Page 1

y Une silhouette reconnaissable entre toutes !


REN AUD L ACROIX P H I L I P P E ROCH ER

Perroquet gris du Gabon


) ) Sommaire Avant-propos.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6

w L’ORIGINE ET L’HISTOIRE DU GRIS DU GABON y Classification.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9 y L’origine géographique et les sous-espèces. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . y Les mœurs à l’état naturel. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . y Petite histoire de la captivité du gris du Gabon.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . y Le statut de protection. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

11 14 16 17

w MORPHOLOGIE, SEXAGE ET LONGÉVITÉ y Les caractéristiques morphologiques. . . . . . . . . 21 y Le sexage. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24 y La longévité.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27

w LE GRIS DU GABON EN CAPTIVITÉ y Quel est votre objectif ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29 y Choisir son habitat. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30 y L’équipement nécessaire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32 y Les besoins en lumière.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35 y Les nuisances. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36


w L’ALIMENTATION ET LA SANTÉ y Quelques notions de base. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39 y L’alimentation principale. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40 y Les compléments éventuels.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44 y Les problèmes de santé et les remèdes. . . . . . . 47

w UN PERROQUET APPRIVOISÉ y Acheter et choisir son perroquet. . . . . . . . . . . . . . . . . 55 yB  ien s’occuper de son perroquet à la maison. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60

y Tisser des liens.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64 y Lui apprendre à parler. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67 y Les erreurs à ne pas commettre. . . . . . . . . . . . . . . . . . 72 y Les dangers de la maison.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73

w L A REPRODUCTION DU GRIS DU GABON y L es conditions de reproduction et la formation d’un couple.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75

y La ponte et la couvaison. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82 y L’élevage des jeunes.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84 y L’envol et le sevrage. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85 y L’élevage à la main. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86 y Les problèmes liés à l’élevage. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87

Index. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92


6

) ) Avant-propos Le gris du Gabon est sans doute le plus populaire et le plus répandu des perroquets en Europe. Il y est connu en tant qu’animal de compagnie depuis des siècles, sans doute depuis l’Empire romain. Ses aptitudes à la parole, les meilleures parmi tous les becs crochus, ont toujours fasciné les amateurs d’oiseaux tout autant que les néophytes. Ceux qui ont eu la chance de voyager en Afrique tropicale l’ont aussi, nécessairement, croisé dans les villages où les enfants dénichent les jeunes avant l’envol pour les apprivoiser plus aisément. Jusqu’à une période encore récente, il était importé massivement de différents pays du continent noir, à vil prix, et les éleveurs ne prenaient souvent pas la peine de tenter la reproduction, pour de basses questions de rentabilité. Néanmoins, les réglementations de plus en plus sévères ont mis peu à peu un terme à ce commerce, de même que les problèmes sanitaires et les épidémies, telle que la tristement célèbre grippe aviaire. De ce fait, les exportations depuis l’Afrique en direction de l’Europe ont presque totalement cessé au tournant du siècle dernier. Parallèlement, depuis une vingtaine d’années, les techniques de gavage des oisillons permettant d’obtenir des spécimens familiers, vendus nettement plus chers, ont connu un essor fabuleux. Or, la demande du public s’est, concomitamment, portée vers ces oiseaux apprivoisés. En effet, les sujets sauvages ou élevés par leurs parents naturels demandent souvent beaucoup de temps, de patience et de savoir-faire, pour arriver à un certain degré de confidence, sans assurance d’y parvenir toujours. Ils ne s’adressaient donc qu’à des personnes chevronnées, possédant un minimum de connaissances et habituées à manipuler des oiseaux. Malgré tout, même avec un animal correctement élevé « à la main », l’acquéreur inexpérimenté n’est pas à l’abri de déboires, car le gris du Gabon est un oiseau intelligent, sensible, mais aussi doté d’un fort caractère, lequel demeure propre à chaque individu. Il est important de conserver ceci à l’esprit avant de se précipiter pour acheter n’importe quel oiseau, à fortiori sur internet, comme une vulgaire paire de pantoufles ! Il est tout aussi ahurissant de dépenser une somme conséquente pour l’animal et de lésiner sur la qualité de l’alimentation, les dimensions de la volière ou l’achat d’un livre délivrant les conseils de base ! Pourtant, c’est, hélas, un phénomène trop courant. Enfin, il circule toujours de très nombreuses idées reçues sur le perroquet gris du Gabon, sur ses capacités de parole, sur sa longévité, son alimentation et ses divers exploits supposés. Certaines ont la vie dure et donnent une image totalement erronée de l’animal, ce que nous allons tenter d’éclairer ici.


y Le perroquet gris du Gabon demeure le plus populaire des perroquets.


y Le gris du Gabon a longtemps été appelé Jaco.


9

w L’origine

et l’histoire du gris du Gabon

Le gris du Gabon nous vient d’Afrique et il est le premier véritable perroquet découvert par les Européens. Il n’est pas étonnant que son nom scientifique soit à l’origine de celui de son ordre et de sa famille.

Classification /// C’est le botaniste suédois Linné, au xviii e siècle, qui est à l’origine de l’identification des espèces, animales ou végétales, par un double nom. Le premier, écrit avec une majuscule, donne le genre, tandis que le second, en minuscules, traduit l’espèce. C’est ainsi en 1758 que Linné attribue au gris du Gabon le nom de Psittacus erithacus. L’espèce a servi de modèle pour établir l’ordre des Psittaciformes. Les oiseaux de cet ordre se caractérisent notamment par une tête massive, un bec incurvé, surtout au niveau de la mandibule supérieure, des mâchoires puissantes, des doigts en opposition (zygodactyles), trahissant des facultés de grimpeur, et un intestin un peu particulier. Il s’agit d’un ordre homogène, car toutes les espèces qui le composent se reconnaissent sans difficulté, même pour quelqu’un de totalement ignare en ornithologie. Mais c’est également un

ordre ancien, dans la mesure où les premiers fossiles de Psittaciformes connus sont datés de 40 millions d’années. Autrefois, cet ordre ne comportait qu’une seule famille, mais les travaux récents l’ont scindé en deux : les Cacatuidés, pour les cacatoès, et les Psittacidés pour les perroquets, perruches et loris. Les premiers se distinguent en particulier par la présence d’une huppe érectile sur le crâne.

wwFiche signalétique du perroquet gris du Gabon Type : Cordés Sous-type : Vertébrés Classe : Oiseaux Ordre : Psittaciformes Famille : Psittacidés Sous-famille : Psittacinés Tribu : Psittacini Genre : Psittacus Espèces : P  sittacus erithacus, Linné (1758).


10

u Un gris du Gabon en compagnie d’un cousin africain, le Youyou du Sénégal.

La famille des Psittacidés est elle-même subdivisée en deux sous-familles : les Psittacinés, pour les perroquets et les perruches et les Lorinés, pour les loris. Ces derniers sont remarquables notamment par leur régime alimentaire quasiment exclusivement frugivore et nectarivore. Enfin, si l’on souhaite se montrer exhaustif, chaque sous-famille est décomposée en tribus, suivant l’origine géographique et l’aspect général des espèces : on n’en décompte pas moins de 9 pour la sous-famille qui nous intéresse ici. Celle de notre gris du Gabon est appelée Psittacini et englobe 12 espèces tropicales africaines, à la silhouette massive et ramassée et à la queue courte.

Le nom latin Psittacus provient du grec Psittakos, signifiant tout simplement perroquet. Quant au nom d’espèce, erithacus, il fait référence à un oiseau possédant des capacités d’imitation. En français, on le trouve très fréquemment, surtout dans les écrits anciens, sous le terme de perroquet Jaco.

w wAnecdote Le célèbre philosophe grec et précepteur d’Alexandre, Aristote (384-322 av. J.-C.), dans son bestiaire, apparentait les perroquets aux rapaces, terme qui lui-même signifie « ardent à la proie ». La forme incurvée du bec n’y est évidemment pas étrangère.


q Origine et histoire

11

L’origine géographique et les sous-espèces /// Le perroquet gris du Gabon est originaire des régions équatoriales et tropicales de l’Afrique Centrale et de l’Ouest. À une époque pas si reculée, 3 sous-espèces étaient habituellement considérées. Toutefois, celle nommée Psittacus erithacus princeps (Boyd Alexander), restreinte aux îles de Prince et de Bioko, introduite sur celle de Fernando Poô, dans le Golfe de Guinée, n’est aujourd’hui plus reconnue. Morphologiquement, elle ne se différencie pas de la sous-espèce type, hormis par un plumage très légèrement plus sombre en moyenne. De nos jours, seules deux sousespèces subsistent : - Le perroquet gris du Gabon, quelquefois appelé gris du Congo, Psittacus erithacus erithacus (Linné, 1758), dont l’aire de répartition s’étend de la Côte d’Ivoire à l’Ouest du Kenya et, au Sud, jusqu’à la Tanzanie et le centre du Zaïre. - Le perroquet gris de Timneh, Psittacus erithacus timneh (Fraser, 1844), autrefois affublé du surnom « perroquet à queue de vinaigre », confiné à l’Ouest du continent, à peu près de la Sierra Leone à la Côte d’Ivoire, avec des populations isolées présentes au Sud du Mali et en Guinée-Bissau. Les ornithologues se posent maintenant la question d’élever au rang d’espèce à part entière le gris de Timneh. Ils se basent sur le fait qu’à l’état naturel, il existe extrêmement peu de zone géographique de recouvrement et donc quasiment aucune hybridation. Par ailleurs, physiquement, bien que proches, les deux sous-espèces sont

t La sousespèce type ou gris du Congo.

t Le gris du Timneh.

Perroquet Gris du Gabon - Éditions Ulmer  
Perroquet Gris du Gabon - Éditions Ulmer  

Ce guide permettra au lecteur de bien connaître cet oiseau intelligent, souvent doté d'un caractère bien trempé! Le Gris du Gabon est le...