Page 1

Arbres et arbustes

Les meliosmas J’ai hésité à vous présenter ce genre car on commence tout juste à le trouver dans les pépinières spécialisées. Mais je pense que certaines espèces ont un avenir dans les jardins car elles peuvent présenter une floraison vraiment ornementale et parfumées. De plus, ce sont souvent des arbres restant de taille très modeste.

Meliosma myriantha

| 112

Meliosma cuneifolia est un petit arbre caduc (ou un grand arbuste) à grandes feuilles rappelant celles du châtaignier. En fin de printemps, ses grandes panicules blanc crème sont très parfumées. Il peut atteindre 4/6 m de haut. Soleil ou mi-ombre, dans toute bonne terre de jardin pas trop lourde. On le trouve aussi sous le nom de Meliosma dilleniifolia subsp. cuneifolia. z7 ◆ Meliosma myriantha est un très beau grand arbuste ou petit arbre à grandes feuilles simples et dentées, prenant des couleurs jaunes en automne. En fin de printemps, grandes panicules de fleurs blanc verdâtre très parfumées (odeur de miel) suivies de baies rouges. Il atteint entre 4 et 6 m de haut environ en culture. Soleil ou miombre, dans toute bonne terre de jardin. z6 Meliosma oldhamii a de grandes feuilles composées pouvant atteindre 50 cm de long. En fin de printemps et début d’été, apparaissent au bout des branches, de grandes panicules blanches de 20/30 cm, très agréablement parfumées. En culture, il atteint environ 4/7 m de haut. Très bel arbre à fleurs. Soleil ou mi-ombre, toute bonne terre de jardin, croissance rapide. z6 Se trouve aussi sous le nom de M. pinnata var. oldhamii.

113 |

Arbres et arbustes

grandes panicules de 10/30 cm en été. Assurément un bel arbre. Soleil ou mi-ombre, en sol frais, riche et bien drainé. Originaire de régions clémentes, il ne sera sans doute pas très rustique et à réserver aux climats doux. z8 Meliosma vetchiorum est un petit arbre peu encombrant de 5/7 m de haut environ à grandes feuilles composées pouvant atteindre 70 cm ! En fin de printemps, ses panicules blanc crème et parfumées peuvent atteindre 45 cm de long. Son port est bien droit et sa croissance peu rapide. Soleil ou mi-ombre, toute bonne terre de jardin. z6-7

Meliosma yunnanensis

◆ Meliosma yunnanensis est un grand arbre dans sa Chine natale mais il restera plus modeste chez nous pour devenir un petit arbre. On le plantera surtout pour ses longues feuilles nervurées. Ses fleurs ne sont pas très décoratives. Arbre pour collectionneur surtout. Soleil ou mi-ombre, dans toute bonne terre de jardin ni trop sèche ni trop humide. z7 Connu aussi sous le nom de Meliosma fischeriana.

◆ Meliosma parviflora est un arbuste ou un petit arbre au port large et ramifié. Son grand intérêt réside dans sa généreuse floraison en grosses panicules blanches en été et dans sa très belle écorce. Ce qui est étonnant, c’est que j’ai toujours vu cet arbre dans les régions chaudes en Chine. Pour moi, il n’était pas très rustique. Il tient pourtant très bien en Bourgogne et on peut déjà le classer en z7 en attendant des hivers plus froids… Soleil, en sol frais, riche et bien drainé, à l’abri des vents froids.

Meliosma rigida

◆ Meliosma rigida est un grand arbuste ou un petit arbre qui a un beau feuillage persistant constitué de longues feuilles pointues et dentées. Ses fleurs blanches ou jaune pâle apparaissent en

Meliosma parviflora


Arbres et arbustes

| 114

115 |

Arbres et arbustes

Les ormes, micocouliers et zelkovas ◆ Aphananthe aspera est un arbre japonais proche des ormes et des micocouliers à feuilles caduques simples et vert clair. C’est un arbre d’une quinzaine de mètres de haut à croissance très rapide. Ses fleurs

verdâtres n’ont pas un grand intérêt. Ses fruits globuleux de 8 mm sont noirs. En régions froides, les jeunes sujets doivent être protégés le temps qu’ils forment un tronc bien lignifié. z7 Le genre Celtis est connu sous le nom de micocoulier. Très répandu dans le Sud de la France, les branches servent à fabriquer des fourches. Quelques espèces chinoises ou japonaises peuvent trouver leur place en tant qu’arbres d’ornement.

Celtis bungeana est un arbre de 10/15 m de haut à écorce gris clair et lisse. Ses petites feuilles sont vert brillant. Il porte de nombreux fruits noirs et ronds en automne. Attention car cet arbre est souvent mal identifié dans les collections. À planter au soleil en isolé dans tout type de sols. z5

Aphananthe aspera

Celtis japonica a des feuilles très brillantes, on dirait qu’elles sont vernissées. C’est un arbre de 10/15 m de haut avec également une écorce bien lisse. Ses fruits, en automne, sont orange foncé. Très proche de Celtis sinensis. À planter au soleil en isolé dans tout type de sols. z6 ◆ Celtis koraiensis, s’il n’en fallait qu’un… ce serait celui-là. Vous ne pourrez pas le confondre avec un autre. Il a des feuilles particulièrement originales. Celles-ci s’élargissent en finisse dentées comme si elles avaient été déchiquetées. Son feuillage est vraiment remarquable. Sa croissance est lente et il reste de longues années à l’état d’arbuste ou de petit arbre. Ses fruits sont orange. Soleil ou miombre dans toute terre de jardin pas trop sèche. Très rustique, z5.

Celtis koraiensis

◆ Hemiptelea davidii fait partie d’un genre ne comprenant qu’une seule espèce. C’est un arbre

Hemiptelea davidii

étrange car ses branches portent des énormes épines ligneuses pouvant atteindre 20 cm. Il ne faudra donc pas le placer au bord d’une allée ou près d’un parc à jeux mais il reste un bel arbre. Ses petites feuilles arrondies font penser à celles des ormes. Elles deviennent jaunes en automne. Il ne devient pas très grand, entre 5 et 6 m environ en culture. Son bois est très utilisé en Chine et ses graines contiennent une huile. Ses fleurs ne sont pas décoratives. Croissance rapide, culture très facile, soleil ou mi-ombre, dans tout type de sols. z5 Pteroceltis tatarinowii est l’unique espèce de ce genre proche des micocouliers. C’est un arbre de 10/15 m de haut à petites feuilles caduques. C’est un grand que l’on utilise surtout en isolé pour son feuillage. Il est à réserver aux grands jardins. À planter au soleil ou à mi-ombre, dans toute bonne terre de jardin bien drainée. z5


Arbres et arbustes

| 116

117 |

Arbres et arbustes

Qui ne regrette pas nos vieux ormes des campagnes décimés par la graphiose ? L’Asie est un centre de diversité pour le genre Ulmus. Ce sont des arbres que l’on utilise pour leurs petits feuillages, en isolé dans les jardins. Les ormes sont également très utilisés pour faire des bonsaïs.

Ulmus laciniata

Ulmus bergmanniana est un arbre de 10/15 m environ de haut et bien plus de large dont les feuilles me font penser un peu à celles de certains charmes. Les fleurs et les fruits des ormes ne sont pas d’un grand intérêt pour l’ornement. Un arbre pour les grands jardins. Il est réputé pour être résistant à la graphiose. Culture facile en toute bonne terre de jardin dans un emplacement bien dégagé pour que sa ramure prenne toute sa dimension. z6 U. davidiana var. japonica est un grand arbre de 15/20 m environ ou plus à écorce grise et fissurée. C’est un arbre gracieux, intéressant pour les grands jardins. Il est modérément résistant à la graphiose. Dans le Nord du Japon, c’est un arbre souvent planté en alignement dans les villes. z5

Ulmus parvifolia

◆ U. laciniata a un feuillage bien particulier. Ses feuilles se terminent souvent par 3 pointes, un peu à la manière de Celtis koraiensis (vois plus haut). C’est un arbre d’une dizaine de mètres de haut. Son écorce s’exfolie par plaques. Sa résistance à la graphiose est moyenne. Culture en toute bonne terre de jardin fraîche. z5 ◆ U. parvifolia, appelé orme de Chine, est un arbre de 10/15 m de haut bien connu des amateurs de bonsaïs. C’est une plante résistante, facile à cultiver, avec de petites feuilles. Avec l’âge, son écorce s’exfolie. Il est résistant à la graphiose. Soleil ou mi-ombre, en tout bon sol frais et profond. z5

Ulmus uyematsui

◆ U. uyematsui est encore une petite rareté très décorative par son feuillage. C’est un arbre portant des feuilles assez grandes, rouges au débourrement. Dans ses forêts natales, il peut

Zelkova serrata

atteindre 25 m de haut. Il est probable qu’il n’atteigne que 10 à 15 m chez nous. Avec l’âge, son écorce grise s’exfolie en plaques irrégulières. Nous ne disposons encore pas d’informations concrètes sur sa résistance aux maladies. Un bel arbre à planter au soleil ou à mi-ombre, en sol fertile et frais, plutôt acide. z6 Les Zelkovas sont des proches cousins des ormes à croissance très rapide et prenant de très belles couleurs d’automne. Ce sont des arbres idéals si vous voulez avoir rapidement un bel arbre dans votre jardin. Ils ont aussi de magnifiques écorces.

Zelkova schneideriana est un arbre de 8/15 m de haut au port large et évasé. Ses feuilles deviennent

très rouges en automne. Son écorce gris marron s’exfolie. Utilisable en bonsaï. Soleil ou mi-ombre, dans toute bonne terre de jardin fraîche. z6 ◆ Z. serrata est un arbre pouvant dépasser les 20 m de haut mais restant souvent en dessous dans nos jardins. Il devient tout de même imposant. Il a de très belles couleurs d’automne, un port large et une très belle écorce. Soleil ou mi-ombre, dans toute bonne terre de jardin fraîche. z5-6 Z. sinica est un arbre à croissance très rapide pouvant atteindre entre 10 et 15 m de haut dans nos jardins, avec un port large. Ses feuilles prennent de superbes teintes automnales. Magnifique écorce pelant par plaques grise, orange et marron. Soleil, en sol frais, riche et profond. z5-6


Arbres et arbustes

| 118

Les phellodendrons et tetradiums Les Phellodendron sont de grands arbres à feuilles composées qu’il faut réserver aux grands jardins. Plus modestes, les Tetradium (appelés aussi Euodia ou Evodia) sont des arbres très florifères appréciés des apiculteurs car très mellifères. On les appelle d’ailleurs arbre aux abeilles ou arbre au miel.

Phellodendron amurense est un arbre de 15 m de haut avec un port large. Ses feuilles composées peuvent atteindre 35 cm de long. Elles prennent de belles couleurs jaune vif en automne. Ses fleurs apparaissent en juin mais n’ont pas un grand intérêt. Ses fruits sont aromatiques et son écorce est très épaisse et liégeuse. C’est un arbre très tolérant sur la nature du sol et son pH ainsi que sur l’exposition. Il résiste bien au sec, à la pollution et aux maladies. Ultra rustique, donné pour la z4 !

◆ Tetradium daniellii est un petit arbre à port assez large pouvant atteindre entre 4 et 8 m de haut. Ses feuilles composées peuvent atteindre 30 cm de long. En fin de printemps, ses fleurs blanches parfumées se développent sur des grosses inflorescences de 15/30 cm de large. Elles sont suivies de fruits rougeâtres très décoratifs en automne. Les graines sont appréciées des oiseaux. Soleil ou mi-ombre, préfère le calcaire, croissance rapide. z5 ◆ Tetradium ruticarpum est un arbre un peu plus grand qui peut atteindre une quinzaine de mètres de haut. Il a également un port large. Ses feuilles sont moins longues que le précédent. Floraison blanche et mellifère en juin suivies de fruits rouges très décoratifs en automne. Soleil ou miombre, préfère le calcaire, croissance rapide. z5

Tetradium ruticarpum

Arbres et arbustes

Les photinias

P. chinense est un peu plus modeste et atteint une dizaine de mètres environ et un port large. Ses feuilles composées atteignent 15 cm de long environ. Ses fleurs n’ont pas un grand intérêt mais ses fruits de 1/1,5 cm sont plus visibles. Son écorce est liégeuse. À planter au soleil dans toute bonne terre de jardin. z5

Tetradium daniellii

119 |

Archi commun dans les jardins et les espaces verts grâce à ses jeunes feuilles très rouges, le photinia ne se résume pourtant pas à une seule espèce. On va y retrouver des plantes certes persistantes, mais également des caduques à très belles couleurs d’automne. Les floraisons et fructifications sont également à prendre en compte.

Photinia amphidoxa

◆ Photinia amphidoxa est une espèce arrivée depuis peu dans nos collections. C’est un arbuste à feuilles caduques devenant rouges en automne, atteignant 1,5 à 3 m environ. Ses fleurs blanches apparaissent en mai-juin et sont suivies de fruits jaune-rougeâtre. Soleil ou mi-ombre, en sol frais, riche et bien drainé. z6 ◆ P. beauverdiana est une plante que j’aime beaucoup car elle a une croissance rapide, forme un grand arbuste ou même un petit arbre et a de somptueuses couleurs automnales. Elle fait partie des espèces caduques, dont les jeunes feuilles sont finement velues. En mai-juin, ses petites fleurs blanches sont groupées en larges inflorescences très décoratives. Elles sont suivies de fruits orangés à l’automne. Il peut atteindre entre 3 et 5 m de haut au minimum et à mon avis sans doute plus car mes plants qui n’ont que 5 ans depuis le semis ont déjà dépassé les 3 m… En tout cas, un superbe photinia à découvrir absolument. Soleil ou mi-ombre, en toute bonne terre de jardin. z6 Il existe une variété notabilis qui ne présente guère de différence. ◆ P. glabra est persistant. Son feuillage rappelle d’ailleurs celui du photinia de nos jardins (P. fraseri ‘Red Robin’) et à, comme lui, des jeunes feuilles très rouges. Il est assez commun au Japon où nous avons pu l’observer en fleurs à plusieurs reprises dans les montagnes. Il atteint entre 2 et 3 m de haut. Les fleurs sont suivies de fruits noirs. Soleil ou mi-ombre, dans toute bonne terre

Photinia beauverdiana

de jardin bien drainée. Sans doute un peu moins rustique. z7 ◆ P. koreana est une merveille. Ses feuilles sont caduques mais elles ont la texture coriace des persistantes. Elles deviennent flamboyantes en automne et tombent tard. On assiste donc souvent à un bel arbuste rouge couvert de gel. Ses fleurs blanches s’ouvrent au printemps et sont suivies de fruits rouges. Soleil ou mi-ombre, en sol frais et riche. z6


Arbres et arbustes

| 120

P. niitakayamenis est un arbuste à feuilles persistantes. On pourra donc l’utiliser en haies vives ou en brise-vue. Ses fleurs sont blanches et il est très décoratif en automne quand il porte ses nombreux fruits rouges. Sa croissance n’est pas très rapide et on le plantera au soleil ou à miombre dans un bon sol riche et pas trop sec. z6 Photinia glabra

Photinia koreana

P. nussia devient dans son aire d’origine un véritable arbre. En culture, il peut certes devenir un bel arbre, mais dans les régions très douces comme le Portugal par exemple où j’ai pu en admirer un très beau sujet au jardin botanique de Lisbonne il y a quelques années. Dans nos jardins, il peut atteindre 5 m de haut environ. Il a de jolies feuilles persistantes et des inflorescences blanches en juin. En automne, ses fruits sont orange. Un beau photinia malheureusement frileux que l’on réservera aux jardins du Sud de la France ou sur la façade Atlantique. Soleil ou ombre légère, dans toute bonne terre de jardin, à l’abri des vents froids. z8-9 ◆ P. serratifolia est un grand arbuste dense atteignant 3/4 m de haut avec des feuilles persistantes. Ses jeunes feuilles sont rouges. Il fleurit blanc au printemps et sa croissance est rapide. Soleil ou ombre légère, dans toute terre de jardin pas trop sèche, supporte un peu de calcaire. Connu aussi sous le nom de P. serrulata. z7-6+  ◆ P. villosa est une autre espèce à feuilles caduques. C’est un arbuste de 2 à 3 m de haut environ avec des feuilles ovales devenant très rouges ou orange en automne. En mai-juin, ses fleurs blanches sont groupées en inflorescences de 5 cm de large environ. Elles sont suivies de fruits rouges en automne. Un charmant arbuste de culture facile au soleil ou à mi-ombre, dans toute bonne terre de jardin. z5

Photinia villosa

Photinia serratifolia

121 |

Arbres et arbustes


Arbres et arbustes

| 122

123 |

Arbres et arbustes

Pittosporum brevicalyx

Pittosporum tobira en fruits.

plus protéger les jeunes plants les premières années. z8, voire 7 sur des sujets bien implantés.

il peut atteindre 3 à 5 m de haut avec un port assez large. Ses fleurs, blanches à jaunes, apparaissent en fin de printemps et début d’été. A planter au soleil ou à mi-ombre, dans tous sols même calcaires, ne craint ni les embruns, ni le sec. Moyennement rustique, z8-9. Il existe des cultivars comme ‘Nana’ formant une boule compacte de 80 cm environ et ‘Variegata’ à feuillage panaché de blanc et vert.

Les pittosporums Connu principalement dans le Sud de la France avec l’espèce japonaise, P. tobira, ce genre à fleurs très parfumées, comprend quelques espèces pouvant résister à des hivers froids. Leurs feuilles persistantes sont un deuxième atout.

◆ Pittosporum brevicalyx est un superbe grand arbuste redécouvert en culture il y a quelques années à Strasbourg. En avril, l’arbuste se couvre de fleurs jaunes très odorantes. L’arbuste atteint facilement 3 m de haut et 2 m de large environ. Un arbuste vraiment exceptionnel. À planter en plein soleil, en sol drainé, à l’abri des vents froids. Cultivé depuis de nombreuses années à Strasbourg, on imagine que cette plante a une bonne rusticité. Pourtant, toutes mes tentatives en Bourgogne ont échoué et d’autres amis ont eu les mêmes déconvenues avec des plantes détruites en dessous de - 12 °C. Sans doute, faudrait-il encore

P. daphniphylloides est une autre très belle espèce à grandes feuilles pouvant atteindre 20 cm de long. Ses petites fleurs jaunes très parfumées sont groupées en grandes inflorescences terminales, entre avril et juillet. Il atteindra entre 2 et 5 m de haut. Soleil ou ombre légère, en sol bien drainé, à l’abri des vents froids. Je pensais cet arbuste assez rustique mais le mien, pourtant déjà bien lignifié, n’a pas survécu en dessous de -15 °C. z8, voire 7 sur des sujets bien implantés. ◆ P. tobira est le plus connu. Étant très courant et peut-être trop vu en haies taillées au carré dans le midi, je n’avais pas prévu d’en parler ici mais, si on le laisse en forme libre, il faut reconnaître qu’il forme une belle plante à la floraison très agréablement parfumée. Si on ne le taille pas,

◆ P. truncatum est assurément le plus rustique. C’est un arbuste atteignant environ 2 à 3 m en tous sens. Au printemps, ses fleurs blanches à jaunes sont très agréablement parfumées. Assurément un bel arbuste original et parfumé pour le jardin. Il est résistant au sec et aux embruns. Soleil ou mi-ombre, à l’abri des vents froids, dans tous types de sols. Donné pour résister entre - 12 °C et - 15 °C, il a déjà subi des températures de - 15 °C et un peu moins sans aucun dégât en situation protégée

(contre un mur au sud). z7 Souvent mal identifié et confondu avec P. heterophyllum.

Pittosporum truncatum


Grimpantes


grimpantes

| 188

189 |

grimpantes

Sans doute moins rustique (- 10 °C environ), il nécessitera un emplacement protégé. A. polygama fait partie de ces kiwis à beau feuillage décoratif. En effet, ses feuilles allongées vertes ont le bout qui blanchit en cours de saison donnant un aspect très ornemental à l’ensemble. Ses fleurs blanches parfumées apparaissent en juin. Ses fruits, de 2 à 3 cm de long, sont très curieux. Ils sont orange vif et se terminent par une longue pointe. Là aussi, il faudra planter un pied mâle et un pied femelle, ce qui sera difficile à trouver. On se contentera donc bien souvent de son feuillage et de sa floraison non suivie de fruits. Peut atteindre 5 m. z6 ◆ A. kolomikta est relativement commun dans les pépinières car son feuillage vert se colore joliment de rose dans la moitié supérieure. Ses fleurs blanches qui apparaissent en juin sont parfumées. Elles sont normalement suivies de fruits globuleux de 2 cm, jaune-vert, comestible et au bon goût. Malheureusement, on ne trouve dans le commerce qu’un seul clone et les fruits n’apparaissent donc jamais. De taille modeste, il dépasse rarement 2 m de haut. z5

Actinidia arguta

Les actinidias Les Actinidia sont les kiwis. Un genre que l’on ne présente plus tant le fruit est devenu courant. Mais il existe de nombreuses autres espèces qui trouveront leur place dans le jardin pour leurs fruits, leur feuillage ornemental ou même leur floraison colorée. Ce sont des plantes grimpantes et il faut prévoir un support (fils, tonnelles, arbre, grillage, pergolas…).

◆ Actinidia arguta est appelé communément le kiwai. Ses fruits ressemblent au kiwi classique mais sont plus petits et surtout à peau lisse. On peut donc les croquer sans les éplucher. Ce kiwi peut grimper jusqu’à 5 m de haut environ. Ses

fleurs sont blanches, parfumées, et apparaissent à la fin du printemps. Les fruits font entre 2 et 3 cm de long, sont plus sucrés que le kiwi classique et riches en calcium, phosphore et vitamine C. Pour obtenir des fruits, il faut planter un pied mâle et un pied femelle ou la variété autofertile ‘Issai’. Plantation au soleil dans un sol bien drainant. z5 ◆ A. coriacea est bien différent avec ses longues feuilles coriaces vert foncé qui sont persistantes ou semi-persistantes. Il est très décoratif en maijuin lorsque s’épanouissent ses fleurs rougeâtres parfumées. Ses fruits sont ovales et mesurent 2 cm de long environ. Peut grimper jusqu’à 8 m.

A. tetramera var. maloides a des feuilles vertes dont certaines se colorent largement de blanc. En début d’été, il se couvre de fleurs roses parfumées. Un très beau kiwi qui atteint 3/4 m environ. Soleil non brûlant ou mi-ombre, en sol humifère et acide, supporte un peu de calcaire. z6+

Actinidia coriacea

A. purpurea peut atteindre 20 m dans son habitat, mais il ne dépassera pas 7 m de haut dans votre jardin. Au mois de juin, la plante se couvre de grandes fleurs blanches suivies de fruits pourpres, glabres, de 2/2,5 cm de long, comestibles et au bon goût. z6

Actinidia kolomikta


grimpantes

| 190

Les akébias et holboellias

Akebia quinata ‘Fuiri Goyo’

Akebia quinata ‘Cream form’

Voici une famille de plantes encore trop peu connue des jardiniers. Les Lardizabalacées sont des plantes grimpantes persistantes, semi-persistantes ou caduques à feuilles composées et fleurs très colorées. Ce sont de très belles grimpantes pour le jardin. La plus connue est Akebia quinata mais on peut aujourd’hui trouver d’autres espèces dans le commerce. Les fruits sont en forme de saucisses violettes avec la chair blanche qui est comestible. Bien que monoïque, il faut cependant au moins deux pieds pour obtenir une fructification. Leurs tiges s’enroulent autour des supports et on peut les placer sur une pergola, un mur avec un treillage, sur un arbre ou un grillage. Elles ne sont pas sensibles aux maladies et parasites. Chez les Akebia, les plantes gardent leurs feuilles tout l’hiver jusqu’à - 10/- 12 °C. En dessous, celles-ci tombent et de nouvelles apparaissent au printemps. À planter au soleil ou à mi-ombre. Elles supportent presque tous les sols y compris les sols argileux ou calcaires.

Akebia longeracemosa est sans doute la plus rare en culture mais ses feuilles composées de folioles étroites et surtout ses longues inflorescences pendantes de fleurs marron violet foncé en font une des plus belles espèces. z6 Akebia x pentaphylla est un hybride naturel entre A. quinata et A. trifoliata. Ses fleurs rouge foncé sont disposées en longues grappes pendantes. z5

Akebia quinata

◆ A. quinata est la plus connue avec ses fleurs marron violet et légèrement parfumées. Très vigoureuse et de croissance rapide, elle peut grimper jusqu’à 10 m de haut. Idéale pour garnir un grillage ou faire grimper dans un grand arbre.

191 |

grimpantes

On trouve dans le commerce la variété ‘Cream form’ ◆ à fleurs blanches avec les étamines pourpres. Très florifères et décoratives, ses fleurs sont très parfumées. Une superbe grimpante. À noter également un cultivar panaché d’obtention japonaise que l’on trouve sous ‘Variegata’ ou ‘Fuiri Goyo’ ◆ aux feuilles mouchetées de vert et de blanc. z5 ◆ Enfin, A. trifoliata commence à être plus courante. Ses feuilles sont composées de 3 folioles. Elle peut grimper jusqu’à 6 m. Ses fleurs violet foncé apparaissent en mai. z5

Akebia trifoliata

Nettement moins connues — mais quelle injustice ! — les Holboellia sont mes préférées. Leurs feuillages rappellent ceux des Akebia mais ils sont souvent plus grands et surtout persistants à des températures plus basses. De plus, les fleurs mâles et fleurs femelles sont de couleurs différentes et souvent très parfumées. Elles n’ont pas d’exigences sur l’exposition et la nature du sol. Il faut cependant éviter les sols trop secs.

◆ Holboellia angustifolia a des feuilles très variables et on peut trouver plusieurs formes ou variétés. Ses fleurs mâles sont blanches et les fleurs femelles sont rose pourpre, elles sont parfumées et apparaissent au printemps. Ses fruits sont comestibles. Atteint environ 3 ou 4 m de haut. Il existe une superbe variété à feuilles composées de folioles très étroites : var. linearifolia. z7

Holboellia angustifolia var. linearifolia

◆ H. coriacea a des feuilles persistantes composées de 3 folioles et ses tiges peuvent atteindre jusqu’à 5 m. Ses fleurs mâles sont rougeâtres en inflorescences terminales et ses fleurs femelles sont blanc jaunâtre parfois teintées de rouge, très parfumées, en avril-mai. Fruits pourpres de 5 cm de long, en forme de saucisse. C’est une plante vigoureuse. Soleil ou mi-ombre. z7 ◆ Deux autres espèces très proches, Holboellia latifolia et H. grandiflora, ont des feuilles

Holboellia coriacea


grimpantes

| 192

persistantes avec de larges folioles et des fleurs de deux couleurs : fleurs mâles blanc jaune pâle et fleurs femelles rose violacé, parfumées, en mars-avril. Gros fruits violacés en automne. Peuvent monter à 4/5 m. Superbes contre un mur. Il faut être un botaniste averti pour distinguer les deux espèces. Donc, au jardin, l’une ou l’autre, cela n’a pas beaucoup d’importance. z6 ◆ Bien différent avec ses larges feuilles arrondies, Sinofranchetia chinensis est également une grimpante avec des inflorescences redressées de petites fleurs pourpre foncé suivies de fruits ellipsoïdes bleu violacé. À planter à mi-ombre sur un mur, une arche, une pergola ou un arbre. z6

Holboellia latifolia

Enfin, un genre moins connu, car comprenant surtout des espèces non rustiques, les Stauntonia sont également des grimpantes à feuilles persistantes.

Sinofranchetia chinensis

Stauntonia purpurea

◆ Le plus connu est Stauntonia hexaphylla avec ses fleurs blanches à violacé clair au printemps suivies de longs fruits pourpres comestibles. Croissance rapide, à planter au soleil ou à miombre, au pied d’un support. On lit parfois qu’il n’est pas très rustique (- 10 °C environ) mais mon jeune plant à la maison n’a pas souffert par - 16 °C. z7 à l’abri des vents froids. ◆ Plus rare et bien moins rustique, Stauntonia purpurea mérite d’être cité pour ses fleurs en clochettes pourpres. À ne planter en extérieur que dans les régions douces ou à cultiver en serre froide. Il existe de nombreux autres Stauntonia, mais qui ne sont pas adaptés à nos climats.

Stauntonia hexaphylla

193 |

grimpantes

Les aristoloches Les aristoloches sont surtout connues du public par les grandes espèces grimpantes que l’on peut voir dans les serres des jardins botaniques. Leurs fleurs sont généralement gigantesques et étranges. Mais il existe aussi des espèces de climats tempérés que l’on peut installer dans son jardin. Ce sont des plantes grimpantes à croissance rapide et aux fleurs très originales. À découvrir absolument !

Aristolochia debilis

◆ Aristolochia debilis est une grimpante atteignant 4/5 m environ mais disparaissant complètement en hiver. De nouvelles tiges sortent du sol au printemps. En fin de printemps et été, elle porte des fleurs pourpre foncé. Peut être cultivée en pot et mise à l’abri en hiver sans difficultés puisque la plante disparaît totalement. Soleil ou mi-ombre, en sol frais, riche et bien drainé. z7 en situation abritée. ◆ A. heterophylla n’est pas encore courante mais elle a été diffusée ces dernières années en France sous le nom de Aristolochia sp. de Taïwan. Il s’agit d’une plante se comportant d’abord comme un couvre-sol puis, qui au bout de 2 ou 3 ans développe des tiges grimpantes. Ses longues feuilles ont deux lobes ronds à la base. Ses fleurs, en forme de « U », font environ 5 cm et sont brun marron. Donnée pour la z8, mes jeunes plantes ont survécu par - 16 °C sans protection en extérieur. ◆ A. kaempferi est une plante très commune dans les campagnes du Japon. Il en grimpe de partout, jusque sur les grillages des bords de propriétés. Bien plus rare dans nos plantations, elle est intéressante par sa taille modeste (entre 1 et 3 m), ses feuilles restant tard sur la plante en automne et ses fleurs jaunes au mois de juin. Très facile, à planter au soleil ou à mi-ombre, dans toute bonne terre de jardin. Faites la grimper dans un arbuste, sur un tuteur ou un grillage. z6

Aristolochia heterophylla

Aristolochia kaempferi


grimpantes

| 194

◆ A. manshuriensis mérite une attention particulière pour ses grandes feuilles évoquant ses consœurs tropicales et pour ses fleurs jaune vif au printemps. Elle devient plus grande que la précédente et peut dépasser les 5 m en culture. Très résistante au froid, toute bonne terre de jardin. z5 A. moupinensis fait partie de ses plantes qui m’ont impressionné lorsque je suis tombé dessus lors de mes expéditions en Asie. Une grimpante à grandes feuilles cordiformes avec de grosses fleurs rouge marron avec le cœur jaune, et tout à fait rustique ! De taille modeste (entre 2 et 4 m), elle aime les expositions mi-ombragées dans toute bonne terre de jardin. Une plante que j’aime beaucoup. z5 Aristolochia manshuriensis

Les berchemias Les Berchemia sont des arbustes grimpants de la famille des Rhamnacées très peu connus dans nos jardins. Ils forment pourtant de belles plantes que l’on peut utiliser sur un grillage, une tonnelle, une pergola, un mur ou dans un arbre. On les utilisera principalement pour leur feuillage arrondi et original et pour leurs fructifications rouges en automne. Leurs petites fleurs ne présentent guère d’intérêt. Leurs feuilles sont caduques mais restent longtemps sur la plante en automne. Plantation à mi-ombre ou au soleil dans toute terre de jardin pas trop humide et pas trop sèche en été. Il faut se tourner vers les collectionneurs pour espérer en trouver.

Berchemia floribunda

◆ Berchemia floribunda et B. polyphylla sont deux espèces que l’on peut trouver dans les collections. Le second a des feuilles bien plus petites. À planter autour d’un mur, d’un treillage ou d’une pergola où il sera facile de guider les longues branches flexibles. Soleil ou mi-ombre. z6 pour le premier et z7 pour le second.

195 |

grimpantes

Les célastrus et les tripterygiums Voici deux genres grimpants de la famille des Célastracées, celle des fusains. On utilisera les Celastrus principalement pour leur fructification très décorative en automne ainsi que la couleur jaune des feuilles avant de tomber. Les Tripterygium seront quant à eux utilisés pour leurs panicules légères de fleurs blanches et parfumées. Ce sont deux genres moyennement connus et les Celastrus méritent vraiment d’être plus largement plantés.

Celastrus angulatus peut grimper jusqu’à 5/7 m de haut. Ses feuilles sont assez grandes, de 10 à 20 cm de long. Ses fleurs, comme pour les autres espèces, sont assez insignifiantes mais ses branches se couvrent en automne de fruits jaunes s’ouvrant pour dévoiler leurs graines rouge vif. Attention, il est dioïque, il faut donc planter un pied mâle et un pied femelle pour avoir des fruits. Comme tous les Celastrus, les tiges s’enroulent autour d’un support. À planter donc au pied d’un arbre, d’une pergola, d’un grillage… Il n’est pas exigeant sur le sol, soleil ou mi-ombre. Très rustique, z5 C. gemmatus a de larges feuilles arrondies et décoratives. Il grimpe jusqu’à 6/7 m de haut. En automne, ses fruits s’ouvrent pour dévoiler ses graines marron rougeâtre. Les Chinois fabriquent un pesticide à partir de ses feuilles et ses racines et du savon à partir de l’huile extraite de ses graines. Même conditions de culture que le précédent. z6 C. kusanoi n’est pas encore très répandu. Mes tests de rusticité se sont montrés concluants. C’est un petit arbuste grimpant à petites feuilles (6/10 cm), qui deviennent bien jaunes en automne. Ses graines sont marron noirâtre en automne. Il est intéressant si on veut une espèce de taille plus modeste. Même conditions de culture que le précédent. z6

Celastrus orbiculatus

◆ C. orbiculatus est bien plus grand, puisqu’il peut dépasser les 10 m de haut. On le réservera donc aux jardins disposant de grands supports. Comme l’indique son nom, ses feuilles sont très rondes, très orbiculaires. D’octobre à décembre, c’est une des espèces les plus décoratives avec ses fruits jaunes s’ouvrant pour montrer les graines orange vif. Très rustique et de culture facile, il n’a aucune exigence particulière. z5 C. stephanotiifolius, du Japon, est moins connu. Ses fruits sont jaunes avec des graines rouge vif. Soleil à ombre dans tout sol fertile. z6 Tripterygium regelii est un arbuste grimpant de 2/3 m environ à grandes feuilles ovales. En juin-juillet, ses fleurs blanchâtres sont groupées en panicules pouvant atteindre 25 cm de long. La floraison est décorative et suivie d’une fructification rouge. À planter au soleil ou à miombre dans une terre fertile et fraîche. Prévoir un support où pourront s’enrouler les tiges. z5 T. wilfordii est proche du précédent mais devient bien plus grand et peut dépasser les 5 m de haut. Comme pour le précédent, ses fleurs blanchâtres sont groupées en panicules pouvant atteindre 25 cm de long. Ses fruits sont souvent fortement teintés de rouge. Mêmes conditions que culture mais moins rustique, z7. Connu aussi sous le nom de Tripterygium hypoglaucum.


grimpantes

| 196

Lonicera acuminata

197 |

grimpantes

Lonicera similis

Les chèvrefeuilles Nous avons vu précédemment de nombreuses espèces de chèvrefeuilles arbustifs. Voici ici quelques espèces grimpantes très florifères et ornementales.

◆ Lonicera acuminata est une grimpante de taille moyenne dont les tiges atteindront 3 à 4 m. Ses feuilles sont semi-persistantes et même persistantes sous climat doux. Typiquement, ses fleurs sont roses ou blanc jaunâtre teintées de rose mais nous en avons introduit en culture un clone à fleurs orangées très colorées. Il peut se cultiver facilement en pot et on le placera au pied d’un treillage, d’un petit arbre, d’une pergola… où ses tiges pourront s’enrouler seules. Floraison en été. Culture au soleil ou à mi-ombre, dans toute bonne terre de jardin. z6. Une autre espèce grimpante, Lonicera henryi, est aujourd’hui considérée comme synonyme.

◆ L. macrantha est une vigoureuse grimpante, dont les tiges peuvent atteindre plusieurs mètres. En été, elle porte de nombreuses fleurs très longues (jusqu’à 8 cm de long) s’ouvrant blanches et fanant jaunes. Une espèce encore peu courante mais très ornementale. À cultiver au soleil ou à ombre légère, au pied d’un support assez grand (ou, si plus petit, maintenir la plante en la taillant), dans toute bonne terre de jardin. Croissance rapide, culture facile en bon sol bien drainé. Rusticité encore mal connue, z7, peut-être 6… ◆ L. similis est assez proche et plus répandu en culture. Comme le précédent, c’est un grimpant vigoureux de 4 à 5 m de haut. Ses longues fleurs apparaissent tout l’été, d’abord blanches puis jaunes, et sont parfumées. Ses feuilles tombent très tard en automne et peuvent même rester tout l’hiver sous climat doux. Un magnifique

chèvrefeuille. Croissance rapide, culture facile dans toute terre de jardin pas trop sèche, au soleil ou à ombre légère. z6 On trouve dans le commerce la variété delavayi qui est identique. L. tragophylla est victime d’une injustice. Pourquoi ne trouve-t-on pas plus souvent cette grimpante vigoureuse à croissance rapide qui, en fin de printemps et début d’été, a des bouquets de longues fleurs jaune orangé au bout de ses tiges ? En fleurs, c’est réellement une très belle plante. Il atteint 4 à 5 m de haut. Il produit des fruits rouges après un été chaud. Culture au soleil ou à mi-ombre, dans toute bonne terre de jardin. Superbe à faire grimper dans un arbre. z6

Lonicera macrantha

Extrait Cultiver les plantes de chine et du japon - Éditions Ulmer  

Nombreuses sont les plantes de nos jardins originaires de Chine et du Japon. Mais avec près de 40 000 espèces végétales pour la Chine et 6 0...