Page 1


Table des matières Univers matériel Module 1

L’atome et la périodicité 1 L’atome

Module 2

Module 3

Module 4

2 4

2 La classification des atomes : le tableau périodique

20

3 Les liaisons interatomiques

35

Les transformations chimiques et nucléaires

38

1 Les réactions chimiques

40

2 Les équations chimiques

53

3 Les transformations nucléaires

66

Les ions et les solutions

70

1 Les propriétés des solutions

72

2 Les électrolytes

78

3 Les réactions chimiques en solution

92

L’électricité statique

98

1 L’électricité statique et la charge électrique

100

2 La loi de Coulomb

107

3 Le champ électrique

109

II


Module 5

Module 6

 ’électricité dynamique, le magnétisme L et l’électromagnétisme

114

1 Les circuits électriques

116

2 La loi d’Ohm

127

3 Les lois de Kirchhoff

138

4 La puissance et l’énergie électrique

145

5 Le magnétisme

149

6 Le champ magnétique autour d’un fil droit

155

7 Le champ magnétique autour d’un solénoïde

161

Les transformations d’énergie

170

1 La loi de la conservation de l’énergie

172

2 La masse et le poids

180

3 Le travail, les forces et le déplacement

184

4 L’énergie potentielle et l’énergie cinétique

191

5 Le rendement énergétique

194

6 La chaleur et la température

198

Univers vivant Module 7

Module 8

L’écologie

208 1 Les populations

210

2 Les communautés

220

3 Les écosystèmes

224

4 La gestion de la biosphère

234

La génétique

242 1 L’ADN

244

2 L’hérédité

253

3 Le clonage

263

III


Table des matières Terre et espace Module 9

Module 10

Le Soleil et l’atmosphère 1 Le flux d’énergie émis par le Soleil

280

2 L’ozone

284

3 Les conséquences de l’effet de serre

287

4 Les masses d’air et les fronts

290

5 Les systèmes atmosphériques

294

6 La circulation atmosphérique

300

7 Les ressources énergétiques de l’atmosphère

308

L’hydrosphère

312

1 Le bassin versant

Module 11

278

314

2 La salinité de l’eau de mer

322

3 La circulation océanique

326

4 L’effet gravitationnel du système Terre-Lune

329

5 Les glaciers et les banquises

332

La lithosphère

336

1 Minéral, roche et minerai

338

2 Les horizons du sol (profil)

340

3 Les cycles biogéochimiques

346

4 Les impacts environnementaux de l’activité humaine

350

5 Les biomes

353

Univers technologique Module 12

Le langage des lignes

358

1 De l’idée à l’objet

360

2 Le dessin figuratif en trois dimensions (3D)

362

3 Le dessin en projection orthogonale (à vues multiples, 2D)

367

4 Quelques procédés pour réaliser un dessin

371

IV


Module 13

L’ingénierie mécanique 1 Les mécanismes de transmission de mouvement

Module 14

Module 15

Module 16

374 376

2 Les mécanismes de transformation de mouvement

381

3 Les changements de vitesse

386

4 Les quatre fonctions mécaniques élémentaires

388

5 Les liaisons des pièces mécaniques

392

6 L’adhérence et le frottement entre les pièces assemblées

394

7 Les degrés de liberté entre des pièces assemblées

395

L’ingénierie électrique

398

1 L’origine et les types d’électricité

400

2 Les sources d’électricité

404

3 Le conducteur, l’isolant et les fils

407

4 Les résistances

408

5 Les systèmes de contrôle

412

6 Les dispositifs de protection

414

7 Les circuits électriques

416

8 Les autres composants électriques

418

L’utilisation des matériaux

420

1 De nouveaux matériaux extraordinaires

422

2 Les propriétés des matériaux

424

3 Les contraintes et les déformations subies par les matériaux

425

4 La dégradation et la protection des matériaux

426

Les procédés de fabrication

430

1 Les étapes de réalisation d’un objet technique

432

2 Le mesurage et le traçage

432

3 Le façonnage

438

V


La formation d’un orage en Saskatchewan


Module 9

Le Soleil et l’atmosphère

Le laboratoire du météorologue se trouve dehors, de l’autre côté de la fenêtre. Aristote, au 4e siècle av. J.-C., fut le premier à imaginer des causes physiques aux phénomènes météorologiques, au lieu de blâmer les dieux. Au 17e siècle, on développa des instruments pour mesurer la température, la pression atmosphérique et l’humidité. Aujourd’hui, les ordinateurs font une quantité titanesque de calculs pour aider à prédire le temps qu’il fera demain. Le présent chapitre va vous donner l’occasion de développer vos connaissances sur les phénomènes météorologiques afin que vous puissiez lire des cartes météorologiques et faire des prévisions vous-mêmes ! Vous pourrez ainsi découvrir l’influence du rayonnement solaire sur la Terre et comprendre l’importance de la couche d’ozone ainsi que l’effet de serre. 279


MODULE 9 / Le Soleil et l’atmosphère / Le flux d’énergie émis par le Soleil

1 L e flux d’énergie émis par le Soleil 1.1 L’énergie émise par le Soleil Quelle quantité d’énergie le Soleil émet-il (voir la figure 9.1) ? Pour répondre à cette question, il faut savoir que n’importe quel objet émet une quantité d’énergie sous forme de rayonnement électromagnétique, cette quantité d’énergie étant dépendante de sa température. Vous assistez à ce phénomène chaque fois que vous allumez un rond de poêle électrique. D’abord, vous sentez ce dernier chauffer, bien qu’il ne change pas de couleur, car il émet du rayonnement infrarouge. Plus sa température augmente, plus il émet du rayonnement et devient rouge. Vous-même, ayant une température corporelle de 37 °C, émettez un rayonnement qu’il est possible de détecter grâce à des lunettes spéciales à infrarouge (voir la figure 9.2).

Toute l’énergie émise par le Soleil n’atteint pas la Terre. Seule une infime partie de cette énergie, aussi appelée flux d’énergie, rejoint la Terre.

9.2  Le rayonnement infrarouge du corps humain Le corps humain, à 37 °C, émet du rayonnement infrarouge. Les zones en rouge, qui sont les plus chaudes, émettent le plus de rayonnement infrarouge. Les zones en bleu, les moins chaudes, sont celles qui en émettent le moins.

© Éditions Grand Duc

280

9.1  L’énergie solaire Le Soleil produit et dégage une quantité incroyable d’énergie. C’est pourquoi sa surface a une température d’environ 5500 °C.


MODULE 9 / Le Soleil et l’atmosphère / Le flux d’énergie émis par le Soleil

1.2 Le spectre lumineux du Soleil Le Soleil émet une énorme quantité d’énergie sous forme de rayonnements électromagnétiques. Lesquels jouent un rôle important pour la Terre ? Comme le montre la figure 9.3, une bonne partie du rayonnement solaire se situe dans la région de l’infrarouge. Comme ce nom l’indique, le rayonnement infrarouge vient avant le rouge dans le spectre électromagnétique. Ils ont ainsi des longueurs d’onde plus grandes que la lumière visible et sont moins énergétiques que celle-ci. Bien que nous ne puissions pas les voir, il nous est possible de ressentir leur chaleur.

DÉFINITION Spectre électromagnétique  : classification de rayonnement allant du moins énergétique au plus énergétique : radio, microondes, infrarouge, visible, ultraviolet, X, gamma.

Le Soleil émet également des rayons ultraviolets (UV), qui viennent après le violet dans le spectre électromagnétique. Ces rayons ont donc des longueurs d’onde plus petites que la lumière visible, sont plus énergétiques que celle-ci et sont également invisibles à l’œil nu. Toutefois, nous ressentons leur effet, notamment par les coups de soleil qui peuvent abîmer les cellules de la peau. À noter qu’environ 50 % de l’énergie en provenance du Soleil correspond à la lumière visible, environ 40 % aux infrarouges et 10 % aux UV.

Irradiation spectrale (W/m2nm)

2,5

UV Visible Infrarouge Rayonnement solaire au sommet de l’atmosphère

2

Spectre d’un corps noir à 5500 °C

1,5 1 H2O 0,5 O2 0

O3 250

500

750

H2O 1000 1250 1500 1750 2000 2250 2500 Longueur d’onde (nm)

9.3  Le spectre du rayonnement du Soleil

© Éditions Grand Duc

Rayonnement au niveau de la mer

281


MODULE 9 / Le Soleil et l’atmosphère / Le flux d’énergie émis par le Soleil

1.3 L  e bilan énergétique de l’atmosphère Le Soleil produit donc, par rayonnement, une énergie considérable. Seulement un demi-milliardième (5 X 10-10) de cette énergie atteint toutefois l’atmosphère de la Terre. C’est heureusement suffisant pour permettre à la vie de s’épanouir. Environ 20 % de ce demi-milliardième est absorbé par les gaz de l’atmosphère. De plus, près de 33 % sont réfléchis dans l’espace par les nuages, les glaciers, la poussière et la vapeur d’eau en suspension dans l’air. Il ne reste plus que 47 % de un demi-milliardième de l’énergie solaire émise qui atteint réellement la surface de la Terre.

DÉFINITIONS Rotation : la Terre tourne sur elle-même en 24 heures. Révolution : mouvement de la Terre autour du Soleil en 365 jours et quart. Inclinaison de l’axe de la Terre : la Terre est inclinée selon un angle de 23° 30' par rapport à la verticale, ce qui, combiné à la révolution, détermine les saisons.

Ces pourcentages peuvent, bien sûr, varier selon le couvert nuageux, la latitude et la nature du sol. Par exemple, à l’équateur, la quantité d’énergie aborbée par le sol est plus importante, car les rayons solaires frappent perpendiculairement la surface. L’épaisseur de l’atmosphère est plus mince à traverser qu’aux pôles. Ainsi, pour une même unité de surface, plus d’énergie atteint le sol à l’équateur qu’aux pôles. On comprendra également que la quantité d’énergie varie entre le jour et la nuit pour un même endroit du globe à cause du phénomène de la rotation. Finalement, la position de la Terre autour du Soleil pendant la révolution de celle-ci, combinée à son inclinaison sur son axe, modifie les pourcentages mentionnés.

Espace

20% Absorbé par l’atmosphère 33 % Réfléchi dans l’atmosphère

Absorbé par l’atmosphère 47 %

Atmosphère Absorbé par la surface

© Éditions Grand Duc

282

9.4 Le bilan énergétique de l’atmosphère


MODULE 9 / Le Soleil et l’atmosphère / Le flux d’énergie émis par le Soleil

EXERCICES 1 Donnez une expression synonyme de flux d’énergie.

2 Quel type de rayonnement électromagnétique est associé à la chaleur ?

3 Le spectre électromagnétique du Soleil comprend les rayons

infrarouges, les rayons visibles et les rayons ultraviolets. À quel rayonnement correspondent les indices suivants ? a Une sensation de chaleur sur la peau.  b Un coup de soleil.  c Les plus énergétiques.  d Les moins énergétiques.  e Environ 50 % du spectre solaire. 

4 Quelle portion du flux d’énergie solaire atteint l’atmosphère ?

5 Indiquez les pourcentages du bilan énergétique de la Terre. a) Le rayonnement réfléchi dans l’espace.

b) Le rayonnement solaire absorbé par la surface.

c) Le rayonnement absorbé par les gaz de l’atmosphère.

6 Nommez trois facteurs qui peuvent influer sur les pourcentages du bilan énergétique de la Terre ?

© Éditions Grand Duc

283


MODULE 9 / Le Soleil et l’atmosphère / L’ozone

2 L’ozone L’atmosphère terrestre se présente comme une immense masse de gaz que l’on divise en couches d’épaisseur variable. Nous vivons dans la troposphère, et cette couche contient les différents gaz qui constituent l’air. La couche suivante, la stratosphère, ne contient que 9 % de l’air. Elle est par contre caractérisée par la présence de l’ozone, un gaz qui a la propriété d’absorber les rayons ultraviolets du Soleil.

DÉFINITION Couche d’ozone : partie de la stratosphère contenant une quantité importante d’ozone. Cet ozone est formé de l’interaction des rayons solaires sur les molécules de dioxygène à haute altitude.

Les coups de soleil sont une réaction de la peau qui n’est pas causée par la lumière visible du Soleil, mais plutôt par les rayons ultraviolets (UV). Les rayons visibles et infrarouges ne sont pas dangereux, mais une exposition trop prolongée aux UV peut causer des cancers de la peau, des maladies de l’œil et même des déficiences immunitaires. De plus, les objets exposés longtemps au soleil peuvent se décolorer à cause des UV.

2.1 Le rôle de l’ozone L’ozone présent dans la troposphère est un gaz toxique lorsqu’il est respiré en grande quantité. Par contre, ce gaz joue un rôle très positif lorsqu’il est présent dans la stratosphère. La molécule d’ozone (O3) compte trois atomes d’oxygène. Il y a une faible quantité d’ozone qui se forme et se décompose constamment dans toute la stratosphère (entre 10 et 50 km en altitude). La majorité de l’ozone se trouve à environ 25 km en altitude : c’est la couche d’ozone. S’il était possible de rassembler seulement les molécules d’ozone, la couche d’ozone aurait environ 3 mm d’épaisseur. C’est cette petite quantité d’ozone qui est notre filtre contre les rayons ultraviolets. L’ozone nous protège des rayons nocifs du soleil, car il participe, avec le dioxygène de l’atmosphère, à l’absorption des rayons ultraviolets.

9.5 L’ozone et le dioxygène se brisent à la suite de l’absorption d’un rayon UV.

© Éditions Grand Duc

Seuls les rayons ultraviolets qui n’ont pas frappé une molécule d’ozone ou de dioxygène atteignent la surface de la Terre.

284


MODULE 9 / Le Soleil et l’atmosphère / L’ozone

2.2 L’amincissement de la couche d’ozone Le CFC (chlorofluorocarbone) est une molécule inventée par l’être humain et utilisée dans les systèmes de réfrigération. Le CFC agit comme fluide réfrigérant. Il est aujourd’hui remplacé par le HCFC (hydrochlorofluorocarbone). On croyait que ce produit était totalement inoffensif, car il était extrêmement stable au niveau de la mer. Malheureusement, transporté par les vents jusqu’à la stratosphère, il se brise à cause des rayons ultraviolets. Quand la liaison chimique est rompue, un atome de chlore libre (Cl) peut alors détruire une autre molécule d’ozone (O3). Les chercheurs estiment qu’un seul atome de chlore libre (Cl) peut détruire jusqu’à 100 000 molécules d’ozone (O3) dans l’atmosphère. En Antarctique, très peu d’ozone est détecté au mois de septembre (fin de l’hiver en Antarctique). Des vents en altitude soufflent intensément autour du pôle, ce qui isole celui-ci des échanges possibles susceptibles de renouveler l’ozone, pendant que les polluants atmosphériques contenus dans des nuages stratosphériques sont déjà là et contribuent à la destruction de l’ozone. La figure 9.6 montre le résultat de mesures, par satellite, de la concentration d’ozone dans la stratosphère au-dessus de l’Antarctique en 1981 et en 2006. Ozone total (unités Dobson)

Défi

110

Les étiquettes des bouteilles de crème solaire mentionnent le sigle FPS. Que signifie FPS? Les personnes au teint foncé ont-elles besoin d’appliquer de la crème solaire?

© Éditions Grand Duc

220

330

440

550

9.6  La diminution de la couche d’ozone Le trou dans la couche d’ozone au-dessus de l’Antarctique en 1981 (en haut) et en 2006 (en bas). Plus les couleurs sont froides, moins la concentration en ozone est élevée. Remarquez la diminution de la concentration d’ozone qui s’est produite en Antarctique en 25 ans.

285


MODULE 9 / Le Soleil et l’atmosphère / L’ozone

EXERCICES 1 Dans quelle couche atmosphérique la couche d’ozone se trouve-t-elle ?

2 Écrivez la formule moléculaire de l’ozone.  3 a) Quel produit attaque la couche d’ozone ?

b) À quoi sert ce produit qui attaque la couche d’ozone ?

c) E xpliquez pourquoi les atomes de chlore libérés dans la stratosphère par le rayonnement UV sont dangereux pour la couche d’ozone.

4 a) Où se produit le « trou » dans la couche d’ozone ?

b) Est-ce véritablement un trou ?

c) Est-ce un phénomène limité à une région du globe ?

5 Nommez trois conséquences à l’amincissement de la couche d’ozone.

6 Pourquoi a-t-on utilisé l’ozone si c’est un gaz dangereux ?

© Éditions Grand Duc

286


MODULE 9 / Le Soleil et l’atmosphère / Les conséquences de l’effet de serre

3 Les conséquences de l’effet de serre DÉFINITION

Quelque chose dans l’atmosphère agit comme les vitres d’une serre pour garder une portion de l’énergie solaire reçue : ce sont les gaz à effet de serre (GES). Ces gaz sont dispersés partout dans l’atmosphère (voir la figure 9.7).

Effet de serre : phénomène d’emprisonnement du rayonnement infrarouge (IR) dans l’atmosphère.

3.1 L’effet de serre

re

ai

ol

xs

Flu

L’effet de serre atmosphérique s’explique en quelques étapes : 1. La lumière solaire passe à travers l’atmosphère qui est transparente. 2. Cette lumière atteint la surface de la Terre, et son énergie y est absorbée. La surface de la Terre se réchauffe, sa température augmente. 3. La surface de la Terre émet de la chaleur sous forme de rayonnement infrarouge. 4. Une partie de ce rayonnement est absorbée par des gaz à effet de serre, et une autre s’échappe vers l’espace. 5. Emportés par les mouvements de l’air, ces gaz erdue leur p C ha redistribuent la chaleur dans l’atmosphère, leur absorbée ce qui fait augmenter la température globale C ha de la planète. 6. L’équilibre thermique est atteint quand l’atmosphère absorbe autant d’énergie qu’il en émet. 9.7  L’effet de serre L’atmosphère terrestre agit comme une serre en emprisonnant une partie du rayonnement qui provient de la surface terrestre.

3.2 Les gaz à effet de serre En pourcentage, la vapeur d’eau est le gaz à effet de serre le plus abondant dans l’atmosphère. Il est responsable de 55 % de l’effet de serre naturel. Cependant, d’autres gaz, comme le dioxyde de carbone, le méthane et l’oxyde de diazote, permettent d’absorber plus d’énergie qui aurait autrement fui vers l’espace. Le dioxyde de carbone est le plus abondant des gaz à effet de serre ajoutés par les activités humaines (voir la figure 9.8). © Éditions Grand Duc

287

N2O : 7,2 % CO2 : 77,8 % CH4 : 11,3 % SF6 : 1,4 % HFC : 0,2 % PFC : 2,1 %

9.8 La contribution à l’effet de serre des gaz ajoutés par l’activité humaine


MODULE 9 / Le Soleil et l’atmosphère / Les conséquences de l’effet de serre

Il est important de savoir que plus la température de l’air augmente, plus la capacité de l’air de contenir de la vapeur d’eau augmente ; ainsi, l’augmentation de la température moyenne de l’atmosphère entraîne également une augmentation de la quantité de vapeur d’eau dans l’atmosphère. Cependant, la vapeur d’eau étant aussi un gaz à effet de serre, elle contribue, elle aussi, à faire augmenter encore plus la température de l’atmosphère. Cette boucle sans fin est le phénomène de la rétroaction positive par la vapeur d’eau (voir la figure 9.9).

3.3 L  es principales conséquences des activités humaines sur l’atmosphère Dans les dernières années, on a observé que le réchauffement de la température de l’air a entraîné la libération du gaz méthane, emprisonné jusqu’à maintenant dans le pergélisol, sol des régions très froides qui reste gelé normalement en permanence. Les scientifiques évaluent que le méthane est un GES 25 fois plus puissant que le dioxyde de carbone. Ce phénomène contribue à accélérer le réchauffement planétaire. La fonte des glaciers, également liée au réchauffement climatique, entraîne une élévation du niveau de la mer et, conséquemment, une perturbation des écosystèmes en bordure des côtes. Certaines îles du Pacifique (voir la figure 9.10), l’île de Tuvalu entre autres, seront prochainement englouties sous la mer, conséquence de l’augmentation de la concentration des GES dans l’atmosphère. (Augmentation de la concentration de CO2) Augmentation de la température globale

Effet de serre accru par la vapeur d’eau

9.9 L’effet de la vapeur d’eau sur la température de l’air

© Éditions Grand Duc

Augmentation de la vapeur d’eau dans l'atmosphère

9.10  Les Maldives Les îles des Maldives dans l’océan Indien ont toutes une élévation inférieure à deux mètres au-dessus de la mer. Elles sont particulièrement menacées par l’élévation du niveau des océans.

288


MODULE 9 / Le Soleil et l’atmosphère / Les conséquences de l’effet de serre

EXERCICES 1 Quelqu’un vous dit que le gaz à effet de serre (GES) le plus abondant est le dioxyde de carbone.

a) Quel GES est réellement le plus abondant ?  b) Comment le dioxyde de carbone (CO2) peut-il être considéré comme le principal GES ?

2 Les énoncés qui suivent décrivent le phénomène de l’effet de serre. Replacez dans le bon ordre les explications de ce phénomène atmosphérique.

a Les gaz à effet de serre absorbent des rayons infrarouges fuyant vers l’espace. b La température d’équilibre de l’atmosphère est atteinte. c La lumière du soleil passe à travers l’atmosphère. d Les gaz à effet de serre redistribuent la chaleur dans l’atmosphère. e La lumière réchauffe la surface de la Terre. f La surface de la Terre émet des rayons infrarouges vers l’espace.

3 Pourquoi les scientifiques sont-ils inquiets au sujet de la fonte du pergélisol ?

4 En quoi la vapeur d’eau contribue-t-elle à augmenter le réchauffement global de la Terre ?

5 Nommez au moins trois effets sur l’environnement qui sont des conséquences de l’activité humaine.

© Éditions Grand Duc

289


MODULE 9 / Le Soleil et l’atmosphère / Les masses d’air et les fronts

4 Les masses d’air et les fronts 4.1 Les caractéristiques d’une masse d’air L’air qui passe sur votre ville change DÉFINITIONS de jour en jour ; certains de ces Masse d’air : volume d’air immense qui a changements sont même très rapides. approximativement les mêmes caractéristiques Ce sont les masses d’air qui en sont météorologiques (température, humidité). responsables. Celles-ci s’étendent Front : zone de contact entre deux masses d’air généralement sur des centaines de de température et d’humidité différentes. kilomètres. Lorsque deux masses d’air ont des caractéristiques différentes (température et humidité), leur contact provoque la formation de nuages et même de précipitations. La zone où l’air de ces deux masses entre en contact s’appelle un front.

4.2 Le passage d’un front Quand un front passe, les météorologues s’attendent à un changement : •• de température ; •• d’humidité relative : pourcentage du rapport entre la quantité de vapeur d’eau que l’air contient et la quantité maximale qu’il pourrait contenir à une température donnée ; •• de direction du vent ; •• de pression atmosphérique : force qu’exerce l’air par unité de surface ; s’exprime en kPa ; •• dans le type et la durée des précipitations.

4.3 Le front chaud Quand une région est sous l’influence d’une masse d’air froid, et qu’une masse d’air chaud s’approche, un front chaud se forme. L’air chaud, moins dense, monte alors et s’étend par-dessus l’air froid qui, lui, est plus dense (voir la figure 9.11). La station météorologique enregistre une hausse de la pression atmosphérique. La vapeur d’eau se condense pour former des nuages. Il faut s’attendre à un ciel couvert, à d’abondantes précipitations ainsi qu’à une hausse de la température de l’air. © Éditions Grand Duc

Vent

8 km

4 km

Ennuagement du ciel derrière le front Air chaud

Front chaud Air froid

0 km 12 °C

0 °C 600 km

9.11  Le schéma d’un front chaud

290

–6 °C


MODULE 9 / Le Soleil et l’atmosphère / Les masses d’air et les fronts

9.12  La formation d’un front chaud

4.4 Le front froid Lorsqu’une région est sous l’influence d’une masse d’air chaud, et qu’une masse d’air froid s’approche, un front froid se forme (voir la figure 9.13). L’air chaud est alors brutalement soulevé par le front froid beaucoup plus abrupt. Ce soulèvement forcé déstabilise la masse d’air qui va se soulever ensuite en altitude, comme une montgolfière. Une hausse de la pression atmosphérique est enregistrée à la station météorologique derrière le front. Des nuages à grand développement vertical se forment au contact du front. Le front froid s’accompagne donc de fortes précipitations, parfois d’orages, de grêle et de tornades. Après le passage d’un front froid, le taux d’humidité relative de l’air est faible et la température diminue.

Vent

9.13 Le schéma d’un front froid

Éclaircissement du ciel en arrière du front Air chaud

1 km Air froid

Front froid 0 km

–4 °C

6 °C 50 km

© Éditions Grand Duc

291

4 °C

10 °C

13 °C


MODULE 9 / Le Soleil et l’atmosphère / Les masses d’air et les fronts

EXERCICES 1 a) Qu’est-ce qu’un front en météorologie ?

b) Qu’est-ce qui se produit dans l’atmosphère dans la zone de front ?

2 Nommez cinq changements météorologiques qui sont observés au passage d’un front.

3 Vrai ou faux ? a Un front froid peut être accompagné de nuages à grand développement vertical et d’orages.

b Un front chaud entraîne une diminution de la température.

c  Un front chaud s’accompagne de précipitations de longue durée.

d Le front chaud est une large zone où l’air chaud monte sur l’air froid.

e Les orages se produisent au passage d’un front chaud. f  Une hausse de la pression atmosphérique accompagne le passage d’un front froid.

4 Pour chacun des énoncés suivants, nommez le bon type de front. a Pression atmosphérique à la hausse. b Température à la hausse. c Ciel dégagé. d Ciel couvert.

© Éditions Grand Duc

292


MODULE 9 / Le Soleil et l’atmosphère / Les masses d’air et les fronts

EXERCICES (suite) 5 Le tableau suivant recueille des observations météorologiques prises à Montréal, 15 février. Quel type de front est passé sur Montréal ?

Heure (HNE)

Conditions Température atmosphériques (°C)

Humidité relative (%)

Vent (direction)

Vent Pression (km/h) (kPa)

Faible neige

-1

91

OSO

22

101,0

10:00

Neige

-1

89

O

17

101,0

12:00

Temps partiellement nuageux

-5

71

ONO

26

101,2

14:00

Temps généralement ensoleillé

-7

60

O

41

101,4

16:00

Temps ensoleillé

-7

52

O

37

101,5

8:00

6 Reproduisez la coupe verticale de la formation d’un : a) front froid.

b) front chaud.

© Éditions Grand Duc

293


MODULE 9 / Le Soleil et l’atmosphère / Les systèmes atmosphériques

5 Les systèmes atmosphériques 5.1 La pression atmosphérique Nous vivons au fond d’un océan d’air. Tout cet air au-dessus de nos épaules équivaut à environ 10 tonnes, soit 2 éléphants ! Cette force s’exerce perpendiculairement dans toutes les directions : c’est la pression atmosphérique. La pression standard au niveau de la mer est de 101,3 kPa et décroît avec l’altitude parce que la quantité d’air diminue. Grâce aux mesures de pression provenant de stations météorologiques en Amérique du Nord, il est possible de tracer des lignes de même pression appelées isobares (voir la figure 9.14). Sur les cartes météorologiques, les isobares sont tracées à des intervalles de 0,4 kPa.

DÉFINITION 98 99,

,4

2

99, 6 100 , 0 k Pa

1 0 0 ,4

100 101

10

10

9 8 ,8

Pression : force exercée par un fluide sur une unité de surface. L’unité de mesure est le Pascal. Le kPa, qui équivaut à 1000 Pa, est également très utilisé.

,8

,2

0 ,4

0 ,0 a kP

99 ,6

1 0 1 ,6

10

© Éditions Grand Duc

2,

0

294

9.14 Des isobares au-dessus du Québec En traçant les isobares, il faut s’assurer que toutes les pressions supérieures sont d’un côté de la ligne, et toutes les pressions inférieures de l’autre côté.


MODULE 9 / Le Soleil et l’atmosphère / Les systèmes atmosphériques

5.2 Le vent Pourquoi l’air se déplace-t-il ? C’est le réchauffement inégal de la surface de la Terre qui est à l’origine des vents. Lorsque l’air est chauffé, les particules qui le composent s’éloignent les unes des autres et il devient moins dense (voir la figure 9.15). L’air chaud s’élève en altitude. En s’élevant, l’air laisse un vide au niveau du sol. En météorologie, ce vide d’air est appelé basse pression ou dépression.

Air poussé vers la mer augmentant la pression atmosphérique sur la mer froide.

L’air descend sur la mer. Haute pression (air froid) ANTICYCLONE

1. L’air chaud s’élève, formant au sol un vide appelé dépression.

Basse pression (air chaud)

t Ven

La mer se réchauffe lentement. L’eau de la mer est aspirée vers la côte. La terre se réchauffe rapidement sous le Soleil.

L’air qui s’élève en altitude refroidit graduellement, car il y fait plus froid. Les particules de l’air se rapprochent et l’air plus dense descend vers le sol. Ce surplus d’air entraînant une augmentation de la pression atmosphérique est appelé haute pression ou anticyclone.

Air chaud s’élevant à environ 1 km d’altitude. DÉPRESSION

2. L’air se refroidit en montant. Il devient plus dense et il redescend au sol. Le surplus d’air arrivant au sol crée un anticyclone.

9.15  La formation du vent À cause du réchauffement inégal des surfaces par le Soleil, l’air se réchauffe davantage au-dessus de la plage. Une cellule de convection est alors engendrée. Le vent, c’est donc le déplacement horizontal de l’air de la haute pression vers la basse pression.

Défi

L’air qui s’accumule dans une région de haute pression a tendance à aller remplir le vide d’air dans une région de basse pression. Le vent est donc le déplacement horizontal de l’air d’une haute pression vers une basse pression. Plus la différence de pression est grande, plus la vitesse du vent est élevée.

Les météorologues ont longtemps tracé les cartes de pression à la main, car la puissance des ordinateurs était limitée. Tracez les isobares sur une carte pour trouver vous-même les centres de haute et de basse pression.

Sur une carte météorologique, si les isobares sont serrées, la pression varie rapidement, signifiant que le vent est fort. Si les isobares sont distancées, le vent est faible.

5.3 L’effet de Coriolis En regardant une carte météorologique, on remarque souvent que les ensembles de nuages tourbillonnent (voir la figure 9.16) ; ils tournent toujours dans le même sens. Cela s’explique par le fait que la Terre est ronde et qu’elle tourne sur elle-même, toujours dans le même sens (d’ouest en est). En se plaçant au-dessus du pôle Nord, la Terre tourne dans le sens antihoraire. © Éditions Grand Duc

295

9.16 Une dépression qui tournoie vue de l’espace


MODULE 9 / Le Soleil et l’atmosphère / Les systèmes atmosphériques

Si la Terre ne tournait pas, il serait possible de lancer un objet sur des centaines de kilomètres, et cet objet tomberait exactement sur la cible prévue (voir la figure 9.17). Or, puisque la Terre tourne, l’objet sera dévié durant son parcours. À cause de la rotation de la Terre, les vents sont aussi déviés. Dans l’hémisphère Nord, les vents sont déviés vers la droite. Dans l’hémisphère Sud, les vents sont déviés vers la gauche. Cette déviation s’appelle effet de Coriolis, expression qui vient des travaux, en 1835, de Gustave Coriolis, un ingénieur français. Ces phénomènes surviennent dans la troposphère, lieu des principaux vents qui soufflent à la surface de la Terre.

9.17  La Terre sans rotation... Sans rotation de la Terre, un avion pourrait se poser directement à destination, sans avoir à corriger son plan de vol.

9.18  L’effet de la rotation sur les vents L’effet de Coriolis dévie les vents vers la droite dans l’hémisphère Nord.

5.4 L’anticyclone Un anticyclone est une vaste région où le ciel est dégagé. Pourquoi ? L’air descendant lentement se réchauffe, empêchant la formation de nuages. Les vents quittent alors le centre pour se diriger vers les basses pressions, mais puisqu’il voyage sur de grandes distances, il est dévié vers la droite par la force de Coriolis (voir la figure 9.19). Le vent souffle dans le sens horaire. Sur les cartes météorologiques présentées en français, la lettre majuscule A désigne un anticyclone (sur les cartes en anglais, le H est utilisé pour High Pressure). Les isobares sont rarement serrées, donc les vents sont généralement faibles. © Éditions Grand Duc

296

A

9.19 Le vent tourne dans le sens horaire autour d’un anticyclone (A). Les flèches grises montrent le gradient de pression qui s’éloigne toujours du centre de l’anticyclone.


MODULE 9 / Le Soleil et l’atmosphère / Les systèmes atmosphériques

5.5 La dépression Une dépression est facilement repérable sur des images satellitaires, se présentant sous la forme d’un immense système de nuages qui tourne autour du centre de pression. L’air ascendant se refroidit et la vapeur d’eau qu’il contient se condense, favorisant la formation des nuages. Puisque le vent souffle toujours d’une haute pression vers une basse pression, le vent souffle vers le centre de la dépression tout en étant dévié par la force de Coriolis. Il en résulte qu’autour d’une dépression le vent souffle dans le sens antihoraire (voir la figure 9.20). Sur les cartes, une dépression est indiquée par la lettre majuscule D (sur les cartes en anglais, on écrit L pour signifier Low Pressure).

D

9.20 Le vent tourne dans le sens antihoraire autour d’une dépression (D). Les flèches grises montrent le gradient de pression qui se dirige toujours vers le centre de la dépression.

Le cyclone tropical Un cyclone tropical est une dépression qui s’est gorgée d’humidité et de chaleur au-dessus des mers chaudes. En Amérique, on l’appelle ouragan (voir la figure 9.21), en Asie, typhon, alors qu’en Océanie et dans l’océan Indien, on parle simplement de cyclone. Dans un cyclone tropical, les vents tournent dans le sens antihoraire autour du centre sans nuages, appelé œil. Les vents les plus forts se trouvent à la paroi de l’œil et peuvent atteindre jusqu’à 250 km/h. L’amas de nuages s’étend sur 600 km en moyenne. Au Québec, nous n’avons jamais d’ouragan, mais vous entendrez dire que nous subissons les effets de la « queue de l’ouragan », ce qui nous arrive une ou deux fois par été. Une fois que l’ouragan touche terre, n’étant plus alimenté d’humidité comme sur la mer, il diminue rapidement d’intensité. L’immense amas de nuages migre vers le nord en suivant la circulation de l’atmosphère et arrive au Québec. Puisqu’il provient des restes d’un cyclone tropical, il porte le nom de dépression tropicale. La pluie tombe alors abondamment.

9.22  La formation d’un ouragan 9.21 L’ouragan Katrina, qui a frappé la Nouvelle-Orléans le 28 août 2005.

© Éditions Grand Duc

297


MODULE 9 / Le Soleil et l’atmosphère / Les systèmes atmosphériques

EXERCICES 1 Expliquez ce qu’on entend par pression atmosphérique.

2 Quelle unité exprime la pression atmosphérique dans le système international d’unités (SI) ?

3 Comment représente-t-on sur une carte météorologique la pression atmosphérique ?

4 Quelle est la valeur de pression normale au niveau de la mer ? 5 Qu’arrive-t-il à la pression atmosphérique en montant en altitude ?

6 Complétez les phrases suivantes. L’air chaud au sol s’élève en altitude, ce qui crée un au niveau du sol, une zone de

pression appelée

en météorologie. L’air en altitude se refroidit, les particules se rapprochent et cet air dense

vers le sol. Le surplus d’air au sol forme

une zone de Le l’ la

pression ou

.

, c’est le déplacement horizontal de de la

pression vers

pression.

7 La Terre tournant toujours dans le même sens, qu’est-ce qui fait dévier les objets à gauche de leur destination dans l’hémisphère Sud ?

© Éditions Grand Duc

298


MODULE 9 / Le Soleil et l’atmosphère / Les systèmes atmosphériques

EXERCICES (suite) 8 Lorsqu’un objet vole sur de grandes distances, il est dévié à droite dans l’hémisphère Nord. Nommez et indiquez la cause de ce phénomène.

9 Les cyclones tropicaux portent des noms différents selon les bassins où ils prennent naissance.

a) Comment les nomme-t-on : En Amérique ? En Asie ? En Inde ?

b) Q uelles sont les quatre grandes étapes du développement d’un ouragan ?

10 Par

rapport aux anticyclones :

a) Q u’est-ce qui empêche la formation des nuages ?

b) Dans quel sens tournent les vents autour d’un anticyclone ?

c) Q uelle lettre est utilisée sur les cartes météorologiques ?

11

En ce qui concerne les dépressions : a) Q u’est-ce qui favorise la formation des nuages ?

b) Dans quel sens tournent les vents autour d’une dépression ?

c) Q uelle lettre est utilisée sur les cartes météorologiques ?

© Éditions Grand Duc

299


MODULE 9 / Le Soleil et l’atmosphère / La circulation atmosphérique

6 La circulation atmosphérique 6.1 Les vents dominants À cause du réchauffement inégal de la surface du globe, une zone de haute pression se forme aux pôles puisqu’il y fait très froid. À l’équateur, soit l’endroit le plus chaud du globe, une zone de basse pression s’installe. Théoriquement, les vents devraient souffler des pôles vers l’équateur en ligne droite si la Terre était immobile. À cause de la rotation de celle-ci, l’effet de Coriolis modifie cette répartition des vents, et une circulation complexe de l’air que l’on nomme vents dominants s’établit dans l’atmosphère près du sol.

Les cellules de convection Trois cellules de convection sont créées par la répartition des zones de haute et de basse pression à la surface du globe ainsi que l’effet de Coriolis dans chaque hémisphère (voir la figure 9.23). Ce sont : •• la cellule de Hadley qui se forme de part et d’autre de l’équateur ; •• la cellule de Ferrel qui s’établit dans les latitudes moyennes (entre 30° de latitude et 60° de latitude) ; •• la cellule polaire qui s’installe au-delà de 60° de latitude. Cellule polaire Zone de haute pression Zone de basse pression

60° de latitude 30° de latitude

Zone de haute pression

Cellule de Ferrel

Cellule de Hadley

Zone de basse pression

Zone de haute pression

Air

cha

ud

Zone de basse pression Zone de haute pression Air froid

9.23 Les cellules de convection Les trois cellules de convection par hémisphère sont les véhicules de la circulation atmosphérique.

© Éditions Grand Duc

300


MODULE 9 / Le Soleil et l’atmosphère / La circulation atmosphérique

L’effet de Coriolis fait dévier vers la droite les vents se déplaçant sur de grandes distances (voir la figure 9.24). Appelés vents dominants, ces vents soufflent de l’est dans la région polaire, de l’ouest dans les régions de latitude moyenne et de l’est dans les tropiques, où on les nomme alizés. Les vents dominants transportent les systèmes météorologiques, c’est-à-dire les dépressions et les anticyclones. Voilà pourquoi les orages et les tempêtes de neige font souvent des ravages dans l’ouest du Canada et aux États-Unis avant de s’abattre sur le Québec. Ces systèmes se déplacent d’ouest en est.

Vent d’est

Vent d’ouest

Vents alizés

Vent d’ouest

Vent d’est 9.24 La répartition des vents dominants selon la latitude

6.2 Les contaminants de l’air La composition de l’air pur est modifiée par l’ajout de contaminants rejetés dans l’atmosphère à cause des activités humaines. Les activités industrielles des fonderies, des centrales thermiques, des raffineries de pétrole et des millions de véhicules à moteur à combustion contribuent pour une grande partie à la pollution de l’air par des émissions de contaminants. Un contaminant est une substance présente en concentration suffisante dans l’environnement pour devenir nuisible à la santé. C’est le cas, par exemple, du dioxyde de carbone qui est un des constituants de l’air pur. L’augmentation de sa concentration dans l’air fait en sorte qu’il peut aussi être considéré comme un contaminant de l’air.

© Éditions Grand Duc

301


MODULE 9 / Le Soleil et l’atmosphère / La circulation atmosphérique

Le tableau 9. 25 présente les principaux contaminants de l’atmosphère et les conséquences qu’ils peuvent entraîner dans l’environnement. 9.25 Les principaux contaminants de l’atmosphère NOM

SOURCES D’ÉMISSION

CONSÉQUENCES

Dioxyde de soufre (SO2) et dioxyde d’azote (NO2)

Fonderie Raffinerie Véhicules à combustion interne

Précipitations acides Smog Aggravation des problèmes respiratoires : asthme, emphysème, etc.

Métaux lourds : plomb (Pb), mercure (Hg) et arsenic (As)

Centrale thermique au charbon et au pétrole Industrie des pâtes et papiers

Augmentation de la toxicité de l’air, même en quantité minime

CFC

Substances réfrigérantes Produits en aérosol

Amincissement de la couche d’ozone ayant un effet sur l’augmentation des cancers de la peau, des maladies de l’œil et des déficiences immunitaires

Dioxyde de carbone (CO2)

Combustion du pétrole, du gaz naturel, du charbon, du bois, etc.

Augmentation de la température de l’air, fonte des glaciers, hausse du niveau des océans et inondations des écosystèmes côtiers

Heureusement, certains phénomènes météorologiques permettent la dispersion des contaminants de l’air au-dessus des villes industrielles et favorisent, dans une certaine mesure, l’assainissement de l’air. Normalement, l’air chaud contenant les contaminants rejetés par les cheminées d’industries s’élève en altitude et refroidit lentement jusqu’à ce que l’air descende au sol. Cet air en mouvement forme une cellule de convection et permet le brassage de l’air et la dispersion des contaminants loin du sol.

9.26  Du smog au-dessus de Moscou

Il arrive parfois qu’un front chaud qui reste quelques jours au-dessus d’une zone industrielle empêche la dispersion des contaminants. Pourquoi ? De l’air encore plus chaud en altitude bloque le brassage de l’air. Les contaminants s’accumulent alors sous la masse d’air chaud et s’associent à la vapeur d’eau pour former le smog, un brouillard polluant. Le smog peut demeurer quelques jours, ce qui permet ainsi de percevoir un dôme de pollution causé par l’accumulation de contaminants au-dessus de la zone de smog (voir la figure 9.26). © Éditions Grand Duc

302


MODULE 9 / Le Soleil et l’atmosphère / La circulation atmosphérique

6.3 L  ’effet des vents dominants sur la pollution atmosphérique Le Québec est sous l’influence de vents d’ouest, c’est-à-dire soufflant de l’ouest vers l’est. Les contaminants rejetés par les usines et industries situées au sud des Grands Lacs se trouvent ainsi vite transportés au-dessus du Québec. Ce phénomène explique en partie l’acidification des lacs et des sols. En effet, les précipitations acides se forment lorsque les contaminants de l’air (oxydes d’azote et de soufre) se combinent à la vapeur d’eau pour constituer des précipitations acides. Les vents dominants de l’ouest transportent sur des milliers de kilomètres de leur point d’origine les contaminants causant ces précipitations acides (voir la figure 9.27). Ce phénomène constitue un problème environnemental international, car l’atmosphère ne connaît pas de frontières.

Précipitations acides Vents dominants

9.27 La formation des précipitations acides

Contaminants

Les vents dominants dispersent les contaminants dans l’air et les transportent à une grande distance de leur source. C’est pourquoi des contaminants atmosphériques sont retrouvés dans le Grand Nord canadien ou en Arctique où il n’y a pas d’activités industrielles.

© Éditions Grand Duc

303


MODULE 9 / Le Soleil et l’atmosphère / La circulation atmosphérique

EXERCICES 1 Quel critère permet de déterminer si un constituant de l’air est considéré comme un contaminant ?

2 Nommez au moins quatre contaminants de l’atmosphère et précisez les conséquences de leur présence. NOM

CONSÉQUENCES

3 Quel est le résultat : a) des cellules de convection sur la dispersion des contaminants de l’air ?

b) des vents dominants sur la présence des contaminants de l’air ?

© Éditions Grand Duc

304


MODULE 9 / Le Soleil et l’atmosphère / La circulation atmosphérique

EXERCICES (suite) 4 a) Comment se forme le smog ?

b) Nommez un phénomène météorologique qui cause la formation du smog.

5 Associez chaque zone de la colonne de gauche au bon élément de la colonne de droite. a  Pôles

1  Alizés

b  Zones tempérées

2  Vents d’est 

c  Tropiques

3  Vents d’ouest 

d  Équateur

4  Basse pression

6 John Hadley a proposé un modèle de circulation de l’air autour du globe. Expliquez son modèle.

© Éditions Grand Duc

305


MODULE 9 / Le Soleil et l’atmosphère / La circulation atmosphérique

EXERCICES (suite) 7 Le schéma ci-dessous représente les zones de pression de la Terre. Pôle Nord

1 2

3

4

5

6 7

Pôle Sud

a) S ur le schéma de la Terre, indiquez si les zones numérotées correspondent à une zone de haute pression (HP) ou à une zone de basse pression (BP). b) S ur le schéma, dessinez les mouvements de l’air des trois cellules de convection qui se forment dans l’hémisphère nord. c) Écrivez sur le schéma le nom des trois cellules de convection apparaissant dans l’hémisphère nord.

© Éditions Grand Duc

306


MODULE 9 / Le Soleil et l’atmosphère / La circulation atmosphérique

EXERCICES (suite) 8 Complétez le réseau de connaissances ci-dessous en ajoutant aux

endroits appropriés les éléments de la banque de données suivante. Alizés   Déviation vers la droite   Déviation vers la gauche Effet de Coriolis   Latitudes moyennes   Latitudes polaires Régions voisines de l’équateur   Vents d’est   Vents dominants Vents d’ouest

Vents à la surface de la Terre

Hémisphère Sud :

© Éditions Grand Duc

Rotation de la Terre

307

Hémisphère Nord :


MODULE 9 / Le Soleil et l’atmosphère / Les ressources énergétiques de l’atmosphère

7 Les ressources énergétiques de l’atmosphère 7.1 L’énergie éolienne L’énergie éolienne est une des ressources énergétiques de l’atmosphère. Nous savons déjà que le réchauffement inégal de la surface de la Terre génère de grands vents qui permettent le mouvement des pales des éoliennes. Les éoliennes servent principalement à la transformation de l’énergie du vent en énergie électrique. Elles peuvent également servir à transformer l’énergie du vent en énergie cinétique, afin de mettre en mouvement une pompe à eau, une scie ou un moulin pour moudre des grains. La quantité d’énergie produite par les éoliennes dépend de la vitesse du vent. Les éoliennes sont généralement installées en hauteur, où le relief ne fait pas obstacle aux vents. C’est pour cette raison que des parcs d’éoliennes sont construits en mer : les vents y sont plus puissants et plus fréquents. On évite aussi les inconvénients visuel et sonore de ces installations. Même en petits nombres les éoliennes sont utiles, car elles permettent l’approvisionnement en énergie électrique dans les endroits isolés : habitations éloignées, voiliers, îles, etc. De plus, l’énergie éolienne est renouvelable (voir la figure 9.29).

9.28 Des éoliennes en mer près des côtes du Danemark

© Éditions Grand Duc

9.29 Des éoliennes en Californie L’énergie éolienne est perçue comme une solution de remplacement aux combustibles fossiles, car elle ne produit pas de gaz à effet de serre. On estime aujourd’hui que 20 % de la demande mondiale en électricité est comblée par l’énergie éolienne.

308


MODULE 9 / Le Soleil et l’atmosphère / Les ressources énergétiques de l’atmosphère

7.2 L’énergie solaire L’exploitation du flux d’énergie solaire par des technologies modernes permet la transformation de celle-ci en d’autres formes d’énergie. Selon la façon de capter l’énergie solaire, on distingue les technologies solaires passives et actives. Les techniques actives reposent sur des panneaux solaires ou cellules photovoltaïques, alors que les techniques passives se basent sur l’orientation des fenêtres par rapport au Soleil et sur le choix de matériaux de construction. Les techniques solaires actives permettent d’emmagasiner l’énergie solaire grâce à des cellules voltaïques reliées à des batteries qui la gardent en réserve pour une utilisation ultérieure. Cette technologie est largement répandue et elle est employée pour faire fonctionner autant les calculatrices solaires que les satellites dans l’espace. Par ailleurs, de l’énergie peut ainsi être emmagasinée dans des batteries sur des voiliers ou des autocaravanes pour permettre, par exemple, l’utilisation d’un téléphone cellulaire. Les techniques solaires passives permettent de chauffer des tuyaux dans lesquels de l’eau circule. L’eau ainsi chauffée est distribuée dans les maisons et les entreprises. L’énergie solaire est également utilisée dans certains secteurs industriels. Des fours solaires (voir la figure 9.30) localisés dans des régions très ensoleillées de la planète concentrent les rayons solaires, suffisamment pour faire bouillir de l’eau et actionner les turbines d’une centrale électrique.

9.30 Différentes façons d’utiliser l’énergie solaire Différentes technologies permettent l’exploitation de l’énergie solaire : des cellules photovoltaïques sur un voilier assurent la recharge des batteries ; une tuyauterie noire sur un toit réchauffe l’eau d’un réservoir ; un four solaire, dans le sud de l’Espagne, là où l’ensoleillement est maximal, réchauffe l’eau circulant dans la tour qui alimente une centrale thermique en vapeur.

L’inconvénient de cette technologie, c’est qu’elle dépend de l’ensoleillement. En effet, pendant les journées nuageuses et la nuit, il n’est pas possible de produire de l’électricité. Il est à noter toutefois que, comme l’énergie éolienne, l’énergie solaire est renouvelable.

© Éditions Grand Duc

309


MODULE 9 / Le Soleil et l’atmosphère / Les ressources énergétiques de l’atmosphère

EXERCICES 1 Complétez les phrases suivantes. a) Une éolienne permet la transformation de l’énergie cinétique du

en énergie

.

b) Les moulins à vent permettent la transformation de l’énergie du vent en énergie pour moudre les grains, scier ou pomper de l’eau.

2 Nommez trois avantages de l’énergie éolienne.

3 Nommez deux inconvénients de l’énergie éolienne.

4 Quel pourcentage de la production mondiale actuelle d’énergie est associé à l’énergie éolienne ?

5 a) Indiquez deux avantages de l’énergie solaire.

b) Indiquez un inconvénient de l’énergie solaire.

6 Pourquoi fait-on circuler de l’eau dans une tuyauterie noire quand on utilise la technologie de l’énergie solaire ?

© Éditions Grand Duc

310


MODULE 9 / Le Soleil et l’atmosphère / Les ressources énergétiques de l’atmosphère

EXERCICES (suite) 7 Quel type d’énergie, éolienne ou solaire, est la plus efficace si vous désirez faire fonctionner :

a) u ne station météorologique située au sommet d’une montagne en Californie aux États-Unis ?

b) une station spatiale ?

c) une station scientifique en Antarctique ?

d) un voilier ?

e) un téléphone cellulaire ?

8 Expliquez la différence entre les techniques solaires actives et les techniques solaires passives.

9 Expliquez pourquoi on a choisi de construire un four solaire alimentant des centrales thermiques en Espagne et en Californie.

© Éditions Grand Duc

311

MisÀjour Science - 4e secondaire - Extrait  

MisÀjour Science - 4e secondaire - Extrait

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you