Page 1

P. dietz / E.-G. schneider

Le serpent des blés est le serpent de terrarium le plus populaire. c’est le « reptile de compagnie » idéal, même pour les débutants.

P. d i e t z , E . - G . s c h n e i d e r

Serpent

des blés

h L’origine, l’anatomie

et le comportement h Le choix et l’aménagement

du terrarium

h La reproduction h L’élevage des jeunes h Les principales mutations (avec

de nombreuses photos originales)

e guide a été validé C et actualisé par La Ferme Tropicale. 978-2-84138-693-2

,!7IC8E1-digjdc! PRIX TTC FRANCE : 14,95 e

Couverture Serpent_VBAT.indd 1-3

Ter r ari o

pour le nourrir

Serpent des blés

h Les soins à apporter, notamment

24/04/14 16:40



PETRA DIETZ ET EVA-GRIT SCHNEIDER

Serpent des blés


hhSommaire Avant-propos....................................................................... 7

hSERPENTS DES BLÉS ET SERPENTS-RATIERS Son histoire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9 Sa systématique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9 Son habitat naturel. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9 Son comportement. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 Comment le serpent des blés se déplace-t-il ?.10 Pourquoi serpent « des blés » . . . . . . . . . . . . . . . 11

hL’ANATOMIE DU SERPENT DES BLÉS Le corps. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le crâne. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La peau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les écailles. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La mue. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La coloration. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les organes internes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les organes des sens . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

13 13 13 13 14 15 15 16

hACHETER UN SERPENT Le serpent des blés en captivité. . . . . . . . . . . . . Bien réfléchir avant !. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Vérifier avant d’acheter. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Où acheter un serpent des blés?. . . . . . . . . . . . . Le prix d'achat . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le transport et l’acclimatation. . . . . . . . . . . . . .

19 19 23 25 27 28

hLE TERRARIUM Choisir et entretenir le terrarium. . . . . . . . . . . La quarantaine. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La technique est un gain de temps. . . . . . . . . . L’hibernation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Pendant les vacances. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

31 39 40 40 41


hL’ALIMENTATION Ingestion et digestion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Nourrir son serpent. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Proies vivantes ou mortes ?. . . . . . . . . . . . . . . . . Les problèmes de nourrissage . . . . . . . . . . . . . . Pour mettre le serpent en appétit. . . . . . . . . . . Les vomissements. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le gavage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’élevage des proies. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

43 43 47 47 48 48 48 49

hLES MALADIES Les difficultés de ponte. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La mue difficile. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les mycoses. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les blessures cutanées. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La constipation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les parasites . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

53 53 54 54 55 55

hLA REPRODUCTION Ce qu’il faut savoir. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’accouplement. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La gestation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’incubation et l’éclosion des œufs . . . . . . . . . . L’élevage des jeunes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

59 60 60 61 64

hLES DIFFÉRENTES ESPÈCES Le serpent des blés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67 Le serpent-ratier des grandes plaines. . . . . . . 67 Le serpent-ratier de Slowinski. . . . . . . . . . . . . . 67

hLES VARIATIONS COLORÉES Une question de pigments. . . . . . . . . . . . . . . . . . La coloration sauvage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le groupe amélanique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le groupe anérythristique . . . . . . . . . . . . . . . . . Le groupe axanthistique . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

69 69 69 69 69

Index.....................................................................................86


6


7

hh Introduction

Le serpent des blés est un animal fascinant et l’un des serpents de terrarium les plus populaires et les plus faciles à élever. Originaire d’Amérique du Nord, le serpent des blés ou élaphe est un « reptile de compagnie » idéal, même pour les débutants. D’un point de vue légal, ces reptiles constricteurs inoffensifs et même doux sont considérés comme des animaux de compagnie. Leur achat et leur détention ne sont donc pas soumis à autant de contraintes que dans le cas des serpents venimeux ou de grande taille comme certains pythons. Vous aurez l’embarras du choix, car il existe maintenant de nombreuses variantes aux couleurs séduisantes et aux motifs merveilleux. À vous de voir si vous préférez un beau ‘Snow’ de couleur claire ou un ‘Okeetee’ de couleur sauvage. Les serpents des blés vivent dans le sud-est des États-Unis. Outre le serpent des blés (Pantherophis guttattus), on compte deux autres espèces anciennement classées dans la même lignée : le serpent-ratier des grandes plaines (Pantherophis emoryi) et le serpent-ratier de Slowinski (Pantherophis slowinskii). Quelle que soit l’espèce ou la variante choisie, nous devons être conscients de nos responsabilités et proposer à ces serpents crépusculaires et nocturnes des conditions de vie correspondant à leurs besoins. Tout candidat à la détention d’un serpent des blés doit savoir que même ces animaux peu exigeants nécessitent de l’attention. Il faut aussi se poser la question de leur alimentation : manipuler des souris vivantes ou mêmes mortes n’est pas du goût de tout le monde. Beaucoup d’amateurs de serpents se heurtent à l’incompréhension de leurs proches, qui réagissent souvent avec dégoût à ce loisir « inhabituel ». Les passionnés ne comprennent pas ce rejet que provoquent leurs beaux animaux, qui sont pour eux des créatures gracieuses à la peau soyeuse et colorée. Contrairement à l’idée reçue, la peau des serpents n’est pas visqueuse, mais sèche et à la même température que l’air ambiant, sans parler de la beauté de leurs couleurs, particulièrement chez le serpent des blés. Beaucoup d’amateurs sont si passionnés par cette couleuvre nord-américaine qu’ils ne cessent d’acheter de nouveaux exemplaires ou de les reproduire. Nous conseillons aux débutants de s’informer et de rechercher des avis d’experts. Ce guide vous aidera à mieux comprendre les besoins et le comportement de vos serpents.

˙ Un superbe spectacle  : la phase ‘Snow’.

˙ Peau luisante, couleurs somptueuses  : les serpents des blés sont des serpents fascinants.


h Serpents

des blés et serpents-ratiers xxxx À l’état naturel, le serpent des blés vit au sud-est des ÉtatsUnis et au nord-est du Mexique, dans les régions arides comme dans des zones plus humides. Son nom américain est « cornsnake », car son ventre tacheté rappelle un épi de maïs.


ÔSerpents des blés et serpents-ratiers

Le genre Pantherophis Classe : Reptiles Ordre : Reptiles à écailles véritables (Squamates) Super-famille : Couleuvres et apparentés (Xenophidia) Famille : Couleuvres (Colubridés) Sous-famille : Couleuvres véritables (Colubrinés) Genre : Serpents-ratiers nordaméricains (Pantherophis) Espèces : Serpent des blés (Pantherophis guttatus) Serpent-ratier des Grandes Plaines (Pantherophis emoryi) Serpent-ratier de Slowinski (Pantherophis slowinskii)

Son histoire LLL Il y a bien longtemps, les serpents avaient des pattes. Mais c’était il y a plusieurs millions d’années. Leur évolution a pris un autre cap et les pattes sont devenues un handicap. La science nous apprend en effet que les serpents sont issus de reptiles tétrapodes, mais on ignore encore si ce processus s’est déroulé sur la terre ferme ou dans l’eau. On ne sait pas non plus quand précisément ces reptiles ont perdu leurs pattes, car leurs os et leurs vertèbres fragiles laissent peu de fossiles. On suppose que les premiers serpents existaient déjà au Crétacé (il y a environ 140 millions d’années) et peutêtre même au Jurassique (entre 150 et 200 millions d’années). La famille des Colubridés s’est depuis très diversifiée ; avec 300 genres et 1 800 espèces, c’est la plus grande famille de serpents.

Sa systématique LLL Le serpent des blés (Pantherophis guttatus) fait partie de la classe des reptiles et de la famille des couleuvres (Colubridés). Il n’y a pas actuellement plus de sousespèces reconnues, mais il existe deux autres espèces apparentées : Pantherophis emoryi et Pantherophis slowinskii.

Son habitat naturel LLL L’aire de répartition de ces trois espèces s’étend le long des côtes est et sud des États-Unis et dans le nord-est du Mexique. Elles préfèrent les régions sèches, mais on les trouve aussi dans des zones plus humides. Elles s’établissent dans les marécages, les terrains rocheux ainsi que dans les pinèdes et les forêts feuillues. On les trouve aussi près de l’homme et elles aiment s’installer dans les granges et les écuries. Quand elles ne chassent pas, elles se retirent dans des cachettes au niveau du sol, par exemple dans des terriers de lapin. Mais elles fréquentent aussi les sous-bois, les tas de feuilles ou les pierriers. Ces animaux « à sang froid » ont besoin pour s’activer de la chaleur du soleil, qu’ils recherchent entre autres sur les surfaces asphaltées, surtout le soir. Pas vraiment l’endroit le plus calme : de nombreux serpents des blés se font ainsi hélas écraser. Le serpent de blés est à la fois chasseur et proie. Plus l’animal est jeune et petit, plus il risque de se faire dévorer. Pour les rapaces et les petits carnivores, les serpents des blés sont un morceau de choix.

9


10

Son comportement LLL

Ô Le serpent des blés se déplace par reptation.

Les serpents sont des animaux « à sang froid » (poïkilothermes) : ils sont incapables de réguler eux-mêmes leur température corporelle. Leur métabolisme est donc dépendant de la température extérieure et ils ont besoin de chaleur pour s’activer. Quand il fait trop chaud, ils se réfugient à l’ombre pour se rafraîchir. En effet, les reptiles ne transpirent pas. En hiver, quand il fait trop froid, les serpents des blés hibernent dans un abri. Ils ne bougent presque plus, leur métabolisme fonctionne au ralenti et ils n’ont plus besoin de se nourrir. Mais la léthargie hivernale peut être dangereuse, car les serpents sont alors des proies faciles. En captivité, il n’est pas indispensable de déclencher l’hibernation, mais un élevage respectueux des besoins des animaux doit suivre leurs rythmes naturels (voir p. 42), en particulier si on souhaite qu’ils se reproduisent. En effet, ce repos de 2 ou 3 mois stimule la production de spermatozoïdes. Quatre semaines environ après la fin de l’hibernation, mâles et femelles sont prêts à s’accoupler.

Comment le serpent des blés de déplace-t-il ? Si vous pensez que tous les serpents « serpentent », vous vous trompez. Ils peuvent ramper en ondulant latéralement, en accordéon ou à la manière des chenilles. Le serpent des blés avance grâce à des vagues de contractions musculaires. Il peut ainsi atteindre une allure rapide, surtout en cas de fuite. C’est grâce à leur appareil locomoteur développé que les serpents donnent l’impression de glisser sans effort. On peut même affirmer qu’ils « courent » avec leurs côtes. L’animal s’en sert pour prendre appui sur le sol et se soulever. L’observateur a l’impression que le serpent glisse sur le sol. Mais si on place l’animal sur une surface lisse, par exemple une vitre, il n’avance qu’avec peine, car il ne parvient pas à s’appuyer sur une surface dépourvue d’irrégularités. Pour grimper, le serpent se déplace à la manière d’un soufflet d’accordéon. Le corps s’allonge et se contracte en alternance. Quand il s’allonge, le serpent accroche ses écailles ventrales à la moindre irrégularité, un peu comme


ÔSerpents des blés et serpents-ratiers

des crampons. Puis il tire à lui la partie libre du corps. Cela fonctionne sans effort vers le haut comme vers le bas. Le système circulatoire du serpent des blés est conçu de telle façon que le sang n’afflue pas à la tête quand il se tient tête en bas, garantissant l’irrigation harmonieuse de son corps. i Quand le serpent est « de mauvais poil » Normalement, le serpent des blés est très doux. Mais même un sujet habituellement pacifique peut se montrer agressif s’il se sent menacé. Il montre sa « mauvaise humeur » en relevant l’avant du corps en S, crachant, faisant vibrer sa queue et tentant de mordre.

Pourquoi serpent « des blés » ? LLL Autrefois, on pensait que le nom de ce serpent avait un rapport avec son goût pour les souris et les rats. En effet, on l’aperçoit souvent près des champs de blé où il chasse les rongeurs. On sait maintenant qu’il doit son nom à l’aspect tacheté de son ventre, qui rappelle un épi de maïs (dans son nom anglais corn– snake, le mot corn signifiant « maïs »). Le mot « maïs » aurait été mal traduit…

11

H La face ventrale de la phase ‘Miami sauvage’ présente le motif en damier typique de l’espèce.


P. dietz / E.-G. schneider

Le serpent des blés est le serpent de terrarium le plus populaire. c’est le « reptile de compagnie » idéal, même pour les débutants.

P. d i e t z , E . - G . s c h n e i d e r

Serpent

des blés

h L’origine, l’anatomie

et le comportement h Le choix et l’aménagement

du terrarium

h La reproduction h L’élevage des jeunes h Les principales mutations (avec

de nombreuses photos originales)

e guide a été validé C et actualisé par La Ferme Tropicale. 978-2-84138-693-2

,!7IC8E1-digjdc! PRIX TTC FRANCE : 14,95 e

Couverture Serpent_VBAT.indd 1-3

Ter r ari o

pour le nourrir

Serpent des blés

h Les soins à apporter, notamment

24/04/14 16:40


Millions discover their favorite reads on issuu every month.

Give your content the digital home it deserves. Get it to any device in seconds.