Page 1

Cahier de savoirs

FRANÇAIS | 5e SECONDAIRE

ajout de grammaire et d’une simul atio d’examen de n fin d’études

CARL DIOTTE KATIA OUELLET AMÉLIE THERRIEN

FRANÇAIS + GRAMMAIRE

sG

ra n

d

D

uc

CAPSULE D’INFORMATION CARICATURE OUVERTE POÈME ADAPTÉE À L’ÉCRAN ROMAN PSYCHOLOGIQUE SOCIOLOGIQUE REPORTAGE TEXTE D’ANALYSE TEXTE D’OPINION ARGUMENTÉE

iti

Éd

Texte d’analyse Roman sociologiqu Œuvres littéraires engagées Récit Texte d’opinion argumentée Roman psychologique Discussion

©

FRANÇAIS

MisÀjour

ition éd

2

e

on

DIOTTE | OUELLET | THERRIEN FRANÇAIS | 5e SECONDAIRE

CAPSUL D’INFOR MisÀjour CARICA DISCUSS DÉBAT CHANSON LETTRE POÈMEPOÈME RÉCITS RÉCIT REPORTAGE TEXTE Œ D’OPINION ARGUME LITTÉRA CAPSULE D’INFORMA ADAPTÉ COUV-sec5.indd 3

2020-02-04 15:17


© ns

iti o

Éd nd

ra

G

D

uc


tio édi n

ajout de grammaire et d’une simula tio d’examen de n fin d’études

uc

MisÀjour

2e

Cahier de savoirs

FRANÇAIS | 5e SECONDAIRE

Éd

D

iti o

ns

G

ra

nd

FRANÇAIS + GRAMMAIRE

©

CARL DIOTTE KATIA OUELLET AMÉLIE THERRIEN


REMERCIEMENTS

uc

Pour son travail de vérification scientifique, l’Éditeur témoigne sa gratitude à Mme Josée Brisson.

D

MisÀjour FRANÇAIS + GRAMMAIRE

nd

Français, 5e année du secondaire

ra

© 2020, Éditions Grand Duc, une division du Groupe Éducalivres inc. 1699, boulevard Le Corbusier, bureau 350, Laval (Québec) H7S 1Z3 Téléphone : 514 334-8466 • www.grandducenligne.com

G

Tous droits réservés.

CONCEPTION GRAPHIQUE (maquette intérieure et page couverture) :

ns

INFOGRAPHIE : Pige communication

Éd

iti o

PHOTOGRAPHIES : p. 30 : Andrea Raffin/Shutterstock.com ; p. 40 : Tinseltown/Shutterstock.com ; p. 51 : Historic Collection/Alamy Banque d’Images ; p. 57 : Agence Opale/Alamy Banque d’Images ; p. 71 : Agence Opale/Alamy Banque d’Images ; p. 80 : © Photo : Annik MH de Carufel – Le Devoir ; p. 112 : Andriy Blokhin/ Shutterstock.com.

©

Il est illégal de reproduire cet ouvrage, en tout ou en partie, sous quelque forme ou par quelque procédé que ce soit, électronique, mécanique, photographique, sonore, magnétique ou autre, sans avoir obtenu, au préalable, l’autorisation écrite de l’Éditeur. Le respect de cette recommandation encouragera les auteurs et auteures à poursuivre leur œuvre.

CODE PRODUIT 4634 ISBN 978-2-7655-4116-5 Dépôt légal Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2020 Bibliothèque et Archives Canada, 2020

Imprimé au Canada 1 2 3 4 5 6 7 8 9 0 MI 9 8 7 6 5 4 3 2 1 0


Table des matières La structure du cahier..................................................................................................

VI

Pour réussir en lecture..............................................................................................

1

La narration 12

D uc

Présentation de la narration.........................................................................................

14

Le loup et l’agneau, par Jean de La Fontaine............................................................... Encabanée, par Gabrielle Filteau-Chiba........................................................................ Ressource de la langue : L’attitude du narrateur par rapport à son propos................... Le libraire de Kaboul, par Asne Seierstad.................................................................... Ressource de la langue : Les personnages de roman.................................................. Fahrenheit 451, par Ray Bradbury................................................................................ Situation d’écriture ......................................................................................................

16 20 26 28 34 36 45

ra n

d

Le récit engagé..................................................................................................................

Le roman sociologique..............................................................................................

tio ns

G

Bonheur d’occasion, par Gabrielle Roy........................................................................ Pays sans chapeau, par Dany Laferrière....................................................................... Ressource de la langue : L’attitude du narrateur par rapport aux personnages ........... Situation d’écriture ......................................................................................................

46 48 56 62 65 66

Ru, par Kim Thúy.......................................................................................................... Ressource de la langue : L’harmonisation des temps de verbe dans un récit.............. Garage Molinari, par Jean-François Beauchemin......................................................... Ressource de la langue : Le discours indirect libre...................................................... Situation d’écriture ...................................................................................................... Suggestions de lecture.....................................................................................................

68 75 77 84 87 88

Éd i

Le roman psychologique.................................................................................................

©

Pour chaque ressource de la langue, un autocorrigés dans la Classe numérique.

c o d  e

renvoie à des exercices

1. Se rendre sur la Classe numérique : laclasse.grandducenligne.com. 2. Cliquer sur « Utiliser un code ». 3. Entrer le code de la série de questions correspondante. * Les élèves ne doivent pas se créer de compte pour accéder aux exercices.

© Éditions Grand Duc

III

TABLE DES MATIÈRES


L’argumentation 90

Le texte d’opinion argumentée.................................................................................................

96

Prendre la haine au sérieux, par Yves Boisvert (sujet : la haine)................................... Ressource de la langue : Le vocabulaire connoté......................................................... Non à l’école cyberdépendante, par Antoine Robitaille (sujet : la cyberdépendance).. Le péril jeune, par François Cardinal (sujet : le français et les jeunes).......................... La liberté des chiens, par Serge Bouchard (sujet : la liberté et les autochtones).......... Ressource de la langue : La reprise de l’information révélant le point de vue de l’auteur... Situation d’écriture ......................................................................................................

98 104 106 112 119 125 128

Le texte d’opinion utilisant la stratégie de l’explication argumentative..........................

130

Hé Google, dis-moi quoi écrire !, par Chloé Freslon (sujet : les algorithmes)............... Ressource de la langue : Le lexique de l’explication argumentative............................ Dépression chez les jeunes : la faute aux cellulaires ?, par Jean-François Cliche (sujet : la dépression et les cellulaires).................................................................... Ressource de la langue : Les phrases subordonnées liées à l’explication................... Situation d’écriture ......................................................................................................

132 137 139 145 148

Le texte d’opinion utilisant la stratégie de la réfutation....................................................

150

G

ra

nd

D

uc

Présentation de l’argumentation.................................................................................

160 166 170

La lettre ouverte............................................................................................................................

172

Éd

iti o

ns

Les animaux de la discorde, par Marie Lambert-Chan (sujet : les animaux de laboratoire).......................................................................... Ressource de la langue : Les procédés de réfutation.................................................. Ne tuons pas la beauté du monde, par Isabelle Hachey (sujet : le tourisme de masse)................................................................................. Ressource de la langue : Le lexique de la réfutation.................................................... Situation d’écriture ......................................................................................................

©

Lettre ouverte aux milléniaux, par Patrick Lagacé (sujet : la génération des millénariaux).................................................................... La fête de la lumière et les énergies du désespoir, par Dominic Champagne (sujet : la lutte contre les changements climatiques).............................................. Ressource de la langue : Les valeurs liées au temps et au mode des verbes............. Situation d’écriture ...................................................................................................... Suggestions de lecture ....................................................................................................

© Éditions Grand Duc

IV

152 158

174 182 189 192 194

TABLE DES MATIÈRES


Simulation d’examen de fin d’études secondaires 196

Description de l’examen de fin d’études secondaires en écriture.................................... Les stratégies de lecture pour la préparation efficace de la feuille de notes.................... Le respect du droit d’auteur.............................................................................................. Le dossier préparatoire..................................................................................................... Le dossier de lecture................................................................................................... Environnement : ma génération se lève !, par Élisabeth Bisaillon................................ Quoi répondre à un climatosceptique, par Pierre-Yves Villeneuve............................... Bouteille à l’amère, par Marie Lambert-Chan.............................................................. La biodiversité dans l’ombre du climat, par Jean-Patrick Toussaint.............................. Vivant, de la bactérie à homo ethicus, par Aymeric Caron........................................... Veaux, vaches, cochons..., par Christian Rioux............................................................ Histoire d’une extinction, par Pascal (caricature).........................................................

196 198 200 201 205 206 208 209 211 213 216 218

ra

nd

D

uc

La rédaction d’une lettre ouverte..................................................................................

La poésie

228

Le poème en lien avec la culture et la société...........................................................

230

Le dormeur du val, par Arthur Rimbaud ...................................................................... Ressource de la langue : L’enjambement et le rejet..................................................... Liberté, par Paul Éluard................................................................................................ Ressource de la langue : Les figures de style et l’univers poétique............................ La marche, par Natasha Kanapé Fontaine ................................................................... Ressource de la langue : Le choix et l’agencement des mots..................................... Situation d’écriture ...................................................................................................... Suggestions de lecture.....................................................................................................

232 235 237 243 245 248 251 252

50 notions pour la grammaire en contexte.............................................................

253

©

Éd

iti o

ns

G

Présentation de la poésie.........................................................................................................

Pour chaque notion de grammaire, un c autocorrigés dans la Classe numérique.

o d  e

renvoie à des exercices

1. Se rendre sur la Classe numérique : laclasse.grandducenligne.com. 2. Cliquer sur « Utiliser un code ». 3. Entrer le code de la série de questions correspondante. * Les élèves ne doivent pas se créer de compte pour accéder aux exercices.

© Éditions Grand Duc

V

TABLE DES MATIÈRES


La structure du cahier Le cahier MisÀjour Français est un outil qui aide l’élève à développer ses stratégies de lecture et à répondre aux questions qui accompagnent les textes. Cette deuxième édition met aussi l’accent sur la grammaire.

Les nouveautés de la deuxième édition •   Nouveau ! Pour réussir en lecture Cette section explique en détail les stratégies de lecture préconisées, l’annotation des textes ainsi que les types de questions posées dans le cahier et la façon d’y répondre.

L’annotation d’un texte

uc

Pour réussir en lecture p. 2 p. 3 p. 8

D

Les stratégies de lecture Les questions sur le texte

•   Nouveau ! 50 notions pour la grammaire en contexte Cette section de référence offre un résumé des notions essentielles de grammaire et aide l’élève à répondre aux questions de grammaire en contexte qui accompagnent les textes. Pour chaque notion, un c o d  e renvoie à des exercices autocorrigés dans la Classe numérique.

nd

50 notions pour la grammaire en contexte Mes outils

Les sections 3 à 10, suivies de la mention Rappel , présentent des notions qui devraient être maîtrisées.

p. 254 p. 254 p. 263 p. 269 p. 273 p. 274 p. 276 p. 278 p. 278 p. 283 p. 285 p. 287

Les critères d’évaluation en situation d’écriture

p. 290

ra

Les informations précédées de la mention 5e secondaire sont spécifiques à cette année.

La formation des mots Les classes de mots Rappel Les groupes syntaxiques Les fonctions dans les groupes La phrase Les types de phrases Les formes de phrases Les phrases à construction particulière Les liens dans les phrases et entre les phrases Les manipulations syntaxiques La ponctuation La conjugaison des verbes

Les chapitres qui portent sur les modes de discours Contexte

Lecteur

• Le contexte d’un texte narratif se caractérise par : – la date de publication, la maison d’édition, la collection ; – les conditions historiques, sociales, culturelles d’écriture.

• Le lecteur se caractérise par : – ses champs d’intérêt ; – ses genres narratifs préférés (historique, policier, aventures, science-fiction, etc.) ; – ses connaissances littéraires ; – les stratégies de lecture qu’il utilise efficacement. • Son intention peut être : – de donner libre cours à son imagination, à ses sentiments et à ses émotions ; – de se représenter le monde ; – d’alimenter son écriture ; – de découvrir un auteur.

Des illustrations accompagnent parfois le texte.

Autres termes pour nommer l’auteur : romancier, bédéiste, conteur, fabuliste.

Moyens pour assurer la cohérence du texte

Moyens pour organiser le texte

• Titre de l’œuvre et intitulés de chapitre • Division en paragraphes (passage d’une séquence à une autre, d’un événement à un autre, etc.) • Organisateurs textuels indiquant le temps et le lieu • Moyens graphiques (mise en page et typographie) 12

Présentation des personnages1

Présentation du cadre spatiotemporel

LA NARRATION

• Ils jouent des rôles différents (héros, adjuvants, opposants ; bienfaiteurs, victimes). • Ils sont caractérisés grâce : – à l’insertion de descriptions ; – à l’indication des actions qu’ils accomplissent ou subissent ; – à l’insertion de dialogues, de monologues intérieurs ou de commentaires du narrateur. • Cadre spatial (description du lieu) • Cadre temporel (description de l’époque) • Déplacements dans l’espace et le temps (itinéraire, liens entre les déplacements et la quête)

Élément déclencheur Présentation de l’événement qui perturbe la situation initiale Déroulement (actions, réactions et événements)

Intrigue et quête d’équilibre

• Descriptions de lieux, de sentiments des personnages, etc. • Explications de faits, de phénomènes complexes • Dialogues entre les personnages • Argumentations liées à un sujet controversé, à un débat d’idées, etc. • Déroulement linéaire (ordre chronologique) ou non linéaire des événements de l’intrigue (ruptures dans la chronologie, modifications de l’ordre typique des étapes de la séquence) • Quête d’équilibre marquée par l’action ou l’évolution du personnage

Dénouement Présentation du moment où le personnage principal réussit ou échoue dans sa quête Situation finale ou morale (ou ces deux éléments à la fois) Présentation du moment où l’équilibre est rétabli 1. Certains personnages secondaires peuvent apparaître dans le déroulement de l’histoire.

© Éditions Grand Duc

13

LA NARRATION

iti o

© Éditions Grand Duc

• Reprise de l’information pour nommer et caractériser les personnages, les lieux, pour créer des effets de sens, etc. • Harmonisation des temps verbaux autour du temps dominant du récit (souvent le passé) • Non-contradiction entre les éléments de l’univers narratif ainsi qu’entre la caractérisation des personnages et leur façon de s’exprimer • Correspondance entre les éléments du texte : caractéristiques des personnages, lieux et époque de l’histoire, événements racontés, genre du récit

• Narrateur omniscient : il sait tout de ses personnages et il ne participe pas à l’histoire. • Narrateur participant à l’histoire : il est le personnage principal ou un témoin. • Narrateurs multiples : plusieurs personnages racontent l’histoire.

Situation initiale

Séquences secondaires

La cohérence et l’organisation du texte narratif

Pour l’étude des modes de discours narratif et poétique, un schéma sur double page présente les notions que l’élève doit acquérir selon la Progression des apprentissages. Pour l’étude du mode de discours argumentatif, ce schéma s’étend sur six pages. La description de la structure type du mode de discours à l’étude aide l’élève à la reconnaître.

L’organisation d’un texte narratif (séquence narrative)

Types de narrateur

Auteur • L’auteur d’un texte narratif se caractérise par : – son identité (nom, genre, etc.) ; – sa nationalité, son époque ; – sa notoriété (classique, populaire, inconnu, etc.). • Son intention peut être : – de raconter une histoire ; – de transposer la réalité dans un autre univers ; – d’illustrer des comportements.

G

La situation de communication

ns

Les éléments en couleur sont particulièrement importants cette année.

La narration

Éd

Plusieurs textes permettent à l’élève d’acquérir des connaissances sur le mode de discours à l’étude, conformément à la Progression des apprentissages. Pour chaque texte, une stratégie tirée de la section « Pour réussir en lecture » est suggérée à l’élève.

©

Des consignes d’annotation permettent à l’élève d’analyser son texte de façon efficace et de repérer plus facilement les informations importantes. Les mots plus difficiles sont inscrits en bleu dans le texte et définis dans la marge.

Stratégie de lecture J’utilise les ressources à ma disposition.

Ru, de Kim Thúy, est un roman autobiographique qui relate l’exil de cette réfugiée vietnamienne vers le Québec. Sautant du présent au passé, de Granby à Saigon, elle nous transporte dans sa réalité avec sa poésie bien vivante.

1 Dans les deux premiers paragraphes, soulignez quatre groupes de mots indiquant que l’auteure est née en temps de guerre. 2 Dans le 4e et le 5e paragraphe, surlignez les verbes au présent et encadrez les verbes au passé composé et à l’imparfait.

Définitions polyphonie : combinaison de plusieurs sons. déployer : envoyer un peu partout. interchangeable : se dit de choses qui peuvent être changées l’une pour l’autre.

Qu’est-ce que c’est ? Un roman qui a pour particularité de développer la psychologie d’un personnage et de la placer au premier plan. Ainsi, il contient souvent peu d’actions et de rebondissements. Le nœud de l’intrigue réside plutôt dans les réflexions, les pensées, les questionnements du personnage, qui évolue tout au long des événements vécus. En ce sens, le roman psycho­ logique a ce point en commun avec la nouvelle. Exemple de roman psychologique

État psychologique du personnage au début du récit

Événement créant un déséquilibre

20

25

Qui l’écrit et pourquoi ? Tout auteur qui veut développer les caractéristiques psychologiques d’un personnage.

30

Qui le lit et pourquoi ? Quiconque s’intéresse à la psychologie reflétée par un personnage de fiction. 35

De quoi t’ennuies-tu, Éveline ? Dans sa vieillesse, quand elle n’attendait plus grande surprise ni pour le cœur ni pour l’esprit, maman eut une aventure. Elle lui arriva par Majorique, le frère qu’elle n’avait jamais cessé de ché­ rir tendrement, peut­être parce qu’il menait la vie qu’elle eût aimée pour elle­même : partir, connaître autant que possible les merveilles de ce monde, traverser la vie en voyageur. Toute sa vie d’adulte, captive de son foyer, de ses devoirs, jamais maman n’avait abdiqué son désir de liberté, et quand la liberté vint enfin, ce fut avec la douleur des séparations. Son mari au cimetière, ses enfants dispersés, elle eut le cœur enchaîné par les souvenirs et le chagrin. Et d’ailleurs, elle n’avait plus ni bonnes jambes ni le cœur très solide. Ainsi va la vie sans doute. Et pourtant, c’est alors que maman eut sa récompense. Un jour de janvier, au Manitoba, elle reçut de Californie ce curieux télégramme : Majorique à la veille du grand départ souhaite revoir Éveline. Argent suit.

1

5

10

15

40

45

50

Que pouvaient signifier ces mots : à la veille du grand départ ? Que Majorique était très malade, sur le point de mourir peut­être ? Ou bien qu’il s’apprêtait à partir pour une autre destination tout simplement ? Depuis des années, dans ses lettres, il laissait en­ tendre qu’il ne finirait pas nécessairement ses jours en Californie, tout heureux qu’il y fût, car mille choses restaient encore à voir. Et souvent, oui, très souvent, il parlait des îles… Lesquelles ? lui demandait­on. Et alors il en nommait quelques­unes en riant à sa façon secrète : « Honolulu peut­être, ou les îles Fidji… peut­ être bien la Nouvelle­Zélande et l’Australie qui sont aussi des îles… et même les continents sont des îles… » Maintenant qu’elle y pensait, Éveline se rappela que toute sa vie Majorique avait eu  ce mot aux lèvres, l’associant à quantité d’idées abstraites. Ne disait­il pas à tout propos : l’île du bonheur, l’île des trésors, l’île des aventures… ?

Gabrielle Roy (1909-1983) est une grande auteure canadienne francophone. Née au Manitoba, elle est décédée au Québec, là où elle a écrit la majorité de son œuvre. De quoi t’ennuies-tu, Éveline ? est le dernier texte qu’elle a publié.

Le télégramme entre les mains, Éveline restait songeuse, hésitant – Évolution et cela lui parut presque inconvenant, mais qui au fond avait été psychologique entre le souci et la joie plus inconvenant que Majorique ? – hésitant entre l’inquiétude et l’émerveillement. Comme c’était bien là la marque de Majorique, En résumé : pensa­t­elle, de laisser les gens en suspens, aux frontières de la • peu d’actions ; joie et du chagrin. Mais soudain, Éveline se reprit : qu’avait­elle donc à tant hésiter ? Majorique la demandait et, quelle que fût son intention, elle devait accourir sur­le­champ. Avait­elle seulement idée de la distance entre Winnipeg et ce petit village de Californie où habitait Majorique : Bella Vista ? Proba­ blement pas, car la folie de son frère, pour qui un voyage de mille milles s’entreprenait aussi facilement qu’une visite à un voisin, cette folie la gagna aussitôt entièrement. Pendant qu’une part d’elle­même faisait ce qu’il y avait à faire : courir en ville retenir le billet d’autobus (l’argent qu’elle reçut quelques heures plus tard eût suffi à un billet d’avion, mais elle s’en tint à sa première idée), revenir à la maison, empiler ses effets dans une petite valise, pendant ce temps son esprit voguait déjà à l’aventure. Merveilleu­ sement, elle ignora qtu’elle avait soixante­treize ans, que son cœur demandait des ménagements.

• absence de descriptions de l’environnement ; • nombreux détails sur l’évolution psychologique du personnage.

Gabrielle Roy, De quoi t’ennuies-tu, Éveline ?, Boréal compact, 1988, p. 11­21. © Fonds Gabrielle Roy

© Éditions Grand Duc

66

LA NARRATION

© Éditions Grand Duc

67

LA NARRATION

La présentation des genres de textes comporte deux parties : un encadré décrivant ses principales caractéristiques et un exemple annoté.

Intention de lecture Déterminer les ruptures dans la chronologie (retour en arrière, anticipation) et leurs effets sur la lecture.

L’intention de lecture indique à l’élève ce à quoi prêter attention durant sa lecture.

Ru Je suis venue au monde pendant l’offensive du Têt, aux premiers jours de la nouvelle année du Singe, lorsque les longues chaînes de pétards accrochées devant les maisons explosaient en poly­ phonie avec le son des mitraillettes.

1

J’ai vu le jour à Saigon, là où les débris des pétards éclatés en mille miettes coloraient le sol de rouge comme des pétales de cerisier, ou comme le sang des deux millions de soldats déployés, éparpillés dans les villes et les villages d’un Vietnam déchiré en deux.

5

Je suis née à l’ombre de ces cieux ornés de feux d’artifice, décorés de guirlandes lumineuses, traversés de roquettes et de fusées. Ma naissance a eu pour mission de remplacer les vies perdues. Ma vie avait le devoir de continuer celle de ma mère.

10

Je m’appelle Nguyên An Tinh et ma mère, Nguyên An T nh. Mon nom est une simple variation du sien puisque seul un point sous le i me différencie d’elle, me distingue d’elle, me dissocie d’elle. J’étais une extension d’elle, même dans le sens de mon nom. En vietnamien, le sien veut dire « environnement paisible » et le mien, « intérieur paisible ». Par ces noms presque interchangeables, ma mère confirmait que j’étais une suite d’elle, que je continuerais son histoire. L’Histoire du Vietnam, celle avec un grand H, a déjoué les plans de ma mère. Elle a jeté les accents de nos noms à l’eau quand elle nous a fait traverser le golfe du Siam, il y a trente ans. Elle a aussi dépouillé nos noms de leur sens, les réduisant à des sons à la fois étrangers et étranges dans la langue française. Elle est surtout venue rompre mon rôle de prolongement naturel de ma mère quand j’ai eu dix ans.

Des pictogrammes, insérés à la suite des titres, indiquent le niveau de difficulté des textes à l’étude.

15

20

25

Facile Moyen Difficile

Année du Singe : 1968 dans l’astrologie chinoise

© Éditions Grand Duc

Le roman psychologique

68

LA NARRATION

Nouveau ! Des informations culturelles en lien avec les textes sont présentées à l’élève.

© Éditions Grand Duc

VI

LA STRUCTURE DU CAHIER


Les questions qui accompagnent les textes Les questions proposées dans le cahier font appel à tous les critères d’évaluation en lecture.

Questions sur le texte

Réaction

Les questions d’interprétation sont identifiées comme ceci :

5  L’auteure mentionne que sa mère voulait qu’elle soit le prolongement d’elle­même. Avez­vous parfois l’impression d’être le prolongement de vos parents ? Justifiez votre réponse.

Compréhension et interprétation 1  Les événements sont­ils racontés chronologiquement ? Justifiez votre réponse en faisant ressortir les thèmes exploités dans chaque temporalité du texte.

Nouveau ! Les questions d’interprétation sont distinctes des questions de compréhension.

2  Selon vous, quel est le lien entre monsieur Vinh et Henri ?

3  a) Aux lignes 51 à 71, l’auteure explique la peur ressentie dans la cale du bateau.

Jugement critique

Pour l’exprimer, elle conclut avec la phrase suivante : « Nous étions paralysés. » Elle aura la même impression à un autre moment de sa vie. Lequel ? Justifiez votre réponse en citant un passage du texte.

6  Trouvez­vous que l’auteure vous a permis de comprendre les sentiments complexes éprouvés par les gens qui fuyaient le Vietnam en bateau ? Justifiez votre réponse.

b) Selon vous, pourquoi l’auteure réagit­elle ainsi ?

Nouveau ! Des questions de grammaire en contexte sont présentées à l’élève afin qu’il ou elle puisse vérifier sa compréhension des notions grammaticales en contexte de lecture. Un encadré renvoie l’élève aux notions correspondantes dans la section « 50 notions pour la grammaire en contexte ».

Phrases interrogatives

Croyez-vous qu’il soit encore possible de changer le monde ?

Complicité, proximité

écriture plus dynamique. C’est une caractéristique de son style « primitif », comme il le dit au début de son livre Pays sans chapeau. Pour chacune des phrases suivantes tirées du texte, précisez s’il s’agit d’une phrase non verbale, d’une phrase à présentatif ou d’une phrase infinitive.

Apostrophe (fait d’interpeller quelqu’un)

N’est-ce pas que j’ai raison, mon ami ?

Complicité, familiarité

Ironie (fait de dire le contraire de ce que l’on pense)

Vos idées dangereuses sont de plus en plus populaires. Je vous en félicite.

Mépris, provocation

Choix d’une variété de langue pour créer un effet

• Langue soutenue : Je vous prie de prêter attention à cette histoire. • Langue familière : Cette argumentation est de la bouillie pour les chats.

• Respect, politesse

a) Me voilà seul à présent. b) Seul à Port­au­Prince. c) La ville, à mes pieds. d) Au loin, l’île de la Gonave.

Ressource de la langue

j

L’attitude du narrateur par rapport aux personnages

5

t

4

laclasse.grandducenligne.com

Marque de modalité

Exemples

Attitude du narrateur

Vocabulaire connoté

• Mélioratif : Vous êtes brillant et vous comprendrez mon point de vue. • Péjoratif : Vous êtes borné et vous serez parfaitement incapable de me comprendre.

• Respect, volonté de plaire

Vouvoiement

Je sollicite votre indulgence pour ce que je vous raconterai.

Respect, politesse

Tutoiement

• Je te raconterai une histoire troublante. • Tu sais comme moi que rien n’est plus tenace qu’un préjugé.

• Familiarité

Phrases impératives

Pensez à toutes ces femmes de par le monde qui ne sont pas libres.

Complicité, proximité

62

• Complicité

Phrase interrogative :

Apostrophe :

b) À partir des marques que vous avez relevées, comment décririez­vous l’attitude du narrateur à l’égard du vendeur de montre ? Encerclez votre réponse. 1 Une certaine impatience 2 Une grande politesse 3 Un profond mépris

LA NARRATION

uc

2. Cliquer sur « Utiliser un code ».

c) Selon vous, pourquoi le narrateur adopte­t­il cette attitude par rapport à ce personnage ?

© Éditions Grand Duc

LA NARRATION

1. Se rendre sur la Classe numérique : laclasse.grandducenligne.com.

63

3. Entrer le code de la série de questions correspondante.

LA NARRATION

ns

© Éditions Grand Duc

• Mépris, provocation

Vouvoiement :

73

Nouveau ! Pour chaque ressource de la langue, un c o d  e renvoie à des exercices autocorrigés dans la Classe numérique.

• Provocation

Vocabulaire connoté :

© Éditions Grand Duc

Des rubriques sur les ressources de la langue sont insérées là où la Progression des apprentissages prévoit l’étude de ces notions.

a) Dans la partie « La montre », relevez un exemple de chacune des marques de modalité suivantes qui sont liées à l’attitude du narrateur envers le vendeur de montre. •

Dans un récit, quand l’histoire est racontée par un narrateur participant, celui-ci adopte toujours une certaine attitude par rapport aux autres personnages de l’histoire. Les marques de modalité suivantes révèlent son attitude. Il est important de tenir compte du contexte pour déterminer les marques de modalité et interpréter correctement l’attitude du narrateur qu’elles évoquent.

LA NARRATION

Les ressources de la langue

Attitude du narrateur

Dany Laferrière aime utiliser des phrases à construction particulière pour rendre son

72

D

Exemples

nd

Marque de modalité

© Éditions Grand Duc

G

p. 278

Lesquels ?

ra

Grammaire en contexte Voir la notion 36,

4  Être mère a permis à l’auteure de comprendre deux événements de son passé.

Les situations d’écriture

Nouveau ! Elles sont suivies d’une page d’exercices.

iti o

Chaque genre de texte fait l’objet d’une situation d’écriture pour permettre à l’élève de réinvestir ses connaissances.

Les suggestions de lecture

Éd

À la fin de chaque chapitre, des suggestions de lecture invitent l’élève à enrichir son expérience littéraire.

Le volet numérique avec un contenu bonifié nnUn guide d’enseignement numérique complet propose de nouveaux outils :

©

•• une planification annuelle ; •• une version adaptée des textes et des questions qui les accompagnent pour favoriser l’apprentissage des élèves en difficulté (formats Word et PDF) ; •• des exercices reproductibles pour consolider les apprentissages en lien avec les ressources de la langue et la grammaire ; •• des évaluations en lecture et en écriture pour tous les genres de textes ; •• une évaluation des trois compétences pour chaque mode de discours.

nnUne médiagraphie commentée propose des outils ou de l’information

supplémentaire. nnUne version à projeter est également disponible.

© Éditions Grand Duc

VII

LA STRUCTURE DU CAHIER


La simulation d’examen de fin d’études secondaires Nouveau ! Cette deuxième édition comprend un tout nouveau chapitre portant sur la préparation de l’examen de fin d’études secondaires en écriture. La démarche proposée aide l’élève à développer ses stratégies de travail en vue de cet examen et suit les mêmes étapes que l’épreuve du ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur. Une activité préparatoire

Activité préparatoire Menez les activités suivantes afin d’en apprendre plus sur les changements climatiques.

1 Indiquez si les énoncés ci-dessous sur l’effet de serre sont vrais ou faux.

Le dossier préparatoire

Un dossier préparatoire

Énoncé

Dans les pages qui suivent est présenté un dossier préparatoire semblable à celui que vous recevrez au moment de l’examen de fin d’études en écriture. Lisez le dossier en entier, et effectuez les tâches proposées pour vous préparer à la simulation de l’épreuve. Ce dossier comprend : • la politique éditoriale ; • une activité préparatoire ; • un dossier de lecture ;

Vrai

Faux

a) L’effet de serre est un phénomène uniquement causé par l’activité humaine. b) Sans l’effet de serre, la Terre aurait une température moyenne glaciale de -19 plutôt que de 14 degrés Celsius.

• une discussion en équipe ; • une grille d’évaluation ; • une feuille de notes.

c) L’énergie solaire ne contribue pas à l’effet de serre. d) Le phénomène d’effet de serre est plutôt nouveau : il remonte à l’ère industrielle. e) L’activité humaine augmente le phénomène d’effet de serre et réchauffe la planète. f) La vapeur d’eau est le gaz naturel qui contribue le plus à l’effet de serre.

2 Associez chaque définition de la colonne de gauche au concept correspondant dans la colonne de droite. Gaz à effet de serre Neutralité carbone

c) Temps moyen pendant une période de plusieurs décennies. Il ne varie normalement pas.

Temps

d) État qui survient quand les émissions de gaz carbonique sont égales aux phénomènes qui en absorbent. e) Nom donné à des substances libérées dans l’atmosphère qui contribuent au réchauffement climatique. f) Réservoirs naturels qui absorbent le gaz carbonique (arbres, sols, etc.).

uc

a) État de l’atmosphère à un moment précis. Il comprend la température, la pression atmosphérique, le vent, etc. Il varie chaque jour. b) Modifications des tendances du climat à l’échelle de la planète.

Puits de carbone

Changements climatiques Climat

Source : STATISTIQUE CANADA, L’activité humaine et l’environnement : statistiques annuelles, [En ligne], 2016.

Le dossier de lecture

203

© Éditions Grand Duc

201

SIMULATION D’EXAMEN DE FIN D’ÉTUDES SECONDAIRES

Bouteille à l’amère

SOMMAIRE

Un dossier de lecture

Environnement : ma génération se lève !, par Élisabeth Bisaillon

p. 206

Quoi répondre à un climatosceptique, par Pierre-Yves Villeneuve

p. 208

p. 211

Vivant, de la bactérie à homo ethicus, par Aymeric Caron

p. 213

Veaux, vaches, cochons…, par Christian Rioux

p. 216

Histoire d’une extinction, par Pascal

p. 218

205

SIMULATION D’EXAMEN DE FIN D’ÉTUDES SECONDAIRES

Voici de quoi calmer sa soif et s’obliger à traîner une gourde réutilisable : selon un rapport de la firme Euromonitor International, un million de bouteilles de plastique sont vendues dans le monde chaque minute. Si rien ne change, ce nombre augmentera de 20 % d’ici 2021.

Pendant qu’on chipote sur la qualité de notre eau, on oublie que moins de la moitié des bouteilles de plastique achetées en 2016 ont été collectées pour le recyclage et que seulement 7 % d’entre elles ont été transformées en nouvelles bouteilles. Les autres se sont retrouvées dans des sites d’enfouissement ou dans les cours d’eau, puis dans les océans où elles sont ingérées en partie par la faune. Ces déchets contaminent toute la chaîne alimentaire. En 2014, des chercheurs belges ont calculé que, en Europe, chaque amateur d’huîtres et de moules avalait annuellement 11 000 particules de plastique !

Et que l’on ne s’y trompe pas : la majorité de ces bouteilles ne contiendront pas des boissons sucrées, mais bien de l’eau. Les consommateurs préfèrent leur H2O embouteillée, car ils craignent l’insalubrité de

La pollution par le plastique s’aggrave de jour en jour, à tel point que certains n’hésitent plus à dire que cette crise est aussi préoccupante que celle du réchauffement climatique.

ra

SIMULATION D’EXAMEN DE FIN D’ÉTUDES SECONDAIRES

209

G

© Éditions Grand Duc

Les stratégies de lecture pour la préparation efficace de la feuille de notes

1

Parcourez le dossier préparatoire pour prendre connaissance des différentes tâches à accomplir.

2

Lisez une première fois tous les textes du dossier de lecture pour avoir une idée globale des différents points de vue présentés.

Votre feuille de notes doit absolument respecter les exigences ministérielles, sans quoi elle risque d’être confisquée pendant la séance d’examen. Voici une liste que vous pouvez utiliser pour vous assurer de répondre aux exigences.

J’ai noté les sources de mes citations.

Je n’ai pas relevé un grand nombre de citations. Je n’ai organisé aucun plan.

Je n’ai pas composé de texte à l’avance. Je n’ai pas dressé de liste d’organisateurs textuels ou de marqueurs de relation. Je n’ai pas reproduit de notes de cours. J’ai noté des exemples grammaticaux pour me permettre de corriger mes erreurs fréquentes.

ns

• les faits, les statistiques, les propos d’expert permettant d’appuyer la thèse ; • toute autre information qui vous semble essentielle ou percutante.

4

Regroupez vos annotations. Utilisez différentes couleurs pour créer des catégories dans votre dossier de lecture avant de rédiger votre feuille de notes. Vous pouvez choisir de faire des regroupements par texte, par thèmes ou encore par ordre chronologique.

5

Si nécessaire, recherchez des informations complémentaires sur le sujet (proverbe, statistique, avis d’expert, champ lexical, etc.). Portez une attention particulière à la CRÉDIBILITÉ des sources trouvées et notez vos sources.

En équipe, discutez des enjeux des changements climatiques. Utilisez les questions ci-dessous pour guider votre discussion.

1 Avez-vous l’impression de participer au réchauffement climatique ?

2 Selon vous, quels sont les meilleurs moyens que chacun ou chacune peut prendre pour lutter contre les changements climatiques ?

© Éditions Grand Duc

219

SIMULATION D’EXAMEN DE FIN D’ÉTUDES SECONDAIRES

Des textes à lire et des questions pour alimenter la discussion en équipe

J’ai placé les citations entre guillemets.

Je n’ai pas écrit de phrases complètes, sauf pour les citations.

3

• la thèse ou la contre-thèse ; • les arguments ou les contrearguments ; • les différents procédés de réfutation ou d’explication ;

Discussion en équipe sur le sujet

Comment m’assurer que ma feuille de notes répond aux exigences ?

J’ai utilisé des mots-clés.

Relisez chaque texte en profondeur pour en dégager l’argumentaire. Annotez les textes pour mettre en évidence :

Je n’ai pas copié sur d’autres élèves. Mise en garde concernant le plagiat Bien que la mise en commun d’informations soit permise pendant les discussions en équipe, il est interdit de produire des feuilles de notes identiques. Chaque élève doit donc préparer sa propre feuille de notes.

Consignez les informations recueillies sur votre feuille de notes.

6

• Organisez l’information à l’aide de la méthode qui vous convient habituellement le mieux : réseau de concepts, tableau, titres et sous-titres, etc. • Utilisez des MOTS-CLÉS et REFORMULEZ l’information. Placez entre GUILLEMETS les phrases complètes que vous voulez citer et notez les SOURCES. Au besoin, prenez vos notes en vrac sur une feuille brouillon, puis transcrivez-les sur la feuille de notes au propre.

iti o

Éd ©

l’eau du robinet. Un souci bien réel dans plusieurs pays, mais qui est absurde au Québec où les normes régissant l’eau potable sont parmi les plus sévères de la planète.

nd

La biodiversité dans l’ombre du climat,

Ce chapitre présente également quelques conseils à l’intention des élèves.

Consignes concernant le respect du droit d’auteur

On les a distribuées pendant les journées chaudes, vendues dans les festivals, offertes au cours des événements sportifs. Pendant la belle saison, les bouteilles d’eau jetables en plastique sont partout. Assoiffé et accablé par la chaleur, comment y résister ? Surtout lorsqu’on les sait 100 % recyclables – un argument qu’affectionne l’industrie de l’eau embouteillée.

p. 209

par Jean-Patrick Toussaint

© Éditions Grand Duc

Stratégies de lecture pour la préparation efficace de la feuille de notes avec liste à cocher des exigences ministérielles et feuille de notes détachable

24 août 2017 Par Marie Lambert-Chan

Bouteille à l’amère, par Marie Lambert-Chan

SIMULATION D’EXAMEN DE FIN D’ÉTUDES SECONDAIRES

D

© Éditions Grand Duc

Avant de rédiger votre lettre ouverte, vous devez vous documenter au sujet des changements climatiques. Lisez les textes qui suivent afin de trouver des idées pour rédiger votre lettre. Surlignez les passages importants, annotez les textes et participez à la discussion en équipe sur le sujet. Enfin, préparez votre feuille de notes.

7

Ajoutez des exemples grammaticaux en tenant compte de vos erreurs fréquentes.

© Éditions Grand Duc

198

SIMULATION D’EXAMEN DE FIN D’ÉTUDES SECONDAIRES

© Éditions Grand Duc

199

SIMULATION D’EXAMEN DE FIN D’ÉTUDES SECONDAIRES

Le respect du droit d’auteur

Liste de vérification

Votre lettre d’opinion doit être inédite. Par conséquent, vous devez respecter le droit d’auteur dans l’utilisation des textes du dossier de lecture ou de vos autres sources, sans quoi vous serez accusé de plagiat.

Après avoir rédigé la version provisoire de votre texte, utilisez la liste de vérification ci-dessous pour vous assurer que vous n’avez rien oublié.

• Toute phrase recopiée en totalité ou en partie doit être encadrée de guillemets et accompagnée d’une note de bas de page. • Toute donnée chiffrée doit être accompagnée de la source, même si le texte est reformulé.

Critère 1 : Adaptation à la situation de communication

Liste de vérification personnalisable liée aux cinq critères d’évaluation

Mon texte comprend : une introduction qui présente le sujet dans son contexte et qui formule la thèse de façon implicite ou explicite ; un développement qui expose les arguments qui soutiennent la thèse ;

Que faire pour éviter le plagiat ?

une conclusion qui présente ou reformule la thèse et démontre son intérêt.

• N’utilisez que des mots-clés. • Utilisez les guillemets pour isoler les citations et la note de bas de page pour citer vos sources. • N’abusez pas des citations, car vous pourriez être pénalisé. La meilleure façon d’éviter le plagiat, c’est de bien s’approprier le sujet. Profitez de la discussion en classe pour vérifier si vous le maîtrisez bien. Si vous êtes capable de débattre oralement de la problématique sans avoir recours à vos notes, vous aurez de la facilité à répondre à la question en utilisant vos propres arguments.

Pour étoffer mon argumentation, j’ai inséré : d’autres séquences (descriptives, explicatives, narratives ou dialogales) ; des procédés de réfutation ou d’explication. J’ai utilisé des moyens efficaces et variés pour présenter mon point de vue : en intégrant ce que je connais du sujet ; en illustrant mes idées à l’aide de figures de style ; en variant mes constructions syntaxiques ;

Comment citer les sources ?

en choisissant un vocabulaire connoté et recherché.

• Utilisez le discours rapporté directement en encadrant chaque citation de guillemets, en nommant la source et en l’indiquant de façon précise en note de bas de page. • N’oubliez pas que les crochets [ ] doivent être utilisés dès qu’un passage est écourté ou modifié.

J’ai maintenu un point de vue constant : en évitant les contradictions. Critère 2 : Cohérence du contenu

Si vous choisissez le discours rapporté indirectement ou libre, vous devez aussi citer vos sources.

J’ai assuré la cohérence de mon texte :

Quels renseignements dois-je fournir sur la source ? • • • • • •

en maintenant un point de vue constant ; en faisant usage de différents moyens linguistiques (organisateurs textuels, marqueurs de relation, subordonnants, etc.) pour créer des liens logiques entre les paragraphes, à l’intérieur d’une phrase ou d’une phrase à une autre ;

Le prénom de l’auteur et son nom en majuscules Le titre de l’article entre guillemets Le titre de l’ouvrage ou de la revue souligné La ville et la maison d’édition ou la mention [En ligne] si la source provient d’Internet La date de publication La ou les pages d’où sont tirées les citations, s’il y a lieu

en utilisant différents moyens pour reprendre l’information afin d’éliminer les répétitions.

Exemple : Pierre-Yves VILLENEUVE, « Quoi répondre à un climatosceptique », Curium, no 50, avril 2019.

© Éditions Grand Duc

200

SIMULATION D’EXAMEN DE FIN D’ÉTUDES SECONDAIRES

© Éditions Grand Duc

222

SIMULATION D’EXAMEN DE FIN D’ÉTUDES SECONDAIRES

Le volet numérique comprend également :

nnla tâche d’écriture, y compris la question à traiter ; nnune liste de révision à personnaliser, accompagnée de codes qui donneront accès à des exercices

en ligne autocorrigés, afin que l’élève puisse construire sa propre liste de vérification ; nnun plan de rédaction à remplir ; nnun cahier de rédaction pour la version provisoire de l’élève ; nnun cahier de rédaction pour la version définitive de l’élève. © Éditions Grand Duc

VIII

LA STRUCTURE DU CAHIER


uc D ns

G

ra

nd

Pour réussir en lecture

p. 2

Les stratégies de lecture

p. 3

Les questions sur le texte

p. 8

©

Éd

iti o

L’annotation d’un texte


L’annotation d’un texte Pourquoi annoter un texte ? Annoter un texte vous sert à : •• découvrir la structure d’un texte ; •• mieux comprendre un texte ; •• repérer plus facilement les informations importantes qui vont vous permettre de répondre aux questions.

uc

Au bout du compte, cela vous permet de gagner du temps !

D

Comment annoter un texte de façon efficace ? Pour annoter un texte, vous pouvez :

Vous devez connaître l’intention de lecture avant de débuter. En sachant ce que vous cherchez, vous aurez plus de facilité à déterminer ce qui est important de retenir.

Éd

iti o

ns

G

ra

nd

• souligner les mots que vous avez du mal à lire ou que vous ne connaissez pas ; • écrire dans la marge ou au-dessus d’un mot que vous ne connaissez pas une courte définition ou un synonyme ; • surligner les informations importantes ; • dans la marge, résumer dans vos mots l’idée principale d’un paragraphe ; • encadrer les éléments qui structurent le texte : les titres, les intertitres, les organisateurs textuels, etc. ; • tracer un trait entre les différentes parties du texte (par exemple, entre l’introduction, le développement et la conclusion ou encore, dans le paragraphe d’introduction, entre le sujet amené, le sujet posé et le sujet divisé).

©

Attention ! N’annotez pas trop le texte, sans quoi vous ne vous y retrouverez plus !

© Éditions Grand Duc

2

POUR RÉUSSIR EN LECTURE


Les stratégies de lecture Avant la lecture

Je survole le texte pour faire des prédictions sur son contenu.

Comment ? nn J’observe les indices du texte comme le titre, les intertitres, les photos, les illustrations et

uc

les autres éléments qui y sont mis en évidence (caractères gras, caractères italiques ou autres moyens graphiques). nn J‘identifie le genre de texte et je tente d’en dégager la structure.

D

nn Je prends le temps de me demander ce que je connais sur le sujet du texte que je vais lire. nn Je me questionne sur ce que je dois savoir avant de lire le texte (informations sur l’auteur,

contexte de production, etc.)

Je cherche des indices dans les mots plus difficiles.

ra

Pendant la lecture

nd

nn S’il s’agit d’un texte argumentatif, je me questionne sur ce que je veux savoir.

G

Comment ?

nn Je cherche des mots appartenant à la même famille morphologique.

Pendant la lecture

Je regarde autour des mots.

Éd

Comment ?

iti o

des préfixes et des suffixes.

ns

nn Je décompose les mots en cherchant le mot de base et en tentant de comprendre le sens

nn Je regarde si la définition d’un mot difficile est fournie dans la marge, dans un encadré ou dans

le bas de la page.

©

nn J’observe les illustrations ou les photos pour y trouver des indices. nn Je relis la phrase précédente et la phrase dans laquelle se trouve le mot, parce que le contexte

peut me donner des indices sur le sens du mot.

nn Je poursuis ma lecture ; peut-être que la réponse se trouve plus loin dans la phrase.

© Éditions Grand Duc

3

POUR RÉUSSIR EN LECTURE


Pendant

t la lecture

J’utilise les ressources à ma disposition.

Comment ? Je cherche le sens des mots en me servant des ressources à ma disposition. Exemples : dictionnaire, affiche thématique, site Internet, camarades de classe, personnel enseignant.

Je tiens compte de la ponctuation.

Comment ?

D

nn Je fais de courtes pauses aux virgules et des pauses aux points (. ? !).

uc

Pendant la lecture

Les différents signes de ponctuation renseignent sur le sens de la phrase et suggèrent une intonation différente.

nd

Les marques de dialogue sont aussi des indices qui donnent du sens à un texte contenant des interactions verbales entre interlocuteurs. nn Je vérifie s’il y a des phrases incises, c’est-à-dire des phrases qui signalent un discours rapporté

G

Je me fais des images dans ma tête.

ns

Pendant la lecture

ra

direct et où le sujet est inversé.

Comment ?

nn Je prête attention aux descriptions de lieux et aux émotions des personnages lorsque je lis

iti o

un texte narratif, ce qui me permet d’imaginer avec précision les scènes d’une histoire. nn Je crée des images dans ma tête lorsque je lis une phrase ou un paragraphe

©

Éd

d’un texte argumentatif, ce qui facilite ma compréhension du sujet.

© Éditions Grand Duc

4

POUR RÉUSSIR EN LECTURE


Pendant la lecture

Je lis par groupes de mots.

Comment ? nn Je regroupe les mots qui ont un lien de sens. nn Je lis le texte en marquant une pause après chaque groupe de mots. Avant de passer au groupe

de mots suivant, je me fais une image dans ma tête pour donner un sens à ce que je lis.

J’identifie les mots auxquels renvoient les éléments de substitution.

uc

Pendant la lecture

Comment ?

D

nn Je trouve les éléments de substitution. Ces éléments servent entre autres à éviter les répétitions

et à enrichir un texte.

nd

Exemples : pronoms, termes génériques, synonymes.

nn J’identifie le mot ou le groupe de mots que l’élément de substitution remplace. Il se trouve

généralement dans la ou les phrases précédentes.

Je me réfère à la structure du texte.

Comment ?

iti o

nn Dans un texte narratif :

ns

Pendant la lecture

G

ra

Attention ! Il est possible que ce mot ou ce groupe de mots soit placé après l’élément de substitution.

•• je me réfère au schéma narratif ;

•• je repère l’insertion d’un dialogue grâce aux tirets longs ou aux guillemets.

Éd

nn Dans un texte argumentatif :

•• je repère les organisateurs textuels ou les marqueurs de relation ;

©

•• j’utilise les intertitres et les différents paragraphes pour me repérer dans le texte.

© Éditions Grand Duc

5

POUR RÉUSSIR EN LECTURE


Pendant la lecture

Je prédis la suite du texte.

Comment ? nn Dans un texte narratif :

•• j’anticipe la suite du texte en fonction de ce qui précède ; •• je repère les différentes parties d’une histoire (le schéma narratif). Exemple : Après avoir trouvé l’élément déclencheur (le problème), je me demande comment le personnage pourrait s’en sortir. J’essaie de deviner la suite.

uc

nn Dans un texte argumentatif :

•• je me demande ce que je sais sur le sujet, je survole le texte et je fais des prédictions sur ce que je vais lire ;

Je résume dans mes mots l’idée principale de chaque paragraphe.

ra

Pendant la lecture

nd

D

•• à partir de ce que je connais, je fais des tentatives pour expliquer des aspects traités dans le texte.

Comment ?

G

nn Dans un texte narratif, je me réfère au schéma narratif afin de n’oublier aucune partie : la situation

initiale (qui ? où ? quand ? quoi ?), l’élément déclencheur, le déroulement (les péripéties), le dénouement et la situation finale.

ns

nn Dans un texte argumentatif :

iti o

•• pour formuler les idées essentielles, je me demande de quoi on parle et je reprends les mots les plus importants du texte ; •• s’il y a des intertitres, je résume en une phrase ou deux l’idée principale de chaque section.

Je fais des liens avec ce que je sais déjà sur le sujet.

Éd

Pendant la lecture

Comment ?

©

nn Je prends le temps de me demander ce que je connais sur le sujet du texte que je vais lire. nn Je pense à ce que j’ai lu, vu ou entendu sur le sujet.

© Éditions Grand Duc

6

POUR RÉUSSIR EN LECTURE


Pendant la lecture

Je devine ce qui est sous-entendu.

Comment ? J’utilise les indices du texte ainsi que mes connaissances pour faire des liens. Je peux ainsi faire des inférences, c’est-à-dire déduire des informations qui sont exprimées de façon implicite.

Après la lecture

Je me rappelle ce que j’ai lu et les points importants.

uc

Comment ? •• je me réfère au schéma narratif afin de ne rien oublier ;

D

nn Lorsque je résume un texte narratif :

•• je résume chaque partie du schéma à l’aide d’une ou de deux phrases.

nd

nn Lorsque je résume un texte argumentatif :

•• j’identifie les idées importantes ou les informations essentielles à retenir en utilisant les indices du texte (titre, intertitres, etc.) ; nn Je pense à ce que j’ai appris sur le sujet.

ra

•• j’identifie les procédés argumentatifs (thèse, contre-thèse, réfutation, etc.)

G

nn Je reformule dans mes mots une idée afin de bien comprendre ce que je viens de lire.

©

Éd

iti o

ns

Je peux reprendre des mots ou des passages du texte pour m’exprimer avec précision.

© Éditions Grand Duc

7

POUR RÉUSSIR EN LECTURE


Les questions sur le texte C’est important de bien connaître les particularités de chaque catégorie de questions pour y répondre correctement.

Compréhension et interprétation Les questions de compréhension renvoient à des éléments de réponse que vous dégagez du texte grâce à l’une ou l’autre de ces approches : explicites. Vous pouvez alors facilement les repérer dans le texte ;

uc

nn les éléments de réponse sont exprimés dans le texte : c’est ce que l’on appelle des informations

nn ils sont sous-entendus dans le texte : c’est ce que l’on appelle des informations implicites. À l’aide de

D

vos connaissances et des indices du texte, vous pouvez alors les déduire. Pour répondre à ces questions, vous devez :

nd

nn repérer les informations dans le texte ;

nn les reprendre pratiquement telles quelles dans votre réponse ;

ra

nn rédiger une phrase complète en utilisant les mots de la question.

2 Durant quelle saison se déroule cette histoire ? Nommez deux indices pour

expliquer votre réponse. (information implicite) L’histoire se déroule en automne, car le texte contient des indices comme « temps frais » et « feuilles mortes ».

iti o

ns

G

Exemples : 1  Quel est le personnage principal de cette histoire ? (information explicite) Le personnage principal est…

Éd

Les questions d’interprétation vous poussent à faire une lecture plus personnelle du texte dans le but de donner un sens à ce que vous lisez. Il vous faut faire un lien entre un élément du texte et une réponse possible selon le contexte et vos connaissances. Certaines informations ne sont pas explicites dans le texte, mais elles sont évidentes. D’autres peuvent donner lieu à différentes interprétations. Pour répondre à ces questions, vous devez vous appuyer sur des indices pertinents dans le texte en les nommant.

©

Exemples : 1  P  ourquoi l’auteur a-t-il donné ce titre au texte ? Expliquez votre réponse. Il a donné ce titre au texte parce que…

2  Quel but ou quelle intention avait l’auteur en écrivant ce texte ? Le but de l’auteur était de faire connaître au lecteur les…

© Éditions Grand Duc

8

POUR RÉUSSIR EN LECTURE


Réaction Les questions de réaction vous amènent à approfondir le sujet du texte et à faire des liens avec votre vécu. Dans un texte narratif, vous pouvez avoir : nn à dire ce que vous avez préféré dans le texte (un passage ou un personnage) ; nn à faire des liens avec une situation que vous avez vécue ou entre les personnages du récit

et des gens que vous connaissez ou vous-même ; nn à exprimer ce que vous avez ressenti durant la lecture du texte.

Dans un texte argumentatif, vous pouvez avoir : nn à mentionner des questions que la lecture du texte a suscitées chez vous ;

uc

nn à parler d’une opinion qui vous a semblé étonnante ou de ce que vous avez appris en lisant le texte ;

D

nn à dire si vous recommanderiez cette lecture à une autre personne et à expliquer pourquoi.

Pour répondre à ces questions, vous devez : à mon avis, etc.) ;

nd

nn prendre position en fonction de vos expériences et de vos connaissances (je crois, selon moi, nn expliquer votre réaction en faisant des liens avec votre vécu, votre personnalité, vos valeurs, etc. ;

ra

nn justifier votre position à l’aide d’un élément du texte.

ns

G

Exemple : 1  Ce texte influencera-t-il votre façon de voir les choses à l’avenir ? Expliquez votre réponse. Je crois que je n’aurai plus la même réaction quand je rencontrerai ce genre de personne. À l’avenir, je ferai preuve de plus de compréhension, car...

Jugement critique

Éd

iti o

Les questions de jugement critique vous amènent à prendre position vis-à-vis du texte au moyen de critères (caractéristiques des personnages, qualité de l’information, message transmis, crédibilité des sources, choix du vocabulaire, etc.). Il vous faut justifier votre position en vous fondant sur des extraits ou des exemples du texte. Pour répondre à ces questions, vous devez : nn donner votre opinion ;

nn exprimer le critère sur lequel vous avez basé votre opinion ;

©

nn donner un exemple tiré du texte pour appuyer votre opinion.

Exemples : 1  Les personnages de ce récit sont-ils vraisemblables ? Justifiez votre réponse au moyen de critères pertinents. Oui, ces personnages sont vraisemblables, car ils ont des caractéristiques que des gens de mon entourage possèdent également...

2 Le texte est-il facile à lire ? Expliquez votre réponse. Non, le texte n’est pas facile à lire, car les mots choisis par l’auteur sont complexes. Il s’agit d’un texte scientifique qui contient un vocabulaire très précis.

© Éditions Grand Duc

9

POUR RÉUSSIR EN LECTURE


Grammaire du texte Les questions de grammaire du texte vous amènent à analyser la structure du texte afin d’en dégager les éléments importants, compte tenu du genre de texte dont il s’agit. Pour répondre à ces questions, vous devez : nn bien connaître la structure modèle de différents modes de textes (narratif, argumentatif, poétique) ; nn mettre en application les notions relatives au mode de discours et au genre de texte pertinents ; nn vous référer aux ressources de la langue au besoin.

uc

Exemples : 1  L’introduction comporte-t-elle les trois sections habituelles ? Nommez-les. Oui, elle comporte le sujet amené, le sujet posé et le sujet divisé.

2  Quelle est la stratégie utilisée par l’auteur pour bien faire comprendre

nd

D

son opinion au lecteur ? L’auteur utilise la réfutation pour bien faire comprendre son opinion au lecteur.

ra

Jugement critique comparatif

ns

G

Après l’étude de chaque mode de discours, vous aurez à répondre à une question de jugement critique comparatif et ainsi à prendre position sur le texte que vous avez préféré. Vous devrez porter un jugement sur la qualité des textes à l’étude et expliquer votre choix en vous basant sur au moins deux critères d’appréciation différents (sujet, qualité de l’information, qualité de l’écriture, présentation, etc.). Pour répondre à ce type de questions, vous devez :

iti o

nn indiquer votre choix ;

nn déterminer les critères sur lesquels vous avez basé votre choix ;

©

Éd

nn donner au moins un exemple tiré du texte pour appuyer votre position.

© Éditions Grand Duc

10

POUR RÉUSSIR EN LECTURE


uc D nd ra

©

Éd

iti o

ns

G

La narration Le récit engagé Le loup et l’agneau Encabanée Le libraire de Kaboul Fahrenheit 451

p. 16 p. 20 p. 28 p. 36

Le roman sociologique Bonheur d’occasion Pays sans chapeau

p. 48 p. 56

Le roman psychologique Ru Garage Molinari

p. 68 p. 77


Les éléments en couleur sont particulièrement importants cette année.

La narration La situation de communication Contexte

Lecteur

•• L’auteur d’un texte narratif se caractérise par : – son identité (nom, genre, etc.) ; – sa nationalité, son époque ; – sa notoriété (classique, populaire, inconnu, etc.). •• Son intention peut être : – de raconter une histoire ; – de transposer la réalité dans un autre univers ; – d’illustrer des comportements.

•• Le contexte d’un texte narratif se caractérise par : – la date de publication, la maison d’édition, la collection ; – les conditions historiques, sociales, culturelles d’écriture.

•• Le lecteur se caractérise par : – ses champs d’intérêt ; – ses genres narratifs préférés (historique, policier, aventures, science-fiction, etc.) ; – ses connaissances littéraires ; – les stratégies de lecture qu’il utilise efficacement. •• Son intention peut être : – de donner libre cours à son imagination, à ses sentiments et à ses  émotions ; – de se représenter le monde ; – d’alimenter son écriture ; – de découvrir un auteur.

D

nd

ra G

ns

iti o

Autres termes pour nommer l’auteur : romancier, bédéiste, conteur, fabuliste.

Des illustrations accompagnent parfois le texte.

uc

Auteur

Éd

La cohérence et l’organisation du texte narratif

©

Moyens pour assurer la cohérence du texte

Moyens pour organiser le texte

© Éditions Grand Duc

•• Reprise de l’information pour nommer et caractériser les personnages, les lieux, pour créer des effets de sens, etc. •• Harmonisation des temps verbaux autour du temps dominant du récit (souvent le passé) •• Non-contradiction entre les éléments de l’univers narratif ainsi qu’entre la caractérisation des personnages et leur façon de s’exprimer •• Correspondance entre les éléments du texte : caractéristiques des personnages, lieux et époque de l’histoire, événements racontés, genre du récit •• Titre de l’œuvre et intitulés de chapitre •• Division en paragraphes (passage d’une séquence à une autre, d’un événement à un autre, etc.) •• Organisateurs textuels indiquant le temps et le lieu •• Moyens graphiques (mise en page et typographie) 12

LA NARRATION


L’organisation d’un texte narratif (séquence narrative) •• Narrateur omniscient : il sait tout de ses personnages et il ne participe pas à l’histoire. •• Narrateur participant à l’histoire : il est le personnage principal ou un témoin. •• Narrateurs multiples : plusieurs personnages racontent l’histoire.

Types de narrateur

Situation initiale

uc

•• Ils jouent des rôles différents (héros, adjuvants, opposants ; bienfaiteurs, victimes). •• Ils sont caractérisés grâce : – à l’insertion de descriptions ; – à l’indication des actions qu’ils accomplissent ou subissent ; – à l’insertion de dialogues, de monologues intérieurs ou de commentaires du narrateur.

nd

D

Présentation des personnages1

•• Cadre spatial (description du lieu) •• Cadre temporel (description de l’époque) •• Déplacements dans l’espace et le temps (itinéraire, liens entre les déplacements et la quête)

ra

Présentation du cadre spatiotemporel

G

Élément déclencheur

Présentation de l’événement qui perturbe la situation initiale •• Descriptions de lieux, de sentiments des personnages, etc. •• Explications de faits, de phénomènes complexes •• Dialogues entre les personnages •• Argumentations liées à un sujet controversé, à un débat d’idées, etc.

Éd

iti o

Séquences secondaires

ns

Déroulement (actions, réactions et événements)

©

Intrigue et quête d’équilibre

•• Déroulement linéaire (ordre chronologique) ou non linéaire des événements de l’intrigue (ruptures dans la chronologie, modifications de l’ordre typique des étapes de la séquence) •• Quête d’équilibre marquée par l’action ou l’évolution du personnage

Dénouement

Présentation du moment où le personnage principal réussit ou échoue dans sa quête Situation finale ou morale (ou ces deux éléments à la fois) Présentation du moment où l’équilibre est rétabli 1. Certains personnages secondaires peuvent apparaître dans le déroulement de l’histoire.

© Éditions Grand Duc

13

LA NARRATION


L   e récit engagé

D

uc

Qui l’écrit et pourquoi ? Une personne qui veut raconter une histoire pour défendre une position personnelle (une thèse) sur un sujet souvent controversé.

ra

nd

Qui le lit et pourquoi ? Les gens qui s’intéressent aux questions de société et qui veulent découvrir un point de vue original sur un sujet controversé.

G

Qu’est-ce que c’est ? Le récit engagé est une histoire servant à défendre une thèse sur un ou plusieurs thèmes. Ceux-ci sont généralement des sujets controversés, des questions de société. La thèse de l’auteur peut être explicite : le narrateur la défend alors dans des séquences argumentatives. Elle peut aussi être implicite : dans ce cas, il faut la déduire des actions, des situa­ tions, des paroles des personnages et de l’utilisation de marques de modalité.

La ferme des animaux

Séquence argumentative

[« Quelle est donc, camarades, la nature de notre existence ? Regar-

1

dons les choses en face : nous avons une vie de labeur, une vie de misère, une vie trop brève. Une fois au monde, il nous est tout juste donné de quoi survivre, et ceux d’entre nous qui ont la force voulue sont astreints au travail jusqu’à ce qu’ils rendent l’âme. Et dans l’instant que nous cessons d’être utiles, voici qu’on nous égorge avec une cruauté inqualifiable. Passé notre première année sur cette terre, il n’y a pas un seul animal qui entrevoie ce que signifient des mots comme loisir ou bonheur. Et quand le malheur l’accable, ou la servitude, pas un animal qui soit libre. Telle est la simple vérité.

iti o

Marques de modalité révélant un point de vue subjectif

ns

Exemple de récit engagé

©

Éd

Premier argument

Deuxième argument

« Et doit-il en être tout uniment ainsi par un décret de la nature ? Notre pays est-il donc si pauvre qu’il ne puisse procurer à ceux qui l’habitent une vie digne et décente ? Non, camarades, mille fois non ! Fertile est le sol de l’Angleterre et propice son climat.

Cette séquence argumentative est insérée dans la séquence narrative du roman.

© Éditions Grand Duc

14

LA NARRATION

1

5

10

15


uc

« L’Homme est la seule créature qui consomme sans produire. Troisième argument Il ne donne pas de lait, il ne pond pas d’œufs, il est trop débile pour pousser la charrue, bien trop lent pour attraper un lapin. Pourtant le voici le suzerain de tous les animaux. Il distribue les tâches entre eux, mais ne leur donne en retour que la maigre pitance qui les maintient en vie. Puis il garde pour lui le surplus. Qui laboure le sol ? Nous ! Qui le féconde ? Notre fumier ! Et pourtant pas un parmi nous qui n’ait que sa peau pour tout bien. Vous, les vaches là devant moi, combien de centaines d’hectolitres de lait n’avez-vous pas produits l’année dernière ? Et qu’est-il advenu de ce lait qui vous aurait permis d’élever vos petits, de leur donner force et vigueur ? De chaque goutte l’ennemi s’est délecté et ­rassasié. Et vous les poules, combien d’œufs n’avez-vous pas pondus cette année-ci ? Et combien de ces œufs avez-vous couvés ? Tous les autres ont été vendus au marché, pour enrichir Jones et ses gens ! » 1]

Éd

George Orwell, La ferme des animaux, traduit par Jean Queval. © Éditions Champ Libre/Ivrea, Paris, 1981 et 2009.

©

40

iti o

ns

35

G

ra

30

D

25

nd

20

Il est possible de nourrir dans l’abondance un nombre d’animaux bien plus considérable que ceux qui vivent ici. Cette ferme à elle seule pourra pourvoir aux besoins d’une douzaine de chevaux, d’une vingtaine de vaches, de centaines de moutons – tous vivant dans l’aisance une vie honorable. Le hic, c’est que nous avons le plus grand mal à imaginer chose pareille. Mais puisque telle est la triste réalité, pourquoi en sommes-nous toujours à végéter dans un état pitoyable ? Parce que tout le produit de notre travail, ou presque, est volé par les humains ; camarades, là se trouve la réponse à nos problèmes. Tout tient en un mot : l’Homme. Car Thèse du personnage l’Homme est notre seul véritable ennemi. Qu’on le supprime, et voici extirpée la racine du mal. Plus à trimer sans relâche ! Plus de meurt-la-faim !

La ferme des animaux est un roman de l’auteur britannique George Orwell, publié en 1945. Dans cette séquence argumentative du livre, le plus vieux cochon d’une ferme en Angleterre s’adresse aux autres animaux pour les convaincre de se révolter contre les humains et, en particulier, contre le propriétaire de la ferme, M. Jones. La révolte aura lieu, les animaux prendront le pouvoir, mais un groupe de cochons détournera les idéaux de départ pour établir une dictature.

© Éditions Grand Duc

15

LA NARRATION


Stratégie de lecture Je devine ce qui est sous-entendu.

1

ra

Éd © © Éditions Grand Duc

5

10

nd

D

uc

Un agneau se désaltérait Dans le courant d’une onde pure. Un loup survient à jeun qui cherchait aventure, Et que la faim en ces lieux attirait. « Qui te rend si hardi de troubler mon breuvage ? Dit cet animal plein de rage. Tu seras châtié de ta témérité. — Sire, répond l’agneau, que Votre Majesté Ne se mette pas en colère ; Mais plutôt qu’elle considère Que je me vas désaltérant Dans le courant, Plus de vingt pas au-dessous d’Elle, Et que par conséquent, en aucune façon, Je ne puis troubler sa boisson. — Tu la troubles, reprit cette bête cruelle, Et je sais que de moi tu médis l’an passé. — Comment l’aurais-je fait si je n’étais pas né ? Reprit l’agneau, je tète encore ma mère. — Si ce n’est toi, c’est donc ton frère. — Je n’en ai point. — C’est donc quelqu’un des tiens : Car vous ne m’épargnez guère, Vous, vos bergers, et vos chiens. On me l’a dit : il faut que je me venge. » Là-dessus, au fond des forêts Le loup l’emporte, et puis le mange, Sans autre forme de procès.

iti o

Définitions se désaltérer : étancher sa soif. châtier : punir sévèrement. médire : révéler des choses défavorables sur quelqu’un.

La raison du plus fort est toujours la meilleure : Nous l’allons montrer tout à l’heure.

15

G

1 Dans les premières lignes du texte, encadrez l’expression ancienne qui signifie « à l’instant même ». 2 Soulignez un synonyme d’eau. 3 Surlignez un synonyme de téméraire.

Le loup et l’agneau

ns

Le texte ci-contre est une fable en vers de l’auteur français Jean de La Fontaine, écrite au 17e siècle. La fable est un récit engagé puisqu’elle comporte une morale sur un thème précis. La morale correspond à une thèse.

Intention de lecture Prêter attention à la thèse du récit et à la façon dont l’histoire l’illustre.

Jean de La Fontaine, « Le loup et l’agneau », Fables, 1668 [En ligne].

16

LA NARRATION

20

25

30


Questions sur le texte

Les questions d’interprétation sont identifiées comme ceci :

Compréhension et interprétation 1 Quel vers résume la thèse défendue dans le texte ?

2 Un long dialogue est inséré dans le texte. Résumez dans vos mots les répliques ) 

nd

à

2 Lignes

et

 :

3 Lignes

et

G

 :

ns

à

ra

b) I nteractions 1 Lignes

D

a) Ouverture du dialogue (lignes

uc

échangées par les deux personnages en indiquant les numéros de ligne correspondants.

iti o

 :

 :

Éd

4 Ligne

©

5 Ligne

 :

c) Clôture du dialogue (lignes

© Éditions Grand Duc

)

à

17

LA NARRATION


3 a) Les raisons énoncées par le loup pour justifier son action sont-elles pertinentes ? Justifiez votre réponse.

D

uc

b) L es protestations de l’agneau étaient-elles d’avance vouées à l’échec ? Justifiez votre réponse.

nd

4 Les animaux mis en scène dans la fable représentent des types humains. a) Quel type humain le loup représente-t-il ?

G

ra

b) Quel type humain l’agneau représente-t-il ?

iti o

ns

5 À la lumière de ce récit, comment interprétez-vous la thèse du texte ?

Éd

Réaction

6 Que pensez-vous de l’attitude de l’agneau à l’égard du loup ? Auriez-vous réagi de la

©

même façon que lui ? Expliquez votre réponse.

© Éditions Grand Duc

18

LA NARRATION


Jugement critique 7 La fable a été écrite il y a longtemps. D’après vous, la morale de cette histoire

iti o

ns

G

ra

nd

D

uc

est-elle encore actuelle et pertinente ? Justifiez votre réponse.

Éd

Grammaire du texte

8 Le récit proprement dit est structuré à l’aide d’une séquence narrative. Associez

©

chacune des parties de cette séquence aux numéros de ligne correspondants. Partie

Numéros de ligne

Situation initiale Élément déclencheur Déroulement (actions, réactions, événements) Dénouement

© Éditions Grand Duc

19

LA NARRATION


Stratégie de lecture Je me fais des images dans ma tête.

1

Kamouraska, je suis tombée sous le charme de ce nom ancestral désignant là où l’eau rencontre les roseaux, là où le golfe salé rétrécit et se mêle aux eaux douces du fleuve, là où naissent les bélugas et paissent les oiseaux migrateurs. Y planait une odeur de marais légère et salée. Aussi parce qu’en son cœur même, on y lit « amour ». J’ai aimé cet endroit dès que j’y ai trempé les orteils. La rivière et la cabane au creux d’une forêt tranquille. Je pouvais posséder toute une forêt pour le prix d’un appartement en ville ! Toute cette terre, cette eau, ce bois et une cachette secrète pour une si maigre somme… alors j’ai fait le saut.

10

C’est ici, au bout de ma solitude et d’un rang désert, que ma vie recommence.

20

ra

nd

D

uc

5

15

iti o

Définitions compte en souffrance : compte impayé, par exemple une facture d’électricité. paître (paissent) : brouter de l’herbe. carillon : ensemble de cloches qui produit une mélodie. congénère : personne du même groupe, de la même catégorie.

J’ai filé en douce. Saint-Bruno-de-Kamouraska, ce n’est pas la porte à côté, mais loin de moi le blues de la métropole et des automates aux comptes en souffrance. Chaque kilomètre qui m’éloigne de Montréal est un pas de plus dans le pèlerinage vers la seule cathédrale qui m’inspire la foi, une profonde forêt qui abrite toutes mes confessions. Cette plantation d’épinettes poussées en orgueil et fières comme des montagnes est un temple du silence où se dresse ma cabane. Refuge rêvé depuis les tipis de branches de mon enfance.

G

1 Dans le 1er paragraphe, encadrez les mots qui montrent que l’histoire est racontée par le personnage principal. 2 Dans le 2e paragraphe, soulignez les significations du nom Kamouraska.

Encabanée

ns

Encabanée est le premier roman de Gabrielle Filteau-Chiba. Anouk, la narratrice, choisit de s’installer en plein hiver dans une cabane en forêt, dans le Bas-SaintLaurent. Tout au long du récit, elle réfléchit aux raisons qui l’ont amenée à quitter la ville et à changer de vie. L’extrait choisi correspond au début du roman.

Intention de lecture Relever les raisons pour lesquelles le personnage a adopté un nouveau mode de vie.

©

Éd

Le froid a pétrifié mon char. Le toit de la cabane est couvert de strates de glace et de neige qui ont tranquillement enseveli le panneau solaire. Les batteries marines sont vides comme mes poches. Plus moyen de recharger le cellulaire, d’entendre une voix rassurante, ni de permettre à mes proches de me géolocaliser. Je reste ici à manger du riz épicé près du feu, à chauffer la pièce du mieux que je peux et à appréhender le moment où je devrai braver le froid pour remplir la boîte à bois. Ça en prend, des bûches, quand tes murs sont en carton. Un carillon de gouttelettes bat la mesure et fait déborder les tasses fêlées que j’ai placées le long des vitres. Par centaines, les glaçons qui pendent au‑delà des fenêtres sont autant de barreaux à ma cellule, mais j’ai choisi la vie du temps jadis, la simplicité volontaire. Ou de me donner de la misère, comme soupirent mes congénères à Montréal.

© Éditions Grand Duc

20

LA NARRATION

25

30

35


« C’est ici, au bout de ma solitude et d’un rang désert, que ma vie recommence. »

ra

50

nd

D

45

Maman, j’ai brûlé mon soutien-gorge et ses cerceaux de torture. Jamais je ne me suis sentie aussi libre. Je sais qu’avec mon baccalauréat de féministe et tous mes voyages, ce n’est pas là que t’espérais que j’atterrisse. Mais je t’avoue que dans la nuit noire, quand je glisse sur la patinoire de mon verre d’eau renversé et qu’un froid sibérien siffle entre les planches, je jure entre mes dents et étouffe dans mon foulard un énorme sacre. Fracturation de schiste ! Mardi de vie de paumée ! Sacoche de bitume faite en Chine ! Tracteur à gazon ! Tempête de neige !

3 Dans le 1er paragraphe, soulignez deux groupes de mots utilisés par la narratrice pour indiquer ce qu’elle a en commun avec la souris. 4 Dans le 2e paragraphe, encadrez les mots qui indiquent que la narratrice s’adresse à quelqu’un.

uc

40

Je ne suis pas seule sous le toit qui fuit. Une souris qui gruge les poutres du plafond s’est taillé un nid tout près de la cheminée. Je l’entends gratouiller frénétiquement jour et nuit. Au fond, pas grand-chose ne nous différencie, elle et moi, ermites tenant feu et lieu au fond des bois, femelles esseulées qui en arrachent. Comme elle, je vais finir par manger mes bas. Comme elle, j’ai choisi l’isolation… ou plutôt l’isolement.

G

ns

55

J’oublie un moment la politesse de la jeune fille rangée, les règles de bienséance et de civilité. Fini, les soupers de famille où l’on évite les sujets chauds, où les tabous brûlent la langue et l’autocensure coince comme une boule au fond de la gorge. Crachat retenu. Chakra bloqué. Statu quo avalé. […]

iti o

Éd

La fracturation de schiste est une technique qui consiste à pratiquer des fissures dans la roche pour dégager du gaz de schiste. Il y a quelques années, il avait été question de projets d’exploitation de gaz de schiste dans la région de Kamouraska, ce qui avait soulevé une forte opposition de la part de la population en raison des risques d’effets néfastes sur l’environnement.

©

60

Les pionnières errent seules dans la foule. Leur regard transcende l’espace. Leurs traces dans la neige restent un temps, un battement, une mesure. Comment fait-on pour s’éviter l’usure, le cynisme, l’apathie quand le peuple plie et s’agenouille devant l’autorité, consentant comme un cornouiller qui ne capte plus de rêves ?

Définitions ermite : personne qui a choisi de vivre seule et isolée du monde. chakra : terme renvoyant à la notion d’énergie dans la religion hindouiste. cornouiller : arbuste dont les branches peuvent être utilisées pour fabriquer un capteur de rêves, dans les traditions amérindiennes.

© Éditions Grand Duc

21

LA NARRATION


Sur un thème semblable Jacques Poulin, Les grandes marées, Leméac, 2015.

À quatre heures pile, j’entends au loin le cri strident d’une locomotive s’éreintant sur les rails. Cargos de bitume fusent plein moteur d’un océan à l’autre, et le train noir du progrès ternit mes songes à l’abri de la civilisation, ponctue ma réclusion forestière de bruits laids qui m’écorchent les oreilles à chaque fois. J’ai beau m’être créé un « dôme aux cent noms où on ne se retrouve que Définition lorsqu’on a tout espéré », j’ai beau m’effacer dans la neige, la peur réclusion : état d’une me remonte à la gorge. Celle qu’on me pollue, que les têtards personne qui vit seule, pataugent dans l’huile et que la boue sente la mort. J’essaie de à l’écart du monde. trouver à la plainte ferroviaire le charme d’une autre époque, comme si j’habitais un Yukon étincelant d’or et que la gare et ses Jean Leloup est un chants de sirènes étaient garants de vivres et de sang neuf. auteur-compositeur-

65

70

ra

Rien n’y fait. Il y a, dans ce crissement métallique, tout ce qui m’effraie du monde là-bas. L’asphalte, les pelouses taillées – vous savez, ces haies de cèdres torturés – l’eau embouteillée, la propagande sur écran, la méfiance entre voisins, l’oubli collectif de nos ancêtres et de nos combats, l’esclavage d’une vie à crédit et les divans dans lesquels on s’incruste de fatigue. La ville encrassée où l’on dort au gaz dans un décor d’angles droits. Pendant ce temps, le poison nous roule sous le nez. Et nul doute, le sang des sables de l’Ouest se déversera un jour sur nos terres expropriées.

80

ns

G

interprète québécois. Il est entre autres l’auteur de la chanson Le dôme, dont s’est inspirée l’auteure pour écrire ce passage.

75

nd

D

uc

5 Mettez entre crochets l’énumération où la narratrice présente les réalités qui lui font peur.

©

Éd

iti o

Gabrielle Filteau-Chiba, Encabanée, Montréal, Éditions XYZ, 2018, p. 13-19.

Le « sang des sables de l’Ouest » fait référence au pétrole des sables bitumineux de l’Ouest du Canada dont le transport (par train ou par oléoduc) suscite des craintes au Québec. © Éditions Grand Duc

22

LA NARRATION

85


Questions sur le texte

Les questions d’interprétation sont identifiées comme ceci :

Compréhension et interprétation 1 Que révèle Anouk, la narratrice, sur sa vie d’avant son exil dans la nature ? Trouvez

uc

dans le texte trois informations importantes.

nd

D

2 a) À quel endroit Anouk a-t-elle choisi de s’installer ?

ra

b) Quelles caractéristiques de ce lieu l’ont poussée à s’y établir ? Présentez-en trois en vous appuyant sur les premiers paragraphes du texte.

ns

G

• Première caractéristique :

iti o

• Deuxième caractéristique :

©

Éd

• Troisième caractéristique :

3 Anouk défend son choix de s’« encabaner » en adoptant une position très critique à l’égard de la vie en ville.

a) Résumez en une phrase la thèse d’Anouk à l’aide du propos exprimé dans le dernier paragraphe du texte.

© Éditions Grand Duc

23

LA NARRATION


b) Relevez dans le texte deux arguments qui soutiennent sa thèse, et présentez-les dans vos mots. • Argument :

• Argument :

4 À votre avis, quelle est la valeur la plus importante pour Anouk ? Justifiez votre

ra

nd

D

uc

réponse.

G

Réaction

5 À la place d’Anouk, seriez-vous heureux ou heureuse dans son refuge ? Justifiez

©

Éd

iti o

ns

votre réponse.

© Éditions Grand Duc

24

LA NARRATION


Jugement critique 6 La position et les arguments d’Anouk sur notre société vous paraissent-ils

ns

Grammaire du texte

G

ra

nd

D

uc

convaincants ? Justifiez votre réponse.

7 Les caractéristiques du cadre spatial sont importantes dans ce texte. Quel aspect du

©

Éd

iti o

lieu choisi par la narratrice lui donne l’impression de renouer avec un mode de vie du passé ? Expliquez votre réponse.

© Éditions Grand Duc

25

LA NARRATION


Grammaire en contexte Voir les notions XX,

8 Le Québec compte beaucoup de noms composés de lieux pour désigner villes et villages. a) À la première page du texte, relevez un nom composé de lieu. b) Que remarquez-vous concernant l’utilisation des majuscules dans ce nom ?

uc

c) Quel élément sert à lier les éléments de ce nom composé ?

D

Ressource de la langue L’attitude du narrateur par rapport à son propos

X

X

X

X

nd

laclasse.grandducenligne.com

Marque de modalité

G

ra

Le narrateur adopte parfois une attitude subjective par rapport à son propos et à ses personnages. Cette attitude se reconnaît à des marques de modalité, lesquelles révèlent que le narrateur modalise son discours, qu’il exprime un point de vue subjectif. Le tableau suivant présente les principales marques de modalité employées dans un récit. Exemple

J’en ai contre cette manie des gens qui consiste à critiquer sans proposer de solution au problème. (Le terme habitude aurait été plus neutre.)

Verbes de connaissance, d’opinion, de parole, de sentiment

Je pense que ces gens sont dans l’erreur.

Auxiliaires de modalité

Cette situation semble correspondre à une injustice.

Adverbes exprimant le doute, l’appréciation, la probabilité, la certitude

Elles ont peut-être raison d’affirmer que les femmes sont encore, de nos jours, victimes de discrimination.

Adjectifs exprimant des modalités (doute, appréciation, probabilité)

Il est évident que ces personnes ont tort.

Figures de style (répétition, gradation, comparaison, hyperbole)

Cette élection est une catastrophe pour le pays. (Hyperbole)

Certains temps ou modes verbaux

Je souhaiterais m’opposer à cette opinion répandue. (Le conditionnel a ici une valeur d’atténuation.)

Discours rapporté utilisé pour se distancier d’autres propos

Cette idée est fausse. En effet, les scientifiques affirment qu’un grand nombre d’animaux sont pourvus d’intelligence.

Ponctuation expressive

Ils pensent tous de la même façon ! De vrais moutons…

Groupes incidents ou phrases incidentes

À mon avis, cette affirmation est un mensonge honteux.

Pronom nous pour montrer l’adhésion de plusieurs personnes à son propos

Nous croyons fermement que ce mensonge est honteux !

Éd

iti o

ns

Vocabulaire connoté (noms, verbes, adjectifs, adverbes, interjections, expressions figées)

©

p. XXX

© Éditions Grand Duc

26

LA NARRATION


1 Associez les éléments en gras dans les extraits du texte à une marque de modalité. À noter qu’il peut y avoir, dans certains cas, deux marques différentes. Extrait du texte

Marques de modalité

« Fracturation de schiste ! Mardi de vie paumée ! Sacoche de bitume faite en Chine ! Tracteur à gazon ! Tempête de neige ! »

D

« Et nul doute, le sang des sables de l’Ouest se déversera un jour sur nos terres expropriées. »

uc

« À quatre heures pile, j’entends au loin le cri strident d’une locomotive s’éreintant sur les rails. Cargos de bitume fusent plein moteur d’un océan à l’autre, et le train noir du progrès ternit mes songes à l’abri de la civilisation, ponctue ma réclusion forestière de bruits laids qui m’écorchent les oreilles à chaque fois. »

ra

nd

« Mais je t’avoue que dans la nuit noire […] je jure entre mes dents et étouffe dans mon foulard un énorme sacre. »

G

2 Pour chacun des sujets suivants, écrivez une phrase contenant au moins une marque de modalité permettant de formuler une idée de manière subjective. Plusieurs réponses possibles.

iti o

ns

a) La protection de l’environnement

Éd

b) Les conditions de vie urbaines

©

c) La place des femmes dans la société

© Éditions Grand Duc

27

LA NARRATION


Stratégie de lecture Je fais des liens avec ce que je sais déjà sur le sujet.

1

uc

5

10

ra

nd

D

En ce jour de novembre, la police religieuse fit consciencieu­ sement son travail dans la librairie de Sultan Khan et purgea les rayonnages de tous les livres contenant des représentations d’êtres vivants, hommes ou animaux, pour les jeter au feu. Pages jaunies, cartes postales innocentes et grands ouvrages de référence arides furent victimes des flammes. Autour du brasier, aux côtés des enfants, se tenaient les fantassins de la police religieuse, armés de fouets, de longs bâtons et de kalachnikovs. Pour ces hommes, tous ceux qui aimaient illustrations, livres, sculptures, musique, danse, films et libre-pensée étaient considérés comme ennemis du peuple.

15

Ce jour-là, ils ne se préoccupèrent que d’images, passant outre les textes hérétiques, même quand ils se trouvaient sous leurs yeux. Les soldats ne savaient pas lire et étaient donc bien incapables de faire la distinction entre la doctrine orthodoxe des taliban et celle jugée hérétique. En revanche, ils faisaient la différence entre images et textes, êtres vivants et objets inanimés.

20

©

Éd

iti o

Définitions hérétique : qui s’oppose aux principes d’une religion. orthodoxe : qui respecte une doctrine religieuse.

Par un glacial après-midi de l’automne 1999, le rond-point de Charhai-i-Sadarat à Kaboul fut éclairé plusieurs heures durant un feu joyeux. Des enfants se pressaient autour des flammes, qui vacillaient au-dessus de leurs visages sales et espiègles. Les garçons de la rue jouaient à qui s’approcherait le plus. Les adultes se contentaient de jeter quelques regards à la dérobée avant de s’éloigner du bûcher en hâte. […]

G

1 Soulignez la phrase expliquant l’origine du feu. 2 Encadrez le nom du personnage principal du récit. 3 Surlignez les mots péjoratifs utilisés dans le texte pour désigner : a) les soldats ; b) la façon de penser des talibans.

Le libraire de Kaboul

ns

Dans Le libraire de Kaboul, l’auteure norvégienne Asne Seierstad évoque la famille d’un libraire vivant à Kaboul, en Afghanistan, et raconte sa vie à l’époque où le pays était sous la domination des taliban (talibans).

Intention de lecture Prêter attention à la thèse défendue par le personnage principal du texte et à la contre-thèse qu’il critique.

À la fin, seules subsistèrent les cendres, qui se dispersèrent avec le vent pour se mélanger à la saleté et à la poussière des rues et des égouts de Kaboul. Restait le libraire, privé de certains ouvrages les plus chers à son cœur. Encadré par deux soldats, il fut jeté dans la voiture. Les soldats fermèrent et scellèrent le magasin et Sultan fut emprisonné pour activités anti-islamiques. Par bonheur, ces imbéciles armés n’ont pas regardé derrière les étagères, pensait Sultan en route pour le commissariat. Grâce à un ingénieux dispositif, il y avait caché ses livres les plus défendus. Il ne les présentait que quand on les lui demandait expressément et qu’il sentait qu’il avait affaire à une personne de confiance.

© Éditions Grand Duc

28

LA NARRATION

25

30

35


« Pour les taliban, le débat était une hérésie, le doute un péché. Étudier autre chose que le Coran était inutile et même dangereux. »

ra

50

nd

D

45

uc

40

Cette arrestation, Sultan s’y attendait. Depuis de nombreuses 4 Soulignez la années, il vendait livres, images et écrits illégaux. Les soldats phrase qui résume étaient souvent venus le menacer, ils avaient emporté quelques l’intention des talibans au moment de exemplaires en partant. Il avait reçu des avertissements émanant leur prise de pouvoir. des plus hautes sphères du régime taleb et avait même été con­ voqué par le ministre de la Culture, dans le cadre des efforts des autorités pour faire entrer ce libraire actif au service des Définitions taliban. mollah : chez les musulmans, homme Sultan Khan vendait volontiers quelques-uns des écrits des tali- qui exerce des fonc­ ban. Libre-penseur, il estimait que toutes les voix devaient être tions juridiques entendues. Outre leur sombre doctrine, il souhaitait également et religieuses. mettre à disposition des livres d’histoire, des publications scien- honnir : blâmer, tifiques, des ouvrages idéologiques sur l’islam et bien sûr des dénoncer. manifeste : texte romans et de la poésie. souvent politique Pour les taliban, le débat était une hérésie, le doute un péché. dans lequel on expose Étudier autre chose que le Coran était inutile et même dangereux. ses idées.

G

ns

55

Lorsqu’ils prirent le pouvoir à Kaboul, à l’automne 1996, les experts de tous les ministères furent renvoyés pour être remplacés par des mollahs. Leur but était de recréer la société dans laquelle avait vécu le prophète Mahomet sur la presqu’île arabe au 7e siècle. […]

iti o

Éd

65

©

60

Sultan avait le sentiment que, sous les taliban, le pays devenait de plus en plus sombre, pauvre et renfermé. Les autorités s’opposaient à toute modernisation et ne souhaitaient ni comprendre ni adopter les idées de progrès ou de développement économique. Elles honnissaient le débat scientifique, qu’il soit initié par le monde occidental ou islamique. Leur manifeste consistait avant tout en quelques pauvres points concernant la manière de se couvrir et de s’habiller, le respect par les hommes des heures de prière et la séparation des femmes du reste de la société. Les hommes au pouvoir connaissaient mal l’histoire de l’islam et de l’Afghanistan. Et ne s’y intéressaient pas non plus.

© Éditions Grand Duc

29

LA NARRATION


De la même auteure Asne Seierstad, L’ange de Grozny, Le Livre de Poche, 2010.

70

80

nd

D

uc

75

C’est le ministère de la Promotion de la Vertu et de la Prévention du Vice, plus connu sous le nom de ministère des Bonnes Mœurs, qui était à l’origine de son arrestation. Pendant l’interrogatoire à la prison, Sultan Khan caressa sa barbe, longue d’une main, comme l’exigeaient les taliban, il réajusta son shalwar kamiz, lui aussi conforme aux normes – tunique au-dessous du genou, pantalon au-dessous de la cheville – et répondit avec orgueil :

85

ns

G

Définition ramadan : neuvième mois du calendrier islamique et période de l’année durant laquelle les musul­mans jeûnent du lever au coucher du soleil.

Assis dans la voiture entre ces taliban incultes, Sultan Khan s’irritait de voir son pays dirigé par des guerriers ou des mollahs. Quant à lui, il était musulman croyant mais modéré. Il priait Allah tous les matins, mais négligeait, la plupart du temps, les quatre autres appels à la prière, sauf quand la police religieuse l’entraînait à la mosquée la plus proche en compagnie d’autres hommes ramassés dans la rue. Il respectait à contrecœur le jeûne du ramadan, ne mangeant pas entre le lever et le coucher du soleil, en tout cas quand il était visible. Fidèle à ses deux épouses, il élevait durement ses enfants et leur apprenait à être de bons musulmans animés par la crainte de Dieu. Il n’avait que mépris pour les taliban, qu’il considérait comme des prêtres paysans. Il est vrai que les dirigeants du mouvement islamiste venaient des régions les plus pauvres et les plus conservatrices du pays, où le taux d’alphabétisme était le plus faible.

ra

5 Dans cette page, encerclez les mots qui révèlent le point de vue du personnage sur les talibans. 6 Soulignez les mots servant à définir ce qu’est un shalwar kamiz.

iti o

— Vous pouvez brûler mes livres, vous pouvez me pourrir la vie, vous pouvez même me tuer, mais vous ne pourrez jamais anéantir l’histoire de l’Afghanistan.

©

Éd

Asne Seierstad, Le libraire de Kaboul, JC Lattès, 2003, p. 28-32 et 43.

Asne Seierstad exerce la profession de journaliste. Dans le cadre de son travail, elle a fait des reportages de guerre pour la télévision, notamment en Afghanistan. Pour écrire son roman Le libraire de Kaboul, elle s’est inspirée directement de situations réelles dont elle a été témoin et de gens qu’elle a connus, surtout la famille d’un libraire afghan. © Éditions Grand Duc

30

LA NARRATION

90


Questions sur le texte

Les questions d’interprétation sont identifiées comme ceci :

Compréhension et interprétation 1 a) Dans cet extrait du roman, quel type de livres la police religieuse brûle-t-elle ?

G

ra

2 Qu’arrive-t-il à Sultan Khan et à sa librairie ?

nd

D

uc

b) Pour quelle raison la police agit-elle ainsi ?

3 La doctrine des talibans, liée au Coran, est présentée dans le texte. Il s’agit de la

ns

contre-thèse à laquelle s’oppose le libraire.

iti o

a) Relevez dans le texte une phrase qui résume cette contre-thèse.

b) Quelles sont les conséquences de cette doctrine sur l’Afghanistan en général

Éd

et sur le mode de vie de la population ?

©

1 Sur l’Afghanistan en général :

2 Sur le mode de vie de la population :

© Éditions Grand Duc

31

LA NARRATION


4 À la fin de l’extrait, le libraire déclare ceci : « Vous pouvez brûler mes livres, vous

D

uc

pouvez me pourrir la vie, vous pouvez même me tuer, mais vous ne pourrez jamais anéantir l’histoire de l’Afghanistan. » Selon vous, quel est le sens de cette affirmation ?

Réaction

©

Éd

iti o

ns

G

ra

nd

5 Que pensez-vous des opinions de Sultan Khan ?

© Éditions Grand Duc

32

LA NARRATION


Jugement critique 6 Le propos de ce texte peut-il s’appliquer, d’une certaine manière, à la société dans

Éd

iti o

ns

G

ra

nd

D

uc

laquelle vous vivez ? Justifiez votre réponse.

Grammaire du texte

©

7 Le libraire réfute la position des talibans (la contre-thèse) en affirmant que ceux-ci connaissent mal l’histoire de l’islam et de l’Afghanistan. À quel procédé de réfutation cela correspond-il ? Surlignez la bonne réponse. a) Concéder pour mieux affirmer sa thèse. b) Déclarer la thèse adverse dépassée. c) Opposer une exception à ce qui est avancé.

© Éditions Grand Duc

33

LA NARRATION


Grammaire en contexte Voir les notions 31 et 32, p. XXX et XXX.

8 Pour chacune des phrases suivantes, précisez s’il s’agit d’une phrase de forme négative, passive, emphatique ou impersonnelle. a) Cette arrestation, Sultan s’y attendait.

b) Par bonheur, ces imbéciles armés n’ont pas regardé derrière les étagères […].

D

uc

c) Encadré par deux soldats, il fut jeté dans la voiture.

Ressource de la langue

X

X

X

nd

Les personnages de roman

X

laclasse.grandducenligne.com

iti o

ns

G

ra

Un roman sans personnage est impossible. En effet, le romancier a besoin de personnages pour créer une histoire, la faire progresser de péripéties en péripéties, développer des réflexions sur différents thèmes abordés et exposer sa vision du monde. Les personnages peuvent être classés selon le rôle qu’ils jouent dans le récit et les relations qu’ils entretiennent entre eux. Dans les récits traditionnels (contes, légendes, etc.), il est possible de distinguer les rôles suivants : héros, héroïne ; adjuvant ou opposant ; bienfaiteur ou victime. Cependant, dans certains romans, il peut être plus difficile de déterminer le rôle précis joué par un personnage, puisque celui-ci se caractérise surtout par la complexité de son identité et par son évolution au fil de l’histoire. Le portrait d’un personnage de roman est donc souvent nuancé et complexe. Voici différents moyens utilisés pour présenter un personnage.

Éd

Moyen

Exemple L’homme avait un visage fermé et des traits sévères qui le rendaient antipathique.

Figures de style (comparaison, métaphore, énumération, gradation, etc.)

Cet agent de la police religieuse le suivait partout comme une ombre menaçante.

Actions posées ou subies par le personnage

Le libraire lisait en cachette des ouvrages censurés par le régime.

Dialogues

– Vendez-vous des livres défendus par le régime ? demanda brusquement le soldat. – J’offre à mes clients des livres qui ont de la valeur, et pour cela, je me fie à mon seul jugement, répondit avec calme le libraire.

©

Vocabulaire neutre ou connoté présentant les caractéristiques (physiques, psychologiques, etc.) du personnage

© Éditions Grand Duc

34

LA NARRATION


Moyen

Exemple

Monologues intérieurs (évocations des pensées du personnage par le narrateur)

Je ne dois pas me laisser intimider par ces idiots, se dit Sultan. Non, jamais je ne laisserai les talibans éteindre le désir de liberté qui brûle en nous !

Commentaires du narrateur sur le personnage

Les talibans sont des lâches et le libraire, un homme courageux.

1 Dans chaque extrait présenté ci-dessous, précisez quel moyen est utilisé pour faire connaître le personnage principal du Libraire de Kaboul.

uc

a) Par bonheur, ces imbéciles armés n’ont pas regardé derrière les étagères, pensait Sultan en route pour le commissariat.

nd

D

b) Cette arrestation, Sultan s’y attendait. Depuis de nombreuses années, il vendait livres, images et écrits illégaux. Les soldats étaient souvent venus le menacer, ils avaient emporté quelques exemplaires en partant.

G

ra

c) Fidèle à ses deux épouses, il élevait durement ses enfants et leur apprenait à être de bons musulmans animés par la crainte de Dieu.

ns

d) – Vous pouvez brûler mes livres, vous pouvez me pourrir la vie, vous pouvez même me tuer, mais vous ne pourrez jamais anéantir l’histoire de l’Afghanistan.

iti o

2 Le libraire, Sultan Khan, est un personnage complexe. Montrez-le en vous appuyant sur les passages du texte qui décrivent son attitude ou son comportement nuancés par rapport à deux aspects de sa religion.

Éd

Aspect de sa religion

Attitude ou comportement

©

La prière

Le jeûne du ramadan

© Éditions Grand Duc

35

LA NARRATION


Stratégie de lecture Je me réfère à la structure du texte.

1

5

uc

La jeune fille s’arrêta, au bord semblait-il, d’un mouvement de recul dû à sa surprise mais il n’en fut rien ; immobile, elle fixait sur Montag des yeux si noirs, si brillants, si pleins de vie qu’il eut l’impression d’avoir dit quelque chose d’extraordinaire. Mais il savait que ses lèvres n’avaient bougé que pour lancer un vague salut, et lorsqu’il la vit comme hypnotisée par la salamandre sur son bras et le cercle au phénix sur sa poitrine, il reprit la parole.

D

« Mais bien sûr, dit-il, vous êtes nouvelle dans le voisinage, n’estce pas ? 10

nd

— Et vous devez être… »

Elle détacha ses yeux des insignes professionnels. Sa voix s’éteignit.

ra

« … le pompier. »

« Vous avez dit ça d’une drôle de voix.

G

1 À la ligne 11 du texte, il est question des « insignes professionnels » portés par Montag, le pompier. Dans le 1er paragraphe, surlignez les deux groupes de mots qui désignent ces insignes. 2 Encadrez les signes de ponctuation employés dans cette page pour suggérer le malaise de la jeune fille.

Fahrenheit 451

— Je… je l’aurais deviné les yeux fermés, dit-elle posément.

15

— Ah… l’odeur du pétrole ? Ma femme s’en plaint tout le temps, dit-il en riant. Impossible de la faire disparaître complètement.

ns

Dans ce roman de science-fiction écrit par Ray Bradbury en 1953, la liberté des individus est brimée, et les livres sont interdits. Les pompiers ont la mission de brûler les ouvrages qu’ils trouvent à l’aide d’un lance-flammes.

Intention de lecture Dégager la thèse implicite défendue dans le texte.

iti o

— Effectivement », fit-elle, intimidée. Il avait l’impression qu’elle tournait autour de lui, l’examinant sur toutes les coutures, le secouait calmement, vidait ses poches, sans qu’elle eût à effectuer le moindre mouvement.

20

« Le pétrole, dit-il pour rompre le silence qui se prolongeait, ce n’est rien qu’un parfum pour moi.

©

Éd

Définitions salamandre : reptile auquel on attribuait autrefois le pouvoir de vivre dans les brasiers.  phénix : oiseau mythologique capable de renaître de ses cendres.

— Vraiment ? — Absolument. Pourquoi pas ? »

25

Elle s’accorda un instant de réflexion. « Je ne sais pas. » Elle regarda le trottoir dans la direction de leurs maisons. La température de 451 degrés Fahrenheit est celle à laquelle le papier s’enflamme et se consume.

© Éditions Grand Duc

36

LA NARRATION


« Tant de gens ont peur. Peur des pompiers, je veux dire. Mais vous n’ êtes qu’un homme, après tout… »

— Clarisse. Guy Montag. Allons-y. Qu’est-ce que vous fabriquez dehors à une heure aussi tardive ? Quel âge avez-vous ? »

D

35

Ils avançaient sur le trottoir argenté dans la nuit où soufflaient à la fois le chaud et le frais. Un soupçon d’abricots et de fraises fraîchement cueillis flottait dans l’air ; il regarda autour de lui et se rendit compte que c’était absolument impossible à une époque aussi avancée de l’année.

3 Encadrez une comparaison (4e paragraphe) et une métaphore (dernier paragraphe) qui suggèrent que Montag est émerveillé par le visage de la jeune fille. 4 Dans le dernier paragraphe de cette page, soulignez les deux groupes du nom qui désignent de manière imagée les yeux de la jeune fille.

uc

30

« Ça ne vous dérange pas si je m’en retourne avec vous ? Je m’appelle Clarisse McClellan.

nd

ra

ns

45

« Eh bien, dit-elle, j’ai dix-sept ans et je suis folle. Mon oncle affirme que les deux vont toujours ensemble. Lorsqu’on te demande ton âge, m’a-t-il dit, réponds toujours que tu as dix-sept ans et que tu es folle. N’est-ce pas agréable de se promener à cette heure de la nuit ? J’aime humer les choses, regarder les choses, et il m’arrive de rester toute la nuit debout, à marcher, et de regarder le soleil se lever. »

G

40

Il n’y avait plus maintenant que la jeune fille marchant à ses côtés, le visage brillant comme neige dans le clair de lune, et il savait qu’elle réfléchissait à ses questions, cherchant les meilleures réponses à lui donner.

Définitions humer : sentir. intégralité : totalité. sourdre : jaillir. hystérique : fou, excessif.

50

iti o

Ils firent quelques pas en silence et elle déclara enfin, pensive : « Vous savez, je n’ai pas du tout peur de vous. » La phrase le surprit.

Éd

« Pourquoi auriez-vous peur ?

— Tant de gens ont peur. Peur des pompiers, je veux dire. Mais vous n’êtes qu’un homme, après tout… » Il se vit dans les yeux de la jeune fille, suspendu au sein de deux gouttes d’eau claire étincelantes, sombre et minuscule, rendu dans les moindres détails, jusqu’aux plis aux commissures des lèvres, qui étaient là avec tout le reste, comme si ces yeux, fragments jumeaux d’ambre violet, avaient le pouvoir de l’emprisonner et de le conserver dans son intégralité. Son visage, désormais tourné vers lui, était un bloc de cristal laiteux, fragile, d’où sourdait une lueur douce et continue. Ce n’était pas la lumière hystérique de l’électricité mais... quoi ? La flamme étrangement reposante, rare

©

55

60

© Éditions Grand Duc

37

LA NARRATION


« C’est vrai qu’autrefois les pompiers éteignaient le feu au lieu de l’allumer ? »

70

D

« Vous permettez que je vous pose une question ? dit alors Clarisse McClellan. Depuis combien de temps êtes-vous pompier ? — Depuis l’âge de vingt ans. Ça fait dix ans.

— Vous arrive-t-il de lire les livres que vous brûlez ? » Il éclata de rire. « C’est contre la loi !

ra

— Ah oui, c’est vrai.

75

G

— C’est un chouette boulot. Le lundi, brûle Millay, le mercredi Whitman, le vendredi Faulkner, réduis-les en cendres, et puis brûle les cendres. C’est notre slogan officiel. »

80

ns

Ils firent quelques mètres et la jeune fille demanda : « C’est vrai qu’autrefois les pompiers éteignaient le feu au lieu de l’allumer ?

iti o

Edna Saint Vincent Millay (1892-1950) est une auteure américaine reconnue pour sa poésie audacieuse et son engagement féministe. Walt Whitman (1819-1892) est une figure majeure de la littérature américaine, dont un des recueils de poèmes, Feuilles d’herbe, célèbre la force de l’individu et les beautés de la nature. William Faulkner (1897-1962) est un grand romancier américain. Ses œuvres complexes et originales portent un regard critique sur sa société.

65

uc

et délicatement attentionnée de la bougie. Un jour, quand il était enfant, lors d’une panne d’électricité, sa mère avait trouvé et allumé une grande bougie et il avait connu une heure trop brève de redécouverte, d’illumination de l’espace telle que celui-ci perdait ses vastes dimensions et se resserrait douillettement autour d’eux, mère et fils, seuls, transformés, nourrissant l’espoir que le courant ne reviendrait pas trop vite...

nd

5 Dans cette page, quel moyen sert à mettre en évidence certaines idées ? Encerclez votre réponse. a) Les guillemets. b) L’italique. c) Le tiret. 6 Dans cette page, surlignez l’adjectif qui a une grande importance dans ce texte et dont la définition est : « qui est protégé contre le feu ».

— Non. Les maisons ont toujours été ignifugées, croyez-moi. 85

©

Éd

— Bizarre. J’ai entendu dire qu’autrefois, il était courant que les maisons prennent feu par accident et qu’on avait besoin de pompiers pour éteindre les incendies. »

© Éditions Grand Duc

Il s’esclaffa. Elle lui jeta un bref coup d’œil. 90

« Pourquoi riez-vous ? — Je ne sais pas. » Il se remit à rire et s’arrêta.

38

LA NARRATION


« Il m’arrive de penser que les conducteurs ne savent pas ce que c’est que l’ herbe, les fleurs, parce qu’ ils ne laissent jamais leurs yeux s’attarder dessus. »

« Pourquoi cette question ? 95

— Vous riez quand je n’ai rien dit de drôle et vous répondez tout de suite. Vous ne prenez jamais le temps de réfléchir à la question que je vous ai posée. »

7 Dans cette page, surlignez l’adjectif synonyme de bizarre, d’extravagant.

« Vous alors, vous êtes un sacré numéro, dit-il en la dévisageant. Vous ne savez donc pas ce que c’est que le respect ? — Je ne cherche pas à vous insulter. C’est simplement que j’aime un peu trop observer les gens, je crois.

D

100

uc

Il s’arrêta de marcher.

— Et ça, ça ne vous dit rien ? »

nd

Il tapota le 451 cousu sur sa manche couleur de charbon. « Si », murmura-t-elle. Elle pressa le pas.

— Vous changez de sujet !

ns

Éd

115

— Il m’arrive de penser que les conducteurs ne savent pas ce que c’est que l’herbe, les fleurs, parce qu’ils ne laissent jamais leurs yeux s’attarder dessus. Prenez un conducteur et montrez-lui le flou qui l’entoure. Si c’est vert, il dira : « Tiens, voilà de l’herbe ! » Si c’est rose : « Voilà un jardin de roses ! » Les taches blanches, ce sont des maisons. Les marron, des vaches. Un jour, mon oncle s’est avisé de conduire lentement sur une autoroute. Il roulait à soixante-dix à l’heure ; il a eu droit à deux jours de prison. C’est drôle, non ? Et triste aussi, vous ne trouvez pas ?

iti o

110

ra

« Avez-vous déjà regardé les jets cars foncer sur les boulevards par là-bas ?

G

105

— Vous pensez trop, dit Montag, mal à l’aise.

©

120

— Je regarde rarement les murs-écrans et je ne vais guère aux courses ou dans les Parcs d’Attractions. Alors j’ai beaucoup de temps à consacrer aux idées biscornues, je crois. Vous avez vu

© Éditions Grand Duc

39

LA NARRATION


Du même auteur Ray Bradbury, Chroniques martiennes, Denoël, 1954.

Définition irritation : état d’une personne agacée, énervée, en colère.

les panneaux d’affichage de soixante mètres de long en dehors de la ville ? Saviez-vous qu’avant ils ne faisaient que six mètres de long ? Mais avec la vitesse croissante des voitures, il a fallu étirer la publicité pour qu’elle puisse garder son effet. — J’ignorais ça ! s’exclama Montag avec un rire sec.

uc

— Je parie que je sais autre chose que vous ignorez. Il y a de la rosée sur l’herbe le matin. »

D

Voilà qu’il ne se rappelait plus s’il savait cela ou non, et il en éprouva une vive irritation.

iti o

ns

G

ra

nd

Ray Bradbury, Fahrenheit 451, Denoël, 1995, p. 24-28.

©

Éd

Ray Bradbury (1920-2012) est un auteur américain qui a marqué l’univers d’anticipation, entre autres par ses Chroniques martiennes, mais surtout par son roman Fahrenheit 451, adapté au cinéma à plus d’une reprise.

© Éditions Grand Duc

40

LA NARRATION

125


Questions sur le texte

Les questions d’interprétation sont identifiées comme ceci :

Compréhension et interprétation 1 a) Quel est le métier de Montag ?

G

ra

nd

2 Quelle est l’opinion de Montag sur son travail ?

D

uc

b) Pourquoi son métier a-t-il une grande importance dans l’univers de Fahrenheit 451 ?

3 Comment Montag réagit-il aux questions que lui pose Clarisse du début à la fin de

Éd

iti o

ns

leur rencontre ?

4 Qu’est-ce qui explique les diverses réactions de Montag ? Justifiez votre réponse en

©

vous appuyant sur le texte.

© Éditions Grand Duc

41

LA NARRATION


5 Lequel des deux personnages se veut le ou la porte-parole de l’auteur, c’est-à-dire

ra

nd

D

uc

celui ou celle qui défend ses idées ? Justifiez votre réponse.

G

Réaction

6 À votre avis, la société actuelle ressemble-t-elle à celle imaginée par Ray Bradbury

©

Éd

iti o

ns

dans son roman de science-fiction ? Justifiez votre réponse.

© Éditions Grand Duc

42

LA NARRATION


Jugement critique 7 Ce texte défend-il bien l’importance de la diffusion du savoir dans une société ?

nd

D

uc

Justifiez votre réponse.

ra

Grammaire du texte

G

8 Le tableau ci-dessous présente deux thèmes abordés dans l’extrait du roman Thème

Indice

• Premier indice :

iti o

La loi et l’ordre

ns

Fahrenheit 451. Relevez dans le texte des indices associés à chaque thème.

Éd

• Deuxième indice :

©

• Troisième indice :

Les plaisirs de la vie

• Premier indice :

• Deuxième indice :

© Éditions Grand Duc

43

LA NARRATION


Jugement critique comparatif a) Lequel des textes engagés avez-vous préféré ?

Le libraire de Kaboul Fahrenheit 451 b) Pourquoi ? Pour appuyer votre réponse, choisissez deux critères parmi les suivants :

D

l’intérêt du sujet controversé abordé ; la pertinence de la thèse défendue ; le caractère convaincant des arguments ;

N’oubliez pas que, pour répondre à ce type de questions, vous devez : - donner votre opinion ; - exprimer le critère sur lequel vous avez basé votre opinion ; - donner un exemple tiré du texte pour appuyer votre opinion. Au besoin, consultez la page XX.

uc

Le loup et l’agneau Encabanée

©

Éd

iti o

ns

G

ra

nd

l’intégration réussie des arguments dans la séquence narrative ; l’originalité de l’écriture.

© Éditions Grand Duc

44

LA NARRATION


Situation d’écriture

Rédaction d’un récit engagé Une cause vous tient-elle à cœur ? Souhaitez-vous trouver une façon originale de la défendre ? Ne cherchez plus : écrivez un récit engagé ! En environ 400 mots, racontez une histoire concernant cette cause. Pour faire valoir votre point de vue, insérez une séquence argumentative dans la séquence narrative de votre texte. Respectez les consignes suivantes pour la rédaction de votre texte :

uc

Structurez le récit en cinq parties : •• la situation initiale ; •• l’élément déclencheur ; •• le déroulement ; •• le dénouement ; •• la situation finale.

nd

D

Pour connaître les critères d’évaluation d’une situation d’écriture, référez-vous aux pages XXX et XXX.

ra

Choisissez un narrateur qui sera le personnage principal de l’histoire. Déterminez les personnages et leurs caractéristiques.

ns

Prenez aussi le temps de vérifier :

G

Formulez la thèse à défendre (la cause). Développez deux arguments qui soutiennent cette thèse, et prévoyez l’endroit et la façon d’introduire cette séquence dans votre récit.

iti o

la syntaxe et la ponctuation des phrases ; l’orthographe des mots et les accords ;

Éd

la conjugaison des verbest à l’aide d’un ouvrage de référence.

JE RETIENS DONC...  .

©

Un récit engagé est un texte narratif qui défend une

 .

Pour cette raison, le thème abordé est souvent un sujet Pour soutenir sa thèse, l’auteur dispose de différents moyens : par exemple, il peut insérer dans son récit des séquences

pour présenter

ses arguments, il peut recourir à des

qui révèlent son

point de vue sur le thème, ou encore il peut choisir un qui s’exprime en son nom et qui s’adresse directement aux lecteurs et lectrices pour essayer de les convaincre.

© Éditions Grand Duc

45

LA NARRATION


D

nd

Qui l’écrit et pourquoi ? Un romancier qui veut raconter la vie de personnages évoluant dans une société donnée (souvent, la sienne).

ra

Qui le lit et pourquoi ? Le lecteur de tout âge désireux de comprendre le milieu dans lequel il vit, de découvrir des sociétés différentes (présentes ou passées) ou des cultures étrangères.

Germinal

Dans la plaine rase, sous la nuit sans étoiles, d’une obscurité et d’une épaisseur d’encre, un homme suivait seul la grande route de Marchiennes à Montsou, dix kilomètres de pavé coupant tout droit, à travers les champs de betteraves. Devant lui, il ne voyait même pas le sol noir, et il n’avait la sensation de l’immense horizon plat que par les souffles du vent de mars, des rafales larges comme sur une mer, glacées d’avoir balayé des lieues de marais et de terres nues. Aucune ombre d’arbre ne tachait le ciel, le pavé se déroulait avec la rectitude d’une jetée, au milieu de l’embrun aveuglant des ténèbres.

iti o

Exemple de roman sociologique

ns

G

Qu’est-ce que c’est ? Le roman sociologique raconte une histoire se déroulant dans une société réelle et déterminée. Le cadre spatio­ temporel (lieu et époque) est décrit avec précision ou évoqué à l’aide de repères culturels variés (mode de vie, événements historiques marquants, façon de s’exprimer). L’accent est mis sur les caractéristiques sociales des personnages, comme leur statut social, leurs habitudes de vie ou leurs valeurs. Les thèmes concernent des phénomènes de société (par exemple, la pauvreté, l’éducation, la famille, la religion).

uc

Le roman sociologique

Caractéristiques du personnage

Éd

Caractéristiques importantes du lieu

©

Caractéristiques importantes du temps

L’homme était parti de Marchiennes vers deux heures. Il marchait d’un pas allongé, grelottant sous le coton aminci de sa veste et de son pantalon de velours. Un petit paquet, noué dans un mouchoir à carreaux, le gênait beaucoup ; et il le serrait contre ses flancs, tantôt d’un coude, tantôt de l’autre, pour glisser au fond

© Éditions Grand Duc

46

LA NARRATION

1

5

10

15


Un chemin creux s’enfonçait. Tout disparut. L’homme avait à droite une palissade, quelque mur de grosses planches fermant une voie ferrée ; tandis qu’un talus d’herbe s’élevait à gauche, surmonté de pignons confus, d’une vision de village aux toitures basses et uniformes.

30

Il fit environ deux cents pas. Brusquement, à un coude du chemin, les feux reparurent près de lui, sans qu’il comprît davantage comment ils brûlaient si haut dans le ciel mort, pareils à des lunes fumeuses. Mais, au ras du sol, un autre spectacle venait de l’arrêter. C’était une masse lourde, un tas écrasé de constructions, d’où se dressait la silhouette d’une cheminée d’usine ; de rares lueurs sortaient des fenêtres encrassées, cinq ou six lanternes tristes étaient pendues dehors, à des charpentes dont les bois noircis alignaient vaguement des profils de tréteaux gigantesques ; et, de cette apparition fantastique, noyée de nuit et de fumée, une seule voix montait, la respiration grosse et longue d’un échappement de vapeur, qu’on ne voyait point.

iti o

Éd

40

Émile Zola, Germinal, Eugène Fasquelle Éditeur, 1906, p. 6-7.

©

35

ns

G

ra

nd

D

25

Thèmes sociaux • Solitude de l’individu • Chômage et pauvreté • Conditions de vie difficiles des ouvriers

uc

20

de ses poches les deux mains à la fois, des mains gourdes que les lanières du vent d’est faisaient saigner. Une seule idée occupait sa tête vide d’ouvrier sans travail et sans gîte, l’espoir que le froid serait moins vif après le lever du jour. Depuis une heure, il avançait ainsi, lorsque sur la gauche à deux kilomètres de Montsou, il aperçut des feux rouges, trois brasiers brûlant au plein air, et comme suspendus. D’abord, il hésita, pris de crainte ; puis, il ne put résister au besoin douloureux de se chauffer un instant les mains.

Émile Zola (1840-1902) est l’un des écrivains français les plus importants du 19e siècle. Il est l’auteur des Rougon-Macquart, un ensemble de 20 romans qui décrivent de manière réaliste la société française de son temps. Germinal, le 13e roman de la série, publié en 1885, évoque les conditions de vie difficiles des mineurs dans le Nord de la France au 19e siècle. L’extrait, tiré du début du roman, présente une description du héros, Étienne Lantier, et du lieu principal du récit, la mine de Montsou.

© Éditions Grand Duc

47

LA NARRATION


Intention de lecture Prêter attention aux caractéristiques des personnages, en particulier à celles révélant leur appartenance à un milieu social précis.

Stratégie de lecture Je regarde autour des mots.

1

— Quoi que c’est, Eugène ?

5

uc

À la lueur de la veilleuse, Rose-Anna aperçut enfin la pâleur de ce visage. Et alors, elle sut très bien que c’était grave, ce qu’il était venu lui dire. Saisie d’angoisse, balbutiante, elle s’avança tout près de lui. Elle sentit sur ses lèvres une odeur d’alcool.

D

Il y eut un silence lourd d’attente. Eugène détourna son regard, puis se fâcha brusquement et avoua : — Eh ben, je viens de m’engager, sa mère ! — Tu t’es engagé !…

G

ra

nd

Rose-Anna chancela. Pendant une seconde, tout vacilla autour d’elle : les cadres des vieux et des saints dans la mince lueur de la lampe, les petits bibelots sur le buffet, les visages confondus des enfants et, au travers du rideau de coton, la lumière crue d’un lampadaire dans laquelle voltigeait la neige. Et encore, dans ce grand tourbillon, elle aperçut Eugène, tout petit qui partait pour l’école. Sa voix tremblait, incrédule. Elle n’arrivait pas à former les mots qui lui éclataient dans la tête. L’étourdissement passa. Elle se retrouva, tout à coup, ferme, prête à la bataille. Ce n’était pas la première fois qu’elle avait à défendre Eugène. Ses petites fautes d’enfant, ses menus larcins, ses mensonges, elle se les rappelait, et les démarches aussi qu’elle avait entreprises pour le couvrir ; et, cependant, cela ne paraissait rien, rien auprès de ce qu’elle se sentait disposée à accomplir pour le sauver. D’ailleurs, elle ne pouvait croire encore, la première alerte passée, qu’il fût vraiment en danger.

Éd

©

Définitions balbutier : articuler d’une manière maladroite. chanceler : être sur le point de tomber. vaciller : trembler, être en équilibre instable. larcin : petit vol discret.

© Éditions Grand Duc

10

15

— C’est-y vrai ? murmura-t-elle.

iti o

1 Eugène désigne Rose-Anna à l’aide d’une expression typique de son milieu social. Encadrez cette expression. 2 Dans les 10 premières lignes, sur­ lignez le verbe qui veut dire « signer un engagement dans l’armée ». 3 Soulignez l’expres­ sion de Rose-Anna qui signifie « inquiéter une personne, lui causer du souci ». 4 Dans les dernières lignes de cette page, encerclez le verbe qui, dans le contexte, est synonyme de s’engager.

Bonheur d’occasion

ns

Publié en 1945, le roman Bonheur d’occasion, de Gabrielle Roy, raconte l’histoire de personnages vivant dans un quartier pauvre de Montréal pendant la Seconde Guerre mondiale.

20

25

— Voyons, Eugène, dit-elle, t’as bu, tu sais plus ce que tu dis. T’as pas honte de me faire des peurs comme ça ! — C’est pas des peurs, m’man. Je te dis que je viens de m’enrôler. Elle se pencha vers lui et ses yeux brillèrent de détermination.

48

LA NARRATION

30


« Un gars vient qu’ il en a assez, tu sais, de quêter un dix cennes pis un vingt-cinq cennes. »

35

— En ce cas, tu vas te dédire. Il est pas trop tard pour te dédire. T’es trop jeune… pas encore tes dix-huit ans… Voyons, tu leur diras que tu savais pas ce que tu faisais, qu’on a besoin de toi… J’irai, moi, si tu veux. J’irai, j’expliquerai… Il arrêta le flot brûlant de ses protestations.

uc

— J’ai signé. Et il ajouta, la voix haute : — Pis je suis ben content.  — Content !

D

40

5 Dans les premières lignes de cette page, surlignez le verbe qui signifie, dans le contexte, « renier son engagement dans l’armée ». 6 Encadrez un groupe de mots, répété plusieurs fois, qui révèle l’éner­ve­ ment d’Eugène à l’endroit de sa mère.

— Content, content !…

G

45

ra

nd

Rose-Anna ne savait plus que reprendre, retourner ce mot, essayer Définitions de le comprendre. humblement : avec humilité. — Content ! Ça t’y du bon sens que tu me dises ça à moi ! quêter : demander Elle continuait de plier des petits vêtements, de les défroisser, avec insistance, avec des gestes courts et égarés, selon son habitude de toujours comme une faveur. occuper ses mains au plus fort de l’émotion. Puis elle leva la tête :

ns

iti o

50

— C’est-y parce que je te donnais pas assez d’argent pour fumer, pis tes petites dépenses ? demanda-t-elle presque humblement. Tu comprends, je t’aurais donné plusse, si ça venait pas de ­Florentine. Elle qui apporte quasiment toutes ses payes à la maison, c’est pas juste…

55

Éd

— Eh ben ! qu’a le garde, son argent, interrompit-il avec violence. Je vas en faire autant qu’elle à c’te heure. — Quand même, dit Rose-Anna, je te donnais ce que je pouvais, me semble. Le jeune homme s’énerva tout à fait.

©

60

— C’est pas ça. Mais écoute donc, sa mère. Un gars vient qu’il en a assez, tu sais, de quêter un dix cennes pis un vingt-cinq cennes. Écoute, sa mère : un gars se tanne de rôder d’un côté pis de l’autre pour se trouver de l’ouvrage. Écoute, sa mère : l’armée, c’est la vraie place pour un gars comme moi. Pas de métier, pas gros d’instruction ; c’est encore là que je suis le mieux.

© Éditions Grand Duc

49

LA NARRATION


« C’est ben la première fois de ma vie quand même que je vais y donner que’que chose. »

uc

— Je croyais pas quand même que tu prenais ça tellement à cœur, dit-elle. T’es encore si jeune. Tu t’aurais ben placé, toi aussi, à la longue. Regarde ton père : il a été des années à rien faire…

70

D

— Pas si fort ! supplia Rose-Anna. Tu vas réveiller les enfants.

nd

Le petit Daniel gémissait dans son sommeil. Elle s’approcha de l’étroit lit de fer pour recouvrir l’enfant. 75

ra

Et ce geste si simple bouleversa le jeune homme. Il suivit sa mère, prit distraitement et boucla les cordons de son tablier ainsi qu’il le faisait quand il était petit. Et il songea : « C’est ben la première fois de ma vie quand même que je vais y donner que’que chose. » Sa voix se fit câline :

— ’Coute, m’man, lui dit-il à l’oreille. Ça va ben vous aider, tu sais. Tout le temps que je vas être dans l’armée, tu vas recevoir vingt piasses par mois. L’émotion perçait dans ses paroles et une sorte de joie naïve, orgueilleuse, émerveillée. Il possédait, comme son père, une étonnante facilité de s’emballer et de se croire guidé par de bons sentiments. Comme lui, il ne savait pas distinguer où finissait son intérêt et où commençait la générosité. À cette heure, il n’était pas loin de croire qu’il avait agi par pur désintéressement. Il se plaignait à lui-même ; sa satisfaction fut si vive que ses paupières se mouillèrent.

Éd

©

© Éditions Grand Duc

65

— Oui, pis j’ai pas envie de faire comme lui.

iti o

Dans ce texte, deux variétés de langue sont utilisées : la langue soutenue pour les séquences narratives et descriptives et la langue populaire pour les dialogues. Dans un roman sociologique, la variété de langue employée pour les dialogues indique le milieu social dont font partie les personnages. Ici, la langue populaire révèle que RoseAnna et Eugène appartiennent à la classe sociale des ouvriers, qui existait à l’époque.

Elle qui avait pourtant senti qu’il arriverait ce jour où Eugène, dégoûté d’oisiveté, se livrerait à quelque impulsion tragique. Mais ça, qu’il s’enrôlât, non, elle ne l’avait pas prévu.

G

Définitions oisiveté : état d’une personne inactive, sans occupation. impulsion : désir soudain de faire quelque chose. terreux : de couleur terne.

— Bon Dieu ! soupira Rose-Anna.

80

ns

7 Entre les lignes 85 à 90, soulignez le nom synonyme de géné­ rosité, d’altruisme.

85

90

— Vingt belles piasses par mois, m’man, tu parles d’une belle affaire pour toi, hein ! Rose-Anna se retourna vers lui, lentement, comme si elle ne voulait pas reconnaître trop vite ce qu’elle percevait. La clarté de la lampe à arc envahissait l’endroit de la pièce où elle se trouvait. Son visage parut terreux, avec des grands trous d’ombre à la place des yeux. Des mèches tombaient en désordre sur ses joues et ses lèvres remuaient sans qu’il en sortît aucun son. Elle semblait vieillie soudain et prête à s’écrouler. 50

LA NARRATION

95


De la même auteure Gabrielle Roy, La détresse et l’enchantement, Boréal, 1996.

— Oui, je vois bien, dit-elle de très loin. Je vois bien pourquoi tu t’es engagé, pauvre enfant ! Elle leva les mains vers lui sans le toucher et poursuivit d’une voix plaintive, presque résignée déjà, d’une voix molle, sans plus de rancune, sans plus d’élan, à demi éteinte :

105

— T’aurais pas dû, Eugène. On vivait sans ça.

Un sanglot lui vint aux lèvres. Elle tira sur son tablier. Et, soudain, toute sa rancune de l’argent, sa misère à cause de l’argent, son effroi et sa grande nécessité de l’argent tout à la fois s’exprimèrent dans une protestation pitoyable.

G

— Vingt belles piasses par mois ! se reprit-elle à murmurer à tra­ vers ses hoquets. Pense donc si c’est beau : vingt piasses par mois !

ns

Sur ses joues amaigries coulaient des larmes vertes comme son visage et ses doigts noués qui paraissaient se refuser à l’argent.

Définition pitoyable : qui provoque la pitié.

Éd

iti o

Gabrielle Roy, Bonheur d’occasion, Boréal compact, 2009, p. 78-82. © Fonds Gabrielle Roy

©

115

ra

nd

110

D

Et elle l’affirmait quand même avec un certain courage et quand même avec une sorte de doux abandon aux maux connus, éprouvés, devenus familiers comme le jour, comme la nuit, et qui sont moins à redouter que d’autres cachés dans les brumes du temps.

8 À la ligne 105, à quoi fait référence le pronom démonstratif « ça » ? Encerclez votre réponse. a) Les plaintes d’Eugène b) Les difficultés liées au travail dans l’armée c) L’argent qu’Eugène veut rapporter à sa mère chaque mois 9 Dans les derniers paragraphes, soulignez la gradation qui suggère les souffrances subies par Rose-Anna à cause de l’argent.

uc

100

S’il est vrai qu’elle est l’auteure d’un grand roman sociologique, paru au début de sa carrière, Gabrielle Roy s’est surtout illustrée par des récits intimistes, qui accordent la priorité à la vie intérieure des personnages plutôt qu’aux grandes questions sociales. Ce penchant pour l’écriture intimiste l’a tout naturellement conduite à s’éloigner peu à peu de la fiction et à écrire des œuvres autobiographiques, dans lesquelles elle parle d’elle‑même et des événements importants de sa vie. Un de ses livres publié après sa mort est d’ailleurs une grande autobiographie : La détresse et l’enchantement (1984). © Éditions Grand Duc

51

LA NARRATION


Questions sur le texte

Les questions d’interprétation sont identifiées comme ceci :

Compréhension et interprétation 1 Remplissez les fiches descriptives des deux personnages en vous servant des informations présentées dans le texte, mais résumées dans vos mots. Fiche de Rose-Anna Information

uc

Caractéristique sociale

D

Lien de parenté avec Eugène Statut social

nd

Milieu socioéconomique

Caractéristique sociale

ra

Fiche d’Eugène Information

G

Lien de parenté avec Rose-Anna

ns

Statut social

iti o

Milieu socioéconomique

Éd

2 a) Quelle décision Eugène annonce-t-il à Rose-Anna ?

©

b) En vous appuyant sur le texte, montrez que cette décision est liée aux caractéristiques sociales du personnage.

© Éditions Grand Duc

52

LA NARRATION


3 La décision d’Eugène relève-t-elle uniquement de la générosité ? Justifiez votre

uc

réponse.

D

4 Comment Rose-Anna réagit-elle à la décision d’Eugène ? Décrivez ses différentes réactions dans les passages suivants. • 1re réaction (lignes 1 à 30) :

• 2e réaction (lignes 31 à 99) :

• 3e réaction (lignes 100 à 109) :

• 4e réaction (lignes 110 à 117) :

©

Éd

iti o

ns

G

ra

nd

© Éditions Grand Duc

53

LA NARRATION


5 La réaction très forte de Rose-Anna s’explique-t-elle seulement par la décision de

D

uc

son fils ? Précisez votre réponse.

nd

Réaction

6 Quel aspect de l’extrait a suscité le plus d’intérêt chez vous ? Expliquez votre

©

Éd

iti o

ns

G

ra

réponse.

© Éditions Grand Duc

54

LA NARRATION


Jugement critique 7 À la lumière de votre lecture de l’extrait de Bonheur d’occasion, qui aborde le thème de

ra

nd

D

uc

la pauvreté, trouvez-vous qu’un roman peut aider à comprendre un enjeu de société ? Justifiez votre réponse en vous appuyant sur le texte.

G

Grammaire du texte

ns

8 a) Quelle variété de langue est utilisée dans les dialogues de ce texte ?

• 

• 

iti o

b) Justifiez votre réponse en nommant deux caractéristiques propres à cette variété de langue.

©

Éd

c) Que révèle la variété de langue employée sur le statut social des personnages ?

Grammaire en contexte

Voir la notion 2, p. 254.

9 Dans les dialogues de l’extrait de Bonheur d’occasion, relevez trois régionalismes québécois.

© Éditions Grand Duc

55

LA NARRATION


Stratégie de lecture Je survole le texte pour faire des prédictions sur son contenu.

Le paysage

1

Au loin, l’île de la Gonave.

nd

10

Les chiffres

ra

56 % de la population occupe 11 % du territoire.

G

33 % de la population occupe 33 % du territoire. 11 % de la population occupe 56 % du territoire.

Le cimetière

15

Juste au pied du morne Nelhio, le cimetière de Port-au-Prince, comme un lot de diamants mal taillés. C’est le lieu de rendez-vous général.

La guerre

Ce qui s’est passé durant les vingt dernières années dans le logement. La guerre. La population de Port-au-Prince a consi­déra­ blement augmenté avec l’arrivée incessante des habitants des villes de province, issus de toutes les couches sociales. Ce mouvement a provoqué une panique générale dans la ville. Les bourgeois traditionnels de Port-au-Prince se sont réfugiés mas­sive­ment dans les montagnes. Parmi la classe moyenne, la population a quintuplé alors que l’espace est resté le même. Un jeu féroce de chaises musicales s’est alors engagé. Et ceux qui perdaient leur place se retrouvaient ipso facto dans le panier de crabes de Martissant.

©

Éd

Définitions morne : dans les Antilles, petite montagne isolée. immondices : ordures, déchets. ipso facto : expression latine qui signifie « automatiquement ».

© Éditions Grand Duc

5

D

uc

Je suis sorti sans but précis, sauf celui d’être dehors, de sentir sur mon visage le vieux vent caraïbe. Me voilà seul à présent. Combien de fois ai-je rêvé de ce moment ? Seul à Port-au-Prince. Sans raison, je tourne à droite pour me retrouver au sommet du morne Nelhio. La ville, à mes pieds. Les riches habitent au flanc des mon­ tagnes (les montagnes Noires). Les pauvres sont entassés dans le bas de la ville, au pied d’une montagne d’immondices. Ceux qui ne sont ni riches ni pauvres occupent le centre de Port-au-Prince.

iti o

1 Dans le 1er paragraphe, encadrez les pronoms et les déterminants qui désignent le narrateur de l’histoire. 2 Dans tout le texte, soulignez les noms propres de lieux. 3 Dans les paragra­ phes intitulés « La guerre », « La frontière » et « La peur », surlignez trois noms ou groupes de noms employés dans un sens figuré pour parler d’un quartier dangereux.

Pays sans chapeau

ns

Dans le roman Pays sans chapeau, de l’auteur québécois d’origine haïtienne Dany Laferrière, un homme revient dans son pays natal, Haïti, après 20 ans d’absence, où il retrouve, entre autres, sa mère et sa tante Renée.

Intention de lecture Prêter attention aux informations sur la société haïtienne.

56

LA NARRATION

20

25

30


« Ce n’est pas tellement la foule, le problème. C’est l’odeur. »

35

Notre nouvelle maison (celle qu’on occupe aujourd’hui après avoir perdu notre place rue Lafleur-Duchêne) se trouve juste à la frontière. Du haut du morne Nelhio, en jetant un rapide coup d’œil sur la gauche, on peut facilement voir la foule hurlante et en sueur de Martissant. L’enfer de Martissant, comme dit ma mère.

La peur

D

Son quartier

Quand on perd son quartier, on perd tout. Un cadre dans lequel on peut être à son aise, des amis qui sont devenus avec le temps presque des parents, les petites épiceries qui vous fournissent à crédit parce que vous vous êtes fait une réputation de bonne cliente, l’école des enfants dont vous connaissez la directrice, le cinéma tout à côté.

iti o

50

ns

G

45

ra

nd

40

Dans ses lettres, ma mère me parle souvent de cette question de loyer. Sa peur de se retrouver, un jour, à Martissant. C’est une maison louée, et le propriétaire qui vit à New York menace ma mère, au moins une fois par mois, de rentrer pour venir jouir de sa retraite à Port-au-Prince. Chez lui. Dans sa maison. Ma mère serait obligée de déménager ailleurs. Où ? Elle n’ose même pas prononcer le mot Martissant. La chaudière de Martissant.

4 D’après le contexte, à qui le déterminant notre dans le segment de phrase « Notre nouvelle maison » (ligne 32) renvoiet-il ? Encerclez votre réponse. a) Aux Haïtiens et Haïtiennes b) Au narrateur et à sa famille c) Aux pauvres de Martissant

uc

La frontière

55

Éd

— Et Renée qui dit qu’elle pourrait vivre à Martissant, Renée qui va se laver les mains dès qu’elle dit bonjour à quelqu’un, même si elle ne lui a même pas serré la main, conclut ma mère.

L’odeur

©

Ce n’est pas tellement la foule, le problème. C’est l’odeur. Près de cent mille personnes concentrées dans un espace restreint sans eau courante.

60

Je n’ose même pas dire à ma mère que Martissant est loin d’être le pire quartier à Port-au-Prince. […]

© Éditions Grand Duc

57

Depuis son exil forcé d’Haïti au cours des années 1970, Dany Laferrière ne cesse d’écrire sur son enfance et sa jeunesse dans son pays natal.

LA NARRATION


Du même auteur Dany Laferrière, L’odeur du café, Typo, 1999.

uc

La foule marche en plein milieu de la rue. Les gens vont dans tous les sens. Souvent, ils reviennent brusquement sur leurs pas. Ça fait la quatrième fois que je croise cet homme sur mon chemin. Il me regarde comme si nous étions de vieilles connaissances. Quand on rentre au pays après un si grand nombre d’années d’absence, on a peur de ne pas reconnaître un vieil ami. Alors, on est comme sur le qui-vive. Mais celui-là, je n’arrive pas malgré tout à mettre un nom sur son visage. Maintenant, il s’approche de moi.

65

70

D

— Vous ne voulez pas de cette montre en or ? — Pourquoi ?

— Vous n’avez pas de montre à ce que je vois.

nd

Définitions être sur le qui-vive : être sur ses gardes. plexus : réseau de nerfs ou de veines situé au niveau de l’abdomen.

La montre

— Ça ne m’intéresse pas de savoir l’heure qu’il est. — Allez, cette montre est à vous pour seulement cinquante dollars.

ra

5 Encadrez la phrase révélant un comportement particulier de la population de Port-au-Prince. 6 Surlignez une comparaison qui sert à décrire une réaction du vendeur.

75

G

— Et qu’est-ce que je ferai d’une montre, puisque, ici, de toute façon, personne n’arrive à l’heure nulle part ?

ns

Il hésite un moment, un peu comme un jeune boxeur trop fougueux qui vient de recevoir un solide coup de poing au plexus.

80

iti o

— OK, prenez-la pour dix dollars. Je le fais parce que c’est vous, et je veux que vous ayez une montre.

Éd

— Si jamais j’avais absolument besoin de savoir l’heure, je n’ai qu’à demander à n’importe qui. Regardez, monsieur, tout le monde a une montre dans cette ville, dis-je en continuant mon chemin.

85

©

— Vous êtes un dur, je vois… Cinq dollars… Je l’ai achetée vingt, mais je te la donne à cinq. Vous voyez, j’accepte de perdre quinze dollars. — Écoutez, vous perdez votre temps. Je n’achète pas. — Prenez-la, dit-il tout en me regardant dans les yeux, je vous en fais cadeau… (Un temps…) Vous me donnez ce que vous voulez. Finalement, je lui donne un dollar tout en repoussant sa montre. Simplement pour avoir la paix. Ces types finissent toujours par vous avoir. Dany Laferrière, Pays sans chapeau, Boréal compact, 2006, p. 40-43 et 57-59.

© Éditions Grand Duc

58

LA NARRATION

90


Questions sur le texte

Les questions d’interprétation sont identifiées comme ceci :

Compréhension et interprétation 1 a) Quel est le type de narrateur dans cet extrait de roman ? Surlignez votre réponse. 1 Un narrateur omniscient ne participant pas à l’histoire 2 Un narrateur personnage principal

uc

3 Un narrateur témoin

nd

D

b) Quels éléments du texte permettent de reconnaître ce type de narrateur ?

2 Dans le texte, deux informations indiquent que les inégalités sociales marquent la

ra

ville de Port-au-Prince. Relevez-les.

ns

G

iti o

Éd

3 Le narrateur évoque une « guerre » qui a eu lieu à Port-au-Prince. Expliquez en une ou

©

deux phrases de quelle guerre il s’agit.

© Éditions Grand Duc

59

LA NARRATION


4 De quoi la mère du narrateur a-t-elle peur ?

5 Selon vous, pourquoi le narrateur n’ose-t-il pas dire à sa mère que ce quartier « est

D

uc

loin d’être le pire quartier à Port-au-Prince » (lignes 59 et 60) ?

G

ra

nd

6 Que révèle le comportement du vendeur de montre sur sa condition sociale ?

ns

Réaction

7 À votre avis, pourquoi est-il intéressant de lire un roman plutôt qu’un texte descriptif

©

Éd

iti o

pour s’informer sur une société ? Justifiez votre réponse en vous appuyant sur votre lecture de l’extrait du roman Pays sans chapeau.

© Éditions Grand Duc

60

LA NARRATION


Jugement critique 8 Quel aspect du récit trouvez-vous le plus original ? Justifiez votre réponse en vous

nd

D

uc

appuyant sur le contenu ou la forme du texte.

ra

Grammaire du texte

G

9 a) Dans la dernière page du texte, relevez deux commentaires du narrateur insérés dans le dialogue.

iti o

Éd

ns

©

b) Que suggèrent ces commentaires sur l’opinion du narrateur au sujet du vendeur de montre ?

© Éditions Grand Duc

61

LA NARRATION


Grammaire en contexte Voir la notion 36,

Dany Laferrière aime utiliser des phrases à construction particulière pour rendre son écriture plus dynamique. C’est une caractéristique de son style « primitif », comme il le dit au début de son livre Pays sans chapeau. Pour chacune des phrases suivantes tirées du texte, précisez s’il s’agit d’une phrase non verbale, d’une phrase à présentatif ou d’une phrase infinitive. a) Me voilà seul à présent. b) Seul à Port-au-Prince.

uc

c) La ville, à mes pieds.

D

d) Au loin, l’île de la Gonave.

Ressource de la langue

j

nd

L’attitude du narrateur par rapport aux personnages

5

t

4

laclasse.grandducenligne.com

Marque de modalité

Exemples

Attitude du narrateur

• Mélioratif : Vous êtes brillant et vous comprendrez mon point de vue. • Péjoratif : Vous êtes borné et vous serez parfaitement incapable de me comprendre.

• Respect, volonté de plaire

Vouvoiement

Je sollicite votre indulgence pour ce que je vous raconterai.

Respect, politesse

Tutoiement

• Je te raconterai une histoire troublante. • T   u sais comme moi que rien n’est plus tenace qu’un préjugé.

• Familiarité

Pensez à toutes ces femmes de par le monde qui ne sont pas libres.

Complicité, proximité

Éd

iti o

Vocabulaire connoté

ns

G

ra

Dans un récit, quand l’histoire est racontée par un narrateur participant, celui-ci adopte toujours une certaine attitude par rapport aux autres personnages de l’histoire. Les marques de modalité suivantes révèlent son attitude. Il est important de tenir compte du contexte pour déterminer les marques de modalité et interpréter correctement l’attitude du narrateur qu’elles évoquent.

©

p. 278

Phrases impératives

© Éditions Grand Duc

62

• Mépris, provocation

• Complicité

LA NARRATION


Marque de modalité

Exemples

Attitude du narrateur

Croyez-vous qu’il soit encore possible de changer le monde ?

Complicité, proximité

Apostrophe (fait d’interpeller quelqu’un)

N’est-ce pas que j’ai raison, mon ami ?

Complicité, familiarité

Ironie (fait de dire le contraire de ce que l’on pense)

Vos idées dangereuses sont de plus en plus populaires. Je vous en félicite.

Mépris, provocation

Choix d’une variété de langue pour créer un effet

• Langue soutenue : Je vous prie de prêter attention à cette histoire. • Langue familière : Cette argumentation est de la bouillie pour les chats.

• Respect, politesse

uc

Phrases interrogatives

D

• Provocation

nd

a) Dans la partie « La montre », relevez un exemple de chacune des marques de modalité suivantes qui sont liées à l’attitude du narrateur envers le vendeur de montre.

ra

•• Vocabulaire connoté :

G

•• Vouvoiement :

iti o

ns

•• Phrase interrogative :

Éd

•• Apostrophe :

b) À partir des marques que vous avez relevées, comment décririez-vous l’attitude du narrateur à l’égard du vendeur de montre ? Encerclez votre réponse.

©

1 Une certaine impatience 2 Une grande politesse 3 Un profond mépris

c) Selon vous, pourquoi le narrateur adopte-t-il cette attitude par rapport à ce personnage ?

© Éditions Grand Duc

63

LA NARRATION


Jugement critique comparatif a) Lequel de ces deux extraits de romans sociologiques avez-vous préféré ?

l’évocation réussie de la société décrite ; l’intérêt pour les personnages ; la pertinence du propos sur un phénomène de société ;

©

Éd

iti o

ns

G

ra

nd

l’originalité de l’écriture.

N’oubliez pas que, pour répondre à ce type de questions, vous devez : - donner votre opinion ; - déterminer le critère sur lequel vous avez basé votre opinion ; - donner un exemple tiré du texte pour appuyer votre opinion. Au besoin, consultez la page 10.

uc

b) Pourquoi ? Pour étoffer votre réponse, choisissez deux critères parmi les suivants :

D

Bonheur d’occasion Pays sans chapeau

© Éditions Grand Duc

64

LA NARRATION


Situation d’écriture

Rédaction d’un récit sociologique Une personne de votre entourage partira bientôt en voyage à l’étranger pour la première fois. Pour l’aider à se préparer, écrivez un court récit d’environ 400 mots à la 1re personne, à la fois captivant et instructif, dont l’action se déroule dans le pays en question. Respectez les consignes suivantes pour la rédaction de votre texte :

Pour connaître les critères d’évaluation d’une situation d’écriture, référez-vous aux pages 290 et 291.

D

Choisissez un thème en lien avec la société de cet endroit (la pauvreté, l’éducation, la religion).

uc

Trouvez des informations intéressantes et originales sur le pays en question (ses paysages, le mode de vie, les valeurs de sa population).

ra

nd

Déterminez les personnages et leurs caractéristiques. Insérez dans le récit des éléments caractéristiques du pays visité (une description des habitants et habitantes, des lieux). Assurez-vous d’évoquer le thème choisi. Prenez aussi le temps de vérifier :

G

re N’oubliez pas de rédiger votre récit à la 1 personne.

ns

la syntaxe et la ponctuation des phrases ; l’orthographe des mots et les accords ;

©

Éd

iti o

la conjugaison des verbes à l’aide d’un ouvrage de référence.

JE RETIENS DONC... Dans un roman sociologique, l’accent est mis sur les caractéristiques des personnages, comme leur statut social, leurs de vie ou leurs valeurs. Les concernent des phénomènes de société (par exemple, la pauvreté, l’éducation, la famille, la religion).

© Éditions Grand Duc

65

LA NARRATION


D

nd

ra

De quoi t’ennuies-tu, Éveline ? Dans sa vieillesse, quand elle n’attendait plus grande surprise ni pour le cœur ni pour l’esprit, maman eut une aventure. Elle lui arriva par Majorique, le frère qu’elle n’avait jamais cessé de ché­ rir tendrement, peut-être parce qu’il menait la vie qu’elle eût aimée pour elle-même : partir, connaître autant que possible les merveilles de ce monde, traverser la vie en voyageur. Toute sa vie d’adulte, captive de son foyer, de ses devoirs, jamais maman n’avait abdiqué son désir de liberté, et quand la liberté vint enfin, ce fut avec la douleur des séparations. Son mari au cimetière, ses enfants dispersés, elle eut le cœur enchaîné par les souvenirs et le chagrin. Et d’ailleurs, elle n’avait plus ni bonnes jambes ni le cœur très solide. Ainsi va la vie sans doute. Et pourtant, c’est alors que maman eut sa récompense. Un jour de janvier, au ­Manitoba, elle reçut de Californie ce curieux télégramme :

©

Éd

iti o

État psychologique du personnage au début du récit

Qui le lit et pourquoi ? Quiconque s’intéresse à la psychologie reflétée par un personnage de fiction.

ns

Exemple de roman psychologique

Qui l’écrit et pourquoi ? Tout auteur qui veut développer les caractéristiques psychologiques d’un personnage.

G

Qu’est-ce que c’est ? Un roman qui a pour particularité de développer la psychologie d’un personnage et de la placer au premier plan. Ainsi, il contient souvent peu d’actions et de rebondissements. Le nœud de l’intrigue réside plutôt dans les réflexions, les pensées, les questionnements du personnage, qui évolue tout au long des événe­ments vécus. En ce sens, le roman psycho­ logique a ce point en commun avec la nouvelle.

uc

Le roman psychologique

Événement créant un déséquilibre

Majorique à la veille du grand départ souhaite revoir Éveline. Argent suit.

© Éditions Grand Duc

66

LA NARRATION

1

5

10

15


ra

30

nd

D

25

Gabrielle Roy (1909-1983) est une grande auteure cana­ dienne francophone. Née au Manitoba, elle est décédée au Québec, là où elle a écrit la majorité de son œuvre. De quoi t’ennuies-tu, Éveline ? est le dernier texte qu’elle a publié.

uc

20

Que pouvaient signifier ces mots : à la veille du grand départ ? Que Majorique était très malade, sur le point de mourir peut-être ? Ou bien qu’il s’apprêtait à partir pour une autre destination tout simple­ment ? Depuis des années, dans ses lettres, il laissait en­­ tendre qu’il ne finirait pas nécessairement ses jours en Californie, tout heureux qu’il y fût, car mille choses restaient encore à voir. Et souvent, oui, très souvent, il parlait des îles… Lesquelles ? lui demandait-on. Et alors il en nommait quelques-unes en riant à sa façon secrète : « Honolulu peut-être, ou les îles Fidji… peutêtre bien la Nouvelle-Zélande et l’Australie qui sont aussi des îles… et même les continents sont des îles… » Maintenant qu’elle y pensait, Éveline se rappela que toute sa vie Majorique avait eu  ce mot aux lèvres, l’associant à quantité d’idées abstraites. Ne disait-il pas à tout propos : l’île du bonheur, l’île des trésors, l’île des aventures… ?

G

ns

35

Le télégramme entre les mains, Éveline restait songeuse, hésitant – Évolution et cela lui parut presque inconvenant, mais qui au fond avait été psychologique entre le souci et la joie plus inconvenant que Majorique ? – hésitant entre l’inquiétude et l’émerveillement. Comme c’était bien là la marque de Majorique, En résumé : pensa-t-elle, de laisser les gens en suspens, aux frontières de la • peu d’actions ; joie et du chagrin.

iti o

• a bsence de descriptions de l’environnement ; •n  ombreux détails sur l’évolution psycho­logique du personnage.

©

45

Avait-elle seulement idée de la distance entre Winnipeg et ce petit village de Californie où habitait Majorique : Bella Vista ? Proba­ blement pas, car la folie de son frère, pour qui un voyage de mille milles s’entreprenait aussi facilement qu’une visite à un voisin, cette folie la gagna aussitôt entièrement. Pendant qu’une part d’elle-même faisait ce qu’il y avait à faire : courir en ville retenir le billet d’autobus (l’argent qu’elle reçut quelques heures plus tard eût suffi à un billet d’avion, mais elle s’en tint à sa première idée), revenir à la maison, empiler ses effets dans une petite valise, pendant ce temps son esprit voguait déjà à l’aventure. Merveilleu­ sement, elle ignora qtu’elle avait soixante-treize ans, que son cœur demandait des ménagements.

Éd

40

Mais soudain, Éveline se reprit : qu’avait-elle donc à tant hésiter ? Majorique la demandait et, quelle que fût son intention, elle devait accourir sur-le-champ.

50

Gabrielle Roy, De quoi t’ennuies-tu, Éveline ?, Boréal compact, 1988, p. 11-21. © Fonds Gabrielle Roy

© Éditions Grand Duc

67

LA NARRATION


Stratégie de lecture J’utilise les ressources à ma disposition.

J’ai vu le jour à Saigon, là où les débris des pétards éclatés en mille miettes coloraient le sol de rouge comme des pétales de cerisier, ou comme le sang des deux millions de soldats déployés, éparpillés dans les villes et les villages d’un Vietnam déchiré en deux.

5

Je suis née à l’ombre de ces cieux ornés de feux d’artifice, décorés de guirlandes lumineuses, traversés de roquettes et de fusées. Ma naissance a eu pour mission de remplacer les vies perdues. Ma vie avait le devoir de continuer celle de ma mère.

10

ra

nd

D

uc

1

Je m’appelle Nguyên An Tinh et ma mère, Nguyên An T nh. Mon nom est une simple variation du sien puisque seul un point sous le i me différencie d’elle, me distingue d’elle, me dissocie d’elle. J’étais une extension d’elle, même dans le sens de mon nom. En vietnamien, le sien veut dire « environnement paisible » et le mien, « intérieur paisible ». Par ces noms presque interchangeables, ma mère confirmait que j’étais une suite d’elle, que je continuerais son histoire.

15

20

iti o

Définitions polyphonie : combi­ naison de plusieurs sons. déployer : envoyer un peu partout. interchangeable : se dit de choses qui peuvent être changées l’une pour l’autre.

Je suis venue au monde pendant l’offensive du Têt, aux premiers jours de la nouvelle année du Singe, lorsque les longues chaînes de pétards accrochées devant les maisons explosaient en poly­ phonie avec le son des mitraillettes.

G

1 Dans les deux premiers paragraphes, soulignez quatre groupes de mots indiquant que l’auteure est née en temps de guerre. 2 Dans le 4e et le 5e paragraphe, surlignez les verbes au présent et encadrez les verbes au passé composé et à l’imparfait.

Ru

ns

Ru, de Kim Thúy, est un roman autobiographique qui relate l’exil de cette réfugiée vietnamienne vers le Québec. Sautant du présent au passé, de Granby à Saigon, elle nous transporte dans sa réalité avec sa poésie bien vivante.

Intention de lecture Déterminer les ruptures dans la chronologie (retour en arrière, anticipation) et leurs effets sur la lecture.

©

Éd

L’Histoire du Vietnam, celle avec un grand H, a déjoué les plans de ma mère. Elle a jeté les accents de nos noms à l’eau quand elle nous a fait traverser le golfe du Siam, il y a trente ans. Elle a aussi dépouillé nos noms de leur sens, les réduisant à des sons à la fois étrangers et étranges dans la langue française. Elle est surtout venue rompre mon rôle de prolongement naturel de ma mère quand j’ai eu dix ans.

Année du Singe : 1968 dans l’astrologie chinoise

© Éditions Grand Duc

68

LA NARRATION

25


« On ne savait donc pas si on se dirigeait vers le ciel ou si on s’enfonçait dans les profondeurs de l’eau. »

iti o

Éd

55

Définitions cale : espace situé entre le pont et le fond du bateau. gale : maladie conta­ gieuse de la peau. fouler la terre : marcher.

©

50

ns

G

45

ra

nd

40

C’est seulement à ce moment-là que j’ai saisi l’amour de cette mère assise en face de moi dans la cale de notre bateau, tenant dans ses bras un bébé dont la tête était couverte de croûtes de gale puantes. J’ai eu cette image sous les yeux pendant des jours et peut-être aussi des nuits. La petite ampoule suspendue au bout d’un fil retenu par un clou rouillé diffusait dans la cale une faible lumière, toujours la même. Au fond de ce bateau, le jour ne se distinguait plus de la nuit. La constance de cet éclairage nous protégeait de l’immensité de la mer et du ciel qui nous entouraient. Les gens assis sur le pont nous rapportaient qu’il n’y avait plus de ligne de démarcation entre le bleu du ciel et le bleu de la mer. On ne savait donc pas si on se dirigeait vers le ciel ou si on s’enfonçait dans les profondeurs de l’eau. Le paradis et l’enfer s’étaient enlacés dans le ventre de notre bateau. Le paradis promettait un tournant dans notre vie, un nouvel avenir, une nouvelle histoire. L’enfer, lui, étalait nos peurs, peur des pirates, peur de mourir de faim, peur de s’intoxiquer avec les biscottes imbibées d’huile à moteur, peur de manquer d’eau, peur de ne plus pouvoir se remettre debout, peur de devoir uriner dans ce pot rouge qui passait d’une main à l’autre, peur que cette tête d’enfant galeuse ne soit conta­ gieuse, peur de ne plus jamais fouler la terre ferme, peur de ne plus revoir le visage de ses parents assis quelque part dans la pénombre au milieu de ces deux cents personnes.

uc

35

3 Qui sont Pascal et Henri ? Encerclez le mot auquel ces prénoms font référence. 4 Pascal et Henri appartiennent-ils au présent ou au passé ? Soulignez les indices appuyant votre réponse. 5 Dans le 2e paragraphe de cette page, indiquez d’un trait le début du retour en arrière. 6 Surlignez la phrase révélant que, malgré leur peur, les pas­sagers et passagères vivent aussi d’espoir.

D

30

Grâce à l’exil, mes enfants n’ont jamais été des prolongements de moi, de mon histoire. Ils s’appellent Pascal et Henri et ne me ressemblent pas. Ils ont les cheveux clairs, la peau blanche et les cils touffus. Je n’ai pas éprouvé le sentiment naturel de la mater­ nité auquel je m’attendais quand ils étaient accrochés à mes seins à trois heures du matin, au milieu de la nuit. L’instinct maternel m’est venu beaucoup plus tard, au fil des nuits blanches, des cou­ ches souillées, des sourires gratuits, des joies soudaines.

© Éditions Grand Duc

69

LA NARRATION


« Nous étions engourdis, emprisonnés par les épaules des uns, les jambes des autres et la peur de chacun. »

D

uc

65

70

nd

Mon père avait prévu, si notre famille était capturée par des communistes ou des pirates, de nous endormir pour toujours, comme la Belle au bois dormant , avec des pilules de cyanure. Pendant longtemps, j’ai voulu lui demander pourquoi il n’avait pas pensé à nous laisser le choix, pourquoi il nous aurait enlevé la possibilité de survivre. J’ai cessé de me poser cette question quand je suis devenue mère, quand monsieur Vinh, chirurgien de grande réputation à Saigon, m’a raconté comment il a mis ses cinq enfants, l’un après l’autre, seuls, du garçon de douze ans à la petite fille de cinq ans, sur cinq bateaux différents, à cinq moments différents, pour les envoyer au large, loin des charges des autorités communistes qui pesaient

Éd © © Éditions Grand Duc

60

75

G

ra

L’histoire de la petite fille qui a été engloutie par la mer après avoir perdu pied en marchant sur le bord s’est propagée dans le ventre odorant du bateau comme un gaz anesthésiant, ou euphorique, qui a transformé l’unique ampoule en étoile polaire et les biscottes imbibées d’huile à moteur en biscuits au beurre. Ce goût d’huile dans la gorge, sur la langue, dans la tête nous endormait au rythme de la berceuse chantée par ma voisine.

iti o

Définitions anesthésiant : qui endort, qui engour­ dit le mal. euphorique : qui procure une grande joie, un profond bien-être. cyanure : poison.

Avant que notre bateau ait levé l’ancre en pleine nuit sur les rives de Rach Giá, la majorité des passagers n’avait qu’une peur, celle des communistes, d’où leur fuite. Mais, dès qu’il a été entouré, encerclé d’un seul et uniforme horizon bleu, la peur s’est trans­ formée en un monstre à cent visages, qui nous sciait les jambes, nous empêchait de ressentir l’engourdissement de nos muscles immobilisés. Nous étions figés dans la peur, par la peur. Nous ne fermions plus les yeux quand le pipi du petit à la tête galeuse nous arrosait. Nous ne nous pincions plus le nez devant le vomi de nos voisins. Nous étions engourdis, emprisonnés par les épaules des uns, les jambes des autres et la peur de chacun. Nous étions paralysés.

ns

Le père avait 7  l’intention de tuer sa famille si elle était capturée. Encadrez l’euphémisme et la comparaison désignant ce projet. Dans le 3e para8  graphe de cette page, l’auteure utilise un autre temps de verbe : le plus-queparfait. Soulignez les verbes conjugués à ce temps verbal et surlignez leur auxiliaire.

70

LA NARRATION

80

85

90


De la même auteure Kim Thúy et Pascal Janovjak, À toi, Libre Expression, 2011.

uc

D’avance, je suis vaincue, dénudée, vaine.

Éd

Kim Thúy, Ru, Libre Expression, 2009, p. 11-17.

©

115

iti o

ns

110

G

ra

105

Je n’ai pas crié ni pleuré quand on m’a annoncé que mon fils Henri était emprisonné dans son monde, quand on m’a confirmé qu’il est de ces enfants qui ne nous entendent pas, qui ne nous parlent pas, même s’ils ne sont ni sourds ni muets. Il est aussi de ces enfants qu’il faut aimer de loin, sans les toucher, sans les embrasser, sans leur sourire parce que chacun de leurs sens serait violenté tour à tour par l’odeur de notre peau, par l’intensité de notre voix, par la texture de nos cheveux, par le bruit de notre cœur. Il ne m’appellera probablement jamais « maman » avec amour, même s’il peut prononcer le mot poire avec toute la ron­ deur et la sensualité du son oi. Il ne comprendra jamais pourquoi j’ai pleuré quand il m’a souri pour la première fois. Il ne saura pas que, grâce à lui, chaque étincelle de joie est devenue une bénédiction et que je livrerai toujours les combats contre l’autisme, même si d’avance je le sais invincible.

D

100

9  Soulignez au moins cinq verbes des lignes 100 à 115 indiquant que ce passage réfère à la situation actuelle de la vie de l’auteure.     Quel pronom reprend le mot autisme à la ligne 114 ? Surlignez-le.

nd

95

contre lui. Il était certain de mourir en prison puisqu’on l’accusait d’avoir tué des camarades communistes en les opérant, même si ces derniers n’avaient jamais mis les pieds dans son hôpital. Il espérait sauver un, peut-être deux de ses enfants en les lançant à la mer. J’ai rencontré monsieur Vinh sur les marches d’une église, qu’il déneigeait l’hiver et balayait l’été pour remercier le prêtre qui l’avait remplacé auprès de ses enfants, les élevant les cinq, l’un après l’autre, jusqu’à leur maturité, jusqu’à sa sortie de la prison.

Kim Thúy entretient des liens très étroits avec son pays d’origine, comme en témoignent les romans mais aussi le livre de recettes vietnamiennes qu’elle a publiés. Dans ce dernier, paru en 2017 et intitulé Le secret des Vietnamiennes, elle présente 50 recettes typiques de la cuisine de son pays. © Éditions Grand Duc

71

LA NARRATION


Questions sur le texte

Les questions d’interprétation sont identifiées comme ceci :

Compréhension et interprétation 1 Les événements sont-ils racontés chronologiquement ? Justifiez votre réponse en

D

uc

faisant ressortir les thèmes exploités dans chaque temporalité du texte.

ra

nd

2 Selon vous, quel est le lien entre monsieur Vinh et Henri ?

G

3 a) Aux lignes 51 à 71, l’auteure explique la peur ressentie dans la cale du bateau.

iti o

ns

Pour l’exprimer, elle conclut avec la phrase suivante : « Nous étions paralysés. » Elle aura la même impression à un autre moment de sa vie. Lequel ? Justifiez votre réponse en citant un passage du texte.

©

Éd

b) Selon vous, pourquoi l’auteure réagit-elle ainsi ?

4 Être mère a permis à l’auteure de comprendre deux événements de son passé. Lesquels ? • •

© Éditions Grand Duc

72

LA NARRATION


Réaction 5 L’auteure mentionne que sa mère voulait qu’elle soit le pro­longement d’elle-même.

G

Jugement critique

ra

nd

D

uc

Avez-vous parfois l’impression d’être le prolongement de vos parents ? Justifiez votre réponse.

ns

6 Trouvez-vous que l’auteure vous a permis de comprendre les sentiments complexes

©

Éd

iti o

éprouvés par les gens qui fuyaient le Vietnam en bateau ? Justifiez votre réponse.

© Éditions Grand Duc

73

LA NARRATION


Grammaire du texte 7 Aux lignes 51 à 59, l’auteure nomme tout ce qui effraie les passagers et passagères

uc

du bateau, en répétant plusieurs fois le mot peur. Quel effet cette répétition crée-t-elle ?

nd

« Par ces noms presque interchangeables, ma mère confirmait que j’étais une suite d’elle, que je continuerais son histoire. » (Lignes 19 à 21.)

« Il ne m’appellera probablement jamais “ maman ” avec amour, même s’il peut prononcer le mot poire avec toute la rondeur et la sensualité du son oi. » (Lignes 108 à 110.)

iti o

3

ns

G

2

« J’ai vu le jour à Saigon, là où les débris des pétards éclatés en mille miettes coloraient le sol de rouge comme des pétales de cerisier […]. » (Lignes 5 à 7.)

ra

1

D

8 a) Relisez les phrases suivantes.

Éd

b) Lesquelles marquent un retour en arrière ?

c) Soulignez les verbes prouvant cette temporalité.

©

d) Quels sont les temps de ces verbes ?

© Éditions Grand Duc

74

LA NARRATION


Ressource de la langue L’harmonisation des temps de verbe dans un récit

8

n

j

3

laclasse.grandducenligne.com

• Conditionnel passé

nd

Éd

• Imparfait

• Action souvent brève et en cours dans le récit au passé • Action qui se déroule dans le passé, se prolonge dans le temps et est présentée comme non accomplie • Action non accomplie qui se déroule après une autre action au passé

iti o

Temps simples • Passé simple

• Quand elle eut terminé le livre, elle décida d’écrire à l’auteur. • Elle a promis qu’elle lirait son récit dès qu’il l’aurait terminé.

• Il écrivit son livre durant ses vacances d’été. • Elle lisait le livre depuis plusieurs heures.

• Elle savait que la fin du roman la surprendrait.

©

• Conditionnel présent

• Elle lit avec plaisir ce roman qu’un ami lui a prêté. • Elle lut avec plaisir ce roman qu’un ami lui avait prêté.

ra

• Passé antérieur

• Action accomplie dans un récit au présent • Action accomplie qui s’est déroulée avant une autre action exprimée au passé composé, au passé simple, à l’imparfait • Action accomplie qui s’est déroulée avant une autre action exprimée au passé simple • Action accomplie avant une autre action exprimée au conditionnel présent

G

• Plus-que-parfait

Exemple

ns

Temps composés • Passé composé

Aspect

D

Temps de verbe

uc

Dans un récit, il faut tenir compte de l’aspect accompli ou non accompli des verbes employés à l’indicatif. •• Les verbes aux temps composés indiquent que l’action décrite est accomplie. •• Les verbes aux temps simples indiquent que l’action décrite est non accomplie, c’est-à-dire qu’elle est en cours au moment où elle est évoquée dans le récit.

© Éditions Grand Duc

75

LA NARRATION


Grammaire en contexte 1 a) Quel est le temps de verbe autour duquel s’organise tout le récit dans l’extrait du roman Ru ? Entourez la bonne réponse. 1 Présent de l’indicatif 2 Passé composé de l’indicatif 3 Passé simple de l’indicatif

D

uc

b) Justifiez votre réponse en citant une phrase du texte contenant un verbe conjugué au temps principal du récit.

2 Dans les phrases suivantes tirées du texte :

ra

Je suis venue au monde pendant l’offensive du Têt, aux premiers jours de la nouvelle année du Singe, lorsque les longues chaînes de pétards accrochées devant les maisons explosaient en polyphonie avec le son des mitraillettes.

G

a)

nd

•• soulignez les verbes conjugués ; •• dans chaque cas, précisez le temps du verbe ; •• indiquez si l’action exprimée par chaque verbe est accomplie ou non.

Temps des verbes :

Actions accomplies ou non accomplies :

iti o

On ne savait donc pas si on se dirigeait vers le ciel ou si on s’enfonçait dans les profondeurs de l’eau. Le paradis et l’enfer s’étaient enlacés dans le ventre de notre bateau.

©

Éd

b)

ns

Temps des verbes :

Actions accomplies ou non accomplies :

© Éditions Grand Duc

76

LA NARRATION


Dans Garage Molinari, Jean-François Beauchemin adopte un style d’écriture particulier, passant de l’humour au drame, de la légèreté à la pro­ fondeur, pour raconter les lendemains de la mort d’une mère et les efforts du fils aîné pour redonner une famille à son demi-frère.

C’était pourtant un jour de printemps, et dans les nids les oisillons perçaient leur coquille avec leurs becs de débutants. Une fois sor­ tis de l’œuf ils commençaient leur chanson mais en se trompant un peu dans les notes, à cause de l’inexpérience. Puis au bout d’un couplet ou deux ça s’arrangeait et on comprenait que les beaux jours étaient bel et bien revenus dans le quartier. Ce matin-là maman est morte, et tout le jour Joëlle, Jules et moi on est restés à brailler au HLM parce qu’après l’hôpital, sur le chemin du retour, les oiseaux qui nous apercevaient avec nos faces d’enterrement s’arrêtaient de chanter et c’était dommage pour le printemps. Le soir quand les oiseaux ont fermé les pau­ pières et que les chansons ont cessé pour de bon, Joëlle est descendue dormir chez elle et j’ai dit à Jules demain on ira choisir une pierre tombale pour maman. En attendant ce n’est pas tout d’être triste, il faut enfiler ton pyjama aussi puis j’ai éteint dans sa chambre.

1 Encerclez le mot du 1er paragraphe indiquant que ce jour de printemps annonce un malheur. 2 Surlignez les indices de temps présents sur cette page. 3 Dans le 2e paragraphe, soulignez le passage prouvant que Jérôme et Jules ont la même mère. 4 Dans le 3e paragraphe, soulignez la personnification.

G

15

ra

nd

10

Garage Molinari

uc

5

Stratégie de lecture Je lis par groupes de mots.

D

1

Intention de lecture Prêter attention aux effets créés par la manière de raconter.

30

ns

iti o

Éd

25

©

20

Ensuite pour la distraction je me suis accoudé un moment à la fenêtre de la cuisine et j’ai regardé les gens marcher sur le trottoir. Là-haut la lune éclairait les rues mais de temps à autre un nuage passait, et pour continuer leur promenade les passants n’avaient plus que les lampadaires. Au coin de la rue on voyait la fabrique de semelles avec ses carreaux brisés et ses travailleurs qui beso­ gnaient encore à une heure pareille. Au loin des chiens jappaient dans la nuit sans raison, puisque ce jappement c’était leur façon d’être heureux. Au bout du quartier des trains arrivaient puis repar­ taient de la gare de triage, et parfois on entendait les ouvriers qui déchargeaient les wagons lancer des jurons, sans raison aussi. Dans les cours et les ruelles c’était l’heure où les chats se prépa­ raient à draguer, et pour la séduction chacun se parfumait en se laissant mijoter un moment dans les meilleures poubelles, celles qui sentaient le poisson. Pour finir ils attrapaient des souris, qu’ils offriraient aux dames plus tard dans la soirée.

© Éditions Grand Duc

77

Définitions HLM : habitation à loyer modique. besogner : travailler. draguer : séduire, courtiser.

LA NARRATION


« Faut pas vous faire tout ce souci. Les gens meurent, c’est normal. »

© © Éditions Grand Duc

uc

35

40

D

nd

Éd

iti o

ns

G

Définitions insouciance : absence de souci. apaisant : calmant. repriser : réparer.

En bas les gens circulaient le plus souvent en groupes, et de la cuisine on les entendait qui riaient ou qui racontaient des choses légères. À un moment à force de voir tous ces gens marcher si sereinement sur le trottoir je me suis penché sur le bord puis j’ai crié votre mère aussi, elle crèvera un jour ! et ce rappel lancé dans la foule ça vous consolait un peu de l’insouciance des choses et du monde. En entendant ça, cinq ou six personnes ont tout de même levé le nez vers la fenêtre et un type a demandé ça va, là-haut ? et parce que la cuisine restait sans réponse toute la troupe est montée chez nous pour y voir de plus près. Comme arrêt d’insouciance je n’en demandais pas tant, et en ouvrant j’ai dit au chef avec un peu de gêne ça ira, merci, merci, allez, bonsoir. Mais comme ils restaient tous sur le palier sans rien dire, à la fin j’ai dû expliquer pour maman, les oiseaux, les jappements, les jurons, les chats dragueurs, la légèreté et la sérénité des gens. J’ai dit vous comprenez, toute cette joie et cette insouciance juste sous la fenêtre, pour un orphelin encore tout frais c’est trop injuste. Ça les a renseignés, et au moment de partir le chef m’a mis la main sur l’épaule et il a dit faut pas vous faire tout ce souci. Les gens meurent, c’est normal puis derrière lui sur le palier les autres ont fait ouais. Cette façon de voir les choses ça ne changeait pas le fait que maman n’y était plus, mais finalement j’ai souri pour la première fois de la journée puis j’ai dit ouais moi aussi mais sans trop y croire, et tous ont souri avec moi. Toute cette gentillesse sur le palier ça consolait tellement qu’en refermant la porte l’humidité m’est montée dans les yeux, et pendant que je me mouchais j’ai trouvé apaisant de brailler enfin pour une autre raison que le chagrin.

ra

5 Que ressent Jérôme en présence des gens sur son palier ? Soulignez la réponse. 6 Jérôme trouve apaisant de « brailler enfin pour une autre raison que le chagrin. » Quelle est cette autre raison ? Encadrez-la.

Ensuite pour ne plus déranger les passants je me suis assis dans le salon et j’ai fermé les yeux. Sur le sofa à cause de la fatigue et du chagrin j’ai revu maman qui allait et venait dans le HLM. À la fin j’ai levé les paupières mais maman est restée encore un moment à repriser une chaussette. Puis elle s’est levée, elle a enfilé son châle et en ouvrant la porte elle a dit doucement au revoir, Jérôme comme si elle partait quelques minutes pour ache­ ter des allumettes. Même si c’était un peu cruel j’ai été content de la revoir une dernière fois, et pendant que le pas de maman diminuait dans l’escalier j’ai été reconnaissant à la vie d’insister encore un bout même après la mort. 78

LA NARRATION

45

50

55

60

65

70


« Sauf que justement maman est morte à trente-neuf ans en plein effort de correction de destin. »

©

100

Définitions cancre : élève pares­ seux et mauvais. s’empiffrer : manger avec gourmandise et rapidement. cancrelat : sorte d’insecte. blatte : sorte d’insecte identique au cancrelat.

Éd

95

iti o

ns

90

G

ra

85

nd

D

80

7 La mère est un personnage absent de l’histoire, mais très présent et impor­ tant pour le narrateur. Surlignez le passage illustrant l’influence de la mère sur son fils Jérôme. 8 Encadrez la situation qui faisait oublier à la mère la règle de la gentillesse. 9 La mère travaillait très fort pour sortir sa famille de la pauvreté. Soulignez le passage qui le prouve.

uc

75

À présent les rues étaient désertes, alors je suis sorti pour marcher dans le quartier. Dehors un chat qui ressemblait à un devoir de cancre avec ses taches d’encre partout sur le pelage m’a suivi sous les lampadaires. En temps normal j’aime les bêtes, mais à ce moment j’avais l’amour des bêtes un peu à plat à cause de maman qui n’y était plus, et en me retournant j’ai crié au chat j’ai l’air d’un hareng ou quoi ? Puis j’ai repris ma promenade un peu honteux tout de même, à cause de maman qui m’avait pourtant appris à toujours rester gentil malgré les embêtements. Au coin pour souffler je me suis assis à l’arrêt mais sans attendre l’auto­ bus. À cette heure à part la gare et les ouvriers on n’entendait plus que quelques insectes égarés qui crépitaient dans l’obscurité, peut-être pour lancer des S.O.S. à leurs semblables restés tran­ quillement dans les campagnes. C’était l’heure où ces bestioles affolées se réfugiaient dans les fissures des HLM pour y passer la nuit. Les plus chanceuses dénichaient un passage qui menait dans les cuisines, et si en plus elles avaient assez de flair pour dépister un sac de farine ou de sucre alors c’était la fête, elles sifflaient un coup pour appeler leurs copines et toutes s’empif­ fraient jusqu’à l’aube. Au matin quand ils ouvraient les sacs les gens criaient d’horreur et leurs cheveux se dressaient sur leurs crânes de locataires. Chez nous c’était la seule chose qui faisait oublier à maman sa règle de la gentillesse obligatoire et conti­ nuelle. Au HLM quand elle découvrait les cancrelats soûlés de farine dans le garde-manger, d’un seul coup maman perdait beau­ coup de sa gentillesse pour mieux se concentrer sur les injures qu’elle adressait au destin. Puis ça se calmait et elle reprenait sa gentillesse puisque bien sûr le destin n’avait pas tous les torts, maman savait bien que pour se sortir de cette pauvreté de mal­ heur il lui fallait elle-même faire les efforts nécessaires. Sauf que justement maman est morte à trente-neuf ans en plein effort de correction de destin, et en pensant à ça on se disait qu’au fond elle avait eu bien raison avec ses injures.

105

110

Sur le banc après avoir beaucoup réfléchi à maman et aux blattes j’ai senti mes paupières plus lourdes puis j’ai repris le chemin de la maison. En route c’est curieux mais j’ai pressé le pas et je me suis dit machinalement il est tard, maman va encore s’inquiéter mais cette fois ce n’était pas une question de chaussette, ce n’était que l’habitude. © Éditions Grand Duc

79

LA NARRATION


Du même auteur Jean-François Beauchemin, Le temps qui m’est donné, Québec Amérique, 2010.

Mais cet effondrement c’était bien pire encore pour lui, avec son enfance qui en était encore à ses débuts. En rentrant de l’hôpital, Joëlle et moi on se demandait comment le petit réagirait comme débutant, mais très vite la réponse est venue. Quand maman a été couchée pour de bon sous la pelouse, Jules a si mal encaissé le coup que son enfance est restée bloquée à sept ans pour protester. Une fois maman raide morte on aurait dit que mon demi-frère avait été jeté dans le vinaigre pour se conserver à jamais comme jeune cornichon. Et pour ajouter aux embêtements, non seulement son enfance s’est arrêtée au septième, mais pendant ce temps son physique a continué vers les étages supérieurs, c’est dire le décalage entre les deux horloges. Bref, cet effondrement de famille nor­ male ça augurait mal pour le petit, alors Joëlle et moi on a décidé d’habiter ensemble tous les trois et de prendre la relève comme famille synthétique.

G

ra

nd

D

Définition augurer mal : s’annoncer mal, commencer mal.

Plus tard dans mon lit je me suis rappelé que j’avais vingt ans et Jules sept, et comme orphelin j’ai pensé qu’à cet âge pour la ques­ tion du deuil familial mon demi-frère et moi on n’était encore tous les deux que des oisillons. […]

uc

  Soulignez l’euphémisme exprimant que la mère a été enterrée.

©

Éd

iti o

ns

Jean-François Beauchemin, Garage Molinari, Québec Amérique, 1999, p. 11-16.

Au début de la quarantaine, Jean-François Beauchemin a souffert d’une maladie grave qui a changé son regard sur la vie et son travail d’écrivain. Il s’est mis à écrire des récits plus personnels qui évoquent la beauté des êtres et du monde que la maladie et la mort de proches lui ont révélée. La fabrication de l’aube, publié en 2006, est le premier de ces récits. © Éditions Grand Duc

80

LA NARRATION

115

120

125


Questions sur le texte

Les questions d’interprétation sont identifiées comme ceci :

Compréhension et interprétation 1 a) Dans les trois premiers paragraphes du texte, relevez tous les mots appartenant

uc

au champ lexical des animaux.

nd

D

b) En quoi ce champ lexical s’oppose-t-il au thème de la mort de la mère ?

ra

2 À la page 79, Jérôme donne son point de vue sur sa mère. Au travers de son regard,

Éd

iti o

ns

G

on apprend à la connaître. Tracez le portrait de la mère en faisant ressortir deux ou trois caractéristiques de sa personnalité.

3 Relisez les deux premiers paragraphes. Que remarquez-vous de particulier quant

©

à l’atmosphère créée au début de l’histoire et à celle du reste de l’histoire ?

© Éditions Grand Duc

81

LA NARRATION


Réaction 4 Selon vous, Jérôme est-il apte à assurer l’éducation de son demi-frère, Jules ?

G

Jugement critique

ra

nd

D

uc

Expliquez votre réponse.

5 À votre avis, l’auteur décrit-il de manière crédible les premières réactions d’un jeune

©

Éd

iti o

ns

qui vient de perdre sa mère ? Justifiez votre réponse.

© Éditions Grand Duc

82

LA NARRATION


Grammaire du texte 6 Complétez le texte pour dégager la particularité du style d’écriture de l’auteur.

La manière de raconter de l’auteur crée un grand contraste. Alors que , donnant ainsi une

le ton est ­parfois

au texte et une certaine  ,

uc

au personnage, le thème principal est sujet ­habituellement traité avec gravité et sérieux.

D

7 L’auteur utilise un style d’écriture laissant parfois croire que Jérôme est un

nd

enfant et non un jeune homme de 20 ans. Indiquez les numéros de lignes de trois passages montrant l’incohérence entre l’âge de Jérôme et ses comportements.

ra

• •

G

ns

8 L’auteur a volontairement adopté une syntaxe agrammaticale, par exemple en

©

Éd

iti o

omettant des virgules et en ayant recours à l’italique pour les paroles rapportées et de longues phrases. Quels effets cela crée-t-il chez le lecteur ou la lectrice ?

© Éditions Grand Duc

83

LA NARRATION


Ressource de la langue

s

Le discours indirect libre

6

8

t

laclasse.grandducenligne.com

Dans un récit, le discours indirect libre consiste, pour le narrateur à la 3e personne, à rapporter les propos et les pensées d’un personnage en les intégrant à la narration. Ainsi, les marques associées à ce type de discours rapporté sont plus subtiles que dans les cas du discours direct et du discours indirect. Voici les principales marques pour les trois types de discours rapportés. Discours rapporté

uc

Exemple

• Verbe de parole (dire, penser, déclarer, etc.)

Perplexe, elle se demanda : « Que peut signifier ce curieux télégramme ? Que Majorique est très malade, sur le point de mourir peutêtre ? »

D

Direct

Quelques marques

• Caractère typographique : italique (à la place des guillemets)

• Verbe de parole (dire, penser, déclarer, etc.)

G

Indirect

ra

• Changement de temps de verbe (entre la narration et le discours rapporté)

nd

• Ponctuation liée au discours : guillemets, tirets, deux-points

• Phrase interrogative ou exclamative

iti o

Indirect libre

ns

• En général, subordonnée complétive

• Verbe à l’imparfait, au plusque-parfait ou au conditionnel

Que pouvait signifier ce curieux télégramme ? Que Majorique était très malade, sur le point de mourir peutêtre ? Elle ne savait trop quoi penser.

©

Éd

• Pronom à la 3e personne qui indique que le narrateur rapporte les propos d’un personnage

Perplexe, elle se demanda ce que pouvait signifier ce curieux télégramme. Elle se dit qu’il suggérait sans doute que Majorique était très malade, qu’il était peut-être sur le point de mourir.

© Éditions Grand Duc

84

LA NARRATION


Grammaire en contexte 1 Complétez la phrase suivante pour présenter le narrateur du roman Garage Molinari. Jérôme raconte les pensées et les émotions qui l’agitent après le décès de sa mère. Il s’agit donc d’un narrateur de pronoms de la

, comme le révèle l’emploi personne.

2 Dans le passage suivant tiré du texte, soulignez les marques indiquant un discours

uc

rapporté direct. Le soir quand les oiseaux ont fermé les paupières et que les chansons ont cessé

D

pour de bon, Joëlle est descendue dormir chez elle et j’ai dit à Jules demain on ira

choisir une pierre tombale pour maman. En attendant ce n’est pas tout d’être triste, il faut

nd

enfiler ton pyjama aussi puis j’ai éteint dans sa chambre.

3 Le discours rapporté direct a été transformé ci-dessous en discours indirect et en

G

Le lendemain, ils iraient choisir une pierre tombale pour leur chère maman ! En attendant, ce n’était pas tout d’être triste, il fallait que Jules enfile son pyjama, n’est-ce pas ?

Éd

iti o

b)

Il a dit à Jules que, le lendemain, ils iraient choisir une pierre tombale pour leur mère. Il a ajouté que, en attendant, ce n’était pas tout d’être triste, qu’il fallait que Jules enfile son pyjama.

ns

a)

ra

discours indirect libre. Lequel des deux passages correspond au discours indirect libre ? Entourez la lettre associée à la bonne réponse.

4 Le texte suivant est inspiré d’un passage du dernier paragraphe de Garage Molinari. Quand maman a été couchée pour de bon sous la pelouse, Jules a mal encaissé le

©

coup. Où était-elle passée ? Il ne pourrait pas s’en passer ! Il protestait vigoureuse-

ment, et nous ne savions comment le consoler.

a) Des éléments ont été modifiés pour que le texte corresponde à un discours indirect libre. Soulignez ces éléments. b) Précisez de quelles marques il s’agit.

© Éditions Grand Duc

85

LA NARRATION


Jugement critique comparatif a) Lequel de ces deux extraits de romans psychologiques avez-vous préféré ? Ru Garage Molinari

uc

b) Pourquoi ? Pour étoffer votre réponse, choisissez deux critères parmi les suivants :

N’oubliez pas que, pour répondre à ce type de questions, vous devez : - donner votre opinion ; - déterminer le critère sur lequel vous avez basé votre opinion ; - donner un exemple tiré du texte pour appuyer votre opinion. Au besoin, consultez la page 10.

l’intérêt pour le thème abordé ;

D

l’originalité du traitement du thème ; la richesse des réflexions du personnage ;

©

Éd

iti o

ns

G

ra

nd

l’originalité de l’écriture.

© Éditions Grand Duc

86

LA NARRATION


Situation d’écriture

Rédaction d’un récit psychologique Maintenant que vous avez pu vous familiariser avec le roman psychologique à partir des deux extraits présentés, écrivez votre propre récit, qui doit faire environ 450 mots. Rédigez-le à la 1re personne et au passé, et donnez-lui un titre. Pour commencer, choisissez un personnage parmi les suivants, qui sera le narrateur de votre récit : une grand-mère solitaire ; un riche avocat ;

un chef d’État ;

une étudiante en histoire.

D

uc

une libraire de 45 ans ; un garçon de 7 ans ;

Pour rédiger votre récit, assurez-vous de respecter les consignes suivantes :

ra

nd

Déterminez deux ou trois traits de personnalité de votre personnage. Inventez un événement modifiant l’état psychologique de votre personnage. Cet événement doit être survenu avant le début du récit. Pour le raconter, utilisez un retour en arrière.

G

Ciblez une ou deux émotions du personnage liées à l’événement choisi et décrivez-les afin de bien cerner son évolution psychologique.

iti o

ns

Établissez le plan de votre récit : •• la cause du déséquilibre ; •• l’évolution de l’état psychologique ; •• les moyens pour montrer cette évolution.

Pour connaître les critères d’évaluation d’une situation d’écriture, référez-vous aux pages 290 et 291.

re N’oubliez pas de rédiger votre récit à la 1 personne.

Prenez aussi le temps de vérifier :

Éd

la syntaxe et la ponctuation des phrases ; l’orthographe des mots et les accords ;

©

la conjugaison des verbes à l’aide d’un ouvrage de référence.

JE RETIENS DONC... Lorsque j’écris un texte qui s’apparente au roman psychologique, je dois développer la  du personnage. Je peux utiliser un vocabulaire connoté et des

 tout en respectant l’ 

des temps de verbe dans le cas d’un récit au passé.

© Éditions Grand Duc

87

LA NARRATION


Suggestions de lecture

Persepolis

L’étranger

Marjane Satrapi, L’Association, 2000, tome 1, 75 p.

Albert Camus, Gallimard, 1942, 186 p.

Maus

Le dernier jour d’un condamné Victor Hugo, Pocket, 2006, 103 p.

Romans sociologiques

Une ardente patience

Laurent Gaudé, Actes Sud, 2006, 237 p.

1984

George Orwell, Gallimard, 1972, 438 p.

ns

Amélie Nothomb, Albin Michel, 1999, 174 p.

ra

Eldorado

G

Stupeur et tremblements

nd

D

Art Spiegelman, Flammarion, 1998, 296 p.

uc

Récits engagés

iti o

Antonio Skármeta, Seuil, 2005, 155 p.

Éd

Romans psychologiques Miss Pissenlit

©

Andrée Poulin, Québec Amérique Jeunesse, 2010, 379 p.

C’est pas moi, je le jure Bruno Hébert, Boréal, 1997, 200 p.

Chercher le vent Guillaume Vigneault, Boréal, 2001, 270 p.

© Éditions Grand Duc

Ensemble, c’est tout Anna Gavalda, Le Dilettante, 2004, 603 p.

Le souffle de l’harmattan Sylvain Trudel, Typo, 1996, 140 p.

La gare Sergio Kokis, XYZ, 2005, 200 p.

88

LA NARRATION


uc

iti o

ns

G

ra

nd

D

Simulation d’examen de fin d’études secondaires

©

Éd

La rédaction d’une lettre ouverte Description de l’examen de fin d’études secondaires en écriture Les stratégies de lecture pour la préparation efficace de la feuille de notes Le respect du droit d’auteur Le dossier préparatoire

p. 196 p. 198 p. 200 p. 201


La rédaction d’une lettre ouverte

nd

D

uc

La présente section a pour but de vous aider à vous préparer à l’examen de fin d’études en écriture prévu pour les élèves de 5e secondaire par le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur du Québec (MEES). Plus précisément, cette section renferme tout d’abord une description générale de l’épreuve et une liste du matériel autorisé et non autorisé. Par la suite, elle décrit diverses stratégies de lecture qui vous permettront de préparer effacement votre feuille de notes, suivies d’un rappel concernant le respect du droit d’auteur. De plus, elle contient un exercice de simulation complet, y compris un dossier préparatoire et un dossier de lecture. La simulation doit se dérouler exactement comme l’épreuve du MEES. Enfin, les critères d’évaluation qui seront utilisés et une liste de vérification que vous pourrez personnaliser vous sont fournis. Au moment de la simulation, votre enseignant ou enseignante vous remettra les documents suivants :

ns

G

ra

•• la tâche d’écriture, y compris la question à traiter ; •• une liste de révision à personnaliser, accompagnée de codes qui vous donneront accès à des exercices en ligne autocorrigés ; •• un plan de rédaction ; •• un cahier de rédaction pour votre version provisoire ; •• un cahier de rédaction pour votre version définitive.

iti o

Description de l’examen de fin d’études secondaires en écriture

©

Éd

Dans le cadre de l’examen de fin d’études en écriture de la 5e secondaire, vous devrez rédiger une lettre ouverte de 500 mots en 3 heures 15 minutes. Une semaine auparavant, vous recevrez le dossier préparatoire du MEES, qui contiendra différents documents, dont la présentation du sujet, la politique éditoriale, le dossier de lecture (les textes à lire), diverses activités et la grille d’évaluation. Vous devrez mener une activité individuelle pour entamer votre réflexion et disposerez ensuite d’environ une semaine pour lire et annoter les textes et préparer votre feuille de notes, dont le modèle est fourni dans le dossier préparatoire. Enfin, vous devrez prendre part à une discussion en équipe pour mieux cerner les enjeux du sujet proposé et prendre position. La question à laquelle vous devrez répondre dans votre lettre ouverte vous sera révélée uniquement le jour de l’épreuve. Pour rédiger votre texte, vous n’aurez pas droit au dossier préparatoire, à l’exception de la feuille de notes que vous aurez préparée. Il est donc crucial de bien lire le dossier de lecture et de consigner vos notes en respectant les consignes du dossier préparatoire.

© Éditions Grand Duc

196

SIMULATION D’EXAMEN DE FIN D’ÉTUDES SECONDAIRES


L’épreuve en bref Pendant l’épreuve

Réception du dossier préparatoire, y compris du dossier de lecture

Lecture de la question et des consignes de rédaction

Lecture du dossier préparatoire et annotation des textes

Rédaction du plan de votre texte

D

uc

Une semaine avant l’épreuve

nd

Rédaction de votre version provisoire et correction

Rédaction de votre version définitive

ns

G

ra

Consignation des informations importantes sur la feuille de notes

iti o

La liste du matériel autorisé et non autorisé Matériel autorisé pendant l’épreuve

©

Éd

• Votre feuille de notes manuscrites détachée du dossier préparatoire • Un dictionnaire usuel • Une grammaire ou un code grammatical • Un recueil de conjugaison • Un autre dictionnaire spécialisé unilingue français

Matériel non autorisé pendant l’épreuve

• Le dossier préparatoire • Tout appareil électronique • Internet • Vos notes de cours • Une feuille de notes dactylographiée ou ne découlant pas du dossier préparatoire Contrevenir aux règles entraîne l’expulsion de la salle d’examen et la note « 0 ».

© Éditions Grand Duc

197

SIMULATION D’EXAMEN DE FIN D’ÉTUDES SECONDAIRES


Les stratégies de lecture pour la préparation efficace de la feuille de notes Parcourez le dossier préparatoire pour prendre connaissance des différentes tâches à accomplir.

2

Lisez une première fois tous les textes du dossier de lecture pour avoir une idée globale des différents points de vue présentés.

uc

1

nd

•• les faits, les statistiques, les propos d’expert permettant d’appuyer la thèse ; •• toute autre information qui vous semble essentielle ou percutante.

ra

3

•• la thèse ou la contre-thèse ; •• les arguments ou les contrearguments ; •• les différents procédés de réfutation ou d’explication ;

D

Relisez chaque texte en profondeur pour en dégager l’argumentaire. Annotez les textes pour mettre en évidence :

5

Si nécessaire, recherchez des informations complémentaires sur le sujet (proverbe, statistique, avis d’expert, champ lexical, etc.). Portez une attention particulière à la CRÉDIBILITÉ des sources trouvées et notez vos sources.

Éd

iti o

ns

G

4

Regroupez vos annotations. Utilisez différentes couleurs pour créer des catégories dans votre dossier de lecture avant de rédiger votre feuille de notes. Vous pouvez choisir de faire des regroupements par texte, par thèmes ou encore par ordre chronologique.

Consignez les informations recueillies sur votre feuille de notes.

©

6

•• Organisez l’information à l’aide de la méthode qui vous convient habituellement le mieux : réseau de concepts, tableau, titres et sous-titres, etc. •• Utilisez des MOTS-CLÉS et REFORMULEZ l’information. Placez entre GUILLEMETS les phrases complètes que vous voulez citer et notez les SOURCES. Au besoin, prenez vos notes en vrac sur une feuille brouillon, puis transcrivez-les sur la feuille de notes au propre.

7

Ajoutez des exemples grammaticaux en tenant compte de vos erreurs fréquentes.

© Éditions Grand Duc

198

SIMULATION D’EXAMEN DE FIN D’ÉTUDES SECONDAIRES


Comment m’assurer que ma feuille de notes répond aux exigences ? Votre feuille de notes doit absolument respecter les exigences ministérielles, sans quoi elle risque d’être confisquée pendant la séance d’examen. Voici une liste que vous pouvez utiliser pour vous assurer de répondre aux exigences.

Je n’ai pas relevé un grand nombre de citations. Je n’ai organisé aucun plan.

D

J’ai noté les sources de mes citations. Je n’ai pas écrit de phrases complètes, sauf pour les citations.

uc

J’ai utilisé des mots-clés. J’ai placé les citations entre guillemets.

nd

Je n’ai pas composé de texte à l’avance. Je n’ai pas dressé de liste d’organisateurs textuels ou de marqueurs de relation.

G

Je n’ai pas copié sur d’autres élèves.

ra

Je n’ai pas reproduit de notes de cours. J’ai noté des exemples grammaticaux pour me permettre de corriger mes erreurs fréquentes.

©

Éd

iti o

ns

Mise en garde concernant le plagiat Bien que la mise en commun d’informations soit permise pendant les discussions en équipe, il est interdit de produire des feuilles de notes identiques. Chaque élève doit donc préparer sa propre feuille de notes.

© Éditions Grand Duc

199

SIMULATION D’EXAMEN DE FIN D’ÉTUDES SECONDAIRES


Le respect du droit d’auteur Votre lettre d’opinion doit être inédite. Par conséquent, vous devez respecter le droit d’auteur dans l’utilisation des textes du dossier de lecture ou de vos autres sources, sans quoi vous serez accusé de plagiat. •• Toute phrase recopiée en totalité ou en partie doit être encadrée de guillemets et accompagnée d’une note de bas de page. •• Toute donnée chiffrée doit être accompagnée de la source, même si le texte est reformulé.

uc

Que faire pour éviter le plagiat ?

G

ra

nd

D

•• N’utilisez que des mots-clés. •• Utilisez les guillemets pour isoler les citations et la note de bas de page pour citer vos sources. •• N’abusez pas des citations, car vous pourriez être pénalisé. La meilleure façon d’éviter le plagiat, c’est de bien s’approprier le sujet. Profitez de la discussion en classe pour vérifier si vous le maîtrisez bien. Si vous êtes capable de débattre oralement de la problématique sans avoir recours à vos notes, vous aurez de la facilité à répondre à la question en utilisant vos propres arguments.

Comment citer les sources ?

iti o

ns

•• Utilisez le discours rapporté directement en encadrant chaque citation de guillemets, en nommant la source et en l’indiquant de façon précise en note de bas de page. •• N’oubliez pas que les crochets […] doivent être utilisés dès qu’un passage est écourté ou modifié.

Éd

Si vous choisissez le discours rapporté indirectement ou libre, vous devez aussi citer vos sources.

Quels renseignements dois-je fournir sur la source ?

©

•• Le prénom de l’auteur et son nom en majuscules •• Le titre de l’article entre guillemets •• Le titre de l’ouvrage ou de la revue souligné •• La ville et la maison d’édition ou la mention [En ligne] si la source provient d’Internet •• La date de publication •• La ou les pages d’où sont tirées les citations, s’il y a lieu

Exemple : Pierre-Yves VILLENEUVE, « Quoi répondre à un climatosceptique », Curium, no 50, avril 2019.

© Éditions Grand Duc

200

SIMULATION D’EXAMEN DE FIN D’ÉTUDES SECONDAIRES


Le dossier préparatoire Dans les pages qui suivent est présenté un dossier préparatoire semblable à celui que vous recevrez au moment de l’examen de fin d’études en écriture. Lisez le dossier en entier, et effectuez les tâches proposées pour vous préparer à la simulation de l’épreuve. Ce dossier comprend : •• une discussion en équipe ; •• une grille d’évaluation ; •• une feuille de notes.

©

Éd

iti o

ns

G

ra

nd

D

uc

•• la politique éditoriale ; •• une activité préparatoire ; •• un dossier de lecture ;

© Éditions Grand Duc

201

SIMULATION D’EXAMEN DE FIN D’ÉTUDES SECONDAIRES


Présentation Âgée de seulement 16 ans au moment de son périple, la jeune Suédoise Greta Thunberg a traversé l’Atlantique à la voile à l’été 2019 pour venir assister à des conférences internationales sur le climat aux États-Unis et au Chili. Elle s’était fait connaître auparavant dans son pays pour avoir entrepris une grève scolaire d’un an afin de protester contre l’inaction des dirigeants au sujet du réchauffement climatique.

D

uc

Le 27 septembre 2019, seulement à Montréal, plus d’un demi-million de personnes ont envahi les rues à l’occasion de la grande marche pour le climat. De Lisbonne au Portugal à Arusha en Tanzanie en passant par Tel-Aviv en Israël, les gens ont fait la grève. Jeunes et moins jeunes, en famille, ont marché pour sensibiliser la population mondiale à la nécessité d’agir pour lutter contre les changements climatiques. Depuis, les manifestations de toutes sortes se multiplient.

G

ra

nd

Pour donner suite à ce soulèvement populaire, le ministère de l’Environnement du Québec convie les jeunes de 5e secondaire à prendre position concrètement au sujet des changements climatiques. Il vous invite à écrire une lettre ouverte dans laquelle vous défendrez une thèse appuyée par une argumentation étayée sur le sujet. Les meilleurs textes seront publiés dans la section Parole aux jeunes du site Web du Ministère. Vous devez donc vous assurer de respecter sa politique éditoriale, présentée ci-dessous.

ns

Politique éditoriale du ministère de l’Environnement

iti o

Votre lettre ouverte pourrait être publiée dans la section Parole aux jeunes du site Web du ministère de l’Environnement du Québec. Comme ce site s’adresse à l’ensemble des citoyens et citoyennes, votre texte doit respecter la politique éditoriale du Ministère pour être retenu. Vous devez :

©

Éd

•• considérer que vous êtes le porte-parole de votre génération ; •• attirer l’attention du lecteur ou de la lectrice pour mieux l’amener à réfléchir ; •• rédiger un texte inédit, qui respecte le droit d’auteur ; •• utiliser des faits vérifiables et citer vos sources ; •• respecter l’intégrité des personnes citées ; •• utiliser une langue standard. La question à laquelle vous devez répondre vous sera révélée uniquement le jour de la simulation. Il est donc nécessaire de bien vous documenter pour y répondre dans un texte d’environ 500 mots dont l’argumentaire est pertinent, personnalisé et cohérent. Le temps alloué à l’écriture de votre lettre sera de 3 heures 15 minutes. Au travail !

© Éditions Grand Duc

202

SIMULATION D’EXAMEN DE FIN D’ÉTUDES SECONDAIRES


Activité préparatoire Menez les activités suivantes afin d’en apprendre plus sur les changements climatiques.

1 Indiquez si les énoncés ci-dessous sur l’effet de serre sont vrais ou faux. Vrai

a) L’effet de serre est un phénomène uniquement causé par l’activité humaine. b) Sans l’effet de serre, la Terre aurait une température moyenne glaciale de -19 plutôt que de 14 degrés Celsius.

D

c) L’énergie solaire ne contribue pas à l’effet de serre.

Faux

uc

Énoncé

ra

nd

d) Le phénomène d’effet de serre est plutôt nouveau : il remonte à l’ère industrielle. e) L’activité humaine augmente le phénomène d’effet de serre et réchauffe la planète. f) La vapeur d’eau est le gaz naturel qui contribue le plus à l’effet de serre.

dans la colonne de droite.

G

2 Associez chaque définition de la colonne de gauche au concept correspondant

Gaz à effet de serre

b) Modifications des tendances du climat à l’échelle de la planète.

Neutralité carbone

c) Temps moyen pendant une période de plusieurs décennies. Il ne varie normalement pas.

Temps

d) État qui survient quand les émissions de gaz carbonique sont égales aux phénomènes qui en absorbent.

Puits de carbone

e) Nom donné à des substances libérées dans l’atmosphère qui contribuent au réchauffement climatique.

Changements climatiques

f) Réservoirs naturels qui absorbent le gaz carbonique (arbres, sols, etc.).

Climat

©

Éd

iti o

ns

a) État de l’atmosphère à un moment précis. Il comprend la température, la pression atmosphérique, le vent, etc. Il varie chaque jour.

Source : STATISTIQUE CANADA, L’activité humaine et l’environnement : statistiques annuelles, [En ligne], 2016.

© Éditions Grand Duc

203

SIMULATION D’EXAMEN DE FIN D’ÉTUDES SECONDAIRES


3 Classez chaque activité humaine ci-dessous selon qu’elle accélère ou ralentit le réchauffement climatique. Activité humaine

Accélère

Ralentit

a) Utiliser des contenants à usage unique b) S’acheter des vêtements neufs chaque saison c) Se déplacer en vélo d) Voyager en avion

uc

e) Boire dans une gourde f) Composter ses déchets organiques

D

g) Acheter une maison en banlieue

i) Acheter chez des marchands locaux

nd

h) Planter des arbres

ra

j) Conserver ses légumes dans des sacs de plastique

4 a) Réfléchissez à vos propres comportements, puis indiquez par un X à quel endroit

G

vous vous situez sur l’échelle des actions humaines en lien avec le réchauffement climatique.

2

3

4

iti o

1

ns

ÉCHELLE DE LA CONTRIBUTION AU RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE

5

Faible contribution

6

7

8

9

10

Grande contribution

©

Éd

b) Expliquez votre réponse.

© Éditions Grand Duc

204

SIMULATION D’EXAMEN DE FIN D’ÉTUDES SECONDAIRES


Le dossier de lecture

ra

nd

D

uc

Avant de rédiger votre lettre ouverte, vous devez vous documenter au sujet des changements climatiques. Lisez les textes qui suivent afin de trouver des idées pour rédiger votre lettre. Surlignez les passages importants, annotez les textes et participez à la discussion en équipe sur le sujet. Enfin, préparez votre feuille de notes.

Environnement : ma génération se lève !, par Élisabeth Bisaillon

p. 206

Quoi répondre à un climatosceptique, par Pierre-Yves Villeneuve

p. 208

Bouteille à l’amère, par Marie Lambert-Chan

p. 209

iti o

ns

G

SOMMAIRE

p. 211

Vivant, de la bactérie à homo ethicus, par Aymeric Caron

p. 213

Veaux, vaches, cochons…, par Christian Rioux

p. 216

Histoire d’une extinction, par Pascal

p. 218

©

Éd

La biodiversité dans l’ombre du climat, par Jean-Patrick Toussaint

© Éditions Grand Duc

205

SIMULATION D’EXAMEN DE FIN D’ÉTUDES SECONDAIRES


Environnement : ma génération se lève !

Une demande d’action collective contre Ottawa a aussi été déposée par Environ nement Jeu nesse en Cou r supérieure du Québec pour son inaction face aux changements climatiques. Les voitures électriques ont connu une forte croissance au niveau des ventes partout dans le monde (60 % en 2017 par rapport à 2016).

19 mars 2019 Par Élisabeth Bisaillon

ra

nd

D

uc

Le premier ministre québécois a changé de ministre de l’Environnement, car il sentait quelque peu la soupe chaude. De plus en plus, on a vu en 2018 notre génération se lever debout. Génération dont la voix se fait entendre de plus en plus. Génération qui a peur de ce qui s’en vient. Génération qui s’est levée et s’est démenée afin de faire changer les choses, nos mentalités et nos habitudes en nous parlant sincèrement dans le blanc des yeux.

G

L’environnement est un sujet qui nous touche tous. En fait, l’environnement est probablement le seul lien qui unit toutes les nations, après le fait que nous soyons tous humains. À part quelques chanceux qui sont présentement dans l’espace, nous partageons tous la même planète. Planète qui, au fil des années, s’est divisée, autant sur le plan continental qu’au niveau de la population humaine qui y habite. Planète qui, aujourd’hui, n’arrive plus à fournir pour tout ce dont ses presque 8 milliards d’humains ont besoin pour vivre. Et je ne parle pas ici de la faune et de la flore, autant terrestre qu’aquatique, qui doit elle aussi pouvoir exister.

Éd

iti o

ns

Ces derniers temps, il y a eu une sorte d’éveil mondial. Les scientifiques ont commencé à parler de plus en plus de l’environnement, des changements qu’il faudrait que l’on fasse dans nos vies, sans quoi, nous perdrions notre planète. Des actions ont été posées au niveau plus local, comme par exemple le Pacte au Québec.

©

Une jeune [Suédoise] de 15 ans a parlé devant le monde entier lors de la COP24 pour demander à tous les élèves de cette planète de ne plus aller à l’école tant que des actions ne seraient pas posées. Des poursuites ont été engagées envers le gouvernement français (entre autres) par des organisations françaises pour son manque d’inaction [sic] envers les changements climatiques.

© Éditions Grand Duc

Malheureusement, cette brave génération qu’est la nôtre ne semble pas être prise au sérieux. « Vous [êtes] trop jeunes » disent les uns, « vous ne savez pas de quoi vous parlez. Occupez-vous de ce qui vous regarde ! » disent les autres. Il est vrai que nous sommes jeunes. Mais pour ce qui est du fait que nous ne savons rien de ce dont nous parlons, j’en dirais moins. Ce n’est pas notre jeunesse qui nous a empêchés de demander des changements, et ce n’est sûrement pas elle qui va nous empêcher d’avancer. Quand je me compare, quand je NOUS compare à des ministres de l’environnement, à un président qui semble ignorer les changements climatiques ainsi qu’à une bonne partie de la population en général qui semble avoir jeté l’éponge avant même d’avoir essayé de changer, je trouve que nous connaissons notre sujet mieux qu’eux.

206

SIMULATION D’EXAMEN DE FIN D’ÉTUDES SECONDAIRES


Lorsque j’entends dire les astronautes qui observent notre monde qu’ils voient plus la pollution dans notre atmosphère que la belle couleur bleue des océans et la couleur verte des continents, le cœur me fend en deux. C’est LE signe flagrant que nous n’arrivons même pas à entretenir un bien commun à l’ensemble de l’humanité et qui nous est « passé » de génération en génération. Je retiens la phrase de SaintExupéry qui a dit : « Nous n’héritons pas de la terre de nos parents, nous l’empruntons à nos enfants ». C’est cette phrase que nous devrions retenir dans nos esprits. C’est cette phrase qui devrait nous pousser, un geste à la fois, à changer le monde. C’est cette citation que nous devrions déclamer lorsque nous entendons quelqu’un dire « un petit geste ne changera rien » et que nous devrions accompagner d’un bien senti « si tout le monde faisait ce petit geste, nous n’aurions pas autant de problèmes ».

iti o

nd

ns

G

ra

Il [va] sans dire que nous aurons à vivre plus longtemps avec les problèmes climatiques qui sont en train de se créer qu’une bonne majorité de la population mondiale. Il [va] sans dire aussi que le plus beau des cadeaux que nous pourrions laisser à nos enfants n’est nul autre qu’une planète complètement en santé et sur laquelle les quelque 10 milliards d’humains que nous serons dans vingt ans seront capables de vivre aisément et sans problèmes, et ce, sans épuiser la Terre.

D

uc

photocosmos1 / Shutterstock.com

passe, plus nos actions devront être radicales (donc difficiles à appliquer) pour pouvoir sauver notre sublime planète bleue.

©

Éd

Dans un monde idéal, il est clair que les gouvernements de cette planète feraient tout ce qui est en leur pouvoir pour tenter de renverser la tendance. Après tout, n’estce pas leur rôle que de représenter la population ? Dans un monde idéal, il est clair que les entreprises cesseraient de polluer (ou du moins de réduire [leurs émissions] de CO2). Je ne comprends pas qu’en ce 21 janvier 2019, nous ne soyons toujours pas capables d’appliquer des mesures pour sauver notre planète et par le fait même, nous sauver. Je ne comprends pas que nous n’ayons toujours point compris que plus le temps © Éditions Grand Duc

J’ai souvent entendu quelques-uns de mes proches déclamer : « je suis trop vieux pour me mettre à faire du compost, à trier mes déchets ». Déjà en partant, si nous produisions moins de déchets, la gestion de ceux-ci serait moins problématique pour tout le monde. De plus, le tri de nos déchets (recyclage, poubelle, compostage) est la chose la plus facile et la moins longue à faire. Il est évident qu’au début, ça sera un peu plus difficile, avec raison ; on ne change pas 45 ans d’habitudes en l’espace d’une journée ! Mais, petit à petit, ça va devenir aussi facile que de conduire.

Élisabeth BISAILLON, « Environnement : ma génération se lève ! », curiummag.com, [En ligne], 19 mars 2019.

207

SIMULATION D’EXAMEN DE FIN D’ÉTUDES SECONDAIRES


Les faits : Le corps humain dégage plus ou moins 350 000 joules/heure. Dans une journée, c’est à peine assez pour allumer une ampoule de… 100 watts ! Même en y mettant du cœur, c’est nettement insuffisant pour réchauffer la planète. C’est pas notre faute, c’est le Soleil. Des fois, ça chauffe plus, pis des fois, ça chauffe moins, comme un four à bois. Là, il chauffe plus.

ra

Les faits : Sans vapeur d’eau, sans ozone, sans CO2 – qui sont des gaz à effet de serre (GES) –, la température sur Terre serait trop froide pour supporter la vie. Mais en augmentant dramatiquement la quantité de CO2 (GES), on réchauffe la planète, ce qui accélère l’évaporation de l’eau, et la fonte des glaces augmente le niveau de la mer, modifie les courants et menace la survie de certaines populations (animales, mais aussi humaines !)… Je continue ?

Tout ça, c’est à cause de la surpopulation. Plus de gens sur Terre = plus de chaleur corporelle.

uc

Le CO2, c’est pas de la pollution, c’est naturel et ça nourrit les plantes la nuit.

D

13 mars 2019 Par Pierre-Yves Villeneuve

Les faits : Non, ce n’est pas un complot de Pékin. Mais même si ce l’était, les réglementations environnementales rendent les industries plus propres et plus performantes : bénéfique tant pour l’économie que pour la santé publique.

nd

Quoi répondre à un climatosceptique

Les faits : Les satellites mesurent l’activité solaire depuis les années 1970 : on constate plutôt une diminution du rendement énergétique solaire. Rien pour faire varier notre climat, je vous rassure.

G

Y a pas de réchauffement climatique, voyons donc ! Les froids au Québec ont battu des records vieux de 100 ans !

iti o

ns

Les faits : Deux minutes de pénalité pour confusion entre météo et climat. La météo, ce sont des valeurs instantanées et locales : ensoleillement, précipitations, pression atmosphérique, ce genre de choses. Un jour, il pleut, et l’autre, il fait soleil. C’est la météo.

©

Éd

Le climat, lui, concerne les conditions atmosphériques d’une vaste zone géographique sur une échelle de temps. En climatologie, on tient compte des gaz à effet de serre, de la végétation, des glaces polaires, de la dérive des continents, etc. On observera plutôt des tendances à long terme, comme des étés plus chauds que la moyenne, par exemple.

C’est la Terre qui se rapproche du Soleil !

Les faits : L’orbite de la Terre est elliptique. Ce n’est pas un cercle parfait. À certaines périodes, on se rapproche et à d’autres, on s’éloigne. Étrangement, on est plus près en hiver qu’en été ! Annuellement, le résultat est nul. Ce n’est donc pas ça la cause. La distance entre la Terre et le Soleil étant de 149 597 870 700 kilomètres, il n’y a pas de quoi paniquer. Pierre-Yves VILLENEUVE, « Quoi répondre à un climatosceptique », Curium, no 50, avril 2019.

C’est un complot des Chinois/des Nations Unies pour instaurer un gouvernement mondial.

© Éditions Grand Duc

208

SIMULATION D’EXAMEN DE FIN D’ÉTUDES SECONDAIRES


Bouteille à l’amère 24 août 2017 Par Marie Lambert-Chan

On les a distribuées pendant les journées chaudes, vendues dans les festivals, offertes au cours des événements sportifs. Pendant la belle saison, les bouteilles d’eau jetables en plastique sont partout. Assoiffé et accablé par la chaleur, comment y résister ? Surtout lorsqu’on les sait 100 % recyclables – un argument qu’affectionne l’industrie de l’eau embouteillée.

l’eau du robinet. Un souci bien réel dans plusieurs pays, mais qui est absurde au Québec où les normes régissant l’eau potable sont parmi les plus sévères de la planète.

Et que l’on ne s’y trompe pas : la majorité de ces bouteilles ne contiendront pas des boissons sucrées, mais bien de l’eau. Les consommateurs préfèrent leur H2O embouteillée, car ils craignent l’insalubrité de

La pollution par le plastique s’aggrave de jour en jour, à tel point que certains n’hésitent plus à dire que cette crise est aussi préoccupante que celle du réchauffement climatique.

©

Éd

iti o

ns

G

ra

nd

D

uc

Voici de quoi calmer sa soif et s’obliger à traîner une gourde réutilisable : selon un rapport de la firme Euromonitor International, un million de bouteilles de plastique sont vendues dans le monde chaque minute. Si rien ne change, ce nombre augmentera de 20 % d’ici 2021.

Pendant qu’on chipote sur la qualité de notre eau, on oublie que moins de la moitié des bouteilles de plastique achetées en 2016 ont été collectées pour le recyclage et que seulement 7 % d’entre elles ont été transformées en nouvelles bouteilles. Les autres se sont retrouvées dans des sites d’enfouissement ou dans les cours d’eau, puis dans les océans où elles sont ingérées en partie par la faune. Ces déchets contaminent toute la chaîne alimentaire. En 2014, des chercheurs belges ont calculé que, en Europe, chaque amateur d’huîtres et de moules avalait annuellement 11 000 particules de plastique !

© Éditions Grand Duc

209

SIMULATION D’EXAMEN DE FIN D’ÉTUDES SECONDAIRES


uc D nd

avoir accès. En 2015, au Québec, un regroupement d’associations avait lancé un appel aux municipalités pour augmenter le nombre de fontaines d’eau dans les espaces publics – une commodité qui se fait de plus en plus rare, contrairement aux machines distributrices.

G

ra

Devant l’ampleur de la menace, plusieurs se retroussent les manches. Des collèges et des universités interdisent la vente de bouteilles d’eau sur leur campus. Une poignée de villes, San Francisco en tête, les ont bannies de leurs lieux publics. Le maire de Montréal, Denis Coderre, a aussi lancé cette idée sans jamais y donner suite. Il faut dire que s’opposer aux PepsiCo, Nestlé et CocaCola de ce monde, qui engrangent des milliards de dollars en pompant les eaux souterraines, exige du courage politique.

iti o

ns

Et une fois lancé, pourquoi ne pas inviter les bars, les cafés et les restaurants à remplir gratuitement les gourdes réutilisables ? C’est ce qu’a fait la ville de Bristol, au Royaume-Uni, il y a deux ans. Elle a rallié plus de 200 commerces qui affichent désormais en vitrine un autocollant « Eau du robinet gratuite disponible ici ». Depuis, d’autres municipalités ont emboîté le pas à Bristol.

©

Éd

Le ministre de l’Environnement, David Heurtel, fera-t-il preuve d’un tel courage, lui qui a mandaté un groupe de travail pour trouver des solutions à la récupération des bouteilles d’eau et des autres contenants de boisson ? Le comité doit faire rapport cet automne. Sera-t-il question d’imposer une consigne ? De mesures pour améliorer le taux de recyclage du plastique ? De faire pression sur les embouteilleurs pour qu’ils utilisent du plastique recyclé ?

Au-delà du contenant, les élus devraient aussi s’attarder au contenu. L’eau potable est un bien public auquel tous devraient

© Éditions Grand Duc

Combien d’eau coulera sous les ponts avant qu’une première ville québécoise se joigne au mouvement ? Marie LAMBERT-CHAN, « Bouteille à l’amère », Québec Science, [En ligne], 24 août 2017. Cet article a été reproduit aux termes d’une licence accordée par COPIBEC.

210

SIMULATION D’EXAMEN DE FIN D’ÉTUDES SECONDAIRES


Les humains – vous et moi – ne représentent que 0,01 % (oui, oui, un centième de pourcentage) de la biomasse terrestre totale, selon certaines estimations récentes. Pourtant, malgré ce faible poids du nombre, notre incidence sur l’environnement, elle, ne l’est pas.

Que nous propose la communauté scientifique afin de freiner un tant soit peu l’hécatombe associée à la perte de biodiversité ? L’IPBES.

ra

Nul besoin ici de rappeler à quel point l’homme et la femme modernes (et même nos ancêtres moins « modernes ») ont façonné leur environnement. Nous l’avons fait à un point tel que nous sommes désormais entrés dans une ère géologique où nous sommes considérés comme une véritable force de la nature. Bienvenue dans l’Anthropocène !

uc

Le Forum économique mondial classe la perte de biodiversité et l’effondrement des écosystèmes terrestres parmi les 10 risques ayant les répercussions globales les plus importantes. Mais l’enjeu est-il vraiment sur nos radars ?

D

14 février 2019 Par Jean-Patrick Toussaint

Pourquoi ? Principalement parce que les activités qui occasionnent cette perte accélérée dont l’étalement urbain, les changements climatiques et, avouons-le, nos systèmes de production et de consommation contribuent directement au dérèglement des écosystèmes naturels qui constituent la pierre angulaire de notre quotidien. Alors que vous cogiterez sur ces derniers mots tout en avalant votre gorgée de café, peut-être apprécierez-vous d’autant plus cette boisson sachant qu’elle ne pourrait exister sans la diversité des insectes pollinisateurs qui participent à sa production… comme ils le font pour 75 % des cultures vivrières mondiales d’ailleurs.

nd

La biodiversité dans l’ombre du climat

iti o

ns

G

Grosso modo, l’IPBES ou Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques est à la science de la biodiversité et aux écosystèmes ce que le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) est à la science du climat. Chapeauté par l’Organisation des Nations unies, ce regroupement de scientifiques indépendants a pour mission de renforcer les liens entre la science et la politique afin de protéger nos derniers îlots de biodiversité.

©

Éd

Parmi les manifestations incontestables de cette nouvelle ère, il y a bien sûr le dérèglement climatique, mais aussi la perte de biodiversité, une catastrophe annoncée qui monopolise peu, ou du moins pas assez, notre attention. Avec les épisodes de chaleur suffocante, les incendies de forêt ravageurs et les ouragans meurtriers, tous les regards se portent sur le climat. Pourtant, le Forum économique mondial (vous avez bien lu) classe la perte de biodiversité et l’effondrement des écosystèmes terrestres parmi les 10 risques ayant les répercussions globales les plus importantes.

© Éditions Grand Duc

Active depuis 2012, l’IPBES marquera un grand coup en mai prochain, lorsqu’elle dévoilera l’état des lieux de la biodiversité mondiale[,] le premier exercice du genre depuis 2005. À l’instar des grandes évaluations du GIEC, ce rapport devrait aiguiller les décideurs internationaux quant à l’étendue des efforts à consacrer pour limiter la portée des dommages.

211

SIMULATION D’EXAMEN DE FIN D’ÉTUDES SECONDAIRES


uc

nd

D

pour préserver la biodiversité. Ne faudraitil pas plutôt juxtaposer ces initiatives quelque peu symbiotiques ? C’est ce que tâchent d’accomplir les professeurs Andrew Gonzalez, de l’Université McGill, et Jérôme Dupras, de l’Université du Québec en Outaouais, qui cherchent à concevoir et évaluer des réseaux écologiques résilients dans la région du grand Montréal. Leur but : maintenir des écosystèmes favorisant une riche biodiversité tout en permettant d’atténuer les contrecoups des changements climatiques et de mieux s’y préparer.

iti o

ns

G

ra

Si l’IPBES a été créée près de 25 ans après le GIEC, cette arrivée tardive aura néanmoins permis de s’appuyer sur les bons (et moins bons) coups du GIEC, notamment en intégrant l’apport de scientifiques issus des sciences sociales aux processus de la plateforme tout en faisant une place aux savoirs autochtones (non sans difficulté). Cela n’élimine pas de facto les tensions qui se manifestent lors de discussions savantes. La frustration est ainsi palpable quand il est question du mode de fonctionnement de cette unité aux saveurs onusiennes ou encore de la définition même de l’apport de la nature à l’humain.

©

Éd

D’ailleurs, alors que les indicateurs de la biosphère tournent au rouge, certains pourraient être tentés de dire que l’heure n’est plus aux longues délibérations inhérentes à ces processus ultrabureaucratiques, aussi crédibles soient-ils. Encore mieux : pourquoi ne pas investir toutes nos énergies dans cet enjeu colossal qui menace les fondations mêmes de la vie sur terre ? Mais cela signifie-t-il qu’il faille diminuer nos efforts dans la lutte contre les changements climatiques ? Devant l’urgence, sur quel front devrait-on agir en priorité ? En fait, il ne s’agit pas d’opposer les efforts requis destinés à limiter les conséquences du dérèglement climatique et ceux déployés

© Éditions Grand Duc

Anthropocène exige, le temps est donc à l’intégration rapide des connaissances scientifiques aux politiques nationales et internationales et, surtout, à leur mise en œuvre. Nous ne pesons peut-être pas beaucoup dans la balance du vivant sur terre, mais notre force de frappe est loin d’être négligeable, voire négative. À nous d’en prendre conscience et de nous assurer que nos connaissances scientifiques acquises ne s’ajoutent pas à la liste des espèces en voie de disparition, mais sont utilisées à bon escient !

Jean-Patrick TOUSSAINT, « La biodiversité dans l’ombre du climat », Québec Science, [En ligne], 14 février 2019. Cet article a été reproduit aux termes d’une licence accordée par COPIBEC.

212

SIMULATION D’EXAMEN DE FIN D’ÉTUDES SECONDAIRES


Vivant, de la bactérie à homo ethicus

en de nombreux endroits du monde et en de nombreuses époques, pour diverses raisons  : croyances religieuses, rituels guerriers, faim… Or l’anthropophagie, qui est aujourd’hui taboue, a longtemps marqué la frontière qui sépare le sauvage du civilisé. Mais ce critère ne tient plus la route aujourd’hui en raison de l’homme de Neandertal, dont on découvre qu’il était probablement cannibale, mais aussi qu’il a amoureusement frayé avec Homo sapiens.

2018 Par Aymeric Caron

uc

L’auteur de l’essai Vivant, Aymeric Caron, pose un regard sur la vie sur Terre depuis l’apparition des premières bactéries jusqu’à celle de l’intelligence artificielle. Il propose ni plus ni moins la naissance d’une nouvelle espèce humaine afin d’assurer la survie de l’humanité, celle de l’« homme moral ». L’extrait ci-dessous porte sur le débat entourant la consommation de viande.

D

Leur cible a juste légèrement changé d’aspect. Je suis persuadé que dans quelques années la frontière entre le sauvage et le civilisé se marquera par le fait de manger de la viande, c’est-à-dire la chair, les membres et les organes d’êtres qui nous ressemblent beaucoup plus qu’un regard furtif ne nous le laisse penser. Mais revenons à nos accros au sanguinolent.

ra

Les militants pour les droits des animaux ne militent plus dans l’indifférence quasi générale. Leurs arguments, accompagnés de documents vidéo et d’études scientifiques toujours plus nombreuses, sèment un trouble grandissant.

nd

Extrait

Désormais il n’y a plus beaucoup d’anthropophages sur la planète, et les sauvages ont donc disparu. Mais le lien se déplace et les cannibales existent toujours.

Éd

iti o

ns

G

Alors les adversaires de leur pensée ont cessé de rire. Ils organisent désormais la riposte, accrochés de toutes leurs forces à leur rumsteck qu’ils nous balancent à la tronche comme un trophée, celui qui récompense leur statut autoproclamé d’espèce supérieure. Ils publient des tribunes ou multiplient les actions publicitaires et commerciales. Ils évoquent le plaisir, le raffinement, la culture, la tradition et la nécessité pour justifier la poursuite de leur activité cannibale.

©

Oui, cannibale. Le mot peut déranger et surprendre. Qu’y a-t-il de commun entre la digestion d’un confrère humain et celle d’un animal quelconque qui parle une autre langue que nous, ne marche pas comme nous, et a une autre tête que nous ? La similitude est pourtant plus évidente que vous ne le pensez. Être cannibale, c’est manger son semblable. Nous, humains, avons pratiqué ce particularisme culinaire © Éditions Grand Duc

Ceux-ci expriment parfois contre les végétariens, les végans et les anti-chasse ou anti-corrida, qui souvent sont les mêmes, une violence qui peut engendrer insultes, menaces et coups. Faut-il s’en étonner ? Ôter la vie à un être innocent qui ne demande qu’à continuer à vivre, sans la moindre raison moralement justifiable, est une violence inouïe. Il n’est donc pas surprenant que la même violence s’exprime lorsqu’il s’agit de défendre cette pratique. La chose est d’autant plus regrettable que le militant animaliste lance pour sa part un appel pacifiste à la compassion et à la raison. Mais le pacifisme est une cause dangereuse. Jaurès, Luther King, Gandhi ou Yitzhak Rabin (celui des accords d’Oslo) :

213

SIMULATION D’EXAMEN DE FIN D’ÉTUDES SECONDAIRES


D

uc

Le nombre de militants de l’environnement tués dans le monde augmente chaque année. [L’organisation non gouvernementale] Global Witness en a recensé 207 en 2017, contre 200 en 2016 et 185 en 2015. La fondation Front Line Defenders estime quant à elle à 312 le nombre de défenseurs des droits humains et environnementaux tués en 2017 dans 27 pays. Elle relève que 80 % des meurtres ont eu lieu dans quatre pays : le Brésil, la Colombie, le Mexique et les Philippines. On ne parle ici que des assassinats. Mais il y a les autres formes de violence qui vont des menaces aux agressions en passant par les expropriations. Cela se passe dans le monde entier, mais plus particulièrement en Amérique du Sud (Brésil, Colombie, Pérou, Honduras, Mexique…), en Asie (Philippines, Inde…) et en Afrique (Libéria, Ouganda, République démocratique du Congo…). En jeu, souvent, des forêts et des terres menacées par des multinationales qui souhaitent extraire des matières premières ou planter des palmiers à huile et du manioc

©

Éd

iti o

ns

G

ra

Chacun connaît la primatologue Dian Fossey, assassinée au Rwanda en 1985 car elle gênait les trafiquants de bébés gorilles. La mort du militant sud-africain Wayne Lotter a fait beaucoup moins de bruit. Il a été assassiné en 2017 en Tanzanie, car il s’opposait aux braconniers d’éléphants et de rhinocéros. En 2014, en République démocratique du Congo, le Belge Emmanuel de Merode a été grièvement blessé par balles lors d’une embuscade. De Merode est le directeur du parc national des Virunga, qui abrite notamment une importante population de gorilles, et par un étrange hasard, l’attaque est survenue alors qu’il venait tout juste de déposer auprès du procureur de la République à Goma une longue enquête contre les agissements du

groupe pétrolier Soco International, lequel avait obtenu une très douteuse autorisation d’extraction dans le parc.

nd

tous ont été assassinés pour avoir prôné la paix. Mandela s’en est mieux sorti, mais il a tout de même passé vingt-sept années au pénitencier de Robben Island. Par définition, un militant non violent a de fortes probabilités de sortir perdant face à un adversaire sans foi ni loi, partisan des coups et du sang versé.

© Éditions Grand Duc

214

SIMULATION D’EXAMEN DE FIN D’ÉTUDES SECONDAIRES


uc

Les viandales sont-ils des salauds ? Non, pas tous. Les viandales agissent par habitude et par ignorance. Beaucoup ne se rendent pas compte de la cruauté des élevages et des méthodes d’abattage. Ils ignorent l’impact réel de la viande sur le réchauffement climatique, la déforestation ou la pollution aux nitrates. Ils ont par ailleurs été éduqués dans la certitude que les protéines animales sont indispensables à la santé. Leur palais s’est habitué au goût de la chair comme on s’habitue à une drogue dure, et se priver de jambon ou de poulet leur paraît insurmontable. Parmi tous ces gens, beaucoup aiment néanmoins les animaux et seraient incapables d’en maltraiter un eux-mêmes. Ils sont même la plupart du temps [gênés] d’admettre qu’ils consomment encore de la viande, ayant conscience de la cruauté de leur acte. Difficile de qualifier ceux-là de salauds. Je ne serai pas aussi indulgent à l’égard de ceux qui brandissent fièrement leur couteau de boucher en réclamant le droit de faire saigner, car « c’est dans l’ordre des choses » ou avec ceux qui mettent en place et exécutent sans pitié les étapes du parcours qui mène ces animaux à la mort.

ns

G

ra

Difficile de concevoir que la défense d’un arbre, d’un ruisseau ou d’une vache puisse valoir la peine de mort. Logique pourtant : l’exploitation du vivant est le moteur de l’économie libérale et chaque fois qu’un citoyen s’oppose à la destruction d’un arbre, d’un ruisseau ou d’une vache, il met en péril les intérêts financiers d’un individu ou d’un groupe industriel, à savoir des interlocuteurs qui ont rayé le mot « compassion » de leur dictionnaire.

D

« Pour la première fois [en 2017], c’est l’agrobusiness qui a été l’industrie la plus meurtrière, avec au moins 46 meurtres associés à ce secteur, explique Ben Leather de Global Witness. Les étagères de nos supermarchés sont remplies de produits issus de ce carnage. »

Non seulement ce néologisme découle de la logique étymologique mais il rend également compte, en mettant un « i » sur ce point, d’une réalité qu’il est difficile de nier : le mangeur de viande est un vandale, responsable de destructions multiples. Il détruit évidemment des animaux non humains, il se détruit lui-même en s’exposant aux maladies cardio-vasculaires, aux cancers et au diabète et, plus grave, il détruit la planète en polluant l’air, l’eau et les sols.

nd

en expulsant les populations locales. Les commanditaires des violences sont généralement ces multinationales alliées aux politiques, aux mafias et aux paramilitaires locaux.

©

Éd

iti o

Puisque nous évoquons le dictionnaire, j’aimerais proposer d’y ajouter un mot manquant. En effet, ceux qui militent pour la fin de la viande peuvent être désignés au choix d’anti­ spécistes, de végans, de végés, d’animalistes… Mais en face ? Comment nommer les ardents défenseurs du steak, de la bavette, du filet, du gigot, du jambon, de la barbaque ? Quel mot résume le mouvement de pensée qui défend bec et ongles, pour des raisons diverses, l’élevage et les régimes carnés ? Sans avoir inventé le terme, la psychologue américaine Mélanie Joy a développé il y a quelques années le concept de carnisme. Je propose un autre terme qui me semble plus performant et qui agit en miroir parfait du végétalisme : le « viandalisme », lequel a donc pour adeptes les « viandales ».

© Éditions Grand Duc

Aymeric CARON, Vivant, de la bactérie à Homo ethicus, Paris, © Flammarion, 2018.

215

SIMULATION D’EXAMEN DE FIN D’ÉTUDES SECONDAIRES


iti o

ns

G

ra

On reconnaît bien là l’humour noir de l’auteur des Voyages de Gulliver. Le même esprit inspirerait-il l’ancien ministre français de l’Environnement Yves Cochet ? On aurait pu le penser lorsqu’il proposa récemment de supprimer les allocations familiales destinées au troisième enfant afin de… combattre les changements climatiques ! Mais on eut beau retourner ses propos dans tous les sens, on n’y trouva pas la moindre trace d’ironie.

Ainsi le véganisme est-il devenu la dernière toquade des milieux branchés et des magazines à la mode. Sous des airs gentillets, ce mouvement n’en recouvre pas moins une idéologie antihumaniste d’un extrémisme qu’on peine à imaginer. Car il y a une marge entre la nécessaire sensibilité à la souffrance animale et la suppression de tout produit animal (cuir, fromage, laine, soie, miel, etc.) qui entraînerait la disparition de centaines de milliers de producteurs, de milliards d’animaux domestiques ainsi que de traditions et de savoirs alimentaires millénaires.

uc

En 1729, Jonathan Swift publia un pamphlet intitulé Modeste proposition pour empêcher les enfants des pauvres en Irlande d’être un poids pour leurs parents ou leur pays et les rendre utiles. Afin de combattre la misère qui frappait l’Irlande du XVIIIe siècle, l’écrivain ne proposait rien de moins que d’utiliser les nourrissons comme source… d’alimentation ! On ferait ainsi d’une pierre deux coups en réduisant la taille des familles et en développant, à peu de frais, une nouvelle source d’alimentation. Dublin offrirait « un débouché annuel d’environ vingt mille pièces », avait calculé Swift.

D

11 janvier 2019 Par Christian Rioux

planète », il ne ferait pas d’enfants. La belle affaire ! Il faut dire qu’à 39 ans, la famille nombreuse ne menaçait pas vraiment. Cette idée mortifère n’est pourtant que la dernière d’une série de propositions toutes plus insolites les unes que les autres qui ont récemment fait irruption dans une certaine mouvance écologiste radicale.

nd

Veaux, vaches, cochons…

©

Éd

Dans un pays qui fut un pionnier des allocations familiales, la proposition ne manquait pas d’audace. Surtout au moment où des milliers de jeunes couples et de mères de famille monoparentale qui peinent à joindre les deux bouts pour élever leurs enfants occupaient les rondspoints pour protester contre une écologie punitive qui les accable de taxes ! À quand la politique totalitaire de l’enfant unique à la chinoise ? C’est ainsi qu’en décembre un couple de la région de Drummond nous apprenait que, « pour sauver la © Éditions Grand Duc

216

SIMULATION D’EXAMEN DE FIN D’ÉTUDES SECONDAIRES


Les fondateurs de cette parodie d’antiracisme appliquée aux animaux appelée « antispécisme » ne s’en cachent pas : leur conception de la nature exclut l’homme et supprime la domestication animale apparue il y a des lustres. Comme si la grâce d’un chant d’oiseau ou la beauté d’un ruisseau au printemps n’étaient pas de pures inventions de l’homme.

Dans les années 1990, des écologistes de la trempe de José Bové (d’ailleurs lui-même ancien éleveur de brebis) avaient le courage de s’en prendre aux McDo et autres symboles de l’alimentation industrielle. Leurs successeurs véganes ne trouvent pas mieux que de harceler les petites boucheries artisanales. En France, une douzaine d’entre elles ont ainsi été vandalisées. Au Québec aussi quelques bouchers ont été harcelés.

À ces extrémistes qui le critiquaient d’avoir osé faire huit enfants, l’excellent écrivain Fabrice Hadjadj a eu cette réponse sublime : « La Terre n’est belle que par la vie qui s’y déploie et cette vie se manifeste encore plus dans l’animal rationnel et souvent déraisonnable qu’on appelle homme, seul à pouvoir célébrer la beauté du monde, comprendre sa “biodiversité” et la protéger. »

iti o

ns

G

ra

nd

D

uc

Alors que l’on pensait l’écologie comme une façon d’harmoniser l’action des hommes aux besoins de la nature, on découvre qu’elle est devenue pour certains une façon d’en finir avec le genre humain en éradiquant des cultures et des modes de vie qui remontent à la nuit des temps. Quand il ne s’agit pas de planifier notre extinction démographique.

Les bonnes actions individuelles comblent peut-être la soif rédemptrice judéochrétienne de certains. Mais elles ne remplaceront jamais une politique rationnelle capable de s’en tenir à de véritables priorités au lieu de se disperser dans ces leçons de morale à la petite semaine. Mon arrière-grand-mère a eu 23 enfants. Et je défie n’importe qui de démontrer qu’elle n’était pas plus écologiste que le premier baba cool venu qui mange du tofu, roule en trottinette électrique et n’a jamais vu une vache vêler. Elle vivait proche des animaux et connaissait mieux que nous les souffrances humaines et animales. Cela l’immunisait peut-être contre ces idéologies délétères qui sont de pures constructions de l’esprit détachées de toute réalité.

Christian RIOUX, « Veaux, vaches, cochons… », Le Devoir, [En ligne], 11 janvier 2019.

©

Éd

Avouons-le, il y a parfois chez les fidèles de l’écologie une forme de messianisme susceptible de séduire l’ancien peuple missionnaire que nous avons été. Pourtant, ce ne sont pas les petits Chinois à 25 cents qu’achetaient nos grands-parents qui ont éradiqué les famines en Chine. Comme ce ne sera pas les « lundis sans viande ni poisson » dont se sont entichées Isabelle Adjani et Juliette Binoche qui changeront quelque chose au réchauffement climatique.

© Éditions Grand Duc

217

SIMULATION D’EXAMEN DE FIN D’ÉTUDES SECONDAIRES


Histoire d’une extinction

iti o

ns

G

ra

nd

D

uc

28 décembre 2018 Par Pascal

©

Éd

PASCAL, « Histoire d’une extinction », Le Devoir, [En ligne], 28 décembre 2018.

© Éditions Grand Duc

218

SIMULATION D’EXAMEN DE FIN D’ÉTUDES SECONDAIRES


Discussion en équipe sur le sujet En équipe, discutez des enjeux des changements climatiques. Utilisez les questions ci-dessous pour guider votre discussion.

G

ra

nd

D

uc

1 Avez-vous l’impression de participer au réchauffement climatique ?

ns

2 Selon vous, quels sont les meilleurs moyens que chacun ou chacune peut prendre

©

Éd

iti o

pour lutter contre les changements climatiques ?

© Éditions Grand Duc

219

SIMULATION D’EXAMEN DE FIN D’ÉTUDES SECONDAIRES


3 Comment les gouvernements peuvent-ils contribuer à atteindre la neutralité

nd

D

uc

des émissions de carbone ?

©

Éd

iti o

ns

G

ra

Notes personnelles

© Éditions Grand Duc

220

SIMULATION D’EXAMEN DE FIN D’ÉTUDES SECONDAIRES


© Éditions Grand Duc

221

SIMULATION D’EXAMEN DE FIN D’ÉTUDES SECONDAIRES

©

L’élève utilise un vocabulaire conforme à l’usage.

3. Utilisation d’un vocabulaire approprié (5 %)

L’élève orthographie ses mots en faisant très peu d’erreurs.

5. Respect des normes d’orthographe d’usage et d’orthographe grammaticale (20 %) 0-4 erreurs

L’élève construit ses phrases et les ponctue en faisant très peu d’erreurs. 0-4 erreurs

4. Construction des phrases et ponctuation appropriées (25 %)

0 erreur

L’élève organise son texte de façon appropriée. Il ou elle utilise des substituts variés et appropriés de façon judicieuse. Il ou elle fait des liens étroits entre ses propos.

2. Cohérence du contenu (20 %)

nd

ra

5-9 erreurs

10-14 erreurs

L’élève orthographie ses mots en faisant quelques erreurs.

10-14 erreurs

5-9 erreurs L’élève orthographie ses mots en faisant peu d’erreurs.

L’élève construit ses phrases et les ponctue en faisant quelques erreurs.

L’élève utilise un vocabulaire conforme à l’usage, mais commet quelques erreurs. 3-4 erreurs

D

E

uc

15-18 erreurs

L’élève orthographie ses mots en faisant plusieurs erreurs.

L’élève construit ses phrases et les ponctue en faisant plusieurs erreurs. 15-17 erreurs

5-6 erreurs

L’élève utilise un vocabulaire qui s’éloigne parfois de l’usage.

19 erreurs et plus

L’élève orthographie ses mots en faisant beaucoup d’erreurs.

L’élève construit ses phrases et les ponctue en faisant beaucoup d’erreurs. 18 erreurs et plus

7 erreurs et plus

L’élève utilise un vocabulaire qui s’éloigne trop souvent de l’usage.

L’élève organise son texte L’élève présente ses idées de façon appropriée, mais sans ordre précis. parfois maladroite. Il ou elle utilise des substituts imprécis ou inappropriés. Il ou elle fait peu progresser son propos.

L’élève recourt à des argu- L’élève rédige un texte hors ments peu pertinents pour sujet. défendre sa thèse ou se contredit. Il ou elle les développe de façon sommaire. Il ou elle utilise parfois des moyens satisfaisants pour présenter son point de vue.

D

L’élève organise son texte de façon appropriée, mais parfois maladroite. Il ou elle utilise des substituts généralement appropriés. Il ou elle fait des liens parfois maladroits entre ses propos.

L’élève construit ses phrases et les ponctue en faisant peu d’erreurs.

L’élève utilise un vocabulaire conforme à l’usage, sauf dans de rares exceptions. 1-2 erreurs

C L’élève recourt généralement à des arguments pertinents pour défendre sa thèse. Il ou elle les développe de façon acceptable. Il ou elle utilise des moyens satisfaisants pour présenter son point de vue.

G

L’élève organise son texte de façon appropriée. Il ou elle utilise des substituts variés et appropriés. Il ou elle fait des liens logiques entre ses propos.

ns

B L’élève recourt à des arguments pertinents pour défendre sa thèse. Il ou elle les développe de façon généralement approfondie. Il ou elle utilise des moyens efficaces pour présenter son point de vue.

iti o

Éd

L’élève recourt à des arguments pertinents pour défendre sa thèse. Il ou elle les développe de façon approfondie et personnalisée. Il ou elle utilise des moyens efficaces et variés pour présenter son point de vue.

A

1. Adaptation à la situation de communication (30 %)

Critère

Grille d’évaluation pour un texte de 500 mots


Liste de vérification Après avoir rédigé la version provisoire de votre texte, utilisez la liste de vérification ci-dessous pour vous assurer que vous n’avez rien oublié. Critère 1 : Adaptation à la situation de communication Mon texte comprend : une introduction qui présente le sujet dans son contexte et qui formule la thèse de façon implicite ou explicite ;

uc

un développement qui expose les arguments qui soutiennent la thèse ; une conclusion qui présente ou reformule la thèse et démontre son intérêt.

D

Pour étoffer mon argumentation, j’ai inséré :

nd

d’autres séquences (descriptives, explicatives, narratives ou dialogales) ; des procédés de réfutation ou d’explication. J’ai utilisé des moyens efficaces et variés pour présenter mon point de vue :

G

ra

en intégrant ce que je connais du sujet ; en illustrant mes idées à l’aide de figures de style ;

ns

en variant mes constructions syntaxiques ; en choisissant un vocabulaire connoté et recherché. J’ai maintenu un point de vue constant :

iti o

en évitant les contradictions.

Critère 2 : Cohérence du contenu

Éd

J’ai assuré la cohérence de mon texte :

©

en maintenant un point de vue constant ; en faisant usage de différents moyens linguistiques (organisateurs textuels, marqueurs de relation, subordonnants, etc.) pour créer des liens logiques entre les paragraphes, à l’intérieur d’une phrase ou d’une phrase à une autre ; en utilisant différents moyens pour reprendre l’information afin d’éliminer les répétitions.

© Éditions Grand Duc

222

SIMULATION D’EXAMEN DE FIN D’ÉTUDES SECONDAIRES


Pour les critères 3, 4 et 5, dressez votre propre liste de vérification à partir de vos erreurs fréquentes relevées tout au long de votre parcours secondaire. Afin de vous améliorer, faites les exercices correspondants dans la classe numérique.

Critère 3 : Utilisation d’un vocabulaire approprié J’ai utilisé des mots précis et justes :

uc

en remplaçant les mots vagues comme personne, chose, avoir par des mots plus précis.

nd

J’ai respecté une variété de langue standard :

D

en employant un mot d’une autre langue entre guillemets seulement s’il n’a pas d’équivalent français.

en remplaçant chaque terme familier par un mot d’usage courant.

G

ra

Pour me préparer, j’avais révisé ces notions, qui constituent des sources d’erreurs fréquentes pour moi. Code de la classe numérique

©

Éd

iti o

ns

Notion

© Éditions Grand Duc

223

SIMULATION D’EXAMEN DE FIN D’ÉTUDES SECONDAIRES


Critère 4 : Construction des phrases et ponctuation appropriées J’ai construit des phrases syntaxiquement correctes. Pour me préparer, j’avais révisé ces notions, qui constituent des sources d’erreurs fréquentes pour moi. Code de la classe numérique

uc

Notion

D

J’ai utilisé une ponctuation appropriée. Pour me préparer, j’avais révisé ces notions, qui constituent des sources d’erreurs fréquentes pour moi.

Code de la classe numérique

G

ra

nd

Notion

Critère 5 : Respect des normes d’orthographe d’usage et d’orthographe grammaticale

iti o

ns

J’ai respecté l’orthographe d’usage. Pour me préparer, j’avais révisé ces notions, qui constituent des sources d’erreurs fréquentes pour moi. Code de la classe numérique

Éd

Notion

©

J’ai respecté les règles de grammaire. Pour me préparer, j’avais révisé ces notions, qui constituent des sources d’erreurs fréquentes pour moi. Code de la classe numérique

Notion

© Éditions Grand Duc

224

SIMULATION D’EXAMEN DE FIN D’ÉTUDES SECONDAIRES


Nom de l’élève :

Sous forme de mots-clés, notez sur cette feuille toutes les informations du dossier de lecture qui vous paraissent les plus pertinentes. Ajoutez au besoin de l’information provenant d’autres sources et des éléments pour vérifier votre texte.

©

Éd

iti o

ns

G

ra

nd

D

uc

Notes

© Éditions Grand Duc

225

SIMULATION D’EXAMEN DE FIN D’ÉTUDES SECONDAIRES


©

Éd

iti o

ns

G

ra

nd

D

uc

Notes

© Éditions Grand Duc

226

SIMULATION D’EXAMEN DE FIN D’ÉTUDES SECONDAIRES


uc

ns

G

ra

nd

D

50 notions pour la grammaire en contexte

Éd

iti o

Mes outils

©

Les sections 3 à 10, suivies de la mention Rappel , présentent des notions qui devraient être maîtrisées.

Les informations précédées de la mention 5e secondaire sont spécifiques à cette année.

La formation des mots Les classes de mots  Rappel Les groupes syntaxiques Les fonctions dans les groupes La phrase Les types de phrases Les formes de phrases Les phrases à construction particulière Les liens dans les phrases et entre les phrases Les manipulations syntaxiques La ponctuation La conjugaison des verbes

p. 254 p. 254 p. 263 p. 269 p. 273 p. 274 p. 276 p. 278 p. 278 p. 283 p. 285 p. 287

Les critères d’évaluation en situation d’écriture

p. 290


Mes outils

La formation des mots Rappelez-vous que l’origine des mots de la langue française est très variée. Les mots peuvent être formés par dérivation (préfixe, suffixe, etc.) et par composition (mots composés, télescopage, etc.). Il y a également les familles de mots et les néologismes. Certains emplois sont critiqués, notamment les emprunts et les régionalismes. v

L’emprunt 

h

k

e

laclasse.grandducenligne.com

uc

1

Certains mots de la langue française proviennent d’autres langues que le latin. On les appelle des emprunts.

Le régionalisme 

ra

2

nd

Exemples : De l’allemand  choucroute, kitsch De l’italien   banque, carnaval

D

N’hésitez pas à les chercher dans le dictionnaire pour connaître leur origine.

d

n

u

9

laclasse.grandducenligne.com

ns

G

Certains mots de la langue française sont propres à certaines régions. On les appelle des régionalismes, et il y en a de toutes sortes. Notamment, les régionalismes du Québec sont des québécismes et ceux de la France sont des francismes. N’hésitez pas à les chercher dans un dictionnaire spécialisé pour en connaître l’origine.

iti o

Exemples : Québécismes  dépanneur, achaler, atoca Francismes   myrtille, footing, fac

Éd

Les classes de mots

Rappelez-vous que, pour déterminer la classe d’un mot, vous pouvez : nn vous référer au contexte de la phrase en regardant le mot qui le précède et celui qui le suit ;

©

nn remplacer le mot par un autre mot de même classe ; nn chercher le mot dans le dictionnaire.

© Éditions Grand Duc

254

50 NOTIONS POUR LA GRAMMAIRE EN CONTEXTE


3

v

Le nom  Rappel

n

q

5

laclasse.grandducenligne.com

Le nom représente une personne, un animal, un lieu, un objet, un sentiment, une qualité. Il peut être commun ou propre, de forme simple (un mot) ou complexe (plus d’un mot). Comment le reconnaître ? Le nom est souvent précédé d’un déterminant. Il peut être remplacé par un autre nom. n.

 Mes chaussures sont abîmées.

uc

dét.

Exemple : Mes espadrilles sont abîmées.

Particularités – La majuscule dans les noms propres

D

Les noms propres prennent la majuscule initiale, notamment les lieux géographiques (pays, villes, villages, régions). Exemples : Matane, Métis-sur-Mer, Gaspésie

Exemples : une Matanaise, le public matanais

ra

nd

Les noms qui désignent les habitants et habitantes d’une région commencent par une majuscule. Toutefois, les adjectifs désignant ces mêmes habitants et habitantes prennent une minuscule.

G

Les noms composés de lieux ainsi que les noms de rues et de places prennent une minuscule au générique et une majuscule au spécifique.

5e secondaire

Exemples : le fleuve Saint-Laurent, le lac Érié, la rue Saint-Jean, la place d’Youville

Exemples : la Corée du Nord, aller au nord de la ville

4

iti o

ns

Les noms de points cardinaux débutent par une minuscule s’ils expriment une direction ou une orientation. Ils prennent une majuscule s’ils font partie du nom d’une région.

u

L’adjectif  Rappel

2

m

6

laclasse.grandducenligne.com

Éd

L’adjectif apporte une précision au nom ou au pronom avec lequel il est en relation. Il peut être de forme simple ou complexe. Il peut aussi être classifiant ou qualifiant, selon qu’il classe une réalité dans une catégorie ou qu’il y attribue une qualité. Comment le reconnaître ?

©

L’adjectif suit généralement le nom, mais peut parfois le précéder. Il peut aussi se trouver après un verbe attributif (être, paraître, sembler, etc.). Il peut être remplacé par un autre adjectif. adj.

Exemple : Cette plante est une espèce vivace.

© Éditions Grand Duc

 Cette plante est une espèce rare.

255

50 NOTIONS POUR LA GRAMMAIRE EN CONTEXTE


Accord 1) La règle générale L’adjectif s’accorde en genre et en nombre avec le nom ou le pronom qu’il précise. Dans un GN, le nom noyau est le donneur d’accord de l’adjectif. adj.

n.

Exemples : La petite fille adore le gâteau. Il est important d’identifier le donneur d’accord de l’adjectif pour transmettre à celui-ci les bons traits de genre et de nombre.

f. s. n.

adj.

Ces fleurs sont tropicales.

2) L’accord de l’adjectif de couleur

D

5e secondaire

uc

f. pl.

nd

Si l’adjectif de couleur est un adjectif simple, cet adjectif s’accorde selon la règle générale, c’est-à-dire qu’il s’accorde en genre et en nombre avec le nom donneur. Exemples : des rideaux rouges, un chapeau noir, des autobus jaunes

ra

Si l’adjectif de couleur est un adjectif composé, il demeure toujours invariable, même s’il est joint à un autre adjectif ou nom.

G

Exemples : des uniformes vert pâle, une jupe rose fluo, des pantalons bleu marine

ns

Si l’adjectif de couleur composé est formé de deux adjectifs exprimant la couleur et que ces derniers sont joints par le coordonnant et, il faut généralement tenir compte du sens exprimé pour faire l’accord ou non.

iti o

Exemples : d  es drapeaux jaunes et verts (Chacun des drapeaux est coloré de jaune et de vert.) des drapeaux jaune et vert (Certains drapeaux sont jaunes ; d’autres sont verts.)

Éd

Si l’adjectif de couleur provient d’un nom, il est généralement invariable. Exemples : des bijoux turquoise, des pivoines citron, des coussins framboise

©

Certains adjectifs de couleur provenant de noms font exception à cette règle et reçoivent les marques du donneur. En voici quelques-uns : écarlate, fauve, incarnat, mauve, pourpre, rose, violette, vermeil, etc. Exemples : des draps roses, des cheveux écarlates

© Éditions Grand Duc

256

50 NOTIONS POUR LA GRAMMAIRE EN CONTEXTE


5

2

Le déterminant  Rappel

v

a

d

laclasse.grandducenligne.com

Le déterminant sert à introduire un nom. Il peut être de forme simple ou complexe. Comment le reconnaître ? Il précède le nom. Il peut être remplacé par un autre déterminant.

Catégorie

Exemples

Défini : • forme simple • forme contractée

uc

Voici différents déterminants regroupés par catégories.

Partitif (réalité non comptable)

du, de la, de l’, des

Possessif

mon, ma, mes, notre, nos (1re personne) ton, ta, tes, votre, vos (2e personne) son, sa, ses, leur, leurs (3e personne)

Démonstratif

ce, cet, cette, ces

Numéral (quantité précise)

un, deux, mille, quatre-vingt-dix, trente-trois, cent

Quantitatif (quantité imprécise)

aucun, aucune, certain, certains, certaine, certaines, pas un, pas une, plus d’un, plus d’une, nul, nulle, divers, diverses, différents, différentes, tout le, toute la, tous les, toutes les, chaque, quelques, plusieurs, beaucoup de

nd

ra

G

ns

quel, quelle, quels, quelles, combien de (interrogatifs ou exclamatifs) ; que de (exclamatif)

iti o

Interrogatif et exclamatif

D

Indéfini

le, la, l’, les au (à + le), du (de + le), aux (à + les), des (de + les) un, une, des, de, d’

Accord

Le déterminant s’accorde en genre et en nombre avec le nom qu’il accompagne.

Éd

Le déterminant quantitatif tout précède un nom et peut être suivi ou non d’un autre déterminant pour former un déterminant complexe (toute la, tous mes, tout son, etc.). Il faut l’accorder en genre et en nombre avec le nom qu’il accompagne. dét.

n.

©

Exemples : La fleur aux jolies couleurs resplendit sous le soleil. f. s.

dét.

n.

Les chandails propres traînent sur la machine à laver. m. pl. dét.

n.

Tous les règlements doivent être respectés. m. pl. n.

dét.

Ce film s’adresse à un public de tous âges. m. pl.

© Éditions Grand Duc

257

50 NOTIONS POUR LA GRAMMAIRE EN CONTEXTE


©

Éd

iti o

ns

G

ra

nd

D

uc

Notes

© Éditions Grand Duc

292

50 NOTIONS POUR LA GRAMMAIRE EN CONTEXTE


©

Éd

iti o

ns

G

ra

nd

D

uc

Notes

© Éditions Grand Duc

293

50 NOTIONS POUR LA GRAMMAIRE EN CONTEXTE


©

Éd

iti o

ns

G

ra

nd

D

uc

Notes

© Éditions Grand Duc

294

50 NOTIONS POUR LA GRAMMAIRE EN CONTEXTE


©

Éd

iti o

ns

G

ra

nd

D

uc

Notes

© Éditions Grand Duc

295

50 NOTIONS POUR LA GRAMMAIRE EN CONTEXTE


©

Éd

iti o

ns

G

ra

nd

D

uc

Notes

© Éditions Grand Duc

296

50 NOTIONS POUR LA GRAMMAIRE EN CONTEXTE


FRANÇAIS + GRAMMAIRE

e

2

Cette nouvelle édition de MisÀjour Français a toujours pour objectif la réussite de vos élèves en lecture.

édition

D

uc

plus de gramm aire et une sect « Simula ion tion d’exam d’étude en de fin s seco en écrit ndaires ure »

NOUVEAU !

Le développement de la compétence en lecture occupe toujours une place choix.

on

Voici les ajouts qui ont été faits en ce sens :

• des questions de grammaire en contexte ;

• une liste des stratégies de lecture;

• des exercices sur les ressources de la langue ;

• une présentation des questions pouvant accompagner un texte pour chacun des critères d’évaluation ainsi qu’un exemple de réponse attendue;

©

Éd

iti

• une section de référence où sont expliquées 50 notions essentielles de grammaire, dont les notions à l’étude en 5e secondaire selon la progression des apprentissages.

LA CLASSE NUMÉRIQUE

c

o

d

e

• des questions de jugement critique afin que l’analyse des textes aborde tous les critères d’évaluation; • des textes mis à jour, dont tous ceux présentés dans le chapitre portant sur l’argumentation.

Plus de 500 exercices autocorrigés sont disponibles gratuitement en ligne dans la classe numérique. Les élèves pourront évaluer leurs connaissances sur les ressources de la langue et la grammaire. En plus, une section sur les erreurs fréquentes permet aux élèves d’examiner les notions à travailler pour obtenir la meilleure note possible à l’épreuve unique.

CODE PRODUIT 4634 ISBN 978-2-7655-4116-5

www.grandducenligne.com

9 782765 541165 >

COUV-sec5.indd 1

2020-02-04 15:17

FRANÇAIS

Voici les ajouts qu’elle comprend :

MisÀjour

Cette nouvelle édition fait plus de place à la grammaire.

sG

ra n

d

La section « Simulation d’examen de fin d’études secondaires en écriture » place les élèves dans le contexte de la lecture d’un dossier documentaire en vue de la production d’une lettre ouverte. Cette section contient des explications sur le déroulement de l’épreuve unique, des conseils pour bien remplir sa feuille de notes ainsi que des trucs pour rédiger un texte personnalisé et bien le corriger.

FRANÇAIS | 5e SECONDAIRE

MisÀjour

DIOTTE | OUELLET | THERRIEN

FRANÇAIS | 5e SECONDAIRE

Profile for Éditions Grand Duc

MisÀjour Français + grammaire 5e secondaire (cahier intégral)  

MisÀjour Français + grammaire 5e secondaire (cahier intégral)  

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded