Page 1

20

21

Légumes Tomate, pomme de terre, aubergine (Solanacées) - alternariose de la tomate et cul noir de la tomate . . . . . . . . . . . . . 22 - mildiou des Solanacées. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24 - doryphore. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26 Choux, navet, radis (Brassicacées) - altise des crucifères. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28 - larves défoliatrices des crucifères. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30 - mouche du chou. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32 Courgette, concombre, cornichon, potiron (Cucurbitacées) - cladosporiose des Cucurbitacées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34 - oïdium des Cucurbitacées. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36 Ail, oignon, poireau (Alliacées) - mildiou de l’oignon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38 - pourriture blanche ou sclérotinose. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40 - rouille des Alliacées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42 - mouche mineuse du poireau et de l’oignon. . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44 - teigne du poireau. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46 Salades (Astéracées) - vers des racines de salades. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48 - mildiou des salades . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50 - sclérotiniose des salades. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52 Carotte (Apiacées) - mouche de la carotte. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54


Tomate, pomme de terre, aubergine (Solanacées)

22 LÉGUMES

Alternariose et cul noir de la tomate

1

L’alternariose est une maladie assez grave due à un champignon, tandis que le symptôme du cul noir de la tomate provient d’un accident physiologique. Il compromet la qualité de la récolte, mais est sans danger pour la culture. Ces deux types de tache noire sont souvent confondus sur le terrain, donnant lieu à des traitements injustifiés et inefficaces.

Détection Les deux maladies causent une tache noire délimitée sur la tomate, mais l’alternariose 2 débute au niveau du pédoncule (haut du fruit), alors que le cul noir 1, 3 se situe à l’opposé. L’alternariose se déclenche au printemps en période douce et humide ou après les rosées, puis prospère avec les pluies fines

d’été. Elle provoque des taches brunes sur les folioles 4, les tiges 5 et les fruits, mêmes verts. Parfois un halo jaunâtre et des motifs concentriques apparaissent autour de la tache. En fin de développement, le feuillage se dessèche et les fruits pourrissent. D’autres légumes de la famille des solanacées y sont sensibles : aubergine, piment, poivron, pomme de terre.

Le cul noir ou nécrose apicale n’atteint que la tomate. Il provient d’une carence en calcium associée à un arrosage irrégulier : manque d’eau entre deux irrigations éloignées, apport trop important à la fois provoquant des micro-asphyxies racinaires.

Confusions possibles Mildiou (voir p. 24).

4 Alternariose sur folioles de tomate.

Lutte Méthodes curatives : dans les deux cas, supprimez les tomates malades dès l’apparition des symptômes. S’il s’agit de cul noir, c’est la seule chose à faire. S’il s’agit d’alternariose, appliquez un fongicide de contact (mancozèbe), un produit pénétrant (azoxystrobine) ou systémique (difénoconazole). Il faut avoir enlevé tous les fruits

2 Alternariose de la tomate

3 Cul noir de la tomate.

proches de la maturité pour respecter le délai d’emploi avant récolte. Si, par temps frais et pluvieux, des risques de mildiou sont à craindre en plus de l’alternariose, pulvérisez uniquement une bouillie bordelaise. Méthodes préventives : contre l’alternariose, j’effectue toujours une rotation des cultures de 3 ans minimum. Ensuite, je cultive des variétés peu sensibles : tomate cerise, ‘Cœur

5 Alternariose sur tige de tomate. de Bœuf ’, hybrides F1 comme Carmello (très gros fruits fermes, résistants à l’éclatement, très appréciés pour farcir). Contre le cul noir, incorporez une fumure organique de fond. Amendez les sols acides avec un produit calcique (lithothamne, dolomie, chaux vive magnésienne). Paillez les pieds de tomate dès la plantation, puis arrosez une fois par semaine à l’eau tempérée.

23


Tomate, pomme de terre, aubergine (Solanacées)

24 LÉGUMES

Mildiou des Solanacées Le mildiou est l’une des maladies les plus graves de la tomate et de la pomme de terre. Il provoqua une famine en Irlande de 1845 à 1849, entraînant la mort de plus d’un million d’Irlandais et l’émigration d’autant de personnes en Amérique. Très rarement, il peut contaminer l’aubergine. Les étés frais et pluvieux le favorisent. En cas de forte pression, les variétés sensibles sont anéanties en quelques jours. Face à ce risque important, les méthodes préventives sont indispensables.

Détection Le mildiou est une maladie à foyer qui dessine souvent un rond dans une parcelle 1. Il se développe sur les feuilles 2, les jeunes pousses et les tiges 3. Les petites taches, d’abord jaunes et translucides,

brunissent et s’étendent très rapidement. Elles s’entourent d’une auréole claire ou d’un fin bourrelet de moisissure blanche si l’humidité est importante. Les fruits ne mûrissent pas. Sur pomme de terre, les tubercules récoltés présentent des plages jaunâtres

1 Foyer de mildiou à Phytophthora infestans sur pomme de terre.

2 Mildiou sur feuille de tomate.

3 Mildiou sur tige de tomate.

4 Mildiou de la pomme de

5 Pied noir de la tomate à Dydimella. Ne le confondez pas avec le mildiou.

terre en coupe (var. Pompadour).

Supprimez le plant atteint. Traitez les pieds voisins avec un fongicide à base de mancozèbe.

Lutte

et de tomate qui sont les hôtes primaires de la maladie (par ex. variétés sensibles de pomme de terre comme ‘Vitelotte’). Cultivez des tomates peu sensibles ou tolérantes. Par exemple, les hybrides F1 Bali, Carmello, Fandango, Ferline, Maestria, Previa ou Sixtina. Ils résistent mieux que les variétés traditionnelles telles que Beefsteak, Marmande et Saint-Pierre. N’arrosez

ou brunes après une coupe transversale 4. Ils pourrissent en cours de conservation.

CONFUSIONS POSSIBLES Alternariose (voir p. 22), cul noir de la tomate (voir p. 22), pied noir de la tomate à Didymella 5.

Méthodes curatives : supprimez les tomates malades dès l’apparition des premiers symptômes pour éviter toute dissémination de la maladie. Méthodes préventives : effectuez une rotation des cultures sur 3 ans au minimum. Supprimez impérativement les repousses de pomme de terre

jamais le feuillage, car l’infection est facilitée par l’humectation des feuilles. À l’annonce d’un épisode pluvieux, je traite mes tomates et pomme de terre avec une bouillie bordelaise. Il est également possible d’opter pour un traitement chimique : mancozèbe seul ou mélange mancozèbe + cymoxanil. Le mancozèbe prévient le pied noir de la tomate.

25


Tomate, pomme de terre, aubergine (Solanacées)

26 LÉGUMES

Doryphore Originaire d’Amérique, le doryphore est arrivé en France en 1922. Cet insecte diurne est courant l’été dans les parcelles de pomme de terre. Il infeste également l’aubergine avec voracité. Certaines années, le doryphore impacte l’abondance de la récolte. Une surveillance et une détection précoce sont nécessaires pour raisonner les traitements.

Détection Les larves et les adultes de doryphore dévorent les feuilles. Ils peuvent également ronger les tubercules de pomme de terre récoltés ou délaissés sur le terrain 1. Les premières morsures sont provoquées en avrilmai par les adultes hivernants,

mais passent souvent inaperçues car les insectes s’alimentent d’abord sur les repousses de pomme de terre. En culture, il est important de détecter les pontes. Recherchez des œufs de forme allongée et jaunâtres, déposés par paquets de 30 à 40, dressés à la face inférieure des feuilles. Après l’éclosion, les

larves 2 effectuent leur cycle en 15-20 jours et se métamorphosent en adulte 3. L’insecte connaît jusqu’à trois générations par an. L’adulte hiverne sous terre.

CONFUSIONS POSSIBLES Morsures de limaces ou de chenilles.

3 Doryphore adulte sur pomme de terre.

Lutte Méthodes curatives : en cas de faible infestation, collectez et détruisez mécaniquement les doryphores. Face à une attaque plus importante, je vous recommande d’attendre que la larve soit de la grosseur d’un grain de blé pour déclencher le traitement insecticide. C’est

1 Doryphores de la pomme de terre.

2 Larves de doryphore de la pomme de terre.

à ce stade que l’efficacité est la meilleure. Pulvérisez un produit de contact, soit biologique à base de roténone, soit chimique à base d’alphaméthrine, cyperméthrine, deltaméthrine ou esfenvalérate. Méthodes préventives : effectuez une rotation des cultures de 3 ans minimum. Supprimez impérativement les repousses

de pomme de terre dans les parcelles et à proximité des tas de compost. Dans les jardins diversifiés et conduits en bio, les coccinelles mangent les œufs des doryphores, tandis que les étourneaux, les corneilles et les merles s’en prennent aux larves et adultes. Mais cette régulation naturelle n’est suffisante qu’en cas de faible infestation.

27


28

Choux, navet, radis (Brassicacées)

légumes

Altise des crucifères Presque insignifiant, ce petit coléoptère sauteur est très néfaste lorsqu’il pullule en colonie. Il provoque une multitude de trous sur les semis récemment levés et peut détruire les plantules. La vigilance est indispensable sur les légumes sensibles.

Détection Tous les légumes de la famille des crucifères (Brassicacées) — choux, navet, radis 1, cresson de fontaine, roquette, rutabaga — sont exposés aux altises, surtout en début de culture lorsque la chaleur et la sécheresse sont persistantes. La moutarde cultivée comme engrais vert est également sujette aux attaques, mais son

potentiel de levée important est rarement compromis. Il existe plusieurs espèces d’altises, de tailles différentes (2,5 à 4 mm), aux élytres brillants bleu métallique 2, noirs ou rayés de bandes longitudinales jaunes 3, mais toutes perforent les feuilles. Les morsures s’observent à partir d’avril-mai 4. Des larves peuvent être retrouvées dans les trognons de chou et les nervures foliaires. Elles mesurent 5 à 6 mm, sont blanc jaunâtre, sauf la tête qui est noire. La présence de champs

filet anti-insectes à mailles très fines (insect-proof). Une autre méthode intéressante consiste à semer les variétés très sensibles de choux et radis au début du printemps, avant l’augmentation des températures. Puis,

en période de risque, arrosez régulièrement les cultures. En complément, désherbez les Brassicacées sauvages (capselle bourse-à-pasteur, cardamine, ravenelle, sanve) pour limiter les risques d’infestation.

de colza, de moutarde et de Brassicacées sauvages dans l’environnement du potager favorise les infestations. En période pluvieuse ou froide, les altises adultes restent cachées sous le feuillage ou dans le sol. En automne-hiver, les larves minent le collet, puis la tige et progressent vers le bourgeon terminal des choux.

Confusions possibles Petites limaces, chenilles.

Lutte Méthodes curatives : si la prévention est insuffisante, traitez lorsque 3 pieds sur 10 au moins sont attaqués. Appliquez un produit de contact à base d’alphaméthrine, de cyperméthrine ou de deltaméthrine. Pour améliorer l’efficacité du traitement, ajoutez un mouillant à la bouillie insecticide. Méthodes préventives : les altises sont naturellement parasitées par plusieurs hyménoptères, nématodes et mycoses par temps humide. Mais lorsque la sécheresse

1 Dégâts d'altise des crucifères sur radis.

s’installe, les auxiliaires sont insuffisants pour réguler les populations à un niveau acceptable. Par conséquent, je vous recommande de couvrir les cultures dès le semis avec un mini-tunnel recouvert d’un

2 Grosse altise.

3 Petite altise des crucifères.

4 Morsures foliaires d'altise des crucifères.

29

Extrait Les 50 plaies du jardinier - Éditions Ulmer  

Ce livre se propose d'identifier et de résoudre les principaux problèmes (maladies, ravageurs, carences) rencontrés par le jardinier, ceux q...