Page 1

Edouard Vincke Exposition de graffiti lusophones

De Pianofabriek, 35 rue du Fort, Saint Gilles, Bruxelles / le dimanche 29 novembre 2009 edvincke@hotmail.com / +32 494 058 645

1


édouard vincke

Biographie Édouard Vincke est anthropologue et photographe. Né au Congo, il y a résidé de nombreuses années. Il a travaillé longtemps à l’Université de Lubumbashi et a donné des cours dans d’autres universités. Depuis les années 80, il étudie les espaces urbains, notamment les monuments relatifs à la colonisation. A effectué de nombreux voyages, entre autres dans les pays lusophones d’Afrique. Il a réalisé bon nombre d’expositions à caractère esthétique et/ou pédagogique, en Belgique, au Cap Vert (Mindelo) et en Inde (Panjim, Etat de Goa). Il a photographié systématiquement les expressions graphiques des espaces urbains : graffiti, tags, graphes, pochoirs. Au-delà de l’aspect esthétique,il recherche ce qui fait sens, cherchant à intégrer les œuvres dans leur contexte urbain et social.

2


Graffiti vs Tags

Quant aux graffiti, parfois le message est une simple signaure : moi, untel, j’étais ici “Kilroy was

Les graffiti sont des messages écrits dans les es-

here”, on est au degré zéro du graffiti, en ce sens

paces publics et faits pour être lus. Or les tageurs

comparable aux tags.

ont annexé le terme et appellent leurs œuvres

s’arrête là.

Mais

la comparaison

“graffiti”. Le message peut être polémique, poétique, éroOr, pour comprendre les graffiti, il est incontour-

tique, politique. Ils sont en principe faits par des

nable de les comparer aux tags !

individus isolés, anonymes, et qui ne se connaissent

Ceux-ci sont réalisés par des groupes qui se

pas. Cependant, ils répondent souvent à

d’autres graffiti.

connaissent Leur message, contestataire, peut s’exprimer par des lettres codées, lisibles pour

Les graffiti, quoique dispersés dans les espaces

les initiés. La signature de l’auteur est LE le mes-

publics, forment des ensembles dont le décryptage

sage du tag, en un lettrage esthétiquement codé

dévoile des aspects sgnificatifs, non des auteurs,

et codifié.

mais des sociétés.

3


PAGE 06

Liste d’oeuvres exposées Tu laconai la fi qyest la” et “Aqui não é lugar de fodesse. Ilha de São Vicente, Cabo Verde 2001. En français : Tu la connais la fille qui est là ? Et : Ici ce n’est pas un endroit pour faire l’amour.

07

Pedro Pires homem de Mentira. Pedro Pires homme de mensonge. Graffiti de droite, critiquant le président. 2001 Mindelo. La jeune fille l’a signé, ce qui est rare.

08

Cidália, Nadeem, Carlos. Lisboa. 1996 Lisboa, Portugal. Note : quand il y a un nom, il en attire d’autres. Mais le seul message est : moi, Untel, j’étais là!

09

Entrada da casa. Não xixir senão vou a policcia. 1996 Cha de Igreja, Ilha de São Vicente, Cabo Verde.

10

4

Pedra Badejo, Ilha de Santiago. 1992.


11

Os Negros tem o cassete muito grande, uau. Les Noirs ont un zizi très grand, Ouaou. 1996, São Paulo. Probablement humoristique et non raciste.

12

Deus é preto. Dieu est Noir. 1996, Portugal.

13

Lixo. Ordures. 2006, Lisboa, Portugal.

14

Se a merda fosse ouro os pobres nasciam sem cù. En français : “Si la merde était de l’or, les pauvres naitraient sans cul” 1996, Lisboa.

15

Piquenas Ponta Belém. Mindelo ou Praia. Les petites de Ponta Belém. 2001. Il y a souvent des graffiti d’un groupe de filles, qui affirment leur amitié et leur opposition aux groupes de garçons.

16

Viva o 1° de Maio. 1978, Lisboa, Portugal. L’inscription fut faite lors de la Révolution des oeillets. 5


6


7


8


9


10


11


12


13


14


15


16


contact edvincke@hotmail.com + 32 494 05 86 45

17

Lusograffiti  

Photographies d'Edouard Vincke. Portugal, Brésil, Cap-Vert 1980-2009. Exposition au Pianofabriek le dimanche 29 novembre 2009.

Advertisement