événements récents constitue un ensemble clair de preuves. (…) Les analyses réalisées avec la base de données des catastrophes naturelles de Munich Re, la plus complète du monde, confirme que le nombre d’événements météorologiques extrêmes (tempêtes et inondations) a triplé depuis 1980.» «L’Europe est menacée par une pénurie d’eau douce» «Depuis 1850, les glaciers ont perdu 80 % de leur volume dans les Pyrénées et 40 % dans les Alpes » explique Jean-François Donzier, directeur de l’Office international de l’eau. Si les montagnes ne jouent plus leur rôle de château d’eau, le régime des grands fleuves va être profondément bouleversé. C’est vrai pour la Garonne et le Rhin. Mais c’est encore plus vrai (et plus grave) pour les fleuves des Andes ou de l’Himalaya : des centaines de millions de personnes risquent de manquer d’eau à certaines périodes de l’année, ce qui conduirait à des tensions très fortes voire à de véritables conflits. Le pétrole va manquer Le dérèglement climatique n’est pas la seule raison qui nous oblige à diminuer de façon drastique notre consommation d’énergie : la direction des études d’EDF confirme aujourd’hui ce que disent les écologistes depuis plus de trente ans : « On va arriver bientôt sur un plateau de production de pétrole et on connaîtra un déclin de la production mondiale de pétrole autour de 2020.»(3)

Depuis 1850, les glaciers ont perdu

80 %

de leur volume dans les Pyrénées SOURCE LIBÉRATION 20 OCTOBRE 2010

Pétrole : la production du Mexique a baissé de 20 % en six ans. AFP - 17 août 2010

L’Algérie pourrait commencer à manquer de gaz dès 2014 La Tribune 28 juillet 2010

Cet été, c’est le Mexique qui admettait publiquement que sa production de Pérou : pétrole a diminué de 20 % en six ans. guerre du gaz et Puis l’Algérie qui annonçait qu’elle devait Etat d’urgence RFI - 2 août 2010 réduire ses exportations de gaz… Allons-nous attendre

qu’il soit trop tard pour agir ? Allons-nous attendre

que le dérèglement climatique échappe à notre contrôle ? Allons-nous attendre

qu’un nouveau choc pétrolier se déclenche ?

Il est urgent d’inventer ensemble un nouveau modèle de développement. 2 3

// 4

Communiqué de Munich Re du 5 août 2010 Le Monde 22 octobre 2007


TRAVAILLER ENSEMBLE À DES SOLUTIONS CONCRÈTES

,

%

Le premier séminaire de travail des Etats Généraux s’est tenu les 22 et 23 octobre. Syndicats, représentants du patronat, d’ONG et d’associations, philosophes et économistes sont venus exposer leur diagnostic de la crise et leurs premières propositions.

Maurad RHABI Secrétaire confédéral de la CGT

Benoît ROGER-VASSELIN Président de la commission emploi du MEDEF

ait

gaz

10

Joël DECAILLON, Sec. Gal adj. Confédération Européenne des Syndicats

et Gérard ASCHIERI Président du centre de recherche de la FSU

Michel MEUNIER Président du CJD Centre des Jeunes Dirigeants

Pierre KHALFA Porte-parole de l’Union Syndicale Solidaire

Un premier consensus s’est dégagé autour de nos objectifs : « créer des emplois utiles, durables et non-délocalisables, sur une autre base que la croissance » explique Marie Blandin, sénatrice du Nord, « ré-industrialiser avec des emplois de qualité» insiste Gérard Aschieri de la FSU. Un préalable passe par un changement des représentations. Daniel Le Scornet de l’Appel des Appels et Marc Desplats, président du Mouvement National des Chômeurs et Précaires, plaident pour une meilleure représentation des chômeurs. Bertrand Mahé, secrétaire confédéral de la CFTC et Eloi Laurent, économiste à l’OFCE, demandent qu’on définisse de nouveaux critères de richesse et de croissance. « La question doit être : que faisons-nous de notre vie ? Et non que faisons nous dans notre vie ? » suggère le philosophe Patrick Viveret. La première des pistes à explorer porte sur les gisements d’emplois verts dans le bâtiment, les économies d’énergie, le développement de nouveaux modes de transport et celui des énergies renouvelables : « Notre déficit énergétique était de 60 milliards d’euros en 2008. Il est possible de le diminuer très nettement si on investit massivement dans les économies d’énergie et dans les énergies renouvelables » explique l’euro-député Pascal Canfin. Un des objets des Etats Généraux sera de recenser et de « confronter » toutes les études existantes sur la création d’emplois verts.

Patrick VIVERET Philosphe

Paul JORION Économiste

Dominique MEDA Sociologue

Créer des emplois n’est pas tout. Il faut aussi travailler sur la nature des nouveaux emplois. Beaucoup des emplois du XXIe siècle seront des emplois de médiation explique l’économiste Alain Lipietz. Il faut repenser les emplois-jeunes, lutter contre les temps partiels subis, revaloriser les métiers traditionnellement « féminins », travailler sur la question de l’emploi des seniors et bien-sûr réfléchir à un autre partage du travail, plus juste que le partage actuel. Sur la question du temps de travail, Benoît Roger-Vasselin, président de la commission des relations du travail au Medef (fonction qu’occupait auparavant Denis GautierSauvagnac), affirme que « le débat sur le temps de travail méritait mieux que ce que nous avons entendu d’un côté de l’échiquier politique comme de l’autre. Le temps que nous consacrons au travail à l’intérieur d’une vie est complètement concentré entre 20 et 55 ans, où l’on devrait tout réussir : ses études, sa vie personnelle, sa vie professionnelle et l’ensemble des engagements que l’on a. Ensuite, on se fait jeter comme un kleenex à 55 ans, au moment où l’on nous explique que l’on va vivre centenaire. Effectivement, l’idée de mieux partager le temps de travail à l’intérieur d’une vie mérite un vrai débat ». Ancien Commissaire au Plan, ancien conseiller de Jacques Delors, Jean-Baptiste de Foucauld plaide lui aussi pour un autre partage du temps de travail et des revenus. Il opte

Marie BLANDIN Sénatrice du Nord

Gaël VIRLOUVET France Nature Environnement

Pascal CANFIN Député européen

// 5


TRAVAILLER ENSEMBLE

Jean-Baptiste de FOUCAULD Ancien Commissaire au Plan

Yves MONTALESCOT Secrétaire départ. CFDT 92

pour une abondance frugale. Il met en avant plusieurs dysfonctionnements graves de notre contrat social : la politique des salaires, par exemple, est en même temps trop autoritaire (au niveau du SMIC) et trop discrétionnaire (à la tête du client pour la plupart des salariés). « On pourrait augmenter plus les salaires si on les augmentait autrement » estime de Foucauld. Pour Gérard Aschieri, de la FSU, « l’objectif doit être d’affirmer le droit à la réussite de tous et non pas l’égalité des chances, qui est un leurre et une manière de ne pas traiter de l’égalité des droits et notamment les droits à la formation. On se doit d’afficher des objectifs extrêmement ambitieux si on ne veut pas d’une société où une partie des jeunes et des adultes participe à la société de connaissance et où des autres sont cantonnés dans des petits boulots. »

Bertrand MAHÉ Comité national de la CFTC

La sociologue Dominique Meda s’interroge : « Comment gérer la «destruction créatrice » ? Comment faire quand certains emplois disparaissent pour laisser la place à d’autres emplois, parfois plus qualifiés ? Comment nous désintoxiquer de cette société de consommation ? »

Noël DAUCÉ Secrétaire fédéral de la FSU

Sortir de la crise nécessite de réduire les inégalités affirme Eloi Laurent, économiste à l’OFCE : modifier la répartition des revenus, via une réforme fiscale d’ampleur. Michel Meunier, Président du Centre des Jeunes Dirigeants propose une « fiscalité inversée », qui taxe plus les ressources non-renouvelables que le travail. Le CJD souhaite qu’on relance le débat sur une vraie fiscalité Carbone.

Marc DESPLATS Président Mouvement Nal des Chômeurs et Précaires

« Nous sommes dans une pliure de l’histoire, de quelle côté parle-on ? s’interroge Pierre Radanne. La critique d’un monde qui meurt ou la construction du monde futur ? On ne gagnera jamais si on ne construit pas une

nouvelle promesse. La promesse ancienne est morte, la promesse de la société de consommation pour tous n’est plus un objectif de vie. Avons-nous une alternative à ça ? Nous sommes dans une société beaucoup trop violente dans les passages de vies, la sortie du système scolaire, la question des retraites… Plus qu’une réforme des retraites, il aurait fallu une réforme de la distribution du temps dans la vie » L’économiste Paul Jorion veut clarifier le débat sur les revenus : soit on détache les revenus du travail, pour arriver à une sorte de revenu garanti ; soit on assure le plein emploi. Un débat que Benoît Roger-Vasselin estime fondamental… tout en indiquant que les solutions du Medef seront sans doute différentes de celles des autres participants. Secrétaire nationale des Verts, Cécile Duflot explique que « le projet global de l’écologie politique vise à faire vivre des habitants sur une planète dont les ressources sont limitées et donc, dans une logique de sobriété et d’économie des ressources naturelles. Non pas dans une logique dépressive mais bien dans une logique de mieux-être, où d’autres indicateurs de richesse vont permettre de travailler différemment et de sortir de la logique où la seule solution est la croissance du produit intérieur brut.» « Il est très important de tirer les leçons du XXe siècle, et de se dire que les solutions ne seront porteuses de sens, d’espoir [...] que si elles sont partagées, conclut Cécile Duflot. Patrick Viveret insiste lui aussi sur l’importance du dialogue : face à un gouvernement autiste, incapable d’écouter les deux millions de citoyens qui manifestent contre la réforme des retraites, ces Etats Généraux sont la preuve qu’il est possible de débattre longuement et sereinement des enjeux de société.

Sandrine ROUSSEAU Économiste

// 6

Cécile DUFLOT Secrétaire nationale Europe Écologie - Les Verts

Jean-Frédéric DREYFUS CFE-CGC

Eva SAS Présidente de la Com. Economie des Verts

Pierre RADANNE Climatologue

Eloi LAURENT Économiste à l’OFCE

Anne SOUYRIS Bureau exécutif Europe Écologie - Les Verts

Sébastien DARRIGRAND USGERES


À DES SOLUTIONS CONCRÈTES Pour Joël Decaillon, Secrétaire Général adjoint de la Confédération Européenne des Syndicats, « le dérèglement climatique accroît les inégalités sociales. On ne peut pas dissocier lutte pour la justice sociale et lutte contre le dérèglement climatique. Il faut tenir compte aussi de ces 1,8 milliards de travailleurs qui n’ont aucune couverture sociale et qui aspirent à mieux se nourrir, à consommer plus d’électricité. (…) Il faut retrouver l’esprit de Philadelphie : il n’y aura pas de paix durable sans justice sociale. » Membre du Conseil scientifique d’Attac et responsable de l’Union syndicale Solidaires, Pierre Khalfa milite pour une réaffectation des revenus vers les salaires les plus bas et pour une vraie baisse du temps de travail. L’idée d’une sécurité sociale professionnelle est défendue par la CGT qui estime aussi qu’il est urgent d’imposer des règles sociales et environnementales dans le commerce mondial : « Soit le gouvernement décide de maintenir l’emploi en France, soit il décide d’aider les lobbies de la grande distribution » affirme Maurad Rabhi, secrétaire confédéral de la CGT. Pour lutter contre la précarité, nombreux sont ceux qui plaident comme Noël Daucé de la FSU pour qu’on développe un vrai service public de l’emploi. Yves Montalescot, Secrétaire départemental CFDT des Hauts de Seine, insiste sur les créations d’emplois dans l’économie sociale et solidaire. Sébastien Darrigrand, délégué général de l’Usgeres, propose d’appliquer le principe des « circuits courts » de distribution, tels que les Amap, à d’autres filières d’activité. Un ensemble de pistes qui supposent de re-territorialiser l’activité, plaide Gaël Virlouvet, de France Nature Environnement. Régis Hochard de la Confédération paysanne, souhaite relocaliser les productions agricoles et développer une agriculture

Mickaël POILLION Jeunes Agriculteurs

Karima DELLI Députée européenne

Régis HOCHART Confédération Paysanne

diversifiée. Mickael Poillion des Jeunes Agriculteurs demande qu’on ne se résigne pas à l’effondrement de l’emploi agricole : le monde rural est un vrai vivier d’emplois, agricoles et para-agricoles. Jean-Frédéric Dreyfus, membre du bureau national de la CFE-CGC, insiste sur la nécessité de travailler à un concept de « performance globale » : mesurer la valeur d’une entreprise en prenant en compte son bilan social, sociétal et environnemental et pas seulement son bilan financier. Présidente de la Commission du développement au Parlement européen, Eva Joly dénonce le mythe de la croissance toute puissante. « L’idéologie n’est pas chez nous, mais chez ceux qui perpétuent cette illusion, chez tous ceux qui disent que le moteur va redémarrer, que la croissance suffira à régler tous nos problèmes. » « Les emplois verts sont une partie de la solution, affirme Eva Joly. C’est 500 000 à 600 000 créations d’emplois possibles. Mais on voit bien que ce n’est pas suffisant dans un pays où il y a presque 5 millions de chômeurs. Il va donc falloir trouver d’autres façons de partager les richesses. Et une des solutions préconisées par beaucoup de personnes ici, et notamment par Pierre Larrouturou, c’est le partage du travail. » De l’avis de tous, ce premier séminaire de travail fut très riche. Trop riche pour être résumé en trois pages… Les vidéos de toutes les interventions sont disponibles sur www.EtatsGenerauxEmploiEcologie.net. Pour aller plus loin, pour atteindre notre objectif, diviser par 2 le chômage et les émissions de gaz à effet de serre, 5 groupes de travail ont été créés qui livreront leurs premières conclusions en janvier.

Alain LIPIETZ Économiste

Daniel LESCORNET l’Appel des appels

Pierre LARROUTUROU Économiste

Eva JOLY Députée européenne

// 7


Dans toutes nos régions, ils et elles s’engagent dans les États Généraux :

Clotilde SERS Pays de la Loire

Thomas MAZIERE Basse Normandie

Agnès LAURENT Champagne-Ardenne

Cyrille MOREAU Haute Normandie

Priscilla CASSEZ Nord Pas-de-Calais

Christophe PORQUIER Picardie

Claude TALEB Haute Normandie

Jacques FERNIQUE Alsace

Naïg LE GARS Bretagne

Evelyne COHEN-LEMOINE Île-de-France

Guy MARIE Franche-comté

Hervé MOREL Île-de-France

Laurence VICHNIEVSKY PACA

Philippe HERVIEU Bourgogne

Éric MORGEN Franche-Comté

Françoise ALAMARTINE Languedoc-Roussillon

Yvette RAYSSIGUIER Bretagne

Robert ROCHAUD Poitou-Charentes

Lionel GUERIN Île-de-France

Ghilaine JEANNOT-PAGÈS Limousin

Yves REVERSEAU Auvergne

Christophe ROSSIGNOL Centre

Sabra BENNASR Rhône-Alpes

Serge GUERIN Île-de-France

Stéphane SAUBUSSE Aquitaine

Alexandre JURADO Midi-Pyrénées

Bérénice VINCENT Aquitaine

Caroline AMIEL Basse Normandie

Éric PIOLLE Rhône-Alpes

Jerôme GLEIZES Île-de-France

Gérard ONESTA Midi-Pyrénées

Philippe MEIRIEU Rhône-Alpes

Bernard BRUNET Midi-Pyrénées

Jean-Philippe MAGNEN Pays de la Loire

Nicolas DUBOURG Languedoc-Roussillon

Hélène CHESSE Midi-Pyrénées

Philippe COLLIAUX Île-de-France

CALENDRIER DES ÉTATS GÉNÉRAUX Premier séminaire de travail

Second séminaire

Bilan d’étape national

Réunion européenne

Conclusion des États Généraux

22-23 OCTOBRE

JANVIER

FÉVRIER

MARS - AVRIL

MAI - JUIN

À ne pas jeter sur la voie publique

Rencontres et débats en régions

POUR PARTICIPER AUX DÉBATS DANS VOTRE RÉGION, POUR PARTICIPER AUX 5 GROUPES DE TRAVAIL RETROUVEZ-NOUS SUR LE SITE INTERNET

www.EtatsGenerauxEmploiEcologie.net


Etats Généraux pour l'Emploi et l'Ecologie