__MAIN_TEXT__

Page 1

Français 5 e secondaire

DÉFENDRE DES IDÉES

Poirier • Tremblay • St-Laurent

Français, langue d’enseignement

5e secondaire

CAHIER D’APPRENTISSAGE

Esther Poirier Chantal Tremblay Hélène St-Laurent, directrice de collection

FRA-5201-2

DÉFENDRE DES IDÉES 2e

édition

Conforme au programme de la formation de base diversifiée


Français, langue d’enseignement

5e secondaire

CAHIER D’APPRENTISSAGE

Esther Poirier Chantal Tremblay Hélène St-Laurent, directrice de collection

FRA-5201-2

DÉFENDRE DES IDÉES 2 e édition


REMERCIEMENTS Pour les judicieux commentaires, remarques et suggestions, à l’une ou l’autre des étapes d’élaboration du projet, l’Éditeur tient à remercier : M. Marc Béland, conseiller pédagogique, Commission scolaire des Draveurs.

© 2019, Éditions Grand Duc, une division du Groupe Éducalivres inc. 1699, boulevard Le Corbusier, bureau 350, Laval (Québec) H7S 1Z3 Téléphone : 514 334-8466 www.grandducenligne.com Tous droits réservés. CONCEPTION GRAPHIQUE (maquette intérieure et page couverture) : Caméléon Designer inc. INFOGRAPHIE : Marquis Interscript PHOTOGRAPHIES : Page 52 : Contenu soumis à la licence CC-BY-SA 3.0. « Eugène Poubelle », Wikipédia, [En ligne]. Page 100 : Bordalo II, « Portugal 090716 Street Art », Wikipedia Commons, the free media repository, [En ligne], ­janvier 2017.

Il est illégal de reproduire cet ouvrage, en tout ou en partie, sous quelque forme ou par quelque procédé que ce soit, électronique, mécanique, photographique, sonore, magnétique ou autre, sans avoir obtenu, au préalable, l’autorisation écrite de l’Éditeur. Le respect de cette recommandation encouragera les auteurs et auteures à poursuivre leur œuvre. Code produit 4631 ISBN 978-2-7655-4112-7 Dépôt légal Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2019 Bibliothèque et Archives Canada, 2019

Imprimé au Canada 1 2 3 4 5 6 7 8 9 0 HLN 8 7 6 5 4 3 2 1 0 9


TABLE DES MATIÈRES

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

Présentation du cahier d’apprentissage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . VI Feuille de route . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . IX

Compétence 1 LIRE ET APPRÉCIER DES TEXTES VARIÉS Dans les situations d’apprentissage 1 et 2, vous aurez à lire différents textes argumentatifs.

SITUATION d’apprentissage

 1

 Le téléphone cellulaire : un appareil qui fait parler ! . . . . . . . . . . . . . . . . 1

TÂCHE  Lire des textes pour découvrir des opinions sur l’utilisation du cellulaire ƒƒ ƒƒ ƒƒ ƒƒ ƒƒ ƒƒ ƒƒ ƒƒ ƒƒ ƒƒ ƒƒ ƒƒ ƒƒ ƒƒ

. . . . . . . . . . . . . . . 2

Les éléments de la situation de communication . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 Texte : Téléphone libre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 Les principaux facteurs qui influent sur la communication . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7 Les genres de textes argumentatifs. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 Les marques d’organisation du texte. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 La séquence argumentative . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14 Les procédés argumentatifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 La structure de la séquence argumentative . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17 Texte : Pas de relâche pour les textos. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21 Les marques énonciatives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25 Le point de vue et les marques de modalité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26 Le ton adopté par l’énonciateur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30 La subordonnée complétive interrogative ou exclamative . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32 La subordonnée complément de phrase à valeur d’hypothèse, de concession ou d’opposition . . . 33

Retour sur les connaissances . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35   Corrigé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37 SITUATION d’apprentissage

TÂCHE 1  ƒƒ ƒƒ ƒƒ ƒƒ ƒƒ ƒƒ

 2

 Des sujets controversés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41

Lire des textes pour vous informer sur la gestion des déchets au Québec

. . . . . . . . . . . . . . 42

Texte : Pouf ! On a « éliminé » les déchets. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42 Le sens des préfixes et des suffixes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46 Les anglicismes acceptés ou critiqués . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47 Le sens contextuel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48 Texte : LA pouBELLE PROVINCE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49 Les synonymes et les antonymes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51

FRA-5201-2  Table des matières

III


. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53

ƒƒ Texte : Fumeurs dans la brume. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54 ƒƒ La séquence dominante et les séquences secondaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58 ƒƒ La subordonnée corrélative de comparaison et de conséquence et sa fonction de modificateur du verbe, de l’adjectif ou de l’adverbe. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61 ƒƒ Les règles de la cohérence textuelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63 ƒƒ La préposition appropriée dans la construction du groupe prépositionnel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64

TÂCHE 3  ƒƒ ƒƒ ƒƒ ƒƒ ƒƒ ƒƒ

Lire un texte pour en apprendre davantage sur les graffitis

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65

Texte : Les graffitis : fresques ou frasques ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66 Le participe passé des verbes impersonnels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71 L’accord du verbe avec des sujets particuliers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72 La majuscule initiale dans les noms propres composés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73 Le verbe essentiellement pronominal et le verbe occasionnellement pronominal. . . . . . . . . . . . . 75 L’accord du participe passé des verbes pronominaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76

Retour sur les connaissances . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78   Corrigé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81

Compétence 2 COMMUNIQUER ORALEMENT SELON DES MODALITÉS VARIÉES (ÉCOUTE ET PRISE DE PAROLE) Dans les situations d’apprentissage 3 et 4, vous aurez à écouter des documents audio ou audiovisuels afin de vous documenter pour prendre la parole et animer un débat.

SITUATION d’apprentissage

TÂCHE 1 

 3

 À l’écoute de la controverse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87

Écoute de documents audio sur la gestion des déchets

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88

ƒƒ Message 1 : bande-annonce du documentaire LA pouBELLE PROVINCE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88 ƒƒ Message 2 : entrevue de Denis Blaquière . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91 ƒƒ L’ironie et l’antithèse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94

TÂCHE 2 

Écoute du documentaire Graff’Cité « Laisser sa marque » qui porte sur les graffitis

. . . . . . . . 97

ƒƒ Message 3 : documentaire Graff’Cité « Laisser sa marque » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97

TÂCHE 3 

Recherche de documents audio ou audiovisuels pour prendre la parole

. . . . . . . . . . . . . . 101

ƒƒ L’énonciateur générique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102 Retour sur les connaissances . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107   Corrigé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109

IV

FRA-5201-2  Table des matières

© Éditions Grand Duc

Lire un texte d’opinion à propos de la Loi sur le tabac au Québec

Merci de ne pas photocopier

TÂCHE 2 


SITUATION d’apprentissage

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

TÂCHE 1  ƒƒ ƒƒ ƒƒ ƒƒ ƒƒ ƒƒ ƒƒ ƒƒ

 4

 C’est là que ça se passe ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113

Se familiariser avec les stratégies de prise de parole

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114

La langue standard . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114 Les accords sonores . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 115 Les erreurs à éviter à l’oral . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116 Les éléments paraverbaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 120 Les éléments non verbaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 122 Les marques verbales, paraverbales et non verbales employées pour communiquer . . . . . . . . 124 L’énonciation et les règles de convenance relatives à l’écoute et à la prise de parole . . . . . . . . . 126 La cohérence de la discussion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127

TÂCHE 2 

À moi la parole !

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 129

ƒƒ Grille de coévaluation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 136 Retour sur les connaissances . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 138   Corrigé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 140 SITUATION d’apprentissage et d’évaluation

 Travail et études, une combinaison gagnante ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 145

ƒƒ Texte : Études et boulot : les jeunes travaillent-ils trop ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 146 ƒƒ Messages 4 et 5 : deux extraits d’un reportage sur la conciliation travail-études. . . . . . . . . . . . . 151   Corrigé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161

Coffret . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 163 ƒƒ ƒƒ ƒƒ ƒƒ ƒƒ

Les critères d’évaluation en lecture pour le cours FRA-5201-2, Défendre des idées. . . . . . . . . . . 164 Les stratégies de lecture. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 170 Les stratégies d’écoute. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 172 Les étapes pour réussir sa communication orale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 174 Les stratégies pour réussir son débat. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 176

Index . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 177

FRA-5201-2  Table des matières

V


PRÉSENTATION DU CAHIER D’APPRENTISSAGE © Éditions Grand Duc

Le cahier FRA-5201-2, Défendre des idées, est conçu pour vous aider à progresser de façon autonome dans vos apprentissages. Il propose des contextes signifiants tout en favorisant le développement des compétences et l’intégration des connaissances. Ce cahier d’apprentissage comprend quatre situations d’apprentissage et une situation d’apprentissage et d’évaluation.

2

SITUATION d’apprentissage

DES SUJETS controversés

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

Chaque situation d’apprentissage commence par une mise en situation inspirée d’un contexte réel, qui donne un avant-goût du contenu à l’étude.

Tout au long de la situation d’apprentissage, des activités stimulantes et des exercices variés sont proposés pour consolider les savoirs. Interpréter

Durée approximative de la SA

27.

14 heures Les mordus d’actualité constatent que plusieurs sujets chauds et controversés alimentent quotidiennement les différents médias. Que ces nouvelles au sujet sensible proviennent des milieux politiques, économiques ou culturels, elles suscitent des discussions, des opinions contraires, créent une situation d’incertitude collective et provoquent des débats. Or, chacun émet son opinion, avance ses arguments, soulève le pour et le contre ; la controverse est alors semée !

1.

Quelle est l’intention de communication de l’auteur de ce texte d’opinion ? Répondez avec précision en vous justifiant à l’aide d’éléments du texte.

SAVOIRS

Dernièrement, de quel sujet controversé avez-vous discuté avec vos amis ou avec votre famille ?

p. 81

© Éditions Grand Duc

p. 46 Le sens des préfixes et des suffixes p. 47 Les anglicismes acceptés ou critiqués p. 48 Le sens contextuel p. 51 Les synonymes et les antonymes p. 58 La séquence dominante et les séquences secondaires p. 61 La subordonnée corrélative de comparaison et de conséquence et sa fonction de modificateur p. 63 Les règles de la cohérence textuelle p. 64 La préposition appropriée à la construction du groupe prépositionnel p. 71 Le participe passé des verbes impersonnels p. 72 L’accord du verbe avec des sujets particuliers p. 73 La majuscule initiale dans les noms propres composés p. 75 Le verbe essentiellement pronominal et le verbe occasionnellement pronominal p. 76 L’accord du participe passé des verbes pronominaux

Merci de ne pas photocopier

On y présente un tableau des savoirs essentiels ainsi que la durée approximative de la situation.

Merci de ne pas photocopier

SITUATION D’APPRENTISSAGE

28. D’après vous, l’auteur est-il fumeur ou non-fumeur ? Justifiez votre réponse.

29. Comment le ton employé par l’auteur et son argumentation ont-ils permis d’appuyer son intention de communication ? Justifiez votre réponse en vous appuyant sur des éléments du texte.

CORRIGÉ FRA-5201-2  SA2 Des sujets controversés

41

30. Dans ce texte subjectif, il y a plusieurs marques de modalité. Remplissez le tableau suivant. MARQUE DE MODALITÉ

EXTRAIT

PARAGRAPHE

1re MARQUE

2e MARQUE

3e MARQUE

FRA-5201-2  SA2 Des sujets controversés

RETOUR SUR LES CONNAISSANCES Maintenant que vous avez accompli les trois tâches de lecture de cette situation d’apprentissage, vérifiez ce que vous avez retenu des différents savoirs. N’hésitez pas à consulter la liste des savoirs vus, à la page 41 ou dans l’index à la page 177.

1.

55. Ajoutez un préfixe, un suffixe ou les deux aux mots entre parenthèses pour en former de nouveaux. © Éditions Grand Duc

ou au lieu

de détritus envoyés à l’(incinérer)

. D’abord, consommer raisonnablement permet les déchets produits à la source.

de réduire (sensible) Ensuite, (cycle) finissent au (pot)

évite que des matériaux encore utiles . Finalement, composter soustrait les

résidus organiques du sac à ordures et les (former)

Merci de ne pas photocopier

d’(enfouir)

L’ÉMETTEUR (destinateur) Vous

L’auteure veut inciter les gens à utiliser leur cellulaire librement tout en étant respectueux.

LE RÉCEPTEUR L’hôte

3.

4.

Toute réponse ayant le même sens est acceptée.

Argument 1

c) Quel est le sens de ce suffixe ?

Les gens qui exagèrent et qui manquent Argument 2 de jugement avec leur portable sont minoritaires.

Récrivez les phrases suivantes en remplaçant les mots soulignés par un synonyme ou un antonyme, selon le cas.

Argument 3

J’appuie (antonyme) les propos (synonyme) de cet homme. Ce qu’il dit est une vérité (antonyme) absolue. Il est de bonne foi (antonyme), je vous le jure (synonyme). Il a bien ramassé (antonyme) ses ordures (synonyme) sur le trottoir. Épargnez (antonyme)-le.

6.

 Sa connaissance du sujet semble : bonne  Son intérêt pour le sujet semble : soutenu  Ses capacités langagières semblent : bonnes

7.

VI

FRA-5201-2  Présentation du cahier d’apprentissage

L’auteure veut dénoncer ceux qui jugent trop rapidement et critiquent les utilisateurs du téléphone cellulaire.

L’adulte doit émettre son opinion et la justifier à l’aide d’éléments du texte et de sa vie personnelle. Exemple : Je suis d’accord avec l’auteure. Pourquoi devrions-nous accepter que tant de gens jugent l’utilisation que nous faisons de notre téléphone cellulaire ? Cela ne les regarde pas. Je n’habite pas dans la même ville que ma famille, et le cellulaire est l’outil idéal pour rester en contact avec elle, que ce soit grâce aux appels ou aux textos. De plus, il se peut que mon patron et moi nous textions lorsqu’il y a une urgence, par exemple lorsqu’il cherche une remplaçante au travail. Il est plus simple pour nous de communiquer ainsi. Il faut avoir de l’ouverture d’esprit et cesser les jugements trop faciles. Le Québec ne devrait-il pas être une communauté ouverte et tolérante ?

Il est correct de dénoncer les conversations téléphoniques au volant ou au cinéma, mais il ne faudrait pas en faire une obsession puisqu’elles sont acceptables dans plusieurs autres situations.

Les jeunes utilisent peut-être beaucoup leur cellulaire, mais au moins ils en font Argument 4 un usage qui répond à leurs besoins ; la tâche de les encadrer revient aux adultes.

Paragraphe 6 : L’attente est très longue dans les salles d’urgence. L’auteure parle de « L’autre en attente debout à l’urgence depuis hier… », elle écrit le mot « patients » entre guillemets et parle de « celui qui lit des revues de 1995 en silence depuis cinq heures ». Paragraphe 7 : Les adultes donnent un téléphone à leurs enfants, mais ils ne les encadrent pas suffisamment. L’auteure dit : « notre travail d’adultes » et « nous leur mettons le joujou dans les mains ».

12.

Internet regorge de sites de conseils pour utiliser le téléphone cellulaire, mais ces conseils sont complètement ridicules et insultent l’intelligence.

d) Donnez un synonyme du mot trouvé qui contient le même suffixe et qui correspond à la première définition.

FRA-5201-2  SA2 Des sujets controversés

L’auteure veut faire valoir son opinion sur un sujet d’intérêt général. Elle raconte le triste épisode du métro, parle de nos vies à 100 000 à l’heure qui nous rendent accros au téléphone mobile.

11.

a) Il y a trop d’intolérance et de jugements négatifs envers les utilisateurs de cellulaires. Il faut pouvoir s’en servir librement et sans contraintes, car on en a besoin dans nos vies qui vont trop vite. b) « Moi, ça me défrise. » (Paragr. 1)

5.

Plusieurs réponses possibles. Exemples :

Toute réponse ayant le même sens est acceptée. L’auteure a écrit ce texte parce qu’elle n’en pouvait plus d’entendre les manifestations d’intolérance et les critiques des gens à l’égard de ceux qui ont intégré le cellulaire à leur mode de vie.

Elle fait référence à son cerveau. Toutes sortes d’idées et de questions sur son comportement tournent dans sa tête, comme un hamster dans sa cage.

L’auteure veut faire valoir son opinion sur une expérience personnelle. Elle parle de son malaise à téléphoner ou à texter en public à cause de l’intolérance, des jugements réprobateurs et des critiques.

Exemple :

b) Le mot trouvé en a) contient un suffixe. Quel est-il ?

78

10.

LE LANGAGE

 Métier, profession qui présente des étapes, une progression.

57.

L’auteure veut dénoncer le fait que les gens sont de plus en plus intolérants à l’égard du cellulaire.

9.

LE MESSAGE

La demande de garder votre cellulaire avec soi

Toute réponse ayant le même sens est acceptée. Exemples :

Le français parlé

 Lieu à ciel ouvert d’où on extrait des matériaux de construction.

a) Quel mot peut avoir ces deux sens ?

8.

LE RÉFÉRENT Le cellulaire

en terre.

56. Lisez les deux définitions suivantes.

Il peut être nuisible, car certaines personnes en deviennent dépendantes. De plus, on peut se servir de cet appareil pour filmer une personne à son insu.

2.

Indiquez à quelle classe de mots appartient le mot formé.

Voici trois moyens de diminuer les quantités (phénomène)

Un corrigé se trouve à la fin de chaque situation d’apprentissage CORRIGÉ pour valider les exercices accomplis. © Éditions Grand Duc

RETOUR SUR LES CONNAISSANCES

CORRIGÉ

Merci de ne pas photocopier

Un retour sur les connaissances est proposé après chaque situation d’apprentissage. Il permet de vérifier si vous avez acquis les savoirs vus dans chaque situation.

59

13.

L’adulte doit nommer un sentiment et justifier sa réponse à l’aide d’éléments du texte et de sa vie personnelle. Exemple : Après la lecture de ce billet, je me sens frustré, car je réalise à quel point tout ce que l’auteure dit est vrai et que cela n’a pas de sens que les gens soient aussi peu tolérants. Il est incroyable de voir les gens juger les autres pour l’utilisation de leur téléphone cellulaire en public. Il y a tellement de choses pires que cela dans la vie. J’ai pour mon dire : « vivre et laisser vivre ». Pour moi, le respect et l’ouverture d’esprit

FRA-5201-2  SA1 Le téléphone cellulaire : un appareil qui fait parler !

37


SITUATION D’APPRENTISSAGE ET D’ÉVALUATION (SAE)

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

Une SAE permet de mettre en pratique les compétences que vous avez développées pendant les situations d’apprentissage et de vérifier si vous êtes prêt ou prête à passer à l’évaluation du cours.

COFFRET

Le coffret constitue une ressource utile qui sert de référence pour le cours. ƒƒDes précisions au sujet des critères d’évaluation en lecture vous aideront à répondre adéquatement aux questions qui portent sur les textes lus. ƒƒUn ensemble de stratégies propose des techniques utiles pour réussir en lecture et en communication orale.

INDEX

L’index facilite le repérage des notions essentielles dans le cahier.

LES PICTOGRAMMES

Ce pictogramme vous invite à consulter un dictionnaire, une grammaire ou un guide de conjugaison. Ce pictogramme vous suggère d’utiliser un outil technologique. Ce pictogramme indique que vous devez consulter votre enseignant ou enseignante pour faire approuver un choix ou corriger une activité ou un exercice.

Ce pictogramme vous informe qu’un extrait audio est nécessaire pour accomplir l’activité. Un c o d e numérique est fourni.

Marche à suivre 1

Rendez-vous sur la Classe numérique : laclasse.grandducenligne.com.

2

Entrez le c o au message.

3

Écoutez attentivement et répondez aux questions qui composent l’exercice.

d

e

de la page associé

FRA-5201-2  Présentation du cahier d’apprentissage

VII


LES RUBRIQUES Savoir

La classe numérique

Savoir

Explique les notions nécessaires à la réalisation des tâches.

8

n

v

e

laclasse.grandducenligne.com

LA SUBORDONNÉE CORRÉLATIVE DE COMPARAISON ET DE CONSÉQUENCE ET SA FONCTION DE MODIFICATEUR DU VERBE, DE L’ADJECTIF OU DE L’ADVERBE

© Éditions Grand Duc

 La subordonnée corrélative est une phrase insérée dans un groupe (GV, GAdj, GN ou GAdv) à l’aide du subordonnant que associé à un adverbe corrélatif de degré (mieux, plus, moins, aussi, davantage, meilleur, pire). Elle établit une corrélation, c’est-à-dire un lien logique, entre deux faits. Exemple : Nous avons affronté une controverse plus vive que ce à quoi nous nous attendions.  La subordonnée corrélative peut exprimer la comparaison terme corrélatif

Merci de ne pas photocopier

subordonnée corrélative de comparaison

Exemple : Les enseignants sont aussi exigeants qu’ils sont passionnants. (Corrélative de comparaison qui modifie l’adjectif exigeants ; le rapport de comparaison entre les deux qualités est un rapport d’égalité.)  La subordonnée corrélative peut exprimer la conséquence subordonnée corrélative de conséquence

© Éditions Grand Duc

terme corrélatif

Exemple : Thomas a tant aimé les personnages de ce roman policier qu’il a acheté toute la série.

c

d

e

 La fonction de modificateur du verbe, de l’adjectif ou de l’adverbe La subordonnée corrélative avec un adverbe corrélatif remplit la fonction de modificateur du verbe, de l’adjectif ou de l’adverbe.

laclasse.grandducenligne.com

Marche à suivre 1

o

(Corrélative de conséquence qui modifie le verbe aimer ; rapport de conséquence : l’amour des personnages est si grand, soit la cause, qu’il entraîne l’achat de la série, soit la conséquence.)

FONCTION MODIFICATEUR DU VERBE

Rendez-vous sur la Classe numérique : laclasse.grandducenligne.com.

MODIFICATEUR DE L’ADJECTIF

MODIFICATEUR DE L’ADVERBE

EXEMPLE

EXPLICATION

Ce débatteur a autant parlé qu’il a écouté.

La subordonnée corrélative qu’il a écouté insérée dans le GV remplit, avec l’adverbe autant, la fonction de modificateur du verbe a écouté.

Ces informations sont moins précises que je ne le pensais.

La subordonnée corrélative que je ne le pensais insérée dans le GAdj remplit, avec l’adverbe moins, la fonction de modificateur de l’adjectif précises.

Il s’exprime aussi bien que vous le faites.

La subordonnée corrélative que vous le faites insérée dans le GAdv remplit, avec l’adverbe aussi, la fonction de modificateur de l’adverbe bien.

2

Entrez le

3

Répondez aux questions qui composent l’exercice. 54. Dans le tableau suivant,

4

Une b)fois l’exercice terminé, aus’il ybesoin, retournez dans les questions afin de changer soulignez le mot qui détermine l’accord du participe passé a lieu ; c) accordez le participe passé correctement. votre réponse.

c

o

d

e

de la page associé à chacune des notions.

FRA-5201-2  SA2 Des sujets controversés

a) précisez la règle d’accord du participe passé qui s’applique dans chaque phrase ;

PHRASE

RÈGLE D’ACCORD

5

Ces artistes se sont achet du matériel pour À la fin d’un exercice, cliquez sur « Envoyer l’exercice en correction ». peindre.

6

Ses amis se sont moqu sa fresque. Cliquez sur « Voirdele résultat » afin de connaître la bonne réponse à chaque question. Nous nous sommes surpass

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

61

cette fois-ci.

Les rencontres d’artistes qu’il y a eu dans cette ville ont permis de créer des liens d’amitié.

Saviez-vous que ? Cette graffeuse s’est sauv prendre. Il a pl

Stratégie

avant de se faire

durant toute la semaine Arts en plein air.

Présente des repères culturels liés au thème de la situation d’apprentissage. 6.

Suggère diverses stratégies à appliquer en lecture et en communication orale.

Complétez l’énoncé suivant à l’aide des notes prises dans la rubrique « Stratégie » à la page 88.

Saviez-vous QUE ? (distanciée ou engagée) de l’énonciateur

.

LISEZ LE TEXTE

Durée approximative

Aujourd’hui, une section du mur de 1,3 km est encore debout : l’East Side Gallery.

Du côté est du mur de Berlin, elle sert de support pour une exposition d’œuvres d’art de la rue. Réagir Constituée de 118 peintures d’artistes provenant de 21 pays, elle est l’une des plus grandes galeries permanentes en plein air dans le monde.

Ce message vous a-t-il convaincu de l’urgence de mettre en place des mesures efficaces de gestion Source : https ://fr.wikipedia.org/wiki/Graffi ti#Berlin. des déchets au Québec ? Pourquoi ?

FRA-5201-2  SA2 Des sujets controversés

Rappel

5 heures

Pouf ! On a « éliminé » les déchets… portant sur les dernières politiques gouvernementales de gestion des déchets.

Pour vous aider à bien comprendre ce texte, appliquez les stratégies suivantes.

Stratégie Pour en savoir plus, consultez la section Coffret à la page 170.

AVANT la lecture

APRÈS la lecture

En survolant le texte, prêtez une attention particulière au lexique utilisé pour parler des déchets et de leur gestion.

Indiquez le principal sentiment que vous ressentez.

PENDANT la lecture  Faites une accolade vis-à-vis de l’introduction, du développement et de la conclusion.  Dans l’introduction, surlignez le sujet amené.  Résumez dans la marge les arguments avancés dans le développement.  Dans la conclusion, surlignez l’ouverture.

77 Pouf ! On a « éliminé » les déchets…

Présente des informations complémentaires liées aux savoirs.

N o t e s:

Rappel Curieux, tout de même, notre façon de jouer avec les mots quand vient le temps de causer déchets…

LA PRISE DE NOTES Pour mieux mémoriser Pour garder une trace écrite

Aérer le texte Se faire un code couleur

POURQUOI

PRENDRE DES NOTES LORS D’UNE ÉCOUTE ?

Pour mettre ses idées en ordre

42

COMMENT PRENDRE DES NOTES ?

Utiliser des abréviations (tjs pour toujours, bcp pour beaucoup…)

Ne pas recopier mot à mot et ignorer les mots inutiles

Noter les dates, les sources, les citations, les chiffres importants…

Truc : chercher sur Internet les « Abréviations et signes pour la prise de notes »

VIII

90

1

Pour faire une écoute active

FRA-5201-2  SA3 À l’écoute de la controverse

FRA-5201-2  Présentation du cahier d’apprentissage

FRA-5201-2  SA2 Des sujets controversés

D’ailleurs, on ne dit plus « déchets », mais « matières résiduelles ». On ne « recycle » plus, on « valorise ». On ne dit plus « dépotoir », mais « lieu d’enfouissement sanitaire ». On n’entasse plus les « vidanges » à la décharge, on les « élimine », carrément…

© Éditions Grand Duc

TÂCHE 1

Tandis que les Allemands de l’Est n’ont pas le droit d’approcher le mur, ceux de East Side Gallery l’Ouest écrivent des slogans sur leur côté du mur. Par la suite, des artistes viennent du monde entier pour peindre sur le mur, qui est à peu près intégralement recouvert au moment de sa destruction, en 1989.

7.

Lire des textes pour vous informer sur la gestion des déchets au Québec

,

Merci de ne pas photocopier

le mur de Berlin est construit. Il sépare symboliquement et physiquement comme on peut le constater dans l’extrait suivant : . De plus, l’Europe socialiste dite « de l’Est » de on remarque qu’ildite « utilise ton ». dans l’intention de l’Europe atlantiste de un l'Ouest

© Éditions Grand Duc

©turtix / Shutterstock.com

Dans la nuit du 12cette au 13 marque août 1961,de modalité : lorsqu’il utilisait

Merci de ne pas photocopier

J’ai surtout remarqué l’attitude Le mur de Berlin

Merci de ne pas photocopier

Des exercices en ligne autocorrigés pour réviser certains savoirs essentiels La classe numérique de grammaire.


FEUILLE DE ROUTE FRA-5201-2 Défendre des idées Nom : © Éditions Grand Duc

Date de début :

   Durée du cours : 50 heures

COMPÉTENCE 1 : LIRE ET APPRÉCIER DES TEXTES VARIÉS Durée

  SA1    Le téléphone cellulaire : un appareil qui fait parler !  (Pages 1 à 40)

12 heures

Merci de ne pas photocopier

Tâche : Lire des textes pour découvrir des opinions sur l’utilisation du cellulaire

Date de fin

12 h

  Page 5  o   Page 10  o   Page 23  o   Autre page  Commentaires :

Durée

  SA2    Des sujets controversés   (Pages 41 à 86)

14 heures

Tâche 1 : L  ire des textes pour vous informer sur la gestion des déchets au Québec

Date de fin

5h

  Page 43  o   Page 50  o   Autre page  Tâche 2 : Lire un texte d’opinion à propos de la Loi sur le tabac au Québec

4h

  Page 56  o   Autre page  Tâche 3 : Lire un texte pour en apprendre davantage sur les graffitis

5h

  Page 68  o   Autre page  Commentaires :

COMPÉTENCE 2 : COMMUNIQUER ORALEMENT SELON DES MODALITÉS VARIÉES   SA3    À l’écoute de la controverse   (Pages 87 à 112) Tâche 1 : Écoute de documents audio sur la gestion des déchets   Page 92  o   Autre page 

Durée 8 heures

Date de fin

2h (Suite à la page suivante) FRA-5201-2  Feuille de route

IX


SA3    À l’écoute de la controverse (suite)   (Pages 87 à 112) Tâche 2 : É  coute du documentaire Graff’Cité « Laisser sa marque » qui porte sur les graffitis

Durée 8 heures

Date de fin

2h

  Page 98  o    Autre page  4h

© Éditions Grand Duc

  Page 106  o   Autre page  Commentaires :

  SA4    C’est là que ça se passe !  (Pages 113 à 144) Tâche 1 : S  e familiariser avec les stratégies de prise de parole   Page  Tâche 2 : À moi la parole !   Page 131  o  Page 133  o  Page 137  o  Autre page 

Durée 10 heures

Date de fin

6h

4h

Commentaires :

  SAE    Travail et études, une combinaison gagnante ?  (Pages 145 à 162)  Page 148  o  Page 155  o   Page 159  o Page 152  o  Page 157  o   Autre page 

Durée 6 heures

Date de fin

6h

Commentaires :

Situation d’évaluation : Lire et apprécier des textes variés Situation d’évaluation : Communiquer oralement selon des modalités variées

X

Durée 150 min. Durée 15 min.

Prise de parole individuelle 

5 min.

Prise de parole en interaction 

10 min.

FRA-5201-2  Feuille de route

Date

Date

Merci de ne pas photocopier

Tâche 3 : Recherche de documents audio ou audiovisuels pour prendre la parole


LE TÉLÉPHONE CELLULAIRE : un appareil qui fait parler !

1

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

SITUATION d’apprentissage

Durée approximative de la SA

12 heures Le téléphone cellulaire s’est imposé en un temps record dans nos vies. En effet, alors que le téléphone fixe a mis une centaine d’années pour occuper nos salons et nos bureaux, le cellulaire s’est répandu en moins de quinze ans partout sur la planète. Si l’on s’accorde sur les nombreux avantages du cellulaire, il en va autrement pour ses effets néfastes.

1.

 votre avis, comment le cellulaire À peut-il être une nuisance ?

SAVOIRS p. 2

Les éléments de la situation de communication

p. 7

Les principaux facteurs qui influent sur la communication

p. 10 Les genres de textes argumentatifs p. 11 Les marques d’organisation du texte p. 14 La séquence argumentative p. 15 Les procédés argumentatifs p. 17 La structure de la séquence argumentative p. 25 Les marques énonciatives p. 26 Le point de vue et les marques de modalité p. 30 Le ton adopté par l’énonciateur p. 32 La subordonnée complétive interrogative ou exclamative p. 33 La subordonnée complément de phrase à valeur d’hypothèse, de concession ou d’opposition p. 12

  CORRIGÉ

FRA-5201-2  SA1 Le téléphone cellulaire : un appareil qui fait parler !

1


TÂCHE

Lire des textes pour découvrir des opinions sur l’utilisation du cellulaire Durée approximative

12 heures

LES ÉLÉMENTS DE LA SITUATION DE COMMUNICATION Communiquer, c’est entrer en relation avec une ou plusieurs personnes.

LE RÉFÉRENT (SUJET)

Merci de ne pas photocopier

Il y a communication lorsqu’un émetteur (destinateur) transmet un message à un récepteur (destinataire) à un moment donné et dans un lieu donné à l’aide d’un langage commun.

C’est la réalité sur laquelle porte le message.

QUOI ?

Exemple : l’usage du cellulaire

LE RÉCEPTEUR (DESTINATAIRE)

L’ÉMETTEUR (DESTINATEUR)

C’est la personne qui produit le message, qui écrit ou qui parle.

QUI ?

LE MESSAGE

QUI ?

QUOI ? C’est l’ensemble des propos échangés entre l’émetteur et le récepteur. Exemple : question sur la nuisance du cellulaire

Exemple : moi

C’est la personne qui reçoit et interprète le message de l’émetteur, qu’il lui soit directement adressé ou non : c’est la personne qui lit ou écoute. Exemple : vous, le lecteur ou la lectrice

LE LANGAGE

COMMENT?

C’est le système de signe que l’émetteur et le récepteur doivent utiliser pour se comprendre. Exemple : le français écrit

2

FRA-5201-2  SA1 Le téléphone cellulaire : un appareil qui fait parler !

© Éditions Grand Duc

Savoir


2. Vous êtes dans l’entrée d’une salle de spectacle et vous insistez pour garder votre téléphone avec vous, mais l’hôte refuse. Décrivez les éléments de la communication de cet échange dans le schéma ci-dessous.

LE MESSAGE L’ÉMETTEUR (destinateur)

LE RÉCEPTEUR (destinataire)

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

LE RÉFÉRENT

LE LANGAGE

Saviez-vous QUE ? LE CELLULAIRE EN CINQ DATES 1983

Motorola commercialise son 1er téléphone cellulaire destiné au grand public.

1994

Le IBM Simon est le 1er cellulaire intelligent.

1999

Le Nokia 7110 permet de naviguer dans Internet.

2000

Le Sharp SH04, commercialisé exclusivement au Japon, est le 1er cellulaire avec appareil photo intégré.

2018

Il y a 5,4 milliards d’abonnés mobiles. En incluant les abonnements inactifs ou multiples, ce nombre passe à 7,8 milliards pour 7,5 milliards d’habitants.

© POM POM / Shutterstock.com

FRA-5201-2  SA1 Le téléphone cellulaire : un appareil qui fait parler !

3


pour découvrir une opinion bien arrêtée sur l’utilisation du cellulaire.

LISEZ LE BILLET SUIVANT

Stratégie Pour en savoir plus, consultez la section Coffret à la page 170.

AVANT la lecture 

PENDANT la lecture

Trouvez les informations liées au texte.

Considérez le texte dans son ensemble.

Titre :

Sujet qui prête à controverse :

Auteur : Source : Date de publication :

Dans la marge, repérage de l’introduction et de la conclusion. Point de vue de l’auteure

© Éditions Grand Duc

Pour vous aider à bien comprendre ce texte, appliquez les stratégies suivantes.

N o t e s  :

4

Téléphone libre 1

Cette machine détruirait les rapports humains, obséderait les jeunes, contrôlerait nos vies. Cet objet diabolique serait devenu un prolongement de notre corps, un nouvel organe. Suffit ! J’en ai ras le bol d’entendre dire que l’usage du téléphone en public frise le manque de civisme. Moi, ça me défrise. L’intolérance, les jugements et les critiques à l’égard de ceux qui ont intégré le cellulaire à leur mode de vie ont atteint un degré... intolérable.

2

Je parle souvent au téléphone. Beaucoup. Mains libres pour parler en conduisant, oreillette pour parler en marchant ou au resto. Suis-je « infectée » par le virus du mobile ? Non ! Ras le bol des mots isolement, dépendance, fléau, envahisseur, nomophohie, euh... no... quoi ? (nouvelle maladie • vient de NO+MObile+PHOBIE). Je suis devenue mal à l’aise de parler au téléphone ! Sitôt branchée, mon hamster parano s’emballe : « Est-ce que je dérange ? Est-ce que je nuis à quelqu’un ? Suis-je en train de violer une règle de savoir-vivre ? Y a-t-il une interdiction ? »

3

Internet déborde pourtant de sites de conseils, de codes, de modes d’emploi, de règlements de politesse et de savoir-vivre pour utiliser son mobile. Mais allez donc voir, certains sont carrément ridicules et insultent l’intelligence. Ils alimentent une intolérance de plus en plus marquée envers les utilisateurs dont les comportements sont désormais scrutés, étudiés, jugés souvent sans raison. Est-ce devenu un méfait public de parler au téléphone ? Faut-il établir un code de conduite ?

4

D’accord, il y a des gens qui exagèrent, qui parlent fort, qui ignorent le mode « vibration » ou le mode « avion », bref, qui manquent de jugement. C’est toutefois le fait d’une minorité, et ces débordements vont dans les deux sens.

FRA-5201-2  SA1 Le téléphone cellulaire : un appareil qui fait parler !

Merci de ne pas photocopier

APRÈS la lecture Portez attention à ce que le texte vous permet d’apprendre ou de découvrir.


5

Plusieurs personnes attendent le métro à une station. Une dame parle au téléphone, semblant transmettre à son interlocuteur des points à l’ordre du jour d’une réunion. Un homme lui jette des regards impatients et soupire. Il finit par lui dire sur un ton hostile : « C’est pas une place pour parler au téléphone ! » La dame, surprise, répond : « C’est que, monsieur, je travaille en ce moment ». Et lui de rétorquer : « Eh bien, dans ce cas, moi aussi je travaille ! » C’est là qu’il sort sa guitare et se met à jouer et à chanter à tue-tête (lire « crier à tue-tête »). Elle s’éloigne, bouche son oreille libre. Le métro arrive. Le « musicien » monte à bord en grattant son instrument. Elle, « sonnée », attendra le prochain train.

6

Quel savoir-vivre ! Bravo ! Qu’on dénonce les conversations téléphoniques au volant ou au cinéma, des usages abusifs, dérangeants, d’accord. Mais il ne faudrait pas en faire une obsession. Au fond, un gars qui parle au téléphone à l’arrêt d’autobus, qu’est-ce que ça peut bien faire ? Un couple qui mange au resto le téléphone sur la table au cas où la gardienne appelle, c’est normal, non ? Quelqu’un qui parle au téléphone en traversant une intersection au feu piétonnier commet-il une infraction ? L’autre en attente debout à l’urgence depuis hier qui parle au téléphone au lieu de parler de ses bobos avec les autres « patients », il n’est pas plus « isolé » ni « asocial » que celui qui lit des revues de 1995 en silence depuis cinq heures. Allons donc, y’a pas de raison d’en faire des boutons. Oui, les gens sont de plus en plus « scotchés » à leur téléphone. Et après ? Sommes-nous pour autant déconnectés du monde qui nous entoure ? Bien non ! Si quelqu’un fait une crise cardiaque, on va appeler le 911, on sait encore vivre, quand même…

7

Mais les jeunes, eux, qui parlent au téléphone ou textent à cœur de jour, partout, sur un banc de parc, dans le bus, en marchant ou attablés au casse-croûte, n’exagèrent-ils pas ? Peut-être. Et alors, ça dérange qui ? Ils communiquent, socialisent, partagent, se rassemblent, restent proches, et c’est beau de les voir. Si c’est rassurant pour eux, eh bien, tant mieux. Ils font un usage du téléphone qui répond à leurs besoins. Laissons-leur les boutons et faisons notre travail d’adultes en encadrant cet usage dès que nous leur mettons le joujou dans les mains…

8

Il va falloir qu’on apprenne à contrôler nos humeurs et nos comportements parce qu’il y a déjà plus de quatre milliards de téléphones portables en fonction dans le monde et ce n’est pas fini. Alors tiens, je vais commencer tout de suite à changer mon attitude. Désormais, au diable la peur des jugements et de l’intolérance et bonjour liberté ! Bien sûr, je n’empiète pas sur celle des autres. Je garde mon savoir-vivre, quand même…

9

Dorénavant, je parle, je texte, je « twitte », je « facebooke » au grand jour. Parce que j’ai droit à mon téléphone. J’ai besoin de mon téléphone. Ma survie en ce bas monde en dépend. Non, je ne suis pas malade ! Accro ? Eh bien OUI, si ça vous fait plaisir, car de toute façon nous le sommes tous. Nous sommes accros à la vie à 100 000 à l’heure et le téléphone, c’est l’outil indispensable pour survivre, surfer sur la vague sans se perdre dans le tourbillon. J’ai des responsabilités de conjointe, de mère, de fille, de professionnelle et d’amie. Alors non, je ne suis pas malade…

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

Vous en conviendrez en lisant cette authentique scène « captée » dans le métro (par mes yeux et mes oreilles, pas par vidéo sur mon téléphone !).

qu’avant de craquer, je vais partir me reposer seule au bord de l’océan et je vais envoyer plonger mon téléphone 20 000 lieues sous les mers. Il peut bien se faire engloutir par une pieuvre géante, je m’en fous ! Y’a un GPS dedans…

N o t e s  :

10 Parce

Adapté de « Téléphone libre », Le Quartier, Courrier des lecteurs, Québec, 2013.

Consultez votre enseignant ou enseignante pour valider vos stratégies.

FRA-5201-2  SA1 Le téléphone cellulaire : un appareil qui fait parler !

5


Comprendre 3. Qu’est-ce qui a incité l’auteure à écrire le texte Téléphone libre ? Justifiez votre réponse à l’aide

b) Quelle phrase de l’introduction nous fait connaître cette opinion ?

5. Dans le développement, quels sont les arguments utilisés par l’auteure dans son billet ?

ARGUMENT 1

ARGUMENT 2

ARGUMENT 3

ARGUMENT 4

6

FRA-5201-2  SA1 Le téléphone cellulaire : un appareil qui fait parler !

Merci de ne pas photocopier

4. a) Quelle opinion défend-elle à propos du téléphone cellulaire ?

© Éditions Grand Duc

d’éléments du texte.


Savoir

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

LES PRINCIPAUX FACTEURS QUI INFLUENT SUR LA COMMUNICATION Comme la communication est un échange d’énoncés entre deux ou plusieurs personnes, certains facteurs comme les caractéristiques personnelles et le contexte influencent la production et la réception des messages. Ces facteurs peuvent influencer le rythme de la communication, le degré de précision et l’interprétation du message, et même susciter des sous-entendus. FACTEUR

DESCRIPTION

1. INTENTION DE L’ÉMETTEUR

Partager ou défendre ses idées, s’informer ou informer, convaincre, persuader, dénoncer, etc.

2. INTENTION DU RÉCEPTEUR

S’informer, découvrir un auteur, connaître ou se construire une opinion, etc.

3. CARACTÉRISTIQUES DE L’ÉMETTEUR

Sa connaissance du sujet, ses intérêts pour le sujet, ses valeurs, sa culture, sa célébrité, ses capacités langagières, ses caractéristiques psychologiques et affectives, etc.

4. CARACTÉRISTIQUES DU RÉCEPTEUR (OU DU DESTINATAIRE)

Son âge, son statut social, sa connaissance du sujet, son intérêt pour le sujet, ses valeurs, ses capacités langagières, etc.

5. ATTITUDE DE L’ÉMETTEUR OU DU RÉCEPTEUR

Les accords ou les divergences d’opinions sur le sujet, les préjugés à propos du référent.

6. BUTS POURSUIVIS

Décrire, expliquer, faire naître un besoin, inciter, provoquer une action ou une réaction, divertir, émouvoir, dénoncer une situation, etc.

7. ENJEUX PERSONNELS ET SOCIAUX

Ce que l’émetteur ou le récepteur risque dans la situation de communication. Les conséquences, les avantages ou les désavantages liés au fait de s’informer, d’émettre une opinion et de la défendre.

8. CONTEXTE DE PRODUCTION

Le temps disponible, l’ampleur du travail, certaines modalités comme le travail d’équipe ou le travail individuel, les horaires, le lieu, la date de parution, les caractéristiques du support médiatique, le contexte historique et socioculturel, etc.

FRA-5201-2  SA1 Le téléphone cellulaire : un appareil qui fait parler !

7


Interpréter 6. Quelles sont les caractéristiques de l’émetteur du texte Téléphone libre ? Cochez les bonnes o limitée

o bonne

o mieux que la mienne

ƒƒSon intérêt pour le sujet semble :

o nul

o neutre

o soutenu

o bonnes

o raffinées

ƒƒSes capacités langagières semblent : o limitées

7.

Quelle est l’intention de communication de l’émetteur de ce texte ?

8. Quel est le but poursuivi par l’émetteur ? Justifiez votre réponse.

9. À quoi l’auteure fait-elle référence lorsqu’elle parle de son « hamster parano » (paragr. 2) ?

10. Selon vous, sur quoi l’auteure de ce billet fait valoir son opinion ? Cochez votre réponse et expliquez votre choix.

8

o Un événement d’actualité

o Une idée nouvelle

o Une expérience personnelle

o Un sujet d’intérêt général

FRA-5201-2  SA1 Le téléphone cellulaire : un appareil qui fait parler !

Merci de ne pas photocopier

ƒƒSa connaissance du sujet semble :

© Éditions Grand Duc

réponses.


Rappel Un énoncé explicite est clair et ne permet aucun doute. Un énoncé implicite n’est pas exprimé clairement et on doit le déduire selon le contexte.

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

11.

À deux reprises, l’auteure émet une opinion implicite sur une autre question que celle du cellulaire. Quelles sont ces opinions sous-entendues ? Quels mots utilise-t-elle pour les exprimer ? Paragraphe 6 :

Paragraphe 7 :

Réagir 12. Après la lecture de ce billet, vous avez pu comprendre que l’auteure avait une opinion bien arrêtée sur l’utilisation du cellulaire. Êtes-vous d’accord avec ses propos ? Justifiez votre réponse à l’aide d’éléments du texte et de votre expérience personnelle.

13. Après la lecture de ce billet, que ressentez-vous ? Justifiez votre réponse par des éléments du texte et par vos valeurs, vos intérêts, vos connaissances ou votre expérience personnelle.

FRA-5201-2  SA1 Le téléphone cellulaire : un appareil qui fait parler !

9


Savoir LES GENRES DE TEXTES ARGUMENTATIFS

DESCRIPTION

BILLET

Court article dans lequel l’auteur fait valoir son opinion sur un événement d’actualité, une idée nouvelle, une expérience personnelle ou un sujet d’intérêt général de manière humoristique ou sarcastique.

ÉDITORIAL

Article de fond qui reflète le point de vue ou l’orientation générale de la direction de la publication.

LETTRE OUVERTE

Lettre d’opinion sur une situation précise ou un problème donné. Elle reflète la pensée d’une personne ou d’un groupe de personnes.

COMMENTAIRE

Texte présentant des arguments pour défendre les deux côtés d’un sujet controversé. Il permet au destinataire d’avoir une vision plus globale du sujet débattu afin qu’il puisse se forger sa propre opinion. L’auteur d’un commentaire conclut souvent en annonçant le parti pour lequel il prend.

14. Le texte Téléphone libre est un billet. Quels sont les éléments qui le prouvent et qui le distinguent des autres genres de textes argumentatifs ? Appuyez votre réponse sur des éléments du texte.

15. Trouvez un texte argumentatif dans un journal, dans une revue ou dans Internet, et remplissez la fiche suivante. TITRE : AUTEUR : SOURCE : GENRE DE TEXTE : JUSTIFICATION :

Consultez votre enseignant ou enseignante pour valider votre choix.

10

FRA-5201-2  SA1 Le téléphone cellulaire : un appareil qui fait parler !

Merci de ne pas photocopier

GENRE

© Éditions Grand Duc

Il existe dans les médias plusieurs genres de textes présentant une séquence argumentative dominante. Un genre est une catégorie de textes qui présentent des caractéristiques communes. Voici les principaux genres liés au texte argumentatif.


Savoir LES MARQUES D’ORGANISATION DU TEXTE

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

Les marques d’organisation du texte permettent de hiérarchiser les différentes parties, d’assurer les transitions et de faire des liens entre les idées.

1. Les marques non linguistiques Ces marques graphiques permettent de reconnaître et de hiérarchiser les différentes parties d’un texte et leurs éléments. PARAGRAPHES Ils divisent le texte pour en faciliter la compréhension.

Espacement, alinéa.

MARQUES TYPOGRAPHIQUES Elles mettent en évidence des éléments du récit.

Taille et police des caractères, caractères gras ou italiques, soulignement, lettres capitales.

MARQUES D’ÉNUMÉRATION Elles servent à organiser le contenu d’un texte.

Tirets, puces, lettres et chiffres.

2. Les marques linguistiques Ces marques sont des éléments linguistiques qui permettent de déterminer et de hiérarchiser les différentes parties du texte et de développer un raisonnement. ƒƒLes organisateurs textuels : il s’agit de mots, de groupes de mots ou de phrases qui marquent une transition entre différentes parties d’un texte. Souvent placés en début de paragraphe, ils fournissent, entre autres, des indications relatives au temps, au lieu ou aux étapes d’un raisonnement. Le tableau suivant indique les principaux organisateurs textuels regroupés selon leur sens. Prêtez une attention particulière à ceux utilisés pour marquer l’argumentation et l’explication. SENS

PRINCIPAUX ORGANISATEURS TEXTUELS

EXPLICATION OU JUSTIFICATION

en fait, ainsi, en effet, c’est pourquoi, or, cela s’explique par, car, c’est-à-dire, en d’autres termes, plus précisément, pour cette raison, puisque, etc.

LIEU

ici, là-bas, à l’intérieur, près de cette route de terre, de l’autre côté, derrière, à l’ouest, à gauche, devant, à la limite de cette contrée, au loin, en face de chez moi, en haut, tout près, etc.

SÉQUENCE

d’abord, de plus, le premier aspect, premièrement, pour commencer, pour débuter, ensuite, en second lieu, pour poursuivre, d’une part… d’autre part, puis, finalement, en conclusion, enfin, en terminant, pour conclure, etc.

TEMPS

à la fin de son discours, alors, aujourd’hui, auparavant, après, bientôt, depuis ce temps, ce matin, en 1956, hier, il était une fois, jusqu’à 18 heures, le lendemain, lorsque, pendant deux minutes, quand, tantôt, etc.

ARGUMENTATION

au contraire, cependant, d’ailleurs, quoique, néanmoins, toutefois, donc, en revanche, mais, or, par ailleurs, par contre, pourtant, à l’opposé, etc. (Suite à la page suivante) FRA-5201-2  SA1 Le téléphone cellulaire : un appareil qui fait parler !

11


Savoir (suite) ƒƒLes marqueurs de relation : il s’agit de coordonnants, de subordonnants, d’adverbes ou de prépositions qui assurent les liens dans les phrases ou entre elles. Le tableau suivant indique les principaux marqueurs de relation regroupés selon leur sens.

ADDITION

aussi, d’ailleurs, de plus, également, en plus, et, par ailleurs, etc.

AFFIRMATION

absolument, assurément, bien sûr, certes, évidemment, sans doute, vraiment, etc.

CAUSE

car, de ce fait, en effet, puisque, parce que, étant donné que, vu que, etc.

CONSÉQUENCE

à tel point que, ainsi, alors, de sorte que, donc, en conséquence, par conséquent, si bien que, tellement que, etc.

LIEU

autour, dedans, là-haut, loin, où, près, côte à côte, dehors, en bas, là, alentour, etc.

OPPOSITION

au contraire, cependant, en revanche, lorsque, mais, par contre, quand, si, toutefois, etc.

TEMPS

alors, après, aujourd’hui, autrefois, bientôt, comme, demain, ensuite, parfois, alors que, au moment où, après que, en même temps que, lorsque, quand, tandis que, une fois que, etc.

N’hésitez pas à consulter une grammaire afin d’avoir une liste complète des organisateurs textuels et des marqueurs de relation.

16. a) Dans le texte Téléphone libre, trouvez deux marques typographiques que l’auteure a utilisées au paragraphe 2.

b) Qu’est-ce qu’un alinéa?

c) Le texte Téléphone libre en comporte-t-il?

12

FRA-5201-2  SA1 Le téléphone cellulaire : un appareil qui fait parler !

© Éditions Grand Duc

PRINCIPAUX MARQUEURS DE RELATION

Merci de ne pas photocopier

SENS


Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

17.

Au paragraphe 7, surlignez cinq marques linguistiques. Ensuite, écrivez le sens de ces marques. 1re marque :

  Sens :

2e marque :

  Sens :

3e marque :

  Sens :

4e marque :

  Sens :

5e marque :

  Sens :

18. Dans ce même texte, vers la fin de son argumentation, l’auteure revendique un droit dont elle se sent privée à cause de l’intolérance. a) Quel est ce droit ?

b) Dans quel paragraphe est-il exprimé ? c) Quel organisateur textuel introduit ce paragraphe ?

d) Remplacez cet organisateur par un autre ayant le même sens.

Saviez-vous QUE ? Tous les moyens sont bons pour décourager l’utilisation du cellulaire au restaurant. Voici des messages affichés à l’entrée de restaurants :

« Nous vous donnons 10 % de rabais sur votre facture si vous nous laissez votre téléphone en garde à vue. »

« 3,00 $ seront ajoutés à votre facture si vous parlez au téléphone pendant que vous donnez votre commande. »

« Non, nous n’avons pas de Wi-fi. Parlez-vous. »

Mario J. Ramos, « 10 méthodes pour décourager l’utilisation du cellulaire au restaurant », Z télé, [En ligne], 24 septembre 2013.

FRA-5201-2  SA1 Le téléphone cellulaire : un appareil qui fait parler !

13


Savoir LA SÉQUENCE ARGUMENTATIVE

Voici un tableau qui illustre les différents éléments. THÈSE

CONTRE-THÈSE

La position ou l’opinion de l’émetteur sur un sujet.

La position ou l’opinion inverse.

Exemple : Mieux vaut garder ses opinions pour soi sur certains sujets.

Exemple : On est libre d’exprimer ses opinions, même sur des sujets délicats.

ARGUMENT

CONTRE-ARGUMENT

Une preuve ou un raisonnement pour appuyer la thèse.

Une preuve ou un raisonnement pour appuyer la contre-thèse.

Exemple : On peut blesser des gens ou provoquer des disputes.

Exemple : Dans un échange d’opinions, on peut tout dire, mais tout dépend de la manière.

Les arguments et les contre-arguments doivent être basés sur les expériences personnelles, les faits vérifiables (notamment grâce aux citations de spécialistes) et les valeurs. De plus, ils peuvent être insérés au moyen de discours rapportés dont les sources sont toujours citées avec précisions.

19. Complétez le tableau suivant en énonçant une opinion contraire à celle de la première colonne et un argument pour la défendre. THÈSE

CONTRE-THÈSE

Le cellulaire est une technologie envahissante qui nuit à la vie en société.

ARGUMENT Observer les gens autour de vous dans les endroits publics. Ils ne se parlent pas et n’ont pas de véritable contact humain ; ils sont trop occupés avec leur téléphone.

14

FRA-5201-2  SA1 Le téléphone cellulaire : un appareil qui fait parler !

CONTRE-ARGUMENT

Merci de ne pas photocopier

La structure de la séquence argumentative peut présenter un raisonnement qui commence par la thèse suivie des arguments OU par les arguments suivis de la thèse. L’émetteur qui opte pour cette dernière structure omet volontairement d’énoncer sa thèse dans l’introduction. Il développe alors une argumentation qui se terminera, en conclusion, par l’énoncé de sa thèse.

© Éditions Grand Duc

Dans une séquence argumentative, l’énonciateur exprime son point de vue sur un sujet et défend sa thèse à l’aide d’arguments variés dans l’intention d’influencer, de convaincre ou de persuader le récepteur.


Savoir LES PROCÉDÉS ARGUMENTATIFS

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

Les procédés argumentatifs sont indissociables d’une séquence argumentative bien construite, et ce, peu importe la stratégie utilisée. On distingue trois grandes catégories de procédés argumentatifs : les arguments, les moyens langagiers et les éléments visuels ou graphiques. TYPE D’ARGUMENT

ARGUMENTS UTILISATION

EXEMPLE

Donner de la crédibilité au propos en faisant appel à une personne experte ou une instance officielle.

Selon le ministre de la Sécurité publique, la dangereuse pratique des graffitis sur les structures des ponts la nuit est surveillée de près.

Appuyer ses dires de données tangibles, vérifiables et observables.

Une étude du CEFRIO démontre que le téléphone intelligent demeure l’appareil mobile numéro 1 des adultes de 18 à 24 ans.

Susciter l’émotion du destinataire afin de l’amener à adhérer à la thèse.

Lorsque vous fumez, vous inquiétez vos proches qui tiennent à vous.

Rappeler au destinataire ce qui est important et qui doit être mis de l’avant.

Protégeons nos enfants, ne laissons pas les jeunes ruiner leur santé au profit des multinationales du tabac qui engrangent de mirobolants profits.

APPEL AU CHANGEMENT

Amener le destinataire à adhérer à l’idée qu’une modification à la situation dénoncée est nécessaire.

Cessons de polluer notre planète comme s’il en existait une de rechange. Développons plutôt des comportements responsables.

APPEL À DES PRINCIPES LOGIQUES

Démontrer le caractère raisonnable de l’argumentation afin d’amener le destinataire à comprendre la logique qui a mené à une idée, un choix, une action.

Ce n’est pas parce que l’on met les ordures au bord du chemin et que le camion les ramasse qu’elles disparaissent ; il n’y a pas de magie.

RÉFÉRENCE À UNE AUTORITÉ

RÉFÉRENCE À DES FAITS (ÉVÉNEMENTS ET STATISTIQUES) APPEL AUX SENTIMENTS APPEL AUX VALEURS (JUSTICE, RESPECT, ÉDUCATION, DISCIPLINE…)

(Suite à la page suivante)

FRA-5201-2  SA1 Le téléphone cellulaire : un appareil qui fait parler !

15


Savoir (suite)

CITATION DE TÉMOIGNAGES

MOYEN

ƒƒVous ne pouviez pas dire que vous ne le saviez pas ; nul n’est censé ignorer la loi.

Démontrer l’impact réel d’une situation ou d’un problème dans la vie d’un individu.

Un citoyen déplore la situation : « J’ai peine à croire qu’une partie du contenu de mon bac de récupération prend le chemin du dépotoir. »

ƒƒLe ministre des Finances devrait être prudent dans ses prévisions et se rappeler ceci : « Il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tuée. »

MOYENS LANGAGIERS UTILISATION

EXEMPLE

PHRASE IMPÉRATIVE

Impliquer le destinataire dans le propos.

Réfléchissez un instant à toutes les conséquences.

INTERPELLATION

Amener le destinataire à se sentir concerné afin qu’il réfléchisse davantage ou qu’il adhère aux propos.

Vous en avez certainement déjà entendu parler, n’est-ce pas ?

VOCABULAIRE CONNOTÉ

Affirmer son opinion en utilisant un vocabulaire fort et engagé.

La cigarette est un poison, une fabrique de maladies mortelles.

ÉLÉMENT

16

Démontrer la pertinence d’un propos en utilisant des éléments issus du savoir collectif.

ÉLÉMENTS VISUELS OU GRAPHIQUES UTILISATION

EXEMPLES

TITRES

Capter l’attention du destinataire, organiser le propos, ajouter de l’information parfois sous-entendue.

Titre, surtitre, sous-titre, intertitre, légende, etc.

ILLUSTRATIONS, PHOTOS, ENCADRÉS

Influencer le destinataire par des informations qui s’ajoutent au propos.

Dessin, logo, tableau, graphique, etc.

POLICES DE CARACTÈRES

Attirer l’attention du destina­ taire sur des éléments précis en modifiant la typographie.

Gras, italique, soulignement, MAJUSCULES, différentes tailles, espacements, couleurs, etc.

Amener le destinataire à se souvenir d’une phrase clé en lien avec le propos.

ƒƒLutte contre le tabac : « Moi, j’arrête ! »

SLOGAN

FRA-5201-2  SA1 Le téléphone cellulaire : un appareil qui fait parler !

ƒƒRecyclage : « Moi, je récupère ! »

© Éditions Grand Duc

CITATION D’ÉNONCÉS GÉNÉRAUX (SENS COMMUN, PROVERBES ET DICTONS)

EXEMPLES

Merci de ne pas photocopier

TYPE D’ARGUMENT

ARGUMENTS UTILISATION


Savoir LA STRUCTURE DE LA SÉQUENCE ARGUMENTATIVE

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

INTRODUCTION

Sujet amené

Sujet posé

Sujet divisé (facultatif)

Présente le sujet à l’aide d’une idée générale qui introduit la question et situe le sujet dans son contexte.

Annonce le sujet et présente la ou les thèses.

Présente les aspects du développement dans l’ordre.

DÉVELOPPEMENT Permet de structurer un raisonnement pour tenter d’imposer au destinataire une façon de voir et pour obtenir son adhésion en utilisant majoritairement une de ces deux stratégies.

Stratégie argumentative basée sur l’explication : ƒƒl’émetteur adopte un point de vue relativement distancié qui a l’apparence de l’objectivité ;

Stratégie argumentative basée sur la réfutation : ƒƒl’émetteur rejette, refuse ou nie la contre-thèse pour mieux défendre la sienne selon l’une de ces deux structures : réfutation des arguments adverses

ƒƒil justifie sa thèse à l’aide de certains procédés explicatifs qui sont illustrés à la page 18.

présentation des arguments en faveur de sa thèse OU

exposition de sa thèse ainsi que des arguments qui l’étayent

contre-thèse réfutation des arguments adverses

ƒƒil réfute les arguments adverses par les procédés de réfutation qui sont illustrés à la page 19.

CONCLUSION Présente l’aboutissement du raisonnement.

Synthèse

Ouverture (facultative)

ƒƒRappel du sujet traité, des aspects

ƒƒFormulation d’un souhait, d’un conseil

ƒƒReformulation de la thèse

ƒƒOuverture sur un nouveau questionnement, une autre perspective

ƒƒConstatation de l’irrecevabilité de la thèse réfutée et de l’intérêt de la thèse défendue

ƒƒNuance des propos

(Suite à la page suivante) FRA-5201-2  SA1 Le téléphone cellulaire : un appareil qui fait parler !

17


Savoir (suite) EXPLICATION ARGUMENTATIVE UTILISATION

DÉFINITION

Exprimer ou préciser le sens d’un mot pour renforcer la crédibilité.

Voir la bulle de texte 1 .

Voir la bulle de texte 2 .

REFORMULATION

Reprendre une explication sous une forme différente pour en assurer la compréhension.

EXEMPLE

Concrétiser ou préciser le propos.

Voir la bulle de texte 3 . Voir la bulle de texte 4 .

COMPARAISON

Établir des liens entre deux réalités afin de créer une association facilitant la compréhension.

PROCÉDÉS GRAPHIQUES, ILLUSTRATION VISUELLE

Illustrer un concept en utilisant un schéma, une image, un dessin, un graphique, etc.

3 La communication

est l’action d’établir

une relation avec autrui,

de transmettre un message à quelqu’un.

1

2 Autrement dit, les jeunes entrent en

relation à l’aide de leur téléphone cellulaire.

Le cellulaire pourrait

être autorisé à des fins

4

Le cellulaire, c’est comme

pédagogiques, par exemple

« un filet de sécurité

orale afin de l’améliorer.

les jeunes.

pour filmer une présentation

sociale » pour

(Suite à la page suivante)

18

FRA-5201-2  SA1 Le téléphone cellulaire : un appareil qui fait parler !

© Éditions Grand Duc

EXEMPLE

Merci de ne pas photocopier

PROCÉDÉ EXPLICATIF


Savoir (suite) RÉFUTATION

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

L’auteur s’oppose à une thèse et il utilise des procédés de réfutation pour construire son argumentation. PROCÉDÉ DE RÉFUTATION

UTILISATION

EXEMPLE

Diminuer la valeur et la pertinence de l’opinion adverse.

Votre position visant à interdire le cellulaire à l’école est révolue puisque bien des élèves l’apportent déjà en classe.

Prouver que la thèse comporte des failles et qu’elle ne s’applique pas à toutes les situations.

Que direz-vous à l’élève qui s’en sert pour faire ses travaux en classe ?

Relever des incohérences ou des faiblesses dans la thèse adverse.

Suivant votre logique, les jeunes à qui l’on reproche déjà un manque de communication devraient couper le contact quand ils sont à l’école.

RECOURIR À L’EMPHASE OU AU RENFORCEMENT

Mettre l’accent sur des éléments jugés ridicules ou peu importants afin d’ébranler la solidité de la thèse adverse.

Selon votre raisonnement, un jeune n’a plus qu’à être réduit au silence et à se refermer sur lui-même.

RETOURNER UN ARGUMENT CONTRE LA PERSONNE QUI S’EN EST SERVIE

Affaiblir l’argument auquel on s’oppose en mettant en doute la crédibilité, l’honnêteté ou les intentions de la personne qui l’utilise.

Ce commentaire de votre part témoigne de votre manque d’expérience.

ÉLABORER DES HYPOTHÈSES

Élaborer des scénarios hypothétiques qui seront rejetés par la suite afin d’amener le lecteur à réaliser que la thèse présentée est inappropriée.

Et si on vous enlevait le droit de vous exprimer ? Vous réaliseriez alors que la liberté d’expression est primordiale.

Admettre qu’une partie de l’information présentée par la thèse adverse est juste pour pouvoir en tirer avantage par la suite.

Certes, un contrôle en classe demeure nécessaire. Toutefois, n’êtes-vous pas en train de réduire le rôle d’enseignant à celui de surveillant ?

DÉCLARER LA THÈSE ADVERSE DÉPASSÉE OPPOSER UNE EXCEPTION À LA THÈSE ADVERSE

RELEVER DES CONTRADICTIONS

FAIRE UNE CONCESSION

FRA-5201-2  SA1 Le téléphone cellulaire : un appareil qui fait parler !

19


20. La stratégie argumentative de l’auteure du texte des pages 4 et 5 repose principalement sur

21. Citez un extrait du texte qui illustre chacun des procédés argumentatifs suivants. a) Un argument qui s’appuie sur un fait.

© Éditions Grand Duc

la réfutation. Dans le premier paragraphe, relevez une idée réfutée par l’auteure.

c) Un argument qui fait appel à la logique.

d) Un élément visuel ou graphique.

22. Dans le paragraphe 5, quel procédé argumentatif l’auteure utilise-t-elle pour appuyer son propos lorsqu’elle affirme que les « débordements » liés au cellulaire « vont dans les deux sens » ? Expliquez.

23. Dans ces extraits, quel procédé de réfutation l’auteure utilise-t-elle ? a) « Est-ce que je dérange ? Est-ce que je nuis à quelqu’un ? Suis-je en train de violer une règle de savoir-vivre ? Y a-t-il une interdiction ? » (paragr. 2)

b) « D’accord, il y a des gens qui exagèrent, qui parlent fort, qui ignorent le mode “vibration” ou le mode “avion”, bref, qui manquent de jugement. » (paragr. 4)

20

FRA-5201-2  SA1 Le téléphone cellulaire : un appareil qui fait parler !

Merci de ne pas photocopier

b) Un moyen langagier.


LISEZ CE TEXTE D’OPINION

utilisant l’explication argumentative.

Vous constaterez que la fonction téléphonique du cellulaire est souvent remplacée par celle du message texte. Pour vous aider à bien comprendre ce texte, appliquez les stratégies suivantes.

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

Stratégie

AVANT la lecture 

Pour en savoir plus, consultez la section Coffret à la page 170.

Identifiez les éléments de la communication et le genre de texte. Émetteur :

Référent : Genre de texte :

PENDANT la lecture Observez comment le texte est annoté pour dégager la structure de l’argumentation afin de pouvoir annoter les prochains textes par vous-même.

Récepteur : Message : Langage :

APRÈS la lecture Prenez position sur les idées émises dans le texte.

Pas de relâche pour les textos N o t e s  :

On appelle ça la semaine de relâche. On pourrait aussi appeler ça le festival des textos. Les relâchés vont s’en échanger plein dans les prochains jours. 1

Qu’est-ce K tu fais ? Full rien. Toi ? Full rien au carré. On va-tu faire rien au centre d’achat ? J’sais full pas…

2

Dans un passé pas si lointain, le téléphone était une invention qui permettait aux gens de se parler. Aujourd’hui, le téléphone est une invention qui permet aux gens de ne pas se parler. Ils s’écrivent. Quoique… Je ne sais pas si on peut toujours appeler ça de l’écriture. C’est souvent plus un code. MDR Lol ! Presque du morse.

3

Pourquoi, en 2013, préfère-t-on se texter plutôt que se parler ? C’est une question de contrôle.

INTRODUCTION Sujet amené Sujet posé : annonce de la thèse

FRA-5201-2  SA1 Le téléphone cellulaire : un appareil qui fait parler !

21


L’appel téléphonique est beaucoup plus dérangeant. Plus criard. Tellement 20e siècle. Il s’impose. D’abord, il y a la sonnerie qui survient à tout moment. Si vous voulez savoir sa raison, vous devez interrompre ce que vous êtes en train de faire et répondre. Ça occupe du coup votre main, votre bouche et votre pensée.

5

Le texto n’interrompt rien, il se glisse silencieusement dans votre quotidien. Vous êtes au restaurant avec une conquête, un texto s’affiche sur votre cellulaire, vous n’avez qu’à baisser les yeux pour en prendre connaissance.

6

La personne en face de vous ne s’en rendra même pas compte. Vous pouvez mener deux conversations en même temps. Une dans le réel, l’autre dans le virtuel. Votre bouche disant une chose et vos doigts en écrivant une autre.

7

« Quelle magnifique soirée », susurrez-vous à l’oreille de votre partenaire. « Je m’emmerde à fond », clavardez-vous à votre ami. L’humain du 21e siècle est multirelationnel. [...]

8

Le texto est la clef de l’univers parallèle. Combien de gens cette semaine vont être en train de faire du ski tout en textant avec leur ami qui est au cinéma, qui, lui, texte aussi avec son ami sur une plage de Floride, qui texte avec l’ami au café du coin ?

9

On ne veut pas seulement vivre son moment présent, on veut vivre tous les moments présents de tout le monde en même temps. Le texto nous relie à tout ce qu’on est en train de manquer, tout en nous faisant manquer ce qu’on est en train de faire.

10 Regardez

DEUXIÈME ARGUMENT : fait vérifiable

autour de vous. Les gens vivent la tête penchée. Ils cherchent un moment perdu au bout de leurs doigts. Autant on veut savoir ce que les autres font, autant on veut que les autres sachent ce qu’on est en train de faire. Ce n’est plus assez de partager une activité avec les gens présents. Pour avoir le sentiment que cette activité est réussie, il faut la partager avec tous les gens absents.

11 On

veut sentir qu’ils aimeraient être à notre place. Alors là, notre place prend toute sa valeur. Avant, on avait les deux pieds dans le sable en se foutant du monde entier. Maintenant, on envoie une photo de soi, les deux pieds dans le sable, pour que le monde entier ne se foute pas de nous. Pour que le monde entier soit jaloux. Notre bonheur nous semble plus grand. Si les autres nous envient notre vie, c’est qu’elle doit être belle. Tous les humains sont devenus des comédiens, ils ont besoin des applaudissements.

22

FRA-5201-2  SA1 Le téléphone cellulaire : un appareil qui fait parler !

© Éditions Grand Duc

PREMIER ARGUMENT : expérience personnelle et collective

4

Merci de ne pas photocopier

N o t e s  :


12 L’ultime

QUATRIÈME ARGUMENT : expérience personnelle

N o t e s  :

13 Quoique...

Le texto crée une redoutable dépendance. Pour une bonne et simple raison : le livre sera toujours meilleur que le film. Le film, c’est ce qu’on vit. Le livre, c’est ce que les autres nous racontent qu’ils sont en train de vivre.

14 Qu’est-ce K tu fais ?

Chus au party chez Sarah. Boring. Viens au party chez Laurent, on capote solide ! 15 Vous dites à Sarah que vous devez rentrer étudier,

CONCLUSION Synthèse : rappel des arguments Formulation de la thèse Ouverture

vous vous précipitez au party de Laurent. Boring. C’est la magie de l’écriture : connecter immédiatement avec notre cerveau, qui est le plus doué des réalisateurs. Tout ce qu’on lit devient dans notre tête une superproduction que la réalité a bien du mal à accoter. 16 Si votre copain avait vanté le party chez Laurent au

bon vieux téléphone, vous auriez détecté dans sa voix s’il vous faisait marcher ou non. Quand quelque chose est écrit, ça a toujours l’air vrai. Car la voix qui lit silencieusement ce qui est écrit, c’est la nôtre. Et on se croit toujours. 17 [Cet écrit] n’est pas une charge contre le message

texte, au contraire. C’est une merveilleuse façon d’aller vers les autres. Mais comme toutes les inventions humaines, il faut savoir s’en servir. La roue, c’est pratique. Ce l’est moins quand c’est celle d’un autobus qui nous passe dessus. 18 Bonne relâche ! N’oubliez pas de relâcher du pouce,

de temps en temps. La vie est belle aussi, la tête relevée. Stéphane Laporte, « Pas de relâche pour les textos », La Presse, [En ligne], 4 mars 2013.

Consultez votre enseignant ou enseignante pour valider vos stratégies.

Saviez-vous QUE ? Stéphane Laporte est né le 20 mars 1961. Au cours de sa carrière, il évolue dans différents domaines de la communication. Il est auteur, chroniqueur, blogueur, concepteur, réalisateur et producteur. Il s’est fait connaître en tant que directeur artistique de l’humoriste André-Philippe Gagnon. Il a ensuite développé les concepts des émissions de télévision lnfoman ainsi que La fin du monde est à sept heures, et a signé quatre Bye bye en plus d’adapter les concepts de Star Académie, du Banquier et de La Voix pour le Québec.

©Alain Roberge/La Presse

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

TROISIÈME ARGUMENT : expérience personnelle

avantage du texto sur l’appel téléphonique, c’est que le contact n’est pas direct. On répond au texto quand bon nous semble. Au téléphone, notre interlocuteur peut nous faire dire ce qu’on ne veut pas dire, il peut nous retenir plus longtemps qu’on ne voudrait. Dans l’échange texto, on n’écrit que ce qu’on veut bien écrire, au moment où on veut l’écrire. C’est un plaisir solitaire à deux. On garde toujours le contrôle.

FRA-5201-2  SA1 Le téléphone cellulaire : un appareil qui fait parler !

23


Comprendre

25. Dans son argumentation, l’auteur compare souvent le passé au présent. Énoncez trois changements attribuables à l’arrivée des textos. ƒƒ

© Éditions Grand Duc

24. Quelle est l’opinion de l’auteur sur les messages textes ?

ƒƒ

26. Dans vos mots, quels sont les arguments de Stéphane Laporte, auteur du texte Pas de relâche pour les textos ?

ARGUMENT 1

ARGUMENT 2

ARGUMENT 3

ARGUMENT 4

24

FRA-5201-2  SA1 Le téléphone cellulaire : un appareil qui fait parler !

Merci de ne pas photocopier

ƒƒ


Interpréter 27. L’intention de Stéphane Laporte est-elle de o démontrer, de o convaincre ou de o persuader

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

les lecteurs et lectrices ? Précisez votre réponse et appuyez-la sur des éléments du texte.

Savoir LES MARQUES ÉNONCIATIVES L’énonciateur (l’émetteur) produit un énoncé (un message) destiné à un récepteur dans une situation de communication. Dans ce message, il manifeste sa présence ou sa distance avec le récepteur.

1. Les marques identifiant l’émetteur Pronoms de la première personne (je, me, moi, nous), déterminants possessifs (mon, ma, mes, notre), noms communs ou noms propres. Certaines affirmations ou réflexions ainsi que l’emploi d’adverbes ou d’adjectifs sous-entendent la présence de l’émetteur. Exemple : Je rejette ses affirmations. Elles sont malheureusement erronées.

2. Les marques identifiant le récepteur Pronoms de la deuxième personne (tu, te, toi, vous), déterminants possessifs (ton, ta, tes, votre), noms communs, phrases impératives (2e personne), phrases interrogatives. Exemple : Vérifiez par vous-mêmes.

3. Les marques qui masquent la présence de l’émetteur ou du récepteur Pronom impersonnel il ou pronom on. Exemple : Il faut que la lumière soit faite. On peut penser le contraire.

4. Les marques indiquant le lieu et le temps Adverbes de lieu (ici, là-bas), indications de temps (date, heure, moment de la journée, de l’année). Exemple : Bientôt, je serai là-bas.

28. Dans le texte Pas de relâche pour les textos, est-ce que l’émetteur manifeste davantage sa présence ou sa distance avec le récepteur ? Expliquez votre réponse à l’aide d’extraits du texte.

FRA-5201-2  SA1 Le téléphone cellulaire : un appareil qui fait parler !

25


29. Dans l’extrait suivant, soulignez les marques énonciatives. Ensuite, indiquez au-dessus le numéro de la marque dont il s’agit.

1. Marque identifiant l’émetteur

3. Marque masquant l’émetteur ou le récepteur

2. Marque identifiant le récepteur

4. Marque indiquant le lieu ou le temps

sa raison, vous devez interrompre ce que vous êtes en train de faire et répondre. Ça occupe du coup votre main, votre bouche et votre pensée. »

30. Dans le texte Téléphone libre, l’auteure parle de l’intrusion du cellulaire dans nos vies. Dans le texte

Pas de relâche pour les textos, l’auteur affirme que le cellulaire est dérangeant et qu’il s’impose dans notre quotidien. Comment ces arguments peuvent-ils influencer la façon d’utiliser cet appareil ?

Savoir LE POINT DE VUE ET LES MARQUES DE MODALITÉ Rappelons tout d’abord que le point de vue de l’énonciateur peut être :

objectif ƒƒPoint de vue, vocabulaire et ton neutres ƒƒPrésentation des faits sans prendre parti

subjectif ƒƒPoint de vue favorable, défavorable ou nuancé ƒƒTon élogieux, critique, etc. (p. 30)

ƒƒPas de marque de sa présence et pas d’interpellation du récepteur

ƒƒPrise de position de l’émetteur

ƒƒUtilisation de la 3 personne

ƒƒUtilisation de la 1re et de la 2e personne

ƒƒUtilisation de marques de modalité pour se distancier de ses propos

ƒƒUtilisation d’un vocabulaire expressif et de marques de modalité pour manifester sa présence dans ses propos

e

Le point de vue est l’attitude de l’énonciateur à l’égard de son propos (engagement ou distanciation) ou de son destinataire (arrogance, autorité, respect, familiarité, complicité, etc.). (Suite à la page suivante)

26

FRA-5201-2  SA1 Le téléphone cellulaire : un appareil qui fait parler !

Merci de ne pas photocopier

Il s’impose. D’abord, il y a la sonnerie qui survient à tout moment. Si vous voulez savoir

© Éditions Grand Duc

« L’appel téléphonique est beaucoup plus dérangeant. Plus criard. Tellement 20e siècle.


Savoir (suite) 1. Voici les marques de modalité qui révèlent l’attitude de l’énonciateur à l’égard de son propos.

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

MARQUES DE MODALITÉ SUR LE PROPOS

EXEMPLES

UTILISATIONS

VOCABULAIRE CONNOTÉ, MÉLIORATIF OU PÉJORATIF

Révéler l’engagement.

AUXILIAIRES DE MODALITÉ EXPRIMANT L’OBLIGATION, LA NÉCESSITÉ, LA POSSIBILITÉ OU L’INCERTITUDE

Révéler l’engagement.

VERBES DE CONNAISSANCE, D’OPINION, DE PAROLE OU DE SENTIMENTS

Révéler l’engagement.

ADVERBES ET ADJECTIFS EXPRIMANT LE DOUTE, LA CERTITUDE, L’APPRÉCIATION OU LA PROBABILITÉ

Révéler l’engagement.

Heureusement (appréciation), c’est un fait évident. (Certitude)

Révéler la distanciation en s’exprimant de manière indirecte ou en énonçant une probabilité ou un ordre de manière atténuée.

Il serait préférable de partir maintenant (au lieu de « Partez, maintenant »).

Révéler l’engagement.

Cette fois-ci, à mon avis, ce sera la bonne. (Groupe incident)

MODES ET TEMPS VERBAUX POUR ATTÉNUER LE PROPOS

GROUPES INCIDENTS, PHRASES INCIDENTES OU EMPHATIQUES

Il est véritablement le meilleur en son genre. (Mélioratif) Cet homme est un profiteur. (Péjoratif) Il faut agir. (Obligation) Tu devras te conformer au règlement. (Nécessité) On peut changer les lois. (Possibilité) Il semble s’améliorer. (Incertitude)

On suppose qu’ils ont raison. (Connaissance) Certains croient qu’ils ont tort. (Opinion) Il faut avouer qu’il est convaincant. (Parole) On se réjouit à l’avance du résultat. (Sentiment)

Je crois avoir raison. (Phrase incidente) Ce qui m’importe, c’est le respect. (Phrase emphatique)

INTERJECTIONS

Révéler l’engagement.

C’est magnifique. Bravo !

PONCTUATION EXPRESSIVE

Révéler l’engagement.

Je n’en suis plus certaine, attendez… Enfin, j’ai trouvé ! (Suite à la page suivante) FRA-5201-2  SA1 Le téléphone cellulaire : un appareil qui fait parler !

27


Savoir (suite)

PHRASES IMPERSONNELLES

Révéler l’engagement.

Cela fait déjà cent fois que je le dis. (Hyperbole) Il nous a quittés (euphémisme pour atténuer « il est mort »). Il n’est pas laid (litote pour atténuer ou sousentendre « il est beau »). Certains l’aiment, d’autres le détestent. (Antithèse)

Marquer la distanciation.

Il s’est dit beaucoup d’informations importantes à cette conférence (au lieu de « beaucoup d’informations importantes ont été dites à cette conférence »).

2. Voici les marques de modalité qui révèlent l’attitude de l’énonciateur à l’égard du destinataire. MARQUES DE MODALITÉ SUR L’ATTITUDE VOCABULAIRE CONNOTÉ

TUTOIEMENT ET VOUVOIEMENT

EXEMPLES

Révéler l’arrogance ou l’autorité.

Est-ce que mon p’tit monsieur serait fâché ?

ƒƒRévéler le respect, la politesse ou la familiarité.

ƒƒMerci à toi. (Familiarité) ƒƒJe vous remercie sincèrement pour votre accueil, madame. (Politesse)

ƒƒRévéler la présence marquée du destinataire. ƒƒRévéler la distanciation.

ƒƒOn dit que les absents ont tort.

ƒƒRévéler l’adhésion.

ƒƒNous pensons le contraire.

PHRASES INTERROGATIVES S’ADRESSANT DIRECTEMENT OU NON AU DESTINATAIRE

ƒƒRévéler la distanciation.

ƒƒComment une si grave erreur est‑elle possible ?

PHRASES IMPÉRATIVES

Révéler l’autorité.

Pensez-y dès maintenant.

CHOIX D’UNE VARIÉTÉ DE LANGUE PARTICULIÈRE

ƒƒRévéler la complicité.

ƒƒJ’suis trop content de t’voir !

ƒƒRévéler la distanciation.

ƒƒIl y a de ces paradoxes rarissimes.

PRONOMS ON ET NOUS

28

UTILISATIONS

ƒƒRévéler la complicité avec le destinataire.

FRA-5201-2  SA1 Le téléphone cellulaire : un appareil qui fait parler !

ƒƒSaviez-vous que cela était possible ?

© Éditions Grand Duc

FIGURES DE STYLE POUR AMPLIFIER (HYPERBOLE) OU POUR ATTÉNUER (EUPHÉMISME, LITOTE) OU POUR MARQUER UN CONTRASTE (ANTITHÈSE)

EXEMPLES

UTILISATIONS

Merci de ne pas photocopier

MARQUES DE MODALITÉ SUR LE PROPOS


31. L’auteure du texte Téléphone libre est-elle objective ou subjective ? Justifiez votre réponse en faisant

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

référence au texte.

32. Trouvez une marque de modalité employée dans chacun des énoncés suivants et l’attitude de l’énonciateur révélée. Il est à noter qu’un même énoncé peut comprendre plus d’une marque de modalité. a) Quel savoir-vivre ! (Téléphone libre, page 5, paragr. 6)

b) Laissons-leur les boutons et faisons notre travail d’adultes en encadrant cet usage dès que nous leur mettons le joujou dans les mains… (Téléphone libre, page 5, paragr. 7)

c) Pourquoi, en 2013, préfère-t-on se texter plutôt que se parler ? (Pas de relâche pour les textos, page 21, paragr. 3)

d) C’est souvent plus un code. MDR Lol ! Presque du morse. (Pas de relâche pour les textos, page 21, paragr. 2)

e) Aujourd’hui, le téléphone est une invention qui permet aux gens de ne pas se parler. (Pas de relâche pour les textos, page 21, paragr. 2)

FRA-5201-2  SA1 Le téléphone cellulaire : un appareil qui fait parler !

29


Savoir LE TON ADOPTÉ PAR L’ÉNONCIATEUR

UTILISATION

EXEMPLE

Présenter des faits de façon objective. L’énonciateur appuie son argumentation sur des données de recherche ou des statistiques.

Selon une étude du CEFRIO, le téléphone portable est l’appareil de communication numéro 1 des Québécois de 18 à 24 ans.

Intention de faire rire ou sourire. Le contenu peut être comique ou saugrenu. L’énonciateur utilise des jeux de mots, des néologismes, des figures de style, des expressions imagées.

On estime que 75 % des propriétaires d’un téléphone mobile l’utilisent aux toilettes. C’est ce qu’on appelle mettre la réalité du moment sur le trône !

IRONIQUE

Intention de créer une complicité avec le destinataire. L’énonciateur veut lui fait comprendre, souvent par l’exagération, qu’il pense le contraire de ce qu’il dit.

C’est à croire qu’il ne va pas écouter ma conversation si je gueule dans mon téléphone.

CRITIQUE

Exposer une opinion négative, défavorable. L’énonciateur veut soulever la polémique sur un sujet controversé, susciter ou provoquer le débat.

Je trouve inacceptable qu’un téléphone sonne dans un hôpital.

DRAMATIQUE

Susciter des émotions vives comme la douleur, la terreur, la pitié, la colère. L’énonciateur utilise un vocabulaire fortement connoté pour déclencher l’émotion voulue.

Si le gouvernement ne change pas cette loi, ce sera l’apocalypse.

DIDACTIQUE

Instruire, expliquer les choses en quelque sorte. L’énonciateur recourt fréquemment à l’explication et montre qu’il maîtrise bien son sujet. Il définit ou reformule ses propos pour préciser le sens de certains mots ou de certaines expressions.

Il est possible de faire un usage responsable du téléphone mobile, c’est-à-dire selon les règles et dans le respect d’autrui.

ÉLOGIEUX

Embellir une réalité, rendre une cause honorable ou susciter d’emblée l’opinion favorable et l’adhésion aux propos. L’énonciateur recourt à des expressions et à du vocabulaire connoté à valeur méliorative.

C’est une avancée technologique absolument merveilleuse dont tous peuvent profiter.

NEUTRE

HUMORISTIQUE

L’énonciateur peut employer différents tons dans son texte selon l’effet qu’il veut donner à son propos. En plus des tons présentés ci-dessus, il y a, par exemple : le ton alarmiste, qui dénonce l’inacceptable ; le ton agressif, qui exprime l’indignation ; le ton passionné, qui dénote l’engagement, l’appui à une cause ; le ton provocateur, qui appelle une réaction, et le ton familier, qui cherche à créer une complicité avec le destinataire.

30

FRA-5201-2  SA1 Le téléphone cellulaire : un appareil qui fait parler !

Merci de ne pas photocopier

TON

© Éditions Grand Duc

Le ton indique la manière dont l’énonciateur transmet son message et dépend de son intention de communication. Dans un texte argumentatif, l’énonciateur cherche à convaincre, à sensibiliser, à dénoncer, à inciter à l’action. Voici les tons que peut adopter l’énonciateur.


33. Quels sont les tons employés par Stéphane Laporte dans son article Pas de relâche pour les textos ?

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

Expliquez et donnez des exemples.

34. Déterminez le ton employé dans les extraits suivants, tirés du texte Téléphone libre. a) Quel savoir-vivre ! Bravo !

b) L’autre en attente debout à l’urgence depuis hier qui parle au téléphone au lieu de parler de ses bobos avec les autres « patients » n’est pas plus « isolé » ni « asocial » que celui qui lit des revues de 1995 en silence depuis cinq heures.

35. Le ton adopté par l’énonciateur est souvent lié à sa personnalité. Quel ton adopteriez-vous si vous aviez à vous prononcer en faveur des textos ? Pourquoi ?

Réagir 36. Est-ce le texte Téléphone libre (pages 4 et 5) ou le texte Pas de relâche pour les textos (pages 21

à 23) qui vous a le plus fait réagir ? Justifiez votre réponse en vous référant au texte en question et en faisant des liens avec votre vie personnelle (vos valeurs, vos intérêts, vos habitudes, vos expériences, vos connaissances).

FRA-5201-2  SA1 Le téléphone cellulaire : un appareil qui fait parler !

31


La classe numérique

Savoir 

v

h

e

y

laclasse.grandducenligne.com

LA SUBORDONNÉE COMPLÉTIVE INTERROGATIVE OU EXCLAMATIVE La subordination est le moyen de relier deux phrases en établissant un lien de dépendance entre elles.

Elle est introduite par un marqueur d’interrogation (par exemple, si, quel, pourquoi, comment, ce que, ce qui) ayant un rôle de subordonnant.

Puisque c’est une interrogation indirecte, la phrase se termine par un point.

Merci de ne pas photocopier

Elle complète un verbe exprimant l’interrogation, la connaissance ou l’ignorance (demander, savoir, dire, informer, ignorer, douter).

© Éditions Grand Duc

SUBORDONNÉE COMPLÉTIVE INTERROGATIVE

Exemple : Je me demande si ses arguments tiendront la route.

SUBORDONNÉE COMPLÉTIVE EXCLAMATIVE

Elle complète un verbe exprimant l’opinion ou la perception (imaginer, constater, savoir, voir).

Elle est introduite par un subordonnant exclamatif (par exemple, que, combien, comme).

Elle permet d’exprimer l’intensité.

Exemple : Je constate combien les gens ont changé.

37. Complétez les phrases suivantes en ajoutant une subordonnée complétive interrogative ou exclamative. a) Dites-moi . b) Gabriel, regarde . c) J’ai admiré . d) Selena aimerait savoir . e) Tu t’imagines .

32

FRA-5201-2  SA1 Le téléphone cellulaire : un appareil qui fait parler !


La classe numérique

Savoir 

6

p

m

9

laclasse.grandducenligne.com

La subordonnée complément de phrase exerce la fonction de complément de phrase ; elle peut donc être effacée ou déplacée. En début de phrase, elle est isolée par une virgule ; en milieu de phrase, elle est encadrée par des virgules.

MODE DU VERBE

SUBORDONNANTS

EXPLICATION

VALEUR

EXEMPLE

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

LA SUBORDONNÉE COMPLÉMENT DE PHRASE À VALEUR D’HYPOTHÈSE, DE CONCESSION OU D’OPPOSITION

HYPOTHÈSE

CONCESSION

OPPOSITION

Elle énonce une condition ou une supposition qui, si elle se réalise, aura une conséquence sur le fait.

Elle énonce un fait qui n’entraîne pas l’effet attendu.

Elle énonce un fait qui va à l’encontre d’un autre.

si, à moins que, à supposer que

même si, quand, quand bien même, bien que, encore que, malgré que, moyennant que, quoique

alors que, tandis que, quand, pendant que, si

Indicatif

Subjonctif

Indicatif

Subjonctif

Indicatif

Avec les subordonnants si, quand (bien) même et les subordonnants se terminant par où

Avec les subordonnants se terminant par que

Dans certains cas où l’on souhaite insister sur l’aspect réel de la concession

Généralement

Dans tous les cas

Je t’invite à donner ton point de vue dans la mesure où il est justifié.

Je t’invite à donner ton point de vue en supposant qu’il fasse réfléchir.

Même s’il défend bien ses idées, ses opposants n’y adhèrent pas.

Bien qu’il ait bien défendu ses idées, ses opposants n’y ont pas adhéré.

Si tous sont en faveur d’une loi antitabac, moi, je m’y oppose.

Attention : Il ne faut pas utiliser le conditionnel de l’indicatif avec le subordonnant si. Exemple : ø  Je t’inviterais bien à donner ton point de vue si celui-ci serait était justifié.

FRA-5201-2  SA1 Le téléphone cellulaire : un appareil qui fait parler !

33


Bien que les cellulaires soient admis, ils le sont dans les poches seulement.

b)

Je ne sais pas si on peut toujours appeler ça de l’écriture.

c)

Dans un passé pas si lointain, le téléphone permettait aux gens de se parler alors qu’aujourd’hui, il permet aux gens de ne pas se parler.

d)

On sait combien chaque moment vécu est précieux.

39. Complétez le tableau suivant à l’aide des phrases de l’exercice précédent. a) Dans la deuxième colonne, inscrivez la lettre correspondant à la phrase où se trouve la subordonnée indiquée dans la première colonne. b) Dans la troisième colonne, formulez une nouvelle subordonnée introduite par un subordonnant différent. SUBORDONNÉE

PHRASE

NOUVELLE SUBORDONNÉE

Complétive interrogative

Complétive exclamative

Complément de phrase à valeur de concession

40. Dans les phrases suivantes, soulignez le subordonnant et écrivez au-dessus les lettres H, C ou O

selon qu’il marque l’hypothèse, la concession ou l’opposition. Encerclez le verbe et écrivez au-dessus I ou S selon qu’il est au mode indicatif ou au mode subjonctif.

34

a)

Elle débat calmement de grandes questions tandis que d’autres s’énervent pour rien.

b)

Il a gagné le débat, bien qu’il n’ait pas utilisé des arguments très solides.

c)

En admettant qu’il soit un expert, on pourrait reconnaître la véracité de ses propos.

FRA-5201-2  SA1 Le téléphone cellulaire : un appareil qui fait parler !

Merci de ne pas photocopier

a)

© Éditions Grand Duc

38. Dans les phrases suivantes, soulignez la subordonnée et encadrez le subordonnant.


RETOUR SUR LES CONNAISSANCES

Maintenant que vous avez accompli cette tâche de lecture de cette situation d’apprentissage, vérifiez ce que vous avez retenu des différents savoirs. N’hésitez pas à consulter la liste des savoirs vus, à la page 1 ou dans l’index à la page 177.

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

41. Quelle est l’intention de l’émetteur d’un billet ?

42. Quelle stratégie argumentative l’émetteur choisit-il lorsqu’il expose la contre-thèse pour l’invalider ensuite ?

43. Êtes-vous d’accord avec l’énoncé suivant ? Justifiez votre réponse. Le ton neutre est le plus efficace pour influencer le destinataire.

44. Écrivez une phrase en utilisant un organisateur textuel qui marque l’argumentation et soulignez cet organisateur.

45. Indiquez comment on qualifie les marques graphiques qui permettent de reconnaître et de hiérarchiser les différentes parties du texte et leurs éléments. Puis nommez-les.

FRA-5201-2  SA1 Le téléphone cellulaire : un appareil qui fait parler !

35


46. Soulignez la subordonnée complément de phrase dans la phrase suivante et précisez sa valeur. Tous mes amis possèdent un téléphone intelligent dernier cri alors que je me contente d’un modèle de la première génération.

La thèse est toujours présentée dans l’introduction du texte argumentatif.

48. Quels sont les deux procédés argumentatifs utilisés dans le paragraphe ci-dessous ? Je vous le demande : Que gagnons-nous à risquer nos vies en roulant à des vitesses dangereuses et en brûlant les feux rouges ? Une minute ? Croyez-vous vraiment qu’elle en vaut la peine ? Non, car comme dit le proverbe : « Rien ne sert de courir, il faut partir à point. »

49. Déterminez la marque de modalité employée dans chacun des énoncés ci-dessous et inscrivez la lettre correspondante.

a) Les procédés linguistiques liés à l’amplification b) Le vouvoiement révélant la politesse c) Les groupes incidents ou phrases incidentes Monsieur, je vous prie d’exprimer votre avis sur la question. Je meurs d’envie de lui dire d’aller parler au téléphone à l’autre bout du monde. À mon avis, le prix du forfait de base pour ce téléphone mobile est trop élevé.

50. Quels sont les types d’ouverture qu’on peut utiliser en conclusion dans un texte argumentatif ?

36

FRA-5201-2  SA1 Le téléphone cellulaire : un appareil qui fait parler !

Merci de ne pas photocopier

47. Dites si l’énoncé suivant est vrai ou faux. Justifiez votre réponse.

© Éditions Grand Duc

Valeur de la subordonnée :


CORRIGÉ 1.

Il peut être nuisible, car certaines personnes en deviennent dépendantes. De plus, on peut se servir de cet appareil pour filmer une personne à son insu.

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

2.

8. Toute réponse ayant le même sens est acceptée. Exemples : L’auteure veut dénoncer le fait que les gens sont de plus en plus intolérants à l’égard du cellulaire.

LE RÉFÉRENT

L’auteure veut inciter les gens à utiliser leur cellulaire librement tout en étant respectueux.

Le cellulaire

L’ÉMETTEUR (destinateur) Vous

9. Elle fait référence à son cerveau. Toutes sortes d’idées

LE MESSAGE La demande de garder votre cellulaire avec soi

LE RÉCEPTEUR L’hôte

et de questions sur son comportement tournent dans sa tête, comme un hamster dans sa cage.

10. Plusieurs réponses possibles. Exemples : L’auteure veut faire valoir son opinion sur une expérience personnelle. Elle parle de son malaise à téléphoner ou à texter en public à cause de l’intolérance, des jugements réprobateurs et des critiques.

LE LANGAGE Le français parlé

L’auteure veut faire valoir son opinion sur un sujet d’intérêt général. Elle raconte le triste épisode du métro, parle de nos vies à 100 000 à l’heure qui nous rendent accros au téléphone mobile.

3. Toute réponse ayant le même sens est acceptée. Exemple : L’auteure a écrit ce texte parce qu’elle n’en pouvait plus d’entendre les manifestations d’intolérance et les critiques des gens à l’égard de ceux qui ont intégré le cellulaire à leur mode de vie.

4. a) Il y a trop d’intolérance et de jugements négatifs

envers les utilisateurs de cellulaires. Il faut pouvoir s’en servir librement et sans contraintes, car on en a besoin dans nos vies qui vont trop vite.

b) « Moi, ça me défrise. » (Paragr. 1)

5. Toute réponse ayant le même sens est acceptée. Internet regorge de sites de conseils pour utiliser le téléphone cellulaire, Argument 1 mais ces conseils sont complètement ridicules et insultent l’intelligence. Les gens qui exagèrent et qui manquent Argument 2 de jugement avec leur portable sont minoritaires. Il est correct de dénoncer les conversations téléphoniques au volant ou au cinéma, mais il ne faudrait pas Argument 3 en faire une obsession puisqu’elles sont acceptables dans plusieurs autres situations. Les jeunes utilisent peut-être beaucoup leur cellulaire, mais au moins ils en font Argument 4 un usage qui répond à leurs besoins ; la tâche de les encadrer revient aux adultes.

6.  Sa connaissance du sujet semble : bonne  Son intérêt pour le sujet semble : soutenu  Ses capacités langagières semblent : bonnes

7. L’auteure veut dénoncer ceux qui jugent trop rapidement et critiquent les utilisateurs du téléphone cellulaire.

11.

Paragraphe 6 : L’attente est très longue dans les salles d’urgence. L’auteure parle de « L’autre en attente debout à l’urgence depuis hier… », elle écrit le mot « patients » entre guillemets et parle de « celui qui lit des revues de 1995 en silence depuis cinq heures ». Paragraphe 7 : Les adultes donnent un téléphone à leurs enfants, mais ils ne les encadrent pas suffisamment. L’auteure dit : « notre travail d’adultes » et « nous leur mettons le joujou dans les mains ».

12. L’adulte doit émettre son opinion et la justifier à l’aide d’éléments du texte et de sa vie personnelle.

Exemple : Je suis d’accord avec l’auteure. Pourquoi devrions-nous accepter que tant de gens jugent l’utilisation que nous faisons de notre téléphone cellulaire ? Cela ne les regarde pas. Je n’habite pas dans la même ville que ma famille, et le cellulaire est l’outil idéal pour rester en contact avec elle, que ce soit grâce aux appels ou aux textos. De plus, il se peut que mon patron et moi nous textions lorsqu’il y a une urgence, par exemple lorsqu’il cherche une remplaçante au travail. Il est plus simple pour nous de communiquer ainsi. Il faut avoir de l’ouverture d’esprit et cesser les jugements trop faciles. Le Québec ne devrait-il pas être une communauté ouverte et tolérante ?

13. L’adulte doit nommer un sentiment et justifier sa réponse à l’aide d’éléments du texte et de sa vie personnelle.

Exemple : Après la lecture de ce billet, je me sens frustré, car je réalise à quel point tout ce que l’auteure dit est vrai et que cela n’a pas de sens que les gens soient aussi peu tolérants. Il est incroyable de voir les gens juger les autres pour l’utilisation de leur téléphone cellulaire en public. Il y a tellement de choses pires que cela dans la vie. J’ai pour mon dire : « vivre et laisser vivre ». Pour moi, le respect et l’ouverture d’esprit

FRA-5201-2  SA1 Le téléphone cellulaire : un appareil qui fait parler !

37


sont deux valeurs très importantes. Comme l’auteure le dit, il faut arrêter de juger ceux qui nous entourent, car « j’ai droit à mon téléphone. J’ai besoin de mon téléphone » (paragr. 9), et ce, peu importe la raison.

c) Plusieurs réponses possibles. Exemple : « Qu’on dénonce les conversations téléphoniques au volant ou au cinéma, des usages abusifs, dérangeants, d’accord. » d) Plusieurs réponses possibles. Exemple : « NO+MObile+PHOBIE »

14. Plusieurs réponses possibles.

raconte une scène dont elle a été témoin dans le métro : un homme qui manifeste son intolérance envers une femme qui utilise son cellulaire.

23. a) Élaborer des hypothèses.

16. a) Deux réponses parmi les suivantes : Lettres

majuscules, caractères gras et caractères italiques (NO+MObile+PHOBIE, isolement, dépendance, fléau, envahisseur, nomophobie).

b) Dans un texte, ligne dont le premier mot est le plus souvent en retrait et qui marque le début d’un paragraphe.

b) Faire une concession.

24. Les textos sont « une merveilleuse façon d’aller vers les autres », mais il faut s’en servir judicieusement.

25.  Les gens préfèrent dorénavant se texter plutôt que se parler.

 Ils vivent la tête penchée au lieu de regarder autour d’eux.

c) Non.

 De plus, ils veulent tout partager, ils veulent que tout le monde sache ce qu’ils vivent en temps réel.

17. Plusieurs réponses possibles. Exemples : Marque : mais

Sens : opposition, argumentation

Marque : sur un banc Sens : lieu Marque : et

Sens : addition

Marque : si

Sens : opposition

Marque : dès que

Sens : temps

18. a) L’auteure revendique le droit d’utiliser son téléphone mobile où bon lui semble.

c) Dorénavant. d) À l’avenir. THÈSE

CONTRE-THÈSE

Le cellulaire contribue à Le cellulaire est une technologie envahissante la vie sociale et l’enrichit. qui nuit à la vie en société. ARGUMENT Observez les gens autour de vous dans les endroits publics. Ils ne se parlent pas et n’ont pas de véritable contact humain ; ils sont trop occupés avec leur téléphone.

CONTRE-ARGUMENT Dans une discussion, une personne peut accéder à Internet sur son téléphone pour trouver une information utile.

20. Plusieurs réponses possibles. Exemples : Le mobile détruirait les rapports humains. OU L’usage du téléphone en public frise le manque de civisme.

21. a) Donnée chiffrée : « […] il y a plus de quatre milliards de téléphones portables en fonction dans le monde […]. »

b) L’interpellation : « sommes-nous déconnectés […] » OU « Vous en conviendrez […] » Les questions posées sont aussi une forme d’interpellation.

38

L’appel téléphonique est plus Argument 1 dérangeant que les textos qui, eux, n’interrompent rien. Le texto est la clef de l’univers parallèle ; Argument 2 il nous relie à tout ce que nous sommes en train de manquer. Argument 3 Le contact n’est pas direct. Le texto crée une dépendance puisqu’il nous permet d’inventer quelque chose Argument 4 de meilleur, ce que nous n’aurions pas pu faire en parlant au téléphone.

b) Dans le paragraphe 9.

19.

26.

FRA-5201-2  SA1 Le téléphone cellulaire : un appareil qui fait parler !

27. Stéphane Laporte a décidé de démontrer pourquoi

on préfère se texter plutôt que s’appeler. À l’aide de différents arguments, il montre que la majorité des utilisateurs et utilisatrices, principalement les jeunes, trouvent les textos beaucoup plus intéressants, et ce, pour différentes raisons. Pensons au fait qu’ils ne dérangent pas, qu’ils nous relient facilement aux gens avec qui nous ne sommes pas, que le contact n’est pas direct et qu’ils offrent à notre cerveau une perception meilleure que la réalité. La majorité de ces raisons sont appuyées d’exemples concrets, ce qui permet à l’auteur de faire une démonstration claire.

28. Plusieurs réponses possibles. Exemple : Stéphane

Laporte manifeste davantage sa présence avec le récepteur, car il utilise souvent la deuxième personne du pluriel comme dans cet extrait : « Vous êtes au restaurant […] votre cellulaire, vous n’avez qu’à baisser les yeux… » (paragr. 5). Il utilise aussi la première personne : « Notre bonheur nous semble plus grand » (paragr. 11).

© Éditions Grand Duc

15. Voir votre enseignant ou enseignante.

22. Un argument qui s’appuie sur un témoignage. L’auteure

Merci de ne pas photocopier

Exemple : Dans ce court texte, l’auteure donne son opinion sur un sujet d’intérêt général comme le cellulaire et elle fait part d’expériences personnelles. Ce n’est pas un éditorial, car on est loin de l’article de fond, et le traitement du sujet est plutôt léger.


29. « L’appel téléphonique est beaucoup plus dérangeant.

36. L’adulte doit choisir un texte et justifier son choix à

l’aide d’éléments du texte et de sa vie personnelle. Exemple : Le texte qui m’a le plus touché est le premier, Téléphone libre. Il m’a plus touché que les autres, où l’on juge les jeunes et où l’on parle de restaurateurs qui ont dû s’adapter à la nouvelle utilisation du cellulaire. Dans son texte, l’auteure précise qu’il faut cesser de juger les gens qui utilisent leur téléphone cellulaire en public, que ce soit une petite ou une grande utilisation. Le respect est l’une des valeurs les plus importantes pour moi, et nous nous devons de respecter tout le monde, même les gens qui parlent au téléphone ou qui textent en public. Ils ont une raison de le faire : cette utilisation répond à leurs besoins, que ce soit pour leur travail ou pour leur vie personnelle. Par exemple, j’ai une amie dans ma classe qui vient d’Afrique. Elle appelle sa famille très tôt le matin, pendant qu’elle est dans l’autobus. C’est le seul moment où elle peut la joindre. Si les personnes qui jugent inapproprié de parler si tôt au téléphone dans l’autobus connaissaient la réalité de mon amie, elles comprendraient certainement la situation. Je me reconnais donc dans ce que dit l’auteure : cessons de nous cacher lorsque nous devons utiliser notre téléphone cellulaire en public.

4 3 Plus criard. Tellement 20e siècle. Il s’impose. D’abord, 3 2 il y a la sonnerie qui survient à tout moment. Si vous 2 voulez savoir sa raison, vous devez interrompre ce que

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

2 vous êtes en train de faire et répondre. Ça occupe du 2 2 2 coup votre main, votre bouche et votre pensée. »

30. Ces arguments nous incitent à fermer le téléphone si

on ne veut pas être dérangé ou déranger les autres ; ils rappellent qu’on peut laisser le cellulaire sur la table quand il n’est pas nécessaire.

31. L’auteure est subjective. Tout au long du texte,

elle n’hésite pas à faire valoir son opinion et son mécontentement. Elle fait référence à des situations qu’elle a vécues. Elle utilise aussi plusieurs marques de modalisation qui démontrent directement son implication. On peut entre autres penser à l’utilisation des différents types de phrases (interrogative, exclamative, impérative), de l’ironie, des phrases avec des points de suspension, des pronoms et des déterminants de la première personne ainsi que des guillemets emphatiques.

37. Plusieurs réponses possibles. Exemples : a) Dites-moi pourquoi il parle si fort. b) Gabriel, regarde comme il est beau. c) J’ai admiré ce que tu m’as montré.

32. a) Ponctuation expressive / Émetteur engagé

d) Selena aimerait savoir si tu utilises encore ton téléphone cellulaire.

OU Interjection / Émetteur engagé

b) Phrase impérative/ Émetteur autoritaire OU Ponctuation expressive / Émetteur engagé OU Pronom nous /Adhésion avec le destinataire OU Variété de langue / Complicité avec le destinataire

e) Tu t’imagines combien je l’aime.

38. a) Bien que les cellulaires soient admis, ils le sont dans les poches seulement.

c) pronom « on » / distanciation avec le destinataire OU phrases interrogatives / distanciation avec le destinataire

b) Je ne sais pas si on peut toujours appeler ça de l’écriture.

d) choix typographique / Émetteur engagé OU la ponctuation expressive / Émetteur engagé OU variété de langue / complicité avec le destinataire

c) Dans un passé pas si lointain, le téléphone permettait aux gens de se parler alors qu’aujourd’hui, il permet aux gens de ne pas se parler.

e) Figure de style (antithèse) / Émetteur engagé

d) On sait combien chaque moment vécu est précieux.

33. L’auteur emploie un ton didactique. Il explique le sens

de son propos. Exemple : « C’est la magie de l’écriture : connecter immédiatement avec notre cerveau, qui est le plus doué des réalisateurs. Tout ce qu’on lit devient dans notre tête une superproduction que la réalité a bien du mal à accoter. » Il emploie aussi un ton familier et même humoristique lorsqu’il « texte » dans le langage des jeunes. Exemple : « Qu’est-ce K tu fais ? Chus au party chez Sarah. Boring. » Il emploie un ton provocateur lorsqu’il dit : « Je ne sais pas si on peut toujours appeler ça de l’écriture. »

39.

SUBORDONNÉE PHRASE Complétive interrogative Complétive exclamative Complément de phrase à valeur de concession

NOUVELLE SUBORDONNÉE

b)

Exemple : … pourquoi on appelle ça de l’écriture.

d)

Exemple : … comme ces moments peuvent être précieux !

a)

Exemple : … quoiqu’il ait pu dire.

34. a) Le ton ironique. b) Le ton humoristique.

35. Plusieurs réponses possibles. Exemple : Le ton

humoristique. L’humour est convaincant. Le texto peut générer plein de situations drôles ou cocasses.

FRA-5201-2  SA1 Le téléphone cellulaire : un appareil qui fait parler !

39


41. Faire valoir son opinion ou susciter l’adhésion à ses propos de manière humoristique ou sarcastique.

42. La réfutation. 43. Non, puisque le ton neutre est utilisé pour présenter

des faits de façon objective, sans mise en relief par des mots, des expressions et autres procédés. Or, pour influencer le destinataire, le ton doit être plus engagé.

44. Phrase avec, par exemple, au contraire, cependant,

d’ailleurs, en revanche, par ailleurs, par contre, pourtant, à l’opposé, donc, mais, or.

45. Les marques non linguistiques : les paragraphes, les

marques typographiques, les marques d’énumération.

46. Tous mes amis possèdent un téléphone intelligent dernier cri alors que je me contente d’un modèle de la première génération. Valeur : opposition.

40

FRA-5201-2  SA1 Le téléphone cellulaire : un appareil qui fait parler !

47. Faux. La séquence argumentative peut présenter

un raisonnement qui commence par des arguments. Dans ce cas, la thèse est présentée en conclusion.

48.  Les moyens langagiers (interpellation, phrase interrogative).

 Un argument qui s’appuie sur un énoncé général (proverbe). Faire valoir son opinion ou susciter l’adhésion à ses propos de manière humoristique ou sarcastique.

49. Monsieur, je vous prie d’exprimer votre avis sur la question.

b

Je meurs d’envie de lui dire d’aller parler au téléphone à l’autre bout du monde.

a

À mon avis, le prix du forfait de base pour ce téléphone mobile est trop élevé.

c

50.  Formulation d’un souhait, d’un conseil.  Ouverture sur un nouveau questionnement, une autre perspective.  Nuance légère des propos.

© Éditions Grand Duc

I d’autres s’énervent pour rien. S C b) Il a gagné le débat, bien qu’il n’ait pas utilisé des arguments très solides. S H c) En admettant qu’il soit un expert, on pourrait reconnaître la véracité de ses propos.

Merci de ne pas photocopier

O

40. a) Elle débat calmement de grandes questions tandis que


2

DES SUJETS controversés

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

SITUATION d’apprentissage

Durée approximative de la SA

14 heures Les mordus d’actualité constatent que plusieurs sujets chauds et controversés alimentent quotidiennement les différents médias. Que ces nouvelles au sujet sensible proviennent des milieux politiques, économiques ou culturels, elles suscitent des discussions, des opinions contraires, créent une situation d’incertitude collective et provoquent des débats. Or, chacun émet son opinion, avance ses arguments, soulève le pour et le contre ; la controverse est alors semée !

1.

Dernièrement, de quel sujet controversé avez-vous discuté avec vos amis ou avec votre famille ?

SAVOIRS p. 46 p. 47 p. 48 p. 51 p. 58 p. 61 p. 63 p. 64 p. 71 p. 72 p. 73 p. 75 p. 76 p. 81

Le sens des préfixes et des suffixes Les anglicismes acceptés ou critiqués Le sens contextuel Les synonymes et les antonymes La séquence dominante et les séquences secondaires La subordonnée corrélative de comparaison et de conséquence et sa fonction de modificateur Les règles de la cohérence textuelle La préposition appropriée à la construction du groupe prépositionnel Le participe passé des verbes impersonnels L’accord du verbe avec des sujets particuliers La majuscule initiale dans les noms propres composés Le verbe essentiellement pronominal et le verbe occasionnellement pronominal L’accord du participe passé des verbes pronominaux   CORRIGÉ

FRA-5201-2  SA2 Des sujets controversés

41


TÂCHE 1

Lire des textes pour vous informer sur la gestion des déchets au Québec Durée approximative  5 heures

Pour vous aider à bien comprendre ce texte, appliquez les stratégies suivantes.

Stratégie Pour en savoir plus, consultez la section Coffret à la page 170.

AVANT la lecture 

APRÈS la lecture

En survolant le texte, prêtez une attention particulière au lexique utilisé pour parler des déchets et de leur gestion.

Indiquez le principal sentiment que vous ressentez.

PENDANT la lecture ƒƒ Faites une accolade vis-à-vis de l’introduction, du développement et de la conclusion. ƒƒ Dans l’introduction, surlignez le sujet amené. ƒƒ Résumez dans la marge les arguments avancés dans le développement. ƒƒ Dans la conclusion, surlignez l’ouverture.

Pouf ! On a « éliminé » les déchets… N o t e s  :

Curieux, tout de même, notre façon de jouer avec les mots quand vient le temps de causer déchets… 1

42

FRA-5201-2  SA2 Des sujets controversés

D’ailleurs, on ne dit plus « déchets », mais « matières résiduelles ». On ne « recycle » plus, on « valorise ». On ne dit plus « dépotoir », mais « lieu d’enfouissement sanitaire ». On n’entasse plus les « vidanges » à la décharge, on les « élimine », carrément…

© Éditions Grand Duc

Pouf ! On a « éliminé » les déchets… portant sur les dernières politiques gouvernementales de gestion des déchets.

Merci de ne pas photocopier

LISEZ LE TEXTE


© Éditions Grand Duc Merci de ne pas photocopier

2

Dans le fond, plus le temps passe, plus la quantité de déchets augmente, plus nous privilégions un vocabulaire qui nous conforte dans l’idée qu’une fois au chemin, les poubelles disparaissent comme par magie.

3

Pouf ! On a « éliminé » les « matières résiduelles »…

4

Ce changement de ton, on le doit aux gouvernements successifs, qui ont tour à tour adopté une politique de gestion intégrée des déchets solides en 1989, une politique de gestion des matières résiduelles en 1998, puis une nouvelle mouture de cette dernière récemment.

5

Oublions aujourd’hui l’idée que les deux premières politiques ont échoué et attardons-nous plutôt à l’évolution du jargon gouvernemental. Alors que la première politique visait une réduction de la moitié des « déchets » envoyés au dépotoir en 2000, la deuxième promettait la « mise en valeur » de 65 % des « matières résiduelles » en 2008.

6

Ce changement de vocabulaire en cache un autre, encore plus sournois : l’objectif de la dernière politique était, plus précisément, de « mettre en valeur » 65 % des déchets… « pouvant être mis en valeur ».

7

Subtil, non ? Plutôt que de calculer le taux de recyclage sur l’ensemble des déchets, comme on le faisait dans la politique précédente, on a soudainement décidé de calculer le taux de recyclage à partir des seuls déchets qui peuvent être recyclés.

8

Pouf ! On a éliminé environ 12 % des déchets… en taisant tout simplement leur existence. Ce qui a permis aux municipalités de se rapprocher de leur objectif sans lever le petit doigt.

9

Ce qui nous mène à la troisième politique québécoise. Là encore, le vocabulaire évolue. Exit la cible globale de récupération, on mise cette fois sur une cible de réduction des déchets : 700 kg par habitant par année, plutôt que 810 kg.

N o t e s  :

10 La

question qui tue : sommes-nous, encore une fois, en train de jouer habilement avec les mots ? Oui.

11 L’objectif

premier est dorénavant de « ramener la quantité de matières résiduelles éliminées à 700 kg par habitant ». Un mot compte plus que les autres dans cette phrase : « éliminées ». Il n’est pas question de réduire la quantité de déchets produits, mais bien la quantité de déchets enfouis.

12 Où

sont les mesures de réduction des résidus ménagers à la source, les mesures s’attaquant à la surconsommation, les mesures qui nous obligent à nous interroger avant de générer un déchet de plus ? On ne semble en avoir que pour leur traitement : transformation, récupération, compostage, biométhanisation…

13 Or

le problème au Québec n’est pas tant le recyclage, qui a connu une impressionnante hausse de plus de 100 % depuis les dernières années, que la production phénoménale de déchets. Celle-ci augmente à une telle vitesse, année après année, que les Québécois envoient de plus en plus de résidus au dépotoir, malgré la collecte sélective.

14 Québec semble avoir oublié que le meilleur déchet est celui qu’on ne produit

pas, non pas celui qu’on « valorise », encore moins celui qu’on « élimine »… François Cardinal, « Pouf ! On a “éliminé” les déchets… », La Presse, [En ligne], 20 novembre 2009.

Consultez votre enseignant ou enseignante pour valider vos stratégies.

FRA-5201-2  SA2 Des sujets controversés

43


Comprendre Résumez l’essentiel du message livré par François Cardinal en mentionnant les principaux arguments soulevés.

3.

Relevez trois expressions qui font référence à la magie.

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

2.

ƒƒ ƒƒ ƒƒ

Interpréter 4. De quel genre de texte s’agit-il ? Pourquoi ?

5.

Quelle différence de sens y a-t-il entre les deux énoncés suivants ? a) Mettre en valeur 65 % des matières résiduelles. b) Mettre en valeur 65 % des déchets… pouvant être mis en valeur.

44

FRA-5201-2  SA2 Des sujets controversés


© Éditions Grand Duc

Quelle est l’intention de communication de l’auteur de Pouf ! On a « éliminé » les déchets… ? Justifiez votre réponse de façon précise à l’aide d’éléments du texte.

7.

Comment le ton adopté par l’auteur lui permet-il de servir son intention de communication ? Justifiez votre réponse à l’aide d’éléments du texte.

8.

Dans ce texte subjectif, il y a plusieurs marques de modalité. Faites des flèches pour relier les extraits suivants à la marque de modalité utilisée.

Merci de ne pas photocopier

6.

a) […] plus nous privilégions un vocabulaire qui nous conforte dans l’idée qu’une fois au chemin, les poubelles disparaissent comme par magie. (paragr. 2)

ƒƒ

ƒƒ Ponctuation expressive

b) Pouf ! (paragr. 3)

ƒƒ

ƒƒ Phrase impérative

c) Ce changement de ton, on le doit aux gouvernements successifs […] (paragr. 4)

ƒƒ

ƒƒ Verbe de sentiment

d) Oublions aujourd’hui l’idée que les deux premières politiques ont échoué et attardons-nous plutôt à ƒƒ l’évolution du jargon gouvernemental. (paragr. 5)

ƒƒ Phrase interrogative

e) […] sommes-nous, encore une fois, en train de jouer habilement avec les mots ? (paragr. 10)

ƒƒ Pronom on

ƒƒ

La caricature politique est un éditorial en images qui véhicule un point de vue, une forme d’expression d’une opinion. Elle dépasse souvent les limites d’un simple commentaire, car elle a pour but de ridiculiser le sujet d’actualité du jour. C’est pour cela que c’est un art éphémère puisque le lendemain de la parution, la caricature n’a déjà plus la même pertinence que la veille.

© Musée McCord

Saviez-vous QUE ?

Pierre Bourque, 40e maire de Montréal

FRA-5201-2  SA2 Des sujets controversés

45


Savoir

Mot de base : cycle + Préfixe : re + Suffixe : -age Mot dérivé : recyclage

Sens répétition action action de répéter le cycle de vie d’un objet

Il faut parfois modifier le mot de base quand on ajoute un suffixe. Ici, le mot cycle perd la lettre finale e.

9.

Dépotoir est un mot formé par dérivation. a) De quel mot le mot dépotoir est-il dérivé ? b) Qu’a-t-on ajouté à ce mot de base ? Quel est le sens de ces ajouts ? Préfixe :

  Sens  :

Suffixe :

  Sens  :

c) Définissez le mot dépotoir.

10.

Vers la fin du texte Pouf ! On a « éliminé » les déchets…, (paragr. 12, p. 43) on peut lire le mot biométhanisation. a) Sans consulter le dictionnaire, donnez une définition de ce mot à l’aide d’indices fournis dans le texte. b) Séparez le mot biométhanisation en trois parties : préfixe/mot de base/suffixe. c) Quel est le sens du préfixe dans le mot biométhanisation ? d) Quel est le sens du suffixe dans le mot biométhanisation ? e) Quel est le sens du mot de base ? f) Définissez le mot méthanisation.

g) Définissez le mot biométhanisation.

46

FRA-5201-2  SA2 Des sujets controversés

Merci de ne pas photocopier

Un mot de base est un mot qui ne contient ni préfixe ni suffixe. Le préfixe se place au début du mot de base pour former un mot dérivé. Le suffixe se place à la fin du mot de base pour former un mot dérivé. On trouve le sens des préfixes et des suffixes dans les ouvrages de référence, souvent sous forme de listes au début des dictionnaires.

© Éditions Grand Duc

LE SENS DES PRÉFIXES ET DES SUFFIXES


Savoir LES ANGLICISMES ACCEPTÉS OU CRITIQUÉS Un anglicisme est un emprunt à la langue anglaise qui peut être accepté ou critiqué.

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

ƒƒL’emploi d’un anglicisme est accepté lorsqu’il n’existe pas de terme équivalent en français. Exemples : shampooing, clown, western, jogging, iceberg. ƒƒL’emploi d’un anglicisme est critiqué lorsqu’il existe un terme équivalent en français. Les ouvrages de référence présentent les mots ou les expressions de la langue française qui remplacent les anglicismes. Exemples : ø peanut (arachide)

ø c oconut (noix de coco)

ø bumper (pare-chocs)

ø dump (dépotoir)

ø flat (crevaison)

øà  date (jusqu’à présent)

ø canceller (annuler)

ø maller (poster)

11.

Dans les phrases suivantes, soulignez les anglicismes. Écrivez au-dessus les lettres AA s’il s’agit d’un anglicisme accepté ou les lettres AC s’il s’agit d’un anglicisme critiqué. Récrivez les phrases où il y a des anglicismes critiqués en les remplaçant par des équivalents français. a)

Combien as-tu payé pour ces jouets d’occasion ?

b)

Le garagiste m’a donné un estimé des coûts de réparation.

c)

Les amateurs de baseball se sont réunis au stade.

d)

J’ai apporté un délicieux fromage cheddar pour le pique-nique.

e)

Les supporters de l’équipe locale de hockey ont soutenu les joueurs jusqu’à la fin du match.

FRA-5201-2  SA2 Des sujets controversés

47


Savoir LE SENS CONTEXTUEL

Ce dont une chose est constituée Exemple : Le compostage se fait à partir de matières organiques.

Dans le domaine, en ce qui concerne

Discipline scolaire

Exemple : Il ne connaît rien en matière de gestion des ordures.

Exemple : Cet élève obtient de bons résultats dans toutes les matières.

12. Associez le mot politique utilisé dans les phrases suivantes à la définition qui convient. Inscrivez dans les cases le chiffre correspondant à la définition. a)

Le parti au pouvoir exerce une politique plutôt conservatrice.

b)

Pendant deux heures, autour de cette table, il n’a été question que de politique.

c)

Nous devons revoir en profondeur notre politique d’aménagement du territoire.

2) Manière de gouverner un État. 3) Ensemble des affaires publiques.

13.

Dans l’expression « Politique québécoise de gestion des déchets », à quelle définition du numéro 12 le mot politique correspond-il ?

14.

Quel mot peut prendre les quatre sens suivants selon le contexte ? a) Retrouver un bien qu’on avait perdu. b) Retrouver ses forces, se reposer. c) Recueillir un objet jeté pour l’utiliser d’une autre façon. d) Compenser un retard. Réponse :

48

1) Dispositions prises dans un certain domaine par le gouvernement.

FRA-5201-2  SA2 Des sujets controversés

Merci de ne pas photocopier

Par exemple, le mot matière peut avoir plusieurs sens. Il peut avoir les significations suivantes.

© Éditions Grand Duc

La plupart des mots ont plusieurs sens qui varient selon le contexte. Pour trouver le sens approprié, il faut se fier aux indices fournis dans l’ensemble du texte ou dans la phrase qui contient ce mot (le contexte).


Réagir 15. À la suite de la lecture du texte Pouf ! On a « éliminé » les déchets…, vous avez noté un sentiment ressenti

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

à la page 42. Expliquez pourquoi vous avez éprouvé ce sentiment en vous basant sur des éléments du texte.

LISEZ LE TEXTE

qui porte sur un film documentaire traitant de la gestion des déchets au Québec.

Pour vous aider à bien comprendre ce texte, appliquez les stratégies suivantes.

Stratégie Pour en savoir plus, consultez la section Coffret à la page 170.

AVANT la lecture 

APRÈS la lecture

Prévoyez votre prise de notes en allant revoir les marques de modalité à la page 27.

Indiquez quelle marque de modalité vous semble révéler le plus l’énonciateur et pourquoi.

PENDANT la lecture ƒƒ Soulignez quatre marques de modalité différentes et écrivez-les dans la marge. ƒƒ Trouvez deux mots créés à l’aide d’un préfixe.

  ƒƒ Trouvez deux mots créés à l’aide d’un suffixe.

Présentation du documentaire réalisé par Denis Blaquière

LA pouBELLE PROVINCE Si vos efforts pour « recycler » étaient anéantis au profit de mégadépotoirs, qui s’enrichissent aux dépens de l’établissement d’une économie durable au Québec, voudriez-vous en être informé ? 1

Le documentaire LA pouBELLE PROVINCE déterre un scandale auquel tous les Québécois et tous les payeurs de taxes devraient s’intéresser : le modèle québécois de gestion des matières résiduelles est un désastre écologique doublé d’un échec économique.

2

Malgré les beaux discours de nos politiciens et les nombreuses campagnes publicitaires qui le présentent comme un leader du recyclage, le Québec se classe plutôt parmi les plus grands producteurs de matières résiduelles de la planète, devançant honteusement les États-Unis et le reste du Canada.

N o t e s  :

FRA-5201-2  SA2 Des sujets controversés

49


En dépit de nos efforts en tant que citoyens, par manque d’investissement et de volonté politique, notre industrie de la récupération et du recyclage bat de l’aile et la moitié de nos centres de tri sont menacés de fermeture. Pendant ce temps, les propriétaires des plus grands dépotoirs du Québec font des affaires d’or et nous continuons d’enfouir des tonnes de matières dont 80 % sont pourtant recyclables ou compostables.

4

Des États et des provinces qui ont mis en place une gestion durable de leurs matières résiduelles ont généré des économies ; certains en tirent même des revenus. Qu’attendons-nous pour prendre ce virage qui profiterait à tous ?

Argus Films, LA pouBELLE PROVINCE, 2012, [En ligne].

Consultez votre enseignant ou enseignante pour valider vos stratégies.

Comprendre 16.

Pourquoi dit-on que la gestion des déchets est un désastre écologique au Québec ?

17.

Pourquoi dit-on que cette gestion est un échec économique ?

Interpréter 18. a) Selon le contexte, quel est le sens du mot déterre au paragraphe 1 ? b) Trouvez un synonyme à ce mot.

50

FRA-5201-2  SA2 Des sujets controversés

Merci de ne pas photocopier

3

© Éditions Grand Duc

N o t e s  :


Savoir LES SYNONYMES ET LES ANTONYMES

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

ƒƒLes synonymes sont des mots qui appartiennent à la même classe de mots et qui ont des sens rapprochés. CLASSE DE MOTS

MOT

SYNONYMES

NOM

déchets

ordures, détritus

VERBE

diminuer

réduire, rapetisser

ADJECTIF

dispendieux

coûteux, onéreux

ADVERBE

rapidement

promptement, vivement

ƒƒLes antonymes sont aussi des mots qui appartiennent à la même classe de mots, mais ils ont des sens opposés. CLASSE DE MOTS

MOT

ANTONYMES

NOM

récupération

élimination, destruction

VERBE

diminuer

multiplier, augmenter

ADJECTIF

dispendieux

abordable, économique

ADVERBE

rapidement

lentement, longuement

Les synonymes et les antonymes permettent de varier le vocabulaire et d’éviter les répétitions tout en assurant la reprise et la progression de l’information.

19. Dans le texte de présentation du documentaire LA pouBELLE PROVINCE, trouvez deux organisateurs textuels synonymes. ƒƒ

ƒƒ

20. Écrivez un synonyme au-dessus des mots soulignés dans l’extrait suivant. Malgré les beaux discours de nos politiciens et les nombreuses campagnes publicitaires qui le présentent comme un leader du recyclage, le Québec se classe plutôt parmi les plus grands producteurs de matières résiduelles de la planète, devançant honteusement les États-Unis et le reste du Canada.

FRA-5201-2  SA2 Des sujets controversés

51


21. Écrivez un antonyme au-dessus des mots soulignés dans l’extrait suivant. Faites les accords s’il y a lieu. En dépit de nos efforts en tant que citoyens et d’un manque d’investissements, notre industrie de la récupération et du recyclage bat de l’aile. Pendant ce temps, les propriétaires des plus

Réagir 22. Maintenant que vous avez lu deux textes sur la gestion des déchets au Québec, partagez votre

réaction. Justifiez votre réponse en faisant référence à tout ce que vous avez lu et à vos valeurs, à vos intérêts, à vos connaissances ou à vos expériences personnelles.

Saviez-vous QUE ? Le 24 novembre 1883, le préfet de Paris, Eugène Poubelle, oblige tous les d’immeubles à se procurer des récipients spéciaux pour le dépôt des déchets de leurs locataires. Il s’agit du premier essai de collecte sélective puisque les citadins et citadines doivent trier leurs ordures : les matières biodégradables, les papiers et les chiffons, les poteries et les coquilles d’huîtres. Extrait de « Des déchets et des hommes », Le Bac, [En ligne].

52

FRA-5201-2  SA2 Des sujets controversés

Merci de ne pas photocopier

matières recyclables ou compostables.

© Éditions Grand Duc

grands dépotoirs du Québec font des affaires d’or et nous continuons d’enfouir des tonnes de


TÂCHE 2

Lire un texte d’opinion à propos de la Loi sur le tabac au Québec

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

Durée approximative  4 heures

Dès le début du 20e siècle, on s’intéresse aux effets de la cigarette sur l’organisme des fumeurs et des travailleurs de l’industrie. En 1901, l’Office du travail considère le tabac comme un « poison industriel ». Les scientifiques étudient alors ses effets cancérigènes et ses répercussions sur le système cardiovasculaire. Ils publient une thèse qui inquiète le monde médical : la toxicité de la fumée du tabac affecterait la totalité des organes après un certain temps. Près d’un siècle plus tard, les premières lois sur le tabac sont éditées au Canada et au Québec. Elles permettent aujourd’hui d’exercer un contrôle sur ce produit dans le but avoué de lutter contre le tabagisme.

23. Que savez-vous de la Loi sur le tabac ?

LISEZ LE TEXTE

qui donne des informations à propos de la Loi sur le tabac au Québec.

Pour vous aider à bien comprendre ce texte, appliquez les stratégies suivantes.

Stratégie Pour en savoir plus, consultez la section Coffret à la page 170.

AVANT la lecture 

PENDANT la lecture

Ayez en tête que vous aurez à trouver les faits importants, les hypothèses et les opinions.

Notez les mots dont le sens vous échappe et cherchez leur définition dans le dictionnaire.

APRÈS la lecture ƒƒ Notez une chose que vous avez apprise au sujet de la Loi sur le tabac.

ƒƒ Indiquez si cet auteur vous a fait changer d’opinion par rapport à cette loi.

FRA-5201-2  SA2 Des sujets controversés

53


1

La Loi sur le tabac du gouvernement du Québec a apporté de nombreux changements touchant l’industrie du tabac, les commerçants, les produits, les fumeurs et les non-fumeurs. Toutefois, ce n’est pas en exigeant que les fumeurs grillent leur cigarette à neuf mètres d’une porte que le principal objectif — diminuer le tabagisme — sera atteint.

2

En effet, le nombre de fumeurs au Québec reste élevé et il y a toujours de nouveaux fumeurs. Qu’est-ce qui ne va pas avec cette loi ? Est-elle trop restrictive ? Pas assez ? Examinons la question.

3

Attention ! Les lignes qui suivent sont truffées d’exceptions et d’énumérations. On pourrait y perdre son latin, mais… pas le goût de fumer !

4

Où est-il permis de fumer ?

5

  À l’extérieur, sauf sur les terrains d’écoles primaires et secondaires ou dans un rayon de moins de neuf mètres de la porte de certains établissements : un établissement de santé et de services sociaux (hôpital, CLSC, etc.) ; un cégep, une université, un centre de formation professionnelle ou un centre d’éducation des adultes ; un service de garde à l’enfance ou une garderie, sauf si ceux-ci sont situés dans une résidence privée ; un lieu où se déroulent des activités communautaires ou de loisirs destinées aux mineurs.

6

  Toutefois, si le terrain est trop petit pour respecter la limite de neuf mètres, c’est la ligne de démarcation du terrain (là où le terrain finit) qui devient alors la limite.

7

  Dans les résidences privées (sauf exceptions, par exemple si on y exploite une garderie, mais seulement au moment où les enfants sont présents).

8

  Dans les véhicules privés (sauf si c’est un véhicule de travail avec plus d’un occupant, comme un taxi).

9

  Dans une chambre pour fumeurs d’un établissement d’hébergement (hôtel, auberge, motel, pourvoirie, etc.).

10

  Dans une chambre spécifiquement identifiée d’une résidence pour personnes âgées, d’un établissement psychiatrique, d’un centre d’aide pour personnes démunies ou d’un CHSLD, mais seulement pour les résidents.

11

  Dans les fumoirs, mais il est strictement interdit d’installer des fumoirs dans les services de garde, les écoles primaires et secondaires, et les lieux d’hébergement touristique. Par contre, les fumoirs sont permis dans les résidences pour personnes âgées, les établissements psychiatriques et de soins de longue durée, les refuges et les centres pour démunis, pour autant que seuls les bénéficiaires s’en servent.

12

  Dans les salons de cigare (à certaines conditions trop longues à énumérer…).

13 Pour le reste, presque tous les lieux fermés et même semi-fermés où il y a

des gens sont des endroits sans fumée. Quelques exemples : restaurants, bars, salles de bingo, écoles, cégeps, hôpitaux, garderies (sauf aux heures où les enfants n’y sont pas), tentes, chapiteaux, arénas, piscines, aires communes des prisons, abribus, maisons des jeunes, milieux de travail, etc.

54

FRA-5201-2  SA2 Des sujets controversés

© Éditions Grand Duc

Fumeurs dans la brume

Merci de ne pas photocopier

N o t e s  :


14 Il me semble être devant une demi-loi, avec des demi-mesures, des

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

demi-restrictions, des demi-permissions. On dirait qu’on n’est pas trop certain de ce qu’on veut interdire ou permettre, alors on « coupe la cigarette en deux ». Et les règles sur la vente de tabac ne sont guère mieux. Qui peut en vendre ? Comment ? Où ? 15

  Un commerçant peut vendre du tabac s’il détient un permis de vente de tabac. Cependant, la vente du produit est interdite dans plusieurs endroits : les hôpitaux, les établissements scolaires, les garderies, les locaux où se déroulent des activités culturelles, les bars, les tavernes, les brasseries, les restaurants et les commerces où se trouve une pharmacie.

16

  Il est interdit de vendre du tabac à une personne mineure, mais un employé mineur peut vendre du tabac si le client est âgé de 19 ans et plus.

17

  Il est interdit de laisser le tabac ou son emballage à la vue du public. Le commerçant doit plutôt afficher bien en évidence l’interdiction de vendre du tabac à des mineurs ainsi qu’une mise en garde sur les effets nocifs du tabac sur la santé.

18

  Il est interdit de faire de la promotion liée au tabac (distribution gratuite, cadeau en échange de l’achat d’un produit du tabac, etc.) ou de diminuer le prix de vente en fonction de la quantité achetée.

N o t e s  :

19 J’arrive

maintenant aux règles pour le fabricant de cigarettes. Elles découlent de la loi fédérale sur les produits du tabac et visent notamment à informer le consommateur. L’intention est bonne, mais…

20

  Le fabricant doit écrire sur les emballages un message dissuasif concernant la santé et énumérer tous les ingrédients toxiques que contiennent les cigarettes — qu’à peu près personne ne connaît — pour que le consommateur sache qu’il achète du poison.

21

  Il doit aussi rendre l’emballage le plus repoussant possible pour que le consommateur se promène avec l’image d’une horrible excroissance tumorale dans les poches ou celle, morbide, d’un cancéreux en phase terminale ou encore celle d’une bouche dans un état de « putréfaction ». Et que dire des messages qui accompagnent ces images ?

22 Tout cela devient discriminatoire, voire absurde. Les fabricants doivent

distribuer leurs produits monstrueux aux rares commerçants détenteurs de permis qui doivent les cacher pour en compliquer la vente aux fumeurs (majeurs), qui eux, doivent ensuite se trouver un endroit où ils sont autorisés à fumer leur bâtonnet meurtrier. Sinon… Sinon quoi ? Contrevenants, attention ! Des inspecteurs surveillent… Il peut vous en coûter plus cher que vous ne le croyez.

FRA-5201-2  SA2 Des sujets controversés

55


 Si vous fumez dans un endroit interdit, vous vous exposez à une amende de 50 $ à 300 $ pour une première infraction et de 100 $ à 600 $ pour les fois suivantes.

24

  Les employés négligents qui vendent du tabac à des mineurs sont passibles d’une amende de 100 $ à 300 $ et du double pour les infractions ultérieures.

25

  Les commerçants, les fabricants ou les distributeurs qui ne respectent pas les règles sur la vente de tabac, l’installation, l’affichage et la publicité peuvent écoper d’une amende salée : de 200 $ à… 600 000 $ !

26 Je

suis d’accord avec l’amende pour le non-respect de la loi, pourvu qu’elle demeure raisonnable…

27 Mais

là n’est pas la question. Saviez-vous que le Service de lutte contre le tabagisme du gouvernement du Québec met à notre disposition une ligne téléphonique sans frais, payée à même nos taxes, pour dénoncer les contrevenants à la loi ? Tout cela prend des allures de chasse aux sorcières. Là, je ne suis plus d’accord… Rien ne va plus dans cette lutte contre le tabac qui commence à ressembler à une lutte contre les fumeurs, les commerçants et les travailleurs de l’industrie du tabac. Qu’on demande aux gens de fumer dehors, qu’on les sensibilise aux méfaits du tabac et qu’on dise aux mineurs de finir de grandir avant de décider de fumer, voilà d’excellents moyens d’atteindre les objectifs des lois sur le tabac. Cependant, il ne sert à rien de faire les choses à moitié en promulguant des lois qui comprennent autant d’exceptions que de règles, d’autant plus que certaines risquent de provoquer des dérapages dans leur application, en plus d’être inefficaces pour dissuader les fumeurs.

28 Même

si la lutte contre le tabac n’est pas gagnée d’avance, menons la bataille avec cohérence, et surtout dans le respect de l’intelligence et de la dignité de chacun. Consultez votre enseignant ou enseignante pour valider vos stratégies.

Comprendre 24. Quelle est l’opinion défendue ?

56

FRA-5201-2  SA2 Des sujets controversés

© Éditions Grand Duc

23

Merci de ne pas photocopier

N o t e s  :


25. Faites ressortir les arguments et les justifications que l’auteur utilise pour montrer

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

sa désapprobation de la Loi sur le tabac.

ARGUMENT 1 JUSTIFICATION

ARGUMENT 2 JUSTIFICATION

ARGUMENT 3 JUSTIFICATION

ARGUMENT 4 JUSTIFICATION

FRA-5201-2  SA2 Des sujets controversés

57


Savoir LA SÉQUENCE DOMINANTE ET LES SÉQUENCES SECONDAIRES

–– Séquence descriptive : séquence qui présente une réalité, par exemple les caractéristiques d’une personne, d’un objet, d’un phénomène. Exemple : Un CHSLD est un centre d’hébergement et de soins de longue durée pour les personnes âgées dont la condition requiert une surveillance constante, des soins spécialisés et dont le maintien à domicile est devenu impossible et non sécuritaire. –– Séquence explicative : séquence qui présente les raisons d’une réalité, qui fournit des explications sur un sujet (problématique, fait, phénomène…). Exemple : La Loi concernant la lutte contre le tabagisme a pour but de protéger les jeunes et de prévenir l’initiation à l’usage du tabac, de protéger la population des dangers de l’exposition à la fumée de tabac et de favoriser l’abandon du tabac.

26. Déterminez le type de séquence textuelle des paragraphes suivants. a) Paragraphe 5 b) Paragraphe 23

Saviez-vous QUE ? En 1492, lors de son expédition en Amérique, Christophe Colomb a découvert le tabac avec les peuples autochtones. Il en a rapporté en Europe, à la cour d’Espagne et du Portugal où pendant longtemps le tabac a été utilisé comme simple plante d’ornement. En 1560, la reine de France soignait les migraines de son fils avec de la poudre de tabac. Comme le traitement a connu du succès, le tabac est devenu « l’herbe à la reine ». Cependant, seuls les apothicaires pouvaient le vendre sous forme de poudre.

58

FRA-5201-2  SA2 Des sujets controversés

Merci de ne pas photocopier

ƒƒLes séquences textuelles secondaires constituent des parties du texte. Elles apportent des précisions ou renforcent certains aspects du sujet. Il existe plusieurs types de séquences textuelles secondaires. Dans un texte argumentatif, la séquence secondaire est descriptive ou explicative.

© Éditions Grand Duc

ƒƒLa séquence textuelle dominante constitue la majeure partie du texte. Elle est liée au genre de texte et à l’intention de communication. Dans un texte argumentatif, la séquence dominante est argumentative.


Interpréter 27. Quelle est l’intention de communication de l’auteur de ce texte d’opinion ? Répondez avec précision

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

en vous justifiant à l’aide d’éléments du texte.

28. D’après vous, l’auteur est-il fumeur ou non-fumeur ? Justifiez votre réponse.

29. Comment le ton employé par l’auteur et son argumentation ont-ils permis d’appuyer son intention de communication ? Justifiez votre réponse en vous appuyant sur des éléments du texte.

30. Dans ce texte subjectif, il y a plusieurs marques de modalité. Remplissez le tableau suivant. MARQUE DE MODALITÉ

EXTRAIT

PARAGRAPHE

1re MARQUE

2e MARQUE

3e MARQUE

FRA-5201-2  SA2 Des sujets controversés

59


Réagir Dites si vous êtes en accord ou non avec les propos de l’auteur de ce texte. Pour bien justifier votre réponse, faites référence au texte lu ainsi qu’à vos valeurs, à vos sentiments, à vos connaissances, à vos expériences ou à vos intérêts.

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

31.

32. Croyez-vous que la cigarette disparaîtra au cours des prochaines décennies ? Pourquoi ?

60

FRA-5201-2  SA2 Des sujets controversés


La classe numérique

Savoir 

8

n

v

e

laclasse.grandducenligne.com

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

LA SUBORDONNÉE CORRÉLATIVE DE COMPARAISON ET DE CONSÉQUENCE ET SA FONCTION DE MODIFICATEUR DU VERBE, DE L’ADJECTIF OU DE L’ADVERBE ƒƒLa subordonnée corrélative est une phrase insérée dans un groupe (GV, GAdj, GN ou GAdv) à l’aide du subordonnant que associé à un adverbe corrélatif de degré (mieux, plus, moins, aussi, davantage, meilleur, pire). Elle établit une corrélation, c’est-à-dire un lien logique, entre deux faits. Exemple : Nous avons affronté une controverse plus vive que ce à quoi nous nous attendions. ƒƒLa subordonnée corrélative peut exprimer la comparaison terme corrélatif

subordonnée corrélative de comparaison

Exemple : Les enseignants sont aussi exigeants qu’ils sont passionnants. (Corrélative de comparaison qui modifie l’adjectif exigeants ; le rapport de comparaison entre les deux qualités est un rapport d’égalité.) ƒƒLa subordonnée corrélative peut exprimer la conséquence terme corrélatif

subordonnée corrélative de conséquence

Exemple : Thomas a tant aimé les personnages de ce roman policier qu’il a acheté toute la série. (Corrélative de conséquence qui modifie le verbe aimer ; rapport de conséquence : l’amour des personnages est si grand, soit la cause, qu’il entraîne l’achat de la série, soit la conséquence.) ƒƒLa fonction de modificateur du verbe, de l’adjectif ou de l’adverbe La subordonnée corrélative avec un adverbe corrélatif remplit la fonction de modificateur du verbe, de l’adjectif ou de l’adverbe. FONCTION MODIFICATEUR DU VERBE

MODIFICATEUR DE L’ADJECTIF

MODIFICATEUR DE L’ADVERBE

EXEMPLE

EXPLICATION

Ce débatteur a autant parlé qu’il a écouté.

La subordonnée corrélative qu’il a écouté insérée dans le GV remplit, avec l’adverbe autant, la fonction de modificateur du verbe a écouté.

Ces informations sont moins précises que je ne le pensais.

La subordonnée corrélative que je ne le pensais insérée dans le GAdj remplit, avec l’adverbe moins, la fonction de modificateur de l’adjectif précises.

Il s’exprime aussi bien que vous le faites.

La subordonnée corrélative que vous le faites insérée dans le GAdv remplit, avec l’adverbe aussi, la fonction de modificateur de l’adverbe bien.

FRA-5201-2  SA2 Des sujets controversés

61


33. Dans les phrases suivantes, soulignez la subordonnée corrélative et l’adverbe qui remplissent

la fonction de modificateur de sens. Entourez le mot dont le sens est modifié et écrivez au-dessus les lettres V, Adj. ou Adv. selon qu’il s’agit d’un verbe, d’un adjectif ou d’un adverbe. a)

Les moyens de cesser de fumer ne lui permettent pas d’obtenir des résultats aussi

La Loi sur le tabac a davantage sensibilisé les fumeurs qu’elle ne les a fait cesser de fumer.

c)

Les publicités sur le tabac sont plus discrètes que celles qui existaient dans les années 1960.

d)

On a suffisamment averti les fumeurs des dangers de la fumée secondaire pour qu'ils respectent les lois dans les lieux publics.

e)

Cette femme qui veut arrêter de fumer est beaucoup moins persévérante que je ne le croyais.

f)

Les cigarettes électroniques sont devenues populaires auprès des jeunes adultes si rapidement que plusieurs d'entre eux ont développé une dépendance à la nicotine.

34. Trouvez, dans le texte Fumeurs dans la brume (paragr. 21 à 24), une subordonnée corrélative qui remplit la fonction de modificateur de l’adverbe et encerclez l’adverbe dont le sens est modifié.

Saviez-vous QUE ? La cigarette électronique En 1965, Herbert A. Gilbert dépose un brevet présentant le schéma d'une cigarette électronique qui remplace le tabac et le papier par de l'air chauffé et aromatisé. Son invention ne fut jamais commercialisée, bien que des compagnies souhaitant fabriquer cette cigarette aient manifesté de l'intérêt. La cigarette électronique (ou e-cigarette ou vapoteuse) telle qu'on la connaît aujourd'hui a été conçue en 2003 par Hon Lik. Cet ancien pharmacien et ingénieur chinois a déposé en 2005 un brevet pour une cigarette sans fumée à pulvérisation électronique. N'ayant plus le sentiment de fumer, les usagers et usagères de la cigarette électronique ont désiré se démarquer en utilisant un autre verbe. C'est lors d'un concours sur un forum que le terme vapoter a été suggéré, puis choisi par 22 % des premiers utilisateurs. Maintenant largement utilisé, ce mot figure dans nos dictionnaires.

62

FRA-5201-2  SA2 Des sujets controversés

Merci de ne pas photocopier

b)

© Éditions Grand Duc

facilement qu’elle l’aurait cru.


Savoir LES RÈGLES DE LA COHÉRENCE TEXTUELLE

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

Pour qu’un texte argumentatif soit convaincant, il doit être cohérent, c’est-à-dire que les idées doivent s’enchaîner de façon logique. ÉLÉMENT DE COHÉRENCE

RÈGLE

UNITÉ DU SUJET

Les opinions, les arguments et l’information présentés dans le message doivent être pertinents du début à la fin, c’est-à-dire liés au sujet, à l’intention de communication et au point de vue adopté.

PROGRESSION

Des organisateurs textuels et des marqueurs de relation introduisent de manière claire et logique des opinions, des éléments d’information et des arguments nouveaux tout au long du message. (Savoir, pages 11 et 12)

CONTINUITÉ

Les opinions, les arguments et l’information déjà présentés sont rappelés par des procédés de reprise de l’information, par exemple un pronom, un synonyme, un adverbe, un terme générique ou une périphrase.

NONCONTRADICTION

Aucun élément du message ne doit entrer en contradiction avec un autre. La même opinion est défendue tout le long du message ; l’information présentée et les arguments développés soutiennent l’opinion.

35. Déterminez si l’énoncé suivant est vrai ou faux et justifiez votre réponse. Apporter un argument contraire à l’opinion pour le réfuter ensuite constitue une contradiction dans les propos.

36. Expliquez brièvement comment les règles de la progression et de la continuité sont respectées dans l’énoncé suivant.

La loi sur la vente des produits du tabac permet d’exploiter ce type de commerce à condition qu’aucun produit ne soit visible de l’extérieur. Cependant, cette contrainte est loin de plaire aux commerçants qui ne peuvent plus s’afficher.

FRA-5201-2  SA2 Des sujets controversés

63


La classe numérique

Savoir 

r

q

v

f

laclasse.grandducenligne.com

LA PRÉPOSITION APPROPRIÉE À LA CONSTRUCTION DU GROUPE PRÉPOSITIONNEL

prép.

exp.

prép.

exp.

Exemple : La Loi sur le tabac s’applique à tous les restaurateurs. Ces derniers se disent GPrép (compl. du nom) prép.

GPrép (compl. du verbe)

exp.

© Éditions Grand Duc

ƒƒLa préposition est le noyau du groupe prépositionnel. Elle sert à introduire un complément du verbe, du nom ou de l’adjectif.

GPrép (compl. de l’adjectif)

ƒƒElle introduit parfois un attribut. prép. exp.

Exemple : Cet inspecteur est sans pitié. GPrép

ƒƒLe choix de la préposition est souvent déterminé par le verbe qui précède. Exemple : Il obéit à la loi. Il se prononce contre la loi. ƒƒIl peut aussi être déterminé par le nom qui suit. Exemple : Elle habite à Longueuil. Elle habite en Montérégie. Elle habite chez sa mère. ƒƒLa préposition peut prendre des sens différents (lieu, temps, cause) selon le contexte dans lequel elle est utilisée.

Consultez une grammaire pour connaître les différents sens des prépositions.

37. Dans les phrases suivantes, déterminez le sens de la préposition surlignée et inscrivez-le au-dessus. Soulignez l’expansion et inscrivez au-dessus la lettre C s’il s’agit d’un complément ou la lettre A s’il s’agit d’un attribut du sujet. a) Vers le milieu des années 1960, les fumeurs étaient dans le vent. b) Le mouvement pour la lutte antitabac est en plein essor. c) Le nombre de fumeurs diminuera avec le temps. d) Certains continuent de fumer malgré les campagnes de sensibilisation.

64

FRA-5201-2  SA2 Des sujets controversés

Merci de ne pas photocopier

inquiets des conséquences.


TÂCHE 3

Lire un texte pour en apprendre davantage sur les graffitis

Peindre sur les murs des villes. Dans toutes les grandes villes, les graffitis sèmentla controverse. Si certains dessins sont esthétiques et porteurs de sens, en revanche d’autres relèvent carrément du vandalisme et créent de la pollution visuelle. D’aucuns y voient une forme d’art, tandis que d’autres y voient un délit. Cette question qui oppose les artistes de la rue et les partisans du mur monochrome n’a pas fini de faire couler de l’encre…

©meunierd / Shutterstock.com

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

Durée approximative  5 heures

38. D’après vous, les graffitis doivent-ils être considérés comme une forme d’art ou comme un acte de vandalisme ? Pourquoi ?

LISEZ LE TEXTE

qui porte sur les graffitis.

Pour vous aider à bien comprendre ce texte, appliquez les stratégies suivantes.

Stratégie Pour en savoir plus, consultez la section Coffret à la page 170.

AVANT la lecture 

APRÈS la lecture

Rappelez-vous ce que vous savez au sujet des graffitis.

ƒƒ Indiquez si cet auteur vous a semblé crédible et pourquoi.

PENDANT la lecture ƒƒ Soulignez les marques d’organisation du texte, qui sont souvent placées au début des paragraphes. ƒƒ Faites une flèche dans la marge pour indiquer le point de vue de l’auteur.

ƒƒ Précisez les éléments qui ont permis d’établir ou non la crédibilité de l’auteur.

ƒƒ Faites une étoile dans la marge lorsque vous repérez le ton de l’auteur.

FRA-5201-2  SA2 Des sujets controversés

65


66

1

Un graffiti est un dessin ou une inscription peinte, tracée ou gravée sur des biens publics ou privés, des monuments, des murs ou toute autre surface inhabituellement utilisée à  de telles fins. On a longtemps associé le graffiti au délit, à l’acte de vandalisme à cause de son caractère illégal ou clandestin. Cependant, depuis quelques années, plusieurs tendent à reconnaître le graffiti comme une forme d’expression artistique. On l’appelle « l’art de la rue ». Le graffiti aurait-il évolué au point d’être élevé au rang d’art ? Qu’en est-il vraiment ?

2

Il faut d’abord faire la différence entre le simple graffiti et la peinture murale. Comme les techniques et le matériel utilisés pour peindre se sont grandement améliorés, on peut créer aujourd’hui des œuvres magnifiques. Si un espace, un mur ou une palissade sont alloués spécifiquement pour peindre une œuvre, peu importe que la création soit réalisée au pinceau, au rouleau ou en aérosol, elle s’appelle une fresque ou une peinture murale. Cette œuvre n’a pas le caractère « malfaisant » ou « illégal » du graffiti, même si le support est le même. La fresque possède un emplacement légitime tandis que le graffiti squatte un emplacement.

3

La fresque représente quelque chose qui a du sens, quelque chose de compréhensible pour monsieur et madame Tout-le-Monde ; le graffiti n’a de sens que pour les initiés, qui représentent une faible partie de la population. La fresque s’inscrit dans un projet réfléchi ; le graffiti est une création spontanée mue par l’émotion du moment. Pourtant, malgré ces différences, quand la beauté est au rendez-vous, il n’y a aucun mal à « confondre » fresque et graffiti.

4

Cependant, il est parfaitement légitime de refuser de considérer le graffiti comme une fresque, une « œuvre d’art », quand on est en présence de gribouillis d’amateurs ou d’un mélange de formes quelconques et de couleurs affreuses. On parle alors de frasques, de délits qui doivent être dénoncés. Il est inacceptable qu’une société tolère ces « méfaits publics » dans son environnement. Toutefois, à force de voir ces affreux graffitis, le problème peut devenir banal et on risque évidemment l’épidémie de barbouillages. Y a-t-il une solution au problème ? Il faut avouer que le contrôle absolu des graffitis est impossible, mais il est possible de transformer les graffeurs. Montrons-leur le « beau » et donnons-leur un lieu pour s’exprimer. La solution passe par l’acceptation sociale d’une nouvelle catégorie d’artistes. On n’a rien à perdre à essayer de les pousser à s’améliorer. D’ailleurs, certains d’entre eux ont un talent extraordinaire. Et puis, l’art n’a rien de révoltant contrairement au vandalisme. On risque seulement de colorer quelques murs gris.

5

En acceptant que le graffiti soit une forme de fresque murale, en l’incluant dans la catégorie des arts, on transforme le graffeur en peintre mural, on le sort de sa clandestinité, on le fait passer de l’ombre à la lumière. Par ailleurs, le graffiti est un excellent moyen de stimuler la créativité des jeunes ou des moins jeunes et de les pousser à développer leurs talents. Ils développent leur confiance en eux et entrevoient un meilleur avenir. La stimulation peut être positive pour toute la collectivité. On a tout à gagner à faire ressortir ce qu’il y a de meilleur chez ces « artistes de la rue » qui veulent être admirés. Il faut d’ailleurs reconnaître que certaines œuvres

FRA-5201-2  SA2 Des sujets controversés

Merci de ne pas photocopier

N o t e s  :

© Éditions Grand Duc

Les graffitis : fresques ou frasques ?


Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

©Javen / Shutterstock.com

N o t e s  :

colorées et plaisantes sont déjà bien acceptées dans les arrondissements même si elles ont été réalisées « illégalement ». Au fond, on remet au goût du jour une forme d’art qui a toujours existé : décorer les murs d’une ville pour la rendre vivante ou pour s’identifier comme communauté culturelle. Même si les coups de pinceau ne relèvent pas toujours du grand art, il faut se rappeler que la beauté est dans l’œil de celui qui regarde… 6

Il serait toutefois illusoire de penser que parce qu’on peint du « beau », les graffitis provocateurs ou de mauvais goût vont disparaître. Pendant qu’on encourage les fresques, les barbouillages vont continuer de proliférer. Ne soyons pas naïfs…

7

Dès qu’un graffeur est récupéré par les artistes, un autre le remplace. En observant le « mauvais » graffiti, on réalise rapidement qu’il est souvent l’expression d’un malaise, de la colère. Par l’illustration ou l’écriture, on transmet un message politique, sexuel ou violent. C’est laid. De plus, le graffiti est souvent grossier, tant dans le contenu que dans la forme, parce que son côté illégal incite le graffeur à le réaliser en vitesse pour éviter d’être pris sur le fait. Malheureusement, il ne sert souvent qu’à défouler une poignée de vandales à la recherche d’une poussée d’adrénaline la nuit tout en dégoûtant le reste de la population.

8

Ce ne sont pourtant pas les endroits qui manquent pour diffuser des messages. Avec tous les réseaux sociaux et les supports médiatiques qui existent, pourquoi gribouiller sur les biens publics ? Parce que le graffiti s’impose à la vue dans le paysage urbain. Il tombe forcément sous nos yeux. Il est « parasitaire » dans son essence même. On emprunte chaque jour le même chemin pour se rendre au travail, on passe devant les mêmes murs, les mêmes monuments barbouillés. On finit par ne plus les regarder, mais on les « voit » toujours. Des escouades de nettoyage sont à pied d’œuvre pour faire disparaître les graffitis, mais sitôt effacés, il en apparaît des nouveaux. Il y a des murs « condamnés » à perpétuité, des murs de protestations, des murs de rébellions, des « murs des lamentations » truffés de messages qui ne veulent rien dire pour la majorité des gens, des murs remplis d’opinions qui, souvent, ne sont partagées que par une minorité. Il faut pourtant faire attention de ne pas tout confondre. Certains messages sont acceptables parce qu’ils sont des gardiens de la mémoire collective. Pensons par exemple aux graffitis sortis des cendres du 11 septembre 2001 : hommages aux pompiers, aux policiers, aux victimes.

FRA-5201-2  SA2 Des sujets controversés

67


Alors fresques ou frasques ? Malheureusement, les unes et les autres continueront de coexister, car il y aura toujours des gens qui repousseront les limites de l’acceptable et qui inventeront des méthodes plus élaborées pour marquer, tacher, salir nos murs, défier le système et la société. On en paiera les frais encore longtemps. Cependant, en manifestant plus d’ouverture et en apprenant à apprécier le caractère artistique du graffiti, le phénomène, sans disparaître, pourrait sûrement s’estomper. Consultez votre enseignant ou enseignante pour valider vos stratégies.

39. En quoi les stratégies de lecture ont-elles été efficaces pour comprendre le texte et retenir

© Éditions Grand Duc

9

Merci de ne pas photocopier

l’information ?

Comprendre 40. Complétez le plan suivant du texte Les graffitis : fresques ou frasques ? Sujet amené :

INTRODUCTION

Sujet posé :

Fermeture :

CONCLUSION Ouverture :

68

FRA-5201-2  SA2 Des sujets controversés


41. D’après vous, les graffitis dérangent-ils l’auteure ? Relevez les arguments et les justifications qui viennent appuyer vos propos.

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

Les graffitis dérangent-ils l’auteure ?

ARGUMENT 1 ET JUSTIFICATION

ARGUMENT 2 ET JUSTIFICATION

ARGUMENT 3 ET JUSTIFICATION

ARGUMENT 4 ET JUSTIFICATION

42. Le texte s’intitule Les graffitis : fresques ou frasques ? Expliquez la différence entre fresques et frasques.

FRA-5201-2  SA2 Des sujets controversés

69


Comprendre Interpréter 43. Dégagez l’intention de communication de l’auteure du texte Les graffitis : fresques ou frasques ?

44. Selon vous, pourquoi les graffitis sont-ils dérangeants pour une partie de la population ?

Réagir 45. Pour vous, les graffitis sont-ils des fresques ou des frasques ? Pourquoi ?

70

FRA-5201-2  SA2 Des sujets controversés

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

Justifiez votre réponse en faisant référence au texte.


La classe numérique

Savoir 

r

y

e

b

laclasse.grandducenligne.com

LE PARTICIPE PASSÉ DES VERBES IMPERSONNELS

Exemple : Les deux jours qu’il a fallu pour effacer ces barbouillages haineux ont coûté cher. Certains verbes personnels peuvent aussi être employés à la forme impersonnelle, notamment faire, sembler, arriver, convenir et avoir. Exemple : Les chaleurs accablantes qu’il a fait ont nui au déroulement du concours de peintures murales. Le participe passé d’un verbe impersonnel ou d’un verbe employé à la forme impersonnelle est toujours invariable. Exemple : Les murs qu’il a été convenu de réserver aux graffitis ont été confiés à des artistes de la rue.

46. Soulignez et accordez les participes passés dans les phrases suivantes et justifiez l’accord. a)

Ces artistes handicapés qu’il m’a été donné de rencontrer sont extraordinaires. J’imagine les efforts qu’il leur a fallu pour apprendre à peindre.

b)

Les taches de peinture qu’il a fait

sur ce monument sont horribles.

Saviez-vous QUE ? Dans plusieurs pays d’Europe, d’Afrique et d’Asie, des spéléologues et des archéologues ont découvert de nombreuses grottes dont les murs sont ornés de peintures rupestres. Certaines de ces peintures, notamment en France, datent de 25 000 à 30 000 ans. L’homme de Cro-Magnon, appelé aussi l’homme moderne, occupait ces territoires et s’adonnait à l’art rupestre qui rappelle étrangement une forme d’art plus contemporain, le graffiti.

© thipjang / Shutterstock.com

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

Les verbes impersonnels se construisent avec le pronom impersonnel invariable il. Les verbes qui expriment des conditions météorologiques comme pleuvoir ou neiger et le verbe falloir sont des verbes impersonnels.

Grotte de Lascaux, vallée de la Vézère, France

FRA-5201-2  SA2 Des sujets controversés

71


La classe numérique

Savoir 

7

p

z

b

laclasse.grandducenligne.com

L’ACCORD DU VERBE AVEC DES SUJETS PARTICULIERS

Lorsque le sujet est le pronom indéfini plusieurs, beaucoup, certains, certaines, la plupart, quelques-uns, quelques-unes ou d’aucuns, le verbe se conjugue à la 3e personne du pluriel.

Lorsque le sujet est le pronom indéfini aucun, aucune, pas un, pas une, chacun, chacune, personne, nul, nulle, rien, tout, quelque chose ou quiconque, le verbe se conjugue à la 3e personne du singulier.

Exemples : La plupart participaient au débat.

Exemples : Chacun a apporté ses idées. Personne ne doutait de l’intérêt du projet.

PLUS D’UN ET MOINS DE DEUX

Lorsque le sujet est un nom précédé de plus d’un, le verbe se met au singulier.

Lorsque le sujet est un nom précédé de moins de deux, le verbe se met au pluriel.

Exemple : Plus d’un participant a été déçu du résultat.

Exemple : Moins de deux heures ont été nécessaires pour le convaincre.

47. Encadrez le verbe correctement accordé dans les phrases suivantes et justifiez l’accord. a) Plus d’un artiste (a travaillé / ont travaillé) sur cette peinture murale.

b) Pas un n’(a osé / ont osé) toucher à son œuvre.

c) Moins de deux jours (a passé / ont passé) avant que ce graffiti de mauvais goût soit découvert.

d) Chacune de ces ruelles (est décorée / sont décorées) de mille et une couleurs.

e) Aucun (n’est venu / ne sont venus) se prononcer.

f) Les autorités imposeront une amende à quiconque (est pris / sont pris) à peindre sur ce mur.

g) Beaucoup (pense / pensent) que les graffitis gâchent le paysage.

h) Plus d’une candidate (a été admise / ont été admises) au concours d’art mural.

72

FRA-5201-2  SA2 Des sujets controversés

Merci de ne pas photocopier

Quelques-uns sont demeurés silencieux.

© Éditions Grand Duc

PRONOMS INDÉFINIS


La classe numérique

Savoir 

r

6

e

y

laclasse.grandducenligne.com

LA MAJUSCULE INITIALE DANS LES NOMS PROPRES COMPOSÉS

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

ƒƒLe nom propre composé qui désigne un lieu géographique s’écrit avec une majuscule initiale à chaque nom. Exemples : Saint-Jean-sur-Richelieu, Notre-Dame-des-Laurentides ƒƒLorsqu’un nom de lieu est composé d’un nom commun générique suivi d’un nom propre ou d’un adjectif, le nom commun s’écrit avec une minuscule tandis que le nom propre ou l’adjectif prend une majuscule. L’adjectif est alors considéré comme un nom propre parce qu’il constitue l’élément distinctif. Exemples : la rivière Gilbert, le mont Blanc, l’océan Atlantique ƒƒLorsqu’un nom propre composé comprend un point cardinal, le point cardinal s’écrit avec une majuscule initiale. Exemples : l’autoroute Félix-Leclerc Ouest, le Nord du Québec ƒƒLes points cardinaux employés comme noms ou comme adjectifs pour indiquer une direction s’écrivent avec une minuscule. Exemple : J’habite au nord de Montréal. ƒƒDans le nom composé qui désigne un astre, le nom et l’adjectif qui le précède prennent une majuscule. Exemple : la Petite Ourse ƒƒLorsque le nom est suivi d’un adjectif, seul le nom s’écrit avec une majuscule. Exemple : le Système solaire Dans les noms propres composés désignant une route, un ministère, une direction, un organisme, une société, un établissement d’enseignement, un titre d’ouvrage, un nom de publication : ƒƒle nom commun comme rue, avenue, collège, ministère s’écrit avec une minuscule, mais le nom qui suit s’écrit avec une majuscule ; Exemples : la rue Saint-Jean-Baptiste, le ministère de la Culture, le collège Édouard-Montpetit ƒƒle nom commun prend la majuscule s’il est suivi d’un complément ou d’un adjectif faisant partie intégrante du nom propre. Exemples : l’École polytechnique, la Bibliothèque nationale, le Musée d’art contemporain

FRA-5201-2  SA2 Des sujets controversés

73


48. Encadrez le nom composé correctement orthographié dans les phrases suivantes et justifiez votre choix.

c) L’exposition sur le (Pôle Nord / pôle Nord) présentait des graffitis sur un mur de glace.

d) Sa fresque illustrait la Terre au milieu de la (Voie Lactée / Voie lactée).

e) Les viaducs de l’ (Autoroute ville-Marie / autoroute Ville-Marie) sont épargnés par les graffeurs.

49. Composez des phrases contenant les éléments suivants. a) Le nom d’un pont que vous connaissez.

b) Le nom d’un cours d’eau que vous connaissez.

c) Le nom composé d'une rue que vous fréquentez.

d) Un point cardinal.

74

FRA-5201-2  SA2 Des sujets controversés

Merci de ne pas photocopier

b) Ils se sont dirigés vers le (nord-est / Nord-Est) de l’île, gribouillant des graffitis sur les monuments.

© Éditions Grand Duc

a) Un tableau de la (mer Méditerranée / Mer Méditerranée) baignant la plage orne ce mur.


Savoir LE VERBE ESSENTIELLEMENT PRONOMINAL ET LE VERBE OCCASIONNELLEMENT PRONOMINAL

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

Les verbes pronominaux sont des verbes construits avec un pronom personnel conjoint de la même personne que le sujet, soit me (m’), te (t’), se (s’), nous ou vous. Certains verbes sont essentiellement pronominaux, c’est-à-dire qu’ils ne s’emploient qu’à la forme pronominale.

Les verbes occasionnellement pronominaux sont des verbes qu’on trouve le plus souvent à la forme non pronominale, mais qui peuvent aussi être employés à la forme pronominale.

Exemples : s’évanouir, s’ensuivre, s’abstenir sont des verbes essentiellement pronominaux. Les verbes évanouir, ensuivre ou abstenir n’existent pas.

Exemples : intéresser et s’intéresser, acheter et s’acheter.

50. Écrivez la lettre E ou O dans les parenthèses selon que le verbe dans les phrases ci-dessous est essentiellement pronominal ou occasionnellement pronominal et justifiez votre réponse. a) Certaines personnes se souviennent des publicités peintes sur les murs. (

b) Ils se sont retrouvés dans la ruelle avec leurs canettes de peinture. (

c) Son ami s’est moqué de son dessin. (

)

)

)

51. Composez deux ou trois phrases contenant un verbe pronominal. Soulignez le verbe et écrivez au-dessus la lettre E ou O selon qu’il est essentiellement pronominal ou occasionnellement pronominal.

FRA-5201-2  SA2 Des sujets controversés

75


La classe numérique

Savoir 

7

z

v

t

laclasse.grandducenligne.com

L’ACCORD DU PARTICIPE PASSÉ DES VERBES PRONOMINAUX

Le pronom Vous exerce la fonction sujet : le participe passé s’accorde au masculin pluriel. ƒƒLe participe passé des verbes occasionnellement pronominaux s’accorde en genre et en nombre avec le complément direct du verbe (CD) si ce complément est placé avant le verbe. Exemples : CD

–– Elle s’est recouverte d’un grand tablier pour peindre. Le pronom s’ exerce la fonction de CD et il est placé avant le verbe : le participe passé s’accorde au féminin singulier. CI

CD

–– Ils se sont cherché des endroits pour pratiquer leur art. Le pronom se exerce la fonction de CI et le CD des endroits est placé après le verbe : le participe passé reste invariable. CI

–– Nous nous sommes parlé avec respect. Le pronom nous exerce la fonction de CI et il n’y a pas de CD : le participe passé reste invariable.

52. Accordez les participes passés correctement dans les phrases suivantes. Ces touristes se sont arrêt , impressionnés par une fresque. Une dame s’est empress de la prendre en photo tandis qu’une autre s’est approch pour scruter les détails. Les amateurs d’art se sont absten de tout commentaire négatif. Plusieurs se sont demand qui l’avait peinte, mais l’artiste ne s’était pas donn la peine de signer son œuvre.

53. Justifiez l’accord des participes passés dans la dernière phrase du texte ci-dessus. a) se sont demandé :

b) ne s’était pas donné :

76

FRA-5201-2  SA2 Des sujets controversés

Merci de ne pas photocopier

Exemple : Vous vous êtes abstenus de tout commentaire.

© Éditions Grand Duc

ƒƒLe participe passé des verbes essentiellement pronominaux s’accorde en genre et en nombre avec le sujet.


54. Dans le tableau suivant, a) précisez la règle d’accord du participe passé qui s’applique dans chaque phrase ; b) soulignez le mot qui détermine l’accord du participe passé s’il y a lieu ; c) accordez le participe passé correctement.

Ces artistes se sont achet peindre. Ses amis se sont moqu

RÈGLE D’ACCORD du matériel pour

de sa fresque. cette fois-ci.

Nous nous sommes surpass

dans Les rencontres d’artistes qu’il y a eu cette ville ont permis de créer des liens d’amitié. Cette graffeuse s’est sauv prendre. Il a pl

avant de se faire

durant toute la semaine Arts en plein air.

Saviez-vous QUE ? Le mur de Berlin Dans la nuit du 12 au 13 août 1961, le mur de Berlin est construit. Il sépare symboliquement et physiquement l’Europe socialiste dite « de l’Est » de l’Europe atlantiste dite « de l'Ouest ».

©turtix / Shutterstock.com

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

PHRASE

Tandis que les Allemands de l’Est n’ont pas le droit d’approcher le mur, ceux de East Side Gallery l’Ouest écrivent des slogans sur leur côté du mur. Par la suite, des artistes viennent du monde entier pour peindre sur le mur, qui est à peu près intégralement recouvert au moment de sa destruction, en 1989. Aujourd’hui, une section du mur de 1,3 km est encore debout : l’East Side Gallery. Du côté est du mur de Berlin, elle sert de support pour une exposition d’œuvres d’art de la rue. Constituée de 118 peintures d’artistes provenant de 21 pays, elle est l’une des plus grandes galeries permanentes en plein air dans le monde. Source : https ://fr.wikipedia.org/wiki/Graffiti#Berlin.

FRA-5201-2  SA2 Des sujets controversés

77


RETOUR SUR LES CONNAISSANCES

Maintenant que vous avez accompli les trois tâches de lecture de cette situation d’apprentissage, vérifiez ce que vous avez retenu des différents savoirs. N’hésitez pas à consulter la liste des savoirs vus, à la page 41 ou dans l’index à la page 177.

55. Ajoutez un préfixe, un suffixe ou les deux aux mots entre parenthèses pour en former de nouveaux. © Éditions Grand Duc

Indiquez à quelle classe de mots appartient le mot formé.

Voici trois moyens de diminuer les quantités (phénomène) de détritus envoyés à l’(incinérer)

. D’abord, consommer raisonnablement permet

de réduire (sensible) Ensuite, (cycle) finissent au (pot)

les déchets produits à la source. évite que des matériaux encore utiles . Finalement, composter soustrait les

résidus organiques du sac à ordures et les (former)

en terre.

56. Lisez les deux définitions suivantes. ƒƒ Lieu à ciel ouvert d’où on extrait des matériaux de construction. ƒƒ Métier, profession qui présente des étapes, une progression. a) Quel mot peut avoir ces deux sens ? b) Le mot trouvé en a) contient un suffixe. Quel est-il ? c) Quel est le sens de ce suffixe ? d) Donnez un synonyme du mot trouvé qui contient le même suffixe et qui correspond à la première définition.

57. Récrivez les phrases suivantes en remplaçant les mots soulignés par un synonyme ou un antonyme, selon le cas.

J’appuie (antonyme) les propos (synonyme) de cet homme. Ce qu’il dit est une vérité (antonyme) absolue. Il est de bonne foi (antonyme), je vous le jure (synonyme). Il a bien ramassé (antonyme) ses ordures (synonyme) sur le trottoir. Épargnez (antonyme)-le.

78

FRA-5201-2  SA2 Des sujets controversés

Merci de ne pas photocopier

d’(enfouir)

ou au lieu


58. Complétez les phrases suivantes avec la préposition appropriée.  avec    à    chez   pour   sans    dès a) Fatima mange

ses amis.

b) Les autobus ne partiront pas

d) Gabriel part e)

que tu viennes. Carthagène. demain, je serai en poste.

f) Elle me regardait

sérieux.

59. a) Trouvez un antonyme pour chacun des mots suivants. MOT

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

c) Elle a insisté

lui.

ANTONYME

MOT

Perdre

Récupérer

Unique

Facilité

Force

Énorme

Efficace

Coloré

ANTONYME

b) Formulez une antithèse en utilisant des antonymes dans le tableau ci-dessus.

60. Dans la phrase suivante, encerclez les anglicismes critiqués et écrivez l’équivalent français au-dessus de chacun.

Mon boss, mes collègues et moi participerons à un meeting pour donner notre avis sur la question du bac à compost à la cafétéria.

61.

a) Soulignez l’adverbe et la subordonnée corrélative de la phrase suivante. Il a mieux appuyé ses arguments que je ne l’aurais cru. b) Vrai ou faux : cette subordonnée, associée à l’adverbe, joue le rôle de modificateur du verbe.

FRA-5201-2  SA2 Des sujets controversés

79


62. Écrivez correctement les noms propres composés qui sont soulignés et justifiez l’emploi des majuscules.

63. Encadrez les accords faits correctement dans le texte suivant. Plus d’un élève (s’est prononcé / se sont prononcés) sur le projet de graffitis. Moins de deux jours (a été nécessaire / ont été nécessaires) au comité pour délibérer. Aucun (n’ont commenté / n’a commenté) la décision puisque la plupart en (était / étaient) heureux. Certains, cependant, (ont décidé / a décidé) de ne pas participer à l’activité.

64. Composez deux phrases contenant un participe passé d'un verbe impersonnel.

65. Composez deux phrases avec un verbe occasionnellement pronominal. Assurez-vous de bien accorder le participe passé.

80

FRA-5201-2  SA2 Des sujets controversés

Merci de ne pas photocopier

b) Le poisson volant et le petit renard sont des constellations.

© Éditions Grand Duc

a) Les peintures murales sont très populaires dans l’ouest du canada.


CORRIGÉ 1.

Réponse personnelle.

2. Toute réponse ayant le même sens est acceptée.

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

Exemple de réponse : François Cardinal clame que l’évolution du vocabulaire employé dans les politiques gouvernementales cache un affaiblissement des objectifs poursuivis dans la gestion des déchets. Il parle entre autres de la politique qui projette de mettre en valeur 65 % des déchets pouvant l’être. Il dénonce le fait que le gouvernement calcule désormais le taux de recyclage seulement à partir des déchets qui peuvent être recyclés, ce qui fait en sorte qu’il ne s’occupe plus de 12 % des déchets. Dans sa plus récente politique, qui vise les matières « éliminées », le gouvernement ne compte plus réduire la quantité de déchets produits, mais la quantité de déchets enfouis. L’auteur souhaiterait que le gouvernement s’attaque à la surconsommation et à la réduction des déchets produits et non pas seulement au traitement des déchets.

3.  Pouf ! On a « éliminé » les déchets (titre).  Pouf ! On a « éliminé » les « matières résiduelles » (paragr. 3).  Pouf ! On a éliminé environ 12 % des déchets… (paragr. 8).

4. Il s’agit d’un billet parce que le texte est court et sarcastique.

5. Dans l’énoncé a), on calcule le taux de recyclage

sur l’ensemble des déchets, alors que dans l’énoncé b), on calcule le taux de recyclage seulement sur les déchets qui peuvent être recyclés.

6. Exemple de réponse : François Cardinal dénonce le fait que le gouvernement joue trop sur les mots dans les différentes politiques gouvernementales liées à la gestion des déchets en utilisant un vocabulaire qui détourne certaines réalités. « Alors que la première politique visait une réduction de la moitié des “déchets” envoyés au dépotoir en 2000, la deuxième promettait la “mise en valeur” de 65 % des “matières résiduelles” en 2008. » (p. 43) En changeant le mot déchets par matières résiduelles, le gouvernement réduit son objectif, mais la population ne s’en rend peut-être pas compte, pensant qu’il s’agit d’un nouveau terme et non d’un tout autre objectif.

7. Exemple de réponse : Le ton employé par François Cardinal se veut didactique. En effet, tout au long de son texte, il explique pourquoi

les termes utilisés par le gouvernement dans ses politiques de gestion de déchets modifient les objectifs. Il considère les trois dernières politiques gouvernementales sur ce sujet et explique ce que chaque changement de vocabulaire amène comme changement dans les résultats prévus. À la fin de son texte, il émet même quelques suggestions au gouvernement afin d’améliorer ses mesures environnementales.

8. a) Verbe de sentiment.

d)  Phrase impérative.

b) Ponctuation expressive.

e)  Phrase interrogative.

c) Pronom on.

9. a) pot. b) Préfixe  : dé-   Sens  : Séparation. Suffixe : -oir    Sens : Lieu où se passe l’action. c) Lieu destiné à recevoir les ordures.

10. a) Plusieurs réponses possibles.

Exemple : Traitement des déchets pour produire du méthane.

b) bio/méthan/isation. c) Le préfixe bio- signifie « vie ». d) Le suffixe -ation (isation) signifie « action de ». e) Le mot méthane désigne un gaz libéré dans l’atmosphère lorsque la matière organique se décompose dans un environnement où le niveau d’oxygène est faible. f) Traitement naturel des matières organiques pour produire du biogaz, lequel est principalement composé de méthane. g) Traitement accéléré des matières organiques pour produire du biogaz de façon industrielle. AC

11. a) Combien as-tu payé pour ces jouets d’occasion ?

Combien as-tu payé ces jouets d’occasion ? AC b) Le garagiste m’a donné un estimé des coûts de réparation.  Le garagiste m’a donné une estimation des coûts de réparation. AA c) Les amateurs de baseball se sont réunis au stade. AA d) J’ai apporté un délicieux fromage cheddar pour le pique-nique. AC AA e) Les supporters de l’équipe locale de hockey AA ont soutenu les joueurs jusqu’à la fin du match. Les partisans de l’équipe locale de hockey ont soutenu les joueurs jusqu’à la fin du match.

FRA-5201-2  SA2 Des sujets controversés

81


l’utilisation de l’eau et aux déchets que je produis, j’essaie d’acheter local. Cette information m’affecte, car je ne comprends pas pourquoi on ne nous informe pas davantage sur ce sujet.

12. a) 2), b) 3), c) 1) 13. 1) 14. Récupérer.

23. Réponse personnelle.

15. Réponse personnelle.

17.

Parce que notre gestion des déchets ne génère pas d’économies et ne permet pas d’en tirer des revenus. De plus, l’industrie de la récupération et du recyclage va mal et la moitié des usines sont menacées de fermeture.

18. a) Découvrir ce qui était caché, ce qui était oublié. b) déniche, ranime, ravive, ressort, ressuscite.

bonnes paroles

20. Malgré les beaux discours de nos politiciens et les

multiples nombreuses campagnes publicitaires qui le présentent

le numéro un comme un leader du recyclage, le Québec se classe plutôt parmi les plus grands producteurs de matières

du monde dépassant résiduelles de la planète, devançant honteusement les États-Unis et le reste du Canada. à

21. En dépit de nos efforts en tant que citoyens et d’un

l’abondance des manque d’investissements, notre industrie de la

prend son envol récupération et du recyclage bat de l’aile. Pendant ce temps, les propriétaires des plus grands dépotoirs du

de mauvaises affaires Québec font des affaires d’or et nous continuons

de récupérer d’enfouir des tonnes de matières recyclables ou compostables.

22. L’adulte doit préciser comment il ou elle se sent

et justifier sa réponse en faisant référence au texte et à sa vie personnelle. Exemple de réponse : Après la lecture de ces deux textes, je me sens triste. D’abord, je ne savais pas que les changements de vocabulaire dans les politiques du gouvernement permettaient au Québec de revoir à la baisse les objectifs à atteindre par rapport à la gestion des déchets. Ensuite, dans le second texte, l’auteur dit que nos politiciens font des discours qui vantent notre mérite comme meneur en matière de recyclage, alors que le Québec se classe parmi les plus grands producteurs de matières résiduelles au monde. Je tente du mieux que je peux de protéger la planète : je recycle, je fais attention à

82

FRA-5201-2  SA2 Des sujets controversés

Les règles quant à l’interdiction de la cigarette dans les lieux publics sont truffées d’exceptions, ce qui Argument 1 crée des demi-mesures. On n’a Justification qu’à penser à toutes les permissions faites dans certaines résidences de personnes âgées ou dans certains lieux d’hébergement touristique. Les règles s’appliquant aux points de vente des produits du tabac peuvent être paradoxales. On n’a qu’à penser Justification au fait que des mineurs et mineures peuvent vendre du tabac, par exemple. Argument 2

19.  Malgré.    En dépit de.

Grâce à

25.

Les règles à suivre par les fabricants de cigarettes finissent par être discriminatoires, voire absurdes. Argument 3 Leurs produits sont difficilement Justification accessibles chez les rares commerçants qui peuvent les vendre à des consommateurs qui ne peuvent fumer que dans certains endroits. S’il est concevable de donner des amendes aux contrevenants, il est inconcevable que les taxes des Argument 4 Québécois et Québécoises servent à créer une ligne téléphonique pour Justification les dénoncer, car cela revient à s’acharner sur les personnes qui fument, vendent et fabriquent des cigarettes.

26. a) Paragraphe 5 : séquence explicative. b) Paragraphe 23 : séquence descriptive.

27. L’auteur veut sensibiliser le gouvernement ainsi que les

personnes qui fument, qui vendent des produits dérivés du tabac et qui travaillent dans l’industrie du tabac au fait que la réglementation concernant le tabac est truffée d’exceptions et serait discriminatoire. Il s’agit actuellement d’une lutte contre les personnes qui fument, qui vendent des produits dérivés du tabac et qui travaillent dans l’industrie du tabac. Le gouvernement devrait plutôt viser la cohérence des interdictions, tout en respectant chacune des parties. Ainsi, l’auteur du texte propose au gouvernement de demander simplement aux gens de fumer à l’extérieur, de les sensibiliser aux conséquences du tabac et de s’assurer que les mineurs et mineures ne puissent fumer avant l’âge de 18 ans.

Merci de ne pas photocopier

correcte. Toutefois, certaines règles sont inefficaces pour contrer le tabagisme. Elles portent atteinte à l’intelligence et à la dignité des gens et risquent de provoquer des dérapages dans leur application.

producteurs de déchets de la planète et que nous enfouissons des tonnes de déchets dont 80 % sont recyclables ou compostables.

© Éditions Grand Duc

24. La Loi sur le tabac, même si elle est compliquée, reste

16. Parce que le Québec est l’un des plus grands


28. Plusieurs réponses possibles.

Exemples : Il est non-fumeur parce qu’il approuve la loi. OU Il est fumeur parce qu’il s’oppose aux images repoussantes figurant sur les paquets de cigarettes.

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

29. Le ton critique employé par l’auteur dans ce texte

argumentatif permet de dénoncer les dérapages que pourraient entraîner les différentes règles sur le tabac. Il émet son opinion en critiquant une réglementation trop floue pour les personnes qui fument et qui vendent des produits dérivés du tabac et trop discriminatoire pour le personnel de l’industrie du tabac. L’auteur emploie également un ton didactique, puisqu’il explique aux destinataires la teneur de certaines règles et qu’il indique les exceptions s’y rapportant. L’alternance entre le ton critique et le ton didactique permet au lecteur de se faire une idée éclairée de l’objet de l’argumentation et de comprendre la frustration de l’auteur.

30. Plusieurs réponses possibles. Voir votre enseignant ou enseignante.

31. L’adulte doit mentionner s’il ou elle est d’accord ou non avec les propos de l’auteur et justifier sa réponse en faisant référence au texte et à sa vie personnelle. Exemple de réponse : Je ne suis pas d’accord avec l’auteur de ce texte. Je trouve que les règles sur le tabac sont très bien ainsi. Il est important de prévoir des exceptions à la loi, car les gens vont finir par trouver des failles. Il est important qu’on ne puisse pas fumer dans les endroits publics. Maintenant que nous savons que la fumée secondaire est presque aussi nocive que la fumée primaire, plus personne ne devrait la subir. Il est important de mettre des limites à la vente de produits du tabac ainsi qu’à cette industrie. Puisque la cigarette est nocive pour la santé, je suis d’accord avec le gouvernement pour apposer des images et des avis dissuasifs sur les emballages. Par contre, une fois enlevé l’emballage de cellophane qui recouvre le paquet de cigarettes, on ne voit plus les avis. J’obligerais donc à indiquer également ces avis à d’autres endroits. De plus, je ne trouve pas, ainsi que l’auteur l’affirme, que nous sommes trop sévères avec les fabricants. En effet, leur activité nuit directement à la santé publique et peut entraîner d’importants frais médicaux liés aux problèmes de santé causés par le tabac.

32. Réponse personnelle. 33. a) Les moyens de cesser de fumer ne lui permettent Adv. pas d’obtenir des résultats aussi facilement qu’elle l’aurait cru. V b) La Loi sur le tabac a davantage sensibilisé les fumeurs qu’elle ne les a fait cesser de fumer. Adj. c) Les publicités sur le tabac sont plus discrètes que celles qui existaient dans les années 1960.

V d) On a suffisamment averti les fumeurs des dangers de la fumée secondaire pour qu'ils respectent les lois dans les lieux publics. e) Cette femme qui veut arrêter de fumer est beaucoup Adj. moins persévérante que je ne le croyais. f) Les cigarettes électroniques sont devenues populaires auprès des jeunes adultes si Adv. rapidement que plusieurs d'entre eux ont développé une dépendance à la nicotine.

34. ...plus cher que vous ne le croyez. 35. Faux. La réfutation est une stratégie argumentative

visant à défendre son opinion en soulevant un contreargument pour ensuite le contester.

36. La progression est assurée par l’introduction d’une

information nouvelle à l’aide du marqueur cependant. La continuité est assurée par l’expression cette contrainte, qui reprend le propos sur la condition d’exploitation du commerce du tabac imposée par la loi.

37. a) Vers le milieu des années 1960, les fumeurs étaient Manière A dans le vent. b) Le mouvement pour la lutte antitabac est Manière A en plein essor. Moyen C c) Le nombre de fumeurs diminuera avec le temps. Opposition C d) Certains continuent de fumer malgré les campagnes de sensibilisation.

38. Réponse personnelle. 39. Voir votre enseignant ou enseignante. 40. Sujet amené : Un graffiti est un dessin ou une inscription

peinte, tracée ou gravée sur des biens publics ou privés, des monuments, des murs ou toute autre surface inhabituellement utilisée à de telles fins. On a longtemps associé le graffiti au délit, à l’acte de vandalisme à cause de son caractère illégal ou clandestin. Sujet posé : Le graffiti aurait-il évolué au point d’être élevé au rang d’art ? Fermeture : Alors fresques ou frasques ? Malheureusement, les unes et les autres continueront de coexister, car il y aura toujours des gens qui repousseront les limites de l’acceptable et qui inventeront des méthodes plus élaborées pour marquer, tacher, salir nos murs, défier le système et la société. Ouverture : Cependant, en manifestant plus d’ouverture et en apprenant à apprécier le caractère artistique du graffiti, le phénomène, sans disparaître, pourrait sûrement s’estomper.

FRA-5201-2  SA2 Des sujets controversés

83


Argument 1 et justification : La fresque s’inscrit dans un projet réfléchi et le graffiti est une création spontanée mue par l’émotion du moment. Par contre, quand la beauté est au rendez-vous, il n’y a aucun mal à confondre fresque et graffiti. Argument 2 et justification : Il est légitime de refuser de considérer le graffiti comme une fresque si on est en présence de gribouillis amateurs, mais c’est à nous de transformer les graffeurs et graffeuses, qui ont souvent un talent remarquable, en leur donnant un lieu où ils pourront s’exprimer. Il faut accepter cette nouvelle catégorie d’artistes et prendre en considération qu’ils peuvent, eux aussi, faire quelque chose de beau. Argument 3 et justification : Le graffiti est un excellent moyen de stimuler la créativité, de développer les talents et la confiance en soi et d’avoir une meilleure perception de l’avenir. On a tous et toutes à gagner à faire ressortir ce qu’il y a de meilleur chez ces artistes de la rue. Argument 4 et justification : Certains messages sont acceptables, même s’il s’agit de gribouillis, parce qu’ils sont des gardiens de la mémoire collective. Pensons aux graffitis du 11 septembre 2001 qui rendent hommage aux personnes disparues.

42. Les graffitis qui sont une expression du « beau », qui ont

un sens et qui sont une forme d’art méritent le nom de fresques. Les barbouillages, les gribouillis illégaux qui endommagent les biens publics et qui n’ont pas de sens sont des frasques.

43. L’auteure désire convaincre les destinataires de faire

preuve de plus d’ouverture envers les graffeurs et graffeuses : « en manifestant plus d’ouverture et en apprenant à apprécier les caractères artistiques du graffiti, le phénomène, sans disparaître, pourrait sûrement s’estomper. » (p. 68) Bien que des graffitis soient perçus comme des frasques, un bon nombre de fresques sont toutefois réalisées, bien souvent par des artistes talentueux. Il faut donc accepter leur art pour les faire passer de l’ombre à la lumière.

44. Réponse personnelle. 45. L’adulte doit dire s’il ou elle considère les graffitis

plutôt comme des fresques ou des frasques et justifier sa réponse en faisant référence au texte et à sa vie personnelle. Exemple de réponse : Je partage l’opinion de l’auteure parce que je considère que certains graffitis sont des fresques et d’autres, des frasques. Le graffiti est une forme d’art en soi. J’aimerais pouvoir dire qu’il s’agit toujours de fresques, mais, comme c’est précisé dans le texte, on trouve aussi des gribouillages qui me font penser le contraire. Par contre, je pense que la communauté est de plus en plus ouverte aux graffitis. Effectivement, on voit davantage de concours de graffitis organisés par les villes ou des organismes pour embellir le mur d’un édifice, les viaducs, etc. Cela nous permet également

84

FRA-5201-2  SA2 Des sujets controversés

de découvrir des artistes incroyables. Je suis d’ailleurs moi-même un graffeur sur Instagram qui, lui, ne fait que de fantastiques fresques ! J’aimerais que tous les graffitis soient des fresques.

46. a) Ces artistes handicapés qu’il m’a été donné

de rencontrer sont extraordinaires. J’imagine les efforts qu’il leur a fallu pour apprendre à peindre. Le verbe donner est employé à la forme impersonnelle et le verbe falloir est un verbe impersonnel. Le participe passé d’un verbe employé à la forme impersonnelle ou d’un verbe impersonnel est toujours invariable.

b) Les taches de peinture qu’il a faites sur ce monument sont horribles. Le verbe faire est employé à la forme personnelle avec l’auxiliaire avoir ; il s’accorde donc au féminin pluriel avec le CD taches de peinture placé devant le verbe.

47. a) Plus d’un artiste (a travaillé / ont travaillé) sur cette peinture murale.

Lorsque le sujet est un nom précédé de plus d’un, le verbe se met au singulier. b) Pas un n’(a osé / ont osé) toucher à son œuvre. Lorsque le sujet est le pronom indéfini pas un, le verbe se conjugue à la 3e personne du singulier. c) Moins de deux jours (a passé / ont passé) avant que ce graffiti de mauvais goût soit découvert. Lorsque le sujet est un nom précédé de moins de deux, le verbe se met au pluriel. d) Chacune de ces ruelles (est décorée / sont décorées) de mille et une couleurs. Lorsque le sujet est le pronom indéfini chacun/ chacune, le verbe se conjugue à la 3e personne du singulier.

e) Aucun (n’est venu / ne sont venus) se prononcer. Lorsque le sujet est le pronom indéfini aucun/ aucune, le verbe se conjugue à la 3e personne du singulier.

f) Les autorités imposeront une amende à quiconque (est pris / sont pris) à peindre sur ce mur. Lorsque le sujet est le pronom indéfini quiconque, le verbe se conjugue à la 3e personne du singulier. g) Beaucoup (pense / pensent) que les graffitis gâchent le paysage. Lorsque le sujet est le pronom indéfini beaucoup, le verbe se conjugue à la 3e personne du pluriel. h) Plus d'une candidate (a été admise / ont été admises) au concours d'art mural. Lorsque le sujet est un nom précédé de plus d'un, le verbe se met au singulier.

© Éditions Grand Duc

Les graffitis dérangent-ils l’auteure ? Non, s’ils sont de bon goût.

Merci de ne pas photocopier

41.


48. a) Un tableau de la (mer Méditerranée /

Mer Méditerranée) baignant la plage orne ce mur. Méditerranée est un nom propre qui suit le nom commun générique mer.

b) Ils se sont dirigés vers le (nord-est / Nord-Est) de l’île, gribouillant des graffitis sur les monuments.

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

Le point cardinal nord-est est employé comme nom pour indiquer la direction. c) L’exposition sur le (Pôle Nord / pôle Nord) présentait des graffitis sur un mur de glace. Dans un nom propre composé comprenant un point cardinal, le point cardinal s’écrit avec une majuscule initiale. d) Sa fresque illustrait la Terre au milieu de la (Voie Lactée / Voie lactée). Le nom est suivi d’un adjectif, donc seul le nom s’écrit avec une majuscule. e) Les viaducs de l’(Autoroute ville-Marie / autoroute Ville-Marie) sont épargnés par les graffeurs. Dans un nom propre composé désignant une route, le nom commun s’écrit avec une minuscule et le nom qui suit prend la majuscule.

49. a) Plusieurs réponses possibles. b) Plusieurs réponses possibles. c) Plusieurs réponses possibles. d) Plusieurs réponses possibles.

50. a) (E) Le verbe souvenir n’existe pas. b) (O) Le verbe retrouver s’emploie aussi sans le pronom se, comme dans la phrase Ils ont retrouvé leur peinture. c) (E) Le verbe moquer n’existe pas.

51. Plusieurs réponses possibles. 52. Ces touristes se sont arrêtés, impressionnés par une

fresque. Une dame s’est empressée de la prendre en photo tandis qu’une autre s’est approchée pour scruter les détails. Les amateurs d’art se sont abstenus de tout commentaire négatif. Plusieurs se sont demandé qui l’avait peinte, mais l’artiste ne s’était pas donné la peine de signer son œuvre.

54.

PHRASE

RÈGLE D’ACCORD

Ces artistes se sont acheté du matériel pour peindre.

Occasionnellement pronominal.

Ses amis se sont moqués de sa fresque.

Essentiellement pronominal.

Nous nous sommes surpassés cette fois-ci.

Occasionnellement pronominal.

Les rencontres d’artistes qu’il y Verbe impersonnel. a eu dans cette ville ont permis de créer des liens d’amitié. Cette graffeuse s’est sauvée avant de se faire prendre.

Occasionnellement pronominal.

Il a plu durant toute la semaine Arts en plein air.

Verbe impersonnel.

55. Voici trois moyens de diminuer les quantités

phénoménales (adj.) de détritus envoyés à l’incinérateur (nom) ou au lieu d’enfouissement (nom). D’abord, consommer raisonnablement permet de réduire sensiblement (adv.) les déchets produits à la source. Ensuite, recycler (verbe) évite que des matériaux encore utiles finissent au dépotoir (nom). Finalement, composter soustrait les résidus organiques du sac à ordures et les transforme (verbe) en terre.

56. a) Carrière. b) -ière. c) Lieu. d) Plusieurs réponses possibles. Exemples : Sablière, marbrière, ardoisière, plâtrière.

57. Je dénonce les paroles de cet homme. Ce qu’il dit est un mensonge absolu. Il est de mauvaise foi, je vous le confirme. Il a bien jeté ses déchets sur le trottoir. Condamnez-le.

58. a) Fatima mange chez ses amis. b) Les autobus ne partiront pas sans lui. c) Elle a insisté pour que tu viennes. d) Gabriel part à Carthagène. e) Dès demain, je serai en poste. f) Elle me regardait avec sérieux.

53. a) Le pronom se exerce la fonction de CI et le CD

est placé après le verbe : le participe passé reste invariable.

b) Le pronom se exerce la fonction de CI et le CD est placé après le verbe : le participe passé reste invariable.

FRA-5201-2  SA2 Des sujets controversés

85


59. a)

MOT

ANTONYME

MOT

ANTONYME

Perdre

gagner, retrouver

Récupérer

jeter, éliminer

Unique

multiple, nombreux

Facilité

difficulté, complexité

Force

faiblesse, fragilité

Énorme

petit, minuscule

Efficace

inutile, inefficace

Coloré

terne, gris

patron

60. Mon boss, mes collègues et moi participerons à

une rencontre un meeting pour donner notre avis sur la question du bac à compost à la cafétéria.

61. a) Il a mieux appuyé ses arguments que je ne l’aurais cru.

b) Vrai. L’adverbe mieux avec la subordonnée que je ne l’aurais cru modifie le sens du verbe a appuyé.

62. a) Ouest du Canada : on met la majuscule à Ouest parce que le point cardinal désigne une région et à Canada parce que c’est le nom d’un pays.

b) Poisson volant : le nom Poisson s’écrit avec une majuscule parce que c’est le nom d’une constellation, mais l’adjectif volant qui suit le nom commence par une minuscule.

86

Petit Renard : l’adjectif Petit s’écrit avec une majuscule parce qu’il précède le nom Renard qui prend une majuscule.

FRA-5201-2  SA2 Des sujets controversés

63. Plus d’un élève (s’est prononcé / se sont prononcés)

sur le projet de graffitis. Moins de deux jours (a été nécessaire / ont été nécessaires) au comité pour délibérer. Aucun (n’ont commenté / n’a commenté) la décision puisque la plupart en (était / étaient) heureux. Certains, cependant, (ont décidé / a décidé) de ne pas participer à l’activité.

64. Réponse personnelle. 65. Réponse personnelle.

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

b) Plusieurs réponses possibles. Exemples : Chaque petit geste pour récupérer fait une énorme différence. Nos politiques de gestion sont inutiles sans un système de récupération efficace.


3

À L’ÉCOUTE de la controverse

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

SITUATION d’apprentissage

Durée approximative de la SA

8 heures On n’a qu’à écouter les gens discuter autour de nous pour se rendre compte que plusieurs sujets animent les conversations. Ils parlent de météo, s’indignent à la moindre occasion, ont tendance à se plaindre pour un rien.

1.

SAVOIRS p. 94 L’ironie et l’antithèse p. 102 L’énonciateur générique p. 111

  CORRIGÉ

Êtes-vous du genre à avoir une opinion sur tout ou à commenter l’actualité sur les réseaux sociaux ? Pourquoi ?

FRA-5201-2  SA3 À l’écoute de la controverse

87


Écoute de documents audio sur la gestion des déchets

TÂCHE 1

Durée approximative  2 heures

Quels sont les éléments que vous avez retenus à ce sujet ?

Bande-annonce du documentaire LA pouBELLE PROVINCE

ÉCOUTE DU MESSAGE 1

Pour vous aider à bien comprendre ce message, appliquez les stratégies suivantes. AVANT l’écoute

Stratégie

Lisez les questions qui porteront sur cette écoute.

Pour en savoir plus, consultez la section Coffret à la page 172.

PENDANT l’écoute Notez le ton, le point de vue, l’attitude et les marques de modalité de l’énonciateur. Au besoin, référez‑vous aux savoirs « Le point de vue et les marques de modalité », page 26 et « Le ton adopté par l’énonciateur », page 30 et écoutez le message plus d’une fois. Ton :

neutre o agressif o critique o

Point de vue : objectif o subjectif o Attitude :

distanciée o engagée o

Marques de modalité : ƒƒ Extrait 1 ƒƒ Extrait 2 ƒƒ Extrait 3

APRÈS l’écoute Comment cette écoute influence-t-elle votre opinion à ce sujet ?

La classe numérique

k

4

v

7

laclasse.grandducenligne.com

88

Écoutez maintenant la bande-annonce du documentaire LA pouBELLE PROVINCE de Denis Blaquière pour en connaître davantage sur le problème de la gestion des déchets.

FRA-5201-2  SA3 À l’écoute de la controverse

Merci de ne pas photocopier

2.

© Éditions Grand Duc

Dans la situation d’apprentissage précédente, vous avez lu deux textes portant sur la gestion des déchets au Québec (pages 42-43 et 49-50).


Comprendre Au début de la bande-annonce, Denis Blaquière affirme que la majorité des déchets acheminés au dépotoir sont recyclables ou compostables. Répondez à la question qu’il pose ensuite : « Comment en sommes-nous arrivés à un tel gaspillage ? »

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

3.

Interpréter 4.

Le titre LA pouBELLE PROVINCE est formé de deux expressions. a) Écrivez ces deux expressions et donnez la signification de chacune. ƒƒ 1re expression : Définition :

ƒƒ 2e expression : Définition :

b) Expliquez dans vos mots le sens du titre LA pouBELLE PROVINCE.

5.

À la fin du reportage, on annonce qu’il y aura des demandes d’agrandissement des dépotoirs et l’émetteur se demande si le gouvernement aura, pour une fois, le courage politique de dire « non ». Pourquoi a-t-on utilisé l’expression « pour une fois » ? Expliquez et justifiez votre réponse à l’aide d’un élément du reportage.

FRA-5201-2  SA3 À l’écoute de la controverse

89


Complétez l’énoncé suivant à l’aide des notes prises dans la rubrique « Stratégie » à la page 88. J’ai surtout remarqué l’attitude

(distanciée ou engagée) de l’énonciateur

lorsqu’il utilisait cette marque de modalité :

,

on remarque qu’il utilise un ton

. De plus, dans l’intention de

.

Réagir 7.

Ce message vous a-t-il convaincu de l’urgence de mettre en place des mesures efficaces de gestion des déchets au Québec ? Pourquoi ?

Rappel LA PRISE DE NOTES Pour mieux mémoriser Pour garder une trace écrite

Aérer le texte Se faire un code couleur

POURQUOI

PRENDRE DES NOTES LORS D’UNE ÉCOUTE ?

COMMENT PRENDRE DES NOTES ?

Utiliser des abréviations (tjs pour toujours, bcp pour beaucoup…)

Pour faire une écoute active Pour mettre ses idées en ordre

Ne pas recopier mot à mot et ignorer les mots inutiles

Noter les dates, les sources, les citations, les chiffres importants…

Truc : chercher sur Internet les « Abréviations et signes pour la prise de notes »

90

FRA-5201-2  SA3 À l’écoute de la controverse

© Éditions Grand Duc

comme on peut le constater dans l’extrait suivant :

Merci de ne pas photocopier

6.


8.

Mettez les phrases suivantes en abréviations, en signes ou en mots-clés.

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

Exemple : Jacques Parizeau, né le 9 août 1930 et mort le 1er juin 2015 à Montréal. Il a été le vingt-sixième premier ministre du Québec. Réponse : Jacq. Pariz.  né 9 â 1930  † 1 jn 2015 Mtl. 26e PM Qc a)

La population mondiale a considérablement augmenté ces dix dernières années, ce qui a provoqué des crises économiques graves.

b)

Un Québécois produit deux fois plus de matières résiduelles qu’un Japonais, 60 % de plus qu’un Français et même 15 % de plus qu’un Américain.

ÉCOUTE DU MESSAGE 2

Entrevue de Denis Blaquière

Pour vous aider à bien comprendre ce message, appliquez les stratégies suivantes.

Stratégie

Pour en savoir plus, consultez la section Coffret à la page 172.

AVANT l’écoute

PENDANT l’écoute

Écrivez sur la fiche de prise de notes, à la page 92, les informations recherchées en vous aidant des questions qui portent sur cette écoute.

Notez le plus d’informations possible à l’aide d’abréviations, de signes et de mots-clés sur votre fiche de prise de notes.

APRÈS l’écoute 1. Quelles difficultés avez-vous éprouvées (par exemple, vous laisser distraire, relever de l’information, répondre aux questions, prendre des notes, comprendre les mots) ?

2. Quelles stratégies d’écoute avez-vous utilisées ? Cochez les cases appropriées. o J’ai prévu un lieu calme et le matériel nécessaire. o J’ai choisi une méthode efficace de prise de notes : papier ou traitement de texte, mots‑clés, schémas ou résumés. o Je me suis rappelé mes connaissances sur le sujet avant de commencer l’écoute. o J’ai précisé ce que je voulais savoir sur le sujet avant et pendant l’écoute. o Autre stratégie : Je suis satisfait ou satisfaite o insatisfait ou insatisfaite o de ma prise de notes.

FRA-5201-2  SA3 À l’écoute de la controverse

91


9

f

3

laclasse.grandducenligne.com

FICHE DE PRISE DE NOTES Personne interrogée : Journaliste : Sujet : Principaux éléments d’information

Consultez votre enseignant ou enseignante pour valider vos stratégies et votre fiche de prise de notes.

92

FRA-5201-2  SA3 À l’écoute de la controverse

© Éditions Grand Duc

4

Écoutez l’entrevue accordée par Denis Blaquière à Michel Désautels sur la Première Chaîne de Radio‑Canada. Vous entendrez le réalisateur exprimer ses idées sur la gestion des déchets au Québec.

Merci de ne pas photocopier

La classe numérique


Comprendre 9.

Dans cette écoute, on traite de la production de déchets des Québécois et Québécoises. Complétez l’énoncé suivant.

de déchets

10.

et

de la planète :

tonnes

de tonnes par année.

L’un des principaux problèmes avec les déchets au Québec, c’est que nous en produisons en quantités industrielles. Quelles solutions a-t-on mises en place pour gérer cette « masse incroyable de matières résiduelles » ?

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

Les Québécois sont parmi les plus grands

Interpréter 11.

Que veut dire M. Blaquière quand il parle d’une « concurrence déloyale » entre les enfouisseurs et les usines de récupération et de recyclage ?

Réagir 12. Comment réagissez-vous aux données comparatives présentées dans l’entrevue ? Justifiez votre réaction en vous appuyant sur l’écoute.

FRA-5201-2  SA3 À l’écoute de la controverse

93


Pensez-vous que le problème de la gestion des déchets sera réglé bientôt ? Expliquez pourquoi.

© Éditions Grand Duc

Savoir L’IRONIE ET L’ANTITHÈSE L’ironie consiste à dire le contraire de ce qu’on veut dire pour faire ressortir l’absurdité du propos. Exemple : On les aime tellement, nos vidanges, qu’on les collectionne dans notre sous-sol. L’antithèse consiste à établir un parallèle entre deux réalités opposées ou entre des idées ou des sentiments contraires. Elle permet de jouer sur les contrastes en mettant en valeur des contradictions. Exemple : On a déterré le scandale des déchets enfouis sans tri.

14.

Complétez l’antithèse suivante. Pendant que nos poubelles se vident,

.

15. Transformez la phrase suivante en propos ironiques. Je réprouve totalement votre attitude négative envers la récupération.

16.

Répondez aux questions suivantes en vous fondant sur l’entrevue de M. Blaquière. Au besoin, réécoutez l’entrevue. a) Relevez des propos ironiques au tout début de l’émission, pendant le thème musical.

b) Quel effet cette ironie produit-elle ?

c) Complétez l’antithèse suivante. D’un côté, nous avons nos grands enfouisseurs et, de l’autre, .

94

FRA-5201-2  SA3 À l’écoute de la controverse

Merci de ne pas photocopier

13.


d) Quel effet cette antithèse produit-elle ?

e) Transformez la phrase suivante en propos ironiques.

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

Le Québec compte parmi les plus grands producteurs de déchets de la planète : 13 millions de tonnes par année, 25 tonnes par minute.

17.

a) Complétez l’énoncé suivant. Lorsqu’une personne est ironique, elle affirme le pour souligner l’

de ce qu’elle pense

d’une situation.

b) Trouvez un synonyme du mot ironie. c) Trouvez une expression contenant le mot ironie, qui signifie « événement qui survient si malencontreusement qu’il apparaît comme une moquerie du destin ».

Rappel LA CRÉDIBILITÉ La recherche d’information repose sur un aspect important : la fiabilité du propos et de la source. On doit s’assurer de la crédibilité de la source et de la véracité des informations contenues dans les documents audio ou audiovisuels avant de les prendre en considération lors de sa prise de parole. Pour s’assurer de la crédibilité de la source : ƒƒon observe le titre de la publication, l’organisme de diffusion ou l’adresse du site Internet ; si on ne connaît pas cette source, on vérifie sa crédibilité sur Internet ; ƒƒon évite les sites anonymes, les pages personnelles, les blogues, les forums de discussion ; ƒƒon trouve des renseignements sur l’auteur (ses compétences, sa notoriété).

Pour s’assurer de la crédibilité des propos : ƒƒon analyse le contenu et on vérifie si les aspects traités sont pertinents ; ƒƒon s’assure qu’il contient des références citées, des faits vérifiables, des résultats d’études, des témoignages d’experts, etc. ; ƒƒon vérifie la date de publication pour s’assurer que ce document est toujours d’actualité.

FRA-5201-2  SA3 À l’écoute de la controverse

95


18. Prochainement, vous aurez une recherche à faire, et vous trouverez divers éléments d’information qu’il faudra trier selon leur pertinence et la crédibilité des sources. Pour vous exercer, déterminez si les éléments d’information ci-dessous sont pertinents et crédibles, et expliquez pourquoi. a) Chaque année au lendemain du 1er juillet, 66 000 tonnes de déchets sont laissés sur les trottoirs : matelas, boîtes de carton, meubles, etc.
La Presse, [En ligne], 2 juillet 2013.

b) Je pense que les gens n’aiment pas recycler parce que ça demande du temps pour le tri et le nettoyage. L’Hebdo Samedi-tout, [En ligne], 19 octobre 2013.

Justification :

c) Les citoyens de Toronto ont quatre types de bacs pour leurs déchets alors qu’à Montréal, il n’y a pas de poubelles publiques à matières recyclables.
Marie-Claude Lortie, « La poubelle et l’avenir », La Presse, [En ligne], 3 novembre 2011.

Justification :

d) Selon Recyc-Québec, près de 400 millions de canettes sont jetées aux poubelles chaque année. Les Québécois perdent l’équivalent de 21 millions de dollars en consignes non réclamées. Marie-Renée Bougie-Lemieux, « Des millions jetés aux poubelles », Hebdo L’information, Montérégie, [En ligne], décembre 2012.

Justification :

e) Pour régler une partie du problème de la gestion des déchets, il faut appliquer les cinq règles de la philosophie du zéro déchet : refuser, réduire, réutiliser, recycler et composter. Commentaire de RD, mieuxvivreenville.com, 8 octobre 2017.

96

Justification :

FRA-5201-2  SA3 À l’écoute de la controverse

© Éditions Grand Duc

Justification :

Merci de ne pas photocopier


TÂCHE 2

Écoute du documentaire Graff’Cité « Laisser sa marque » qui porte sur les graffitis Durée approximative  2 heures

Précédemment, vous avez lu le texte Les graffitis : fresques ou frasques ? (pages 66 à 68).

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

19. Quels sont les éléments que vous avez retenus à ce sujet ?

ÉCOUTE DU MESSAGE 3

Documentaire Graff’Cité « Laisser sa marque »

Pour vous aider à bien comprendre ce message, appliquez les stratégies suivantes. AVANT l’écoute

Stratégie

Pour en savoir plus, consultez la section Coffret à la page 172.

Nommez deux stratégies d’écoute que vous prévoyez utiliser. ƒƒ ƒƒ

PENDANT l’écoute Utilisez les deux stratégies choisies tout en prenant des notes.

APRÈS l’écoute Je suis satisfait ou satisfaite o insatisfait ou insatisfaite o des stratégies utilisées parce que

FRA-5201-2  SA3 À l’écoute de la controverse

97


e

4

n

t

laclasse.grandducenligne.com

Pour savoir maintenant ce que les gens en pensent et vous informer sur des projets concrets d’art mural, écoutez le documentaire Graff’Cité « Laisser sa marque ». Écoutez le message plus d’une fois s’il le faut.

FICHE DE PRISE DE NOTES Problématique :

Merci de ne pas photocopier

Principaux éléments d’information

© Éditions Grand Duc

La classe numérique

Consultez votre enseignant ou enseignante pour valider vos stratégies et votre fiche de prise de notes.

98

FRA-5201-2  SA3 À l’écoute de la controverse


Comprendre 20. Quelle est l’opinion des quatre citoyens interrogés au tout début du documentaire sur les graffitis ?

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

Citoyen 1 :

Citoyen 2 :

Citoyen 3 :

Citoyen 4 :

Interpréter 21. D’après vous, pourquoi l’une des intervenantes hésite-t-elle à utiliser le mot victimes pour désigner les personnes qui découvrent des graffitis sur leur propriété ?

22. a) Ce documentaire est-il crédible ? Justifiez votre réponde à l’aide d’éléments entendus.

b) L’entrevue accordée par Denis Blaquière à Michel Désautels sur la gestion des déchets vous semblait-elle plus crédible ? Justifiez votre réponse à l’aide d’éléments de l’écoute.

FRA-5201-2  SA3 À l’écoute de la controverse

99


Réagir 23. Expliquez l’effet sur votre compréhension qu’aurait pu avoir le document Graff’Cité

25. D’après vous, comment les projets encadrés de graffitis et de murales peuvent-ils avoir un effet positif…

a) sur le vandalisme ?

b) sur l’art ?

c) sur les graffeurs et graffeuses ?

d) sur le milieu de vie ?

Saviez-vous QUE ? LISBONNE ET L’ART URBAIN Au début des années 2000, la capitale du Portugal était envahie de tags et de graffitis qui dégradaient le paysage urbain. Plutôt que de se lancer dans un grand nettoyage, combat perdu d’avance, le maire a créé en 2008 la Galeria de arte urbana (GAU). Cela encouragea les artistes de la rue à occuper certains espaces de Lisbonne. Certaines œuvres sont désormais vendues dans des galeries d’art comme celles d’Artur Bordaloa, alias Bordalo II. Cet artiste portugais dénonce la pollution en transformant les ordures en sculptures représentant des animaux. C’est sa manière de dénoncer que la pollution cause leur perte. Le résultat est aussi original que spectaculaire.

100

FRA-5201-2  SA3 À l’écoute de la controverse

Merci de ne pas photocopier

24. Exprimez votre réaction à l’une des opinions émises par les citoyens à la question 20.

© Éditions Grand Duc

« Laisser sa marque » s’il avait été audiovisuel.


TÂCHE 3

Recherche de documents audio ou audiovisuels pour prendre la parole Durée approximative  4 heures

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

Dans les pages précédentes, vous vous êtes informé sur les sujets suivants : ƒƒL’utilisation du téléphone cellulaire.

ƒƒLes lois sur le tabac.

ƒƒLa gestion des déchets.

ƒƒLes graffitis.

Maintenant, vous devez choisir un de ces sujets et vous documenter davantage dans le but de prendre la parole et d’animer un débat dans la situation d’apprentissage suivante. Sujet choisi :

Saviez-vous QUE ? Pour vous aider dans vos recherches, vous pouvez utiliser la rubrique « Actualités » des moteurs de recherche. Certains moteurs de recherche proposent des articles triés par degré de pertinence dont les sources sélectionnées sont scrutées plusieurs fois par jour.

RECHERCHE…

Pour cela, ils prennent en compte la notoriété de la source et la comparent avec d’autres articles publiés sur le même sujet, dans un même laps de temps.

26. a) Notez ici la source de deux articles d’actualité internationale d’aujourd’hui que vous avez trouvés dans la rubrique « Actualités » d’un moteur de recherche. Assurez-vous que ces articles contiennent des paroles rapportées.

b) Rapportez des paroles tirées de chacun de ces articles. Ensuite, indiquez s’il s’agit d’un discours rapporté directement ou indirectement.

FRA-5201-2  SA3 À l’écoute de la controverse

101


Rappel LE DISCOURS RAPPORTÉ

ƒƒUn discours peut être rapporté directement en utilisant le deux-points et les guillemets. énonciateur

Exemple : Lundi dernier, le ministre de la Santé et des Services sociaux faisait un rappel en disant : « La fumée secondaire étant très nocive, il faut protéger particulièrement les enfants. »

© Éditions Grand Duc

L’énoncé formulé par une personne peut être repris par une autre : c’est ce qu’on appelle le discours rapporté. La personne qui rapporte des propos oralement ou par écrit doit citer le nom de l’énonciateur.

énonciateur

Exemple : Lundi dernier, le ministre de la Santé et des Services sociaux rappelait que la fumée secondaire est très nocive et que les enfants, en particulier, doivent être protégés.

Savoir L’ÉNONCIATEUR GÉNÉRIQUE L’énonciateur générique d’un discours rapporté est identifié à l’aide de termes génériques comme les recherches, les experts, les statistiques, les chiffres, l’histoire, la rumeur, le proverbe et l’opinion publique. Exemple : Les études ont démontré que le fait de soustraire les cartouches de cigarettes à la vue des gens n’entraîne pas une diminution du nombre de fumeurs. Comme aucune personne ni aucun groupe n’est identifié et que les sources ne sont pas citées clairement, il est difficile de vérifier l’authenticité et l’exactitude des propos d’un énonciateur générique.

27. Complétez les énoncés suivants à l’aide d’un énonciateur générique. a)

Comme en témoigne

, la reconnaissance de la nocivité du tabac

par les médecins remonte au 19e siècle.

b)

illustrent clairement que plus d’un Québécois sur cinq âgés de 15 ans et plus fume régulièrement.

102

FRA-5201-2  SA3 À l’écoute de la controverse

Merci de ne pas photocopier

ƒƒUn discours peut être rapporté indirectement.


28. Déterminez si l’énoncé suivant est vrai ou faux et justifiez votre réponse.

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

Dans une discussion, le recours aux propos d’un énonciateur générique est un moyen efficace pour convaincre son interlocuteur ou réfuter ses paroles.

29. Cochez l’énonciateur générique. o  Patrick Lagacé de La Presse   o  Les résultats de recherche   o  Le ministre de la Santé

Présentation Voici maintenant venu le temps de chercher deux documents audio ou audiovisuels sur le sujet que vous avez choisi à la page 101. Sachez que lors de votre exposé oral argumentatif d’environ 5 minutes, vous aurez à : ƒƒprésenter les documents audio ou audiovisuels consultés (source, sujet, problématique soulevée, objet de la controverse) ;

ƒƒinterpréter les faits, les opinions et les arguments présentés en faisant des liens, en les comparant, en faisant des déductions ;

ƒƒrésumer les propos des documents consultés (aspects, enjeux, informations importantes, points de vue, etc.) ;

ƒƒréagir aux propos entendus et vous justifier.

Réalisation Tout d’abord, consultez « Les étapes pour réussir sa communication orale » aux pages 174 et 175 de la section Coffret. Lisez les trois premières étapes. Maintenant, rafraîchissez votre mémoire en allant reconsulter les documents que vous avez lus ou écoutés précédemment dans ce cahier à propos du sujet que vous avez choisi. Ensuite, commencez votre recherche et, pour évaluer la pertinence et la crédibilité des documents consultés, posez-vous ces questions : ƒƒLe document est-il intéressant dans le cadre de ma recherche ?

ƒƒCette citation ou cet exemple peuvent-ils être retenus ?

ƒƒLes questions qui m’intéressent y sont-elles abordées ?

ƒƒLe document convient-il à ma connaissance du sujet ?

ƒƒQuelle partie du document peut m’être utile ?

ƒƒLes propos tenus apportent-ils un regard nouveau sur la problématique ?

FRA-5201-2  SA3 À l’écoute de la controverse

103


Pour vous aider, orientez votre recherche vers les éléments suivants, selon le sujet choisi.

ƒƒLes lois au volant ƒƒLe respect de la vie privée (enregistrement photo ou vidéo) ƒƒLes interdictions de s’en servir (musée, spectacles, etc.) ƒƒLe point de vue des utilisateurs et utilisatrices

Les lois sur le tabac ƒƒLa Loi provinciale sur le tabac ƒƒLa Loi fédérale sur le tabac ƒƒLes stratégies québécoise et canadienne de lutte contre le tabagisme ƒƒLes mesures prises dans d’autres pays ƒƒLes conséquences des règles sur les commerçants et les restaurateurs

ƒƒLes lois municipales, provinciales ƒƒLes bons gestes à poser pour le recyclage et le compostage ƒƒLes usines de récupération et de recyclage ƒƒL’enfouissement des ordures et les coûts ƒƒLes achats responsables pour réduire les déchets ƒƒL’agrandissement des dépotoirs

Les graffitis ƒƒLes lois municipales, provinciales ƒƒLes lieux où on les trouve ƒƒLes différents styles ƒƒL’aspect légal ou illégal ƒƒLes pratiques dans d’autres pays ƒƒLe point de vue de citoyens et de propriétaires d’immeubles ƒƒLes coûts des opérations de nettoyage

Finalement, remplissez les deux fiches de prise de notes à l’aide de mots-clés en écoutant les documents audio ou audiovisuels à plusieurs reprises. N’hésitez pas à reproduire une fiche si vous voulez consulter plus de deux documents.

104

FRA-5201-2  SA3 À l’écoute de la controverse

© Éditions Grand Duc

ƒƒLes règles de convenance en public

La gestion des déchets

Merci de ne pas photocopier

L’utilisation du téléphone cellulaire


FICHE 1 : PRISE DE NOTES Titre du document : Provenance du document :   Année :

Auteur :

© Éditions Grand Duc

: Document : audio o audiovisuel o           Durée  Sujet : Problématique soulevée : Objet de la controverse :

Merci de ne pas photocopier

Résumé (aspects, enjeux, informations importantes, points de vue, etc.) :

Opinion de l’émetteur :

Votre opinion :

Arguments soulevés :

Vos réactions :

1. 1. 2. 2.

Extraits ou citations de témoignages d’experts, de références, de résultats d’études, etc. (noter les sources) : 1.

2.

Autres notes (questions, réactions, objections, informations personnelles, liens vers d’autres documents, etc.) :

FRA-5201-2  SA3 À l’écoute de la controverse

105


FICHE 2 : PRISE DE NOTES Titre du document : Provenance du document :   Année :

Auteur :

© Éditions Grand Duc

: Document : audio o audiovisuel o           Durée  Sujet : Problématique soulevée : Objet de la controverse :

Opinion de l’émetteur :

Votre opinion :

Arguments soulevés :

Vos réactions :

1. 1. 2. 2.

Extraits ou citations de témoignages d’experts, de références, de résultats d’études, etc. (noter les sources) : 1.

2.

Autres notes (questions, réactions, objections, informations personnelles, liens vers d’autres documents, etc.) :

Consultez votre enseignant ou enseignante pour valider vos fiches de prise de notes.

106

FRA-5201-2  SA3 À l’écoute de la controverse

Merci de ne pas photocopier

Résumé (aspects, enjeux, informations importantes, points de vue, etc.) :


RETOUR SUR LES CONNAISSANCES

Maintenant que vous avez accompli les trois tâches de cette situation d’apprentissage, vérifiez ce que vous avez retenu des différents savoirs. N’hésitez pas à consulter la liste des savoirs vus, à la page 87 ou dans l’index à la page 177.

30. Faites ce mot croisé en inscrivant les abréviations des mots ci-dessous. Horizontal 3. Foire aux questions 4. Gouvernement 6. Paragraphe 8. Appartement 9. Mesdames

© Éditions Grand Duc

1 2

3

4

5 6

7

Vertical 1. Programme 2. Répondez, s’il vous plaît 3. Février 5. Traducteur 7. Administration

Merci de ne pas photocopier

8 9

31.

En reliant les deux colonnes, placez en ordre d’importance les raisons qui vous motivent à prendre des notes. Mieux mémoriser

ƒƒ

ƒƒ 1re raison

Faire une écoute active

ƒƒ

ƒƒ 2e raison

Garder une trace écrite

ƒƒ

ƒƒ 3e raison

Mettre mes idées en ordre ƒƒ

ƒƒ 4e raison

32. Quelles sont les trois abréviations que vous utilisez le plus souvent lors de la prise de notes ? ƒƒ

ƒƒ

ƒƒ

33. Rayez les phrases qui ne contiennent pas d’ironie. ƒƒIl faut manger pour vivre et non vivre pour manger. ƒƒLe président était présent pour une visite en grande pompe. ƒƒFélicitations ! C’est généreux de laisser 25 cents de pourboire pour un repas de 200 $. ƒƒÀ ce rythme-là, ça va prendre 1000 ans pour nettoyer notre quartier. ƒƒCelui qui veut sauver sa ville la perdra.

FRA-5201-2  SA3 À l’écoute de la controverse

107


34. Rayez les phrases qui ne contiennent pas d’antithèse. ƒƒOn est tenu au silence lors de ce procès qui fait beaucoup de bruit. ƒƒOn le répète, le répète et le répète, mais peu de gens écoutent. ƒƒNous sommes fiers de cette œuvre et de sa beauté tranquille.

ƒƒJamais je n’ai vu deux députés être si contents l’un de l’autre.

35. Quels sont les trois meilleurs conseils que vous pourriez donner à un pair afin qu’il valide la crédibilité d’un documentaire qu’il vient d’écouter ?

Merci de ne pas photocopier

ƒƒ ƒƒ ƒƒ

36. Reliez les éléments suivants selon qu’ils sont crédibles ou non. Les réponses de Katou à une question posée sur un blogue.

ƒƒ

Selon Statistique Canada, près de 100 % des jeunes de 15 à 24 ans utilisent Internet chaque jour et possèdent leur téléphone intelligent.

ƒƒ

Un article analytique du journal La Presse.

ƒƒ

Cette citation de JC : « 85 % des familles québécoises ont un bac à compostage. »

ƒƒ

Un reportage sur les nouvelles technologies (Radio-Canada, 1992).

ƒƒ

ƒƒ C’est crédible. ƒƒ Ce n’est pas crédible.

37. Vrai ou faux ? a) L’énoncé suivant est un discours rapporté directement. Les deux enquêteurs, lors de la conférence de presse de vendredi dernier, disaient regretter de n’avoir pas le pouvoir de punir l’entreprise. b) Statistique Canada est un énonciateur générique. c) Il est difficile de vérifier la crédibilité d’un énonciateur générique.

108

FRA-5201-2  SA3 À l’écoute de la controverse

© Éditions Grand Duc

ƒƒC’est un grand enjeu pour cette unique et petite personne.


CORRIGÉ

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

1.

Réponse personnelle. Exemple : Oui, j’émets souvent des commentaires sur Internet parce que je trouve qu’il est important de partager mon point de vue.

8. a) Plusieurs réponses possibles. Exemple : Pop. md

9. Les Québécois sont parmi les plus grands pollueurs de la planète : 25 tonnes de déchets à la minute et 13 millions de tonnes par année.

3. Il y a un manque de volonté politique. Notre industrie du recyclage peine à se moderniser et à développer des marchés locaux pour les matières récupérées.

4. a) 

1 expression : La belle province. Définition : Devise qu’on pouvait lire sur les plaques d’immatriculation du Québec de 1963 à 1977 et qui a été remplacée par la devise officielle Je me souviens.

10. Des solutions industrielles : mégacentres de tri, de

récupération et de recyclage, mégasites d’enfouissement et incinérateurs.

re

 2e expression : La province poubelle. Définition : À l’image d’une poubelle, le Québec est rempli de déchets. b) Le Québec est assurément l’une des plus belles provinces comme l’exprime son ancienne devise, mais à cause de sa surproduction de déchets mal gérés, elle ressemble à une poubelle.

5. L’émetteur a utilisé cette expression, car il blâme

le gouvernement de ne pas respecter ses propres lois en matière de gestion des déchets. Par exemple, au début du message, on dit que la limite d’enfouissement par site est de 500 000 tonnes, mais on enfouit 836 000 tonnes présentement. L’émetteur souhaite que, pour une fois, le gouvernement agisse.

6. J’ai surtout remarqué l’attitude engagée de

l’énonciateur lorsqu’il utilisait cette marque de modalité : Plusieurs réponses possibles. Exemple : phrase interrogative s’adressant directement au destinataire, comme on peut le constater dans l’extrait suivant : Plusieurs réponses possibles. Exemple : « Comment en sommes-nous arrivés à un tel gaspillage ? ». De plus, on remarque qu’il utilise un ton critique dans l’intention de dénoncer. Accepter toutes les réponses similaires.

7. Plusieurs réponses possibles. Exemples : Oui, parce que même si on a l’impression que les efforts de tri sont suffisants et que tout fonctionne quand on recycle, le message nous fait comprendre qu’on produit trop de déchets et qu’on a perdu le contrôle. OU Non, le message est alarmiste, on recycle déjà beaucoup et on ne doit pas forcer les gens à changer leurs habitudes.

crises $ !

b) Plusieurs réponses possibles. Exemple : 1 Qcois 2x+ mat. résid. que 1 Japonais, 60 % + Français, 15 % + Américain

2. Réponse personnelle. Exemple : J’ai retenu que les

Québécois sont de grands pollueurs et que la gestion des déchets est une tâche compliquée. Aussi, on ne cesse d’agrandir les dépotoirs.

pdt 10 ans

11.

Il veut dire que les méga-enfouisseurs réclament aux municipalités des sommes beaucoup moins élevées pour enfouir les déchets que ce qu’il en coûte pour les envoyer aux usines de récupération et de recyclage. La bataille est perdue d’avance pour les usines.

12. Plusieurs réponses possibles. Exemple : J’ai peine à

croire qu’on produit plus de déchets que le Japon où la consommation d’appareils électroniques est énorme. Je suis étonné, je pensais que notre production de déchets était comparable à celle de ces trois pays.

13. Plusieurs réponses possibles. Exemple : Je crois que le

problème sera encore d’actualité dans 10 ans bien que les citoyens soient conscients de produire des déchets, car ils vivent dans une société qui surconsomme. De plus, puisque la population du Québec augmente, je crois que les dépotoirs ne rapetisseront pas de sitôt.

14. Pendant que nos poubelles se vident, nos dépotoirs se remplissent.

15. Plusieurs réponses possibles. Exemple : Bravo ! Je vous félicite de (J’approuve totalement) votre attitude négative envers la récupération.

16. a) « Amenez-en des vidanges, on en veut, on en veut. » b) Elle fait ressortir l’absurdité de la situation. c) D’un côté, nous avons nos grands enfouisseurs et, de l’autre, notre industrie de la récupération et du recyclage. d) Elle renforce l’opposition entre l’action d’enfouir les déchets et celle de les récupérer et de les recycler. e) Plusieurs réponses possibles. Exemple : Le Québec compte bien évidemment parmi les plus négligeables producteurs de déchets de la planète : 13 millions de tonnes par année, 25 tonnes par minute, ce n’est rien ! FRA-5201-2  SA3 À l’écoute de la controverse

109


b) Dérision, sarcasme. c) Ironie du sort.

18. a) Justification : Publication reconnue. Information

intéressante : fait illustrant le problème de gestion des déchets au Québec.

b) Justification : Publication non reconnue. Information subjective et non fondée. c) Justification : Publication et journaliste reconnues. Données comparatives intéressantes. d) Justification : Journaliste et publication reconnues. Organisme Recyc-Québec reconnu. Piste de solution pour réduire les déchets : retourner les contenants consignés. e) Justification : Opinion d’un inconnu et site non reconnu. Information non fondée.

19. Réponse personnelle. Exemple : Je me souviens que l’auteur était en faveur des graffitis.

20. Citoyen 1 : C’est stupide, ils détruisent de belles bâtisses et on ne comprend pas leurs dessins.

Citoyen 2 : C’est mieux qu’un mur sale. Réserver des endroits pour ça, ce serait moins anarchique. Citoyen 3 : Ce sont des dessins indésirables. Ces gens ont besoin de se défouler et, au lieu de casser des vitres, ils peinturent des murs. Citoyen 4 : Dans certains coins de la ville, s’il y avait un encadrement, ce serait mieux. On pourrait découvrir des talents.

21. L’intervenante hésite à employer le mot victimes pour

éviter de laisser croire qu’elle condamne le geste des graffeurs dans un contexte où elle est associée à un projet les invitant à peindre des murs. Elle emploie tout de même le mot méfait.

22. a) Plusieurs réponses possibles. Exemple : Non, il n’est pas crédible puisque les personnes interrogées ne se présentent pas. Nous ne savons pas qui elles sont : des spécialistes ou des gens interviewés dans la rue ? On entend toujours des autos comme bruit de fond. J’ai eu de la difficulté à reconnaître les voix d’une fois à l’autre. De plus, on ne connaît pas la source et aucune date n’est mentionnée.

b) Plusieurs réponses possibles. Exemple : Oui, car au moins on savait qui parlait. De plus, on savait que M. Blaquière était l’auteur du documentaire, donc forcément on suppose que les chiffres qu’il énonçait étaient le fruit de longues recherches sur la gestion des déchets.

110

FRA-5201-2  SA3 À l’écoute de la controverse

23. Plusieurs réponses possibles. Exemple : J’ai eu

beaucoup de difficulté à reconnaître les voix. Si j’avais visionné une vidéo, cela aurait été plus facile pour moi. De plus, on aurait pu voir les résultats du projet.

24. Plusieurs réponses possibles. Exemple : L’opinion

du citoyen 2 m’a contrarié. Il généralise et porte des jugements hâtifs. Les dessins ne sont pas tous indésirables et tous les graffeurs ne se défoulent pas sur les murs. Ce ne sont pas tous des vandales.

25. a) Vandalisme : Ils diminuent le nombre d’actes illégaux et le nombre de plaintes.

b) Art : Ils font évoluer le style et les graffitis sont plus beaux parce que les graffeurs peuvent prendre leur temps. Les projets font évoluer la culture. c) Graffeurs et graffeuses : Les projets amènent les graffeurs à être plus créatifs et leur permettent de satisfaire leur besoin de s’exprimer. d) Milieu de vie : Ils favorisent l’intégration des jeunes dans leur communauté. L’expression artistique est un moyen de les rassembler.

26. a) Voir votre enseignant ou enseignante. b) Voir votre enseignant ou enseignante.

27. a) Comme en témoigne l’histoire, la reconnaissance de la nocivité du tabac par les médecins remonte au 19e siècle.

b) Les statistiques illustrent clairement que plus d’un Québécois sur cinq âgés de 15 ans et plus fume régulièrement.

28. Faux. Ce moyen est peu efficace, puisque les propos rapportés proviennent d’une source qui n’est pas clairement indiquée. La crédibilité peut donc être mise en doute.

29. Les résultats de recherche. 30. 1 p 2

r o 4

g

o

u 6

3

r

f

s

e

v

v

p

7

a

r

a

5

a

m m i n

g

e

s

t r

8

d 9

q

a d

p

p

© Éditions Grand Duc

a) Lorsqu’une personne est ironique, elle affirme le contraire de ce qu’elle pense pour souligner l’absurdité d’une situation.

Merci de ne pas photocopier

17.


31. Réponse personnelle.

35. Réponse personnelle.

32. Réponse personnelle.

36. C’est crédible :

33.  Il faut manger pour vivre et non vivre pour manger.  Le président était présent pour une visite en grande pompe.

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

 Félicitations ! C’est généreux de laisser 25 cents de pourboire pour un repas de 200 $.  À ce rythme-là, ça va prendre 1000 ans pour nettoyer notre quartier.  Celui qui veut sauver sa ville la perdra.

34.  On est tenu au silence lors de ce procès qui fait beaucoup de bruit.

 On le répète, le répète et le répète, mais peu de gens écoutent.  Nous sommes fiers de cette œuvre et de sa beauté tranquille.

 Selon Statistique Canada, près de 100 % des jeunes de 15 à 24 ans utilisent Internet chaque jour et possèdent leur téléphone intelligent.  Un article analytique du journal La Presse. Ce n’est pas crédible :  Les réponses de Katou à une question posée sur un blogue.  Cette citation de JC : « 85 % des familles québécoises ont un bac à compostage. »  Un reportage sur les nouvelles technologies (Radio‑Canada, 1992).

37. a) Faux. b) Faux. c) Vrai.

 C’est un grand enjeu pour cette unique et petite personne.  Jamais je n’ai vu deux députés être si contents l’un de l’autre.

FRA-5201-2  SA3 À l’écoute de la controverse

111


Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

Notes personnelles

112

FRA-5201-2  SA3 À l’écoute de la controverse


4

C’EST LÀ que ça se passe !

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

SITUATION d’apprentissage

Durée approximative de la SA

10 heures Les prises de parole sont rarement faciles à faire. Par contre, si on s’y prépare adéquatement, la tâche sera plus aisée. Avec une bonne connaissance du sujet, un plan détaillé, un aide-mémoire bien fait et de l’entraînement, vous démontrerez votre maîtrise des exposés et des débats. 

1.

Êtes-vous à l’aise lors d’une prise de parole ? Pourquoi ?

SAVOIRS p. 114 La langue standard p. 115 Les accords sonores p. 116 Les erreurs à éviter à l’oral p. 120 Les éléments paraverbaux p. 122 Les éléments non verbaux p. 124 Les marques verbales, paraverbales et non verbales employées pour communiquer p. 126 L’énonciation et les règles de convenance relatives à l’écoute et à la prise de parole p. 127 La cohérence de la discussion p. 140

  CORRIGÉ

FRA-5201-2  SA4 C’est là que ça se passe !

113


TÂCHE 1

Se familiariser avec les stratégies de prise de parole

Savoir LA LANGUE STANDARD La langue standard, appelée aussi langue correcte, représente la norme. C’est la variété de langue qu’il faut privilégier lorsqu’on s’adresse à un auditoire : les mots sont justes et précis, et les phrases sont construites selon les règles. Les expressions et les mots familiers ou populaires, les anglicismes critiqués et les mauvaises liaisons sont à éviter. ƒƒLes mots sont justes et précis. Exemple : Les médecins ont énuméré les nombreux dangers de la fumée secondaire. ø Les docs ont nommé plusieurs choses dangereuses sur la fumée secondaire. ƒƒLes phrases sont construites selon les règles. Exemple : Ce sont les arguments dont il s’est servi pour nous convaincre. ø C’est les arguments qu’il s’est servi pour nous convaincre. ƒƒLes expressions et les mots familiers ou populaires sont à éviter. Exemple : C’est un argument qui n’est pas très solide. ø C’est un argument qui vaut pas cher. ƒƒLes anglicismes critiqués sont à éviter. Exemple : Les mégots de cigarettes dégagent une mauvaise odeur. ø Les tops de cigarettes dégagent une mauvaise odeur. ƒƒLes mauvaises liaisons sont à éviter. Exemple : Des règlements pour les centres hospitaliers, ça en prend aussi. ø Des règlements pour les centres hospitaliers, ça n’en prend aussi.

2.

Récrivez l’énoncé suivant en langue standard. Dans un oral, il faut parler correct. Les mots qu’on se sert doivent être précis et utilisés dans des phrases bien formées. Sinon, on va t’être mal compris et il se peut qu’on aille du trouble à convainque le monde qui écoute.

114

FRA-5201-2  SA4 C’est là que ça se passe !

Merci de ne pas photocopier

Vous devrez bientôt faire un exposé oral de cinq minutes, suivi d’un débat d’une dizaine de minutes au cours duquel vous répondrez aux questions de l’auditoire et défendrez votre point de vue. Maintenant que votre sujet est choisi et que vos recherches sont faites, il est temps de vous familiariser avec les stratégies de prise de parole.

© Éditions Grand Duc

Durée approximative  6 heures


Savoir LES ACCORDS SONORES

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

En utilisant la langue standard, n’oubliez pas qu’il est important de faire entendre distinctement les accords sonores. Certaines omissions peuvent entraîner une différence de sens importante. ƒƒLa liaison La liaison doit être audible quand un mot commençant par une voyelle est précédé d’un mot qui se termine par une consonne. Cette liaison est fréquente entre un pronom et le verbe qui suit. Exemples : Vous écrasez.  Ils apportent. Remarque : Dans Ils apportent, les lettres nt ne se prononçant pas, c’est la liaison qui marque le pluriel. La liaison doit aussi être audible entre un déterminant et un nom ou entre un adjectif et un nom. Exemples : Les habitudes  Les bonnes habitudes Attention à la lettre h ! La liaison se fait entre les et habitudes, mais pas entre les et hamacs ou entre les et haricots. Dans les mots hamacs et haricots le h est aspiré. Il joue le rôle d’une consonne et ne requiert pas de liaison. ƒƒLa conjugaison Les participes passés s’accordent à l’écrit comme à l’oral. À l’oral, il faut entendre la marque du féminin. Exemples : Des mesures seront prises pour aider les personnes qui fument. La lettre d’opinion que j’ai écrite a choqué les lecteurs et lectrices.

3.

Indiquez les accords sonores à l’aide d’un trait reliant les mots. Toutes les personnes étaient assises au bout de leur siège pour écouter la fin du débat. Puis elles se sont levées en même temps pour applaudir les excellents orateurs. Pendant deux heures, ils ont tenu la salle en haleine. C’est avec grande conviction qu’ils ont chacun rappelé leur position avant de quitter la scène. Ce fut une merveilleuse soirée.

4. Rayez les phrases qui ne contiennent pas d’accords sonores. a) Tu as un talent unique ! b) Il est sur scène par le plus grand des hasards. c) Allez-y, la parole est à vous !

FRA-5201-2  SA4 C’est là que ça se passe !

115


Savoir LES ERREURS À ÉVITER À L’ORAL Le tableau suivant présente les principales erreurs entendues à l’oral.

Une consonne est utilisée par erreur pour faire la liaison entre deux mots.

EXEMPLES øV  ingt-z-élèves participent à la discussion. (La liaison doit faire entendre le son t entre vingt et élèves.) øC  e débat va-t-être intéressant. (On ne fait pas de liaison entre va et être.)

ERREUR DE CONJUGAISON

Un verbe n’est pas conjugué à la personne, au temps ou au mode approprié.

ø I l faut que tu lis cet ouvrage. (lises)

ERREUR DE GENRE OU DE NOMBRE

Le genre ou le nombre d’un nom, d’un déterminant, d’unadjectif est fautif.

øE  lle défend un opinion différent. (une opinion différente)

EMPLOI INCORRECT DES PRONOMS RELATIFS QUE ET DONT

ƒƒLe pronom que est utilisé à la place du pronom dont.

ø L’entrevue que je te parle est intéressante. (dont)

ƒƒLe pronom dont est utilisé à la place du pronom que.

ø L’entrevue dont j’ai écouté est intéressante. (que)

ERREUR DANS LA CONSTRUCTION DE L’INTERROGATION INDIRECTE

Les mots interrogatifs est-ce que, qu’est-ce qui, qu’est-ce que sont utilisés à la place de ce que.

øJ  e ne comprends pas qu’est-ce qu’il veut dire. (Remplacer qu’est-ce qu’il par ce qu’il.)

ƒƒUn mot est utilisé dans un sens qu’il ne possède pas.

ø La température était belle hier. (Il faisait beau temps hier.)

ƒƒUne phrase est mal construite.

ø Je n’ai pas écouté l’émission, à cause que je n’avais pas le temps. (Remplacer à cause que par parce que.)

Un mot est déformé.

øD  isgression (digression)

IMPROPRIÉTÉ

BARBARISME

ANGLICISME CRITIQUÉ

øS  i j’aurais le temps, je présenterais d’autres arguments. (avais)

øL  ’enseignante a corrigé tous les travails. (les travaux)

øA  réoport (aéroport) Un anglicisme est utilisé à la place du mot français équivalent.

øL  a cédule des cours est bien remplie. (L’horaire des cours est bien rempli.)

(Suite à la page suivante)

116

FRA-5201-2  SA4 C’est là que ça se passe !

© Éditions Grand Duc

ERREUR DE LIAISON

EXPLICATION

Merci de ne pas photocopier

ERREUR


Savoir (suite)

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

ERREUR

EXPLICATION

EXEMPLES

Un mot est répété inutilement.

ø Je suis en désaccord avec cet argument. L’argument est lié à un préjugé. Pour cette raison, l’argument doit être rejeté. (Remplacer le nom par le pronom il, le synonyme idée, etc.)

ƒƒLes propos contiennent des hésitations qui nuisent à la transmission du message.

ø À mon avis, euh… l’opinion de l’expert, euh… est très, euh… contestable.

RÉPÉTITION ABUSIVE

HÉSITATION ET TIC VERBAL

5.

ƒƒLes propos contiennent des tics verbaux qui nuisent à la transmission du message.

ø Je crois, genre, que cet expert, genre, présente des arguments intéressants, genre.

Le tableau ci-dessous présente des phrases qui comportent des erreurs fréquentes à l’oral. a) Entourez l’erreur dans chacune des phrases de la colonne de gauche. b) Dans la colonne du centre, décrivez l’erreur relevée. c) Dans la colonne de droite, expliquez comment corriger l’erreur. PHRASE Exemple : Le reportage que je te parle m’a convaincu.

ERREUR Emploi incorrect du pronom que.

CORRECTION Remplacer que par dont.

1) La règle s’applique aussi dans les édifices municipals. 2) Quand est-ce qui vont arrêter ? 3) Le tabagisme peut causer des infractus. 4) Il est possible qu’il n’y parvient pas. 5) Je t’envoie l’information par e-mail.

FRA-5201-2  SA4 C’est là que ça se passe !

117


6.

a) Lisez dans le tableau ci-dessous les interventions de Charles et d’Isabelle au cours d’une discussion portant sur la question suivante. Les lois sur le tabac sont-elles efficaces pour réduire le nombre de fumeurs au Québec ? b) Récrivez les interventions dans la deuxième colonne en faisant les corrections nécessaires.

DISCUSSION ORIGINALE ENTRE CHARLES ET ISABELLE — Je trouve que d’obliger l’affichage d’images et de messages concernant les dangers de la cigarette sur les paquets, c’est une bonne idée. C’est assez convaincant.

DISCUSSION CORRIGÉE — Je trouve que l’obligation d’afficher sur les paquets des images et des messages sur les dangers de la cigarette est une bonne idée. C’est convaincant.

— Pas du tout, au contraire. Les images convainquent pas les fumeurs d’arrêter et dissuadent pas non plus les jeunes de commencer. J’pense qu’ils trouvent ça hot, comme les noms donnés à la sloche, genre poussin écrasé, steak saignant, et les images comme écœurantes associées au nom…

— Quand même, c’est…

— Tout de même…

— Ils en veulent toujours plus ! Puis la sloche, c’est du sucre et du colorant, c’est mauvais pour la santé aussi ça fait que…

— Ils en veulent toujours plus ! N’oublie pas que la barbotine est composée de sucre et de colorant. Ça aussi, c’est mauvais pour la santé, donc…

— S’cuse-moi ! On s’écarte ici, là. On parlait d’un produit que la fumée toxique est inhalée par les fumeurs ET les non-fumeurs. C’est eux qu’on protège avec les images et les avertissements.

— Donc, tu veux dire que les fumeurs intoxiquent les non-fumeurs et qu’ils doivent en être informés avec des images dégueu sur les paquets ?

— Veux-tu dire que les fumeurs intoxiquent les non-fumeurs et qu’ils doivent en être informés par des images dégoûtantes sur les paquets de cigarettes ?

— J’ai pas dit ça. Je dis que l’information est un moyen efficace de lutter contre le tabac. — Tu veux me dire QUI peut bien lire ces avertissements-là et ces renseignements-là ?

— Qui lit ces avertissements et ces renseignements ? (Suite à la page suivante)

118

FRA-5201-2  SA4 C’est là que ça se passe !

Merci de ne pas photocopier

d) Écoutez votre enregistrement pour « entendre » la différence.

© Éditions Grand Duc

c) Individuellement ou à deux, lisez à voix haute le texte original puis le texte corrigé et enregistrez vos lectures.


DISCUSSION ORIGINALE ENTRE CHARLES ET ISABELLE

DISCUSSION CORRIGÉE

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

— Moi, je les lis et…

— Tu fumes même pas ! De toute façon, les non-fumeurs sont déjà protégés des méchants fumeurs dans toutes les endroits publics. On peut même plus aller au restaurant.

— À quoi bon, tu ne fumes pas, toi. De toute façon, les non-fumeurs sont déjà protégés de la fumée dans tous les endroits publics. On ne peut même plus aller au restaurant.

— La loi interdit pas aux fumeurs D’ALLER au restaurant, mais de FUMER dans le restaurant.

— Ah ! c’est vrai, on peut aller dehors à 30 pieds de la porte entre le plat principal et le dessert.

— C’est vrai, on peut aller fumer dehors à neuf mètres de la porte entre le plat principal et le dessert.

— C’est un choix que tu fais de fumer.

— C’est pas encore illégal à ce que je sache…

7.

8.

— Ce n’est pas illégal à ce que je sache.

Maintenant que vous avez corrigé la discussion, expliquez dans vos mots quel était le principal problème des interlocuteurs et quelle en était la cause.

Associez les phrases au type d’erreur entendue à l’oral, puis corrigez-les. ERREUR ENTENDUE À L’ORAL

PHRASE L’argument que je t’ai parlé était fondé.

ƒƒ

ƒƒ Construction de l’interrogation indirecte

J’ai écouté un émission sur ce sujet.

ƒƒ

ƒƒ Conjugaison

J’aimerais comprendre qu’est-ce qu’il veut dire.

ƒƒ

ƒƒ Emploi incorrect d’un pronom relatif

Je répondrais si tu m’en donnerais la chance.

ƒƒ

ƒƒ Genre erroné

FRA-5201-2  SA4 C’est là que ça se passe !

119


Savoir LES ÉLÉMENTS PARAVERBAUX

ÉLÉMENT PARAVERBAL

EXPLICATION L’intonation, c’est le ton de la voix. On accentue des syllabes ou des mots pour attirer l’attention des auditeurs et auditrices sur des informations importantes. L’intonation permet de : ƒƒmarquer ou souligner l’interrogation ;

© Éditions Grand Duc

Pour faciliter la compréhension de votre auditoire et susciter son intérêt, vous devez porter attention à votre langage paraverbal.

INTONATION, INTENSITÉ ET VOLUME

ƒƒsignaler un commentaire de second plan (accessoire) ; ƒƒsignaler la volonté de poursuivre ou d’interrompre une intervention. L’intensité de la voix rend compte des sentiments exprimés, par exemple colère, joie, rire, doute. Une voix intense montre les émotions ressenties par le locuteur. Le locuteur monte ou baisse le volume selon ce qu’il veut mettre en évidence. Dans une présentation orale, il faut éviter de parler trop fort ou trop bas.

PRONONCIATION

La prononciation représente la manière de prononcer et d’articuler les mots tout en respectant les règles de la grammaire française. Le débit et le rythme donnent un mouvement à la présentation orale grâce au choix des mots et à la vitesse d’élocution. Ils indiquent l’attitude du locuteur, par exemple son assurance, sa fierté, son admiration ou sa nervosité. ƒƒUn débit trop rapide peut signifier une nervosité non maîtrisée.

DÉBIT, RYTHME ET PAUSE

ƒƒUn rythme soutenu indique la maîtrise du sujet et de la présentation. ƒƒLes changements de rythme et de débit permettent aussi de maintenir ou de raviver l’intérêt de l’auditoire. La pause aide les auditeurs à réfléchir aux propos entendus. Nécessaire quand le présentateur livre plusieurs informations, elle favorise aussi un changement de sujet dans un échange.

120

FRA-5201-2  SA4 C’est là que ça se passe !

Merci de ne pas photocopier

ƒƒsoutenir l’expressivité et l’intérêt, et rendre le propos compréhensible ;


9.

Dans le tableau suivant, écrivez l’élément paraverbal correspondant à chacune des descriptions.   Intonation    Intensité    Volume    Prononciation    Débit    Rythme    Pause DESCRIPTION

ÉLÉMENT PARAVERBAL

Variation de la voix pour manifester les émotions ressenties.

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

Manière d’articuler les mots selon les règles. Trop rapide, il témoigne de la nervosité du locuteur. Soutenu, il témoigne de la maîtrise de la situation. Bref silence pour favoriser un changement de sujet. Plus fort pour mettre en évidence des propos importants. Variation de la voix pour marquer une interrogation.

10.

Nommez deux éléments paraverbaux qui contribuent au sens du message et dites comment ces éléments peuvent vous être utiles. Ensuite, donnez un exemple concret de leur utilisation. Élément paraverbal : Utilisation :

Exemple :

Élément paraverbal : Utilisation :

Exemple :

FRA-5201-2  SA4 C’est là que ça se passe !

121


Savoir LES ÉLÉMENTS NON VERBAUX

EXPLICATION

POSITION ET DISTANCE

La position du locuteur ainsi que la distance entre le public et lui sont primordiales dans une présentation orale. Le locuteur doit orienter son corps pour permettre à tous les auditeurs et auditrices de le voir et doit se placer à une distance propice à une bonne écoute de leur part.

ATTITUDE

L’attitude est la manière dont le locuteur transmet son message. Le calme et la confiance sont recommandés durant une présentation orale.

REGARD

Le regard permet de conserver l’attention de l’auditoire et de détecter sa bonne compréhension du message véhiculé.

GESTE

Le message passe mieux en accompagnant ses paroles de certains gestes. L’utilisation de gestes doit cependant demeurer modérée, judicieuse et cohérente avec le discours.

MIMIQUE

Les mimiques aident à personnaliser un message et à le rendre vivant. ƒƒLes supports sonores sont, par exemple, des extraits de documents, une chanson, un extrait d’entrevue à la radio.

SUPPORT SONORE, VISUEL OU AUDIOVISUEL

ƒƒLes supports visuels sont, par exemple, des cartes, des images ou tout autre support présenté sur un tableau blanc à l’aide d’un logiciel. ƒƒLes supports audiovisuels sont, par exemple, des extraits de documentaires, d’entrevues ou de débats télévisés.

11.

Présentez deux supports sonores, visuels ou audiovisuels que vous prévoyez utiliser dans votre exposé oral en expliquant comment chacun sera mis à profit. ƒƒ

ƒƒ

12. Lors de votre prochaine présentation orale, quel élément non verbal voulez-vous maîtriser ? Pourquoi cet élément vous semble important ?

122

FRA-5201-2  SA4 C’est là que ça se passe !

Merci de ne pas photocopier

ÉLÉMENT NON VERBAL

© Éditions Grand Duc

Dans une communication orale, il est important de connaître ou d’utiliser le langage du corps et différents supports sonores, visuels ou audiovisuels.


13.

Associez chacun des énoncés à l’élément non verbal correspondant.

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

ÉNONCÉ

14.

ÉLÉMENT NON VERBAL

L’émetteur prend une expression de dégoût en parlant d’un graffiti véhiculant un message haineux.

ƒƒ

ƒƒ Position

Il fait une pause, puis promène lentement les yeux sur l’auditoire.

ƒƒ

ƒƒ Distance

Il se déplace régulièrement de gauche à droite.

ƒƒ

ƒƒ Attitude

Il s’avance vers l’auditoire et se penche légèrement en avant. ƒƒ

ƒƒ Regard

Il fait taire l’auditoire et demande calmement aux personnes qui désirent poser une question de lever la main.

ƒƒ

ƒƒ Geste

Il présente des peintures murales mexicaines sur grand écran.

ƒƒ

ƒƒ Mimique

Il laisse tomber les bras en disant qu’il n’y a rien à faire pour empêcher ce phénomène.

ƒƒ

ƒƒ

Support sonore, visuel ou audiovisuel

Déterminez si les énoncés suivants sont vrais ou faux et justifiez votre réponse. a) Faire des pauses dans une discussion provoque le désintérêt des interlocuteurs.

b) Faire des gestes pendant une présentation orale favorise la compréhension des propos.

c) L’intonation indique l’intention des interlocuteurs.

Saviez-vous QUE ?

Ethos

Le Triangle d’Aristote La rhétorique, ou l’art de bien parler, aide l’auditoire à adhérer à un point de vue. Pour structurer une argumentation, on peut s’inspirer du triangle d’Aristote (un philosophe grec de l’Antiquité), qui illustre les trois techniques suivantes de la rhétorique : ƒƒEthos : l’émetteur se présente comme une personne de confiance, Pathos crédible, intelligente et ayant beaucoup d’expérience sur le sujet abordé. ƒƒPathos : l’émetteur fait appel aux émotions, aux sentiments et aux croyances profondes de l’auditoire pour le convaincre. ƒƒLogos : l’émetteur utilise la logique, le raisonnement, les preuves et les faits pour soutenir un argument et persuader l’auditoire.

Logos

FRA-5201-2  SA4 C’est là que ça se passe !

123


Savoir LES MARQUES VERBALES, PARAVERBALES ET NON VERBALES EMPLOYÉES POUR COMMUNIQUER

ƒƒSaluer l’auditoire (Bonjour à tous et toutes…, J’ai le plaisir de vous présenter mon exposé…). ƒƒSe présenter. ƒƒEmployer une formule de prise de contact (anecdote, question directe, etc.).

DÉBAT ƒƒFaire un signe de la main. ƒƒUtiliser une interjection (Excusez-moi !). ƒƒS’avancer vers son interlocuteur ou son auditoire.

ƒƒUtiliser l’interrogation directe ou partielle (Que pensez-vous de… ?). MAINTENIR OU ACCROÎTRE L’ATTENTION ET L’INTÉRÊT DE L’AUDITOIRE

MANIFESTER UNE ÉCOUTE ATTENTIVE

ƒƒUtiliser l’interpellation (Gabriel, crois-tu que… ?). ƒƒVarier l’intonation de sa voix, insister sur certains mots, faire des pauses. ƒƒFaire des gestes, se déplacer. ƒƒRecourir à des supports sonores, visuels ou audiovisuels, utiliser des objets. ƒƒGarder le contact visuel.

ƒƒÉcouter attentivement.

ƒƒObserver les signes d’incompréhension.

ƒƒValider sa compréhension par des questions ou des reformulations.

ƒƒReformuler ou rappeler certains propos.

ƒƒManifester son adhésion, son opposition, son intérêt ou sa compréhension par des gestes.

ƒƒOffrir la chance d’intervenir. AMENER UN CHANGEMENT DE SUJET OU D’ANGLE DANS UN ÉCHANGE

SIGNALER UNE VOLONTÉ D’INTERROMPRE UNE COMMUNICATION

124

ƒƒUtiliser une expression qui introduit un propos (Dans un autre ordre d’idées…, Cela dit…). ƒƒChanger de débit. ƒƒAnnoncer la conclusion à l’aide d’un organisateur textuel (Finalement…, Pour conclure…).

FRA-5201-2  SA4 C’est là que ça se passe !

ƒƒAmorcer son tour de parole en proposant un changement (J’aimerais revenir sur…, Je voudrais qu’on parle de…).

ƒƒRalentir le débit, baisser le ton, faire un signe de tête. ƒƒPoser une question à son interlocuteur ou interlocutrice. ƒƒRemercier et saluer l’auditoire (Merci d’avoir été à l’écoute…).

© Éditions Grand Duc

SIGNALER UNE VOLONTÉ D’ÉTABLIR UNE COMMUNICATION

EXPOSÉ

Merci de ne pas photocopier

STRATÉGIE


15. Préparez-vous pour votre prise de parole. a) Formulez une phrase pour prendre contact avec l’auditoire lors de l’exposé.

© Éditions Grand Duc

b) Présentez-vous et annoncez votre sujet.

Merci de ne pas photocopier

c) Formulez une question directe pour amorcer le débat.

d) Interpellez une personne de l’auditoire pour accroître l’attention.

e) Formulez une phrase pour changer d’angle.

f) Signalez votre intention de conclure l’exposé.

g) Remerciez l’auditoire lors du débat.

16.

Pendant l’exposé ou le débat, que pourriez-vous faire dans les situations suivantes ? a) Vous êtes en désaccord avec le point de vue d’un auditeur.

b) La question d’une auditrice vous semble vague.

c) Un auditeur parle trop longuement.

d) L’auditoire semble s’ennuyer.

FRA-5201-2  SA4 C’est là que ça se passe !

125


Savoir L’ÉNONCIATION ET LES RÈGLES DE CONVENANCE RELATIVES À L’ÉCOUTE ET À LA PRISE DE PAROLE

Exemple : Ne pas parler en même temps qu’une autre personne ni lui couper la parole. ƒƒRespecter le temps accordé. Exemple : Éviter de présenter un exposé de 45 minutes alors que le temps demandé est de 5 minutes. ƒƒSuivre les règles de politesse et parler avec respect. Exemple : Remercier un auditeur pour son commentaire pertinent. ƒƒPrendre une position d’écoute et une bonne posture. Exemple : Éviter de croiser les bras et de regarder le plancher. ƒƒInterpréter le langage non verbal. Exemple : Détecter les gestes d’une auditrice qui veut intervenir. ƒƒContrôler sa voix (intonation et débit). Exemple : Parler assez fort pour que tout l’auditoire vous entende. ƒƒSe nommer en dernier lors d’une énumération. Exemple : Michel, Alexia et moi sommes parvenus à un accord. ƒƒSignaler que l’on rapporte les propos de quelqu’un par la voix ou le geste. Exemples : Faire un bref arrêt pour tracer des guillemets avec les doigts, imiter l’intonation ou l’accent de la personne dont on rapporte les paroles.

17.

Dans un exposé oral, vous tenez les propos ci-dessous. Soulignez les passages où vous imiterez une intonation ou tracerez des guillemets avec les doigts. L’espace Graffit’art a été inauguré hier. « C’est impressionnant, toutes ces réalisations de nos artistes ! » L’organisateur du projet était très fier de dévoiler les premiers graffitis d’un mur de 200 mètres longeant un parc. Dès la tombée du rideau, on entendait des « Wow ! », tandis que les commanditaires de la murale répétaient : « Que de talent dans ces œuvres ! » Ça prouve que le graffiti comme forme d’art est apprécié.

126

FRA-5201-2  SA4 C’est là que ça se passe !

Merci de ne pas photocopier

ƒƒPrendre la parole au moment propice.

© Éditions Grand Duc

Toute bonne communication doit se faire dans le respect et la convenance. Voici quelques points importants à observer lors de votre prise de parole.


Savoir LA COHÉRENCE DE LA DISCUSSION

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

Dans une interaction orale entre deux ou plusieurs personnes, que ce soit lors d’une discussion ou d’un débat, il est important de respecter les règles de la cohérence afin d’assurer la qualité des échanges et de les rendre constructifs. ÉLÉMENT

RÈGLE Éviter de s’éloigner du sujet principal.

DIGRESSION

øR  aconter une anecdote personnelle qui ne se rapporte pas au sujet, donner une réponse qui n’a rien à voir avec la question. ✓S  e concentrer sur les propos des interlocuteurs et interlocutrices, et ramener ceux-ci au sujet principal s’il y a lieu. Éviter de passer d’un sujet à l’autre sans faire de lien entre les deux.

COQ-À-L’ÂNE

øP  asser d’un argument à l’autre sans faire de lien. ✓ Utiliser des organisateurs textuels, des marqueurs de relation et des phrases liens pour faire les transitions. Éviter de répéter inutilement de l’information, des répliques ou des mots.

REDONDANCE

ø Revenir aux mêmes propos, faire tourner la discussion autour des mêmes propos. ✓ Utiliser la répétition pour mettre un élément en valeur ou pour marquer son importance. Enchaîner ses propos avec ceux des autres.

ENCHAÎNEMENT DES PROPOS

øP  rendre la parole sans tenir compte des propos précédents. ✓U  tiliser des procédés de reprise et des mots de liaison. Varier les types d’interventions : objection, réfutation, approbation, question, reformulation, rétroaction, commentaire.

TYPE D’INTERVENTIONS

øP  rendre la parole uniquement pour informer ou dénoncer, sans interagir. ✓ Résumer les propos d’un interlocuteur ou une interlocutrice pour valider sa compréhension, pour expliquer ou pour questionner. Respecter le temps alloué pour s’exprimer afin de permettre à tous les participants et participantes de prendre la parole.

DURÉE DES INTERVENTIONS

øU  tiliser le temps supplémentaire pour étirer son intervention. ✓ Chronométrer ses interventions, s’exprimer avec concision, éviter les mots et les phrases inutiles.

FRA-5201-2  SA4 C’est là que ça se passe !

127


18. Dans une discussion sur les lois régissant la consommation de cigarettes, vous entendez

des observations comme celles qui sont présentées dans le tableau ci-dessous. Réagissez à ces observations en respectant les consignes dans la colonne de gauche.

a) Ramenez la digression au sujet principal.

J’ai connu des gens en santé qui fumaient la pipe et leur tabac sentait bon.

b) Ajoutez un lien entre les propos.

Les fumeurs doivent se tenir à l’extérieur d’un rayon de neuf mètres d’une entrée.

Exemple : Là n’est pas la question. Nous parlons de la fumée de cigarette qui pue et qui est nocive pour la santé.

… il faut mettre des cendriers à la disposition des fumeurs.

128

c) Évitez la redondance.

Je ne suis pas d’accord. En fait, je désapprouve ce qui a été dit. Je dénonce les propos précédents selon lesquels il faut installer des fumoirs dans tous les établissements accessibles au public. Je suis en désaccord parce que c’est vraiment très dispendieux. Ça coûterait trop cher.

d) Enchaînez vos propos avec ceux-ci.

D’après Santé Canada, les fumeurs sont plus nombreux au Québec que dans le reste du pays.

e) Ajoutez une intervention d’un autre type.

Il n’y a que les emballages de cigarettes qui affichent des images dégoûtantes. C’est injuste et irrespectueux.

f) Limitez la durée de cette intervention.

Je vais vous énumérer toutes les bonnes raisons d’arrêter de fumer :  premièrement [… ] cinquièmement, vous goûterez mieux les aliments. Il y a aussi des trucs pour perdre l’habitude de fumer : premièrement [… ] cinquièmement, une cigarette de substitution.

FRA-5201-2  SA4 C’est là que ça se passe !

© Éditions Grand Duc

NOUVELLE PHRASE

Merci de ne pas photocopier

CONSIGNE


TÂCHE 2

À moi la parole ! Durée approximative  4 heures

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

Maintenant que vous connaissez les stratégies de prise de parole, il est temps de préparer votre présentation orale qui comporte deux parties.

1. Lors de votre exposé oral argumentatif d’environ 5 minutes, vous aurez à : ƒƒprésenter les documents audio ou audiovisuels consultés (source, sujet, problématique soulevée, objet de la controverse) ; ƒƒrésumer les propos des documents consultés (aspects, enjeux, informations importantes, points de vue, etc.) ; ƒƒinterpréter les faits, les opinions et les arguments présentés en faisant des liens, en les comparant, en faisant des déductions ; ƒƒréagir aux propos entendus et vous justifier.

2. Lors de votre débat d’environ 10 minutes, vous aurez à : ƒƒprésenter votre point de vue ; ƒƒargumenter et vous justifier pour défendre votre point de vue ; ƒƒinciter votre auditoire à s’exprimer, à réagir et à vous poser des questions. Pendant votre exposé, les seuls outils permis sont la fiche « Aide-mémoire » et, si désiré, un support sonore, visuel ou audiovisuel. Suivez les six phases suivantes qui vous guideront, entre autres, dans l’élaboration de votre plan, la rédaction de votre aide-mémoire et votre autoévaluation. PHASE 1 Tout d’abord, consultez à nouveau vos fiches de prise de notes aux pages 105 et 106 sur le sujet que vous avez choisi et résumez les documents consultés.

Résumé du document 1 :

Résumé du document 2 :

FRA-5201-2  SA4 C’est là que ça se passe !

129


PHASE 2 Établissez un plan afin que votre présentation orale soit structurée. Cela vous aidera par la suite à bâtir votre aide-mémoire. Consultez « Les étapes pour réussir sa communication orale » aux pages 174 et 175 de la section Coffret.

Documents consultés et sources :

Problématique : Objet de la controverse :

DÉVELOPPEMENT

Résumé bref de l’information recueillie dans les documents consultés :

Interprétation des faits, des opinions et des arguments présentés :

CONCLUSION

Description et justification de votre réaction :

130

Ouverture sur le débat :

FRA-5201-2  SA4 C’est là que ça se passe !

© Éditions Grand Duc

Sujet abordé :

Merci de ne pas photocopier

INTRODUCTION

PLAN DE L’EXPOSÉ ORAL


Vous devez vous préparer au débat qui suivra votre exposé en anticipant les objections, les questions de l’auditoire et la façon d’y répondre. Préparez vos arguments, des questions ouvertes, de nouvelles informations ou des commentaires pour susciter l’intérêt et amener vos interlocuteurs à exprimer leur opinion, à réagir à vos propos et à poser des questions. Lisez « Les stratégies pour réussir son débat » dans la section Coffret aux pages 176 et 177. PRÉPARATION AU DÉBAT

Arguments pour défendre mon point de vue :

Justifications pour défendre mon point de vue :

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

Mon point de vue :

Questions pour stimuler le débat :

Nouvelles informations ou commentaires :

Consultez votre enseignant ou enseignante pour valider, votre plan et votre préparation au débat.

FRA-5201-2  SA4 C’est là que ça se passe !

131


PHASE 3 Maintenant que tout est approuvé par votre enseignant ou enseignante, il est temps d’organiser vos idées pour construire votre aide-mémoire. C’est le seul document auquel vous aurez droit pendant votre présentation orale. Si vous le désirez, préparez également un support sonore, visuel ou audiovisuel et faites-le valider par votre enseignant ou enseignante.

AIDE-MÉMOIRE

132

FRA-5201-2  SA4 C’est là que ça se passe !

Merci de ne pas photocopier

En utilisant les notes prises précédemment ainsi que le plan et la préparation au débat, faites votre aide-mémoire. Celui-ci doit se faire soit dans l’espace prévu à cet effet, soit sur une feuille recto verso, soit sur des fiches. L’aide-mémoire doit être rédigé seulement à l’aide de mots-clés, de courtes expressions ou de citations entre guillemets et comportant la source.

© Éditions Grand Duc

Lisez l’étape 4 de « Les étapes pour réussir sa communication orale » dans la section Coffret à la page 175.


Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

AIDE-MÉMOIRE

Faites valider votre aide-mémoire et, s’il y a lieu, votre support sonore, visuel ou audiovisuel par votre enseignant ou enseignante. FRA-5201-2  SA4 C’est là que ça se passe !

133


PHASE 4 Êtes-vous prêt ou prête ? Presque ! Lisez l’étape 5 de « Les étapes pour réussir sa communication orale » dans la section Coffret à la page 175. Rappelez-vous que la qualité d’une présentation orale dépend de plusieurs éléments. Voici ceux dont on doit tenir compte ainsi que quelques trucs pour améliorer sa prise de parole.

Le bon usage de la langue française : pour éviter les erreurs, consultez des sites Internet reconnus, par exemple celui de l’Office québécois de la langue française, ou encore des ouvrages de référence sur la langue française. ÉLÉMENTS PARAVERBAUX L’intonation et l’intensité/volume : l’intonation est marquée par les variations de la voix. Modulez votre voix comme si vous jouiez d’un instrument de musique. Variez l’intensité ou le volume selon la proximité de l’auditoire, le message à transmettre ou les émotions à susciter. La prononciation : articulez bien toutes les syllabes. Si vous éprouvez de la difficulté, ralentissez le débit. Le débit, les pauses et le rythme : adoptez un débit qui vous permet de prononcer tous les mots distinctement. S’il est trop rapide, respirez entre les phrases. Ces courtes pauses, sans briser le rythme de votre présentation, vous permettront de vous recentrer sur vos propos et laisseront à l’auditoire un temps de réflexion. ÉLÉMENTS NON VERBAUX La posture et la distance : tenez-vous droit, tête relevée. Lorsque vous vous déplacez, restez près de votre auditoire et bien en face de manière à ce que tous et toutes vous entendent. Approchez-vous de la personne qui pose une question. Le regard et l’attitude : regardez directement et individuellement les personnes de l’auditoire et soutenez le regard de votre interlocuteur. Vous démontrez ainsi une attitude de confiance. Les gestes et les mimiques : prévoyez des gestes pour illustrer vos propos ou des mimiques pour exprimer des émotions. Exercez-vous devant un miroir pour voir leur effet. Les éléments sonores, visuels ou audiovisuels : assurez-vous que votre matériel fonctionne ; placez les écrans, les haut-parleurs, les affiches ou les objets de sorte qu’ils soient bien visibles, audibles ou accessibles pour l’auditoire. Exercez-vous jusqu’à ce que vous vous sentiez en contrôle. Prenez connaissance de la grille de coévaluation aux pages 136 et 137. Assurez-vous de respecter la durée de la présentation orale, soit 5 minutes pour l’exposé et 10 minutes pour le débat. On vous écoute !

134

FRA-5201-2  SA4 C’est là que ça se passe !

Merci de ne pas photocopier

La justesse des mots et des expressions : dans une présentation orale ou une discussion, l’utilisation de mots et d’expressions justes permet de livrer un message clair et contribue à sa crédibilité.

© Éditions Grand Duc

ÉLÉMENTS VERBAUX


PHASE 5 Retour sur les stratégies de communication orale

19. Lors de votre prise de parole, qu’avez-vous fait pour :

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

a) signaler votre volonté d’établir la communication ?

b) maintenir et accroître l’intérêt de l’auditoire ?

c) amener un changement de sujet ou d’angle ?

d) signaler votre volonté d’interrompre la communication ou d’y mettre un terme ?

20. Quelles difficultés avez-vous éprouvées dans votre présentation ? Comment pourriez-vous les éviter la prochaine fois ?

21. Que pensez-vous du déroulement du débat ? Comment pourriez-vous l’améliorer ?

22. Avez-vous réussi par vos propos et vos interventions à faire valoir vos idées et à influencer votre auditoire ? Si oui, comment ? Si vous avez échoué, expliquez pourquoi.

FRA-5201-2  SA4 C’est là que ça se passe !

135


136 Adulte

Enseignant

Adulte

Enseignant

Fidèle aux attentes

ÉCHELLE D’APPRÉCIATION

FRA-5201-2  SA4 C’est là que ça se passe !

5    |    5

15    |    15

25    |    25

Réagit de façon satisfaisante

6    |    6

Réagit de façon judicieuse et élaborée

10    |    10

Confronte et défend son point de vue, justifie ses propos, respecte les conventions de communication en groupe, utilise différents types d’intervention

Débat seulement

Respecte l’intention de communication, la durée, tient compte des destinataires, utilise un niveau de langue adapté

Exposé et débat

Respecte les paramètres de la tâche de façon généralement satisfaisante 3    |    3 Défend ses idées et stimule la discussion de façon généralement satisfaisante 12    |    12

Respecte les paramètres de la tâche de façon très satisfaisante 5    |    5 Défend très bien ses idées et stimule de façon très satisfaisante la discussion 20    |    20

CRITÈRE D’ÉVALUATION : ADAPTATION À LA SITUATION DE COMMUNICATION

Communique ses sentiments, ses impres­sions et justifie en établissant des liens avec ses valeurs ou expériences personnelles

Exposé seulement

E :

A :

E :

A :

E :

A :

E :

A :

NOTE

/20

/20

/5

/5

/10

/10

/25

/25

© Éditions Grand Duc

GRILLE DE COÉVALUATION

Merci de ne pas photocopier

(Suite à la page suivante)

4    |    4

Défend peu ses idées et stimule de façon peu satisfaisante la discussion

1    |    1

Respecte peu les paramètres de la tâche

2    |    2

Réagit de façon peu pertinente

Relève de façon peu représentative le contenu du reportage

Enseignant

Relève le contenu du reportage

Adulte

Inférieur aux attentes

Relève de façon pertinente le contenu du reportage

CRITÈRE D’ÉVALUATION : RÉACTION FONDÉE À UNE PRODUCTION ORALE

Mentionne la source, le titre et le sujet du reportage ; relève les différents points de vue, dégage la thèse et les arguments qui y sont rattachés ; interprète l’information entendue

Exposé seulement

CRITÈRE D’ÉVALUATION : COMPRÉHENSION JUSTE ET INTERPRÉ­TATION FONDÉE D’UNE PRODUCTION ORALE

CRITÈRES DÉTAILLÉS

Supérieur aux attentes

Communiquer oralement selon des modalités variées (exposé oral et débat)

PHASE 6

Remplissez la grille ci-dessous avec votre enseignant ou enseignante afin de déterminer vos points forts et les points qui restent à améliorer. Notez ces derniers au bas de la page suivante.


Adulte

Enseignant

Supérieur aux attentes

20    |    20

Utilise la langue orale sans faire d’erreurs ou en faisant peu d’erreurs

FRA-5201-2  SA4 C’est là que ça se passe !

4    |    4

/100 /100 E :

/20

/20

/10

/10

/10

/10

A :

TOTAL

E :

A :

E :

A :

E :

A :

NOTE

© Éditions Grand Duc

Consultez votre enseignant ou enseignante pour valider vos stratégies et pour compléter la grille de coévaluation.

12    |    12

Utilise la langue orale de façon peu appropriée

2    |    2

6    |    6

10    |    10

Utilise la langue orale de façon généralement correcte

N’assure que très peu de cohérence dans ses propos

2    |    2

Assure généralement une bonne cohérence dans ses propos

Points forts et points qui restent à améliorer :

Utilise des mots et expressions conformes, respecte les règles syntaxiques et marque correctement ses accords

Exposé et débat

Enseignant

Utilise des moyens peu appropriés

Adulte

Inférieur aux attentes

Assure une bonne cohérence dans ses propos

6    |    6

10    |    10

Enseignant

Utilise des moyens généralement appropriés

Adulte

Fidèle aux attentes

Utilise des moyens variés et efficaces

CRITÈRE D’ÉVALUATION : UTILISATION D’ÉLÉMENTS VERBAUX APPROPRIÉS

Organise ses propos de façon appropriée et s’assure de leur continuité, de leur progression et de leur non-contradiction

Exposé et débat

CRITÈRE D’ÉVALUATION : COHÉRENCE DES PROPOS

Utilise des procédés pour justifier, préciser et nuancer ses propos, ainsi qu’un paralangage approprié

Exposé et débat

CRITÈRE D’ÉVALUATION : ADAPTATION À LA SITUATION DE COMMUNICATION (SUITE)

CRITÈRES DÉTAILLÉS

ÉCHELLE D’APPRÉCIATION

Merci de ne pas photocopier

GRILLE DE COÉVALUATION (suite)

137


RETOUR SUR LES CONNAISSANCES

Maintenant que vous avez accompli les deux tâches de cette situation d’apprentissage, vérifiez ce que vous avez retenu des différents savoirs. N’hésitez pas à consulter la liste des savoirs vus, à la page 113 ou dans l’index à la page 177.

a) Pour interrompre un interlocuteur, je dois faire un signe de la main et dire, par exemple, « Excusez-moi ! ».

b) Pour surmonter ma timidité, je dois fixer un point sur le haut du mur au fond de la salle.

24. Complétez le texte suivant à l’aide des mots de l’encadré.   enchaîner    redondances    échanger    coq-à-l’âne    digressions   prolonger    types d’interventions     limiter

Dans une discussion, il ne faut pas faire de

,

c’est-à-dire s’éloigner du sujet principal. Il est important d’établir des liens entre les propos afin d’éviter les les

. De plus, il faut éviter en s’abstenant de répéter les mêmes propos. Il convient

aussi de varier les leur durée, et surtout d’

et de ses propos avec ceux

de l’interlocuteur.

25. Cochez les phrases qui n’appartiennent pas à la langue orale standard, puis corrigez-les.

138

a)

  Les places où qu’ils vend du tabac sont devenues plus rares.

b)

  Les fumeurs et les commerçants sont les premiers concernés par les lois sur le tabac.

c)

  Ici, on n’a pas mal de monde qui ont de la misère à arrêter de fumer.

FRA-5201-2  SA4 C’est là que ça se passe !

Merci de ne pas photocopier

de parole.

© Éditions Grand Duc

23. Expliquez en quoi les énoncés suivants contreviennent aux règles de convenance de la prise


26. Complétez le texte suivant à l’aide des mots de l’encadré.   reformuler    parler    l’auditoire    visuel    moi    contact     respecter    couper Au cours de la discussion entre

et

© Éditions Grand Duc

, nous devions appliquer les règles de convenance de la prise de parole. Il fallait, notamment, maintenir le avec les interlocuteurs, signes d’incompréhension et ne pas ni Merci de ne pas photocopier

ses propos si l’on remarquait des la parole à quelqu’un

en même temps qu’une autre personne. Il fallait aussi le temps alloué aux interventions.

27. Dites si l’énoncé suivant est vrai ou faux. Justifiez votre réponse. Pour signaler ma volonté d’établir la communication, je dois poser une question et orienter mon regard d’une façon particulière.

28. Dans le texte ci-dessous, ajouter des guillemets (« … ») pour indiquer où tracer des guillemets

avec les doigts et les symboles (G1) et (G2) pour indiquer où faire des gestes. Justifiez l’utilisation des guillemets et chacun des gestes.

Le lettrage de la signature d’un artiste (ou son tag de différentes grosseurs : 30 cm

en language du milieu) peut être

jusqu’à 1 m parfois. Nous pensons dessiner

d’abord des croquis pour déterminer les formes, les couleurs, les dimensions

et

les effets que nous aimerions produire sur cette peinture murale.

(«...») : (G1) : (G2) :

FRA-5201-2  SA4 C’est là que ça se passe !

139


CORRIGÉ leur siège pour écouter la fin du débat. Puis elles se sont levées en même temps pour applaudir les excellents orateurs. Pendant deux heures, ils ont tenu la salle en haleine. C’est avec grande conviction qu’ils ont chacun rappelé leur position avant de quitter la scène. Ce fut une merveilleuse soirée.

2. Dans un oral, il faut parler correct. Les mots qu’on se sert doivent être précis et utilisés dans des phrases bien formées. Sinon, on va t’être mal compris et il se peut qu’on aille du trouble à convainque le monde qui écoute. Langue standard : Dans une présentation orale, il faut parler correctement. Les mots dont on se sert doivent être précis et utilisés dans des phrases bien construites. Sinon, on sera mal compris et il se peut qu’on ait de la difficulté à convaincre l’auditoire.

5.

PHRASE

4. a) Tu as un talent unique ! b) Il est sur scène par le plus grand des hasards. c) Allez-y, la parole est à vous ! ERREUR

1) La règle s’applique aussi dans les édifices Erreur de nombre. municipals.

6.

140

CORRECTION Remplacer la terminaison als par aux.

2) Quand est-ce qui vont arrêter ?

Erreur dans la construction Supprimer est-ce qui et ajouter ils de l’interrogation. pour faire vont-ils.

3) Le tabagisme peut causer des infractus.

Barbarisme.

Remplacer par infarctus.

4) Il est possible qu’il n’y parvient pas.

Erreur de mode verbal.

Remplacer l’indicatif par le subjonctif : parvienne.

5) Je t’envoie l’information par e-mail.

Anglicisme critiqué.

Remplacer par courriel.

DISCUSSION ORIGINALE ENTRE CHARLES ET ISABELLE

DISCUSSION CORRIGÉE

— Je trouve que d’obliger l’affichage d’images et de messages concernant les dangers de la cigarette sur les paquets, c’est une bonne idée. C’est assez convaincant.

— Je trouve que l’obligation d’afficher sur les paquets des images et des messages sur les dangers de la cigarette est une bonne idée. C’est convaincant.

— Pas du tout, au contraire. Les images convainquent pas les fumeurs d’arrêter et dissuadent pas non plus les jeunes de commencer. J’pense qu’ils trouvent ça hot, comme les noms donnés à la sloche, genre poussin écrasé, steak saignant, et les images comme écœurantes associées au nom…

— Pas du tout, au contraire. Cela ne convainc pas les fumeurs d’arrêter, pas plus que ça ne dissuade les jeunes de commencer. Je pense qu’ils trouvent ça excitant, comme les noms donnés à la barbotine, par exemple poussin écrasé ou steak saignant, et les images qui y sont associées.

— Quand même, c’est…

— Tout de même…

— Ils en veulent toujours plus ! Puis la sloche, c’est du sucre et du colorant, c’est mauvais pour la santé aussi ça fait que…

— Ils en veulent toujours plus ! N’oublie pas que la barbotine est composée de sucre et de colorant. Ça aussi, c’est mauvais pour la santé, donc…

— S’cuse-moi ! On s’écarte ici, là. On parlait d’un produit que la fumée toxique est inhalée par les fumeurs ET les non-fumeurs. C’est eux qu’on protège avec les images et les avertissements.

— On s’éloigne du sujet, là. Il est question d’un produit dont la fumée toxique est inhalée par les fumeurs ET les non-fumeurs. Ce sont eux qu’on protège avec les images et les avertissements.

— Donc, tu veux dire que les fumeurs intoxiquent les non-fumeurs et qu’ils doivent en être informés avec des images dégueu sur les paquets ?

— Veux-tu dire que les fumeurs intoxiquent les non-fumeurs et qu’ils doivent en être informés par des images dégoûtantes sur les paquets de cigarettes ?

FRA-5201-2  SA4 C’est là que ça se passe !

© Éditions Grand Duc

3. Toutes les personnes étaient assises au bout de

Réponse personnelle.

Merci de ne pas photocopier

1.


Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

DISCUSSION ORIGINALE ENTRE CHARLES ET ISABELLE

DISCUSSION CORRIGÉE

— J’ai pas dit ça. Je dis que l’information est un moyen efficace de lutter contre le tabac.

— Je n’ai pas dit ça. Je dis que l’information est un moyen efficace de lutter contre le tabac.

— Tu veux me dire QUI peut bien lire ces avertissementslà et ces renseignements-là ?

— Qui lit ces avertissements et ces renseignements ?

— Moi, je les lis et…

— Moi je les lis et ils me renseignent.

— Tu fumes même pas ! De toute façon, les non-fumeurs sont déjà protégés des méchants fumeurs dans toutes les endroits publics. On peut même plus aller au restaurant.

— À quoi bon, tu ne fumes pas, toi. De toute façon, les non-fumeurs sont déjà protégés de la fumée dans tous les endroits publics. On ne peut même plus aller au restaurant.

— La loi interdit pas aux fumeurs D’ALLER au restaurant, mais de FUMER dans le restaurant.

— La loi n’interdit pas aux fumeurs d’aller au restaurant, mais bien de fumer dans cet endroit.

— Ah ! c’est vrai, on peut aller dehors à 30 pieds de la porte entre le plat principal et le dessert.

— C’est vrai, on peut aller fumer dehors à neuf mètres de la porte entre le plat principal et le dessert.

— C’est un choix que tu fais de fumer.

— C’est toi qui choisis de fumer.

— C’est pas encore illégal à ce que je sache…

— Ce n’est pas illégal à ce que je sache.

7. Plusieurs réponses possibles. Exemple : Les propos sont devenus personnels, voire agressifs. Charles a dévié du sujet en parlant de la barbotine, Isabelle s’est fait couper la parole deux fois. Charles a mal interprété les propos d’Isabelle et le ton a monté.

8.

PHRASE

ERREUR ENTENDUE À L’ORAL

L’argument que je t’ai parlé était fondé. L’argument dont je t’ai parlé était fondé.

ƒƒ

ƒƒ Construction de l’interrogation indirecte

J’ai écouté un émission sur ce sujet. J’ai écouté une émission sur ce sujet.

ƒƒ

ƒƒ Conjugaison

J’aimerais comprendre qu’est-ce qu’il veut dire. J’aimerais comprendre ce qu’il veut dire.

ƒƒ

ƒƒ Emploi incorrect d’un pronom relatif

Je répondrais si tu m’en donnerais la chance. Je répondrais si tu m’en donnais la chance.

ƒƒ

ƒƒ Genre erroné

9.

DESCRIPTION

ÉLÉMENT PARAVERBAL

Variation de la voix pour manifester les émotions ressenties.

Intensité.

Manière d’articuler les mots selon les règles.

Prononciation.

Trop rapide, il témoigne de la nervosité du locuteur.

Débit.

Soutenu, il témoigne de la maîtrise de la situation.

Rythme.

Bref silence pour favoriser un changement de sujet.

Pause.

Plus fort pour mettre en évidence des propos importants.

Volume.

Variation de la voix pour marquer une interrogation.

Intonation.

10. Plusieurs réponses possibles. Exemples :

Élément paraverbal : Le volume. Utilisation : Je monte le volume de ma voix pour mettre l’accent sur un élément de ma présentation. Exemple : Lorsque je cite des statistiques étonnantes par rapport à mon sujet, je monte le volume pour que l’auditoire comprenne bien leur importance.

11.

Réponse personnelle.

12. Réponse personnelle. FRA-5201-2  SA4 C’est là que ça se passe !

141


ÉLÉMENT NON VERBAL

L’émetteur prend une expression de dégoût en parlant d’un graffiti véhiculant un message haineux.

ƒƒ

ƒƒ Position

Il fait une pause, puis promène lentement les yeux sur l’auditoire.

ƒƒ

ƒƒ Distance

Il se déplace régulièrement de gauche à droite.

ƒƒ

ƒƒ Attitude

Il s’avance vers l’auditoire et se penche légèrement en avant.

ƒƒ

ƒƒ Regard

Il fait taire l’auditoire et demande calmement aux personnes qui désirent poser une question de lever la main.

ƒƒ

ƒƒ Geste

Il présente des peintures murales mexicaines sur grand écran.

ƒƒ

ƒƒ Mimique

Il laisse tomber les bras en disant qu’il n’y a rien à faire pour empêcher ce phénomène.

ƒƒ

ƒƒ Support sonore, visuel ou audiovisuel

14. a) Faux. La pause laisse le temps aux interlocuteurs

et interlocutrices de réfléchir aux propos entendus ou elle favorise un changement de sujet au cours de l’échange.

16. Plusieurs réponses possibles. Exemples : a) Je fais « non » d’un signe de tête. b) Je reformule sa question et je lui demande si c’est bien le sens de sa question.

b) Vrai. Les gestes modérés et judicieux se joignent à la parole pour renforcer le message.

c) Je fais un signe de la main. d) Je m’approche de l’auditoire OU Je parle un peu plus fort OU J’interpelle une personne pour lui poser une question.

c) Vrai. L’intonation peut indiquer que l’on veut appuyer certains propos, clore la discussion, changer de sujet ou poursuivre dans le même sens.

15. Plusieurs réponses possibles. Exemples : a) Bonjour à tous et toutes. Je vous rappelle que c’est la Semaine de réduction des déchets. b) Je m’appelle Martin Proulx et ma présentation orale portera sur la mauvaise gestion de nos vidanges. c) Et vous, quel geste posez-vous quotidiennement pour réduire vos déchets ? d) Frédérique, crois-tu que le compostage soit une partie de la solution ? e) Je vais vous parler maintenant des centres de tri. f) En terminant, je vous rappelle que chaque geste compte ! g) Vos arguments étaient de taille ! Merci à tous et toutes pour votre participation à ce débat. Ce fût une expérience enrichissante.

142

FRA-5201-2  SA4 C’est là que ça se passe !

17.

L’espace Graffit’art a été inauguré hier. « C’est impressionnant, toutes ces réalisations de nos artistes ! » L’organisateur du projet était très fier de dévoiler les premiers graffitis d’un mur de 200 mètres longeant un parc. Dès la tombée du rideau, on entendait des « Wow ! », tandis que les commanditaires de la murale répétaient : « Que de talent dans ces œuvres ! » Ça prouve que le graffiti comme forme d’art est apprécié.

© Éditions Grand Duc

ÉNONCÉ

Merci de ne pas photocopier

13.


18. Plusieurs réponses possibles. Exemples : CONSIGNE b) Ajoutez un lien entre les propos.

NOUVELLE PHRASE Les fumeurs doivent se tenir à l’extérieur d’un rayon de neuf mètres d’une entrée. L’application de cette règle nécessite donc certains aménagements. Par exemple, … il faut mettre des cendriers à la disposition des fumeurs.

© Éditions Grand Duc

c) Évitez la redondance.

Je ne suis pas d’accord. En fait, je désapprouve ce qui a été dit. Je dénonce les propos précédents selon lesquels il faut installer des fumoirs dans tous les établissements accessibles au public. Je suis en désaccord parce que c’est vraiment très dispendieux. Ça coûterait trop cher. Je suis en désaccord avec l’installation de fumoirs dans les édifices publics. Ça ne vaut pas la peine et ça coûterait trop cher.

d) Enchaînez vos propos avec ceux-ci.

D’après Santé Canada, les fumeurs sont plus nombreux au Québec que dans le reste du pays. C’est pourquoi il faut mieux protéger les non-fumeurs de la fumée secondaire, nocive pour la santé.

Merci de ne pas photocopier

e) Ajoutez une intervention d’un autre type.

Il n’y a que les emballages de cigarettes qui affichent des images dégoûtantes. C’est injuste et irrespectueux. Si je comprends bien, vous vous demandez pourquoi les fumeurs n’ont pas droit à un emballage de cigarettes esthétique et de bon goût comme les autres produits, c’est bien ça ?

f) Limitez la durée de cette intervention.

Je vais vous énumérer toutes les bonnes raisons d’arrêter de fumer : premièrement [… ] cinquièmement, vous goûterez mieux les aliments. Il y aussi des trucs pour perdre l’habitude de fumer : premièrement [… ] cinquièmement, une cigarette de substitution. Il y a de nombreuses raisons de cesser de fumer, notamment retrouver le goût des aliments. Plusieurs trucs aident à perdre cette habitude, par exemple tenir un crayon ou une paille entre ses doigts.

19. a) b) c) d) Réponse personnelle. 20. Réponse personnelle. 21. Réponse personnelle. 22. Réponse personnelle. 23. a) Il serais préférable de ne pas interrompre une personne qui parle.

b) Il faut toujours maintenir le contact visuel avec l’auditoire.

24. Dans une discussion, il ne faut pas faire de digressions, c’est-à-dire s’éloigner du sujet principal. Il est important d’établir des liens entre les propos afin d’éviter les coq-à-l’âne. De plus, il faut éviter les redondances en s’abstenant de répéter les mêmes propos. Il convient aussi de varier les types d’interventions et de limiter leur durée, et surtout d’enchaîner ses propos avec ceux de l’interlocuteur.

25. a)

 Les places où qu’ils vend du tabac sont devenues plus rares. Les endroits où il se vend du tabac sont devenus plus rares. c)

26. Au cours de la discussion entre l’auditoire et moi, nous

devions appliquer les règles de convenance de la prise de parole. Il fallait, notamment, maintenir le contact visuel avec les interlocuteurs, reformuler ses propos si l’on remarquait des signes d’incompréhension et ne pas couper la parole à quelqu’un ni parler en même temps qu’un autre personne. Il fallait aussi respecter le temps alloué aux interventions.

27. Faux. Je dois saluer mon interlocuteur ou mon

auditoire, faire un geste de la main, monter la voix en prenant la parole.

28. Le lettrage de la signature d’un artiste (ou son tag

(« … ») en langage du milieu) peut être de différentes grosseurs : de 30 cm (G1) jusqu’à 1 m parfois. Nous pensons dessiner d’abord des croquis pour déterminer les formes, les couleurs, les dimensions (G2) et les effets que nous aimerions produire sur cette peinture murale. (« … ») : Pour indiquer un anglicisme, un mot qui appartient au langage des graffitis. (G1) : Pour illustrer la mesure avec ses mains. (G2) : Pour compter les éléments de l’énumération sur ses doigts.

 Ici, on n’a pas mal de monde qui ont de la misère à arrêter de fumer. Ici, il y a beaucoup de gens qui ont de la difficulté à cesser de fumer. FRA-5201-2  SA4 C’est là que ça se passe !

143


Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

Notes personnelles

144

FRA-5201-2  SA4 C’est là que ça se passe !


SAE

TRAVAIL ET ÉTUDES, une combinaison gagnante ?

Hadrian / Shutterstock.co

m

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

SITUATION d’apprentissage et d’évaluation

Durée approximative de la SAE

6 heures Votre centre d’éducation aux adultes accueillera la foire de l’emploi p. 161 étudiant où vous tiendrez un stand. Vous prendrez la parole pour communiquer de l’information issue des documents que vous aurez consultés et pour faire part de vos idées sur l’occupation d’un emploi rémunéré pendant les études. Votre présentation durera cinq minutes. Elle sera suivie d’un débat d’une dizaine de minutes au cours duquel vous répondrez aux questions de l’auditoire et défendrez votre point de vue.

1.

  CORRIGÉ

a) Quelle est votre définition d’un emploi étudiant (nature de l’emploi, nombre d’heures de travail, horaire, etc.) ?

b) Occupez-vous un emploi parallèlement à vos études ? Pourquoi ?

FRA-5201-2  SAE Travail et études, une combinaison gagnante ?

145


2. Cochez deux stratégies que vous utiliserez lors de votre lecture.

 Dégager le sujet, la position de l’auteur et les arguments.

 Établir des liens avec ses connaissances ou ses lectures antérieures.   Autre stratégie :

 Départager les faits, les hypothèses et les opinions.

LISEZ LE TEXTE

portant sur le travail et les études.

Études et boulot : les jeunes travaillent-ils trop ? N o t e s  :

146

1

Au cours des dernières années, des programmes gouvernementaux et des entreprises ont réussi à faciliter la conciliation travail-famille pour aider les Québécois et Québécoises à mieux harmoniser leur vie personnelle, familiale et professionnelle. Aujourd’hui, un autre défi tout aussi important s’impose à l’ensemble de la société : la conciliation travail-études.

2

Un chef politique a déclaré que la population québécoise devrait travailler plus, surtout les jeunes. Or, ces jeunes font souvent des études. Plusieurs travaillent déjà trop, nuisant ainsi à leurs études. La question donne à réfléchir, particulièrement dans une société qui s’évertue à dire que l’avenir passe par les études.

3

Les courants sociaux, les tendances et les technologies incitent les gens à dépenser. C’est pourquoi une majorité d’étudiants occupent un emploi dont l’horaire excède souvent les 10 à 15 heures par semaine recommandées. De plus en plus de jeunes ont des semaines très chargées : les heures de cours, le boulot le soir, la nuit, les fins de semaine et même dans les « trous » de l’horaire de classe. Il existe pourtant des lois et des normes qui encadrent le travail chez les jeunes de moins de 18 ans.

FRA-5201-2  SAE Travail et études, une combinaison gagnante ?

© Éditions Grand Duc

  Préciser l’information à trouver.

 Relever les sources citées par l’auteur.

Merci de ne pas photocopier

 Faire un survol du texte, lire les titres, regarder les photos et les images.


Le milieu scolaire québécois éprouve de plus en plus de difficulté à retenir les jeunes qui sont attirés par le monde du travail – même au salaire minimum – et par tous les biens de consommation qui leur sont offerts. Récemment, les quotidiens ont abondamment parlé des inquiétudes des enseignants qui constatent que leurs élèves étudient de moins en moins : ils n’ont plus le temps, ils doivent « gagner leur vie » ! Où les étudiants trouvent-ils donc le temps de tout faire ? Déjà, en quatrième secondaire, soit à 15 ans, leur horaire devient une véritable course contre la montre. Prenons l’exemple d’un étudiant qui travaille 30 heures par semaine (cas extrême mais malheureusement réel). À ses heures de travail s’ajoutent 35 heures de cours. Au total, sur les 168 heures que compte une semaine, il passe près de 40 % de son temps à l’école ou au boulot. Si l’on ajoute à cela les 9 heures de sommeil quotidien recommandées pour les jeunes par la Société canadienne du sommeil, 75 % du temps hebdomadaire est occupé. Il reste bien peu de temps pour les autres activités tout aussi essentielles : les repas, les soins d’hygiène, les déplacements, l’étude à la maison, les activités sociales et familiales, le sport, les loisirs et la détente. Cet étudiant surmené et épuisé n’a d’autre solution que de somnoler à l’école, de négliger ses travaux scolaires au détriment de ses résultats et d’accumuler la pression causée à la fois par l’école et le boulot.

5

Pourtant, il serait inutile de chercher à empêcher les jeunes de travailler parallèlement à leurs études. Ils gagnent environ 10 $ de l’heure et ont des horaires souvent plus flexibles que ceux de l’école. Un élève qui travaille 25 heures par semaine reçoit un salaire bimensuel de 500 $ dont les impôts sont remboursés. Les déductions salariales se limitent aux cotisations à l’assurance-emploi. Le monde du travail apporte aux jeunes ce qu’ils recherchent : une gratification immédiate, de l’argent pour s’offrir ce qu’ils désirent (cellulaire, forfait de téléphonie sans fil et d’accès à Internet, voiture, essence, assurances, immatriculation, etc.). Bien que les factures soient salées et que ces biens nous paraissent superflus, les jeunes tiennent à payer le prix de ce qui représente à leurs yeux l’autonomie et la liberté.

6

L’avenir devient incertain parce qu’un cercle vicieux se crée : le jeune travaille trop, il investit moins de temps dans ses études, ses résultats

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

4

N o t e s  :

FRA-5201-2  SAE Travail et études, une combinaison gagnante ?

147


N o t e s  :

Il faut cependant reconnaître que bien qu’il puisse nuire aux études, le travail apporte aux jeunes des bienfaits indéniables. Il leur permet d’acquérir le sens des responsabilités et de développer des qualités essentielles pour devenir des adultes : entregent, autonomie, ouverture d’esprit, culture. Ils acquièrent de l’expérience et des connaissances qui plairont aux employeurs qui les recruteront à la fin de leurs études. Ceux-ci attacheront certes de l’importance aux résultats scolaires des jeunes diplômés, mais s’intéresseront aussi à leurs expériences de travail ou de bénévolat et à d’autres qualités (polyvalence, connaissance de l’actualité, facilité avec les technologies, etc.).

8

Le monde du travail a changé. Aujourd’hui, pour mener une belle carrière, on ne peut plus partir du bas de l’échelle sans diplôme et sans expérience, et gravir les échelons. Les milieux professionnels sont très exigeants en matière de qualification. Les employeurs embauchent les « meilleurs ». La compétition est féroce et les jeunes sont inquiets. Ils voudraient pouvoir présenter un curriculum vitæ déjà bien garni dès la fin de leurs études pour s’assurer un bel avenir. Et ils ont raison. À diplôme égal, l’employeur choisira le candidat qui a des expériences de travail, quelles qu’elles soient.

9

Le problème actuel, c’est que trop de jeunes qui étudient tout en travaillant manquent d’encadrement. Ils s’investissent aveuglément dans des activités dites « professionnelles » sans parvenir à combiner les horaires de travail et leurs obligations scolaires. Il faut leur expliquer comment faire. En choisissant de travailler et d’étudier en même temps, ils manifestent un profond désir de se responsabiliser et d’apprendre ainsi qu’un grand besoin d’autonomie et surtout de liberté. Ils ne feront certainement pas de compromis, même si on leur impose des restrictions ou qu’on leur donne de l’argent en compensation de ce qu’ils auraient gagné en travaillant. Rien ne semble faire le poids devant leur volonté d’émancipation.

10 Il

vaut mieux lâcher prise sur la question du travail et encourager les jeunes dans leurs choix tant qu’ils demeurent raisonnables. C’est en conjuguant toutes leurs activités quotidiennes qu’ils apprennent à gérer leur emploi du temps et à organiser leur vie, qui d’ailleurs leur appartient. Les milieux familial, scolaire et professionnel devraient plutôt leur emboîter le pas. La clé du succès réside dans les aménagements responsables pour soutenir les jeunes dans leurs activités et dans le temps consacré à leur encadrement.

Lucie Lachance, mère de famille et enseignante au secondaire

Consultez votre enseignant ou enseignante pour valider vos stratégies.

148

FRA-5201-2  SAE Travail et études, une combinaison gagnante ?

Merci de ne pas photocopier

7

© Éditions Grand Duc

sont moins bons, ses chances d’être admis dans un programme d’études professionnelles ou dans un programme contingenté au cégep diminuent, et ainsi de suite. Le travail à temps plein devient alors l’unique solution puisque les possibilités d’admission sont compromises, affaiblissant ainsi le désir de poursuivre des études postsecondaires. Sur le marché du travail, ce jeune aura souvent les mêmes conditions de travail que pendant les études et peu de chances d’avancement. Pourtant, ce ne sera pas faute de talent !


3. Décrivez comment vous avez utilisé les stratégies sélectionnées à la question 2. Stratégie 1 :

© Éditions Grand Duc

Stratégie 2 :

Comprendre 4. Remplissez le tableau suivant en dégageant des arguments du texte à propos du travail étudiant.

Merci de ne pas photocopier

ARGUMENTS FAVORABLES

ARGUMENTS DÉFAVORABLES

Argument et justification :

Argument et justification :

Argument et justification :

Argument et justification :

Argument et justification :

Argument et justification :

Argument et justification :

FRA-5201-2  SAE Travail et études, une combinaison gagnante ?

149


Interpréter 5. Relevez deux bienfaits et deux inconvénients du travail étudiant. Inconvénients :

6. D’après vous, l’auteure est-elle en faveur du travail en parallèle avec les études ? Justifiez votre

© Éditions Grand Duc

Bienfaits :

7. Pourquoi l’auteure affirme-t-elle qu’il faut « lâcher prise » sur la question du travail chez les jeunes ?

8. Quelle est l’intention de communication de l’auteure ? Justifiez votre réponse à l’aide du texte.

9. Comment l’argumentation et le ton de l’auteure viennent-ils appuyer son intention

de communication ? Justifiez votre réponse en vous appuyant sur des éléments du texte.

150

FRA-5201-2  SAE Travail et études, une combinaison gagnante ?

Merci de ne pas photocopier

réponse à l’aide du texte.


Réagir À votre avis, le fait d’occuper un emploi parallèlement aux études compromet-il l’avenir professionnel des jeunes ? Pourquoi ?

11.

Comment réagissez-vous après la lecture de ce texte ? Justifiez votre réponse en faisant référence au texte ainsi qu’à vos valeurs, à vos expériences, à vos connaissances personnelles ou à vos intérêts.

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

10.

ÉCOUTE DES MESSAGES 4 ET 5

Deux extraits d’un reportage sur la conciliation travail-études

12. Cochez deux stratégies que vous utiliserez lors de votre écoute.  Prévoir le lieu et le matériel nécessaire.

 Prendre des notes.

 Se rappeler ses connaissances avant l’écoute.

 Lire les questions en lien avec l’écoute.   Autre stratégie :

 Anticiper le contenu du message.  Préciser l’information à trouver.

FRA-5201-2  SAE Travail et études, une combinaison gagnante ?

151


La classe numérique

3

w

r

z

laclasse.grandducenligne.com

La classe numérique

m

a

n

g

laclasse.grandducenligne.com

MESSAGE 4 : PRISE DE NOTES Personnes nommées : Sujet : Principaux éléments d’information

MESSAGE 5 : PRISE DE NOTES Personnes nommées : Sujet : Principaux éléments d’information

Consultez votre enseignant ou enseignante pour valider vos stratégies et votre fiche de prise de notes.

152

FRA-5201-2  SAE Travail et études, une combinaison gagnante ?

Merci de ne pas photocopier

Notez les éléments que vous jugez pertinents sur les fiches de prise de notes. Écoutez le message plus d’une fois s’il le faut.

© Éditions Grand Duc

Écoutez deux extraits d’un reportage de la journaliste Josée Guérin sur la conciliation travail-études, diffusé à la radio de Radio-Canada.


13.

Décrivez comment vous avez utilisé les stratégies sélectionnées à la question 12. Stratégie 1 :

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

Stratégie 2 :

Comprendre 14.

a) Quel est le point de vue des autorités du milieu scolaire sur le travail rémunéré chez les jeunes ?

b) Quel problème relié au travail est soulevé par un directeur d’école ?

c) Quelle solution a été mise sur pied en Outaouais pour contrer les effets du travail chez les étudiants et étudiantes ?

15. Relevez un argument avancé par certains employeurs pour ne pas adhérer au programme sur les heures de travail des jeunes du secondaire.

FRA-5201-2  SAE Travail et études, une combinaison gagnante ?

153


Interpréter 17.

Selon la coordonnatrice du Comité de l’amélioration de la persévérance scolaire de l’Outaouais, certains jeunes travaillent pour se loger, se nourrir ou se vêtir et, selon l’animateur de la vie spirituelle de l’école secondaire de l’Île, d’autres le font pour contribuer au bien-être familial. Quelle différence faites-vous entre ces raisons et celles données à la question précédente ?

Réagir 18. Êtes-vous d’accord avec les modalités du programme sur les heures de travail des jeunes au secondaire ? Justifiez votre réponse à l’aide d’éléments du texte.

154

FRA-5201-2  SAE Travail et études, une combinaison gagnante ?

© Éditions Grand Duc

Relevez deux raisons données par les élèves de la polyvalente Nicolas-Gatineau pour occuper un emploi rémunéré parallèlement à leurs études.

Merci de ne pas photocopier

16.


La recherche d’information complémentaire

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

Pour en savoir davantage sur le travail rémunéré chez les étudiants et étudiantes, faites une recherche d’un document audio ou audiovisuel sur le sujet. Par exemple, les lois sur les normes du travail chez les jeunes, les exceptions, les lois et les pratiques dans les autres provinces ou les autres pays, le coût de la vie chez les jeunes, les types d’emplois étudiants, la conciliation travail-études, les arrangements entre l’école et les employeurs ou la convention relative aux droits de l’enfant.

INFORMATION COMPLÉMENTAIRE : PRISE DE NOTES Titre du document : Provenance du document : Auteur :

       Année :

Document : audio o audiovisuel o                 Durée : Sujet : Problématique soulevée : Objet de la controverse : Résumé (aspects, enjeux, informations importantes, points de vue, etc.) :

Opinion de l’émetteur :

Votre opinion :

Arguments soulevés :

Vos réactions :

1.

1.

2.

2.

Extraits ou citations de témoignages d’experts, de références, de résultats d’études, etc. (noter les sources) : 1. 2. Autres notes (questions, réactions, objections, informations personnelles, liens vers d’autres documents, etc.) :

Consultez votre enseignant ou enseignante pour valider l’information complémentaire.

FRA-5201-2  SAE Travail et études, une combinaison gagnante ?

155


La prise de parole et le débat Vous devrez bientôt faire une présentation orale de cinq minutes suivie d’un débat d’une dizaine de minutes au cours duquel vous répondrez aux questions de l’auditoire et défendrez votre point de vue. Veuillez aussi prévoir des questions pour stimuler le débat. Si vous le désirez, vous pourrez utiliser des supports visuels.

Sujet abordé : Documents consultés et sources :

Problématique : Objet de la controverse :

DÉVELOPPEMENT

Résumé bref de l’information recueillie dans les documents consultés :

Interprétation des faits, des opinions et des arguments présentés :

CONCLUSION

Description et justification de votre réaction :

156

Ouverture sur le débat :

FRA-5201-2  SAE Travail et études, une combinaison gagnante ?

Merci de ne pas photocopier

INTRODUCTION

PLAN DE L’EXPOSÉ ORAL

© Éditions Grand Duc

Consultez « Les étapes pour réussir sa communication orale » et « Les stratégies pour réussir son débat » aux pages 174 à 176 de la section Coffret.


PRÉPARATION AU DÉBAT Mon point de vue : Justifications pour défendre mon point de vue :

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

Arguments pour défendre mon point de vue :

Questions pour stimuler le débat :

Nouvelles informations ou commentaires :

Consultez votre enseignant ou enseignante pour valider votre plan et votre préparation au débat. FRA-5201-2  SAE Travail et études, une combinaison gagnante ?

157


Faites votre aide-mémoire à l’aide des notes prises précédemment. Pour ce faire, utilisez soit l’espace prévu à cet effet, soit une feuille recto verso, soit des fiches. L’aide-mémoire doit comporter seulement des mots-clés, de courtes expressions et des citations entre guillemets accompagnées de leur source. Exercez-vous jusqu’à ce que vous vous sentiez à l’aise et assurez-vous de respecter la durée de la présentation orale, soit 5 minutes pour l’exposé et 10 minutes pour le débat.

Merci de ne pas photocopier

AIDE-MÉMOIRE

© Éditions Grand Duc

Bonne présentation !

158

FRA-5201-2  SAE Travail et études, une combinaison gagnante ?


Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

AIDE-MÉMOIRE

Consultez votre enseignant ou enseignante pour valider votre aide-mémoire.

FRA-5201-2  SAE Travail et études, une combinaison gagnante ?

159


Retour sur les stratégies de communication orale Autoévaluez votre présentation orale à l’aide de la grille suivante pour mieux connaître vos points forts et ceux à améliorer. Vous pouvez également demander une rétroaction aux auditeurs et auditrices.

+/- FACILEMENT

DIFFICILEMENT

J’ai présenté clairement le sujet. J’ai précisé mes sources d’information. J’ai exprimé clairement mon opinion. J’ai défendu mon point de vue de façon cohérente. J’ai énoncé des arguments à l’appui de mon opinion. J’ai varié le ton, le débit et le volume de ma voix. J’ai pris la parole en interpellant les auditeurs. J’ai pris des moyens pour capter et maintenir l’attention. J’ai signalé nettement mon intention de conclure. J’ai utilisé les éléments verbaux, paraverbaux et non verbaux appropriés. J’ai répondu aux questions de façon claire et cohérente.

19. Quelle a été votre principale difficulté avant ou pendant votre présentation orale ? 20. Quelle stratégie pourriez-vous utiliser pour surmonter cette difficulté ? 21. Pensez-vous avoir réussi à convaincre pendant le débat ? Pourquoi ? 22. Avez-vous réussi à capter l’attention des auditeurs et à la garder pendant toute la présentation orale ? 23. Quels éléments souhaiteriez-vous améliorer lors de votre prochaine présentation orale ?

160

FRA-5201-2  SAE Travail et études, une combinaison gagnante ?

© Éditions Grand Duc

FACILEMENT

Merci de ne pas photocopier

CRITÈRE D’AUTOÉVALUATION


CORRIGÉ 1. a) et b) Réponse personnelle.

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

2. Réponse personnelle. 3. Réponse personnelle. 4.

ARGUMENTS FAVORABLES

ARGUMENTS DÉFAVORABLES

Argument et justification : Le monde du travail apporte aux jeunes ce qu’ils et elles recherchent : une gratification immédiate et de l’argent pour s’offrir ce qu’ils désirent. Ils deviennent ainsi plus autonomes et plus libres, et en sont fiers.

Argument et justification : La société de consommation incite à la dépense, c’est pourquoi une majorité d’étudiants et étudiantes occupent un emploi parallèlement à leurs études et font plus d’heures que le nombre recommandé. Ils ont ainsi des horaires excessivement chargés : ils travaillent le jour, le soir et les fins de semaine.

Argument et justification : Le travail apporte aux jeunes des bienfaits indéniables tels que l’acquisition d’expériences et de connaissances et le développement du sens des responsabilités et de qualités essentielles à la vie adulte.

Argument et justification : Au secondaire, l’horaire de plusieurs élèves devient une véritable course contre la montre. Près de 75 % du temps hebdomadaire est occupé par le travail et le sommeil. Les élèves surmenés peuvent négliger leurs travaux et voir baisser leurs résultats scolaires. Ils et elles accumulent la pression causée par le travail et par l’école.

L’employeur sera très intéressé par une jeune personne ayant différentes expériences de travail et de bénévolat, démontrant ainsi sa polyvalence et son implication. Argument et justification : Les milieux professionnels sont très exigeants en matière de qualification. Cela incite les jeunes soucieux de s’assurer un bel avenir à bien garnir leur curriculum vitæ avant la fin de leurs études. À diplôme égal, l’employeur aura tendance à choisir le candidat ou la candidate qui a des expériences de travail, quelles qu’elles soient.

Argument et justification : Quand une jeune personne travaille trop, son avenir devient incertain : elle s’investit moins dans ses études, ce qui peut l’amener à les abandonner et ainsi à continuer à travailler à temps plein. Cependant, faute de qualification, ses conditions de travail évolueront peu et ses possibilités d’avancement seront réduites. Argument et justification : Plusieurs jeunes qui s’investissent aveuglément dans des activités dites professionnelles manquent d’encadrement. Ils et elles ont ainsi de la difficulté à concilier leurs obligations scolaires et les horaires de travail.

5. Bienfaits : Le travail permet aux jeunes d’acquérir le

sens des responsabilités et de développer des qualités essentielles pour devenir des adultes. Ils et elles acquièrent de l’expérience et des connaissances qui facilitent leur entrée sur le marché de l’emploi. Inconvénients : Cependant, le travail occasionne un horaire surchargé ; les jeunes s’épuisent, négligent leurs études et compromettent leurs chances de réussite tant sur le plan scolaire que sur le plan professionnel.

6. Plusieurs réponses possibles.

Exemples : L’auteure est favorable au travail des étudiants et étudiantes. Même si elle dénonce les effets négatifs du travail sur la scolarité, elle concède que la société et le monde du travail ont changé et qu’un emploi étudiant apporte aussi de nombreux bienfaits. OU De prime abord, l’auteure semble défavorable au travail des étudiants et étudiantes. Elle dit que les jeunes, épuisés et stressés, hypothèquent leur avenir, mais qu’on n’a pas d’autre choix que de les soutenir devant leur volonté de s’émanciper.

7. Il faut chercher d’autres solutions, car il est inutile

d’empêcher les jeunes de travailler. Ils et elles ne céderont pas sur cette question parce que le travail rémunéré répond à un désir d’émancipation et de liberté.

8. L’auteure veut sensibiliser ses destinataires à

la nécessité de soutenir ou encadrer les jeunes qui choisissent de travailler pendant leurs études. Tout au long de sa lettre ouverte, Mme Lachance avance des arguments en faveur et en défaveur du travail étudiant. Le fait qu’elle montre les deux côtés de la médaille permet au lectorat de comprendre les avantages et les inconvénients de travailler pendant les études, ainsi que les excès auxquels mène cette situation lorsque le nombre d’heures de travail est trop élevé.

FRA-5201-2  SAE Travail et études, une combinaison gagnante ?

161


13. Réponse personnelle. 14. a) La relation des jeunes avec le travail a changé.

Le travail a des effets de plus en plus importants sur leurs apprentissages, leur équilibre de vie et leur développement, mais la paie compte plus que tout. Pourtant, les jeunes n’ont pas besoin d’autant d’argent.

D’une part, trop travailler peut entraîner des retards dans les travaux scolaires, des mauvais résultats, un manque de temps pour l’étude, de la fatigue, un manque de concentration en classe, etc., et ainsi nuire aux études. D’autre part, le fait de travailler peut apporter une foule d’avantages, comme l’autonomie, la liberté, le sens des responsabilités, des expériences de travail, des connaissances reliées au marché du travail, etc. En employant un ton neutre, l’auteure permet au lectorat de connaître les bénéfices et les limites du travail pendant les études. Ainsi sensibilisé à cette situation, il serait susceptible de mieux appuyer les jeunes.

b) La fatigue en classe. Les jeunes viennent en classe pour se reposer ; ils et elles somnolent et ne sont pas attentifs. Ils s’absentent à la première période du matin. Parfois, les travaux ne sont pas remis. Le directeur de l’école secondaire de l’Île, à Gatineau, parle même d’épuisement et de surmenage. c) Le milieu de l’éducation, de concert avec le milieu des affaires, a mis en avant le programme 6-9-15, qui consiste à limiter le nombre d’heures de travail rémunéré pour aider les jeunes à mieux concilier le travail et les études. Le programme stipule qu’un ou une jeune devrait travailler au maximum 6 heures en semaine, terminer au plus tard à 21 heures la veille d’un jour d’école et effectuer au maximum 15 heures par semaine.

10. Plusieurs réponses possibles. Exemples : Non, l’avenir des étudiants et étudiantes qui travaillent n’est pas compromis s’ils sont soutenus dans leurs occupations scolaires, personnelles et professionnelles. L’expérience du travail assurerait de meilleurs débouchés. OU Oui, leur avenir est compromis : ces jeunes s’épuisent, physiquement et mentalement. Comment peuvent-ils réussir à l’école et se tailler une place dans le monde du travail en négligeant leur santé et leurs études ?

11.

L’adulte doit dire comment il ou elle se sent et appuyer sa réponse par des éléments du texte et de sa vie personnelle. Exemple de réponse : J’éprouve un certain soulagement à lire ce texte, car il est rare de voir un enseignant comprendre pourquoi un adolescent travaille pendant qu’il va à l’école, particulièrement au secondaire. Je trouve intéressant que cette enseignante constate les bienfaits du travail et encourage les jeunes à en avoir un. Toutefois, il faut mettre des limites au temps de travail pour ne pas nuire aux études. J’aurais aimé que mes parents comprennent cela quand j’étais au secondaire. À l’époque, je ne travaillais que quelques heures par semaine dans un restaurant, mais mes parents n’étaient pas d’accord. Par contre, ils comprennent aujourd’hui que cette expérience de travail m’a beaucoup apporté : je sais mieux gérer mon argent, je suis plus responsable et j’ai un curriculum vitæ intéressant. J’ai une petite sœur qui est en quatrième secondaire et qui commence à chercher un emploi ; je pense que je lui ferai lire ce texte pour qu’elle comprenne les avantages et les inconvénients liés au travail durant ses études secondaires. Il est toujours bon de connaître le pour et le contre.

162

FRA-5201-2  SAE Travail et études, une combinaison gagnante ?

15. Plusieurs réponses possibles.

Exemples : Les besoins de l’entreprise, par exemple dans la restauration. OU L’étudiant veut travailler plus de 15 heures ; on accepte pour ne pas perdre un employé compétent.

16. Les élèves travaillent afin de faire des économies pour voyager. Les élèves veulent s’acheter une voiture ou des vêtements, payer leur cellulaire ou leurs sorties.

17.

Plusieurs réponses possibles. Exemple : Selon la coordonnatrice, certains jeunes travaillent pour répondre à leurs besoins de base, tandis qu’à la question 16, les jeunes disent travailler pour se payer des biens de consommation qui ne sont pas nécessaires pour vivre.

18. Plusieurs réponses possibles.

Exemple : Personnellement, je suis d’accord avec les modalités du programme 6-9-15, particulièrement avec le maximum de 15 heures de travail par semaine. Je connais trop de jeunes qui sont épuisés parce qu’ils travaillent 25 heures par semaine en plus d’aller à l’école à temps plein. Ils disent avoir « besoin » d’argent pour acheter des produits de luxe ou une voiture alors qu’ils n’ont même pas le temps d’en profiter et d’avoir des loisirs.

19. Réponse personnelle.

22. Réponse personnelle.

20. Réponse personnelle.

23. Réponse personnelle.

21. Réponse personnelle.

© Éditions Grand Duc

L’auteure de ce texte utilise un ton plutôt neutre, ce qui concorde avec son intention de communication, soit encourager le lectorat à soutenir les jeunes qui choisissent de travailler tout en étudiant. L’auteure développe une argumentation pour souligner les aspects positifs du travail étudiant mais aussi ses aspects négatifs qui nécessitent l’encadrement des jeunes qui font ce choix.

12. Réponse personnelle.

Merci de ne pas photocopier

9. Exemple de réponse :


Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

COFFRET Pour réussir en … … lecture

p. 164 Les critères d’évaluation en lecture pour le cours FRA-5201-2, Défendre des idées p. 165 Comprendre un texte p. 166 Interpréter un texte p. 167 Modèle de réponse pour une question d’interprétation p. 168 Réagir à un texte p. 169 Modèle de réponse pour une question de réaction

… communication orale

p. 172 Les stratégies d’écoute p. 172 Avant l’écoute p. 172 Pendant l’écoute p. 172 Après l’écoute p. 174 Les étapes pour réussir sa communication orale p. 174 Étapes 1 et 2 p. 175 Étapes 3 à 5 p. 176 Les stratégies pour réussir son débat

p. 170 Les stratégies de lecture p. 170 Avant la lecture p. 170 Pendant la lecture p. 170 Après la lecture

FRA-5201-2  Coffret

163


LES CRITÈRES D’ÉVALUATION EN LECTURE

Dans le but de répondre adéquatement aux différentes questions portant sur les textes à lire, il est important de reconnaître les trois critères d’évaluation en lecture pour le cours FRA-5201-2, Défendre des idées :

1er  2e  3e 

COMPRENDRE INTERPRÉTER RÉAGIR

Pour obtenir plus de précisions au sujet des critères d’évaluation en lecture et à propos des types de réponses attendues, consultez les pages suivantes.

164

FRA-5201-2  Coffret

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

pour le cours FRA-5201-2, Défendre des idées


PRÉSENTATION du critère d’évaluation

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

COMPRENDRE La compréhension d’un texte est évaluée à l’aide de questions relatives au contenu, à l’organisation du texte et au point de vue de l’auteur.

COMPRENDRE UN TEXTE C’est cerner son contenu en dégageant les éléments d’information explicites et implicites. Toutefois, les éléments implicites doivent être compris par tous et toutes de la même façon. Les éléments implicites ne peuvent pas avoir plusieurs interprétations.

C’est reconnaître l’organisation d’un texte en dégageant les différentes parties du texte (introduction, développement et conclusion), les intitulés (titre, sous-titre, surtitre et intertitre), les marques typographiques (gras, italique, soulignement, surlignement, type et grosseur de caractères, etc.) et les marques non linguistiques (photo, tableau, graphique, illustration).

C’est dégager le point de vue de l’auteur et le ton adopté par l’auteur en relevant les marques énonciatives et les marques de modalité.

COMMENT RÉPONDRE À UNE QUESTION DE COMPRÉHENSION ? Dans une question de compréhension, les réponses recherchées se trouvent assurément dans le texte de façon explicite ou implicite. Il y a peu de réponses possibles.

FRA-5201-2  Coffret

165


PRÉSENTATION du critère d’évaluation

INTERPRÉTER UN TEXTE C’est faire une lecture personnelle du texte. C’est faire des prédictions et des inférences. C’est réfléchir aux différentes significations possibles du texte. C’est combler le vide à l’aide d’indices du texte. C’est donner un sens au texte.

COMMENT RÉPONDRE À UNE QUESTION D’INTERPRÉTATION ? Dans une question d’interprétation, plusieurs réponses peuvent exister, sans que l’une soit meilleure que l’autre. Il faut toutefois qu’elles soient toujours justifiées et appuyées par une explication logique, par des éléments explicites et implicites du texte et en faisant appel à vos expériences personnelles et à vos repères culturels. Dans une question d’interprétation, il est essentiel que votre réponse ait un lien avec ce que vous avez lu.

166

FRA-5201-2  Coffret

Merci de ne pas photocopier

Le travail d’interprétation vous amène à créer des significations qui ne sont pas directement dans le texte et qui n’y sont pas clairement exprimées. C’est à vous de faire dire au texte ce que l’auteur n’a pas écrit, sans le contredire, en percevant les nuances, en lisant entre les lignes, en formulant des hypothèses et en relevant les sous-entendus.

© Éditions Grand Duc

INTERPRÉTER


MODÈLE DE RÉPONSE

pour une question d’interprétation

QUESTION L’intention de Stéphane Laporte est-elle de démontrer, de convaincre ou de persuader les lecteurs et lectrices ? Précisez votre réponse et appuyez-la sur des éléments du texte.

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

Texte : Pas de relâche pour les textos, Stéphane Laporte (SA1 pages 21 à 23)

Intention de Stéphane Laporte Selon moi, l’auteur Stéphane Laporte a décidé de démontrer pourquoi on préfère se texter plutôt que de s’appeler . À l’aide de différents arguments, il montre que la majorité des utilisateurs et utilisatrices, principalement les jeunes, trouvent les textos beaucoup plus intéressants, et ce, pour plusieurs raisons.

Justification à l’aide d’informations tirées du texte

Tout d’abord, il s’en prend au téléphone en le qualifiant de dérangeant, criard et dépassé (« tellement 20e siècle », dit-il dans son texte), alors que le texto est beaucoup plus discret, n’interrompt rien et permet de mener deux conversations à la fois (une avec la bouche et l’autre avec les doigts). Ensuite, l’auteur nous démontre que le texto est la clé de l’univers parallèle : il nous relie facilement aux gens avec qui nous ne sommes pas et nous permet de vivre non seulement notre moment présent, mais tous les moments présents de tout le monde en même temps. L’auteur nous démontre aussi que le texto a un ultime avantage sur le téléphone : le contact n’est pas direct. On peut donc écrire ce que l’on veut au moment où l’on veut. Ainsi, nous gardons toujours le contrôle. Sans oublier que les textos offrent à notre cerveau une meilleure perception que la réalité. En conclusion, l’auteur Stéphane Laporte a réussi à faire une démonstration claire en l’appuyant d’exemples concrets.

FRA-5201-2  Coffret

167


PRÉSENTATION du critère d’évaluation

Lorsque vous réagissez à un texte, vous devez préciser votre réaction en expliquant les effets que le texte a produits : il s’agit d’une réponse très personnelle et très subjective. Vous devez faire part de vos sentiments en faisant des liens avec vos expériences personnelles et vos repères culturels.

© Éditions Grand Duc

RÉAGIR À UN TEXTE

Merci de ne pas photocopier

RÉAGIR

C’est faire part de ses sentiments, de ses émotions, de ses goûts, de ses intérêts et de ses opinions par rapport au texte. C’est exprimer son intérêt, son désintérêt, son indignation, son étonnement, sa désapprobation, son inquiétude par rapport au texte.

C’est faire des liens entre sa vision du monde et celle proposée par le texte.

C’est prendre position à l’égard des valeurs et des idées véhiculées dans le texte en s’appuyant sur ses expériences, ses comportements et ses valeurs.

COMMENT RÉPONDRE À UNE QUESTION DE RÉACTION ? Dans une question de réaction, votre réponse doit toujours être étroitement liée au texte et toujours justifiée et appuyée par des éléments explicites et implicites du texte ainsi que par vos expériences personnelles et vos repères culturels (spectacles, coutumes, traditions, publicités, films, romans, chansons, faits et événements marquants, découvertes, science et technologie, personnages et personnalités, etc.).

168

FRA-5201-2  Coffret


MODÈLE DE RÉPONSE pour une question de réaction

Texte 1 : Pouf ! On a « éliminé » les déchets…, François Cardinal (SA2 pages 42 et 43)

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

Texte 2 : Présentation du documentaire réalisé par Denis Blaquière, LA pouBELLE PROVINCE, Argus Films (SA2 page 49 et 50)

QUESTION Maintenant que vous avez lu deux textes sur la gestion des déchets au Québec, partagez votre réaction. Justifiez votre réponse en faisant référence à ce que vous avez lu et à vos valeurs, à vos intérêts, à vos connaissances ou à vos expériences personnelles.

Organisateurs textuels en gras

Références aux textes lus en violet

Réactions et opinions en orange

Expériences personnelles en bleu

Après la lecture de ces deux textes, je suis triste et découragé. Je croyais que nous étions sur la bonne voie en matière de recyclage et de gestion des déchets (oups, de matières résiduelles). D’abord, je ne savais pas que les changements de vocabulaire dans les politiques du gouvernement permettaient au Québec d’atteindre des objectifs diminués par rapport à la gestion des déchets. C’est désolant de voir (ou plutôt de lire) que l’évolution du jargon donne bonne conscience au gouvernement. C’est même inquiétant ! En jouant habilement avec les mots, le gouvernement met en péril notre planète. Ensuite, dans le second texte, l’auteur dit que nos politiciens font des discours qui vantent notre mérite comme meneur en matière de recyclage, mais on apprend que le Québec, au contraire, se classe parmi les plus grands producteurs de matières résiduelles au monde. C’est insensé ! Le gouvernement nous demande d’être des citoyens responsables, alors qu’il est lui-même irresponsable et hypocrite. Pour terminer, les informations que l’on trouve dans les deux textes m’affectent beaucoup. L’environnement est important pour moi. Je tente du mieux que je peux de protéger la planète : je recycle, je fais attention à l’utilisation de l’eau et aux déchets que je produis et j’essaie d’acheter local. Bref, je fais ma part et je fais des efforts. Je ne comprends pas pourquoi on ne nous informe pas davantage sur ce sujet. Marie-Chantal Toupin a peut-être raison : « Toute la planète est en train de mourir, on prend la terre pour une poubelle. Maudit bordel ! »

Valeur en rouge

Repère culturel en vert

FRA-5201-2  Coffret

169


LES STRATÉGIES DE LECTURE

1

Analysez la situation de communication. Identifiez : –– les éléments de la communication (émetteur, récepteur, message, langage et référent) ; –– le genre de texte (billet, éditorial, lettre ouverte, commentaire) ; –– les informations liées au texte (titre, auteur, source et date de publication).

2

Déterminez les étapes de votre lecture. Prévoyez votre prise de notes. Précisez les informations recherchées (aspects, faits, opinions, hypothèses, etc.) et le sens (valeurs, croyances, questionnements, etc.).

3

Anticipez sur le contenu, l’organisation ou le point de vue. Activez vos connaissances relatives au sujet. Établissez des liens entre le sujet du texte et vos expériences personnelles, vos repères culturels, vos lectures antérieures.

PENDANT LA LECTURE Compréhension et interprétation du texte

APRÈS LA LECTURE Réaction au texte

170

8

Identifiez les effets suscités par le texte. Considérez : –– ce que le texte vous permet d’apprendre ou de découvrir ; –– l’influence que le texte a sur votre opinion ; –– vos réactions par rapport au texte. Prenez position sur les idées émises dans le texte.

9

Explicitez et justifiez vos réactions. Référez-vous au traitement du sujet pour expliciter et justifier vos réactions. Faites ressortir l’intérêt des procédés utilisés pour assurer la crédibilité et appuyer l’argumentation afin d’expliciter et justifier vos réactions.

FRA-5201-2  Coffret

Merci de ne pas photocopier

Planification de la lecture

© Éditions Grand Duc

AVANT LA LECTURE


© Éditions Grand Duc Merci de ne pas photocopier

PENDANT LA LECTURE Compréhension et interprétation du texte 4

Dégagez ce qui fait l’unité du texte. Considérez le texte dans son ensemble : le contenu, l’organisation et le point de vue. Considérez le vocabulaire, la variété de langue et le genre du texte. Relevez et réorganisez certains éléments du texte en les reformulant ou en les simplifiant.

5

Cernez le contenu. Reconnaissez le contenu d’une argumentation en dégageant le sujet qui prête à la controverse, la thèse et la contre-thèse, les arguments et les contre-arguments, les faits, les opinions et les hypothèses. Faites la distinction entre les faits, les opinions et les hypothèses présentés dans le texte. Dégagez les procédés utilisés pour influencer le lecteur, susciter l’intérêt, persuader ou dissuader.

6

Dégagez l’organisation, la structure et l’articulation du texte. Identifiez : –– les éléments de l’introduction qui donnent l’état de la question et la prise de position ; –– les arguments, et reliez-les à la stratégie argumentative choisie ; –– les éléments de la conclusion qui permettent de reformuler la thèse ou d’élargir le débat.

7

Cernez le point de vue adopté. Dégagez : –– le point de vue adopté par l’auteur ; –– le ton employé par l’auteur ; –– l’attitude de l’auteur ; –– les marques d’engagement ou de distanciation de l’auteur.

FRA-5201-2  Coffret

171


LES STRATÉGIES D’ÉCOUTE

1

Analysez la situation de communication. Identifiez le genre de document vidéo ou audio (reportage, documentaire, chronique, entrevue, débat, etc.).

2

Déterminez les étapes de votre écoute. Répertoriez les sources possibles à consulter. Choisissez une manière adéquate d’écouter les documents vidéo ou audio. Prévoyez votre prise de notes en précisant les informations recherchées.

3

Anticipez sur le contenu, l’organisation ou le point de vue. Activez vos connaissances relatives au sujet. Établissez des liens entre les documents vidéo ou audio et vos expériences personnelles, vos repères culturels, vos lectures, vos visionnements antérieurs.

4

Adaptez les étapes de votre écoute. Interrogez-vous sur la nécessité de considérer d’autres sources. Tenez compte des exigences de la tâche.

PENDANT L’ÉCOUTE Compréhension et interprétation des documents

APRÈS L’ÉCOUTE Réaction aux propos

172

8

Identifiez les effets suscités par les propos entendus. Considérez : –– ce que les documents vidéo ou audio vous permettent d’apprendre ou de découvrir ; –– les procédés linguistiques employés et l’intérêt suscité par les éléments paraverbaux ou non verbaux ; –– l’influence que les documents vidéo ou audio ont sur votre opinion ; –– vos réactions par rapport aux documents vidéo ou audio. Prenez position sur les idées émises dans les documents vidéo ou audio.

9

Explicitez et justifiez vos réactions. Référez-vous au traitement du sujet pour expliciter et justifier vos réactions (clarté, intérêt, pertinence, accord ou désaccord avec l’opinion exprimée, etc.). Faites ressortir l’intérêt des procédés utilisés pour assurer la crédibilité et appuyer l’argumentation afin d’expliciter et justifier vos réactions.

FRA-5201-2  Coffret

Merci de ne pas photocopier

Planification de l’écoute

© Éditions Grand Duc

AVANT L’ÉCOUTE


© Éditions Grand Duc Merci de ne pas photocopier

PENDANT L’ÉCOUTE Compréhension et interprétation des documents 5

Dégagez ce qui fait l’unité des documents. Considérez : –– les documents vidéo ou audio dans leur ensemble (le contenu, l’organisation et le point de vue) ; –– les éléments de contenu, le sens des propos, les éléments verbaux, paraverbaux et non verbaux (éléments visuels et sonores).

6

Cernez le contenu. Situez le contexte en tenant compte du média, de la date de production et des caractéristiques de l’auteur ou de l’émetteur. Relevez les informations et organisez-les (importance, utilité, pertinence et intérêt). Notez la source, l’énonciateur des propos, le sens de chaque extrait et le point de vue adopté. Reconnaissez le contenu d’une argumentation en dégageant le sujet qui prête à la controverse, la thèse et la contre-thèse, les arguments et les contre-arguments, les faits, les opinions et les hypothèses. Faites la distinction entre les faits, les opinions et les hypothèses avancés. Reconnaissez les procédés utilisés pour influencer le public, susciter l’intérêt, persuader ou dissuader.

7

Cernez le point de vue adopté. Dégagez : –– les points de vue adoptés ; –– l’objectivité ou la subjectivité des propos. Relevez l’attitude de l’énonciateur en établissant un lien entre les marques d’engagement ou de distanciation et la stratégie argumentative.

FRA-5201-2  Coffret

173


La préparation  Afin de vous préparer efficacement à votre communication orale, il est important de suivre une démarche structurée. Chaque étape de cette démarche facilitera votre préparation à la communication orale et sera un gage de succès.

ÉTAPE 1 Choisissez un sujet d’actualité qui vous permettra de développer une argumentation et faites-le valider par votre enseignant ou enseignante. Assurez-vous de choisir un sujet qui vous intéresse. L’intérêt que vous portez au sujet et les connaissances que vous avez du sujet rendront votre travail (recherche, exposé et débat) plus facile. Assurez-vous de connaître les aspects que vous devez transmettre lors de votre exposé argumentatif et lors du débat.

ÉTAPE 2 Partez à la recherche de documents audio et vidéo afin de vous informer et de vous forger une opinion sur le sujet. Assurez-vous de la pertinence et de la crédibilité des documents choisis et prenez bien en note les sources de vos documents.

174

FRA-5201-2  Coffret

Merci de ne pas photocopier

La tâche Présentation d’un exposé argumentatif (informer sur un sujet d’actualité et exprimer son point de vue) et participation à un débat (confronter et défendre ses idées).

© Éditions Grand Duc

LES ÉTAPES POUR RÉUSSIR SA COMMUNICATION ORALE


ÉTAPE 3

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

Faites une première écoute des documents choisis sans prendre de notes afin de bien vous approprier et de bien comprendre le contenu des messages. Préparez vos feuilles de notes et planifiez votre prise de notes en classant les informations importantes (sources, aspects traités, points de vue exprimés, témoignages, intervenants, arguments, exemples, statistiques, citations, éléments visuels et sonores, etc.). Pendant les écoutes suivantes, prenez des notes en relevant les informations importantes et les propos essentiels des différents intervenants. Prenez autant de notes que vous voulez en vous assurant qu’elles contiennent assez d’information pour constituer votre aide-mémoire. Visionnez et écoutez les documents audio et vidéo autant de fois que vous le souhaitez.

ÉTAPE 4 Constituez un aide-mémoire à l’aide de vos notes. Il doit être rédigé avec des mots-clés ou de courtes expressions sur une feuille recto verso. Cet aide-mémoire vous sera utile pendant votre exposé et le débat. Utilisez un logiciel de présentation ou tout autre élément visuel et sonore pour rendre votre exposé argumentatif plus intéressant et plus captivant.

ÉTAPE 5 Après avoir répété suffisamment votre exposé oral devant un auditoire (amis, membres de la famille ou collègues de classe) et pris en note les observations et les commentaires des participants, il est maintenant temps de présenter votre exposé argumentatif et de mener un débat devant vos collègues de classe et votre enseignant ou enseignante. Lors de votre exposé oral, il est très important d’établir la communication en saluant votre auditoire et en vous présentant. Ensuite, assurez-vous de bien capter l’attention de votre auditoire et de bien amener votre sujet en employant une formule de prise de contact (énoncé général, fait ou événement à la base du sujet, anecdote, question, etc.). Lorsqu’il est temps de mettre fin à l’exposé, il est important d’annoncer sa conclusion à l’aide d’un organisateur textuel (en conclusion, finalement, en résumé, pour tout dire, etc.), de laisser une bonne impression finale et de remercier et saluer l’auditoire.

FRA-5201-2  Coffret

175


1

Assurez-vous d’une bonne préparation et d’une bonne maîtrise du sujet.

2

Préparez trois questions ou des commentaires pour l’auditoire afin de déclencher le débat.

3

Anticipez les questions et les commentaires possibles et préparez des réponses pour ne pas se faire prendre au dépourvu.

PENDANT LE DÉBAT 4

Saluez les participants et participantes et amorcez le débat par une question, un commentaire ou une réflexion qui suscitera un intérêt ou une réaction.

5

Demandez aux gens présents s’il y a des éléments de la présentation qu’ils n’ont pas compris, et clarifiez au besoin.

6

Demandez aux gens présents si le sujet abordé les a touchés et d’en expliquer la ou les raisons. Pour s’assurer de la participation des autres élèves, faites un tour de table pour recueillir les commentaires.

7

Posez vos trois questions afin de poursuivre les échanges.

8

Utilisez des stratégies d’intervention pour alimenter et stimuler le débat.

APRÈS LE DÉBAT 9

Mettez fin au débat par un dernier tour de table, concluez sur une note positive et remerciez les gens pour leur participation au débat.

ATTITUDE, COMPORTEMENT ET RÈGLES DE CONVENANCE Adoptez une attitude calme et posée, faites preuve d’attention et de courtoisie, et respectez les règles de convenance de la communication en groupe (écoute attentive, partage du temps de parole, reformulation, respect, etc.).

176

FRA-5201-2  Coffret

Merci de ne pas photocopier

AVANT LE DÉBAT

© Éditions Grand Duc

LES STRATÉGIES POUR RÉUSSIR SON DÉBAT


INDEX

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

A

Abréviations, 90 Accord(s) du participe passé des verbes pronominaux, 76 du verbe avec des sujets particuliers, 72 sonores, 115 Anglicismes, 47, 114, 116 Antithèse, 28, 94 Antonymes, 51 Argument, 10, 14, 15-16, 17, 19, 63, 123, 171, 173 Argumentation explication argumentative, 18 procédé argumentatif, 15-16 séquence argumentative, 10, 14, 15, 17 stratégie argumentative, 17, 171-173 structure argumentative, 17-19 Attitude, 7, 26, 27-28, 120, 122, 134, 171, 173, 176 Auxiliaires de modalité, 27

B

Billet, 10 But, 7

C

Cohérence de la discussion, 127 textuelle, 63 Commentaire, 10, 127 Conclusion, 17, 124, 171, 175 Contre-argument, 14, 171,173 Contre-thèse, 14, 17, 171, 173 Crédibilité, 15, 18, 19, 95, 134

D

Débat, 124, 127, 176 Débit, 120, 124, 126, 134 Destinataire, 2, 7, 15, 16, 17, 28, 30 Destinateur, 2 Développement, 17 Digression, 127 Discours rapporté, 14, 102 Distanciation, 26, 27, 28, 171

E

Écoute du message, 88, 91, 97 Éditorial, 10, 45

Éléments de la situation de communication, 2, 170 non verbaux, 122, 134 paraverbaux, 120, 134 verbaux, 134 visuels ou graphiques, 15, 16 Émetteur, 2, 7, 14, 17, 25, 123 Engagement, 26, 27-28, 30 Énoncé explicite, 9 implicite, 9 Énonciateur, 25, 26, 27, 28, 30, 102 générique, 102 ton adopté par l’_, 30 Énonciation, 126 Erreurs à éviter à l’oral, 116-117 Explication argumentative, 18 Explicite, 9, 165, 166, 168 Exposé oral, 122, 129, 130, 134, 156, 174-175

F

Facteurs qui influent sur la communication, 7 Figures de style, 28, 30

G

Genres de textes argumentatifs, 10 Gestuelle, 122, 124, 126, 134 Grille d’autoévaluation, 160 de coévaluation, 136-137 Groupe incident, 27 prépositionnel, 64

I

Implicite, 9, 165, 166, 168 Intention, 7, 14, 30, 58, 63 Interjection, 27, 124 Intonation, 120, 124, 126, 134 Ironie, 94

L

Langue qualité de la _, 134 standard, 114, 115 variété de _, 28, 114, 171 Lettre ouverte, 10

FRA-5201-2  Index

177


N

Notes (prise de), 90, 170, 172, 175

O

Objectivité, 17, 173 Organisateurs textuels, 11, 63, 124, 127, 175 Ouverture, 17

P

Paragraphe, 11 Paramètres de la tâche, 136 Parole (prise de), 95, 114, 126, 134, 174-175 Participe passé des verbes impersonnels, 71 Phrase impérative, 16, 25, 28 incidente, 27 interrogative, 25, 28, 32 Point de vue, 10, 14, 17, 26, 45, 63, 114, 123, 165, 170, 171, 172, 173 Ponctuation expressive, 27 Préfixes, 46 Préposition, 12, 64 Présentation orale, 120, 122, 134, 174-175 Procédés argumentatifs, 15-16 de réfutation, 17, 19

178

FRA-5201-2  Index

R

S

Sens contextuel, 48 Séquence argumentative, 10, 14, 15, 17 dominante, 58 Source, 14, 90, 101, 102, 129, 172, 173, 174 crédibilité de la _, 95 Stratégie(s) argumentative, 17, 171-173 d’écoute, 91, 172-173 de lecture, 170-171 Structure de la séquence argumentative, 14, 17-19 Subordonnée complément de phrase, 33 complétive exclamative, 32 complétive interrogative, 32 corrélative de comparaison, 61 corrélative de conséquence, 61 Suffixes, 46 Sujet amené, 17 divisé, 17 posé, 17 Support sonore, visuel ou audiovisuel, 7, 122, 124 Synonymes, 51, 63 Synthèse, 17

T

Thèse, 14, 15, 17, 19, 171, 173 Tic verbal, 117 Ton, 26, 30, 120, 165, 171 Tutoiement, 28

V

Valeur, 7, 14, 15, 168, 170 Variété de langue, 28, 114, 171 Verbe essentiellement pronominal, 75, 76 occasionnellement pronominal, 75, 76 Vocabulaire connoté, 16, 27, 28, 30 Volume, 120, 134 Vouvoiement, 28

© Éditions Grand Duc

Récepteur, 2, 7, 14, 25 Redondance, 127 Référent, 2, 7 Reformulation, 18, 124, 127 Regard, 122, 134 Règle de convenance, 126, 176 Répétition, 46, 51, 117, 127

Merci de ne pas photocopier

M

Majuscules initiales dans les noms propres composés, 73 Marques d’énumération, 11 d’organisation du texte, 11-12 de modalité, 26-27, 165 énonciatives, 25, 165 linguistiques, 11 non linguistiques, 11, 165 non verbales, 124 paraverbales, 124 typographiques, 11, 165 verbales, 124 Marqueurs de relation, 12, 63, 127 Modalité auxiliaires de _, 27 marques de _, 26-27, 165 Mode du verbe, 27, 33 Modificateur du verbe, de l’adjectif ou de l’adverbe, 61 Moyens langagiers, 16

Profile for Éditions Grand Duc

Défendre des idées 2e édition.pdf  

Défendre des idées 2e édition.pdf