Page 1

Jardiner bio_VBAT3.qwd

4

17/12/07

12:12

Page 4

I Créer son jardin bio

Jardiner bio, qu’est-ce que c’est ? Jardiner bio, c’est jardiner avec une vision écologique globale, apprendre les gestes bons pour la santé de l’homme et qui protègent toutes les formes de vie, remplacer les traitements toxiques par des produits naturels. C’est vivre des moments de plaisir et partager la beauté avec ceux qui nous entourent.

Maintenir son sol vivant Le jardinier bio respecte la terre et n’y déverse pas de produits toxiques, permettant ainsi à toutes les formes de vie de s’y développer. Cette méthode de jardinage non violente améliore et nourrit le sol, le préservant pour les générations futures. C’est décompacter la terre sans la retourner et la maintenir couverte.

Nourrir son sol La terre, comme tout être vivant, a besoin de se nourrir. Le compost qui recycle tous les déchets du jardin et de la cuisine lui apportera les éléments indispensables. Les vers de terre et les micro-organismes, en se multipliant, l’oxygèneront et le rendront plus fertile.

Gérer l’eau La consommation d’eau d’une terre vivante et couverte est 60 % inférieure à celle d’un sol nu et mort. La récupération de l’eau de pluie, peu onéreuse, est excellente pour toutes les plantes.

Cultiver la biodiversité Plantez et semez une grande variété de fleurs, fruits, légumes et ménagez des parties sauvages. Dans cette oasis, les animaux et les insectes protecteurs du jardin prolifèrent à l’abri des agressions.

CO N S E I L Changez votre regard Apprenez à vivre avec les animaux et les plantes sauvages sans les détruire systématiquement.

Un jardin bio s’intègre harmonieusement dans son environnement, sans perturber l’équilibre naturel

Les plantes purifient l’eau

Éviter les produits chimiques de synthèse La peur irraisonnée des ravageurs et des maladies fait utiliser des méthodes de cultures dangereuses et des toxiques pour la terre, l’eau, les animaux, les plantes et l’homme. Renforcez la défense immunitaire des plantes avec des purins et

des tisanes, inoffensifs pour l’environnement et néanmoins très actifs. Traitez préventivement, et curativement en dernier ressort, avec des produits naturels.

Alléger l’empreinte écologique Recyclez le maximum de matériaux trouvés sur place (pierre, brique, bois…) pour réduire les transports, les pollutions et les mises en décharge. Utilisez des prati-

ques manuelles performantes en limitant les machines polluantes et bruyantes (taille-haie, souffleuse, motoculteur…).

À SAVO I R

➜ Avec de la patience

En adoptant les bonnes techniques du jardinage bio, les indésirables (herbes et ravageurs) disparaîtront au bout de 3 ou 4 ans. Souvenirs et goûts d’enfance

Jardiner bio ?


Jardiner bio_VBAT3.qwd

6

17/12/07

12:12

Page 6

I Créer son jardin bio



N

E

O

S



Réfléchir avant d’agir



Vous voulez démarrer un jardin bio ou faire évoluer le vôtre. Prenez le temps d’observer le lieu sur plusieurs mois ou même une année, puis posez-vous de vraies questions.

Posez-vous les bonnes questions Gestion du temps et des finances Qu’attendez-vous de votre jardin? Quelles sont vos limites financières? physiques? votre disponibilité? Êtes-vous expert ou débutant ? Le sol et le climat La nature du sol et le climat sont-ils compatibles ? Comment favoriser la biodiversité ? Que faut-il préserver ou éliminer ? Dans quel ordre faire les travaux ? Faut-il prévoir du gros œuvre (terrassement, drainage…) ?

peu de contraintes ; une terrasse ; un bassin et des plantes d’eau avec des poissons ; que des arbres…?



 

A ST U C E

le tracé réel ➜ Visualisez de votre jardin Promenez-vous dans votre nouveau jardin et délimitez les allées et les zones de culture avec des piquets de bois d’une hauteur d’environ 1,50 à 1,80 m. Vous aurez, grandeur nature, une projection des espaces et des hauteurs des plantes que vous pourrez modifier à loisir pendant quelques semaines. Puis dessinez un plan définitif à l’échelle.

Votre jardin rêvé De quel jardin avez-vous envie : floral ; potager ; fruitier ; médicinal ; mixte ; de détente ; avec des légumes et des aromatiques ; des surfaces à l’ombre ; Observez et gardez l’essentiel







Préservez la vie animale

Le jardin bio idéal associe les techniques modernes et traditionnelles

Organisez votre jardin Le jardin est un microcosme à votre image : ◗ Créez-le en préservant l’environnement. ◗ Projetez-le les vingt ans à venir. ◗ Intégrez les nouvelles technologies aux anciennes pratiques qui ont fait leurs preuves. En organisant votre jardin, n’oubliez pas les points

suivants : l’emplacement des différentes parcelles (topographie, distance) ;  l’orientation : ombre, soleil et vent dominant (s’exposer ou se protéger) ;  les points d’eau et de récupération de pluie, les bassins, la phytoépuration ;  les haies, la terre, le compost, les surfaces de zones sauvages ;  les outils et la cabane à 

outils, les toilettes sèches (économisent l’eau) ;  les constructions : barrières, pergola, murets, rocailles, serre, poulaillers ;  les circulations, la zone de détente ;  prévoyez l’ordre des réalisations ; réalisez les gros terrassements en une seule opération ; organisez et imaginez les plus beaux points de vue depuis l’intérieur de la maison.

Réfléchir avant d’agir


Jardiner bio_VBAT3.qwd

17/12/07

12:12

Page 12

Les techniques de base en bio Les techniques spécifiques du jardinage bio visent à améliorer sa biodiversité. Pour cela, le jardinier bio évite de retourner la terre et la nourrit avec du compost. Il privilégie la prévention des maladies et choisit des graines adaptées à son climat et à son sol. Il recycle ses déchets organiques et maîtrise l’arrosage.

Grelinette ou aérabêche : des outils indispensables pour décompacter le sol en douceur


Jardiner bio_VBAT3.qwd

14

17/12/07

I Les

12:12

Page 14

te c h n i q u e s d e b a s e e n b i o

L’équilibre bio en coopération avec la nature Plutôt que de lutter contre eux, il est plus facile de coopérer avec les animaux du sol, les plantes protectrices, les auxiliaires du jardinier et de respecter les saisons. La nature n’est jamais notre ennemie mais notre meilleure alliée.

Jardiner bio, c’est penser autrement

Les plantes sauvages et cultivées

Le jardin est une parcelle cultivée et ordonnée où des plantes sélectionnées produisent des fleurs, des fruits ou des légumes en grande quantité. Elles sont dépendantes de l’homme et moins bien armées que les plantes sauvages contre les maladies et ravageurs. Il faut les préserver et bien les nourrir.

Elles peuvent vivre ensemble, mais avec modération… Quelques plantes sauvages, bien maîtrisées, apporteront de la matière organique de surface et garderont les sols humides. Les insectes auxiliaires y trouveront refuge. En profondeur, la terre explorée par les racines restera riche et aérée.

CO N S E I L

➜ Comment travailler un sol ancien

N’utilisez pas la motobineuse. En coupant les racines des chiendents, liserons et autres chardons, vous les multiplierez au lieu de les éradiquer.

Un jardin est en perpétuelle évolution. Sa forme changera au cours des années, selon l’apparition ou la disparition de certaines plantes.

Lors d’une création de jardin Plantez beaucoup de variétés différentes et observez leur croissance. Sélectionnez celles qui se plaisent le mieux et éliminez les chétives.

Préservez les auxiliaires

L’eau est indispensable aux insectes, aux animaux et aux plantes

Observez les herbes indésirables, elles vous indiqueront les carences ou excès du sol (voir p. 34-35).

ment des légumes et de la plupart des fleurs et des fruits. Ce sol est certainement riche, éliminez seulement les racines indésirables.

Dans un vieux jardin

Lierre, refuge pour la faune

Petits fruits sauvages, le sureau

Bourdon, précieux pollinisateur

La nature a repris le dessus. Nettoyez tout en gardant quelques parcelles sauvages. Travaillez des carrés pour implanter progressivement des fleurs ou des légumes. Ne présumez pas de vos forces physiques. Diminuez la hauteur des haies et des grands arbres, car leur ombre limite le développe-

Dans un jardin traditionnel Ramenez de la biodiversité et de la vie. Diversifiez les haies de thuyas ou de troènes trop monotones. Intercalez de nouveaux arbres à feuillages colorés. Réduisez les surfaces de gazon en créant des platesbandes fleuries d’annuelles

et de vivaces. Cultivez des légumes et des petits fruits rouges. Ne tondez que les passages et les zones de repos. Le reste ne sera fauché qu’une fois l’an. Plantez des végétaux locaux à fleurs et à fruits. Équilibrez les surfaces des haies, des fleurs, des légumes, des allées et terrasses, des arbres et arbustes, des prairies sauvages et du gazon. N’oubliez pas l’eau, elle est indispensable : des coupelles ou une petite mare suffisent pour tous les animaux.

L’équilibre bio


Jardiner bio_VBAT3.qwd

16

17/12/07

I Les

12:12

Page 16

te c h n i q u e s d e b a s e e n b i o

Travailler son sol : les bonnes pratiques Un sol se travaille au bon moment lorsque les mottes de terre s’effritent facilement dans la main. Ameublir un sol réactive sa vie et favorise l’enracinement des futures plantations. Le sol est un organisme vivant, complexe. Il est composé de minéraux variés, de très nombreux êtres minuscules et d’animaux plus volumineux comme les vers de terre ou les insectes : c’est une chaîne alimentaire. Une bonne pratique consiste à ameublir ses 10 à 15 cm superficiels pour oxygéner et réguler les échanges air-eau

au niveau des racines tout en éliminant les herbes indésirables.

Comment défricher une vieille prairie Un terrain abandonné peut décourager par l’ampleur de la tâche. Fauchez la végétation et mettez-la au compost. Bêchez à grosses mottes ou

labourez avec un tracteur avant l’hiver. Au printemps, éliminez les racines restantes. Affinez au crochet à quatre dents, retirez les racines et plantez des choux, céleri, poireaux, tomates ou courges. Une autre méthode : bâchez toute la surface à cultiver avec des films noirs, des anciennes moquettes ou des cartons. Après deux mois, les herbes indésirables seront décomposées ; la terre sera meuble et facile à travailler.

Une terre cultivée

Une terre argileuse

Le travail est simplifié : il suffit de décompacter par binage ou sarclage superficiel. Avant de réaliser un semis, laissez aux herbes indésirables le temps de germer, puis éliminez-les (voir p. 34-35). Cette opération est indispensable pour les légumes qui germent lentement, tels que le persil, la mâche ou les carottes.

À l’automne, labourez ces sols froids et compacts, à grosses mottes sans retournement, avec une bêche à dent, ou grelinette. Le gel et le dégel briseront les mottes. Le travail sera aisé au printemps. Ne couvrez pas le sol pour que le soleil le réchauffe.

Une terre sableuse

Une bonne terre de jardin équilibrée

Paillez ou semez un engrais vert à l’automne que vous laisserez jusqu’au printemps pour éviter le tassement et le lessivage des éléments nutritifs. Travaillez-la en fin d’hiver.

Maintenez le sol meuble en le décompactant. Fertilisez régulièrement avec du compost. Semez des engrais verts. Supprimez les herbes indésirables. Couvrez.

A ST U C E

➜ Un sol récalcitrant

Votre sol est dur et impossible à travailler. Arrosez 1 à 2 heures. Laissez ressuyer une journée. Les grosses mottes s’émietteront. La terre compacte acceptera la bêche à dent.

Après bâchage, nettoyez au croc à 4 dents

La binette s’emploie pour le travail superficiel

La grelinette, un outil indispensable Comme les autres bêches à dents spéciales, elle facilite le travail du sol et limite les efforts. Le sol est décompacté, oxygéné. Les herbes indésirables s’extraient aisément. Sans retournement, les couches sont respectées, les vers de terre ne sont pas détruits.

Bonne terre grumeleuse

A ST U C E Cachez cette bâche !... Pour dissimuler les bâches ou les cartons inesthétiques, recouvrez-les de paille ou de bois broyé.

Travailler le sol

Extrait Jardiner bio - Éditions Ulmer  

De plus en plus de néophytes, sensibles à l 'environnement et à leur santé, souhaitent passer à l 'action dans leur jardin ; c' est pour eux...