Page 1

MisÀjour

FRANÇAIS | 4e SECONDAIRE

MisÀjour FRANÇAIS + GRAMMAIRE

édition

ajout d’exerc ice de théo s et rie gramm en aire

Cette nouvelle édition fait plus de place à la grammaire. Voici les ajouts qu’elle comprend : • des questions de grammaire en contexte ; • des exercices en lien avec les ressources de la langue ; • une section de référence où sont expliquées 50 notions essentielles de grammaire.

• Une section d’enseignement explicite des stratégies de lecture, qui sont présentées une à une, modélise la façon d’annoter un texte et explique chacun des types de questions tout en précisant comment y répondre. • Des questions de jugement critique ont été ajoutées afin que l’analyse des textes aborde tous les critères d’évaluation. • Des textes ont été mis à jour.

Plus de 500 exercices autocorrigés sont disponibles gratuitement en ligne dans la Classe numérique. LA CLASSE NUMÉRIQUE

c

o

d

e

laclasse.grandducenligne.com

MisÀjour

Une attention plus grande est accordée au développement de la compétence en lecture :

CODE PRODUIT 4597 I S B N 9 7 8 - 2 - 76 5 5 - 3 7 2 6 - 7

www.grandducenligne.com

6

20728 45970

COUV-sec4_v1.indd All Pages

8

ition éd

ajout d’exercices et de théorie en grammaire

CYNTHIA BUREAU

TEXTE D’AN ALYSE LE TEXTE D’OPINION

Texte d’analyse cri TEXTE D’OPINION tique de film Texte ARGUMENTÉE UTILISANT d’opinion argumentée LA RÉFUTATION utilisant l’explication argumentative Texte LA CRITIQUE d’opinion argumentée DE FILM PIÈCE utilisant la réfutation DE THÉÂTRE Nouvelle Roman Pièce LE POÈME ENGAGÉ de théâtre Poème POÈME LYRIQUElyrique Poème engagé

FRANÇAIS + GRAMMAIRE

e

2

Cette nouvelle édition de MisÀjour Français a toujours pour objectif la réussite de vos élèves en lecture.

FRANÇAIS | 4e SECONDAIRE

FRANÇAIS + GRAMMAIRE

Cahier de savoirs 2e

BUREAU

FRANÇAIS | 4e SECONDAIRE

ARGUMENTÉE THÉÂTRE UTILISANT LE ROMAN L’EXPLICATION ARGUMENTATIVE OPINION

2019-01-23 6:06 PM


MisÀjour FRANÇAIS + GRAMMAIRE

4597_00_Liminaire_F.indd 1

Cahier de savoirs

2e

FRANÇAIS | 4e SECONDAIRE

tio édi n

ajout d’exercices et de théorie en grammaire

CYNTHIA BUREAU

19-02-04 10:32 AM


REMERCIEMENTS Pour son travail de vérification scientifique, l’Éditeur témoigne sa gratitude à Mme Geneviève Cliche.

MisÀjour FRANÇAIS + GRAMMAIRE

Français, 4e année du secondaire © 2019, Éditions Grand Duc, une division du Groupe Éducalivres inc. 1699, boulevard Le Corbusier, bureau 350, Laval (Québec) H7S 1Z3 Téléphone : 514 334-8466 • www.grandducenligne.com Tous droits réservés. CONCEPTION GRAPHIQUE (maquette intérieure et page couverture) : INFOGRAPHIE : Pige communication PHOTOGRAPHIES : p. 27 : Sk Hasan Ali/Shutterstock.com ; p. 34 : Gracieuseté de Caroline Fitzpatrick ; p. 40 : Supawadee56/Shutterstock.com ; p. 60 : Bibliothèque et Archives Canada, MIKAN 3604485 ; p. 64 : PHOTO JAN THIJS, fournie par Alliance ; p. 71 : Gracieuseté de Leméac Éditeur ; p. 88 : SAAQ ; p. 124 : Agence Opale/ Alamy Banque d’Images ; p. 138 : © Martine Doyon ; p. 159 : Ga Fullner/Shutterstock.com ; p. 169 : © Élaine Brodeur ; p. 174 : Photo fournie par Jean-Claude Mourlevat ; p. 209 : Louise Labé, portrait gravé par Pierre Woeiriot (1555), BNF ; p. 228 : Photo fournie par la famille de Boris Vian ; p. 235 : © marianne.deschenes.hotmail.com.

Il est illégal de reproduire cet ouvrage, en tout ou en partie, sous quelque forme ou par quelque procédé que ce soit, électronique, mécanique, photographique, sonore, magnétique ou autre, sans avoir obtenu, au préalable, l’autorisation écrite de l’Éditeur. Le respect de cette recommandation encouragera les auteurs et auteures à poursuivre leur œuvre.

CODE PRODUIT 4597 ISBN 978-2-7655-3726-7 Dépôt légal Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2019 Bibliothèque et Archives Canada, 2019

4597_00_Liminaire_F.indd 2

Imprimé au Canada 1 2 3 4 5 6 7 8 9 0 MI 8 7 6 5 4 3 2 1 0 9

19-02-04 10:32 AM


Table des matières La structure de la collection.........................................................................................

VII

Pour réussir en lecture..............................................................................................

1

L’explication La présentation de l’explication................................................................................... Le texte d’analyse..............................................................................................................

14

Le dopage de l’intellect, par Louise Gendron.............................................................. Ressource de la langue : Le vocabulaire....................................................................... Les travers de l’industrie textile, par Cynthia Bureau................................................... Ressource de la langue : La reprise de l’information.................................................... La violence à la télé peut influer sur le comportement de l’enfant, par Daniel Baril.... Dépendance aux médias sociaux, par Une pilule, une petite granule.......................... Ressource de la langue : Les discours rapportés......................................................... Situation d’écriture....................................................................................................... Suggestions de lecture.....................................................................................................

18 24 26 31 33 39 45 47 48

16

La justification La présentation de la justification................................................................................

50

La critique de film.......................................................................................................

52

L’immortelle reine du crime et son train, par Cynthia Bureau...................................... Ressource de la langue : Le point de vue subjectif...................................................... La Bolduc : sortir les violons, par Catherine Genest..................................................... De père en flic 2 : un peu beaucoup la même chose…, par Marc-André Lussier........ Ressource de la langue : La coordination..................................................................... La chute de Sparte, par Cynthia Bureau....................................................................... Ressource de la langue : La subordonnée complément de phrase exprimant la cause, la conséquence et la comparaison.......................................... Situation d’écriture....................................................................................................... Suggestions de lecture.....................................................................................................

54 57 59 63 68 70

© Éditions Grand Duc

4597_00_Liminaire_F.indd 3

III

76 79 80

TABLE DES MATIÈRES

19-02-04 10:32 AM


L’argumentation La présentation de l’argumentation.............................................................................

82

Le texte d’opinion argumentée utilisant l’explication argumentative.................

84

Messages mortels, par Matthieu Boivin...................................................................... « Un nouvel humain est né » : le branché, par Nathalie Collard.................................... Finis ton assiette !, par Élise Desaulniers..................................................................... Ressource de la langue : La phrase subordonnée relative complément du nom ou du pronom......................................................................................................... Situation d’écriture.......................................................................................................

86 92 97 103 105

Le texte d’opinion argumentée utilisant la réfutation..............................................

106

Cellulaire : la patience et nos enfants, par Marie-Claude Lortie................................... Ressource de la langue : Les ressources de la réfutation............................................ Les bobos, par François Cardinal................................................................................. Ressource de la langue : Les procédés de réfutation.................................................. Pour en finir avec les « chevals », par Cynthia Bureau.................................................. Ressource de la langue : Les verbes comme marques de modalité............................ Situation d’écriture....................................................................................................... Suggestions de lecture.....................................................................................................

108 114 116 121 123 129 131 132

L’argumentation est un mode de discours important à partir de la 4e secondaire. Plusieurs ressources de la langue se rattachent à plus d’un mode de discours, dont l’argumentation. Afin que les apprentissages suivent une progression au fil de l’année scolaire, les ressources de la langue ont été réparties à travers les différents chapitres de ce cahier. Il se peut donc que certaines qui s’avèrent utiles à la compréhension et à la rédaction des textes soient abordées dans d’autres chapitres que celui à l’étude. Au besoin, consultez les ressources de la langue suivantes lorsque vous travaillez l’argumentation : La reprise de l’information (p. 31) Les discours rapportés (p. 45) Le point de vue subjectif (p. 57) La subordonnée complément de phrase exprimant la cause, la conséquence et la comparaison (p. 76) L’harmonisation des temps verbaux (p. 155) Les marques énonciatives (p. 231)

© Éditions Grand Duc

4597_00_Liminaire_F.indd 4

IV

TABLE DES MATIÈRES

19-02-04 10:32 AM


La narration La présentation de la narration....................................................................................

134

La nouvelle.......................................................................................................................... 136 Perinde ac cadaver, par André Jacques....................................................................... Les filles ne sont pas faites en chocolat, par Véronique Papineau............................... Ressource de la langue : Les types de narrateur......................................................... La main, par Guy de Maupassant................................................................................ Ressource de la langue : L’harmonisation des temps verbaux..................................... Situation d’écriture.......................................................................................................

138 142 145 147 155 157

Le roman..............................................................................................................................

158

Le palais de minuit, par Carlos Ruiz Zafón................................................................... Ressource de la langue : Les éléments de l’univers narratif........................................ Jenna Fox, pour toujours, par Mary E. Pearson........................................................... Terrienne, par Jean-Claude Mourlevat.......................................................................... Situation d’écriture....................................................................................................... Suggestions de lecture.....................................................................................................

160 165 167 173 179 180

Le théâtre La présentation du théâtre..........................................................................................

182

La pièce de théâtre...........................................................................................................

184

Les justes, par Albert Camus....................................................................................... Roméo et Juliette, par William Shakespeare................................................................ Ressource de la langue : Le vocabulaire du théâtre..................................................... L’importance d’être Constant, par Oscar Wilde........................................................... Situation d’écriture....................................................................................................... Suggestions de lecture.....................................................................................................

186 190 195 197 203 204

© Éditions Grand Duc

4597_00_Liminaire_F.indd 5

V

TABLE DES MATIÈRES

19-02-04 10:32 AM


La poésie La présentation de la poésie.......................................................................................

206

Le poème lyrique...............................................................................................................

208

L’albatros, par Charles Baudelaire................................................................................ 210 Ressource de la langue : La structure en poésie.......................................................... 214 Beauté cruelle, par Émile Nelligan............................................................................... 216 Ressource de la langue : Les figures de style.............................................................. 219 J’ai tant rêvé de toi, par Robert Desnos...................................................................... 221 Situation d’écriture....................................................................................................... 225

Le poème engagé..............................................................................................................

226

Le déserteur, par Boris Vian......................................................................................... 228 Ressource de la langue : Les marques énonciatives.................................................... 231 Meurtre de soi, par David Goudreault.......................................................................... 233 Souvenir de la nuit du 4, par Victor Hugo..................................................................... 239 Situation d’écriture....................................................................................................... 245 Suggestions de lecture..................................................................................................... 246

50 notions pour la grammaire en contexte.............................................................

© Éditions Grand Duc

4597_00_Liminaire_F.indd 6

VI

247

TABLE DES MATIÈRES

19-02-04 10:32 AM


La structure de la collection Le cahier MisÀjour Français est un outil qui aide l’élève à développer ses stratégies en lecture et à répondre aux questions qui accompagnent les textes. Cette deuxième édition met aussi l’accent sur la grammaire.

Les nouveautés de cette deuxième édition •   Nouveau ! Pour réussir en lecture Cette section explicite une à une les stratégies de lecture, modélise la façon d’annoter un texte et explique chacun des types de questions du cahier tout en précisant comment y répondre.

Pour réussir en lecture L’annotation d’un texte

p. 2

14 stratégies de lecture incontournables p. 4

Avant la lecture

p. 5

Pendant la lecture

p. 9

Après la lecture Les questions sur le texte

p. 10

•   Nouveau ! 50 notions pour la grammaire en contexte Cette section de référence offre un résumé des notions essentielles de grammaire et aide l’élève à répondre aux questions de grammaire en contexte qui accompagnent les textes. Pour chaque notion, un c o d  e renvoie à des exercices autocorrigés dans la Classe numérique.

50 notions pour la grammaire en contexte Mes outils

Les sections 1 à 8, suivies de la mention Rappel , présentent des notions qui devraient être maîtrisées. Les informations précédées de la mention 4e secondaire sont spécifiques à cette année.

Les classes de mots Rappel Les groupes syntaxiques Les fonctions dans les groupes La phrase Les types de phrases Les formes de phrases Les phrases à construction particulière Les liens dans les phrases et entre les phrases Les manipulations syntaxiques La ponctuation La conjugaison des verbes

p. 248 p. 254 p. 258 p. 262 p. 263 p. 265 p. 267 p. 267 p. 270 p. 272 p. 274

Les critères d’évaluation en situation d’écriture

p. 277

Les chapitres qui présentent les modes de discours Les éléments en couleur sont particulièrement importants cette année.

L’explication La situation de communication

Pour chaque mode de discours, un schéma sur double page présente les notions dont l’élève doit faire l’apprentissage selon la Progression des apprentissages. La structure type du mode de discours à l’étude y est présentée afin d’aider l’élève à la reconnaître.

L’organisation d’un texte explicatif Le titre est neutre et évocateur du sujet. Introduction

Énonciateur

Texte

Destinataire

• Lorsqu’il écrit un texte explicatif, l’énonciateur démontre sa connaissance du sujet et utilise son expertise pour fournir une explication exacte. • Son intention est d’expliquer pour faire comprendre un fait, une situation, un phénomène en montrant ses causes et ses conséquences. • Son point de vue est plutôt neutre.

• L’énonciateur et le destinataire doivent tenir compte du contexte de production : la date à laquelle le texte a été écrit, le lieu où il a été écrit, le support utilisé (journal, site Internet…). • Les sources doivent être crédibles.

• Lorsqu’il lit un texte explicatif, le destinataire approfondit sa connaissance du sujet et développe son intérêt pour le sujet. • Son intention peut être : – de comprendre un fait, une situation, un phénomène en s’informant sur ses causes et sur ses conséquences pour apprendre ; – de satisfaire sa curiosité.

La présence de l’énonciateur est indiquée par des marques énonciatives.

• Sujet amené : On amène le sujet (questionnement, description, constatation et justification). • Sujet posé : On pose le sujet tel quel. • Sujet divisé : On divise le texte en aspects. Développement (phase explicative) On présente les aspects et les sous-aspects qui seront traités selon : • un plan par succession de causes et de conséquences ; • un plan par addition de causes avec une conséquence.

Moyens linguistiques pour exprimer la cause et la conséquence

Le point de vue peut être déterminé par une variété de langue standard et certaines structures syntaxiques.

La cohérence et l’organisation du texte Moyens pour assurer la cohérence du texte

Moyens pour organiser le texte

© Éditions Grand Duc

• Reprise de l’information • Harmonisation des temps verbaux • Non-contradiction entre la thèse et les arguments • Titre et intertitres • Paragraphes • Organisateurs textuels appropriés : – introduction d’un ordre ou d’une hiérarchie – introduction d’exemples – apport de nouveaux éléments d’information • Mise en page (alinéas, disposition, espaces, numérotation) • Indications typographiques (capitales, gras, italique) • Supports visuels (tableaux, schémas, graphiques, photos)

14

L’EXPLICATION

Procédés d’explication

Moyens pour assurer la précision et l’exactitude de l’information

• Lexique qui indique la cause et la conséquence • GVpart complément du nom • Phrases coordonnées et coordonnants • Phrases subordonnées : – compléments de P à valeur de cause, de conséquence, de but (forme complète ou réduite) – corrélatives à valeur de conséquence et de comparaison – relatives exprimant la cause • Deux-points • Définition • Reformulation • Exemple • Analogie • Illustration • Comparaison • Vocabulaire technique ou scientifique, néologismes, termes synthétiques • Discours rapportés dont l’exactitude a été vérifiée • Sources dont l’origine est mentionnée de façon précise

Conclusion (phase conclusive) • On donne une réponse synthétique au sujet qui pose problème. • On ouvre sur un nouveau questionnement, on offre une nouvelle perspective ou on nuance les propos.

© Éditions Grand Duc

15

L’EXPLICATION

Plusieurs textes permettent à l’élève d’acquérir des connaissances sur le mode de discours à l’étude, conformément à la Progression des apprentissages. Pour chaque texte, une stratégie tirée de la section Pour réussir en lecture est suggérée à l’élève. Des consignes d’annotation permettent à l’élève d’analyser son texte de façon efficace et de repérer plus facilement les informations importantes.

Stratégie de lecture Je cherche des indices dans les mots plus difficiles.

Les smart drugs éliminent la fatigue, favorisent la concentration et affinent la réflexion. Et ils font une belle carrière illégale !

1 À l’aide d’un trait, séparez l’introduction du début du développement. 2 Dans la marge, formulez le sujet posé sous la forme d’une question commençant par pourquoi. 3 Surlignez dans cette page toutes les raisons pour lesquelles les gens utilisent les smart drugs.

Ce médicament, de son vrai nom le chlorhydrate de méthylphénidate, est normalement destiné aux enfants – et de plus en plus aux adultes – qui souffrent du trouble de déficit de l’attention. Mais il fait aussi une belle carrière illégale. Tout comme l’Alertec, médicament prescrit contre la narcolepsie (tendance irrésistible au sommeil), et quelques autres. On les appelle les smart drugs ou amplificateurs cognitifs. On s’en sert pour éliminer la fatigue, favoriser la concentration, affiner la réflexion…

Certains l’appellent la vitamine « R ». « R » pour Ritalin. Des gestionnaires en achètent par Internet pour boucler davantage de dossiers. Des camionneurs s’en servent pour allonger leur horaire de travail. Des étudiants en croquent ou en sniffent en période d’examens.

Très populaires, ces trucs-là ? Difficile de le savoir. Les quelques études effectuées aux États-Unis évaluent qu’entre 3 % et 7 % des étudiants à l’université en utiliseraient. Une seule étude a été menée au Canada, en 2002, et elle portait sur des élèves du secondaire. Selon son auteure, une chercheuse de l’Université Dalhousie, à Halifax, les taux d’utilisation au Canada seraient les mêmes qu’au sud de la frontière. On peut en déduire que le quart des étudiants universitaires qui prennent du Ritalin sur ordonnance en vendraient ou en donneraient à d’autres !

1

5

« De nombreux jeunes adultes qui arrivent aujourd’hui à l’université ou sur le marché du travail ont grandi avec le Ritalin, observait récemment le magazine américain BusinessWeek. Et ils trouvent normal de puiser dans l’armoire à pharmacie pour se donner un coup de pouce en période de stress. »

© Éditions Grand Duc

Exemple de texte d’analyse

Introduction contenant le sujet de l’explication Sujet amené : description de la situation actuelle. Sujet posé : présentation du problème. Sujet divisé : énumération des aspects.

Développement (phase explicative)

© Éditions Grand Duc

20

25

Qui l’écrit et pourquoi ? Des journalistes ou des spécialistes dans un domaine précis, dans le but de faire comprendre un sujet. Qui le lit et pourquoi ? Des gens qui veulent comprendre un sujet en s’informant sur ses causes et ses conséquences.

30

Où le trouve-t-on ? Dans les journaux, les revues spécialisées et Internet.

35

La fin de l’ère du plastique Dans les supermarchés, le plastique a supplanté tous les autres emballages utilisés jusque dans les années 60, que ce soit les caissettes de bois, les bouteilles de verre ou les sacs en papier. Pour satisfaire la clientèle, les quantités produites ne cessent de grimper. Ainsi, la pollution des cours d’eau et des océans augmente, menaçant la faune marine et affectant notre santé. Depuis les années 90, la situation préoccupe de plus en plus les écologistes, la population mondiale et les gouvernements de plusieurs pays.

1

En 1997, un premier amoncellement de déchets a été découvert dans l’océan. Auparavant, les navires qui voguaient au nord du Pacifique s’embourbaient dans les algues qui s’y accumulaient en raison des courants marins. Aujourd’hui, ils naviguent dans une véritable soupe de plastique. Les courants marins créent un vortex — un tourbillon — appelé le « septième continent ». Selon l’Union internationale pour la conservation de la nature (IUCN), entre 0,8 et 2,5 millions de tonnes de plastique aboutissent annuellement dans l’océan. L’Organisation des Nations unies (ONU) qualifie ce fléau de « véritable crise planétaire ».

10

16

L’EXPLICATION

40

5 45

50

15 55

Au cours des 40 dernières années, près de la moitié de la population des vertébrés marins — soit les mammifères marins, les oiseaux marins, les poissons et les reptiles — a disparu. Cette proportion a été confirmée par Valérie Borde, une journaliste scientifique, qui nous apprend dans un article publié dans la revue L’actualité que « en 1997, on avait la preuve que le plastique affectait des représentants de 267 espèces marines. En 2015, on était rendu à 690 espèces touchées (et étudiées) ». Par exemple, il n’est pas rare de retrouver des poissons coincés dans les anneaux de plastique qui retiennent les cannettes de boissons gazeuses ensemble. [Quant aux baleines, elles avalent quantité de sacs de plastique en croyant qu’il s’agit de méduses. Ces déchets entravent leur tube digestif, ce qui les empêche de se nourrir. Par conséquent, elles meurent.1] Si vous croyez que ce fléau de l’ère du plastique n’affecte pas la santé des êtres humains, détrompez-vous. Sachez que 90 % de l’eau embouteillée vendue par plusieurs grandes compagnies contient de minuscules particules de plastique et que 83 % de l’eau du robinet en renferme aussi, mais en moindre quantité. Le bisphénol A (BPA) et le phtalate de di-2-éthylhexyle (DEHP) auraient une incidence négative sur le cœur, la fertilité, le poids et même l’humeur. « Il y a un lien avec certains types de cancers, la diminution de la quantité de spermatozoïdes ou encore avec l’augmentation de certaines maladies comme le trouble du déficit de l’attention ou l’autisme », a déclaré la professeure Sherri Mason, citée dans Le Devoir. Ce composé serait présent dans l’urine de 95 % des adultes américains. Il ne faut pas se leurrer : nous sommes tous responsables de la pollution de l’eau et nous devons éviter d’utiliser des emballages de plastique. Certaines personnes s’engagent davantage en nettoyant les berges des rivières, voire les océans. C’est notamment le mandat du projet The Ocean Cleanup, créé par Boyan Slat, un jeune entrepreneur de 23 ans. Le but est de retirer 50 % du plastique contenu dans l’océan, et ce, en 5 ans. Pour accomplir cette tâche herculéenne, Boyan fera installer une trentaine de barrières qui agiront comme des barrages. Utopique ? Dangereux pour la faune marine ? Cette initiative ne fait pas l’unanimité.

Développement (phase explicative) Procédés explicatifs : L’exemple La comparaison Utilisation du discours rapporté indirect Utilisation d’un vocabulaire spécialisé Enchaînement de causes et de conséquences

1

Pour s’assurer de l’exactitude de l’information, l’auteur s’appuie sur des sources crédibles, comme des organismes reconnus. Il peut aussi citer des spécialistes. Dans le texte, les sources sont en caractères gras.

Conclusion (phase conclusive) Synthèse : réponse synthétique au sujet qui pose problème. Ouverture : perspectives de changement.

Cynthia Bureau, La fin de l’ère du plastique, juin 2018.

© Éditions Grand Duc

17

L’EXPLICATION

La présentation des genres de textes comporte deux parties : un encadré décrivant ses principales caractéristiques et un exemple annoté.

18

L’intention de lecture indique à l’élève ce à quoi prêter attention durant sa lecture.

10

15

20

25

Le phénomène n’est pas nouveau – il y a 10 ans, l’Université McGill a été l’une des premières à sonner l’alarme –, mais il semble en voie d’entrer dans les mœurs.

Les mots plus difficiles sont inscrits en bleu dans le texte et définis dans la marge.

Qu’est-ce que c’est ? Il s’agit d’un texte qui décrit et explique un sujet (fait, situation, phénomène), en présentant ses causes et ses conséquences. Bien que généralement neutre, le texte d’analyse peut aussi être subjectif. L’introduction du texte cible ce qui est essentiel à la compréhension du sujet avant de passer à l’explication. On pourrait résumer cette information par les questions suivantes : qui ? quoi ? où ? quand ? pourquoi ? comment ?

Intention de lecture Cibler le sujet du texte et les aspects de l’explication.

Le dopage de l’ intellect

Certains athlètes se dopent pour performer dans leur discipline. Toutefois, ce phénomène ne concerne plus seulement les athlètes : après le dopage sportif, on parle maintenant du dopage intellectuel.

Définitions cognitif : relatif à la capacité d’acquérir des connaissances. mœurs : mode de vie d’une société, d’un groupe.

Le texte d’analyse

30

L’EXPLICATION

Des pictogrammes indiquent le niveau de difficulté des textes à l’étude près du titre de ceux-ci. Plutôt facile Facile Plutôt difficile Difficile

Nouveau ! Des informations culturelles en lien avec les textes sont présentées à l’élève.

© Éditions Grand Duc

4597_00_Liminaire_F.indd 7

VII

LA STRUCTURE DE LA COLLECTION

19-02-04 10:32 AM


Les questions qui accompagnent les textes Les questions proposées dans le cahier couvrent tous les critères d’évaluation en lecture.

Questions sur le texte

Réaction

Les questions d’interprétation sont identifiées comme ceci :

5 Pensez-vous débourser davantage pour l’achat de vos vêtements maintenant que vous savez comment ils sont fabriqués ? Appuyez votre réponse sur une de vos valeurs et sur un passage du texte.

Compréhension et interprétation 1 En quoi payer moins cher nos vêtements entraîne-t-il des conséquences négatives ? Nommez les deux aspects de l’industrie textile qui répondent à cette question dans le texte.

Nouveau ! Les questions d’interprétation sont distinctes des questions de compréhension.

2 Pourquoi certains parents acceptent-ils que leurs enfants travaillent dans l’industrie du textile ?

6 Si vous étiez à la tête d’un pays où l’industrie textile est florissante, que feriez-vous pour protéger les travailleurs ? Donnez la raison pour laquelle vous choisiriez d’améliorer cet aspect de l’industrie plutôt qu’un autre.

3 Quel événement a ouvert les yeux de la population occidentale concernant les conditions de travail des employés du secteur du textile ?

Nouveau ! Des questions de grammaire en contexte sont présentées à l’élève afin qu’il ou elle puisse vérifier sa compréhension des notions grammaticales en contexte de lecture. Un encadré renvoie l’élève aux notions correspondantes dans la section 50 notions pour la grammaire en contexte.

Grammaire en contexte

4 Selon vous, pourquoi les pays occidentaux ne fabriquent-ils pas leurs propres vêtements ? Expliquez votre réponse.

© Éditions Grand Duc

© Éditions Grand Duc

29

L’EXPLICATION

Des rubriques sur les ressources de la langue sont insérées là où la Progression des apprentissages prévoit l’étude de ces notions.

2 Quel est le sens du terme scientifique cognitif ?

(lignes 1 à 8), l’auteure emploie deux anglicismes. Identifiez-les, puis remplacez-les par un équivalent français.

L’EXPLICATION

Les ressources de la langue

Consultez un dictionnaire ou un autre ouvrage de référence pour répondre aux questions suivantes en lien avec le texte Le dopage de l’intellect.

1 Dans le chapeau et le premier paragraphe de l’article Le dopage de l’intellect

28

3 En vous référant à leur finale, qu’ont en commun les noms épilepsie, narcolepsie et catalepsie ?

Ressource de la langue

6

Le vocabulaire

b

y

Nouveau ! Elles sont suivies d’une page d’exercices.

j

laclasse.grandducenligne.com

Dans un texte d’analyse, l’auteur utilise souvent des mots techniques ou scientifiques, des néologismes et des termes synthétiques pour expliquer un phénomène.

4 Les mots « neuroscientifique », « neurotransmetteur » et « neuroéthicien » contenus dans l’article ont tous en commun le préfixe neuro-. À quoi celui-ci réfère-t-il ?

Les mots techniques ou scientifiques

Nouveau ! Pour chaque ressource de la langue, un c o d  e renvoie à des exercices autocorrigés dans la Classe numérique.

Ce sont souvent des mots de composition savante, c’est-à-dire qu’ils sont formés à l’aide d’éléments savants qui proviennent du grec ou du latin. Un mot de composition savante est donc formé de deux éléments qu’on peut identifier à l’aide du dictionnaire. Exemple : Il s’agit d’un animal omnivore. (Le préfixe omni- signifie « tout » alors que le suffixe -vore fait référence à l’alimentation ; donc un animal « omnivore » mange de tout !)

Les néologismes Le néologisme est un mot nouveau désignant une réalité nouvelle. Type de néologisme

5 a) La toxicomanie se définit comme une habitude qu’ont les gens de consommer de façon importante et régulière des médicaments ou des drogues. Quelle partie du nom toxicomanie porte le sens « obsession » ?

b) Dans vos mots, définissez les termes scientifiques suivants. Exemples

1 cleptomanie :

Il peut s’agir d’un mot ancien auquel on donne un nouveau sens.

pirate informatique

Il peut être créé à partir d’un acronyme.

syndrome d’immunodéficience acquise (sida)

Il peut être formé par télescopage (mots-valises formés par l’union de deux mots ou de parties de mots existants). Le télescopage peut aussi créer des termes techniques.

hélicoptère + aéroport = héliport bureau + informatique = bureautique partager + logiciel = partagiciel

2 mythomanie : 3 bruxomanie :

1. Se rendre sur la Classe numérique : laclasse.grandducenligne.com.

6 Dopage, un terme emprunté à l’anglais, a servi à créer une nouvelle expression, un néologisme. En quoi consiste le « dopage de l’intellect » ?

Les termes synthétiques Un terme synthétique permet de résumer une idée complexe de façon concise. Exemple : Les Amis de la Terre, Greenpeace, WWF et plusieurs autres luttent tous pour la protection de l’environnement. Ces ONG (organismes non gouvernementaux) ne sont pas subventionnés.

© Éditions Grand Duc

24

L’EXPLICATION

7 Smart drugs est un terme synthétique qui englobe tous les médicaments permettant d’augmenter la concentration. Lesquels l’auteure mentionne-t-elle dans le texte ?

© Éditions Grand Duc

25

2. Cliquer sur « Utiliser un code ».

L’EXPLICATION

3. Entrer le code qui identifie la série de questions à réaliser.

Les situations d’écriture

Chaque genre de texte fait l’objet d’une situation d’écriture pour permettre à l’élève de réinvestir ses connaissances.

Les suggestions de lecture À la fin de chaque chapitre, des suggestions de lecture invitent l’élève à enrichir son expérience littéraire.

Le volet numérique avec un contenu bonifié nnUn guide d’enseignement numérique complet propose de nouveaux outils :

•• une planification annuelle ; •• une version adaptée des textes et des questions qui les accompagnent pour favoriser l’apprentissage des élèves en difficulté (format Word et PDF) ; •• des exercices reproductibles pour consolider les apprentissages en lien avec les ressources de la langue et la grammaire ; •• des évaluations en lecture et en écriture pour tous les genres de textes ; •• une évaluation des trois compétences pour chaque mode de discours. nnUne médiagraphie commentée propose des outils ou de l’information

supplémentaire. nnUne version à projeter est également disponible.

© Éditions Grand Duc

4597_00_Liminaire_F.indd 8

VIII

LA STRUCTURE DE LA COLLECTION

19-02-04 10:32 AM


Pour réussir en lecture L’annotation d’un texte

p. 2

14 stratégies de lecture incontournables Avant la lecture Pendant la lecture Après la lecture Les questions sur le texte

4597_00_Pour_reussir-F.indd 1

p. 4 p. 5 p. 9 p. 10

19-02-04 10:19 AM


L’annotation d’un texte Pourquoi annoter un texte ? Annoter un texte vous sert : •• à découvrir la structure d’un texte ; •• à mieux comprendre un texte ; •• à repérer plus facilement les informations importantes qui vont vous permettre de répondre aux questions. Au bout du compte, cela vous permet de gagner du temps !

Comment annoter un texte de façon efficace ? Pour annoter un texte, vous pouvez : 1 souligner les mots que vous avez du mal à lire ou que vous ne comprenez pas. 2 écrire dans la marge ou au-dessus d’un mot que vous ne connaissez pas une courte définition ou un synonyme. 3 surligner les informations importantes. 4 dans la marge, résumer dans vos mots l’idée principale d’un paragraphe. 5 encadrer les éléments qui structurent un texte : les titres, les intertitres, les organisateurs textuels, etc. 6 tracer un trait entre les différentes parties d’un texte (par exemple, entre l’introduction, le développement et la conclusion ; ou encore, dans le paragraphe d’introduction, entre le sujet amené, le sujet posé et le sujet divisé).

Il est important de connaître votre intention de lecture avant de débuter. En sachant ce que vous cherchez, il vous sera plus facile de déterminer ce qui est important de retenir.

Attention ! N’annotez pas trop le texte, sans quoi vous ne vous y retrouverez plus !

© Éditions Grand Duc

4597_00_Pour_reussir-F.indd 2

2

POUR RÉUSSIR EN LECTURE

19-02-04 10:19 AM


Où pratiquer des sports à sensations fortes au Québec ?

Exemple d’un texte annoté

La plongée sous-marine 5 Le Québec regorge de plans d’eau pour les adeptes de plongée sous-marine. Ce sport extrême n’est pas réservé exclusivement à ceux et celles qui voyagent dans les pays chauds ! Dans les eaux claires de la province, les amateurs et amatrices de plongée sous-marine 3 , peu importe leurs aptitudes, peuvent entre 2 débris d’un navire 2 flottage du bois autres explorer l’épave 1 d’un ancien bateau de drave 1, un remorqueur et un avion dans les eaux profondes de la région de l’Outaouais.

Le rafting 5 La rivière Rouge 3, qui coule dans les Laurentides, est une véri- 4 La rivière Rouge est idéale pour table source de plaisir pour les rafteurs et rafteuses. Accompagnés le rafting, car le d’un guide, les groupes peuvent choisir divers trajets présentant courant y est très fort. différents niveaux de difficulté. Deux tronçons font la joie des sportifs et sportives et leur garantissent des palpitations cardiaques : le Canyon Harrington et les Sept Sœurs, tous deux synonymes de courants forts et de chavirements.

La spéléologie 5 À Saint-Casimir 3, dans le comté de Portneuf, une grotte de 4 Il existe de beaux endroits au Québec 980 mètres fait la joie des explorateurs et exploratrices. Un petit 2 roche sédimentaire facilement soluble dans l’eau pour pratiquer ruisseau qui coule sous terre et creuse le calcaire 1 permet aux la spéléologie. spéléologues de parcourir un trajet semé d’embûches. De plus, 5 près de la ville de Québec 3, on trouve l’un des plus longs trajets de spéléologie de la province. En effet, 5  la grotte de Boischatel avec ses passages hauts de 4 mètres fait vivre des émotions fortes aux personnes initiées au monde minéral. © Éditions Grand Duc

4597_00_Pour_reussir-F.indd 3

3

Catherine-Ann George, « Où pratiquer des sports à sensations fortes au Québec », Clicmots B, 2e année du 3e cycle, Laval, Éditions Grand Duc, 2011, p. 24-25.

POUR RÉUSSIR EN LECTURE

19-02-04 10:19 AM


14 stratégies de lecture incontournables Voici une stratégie que vous pouvez utiliser avant votre lecture.

1

Je survole le texte pour faire des prédictions sur son contenu.

Pourquoi ? nn Pour activer mon cerveau et me préparer à apprendre de nouvelles informations

ou à comprendre l’histoire. nn Pour m’appuyer sur ce que je sais déjà.

Ainsi, je peux plus facilement comprendre le texte que je lis et maintenir un bon niveau d’attention pendant ma lecture. nn Pour faire un plus grand nombre de liens.

Si des éléments d’information ne sont pas clairement mentionnés dans le texte, je peux les déduire. C’est ce que l’on appelle faire de l’inférence. Comment ? nn J’observe les indices du texte comme le titre, les intertitres, les photos, les illustrations et les autres

éléments qui y sont mis en évidence (par les caractères gras, les caractères italiques ou autres moyens graphiques). nn J‘identifie le genre de texte. nn Je prends le temps de me demander ce que je connais sur le sujet du texte que je vais lire.

Pour ce faire, je me pose les questions suivantes : •• Ai-je déjà lu un livre ou vu une émission qui traite du même sujet ? •• Ai-je déjà vécu une situation semblable ? nn S’il s’agit d’un texte explicatif, justificatif ou argumentatif, je me questionne sur ce que je veux

savoir. nn Je me questionne sur ce que je dois savoir avant de lire le texte (informations sur l’auteur,

contexte de production, etc.)

© Éditions Grand Duc

4597_00_Pour_reussir-F.indd 4

4

POUR RÉUSSIR EN LECTURE

19-02-04 10:19 AM


Voici des stratégies que vous pouvez utiliser pendant votre lecture.

2

Je cherche des indices dans les mots plus difficiles.

Pourquoi ? Pour bien comprendre le sens des mots que je lis. Comment ? nn Je cherche des mots appartenant à la même famille morphologique.

Exemples : jardin, jardiner, jardinier, jardinage Les mots de même famille morphologique sont issus d’un mot de base auquel on a ajouté un affixe (préfixe ou suffixe). Ces mots ont un lien de sens. Souvenez-vous qu’un préfixe se situe au début d’un mot et qu’un suffixe se trouve à la fin d’un mot. nn Je décompose les mots en cherchant le mot de base et en tentant de comprendre

le sens des préfixes et des suffixes.

3

Je regarde autour des mots. Rappel

Pourquoi ? nn Pour m’aider à comprendre le sens des mots du texte. nn Pour bien comprendre ce que je lis.

Comment ? nn Je regarde si la définition d’un mot difficile est fournie dans la marge, dans un encadré ou dans

le bas de la page. nn J’observe les illustrations ou les photos pour y trouver des indices. nn Je relis la phrase avant et la phrase dans laquelle se trouve le mot, parce que le contexte peut

me donner des indices sur le sens du mot. nn Je poursuis ma lecture ; peut-être que la réponse se trouve plus loin dans la phrase.

4

J’utilise les outils mis à ma disposition.

Pourquoi ? Pour comprendre le sens de certains mots. Comment ? Je cherche des mots dans les outils mis à ma disposition : §§ un dictionnaire ;

§§ des camarades de classe ;

§§ une affiche thématique ;

§§ le personnel enseignant.

§§ un site Internet ; © Éditions Grand Duc

4597_00_Pour_reussir-F.indd 5

5

POUR RÉUSSIR EN LECTURE

19-02-04 10:19 AM


5

Je tiens compte de la ponctuation.

Pourquoi ? Pour donner un sens à la phrase. Comment ? nn Je fais de courtes pauses aux virgules et des pauses aux points (. ? !).

Les différents points donnent une information sur le sens de la phrase et suggèrent une intonation différente. Les marques de parole sont aussi des indices qui donnent du sens à un texte contenant des dialogues. nn Je vérifie s’il y a des phrases incises, c’est-à-dire des phrases qui signalent un discours rapporté

direct et où le sujet est inversé.

6

Je me fais des images dans ma tête. Rappel

Pourquoi ? nn Pour mieux comprendre ce que je lis. nn Pour mieux organiser les informations. nn Pour mieux résumer le texte dans mes mots.

Comment ? nn Je crée des images dans ma tête lorsque je lis une phrase ou un paragraphe d’un texte explicatif,

justificatif ou argumentatif, ce qui facilite ma compréhension du sujet. nn Je prête attention aux descriptions de lieux et aux émotions des personnages lorsque je lis un texte

narratif ou dramatique, ce qui me permet d’imaginer avec précision les scènes d’une histoire.

7

Je lis par groupes de mots. Rappel

Pourquoi ? Pour m’aider à comprendre les phrases plus longues. Comment ? nn Je regroupe les mots qui ont un lien de sens. nn Je lis le texte en marquant une pause après chaque groupe de mots. Avant de passer au groupe

de mots suivant, je me fais une image dans ma tête pour donner un sens à ce que je lis.

© Éditions Grand Duc

4597_00_Pour_reussir-F.indd 6

6

POUR RÉUSSIR EN LECTURE

19-02-04 10:19 AM


8

J’identifie les mots auxquels renvoient les éléments de substitution.

Pourquoi ? Pour savoir de qui ou de quoi on parle. Comment ? nn Je trouve les éléments de substitution (de remplacement).

Il peut s’agir de pronoms, de mots génériques, de synonymes. Ces éléments servent entre autres à éviter les répétitions et à enrichir un texte. C’est ce que l’on appelle la reprise de l’information. Exemple : Au lieu de répéter la femme dans un texte, l’auteur peut par exemple employer elle, la dame, Julie. nn J’identifie le mot ou le groupe de mots que l’élément de substitution remplace. Il se trouve

généralement dans la ou les phrases précédentes. Attention ! Il est possible que ce mot ou ce groupe de mots soit placé après l’élément de substitution.

9

Je me réfère à la structure du texte.

Pourquoi ? nn Pour m’aider à faire des prédictions pendant ma lecture. nn Pour me repérer plus rapidement, parce que je comprends le déroulement de l’histoire

et que je sais ce qui s’en vient. Comment ? nn Dans un texte explicatif, justificatif ou argumentatif :

§§ je repère les organisateurs textuels ou les marqueurs de relation ; §§ j’utilise les intertitres et les différents paragraphes pour me repérer dans le texte. nn Dans un texte narratif :

•• je me réfère au schéma narratif avant et pendant ma lecture ; •• je repère l’insertion d’un dialogue grâce aux tirets longs ou aux guillemets. nn Dans un texte dramatique, je me réfère aux didascalies et au découpage en actes, en scènes

et en tableaux.

© Éditions Grand Duc

4597_00_Pour_reussir-F.indd 7

7

POUR RÉUSSIR EN LECTURE

19-02-04 10:19 AM


10

Je prédis la suite du texte.

Pourquoi ? nn Pour faire des liens en m’appuyant sur mes connaissances. nn Pour maintenir mon attention pendant ma lecture.

Comment ? nn Dans un texte explicatif, justificatif ou argumentatif :

•• je me demande ce que je sais sur le sujet, je survole le texte et je fais des prédictions sur ce que je vais lire ; •• à partir de ce que je connais, je fais des tentatives pour expliquer des aspects traités dans le texte. nn Dans un texte narratif :

•• j’anticipe la suite du texte en fonction de ce qui précède ; Exemples : Je crois qu’il arrivera ceci... Je pense que... •• je repère les différentes parties d’une histoire (le schéma narratif). Exemple : Après avoir trouvé l’élément déclencheur (le problème), je me demande comment le personnage pourrait s’en sortir. J’essaie de deviner la suite.

11

Je résume dans mes mots l’idée principale de chaque paragraphe.

Pourquoi ? nn Pour comprendre le texte en profondeur. nn Pour mieux intégrer les nouvelles informations. nn Pour repérer plus facilement les informations importantes me permettant de répondre

à des questions. Comment ? nn Dans un texte explicatif, justificatif ou argumentatif :

•• pour formuler les idées essentielles, je me demande de quoi on parle et je reprends les mots les plus importants du texte ; •• s’il y a des intertitres, je résume en une phrase ou deux l’idée principale de chaque section. nn Dans un texte narratif, je me réfère au schéma narratif afin de n’oublier aucune partie : la situation

initiale (qui ? où ? quand ? quoi ?), l’élément déclencheur, le déroulement (les péripéties), le dénouement et la situation finale.

© Éditions Grand Duc

4597_00_Pour_reussir-F.indd 8

8

POUR RÉUSSIR EN LECTURE

19-02-04 10:19 AM


12

Je fais des liens avec ce que je sais déjà sur le sujet.

Pourquoi ? nn Pour mieux comprendre le vocabulaire utilisé. nn Pour mieux comprendre l’ordre logique des événements présentés. nn Pour déduire des éléments d’information qui ne sont pas mentionnés dans le texte.

Comment ? nn Je prends le temps de me demander ce que je connais sur le sujet du texte que je vais lire. nn Je pense à ce que j’ai lu, vu ou entendu sur le sujet.

13

Je devine ce qui est sous-entendu.

Pourquoi ? Pour comprendre les informations qui ne sont pas clairement exprimées. Elles peuvent être déduites à l’aide d’indices. On dit de ces informations qu’elles sont implicites. C’est ce que l’on appelle faire de l’inférence. Comment ? J’utilise les indices du texte ainsi que mes connaissances pour faire des liens. Voici une stratégie que vous pouvez utiliser après votre lecture.

14

Je me rappelle ce que j’ai lu et les points importants. Rappel

Pourquoi ? nn Pour repérer les informations importantes me permettant de répondre à des questions. nn Pour m’assurer que j’ai bien compris le texte. nn Pour mieux intégrer les nouvelles informations.

Comment ? nn Lorsque je résume un texte explicatif, justificatif ou argumentatif :

•• j’identifie les idées importantes ou les informations essentielles à retenir en utilisant les indices du texte (titre, intertitres, etc.) ; •• j’identifie les procédés explicatifs (définition, exemple, analogie, comparaison, reformulation, illustration) ou justificatifs (citation, comparaison, définition, exemplification). nn Lorsque je résume un texte narratif :

•• je me réfère au schéma narratif afin de ne rien oublier ; •• je résume chaque partie du schéma à l’aide d’une ou deux phrases. nn Je pense à ce que j’ai appris sur le sujet. nn Je reformule dans mes mots une idée afin de bien comprendre ce que je viens de lire. Je peux

reprendre des mots ou des passages du texte pour m’exprimer avec précision.

© Éditions Grand Duc

4597_00_Pour_reussir-F.indd 9

9

POUR RÉUSSIR EN LECTURE

19-02-04 10:19 AM


Les questions sur le texte C’est important de bien connaître les particularités de chaque catégorie de questions pour y répondre correctement.

Compréhension et interprétation Les questions de compréhension renvoient à des éléments de réponse que vous dégagez du texte grâce à l’une ou l’autre de ces approches : nn Ils sont exprimés dans le texte : c’est ce que l’on appelle des informations explicites.

Vous pouvez alors facilement les repérer dans le texte. nn Ils sont sous-entendus dans le texte : c’est ce que l’on appelle des informations implicites.

À l’aide de vos connaissances et des indices du texte, vous pouvez alors les déduire. Pour répondre à ces questions, vous devez : nn repérer les informations dans le texte ; nn les reprendre pratiquement telles quelles dans votre réponse ; nn rédiger une phrase complète en utilisant les mots de la question.

Exemples : 1  Quel est le personnage principal de cette histoire ? (information explicite) Le personnage principal est…

2 Durant quelle saison se déroule cette histoire ? (information implicite) L’histoire se déroule en automne, car le texte contient des indices comme « temps frais » et « feuilles mortes ».

Les questions d’interprétation vous poussent à faire une lecture plus personnelle du texte dans le but de donner un sens à ce que vous lisez. Il vous faut faire un lien entre un élément du texte et une réponse possible selon le contexte et vos connaissances. Certaines informations ne sont pas explicites dans le texte, mais elles sont évidentes. D’autres peuvent donner lieu à différentes interprétations. Pour répondre à ces questions, vous devez vous appuyer sur des indices pertinents dans le texte en les nommant. Exemples : 1  P  ourquoi l’auteur a-t-il donné ce titre au texte ? Expliquez votre réponse. Il a donné ce titre au texte parce que…

2  Quel but ou quelle intention avait l’auteur en écrivant ce texte ? Le but de l’auteur était de faire connaître quelque chose au lecteur.

© Éditions Grand Duc

4597_00_Pour_reussir-F.indd 10

10

POUR RÉUSSIR EN LECTURE

19-02-04 10:19 AM


Réaction Les questions de réaction vous amènent à approfondir le sujet du texte et à faire des liens avec votre vécu. Dans un texte explicatif, justificatif ou argumentatif, vous pouvez avoir : nn à parler d’une information qui vous a semblé impressionnante ou de ce que vous avez appris

en lisant le texte ; nn à mentionner des questions que la lecture du texte a suscitées chez vous ; nn à dire si vous êtes d’accord ou non avec l’opinion de l’auteur ou avec les arguments qu’il avance pour justifier son point de vue ; nn à dire si vous recommanderiez cette lecture à une autre personne en expliquant pourquoi. Dans un texte narratif, dramatique ou poétique, vous pouvez avoir : nn à dire ce que vous avez préféré dans le texte (un passage ou un personnage) ; nn à faire des liens avec une situation que vous avez vécue ou entre les personnages du récit,

de la pièce ou du poème et des gens que vous connaissez ou vous-même ; nn à exprimer ce que vous avez ressenti durant votre lecture du texte. Pour répondre à ces questions, vous devez : nn prendre position en fonction de vos expériences et de vos connaissances (je crois, selon moi, etc.) ; nn expliquer votre réaction en faisant des liens avec votre vécu, votre personnalité, vos valeurs, etc. ; nn justifier votre position à l’aide d’un élément du texte.

Exemple : 1  Ce texte influencera-t-il votre façon de voir les choses à l’avenir ? Expliquez votre réponse. Je crois que je n’aurai plus la même réaction quand je rencontrerai ce genre de personne. À l’avenir, je ferai preuve de plus de compréhension...

Jugement critique  Les questions de jugement critique vous amènent à prendre position vis-à-vis du texte au moyen de critères (caractéristiques des personnages, qualité de l’information, message transmis, crédibilité des sources, choix du vocabulaire, etc.). Il vous faut justifier votre position en vous fondant sur des extraits ou des exemples du texte. Pour répondre à ces questions, vous devez : nn donner votre opinion ; nn exprimer le critère sur lequel vous avez basé votre opinion ; nn donner un exemple tiré du texte pour appuyer votre opinion.

Exemples : 1  Les personnages de ce récit sont-ils vraisemblables ? Justifiez votre réponse au moyen de critères pertinents. Oui, car les personnages ont des caractéristiques que des personnes de mon entourage possèdent également...

2 Le texte est-il facile à lire ? Expliquez votre réponse. Non, car les mots choisis par l’auteur sont très complexes. Il s’agit d’un texte scientifique qui contient un vocabulaire très précis, surtout connu des scientifiques.

© Éditions Grand Duc

4597_00_Pour_reussir-F.indd 11

11

POUR RÉUSSIR EN LECTURE

19-02-04 10:19 AM


Jugement critique comparatif Après l’étude de chaque mode de discours, vous aurez à répondre à une question de jugement critique comparatif et ainsi à prendre position sur le texte que vous avez préféré. Vous devrez porter un jugement sur la qualité des textes à l’étude et expliquer votre choix en vous basant sur au moins deux critères d’appréciation différents (sujet, qualité de l’information, qualité de l’écriture, présentation, etc.). Pour répondre à ce type de questions, vous devez : nn indiquer votre choix ; nn exprimer les critères sur lesquels vous avez basé votre choix ; nn donner au moins un exemple tiré du texte pour appuyer votre position.

Grammaire du texte Les questions de grammaire du texte vous demandent d’analyser la structure d’un genre de texte afin de dégager les éléments importants de celui-ci. Pour répondre à ces questions, vous devez : nn bien connaître la structure modèle de différents genres de textes (explicatif, justificatif,

argumentatif, narratif, dramatique, poétique) ; nn vous référer au schéma sur double page, lequel présente les notions en lien avec le mode de

discours, ou aux deux pages de présentation du genre de texte ;  nn vous référer aux ressources de la langue au besoin. Exemples : 1  L’introduction comporte-t-elle les trois sections habituelles ? Oui, elle comporte le sujet amené, le sujet posé et le sujet divisé.

2 Quels sont les procédés explicatifs utilisés par l’auteur pour bien faire comprendre le phénomène au lecteur ? Donnez au moins deux exemples. L’auteur utilise la définition et l’exemple pour bien faire comprendre le phénomène au lecteur.

© Éditions Grand Duc

4597_00_Pour_reussir-F.indd 12

12

POUR RÉUSSIR EN LECTURE

19-02-04 10:19 AM


L’explication Le texte d’analyse Le dopage de l’intellect Les travers de l’industrie textile La violence à la télé peut influer sur le comportement de l’enfant Dépendance aux médias sociaux

4697_01-Explication-F.indd 13

p. 18 p. 26 p. 33 p. 39

19-02-04 8:55 AM


Les éléments en couleur sont particulièrement importants cette année.

L’explication La situation de communication Énonciateur

Texte

Destinataire

•• Lorsqu’il écrit un texte explicatif, l’énonciateur démontre sa connaissance du sujet et utilise son expertise pour fournir une explication exacte. •• Son intention est d’expliquer pour faire comprendre un fait, une situation, un phénomène en montrant ses causes et ses conséquences. •• Son point de vue est plutôt neutre.

•• L’énonciateur et le destinataire doivent tenir compte du contexte de production : la date à laquelle le texte a été écrit, le lieu où il a été écrit, le support utilisé (journal, site Internet…). •• Les sources doivent être crédibles.

•• Lorsqu’il lit un texte explicatif, le destinataire approfondit sa connaissance du sujet et développe son intérêt pour le sujet. •• Son intention peut être : – de comprendre un fait, une situation, un phénomène en s’informant sur ses causes et sur ses conséquences pour apprendre ; – de satisfaire sa curiosité.

La présence de l’énon­ciateur est indiquée par des marques énonciatives.

Le point de vue peut être déterminé par une variété de langue standard et certaines structures syntaxiques.

La cohérence et l’organisation du texte Moyens pour assurer la cohérence du texte

Moyens pour organiser le texte

© Éditions Grand Duc

4697_01-Explication-F.indd 14

•• Reprise de l’information •• Harmonisation des temps verbaux •• Non-contradiction entre la thèse et les arguments •• Titre et intertitres •• Paragraphes •• Organisateurs textuels appropriés : – introduction d’un ordre ou d’une hiérarchie – introduction d’exemples – apport de nouveaux éléments d’information •• Mise en page (alinéas, disposition, espaces, numérotation) •• Indications typographiques (capitales, gras, italique) •• Supports visuels (tableaux, schémas, graphiques, photos)

14

L’EXPLICATION

19-02-04 8:55 AM


L’organisation d’un texte explicatif Le titre est neutre et évocateur du sujet. Introduction •• Sujet amené : On amène le sujet (questionnement, description, constatation et justification). •• Sujet posé : On pose le sujet tel quel. •• Sujet divisé : On divise le texte en aspects. Développement (phase explicative) On présente les aspects et les sous-aspects qui seront traités selon : •• un plan par succession de causes et de conséquences ; •• un plan par addition de causes avec une conséquence.

Moyens linguistiques pour exprimer la cause et la conséquence

Procédés d’explication

Moyens pour assurer la précision et l’exactitude de l’information

•• Lexique qui indique la cause et la conséquence •• GVpart complément du nom •• Phrases coordonnées et coordonnants •• Phrases subordonnées : – compléments de P à valeur de cause, de conséquence, de but (forme complète ou réduite) – corrélatives à valeur de conséquence et de comparaison – relatives exprimant la cause •• Deux-points •• Définition •• Reformulation •• Exemple •• Analogie •• Illustration •• Comparaison •• Vocabulaire technique ou scientifique, néologismes, termes synthétiques •• Discours rapportés dont l’exactitude a été vérifiée •• Sources dont l’origine est mentionnée de façon précise

Conclusion (phase conclusive) •• On donne une réponse synthétique au sujet qui pose problème. •• On ouvre sur un nouveau questionnement, on offre une nouvelle perspective ou on nuance les propos.

© Éditions Grand Duc

4697_01-Explication-F.indd 15

15

L’EXPLICATION

19-02-04 8:55 AM


Le texte d’analyse Qu’est-ce que c’est ? Il s’agit d’un texte qui décrit et explique un sujet (fait, situation, phénomène), en présentant ses causes et ses conséquences. Bien que généralement neutre, le texte d’analyse peut aussi être subjectif. L’introduction du texte cible ce qui est essentiel à la compréhension du sujet avant de passer à l’explication. On pourrait résumer cette information par les questions suivantes : qui ? quoi ? où ? quand ? pourquoi ? comment ? Exemple de texte d’analyse

Introduction contenant le sujet de l’explication Sujet amené : description de la situation actuelle. Sujet posé : présentation du problème. Sujet divisé : énumération des aspects.

Développement (phase explicative)

© Éditions Grand Duc

4697_01-Explication-F.indd 16

Qui l’écrit et pourquoi ? Des journalistes ou des spécialistes dans un domaine précis, dans le but de faire comprendre un sujet. Qui le lit et pourquoi ? Des gens qui veulent comprendre un sujet en s’informant sur ses causes et ses conséquences. Où le trouve-t-on ? Dans les journaux, les revues spécialisées et Internet.

La fin de l’ère du plastique Dans les supermarchés, le plastique a supplanté tous les autres emballages utilisés jusque dans les années 60, que ce soit les caissettes de bois, les bouteilles de verre ou les sacs en papier. Pour satisfaire la clientèle, les quantités produites ne cessent de grimper. Ainsi, la pollution des cours d’eau et des océans augmente, menaçant la faune marine et affectant notre santé. Depuis les années 90, la situation préoccupe de plus en plus les écologistes, la population mondiale et les gouvernements de plusieurs pays.

1

En 1997, un premier amoncellement de déchets a été découvert dans l’océan. Auparavant, les navires qui voguaient au nord du Pacifique s’embourbaient dans les algues qui s’y accumulaient en raison des courants marins. Aujourd’hui, ils naviguent dans une véritable soupe de plastique. Les courants marins créent un vortex — un tourbillon — appelé le « septième continent ». Selon l’Union internationale pour la conservation de la nature (IUCN), entre 0,8 et 2,5 millions de tonnes de plastique aboutissent annuellement dans l’océan. L’Organisation des Nations unies (ONU) qualifie ce fléau de « véritable crise planétaire ».

10

16

5

15

L’EXPLICATION

19-02-04 8:55 AM


20

25

30

35

40

45

50

55

Au cours des 40 dernières années, près de la moitié de la population des vertébrés marins — soit les mammifères marins, les oiseaux marins, les poissons et les reptiles — a disparu. Cette proportion a été confirmée par Valérie Borde, une journaliste scientifique, qui nous apprend dans un article publié dans la revue L’actualité que « en 1997, on avait la preuve que le plastique affectait des représentants de 267 espèces marines. En 2015, on était rendu à 690 espèces touchées (et étudiées) ». Par exemple, il n’est pas rare de retrouver des poissons coincés dans les anneaux de plastique qui retiennent les cannettes de boissons gazeuses ensemble. [Quant aux baleines, elles avalent quantité de sacs de plastique en croyant qu’il s’agit de méduses. Ces déchets entravent leur tube digestif, ce qui les empêche de se nourrir. Par conséquent, elles meurent.1] Si vous croyez que ce fléau de l’ère du plastique n’affecte pas la santé des êtres humains, détrompez-vous. Sachez que 90 % de l’eau embouteillée vendue par plusieurs grandes compagnies contient de minuscules particules de plastique et que 83 % de l’eau du robinet en renferme aussi, mais en moindre quantité. Le bisphénol A (BPA) et le phtalate de di-2-éthylhexyle (DEHP) auraient une incidence négative sur le cœur, la fertilité, le poids et même l’humeur. « Il y a un lien avec certains types de cancers, la diminution de la quantité de spermatozoïdes ou encore avec l’augmentation de certaines maladies comme le trouble du déficit de l’attention ou l’autisme », a déclaré la professeure Sherri Mason, citée dans Le Devoir. Ce composé serait présent dans l’urine de 95 % des adultes américains. Il ne faut pas se leurrer : nous sommes tous responsables de la pollution de l’eau et nous devons éviter d’utiliser des emballages de plastique. Certaines personnes s’engagent davantage en nettoyant les berges des rivières, voire les océans. C’est notamment le mandat du projet The Ocean Cleanup, créé par Boyan Slat, un jeune entrepreneur de 23 ans. Le but est de retirer 50 % du plastique contenu dans l’océan, et ce, en 5 ans. Pour accomplir cette tâche herculéenne, Boyan fera installer une trentaine de barrières qui agiront comme des barrages. Utopique ? Dangereux pour la faune marine ? Cette initiative ne fait pas l’unanimité.

Développement (phase explicative) Procédés explicatifs : L’exemple La comparaison Utilisation du discours rapporté indirect Utilisation d’un vocabulaire spécialisé Enchaînement de causes et de conséquences

1

Pour s’assurer de l’exactitude de l’information, l’auteur s’appuie sur des sources crédibles, comme des organismes reconnus. Il peut aussi citer des spé­ cialistes. Dans le texte, les sour­ces sont en carac­tères gras.

Conclusion (phase conclusive) Synthèse : réponse synthétique au sujet qui pose problème. Ouverture : perspectives de changement.

Cynthia Bureau, La fin de l’ère du plastique, juin 2018.

© Éditions Grand Duc

4697_01-Explication-F.indd 17

17

L’EXPLICATION

19-02-04 8:55 AM


Stratégie de lecture Je cherche des indices dans les mots plus difficiles.

Certains athlètes se dopent pour performer dans leur discipline. Toutefois, ce phénomène ne concerne plus seule-­ ment les athlètes : après le dopage sportif, on parle maintenant du dopage intellectuel.

1 À l’aide d’un trait, séparez l’introduction du début du développement. 2 Dans la marge, formulez le sujet posé sous la forme d’une question commençant par pourquoi. 3 Surlignez dans cette page toutes les raisons pour lesquelles les gens utilisent les smart drugs.

Définitions cognitif : relatif à la capacité d’acquérir des connaissances. mœurs : mode de vie d’une société, d’un groupe.

Intention de lecture Cibler le sujet du texte et les aspects de l’explication.

Le dopage de l’ intellect Les smart drugs éliminent la fatigue, favorisent la concentration et affinent la réflexion. Et ils font une belle carrière illégale ! Certains l’appellent la vitamine « R ». « R » pour Ritalin. Des gestionnaires en achètent par Internet pour boucler davantage de dossiers. Des camionneurs s’en servent pour allonger leur horaire de travail. Des étudiants en croquent ou en sniffent en période d’examens. Ce médicament, de son vrai nom le chlorhydrate de méthylphénidate, est normalement destiné aux enfants – et de plus en plus aux adultes – qui souffrent du trouble de déficit de l’attention. Mais il fait aussi une belle carrière illégale. Tout comme l’Alertec, médicament prescrit contre la narcolepsie (tendance irrésistible au sommeil), et quelques autres. On les appelle les smart drugs ou amplificateurs cognitifs. On s’en sert pour éliminer la fatigue, favoriser la concentration, affiner la réflexion… Très populaires, ces trucs-là ? Difficile de le savoir. Les quelques études effectuées aux États-Unis évaluent qu’entre 3 % et 7 % des étudiants à l’université en utiliseraient. Une seule étude a été menée au Canada, en 2002, et elle portait sur des élèves du secondaire. Selon son auteure, une chercheuse de l’Université Dalhousie, à Halifax, les taux d’utilisation au Canada seraient les mêmes qu’au sud de la frontière. On peut en déduire que le quart des étudiants universitaires qui prennent du Ritalin sur ordonnance en vendraient ou en donneraient à d’autres !

1

5

10

15

20

25

Le phénomène n’est pas nouveau – il y a 10 ans, l’Université McGill a été l’une des premières à sonner l’alarme –, mais il semble en voie d’entrer dans les mœurs. « De nombreux jeunes adultes qui arrivent aujourd’hui à l’université ou sur le marché du travail ont grandi avec le Ritalin, observait récemment le magazine américain BusinessWeek. Et ils trouvent normal de puiser dans l’armoire à pharmacie pour se donner un coup de pouce en période de stress. »

© Éditions Grand Duc

4697_01-Explication-F.indd 18

18

30

L’EXPLICATION

19-02-04 8:55 AM


« On se sent comme un superordinateur ! »

35

40

45

50

Éric Racine, neuroéthicien à l’Institut de recherches cliniques de Montréal, a organisé des groupes de discussion sur le sujet, réunissant des professionnels de la santé, des étudiants de niveau universitaire et des parents. « Les professionnels de la santé étaient clairement contre, dit-il. Mais les étudiants et les parents étaient ambivalents. » En décembre dernier, le site Internet de la prestigieuse revue britannique Nature publiait un éditorial dans lequel sept chercheurs de Grande-Bretagne et des États-Unis affirmaient que l’utilisation d’amplificateurs cognitifs ne posait pas de problèmes éthiques particuliers. « Une bonne réglementation et des recherches adéquates permettraient à toute la société de profiter des possi­ bilités de ces amplificateurs cognitifs », écrivaient les chercheurs, parmi lesquels figuraient Henry Greely, professeur de droit à l’Université Stanford, en Californie, et Martha Farah, neuroscientifique de l’Université de Pennsylvanie, qui font tous deux autorité dans leur domaine. « Pourquoi un raisonnement moral sur leur utilisation ? Certes, ils agissent sur le cerveau. Mais ce n’est pas une raison suffisante pour les interdire… » Leur argument : on interdit l’héroïne parce qu’elle est dangereuse, pas parce qu’elle agit sur le cerveau. Sinon, il faudrait aussi bannir le café.

55

« Ces trucs-là sont plus nocifs que le café ! » précise Mohammed Ben Amar, professeur de pharmacologie à l’Université de Montréal et spécialiste de la toxicomanie. « Comment agissent-ils exactement ? On ne le sait pas. Et quels sont les effets secondaires si on les utilise à long terme ? On le sait encore moins. »

60

65

« On se sent comme un superordinateur ! » dit Jonathan (nom fictif), trentenaire qui a commencé à prendre des smart drugs il y a deux ans. « Je me sentais moins performant au travail, moins allumé, raconte ce professionnel montréalais. Je suis allé voir mon médecin et je lui ai dit que je pensais souffrir d’un trouble déficitaire de l’attention. Il m’a signé une ordonnance… »

70

Jonathan a donc pris du Strattera, médicament destiné aux gens atteints du trouble déficitaire de l’attention. Et s’est senti transformé. « Très alerte, éveillé, je me souvenais de tout, je travaillais comme deux, c’était comme la cocaïne sans le buzz désagréable. J’adorais ça. »

© Éditions Grand Duc

4697_01-Explication-F.indd 19

19

4 Dans les trois premiers paragraphes de cette page, surlignez le passage qui résume l’aspect abordé. 5 Encadrez le ou les paragraphes dans lesquels un procédé explicatif est utilisé.

Définitions ambivalent : se dit d’une personne qui a des opinions contraires. faire autorité : s’imposer auprès de tous comme incontestable. alerte : vif, éveillé.

L’EXPLICATION

19-02-04 8:55 AM


Pour en savoir plus Michel Hautefeuille, Dopage et vie quotidienne, Payot, 2009.

6 Dans cette page et la précédente, soulignez des désavantages de l’utilisation des smart drugs selon Jonathan. 7 Tracez une ligne à l’endroit où débute la conclusion (phase conclusive). 8 Dans la conclusion, surlignez ce qui fait consensus auprès des spécialistes et qui permet de répondre à la question abordée dans ce texte. 9 Encadrez la partie du texte qui présente une ouverture sur un nouveau questionnement.

Définitions euphorie : sensation intense de bien-être, de bonheur. accoutumance : nécessité d’augmenter les doses d’une sub­stance toxique pour en obtenir l’effet habituel.

L’effet a duré quelques semaines. Mais le ballon s’est dégonflé, l’euphorie s’est estompée. Jonathan a quand même continué à prendre du Strattera pendant presque un an. Puis, il s’est arrêté. « Ça n’en valait plus vraiment la peine, dit-il. Et j’avais peur. Ce truc-là doit certainement causer une accoutumance psychologique… » Les amplificateurs cognitifs jouent sur divers neurotransmetteurs. Or, on ne sait rien, ou presque rien, de leur mode de fonctionnement. Même celui du Ritalin, médicament pourtant vieux de plus de 50 ans, est très peu connu.

75

80

[…] Malgré leur opinion favorable, les sept chercheurs britanniques et américains manifestaient tout de même quelques réserves dans Nature. La plus importante, peut-être : le droit de prendre des stimulants cognitifs pourrait-il se transformer en obligation ? Obligation subtile (pour soutenir le rythme de travail imposé par l’employeur, par exemple) ou pas du tout subtile (les militaires américains sont déjà tenus de prendre des médicaments si leurs supérieurs considèrent que cela est important pour la réussite d’une mission…). Éric Racine est encore plus prudent. « Ces médicaments ont été conçus pour aider des personnes désavantagées à fonctionner normalement, dit-il. Mais ici, on parle de les utiliser pour atteindre une performance au-dessus de la normale. Quelles seraient les conséquences dans la vie réelle ? » Sur la collectivité (il faudrait s’attendre à des répercussions sur le fonctionnement d’un système de santé public, notamment) et sur l’individu ?

85

90

95

Louise Gendron, « Le dopage de l’intellect », L’actualité, 13 février 2009 [En ligne].

La recherche universitaire est importante pour en apprendre davantage sur l’utilisation et les effets des médicaments. Ici, on voit l’Université de Montréal, à laquelle est affiliée l’Institut de recherches cliniques de Montréal. © Éditions Grand Duc

4697_01-Explication-F.indd 20

20

L’EXPLICATION

19-02-04 8:55 AM


Questions sur le texte

Les questions d’interprétation sont identifiées comme ceci :

Compréhension et interprétation 1 a) Expliquez dans vos mots ce que sont les smart drugs.

b) De manière générale, pourquoi les utilise-t-on ?

2 Dans le texte, les scientifiques comparent les smart drugs à l’héroïne et au café. Relevez les points de ressemblance ou de différence entre ces éléments.

3 Pourquoi l’utilisation des smart drugs est-elle discutable ? Expliquez votre réponse en vous appuyant sur deux extraits du texte.

4 L’exemple de Jonathan sur l’utilisation des smart drugs est-il positif ou négatif ? Justifiez votre réponse en vous appuyant sur le texte.

© Éditions Grand Duc

4697_01-Explication-F.indd 21

21

L’EXPLICATION

19-02-04 8:55 AM


Réaction 5 Selon vous, l’utilisation de médication en période de stress est-elle normale ou pas ? Expliquez votre réponse en vous basant sur vos valeurs et en vous référant au texte.

Jugement critique 6 Les sources d’information de ce texte explicatif vous semblent-elles fiables, crédibles ? Justifiez votre point de vue à l’aide d’exemples du texte.

© Éditions Grand Duc

4697_01-Explication-F.indd 22

22

L’EXPLICATION

19-02-04 8:55 AM


7 Le film Sans limites, sorti en 2011, raconte l’histoire d’un homme qui accomplit des prouesses irréalisables pour la plupart des gens grâce à un médicament qui lui permet de décupler ses facultés intellectuelles. D’après les informations du texte, cette histoire est-elle réaliste ? Justifiez votre réponse.

Grammaire du texte 8 Dans l’introduction, de quelle façon le sujet est-il amené ? Cochez votre réponse.

  Par une description  

  Par une constatation  

  Par une justification

9 Indiquez les numéros des lignes correspondant à la phase explicative.

Résumez dans vos mots les aspects traités dans les 6e, 7e et 8e paragraphes. Paragraphe

Aspect traité

6e

7e

8e

Quel procédé explicatif est utilisé aux lignes 60 à 76 ? Quel est le questionnement soulevé par l’auteure dans la phase conclusive de cet article ?

© Éditions Grand Duc

4697_01-Explication-F.indd 23

23

L’EXPLICATION

19-02-04 8:55 AM


Grammaire en contexte 1 Dans le chapeau et le premier paragraphe de l’article Le dopage de l’intellect (lignes 1 à 8), l’auteure emploie deux anglicismes. Identifiez-les, puis remplacez-les par un équivalent français.

Ressource de la langue

6

Le vocabulaire

b

y

j

laclasse.grandducenligne.com

Dans un texte d’analyse, l’auteur utilise souvent des mots techniques ou scientifiques, des néologismes et des termes synthétiques pour expliquer un phénomène.

Les mots techniques ou scientifiques Ce sont souvent des mots de composition savante, c’est-à-dire qu’ils sont formés à l’aide d’éléments savants qui proviennent du grec ou du latin. Un mot de composition savante est donc formé de deux éléments qu’on peut identifier à l’aide du dictionnaire. Exemple : Il s’agit d’un animal omnivore. (Le préfixe omni- signifie « tout » alors que le suffixe -vore fait référence à l’alimentation ; donc un animal « omnivore » mange de tout !)

Les néologismes Le néologisme est un mot nouveau désignant une réalité nouvelle. Type de néologisme

Exemples

Il peut s’agir d’un mot ancien auquel on donne un nouveau sens.

pirate informatique

Il peut être créé à partir d’un acronyme.

syndrome d’immunodéficience acquise (sida)

Il peut être formé par télescopage (mots-valises formés par l’union de deux mots ou de parties de mots existants). Le télescopage peut aussi créer des termes techniques.

hélicoptère + aéroport = héliport bureau + informatique = bureautique partager + logiciel = partagiciel

Les termes synthétiques Un terme synthétique permet de résumer une idée complexe de façon concise. Exemple : Les Amis de la Terre, Greenpeace, WWF et plusieurs autres luttent tous pour la protection de l’environnement. Ces ONG (organismes non gouvernementaux) ne sont pas subventionnés.

© Éditions Grand Duc

4697_01-Explication-F.indd 24

24

L’EXPLICATION

19-02-04 8:55 AM


Consultez un dictionnaire ou un autre ouvrage de référence pour répondre aux questions suivantes en lien avec le texte Le dopage de l’intellect.

2 Quel est le sens du terme scientifique cognitif ?

3 En vous référant à leur finale, qu’ont en commun les noms épilepsie, narcolepsie et catalepsie ?

4 Les mots « neuroscientifique », « neurotransmetteur » et « neuroéthicien » contenus dans l’article ont tous en commun le préfixe neuro-. À quoi celui-ci réfère-t-il ?

5 a) La toxicomanie se définit comme une habitude qu’ont les gens de consommer de façon importante et régulière des médicaments ou des drogues. Quelle partie du nom toxicomanie porte le sens « obsession » ?

b) Dans vos mots, définissez les termes scientifiques suivants. 1 cleptomanie :

2 mythomanie :

3 bruxomanie :

6 Dopage, un terme emprunté à l’anglais, a servi à créer une nouvelle expression, un néologisme. En quoi consiste le « dopage de l’intellect » ?

7 Smart drugs est un terme synthétique qui englobe tous les médicaments permettant d’augmenter la concentration. Lesquels l’auteure mentionne-t-elle dans le texte ?

© Éditions Grand Duc

4697_01-Explication-F.indd 25

25

L’EXPLICATION

19-02-04 8:55 AM


Stratégie de lecture J’identifie les mots auxquels renvoient les éléments de substitution.

Si vous avez déjà regardé les étiquettes de vos vêtements, vous avez sûrement remarqué que beaucoup sont fabriqués en Asie. C’est principalement parce que l’industrie du textile y est peu contrôlée. Malheureusement, cela entraîne un coût social important.

Intention de lecture Prêter attention à la reprise de l’information.

Les travers de l’ industrie textile Chine, Turquie, Bangladesh et Inde. Ces pays asiatiques sont tous d’importants manufacturiers de vêtements. Pourtant, ils n’en sont pas les principaux consommateurs. De nos jours, la clientèle cible, la population occidentale, veut toujours payer ses vêtements le moins cher possible. Or, cela a un prix. D’une part, l’industrie du textile ne prend pas en considération les dangers de l’utilisation de teintures chimiques. D’autre part, étant peu réglementée, cette même industrie emploie de nombreuses personnes mineures dans des conditions qui ne sont éthiquement pas acceptables.

1

1 À l’aide d’un trait, séparez les grandes parties du texte (introduction, développement et conclusion). 2 Dans l’introduction, surlignez d’une couleur différente les éléments qui répondent aux questions suivantes : qui ? où ? quand ? 3 Dans le premier paragraphe du développement, surlignez des conséquences de l’exposition aux produits chimiques. 4 Dans le 3e paragraphe de cette page, encadrez les reprises du GN « les enfants ».

D’abord, les consommateurs ne semblent pas au courant du processus de production de leurs vêtements. Ils sont pourtant exposés à des produits dangereux pour leur santé. En 2013, l’organisme Greenpeace a analysé plus de 80 vêtements fabriqués par de grandes marques et destinés aux enfants. Résultat ? 61 % d’entre eux contenaient des phtalates, particulièrement ceux qui étaient imprimés. Santé Canada définit ces composés comme « un groupe de substances chimiques utilisées dans les plastiques pour les assouplir et augmenter leur flexibilité ». On les utilise aussi comme solvants dans divers produits domestiques. Dans l’industrie du textile, on les trouve particulièrement dans les teintures. Problèmes de fertilité chez les hommes, dérèglements hormonaux, maladies du foie et des reins, cancers et problèmes de comportement chez les jeunes garçons ne sont que quelques exemples des conséquences d’une exposition à ces composés chimiques. Ceux-ci ont d’ailleurs été interdits par le gouvernement du Canada. Ils ne peuvent entrer dans la production de jouets et d’autres articles destinés aux enfants, de cosmétiques et de matériel médical.

10

Définition solvant : produit chimique qui permet de dissoudre des substances.

Ensuite, à toutes les étapes de la confection des vêtements, le travail des enfants est considérable. Par exemple, en 2016, l’organisme Overseas Development Institute (ODI) a mené une étude au Bangladesh. Selon les résultats obtenus, 50 % des enfants bangladais de 14 ans travaillent dans des manufactures au lieu d’aller à l’école. Plusieurs font leur entrée dans l’industrie du textile dès l’âge de cinq ans. La proportion de la main-d’œuvre mineure y est de 60 %. La pauvreté est telle que les parents ont du mal à joindre les deux bouts et acceptent que leurs enfants travaillent

© Éditions Grand Duc

4697_01-Explication-F.indd 26

26

5

15

20

25

30

35

L’EXPLICATION

19-02-04 8:55 AM


Pour en savoir plus Équiterre, Guide du vêtement responsable [En ligne].

40

45

50

55

60

65

70

dans des conditions misérables pour le bien de toute la famille. La main-d’œuvre touche un revenu mensuel de 68 $, soit moins de 2 $ par jour. Pour obtenir ce salaire, elle doit se consacrer à son emploi 60 heures par semaine, ce qui représente 150 % de ce qui est la norme chez nous. Par ailleurs, les normes de santé et de sécurité au travail sont inexistantes dans certains pays, qui font alors fi des risques de blessures et des maladies auxquelles le personnel est exposé. Outre leur très jeune âge, les enfants qui travaillent dans les teintureries sont victimes d’exploitation et exécutent leurs tâches sans gants, sans masque et souvent dans une chaleur accablante. Le jeune personnel accepte ces conditions de travail alors que les adultes les refusent. Selon l’Organisation internationale du travail (OIT), une agence spécialisée de l’Organisation des Nations unies (ONU), 22 000 personnes en meurent à chaque année. Aucune donnée ne fait état de l’ampleur des dommages causés à leur santé. Toutefois, on sait que les usines mal construites présentent des risques d’effondrement. Le cas tristement célèbre de l’effondrement du Rana Plaza survenu au Bangladesh, en 2013, a entraîné la mort de 1135 travailleurs. Il ne faut pas oublier les dangers d’incendie inhérents à l’utilisation de produits chimiques, et ce, dans des usines où les extincteurs sont absents. Bref, peu d’entre nous peuvent se vanter de ne pas acheter de vêtements dont aucune étape de la confection n’a été faite en Asie, que ce soit le tissage, la teinture ou l’assemblage. Il y a cependant lieu de se questionner sur les conditions de travail des gens qui fabriquent ce que nous portons, sur les produits chimiques, tels les phtalates, qui entrent dans la composition de produits en vente sur nos étalages et sur leurs conséquences sur notre santé. L’effondrement du Rana Plaza et les incendies survenus dans certaines teintureries ont toutefois suscité l’indignation générale et plusieurs grandes marques n’ont eu d’autre choix que de rompre leurs liens commerciaux avec leurs fournisseurs. Certains croient que l’achat responsable coûte cher, mais le prix élevé d’un vêtement ne garantit pas que celui-ci soit exempt de produits chimiques et fabriqué par des individus dont le travail est bien rémunéré et encadré de façon sécuritaire. L’inverse est aussi vrai. Cynthia Bureau, Les travers de l’industrie textile, juin 2018.

© Éditions Grand Duc

4697_01-Explication-F.indd 27

27

5 Surlignez les passages qui présentent des risques associés au travail dans les usines textiles. 6 Dans la conclusion, soulignez une information faisant référence à un événement de l’actualité des dernières années.

Définitions faire fi de : ne pas tenir compte de quelque chose. achat responsable : type d’achat qui tient compte des bonnes conditions de travail de la main-d’œuvre et de la protection de l’environnement.

Avec ses 165 millions d’habitants, la population du Bangladesh est très dense. Sur la photo, un travailleur qui s’occupe du séchage des tissus teints.

L’EXPLICATION

19-02-04 8:55 AM


Questions sur le texte

Les questions d’interprétation sont identifiées comme ceci :

Compréhension et interprétation 1 En quoi payer moins cher nos vêtements entraîne-t-il des conséquences négatives ? Nommez les deux aspects de l’industrie textile qui répondent à cette question dans le texte.

2 Pourquoi certains parents acceptent-ils que leurs enfants travaillent dans l’industrie du textile ?

3 Quel événement a ouvert les yeux de la population occidentale concernant les conditions de travail des employés du secteur du textile ?

4 Selon vous, pourquoi les pays occidentaux ne fabriquent-ils pas leurs propres vêtements ? Expliquez votre réponse.

© Éditions Grand Duc

4697_01-Explication-F.indd 28

28

L’EXPLICATION

19-02-04 8:55 AM


Réaction 5 Pensez-vous débourser davantage pour l’achat de vos vêtements maintenant que vous savez comment ils sont fabriqués ? Appuyez votre réponse sur une de vos valeurs et sur un passage du texte.

6 Si vous étiez à la tête d’un pays où l’industrie textile est florissante, que feriez-vous pour protéger les travailleurs ? Donnez la raison pour laquelle vous choisiriez d’améliorer cet aspect de l’industrie plutôt qu’un autre.

© Éditions Grand Duc

4697_01-Explication-F.indd 29

29

L’EXPLICATION

19-02-04 8:55 AM


Jugement critique 7 Croyez-vous que le sujet de ce texte interpelle les jeunes de votre âge ? Justifiez votre point de vue.

Grammaire du texte 8 Quel procédé explicatif (la définition, la reformulation, l’exemple ou la comparaison) a été utilisé dans chacun des extraits suivants ? Soulignez l’élément qui vous a permis de l’identifier. Extrait

Procédé explicatif

a) Santé Canada définit ces composés comme « un groupe de substances chimiques utilisées dans les plastiques pour les assouplir et augmenter leur flexibilité ». b) Par exemple, en 2016, l’organisme Overseas Development Institute (ODI) a mené une étude au Bangladesh. Selon les résultats obtenus, 50 % des enfants bangladais de 14 ans travaillent dans des manufactures au lieu d’aller à l’école. c) Outre leur très jeune âge, les enfants qui travaillent dans les teintureries sont victimes d’exploitation et exécutent leurs tâches sans gants, sans masque et souvent dans une chaleur accablante. Le jeune personnel accepte ces conditions de travail alors que les adultes les refusent. © Éditions Grand Duc

4697_01-Explication-F.indd 30

30

L’EXPLICATION

19-02-04 8:55 AM


Ressource de la langue

w

La reprise de l’information

q

s

v

laclasse.grandducenligne.com

Afin d’assurer la continuité et la compréhension du texte, l’auteur utilise la reprise de l’information qui permet de remplacer un mot par un substitut. Le mot ainsi remplacé se nomme antécédent.

Les principaux procédés de reprise de l’information Substituts Pronom • P  ersonnel • P  ossessif • I ndéfini • D   émonstratif

Exemples • Ce film a eu beaucoup de succès. Il remportera certainement une statuette. • C   es gestes écologiques font la différence. Quels sont les tiens ? • L  es glaciers fondent peu à peu. Certains sont même disparus. •  J’aimerais changer ma voiture. Celle que j’aimerais avoir est très économique.

Le verbe faire

Elle a agi comme on le fait en pareil cas.

GAdv qui reprend en comparant

Les policiers interviennent de plus en plus, les parents également.

Déterminant

La situation affecte les mammifères marins. Plusieurs espèces sont en voie d’extinction.

Synonyme

Cet homme politique n’est pas fiable. Un gouvernant devrait tenir ses promesses.

Terme générique (moins précis) ou spécifique (plus précis)

J’ai acheté un nouveau meuble. La table sera livrée vendredi.

Périphrase (suite de mots qui en remplace un seul)

Nous avons adoré notre séjour en Europe et prévoyons retourner sur le Vieux Continent cet été.

Le champ lexical Un champ lexical regroupe sous un même thème des expressions et des mots qui sont liés par le sens, ce qui inclut les synonymes et les termes spécifiques et génériques. Par exemple, un champ lexical sur le thème de la peur pourrait contenir les éléments suivants : frissonner, angoisse, paniqué, avoir la chair de poule, une peur bleue. C’est un outil qui permet d’éviter les répétitions et de varier le vocabulaire dans un texte.

© Éditions Grand Duc

4697_01-Explication-F.indd 31

31

L’EXPLICATION

19-02-04 8:55 AM


Grammaire en contexte 1 a) Dans l’extrait suivant du texte Les travers de l’industrie textile, soulignez tous les éléments qui reprennent le GN « des phtalates ». 61 % d’entre eux contenaient des phtalates, particulièrement ceux qui étaient imprimés. […] On les utilise aussi comme solvants dans divers produits domestiques. Dans l’industrie du textile, on les trouve particulièrement dans les teintures. Problèmes de fertilité chez les hommes, dérèglements hormonaux, maladies du foie et des reins, cancers et problèmes de comportement chez les jeunes garçons ne sont que quelques exemples des conséquences d’une exposition à ces composés

chimiques. Ceux-ci ont d’ailleurs été interdits par le gouvernement du Canada.

b) Parmi les éléments que vous avez soulignés en a), lesquels correspondent aux procédés suivants ?

Passage vers un terme générique :

Reprise par un pronom :

2 Le nom travail revient souvent dans ce texte. Écrivez deux synonymes qui pourraient le remplacer selon le contexte.

3 a) Quel GN l’élément en caractères gras reprend-il dans cet extrait ?

Il y a cependant lieu de se questionner sur les conditions de travail des gens qui fabriquent ce que nous portons, sur les produits chimiques, tels les phtalates, qui entrent dans la composition de produits en vente sur nos étalages et sur leurs conséquences sur notre santé.

b) Quel type de procédé a été utilisé ?

4 Dans la conclusion de l’article, relevez les mots faisant partie du champ lexical de la production textile.

© Éditions Grand Duc

4697_01-Explication-F.indd 32

32

L’EXPLICATION

19-02-04 8:55 AM


Intention de lecture Prêter attention aux procédés explicatifs utilisés dans le texte.

La violence à la télé peut influer sur le comportement de l’enfant 1

5

10

On croit parfois que les scènes de violence à la télévision n’ont pas d’effet sur le comportement, mais ce n’est pas ce qui ressort d’une étude réalisée par Caroline Fitzpatrick, chercheuse post­ doctorale au Centre de recherche du CHU Sainte-Justine. À l’aide des données de l’Étude longitudinale du développement des enfants du Québec (ELDEQ), elle est parvenue à mettre au jour une corrélation entre l’exposition à des contenus télévisuels violents vers l’âge de quatre ans et des comportements antisociaux ainsi qu’un désintéressement à l’égard de l’apprentissage scolaire en deuxième année du primaire.

Aggravation du risque de comportements antisociaux

15

20

25

30

Les données de l’ELDEQ comprennent diverses informations fournies par les parents de plus de 2800 enfants nés au Québec en 1997 et 1998. À deux occasions, soit quand l’enfant était âgé de 41 mois puis de 51 mois, les parents devaient répondre à une question sur la fréquence de l’exposition de l’enfant à des contenus médiatiques violents, que ce soit à partir d’émissions de télévision ou de films vidéo. Plus tard, les enseignants du primaire ont évalué les comportements sociaux, l’état émotionnel et l’attention en classe de ces mêmes enfants.

Stratégie de lecture Je résume dans mes mots l’idée principale de chaque paragraphe.

Les enfants sont de plus en plus exposés à la violence à la télé. Celle-ci peut-elle être nuisible pour eux ?

1 À l’aide d’un trait, séparez les différentes parties du texte (introduction, développement et conclusion). 2 Dans l’introduction, soulignez les réponses aux questions suivantes : qui ? quoi ? où ? 3 Encadrez le passage où l’auteur nomme les facteurs dont a tenu compte la chercheuse avant d’analyser ses résultats.

Définitions postdoctoral : après le doctorat.

longitudinal : qui étudie des sujets, des phénomènes Les travaux de Caroline Fitzpatrick ont porté sur près de pendant une longue 1800 enfants de l’ELDEQ. Son analyse tient compte de différents période. facteurs socioéconomiques tels le niveau de scolarité de la mère, corrélation : lien. la violence familiale, les agressions physiques subies par l’enfant ou dont il a été témoin, l’interaction pédagogique de la mère, la structure familiale (bi- ou monoparentale), ainsi que l’impulsivité de l’enfant.

Une fois retranché l’effet de l’ensemble de ces variables, « on peut voir une corrélation entre l’exposition aux contenus médiatiques violents durant l’enfance et une augmentation des comportements sociaux problématiques comme le repli sur soi et l’agressivité, ainsi que de l’inattention à l’école, affirme la chercheuse. L’effet est modeste, c’est-à-dire une hausse du risque de l’ordre de trois

© Éditions Grand Duc

4697_01-Explication-F.indd 33

33

L’EXPLICATION

19-02-04 8:55 AM


Pour en savoir plus Marie-Danielle Lemieux, « Violence à la télé : insensibles, agressifs », La Presse, 2012 [En ligne].

4 Dans cette page, surlignez des exemples de comportements antisociaux mentionnés par Caroline Fitzpatrick. 5 Soulignez le passage qui présente les conclusions de la chercheuse. 6 Surlignez les perspectives de changement de la phase conclusive.

Définitions pathologique : relatif à l’état de maladie. empathie : compassion. effet boule de neige : grossissement progressif d’un phénomène jusqu’à des proportions importantes.

à quatre pour cent, mais il est significatif et persistant. » La corrélation entre violence télévisuelle et comportements anti­ sociaux est observée quelle que soit la fréquence de l’exposition rapportée par les parents. Autrement dit, il n’y a que chez les enfants qui n’ont jamais été exposés à ce type de violence que cette corrélation n’est pas notée. […]

35

40

Effet boule de neige Même si les comportements observés ne sont pas en soi pathologiques, « ils ne sont pas pour autant souhaitables, souligne Caroline Fitzpatrick. Les comportements antisociaux ne sont pas toujours violents : il peut s’agir d’un manque d’empathie envers les autres, d’anxiété ou de détresse émotionnelle qui entraîne un repli sur soi. Un tel état peut influer sur les résultats scolaires. » La chercheuse s’inquiète également de l’effet boule de neige que peut avoir à long terme cette violence médiatique. Même si l’effet immédiat peut paraître faible, il risque, en combinaison avec d’autres facteurs, de perturber le développement de l’enfant et de provoquer divers désordres comportementaux en plus de nuire à la réussite scolaire. Caroline Fitzpatrick est consultante auprès d’un comité de l’Institut national de santé publique du Québec chargé de formuler des recommandations concernant la violence à laquelle les enfants sont exposés dans les médias. Ce comité proposera vraisemblablement un niveau de violence zéro pour les enfants de moins de cinq ans. « Même si cela ne sera jamais atteint, cette orientation montrera qu’il ne faut pas prendre le phénomène à la légère », déclare la chercheuse.

45

50

55

60

Daniel Baril, « La violence à la télé peut influer sur le comportement de l’enfant », Forum, UdeM Nouvelles, 23 avril 2012 [En ligne].

Caroline Fitzpatrick est maintenant professeure adjointe à l’Université SainteAnne, en Nouvelle-Écosse. Ses principaux travaux de recherche portent sur les inégalités sociales en éducation et en santé et ont comme principal objectif d’améliorer la santé physique et mentale chez les jeunes. © Éditions Grand Duc

4697_01-Explication-F.indd 34

34

L’EXPLICATION

19-02-04 8:55 AM


Questions sur le texte

Les questions d’interprétation sont identifiées comme ceci :

Compréhension et interprétation 1 Quels sont des comportements négatifs qui ont été observés chez les enfants exposés à des contenus audiovisuels violents ?

2 Il n’y a pas que la télévision qui peut susciter des comportements antisociaux et violents chez les enfants. Écrivez dans vos mots d’autres facteurs qui doivent aussi être pris en compte.

3 Indiquez si chaque énoncé est vrai ou faux selon l’article. S’il est faux, corrigez-le. a) Caroline Fitzpatrick est chercheuse au Centre de recherche du CHU Sainte-Justine.

b) Les données de l’ELDEQ sont fournies seulement par les parents des enfants observés.

c) Les comportements antisociaux observés par Caroline Fitzpatrick sont toujours violents.

4 Dans vos mots, expliquez ce qui est proposé dans la conclusion comme piste d’intervention.

© Éditions Grand Duc

4697_01-Explication-F.indd 35

35

L’EXPLICATION

19-02-04 8:55 AM


5 Selon le texte, la fréquence de l’exposition à la violence télévisuelle influence-t-elle l’apparition de comportements problématiques ? Justifiez votre réponse à l’aide d’un extrait du texte.

6 L’étude de Caroline Fitzpatrick révèle-t-elle que la télévision peut amener un enfant à devenir violent ? Expliquez votre réponse.

Réaction 7 Partagez-vous l’opinion de la chercheuse qui « s’inquiète également de l’effet boule de neige que peut avoir à long terme cette violence médiatique » ? Expliquez votre réponse.

© Éditions Grand Duc

4697_01-Explication-F.indd 36

36

L’EXPLICATION

19-02-04 8:55 AM


Jugement critique 8 Peut-on dire que les données de l’Étude longitudinale du développement des enfants du Québec (ELDEQ) sont fiables ? Justifiez votre réponse à l’aide d’éléments du texte.

Grammaire du texte 9 Dans l’introduction, de quelle manière le sujet est-il amené (questionnement, description, constatation, justification) ? Expliquez votre réponse.

Quel procédé explicatif a été utilisé dans les extraits suivants ? Soulignez le mot ou l’expression qui vous a permis de l’identifier. a) La corrélation entre violence télévisuelle et comportements antisociaux est observée quelle que soit la fréquence de l’exposition rapportée par les parents. Autrement dit, il n’y a que chez les enfants qui n’ont jamais été exposés à ce type de violence que cette corrélation n’est pas notée.

© Éditions Grand Duc

4697_01-Explication-F.indd 37

37

L’EXPLICATION

19-02-04 8:55 AM


b) […], « on peut voir une corrélation entre l’exposition aux contenus médiatiques violents durant l’enfance et une augmentation des comportements sociaux problématiques, comme le repli sur soi et l’agressivité, ainsi que de l’inattention à l’école, affirme la chercheuse. »

Aux lignes 48 à 53, on fait référence à « l’effet boule de neige ». De quel type de procédé explicatif s’agit-il ?

Grammaire en contexte 1 Expliquez l’emploi des majuscules dans le nom de l’organisme suivant : Centre de recherche du CHU Sainte-Justine.

2 Dans « Étude longitudinale du développement des enfants du Québec », pourquoi la majuscule est-elle mise au mot étude ?

3 Expliquez l’emploi de la majuscule à institut et non à comité dans l’extrait suivant.

Caroline Fitzpatrick est consultante auprès du comité de l’Institut national de santé publique du Québec chargé de formuler des recommandations […].

4 CHU est l’acronyme de « centre hospitalier universitaire ». Écrivez correctement le nom de l’organisme en vous référant aux règles d’emploi de la majuscule.

© Éditions Grand Duc

4697_01-Explication-F.indd 38

38

L’EXPLICATION

19-02-04 8:55 AM


Stratégie de lecture Je fais des liens avec ce que je sais déjà sur le sujet.

Intention de lecture Prêter attention à la précision et à l’exactitude des informations.

Dépendance aux médias sociaux 1

5

10

15

20

25

30

35

Quand on parle de dépendance, on pense surtout à la drogue et à l’alcool, ou encore au jeu compulsif, mais on entend de plus en plus parler de dépendance aux médias sociaux. La Dre Karine Igartua, psychiatre, et Joe Flanders, psychologue, nous expliquent pourquoi cette dépendance qui peut sembler anodine doit au contraire être prise très au sérieux. Facebook, Twitter, Instagram : pour plusieurs personnes, ces médias sociaux sont devenus une forme de vie parallèle. Elles sont actives sur Facebook dès leur réveil, elles ne peuvent s’empêcher de consulter leur téléphone intelligent même si le moment n’est pas approprié et elles s’empressent de répondre en temps réel à toutes les sollicitations numériques qui leur sont envoyées. Aussi répandu le problème puisse-il être, peut-on vraiment parler de dépendance ? Présidente de l’Association des médecins psychiatres du Québec, la Dre Karine Igartua nous explique qu’à l’heure actuelle, il n’existe pas encore d’études scientifiques confirmant l’existence d’une réelle dépendance aux médias sociaux. Mais dans la vie courante, d’innombrables cas anecdotiques nous confirment que oui, il s’agit d’un problème bien réel.

Bien que tout le monde utilise les médias sociaux, la fréquence d’utilisation et le nombre d’heures qui y sont consacrées sont variables. Dans certains cas, peut-on parler de dépendance aux médias sociaux ? 1 À l’aide d’un trait, séparez l’introduction et le développement. 2 Dans l’introduction, surlignez le sujet posé qui répond à la question suivante : quoi ? 3 Dans tout le texte, encadrez le nom des personnes qui sont citées ainsi que leur fonction. 4 Dans le 2e paragraphe du développement, soulignez le mot qui résume une cause de la dépendance aux médias sociaux.

« Notre société a beaucoup changé, explique la Dre Igartua. Si on regarde il y a cent ans, les gens s’écrivaient des lettres. Ça prenait deux semaines pour que la lettre se rende, ensuite l’amoureux lisait la lettre, il répondait et ça prenait un autre deux semaines pour recevoir la réponse. On était habitués d’attendre comme ça. Maintenant, ce n’est plus le cas. On est dans un monde d’instan- Définitions tanéité. Cette instantanéité est vraiment entrée dans nos mœurs, sollicitation : demande, incitation. poursuit la Dre Igartua. » […] pernicieux : nocif, Une force de renforcement très puissant dangereux. L’une des raisons pour lesquelles tant de gens sont accros aux médias sociaux, c’est que ces derniers nourrissent le cerveau de « récompenses », comme des mentions « J’aime » sur notre page Facebook, par exemple. Le plus pernicieux, c’est que ces récompenses sont octroyées sur un mode intermittent, donc à un rythme irrégulier, ce qui force les utilisateurs à répéter fréquemment un même comportement – vérifier nos messages Facebook, par exemple. © Éditions Grand Duc

4697_01-Explication-F.indd 39

39

L’EXPLICATION

19-02-04 8:55 AM


Pour en savoir plus Alexandre Vigneault, « Les ados minés par le cellulaire ? », La Presse, 25 février 2018 [En ligne].

5 Dans tout le texte, sous chaque intertitre, soulignez le passage qui résume l’aspect abordé, puis indiquez dans la marge s’il s’agit d’une cause ou d’une conséquence de la dépendance aux médias sociaux. 6 Tracez un trait à l’endroit où débute la conclusion.

Des expériences en laboratoire sur des rats démontrent d’ailleurs très bien que le mode de renforcement par intermittence engendre des dépendances très fortes, comme le jeu compulsif. Tout comme l’alcool et les drogues, ce ne sont pas tous les utilisateurs des médias sociaux qui souffrent d’une réelle dépendance. Comment tracer la limite à ne pas franchir ? « Le critère majeur, c’est quand l’utilisation continue malgré les effets négatifs pour la personne, explique la Dre Igartua. […] »

40

La méditation comme antidote

45

Pour aider ses patients à contrer cette dépendance, Joe Flanders, [directeur de la clinique Mindspace] utilise l’approche de la méditation de la pleine conscience. « On a beaucoup de comportements automatiques, explique-t-il. Mais ce qui arrive, c’est que ces comportements automatiques reviennent dans des moments où on ne veut pas avoir ces comportements. […] Ce que je veux amener avec la méditation de la pleine conscience, c’est la capacité de choisir. »

50

Des oasis sans Wi-Fi Pour la Dre Igartua, il est assez ironique de voir que le problème est devenu si important que certaines personnes vont maintenant se réfugier dans des spas sans Wi-Fi : « C’est un peu ridicule comme société qu’on soit rendus là, à devoir se payer des hôtels de luxe pour pouvoir se débrancher ! » Selon Joe Flanders, il n’est pas non plus question de mettre une croix définitive sur les médias sociaux, puisqu’il s’agit malgré tout d’un outil fort utile pour tout le monde. « Il faut apprendre à gérer ces outils pour qu’ils ne prennent pas le contrôle de notre vie. » Les médias sociaux sont populaires à travers le monde. Les effets parfois néfastes de leur utilisation touchent de nombreuses personnes. Ici, on voit des jeunes de la Thaïlande rivés à leur téléphone cellulaire. © Éditions Grand Duc

4697_01-Explication-F.indd 40

Preuve que le problème est réel, l’Association américaine de psychiatrie surveille le phénomène de près. Dre Igartua : « […] les psychiatres américains ont mis dans l’Annexe du DSM-5 – le répertoire de toutes les maladies mentales – la dépendance aux médias sociaux comme situation à surveiller parce qu’on s’attend, avec tout ce qu’on sait sur les médias sociaux, que les gens pourraient effectivement développer de réelles dépendances. »

55

60

65

« Dépendance aux médias sociaux », Une pilule, une petite granule, Télé-Québec, 19 septembre 2013 [En ligne].

40

L’EXPLICATION

19-02-04 8:55 AM


Questions sur le texte

Les questions d’interprétation sont identifiées comme ceci :

Compréhension et interprétation 1 Dans le texte, le procédé de comparaison permet à l’auteur de faire le parallèle entre la dépendance aux médias sociaux et trois autres dépendances. Lesquelles ?

2 Selon vous, qu’est-ce qui permet de voir qu’une personne souffre d’un réel problème de dépendance ?

3 Expliquez l’analogie entre les récompenses données aux rats de laboratoire et les mentions « J’aime » sur Facebook.

4 Peut-on dire que la Dre Igartua a un point de vue nuancé sur la dépendance aux médias sociaux ? Expliquez votre réponse en vous appuyant sur un passage du texte.

© Éditions Grand Duc

4697_01-Explication-F.indd 41

41

L’EXPLICATION

19-02-04 8:55 AM


Réaction 5 Croyez-vous qu’il faille s’inquiéter de cette dépendance aux médias sociaux ? Expliquez votre réponse en vous référant à vos valeurs et à des éléments du texte.

Jugement critique 6 L’émission Une pilule, une petite granule diffusée à Télé-Québec est-elle une bonne source d’information pour la population ? Afin d’appuyer votre réponse, comparez Télé-Québec avec un autre télédiffuseur qui vous semble fiable.

© Éditions Grand Duc

4697_01-Explication-F.indd 42

42

L’EXPLICATION

19-02-04 8:55 AM


Grammaire du texte 7 a) Complétez le plan sommaire de ce texte. Introduction Sujet de l’explication

Développement Phase explicative

1er aspect (cause) :

2e aspect (cause) :

3e aspect (conséquence) :

Conclusion Phase conclusive b) À quel type de plan explicatif cet article correspond-il ?

  Addition de causes qui ont une seule conséquence  Succession de causes et de conséquences (chaque cause entraîne une conséquence)

8 La crédibilité d’un texte repose sur la compétence des personnes citées. a) Quel est le nom des personnes citées dans cet article ?

b) Qu’est-ce qui assure le lecteur de leur compétence ?

© Éditions Grand Duc

4697_01-Explication-F.indd 43

43

L’EXPLICATION

19-02-04 8:55 AM


Jugement critique comparatif 9 a) Lequel de ces textes d’analyse avez-vous préféré ? Le dopage de l’intellect Les travers de l’industrie textile La violence à la télé peut influer sur le comportement de l’enfant Dépendance aux médias sociaux b) Pourquoi ? Pour étoffer votre réponse, choisissez deux critères parmi les suivants : le sujet ; la qualité de l’information fournie (renseignements clairs, crédibilité des sources, etc.) ; la qualité de l’écriture (choix du vocabulaire, construction des phrases, etc.).

© Éditions Grand Duc

4697_01-Explication-F.indd 44

44

N’oubliez pas que, pour répondre à ce type de questions, vous devez : - donner votre opinion ; - exprimer le critère sur lequel vous avez basé votre opinion ; - donner un exemple tiré du texte pour appuyer votre opinion. Au besoin, consultez la page 12.

L’EXPLICATION

19-02-04 8:55 AM


Ressource de la langue

t

Les discours rapportés

y

z

c

laclasse.grandducenligne.com

Pour expliquer un phénomène, l’auteur d’un texte peut rapporter les propos d’une personne spécialiste du domaine concerné. Pour ce faire, il peut recourir au discours rapporté, qui se présente sous deux formes : direct et indirect. Le discours rapporté direct rapportent les paroles d’une personne telles qu’elle les a dites et est alors encadré par des guillemets. Le discours rapporté indirect, quant à lui, présente les propos de la personne de façon légèrement modifiée afin de mieux convenir à la structure de la phrase ou pour les résumer.

Le discours rapporté direct Comment faire ?

Exemples

Si l’émetteur est mentionné avant le discours rapporté : • le verbe de parole est suivi par le deux-points ; • le discours rapporté est encadré de guillemets ; • le discours rapporté a sa propre ponctuation (majuscule et ponctuation finale).

La chercheuse déclare : « Ce résultat montre qu’il ne faut pas prendre le phénomène à la légère. »

Si l’émetteur est mentionné à l’intérieur du discours rapporté : • le discours rapporté commence dès le début de la phrase ; • les guillemets l’encadrent ; • l’émetteur est mentionné à l’aide d’une phrase incise entre virgules ; • la ponctuation finale se place devant le guillemet fermant.

« Ce résultat montre, déclare la chercheuse, qu’il ne faut pas prendre le phénomène à la légère. »

Si l’émetteur est mentionné après le discours rapporté : • le discours rapporté commence dès le début de la phrase ; • les guillemets l’encadrent ; • l’émetteur est mentionné à l’aide d’une phrase incise placée après une virgule à l’extérieur des guillemets. Si le discours rapporté se termine par un point d’interrogation ou d’exclamation, on ne met pas de virgule ; • la phrase incise commence par une minuscule ; • la ponctuation finale se place après l’incise.

« Ce résultat montre qu’il ne faut pas prendre le phénomène à la légère », déclare la chercheuse. « C’est incroyable ! » s’estelle exclamée.

Le discours rapporté indirect Comment faire ? On utilise un verbe de parole suivi de la conjonction que (suivie d’un verbe au subjonctif ou d’un participe passé) ou de la préposition de (suivie d’un verbe à l’infinitif).

© Éditions Grand Duc

4697_01-Explication-F.indd 45

Exemples La chercheuse affirme qu’il y a une corrélation entre l’exposition à des contenus télévisuels violents et des comportements antisociaux. Caroline Fitzpatrick recommande de ne pas exposer les enfants à la violence télévisuelle.

45

L’EXPLICATION

19-02-04 8:55 AM


Grammaire en contexte 1 Dans les phrases suivantes extraites du texte Dépendance aux médias sociaux, encadrez les marques du discours rapporté, puis indiquez s’il s’agit de discours rapporté direct ou indirect. a) « On a beaucoup de comportements automatiques, explique-t-il. Mais ce qui arrive, c’est que ces comportements automatiques reviennent dans des moments où on ne veut pas avoir ces comportements. […] »

b) Présidente de l’Association des médecins psychiatres du Québec, la Dre Karine Igartua nous explique qu’à l’heure actuelle, il n’existe pas encore d’études scientifiques confirmant l’existence d’une réelle dépendance aux médias sociaux.

2 Transformez les propos rapportés directement en discours rapporté indirect. a) « Plusieurs d’entre nous devrions limiter le temps que nous consacrons aux médias sociaux », affirme une chercheuse en psychologie.

b) « C’est incroyable, s’exclame le psychologue, que certaines personnes ne puissent pas passer quelques heures sans aller sur les médias sociaux ! »

3 Transformez les phrases suivantes en discours rapporté direct en respectant la consigne entre parenthèses. a) La Dre Karine Igartua explique qu’à l’heure actuelle, il n’existe pas encore d’études scientifiques confirmant l’existence d’une réelle dépendance aux médias sociaux. (Mentionner l’émetteur après.)

b) Dre Igartua ajoute que cette instantanéité est vraiment entrée dans nos mœurs. (Mentionner l’émetteur avant.)

© Éditions Grand Duc

4697_01-Explication-F.indd 46

46

L’EXPLICATION

19-02-04 8:55 AM


Situation d’écriture

Résumé d’un texte d’analyse Le mouvement Action Jeunes vous demande de résumer un article (d’environ trois pages) dans un court texte d’environ 200 mots pour aider les jeunes de votre âge à adopter de bonnes habitudes de vie et à devenir de futurs citoyens responsables. Pour ce faire, choisissez un problème qui touchera les jeunes de votre âge. Votre résumé doit contenir : une introduction (sujet amené, posé et divisé). un développement (phase explicative) couvrant les aspects importants de l’article de votre choix. une conclusion (phase conclusive) fournissant des pistes d’intervention ou une nouvelle perspective.

Afin que la lecture de votre article soit efficace, référezvous aux stratégies de lecture aux pages 4 à 9.

Au moment de rédiger votre texte, assurez-vous de respecter les consignes suivantes. Utilisez des reprises de l’information suffisamment variées et précises (p. 31). Intégrez au moins un extrait de texte sous forme de discours rapporté direct et assurez-vous que cet extrait ne dépasse pas deux lignes (p. 45). Employez un vocabulaire approprié (p. 24). Prenez aussi le temps de vérifier :

Pour connaître les critères d’évaluation d’une situation d’écriture, référez-vous aux pages 277 et 278.

la syntaxe et la ponctuation des phrases ; l’orthographe des mots et les accords ; la conjugaison des verbes.

JE RETIENS DONC... Lorsque j’écris un texte dans lequel on me demande d’expliquer, je dois structurer ma pensée en trois phases : l’introduction contenant le

 ,

le développement (dans lequel on retrouve des rapports de cause, de et de comparaison de même que du dont l’exactitude a été vérifiée) et la

© Éditions Grand Duc

4697_01-Explication-F.indd 47

.

47

L’EXPLICATION

19-02-04 8:55 AM


Suggestions de lecture Des articles qui pourraient vous intéresser Les boissons énergisantes nocives pour les jeunes

Tous dépendants aux médias sociaux ? Ça se soigne !

Philippe Leblanc, Radio-Canada, 26 septembre 2017.

Alain Vadeboncoeur, L’actualité, 4 juillet 2016 [En ligne].

La caféine sur les bancs d’école

L’industrie textile secouée par la tragédie au Bangladesh

La Presse, 21 juillet 2008 [En ligne].

Protéger sa vie privée dans Internet et les médias sociaux

Adrien Lachance, Radio-Canada international, 1er mai 2013 [En ligne].

Mathieu Charlebois, L’actualité, 7 décembre 2011 [En ligne].

Les enfants de la télé Marc Cassivi, La Presse, 1er mai 2012 [En ligne].

Des sites Web à consulter Technos : Réseaux sociaux Site Web de Tel-jeunes.

© Éditions Grand Duc

4697_01-Explication-F.indd 48

Équiterre Site Web de l’organisme environnemental Équiterre.

48

L’EXPLICATION

19-02-04 8:55 AM


La justification La critique de film L’immortelle reine du crime et son train La Bolduc : sortir les violons De père en flic 2 : un peu beaucoup la même chose… La chute de Sparte

4697_02-Justification-F.indd 49

p. 54 p. 59 p. 63 p. 70

19-02-04 9:14 AM


Les éléments en couleur sont particulièrement importants cette année.

La justification La situation de communication Énonciateur

Texte

Destinataire

•• Lorsqu’il écrit un texte justificatif, l’énonciateur démontre sa connais­sance du sujet et laisse percevoir ses goûts et ses valeurs. •• Son intention est de faciliter ou de causer la recevabilité d’un propos grâce à l’explication des raisons qui le fondent. •• Son point de vue est subjectif.

•• L’énonciateur et le destinataire doivent tenir compte du contexte de production : la date à laquelle le texte a été écrit, le lieu où il a été écrit, le support utilisé (journal, revue, site Internet). •• Les sources doivent être crédibles.

•• Lorsqu’il lit un texte justificatif, le destinataire approfondit sa connaissance du sujet. •• Son intention peut être : – de connaître les raisons qui fondent un propos ; – de juger de la validité de ce propos.

L’utilisation de la variété de langue standard est privilégiée.

La présence de l’énonciateur est indiquée par des marques énonciatives.

La cohérence et l’organisation du texte Moyens pour assurer la cohérence du texte

Moyens pour organiser le texte

© Éditions Grand Duc

4697_02-Justification-F.indd 50

•• Reprise de l’information •• Harmonisation des temps verbaux •• Non-contradiction entre les éléments de la justification •• Titre et intertitres •• Paragraphes •• Organisateurs textuels : – apport d’informations nouvelles – réorientation du propos •• Mise en page du texte (alinéas, disposition, espaces, numérotation) •• Indications typographiques (capitales, gras, italique)

50

LA JUSTIFICATION

19-02-04 9:14 AM


L’organisation d’un texte justificatif Le titre est neutre et évocateur du sujet. Introduction •• Sujet amené : On amène le sujet de façon générale. •• Sujet posé : On pose le sujet tel quel. •• Sujet divisé : On divise le texte en aspects. Développement •• Séquence descriptive : On fait un résumé (quand ? où ? qui ? quoi ?). •• Séquence justificative : On présente une appréciation critique. Procédés justificatifs

Moyens linguistiques pour produire une justification

•• Citation •• Comparaison •• Définition •• Exemplification •• Termes justes et vocabulaire expressif •• Phrases coordonnées et coordonnants exprimant : – la cause – la comparaison – la conséquence •• Phrases subordonnées et subordonnants exprimant : – la cause – la comparaison – la justification •• Marqueurs de relation et organisateurs textuels

Conclusion •• Synthèse : On rappelle le point de vue et quelques aspects qui l’appuient. •• Ouverture : On incite le lecteur à se questionner, à vouloir en savoir davantage.

© Éditions Grand Duc

4697_02-Justification-F.indd 51

51

LA JUSTIFICATION

19-02-04 9:14 AM


La critique de film Qu’est-ce que c’est ? C’est un texte qui présente un film et une appréciation de celui-ci. Chaque critique comporte une séquence descriptive (le résumé du film) et une séquence justi­ ficative (l’appréciation). L’auteur se base sur des critères d’appréciation qui servent aussi d’aspects (par exemple, le thème, le jeu des acteurs, le scénario) pour juger de la valeur d’un film. Qui l’écrit et pourquoi ? Tout le monde peut faire une critique afin de faire connaître son opinion sur un film, mais la plupart sont écrites par des jour­nalistes spécialisés en cinéma (ou en culture). Exemple de critique de film

Introduction 1

Sujet amené

2

Sujet posé

3

Sujet divisé

Organisateurs textuels

© Éditions Grand Duc

4697_02-Justification-F.indd 52

Qui la lit et pourquoi ? Les amateurs de cinéma, dans le but de s’informer au sujet d’un film et d’avoir une idée de sa valeur. Où la trouve-t-on ? Dans les journaux, les revues (spécialisées ou pas) et certains sites Web.

Spielberg tape dans le mille [Le réalisateur Steven Spielberg n’a plus besoin de présentation. Surnommé le « roi du divertissement », il enchaîne les succès cinématographiques depuis qu’il a réalisé Les dents de la mer en 1975. Ses productions enregistrent des records d’affluence, accumulent des prix et génèrent des recettes extraordinaires.1] [Avec Player One, il nous entraîne en 2045. L’OASIS, un univers virtuel, permet aux personnages de s’évader de leur triste réalité.2] [L’adaptation de ce roman d’Ernest Cline brille par la qualité de ses effets spéciaux, son rythme soutenu et ses nombreuses références à la culture populaire.3]

1

5

10

[Mentionnons d’emblée que, sur le plan visuel, deux univers s’opposent : le virtuel et le réel. Le monde virtuel de l’OASIS est présenté sous forme d’images de synthèse imitant brillamment la réalité. Les cheveux des personnages virtuels bougent magnifiquement au gré du vent, leurs yeux brillent et les décors nous

52

15

LA JUSTIFICATION

19-02-04 9:14 AM


subjuguent autant qu’ils font rêver les personnages. Les couleurs vibrantes du virtuel s’opposent à la monotonie du réel. Pourtant, le maître du septième art n’a pas lésiné sur les moyens pour filmer le monde réel à l’aide de décors à couper le souffle.4] 20

25

[Ajoutons que, malgré qu’il dure un peu plus de deux heures, ce film de science-fiction ne nous laisse pas le temps de nous ennuyer. Le critique américain Eric Kohn le compare même à une montagne russe. Les courses poursuites et les combats enlevants nous tiennent indéniablement en haleine. Bien que nombreux, les allers-retours entre les deux mondes sont fluides et nous permettent de ne pas rater une seconde de l’action. Quel remarquable tour de force !5]

[Finalement, le nombre de clins d’œil à la culture populaire y est 30

35

40

incalculable, à tel point que nous n’avons qu’une seule envie : revoir le film pour nous assurer de n’avoir rien raté. Il s’agit avant tout de rappeler aux nostalgiques les films, les jeux vidéo et les chansons qui les ont marqués dans les années 80. Dans ce film, Spielberg rend un vibrant hommage à l’œuvre des collègues qu’il estime le plus. Il y fait tout de même modestement quelques références à ses plus grands succès avec autant d’humour que le faisait le réalisateur de Shrek en mettant en scène des personnages de contes bien connus. Nul besoin de connaître The Shining de Stanley Kubrick pour s’amuser lors du visionnement. Bien que les références à la « culture geek » n’y soient pas rares, tout le monde s’y reconnaîtra et en appréciera le côté bon enfant.6]

4 Aspect concernant le plan visuel et les effets spéciaux

Aspect concernant le rythme 5

Développement Procédés justificatifs Citation indirecte Justification Comparaison

Aspect concernant les références à la culture populaire 6

[Avec Player One, Spielberg s’est fait un cadeau en livrant un message actuel avec des moyens extraordinaires. Notons que le choix judicieux de jeunes acteurs apporte aussi un vent de fraîcheur à cette œuvre.7]

Conclusion 7

Synthèse

Cynthia Bureau, Spielberg tape dans le mille, juin 2018.

Bien qu’elle n’utilise pas le « je », l’auteure révèle son point de vue subjectif à l’aide de marques de modalité. Celles-ci sont en caractères gras dans le texte.

© Éditions Grand Duc

4697_02-Justification-F.indd 53

53

LA JUSTIFICATION

19-02-04 9:14 AM


Stratégie de lecture Je survole le texte pour faire des prédictions sur son contenu.

Le crime de l’OrientExpress a été écrit par Agatha Christie en 1934. Ce roman relate l’enquête menée par le célèbre détective Hercule Poirot. Un meurtrier se trouve à bord d’un train où sont confinés les passagers en raison d’une tempête de neige.

1 À l’aide d’un trait, séparez l’introduction, le développement et la conclusion. 2 Encadrez les organisateurs textuels et les marqueurs de relation. 3 Surlignez les passages qui montrent l’opinion de l’auteure.

Intention de lecture Prêter attention à l’opinion de l’auteure concernant les aspects de la critique.

L’immortelle reine du crime et son train   Comme le dit l’adage : Le crime ne paie pas. Pourtant, les revenus générés par les deux milliards de livres vendus par Agatha Christie représentent plus de 700 millions de dollars. L’une des dernières adaptations de son œuvre est le décevant film Le crime de l’OrientExpress, réalisé par Kenneth Branagh. D’abord, cette histoire d’enquête à bord d’un train est trop connue. Sur Journaldugeek, on peut d’ailleurs lire : « Agatha Christie a beau être un des écrivains les plus célèbres du monde, les dernières adaptations de ses œuvres commencent à doucement sentir la naphtaline. » Là où les contemporains d’Agatha Christie se délectaient de l’atmosphère pesante et de l’enquête, le public actuel s’ennuie à cause des longueurs et des rebondissements prévisibles. Ajoutons que la touche personnelle du réalisateur, notamment l’ajout d’une introduction caricaturale se déroulant à Jérusalem, ne réussit pas à renouveler l’œuvre. Luc Boulanger du journal La Presse la décrit comme « une scène d’ouverture carrément ratée ». Les changements apportés ne rendent pas justice au roman et en sont même indignes.

Ensuite, la distribution impressionnante n’a pas été gage de succès. Pourtant, malgré la présence de vedettes telles que Définitions Michelle Pfeiffer, Johnny Depp et Judy Dench, le résultat est peu naphtaline : substance réussi. Les acteurs campent bien leur rôle, mais on ne peut appréutilisée comme cier à sa juste valeur la qualité de leur jeu en raison de produit antimite. l’omniprésence du personnage d’Hercule Poirot. contemporain : Finalement, en jouant Hercule Poirot dans sa propre adaptation personne ayant vécu d’un classique, le réalisateur répète une formule jadis gagnante à la même époque pour lui. Toutefois, la magie n’opère plus. Sur aVoir-aLire.com, qu’une autre. on peut lire ceci : « […] il a apporté un soin tout particulier à narcissique : qui l’épaisseur psychologique de son propre rôle. » On ne sait que s’accorde trop penser de l’importance narcissique qu’il accorde au personnage d’importance. introspection : réflexion qu’il surjoue. Il se met trop de l’avant en ajoutant des scènes d’introspection où Hercule Poirot regrette la mort de sa femme. sur soi-même, sa vie, ses actions. « On a l’impression d’assister à chaque instant au one man show de Kenneth Branagh », affirme le critique de la revue Écran large. régressif : qui va en diminuant. « Les adaptations hollywoodiennes d’Agatha Christie sont un plaisir régressif : à chaque fois, c’est la même chose, mais c’est justement ce qu’on aime ! » écrit Frédéric Strauss dans la revue française Télérama. Le film de 2017 n’était pas nécessaire.

1

5

10

15

20

25

30

35

Cynthia Bureau, L’immortelle reine du crime et son train, septembre 2018.

© Éditions Grand Duc

4697_02-Justification-F.indd 54

54

LA JUSTIFICATION

19-02-04 9:14 AM


Questions sur le texte

Les questions d’interprétation sont identifiées comme ceci :

Compréhension et interprétation 1 Dans le tableau suivant, résumez les points forts et les points faibles du film selon la critique présentée à la page 54. Point fort

Point faible

2 Pourquoi l’auteure dit-elle que le réalisateur du film est narcissique ? Écrivez dans vos mots les deux raisons qu’elle invoque pour appuyer son point de vue.

3 Dans sa critique, l’auteure semble-t-elle recommander ce film ? Justifiez votre réponse à l’aide de deux extraits du texte.

4 Croyez-vous que l’auteure de la critique aimerait voir une nouvelle adaptation d’une œuvre d’Agatha Christie ? Expliquez votre réponse.

© Éditions Grand Duc

4697_02-Justification-F.indd 55

55

LA JUSTIFICATION

19-02-04 9:14 AM


Réaction 5 Cette critique du Crime de l’Orient-Express vous donne-t-elle envie de voir le film ? Pourquoi ? Justifiez votre réponse en vous appuyant sur vos goûts et sur deux éléments de la critique.

Jugement critique 6 Peut-on dire que cette critique est bien argumentée ? Justifiez votre point de vue en donnant deux raisons.

Grammaire du texte 7 L’introduction présente le sujet, mais n’annonce pas les aspects du texte. Résumez dans vos mots les quatre aspects abordés par l’auteure dans le développement. •

© Éditions Grand Duc

4697_02-Justification-F.indd 56

56

LA JUSTIFICATION

19-02-04 9:14 AM


Grammaire en contexte 1 Parmi les phrases complexes suivantes tirées du texte de la page 54, laquelle est construite à l’aide de la juxtaposition ? Encerclez votre réponse.

Voir la notion 35,

a) Les changements apportés ne rendent pas justice au roman et en sont même indignes.

p. 267.

b) Les adaptations hollywoodiennes d’Agatha Christie sont un plaisir régressif : à chaque fois, c’est la même chose, mais c’est justement ce qu’on aime ! c) Ensuite, la distribution impressionnante n’a pas été gage de succès.

Ressource de la langue

u

Le point de vue subjectif

h

w

z

laclasse.grandducenligne.com

Le point de vue de l’énonciateur est l’attitude de l’énonciateur ou son degré d’engagement par rapport au message ou au destinataire. Il peut être neutre ou subjectif. Le point de vue subjectif permet à l’énonciateur de laisser voir son opinion de manière plus ou moins explicite grâce à des indices et à des marques de modalité. Indices Vocabulaire connoté • Noms • Adjectifs connotés • Adverbes • Expressions figées expressives • Interjections

Exemples • Ce film est un véritable navet. • Il s’agit d’un excellent divertissement. Mon film a été violemment critiqué. • Ce cinéaste a le vent dans les voiles. • Hélas ! J’ai réagi trop tard !

Vocabulaire exprimant la modalité • Verbes exprimant : –– l’obligation –– la nécessité –– la possibilité  –– la certitude, le faux et l’incertain • Adverbes exprimant : –– le doute –– la certitude –– la probabilité –– l’appréciation

• Il a peut-être manqué de temps. • Il a certainement manqué de temps. • Il a probablement manqué de temps. • Heureusement, son film est réussi.

Figures pour amplifier, atténuer, comparer et mettre en évidence • Euphémisme (adoucir des propos) • Hyperbole (exagération) • Ironie (dire le contraire de notre pensée) • Litote (dire moins pour signifier plus) • Oxymoron (opposer des contraires)

• Il n’est pas très brillant. • Nous étions morts de rire ! • Ce film fantastique. (même s’il était mauvais) • Ça ne sent pas la rose ! • Il met en scène des héros ordinaires.

Choix des pronoms • On (crée une distance) • Nous (implique que plusieurs personnes adhèrent au propos) © Éditions Grand Duc

4697_02-Justification-F.indd 57

• Il faut réagir ! • Nous devons changer les choses. • Nous pouvons l’apprécier. • Tout ça semble ridicule !

• On peut s’entendre là-dessus. • Nous sommes emballés !

57

LA JUSTIFICATION

19-02-04 9:14 AM


2 a) Indiquez si les phrases suivantes tirées du texte de la page 54 sont objectives ou subjectives en écrivant O ou S sur le filet prévu à cet effet. b) Si la phrase est subjective, soulignez ce qui vous a permis de vous en rendre compte et dites à quoi ces indices réfèrent dans le tableau de la page 57.

1 Le crime de l’Orient-Express a été écrit par Agatha Christie en 1934.

2  L’une des dernières adaptations de son œuvre est le décevant film Le crime

de l’Orient-Express, réalisé par Kenneth Branagh.

3  Les changements apportés ne rendent pas justice au roman […].

4  Les acteurs campent bien leur rôle, mais on ne peut apprécier la qualité

de leur jeu à sa juste valeur en raison de l’omniprésence du personnage d’Hercule Poirot.

5  Pourtant, les revenus générés par les deux milliards de livres vendus

par Agatha Christie représentent plus de 700 millions de dollars.

3 Modifiez chacune des phrases suivantes en utilisant la figure d’atténuation, d’amplification ou de comparaison indiquée entre parenthèses. a) Les rebondissements sont prévisibles. (Euphémisme)

b) L’acteur principal est décevant. (Hyperbole)

c) Ce long métrage est ennuyant. (Comparaison)

d) Je n’aime pas voir un film dont je connais la fin. (Ironie)

© Éditions Grand Duc

4697_02-Justification-F.indd 58

58

LA JUSTIFICATION

19-02-04 9:14 AM


Intention de lecture Prêter attention à l’organisation du texte en deux séquences : le résumé du film et l’appréciation de celui-ci.

Stratégie de lecture Je résume dans mes mots l’idée principale de chaque paragraphe.

La Bolduc : sortir les violons  

La Bolduc, considérée comme la première chansonnière québécoise, a marqué l’histoire musicale du Québec des années 1930 avec des chansons optimistes qui racontaient la vie parfois difficile des gens de son époque.

1

Debbie Lynch-White campe une Mary Travers déchirée entre passion et culpabilité dans ce biopic réalisé par François Bouvier. Un film d’époque porteur d’un fort message féministe.

5

[Mary Travers a commencé sa carrière musicale en remplaçant un violoneux dans une soirée folklorique. Celle qui voulait soutenir sa famille et son époux chômeur a séduit son public et gagné en popularité. Elle deviendra La Bolduc, une femme déchirée entre sa carrière et sa vie familiale.]

10

15

20

25

30

1 Encadrez la partie du texte qui présente le résumé du film. 2 Pour chaque paragraphe de l’appréciation, indiquez dans la marge le critère qui est présenté. 3 Dans tout le texte, surlignez les passages qui montrent l’opinion de l’auteur.

[…] Dans La Bolduc, le scénariste Frédéric Ouellet met l’accent sur le combat inconsciemment mené par cette mère de famille pourtant si pieuse et réfractaire au mouvement des suffragettes. Un personnage extraordinairement contradictoire dépeint, dès l’une des premières scènes, comme une force de la nature, une Wonder Woman capable de négocier avec le curé de Rivièredu-Loup qui la réprimande, de régler une chicane avec ses deux plus jeunes au téléphone et de combattre le trac à quelques minutes avant son entrée en scène. Si ce n’était pas un film biographique, on trouverait forcément ça tiré par les cheveux. Mais Définitions la réalité est souvent plus folle que la fiction. biopic : film dédié On en met parfois un peu plus que le client en demande. Dans à l’histoire d’une la première portion du film, François Bouvier et les autres concep- personne célèbre. teurs flirtent allègrement avec le misérabilisme. Il y a cet pieuse : attachée appartement ruisselant le jour d’un orage, ce gros plan sur six à la religion. croix blanches pour autant de bébés perdus. On ne donne pas réfractaire : qui est trop dans la subtilité, mais ces décors permettent de cerner cette en désaccord, qui résiste, refuse. dame si particulière, de comprendre pourquoi M me Édouard suffragette : femme Bolduc s’est finalement lancée tête première dans cette impro- qui revendique le bable carrière d’auteure-compositrice-interprète. Elle aura, par droit de voter. ailleurs, été la toute première Québécoise ou Canadienne fran- flirter : terme anglais qui veut dire côtoyer. çaise (c’est ce qu’on disait à l’époque) à le faire. misérabilisme : insistance sur les conditions de vie difficiles, misérables.

© Éditions Grand Duc

4697_02-Justification-F.indd 59

59

LA JUSTIFICATION

19-02-04 9:14 AM


Pour en savoir plus Marie-Louise Monast, La Bolduc : le violon de mon père, Les Éditeurs réunis, 2018.

Définitions jams : séances musicales improvisées. homme alpha : homme fort, voire supérieur aux autres. canoniser : reconnaître un individu comme étant un saint.

Ce qui est le plus touchant dans ce film, ce n’est donc pas ces vitrines qu’on placarde de bois et du mot faillite, ces intérieurs défraîchis ou cette tapisserie en lambeaux. On s’émeut surtout de ces passages purement musicaux, ces jams dégoulinants de bonheur qui nous ramènent à l’essence même de nos traditions québécoises presque perdues. […] Une séance d’écriture y est, d’ailleurs, fort habilement mise en scène. Rares sont les biopics qui s’attardent autant à la création, à l’art lui-même, dans leur trame narrative. L’autre grande force de La Bolduc, c’est sa distribution. La pétillante [comédienne] Debbie Lynch-White semble être née pour porter ce destin à l’écran, celui d’abord [d’une] femme optimiste et souriante puis usée par la vie. Il faut attendre la fin pour la voir déployer ses ailes et se révéler à son plein potentiel, absolument déchirante. Elle s’avère particulièrement émouvante dans les dernières mesures de sa partition […]. Émile Proulx-Cloutier est touchant dans son rôle d’époux épris puis humilié. Toutes les émotions de son Édouard passent par ses yeux vitreux qui absorbent les larmes, ceux d’un homme bien de son temps qui crie pour éviter de pleurer. Ouellet aurait facilement pu le démoniser. Or, il donne dans la nuance, la compassion, et on fait vite de s’attacher à cet homme alpha en apparence si antipathique. Le scénariste de La Bolduc ne canonise pas non plus son héroïne homonyme. Mary Travers s’y révèle tendre, oui, mais aussi capable d’actes plutôt cruels. […]

35

40

45

50

55

Catherine Genest, « La Bolduc : sortir les violons », Voir, 6 avril 2018 [En ligne].

Née en Gaspésie, Mary Rose Anna Travers (1894-1941), dite « La Bolduc », a été une chanteuse très populaire. Ses chansons ont eu l’effet d’un baume sur les esprits durant les années 1930, années de grande misère au Québec. © Éditions Grand Duc

4697_02-Justification-F.indd 60

60

LA JUSTIFICATION

19-02-04 9:14 AM


Questions sur le texte

Les questions d’interprétation sont identifiées comme ceci :

Compréhension et interprétation 1 Quel passage prouve que Mary Travers n’était pas féministe ?

2 Pourquoi peut-on dire que La Bolduc était une pionnière ? Appuyez votre réponse sur un extrait du texte.

3 Diriez-vous que la journaliste admire la personne qu’était Mary Travers dite « La Bolduc » ? Expliquez votre réponse.

4 Le titre de la critique peut être compris de deux manières : l’une fait référence à l’expression « jouer du violon » et l’autre à la musique traditionnelle québécoise. D’après vous, pourquoi l’auteure de ce texte a-t-elle choisi ce titre pour sa critique ?

© Éditions Grand Duc

4697_02-Justification-F.indd 61

61

LA JUSTIFICATION

19-02-04 9:14 AM


Réaction 5 À la lecture du texte, avez-vous une opinion positive ou négative sur la personne qu’était La Bolduc ? Expliquez votre réponse en vous référant à l’une de vos valeurs.

Jugement critique 6 Selon vous, la critique du film La Bolduc est-elle pertinente ? Pourquoi ? Appuyez votre réponse sur deux critères ainsi que sur des éléments du texte.

Grammaire du texte 7 Dans la séquence descriptive résumant le film, quels sont les éléments essentiels répondant aux questions suivantes ? Qui ? Quoi ? Où ? Quand ? © Éditions Grand Duc

4697_02-Justification-F.indd 62

62

LA JUSTIFICATION

19-02-04 9:14 AM


Intention de lecture Relever les raisons qui servent à justifier l’appréciation du film.

De père en flic 2 : un peu beaucoup la même chose… 1

5

10

15

20

25

30

En 2009, le public québécois a été séduit par De père en flic au point d’en faire le deuxième succès populaire de l’histoire du cinéma d’ici, tout juste derrière Bon Cop, Bad Cop. Leurs suites respectives sortant à deux mois de distance à peine l’une de l’autre, la comparaison entre les démarches devient inévitable. Alors que Patrick Huard, qui signe seul le scénario de Bon Cop, Bad Cop 2, a fait plonger les personnages dans des situations complètement différentes, Émile Gaudreault a visiblement choisi de miser sur sa formule gagnante. Ainsi, le récit de De père en flic 2 est construit exactement sur le canevas du premier opus. Seule la nature de la thérapie que les deux flics doivent infiltrer change. Cela dit, on retrouve avec plaisir le tandem que forment Michel Côté et Louis-José Houde. Leur dynamique père-fils fonctionne toujours très bien, et l’apport de deux coscénaristes de la nouvelle génération, Érik K. Boulianne (SNL Québec, Prank) et Sébastien Ravary (SNL Québec, Info, sexe et mensonges), se révèle significatif sur le plan des dialogues, très vifs, très punchés. Huit années ayant passé, la relation entre les deux policiers est au beau fixe, dans la mesure où les deux hommes se tapent toujours autant sur les nerfs. Marc (Louis-José Houde), plus mûr, vit désormais en couple avec Alice (Karine Vanasse), une collègue. Jacques (Michel Côté) promène toujours sa dégaine de vieux coq sexagénaire en empruntant le comportement d’un type qui n’aurait jamais quitté l’adolescence, à grands coups de chill et de dude.

Stratégie de lecture Je me rappelle ce que j’ai lu et les points importants.

De père en flic 1 et 2 sont l’œuvre du réalisateur québécois Émile Gaudreault. À leur sortie en salle en 2009 et en 2017, ils connaissent rapidement un succès, notamment grâce aux deux têtes d’affiche : l’acteur Michel Côté et l’humoriste Louis-José Houde.

1 À l’aide d’un trait, séparez l’introduction et la conclusion du reste du texte. 2 Encadrez le ou les paragraphes correspondant à la séquence descriptive résumant le film. 3 Dans chaque paragraphe de la justification, surlignez le ou les critères d’appréciation.

Définitions canevas : scénario, plan d’un ouvrage. opus : terme qui permet de situer une œuvre dans la production d’un artiste.

Faisant enquête sur le même cas, celui de Martin Germain (Patrice Robitaille), un lieutenant du chef de la mafia, père, fils et blonde se retrouvent à devoir suivre l’objet de leur enquête jusque dans un bootcamp pour couples. Il appert que Pascale (Julie Le Breton) a convaincu son amoureux, le fameux Martin, de s’inscrire avec elle à cette thérapie tenue dans un endroit reculé, histoire de régler certains problèmes.

© Éditions Grand Duc

4697_02-Justification-F.indd 63

63

LA JUSTIFICATION

19-02-04 9:14 AM


Pour en savoir plus Elizabeth Lepage-Boily, « 10 choses que vous ignorez sur De père en flic 2 », Showbizz-net, 2017 [En ligne].

Définitions débridé : qui est libre de toute contrainte. prêter le flanc : s’exposer, être vulnérable. prologue : introduction, début. remake : mot anglais qui signifie « nouvelle version ».

Amusant, mais… Cette mise en situation permet évidemment aux scénaristes d’introduire une nouvelle galerie de personnages et de décrire différents modèles de relations amoureuses. Du couple lesbien (Hélène Bourgeois Leclerc et Sonia Vachon) au couple débridé (Sylvie Potvin et Mathieu Quesnel), en passant par le couple de jeunes parents (Mariana Mazza et Mehdi Bousaidan) ou le couple qui en a vu d’autres (Diane Lavallée et Yves Jacques), le volet thérapeutique — et les exercices qui l’accompagnent — recèle autant de scènes amusantes, bien qu’il s’en dégage une impression de déjà-vu.

35

L’intrigue policière prête aussi flanc à quelques scènes d’action. À cet égard, il convient de souligner l’efficacité du prologue, bien réalisé et assez spectaculaire. L’aspect humoristique du récit prend ensuite clairement le dessus. Une courte scène dansée (si, si !), livrée par Karine Vanasse et Louis-José Houde, constitue par ailleurs un beau moment.

45

De père en flic 2 atteindra sans doute sa cible, mais si jamais un troisième volet est envisagé, peut-être faudra-t-il songer à trouver une astuce pour entraîner ailleurs le tandem père-fils afin de lui offrir d’autres situations, dans un autre cadre. D’autant qu’avec Père fils thérapie !, le remake français tout récent qu’Émile Gaudreault a réalisé lui-même, ça commence à faire un peu beaucoup la même chose.

40

50

55

Marc-André Lussier, « De père en flic 2 : un peu beaucoup la même chose… », La Presse, 14 juillet 2017 [En ligne].

Louis-José Houde, humoriste et acteur, ainsi que Michel Côté, célèbre acteur québécois, dans une scène tirée du film De père en flic 2. Ce film a pris la tête des ventes des entrées en salle au Québec en 2017. © Éditions Grand Duc

4697_02-Justification-F.indd 64

64

LA JUSTIFICATION

19-02-04 9:14 AM


Questions sur le texte

Les questions d’interprétation sont identifiées comme ceci :

Compréhension et interprétation À l’aide de la séquence descriptive que vous avez encadrée dans le texte, 1 remplissez le tableau suivant pour résumer le film. Qui ?

Où ?

Quand ?

Quoi ?

2 Pour quelles raisons Marc-André Lussier a-t-il comparé De père en flic 2 avec Bon Cop, Bad Cop 2 ?

3 Malgré des points communs, il y a une différence majeure entre les deux films. Laquelle ?

© Éditions Grand Duc

4697_02-Justification-F.indd 65

65

LA JUSTIFICATION

19-02-04 9:14 AM


4 L’opinion que le journaliste a du film De père en flic 2 est-elle favorable ou défavorable ? Expliquez votre réponse à l’aide d’éléments du texte.

Réaction 5 Cette critique vous donne-t-elle envie de voir ce film, si ce n’est déjà fait ? Si vous l’avez vu, partagez-vous l’opinion du journaliste ? Expliquez votre réponse.

© Éditions Grand Duc

4697_02-Justification-F.indd 66

66

LA JUSTIFICATION

19-02-04 9:14 AM


Jugement critique 6 Considérez-vous que la qualité de la critique de Marc-André Lussier est discutable ? Justifiez votre point de vue à l’aide des critères d’appréciation du film.

Grammaire du texte 7 Dans le tableau suivant, résumez les propos du journaliste selon chacun des critères d’appréciation indiqués. Critère d’appréciation

Résumé

L’originalité

La scénarisation

Les personnages

8 Dans les extraits suivants, identifiez le procédé de justification auquel l’auteur a eu recours (la citation, la comparaison, la définition ou l’exemplification). a) Alors que Patrick Huard, qui signe seul le scénario de Bon Cop, Bad Cop 2, a fait plonger les personnages dans des situations complètement différentes, Émile Gaudreault a visiblement choisi de miser sur sa formule gagnante.

b) Une courte scène dansée (si, si !), livrée par Karine Vanasse et Louis-José Houde, constitue par ailleurs un beau moment.

© Éditions Grand Duc

4697_02-Justification-F.indd 67

67

LA JUSTIFICATION

19-02-04 9:14 AM


Grammaire en contexte Voir la notion 45,

1 Dans les exemples suivants tirés du texte des pages 63 et 64, à quoi servent les parenthèses et les tirets ?

p. 272.

•• […] l’apport de deux coscénaristes de la nouvelle génération, Érik K. Boulianne (SNL Québec, Prank) et Sébastien Ravary (SNL Québec, Info, sexe et mensonges), se révèle significatif […]. •• […] le volet thérapeutique — et les exercices qui l’accompagnent — recèle autant de scènes amusantes […].

Ressource de la langue

2

La coordination

t

3

y

laclasse.grandducenligne.com

Pour ajouter de l’information dans un paragraphe qui restera fluide, on utilise les marqueurs de relation. Ces mots ou groupes de mots mettent en évidence l’organisation du texte. Un des types de marqueurs de relation est le coordonnant. Sens

Coordonnants

Exemple

Addition

Aussi, d’ailleurs, de plus, également, par ailleurs, et, etc.

Il a réalisé plusieurs longs métrages. D’ailleurs, l’un d’eux a gagné l’Oscar du meilleur film étranger.

Alternative

Ou ; ou bien ; soit…, soit… ; etc.

Soit on aime, soit on déteste.

Cause

Car, de ce fait, en effet, etc.

J’ai été étonné, car je ne m’attendais à rien.

Conséquence Ainsi, alors, donc, en conséquence, par conséquent, etc.

Nous avons réagi vite : ainsi, il n’y a pas eu trop de dommages.

Opposition

Au contraire, cependant, mais, néanmoins, par contre, toutefois, etc.

Ce film est intéressant, cependant il n’est pas grandiose.

Succession

Enfin, ensuite, et, puis, etc.

Il faudrait recommencer ton travail, puis le remettre à ton supérieur.

Explication

C’est pourquoi, c’est-à-dire, par exemple, en effet, notamment, d’ailleurs, etc.

Les films québécois sont de plus en plus courus ; d’ailleurs, ils sont parfois en lice pour des prix prestigieux.

© Éditions Grand Duc

4697_02-Justification-F.indd 68

68

LA JUSTIFICATION

19-02-04 9:14 AM


2 Dans les phrases suivantes tirées du texte des pages 63 et 64 : •• surlignez le coordonnant ; •• indiquez le sens qu’il exprime (l’addition, l’alternative, la cause, la conséquence, l’opposition, la succession ou l’explication). a) Ainsi, le récit de De père en flic 2 est construit exactement sur le canevas du premier opus.

b) Leur dynamique père-fils fonctionne toujours très bien, et l’apport de deux coscénaristes de la nouvelle génération […].

c) Cette mise en situation permet évidemment aux scénaristes d’introduire une nouvelle galerie de personnages et de décrire différents modèles de relations amoureuses.

d) L’intrigue policière prête aussi flanc à quelques scènes d’action.

e) L’aspect humoristique du récit prend ensuite clairement le dessus.

f) Une courte scène dansée (si, si !), livrée par Karine Vanasse et Louis-José Houde, constitue par ailleurs un beau moment.

g) De père en flic 2 atteindra sans doute sa cible, mais si jamais un troisième volet est envisagé […].

© Éditions Grand Duc

4697_02-Justification-F.indd 69

69

LA JUSTIFICATION

19-02-04 9:14 AM


Stratégie de lecture Je me réfère à la structure du texte.

La chute de Sparte est un roman de l’auteur québécois Biz. On y raconte l’histoire d’un élève de l’école Gaston-Miron, Steeve, dont l’amour de la lecture et les opinions bien arrêtées créent des tensions avec les membres de l’équipe de football.

1 À l’aide d’un trait, séparez l’introduction du développement. 2 Dans l’introduction, à l’aide d’une barre oblique, séparez le sujet amené, le sujet posé et le sujet divisé. 3 Surlignez la partie descriptive résumant les grandes lignes de l’histoire. 4 Annotez dans la marge l’aspect dont traite chaque paragraphe, puis surlignez un passage qui montre l’opinion de l’auteure à ce sujet.

Définitions désabusé : qui a perdu ses illusions. protagoniste : personnage principal. cynique : se dit d’une personne qui méprise les convenances et dont les opinions diffèrent de la norme.

© Éditions Grand Duc

4697_02-Justification-F.indd 70

Intention de lecture Repérer les éléments exprimant la justification.

La chute de Sparte   La cité-État grecque de Sparte, au Péloponnèse, était reconnue puisque ses soldats étaient efficaces, disciplinés et dévoués à leur cité. Son armée était la plus puissante de la Grèce antique. L’auteur québécois Sébastien Fréchette, alias Biz, a fait des « Spartiates » une véritable armée de footballeurs accumulant les victoires pour l’école que fréquente Steeve Simard, l’école secondaire GastonMiron, à Saint-Lambert. Son roman, La chute de Sparte, a été adapté au cinéma dans un film du même nom. Le public adolescent s’y reconnaîtra grâce au réalisme de la réalisation. Lévi Doré brille dans le rôle principal de l’adolescent Steeve Simard. La trame sonore retiendra aussi l’attention de plusieurs en raison de ses chansons accrocheuses. Toutefois, beaucoup de références culturelles présentes dans le roman ont été laissées de côté. La narration faite par une voix hors champ se montre aussi envahissante par moments. On aime d’abord cette histoire parce qu’elle est vraisemblable. Cette œuvre ne tombe pas dans les clichés comme plusieurs films américains ont tendance à le faire. En fait, Steeve Simard n’a rien d’un héros au point qu’il est touchant de vérité. L’adolescent désabusé et isolé rêve d’amour et de popularité, choses qui ne lui sont pas accessibles. Comme le dit si bien le protagoniste de l’histoire : « Les vrais amis, ça se compte sur les doigts d’une main de menuisier. » Des amis, le cynique Steeve en manque cruellement de sorte qu’il ne peut compter que sur Virgile. Quand vient le temps de se défendre contre l’équipe des Spartiates, après qu’il a involontairement humilié un des leurs, il ne reçoit de Virgile que son soutien moral, car personne ne veut se mettre les Spartiates à dos. Les personnages d’adultes sont peu présents dans l’histoire et ils n’y sont pas toujours montrés sous leur meilleur jour. Lévi Doré, qui joue des rôles au petit écran depuis 2013, incarne intelligemment le personnage principal. On le sent à la fois vrai et sensible. Son jeu est juste et ne tombe jamais dans l’excès. Le jeune acteur a su doser la révolte de son Steeve et son impossibilité à l’exprimer. Il réussit à être vulnérable et touchant malgré ses doutes et ses questionnements. Son interprétation est

70

1

5

10

15

20

25

30

35

LA JUSTIFICATION

19-02-04 9:14 AM


Pour en savoir plus Biz, La chute de Sparte, Leméac, 2011.

beaucoup plus en nuances que ne l’est celle des artistes que dirige Xavier Dolan, qui s’expriment souvent en criant. On croit à son personnage d’adolescent désillusionné. 40

45

50

55

60

65

70

La trame sonore remplit indéniablement bien son rôle : elle ponctue adroitement les moments forts du film et exprime avec justesse la révolte du héros. La Bronze, Chafiik, Manu Militari et Muzion confèrent du rythme à l’œuvre de Tristan Dubois. Les paroles collent si bien à l’histoire qu’on n’a pas besoin des dialogues pour la comprendre. Certaines pièces, comme Saint-Lambert, de La Bronze et Rymz, ont été expressément écrites pour soutenir l’évolution dramatique de l’histoire et font mouche chaque fois. Le tout est bien équilibré. Dans le roman, les références à Sparte et à la poésie sont abondantes. Malheureusement, le public cible ne peut pas être aussi attentif aux détails du récit lors du visionnement du film qu’il ne l’est lors de la lecture du roman. Même si certains sourient lorsque Steeve compare ses initiales à celles d’un nazi, on ne peut pas en dire autant de sa référence aux écuries d’Augias. Une bonne connaissance de la littérature, de l’histoire et même de la mythologie sont nécessaires pour comprendre tous les clins d’œil contenus dans les textes du héros. Or, la majorité des jeunes ne possèdent pas toutes ces connaissances, qui donnent plus de profondeur au récit. Une chose agace plus que les autres : la narration omniprésente. À la manière d’un roman, l’histoire est parfois racontée par le personnage principal et non montrée à l’écran. Ainsi, on se détache de l’histoire. Steeve est un jeune cultivé qui est amoureux des mots, mais il ne s’exprime pas comme un adolescent. Par exemple, lorsque Steeve compare la fresque de Gaston Miron à une tête guillotinée, on décroche. Bien que le récit gagne en poésie ce qu’il perd en crédibilité, le propos devient lourd. Même s’il ne réinvente pas le genre, le film inspiré du roman de Biz propose un réalisme rafraîchissant qui rejoindra un large public. On pardonne à l’œuvre son excès de poésie et de narration, car elle demeure, somme toute, un bon divertissement. Cynthia Bureau, La chute de Sparte, juin 2018.

© Éditions Grand Duc

4697_02-Justification-F.indd 71

71

5 Placez un trait à l’endroit où débute la conclusion, puis indiquez dans la marge s’il s’agit d’une synthèse (fermeture) ou d’une ouverture.

Définitions faire mouche : atteindre sa cible, tomber juste. fresque : grande peinture murale.

L’auteur Biz a tout d’abord été connu comme rappeur, au sein du groupe Loco Locass. Il a jusqu’à maintenant écrit cinq romans. La chute de Sparte a été récompensé de nombreux prix et a été finaliste pour le prix jeunesse du Gouverneur général en 2012.

LA JUSTIFICATION

19-02-04 9:14 AM


Questions sur le texte

Les questions d’interprétation sont identifiées comme ceci :

Compréhension et interprétation 1 À l’aide de la séquence descriptive que vous avez surlignée dans le texte, remplissez le tableau suivant pour résumer le film. Qui ? Où ? Quoi ?

2 Expliquez dans vos mots cette phrase de Steeve Simard : « Les vrais amis, ça se compte sur les doigts d’une main de menuisier. »

3 Pour chacun des extraits suivants, indiquez si l’auteure a écrit un fait ou une opinion. a) En fait, Steeve Simard n’a rien d’un héros au point qu’il est touchant de vérité.

b) Lévi Doré, qui joue des rôles au petit écran depuis 2013, incarne intelligemment le personnage principal.

c) À la manière d’un roman, l’histoire est parfois racontée par le personnage principal et non montrée à l’écran.

d) Même s’il ne réinvente pas le genre, le film inspiré du roman de Biz propose un réalisme rafraîchissant qui rejoindra un large public.

© Éditions Grand Duc

4697_02-Justification-F.indd 72

72

LA JUSTIFICATION

19-02-04 9:14 AM


4 L’opinion générale que l’auteure a du film La chute de Sparte est-elle favorable ou défavorable ? Expliquez votre réponse en vous basant sur les aspects que l’auteure a abordés dans sa critique.

Réaction 5 Si vous ne l’avez pas vu, cette critique vous donne-t-elle envie de voir le film ? Si vous l’avez vu, partagez-vous l’opinion de l’auteure ? Expliquez votre réponse en vous basant sur deux éléments du texte.

© Éditions Grand Duc

4697_02-Justification-F.indd 73

73

LA JUSTIFICATION

19-02-04 9:14 AM


Jugement critique 6 Au sujet des nombreuses références culturelles du film La chute de Sparte, l’auteure a écrit : « Une bonne connaissance de la littérature, de l’histoire et même de la mythologie sont nécessaires pour comprendre tous les clins d’œil contenus dans les textes du héros. Or, la majorité des jeunes ne possèdent pas toutes ces connaissances, […]. » Pour vous, s’agit-il d’un défaut ou d’une qualité dans une œuvre cinématographique ? Justifiez votre point de vue en vous référant à vos goûts en tant que cinéphile.

Grammaire du texte 7 Dans les extraits suivants, identifiez le procédé de justification auquel l’auteure a eu recours (la citation, la comparaison, la définition ou l’exemplification). a) Cette œuvre ne tombe pas dans les clichés comme plusieurs films américains ont tendance à le faire.

b) Son interprétation est beaucoup plus en nuances que ne l’est celle des artistes que dirige Xavier Dolan, qui s’expriment souvent en criant.

c) Malheureusement, le public cible ne peut pas être aussi attentif aux détails du récit lors du visionnement du film qu’il ne l’est lors de la lecture du roman.

d) La Bronze, Chafiik, Manu Militari et Muzion confèrent du rythme à l’œuvre de Tristan Dubois.

© Éditions Grand Duc

4697_02-Justification-F.indd 74

74

LA JUSTIFICATION

19-02-04 9:14 AM


e) À la manière d’un roman, l’histoire est parfois racontée par le personnage principal et non montrée à l’écran.

f) Par exemple, lorsque Steeve compare la fresque de Gaston Miron à une tête guillotinée, on décroche.

Jugement critique comparatif 8 a) Laquelle de ces critiques de film avez-vous le plus appréciée ? L’immortelle reine du crime et son train La Bolduc : sortir les violons De père en flic 2 : un peu beaucoup la même chose…

N’oubliez pas que, pour répondre à ce type de questions, vous devez : - donner votre opinion ; - exprimer le critère sur lequel vous avez basé votre opinion ; - donner un exemple tiré du texte pour appuyer votre opinion. Au besoin, consultez la page 12.

La chute de Sparte b) Justifiez votre réponse à l’aide de deux critères en tenant compte des informations sur le film, des arguments et de la structure du texte.

© Éditions Grand Duc

4697_02-Justification-F.indd 75

75

LA JUSTIFICATION

19-02-04 9:14 AM


Ressource de la langue

La subordonnée complément de phrase exprimant la cause, la conséquence et la comparaison

b

h

a

3

laclasse.grandducenligne.com

Elle est introduite par un subordonnant.

Caractéristiques Elle établit un rapport de cause, de conséquence ou de comparaison.

Valeur Cause

Mode du verbe de la subordonnée

Subordonnants

Subordonnée complète

Subordonnée réduite

Indicatif

Puisque, parce que, vu que, étant donné que, sous prétexte que, etc.

Étant donné que le film La chute de Sparte est inspiré du roman du même nom, la comparaison est inévitable.

Le film La chute de Sparte s’inspirant du roman du même nom, la comparaison est inévitable.

Conséquence Indicatif

À tel point que, au point que, de sorte que, de telle façon que, si bien que, etc.

La trame sonore colle au film, si bien qu’elle fait ainsi partie de l’histoire.

La trame sonore colle au film, faisant ainsi partie de l’histoire.

Comme, ainsi que, plus que, moins que, autant que, tel que, autant que, de même que, etc.

Steeve Simard nous offre des réflexions cinglantes dans le film autant qu’il le fait dans le roman.

Subjonctif (pour que)

Comparaison Indicatif

Comment réduire une subordonnée à valeur de cause ou de conséquence ? En la transformant en GVpart : • Si le sujet de la subordonnée est le même que celui de la phrase enchâssante, on peut alors l’effacer une fois. Sinon, on garde les deux sujets. • On enlève le subordonnant. • Le même verbe peut être utilisé au participe présent.

© Éditions Grand Duc

4697_02-Justification-F.indd 76

76

LA JUSTIFICATION

19-02-04 9:14 AM


Grammaire en contexte 1 Dans les phrases suivantes tirées du texte des pages 70 et 71 : •• soulignez les subordonnées compléments de phrases ; •• surlignez le subordonnant qui les introduit ; •• indiquez la valeur qu’elles expriment (la cause, la conséquence ou la comparaison). a) La cité-État grecque de Sparte, au Péloponnèse, était reconnue puisque ses soldats étaient efficaces, disciplinés et dévoués à leur cité.

b) On aime d’abord cette histoire parce qu’elle est vraisemblable.

c) Pourtant, cette œuvre ne tombe pas dans les clichés comme plusieurs films américains ont tendance à le faire.

d) En fait, Steeve Simard n’a rien d’un héros au point qu’il est touchant de vérité.

e) Des amis, le cynique Steeve en manque cruellement de sorte qu’il ne peut compter que sur Virgile.

2 Pour chacune des phrases suivantes, choisissez le subordonnant approprié selon la valeur entre parenthèses. sous prétexte que  autant que  puisque  au point que  comme a) Les référents culturels sont nombreux

’on

s’y perd. (Conséquence) b)

le public adolescent se reconnaît dans des personnages de son âge, La chute de Sparte plaira aux jeunes. (Cause)

c) On y trouve de nombreux référents culturels, on en trouve dans le roman. (Comparaison)

© Éditions Grand Duc

4697_02-Justification-F.indd 77

77

LA JUSTIFICATION

19-02-04 9:14 AM


d) Le rythme du film est soutenu

sa trame sonore est

originale et efficace. (Cause) e) Le cynisme de Steeve est mordant dans le film

il l’est

dans le roman. (Comparaison)

3 Dans les phrases suivantes, indiquez si la P2 exprime une valeur de cause ou de conséquence. Insérez ensuite la P2 dans la P1 pour former une phrase complexe qui contient une subordonnée de cause ou de conséquence. a) P1 : C’est un excellent film. P2 : Le propos est réaliste.

Valeur exprimée par la subordonnée :

b) P1 : La distribution comprend beaucoup de jeunes acteurs. P2 : On découvre de nouveaux talents.

Valeur exprimée par la subordonnée :

c) P1 : Steeve a humilié un des joueurs des Spartiates. P2 : Il se retrouve complètement isolé.

Valeur exprimée par la subordonnée :

d) P1 : Le public cible ne comprendra pas toutes les subtilités du film. P2 : Il ne connaît pas bien la mythologie.

Valeur exprimée par la subordonnée :

© Éditions Grand Duc

4697_02-Justification-F.indd 78

78

LA JUSTIFICATION

19-02-04 9:14 AM


Situation d’écriture Critique d’un film

Voir un film est une activité très populaire. Pourtant, rares sont les jeunes qui voient des films différents, c’est-à-dire des documentaires, des films étrangers ou canadiens. Pour remédier à cette situation, vous devrez rédiger une critique d’environ 400 mots sur des films qui gagnent à être vus. Vous devez choisir un film peu connu. Les documentaires sont acceptés. Vous pouvez choisir un film québécois, européen ou étranger qui est généralement inconnu des autres élèves de votre classe. S’il s’agit d’un film américain, il doit s’agir d’un film à petit budget, qui ne met pas nécessairement en scène des acteurs connus. Structure de la critique Un titre évocateur qui donne le point de vue de l’auteur. Une introduction contenant un court résumé du film.

Pour connaître les critères d’évaluation d’une situation d’écriture, référez-vous aux pages 277 et 278.

Un développement utilisant la justification, basé sur des critères choisis parmi les suivants : •• la présentation visuelle (les décors, les costumes) ; •• le scénario (l’histoire) ; •• le rythme du récit ; •• le jeu des acteurs ; •• les personnages ; •• le thème.

Une conclusion rappelant votre appréciation globale du film et des recommandations pour les cinéphiles qui voudraient le voir. Au moment de rédiger votre critique, assurez-vous de respecter les consignes suivantes. Utilisez des indices qui révèlent votre point de vue subjectif (p. 57). Liez vos idées entre elles dans les paragraphes en utilisant des marqueurs de relation (p. 68). Établissez des rapports de cause, de conséquence ou de comparaison à l’aide de subordonnées compléments de phrase (p. 76).

JE RETIENS DONC... Lorsque j’écris un texte dans lequel on me demande de justifier mon  , je dois

l’événement ou l’œuvre que

je critiquerai, puis justifier mes propos à l’aide des et en ayant recours aux phrases

ou

afin de favoriser la cohérence de mon texte.

© Éditions Grand Duc

4697_02-Justification-F.indd 79

79

LA JUSTIFICATION

19-02-04 9:14 AM


Suggestions de lecture Les livres derrière certains films de ce chapitre Player one

La chute de Sparte

Ernest Cline, Éditions Michel Lafon, 2013, 407 p.

Biz, Leméac, 2011, 164 p.

Le crime de l’Orient-Express Agatha Christie, Le livre de Poche, 2017, 217 p.

Des titres qui pourraient vous intéresser Mary Si je reste Travers Bolduc : la turluteuse Gayle Forman, Pocket, 2010, du p.peuple 186

Hergé Dix petits nègres

Christine Dufour, Éditions XYZ, Concerto 2001, 192 p. à la mémoire

Pierre Assouline, Plon, 1996, Agatha Raisin 463 p.

d’un ange Suivre la parade Éric-Emmanuel Schmidt,

Le Livre de Houde, Poche, 2011, 224 p. Louis-José Groupe Phaneuf, 2010, 202 p.

enquête. La quiche fatale : la vengeance est un plat qui se mange chaud…

Agatha Christie, le chapitre disparu

M.C. Beaton, Albin Michel, 2016, 324 p.

Brigitte Kernel, J’ai lu, 2017, 288 p.

Sophie Hénaff, Le livre de poche, 2016, 336 p.

© Éditions Grand Duc

4697_02-Justification-F.indd 80

Agatha Christie, Le livre de poche, 2009, 222 p.

Poulets grillés

80

LA JUSTIFICATION

19-02-04 9:14 AM


L’argumentation

Le texte d’opinion argumentée utilisant l’explication argumentative Messages mortels « Un nouvel humain est né » : le branché Finis ton assiette !

p. 86 p. 92 p. 97

Le texte d’opinion argumentée utilisant la réfutation Cellulaire : la patience et nos enfants Les bobos Pour en finir avec les « chevals »

4697_02-Argumentation-F.indd 81

p. 108 p. 116 p. 123

19-02-04 9:34 AM


Les éléments en couleur sont particulièrement importants cette année.

L’argumentation La situation de communication Énonciateur

Texte

Destinataire

•• Lorsqu’il écrit un texte argumentatif, l’énoncia­ teur démontre sa connais­ sance du sujet et il laisse percevoir ses valeurs. •• Son intention peut être : – d’agir sur les opinions, les croyances, les valeurs du destinataire ; – d’inciter à agir. •• Son point de vue est subjectif.

•• L’énonciateur et le destinataire doivent tenir compte : – du contexte de production : la date à laquelle le texte a été écrit, le lieu où il a été écrit, le support utilisé (journal, revue, site Internet…) ; – du contexte histo­rique ou socioculturel de la controverse. •• Les sources doivent être crédibles.

•• Lorsqu’il lit un texte argumentatif, le desti­ nataire approfondit sa connais­sance du sujet, développe son intérêt pour le sujet et déter­ mine ses valeurs. •• Son intention peut être : – de connaître divers arguments et thèses sur un sujet ; – de se construire une opinion sur un sujet controversé.

La présence de l’énonciateur est indiquée par des marques énonciatives.

La cohérence et l’organisation du texte Moyens pour assurer la cohérence du texte

Moyens pour organiser le texte

© Éditions Grand Duc

4697_02-Argumentation-F.indd 82

•• Reprise de l’information •• Harmonisation des temps verbaux •• Non-contradiction entre la thèse et les arguments •• Titre et intertitres •• Paragraphes •• Organisateurs textuels •• Mise en page (alinéas, disposition, espaces, numérotation) •• Indications typographiques (capitales, gras, italique)

82

ARGUMENTATION

19-02-04 9:34 AM


L’organisation d’un texte argumentatif Introduction •• Sujet amené : On amène le sujet à l’aide de questions et d’opinions qui entourent la controverse ou de séquences descriptive, explicative ou justificative. •• Sujet posé : On pose le sujet tel quel. •• Sujet divisé : On divise le texte en aspects. Développement •• On utilise la stratégie basée sur l’explication argumentative : on insère chaque argument dans une chaîne d’énoncés causaux ayant l’apparence de l’objectivité.

Ressources de l’explication argumentative

•• Procédés explicatifs •• Lexique propre à l’explication •• Phrases subordonnées de cause, de conséquence ou de comparaison •• Phrases subordonnées corrélatives de comparaison ou de conséquence

•• On utilise la stratégie argumentative basée sur la réfutation : – Réfutation des contre-arguments, puis de la thèse exposée et des arguments qui l’étayent – Présentation des arguments en faveur de la thèse, suivis de la contre-thèse, puis de la réfutation des contre-arguments

Arguments et contre-arguments

Ressources de la réfutation

•• Ils doivent être basés sur les expériences personnelles, les faits vérifiables (notamment grâce aux citations de spécialistes) et les valeurs. •• Ils doivent être insérés au moyen de séquences justificatives et de discours rapportés dont les sources sont toujours citées avec précision. •• Procédés de réfutation •• Lexique de la négation •• Marqueurs de relation d’opposition et d’hypothèse •• Phrases subordonnées d’opposition et d’hypothèse

Conclusion Synthèse •• On constate l’irrecevabilité de la thèse réfutée et l’intérêt de la thèse défendue. •• On formule la thèse dans le cas de l’explication argumentative. Ouverture (facultatif) : On ouvre sur un nouveau questionnement, on offre une autre perspective ou on nuance légèrement les propos.

© Éditions Grand Duc

4697_02-Argumentation-F.indd 83

83

L’ARGUMENTATION

19-02-04 9:34 AM


Le texte d’opinion argumentée utilisant l’explication argumentative Qu’est-ce que c’est ? Ce type de texte utilise l’explication argumentative (les procédés explicatifs) pour faire comprendre le sujet avec l’intention d’influencer ou de convaincre son destinataire. Qui l’écrit et pourquoi ? Le public (dans des lettres ouvertes), les journalistes éditorialistes et les chroniqueurs, dans le but d’influencer

Exemple de texte d’opinion argumentée utilisant l’explication argumentative

Introduction Sujet amené Sujet posé : annonce de la thèse 1 Premier argument : fait vérifiable avec indication de sources crédibles

Développement

ou de convaincre les destinataires de la validité d’une thèse (opinion défendue à l’aide d’arguments). Qui le lit et pourquoi ? Le public le lit pour s’informer, mais aussi pour forger sa propre opinion sur un sujet. Où le trouve-t-on ? On le trouve principalement dans les journaux, les revues et Internet.

L’âge charnière Accidents de la route, décrochage scolaire, sédentarité, on ne s’est jamais autant inquiété de « nos » jeunes. Sauf qu’on devrait aussi s’intéresser à ceux des pays moins favorisés. Les problèmes qui les accablent menacent le développement de ces régions.

1

[Si le sort des enfants s’est beaucoup amélioré, leurs aînés n’ont

5

pas la même chance. Alors que la mortalité infantile a reculé de plus de 80 % en 50 ans, celle des adolescents a diminué de façon négligeable, montre une étude de 50 pays citée par The Lancet cette semaine. La revue médicale britannique et l’UNICEF ont uni leurs voix en faveur des jeunes de 10 à 19 ans, qui se trouvent à une période charnière de leur existence.1]

10

[Ces 10-19 ans, que l’UNICEF considère comme des adolescents, Deuxième argument : fait vérifiable

2

© Éditions Grand Duc

4697_02-Argumentation-F.indd 84

sont actuellement 1,2 milliard sur la planète. Neuf sur dix vivent dans un pays en développement. Et les épreuves qui les guettent n’ont aucune commune mesure avec celles que doivent affronter des jeunes des pays industrialisés.2] 84

15

L’ARGUMENTATION

19-02-04 9:34 AM


[La situation des filles est particulièrement consternante. Chez les 20

15-19 ans, près d’une sur quatre est mariée ou en couple (excluant la Chine). Ces unions pas toujours consenties entraînent souvent un abandon des études et des grossesses précoces. C’est ainsi que dans les pays les moins développés, 34 % des femmes de 15 à 24 ans sont analphabètes (contre 25 % des hommes) et que la principale cause de décès chez les jeunes Africaines est la maternité.3]

[Dans plusieurs pays, dont la Gambie, la Sierra Leone et le 25

30

­ angladesh, une proportion importante des adolescentes sont B unies à des hommes au moins 10 ans plus vieux qu’elles. Un contexte qui les rend vulnérables à tous points de vue – y compris au VIH dans les régions où le virus est très répandu. En Afrique subsaharienne, beaucoup plus d’adolescentes (63 %) que d’adolescents (37 %) sont infectées.4]

[Les garçons ont aussi leurs difficultés propres. Ils sont plus fréquemment victimes de violence et beaucoup plus souvent victimes d’homicide.5] 35

40

45

Ces statistiques atterrantes sont lourdes de conséquences pour cette génération comme pour les suivantes. Ces ados sont mal partis pour améliorer leur sort et celui de leurs enfants. Les progrès réalisés auprès des plus jeunes risquent d’être réduits à néant si on se désintéresse d’eux en vieillissant. Les jeunes des pays développés ne doivent pas non plus être ignorés. Au moins 70 % des décès prématurés chez les adultes sont liés à des comportements acquis ou renforcés durant l’adolescence, note The Lancet. Le tabagisme, la consommation d’alcool et de drogues, les relations sexuelles non protégées, l’alimentation, l’activité physique, le comportement au volant sont autant de facteurs qui peuvent avoir des conséquences déterminantes sur la suite d’une vie. Et les effets limités (dans les meilleurs des cas) des campagnes de prévention montrent à quel point il reste du travail à faire dans ce domaine.

Troisième argument

3

Développement (suite)

Quatrième argument

4

Cinquième argument

5

Synthèse : rappel de la thèse et des arguments

Conclusion

Ouverture

Ariane Krol, « L’âge charnière », La Presse, 27 avril 2012 [En ligne].

© Éditions Grand Duc

4697_02-Argumentation-F.indd 85

85

L’ARGUMENTATION

19-02-04 9:34 AM


Stratégie de lecture Je me rappelle ce que j’ai lu et les points importants.

Les forfaits pour télé­phones cellulaires qui offrent des textos illimités sont très popu­laires, et nom­breuses sont les personnes qui « textent » en conduisant, même si l’utilisation du cellulaire au volant est illégale.

1 À l’aide d’un trait, séparez l’introduction du développement. 2 Dans l’introduction, surlignez le sujet posé, c’est-à-dire le sujet de la controverse. 3 Surlignez d’une autre couleur le passage qui indique la thèse de l’auteur.

Intention de lecture Identifier le sujet de la controverse et la thèse défendue dans le texte.

Messages mortels Les textos et la conduite automobile ne font pas bon ménage. [Des] automobilistes [trouvent la mort chaque année] sur les routes du Québec alors qu’ils [envoient] des messages textes au moment de l’accident qui leur [sera] fatal. Dans certains cas, le conducteur avait aussi consommé de l’alcool avant l’accident, selon les rapports obtenus du Bureau du coroner. Le Soleil fait un retour sur ces tragédies, alors qu’un jeune homme, Mathieu Fortin, a publié sur Facebook l’échange de messages textes qu’il a eu avec son amoureuse, Emy Brochu, quelques instants avant qu’elle ne soit impliquée dans un accident qui lui a coûté la vie, en janvier dernier. Il veut ainsi sensibiliser les gens aux dangers du cellulaire au volant.

4697_02-Argumentation-F.indd 86

5

10

Pas que des jeunes

Le premier cas nous rappelle que cette habitude des textos sur la route n’est pas seulement une affaire de jeunes. [Rappelonsnous cette histoire :] François Couture, 49 ans, se dirige vers l’ouest sur la route 112, à Saint-Paul-d’Abbotsford, près de Granby, quand Définitions il dévie dans l’autre voie, pour ensuite heurter de plein fouet un coroner : personne qui autobus qui vient en sens inverse. L’automobiliste est mort sur le enquête sur des décès coup, vers 19 h. violents et fait ensuite des recommandations Quelques instants auparavant, un premier automobiliste l’avait pour la sécurité évité de justesse, alors qu’il s’était aussi retrouvé en sens inverse. publique, s’il y a lieu. « Il [l’automobiliste qui a évité M. Couture avant l’accident] a noté rapport toxicologique : à ce moment que M. Couture conduisait à haute vitesse avec résultat d’examens seulement la main gauche qui tenait le volant et qu’il semblait sanguins permettant de révéler la présence être penché vers la droite », écrit la coroner Sylvie Dragon. d’alcool ou d’autres Le relevé d’utilisation du téléphone cellulaire de M. Couture a substances. révélé qu’il avait envoyé et reçu un texto tout juste avant l’impact. Les rapports toxicologiques ont démontré qu’au moment de l’accident, le conducteur présentait un degré d’alcoolémie égal à ce que le Code criminel permet pour la conduite automobile.

© Éditions Grand Duc

1

86

15

20

25

30

L’ARGUMENTATION

19-02-04 9:34 AM


« L’envoi de textos au volant peut se transformer en cauchemar. »

Alcool et textos, un mélange fatal 35

Le mélange alcool-textos aura aussi été fatal à Pierre-Luc Morin, 20 ans, quand il a effectué une sortie de route sur le boulevard Pontbriand, à Rawdon, le 11 août, peu après minuit. Le jeune homme a perdu la maîtrise de son véhicule dans une courbe, pour ensuite faire plusieurs tonneaux. Son décès a été constaté près de deux heures plus tard, à l’hôpital.

4 Dans tout le texte, encerclez le nom des personnes qui sont décédées d’un accident de la route, puis soulignez le ou les facteurs qui en sont la cause. 5 Surlignez le nom des trois personnes citées dans cet article. 6 Surlignez d’une autre couleur les moyens proposés par Mme RudelTessier pour rejoindre les jeunes dans les campagnes de sensibilisation.

40

« L’analyse du contenu de son téléphone cellulaire […] permet de croire que Pierre-Luc Morin était occupé à envoyer un texto au moment où s’est produite sa sortie de route », écrit la coroner Catherine Rudel-Tessier. « Il avait consommé, plus tôt dans la soirée, quelques bières avec des amis. »

45

Le 29 novembre, vers 18 h, Jessy Bédard se dirige à l’aéroport civil de Bagotville pour y travailler. Un témoin aperçoit le véhicule du jeune homme de 18 ans se retrouver à deux reprises en sens inverse, avant le face-à-face qui lui a fauché la vie, sur la route 170, au Saguenay. Quand les policiers ont fouillé la voiture de la victime, ils ont trouvé sur le sol le BlackBerry de Jessy Bédard, qui Définition était en mode texte. « Nous pouvons affirmer sans l’ombre d’un marteler : répéter avec force. doute que lors de l’accident, M. Jessy Bédard était en train de texter », écrit le coroner Michel Miron.

50

Commencer le plus tôt possible 55

60

65

La coroner Catherine Rudel-Tessier affirme que la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) doit continuer à ­marteler le message chez les jeunes que l’envoi de textos au volant peut se transformer en cauchemar. Mme Rudel-Tessier a signé deux rapports qui démontrent le lien entre la mort de deux automo­ bilistes et le fait de texter au volant. Ces accidents sont survenus il y a moins de deux ans. « Que ce soit sur Internet, par la publicité et dans les cours de conduite, il faut commencer le plus tôt possible à répéter aux jeunes que cette pratique peut être très dangereuse, explique Mme Rudel-Tessier. On aimerait bien que les policiers fassent plus d’opérations de surveillance de ce phénomène, mais il faut le reconnaître, c’est très difficile pour les agents de prendre les fautifs en flagrant délit. »

© Éditions Grand Duc

4697_02-Argumentation-F.indd 87

87

L’ARGUMENTATION

19-02-04 9:34 AM


Pour en savoir plus Site Internet de la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) [En ligne].

7 Tracez un trait à l’endroit où débute la conclusion.

Pas de peur « Et surtout, les jeunes n’ont pas peur de se faire prendre, ajoutet-elle. Quand on le voit que des gens faisaient du texting au volant, c’est qu’ils sont morts dans un accident ! » Une étude réalisée […] pour le compte de la SAAQ donne d’ailleurs raison à Mme Rudel-Tessier. Ce sondage réalisé sur I­ nternet par la firme Léger Marketing démontre que 57 % des répondants ne craignent pas de recevoir une contravention pour une utilisation illégale du cellulaire au volant. Malgré tout, une campagne de sensibilisation touchant les dangers des textos au volant, qui a été diffusée par la SAAQ [pendant deux mois] sur Internet et dans différents médias, a eu un effet sur son auditoire. Parmi les 1151 personnes qui ont répondu à ce sondage […], la presque totalité estimait que texter au volant est très dangereux. Ce coup de sonde avait été effectué afin d’évaluer l’effet de la campagne publicitaire […], qui démontrait aussi les dangers de parler au cellulaire et de conduire au même moment.

70

75

80

85

Ce sondage a par contre mis en lumière que les 20-24 ans et les 25-34 ans ne croient pas qu’il est très dangereux de conduire et de parler au téléphone en même temps, dans une proportion de 38 % et de 27 %, respectivement. Matthieu Boivin, « Messages mortels », Le Soleil, 24 mars 2012 [En ligne]. Adapté par Cynthia Bureau.

La loi québécoise interdit toute utilisation de cellulaire au volant, que ce soit pour l’envoi de textos ou la sélection d’une liste de chansons. Des sanctions sont alors émises en cas de récidive, de la simple amende à la suspension du permis de conduire.

© Éditions Grand Duc

4697_02-Argumentation-F.indd 88

88

L’ARGUMENTATION

19-02-04 9:34 AM


Questions sur le texte

Les questions d’interprétation sont identifiées comme ceci :

Compréhension et interprétation 1 Quelle est la thèse défendue par l’auteur de cet article ?

2 L’envoi de textos au volant est-il le seul facteur qui a causé les accidents mortels d’Emy Brochu, de François Couture, de Pierre-Luc Morin et de Jessy Bédard ? Expliquez votre réponse.

3 Selon l’article, est-il vrai d’affirmer que plus on est jeune, moins on prend au sérieux les dangers de texter au volant ? Appuyez votre réponse à l’aide d’un extrait du texte.

4 Quelle est la recommandation de la coroner Catherine Rudel-Tessier concernant les jeunes qui textent au volant ?

5 D’après vous, pourquoi Mathieu Fortin veut-il conscientiser les gens aux dangers de texter au volant depuis le décès de son amoureuse, Emy Brochu ? Expliquez votre réponse.

© Éditions Grand Duc

4697_02-Argumentation-F.indd 89

89

L’ARGUMENTATION

19-02-04 9:34 AM


Réaction 6 Pour prévenir les accidents causés par les textos au volant, trois moyens sont proposés dans le texte : la prévention dans les cours de conduite, la publicité et la sensibilisation par l’entremise d’un cas vécu. Lequel de ces moyens vous semble le plus efficace ? Expliquez votre réponse en vous basant sur votre expérience personelle.

Jugement critique 7 À votre avis, ce texte est-il crédible ? Fait-il référence à des expériences ou à des faits qui sont vérifiables ? Justifiez votre point de vue à l’aide de deux éléments du texte.

© Éditions Grand Duc

4697_02-Argumentation-F.indd 90

90

L’ARGUMENTATION

19-02-04 9:34 AM


Grammaire du texte 8 « Il [l’automobiliste qui a évité M. Couture avant l’accident] a noté à ce moment que M. Couture conduisait à haute vitesse […]. » Diriez-vous que cette phrase est neutre ou subjective ? Expliquez votre réponse.

9 Quel procédé explicatif est le plus utilisé dans ce texte ? Cochez votre réponse.   La définition 

  L’exemple 

  La comparaison 

  La reformulation

Grammaire en contexte Voir la notion 46, p. 272.

Qu’indiquent les crochets dans la phrase suivante : « [Des] automobilistes [trouvent la mort chaque année] sur les routes du Québec alors qu’ils [envoient] des messages textes au moment de l’accident qui [sera] fatal » ?

À la ligne 24, pourquoi a-t-on ajouté de l’information entre crochets ?

À quelques reprises, on voit qu’une partie du texte a été remplacée par ceci : […]. Pourquoi a-t-on utilisé des points de suspension encadrés de crochets ?

© Éditions Grand Duc

4697_02-Argumentation-F.indd 91

91

L’ARGUMENTATION

19-02-04 9:34 AM


Stratégie de lecture Je fais des liens avec ce que je sais déjà sur le sujet.

Internet, cellulaire, tablette électronique : nous utilisons tous les nouvelles technologies, mais sommes-nous vraiment au courant des implications de celles-ci ?

1 À l’aide de traits, séparez les trois parties du texte : l’introduction, le développement et la conclusion. 2 Dans l’introduction, soulignez le sujet posé, c’està-dire le sujet de la controverse. 3 Encadrez le passage indiquant la thèse de l’auteur. 4 Dans chaque paragraphe du développement (sauf dans le premier), surlignez un groupe de mots qui résume un avantage ou un inconvénient au fait d’être branchés.

Définitions personnalisation : action de donner un caractère personnel à quelque chose. gratification : satisfaction. accoutumance : dépendance.

© Éditions Grand Duc

4697_02-Argumentation-F.indd 92

Intention de lecture Identifier les arguments et les moyens utilisés pour les insérer.

« Un nouvel humain est né » : le branché La majorité des Québécois ont accès à un ordinateur et à un branchement Internet, la moitié possèdent un ordinateur portable et le quart, un téléphone intelligent. Nous sommes branchés de plus en plus longtemps et les nouvelles technologies sont en train de bouleverser notre façon de vivre, de penser, de communiquer. La question n’est plus de savoir ce que peuvent accomplir tous ces nouveaux appareils, mais plutôt de nous demander : que pouvons-nous faire grâce à eux ? Sans que nous nous en apercevions, un nouvel humain est né pendant un intervalle bref, celui qui nous sépare des années soixante-dix. Il ou elle n’a plus le même corps, la même espérance de vie, ne communique plus de la même façon, ne perçoit plus le même monde, ne vit plus dans la même nature, n’habite plus le même espace. […]

1

5

10

Pour André Mondoux, professeur à l’École des médias de l’UQAM, on assiste actuellement à une personnalisation de la quête identitaire en lien avec les nouvelles technologies. « Les nouvelles technologies permettent de définir notre identité, de nous construire, de marquer nos choix constamment, observe-t-il. […] »

15

Cet accès immédiat et presque constant à la technologie – sorte de cordon ombilical électronique – a pour conséquence une ­gratification instantanée des utilisateurs, poursuit André Mondoux, qui est également membre du Groupe de recherche interdisciplinaire sur la communication, l’information et la société (GRICIS) de l’UQAM. « Je peux le dire (mon opinion) et je peux l’avoir tout de suite (le bien de consommation) alors pourquoi pas ? […] »

20

C’est vrai, le tableau de nos comportements associés aux nouvelles technologies n’est pas toujours rose. Une étude récente, réalisée en Chine, conclut que l’accoutumance à Internet est comparable à la dépendance à la cocaïne. Une autre étude, commandée par le ministère de la Santé en Allemagne, révèle que plus d’un demimillion d’Allemands seraient dépendants à Internet. Faut-il se surprendre ? […]

92

25

30

L’ARGUMENTATION

19-02-04 9:34 AM


Pour en savoir plus Hervé Fischer et autres, Les défis du cybermonde, Les Presses de l’Université Laval, 2003.

Une société à imaginer 35

40

45

50

5 Dans tout le texte,

Tout n’est pas sombre pour autant. […] Bruno Guglielminetti, soulignez les différentes sources mendirecteur du groupe Communications numériques et information tionnées. stratégique chez National, voit se dessiner une nouvelle génération 6 Encadrez la noude citoyens de plus en plus informés et engagés dans la vie active. velle perspective « Les baby-boomers arrivent à l’âge de la retraite. Ceux qui décident abordée dans la conclusion. de faire le saut et d’adopter les nouvelles technologies vont prendre une place plus active. […] Les nouveaux outils technoloDéfinitions giques facilitent la prise de parole. » On compte déjà 3,7 millions de Québécois sur Facebook et l’évo- baby-boomer : personne née durant lution de la technologie n’annonce pas une diminution de la le baby-boom popularité des réseaux sociaux, au contraire. « Ils seront bientôt de l’après-guerre intégrés dans nos voitures, et notre frigo sera branché sur Inter- (1945-1964). net », note M. Guglielminetti qui revient de la conférence Consumer cibler : chercher à faire correspondre Electronic Show, à Las Vegas. un produit à une Les entreprises ont bien compris. « À Montréal, lance André clientèle. ­Mondoux, la compagnie Needium monitore vos propos sur Twitter paradigme : modèle et vous envoie une publicité ciblée suite à ce que vous avez dit. Si de pensée. vous dites : “J’ai froid”, on vous enverra une publicité de tuque. […]  »

55

60

C’est inévitable, l’évolution des nouvelles technologies pose la question de la multiplication et la circulation des renseignements personnels. Chaque jour, nous produisons une quantité hallucinante de données, nous laissons une trace. Dans ce contexte, pouvons-nous encore prétendre à une vie privée « vraiment » privée ? […] Nous « savons » que Facebook possède toutes ces données sur nous, ils nous l’ont admis. Maintenant il s’agit de savoir, et de surveiller, ce qu’ils vont faire de ces informations. C’est assez fondamental comme changement de paradigme. Reste à voir si cette surveillance se fait dans des conditions si sécuritaires que cela. […] Nathalie Collard, « “Un nouvel humain est né” : le branché », La Presse, 24 janvier 2012 [En ligne].

© Éditions Grand Duc

4697_02-Argumentation-F.indd 93

93

L’ARGUMENTATION

19-02-04 9:34 AM


Questions sur le texte

Les questions d’interprétation sont identifiées comme ceci :

Compréhension et interprétation 1 Qu’est-ce qui a fait en sorte qu’un nouvel être humain, le branché, est né ?

2 À l’aide des avantages et des inconvénients que vous avez surlignés dans le texte, dressez la liste des arguments et des contre-arguments en lien avec la thèse de l’auteure. Arguments

Contre-arguments

3 Selon ce texte, quel groupe de personnes profite le plus de l’avènement des nouvelles technologies ? Justifiez votre réponse.

4 Résumez le questionnement de l’auteure dans sa conclusion.

© Éditions Grand Duc

4697_02-Argumentation-F.indd 94

94

L’ARGUMENTATION

19-02-04 9:34 AM


Réaction 5 Trouvez-vous cela moral que les entreprises se saisissent de nos données personnelles sur Internet afin de mousser les ventes de leurs produits ? Expliquez votre réponse.

Jugement critique 6 Peut-on dire que l’auteure utilise des sources de qualité ? Justifiez votre point de vue à l’aide d’éléments du texte.

© Éditions Grand Duc

4697_02-Argumentation-F.indd 95

95

L’ARGUMENTATION

19-02-04 9:34 AM


Grammaire du texte 7 À votre avis, quel est l’objectif de l’auteure de cet article : nous informer sur un phénomène ou nous convaincre de la pertinence de son point de vue ? Expliquez votre réponse.

8 Quel est le procédé textuel privilégié par l’auteure pour présenter ses arguments ? Cochez votre réponse.   Les séquences justificatives  

  Les discours rapportés

9 Quels sont les deux procédés explicatifs utilisés dans l’extrait suivant ? Cet accès immédiat et presque constant à la technologie — sorte de cordon ombilical électronique — a pour conséquence une gratification instantanée des utilisateurs, poursuit André Mondoux, qui est également membre du Groupe de recherche interdisciplinaire sur la communication, l’information et la société (GRICIS) de l’UQAM.

Grammaire en contexte Voir la notion 9, p. 254.

Expliquez l’accord des mots soulignés dans ces extraits du texte Finis ton assiette ! Référez-vous aux règles d’accord dans le GN. a) […] le tableau de nos comportements associés aux nouvelles technologies n’est pas toujours rose.

b) […] une nouvelle génération de citoyens de plus en plus informés et engagés dans la vie active.

© Éditions Grand Duc

4697_02-Argumentation-F.indd 96

96

L’ARGUMENTATION

19-02-04 9:34 AM


Intention de lecture Identifier les procédés explicatifs utilisés dans le texte pour développer l’explication argumentative.

Finis ton assiette ! 1

5

10

15

20

Les effets du gaspillage alimentaire S’il y a un principe moral relatif à l’alimentation qui fait unanimité, c’est bien celui-ci : le gaspillage, c’est mal. Nos mamans nous disaient de finir nos assiettes et c’est toujours avec un peu de honte qu’on balance au panier une salade oubliée qui macère dans le fond du frigo. Pourtant, la question des effets du gaspillage alimentaire a été assez peu analysée et étudiée. Ce n’est qu’au cours des dernières années qu’on a publié les premières études sérieuses sur le sujet, avec des chiffres qui ont de quoi réveiller les brocolis fanés : dans les pays riches comme les États-Unis, l’Angleterre et le Canada, 50 % des aliments produits seraient gaspillés. Si on gaspille autant de nourriture, c’est qu’on en produit plus que nécessaire. Statistique Canada estime que depuis 1976, le nombre de calories disponibles pour chaque Canadien a augmenté de 9 % à 3384 (alors que les besoins sont d’environ 2000 calories/ jour chez les adultes). Les producteurs de tomates jettent celles qui n’ont pas la forme parfaite exigée par les épiceries, les transformateurs produisent en trop de peur de ne pas pouvoir satisfaire les commandes de dernière minute, les épiceries (surtout les plus petites) ont du mal à estimer la demande et doivent se débarrasser d’aliments périmés ou fanés.

Impact écologique 25

30

L’impact écologique d’un tel gaspillage est stupéfiant. Selon ­Tristam Stuart, auteur de Waste, 10 % des émissions de GES des pays industrialisés est imputable à la production d’aliments qui ne seront pas consommés. On peut aller plus loin et calculer que l’eau gaspillée pour produire de la nourriture qui ne sera pas consommée serait suffisante pour combler les besoins de 9 milliards de personnes (200 litres par jour par personne), la population qu’aura la planète en 2050.

© Éditions Grand Duc

4697_02-Argumentation-F.indd 97

97

Stratégie de lecture Je survole le texte pour faire des prédictions sur son contenu.

Quelle quantité d’aliments votre famille peut-elle jeter dans une semaine et pour quelles raisons le fait-elle ? Êtes-vous au courant des effets de ce gaspillage alimentaire ?

1 Encerclez le sujet du texte. 2 À l’aide d’un trait, séparez l’introduction et le développement. 3 Encadrez la principale raison du gaspillage de nourriture. 4 Pour chaque intertitre du développement, surlignez le passage qui résume l’argument de l’auteure.

Définitions macérer : tremper dans un liquide. périmé : qui est désuet, qui n’est plus propre à la consommation. GES : gaz à effet de serre. imputable : attribuable à quelqu’un ou à quelque chose.

L’ARGUMENTATION

19-02-04 9:34 AM


De la même auteure Élise Desaulniers, Je mange avec ma tête : Les conséquences de nos choix alimentaires, Stanké, 2011.

5 À l’aide d’un trait, indiquez l’endroit où débute la conclusion. 6 Dans l’avant-­ dernier paragraphe, Élise Desaulniers nuance ses propos. Encadrez le passage du texte qui nous le montre. 7 Soulignez la phase de questionnement qui correspond à l’ouverture.

Définitions inflation : hausse générale et continue des prix. demande : quantité d’un bien ou d’un service que les gens sont prêts à acheter à un prix donné. biocarburant : carburant produit à partir de matières végétales.

Conséquences humaines Les conséquences environnementales du gaspillage sont évidentes, celles sur la sous-alimentation le sont moins. Or, la surconsommation aurait pour effet de réduire la quantité de grains disponible et créerait de l’inflation, rendant l’accès à la nourriture plus difficile pour les plus pauvres. Puisque toute la nourriture est transigée sur les mêmes marchés mondiaux, surconsommer dans les pays riches peut vraiment vouloir dire enlever de la nourriture aux plus démunis. Tristam Stuart explique dans Waste que lorsque les pays riches achètent des tonnes de nourriture qui se retrouveront au dépotoir, c’est autant de nourriture qui est retirée du marché et qui n’est pas accessible aux plus pauvres. Une diminution de la demande aiderait à stabiliser les prix et améliorerait les conditions de vie de millions de personnes sous-alimentées. En pratique, cependant, les choses ne sont pas si simples. Les ressources économisées par l’élimination du gaspillage alimentaire en Occident n’iront pas nécessairement aux plus pauvres et ont toutes les chances d’être utilisées pour produire d’autres biens comme des biocarburants ou des textiles. N’empêche que ce n’est pas une raison pour jeter l’argument avec l’eau du bain : il demeure plus facile de mettre fin au gaspillage alimentaire que de modifier son régime ou d’arrêter d’utiliser sa voiture. On peut réduire notre empreinte écologique et aider à nourrir les plus pauvres simplement en utilisant la nourriture qu’on produit plutôt qu’en la jetant. Qu’est-ce qu’on attend ?

35

40

45

50

55

Élise Desaulniers, « Finis ton assiette », Penser avant d’ouvrir la bouche, 1er mai 2010 [En ligne].

Les légumes difformes, dits « moches », prennent souvent le chemin de la poubelle. Cependant, de plus en plus de consommateurs leur accordent une seconde chance : ces légumes sont tout aussi bons que les autres ! Certains entrepreneurs allumés les transforment en jus ou autres aliments préparés. © Éditions Grand Duc

4697_02-Argumentation-F.indd 98

98

L’ARGUMENTATION

19-02-04 9:35 AM


Questions sur le texte

Les questions d’interprétation sont identifiées comme ceci :

Compréhension et interprétation 1 Formulez la thèse implicite de l’auteure dans ce texte.

2 a) Quelle est la principale raison du gaspillage alimentaire ?

b) Selon le texte, quel est le principal impact écologique de ce gaspillage ?

3 Est-il vrai de dire aux enfants qui ne finissent pas leur assiette qu’à cause d’eux, des enfants ne mangent pas à leur faim dans le monde ? Expliquez votre réponse dans vos mots.

4 L’auteure a-t-elle raison de nuancer son propos à la fin de son texte en disant que tout n’est pas si simple ? Expliquez votre réponse.

© Éditions Grand Duc

4697_02-Argumentation-F.indd 99

99

L’ARGUMENTATION

19-02-04 9:35 AM


Réaction 5 Croyez-vous que le gaspillage alimentaire est un problème dont il faut se préoccuper ? Expliquez votre point de vue à l’aide d’éléments du texte.

Jugement critique 6 Diriez-vous que les sources de cet article sont crédibles ? Justifiez votre point de vue à l’aide d’éléments du texte.

Grammaire du texte 7 Quel est le procédé textuel privilégié par l’auteure : les séquences justificatives ou les discours rapportés ?

© Éditions Grand Duc

4697_02-Argumentation-F.indd 100

100

L’ARGUMENTATION

19-02-04 9:35 AM


8 Le contenu du texte fait-il davantage référence à des croyances, à l’expérience, à des faits vérifiables, à des valeurs ou à des vérités scientifiques ? Justifiez votre réponse.

9 Nommez l’indice du point de vue utilisé dans les extraits suivants parmi le vocabulaire connoté, le vocabulaire exprimant la modalité, l’utilisation de figures ou le choix de pronoms (voir Le point de vue subjectif, p. 57). a) Nos mamans nous disaient de finir nos assiettes et c’est toujours avec un peu de honte qu’on balance au panier une salade oubliée qui macère dans le fond du frigo.

b) Les conséquences environnementales du gaspillage sont évidentes, celles sur la sous-alimentation le sont moins.

Quel procédé explicatif (parmi la définition, la reformulation, l’exemple, la citation de spécialistes et la comparaison) est utilisé dans les extraits suivants ? a) Les producteurs de tomates jettent celles qui n’ont pas la forme parfaite exigée par les épiceries, les transformateurs produisent en trop de peur de ne pas pouvoir satisfaire les commandes de dernière minute, les épiceries (surtout les plus petites) ont du mal à estimer la demande et doivent se débarrasser d’aliments périmés ou fanés.

b) Selon Tristam Stuart, auteur de Waste, 10 % des émissions de GES des pays industrialisés est imputable à la production d’aliments qui ne seront pas consommés.

c) […] il demeure plus facile de mettre fin au gaspillage alimentaire que de modifier son régime ou d’arrêter d’utiliser sa voiture.

© Éditions Grand Duc

4697_02-Argumentation-F.indd 101

101

L’ARGUMENTATION

19-02-04 9:35 AM


Jugement critique comparatif a) Lequel des textes d’opinion argumentée utilisant l’explication argumentative avez-vous préféré ? Messages mortels « Un nouvel humain est né » : le branché Finis ton assiette ! b) Pourquoi ? Pour étoffer votre réponse, choisissez deux critères parmi les suivants : le sujet ; les aspects sur lesquels repose l’argumentation ; la qualité de l’information (renseignements clairs, crédibilité des sources, etc.) ;

N’oubliez pas que, pour répondre à ce type de questions, vous devez : - donner votre opinion ; - exprimer le critère sur lequel vous avez basé votre opinion ; - donner un exemple tiré du texte pour appuyer votre opinion. Au besoin, consultez la page 12.

les ressources de l’explication argumentative ; la qualité de l’écriture (choix du vocabulaire, construction des phrases, etc.).

© Éditions Grand Duc

4697_02-Argumentation-F.indd 102

102

L’ARGUMENTATION

19-02-04 9:35 AM


Ressource de la langue

La phrase subordonnée relative complément du nom ou du pronom

g

e

6

f

laclasse.grandducenligne.com

La subordonnée relative est une expansion du nom ou du pronom. Elle permet d’éviter la répétition d’un même GN d’une phrase à l’autre. Elle permet aussi de caractériser les personnages. La subordonnée relative complément du nom s’efface, mais ne se déplace pas. Elle contient un verbe conjugué et commence par un pronom relatif (qui, que, quoi, dont, où, lequel, etc.) ou par une préposition (à, de, pour, par, avec, etc.) suivie d’un pronom relatif. Exemple : L’ami chez qui tu es allé t’a rappelé.

Le choix du pronom relatif et de la préposition le précédant Fonction

Formes

Exemple

Sujet du verbe de la subordonnée relative

qui

Cette femme qui m’a parlé est très belle. (qui remplace cette femme). P1 Cette femme est très belle. P2 Cette femme m’a parlé.

Complément indirect du verbe de la subordonnée relative quand le groupe de mots remplacé commence par à, au ou aux

à qui, auquel, à laquelle, auxquels, auxquelles, à quoi

Le film auquel tu penses était excellent. P1 Le film était excellent. P2 Tu penses à un film.

Complément indirect du verbe de la subordonnée relative quand le groupe de mots remplacé commence par d’, du, de ou des

de qui*, dont, duquel, de laquelle, desquels, desquelles

Nos amis de qui nous nous éloignons ne nous ressemblent plus. P1 Nos amis ne nous ressemblent plus. P2 Nous nous éloignons de nos amis.

* De qui remplace seulement les noms ayant le trait animé.

Complément indirect du dans lequel, pour verbe de la subordonnée lequel, devant lequel, relative quand le groupe de sur quoi mots remplacé commence par dans, pour, devant, sur, etc.

Les personnes sur lesquelles on comptait ne se sont pas présentées. P1 Les personnes ne se sont pas présentées. P2 On comptait sur des personnes.

Complément direct du verbe de la subordonnée relative

On taquine souvent les gens qu’on aime. P1 On taquine souvent les gens. P2 On aime les gens.

que, qu’

La subordonnée relative peut être réduite (ou remplacée) : en effaçant le pronom relatif qui et le verbe être ; Exemple : La femme qui est interviewée a marqué son époque. La femme interviewée a marqué son époque. en effaçant le pronom relatif qui et en remplaçant le GV par un GVpart. Exemple : L’employé qui travaille sur ce dossier est en congé. L’employé travaillant sur ce dossier est en congé. © Éditions Grand Duc

4697_02-Argumentation-F.indd 103

103

L’ARGUMENTATION

19-02-04 9:35 AM


Grammaire en contexte 1 Dans les phrases suivantes tirées du texte Finis ton assiette ! : •• soulignez la subordonnée relative ; •• encadrez le pronom relatif qui l’introduit ; •• faites une flèche vers le nom ou le pronom que la subordonnée complète. a) Nos mamans nous disaient de finir nos assiettes et c’est toujours avec un peu de honte qu’on balance au panier une salade oubliée qui macère dans le fond du frigo. b) On peut aller plus loin et calculer que l’eau gaspillée […] serait suffisante pour combler les besoins de 9 milliards de personnes […], la population qu’aura la planète en 2050. c) Les producteurs de tomates jettent celles qui n’ont pas la forme parfaite exigée par les épiceries […].

2 Décomposez la phrase suivante en P1 et en P2 et soulignez l’antécédent du pronom relatif. Indiquez ensuite la fonction qu’exerce le pronom relatif dans la subordonnée. On peut réduire notre empreinte écologique et aider à nourrir les plus pauvres simplement en ne gaspillant pas la nourriture qu’on produit.

P1 :

P2 :

Fonction du pronom relatif : 3 En enchâssant P2 dans P1, formez une phrase complexe contenant une subordonnée relative. Assurez-vous de choisir un pronom relatif approprié. P1 : On appelle dumpsters diving l’approvisionnement en nourriture. P2 : La nourriture est jetée dans les conteneurs.

© Éditions Grand Duc

4697_02-Argumentation-F.indd 104

104

L’ARGUMENTATION

19-02-04 9:35 AM


Situation d’écriture

Rédaction d’un texte d’opinion argumentée utilisant l’explication argumentative Choisissez un des sujets suivants afin d’écrire un texte d’opinion utilisant l’explication argumentative, et dans lequel vous prendrez position. Les sports ou les activités à risque pour la santé L’importance des habitudes favorisant la santé La place du sport au Québec L’usage des nouvelles technologies chez les jeunes

Pour connaître les critères d’évaluation d’une situation d’écriture, référez-vous aux pages 277 et 278.

Les jeunes et les téléphones cellulaires Rédigez un texte d’environ 400 mots en respectant les consignes suivantes. Choisissez un titre qui annonce votre thèse. Faites le plan de votre texte. Rédigez une introduction qui contiendra : •• un sujet amené (mise en contexte du sujet) ; •• un sujet posé (présentant le sujet et la thèse) ; •• un sujet divisé (abordant les arguments à l’appui de la thèse). Développez des arguments correspondant à des faits vérifiables en utilisant au moins deux procédés explicatifs différents (p. 15). Utilisez des subordonnées relatives pour compléter certains noms ou pronoms (p. 103). Écrivez une conclusion contenant : •• une synthèse (rappel de votre thèse et de vos arguments) ; •• une ouverture (souhait, recommandation, conseil, nouvelle perspective, etc.). Prenez aussi le temps de vérifier : l’orthographe des mots et les accords ; la syntaxe et la ponctuation des phrases ; la conjugaison des verbes.

JE RETIENS DONC... Lorsque j’écris un texte dans lequel on me demande de justifier mon opinion, je dois varier les la

© Éditions Grand Duc

4697_02-Argumentation-F.indd 105

ainsi que mes sources, dont je dois vérifier  .

105

L’ARGUMENTATION

19-02-04 9:35 AM


Le texte d’opinion argumentée utilisant la réfutation Qu’est-ce que c’est ? C’est un texte dans lequel l’auteur défend sa thèse en rejetant la thèse adverse à l’aide de différents procédés de réfutation. Les principales techniques de réfutation nient, rejettent ou refusent la contre-thèse pour mieux défendre le point de vue. Qui l’écrit et pourquoi ? Ce sont principalement les journalistes qui utilisent la réfutation dans leurs articles sur des sujets controversés. Ils le font dans le but de mieux affirmer leur opinion. Exemple de texte d’opinion argumentée utilisant la réfutation

Qui le lit et pourquoi ? Des gens qui veulent se forger une opinion sur un sujet en s’informant sur les différents points de vue. Où le trouve-t-on ? Dans les journaux, les revues spécialisées et Internet.

Les négociateurs Le poids démographique d’une génération détermine habituel­ lement son poids politique : plus un groupe d’âge est populeux, plus il est capable de se faire entendre, d’imposer ses vues, ­d’influencer le cours des événements.

1

Thèse de l’auteur (sujet posé)

Or curieusement, au moment précis où les plus de 55 ans prennent le pas sur les moins de 24 ans, ce sont ces derniers qui jouissent d’un rapport de force croissant…

5

Contre-argument

On aurait tort de ne voir là qu’un banal accident de parcours alimenté par la crise étudiante. [Il s’agit plutôt de la montée en puissance d’une génération élevée à coup d’échanges et de pour­parlers, d’une génération qui a appris à dialoguer cons­ tamment avec ses aînés, bref, d’une génération rompue à la négociation dès son plus jeune âge.1]

Présentation du sujet et de la contre-thèse Introduction

Réfutation : retourner l’argument 1

Développement Nouvel argument

© Éditions Grand Duc

4697_02-Argumentation-F.indd 106

Ceux que l’on qualifie souvent d’enfants-rois sont plutôt des « négociateurs nés », faisait remarquer la sociologue de l’INRS Madeleine Gauthier dans Le Devoir, samedi. Avec raison. 106

10

15

L’ARGUMENTATION

19-02-04 9:35 AM


20

25

Les enfants des baby-boomers, tout comme les membres de la génération Z, n’ont pas connu les claques derrière la tête, les règles sur les doigts, encore moins la « strappe » sur les fesses. Leurs parents ont pris soin de motiver leurs décisions, de les justifier, non pas de les imposer. Ils ont appris à leurs enfants à s’expliquer, à verbaliser, à discuter « à hauteur d’adulte ». Pas surprenant qu’ils soient devenus de fins négociateurs en vieillissant, qu’ils refusent les « non » catégoriques imposés d’en haut, qu’ils défient aussi facilement l’autorité, les injonctions, la matraque… et la loi 78.

[On peut certes être troublé par l’insouciance des jeunes. On peut 30

être en désaccord avec leurs demandes qui s’apparentent bien souvent à des exigences. Il n’en reste pas moins qu’ils ont su les détailler, les exposer et les communiquer avec brio.2] Ils ont su jouer leurs cartes habilement. On peut même dire qu’ils ont, jusqu’ici, remporté la joute « médiapolitique » qui les oppose au gouvernement grâce à leur talent de négociateurs, à leur créativité et à leurs connaissances des réseaux sociaux.

35

Non seulement ont-ils su imposer plusieurs concessions au gouvernement sans jamais en faire eux-mêmes, ils ont réussi à pousser le gouvernement dans les câbles, à asseoir le premier ministre à la table de négociation, à étirer la crise à n’en plus finir, et ce, malgré des sondages leur étant plutôt défavorables.

40

La principale erreur de Québec, manifestement, a été de sousestimer cette génération, de ne voir dans leur protestation qu’un rituel périodique d’étudiants en sciences humaines, alors qu’il s’agit plutôt d’un mouvement aux origines bien plus profondes.

45

50

Développement (suite)

Derrière la question des droits de scolarité, en effet, se cache un enjeu socio-économique beaucoup plus vaste dont on retrouve écho dans les courants altermondialistes, indignados et Occupy. Et derrière l’individualisme des jeunes se cache une solidarité qui donne à leur protestation une ampleur redoutable.

Réfutation : concéder pour mieux affirmer sa thèse 2

Synthèse : (rappel de la thèse)

Conclusion Ouverture

La crise se dénouera probablement par la négociation. Mais le mouvement qu’elle sous-tend est là pour rester. François Cardinal, « Les négociateurs », La Presse, 30 mai 2012 [En ligne].

© Éditions Grand Duc

4697_02-Argumentation-F.indd 107

107

L’ARGUMENTATION

19-02-04 9:35 AM


Stratégie de lecture Je tiens compte de la ponctuation.

Plus de 500 millions d’enfants à travers le monde utilisent des téléphones cellulaires. Parmi ce nombre, plusieurs adolescents. Les parents devraient-ils en limiter l’utilisation ?

1 Encadrez le paragraphe correspondant au sujet amené. 2 Surlignez le questionnement de l’auteure à l’égard de l’utilisation du téléphone cellulaire.

Définition épineux : délicat.

Intention de lecture Cerner la stratégie basée sur la réfutation utilisée dans le texte.

Cellulaire : la patience et nos enfants « Maman, est-ce que je pourrais avoir un cellulaire ? » Tout juste comme je croyais enfin passée la tempête de demandes répétées pour un chien (ou « au moins un lapin »), la question est arrivée, évidente, prévisible. « Maman, pourquoi je n’ai pas de cellulaire ? »

1

Si vous avez des enfants assez grands pour appeler leurs amis tout seul ou envoyer un courriel, vous avez sûrement vous aussi eu droit à cette requête. Selon une recherche américaine citée par le groupe de recherche sur les enfants et les médias de l’­Université Harvard, 22 % des enfants âgés de 6 à 9 ans utilisent un cellulaire, ainsi que 60 % des 10 à 14 ans et 84 % des ados de 15 à 18 ans. Ne pas avoir de cellulaire n’est plus la norme. « Maman, tout le monde en a un », me répète-t-on tout le temps.

5

Le cellulaire est tellement répandu qu’il est devenu une question épineuse dans les écoles où leur utilisation en classe n’a plus rien à voir avec la communication mais tout avec la distraction. Là où j’ai déposé un de mes enfants la semaine dernière, les parents et les écoliers ont d’ailleurs eu droit à de longues explications du responsable de la discipline sur les limites de leur utilisation à l’intérieur de l’institution. Là, comme dans de plus en plus d’écoles, on confisque les portables quand les jeunes enfreignent des règles strictes et claires. Et c’est probablement la meilleure et seule chose à faire. Respectueux, le responsable de la discipline n’a pas remis en question le fait que les parents achètent de tels outils de communication et y abonnent leurs enfants, mais ne pensez-vous pas qu’on pourrait se poser la question ? Fournit-on trop tôt des ­cellulaires à nos petits ?

© Éditions Grand Duc

4697_02-Argumentation-F.indd 108

108

10

15

20

25

L’ARGUMENTATION

19-02-04 9:35 AM


« Le cellulaire joue un rôle extrêmement utile dans la vie en général et même dans celle des enfants en particulier. »

30

35

40

45

50

55

Détrompez-vous, je ne suis pas anti-cellulaire. Je suis moi-même 3 Encadrez le pasaccro à mon portable. S’il apporte le travail à la maison, il me sage qui montre que permet aussi de rester près de ma famille dans des situations où, l’auteure aura une thèse nuancée quant jadis, j’aurais probablement dû partir au bureau. Le cellulaire joue à l’utilisation du celluun rôle extrêmement utile dans la vie en général et même dans laire. celle des enfants en particulier. Quoi de plus efficace, pour les 4 Dans tout le texte, surlignez les arguparents, pour suivre les pérégrinations quotidiennes de leur proments contre l’utiligéniture ? Quoi de plus immensément rassurant que de savoir sation du cellulaire que, non seulement on peut joindre nos petits en tout temps, chez les enfants. mais qu’en plus, eux peuvent nous contacter pour toute urgence ? Mais peut-on vivre sans téléphone portable quand on a 10 ans ? Définitions Probablement que oui. Et peut-être est-ce même mieux… pérégrination : trajet. D’abord, il y a ce flou au sujet de l’impact de l’utilisation de l’appaprogéniture : enfant. reil cellulaire sur le développement du cerveau. Jusqu’à présent, innocuité : qualité aucune recherche n’a montré un lien direct entre les tumeurs ou de ce qui n’est pas tout autre problème de santé et ces appareils, mais il y a quand dangereux. même une brume d’incertitude qui demeure. Dans une étude publiée cet été dans le Journal of the National Cancer Institute britannique et qui a fait beaucoup parler d’elle, car elle réfutait tout lien entre tumeur chez les enfants et quantité de temps passé au cellulaire, on notait, par exemple, la présence d’un lien statistique entre le risque de tumeur et le temps abonné à un service cellulaire. Et si vous cherchez de l’information fiable sur l’internet à cet égard, vous remarquerez que, même lorsqu’on parle d’innocuité, on note généralement dans le même souffle qu’il est toujours possible de limiter l’exposition des enfants, en imposant des conversations courtes et en encourageant l’utilisation d’écouteursmicros, qui éloignent la tête de l’appareil. Bref, on est loin du « Ne vous en faites pas du tout ».

Aux États-Unis, environ 60 % des 10 à 14 ans possèdent un cellulaire. Le taux grimpe à 84 % chez les 15 à 18 ans. Les institutions scolaires doivent établir des règles pour empêcher une utilisation abusive en classe. © Éditions Grand Duc

4697_02-Argumentation-F.indd 109

109

L’ARGUMENTATION

19-02-04 9:35 AM


Pour en savoir plus Geneviève St-Jean, « Téléphone cellulaire à l’école : ici et ailleurs », Planète F Magazine, 23 janvier 2018 [En ligne].

5 Dans sa fermeture, l’auteure y va d’un conseil. Soulignez-le. 6 Encadrez le passage qui correspond à l’ouverture.

Définitions bullying (anglicisme) : harcèlement, intimidation. bémol : nuance.

Autre problème : dans les écoles, note le groupe de recherche de Harvard, on remarque de plus en plus d’utilisation compulsive du téléphone, comportement lié aux jeunes ayant une piètre image d’eux-mêmes. Imaginez que vous soyez prof et que vos élèves n’arrivent plus à s’empêcher de regarder leurs messages ou de jouer, histoire d’aller chercher un improbable réconfort. Et on ne parle même pas du bullying qui se fait par textos et vidéos, par téléphone.

60

Selon une recherche britannique, 14 % des enfants de 11 à 19 ans ont été menacés par des messages textes. Parfois, cela inclut aussi des photos ou des vidéos gênantes prises à l’insu de la victime. En donnant des cellulaires à nos enfants, on calme nos inquiétudes de parents, mais que leur met-on dans les mains ?

65

Les écoles et les parents doivent absolument discuter pour trouver des moyens d’aider ceux qui le veulent à repousser le plus possible l’échéance du cellulaire. Par exemple : souvent, les messages que les enfants doivent absolument envoyer à leurs parents durant la journée scolaire pourraient être envoyés par courriel. Pour cela, il leur faut un accès à des ordinateurs à l’école. Plusieurs messages peuvent aussi être envoyés directement par la direction de l’institution, s’il s’agit par exemple d’un changement imprévu à l’horaire. Il suffit alors d’avoir une liste d’envoi par courriel centralisée et hop, les parents sont mis au courant sans que les enfants aient besoin d’un téléphone. Les écoles peuvent aussi avoir des babillards centralisés où on affiche les messages courriel envoyés par les parents. Évidemment, voilà seulement quelques idées et tout cela doit demeurer gérable et réaliste.

70

Mais n’y a-t-il pas suffisamment de bémols du côté des professeurs, des directions d’école, des parents inquiets et des autorités en santé publique pour justifier qu’on cherche des moyens ­d’attendre le plus tard possible ? Nos enfants sont capables de patienter encore un peu, non ?

75

80

85

Marie-Claude Lortie, « Cellulaire : la patience et nos enfants », La Presse, 31 août 2011 [En ligne].

© Éditions Grand Duc

4697_02-Argumentation-F.indd 110

110

L’ARGUMENTATION

19-02-04 9:35 AM


Questions sur le texte

Les questions d’interprétation sont identifiées comme ceci :

Compréhension et interprétation 1 Pour quelle raison les enfants de l’auteure veulent-ils un cellulaire ?

2 Quelle est l’intervention privilégiée par les milieux scolaires à l’égard de l’utilisation du cellulaire ?

3 Quelle est la thèse de l’auteure ?

4 Quelle est la contre-thèse ?

5 Résumez dans vos mots les trois arguments en faveur de la thèse de l’auteure.

© Éditions Grand Duc

4697_02-Argumentation-F.indd 111

111

L’ARGUMENTATION

19-02-04 9:35 AM


6 L’auteure présente deux arguments en faveur de l’utilisation du cellulaire par les enfants (contre-arguments). Quels sont-ils ? • •

7 À la lumière des informations contenues dans cet article, doit-on s’interroger sur l’utilisation du cellulaire chez les enfants ? Justifiez votre réponse.

Réaction 8 L’auteure utilise un exemple personnel lorsqu’elle dit : « Là, comme dans de plus en plus d’écoles, on confisque les portables quand les jeunes enfreignent des règles strictes et claires. Et c’est probablement la meilleure et seule chose à faire. » Êtes-vous d’accord avec cette affirmation ? Justifiez votre réponse.

© Éditions Grand Duc

4697_02-Argumentation-F.indd 112

112

L’ARGUMENTATION

19-02-04 9:35 AM


Jugement critique 9 Les parents devraient-ils lire ce texte, particulièrement si leurs enfants n’ont pas encore de cellulaire ? Pourquoi ? Justifiez votre point de vue à l’aide d’éléments du texte.

Grammaire du texte Placez, dans l’ordre d’apparition dans le texte, les éléments suivants : la contre-thèse, la thèse, les arguments en faveur de la thèse, les contre-arguments et la réfutation des contre-arguments. • • • • •

L’auteure de ce texte a recours à des sources fiables et variées. Quelles sont les trois sources qu’elle a utilisées ? • • • © Éditions Grand Duc

4697_02-Argumentation-F.indd 113

113

L’ARGUMENTATION

19-02-04 9:35 AM


Grammaire en contexte Voir les notions 30 à 33, p. 265 et 266.

1 Indiquez la forme (négative, emphatique, passive ou impersonnelle) des phrases suivantes tirées du texte Cellullaire : la patience et nos enfants aux pages 108 à 110. a) Respectueux, le responsable de la discipline n’a pas remis en question le fait que les parents achètent de tels outils de communication […].

b) Selon une recherche britannique, 14 % des enfants de 11 à 19 ans ont été menacés par des messages textes.

Ressource de la langue

q

Les ressources de la réfutation

k

b

8

laclasse.grandducenligne.com

Le lexique de la négation, dont la phrase de forme négative, est très utile dans les textes argumentatifs utilisant la réfutation. Lexique de la négation

Exemple

L’adverbe ne accompagné d’un autre adverbe de négation (pas, guère, jamais, plus, etc.)

Il n’y a guère de raison pour s’y opposer.

Les verbes de négation comme nier

Vous niez pourtant l’évidence.

Les pronoms tels que rien (utilisé avec l’adverbe ne)

On ne peut rien faire selon vous.

Certains déterminants, par exemple nul (utilisé avec l’adverbe ne)

Nul homme ne peut ignorer ce fait.

La réfutation nécessite aussi l’emploi de certains types de marqueurs. Marqueurs de relation

Exemple

D’hypothèse Subordonnants Si, en admettant que, à moins que, à supposer que, au cas où, dans la mesure où, dans l’hypo­thèse où, pourvu que, etc.

En admettant que les cellulaires soient des outils de communication indispensables pour les adultes, il faut se demander quelle place ils devraient avoir dans la vie des enfants.

D’opposition Subordonnants Alors que, tandis que, au lieu que, pendant que, quand, si, etc.

Alors que vous vous questionnez, nous agissons.

Coordonnants Cependant, pourtant, au contraire, d’autre part, en revanche, mais, etc.

Organisateurs textuels

Au contraire, un enfant qui n’a pas de cellulaire communiquera davantage face à face, mais il risque d’entretenir des contacts avec moins de personnes.

Exemple

Dans ce cas, dans cette hypothèse, dans l’hypothèse où, Dans ce cas, pourquoi priver votre enfant dans une telle hypothèse, si l’on retient cette hypothèse, d’un cellulaire ? si tel est le cas.

© Éditions Grand Duc

4697_02-Argumentation-F.indd 114

114

L’ARGUMENTATION

19-02-04 9:35 AM


2 Surlignez les marqueurs de négation dans ces phrases de forme négative tirées du texte Cellulaire : la patience et nos enfants. Dans la première phrase, soulignez aussi le coordonnant exprimant l’opposition. a) Jusqu’à présent, aucune recherche n’a montré un lien direct entre les tumeurs ou tout autre problème de santé et ces appareils, mais il y a quand même une brume d’incertitude qui demeure. b) Détrompez-vous, je ne suis pas anti-cellulaire.

3 Dans le 2e paragraphe du texte, relevez une phrase qui contient une subordonnée CP à valeur d’hypothèse. Soulignez la subordonnée, puis encadrez le subordonnant d’hypothèse.

4 Aux lignes 57 à 64, relevez une hypothèse faisant référence à l’utilisation du cellulaire en classe et encadrez le subordonnant d’hypothèse.

5 La phrase suivante, adaptée du texte, contient-elle une subordonnée CP à valeur d’hypothèse ou à valeur d’opposition ? Soulignez dans la phrase l’indice qui vous a aidé à trouver la réponse. Alors que certaines études réfutent toute corrélation entre l’usage du cellulaire et le cancer du cerveau, d’autres se montrent plus nuancées.

© Éditions Grand Duc

4697_02-Argumentation-F.indd 115

115

L’ARGUMENTATION

19-02-04 9:35 AM


Stratégie de lecture Je résume dans mes mots l’idée principale de chaque paragraphe.

Tout le monde le sait : être actif, c’est bon pour la santé. Et si ce n’était pas si vrai, après tout ?

1 À l’aide d’un trait, séparez les trois parties du texte : l’introduction, le développement et la conclusion. 2 Dans cet article, la thèse de l’auteur est implicite, mais visible grâce au vocabulaire qu’il emploie. Dans l’introduction, surlignez deux mots qui montrent l’opinion de l’auteur sur le sujet. 3 Encadrez la source des propos qui seront réfutés dans ce texte, puis soulignez-en les propos. 4 Dans la marge, résumez sous forme d’un GN l’aspect qui est traité dans les quatre derniers paragraphes. 5 Dans tout le texte, surlignez les passages qui présentent l’opinion de chaque partie.

Définition ahurissant : très étonnant.

© Éditions Grand Duc

4697_02-Argumentation-F.indd 116

Intention de lecture Prêter attention à la manière dont l’auteur rejette des contre-arguments pour développer sa thèse.

Les bobos Il y a risque de blessure lors de la pratique d’un sport. Voilà la conclusion surréaliste à laquelle arrive l’Institut national de santé publique à la veille du marathon de Montréal… Dans un rapport manquant cruellement de perspective, l’organisme statue que les blessures subies lors d’une activité physique constituent « sans aucun doute » un « important problème de santé publique ». Et donc, qu’il faut élaborer des « campagnes de prévention » pour s’attaquer à ce fléau… On savait que la santé publique avait l’habitude de voir des problèmes partout, de multiplier les interdits et les programmes de sensibilisation pour éliminer tout ce qui retrousse. Mais on atteint cette fois-ci un sommet du genre avec cette étude sur les bobos des sportifs du dimanche. D’emblée, on nous prévient. « Les personnes physiquement actives sont plus à risque de se blesser. » C’est dit. Puis on dresse le palmarès des blessures les plus fréquentes : les entorses (40 % des blessures), les tendinites (15 %), les fractures (15 %) et les claquages musculaires (10 %). Puis paf ! Le sombre constat sociétal : « Les pertes économiques encourues par l’absence au travail ou aux études, et la pression qu’exercent ces blessures sur le système de soins de santé ne font aucun doute. »

1

5

10

15

20

Ahurissant. Non seulement ces « pertes » ne sont jamais quantifiées, elles ne sont pas mises en perspective non plus. On se concentre ainsi sur le bobo tout en ignorant les maux.

25

Qu’en est-il de la sédentarité, de l’obésité, des maladies cardiaques ? Ne provoqueront-elles pas plus de « pertes économiques » ? Le citoyen inactif ne risque-t-il pas d’« exercer une pression » plus grande sur « le système » que celui qui souffre d’un claquage musculaire ?

30

116

L’ARGUMENTATION

19-02-04 9:35 AM


Pour en savoir plus Jean-Nicolas Blanchet, « Les sportifs envahissent le système de santé », TVA Nouvelles, 16 septembre 2012 [En ligne].

35

40

45

50

Mystère. Les experts se contentent de jeter un œil critique sur les tendinites et foulures, qui constituent la majorité des blessures ! « Bien qu’on constate une importante augmentation globale du nombre de blessés depuis 2004, notent les auteurs, les blessures rapportées sont plus souvent mineures »… L’étude en soi n’est pas un problème, plutôt ses conclusions. Car il n’y a rien de bien alarmant dans les données présentées. On note même une baisse des blessures sévères. Une diminution des blessés dans certains sports jugés à risque comme le vélo. Et une prévalence somme toute mineure du ratio de blessés par sportif (11 %). Vrai, on déplore une hausse des blessures en général. Mais celle-ci est attribuable, essentiellement, à deux sports : le patin à roues alignées et le soccer. Et pourtant, les auteurs ne se contentent pas de proposer de cibler ces sports, ils recommandent des campagnes de prévention qui « tiennent compte » aussi des bobos des joggeurs et des… marcheurs ! Un casque, avec ça ?

6 Dans la marge, résumez sous forme d’un GN l’aspect qui est traité dans les trois premiers paragraphes de cette page. 7 Dans sa conclusion, l’auteur résume le principal problème de cette étude. Encadrez ce passage.

Définitions prévalence : fait d’avoir l’avantage, de dominer. déplorer : regretter, être déçu de quelque chose.

Le manque de perspective de l’INSPQ est évident. D’autant que l’étude fait ressortir, sans autre analyse, une « baisse de la parti­ cipation régulière aux activités récréatives et sportives en 20092010 », particulièrement chez les 6-11 ans. Ne cherchez plus ! Il est là le bobo ! Non pas dans les risques de bouger, mais bien dans les dangers de l’inactivité. François Cardinal, « Les bobos », La Presse, 22 septembre 2012 [En ligne].

La pratique de sports fait augmenter les risques de blessures. La prudence est donc de mise. Cependant, qu’est-ce qui est le plus risqué pour la santé : faire du sport ou adopter un mode de vie sédentaire ? © Éditions Grand Duc

4697_02-Argumentation-F.indd 117

117

L’ARGUMENTATION

19-02-04 9:35 AM


Questions sur le texte

Les questions d’interprétation sont identifiées comme ceci :

Compréhension et interprétation 1 a) Quel est le sujet de ce texte ?

b) Quelle est la position de l’auteur sur ce sujet ?

2 Complétez le tableau suivant en vous référant à ce que vous avez surligné dans le texte. Contre-thèse

Thèse

Le sport est dangereux, c’est un problème de santé publique.

Contre-arguments

Réfutation

Les pertes économiques dues aux blessures sont importantes.

Les blessures sont surtout attribuables au patin à roues alignées et au soccer.

© Éditions Grand Duc

4697_02-Argumentation-F.indd 118

118

L’ARGUMENTATION

19-02-04 9:35 AM


3 Selon vous, quelle était l’intention de l’auteur en écrivant cet article ? Citez un passage du texte pour appuyer votre réponse.

Réaction 4 Pour quelle thèse opteriez-vous : celle de l’auteur, celle de l’INSPQ ou une thèse plus nuancée ? Expliquez votre réponse.

Jugement critique 5 L’auteur se base-t-il sur des sources crédibles pour réfuter les arguments de l’INSPQ ? Justifiez votre réponse.

© Éditions Grand Duc

4697_02-Argumentation-F.indd 119

119

L’ARGUMENTATION

19-02-04 9:35 AM


Grammaire du texte 6 Le ton de cet article est-il plutôt neutre ou subjectif ? Justifiez votre réponse à l’aide d’éléments du texte.

7 Selon le rapport de l’INSPQ : « Les personnes physiquement actives sont plus à risque de se blesser. » Reformulez cette affirmation afin d’y ajouter une subordonnée CP à valeur d’opposition.

8 Dans le texte, repérez : a) une phrase qui utilise un lexique de négation pour la réfutation :

b) une phrase qui utilise un marqueur d’opposition pour la réfutation :

© Éditions Grand Duc

4697_02-Argumentation-F.indd 120

120

L’ARGUMENTATION

19-02-04 9:35 AM


Grammaire en contexte 1 Identifiez le type (déclaratif, interrogatif, exclamatif ou impératif) des phrases suivantes tirées du texte Les bobos. Voir les notions 26 à 29, p. 263 et 264.

a) Qu’en est-il de la sédentarité, de l’obésité, des maladies cardiaques ?

b) Ne cherchez plus ! c) On note même une baisse des blessures sévères.

Ressource de la langue

t

Les procédés de réfutation

4

k

m

laclasse.grandducenligne.com

Lorsqu’ils réfutent, c’est-à-dire qu’ils détruisent les arguments de la partie adverse (ou contre-arguments), les auteurs utilisent les procédés de réfutation suivants. Procédé de réfutation

Définition

Exemple

Déclarer la thèse adverse dépassée ou y déceler des contradictions.

Faire voir que la thèse adverse n’est plus valable selon les études ou les découvertes récentes ou montrer une faiblesse, une contradiction dans les arguments de la partie adverse. Pour ce faire, on utilisera la phrase de forme négative.

Votre position selon laquelle les blessures sportives sont dangereuses ne tient pas compte de l’impact de l’inactivité sur la santé.

Opposer une exception.

Présenter un cas qui vient invalider la thèse adverse. Afin d’introduire cette exception, on peut utiliser la phrase de type interrogatif.

Quelle solution offrez-vous aux gens qui veulent améliorer leur capacité cardiovasculaire si vous les empêchez de faire du sport en raison des risques de blessures ?

Pousser un raisonnement à l’absurde.

Montrer les failles de l’argumentation adverse par l’exagération. Pour ce faire, on utilise les marqueurs d’hypothèse.

Si on se fie à votre raisonnement, mieux vaut regarder les sportifs à la télé que de bouger.

Avancer des hypothèses pour mieux rejeter les conclusions qui en découlent.

Proposer des idées, des situations, des faits en les analysant à partir des principes sur lesquels se fonde la thèse adverse. Afin d’introduire cette hypothèse, on utilise la phrase de type interrogatif ou les marqueurs d’hypothèse.

Que feriez-vous si vous étiez le directeur d’une école primaire ? Interdiriez-vous aux élèves de courir dans la cour pendant la  récréation ?

Concéder pour mieux affirmer sa thèse.

Le contre-argument présenté mérite qu’on s’y attarde, car il est vrai (ou en partie vrai). Amener ensuite une objection ou montrer une exception pour indiquer les faiblesses de cet argument. Pour ce faire, on utilise les marqueurs d’opposition.

Il est vrai que certains sports comme le soccer entraînent un plus grand risque de blessures. Or, il y a beaucoup d’autres options plus sécuritaires pour les gens qui veulent garder la forme.

© Éditions Grand Duc

4697_02-Argumentation-F.indd 121

121

L’ARGUMENTATION

19-02-04 9:35 AM


2 a) Parmi les procédés de réfutation, lesquels l’auteur utilise-t-il dans le texte Les bobos ? Justifiez votre réponse à l’aide d’un extrait du texte. Réfutation

Procédé utilisé

Extrait justificatif

Première réfutation

Deuxième réfutation

b) Dans le 2e extrait que vous avez fourni en a), quels mots indiquent que l’auteur admet que le rapport a en partie raison ?

3 a) À la page 117, relevez un passage qui montre une contradiction dans l’argument de la partie adverse.

b) Quelle forme de phrase l’auteur a-t-il utilisée pour montrer cette contradiction ?

© Éditions Grand Duc

4697_02-Argumentation-F.indd 122

122

L’ARGUMENTATION

19-02-04 9:35 AM


1

5

10

15

20

25

Intention de lecture Cerner la contre-thèse et les procédés utilisés pour la réfuter.

Stratégie de lecture Je me réfère à la structure du texte.

Pour en finir avec les « chevals »

Depuis plusieurs années circule une rumeur voulant que le pluriel chevals soit accepté. Pourtant, il s’agit d’une forme plurielle erronée malgré ce qu’en disent certaines personnes. Aucune réforme de l’orthographe n’a permis cet assouplissement de la règle du pluriel des mots se terminant en –al.

L’exception confirme la règle. Cette expression signifie que s’il y a des exceptions, c’est qu’il existe bel et bien une règle. Des règles, il y en a beaucoup dans la langue française, et des exceptions à ces règles aussi. Plusieurs s’emportent contre elles et aimeraient qu’on les simplifie. Bien que des rumeurs circulent à ce sujet depuis les années 80, aucune autorité en matière de langue n’a approuvé chevals, que certains qualifient de « nouvelle exception ». Arrêtons de répandre des faussetés au sujet de la langue de Molière si nous voulons qu’elle garde ses lettres de noblesse. Cessez de monter sur vos grands chevaux lorsqu’une personne vous reprend quand vous dites chevals plutôt que chevaux, car elle a raison. La plus grande de toutes les autorités en matière de langue française est l’Académie française. Celle-ci a entériné toutes les propositions de changements faites par la France en 1990. Des gens affirment qu’il serait maintenant acceptable, voire obligatoire, d’utiliser le pluriel chevals. Or, parmi toutes ces rectifications, il n’y a aucune mention de l’acceptation du pluriel chevals. Bien que la réforme ait proposé différentes façons de simplifier le français, les règles d’accord des adjectifs et des noms se terminant par –al n’a pas changé. Tous les noms et adjectifs se terminant en –al forment leur pluriel en –aux, à l’exception de 28 noms et de 7 adjectifs. Cheval ne fait pas partie de cette liste et se conforme donc à la règle générale. La confusion pourrait venir du fait qu’il existe quelques adjectifs pour lesquels les deux formes sont acceptées, par exemple final, prénatal, tombal. Ce n’est pas parce que certaines anomalies ont été supprimées qu’on peut écrire n’importe quoi ! Ainsi, la réforme de l’orthographe n’autorise pas la forme plurielle chevals.

© Éditions Grand Duc

4697_02-Argumentation-F.indd 123

123

1 À l’aide d’un trait, séparez l’introduction du développement. 2 Dans tout le texte, encadrez les marqueurs de relation. 3 Dans le 2e paragraphe, soulignez les verbes ou auxiliaires conjugués à l’indicatif conditionnel présent. 4 Dans tout le texte, surlignez les arguments avancés par l’auteure pour réfuter la contre-thèse.

Définition lettres de noblesse : notoriété, reconnaissance.

L’ARGUMENTATION

19-02-04 9:35 AM


Pour en savoir plus Office québécois de la langue française, Liste alphabétique des mots rectifiés, BDL, septembre 2018 [En ligne].

Définition laxisme : tolérance extrême.

Au Québec, la légende au sujet de l’assouplissement de la règle du pluriel des mots en –al est particulièrement persistante. Elle aurait peut-être été entretenue par la présence d’un texte de Michel Garneau dans l’épreuve uniforme de français de 1998 : Les petits chevals amoureux. Bien sûr, le ministère de l’Éducation avait une visée pédagogique en faisant ce choix : il s’agissait d’un poème, et qui dit poésie dit calembours et jeux de sonorités. Ainsi, l’auteur a laissé libre cours à sa fantaisie en jouant avec la langue pour créer des effets, tout comme le font aujourd’hui le conteur Fred Pellerin et le slameur David Goudreault. Les poètes ne sont pas tous des exemples à suivre en matière de grammaire. D’ailleurs, toujours au Québec, l’Office québécois de la langue française (OQLF) a publié ce petit rappel sur son site Web : « Le pluriel de cheval est, et reste, chevaux. La croyance qui veut que la forme chevals au pluriel soit maintenant acceptée est tout à fait fausse et ne vient pas d’un avis quelconque de l’Office ni des propositions de rectifications de l’orthographe, il s’agit là d’une sorte de « légende scolaire » qui doit être démentie. » Si l’autorité en la matière le dit, qui êtes-vous pour dire le contraire ? Ce n’est pas parce que certaines personnes affirment haut et fort que « des chevals » est acceptable qu’elles ont raison. « S’ils sontaient capables de parler, les chevals se défendraient ! » pourrait-on ajouter.

30

35

40

45

50

Pour conclure, ni l’Académie française ni l’OQLF n’acceptent le pluriel chevals. Il faudra continuer de défendre notre langue si nous voulons la protéger. Verser dans le laxisme ne l’embellira pas. Après tout, ce sont ces petites particularités qui la rendent unique. Cynthia Bureau, Pour en finir avec les « chevals », juin 2018.

L’Académie française est une institution qui a été fondée en 1634 en France, année où Jacques Cartier a fait son premier voyage en Amérique. Sa mission principale est de veiller sur la langue française. Un de ses plus illustres membres actuellement est nul autre que l’auteur d’origine haïtienne Dany Laferrière. © Éditions Grand Duc

4697_02-Argumentation-F.indd 124

124

L’ARGUMENTATION

19-02-04 9:35 AM


Questions sur le texte

Les questions d’interprétation sont identifiées comme ceci :

Compréhension et interprétation 1 a) Quelle est la thèse de l’auteure ? b) Quelle thèse réfute-t-elle dans le texte ?

2 Quelles sont les deux plus grandes autorités en matière de langue française citées dans le texte ?

3 Nommez les trois sources de la rumeur voulant que le pluriel chevals soit accepté.

4 Outre le respect des règles d’accord du pluriel en –al, l’auteure donne une deuxième raison pour encourager les gens à ne pas employer le pluriel erroné chevals. Laquelle ?

5 Selon vous, pour quelle raison l’auteure a-t-elle voulu écrire ce texte ? Expliquez votre réponse.

© Éditions Grand Duc

4697_02-Argumentation-F.indd 125

125

L’ARGUMENTATION

19-02-04 9:35 AM


Réaction 6 Dans son texte, l’auteure mentionne à propos des règles et des exceptions de la langue française que « plusieurs s’emportent contre elles et aimeraient qu’on les simplifie. » Qu’en pensez-vous ? Expliquez votre réponse en vous basant sur le texte et sur votre expérience personnelle.

Jugement critique 7 Selon vous, l’auteure a-t-elle utilisé des sources fiables pour appuyer ses propos ? Justifiez votre point de vue à l’aide d’éléments du texte.

Grammaire du texte 8 Quels sont les indices dans le texte qui marquent le point de vue subjectif de l’auteure ? Au besoin, consultez la page 57.

© Éditions Grand Duc

4697_02-Argumentation-F.indd 126

126

L’ARGUMENTATION

19-02-04 9:35 AM


9 Quel marqueur de relation l’auteure emploie-t-elle dans son introduction et qu’exprime-t-il ? Citez le passage en question pour appuyer votre réponse.

Pour chacun des contre-arguments suivants, donnez les informations demandées. a) L’Académie française accepte le pluriel chevals depuis la réforme de 1990. (2e paragraphe) 1 Ce sur quoi s’appuie le contre-argument :   Une croyance  

  Un fait vérifiable     Une expérience 2 Passage qui présente la réfutation de ce contre-argument :

3 Procédé de réfutation utilisé : 4 Ce sur quoi s’appuie la réfutation :   Une croyance  

  Un fait vérifiable  

  Une expérience

b) « La confusion pourrait venir du fait qu’il existe quelques adjectifs pour lesquels les deux formes sont acceptées, par exemple final, prénatal, tombal. » (2e paragraphe) 1 Ce sur quoi s’appuie le contre-argument :   Une croyance  

  Un fait vérifiable     Une expérience 2 Passage qui présente la réfutation de ce contre-argument :

3 Procédé de réfutation utilisé : © Éditions Grand Duc

4697_02-Argumentation-F.indd 127

127

L’ARGUMENTATION

19-02-04 9:35 AM


c) « Au Québec, la légende au sujet de l’assouplissement de la règle du pluriel des mots en –al est particulièrement persistante. Elle aurait peut-être été entretenue par la présence d’un texte de Michel Garneau dans l’épreuve uniforme de français de 1998 : Les petits chevals amoureux. » (3e paragraphe) 1 Ce sur quoi s’appuie le contre-argument :   Une croyance  

  Un fait vérifiable     Une expérience 2 Passage qui présente la réfutation de ce contre-argument :

3 Procédé de réfutation utilisé :

Jugement critique comparatif a) Lequel de ces textes d’opinion argumentée utilisant la réfutation avez-vous préféré ? Cellulaire : la patience et nos enfants Les bobos Pour en finir avec les « chevals » b) Pourquoi ? Pour étoffer votre réponse, appuyez-vous sur deux critères.

© Éditions Grand Duc

4697_02-Argumentation-F.indd 128

128

N’oubliez pas que, pour répondre à ce type de questions, vous devez : - donner votre opinion ; - exprimer le critère sur lequel vous avez basé votre opinion ; - donner un exemple tiré du texte pour appuyer votre opinion. Au besoin, consultez la page 12.

L’ARGUMENTATION

19-02-04 9:35 AM


Grammaire en contexte 1 Pour chacune des phrases suivantes : Voir la notion 3, p. 249.

•• surlignez le déterminant complexe formé avec le déterminant tout ; •• faites une flèche vers le nom noyau avec lequel il s’accorde ; •• indiquez le genre et le nombre de son donneur d’accord. a) Ce n’est pas tout le monde qui utilise le pluriel erroné chevals. b) « Celle-ci a entériné toutes les propositions de changements faites par la France en 1990. » c) « Or, parmi toutes ces rectifications, il n’y a aucune mention de l’acceptation du pluriel chevals. »

Ressource de la langue Les verbes comme marques de modalité

e

z

t

m

laclasse.grandducenligne.com

Parmi les marques linguistiques permettant à l’auteur d’exprimer son opinion (ou de faire de la modalisation), certains modes et temps verbaux peuvent être très utiles. Temps et modes verbaux

Valeur modale

Effet créé

Impératif

Un ordre, une demande, une sollicitation

Engagement élevé de l’énonciateur qui interpelle ainsi son destinataire, lui donne un ordre.

Faites ce qui vous semble juste.

Subjonctif

Un souhait

Souvent utilisé sous la forme impersonnelle, le subjonctif permet une certaine distanciation.

Il faudrait que nous fassions ce qui nous semble juste.

Indicatif futur simple

Une certitude

L’auteur est très engagé et incite parfois le desti­ nataire à l’action de façon plus modérée qu’avec l’impératif.

Chacun fera ce qui lui semble juste.

Dans ce cas-ci, il n’y a pas de certitude, ce qui permet de nuancer un peu les propos avec une certaine distanciation.

Je ferais ce qui me semble juste.

Indicatif conditionnel Une probabilité, présent ou passé une possibilité

© Éditions Grand Duc

4697_02-Argumentation-F.indd 129

129

Exemple

L’ARGUMENTATION

19-02-04 9:35 AM


2 Quelle valeur modale est exprimée dans ces phrases tirées du texte Pour en finir avec les « chevals » ? Soulignez l’indice dans la phrase. a) Cessez de monter sur vos grands chevaux lorsqu’une personne vous reprend quand vous dites chevals plutôt que chevaux, car elle a raison.

b) Elle aurait peut-être été entretenue par la présence d’un texte de Michel Garneau dans l’épreuve uniforme de français de 1998 […].

3 Dans l’introduction du texte, relevez une phrase dans laquelle l’opinion est exprimée par deux valeurs modales, puis dites quel est l’effet créé par ces dernières.

4 Dans le 2e paragraphe, l’auteure utilise l’indicatif conditionnel présent à deux reprises. Quel effet crée-t-elle ainsi ?

5 Dans le dernier paragraphe, qu’expriment les verbes conjugués à l’indicatif futur simple ?

© Éditions Grand Duc

4697_02-Argumentation-F.indd 130

130

L’ARGUMENTATION

19-02-04 9:35 AM


Situation d’écriture

Rédaction d’un texte d’opinion argumentée utilisant la réfutation Choisissez l’un des articles du présent chapitre afin de réfuter le point de vue de l’auteur. Les thèses que vous pourrez défendre sont les suivantes : Les blessures sportives sont graves et doivent être évitées. Les enfants devraient tous avoir un téléphone cellulaire. Le pluriel « chevals » devrait être accepté. Rédigez un texte d’environ 400 mots en respectant les consignes suivantes : Choisissez un titre évocateur. Faites le plan de votre texte. Rédigez une introduction qui contiendra un sujet amené et un sujet posé. Écrivez un développement dans lequel les arguments en faveur de la thèse seront d’abord présentés, suivis de la contre-thèse, puis de la réfutation des contre-arguments. •• Utilisez des marques de négation et des marqueurs de relation pour marquer votre opinion (p. 114). •• Assurez-vous de recourir à au moins un procédé de réfutation parmi ceux à l’étude (p. 121). Rédigez une conclusion contenant : •• une synthèse (rappel de votre thèse et de vos arguments) ; •• une ouverture (souhait, recommandation, conseil, perspective d’avenir, etc.). Prenez aussi le temps de vérifier :

Pour connaître les critères d’évaluation d’une situation d’écriture, référez-vous aux pages 277 et 278.

Il importe de faire une recherche afin d’avoir en main des sources fiables et variées. Votre texte devra comporter au minimum une citation d’une source fiable.

la syntaxe et la ponctuation des phrases ; l’orthographe des mots et les accords ; le temps et le mode des verbes (p. 129).

JE RETIENS DONC... Lorsque j’écris un texte dans lequel on me demande de réfuter, je dois utiliser des marques de

afin de marquer mon opinion et utiliser des

marqueurs de relation d’

et d’

Je dois également utiliser des sources

© Éditions Grand Duc

4697_02-Argumentation-F.indd 131

.

et variées afin d’être crédible.

131

L’ARGUMENTATION

19-02-04 9:35 AM


Suggestions de lecture Romans et essais Les changements climatiques

La révolution Facebook

John Woodward, Gallimard Jeunesse, 2008, 72 p.

David Kirkpatrick, Lattès, 2011, 477 p.

Le guide vert

Game Over : l’histoire d’Éric Gagné

David Suzuki et David R. Boyd, Boréal, 2008, 224 p.

Chain mail

Martin Leclerc, Hurtubise, 2012, 319 p.

Iroshi Ishizaki, Éditions du Rocher, 2009, 249 p.

Articles Cellulaire au volant : la vie après le drame

Protéger sa vie privée dans Internet et les médias sociaux

Isabelle Légaré, Le Nouvelliste, 20 octobre 2012 [En ligne].

Mathieu Charlebois, L’actualité, 7 décembre 2011 [En ligne].

Texter au volant, une expérience impossible

Vie privée : Facebook détrousse encore ses usagers

Site Web de Dominic Arpin, 1er mai 2012 [En ligne].

Fabien Deglise, Le Devoir, 2 mars 2011 [En ligne].

Le scandale du gaspillage alimentaire

Le gaspillage alimentaire : ça suffit les capricieux !

Site Web de l’émission L’épicerie, 16 novembre 2011 [Vidéo en ligne].

Catherine Lefebvre, Le Huffington Post Québec, 4 juillet 2012 [En ligne].

© Éditions Grand Duc

4697_02-Argumentation-F.indd 132

132

L’ARGUMENTATION

19-02-04 9:35 AM


La narration

La nouvelle Perinde ac cadaver Les filles ne sont pas faites en chocolat La main

p. 138 p. 142 p. 147

Le roman Le palais de minuit Jenna Fox, pour toujours Terrienne

4697_02-Narration-F.indd 133

p. 160 p. 167 p. 173

19-02-04 9:48 AM


Les éléments en couleur sont particulièrement importants cette année.

La narration La situation de communication Auteur

Œuvre

Lecteur

•• L’auteur d’un texte narratif est défini par son identité, son appartenance géographique, son époque, sa notoriété. •• Son intention peut être : – de raconter une histoire ; – de transposer la réalité dans un autre univers ; – d’illustrer des comportements.

•• L’auteur et le lecteur doivent tenir compte : – du contexte de production de l’œuvre (date à laquelle celle-ci a été écrite, lieu de création, édition, collection) ; – du contexte historique ou socioculturel.

•• En lisant un texte narratif, le lecteur détermine ses champs d’intérêt et ses genres préférés. De plus, il développe ses connaissances littéraires et ses stratégies de lecture. •• Son intention peut être : – de donner libre cours à son imagination, à ses sentiments et à ses émotions ; – de se représenter le monde ; – d’alimenter son écriture ; – de découvrir un auteur.

Autres termes pour nommer l’auteur : bédéiste, conteur, romancier, fabuliste.

Des illustrations accompagnent parfois le texte.

La cohérence et l’organisation du texte

Moyens pour assurer la cohérence du texte

Moyens pour organiser le texte

© Éditions Grand Duc

4697_02-Narration-F.indd 134

•• Reprise de l’information •• Harmonisation des temps verbaux •• Non-contradiction entre les éléments de l’univers narratif ainsi qu’entre la caractérisation des personnages et leur façon de s’exprimer •• Correspondance étroite entre les caractéristiques des personnages, le cadre spatiotemporel, les actions, les événements et le genre du récit •• Titre et intitulés de chapitre •• Paragraphes •• Organisateurs textuels •• Mise en page (alinéas, disposition, espaces, numérotation) •• Indications typographiques (capitales, gras, italique)

134

LA NARRATION

19-02-04 9:48 AM


L’organisation d’un texte narratif (séquence narrative) Types de narrateur

•• Narrateur omniscient, qui connaît tout de ses personnages et qui ne participe pas à l’histoire •• Narrateur participant à l’histoire, qui est désigné par des marques énonciatives •• Narrateurs multiples

Situation initiale

Présentation des personnages

Présentation du cadre spatiotemporel

•• Ils jouent plusieurs rôles (héros, adjuvants, opposants, bienfaiteurs, victimes). •• Ils sont caractérisés grâce : – à l’insertion d’éléments descriptifs ou de séquences ; – à l’indication des actions qu’ils accomplissent ou subissent ; – à l’insertion de dialogues, de monologues intérieurs ou de commentaires du narrateur. •• Cadre spatial (description du lieu et de ses caractéristiques) •• Cadre temporel (description de l’époque) •• Déplacements dans l’espace et le temps (itinéraire, liens entre les déplacements et la quête)

Élément déclencheur Présentation de l’événement qui perturbe la situation d’équilibre. Déroulement (actions, réactions et événements) Séquences secondaires

Intrigue et quête d’équilibre

•• Séquences descriptives •• Séquences explicatives •• Séquences dialogales •• Séquences argumentatives •• Déroulement des événements de l’intrigue linéaire (ordre chronologique) ou non (ruptures dans la chronologie, modifications de l’ordre typique des étapes de la séquence) •• Quête d’équilibre marquée par l’action ou par l’évolution du personnage

Dénouement Présentation du moment où le personnage principal accomplit sa quête ou échoue dans sa quête. Situation finale ou morale (ou ces deux éléments à la fois) Présentation du moment où l’équilibre est rétabli. © Éditions Grand Duc

4697_02-Narration-F.indd 135

135

LA NARRATION

19-02-04 9:48 AM


La nouvelle Qu’est-ce que c’est ? La nouvelle littéraire est un récit assez bref où interviennent généralement peu de personnages, qui évoluent dans un seul lieu et sur une courte période de temps. Dans ce type d’histoire, la psychologie des personnages est plus importante que l’action. L’intrigue est simple et elle comporte généralement une fin surprenante, appelée « chute ». Qui l’écrit et pourquoi ? Certains auteurs se spécialisent dans ce type de texte et publient des recueils de nouvelles littéraires. Certains roman­ ciers en écrivent aussi parfois. Ils le font pour divertir le lecteur, qui apprécie les nouvelles pour leur thème, leur atmosphère ou leur histoire. Exemple de nouvelle 1

Situation initiale

Narrateur omniscient (utilisation de la 3e personne du singulier)

© Éditions Grand Duc

4697_02-Narration-F.indd 136

Qui la lit et pourquoi ? La nouvelle plaît au lecteur qui aime les histoires courtes, parce qu’elle le tient en haleine et qu’elle le surprend par sa fin inattendue (chute). Où la trouve-t-on ? On la trouve généralement dans des recueils de nouvelles littéraires d’un même auteur ou d’un collectif d’auteurs qui ont écrit sur un même thème.

Lucien [Lucien était douillettement recroquevillé sur lui-même. C’était là une position qu’il lui plaisait de prendre. Il ne s’était jamais senti aussi heureux de vivre, aussi détendu. Tout son corps était au repos et lui semblait léger. Léger comme une plume, comme un soupir. Comme une inexistence. C’était comme s’il flottait dans l’air ou peut-être dans l’eau. Il n’avait absorbé aucune drogue, usé d’aucun artifice pour accéder à cette plénitude des sens. Lucien était bien dans sa peau. Il était heureux de vivre. Sans doute était-ce un bonheur un peu égoïste.1]

136

1

5

LA NARRATION

19-02-04 9:48 AM


10

15

20

Une nuit, le malheureux fut réveillé par des douleurs épouvantables. [Il se sentit comme serré dans un étau, écrasé par le poids de quelque fatalité. Quel était donc ce mal qui lui fondait dessus ? Et pourquoi sur lui plutôt que sur un autre ? Quelle punition lui était là infligée ? C’était comme si on l’écartelait, comme si on brisait ses muscles à coups de bâton. « Je vais mourir », se dit-il.

Début de l’évolu­ tion psychologique : Ici, le personnage se sent prisonnier de la douleur.

2

La douleur était telle qu’il ferma les yeux et s’y abandonna. Il était incapable de résister à ce flot qui le submergeait, à ce courant qui l’entraînait loin de ses rivages familiers. Il n’avait plus la force de bouger. C’était comme si un carcan l’emprisonnait de la tête aux pieds. Il se sentait attiré vers un inconnu qui l’effrayait déjà. Il lui sembla entendre une musique abyssale. Sa résistance ­faiblissait. Le néant l’attirait vers lui.2]

[Un étrange sentiment de solitude l’envahit alors. Il était seul dans

25

Élément déclencheur

Suite de l’évolution psychologique : Le son épreuve, terriblement seul. Personne ne pouvait l’aider. C’était personnage ressent en solitaire qu’il lui fallait franchir le passage. Il ne pouvait en de la solitude. être autrement. 3

Ses tempes battaient, sa tête était traversée d’ondes douloureuses. Ses épaules s’enfonçaient dans son corps. « C’est la fin », se dit-il encore. Il lui était impossible de faire un geste.3] 30

35

[Un moment, la douleur fut si forte qu’il crut perdre la raison et

Dénouement inattendu : Alors soudain ce fut comme un déchirement en lui. Un éclair l’aveugla. qu’il voit sa mort Non, pas un éclair, une intense et durable lumière plus exac­ arriver, Lucien naît ! tement. Un feu embrasa ses poumons. Il poussa un cri strident. Tout en l’attrapant par les pieds, la sage-femme dit : « C’est un garçon. » Lucien était né.4] 4

Claude Bourgeyx, « Lucien », Les petits outrages, Le Castor Astral, 2004.

© Éditions Grand Duc

4697_02-Narration-F.indd 137

137

LA NARRATION

19-02-04 9:48 AM


Stratégie de lecture Je devine ce qui est sous-entendu.

Crimes à la librairie est un recueil collectif de nouvelles policières. Le point commun de toutes ces nouvelles est le lieu où sont perpétrés les crimes : la librairie. André Jacques, un auteur québécois qui se consacre à la littérature policière depuis le début des années 2000, y signe Perinde ac cadaver (locution latine qui signifie « comme un cadavre »).

1 Dans la situation initiale, surlignez les éléments essentiels qui répondent aux questions suivantes : qui ? quoi ? où ? quand ? 2 Soulignez un passage qui montre comment le narrateur se sent lorsqu’il aperçoit Morel dans sa librairie. 3 Encadrez la séquence descriptive qui présente le personnage de Morel.

Intention de lecture Cerner les éléments essentiels de la situation initiale et l’élément déclencheur.

Perinde ac cadaver Quand j’ai vu entrer Morel dans la librairie, avec son éternel chapeau noir, j’ai tout de suite su que j’allais mourir. Ça faisait plus de deux ans que je ne l’avais pas croisé. Mais, depuis quelques jours, j’appréhendais sa visite. C’est toujours lui que l’Organisation envoie quand il y a un problème. Et Dieu sait que, là, il y avait un problème. Un grave problème ! Et l’on m’envoyait Morel. N’avait pas vraiment changé depuis les années où nous travaillions ensemble. Peut-être un peu forci. Des plis plus profonds sous les yeux et de chaque côté de la bouche, accentuaient son air de vieux morse. À cette heure-là, en plein cœur de semaine, il n’y avait guère de monde dans la librairie. Morel a quand même pris le temps de sillonner les rayons. Lentement. Comme un client ordinaire. Il s’est arrêté un moment devant l’armoire vitrée fermée à clé, dont je venais de faire changer la serrure. Il a salué Maryse, la caissière, qui rangeait sur des tablettes une vieille encyclopédie reçue la semaine précédente, et il a continué à faire semblant de bouquiner pendant un moment. Puis, il s’est dirigé vers moi. Mes mains tremblaient un peu. J’avais comme une boule de billard coincée dans la gorge. On a beau savoir, avoir tout prévu et s’y attendre…

1

5

10

15

20

— Salut, Morel, lui ai-je dit en tentant de sourire. — Salut, Berthier. Et la librairie, ça tourne ? […] André Jacques, « Perinde ac cadaver », Crimes à la librairie, Éditions Druide, Montréal, 2014, p. 151.

Définition forci : qui a pris du poids. Né en 1947, André Jacques est reconnu pour ses romans policiers. En 2016, il a remporté le prix Saint-Pacôme du meilleur roman policier québécois pour La bataille de Pavie. © Éditions Grand Duc

4697_02-Narration-F.indd 138

138

LA NARRATION

19-02-04 9:48 AM


Questions sur le texte

Les questions d’interprétation sont identifiées comme ceci :

Compréhension et interprétation 1 Lorsqu’il le voit arriver, le narrateur connaît déjà les intentions de Morel. Quelles sont-elles ? Relevez le passage qui le prouve.

2 En vous basant sur les informations contenues dans la situation initiale de la nouvelle, dites pourquoi le personnage principal attend la mort.

3 Pourquoi Berthier ne tente-il pas de prendre la fuite lorsqu’il voit Morel entrer dans sa librairie ?

4 Selon vous et ce que vous avez lu dans cet extrait, quelle sera l’intrigue de cette nouvelle ? Expliquez votre réponse.

© Éditions Grand Duc

4697_02-Narration-F.indd 139

139

LA NARRATION

19-02-04 9:48 AM


Réaction 5 Malgré qu’il sache qu’il va mourir, le personnage principal attend calmement Morel. Cette attitude vous surprend-elle ? Pourquoi ? Expliquez votre réponse en vous basant sur la réaction que vous auriez eue en pareille circonstance.

Jugement critique 6 Le début de cette nouvelle vous donne-t-il envie de lire la suite ? Pourquoi ? Justifiez votre point de vue en vous basant sur un critère d’évaluation et sur au moins un élément du texte.

© Éditions Grand Duc

4697_02-Narration-F.indd 140

140

LA NARRATION

19-02-04 9:48 AM


Grammaire du texte 7 Remplissez le tableau suivant, qui concerne les informations explicites et implicites contenues dans la situation initiale. Traitez-les selon le point de vue des deux personnages principaux. Information

Narrateur (Berthier)

Morel

Profession

Sentiment qu’éprouve chaque personnage en présence de l’autre (Citez un passage qui appuie votre réponse.)

Âge Intention à l’égard de l’autre personnage Lien qui unit les deux protagonistes

Grammaire en contexte Voir la notion 48,

8 Lisez cette phrase tirée du texte.

p. 274.

Quand j’ai vu entrer Morel dans la librairie, avec son éternel chapeau noir, j’ai tout de suite su que j’allais mourir.

a) Soulignez la subordonnée complétive, puis surlignez le subordonnant permettant de l’introduire. b) Justifiez l’emploi du mode indicatif dans la subordonnée complétive.

c) Complétez la phrase suivante en conjuguant le verbe entre parenthèses au temps présent du mode approprié.

Morel voulait que je

© Éditions Grand Duc

4697_02-Narration-F.indd 141

(mourir).

141

LA NARRATION

19-02-04 9:48 AM


Stratégie de lecture Je devine ce qui est sous-entendu.

Les personnages des nouvelles sont souvent complexes. C’est le cas de la narratrice de la nouvelle Les filles ne sont pas faites en chocolat, de Véronique Papineau.

1 Encadrez un indice qui permet de situer cette nouvelle dans le temps. 2 Encadrez un indice qui montre dans quelle ville se situe l’histoire. 3 Dans le 1er paragraphe, soulignez les pronoms et les déterminants qui indiquent le type de narrateur. 4 Dans tout le texte, surlignez les passages qui révèlent les émotions que ressent la narratrice.

Intention de lecture Cibler les émotions et la personnalité du narrateur en tant que personnage principal.

Les filles ne sont pas faites en chocolat   Malgré l’air glacial de ce 30 novembre, j’ai ouvert la porte du balcon arrière, puis la fenêtre de ma chambre, histoire que la fumée chaude aille jouer dehors pour être remplacée par du froid tout neuf, tout oxygéné, tout teinté de CO2 et de toutes les cochonneries de l’air mon­tréalais. L’air des grandes villes nous tue, à ce qu’il paraît. La planète se réchauffe et, dans dix ans, on portera nos shorts à Noël. À ce qu’il paraît. Dans la rue, il y avait un bouchon de circulation et un cellulaire qui sonnait. Une symphonie de Beethoven. Quelconque.

1

Je me suis demandé ce que j’allais faire de cette lettre lorsque la douleur serait passée, parce que je savais qu’elle finirait par passer. Est-ce que je la conserverais en souvenir ou alors je finirais par m’en débarrasser ? Et si je m’en débarrassais, comment allaisje m’y prendre ? De façon symbolique ? En la brûlant ? En la flushant dans les toilettes ? En la jetant à la poubelle avec des restes de pâtes sauce rosée ? Et si je la gardais, parce que je gardais presque toujours tout, tous les petits mots, toutes les lettres, toutes les archives de mes relations qui serviraient un jour à écrire ma biographie, va savoir, où la mettrais-je ? Dans un coin où je risquais de ne la revoir que dans vingt ans ? Entre les pages d’un livre sur les fossiles que je ne consulterais jamais ? Ou alors à portée de main, là où je serais certaine de m’en écœurer, et alors je finirais par faire un geste brutal, totalement détaché, pour m’en séparer, par exemple, l’envoyer au recyclage ? C’était vraiment inutile de songer à cela alors que cette lettre me brûlait encore les doigts et m’écorchait encore les yeux.

10

Elle était toute lisse, pliée en trois côtés égaux, à l’image de la personne qui l’avait envoyée, très droite, très léchée, très dans les règles. Et pourtant, les mots figés par l’encre n’avaient rien à voir avec leur contenant, ils étaient tout sauf « dans les règles ». C’était stupide d’envoyer une telle lettre de façon si posée. J’ai agrippé la feuille et l’ai chiffonnée d’une main. Léger soulagement. Enfin.

5

15

20

25

30

Véronique Papineau, « Les filles ne sont pas faites en chocolat », Petites histoires avec un chat dedans (sauf une), Boréal, 2008, p. 11 et 12.

© Éditions Grand Duc

4697_02-Narration-F.indd 142

142

LA NARRATION

19-02-04 9:48 AM


Questions sur le texte

Les questions d’interprétation sont identifiées comme ceci :

Compréhension et interprétation 1 Quel est le thème de cette nouvelle ? Quel passage du texte vous a permis de le déduire ?

2 Nommez deux traits de personnalité de la narratrice et expliquez-les.

3 Relevez un passage qui montre que la lettre a blessé la narratrice.

4 a) Quel questionnement habite la narratrice en tant que destinataire de la lettre ?

b) Comment met-elle fin à ce questionnement et comment se sent-elle ensuite ?

5 Comment la narratrice perçoit-elle la personne qui lui a envoyé la lettre ? Appuyez votre réponse sur un élément du texte.

© Éditions Grand Duc

4697_02-Narration-F.indd 143

143

LA NARRATION

19-02-04 9:48 AM


Réaction 6 Que pensez-vous du fait qu’une personne en quitte une autre par écrit ? Expliquez votre réponse en vous appuyant sur vos valeurs et sur votre expérience personnelle.

Jugement critique 7 L’expression québécoise ne pas être fait en chocolat signifie « être fort, être capable d’affronter les coups durs ». Diriez-vous que le titre de cette nouvelle est approprié ? Justifiez votre réponse.

Grammaire du texte 8 Quel est le type de narrateur dans cette nouvelle ? Nommez des indices qui le prouvent.

© Éditions Grand Duc

4697_02-Narration-F.indd 144

144

LA NARRATION

19-02-04 9:48 AM


Grammaire en contexte 1 a) Dans la phrase suivante tirée du texte de la page 142, soulignez les verbes à l’infinitif, puis placez entre crochets les auxiliaires d’aspect utilisés.

Voir la notion 49,

Je me suis demandé ce que j’allais faire de cette lettre lorsque la douleur serait passée,

p. 275.

parce que je savais qu’elle finirait par passer.

b) À quoi servent ces auxiliaires ?

Ressource de la langue

8

Les types de narrateur

a

j

b

laclasse.grandducenligne.com

Dans un texte narratif, l’auteur prête sa voix à un narrateur. Il existe deux types de narrateur. Type de narrateur Participant

Omniscient

Statut

Points de repère

Exemple

Il participe à • Il utilise la 3e personne ou des GN pour parler du personnage principal. l’histoire en tant que témoin. • Il ne raconte pas sa propre histoire. • Il utilise parfois la 1re personne lorsqu’il a participé aux événements.

Elle ne semblait pas comprendre ce qui se passait sous ses yeux.

Il participe à • Il utilise la 1re personne du singulier ou du pluriel pour se désigner. l’histoire en tant que personnage • Il raconte ce qu’il voit, ce qu’il entend et ce qui se passe dans sa tête. principal.

J’étais très déçue, je ne comprenais pas pourquoi il agissait ainsi.

Il ne participe pas à l’histoire.

Elle était déçue, mais elle ne pouvait pas savoir qu’il l’était autant qu’elle. Il aurait voulu lui expliquer sa décision, elle aurait sûrement compris.

• Il utilise la 3e personne ou des GN pour parler du personnage principal et des personnages secondaires. • Il ne joue aucun rôle dans l’histoire. • Il peut raconter ce qui se passe dans la tête et dans le cœur de tous les personnages.

Les marques de l’attitude du narrateur Le narrateur, qu’il soit participant ou omniscient, peut laisser voir son point de vue subjectif au sujet des personnages, de leurs actions ou de leurs propos. Son attitude est révélée par  la modalisation des énoncés, les commentaires, la symbolique de certains éléments, les discours rapportés, les séquences argumentatives, etc.

© Éditions Grand Duc

4697_02-Narration-F.indd 145

145

LA NARRATION

19-02-04 9:48 AM


2 Dans les exemples suivants, identifiez le type de narrateur. Surlignez les indices qui le signalent. a) Il marchait dans la nuit, le dos courbé, en jetant des regards furtifs autour de lui.

b) J’étais sous le charme. Son rire cristallin me rendait heureux.

3 Le passage suivant tiré du texte de la page 142 révèle un narrateur participant. Modifiez-le afin qu’il adopte le point de vie d’un narrateur omniscient. Je me suis demandé ce que j’allais faire de cette lettre lorsque la douleur serait passée […].

4 Modifiez cet extrait du texte afin qu’il adopte le point de vue d’un narrateur participant qui serait l’auteur de la lettre. Elle était toute lisse, pliée en trois côtés égaux, à l’image de la personne qui l’avait envoyée, très droite, très léchée, très dans les règles.

5 Dites quel type de narrateur (omniscient ou participant) pourrait raconter les histoires contenues dans les livres suivants. a) Le journal d’Anne Frank (Anne Frank) :

b) Autobiographie d’un amour (Alexandre Jardin) :

c) Pierre Bourgault (Alexandre Nadeau) :

© Éditions Grand Duc

4697_02-Narration-F.indd 146

146

LA NARRATION

19-02-04 9:48 AM


Stratégie de lecture Je cherche des indices dans les mots plus difficiles.

Intention de lecture Identifier les marques de l’attitude du narrateur à l’égard des autres personnages.

La main 1

5

J’étais alors juge d’instruction à Ajaccio, une petite ville blanche, couchée au bord d’un admirable golfe qu’entourent partout de hautes montagnes. Ce que j’avais surtout à poursuivre là-bas, c’étaient les affaires de vendetta. J’avais vu égorger des vieillards, des enfants, des cousins, j’avais la tête pleine de ces histoires. Or, j’appris un jour qu’un Anglais venait de louer pour plusieurs années une petite villa au fond du golfe. Il avait amené avec lui un domestique français, pris à Marseille en passant.

10

15

20

25

Je voulus, en ma qualité de juge d’instruction, prendre quelques renseignements sur cet homme ; mais il me fut impossible de rien apprendre. Il se faisait appeler sir John Rowell. C’était un grand homme à cheveux rouges, à barbe rouge, très haut, très large, une sorte d’hercule placide et poli. Il n’avait rien de la raideur dite britannique et il me remercia vivement de ma délicatesse en un français accentué d’outre-Manche. Au bout d’un mois, nous avions causé ensemble cinq ou six fois.

Écrivain français du 19e siècle, Guy de Maupassant est réputé pour ses œuvres fantastiques et souvent dramatiques. Le Horla est sa nouvelle la plus connue.

1 Soulignez la phrase qui présente le narrateur. 2 Encadrez le lieu où se déroule l’histoire. 3 Surlignez le passage qui montre que le narrateur était curieux au sujet de l’Anglais. 4 Dans tout le texte, surlignez les passages où le narrateur décrit ses impressions sur sir John Rowell.

Un soir enfin, comme je passais devant sa porte, je l’aperçus qui fumait sa pipe, à cheval sur une chaise, dans son jardin. Je le Définitions : saluai, et il m’invita à entrer pour boire un verre de bière. Je ne juge d’instruction : me le fis pas répéter. personne qui vérifie s’il y a matière à procès Il me reçut avec toute la méticuleuse courtoisie anglaise, parla dans une cause. avec éloge de la France, de la Corse, déclara qu’il aimait beaucoup vendetta : poursuite cette pays, cette rivage. de la vengeance d’un proche. Son salon était tendu de noir, de soie noire brodée d’or. De hercule : homme grandes fleurs jaunes couraient sur l’étoffe sombre, brillaient d’une très grande comme du feu. force physique. placide : calme. Il annonça : outre-Manche : — C’été une drap japonaise. nom que les Français donnent à la GrandeBretagne, située de l’autre côté de la Manche. tendu : tapissé, recouvert d’un tissu qu’on a tendu. © Éditions Grand Duc

4697_02-Narration-F.indd 147

147

LA NARRATION

19-02-04 9:48 AM


« Je touchai ce débris humain qui avait dû appartenir à un colosse. »

5 Encadrez la séquence descriptive qui décrit un élément que le narrateur trouve étrange. 6 Surlignez la phrase qui montre l’apparition du fantastique dans cette histoire.

Mais, au milieu du plus large panneau, une chose étrange me tira l’œil. Sur un carré de velours rouge, un objet noir se détachait. Je m’approchai : c’était une main, une main d’homme. Non pas une main de squelette, blanche et propre, mais une main noire desséchée, avec les ongles jaunes, les muscles à nu et des traces de sang ancien, de sang pareil à une crasse, sur les os coupés net, comme d’un coup de hache, vers le milieu de l’avant-bras.

30

35

Autour du poignet, une énorme chaîne de fer, rivée, soudée à ce membre malpropre, l’attachait au mur par un anneau assez fort pour tenir un éléphant en laisse. Je demandai :

40

— Qu’est-ce que cela ? L’Anglais répondit tranquillement : — C’été ma meilleur ennemi. Il vené d’Amérique. Il avé été fendu avec le sabre et arraché la peau avec une caillou coupante, et séché dans le soleil pendant huit jours. Aoh, très bonne pour moi, cette. Je touchai ce débris humain qui avait dû appartenir à un colosse. Les doigts, démesurément longs, étaient attachés par des tendons énormes que retenaient des lanières de peau par places. Cette main était affreuse à voir, écorchée ainsi, elle faisait penser naturellement à quelque vengeance de sauvage.

45

50

Je dis : — Cet homme devait être très fort. L’Anglais prononça avec douceur :

Guy de Maupassant (1850-1893) avait comme mentor Gustave Flaubert (18211880). Il a également pratiqué le métier de journaliste dans sa courte vie.

© Éditions Grand Duc

4697_02-Narration-F.indd 148

— Aoh yes ; mais je été plus fort que lui. J’avé mis cette chaîne pour le tenir.

55

Je crus qu’il plaisantait. Je dis : — Cette chaîne maintenant est bien inutile, la main ne se sauvera pas. Sir John Rowell reprit gravement :

60

— Elle voulé toujours s’en aller. Cette chaîne été nécessaire.

148

LA NARRATION

19-02-04 9:48 AM


« On dirait qu’ il a été étranglé par un squelette. »

D’un coup d’œil rapide j’interrogeai son visage, me demandant : — Est-ce un fou, ou un mauvais plaisant ? 65

Mais la figure demeurait impénétrable, tranquille et bienveillante. Je parlai d’autre chose et j’admirai les fusils. Je remarquai cependant que trois revolvers chargés étaient posés sur les meubles, comme si cet homme eût vécu dans la crainte constante d’une attaque.

70

75

Je revins plusieurs fois chez lui. Puis je n’y allai plus. On s’était accoutumé à sa présence ; il était devenu indifférent à tous.

7 Soulignez la phrase qui montre que John Rowell a peur de quelque chose. 8 À l’aide de barres obliques, séparez l’élément déclencheur du reste du récit. 9 Dans cette page, encadrez une séquence descriptive.

Une année entière s’écoula. Or, un matin, vers la fin de novembre, mon domestique me réveilla en m’annonçant que sir John Rowell Définition avait été assassiné dans la nuit. plaisant : personne qui joue des tours. Une demi-heure plus tard, je pénétrais dans la maison de l’Anglais avec le commissaire central et le capitaine de gendarmerie. Le valet, éperdu et désespéré, pleurait devant la porte. Je soupçonnai d’abord cet homme, mais il était innocent. On ne put jamais trouver le coupable.

80

En entrant dans le salon de sir John, j’aperçus du premier coup d’œil le cadavre étendu sur le dos, au milieu de la pièce. Le gilet était déchiré, une manche arrachée pendait, tout annonçait qu’une lutte terrible avait eu lieu.

85

L’Anglais était mort étranglé ! Sa figure noire et gonflée, effrayante, semblait exprimer une épouvante abominable ; il tenait entre ses dents serrées quelque chose ; et le cou, percé de cinq trous qu’on aurait dits faits avec des pointes de fer, était couvert de sang. Un médecin nous rejoignit. Il examina longtemps les traces des doigts dans la chair et prononça ces étranges paroles : — On dirait qu’il a été étranglé par un squelette.

90

Un frisson me passa dans le dos, et je jetai les yeux sur le mur, à la place où j’avais vu jadis l’horrible main d’écorché. Elle n’y était plus. La chaîne, brisée, pendait.

© Éditions Grand Duc

4697_02-Narration-F.indd 149

149

LA NARRATION

19-02-04 9:48 AM


Du même auteur Guy de Maupassant, Le Horla et autres contes fantastiques, Flammarion, 2017.

  Encadrez le passage qui décrit les comportements étranges de sir John Rowell avant sa mort.   À l’aide de traits, séparez le dénouement du reste du récit.   Surlignez l’explication logique de la mort de l’Anglais.

Définition phalange : articulation du doigt.

Alors je me baissai vers le mort, et je trouvai dans sa bouche crispée un des doigts de cette main disparue, coupé ou plutôt scié par les dents juste à la deuxième phalange.

95

Puis on procéda aux constatations. On ne découvrit rien. Aucune porte n’avait été forcée, aucune fenêtre, aucun meuble. Les deux chiens de garde ne s’étaient pas réveillés. Voici, en quelques mots, la déposition du domestique : Depuis un mois, son maître semblait agité. Il avait reçu beaucoup de lettres, brûlées à mesure.

100

Souvent, prenant une cravache, dans une colère qui semblait de démence, il avait frappé avec fureur cette main séchée, scellée au mur et enlevée, on ne sait comment, à l’heure même du crime. Il se couchait fort tard et s’enfermait avec soin. Il avait toujours des armes à portée du bras. Souvent, la nuit, il parlait haut, comme s’il se fût querellé avec quelqu’un. Cette nuit-là, par hasard, il n’avait fait aucun bruit, et c’est seu­ lement en venant ouvrir les fenêtres que le serviteur avait trouvé sir John assassiné. Il ne soupçonnait personne.

105

110

Je communiquai ce que je savais du mort aux magistrats et aux officiers de la force publique, et on fit dans toute l’île une enquête minutieuse. On ne découvrit rien. Or, une nuit, trois mois après le crime, j’eus un affreux cauchemar. Il me sembla que je voyais la main, l’horrible main, courir comme un scorpion ou comme une araignée le long de mes rideaux et de mes murs. Trois fois, je me réveillai, trois fois je me rendormis, trois fois je revis le hideux débris galoper autour de ma chambre en remuant les doigts comme des pattes. Le lendemain, on me l’apporta, trouvé dans le cimetière, sur la tombe de sir John Rowell, enterré là ; car on n’avait pu découvrir sa famille. L’index manquait. Je pense tout simplement que le légitime propriétaire de la main n’était pas mort, qu’il est venu la chercher avec celle qui lui restait. Mais je n’ai pu savoir comment il a fait, par exemple. C’est là une sorte de vendetta.

115

120

125

Guy de Maupassant, « La main », Contes du jour et de la nuit, 1885 (texte adapté).

© Éditions Grand Duc

4697_02-Narration-F.indd 150

150

LA NARRATION

19-02-04 9:48 AM


Questions sur le texte

Les questions d’interprétation sont identifiées comme ceci :

Compréhension et interprétation 1 Remplissez le tableau suivant concernant le schéma narratif et la narration de la nouvelle La main. Personnage principal Type de narrateur Situation initiale

Qui ? Quoi ?

Où ? Quand ? Élément déclencheur Évolution psychologique (sentiments successifs vécus par le personnage principal à la suite de l’élément déclencheur)

« L’Anglais était mort étranglé ! » (ligne 83) « Un frisson me passa dans le dos […] » (ligne 90) « On ne découvrit rien. » (ligne 113) « Or, une nuit, trois mois après le crime, j’eus un affreux cauchemar. » (ligne 114)

Dénouement

Situation finale

© Éditions Grand Duc

4697_02-Narration-F.indd 151

151

LA NARRATION

19-02-04 9:48 AM


2 Au fil de ses rencontres avec sir John Rowell, le narrateur apprend à l’apprécier. Qu’est-ce qu’il préfère chez cette nouvelle connaissance ? Expliquez votre réponse.

3 Après avoir appris à connaître sir John Rowell, le narrateur a-t-il toujours des craintes face à ce personnage étrange ? Expliquez votre réponse.

4 Les comportements de sir John Rowell ont-ils changé au cours de cette nouvelle ? Appuyez votre réponse à l’aide d’éléments du texte.

5 Au début et à la fin de la nouvelle, le narrateur indique qu’il traite souvent des affaires de vendetta. Pourquoi peut-on dire que cette nouvelle est une histoire de vendetta ?

© Éditions Grand Duc

4697_02-Narration-F.indd 152

152

LA NARRATION

19-02-04 9:48 AM


Réaction 6 Préférez-vous l’explication logique du juge d’instruction pour élucider le meurtre de sir John Rowell ou celle surnaturelle qui se dégage du récit ? Pourquoi ?

Jugement critique 7 Lors de sa publication, cette nouvelle a été sous-titrée « Mémoire d’un farceur ». Croyez-vous que ce sous-titre lui convenait bien ? Justifiez votre point de vue en vous appuyant sur des éléments du texte.

Grammaire du texte 8 Dans le passage suivant, le narrateur alterne une phrase très longue et deux phrases très courtes. Quel est l’effet ainsi créé ?

Un frisson me passa dans le dos, et je jetai les yeux sur le mur, à la place où j’avais vu jadis l’horrible main d’écorché. Elle n’y était plus. La chaîne, brisée, pendait.

© Éditions Grand Duc

4697_02-Narration-F.indd 153

153

LA NARRATION

19-02-04 9:48 AM


9 Tout au long du récit, le narrateur laisse percevoir son point de vue subjectif sur les autres personnages. Quelles marques d’attitude utilise-t-il ? Cochez toutes les réponses possibles.   La modalisation des énoncés (vocabulaire connoté, figures de style, etc.)   Les commentaires   Les discours rapportés

Jugement critique comparatif a) Après avoir lu le début des trois nouvelles précédentes, lequel jugez-vous le plus réussi ?

  Perinde ac cadaver

  Les filles ne sont pas faites en chocolat

  La main

b) Pourquoi ? Expliquez votre réponse en vous référant à la situation initiale et à l’élément déclencheur de chaque nouvelle.

© Éditions Grand Duc

4697_02-Narration-F.indd 154

154

N’oubliez pas que, pour répondre à ce type de questions, vous devez : - donner votre opinion ; - exprimer le critère sur lequel vous avez basé votre opinion ; - donner un exemple tiré du texte pour appuyer votre opinion. Au besoin, consultez la page 12.

LA NARRATION

19-02-04 9:48 AM


Grammaire en contexte 1 Nommez la fonction qu’exerce le groupe syntaxique entre crochets dans chaque phrase tirée du texte La main.

Voir la notion 20,

a) J’étais alors [juge d’instruction à Ajaccio, une petite ville blanche, couchée au bord d’un admirable golfe qu’entourent partout de hautes montagnes].

p. 260.

b) […] c’est seulement en venant ouvrir les fenêtres que le serviteur avait trouvé sir John [assassiné].

Ressource de la langue

m

L’harmonisation des temps verbaux

2

u

b

laclasse.grandducenligne.com

L’écriture d’un récit peut se faire au présent ou au passé. S’il choisit d’utiliser le passé, l’auteur doit suivre certaines règles. LE RÉCIT AU PASSÉ (temps du mode indicatif) Actions principales dont la durée est limitée

Descriptions (lieux, personnages, habitudes ; actions secondaires ; actions se poursuivant dans le temps)

Incertitude ou action qui n’est pas encore arrivée

Événement antérieur à l’histoire

• Passé simple • Passé composé (un seul de ces temps)

• Imparfait

• Conditionnel (présent ou passé) • Futur (simple ou antérieur)

• Passé antérieur • Plus-que-parfait

Exemple :

Exemple :

Amélie contempla la lune, puis entra dans sa maison.

Tous les soirs, Amélie contemplait la lune avant d’entrer chez elle.

Exemples : • Lorsqu’elle sera de retour chez elle, Amélie contemplera la lune. • Amélie aurait contemplé la lune si elle avait été chez elle.

Exemples : • Quand elle eut contemplé la lune, Amélie entra. • Amélie avait souvent contemplé la lune, mais elle ne s’y intéressait plus.

© Éditions Grand Duc

4697_02-Narration-F.indd 155

155

LA NARRATION

19-02-04 9:48 AM


2 Conjuguez les verbes entre parenthèses au passé simple, à l’imparfait ou au plusque-parfait de l’indicatif, selon le sens. Lorsque l’Anglais (emménager)

à Ajaccio, le juge d’instruction (devoir)

enquêter à son sujet. Ce dernier (découvrir) l’étrange main que l’homme (accrocher)

à sa cheminée et (s’inquiéter)

 . (S’agir)

-il d’un quelconque fou ou d’un dangereux

criminel ? Nul ne le (savoir)

 . Pourtant, le juge d’instruction (se lier)

d’amitié avec ce dernier. Finalement, il (décider) pas dangereux et s’en (désintéresser)

qu’il n’(être)

 .

3 Justifiez l’emploi des temps verbaux du mode indicatif soulignés dans le passage du texte. Indiquez la lettre a, b, c ou d, selon qu’il s’agit : a) de l’imparfait pour exprimer une habitude ; b) de l’imparfait pour décrire ; c) du passé simple pour traduire les actions principales ; d) du plus-que-parfait pour exprimer un événement antérieur à l’histoire. C’était

un grand homme à cheveux rouges, à barbe rouge, très haut, très large,

une sorte d’hercule placide et poli. Il n’avait il me remercia

rien de la raideur dite britannique et

vivement de ma délicatesse en un français accentué d’outre-Manche.

Au bout d’un mois, nous avions causé

ensemble cinq ou six fois.

4 Récrivez le paragraphe suivant en utilisant le système verbal du passé. Je vois les marques de doigts sur le cou de l’Anglais. Il semble avoir été étranglé par un squelette. Je frissonne. Est-il possible que la main l’ait étranglé ? Je tourne sa tête et je remarque qu’un doigt se trouve dans sa bouche. C’est un doigt décharné qui a été coupé par les dents de sir John Rowell.

© Éditions Grand Duc

4697_02-Narration-F.indd 156

156

LA NARRATION

19-02-04 9:48 AM


Situation d’écriture Rédaction d’une nouvelle

Maintenant que vous avez pu vous familiariser avec deux nouvelles d’auteurs québécois, écrivez votre propre nouvelle d’environ 400 mots. Cette nouvelle doit porter sur un des thèmes suivants : les relations amoureuses, l’amitié, la famille ou le travail. Au moment de rédiger votre texte, assurez-vous de respecter les consignes suivantes. Structurez la nouvelle en cinq parties : •• la situation initiale ; •• l’élément déclencheur ; •• l’évolution psychologique du personnage principal ; •• le dénouement ; •• la situation finale.

Pour connaître les critères d’évaluation d’une situation d’écriture, référez-vous aux pages 277 et 278.

Dans la situation initiale, situez votre histoire dans le temps et dans l’espace grâce à des repères culturels. Afin de bien décrire l’évolution psychologique de votre personnage principal, insérez des monologues intérieurs ou des commentaires du narrateur pour montrer les motivations profondes qui poussent ce personnage à agir. Écrivez votre nouvelle à la première personne (p. 145) et au passé, en portant une attention particulière à l’harmonisation des temps verbaux dans un récit au passé (p. 155).

Les subordonnées compléments du nom (p. 103) vous seront très utiles pour présenter les caractéristiques du personnage principal (sentiments, émotions, valeurs, croyances, caractéristiques sociales et culturelles).

Prenez aussi le temps de vérifier : la syntaxe et la ponctuation des phrases ; l’orthographe des mots et les accords.

JE RETIENS DONC... Lorsque j’écris une nouvelle, j’accorde une importance particulière aux sentiments et à l’évolution psychologique du

 . La description

du personnage peut être abordée dans la

 , mais ses

sont très importants dans l’évolution psychologique qui suit l’ 

© Éditions Grand Duc

4697_02-Narration-F.indd 157

 .

157

LA NARRATION

19-02-04 9:48 AM


Le roman Qu’est-ce que c’est ? Le roman est un récit généralement long qui raconte une histoire fictive (ou inven­ tée). On le distingue des récits plus courts, comme la nouvelle ou le conte. Il existe plusieurs types de roman : roman d’aven­ tures, de science-fiction, d’amour, psycho­ logique, fantastique, initia­tique, etc. Qui l’écrit et pourquoi ? Les auteurs de romans sont aussi diffé­rents que nombreux. Par exemple, cer­tains sont des écrivains engagés qui cherchent à transmettre un message, alors que d’autres préfèrent raconter des histoires fictives ou encore travailler un texte jusqu’à en faire une œuvre unique, remarquable. Exemple de roman

Narrateur participant Présence d’un temps verbal dominant : le présent de l’indicatif

Qui le lit et pourquoi ? Le lecteur de romans est curieux de découvrir des histoires qui corres­ pondent à ses champs d’intérêt, à ses genres préférés et à ses connaissances littéraires. Ses choix varient selon l’efficacité de ses stratégies de lecture. La lecture de romans permet de s’évader, de s’émouvoir, d’évoluer et de mieux connaître ses goûts. Elle peut aussi inspirer de nouveaux auteurs.

La voix du couteau On sort du marais pour reprendre le chemin de la ville, et le monde paraît tout noir et tout gris, peu importe ce que dit le soleil.  Même Manchee aboie presque rien pendant qu’on remonte à travers prés. Mon Bruit écume et bouillonne tant, comme une cocotte sur le feu, je dois m’arrêter un instant pour le calmer.

1

5

Le silence, ça n’existe pas. Pas ici, nulle part. Pas quand tu dors, pas quand t’es seul. Jamais. Caractéristiques du personnage principal Description de lieux (cadre spatial)

© Éditions Grand Duc

4697_02-Narration-F.indd 158

Je ferme les yeux. Je m’appelle Todd Hewitt. J’ai douze ans et douze mois. J’habite à Prentissville, Nouveau Monde. Je serai un homme dans un mois exactement.

158

10

LA NARRATION

19-02-04 9:48 AM


15

Ce truc, c’est Ben qui me l’a appris pour m’aider à calmer mon Bruit. On ferme les yeux, et bien tranquillement, bien distinc­ tement, on se raconte qui on est, à cause que c’est ça justement qui se perd dans tout ce BRUIT. Je m’appelle Todd Hewitt. — Todd Hewitt, marmonne Manchee à côté de moi. Je prends une longue respiration puis rouvre les yeux.

20

25

Voilà qui je suis. Todd Hewitt. On continue à remonter du marais et de la rivière, remonter les prés et les champs jusqu’à la crête au sud de la ville où était la petite école pendant la période courte, inutile où elle a existé. Avant ma naissance, les enfants apprenaient auprès de leur maman Cadre temporel à la maison, mais quand il est plus resté que des garçons et des hommes, on s’est retrouvés assis devant des vidéos à apprendre nos leçons, jusqu’à ce que Maire Prentiss il interdise ces choses comme « pernicieuses pour la discipline de nos esprits ». Patrick Ness, La voix du couteau, traduit par Bruno Krebs, Gallimard Jeunesse, 2010, p. 28 et 29.

Le jeune acteur Tom Holland interprétera Tom Hewitt dans le film Le chaos en marche, dont la sortie est prévue en 2019. © Éditions Grand Duc

4697_02-Narration-F.indd 159

159

LA NARRATION

19-02-04 9:48 AM


Stratégie de lecture J’utilise les outils mis à ma disposition.

Les jumeaux Ben et Sheere ont été séparés en bas âge après que leur père eut été tué en fuyant un criminel. Alors que Sheere sera élevée par sa grand-mère, Ben sera élevé à l’orphelinat, car le fait de vivre loin l’un de l’autre les protégera.

1 Encadrez les deux GN qui permettent de situer le moment et le lieu où se déroulent les événements. 2 Tracez une barre oblique entre la situation initiale et l’élément déclencheur, puis un trait à l’endroit où débute le déroulement. 3 Dans tout le texte, surlignez les éléments qui contribuent à créer l’atmosphère de ce récit fantastique.

Définitions pénombre : faible clarté. évanescent : qui disparaît petit à petit. anguleux : qui présente des angles. spectre : apparition qui fait peur.

© Éditions Grand Duc

4697_02-Narration-F.indd 160

Intention de lecture Identifier les éléments présents dans un roman fantastique.

Le palais de minuit Au cours de la nuit, Ben se réveilla dans la faible pénombre ­bleutée qui flottait sur le dortoir. Il crut sentir une bouffée d’air humide sur son visage, comme le souffle invisible de quelqu’un caché dans l’obscurité. Un rayon de lumière évanescente vacillait lentement depuis l’étroite fenêtre anguleuse et projetait mille ombres dansantes sur les murs et le plafond de la salle. Il tendit la main vers la modeste table de nuit qui flanquait son lit et approcha le cadran de sa montre de la clarté de la lune. Les aiguilles indiquaient trois heures du matin.

1

Il soupira en imaginant que c’étaient les derniers vestiges d’un rêve qui disparaissaient de son esprit comme des gouttes de rosée au soleil du matin, et songea que son ami Ian avait dû lui prêter pour une nuit le fantôme de ses insomnies. Il referma les paupières et appela à son secours les images de la fête qui s’était terminée peu de temps auparavant, confiant dans leur pouvoir apaisant pour l’aider à se rendormir. Juste à ce moment, il entendit pour la première fois le bruit et se redressa pour écouter l’étrange vibration qui semblait faire frissonner les feuilles du jardin.

10

Il écarta les draps et marcha lentement jusqu’à la fenêtre. De là, il percevait le léger tintement des ampoules éteintes dans les branches des arbres et l’écho lointain de ce qui lui parut être des voix de centaines d’enfants qui riaient et parlaient tous en même temps. Il appuya son front contre la vitre et devina au milieu de la cour, à travers le spectre de sa propre buée, une silhouette mince et immobile, enveloppée dans une tunique noire, qui regardait droit dans sa direction. Il sursauta et fit un pas en arrière. Sous ses yeux, la vitre se fendilla lentement : une fissure née au centre de la feuille de verre transparent s’étendit comme du lierre ou une toile d’araignée dessinée par des centaines de griffes invisibles. Ben sentit ses cheveux se dresser sur sa tête et sa respiration s’accélérer. Il regarda autour de lui. Tous ses camarades, plongés dans un profond sommeil, gisaient sans le moindre mouvement. Les voix distantes des enfants résonnèrent de nouveau. Ben vit qu’une brume gélatineuse s’infiltrait dans les fissures de la vitre, comme une bouffée de fumée bleue qui traverserait de la soie. Il se rapprocha de la fenêtre et tenta de distinguer la cour. La forme

160

5

15

20

25

30

35

LA NARRATION

19-02-04 9:48 AM


Du même auteur Carlos Ruiz Zafón, Marina, Pocket, 2012.

40

45

50

55

60

65

70

demeurait là. Cette fois, elle tendit un bras et le désigna, tandis 4 Encadrez les lieux que ses doigts longs et effilés se transformaient en autant de dans lesquels Ben se flammes. Il resta fasciné pendant plusieurs secondes, incapable déplace afin de suivre l’ombre. de s’arracher de cette vision. Lorsque la forme lui tourna le dos et commença de s’éloigner dans l’obscurité, Ben réagit enfin et se précipita hors du dortoir. Définitions Le couloir, désert, était à peine éclairé par un bec de gaz de dévaler : descendre l’ancienne installation de St. Patrick’s qui avait survécu aux tra- rapidement. vaux de rénovation des années précédentes. Ben dévala l’escalier, réfectoire : salle à manger dans traversa les salles de réfectoire et sortit dans la cour par la porte un orphe­linat latérale des cuisines de l’orphelinat, juste à temps pour voir la ou un monastère. silhouette se perdre dans la ruelle obscure qui bordait la partie déshérité : personne arrière du bâtiment, noyée dans une épaisse brume qui montait pauvre. des grilles de l’égout. Il s’élança vers la brume et plongea dedans. masure : maison en mauvais état, taudis. Ben courut sur une centaine de mètres le long de ce tunnel de torchis : mélange vapeur froide et flottante. Il atteignit une vaste étendue déserte de terre argileuse qui s’étendait au nord de St. Patrick’s, un terrain vague semé de et de paille utilisé cabanes et de décombres qui avaient servi de foyer aux habitants dans certaines les plus déshérités du nord de Calcutta. Il contourna les flaques constructions. boueuses d’un chemin tracé au milieu d’un labyrinthe de masures bourbier : situation difficile. en torchis incendiées et inhabitées, et s’enfonça dans ces lieux bidonville : partie très contre lesquels Thomas Carter les avait toujours mis en garde. Les pauvre d’une ville, où voix des enfants provenaient d’un endroit caché parmi les ruines s’entassent les taudis. de ce bourbier de misère et d’ordures. Il enfila un étroit couloir qui s’ouvrait entre deux baraques en ruine et s’arrêta net en constatant qu’il avait trouvé ce qu’il cherchait. Devant ses yeux s’étendait une plaine infinie de vieilles masures détruites au milieu de laquelle la brume jaillissait comme l’haleine d’un dragon invisible dans la nuit. Le bruit des enfants semblait sortir lui aussi du même point, mais Ben n’entendait plus de rires ni de chansons : résonnaient à présent les terribles hurlements de panique et d’horreur de centaines d’enfants pris au piège. Il sentit un vent froid le plaquer contre les murs de l’ancien bidonville. De la brume frémissante surgit le grondement furieux d’une grande machine d’acier qui faisait trembler le sol sous ses pieds. Carlos Ruiz Zafón, Le palais de minuit, traduit par François Maspero, Robert Laffont, 2012, p. 94 à 97.

© Éditions Grand Duc

4697_02-Narration-F.indd 161

161

LA NARRATION

19-02-04 9:48 AM


Questions sur le texte

Les questions d’interprétation sont identifiées comme ceci :

Compréhension et interprétation 1 Quel élément crée une atmosphère mystérieuse dans cet extrait du roman Le palais de minuit ? Expliquez votre réponse.

2 a) Le personnage qui apparaît à Ben peut créer du feu. Expliquez la symbolique du feu dans ce contexte.

b) Que représente le personnage que Ben a vu par sa fenêtre et qu’il a suivi ? Justifiez votre réponse.

3 Dans quel milieu social cette histoire se déroule-t-elle ? Justifiez votre réponse à l’aide d’au moins deux indices du texte.

4 À votre avis, quelle ambiance ou atmosphère se dégage de ce récit ? Justifiez votre réponse.

© Éditions Grand Duc

4697_02-Narration-F.indd 162

162

LA NARRATION

19-02-04 9:48 AM


5 Relevez un passage pertinent pour illustrer chaque émotion ressentie par Ben, suivant la progression du récit. a) La surprise :

b) La peur :

c) La curiosité :

6 À la fin de l’extrait, une chose apparaît à Ben, mais le narrateur ne la nomme pas explicitement. Indiquez de quoi il s’agit.

Réaction 7 Pensez-vous que Ben a eu raison de quitter le dortoir de l’orphelinat pour suivre l’étrange silhouette qui lui a fait signe ? Trouvez-vous son comportement normal, courageux ou imprudent ? Expliquez votre réponse.

© Éditions Grand Duc

4697_02-Narration-F.indd 163

163

LA NARRATION

19-02-04 9:48 AM


Jugement critique 8 L’extrait que vous avez lu du Palais de minuit vous a-t-il donné envie de lire la suite de ce récit fantastique ? Pourquoi ? Justifiez votre point de vue en vous basant sur au moins deux critères.

Grammaire du texte 9 Le narrateur omniscient utilise de longues phrases et un rythme lent pour décrire les lieux que Ben découvre. Quel est l’effet ainsi créé ? Expliquez votre réponse.

Quel est le temps de l’indicatif dominant dans ce récit ?

© Éditions Grand Duc

4697_02-Narration-F.indd 164

164

LA NARRATION

19-02-04 9:48 AM


Grammaire en contexte 1 Dans l’extrait suivant du texte Le palais de minuit, surlignez l’auxiliaire de modalité et dites ce qu’il exprime.

Voir la notion 49,

Le bruit des enfants semblait sortir lui aussi du même point, mais Ben n’entendait plus de

p. 275.

rires ni de chansons : résonnaient à présent les terribles hurlements de panique et d’horreur de centaines d’enfants pris au piège.

Ressource de la langue

m

Les éléments de l’univers narratif

c

2

d

laclasse.grandducenligne.com

Les personnages, les lieux, les objets et l’époque permettent de définir l’univers narratif du texte.

Les récits psychologiques • Ces récits sont réalistes. • Ils présentent des personnages sous toutes leurs facettes : motivations, buts, qualités, défauts, relations avec les autres, rang social, profession, etc. • La narration se fait le plus souvent à l’aide d’un narrateur omniscient ou participant. • Les réflexions, parfois sous forme de monologues intérieurs, permettent d’identifier les valeurs du personnage principal.

Les récits de science-fiction • Ces récits se basent sur des découvertes scientifiques, sur la vie dans le futur ou dans l’espace. • Ils se déroulent des contextes qui poussent nos connaissances à l’extrême, ce qui les rend impossibles dans le monde réel. • Certains se déroulent dans une société idéale (utopie) ; d’autres décrivent un monde sombre où le bonheur est inaccessible en raison de l’organisation sociale (dystopie).

Les récits fantastiques • Ils présentent un univers étrange, voire inquiétant, mais leur contexte est réaliste quant au lieu, à l’époque, aux objets et aux personnages. • On y introduit l’inexplicable à l’aide d’êtres ou de phénomènes étranges, d’objets aux caractéristiques inhabituelles. • Le « mal » y est représenté de différentes manières : un esprit maléfique, une maison hantée, un objet ensorcelé, etc. • Ce type de récit suscite chez le lecteur l’incompréhension, l’inquiétude et la peur.

© Éditions Grand Duc

4697_02-Narration-F.indd 165

165

LA NARRATION

19-02-04 9:48 AM


2 Quels éléments caractéristiques d’un roman fantastique trouve-t-on dans le texte Le palais de minuit ? Appuyez votre réponse sur des extraits du texte.

3 Dans le texte suivant, surlignez le ou les passages montrant que le récit est fantastique. « Mais le corbeau, perché solitairement sur le buste placide, ne proféra que ce mot unique, comme si dans ce mot unique il répandait toute son âme. Il ne prononça rien de plus ; il ne remua pas une plume, — jusqu’à ce que je me prisse à murmurer faiblement : “D’autres amis se sont déjà envolés loin de moi ; vers le matin, lui aussi, il me quittera comme mes anciennes espérances déjà envolées.“ » Edgar Allan Poe, Le corbeau

4 Surlignez les éléments qui prouvent que le paragraphe suivant est tiré d’un récit de science-fiction. « C’était partout la même chose : un chaos de glaces orangé parsemé de roches grises se confondant à l’horizon avec le rideau de velours de l’espace. Il ne voyait pas d’étoiles distinctes dans le ciel, mais c’était probablement dû à la faible résolution de la ventouse et non à la présence d’une atmosphère quelconque. La gravité de l’astéroïde était trop réduite pour maintenir même les plus denses des gaz, et les escarpements déchiquetés ne présentaient pas la moindre trace d’érosion. » Isaac Asimov, La cité des robots

5 Dans un dictionnaire encyclopédique ou dans un dictionnaire des noms propres, cherchez le nom de chaque auteur afin de déterminer si ses œuvres sont des récits fantastiques, de science-fiction ou psychologiques. a) Madame Bovary, Gustave Flaubert

b) 1984, George Orwell

c) Le Horla, Guy de Maupassant

© Éditions Grand Duc

4697_02-Narration-F.indd 166

166

LA NARRATION

19-02-04 9:48 AM


Stratégie de lecture Je prédis la suite du texte.

Intention de lecture Observer les séquences explicatives dans le récit.

Jenna Fox, pour toujours 1

— […] As-tu déjà entendu parler du CFES ? Je fouille dans ma mémoire quasi inexistante. J’ai l’impression que je devrais savoir, que c’est presque à ma portée.

5

10

« Ce n’est pas un autre gros mot, si c’est ce que tu te demandes, intervient Ethan. — Le Comité fédéral d’éthique des sciences, explique Allys. C’est lui qui est à la tête de ce département. C’est lui qui autorise ou interdit la moindre recherche, la moindre procédure médicale. Si on ne remplit pas tous les formulaires et qu’on ne fournit pas tous les rapports voulus, le Comité intervient. Il a déjà fait fermer des hôpitaux entiers. Pas très souvent, mais assez pour se faire redouter par tous les centres médicaux et de recherche du pays. — Mais pourquoi ?

15

20

— Ils font office de sentinelles. Il fallait bien qu’il y ait un organisme de contrôle central. Pense au clonage humain au début du siècle : c’était illégal, mais certains laboratoires le pratiquaient quand même, leurs chances d’être soumis à un contrôle étant très faibles. Et ne parlons pas du Bio Gel. C’est probablement sa découverte qui a conduit le Congrès à créer le CFES. » Allys continue à parler, mais je ne l’écoute plus. Bio Gel. L’invention de papa. J’entends encore la voix de Lily. Un succès immédiat. Ça a fait les gros titres des journaux. « Bio Gel ? — Ça a tout changé. Tout est devenu possible ou presque.

25

Jenna Fox n’a aucun souvenir de sa vie avant l’accident. Elle n’a que des vidéos de son enfance et de son adolescence pour l’aider à retrouver ses souvenirs. Elle doit se créer une nouvelle vie ailleurs et sa rencontre avec Allys et Ethan sera bouleversante.

1 Dans le premier paragraphe, soulignez les marques qui permettent de déterminer le type de narrateur. 2 Dans tout le texte, surlignez les passages qui dévoilent les pensées du personnage principal. 3 Dans tout le texte, encadrez les passages qui montrent que cet extrait provient d’un roman de science-fiction.

Définition sentinelle : personne qui surveille.

— Comment ça ? »

© Éditions Grand Duc

4697_02-Narration-F.indd 167

167

LA NARRATION

19-02-04 9:48 AM


« Mais ce n’est pas parce qu’on peut faire quelque chose qu’on doit le faire. » Définition amnésique : qui ne se souvient pas.

Alys fronce les sourcils. « Tu es vraiment très amnésique, hein ? Eh bien, le sirop bleu, comme on l’appelle dans les hôpitaux, est… bleu, pour commencer. — Vraiment ? » intervient Ethan.

30

Allys élève la voix : « C’est une substance artificiellement oxygénée et bourrée de neuropuces, des neurones qui communiquent entre eux à peu près de la même manière que les neurones, mais bien plus vite. Les neuropuces ont la capacité d’évoluer. Une fois qu’on leur a fourni des informations basiques, elles peuvent transmettre ces informations aux autres neuropuces et se spécialiser. Le plus spectaculaire, bien sûr, c’est qu’elles peuvent aussi interagir avec les cellules humaines. Tu plonges un foie humain ou artificiel dans du Bio Gel, et les neuropuces font le reste – elles lui fournissent de l’oxygène, des nutriments, elles font le lien avec une base de données centrale, jusqu’à ce qu’il puisse être transplanté dans le corps de quelqu’un qui en a besoin.

35

40

— C’est plutôt positif, non ? — Dans certains cas, oui. Mais ce n’est pas parce qu’on peut faire quelque chose qu’on doit le faire. C’est ça que le CFES décide.

45

— Comment ? » je demande en tâchant d’avoir l’air seulement vaguement intéressée. « Ils ont instauré un système de points. À chaque être humain est attribué un maximum de cent points. Tiens, prends mes membres, par exemple. La technologie qui permet de faire fonctionner les prothèses a une valeur faible : seize points au total. Mais un cœur, à lui tout seul, vaut déjà trente-cinq points. Si on y ajoute des poumons et des reins, on atteint quatre-vingt-quinze points. — C’est un peu simpliste, non ?

© Éditions Grand Duc

4697_02-Narration-F.indd 168

168

50

55

LA NARRATION

19-02-04 9:48 AM


De la même auteure Mary E. Pearson, L’héritage Jenna Fox, Les Grandes Personnes, 2011.

— Peut-être. Mais au moins, c’est juste. Si riche ou important soit-on, on est à égalité avec les autres. Tout le monde est dans le même bateau. Et les ressources médicales et les coûts sont ainsi maîtrisés. 60

— Et le cerveau ? l’interroge Ethan. Combien de points ?

Définition bionumérique : qui intègre des technologiques numériques à un organisme vivant.

— L’implantation d’un nouveau cerveau est illégale. La seule chose possible, c’est une amélioration bionumérique de quarante-neuf pourcent maximum, afin de restaurer des fonctions perdues, par exemple. C’est tout. » 65

Je m’étonne. « Bizarre ce nombre. Pourquoi quarante-neuf ?

70

— Il faut bien s’arrêter quelque part. Les coûts médicaux ont un poids terrible sur la société, sans même parler des problèmes éthiques que cela soulève. En limitant ce qui peut être remplacé ou amélioré, le CFES s’assure que chacun restera majoritairement humain. Tu imagines un monde peuplé de demi-humains, de créatures de laboratoire ? C’est ça qu’on essaie d’éviter. — Et tu crois que le CFES a toujours raison ? » demande Ethan. Mary E. Pearson, Jenna Fox, pour toujours, Éditions Les Grandes Personnes, 2010, p. 130 à 132.

La science-fiction compte des auteurs reconnus tels que Philip K. Dick, Isaac Asimov et plusieurs autres. Au Québec, l’une des figures importantes de ce genre narratif est sans nul doute Élisabeth Vonarburg, qui apparaît sur la photo. © Éditions Grand Duc

4697_02-Narration-F.indd 169

169

LA NARRATION

19-02-04 9:48 AM


Questions sur le texte

Les questions d’interprétation sont identifiées comme ceci :

Compréhension et interprétation 1 À l’aide du tableau suivant, résumez les différentes séquences explicatives contenues dans l’extrait que vous venez de lire. a) Qu’est-ce que le CFES ?

b) Pour quelle(s) raison(s) le CFES a-t-il été créé ?

c) Qu’est-ce que le Bio Gel ?

d) Quel moyen le CFES prend-il pour s’assurer que la population reste majoritairement humaine ?

e) Pourquoi l’implantation d’un nouveau cerveau est-elle rendue illégale par le CFES ?

© Éditions Grand Duc

4697_02-Narration-F.indd 170

170

LA NARRATION

19-02-04 9:48 AM


2 Pourquoi le CFES relève-t-il de la science-fiction ?

3 Identifiez le personnage qui : a) approuve le mandat du CFES. b) réprouve le mandat du CFES.

4 Comment décririez-vous l’attitude de la narratrice envers le CFES et le Bio Gel ? Justifiez votre réponse à l’aide de deux éléments du texte.

Réaction 5 Que feriez-vous si vous aviez les moyens financiers ou médicaux de sauver la vie d’un être cher, mais qu’une loi vous l’interdisait ? Appuyez votre réponse sur une de vos valeurs et sur un extrait du texte.

© Éditions Grand Duc

4697_02-Narration-F.indd 171

171

LA NARRATION

19-02-04 9:48 AM


Jugement critique 6 Que pensez-vous de l’omniprésence des dialogues dans cet extrait du roman Jenna Fox, pour toujours ? Justifiez votre point de vue.

Grammaire du texte 7 Quel est le type de narrateur de cette histoire ? Justifiez votre réponse à l’aide de deux éléments du texte.

8 Dans cet extrait du roman, quel est le thème principal ? Expliquez votre réponse.

Grammaire en contexte 9 a) Dans l’extrait suivant, soulignez le passage traduit en discours indirect libre. Allys continue à parler, mais je ne l’écoute plus. Bio Gel. L’invention de papa. J’entends encore la voix de Lily. Un succès immédiat. Ça a fait les gros titres des journaux.

b) Modifiez le passage que vous avez précédemment souligné afin de l’introduire au moyen d’une subordonnée complétive.

© Éditions Grand Duc

4697_02-Narration-F.indd 172

172

LA NARRATION

19-02-04 9:48 AM


Intention de lecture Identifier les lieux ainsi que leur effet sur le personnage principal.

Terrienne 1

5

10

15

20

25

Les gens d’ici ne respirent pas. Je n’emploie pas ce mot au sens figuré, qui laisserait penser qu’ils courent sans cesse et partout sans prendre le temps de s’arrêter ni de souffler. Non, je veux dire qu’ils ne font pas entrer d’oxygène dans leur bouche ni dans leurs narines comme nous, les êtres humains, et comme tous les vertébrés. Ils n’inspirent pas, leurs poumons ne se gonflent pas, ils n’expirent pas ensuite pour rejeter le dioxyde de carbone. Leur poitrine est plate, presque creuse. Ils ne respirent pas. C’est la chose la plus importante à savoir. J’ai eu de la chance. Je l’ai apprise de Mme Stormiwell, qui est une des réceptionnistes de l’hôtel Légende, le soir de mon premier passage, voilà tout juste deux semaines. J’avais marché sans m’arrêter depuis le croisement. Le modeste panneau « Campagne 3,5 » annonçait un hameau, au mieux un village, mais plus j’avançais et plus il fallait me rendre à l’évidence : il s’agissait d’une ville, et même d’une grande ville. La petite route goudronnée s’est élargie et transformée en chaussée de verre, noire et lisse. Des maisons ont surgi des deux côtés, toutes semblables, sobres et sans élégance. J’ai regardé derrière moi et j’ai vu qu’il ne restait rien de la campagne que j’avais traversée. Le paysage avait été comme avalé et remplacé par un autre. Peu à peu, les maisons ont laissé la place à des immeubles de verre et de métal. Un bus silencieux m’a doublée. Il flottait à un mètre environ au-dessus du sol. Il n’avait pas de chauffeur. Les têtes des passagers se sont tournées vers moi en un joli mouvement synchronisé. Un homme m’a souri.

Stratégie de lecture Je survole le texte pour faire des prédictions sur son contenu.

La sœur d’Anne, Gabrielle, a disparu à la suite de son mariage. C’est en se lançant à sa recherche qu’Anne trouve Campagne, l’endroit où elle croit pouvoir retrouver sa sœur.

1 Encadrez la caractéristique de la population de Campagne, décrite dans le 1er paragraphe. 2 Dans tout le texte, surlignez les éléments essentiels décrivant Campagne.

Définitions sens figuré : représentation imagée, souvent créée par des figures de style. modeste : simple. hameau : regrou­ pement de quelques maisons. goudronné : asphalté. carrefour : intersection.

Au premier carrefour, j’ai vu cette indication sur ma droite : « Hôtel Légende 500 mètres ». La nuit tombait. Je m’y suis dirigée.

© Éditions Grand Duc

4697_02-Narration-F.indd 173

173

LA NARRATION

19-02-04 9:48 AM


Du même auteur Jean-Claude Mourlevat, Le combat d’hiver, Gallimard, 2010.

3 Soulignez un passage qui traduit les sentiments qu’éprouve la narratrice envers Mme Stormiwell. 4 Encadrez une deuxième caracté­ ristique particulière de la population de Campagne.

Définitions saccadé : irrégulier, brusque. larynx : organe de la parole situé dans la gorge.

Sans Mme Stormiwell, je me serais trahie à peine arrivée. Elle m’a démasquée dès qu’elle m’a vue traverser le hall, mon sac de voyage à la main, et m’avancer vers elle. Ses yeux ont glissé une fraction de seconde sur ma bouche et sur ma poitrine, elle a regardé à droite et à gauche pour s’assurer qu’elle seule avait remarqué, puis elle a murmuré, presque sans bouger les lèvres, avant même que je lui adresse la parole :

30

35

— Taisez-vous. Voici votre clé. Vous êtes à la chambre 527, au cinquième étage. Prenez l’ascenseur qui est ici et attendez-moi là-haut. Je viendrai vous voir. Ne parlez à personne. Ne vous montrez pas. — Pourquoi est-ce que je ne dois pas… ?

40

— Taisez-vous. Prenez l’ascenseur. Elle est la première personne de « là-bas » que j’ai entendue parler. Le timbre métallique de sa voix et son débit un peu saccadé m’ont surprise. Elle m’a rappelé, en femme, mon oncle Jean, de Roanne, qui a été opéré du larynx.

45

Jean-Claude Mourlevat, Terrienne, Gallimard Jeunesse, 2011, p. 49 à 51.

Jean-Claude Mourlevat (né en 1952) est un auteur français de romans jeunesse. Le premier livre qui l’a marqué est Robinson Crusoé, de Daniel Defoe. © Éditions Grand Duc

4697_02-Narration-F.indd 174

174

LA NARRATION

19-02-04 9:48 AM


Questions sur le texte

Les questions d’interprétation sont identifiées comme ceci :

Compréhension et interprétation 1 Remplissez le tableau suivant sur les caractéristiques de la population de Campagne. Aspect décrit

Information présentée dans le texte

La respiration

2 Remplissez le tableau suivant sur les caractéristiques de la ville de Campagne. Aspect décrit

Information présentée dans le texte

Les routes

Les maisons

Les immeubles

Les moyens de transport

© Éditions Grand Duc

4697_02-Narration-F.indd 175

175

LA NARRATION

19-02-04 9:48 AM


3 a) Quelle est l’attitude de la narratrice envers Mme Stormiwell ? Expliquez votre réponse en vous appuyant sur le passage que vous avez souligné.

b) Mme Stormiwell est-elle une adjuvante ou une opposante ? Expliquez votre réponse.

4 Selon vous, peut-on dire qu’Anne met sa vie en danger en allant chercher sa sœur à Campagne ? Justifiez votre réponse.

Réaction 5 Laquelle des informations relatives à la population ou à la ville de Campagne avez-vous trouvée la plus surprenante ? Expliquez votre réponse.

© Éditions Grand Duc

4697_02-Narration-F.indd 176

176

LA NARRATION

19-02-04 9:48 AM


Jugement critique 6 Cet extrait du roman Terrienne vous donne-t-il envie de lire la suite de l’histoire ? Pourquoi ? Justifiez votre réponse en vous basant sur vos goûts et sur les caractéristiques de l’extrait.

Grammaire du texte 7 Quel type de narrateur trouve-t-on dans cette histoire ? Expliquez votre réponse à l’aide d’un élément du texte.

8 Par définition, les récits de science-fiction se déroulent dans des mondes différents du nôtre. Terrienne est-il un récit de science-fiction ? Justifiez votre réponse à l’aide de deux éléments du texte.

© Éditions Grand Duc

4697_02-Narration-F.indd 177

177

LA NARRATION

19-02-04 9:48 AM


Jugement critique comparatif 9 a) Lequel de ces extraits de roman avez-vous préféré ?

  Le palais de minuit

  Jenna Fox, pour toujours

  Terrienne

b) Pourquoi ? Pour étoffer votre réponse, choisissez deux critères parmi les suivants :

  l’intrigue ;

  les caractéristiques des personnages ;

  le cadre de l’histoire (lieux et époque) ;

 le style d’écriture de l’auteur (choix du vocabulaire, construction des phrases, figures de style, etc.) ;

  un autre critère.

© Éditions Grand Duc

4697_02-Narration-F.indd 178

N’oubliez pas que, pour répondre à ce type de questions, vous devez : - donner votre opinion ; - exprimer le critère sur lequel vous avez basé votre opinion ; - donner un exemple tiré du texte pour appuyer votre opinion. Au besoin, consultez la page 12.

178

LA NARRATION

19-02-04 9:48 AM


Situation d’écriture Rédaction d’une nouvelle

Maintenant que vous avez pu vous familiariser avec divers types de récits, écrivez votre propre nouvelle fantastique ou psychologique, dans un texte d’environ 400 mots. Au moment de rédiger votre texte, assurez-vous de respecter les consignes suivantes. Structurez la nouvelle en cinq parties : •• la situation initiale ; •• l’élément déclencheur ; •• l’évolution psychologique ; •• le dénouement ; •• la situation finale.

Pour connaître les critères d’évaluation d’une situation d’écriture, référez-vous aux pages 277 et 278.

Présentez les réponses aux questions qui suivent pour bien cerner votre récit : qui ? quoi ? quand ? où ? Évoquez le lieu et le moment où se déroule l’histoire par des descriptions imagées plutôt que par des indices et des repères culturels. Intégrez des éléments propres à l’univers narratif de votre type de récit (p. 165). re Rédigez votre texte au passé (p. 155) et à la 1 personne (narrateur participant).

Prenez aussi le temps de vérifier : la syntaxe et la ponctuation des phrases ; l’orthographe des mots et les accords ; la conjugaison des verbes à l’aide d’un ouvrage de référence.

JE RETIENS DONC... Lorsque j’écris un texte, par exemple une nouvelle, je peux utiliser un narrateur (soit un personnage) ou un narrateur Je dois bien définir les éléments de l’

 . de mon type de récit

(psychologique, de science-fiction, fantastique).

© Éditions Grand Duc

4697_02-Narration-F.indd 179

179

LA NARRATION

19-02-04 9:48 AM


Suggestions de lecture Nouvelles Contes pour buveurs attardés

Je voudrais que quelqu’un m’attende quelque part

Michel Tremblay, Bibliothèque québécoise, 1997, 184 p.

Anna Gavalda, J’ai lu, 2001, 156 p.

Crimes parfaits

Concerto à la mémoire d’un ange

Collectif, nouvelles policières choisies par Christian Poslaniec, L’école des loisirs, 1999, 206 p.

Éric-Emmanuel Schmitt, Le livre de poche, 2011, 224 p.

La cinquième saison Collectif, L’école des loisirs, 2006, 204 p.

Le K

Nouvelles histoires extraordinaires Edgar Allan Poe, Le Livre de Poche, 1972, 288 p.

Au bord du précipice et autres nouvelles

Dino Buzzati, Pocket, 2002, 448 p.

Richard Matheson, Flammarion, 2007, 95 p.

Romans Le bizarre incident du chien pendant la nuit

Fanfan

Mark Haddon, Pocket, 2005, 226 p.

La voleuse de livres

Stupeur et tremblements Amélie Nothomb, Albin Michel, 1999, 174 p.

C’est pas moi, je le jure Bruno Hébert, Éditions du Boréal, 1997, 200 p.

La fille du bourreau

Alexandre Jardin, Gallimard, 1992, 256 p.

Markus Zusak, Pocket, 2013, 631 p.

Le parfum Patrick Süskind, Le Livre de Poche, 1990, 248 p.

1984 George Orwell, Gallimard, 2007, 438 p.

Josée Ouimet, Hurtubise, 2008, 186 p.

© Éditions Grand Duc

4697_02-Narration-F.indd 180

180

LA NARRATION

19-02-04 9:49 AM


Le théâtre La pièce de théâtre Les justes Roméo et Juliette L’importance d’être Constant

4697_05-Theatre-F.indd 181

p. 186 p. 190 p. 197

19-02-04 9:55 AM


Les éléments en couleur sont particulièrement importants cette année.

Le théâtre La situation de communication Auteur

Œuvre

Lecteur

•• L’auteur d’un texte dramatique est défini par son identité, son appartenance géogra­ phique, son époque et sa notoriété. •• L’auteur dramatique et le metteur en scène d’une représentation théâtrale sont géné­ ralement deux per­ sonnes différentes.

•• Le metteur en scène et le lecteur doivent tenir compte : – du contexte de production de l’œuvre (année et lieu où elle a été écrite) ; – du contexte historique ou socioculturel.

•• Lorsqu’il lit un texte dramatique, le lecteur détermine ses champs d’intérêt et ses repères culturels. •• Son intention peut être : – de découvrir une histoire ou les préoccupations d’un auteur pour mieux se représenter le monde ; – de découvrir la vision qu’un metteur en scène a de la pièce.

La cohérence et l’organisation du texte

Moyens pour organiser le texte

© Éditions Grand Duc

4697_05-Theatre-F.indd 182

•• Titre •• Découpage en actes, en scènes et en tableaux •• Didascalies (au début d’un acte ou d’une réplique, insérées entre deux répliques) : – pour indiquer les gestes, le ton ou l’attitude des acteurs  – pour indiquer les changements de temps, de lieu et de décor  – pour marquer l’arrivée et le départ des personnages •• Noms des personnages devant chaque réplique

182

LE THÉÂTRE

19-02-04 9:56 AM


L’organisation d’un texte dramatique Titre Séquences dialogales Types de prise de parole

•• Monologue (aparté, soliloque, tirade) : un seul personnage parle. •• Dialogue : échange de répliques entre deux ou plusieurs personnages.

Construction de l’univers dramatique Moyens pour cerner les personnages

Moyens pour cerner le cadre spatiotemporel

Moyens pour cerner l’intrigue et la quête d’équilibre

© Éditions Grand Duc

4697_05-Theatre-F.indd 183

•• Pendant la lecture : didascalies (gestes, ton, attitude) et dialogues •• Pendant la représentation : costumes, gestuelle, variété de langue et propos échangés •• Didascalies (repères géographiques et historiques, indications de décor et d’accessoires, mention du temps écoulé entre deux actes) •• Choix de mise en scène (décor, éclairage, sonorisation) : – unité de lieu, de temps, d’action – multiplicité de lieux, de temps, d’actions •• Moments clés de l’histoire •• Moteurs de l’action : – conflit – passion – quiproquo – imbroglio – coup de théâtre •• Séquences secondaires : narrative, justificative et argumentative

183

LE THÉÂTRE

19-02-04 9:56 AM


La pièce de théâtre Qu’est-ce que c’est ? Ce genre littéraire permet de raconter des histoires par l’intermédiaire des acteurs qui jouent des rôles sur scène. Ces derniers sont dirigés par le metteur en scène, qui peut compter sur les didascalies de l’auteur, mais qui doit également bien connaître l’époque à laquelle la pièce a été écrite. Qui l’écrit et pourquoi ? Les auteurs de pièces de théâtre souhaitent que leurs œuvres soient jouées devant public afin de le divertir, mais aussi de dénoncer des problèmes sociaux ou de proposer une vision différente du monde. Exemple de pièce de théâtre

Didascalies (généralement en italique)

Personnages qui participent à l’échange de répliques (les noms sont écrits en majuscules)

Qui la lit et pourquoi ? Les adeptes de théâtre lisent une pièce pour le plaisir d’être divertis ou pour parfaire leur culture générale. Il est encore plus intéressant d’y assister pour voir le récit prendre vie à travers les acteurs et la vision du metteur en scène. Les genres des pièces sont aussi variés que les publics : comédies, drames, tragédies, etc. Où la trouve-t-on ? Les textes des pièces de théâtre sont disponibles en librairie ou à la bibliothèque. Les pièces sont généralement classées selon la provenance de leur auteur (pays d’origine).

Les quatre morts de Marie Un matin de mai ; dialogue de la cuisine à la salle de bains sur fond d’eau qui coule. Dans la cuisine, Simone s’affaire.

[SIMONE. Marie ! (Dans la salle de bains, Marie ne l’entend pas à cause de l’eau qui coule.) Marie ! Dépêche-toi ! Tu vas encore être en retard à l’école !

1

5

MARIE. Quoi ? SIMONE. Dépêche-toi ! Il est passé huit heures ! MARIE. Quoi ? J’entends rien ! C’est à cause de l’eau. SIMONE. Marie, qu’est-ce que tu fais ? MARIE. Ça sera pas long, je lave mes souliers !

10

SIMONE. Quoi ? MARIE. Je lave mes souliers ! 1

Dialogue

© Éditions Grand Duc

4697_05-Theatre-F.indd 184

SIMONE. Marie, veux-tu venir ici ! Il faut que je fasse ta queue de cheval. 1] 184

LE THÉÂTRE

19-02-04 9:56 AM


15

MARIE. (à elle-même.) [Mes souliers neufs. Je veux qu’ils brillent. Quand je les mouille, ils brillent. Je me regarde dedans. Je souris. Il faut qu’ils soient les plus brillants de la classe.2]

Soliloque : le personnage n’est SIMONE. Marie ! Vite ! Il faut repasser le plus-que-parfait du sub- pas seul, mais il se jonctif. Que j’eusse aimé, que tu eusses aimé, qu’il eût… parle à lui-même. 20

2

MARIE. Quoi ? SIMONE. Qu’il eût aimé. Épelle-moi eût !

25

MARIE. (à elle-même.) [Même mademoiselle Gervais va les remarquer. « T’as des souliers neufs, Marie ? – Oui, mademoiselle. – Ils sont beaux, très beaux, magnifiques. » Moi, comme si c’était tout naturel : « Oui, je les aime assez. – C’est bien, Marie, des souliers neufs. » Moi : « Oui, on se sent solide. Ils font un beau bruit. Écoutez. » Elle écoute, elle sourit. Je suis contente qu’elle sourie.2] SIMONE. (à elle-même.) [Qu’il eût aimé, que nous eussions aimé, que vous eussiez aimé…2] (Elle crie.) Marie ! Je t’aime !

30

MARIE. Quoi ? SIMONE. Je t’aime ! MARIE. Oui, oui, j’arrive ! SIMONE. Marie !

35

MARIE. Attends, je vais fermer l’eau ! (Silence.) Qu’est-ce que t’as dit ? SIMONE. J’ai dit : si tu viens pas tout de suite, tu vas encore te faire disputer par mademoiselle Gervais. Tu sais ce qu’elle t’a dit la dernière fois. Il faut que ça finisse les retards, il faut que tu sois plus disciplinée. Épelle-moi disciplinée.

40

MARIE. D. I. S. S. I. P. L… SIMONE. Non ! MARIE. D. I. C. I… SIMONE. Non ! MARIE. Ah ! merde ! M. E. R. D. E.

45

SIMONE. Marie ! Carole Fréchette, Les quatre morts de Marie, © Actes Sud, 1998, p. 8 et 9.

© Éditions Grand Duc

4697_05-Theatre-F.indd 185

185

LE THÉÂTRE

19-02-04 9:56 AM


Stratégie de lecture Je me réfère à la structure du texte.

Ce drame en cinq actes présenté en 1949 raconte la tentative d’assassinat du grand-duc Serge, qui a eu lieu en 1905 à Moscou. L’extrait suivant se situe après l’échec de l’assassinat.

1 Surlignez les noms des cinq personnages de cet extrait. 2 Écrivez à côté de leur nom de famille les prénoms de Kaliayev et de Voinov. 3 Encadrez toutes les didascalies.

Définitions filature : action de suivre une personne. propice : favorable, approprié.

Intention de lecture Observer l’organisation du texte.

Les justes   STEPAN

1

L’Organisation t’avait commandé de tuer le grand-duc. KALIAYEV C’est vrai. Mais elle ne m’avait pas demandé d’assassiner des enfants.

5

ANNENKOV Yanek a raison. Ceci n’était pas prévu. STEPAN Il devait obéir. ANNENKOV

10

Je suis le responsable. Il fallait que tout fût prévu et que personne ne pût hésiter sur ce qu’il y avait à faire. Il faut seulement décider si nous laissons échapper définitivement cette occasion ou si nous ordonnons à Yanek d’attendre la sortie du théâtre. Alexis ? VOINOV

15

Je ne sais pas. Je crois que j’aurais fait comme Yanek. Mais je ne suis pas sûr de moi. (Plus bas.) Mes mains tremblent. ANNENKOV Dora ?

20

DORA, avec violence. J’aurais reculé, comme Yanek. Puis-je conseiller aux autres ce que moi-même je ne pourrais pas faire ? STEPAN Est-ce que vous vous rendez compte de ce que signifie cette décision ? Deux mois de filatures, de terribles dangers courus et évités, deux mois perdus à jamais. Egor arrêté pour rien. Rikov pendu pour rien. Et il faudrait recommencer ? Encore de longues semaines de veilles et de ruses, de tension incessante, avant de retrouver l’occasion propice ? Êtes-vous fous ?

25

30

Albert Camus, Les justes, Gallimard, 1949, p. 57 à 59.

© Éditions Grand Duc

4697_05-Theatre-F.indd 186

186

LE THÉÂTRE

19-02-04 9:56 AM


Questions sur le texte

Les questions d’interprétation sont identifiées comme ceci :

Compréhension et interprétation 1 Qu’est-ce que l’Organisation, mentionnée dans la première réplique ? Référez-vous à la présentation de l’extrait.

2 a) Quelle était la mission de Yanek ? b) Pourquoi n’a-t-il pas rempli sa mission ?

3 Indiquez les opinions des différents personnages au sujet de la décision de Yanek (d’accord, en désaccord ou indécis). Citez un extrait pour justifier votre réponse. a) Stepan est

.

Extrait justificatif :

b) Annenkov est

 .

Extrait justificatif :

c) Voinov est

Extrait justificatif :

d) Dora est

 .

 .

Extrait justificatif :

4 Quel sentiment semble habiter Voinov lorsqu’il parle « plus bas », tel qu’indiqué dans la didascalie insérée dans sa réplique ? Expliquez votre réponse.

© Éditions Grand Duc

4697_05-Theatre-F.indd 187

187

LE THÉÂTRE

19-02-04 9:56 AM


5 À votre avis, qui est le leader du groupe ? Expliquez votre réponse.

Réaction 6 Selon vous, Yanek Kaliayev a-t-il bien agi en ne tuant pas le grand-duc ? Choisissez une valeur sur laquelle vous vous baserez afin d’expliquer votre réponse.

Jugement critique 7 Diriez-vous que le titre de cette pièce (Les justes) est bien choisi ? Justifiez votre point de vue.

© Éditions Grand Duc

4697_05-Theatre-F.indd 188

188

LE THÉÂTRE

19-02-04 9:56 AM


Grammaire du texte 8 Dans la première réplique, à qui Stepan adresse-t-il son message ?

9 Quel procédé typographique est employé dans le texte pour présenter : a) les noms des personnages ?

b) les didascalies ?

En quoi les didascalies sont-elles importantes pour le metteur en scène et les acteurs de cette pièce ? Donnez un exemple.

Grammaire en contexte Dans les phrases suivantes, soulignez les participes passés et justifiez-en l’accord.

Voir la notion 50,

a) Les enfants que Yanek a vus jouer étaient innocents.

p. 276.

b) Les enfants ne se sont pas fait tuer.

c) « L’Organisation t’avait commandé de tuer le grand-duc. »

© Éditions Grand Duc

4697_05-Theatre-F.indd 189

189

LE THÉÂTRE

19-02-04 9:56 AM


Stratégie de lecture Je tiens compte de la ponctuation.

Les familles Montague et Capulet sont rivales depuis longtemps. Or, Roméo Montague et Juliette Capulet se rencontrent lors d’une fête et c’est le coup de foudre. C’est près de la fenêtre de Juliette qu’ils se déclarent leur amour.

1 Soulignez une didascalie qui prouve que Roméo ne parlait pas à Juliette au début de la scène. 2 Surlignez une phrase qui montre que Roméo n’a pas encore déclaré son amour à Juliette. 3 Encerclez les GN qui indiquent ce à quoi Roméo compare Juliette.

Définitions se rire : se moquer. Orient : là où le soleil se lève, à l’est. aurore : lever du soleil. languir : dépérir. livrée : vêtement. vestale : femme pure. adjurer : supplier. resplendir : briller. darder : lancer.

© Éditions Grand Duc

4697_05-Theatre-F.indd 190

Intention de lecture Identifier les sentiments des deux personnages à l’aide des monologues.

Roméo et Juliette Scène II

1

Le jardin des Capulet. Sous les fenêtres de l’appartement de Juliette. Entre Roméo. ROMÉO. Il se rit des plaies, celui qui n’a jamais reçu de blessures ! (Apercevant Juliette apparaître à la fenêtre.) Mais doucement ! Quelle lumière jaillit par cette fenêtre ? Voilà l’Orient, et Juliette est le soleil ! Lève-toi, belle aurore, et tue la lune jalouse, qui déjà languit et pâlit de douleur, parce que toi, sa prêtresse, tu es plus belle qu’elle-même ! Ne sois plus sa prêtresse, puisqu’elle est jalouse de toi ; sa livrée de vestale est maladive et blême, et les folles seules la portent : rejette-la !… Voilà ma dame ! Oh ! voilà mon amour ! Oh ! si elle pouvait le savoir !… Que dit-elle ? Rien… Elle se tait… Mais non ; son regard parle, et je veux lui répondre… Ce n’est pas à moi qu’elle s’adresse. Deux des plus belles étoiles, ayant affaire ailleurs, adjurent ses yeux de vouloir bien resplendir dans leur sphère jusqu’à ce qu’elles reviennent. Ah ! si les étoiles se substituaient à ses yeux, en même temps que ses yeux aux étoiles, le seul éclat de ses joues ferait pâlir la clarté des astres, comme le grand jour, une lampe ; et ses yeux, du haut du ciel, darderaient une telle lumière à travers les régions aériennes, que les oiseaux chanteraient, croyant que la nuit n’est plus. Voyez comme elle appuie sa joue sur sa main ! Oh ! que ne suis-je le gant de cette main ! Je toucherais sa joue !

5

10

15

20

JULIETTE. Hélas ! ROMÉO. Elle parle ! Oh ! parle encore, ange resplendissant ! Car tu rayonnes dans cette nuit, au-dessus de ma tête, comme le messager ailé du ciel, quand, aux yeux bouleversés des mortels qui se rejettent en arrière pour le contempler, il devance les nuées paresseuses et vogue sur le sein des airs !

190

25

LE THÉÂTRE

19-02-04 9:56 AM


Du même auteur William Shakespeare, Hamlet, 1603.

30

JULIETTE. Ô Roméo ! Roméo ! pourquoi es-tu Roméo ? Renie ton père et abdique ton nom ; ou, si tu ne le veux pas, jure de m’aimer, et je ne serai plus une Capulet. ROMÉO, à part. Dois-je l’écouter encore ou lui répondre ?

35

40

45

50

JULIETTE. Ton nom est mon ennemi. Tu n’es pas un Montague, tu es toi-même. Qu’est-ce qu’un Montague ? Ce n’est ni une main, ni un pied, ni un bras, ni un visage, ni rien qui fasse partie d’un homme… Oh ! sois quelque autre nom ! Qu’y a-t-il dans un nom ? Ce que nous appelons une rose embaumerait autant sous un autre nom. Ainsi, quand Roméo ne s’appellerait plus Roméo, il conserverait encore les chères perfections qu’il possède… Roméo, renonce à ton nom ; et, à la place de ce nom qui ne fait pas partie de toi, prends-moi tout entière.

4 À l’aide d’un trait, indiquez l’endroit où les monologues des deux personnages se terminent pour laisser place à un dialogue. 5 Soulignez la réplique où Roméo montre à Juliette qu’il l’a entendue. 6 Surlignez la réplique qui prouve que Juliette n’a pas reconnu Roméo immédiatement.

ROMÉO. Je te prends au mot ! Appelle-moi seulement ton amour, Définitions et je reçois un nouveau baptême : désormais je ne suis plus Roméo. abdiquer : renoncer. JULIETTE. Mais qui es-tu, toi qui, ainsi caché par la nuit, viens odieux : désagréable. de te heurter à mon secret ? proférer : prononcer. ROMÉO. Je ne sais par quel nom t’indiquer qui je suis. Mon nom, sainte chérie, m’est odieux à moi-même, parce qu’il est pour toi un ennemi : si je l’avais écrit là, j’en déchirerais les lettres. JULIETTE. Mon oreille n’a pas encore aspiré cent paroles proférées par cette voix, et pourtant j’en reconnais le son. N’es-tu pas Roméo et un Montague ? ROMÉO. Ni l’un ni l’autre, belle vierge si tu détestes l’un et l’autre. William Shakespeare, Roméo et Juliette, 1597.

William Shakespeare (1564-1616) est un dramaturge britannique dont l’œuvre rayonne encore aujourd’hui à travers le monde. Qui ne connaît pas la célèbre phrase extraite de sa pièce Hamlet : « Être ou ne pas être : telle est la question »? © Éditions Grand Duc

4697_05-Theatre-F.indd 191

191

LE THÉÂTRE

19-02-04 9:56 AM


Questions sur le texte

Les questions d’interprétation sont identifiées comme ceci :

Compréhension et interprétation 1 a) Pour quelle raison Roméo est-il allé chez Juliette ? b) Quel est le thème de cette pièce ?

2 Pour quelle raison Roméo hésite-t-il à révéler sa présence à Juliette ?

3 Les deux personnages de cet extrait ne s’adressent pas l’un à l’autre, ils font des monologues. Que nous apprennent ces monologues au sujet de chacun d’eux ?

4 En relisant au besoin la présentation de l’extrait (dans la marge), expliquez ce que signifie le passage suivant : « Ô Roméo ! Roméo ! pourquoi es-tu Roméo ? »

5 Chacun des personnages souhaite « renoncer à son nom ». Qu’est-ce que cela signifie ?

6 D’après vous, dans cet extrait, quelle caractéristique de Juliette semble avoir séduit Roméo ? Appuyez votre réponse à l’aide d’un élément du texte.

© Éditions Grand Duc

4697_05-Theatre-F.indd 192

192

LE THÉÂTRE

19-02-04 9:56 AM


7 Qu’est-ce qui pousse Roméo à dire à Juliette qu’elle peut l’appeler comme elle le souhaite ?

8 Quel personnage vous semble le plus courageux : Juliette ou Roméo ? Justifiez votre réponse en vous appuyant sur deux éléments du texte.

Réaction 9 Diriez-vous que Roméo et Juliette sont des modèles ou des exemples à ne pas suivre pour les jeunes de votre âge ? Expliquez votre réponse en vous basant sur le texte et sur votre expérience personnelle.

© Éditions Grand Duc

4697_05-Theatre-F.indd 193

193

LE THÉÂTRE

19-02-04 9:56 AM


Jugement critique Selon vous, la pièce de William Shakespeare convient-elle à un public adolescent de nos jours ? Justifiez votre point de vue en vous basant sur deux critères.

Grammaire du texte Indiquez si les extraits suivants correspondent à une séquence narrative, argumentative ou justificative. Justifiez votre réponse. a) Ce que nous appelons une rose embaumerait autant sous un autre nom. Ainsi, quand Roméo ne s’appellerait plus Roméo, il conserverait encore les chères perfections qu’il possède…

Séquence :

Justification :

b) Oh ! parle encore, ange resplendissant ! Car tu rayonnes dans cette nuit, au-dessus de ma tête, comme le messager ailé du ciel […]

Séquence :

Justification :

© Éditions Grand Duc

4697_05-Theatre-F.indd 194

194

LE THÉÂTRE

19-02-04 9:56 AM


Ressource de la langue

w

Le vocabulaire du théâtre

7

2

u

laclasse.grandducenligne.com

Didascalies L’auteur fournit diverses indications à l’intention du metteur en scène et du lecteur. Ces indications concernent les déplacements, les gestes, les décors, les objets ou le jeu des acteurs. Elles sont écrites en italique et se nomment « didascalies ». Exemple : V  ALÈRE — Puisque vous le voulez, il faut s’y résoudre. (Ils prennent un bâton et le frappent.) Molière, Le médecin malgré lui

Prises de parole Le nom du personnage qui parle est écrit en lettres majuscules au début de sa réplique (dans un dialogue entre deux ou plusieurs personnages) ou de son monologue. Contrairement à la réplique, qui est une phrase qu’un acteur dit à un autre, le monologue ne s’adresse pas à un autre personnage de la pièce. Il en existe trois types : Type de monologue

Exemple

L’aparté L’aparté a pour destinataire le public. Les autres acteurs présents sur scène font comme s’ils ne l'entendaient pas. Il est introduit par la didascalie à part.

MÉGADORE — Comment te portes-tu ? Cela va-t-il comme tu veux ? EUCLION, à part — Les riches ne viennent pas parler d’un air aimable aux pauvres sans quelque bonne raison. Il sait que j’ai de l’or ; c’est pour cela qu’il me salue si gracieusement.

Le soliloque Le personnage se parle à lui-même.

HAMLET — Être ou ne pas être, telle est la question. Y a-t-il pour l’âme plus de noblesse à endurer les coups et les revers d’une injurieuse fortune, ou s’armer contre elle pour mettre frein à une marée de douleurs ? Mourir : dormir ; c’est tout.

Molière, L’avare

William Shakespeare, Hamlet

La tirade C’est un long monologue ininterrompu qui est parfois emphatique.

CYRANO — Ah ! Non ! C’est un peu court, jeune homme ! On pouvait dire… oh ! Dieu ! … bien des choses en somme… En variant le ton, — par exemple, tenez : Agressif : « moi, monsieur, si j’avais un tel nez, Il faudrait sur-le-champ que je me l’amputasse ! » Amical : « mais il doit tremper dans votre tasse : Pour boire, faites-vous fabriquer un hanap ! » Descriptif : « c’est un roc ! … c’est un pic… c’est un cap ! Que dis-je, c’est un cap ? … c’est une péninsule ! » Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac

© Éditions Grand Duc

4697_05-Theatre-F.indd 195

195

LE THÉÂTRE

19-02-04 9:56 AM


Grammaire en contexte 1 Dans le texte de la pièce Roméo et Juliette des pages 190 et 191, où trouve-t-on : a) les indications concernant le lieu de l’action ?

b) les indications qui montrent l’arrivée de Juliette ?

2 a) Citez un extrait du texte qui correspond à un aparté. b) Quel indice vous a permis de l’identifier ?

c) Quelle émotion le personnage semble-t-il ressentir dans cet aparté ?

3 Jusqu’à la ligne 42, les deux personnages font des monologues. S’agit-il de tirades ou de soliloques ? Expliquez votre réponse.

4 a) Dans cet extrait d’une pièce, surlignez les didascalies. Scène I BARTHOLO, seul et désolé. Quelle humeur ! quelle humeur ! Elle paraissait apaisée… Là, qu’on me dise qui diable lui a fourré dans la tête de ne plus vouloir prendre leçon de don Basile ? Elle sait qu’il se mêle de mon mariage… (On heurte à la porte.) Faites tout au monde pour plaire aux femmes ; si vous omettez un seul petit point… je dis un seul… (On heurte une seconde fois.) Voyons qui c’est.

Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais, Le barbier de Séville ou La précaution inutile, Texte établi par Édouard Fournier, Laplace, 1876, Œuvres complètes, p. 90 à 98.

b) Cette réplique de Bartholo est-elle un soliloque ou une tirade ? Expliquez votre réponse.

© Éditions Grand Duc

4697_05-Theatre-F.indd 196

196

LE THÉÂTRE

19-02-04 9:56 AM


1

Intention de lecture Identifier le contexte de la pièce à l’aide des répliques des personnages.

Stratégie de lecture Je devine ce qui est sous-entendu.

L’ importance d’ être Constant  

Dans la comédie L’importance d’être Constant, le quiproquo imaginé par l’écrivain d’origine irlandaise Oscar Wilde crée un effet comique alors que le personnage de Constant est le frère imaginaire de Jack. Le public londonien a été conquis lors de la création de la pièce en 1895 avant que la vie personnelle de l’auteur ne fasse scandale.

ACTE I Le salon de l’appartement d’Algernon, dans Half-Moon Street. La pièce est meublée luxueusement, avec goût. […] Lane entre.

5

LANE. Mr Constant Worthing. (Jack entre, Lane sort) ALGERNON. Comment vas-tu, mon cher Constant ? Qu’est-ce qui t’amène en ville ? JACK. Oh, le plaisir, le plaisir ! Devrait-on suivre un autre guide ? Encore en train de manger, à ce que je vois, Algy !

10

ALGERNON. (guindé) Je crois que l’on a coutume, dans la bonne société, de prendre une légère collation à cinq heures. […] JACK. […] Pourquoi toutes ces tasses ? Et ces canapés au concombre ? Pourquoi cette abondance débridée chez un si jeune homme ? Qui vient prendre le thé ?

15

ALGERNON. Oh ! Seulement Tante Augusta et Gwendolen. JACK. Voilà qui est tout à fait charmant ! ALGERNON. Oui, tout cela est très bien ; mais je crains que Tante Augusta n’approuve pas beaucoup ta présence ici. JACK. Et pourquoi, je te prie ?

20

ALGERNON. Mon cher, la façon dont tu flirtes avec Gwendolen est tout à fait inconvenante […].

1 Dans tout le texte, surlignez les informations qui indiquent où et quand se déroule l’action de la pièce. 2 Surlignez d’une autre couleur le nom des personnages féminins dont il est question, mais qui ne sont pas présents dans la scène. 3 Encadrez le passage qui correspond à l’élément déclencheur de la pièce.

JACK. Je suis amoureux de Gwendolen. Je suis venu à Londres spécialement pour la demander en mariage.

25

Définition ALGERNON. Je croyais que tu étais venu pour le plaisir ?… Moi, débridé : qui est sans limite. j’appelle cela venir pour affaires.

JACK. Tu es affreusement dénué de romantisme ! […] Lane entre. ALGERNON. Apportez-moi l’étui à cigarettes que Mr Worthing a laissé dans le fumoir la dernière fois qu’il a dîné ici. 30

LANE. Oui, Monsieur. (Il sort) JACK. Tu veux dire que c’est toi qui avais mon étui à cigarettes depuis tout ce temps ? […] © Éditions Grand Duc

4697_05-Theatre-F.indd 197

197

LE THÉÂTRE

19-02-04 9:56 AM


(Lane entre, portant l’étui à cigarettes sur un plateau. Algernon s’en empare, Lane sort) ALGERNON. […] (Il ouvre l’étui et l’examine) […] maintenant que je lis cette inscription, je vois que cet étui n’est pas à toi, finalement.

35

JACK. Bien sûr que si, il est à moi. (Il s’avance vers lui) Tu m’as vu avec des centaines de fois, et tu n’as de toute façon aucun droit de lire ce qui est écrit à l’intérieur. […] ALGERNON. Bien sûr ; mais ce n’est pas ton étui à cigarettes. Cet étui est un cadeau fait par une personne nommée Cecily, et tu as dit que tu ne connaissais personne de ce nom.

40

JACK. Eh bien, puisque tu tiens tant à le savoir, il se trouve que Cecily est ma tante. ALGERNON. Ta tante !

45

JACK. Oui. Qui plus est, une charmante vieille dame. Elle vit à Tunbridge Wells. Rends-le-moi, Algy. ALGERNON. (Il s’adosse au sofa) Mais, si elle est ta tante et qu’elle vit à Tunbridge Wells, pourquoi signe-t-elle « la petite Cecily » ? (Il lit) « de la part de la petite Cecily, avec toute son affection ». JACK. (Il s’avance vers le sofa et s’agenouille dessus) Mon cher, qu’y a-t-il là de si compliqué ? Certaines tantes sont grandes, d’autres ne le sont pas. C’est un sujet sur lequel une tante est certainement autorisée à se prononcer elle-même. […] Pour l’amour de dieu, rends-moi mon étui à cigarettes, maintenant. (Il suit Algernon tout autour de la pièce) ALGERNON. Évidemment. Mais pourquoi ta tante t’appelle-t-elle son oncle ? « de la part de la petite Cecily, avec toute son affection, pour son cher oncle Jack ». Il n’y a aucune objection, je l’admets, à ce qu’une tante soit petite ; mais pourquoi une tante, quelle que soit sa taille, appellerait-elle son neveu son oncle ? Cela me dépasse. De plus, ton nom n’est pas Jack, mais Constant.

50

55

60

JACK. Ce n’est pas Constant. C’est Jack. D’origine irlandaise, Oscar Wilde (18541900) a touché à plusieurs genres littéraires : le théâtre, la nouvelle, le roman, l’essai et la poésie. © Éditions Grand Duc

4697_05-Theatre-F.indd 198

ALGERNON. Tu m’as toujours dit que tu t’appelais Constant. Je t’ai présenté à tout le monde sous le nom de Constant. Tu réponds au nom de Constant. Tu as une tête à t’appeler Constant. […]

65

JACK. Bon, je suis Constant à la ville et Jack à la campagne, […]. Oscar Wilde, L’importance d’être Constant, Traduction Wikisource, 1895.

198

LE THÉÂTRE

19-02-04 9:56 AM


Questions sur le texte

Les questions d’interprétation sont identifiées comme ceci :

Compréhension et interprétation 1 Selon vous, à quelle classe sociale appartiennent les personnages de cette pièce : la classe populaire ou bourgeoise ? Expliquez votre réponse en vous appuyant sur deux exemples tirés du texte.

2 Y a-t-il des témoins de la discussion de Jack et d’Algernon ? Relevez un passage qui appuie votre réponse.

3 Trois personnages féminins sont nommés dans cet extrait. Lesquels sont liés à Jack (Constant) et de quelle manière ?

4 Les personnages d’Algernon et de Jack ont une perception différente du mariage. Quelle est l’opinion d’Algernon à ce sujet ?

© Éditions Grand Duc

4697_05-Theatre-F.indd 199

199

LE THÉÂTRE

19-02-04 9:56 AM


5 Selon vous, pour quelle raison sous-entendue Jack (Constant) reproche-t-il à Algernon son indiscrétion ?

6 La définition de l’adjectif constant correspond-t-elle au personnage qui le porte comme prénom ? Pourquoi ?

Réaction 7 L’importance d’être Constant est une comédie. Quelle réplique avez-vous trouvée la plus comique dans cette scène ? Pourquoi ?

© Éditions Grand Duc

4697_05-Theatre-F.indd 200

200

LE THÉÂTRE

19-02-04 9:56 AM


Jugement critique 8 Le sujet de la pièce vous semble-t-il intéressant ou ennuyant ? Justifiez votre point de vue en vous basant sur au moins deux critères.

Grammaire du texte 9 a) En quoi le quiproquo est-il le moteur de l’action de la première scène de la pièce ?

b) Quel est l’élément déclencheur dans cette scène ?

a) Que révèle au lecteur la première didascalie au sujet du milieu socio-économique servant de contexte à la pièce ?

b) Qu’indiquent au lecteur les autres didascalies ?

© Éditions Grand Duc

4697_05-Theatre-F.indd 201

201

LE THÉÂTRE

19-02-04 9:56 AM


Jugement critique comparatif a) Quelle pièce parmi les trois présentées dans ce chapitre a le plus capté votre intérêt ? Les justes Roméo et Juliette L’importance d’être Constant b) Pourquoi ? Justifiez votre réponse à l’aide d’au moins deux critères.

© Éditions Grand Duc

4697_05-Theatre-F.indd 202

202

N’oubliez pas que, pour répondre à ce type de questions, vous devez : - donner votre opinion ; - exprimer le critère sur lequel vous avez basé votre opinion ; - donner un exemple tiré du texte pour appuyer votre opinion. Au besoin, consultez la page 12.

LE THÉÂTRE

19-02-04 9:56 AM


Situation d’écriture Rédaction d’un dialogue

Maintenant que vous en savez un peu plus sur l’écriture théâtrale, vous devez écrire un dialogue mettant en scène deux personnages qui sont en conflit. Au moment de rédiger votre dialogue, assurez-vous de suivre les consignes suivantes. Mettez en scène votre dialogue de façon humoristique, par exemple à la manière d’une tragédie classique, d’une pièce pour enfants ou d’une pièce absurde. Assurez-vous que votre dialogue compte au minimum 200 mots répartis équitablement entre les deux personnages. N’oubliez pas d’inclure : ፝፝ les noms des personnages en lettres majuscules ; ፝፝ d  es didascalies (écrites en italique) concernant le jeu des acteurs et leurs déplacements ;

Voici quelques situations de la vie courante desquelles vous inspirer. • Un client mécontent souhaite être remboursé, mais l’employé à qui il s’adresse refuse. • Un policier arrête une personne pour excès de vitesse et celle-ci affirme qu’il a tort de l’arrêter. • Un adolescent souhaite obtenir une permission spéciale de la part de ses parents. • Une entreprise de téléphones cellulaires veut vous vendre un nouveau forfait.

፝፝ au moins un aparté (p. 195). Prenez aussi le temps de vérifier : la syntaxe et la ponctuation des phrases; l’orthographe des mots et les accords.

Pour connaître les critères d’évaluation d’une situation d’écriture, référez-vous aux pages 277 et 278.

JE RETIENS DONC... Les auteurs de pièces de théâtre doivent donner des au metteur en scène au sujet des décors et des accessoires au moyen des

 , qui permettent aussi aux de recevoir des informations sur leur jeu et leurs déplacements.

© Éditions Grand Duc

4697_05-Theatre-F.indd 203

203

LE THÉÂTRE

19-02-04 9:56 AM


Suggestions de lecture Pièces de théâtre Les Voisins Claude Meunier et Louis Saïa, Leméac, 2002, 104 p.

Le prénom Alexandre de La Patellière et Matthieu Delaporte, L’Avantscène Théâtre, 2012, 110 p.

Michel-Marc Bouchard, Leméac, 1995, 84 p.

Le rire de la mer Pierre-Michel Tremblay, Lanctôt Éditeur, 2010, 120 p.

Ines Péré et Inat Tendu

Le jeu de l’amour et du hasard

Réjean Ducharme, Leméac, 1990, 144 p.

Pierre de Marivaux, Larousse, 2011, 144 p.

Les belles-sœurs

La trilogie des dragons

Michel Tremblay, Leméac, 2007, 94 p.

En attendant Godot Samuel Beckett, Les Éditions de Minuit, 1990, 134 p.

© Éditions Grand Duc

4697_05-Theatre-F.indd 204

Les muses orphelines

Robert Lepage, L’instant même, 2005, 174 p.

Incendies Wajdi Mouawad, Leméac/ Actes Sud, 2004, 94 p.

204

LE THÉÂTRE

19-02-04 9:56 AM


La poésie

Le poème lyrique L’albatros Beauté cruelle J’ai tant rêvé de toi

p. 210 p. 216 p. 221

Le poème engagé Le déserteur Meurtre de soi Souvenir de la nuit du 4

4697_06-Poesie-F.indd 205

p. 228 p. 233 p. 239

19-02-04 10:03 AM


Les éléments en couleur sont particulièrement importants cette année.

La poésie La situation de communication Auteur

Œuvre

Lecteur

•• L’auteur d’un texte poétique est défini par son identité, son appartenance géogra­ phique, son époque et sa notoriété. •• Son intention peut être : – d’expérimenter des jeux poétiques ; – d’exprimer ses senti­ ments, ses émotions et sa perception de la réalité dans une langue imagée ; – de traduire son imaginaire et ses opinions en utilisant la langue de façon imagée.

•• Le lecteur doit tenir compte : – du contexte de production ou de publication de l’œuvre (année et lieu où elle a été écrite, édition) ; – du contexte historique ou socioculturel.

•• Lorsqu’il lit un texte poétique, le lecteur développe son intérêt pour le langage imagé et se familiarise avec la poésie. •• Son intention peut être : – de lire ou d’écouter pour se laisser émouvoir ; – de découvrir un univers poétique ; – d’apprécier des manières particulières de désigner ou d’évoquer des réalités ; – de développer sa sen­sibilité esthétique et sa connais­sance de la poésie.

La cohérence et l’organisation du texte Moyens pour assurer la cohérence du texte

Moyens pour organiser le texte

© Éditions Grand Duc

4697_06-Poesie-F.indd 206

•• Procédés de reprise •• Progression thématique par les champs lexicaux, l’association d’éléments et les figures de style •• Non-contradiction entre : – les éléments de l’univers poétique – le titre, le thème et l’univers •• Titre •• Découpage et procédés qui structurent le texte et en marquent le rythme •• Forme fixe ou libre •• Organisateurs •• Disposition graphique et formes visuelles particulières •• Mise en évidence de certains mots

206

LA POÉSIE

19-02-04 10:03 AM


L’organisation d’un texte poétique

Structure du poème

•• Vers et strophes (au lieu de phrases et de paragraphes) •• Découpage en strophes, en couplets, en refrains •• Forme fixe ou libre •• Disposition graphique (régulière, particulière, enjambement, rejet) •• Particularités lexicales, linguistiques ou stylistiques •• Séquence descriptive ou narrative

Ressources linguistiques

•• Champs lexicaux •• Procédés lexicaux, syntaxiques et stylistiques •• Ton, écriture à la 1re ou à la 3e personne (manifestation de l’énonciateur) •• Choix de mots usuels, recherchés ou évocateurs •• Invention de mots •• Association de mots qui créent des images (comparaison, métaphore, contraste, antithèse, personnification, métonymie), des symboles et des jeux de sonorités •• Jeux sur les divers sens des mots : polysémie, connotation •• Agencement de mots : – phrases présentant des écarts avec la norme – inversion de mots – répétition de mots, de groupes de mots, de structures •• Ponctuation

Moyens pour créer le rythme et la sonorité

© Éditions Grand Duc

4697_06-Poesie-F.indd 207

•• Vers : – rimés ou non  – rimés à la fin de deux ou plusieurs vers  – réguliers ou libres •• Répétition de sons, de mots, de structures •• Musicalité des mots •• Syntaxe et ponctuation

207

LA POÉSIE

19-02-04 10:03 AM


Le poème lyrique Qu’est-ce que c’est ? Le poème lyrique est caractérisé par l’expression de sentiments, d’émotions ou même de souhaits pour le futur. Le poète parle au « je », mais avec force, et son « je » tente d’être universel, c’est-à-dire qu’il essaie de rejoindre les gens touchés par le thème qu’il aborde. L’amour, la nature, le temps qui passe et la quête d’un idéal sont les principaux thèmes de la poésie lyrique, qui est aussi caractérisée par sa musicalité. Qui l’écrit et pourquoi ? L’auteur cherche avant tout à exprimer ses émotions, mais la structure de son poème est aussi importante : il joue avec la forme, les sonorités et les figures de style. Le poème lyrique est très travaillé.

Qui le lit et pourquoi ? Le lecteur de poésie cherche d’abord à être ému ou à se reconnaître dans sa lecture. Il a aussi soif de la beauté évoquée par les images du poème. Où le trouve-t-on ? On le trouve dans des recueils de poésie, des revues ou Internet, par exemple.

Les origines de la poésie lyrique Ce genre de poésie existe depuis le Moyen Âge, mais ce sont principa­ lement les poètes romantiques du 19e siècle qui ont popularisé le poème lyrique dont on observe encore des manifestations aujourd’hui.

© Éditions Grand Duc

4697_06-Poesie-F.indd 208

208

LA POÉSIE

19-02-04 10:03 AM


Je vis, je meurs 1

5

[ Je vis, je meurs ; je me brûle et me noie ;1] J’ai chaud extrême en endurant froidure : La vie m’est et trop molle et trop dure. J’ai grands ennuis entremêlés de joie.

Présence du « je »

[Tout à un coup je ris et je larmoie,

Image créée par antithèse

Et en plaisir maint grief tourment j’endure ; Mon bien s’en va, et à jamais il dure ; Tout en un coup je sèche et je verdoie.2]

[Ainsi Amour inconstamment me mène ; 10

Exemple de poème lyrique

Et, quand je pense avoir plus de douleur, Sans y penser je me trouve hors de peine.3] Puis, quand je crois ma joie être certaine, Et être au haut de mon désiré heur, Il me remet en mon premier malheur.

Décasyllabe (vers de 10 pieds)

1

Rimes embrassées Strophe de quatre vers (quatrain)

2

Transgression des règles de syntaxe Strophe de trois vers (tercet)

3

Le sonnet est un poème à forme fixe.

Louise Labé, « Je vis, je meurs », Sonnets, 1556.

Louise Labé (1524-1566), une poétesse de la Renaissance, appartenait au groupe littéraire « École  de Lyon ».

© Éditions Grand Duc

4697_06-Poesie-F.indd 209

209

LA POÉSIE

19-02-04 10:03 AM


Stratégie de lecture Je me fais des images dans ma tête.

Poète du 19e siècle à cheval entre le roman­tisme et le symbolisme, Charles Baudelaire a écrit Les fleurs du mal, dont est tiré ce poème, qui compare le poète incompris à un albatros torturé par des marins.

1 Dans la 1re strophe, soulignez les rimes. 2 Dans chaque strophe, encadrez un GN qui réfère à l’albatros. 3 Dans les trois pre­ mières strophes, sur­ lignez les adjectifs qui décrivent l’albatros de façon négative.

Définitions indolent : qui agit avec mollesse. gouffre : espace si profond que l’on ne peut en mesurer la profondeur. gauche : maladroit. veule : faible, lâche. brûle-gueule : pipe. nuée : nuage épais.

Intention de lecture Prêter attention aux images du poème.

L’albatros Souvent, pour s’amuser, les hommes d’équipage Prennent des albatros, vastes oiseaux des mers, Qui suivent, indolents compagnons de voyage, Le navire glissant sur les gouffres amers.

1

À peine les ont-ils déposés sur les planches, Que ces rois de l’azur, maladroits et honteux, Laissent piteusement leurs grandes ailes blanches Comme des avirons traîner à côté d’eux.

5

Ce voyageur ailé, comme il est gauche et veule ! Lui, naguère si beau, qu’il est comique et laid ! L’un agace son bec avec un brûle-gueule, L’autre mime, en boitant, l’infirme qui volait !

10

Le Poète est semblable au prince des nuées Qui hante la tempête et se rit de l’archer ; Exilé sur le sol au milieu des huées, Ses ailes de géant l’empêchent de marcher.

15

Charles Baudelaire, « L’albatros », Les fleurs du mal, 1859.

L’albatros est un oiseau marin. Il possède l’une des plus grandes envergures chez les oiseaux, ce qui peut rendre son envol difficile.

© Éditions Grand Duc

4697_06-Poesie-F.indd 210

210

LA POÉSIE

19-02-04 10:04 AM


Questions sur le texte

Les questions d’interprétation sont identifiées comme ceci :

Compréhension et interprétation 1 Expliquez pourquoi Charles Baudelaire compare l’albatros à un roi lorsqu’il est dans le ciel.

2 Résumez dans vos mots l’attitude qu’ont les marins envers l’albatros lorsqu’il ne vole pas.

3 Pourquoi Charles Baudelaire compare-t-il l’albatros au poète ? Nommez deux raisons.

• • 4 Relevez le passage prouvant que le Poète aimerait être libre comme l’albatros, mais qu’il se sent plutôt méprisé par les hommes.

© Éditions Grand Duc

4697_06-Poesie-F.indd 211

211

LA POÉSIE

19-02-04 10:04 AM


5 Baudelaire a-t-il raison de se sentir exclu de la société en raison de sa condition de poète ? Expliquez votre réponse.

Réaction 6 Que pensez-vous de l’attitude des marins à l’endroit des albatros ? Ont-ils raison d’agir ainsi, selon vous ? Expliquez votre réponse en vous basant sur une valeur personnelle.

© Éditions Grand Duc

4697_06-Poesie-F.indd 212

212

LA POÉSIE

19-02-04 10:04 AM


Jugement critique 7 Le fait que l’auteur compare le poète à l’albatros dans un poème est-il intéressant ? Justifiez votre point de vue.

Grammaire du texte 8 Dans la 1re strophe, relevez les mots contenant le son [v], comme dans le verbe « voler », qui créent une allitération.

9 Baudelaire a utilisé le contraste afin de décrire l’albatros. Inscrivez ci-dessous les GN qui le décrivent positivement et ceux qui le décrivent négativement. a) GN connotés positivement :

b) GN connotés négativement :

© Éditions Grand Duc

4697_06-Poesie-F.indd 213

213

LA POÉSIE

19-02-04 10:04 AM


Ressource de la langue

7

La structure en poésie

3

d

j

laclasse.grandducenligne.com

La structure des poèmes à forme fixe Strophes

Les strophes correspondent à un paragraphe dans un texte courant. Le nombre de vers (ou de lignes) varie. Les types de strophe les plus connus sont le quatrain (strophe de quatre vers) et le tercet (strophe de trois vers).

Découpage

Il peut arriver qu’une strophe soit répétée. On l’appelle alors refrain.

Vers

On appelle « pied » chaque syllabe prononcée dans un poème. À noter que le « e » muet n’est pas prononcé devant une voyelle, mais qu’il est prononcé devant une consonne. Les pieds ne correspondent pas toujours aux syllabes graphiques. Le nombre de pieds par vers est généralement pair. Les plus utilisés par les poètes sont le décasyllabe (vers de 10 syllabes) et l’alexandrin (vers de 12 syllabes). Lorsque le nombre de pieds est toujours le même d’un vers à l’autre, on dira que celui-ci est régulier.

Rimes

Il existe trois types de rimes. Lorsqu’on utilise toujours la même rime, on dit qu’elle est suivie. Si on alterne deux rimes, on dit qu’elles sont croisées (exemple : A-B-A-B). Enfin, lorsque deux rimes alternent sous la forme A-B-B-A, on dit qu’elles sont embrassées.

À noter : Certains poèmes présentent une forme libre et ne respectent pas les règles mentionnées en ce qui concerne les rimes, les vers, les strophes ou le découpage.

La ponctuation en poésie Particularité

Exemple

Détachement Afin de mettre un élément en évidence, on le déplace et on l’isole à l’aide de virgules.

Rien, ni les vieux jardins reflétés par les yeux Ne retiendra ce cœur qui dans la mer se trempe

Ponctuation expressive Les interjections suivies de points d’exclamation sont souvent utilisées en poésie.

Las ! Voyez comme en peu d’espace Mignonne, elle a dessus la place

Absence de ponctuation Parfois, les poèmes n’ont aucune ponctuation, comme c’est le cas des très courts poèmes japonais nommés « haïku ».

Sous le pont Mirabeau coule la Seine Et nos amours Faut-il qu’il m’en souvienne La joie venait toujours après la peine

Transgression des règles de syntaxe et de ponctuation Il peut arriver que le poète écrive un seul mot suivi d’un signe de ponctuation ou encore qu’il mette le verbe avant le sujet. Il transgresse alors les règles de syntaxe et de ponctuation.

Quelle, et si fine, et si mortelle, Que soit ta pointe, blonde abeille

© Éditions Grand Duc

4697_06-Poesie-F.indd 214

Brise marine, Stéphane Mallarmé

La rose, Pierre de Ronsard

214

Le pont Mirabeau, Guillaume Apollinaire

L’abeille, Paul Valéry

LA POÉSIE

19-02-04 10:04 AM


Grammaire en contexte 1 a) Combien de strophes le poème L’albatros contient-il ? b) De quel type sont ces strophes ?

2 Quel type de rimes le poète Charles Baudelaire utilise-t-il dans : a) les trois premières strophes ?

b) la dernière strophe ?

3 a) Dans les vers suivants, séparez à l’aide d’une barre oblique les syllabes prononcées.

Souvent, pour s’amuser, les hommes d’équipage Prennent des albatros, vastes oiseaux des mers

b) Comment nomme-t-on ces vers ?

4 Ce poème est-il de forme fixe ou de forme libre ? Justifiez votre réponse.

5 Relevez deux exemples de détachement dans le poème L’albatros, puis soulignez l’élément mis en évidence. • •

6 Modifiez le vers suivant en utilisant le procédé syntaxique de l’inversion.

Ce voyageur ailé, comme il est gauche et veule !

© Éditions Grand Duc

4697_06-Poesie-F.indd 215

215

LA POÉSIE

19-02-04 10:04 AM


Stratégie de lecture Je tiens compte de la ponctuation.

Jeune poète du tournant du 19e siècle, Émile Nelligan a écrit toute son œuvre avant d’être placé dans une institution psychiatrique. Il n’avait alors que 19 ans. L’amour, l’enfance, la musique et la folie font partie des thèmes qu’il privilégiait.

1 Dans la 1re strophe, soulignez les adjectifs qui décrivent l’amour de Nelligan. 2 Dans la 2e strophe, encadrez deux adjec­ tifs qui décrivent ­Nelligan et deux autres qui décrivent la femme qu’il aime. 3 Dans tout le poème, surlignez les mots qui peuvent appartenir au champ lexical de la souf­ france.

Intention de lecture Reconnaître le thème grâce aux champs lexicaux et aux figures de style.

Beauté cruelle   Certes, il ne faut avoir qu’un amour en ce monde, Un amour, rien qu’un seul, tout fantasque soit-il ; Et moi qui le recherche ainsi, noble et subtil, Voici qu’il m’est à l’âme une entaille profonde.

1

Elle est hautaine et belle, et moi timide et laid : Je ne puis l’approcher qu’en des vapeurs de rêve. Malheureux ! Plus je vais, et plus elle s’élève Et dédaigne mon cœur pour un œil qui lui plaît.

5

Voyez comme, pourtant, notre sort est étrange ! Si nous eussions tous deux fait de figure échange, Comme elle m’eût aimé d’un amour sans pareil !

10

Et je l’eusse suivie en vrai fou de Tolède, Aux pays de la brume, aux landes du soleil, Si le Ciel m’eût fait beau, et qu’il l’eût faite laide ! Émile Nelligan, « Beauté cruelle », Poésies complètes, 1896-1899.

Définitions fantasque : capricieux. fou de Tolède : personnage mythique espagnol du 19e siècle. lande : terre où pousse des plantes sauvages. Émile Nelligan (1879-1941) est un poète québécois dit « romantique », dont les représentants français sont, entre autres, Alphonse de Lamartine et Victor Hugo.

© Éditions Grand Duc

4697_06-Poesie-F.indd 216

216

LA POÉSIE

19-02-04 10:04 AM


Questions sur le texte

Les questions d’interprétation sont identifiées comme ceci :

Compréhension et interprétation 1 Quel est le thème du poème Beauté cruelle ? Expliquez votre réponse.

2 Comment décririez-vous la personnalité de la femme que le poète aime ? Appuyez votre réponse sur un extrait pertinent du poème.

3 Quel passage du poème prouve que le poète ferait n’importe quoi pour cette femme ?

4 Relisez les vers 9 à 11. Que signifie ce passage du poème ?

5 À votre avis, le poète pourrait-il vivre une histoire d’amour avec sa belle ? Justifiez votre réponse.

© Éditions Grand Duc

4697_06-Poesie-F.indd 217

217

LA POÉSIE

19-02-04 10:04 AM


Réaction 6 À votre avis, la femme que Nelligan aime a-t-elle une bonne perception de l’amour ? Expliquez votre réponse en vous basant sur votre perception de l’amour.

Jugement critique 7 À qui recommanderiez-vous la lecture de ce poème ? Pourquoi ? Appuyez votre réponse sur au moins un élément du texte.

Grammaire du texte 8 a) À quel champ lexical peut-on associer les mots décrivant le « je » du poème ? Justifiez votre réponse.

b) À quel champ lexical peut-on associer les mots décrivant la femme qui est aimée par le poète ? Justifiez votre réponse.

© Éditions Grand Duc

4697_06-Poesie-F.indd 218

218

LA POÉSIE

19-02-04 10:04 AM


Ressource de la langue

2

Les figures de style

a

e

m

laclasse.grandducenligne.com

Le langage courant et le langage poétique utilisent des expressions au sens propre — c’est-à-dire dont la signification est concrète et courante — et des expressions au sens figuré qui permettent de créer des images ou de donner un autre sens aux mots. Dans le langage courant, les expressions sont généralement connues de tous. La poésie, au contraire, propose sans cesse de nouvelles images créées par l’auteur. Certaines expressions qui emploient le sens figuré sont devenues des clichés à force d’être utilisées dans la vie courante. Exemples : mourir de chagrin, reprendre du poil de la bête, tomber dans les pommes, avoir la tête dans les nuages, être doux comme un agneau, etc. L’association de certains mots permet de créer des figures de style en poésie. Figure de style

Exemple

Comparaison Elle permet de montrer la ressemblance entre deux réalités à l’aide d’un mot comparant (comme, ainsi que, semblable à, etc.)

Tous vos nerfs tressaillent comme des cordes de lyre. (Théophile Gauthier) (Les nerfs ressemblent à des cordes de lyre, car tous deux sont tendus.)

Métaphore La métaphore montre aussi la ressemblance entre deux réalités, mais sans mot comparatif.

Paris est un véritable océan. (Balzac) (Paris est comparé implicitement à un océan en raison de sa grandeur, de son mouvement.)

Contraste et antithèse Un effet de contraste est créé lorsque deux réalités opposées sont abordées ensemble. Lorsque c’est le cas dans une même phrase, on parle d’antithèse.

Je vis, je meurs ; je me brûle et me noie. (Louise Labé) (Vivre et mourir sont des contraires, tout comme brûler et se noyer.)

Personnification Elle attribue un caractère humain à quelque chose qui n’est pourtant pas humain.

Le crépuscule ami s’endort dans la vallée. (Alfred de Vigny) (Le crépuscule n’est pas humain, il ne peut donc pas s’endormir.)

Métonymie Cette figure de style permet de remplacer un terme par un autre qui en est proche. Par exemple, elle peut désigner le tout par une partie, le contenant par son contenu, etc.

Paris a froid Paris a faim. (Paul Éluard) (Ce n’est pas Paris qui a froid et faim, ce sont ses habitants.)

© Éditions Grand Duc

4697_06-Poesie-F.indd 219

219

LA POÉSIE

19-02-04 10:04 AM


Grammaire en contexte 1 Dans la 2e strophe du poème Beauté cruelle, avec quelle figure de style le poète se décrit-il lui-même et la femme qu’il aime ? Expliquez votre réponse.

2 a) Dans la dernière strophe, relevez une comparaison. b) Analysez-la à l’aide du tableau suivant. Éléments comparés

Mot comparatif

Ressemblance

3 Voici une métonymie tirée de la 2e strophe.

Et dédaigne mon cœur pour un œil qui lui plaît.

a) En quoi est-ce une métonymie ?

b) Expliquez-en le sens.

4 Quel vers du poème contient un exemple de personnification ? Expliquez votre réponse.

© Éditions Grand Duc

4697_06-Poesie-F.indd 220

220

LA POÉSIE

19-02-04 10:04 AM


Stratégie de lecture Je survole le texte pour faire des prédictions sur son contenu.

Intention de lecture Cerner la structure du poème.

J’ai tant rêvé de toi 1

J’ai tant rêvé de toi que tu perds ta réalité. Est-il encore temps d’atteindre ce corps vivant Et de baiser sur cette bouche la naissance De la voix qui m’est chère ?

5

J’ai tant rêvé de toi que mes bras habitués En étreignant ton ombre À se croiser sur ma poitrine ne se plieraient pas Au contour de ton corps, peut-être. Et que, devant l’apparence réelle de ce qui me hante Et me gouverne depuis des jours et des années, Je deviendrais une ombre sans doute. Ô balances sentimentales.

10

15

20

25

J’ai tant rêvé de toi qu’il n’est plus temps Sans doute que je m’éveille. Je dors debout, le corps exposé À toutes les apparences de la vie Et de l’amour et toi, la seule qui compte aujourd’hui pour moi, Je pourrais moins toucher ton front Et tes lèvres que les premières lèvres et le premier front venu.

Poète français issu du courant littéraire du surréalisme, Robert Desnos est décédé à l’âge de 45 ans dans un camp de concentration en Tchécoslovaquie, où il avait été envoyé pour avoir participé au mouvement de la Résistance.

1 Soulignez la répé­ tition dans ce poème. 2 Encadrez le pas­ sage qui montre que la situation vécue par le poète dure depuis longtemps. 3 Surlignez le pas­ sage qui révèle que la femme que le poète aime est inacces­ sible.

Définition étreindre : serrer dans ses bras.

J’ai tant rêvé de toi, tant marché, parlé, Couché avec ton fantôme Qu’il ne me reste plus peut-être, Et pourtant, qu’à être fantôme Parmi les fantômes et plus ombre Cent fois que l’ombre qui se promène Et se promènera allègrement Sur le cadran solaire de ta vie. Robert Desnos, « J’ai tant rêvé de toi », Corps et biens, Gallimard, p. 91.

© Éditions Grand Duc

4697_06-Poesie-F.indd 221

221

LA POÉSIE

19-02-04 10:04 AM


Questions sur le texte

Les questions d’interprétation sont identifiées comme ceci :

Compréhension et interprétation 1 Résumez dans vos mots le questionnement soulevé par le poète dans la 1re strophe.

2 Que décrit ce poème ? Appuyez votre réponse sur au moins un élément du texte.

3 Relevez, dans les 2e, 3e et 4e strophes, le ou les vers qui correspondent à la conclusion pessimiste exprimée par Robert Desnos. a) 2e strophe : vers b) 3e strophe : vers c) 4e strophe : vers

Réaction 4 Relisez les vers 22 à 25. Que pensez-vous de la conception qu’a le poète de l’amour dans ce passage ? Expliquez votre réponse.

© Éditions Grand Duc

4697_06-Poesie-F.indd 222

222

LA POÉSIE

19-02-04 10:04 AM


Jugement critique 5 Selon vous, le poème J’ai tant rêvé de toi est-il un exemple de poésie lyrique ? Pour justifier votre point de vue, référez-vous à deux caractéristiques propres à cette forme de poésie présentées à la page 208.

Grammaire du texte 6 Ce poème a-t-il une forme fixe ou libre ? Justifiez votre réponse en vous basant sur deux des aspects suivants : les rimes, les vers, les strophes et le découpage du poème.

7 J’ai tant rêvé de toi s’organise autour de la progression. L’auteur passe du rêve à un désir de mort. Complétez le tableau suivant au sujet de la thématique du rêve et de celle de la mort. Le rêve

La mort

4e strophe :

Répétition 1re strophe : 2e strophe : • • « Je deviendrais une ombre sans doute » 3e strophe : « […] je m’éveille »

8 À quoi sert la répétition dans ce poème ? © Éditions Grand Duc

4697_06-Poesie-F.indd 223

223

LA POÉSIE

19-02-04 10:04 AM


Jugement critique comparatif 9 a) Lequel des poèmes lyriques avez-vous préféré ? L’albatros Beauté cruelle J’ai tant rêvé de toi b) Pourquoi ? Étoffez votre réponse à l’aide de deux critères.

N’oubliez pas que, pour répondre à ce type de questions, vous devez : - donner votre opinion ; - exprimer le critère sur lequel vous avez basé votre opinion ; - donner un exemple tiré du texte pour appuyer votre opinion. Au besoin, consultez la page 12.

Grammaire en contexte Voir la notion 37,

Dans les vers suivants tirés ou inspirés du poème J’ai tant rêvé de toi : •• surlignez l’adverbe et le subordonnant introduisant une subordonnée corrélative ; •• soulignez la subordonnée corrélative ; •• indiquez si la corrélation a une valeur de conséquence ou de comparaison.

p. 269 .

a) J’ai tant rêvé de toi que tu perds ta réalité.

b) Je pourrais moins toucher ton front et tes lèvres que je pourrais embrasser les premières lèvres et le premier front venu.

Dans les deux vers du numéro 10, quelle fonction la subordonnée corrélative remplit-elle ?

© Éditions Grand Duc

4697_06-Poesie-F.indd 224

224

LA POÉSIE

19-02-04 10:04 AM


Situation d’écriture

Rédaction d’un poème lyrique Afin de mettre en œuvre vos connaissances sur la poésie lyrique, vous devez maintenant écrire votre propre poème. Pour ce faire, choisissez un thème propre à la poésie lyrique, soit : l’amour pour une personne ; l’affection pour un lieu ; un souvenir qui vous rend nostalgique ; un rêve que vous aimeriez réaliser. Assurez-vous que votre poème compte : trois quatrains ou quatre tercets (p. 214) ; des vers libres ou réguliers, au choix ;

N’oubliez pas que le poème lyrique doit être écrit à la 1re personne du singulier.

des rimes suivies, croisées ou embrassées, au choix (vous pouvez aussi varier le type de rime à chaque strophe) ; une figure de style parmi la personnification, la métonymie et l’antithèse (p. 219), que vous identifierez dans votre poème en la soulignant.

Pour connaître les critères d’évaluation d’une situation d’écriture, référez-vous aux pages 277 et 278.

Prenez aussi le temps de vérifier : la syntaxe et la ponctuation des phrases ; l’orthographe des mots et les accords ; la conjugaison des verbes.

JE RETIENS DONC... Le poème lyrique permet au poète d’exprimer ses émotions, notamment grâce à des

 . Le poème peut être de forme ou

 , et peut

comporter des rimes ou non.

© Éditions Grand Duc

4697_06-Poesie-F.indd 225

225

LA POÉSIE

19-02-04 10:04 AM


Le poème engagé Qu’est-ce que c’est ? Le poème engagé est un texte dans lequel l’auteur prend position par rapport à un sujet d’actualité (ou thème), notamment au moyen de la variété de langue, du vocabulaire et du ton utilisés. Son thème est généralement un problème social, culturel, politique ou encore un débat philosophique. Qui l’écrit et pourquoi ? Le poète engagé dénonce un problème, car son statut d’artiste lui permet d’être lu ou entendu par le public. Cette dénonciation peut même devenir

un exemple à suivre et faire du poète un leader qui favorise la réflexion, la prise de conscience sur un sujet subversif, des débats ou l’action. Qui le lit et pourquoi ? Toute personne qui s’intéresse aux débats de société, mais aussi tout simplement à la poésie, qu’elle soit engagée ou pas. Où le trouve-t-on ? Généralement, le poème engagé est publié dans un recueil de poésie, des revues littéraires ou Internet.

La poésie engagée est apparue au 16e siècle et a connu une grande popu­larité à l’époque de la Seconde Guerre mondiale, alors qu’elle dénonçait le commu­ nisme et le nazisme. Aujourd’hui, elle est particulière­ ment présente dans les chansons (avec des groupes comme Loco Locass ou les Cowboys Fringants), les textes (avec des auteurs comme Richard Desjardins, Koriass ou Samian) et le slam (avec des slameurs comme David Goudreault ou Queen Ka).

© Éditions Grand Duc

4697_06-Poesie-F.indd 226

226

LA POÉSIE

19-02-04 10:04 AM


J’avais faim 1

5

10

15

20

Exemple de poème engagé

J’avais faim et vous faisiez le tour de la Lune. J’avais faim et vous m’avez dit d’attendre. J’avais faim et vous avez créé une commission. J’avais faim et vous parliez d’autre chose. J’avais faim et vous m’avez dit : « Il n’y a pas de raison. » J’avais faim et vous aviez des factures de napalm à payer. J’avais faim et vous m’avez dit : « Maintenant des machines font ce genre de travail. » J’avais faim et vous avez dit : « La loi et l’ordre avant tout. » J’avais faim et vous avez dit : « Il y a toujours des pauvres. » J’avais faim et vous avez dit : « C’est la faute des communistes. » J’avais faim et vous avez dit : « Mes ancêtres avaient faim aussi. » J’avais faim et vous avez dit : « Après trente-cinq ans, on n’embauche plus. » J’avais faim et vous avez dit : « Dieu leur vienne en aide. » J’avais faim et vous avez dit : « Désolé, repassez demain. »

Énonciateur (désigné par l’utilisation de la 1re personne du singulier) Effet d’insistance créé par la répétition Destinataire (désigné par l’utilisation du  pronom vous) Définition napalm : essence solidifiée servant à la fabrication de bombes incendiaires.

Auteur anonyme.

Ce poème porte sur la pauvreté. Il illustre le contraste entre le problème de la faim et les problèmes de nature politique.

© Éditions Grand Duc

4697_06-Poesie-F.indd 227

227

LA POÉSIE

19-02-04 10:04 AM


Stratégie de lecture J’utilise les outils mis à ma disposition.

Ce poème de Boris Vian a été publié le 7 mai 1954, à la suite d’une défaite de l’armée française au Viêtnam, lors de la guerre d’Indochine. L’énonciateur pacifiste refuse de participer à la guerre, même si on le lui ordonne.

1 Encadrez le GN qui fait référence à l’énonciateur (la voix qui s’exprime dans le texte). 2 Encerclez le GN qui représente le des­ tinataire. 3 a) Dans la der­ nière strophe, surli­ gnez les verbes conjugués au mode impératif. b) Soulignez ceux dont le sujet non exprimé renvoie au président. 4 Dans la marge de la dernière strophe, inscrivez qui est le nouveau destinataire.

Définitions déserteur : militaire qui abandonne l’armée. gendarme : policier.

Intention de lecture Repérer les marques énonciatives qui désignent l’énonciateur et le destinataire.

Le déserteur Monsieur le Président Je vous fais une lettre Que vous lirez peut-être Si vous avez le temps Je viens de recevoir Mes papiers militaires Pour partir à la guerre Avant mercredi soir Monsieur le Président Je ne veux pas la faire Je ne suis pas sur terre Pour tuer des pauvres gens C’est pas pour vous fâcher Il faut que je vous dise Ma décision est prise Je m’en vais déserter Depuis que je suis né J’ai vu mourir mon père J’ai vu partir mes frères Et pleurer mes enfants Ma mère a tant souffert Elle est dedans sa tombe Et se moque des bombes Et se moque des vers

1

5

10

15

20

Quand j’étais prisonnier On m’a volé ma femme On m’a volé mon âme Et tout mon cher passé Demain de bon matin Je fermerai ma porte Au nez des années mortes J’irai sur les chemins Je mendierai ma vie Sur les routes de France De Bretagne en Provence Et je dirai aux gens : Refusez d’obéir Refusez de la faire N’allez pas à la guerre Refusez de partir S’il faut donner son sang Allez donner le vôtre Vous êtes bon apôtre Monsieur le Président Si vous me poursuivez Prévenez vos gendarmes Que je n’aurai pas d’armes Et qu’ils pourront tirer

25

30

35

40

45

Boris Vian, Le déserteur, 1954.

Boris Vian (1920-1959), un artiste français polyvalent, a mis en musique son poème Le déserteur. On voit ci-contre la pochette de son album. © Éditions Grand Duc

4697_06-Poesie-F.indd 228

228

LA POÉSIE

19-02-04 10:04 AM


Questions sur le texte

Les questions d’interprétation sont identifiées comme ceci :

Compréhension et interprétation 1 a) Quel est le thème de ce poème ? b) Quelle est la vision du poète par rapport à ce thème ? Appuyez votre réponse sur au moins un élément du texte.

2 Pour le poète, les conflits armés représentent la souffrance pour les autres et pour lui. Son premier argument contre la guerre aborde la souffrance des autres. Résumez cet argument.

3 Dans le deuxième argument qu’il expose, le poète décrit la souffrance qu’il a vécue à cause de la guerre. Résumez cette souffrance.

4 La poésie engagée a pour but de susciter la réflexion, les débats ou l’action. À votre avis, quel était le but de Boris Vian lorsqu’il a écrit ce poème ?

© Éditions Grand Duc

4697_06-Poesie-F.indd 229

229

LA POÉSIE

19-02-04 10:04 AM


Réaction 5 Croyez-vous que Boris Vian a raison de s’opposer à la guerre ? Justifiez votre réponse à l’aide d’une de vos valeurs personnelles.

Jugement critique 6 L’histoire racontée par le poète Boris Vian est-elle vraisemblable ? Pourquoi ? Appuyez votre réponse sur votre connaissance de l’histoire et sur deux exemples du poème.

Grammaire du texte 7 Quelle figure de style l’auteur utilise-t-il dans les vers suivants ? Expliquez votre réponse.

Je fermerai ma porte Au nez des années mortes

© Éditions Grand Duc

4697_06-Poesie-F.indd 230

230

LA POÉSIE

19-02-04 10:04 AM


Ressource de la langue

2

Les marques énonciatives

u

g

c

laclasse.grandducenligne.com

L’engagement du poète se traduit par des mots qui montrent sa présence et son attitude par rapport au destinataire et au thème. Marque énonciative qui renvoie à l’énonciateur

J’aimerais changer le monde.

Pronoms à la 1re personne Déterminants à la

1re

Exemple C’est mon destin !

personne

Marque énonciative qui renvoie au destinataire

Effet créé

Exemple

Vouvoiement du destinataire

Distanciation, respect, politesse

Je voudrais vous dire quelque chose.

Tutoiement du destinataire

Familiarité, complicité

J’aimerais te parler de moi.

Pronom de la

3e

personne

Distanciation

On peut faire quelque chose !

Pronom de la du pluriel

1re

personne

Complicité

Nous allons nous rebeller !

• Arrogance, autorité

• Notre cher premier ministre s’en fout ! • Monsieur, pourriez-vous m’aider ?

Désignation nominale

• Distanciation, respect, politesse Temps verbaux (conditionnel et impératif)

• Distance (conditionnel) • Engagement ou autorité (impératif)

• Si seulement je pouvais… • Fais quelque chose.

Indice du point de vue de l’énonciateur

Exemple

Choix d’une variété de langue (familière ou littéraire, adaptée au destinataire)

Faut qu’j’te parle !

Vocabulaire connoté

C’est un beau et grand pays.

Figure de style (par exemple, l’hyperbole)

Nous allons tous mourir de honte.

Ponctuation expressive (exclamative ou interrogative)

Agissons !

© Éditions Grand Duc

4697_06-Poesie-F.indd 231

231

LA POÉSIE

19-02-04 10:04 AM


Grammaire en contexte 1 Dans cette strophe du poème Le déserteur : •• surlignez les pronoms référant à l’énonciateur de ce poème ; •• soulignez les pronoms référant au destinataire. Monsieur le Président C’est pas pour vous fâcher Je vous fais une lettre

Il faut que je vous dise

Que vous lirez peut-être

Ma décision est prise

Si vous avez le temps […]

Je m’en vais déserter

2 Dans la 2e strophe (lignes 17 à 32), relevez les huit GN qui font référence à l’énonciateur et soulignez les déterminants qui prouvent la présence de ce dernier.

3 L’énonciateur du poème établit d’abord un rapport d’infériorité avec le président. Identifiez deux exemples qui appuient cette affirmation.

4 À la fin du poème, l’énonciateur change son rapport avec son destinataire, le président. Quel rapport établit-il alors ? Donnez un exemple.

5 a) À quelle variété de langue appartient le vers suivant ? Expliquez votre réponse.

C’est pas pour vous fâcher

b) D’après vous, pourquoi le poète a-t-il choisi cette variété de langue ?

© Éditions Grand Duc

4697_06-Poesie-F.indd 232

232

LA POÉSIE

19-02-04 10:04 AM


Intention de lecture Identifier les marques d’engagement de l’énonciateur par rapport au thème.

Meurtre de soi 1

5

10

15

20

25

30

Stratégie de lecture Je survole le texte pour faire des prédictions sur son contenu.

Travailleur social à Sherbrooke et ex-délinquant, David Goudreault a remporté la Coupe du monde de slam en 2011. Il change le monde un vers à la fois, comme dans ce texte sur la prévention du suicide, où il démontre sa grande maîtrise de la langue.

À l’époque, damnés Puis abandonnés, Tu veux des données, je vais t’en donner… Tentatives aux 40 secondes, suicide complété aux 3 secondes Entre 800 000 et 1 million par année dans le monde Est-ce que ça heurte ? ? Dis-toi qu’il y a plus de suicidés que de victimes de meurtres, De la guerre et d’attentats terroristes réunis Ouais, je sais, c’est triste et c’est con mais ça risque de rester de même, l’ami 1 Dans les 10 pre­ miers vers, soulignez C’est un problème qui se traite à la prévention les mots qui font Pis ça, ça rapporte pas aux élections référence au destina­ alors on restera dans la file au prochain défilé des millions… taire de ce slam. et au Québec encore cette année, on aura au moins notre millier 2 Dans les cinq pre­ miers vers, encadrez   de drames un pronom qui montre Avec des moyens infimes la présence de l’énonciateur. Je sais que c’est infâme 3 Dans tout le De même penser en faire une rime poème, surlignez Mais dis-toi qu’avec la flamme, y en a plein qui s’arriment les vers dont la Qui s’affairent à nourrir ton âme qui s’affame ponctuation est expressive. Avec de l’espoir, c’est la vie qui s’affirme 4 Dans tout le Pas question qu’on se la ferme, poème, surlignez Ou qu’on valide ton suicide d’une autre couleur les passages où l’au­ dans un bain de suie et de cidre teur fait preuve Avec plein de si et de trop tard ; d’empathie envers le L’existence perçue comme un grand avatar destinataire en utili­ sant la 1re personne. Celui qui a écrit qu’elle est belle la vie Eh bien, y avait tort Toi, t’as tellement mal Définitions Que t’es prêt à te faire du mal cidre : boisson à base de jus de pommes fermenté. avatar : mésaventure.

© Éditions Grand Duc

4697_06-Poesie-F.indd 233

233

LA POÉSIE

19-02-04 10:04 AM


« Toi, tu cherches juste une sortie »

5 Encadrez deux passages où le sla­ meur joue avec le sens des mots. 6 Soulignez une comparaison.

Définitions se faire la malle : partir. grigris : amulette, accessoire magique destiné à protéger une personne. médisant : personne qui critique les autres.

© Éditions Grand Duc

4697_06-Poesie-F.indd 234

Pis tu te sens tellement mal Que tu penses juste à te faire la malle L’enfer ou le nord, tu t’en fous Y a plus rien de normal T’as la détresse all dressed ; Tristesse, angoisse et stress Et le tout bien assorti D’une pilule, un verre ou une pulsion de trop Toi, tu cherches juste une sortie Si c’est rouge qu’il voit le taureau, Toi, tu vois noir en… Hostile, isolé, désolé et aigri L’espérance amaigrie Tu ne crois plus aux comprimés prescrits Ni aux grigris, Y’a pus rien de grisant Plus rien d’acquis tu veux donner raison aux médisants C’est ta dernière saison, t’es fini… Et puis, épuisé Après tempête et orage, C’est clair ! Entre la peine et la rage Tu pourrais partir vite comme l’éclair Pour toi, c’est un moyen évident Te sortir du trou en entrant dedans… Celui sans fond… Déjà tes proches s’en font, Alors après, quoi ? Ils s’effondrent Et après toi, la Terre reste ronde

234

35

40

45

50

55

60

LA POÉSIE

19-02-04 10:04 AM


Du même auteur David Goudreault, Premiers soins, Écrits des Forges, 2012.

65

70

75

Mais tu passes ton tour Plus de larmes mais plus d’amour Plus de laves, plus de braises Mais plus de sourires, plus de vent et plus de baises En crise souvent, nos sens nous mentent Et chaque seconde pèse lourd sur l’horaire Rappelle-toi que le suicide est une issue permanente À des problèmes pouvant être temporaires T’en penses ce que tu veux, tu peux même en rire Mais si t’en es là Je sais que tu ne veux pas mourir Juste cesser de souffrir Appelle, on est là Et pour une opération à cœur ouvert, Faut commencer par s’ouvrir… C’est souvent le plus dur à faire… 1-866-appelle, Appelle !

7 Soulignez les noms utilisés par l’auteur pour montrer à son destinataire les aspects positifs de la vie auxquels il n’aura plus accès s’il meurt.

David Goudreault, « Meurtre de soi », À]pprofon[Dire, Productions Compagnons d’Amérique, 2011.

Né à Trois-Rivières en 1980, David Goudreault a remporté la Coupe du monde de slam à Paris en 2011. En 2015, il a publié un premier roman, La bête à sa mère, qui lui a valu le Grand Prix littéraire Archambault.

© Éditions Grand Duc

4697_06-Poesie-F.indd 235

235

LA POÉSIE

19-02-04 10:04 AM


Questions sur le texte

Les questions d’interprétation sont identifiées comme ceci :

Compréhension et interprétation 1 a) Quel est le thème de ce poème ? b) Selon le poète, parle-t-on suffisamment de ce sujet ? Appuyez votre réponse sur des vers du texte.

2 a) Qu’est-ce qui prouve que le poète établit un rapport de complicité avec le destinataire ?

b) Quel message le slameur veut-il transmettre au destinataire ?

3 Selon David Goudreault, comment le destinataire voit-il le suicide ? Relevez des vers qui le prouvent.

4 Quel sentiment le poète éprouve-t-il quant aux sujets suivants ? Appuyez votre réponse sur un extrait du texte. a) Le suicide

© Éditions Grand Duc

4697_06-Poesie-F.indd 236

236

LA POÉSIE

19-02-04 10:04 AM


b) Les personnes qui ont des envies suicidaires

5 D’après vous, pourquoi l’auteur a-t-il choisi le titre Meurtre de soi pour son poème ?

Réaction 6 En février 2011, « Meurtre de soi » a été utilisé dans la campagne de sensibilisation de la semaine de la prévention du suicide. À votre avis, était-ce un bon choix ? Expliquez votre réponse.

Jugement critique 7 Ce slam, utilisé lors de la Semaine de prévention du suicide de 2011, ressemble-t-il aux messages ou aux slogans des autres campagnes semblables ? Justifiez votre point de vue.

© Éditions Grand Duc

4697_06-Poesie-F.indd 237

237

LA POÉSIE

19-02-04 10:04 AM


Grammaire du texte 8 Dès les premiers vers de son slam, David Goudreault montre son opinion sur le suicide au moyen d’un vocabulaire connoté. Dans les cinq premiers vers, relevez deux exemples de vocabulaire connoté négativement.

9 Quel registre de langue David Goudreault utilise-t-il (familier, standard ou soutenu) ? Justifiez votre réponse au moyen d’exemples tirés des 15 premiers vers.

Quelle figure de style l’auteur utilise-t-il dans les vers suivants : l’antithèse ou la personnification ? a) Mais dis-toi qu’avec la flamme, y en a plein qui s’arriment Qui s’affairent à nourrir ton âme qui s’affame

b) Avec de l’espoir, c’est la vie qui s’affirme

c) Plus de larmes mais plus d’amour

Grammaire en contexte a) Quel est l’effet créé par l’emploi de phrases interrogatives dans ce texte ?

Voir les notions 26 à 29, p. 263 et 264.

b) Quel est l’effet créé par la phrase impérative « Appelle ! » à la fin du poème ?

© Éditions Grand Duc

4697_06-Poesie-F.indd 238

238

LA POÉSIE

19-02-04 10:04 AM


1

5

10

15

20

25

30

Intention de lecture Repérer les marques énonciatives renvoyant à l’énonciateur et au destinataire.

Stratégie de lecture Je devine ce qui est sous-entendu.

Souvenir de la nuit du 4

Après un coup d’État de Louis-Napoléon Bonaparte (le neveu de Napoléon Bonaparte), qui a essayé de changer la Constitution française pour être réélu, des soulèvements populaires sont réprimés et décrits par Victor Hugo, un grand poète engagé du 19e siècle.

L’enfant avait reçu deux balles dans la tête. Le logis était propre, humble, paisible, honnête ; On voyait un rameau bénit sur un portrait. Une vieille grand-mère était là qui pleurait Nous le déshabillions en silence. Sa bouche, Pâle, s’ouvrait ; la mort noyait son œil farouche ; Ses bras pendants semblaient demander des appuis. Il avait dans sa poche une toupie en buis. On pouvait mettre un doigt dans les trous de ses plaies. Avez-vous vu saigner la mûre dans les haies ? Son crâne était ouvert comme un bois qui se fend. L’aïeule regarda déshabiller l’enfant, Disant : — comme il est blanc ! approchez donc la lampe. Dieu ! ses pauvres cheveux sont collés sur sa tempe ! — Et quand ce fut fini, le prit sur ses genoux. La nuit était lugubre ; on entendait des coups De fusil dans la rue où l’on en tuait d’autres.   — Il faut ensevelir l’enfant, dirent les nôtres. Et l’on prit un drap blanc dans l’armoire en noyer. L’aïeule cependant l’approchait du foyer Comme pour réchauffer ses membres déjà roides. Hélas ! ce que la mort touche de ses mains froides Ne se réchauffe plus aux foyers d’ici-bas ! Elle pencha la tête et lui tira ses bas, Et dans ses vieilles mains prit les pieds du cadavre. — Est-ce que ce n’est pas une chose qui navre ! Cria-t-elle ; monsieur, il n’avait pas huit ans ! Ses maîtres, il allait en classe, étaient contents. Monsieur, quand il fallait que je fisse une lettre, C’est lui qui l’écrivait. Est-ce qu’on va se mettre À tuer les enfants maintenant ? Ah ! mon Dieu ! On est donc des brigands ! Je vous demande un peu, Il jouait ce matin, là, devant la fenêtre ! Dire qu’ils m’ont tué ce pauvre petit être !

© Éditions Grand Duc

4697_06-Poesie-F.indd 239

239

1 Dans tout le texte, soulignez les marques qui ren­ voient au poète. 2 Dans les 10 pre­ miers vers, encadrez le passage qui décrit le lieu. 3 Dans les 15 pre­ miers vers, surlignez une comparaison. 4 Encadrez le pas­ sage qui décrit les événements qui se déroulent à l’exté­ rieur.

Définitions rameau : petite branche. farouche : sauvage. buis : petit arbre vert. aïeul : ancêtre. lugubre : triste. ensevelir : enterrer. roide : forme ancienne de raide. maître : professeur.

LA POÉSIE

19-02-04 10:04 AM


Du même auteur Victor Hugo, Les contemplations, 1856.

5 Dans la 1re strophe de cette page, surli­ gnez trois vers qui montrent que l’enfant a été tué injustement. 6 Dans la dernière strophe du poème, soulignez deux mots qui indiquent à qui s’adresse Victor Hugo.

Définitions alcôve : enfoncement ménagé dans le mur d’une chambre pour recevoir un lit. Saint-Cloud : lieu de la seconde résidence de Louis-Napoléon Bonaparte. préfet : représentant de l’État. linceul : pièce de toile dans laquelle on enterre un mort.

Il passait dans la rue, ils ont tiré dessus. Monsieur, il était bon et doux comme un Jésus. Moi je suis vieille, il est tout simple que je parte ; Cela n’aurait rien fait à monsieur Bonaparte De me tuer au lieu de tuer mon enfant ! — Elle s’interrompit, les sanglots l’étouffant, Puis elle dit, et tous pleuraient près de l’aïeule : — Que vais-je devenir à présent toute seule ? Expliquez-moi cela, vous autres, aujourd’hui. Hélas ! je n’avais plus de sa mère que lui. Pourquoi l’a-t-on tué ? Je veux qu’on me l’explique. L’enfant n’a pas crié vive la République. —

35

40

45

Nous nous taisions, debout et graves, chapeau bas, Tremblant devant ce deuil qu’on ne console pas. Vous ne compreniez point, mère, la politique. Monsieur Napoléon, c’est son nom authentique, Est pauvre, et même prince ; il aime les palais ; Il lui convient d’avoir des chevaux, des valets, De l’argent pour son jeu, sa table, son alcôve, Ses chasses ; par la même occasion, il sauve La famille, l’église et la société ; Il veut avoir Saint-Cloud, plein de roses l’été, Où viendront l’adorer les préfets et les maires ; C’est pour cela qu’il faut que les vieilles grand-mères, De leurs pauvres doigts gris que fait trembler le temps, Cousent dans le linceul des enfants de sept ans.

50

55

60

Victor Hugo, « Souvenir de la nuit du 4 », Les châtiments, 1852.

Victor Hugo (1802-1885) a écrit des poèmes, des pièces de théâtre ainsi que des romans. Homme politique, il a été élu député à Paris, en 1848. © Éditions Grand Duc

4697_06-Poesie-F.indd 240

240

LA POÉSIE

19-02-04 10:04 AM


Questions sur le texte

Les questions d’interprétation sont identifiées comme ceci :

Compréhension et interprétation 1 Dans son poème, qu’a voulu dénoncer Victor Hugo ? Appuyez votre réponse sur au moins deux éléments du texte.

2 a) Dans la 1re strophe, le poète utilise un vocabulaire connoté positivement pour décrire la maison de la grand-mère. Relevez quatre adjectifs connotés positivement qui la décrivent.

b) En quoi sa description du lieu contraste-t-elle avec les événements ?

3 À votre avis, pourquoi le poète insiste-t-il sur les blessures subies par l’enfant ?

4 À la fin de son poème, Victor Hugo décrit Napoléon Bonaparte. Résumez dans vos mots l’opinion du poète au sujet de l’homme politique.

© Éditions Grand Duc

4697_06-Poesie-F.indd 241

241

LA POÉSIE

19-02-04 10:04 AM


Réaction 5 Quel sentiment avez-vous éprouvé à la lecture de ce poème ? Expliquez votre réponse en vous référant à vos valeurs et à l’actualité.

Jugement critique 6 Auriez-vous recommandé la lecture de ce poème au destinataire, Louis-Napoléon Bonaparte ? Justifiez votre point de vue.

© Éditions Grand Duc

4697_06-Poesie-F.indd 242

242

LA POÉSIE

19-02-04 10:04 AM


7 Quel pronom l’auteur utilise-t-il pour s’adresser à ses lecteurs et lectrices ? Indiquez s’il crée ainsi un rapport de complicité ou de distanciation.

8 Qu’est-ce qui indique que Victor Hugo semble avoir été témoin de la scène qu’il raconte ? Accompagnez votre réponse d’un exemple.

9 Ce poème a-t-il une forme fixe ou libre ? Justifiez votre réponse à l’aide de deux éléments.

Grammaire du texte L’auteur de ce poème a utilisé plusieurs procédés syntaxiques et stylistiques dans son poème. Relevez un exemple d’emploi de chacun des procédés suivants. Procédé

Exemple

La personnification

La ponctuation expressive

La transgression des règles de syntaxe

© Éditions Grand Duc

4697_06-Poesie-F.indd 243

243

LA POÉSIE

19-02-04 10:04 AM


Jugement critique comparatif a) Parmi les poèmes engagés que vous avez lus, lequel vous interpelle le plus ? Le déserteur Meurtre de soi Souvenir de la nuit du 4 b) Justifiez votre réponse en vous appuyant sur deux critères.

© Éditions Grand Duc

4697_06-Poesie-F.indd 244

244

N’oubliez pas que, pour répondre à ce type de questions, vous devez : - donner votre opinion ; - exprimer le critère sur lequel vous avez basé votre opinion ; - donner un exemple tiré du texte pour appuyer votre opinion. Au besoin, consultez la page 12.

LA POÉSIE

19-02-04 10:04 AM


Situation d’écriture

Rédaction d’un poème engagé Choisissez un sujet qui vous touche afin d’écrire un poème engagé d’environ 200 mots : l’homosexualité, l’alcool au volant, le tabagisme, le suicide, les troubles alimentaires, l’intimidation, etc. Au moment de rédiger votre poème, assurez-vous de respecter les consignes suivantes. Donnez un titre évocateur à votre texte. Manifestez votre présence en tant qu’énonciateur (p. 231). Montrez un rapport de complicité ou une distance avec votre destinataire. Structurez votre poème au moyen des règles de versification que vous connaissez : pieds comptés, rimes, strophes égales, etc. (p. 214). Manifestez votre point de vue par la présence de ponctuation expressive et le choix d’une variété de langue (familière ou soutenue). Prenez aussi le temps de vérifier : la syntaxe et la ponctuation des phrases ; l’orthographe des mots et les accords ; la conjugaison des verbes.

Pour connaître les critères d’évaluation d’une situation d’écriture, référez-vous aux pages 277 et 278.

JE RETIENS DONC... Lorsque j’écris un poème engagé, je peux montrer mon engagement à l’aide d’un vocabulaire

 , d’une variété de langue, de figures de

style et d’une ponctuation particulière. Je peux créer un rapport de distance, de complicité ou d’autorité avec le

© Éditions Grand Duc

4697_06-Poesie-F.indd 245

de mon poème.

245

LA POÉSIE

19-02-04 10:04 AM


Suggestions de lecture Poèmes lyriques J’ai oublié Grand Corps Malade, Midi 20, 2006 [En ligne].

La sphère

Un assassin blanc comme neige Christian Bobin, Gallimard, 2012, 96 p.

Psykick Lyrikah, Des lumières sous la pluie, 2004 [En ligne].

Les fleurs du mal

Poésies complètes

Charles Baudelaire, Gallimard, 2015, 343 p.

Émile Nelligan, Fides, 2013, 266 p.

Poèmes engagés L’écume des jours Boris Vian, Le Livre de Poche, 1997, 320 p.

Capitale de la douleur Paul Éluard, Gallimard, 1990, 240 p.

Elsa Louis Aragon, Gallimard, 2009, 142 p.

Les éclats dépareillés [disque compact] Queen Ka, Musinfo, 2014.

La nuit des longs couteaux [disque compact] Koriass, Les disques 7ième ciel, 2018.

Face à la musique [disque compact] Samian, Les disques 7ième ciel, 2010.

© Éditions Grand Duc

4697_06-Poesie-F.indd 246

246

LA POÉSIE

19-02-04 10:04 AM


50 notions pour la grammaire en contexte Mes outils

Les sections 1 à 8, suivies de la mention Rappel , présentent des notions qui devraient être maîtrisées. Les informations précédées de la mention 4e secondaire sont spécifiques à cette année.

4597_07_Grammaire-F.indd 247

Les classes de mots  Rappel Les groupes syntaxiques Les fonctions dans les groupes La phrase Les types de phrases Les formes de phrases Les phrases à construction particulière Les liens dans les phrases et entre les phrases Les manipulations syntaxiques La ponctuation La conjugaison des verbes

p. 248 p. 254 p. 258 p. 262 p. 263 p. 265 p. 267 p. 267 p. 270 p. 272 p. 274

Les critères d’évaluation en situation d’écriture

p. 277

19-02-04 10:16 AM


Mes outils

Les classes de mots Rappelez-vous que, pour déterminer la classe d’un mot, vous pouvez : nn vous référer au contexte de la phrase en regardant le mot qui le précède et celui qui le suit ; nn remplacer le mot par un autre mot de même classe ; nn chercher le mot dans le dictionnaire.

1

r

Le nom  Rappel

m

y

3

laclasse.grandducenligne.com

Le nom représente une personne, un animal, un lieu, un objet, un sentiment, une qualité. Il peut être commun ou propre, de forme simple (un mot) ou complexe (plus d’un mot). Comment le reconnaître ? Le nom est souvent précédé d’un déterminant. Il peut être remplacé par un autre nom. dét.

n.

Exemple : Mes espadrilles sont abîmées.

2

 Mes chaussures sont abîmées. 2

L’adjectif  Rappel

m

r

x

laclasse.grandducenligne.com

L’adjectif apporte une précision au nom ou au pronom avec lequel il est en relation. Il peut être de forme simple ou complexe. Il peut aussi être classifiant ou qualifiant, selon qu’il classe une réalité dans une catégorie ou qu’il y attribue une qualité. Comment le reconnaître ? L’adjectif suit généralement le nom, mais peut parfois le précéder. Il peut aussi se trouver après un verbe attributif (être, paraître, sembler, etc.). Il peut être remplacé par un autre adjectif. adj.

Exemple : Cette plante est une espèce vivace.

 Cette plante est une espèce rare.

Accord L’adjectif s’accorde en genre et en nombre avec le nom ou le pronom qu’il précise. Dans un GN, le nom noyau est le donneur d’accord de l’adjectif. adj.

n.

Exemples : La petite fille adore le gâteau. f. s. n.

adj.

Ces fleurs sont tropicales. f. pl.

© Éditions Grand Duc 248

4597_07_Grammaire-F.indd 248

Il est important d’identifier le donneur d’accord de l’adjectif pour transmettre à celui-ci les bons traits de genre et de nombre.

50 NOTIONS POUR LA GRAMMAIRE EN CONTEXTE

19-02-04 10:16 AM


3

g

Le déterminant  Rappel

f

h

u

laclasse.grandducenligne.com

Le déterminant sert à introduire un nom. Il peut être de forme simple ou complexe. Comment le reconnaître ? Il précède le nom. Il peut être remplacé par un autre déterminant. Voici différents déterminants regroupés par catégorie. Catégorie

Exemples

Défini : • forme simple • forme contractée Indéfini

le, la, l’, les au (à + le), du (de + le), aux (à + les), des (de + les) un, une, des, de, d’

Partitif (réalité non comptable)

du, de la, de l’, des

Possessif

mon, ma, mes, notre, nos (1re personne) ton, ta, tes, votre, vos (2e personne) son, sa, ses, leur, leurs (3e personne)

Démonstratif

ce, cet, cette, ces

Numéral (quantité précise)

un, deux, mille, quatre-vingt-dix, trente-trois, cent

Quantitatif (quantité imprécise)

aucun, aucune, certain, certains, certaine, certaines, pas un, pas une, plus d’un, plus d’une, nul, nulle, divers, diverses, différents, différentes, tout le, toute la, tous les, toutes les, chaque, quelques, plusieurs, beaucoup de

Interrogatif et exclamatif

quel, quelle, quels, quelles, combien de (interrogatifs ou exclamatifs) ; que de (exclamatif)

Accord Le déterminant s’accorde en genre et en nombre avec le nom qu’il accompagne. 4e secondaire

Le déterminant quantitatif tout précède un nom et peut être suivi ou non d’un autre déterminant pour former un déterminant complexe (toute la, tous mes, tout son, etc.). Il faut l’accorder en genre et en nombre avec le nom qu’il accompagne. dét.

n.

Exemples : La fleur aux jolies couleurs resplendit sous le soleil. f. s. dét.

n.

Les chandails propres traînent sur la machine à laver. m. pl. dét.

n.

Tous les règlements doivent être respectés. m. pl. dét.

n.

Ce film s’adresse à un public de tous âges. m. pl.

© Éditions Grand Duc 249

4597_07_Grammaire-F.indd 249

50 NOTIONS POUR LA GRAMMAIRE EN CONTEXTE

19-02-04 10:16 AM


4

u

Le verbe  Rappel

5

v

n

laclasse.grandducenligne.com

Le verbe exprime principalement une action, mais peut aussi exprimer un état, une opinion, une sensation ou un sentiment. Il se conjugue et change de forme selon le mode, le temps, le nombre et la personne. Exemples : marcher (action), s’ennuyer (état), estimaient (opinion), a éprouvé (sentiment) Comment le reconnaître ? Il ne peut pas être effacé, puisqu’il constitue le noyau du GV. Il peut être encadré par ne/n’… pas s’il est conjugué, ou précédé de ne pas s’il est à l’infinitif présent. S’il est conjugué à un temps composé, c’est seulement l’auxiliaire que l’on encadre par ne… pas. Il peut être remplacé par un autre verbe. v.

Exemples : Tu plantes quelques fleurs. v.

 Tu ne plantes pas quelques fleurs.

Les enfants s’amusent dehors.

 Les enfants jouent dehors.

Accord 1) La règle générale Le verbe s’accorde avec le noyau du GN sujet ou le pronom sujet. Il reçoit la personne et le nombre de son donneur d’accord. n.

v.

Exemple : Les chandails propres traînent sur la machine à laver. 3e pers. pl.

  Ce sont les chandails propres qui traînent sur la machine à laver. Les chandails propres est le GN ayant la fonction de sujet. 2) L’accord avec plusieurs sujets coordonnés L’accord du verbe comportant plusieurs sujets coordonnés se détermine selon le sens de la conjonction de coordination qui les unit. Exemples : [Lucie et Éric] se disputent pour s’asseoir sur le siège avant de la voiture.   Les éléments du sujet sont unis par un coordonnant exprimant l’addition (ainsi que, ou, ni, etc.). L’accord se fait à la 3e personne du pluriel. [Lucie] ou [Éric] pourra s’y asseoir.   Les éléments du sujet sont unis par un coordonnant exprimant l’alternative. L’accord se fait à la 3e personne du singulier.

© Éditions Grand Duc 250

4597_07_Grammaire-F.indd 250

50 NOTIONS POUR LA GRAMMAIRE EN CONTEXTE

19-02-04 10:16 AM


3) L’accord avec des GN sujets de personnes différentes Dans le cas où le coordonnant exprime l’addition, il faut prêter attention à la personne des GN. Certaines personnes ont priorité sur d’autres. La 1re personne a priorité sur la 2e et la 3e. La 2e personne a priorité sur la 3e. 1re pers. pl.

Exemples : [Élodie, toi et moi] allons au cinéma ce soir. 2e pers. pl.

[Élodie, Rudolf et toi] allez au cinéma ce soir. 3e pers. pl.

[Élodie, Rudolf et Mallory] vont au cinéma ce soir. 4) L’accord avec un nom collectif Le nom collectif est un nom singulier ayant un sens pluriel qui peut être suivi ou non d’un complément. Si le sujet est exprimé seulement par le nom collectif ou si le complément est singulier, on accorde le verbe ou l’auxiliaire à la 3e personne du singulier. Si le nom collectif est précédé d’un déterminant singulier démonstratif (ce, cet, cette), possessif (mon, ton, son, etc.) ou défini (le, la), et ce, même si le complément est au pluriel, on accorde généralement au singulier le verbe ou l’auxiliaire. Lorsque le nom collectif est précédé d’un déterminant singulier indéfini (un, une) et suivi d’une expansion au pluriel, le verbe ou l’auxiliaire s’accorde au singulier ou au pluriel selon ce sur quoi l’on veut insister, soit l’ensemble ou les éléments eux-mêmes. Exemples : [La foule] a envahi la fête foraine dès l’ouverture. [Cette bande d’admiratrices] ne lâche plus l’humoriste. [Un troupeau d’oies sauvages] traversent le ciel. [Un troupeau d’oies sauvages] est apparu dans mon rétroviseur.

© Éditions Grand Duc 251

4597_07_Grammaire-F.indd 251

50 NOTIONS POUR LA GRAMMAIRE EN CONTEXTE

19-02-04 10:16 AM


5

a

Le pronom  Rappel

d

k

t

laclasse.grandducenligne.com

Il y a deux sortes de pronoms : le pronom de communication et le pronom de reprise. Celui-ci remplace un mot ou un groupe de mots (le plus souvent un GPrép ou un GN) et permet d’éviter les répétitions. Le pronom peut être de forme simple ou complexe. Comment le reconnaître ? Il précède généralement le verbe, mais peut aussi le suivre. Il peut être remplacé par un autre pronom. pro.

Exemple : Plusieurs sont abîmés.

 Ils sont abîmés.

Voici différents pronoms regroupés par catégorie. Catégorie

Exemples

Personnel

je, me, moi, m’, nous personne) e tu, te, toi, t’, vous (2 personne) il, elle, on, soi, s’, le, l’, lui, en, y, ils, elles, leur, les (3e personne)

Possessif

le mien, la mienne, les miens, les miennes, le nôtre, les nôtres le tien, la tienne, les tiens, les tiennes, le vôtre, les vôtres le sien, la sienne, les siens, les siennes, le leur, les leurs

Démonstratif

ce, c’, cela, ça, ceci, celui, celle, ceux, celles celui-ci, celle-ci, ceux-là, celles-là

Interrogatif

qui, que, quoi, lequel, laquelle, lesquels, lesquelles

Numéral

un, une, deux, trois, vingt, cent, mille

Relatif

qui, que, qu’, quoi, dont, où, lequel, laquelle, lesquels, lesquelles

Indéfini variable

l’un, un autre, aucun, chacun, le même, tout, quelqu’un, n’importe lequel

Indéfini invariable

n’importe qui, rien, quiconque, n’importe quoi, personne, quelque chose, beaucoup, bon nombre, la plupart, plusieurs, peu

(1re

Accord 1) Le pronom de reprise C’est un donneur d’accord. Il reprend la personne, le genre et le nombre de son antécédent, qu’il faut identifier dans le contexte. GN

pro.

Exemple : J’aime la voix de cette artiste : celle-ci a étudié le chant classique. f. s.

2) Le pronom on Lorsqu’il représente une personne indéterminée, il transmet à son receveur la 3e personne du singulier ou le masculin singulier. Exemple : On ne mange pas en classe. © Éditions Grand Duc 252

4597_07_Grammaire-F.indd 252

50 NOTIONS POUR LA GRAMMAIRE EN CONTEXTE

19-02-04 10:16 AM


6

u

L’adverbe  Rappel

f

p

z

laclasse.grandducenligne.com

L’adverbe sert souvent à modifier un adjectif, un verbe ou un autre adverbe. Il peut être de forme simple ou complexe. Exemples : très, jamais, trop, bien, habilement, peut-être, sans cesse Comment le reconnaître ? Il est souvent formé à partir d’un adjectif et du suffixe -ment. Il peut être remplacé par un autre adverbe. adv.

Exemple : Mes souliers sont très abîmés.

 Mes souliers sont vraiment abîmés.

Accord L’adverbe est invariable. Vous le trouvez donc consigné tel quel dans le dictionnaire.

7

c

La préposition  Rappel

t

s

a

laclasse.grandducenligne.com

La préposition unit les mots entre eux en créant des liens de sens. Elle peut être de forme simple ou complexe. Exemples : à, dans, par, pour, en, vers, avec, de, sans, sous, afin de, grâce à Comment la reconnaître ? Elle ne peut pas être effacée. Elle est généralement suivie d’une expansion. prép.

Exemple : Nous plantons des fleurs dans le jardin.

  Nous plantons des fleurs

le jardin.

Accord La préposition est invariable. Vous la trouvez donc consignée telle quelle dans le dictionnaire.

8

d

La conjonction  Rappel

c

x

h

laclasse.grandducenligne.com

La conjonction sert à relier des mots ou des groupes de mots de même nature et de même fonction, ou des phrases. Elle peut être simple ou complexe. Il y en a deux sortes : la conjonction de coordination (mais, ou, et, donc, car, ni, or, etc.) et la conjonction de subordination (que, lorsque, si, bien que, quand, dès que, etc.). Celle-ci est utilisée pour enchâsser une phrase dans une autre. Exemples : La fillette adore le gâteau au chocolat, mais elle n’aime pas le brocoli. Tu partiras dès que tu auras terminé ton devoir. Accord La conjonction est invariable. Vous la trouvez donc consignée telle quelle dans le dictionnaire.

© Éditions Grand Duc 253

4597_07_Grammaire-F.indd 253

50 NOTIONS POUR LA GRAMMAIRE EN CONTEXTE

19-02-04 10:16 AM


Les groupes syntaxiques

9

p

Le groupe nominal (GN)

s

v

z

laclasse.grandducenligne.com

Comment le reconnaître ? Le noyau du GN est un nom. Le GN est le plus souvent formé d’au moins un nom et un déterminant.

Une expansion est un groupe syntaxique qui se rattache au noyau d’un autre groupe syntaxique. Elle vient préciser ce noyau et en est donc dépendante.

Il peut contenir une ou des expansions, comme un GAdj, un GN (détaché ou non), un GPrép ou une subordonnée relative. Dans un GN, l’expansion du noyau exerce la fonction de complément du nom (p. 258). GN

Exemples : [Le chandail bleu] est sale. GN

[La concierge, madame Lortie,] est en vacances. GN

[La montre de sa grand-mère] lui est très précieuse. GN

J’ai rencontré [une vieille dame qui joue de l’orgue]. 4e secondaire

Accord Dans un GN, un seul adjectif peut qualifier plusieurs noms juxtaposés ou coordonnés par ni, ainsi que, de même que et comme. L’accord se détermine selon que l’adjectif caractérise un seul des noms ou l’ensemble. ŸŸ L’adjectif s’accorde au féminin pluriel si tous les noms coordonnés sont féminins. ŸŸ L’adjectif s’accorde au masculin pluriel si tous les noms coordonnés sont masculins ou s’ils sont de genres différents. Pour savoir si l’on doit faire l’accord avec l’ensemble des noms coordonnés ou avec un seul d’entre eux, il faut se référer au contexte. Exemples : Léa a jeté [la pomme, le poivron ainsi que le concombre pourris] qui traînaient au fond du réfrigérateur.   La pomme, le poivron et le concombre sont tous les trois pourris. Comme les noms sont de genres différents, on fait l’accord au masculin pluriel. Ajoutez au mélange [du vinaigre et de l’eau bouillante].   Comme seule l’eau est bouillante, et non le vinaigre et l’eau, on fait l’accord au féminin singulier.

© Éditions Grand Duc 254

4597_07_Grammaire-F.indd 254

50 NOTIONS POUR LA GRAMMAIRE EN CONTEXTE

19-02-04 10:16 AM


10

Le groupe adjectival (GAdj)

5

7

m

6

laclasse.grandducenligne.com

Comment le reconnaître ? Le noyau du GAdj est un adjectif. Le GAdj est formé d’au moins un adjectif. Son noyau peut avoir une expansion à sa gauche ou à sa droite, comme un GAdv, un GPrép ou une subordonnée complétive. Dans le GAdj, le GAdv remplit la fonction de modificateur de l’adjectif (p. 261), alors que le GPrép et la subordonnée complétive occupent la fonction de complément de l’adjectif (p. 258). GAdj

Exemples : Cette fleur [très odorante] a été cueillie ce matin. GAdj

Tes parents sont [fiers de toi]. GAdj

Elle est [désolée que tu n’aimes pas ce fruit].

11

Le groupe prépositionnel (GPrép)

s

b

4

p

laclasse.grandducenligne.com

Comment le reconnaître ? Le noyau du GPrép est une préposition. Le GPrép doit normalement avoir une expansion puisque son noyau, la préposition, sert à l’introduire. Il peut avoir comme expansion un GN, un GAdv ou un GVinf. GPrép

Exemples : Nous vendons des fleurs [devant l’église]. GPrép

Nous les vendons [en vue de financer notre voyage]. GPrép

La gérante travaille ici [depuis longtemps]. Accord Dans un GPrép, l’expansion sous forme d’un GN n’est pas toujours précédée d’un déterminant. Pour connaître le nombre d’un nom sans déterminant, il faut vérifier si ce nom se rapporte à plusieurs éléments que l’on peut compter ou s’il représente une réalité non comptable. Le nom s’accorde au pluriel dans le premier cas et au singulier dans le second cas. GPrép

Exemples : Ce chemin [de terre ] mène à la maison hantée. GPrép

Nicolas porte une chemise [à carreaux]. © Éditions Grand Duc 255

4597_07_Grammaire-F.indd 255

50 NOTIONS POUR LA GRAMMAIRE EN CONTEXTE

19-02-04 10:16 AM


12

9

Le groupe verbal (GV)

y

e

2

laclasse.grandducenligne.com

Comment le reconnaître ? Le noyau du GV est un verbe conjugué. Le GV occupe la fonction de prédicat, un constituant obligatoire qui n’est pas effaçable. Il est souvent placé à la droite du sujet. Il peut contenir une ou des expansions, comme un GN, un GPrép, un GAdv ou une subordonnée complétive. GV

Exemples : Les élèves [étudient sérieusement] depuis le début de l’année. GV

Nous [aimerions que les vacances durent plus longtemps]. 4e secondaire

Construction Certains verbes exigent une expansion, alors que d’autres n’en exigent pas. C’est la transitivité du verbe qui détermine l’expansion qui l’accompagne et la fonction de celle-ci. Les verbes transitifs directs exigent un complément direct (p. 258). Les verbes transitifs indirects demandent un complément indirect (p. 259). Les verbes intransitifs n’exigent pas de complément, mais peuvent tout de même être accompagnés d’une expansion. Les verbes pronominaux se construisent avec un pronom personnel de même personne que le sujet (me, te, se, nous, vous). Les verbes attributifs sont accompagnés d’un attribut du sujet (p. 260). GV

Exemples : Lewis [a nourri son chat] hier soir. (transitif direct) GV

J’[ai parlé à ma sœur] ce matin. (transitif indirect) GV

GV

Ils [dorment profondément] après qu’ils [ont mangé]. (intransitifs) GV

Khaled [se méfie des chiens]. (pronominal) GV

GV

Myriam [est souriante], car elle [a l’air heureuse]. (attributifs)

© Éditions Grand Duc 256

4597_07_Grammaire-F.indd 256

50 NOTIONS POUR LA GRAMMAIRE EN CONTEXTE

19-02-04 10:16 AM


13

g

Le groupe verbal participe (GVPart)

8

r

9

laclasse.grandducenligne.com

Comment le reconnaître ? 4e secondaire

Le noyau du GVpart est un verbe conjugué au participe présent et est invariable. Il peut être encadré par ne/n’… pas. Il peut être précédé du pronom réfléchi se/s’ ou de la préposition en. Le GVpart peut avoir une ou plusieurs expansions, comme un GN, un GPrép ou un GAdv. GVpart

Exemples : Elle parle en [mangeant une pomme]. GVpart

Le chemin [menant au pied de la montagne] était plutôt effrayant. GVpart

[Se sentant affaiblie], elle s’accorda une pause.

14

4

Le groupe verbal infinitif (GVinf)

s

9

a

laclasse.grandducenligne.com

Comment le reconnaître ? Le noyau du GVinf est un verbe à l’infinitif. Ce groupe peut avoir une ou plusieurs expansions, comme un GN, un GAdj, un GAdv, un GPrép ou une subordonnée complétive. GVinf

Exemples : J’ai vu le fantôme [voler]. GVinf

[Blesser gravement son adversaire] est interdit. GVinf

Diana aime [courir sur la plage].

15

c

Le groupe adverbial (GAdv)

w

n

r

laclasse.grandducenligne.com

Comment le reconnaître ? Le noyau du GAdv est un adverbe. Il peut avoir comme expansion un autre adverbe. GAdv

Exemples : Les élèves étudient [sérieusement] depuis le début de l’année. GAdv

Je me réveille [très tôt] pour aller travailler.

© Éditions Grand Duc 257

4597_07_Grammaire-F.indd 257

50 NOTIONS POUR LA GRAMMAIRE EN CONTEXTE

19-02-04 10:16 AM


Les fonctions dans les groupes

16

v

Le complément du nom ou du pronom

z

8

6

laclasse.grandducenligne.com

Le complément du nom ou du pronom apporte une précision au mot qu’il accompagne. Voici ses réalisations possibles. Réalisation

Exemples

GN (détaché ou non)

On t’offre des lys, tes fleurs favorites.

GAdj

Quelle fleur odorante ! Celle-ci, très odorante, fleurit bien.

GPrép

Il cultive des roses sans épines.

Subordonnée relative

La fillette qui adorait le gâteau est entrée dans la boulangerie.

Comment le reconnaître ? Il est souvent possible de l’effacer. Il peut être déplacé s’il s’agit d’un complément détaché.

17

Détaché est un terme général qui englobe ces deux contextes : un complément isolé par une virgule en début ou en fin de phrase, et un complément encadré de virgules en milieu de phrase.

u

Le complément de l’adjectif

9

5

3

laclasse.grandducenligne.com

Le complément de l’adjectif apporte une précision à l’adjectif qu’il accompagne. Un GPrép peut remplir cette fonction. Exemple : Il est heureux de faire ta connaissance. Comment le reconnaître ? Il peut être effacé. Il est toujours placé après l’adjectif.

18

Le complément direct du verbe (CD)

r

h

e

f

laclasse.grandducenligne.com

Le CD est une fonction exercée par une expansion du verbe à l’intérieur du GV. Il n’est pas lié au verbe par une préposition. Il peut prendre la forme d’un GN, d’un pronom, d’un GVinf ou d’une subordonnée complétive. Exemples : Tu cueilles les tulipes à la fin du printemps. La fillette les adore. Tu aimes jouer. Je sais que je peux m’améliorer. © Éditions Grand Duc 258

4597_07_Grammaire-F.indd 258

50 NOTIONS POUR LA GRAMMAIRE EN CONTEXTE

19-02-04 10:16 AM


Comment le reconnaître ? Le CD du verbe ne peut généralement pas être déplacé à l’extérieur du GV. Il peut être remplacé par un pronom : le, la, les, cela, quelque chose, quelqu’un. Le CD peut être mis en évidence avec la formule d’encadrement c’est… que. CD

Exemples : Tu cueilles les tulipes.

 Tu les cueilles. / Tu cueilles cela.

CD

La fillette aime sa mère.

19

 La fillette l’aime. / C’est sa mère que la fillette aime. 8

Le complément indirect du verbe (CI)

4

n

x

laclasse.grandducenligne.com

Le CI est une fonction exercée par une expansion du verbe à l’intérieur du GV. Il est habituellement lié au verbe par une préposition. Exemple : Il offre une rose à son amoureuse. Voici ses principales réalisations. Réalisation

Exemple

GPrép

Il offre une rose à son amoureuse.

Pronom

Ces touristes s’y rendent.

Subordonnée complétive

Elle doute que tu remportes la course.

Comment le reconnaître ? Le CI du verbe ne peut généralement pas être déplacé à l’extérieur du GV. Il peut généralement être remplacé par un pronom, s’il n’est pas déjà sous cette forme : lui, leur, y, en ; une préposition (à, de, sur, etc.) + quelque chose, quelqu’un ; quelque part. Le CI peut être mis en évidence avec la formule d’encadrement c’est… que. CI

Exemples : Il offre une rose à son amoureuse. CI

 Il lui offre une rose. / Il offre une rose à quelqu’un. / C’est à son amoureuse qu’il offre une rose.

Ces étudiants vont à la bibliothèque. 4e secondaire

 Ces étudiants y vont.

Particularité Dans le GV, l’ordre des pronoms compléments peut varier, par exemple selon leur personne ou le type de phrase. Exemples : Je le lui donne. / Je te le donne. Tu me le donnes. / Donne-le-moi.

© Éditions Grand Duc 259

4597_07_Grammaire-F.indd 259

50 NOTIONS POUR LA GRAMMAIRE EN CONTEXTE

19-02-04 10:16 AM


20

r

L’attribut

c

v

2

laclasse.grandducenligne.com

1) L’attribut du sujet L’attribut du sujet est la fonction exercée par l’expansion d’un verbe attributif comme être, sembler, paraître, avoir l’air, se considérer comme. Il donne une caractéristique au mot ou groupe de mots qui a la fonction de sujet dans la phrase. Voici ses principales réalisations. Réalisation

Exemple

GN

Cette plante est une espèce vivace.

GAdj

La rose semble fragile.

Pronom

La rose le semble.

GPrép

Vos actions sont en baisse.

GAdv

Sa patiente est mieux.

Subordonnée complétive

Le problème est que cet insecte mange les plantes.

Comment le reconnaître ? L’attribut du sujet suit généralement un verbe attributif. Il ne peut pas être effacé. Attr. du sujet

Exemple : Vos actions sont en baisse.

  Vos actions sont .

Accord Dans un GAdj attribut du sujet, l’adjectif s’accorde en genre et en nombre avec le noyau du GN sujet ou le pronom sujet. GN

Exemples : [Cette rose] est belle. f. s. pro.

[Ils] semblent inquiets.

m. pl.

2) L’attribut du complément direct L’attribut du complément direct donne une caractéristique au mot ou au groupe de mots qui remplit la fonction de complément direct du verbe dans la phrase. Voici ses principales réalisations. Réalisation

Exemple

GAdj

Mon fils trouve cette couverture douce.

GN

L’école a désigné Gianni président du conseil étudiant.

GPrép

Ils prennent cet homme pour un hurluberlu.

GVinf

Elle a vu son père tomber.

© Éditions Grand Duc 260

4597_07_Grammaire-F.indd 260

50 NOTIONS POUR LA GRAMMAIRE EN CONTEXTE

19-02-04 10:16 AM


Comment le reconnaître ? L’attribut du complément direct fait partie du GV et est placé à la droite du CD. Il peut difficilement être effacé. Il ne peut pas être déplacé à l’extérieur du GV. Contrairement au CD, il ne peut pas être pronominalisé. Exemples : L’école [a désigné Gianni président du conseil étudiant].   L’école a désigné Gianni . Elle [a vu son père tomber]. Elle l’a vu tomber. Accord Le GAdj ou le GN attribut du complément direct prend les traits de genre et de nombre du noyau du groupe exerçant la fonction de CD. Exemple : Mon fils trouve [cette couverture] douce. f. s.

21

5

Le modificateur

v

j

y

laclasse.grandducenligne.com

Le modificateur est une fonction exercée par une expansion qui modifie le sens du mot qu’elle accompagne. Exemple : Il m’aime un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout. Voici ses principales réalisations. Réalisation

Exemple

GPrép

Il arrose son jardin avec patience.

GAdv

La belle saison est fort éphémère.

Comment le reconnaître ? Le modificateur peut être effacé. Il ne peut pas être déplacé à l’extérieur du groupe qu’il modifie. Il est placé après le verbe (ou entre l’auxiliaire et le participe passé si le verbe est conjugué à un temps composé), souvent avant l’adjectif et toujours avant l’adverbe. Modificateur

Exemples : Il arrose son jardin avec patience.

 Il arrose son jardin .

Modificateur

La belle saison est fort éphémère.

  Fort, la belle saison est éphémère.

© Éditions Grand Duc 261

4597_07_Grammaire-F.indd 261

50 NOTIONS POUR LA GRAMMAIRE EN CONTEXTE

19-02-04 10:16 AM


La phrase La phrase doit toujours commencer par une majuscule et se terminer par un signe de ponctuation (un point, un point d’interrogation, un point d’exclamation ou des points de suspension).

22

j

La phrase de base

3

m

v

laclasse.grandducenligne.com

Comment la reconnaître ? Elle contient deux constituants obligatoires : le sujet et le prédicat. Elle peut aussi avoir un constituant facultatif : le complément de phrase. Il s’agit d’une phrase de type déclaratif et de forme positive. Ses constituants sont placés dans cet ordre : sujet + prédicat + (complément de phrase). Sujet

Prédicat

Exemples : [Tu] [plantes des tulipes]. Sujet

Prédicat

CP

[Mélanie] [cultive des légumes] [dans son jardin].

23

p

Le sujet

b

3

s

laclasse.grandducenligne.com

Comment le reconnaître ? Il prend souvent la forme d’un GN ou d’un pronom. Il ne peut pas être effacé. Il peut être encadré par c’est… qui ou ce sont… qui (L’encadrement, p. 271). Il peut être remplacé par un pronom, s’il n’est pas déjà sous cette forme : il, elle, ils, elles, cela. Exemple : Mélanie cultive des légumes dans son jardin.  C’est Mélanie qui cultive des légumes dans son jardin.   Elle cultive des légumes dans son jardin.

24

Le prédicat

v

p

q

x

laclasse.grandducenligne.com

Comment le reconnaître ? Le prédicat contient un verbe conjugué. On ne peut ni l’effacer ni le déplacer. Exemple : Mélanie cultive des légumes dans son jardin. Mélanie dans son jardin. Cultive des légumes Mélanie dans son jardin. © Éditions Grand Duc 262

4597_07_Grammaire-F.indd 262

50 NOTIONS POUR LA GRAMMAIRE EN CONTEXTE

19-02-04 10:16 AM


25

x

Le complément de phrase (CP)

3

g

r

laclasse.grandducenligne.com

Le CP apporte une précision à la phrase et peut exprimer différentes valeurs : le temps, le lieu, le but, la cause, etc. Il peut prendre la forme d’un GPrép, d’un GAdv, d’un GN ou d’une phrase subordonnée. Comment le reconnaître ? Il est possible de le déplacer dans la phrase ou de l’effacer. Il est aussi possible de le dédoubler par et cela se passe ou et il/elle le fait. Exemple : Mélanie cultive des légumes dans son jardin.  Dans son jardin, Mélanie cultive des légumes.   Mélanie cultive des légumes .   Mélanie cultive des légumes et cela se passe dans son jardin.

Les types de phrases

26

n

La phrase déclarative

w

f

7

laclasse.grandducenligne.com

La phrase déclarative sert à communiquer un fait, à donner une information ou à exprimer une opinion. Comment la reconnaître ? Cette phrase se termine généralement par un point. Exemple : Les enfants liront ce livre. Construction La phrase déclarative commence par une majuscule et se termine par un point. Elle doit contenir les deux constituants obligatoires de la phrase, soit le sujet et le prédicat.

27

q

La phrase interrogative

s

g

b

laclasse.grandducenligne.com

La phrase interrogative sert à poser une question. Comment la reconnaître ? Cette phrase débute souvent par un marqueur interrogatif (est-ce que, quand, qu’est-ce que, où, combien, pourquoi, etc.). Il peut y avoir une inversion du sujet et du verbe si le sujet est un pronom. Le GN sujet peut être repris par un pronom. Elle se termine par un point d’interrogation (?). Exemples : Est-ce que les enfants liront ce livre ? Liront-ils ce livre ? Les enfants liront-ils ce livre ? © Éditions Grand Duc 263

4597_07_Grammaire-F.indd 263

50 NOTIONS POUR LA GRAMMAIRE EN CONTEXTE

19-02-04 10:16 AM


Construction S’il est sous forme de pronom, le sujet suit le verbe conjugué et y est relié par un trait d’union. Il faut ajouter un t euphonique entre un verbe et un pronom sujet inversé si le verbe se termine par une autre lettre que t ou d. Exemples : Fait-il l’inventaire ?

28

Réalise-t-elle son erreur ?

g

La phrase exclamative

d

v

s

laclasse.grandducenligne.com

La phrase exclamative sert à exprimer un sentiment, un jugement ou une émotion. Comment la reconnaître ? Cette phrase débute par un marqueur exclamatif (comme, quel, combien, que, etc.). Elle se termine par un point d’exclamation (!). Exemple : Comme ce livre est intéressant !

29

e

La phrase impérative

8

9

q

laclasse.grandducenligne.com

La phrase impérative sert à donner un ordre, un conseil, une consigne ou à faire une demande. Comment la reconnaître ? Le verbe de cette phrase est conjugué au mode impératif. Le sujet n’est pas exprimé. Cette phrase se termine par un point ou un point d’exclamation. Exemples : Finis la lecture de ce livre. Fais vite ! Construction Il faut conjuguer le verbe au mode impératif et s’assurer que le sujet n’est pas exprimé. Il faut terminer la phrase impérative par un point ou un point d’exclamation. Si la phrase est positive, les pronoms compléments sont déplacés après le verbe et sont joints par un trait d’union. Exemples : Rapportez-le-lui. Ne le lui rapporte pas. Dans le cas où le CD et le CI sont tous deux exprimés par des pronoms, le CD est placé en premier. Exemple : Ces fleurs, tu me les offres.

Ces fleurs, offre-les-moi.

Les pronoms y et en se placent en dernier dans l’ordre des pronoms de la phrase. Lorsqu’ils se suivent, le pronom y est en premier. Exemple : Vous achetez des médicaments à la pharmacie. © Éditions Grand Duc 264

4597_07_Grammaire-F.indd 264

Achetez-y-en.

50 NOTIONS POUR LA GRAMMAIRE EN CONTEXTE

19-02-04 10:16 AM


Les formes de phrases

30

La phrase négative

k

b

c

q

laclasse.grandducenligne.com

La phrase négative s’oppose à la phrase positive. Comment la reconnaître ? Elle comprend des éléments de négation, dont l’adverbe ne combiné à un autre adverbe de négation, comme pas, aucunement, nullement, point, jamais, etc. Ces éléments de négation encadrent un verbe conjugué à temps simple ou l’auxiliaire d’un verbe conjugué à temps composé. Les mots de négation rien, personne, aucun/aucune, etc. sont parfois placés avant le verbe. La négation est alors complétée par ne et les autres adverbes de négation ne sont pas employés. Exemples : Tu n’as pas fini ton travail. Personne ne peut le terminer à ta place. L’enseignante n’acceptera jamais de le corriger.

31 4e secondaire

q

La phrase passive

g

3

t

laclasse.grandducenligne.com

Le sujet de la phrase passive subit l’action du verbe, alors qu’il la réalise dans la phrase active. Comment la reconnaître ? Le groupe occupant la fonction de CD dans la phrase active se retrouve à la suite du verbe passif dans la phrase passive. Le sujet de la phrase active se trouve à la fonction de complément du verbe passif et est introduit par la préposition par ou de. Le verbe de la phrase active est remplacé par l’auxiliaire être conjugué au même temps suivi du participe passé du verbe. Sujet

CD

Exemple : Mathilde a cueilli ces fleurs ce matin. Sujet

Complément du verbe passif

 Ces fleurs ont été cueillies par Mathilde ce matin.

© Éditions Grand Duc 265

4597_07_Grammaire-F.indd 265

50 NOTIONS POUR LA GRAMMAIRE EN CONTEXTE

19-02-04 10:16 AM


4e secondaire

32

3

La phrase emphatique

q

x

h

laclasse.grandducenligne.com

La phrase emphatique sert à mettre l’accent sur un élément de la phrase neutre. Comment la reconnaître ? Le sujet ou le CD peuvent être isolés en début ou en fin de phrase avec une virgule. L’élément isolé est alors repris par un pronom. Le sujet, le CD, le CI et le CP peuvent être détachés par c’est… qui ou c’est… que. Le sujet, le complément de l’infinitif, l’attribut du sujet ou le CI peuvent être détachés avec des marqueurs tels que ce qui…, c’est ; ce que…, c’est ; ce dont…, c’est ; ce à quoi…, c’est. Exemples : C’est Érika qui a un sac gris. Ce sont nos voisins que nous trouvons bruyants. Ce à quoi je m’attends, c’est à une surprise de taille.

4e secondaire

33

La phrase impersonnelle

z

9

5

k

laclasse.grandducenligne.com

La phrase impersonnelle est une phrase transformée à partir de la phrase personnelle. Comment la reconnaître ? Son sujet est le pronom impersonnel invariable il. Le sujet de la phrase personnelle est placé à la suite du verbe employé avec le pronom impersonnel il. Remarque : Certains verbes sont toujours impersonnels, comme falloir, pleuvoir, s’agir, etc. Les phrases formées à partir de ces verbes ne se transforment pas à la forme active et leur construction est considérée comme particulière. Exemples : Il faut qu’elle se ressaisisse. Il a plu toute la journée.

© Éditions Grand Duc 266

4597_07_Grammaire-F.indd 266

50 NOTIONS POUR LA GRAMMAIRE EN CONTEXTE

19-02-04 10:16 AM


Les phrases à construction particulière

34

5

La phrase non verbale

9

s

b

laclasse.grandducenligne.com

Comment la reconnaître ? La phrase non verbale ne contient pas de prédicat. Elle peut être construite avec un GN, un GAdj, un GPrép, un GAdv, une interjection, une onomatopée. Exemples : Défense de tourner. Bang ! Effrayant. Attention ! Oh ! Tout à fait.

Les liens dans les phrases et entre les phrases

35

d

La juxtaposition

h

6

x

laclasse.grandducenligne.com

La juxtaposition sert à relier des phrases ou des groupes de mots entre eux sans recourir à un coordonnant. Le lien se fait avec un signe de ponctuation (virgule, deux-points ou point-virgule). Exemples : Marie mange des fruits, Loïc boit du jus. Il a plu toute la journée : je n’aurai pas à arroser mon potager. Règles Il faut juxtaposer des éléments de même nature et de même fonction syntaxique. On peut juxtaposer des phrases indépendantes qui ont un lien de sens entre elles. 4e secondaire

Lorsque deux phrases sont juxtaposées, on peut effacer des éléments communs de même fonction syntaxique. Si cet élément est un verbe, on le remplace par une virgule. Exemple : Les enfants jouaient à la cachette ; les adultes, aux échecs.

© Éditions Grand Duc 267

4597_07_Grammaire-F.indd 267

50 NOTIONS POUR LA GRAMMAIRE EN CONTEXTE

19-02-04 10:16 AM


36

p

La coordination

7

2

y

laclasse.grandducenligne.com

La coordination sert à joindre des phrases ou des groupes de mots au moyen d’un coordonnant (mais, car, ni, or, donc, etc.) en établissant des relations logiques entre eux. C’est pourquoi les coordonnants sont aussi appelés « marqueurs de relation ». Exemples : Ce nouveau projet l’intéresse grandement, mais lui fait peur en même temps. Elle est très heureuse, car elle a battu son record personnel. Règles Les éléments coordonnés doivent être de même nature et de même fonction syntaxique. Exemple : La nouvelle directrice semble gentille, rigoureuse et travaillante.

On peut effacer des éléments communs aux deux phrases coordonnées. Par exemple, on peut faire l’ellipse du GV ou du verbe. Cet effacement est alors indiqué par une virgule. Exemple : Marie mange des fruits et Loïc, du dessert.

La virgule est obligatoire devant certaines conjonctions, comme mais, car, c’est-à-dire, sinon. Exemple : Gaston est végétarien, c’est-à-dire qu’il ne mange pas de viande.

Il n’y a généralement pas de virgule devant les coordonnants et et ou. Exemples : Veux-tu de l’eau ou du jus ? Léa a enfourché son vélo, a fait des courses et est allée au cinéma.

On ne met généralement pas de virgule devant le coordonnant ni lorsqu’il unit deux éléments ou moins. Lorsque plus de deux éléments sont liés par ni, une virgule précède chaque occurrence du coordonnant, à l’exception de la première. Exemples : Je n’ai aimé ni le film ni la pièce de théâtre de ce comédien. Il n’a apporté ni les pâtes, ni la sauce, ni les légumes que je lui avais demandés.

© Éditions Grand Duc 268

4597_07_Grammaire-F.indd 268

50 NOTIONS POUR LA GRAMMAIRE EN CONTEXTE

19-02-04 10:16 AM


4e secondaire

37

4

La subordonnée corrélative

e

v

h

laclasse.grandducenligne.com

La subordonnée corrélative établit une relation avec la phrase enchâssante. Cette relation peut avoir une valeur de conséquence ou de comparaison. Cette subordonnée exerce la fonction de modificateur. Elle est insérée dans un GN, un GAdv, un GAdj ou un GV. Comment la reconnaître ? Il est possible de l’effacer, avec l’adverbe dont elle dépend, mais jamais de la déplacer. Elle est introduite par le subordonnant que ou pour que, qui est précédé d’un adverbe corrélatif comme tant, autant, plus, moins, assez, suffisamment. Exemples : Il y a moins d’exercices de grammaire que je le croyais. (comparaison)  Il y a

des exercices de grammaire

.

Les explications sont assez claires pour que nous puissions faire les exercices. (conséquence) Pour que nous puissions faire les exercices, les explications sont assez claires. 1) La subordonnée corrélative de comparaison Ce type de subordonnée corrélative crée un rapprochement avec un fait énoncé dans la phrase enchâssante. Les principaux termes corrélatifs qui marquent la comparaison sont beaucoup, plus, moins, autant, aussi, davantage, mieux, meilleur, pire. Le verbe dans la subordonnée est conjugué au mode indicatif. 2) La subordonnée corrélative de conséquence Ce type de subordonnée corrélative établit l’effet qui suit la cause exprimée dans la phrase enchâssante. Les principaux termes corrélatifs qui marquent la conséquence sont si, tellement, assez, suffisamment, tant, trop. Le verbe dans la subordonnée est conjugué au mode indicatif ou subjonctif.

© Éditions Grand Duc 269

4597_07_Grammaire-F.indd 269

50 NOTIONS POUR LA GRAMMAIRE EN CONTEXTE

19-02-04 10:16 AM


Les manipulations syntaxiques

38

r

L’addition

b

q

4

laclasse.grandducenligne.com

L’addition consiste à ajouter un mot ou un groupe de mots à une phrase. Utilité

Exemple

Transformer le type d’une phrase.

Tu rédiges un plan.

Transformer la forme d’une phrase.

Tu te prépares en vue d’un examen. (positive)

Distinguer l’adjectif classifiant de l’adjectif qualifiant.

Cet homme doit être vigilant en forêt, car il est garde forestier.  Cet homme doit être très vigilant (qualifiant) en forêt, car il est garde très forestier (classifiant).

39

 Est-ce que tu rédiges un plan ?   Tu ne te prépares jamais en vue d’un examen. (négative)

g

L’effacement

j

8

3

laclasse.grandducenligne.com

L’effacement consiste à supprimer un mot ou un groupe de mots dans une phrase. Utilité Distinguer les constituants obligatoires des constituants facultatifs.

Exemple Jean-Philippe rédige son texte dans un cahier. obligatoire (Jean-Philippe est le sujet.)

 Jean-Philippe rédige son texte dans un cahier. facultatif

 Jean-Philippe rédige son texte dans un cahier. Repérer le noyau d’un groupe.

Cet élève de 2e secondaire est inspirant.  Cet élève de 2e secondaire est inspirant.

40

k

Le déplacement

4

2

s

laclasse.grandducenligne.com

Le déplacement consiste à changer la position d’un mot ou d’un groupe de mots dans une phrase. Utilité • Déterminer la fonction d’un groupe. • Distinguer le complément de phrase du complément du verbe (CD, CI).

Exemple L’enseignant répète cette règle tous les jours. CP

 Tous les jours, l’enseignant répète cette règle. CD

Cette règle, l’enseignant répète tous les jours. Transformer le type d’une phrase en déplaçant le pronom sujet devant le verbe.

Tu as compris la règle. (déclaratif)  As-tu compris la règle ? (interrogatif)

© Éditions Grand Duc 270

4597_07_Grammaire-F.indd 270

50 NOTIONS POUR LA GRAMMAIRE EN CONTEXTE

19-02-04 10:16 AM


41

y

L’encadrement

4

2

h

laclasse.grandducenligne.com

L’encadrement consiste à encadrer dans une phrase un mot ou un groupe de mots par c’est… qui ou ce sont… qui ; c’est… que ou ce sont… que ; ne/n’… pas. Utilité Reconnaître le groupe qui exerce la fonction de sujet.

Exemples Les membres de mon équipe de travail se divisent les tâches. Sujet

 Ce sont les membres de mon équipe de travail qui se divisent les tâches. Reconnaître un groupe qui exerce la fonction de complément du verbe.

• Nous formons une excellente équipe de travail. CD

 C’est une excellente équipe de travail que nous formons. • J’ai expliqué mon point de vue à mes collègues. CI

 C’est à mes collègues que j’ai expliqué mon point de vue. Repérer un verbe conjugué.

42

Vous ne discutez pas calmement.

b

Le remplacement

t

g

c

laclasse.grandducenligne.com

Le remplacement consiste à substituer un mot ou un groupe de mots à un autre mot ou un autre groupe de mots dans une phrase. On appelle pronominalisation le remplacement par un pronom. Utilité Identifier la classe d’un mot.

Exemple Ma voisine de classe est très bavarde.  Ma voisine de classe est très fatigante. (remplacement de l’adjectif bavarde par l’adjectif fatigante)

Déterminer la fonction d’un groupe du nom.

•  Ma coéquipière me demande de lui prêter la calculatrice.  Elle me demande de lui prêter la calculatrice. (remplacement du GN sujet par un pronom de conjugaison) • L’enseignante corrige nos devoirs.   L’enseignante les corrige. (remplacement du GN complément direct du verbe par un pronom personnel)

© Éditions Grand Duc 271

4597_07_Grammaire-F.indd 271

50 NOTIONS POUR LA GRAMMAIRE EN CONTEXTE

19-02-04 10:16 AM


La ponctuation

43

x

Le deux-points (:) Rôle

v

J’ai cueilli des fleurs : des roses, des tulipes et des jonquilles.

Annoncer une séquence de discours rapporté direct.

Ma mère m’a dit : « J’aimerais que tu m’y accompagnes. »

Introduire une explication ou une conclusion. (Dans ce cas, on peut le remplacer par car.)

Ma voisine de classe est très bavarde : elle parle sans cesse pour attirer l’attention.

x

Les points de suspension …

z

e

Exemple

Laisser une phrase ou une idée inachevée ou en suspens.

Ce n’est pas de cette manière que je voulais que ça se passe…

Marquer la continuité d’une énumération incomplète. * Cette ponctuation a la même valeur qu’un etc. ; il faut donc mettre l’un ou l’autre.

Dans ce magasin, on trouve des vêtements, des aliments, des appareils électroniques…   Marie mange des fruits, des légumes, des noix, etc…

v

Les parenthèses et les tirets ( ) – Rôle

x

d

r

laclasse.grandducenligne.com

Exemple

Encadrer des informations supplémentaires, mais non essentielles.

Il affirme avoir perdu son portefeuille (c’est la deuxième fois cette semaine) et il ignore où cela s’est produit.

Insérer un passage dans une phrase afin de l’isoler et d’attirer l’attention du lecteur.

J’ai dû négocier avec cet homme – qui est abject, je le jure – et je ne recommencerais pas de sitôt.

© Éditions Grand Duc 272

4597_07_Grammaire-F.indd 272

2

laclasse.grandducenligne.com

Rôle

45

7

Exemple

Introduire une énumération.

44

4e secondaire

t

laclasse.grandducenligne.com

50 NOTIONS POUR LA GRAMMAIRE EN CONTEXTE

19-02-04 10:16 AM


4e secondaire

46

q

Les crochets [ ]

t

v

Rôle

Exemple

Encadrer des informations que l’on a ajoutées dans un texte ou une citation.

Elle [Mélanie] affirme avoir encore perdu son portefeuille.

Indiquer que l’on a retranché des mots dans un texte ou une citation. Les mots enlevés doivent être remplacés par […].

J’ai dû négocier avec cet homme […] et je ne recommencerais pas de sitôt.

47

t

La virgule ,

 Ces éléments doivent être de même nature et exercer la même fonction.

8

r

p

laclasse.grandducenligne.com

Rôle Séparer les éléments d’une énumération : mots, groupes de mots ou phrases.

n

laclasse.grandducenligne.com

Exemples • [Cet acteur], [sa partenaire de jeu] et le réalisateur discutent de la prochaine scène. • [J’ouvre le journal], [je survole les grands titres], [je lis les critiques de films].

Isoler un CP placé en début de phrase ou l’encadrer en milieu de phrase.

• Au cinéma, les films d’action sont plus enlevants. • Les films d’action, au cinéma, sont plus enlevants. • Alors que vous vous questionnez, nous agissons.

Encadrer un GN détaché complément du nom.

Mon film préféré, La guerre des tuques, reprend l’affiche cette année.

Isoler un GAdj détaché complément du nom placé en début ou en fin de phrase.

• Choyée, j’assiste à la première de ce film. • J’assiste à la première de ce film, choyée.

Isoler une apostrophe détachée en début de phrase ou l’encadrer en milieu de phrase.

• Éric, voudrais-tu m’accompagner au cinéma ? • Voudrais-tu, Éric, m’accompagner au cinéma ?

Isoler un organisateur textuel ou un marqueur de relation placé en début de phrase.

• Ce soir, c’est la première de ce long métrage tant attendu. • Par conséquent, il y aura sûrement une foule nombreuse.

Précéder certains coordonnants (alors, car, donc, mais, puis, c’est-à-dire, etc.).

• Ma mère travaille pour une compagnie de production, alors elle reçoit souvent des billets de faveur. • J’aime les films d’action, mais je n’apprécie pas les films d’horreur.

Isoler la phrase incise si elle suit le discours rapporté direct ou l’encadrer si elle l’intègre.

• « J’aimerais que tu m’y accompagnes », m’a dit ma mère. • « J’aimerais, m’a dit ma mère, que tu m’y accompagnes. »

© Éditions Grand Duc 273

4597_07_Grammaire-F.indd 273

50 NOTIONS POUR LA GRAMMAIRE EN CONTEXTE

19-02-04 10:16 AM


La conjugaison des verbes

4e secondaire

48

L  e mode du verbe dans la subordonnée complétive

f

v

a

9

laclasse.grandducenligne.com

Le mode et le temps du verbe dans la subordonnée complétive dépendent du verbe introducteur dans la phrase enchâssante. Si le verbe introducteur exprime une réalité ou une certitude, le verbe de la subordonnée est conjugué au mode indicatif. Si le verbe introducteur exprime un sentiment, un souhait, une possibilité, le verbe de la subordonnée est conjugué au mode subjonctif. sub. complét.

Exemples : Le président indique [que la réunion est terminée]. Le verbe « indique » exprime une réalité, donc le verbe de la subordonnée est conjugué au mode indicatif. sub. complét.

Le président voudrait [que la réunion finisse tôt]. Le verbe « voudrait » exprime un souhait, donc le verbe de la subordonnée est conjugué au mode subjonctif.

49

p

Le choix de l’auxiliaire

x

a

m

laclasse.grandducenligne.com

1) Les auxiliaires de conjugaison Lorsqu’on conjugue un verbe à un temps composé, il faut choisir entre l’auxiliaire être et l’auxiliaire avoir. L’auxiliaire être est de mise dans le cas d’un verbe pronominal, du verbe d’une phrase de forme passive et de certains verbes exprimant une transformation, un état ou un déplacement. Exemples : Son chat s’est enfui.

forme pronominale s’enfuir

Sa fuite sera déclenchée par la vue d’un chat inconnu. Le nouveau chat est perdu.

forme passive

verbe exprimant un état

On emploie l’auxiliaire avoir dans la conjugaison de la majorité des verbes restants. Il sert à exprimer une action. Exemples : Il a parcouru plusieurs mètres avant de rejoindre son semblable. Ils ont trouvé refuge sous un balcon.

© Éditions Grand Duc 274

4597_07_Grammaire-F.indd 274

50 NOTIONS POUR LA GRAMMAIRE EN CONTEXTE

19-02-04 10:16 AM


4e secondaire

2) Les auxiliaires d’aspect et de modalité Les auxiliaires d’aspect sont utilisés pour situer l’action dans le temps (au début, à la fin, etc.). Ils se placent devant un verbe à l’infinitif. Aller, être en train de et venir de en sont des exemples. Exemples : Je vais manger des mets chinois au souper. proche. Je suis en train de marcher vers le restaurant. réalisation. Je viens de remettre mon travail.

L’action de manger se fera dans un futur  L’action de marcher est en cours de

L’action de remettre vient tout juste de se passer.

Les auxiliaires de modalité permettent d’exprimer l’obligation, la nécessité, la possibilité, la certitude ou l’incertitude. Ils se placent aussi devant un verbe à l’infinitif. Ils peuvent prendre plusieurs formes, comme devoir, falloir, pouvoir, sembler. Exemples : Elle doit prendre ses médicaments tous les jours. (nécessité) Marie pourrait dormir chez toi ce soir. (possibilité) Il faut voir ce film au cinéma. (obligation)

© Éditions Grand Duc 275

4597_07_Grammaire-F.indd 275

50 NOTIONS POUR LA GRAMMAIRE EN CONTEXTE

19-02-04 10:16 AM


50

u

L’accord du participe passé

v

q

g

laclasse.grandducenligne.com

1) Le participe passé employé avec l’auxiliaire être Pour l’accorder correctement, vous devez repérer son donneur d’accord, c’est-à-dire le mot avec lequel il est en relation. Ce donneur d’accord est généralement le nom noyau du GN sujet ou le pronom sujet. Le participe passé employé avec l’auxiliaire être s’accorde en genre et en nombre avec son donneur d’accord. GN sujet

p. p.

Exemple : [Ces pommes] sont tombées de l’arbre. f. pl.

2) Le participe passé employé avec l’auxiliaire avoir Règle générale Pour l’accorder correctement, vous devez repérer le CD donneur d’accord. Le participe passé employé avec l’auxiliaire avoir s’accorde en genre et en nombre avec le CD si celui-ci précède le verbe. CD

Si le CD est un pronom, vous devez repérer l’antécédent de ce pronom afin de trans­mettre son genre et son nombre au participe passé.

p. p.

Exemples : Les sommes qu’il a dépensées pour ces achats sont élevées. f. pl.

p. p.

CD

Ces gens, nous les avons rencontrés hier soir. m. pl.

Par contre, si le CD est placé après le verbe ou s’il n’y a pas de CD, le participe passé reste invariable. 4e secondaire

Cas particulier Le participe passé suivi d’un verbe à l’infinitif s’accorde en genre et en nombre avec le CD s’il précède le verbe et s’il fait l’action exprimée par le verbe à l’infinitif. Sinon, il n’y a pas d’accord. Le participe passé fait suivi d’un verbe à l’infinitif est toujours invariable. CD

p. p.

Exemples : Les fraises que j’ai vues pourrir ont été jetées. f. pl.

Le CD les fraises fait l’action de pourrir, alors l’accord se fait avec le CD, qui est placé

devant. CD

p. p.

Les histoires que j’ai entendu raconter sont très belles. f. pl.

Ce n’est pas le CD les histoires qui fait l’action de raconter, donc il n’y a pas d’accord.

© Éditions Grand Duc 276

4597_07_Grammaire-F.indd 276

50 NOTIONS POUR LA GRAMMAIRE EN CONTEXTE

19-02-04 10:16 AM


Les critères d’évaluation en situation d’écriture Le texte que vous rédigez en situation d’écriture est évalué selon cinq critères. Peu importe le genre de texte, ces critères sont toujours les mêmes. L’adaptation à la situation de communication (25 %)

Le respect des normes relatives à l’orthographe d’usage et à l’orthographe grammaticale (20 %)

1 5

La cohérence du texte (20 %)

2

4

3

La construction de phrases et la ponctuation appropriées (25 %)

L’utilisation d’un vocabulaire approprié (10 %)

Voici les questions que vous devez vous poser pour vous assurer de respecter chacun des critères.

Critère 1  L’adaptation à la situation de communication   Ai-je tenu compte de l’intention de communication ?   Ai-je respecté le sujet imposé ?   Ai-je pris en compte le destinataire ? Ai-je respecté les exigences particulières,   dont le nombre de mots requis ?   Ai-je utilisé un vocabulaire approprié à la tâche ? Ai-je tenu compte de la séquence dominante de mon texte   (séquence descriptive, narrative, justificative, dialogale, etc.) ?

Dès le départ, vous devez définir la raison pour laquelle vous écrivez ce texte et choisir la personne à qui il s’adresse. Vous ne devez jamais perdre de vue ces deux points.

  Ai-je personnalisé mon texte ? Ai-je utilisé des figures de style (comparaison, métaphore,   contraste, antithèse, personnification) ?

© Éditions Grand Duc 277

4597_07_Grammaire-F.indd 277

50 NOTIONS POUR LA GRAMMAIRE EN CONTEXTE

19-02-04 10:16 AM


Critère 2  La cohérence du texte Ai-je découpé mon texte en paragraphes en respectant   un plan ? Ai-je ajouté des séquences secondaires à la séquence   dominante ?

Faire un plan vous aidera à organiser vos idées et à rédiger un texte cohérent.

Ai-je créé des liens logiques entre les informations   (organisateurs textuels) ? Ai-je utilisé différents procédés de reprise de l’information ?   Ai-je évité les contradictions ?  

Critère 3  L’utilitsation d’un vocabulaire approprié Ai-je utilisé des mots précis et justes pour que mon destinataire comprenne bien mon message ?   Ai-je respecté la variété de langue standard ?   Ai-je évité les répétitions ?  

Critère 4  La construction de phrases et la ponctuation appropriées Les phrases sont-elles complètes ?   Les phrases sont-elles bien construites et bien ponctuées ?   La virgule est-elle bien utilisée ?   Le discours rapporté direct est-il bien ponctué   et bien structuré ? Les groupes de mots sont-ils bien construits ?   Les groupes verbaux sont-ils appropriés ?  

Relisez votre texte d’un œil neuf. Après chaque phrase, demandez-vous si ce que vous dites est compréhensible. Vous pouvez aussi faire lire votre texte à une personne de votre classe afin qu’elle le commente.

Critère 5  Le respect des normes relatives à l’orthographe d’usage et à l’orthographe grammaticale Ai-je uniquement accordé les mots variables ?   Ai-je bien fait les accords dans le groupe du nom ?   Ai-je bien utilisé les pronoms de reprise et identifié   leur antécédent ? Ai-je bien conjugué et accordé les verbes ?   Ai-je bien accordé les participes passés ?   Ai-je bien orthographié tous les mots ?  

© Éditions Grand Duc 278

4597_07_Grammaire-F.indd 278

Relisez bien votre texte afin d’y relever de possibles erreurs d’accord restantes. Vous pouvez utiliser votre index pour suivre les mots. Cela évite à votre cerveau de compenser les lacunes.

50 NOTIONS POUR LA GRAMMAIRE EN CONTEXTE

19-02-04 10:16 AM


Notes

© Éditions Grand Duc 279

4597_07_Grammaire-F.indd 279

50 NOTIONS POUR LA GRAMMAIRE EN CONTEXTE

19-02-04 10:16 AM


Notes

© Éditions Grand Duc 280

4597_07_Grammaire-F.indd 280

50 NOTIONS POUR LA GRAMMAIRE EN CONTEXTE

19-02-04 10:16 AM


MisÀjour

FRANÇAIS | 4e SECONDAIRE

MisÀjour FRANÇAIS + GRAMMAIRE

édition

ajout d’exerc ice de théo s et rie gramm en aire

Cette nouvelle édition fait plus de place à la grammaire. Voici les ajouts qu’elle comprend : • des questions de grammaire en contexte ; • des exercices en lien avec les ressources de la langue ; • une section de référence où sont expliquées 50 notions essentielles de grammaire.

• Une section d’enseignement explicite des stratégies de lecture, qui sont présentées une à une, modélise la façon d’annoter un texte et explique chacun des types de questions tout en précisant comment y répondre. • Des questions de jugement critique ont été ajoutées afin que l’analyse des textes aborde tous les critères d’évaluation. • Des textes ont été mis à jour.

Plus de 500 exercices autocorrigés sont disponibles gratuitement en ligne dans la Classe numérique. LA CLASSE NUMÉRIQUE

c

o

d

e

laclasse.grandducenligne.com

MisÀjour

Une attention plus grande est accordée au développement de la compétence en lecture :

CODE PRODUIT 4597 I S B N 9 7 8 - 2 - 76 5 5 - 3 7 2 6 - 7

www.grandducenligne.com

6

20728 45970

COUV-sec4_v1.indd All Pages

8

ition éd

ajout d’exercices et de théorie en grammaire

CYNTHIA BUREAU

TEXTE D’AN ALYSE LE TEXTE D’OPINION

Texte d’analyse cri TEXTE D’OPINION tique de film Texte ARGUMENTÉE UTILISANT d’opinion argumentée LA RÉFUTATION utilisant l’explication argumentative Texte LA CRITIQUE d’opinion argumentée DE FILM PIÈCE utilisant la réfutation DE THÉÂTRE Nouvelle Roman Pièce LE POÈME ENGAGÉ de théâtre Poème POÈME LYRIQUElyrique Poème engagé

FRANÇAIS + GRAMMAIRE

e

2

Cette nouvelle édition de MisÀjour Français a toujours pour objectif la réussite de vos élèves en lecture.

FRANÇAIS | 4e SECONDAIRE

FRANÇAIS + GRAMMAIRE

Cahier de savoirs 2e

BUREAU

FRANÇAIS | 4e SECONDAIRE

ARGUMENTÉE THÉÂTRE UTILISANT LE ROMAN L’EXPLICATION ARGUMENTATIVE OPINION

2019-01-23 6:06 PM

Profile for Éditions Grand Duc

Majf4 cahier complet  

Majf4 cahier complet