Page 1

Connaître les clématites Pour mieux les apprivoiser Les clématites appartiennent à la famille des renonculacées, au sein de laquelle elles sont plus particulièrement apparentées aux renoncules et aux anémones. Si, à l’inverse de ces dernières, la plupart des clématites sont des ligneuses grimpantes, elles partagent avec leurs proches cousines le fait de ne pas posséder de véritables pétales. Malgré une apparence simple, les fleurs de clématites n’ont donc pas une structure ordinaire. De plus, leurs formes se révèlent bien plus variées qu’on ne le pense en général, tout comme leurs dimensions et leurs couleurs.

Le bouquet d'étamines qui orne le cœur des fleurs est un des éléments qui permet de caractériser chaque variété.

8

9


Connaître les clématites

UNE FLEUR SANS VÉRITABLES PÉTALES Les fleurs de clématites ne sont pas composées de pétales, mais de sépales. Chez les fleurs “normales”, les sépales sont habituellement verts et servent à protéger la fleur entière lorsqu’elle est encore en bouton. Chez les clématites, les sépales agrandis et colorés prennent l’apparence de véritables pétales. Les botanistes désignent ces pièces florales par le mot “tépale”. Par souci de simplification, nous utiliserons parfois dans ce livre le terme de pétale à la place du mot tépale. Les fleurs de clématites comprennent le plus souvent 4 pétales, mais ce chiffre passe de 6 à 8 chez la plupart des hybrides et variétés. Au-delà, les fleurs semblent “semi-doubles”, “doubles” ou “pleines”. Outre leur beauté propre, ces fleurs doubles ont l’avantage de durer jusqu’à deux à trois fois plus longtemps que les simples, car ces faux pétales supplémentaires tombent bien après les “vrais” pétales (À gauche, C. JosephineTM).

La plupart des clématites sont hermaphrodites : leurs fleurs portent à la fois des organes mâle (étamines) et femelle (stigmates). (Voir ci-dessous C. ’Ville de Lyon’). Toutefois, certaines espèces néo-zélandaises portent les fleurs mâles et les fleurs femelles sur des plantes distinctes.

Pétales (“tépales”)

Stigmates

Les fruits des clématites sont des akènes dotés d'une "plume", qui permet leur dissémination. l

Étamines

A Josephine™ (‘Evijohill’®), une fleur "double" composée d'étamines transformées en tépales, au cœur d'une corolle simple. 10

11


Connaître les clématites

LES CLÉMATITES DANS LE MONDE Il existe environ 250 espèces naturelles de clématites réparties dans les zones tempérées du globe. La plus grande partie pousse dans l’hémisphère Nord, mais le genre est également représenté par quelques espèces poussant en Amérique du Sud (peu connues en culture), et en Australie ainsi qu’en Nouvelle-Zélande. Ces dernières commencent à être cultivées en Europe depuis une vingtaine d’années. Elles se distinguent très facilement des clématites plus classiques par leur végétation moins vigoureuse, leur tempérament peu grimpeur, leur feuillage généralement persistant et leurs fleurs, le plus souvent unisexuées. Aucune clématite n’a encore été découverte sur le continent africain.

En Europe

Clematis vitalba, indigène dans une grande partie de l'Europe.

l

Le genre est représenté par 7 espèces naturelles : C. alpina, C. cirrhosa ssp. balearica, C. flammula, C. integrifolia, C. recta, C. vitalba et C. viticella. La plus répandue, C. vitalba, couvre les haies et bosquets d’une grande partie de l’Europe. Elle n’est pas cultivée hormis pour constituer le porte-greffe (les racines) des espèces et variétés plus délicates. Cette plante est souvent plus connue sous le surnom “d’herbe aux gueux” car autrefois, les mendiants avaient l’habitude de se flageller avec ses rameaux entraînant des formes d’allergies cutanées afin d’avoir l’air encore plus misérable. C. flammula lui ressemble beaucoup et occupe la même place dans le paysage et le folklore des régions méditerranéennes, plus chaudes et plus sèches. Dans nos jardins, C. alpina, et surtout C. viticella ont engendré de nombreuses variétés et quelques hybrides.

En Amérique

Clematis texensis est la seule espèce américaine ayant un intérêt pour nos jardins. l

16

L’Amérique, moins riche que l’Europe, n’a fourni au monde horticole qu’une seule espèce naturelle digne d’intérêt : C. texensis, originaire, comme son nom l’indique, du Texas et de ses environs. La forme de ses fleurs en clochettes dressées et surtout leur vive couleur rouge a transmis aux hybrides avec les autres espèces une forme en tulipe assez curieuse et très décorative.

À gauche : Les clématites à grandes fleurs (ici 'Miss Bateman') descendent de C. patens et C. lanuginosa d'origine asiatique. À droite : C. montana wilsonii. l

En Asie L’Asie continentale et l’Extrême-Orient sont le berceau du plus grand nombre d’espèces et des plus attrayantes, d’un point de vue horticole. C. patens et C. lanuginosa surtout, provenant toutes deux de Chine orientale (vers 1850), ont donné naissance en Occident à toute la série des hybrides à grandes fleurs que nous connaissons actuellement. Il semble que ces clématites soient peu cultivées dans les jardins chinois, à l’exception de C. florida et de ses formes à fleurs doubles qui retiennent l’attention des jardiniers orientaux et de C. armandii qui, comme chez nous, est appréciée autant pour son feuillage persistant que pour ses bouquets de fleurs parfumées. L’une des clématites asiatiques les plus populaires chez nous est la Clematis montana, originaire des contreforts de l’Himalaya. N’oublions pas C. orientalis et les espèces apparentées qui nous ont apporté les nombreuses variétés à fleurs en clochettes jaunes et à floraison tardive, en fin d’été, ni C. heracleifolia, une des quelques clématites qui préfèrent pousser en touffes plutôt que de grimper.

17


Connaître les clématites

Cultiver les clématites Plantations et soins Contrairement à une idée répandue, les clématites ne sont pas plus difficiles à cultiver que d’autres grimpantes ou que d’autres plantes. Une plantation soignée, et surtout un emplacement bien choisi leur permettront de s’installer durablement et de fleurir au même endroit durant des années. Elles craignent simplement l’excès de soins : ce sont des plantes indépendantes qui aiment se débrouiller une fois implantées. Dans de nombreux vieux jardins, les clématites survivent à l’abandon et à la négligence... Alors pourquoi pas chez vous ?

'Nelly Moser' est l'une des variétés les plus classiques, grâce à sa culture facile et à son abondante floraison.

20

21


Cultiver les clématites

CE QU’IL FAUT RETENIR SUR LE FROID Pour les clématites à feuillage caduc : - elles résistent très bien aux gelées hivernales - les variétés précoces peuvent souffrir des fortes gelées tardives: s’il y a un risque, plantez-les en situation abritée. Pour les clématites à feuillage persistant : - plusieurs résistent au gel, mais toutes craignent les vents froids - en toutes régions, elles préfèrent les situations abritées (cour, patio) - en régions froides, plantezles au printemps, de préférence au nord ou à l’ouest.

Les clématites persistantes et le froid Les espèces et variétés qui gardent leur feuillage durant l’hiver craignent les vents froids, souvent desséchants, plus que le froid lui-même. Elles prospèrent mieux dans une cour ou un patio que sur un mur en plein vent, et ce, même dans les régions où le climat leur est pleinement favorable. Dans les régions froides, plantez-les de préférence à exposition nord ou ouest. La première, même si elle semble plus froide, offre des températures assez constantes, les feuillages et les jeunes bourgeons y souffriront moins de l’alternance gel/dégel. La seconde n’est ensoleillée que l’après-midi et les feuilles et les boutons peuvent alors dégeler lentement avec l’élévation de la température ambiante durant toute la matinée. Enfin, pour vraiment mettre toutes les chances de votre côté, plantez les clématites persistantes au printemps, une fois les risques de gelées écartés, de manière à leur laisser une belle saison complète pour s’installer avant d’affronter leur premier hiver. Vous pouvez aussi protéger les 50 premiers centimètres des tiges durant les deux premiers hivers pour vous rassurer.

LES SOLS Les clématites poussent bien dans des sols très divers. Que le sol soit de nature calcaire ou acide n’est pas le plus important. Toutefois, si l’on veut que les clématites se développent avec vigueur et fleurissent en abondance, la terre doit posséder certaines qualités à maintenir au fil des ans.

De la fraîcheur…

Cette clématite partage l’arbre support avec un rosier grimpant. Cette cohabitation à trois est possible car la terre est riche et toujours fraîche. l

24

Les clématites apprécient avant tout un sol consistant, qui doit rester frais tout au long de leur saison de végétation, c’est-à-dire de mars à octobre. En fait, la plupart des terres leur conviennent, surtout si on évite l’alternance de sécheresse et d’arrosages copieux par un épais paillage (voir p. 31). Seuls font exception les terrains sableux et pauvres, qui se dessèchent trop rapidement. Les défauts éventuels de votre terre, qu’elle soit trop légère

(sableuse) ou trop lourde (argileuse) peuvent d’ailleurs tous se corriger par des apports d’humus avant la plantation et bien entendu, lors des entretiens ultérieurs. Les sources d’humus sont multiples : fumier parfaitement décomposé, compost de jardin, terreau ou compost du commerce, terreau de feuilles, tourbe, etc. Il faut vraiment qu’elles soient parfaitement décomposées pour être incorporées au sol et pour que l’humus puisse jouer pleinement son rôle.

- Tous les types de sols conviennent à condition qu’ils soient frais et bien aérés, sans stagnation d’eau. - Les sols sableux, trop secs, ou argileux, trop asphyxiants, devront donc être évités ou améliorés (voir plantation p. 32).

Mais pas trop d’eau Si les clématites apprécient un sol frais, c’est-à-dire légèrement humide, elles supportent très difficilement la présence continuelle d’eau stagnante à faible profondeur. Une terre trop humide est une terre peu aérée, dans laquelle les plantes peu adaptées perdent leur vigueur et deviennent très vite victimes de pourritures diverses. En hiver, une humidité accrue conjuguée à des froids intenses peut avoir des conséquences désastreuses sur les clématites, même si elles sont installées depuis plusieurs années. Les terres très argileuses présentent le plus de risques de devenir trop humides en hiver, aussi faut-il, dès la plantation, mettre en place un drainage. Sachez également que si vous plantez votre clématite près d’un arbuste, en particulier d’un conifère ou d’un arbuste persistant, celui-ci puisera facilement l’excès d’eau. Surveillez simplement en été que cet arbuste protecteur n’assoiffe pas complètement sa compagne grimpante. N’oubliez pas que ce problème d’humidité peut aussi être un phénomène tout à fait occasionnel. Un système d’arrosage au goutte à goutte ne doit pas avoir de sortie directe au pied d’une clématite. Une gouttière bouchée ou même qui laisse s’échapper d’incidieuses gouttes d’eau peut en quelques jours changer complètement les conditions de vie de la clématite qui est plantée à proximité, et la pauvre risque de ne pas s’en remettre!

CE QU’IL FAUT RETENIR SUR LE SOL

Au pied d'un mur, les clématites trouvent généralement le drainage qui leur convient. Veillez simplement à ce que la terre reste fraîche et ombragée, par exemple grâce à un arbuste placé juste devant. W


Utiliser les clématites Pas seulement sur les murs Autrefois, les clématites, comme toutes les plantes grimpantes, étaient réservées à l’ornementation des murs et des treillages décoratifs. Elles sont toujours remarquablement bien adaptées à cet usage, mais leur souplesse permet de les cultiver aussi dans des situations bien plus variées. On les utilise ainsi de plus en plus en association avec les arbustes, mais aussi avec les arbres, les haies, les plantes couvre-sol ou en pots. En plus des indications données dans ce chapitre, vous retrouverez des conseils d’utilisation spécifiques à chaque variété dans les fiches qui leur sont consacrées.

Les clématites se marient avec toutes les autres plantes du jardin, mais vous obtiendrez des effets toujours spectaculaires en les mélants à des feuillages décoratifs, comme ici C. 'Perle d'Azur' avec Cotinus coggygria 'Royal Purple'. 42


Clématites Les meilleures variétés Nous présentons dans les pages suivantes les variétés que nous considérons comme les meilleures dans leur genre. Celles-ci ont été classées en 14 grands groupes, se distinguant les uns des autres par la forme et la couleur de leurs fleurs, leurs époques de floraison et leurs utilisations. Ils sont classés par ordre d’apparition des fleurs, du printemps à l’automne.

‘Multiblue’ issue de la variété ‘The President’ présente la même robustesse et la même floribondité. Elle est devenue en peu de temps une “valeur sûre”.


CLÉMATITES “ALPINES” OU “ATRAGÈNES” Composé de plusieurs espèces d’apparence et de comportement similaires, ces clématites préfèrent courir sur les arbustes et plantes basses plutôt que grimper. Elles sont très intéressantes pour leur floraison insolite et précoce (avril, mai), qui se marie à celle de nombreux arbustes à fleurs.

CULTURE - Exposition : Plein soleil ou mi-ombre. Elles préfèrent les situations bien dégagées. - Développement : Leurs branches s’allongent sur 3 à 4 mètres, mais elles préfèrent s’étaler plutôt que grimper. Sur un support adéquat, elles peuvent toutefois dépasser 2 mètres de hauteur. La floraison a lieu sur les branches de l’année précédente. Parfois, quelques fleurs s’épanouissent en septembre à l’extrémité des pousses de l’année. - Idées de plantation : Laissez-les vagabonder sur des arbustes bas comme des spirées ‘Van Houttei’ ou à feuillage doré comme le Physocarpus ‘Dart’s Gold’, ou encore sur des fruitiers bas, comme les pommiers en cordon. Elles poussent aussi très bien en pot ou en bac, à condition de couper toutes les branches à 20 cm du sol juste après la floraison pour renouveler tout le branchage.

ESPÈCES ET VARIÉTÉS RECOMMANDÉES

- C. alpina L’espèce type est aussi intéressante, même si ses fleurs sont plus petites. Les corolles, d’un beau bleu uni, sont plus foncées. - ‘Blue Dancer’ : fleurs très allongées aux pétales de 5 à 8 cm de long Magnifique amélioration des variétés existantes, elle est vraiment très florifère et parfaite pour marier à des arbustes à fleurs : petits pommiers, spirées, etc. - ‘Brunette’ : Sa belle floraison débute en avril et se prolonge parfois jusqu’en juillet. Les clochettes composées de pétales très épais sont teintes d’une fascinante cou-

66

Page de gauche : C. alpina ‘Francis Rivis’ . Ci-dessus : C. alpina ’Blue Dancer’. À droite : C. alpina ‘Francis Rivis’ dans un pommier à fleurs.

leur rouge brun et longues de 5 à 8 cm. Palissez-la contre une barrière claire ou sur un arbuste à feuillage argenté ou encore un bouleau à écorce blanche. - ‘Francis Rivis’: tépales bleu “jean”, qui contrastent bien avec le cœur blanc pur. Très florifère et spectaculaire, c’est une valeur sûre. - ‘I’am Red Robin’® : Superbe variété récente aux fleurs de 5 cm de long en clochettes plutôt fermées, rouge sombre s’éclaircissant une fois ouvertes. Très novatrice pour sa couleur et la longue période de floraison qui s’étend d’avril à août. Elle surpasse ‘Brunette’, qui n’est pas toujours très robuste. Palissez-la contre une barrière claire ou sur un arbuste à feuillage argenté ou encore un bouleau à écorce blanche. - ‘Pamela Jackman’ : Le cœur blanc est plus proéminent et contraste plus encore avec les pétales bleu foncé plus courts que ceux de ‘Francis Rivis’. - ‘Willy’ : Très recherchée pour son coloris rose tendre qui s’harmonise avec celui des magnolias ou des pommiers. La teinte est dégradée au long des pétales : foncée à la base, elle devient presque blanche à la pointe.

67


CLÉMATITES MONTANA Probablement les plus imposantes des clématites de nos jardins, elles nous émerveillent chaque printemps par leurs cascades de fleurs, puis par leur feuillage, souvent teinté de pourpre.

CARACTÉRISTIQUES Ce sont des variétés ou des hybrides de Clematis montana, une espèce originaire de Chine et de l’Himalaya. Généralement vigoureuses et poussantes, elles donnent des floraisons très spectaculaires durant 3 à 4 semaines, de fin avril à fin juin (pour certaines variétés à fleurs blanches, assez tardives) sur toute la moitié supérieure des pousses. Les fleurs, de 5 à 8 cm de diamètre, composées de 4 pétales arrondis, épais, le plus souvent rose tendre, s’épanouissent par groupes, à chaque bourgeon, et forment de véritables guirlandes le long des branches souples. Certaines dégagent un parfum léger. Les feuilles à 3 ou 5 folioles caduques sont découpées à l’extrémité. Leur couleur varie du vert foncé au pourpre, cette teinte étant surtout présente sur les branches bien exposées au soleil.

CULTURE

‘Rubens Superba’.

- Exposition : Plein soleil ou mi-ombre, cette dernière situation étant celle qu’elle trouve dans les grands arbres. Trouvez-lui une situation protégée des vents forts. Étant donné sa floraison assez tardive, elle craint peu les gelées printanières. - Développement : Très vigoureuses, ses pousses s’élèvent à 5 m de hauteur, voire davantage sur les plantes âgées. Il vaut mieux toutefois ne pas laisser les plantes occuper un volume trop important (même dans un grand arbre) et tailler fortement tous les deux ans, juste après la floraison, de manière à contenir un peu sa végétation. - Idées de plantation : Elle forme de magnifiques cascades de fleurs lorsqu’on la laisse grimper sur un grand arbre. Dans un petit jardin, la meilleure utilisation consiste à couvrir un appentis, un garage ou à habiller de longues clôtures grillagées : guidez une branche principale au sommet du grillage et laissez retomber les branches secondaires à la verticale de manière à profiter d’un mur de fleurs, puis de verdure. Taillez à leur base toutes les pousses une fois les fleurs fanées. 'Rubens Superba' avec une glycine de Chine (Wisteria sinensis). 71


CLÉMATITES “À GRANDES FLEURS” Caractérisées par la taille importante de leur corolle, de 15 à 18 cm de diamètre en moyenne (mais parfois davantage), ces plantes sont les plus populaires du genre. Leur floraison principale a lieu en mai-juin, puis la plante produit une seconde floraison aussi abondante en septembre. Les feuilles de 3 à 5 folioles en forme de cœur sont caduques.

CULTURE - Exposition : Elles fleurissent beaucoup au soleil ou à mi-ombre, les fleurs sont plus nombreuses au soleil, mais leur couleur devient légèrement plus mate ou passe au bout de quelques jours. Les variétés plus récentes ont en général des couleurs plus résistantes. - Développement : De vigueur moyenne, elles dépassent rarement 3 m de haut, mais fleurissent environ sur la moitié de leur hauteur. La taille idéale consiste à garder les pousses de l’année précédente et à supprimer les plus anciennes. Les plus vigoureuses, comme ‘The President’, peuvent aussi être taillées chaque hiver à 40 cm du sol. La floraison est alors plus tardive, mais plus massive. - Idées de plantation : Ces clématites “classiques” conviennent à tous les usages et sont des variétés idéales pour les petits jardins, car elles fleurissent beaucoup tout en occupant un minimum d’espace. Elles se montrent aussi idéales en bac, soit utilisée en grimpante, soit laissée retombante sur le devant du contenant. Ce sont les meilleures compagnes pour les rosiers grimpants, dont les longues branches ont tendance à se dégarnir un peu à la base. Vous pouvez aussi la laisser grimper sur un arbuste printanier défleuri comme un forsythia ou une spirée, ou encore un cognassier du Japon, afin de leur donner une seconde “floraison”.

‘The President’.

Liberation™ (‘Evifive’®) sur un lilas nain Syringa microphylla ‘Superba’. 77


CLÉMATITES À GRANDES FLEURS SIMPLES BLEUES - ‘Blue Eyes’® : Étonnante couleur bleu lavande très pâle, encore allégée par un cœur d’étamines crèmes. Modérément vigoureuse, une taille légère permettra d’obtenir un maximum de fleurs sur un conifère nain, ou auprès de rosiers pastels. - Blue Success (‘Trav01’) : Grandes fleurs aux larges pétales bleu ciel, éclaircies sur la médiane et éclairées d’un bouquet d’étamines jaune pâle. Tout est doux, mais franc, chez cette belle obtention de Raymond Travers. Vigueur moyenne, excellente floraison en deux périodes. À tailler légèrement. -‘Géneral Sikorsky’ : Les nombreuses corolles de 15 à 20 cm de diamètre apparaissent sur la moitié supérieure des tiges, de juin à septembre, presque sans discontinuer. Leur couleur bleu intense, éclairée par un grand bouquet d’étamines jaune citron, est aussi belle sur une fleur isolée que sur la masse produite en début et en fin de floraison. Les pétales arrondis à l’extrémité sont bien imbriqués les uns dans les autres et composent une corolle presque circulaire. - ‘Fuji Musume’ : Très belles fleurs d’un magnifique bleu pur marqué de nervures plus pâles, qui semblent avoir été peintes sur chaque tépale. Cette variété de vigueur moyenne (2/3 m) s’épanouit en mai et juin puis en septembre. Les pétales sont pointus et bien détachés les uns des autres, donnant à la corolle une forme étoilée. - ‘Haku Ookan’ : Ce nom signifie “Couronne royale” et fait allusion aux grandes étamines jaune citron qui contrastent fortement avec les pétales pointus d’un beau bleu violacé. Les premières corolles sont parfois semi-doubles. - ‘H.F. Young’ : Les fleurs mesurent 16 à 20 cm de diamètre et s’épanouissent davantage à partir de la base de la plante. Les tiges atteignent 2 à 3 m de longueur et portent des fleurs tout au long de la belle saison. - ‘Ken Donson’ : Les fleurs, plus petites (14-18 cm de diamètre) s’épanouissent de juin à septembre. - ‘Mrs Cholmondeley’ : Les fleurs bleu lavande laissent apparaître des nervures plus foncées. Cette variété a presque 100 ans, mais ne se démode toujours pas. Vigoureuse et florifère, elle se distingue en produisant parfois quelques fleurs semi-doubles lors de la floraison de printemps. - Papillon bleu (‘Trav02’): Un sublime bleu translucide et très lumineux caractérise cette variété vigoureuse remarquée pour sa très abondante floraison tardive. Pour cela, il vaut mieux la tailler court en fin d’hiver. - ‘Ramona’ : La couleur bleue tire plus vers la nuance lavande, mais elle contraste bien avec les étamines noires et blanches. Les corolles de 15-20 cm de diamètre s’épanouissent en mai et juin, puis en septembre.

Blue Success (‘Trav01’).

‘Haku Ookan’ dans le feuillage de Sorbaria 'Sem'.

‘Mrs Cholmondeley’.

Papillon bleu ('Trav02').

‘Fuji Musume’. 79

Extrait Clématites- Éditions Ulmer  
Extrait Clématites- Éditions Ulmer  

Les clématites sont les plantes grimpantes préférées des jardiniers. Ce livre actualise et augmente le précédent ouvrage des deux mêmes aute...