Page 1

Renonculacées 59

58 

Aconit tue-loup

Aconitum lycoctonum · Renonculacées 50-150 cm de haut, tige dressée, fleurs jaunes en grappes lâches à denses.  juin-août

Pulsatille soufrée

Pulsatilla alpina ssp. apiifolia · Renonculacées Plante atteignant 50 cm de haut, velue, tige dressée portant une seule fleur terminale, jaune soufre.  mai-août

Feuilles palmatiséquées, à 5-7  divisions grossièrement dentées. Fleurs jaune clair, tépale sup. en forme de casque deux  fois plus haut que large, renfermant 2 pétales nectarifères (nectaires).  nectaire Milieu : jusqu’à 2 400 m ; forêts alluviales, mégaphorbiaies, prairies humides. Répartition : Alpes et Préalpes, Jura, Vosges, Forêt Noire ; Carpates, Balkans. § À savoir ! Tous les aconits sont très toxiques. Autrefois, on en préparait des appâts empoisonnés pour tuer les loups et les renards. Les bourdons à trompe courte mordent parfois le casque pour accéder directement au nectar.

Feuilles à peine développées à la floraison, puis pétiolées, biternées, divisions pennatipartites des folioles avec pointes acuminées ; avec sous la fleur un verticille de 3 bractées semblables aux f. basales. Fleurs atteignant 6 cm de large, gén. à 6 tépales souvent lavés de bleu à l’ext. Fruits un peu moins plumeux que ceux de la Pulsatille des Alpes (ð  p. 20). Milieu : 1200-2700 m, sols acides ; pelouses, alpages, brousses d’arbustes nains. Répartition : massifs siliceux des Alpes, plus rare dans les Alpes calcaires ; Pyrénées, montagnes d’Espagne. § À savoir ! La Pulsatille soufrée remplace sur sols acides la Pulsatille des Alpes, calcicole.

Renoncule des montagnes

Ranunculus hybridus · Renonculacées

5-40 cm de haut, tige souvent multiflore et fleurs à 5 pétales jaune doré  mai-sept.

10-20  cm de haut, à tige dressée, feuilles basales réniformes et fleurs jaunes.  juin-août

Ranunculus montanus · Renonculacées

Feuilles basales pétiolées, luisantes, glabres ou légèrement velues, profondément divisées en 3, divisions incisées à dentées  ; feuilles caulinaires sessiles, à tépale  3-7 divisions. Fleurs pédonculées, 2-3 cm de large. Milieu : jusqu’à 2 800 m, calcaire ; pelouses, prairies et pâturages humides, pierriers. Répartition : différentes sous-espèces dans l’ensemble de l’arc alpin ; Jura. À savoir ! Les Renonculacées sont plus ou moins toxiques, mais, lorsqu’elles sont sèches, la protoanémonine toxique se transforme en anémonine non-toxique, de sorte que l’herbe sèche peut sans danger être mangée par le bétail.

Aconit tue-loup

Pulsatille soufrée

Renoncule des montagnes

Renoncule hybride

Renoncule hybride

Feuilles basales pétiolées, entières, incisées à l’extrémité, crénelées ou dentées en scie  ; feuilles caulinaires plus profondément divisées, les sup. simples ; toutes les feuilles feuilles caulinaires fermes, glauques. Fleurs 1-2 cm de large, avec 5 pétales et 5 sépales plus courts. Milieu : 1600-2500 m, sur calcaire ; rochers, éboulis, pelouses pierreuses, brousses de pins. Répartition : Alpes calcaires du N. et du S., vers l’O. jusqu’au Tyrol et aux Alpes bergamasques. À savoir ! Les fleurs en forme de coupe de la Renoncule hybride sont surtout visitées et pollinisées par des insectes à trompe courte, gén. des mouches.


Renonculacées, Papavéracées, Caryophyllacées et Polygonacées  61

60 

Trolle d’Europe

Pavot rhétique

Trollius europaeus · Renonculacées

Papaver aurantiacum · Papavéracées

20-70 cm de haut, plante glabre, tige à une seule fleur, capitules jaune doré.  mai-juil.

Plante atteignant 20 cm de haut, produisant un liquide laiteux, tige à poils raides et fleurs jaune doré.  juin-août

Feuilles basales palmatiséquées, pétiolées  ; feuilles caulinaires gén. sessiles, à 3 divisions. Fleurs terminales, globuleuses, atteignant 35 mm de large, à  nectaire 10-15 tépales ovales à orbiculaires, à l’int. nectaires jaune clair, en forme de massue, de même taille que les nombreuses étamines. Milieu : jusqu’à 2 500 m, sur calcaire ; prairies humides, mégaphorbiaies. Répartition : Eur. moy. et du N.-E., Apennins, Espagne ; plus fréquente en montagne qu’en plaine. § À savoir ! La forme en boule de la fleur ne permet l’accès à l’intérieur qu’aux petits insectes. Les principaux pollinisateurs sont ainsi les petites mouches.

Feuilles toutes basales, pétiolées, pennées, folioles largement lancéolées, à plusieurs lobes, souvent velues. Fleurs 4-5  cm de large, orange à l’éclosion ; ovaire surmonté de 5-8 stigmates rayonnants ; 2 sépales caducs à poils bruns. Milieu : 1800-3000 m, sur calcaire, schiste et roches cristallines ; éboulis friables, sur moraines. Répartition : Alpes du S., E. des Pyrénées, Balkans. § À savoir ! Les Pavots sont typiques de la flore des éboulis qu’ils stabilisent idéalement avec leurs racines pivotantes latérales.

Saponaire jaune

Trolle d’Europe

Pavot rhétique excellent stabilisateur d’éboulis

Saponaire jaune seul. dans les Alpes occid., peu fréquente

Renouée des Alpes

Renouée des Alpes

Saponaria lutea · Caryophyllacées

Polygonum alpinum · Polygonacées

Plante atteignant 10 cm de haut, poussant en touffes dispersées, tiges dressées et fleurs jaune pâle.  juil.-août

30-80 cm de haut, plante à rhizomes souterrains rampants, s’enracinant aux nœuds.  juin-août

Feuilles basales étroitement lancéolées, feuilles caulinaires linéaires. Fleurs atteignant 10 mm de large, inflorescence en tête serrée ; pétales obovales, entiers, avec onglet violet et écailles courtes à la gorge ; calice velu, à 5 dents. Milieu : 1500-2600 m, sols pierreux calcaires et sols siliceux, sur rochers et éboulis.  calice Répartition : centre des Alpes occid. § À savoir ! Le nom scientifique du genre Saponaria, du latin sapo = savon, fait référence à la saponine, une substance tensioactive qu’on peut utiliser dans la fabrication du savon.

Feuilles sur tiges ramifiées et sillonnées, pétiolées à sessiles, lancéolées, atteignant 15 cm de long, à bords et nervures ciliés. Fleurs 3-5 mm de large, blanc jaunâtre ou rose clair, en panicules lâches, terminaux et latéraux ; 3 styles avec stigmates rouges. Milieu : 700-2  400 m  ; sur sols pauvres en calcaires, humides, prairies grasses et aulnaies. Répartition : surtout Alpes occid. et du S., rare en Autriche ; montagnes de l’Eur. du S., de l’E. de l’Eur. et de l’O. de l’Asie. À savoir ! Le nom renouée se réfère à la tige structurée de nœuds et aux racines noueuses.


Brassicacées 63

62 

Chou recourbé

Chou de Richer

Brassica repanda · Brassicacées

Rhynchosinapis richeri · Brassicacées

5-15 cm de haut, plante glabre, poussant en touffes rases, à tiges dressées, simples et sans feuilles, fleurs jaunes.  juin-août

20-60 cm de haut, plante glabre à tiges dressées, feuillées et fleurs jaunes en grappes denses.  ­juin-août

Feuilles toutes basales, atteignant 4 cm de long (plus longues chez d’autres Brassica) pétiolées, spatulées à lancéolées, dentées, luisantes, charnues. Fleurs pédonculées, en grappes  silique terminales, denses ; pétales de 10-15  mm de long, jaunes, plus étroits à l’extrémité ; sépales teintés de vert. Fruits (siliques) pédicellés, étalésdressés, 20-50 mm de long, avec un long bec de 2-3 mm de long. Milieu : 1500-2600  m  ; éboulis calcaires et schisteux, pelouses rocailleuses. Répartition : Alpes du S.-O. (des Alpes maritimes jusqu’aux Alpes savoyardes). §

Feuilles en rosettes basales, rétrécies en pétiole, gén. entières. Fleurs pédicellées ; pétales 12-20 mm de long, à onglet long ; sépales dressés. Fruits (siliques) pédicellés, étalés-dressés, 50-80 mm de long, bec atteignant 20 mm de long. Milieu : 1600-2400 m ; sols pauvres en calcaire, pierreux, pâturages, éboulis, fentes de rocher. Répartition : Alpes occid. (Savoie, Isère, Hautes-Alpes, Basses-Alpes, Piémont). § À savoir ! Les fleurs des Brassicacées ont chacune 4 pétales et 4 sépales, elles sont groupées en grappes terminales. Leurs fruits sont généralement des siliques.

Hugueninie à feuilles de tanaisie

Erysimum jugicola · Brassicacées

20-100 cm de haut, à tiges dressées, feuillées, à poils étoilés, fleurs jaunes en panicules corymbiformes.  juin-août

5-30 cm de haut, plante très velue à tiges simples, anguleuses, feuillées  ; fleurs à pétales en croix jaunes.  juinaoût

Hugueninia tanacetifolia · Brassicacées

Feuilles pétiolées dans la partie inf., longues ; feuilles caulinaires sessiles, chacune pennatipartite jusqu’à la nervure centrale, avec de chaque côté 4-10 divisions étroitement lancéolées, pennatipartites. Fleurs à pétales cunéiformes, atteignant 4 mm de long. Fruits (siliques) dressés étalés. Milieu : 1700-2500 m ; sols humides, mégaphorbiaies et reposoirs, décombres. Répartition : Alpes occid. (Alpes maritimes jusqu’en Valais). À savoir ! Elle est la seule espèce de ce genre en Eur. (une sous-espèce au N. de l’Espagne).

Chou recourbé

Chou de Richer ou Coincye de Richer

Hugueninie à feuilles de tanaisie

Érysimum des sources

Érysimum des sources

Feuilles basales en rosettes, spatulées à linéaires, 10-50 mm de long, 2-4 mm de large ; 5-15 feuilles caulinaires sessiles, linéaires-lancéolées, légèrement dentées. Fleurs brièvement pédonculées, en inflorescence multiflore et dense ; pétales spatulés, 15-20 mm de long ; sépales 6-8 mm de long, spatulés à lancéolés. Fruits (siliques) 25-50 mm de long, tétragones, à style court. Milieu : jusqu’à 3 000 m, plante indifférente au ph du sol ; pelouses, éboulis, rochers. Répartition : Alpes maritimes jusqu’aux Alpes graies. À savoir ! Les érysimum se trouvent surtout dans le bassin méditerranéen et en Amérique du N.


Brassicacées et Hypéricacées  65

64 

Alysson alpestre

Drave de Hoppe

Alyssum alpestre · Brassicacées

Draba hoppeana · Brassicacées

5-20 cm de haut, plante à poils étoilés à rameaux ligneux et fleurs jaunes en grappes compactes.  juin-août

1-5 cm de haut, plante glabre poussant en populations denses  ; fleurs jaunes par  1-9 en inflorescence compacte.  ­juil.-août

Feuilles 4-10 mm de long, largement ovales à lancéolées, se terminant en un court pétiole, poilues de gris-vert. Fleurs pédonculées, avec pétales de 2-3 mm de long, cunéiformes, arrondis à l’avant ; sépales plus courts. Fruits (silicules) orbiculaires à elliptiques, à poils étoilés, avec style de 2 mm de long. Milieu : 1600-3100 m ; rochers, éboulis, pelouses alpines. Répartition : Alpes maritimes jusqu’en Valais (Zermatt). § À savoir ! On nomme silicules les fruits qui sont au plus trois fois plus longs que larges. Les siliques sont en comparaison au moins trois fois plus longues que larges.

Lunetière lisse

Feuilles lancéolées, ciliées, carénées, atteignant 10 mm de long, en rosettes basales. Fleurs avec pétales de 3-4 mm de long. Fruits (silicules) elliptiques. Milieu : jusqu’à 3 600 m, sur éboulis calcaires-schisteux. Répartition : Savoie jusqu’en Carinthie. §

Proche  Drave des Dolomites (D. dolomitica) avec fleurs blanc-jaune et feuilles à peine carénées ; sur éboulis calcaires.

Drave de Hoppe

Lunetière lisse ou Biscutelle

Millepertuis coris

Millepertuis coris

Biscutella laevigata · Brassicacées

Hypericum coris · Hypericacées

15-50 cm de haut, plante à tige ramifiée ; fleurs jaunes en grappes lâches et silicules plates, en forme de lunettes.  mai-août

10-40 cm de haut, ligneuse à la base, nombreuses tiges fines et feuillées, fleurs jaunes.  juin-août

Feuilles basales atteignant 12 cm de long, pétiolées, lancéolées, entières à grossièrement sinuées-dentées, à poils épars ou glabres  ; feuilles caulinaires plus petites, sessiles. Fleurs pédonculées, pétales 4-8 mm de long, étroitement ovales ; sépales jaune-vert, plus courts. Fruits par 2 en forme de lunettes, à bord ailé et style de 3-5 mm de long. Milieu : de la plaine à 2 800 m, gén. sur calcaire ; pelouses rocailleuses, rochers, éboulis. Répartition : Alpes et Préalpes  ; Pyrénées, Apennins, Carpates, Tatra, Balkans. À savoir ! La Lunetière se maintient également bien dans les éboulis grâce à son système de racines bien développé.

Alysson alpestre

Feuilles par 3-5 en sépales capsule verticilles (seul. chez cette espèce), sessiles, en forme d’aiguilles, à bords enroulés, finement ponctuées de façon translucide. Fleurs en panicules lâches à peu de fleurs ; 5 pétales libres, ponctués, non glanduleux, atteignant 10 mm de long ; sépales bordés de glandes noires, à moitié aussi longs que la corolle, appliqués à la capsule ; nombreuses étamines en faisceaux. Milieu : en plaine et jusqu’à 2000 m d’altitude, sur calcaire ; versants secs ou rocheux. Répartition : Alpes (Alpes maritimes jusqu’en Suisse et dans le Trentino dolomitique), N. des Apennins.


Hypéricacées, Cistacées et Primulacées  67

66 

Millepertuis maculé

Hélianthème alpestre

Hypericum maculatum · Hypericacées

Helianthemum alpestre · Cistacées

20-70  cm de haut, tiges quadrangulaires, feuillées, fleurs jaune doré en panicules multiflores.  juin-août

5-20 cm de haut, plante ligneuse à la base, poussant en populations denses, 2-6 fleurs jaunes en grappes terminales.  juin-juil.

Feuilles sessiles, atteignant 4  cm de long, étroitesépales ment à largement ovales, nervées, ponctuées de glandes noires sur les bords. Fleurs à 5 pétales tachés de noir, deux à trois fois aussi longs que les sépales ovales ; jusqu’à 100 étamines groupées en faisceaux. Milieu : 500-2 600 m ; prairies grasses, mégaphorbiaies, clairières en forêt. Répartition : Alpes ; Eur., Asie. À savoir ! Le Millepertuis maculé fleurit vers la Saint-Jean (24 juin). Les Hypericacées contiennent des substances qui calment les nerfs et empêchent les inflammations. Ces plantes sont toujours utilisées pour soigner les dépressions légères et la nervosité.

Hélianthème à gr. fleurs

Helianthemum nummularium ssp. grandiflorum· Cistacées

10-40 cm de haut, tige ligneuse à la base velue en haut, fleurs jaunes.  juin-août Feuilles opposées, non coriaces, étroitement elliptiques, deux jusqu’à quatre  fois plus longues que larges, avec des bords gén. plats, velues à glabres, brièvement pédonculées, toujours avec stipules. Fleurs tombant facilement, en grappes à peu de fleurs à l’aisselle des feuilles ; pétales 10-15 mm de long, obovales ; calice verdâtre à blanc membraneux, avec 3 grands sépales sans poils étoilés et 2 plus petits sépales velus ; nombreuses étamines ne dépassant pas le style. Milieu : 1500-2500  m  ; sols secs, pelouses, buissons d’arbustes nains. Répartition : fréquent dans les Alpes ; du N de l’Espagne jusqu’aux Carpates, Balkans.

Feuilles opposées, ovales à lancéolées, à bord plat, à poils hérissés, gén. sans stipules. Fleurs avec petites bractées ; pétales de 6-10  mm de long  ; sépales de taille variable (3 plus grands et 2 plus petits) ; nombreuses étamines qui dépassent le style. Milieu : 1000-2500 m ; sur sols calcaires exposés à la chaleur, pelouses ouvertes, rochers. Répartition : Alpes calcaires, rares dans les Alpes centrales  ; Pyrénées, Abruzzes, Carpates, Balkans. À savoir ! On trouve cette espèce aux fleurs jaune lumineux dans les endroits bien ensoleillés des Alpes.

Millepertuis maculé bord des feuilles et des fleurs ponctués

Hélianthème alpestre feuilles sans stipules

Hélianthème à grandes fleurs feuilles avec stipules

Primevère auricule

Primevère auricule

Primula auricula · Primulacées

5-25 cm de haut, plante couverte d’une cire souvent farineuse ou glabre, fleurs jaune lumineux en ombelle unilatérale.  avril-juin Feuilles en rosette basale, charnues, à bord cartilagineux, obovales, entières ou à dents écartées. Fleurs pédonculées, parfumées, corolle atteignant 25 mm de large, avec lobes étalés ; calice campanulé, plus court que le tube de la corolle. Milieu : de la plaine à 2 900 m, sur calcaire ; pelouses rocailleuses, rochers, éboulis. Répartition : Alpes calcaires du N. et du S., Eur. du S. § À savoir ! La P. auricule et la P. hérissée se croisent souvent entre elles, là où se rencontrent le calcaire et les roches cristallines. Ce croisement est à l’origine de nombreuses primevères horticoles (petite photo).


Primulacées et Rosacées  69

68 

Androsace vitaliana

Benoîte rampante

Androsace vitaliana · Primulacées

Geum reptans · Rosacées

Plante de 2-5 cm de haut, poussant en touffes dispersées ; fleurs solitaires jaune doré en forme d’entonnoir.  mai-juil.

Plante de 5-20 cm de haut, à longs stolons feuillés s’enracinant (plante rampante des éboulis) et fleurs jaunes.  juil.-août

Feuilles en rosettes basales, linéaires à étroitement lancéolées, entières, glabres ou à poils étoilés gris clair au bord, tout comme le pédicelle et le calice. Fleurs sur court pédicelle ; corolle atteignant 20 mm de large, à lobes arrondis et long tube ; calice campanulé, divisé jusqu’au milieu, à dents étroitement lancéolées. Milieu : 1800-3100  m  ; sols pauvres en calcaire, pelouses, éboulis fins, rochers. Répartition : Alpes maritimes jusqu’en Carinthie. § À savoir ! L’Androsace vitaliana se classe entre les primevères et les androsaces. Son nom et sa classification ont ainsi souvent été changés.

Feuilles pennatiséquées. Fleurs à 6-8  pétales  ; styles plumeux, se réunissant en toupet à la fructification. Milieu : jusqu’à 3 800 m ; sur sols bruts pauvres en calcaire. Répartition : Montagnes de l’Eur. moy. et du S. §

Potentille dorée

Proche  Benoîte des montagnes (G. montanum), sans stolons, feuilles pennées avec folioles indivises ; sols acides.

Androsace vitaliana

Benoîte rampante plante rampante des éboulis

Potentille dorée tâche orange au milieu de la fleur

Sibbaldie couchée

Sibbaldie couchée

Potentilla aurea · Rosacées

Sibbaldia procumbens · Rosacées

Plante de 5-35 cm de haut, à tige courbée-ascendante, velue et très feuillée ; fleurs jaune doré.  juin-août

Plante de 2-5 cm de haut, gazonnante, tige courbée-ascendante, petites fleurs jaune verdâtre.  juin-août

Feuilles basales palmées, à 5 divisions, vert luisant dessus, à poils soyeuxbrillants sur les bords et sur la nervure de la face inférieure. Fleurs 15-20 mm de large, avec des taches orangées à la base des pétales légèrement échancrés (pour signaler le nectar). Milieu : 1300-3200 m ; sols acides. Répartition : Alpes, montagnes de l’Eur. du S. et moy. À savoir ! La Potentille dorée est une plante médicinale connue depuis longtemps utilisée autrefois surtout contre la diarrhée. En gargarisme, elle soigne les inflammations du cou et les blessures de la gencive. Utilisée comme sels de bains, elle contribue à cicatriser les blessures.

Feuilles basales pétiolées, à 3 divisions ; folioles tridentées au sommet, velues dessous. Fleurs très discrètes, en ombelle à peu de fleurs sur pédoncules courts  ; pétales étroits, caducs, plus courts que les sépales lancéolés. Milieu : 2000-3300 m ; sols acides, humides et recouverts longtemps par la neige. Répartition : Alpes ; montagnes de l’Eur. du N., moy. et du S. À savoir ! Les pollinisateurs sont principalement les mouches et les fourmis, attirées par le nectar offert au grand jour. Une multiplication végétative est aussi possible par l’enracinement de la tige.


Crassulacées 71

70 

Orpin des Alpes

Orpin rose

Sedum alpestre · Crassulacées

Rhodiola rosea · Crassulacées

Plante de 2-8 cm de haut, en touffes dispersées, à rejets stériles très feuillés et fleurs jaunes en inflorescence compacte.  juin-août

Plante de 15-40 cm de haut, à tige dressée, feuilles plates, fleurs unisexuées à 4 pétales, en ombelle dense.  juin-août

Joubarbe hérissée

Jovibarba hirta · Crassulacées

15-25 cm de haut, nombreuses rosettes stériles, à poils hérissés (nom !) et fleurs jaune pâle, tubuleuses-campanulées.  juil.-sept. pétale

Feuilles des rosettes basales lancéolées, souvent teintées de rouge, ciliées au bord ;  feuille feuilles caulinaires caulinaire plus larges (jusqu’à 10  mm), ovales à  feuille basale lancéolées, à poils glanduleux sur le limbe, ciliées au bord, la base embrassant presque la tige. Fleurs à l’apparence d’une ombelle compacte, 15-17 mm de long, à 6 pétales frangés. Milieu : jusqu’à 2000 m ; versants exposés à la chaleur, rochers. Répartition : Alpes orient., Balkans. § À savoir ! La Joubarbe hérissée se distingue des véritables joubarbes par ses fleurs campanulées, à 6 pétales frangés.

Feuilles lancéolées, charnues, bleu-vert, dentées vers l’avant et souvent lavées de violet. Fleurs à 4 pétales jaunes, souvent absents chez les fleurs femelles  ; sépales plus courts, jaunes ou rouges ; fruit composé de 4 follicules. Milieu : 1000-3000 m ; sols pauvres en calcaire, mégaphorbiaies et éboulis grossiers, rochers. Répartition : Pyrénées jusqu’aux Balkans, Arctique. § À savoir ! La racine a une odeur de rose (nom !). À la différence de l’Orpin rose, les autres crassulacées présentent des fleurs hermaphrodites, à 5 pétales ou plus.

fleur ♂    fleur ♀

Feuilles cylindracées, en massue, charnues, souvent teintées de rouge, sessiles, sans éperon contre la tige, alternes. Fleurs 5-8 mm de feuilles souvent large, brièvement pédonteintées de rouge culées, à pétales ovales, obtus, deux fois plus longs que les sépales ; 10 étamines jaunes. Milieu : 1000-3400 m ; sols acides, moraines, éboulis, combes à neige, pâturages. Répartition : principalement dans les Alpes centrales ; montagnes de l’Eur. moy. et du S. À savoir ! La fleur très ouverte de cet orpin est aisément accessible pour les insectes à trompe courte également. Les mouches sont ainsi les pollinisateurs principaux de cette espèce.

Orpin des Alpes

Orpin rose fleurs à 4 pétales

Joubarbe hérissée

Joubarbe à grandes fleurs

Joubarbe à grandes fleurs

Sempervivum grandiflorum · Crassulacées

Plante de 10-30 cm de haut, rosettes étalées, à poils glanduleux ; fleurs jaunes, atteignant 30 mm de large.  juin-août Feuilles des rosettes basales cunéiformes, à pointe pourpre tout comme les feuilles caulinaires plus étroites. Fleurs à gén. 12 pétales rouge-violet à la base, plus longs que les sépales. Milieu : jusqu’à 3 000 m, sur silice ; pelouses rocailleuses, éboulis, rochers. Répartition : Alpes occid. (du Valais au Val Susa). § Proche  Joubarbe de Wulfen (S. wulfenii), avec feuilles bleu-vert, disposées en tuiles, à poils glanduleux au bord seul., sinon glabres ; jusqu’à 2 800 m, sur sols acides ; Alpes orient. (Bergell jusqu’au Tauern). §

Extrait Fleurs des alpes - Éditions Ulmer- Éditions Ulmer  

Ce guide permet d'identifier sûrement et facilement 400 espèces de fleurs alpines. Au total, ce sont plus de 440 photos, pour ce livre au fo...