Page 1

fau x- t it r e

des vagues de GRAMINÉES entre les vivaces

Pensthorpe Waterfowl trust, Millenium Garden, Fakenham, Norfolk, grande-bretagne Altlorenscheurerhof, jardin Privé, Luxembourg Hummelo, jardin personnel, Pays-Bas concepteur : Piet Oudolf

Piet Oudolf intègre les graminées en grandes nappes dans ses vastes plantations de plantes vivaces, n’hésitant pas à répéter les plus attrayantes, à la fois pour rythmer l’ensemble et pour accentuer l’effet naturel. Ici, la seslérie d’automne (Sesleria autumnalis) ponctue les masses d’astilbes (Astilbe x taquetii ‘Vision in Pink’) et donne un effet différent des masses plus vaporeuses de canche cespiteuse (Deschampsia caespitosa).

30

Piet Oudolf, célèbre paysagiste hollandais, porte sur ses larges épaules la responsabilité d’avoir popularisé les graminées dans les jardins. Bien sûr, d’autres paysagistes et spécialistes de plantes ont prôné leur usage bien avant lui, mais ses plantations ont marqué les esprits par leur ampleur et leur audace. Il s’inspire de la nature, de la manière dont les plantes poussent à l’état spontané, mais au lieu d’essayer de copier le plus fidèlement possible les associations végétales, il en restitue une version stylisée, à mi-chemin entre les fameux herbaceous borders * et les prairies fleuries. Ses plantations se vivent en trois dimensions : on ne se contente pas de les observer de face comme un tableau, mais on s’y promène pour mieux en percevoir toutes les subtilités et les nuances. Les graminées sont traitées comme les autres plantes : en bandes plus ou moins larges et longues, serpentant entre les fleurs. Comme Piet met un point d’honneur à utiliser des plantes qui restent belles après leur floraison, une fois sèches, nombre de graminées conviennent à ces sélections et contribuent à rendre les plantations intéressantes longtemps, jusqu’au cœur de l’hiver.

* Plates-bandes herbacées « à l’anglaise », constituées de plantes vivaces ou annuelles, mais dépourvues d’arbustes.

31


d es vag u e s de g r aminé e s e nt re le s v ivac e s

La canche cespiteuse (Deschampsia caespitosa) forme de belles nappes dorées dès le milieu de l’été, constituée de centaines de fines hampes terminées d’épis très lâches et vaporeux. Son feuillage dense et d’un vert très foncé forme un véritable gazon qui persiste bien en hiver. Les grandes masses installées ici de part et d’autre du chemin s’illuminent sous le soleil de fin d’après-midi. Il est donc judicieux de les placer vers l’ouest pour en profiter au mieux.

32

à droite :

Vagues de fleurs et vagues de graminées alternent de manière irrégulière pour constituer une « prairie stylisée », mais néanmoins d’allure assez naturelle. Du premier plan à l’arrière, on peut y reconnaître : Persicaria amplexicaulis ‘Firedance’ aux épis rouges, Lythrum virgatum (aux épis lâches de petites fleurs roses), la canche cespiteuse (Deschampsia caespitosa), l’astilbe ‘Vision in Pink’ aux épis roses bien réguliers, le sédum ‘Madronna’ encore blanchâtre et tout au fond, les gros bouquets rose sombre des grandes eupatoires (Eupatorium purpureum).

33


fau x- t it r e

jeux d’herbe Bury Court, Berkshire, grande-bretagne concepteur : Christopher Bradley Hole

Ci-dessus : Calamagrostis

x acutiflora ‘Karl Foerster’, une des herbes emblématiques de ce jardin, utilisée ici en masses.

à droite : En

regardant vers la ferme historique, les diverses graminées réparties dans des carrés et séparés par des allées de gravillons forment une composition mouvante et changeant constamment.

72

Bury Court était bien connu des amateurs de plantes pour la pépinière de plantes vivaces Green Farm Nursery qui existait là jusqu’à il y a peu. La cour intérieure de cette vieille ferme du xvie siècle, située à une soixantaine de kilomètres au Sud-Est de Londres, est aussi connue pour héberger le premier jardin de Piet Oudolf en Angleterre. Mais pour aménager son jardin privé, à l’arrière de la bâtisse, vers la campagne, John Coke a fait appel à Christopher Bradley Hole, un architecte de formation qui est devenu paysagiste par passion. Les deux hommes sont, à l’instar de Piet, des passionnés de graminées, et ce nouveau jardin aujourd’hui à peine âgé de 10 ans est déjà une icône du jardin de graminées en Angleterre. L’espace a été structuré très simplement, par une série de carrés de 4 m x 4 m, délimités par une bordure nette au niveau du sol ou légèrement surélevée. Au centre, un bassin noir reflète les plantes des alentours, et un « abri », à la fois massif et léger, permet de s’installer sous un toit sans se sentir enfermé. De cet emplacement privilégié, on peut se tourner dans toutes les directions et observer le simple jeu des graminées entre elles ou avec les autres grandes vivaces, ou les amusements du vent ou de la lumière au travers des chaumes. Une construction très contemporaine marque l’un des côtés du jardin et s’adosse admirablement à la vieille ferme historique. Elle est bordée d’un « champ » de graminées aussi osé que très spectaculaire…

73


jeu x d ’h e r b e

S 1

5 1

4 2

5 3

Graminées :

1. Molinia caerula arundinacea ‘Sky Racer’ 2. Miscanthus sinensis ‘Little Kitten’ 3. Molinia caerula 4. Miscanthus ‘Rotsilber’ 5. Miscanthus ‘Silperspinne’

74

Au premier regard, la plantation d’un carré peut sembler très éclectique et sans lien, mais les graminées sont choisies pour leurs formes et leurs hauteurs variées afin de constituer dans chaque espace une composition différente. La cohérence de l’ensemble du jardin est assurée par la répétition des espèces dans plusieurs carrés. à droite :

Au long du bâtiment moderne au bardage de chêne, une seule espèce, Calamagrostis x acutiflora ‘Karl Foerster’ compose les carrés. Sur la terrasse, des grands pots carrés eux aussi accueillent des graminées ligneuses, des bambous cespiteux, Fargesia rufa. Sur la gauche, on aperçoit les hampes d’une pimprenelle géante (Sanguisorba tenuifolia).

75


i n spi rat io n

en POT Z Z Z

Elles n’ont pas les couleurs vives des pélargoniums ni la multitude de fleurs des pétunias cascade, mais les graminées réussissent parfaitement en pot et composent alors des décors agréables longtemps et réclamant peu de soins. En choisissant des espèces peu exigeantes en eau, on simplifie également l’entretien des pots plantés de graminées.

Z

Groupés par deux, les pots encadrent un sentier et composent une symétrie. Deux touffes de cheveux d’ange (Stipa tenuissima) aux coloris clairs contrastent bien dans les pots noirs. Ne pas oublier de lester le fond des pots aussi verticaux pour qu’ils restent stables.

Z

Effet chaleureux avec une impératoire (Imperata cylindrica ‘Red Baron’) dans de grands pots carrés du même rouge. Nec plus ultra : la résine du pot est aussi translucide que les feuilles de la graminée… [Conception : Kristof swinnen].

Z

Autre accord majeur : Pennisetum orientale ‘Karley Rose’ dans des grands pots cubiques, de l’autre côté de la terrassse. Cette espèce résiste bien à la sécheresse. [Conception : Kristof swinnen].

Z

Z

Les carex bronze (Carex testacea) ont une couleur cuivrée curieuse mais très attrayante, surtout lorsqu’on joue avec cette teinte en installant les plantes dans des pots métalliques. Un groupe de trois compose un rythme intéressant, surtout s’il est repris plus loin (par les transats et une autre série de pots). [Conception : Anthony Paul].

142

à gauche : Sur une terrasse plantée de plusieurs arbustes et plantes vivaces, l’un des bacs est occupé par un pennisétum qui forme un beau coussin de feuillage vert émeraude avant d’être coiffé d’une multitude d’épis argentés en automne. à droite : Cette autre vue de la même terrasse montre d’autres touffes utilisées pour encadrer le banc.

143


graminées

rép ertoir e de g r aminé e s

Arundo donax ‘Variegatus’

Anemanthele lessoniana

Sorte de « roseau » géant (2 à 3 m), aux larges feuilles bordées d’une bande crème puis blanche. Souche rustique à - 15 °C. Mieux vaut couper les chaumes chaque année en avril pour obtenir un nouveau feuillage lumineux. Tous sols pas trop secs.

Espèce néo-zélandaise réputée pour ses épis et son feuillage cuivrés dès le milieu de l’été. Forme une touffe de 1 m de haut et de large en 2-3 ans, aux feuilles très souples, même une fois sèches en hiver. Sols riches, mais drainés. Gèle entre - 8 °C et - 10 °C.

Calamagrostis brachytricha L’« herbe aux diamants » forme vite de belles touffes d’herbe drue qui produisent des épis à 1 m de haut environ, remarquables pour leur teinte argentée qui joue beaucoup avec la rosée automnale et la lumière. Sols riches et frais, mais drainés. Très rustique.

Carex elata ‘Bowle’s Golden’

Carex flagellifera

Remarquable pour sa teinte jaune très lumineuse au début du printemps (jusqu’en juin). Il se plaît le pied dans l’eau où il forme des touffes non envahissantes. De 1 m de haut et de large en 3-4 ans. Soleil ou mi-ombre et ne craint pas le froid.

C. comans et C. testacea sont similaires pour leur teinte cuivrée, curieuse au premier abord, mais indispensables ensuite. Hauts de 30 cm à 50 cm, ils vivent 3 à 5 ans, puis disparaissent après s’être généralement ressemés. Sol frais, mais drainé. Gèle à - 15 °C.

Calamagrostis x acutiflora ‘Karl Foerster’

Chasmanthium latifolium

Toujours droite, la plante produit ses épis plumeux dès juillet, et ils sèchent et restent parfaitement rigides jusqu’à la fin de l’hiver (probablement parce que stériles, ils ne sont pas alourdis par des graines). Tous sols non gorgés d’eau. Ne craint pas le gel.

Superbe au printemps grâce à ses feuilles larges qui jouent avec la lumière, il devient spectaculaire en été et automne avec ses gros épis en forme de cœur. Préfère la mi-ombre, sol frais mais drainé, ne craint pas le froid.

(= Uniola latifolia)

Cortaderia selloana

156

« Gynérium » ou « herbe des pampas » formant une touffe de feuilles souples (mais coupantes) de 1 m à 1,20 m de haut et large et des grands plumets atteignant 2 m de hauteur sur des plantes installées depuis plusieurs années. Sols ordinaires, gèle à - 15 °C.

157

Extrait Les plus beaux jardins de graminées - Éditions Ulmer  

Beaucoup pensaient, il y a vingt ans, que la vogue pour les graminées serait passagère, juste un phénomène de mode. Non seulement, le « phén...