Extrait Manuel technique de plongée polaire - Éditions Ulmer

Page 1

Ghislain Bardout

MANUEL TECHNIQUE

de PLONGテ右

POLAIRE milieu polaire expテゥditions circuit ouvert recycleur plongテゥe profonde


Avant-propos Au Nord de la Terre, on trouve un océan, entouré de continents. Au Sud, un continent ceinturé d’océans. Des régions immenses et glacées, vierges – ou presque – de toute exploration sous-marine, comme un appel aux explorateurs modernes. Mais si les régions polaires ont été les dernières à être arpentées par les aventuriers du siècle passé, c’est parce que la vie y tient plus de la survie. Si les défis d’hier étaient d’accéder aux confins glacés de la planète, d’y subsister avant d’envisager d’y travailler, aujourd’hui, les limites de l’exploration sont ailleurs, en particulier dans les profondeurs. Pourtant, rien en apparence n’invite à franchir la surface et à se glisser dans l’eau glaciale. Comment peut-on imaginer plonger dans un bouillon à -1,8 °C quand les -40 °C extérieurs nous glacent jusqu'aux os et que le vent nous gèle les pommettes ? Pourquoi s’infliger des onglées à répétition aux doigts lors de longues immersions dans des eaux, où dit-on, l’Homme ne peut survivre sans équipement plus de quelques minutes ? La folie pourrait expliquer une immersion isolée, mais quand les incursions sous-marines de plus en plus longues et profondes se répètent, que des techniques spécifiques apparaissent et que les projets de découverte se multiplient, force est de constater que la plongée polaire a fait son chemin et qu’elle est bien devenue une discipline à part entière. Un moyen d’exploration et de connaissance pour répondre à la plus noble des questions : mais qu’y a-t-il au-delà ? Sans aucun doute possible, la plongée polaire est difficile et exige une motivation à la hauteur de la rudesse du climat,

4

que le plongeur trouvera dans sa passion pour le monde sousmarin et un goût prononcé pour l’aventure. L’été, les températures extérieures plus clémentes facilitent la vie et les déplacements. L’hiver, toute initiative est coûteuse en temps et en énergie, lorsque la nuit polaire, le froid et les tempêtes ordonnent la vie. L’eau est, quant à elle, toujours glaciale, allant de -2 °C en saison froide à +4 °C environ au cœur de l’été. Le matériel utilisé en plongée sera donc identique toute l’année et donnera au plongeur des allures de Bibendum. Il faudra apprendre ou réapprendre à plonger avec des mains engourdies, supporter un équipement lourd et encombrant et accepter de voir dans un miroir, son visage bouffi par le froid en sortie de plongée. Dans un milieu où il est en sursis, le plongeur s’adaptera plutôt que de lutter. Il ne pourra vaincre les givrages de son équipement, il les apprivoisera. Pris dans un blizzard qui découragerait une armée de manchots, il patientera et s’acclimatera. En organisant des expéditions d’exploration sous-marine en Arctique, j’ai été à l’école de la patience, de l’endurance, de la persévérance, parfois dans la douleur. Des mots qui entrent en résonance avec la plongée polaire, comme le prix de la découverte et de l’émerveillement. Que ce soit sur le flanc d’un iceberg échoué, sous la banquise magistrale du pôle Nord, sur une falaise parsemée d’anémones, de coraux et d’éponges, dans les eaux claires de l’hiver ou à l’affût des baleines qui se nourrissent du plancton au printemps, les profondeurs des extrémités du globe attendent d’être explorées.

Depuis 2006, j’ai travaillé à l’organisa-

d’utilisation ont été expérimentées sur

La plongée polaire est une discipline

tion et à la réalisation de programmes

l’ensemble des quatre saisons avec

hors-norme, en ce sens que le maté-

de plongée ambitieux et pionniers qui

notamment de nombreux givrages du

riel sera utilisé dans des conditions de

ont tous eu pour théâtre l’Arctique.

matériel. Un savoir-faire qui a permis

froid bien plus sévères que celles pour

Sur trois grandes expéditions, environ

de réaliser les premières plongées

lesquelles il a été conçu. De même,

1 000 plongées individuelles en

polaires au-delà des 100 m et jusqu’à

les techniques proposées dans cet

circuit ouvert et en recycleur fermé

-112 m dans le nord du Groenland et

ouvrage vont parfois à l’inverse de ce

électronique ont été réalisées en mer

-111 m sous la banquise.

qui est recommandé usuellement, car

au-delà du Cercle Polaire, dans une

Cet ouvrage technique a pour but de

simplement adaptée à des conditions

eau allant de -2 °C à +4 °C et avec

faire partager cette expérience mais

de pratique elles aussi hors normes.

une température de surface allant

aussi de donner un panorama large

Chacun gardera cela en mémoire

de -50 °C à +10 °C. Des plongées

mais succinct sur les milieux polaires

et comme toujours dans les régions

profondes répétées ont été menées ;

et la banquise. Il fera gagner du

polaires, fera preuve de patience dans

des remontées complètes sur bailout

temps à ceux qui projettent un voyage

sa progression et la réalisation de ses

ont été testées dans une eau à 0 °C,

ou une expédition de plongée, et

objectifs.

jusqu’à -90 m à partir de bouteilles à

permettra – je l’espère – d’éviter cer-

300 b ; une multitude de conditions

taines erreurs ou incidents.

Manuel technique de plongée polaire


UTP I - Pôle Nord - Mai 2010 À 30 m sous le trou de plongée, le plongeur évolue sous un enchevêtrement de plaques de banquise plurianuelle de 3 à 4 m d’épaisseur.

5


UTP I - Pôle Nord - Mai 2010 La banquise la plus noble de toutes, la plus belle, la plus grande, la plus forte, celle de l’océan glacial Arctique, ne se laisse pas approcher facilement. C’est loin, très loin. Il faut être au bout du monde même, car au-delà des dernières terres, il n’y a plus rien.


10 ANS D’EXPÉDITIONS POLAIRES SOUS-MARINES

vvExpédition Total Pole Airship.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 vvExpédition Under The Pole I. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9 vvExpédition Under The Pole II. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 vv Les expéditions Under The Pole

aujourd’hui et demain

.............................................................................

12


L’expérience de la plongée polaire, telle qu’il en est question dans ce livre, a été acquise au cours de trois expéditions en Arctique dédiées à l’exploration sous-marine.

EXPÉDITION TOTAL POLE AIRSHIP pôle nord 2007

Au cours de l’Année Polaire Internationale de 2007-2008, Jean-Louis Étienne organisa l’expédition internationale Total Pole Airship. Son objectif était de mesurer l’épaisseur de la banquise de l’océan glacial Arctique entre le Spitzberg et l’Alaska afin d’établir une base de données de référence. Les mesures devaient être réalisées à l’aide d’un appareil baptisé EM-Bird suspendu sous un dirigeable, capable d’enregistrer en continu l’épaisseur de la glace de mer. Dans le cadre de sa préparation, une campagne de validation de l’EM-Bird a été réalisée en avril 2007 sur la banquise au cœur de l’océan Arctique, depuis la station polaire russe Barneo située à 89°N. Des travaux de topographies terrestres (photogrammétrie, lasergrammétrie et géo-référencement en collaboration avec l’IGN) et sous-marins (bathymétrie inversée de la surface inférieure de la banquise à l’aide d’un ROV) y ont été réalisés, de façon à modéliser un échantillon de banquise en trois dimensions, et ainsi pouvoir comparer l’épaisseur de glace calculée par l’EM-Bird avec le modèle.

Après une semaine de préparation à Tignes, le programme sous-marin a ainsi mobilisé un ROV (robot sous-marin – voir la partie sur le matériel utilisé en plongée) et six plongeurs, dont le cameraman Didier Noirot et le photographe Stéphane Compoint. La campagne de validation a été un succès mais l’expédition, elle, n’a malheureusement jamais eu lieu, car le dirigeable fut détruit en France en janvier 2008 lors d’une violente tempête, à six semaines du départ. L’expédition TPA d’avril 2007 en bref :

- Une expédition de Jean-Louis Étienne - 1 mois au camp polaire russe Barneo, à proximité du pôle Nord Géographique - Une équipe de 12, dont 6 plongeurs - 1 robot sous-marin ROV Super Achille - 6 équipements de plongée « circuit ouvert » - 15 plongées entre 0 et 15 m, sur 3 sites différents - 1 programme scientifique de mesure de l’épaisseur de la banquise, comprenant deux mesures héliportées et une topographie 3D d’un échantillon de banquise - 7 jours d’entraînement à Tignes en février 2007 - 1 film de 13 minutes diffusé sur France 3 – Thalassa

Ma première expédition polaire Arrivé aux côtés de Jean-Louis Étienne en mars 2006 pour l’assister dans l’organisation de l’expédition, j’avais pour responsabilités la logistique ainsi que certains aspects techniques. En particulier, il me confia l’organisation de la mission sous-marine au pôle, en avril 2007, au cours de laquelle nous avons plongé sur 3 sites à proximité du camp polaire russe Barneo. Pendant deux années, j’ai vécu à ses côtés au cœur d’une grande expédition, et ai pu mesurer toute sa complexité et sa pluralité. Au-delà du savoir-faire que j’y ai appris, Jean-Louis m’aura inculqué des qualités indispensables pour mener de tels projets, comme l’audace et la persévérance. La campagne à Barneo aura été ma première expérience de plongée polaire. En me faisant toucher du doigt les problèmes les plus évidents et les difficultés induites par le froid, elle a posé les bases des expéditions de plongée Under The Pole à suivre.

vvTPA - Pôle Nord - Avril 2007. Les failles récemment ouvertes entre les plaques de banquise permettent d’accéder facilement à l’océan.

8

Manuel technique de plongée polaire


10 ANS D’EXPÉDITIONS POLAIRES SOUS-MARINES Le campement, furtif, est dressé sur une plaque de 1,5 m d’épaisseur, à proximité d’une crête de compression.

EXPÉDITION UNDER THE POLE I deepsea under the pole by rolex pôle nord 2010

Cette expédition polaire sous-marine s’est déroulée sur la banquise Arctique à proximité du pôle Nord Géographique, entre le 26 mars et le 10 mai 2010. Elle avait pour objectif de réaliser un documentaire photographique et cinématographique totalement inédit sur l’univers sous-marin de la banquise, de la manière la plus représentative et exhaustive possible. En parallèle de ce travail d’exploration ont été menés deux programmes scientifiques : le premier s’intéressait à l’épaisseur de neige sur la glace, paramètre crucial pour estimer le volume de glace, et le second à la physiologie humaine à travers des études sur le sommeil et l’évolution de la température interne des membres de l’équipe. Après 3 années de préparation et plusieurs phases d’entraînement en Finlande et dans les Alpes, 8 équipiers et un husky se sont fait déposer à la sortie de la nuit polaire à 76 km

du pôle Nord Géographique. Pendant 45 jours, ils ont progressé à ski en tirant des traîneaux et réalisé 51 plongées. Bien qu’écourté, le projet a atteint ses objectifs au terme d’un périple éprouvant pour le matériel et les hommes. Les images ramenées de l’endroit et de l’envers de la banquise témoignent d’un monde de rêve, en perdition à cause du réchauffement climatique. Elles ont fait le tour du monde.

EXPÉDITION UNDER THE POLE I

vvUTP I - Pôle Nord - Avril 2010. L’équipe photographiée depuis l’avion venu les ravitailler par parachutage.

L’expédition Under The Pole I en bref :

- Une expédition de Ghislain Bardout - Parrainée par l’explorateur Jean-Louis Étienne - 50 entreprises et 2 instituts de recherche partenaires - 8 équipiers et 1 chien husky, « Kayak » - 45 jours de banquise entre - 1 °C et - 52 °C - 51 plongées entre 0 et 35 m, sur 9 sites différents - 2 programmes scientifiques : « neige et glace » et « physiologie » - Dépose en avion DC3 à 89° 19’ N, soit à 76 km du pôle Nord Géographique - R écupération en avion Twin Otter à 87° 52’ N, soit à 238 km du pôle Nord Géographique - 150 km maximum de dérive ouest-est

9


- 145 kg de poids moyen pour les traîneaux en début d’expédition - 1 ravitaillement par parachutage - 3 tonnes de fret - 3 équipements de plongée « circuit ouvert » dont 5 montres Rolex Deepsea - Entraînements en février-mars 2009 : 2 jours à Tignes puis 1 mois en Finlande - Entraînements en novembre-décembre 2009 : 1 mois dans les Alpes - 1 film de 52 minutes : On a marché sous le pôle de Thierry Robert et Ghislain Bardout, diffusé dans le monde entier, en particulier sur France 3 – Thalassa, France 5 et National Geographic Channel. Il a été récompensé par 12 prix dont 5 Grands Prix parmi lesquels meilleur film d’aventure, meilleur film polaire, meilleur film sous-marin et prix du National Geographic. - 1 livre de 256 pages : On a marché sous le pôle de Ghislain Bardout et Emmanuelle Périé, aux éditions du Chêne.

Expédition UTP I L’idée de cette expédition a commencé à germer dans ma tête alors que je rentrais du pôle, dans le cadre de l’expédition Total Pole Airship de Jean-Louis Étienne. Je partais d’un constat simple : les images que nous ramenions étaient spectaculaires mais ne représentaient qu’une petite partie de ce que j’avais vu en plongée ; et je n’avais pu observer qu’une infime partie du monde

EXPÉDITION UNDER THE POLE II discovery greenland groenland 2014/2015

« Discovery Greenland 2014-2015 » a été la deuxième expédition du programme Under The Pole. Elle visait à étudier l’univers sous-marin polaire, sur presque deux cycles saisonniers, entre le cercle Arctique et l’extrême Nord du Groenland. Partis de Concarneau en janvier 2014, plus de 50 équipiers se sont relayés à bord de la goélette WHY pendant 21 mois : scientifiques, plongeurs, marins, médecins, caméramans et photographes, ingénieurs, mécaniciens, peintres… ont eu l’opportunité rare de côtoyer le milieu polaire à travers les saisons, tout au long de la côte occidentale du Groenland. Une occasion unique pour les scientifiques de coordonner des opérations sur l’étude de la physiologie des plongeurs en milieu extrême, de la glace de mer, du requin du Groenland ou de ces sentinelles de l’environnement que sont les bivalves. En janvier 2015, le voilier s’est laissé prendre dans les glaces pour un hivernage dans la baie d’Uummannaq, en face du petit village de chasseurs-pêcheurs d’Ikerasak. Au total, 300 plongées ont été réalisées, parmi lesquelles les plongeurs recycleurs ont en particulier franchi à plusieurs reprises la barre des 100 mètres, jusqu’à atteindre -112 m en baie de Qaanaaq et -111 m sous la banquise - des premières ! La longue durée de cette aventure fait de l’équipe Under The Pole les témoins privilégiés d’un monde en pleine mutation, et lui confère son caractère exceptionnel.

extraordinaire et inconnu qui se cachait sous la banquise. Pour aller plus loin, il fallait une expédition sur laquelle tout serait pensé pour répéter des plongées en voyageant à travers l’océan Arctique. Une exploration sous-marine unique et inédite dans les pires conditions de froid que l’on puisse imaginer. L’expédition a été un défi de bout en bout. Les trois années de préparation ont été un parcours du combattant au quotidien qui a rythmé notre vie à Emmanuelle PÉRIÉ et moi. Sur la banquise, elle s’est déroulée sur le fil du rasoir, mais à chaque difficulté rencontrée, la balance a penché du bon côté. Peut-être grâce à une bonne étoile qui veillait sur nous, mais surtout parce que nous n’avions rien laissé au hasard dans la préparation. L’aventure m’a marqué au plus profond de moi-même et restera certainement comme l’une des expériences les plus fortes de ma vie : c’était ma première expédition, et il n’y a qu’une première fois !

10

Manuel technique de plongée polaire

L’expédition Under The Pole II en bref :

- Une expédition de Ghislain Bardout & Emmanuelle Périé-Bardout - Sous le Haut Patronage du Ministère de l’Éducation, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche - Parrainée par le navigateur Roland Jourdain - 21 mois au Groenland entre janvier 2014 et septembre 2015, dont un hivernage dans la banquise - 1 programme pédagogique avec l’Académie de Rennes - 6 programmes scientifiques - 1 voilier en aluminium de 19,5 m, le WHY - 20 000 km de navigation - 100 équipiers dont 52 embarqués à bord du WHY, ainsi que notre husky « Kayak » - 80 entreprises et Instituts de recherche partenaires - 300 plongées entre 60 °N et 80°N, jusqu’à -112 m dans le nord du Groenland et -111 m sous la banquise au cours de l’hivernage


10 ANS D’EXPÉDITIONS POLAIRES SOUS-MARINES

- 4 0 bouteilles de plongée, 5 recycleurs, 45 détendeurs - 45 B50 d’oxygène, 15 B50 d’hélium, 2 B50 d’Argon - 2 tonnes de chaux pour les recycleurs - 2 compresseurs et 1 surpresseur - 12 combinaisons étanches pour la plongée - 5 caissons photo et vidéo - 2 scooters sous-marins - 200 kg de plomb - Une expédition franco-groenlandaise alliant plongée et déplacements en traîneaux à chiens, en mars-avril 2015 - 1 mois de repérage au Groenland en avril 2011 - 1 film de 52 minutes : Sous les glaces du Groenland de JeanGabriel Leynaud, pour France 3 – Thalassa - 1 film de 52 minutes sur l’hivernage (en cours de réalisation) - 1 série de 10 épisodes de 13 minutes de Victor Rault, pour TV5 Monde - 1 Websérie : 22 épisodes en 2 saisons sur www.discoverygreenland.com de Victor Rault et Alexis Blanc - 7 vidéos Under The Pole Éducation - 1 livre de 216 pages : Immersion polaire d’Emmanuelle Périé-Bardout et Ghislain Bardout, aux éditions Ulmer (Palme d’or du plus beau livre au Festival Mondial de l’image sous-marine 2015)

Expédition UTP II Après avoir exploré le cœur de l’océan Arctique, il était évident pour nous que nous repartirions dans le grand Nord. Mais plus au sud cette fois, pour parcourir les dernières terres de la planète. Nous avons choisi la côte

Expédition Under The Pole II

vvUTP II - Au large de Sisimiut - Avril 2014. Pris dans le pack à la dérive, le WHY s’est immobilisé le temps d’une plongée.

Ouest du Groenland car elle permet une exploration Sud-Nord selon un gradient latitudinal important, parce qu’elle est navigable en été, qu’elle présente une large diversité de paysages, de fjords et de glaces, qu’elle abrite la plupart des espèces de la faune polaire, et parce qu’elle est habitée par un peuple, les Groenlandais, qui devaient apporter à l’expédition une dimension culturelle et humaine nouvelle. L’expédition s’inscrirait donc dans la continuité des précédentes, avec une exploration systématique des fonds marins, sur plus d’un cycle saisonnier, avec un hivernage dans la banquise, entre la surface et des profondeurs jamais atteintes auparavant en région polaire. Nous l’avons écrite avec Emmanuelle en décembre 2010 et sommes partis le 17 janvier 2014, après 3 années d’un difficile montage et l’acquisition d’un formidable voilier d’expédition : le WHY.

11


LES EXPÉDITIONS UNDER THE POLE AUJOURD’HUI ET DEMAIN Depuis 2008, Under The Pole a mené des explorations pionnières en Arctique. Né de rêves et de passions, UTP est aujourd’hui un programme d’expéditions polaires sous-marines, dédiées à l’exploration de la face cachée des régions polaires dans leur diversité. Porté par une approche innovante et audacieuse, le travail s’articule autour d’études visant à une meilleure connaissance scientifique du milieu et de la recherche d’images nouvelles et spectaculaires de ces mondes glacés. Les équipes se veulent pluridisciplinaires, polyvalentes et spécialisées : plongeurs, marins, scientifiques, caméramans, photographes, ingénieurs, mécaniciens, cuisiniers,

peintres… Depuis 2008, elles ont déjà rassemblé 130 entreprises partenaires et Instituts de recherche ainsi que 150 équipiers passionnés. Si les projets évoluent, l’esprit des expéditions ne changera pas et restera porté par des valeurs fortes : la persévérance, la liberté, l’amitié et le respect.

« Des expéditions innovantes et audacieuses, éducatives et scientifiques, pour raconter en images la vie d’un univers à la dérive, un témoignage unique, pour aujourd’hui et pour demain ».

VVUTP II - Baie d’Ikerasak - 17 mai 2015. À quelques jours de la débâcle, l’équipe prend la pose au terme d’une journée de travail de mise en scène. Au total, 52 équipiers se seront relayés à bord au cours des 21 mois d’expédition.

12

Manuel technique de plongée polaire


Détroit de Be

Arctiq ue

ring

ALASKA

Cercle Polaire

Mer de Sibérie-orientale Mer de Beaufort

OCÉ AN G LACI AL ARC TI QU E

RUSSIE

Archipel de la Nouvelle-Sibérie

Île Banks

Mer de Laptev

Île Victoria

CANADA

Îles de la Reine-Elisabeth Zemble du Nord

UTP I

Pôle Nord TPA

Île Ellesmere

Qaanaaq

Île de Baffin

Zemlya Fratsalosifa

Baie de Baffin Détroit de Fram

Upernavik Baie de Disko

Uummannaq Ikerasak Ilulissat

Archipel du Svalbard Spitzberg

GROENLAND

Sisimiut

Mer du Groenland

Nuuk

Jan Mayen

Arsuk Qaqortoq

NouvelleZemble

Mer de Barentz

10 ANS D’EXPÉDITIONS POLAIRES SOUS-MARINES

Mer de Béring

Les expéditions Under The Pole aujourd’hui et demain

OCEAN PAC IFIQ U E

Localisation des expéditions TPA, UTP I et UTP II

Mer de Norvège

UTP II Reykjavik

ISLANDE

Expéditions UTP I et UTP II UTP I - Entraînements TPA - Trajectoire de la dérive de la banquise TPA - Mesure d’épaisseur de la banquise en hélicoptère

UTP II - Hivernage

13


La plongée sous la banquise possède une dimension mythique. Le Graal se situe au cœur de l’océan Arctique, loin de toute pollution, mais on peut également la pratiquer sous des latitudes plus accessibles. Fort de son expérience de 10 années d’expéditions sous-marines en milieu polaire, Ghislain Bardout aborde dans ce livre tous les aspects de cette discipline fascinante : - Description des milieux polaires et des types de glaces - Brève histoire de la discipline - Où et comment plonger en milieu polaire, en touriste ou en expédition - Logistique et matériel - Gestion et protocoles de plongées - Plongée polaire en recycleur - Prise de vue sous-marine dans le froid - Physiologie et froid. Tous les aspects du livre sont illustrés par de nombreuses photos, souvent saisissantes de beauté, prises au cours des expéditions de l’auteur.

ISBN : 978-2-84138-809-7

,!7IC8E1-diiajh! Prix TTC France : 39,90 e