Page 1

Guillaume Pellerin Cléophée de Turckheim

les Miscellanées du jardin


Les miscellanées du jardin

Un excellent jardinier vaut un excellent poète. Alphonse Karr

de aa à zygowarrea Les premières et les dernières plantes des nomenclatures botaniques ! Toutes deux sont des orchidées qui, avec environ 25 000 espèces, constituent le groupe de plantes le plus diversifié du monde végétal. - Aa est un genre d’orchidées sudaméricaines, séparé du genre Altens­­ teinia par le botaniste Reichenbach (1824-1889), qui en a repris la première et la dernière lettre, afin d’en faire le premier sur les listes botaniques ! Qui a dit que l’observation de la nature était forcément une école d’humilité ? - Zygowarrea, quant à lui, relégué à la dernière place, est une orchidée hybride de Zygopetalum et de Warrea. Si l’on exclut les plantes hybrides, la dernière place des index échoit à Zygostates, genre d’orchidées brésiliennes.

le ranelagh Avant d’être le nom donné au jardin public situé dans le 16e arrondissement de Paris, le Ranelagh était une rotonde située dans un jardin d’attraction, destinée à recevoir des divertissements, concerts, bals, pièces de théâtre. Son nom est d’origine anglaise désignant le Ranelgah Park, bal public à Londres, créé au xviiie siècle par Lord Ranelagh dans un parc. Son succès franchissant la Manche, ce bal public vit le jour aussi en France en 1774, mais fut transformé en 1860 par le baron Haussmann en parc public.

4

5


Les miscellanées du jardin

mains propres Un jus de citron vient à bout de mains sales et tachées. Une poignée d’oseille humide ou quelques feuilles de rhubarbe feront aussi l’affaire. Pour récupérer des ongles noircis par la terre : nettoyez-les avec un coton-tige imbibé d’eau oxygénée. N’oubliez pas d’appliquer matin et soir une bonne crème hydratante ou, si vous préférez une méthode plus bio, malaxez dans vos mains un reste de purée de pomme de terre « faite maison » : vos mains seront propres et douces.

bonnes vieilles recettes anti-nuisibles Petits secrets en jardiniers et bonnes vieilles recettes « bio » pour éviter d’utiliser produits chimiques : - Pour éloigner les lapins qui dévorent sans scrupule les jeunes feuilles de salades, rien ne vaut, au pourtour du carré, un saupoudrage de soufre, qu’ils ont en aversion. - Contre les fourmis, qui n’hésitent pas non plus à se faufiler dans nos maisons, le jus d’un citron saura les repousser. Mais sachez aussi qu’elles détestent les coquilles d’œufs écrasées tout comme les odeurs fortes des feuilles de laurier, de tomate ou de menthe. Si elles s’attaquent aux arbres, mettez au pied du tronc du talc, de la craie broyée ou de la chaux. - Contre les pucerons et autres insectes, faites infuser pendant 1 heure 100 g de feuilles fraîches de rhubarbe par litre d’eau, ajoutez une large cuillerée de lait pour aider à la fixation du produit sur les feuilles, puis pulvérisez vos plantes. Des paillettes de savon noir mélangées à de l’eau dans un pulvérisateur seront efficaces contre les pucerons s’attaquant aux rosiers. - Contre les limaces et les escargots, si la cendre de bois reste un rempart éphémère, entretenez au ras du sol un récipient plat rempli de bière : un régal !

6

7


Les miscellanées du jardin

Tubéreuse

les belles noctambules

le chiendent

Certaines plantes possèdent cette singularité d’épanouir leurs fleurs, ou d’exhaler leur parfum, seulement durant la nuit : - La belle de nuit, Mirabilis jalapa, appelée aussi « Merveille du Pérou », au délicieux parfum, attend la fin de la journée pour s’ouvrir, d’où son nom anglais de four o’clock. - L’onagre bisannuelle, Oenothera biennis, originaire d’Amérique du Nord, mais largement naturalisée en Europe, ouvre ses éphémères fleurs jaunes à la tombée de la nuit et fane à l’aube… Les Anglais la nomment evening star et les Turcs ezan ciçegi, car elle s’ouvre à l’heure où le muezzin appelle les fidèles à la prière du soir (de ezan, appel à la prière, et çiçek, fleur). - La tubéreuse, Polianthes tuberas, originaire du Mexique, réputée pour son parfum capiteux et sensuel, embaume particulièrement la nuit. On rapporte qu’en Italie, l’accès des jardins où elle poussait était interdit aux jeunes filles le soir. On craignait qu’elles ne succombent trop facilement aux avances des jeunes hommes, eux-mêmes sous l’emprise érotique de son parfum… - La Victoria regia, Nymphéacée géante des fleuves brésiliens, dont la fleur peut atteindre 40 cm de diamètre, ne commence à s’ouvrir qu’avec le déclin du jour. - La julienne des dames ou Hesperis matrona­ lis, ne distille son parfum qu’à partir de la fin de journée (d’où son nom latin qui vient du grec hesperos, le soir). - La reine de la nuit, Selenicereus grandi­ florus, cactée largement naturalisée sous les Tropiques, attend elle aussi la nuit pour ouvrir une grande fleur blanche, merveilleusement parfumée, qui meurt au matin. - Le galant de nuit, Cestrum nocturnum, originaire d’Amérique centrale, possède des fleurs insignifiantes, mais qui s’ouvrent la nuit en dégageant un puissant parfum. On l’appelle aussi jasmin de nuit.

Toute bonne buanderie d’autrefois possédait sa « brosse à chiendent » pour ôter les grosses taches. Appellation erronée : on devrait plutôt parler de « brosse de chiendent », car elle était constituée de la souche traçante et ramifiée de cette mauvaise herbe si prompte à envahir la moindre friche. L’Agropyron repens, (illustration ci-dessous) aux feuilles fines et allongées, plus connu sous le nom de chiendent rampant, est l’ennemi juré des jardiniers. Cependant cette mauvaise herbe possède de vraies vertus utilisées en médecine traditionnelle pour ses propriétés antibiotique, diurétique et anti-inflammatoire. En cas de disette, les racines du « chiendent pied-de-poule » ou Cynodon dactylon (le bermuda grass des Anglais) étaient séchées et servaient d’additif aux farines courantes. Ces mêmes racines écrasées, mélangées à de l’eau et du miel, donnaient une boisson légèrement pétillante. Chats et chiens mangent régulièrement cette herbe courante aux feuilles longues et rugueuses, aux effets dépuratifs. Restant bien vert en plein été, il est aujourd’hui irremplaçable sur les terrains de golf. Regardons donc d’un œil différent ce malheureux chiendent !

8

9

quelques faux-amis dans le vocabulaire du jardin Certains mots utilisés par les jardiniers n’ont pas toujours le même sens que dans le langage courant : - bassiner : arroser. - caduc : végétal qui perd ses feuilles en hiver. - débourrer : éclosion des bourgeons au printemps. - glauque : feuillage vert bleuté.


Les miscellanées du jardin

ci-dessus :

haricots à rames.

ci-contre :

plantes succulentes.

- gourmand : rameau qui pousse vigoureusement, au détriment des rameaux à fruits ou à fleurs. - griffe : souche munie de grosses racines. - nœud : renflement de la tige correspondant à l’insertion d’une feuille ou d’un bourgeon. - œil : synonyme de bourgeon. - panaché : feuillage montrant des zones blanches ou crème (‘Variegata’ en latin). - persistant : végétal qui garde ses feuilles l’hiver. - pincer : couper l’extrémité d’une pousse suffisamment tendre pour pouvoir le faire avec le pouce et l’index. - planche : la planche en bois utilisée au potager pour marcher entre les cultures sans tasser la terre, mais aussi la bande de légume plantée en ligne. On parle de potager en planches et de planches de légumes. - rabattre : couper toutes les tiges d’une plante au ras du sol afin de lui redonner de la vigueur. - rames : supports verticaux en bois ou en bambous utilisés pour la culture des haricots grimpants, dits « haricots à rames ». - succulente : synonyme de « plante grasse ». Les succulentes ne sont pas bonnes à manger mais pleines de suc : elles stockent l’eau dans leur tissu pour résister à la sécheresse. Les cactées, certaines euphorbes, les sédums, etc., sont des succulentes.

10

11


Les miscellanées du jardin

- remontante : plante qui fleurit plusieurs fois ou continuellement dans la saison. Les rosiers de Chine, par exemple, ont apporté aux roses modernes cette capacité à « remonter à fleurs » que les roses anciennes n’avaient pas. - rustique : plante qui résiste aux rigueurs de l’hiver, en particulier au froid.

fleurs patriotiques

1

2

3

- le lys : la royauté française (notons qu’il s’agissait à l’origine d’un iris, l’iris jaune des marais) (1) - le cèdre : le Liban - l’érable : le Canada (2) - le trèfle : l’Irlande - le poireau : le Pays de Galles - le chardon : l’Écosse - le palmier : l’Arabie Saoudite - le chêne : l’Allemagne - le lotus : fleur nationale indienne (3) - l’arbre du voyageur : l’île de Madagascar - l’hibiscus Rosa sinensis : la Corée du Sud - l’iris des marais : la ville de Bruxelles - le tiaré, Gardenia taitensis : l’île de Tahiti - le cerisier à fleurs : le Japon - le baobab : le Sénégal

les titres de film - La mort en ce jardin de Luis Bunuel (1956) - Le Jardin des Délices de Carlos Saura (1970) - Le Jardin des Finzi-Contini de Vittoria De Sica (1971) - Le Jardin du plaisir d’Alfred Hitchcok (1925) - Minuit dans le jardin du bien et du mal de Clint Eastwood (1997) - Effroyables Jardins de Jean Becker (2003) - Meurtre dans un jardin anglais de Peter Greenaway (2009) - Jardin du diable d’Henry Hathaway (1954) - Jamais je ne t’ai promis un jardin de roses d’Antony Page (1978) - Jardins de pierre de Françis Ford Coppola (1988) - Jardin d’Allah de R. Boleslawski (1936) - Le jardinv de Mickey (1935) - Le jardin de Donald (1942) - Tournage dans un jardin anglais de M. Winterbottom (2006)

millefeuille devin Ou Achillea millefolium : jusqu’au xixe siècle, les Européens ont utilisé cette plante pour connaître l’identité de leur futur conjoint. À cet effet, on plaçait un plant de millefeuille sous son oreiller après avoir récité une formule rituelle. L’époux ou l’épouse auquel on était destiné apparaissait alors en rêve. L’achillée tient son nom d’Achille, héros grec, qui apprit du centaure Chiron les vertus médicinales de « l’herbe du guerrier » et dans L’Iliade, Achille soigne son ami Patrocle en saupoudrant ses blessures de racine d’achillée.

12

13


Les miscellanées du jardin

la bêche Si la bêche arrive en France avec les conquérants romains, c’est dès le xiie siècle qu’elle figure sur les enluminures où elle apparaît sous forme d’un morceau de bois monoxyle (en une seule pièce), dont la partie large et tranchante est doublée de métal. Au xive siècle, la partie horizontale est munie d’un contrefort ou d’un marchepied pour ne pas abîmer la chaussure ; l’âme de la bêche est alors composée pour moitié de bois et pour moitié de fer. Dès le xviie siècle, la lame, munie d’une douille pour la fixation au manche, est entièrement métallique. Les formes des bêches évoluent suivant les régions et la nature des sols. Du Pasde-Calais à la Drôme, de la Normandie à l’Alsace, bêche parisienne droite, bêche de placage pour la découpe des gazons, bêche à drainer de la région d’Amiens, autant de formes que de provinces. Au xixe siècle, les catalogues de fabricants proposent plus de 60 fers de bêche aux formes les plus variées. La bêche se nomme aussi « louchet », et dans le Nord, « louchet à betteraves ».

la pelle Outil militaire mis au point par les Sapeurs des légions romaines chargés d’établir rapidement des levées de terre qui sécurisaient les campements. La pelle, légère pour le transport, et solide pour un usage fréquent, est un outil ergonomique dont l’angle d’inclinaison allie l’efficacité de travail de la lame et l’utilisation du poids du corps sur le manche, le plus souvent en frêne. Les pelles portent des numéros qui correspondent à leur taille. Taille conseillée pour le jardin : 25 cm. Il existe des pelles à terre, des pelles à gravier, à pommes, à grains, etc.

un parterre jonché Une jonchée était constituée de joncs (d’où l’étymologie de ce nom), de feuillages, de fleurs, de branchages, d’herbes disposés par terre sur le trajet d’une cérémonie à l’église ou d’une procession religieuse, ou encore entre les maisons des futurs époux. Par extension, le terme « jonchée » désigne des objets étalés sur le sol.

14

15


Les miscellanées du jardin

la brouette

le pulvérisateur Cet instrument en forme de réservoir d’environ 18 litres, porté sur le dos et mis en pression par une pompe à main, a été inventé au xixe siècle pour le traitement des vignes atteintes de mildiou et du phylloxéra, avec des solutions liquides à base cuivre. Le pulvérisateur sera perfectionné après 1918 lorsqu’arrivèrent sur le marché de nouveaux produits inventés par une industrie chimique directement issue de la reconversion des usines produisant des gaz militaires. Longtemps fabriqués en cuivre pour mieux résister à la corrosion des produits employés, ils sont maintenant produits en matériaux de synthèse qui les rendent plus légers.

Indispensable dans les jardins pour transporter terre, matériaux, compost, légumes, plantes et fruits, c’est un formidable outil des quatre saisons qui s’adapte à toutes les tâches. Probablement connue en Chine il y a plus de 2 500 ans, c’est dans les grimoires et sur les enluminures des moines du xiiie siècle qu’apparaît la première mention de la brouette. Appelée durant tout le Moyen-Âge « civière rouleresque », cette brouette, munie d’une roue cerclée de fer et construite en bois par le brouettier, mais le plus souvent par le charron et le menuisier local, possède des côtés ou « ridelles » parfois amovibles. Utilisée dans les mines au xvie siècle, elle figure à cette époque sur de nombreuses toiles de maîtres hollandais. Nous savons par les comptes de Versailles que Le Nôtre en commanda plus de 20 000 pour le creusement du grand canal. Pascal s’intéressa au déplacement de son centre de gravité, et, ce n’est qu’avec l’amélioration de la fabrication des tubes métalliques et du travail des tôles qu’apparaissent en Angleterre, au milieu du xixe siècle, et en 1895 pour la France, les premières brouettes en fer comportant une ou deux roues. L’ouvrier qui transporte les charges à l’aide d’une brouette est un brouetteur.

les violettes Ou Viola en latin. Au Moyen-Âge, « viole » désignait déjà cette plante et la couleur. Toutes les fleurs de violettes sont comestibles, possédant des propriétés expectorantes et calmantes. Contrairement à la légende, toutes les violettes ne sont pas odorantes, sauf la violette odorante, Viola odorata, et Viola mirabilis. Les violettes de Toulouse au sucre sont faites avec les Viola odorata.

16

17

Extrait Les Miscellanées du jardin- Éditions Ulmer  

Joliment illustrées, "Les Miscellanées du Jardin" sont un cadeau idéal pour tout les jardiniers qui y picoreront les articles au gré de leur...