Page 1

6

I Ins t a l l e r

I7

u n a q u a r i u m t ro p i c a l d ’ e a u d o u ce

Qu’est-ce qu’un aquarium ? Un aquarium consiste à reconstituer un milieu naturel dans un volume restreint, à recréer, chez soi, un petit morceau de rivière ou d’étang dans quelques centaines de litres d’eau au mieux. Plus l’aquarium est grand, plus on se rapproche du volume d’une mare ou d’un ruisseau. Cela signifie que l’équilibre biologique qui en découle sera plus stable. En résumé, plus l’aquarium est grand, plus sa gestion est simplifiée.

Un milieu naturel recréé… Un milieu naturel, pour permettre la vie des animaux et des végétaux, atteint forcément un certain équilibre biologique. Les animaux consomment des plantes ou d’autres animaux. Ils engendrent des

déchets (ou meurent), qui servent à leur tour de nourriture à d’autres animaux ou aux végétaux. Il se forme ainsi un cycle, selon la bonne vieille formule de Lavoisier : « Rien ne se perd, rien ne se créé, tout se transforme ». u Il suffit qu’un maillon de la chaîne ne fonctionne plus pour que tout le système s’étouffe. Si, par exemple, les organismes chargés d’éliminer les déchets produits par les animaux s’arrêtent de travailler, le milieu devient rapidement insalubre, puis impropre à la vie des animaux. uCette notion est absolument fondamentale, car elle est la base de la réussite d’un aquarium. S’il n’atteint pas l’équilibre biologique, un aquarium est impropre à la maintenance des poissons.

… mais un milieu fermé Un aquarium "naturel" ou…

uIl existe une grosse différence entre un milieu naturel, comme un étang,

…un décor fantaisiste, c'est au goût de chacun. et un aquarium. Dans le premier cas, c’est un milieu « ouvert », en relation avec l’environnement : air, pluie, terre, etc. Des échanges sont bien entendu possibles et permanents. Par ailleurs, le nombre d’animaux par unité de surface ou de volume est faible. Dans un aquarium, c’est exactement l’opposé : nous sommes dans un milieu fermé, avec peu de contacts avec l’environnement et, surtout, la densité de poissons est potentiellement très importante.

uAtteindre l’équilibre biologique dans ces conditions n’est pas possible, sinon à l’aide d’artefacts technologiques, en particulier un système de filtration motorisé.

L’indispensable filtration uLa vie dans l’aquarium n’est possible qu’à condition d’apporter un système de filtration, dont le but est d’aider à compenser le déséquilibre biologique induit par un excès de poissons en

regard d’un milieu naturel. Sur les éléments utilisés dans ce filtre, des micro-organismes (bactéries) se développent, consomment les déchets organiques et rendent la survie des animaux possible. Sans eux, point de poissons ! uAvoir un aquarium chez soi, c’est donc construire, dans un volume restreint, un équilibre biologique, grâce à des solutions techniques et des micro-organismes, pour permettre la vie des poissons.

Aquarium : définition


14

I In s t a l l e r

I 15

u n a q u a r i u m t ro p i c a l d ’ e a u d o u ce

Les accessoires optionnels et la décoration Les équipements complémentaires utiles uUne épuisette : les poissons ne doivent pas être attrapés à la main et, de toute manière, il faudrait être très rapide ! uUne raclette pour les vitres, pourvue d’un manche, pour plus de facilité. uUne brosse aimantée, dont la partie rugueuse demeure dans l’aquarium. Cela permet d’effectuer un rapide nettoyage des vitres, sans y plonger les mains, ni mettre de l’eau partout !

uUn aspirateur pour ôter les saletés du fond de l’aquarium. Celui-ci peut fonctionner avec des piles, un moteur électrique ou bien simplement à partir de l’effet siphon. On l’appelle alors « cloche à vase ». Peu coûteuse, facile d’emploi et très efficace, son seul inconvénient est de retirer de l’eau de l’aquarium en même temps que les salissures. Il faudra donc en faire un usage raisonné. uUne minuterie, destinée à gérer la plage horaire quotidienne d’éclairage de l’aquarium. Un simple modèle de

cuisine est suffisant. uUn distributeur automatique d’aliments. Indispensable au moment de partir en vacances, on peut aussi lui confier la tâche de nourrir les poissons une grande partie de l’année. Dans ce cas, on choisira un appareil performant et plus précis dans son dosage.

La décoration de l’aquarium Elle doit évidemment satisfaire vos goûts. Le commerce animalier offre de larges possibilités : décors artificiels, roches, bois… Mais vous pouvez aussi trouver quelques idées autour de vous :

Les roches

Le jaspe et la sodalite dont deux roches très décoratives.

Deux exemples de bois décoratifs : la vigne sablée (à gauche), et l'opuwa (à droite).

uÉliminez les roches toxiques ou calcaires. Vous pouvez ramasser quelques éléments de décor dans le jardin ou dans les bois, parmi lesquels ardoises et schistes, granits, grès, quartz, lave, gneiss, basaltes.

uChoisissez des formes arrondies, non coupantes, pour éviter de blesser les animaux et hors des sites protégés, sous peine d’ennuis !

Les bois uBeaucoup d’essences et d’écorces sont toxiques (résineux, orme), d’autres brunissent l’eau de l’aquarium (chêne) et d’autres encore pourrissent vite (peuplier, bouleau) : il faut donc prendre des précautions avant d’introduire un morceau de bois dans son bac.

L’écorce de liège et les bambous sont les solutions les moins risquées. uVous pouvez éventuellement extraire des morceaux de bois ayant séjourné dans l’eau, comme le saule, le hêtre ou le chêne, mais en prenant quelques précautions : uBrossez vigoureusement le bois, trempez-le dans l’eau de Javel et rincez-le soigneusement. S’il sent encore, ce qui arrive souvent, il est plus prudent de ne pas l’utiliser. uQue les bois soient récoltés ou achetés en animalerie, il est

recommandé de les faire bouillir plusieurs heures dans de l’eau salée pour qu’ils se débarrassent de leurs tanins acides et très colorants. Changez l’eau plusieurs fois, jusqu’à ce qu’elle reste claire.

Les autres décors Des pots de fleurs et d’autres objets en terre cuite, émaillée ou non, sont utilisables sans soucis. En revanche, coquillages et galets ayant séjourné dans l’eau sont à bannir.

L’optionnel et la déco


20

I In s t a l l e r

I 21

u n a q u a r i u m t ro p i c a l d ’ e a u d o u ce

Le sol et les décors Mettre le sol en place Nous avons vu que le sol différait selon les poissons qui allaient peupler l’aquarium. Pour un bac avec des plantes naturelles, le cas le plus fréquent, le sol comprend trois couches.

pour fonction de nourrir les plantes. Il en existe bien des qualités, même si une très grosse évolution dans le domaine a eu lieu ces 20 dernières années. Il ne faut pas hésiter à acquérir un bon produit, avec une durée de vie importante.

La première couche

La deuxième couche

uElle est constituée d’un bon centimètre de terreau, qui a

uVendue dans le commerce sous le nom d’Aqualit, cette

sorte d’argile se dépose sur environ 2 cm. Sa fonction est double : - pénétrer dans le terreau et empêcher que celui-ci, sous le poids du sable et de l’eau, ne devienne trop compact et ne « fermente ». Lorsque l’eau ne peut plus circuler dans un sol, celui-ci devient en effet un parfait milieu de culture pour des microorganismes anaérobies

Troisième et dernière couche : le sable de quartz préalablement lavé est disposé sur l'Aqualit.

Première couche : le terreau est déposé "à sec"…

… puis réparti sur la surface.

(vivant sans oxygène). Le tout se traduit par un dégagement de gaz toxiques pour les poissons - aider à l’enracinement et à la fixation des plantes, grâce à sa surface rugueuse.

La troisième couche

Deuxième couche : l'Aqualit également déposé "à sec"…

… puis réparti de la même façon.

uTerminez par environ 4 cm de sable de quartz, non coupant, dont la granulométrie est comprise entre 1 et 3 mm, pour permettre la circulation de l’eau et l’enracinement correct des plantes. Le sable

devra être rincé à l’eau claire avant utilisation pour en éliminer les poussières. Cette couche est destinée essentiellement à maintenir les deux précédentes et à donner un aspect agréable à l’aquarium. uIl existe d’innombrables sortes de sables dans le commerce, à choisir en fonction de ses goûts personnels. Toutefois, certaines couleurs claires ou très sombres se salissent vite. Il faut signaler aussi que les quartz très blancs donnent un bac

extrêmement lumineux, ce qui déplaît à nombre d’espèces de poissons et tend à favoriser la croissance des algues. La hauteur totale du sol de l’aquarium est donc d’environ 7 cm. Il est visuellement agréable de générer une légère pente montante vers le fond et les côtés de l’aquarium, même si les poissons de fond (Corydoras notamment) s’ingénient à l’aplanir rapidement.

Sol et décors


Accueillir les poissons 32 Acheter ses poissons 34 L’arrivée des poissons à la maison 38 Les bonnes associations de poissons 44 Les espèces compatibles

ZO OM

46 L es espèces de poissons d'eau douce


38

I A cc u e i l l i r

I 39

les poissons

Les bonnes associations de poissons Si vous êtes débutant, contentez-vous d’espèces faciles, résistantes et peu agressives. Toutes ne sont évidemment pas compatibles et nous ne pouvons ici en faire un catalogue complet. Faites-vous conseiller par le vendeur en animalerie. Les encyclopédies sur les poissons apportent aussi de précieuses informations.

Privilégier les espèces solides et pacifiques Lorsque l’on commence à peupler son aquarium, il est toujours préférable d’aller en priorité, pour les premiers arrivages, vers les espèces les plus solides et les plus pacifiques et de réserver celles au comportement plus incertain

pour la dernière livraison : uEn effet, la territorialité ou l’agressivité d’un animal s’exprime davantage dans un milieu qu’il connaît bien, où il s’est octroyé un espace qu’il défend contre les intrus, éventuellement. Ainsi, une espèce à tendance hargneuse pourra laisser ses compagnons d’aquarium tran-

Le scalaire est un grand poisson territorial : il est souvent préférable de l’introduire en dernier dans un aquarium.

quilles si ceux-ci sont arrivés avant elle, tandis qu’elle les attaquera immédiatement si elle a déjà pris ses marques dans l’aquarium. Le cas le plus emblématique est évidemment celui du scalaire et des néons bleus. Lorsque les jolis petits tétras bleus sont déjà dans l’aquarium et que l’on introduit un scalaire pas trop imposant, tout se passe en général bien. À l’opposé, si l’on tente d’acclimater des néons dans un bac contenant un scalaire, même pas très gros, ils seront aussitôt transformés en casse-croûte ! uLes espèces résistantes sont moins sujettes au stress et donc aux maladies. Lorsqu’on commence à peupler un aquarium, l’équilibre biologique est fragile. Or, même avec quelques précautions, il n’est jamais certain qu’une légère poussée de pollution par les nitrites toxiques n’aura pas lieu. Même si cette poussée est faible et ne tue pas nos hôtes à écailles

Rasbora arlequin (Rasbora heteromorpha).

Platy (Xiphophorus variatus).

Guppy (Poecilia reticulata).

Tetra 'white Fin'.

directement, elle entraîne un affaiblissement des défenses naturelles des poissons. Pour les animaux fragiles, cela peut suffire à induire le démarrage d’une pathologie (bactérie ou champignon notamment). Bien évidemment, nous retombons alors dans le même cercle vicieux que celui évoqué dans les pages précédentes. Voilà donc la raison pour laquelle il est important de commencer par des poissons costauds.

Les poissons recommandés pour les premiers arrivages - Danio rerio (Brachydanio rerio) - Veuve noire (Gymnocorymbus ternetzi) iRasbora arlequin (Rasbora heteromorpha) - Rasbora à queue rouge (Rasbora borapetensis) iPlaty (Xiphophorus variatus) iGuppy (Poecilia reticulata) - Cardinal (Tanichthys albonubes)

- Tétra cuivre (Hasemania nana) - Tétra à yeux rouges (Moenkhausia oligolepis) - Néon rose (Hemigrammus erythrozonus)

À SAVOIR

➜ Les poissons à éviter

absolument au début Le néon bleu, le cardinalis, le tétra nez rouge ou le botia clown sont des espèces très sensibles à la qualité de l’eau et qui développent facilement des maladies en réaction.

Bonnes associations


ZO O M

48

I Une

I 49

i n c roya b l e d i ve r s i té

Tétra empereur

Un tétra rare (Hyphessobrycon sp. Araguaia)

Poisson arc-en-ciel de Sepik

Arc-en-ciel rouge (Glossolepis)

Tétra sepae

Guppy mâle

Barbus cerise

Banc de Cardinalis

Platy

Molly mâle "dalmatien"

Scalaire

Rasbora arlequin

Diversité


Entretenir ses poissons 52 Bien nourrir ses poissons 54 Le nettoyage 56 Les changements d’eau 58 Les maladies des poissons 60 Partir en vacances

Z O O M

62 BĂŞtises et bĂŠvues


54 I En 55 Enttre rete tenniirr sseess ppooiissssoonnss

I 55

Le nettoyage L’entretien d’un aquarium bien aménagé et bien conçu au départ n’est pas une tâche très prenante, contrairement à ce que l’on entend souvent dire. Une heure par mois suffit amplement. uLe nettoyage de l’aquarium et de ses accessoires doit être régulier, sinon les problèmes s’accumulent et leurs conséquences deviennent alors difficiles à enrayer : algues, dépôts importants, etc. uIl est également préférable de prévenir plutôt que de

guérir : il existe aujourd’hui des auxiliaires d’entretien constitués de diverses souches bactériennes qui fonctionnent très bien et conservent l’équilibre biologique essentiel. Pourquoi s’en priver ? Mais, pour être efficaces, ces « produits »

devront être ajoutés régulièrement, chaque semaine. uLes opérations de nettoyage « classiques » créent un déséquilibre potentiel, il est donc essentiel de renforcer l’activité biologique du filtre à chaque intervention. Cela se traduit par un apport de

souches bactériennes ou d’enzymes qui vont « booster » nos chers microorganismes. Il est tout aussi primordial de ne pas effectuer plusieurs opérations en même temps. Un délai minimum de 15 jours est requis entre chaque intervention.

Le nettoyage des vitres Des taches vertes (algues) ou brunes se déposent souvent sur les vitres de l’aquarium, surtout si la lumière naturelle y parvient. Ce n’est pas très grave et le simple passage d’une brosse (ou des aimants) chaque semaine suffit à s’en défaire.

Le nettoyage du filtre

Les algues "en buisson" et les algues "à barbes" sont difficiles à éradiquer une fois installées dans le bac.

Les différents éléments filtrants s’encrassent avec le temps. Mais c’est surtout le perlon qui retient les particules, c’est donc la partie que l’on changera le plus souvent. uIl est très important de ne pas nettoyer tous les éléments en même temps, sous peine de causer un gros déséquilibre et une montée du taux de nitrites. Bref, il faut attendre une vingtaine de

Une cloche à vase comme celle-ci ôte les dépôts sur le gravier. jours au moins, entre le rinçage des différentes masses biologiques. Attention : rincer ne veut pas dire nettoyer ou récurer ! Un filtre tout propre ne recèle plus aucune bactérie, ce qui a des conséquences graves pour les poissons. uLe nettoyage du filtre a lieu en moyenne une fois par mois. S’il s’encrasse trop rapidement, il convient de s’assurer que la dose de nourriture n’est pas trop importante ou que l’aliment a un bon taux de digestibilité.

Le nettoyage du gravier Le sable ne doit pas se salir très vite : si tel était le cas, il faudrait, encore une fois, s’intéresser à la quantité de nourriture. Normalement, cette opération n’a lieu que toutes les 6 à 10 semaines. L’utilisation d’un aspirateur de fond ou d’une cloche à vase permet d’enrayer la formation de dépôts disgracieux.

Nettoyage

Extrait L'aquarium d'eau douce - Éditions Ulmer  

Tout savoir pour bien choisir, installer et peupler son aquarium, en fonction de son budget et de ses envies.