Page 1

Fleur Daugey

LES PLANTES ONT-ELLES

UN SEXE ? HISTOIRE D’UNE DÉCOUVERTE


2


Fleur Daugey

LES PLANTES ONT-ELLES

UN SEXE ? HISTOIRE D’UNE DÉCOUVERTE


© 2015 Les Éditions Ulmer 24, rue de Mogador 75009 Paris Tél. : 01 48 05 03 03 Fax : 01 48 05 02 04 www.editions-ulmer.fr Réalisation : Julia Verneau Responsable éditorial : Antoine Isambert Impression : Printer Trento Srl ISBN : 978-2-84138-741-0 N° d’édition : 741-01 Dépôt légal : septembre 2015


La sexualité est au cœur de l’existence des fleurs — et de leur rôle dans la vie humaine. Jack Goody dans La culture des fleurs

À mes parents, à ma sœur À Pascal


SOMMAIRE AVANT-PROPOS

.............................................................................................................................................

Chapitre 1 PANORAMA DE LA SEXUALITÉ VÉGÉTALE Techniques asexuelles Mousses, hépatiques et fougères Nue comme une graine Cônes d’amour La suprématie des fleurs Séparation dans l’espace Chambres à part Rendez-vous manqué Autant en emporte le vent Enjôler Éole Séduire l’entremetteur Double fécondation

9

13 13 15 19 19 20 24 27 28 29 31 32 38

.....................................................

. ......................................................................................................................... .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

........................................................................................................................................... ................................................................................................................... ...................................................................................................................

.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Chapitre 2 L’ANTIQUITÉ : L’IMPENSABLE SEXUALITÉ DES PLANTES Sexualité végétale impossible Le cas du palmier dattier Du sexe au genre Mythes virginaux Une déesse ambiguë Une rose à deux visages

41 42 44 46 49 57 60

Chapitre 3 L E VÉGÉTAL SYMBOLIQUE AU MOYEN ÂGE : DU SACRÉ AU LUTIN Marie et le lis Marie et la rose Le jardin médiéval, lieu de tous les paradoxes Le Roman de la Rose L’arbre de vits

65 66 69 71 76 78

.. . . . .

.......................................................................................................

.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

...................................................................................................................................... . ....................................................................................................................................

.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .....................................................................................................................

.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

............................................................................................................................................... ..........................................................................................................................................

.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

..............................................................................................................................................


Chapitre 4 LE RÉVEIL DE LA BOTANIQUE À L’ÉPOQUE MODERNE Le xvie siècle Le xviie siècle Suprématie du séminisme Naissance de l’ovisme La découverte des spermatozoïdes et l’animalculisme Retour en botanique La réaction de l’Église Le xviiie siècle Nouvelle intervention de l’Église Les organes sexuels des plantes sur le devant de la scène

81 81 83 86 87 89 90 91 96 105 108

Chapitre 5 ÉPOQUE CONTEMPORAINE : DÉVOILER LES SECRETS DE LA POLLINISATION La découverte du tube pollinique L’essor extraordinaire des recherches en botanique

115 119 123

Chapitre 6 AU-DELÀ DE L’OCCIDENT La botanique arabe L’Inde ancienne La Chine ancienne

129 130 135 139

.. . . . . . . . . . . .

.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ............................................................................................................................................... .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. ......................................................................................................................... .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

...........................................................................................................................

.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ................................

.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

.............................................................................................................................

.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ..............................................................................................................................

ALORS, LES PLANTES, VIERGES OU PUTAINS ?

.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

143


8


AVANT-PROPOS

Tulipes.  The Temple of Flora, Robert Thornton, 1807.

Aujourd’hui, la sexualité des plantes nous paraît aussi naturelle que celle des animaux. Pourtant, elle a été niée par les botanistes depuis la naissance de leur discipline dans l’Antiquité, jusqu’à la fin du xviie siècle. Pendant ces deux millénaires, on considérait les végétaux comme des êtres vierges qui n’avaient pas besoin de sexe pour procréer. La reproduction sexuée des plantes a donc dû être découverte et démontrée avant d’être pleinement admise. Et ce, après de nombreux débats et conflits auxquels ont pris part les hommes de science, mais aussi, nous le verrons, les instances ecclésiastiques. L’ambition de cet ouvrage est d’abord de s’interroger, puis de tenter d’apporter un éclairage sur cette épopée historique et scientifique. Je me suis posé deux questions essentielles lors de l’écriture de ce livre : pourquoi la virginité des plantes a-t-elle été décrétée et théorisée depuis l’Antiquité ? Comment la science a-t-elle finalement découvert la réalité de leur sexualité ? Lors de mes recherches, l’importance des liens existant entre la pensée des savants et les croyances d’ordre religieux et culturel de leur temps s’est montrée incontournable. Il convenait alors de s’intéresser non seulement au développement des idées scientifiques, mais aussi à la symbolique. Celle liée aux plantes et plus spécifiquement aux fleurs opère un balancement constant entre les deux extrêmes du spectre de la sexualité : de la pureté virginale à la luxure. Le travail présenté ici pourrait être résumé à l’exploration


10

d’un paradoxe. D’un côté, la science comme la religion ont refusé toute sexualité aux plantes durant des siècles. Pendant le même temps, la fleur n’a cessé de rappeler aux êtres humains sa nature sexuelle, se faisant symbole de fertilité, d’amour, de plaisir et de sexe. Avant de se concentrer sur le cœur historique de mon propos, le premier chapitre s’applique à expliquer la sexualité végétale et présente les méthodes de reproduction des végétaux, des mousses aux plantes à fleurs. Ce texte est pensé comme une base de connaissances qui permettra au lecteur peu familier du sujet de mieux appréhender les problèmes posés aux botanistes au cours de l’histoire. Par exemple, il est intéressant de savoir comment se déroule la fécondation des fleurs avant de découvrir les tâtonnements, hypothèses et expériences des chercheurs qui ont tenté d’élucider ce mystère. Le deuxième chapitre aborde les débuts de la science botanique européenne dans l’Antiquité grecque et romaine ainsi que l’influence des préconceptions religieuses et culturelles sur la pensée des philosophes. Nous verrons comment les mythes ont véhiculé l’idée d’une virginité du monde végétal avant d’explorer la seconde face de la symbolique des plantes, fortement liée à la sexualité, à la fertilité et même à la luxure. Cet univers peuplé de symboles prend toute la place au Moyen âge et fait l’objet du troisième chapitre. À cette

Flore, Bacchus et Cérès. Jasper van der Laanen, premier quart du xviie siècle.


Avant-propos

Dioscoride décrivant la mandragore.  Ernest Boar, 1909.

11

période, la botanique s’endort, mais les fleurs vont continuer à jouer un rôle ambivalent dans la pensée humaine, oscillant sans cesse entre signes de chasteté et d’érotisme. Puis, la recherche scientifique refait son apparition à l’époque moderne, traitée dans le quatrième chapitre. La question biologique du sexe des plantes revient sur le devant de la scène pour être étudiée et débattue. Enfin, la première preuve d’une reproduction sexuée est apportée à la fin du xviie siècle, mais ne sera pas admise d’emblée. Le débat continue au cinquième chapitre, dévolu à l’époque contemporaine, durant laquelle toutes les grandes questions concernant la fécondation des plantes à fleurs et sans fleur seront résolues. Cette recherche se termine par un coup d’œil en direction des civilisations orientales, afin de décentrer le propos de son ancrage occidental. Une modeste incursion dans les modes de pensée d’autres cultures apporte un point de réflexion supplémentaire à cette histoire sexuelle des plantes.


12


CHAPITRE I

PANORAMA DE LA SEXUALITÉ VÉGÉTALE

TECHNIQUES ASEXUELLES

Mousse Splachnum luteum.

Les plantes n’ont pas toujours recours à la sexualité pour se reproduire. Des techniques asexuelles leur permettent de faire naître de nouveaux individus. Cependant, ils ne seront que des copies de l’original, des clones. Parmi ces méthodes, on trouve le bouturage, couramment employé par les jardiniers comme par la nature. Un morceau de la plante mère plantée en terre permet d’en faire pousser une nouvelle. Ce système est courant chez les succulentes et les hépatiques. La ronce emploie le marcottage pour se disséminer sur de larges surfaces. Il suffit qu’une tige touche le sol pour que des racines se forment et donnent naissance à un nouveau plant. Les rhizomes sont les tiges souterraines des fougères et des iris qui se propagent et sur lesquels poussent de jeunes plants. Les bulbes produisent des bulbilles qui disperseront une descendance de clones. Ces techniques, simples et efficaces, sont largement utilisées dans le monde végétal. Mais produire des clones a ses limites et peut devenir dangereux pour la survie d’une espèce. Si les conditions du milieu demeurent inchangées, la plante ne rencontre aucun problème et continue à se


14

reproduire. Mais la nature est changeante et le climat, la Mousse. qualité des sols ou la pression des prédateurs peuvent se modifier à tout moment. Imaginons un végétal dont toute la population est composée de clones. Si une période de sécheresse survient et que ces plantes y sont sensibles, elles seront toutes éliminées. En revanche, si les végétaux sont génétiquement différents, certains seront susceptibles de disposer des armes nécessaires pour lutter contre le manque d’eau. Ils survivront et transmettront cette qualité à leurs descendants, bien adaptés aux nouvelles conditions de l’environnement. La sexualité permet de recombiner sans cesse les gènes des individus en les créant uniques en leur genre. Le sexe crée donc la diversité qui permettra à l’espèce de s’adapter en cas de changement des conditions du milieu.


Panorama de la sexualité végétale

15

MOUSSES, HÉPATIQUES ET FOUGÈRES Apparues il y a 400 millions d’années, les mousses et les hépatiques ont été les premières plantes à s’affranchir de la mer pour conquérir la terre ferme. Comme les fougères, elles partagent un ancêtre commun avec les algues et l’élément liquide reste indispensable à leur reproduction. Ces végétaux font partie de l’un des deux embranchements du règne végétal, celui des cryptogames, terme qui signifie « mariage caché ». Bien qu’elles n’exhibent pas leurs organes reproducteurs aux yeux de tous comme les plantes à fleurs, leur vie sexuelle n’en est pas moins active. Prenons une mousse ou une hépatique accrochée à un mur de pierre

le cycle de reproduction des mousses et des hépatiques

Fécondation

Oosphère Archégones  (organes femelles)

Anthéridies (organes mâles)

Sporophyte mature

Spores

Gamétophyte en cours de développement Proronéma


LES PLANTES ONT-ELLES UN SEXE ? La question ne se pose plus aujourd’hui, mais jusqu’à la fin du xviiie siècle, la sexualité des plantes a fait l’objet de nombreuses controverses entre hommes de sciences et hommes d’Église ; il a fallu en faire la découverte, démontrer sa réalité et surtout la faire admettre ! Et ce n’est qu’en 1694 que Rudolf Jakob Camerarius apporte pour la première fois la preuve d’une relation fécondante entre fleurs mâles et fleurs femelles. C’est cette grande épopée historique

et scientifique que Fleur Daugey nous raconte avec brio, l’histoire de cette découverte tardive, les débats houleux qu’elle a suscités, mais aussi la symbolique ambiguë des plantes depuis l’Antiquité, dans un livre joliment illustré. Fleur Daugey est passionnée de nature et de biologie. Éthologue, elle a participé à de nombreux projets de conservation de la nature partout dans le monde. Elle est aujourd’hui journaliste pour la presse naturaliste et scientifique, et auteure.

ISBN  : 978-2-84138-741-0

,!7IC8E1-diheba! PRIX TTC FRANCE  : 22

Extrait Les plantes ont-elles un sexe - Éditions ULMER  
Extrait Les plantes ont-elles un sexe - Éditions ULMER  

C'est une grande épopée historique et scientifique que Fleur Daugey nous raconte avec brio, l'histoire d'une découverte tardive, les nombreu...