Issuu on Google+

GIOVANNI DEL PONTE

`

LA SORCIERE DE DARK FALLS

LES INVISIBLES

TOME 2


Giovanni Del Ponte

LES INVISIBLES La sorcière de Dark Falls


Pour Albert, Giulia et Alessandro, Annika, Lucrezio, Costanza et Maria Sole, Ale et pour tous les autres petits-cousins et enfants, dans l’ordre de naissance.


Personnages Douglas, 12 ans Ce garçon, gauche et un peu grassouillet, n’est pas très courageux. Mais il a un cœur d’or. Bourré d’humour, il est capable de reparties sarcastiques. Sa mère est morte quand il était petit et il vit avec son père, que son travail conduit à se déplacer souvent de ville en ville. Douglas, qui n’a jamais le temps de se faire des amis, est donc un garçon assez solitaire. Le plus intéressant, c’est qu’il est un « portail » : il est doté d’un pouvoir qui lui permet involontairement d’ouvrir des brèches entre les dimensions temporelles et spatiales, ou entre la vie et la mort. Crystal, 12 ans C’est elle, le chef de la bande. Elle est très mûre pour son âge, un vrai garçon manqué qui n’hésite pas à foncer tête baissée dans la bagarre. Orpheline, elle a été élevée par sa grand-mère, Susan (une ancienne Invisible), qui lui a appris à exercer son propre pouvoir : la télépathie, c’està-dire le fait de percevoir les émotions et les pensées des personnes, proches ou à distance. Peter, 12 ans Timide et « binoclard », il n’a pas de pouvoirs, comme Douglas et Crystal, mais il est doué d’une grande intelligence intuitive. Ses parents sont sévères et l’obligent à s’habiller de façon classique et stricte, à s’exprimer de manière châtiée. À cause de cela, il est la cible des moqueries des autres jeunes de Misty Bay.


Kendred Halloway, dit oncle Ken. Comme la grand-mère de Crystal, il est un membre des anciens Invisibles. Très généreux, rêveur, il est marié à Hettie. Il a fondé et dirige la bibliothèque de Misty Bay. Tante Hettie, épouse de l’oncle Ken. Corpulente et expansive, excellente cuisinière, elle est moins bécasse qu’elle ne le semble. Maryann était la sorcière de Dark Falls au xviiie siècle. Algernon Finch, le héros local, la captura une nuit au sommet du rocher qui porte encore aujourd’hui son nom : le Rocher de la Sorcière. Maryann tomba alors du haut de ce rocher au fond d’un ravin et disparut dans les eaux du torrent qui, depuis, sont devenues noires. C’est ainsi que la petite ville changea son nom de Shine Falls (cascades claires) en Dark Falls (cascades sombres). Mais Maryann a-t-elle vraiment disparu ? Algernon Finch est le héros de Dark Falls qui captura la sorcière Maryann. Il paya cher son geste car Jonathan, son fils unique et adoré, tomba avec elle dans le ravin où mourut Maryann. Sa statue trône devant la mairie. Jonathan Finch, fils d’Algernon, jeune homme pur et généreux, perdit la vie en partageant le sort tragique de la sorcière.


Prologue

Le ciel est si bas, si sombre, qu’il semble peser de tout son poids sur les sapins des plus hauts sommets. Des nuages lourds, menaçant de crever en pluie. Des éclairs. L’orage n’est pas très loin. Le garçon court. Les yeux exorbités, le cœur battant, les poumons en feu. Il court. Pourvu qu’il arrive à temps  ! Pourvu qu’il parvienne à s’opposer au destin ! Il escalade le flanc de la montagne, parmi des arbres séculaires. Il n’est pas fatigué. Il est fort, ce garçon. Un costaud. Rien ne peut l’arrêter, car c’est pour sauver sa peau qu’il court. Il atteint le rocher. Enfin ! Trop tard ! Il pleure. Il crie au vent son désespoir. Mais c’est inutile. Rien ne changera. Car jamais rien ne change. Quelqu’un derrière lui, quelqu’un que l’on ne distingue pas. Mais le garçon, lui, l’aperçoit. Et ses yeux, ses yeux éperdus ont dans le regard un mépris où brille un ultime défi. Le garçon parle, et ses paroles sont balayées par le vent. Puis une question surgit de nulle part. – Où est-il ? Le garçon répond :

9


– Je ne te le dirai pas. Tue-moi si tu veux ! Des mains invisibles, implacables, le saisissent. Mais il n’y a nulle peur dans ses yeux. Plus maintenant. Même lorsqu’il se sent acculé au bord du précipice. Et qu’il tombe dans le vide. Encore. Et encore. Et encore. Et…


Première partie Dark Falls


1 Une lettre de Crystal

Douglas serrait dans sa main l’un de ses goûters préférés, mais il n’avait aucune envie de le manger. Il aurait eu de quoi s’en féliciter car, ces derniers mois, il n’avait pas eu face au grignotage un comportement aussi ferme et résolu. Depuis sa bouleversante aventure à Misty Bay1 en compagnie de Peter et de Crystal, il n’avait pas cessé de remplir son sac à dos de petits en-cas, biscuits, pommes chips ou autre. Après cette brève et exaltante parenthèse d’un été, au cours de laquelle il s’était fait deux nouveaux amis (à vrai dire, ses deux seuls amis), avait risqué sa vie, combattu un authentique sorcier, rencontré une bande d’ados fantômes… il était retombé dans son monotone train-train quotidien. Douglas a douze ans et, après les vacances, il était retourné à l’école. Mais, comme bien d’autres fois, il avait encore dû déménager et changer d’établissement. Car son père, qui était responsable d’une chaîne d’hypermarchés, devait souvent se déplacer d’une ville à une autre. Douglas était obligé de le suivre. C’était cela sa vie, du moins depuis que sa mère était morte, c’est-à-dire aussi loin que remontaient ses souvenirs. 1. Toutes les allusions à Misty Bay renvoient à Les Invisibles, tome I, Le Secret de Misty Bay, du même auteur, dans la même collection.

13


Son père ne semblait pas se rendre compte du désagrément auquel il soumettait son fils. De son côté, Douglas avait depuis longtemps appris à lui fournir des réponses qui le tranquillisaient : « Ne t’en fais pas pour moi, papa. Tout va bien, je me suis déjà fait des amis… » Mais, malheureusement, le changement d’école était chaque fois la cause de situations très désagréables. Par exemple, il y avait la phase que Douglas appelait « l’attente du Beau Gosse », c’est-à-dire l’agitation qui s’emparait des filles dès qu’elles avaient vent de l’arrivée d’un nouveau, de sexe masculin. Mais les transes étaient immanquablement attiédies par l’« effet Bouboule » sitôt qu’il mettait le pied dans la classe. Parfois, en plus des noms d’oiseaux sur son aspect physique, ses camarades le charriaient sur son manque d’aptitudes pour les jeux d’équipe, qu’ils appréciaient, eux, terriblement. C’est précisément pour cette raison qu’il se trouvait aujourd’hui accroché comme un sac de pommes de terre à la hampe du drapeau de l’école. Suspendu à un mètre du sol, il serrait dans sa main un de ses goûters préférés et se disait qu’il pouvait parfaitement s’en passer. Et ça, c’était plutôt bien. «  Il est toujours utile de reconnaître le côté positif de toute situation si on veut aller de l’avant », s’était-il entendu dire par le grand-père d’un copain. Sur le moment, cela lui avait paru un de ces insupportables lieux communs que les adultes vous jettent comme des perles de sagesse. D’ailleurs, le petit-fils en question, qui essayait d’attraper au vol des flocons de neige pour les conserver au réfrigérateur, lui avait semblé un peu zinzin. Si ça se trouve, cette idée était aussi une perle du grand-père. Mais avec le temps il avait eu l’occasion de repenser à ce conseil et même d’en pénétrer le sens caché. C’était

14


maintenant une de ses formules préférées de réconfort personnel : toujours trouver l’aspect positif des choses. Il fourra le goûter dans la poche arrière de son short de gymnastique. La corde qui le tenait suspendu passait sous ses aisselles et commençait à lui faire mal. Il osa enfin s’adresser à son persécuteur. – Euh… Hé, Kurt ! Son camarade ne semblait pas l’entendre et continuait à rigoler avec les autres – Hé, Kurt, appela-t-il plus fort. Kurt ! Hé, Kurt ! Cette fois, son bourreau l’entendit, car il s’approcha d’un air ennuyé et lui donna une poussée, le faisant osciller d’avant en arrière. – Espèce de pou, vilain tas de graisse ! lui lança Kurt. Tu ne comprends pas que si je t’ai accroché là, à la place du drapeau, c’est pour ton bien ? Douglas se mordit la langue pour ne pas répondre par une vanne. Car ce qu’il voulait à tout prix éviter, c’était que son costaud de camarade, d’un an plus âgé, le meilleur joueur de l’équipe de football, se rende compte qu’il faisait de l’ironie. Il essaya donc simplement de ne rien dire. – Eh, gros lard, tu me coupes la parole quand je parle à mes potes et ensuite tu ne me réponds même pas ? Je te le répète pour la dernière fois : si je t’ai suspendu en guise de drapeau, c’est-pour-ton-bien, compris ? – Euh… Je pensais que… enfin, si tu es d’accord… tu pourrais me faire descendre, non ? Du reste, il n’y a pas un poil de vent ! Le garçon fit comme s’il n’avait rien entendu et expliqua patiemment : – Écoute, je t’ai accroché ici pour que tu serves au moins à quelque chose  : de drapeau pour l’école, par exemple. Parce que si tu n’es pas le drapeau, alors c’est toi le fichu

15


footballeur à la gomme qui m’a fait perdre cette magnifique partie. Et j’ai bien envie de t’écraser comme une noix. Je me suis bien fait comprendre ? Même énoncé à la façon tarabiscotée de Kurt, le message était clair. – Ah ben, maintenant ça y est, j’ai pigé  ! répondit Douglas. – Bon ! Alors, ça ne te dérange pas si je te laisse accroché, pas vrai ? – Non, non ! Je ne suis pas si mal que ça ici, après tout ! – Parfait, conclut Kurt en lui donnant une autre poussée avant de rejoindre ses amis, qui hurlaient de rire. Douglas se sentait couvert de honte de la tête aux pieds. Non, vraiment, Douglas n’avait pas d’appétit. Et même, pour être plus précis, il avait une énorme envie de pleurer. Mais s’il s’était laissé aller, il n’aurait jamais plus connu une minute de paix dans cette école. L’aventure de Misty Bay, il s’en rendait bien compte, ne l’avait pas beaucoup changé. Le courage n’avait jamais été son fort, mais après ce qui lui était arrivé, il avait espéré qu’il lui en serait resté un brin. Au lieu de cela, il était suspendu à la hampe du drapeau. Avec effort, il avait donc ravalé ses larmes. Peut-être que le courage dont il avait fait preuve à Misty Bay ne faisait pas partie de sa véritable nature. Peut-être que s’il s’était aussi bien comporté à ce moment-là, c’était juste pour faire le beau devant Crystal. Si elle avait pu le voir, en ce moment… – Attention, le prof arrive, chuchota soudain un type de la bande de Kurt. Douglas les vit piquer une course vers le fond du terrain de football. « Ouf, c’est fini ! » pensa Douglas en poussant un soupir de soulagement. Le professeur s’arrêta à sa hauteur.

16


– Douglas Macleod, lui dit-il d’un ton sévère, tout en le détachant, je peux savoir pourquoi tu te fourres toujours dans des situations pas possibles ? Douglas n’en croyait pas ses oreilles. Comment ça des « situations pas possibles » ? Il s’en serait bien passé, lui, de ces « situations pas possibles »… Il avait beau se cacher, ils lui mettaient toujours le grappin dessus. Il essaya de se justifier, mais l’enseignant lui coupa la parole. – Et ne viens pas me dire qu’ils en ont après toi parce que tu n’es pas doué pour le sport ou que tu n’as pas les qualités physiques, enfin les excuses habituelles. En effet, Douglas avait bien eu dans l’idée de lui sortir des excuses de ce genre. Il essaya d’en avancer une autre, mais le prof ne lui en laissa pas l’occasion. – Tu sais la vérité, Douglas ? Douglas attendit, au cas où le prof aurait une idée de génie. – La vérité, c’est que tu ne participes pas, voilà ! Non, cette explication ne lui plaisait pas du tout. – Je t’ai observé pendant les entraînements, insista l’enseignant, en achevant de le libérer. Tu es rondouillard, soit, mais quand tu le veux tu cours comme un lièvre. Alors, pourquoi ne le fais-tu pas ? Parce que tu ne participes pas, parce que tu ne prends pas la situation en main. Voilà pourquoi ! Douglas esquissa un geste pour tâter son goûter, dans sa poche arrière. Mais il se retint et fit semblant de rajuster son tee-shirt. L’enseignant le regarda en hochant la tête. – File, maintenant. Profite de la récréation. Et tiens-toi au large de Kurt et de sa bande. Douglas se dirigea, tête basse, vers le vestiaire, les yeux brouillés de larmes. Il aurait pu terminer la récréation avec ses camarades, essayer de nouer quelques liens d’amitié. En

17


fait, il n’était là que depuis deux semaines et il restait encore trois mois de cours avant la fin de l’année scolaire. Il aurait le temps de se faire de nouveaux copains. Il entra dans le vestiaire, mais le traversa sans s’y arrêter, et enfila le couloir qui menait vers la sortie de l’école. Un instant plus tard, il se retrouva dans une rue de Boston inondée de soleil, libre comme l’air. Presque libre comme l’air car, en fait, il séchait son cours et cela risquait de ne pas être du goût de son père. – Rien à fiche  ! déclara-t-il à voix haute, effrayant une dame chargée de paquets qui revenait de faire ses courses. Lorsqu’il arriva à l’immeuble luxueux dans lequel son père avait loué un appartement, il était environ trois heures et demie. Le cours allait bientôt prendre fin et personne ne s’apercevrait de son absence. Il prit l’ascenseur jusqu’au dixième étage. Il alla droit à sa chambre et se laissa tomber, exténué, sur son lit. Il demeura un instant à contempler le plafond sur lequel il avait fixé des autocollants fluorescents représentant les constellations. Il aimait les observer dans le noir avant de s’endormir, mais ils s’étaient déjà presque tous décollés. Il saisit distraitement deux de ses BD préférées sur la pile posée sur sa table de nuit, et se demandait « Spider Man ou les X-Men ? » quand son attention fut attirée par une feuille de papier à demi enfouie sous les magazines. C’était un mail de Crystal. Il datait d’environ deux semaines, mais il ne lui avait pas encore répondu. Il était tout aussi indécis alors qu’en ce moment. Il se rendit compte qu’indécision était le mot qui collait parfaitement à son état d’esprit du moment. Il relut le mail pour la énième fois.

18


« Salut, Doug, comment ça va ? Ici, à Misty Bay, tout est okay. La vie chez ton oncle et ta tante idem, même s’ils sont parfois un peu trop protecteurs avec moi à mon goût. L’école est toujours aussi barbante et mes copines me cassent les pieds avec leurs caquetages assommants. Elles me rendent folle. Heureusement, il y a Peter et je peux me confier à lui. Tu sais que nous finissons toujours par parler de toi ? Eh oui, et aussi de l’aventure de l’été dernier, et d’Angus Scrimm et des Invisibles, naturellement. Parce que, depuis, qu’est-ce qu’on s’embête  ! Alors, j’ai pensé que pour les vacances de Pâques tu pourrais me rejoindre chez ton oncle et ta tante Halloway, dans leur maison du Massachusetts, à Dark Falls. Nous y sommes allés pour les fêtes de Noël et ton oncle Ken m’a dit que tu n’y étais jamais venu. C’est très chouette, surtout le grand vieux chalet qui appartient à tante Hettie depuis des générations. La petite ville n’est guère différente des autres patelins américains. Mais le petit plus qu’elle a, c’est la légende… » Douglas tapota son oreiller contre le dosseret du lit pour être plus confortable  : la partie la plus importante de la lettre arrivait. « Tu es prêt ? Alors, accroche-toi et continue ta lecture. La légende parle d’une certaine Maryann, qui aurait vécu au xviiie  siècle, dans les forêts qui coiffent Dark Falls. En réalité, on pense qu’il s’agissait d’une sorcière qui pratiquait des sacrifices de jeunes filles en l’honneur du diable. Fort heureusement, elle tomba sur un type, Algernon Finch, devenu un héros du folklore local, qui l’affronta et parvint à la vaincre, en la précipitant du haut d’un rocher, appelé depuis Rocher de la Sorcière. Aujourd’hui encore, quiconque s’approche de cette roche peut entendre les hurlements et le fracas de cette mort tragique. » Douglas frissonna malgré lui. Quiconque lui aurait conté cette histoire à dormir debout aurait récolté un bel éclat de

19


rire. Mais comme c’était Crystal qui lui en parlait, il ne trouvait rien d’amusant là-dedans. Crystal et ses pouvoirs ! Le pire était à venir car la lettre continuait ainsi : « Doug, tu sais déjà ce que je vais te dire, je pense. J’en arrive donc tout de suite au fait : j’ai l’intention de faire ma petite enquête. Et là, tes pouvoirs de “portail” pourraient être utiles. Pourquoi pas ? Peter, toi et moi, nous faisons un super-trio, il me semble. Alors, dis-moi ce que j’ai très envie d’entendre : on a de nouveau besoin de nous, on a besoin des Invisibles ! » La lettre s’achevait par les saluts habituels. Douglas la posa sur le couvre-lit. Ses pouvoirs de « portail »… Depuis l’aventure de Misty Bay, ils ne s’étaient plus manifestés, et il n’avait plus eu de contacts avec la bande des enfants fantômes dont il avait, avec Crystal et Peter, emprunté le nom… Les Invisibles. De temps en temps, il suivait leurs hauts faits dans des articles de Robert Kershaw, publiés dans des revues d’enquêtes policières. Douglas sourit en repensant au journaliste qui avait été à leurs côtés pour découvrir le mystère des Invisibles, et qui parcourait encore l’Amérique en tous sens, à la recherche des lieux où s’était manifestée la bande des jeunes justiciers fantômes. En ce moment, cela ne l’intéressait guère et il s’en trouvait très bien. Plus de réveils angoissés en pleine nuit, et fini les rêves éprouvants, les yeux grands ouverts. La vie normale d’un jeune ado américain de douze ans, en somme. Et il n’était pas certain de vouloir renoncer à cette existence. « Renoncer à cette existence, réfléchit-il. Mais à quelle existence ? » À ses sachets de biscuits ? Aux camarades de classe parmi lesquels il ne comptait pas un seul ami et qui le tyrannisaient ? À un père qui n’était jamais là et qui, lorsqu’il rentrait le soir à la maison, rapportait encore du travail à terminer ?

20


Entendant claquer la porte d’entrée, il fit rapidement disparaître le goûter dans un tiroir de la commode. Se glissant devant son bureau, il ouvrit au hasard un livre de classe. – Douglas, tu es là ? C’était son père. On avait dû le prévenir que Douglas avait séché son cours et il était rentré plus tôt que d’habitude. – Oui, je suis là ! répondit Douglas, sur un ton apparemment dégagé. Son père, un homme de grande taille, d’allure juvénile, vêtu d’un impeccable costume bleu foncé, s’encadra dans la porte. Il semblait en rogne, mais quand il vit son fils, il soupira, fit quelques pas et s’assit sur le lit. – Alors, Douglas, qu’est-ce qu’il s’est encore passé, cette fois ? Le garçon se sentit blessé par l’entrée en matière de son père, mais il fallait bien admettre qu’il y avait un fond de vérité dans la question : Qu’est-ce qu’il s’était encore passé, cette fois ? À ce moment précis, il s’aperçut que rien n’allait depuis quelque temps, ni à l’école ni à la maison. À peu près depuis qu’il avait appris le nouveau déménagement pour Boston. – Ben, quoi ? Je suis rentré à la maison, dit Douglas sans se retourner, pour ne pas regarder son père en face. – Ça, je le vois bien. Mais pourquoi ? – Parce que je ne voulais plus rester à l’école. – Pourquoi ? – J’ai décidé de rentrer, voilà tout. – Douglas, on ne va pas y passer la nuit ! – J’en ai marre. Mes camarades sont des crétins. – Mais tu n’es dans cette école que depuis deux semaines à peine, vous ne vous connaissez pas encore. Et puis, il n’est pas possible que ce soient tous des crétins.

21


– Je te dis que oui. – Je sais bien que tous ces déménagements te perturbent, que le fait de changer souvent d’école te pose des problèmes. Mais c’est à cause de mon travail. Nous avons eu ce genre de discussion mille fois et… « Eh oui, nous avons parlé mille fois, pensa Douglas, et peut-être mille et une fois, et mille deux fois, mille trois fois… » Il aurait pu continuer à compter indéfiniment, mais cela n’aurait eu aucun sens. Il se borna donc à répondre : – Cette fois, c’est différent. – Différent ? Différent en quoi ? – Parce que cette fois, j’en ai ras le bol ! Le message parvint enfin à son père. Douglas n’en pouvait vraiment plus, c’était là le nœud de l’affaire. Il soupira, puis dit : – Douglas, regarde-moi. J’ai dit : re-gar-de-moi ! martelat-il. Le garçon releva la tête. – Douglas, que puis-je faire  ? Je dois sans cesse me déplacer pour mon travail, je ne peux pas faire autrement. – Tu pourrais demander un autre emploi. Un jour, tu m’as dit que tu le ferais. Cette fois, ce fut son père qui détourna le regard. – C’est vrai, Douglas. Je l’ai dit, un jour… Mais le fait est que… Il chercha ses mots, mais comment faire comprendre à son fils, déjà orphelin de mère, à quel point ce travail était important pour lui et le mal qu’il avait eu à obtenir cet emploi qui lui convenait parfaitement. William Macleod aimait son fils. Mais il avait vu trop d’amis et de collègues s’étioler autour de lui, des frustrés, leur enthousiasme éteint par un travail qui ne les passionnait pas. Il ne voulait pas vivre cela. Mais que répondre à un fils de douze ans qui appelle à l’aide ?

22


En réalité, il y avait bien une solution. Depuis quelques mois, il cherchait le bon moment pour la lui proposer. – Douglas, il faut pourtant que tu ailles en classe et moi… je ne peux pas renoncer à mon travail. Pourquoi ne pas faire chacun la moitié du chemin ? Le garçon le regarda : « Il va m’avoir, je suis sûr qu’il va m’avoir ! » – Un de mes amis, poursuivit son père, se trouve plus ou moins dans la même situation. Je veux dire : sa fille et lui se trouvent dans la même situation que nous. Il m’a montré le dépliant d’un institut très réputé, à la campagne, dans le Maine, près d’un très beau lac. Cela s’appelle Doom Rock. Sa fille Sharon y est inscrite et… – Tu veux me mettre en pension ? s’exclama Douglas, incrédule. Tu veux te débarrasser de moi, c’est ça ? Tu n’en as rien à fiche de moi, pas vrai ? Son père se leva et vint s’asseoir auprès de lui : – Douglas, ne dis pas de bêtises. Nous pourrions nous voir tous les week-ends ou alors presque tous les week-ends. Et aussi aux vacances… Mais le garçon, les yeux pleins de larmes, ne l’écoutait plus. – Tu as déjà pris des renseignements. Tu veux juste te libérer de moi, c’est ça ? Je ne suis qu’un fardeau pour toi ! William Macleod essaya de prendre la main de son fils, mais sans succès. – Mais voyons, ce serait pour ton bien, Douglas. Son père ne savait pas qu’il avait utilisé les mêmes mots que Kurt, quand il l’avait accroché à la hampe du drapeau. – Qu’est-ce que tu crois ? Je vois bien combien tu souffres de laisser tes amis dès que tu arrives à t’en faire des nouveaux, d’être obligé de prendre des cours de rattrapage pour te mettre au niveau des nouveaux programmes. Écoute, essayons, au moins. Essayons seulement. Si ça ne

23


marche pas, tu reviendras vivre avec moi. Qu’est-ce que tu en penses ? Douglas était déjà sur le pas de la porte. – Qu’est-ce que tu en penses ? répéta son père. Mais la porte de la salle de bains s’était déjà refermée. Assis sur le bord de la baignoire, Douglas se tenait la tête dans ses mains. Quel cauchemar ! D’abord l’école, ensuite son père ! Il était rejeté de partout ! Que pouvait-il faire ? Que pouvait-il faire ? Quelques instants auparavant, il n’avait pas l’intention de rejoindre Crystal et Peter à Dark Falls, chez son oncle et sa tante, parce qu’il n’avait pas l’intention de se fourrer dans de nouveaux ennuis. Maintenant, cela lui semblait l’unique voie de salut : il avait besoin de se défouler, de se sentir aimé. Il avait besoin de ses amis. Oui, il allait retrouver Peter et Crystal à Dark Falls.


Les Invisibles et la sorcière de Dark Falls