Page 1

Hervé Husson

PETITS ÉLEVAGES au jardin

Guide de l’éleveur amateur


SOMMAIRE Introduction.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7 LA POULE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11

Mieux connaître la poule.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 Acheter mes 1res poules. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14 > 4 races à découvrir.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17 L’alimentation de la poule.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18 Espace et structures : les besoins.. . . . . . . . . . . . . 20 Soins et santé. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 > Côté budget.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25 un poulailler maison. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26 LE CANARD. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29

Mieux connaître le canard.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30 Acheter mes 1ers canards. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32 > 4 races à découvrir.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35 L’alimentation du canard. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36 Espace et structures : les besoins.. . . . . . . . . . . . . 38 Soins et santé. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40 > Côté budget.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41 un abri à canard. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42 LE PIGEON. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45

Mieux connaître le pigeon.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46 Acheter mes 1ers pigeons.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50 > 4 races à découvrir.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53 L’alimentation du pigeon. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54 Espace et structures : les besoins.. . . . . . . . . . . . . 55 Soins et santé. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58 > Côté budget.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59 un pigeonnier maison.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60 LA DINDE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63

Mieux connaître la dinde. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64 Acheter mes 1res dindes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66 > 3 races à découvrir.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66

4

Alimentation, espace et structures.. . . . . . . . . . 67 Soins et santé. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68 > Côté budget.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69 le perchoir à dindes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70 L’OIE.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73

Mieux connaître l’oie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74 Acheter mes 1res oies. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76 > 4 races à découvrir.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77 L’alimentation de l’oie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78 Espace et structures : les besoins.. . . . . . . . . . . . . 79 Soins et santé. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80 > Côté budget.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81 un abri pour les oies.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82 CAILLES ET PINTADES. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85

Mieux connaître la caille.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86 Acheter mes 1res cailles. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87 Alimentation, espace et structures.. . . . . . . . . . 88 Soins et santé. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91 > Côté budget.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91 Mieux connaître la pintade. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92 Acheter mes 1res pintades. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93 Alimentation, espace et structures.. . . . . . . . . . 94 Soins et santé. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96 > Côté budget.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96 CYGNES ET PAONS.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99

Mieux connaître le cygne. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100 Acheter mes 1ers cygnes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102 Alimentation, espace et structures.. . . . . . . . 103 Soins et santé. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104 > Côté budget.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104 Mieux connaître le paon.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106


Acheter mes 1ers paons.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107 Alimentation, espace et structures.. . . . . . . . 110 Soins et santé. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111 > Côté budget.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111 LE LAPIN.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113

Mieux connaître le lapin. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114 Acheter mes 1ers lapins. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116 > 4 races à découvrir.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117 L’alimentation du lapin.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 118 Espace et structures : les besoins.. . . . . . . . . . . 120 Soins et santé. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123 > Côté budget.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 125 un clapier nomade.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 126

LE PONEY. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165

Mieux connaître le poney.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 166 Acheter mon 1er poney. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 170 > 4 races à découvrir.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 171 L’alimentation du poney. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 173 Espace et structures : les besoins.. . . . . . . . . . . 176 Soins et santé. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 178 > Côté budget.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 181 un râtelier pour poney.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 182 Le point sur la législation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 185 Glossaire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 188 Pour aller plus loin.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 189 Index. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 190

LE MOUTON. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 129

Mieux connaître le mouton. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 130 Acheter mes 1ers moutons. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 132 > 4 races à découvrir.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 135 L’alimentation du mouton. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 136 Espace et structures : les besoins.. . . . . . . . . . . 140 Soins et santé. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 142 > Côté budget.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 145 un abri maison. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 146 LA CHÈVRE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149

Mieux connaître la chèvre. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 150 Acheter mes 1res chèvres. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 154 > 3 races à découvrir.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 154 L’alimentation de la chèvre. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 156 Espace et structures : les besoins.. . . . . . . . . . . 158 Soins et santé. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 160 > Côté budget.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161 un râtelier à chèvres (cornadis). . . . . . . . . . . . 162

5


6


INTRODUCTION

Pour bien démarrer Se lancer dans un petit élevage familial est une pratique qui séduit de plus en plus. Le choix qui s’offre alors est très large et il n’est pas toujours facile d’en appréhender les avantages et les inconvénients. Parmi les espèces que l’on peut introduire dans son jardin ou sur son terrain, toutes ont des spécificités qui conditionnent la tenue de l’élevage. Il ne semble donc pas déraisonnable de vouloir en savoir un peu plus afin de bien accueillir ses nouveaux pensionnaires sans crainte de mauvaises surprises. Parallèlement, certaines obligations sont inhérentes à tous les types d’élevages. Si vous possédez déjà un chien, un chat, voire un canari ou un poisson rouge, vous vous préoccupez de le nourrir, d’entretenir son espace de vie, de le garder en bonne santé. Il en va de même pour tout autre animal dont vous assurez la garde.

À savoir Bien qu’on attribue la plupart du temps aux animaux d’élevage un espace réservé, ils sont en général capables de cohabiter entre eux, ainsi qu’avec le chien ou le chat de la maison.

Un petit élevage familial, c’est quoi ? Il ne s’agit nullement de se lancer dans une entreprise de grande envergure ! Vous allez héberger un nombre restreint d’animaux domestiques dont le caractère rustique permet un entretien facile et à moindres frais. La fonction de chacun sera déterminée par vos motivations : on peut avoir un lapin pour le plaisir, quelques poules pour les œufs, un poney pour les enfants, un mouton ou une chèvre pour maintenir son terrain en état, un couple d’oies pour jouer les gardiennes… Chacune de ces espèces vous fera découvrir une grande diversité de comportements sociaux et d’interactions.

L’introduction d’un nouvel animal Mieux vaut que tout soit fin prêt quand vous accueillerez le nouvel arrivant ! Le logement et l’enclos éventuel seront déjà installés, de même qu’un abreuvoir adapté et une réserve de nourriture stockée à l’abri des intempéries et des prédateurs. Les conditions d’achat de l’animal sont extrêmement variables. Si vous êtes à même de vous rendre chez le vendeur, vous jugerez sur place de la tenue de l’élevage et choisirez aussi plus facilement parmi les individus qui retiennent votre attention. Le transport, souvent court dans ce cas, est en général effectué par vos soins. Si vous procédez à un achat à distance, pensez à vous renseigner sur la réputation du vendeur. C’est relativement facile avec les professionnels qui disposent de sites de vente sur Internet, mais la démarche est plus complexe quand il s’agit d’éleveurs locaux ou de particuliers ayant passé une annonce : dans les deux cas, on ne sait pas grand-chose des conditions d’élevage ni de l’état des animaux, que l’on ne peut d’ailleurs pas vraiment choisir. Et le voyage, même pris en charge par un transporteur professionnel agréé, sera une source 7


de stress supplémentaire pour l’animal. Une fois votre nouvel animal installé chez vous, il faudra lui porter une attention toute particulière pendant les premières semaines, de façon à veiller à ce que votre protégé prenne bien ses repères (abri, mangeoire, abreuvoir…) et que la transition alimentaire et l’acclimatation au nouveau milieu microbien se passent bien. À ce propos, on recommande de commencer plutôt avec des espèces locales, bien adaptées au climat de la région.

Combien d’espèces et combien d’individus par espèce ? Chaque individu exige une surface minimum pour bien vivre. Or quelques couples de pigeons n’occuperont bien sûr pas le même espace que deux ou trois chèvres, même naines ! La proportion de terrain que vous pourrez allouer à vos futurs animaux est donc déterminante dans le choix de ces derniers. Toutes les espèces évoquées dans ce livre sont grégaires, c’est-à-dire qu’elles ont besoin de compagnie. Cela ne veut pas dire pour autant qu’il faille systématiquement acheter deux individus à la fois. De nombreuses associations sont en effet envisageables : mouton/chèvre/poney, poules/canard/dindon/oie. Ne croyez pas non plus qu’il soit impératif d’acheter des couples. Pour certaines espèces, on évite d’ailleurs souvent de prendre un mâle, par exemple un coq pour le bruit, un bélier ou un jars pour leur caractère vindicatif… Pour d’autres (le dindon, par exemple), on privilégiera le mâle pour son apparence esthétique. Accueillir un couple implique aussi, sauf si l’un des deux partenaires est opéré, de prendre en compte l’aspect reproduction : or on ne gère pas de la même façon l’éclosion de quelques poussins et le suivi de la bonne gestation d’une brebis jusqu’à l’accouchement ! Pour ces différentes raisons, je recommande de commencer par deux individus de même sexe. Il vous sera toujours possible de modifier votre cheptel par la suite si le besoin ou l’envie s’en fait sentir.

L’homme et l’animal Si, pour certains, le petit élevage devient très vite une passion, il doit rester pour tous un plaisir, jamais une contrainte. Il faut donc choisir ses animaux en fonction du temps qu’on peut leur accorder, de la taille du parcours qu’on veut leur octroyer, et du budget attribué à cet effet. Il y a toujours un coût fixe de départ (achat des animaux, abri, clôture, mobilier…) et un coût d’entretien annuel (nourriture, traitements, intervention d’un vétérinaire…). Il faut aussi prévoir ce qu’il advient de vos pensionnaires lors de vos absences, car tous ne bénéficient pas de la même autonomie. Pour finir, il faudra vous astreindre à vivre, selon les espèces, au rythme de l’animal (ouverture et fermeture des bâtiments toute l’année, collecte quotidienne des œufs, entretien régulier de l’abri et des contenants alimentaires…).

8


9


LA POULE Quand on pense à la poule, on pense immédiatement à ses œufs ! Or il serait dommage de réduire à cette seule production cet oiseau terrestre attachant. Formes, couleurs, gabarits… la poule surprend par la variété de ses races tout comme par son comportement social, très riche. Facile à élever, y compris quand on n’a aucune expérience, c’est un animal d’ornement, voire de compagnie, qui a toute sa place dans un jardin.

11


MIEUX CONNAÎTRE LA POULE Mode de vie et caractéristiques L’ordre des galliformes regroupe de nombreux oiseaux de basse-cour, la poule étant de loin le plus connu et le plus répandu à travers le monde. Depuis le début du XXe siècle, la sélection artificielle a permis de créer (ou recréer) des races aux qualités variées permettant aussi bien l’élevage de production que d’ornement. Si les plus gros sujets nécessitent un parcours extérieur, les plus petits peuvent être logés en parc réduit ou en volière. Élevée dans de bonnes conditions, une poule peut vivre de 8 à 10 ans et passe sans problème l’année à l’extérieur pour peu que l’hiver ne soit pas trop rude. Les moyennes de ponte pour les 2 à 3 premières années s’étalent sur des performances très variables, de 80 à 300 œufs/an, selon que vous optez pour une race peu prolifique ou à l’inverse spécialement sélectionnée pour la ponte. Si certaines poules ne couvent pas, d’autres en revanche sont capables de mener cette opération jusqu’à son terme sans souci. Les poussins sont autonomes dès 6 à 8 semaines.

12

Pour évoluer sereinement, la poule a besoin de congénères avec qui partager les multiples activités de la journée : recherche de nourriture, repos, toilettage, guet… Lorsqu’il bénéficie d’un parcours herbeux riche d’une végétation diversifiée, cet oiseau devient très autonome en matière d’autoalimentation et vous n’aurez alors qu’à gérer l’eau et le grain. Le soir venu, les poules regagnent spontanément leur poulailler, qu’elles évoluent librement au jardin ou qu’elles soient cantonnées dans un parcours dédié. Le coq se différencie aisément de la femelle par des caractères sexuels secondaires très prononcés (crêtes et barbillons plus volumineux, ergots, plumes de queue plus développées…) qui rendent impossible toute confusion de sexe à partir d’un certain âge. Contrairement à ce que l’on pense parfois, la présence de ce dernier n’est pas nécessaire pour avoir des œufs frais, ni même des poussins. S’il vous prend des envies de naissance, il vous suffira de vous procurer des œufs fécondés d’un autre élevage, et il se trouvera bien une poule de votre basse-cour pour les couver, puis les élever. Il vous faudra juste prévoir à l’avance ce que vous ferez des éventuels mâles issus de ces naissances (don, vente, consommation…) pour éviter tout conflit hiérarchique ultérieur. Les poules s’habituent très vite aux éventuelles cohabitations avec d’autres animaux d’élevage (autres volailles, moutons, chèvres…), mais aussi avec le chat ou le chien de la maison dès lors qu’ils ne les considèrent pas comme des proies.


La poule

Bien qu’il faille rester méfiant au début, les poules sont couramment très sociables avec les enfants.

Pour peu que vous veniez de semer ou d’installer de jeunes plants au potager, ces deux cocottes sont capables de ruiner votre travail si vous les laissez sans surveillance.

La poule et vous

Au jardin

Autant d’individus, autant de caractères ! En fonction des caractéristiques générales de la race, mais aussi de la nature de chaque animal, une poule peut rester très farouche comme devenir un vrai pot de colle dès que vous mettez les pieds sur son parcours. Curieuse par nature, la poule n’hésite pas à pénétrer dans la maison (ou tout autre local présent sur le terrain) pour voir ce qui s’y passe ou grappiller une quelconque friandise. Peu agressive généralement, elle tolère bien son éleveur qu’elle apprend rapidement à reconnaître et à ne plus craindre. Cette proximité vous permettra d’observer facilement les relations sociales, souvent d’ordre hiérarchique, qui régissent le groupe. Vous apprendrez vite à distinguer les poules qui jouent les chefs ou les sous-chefs de celles qui sont dominées. Avec une poule bonne couveuse, il est facile de se laisser tenter par une couvaison naturelle occasionnelle, ce qui permet de suivre l’éclosion et l’éducation des poussins : une expérience à tenter au moins une fois pour le bonheur de toute la famille.

Mieux vaut garder potager et massifs à l’abri de vos futures protégées. Les dégâts qu’elles pourraient y occasionner sont bien sûr proportionnels au nombre d’individus : 2 poules naines ne font pas le même travail (en termes de dégradation) qu’une dizaine d’animaux de grande taille. La pelouse, en revanche, ne risque pas grand-chose, hormis de se voir enrichie régulièrement de quelques fientes.

En vacances Avec une réserve d’eau et de grains, vos poules pourront rester seules 3 ou 4 jours sans problème. Vous pourrez même laisser le poulailler ouvert quelques jours, y compris la nuit, à condition d’être à l’intérieur d’une enceinte protégée. Pour une période plus longue, le passage d’une personne 2 fois par semaine est indispensable pour, au minimum, remplir les contenants alimentaires et renouveler l’eau. L’usage, dans ce contexte, d’une trappe à ouverture/ fermeture automatique peut se révéler intéressant. 13


PETITS ÉLEVAGES au jardin

Avec ce guide très accessible, Hervé Husson vous propose un tour d’horizon des principaux petits élevages familiaux. Son objectif ? Accompagner l’éleveur débutant dans ses choix pour bien démarrer. Quel animal accueillir en fonction de l’espace, du budget et du temps dont vous disposez ? Comment nourrir et prendre soin au mieux de vos protégés ? Quelles espèces cohabitent sans souci ? Quelles précautions devrez-vous prendre ? Quelles seront vos obligations en matière de tenue d’exploitation et face à la législation ? Poules, canards, oies, lapins, mais aussi chèvre, mouton ou poney… Vous découvrirez le mode de vie et les fonctions possibles (ornement, tonte, production…) de chaque animal. Fondé sur l’expérience personnelle de l’auteur, éleveur chevronné et passionné, complétée par celle d’éleveurs amis, l’ouvrage est riche en astuces et conseils multiples. Très illustré, il deviendra vite votre livre compagnon. • Plus de 230 photos et schémas. •D  es réalisations « maison » (pigeonnier, clapier, râtelier…) en pas à pas. • 1 fiche budget pour chaque type d’élevage. ISBN : 978-2-84138-812-7

,!7IC8E1-diibch! PRIX TTC FRANCE : 22 e

Extrait Petits élevages au jardin - Éditions Ulmer  

Ce guide s'adresse à tous ceux qui souhaitent démarrer un petit élevage dans leur jardin: poules, oies, canards, lapins, moutons, chèvres, d...