Page 1

EXOTIQUE1.10.03.06

20/11/06

17:35

Page 20

Les arbres et arbustes Les arbres et les arbustes participent largement à la luxuriance, comme dans un corps animal, ils forment l’ossature du jardin. Ils le structurent verticalement, fournissent aux autres végétaux l’ombre et la protection, l’humidité et le drainage, l’humus nourricier et bienfaiteur.

20

Les arbres & arbustes

21


EXOTIQUE1.10.03.06

20/11/06

17:35

Page 34

Les feuilles des jeunes Musa sikkimensis portent souvent des stries pourpres.

L’hivernage des bananiers Les espèces décrites ici n’ont besoin d’aucune protection jusqu’à -10°Cà-12°C. Au delà, une simple litière de feuilles mortes, épaisse de 30 à 40 cm suffit à protéger la souche jusqu’à -18°C ou -20°C environ. Si des froids intenses devaient durer plusieurs jours, il serait peut-être utile d’entourer la souche d’un cercle en grillage empli de paille sur une hauteur de 1 mètre, mais dans notre jardin normand, le cas de figure ne s’est encore jamais présenté.

Le revers des feuilles de Musa sikkimensis est remarquable à l’état juvénile. Page de gauche: Musa basjoo ‘Sakalin’ est le plus résistant au froid de tous les bananiers.

Les arbres & arbustes

35


EXOTIQUE1.10.03.06

20/11/06

17:35

Page 68

GUNNERA Gunneraceae Genre étonnant en raison, d’une part, de la disproportion entre des espèces minuscules, ne dépassant guère 1 cm de haut et une des plantes herbacées les plus grandes du monde, d’autre part, de la floraison très particulière qu’elles ont en commun. Si on ajoute à cela que certaines d'entre elles vivent plus ou moins en symbiose avec une algue et que la présence d’insectes est indispensable pour assurer la germination des graines de certaines autres on a, une fois de plus, un aperçu de l’incommensurable diversité de la vie.

| Gunnera magellanica Patagonie. Plante tapissante haute de 10 cm à 12 cm, se propageant à l’aide de ses stolons, formant un bon couvre-sol dans un sol humide, près d’un ruisseau par exemple. Les petites feuilles rondes, brillantes sont la reproduction en miniature de celles de G. manicata. La floraison insignifiante, en petits épis, ressemble à celle d’un plantain qui aurait mal tourné. Dans les régions douces, le feuillage persiste en hiver; ailleurs, il disparaît. Sous un climat froid, une protection faite à l’aide de feuilles mortes est nécessaire.

| Gunnera manicata Brésil. La « rhubarbe géante du Brésil » est une des plantes vivaces les plus spectaculaires. En avril, seul un énorme bourgeon rougeâtre à l’extrémité d’un monstrueux rhizome dépasse de terre. Fin juin, ses grandes feuilles rondes portées par des pétioles de 2 à 3 mètres de long, bardés d’épines molles, dépassent 2 mètres de diamètre. Dans notre jardin, nous passons dessous sans nous baisser. Les grosses inflorescences coniques vertes, à reflets rougeâtres, de plus d’un mètre de haut sont dressées au pied de la plante et perdurent de juin jusqu’aux gelées. Elle se plaira dans tout sol riche et frais, humide, près d’un bassin, mais l’eau ne doit jamais affleurer la souche qui pourrit irrémédiablement. Elle est réputée faiblement rustique, pourtant chez nous elle a tenu lors de l’hiver 86 où la température est descendue pendant plusieurs jours à -23°. Dans ce cas, seul ce qui dépasse du sol meurt, mais elle repart de ses racines. Une protection de feuilles mortes, elles-mêmes recouvertes de ses grandes feuilles fanées suffit à la protéger dans la plupart des régions.

Gunnera manicata est le plus grand de tous. Dans un sol riche ses feuilles culminent à plus de 3 m de haut.

68

Gunnera perpensa est étonnant avec son feuillage de Ligulaire.

Gunnera tinctoria «passe» mieux que Gunnera manicata dans un petit jardin.

| Gunnera perpensa Afrique du Sud.

| Gunnera tinctoria Chili.

C’est la seule espèce africaine dont la souche émet des rhizomes rampants s’étalant assez rapidement. Les feuilles, portées par de longs pétioles hauts de 50 à 70 cm, vert foncé et mates, ressemblent à celles d’une ligulaire ou de Petasites fragrans. Le limbe arrondi, en forme rein, large de 15 à 20 cm à l’aspect d’un cornet ouvert avec des nervures très saillantes au revers. Les inflorescences vertes, symptomatiques du genre, forment de juin à septembre un long épi cylindrique, mince et dressé, dépassant nettement le feuillage. Cette plante pousse le long des torrents et des marécages d’altitude. Sa piètre résistance au froid la réserve aux zones littorales ou aux endroits abrités des vents froids. On peut améliorer sa résistance en couvrant la souche d’une épaisse litière de feuilles mortes en hiver.

Espèce intéressante pour les petits jardins. Plus touffue atteignant 1,50 m à 2 m de haut et de large. Portées par des pétioles moins longs que ceux de G. manicata, ses feuilles sont également moins larges, plus profondément découpées et moins arrondies. On la différencie facilement de G. manicata au fait que le limbe des feuilles ne se recouvre pratiquement jamais à la base. Les pétioles, plus rougeâtres, portent des épines plus dures. Cette espèce est souvent proposée à tort sous le nom de G. manicata et beaucoup s’étonnent de n’avoir qu’une plante de taille modeste!

Les plantes vivaces

69


EXOTIQUE2.10.03.06

20/11/06

17:43

Page 128

Hivernage des Hedychium Réputées non rustiques du fait de leur piètre résistance au froid, nous laissons tout de même les souches en terre depuis 9 à 10 ans environ et aucune n’en est morte jusqu’à présent. Dès les premières gelées, nous rabattons le feuillage jusqu’au sol puis nous paillons les souches d’une litière de feuilles mortes épaisse d’une vingtaine de centimètres. Cela a toujours suffi jusqu’à présent, même lors d’hivers où la température est descendue à – 15°C, -18°C.

Hedychium densiflorum est l’espèce la plus résistante au froid.

| Hedychium densiflorum

HEDYCHIUM Zingiberaceae Superbes plantes vivaces que nous utilisons sans modération dans notre jardin exotique. Elles aiment un sol riche et profond, ne manquant jamais d’eau durant la période de végétation et une exposition chaude, car les fleurs, toutes plus ou moins parfumées, s’épanouissent tardivement dans notre jardin. Dans des régions plus chaudes, il est probable qu’elles apparaissent dès le mois d’août. Elles grossissent lentement à l’aide de leurs puissants rhizomes souterrains jusqu’à former des touffes majestueuses très spectaculaires.

| Hedychium ellipticum Népal. Les feuilles vert foncé sur le dessus ont un revers très clair et ressemblent à celles du bananier. Les fleurs jaunes à labelle blanc pur ont des anthères rouges. Hauteur 1,50 m à 2 m, assez bonne rusticité.

| Hedychium coccineum Inde.

| Hedychium flavescens Inde.

Forme des touffes de tiges dressées de 1,50 m à 2 m portant un feuillage lancéolé. Les petites fleurs jaune sont portées en gros épis cylindriques d’août à octobre. Le cultivar ‘Tara’ possède des fleurs plus grandes et d’un très beau jaune orangé.

Haute de 1,50 m à 2 m, cette espèce à fleurs blanc crème, disposées en gros épis ovoïdes, possède un parfum divin.

Hedychium coccineum ‘Tara’ est une des variétés les plus hâtives.

128

Originaire de l’Himalaya, cette plante de taille moyenne, haute de 1,20 m à 1,50 m porte des fleurs jaune d’or, en têtes denses. C’est aussi une des espèces les plus résistantes au froid.

Hedychium greenei possède des fleurs très grandes pour le genre.

| Hedychium greenei Inde.

Double page suivante: plantés sur un talus en pente, les Hedychiums arquent leurs tiges gracieusement, leur conférant une légèreté accrue.

Espèce très différente des autres, aux tiges dressées, brunâtres, haute de 1,20 m à 1,80 m. Feuilles vert vif sur le dessus, rouge au revers. Grandes fleurs en petit bouquet terminal, rouge orangé lumineux, produisant des petites plantules sur les anciennes inflorescences.

Les plantes bulbeuses et tubéreuses

129


EXOTIQUE2.10.03.06

20/11/06

Ci-dessus, Zantedeschia rehmanii, à droite Z. aethiopica, doivent être bien protégé l’hiver.

ZANTEDESCHIA Araceae Ces plantes vivaces à rhizome tubéreux, originaires du Transvaal, sont devenues subspontanées dans le monde entier. Nous les utilisons le long de notre marécage, en compagnie de primevères asiatiques et de Lysichiton, sans protection hivernale; cependant, dans les régions plus froides que la Normandie il est plus prudent de les cultiver dans un sol, certes frais et riche en humus, mais bien drainé, et d’abriter les souches en hiver sous une litière de feuilles mortes.

| Zantedeschia aethiopica. L’arum d’Ethiopie forme une touffe pouvant devenir énorme (80 cm à 1,50 m). Grandes feuilles larges, sagittées, vert foncé brillant. Les fleurs, regroupées sur « un doigt » jaunâtre et dressé, sont entourées d’un grand cornet blanc pur. ‘Green Godess’ Diffère du type par ses spathes qui, au lieu d’être uniformément blanches, sont maculées de vert ou de chartreuse. Aussi joli qu’étrange. | Zantedeschia rehmannii Espèce au développement plus modeste que les autres, avec un feuillage ovale et des cornets rosés.

134

17:43

Page 134

Extrait Créer un jardin exotique sous nos climats - Éditions Ulmer  

"Mon voeu le plus cher est que tous les enfants qui parcourront mon jardin exotique soient impressionnés à jamais par la sauvage beauté des...