Page 1

Arrosage 1-V33.qxp

17/12/07

12:14

Page 2

Comprendre l’arrosage Arroser n’est pas un geste anodin. Il aide les jeunes plantes à s’installer, à s’enraciner dans de bonnes conditions et à amorcer leur croissance, mais mal dosé ou effectué au mauvais moment, il peut aussi fragiliser les plantes, entraîner l’apparition de maladies ou anéantir une récolte. Avant d’arroser à tort et à travers, mieux vaut donc savoir pourquoi on arrose et dans quelles conditions l’arrosage est le plus utile.


Arrosage 1-V33.qxp

4

17/12/07

12:14

Page 4

I Comprendre l’arrosage Lumière

L’eau et les plantes

L’eau sert à produire de l’énergie

Chez les végétaux, l’eau joue deux rôles importants pour leur tenue et leur croissance. Elle sert à la fois à rigidifier les cellules, et donc les tiges et autres organes, tout en assurant le transport des éléments nutritifs puisés dans le sol ou élaborés dans les feuilles grâce à la photosynthèse.

Les feuilles transforment l’énergie lumineuse en sucres par le procédé complexe qu’est la photosynthèse, qui utilise certains éléments apportés par l’eau. Les sucres obtenus sont eux aussi véhiculés par l’eau dans ce que l’on appelle la « sève élaborée ». Elle sert aussi à la croissance de la plante, à la production de fleurs ou de fruits, mais aussi au stockage dans des organes de réserve (racines, tubercules, etc.).

Deux rôles principaux 

Assurer la rigidité des plantes

Les plantes ne possèdent pas de squelette ni de muscles pour se maintenir droites ; l’ensemble des cellules des tiges remplace les deux. L’eau permet le « gonflement » (la turgescence) de chaque cellule, ce qui assure la rigidité des tissus et donc de la plante. Sans eau, la plante s’affaisse et se flétrit… 

Véhiculer la nourriture

L’eau sert de solvant aux matières minérales présentes dans le sol et indispensables à la vie de la plante. Cette solution, la « sève brute », est pompée par les racines grâce à des poils absorbants. Elle migre à travers toute la plante, entraînant avec elle les éléments minéraux qui serviront à sa croissance. Elle emprunte tout un réseau de vaisseaux, aux parois rigidifiées, jusqu’aux feuilles.

L’eau s’évapore

L’eau circule et maintient la rigidité de la plante

Oxygène O2 Gaz carbonique CO2

Eau H2O Sucres Éléments nutritifs

eau + gaz carbonique = sucre véhiculé par la sève + oxygène libéré dans l’air

À SAVO I R Les plantes respirent Les plantes transpirent grâce à des pores (les stomates), généralement placés à la face inférieure des feuilles. Cette transpiration conditionne en grande partie la circulation d’eau dans la plante. Elle est particulièrement abondante lors des journées d’été chaudes et sèches. Au jardinier de veiller à ce que ses plantes ne perdent pas plus d’eau par transpiration que le sol ne leur en procure.

L’eau du sol est absorbée

L’eau dans les plantes


Arrosage 1-V33.qxp

22

17/12/07

12:14

Page 22

I Les techniques pour arroser

Les raccords et autres accessoires

Les accessoires pour robinet

L’arrosage ne se réduit pas à un tuyau et un terminal ! Bien des accessoires sont nécessaires, ne seraient-ce que les raccords. Mais il faut aussi pouvoir réparer, réunir, diviser…

 Le nez de robinet

Les raccords - Traditionnel, en laiton. En laiton, composé d’un cône cranté qui se place dans le tuyau d’arrosage (maintenu par un collier de serrage) et qui se fixe sur le nez de robinet avec une couronne crénelée, crantée ou dotée de deux ailettes. Avantages: solidité, esthétique. Inconvénients : lourd, fastidieux à fixer correctement joint d’étanchéité qui se perd facilement.

- Moderne, en plastique.

Il se connecte et se déconnecte à la partie mâle vissée sur le robinet en un instant, par simple déplacement d’une bague. Avantages : léger, rapide, il se fixe sur le tuyau sans outils. Inconvénients : supporte mal le gel, l’écrasement, les chocs au bout de deux ou trois ans.

arrête l’eau. Quand vous remettez un nouvel accessoire, sa partie mâle vient pousser le clapet qui laisse de nouveau passer l’eau. Avantages : plus besoin de courir au robinet à chaque changement d’accessoire Inconvénients : pour éviter d’être aspergé, le changement de terminal doit se faire très vite.

- Pratique : Aquastop !

- Astucieux, pour réparer.

Ce raccord contient un clapet, poussé par la pression, vient obturer le passage et

Il permet de réunir deux parties d’un tuyau abîmé par une tondeuse ou un coup de bêche malheureux. Avantages : réparation rapide, évite les fuites Inconvénients : protubérances dangereuses sur le tuyau lorsqu’on le traîne ou qu’on le roule.

Indispensable pour connecter un raccord automatique, qui permet à son tour de fixer un programmateur, un réducteur de pression, un clapet antiretour. Il existe en plastique ou en laiton, fixe ou tournant.

 Nez de robinet

 Sélecteur de circuit

 Connecteur

 Dérivation

 Adaptateur

 Régulateur

 Le sélecteur de circuit

Il crée dès le robinet, deux circuits d’arrosage indépendants. Certains sont équipés d’une vanne d’arrêt pour condamner une voie ou les deux : c’est plus pratique lorsque le sélecteur reste sur le robinet tout l’été.

Les accessoires de connexion  Le connecteur

Simple, pratique et précieux il est formé de deux embouts mâles et réunit facilement deux tuyaux équipés de raccords rapides. Ayez-en toujours d’avance.

côté et sa partie mâle de l’autre, il permet à tout accessoire d’arrosage d’utiliser des raccords à emboîtement. Certains modèles sont filetés des deux côtés.

 La dérivation en Y

 Le régulateur de débit

Cela dédouble un réseau pour brancher, en même temps, deux arroseurs si la pression et le débit de votre installation le permettent.

C’est un robinet quart de tour doté de deux embouts mâles qui se place sur une dérivation. Il permet de faire varier manuellement la quantité d’eau distribuée ou la portée d’un arroseur.

 L’adaptateur

Avec sa partie filetée d’un

À SAVO I R La configuration minimale Pour utiliser correctement un tuyau, il vous faut : - un nez de robinet, - deux raccords femelles, dont un du type « aquastop » Dans votre « trousse de secours » ayez toujours - un raccord femelle de rechange, - un connecteur.

Différents modèles de raccords.

Les raccords


Arrosage 2-V33.qxp

30

17/12/07

12:07

Page 30

I Les techniques pour arroser

Installer un goutte-à-goutte

3-Montez les goutteurs

Une fois le plan de l’installation réalisé et les achats faits, le montage d’un système goutte-à-goutte est aussi simple, pour les plantes d’un massif ou celles en pots. Il faut juste un peu de méthode et de patience.

Installez les goutteurs en ligne ou en bout de capillaire. Attention, ce ne sont pas les mêmes ! Pour créer ces réseaux secondaires, utilisez des raccords en X ou en T. Attention : la ligne secondaire ne doit pas dépasser 15 m ni avoir plus de 25 goutteurs de 2 l/h.

4-Installez un régulateur de pression Branchez le régulateur de

➜ Tranchées pour la ligne principale

Support adapté pour maintenir les capillaires et les goutteurs en place

1-Installez la ligne principale

2-Connectez les lignes secondaires

Fixez-la au sol à l’aide de supports ou enterrez-la. Le tuyau est assez souple pour épouser les coins du jardin mais il existe aussi des jonctions en L ou des dérivations en T ou en X pour l’adapter à un tracé précis. En fin de ligne, installez un bouchon ou un siphon automatique pour la purge de l’installation.

Aux emplacements prévus, installez les pièces de raccordement des lignes secondaires. Utilisez l’outil fourni pour faire les trous des connecteurs. Des robinets, installés sur les dérivations ou les lignes secondaires, permettent d’isoler certaines parties du réseau, afin de tenir compte

de l’évolution du développement des plantations ou de gérer la quantité d’eau massif par massif.

A ST U C E

➜ Installez le bon jour… Choisissez un jour de beau temps car la chaleur rend les tuyaux plus souples.

pression sur le robinet. Faites un essai pour vérifier que tous les goutteurs fonctionnent sans fuite.

5-Ajoutez un programmateur Un arrosage localisé est facilement automatisable, il suffit de connecter le régulateur de pression à un programmateur nez de robinet. Vous pourrez alors commander l’arrosage aux meilleures heures du jour ou de la nuit, en fonction de la saison et du climat.

À SAVO I R Pour les plantes en pot - Regroupez les potées pour simplifier l’installation. - Montez un réseau par groupe de pots et dissimulez l’alimentation principale derrière les contenants. - Disposez les goutteurs en série sur le capillaire et en cercle autour des plus grands pots pour arroser de façon homogène. - Automatisez l’arrosage avec un régulateur de pression et un programmateur.

Un programmateur et plus rien à faire !

À SAVO I R

➜ Entretenez bien votre réseau !

- Surveillez la surface des pots : l’absence de taches d’humidité indique que cela ne fonctionne pas ! - Contrôlez le régulateur de pression et nettoyez une fois par mois son filtre. - Nettoyez les goutteurs au moins une fois par mois avec une aiguille spécifique. - Abritez les accessoires sensibles en hiver (programmateur, réducteur de pression, etc.). L’installation de base peut rester dehors à condition de la purger.

Goutte-à-goutte


Arrosage 2-V33.qxp

34

17/12/07

12:07

Page 34

I Les techniques pour arroser

Automatiser l’arrosage

... au plus sophistiqué !

Monté sur un robinet, le programmateur permet de fixer la durée d’arrosage et de faire autre chose pendant ce temps-là. Sur les modèles électroniques, il est possible de choisir l’heure de démarrage de l’arrosage. C’est pratique pour arroser la nuit. Sur les programmateurs les plus sophistiqués, le jardinier choisit le jour ou les jours où il veut arroser pendant la semaine, l’heure de démarrage ou les heures de départ s’il veut faire plusieurs arrosages par jour ainsi que la durée de l’arrosage. Les plantes ne sont ainsi jamais oubliées, même pendant les vacances !

Les programmateurs électroniques offrent de nombreuses possibilités, comme fixer l’heure de démarrage, la durée de l’arrosage ainsi que sa fréquence le jour choisi et/ou durant la semaine. Ce choix s’effectue par simples molettes ou à l’aide de touches et d’un écran. Reste que la logique des techniciens n’est pas

toujours compatible avec celle des jardiniers ! Heureusement, les constructeurs retrouvent le chemin de la simplicité. Un programmateur peut même se régler grâce à une carte extérieure où le jardinier choisit son plan d’arrosage de manière très explicite. Il suffit ensuite de l’introduire dans l’appareil pour que les ordres lui soient transmis.

Multipliez le nombre de circuits pour mieux arroser le jardin

POTAGER

MASSIF DE FLEURS

PELOUSE  Programmateur minuterie

 Sélecteur pour commander plusieurs circuits d’arrosage

La minuterie

Les programmateurs

Les programmateurs les plus simples sont des minuteries mécaniques qui fixent la durée d’arrosage ou le volume d’eau à écouler. Ils fonctionnent comme les minuteurs de cuisine, en tournant une mollette pour sélectionner le programme choisi. Le déclenchement est manuel.

Du plus simple… Le programmateur « nez de robinet » est une électrovanne alimentée par une pile. Une commande mécanique ou électronique, facilement accessible, lui envoie des ordres d’ouverture puis de fermeture après un temps d’arrosage prédéterminé. Ces appareils sont générale-

ment dotés de programmes préétablis que l’on sélectionne en tournant une manette ou en choisissant un code. Certains permettent de retarder le départ de l’arrosage de quelques heures, à une période plus favorable de la journée ou de la nuit. Mais il ne faut pas se tromper dans les calculs afin de programmer à la bonne heure.

Prog. 1

HAIE

Prog. 2

Prog. 3

Sélecteur

Prog. 4

Différencier l’arrosage Les besoins d’un massif de fleurs ou des légumes diffèrent de ceux de la pelouse. Afin d’arroser correctement les différentes cultures, plusieurs programmes d’arrosage sont nécessaires. Ce n’est pas possible avec les programmateurs mono voie, sauf à leur coupler un sélecteur automatique à 6 voies qui permet d’alimenter autant de réseaux d’arrosage. Il existe aussi des appareils dotés de deux sorties correspondant à deux programmes indépendants. Sinon, il faut équiper son robinet d’un sélecteur de circuits à deux ou quatre sorties et installer des programmateurs sur chacune d’elles, en liaison avec une partie bien précise du jardin.

L’indispensable entretien Au printemps, changez les piles et reprogrammez. Nettoyer les connexions qui peuvent s’oxyder. L’hiver, le programmateur est vidangé et remisé hors gel.

Automatisation


Arrosage 3-V33.qxp

62

17/12/07

12:17

Page 62

I Les techniques pour arroser

Les plantes en pot Les réserves en eau étant très limitées, les pots et jardinières doivent être arrosés chaque jour ou deux fois les jours de grandes chaleurs ou de vent. Mais un choix judicieux des fleurs évite de consommer trop d’eau.

Les besoins La réserve naturelle d’eau est aussi limitée que celle du terreau et diminue encore lorsque le soleil réchauffe le contenant. Selon les plantes et leur densité, l’eau disponible est absorbée en deux à cinq heures.

Comment augmenter les réserves ! L’ajout de cristaux rétenteurs d’eau au terreau, au moment du rempotage, assure des réserves temporaires qui permettent à la plante de passer les plus dures heures de la journée.

Mais il ne faut pas oublier d’arroser au moins une fois par jour pour les « recharger ». L’utilisation de bacs à réserve d’eau permet au terreau de rester humide. Cet accessoire offre une latitude certaine pour gérer avec moins de stress l’arrosage.

Le matériel Avec les pots classiques, la seule solution consiste à apporter l’eau avec un arrosoir ou à l’aide d’un tuyau équipé d’un fusil multijets pour accéder plus facilement à chaque plante (surtout pour les suspensions). Prévoyez un enrouleur efficace et peu encombrant. L’arrosage automatique est la solution idéale, surtout lorsqu’il y a beaucoup de pots ou si vous vous absentez souvent.

À l’intérieur comme sur la terrasse, un système de goutte à goutte permet d’arroser automatiquement toutes vos potées.

Les plantes fleuries gourmandes en eau - Les pétunias - les bégonias - les coleus - les fuchsias - les plectranthus

Les plantes fleuries économes en eau - les plantes grasses - les pélargonium - les agapanthes - les diascias - les érigeron karvinskianus - l’hélichrysum

Dès qu’elles ont soif, les pensées arrêtent de fleurir.

B O N À SAVO I R Des pots plus gros ! Les grandes potées contiennent naturellement plus de terre et donc se dessèchent moins vite que les petits pots. On améliore la rétention de l’eau en plaçant au fond du grand pot une couche de 10 à 20 cm de bonne terre de jardin. Quatre ou cinq plantes installées ensemble dans un grand pot réclament des arrosages bien moins fréquents de quatre ou cinq plantes en pots individuels.

Les plantes grasses offrent couleurs et fleurs sans arrosages !

Potées fleuries

Extrait Bien arroser - Éditions Ulmer  
Extrait Bien arroser - Éditions Ulmer  

Arroser peu, mais arroser mieux.