Page 1

v LA

MAISON ET LES DÉPENDANCES

Les espaces au pied des murs et des bâtiments ont été bien sûr les premiers plantés et aménagés, en particulier la grille bleue autour de la cour d’honneur festonnée depuis le début par des rosiers grimpants. Les murs composés en alternance de briques et de pierres donnent tout son caractère à cet endroit. Cet assemblage, typique de la région, établit un rythme que l’on retrouve aussi dans les plates-bandes par des plantes elles aussi disposées à intervalles réguliers, comme les rythmes d’une mélodie. Elles servent de base et autour d’elles s’articulent d’autres plantes, plus petites, plus tapissantes, qui vont varier la composition au fil des saisons. Cette partie du jardin est aussi la plus habitée, avec des remises, des terrasses, des passages et des garages, que nous avons restaurés ou imaginés à partir des maigres vestiges de la propriété. C’est le jardin des couleurs douces : des roses tendres et du blanc, blanc des fleurs ou des feuillages qui s’harmonise si bien avec les reflets rosés des briques ou la craie des murs.

CI-CONTRE

À l’arrière du Château, trois bouleaux noirs (Betula nigra) répètent la forme du clocher voisin et constituent ainsi une transition entre le construit et le planté.

10


12

v LA MAISON ET LES DÉPENDANCES

13


La petite remise qui fait office d’accueil est coiffée d’un rosier liane (‘Toby Tristan’) et agrémentée d’un vieux génévrier rajeuni par une taille “en nuages”.

CI-CONTRE

Dès l’entrée du jardin, le ton est donné : vous trouverez ici de nombreuses formes taillées, mélangeant allègrement les plus classiques aux plus fantaisistes (buis, genévrier, lavandes, etc.). DOUBLE-PAGE PRÉCÉDENTE

Juste avant d’entrer dans le jardin, il faut passer sous une arche de cerisiers japonais (Prunus ‘Shirofugen’).

14

v LA MAISON ET LES DÉPENDANCES

15


La rose anglaise ‘Graham Thomas’ est l’une des plus jolies (et des plus répandues). Les fleurs pâlissent un peu en vieillissant et se teintent parfois d’un peu de rose.

Geranium psilostemon est l’un des plus florifères. Il s’épanouit durant juillet et août et ses fleurs magenta relevées d’un œil noir se marient bien au jaune des rosiers.

CI-CONTRE

Vue vers l’église, entre les rosiers ‘Graham Thomas’, les “roses anglaises” préférées de mon mari. Elles sont épaulées par un chalef panaché (Elaeagnus pungens ‘Goldrim’) taillé en boule.

16

v LA MAISON ET LES DÉPENDANCES

17


Le muret ceinturant la cour d’honneur sert de toile de fond à une bordure d’hostas alternant avec des Geranium macrorrhizum et des Epimedium. Sur les grilles, le rosier rose ‘Mme Zephirine Drouhin’ et le blanc ‘Ghislaine de Féligonde’.

CI-CONTRE

Coup d’œil vers le puits au travers de buis en boules, cônes et cubes. J’aime la manière dont leur stature contraste avec les feuilles élancées des iris.

20

v LA MAISON ET LES DÉPENDANCES

21

Extrait Les jardins de Maizicourt - Éditions Ulmer  

Profondément ancrés dans la campagne picarde, les jardins de Maizicourt reflètent les influences anglaises, espagnoles, italiennes de ses pr...

Extrait Les jardins de Maizicourt - Éditions Ulmer  

Profondément ancrés dans la campagne picarde, les jardins de Maizicourt reflètent les influences anglaises, espagnoles, italiennes de ses pr...