Page 1

MEP_Alunni.indd 1

13/05/13 16:18


MEP_Alunni.indd 2

13/05/13 16:18


LA BALLADE DE KASSANDRE

MEP_Alunni.indd 3

13/05/13 16:18


MEP_Alunni.indd 4

13/05/13 16:18


Véronique Alunni

LA BALLADE DE KASSANDRE

Roman

MEP_Alunni.indd 5

13/05/13 16:18


Éditions Les Nouveaux Auteurs 16, rue d’Orchampt 75018 Paris www.lesnouveauxauteurs.com

ÉDITIONS PRISMA 13, rue Henri-Barbusse 92624 Gennevilliers Cedex www.editions-prisma.com

Copyright © 2013 Editions Les Nouveaux Auteurs — Prisma Média Tous droits réservés ISBN : 978-2-8195-03279

MEP_Alunni.indd 6

13/05/13 16:18


Ă€ mon mari et mes enfants. Je vous aime.

MEP_Alunni.indd 7

13/05/13 16:18


MEP_Alunni.indd 8

13/05/13 16:18


1 Bluenn venait de fêter ses vingt ans quand elle débarqua fraîche et pétillante dans la célèbre ville d’Azenor. Accompagnée de sa tendre amie Noyale, elle déambulait avec entrain dans les ruelles bruyantes et encombrées de la cité royale. Originaire du comté d’Aouergwenn, une province reculée au nord de l’Archipel des Anges, Bluenn ne connaissait rien des coutumes de la chrétienté. Issue d’une famille de hautes prêtresses, elle avait grandi dans un univers baigné de magie. Le respect et le culte de la nature lui avaient été inculqués dès sa plus tendre enfance. C’était la raison pour laquelle la visite d’Azenor la fascinait autant qu’elle la choquait. Jamais, au grand jamais, personne dans son pays n’aurait eu l’audace de profaner le sanctuaire sacré des forêts pour y ériger une ville, aussi belle fût-elle. Ce voyage était une idée de son père, le comte Zavier d’Aouergwenn. Converti aux idées nouvelles qui prétendaient que l’homme ne pouvait trouver le salut en adorant de fausses divinités païennes, il avait souhaité que sa fille l’accompagnât afin de la soustraire à l’influence néfaste de sa femme. À peine arrivés en ville, il s’était excusé auprès de Bluenn prétextant un rendez-vous d’affaires de la plus haute importance. Depuis deux jours bientôt, il n’était pas 9

MEP_Alunni.indd 9

13/05/13 16:18


réapparu. Tout à sa joie de découvrir les fastes de la cité, elle n’avait pas pris la peine de s’inquiéter de cette absence prolongée. À dire vrai, le célèbre tournoi des chevaliers de l’Archipel, qui devait débuter dans moins d’une heure maintenant, était devenu sa seule préoccupation. Avec une impatience non dissimulée, elle trépignait devant une échoppe à la devanture attrayante à l’intérieur de laquelle sa chère Noyale s’approvisionnait en friandises et autres spécialités de la région. Gracieuse jusque dans sa manière de remplir leur panier de victuailles, sa fidèle dame de compagnie avait immédiatement séduit le boutiquier et sa bande de commis. Bluenn soupira. Le charme de son amie était indéniable ! L’éclat de ses grands yeux bleus, associé à la blondeur insolente de ses cheveux étaient un véritable guet-apens pour tous les hommes qui croisaient son chemin. Nul doute qu’elle en aurait pour un bon moment avant de parvenir à décourager ses nouveaux prétendants. — Noyale, hâtons-nous, je t’en prie ! Toute la ville est en ébullition. Nous ne trouverons jamais de places si nous ne partons pas tout de suite ! Te rends-tu compte ? Un tournoi ! Un vrai ! Comme dans les récits des bardes. Oh, comme j’ai hâte ! Penses-tu que ce soit dangereux ? — Cessez de vous agiter, Bluenn ou je n’y arriverai jamais ! répondit Noyale en riant de la hâte que mettait un tout jeune rouquin à la servir. N’ayez crainte, votre père a pris soin de nous réserver les meilleures places dans les tribunes. Et non, je ne crois pas que ce soit dangereux. Il ne s’agit que d’épreuves pacifiques ! À l’issue du tournoi, le plus courageux et le plus habile des chevaliers sera sacré 10

MEP_Alunni.indd 10

13/05/13 16:18


champion de l’Archipel des Anges et recevra un prix au nom du roi Stefan. — Le roi Stefan, dis-tu ? Il sera là ? questionna la jeune femme au comble de l’excitation. Je croyais qu’il défendait les frontières sud. Il est donc revenu ! — Je n’ai rien entendu de tel. Les combats en mer sont plus sanglants que jamais. Non ! C’est sa fille qui présidera le tournoi. — Oh, ma chère amie ! Je n’en puis plus. Laissons là tous tes achats, je t’en prie, et allons-y ! — Partez devant, suggéra Noyale. Je vous rejoindrai au plus vite. J’ai vu quelques galettes de son qui feront un dîner parfaitement honorable. Vous serez bien contente d’avoir quelque chose à vous mettre sous la dent quand viendra midi ! ajouta-t-elle en souriant. La jeune femme ne se le fit pas dire à deux fois. Elle embrassa rapidement sa compagne et se hâta de rejoindre la foule des curieux qui se pressait contre les barrières. Jouant des coudes, elle réussit à se faufiler jusqu’aux tribunes. Des tentures chatoyantes ornaient chacune d’elles. Admirative, Bluenn stoppa un moment sa course. Le vent faisait claquer les tissus avec grâce. Les armoiries brodées en leur centre scintillaient sous les rayons du soleil et la jeune femme ne put s’empêcher d’exprimer son admiration. L’une d’entre elles retint particulièrement son attention. Deux serpents bleus enlacés le long d’une épée semblaient la fixer de manière étrange. Intriguée, la jeune femme tenta de se rapprocher davantage. Tout à sa réflexion, elle n’aperçut pas un amas de cordes qui traînaient sur le sol. Son pied s’enroula dans l’une d’elles. Soudain déséquilibrée, elle 11

MEP_Alunni.indd 11

13/05/13 16:18


allait gravement se blesser quand un bras secourable vint la redresser fermement. — Oh là ! Belle damoiselle ! Laissez-moi vous aider ! Redressant la tête, Bluenn se retrouva nez à nez avec un jeune et séduisant chevalier. — Bien le pardon, monsieur ! Vous venez de me sauver la vie, bégaya Bluenn confuse de sa maladresse. — Me voilà le plus heureux des hommes, charmante damoiselle ! Riwall de Boscat, pour vous servir ! Puis-je connaître le nom de celle qui vient de conquérir mon cœur ? Flattée par l’ardeur du jeune homme, la jeune femme ne put s’empêcher de lui rendre son sourire. — Bluenn ! Bluenn d’Aouergwenn. Visiblement conquis, le jeune Riwall s’inclina respectueusement devant la comtesse. — Permettez-moi de vous guider ma damoiselle. Il me semble que vous cherchiez une place. — Effectivement, monsieur. Mais j’ai bien peur de m’être perdue. J’ignore parfaitement où je dois me rendre. — Laissez-moi vous expliquer ! Chaque famille siège sous ses armoiries. Il nous suffit donc de repérer les vôtres. Auriez-vous l’obligeance de me les décrire ? — Oh, mais très certainement ! répondit Bluenn soulagée. Il s’agit d’un dragon. Un dragon rouge. Riwall la regarda interloqué. — Un dragon rouge ? Vraiment ? N’est-ce pas là un symbole impie ? — Impie ? Que voulez-vous dire par là ? interrogea surprise la jeune femme. Je ne comprends pas. Le chevalier la fixait à présent d’une manière étrange. 12

MEP_Alunni.indd 12

13/05/13 16:18


Mal à l’aise, Bluenn détourna les yeux. Mais Riwall se reprit. — Je devine que vous venez de très loin, damoiselle et vous êtes, de toute évidence, ignorante de nos lois. Quant à moi, je ne suis qu’un sot de vous questionner de la sorte. Venez, je sais où se trouve votre place. Je suis passé devant tout à l’heure. D’un air engageant, il tendit son bras à Bluenn. Elle hésita un moment puis lui rendit son sourire et accepta de se laisser guider. Riwall était un adorable compagnon. Tout en se dirigeant vers les armoiries de l’Aouergwenn, il s’appliquait à lui expliquer les différentes épreuves de la journée. Le tournoi commencerait par des joutes. Tout au long de la journée, les plus puissants et les plus célèbres guerriers de l’Archipel s’affronteraient au cours de rencontres arbitrées selon les lois de la chevalerie. Comme Bluenn lui demandait s’il avait déjà remporté ce tournoi, Riwall avoua un peu honteux que c’était la première fois qu’il participait aux épreuves. — Mais, si je portais vos couleurs, Bluenn, lui dit-il avec fougue, je suis sûr que nul ne pourrait me vaincre ! — Vous voilà bien présomptueux, seigneur de Boscat ! éclata de rire la jeune femme. — Ne vous moquez pas de moi, damoiselle ! Je suis tout à fait capable de remporter le tournoi et je vous le prouverai ! — Très bien, très bien, monsieur. Je vous crois. Ne vous emportez pas de la sorte ! Et laissez-moi me faire pardonner, ajouta-t-elle doucement en lui tendant un foulard de soie rouge. 13

MEP_Alunni.indd 13

13/05/13 16:18


Comme ils venaient de parvenir aux tribunes, Riwall s’inclina fièrement devant Bluenn. Sans un mot, il saisit le tissu et le serra contre son cœur. — Je vous offre ma victoire, Bluenn, lui murmura-t-il. La jeune coquette le regarda s’éloigner avec amusement. Mais comme elle allait s’installer, elle entendit derrière elle une voix grave et rocailleuse s’esclaffer. — Encore un jeune puceau prétentieux que je vais me faire la joie de renvoyer dans les jupes de sa mère ! — Je vous fais confiance pour cela, mon cousin, lui répondit une voix fourbe. Vous êtes le champion incontesté de l’Archipel. Et j’entends bien que vous le restiez ! — N’ayez crainte, Konogan ! Cette année encore, la fille du roi se fera un plaisir de me distinguer. — N’ayez aucune illusion, Gaël ! rétorqua ledit Konogan. Cette garce n’a d’yeux que pour le seigneur Erwan de Gevrog, m’a-t-on rapporté ! Mais qu’importe, elle finira par se rendre à notre cause. J’y veillerai. Scandalisée par ces propos, Bluenn fit volte-face et découvrit un homme au visage sombre et sinistre. D’une pâleur cadavérique qu’accentuait la couleur noir de jais de sa chevelure, il la dévisageait, un sourire amer sur les lèvres. — Eh bien, mon cher cousin, on dirait que vous avez heurté les oreilles de cette gente damoiselle, ironisa-t-il. Vous devriez surveiller davantage votre langage, si vous espérez convoler un jour en justes noces. Bluenn resta bouche bée devant une telle insolence. L’homme la contemplait sans la moindre pudeur. Amusé, son compagnon renchérit : — Serait-elle muette ou est-ce votre charme ténébreux, mon cher Gaël, qui lui fait perdre tous ses moyens ? 14

MEP_Alunni.indd 14

13/05/13 16:18


Cette fois, Bluenn ne cacha pas son indignation. Le petit vieillard hideux qui venait de s’adresser à elle la reluquait à son tour sans la moindre vergogne quand son âge avancé et la laideur de ses traits auraient dû lui commander de garder une juste distance à l’égard de la gente féminine. Les deux hommes s’esclaffèrent. Piquée au vif, Bluenn rétorqua : — Encore faudrait-il pour cela posséder quelques attraits propres à séduire une femme ! — Mmm, en tout cas, elle n’est pas muette, fit Konogan. — Mais elle pourrait le devenir ! siffla Gaël entre ses dents. Il porta la main à son poignard. Bluenn ne cilla pas et soutint le regard menaçant du chevalier. Fière et arrogante, elle se tenait face à lui, prête à parer le coup, ses cheveux rouges flamboyant dans la lumière du soleil. Ledit Gaël ne put s’empêcher de la trouver formidablement belle et désirable. — Puis-je connaître votre nom, jeune impudente ? questionna-t-il. — Mon nom ne vous dira rien, monsieur ! Mais il en est un que je vous engage à retenir : celui du chevalier Riwall de Boscat. — Oh ! Et j’imagine que ce preux chevalier vous a promis de remporter le tournoi en votre honneur, n’est-il pas ? — Tout juste. Le seigneur Riwall de Boscat possède toutes les qualités d’un vrai chevalier, lui. Préparez-vous à mordre la poussière, messire. Je me tiendrai au premier rang pour ne rien rater de votre chute ! Se détournant avec dédain, elle n’attendit pas la réponse du sombre cavalier et gravit les gradins majestueusement. 15

MEP_Alunni.indd 15

13/05/13 16:18


Gaël la suivait des yeux avec admiration. Konogan se moqua : — Fermez la bouche, cousin, où vous risquez de gober une mouche ! Ignorant la remarque, Gaël se dirigea vers la tribune. Bluenn fit mine de ne pas l’apercevoir. — Votre nom, ma damoiselle ? redemanda-t-il d’une voix rauque. Devant le silence de la jeune femme, il s’inclina et partit à regret rejoindre son cousin. Bluenn le regarda s’éloigner, soulagée. Les trompettes retentissaient bruyamment quand Noyale arriva enfin, les bras chargés de victuailles. Bluenn lui fit signe de la main et s’écarta pour lui laisser une place. « Que faisais-tu donc ? Le tournoi va commencer. Si tu savais… » commença la jeune femme. Elle ne put poursuivre. Dans un vacarme assourdissant, des dizaines de chevaliers s’avançaient déjà, fiers et puissants, sur leur monture arnachée pour l’occasion. Le spectacle était grandiose. Noyale et sa maîtresse ne pouvaient quitter des yeux les concurrents qui s’affrontaient avec acharnement au cours de joutes aussi violentes que spectaculaires. Soudain, Bluenn entendit clamer le nom de son cher Riwall. Pleine d’admiration, elle se leva pour mieux voir. Le chevalier de son cœur ressortit vainqueur de la première rencontre. Applaudissant à tout rompre, elle ne vit pas le regard plein de haine de Gaël qui l’observait dans l’ombre. Brûlant de jalousie, ce dernier galopa vers sa place, décidé à écraser le jeune avorton. Quand Riwall de Boscat se retrouva en piste, il était

MEP_Alunni.indd 16

13/05/13 16:18


loin de se douter des enjeux cachés qui sous-tendaient sa rencontre avec le chevalier noir. Intrépide comme le sont ceux de son âge, il ne douta pas un instant de sa victoire et ce fut en toute confiance qu’il s’élança vers son adversaire. Bien trop tard, il comprit son erreur ! Toute la foule des spectateurs se leva, horrifiée, quand Riwall chuta de sa monture. La violence du coup ne laissait que peu d’espoir quant à l’état de santé du cavalier. Bouleversée, Bluenn s’accrocha à Noyale. Les yeux embués de larmes, elle vit le comte de Gweltaz chevaucher vers elle. Sur sa lance, pendait le foulard de soie rouge. Arrogant, il le brandit vers elle ! — Il me semble que c’est à vous, damoiselle. Livide, Bluenn saisit le tissu taché de sang. — Je me réjouis par avance de votre présence au banquet de ce soir. Vous serez à coup sûr la reine du tournoi ! Trop émue pour répondre, Bluenn fit signe à Noyale de l’aider à se relever. Aussi dignement qu’elle put, elle quitta les tribunes non sans avoir auparavant jeté un regard de mépris à ce seigneur aussi cruel que cynique. Mais Gaël de Gweltaz n’était pas homme à se laisser éconduire si aisément. Il regarda la jeune femme disparaître dans la foule, en se jurant intérieurement de la retrouver par tous les moyens. Désormais obsédé par la magnifique inconnue qui avait osé lui tenir tête, ce fut avec réticence qu’il partit rejoindre son cousin Konogan. — Eh bien, cousin, j’espère que vous appréciez les joutes de ce jour ? ironisa-t-il en le voyant. — Ah ! Ah ! Ah ! Magnifique Gaël ! Magnifique ! s’esclaffa le machiavélique seigneur Konogan. Ce jeune comte de 17

MEP_Alunni.indd 17

13/05/13 16:19


Boscat n’est pas prêt de se relever, si jamais il se relève. Bien joué, mon cousin, j’ai entendu dire que ce coquin se plaisait à comploter derrière mon dos ! Voilà un ennemi de moins ! Maudits soient ces chiens de renégats qui osent s’allier contre moi ! — Vous n’avez qu’un mot à dire et je les réduirai en poussière ! — Patience, patience. Le temps n’est pas encore venu. Il faut nous assurer auparavant du soutien de mes barons. Par ailleurs, je compte élargir mon influence. J’ai conclu, il y a peu, une alliance inespérée, Gaël ! J’ai besoin de votre aide afin de la sceller. — Parlez, Konogan. Donnez-moi les noms de ceux que je dois occire, répondit le comte un sourire cruel sur les lèvres. — Non, Gaël ! Aucun sang ne coulera cette nuit. Du moins, ne coulera-t-il pas à flots… corrigea Konogan d’un air mystérieux. — Me direz-vous, à la fin, ce que vous complotez ? Konogan planta son regard dans celui de son fidèle lieutenant. — C’est le sang d’une fière pucelle qui va couler sous peu, mon cousin. — Quoi ? s’étouffa le sieur Gaël. — J’ai croisé tantôt le comte d’Aouergwenn. Le connaissez-vous ? — Jamais entendu parler ! Son nom résonne comme celui d’un barbare, soupira Gaël en feignant de s’ennuyer. Si vous me disiez plutôt où vous voulez en venir. — Vous avez tort de ne pas vous intéresser à nos provinces lointaines, mon cousin. Celle du comte regorge 18

MEP_Alunni.indd 18

13/05/13 16:19


d’or, m’a-t-on dit. Assez d’or pour finir d’acheter les misérables gueux qui hésitent encore à me rejoindre. — Eh bien, qu’attendons-nous pour nous soumettre ce maudit barbare ? s’emporta le comte de Gweltaz en tirant son épée. — Tout doux, mon cousin. Je n’ai pas besoin de votre bras dans cette affaire-là. Le comte vient librement de nous offrir son appui. Ce barbare veut se racheter aux yeux du roi Stefan et c’est pour cela qu’il s’est dirigé vers moi. Gaël s’esclaffa. — Quel idiot ! Il ne pouvait tomber plus mal ! — Évidemment, je me suis bien gardé de le détromper, sourit Konogan. Ce paysan pense que marier sa fille à un chevalier chrétien lui permettra de gagner les faveurs du roi. — Vous comptez prendre femme ? s’étonna Gaël. — Non pas moi, susurra le seigneur Konogan. Je me réserve un morceau bien plus tendre. Filomena, la fille de Stefan sera bientôt mienne, j’en fais le serment ! Par ce mariage, j’entrerai dans la famille royale et je m’emparerai du trône ! — Dans ce cas, à qui allez-vous marier la fille de ce gueux ? questionna Gaël méfiant. Konogan le prit par le bras. — Je pensais à vous, répondit-il sans détour. Gaël se dégagea vivement. — Plaisantez-vous, mon cousin ? Je ne suis pas homme à m’encombrer d’une femelle. Donnez-la donc à un de vos barons en mal d’amour ! Il en fera meilleur usage ! — L’affaire est déjà conclue, Gaël. Le comte d’Aouergwenn vous présentera sa fille au banquet de ce soir. Vous 19

MEP_Alunni.indd 19

13/05/13 16:19


l’épouserez dans trois jours, à la clôture des jeux ! ordonna Konogan sur un ton qui ne supportait pas la réplique. Habitué depuis toujours à obéir au doigt et à l’œil à son dangereux cousin, Gaël de Gweltaz s’inclina la mort dans l’âme, loin de se douter de la faveur que lui réservait le destin.

MEP_Alunni.indd 20

13/05/13 16:19

Extrait alunni  

• Au sein de l'Archipel des Anges, Bluenn d'Aouergwenn, fille de prêtresse, se voit mariée contre son gré au repoussant Gaël de Gweltaz, che...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you