Page 1

Emmanuelle Périé-Bardout G his lain Bardout Lucas Santucci R oland J ourdain

photos préface

immersion

p o l a ire Under The Pole II 21 mois d’exploration au Groenland


10

s o m m a ir e PRéFACE par ROLAND JOURDAIN, p. 5 INTRODUCTION, p. 7 Under The Pole I – Une expédition d’exception au Pôle Nord, p. 7 Naissance d’Under The Pole II – Discovery Greenland, p. 7 Le Why, un voilier à la mesure du défi, p. 8 Carte générale du parcours, p. 11

traversée PéRILLEUSE EN ATLANTIQUE NORD Départ entre deux dépressions, p. 14 Le cap Farewell, p. 17

CôTE OUEST : DE NUUK à QAANAAQ CAP AU NORD PREMIèRES PLONGéES, PREMIERS PRéLèVEMENTS, p. 23 L’océanographie sur le Why (R. PETE), p. 28 BAIE DE DISKO Sermeq Kujalleq, le glacier d’Ilulissat, p. 31 Recul des glaciers (a. hubbard), p. 37 Plongées sous les géants, p. 42 La plongée polaire, une discipline exigeante (G. BARDOUT), p. 46 Collaboration sur le requin du Groenland, p. 50 Le requin du Groenland (r. pete), p. 52 Baleines franches, p. 54 Arfivik, la baleine franche boréale (E. PÉRIÉ-BARDOUT), p. 58

AVANERSUAQ, LE GRAND NORD Au pays des derniers rois de Thulé, p. 93 Qaanaaq, p. 103 Narvals dans la brume, p. 104 -102 m : une première en Arctique, p. 109 Premières plongées à 100 m en milieu polaire (G. Bardout), p. 114 80° Nord, p. 117 Ellesmere, p. 125 Rencontre inattendue, p. 132 Retour en baie d’Uummannaq, p. 135

HIVERNAGE en baie d’ikesarak NUIT POLAIRE Choix du site d’hivernage, p. 143 Plongées automnales, p. 146 Nuit et tempêtes pour les fêtes, p. 149 VIVRE SUR LA GLACE Embâcle, la longue attente de la glace, p. 153 Ikerasak, p. 163 Aurores, p. 167 Du CO2 dans les carottes (R. PETE, H. l. SORENSEN, R. n. GLUD), p. 176 Jorut, p. 178 Qimusserneq. Le traîneau à chiens groenlandais (J.-m. HUCTIN), p. 182 Vivre sur le Why, p. 184 EXPÉDITION EN TRAîNEAUX à CHIENS FRANCO-GROENLANDAISE De la Terre mère des Inuits au respect actuel pour notre planète (J.-M. HUCTIN), p. 194

ÉTÉ POLAIRE « Sila », p. 61 Uummannaq, « la montagne en forme de cœur », p. 63 La maison d’enfants d’Uummannaq (J.-M. HUCTIN), p. 68 L’archipel d’Upernavik, p. 71

PLONGéES PROFONDES SOUS LA BANQUISE, p. 197 Programme physiologie hyperbare (G. BARDOUT, R. PETE, V. MÉROUR), p. 202

BAIE DE MELVILLE Le Groenland sauvage, p. 81 Chasseurs de narvals, p. 90

l’équipe, p. 210

ÉPILOGUE, p. 205

REMERCIEMENTS, p. 214


sommaire & carte

OCÉ AN GL AC IAL AR CT IQ

UE

E ER M S E LL

ÎL E

E

CANADA

S RE NA DE IT O TR

80°31 Nord 5 août

Qaanaaq 30 juillet Thule 22 juillet BA IE LE LVIL ME DE

GROENLAND Upernavik 2 juillet

BA IE

FFIN BA DE

E DISKO ED AI

1er juin Uummannaq Ikerasak mouillage : 5 janv. 2015 hivernage dans les glaces : 5 janv.-9 juin 2015 Ilulissat 8 mai

B

ISLANDE

Reykjavik

17 janvier : départ de Concarneau

Nuuk 29 mars

25 mars Arsuk ALLER RETOUR

Qaqortoq CA

L PF A R E W EL

11


côte ouest De Nuuk à Qaanaaq


côte o u e st de n u u k à qua a n a aq

cap au nord Premières plo ngées, premiers prélèvements

Sisimiut Nuuk

Kayak en figure de proue à l’étrave du

Why. Nous découvrons nos

premiers grands icebergs.

* LEMAR : Laboratoire des sciences de l’Environnement MARin.

4 avril. Une petite équipe se lève aux aurores pour larguer les amarres. Dans un demi-sommeil, je guette les réactions de Robin et Kayak. Comment vont-ils réagir à cette première journée de navigation ? Dehors, nous sommes accueillis par 30-35 nœuds de vent et une mer qui remue les estomacs pas amarinés. Robin se réveille et s’agite dans son lit. Trois minutes plus tard, il est en train de vomir et Kayak se pelotonne contre moi en me jetant des regards lourds de reproches. Finalement, alors que je commence à me demander dans quelle galère nous nous sommes tous embarqués, Robin réclame à manger et dévore son repas. Ce sera la seule et unique fois de l’expédition où il aura été malade. Par la suite et quelles que soient les conditions, il joue, imperturbable, dans le carré, avec ses voitures, ses legos, s’énervant parfois de voir tout tomber au premier coup de gîte ! Le lendemain, c’est sous la neige que nous préparons Ghislain et Martin pour la première plongée de l’expédition. Leur objectif étant de descendre à terme dans la zone des 100 m, ils ont décidé de plonger dès le départ en configuration « lourde », c’est-à-dire avec tout l’équipement nécessaire à la plongée profonde. Dégeler le matériel, préparer la ligne de sécurité, positionner le bateau, équiper les plongeurs : il nous faut deux heures entre le moment où nous commençons à sortir l’équipement et celui où ils vont se mettre à l’eau. Le binôme ressort une heure plus tard, aussi transi de froid qu’enthousiasmé par les tombants colorés qu’ils viennent d’explorer jusqu’à 30 m. Les coquilles qu’ils ont repérées sur le fond décident Romain à organiser la première collecte de bivalves pour le LEMAR*. Ces récoltes de coquillages s’effectuent en plongée et s’accompagnent

23


166


h ive r n age e n ba ie d’Ik e r a sa k VIVRE SUR L A GL ACE

Avant de plonger ou lors du gonflage des bouteilles, nous vivons sous les aurores boréales.

Vertes,

rouges ou les deux à la fois, elles apportent une touche féérique aux activités quotidiennes.

Les aurores boréales

Aurores La glace s’épaissit rapidement. Priscila et Véronique prennent en charge la mise en œuvre du programme scientifique sur la banquise qui durera tout le temps de l’hivernage. Chaque semaine, des tronçons de glace sont prélevés à l’aide d’une carotteuse ainsi que des échantillons d’eau qui seront filtrés et analysés avant d’être conservés. Le protocole se révèle particulièrement difficile à réaliser : sur le terrain par -30 °C puis dans l’espace confiné du bateau, mais à force de persévérance, les échantillons sont traités et conservés avec succès. Ces prélèvements seront transmis à Heidi Sorensen et Ronnie Glud des universités de Nuuk et Copenhague et participeront à une meilleure connaissance de la banquise, son cycle de vie et ses écosystèmes. La plongée occupe l’équipe presque à plein-temps : préparer et dégeler le matériel, le charger sur les traîneaux, filmer, photographier… Le travail est pénible, mais récompensé à chaque immersion. Les plongées se succèdent pour aller explorer les icebergs là où l’érosion de l’océan creuse parfois des cavités, rapprochant ces plongées d’incursions spéléo. Les lumières des phares éclairent des parois ciselées, des failles invitant à passer de l’autre côté. Des petites morues arctiques viennent nous regarder sous le masque, culottées avec leurs grands yeux curieux et semblant se demander qui sont donc ces drôles d’animaux. En pleine eau, les anges de mer virevoltent sous nos yeux émerveillés.

1 67

Extrait Immersion Polaire - Éditions ULMER  

Emmanuelle Périé-Bardout et Ghislain Bardout nous emmènent avec leur équipe pour une exploration totale et inattendue du Groenland, à la fo...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you