Page 1


Avertissement Cet Abécédaire recense et présente les grands projets qui animent le développement économique de la métropole régionale et de son territoire naturel d’ancrage : Bordeaux et la Gironde. Fournir une information actualisée aux acteurs économiques du territoire, tel est l’objectif de cet outil de promotion et de vulgarisation. Classés par ordre alphabétique les différents projets font l’objet d’une présentation homogène permettant une facilité et une rapidité de lecture. Au delà du classement alphabétique, un index thématique permet d’identifier les familles de projets. Les éléments présentés proviennent : • de la connaissance que le BRA, au sein de l’équipe permanente, a de ces projets, • des informations fournies ou publiées par les différents maîtres d’ouvrage et porteurs de projets, • d’une lecture attentive de la presse généraliste et spécialisée qui nourrit cette connaissance. Cet Abécédaire est destiné aux membres fondateurs et membres adhérents du BRA, agence de développement économique de Bordeaux et de la Gironde, ainsi qu’aux investisseurs potentiels avec qui le BRA est en relation: • il est accessible via l’intranet du BRA • une édition papier (tirage limité) est adressée aux membres du Conseil d’administration et du Comité de Suivi et d’Orientation du BRA. Ce document est actualisé et mis à jour régulièrement. Chaque lecteur est incité à nous faire part de ses propres informations mais aussi des inexactitudes et oublis que comportent obligatoirement ces textes.

3


Classement alphabétique • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

Aérogare Lowcost ........................................................................................................... 7 Aérospace Valley ............................................................................................................. 9 Auditorium .................................................................................................................... 11 Autoroute ...................................................................................................................... 13 A’LIENOR A65 ................................................................................................................ 13 Autoroute ferroviaire Atlantique - écofret .................................................................... 15 Bassins à flot ................................................................................................................. 17 Berge du Lac ................................................................................................................. 19 Ecoquartier GINKO Bioparc ........................................................................................... 21 Bordeaux Aéroparc ....................................................................................................... 23 Bordeaux Euratlantique .............................................................................................. 25 Les cascades de Garonne .............................................................................................. 27 Centrale photovoltaïque de Bordeaux Lac .................................................................... 29 Centre Culturel et Touristique du Vin............................................................................ 31 Cité de la Photonique .................................................................................................... 33 Contournement ferroviaire de Bordeaux ...................................................................... 35 DARWIN ......................................................................................................................... 37 Ecoparc.......................................................................................................................... 39 Fabrique d’auteurs ........................................................................................................ 41 Gironde Numérique ...................................................................................................... 43 Grand Arena .................................................................................................................. 45 Grand Projet de Ville des Hauts de Garonne ................................................................ 47 Grand Stade Bordelais .................................................................................................. 49 Inolia ........................................................................................................................... 51 INRIA ........................................................................................................................... 53 Institut Lasers et Plasmas ............................................................................................ 55 Institut d’optique Graduate .......................................................................................... 57 Institut polytechnique de Bordeaux .............................................................................. 59 Institut des sciences de la vigne et du vin Bordeaux ................................................... 61 Laser Mégajoule ........................................................................................................... 63 LASERIS 1 & 2 .............................................................................................................. 65 LGV Bouchon ferroviaire de Bordeaux .......................................................................... 67 LGV Bordeaux frontière espagnole ............................................................................... 69 LGV Bordeaux Toulouse ................................................................................................ 71 LGV Bordeaux Tours ...................................................................................................... 73 LIGNE INTEGRATION LASER (LIL) ................................................................................ 75 Neurocampus ................................................................................................................ 77 Opération campus de Bordeaux .................................................................................... 79 Parc de l’Intelligence Environnementale ...................................................................... 81 Pépinière écocréative Bordeaux Chartrons ................................................................. 83 PETAL ........................................................................................................................... 85 Plateforme logistique de Hourcade .............................................................................. 87 Pont BACALAN BASTIDE ............................................................................................... 89 PROD’INNOV Nutrition Santé ........................................................................................ 91 Rocher de Palmer ......................................................................................................... 93 Route des Lasers Lasers, Photonique & Applications................................................... 95 Terres Neuves ............................................................................................................... 97 Tramway ........................................................................................................................ 99 XYLOFUTUR ................................................................................................................. 101

4


Classement thématique AERONAUTIQUE / ESPACE AEROSPACE VALLEY Aéronautique - Espace Systèmes embarqués

p 09

BORDEAUX AEROPARC

p 23

ECONOMIE CREATIVE DARWIN

p 37

FABRIQUE D’AUTEURS

p 41

PÉPINIÈRE ÉCOCRÉATIVE BORDEAUX CHARTRONS

p 83

ROCHER DE PALMER

p 93

TERRES NEUVES

p 97

ENSEIGNEMENT SUPERIEUR RECHERCHE INRIA

p 53

INSTITUT D’OPTIQUE GRADUATE SCHOOL

p 57

INSTITUT POLYTECHNIQUE DE BORDEAUX

p 59

ILP-INSTITUT LASERS ET PLASMAS

p 55

ISVV – INSTITUT DES SCIENCES DE LA VIGNE ET DU VIN

p 61

NEUROCAMPUS

p 77

OPERATION CAMPUS DE BORDEAUX

p 79

PETAL

p 85

ENVIRONNEMENT BERGES DU LAC ECO-QUARTIER GINKO

p 19

CENTRALE PHOTOVOLTAÏQUE DE BORDEAUX LAC

p 29

ECOPARC

p 39

PARC INTELLIGENCE ENVIRONNEMENTALE

p 81

EQUIPEMENTS AUDITORIUM

p 11

BASSINS A FLOT

p 17

CASCADES DE GARONNE

p 27

CENTRE CULTUREL ET TOURISTIQUE DU VIN

p 31

GRAND ARENA

p 45

GRAND STADE BORDELAIS

p 49

LASER MEGAJOULE

p 63

OPERATION CAMPUS DE BORDEAUX

p 79

INFRASTRUCTURES AEROGARE LOWCOST

p 07

AUTOROUTE A’LIENOR A65

p 13

AUTOROUTE FERROVIAIRE ATLANTIQUE – ECOFRET

p 15

CONTOURNEMENT FERROVIAIRE DE BORDEAUX

p 35

GIRONDE NUMERIQUE

p 43

INOLIA

p 51

LGV - BOUCHON FERROVIAIRE DE BORDEAUX

p 67

LGV – BORDEAUX FRONTIERE ESPAGNOLE

p 69

5


LGV – BORDEAUX TOULOUSE

p 71

LGV – BORDEAUX TOURS

p 73

PONT BACALAN BASTIDE

p 89

éme

TRAMWAY (3

phase)

p 99

SITES D’ACTIVITE BERGES DU LAC - ECO QUARTIER GINKO

p 19

BASSIN A FLOT

p 17

BIOPARC

p 21

BORDEAUX AEROPARC

p 23

BORDEAUX EURATLANTIQUE

p 25

CITE DE LA PHOTONIQUE

p 33

ECOPARC

p 39

GRAND PROJET DE VILLE DES HAUTS DE GARONNE

p 47

LASERIS 1 & 2

p 65

PÉPINIÈRE ÉCOCRÉATIVE BORDEAUX CHARTRONS

p 83

PLATEFORME LOGISTIQUE HOURCADE

p 87

PARC INTELLIGENCE ENVIRONNEMENTALE

p 81

TERRES NEUVES

p 97

INDUSTRIE DU BOIS XYLOFUTUR

p 101

INFORMATIQUE GIRONDE NUMERIQUE

p 43

INOLIA

p 51

INRIA

p 53

LASER OPTIQUE CITE DE LA PHOTONIQUE

p 33

INSTITUT D’OPTIQUE GRADUATE SCHOOL

p 57

ILP-INSTITUT LASERS ET PLASMAS

p 55

LASER MEGAJOULE

p 63

LASERIS 1 & 2

p 65

LIL - LIGNE D’INTEGRATION LASER

p 75

PETAL

p 85

POLE DE COMPETITIVITE AEROSPACE VALLEY Aéronautique - Espace Systèmes embarqués

p 09

PROD’INNOV

p 91

ROUTE DES LASERS – Lasers Photonique & Applications

p 95

XYLOFUTUR

p 101

TERTIAIRE BORDEAUX EURATLANTIQUE

p 25

PLATEFORME LOGISTIQUE HOURCADE

p 87

SCIENCES DE LA VIE PROD’INNOV

p 91

NEUROCAMPUS

p 77

BIOPARC

p 21

6


Aérogare Lowcost Enjeux Dans un contexte de forte croissance du transport « lowcost » de l’aéroport Bordeaux - Mérignac, avec un trafic multiplié par 3 en 3 ans et compte tenu de la concurrence du TGV qui mettra Paris à 2h de Bordeaux en 2016 entrainant une perte de 800 000 passagers pour l’aéroport, une nouvelle aérogare destinée uniquement à accueillir les compagnies lowcost va être construite. Ce terminal lowcost portera le nom de Billi (Bordeaux Illico). Bordeaux-Mérignac est le troisième aéroport français à se doter d’un terminal « lowcost ». Ryanair sera la première compagnie à s’y installer.

Objectifs Ce nouveau terminal à services simplifiés est conçu pour recevoir jusqu’à 2 millions de passagers représentant 40% du trafic de l’aéroport à l’horizon 2017 (500 000 passagers en 2008). Le trafic « lowcost »devrait atteindre 1,2 Million de passagers en 2015. L’investissement est susceptible de générer environ 2300 emplois directs et indirects sur 10 ans. Le terminal sera implanté entre le hall B de l’aéroport et la zone de fret sur une surface de 4 384 m². Un espace commercial est également prévu. Les futurs tarifs de cette plate-forme, annoncés comme 33% inférieurs à ceux des terminaux classiques, ont été validés par la commission consultative économique.

7

© BRA - Mise à jour 01/2010


Budget et calendrier Cet investissement d’un montant de 5,5 millions d’euros sera entièrement financé par la société aéroportuaire (SADBM). Fin juin 2009 : début des travaux Printemps 2010 : lancement de la promotion de la future aérogare auprès des compagnies aériennes, en préambule d’une campagne grand public Mai 2010 : Mise en service

Contacts Aéroport de Bordeaux Mérignac www.bordeaux.aeroport.fr Tél. : 05 56 34 50 00 info@bordeaux.aeroport.fr

8

© BRA - Mise à jour 01/2010


Aérospace Valley Aéronautique – Espace – Systèmes embarqués

Enjeux Labellisé lors de la première vague de labellisations, le pôle de compétitivité mondial Aerospace Valley est assis sur les deux régions Midi Pyrénées et Aquitaine et s’affiche comme le premier bassin d’emploi européen dans le domaine de l’aéronautique, de l’espace et des systèmes embarqués : • 102 000 emplois • 1 300 établissements • 10 milliards d’euros de chiffre d’affaires • 1/3 des effectifs aéronautiques français • 8 500 emplois dans la recherche • 1er pôle français d’enseignement supérieur • La 1ère offre qualitative européenne en équipements et sous-traitance Leader mondial

Leader européen

Avions civils de plus de 100 places Aviation d’affaire haut de gamme Turbines à gaz pour hélicoptères Trains d’atterrissage Télédétection, collecte de données et localisation

Conception, développement et intégration de satellites Mise et maintien à poste des satellites lanceurs et propulsion Télécommunications par satellites et océanographie spatiale Systèmes de cockpit Technologies de rentrée atmosphérique Avions militaires Systèmes embarqués pour l’automobile

Pour préparer l’avenir, Aerospace Valley labellise des projets de coopération dans neuf Domaines d’Activités Stratégiques (DAS) : • Aéromécanique, matériaux et structures • Energie, motorisation, propulsion, environnement • Sécurité et sûreté du transport aérien • Navigation, positionnement, télécommunications • Architecture et intégration, organisation industrielle • Maintenance, services et entraînement • Systèmes embarqués • Terre vivante et espace • Accès à l’espace et infrastructures orbitales

9

© BRA - Mise à jour 01/2010


Objectifs

Volet financier

Le pôle a pour principaux objectifs de : • Conforter la première place mondiale du pôle en aéronautique civile • Conforter la première place européenne dans le domaine de l’espace • Renforcer une position d’excellence dans le domaine des systèmes embarqués • Devenir un pôle de recherche et de formation de référence mondiale • Renforcer les atouts et les synergies des grands groupes et PME dans la compétition mondiale Son objectif affiché est de créer 40 000 à 45 000 emplois à horizon de 20 ans.

Au 30 septembre 2009, Aerospace Valley recense 270 projets de R&D labellisés ou agréés, dont 173 retenus pour financement, pour un total de 520 M€, dont 227 M€ d’aides publiques et 293 M€ de financements privés. Sur les projets financés par le FUI (Fonds unique interministériel), 32% sont pilotés par des PME. Sur ces 173 dossiers financés, 2 ont été abandonnés, 23 sont terminés, 124 sont en cours de réalisation et 24 n’ont pas encore démarré.

Partenaires L’association Aerospace Valley a été créée en 2005, pour développer, au plan national, européen et international, la compétitivité du Pôle Aéronautique, Espace, Systèmes embarqués Midi-Pyrénées et Aquitaine, labellisé Pôle mondial par le CIADT du 12 juillet 2005. Elle est constituée par les entreprises, centres de recherche, centres de formation et institutions concernés par le secteur dans les deux régions. 538 adhérents dont 255 PME.

Outre la R&D, on dénombre près de 40 projets structurants, pour un montant supérieur à 1 M€ d’investissement parmi lesquels : • L’Aerospace Campus à Toulouse • Le pôle aéronautique à Bordes-Assat • Le centre de déconstruction des avions à Tarbes • Le projet P2P de plateforme de déconstruction de propulseurs sur le site de la SNPE de St Médart en Jalles • L’INRIA Bordeaux Sud Ouest : déjà implanté à Bordeaux, l’Institut National de Recherche en Informatique et en Automatique a pour projet d’installer, sur le campus bordelais un laboratoire développant des recherches dans le domaine des Sciences et Technologies de l’Information et de la Communication, répondant aux besoins de l’aéronautique, de l’espace et des systèmes embarqués.

Contacts Délégué aux Programmes de Développement Economique et Direction Conseiller@aerospace-valley.com www.aerospace-valley.com

10

© BRA - Mise à jour 01/2010


Auditorium Enjeux Un des enjeux majeurs que conduit la Ville en matière d’aménagement urbain est de concilier le patrimoine avec les exigences de la modernité. Parce que l’attractivité d’une ville se mesure aussi à la qualité de vie qu’elle propose, Bordeaux a décidé de se doter d’un véritable équipement culturel. La fermeture du cinéma Gaumont a offert l’opportunité à un opérateur privé, qui a acquis la maîtrise foncière du lieu, de réaliser à son emplacement principal et ses annexes, entre le cours George Clemenceau et la rue du Palais Gallien, une opération immobilière complexe : celle-ci comprend des logements, des espaces de bureaux et un restaurant. La configuration initiale du lieu a conduit le promoteur du projet et son maître d’œuvre à proposer à la Ville de Bordeaux d’inclure dans le programme la construction d’un espace dédié aux activités culturelles. Celui-ci comprendra un auditorium de 1400 places environ ainsi que des salles de musique et des espaces annexes.

© L’internaute

Objectifs La création d’un Auditorium à Bordeaux, destiné à accueillir l’Orchestre national de Bordeaux Aquitaine (ONBA) et de grands ensembles symphoniques, est indispensable au rayonnement de l’orchestre. Elle est inscrite au Contrat de projets Etat-Région Aquitaine 2007-2013.

11

© BRA - Mise à jour 01/2010


Localisation

Volet financier

Cours Georges Clemenceau, 33000 Bordeaux.

Montant des travaux : 29 M€ L’auditorium sera revendu à la Ville de Bordeaux pour un prix fixé à l’avance (Vente en Etat de Futur Achèvement) quels que soient les aléas du chantier.

Caractéristiques techniques Constructeur : Michel OHAYON Maître d’œuvre : SAS Atelier Aquitain d’Architectes Associés, Michel PETUAUD LETANG. Maîtrise d’ouvrage : SNC BROCHON PUY PAULIN.

Financements : Ville de Bordeaux, Etat (DRAC).

Calendrier Début du chantier : Octobre 2006 Fin du chantier : prévue en 2011

Contacts Mairie de Bordeaux Place Pey Berland 33000 Bordeaux Tél. : 05.56.10.20.30 www.bordeaux.fr

12

© BRA - Mise à jour 01/2010


Autoroute A’LIENOR A65 Langon- Pau

Enjeux L’aménagement d’une liaison autoroutière entre Bordeaux et Pau est décidé depuis 1996 et 2002, priorité confirmée par le CIADT du 18 décembre 2003. Relier Pau à sa capitale en désenclavant la région de Mont de Marsan L’autoroute A65 est une infrastructure au service de l’aménagement du territoire pour le désenclavement et l’amélioration des communications dans la région Aquitaine. Gain de temps et développement économique La réduction des temps de parcours permettra de relier Bordeaux à Pau en une heure et demie environ (au lieu de 2h20). Sécurité, uidité, confort C’est un itinéraire sécurisé et confortable grâce à des aires de repos et à des aires de service aménagées. Respect des contraintes environnementales : importants aménagements pour protéger l’environnement et la biodiversité. Volet de « Compensations environnementales » pour rembourser la « dette écologique ». Création d’un Fonds Carbone par le Conseil régional.

Objectifs du projet Cette autoroute (150 kilomètres) permettra de relier LANGON, MONT-DE-MARSAN et PAU. Elle intègrera la déviation d’Aire sur l’Adour qui restera libre de péage pour le trafic local. • Gain de temps de 50 minutes sur BORDEAUX - PAU (environ 30 minutes gagnées sur le trajet MONT de MARSAN – PAU et 15 mn sur Bordeaux -Mont de Marsan). • Sécurité routière : 4 fois plus de sécurité, • Prolongement de l’autoroute entre PAU et OLORON pour favoriser les échanges entre L’AQUITAINE et L’ARAGON. • Des retombées économiques évaluées à 120 Millions euros (création de richesses, effets sur le tourisme, accroissement du fret…).

Caractéristiques techniques • • • • • • • •

Autoroute à 2 x 2 voies Longueur : 150 km 2 échangeurs autoroutiers 10 diffuseurs (dont 2 différés) 2 aires de service 4 aires de repos 35 ouvrages d’art prévus 2 000 personnes sur le chantier

13

© BRA - Mise à jour 01/2010


Volet financier • Le montant global de la liaison est de 1,2 milliard d’euros • Durée de la concession : 55 ans

Partenaires A’LIENOR, la société concessionnaire retenue (EIFFAGE : 65% ; SANEF : 35%), maitre d’ouvrage, finance l’intégralité du projet. Le GIE A65 Pau Langon est en charge de la conception et la construction de l’ouvrage ainsi que des acquisitions foncières. Il est piloté par EIFFAGE TRAVAUX PUBLICS. SANEF est responsable de l’exploitation de l’A65 pour la durée de la concession.

Calendrier prévisionnel Juin 2009 : Mise en service de la déviation D’AIRE sur L’ADOUR Printemps 2011 : Mise en service de l’ensemble de l‘autoroute.

Contacts www.a65-alienor.com/a-lienor-a65/societe-concessionaire.html

14

© BRA - Mise à jour 01/2010


Autoroute ferroviaire Atlantique - écofret Enjeux Le trafic de poids lourds en direction de l’Espagne est en croissance constante et forte depuis une dizaine d’années, et plusieurs études confirment la croissance soutenue de ce trafic (entre 3 et 4 % par an) dans les prochaines années. En revanche le trafic ferroviaire connaît une certaine stagnation voire une légère baisse sur la même période. Le passage atlantique est un des deux passages privilégiés par le transport routier international en provenance et à destination de la péninsule ibérique. Les dernières données issues de l’enquête transit sur les traversées pyrénéennes montrent que le trafic terrestre empruntant l’axe atlantique pourrait atteindre 84 MT en 2025 : soit une progression de 20% par rapport aux prévisions du rapport Becker publié en 2000. L’autoroute ferroviaire atlantique consiste en un service de navettes ferroviaires cadencées à l’heure entre Lille, Tours, Hendaye, Irun et Vitoria. Prévue entre la frontière espagnole et le nord de la France, elle s’ajoutera à l’autoroute alpine ouverte en 2003 entre la France et l’Italie ainsi qu’à l’autoroute ferroviaire opérationnelle depuis 2007 entre Perpignan et Bettembourg (Luxembourg).

Objectifs L’objectif est d’embarquer directement des remorques sans manutention pour enlever des camions à la route entre Bayonne, Bordeaux, Paris et Lille. Cet objectif repose sur le principe suivant : transformer et valoriser le temps de repos obligatoire des chauffeurs routiers en temps de parcours ferroviaire. Le temps de parcours entre Madrid et Douvres serait par ailleurs ramené de 44 à 29 heures. En 2009 : au démarrage, quatre allers et retours quotidiens permettra de capter 600 poids lourds par jour. En 2013, L’amélioration de la voie ferrée sur Tours-Bordeaux-Irun devant être achevée, le service pourra passer à 20 allers-retours, détournant 1.600 camions par jour, soit près de 8 millions de tonnes par an. Après 2016, une fois réalisées les lignes à grande vitesse Tours-Bordeaux et VitoriaMadrid, 30 allers retours quotidiens avec une capacité de 2.000 poids lourds par jour et près de 10 millions de tonnes par an pourront être offerts.

15

© BRA - Mise à jour 01/2010


Partenaires Caisse des Dépôts et Consignations Conseil régional Aquitaine Société alsacienne MODALHOR, constructeur de wagons surbaissés

Calendrier Octobre 2009 : Choix des candidats par le gouvernement pour la réalisation Un tronçon d’autoroute ferroviaire sera lancé en 2011 à partir de la plateforme de Mouguerre qui empruntera un itinéraire alternatif Bordeaux - Saintes – Niort.

Contacts Conseil Régional Aquitaine Pôle Constructions, Infrastructures et Transports Direction des Infrastructures et Transports infrastructures@aquitaine.fr

16

© BRA - Mise à jour 01/2010


Bassins à flot Enjeux Le site des Bassins à flot, traditionnellement industriel avec une forte présence d’habitat ouvrier, est en déshérence depuis le déclin du trafic portuaire bordelais. Les grandes emprises foncières issues de l’activité portuaire passée se sont transformées en friches. La Communauté Urbaine de Bordeaux, en partenariat avec le Port de Bordeaux, a donc lancé un projet de réaménagement « avant-gardiste » du site des Bassins à flot, quartier amené à devenir un pôle majeur de la ville en termes de création d’activités et d’emplois, d’espaces publics de qualité et de valorisation du patrimoine industriel. Le programme d’ensemble, qui se déploie sur une quinzaine d’années, mixe des logements, bureaux, commerces, lieux culturels, et équipements publics. Ce site accueillera ainsi en 2013 le Centre Culturel du Vin, les lieux de culture de la Base sous Marine, 3 groupes scolaires, 5 000 nouveaux logements.

Objectifs • Accompagnement de la désaffectation portuaire industrielle par une démarche de renouvellement urbain, • Reconquête par les habitants des espaces portuaires des bassins en un véritable espace public urbain avec des programmes résidentiels. Ouverture au public des esplanades en les aménageant, autour des bassins en reliant la Garonne et la base sous-marine, • Recomposition du site qui s’appuie sur le bouclage futur des boulevards vers la Rive droite via le Pont BACALAN BASTIDE, le développement de liens entre les quartiers des CHARTONS et BACALAN, et l’aménagement de la place de LATULE comme entrée de ville. - installer dans le secteur de BACALAN un front urbain, tourné vers les bassins, et une restructuration des îlots pour accueillir à terme des programmes résidentiels de type «maison de ville » et des activités, - structurer la zone d’activité entre le boulevard Alfred DANEY et le cours Dupré de Saint Maur pour la relier au quartier de BACALAN. • Engagement du Port de Bordeaux pour favoriser la reconversion de ce secteur en conservant la gestion du plan d’eau, des quais et des ouvrages maritimes : - la concession du bassin à flot n°2 en véritable port de plaisance, vecteur de développement et de redynamisation du quartier. - la reconstruction du pont du Pertuis, axe majeur du quartier, adaptée aux navires de plaisance stationnant dans le bassin n°2. Les plus gros éléments, comme les catamarans et les péniches, stationneront dans le bassin n°1.

17

© BRA - Mise à jour 01/2010


- la reconversion des anciens hangars en bâtiments de bureau et d’activités : Les «hôtels industriels d’activité» devraient faciliter le développement d’activités commerciales en rez-de-chaussée et de bureaux à l’étage ou encore le regroupement de ses services sur son site de BACALAN.

Partenaires Maître d’ouvrage : Communauté urbaine de Bordeaux Ville de Bordeaux Architecte Urbaniste : Nicolas Michelin Grand Port Maritime de Bordeaux B.M.A, mandataire d’études de la 1ère ZAC, entre les bassins et la rue Lucien Faure

Localisation

Echéancier

Le site se trouve en frange Nord de la commune de Bordeaux, dans la ceinture des boulevards, à l’articulation entre la Garonne et le Lac de Bordeaux.

Décembre 2008 : lancement de la 1ère phase de concertation

Le programme d’aménagement d’ensemble (PAE) des Bassins à flots s’étend sur 154 hectares répartis autour du bassin à flot n°1, de la rue Lucien Faure et d’une frange des CHARTRONS.

Juin 2009 : choix de l’Agence Nicolas Michelin et Associés (ANMA) associé au paysagiste Pascal Cribier, au bureau d’études bordelais Cetab, au Bureau Tribu pour l’environnement, au cabinet Arcus de sociologie de Floirac et 2 consultants experts Robert Coustet et Paul Andreu. Printemps 2010 : 2ème phase de la concertation

Contacts Communauté urbaine de Bordeaux Pôle Aménagement et Développement Direction du Développement opérationnel et de l’aménagement Esplanade Charles de Gaulle 33076 - Bordeaux cedex Tél. : 05 56 99 84 39 Port de Bordeaux Palais de la Bourse, 3 place Gabriel 33075 Bordeaux cedex Tél. : 05 56 90 58 00 Nicolas Michelin et Associés (ANMA) 75010 Paris Tél. : 01 53 34 00 01 agence@anma.fr

18

© BRA - Mise à jour 01/2010


Berge du Lac Ecoquartier GINKO Enjeux La Berge du Lac est au rang des projets urbanistiques les plus ambitieux de l’agglomération bordelaise. Le grand quartier du Lac à Bordeaux associe autour du plan d’eau différents équipements : palais des congrès, par des expositions, casino, hôtels, administrations et habitat collectif. Avec l’arrivée du tramway, la ZAC de la Berge du Lac (32,6 hectares), créée en 2006, démarre sa réalisation avec un projet d’éco-quartier exemplaire de 5 000 habitants, doté de parcs, canaux, pistes cyclables, ainsi que de logements sociaux et de commerces.

Objectifs Le projet se veut être « la tête de pont du développement durable » à Bordeaux. Avec l’arrivée du tramway en 2013, ce secteur sera un quartier mixte habitat/commerces (20 000 m²) avec des objectifs de qualité paysagère, de mise en valeur du patrimoine naturel et d’aménagement d’un jardin-promenade le long du lac. L’aménagement de ce nouveau quartier vise à animer la périphérie nord de la ville de Bordeaux grâce à : • des équipements publics, comme des écoles, un collège, des équipements sportifs et socioculturels et des services de proximité, • un réseau de transport en commun, avec le tramway,

19

© BRA - Mise à jour 01/2010


• un environnement valorisé (40 000 m² d’espaces verts, dont un jardin-promenade, des aménagements paysagers et 3 canaux), en utilisant des espèces végétales locales non allergènes, • divers logements qui permettront une vraie diversité sociale et intergénérationnelle (1 000 logements sociaux sur un total de 2 149 logements), • des immeubles de bureaux (25 000 m²). 2 000 emplois pourraient être créés. • un centre commercial d’une superficie de 20 000 m². Tous les immeubles tertiaires du nouveau quartier répondront aux normes Haute Qualité Environnementale® et les logements à la norme Habitat & Environnement. Le programme comporte aussi des logements BBC (Bâtiment Basse Consommation), qui consomment 56 % d’énergie de moins qu’un bâtiment traditionnel. Le traitement de l’eau et les économies d’énergie ont également été pris en compte dès la conception.

Localisation Situé dans le secteur dit de Bordeaux Nord, le long des berges Est du Lac de Bordeaux, ce territoire fait partie des secteurs stratégiques du projet d’agglomération. La partie ouest de l’opération est dédiée aux logements, aux commerces de proximité et aux équipements, tandis que la partie Est, limitrophe du pôle commercial Auchan, pourrait à terme accueillir une extension permettant de recomposer la façade du centre actuel sur l’avenue des Quarante Journaux.

Partenaires Communauté Urbaine de Bordeaux et Ville de Bordeaux : Maitres d’ouvrage Bouygues Immobilier : concessionnaire de la ZAC Immochan : commercialisation et exploitation de la zone des commerces Maitres d’œuvre : Christian Devilliers (urbaniste), et agence d’architecture Brochet / Lajus/Peyo

Budget et calendrier Bouygues Immobilier, lauréat de l’appel d’offres, va investir 80 millions d’euros dans le projet. Les participations de la Mairie et de la CUB s’élèvent respectivement à 1,2 et 1 million d’euros. Lancement des travaux de la première tranche : début 2010 Livraison des premiers logements et bâtiments : 2012 Courant 2012 : mise en service de l’extension du tramway C entre les Aubiers et le palais des congrès. Début des travaux de la deuxième tranche de l’éco-quartier. 2014 : début des travaux de la dernière tranche de l’éco-quartier.

Contacts Communauté urbaine de Bordeaux Pole aménagement urbain et habitat Tél. :05 56 99 84 39 www.lacub.fr

20

© BRA - Mise à jour 01/2010


Bioparc Enjeux L’agglomération bordelaise souhaite se doter d’un parc technologique pour l’accueil de projets liés aux secteurs des technologies de la santé et de l’alimentation. Porté par le pôle de compétitivité Produits et Procédés Innovants pour la Nutrition et la Santé (PROD’INNOV), ce BIOPARC s’inscrit dans le cadre des projets structurants développés par la Communauté Urbaine de Bordeaux en réponse à la dynamique des pôles de compétitivité.

Objectifs La Création d’un centre préindustriel de bio développement réunissant des Start- up dans un bâtiment spécifique, est le premier projet emblématique du BIOPARC il permet de : • Proposer des ressources scientifiques, techniques et administratives mutualisées pour la recherche et la production pilote aux normes en vigueur. (fabrication de lots cliniques injectables petites et moyennes séries, mise en forme galénique, façonnage et développement, laboratoire de contrôle de produit biologique, production d’anticorps à façon) • Favoriser les collaborations entreprise / plateau technique public • Assurer la promotion des entreprises du site et de leurs partenaires Ce site unique qui s’étend sur 10 hectares, permet l’implantation et le démarrage rapide d’activités de sous-traitance dans les domaines de la mise en forme de produits issus des biotechnologies. Mitoprod, 1ère entreprise à avoir signé pour 600 m², devrait être suivie par Fluofarma, Physica Pharma, Alienor Pharma et Somedics.

Localisation

21

© BRA - Mise à jour 01/2010


Le parc s’étend sur les communes de Pessac et Mérignac Desserte et accès Proximité immédiate de la rocade, sortie n°12 Proximité avec le site du BOURGAILH Aéroport : 10 mn, Gare TGV : 20 mn ; Centre-ville : 20 mn Accès très haut débit : réseau public INOLIA

Caractéristiques techniques Le projet se développe en 6 plots de 3 000 m² implantés en respectant le site boisé. Chaque plot de 2 niveaux dispose d’un hall commun desservant 4 plateaux libres à aménager selon les besoins spécifiques de chaque utilisateur. • 17 hectares à terme • Construction de 15 à 20 000 m² de locaux d’activité selon les objectifs de construction HQE. • Prise en charge des travaux par Caisse des Dépôts et Consignations (CDC) • Mission de maîtrise d’œuvre confiée au cabinet savoyard Patriarche & Co • La société bordelaise IMOP assure une mission de maîtrise d’ouvrage déléguée.

Partenaires Ce projet est développé dans le cadre d’un partenariat public – privé associant notamment le Conseil régional d’Aquitaine, la communauté urbaine de Bordeaux, les villes de Pessac et Mérignac. Pole de compétitivité PROD’INNOV Bordeaux UNITEC : commercialisation et animation du pôle d’innovation

22

Opérateur du projet : La Caisse des Dépôts et Consignation. Constitution de la SAS BIO-Gallien afin de disposer d’un outil permettant de recueillir les aides publiques et d’offrir un loyer attractif. Achat à la Communauté urbaine de Bordeaux pour une première phase de travaux d’un terrain de 36.000 m² situé à la limite des communes de Pessac et de Mérignac.

Volet financier Budget Prévisionnel : 25 M€ (16 M€ pour la 1ère tranche) Investissement de la CDC : 11 M€ Projet inscrit au CPER 2007 - 2013 pour 9 M€ Cofinancement prévu : Etat, CRA, FEDER, CUB, CG33

Calendrier Juin 2009 Dépôt de permis de construire pour la 2ème tranche : (6 000 m² de laboratoires et bureaux) Fin 2010 : Livraison du premier bâtiment de 9 000 m².

Contacts Communauté Urbaine de Bordeaux Pôle Développement Economique 33076 Bordeaux Cedex Tél. 05 56 99 87 87 www.lacub.com Conseil Régional Aquitaine Direction de l’Industrie Tél. : 05 57 57 82 48 www.aquitaine.fr CDC Tél : 05 56 00 01 60 dr.aquitaine@caissedesdepots.fr www.caissedesdepots.fr

© BRA - Mise à jour 01/2010


Bordeaux Aéroparc Enjeux L’agglomération bordelaise est un des territoires d’accueil du pôle de compétitivité mondial AEROSPACE VALLEY spécialisé dans l’aéronautique, l’espace et les systèmes embarqués. Les perspectives de développement de ce secteur et la volonté politique de doter la métropole d’un site dédié à ces activités conduisent à la création de Bordeaux AEROPARC. Ce parc technologique doit son émergence à la présence forte des plus grands noms de l’aéronautique avec des entreprises comme Dassault, Thales, Safran, TAT, EADS, SNPE… Il constitue un véritable outil de développement économique à l’ouest de l’agglomération bordelaise pour attirer de nouvelles activités liées à l’aéronautique en dotant la métropole d’un pôle industriel et d’innovation d’envergure européenne complémentaire aux autres technopoles de «la route de l’innovation». Par ailleurs la création d’une zone d’essais de microdrones sur une fraction du camp de Souge sera installée à quelques kilomètres de la pépinière de l’Aéroparc

Localisation • Sur les communes de MERIGNAC –Le HAILLAN- SAINT MEDARD - en – JALLES. • Parc situé en bordure des pistes de l’aéroport.

23

© BRA - Mise à jour 01/2010


Objectifs

Partenaires

• Maintenir et développer les compétences industrielles régionales en renforçant le pole aéronautique et en favorisant l’innovation. • Attirer et favoriser l’implantation de nouvelles entreprises et activités pour créer 5 000 à 8 000 emplois escomptés dans les 10 à 15 ans • Créer une cohérence économique et spatiale pour le secteur ASD • Proposer des services aux entreprises : pépinière-incubateur, formations, supports aux recrutements, accompagnement projets innovants…

Ce projet est développé dans le cadre d’un Partenariat public - privé qui réunit, du côté des acteurs publics, le Conseil Régional d’Aquitaine, la Communauté urbaine de Bordeaux, ainsi que les villes de Mérignac, Saint-Médard-en-Jalles et Le Haillan. Autres partenaires : 2ADI, Aéroport de Bordeaux, Bordeaux TECHNOWEST, BRA, Caisse des dépôts, Bordeaux Aquitaine Aéronautique et Spatial, ENSAM, INNOVALIS Aquitaine.

Caractéristiques techniques

Juin 2009 : installation de Bordeaux Technowest et de 8 entreprises nouvelles dans le centre de services et signature d’une autorisation d’occupation temporaire avec la DGAC et l’armée pour l’utilisation d’une zone unique en France dédiée à l’évolution des drones.

Surface : 100 hectares dont 20 hectares avec accès direct aux pistes Centre de services aux entreprises sur 2000 m² Hôtellerie Restauration Services aux salariés (crèche, équipements sportifs…)

Calendrier

Contacts www.bordeaux-aeroparc.com/ Communauté Urbaine de Bordeaux Pôle Développement Economique 33076 Bordeaux Cedex Tél. 05 56 99 87 87 www.lacub.com Conseil Régional Aquitaine Conseil régional d’Aquitaine Direction de l’Industrie Tél. : 33(0)5 57 57 82 48 www.aquitaine.fr Bordeaux AEROPARC Bordeaux TECHNOWEST 19 Allée James Watt Bat. C - 1er Étage BP 20005 33702 Mérignac Cedex Tél. : 05 56 34 35 44

24

© BRA - Mise à jour 01/2010


Bordeaux Euratlantique Enjeux L’aménagement d’un vaste périmètre autour de la gare Saint-Jean constitue un enjeu urbanistique et économique majeur de l’agglomération bordelaise pour les années à venir : • Hisser Bordeaux du statut de capitale régionale à celui de métropole européenne et durable à taille humaine, • Faire de ce projet la « vitrine et le cœur battant » de la future métropole européenne que deviendra Bordeaux à la faveur du triangle LGV, formé avec Toulouse et Bilbao (Paris à deux heures de Bordeaux, Toulouse à une heure, Bilbao à 1h30), • Renforcer l’attractivité tertiaire de l’agglomération bordelaise. Il s’agit d’une opération d’aménagement qui s’étend sur une partie des 3 communes de Bordeaux, Bègles et Floirac, sur les 2 rives de la Garonne et impacte le grand sud de l’agglomération bordelaise. Elle permettra de : • construire d’ici 2025 un « quartier-vitrine » du tertiaire de l’agglomération, de nouveaux logements, commerces et équipements de proximité, pour répondre aux besoins futurs des nouvelles populations et des nouveaux actifs. • Bénéficier de l’arrivée du TGV de Paris en 2016 pour doter Bordeaux d’équipements correspondants aux normes d’accueil internationales en matière de bureaux et concrétiser ainsi l’ambition tertiaire de la métropole bordelaise. • Favoriser la mixité sociale et fonctionnelle grâce à une programmation urbaine qui permettra d’accueillir 30 000 nouveaux habitants dans des quartiers d’habitat ancien (logements HQE, équipements structurants tels que la salle ARENA ou la construction du nouveau FRAC) Le territoire concerné couvre une superficie de 738 hectares (262 sur Bordeaux rive gauche, 129 sur Bordeaux rive droite, 131 sur Floirac et 216 sur Bègles), un des plus grands projets urbains de France.

Objectifs • Grâce à un programme de 500 000 m² de bureaux, 150 000 m² de locaux d’activité, 40 à 60 000 m² de commerces, et de 15 000 logements sur 15 ans, la population sur ce périmètre (25 000 habitants actuellement) devrait doubler. Environ 20 et 30 000 emplois pourraient être créés. • Le projet de ligne à grande vitesse (LGV) devrait conduire à plus que tripler le trafic de la gare Saint Jean qui atteindrait 20 millions de passagers en 2020, Il entrainera la construction d’une ligne tram sur la ligne de chemin de fer de ceinture rive gauche jusqu’à Saint-Jean et le bouclage du réseau rive droite via les deux futurs ponts. (Pont Bacalan Bastide et Pont Jean Jacques Bosc) • Réussir le remodelage urbain de l’entrée sud de l’agglomération. La phase opérationnelle s’engagera avec le lancement des 3 projets urbains donc de

25

© BRA - Mise à jour 01/2010


3 nouvelles ZAC dès le printemps 2010 : le quartier de la Gare St Jean (180 hectares), le secteur de la Rive droite sur Bordeaux et Floirac, et le territoire de Bègles entre sa gare et le stade Moga. L’OIN s’inscrit aussi dans un territoire de projet plus vaste avec la démarche EcoCité, label apporté par le Ministère de l’Ecologie et du Développement Durable.

Localisation

Communes concernées : BordeauxBègles-Floirac. • Rive gauche : Bordeaux (Quartiers St Jean – Belcier) et Bègles • Rive droite : Floirac par le futur pont Jean-Jacques BOSC et le pont SaintJean jusqu’à la rocade

élus 5 aussi avec un pour chacune des 3 villes concernées, un pour la CUB, et un pour la Région L’OIN est doté d’un budget de 620 Millions d’euros dont 100 millions de subventions publiques.

Echéancier 15 septembre 2008 - Label d’Opération d’Intérêt National Juin 2009 : décret de création de l’OIN de 738 hectares dont 250 de friches et entrepôts 5 Novembre 2009 : publication du décret inscrivant l’OIN Bordeaux Euratlantique dans les communes de Bordeaux, Bègles et Floirac Mars 2010 : décret créant la mise en place de l’Etablissement Public d’Aménagement et lancement des concours d’urbanisme des 3 projets urbains 2012 : Création des 3 ZAC Début des travaux : aménagement 2013 ; immobilier 2014 2013 : inauguration du tronçon Bordeaux-Angoulême, bordeaux-Paris en 02h30 2014 : 250 000 m² livrés 2016 : Bordeaux sera à 2 heures de TGV de Paris, Pont JJ BOSC et extension Gare St Jean

Partenaires Le Label d’Opération d’Intérêt National (OIN) est porteur d’un engagement fort de l’Etat et des collectivités locales dans cette opération. Il va notamment s’accompagner de la création d’un établissement public d’aménagement (EPAD) qui permettra d’intervenir sur les différentes facettes du dossier, notamment la maîtrise et la mise en valeur des terrains publics. L’Etat aura 5 sièges au conseil, les

26

Contacts Mission de Préguration Chef de projet : Philippe Courtois Cité Administrative Tél. : 05 56 24 85 40 Communauté Urbaine de Bordeaux : Pôle de développement économique Pole développement économique Tél : 05 56 99 87 87 www.lacub.com

© BRA - Mise à jour 01/2010


Les cascades de Garonne Enjeux Lormont ambitionne d’accueillir un nouvel équipement ludique mêlant l’eau au loisir et à la santé. La Rive droite de l’agglomération bordelaise se positionne ainsi sur un complexe thermoludique de loisirs, unique en Gironde et accessible au plus grand nombre. Il s’agit de créer un centre couplant des loisirs aquatiques, des commerces et services en lien avec cette activité, et un hôtel de 150 chambres ou résidences hôtelières à flanc de coteau et dans sa partie basse, en voisin du Parc de l’Ermitage. Le projet de centre thermoludique repose sur 2 atouts : • Un forage géothermique qui a révélé la présence d’une une eau à 45° d’origine thermale qui sera amenée vers le site choisi ; • Un site de qualité environnementale exceptionnel mis en valeur par le parc de l’Ermitage et ses 30 hectares.

Objectifs Le projet prévoit la réalisation de : • complexe thermoludique (14 700 m² à 18 700 m²) : espace lagune de 700 m² composé de bassins intérieurs et extérieurs, de jeux d’eau et d’activités multiples liées au bien être et à la relaxation. • Hotel, restaurants, commerces… • logements : 27 000 m² shon • activités tertiaires : 18 000 m² shon • création d’un parc de stationnement de 300 places Le complexe thermoludique devrait attirer 500 000 à 600 000 clients escomptés par les porteurs du projet. Il comprend : • Bassin couvert de 800 mètres carrés, et un second en extérieur de 300 mètres carrés animés par 300 jeux aquatiques (bulles, geysers, courants...). • Cascade cinétique de 50 m de hauteur portée par un hôtel de 150 à 200 chambres Les retombées pour la commune, tant sur l’emploi local que sur l’attractivité touristique, seront un véritable coup de pouce au tissu économique local.

27

© BRA - Mise à jour 01/2010


Architecte-urbaniste RUOLS

Localisation Projet localisé sur le territoire de la commune de Lormont, entre coteaux et Garonne ; au sud du Parc de Lissandre sur une emprise foncière de plus de 9 hectares constituée d’une parcelle propriété de Clairsienne et une parcelle propriété de la commune de Lormont. Positionnement stratégique au sein de l’agglomération bordelaise : à proximité du Pont Bacalan Bastide, du centre ville de Lormont et du Parc de l’Ermitage.

:

Jean

Michel

La ville de Lormont interviendra par l’intermédiaire de la SEML des Monts du Laurier en collaboration avec Clairsienne.

Budget et Calendrier Ouverture chantier : fin 2010 Livraison : début 2012 Projet porté essentiellement par des investisseurs privés

Partenaires Clairsienne Aménageur réalisera la viabilisation primaire du site. Le partenariat avec des investisseurs privés sera facilité par les avantages offerts par la Zone Franche Urbaine.

Contacts Mairie de Lormont Service Communication rue André Dupin BP1 33305 Lormont Cedex Tél. : 05 56 33 00 96 Clairsienne Tél. : 05 56 292 292

28

© BRA - Mise à jour 01/2010


Centrale photovoltaïque de Bordeaux Lac Enjeux La centrale solaire de Bordeaux-Lac s’intègre dans une volonté d’aménagement exemplaire du parc des expositions de Bordeaux, afin de permettre non seulement de générer une production d’énergie propre et renouvelable mais également d’améliorer et d’optimiser le fonctionnement du parking (couverture des places de stationnement, circulation, signalétique). Cette action illustre l’engagement de Bordeaux dans le développement des énergies renouvelables avec notamment l’Agenda 21 de la ville qui fixe un objectif de 23% de la consommation de ses services issus d’une source renouvelable.

Objectifs Plus de 60 000 panneaux photovoltaïques couvriront 7 000 places de parking, sur 92 000 m2. Avec ses 20 hectares, elle aura la même superficie que 27 terrains de football, ce qui en fait la plus grande centrale solaire intégrée au bâti en construction en France. Sa production annuelle (12 MW) sera équivalente à la consommation annuelle d’environ 5 000 foyers ou à plus de 6 mois d’éclairage public de Bordeaux. Le projet comprend : • La mise en place de 92 000 m2 de panneaux photovoltaïques (plus de 60 000 modules) sur les 20 hectares que représente l’ensemble du parking pour une production de 12 MW. • La collecte de l’eau pluviale des ombrières. • La requalification du sol du parking par la mise en œuvre d’un enrobé respectueux de l’environnement et la création de noues paysagères pour le stockage et le traitement des eaux de pluie. • La clôture de l’ensemble du site et son contrôle d’accès. • La signalétique d’ensemble avec code couleur par zone, éclairage du parking et l’amélioration des cheminements piétons. • La mise en place de totems informatifs sur la production solaire.

29

© BRA - Mise à jour 01/2010


Calendrier et partenaires

©Ville de Bordeaux- 92 000 m2 de panneaux photovoltaïques

Des modules photovoltaïques en silicium monocristallin seront intégrés aux ombrières qui recouvriront les places de stationnement. Ils ont été choisis pour leur qualité technologique et leur excellent rendement surfacique. Les ombrières, couvertes intégralement de panneaux photovoltaïques, seront soutenues par des structures en «V» et regroupées par 2 ou 3 de façon à constituer des îlots.

• Calendrier de réalisation : mise en service prévue avant la fin de l’année 2010. • Maître d’ouvrage : SBEPEC (Société Bordelaise des Equipements Publics d’Expositions et de Congrès). • Maître d’œuvre : une équipe composée d’EDF Energies Nouvelles, Cardete Huet (Architectes) Secotrap (Bureau d’Etudes). Les entreprises Fayat, CEGELEC, Marchegay et Vilquin. • Modules photovoltaïques de marque Suntech. • Investissement global de 67 M€ porté en totalité par EDF énergies renouvelables, qui versera une redevance de 1,3 M€ HT/an à la SBEPEC (Société Bordelaise des Equipements Publics d’Expositions et de Congrès).

Contacts Ville de Bordeaux

Place Pey Berland 33076 Bordeaux Cedex Tél. : 05 56 10 20 30 www.bordeaux.fr

30

© BRA - Mise à jour 01/2010


Centre Culturel et Touristique du Vin Enjeux Bordeaux, capitale mondiale du vin de par sa renommée, souhaite créer un équipement à la hauteur de cette image, autour d’un projet architectural fort et d’un positionnement novateur. Avant tout culturel, le futur équipement viendra compléter et renforcer l’offre existante autour de la valorisation du vin (propriétés, boutiques…). Il constituera le pivot et le point de départ de la découverte du vin dans toutes ses dimensions. Le centre à vocation culturelle, scientique et festive espère attirer d’ici 2015 plus de 400 000 visiteurs /an soit 15 à 20% du nombre de touristes accueillis chaque année à Bordeaux.

Objectifs Le centre devra naturellement évoquer l’histoire du vin de Bordeaux, ses terroirs, les goûts et les métiers mais aussi devenir une vraie plate-forme d’information touristique et oenotouristique des vignobles bordelais. Les 3 volets économique, touristique et culturel seront au cœur du projet avec : • La création d’un Centre Culturel du Vin. • La mise en place d’un lieu de vie et d’activités dit « cluster Vin » : espace d’accueil proposant au public des expositions et des rencontres avec les professionnels du secteur, dans une démarche ludique et pédagogique. • L’ouverture d’un restaurant et d’un bar à vin voire d’un hôtel sur le site. Sur les 10 000m² de bâtiments prévus, 2 000 seraient consacrés aux espaces commerciaux, 5 800 aux espaces culturels avec une exposition permanente et un espace d’accueil et touristique sur 1200 m².

Localisation

31

© BRA - Mise à jour 01/2010


L’emplacement choisi est aux Bassins à Flots, sur la rive gauche de Bordeaux, près du futur pont Bacalan Bastide. Il sera accessible en vélo via la piste cyclable des quais, en tramway, et en voiture.

Partenaires Le projet est désormais soutenu par cinq partenaires locaux – Ville et communauté urbaine de Bordeaux, CIVB, Chambre de commerce et Région Aquitaine - Une société d’économie mixte a été créée pour mener ce chantier ainsi qu’une association pour porter le projet. La Profession de la Vigne et du Vin s’associe également à travers le Comité Interprofessionnel des Vins de bordeaux. Le cabinet conseil « Lord Culture » a été choisi en octobre 2009 pour la programmation scénographique et architecturale du futur Centre.

Budget Le montant estimé du projet est évalué à 55 millions d’euros pour 10 000 mètres carrés et fera appel aux sources de financement de la Ville de Bordeaux (6 à 9 millions euros), de la Région (5 à 6 millions), de la CUB (5 à 6 millions), de l’Etat (6 à 9 Millions) et enfin de l’Europe via des subventions FEDER (6 à 9 millions). Le CIVB (Centre Interprofessionnel du Vin) devrait participer à hauteur de 5 millions d’euros dans le projet.

Calendrier 2009 : Lancement du projet et mission confiée à l’Agence Scarabée en charge du diagnostic, de l’étude benchmark, du montage de réunions de concertation. 2nd semestre 2010 : consultation des maitres d’œuvre 2011 : Choix du concepteur 2013 : Inauguration

Contacts Association Centre culturel et Touristique du Vin Tél : 05 56 10 24 79 www.centreculturelduvin.com

32

© BRA - Mise à jour 01/2010


Cité de la Photonique Parc technologique UNITEC

Enjeux Dans le cadre du développement de la filière Laser en Gironde et du pôle de compétitivité Route des lasers, un parc scientifique et technologique de 3,8 hectares ; la Cité de la Photonique, situé sur la commune de PESSAC est en cours de réalisation en complément des parcs Laseris1 et 2 situés à coté du LMJ. Il a vocation, à proximité immédiate du campus universitaire, à constituer un espace de référence pour la recherche et l’innovation en optique-laser. La Cité de la photonique est spécifiquement dédiée à l’accueil d’entreprises de la filière optique / laser. EOLITE SYSTEMS (technologie de laser à fibre pulsée de forte puissance), et CORDOUAN TECHNOLOGIES (une jeune start-up qui développe et commercialise une gamme d’instruments d’analyse) en sont les premiers occupants. Ils seront bientôt rejoints par le centre de transfert de technologie ALPhANOV. Cette offre d’infrastructures immobilières au cœur des grands pôles de recherche, positionne la Gironde et l’Aquitaine, comme territoire français d’excellence pour le développement de la filière optique-laser.

Objectifs La « Cité de la photonique » a pour objectif de : • Constituer un pôle référent dans le domaine « optique-laser », • Participer à la valorisation et au transfert de technologie de cette filière, • Stimuler la création et l’implantation de sociétés appliquant les technologies optiques à divers domaines d’activité, • Accueillir, à terme, le centre technologique ALPhANOV, centre dédié au transfert de technologies, à la recherche et au développement, ainsi qu’à la prestation de services aux entreprises émergentes. • Constituer un pôle référent dans le domaine « optique-laser », • Participer à la valorisation et au transfert de technologie

Localisation A Pessac, à proximité du campus et des laboratoires universitaires, dans la boucle formée par la rocade bordelaise et l’autoroute A63. Choisir la Cité de la Photonique-UNITEC, c’est : • s’implanter dans un environnement dédié à l’optique-laser et à ses applications, • évoluer dans un milieu privilégié proche des laboratoires universitaires, • se former auprès de la plateforme de formation aux métiers du laser : PYLA,

33

© BRA - Mise à jour 01/2010


• se développer avec l’appui du centre de technologie ALPHANOV, • bénécier des services d’accompagnement aux entreprises proposés par la Technopole BORDEAUX-UNITEC.

Echéancier Le premier bâtiment «EOLITE» d’une surface de 1 180m2, destiné aux sociétés EOLITE SYSTEMS et CORDOUAN TECHNOLOGIES, a été livré en avril 2008. Un deuxième bâtiment, développant une offre locative de bureaux et d’ateliers sur 1100m2 est en cours d’achèvement est disponible à la location depuis mi 2009. D’ici 2011, deux nouveaux bâtiments seront construits : MEROPA (3 000m²) qui accueillera l’unité de production laser d’Amplitude Systems et KHARA (2 000 m²) qui sera un bâtiment de mutualisation. L’entreprise EBC MEDICAL, spécialisée dans les équipements ophtalmologiques s’y installera dans le cadre d’une délocalisation de son équipe de R&D (40 personnes d’ici 3 ans).

Partenaires Le projet a été porté par la SEML Route des Lasers, en partenariat avec le Conseil régional d’Aquitaine, le Conseil général de la Gironde et la Communauté urbaine de Bordeaux, avec le concours de l’Etat et de la Commission européenne.

Contacts SEML Route des Lasers Tour 2000 - 1, Terrasse Front du Médoc 33076 Bordeaux Cedex Tél. : 05 56 93 25 82 Contact : Aurélie BARBE a.barbe@seml-routedeslasers.fr www.route-des-lasers.fr BORDEAUX UNITEC Cité Scientique et Technologique

Centre Condorcet - 162, av. du Docteur Schweitzer 33600 PESSAC Tél. : 05 56 15 80 00 info@bordeauxunitec.com

34

© BRA - Mise à jour 01/2010


Contournement ferroviaire de Bordeaux Le projet de contournement ferroviaire s’inscrit dans le cadre du dossier tram-train sur le territoire de la Communauté urbaine de Bordeaux.

Enjeux La voie ferroviaire de ceinture de Bordeaux va devenir l’un des maillons forts du futur réseau train-tram de la Communauté urbaine et l’un des maillons essentiels de la ligne de chemin de fer Bordeaux-Le Verdon. Cette double voie (d’une dizaine de kilomètres) a été construite en 1914 pour raccorder la ligne Le Verdon- Saint-Louis à la gare Saint-Jean et décongestionner du même coup la voie Saint-Jean/Bassins à flot. Au sud, elle part des voies Bordeaux-Facture-Hendaye (au niveau de Pessac-Talence), traverse Mérignac, Bordeaux-Caudéran, Le Bouscat et rejoint à hauteur de Bruges, la gare Saint-Louis d’un côté, la ligne du Verdon de l’autre coté. Outre la meilleure circulation des trains, cette voie de ceinture permettra aux collectivités locales de mieux concrétiser le réseau de transports communs « train-tram » et de pouvoir faire circuler sur ces voies disponibles, à la fois des TER et des rames de tram. Elle contribuera aussi à améliorer les liaisons entre Bordeaux et la pointe du Médoc en multipliant le nombre de voyages TER et en offrant un meilleur cadencement sur les lignes dites « de banlieue ».

Objectifs Les travaux de rénovation de cette ligne, ont fait l’objet de plusieurs contrats de plan Etat Région. La partie nord de la voie a été totalement régénérée ces dernières années. La voie de ceinture, très endommagée, ne peut supporter que les convois circulant à plus de 60 km/h. Les voies vont donc être totalement changées sur l’ensemble du parcours, de la Médoquine (Pessac-Talence) à la gare de Ravezies.

35

© BRA - Mise à jour 01/2010


Calendrier

Budget

Les travaux de rénovation de la voie de ceinture nécessiteront six mois de travaux, d’avril à septembre 2010.

Le coût de ce chantier est estimé à 15,5 M€, financés par l’Etat (5,7 M€), la Région (5,7 M€) et Réseau ferré de France (environ 4 M€).

Autres échéances : • Gare modale Mérignac Arlac : 2010 • Blanquefort Ravezie Train-Tram : 2013 • Raccordement Voie de ceinture à la gare de Pessac : 2015 • Raccordement Tram Bordeaux Ravezies à Cenon : 2020

Par ailleurs, sur ce trajet, 4 M€ supplémentaires vont être investis pour construire une nouvelle gare multimodale au niveau de Mérignac-Arlac.

Contacts Réseau Ferré de France (RFF) 7 A Terrasse Front Médoc 33075 BORDEAUX Tél. : 05 56 93 54 00 Fax : 05 56 93 54 26

36

© BRA - Mise à jour 01/2010


DARWIN Enjeux Projet emblématique de l’urbanisme durable sur l’agglomération bordelaise, DARWIN entend promouvoir au cœur de l’agglomération bordelaise un pôle d’activité dédié aux économies créatives et aux activités éco-responsables, exemplaire en matière de conditions de travail, de mixité urbaine, de respect de l’environnement et d’ouverture au quartier. Ce projet s’inscrit dans la dynamique du futur éco-quartier Bastide Niel (Bordeaux Rive droite) dont il préfigure l’ambition écologique, économique et culturelle. Dans ce contexte, le projet DARWIN veut promouvoir de hauts standards en matière d’écoconstruction appliqués à la rénovation du patrimoine historique local pendant la phase du chantier mais surtout en rythme d’exploitation. Porté par des acteurs engagés - entreprises et associations expérimentant depuis plusieurs années des stratégies de responsabilité sociale avancées - et animé par un esprit de collaboration et de concertation avec toutes les parties prenantes ouvertes à l’innovation, le projet DARWIN veut concrétiser en son sein des modèles de développement plus responsables et des coopérations inédites et transversales avec tous les acteurs concernés. En décembre 2009, l’équipe du projet Darwin a obtenu la confirmation d’un partenariat international avec le Programme des nations unies pour l’environnement (PNUE). Selon cet accord, Darwin et la ville de Bordeaux deviennent les sites français pilotes du PNUE pour l’expérimentation d’un nouveau référentiel international de mesure de l’empreinte climatique des bâtiments et des villes.

Localisation Sur la rive droite de la Garonne, dans les anciens magasins généraux de la caserne Niel - 20 000 m² sur 30 ha au total - en bordure du quai de Brazza, à la Bastide, face au futur Parc aux Angéliques.

© Astoria Studio

37

© BRA - Mise à jour 01/2010


Objectifs

Partenaires

• Valorisation du patrimoine architectural de l’ancienne caserne Niel • Rénovation écologique exemplaire et promotion du développement durable : DARWIN se veut un projet emblématique en matière d’économies d’énergie, de respect de l’environnement, de conditions de travail. • Lieu d’échanges et d’accueil pour les économies créatives et cultures urbaines • Vitrine économique de l’éco-quartier et pôle d’attractivité pour les entreprises éco-responsables et les organismes publics promoteurs d’un développement durable • Rapprochement entre les sphères économiques et culturelles • Animation du quartier : des espaces publics porteurs de sens écologique et social. Chiffres clés du projet : • 250 emplois sur le site dont 40 créations d’emplois • 800 occupants quotidiens • 20 000 m² valorisés dont 6000 m² de bureaux (économies créatives et institutions), 3500 m² de commerces et services (éco responsables, crèche bio, éco-lodge), 4 000 m² dédiés à la culture et aux associations citoyennes, 3 600 m² d’espaces publics, 2 500 m² pour le Skate Park indoor. • Bâtiment basse énergie (<70kwh/m²), 760 m² de panneaux photovoltaïques… Futurs occupants : • PME évoluant dans les économies créatives • Institutions et organismes du développement durable • Commerces et services éco-responsables (Crèche, épicerie et restaurant bio, hammam écologique…) • Artistes et acteurs culturels • Association citoyennes.

38

Porteurs du projet : GROUPE EVOLUTION (holding financière et actionnaire majoritaire d’INOXIA) Partenaires publics : Communauté Urbaine de Bordeaux – Mairie de Bordeaux Partenaires institutionnels : ADEME, IFPEB, FCBA, Associations de quartiers Acteurs de l’économie créative, des cultures urbaines, des éco-commerces et services Partenaires industriels : GDF Suez, Orange.

Budget Cout Global : 15,9 Millions €

Calendrier Mars 2009 : acquisition des bâtiments à la Communauté Urbaine de Bordeaux pour 1,3 millions euros La première phase du projet portant sur 10 000 m 2 est engagée avec un premier permis de construire déposé en juillet 2009. La livraison des premiers locaux tertiaires est prévue pour début 2012. La seconde phase du projet porte également sur 10.000 m² attenants à la première phase du programme. Elle vise à permettre l’installation d’un volet culturel ambitieux, articulé notamment autour d’un lieu de fabrique porté par des acteurs culturels réunis au sein de la fédération POLA.

Contacts DARWIN - Groupe Evolution Tél : (+33) 5 56 77 52 06 www.projetdarwin.eu

© BRA - Mise à jour 01/2010


Ecoparc Enjeux La problématique de diversification et de reprise du site industriel de Ford Aquitaine à Blanquefort a conduit à repenser à la vocation et à la mutation de cette zone d’activités. La Communauté urbaine de Bordeaux s’est engagée dans le développement d’un site environnemental exemplaire : charte paysagère, système de management environnemental, certication. Créé en 1968 pour accueillir l’usine Ford, le parc industriel de Blanquefort connaît une mutation majeure. Largement requalié et étendu, il devient l’Ecoparc d’activités de Blanquefort. La zone de Blanquefort prend le virage des éco activités en ciblant les secteurs de l’éco construction et des énergies nouvelles. Ce nouveau positionnement constitue un enjeu majeur en termes de création d’emplois mais aussi d’accueil des projets d’implantation des éco entreprises sur le territoire de l’agglomération bordelaise.

Objectif A l’échelle de ses 350 ha et des 7 700 emplois qu’il regroupe, le parc d’activités de Blanquefort constitue l’une des plus importantes zones d’activités économiques de l’agglomération et, au-delà, du département de la Gironde avec ses 200 entreprises. Dans sa mouture actuelle, le projet d’Ecoparc s’appuie sur : • la requalification et l’extension de 50 hectares du parc industriel actuel (amélioration de l’accessibilité incluant notamment le projet de tram - train et une desserte très haut débit, charte paysagère et certification environnementale, offre de nouveaux terrains…), • la création d’un centre de services au cœur du site, adossé au tram train, une pépinière d’entreprises dédiée aux éco-activités et un incubateur, • l’amélioration du dispositif d’animation économique, • des réserves foncières (80 hectares) entièrement maitrisées par la CUB et de dessertes fer-fret et routières performantes.

Calendrier Première étape de la mutation, la CUB (Communauté urbaine de Bordeaux) a lancé depuis décembre 2005 une démarche de management environnemental en vue d’obtenir la certification ISO 14001. Outre la certification environnementale en cours, le projet Ecoparc prévoit une extension de 50 hectares.

39

© BRA - Mise à jour 01/2010


Localisation

Partenaires

Le parc industriel de Blanquefort est situé au nord-ouest de Bordeaux (Gironde)

L’ingénierie du projet a été confiée à un comité opérationnel composé de trois associations de développement économique : la technopole BORDEAUX TECHNOWEST, 2ADI (Agence aquitaine de développement industriel) et le BRA (Agence de développement économique Bordeaux Gironde). Le comité de pilotage collectivités est, quant à lui, composé de la commune de Blanquefort, de la CUB (Communauté urbaine de Bordeaux), du conseil général de Gironde et du conseil régional d’Aquitaine.

Contacts Communauté urbaine de Bordeaux Communauté urbaine de Bordeaux Pôle Développement économique pôle 33076 Bordeaux Cedex Tél. : 05 56 99 87 87 www.lacub.com http://www.ecoparc-bordeaux-metropole. com/ BRA – Agence de développement économique Bordeaux Gironde 2, place de la Bourse BP75 33025 – Bordeaux Cedex Tél. : 05 57 14 06 40 www.bordeauxregion.com Mairie de BLANQUEFORT 12 rue DUPATY 33290 BLANQUEFORT Tél. : 05.56.95.50.95 www.ville-blanquefort.fr

40

© BRA - Mise à jour 01/2010


Fabrique d’auteurs autour de la bande dessinée

Enjeux La bande dessinée représente aujourd’hui un secteur non négligeable de la création artistique et de l’édition, et la production augmente de façon très sensible depuis ces dernières années. Depuis les années 90, auteurs, illustrateurs et scénaristes de BD affluent en Gironde. On en compte une centaine, dont une soixantaine à Bordeaux, qui devient la 2ème ville de France, après Paris, à accueillir les professionnels de ce secteur certains bénéficiant d’une côte européenne et internationale. Citons notamment : Prudhomme, Pendanx, Ayrolles, Dumontheuil, Alfred, Moynot… De nombreux libraires installés à Bordeaux se sont spécialisés en BD. Il existe également trois écoles qui forment les jeunes à la technique de la BD et quelques événements sont organisés autour de la BD comme le festival Bulles des Hauts de Garonne. Depuis octobre 2008, une quinzaine d’entre eux a d’ailleurs créé un lieu fédérateur, le «9-33». En dépit de ce vivier, Bordeaux et la Gironde manquent d’une structure permanente pour favoriser la création et la production de Bandes dessinées. Face à ce constat, la Mairie de Carbon-Blanc a décidé de créer un espace de création et de diffusion dédié à la BD sur le site du Château Brignon.

Objectifs Le projet est bâti sur l’idée générale de lieu de fabrique, de pépinière d’artistes, par la volonté d’aider les auteurs et les entreprises associées à mutualiser leur énergie et leur potentiel de créativité. Le positionnement de ce projet sur l’univers de la bande dessinée s’articule autour de quatre grands axes : • Le soutien à la recherche et à la création par l’accueil d’auteurs en résidence et la mise à disposition de moyens technologiques et logistiques • L’aide à la production éditoriale et à l’insertion économique des auteurs émergents • L’aide à la diffusion par la mise à disposition d’espaces d’exposition, l’organisation de manifestations en relation avec d’autres structures et institutions, la production de supports de diffusion… • La médiation en direction du grand public et de publics spécifiques (professionnels, amateurs, étudiants…) avec une attention particulière au public jeune.

41

© BRA - Mise à jour 01/2010


Localisation

Budget

Une localisation au Château Brignon à Carbon-Blanc (1.200m²), à l’écart du centre bourg et au carrefour des grands axes de circulation.

Le coût des travaux est estimé à 1,4 millions d’euros HT intégrant les travaux de restructuration et d’adaptation des bâtiments, les honoraires, auxquels il faut rajouter les coûts d’équipements mobilier, multimédia et technique estimés à 130 000 euros.

Partenaires La Ville de Carbon - Blanc a souhaité soutenir l’initiative en déléguant à une association compétente. Une convention d’objectifs avec une association a donc été choisie comme la solution juridique la plus adaptée. Partenaires envisagées : • Des Ecoles : ESMI, ECV, Ecole des Beaux Arts • Des Institutions : DRAC Aquitaine, ECLA, CNL • Des associations : 9-33, Passage à l’Art, Swann Expo • Des partenariats privés : Cercle des mécènes de la Maison des entreprises

Calendrier Après la validation du programme par le maître d’ouvrage en juin 2009 et sa présentation aux partenaires financiers, la prochaine étape est le choix d’un maître d’œuvre et la consultation des opérateurs culturels pour la gestion future de l’établissement (octobre 2009). Les travaux commenceront au printemps 2010 (phase 1 qui correspond à la mise en fonctionnement de l’équipement. La phase 2 représente la rénovation des bâtiments et l’ouverture du café BD, prévue pour 2011.

Contacts Mairie de Carbon-Blanc Avenue Vignau-Anglade - BP. 37 33564 CARBON-BLANC CEDEX France Tél. : (+33)5 57 77 68 68 Fax : (+33)5 56 38 11 92

42

© BRA - Mise à jour 01/2010


Gironde Numérique Enjeux En Gironde, certains territoires ne sont pas encore couverts par l’Internet haut débit ou bien ne bénéficient pas d’une qualité de service suffisante. Or la qualité des infrastructures numériques a une influence directe sur l’attractivité des territoires. Un projet d’aménagement numérique du territoire, c’est la volonté d’assurer un développement équilibré et durable au territoire girondin en résorbant la fracture numérique. L’enjeu est triple : • remédier aux disparités entre zones rurales et zones urbaines • assurer l’équité entre tous les citoyens et toutes les zones géographiques • renforcer la compétitivité et l’attractivité des territoires

Objectifs Le déploiement d’un réseau départemental haut débit doit permettre d’éviter le morcellement des initiatives publiques en matière d’infrastructures haut débit, d’atteindre la taille critique nécessaire à la viabilité du projet et de mutualiser les infrastructures réalisées. Gironde Numérique se donne pour mission : • la couverture des zones blanches, • l’amélioration des débits en zones grises, • le développement économique local avec la couverture haut débit des zones d’activité, • le soutien aux collectivités rurales • l’anticipation des besoins futurs en préparant l’arrivée de la fibre optique et le développement du très haut débit. Objectif : assurer l’accès de tous les Girondins à des débits convenables (de 2 Mb/s au très haut débit) et garantir ainsi l’attractivité du département. 78 zones d’activités économiques seront desservies en très haut débit d’ici 2 ans ainsi que 153 sites publics.

Partenaires Le Conseil Général a lancé la création du syndicat mixte Gironde Numérique, structure publique permettant le regroupement des collectivités de nature différente. Ce regroupement, qui a pour but le déploiement d’un réseau départemental haut débit, a l’avantage d’éviter le morcellement des initiatives publiques en matière d’infrastructures haut débit, de permettre d’atteindre la taille critique nécessaire à la viabilité du projet et de mutualiser les infrastructures réalisées.

43

© BRA - Mise à jour 01/2010


Le syndicat mixte Gironde Numérique fédère ainsi les énergies des collectivités territoriales de la Gironde : y participent le Conseil Général et 45 des 46 Communautés de communes et d’agglomération de la Gironde, ainsi que, au titre de membres associés, le Conseil Régional et la Communauté Urbaine de Bordeaux. Le projet se fera dans le cadre d’un partenariat public-privé. France Télécom, qui exploitera le réseau, vendra des prestations à ses opérateurs concurrents ou locaux.

Chiffres clés 1060 Km de fibres optiques 78 zones d’activités desservies 153 lieux publics 53,4 millions d’euros d’investissement 150 millions euros de recettes anticipées sur les 20 prochaines années 44 EPCI (Etablissements publics de coopération intercommunale)

Echéancier Le 1er août 2007 : création du syndicat mixte « Gironde Numérique » par arrêté préfectoral. Le 25 octobre 2007 : assemblée constitutive du syndicat mixte Gironde Numérique Le 14 février 2008 : le contrat de partenariat est choisi comme modèle juridique. Juin 2009 : signature du contrat de délégation de service public de 20 ans avec France Télécom qui construira un réseau de 1 000 kms. fin 2010 : achèvement des travaux et ouverture du réseau.

Contacts Conseil général de la Gironde Direction de l’aménagement du territoire Tél. : 05 56 99 35 05 Gironde numérique

Esplanade Charles de Gaulle 33074 BORDEAUX CEDEX Tél. : 05 56 99 67 83

44

© BRA - Mise à jour 01/2010


Grand Arena Enjeux Bordeaux et son agglomération vont bénéficier d’une salle de spectacle de grande capacité d’ici fin 2012. Le 18 juillet 2008, la Communauté Urbaine de Bordeaux (CUB) a donné son feu vert au projet Montecristo porté par BOUWFONDS MAB DEVELOPMENT, en association avec Nouvelles Fonctions Urbaines (NFU). Ce nouvel ensemble va réunir une grande salle de spectacle, des espaces dédiés au temps libre et des commerces consacrés au « bien-vivre », créant ainsi un site dont l’attractivité va participer au rééquilibrage de l’offre culturelle et commerciale de Bordeaux et à la reconquête de la rive droite de la Garonne. Montecristo, situé au sein de la ZAC des Quais de Floirac, intègre les grandes orientations du Schéma de Cohérence Territoriale de la Communauté Urbaine de Bordeaux qui prévoit la redynamisation du Sud de l’agglomération et de la rive droite de la Garonne, avec les opérations du quartier de la Gare Saint-Jean, avec l’arrivée du TGV, l’Opération d’Intérêt National « EURATLANTIQUE » et la construction du pont JeanJacques Bosc. Ce projet accueillera un équipement multifonctionnel incluant : • une salle multifonctions ARENA MONTECRISTO de 3 000 à 15 000 places, qui conjuguera une programmation culturelle et sportive de dimension internationale, • un centre commercial thématique DOMUS « GREEN » de 20 000 m², avec des enseignes dédiées à l’équipement de la maison, intégrant dans son concept une charte de développement durable, • un espace commercial de 9 500 m² lié à L’ARENA, et consacré à la culture, au sport et aux loisirs, • ainsi qu’une couture urbaine avec la ZAC des Quais comprenant un programme mixte de logements, de bureaux et de commerces de proximité.

Objectifs Doter l’agglomération bordelaise d’une grande salle de spectacle de 3 000 à 15 000 places. Organiser 100 à 110 événements par an, dont une vingtaine à caractère sportif (plus de 200 jours d’occupation).Création annoncée de 600 emplois directs permanents.

45

© BRA - Mise à jour 01/2010


Localisation Situé sur la ZAC des quais de Floirac, à Bordeaux.

et société bordelaise Nouvelles Fonctions Urbaines), Communauté Urbaine de Bordeaux. Une fois construite, la grande salle de spectacles sera vendue et exploitée par une autre société spécialisée dans l’organisation d’événements.

Budget et Calendrier Un investissement de 200 millions d’euros dont 17 millions seront financés par la CUB (pour les 2 000 places de parking), le reste étant apporté par la société d’exploitation MONTECRISTO. Cette même société construira et gèrera 29.500 m² de surfaces commerciales autour de l’ARENA (80 boutiques).

Caractéristiques techniques Maitrise d’ouvrage privée : MAB Development France S.A Cabinet d’architectes LANOIRE et COURRIAN Commercialisation : Accessite

Partenaires Partenariat privé-public : SAS Montecristo (BOUWFONDS MAB DEVELOPMENT, société de promotion immobilière

Février 2009 : Dépôt d’autorisation commerciale 11 mai 2009 : Autorisation de la Commission Départementale d’Aménagement Commercial (CDAC) de la Gironde pour le projet de centre commercial « Grand Arena Village » 2 octobre 2009 : vente du terrain de 79 000 m² par la CUB à la société Montecristo pour 8 millions euros Enquête publique : 12 octobre au 13 Novembre 2009 Dépôt permis de construire : 28 décembre 2009 Début des travaux : juin 2010 Ouverture au public : Septembre 2012.

Contacts Service de presse à Bordeaux Francom Tél. :05 56 21 30 30 contact.presse@grand-arena.fr www.grand-arena.fr

46

© BRA - Mise à jour 01/2010


Grand Projet de Ville des Hauts de Garonne Enjeux Les Grands Projets de Ville (GPV), issus de la Loi d’Orientation pour l’Aménagement et le Développement Durable du Territoire de 1999, visent à réinsérer un ou plusieurs quartiers dans la dynamique de développement de leur agglomération. Les GPV concernent les quartiers éprouvant des difficultés liées au chômage, à la pauvreté, à la délinquance, au problème d’image. Le programme des GPV comporte 50 sites répartis sur le territoire national. Les ambitions que se donne le GPV sont, la transformation de l’image du quartier, la perception qu’on peut en avoir et la valorisation économique de ce dernier. Le Grand Projet des Villes des Hauts de Garonne est, pour les 70 000 habitants des quatre communes : BASSENS, CENON, FLOIRAC, LORMONT, un enjeu majeur d’équilibre social et de transformation durable des quartiers concernés. Le GPV Hauts de Garonne, signé en 2001, a la particularité d’être le seul GPV intercommunal, ce qui souligne la dimension d’agglomération et la volonté de fédérer toutes les énergies pour inverser les tendances qui ont longtemps stigmatisé la rive droite de la Communauté Urbaine de Bordeaux. Le projet GPV s’appuie sur une armature urbaine structurée autour : • Du tramway dont l’impact s’avère déterminant, • Du parc des Coteaux, espace vert public de 400 hectares, • Un pôle multimodal sur le bas Cenon, • D’importants équipements de services publics d’agglomération, • Une zone Franche urbaine qui a permis la création d’entreprises et d’emplois.

Objectifs L’un des objectifs majeurs assignés au GPV est de changer l’image des quartiers et, au-delà, du territoire dans son ensemble. Afin de répondre à cet objectif, le GPV s’est engagé en 2008 dans la construction d’une stratégie concertée de promotion du territoire. • développer une logique de renouvellement urbain • continuer à mettre en œuvre une politique en faveur du développement social axée sur la tranquillité publique, la santé, l’éducation, la culture et le sport • favoriser le développement économique dans un objectif de lutte contre le chômage

47

© BRA - Mise à jour 01/2010


Partenaires L’engagement financier consenti par les partenaires pour les 12 projets d’armature urbaine (11 projets de rénovation urbaine et le projet de mise en valeur de la « Coulée Verte ») s’élève, sur une période de 6 ans, à 600 millions d’euros. A cela, s’ajoute chaque année des projets sur des thèmes générateurs de rééquilibrage social comme la culture, l’éducation ou le développement économique et l’emploi… Sont ainsi mobilisés : • L’Etat et l’ANRU, Agence Nationale pour le Renouvellement Urbain • Les Fonds Européens du FEDER • les quatre communes concernées : Bassens, Cenon, Floirac, Lormont • La Communauté Urbaine de Bordeaux, en accompagnant des opérations de construction/démolition, aménagement et voirie, en maîtrise d’ouvrage du tramway • Le Conseil Général de la Gironde pour le volet social en général et les interventions sur les pôles éducatifs, mais aussi l’accompagnement individuel des familles relogées • Le Conseil régional qui participe aux réhabilitations ou reconstructions d’équipements culturels et sportifs ainsi qu’au maillage des services publics, et la formation professionnelle

Fonctionnement La structure juridique qui porte le Grand Projet des Villes est un groupement d’intérêt public (GIP). Plusieurs instances de travail contribuent à faire avancer les dossiers du territoire : • Le conseil d’administration (CA) est composé des quatre communes, de l’Etat et de la CUB. Il définit les grandes orientations stratégiques du GPV et en détermine le budget.

48

• Le comité de pilotage, composé des membres du conseil d’administration ainsi que des bailleurs et le comité technique qui réunit les techniciens des différentes organisations.

Calendrier 2001 signature du protocole GPV et création du GIP 2005 signatures des conventions ANRU Bassens le Bousquet, Lormont Carriet et Cenon 8 mai 45 2006 signature des conventions ANRU Floirac Libération et Lormont Génicart 2007 Création du site internet du GPV www.surlarivedroite.fr 1ère campagne d’image Rive Droite « Ouvrez vos horizons » 2009 GPV lauréat du prix Renouvellement et Aménagement durable (CDC/ ANRU) 2009 Lancement du label Rive Droite (13 novembre) 2010 Mars : lancement des consultations d’urbanistes opération Euratlantique / Rive Droite 2010 2nd semestre : Lancement de la plateforme d’innovation numérique et sociale 2012 mise en service du pont Bacalan/Bastide Inauguration du Grand Arena - Zac des quais - Floirac 2012 fin d’année : Ouverture des Cascades de Garonne-centre thermoludique Lormont

Contacts GPV Hauts de Garonne Cité Beausite – rue Marcel Paul – Bâtiment 5 – 33150 Cenon Tél. : 05.56.40.24.24 Fax : 05.56.32.87.85 gpv33@numericable.fr www.surlarivedroite.fr/

© BRA - Mise à jour 01/2010


Grand Stade Bordelais Les enjeux L’actuel stade Chaban-Delmas n’est plus adapté aux normes exigées par la Fédération internationale : construit dans les années 30, il est à présent trop petit pour les compétitions internationales. Avec seulement 12 000 places couvertes sur 35 000, ses facilités d’accueil sont limitées et ses espaces de réception inadaptés. Il semble désormais obsolète comparé aux stades apparus notamment en Angleterre ou en Allemagne, confortables et dotés d’équipements permettant de rendre l’enceinte rentable, tels que des boutiques, des restaurants et des loges en plus grand nombre. L’absence d’un stade moderne peut aussi priver Bordeaux de toute manifestation sportive de haut niveau et priverait Bordeaux de sa candidature à l’Euro 2016 de football. Enfin le succès de l’équipe des Girondins de Bordeaux a créé une véritable dynamique régionale.

Objectifs Construction d’un stade d’une capacité de 43 500 places (soit 5 000 de plus qu’à Chaban Delmas), d’un parking et d’une zone commerciale. L’ensemble sera conçu dans une démarche de développement durable

Localisation Le site choisi pour construire le Grand stade serait situé sur la zone du Lac de Bordeaux, le long de l’avenue de la Jallère sur une emprise de 10 à 12 hectares. Le quartier est bien desservi par la route et bientôt par le tramway (en 2014), avec de grands espaces disponibles pour un parking automobile.

Calendrier Novembre 2009 : Bordeaux figure dans les 12 villes retenues par l’Etat pour l’organisation de l’Euro 2016. Mars 2010 : remise de propositions par les groupements d’entreprises candidates à l’appel d’offres 27 mai 2010 : Désignation du Pays organisateur par l’UEFA 2016 : Livraison du Grand Stade

49

© BRA - Mise à jour 01/2010


Budget Le coût global de ce projet est évalué entre 180 et 200 millions euros financé dans le cadre d’un partenariat publicprivé. La participation attendue de l’Etat serait de 20 millions d’euros, celle des collectivités locales (CUB, région et Ville de Bordeaux) serait de 15 Millions chacune. Les Girondins apporteraient 80 à 100 millions d’euros soit 6 millions d’euros sous forme de loyer par saison. Un investisseur privé pourrait s’adosser aux entreprises du BTP.

Contacts Mairie de Bordeaux Communauté Urbaine de Bordeaux

50

© BRA - Mise à jour 01/2010


Inolia Enjeux Consciente des enjeux que représentent les technologies de l’information en matière d’attractivité économique d’un territoire, principalement l’accès à Internet, la Communauté urbaine de Bordeaux s’est engagée dès 2001 dans la construction d’un réseau métropolitain très haut débit, dans le cadre d’une délégation de service public attribuée, en fin d’année 2005, à LD Collectivités. Le raccordement direct en fibres optiques, technologie à fort potentiel de développement, a été privilégié. Ce service public nouvelle génération est déployé sous la bannière d’Inolia, qui recouvre à la fois le nom du réseau et celui de la société ad hoc créée par LD Collectivités. Il s’agit, à ce jour, du plus grand réseau métropolitain haut débit d’initiative publique en Europe.

Objectifs L’objectif d’Inolia est d’assurer sur les 27 communes du territoire de la Communauté Urbaine de Bordeaux une infrastructure très Haut Débit, Depuis l’automne 2007, 450 km de réseau sont déployés sur le territoire, permettant à de nombreux utilisateurs professionnels de bénéficier de raccordements directs en fibres optiques de 10 Mbits à 1 Gbit. Ce réseau dessert principalement les sites suivants : • 118 sites économiques (102 zones d’activités, 7 pépinières d’entreprises et les 9 barrières de l’agglomération), • 160 principaux sites publics dont 56 sites de l’enseignement supérieur et de la recherche, 23 hôpitaux et sites de santé et 45 sites administratifs, • 42 points techniques d’opérateurs permettant le raccordement du réseau Inolia aux réseaux nationaux et internationaux. • Plus de 200 entreprises clientes (Adista, Completel, E-Tera, FT-Orange, SFR….) • A ce jour, 137 kms d’infrastructures terrestres en fibre optique sont en cours de construction.

Partenaires LD Collectivités pour la construction, le financement, l’exploitation et la commercialisation d’une infrastructure de télécommunication métropolitaine à haut débit, dans le cadre d’une délégation de service public (DSP) signé pour 20 ans. Communauté urbaine de Bordeaux : Facilitateur et organisateur pour la desserte de son territoire en services de télécommunications à très haut débit du fait de ses compétences en développement écono-

51

© BRA - Mise à jour 01/2010


mique et gestionnaire du domaine occupé par les opérateurs de télécommunications Déléguant pour la desserte du territoire en services très haut débit de télécommunications avec pour délégataire la société INOLIA.

Volet financier Le montant total du projet s’élève à 25,3 M€ dont 6 M€ de subventions de la CUB. Autres Subventions : Conseil régional d’Aquitaine, FEDER.

Carte du réseau

Contacts Rue du Docteur Gabriel Péry 33300 Bordeaux Tél : 05 56 43 17 24 www.inolia.fr contact-info@inolia.fr

52

© BRA - Mise à jour 01/2010


INRIA Enjeux L’INRIA, l’Institut national de recherche en informatique et automatique, établissement public national, compte huit centres en France, employant 3 800 personnes. Il a choisi Bordeaux comme l’un des 3 sites d’implantation d’une unité de Recherche Futurs. Le centre de recherche bordelais compte 8 équipes-projets de recherche, et 6 équipes dont l’évaluation est en cours et qui devraient devenir prochainement équipes-projets. Le centre rassemble globalement près de 300 personnes. Le projet de développement de ce centre constitue un atout important pour la recherche bordelaise en liaison forte avec le pôle de compétitivité AEROSPACE VALLEY. Il s’inscrit en étroite complémentarité avec les laboratoires du site dans le domaine des sciences de l’information (LaBRi, IMS, Institut de Cognitique ou Institut de Mathématiques de Bordeaux).

Projet Dans le cadre de son plan stratégique, l’INRIA entend définir son développement à Bordeaux - Sud Ouest en liaison forte avec les partenaires institutionnels et industriels de la région. Ce centre de compétences sera spécialisé dans la conception, le traitement du signal et la mise en œuvre de Technologies de l’Information et de la Communication adaptées aux besoins des industries de l’aéronautique, de l’espace et des systèmes embarqués. Actuellement et depuis son inauguration en janvier 2008, l’INRIA loue des locaux à l’Université Bordeaux 1. Le projet consiste en la construction d’un bâtiment propre de 1 000 m² devant accueillir 600 personnes, sur le campus de Bordeaux 1, rue Pierre Noailles à Talence. D’ores et déjà, son installation s’est traduite par la création ou le transfert de 120 emplois dont environ 80 chercheurs statutaires et ingénieurs sur les 240 qui travaillent aujourd’hui à l’INRIA.

Thèmes de recherche Avec le progrès des connaissances scientifiques et le transfert technologique, la formation par la recherche de jeunes docteurs ou post-doctorants est l’une des tâches essentielles de l’institut.

53

© BRA - Mise à jour 01/2010


Systèmes biologiques - Modélisation et simulation pour la biologie et la médecine Systèmes cognitifs • Données multimédia : interprétation et interaction homme-machine • Synthèse d’images et réalité virtuelle Systèmes communicants - Systèmes distribués et architectures réparties Systèmes numériques • Grilles et calcul haute-performance • Optimisation et problèmes inverses en stochastique ou en grande dimension • Modélisation, simulation et analyse numérique Systèmes symboliques - Organisation des contenus et de la langue

Partenaires La création en janvier 2008 du centre de recherche INRIA Bordeaux - Sud Ouest est basée sur les équipes-projets et services créés à Bordeaux et à Pau dans le cadre de l’unité de recherche Futurs, avec le soutien fort du Conseil Régional d’Aquitaine. Des partenaires industriels et académiques sont étroitement associés. On peut citer par exemple Total, Safran / Turbomeca, Thalès, Rhodia, le CEA (en particulier dans le cadre du programme de recherche autour du Laser Mégajoule), France Telecom, EDF, Airbus, SNCF, etc. sont associés directement, mais aussi au travers du pôle Aerospace Valley.

Chiffres clés du laboratoire Effectifs en décembre 2009 • 297 personnes • 252 scientifiques comprenant : • 81 doctorants • 25 contractuels (post-doctorants et ingénieurs) • 26 ingénieurs, techniciens et administratifs La recherche : • 19 équipes de recherche dont 15 équipes-projets. • Toutes les équipes de recherche sont communes avec des partenaires : Université de Bordeaux (UB1, UB2, UB3, UB4, ENSEIRB), Université de Pau et des Pays de l’Adour, CNRS • Les laboratoires associés au centre : • Institut de Mathématiques de Bordeaux Laboratoire Bordelais de Recherche en Informatique • Laboratoire de Mathématiques et de leurs Applications de Pau

Calendrier et budget Le démarrage des travaux est prévu mi2010 avec une date d’achèvement prévue à fin 2011. La participation du Conseil Régional d’Aquitaine et du Feder dans le cadre du Contrat de Projet Etat Région s’élève à 70%.

Contacts Institut national de recherche en informatique et en automatique Centre de recherche INRIA Bordeaux Sud Ouest 351, cours de la Libération Bâtiment A29 33405 Talence cedex Tél. : (+33) 05 24 57 40 00 www.inria.fr/bordeaux/

54

© BRA - Mise à jour 01/2010


Institut Lasers et Plasmas Enjeux Avec l’arrivée prochaine du Laser Mégajoule (LMJ) et du Laser Petawatt PETAL, l’Aquitaine possède ainsi le plus fort potentiel « Lasers de puissance » d’Europe. Le Mégajoule offrira le plus fort potentiel «Laser» d’Europe à Bordeaux et à sa Région ; cela leur confèrera une attractivité scientique technologique et industrielle, devant permettre d’y développer un grand pôle technologique. Cette dynamique autour du LMJ a suscité la création en 2003 de l’Institut Lasers et Plasmas (ILP) qui bénéficie d’ores et déjà d’un bâtiment dédié de 1 500 m² dont la construction vient de s’achever à proximité immédiate du LMJ pour assurer l’accueil des chercheurs qui participent aux expériences civiles menées sur les chaînes lasers du CEA/CESTA. L’ILP est une Entité Nationale dont la mission est de promouvoir la recherche dans le domaine des plasmas denses et chauds et des lasers intenses. Dans cette dynamique générale, l’ILP doit œuvrer, dans son domaine de compétence, à faire connaître le potentiel de développement de ce grand programme et à participer à la création de relations durables entre scientifiques, technologues et industriels.

Objectifs L’ILP a pour vocation de stimuler, animer et coordonner les recherches dans le domaine des lasers de puissance et des plasmas et de faciliter l’activité scientifique auprès des installations du CEA / Centre d’Etudes Scientifiques et techniques d’Aquitaine (CEA/CESTA). L’ILP est un institut fédératif (au sens CNRS) qui a les missions suivantes : • Coordonner les activités au plan national de la trentaine de laboratoires académiques impliqués dans la thématique des lasers de très fortes puissances et des plasmas chauds. • Assister le maître d’ouvrage (CRA) dans le projet européen PETAL, inscrit dans un programme européen de très grande envergure HIPER dont il est l’un des moteurs essentiel avec des chercheurs anglais. • Accueillir et collaborer avec les équipes internationales venant effectuer des expériences lourdes sur les grands instruments autour du LMJ. • Etre un acteur du transfert pour l’ensemble des technologies provenant du programme LMJ • Participer activement à la communication du pôle concernant les lasers de puissance et les plasmas.

55

© BRA - Mise à jour 01/2010


• Attirer et former les meilleurs étudiants dans des domaines considérés fondamentaux pour le futur, comme le développement de nouvelles sources d’énergie.

Localisation

Financement D’un montant de 2,9 millions d’euros, cette opération a été financée à hauteur de : • 1.450.000 euros par le Conseil régional d’Aquitaine ; • 1.015.000 euros de fonds européens de développement régional (FEDER) ; • 435.000 euros de l’Université de Bordeaux 1. La Région Aquitaine a en outre financé la totalité de l’extension pédagogique (185.000 euros), c’est-à-dire le hall d’exposition dans lequel est exposée la maquette d’une des chaînes lasers du LMJ.

Partenaires Le futur bâtiment de l’ILP ainsi que les lasers LIL (Ligne d’Intégration Laser) et LMJ (Laser Méga Joule) sont sur la commune du Barp à une trentaine de kilomètres au Sud de la ville de Bordeaux sur la zone Laséris 1.

Région Aquitaine, CEA, Université Bordeaux1

Contacts Contact général : contact@ilp.u-bordeaux1.fr Contact technique : webmaster@ilp.u-bordeaux1.fr www.ilp.u-bordeaux1.fr

56

© BRA - Mise à jour 01/2010


Institut d’optique Graduate Enjeux Afin de renforcer l’excellence scientifique aquitaine dans le domaine de l’optique et des lasers, Le Conseil d’Administration de l’Institut d’Optique Graduate School (IOGS) implanté à Palaiseau (92) a voté pour le projet d’implantation d’une antenne à Bordeaux. L’Institut d’Optique Graduate School forme des ingénieurs en optique et photonique, sur le plateau de Saclay, à proximité de l’Ecole polytechnique. Un projet de décentralisation de la 3ème année à Bordeaux permettra de former des ingénieurs en rapport avec le pôle de compétitivité «route des lasers» et le futur Institut Polytechnique de Bordeaux. Cette création contribuera à placer Bordeaux, avec le LMJ, comme le premier centre européen et l’un des grands centres mondiaux concernant les applications des lasers, particulièrement des lasers de fortes puissances. C’est un véritable atout pour l’ensemble des grands projets aquitains tels que le laser Mégajoule, le laser PETAL, le centre de technologie ALPHANOV et les start-up innovantes. Cette implantation : • confirme l’attractivité du campus de l’agglomération bordelaise sur 3 thèmes : optique-lasers et informatique, optique-lasers et biologie, optique-lasers et développement de systèmes. • offre également des capacités supplémentaires en formation : ingénieur, master, école doctorale. • constituera en outre un potentiel de R&D complémentaire pour la filière Optique Laser.

Objectifs Les deux thèmes choisis par l’IOGS de Palaiseau pour son établissement bordelais, en recherche et en formation, « optique et informatique numérique » et « optique et biologie », sont des thématiques très fortes de notre territoire : • Développement d’un Neuropôle à l’université de Bordeaux 2, • Présence d’un grand laboratoire d’informatique, le LaBRI, • Extension de l’INRIA à Bordeaux.

57

© BRA - Mise à jour 01/2010


Plus généralement, la construction de cet IOGS de Bordeaux est une opération de grande envergure qui va fortement conforter le potentiel bordelais : 10 000 m² de locaux construits et un budget de l’ordre de 40 M€. Il aura pour mission essentielle d’expérimenter de nouvelles relations Université – Grande Ecole, à la fois en formation et en recherche, dans des domaines de nouvelles technologies : mutualisation de formations, échanges d’étudiants, de chercheurs et enseignants-chercheurs pour la recherche, mise en commun de moyens de transfert de technologie. En s’appuyant sur ALPhANOV, qui s’établira dans des locaux contigus à ceux de l’IOGS, et sur les plateformes industrielles en création, le nouvel établissement sera une source importante d’innovations et de création d’entreprises de nouvelles technologies, au cœur même de la stratégie du Pôle. Cette implantation vise la recherche partenariale et la mise en place d’une formation d’ingénieurs de l’Institut d’Optique qui devrait accueillir 50 élèves ingénieurs (master). L’IOGS souhaite tisser des collaborations avec 3 pôles de recherche :

• Optique et systèmes complexes : laboratoires CELIA (Centre Lasers Intenses et Applications), CPMOH (Centre de Physique Moléculaire Optique et Hertzienne) et Pôle de compétitivité Route des Lasers. • Optique et numérique en électronique, informatique, automatique et interface homme-machine : laboratoires IMS (Laboratoire de l’Intégration du Matériau au Système), INRIA (Institut National de Recherche en informatique et automatique), LABRI (Laboratoire bordelais de recherche informatique) et Institut de Cognitique. • Optique et neurosciences autour de la bio-imagerie : Université de Bordeaux 2 et sa plate-forme d’imagerie.

Partenaires Laboratoire Rattaché au CNRS et à l’Université de Bordeaux Association ALPHA Institut Optique Graduate School

Volet financier Budget de 40 millions €

Echéancier La première promotion d’élèves est attendue pour septembre 2011.

Contacts Délégué d’ALPhA Pôle de Compétitivité Route des Lasers michael.haddad@2adi.aquitaine.fr http://www.routedeslasers.com

58

© BRA - Mise à jour 01/2010


Institut polytechnique de Bordeaux Enjeux Dans le cadre de l’opération Campus, le PRES de Bordeaux a défini une stratégie de structuration de ses écoles visant à positionner Bordeaux parmi les sites universitaires à forte visibilité internationale et à renforcer l’attractivité de l’offre de formation. Actuellement 7 écoles publiques dispensent des formations d’ingénieurs sur le site de l’agglomération bordelaise : ENSEIRB (Ecole nationale supérieure d’électronique, d’informatique et de radiocommunication de Bordeaux), ENSCPB (Ecole nationale supérieure de chimie et physique de Bordeaux), ENITAB, MATMECA, ISTAB (Institut des sciences et techniques des aliments de Bordeaux), ESTBB, Institut de Cognitique (IdC). En vue d’optimiser la visibilité et la lisibilité des écoles d’ingénieurs en Aquitaine, l’Université de Bordeaux 1 s’est engagée depuis 3 ans dans un processus de fusion de ses écoles. L’Institut Polytechnique de Bordeaux (IPB) comprend donc 4 écoles : • MATMECA au sein de l’ENSEIRB pour créer l’Ecole Nationale Supérieure d’Electronique, Informatique, Télécommunications, Mathématiques et Mécanique de Bordeaux • ISTAB au sein de l’ENSCPB pour créer l’Ecole Nationale Supérieure de Chimie, Biologie, et de Physique (ENSCBP). • L’Ecole Nationale de Cognitique • L’Ecole Nationale Supérieure des Biomolécules de Bordeaux (ENSTBB) Les écoles d’ingénieurs (MATMECA, ISTAB, IDC et ESTBB) initialement« écoles internes » aux universités Bordeaux 1 et Bordeaux 2, et les écoles externes autonomes (ENSEIRB et ENSCPB) sont donc transférées (élèves, personnels et locaux) vers l’IPB. Cet Institut de statut EPSCP, (Etablissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel), constitué sous la forme d’un Grand établissement, est un exemple unique en France et correspond à la volonté du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche de structurer les écoles d’ingénieurs d’un même site.

Objectifs Développer une nouvelle structuration des formations d’ingénieurs pour : • doubler le nombre d’ingénieurs formés en Aquitaine d’ici à 10 ans, en particulier en appui aux pôles de compétitivité, • permettre l’émergence de nouvelles filières de formations d’ingénieurs, • améliorer la visibilité scientifique et technologique du site de Bordeaux et la lisibilité nationale et internationale des écoles,

59

© BRA - Mise à jour 01/2010


• maintenir et améliorer l’employabilité des élèves ingénieurs formés et le niveau de recrutement, • favoriser les synergies entre les formations d’ingénieurs L’IPB en chiffres : 11 diplômes d’ingénieurs, 12 laboratoires de recherche, 1800 élèves–ingénieurs ; 188 enseignants chercheurs et enseignants ; 110 personnels administratifs et techniques ; plus de 540 intervenants extérieurs.

Organisation La constitution de l’IPB (Institut polytechnique de Bordeaux) occasionne des regroupements sur le site bordelais. La fusion de l’ENSCPB et de la formation d’ingénieurs de l’ISTAB est ainsi effective depuis la rentrée 2008.

Partenaires Université Bordeaux 1, Université de Bordeaux 2 et les 7 écoles précitées.

Fonctionnement L’IPB est dirigé par un directeur général et un directeur général adjoint, assistés de structures centralisées : un Comité de Direction (composé notamment des directeurs d’écoles), un Conseil d’Administration présidé par une personnalité issue du monde de l’entreprise, et un Conseil Scientifique et un Conseil des Etudes. A partir de la création de l’IPB, les écoles d’ingénieurs seront créées par arrêté ministériel en tant qu’écoles composantes de l’Institut. Chaque composante aura un directeur et un conseil d’école.

Echéancier

Celle de L’ENSEIRB et de MATMECA, spécialisée en modélisation mathématique et mécanique est opérationnelle depuis septembre 2009.

Transfert et mise à disposition du personnel au 1er janvier 2009 25 mars 2009 : signature du décret de création en Conseil des Ministres

L’IPB réunira au moins six formations d’ingénieurs du site bordelais, voire au-delà avec l’intégration éventuelle de l’ESTIA (Ecole Supérieure des Technologies Industrielles Avancées) de Bayonne. Pour l’instant, dans le périmètre actuel de l’IBP, 2500 étudiants sont accueillis.

La direction et l’administration de l’IPB disposeront en 2012 d’un bâtiment dédié.

Au sein de l’IPB, les écoles conserveront leur politique pédagogique propre ainsi que leur mode de recrutement spécifique d’étudiants, à l’exception de l’ISTAB et de MATMECA, qui, en fusionnant respectivement avec l’ENSCPB et l’ENSEIRB, vont s’aligner sur le concours d’entrée de leurs «grandes sœurs» : concours PC bio pour la première, concours commun polytechnique pour la seconde.

60

Contacts PRES de Bordeaux

UNIVERSITÉ DE BORDEAUX 166, Cours de l’Argonne 33000 Bordeaux Tél : +33 (0)5 56 33 80 80 www.univ-bordeaux.fr

© BRA - Mise à jour 01/2010


Institut des sciences de la vigne et du vin Bordeaux Enjeux L’ISVV fédère sur un même site l’ensemble des équipes de la recherche, de la formation et du transfert de technologie du domaine vitivinicole pour faire de Bordeaux et de l’Aquitaine, région où la viticulture est un secteur stratégique, un pole d’excellence scientifique international répondant aux attentes du monde socioéconomique. L’Institut devient le plus grand centre de recherche et de transfert de technologies sur la vigne et le vin en Europe. Il devient également le premier institut du PRES de l’Université de Bordeaux. L’ISVV a vocation à devenir une référence mondiale dans la communauté scientifique et dans le secteur viticole. Il sera un facteur d’attractivité pour les scientifiques et permettra la création d’emplois induits hautement qualifiés. Un bâtiment de plus de 10 000 m², inauguré en juin 2009, a été construit sur le site de l’INRA pour accueillir les équipes de recherche (200 chercheurs et techniciens), enseignants, ingénieurs, et près de 400 étudiants.

Localisation Un bâtiment de plus de 10 000 m² a été construit sur le site de l’INRA à Villenave d’Ornon pour accueillir les équipes de recherche et près de 400 étudiants.

©ISVV

Il accueille également une salle de dégustation panoramique de 60 postes, un amphithéâtre de 110 places, une bibliothèque ouverte au public…

61

© BRA - Mise à jour 01/2010


Objectifs Les missions de l’ISVV, la recherche, l’enseignement et le transfert de technologie, se déclinent à travers 3 priorités : • L’environnement : recherche d’écosolutions pour une activité vitivinicole respectueuse de l’environnement. • La typicité : production de vins uniques et inimitables • Le marché : développement d’échanges créateurs de valeur entre producteurs, négociants et distributeurs. 6 thèmes transversaux principaux visant à faire progresser le secteur vitivinicole : • Améliorer la qualité du vin et des raisins • Expliquer les propriétés biologiques des polyphénols • Optimiser les pratiques culturales pour maintenir une viticulture durable • Améliorer les procédés de culture respectueux de l’environnement • Améliorer l’efficacité économique de la filière vitivinicole • Développer les dimensions juridiques, culturelles et économiques de la filière vitivinicole La valorisation et le transfert de technologie au sein de l’ISVV se manifestent de 2 façons :

• Le développement des activités des 2 cellules de transfert technologique et de valorisation MICROFLORA et Polyphénols BIOTECH, • la participation au pôle de compétitivité Bordeaux-Aquitaine INNO’VIN.

Partenaires Conseil régional d’Aquitaine, Union européenne, Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, Le Conseil général de la Gironde, La communauté urbaine de Bordeaux, l’INRA, le CIVB. Architectes : Antoine Roux, Nicolas Ragueneau, Atelier des Architectes mazières

Volet financier Coût des bâtiments et d’une partie des équipements : 26 millions d’euros. Le programme a été financé pour 18 Millions € par le Conseil Régional d’Aquitaine, mais également par l’Union Européenne (FEDER), l’Etat, le Conseil Général de la Gironde, la Communauté Urbaine de Bordeaux, l’INRA et le Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux

Contacts Institut des Sciences de la Vigne et du Vin (ISVV) Domaine de la Grande Ferrade 71 avenue Edouard Bourlaux 33883 VILLENAVE D’ORNON www.isvv.fr/isvv/

62

© BRA - Mise à jour 01/2010


Laser Mégajoule Enjeux Élément essentiel du programme français de « Simulation » destiné à assurer la pérennité de la dissuasion après l’arrêt des essais nucléaires, le Laser Mégajoule (LMJ), sera le laser le plus énergétique du monde. Etalé sur 15 ans, le programme Laser Mégajoule est un des moteurs du développement économique national. Porté par le Commissariat à l’Énergie Atomique (CEA), sa construction est un véritable challenge industriel et scientique. Cet équipement constituera un appui important à la recherche fondamentale et au développement des technologies des lasers et des plasmas. Il représente un enjeu majeur en termes de réalisation industrielle, soustraitance et maintenance mais aussi en termes d’emplois. • La construction du Laser Mégajoule (LMJ) a débuté en 2003 et se poursuivra jusqu’en 2014. • Le chantier mobilise entre 300 et 1400 personnes chargées de construire un bâtiment de 300 mètres de long, 150 mètres de large et 35 mètres de haut. Le programme Laser mégajoule (LMJ) fait de l’Aquitaine, la région européenne ayant le plus fort potentiel scientique dans le secteur des lasers.

Objectifs Avec ses 176 faisceaux, le LMJ devra, en 2021, délivrer une énergie lumineuse de 1.8 million de joules. Il permettra de réaliser en laboratoire à l’échelle microscopique, la fusion d’atomes de la famille de l’hydrogène. La cible est composée de deutérium et de tritium et la quantité d’énergie apportée sera suffisante pour provoquer la fusion nucléaire de ces deux isotopes d’hydrogène. Ces expérimentations sont réalisées afin de pouvoir étudier les processus physiques mis en œuvre dans l’étape finale du fonctionnement d’une arme nucléaire. Une fois en service, le LMJ permettra d’étudier en laboratoire, à l’échelle microscopique, les propriétés de la matière portée à des températures et des densités extrêmement élevées et de recréer, en particulier, les conditions pour réaliser la fusion thermonucléaire de l’hydrogène. Ce grand équipement de recherche sera ouvert à la communauté scientifique internationale et aux entreprises dans le domaine de la physique des plasmas, des lasers et de la photonique. Prévu pour fonctionner pendant au moins 30 ans, le LMJ dispose d’un prototype déjà ouvert aux scientifiques depuis décembre 2004 : la Ligne d’Intégration Laser (LIL).

63

© BRA - Mise à jour 01/2010


Caractéristiques techniques

Partenaires

• L’emprise au sol du bâtiment est de 40 000 m² (300 m de long, 160 m de large dans la plus grande largeur). • Les quatre halls laser de 128 mètres de long et 14 mètres de haut sont situés deux à deux de part et d’autre du hall d’expériences. • Le hall d’expériences est un cylindre de 60 m de diamètre et de 34 m de hauteur hors sol. • La chambre d’expériences est constituée d’une sphère en aluminium de 10 m de diamètre comportant plusieurs centaines de hublots pour l’entrée des faisceaux laser et l’introduction d’appareils de diagnostics. • 4 320 plaques de verre laser sont utilisées pour l’ensemble des amplificateurs. • Les 176 faisceaux sont regroupés en 30 ensembles de 8 faisceaux.

Maitre d’ouvrage : CEA CESTA – Direction des applications Militaires (DAM) Equipementiers : Sagem, Cilas, Quantel…

Volet financier Cout total : 2,7 milliards d’euros dont de 1,2 milliard d’euros d’investissement sur 12 ans

Echéancier Mise en service en 2014

Contacts CEA / CESTA BP 2 - 33114 Le Barp Tél.: 05.57.04.40.00 www-lmj.cea.fr

64

© BRA - Mise à jour 01/2010


LASERIS 1 & 2 Enjeux Dans le cadre de sa politique d’aménagement et de développement économique autour du Laser Mégajoule, le plus grand laser du monde qui sera mis en service en 2012, la SEML Route des Lasers a engagé la création de 2 parcs d’activité, LASERIS 1 destiné à accueillir les industriels des filières optique-laser et plasmas denses, et les chercheurs de cette filière, et LASERIS 2 dédié à l’implantation des activités tertiaires liées à ces entreprises. La Cité de la Photonique sur le campus bordelais complète ce dispositif. Cette offre d’infrastructures immobilières au cœur des grands pôles de recherche, positionne la Gironde et l’Aquitaine, comme territoire français d’excellence pour le développement de la filière optique-laser.

Localisation Les 2 parcs sont situés sur la commune du BARP, à proximité immédiate du LMJ et du CEA CESTA.

65

© BRA - Mise à jour 01/2010


Partenaires Porteur de projet : SEML Route des Lasers Partenaires financiers : Conseil régional, Conseil général de la Gironde, Communauté Urbaine de Bordeaux

Objectifs Avec le déploiement des grands lasers, dont le Laser Mégajoule (LMJ), la Ligne d’Intégration Lasers (LIL) et le Laser Petawatt (PETAL), sur le site du CEA/CESTA au Barp, l’Aquitaine possèdera des équipements de recherche scientifique d’ampleur internationale qui constituent des éléments d’attractivité majeurs pour les entreprises. • Le Parc Scientifique et Technologique LASERIS 1, d’une surface de 20 ha, accueille déjà des entreprises de support industriel telles que GERAC / THALES / SAGEM / CILAS / ELYO / QUANTEL ainsi que l’Institut Lasers et Plasmas. La SEML Route de Lasers propose un Espace Entreprises dont les bureaux et ateliers sont actuellement disponibles à la location. Aussi, elle offre depuis fin 2008 toute une gamme de services, en particulier l’accès à un restaurant interentreprises.

Fin 2010, un nouveau bâtiment d’une surface de 1 500 m² « GHIBLI » devrait voir le jour sur cette zone. Il comprendra des bureaux, des espaces de stockage et des ateliers (investissement de 5,3 M€). Par ailleurs un autre bâtiment de 1 500 m² devrait accueillir en 2011 une plateforme informatique en relation avec le CEA. • La SEML Route des Lasers a engagé la création d’un deuxième parc d’activités, LASERIS 2, sur la commune du Barp. Ce parc sera dédié à l’implantation des activités tertiaires permettant d’accueillir dans les meilleures conditions les équipes de chercheurs, industriels et autres intervenants venus du monde entier, ainsi que l’implantation de prestataires de service. Les travaux d’aménagements de cette zone de 7,3 ha ont été réalisés et les terrains sont désormais disponibles à la vente. LASERIS 2 verra en particulier s’implanter un centre hôtelier, un restaurant, une crèche et un centre d’affaires dédié à l’accueil de sociétés de services, aux entreprises ou à leurs salariés. Investissement de 60 Millions d’Euros.

Contacts SEML Route des Lasers Tour 2000 - 1, Terrasse Front du Médoc - 33076 Bordeaux Cedex Tél. : 05 56 93 25 82 Contact : Aurélie BARBE a.barbe@seml-routedeslasers.fr http://www.route-des-lasers.fr

66

© BRA - Mise à jour 01/2010


LGV Bouchon ferroviaire de Bordeaux Enjeux Renforcement des échanges commerciaux à l’échelle européenne, priorité accordée au rail plutôt qu’à la route, augmentation du trafic voyageur, ouverture vers la péninsule ibérique… Dans les années à venir, Bordeaux va voir se renforcer sa position stratégique entre le nord et le sud de l’Europe. Dans cette perspective, Bordeaux doit se doter d’un complexe ferroviaire performant, outil essentiel de l’aménagement du territoire, du dynamisme économique et de la cohésion territoriale. La suppression du bouchon ferroviaire en est un des points clés. Au nord de la gare Saint-Jean, de l’ouvrage de franchissement de la Garonne à la bifurcation de Cenon, une seule voie par sens supporte l’ensemble des trafics provenant de nombreuses directions. Cette section constitue un goulet d’étranglement du réseau ferroviaire national et freine le développement des trains express régionaux et des trains de marchandises. Face à la saturation du réseau ferroviaire et aux nouveaux besoins de créneaux de circulation notamment pour le développement du fret ferroviaire et des trains régionaux (TER), la suppression du bouchon ferroviaire constitue un préalable nécessaire à la mise en service de la Ligne à Grande Vitesse Tours-Bordeaux (gain de 50 minutes entre Bordeaux et Paris en 2016). Avec la mise à quatre voies entre la bifurcation de Cenon et la gare de Bordeaux SaintJean, le complexe ferroviaire pourra ainsi accueillir et être traversé par deux fois plus de trains qu’aujourd’hui (400 trains attendus par jour).

Objectifs Dégager des capacités de circulation supplémentaires pour les TGV, les trains de marchandises et les TER. Améliorer la fiabilité et la régularité des circulations. Offrir une nouvelle connexion de qualité entre le train et le tramway. Mieux intégrer l’infrastructure ferroviaire dans son environnement urbain notamment en réduisant les nuisances sonores et les vibrations.

67

© BRA - Mise à jour 01/2010


Calendrier

Partenaires

La première phase a consisté à construire un nouveau franchissement de la Garonne (inauguré en mai 2008), à mettre à 4 voies (2 voies par sens) la ligne entre la gare de Bordeaux Saint-Jean et BordeauxBenauge en rive droite, à construire deux voies à quai supplémentaires en gare de Bordeaux Saint-Jean pour pouvoir accueillir davantage de trains express régionaux, à créer une gare multimodale à Cenon offrant aux voyageurs des trains express régionaux une correspondance de qualité avec la ligne A du tramway, à supprimer 3 passages à niveau à Sainte Eulalie.

Maitre d’ouvrage : RFF, Propriétaire et gestionnaire du réseau ferré Partenaires qui soutiennent le projet : Etat, Europe, Région Aquitaine, Conseil Général de la Gironde, Communauté Urbaine de Bordeaux. Pour la 2ème phase, se rajoutent les Régions Centre, Poitou-Charentes et MidiPyrénées, impliquées dans le financement de la réalisation de la LGV Tours Bordeaux.

La deuxième tranche, prévue en 2010, consiste à passer à quatre voies du nouveau pont et de la ligne entre BordeauxBenauge et Cenon. Elle doit être financée dans le cadre de la LGV Sud Europe Atlantique entre TOURS et BORDEAUX, prévue fin 2016.

Financement Montant total pour la première phase : 200 millions d’euros Montant total pour la 2ème phase : 188,6 millions d’euros

Localisation

Contacts www.bouchonferbordeaux.com contact@bouchonferbordeaux.com Tél. : 05 56 93 54 00

(Source : DRE aquitaine)

68

© BRA - Mise à jour 01/2010


LGV Bordeaux frontière espagnole Enjeux La Ligne Bordeaux - Frontière espagnole est un projet de LGV qui relierait avant tout BORDEAUX à DAX mais par là-même renforcerait la liaison avec l’Espagne (BILBAO MADRID). Le projet est posé comme une nécessité face au transport de marchandises par camion qui double tous les 7 ans sur l’autoroute Espagne- Bordeaux (~ +10%/an). Elle s’inscrirait comme un lien entre la LGV Sud Europe Atlantique au nord et l’« Y basque » (liaison VITORIA-GASTEIZ-BILBAO/SAINT-SEBASTIEN) au sud. La LGV sera une Ligne mixte TGV/fret. La réalisation de ce projet répond à 4 enjeux majeurs : • un moyen de limiter la croissance du trafic routier. 9 000 camions en moyenne chaque jour (+2,5 % par an). Les prévisions font état d’un trafic de 15 000 camions en 2010, • un désengorgement de la voie actuelle, • une réponse cohérente à l’engagement pris par le Gouvernement espagnol de réaliser la liaison Madrid – Vitoria, • la réalisation d’un maillon manquant entre la Péninsule ibérique, la France et l’Europe du Nord.

Objectifs Création d’une ligne nouvelle entre Bordeaux et l’Espagne avec passage par l’est des Landes qui mettra Bordeaux à 1h40 de Bilbao et Madrid à 3h. Cette liaison entre Bordeaux et la Frontière espagnole est le dernier maillon d’un axe à grande vitesse allant de Paris au sud-ouest de la France.

Caractéristiques techniques Environ 250 km de ligne nouvelle dont 60 % enterrés dans le Pays Basque Une ligne nouvelle devrait être construite entre Bordeaux et l’Espagne, en passant par Dax. Environ 60 km de voies communes entre Bordeaux et Bernos-Beaulac avec la L.G.V. Bordeaux – Toulouse. Construction d’une gare au Nord de Mont-de-Marsan permettant la liaison avec les TER. Bayonne et Dax seront desservies par les gares actuelles.

69

© BRA - Mise à jour 01/2010


Deux haltes ferroviaires seront crées en Sud Gironde et Landes, Captieux et Tartas. Elles font partie des futurs services régionaux à grande vitesse, SRGV fortement soutenus par la Région dans le cadre du plan rail.

Contrat de projets 2007-2013 de la région Aquitaine signé le 5 mars dernier, pour un montant global de 50 millions d’euros et est éligible aux subventions de l’Union Européenne vu la nature de ce projet (axe ferroviaire européen Paris-Madrid-Lisbonne). Cout du projet Bordeaux-frontière espagnole et Bordeaux Toulouse : 20 milliards d’euros

Calendrier Le débat public pour ce projet a eu lieu en 2006. Les études ont démarré au deuxième semestre 2008. 11 Janvier 2010 : choix du tracé (fuseau des 1 000 m) et des gares Les dossiers d’enquête d’utilité publique seront prêts pour fin 2011. Le début des travaux est envisageable à l’horizon 2013/2014 Mise en service en 2020.

© RFF

Partenaires Etat - Réseau Ferré de France Régions Aquitaine Conseils généraux

Budget Le financement des études du projet ferroviaire Bordeaux-Espagne jusqu’à l’enquête d’utilité publique est inscrit au

Contacts Mission LGV Sud Europe Atlantique Le Guyenne - 7 terrasse Front du Médoc - BP 721 33006 BORDEAUX CEDEX Tél. : 05 56 93 54 00 www.gpso.fr

70

© BRA - Mise à jour 01/2010


LGV Bordeaux Toulouse Enjeux et objectifs La LGV Bordeaux-Toulouse est un projet de ligne à grande vitesse d’une longueur de 200 km environ consacrée au trafic voyageurs entre Bordeaux et Toulouse. Elle a pour vocation : • assurer la desserte à grande vitesse de la région toulousaine en prolongement de la LGV SUD ATLANTIQUE en permettant un temps de parcours entre Paris et Toulouse de l’ordre de 3h10 (40 mn entre Bordeaux et Agen), • participer au développement de l’axe transversal « Grand Sud » entre l’Atlantique et la Méditerranée, • assurer une part croissante des déplacements de voyageurs par le mode ferroviaire, • développer les relations entre les 2 métropoles régionales Bordeaux et Toulouse • permettre le développement des transports ferroviaires régionaux de voyageurs, • favoriser l’irrigation des territoires de la Vallée de la Garonne : un tracé entre Agen et Toulouse suivant la vallée de la Garonne et l’A62, • permettre l’accroissement des transports ferroviaires régionaux de voyageurs et de marchandises, en libérant la ligne actuelle.

Caractéristiques techniques

© RFF

71

© BRA - Mise à jour 01/2010


L’ancienne et la nouvelle ligne TGV se raccordent à la ligne existante au sud de Bordeaux (HOURCADE) et au nord-ouest de Toulouse (SAINT-JORY), elles desservent les gares centrales SAINT-JEAN et MATABIAU.

Partenaires Etat – Réseau Ferré de France Régions Aquitaine et Midi -Pyrénées

Volet financier

Le projet de tracé des LGV du Sud Ouest arrêté en Comité de Pilotage prévoit un tronçon commun qui ira de Bordeaux à Bernos-Beaulac (60 kms) puis partira à l’horizontal vers Agen et Montauban avant de rejoindre Toulouse.

Cout du projet Bordeaux-frontière espagnole et Bordeaux Toulouse : 20 milliards d’euros

Une nouvelle gare verra le jour en dehors de la ville d’Agen, sur la rive gauche de la Garonne. Deux haltes ferroviaires seront crées en sud gironde et Landes, Captieux et Tartas. Elles font partie des futurs services régionaux à grande vitesse, SRGV fortement soutenus par la Région dans le cadre du plan rail.

11 Janvier 2010 : Présentation par le comité de pilotage du couloir des 1 000 m de large dans lequel doit s’inscrire le tracé définitif. Lancement de l’enquête d’utilité publique en 2011 Début des travaux envisageable à l’horizon 2014 Ouverture de la ligne entre 2018 et 2020

Calendrier

Contacts Mission LGV Sud Europe Atlantique Le Guyenne - 7 terrasse Front du Médoc - BP 721 33006 BORDEAUX CEDEX Tél. : 05 56 93 54 00 www.gpso.fr

72

© BRA - Mise à jour 01/2010


LGV Bordeaux Tours Enjeux • Mettre Bordeaux à 2h05 de Paris sur la base d’une vitesse commerciale de 300 km/h (gain de 50 mn) • S’ouvrir vers le sud de l’Europe et la péninsule ibérique par la façade atlantique. • Libérer la ligne existante pour les trains de marchandises (augmentation du fret de 20% soit + 2,4 millions de tonnes par an à la mise en service) et les TER (+ 400 à 550 000 voyageurs à la mise en service). • Favoriser le transfert de la route et de l’aérien vers le rail. Tels sont les principaux atouts d’un projet ambitieux : construire une ligne nouvelle de 303 km à grande vitesse entre Tours et Bordeaux. A l’horizon 2016, ce sont de 3,6 à 5 millions de voyageurs supplémentaires qui emprunteront ce corridor ferroviaire qui ouvrira la région sur le réseau européen à grande vitesse, l’Espagne et le nord de l’Europe. Des enjeux économiques : • Amélioration de la compétitivité des entreprises (élargissement du marché), • Les activités liées au tertiaire supérieure profiteront pleinement du raccourcissement des temps de parcours. Les liaisons TGV représentent incontestablement un argument majeur dans un dossier d’implantation d’entreprise ou de délocalisation de Paris vers la province. • Le tourisme est également favorisé, lié notamment à l’effet « 35 heures «, car la ligne à grande vitesse permet le développement des séjours de courte durée, • Un impact positif sur l’emploi. Le chantier de la première phase de la LGV génèrera la création de 10 000 emplois pour chaque année de construction pendant environ cinq ans (BTP, transports…).

Objectifs Le projet «LGV Sud Europe Atlantique» consiste à construire une ligne nouvelle entre Tours et Bordeaux pour y faire circuler des TGV à plus de 300 km/h. À terme, cette liaison doit se prolonger vers la péninsule ibérique, pour rejoindre Madrid et Lisbonne. Il s’agit d’un maillon indispensable pour assurer la connexion des régions du sud atlantique avec le réseau nord européen à grande vitesse, en desservant notamment Paris, Londres, Bruxelles, Amsterdam. • 1ère phase : Bordeaux – Angoulême : gain de temps 25 minutes, • 2ème phase : Tours – Angoulême : gain de temps 25 minutes

73

© BRA - Mise à jour 01/2010


Partenaires Le projet «LGV Sud Europe Atlantique» est un projet fédérateur, où chaque intervenant a un rôle bien défini à chaque étape de la procédure : • Le préfet coordonnateur, préfet de la Région Aquitaine, pilote les procédures de consultation conduites dans le cadre des études, en liaison avec les préfets des Régions, sous l’autorité des préfets des départements concernés auprès des services de l’Etat et des élus. • Le Comité de pilotage arrête le programme et les modalités de mise en œuvre des études, suit et contrôle leur bon déroulement et le respect du budget affecté. • RFF -Réseau Ferré de France- est le maître d’ouvrage et conduit les études. • La SNCF élabore ses prévisions de trafic (voyageurs et fret) et définit la desserte « voyageurs ». Elle conduit les études correspondantes.

en lice pour l’attribution de la concession. Le concessionnaire retenu par RFF assurera la construction, la maintenance et l’exploitation de la ligne nouvelle durant la durée du contrat et percevra les péages d’infrastructures auprès des entreprises de transport ferroviaire utilisatrices.

Calendrier Février 2007 : appel à candidatures des concessionnaires pour l’ensemble de la section Décret 12 juin 2009 : la section Tours Angoulême est déclarée d’utilité publique Juillet 2009 : lancement par RFF de l’appel d’offres de mise en concession de la ligne Décembre 2009 : Remise des offres finales par Bouygues, Eiffage et Vinci 2010 : Choix du concessionnaire 2011 : début des travaux. Mise en service prévue : Angoulême Bordeaux : 2013 ; Tours - Angoulême : fin 2016

Volet financier La LGV Tours – Bordeaux, projet estimé à 7,1 milliards d’euros dont la moitié à la charge du concessionnaire privé (50%) de l’Etat (25%) et des grandes collectivités publiques (25% soit 1,7 Milliard). Les collectivités d’Aquitaine apporteront 1,013 Milliard dont 369 Millions pour le Conseil régional d’Aquitaine. La mise en concession : Réseau Ferré de France a reçu en septembre 2008, les offres initiales de chacun des 3 candidats admis à concourir pour la mise en concession de la LGV Sud Europe Atlantique. C’est la première fois en France que ce type de partenariat public privé (PPP) est proposé pour la construction d’une ligne à grande vitesse. Trois groupes d’entreprises (BOUYGUES, EIFFAGE, VINCI) sont

74

Contacts Mission LGV Sud Europe Atlantique Le Guyenne - 7 terrasse Front du Médoc - BP 721 33006 BORDEAUX CEDEX Tél. : 05 56 93 54 00 www.lgvsudeuropeatlantique.org

© BRA - Mise à jour 01/2010


LIGNE INTEGRATION LASER (LIL) Enjeux La ligne d’intégration laser (LIL) est une installation prototype à échelle 1 d’une des trente chaînes du Laser Mégajoule. Elle est, dans un premier temps, destinée à valider les choix technologiques retenus pour le LMJ. La LIL est constituée d’une chaîne laser élémentaire du LMJ comportant huit faisceaux identiques, regroupés en 2 paquets de 4 appelés « quadruplets «. Capable de délivrer une énergie de 60 kilojoules dans l’ultraviolet, cet équipement sera le laser le plus puissant au monde jusqu’au démarrage du LMJ et de son équivalent américain, le NIF (National Ignition Facility). Son bâtiment est achevé depuis 1998.

Objectifs Dans sa première phase de vie, la LIL servira à valider les choix technologiques pour le LMJ et à en préparer l’exploitation. Plus précisément les missions de la LIL peuvent se décliner de la façon suivante : • qualifier les procédures d’assemblage d’une chaîne laser, • qualifier les différents sous-ensembles qui la composent (y compris les servitudes et le contrôle-commande), • mettre au point une chaîne de façon à obtenir le caractéristique laser nominal sur cible, • former les équipes au montage, à l’exploitation et à la maintenance. Dans la 2ème phase, toutes les conditions seront réunies, faisceaux et diagnostics, pour réaliser des expériences de physique des plasmas. La LIL permettra de préparer les expériences qui seront réalisées sur le LMJ. Elle servira à mettre au point les moyens de mesure destinés à étudier les plasmas et sera un outil d’accompagnement des études menées sur le Laser Mégajoule. Son couplage avec le projet PETAL (PETAWATT AQUITAINE LASER) : un laser de haute énergie et de haute puissance permettra de tester des technologies qui seront utilisées sur l’équipement futur Hiper (High Power Laser Energy Research). Ce couplage, LIL - PETAWATT, entre un laser très énergétique et un laser de puissance multipliera les possibilités d’études sur l’interaction laser-matière, mais permettra également d’aborder des nouveaux domaines de recherche qui, sans cet instrument unique, ne pourraient être réalisés.

75

© BRA - Mise à jour 01/2010


Caractéristiques techniques

Partenaires

• Le bâtiment occupe une surface au sol de 10 500 m² (150 m de long, 70 m de large, 23 m de hauteur) • Le système laser, constitué d’un ensemble de 8 faisceaux, est abrité dans un hall de 125 m de long, 9 m de large, 12 m de haut. • Le hall d’expériences a une surface de 500 m² et une hauteur de 23 mètres. Il abrite la chambre d’expériences d’un diamètre de 4.5 mètres.

CEA - DAM : Afin de s’assurer de la pertinence des options technologiques retenues pour le LMJ, la DAM réalise son prototype, la Ligne d’Intégration Laser (LIL). Elle est implantée sur le centre CEA CESTA à Bordeaux, comme le sera le LMJ.

Echéancier Mise en fonctionnement en 2002 et utilisable pour des expériences de recherche fondamentale depuis 2005.

Contacts CEA / CESTA BP 2 - 33114 Le Barp Tél.: 05.57.04.40.00

76

© BRA - Mise à jour 01/2010


Neurocampus Enjeux En Aquitaine, la communauté scientifique des neurosciences dispose aujourd’hui d’un savoir faire et d’une reconnaissance internationale qui permettent d’asseoir une politique de développement ambitieuse et de positionner l’Aquitaine et sa capitale régionale, Bordeaux, au tout premier rang mondial dans le domaine des neurosciences. La première ambition du « NEUROCAMPUS » est d’amplifier le potentiel de recherche et de formation en neurosciences en capitalisant sur les compétences et l’attractivité avérée de la région sur cette thématique, grâce à la mise en place de nouveaux moyens de recherche en fondamental et en clinique. Ce sera également un lieu propice aux échanges grâce à un dispositif facilitant l’accueil des jeunes équipes et un espace commun de vie. Cette excellence scientifique incitera la création d’entreprises innovantes. Ainsi, les jeunes entreprises de biotechnologies aquitaines disposeront de tous les ingrédients pour se différencier efficacement sur le marché. Ce projet vise à doter la région Aquitaine d’un ensemble scientifique et immobilier couvrant toutes les dimensions des neurosciences (des phénomènes moléculaires aux phénomènes les plus intégrés jusqu’aux pathologies du cerveau telle que la maladie d’Alzheimer), complété par un dispositif organique (accueil, formation, innovation). Le projet est fortement soutenu par l’Université Victor Segalen Bordeaux 2 qui l’a inscrit dans ses priorités stratégiques.

Chiffres clés 40 équipes rassemblant 450 chercheurs et techniciens, issues des Universités Bordeaux 1, Bordeaux 2, de l’INSERM, du CNRS, du CHU de Bordeaux et du CHS Charles PERRENS. Présence de l’Institut Fédératif de Recherche (IFR) (Institut des Neurosciences de Bordeaux), et du Neurocentre Magendie accueillant un centre de recherche de l’INSERM dédié aux neurosciences. 23 projets retenus à l’appel à projets Neurosciences de l’ANR 2005-2007, soit un des meilleurs taux de réussite en France. Plus de 500 publications en 3 ans dans des revues internationales.

77

© BRA - Mise à jour 01/2010


Objectifs

Localisation

Projet structurant et fédérateur, il conjugue : 1. Un projet immobilier : construction de 3 nouveaux centres de recherche, et finalisation du Neuropôle ; • L’Institut Interdisciplinaire des Neurosciences (IINS). Il accueillera la plate-forme PICIN (Plateforme Imagerie Cellulaire de l’Institut des Neurosciences). • Le Centre européen de Formation et de Recherche sur le cerveau (CeFoRC) • L’Institut des Maladies Neurodégénératives (IMN) 2. Neurocampus Pépinière : permettant de faciliter l’accueil de nouvelles équipes de recherche pour amplifier le potentiel de recherche en neurosciences ; 3. Neurocampus Formation : un centre de formation européen en Neurosciences, première structure de ce type au niveau international ; 4. Neurocampus Innovation : qui permettra d’accompagner l’implantation de start-up de biotechnologie dans les instituts du Neurocampus, et de favoriser le développement du transfert des nouvelles connaissances vers la formation et vers la clinique, notamment pour permettre le développement de nouvelles approches de soins.

Ce projet se traduira par la construction de 16 000 mètres carrés de bâtiments, prévu sur le site CARREIRE de l’Université Bordeaux 2, à proximité immédiate de l’actuel Neurocentre Magendie et du CHU de Bordeaux

Partenaires Conseil Régional d’Aquitaine, Universités de Bordeaux 1 et 2, INSERM, CNRS, CHU

Budget et Calendrier Près de 60 millions d’euros avec un soutien majeur de la Région Aquitaine. Maîtrise d’ouvrage de l’ensemble du projet assurée par la Région Aquitaine avec le soutien de l’Université Bordeaux 2. Démarrage officiel du projet avec le lancement de la phase d’études fin 2008.

Contacts Conseil régional d’Aquitaine 14 rue François de Sourdis 33077 Bordeaux – France Tél.: +33 (0)5 57 57 80 00 Université de Bordeaux 1 Sciences et Technologies 351 cours de la Libération 33405 TALENCE cedex Tél. : 05 40 00 60 00 Université Victor SEGALEN Bordeaux 2 146, rue Léo Saignat 33076 Bordeaux Cedex France Tél. : 33 (0) 5 57 57 10 10

78

© BRA - Mise à jour 01/2010


Opération campus de Bordeaux Enjeux Le PLAN CAMPUS, porté par le Pôle de Recherche et d’Enseignement Supérieur « Université de Bordeaux »*, fait partie des 6 projets retenus par le ministère en mai 2008 pour financer la rénovation et l’aménagement du Campus (60 projets déposés 10 retenus au final. L’université bordelaise a été sélectionnée pour sa pertinence et son positionnement : un schéma directeur immobilier du campus au service d’une ambition politique forte. Le succès bordelais est dû en grande partie au PRES (Pôle d’enseignement supérieur et de recherche de Bordeaux) qui a convaincu le ministère sur la gouvernance collective mise en œuvre. L’université de Bordeaux a créé le premier PRES de France en 2007. L’enjeu pour Bordeaux, de ce nouveau dispositif, est de construire une grande université européenne avec une forte lisibilité et une attractivité nationale et internationale ancrée au cœur d’un territoire attractif et dynamique dont elle constitue un levier essentiel de la compétitivité. * Sept membres fondateurs : les 4 universités, l’Institut Polytechnique de Bordeaux, l’Ecole Nationale des Ingénieurs des Travaux Agricoles, Sciences Po Bordeaux Huit Membres associés et l’Institut des Sciences de la Vigne et du Vin

Objectifs Cette opération doit répondre à 3 défis majeurs : • Réorganisation de l’offre d’enseignement et de recherche pluridisciplinaire autour de pôles forts et visibles : sciences et technologies, Biologie – santé, sciences humaines et sociales. • Jouer un rôle majeur dans le développement économique du territoire bordelais et aquitain. • Agir pour le développement d’un « esprit campus », levier majeur du rayonnement durable de l’Université de Bordeaux sur la scène internationale : logements étudiants et chercheurs étrangers, haut débit, mobilité étudiante… Le projet immobilier est aussi au service des ambitions de l’Université de Bordeaux : • mettre au niveau des standards européens les bâtiments vétustes. • Repenser le schéma directeur pour la requalification du campus. 150 hectares disponibles pour accueillir de nouveaux projets. Il s’agit également d’une expérimentation novatrice dans : • l’approche de la formation au service de la réussite des étudiants et de leur insertion dans le tissu socio-économique. • l’organisation des parcours qui leur sont proposés, fondée sur un portail unique d’entrée, la pluridisciplinarité et la flexibilité.

79

© BRA - Mise à jour 01/2010


• la structuration de la recherche, en cohérence avec la réorganisation de l’offre de formation, au service de projets majeurs à fort potentiel de développement économique adossés à des pôles d’excellence clairement identifiés : matériaux, optique – laser, technologies de l’information, sciences de l’environnement, neurosciences, biotechnologies, santé publique, archéologie, cultures des pays du sud, droit et sciences politiques, économie-gestion.

Budget Cout total prévisionnel pour 200 000 m² : 538 millions Euros dont 475 financés par l’Etat et le reste par les collectivités locales. Le volet investissement représente 404 M€ que la région s’est engagée à financer pour moitié. • 245 M€ pour le pole Sciences et Technologies (120 000 m²) • 105 M€ pour le pole Biologie Santé • 82 M€ pour le pole Sciences humaines et sociales • 10 M€ pour la Vie du Campus

Partenaires Echéancier C’est une première nationale : le Conseil régional d’Aquitaine, la Caisse des Dépôts et Consignations et l’Université de Bordeaux ont créé une Société de Réalisation Immobilière et d’Aménagement, capable de porter le montage financier et juridique et d’assurer la réalisation des projets immobiliers. Ce protocole d’accord, élaboré en coordination avec l’Etat, passera par cette société par actions simpliées qui disposera de la capacité de financer à long terme les rénovations, certaines constructions et la maintenance des locaux pendant la durée du contrat (25 ans). Elle sera majoritairement détenue par l’Université de Bordeaux (51%) et à parité par la CDC et le Conseil régional.

• Mai 2008 : le projet de Bordeaux est sélectionné par les 6 premiers • Le 3 novembre 2008, l’Université de Bordeaux a remis au ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche le projet détaillé de l’Opération campus « Vers un nouveau modèle d’Université ». • Le 6 Mai 2009, La Ministre annonce que l’Etat s’engage à apporter au projet Opération Campus une dotation de 475 millions d’euros dont le placement financier permettra le versement de loyers pendant 25 ans à partir de 2011. • Le 4 décembre 2009 : signature du Pacte d’associés par l’Université de Bordeaux, le Conseil régional d’Aquitaine et la Caisse des Dépôts et Consignations.

Contacts PRES de Bordeaux UNIVERSITÉ DE BORDEAUX 166, Cours de l’Argonne 33000 Bordeaux Tél : +05 56 33 80 80 www.univ-bordeaux.fr/ www.univ-bordeaux.fr/operation-campus. html

80

© BRA - Mise à jour 01/2010


Parc de l’Intelligence Environnementale Enjeux La ville de Bègles a décidé de créer le parc de l’intelligence environnementale sur un ensemble immobilier qui abritait le siège national d’ESSO-REP (12 000 m² de locaux dont 10 000 tertiaires, sur un terrain de 45.000 m²). Ce parc de 4 hectares est destiné à accueillir des activités tertiaires et de recherche, entreprises et laboratoires dans le secteur des énergies renouvelables et alternatives et liés aux concepts du développement durable dans le domaine du bâtiment. L’enjeu est de créer un espace dans le même esprit que le site Terres Neuves déjà opérationnel à Bègles et consacré à la production audiovisuelle. Ce projet va également dans le sens des orientations économiques de l’agglomération, qui souhaite se positionner comme un pôle tertiaire fort, en prévision des effets de l’arrivée de la LGV en 2016 et en complément des autres projets sur la thématique des éco activités. En maintenant la vocation économique du site, le projet prévoit la possibilité d’accueillir environ 500 emplois à terme.

Localisation En prise directe avec la gare Saint-Jean et la future LGV, le site fait partie intégrante du périmètre du projet EURATLANTIQUE. Le parc est situé sur l’ancien site ESSO REP cours Victor Hugo à Bègles.

81

© BRA - Mise à jour 01/2010


Objectifs

Echéancier

L’Objectif est de faire émerger à Bègles un véritable pôle d’excellence en intelligence environnementale, site de l’éco-innovation par excellence. L’implantation d’entreprises a démarré : la société VALOREM, bureau d’études énergies renouvelables et un producteur d’électricité verte a pris place dans 2000 m² de locaux en 2008.

Le groupe ESSO a accepté de concéder, en mai 2008, la location d’une partie du site, pour permettre l’implantation rapide de la société VALOREM. Le transfert définitif du site est en cours de négociation, celui-ci pourrait aboutir entre juin et octobre 2009. Le programme, actuellement à l’étude, projette, à terme, de passer de 12 000 m² de locaux existants à réhabiliter à environ 20 000 m², sous réserve d’une modification du PLU. Plusieurs modi operandi sont retenus : • Réhabilitation de locaux en maîtrise d’ouvrage publique selon des concepts environnementaux et de sobriété énergétique, • Concession de réhabilitations à des investisseurs, • Concession voire la vente de terrains à des investisseurs, ou à des promoteurs.

Le Joint Venture VALOREM/AAER (AAER SAS) a publiquement annoncé son intention de s’installer sur le site (création de 200 emplois tertiaires en 2010). Deux entreprises (AQUIBOIS : fabrication d’ossatures en bois et ECOCOON : fabrication d’isolants naturels) sont actuellement dans l’attente d’une implantation sur le PIE, d’autres sociétés ont déjà manifesté la même intention. La ville envisage également y installer des formations supérieures axées sur le développement durable, une pépinière et un hôtel d’entreprises, des services communs aux entreprises.

Partenaires Mairie de Bègles Communauté Urbaine de Bordeaux

Contacts Mairie de Bègles Service du développement économique 77, rue Calixte Camelle B.P. 153 33321 Bègles Cedex www.mairie-begles.fr/ Tél. : 05.56.49.88.88

82

© BRA - Mise à jour 01/2010


Pépinière écocréative Bordeaux Chartrons Enjeux La pépinière éco-créative Bordeaux Chartrons est un outil de développement dédié aux jeunes entreprises, au service de l’économie à Bordeaux. Elle s’adresse aux entreprises ayant moins de 3 ans d’existence qui souhaitent se développer dans les domaines suivants : TIC, développement durable, économie créative. La pépinière vient compléter sur le territoire bordelais, les services proposés par la Plateforme de l’initiative mise en place par La Maison de l’emploi constituant un point d’entrée pour les porteurs de projets, depuis l’idée jusqu’à la création. Les premiers locataires sont en train d’emménager sur ses 1.000 m² : Aesia (jeu vidéo), Wilm (Web TV), et Synchroniz (événementiel).

Localisation La zone d’aménagement concertée (ZAC) qui s’étend du cours du Médoc au cours de la Martinique et du cours Balguerie aux quais est en pleine transformation. FORMASUP, Réseau Ferré de France, le Consulat des Etats-Unis ont déjà rejoint le quartier. La pépinière est située à 5mn du centre ville, facilement accessible depuis la gare TGV Bordeaux Saint Jean et par l’autoroute.

Source : Google maps

83

© BRA - Mise à jour 01/2010


Objectifs

Montage financier

L’un des objectifs de la pépinière est d’organiser et de faciliter le lien avec les réseaux d’acteurs économiques, avec des centres de ressources.

Budget : 2,1 millions Euros (520 000 euros de la Ville, 420 000 euros de la CUB, idem de la Région, et 740 000 euros de l’Europe)

C’est un lieu intégré à la vie du quartier dans une démarche citoyenne de proximité qui prend en compte les personnes, les expériences et les projets dans et autour de la pépinière.

Modalités

Vingt bureaux d’une surface comprise entre 11 et 36 m² sont proposés sur 3 niveaux. Le bâtiment est neuf et répond aux nouvelles normes de construction. La pépinière bénéficie directement des services et des commerces de proximité, très présents dans le quartier. La pépinière éco-créative Bordeaux Chartrons est un lieu qui s’adapte à des projets différents : • bureaux de 11 à 36 m² avec possibilité de parking • espace secrétariat : courrier, photocopieur, fax, documentation • salles de réunion équipées • accès internet C’est avant tout un lieu d’échanges orienté vers le développement et la pérennité des projets : • accompagnement du créateur • accès à un réseau d’experts, partenaires de la pépinière • échanges entre créateurs, avec les réseaux d’entreprises, les organisations professionnelles, les partenaires institutionnels

84

Un comité d’agrément composé des représentants institutionnels, d’experts de la création et de chefs d’entreprises est chargé d’évaluer les projets des personnes souhaitant intégrer la pépinière selon des critères de sélection basés sur : • la dimension éco-créative et éco-durable du projet, son potentiel d’innovation • la capacité à créer des emplois et à attirer des compétences sur le cœur d’agglomération • les qualités d’entrepreneur du créateur et la valeur économique du projet D’autres critères sont directement liés au fonctionnement de la pépinière : • le caractère non-polluant des activités proposées • les attentes du porteur de projet vis à vis de la pépinière • sa capacité à s’intégrer dans la pépinière et à partager son expérience, les synergies possibles avec d’autres entreprises intégrées

Contacts Pépinière Eco-créative Bordeaux Chartrons Candidature / Informations 9 rue André Darbon 33300 Bordeaux Tél. : 05 40 12 10 15 / 06 65 01 33 36 h.berland@emploi-bordeaux.fr

© BRA - Mise à jour 01/2010


PETAL Enjeux PETAL est un outil scientifique de recherche ouvert à la communauté internationale. La LIL (ligne d’intégration laser), qui est la préfiguration du Mégajoule à l’échelle 1/30, est à ce jour le laser le plus énergétique du monde. Il a été décidé de coupler cet outil avec un laser dit PETAWATT, qui se distingue par l’extrême brièveté de ses impulsions (quelques millionièmes de milliardième de seconde). L’intensité du rayonnement laser étant inversement proportionnelle à sa durée, le laser PETAWATT du Barp, baptisé PETAL, dégagera une puissance représentant l’équivalent de 10 millions de milliards d’ampoules électriques. L’acronyme «PETAL» vient de «PETAWATT Aquitaine Laser». Le centre CEA-CESTA du BARP accueille le laser « PETAWATT ». Ce projet est fondamental pour le développement et le rayonnement des lasers de puissance et de la physique des plasmas en Aquitaine. Il aura un effet d’attractivité pour l’ensemble des scientifiques européens et mondiaux des lasers, et permettra à la Région Aquitaine de s’ancrer définitivement dans les grands pôles mondiaux des lasers.

Objectifs Il consiste en un laser de haute énergie et de haute puissance générant des pulses à 3,5 kilojoules durant 0,5 à 5 picosecondes et son couplage avec les huit lasers de haute énergie (mais de puissance inférieure) qui constituent la LIL (Ligne d’Intégration Laser). PETAL est un grand instrument destiné à la recherche académique. Il permettra notamment de tester des technologies qui seront utilisées sur l’équipement futur HiPER (EUROPEAN HIGHPOWER LASER ENERGY RESEARCH FACILITY), centré sur la faisabilité d’une source d’énergie basée sur la fusion par laser. La combinaison d’un faisceau MULTI-PETAWATT de haute énergie (MPWHE) avec les faisceaux de la LIL offre la perspective unique en Europe de réaliser des expériences pionnières dans les domaines : • de la fusion inertielle pour l’énergie, • des sources intenses de rayonnement et de particules, • de la matière à haute densité d’énergie, • de l’interaction laser-matière aux très hautes intensités.

85

© BRA - Mise à jour 01/2010


Localisation

Echéancier

L’ensemble est situé sur le site du CEA CESTA au Barp, à mi-chemin entre Bordeaux et Arcachon.

Cout Total : 50 millions d’euros dont 30 financés par le Conseil régional d’Aquitaine Mise en service en 2012.

Partenaires Maîtrise d’ouvrage : Région Aquitaine « PETAL est un projet structurant pour l’Aquitaine en phase avec le Pôle de compétitivité Route des lasers » Maîtrise d’oeuvre : CEA « Le CEA mène une politique d’ouverture volontariste et offre son expérience industrielle des défis liés aux grandes installations lasers au profit d’un projet académique » Comité scientique et technique : ILP « L’ILP, dont les membres Fondateurs sont le CEA, le CNRS, l’Ecole Polytechnique et l’Université de Bordeaux 1, regroupe 28 laboratoires français et représente 250 chercheurs pour un consensus scientifique autour de PETAL. L’Etat français et l’Union Européenne sont partenaires du projet. PETAL est soutenu par l’Union Européenne comme démonstrateur du futur projet européen d’énergie de fusion par laser : HIPER.

Contacts Conseil régional d’Aquitaine Direction de la recherche et du transfert de technologie Tél. : +33 (0)5 57 57 83 56 www.petal.aquitaine.fr

86

© BRA - Mise à jour 01/2010


Plateforme logistique de Hourcade Enjeux L’aménagement du site d’Hourcade, 156 hectares, s’inscrit dans le cadre de la politique de l’État en faveur du doublement du trafic ferroviaire en 10 ans et du report modal de transport routier de marchandises sur des modes alternatifs. Conformément au Contrat d’ Agglomération, signé en 2000 entre l’État, la Région, le Département de la Gironde, la Communauté Urbaine de Bordeaux et la Ville de Bordeaux, l’ensemble des partenaires ainsi que la SNCF et RFF (Réseau Ferré de France), ce site est considéré comme l’un des pôles économiques majeurs de la Métropole, spécialisé dans l’accueil de l’activité logistique de ferroutage dans l’agglomération bordelaise. Un terminal de transport, inauguré en 2002, est aujourd’hui entièrement dédié à l’activité de fret ferroviaire avec le centre de triage pour le Sud-ouest de la France et vers la péninsule ibérique. Idéalement placé entre la rocade et la gare de triage, ce site de 13 ha renforce le développement de l’inter modalité des transports nationaux et internationaux. Sur la réserve foncière de 50 hectares environ, la Communauté Urbaine et Réseau Ferré de France souhaitent concrétiser une plateforme logistique pour se donner les capacités d’accueillir principalement des entreprises utilisatrices du transport ferroviaire constituant ainsi un vaste complexe logistique multimodal. Cette plateforme va générer de nouvelles implantations d’entreprises porteuses d’emplois.

Objectifs L’idée est d’accueillir sur cette plateforme des entreprises de transport désireuses d’évoluer dans un site accessible à la route, par la rocade, et au rail par la gare de triage. L’objectif est le développement du ferroutage grâce à un équipement qui faciliterait le transfert des camions aux trains. Avec les aménagements envisagés, cette zone pourra s’orienter massivement vers le fret, grâce à la gare d’Hourcade, qui, avec le grand contournement ferroviaire, trouvera ainsi une nouvelle vocation interrégionale, dans le transport de marchandises et cette zone répondra ainsi aux exigences actuelles de développement durable». Cette zone aménagée contribuera au désengorgement des camions dans l’agglomération tout en s’ouvrant à des entreprises hors logistique, qui ne trouvent pas leur place sur la commune de Bègles et/ou qui ont besoin d’un branchement avec le rail.

87

© BRA - Mise à jour 01/2010


Etat d’avancement

Localisation

L’aménagement de la partie nord du secteur Hourcade est aujourd’hui défini et adopté.

Le site d’Hourcade se situe sur la rive gauche de Garonne, au Sud de Bordeaux.

La SERNAM s’y est installée récemment. Cette implantation a un double but : libérer des terrains nécessaires à des opérations communautaires et mettre aux normes ce service de messagerie. Dans la continuité de cette installation devrait se faire celle de COREP (entreprise béglaise de plus de 200 salariés) en pleine expansion dans le secteur des luminaires décoratifs et la création d’une zone tampon de 100m afin de protéger les riverains des nuisances phoniques dans le cadre de l’Opération de Renouvellement Urbain du quartier PATY.

Il est localisé entre les communes de Bègles et de Villenave d’Ornon, qui marquent la limite Sud de la Communauté Urbaine de Bordeaux. Le site est occupé sur 86 ha par la gare de triage de la SNCF. Il est à ce titre le grand centre de triage pour le sud-ouest de la France en direction de la péninsule ibérique. Accès actuel : échangeur n°20 de la rocade • 10 mn de la gare TGV Saint-Jean • Accès très haut débit : réseau public Inolia

Partenaires Réseau ferré de France, la CUB et les mairies de Bordeaux, Bègles et Villenave-d’Ornon

Echéancier Livraison prévue en 2009

Contacts Communauté Urbaine de Bordeaux Pole développement économique Esplanade Charles de Gaulle 33076 Bordeaux Cedex Tél. : 05 56 99 87 87 www.lacub.com SNCF /RFF Région Poitou Charentes 7 A Terrasse Front Médoc 33075 BORDEAUX Tél. : 05 56 93 69 14 www.rff.fr/pages/accueil.asp

88

© BRA - Mise à jour 01/2010


Pont BACALAN BASTIDE Enjeux La réalisation d’un nouveau franchissement de la Garonne, qui serait le cinquième de l’agglomération, répond à la volonté politique d’urbanisation de la rive droite de Bordeaux et de reconquête du fleuve. Ce pont urbain, le plus grand à travée levante d’Europe, a pour but de relier le quartier des bassins à flots, situé à 2,5 kilomètres en aval du centre-ville, avec le secteur de la Bastide, ex-friche industrielle en voie de renaissance.

Contexte • Une volonté politique d’urbanisation de la rive droite de Bordeaux • Un nouveau pont à Bordeaux franchissant la Garonne • Un outil de reconquête du fleuve par la ville (Projet Corajoud)

Objectifs Assurer le franchissement urbain (vitesse limitée à 50 km/h) tout en permettant le passage des paquebots de croisière. Permettre la circulation routière (une chaussée de deux fois deux voies), les transports en commun (tramway, bus), les vélos (une piste cyclable de chaque côté) et les piétons.

© Thomas Lavigne et Christophe Cheron - Architectes

89

© BRA - Mise à jour 01/2010


Caractéristiques techniques

Budget

Suite aux réserves émises par le Comité du patrimoine mondial de l’Unesco, la CUB, maître d’ouvrage du pont, s’est engagé à diminuer la hauteur des piles à 77 mètres contre 83 dans le projet initial, ainsi qu’à améliorer l’accueil des piétons. Le futur pont de 433 mètres de long et 45 mètres de large pourra accueillir à partir de 2012, les véhicules sur 2x2 voies, les cyclistes, les piétons et le tramway. En outre, le choix d’un pont levant permet de préserver le trafic maritime, fluvial et événementiel, il permettra d’assurer le franchissement tout en permettant le passage des paquebots de croisière (lever la travée à 53 mètres au dessus du fleuve).

145,8 Millions d’euros dont CUB (94 M€) ; Conseil Général (18 M€) ; Conseil Régional (15,24 M€), Etat (18,3 M€).

Localisation Le projet du franchissement situe ce pont dans la continuité des boulevards urbains à mi chemin entre le Pont de Pierre et le Pont d’Aquitaine, au droit de la rue Lucien Faure. Le raccordement s’effectue au niveau des extrémités du pont, sur les quais de Brazza en rive droite et de Bacalan en rive gauche.

Echéancier Les principales étapes du chantier à venir sont les suivantes : Début des travaux : Mi-Novembre 2009 • juin 2010 : achèvement, rive droite, de l’estacade métallique indispensable à la construction du pont et échouage des embases • janvier 2011 : achèvement de la phase de travaux correspondante sur la rive gauche • juin 2011 : mise en place des travées, c’est-à-dire des éléments de charpente métallique constituant le tablier du pont, sur la rive droite, • novembre 2011 : achèvement du génie civil des pylônes, • décembre 2011 : mise en place des travées du pont sur la rive gauche, • été 2012 : pose des mécanismes et de la travée levante, • automne 2012 : livraison de l’ouvrage.

Partenaires Communauté Urbaine (CUB) Pôle opérationnel : maîtres d’ouvrage de l’opération Le groupement concepteur-constructeur lauréat, dont le mandataire est GTM Génie Civil et Services, comprend VINCI Construction Grands Projets et CIMOLAÏ (structure métallique) pour la construction, et Jean Muller International groupe Egis, Michel Virlogeux Ingénieur Consultant, le cabinet Architecture et ouvrages d’art Charles et Thomas Lavigne, et le bureau d’études Hardesty et Hanover, pour la conception du projet.

90

Contacts Communauté urbaine de Bordeaux Tél : 05 56 99 84 84

© BRA - Mise à jour 01/2010


PROD’INNOV Nutrition Santé Enjeux PROD’INNOV est un pôle de compétitivité aquitain, unique par l’association entre les industries agroalimentaire et pharmaceutique, pour un meilleur partage de connaissances, d’expériences et de savoir-faire en nutrition et santé. Le pôle PROD’INNOV catalyse la recherche et le développement de nouveaux médicaments, compléments alimentaires et aliments santé, à partir de ressources naturelles, agricoles, et de molécules issues des biotechnologies. Pour cela, il s’appuie sur les compétences d’entreprises leaders dans leur domaine, de chercheurs de haut niveau et de personnels qualifiés. Ce pôle de compétitivité regroupe : • 40 000 emplois industriels • 1500 chercheurs • 600 entreprises • 130 laboratoires universitaires • 3 universités • 4 écoles d’ingénieurs Ces acteurs concentrent une expertise dans des technologies clefs présentes en région : Extraction, bio production, formulation, galénique, stabilité et conservation, expertises transversales en essais cliniques et en sécurité sanitaire. PROD’INNOV fédère un environnement d’affaires et de recherche propice à son développement : • Un tissu industriel riche de 1000 partenaires, de clients et sous-traitants. • Des laboratoires de Recherche ciblés en nutrition humaine. • Des services complets : études cliniques, centres techniques… PROD’INNOV s’appuie sur l’image porteuse de Bordeaux, de la Gironde et de l’Aquitaine qui offre aux nouveaux investisseurs une visibilité accrue : • Qualité et origine. • Haute technologie : biotechnologies, aéronautique, laser, géosciences, etc. • Environnement préservé.

91

© BRA - Mise à jour 01/2010


Objectifs Créer un environnement et des synergies favorables au développement de procédés et de produits innovants pour la nutrition et la santé par la production de nouveaux médicaments et aliments : • Conforter le réseau d’expertise et le rôle majeur des industriels et des centres de recherche aquitains en production de bio-médicaments, développement galénique et nutritionsanté. • Positionner l’industrie des biotechnologies sur de nouveaux marchés technologiques : aliments, nutrition, santé, sécurité, bio-médicaments. • Ancrer la région Aquitaine comme Pôle de production GMP (Good Manufacturing Practices). • Accueillir de nouvelles implantations industrielles, attirer de nouveaux chercheurs. • Favoriser les échanges et les partages d’expériences au sein du continuum de l’aliment au médicament pour créer des synergies sur des domaines communs (formulation, techniques de conservation…) PROD’INNOV accompagne un certain nombre de projets structurants tels : • La création d’un parc industriel de bio développement (BIOPARC)

• La plateforme de génomique fonctionnelle • Le Centre de Transfert Technologique, spécialisé dans la production et la purification de protéines (‘ESTBB) • Le renforcement de l’Institut de Recherche en Nutrition Humaine d’Aquitaine (IRNHA)

Partenaires PROD’INNOV est une association qui repose sur trois piliers : • Entreprises des secteurs agroalimentaire et pharmaceutique, • Centres de recherche. • Organismes de formation. Pour la logistique, l’ingénierie de projets, la mise en œuvre d’actions collectives, PROD’INNOV s’appuie sur l’Agence Aquitaine de Développement Industriel, 2ADI, ainsi que sur l’Agence Régionale de Développement des Industries Alimentaires (ARDIA) pour le volet «Alimentation - Nutrition - Santé» et le Groupement des Industries Pharmaceutiques du Sud-ouest (GIPSO), pour le secteur «Pharmacie Santé». Pour la détection de projets d’investissements le pôle collabore étroitement avec le BRA -Agence de développement économique de Bordeaux et de la Gironde.

Contacts PROD’INNOV prodinnov@2adi.aquitaine.fr www.prodinnov.fr 2ADI

www.2adi.fr www.competences-sante.fr

92

© BRA - Mise à jour 01/2010


Rocher de Palmer Scène Numérique des Cultures du Monde

Enjeux La Ville de Cenon souhaite se doter d’un équipement culturel qui positionnera le territoire des Hauts de Garonne comme un nouvel espace expérimental dédié aux musiques populaires. Cet équipement, fortement ancré sur un territoire marqué par le renouvellement urbain des communes du Grand Projet des Villes, constitue un pari audacieux qui devra répondre aux attentes des habitants par une dimension locale de proximité et par une ouverture nécessaire sur le monde. Le territoire caractérisé par une politique culturelle intercommunale forte et la présence de populations originaires de 50 nationalités, a favorisé le projet d’un équipement culturel dédié aux cultures du monde. La ville de Cenon, a été désignée « tête de réseau culturel » de la rive droite. Ce projet constitue aussi un véritable pari architectural lancé par Bernard Tschumi et Véronique Descharrières, deux architectes locaux. Cet outil s’inscrira dans le cadre d’actions culturelles développées dans l’agglomération bordelaise autour des musiques du monde et du jazz et sera un élément supplémentaire du rayonnement régional et interrégional de Pole Culturel.

Objectifs Le Rocher de palmer sera un lieu de vie et une scène numérique pour les musiques du monde (jazz, musiques électroniques, hip hop, musiques traditionnelles…). Le Pôle Culturel et de Spectacles du parc Palmer occupera une place prépondérante dans ce nouveau paysage. • Une activité permanente de spectacle. La programmation de 30 à 35 concerts sera des plus atypiques. Des opérations emblématiques ponctuelles viendront se greffer au programme : des collaborations seront prévues avec le Carnaval des deux rives ou encore le Festival des Hauts de Garonne, alimentant ainsi la dynamique locale de la Rive Droite. • Quatre scènes numériques reliées par bre optique composeront les espaces du Rocher de Palmer grâce à un accès haut débit illimité. Le cœur du dispositif : une pièce de 37m² qui mettrait en réseau les studios de production et les scènes numériques grâce à un dispositif technique central. • 2 grandes salles seront également mises à disposition (650 places et 1200 soit respectivement 600m² et 400m²).

93

© BRA - Mise à jour 01/2010


• Une partie des représentations sera développée hors murs dans un souci de transversalité des disciplines. • Des Ateliers-Résidence et des stages. • Le Rocher de Palmer viendra soutenir les activités de promotion du jazz et des musiques du monde au niveau régional. Pole ressources labellisé par le Conseil régional (centre de documentation virtuel), il favorisera la diffusion et la connaissance du jazz et des musiques du monde grâce à des périodes de stages organisées en partenariat avec les structures actuelles. Deux studios de 325 m² et 50 m² seront proposés au public à l’occasion de séances de travail et de répétition. • Une mission de sensibilisation et d’enseignement. Un rapprochement avec les écoles de musiques locales ou transfrontalières est prévu.

Localisation Sur la commune de Cenon au sein du Parc Palmer

Partenaires • Institutions publiques : Ville de Cenon, Conseil Général de la Gironde. • Ecoles de Musique et Scènes de spectacle : TNBA, Opéra de Bordeaux, Cuvier de Feydeau, MC2A, Lettres du monde, Rock School Barbey, l’Ampli. • Partenariats nationaux pour développer des coopérations Le choix du mode de gestion s’est porté sur une structure de type EPCC (Etablissement Public de Coopération Culturelle).

Budget Coût total investissement pour une surface de 6 700 m2 : 12.5 millions d’euros HT Le financement est pris en charge à hauteur de 50% par la Ville de Cenon, le montant restant est réparti entre le FEDER, l’ANRU, le Conseil Régional d’Aquitaine, le Conseil Général de la Gironde, et la Communauté Urbaine de Bordeaux.

Calendrier Mai 2008 : Pose de la 1ère pierre Mars 2010 : Fin du chantier du Rocher de Palmer, ouverture du centre de ressources Septembre 2010 : Inauguration et lancement de la première saison

Contacts EPLC (Etablissement Public Local Culturel) Mairie de Cenon Tél : 05 57 80 35 53 www.lerocherdepalmer.fr

94

© BRA - Mise à jour 01/2010


Route des Lasers® Lasers, Photonique & Applications Enjeux La région bordelaise est un des pôles majeurs de la filière lasers/photonique de part son environnement technologique et scientifique de premier plan. Technologies clés du XXIe siècle, l’optique et les lasers font avancer la recherche scientifique et ouvrent des champs d’applications dans de multiples secteurs de l’industrie : les télécommunications, l’espace, les transports, l’énergie, le médical, la biologie et l’imagerie… Avec l’arrivée du Laser Mégajoule, le plus grand laser du monde, dont la construction est en cours sur le site du CEA/CESTA au Barp, au sud de Bordeaux, l’Aquitaine possédera un équipement de recherche scientifique exceptionnel. La réalité, c’est aussi une recherche de niveau international au sein des Universités de Bordeaux, un dynamisme industriel qui se traduit par l’implantation et la création de nombreuses entreprises de technologies innovantes. Bordeaux et sa région ont obtenu en 2005 le label Pôle de Compétitivité « Route des Lasers® - Lasers, Photonique et Applications » confirmant ainsi la dynamique engagée et témoignant de la reconnaissance de ses compétences. L’association ALPhA est la structure de gouvernance du Pôle. L’enjeu du Pôle de Compétitivité Route des Lasers est de développer les retombées économiques du Laser Mégajoule et de favoriser la constitution d’un pôle de recherche et de formation de référence à l’échelle internationale, de Bordeaux au Bassin d’Arcachon dans le domaine des Lasers et de l’optique, et de contribuer à créer une filière des applications industrielles lasers – optique et photonique.

Objectifs Trois axes stratégiques : 1.

Devenir la référence mondiale pour l’innovation dans le domaine des lasers intenses : - Optimiser les retombées de l’implantation du LMJ - Fédérer la Recherche autour de l’ILP - Développer le laser Pétawatt PETAL

95

© BRA - Mise à jour 01/2010


2.

3.

Utiliser les compétences technologiques comme moteur du développement économique : - Valoriser et transférer les résultats de la recherche vers l’industrie à travers le centre de technologie ALPhANOV qui a été labellisé début 2008 Centre de Ressources Technologiques (CRT) par les ministères chargés de la recherche et de l’industrie. - Former les acteurs de demain Promouvoir et favoriser le développement industriel autour de thèmes prioritaires : - Lasers à très forte puissance, lasers à impulsions courtes - Imagerie et Métrologie - Physique Innovante

Un nouveau contrat de performance lie le pôle de compétitivité avec ses financeurs pour les années 2009 à 2011 pour lui donner les moyens d’amplifier son action vis-à-vis de ses adhérents dans l’accompagnement des PME. Un effort particulier devra porter sur les marchés potentiellement utilisateurs de lasers : santé, imagerie, matériaux. Le pôle va ainsi bénéficier pour cette période de plus de 10M€ de crédits d’Etat et de plus de 14 M€ de fonds européens. Un outil : La SEML Route des LASERS : Créée au printemps 2004 par différents partenaires publics et privés, la Société d’Economie Mixte Locale est chargée de réaliser des opérations d’acquisition, d’aménagement ou de construction, destinées à accueillir des entreprises liées aux filières optique, lasers et plasmas (Laseris 1 et 2, Cité de la Photonique). L’offre d’infrastructures immobilières, unique au cœur des grands pôles de recherche, positionne la Gironde et l’Aquitaine comme le territoire français d’excellence pour le développement d’une filière optique-laser.

Partenaires Contacts ALPhA - Aquitaine Lasers Photonique et Applications Conseil régional d’Aquitaine Université de Bordeaux 1 « Sciences et Technologies» Commissariat à l’Energie Atomique (CES – CESTA) Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS)

96

SEML Route des Lasers Cité de la Photonique – Unitec Bâtiment PLEIONE 11 avenue de Canteranne 33600 PESSAC Tél. : 05 56 93 25 82 – Fax : 05 56 93 02 68 Contact : Aurélie BARBE a.barbe@seml-routedeslasers.fr www.route-des-lasers.fr ALPHA - Aquitaine Lasers Photonique et Applications 37 avenue du Général de Larminat - 33001 Bordeaux cedex Tél. : 05 57 57 84 84 - Fax : 05 56 24 06 39 www.alpha-routedeslasers.fr alpha@2adi.aquitaine.fr

© BRA - Mise à jour 01/2010


Terres Neuves Le Parc de l’économie Créative

Enjeux - Objectifs L’enjeu est de créer un pôle d’entreprises dédié au multimédia, au cinéma, à l’ingénierie, à la formation et aux services sur une ancienne friche militaire à Bègles, en alliant dynamisme culturel et créatif, réussite économique, mixité urbaine et mixité sociale et réaménagement urbain : • Développer sur le site des activités culturelles et économiques, • Créer des synergies entre les différentes entités, entreprises et organismes, • Contribuer à la valorisation du quartier par l’apport d’activités nouvelles (audiovisuel, architecture, communication, spectacle vivant, arts plastiques, etc.), favorisé par la situation en Zone de Redynamisation Urbaine (ZRU) et les exonérations fiscales. • Faire un lieu de rencontres de créateurs et de producteurs de cinéma.

Localisation

Sur un terrain de 4,5 ha, au cœur d’une Opération de Renouvellement Urbain de 15 ha, le pôle des Terres Neuves bénéficie de la dynamique du réaménagement du quartier nord-est de Bègles. Desservi par la ligne C du tramway de l’agglomération bordelaise depuis mars 2008, le pôle d’entreprises totalise 14000 m2 de locaux professionnels, répartis en 16 bâtiments, réhabilités au fur et à mesure de l’avancement des projets. Le site des Terres Neuves est équipé d’une infrastructure de télécommunication à haut débit.

97

© BRA - Mise à jour 01/2010


Caractéristiques Fin 2009, 56 entreprises de jeunes artistes sont déjà installées soit 300 emplois fixes et 1 000 intermittents dans les activités suivantes : • la communication et la production audiovisuelle, • la production musicale, • la radio, • les TIC, • les arts graphiques, la décoration, • le cinéma, • la conception artistique, • l’architecture, • l’ingénierie environnementale, • la formation professionnelle. A coté des entreprises, il faut rajouter les structures implantées : ECLA (Ecriture, Cinéma, Livre Aquitaine) dont les locaux ont été inaugurés en décembre 2009, le cabinet musical du docteur Larsène (Ecole de musiques amplifiées), l’Ecole AMTV/COM (laboratoire audiovisuel), la Croix Rouge (délégation départementale et école), la CREES Aquitaine et plus récemment l’association 4 Design.

Le site accueille aussi : Un hôtel d’entreprises : 6 plateaux de 200 m² (aujourd’hui 16 entreprises) En cours de réalisation : En 2011, un pôle Image, 6 000 m² en deux tranches, dont : un plateau de cinéma de 420 m², des prestataires de services, une salle de postproduction, un hall et une terrasse de réception et des bureaux dédiés aux activités de production audiovisuelle, de décoration (Budget de 3 M€) Ecole de formation ADAMS déjà installée à Terres Neuves, rejoindra le pôle image Un restaurant de 120 couverts et une brasserie de 60 couverts L’Institut Régional de Formation sanitaire et Social (IRFSS) des infirmières de la Croix Rouge destiné à accueillir 500 étudiants Une salle de concert de 600 places.

Partenaires Chargé par la Mairie de Bègles de la conception et de la réhabilitation du site, la SAEMCIB, société d’économie mixte responsable du projet, en assure aussi la commercialisation et l’animation. Elle sélectionne et accompagne les entreprises intéressées pour s’implanter sur le site, propose une expertise du projet, accueille et participe à l’organisation de tournages de cinéma et TV, fait émerger des projets communs à différentes entreprises du pôle.

Contacts Saemcib Tél. : 05 57 35 75 57 – Fax : 05 57 35 17 34 contacts@saemcib.fr www.saemcib.fr

98

© BRA - Mise à jour 01/2010


Tramway (3ème phase)

Enjeux Au cœur du réseau de transports en commun de l’agglomération bordelaise, le tramway a révolutionné, depuis sa mise en service en 2003, les déplacements dans la ville. Il met en œuvre, pour préserver le centre historique de la ville, un système d’alimentation par le sol encore unique au monde. Il connait une fréquentation en forte croissance : près de 200 000 voyageurs par jour en 2009 et 74 rames en circulation. Après la réalisation de 44 kilomètres et de 89 stations de tramway, la CUB souhaite poursuivre le développement de son réseau de tramway. La CUB a déjà lancé des études pour une troisième phase de travaux qui pourrait porter à l’horizon 2013, si les coûts sont suffisamment maîtrisés,sur 17 km de lignes nouvelles avec l’amorce d’une quatrième ligne radiale (ligne D) pour la desserte du quadrant Nord-Ouest de l’agglomération bordelaise (9,7km entre les Quinconces et Eysines). Une fois cette phase achevée le réseau devrait atteindre une longueur de 80 km avec une ligne D de 20 km.

Objectifs L’objectif de cette 3ème phase est de développer le réseau de tramway, mais aussi d’étendre le réseau en site propre vers de nouveaux territoires de l’agglomération en vue de dépasser les 20% de déplacement en TCSP. Il répond à plusieurs ambitions : relier efficacement l’ensemble du territoire en tenant compte des futurs projets urbains, mais aussi améliorer la qualité de vie de tous les habitants, favoriser le dynamisme économique, revaloriser les sites traversés. La 3ème phase comprend 5 prolongements des lignes existantes ainsi que la création d’une nouvelle ligne radiale (D) qui doit desservir le quadrant nord-ouest de l’agglomération, soit 34 kms supplémentaires à l’horizon 2020. Les 5 prolongements sont : • Ligne A : de Mérignac jusqu’à la rocade via le quartier des Pins (3,1 km), • Ligne B : à partir des stations Bougnard jusqu’à Pessac-Alouette (3,6 km) via le quartier Haut-Lévêque à Pessac, • Ligne B : de Claveau à la zone d’activité de Bordeaux nord (1 km), • Ligne C : de Bègles Terres Neuves jusqu’au futur lycée Terre-Sud (3,8 km), • Ligne C : du terminus des Aubiers jusqu’au Parc des expositions de Bordeaux-Lac (3,7 km).

99

© BRA - Mise à jour 01/2010


Cette troisième tranche est divisée en 2 sous-tranches : compte-tenu des difficultés rencontrées pour tracer le début de la ligne D, les parties de cette ligne situées au-delà des boulevards (18 km répartis entre deux branches vers Eysines et Le Taillan-Médoc, Le Haillan et Saint-Médard en Jalles ) sont prévues dans un second temps.

Partenaires Délégataire de service : KEOLIS Bordeaux lié à la CUB par un contrat de 5 ans (2009-2013).

A l’horizon 2020 la CUB prévoit d’investir au total 900 millions d’euros dans les transports collectifs urbains. Le coût global de la nouvelle phase s’élève à 567 millions euros HT. (Extension des lignes A, B et C jusqu’à la rocade, création de la ligne D et tramway périurbain du Médoc sur 7 kms). Dans le cadre de l’appel à projets du Grenelle de l’Environnement, la subvention de l’Etat attendue par la CUB serait de l’ordre de 42 millions d’euros et celle de la Région pour le tram-train de 20 millions.

Budget et Calendrier Février 2009 : mise en œuvre d’une nouvelle phase de concertation Novembre 2009 : approbation des tracés définitifs. 2013 Premières livraisons pour des mises en service en 2014 2018 : Fin des livraisons

Contacts Communauté Urbaine de Bordeaux

Esplanade Charles de Gaulle 33076 Bordeaux cedex Tél : 05 56 99 84 84 www.lacub.com/tramway/

100

© BRA - Mise à jour 01/2010


XYLOFUTUR Enjeux Première région forestière de France, l’Aquitaine est l’une des régions françaises à présenter tous les maillons de la chaîne de transformation du bois. Elle occupe de nombreuses positions de leader sur le plan national et européen notamment dans les domaines du rabotage, du sciage, du panneau, et du papier carton. Le Pôle de compétitivité Industries et Pin Maritime du Futur (IPMF) a été labellisé le 12 juillet 2005. En 2008, le pole IPMF élargit son périmètre d’action à d’autres essences que le pin maritime et change de nom pour devenir XYLOFUTUR « produits et matériaux des forets cultivées ». Fortement soutenu par la Fédération des Industries du Bois d’Aquitaine et le Conseil régional d’Aquitaine, XYLOFUTUR a pour mission principale l’émergence de projets innovants au profit de la filière Forêt-Bois-Papier. Parmi ceux-ci, citons la passerelle entièrement réalisée en pin maritime imaginée par l’artiste Kawamata et construite selon de nouvelles techniques innovantes sur les quais de Bordeaux dans le cadre du Festival d’art contemporain EVENTO.

Objectifs Trois axes stratégiques majeurs sont définis dans le Pôle de compétitivité : • recentrer les acteurs vers l’anticipation des marchés depuis la forêt jusqu’aux produits finis ; • améliorer la compétitivité par la maîtrise des coûts, l’innovation et la promotion ; • développer et partager la veille technologique et normative, afin de permettre à la profession de se positionner de manière offensive sur un marché hautement concurrentiel. Trois thèmes principaux de développement ont été retenus : 1.

ressources forestières et approvisionnement - Recherche de performance des chaînes d’approvisionnement et d’un système de production forestière durable et adaptatif, analyse socio-économique et prospective régionale. Projets labellisés : Bio-technologies appliquées, Sylvogène amplier le gain génétique et optimiser la gestion des peuplements de Pin maritime.

2.

Bois et construction - Concept d’usine pilote consacrée à la valorisation du pin maritime à travers un ensemble d’ateliers pilotes ayant des activités pédagogiques, de production, de recherche technologique et de marketing. Projets labellisés : Plasmas appliqués aux surfaces des matériaux et des palettes, Aboutage bois vert, Maison passive du futur, Silent Wall.

101

© BRA - Mise à jour 01/2010


3.

Fibre et chimie verte - Développement de matériaux verts et chimie verte, biocarburants et pré extraction de produits chimiques. Projets labellisés : Production de biocarburant éthanol par utilisation des savoir-faire et infrastructures de l’industrie papetière, Concept de bio-rafnerie, Développement et optimisation des biotechnologies dans la fabrication des pates chimiques de Pin maritime, Prétraitement des copeaux de bois et de souches, Ecodéveloppement de procédés papetiers et bres de Pin maritime, Bois éco-matériaux aquitaine.

Le pôle envisage également de contribuer à la formation des architectes pour la conception d’ouvrages bois.

C AP F OREST poursuit son action en devenant le conseil scientifique XYLOFUTUR et en animant Xylosup, partie de la Commission Formation. La gouvernance du Pôle est constituée par l’Association XYLOFUTUR qui regroupe les industriels, les centres de recherche et de formation et les institutions professionnelles. Le Pôle compte 117 adhérents.

Volet financier 20% des entreprises déclarent développer un projet de R&D au sein du Pole. 23 projets collaboratifs labellisés 3,2 M€ financés pas le conseil régional Un Contrat de performance 2009-2011 a été signé en Novembre 2009 entre le Conseil Régional d’Aquitaine, l’Etat et le pôle XYLOFUTUR, axé sur la formation et le développement des compétences. La démarche représente un engagement de 6, 75 millions d’euros (1,050 millions de l’Etat et 900 000 € du Conseil Régional Aquitaine).

Partenaires Fédération des Industries du Bois d’Aquitaine (FIBA) associée au consortium Cap Forest (Convention Aquitaine de Partenariat pour les sciences et techniques de la Forêt, du Bois et du Papier), regroupant 12 organismes de recherche, universités, écoles d’ingénieurs et centres techniques et de transfert.

Contacts XyloFutur 31, Avenue de la Poterie 33170 Gradignan Tél : 05 56 81 54 87 - Fax 09 56 35 16 40 ipmf@ipmf.fr www.xylofutur.fr FIBA Fédération des Industries du Bois d’Aquitaine 31, Avenue de la Poterie 33170 Gradignan Tél. : 05 56 52 16 40. www.fibaquitaine.fr

102

© BRA - Mise à jour 01/2010


agence de développement économique

BORDEAUX – GIRONDE

Abécédaire des grands projets 2010Janvier 2010  

Bordeaux-gironde Investissement

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you