Page 1

SCE-5101-1

L’éducation financière

en questions

40+60+T 40+60+T 20+80+T 40%

40%

20%

Savoir et comprendre

Appliquer

Prendre position

Voici le matériel disponible pour chacune des questions.

Pour les adultes

Pour l’enseignant ou l’enseignante

• Dans le cahier d’apprentissage, la théorie et les exercices donnent un sens à l’éducation financière.

• Une présentation et un approfondissement de chacune des connaissances du cours afin de vous permettre de vous perfectionner avant votre enseignement.

• Des codes donnent un accès direct à des activités interactives qui permettent aux adultes de mieux comprendre la théorie ou de rattacher les connaissances à leur vécu.

• Des prétests offerts en matériel reproductible qui mèneront l’adulte à la réussite de son cours. CODE PRODUIT ISBN

6

couverture_manuel_juin2018.indd 1-3

4611

978-2-7655-3740-3

20728 46110

5e secondaire

Éducation financière L’éducation financière en questions . Éducation financière SCE-5101-1 Gagnon . Mallette . Fontaine . Renaud . Dubuc

Éducation financière

SCE-5101-1

CAHIER D’APPRENTISSAGE Caroline Gagnon Benoit Mallette Annie Fontaine Geneviève Renaud

Adapté à l’éducation des adultes par Jessika Dubuc

L’éducation financière

en questions

SCE-5101-1

Consommer des biens et des services

7

2018-07-05 10:37


5e secondaire

Éducation financière

SCE-5101-1

CAHIER D’APPRENTISSAGE Caroline Gagnon Benoit Mallette Annie Fontaine Geneviève Renaud

Adapté à l’éducation des adultes par Jessika Dubuc

L’éducation financière

en questions

SCE-5101-1

00_4611_educ-financiere_liminaires_F.indd 1

Consommer des biens et des services

2021-06-09 10:07


REMERCIEMENTS Pour leur travail de vérification scientifique, l’Éditeur témoigne sa gratitude à Mme Arianna Degan, professeure au département des sciences économiques à l’École des sciences de la gestion de l’Université du Québec à Montréal, ainsi qu’à M. Charles Séguin, professeur au département des sciences économiques à l’École des sciences de la gestion de l’Université du Québec à Montréal. Pour son travail de rédaction du chapitre Pour faire le bon choix, l’Éditeur tient à remercier M. Stéphane Couture.

L’éducation financière

en questions

SCE-5101-1

Consommer des biens et des services

© 2018, Éditions Grand Duc, une division du Groupe Éducalivres Inc. 1699, boulevard Le Corbusier, bureau 350, Laval (Québec) H7S 1Z3 Téléphone : 514 334-8466 • www.grandducenligne.com Tous droits réservés.

CONCEPTION GRAPHIQUE (maquette intérieure) : Marquis Interscript CONCEPTION GRAPHIQUE (page couverture) : INFOGRAPHIE : Pige communication ILLUSTRATIONS : Lydia F. Ferron

Il est illégal de reproduire cet ouvrage, en tout ou en partie, sous quelque forme ou par quelque procédé que ce soit, électronique, mécanique, photographique, sonore, magnétique ou autre, sans avoir obtenu, au préalable, l’autorisation écrite de l’Éditeur. Le respect de cette recommandation encouragera les auteurs et auteures à poursuivre leur œuvre.

CODE PRODUIT 4611 978-2-7655-3740-3 Dépôt légal Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2018 Bibliothèque et Archives Canada, 2018

00_4611_educ-financiere_liminaires_F.indd 2

Imprimé au Canada 1 2 3 4 5 6 7 8 9 0 HLN 7 6 5 4 3 2 1 0 9 8

2021-06-09 10:07


TABLE DES MATIÈRES Les composantes de la collection ............................................... IV

Épargne personnelle

Pour faire le bon choix .......................................................................... 2

12

ENJEU Consommer des biens et des services .......................... 12

Caractéristiques de la consommation, Comportement d’achat des consommateurs, Planification budgétaire et Types d’achat

Comment la publicité m’influence-t-elle ?............................ 114  15 Quelles sont les règles et les lois qui encadrent  la publicité ? ................................................................................................. 120

1

Mes désirs ou mes besoins : lesquels guident  ma consommation ?............................................................................... 14

2

Au moment de consommer, qu’est-ce qui influence  mes choix ? ................................................................................................. 20

3

Un budget : en ai-je vraiment besoin ?..................................... 28  Comment les prix sont-ils fixés ?................................................... 32 

4

Épargner : à quoi ça sert ?................................................................... 98 13 Quel est mon profil pour investir ?.............................................. 102 Prendre position .................................................................................. 110

Publicité 14

Prendre position .................................................................................. 124

Payer des impôts et des taxes : à quoi ça sert ?.................. 38  Prendre position .................................................................................. 46 5

Droits, responsabilités et recours 6 7 8

Quelles sont les règles de la consommation avertie ?... 50  Mes droits : qui peut les protéger ?............................................. 58  Que faut-il savoir avant de partir  en appartement ? .................................................................................... 64 Prendre position .................................................................................. 68

Crédit à la consommation Suis-je capable de bien gérer le crédit ? ................................ 72 10 Le crédit : comment ça fonctionne ? ......................................... 80 9

Quels sont les risques associés au crédit ? ........................... 88 Prendre position .................................................................................. 94 11

© Éditions Grand Duc

00_4611_educ-financiere_liminaires_F.indd 3

Merci de ne pas photocopier

III

2021-06-09 10:07


LES COMPOSANTES DE LA COLLECTION Le cahier d’apprentissage L’éducation financière en questions En tout, 15 questions présentent de façon claire et concise les connaissances du cours SCE-5101-1 en éducation financière.

L’enjeu de ce cahier est présenté par une table des matières accompagnée de la définition des concepts particuliers du programme.

CONCEPT

CONCEPT Pouvoir d’achat

enjeu Consommer

C’est une notion dont l’objectif est de mesurer la quantité de biens et de services qu’un revenu donné permet d’acquérir, soit la capacité d’achat. Le pouvoir d’achat dépend donc à la fois du niveau de revenus des individus et des prix des biens et des services.

Consommation

La consommation se rapporte à l’utilisation de biens et de services ainsi qu’à leur quantité, mais aussi aux comportements adoptés et aux choix faits par une personne ou une collectivité pour satisfaire ses besoins et ses désirs.

1 Mes désirs ou mes besoins : lesquels guident

ma consommation ? mes choix ?

des biens et des services

CONCEPT Endettement C’est l’état d’une personne (ou de tout agent économique) qui est endettée, c’est-à-dire qui doit une somme d’argent, des biens ou des services à une autre personne, à une institution financière, à un organisme, etc. L’endettement va de pair avec la notion de crédit, qui permet d’emprunter de l’argent avec la promesse de le rembourser ultérieurement.

2

Au moment de consommer, qu’est-ce qui influence mes choix ?

Les choix de chaque consommateur ou consommatrice dépendent de son âge, de son sexe et de son revenu. Ils témoignent de ce qui l’influence tout au long de sa vie : sa famille, ses amis, les modes, la culture, son milieu de travail, etc. Ces sources d’influence constituent une donnée importante à considérer dans tout choix de consommation. Pour départager ses besoins et ses désirs, il est important de se connaître !

Consommer, c’est renoncer

L’âge, le sexe, le revenu

Le contexte socioéconomique et culturel

L’âge, le sexe, le revenu et les valeurs personnelles expliquent en partie la façon dont chaque consommateur ou consommatrice réagit devant les biens et les services à sa disposition.

La classe sociale Se mesure en général à l’aide de trois critères, soit la catégorie socioprofessionnelle, le revenu et le niveau d’instruction.

Le style de vie

L’entourage Le cercle des amis et amies La famille Les collègues de travail Les amis et amies, les connaissances et les réseaux sociaux permettent de partager des expériences et des opinions qui influencent les choix de consommation.

Fait référence autant aux systèmes de croyances et aux mentalités des populations qu’à leurs centres d’intérêt et à leurs types d’activités.

La culture Englobe tous les éléments acquis et transmis par l’individu, qui lui permettent de s’adapter au monde qui l’entoure et de vivre en société.

La publicité Désigne l’ensemble des moyens utilisés pour faire connaître une marque et inciter à l’achat.

20

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

13 Quel est mon profil pour investir ?

Prendre position

savoirs 6 Quelles sont les règles de la consommation avertie ?

14 Comment la publicité m’influence-t-elle ?

7 Mes droits : qui peut les protéger ?

15 Quelles sont les règles et les lois qui encadrent

Prendre position

© Éditions Grand Duc

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

la publicité ?

Prendre position

13

La classe numérique danadaada Ca Can

na ada Cette expression du 19e siècle signifie qu’on peut Can Ca 2 Au moment de consommer, qu’est-ce qui influence mes choix ? tout vouloir, mais qu’on ne peut pas tout avoir.

w

t

r

u

laclasse.grandducenligne.com

Les besoins et les désirs de chaque personne sont illimités, alors que ses ressources, comme son temps et son argent, sont limitées.

Le temps de travail : Les technologies : une bonne unité de mesure ou consommer autrement Chaque individu évalue ses options de façon Cher ou pas cher ? Apprécier le prix d’un bien, c’est-à-dire quotidienne, instinctivement ou systématiquement. l’estimer ou l’évaluer, n’est pas toujours facile. Un étudiant Cette évaluation s’appelle le calcul du « coût de ou une étudiante qui travaille quelques heures par semaine renonciation » ou du « coût d’option ». n’aura peut-être pas la même perception du prix d’un objet Le coût de renonciation à un bien, ou plus largement qu’une personne qui travaille à temps plein. Une façon à une option, correspond à la valeurefficace de la meilleure d’apprécier les prix consiste à transformer ceux-ci des options à laquelle on doit renoncer. Par exemple, en heures travaillées. un étudiant a le choix entre passer la soirée avec ses Combien de temps de travail sera-t-il nécessaire pour amis ou étudier un samedi soir. Il décide d’étudier : couvrir le coût du bien désiré ? En faisant ce rapprochement, son coût de renonciation est alors le sacrifice le consommateur ou la consommatrice devient apte de passer la soirée avec ses amis. Ce n’est pas à privilégier un achat par rapport à un autre. Par ailleurs, un sacrifice monétaire, mais il a une valeur. l’estimation du coût des biens en heures de travail l’aide Savoir prendre en compte le coût deà renonciation mieux comprendre la valeur en temps et en argent en évaluant les différentes options lors de besoins ses achats de ses et de ses désirs. Un jeans aide à prendre des décisions économiques beaucoup 50 $ plus rationnelles.

+

C’est Friedrich von Wieser, un économiste autrichien, qui introduit la notion de coût de renonciation Mesurer ses options en 1889 en publiant Der Natürliche Werth (La valeur naturelle).

S’informer avant d’acheter

La technologie, d’hier à aujourd’hui

Il faut alors faire des compromis et des sacrifices, c’est-à-dire des choix.

En quelques années, les technologies ont bouleversé le monde de la consommation. L’achat est devenu une expérience plus individuelle avec la montée des transactions en ligne. Dans certains foyers, il y a maintenant plus d’appareils connectés que de membres A AA de famille ! Paradoxalement, pour certains biens ÉMÉMA ÉMÉMla CINCINCINÉMA CINCINCINÉMA ou loisirs, une nouvelle manière de consommer, centrée sur le partage, est en train d’émerger.

En 2015, 40,4 % des Québécoises et Québécois âgés de plus de 18 ans déclaraient tenir compte des avis et des recommandations de leurs amis et amies ainsi que de leurs contacts sur les réseaux sociaux lorsqu’ils magasinent.

’hui

urd

nt

Ava

Aujo

Adultes tenant compte des avis et recommandations sur les médias sociaux lors du magasinage

+

ParA A exemple, les gens A A peuvent louer une propriété par ÉMÉMÉMA ÉMÉM CINCINCINÉMA CINCIN l’intermédiaire de CINsites Internet ou même être hébergés gratuitement lors d’un voyage. AA

ÉMÉM CINCINCINÉMA EN SAVOIR

Une

Vous êtes la seule personne qui peut répondre à ces questions en évaluant ce à quoi vous accordez le plus de valeur.

5 billets de cinéma

ter

nouv elle

re aniè

he d’ac

63 %

25 à 34 ans

m

L’important de retenir ceci : on ne peut pas toujours 10 $ est chacun prendre des décisions seulement en fonction de ses désirs, on doit aussi tenir compte de ses ressources.

53 %

35 à 44 ans

44 %

45 à 54 ans

r se

31 %

55 à 64 ans

la ur pa Dans cet exemple, le coût de renonciation au jeans ce s po ec ures nefilms que correspond que le consommateur ai te av t-ce r 25 heauxmcinq Esou se et pourra pas voir, car son budget la consommatrice aille t 5 bicycl ne ? Je pr travne nd lui an permet deé s’offrir les deux. e pasgn

r es tout hete e nse ur ac marqu e dépe s po Je omie rs d’un rde écon soulieen je gaur bi s po r ? mes de paire ue, ou omie futu une conn écon projet mescer un Merci de ne pas photocopier finan

45 %

18 à 24 ans

Voici une illustration du coût de renonciation dans la vie de tous les jours. Avec 50 $, pour laquelle de e de pein ai ne ces deux possibilités m? ut la opter

va

Est-c au e que sa je à te laire d’ reno cons mps pl un emnce acre ein pl po oi rà mes ur me étud es ?

La réponse à chaque question s’étend sur deux ou quatre pages. L’information qui s’y trouve est concise et organisée graphiquement pour que l’adulte comprenne en un coup d’œil les connaissances présentées.

Par tranche d’âge

nels

pe r un t ga un concéfère en le jeans, la personne va évaluer heted’acheter Avant ac un si ert oualler vo l’arg le bénéfice obtenu par l’achat de ce vêtement no vaut uvea m’ac ir u ch hete la perte de cinq soirées au cinéma. anda r il ?

© Éditions Grand Duc

5 Payer des impôts et des taxes : à quoi ça sert ?

Choisir entre différentes options

EN SAVOIR

Les trois zones au sol représentent les différents types d’influence qui orientent les décisions d’une personne, soit ce qui la caractérise comme individu et l’environnement qui l’entoure.

Prendre position 12 Épargner : à quoi ça sert ?

8 Que faut-il savoir avant de partir en appartement ?

C’est la partie du revenu disponible d’un agent économique qui n’est pas utilisée pour faire des dépenses de consommation. Pour une personne, épargner consiste souvent à mettre de l’argent de côté en prévision d’un projet à plus long terme.

Merci de ne pas photocopier

11 Quels sont les risques associés au crédit ?

4 Comment les prix sont-ils fixés ?

Prendre position

Épargne

On ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre.

Les sources d’influence

3 Un budget : en ai-je vraiment besoin ?

CONCEPT

12

9 Suis-je capable de bien gérer le crédit ? 10 Le crédit : comment ça fonctionne ?

2 Au moment de consommer, qu’est-ce qui influence

65 à 74 ans

20 %

rson

Dav anta

ts pe

ui od ge de pr

75 ans et plus

8%

Source : « Les médias sociaux : plus présents dans le processus d’achat des Québécois », CEFRIO, [En ligne], page consultée le 12 janvier 2017.

Avec le développement des nouvelles technologies, de multiples ressources donnent de l’information ou des points de vue sur les produits : Sites Web

21

Ces exemples de questions permettent à la fois d’évaluer la valeur de son temps de travail et de prendre en compte le coût de renonciation.

Forums de discussion

Mai

s un e consnouv om elle mer

Revues spécialisées

lle

Émissions d’affaires publiques

de ne ière rson manns pe moi

Ces trois représentations démontrent comment la technologie a imprégné le quotidien et modifié les comportements de consommation.

22

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

23

ME CONNAÎTRE

BIEN COMPRENDRE

Désirs ou besoins, lesquels guident votre consommation ? Remplissez le tableau suivant, et découvrez à quel moment vous êtes plus de type responsable, compulsif, social ou émotif.

1

Quelle est la différence entre un désir et un besoin ? Expliquez-la dans vos propres mots.

2

Observez les quatre types de consommateurs et de consommatrices décrits à la page 15. Quel est le type qui est davantage influencé par ses besoins que par ses désirs pour effectuer des achats ? Expliquez votre réponse.

QUESTION

Chacune des questions est suivie d’une série d’exercices ayant deux visées bien précises. 1

a) Pour chacun des produits de consommation proposés, donnez deux points à l’élément qui vous influence le plus souvent et un point à celui qui vous influence parfois au moment de faire cet achat.

Les différents types de consommateurs et de consommatrices Ce qui influence l’achat…

Me connaître – L’adulte ramène l’enjeu financier à sa réalité présente ou à une réalité qu’il ou elle connaîtra dans un avenir relativement rapproché.

Responsable Cet article me sera très utile.

Le prix est raisonnable.

Compulsif C’est ce que je cherchais, je prends cet article sans me poser de questions.

Cet article est un vrai coup de cœur.

Social Mes amis et amies vont adorer cet article et peut-être même me l’envier.

Mon meilleur ami ou ma meilleure amie est avec moi et me conseille cet achat.

Émotif Je mérite de me faire plaisir.

J’ai reçu une bonne ou une mauvaise nouvelle. J’ai envie de magasiner.

3

d’un manteau

d’un repas au restaurant

b) J’ai eu une journée difficile, je vais aller magasiner des vêtements, ça va me faire du bien.

de nourriture à l’épicerie d’un cellulaire

c) Nous sommes un groupe de quatre amis et amies et notre sortie favorite est de passer la journée ensemble au centre commercial à se conseiller mutuellement.

d’une casquette ou de bijoux de billets de spectacle Total

4

b) À la ligne « Total » du tableau, calculez votre nombre de points. Quel type de consommateur ou de consommatrice êtes-vous ?

Selon Maslow, la société de consommation joue souvent avec le « sentiment de manque » pour inciter à consommer davantage. a) Donnez deux exemples de stratégies utilisées par les entreprises qui illustrent cette affirmation. •

c) Ce résultat vous étonne-t-il ? Expliquez votre réponse.

Besoins :

Désirs :

18

00_4611_educ-financiere_liminaires_F.indd 4

Associez chacune des phrases suivantes à un des trois autres types de consommateurs et de consommatrices. a) J’achète sur le coup de l’impulsion, sans trop prendre le temps de réfléchir.

d’effets scolaires

d) Parmi les achats figurant dans le tableau ci-dessus, lesquels considérez-vous comme des besoins et lesquels considérez-vous comme des désirs ?

IV

Bien comprendre – Des exercices de consolidation amènent l’adulte à utiliser les connaissances acquises dans un contexte signifiant.

d’un chandail de souliers

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

b) Donnez un exemple personnel où le « sentiment de manque » vous a incité ou incitée à consommer davantage.

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

19

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

2021-06-09 10:07


Prendre position

PRENDRE PRENDREPOSITION POSITION( suite ( suite) )

PRENDRE POSITION

La section Prendre position propose en deux temps à l’adulte de développer la compétence disciplinaire Prendre position sur un enjeu financier.

JUSTIFICATION APPROPRIÉE DU CHOIX

RÉACTIVATION DES CONNAISSANCES 1

Dans la dernière année, avez-vous consommé de façon responsable, en fonction de vos besoins et de votre budget ? Choisissez trois achats importants que vous avez effectués.

Il n’est pas toujours facile de départager ses besoins de ses désirs. Un achat dicté par un besoin peut parfois être effectué pour combler un désir au moment de consommer. Pour chaque situation, distinguez le besoin du désir.

1

a) Pour son lunch, Mathis achète des muffins aux pépites de chocolat. •

Besoin :

Désir :

Cerner la situation a) Pour chacun des trois achats choisis, répondez aux questions suivantes. 1) Combien vous a-t-il coûté ? Achat 1

Achat 2

Achat 3

Achat 2

Achat 3

b) Annabelle veut acheter un manteau d’hiver de la marque à la mode cette année. •

Besoin :

Désir :

2) Le bien était-il en solde ? Achat 1

c) Lucas s’achète un savon pour le corps de la même marque et de la même fragrance que son parfum préféré.

Réactivation des connaissances : des mises en situation réalistes demandent à l’adulte de mobiliser ses connaissances. Justification appropriée du choix : une étude de cas pour laquelle plusieurs options sont proposées demande à l’adulte de développer sa compétence en mobilisant chacune des composantes de cette dernière.

Besoin :

Désir :

3) Utiliserez-vous cet achat pendant plusieurs années ? Achat 1

2

Achat 2

Achat 3

b) Pour chaque achat, précisez si les énoncés ci-dessous s’appliquent.

Vous souhaitez acheter un ordinateur portable, mais vous ne savez pas quel modèle choisir. Quelles personnes pourriez-vous consulter ? Que leur demanderiez-vous ?

Achat 1 Achat 2 Achat 3

1) Cet achat m’a permis de combler un besoin. 2) Cet achat m’a permis de combler un désir. 3) Mon revenu me permettait de faire cet achat. 4) Mon revenu ne me permettait pas de faire cet achat. 5) Cet achat était prévu dans mon budget. 6) Cet achat n’était pas prévu dans mon budget. 7) Cet achat est compris dans mes dépenses fixes. 8) Cet achat est compris dans mes dépenses variables.

3

9) Cet achat était assujetti à la TPS et à la TVQ.

Une blogueuse mode célèbre âgée de 20 ans vante dans une vidéo un nouveau produit révolutionnaire pour les cheveux frisés. Elle l’a testé et affirme que les résultats sont spectaculaires. Cette source vous semble-t-elle fiable ? Justifiez votre réponse.

10) Cet achat n’était pas assujetti à la TPS et à la TVQ. 11) J’ai oublié de prévoir les taxes sur cet achat, et le coût a dépassé mes attentes. 2

Examiner les options Pour chaque achat, précisez si les énoncés ci-dessous s’appliquent.

Achat 1 Achat 2 Achat 3

1) Le prix de mon bien s’explique par une offre plus généreuse que la demande. 2) Le prix de mon bien s’explique par une demande plus généreuse que l’offre. 3) Le prix de mon bien était raisonnable, reflétant un équilibre entre la demande et l’offre.

46

Pour faire le bon choix Cette section met en lumière la compétence disciplinaire Prendre position sur un enjeu financier. Les quatre composantes de la compétence sont expliquées et modélisées afin de démontrer comment elles interagissent au moment de faire un choix, tant dans la vie quotidienne que dans le cadre du cours d’éducation financière. Une démarche est donnée à l’adulte afin qu’il ou elle puisse la reproduire au moment de l’évaluation. Justifier son choix de façon appropriée, cela s’apprend !

Merci de ne pas photocopier

$

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

Pour faire le bon choix La compétence « Prendre position sur un enjeu financier » Pour réussir le cours d’éducation financière, vous devrez être en mesure de faire un choix éclairé et de le justifier de façon appropriée. Voici des étapes pour y parvenir. Il est important de noter que ces étapes n’illustrent pas un processus linéaire et qu’à tout moment, il est possible de revenir à une étape précédente afin de faire le meilleur choix possible.

2

Des activités interactives

48

© Éditions Grand Duc

Cerner la situation Se poser les questions suivantes :

Examiner les options qui sont disponibles Se poser les questions suivantes pour chacune des options :

Quels sont mes besoins ? Quel est mon budget ? Quelles sont mes limites ?

Combien me coûtera-t-elle ?

Suis-je dans un contexte socioéconomique dans lequel je peux m’engager ?

Quels sont ses avantages et ses inconvénients ?

Prendr e posit sur un ion enjeu financi c’est éclairé faire des ch er, oi s avec discer x et rigu ne eur, et m être ca ent de les justifi pable er.

Quels sont les risques encourus ? Quelle est l’option qui me semble la plus avantageuse ou appropriée ?

Le critère d’évaluation : La justification appropriée du choix Chaque fois que l’on prend position, on doit démontrer que son choix est appuyé par des faits, des données concrètes. On doit être capable de justifier que son choix est le bon !

Les savoirs : Relativiser sa position

Considérer les aspects légaux

Remettre en question ses choix. Se poser les questions suivantes :

Les lois, les règlements et les instances légales qui influencent les choix. Se poser les questions suivantes :

D’autres personnes ont-elles fait les mêmes choix ? Que peuvent-elles m’apprendre ? Mes choix ont-ils été influencés ? Dois-je reconsidérer mes choix ?

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

Quels sont mes droits et mes responsabilités ? Quelles instances m’offrent les moyens de m’informer, de porter plainte et de défendre mes droits ?

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

On doit connaître et maîtriser plusieurs concepts ou mots clefs, c’est-à-dire être capable de les utiliser en contexte et aux moments appropriés.

+

Les connaissances doivent servir à la maîtrise de la compétence et vice versa.

3

La classe numérique

w

t

r

u

laclasse.grandducenligne.com

S’informer avant d’acheter

La technologie, d’hier à aujourd’hui

En 2015, 40,4 % des Québécoises et Québécois âgés de plus de 18 ans déclaraient tenir compte des avis et des recommandations de leurs amis et amies ainsi que de leurs contacts sur les réseaux sociaux lorsqu’ils magasinent.

’hui

urd

Aujo

t van

A

Adultes tenant compte des avis et recommandations sur les médias sociaux lors du magasinage

Par tranche d’âge

45 %

18 à 24 ans

Un

en

ouv elle

r

hete

’ac

re d

niè

ma

63 %

25 à 34 ans

53 %

35 à 44 ans

44 %

45 à 54 ans

31 %

55 à 64 ans

Da van ta

els

onn

ers

sp

duit

ge de pro

20 %

65 à 74 ans

8%

75 ans et plus

Source : « Les médias sociaux : plus présents dans le processus d’achat des Québécois », CEFRIO, [En ligne], page consultée le 12 janvier 2017.

Avec le développement des nouvelles technologies, de multiples ressources donnent de l’information ou des points de vue sur les produits : Sites Web

À la fin de la théorie qui répond à chaque question, un code à quatre caractères donne accès à une activité interactive qui permet à l’adulte de s’approprier les savoirs ou de les concrétiser pour les relier à sa réalité.

Forums de discussion

Ma

is u ne connouv som elle me r

e

e ell re d onn niè ers ma ins p mo

Revues spécialisées Émissions d’affaires publiques

Ces trois représentations démontrent comment la technologie a imprégné le quotidien et modifié les comportements de consommation.

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

00_4611_educ-financiere_liminaires_F.indd 5

23

Il suffit d’aller à l’adresse de la Classe numérique et d’entrer le code pour accéder à l’activité.

Merci de ne pas photocopier

V

2021-06-09 10:07


$

Pour faire le bon choix La compétence « Prendre position sur un enjeu financier » Pour réussir le cours d’éducation financière, vous devrez être en mesure de faire un choix éclairé et de le justifier de façon appropriée. Voici des étapes pour y parvenir. Il est important de noter que ces étapes n’illustrent pas un processus linéaire et qu’à tout moment, il est possible de revenir à une étape précédente afin de faire le meilleur choix possible.

2

01_4611_educ-financiere_PFLBC_F.indd 2

Cerner la situation Se poser les questions suivantes : Quels sont mes besoins ? Quel est mon budget ? Quelles sont mes limites ? Suis-je dans un contexte socioéconomique dans lequel je peux m’engager ?

Relativiser sa position Remettre en question ses choix. Se poser les questions suivantes : D’autres personnes ont-elles fait les mêmes choix ? Que peuvent-elles m’apprendre ? Mes choix ont-ils été influencés ? Dois-je reconsidérer mes choix ?

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

2021-06-09 10:07


Examiner les options qui sont disponibles Se poser les questions suivantes pour chacune des options :

Prend sur un re position enjeu financ c’est f ier, a i re des éclair choix és ave c discer et rig ueur, neme et êt r nt e c de les a justifi pable er.

Combien me coûtera-t-elle ? Quels sont les risques encourus ? Quels sont ses avantages et ses inconvénients ? Quelle est l’option qui me semble la plus avantageuse ou appropriée ?

Considérer les aspects légaux Les lois, les règlements et les instances légales qui influencent les choix. Se poser les questions suivantes : Quels sont mes droits et mes responsabilités ? Quelles instances m’offrent les moyens de m’informer, de porter plainte et de défendre mes droits ?

© Éditions Grand Duc

01_4611_educ-financiere_PFLBC_F.indd 3

Merci de ne pas photocopier

Le critère d’évaluation : La justification appropriée du choix Chaque fois que l’on prend position, on doit démontrer que son choix est appuyé par des faits, des données concrètes. On doit être capable de justifier que son choix est le bon !

Les savoirs : On doit connaître et maîtriser plusieurs concepts ou mots clefs, c’est-à-dire être capable de les utiliser en contexte et aux moments appropriés.

+

Les connaissances doivent servir à la maîtrise de la compétence et vice versa.

3

2021-06-09 10:07


$ Exemple

1

 L’achat d’un ordinateur

Mise en situation : Vous êtes sur le point d’entrer au cégep et vous devez acheter un ordinateur, mais n’avez pas les fonds nécessaires pour en acheter un neuf en magasin.

4

01_4611_educ-financiere_PFLBC_F.indd 4

Cerner la situation Dans le cas présent, vous devez cerner votre situation : Vous étudiez en sciences humaines. Vos besoins seront d’avoir la capacité de rédiger des textes et  de compiler des données. Vous n’avez pas besoin d’un ordinateur ayant des composantes permettant de traiter de l’image ou de la vidéo. Vous avez droit à un prêt étudiant et vous avez un emploi à temps partiel au salaire minimum.

Relativiser sa position Après avoir fait votre choix parmi les options disponibles pour satisfaire votre besoin, il faut relativiser le tout. Avant de finaliser votre achat, demandez-vous si un ami ou une amie peut vous conseiller. Existe-t-il d’autres personnes ayant acheté un produit semblable et dans la même situation que vous ? Qu’ont-elles fait ? Leur avis pourrait guider de façon plus juste votre achat. Votre choix d’option a-t-il été influencé ? Si oui, il est possible que cette influence vous amène à reconsidérer un choix plus judicieux, mais le contraire est aussi possible. Il faut faire preuve de vigilance et vous assurer que cette influence correspond à vos besoins.

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

2021-06-09 10:07


Examiner les options qui sont disponibles

Prend positi re on l’acha sur t d’ ordin un ateur

Vous devez maintenant examiner les options disponibles :

1 Acheter un ordinateur neuf avec un prêt ou

un financement pour étudiants et étudiantes d’une institution financière. (Coût moyen avec intérêts avantageux)

Avantages : Possibilité de payer seulement les intérêts sur le capital emprunté pendant les études et de reporter le premier remboursement sur le capital plusieurs mois après la fin des études.

Inconvénients : L’ordinateur est impayé à la fin des études et son coût dépassera sa valeur.

2 Acheter un ordinateur neuf avec une carte de

crédit pour étudiants et étudiantes. (Coût moyen et paiements mensuels avec intérêts avantageux)

Avantage : Pas obligatoire d’être en mesure de tout payer immédiatement.

Inconvénient : Au terme des paiements, le coût du bien dépassera sa valeur réelle.

3 Acheter un ordinateur usagé. Avantage : Peu coûteux.

Inconvénient : Sans garantie, même légale.

Le critère d’évaluation dans cet exemple : La justification appropriée du choix Dans ce cas précis, on pourrait justifier son choix de l’achat d’un ordinateur neuf avec le financement d’une institution financière (prêt, marge de crédit) en appuyant son argumentation sur sa présente situation financière, comme l’impos­ sibilité de rembourser le capital pen­dant les études, et sur les recours possibles en cas de défectuosités (garanties offertes et légales).

Les savoirs : Concepts à maîtriser dans ce cas précis : consommation, endettement et pouvoir d’achat. Connaissances à maîtriser : Les ressources disponibles pour s’informer sur le choix d’ordinateur approprié telles que les sites Web et les forums de discussion.

Considérer les aspects légaux Vous devez considérer les aspects légaux pour faire un bon choix parmi les options disponibles. L’achat d’un ordinateur neuf en magasin est protégé par une garantie offerte par l’entreprise où il a été effectué. Une garantie légale s’applique également (Loi sur la protection du consommateur). Dans le cas d’un ordinateur usagé acheté à un particulier, il n’y a aucune garantie qui protège l’achat.

© Éditions Grand Duc

01_4611_educ-financiere_PFLBC_F.indd 5

Merci de ne pas photocopier

Ses droits et ses recours en tant que consommateur ou consommatrice (respect des garanties légales, Loi sur la protection du consommateur, Office de la protection du consommateur). Les responsabilités du com­ merçant ou de la commerçante (garanties offertes et légales). L’utilisation du crédit, les raisons de son utilisation (se procurer un bien immédiatement en différant le paiement) et les risques associés (endettement).

5

2021-06-09 10:07


? Exemple

2  Le choix d’un cégep

Mise en situation : Vous avez l’intention de poursuivre des études techniques en architecture. Quel est votre choix de cégep ? Comment le financerez-vous ?

6

01_4611_educ-financiere_PFLBC_F.indd 6

Cerner la situation Dans le cas présent, vous devez cerner votre situation : Vous voulez poursuivre des études techniques en architecture. Vous devrez vous procurer un ordinateur et un logiciel approprié. Vous n’avez pas d’emploi, mais vos parents ont des revenus confortables et pourront vous aider à payer les différents frais des études et votre matériel. Toutefois, vous devrez assumer le reste.

Relativiser sa position Après avoir fait votre choix parmi les options disponibles pour satisfaire votre besoin, il faut relativiser le tout. Quelles sont les raisons qui ont motivé votre choix ? La proximité du domicile de vos parents a-t-elle été un facteur important dans votre choix ? Une personne de votre entourage a-t-elle influencé votre choix ? Dans ce cas-ci, il est important que le choix soit fait dans votre intérêt et non dans celui de quelqu’un d’autre, puisque c’est votre avenir qui est en jeu. Votre choix de cégep peut ne pas être définitif. Une fois que vous avez inventorié l’ensemble des raisons de votre choix, la question suivante se pose : « Ai-je choisi dans mes propres intérêts ou selon les intérêts des autres (parents, ami ou amie, etc.) ? » Dans le premier cas, votre choix est probablement le bon. Dans le second cas, révisez les étapes précédentes et assurez-vous d’avoir fait le bon choix.

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

2021-06-09 10:07


Prend re positi on sur le choix d’un c égep Examiner les options qui sont disponibles Vous examinez maintenant les options disponibles. Le cégep qui offre la formation que vous avez choisie se trouve loin de votre domicile. Toutefois, le cégep tout près offre un programme général qui vous permettrait de suivre des études universitaires en architecture. Voici vos choix :

1 Aller étudier au cégep plus éloigné où s’offre la technique en architecture.

Avantages : Études dans le domaine choisi.

Inconvénients : Beaucoup de temps consacré au transport au quotidien ou responsabilités financières reliées à la vie en appartement (loyer, épicerie, électricité, etc.) et temps partagé entre études et travail.

2 Choisir la formation générale au cégep à proximité. Avantages : Temps entièrement dévolu aux études, meilleures chances de réussite et aucuns frais à payer. Inconvénient : Poursuite des études par la suite.

3 Changer votre choix de formation pour un autre choix de carrière.

Avantage ou inconvénient : Redéfinition de vos objectifs.

Le critère d’évaluation dans cet exemple : La justification appropriée du choix Dans ce cas précis, on pourrait justifier son choix de cégep par son accessibilité et sa proximité (emplacement) ou simplement par l’offre du programme qui est le plus intéressant. Le fait que ses parents paient les différents frais de l’établissement choisi ou les frais de scolarité si l’on décide d’aller à l’université laisse beaucoup plus de marge de manœuvre afin de faire un choix éclairé qui répond à ses aspirations. Dans ce cas-ci, le choix de s’éloigner du domicile de ses parents permettra d’étudier dans le domaine spécifique immédiatement. (Pour une justification plus élaborée, voir l’exemple d’une justification par étape.)

Les savoirs : Considérer les aspects légaux

Concepts à maîtriser dans ce cas précis : financement et formation.

Vous devez considérer les aspects légaux pour faire un bon choix parmi les options disponibles.

Connaissances à maîtriser :

Vous devrez vous informer sur vos obligations et vos droits en tant que locataire (visiter le site Internet de la Régie du logement) ainsi que sur les normes et la sécurité au travail dans le cas d’un emploi à temps partiel (visiter le site Internet de la CNESST).

Les coûts liés aux études dans le programme et le cégep choisis. Les dépenses inhérentes à la poursuite des études (droits de scolarité, matériel scolaire, transport et logement). Ce qui peut faire varier ses dépenses (programme choisi, emplacement de l’établissement scolaire, matériel requis). Les moyens de financement ­disponibles.

© Éditions Grand Duc

01_4611_educ-financiere_PFLBC_F.indd 7

Merci de ne pas photocopier

7

2021-06-09 10:07


La justification par étape Il est important de procéder par étape pour que sa justification finale soit cohérente. Voici la marche à suivre en cinq points.

1

Cerner le ou les besoins à satisfaire

Cette partie de sa justification doit être concise et brève. Elle doit aller droit au but et être claire. L’aspect financier ne doit pas être abordé à cette étape. Se demander : quel besoin on veut satisfaire ; s’il s’agit réellement d’un besoin ou d’un désir ; dans le cas d’un besoin, s’il est urgent ;

2

dans le cas d’un désir, pourquoi on veut le combler et s’il est nécessaire de le ­combler dans l’immédiat ou si cela peut attendre.

Considérer l’aspect financier (budget)

Cette partie de sa justification doit faire état de sa capacité à payer sans s’endetter davantage ou, tout au moins, sans causer de préjudices financiers à moyen ou long terme. Se demander : quel est l’état de son budget ; s’il permet de satisfaire son ou ses besoins ou désirs ;

si on a prévu d’autres dépenses à venir qui pourraient influencer sa décision.

si on est en situation d’épargne ou d’endettement ;

3

Faire la liste des options possibles

Ici, il s’agit de réfléchir aux options qui sont disponibles. Dans le cas du besoin de se vêtir, il y a l’option d’acheter griffé ou non, de réduire le nombre d’articles, de favoriser les achats de seconde main ou non, etc. Se demander : quelles sont les options pour satisfaire son besoin à la lumière des deux étapes précédentes ; si on doit prioriser ses besoins ou ses désirs ; si certaines options amènent à abandonner certains besoins et désirs.

8

01_4611_educ-financiere_PFLBC_F.indd 8

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

2021-06-09 10:07


4

Comparer les options disponibles

C’est maintenant le moment de comparer ses options. Se demander : quels sont les avantages de chaque option ; quels en sont les inconvénients. Il s’agit de concevoir un tableau qui fait état des avantages et des inconvénients de chacune des options, en incluant les aspects légaux lorsque c’est approprié. Cela facilite la prise de décision, et le choix de l’option qui semble la plus avantageuse. Exemple :

+ Avantages

Option

5

- Inconvénients

Faire le bon choix et le justifier de façon appropriée

Finalement, il s’agit d’écrire son choix parmi les options citées et, en quelques lignes, d’en donner les raisons. Pour ce faire, il faut se baser sur les informations données à l’étape précédente, soit donner les principaux avantages qui ont guidé son choix et les inconvénients qui ont fait rejeter les autres options. Se demander : quel est son choix final ; quelles sont les raisons qui poussent à faire ce choix ;

Option choisie

quel est le nombre d’avantages ;

Première justification

quelle est sa capacité à payer.

Deuxième justification

Pour justifier son choix de façon appropriée, il faut se baser sur ses besoins de départ et prendre en considération son budget. On doit ensuite résumer le tout en quelques justifications distinctes, dont une qui concerne le budget.

© Éditions Grand Duc

01_4611_educ-financiere_PFLBC_F.indd 9

Merci de ne pas photocopier

Troisième justification

9

2021-06-09 10:07


Exemple d’une justification par étape : le choix d’un cégep Afin de justifier votre choix de façon appropriée, vous devez identifier votre ou vos besoins, tenir compte de votre budget, faire l’inventaire des options possibles et lister les avantages et les inconvénients de chacune des options.

1

  Mon besoin

Il est maintenant temps de choisir le cégep dans lequel je suivrai le programme qui m’intéresse, soit technique en architecture. Ce programme est offert dans un établissement sur l’île de Montréal tandis que j’habite à Vaudreuil-Dorion.

2   Mon budget

Du côté financier, je n’ai pas d’emploi, mais j’ai un compte épargne contenant quelques centaines de dollars. Mes parents ont des revenus qui leur permettent de m’aider à payer mes différents frais reliés à mes études, tels que les frais d’adhésion et de scolarité et le matériel. Si je quitte le nid familial, je dois assumer le reste.

3   Mes options

J’ai trois options. De un, dans le cas où je quitte le nid familial et que je vais en résidence à Montréal, je devrai me trouver un emploi à temps partiel. De deux, je peux demeurer à la maison familiale et emprunter le train de banlieue pour me rendre au cégep chaque jour. De trois, je peux rester à la maison et trouver un travail à temps partiel pour acheter une voiture d’occasion.

4

  Mon tableau comparatif

+ Avantages

Option Aller en résidence au cégep

- Inconvénients

Proximité du cégep

Coûts du logement

Facilité du déplacement (en cas d’urgence)

Coûts de la nourriture et des autres dépenses

Flexibilité de l’horaire

Nécessité de travailler à temps partiel

Autonomie Demeurer chez mes parents et emprunter le train de banlieue

Absence de coûts reliés au logement ou à la nourriture

Légers coûts reliés au transport

Demeurer chez mes parents et acheter une voiture d’occasion

Absence de coûts reliés au logement ou à la nourriture

Coûts reliés au transport (achat d’une voiture, essence, etc.)

Une certaine autonomie pour mes déplacements

Éloignement du cégep (en cas d’urgence)

Éloignement du cégep (en cas d’urgence) Trajet quotidien à des heures fixes

Nécessité de travailler à temps partiel Trajet quotidien et retards possibles (circulation, météo, etc.)

10

01_4611_educ-financiere_PFLBC_F.indd 10

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

2021-06-09 10:07


5   La justification appropriée de mon choix Pour justifier votre choix, il faut vous appuyer sur votre besoin préalablement identifié et sur votre budget. Pour chaque justification, il faut écrire un avantage de l’option retenue et les inconvénients des options rejetées.

Option choisie :

À la suite de mon analyse, quitter la maison familiale

D’entrée de jeu, je dois clairement identifier l’option choisie.

et louer une résidence sur le campus du cégep m’apparaît être la meilleure option, selon ma situation. Première justification :

De prime abord, cette option m’assure d’être à proximité

Je justifie l’option choisie en expliquant en quoi elle répond à mon besoin.

de mon lieu d’études, ce qui facilitera mes déplacements, notamment en cas d’urgence, et me permettra d’avoir un horaire plus flexible, sans perte de temps. J’évite ainsi les désagréments quotidiens de la circulation en voiture et je ne dépendrai pas des horaires parfois restreints des autobus ni du train de banlieue. Deuxième justification :

De plus, je développerai mon autonomie, ce que les deux autres options n’offrent pas tout à fait en habitant toujours

Je justifie l’option choisie en expliquant en quoi elle répond à mon besoin à l’aide d’un autre argument.

chez mes parents. De cette façon, j’apprendrai davantage à me débrouiller sans aide et à faire mes propres choix. Troisième justification :

Finalement, puisque mes parents m’aident avec les coûts

Je justifie l’option choisie en expliquant en quoi mon budget me permet cette option.

de mes études et que j’évite les dépenses de transport, j’ai calculé qu’en faisant attention aux dépenses non essentielles, mon budget me permet d’aller vivre en résidence étudiante sans trop accumuler de dettes d’études. Pour ce faire, je devrai travailler quelques heures à temps partiel toute l’année scolaire et à temps plein durant l’été.

© Éditions Grand Duc

01_4611_educ-financiere_PFLBC_F.indd 11

Merci de ne pas photocopier

11

2021-06-09 10:07


CONCEPT

enjeu Consommer Consommation

La consommation se rapporte à l’utilisation de biens et de services ainsi qu’à leur quantité, mais aussi aux comportements adoptés et aux choix faits par une personne ou une collectivité pour satisfaire ses besoins et ses désirs.

des biens et des services

CONCEPT Endettement C’est l’état d’une personne (ou de tout agent économique) qui est endettée, c’est-à-dire qui doit une somme d’argent, des biens ou des services à une autre personne, à une institution financière, à un organisme, etc. L’endettement va de pair avec la notion de crédit, qui permet d’emprunter de l’argent avec la promesse de le rembourser ultérieurement.

12

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 12

Épargne C’est la partie du revenu disponible d’un agent économique qui n’est pas utilisée pour faire des dépenses de consommation. Pour une personne, épargner consiste souvent à mettre de l’argent de côté en prévision d’un projet à plus long terme.

CONCEPT Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

2021-06-09 10:14


CONCEPT Pouvoir d’achat

C’est une notion dont l’objectif est de mesurer la quantité de biens et de services qu’un revenu donné permet d’acquérir, soit la capacité d’achat. Le pouvoir d’achat dépend donc à la fois du niveau de revenus des individus et des prix des biens et des services.

1 Mes désirs ou mes besoins : lesquels guident

ma consommation ?

2 Au moment de consommer, qu’est-ce qui influence

mes choix ?

3 Un budget : en ai-je vraiment besoin ? 4 Comment les prix sont-ils fixés ? 5 Payer des impôts et des taxes : à quoi ça sert ?

Prendre position

9 Suis-je capable de bien gérer le crédit ? 10 Le crédit : comment ça fonctionne ? 11 Quels sont les risques associés au crédit ?

Prendre position 12 Épargner : à quoi ça sert ? 13 Quel est mon profil pour investir ?

Prendre position

savoirs 6 Quelles sont les règles de la consommation avertie ?

7 Mes droits : qui peut les protéger ?

8 Que faut-il savoir avant de partir en appartement ?

Prendre position

© Éditions Grand Duc

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 13

Merci de ne pas photocopier

14 Comment la publicité m’influence-t-elle ?

15 Quelles sont les règles et les lois qui encadrent

la publicité ?

Prendre position

13

2021-06-09 10:14


1

Mes désirs ou mes besoins : lesquels guident ma consommation ?

Ce qu’on appelle la « société de consommation » apparaît après la Seconde Guerre mondiale. À l’époque, la croissance économique, mais aussi l’emploi, l’émergence de la publicité et l’accessibilité aux différents produits sur le marché modifient les habitudes de vie de la population et influencent son rapport avec les biens matériels. Encore aujourd’hui, la société de consommation rend disponible un très grand nombre de biens et de services qui peuvent contribuer au bien-être des consommateurs et consommatrices. Toutefois, la vigilance est de mise face à la surconsommation de produits dont on n’a pas nécessairement besoin.

Les cinq niveaux de besoins illustrés selon le modèle de Maslow

La différence entre les besoins et les désirs Besoins

s Nécessaire u o ie rv su à la e tr au bien-ê

Désirs

s, souvent Spécifique ar la société façonnés p

Pour mieux vendre leurs produits, les entreprises cherchent constamment à influencer nos désirs. De fait, on a toujours l’impression qu’il nous « manque quelque chose », même si nos besoins essentiels sont comblés. Il est donc important d’être un consommateur ou une consommatrice qui fait des choix judicieux.

La pyramide de Maslow Dans les années 1940, un psychologue américain, Abraham Maslow, a identifié cinq niveaux de besoins communs à tous les êtres humains. Il a représenté la hiérarchie de ces besoins à l’aide d’une pyramide à cinq paliers qui va des besoins physiologiques aux besoins d’accomplissement. Chaque individu chercherait à combler en premier les besoins comme boire ou manger et en dernier les besoins de s’épanouir ou de se réaliser.

14

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 14

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

2021-06-09 10:14


Les types de consommateurs et de consommatrices Les habitudes d’achat et de consommation varient d’une personne à l’autre, parfois dictées par des désirs momentanés ou liées à des sentiments. Voici quatre profils auxquels vous pourriez vous identifier.

5 Besoi

ns d’a ccom plisse S’épa ment nouir, se réa affirm liser, er de faç son ca ractèr on personn e uniq elle ue.

4 Beso

ins d’e stime Être r econn u et a être in ppréc dépe ié, ndan t.

Beso in et d’a s d’amou r ppar tenan S’inté ce g s’exp rer à un g rimer ro et pa upe, pou rtage voir r.

2 Beso

ins d e séc urité Se lo ger, ê tre en un en viron s neme anté, être nt sa ns an dans xiété .

Beso

ins p hysio Boire logiq , man ues ger, d ormi r, se vêt

ir.

Pour les quatre premiers niveaux de besoins, Maslow explique que chaque individu ressent constamment des manques (de sommeil, d’amour, de sécurité, de reconnaissance, etc.). Avec la société de consommation, il est facile de combler ce sentiment de manque en s’offrant un bien dont on n’a pas vraiment besoin, pour se consoler, se récompenser ou tout simplement se valoriser à ses propres yeux ou à ceux des autres.

© Éditions Grand Duc

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 15

Vous êtes quelqu’un de rationnel et d’intègre, et vous gardez toujours un budget serré. Vous connaissez la valeur de l’argent. Vous vous contentez de peu et vous n’hésiteriez pas à dormir sur le divan d’inconnus pour économiser durant un voyage.

Compulsif

3

1

Responsable

Merci de ne pas photocopier

Vous semblez ne jamais en avoir assez. Il vous est arrivé à quelques reprises de dépenser toutes vos économies à la vitesse de l’éclair. Vous avez d’ailleurs peut-être beaucoup de choses en plusieurs exemplaires chez vous.

Social Pour vous, consommer est un prétexte pour socialiser. Vous demandez généralement l’avis d’autrui avant d’acheter quelque chose de dispendieux. Il vous arrive de vous prendre en photo dans une cabine d’essayage et d’interroger vos amis. 

Émotif Vous consommez en fonction de vos émotions, parfois vives. Ce sont vos sentiments de bonheur, de chagrin ou de fierté qui guident vos achats. Le moindre événement (une fête, le retour à l’école, les vacances, etc.) est aussi prétexte à consommer.

+

EN SAVOIR

De plus en plus de personnes priorisent l’aspect écologique ou éthique pour guider leurs achats. Elles vont acheter des produits locaux, des aliments biologiques ou issus du commerce équitable et des articles de seconde main. Mais rien n’empêche l’achat écologique ou éthique d’être responsable, compulsif, social ou émotif !

15

2021-06-09 10:14


$ 1

Mes désirs ou mes besoins : lesquels guident ma consommation ?

Les phases du processus décisionnel

L’objectif du modèle de Engel, Kollat et Blackwell, présenté pour la première fois en 1968, est de comprendre la prise de décision liée à un achat éventuel. En ce sens, vos besoins doivent être comblés tout en étant réfléchis. Voici les phases du processus décisionnel.

Étape

Étape

Reconnaître le problème

5

Évaluer l’achat après coup

Une fois le besoin comblé, quelle est votre impression vis-à-vis de votre achat ? À cette étape, vous êtes en mesure d’effectuer une réflexion rétrospective à propos de votre achat. Cette piste de réflexion vous servira lors d’un prochain achat.

Étape

4

Faire un choix

Il est maintenant temps de procéder à l’achat. Vous passez à l’action selon les informations recueillies et le choix retenu.

16

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 16

1

Le processus d’achat commence par l’existence d’un besoin, qui résulte de l’écart entre la situation actuelle et la situation désirée. Afin de satisfaire le besoin, il importe de combler l’écart entre les deux. Vous êtes donc prêt ou prête à passer à l’acte d’achat tout en ayant conscience des stimuli internes (pyramide de Maslow) et externes (famille, amis, publicités) qui influenceront votre achat.

Étape

3

Évaluer les possibilités Après avoir recueilli différentes informations, vous voilà à l’étape d’évaluation des possibilités qui s’offrent à vous. Vos préférences serviront à orienter votre choix. Les facteurs internes et externes ont toujours un impact sur votre décision. Par exemple, si votre expérience avec la personne offrant le service n’était pas satisfaisante, il se peut que cela influence votre achat.

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

2021-06-09 10:14


La classe numérique

c

t

e

x

laclasse.grandducenligne.com

Les types d’achat L’achat routinier

Étape

2

Rechercher de l’information Peu importe la taille de l’achat, vous informer sur le produit est essentiel afin de guider vos choix. Dans un premier temps, il y a la recherche interne d’informations parmi vos expériences personnelles similaires. Dans un deuxième temps, il y a la recherche externe. Par exemple, la publicité, les impressions de votre entourage ou les commentaires des autres consommateurs sont de bons outils pour vous renseigner sur les différentes options. Il faut toutefois veiller à ne pas oublier que le but est de satisfaire un besoin.

Ce type d’achat n’implique pas nécessairement le processus décisionnel de Engel, Kollat et Blackwell. Il s’agit d’achats quotidiens ou ponctuels, tels qu’un café le matin ou un plein d’essence à la station-service du coin. Votre choix se fait en fonction des prix et des quantités.

L’achat réfléchi Lorsque vous effectuez un achat réfléchi, vous utilisez le processus décisionnel. Comme le nom de ce type d’achat l’indique, il importe que vous réfléchissiez à votre achat en prenant en considération tous les facteurs internes et externes ainsi que les avantages et les inconvénients.

L’achat impulsif Quand vient le temps de payer votre essence à la caisse, vous remarquez que votre barre de chocolat favorite est en promotion et vous en achetez. Ce type d’achat est impulsif, car votre intention d’achat de départ ne comprenait pas la barre de chocolat. La promotion aux caisses vous a attiré. Le processus décisionnel n’est nullement pris en considération dans ce type d’achat.

Main t conna enant que décisi issez le pr vous et Bla onnel de E ocessus ck we ngel, K l l , oll p des lie o ns ent uvez-vous at r et la c f ompé e ce proces aire sus qui co tence du c n son ch siste à jus ours, tifier oix pa r r un en jeu fin apport à ancie r? © Éditions Grand Duc

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 17

Merci de ne pas photocopier

17

2021-06-09 10:14


ME CONNAÎTRE Désirs ou besoins, lesquels guident votre consommation ? Remplissez le tableau suivant, et découvrez à quel moment vous êtes plus de type responsable, compulsif, social ou émotif. a) Pour chacun des produits de consommation proposés, donnez deux points à l’élément qui vous influence le plus souvent et un point à celui qui vous influence parfois au moment de faire cet achat.

Les différents types de consommateurs et de consommatrices Ce qui influence l’achat…

Responsable Cet article me sera très utile.

Le prix est raisonnable.

Compulsif C’est ce que je cherchais, je prends cet article sans me poser de questions.

Cet article est un vrai coup de cœur.

Social Mes amis et amies vont adorer cet article et peut-être même me l’envier.

Mon meilleur ami ou ma meilleure amie est avec moi et me conseille cet achat.

Émotif Je mérite de me faire plaisir.

J’ai reçu une bonne ou une mauvaise nouvelle. J’ai envie de magasiner.

d’un chandail de souliers d’un manteau d’effets scolaires d’un repas au restaurant de nourriture à l’épicerie d’un cellulaire d’une casquette ou de bijoux de billets de spectacle Total

b) À la ligne « Total » du tableau, calculez votre nombre de points. Quel type de consommateur ou de consommatrice êtes-vous ?

c) Ce résultat vous étonne-t-il ? Expliquez votre réponse.

d) Parmi les achats figurant dans le tableau ci-dessus, lesquels considérez-vous comme des besoins et lesquels considérez-vous comme des désirs ? • Besoins : • Désirs :

18

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 18

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

2021-06-09 10:14


1

Quelle est la différence entre un désir et un besoin ? Expliquez-la dans vos propres mots.

2

Observez les quatre types de consommateurs et de consommatrices décrits à la page 15. Quel est le type qui est davantage influencé par ses besoins que par ses désirs pour effectuer des achats ? Expliquez votre réponse.

3

Associez chacune des phrases suivantes à un des trois autres types de consommateurs et de consommatrices.

QUESTION

BIEN COMPRENDRE

1

a) J’achète sur le coup de l’impulsion, sans trop prendre le temps de réfléchir.

b) J’ai eu une journée difficile, je vais aller magasiner des vêtements, ça va me faire du bien.

c) Nous sommes un groupe de quatre amis et amies et notre sortie favorite est de passer la journée ensemble au centre commercial à se conseiller mutuellement.

4

Selon Maslow, la société de consommation joue souvent avec le « sentiment de manque » pour inciter à consommer davantage. a) Donnez deux exemples de stratégies utilisées par les entreprises qui illustrent cette affirmation. •

b) Donnez un exemple personnel où le « sentiment de manque » vous a incité ou incitée à consommer davantage.

© Éditions Grand Duc

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 19

Merci de ne pas photocopier

19

2021-06-09 10:14


2

Au moment de consommer, qu’est-ce qui influence mes choix ?

Les choix de chaque consommateur ou consommatrice dépendent de son âge, de son sexe et de son revenu. Ils témoignent de ce qui l’influence tout au long de sa vie : sa famille, ses amis, les modes, la culture, son milieu de travail, etc. Ces sources d’influence constituent une donnée importante à considérer dans tout choix de consommation. Pour départager ses besoins et ses désirs, il est important de se connaître !

Les sources d’influence

L’âge, le sexe, le revenu

Le contexte socioéconomique et culturel

L’âge, le sexe, le revenu et les valeurs personnelles expliquent en partie la façon dont chaque consommateur ou consommatrice réagit devant les biens et les services à sa disposition.

La classe sociale Se mesure en général à l’aide de trois critères, soit la catégorie socioprofessionnelle, le revenu et le niveau d’instruction.

Le style de vie

L’entourage Le cercle des amis et amies La famille Les collègues de travail Les amis et amies, les connaissances et les réseaux sociaux permettent de partager des expériences et des opinions qui influencent les choix de consommation.

Fait référence autant aux systèmes de croyances et aux mentalités des populations qu’à leurs centres d’intérêt et à leurs types d’activités.

La culture Englobe tous les éléments acquis et transmis par l’individu, qui lui permettent de s’adapter au monde qui l’entoure et de vivre en société.

La publicité Désigne l’ensemble des moyens utilisés pour faire connaître une marque et inciter à l’achat.

Les trois zones au sol représentent les différents types d’influence qui orientent les décisions d’une personne, soit ce qui la caractérise comme individu et l’environnement qui l’entoure.

20

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 20

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

2021-06-09 10:14


Consommer, c’est renoncer

Choisir entre différentes options

On ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre. Cette expression du 19e siècle signifie qu’on peut tout vouloir, mais qu’on ne peut pas tout avoir.

a danad ada Ca Can nada na Ca Ca

Les besoins et les désirs de chaque personne sont illimités, alors que ses ressources, comme son temps et son argent, sont limitées. Il faut alors faire des compromis et des sacrifices, c’est-à-dire des choix.

ou

Chaque individu évalue ses options de façon quotidienne, instinctivement ou systématiquement. Cette évaluation s’appelle le calcul du « coût de renonciation » ou du « coût d’option ». Le coût de renonciation à un bien, ou plus largement à une option, correspond à la valeur de la meilleure des options à laquelle on doit renoncer. Par exemple, un étudiant a le choix entre passer la soirée avec ses amis ou étudier un samedi soir. Il décide d’étudier : son coût de renonciation est alors le sacrifice de passer la soirée avec ses amis. Ce n’est pas un sacrifice monétaire, mais il a une valeur. Savoir prendre en compte le coût de renonciation en évaluant les différentes options lors de ses achats aide à prendre des décisions économiques beaucoup plus rationnelles.

+

EN SAVOIR

C’est Friedrich von Wieser, un économiste autrichien, qui introduit la notion de coût de renonciation en 1889 en publiant Der Natürliche Werth (La valeur naturelle).

A ÉMÉMAMA CINCINCINÉ

A ÉMÉMAMA CINCINCINÉ

A ÉMÉMAMA CINCINCINÉ

A ÉMÉMAMA CINCINCINÉ

A ÉMÉMAMA CINCINCINÉ

Un jeans 50 $

5 billets de cinéma 10 $ chacun

Voici une illustration du coût de renonciation dans la vie de tous les jours. Avec 50 $, pour laquelle de ces deux possibilités opter ? Dans cet exemple, le coût de renonciation au jeans correspond aux cinq films que le consommateur ou la consommatrice ne pourra pas voir, car son budget ne lui permet pas de s’offrir les deux. Avant d’acheter le jeans, la personne va évaluer si le bénéfice obtenu par l’achat de ce vêtement vaut la perte de cinq soirées au cinéma.

© Éditions Grand Duc

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 21

Merci de ne pas photocopier

21

2021-06-09 10:14


2

Au moment de consommer, qu’est-ce qui influence mes choix ?

Le temps de travail : une bonne unité de mesure

Les technologies : consommer autrement

Cher ou pas cher ? Apprécier le prix d’un bien, c’est-à-dire l’estimer ou l’évaluer, n’est pas toujours facile. Un étudiant ou une étudiante qui travaille quelques heures par semaine n’aura peut-être pas la même perception du prix d’un objet qu’une personne qui travaille à temps plein. Une façon efficace d’apprécier les prix consiste à transformer ceux-ci en heures travaillées.

En quelques années, les technologies ont bouleversé le monde de la consommation. L’achat est devenu une expérience plus individuelle avec la montée des transactions en ligne. Dans certains foyers, il y a maintenant plus d’appareils connectés que de membres de la famille ! Paradoxalement, pour certains biens ou loisirs, une nouvelle manière de consommer, centrée  sur le partage, est en train d’émerger.

Combien de temps de travail sera-t-il nécessaire pour couvrir le coût du bien désiré ? En faisant ce rapprochement, le consommateur ou la consommatrice devient apte à privilégier un achat par rapport à un autre. Par ailleurs, l’estimation du coût des biens en heures de travail l’aide à mieux comprendre la valeur en temps et en argent de ses besoins et de ses désirs.

+

Par exemple, les gens peuvent louer une propriété par l’intermédiaire de sites Internet ou même être hébergés gratuitement lors d’un voyage.

EN SAVOIR

Vous êtes la seule personne qui peut répondre à ces questions en évaluant ce à quoi vous accordez le plus de valeur. L’important est de retenir ceci : on ne peut pas toujours prendre des décisions seulement en fonction de ses désirs, on doit aussi tenir compte de ses ressources.

Mesurer ses options

de eine ine p t la ma vau ar se r a l u p e ue c eures nes po ec q e v i h a a -c Est ller 25 5 sem clette i y a t c v tra endan ne bi gné ? p er u t ga et en ach l’arg

er tes tou achet rque e s en our ne ma dép s p Je omie rs d’u arde g on lie r s éc sou n je me re de u bie s pou ur ? e i o i t , a u p f ue om une conn écon projet s n e m cer u n i f na

22

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 22

Je un préfè con re un cert o aller v nou o vea u m’ac ir uc h han eter dai l ?

Est -c au e que sala j à te ire d e reno nce m ’un p con sac s plein emplo rer à m pour m i es é tud e es ?

Ces exemples de questions permettent à la fois d’évaluer la valeur de son temps de travail et de prendre en compte le coût de renonciation.

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

2021-06-09 10:14


La classe numérique

w

t

r

u

laclasse.grandducenligne.com

S’informer avant d’acheter

La technologie, d’hier à aujourd’hui

En 2015, 40,4 % des Québécoises et Québécois âgés de plus de 18 ans déclaraient tenir compte des avis et des recommandations de leurs amis et amies ainsi que de leurs contacts sur les réseaux sociaux lorsqu’ils magasinent.

ui rd’h

ou Auj

nt Ava

Adultes tenant compte des avis et recommandations sur les médias sociaux lors du magasinage

Par tranche d’âge

45 %

18 à 24 ans

Un

r ete

en

ouv elle

re

ch d’a

è ani

63 %

25 à 34 ans

m

53 %

35 à 44 ans

44 %

45 à 54 ans

31 %

55 à 64 ans

ls

Da van t

age

de

ts dui

ne son

per

pro

65 à 74 ans

75 ans et plus

20 % 8 %

Source : « Les médias sociaux : plus présents dans le processus d’achat des Québécois », CEFRIO, [En ligne], page consultée le 12 janvier 2017.

Avec le développement des nouvelles technologies, de multiples ressources donnent de l’information ou des points de vue sur les produits : Sites Web Forums de discussion

Ma

is u ne connouv som elle me r

le de nnel e r o s è ni er ma ins p o m

Revues spécialisées Émissions d’affaires publiques

Ces trois représentations démontrent comment la technologie a imprégné le quotidien et modifié les comportements de consommation.

© Éditions Grand Duc

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 23

Merci de ne pas photocopier

23

2021-06-09 10:14


BIEN COMPRENDRE 1

Les dépenses et les revenus ne sont pas les mêmes tout au long de la vie. a) Dans le tableau ci-dessous, cochez les revenus et les dépenses qui sont, selon vous, liés à chaque période de la vie.

L’évolution des revenus et des dépenses dans le temps Catégorie

Secondaire/ DEP

Cégep/ Université

Vie active

Retraite

Principales sources de revenus Cadeaux Travail Allocation Prêts et bourses Pension de retraite

Principales dépenses Frais de scolarité Transport Loyer Nourriture Téléphone Soins personnels Vêtements Loisirs Remboursement du prêt étudiant Mariage Garderie

b) Pendant quelle période de la vie semble-t-il y avoir le plus de dépenses ? Expliquez votre réponse.

24

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 24

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

2021-06-09 10:14


QUESTION 2

Notre consommation est révélatrice de notre âge, de notre sexe, de nos revenus et de nos valeurs. Dans les exemples suivants, associez le choix fait par chaque consommateur ou consommatrice au facteur qui a influencé ce choix. a) Georges préfère payer un peu plus cher et encourager les producteurs locaux ou le commerce équitable. b) Martine, pour son travail, doit toujours avoir une allure soignée et professionnelle. Elle choisit ses vêtements avec beaucoup d’attention et n’hésite pas à dépenser un peu plus s’il le faut. c) Marie gagne un bon salaire : elle se paie un voyage dans le sud chaque année. d) Jimmy veut absolument se procurer la nouvelle console de jeux, tous ses amis lui en parlent depuis plusieurs semaines. e) Jeanne, une jeune retraitée, n’a plus besoin de sa grande maison. Elle décide de la vendre et de louer un petit logement au centre-ville.

3

2

• • • • •

• • • • •

1) Son statut professionnel

2) L’influence de ses pairs

3) Son niveau de vie

4) Son âge

5) Ses valeurs personnelles

Amélie travaille 10 heures par semaine pendant ses études et gagne un salaire horaire de 12 $. Sa mère, cadre dans une grande entreprise, gagne 60 $ de l’heure. En magasinant ensemble, elles admirent une paire de bottes à 120 $. Alors que sa mère l’encourage à l’acheter, Amélie refuse, prétextant que cet achat lui reviendrait trop cher. a) Cette paire de bottes représente combien d’heures travaillées pour chacune d’entre elles ? • Amélie : • Sa mère :

b) Comment expliquez-vous que le prix de cette paire de bottes soit perçu de manière différente par Amélie et par sa mère ?

c) Pensez-vous que le temps de travail est une bonne unité de mesure pour apprécier le prix d’un bien ? Expliquez votre réponse.

© Éditions Grand Duc

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 25

Merci de ne pas photocopier

25

2021-06-09 10:14


BIEN COMPRENDRE ( suite ) 4

Consultez la page 21 du cahier. a) Complétez le schéma suivant. Les besoins sont 

mais .

Les ressources financières sont 

On doit faire des

= .



,

et donc à d’autres options.

C’est le coût de 

.

b) Quel est le coût de renonciation dans la situation suivante ? Julie aime voyager, elle décide de garder sa vieille voiture pour pouvoir payer son prochain voyage.

c) Indiquez si les énoncés suivants sont vrais ou faux. Le coût de renonciation est important, car :

5

1) il peut nous amener à changer de décision.

Vrai

Faux

2) il permet de prendre des décisions plus rationnelles.

Vrai

Faux

3) il permet de gagner plus d’argent rapidement.

Vrai

Faux

4) il permet de connaître le temps de travail nécessaire pour acheter le bien désiré.

Vrai

Faux

Nommez un avantage et un inconvénient d’utiliser la technologie pour consommer. • Avantage :

• Désavantage :

26

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 26

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

2021-06-09 10:14


QUESTION

ME CONNAÎTRE

2

Vos besoins et désirs peuvent changer rapidement. Pour le constater, comparez vos principales dépenses d’il y a cinq ans à celles d’aujourd’hui. a) Dans la colonne Type de dépenses, inscrivez le type de dépenses que vous deviez régler il y a cinq ans et, dans la colonne Coût estimé pour l’année, indiquez la somme associée. Faites la même chose pour vos dépenses actuelles.

L’évolution de mes dépenses depuis cinq ans Mes dépenses il y a cinq ans Type de dépenses

Coût estimé pour l’année

Total

Mes dépenses aujourd’hui Type de dépenses

Coût estimé pour l’année

Total

b) Quelle conclusion tirez-vous de cette comparaison ?

c) Consultez la page 20 du cahier. Nommez les sources d’influence qui expliquent les changements dans vos habitudes de consommation entre celles d’il y a cinq ans et celles d’aujourd’hui.

© Éditions Grand Duc

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 27

Merci de ne pas photocopier

27

2021-06-09 10:14


3

Un budget : en ai-je vraiment besoin ?

« L’argent ne fait pas le bonheur », mais il peut donner un bon coup de main ! Faire un budget n’est pas un exercice aussi fastidieux qu’il y paraît. Il permet de cibler ses priorités, d’atteindre ses objectifs financiers, de prévoir les imprévus, de réduire son stress et d’éviter les conséquences d’une accumulation excessive de dettes. C’est pour ces raisons qu’il importe de connaître à la fois tous les revenus que l’on a et toutes les dépenses que l’on fait.

Les revenus Les revenus d’un adolescent ou d’une adolescente peuvent provenir d’une allocation mensuelle, de cadeaux d’anniversaire ou de récompenses pour des tâches accomplies. Certains gagnent plutôt de l’argent grâce à un travail rémunéré, en occupant un emploi à temps partiel ou en faisant des travaux moins officiels tels que le gardiennage ou la tonte de la pelouse. Dans quelques années, ce sera le salaire du métier choisi. Pour qualifier les revenus, on utilise les termes « brut » et « net ». Ce qui les différencie, ce sont les impôts et les déductions qui sont prélevés sur l’argent gagné. Le revenu brut ne tient pas compte de ces prélèvements. C’est, par exemple, le salaire total d’une personne. Quand on y soustrait les impôts et les différentes déductions, on obtient le salaire net. Ainsi, le revenu net est l’argent que l’on a concrètement dans ses poches et que l’on doit considérer dans son budget.

Faire son budget L’exercice du budget comme tel consiste à noter ses revenus et ses dépenses dans un document. On peut le concevoir à la semaine (hebdomadaire) ou au mois (mensuel). Certaines personnes pourraient aussi décider de le tenir de façon annuelle. Le budget mensuel est le plus répandu parce que la plupart des dépenses importantes se font chaque mois, comme le loyer et certaines factures. Faire un budget permet donc de connaître et de comprendre sa situation financière actuelle ou pour les mois à venir. Les dépenses que l’on fait pour répondre à ses besoins, mais aussi à ses désirs, s’additionnent rapidement. Pour s’y retrouver un peu mieux, on peut les séparer en trois catégories : fixes, variables et occasionnelles. Certains éléments peuvent changer selon la situation de la personne. Il est important de faire un budget qui correspond à ses habitudes de vie et de consommation. En voici un exemple sommaire.

28

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 28

Budget Revenus mensuels

Dépenses mensuelles fixes

Salaire net

Loyer

Allocations familiales

Téléphone

Prêts et bourses

Électricité

Autres

Chauffage Assurances

Dépenses mensuelles variables Nourriture Transport Vêtements Loisirs Pharmacie Épargne

Imprévus

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

2021-06-09 10:14


La classe numérique

3

6

s

m

laclasse.grandducenligne.com

Le budget équilibré Quel que soit le montant d’argent qu’une personne possède, il importe de tenter de maintenir un équilibre entre ses revenus et ses dépenses. Un budget est dit « équilibré » lorsque les revenus et les dépenses sont égaux. Selon les circonstances, chaque personne sera probablement, à différents moments de sa vie, dans l’une ou l’autre de ces situations. Elle s’endettera peut-être pour faire des études supérieures, pour acheter une maison ou pour se lancer en affaires. Et elle épargnera sans doute pour se procurer des biens qu’elle désire, pour faire un voyage ou pour sa retraite. L’important sera de tenter de maintenir un budget équilibré ! a

ad

n Ca

a

La planification budgétaire

ad

n Ca

nus

e Rev

a

ad

n Ca

a

ad

n Ca

s

nse

e Dép

Que se passe-t-il lorsque les dépenses sont plus lourdes (élevées) que les revenus ?

Endettement

Cette balance symbolise l’atteinte d’un équilibre budgétaire et les effets d’un déséquilibre entre les revenus et les dépenses.

Que se passe-t-il lorsque les revenus sont plus lourds (élevés) que les dépenses ?

Épargne

Les dépenses fixes Ces dépenses reviennent tous les mois, telles que le loyer, le montant des assurances, la facture d’électricité ou la facture de téléphone cellulaire. (Certaines de ces dépenses, comme la facture d’électricité, peuvent être variables si on ne choisit pas les paiements mensuels égaux.)

Les dépenses variables Ces dépenses se présentent de façon régulière, mais leur montant varie chaque fois, comme la nourriture, le transport, les vêtements et les loisirs. On peut aussi y inclure l’épargne, c’est-à-dire l’argent que l’on met de côté pour des projets à plus long terme.

Les dépenses occasionnelles Ces dépenses se présentent de façon irrégulière, telles que les soins médicaux, les cadeaux ou une réparation sur son véhicule. Ces dépenses occasionnelles peuvent toutefois être anticipées dans un budget, par exemple en accordant un montant approximatif sous l’appellation « Autres » ou « Imprévus ».

© Éditions Grand Duc

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 29

Merci de ne pas photocopier

Le revenu non consommé est la somme qui reste à la suite des paiements de toutes vos dépenses. Vous pouvez vous en servir pour épargner ou pour vous gâter !

29

2021-06-09 10:14


BIEN COMPRENDRE 1

2

Parmi les quatre propositions suivantes, entourez les deux lettres correspondant aux énoncés qui expliquent l’intérêt de faire un budget. a) C’est une comparaison entre les revenus et les dépenses.

c) C’est une façon méthodique de connaître sa situation financière.

b) C’est une méthode d’épargne.

d) C’est un résumé de ses besoins financiers.

Consultez les pages 28 et 29 du cahier. Surlignez la bonne réponse pour chacune des situations suivantes. a) De quel type de dépense est-il question dans les exemples suivants ? 1) Ce mois-ci, j’ai utilisé ma voiture presque toutes les fins de semaine pour faire de longs déplacements ; j’ai payé beaucoup plus pour l’essence que d’habitude. • Dépense variable   • Dépense occasionnelle   • Dépense fixe

2) Mon abonnement au centre de conditionnement physique me coûte 100 $ par mois. • Dépense variable   • Dépense occasionnelle   • Dépense fixe

3) Je pars en voyage avec une amie dans deux semaines ; ce n’était pas prévu, mais je peux me le permettre. • Dépense variable   • Dépense occasionnelle   • Dépense fixe b) De quel type de situation est-il question dans les exemples suivants ? 1) Mes dépenses sont bien calculées et mes revenus me permettent de toutes les couvrir. Je peux avoir un coussin de sécurité approprié en cas de besoin. • Épargne   • Endettement   • Budget équilibré 2) Je gagne 2000 $ par mois, et je me serre la ceinture pour mettre de l’argent de côté afin de partir en voyage cet été. • Épargne   • Endettement   • Budget équilibré 3) Mon travail à temps partiel me permet de gagner seulement 600 $ par mois, mais je ne souhaite pas faire davantage d’heures pour ne pas nuire à mes études. J’ai pris un prêt étudiant que je devrai rembourser après mes études. • Épargne   • Endettement   • Budget équilibré c) Le fait d’avoir un budget équilibré veut-il dire que tous les revenus sont dépensés ? Justifiez votre réponse.

30

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 30

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

2021-06-09 10:14


QUESTION

ME CONNAÎTRE

3

À l’aide du canevas ci-dessous, faites votre budget mensuel. BUDGET Vos revenus mensuels

Vos dépenses mensuelles fixes

Revenus d’emploi

$

Loyer/hypothèque

$

Allocations familiales

$

Électricité

$

Prêts et bourses

$

Cellulaire/téléphone fixe

$

Autres

$

Télévision

$

Internet

$

Prêt automobile/prêts

$

Assurances (auto, vie, etc.)

$

Cartes de crédit

$

Taxes scolaires

$

Autres

$

Total des revenus $ Revenus-dépenses = revenus non consommés

Vos dépenses mensuelles variables Total de votre revenu non consommé mensuel : $

Épicerie

$

Essence / transport en commun / immatriculation / permis

$

Loisirs

$

Vêtements

$

Autres

$

Imprévus $

Épargne $

Total des dépenses $

© Éditions Grand Duc

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 31

Merci de ne pas photocopier

31

2021-06-09 10:14


4

Comment les prix sont-ils fixés ?

Dans un système économique de marché ou mixte, le prix de vente des biens et des services est le résultat des comportements des agents économiques. Ces agents économiques sont les ménages (c’est-à-dire les foyers, représentant les personnes vivant sous un même toit), les entreprises et les administrations publiques (c’est-à-dire les différents paliers de gouvernement).

Le marché, la demande et l’offre Il existe un très grand nombre d’endroits où les consommateurs et consommatrices peuvent se procurer les biens et les services qui viendront combler leurs besoins et leurs désirs. Qu’ils soient physiques, comme un centre commercial, ou virtuels, comme une page Web, ces lieux d’échanges entre personnes qui vendent et qui achètent s’appellent des « marchés ». Les marchés mettent en contact des acheteurs et acheteuses, qui effectueront la demande, et des vendeurs et vendeuses, qui fourniront l’offre. Ils rendent donc possible la réalisation d’échanges de biens et de services.

L’offre et la demande : un exemple de la vie quotidienne

Les acheteurs

Les vendeurs

créent la demande.

créent l’offre.

Les marchés peuvent être physiques :

peuvent être virtuels :

Centres commerciaux

Catalogues

Épiceries

Petites annonces

Marchés aux puces

Infopublicités

Ventes-débarras

Sites de vente en ligne

Bourse

Sites de vente d’articles d’occasion entre particuliers

L’offre

32

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 32

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

2021-06-09 10:14


Les principes de l’offre et de la demande Les graphiques suivants expliquent la relation qui existe entre l’offre et la demande à l’aide d’un exemple avec les muffins d’une cafétéria. Il y a, d’un côté, les étudiants et étudiantes ainsi que le personnel de l’école qui peuvent vouloir acheter une collation et, de l’autre côté, la cafétéria qui produit et vend les muffins. La demande et l’offre de marché sont les résultats des comportements individuels des acheteurs et des vendeurs. Le vendeur préfère vendre son produit à un prix élevé pour faire un gain qui compensera les efforts mis dans la production de ce bien et pour être en mesure de payer tous les éléments entrant dans la production (les matières premières, la main-d’œuvre, etc.). De son côté, l’acheteur préfère payer un prix faible pour le produit, car plus le prix d’un bien est faible, plus le pouvoir d’achat d’un revenu donné est élevé. Cela signifie que le même revenu permet d’acheter des quantités plus élevées du bien. De même, plus le prix d’un bien est faible, moins grand est le coût de renonciation, car pour acheter une même quantité du bien maintenant, il faut renoncer à une quantité inférieure des autres biens ou options. L’acheteur considère d’ailleurs toutes les autres options qui s’offrent à lui. Par exemple, au moment d’acheter un muffin, il a la possibilité de garder son argent pour un autre achat qui comblera ses besoins ou ses désirs.

Courbe d’offre de marché

Courbe de demande de marché

Prix d’un muffin ($)

Prix d’un muffin ($)

A

A

5

5

4

4

3

3

2

2

B

1

1

B

0

1

2

3

4

Quantité offerte de muffins

5

Barème d’OFFRE de muffins Prix Quantités offertes

0 $ 0

1 $ 2

0

1

2

3

4

Quantité demandée de muffins

5

Barème de DEMANDE de muffins 2 $ 3

4 $ 4

5 $ 5

A Plus le prix unitaire d’un muffin augmente, plus le vendeur sera ­disposé à en vendre une grande quantité.

B Inversement, plus le prix unitaire du muffin diminue, moins le vendeur sera disposé à en vendre une grande quantité.

Prix Quantités demandées

0 $

1 $

2 $

4 $

5 $

Autant que l’acheteur pourra en transporter !

5

3

1

0

A Plus le prix unitaire d’un muffin augmente, moins le consommateur sera disposé à en acheter une grande quantité.

B Inversement, plus le prix unitaire du muffin diminue, plus le consommateur sera disposé à en acheter une grande quantité.

L’offre :

La demande :

c’est la quantité totale d’un produit que les vendeuses et vendeurs sont disposés à offrir pour chaque prix possible.

c’est la quantité totale d’un produit que les consommatrices et consommateurs sont disposés à acheter pour chaque prix possible.

© Éditions Grand Duc

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 33

Merci de ne pas photocopier

33

2021-06-09 10:14


4

Comment les prix sont-ils fixés ?

L’équilibre de marché et la détermination du prix Le marché d’un bien ou d’un service est en équilibre quand les intentions d’achats des acheteurs et acheteuses égalent les intentions de ventes des vendeurs et vendeuses. Le prix d’équilibre est celui qui égalise la demande et l’offre. Au prix d’équilibre, les choix des agents économiques sont compatibles. Ni la personne qui vend, ni celle qui achète ne veulent changer leur comportement. Tant que le prix d’équilibre n’est pas atteint, il existe soit une demande excédentaire, soit une offre excédentaire. Il faudra alors soit élever, soit baisser le prix.

L’équilibre de marché : un exemple de la vie quotidienne Sur le graphique ci-dessous, l’équilibre se trouve à l’intersection des courbes de demande et d’offre. Dans cet exemple, le prix sera de 2 $ pour chaque muffin et la quantité achetée par l’acheteur moyen sera de 3 muffins.

Équilibre de marché Prix d’un muffin ($)

5

Offre

4

Si le prix est fixé au-dessus du prix d’équilibre, la quantité offerte sera plus grande que la quantité demandée, et il y aura un surplus du bien sur le marché.

A

3

2

Si le prix est fixé sous le prix d’équilibre, la quantité demandée sera plus grande que la quantité offerte, et il y aura une pénurie du bien sur le marché.

Demande 1

0

1

Prix Quantités demandées Quantités offertes

2

0 $ Beaucoup ! 0

4

3

1 $ 5 2

2 $ 3 3

Quantité demandée de muffins

5

4 $ 1 4

5 $ 0 5

A Le prix d’équilibre est atteint lorsque la quantité demandée et la quantité offerte sont égales.

34

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 34

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

2021-06-09 10:14


La classe numérique

x

d

t

u

laclasse.grandducenligne.com

Les déplacements de la demande ou de l’offre et les changements de prix Certains facteurs peuvent modifier les intentions des vendeurs ou des acheteurs, et déplacer un équilibre de marché. C’est généralement ce qui explique les fluctuations de prix sur les marchés. Parmi les facteurs affectant la courbe de demande des acheteurs, on peut citer : Le revenu des consommateurs et consommatrices (soit une variation de salaire)

Augmentation de la demande de cornets de crème glacée Prix du cornet ($)

Les goûts et les préférences

Offre

Les prix des produits substituts Les anticipations des acheteurs concernant l’avenir

400

Le nombre d’acheteurs présents sur le marché

350

Le prix du cornet augmente.

Exemple Un été est particulièrement chaud. Pour se rafraîchir, un grand nombre de personnes consomment de la crème glacée. Pour chaque niveau de prix, il y a un plus grand nombre d’acheteurs désirant se procurer des cornets de crème glacée. La courbe de demande se déplacera donc vers la droite.

Nouvel équilibre

Équilibre Initial Demande finale Demande initiale

0

100

Quantité de cornets

170

La quantité de cornets vendus augmente.

Le résultat de cette augmentation de la demande sera un prix plus élevé pour les cornets de crème glacée.

Parmi les facteurs affectant la courbe d’offre des vendeurs, on peut citer :

Diminution de l’offre de cornets de crème glacée

Le prix des facteurs de production (les salaires, les matériaux, les ingrédients, le gaz, l’électricité, etc.)

Prix du cornet ($) Offre finale

La technologie de production Les anticipations des vendeurs concernant l’avenir Le nombre de vendeurs présents sur le marché

Offre initiale

Nouvel équilibre Équilibre Initial

400 350

Exemple Le prix du lait augmente. Le lait étant un ingrédient important dans la production de la crème glacée, le coût de production de celle-ci augmentera. Comme les gains faits par les vendeurs diminueront pour chaque niveau de prix, ceux-ci vont réduire les quantités produites : la courbe d’offre se déplacera vers la gauche.

© Éditions Grand Duc

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 35

Merci de ne pas photocopier

Le prix du cornet augmente.

0

Demande

Quantité de cornets La quantité de cornets vendus diminue.

100

170

Le résultat de cette diminution de l’offre sera un prix plus élevé pour les cornets de crème glacée.

35

2021-06-09 10:14


BIEN COMPRENDRE 1

Remplissez le tableau ci-dessous en indiquant si le scénario décrit une situation de pénurie, de surplus ou d’équilibre. Scénario

Demande

Offre

=

Situation

1

2

3

4

5

6

7

8

9

2

Qu’advient-il du prix : a) du sirop d’érable, si la quantité offerte sur le marché diminue après un printemps trop court ?

b) des crèmes solaires, si la crainte d’un cancer de la peau incite les vacanciers et vacancières à en augmenter grandement la consommation ?

36

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 36

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

2021-06-09 10:14


QUESTION

ME CONNAÎTRE

4

Expliquez chacune des situations suivantes à l’aide des principes de l’offre et de la demande.

SUPER VENTE

a) Vous êtes dans un supermarché et, à votre grande surprise, il y a une vente incroyable sur le jus de fruits de votre marque préférée. Au bout d’une allée, un très grand nombre de caisses de jus sont accompagnées de l’affiche ci-contre. L’offre étant de

1 $

Jus seulement

que la demande, le supermarché se trouve en situation et doit

son prix

.

b) Vous partez en voyage et vous magasinez les billets d’avion. Vous constatez que les départs sont toujours plus chers les jeudi, vendredi et samedi que les lundi, mardi et mercredi. Comme il y a plus de gens qui voyagent à la fin de la semaine, la demande est ce qui crée un phénomène de

et fait

, les prix.

c) La dernière console de jeux à la mode est sortie au mois de novembre et les magasins ne les reçoivent qu’au compte-gouttes. Les gens font la file le matin pour espérer mettre la main sur un de ces appareils. La demande étant forte, surtout à l’approche du temps des fêtes, la compagnie crée un phénomène de rareté en effet une

la

d’appareils disponibles. Cela aura pour

des prix.

d) À la boulangerie du coin, la baguette de pain est délicieuse et se vend à un prix raisonnable. Le boulanger réussit à vendre une quantité tout à fait acceptable et il en manque rarement : tous les clients et clientes qui en veulent réussissent généralement à en avoir une.

e) Vous voulez vendre votre vélo de montagne sur un site Internet de vente de produits usagés. Vous décidez d’afficher votre vélo à 250 $. Après trois semaines, vous n’avez obtenu aucune réaction et vous commencez à vous décourager.

© Éditions Grand Duc

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 37

Merci de ne pas photocopier

37

2021-06-09 10:14


5

Payer des impôts et des taxes : à quoi ça sert ?

Les services collectifs, comme les soins de santé, l’éducation, la construction ou l’entretien des routes, des ponts et d’autres infrastructures publiques, ainsi que les services de police et d’incendie sont financés par les taxes et les impôts. Mais sur quoi paie-t-on des impôts et des taxes, et pourquoi ?

Les types d’impôts et de taxes que l’on paie Les personnes qui paient des impôts sont appelées des « contribuables », qui ont la responsabilité de déclarer leurs revenus et de payer leurs impôts à temps. Au Québec, les contribuables doivent remplir deux déclarations d’impôt, l’une fédérale et l’autre provinciale. Contribuable ou non, tout consommateur ou toute consommatrice doit payer des taxes lors de l’achat de certains biens et services. Certains impôts et taxes sont payables chaque année, comme les taxes municipales et scolaires ou le renouvellement du permis de conduire et celui de l’immatriculation.

Quand on travaille Les impôts provincial et ­fédéral sur le revenu d’emploi et sur les autres revenus Les cotisations aux régimes de sécurité sociale, comme l’assurance-­emploi (AE), le Régime de rentes du Québec (RRQ) et le Régime québécois d’assurance parentale (RQAP)

+

Quand on achète des biens et des services Les taxes de vente, comme la taxe sur les produits et services (TPS) et la taxe de vente du Québec (TVQ) Les droits de douane ou les tarifs douaniers imposés sur certains produits importés et exportés Les autres taxes sur le tabac et sur l’alcool, appelées « droits d’accise »

Quand on conduit Le renouvellement du permis de conduire Le renouvellement de l’immatriculation du véhicule La taxe fédérale d’accise sur l’essence et, au Québec, la taxe sur les carburants

Quand on est propriétaire Les taxes municipales Les taxes scolaires

Taxe d’accise : impôt indirect perçu par les gouvernements sur certains produits de consommation, par exemple l’essence et les produits du tabac.

EN SAVOIR

Un peu d’histoire. En 1789, l’homme politique américain Benjamin Franklin a écrit que « rien en ce monde n’est certain, sauf la mort et les impôts ». À la même époque, les principales sources de revenus du gouvernement canadien étaient plutôt les droits de douane sur les marchandises importées, les tarifs postaux et les taxes d’accise sur les alcools et les fourrures. L’impôt sur le revenu était perçu à l’échelle provinciale seulement, comme le voulait l’Acte de l’Amérique du Nord britannique, à l’origine de la Constitution canadienne.

38

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 38

La première loi fédérale relative à l’impôt sur le revenu a vu le jour pendant la Première Guerre mondiale, alors que le gouvernement canadien cherchait de nouvelles sources de liquidités pour financer l’effort de guerre. Cette mesure devait être temporaire et la loi, abolie dès la fin de la guerre. Il n’en fut rien, puisque l’impôt sur le revenu se révéla être beaucoup plus lucratif que les droits de douane et les taxes d’accise.

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

2021-06-09 10:14


Les fonctions des impôts et des taxes Il est normal de se demander ce que devient et où va l’argent payé en impôts et en taxes. Il sert à financer l’ensemble des programmes et des services collectifs fournis par les administrations fédérales, provinciales, territoriales et municipales. Les gouvernements s’en servent également pour mieux redistribuer la richesse entre les habitants et habitantes. Au Canada, le gouvernement fédéral est responsable d’un grand nombre de domaines touchant la finance et l’économie, alors que les provinces sont responsables d’autres domaines. Ce partage des compétences est l’une des caractéristiques principales du fédéralisme canadien et a été décidé lors de la création du Canada en 1867.

La distribution des dépenses gouvernementales

Au Canada 15 %

Au Québec 30 %

11 % 11 %

10 %

4 % 59 %

22 %

Transfert aux particuliers et aux autres administrations publiques (provinciales, territoriales, régionales et municipales) Frais de la dette publique

Défense nationale et sécurité publique

Sociétés d’État

Autres dépenses de fonctionnement

Les prestations versées aux personnes aînées constituent la plus importante composante des transferts aux particuliers, à laquelle s’ajoutent les prestations d’assurance-emploi et les allocations pour enfants. Le gouvernement fédéral verse aussi, entre autres, des transferts aux provinces et aux territoires pour financer des programmes de santé, des programmes sociaux ainsi que, notamment, l’éducation postsecondaire.

38 %

Santé et services sociaux

Éducation et culture

Autres ministères

Service de la dette

La grande majorité des dépenses effectuées par le gouvernement du Québec, soit environ 60 % de ses dépenses totales, sont faites dans les domaines de la santé et des services sociaux ainsi que de l’éducation et de la culture. Source : « Budget 2016-2017 », Ministère des Finances du Québec, [En ligne], page consultée le 16 janvier 2017.

Source : « Le budget 2016 », Gouvernement du Canada, [En ligne], page consultée le 16 janvier 2017.

Chaque année, les gouvernements doivent débourser de l’argent pour honorer leur dette (ou « dette publique »), qui s’élève chacune à plusieurs milliards de dollars. La dépense attribuée pour le « service de la dette » dans le budget du gouvernement du Québec correspond au montant des intérêts qu’il doit payer sur sa dette. La variation des dépenses accordées par année dépend donc des taux

© Éditions Grand Duc

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 39

Merci de ne pas photocopier

d’intérêt en vigueur. Le gouvernement du Canada définit quant à lui les « frais de la dette publique » par les intérêts sur la dette et sur les régimes de retraite et autres comptes ainsi que par l’amortissement de primes et escomptes à l’émission de la dette et les frais de services et coûts d’émission de nouveaux emprunts.

39

2021-06-09 10:14


5

Payer des impôts et des taxes : à quoi ça sert ?

La facture d’épicerie : des produits taxés et non taxés Les produits alimentaires de base ne sont pas taxés : la viande, y compris les viandes préparées et les saucisses ; les céréales ; les fruits et légumes ; les œufs ; le pain ; le poisson ; les produits laitiers. Plusieurs produits ne sont pas taxés s’ils sont vendus dans certains formats : les produits de boulangerie sucrés vendus par six ou plus ; les contenants d’au moins 500 ml de crème glacée ; les contenants de plus de 600 ml de jus de fruits (et comprenant au moins 25 % de jus de fruits naturel), de jus de légumes ou d’eau non gazéifiée.

+

EN SAVOIR

Les produits alimentaires préparés spécialement pour les bébés ne sont pas taxés non plus.

Certains produits alimentaires sont taxés : les plats préparés ; les boissons alcoolisées, chaudes (café, thé, etc.) ou gazeuses ; les friandises et tout ce qui se grignote (croustilles, maïs soufflé, etc.). Les lettres FP à côté de certains montants indiquent les éléments qui sont taxables au fédéral (la TPS s’applique) et/ou au provincial (la TVQ s’applique). Les sacs en plastique sont taxés.

É P IC E R IE

$4,19 $0,75

Soupe en boîte Sauce tomate Sauce tomate Sac plastique

$0,75 $0,20 FP

4@ 1/$0,05 usse

$3,59 $3,29

Jus de pamplemo Jus d’orange LAIT 3,25% PUR DESSERT CHOC N

$2,75 $2,69 $2,69 $0,79

DESSERT CHOC N PITA BLANC MILIA

V IA N D E

$3,19 $6,29 FP

JAMBON BLANC Combo sushis

Poisson blanc aux poulet Rouleaux impéri

F R U IT S/L

ÉGUMES

GE SERRE POIVRON ORAN 11,00 / kg @ $ kg 30 0,2 PEPIN RAISIN RGE S 9 / kg 0,835 kg @ $5,4

COUL 1LB CAROTTE NANT ,00 $5 1 @ 2/  Avocat

$4,49 $2,99 FP $2,53 $4,58

$2,50 $3,99

$3,99 PATATES $3,99 ES UG RO S FR AMBOISE $3,99 OR ANGE CHOU-FLEUR $3,41 Haricots verts $2,54 HINI COUR GE ZUCC $2,17 BANANE kg / 4 1,7 1,245 kg @ $

Produit taxé

$1,69 454 g Salade de chou $0,99 CS AN BL NS NO CHAMPIG

BOULANG

E R IE

3 chocolatines sins 6 brioches aux rai

TAL SOUS-TO TPS (5%) TVQ (9,975%)

TOTA L

$3,99 FP $5,99

$81,36 $0,67 $1,34

$83,37

Produit non taxé

40

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 40

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

2021-06-09 10:14


La classe numérique

w

q

p

k

laclasse.grandducenligne.com

Les taxes sur les transports et les véhicules Les consommateurs et consommatrices ne paient pas de TPS ni de TVQ pour les transports en commun (métro, bus) et les passages de traversier au Québec. En revanche, ils paient les deux taxes sur tous les autres services de transport de passagers (autocar, avion, train). Les trajets en taxi sont taxés, mais le prix de la course inclut déjà ces taxes.

Les taxes à payer à l’achat d’une voiture On ne paie pas exactement les mêmes taxes à l’achat d’un véhicule neuf et d’occasion.

Pour les voitures neuves :

Pour les voitures d’occasion :

TPS

TPS

TPS

TVQ

Les taxes dans le domaine de la santé La plupart des services de santé fournis au Québec ne sont pas taxés, comme les consultations médicales ou dentaires, le transport en ambulance, les services infirmiers, les soins à domicile et les visites chez l’optométriste, le ou la psychologue et l’ortho­phoniste. Toutefois, les services chirurgicaux ou dentaires réalisés pour des raisons esthétiques sont taxés. Les médicaments sont taxés, sauf s’ils sont prescrits par des professionnels de la santé (soit vendus sur ordonnance). Les pompes et les seringues à perfusion d’insuline, les appareils de mesure de la glycémie, les appareils orthodontiques et auditifs ne sont jamais taxés. Les appareils pour le traitement de l’asthme ou les chaussures orthopédiques vendus sur ordonnance ne sont pas taxés.

© Éditions Grand Duc

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 41

Merci de ne pas photocopier

+

EN SAVOIR

Quelques exemples de biens ou de services, et les taxes qui s’appliquent : Livre :

TPS TVQ

Transport scolaire :

TPS TVQ

Cours de sport ou activité de loisir : Boissons alcoolisées : Carburant :

TPS

TPS TVQ

TPS

TVQ

TVQ Taxe spécifique du Québec

Taxe fédérale d’accise Taxe sur les carburants du Québec Taxe pour le financement du transport en commun dans le Grand Montréal

41

2021-06-09 10:14


BIEN COMPRENDRE 1

Remplissez le texte à trous suivant. Les taxes permettent de financer les

et de

la richesse à l’intérieur d’un même pays. Les contribuables sont les gens qui paient . Au Québec, ils doivent remplir

des déclarations de revenus (ou d’impôt).

Tous les consommateurs et consommatrices doivent aussi payer des à l’achat de

. Les deux taxes en matière de consommation les plus (TPS), qui est de gouvernance fédérale, et

répandues sont : la

(TVQ), qui est de gouvernance provinciale. Lorsqu’on est propriétaire,

la on doit aussi payer chaque année les taxes 2

et

.

Les gouvernements utilisent les taxes pour financer les services collectifs et redistribuer la richesse. Parmi les dix exemples de services offerts par les gouvernements, précisez le principal objectif poursuivi. Service offert par les gouvernements 1

Allocations familiales

2

Soins de santé

3

Éducation

4

Routes, aqueducs et autres infrastructures publiques

5

Aide sociale

6

Services de police et d’incendie

7

Programmes sociaux destinés aux personnes aînées

8

Aide internationale

9

Prestation de sécurité de la vieillesse

10

Assurance-emploi

42

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 42

Objectif poursuivi

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

2021-06-09 10:14


QUESTION 3

Qui suis-je ? Dans les exemples suivants, associez chaque taxe ou impôt à sa définition en inscrivant le numéro dans la case. 1) Les droits d’accise

a) Je suis une taxe calculée sur la valeur des biens et des services achetés au Canada.

b) Je suis une taxe calculée sur la valeur des biens et des services achetés au Québec.

2) L’impôt sur le revenu

c) Je suis une taxe sur les produits du tabac, de l’alcool et des carburants.

3) La taxe de vente du Québec (TVQ)

d) Je suis une taxe payée à la municipalité par le ou la propriétaire d’un terrain ou d’une maison en fonction de la valeur de cette propriété.

4) L’impôt sur les sociétés

e) Je suis une taxe payée à la commission scolaire par le ou la propriétaire d’un terrain ou d’une maison en fonction de la valeur de cette propriété.

5) La taxe sur les produits et services (TPS)

f) Je suis un impôt payé par les particuliers sur les revenus gagnés au pays durant une année.

6) La taxe scolaire

g) Je suis un impôt payé sur les bénéfices déclarés par les sociétés.

4

5

7) La taxe municipale

À partir du mode de calcul ci-dessous, donnez le montant total de chaque achat en calculant les deux taxes. Montant sans taxes

+

a) 19,99 $

+

+

=

b) 50,00 $

+

+

=

c) 200,00 $

+

+

=

d) 1000,00 $

+

+

=

e) 9000,00 $

+

+

=

© Éditions Grand Duc

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 43

TPS (5 %)

Merci de ne pas photocopier

+

TVQ (9,975 %)

=

Montant avec taxes

43

2021-06-09 10:14


BIEN COMPRENDRE ( suite ) 5

Quelles sont les taxes qui doivent être payées par les consommateurs et consommatrices pour les biens ou services suivants ? Bien ou service 1

Livres

2

Véhicules neufs

3

Véhicules usagés

4

Médicaments délivrés sur ordonnance

5

Médicaments en vente libre en pharmacie

6

Chirurgie esthétique

7

Services dentaires (nettoyage, plombage, etc.)

8

Produits alimentaires de base (lait, pain, fruits, œufs, etc.)

9

Aliments ou boissons au distributeur

10

Pâtisseries en quantité inférieure à 6

11

Passe d’autobus

12

Préparation de lait en poudre pour les nourrissons

13

Thé en feuilles ou en sachets, café moulu ou en grain

14

Thé ou café dans un restaurant

15

Portion de moins de 500 ml de yogourt glacé

16

Bière et vin

17

Jus de fruits en portion de 2 L

18

Jus de fruits en portion individuelle (moins de 600 ml)

19

Services d’enseignement

20

Repas pris à la cafétéria d’une école secondaire

21

Billets de spectacle

22

Billets d’un spectacle amateur (sans rémunération)

23

Course en taxi

24

Produits ménagers (savon, produit nettoyant, etc.)

25

Journaux, revues

26

Vêtements

27

Repas au restaurant

44

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 44

TPS

TVQ

Merci de ne pas photocopier

Autre (préciser)

© Éditions Grand Duc

2021-06-09 10:14


QUESTION

ME CONNAÎTRE 1

5

En dehors de vos achats de base prévus dans votre budget, vous avez fait quelques dépenses supplémentaires ce mois-ci. a) Calculez les taxes sur vos achats faits au Québec.

Produit acheté ou service payé

Montant de la TPS

Montant avant les taxes

Une paire de jeans

100,00 $

Une tablette électronique

298,99 $

Un nettoyage annuel chez le dentiste

114,25 $

Un roman

30,99 $

(taux de la TPS :

Montant de la TVQ  %)

Total avec les taxes

(taux de la TVQ :  %)

b) À combien s’élève le total de vos dépenses supplémentaires du mois ? c) Dans vos prévisions budgétaires, il est important de prendre en considération les taxes. À combien s’élève le montant que vous devriez avoir prévu pour couvrir les taxes s’appliquant aux achats ci-dessus ? 2

Lors de la projection d’un film, vous apportez votre collation. Auparavant, vous vous rendez à l’épicerie et il vous reste exactement 5 $ dans vos poches pour vous acheter une collation. Parmi les produits suivants, lesquels pouvez-vous acheter ? Expliquez votre réponse. b)

a)

5,00 $

© Éditions Grand Duc

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 45

Merci de ne pas photocopier

c)

1,25 $

3,50 $

2,25 $

2,75 $

45

2021-06-09 10:14


PRENDRE POSITION RÉACTIVATION DES CONNAISSANCES 1

Il n’est pas toujours facile de départager ses besoins de ses désirs. Un achat dicté par un besoin peut parfois être effectué pour combler un désir au moment de consommer. Pour chaque situation, distinguez le besoin du désir. a) Pour son lunch, Mathis achète des muffins aux pépites de chocolat. • Besoin : • Désir :

b) Annabelle veut acheter un manteau d’hiver de la marque à la mode cette année. • Besoin : • Désir :

c) Lucas s’achète un savon pour le corps de la même marque et de la même fragrance que son parfum préféré. • Besoin : • Désir :

2

Vous souhaitez acheter un ordinateur portable, mais vous ne savez pas quel modèle choisir. Quelles personnes pourriez-vous consulter ? Que leur demanderiez-vous ?

3

Une blogueuse mode célèbre âgée de 20 ans vante dans une vidéo un nouveau produit révolutionnaire pour les cheveux frisés. Elle l’a testé et affirme que les résultats sont spectaculaires. Cette source vous semble-t-elle fiable ? Justifiez votre réponse.

46

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 46

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

2021-06-09 10:14


4

Annie projette d’acheter un nouveau mobilier pour sa chambre. Elle hésite entre deux modèles qui répondent à ses besoins. Un modèle est beaucoup plus dispendieux que l’autre. Elle aimerait vraiment se le procurer, car le style de ce mobilier risque de moins se démoder et elle pourrait alors l’apporter en appartement lorsqu’elle déménagera. Toutefois, elle n’a pas l’argent pour se le procurer et elle ne sait pas si elle a assez d’économies et de revenus à venir pour l’acheter à tempérament, type de crédit qui permet le remboursement par mensualités. Dans un premier temps, que devrait faire Annie ? Justifiez votre réponse.

5

Pour chaque situation, décrivez l’offre (elle augmente, diminue ou reste stable) et la demande (elle augmente, diminue ou reste stable). a) Une vedette de la chanson très populaire décède tragiquement dans un accident de voiture, ce qui entraîne une hausse de la vente des produits à son effigie. Plusieurs personnes ont même dû débourser plus que le prix initial pour se procurer l’objet de leur choix.

b) La météo n’a pas été favorable aux producteurs de sirop d’érable cette année. Plusieurs n’ont pu produire la moitié de ce qui était prévu. Chez certains distributeurs, peu de produits de l’érable seront sur leurs tablettes.

6

Florence et cinq de ses amies partent jouer au tennis. En se rendant au terrain de tennis, Florence doit acheter un jus de fruits pour elle et chacune de ses amies. Elle hésite à savoir quelle option serait la moins dispendieuse : devrait-elle acheter un contenant individuel de jus par personne au coût de 0,90 $ chacun ou une bouteille de 1,5 L au coût de 5,70 $ qu’elles pourraient toutes partager ? Justifiez votre réponse.

© Éditions Grand Duc

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 47

Merci de ne pas photocopier

47

2021-06-09 10:14


PRENDRE PRENDREPOSITION POSITION( suite ( suite) ) JUSTIFICATION APPROPRIÉE DU CHOIX Dans la dernière année, avez-vous consommé de façon responsable, en fonction de vos besoins et de votre budget ? Choisissez trois achats importants que vous avez effectués. 1

Cerner la situation a) Pour chacun des trois achats choisis, répondez aux questions suivantes. 1) Combien vous a-t-il coûté ?

Achat 1

Achat 2

Achat 3

Achat 2

Achat 3

Achat 2

Achat 3

2) Le bien était-il en solde ?

Achat 1

3) Utiliserez-vous cet achat pendant plusieurs années ?

Achat 1

b) Pour chaque achat, précisez si les énoncés ci-dessous s’appliquent.

2

Achat 1 Achat 2 Achat 3

1) Cet achat m’a permis de combler un besoin.

2) Cet achat m’a permis de combler un désir.

3) Mon revenu me permettait de faire cet achat.

4) Mon revenu ne me permettait pas de faire cet achat.

5) Cet achat était prévu dans mon budget.

6) Cet achat n’était pas prévu dans mon budget.

7) Cet achat est compris dans mes dépenses fixes.

8) Cet achat est compris dans mes dépenses variables.

9) Cet achat était assujetti à la TPS et à la TVQ.

10) Cet achat n’était pas assujetti à la TPS et à la TVQ.

11) J’ai oublié de prévoir les taxes sur cet achat, et le coût a dépassé mes attentes.

Examiner les options Pour chaque achat, précisez si les énoncés ci-dessous s’appliquent.

Achat 1 Achat 2 Achat 3

1) Le prix de mon bien s’explique par une offre plus généreuse que la demande.

2) Le prix de mon bien s’explique par une demande plus généreuse que l’offre.

3) Le prix de mon bien était raisonnable, reflétant un équilibre entre la demande et l’offre.

48

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 48

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

2021-06-09 10:14


3

Considérer les aspects légaux Pour chaque achat, précisez si les énoncés ci-dessous s’appliquent.

4

1) J’ai pris des renseignements sur la garantie liée à ce produit.

2) J’ai pris connaissance de la politique d’échange et de remboursement du produit.

Relativiser sa position Pour chaque achat, précisez si les énoncés ci-dessous s’appliquent.

5

Achat 1 Achat 2 Achat 3

Achat 1 Achat 2 Achat 3

1) Mon âge a influencé cet achat.

2) Mon sexe a influencé cet achat.

3) Mes parents ont encouragé cet achat.

4) Mes amis ou amies ont encouragé cet achat.

5) Mes valeurs ont influencé cet achat.

6) Les nouvelles technologies ont influencé cet achat.

7) La publicité a influencé cet achat.

8) J’ai consulté des ressources qui présentaient de l’information ou des points de vue sur mon bien avant de l’acheter.

Prendre position a) Lequel de vos trois achats était le plus responsable en fonction de vos besoins et de votre budget ? Justifiez votre réponse à l’aide d’énoncés provenant des numéros 1 à 4.

b) Lequel de vos trois achats était le moins responsable en fonction de vos besoins et de votre budget ? Justifiez votre réponse à l’aide d’énoncés provenant des numéros 1 à 4.

© Éditions Grand Duc

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 49

Merci de ne pas photocopier

49

2021-06-09 10:14


6

$ $

Quelles sont les règles de la consommation avertie ?

$ $

Avant de se procurer un produit ou un service, il est important de s’assurer qu’il ne nous réservera pas de mauvaise surprise. Tout ce qui semble trop beau pour être vrai est souvent… trop beau pour être vrai. La meilleure protection du consommateur ou de la consommatrice est de prendre des décisions d’achat éclairées en connaissant ses droits.

Les cinq conseils de base au moment de faire un achat

Conseil no 1 : ÉVALUER LES BESOINS ET FAIRE UN BUDGET

Des organismes offrent gratuitement des services de consultation budgétaire. Ils aident à établir un budget et donnent des conseils pour régler d’éventuels problèmes financiers.

Conseil no 2 : PRENDRE LE TEMPS DE RÉFLÉCHIR AVANT D’ACHETER Demander conseil à ses proches. Comparer les offres de différents commerces. Poser des questions aux vendeurs et vendeuses. Lire attentivement la documentation liée au bien ou au service (information dans le site Web du commerce, publicité, contrat, etc.).

Conseil no 3 : CONNAÎTRE LES GARANTIES LÉGALES

A CHE TER

AVEC

VIGI LANCE

Tout bien acheté dans un commerce est déjà couvert par des garanties prévues par la loi, qui prévoient entre autres que le bien doit pouvoir servir à son usage normal pendant une durée raisonnable. Il est important de s’en souvenir avant de payer pour une garantie supplémentaire (parfois appelée « garantie prolongée »). La loi prévoit aussi que le commerçant ET le fabricant du bien sont tenus de respecter les garanties légales. Le consommateur ou la consommatrice a le choix, pour faire respecter ces garanties, de s’adresser à l’un ou à l’autre, ou aux deux.

$

Source : Office de la protection du consommateur, [En ligne], site Internet consulté le 18 janvier 2017.

50

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 50

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

2021-06-09 10:14


Les règles sur l’affichage des prix des biens et services

$

Au Québec, l’affichage des prix des biens et services est strictement réglementé afin de protéger les consommateurs et consommatrices. De façon générale, le prix doit être indiqué sur chaque produit ou chaque emballage de produit en vente dans un commerce. Parfois, cela n’est pas possible, comme pour les aliments vendus en vrac, les biens non emballés qui doivent être pesés ou mesurés (comme les fruits ou les planches de bois), les biens rangés dans un présentoir fermé ou derrière un comptoir, les biens de moins de 0,60 $ ou trop petits pour qu’on y indique lisiblement le prix. Les prix ne sont pas obligatoires non plus sur les plantes, les arbres et les fleurs.

$

$

$

Conseil no 4 : S’INFORMER SUR LES POLITIQUES D’ÉCHANGE ET DE REMBOURSEMENT Selon la loi, les commerçantes et commerçants ne sont pas tenus d’avoir une politique d’échange et de remboursement. Donc, rien ne les oblige à reprendre ou à échanger un bien dont un consommateur ou une consommatrice ne veut plus. S’ils choisissent de mettre en place une politique d’échange et de remboursement, ils sont libres d’en fixer les conditions. Par contre, ils sont tenus de respecter les règles qu’ils y ont prévues. Avant de payer, il vaut mieux s’informer sur la politique en vigueur et, même, la faire inscrire sur la facture si elle n’y apparaît pas.

Mais dans tous ces cas, les commerçants et commerçantes doivent : indiquer le prix à proximité. S’il s’agit d’un aliment pesé ou mesuré, l’étiquette doit indiquer le coût du produit par unité de mesure et toute caractéristique qui pourrait influencer le prix (par exemple, la couleur ou la matière pour un tissu) ; remettre aux clients et clientes un reçu de caisse détaillé indiquant le nom et le numéro de téléphone du commerce, la description et le prix du produit, ainsi que la date de la transaction.

Le prix le plus bas gagne Un produit est affiché à deux prix différents dans le même magasin ? Le commerçant ou la commerçante doit le vendre au prix le plus bas. Si un lecteur optique est utilisé à la caisse, le prix qui y est enregistré doit également correspondre au plus bas des deux prix. On a donc tout avantage à faire preuve de vigilance et à vérifier le prix affiché lorsqu’on passe à la caisse !

Conseil no 5 : CONSERVER SES FACTURES, CONTRATS ET GARANTIES Il est important de toujours conserver la facture, le mode d’entretien, ainsi que le document portant sur la garantie du bien. Cela facilite un éventuel retour et aide à faire valoir ses droits en cas de problème. Il est recommandé de faire une copie de la facture. Au fil du temps, le contenu de la facture originale pourrait devenir illisible.

$

$

© Éditions Grand Duc

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 51

Merci de ne pas photocopier

+

EN SAVOIR

Un commerce vous propose d’acheter une garantie supplémentaire ? Avant de le faire, il doit vous informer sur les garanties gratuites qui existent.

51

2021-06-09 10:14


6

Quelles sont les règles de la consommation avertie ?

La Politique d’exactitude des prix Un commerce peut se soustraire à la règle d’indication des prix sur chaque produit ou emballage s’il utilise la technique du lecteur optique de code universel des produits, c’est-à-dire les codes à barres, et qu’il indique le prix sur les tablettes. Il doit alors respecter la Politique d’exactitude des prix, qui prévoit un dédommagement en cas d’erreur de prix à la caisse. Elle prend effet lorsque le prix enregistré à la caisse est supérieur au prix annoncé (sur la tablette, dans la publicité ou par d’autres moyens). On peut bénéficier de la Politique d’exactitude des prix même après avoir quitté le commerce, à condition de fournir la preuve d’achat. Elle s’applique également à la caisse même si la transaction n’est pas encore terminée, si le caissier ou la caissière ne s’aperçoit pas de l’erreur avant que le prix soit enregistré et que c’est le client ou la cliente qui l’informe de cette erreur. Exceptions : Les prix sur les vêtements doivent toujours être indiqués, de même que sur les produits sans code à barres. La Politique d’exactitude des prix ne s’applique donc pas dans ces deux cas. En cas d’erreur, le client ou la cliente obtiendra le prix le plus bas, mais ne sera pas dédommagé.

+

EN SAVOIR

Il arrive régulièrement que le personnel en magasin ignore les détails de cette politique. Faites donc respecter vos droits, mais faites-le respectueusement ! Et si on vous refuse votre droit, demandez à parler à la personne responsable.

Sources : « Politique d’exactitude de prix », Les Éditions Protégez-Vous, 2007 ; Office de la protection du consommateur, [En ligne], site Internet consulté le 18 janvier 2017.

52

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 52

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

2021-06-09 10:14


La classe numérique

x

j

p

t

laclasse.grandducenligne.com

Les six bons réflexes pour acheter en ligne

1. 2.

Apprendre à détecter la fraude. Attention aux prix trop beaux pour être vrais. Il est relativement facile pour une personne peu scrupuleuse ou même fraudeuse de concevoir un site qui semble professionnel et qui inspire confiance. Vérifier la fiabilité du commerce. Il faut regarder sa réputation sur le Web et vérifier si le site informe des politiques de retour, d’échange ou de remboursement. On doit aussi s’assurer de l’identité véritable de l’entreprise, qu’elle a une adresse physique et qu’on peut la joindre par téléphone.

3.

S’assurer que le commerce utilise un service de paiement en ligne sécurisé. L’adresse du site Web doit commencer par « https », le « s » indiquant que le site est sécurisé, et comporter un cadenas en position fermée ou une clé.

5. 6.

4.

Il est conseillé d’éviter les paiements directs ou les transferts d’argent. Un commerce en ligne accepte généralement les paiements par carte de crédit. En cas de non-livraison ou d’une utilisation non autorisée de la carte, on peut demander un remboursement auprès de l’institution financière qui a émis la carte de crédit. Ne communiquer que les renseignements nécessaires à la transaction.

Faire preuve de vigilance au moment de payer. Il faut s’assurer d’avoir tous les détails sur le prix (taxes et autres frais, devise dans laquelle le montant total est payable).

Redoubler de prudence quand on achète d’un particulier ou d’un commerce étranger. La Loi sur la protection du consommateur n’encadre pas les transactions entre deux particuliers. Elle encadre les achats faits au Québec, auprès d’un commerçant ou d’une commerçante qui y fait affaire, et ce, même si son commerce est situé ailleurs au Canada ou dans le monde. Par contre, il peut être plus difficile de faire valoir ses droits dans cette situation.

Sources : Office de la protection du consommateur, [En ligne], site Internet consulté le 14 mars 2017 ; « Achats en ligne : 6 précautions à prendre », Éducaloi, [En ligne], page consultée le 18 janvier 2017.

© Éditions Grand Duc

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 53

Merci de ne pas photocopier

53

2021-06-09 10:14


ME CONNAÎTRE 1

Vous voulez faire un achat en ligne. Quelles sont les étapes que vous devriez suivre pour être une consommatrice ou un consommateur averti ? Complétez les phrases suivantes à l’aide de la banque de mots. budget, sites Internet, commencer par « https », preuve d’achat, remboursement, site, prix, sécurisé, renseignements personnels, d’échange, recherche, cadenas, livraison

1. Avant un achat a) Faire une

sur les produits et m’informer :

,

forums de discussion, entourage, etc. b) Comparer les

, les conditions de livraison et les garanties.

c) Faire un

et le respecter.

2. Au moment de l’achat d) M’assurer que le

est professionnel et qu’il inspire confiance.

e) Vérifier la politique

ou de

f) Vérifier les frais de

.

.

g) Vérifier que le service de paiement en ligne est

(l’adresse du site doit

et devrait avoir l’image d’un et que mes

)

sont protégés.

3. Après un achat h) Conserver ma

.

i) M’assurer que la marchandise reçue correspond bien à ce que j’ai commandé. 2

Les étapes sont-elles les mêmes pour un achat en ligne et pour un achat en magasin ?

3

En regardant le comportement à adopter au numéro 1 de la présente page, vous définiriez-vous comme une consommatrice ou un consommateur averti ? Expliquez votre réponse.

54

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 54

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

2021-06-09 10:14


QUESTION

BIEN COMPRENDRE 1

Connaissez-vous vos droits ? Pour chacune des mises en situation suivantes, cochez si l’affirmation est vraie ou fausse. Achat par Internet, par téléphone ou par la poste 1

Les prix doivent toujours inclure les taxes et autres frais (comme l’écofrais).

2

Votre bien est défectueux, vous devez informer la personne qui tient le commerce (et l’entreprise de fabrication, s’il y a lieu) du problème. Il pourra le réparer, le faire réparer sans frais, l’échanger ou encore vous rembourser.

3

Les biens que vous achetez sont couverts par des garanties prévues par la loi. Elles s’appliquent automatiquement et sans frais.

4

Les règles qui encadrent les achats s’appliquent également aux ventes conclues entre deux consommateurs ou consommatrices sur les sites Internet de vente entre particuliers.

Échange, remboursement et mise de côté 5

6

Le bien que vous avez acheté la semaine dernière est maintenant en solde : la loi oblige la compagnie à vous accorder le rabais.

7

Un commerçant ou une commerçante n’a pas le droit d’exiger des frais lorsque vous payez un achat avec votre carte de débit. Ces frais ne peuvent pas être ajoutés au prix du produit ou du service lors du paiement.

Publicité 8

Faux

Vrai

Faux

Vrai

Faux

Vrai

Faux

Vrai

Faux

Dans une publicité, une compagnie ne peut pas vous faire croire que vous ne paierez pas de taxes.

Cartes cadeaux 9

Vrai

La loi oblige un commerce à avoir une politique d’échange et de remboursement et à la respecter.

Prix et rabais

2

6

Une carte cadeau échangeable dans un commerce contre des biens ou des services peut avoir une date d’expiration.

La Politique d’exactitude des prix a été mise en place afin de protéger les consommateurs et consommatrices. Qu’est-ce que la Politique d’exactitude des prix ? Complétez l’énoncé. La Politique d’exactitude des prix peut être définie ainsi : si le prix enregistré à la caisse est plus élevé que le prix annoncé,

© Éditions Grand Duc

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 55

.

Merci de ne pas photocopier

55

2021-06-09 10:14


BIEN COMPRENDRE ( suite ) 3

Selon les règles sur l’affichage des prix et selon la Politique d’exactitude des prix, expliquez comment devrait se conclure chacune des quatre situations suivantes. Situation 1 Je vois un pyjama sur une étagère en magasin. L’étiquette attachée au pyjama possède un code à barres et son prix est indiqué, soit 24,99 $. Une affiche au-dessus de l’étagère mentionne que ces pyjamas sont à 50 % de rabais. À la caisse, on me demande pourtant de payer 28,73 $.

Situation 2 Sur la tablette de la pharmacie, on indique que la bouteille de shampoing à 6,99 $ est en liquidation à 2,99 $. À la caisse, on me demande 8,04 $.

Situation 3 Sur la tablette d’un dépanneur, on indique que le lait est en vente à 2,99 $ au lieu de 6,06 $, prix minimum prévu par la loi pour ce type de format. À la caisse, on me demande 6,06 $.

Situation 4 Sur le présentoir d’un magasin d’électronique, on indique un lecteur mp3 à 25 % de rabais. Son prix normal est de 40,00 $. À la caisse, on me demande 45,59 $.

56

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 56

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

2021-06-09 10:14


QUESTION 4

6 1

Cochez les caractéristiques qui décrivent la garantie légale. C’est une protection minimale pour les consommateurs et consommatrices, prévue dans la loi. Elle doit être activée en s’inscrivant sur le site de la compagnie. Elle est toujours offerte automatiquement. Elle est offerte gratuitement aux consommateurs et consommatrices. La personne responsable du commerce peut réduire la durée de la garantie pour les articles en solde. Les entreprises de vente et de fabrication sont obligées de respecter cette garantie légale.

5

La garantie légale comprend cinq différentes protections. 1) La garantie pour la QUALITÉ du bien. C’est-à-dire que le bien que vous achetez ou louez doit pouvoir servir à l’usage normal auquel il est destiné. 2) La garantie pour la DURABILITÉ du bien. C’est-à-dire que la durée de bon fonctionnement d’un bien doit être raisonnable. Cela protège contre les défectuosités d’un bien dans des conditions d’utilisation normales. 3) La garantie pour la CONFORMITÉ du bien. C’est-à-dire que le bien que vous achetez ou louez doit être conforme à la description du bien dans le contrat, à la publicité ou aux déclarations faites par la personne qui a vendu le produit. 4) La garantie pour la SÉCURITÉ du bien. Le bien que vous achetez ou louez doit être sécuritaire, vous devez en connaître les dangers d’utilisation. 5) La garantie contre les DÉFAUTS CACHÉS. Pour que cette garantie soit applicable, le défaut doit être important, grave ou caché. C’est-à-dire que si vous aviez eu connaissance du défaut, vous n’auriez pas acheté ce bien ou vous l’auriez payé un prix inférieur. Pour chacune des situations suivantes, identifiez le type de protection qui devrait s’appliquer. a) Un matelas gonflable tout neuf se dégonfle pendant la nuit : on constate alors un petit trou à peine visible.  b) Selon le vendeur, la pile de mon ordinateur portable devrait durer plus d’une semaine. Dans les faits,  je dois la charger tous les trois jours. c) La batterie d’un téléphone cellulaire prend feu.  d) Un réfrigérateur cesse de fonctionner après 15 mois d’utilisation.  e) Un aspirateur manque de puissance : il laisse sur le plancher la majorité de ce qu’on essaie de ramasser. 

6

Indiquez si les énoncés suivants sont vrais ou faux. Si l’énoncé est faux, corrigez-le. a) Avant d’offrir une garantie supplémentaire (comme une garantie prolongée ou un autre plan de protection), la personne s’occupant de la vente doit informer les consommateurs et consommatrices qu’ils bénéficient déjà de la garantie légale gratuite.

b) Une garantie prolongée remplace la garantie légale de base.

© Éditions Grand Duc

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 57

Merci de ne pas photocopier

57

2021-06-09 10:14


7

Mes droits : qui peut les protéger ?

En droit, il existe un principe selon lequel « nul n’est censé ignorer la loi ». Plusieurs lois protègent les consommateurs et consommatrices, mais elles sont complexes et souvent difficiles à interpréter. Il existe heureusement plusieurs organismes et associations qui peuvent aider à comprendre les lois et à faire valoir ses droits. Leurs interventions sont guidées par des valeurs de justice sociale, d’équité et de solidarité.

Les deux principales lois Le Code civil du Québec Le Code civil du Québec est la principale loi qui régit la vie en société dans la province. Entré en vigueur en 1994, il a succédé au Code civil du Bas-Canada adopté en 1866. Le Code civil comporte un ensemble de règles qui régissent les rapports que les personnes ont entre elles et les rapports de celles-ci avec les biens. Il traite notamment des droits des individus et de la famille, des biens, des contrats, de la propriété et de la responsabilité civile.

La Loi sur la protection du consommateur Depuis 1971, une loi protège particulièrement les consommateurs et consommatrices du Québec lorsqu’ils font affaire avec des commerçants et commerçantes. La Loi sur la protection du consommateur s’applique à tout contrat conclu entre un consommateur et un commerçant et ayant pour objet un bien ou un service. La Loi intègre des règles qui s’appliquent aux commerçants et commerçantes : publicité, exactitude des prix, détention de permis pour vendre tel ou tel bien, pratiques autorisées. Elle contient aussi des règles qui s’appliquent à certains types de biens ou de services : achat à distance, abonnement ou inscription à des activités physiques ou culturelles, achat de véhicules d’occasion, location à long terme, contrat de prêt d’argent et contrat assorti d’un crédit, réparation d’objets, garantie, service fourni à distance comme Internet ou le téléphone, etc. Mais attention, la Loi sur la protection du consommateur ne s’applique pas aux transactions entre particuliers.

58

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 58

+

EN SAVOIR

Quand un grand nombre de consommateurs et consommatrices vivent un problème similaire, il est possible de se regrouper pour créer ce qu’on appelle un « recours collectif », selon la Loi sur le Fonds d’aide aux actions collectives. Une seule personne ou un seul organisme peut alors les représenter en justice. Le Fonds d’aide aux actions collectives est un organisme du gouvernement du Québec mandaté pour diffuser de l’information, mais aussi pour contribuer au financement des recours collectifs en première instance et en appel. Il aide ainsi les consommateurs et consommatrices à payer différents frais comme les honoraires des avocats et les frais d’expertise.

L’Office de la protection du consommateur Cet organisme du gouvernement du Québec a le mandat de protéger les consommateurs et consommatrices et de veiller à l’application des quatre lois sous sa responsabilité, soit : la Loi sur le recouvrement de certaines créances ; la Loi sur les agents de voyages ; la Loi sur les arrangements préalables de services funéraires et de sépulture ; et, la principale, la Loi sur la protection du consommateur. C’est d’ailleurs à l’Office que l’on peut porter plainte quand les règles prévues par la Loi sur la protection du consommateur ne sont pas respectées. Il fournit des outils pour appuyer les personnes dans leurs démarches en cas de problème, et il peut même imposer des amendes aux commerçants et commerçantes qui ne respectent pas la loi. Sur son site Internet, on trouve une description de ses services ainsi que les communiqués qu’il a diffusés et les mises en garde qu’il a émises. Ce site regorge de renseignements sur plusieurs sujets de consommation. Par exemple, il est facile de vérifier si une entreprise a déjà fait l’objet de plaintes.

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

2021-06-09 10:14


De plus en plus de ressources utiles aux consommateurs et consommatrices

1965 1968 1971

Apparues au Québec au fil du temps, ces différentes ressources offrent encore aujourd’hui de précieuses informations à la population. Certaines permettent aussi d’entamer des recours légaux en cas de besoin.

Les associations coopératives d’économie familiale (ACEF) Le Québec des années 1960 étant marqué par l’émergence de la société de consom­mation, les familles sont subitement confrontées à une multitude de nouvelles dépenses en plus de la prolifération du crédit et de la publicité, pour lesquelles elles n’étaient pas nécessairement préparées. On voit alors apparaître les associations coopératives d’économie familiale. Les ACEF sont présentes dans presque toutes les régions du Québec. Elles sensibilisent, informent et fournissent des outils dans les domaines du budget, de l’endettement et de la consommation.

L’Office de la protection du consommateur (OPC)

1980

Éducaloi Cet organisme à but non lucratif a pour mission d’informer et de former le public sur ses droits et ses obligations dans un langage simple et accessible à tous.

Le Commissaire aux plaintes relatives aux services de télécommunications (CPRST) Cet organisme canadien a le mandat de recevoir et de traiter les plaintes des clients et clientes qui n’auraient pas obtenu satisfaction à la suite d’une démarche de plainte réalisée auprès de leur fournisseur de services de télécommunications (téléphonie, télédistribution, Internet).

© Éditions Grand Duc

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 59

Merci de ne pas photocopier

2000 2004 2008

Le Protecteur du citoyen Il s’agit d’une institution impartiale et indépendante qui veille au respect des droits des citoyens et citoyennes dans leurs relations avec les services publics. Elle intervient auprès des ministères et des organismes publics relevant du gouvernement du Québec ainsi qu’auprès des établissements du réseau de la santé et des services sociaux.

La Régie du logement Il s’agit du tribunal compétent pour régler les litiges liés au bail résidentiel. Sa mission consiste également à informer les propriétaires et les locataires sur leurs droits et obligations, ainsi qu’à favoriser des accords à l’amiable entre eux. La Régie intervient notamment quand un bail contient des clauses abusives ou discriminatoires. Il s’agit de conditions imposées par le ou la propriétaire qui vont à l’encontre du Code civil du Québec, par exemple une clause qui interdit au locataire de sous-louer le logement ou qui autorise le propriétaire à entrer dans le logement sans préavis.

L’Autorité des marchés financiers (AMF) Cet organisme est mandaté par le gou­vernement du Québec pour « encadrer les marchés financiers québécois et prêter assistance aux consommateurs de produits et services financiers ». L’AMF assure également le traitement des plaintes reçues des consommateurs et consommatrices et leur donne accès à des services de règlement des conflits.

59

2021-06-09 10:14


7

Mes droits : qui peut les protéger ?

Les étapes à suivre pour entamer des recours Faire une plainte verbalement ou par écrit ou contacter le service à la clientèle Il faut d’abord communiquer avec le commerce directement et discuter du problème et des options possibles, que ce soit au sujet des garanties, d’échanges ou de remboursements. Il ne faut pas oublier que les biens que l’on achète sont couverts par une garantie légale prévue par la loi.

1

Les grands commerces ont souvent un département dédié au service à la clientèle. C’est ce service que l’on doit alors contacter pour formuler sa plainte. Quand ce n’est pas le cas, il faut déterminer avec qui on doit régler le problème (gérant ou gérante, propriétaire) et, idéalement, prendre un rendez-vous pour négocier en personne. Lors de la négociation, il est important d’exposer clairement son problème et ce que l’on souhaite comme solution, mais aussi d’écouter l’autre partie soumettre ses propositions en les évaluant une à une. Il faut également envisager la possibilité de faire des concessions, ou du moins de prendre un moment de réflexion.

Contacter le défenseur de la clientèle Si on n’arrive pas à s’entendre avec le service à la clientèle ou la personne responsable, on peut alors contacter le défenseur de la clientèle quand c’est possible. Cette personne indépendante et objective enquête sur les plaintes des gens et agit à titre de médiateur. On en trouve dans les organismes gouvernementaux ou autres organisations du secteur public, et un peu plus rarement dans le secteur privé. On leur donne souvent l’appellation d’« ombudsman ». Le Protecteur du citoyen en est d’ailleurs un exemple.

2

+

EN SAVOIR

Important ! Dès que vous sentez qu’une situation pourrait devenir problématique, commencez à noter par écrit toutes les démarches que vous faites, par exemple les noms des personnes à qui vous parlez et les détails de vos conversations (date, heure, sujets discutés, etc.). Faites des contrats écrits et exigez des reçus lorsque vous faites des paiements. Évitez les transactions en argent comptant, sauf avec reçus.

60

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 60

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

2021-06-09 10:14


La classe numérique

3

x

g

q

t

laclasse.grandducenligne.com

Envoi d’une mise en demeure Si on n’a pas réussi à trouver un terrain d’entente lors des étapes précédentes et que l’on pense entreprendre des recours légaux, on peut alors rédiger une mise en demeure. La mise en demeure est généralement faite au moyen d’une lettre officielle expédiée par courrier recommandé à la personne que l’on souhaite poursuivre (soit la partie défenderesse). Elle ordonne au destinataire de faire ou de ne pas faire quelque chose et spécifie les modalités et le délai à respecter. Elle lui donne aussi la possibilité de répondre à la demande sans passer par les tribunaux. En voici un modèle. Lieu et date SOUS TOUTES RÉSERVES

Cette mention vise à se protéger relative­ment à ce qui est affirmé dans la lettre.

Nom et adresse de la personne poursuivie Madame, Monsieur, La présente est pour vous informer que je vous réclame la somme de 1500 $ pour les raisons suivantes : [...] Je vous mets donc en demeure de me payer la somme de 1500 $  dans un délai de 10 jours. Dans le cas contraire, des procédures judiciaires pourront être intentées contre vous sans autre avis ni délai. Veuillez agir en conséquence.

4

Signature

Votre adresse et votre numéro de téléphone

La réclamation peut être une somme en argent, un bien ou un acte précis de dédom­magement, par exemple.

Un délai de 10 jours est généralement considéré comme raisonnable pour régler un problème.

Poursuite à la cour des petites créances On peut faire une demande à la Cour des petites créances, une division de la Chambre civile de la Cour du Québec, lorsque l’on vit une situation problématique et que l’on a tout essayé pour la régler. Par exemple, la personne doit avoir envoyé, sans succès, une mise en demeure à la partie opposée. On peut s’y adresser lorsqu’une somme d’argent est en litige ou pour toute autre cause visant la résolution, la résiliation ou l’annulation d’un contrat, à condition que la valeur du contrat et, le cas échéant, la somme réclamée n’excèdent pas 15 000 $ sans les intérêts. Il s’agit d’un tribunal où les gens se représentent eux-mêmes, sans avocat. Avant de faire entendre leur cause par un juge, les parties y ont aussi la possibilité de recourir à un service gratuit de médiation leur permettant de régler leur différend par une entente. Au terme des démarches, le ou la juge peut donner partiellement ou entièrement raison au demandeur ou à la demanderesse, ou même rejeter complètement sa demande. Il est à noter que la Division des petites créances de la Cour du Québec ne traite pas les demandes liées à un bail de logement. Il faut s’adresser à la Régie du logement pour tout conflit lié à la location d’un logement.

© Éditions Grand Duc

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 61

Merci de ne pas photocopier

61

2021-06-09 10:14


BIEN COMPRENDRE 1

Où trouver des renseignements et de l’aide ? a) Complétez les phrases suivantes. 1) Je comprends mal mes droits et mes responsabilités légales. Je peux m’informer sur le site de l’organisme . 2)

m’informe de mes droits et de mes responsabilités en tant que consommateur ou consommatrice et surveille l’application des lois sur la protection du consommateur.

3)

informe les propriétaires et les locataires de leurs droits et de leurs responsabilités et arbitre les litiges en matière de bail résidentiel.

b) À qui dois-je m’adresser dans les cas suivants ? Associez chacun des énoncés au bon organisme. 1) Je veux formuler une plainte contre un conseiller financier.

2) J’ai un problème avec la compagnie qui me fournit Internet à la maison.

3) J’ai besoin de conseils pour m’aider à faire mon budget et à gérer mes finances.



A) Les associations coopératives d’économie familiale (ACEF)

B) L’Autorité des marchés financiers (AMF) 



C) Le commissaire aux plaintes relatives aux services de télécommunication (CPRST)

2

Qu’est-ce que le recours collectif ? Expliquez-le dans vos mots.

3

Donnez trois caractéristiques qui rendent la Cour des petites créances différente des autres tribunaux. •

62

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 62

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

2021-06-09 10:14


QUESTION

ME CONNAÎTRE

7

Vous avez acheté des écouteurs et l’achat s’avère décevant : le son est mauvais et le produit est de piètre qualité. Comment faire valoir vos droits ? Complétez le schéma sur le processus à suivre dans une situation comme celle-là. 1 .

Informer la personne responsable du commerce en s’adressant au service à la Il accepte d’honorer la garantie.

Il refuse d’honorer la garantie. 2

Il peut alors : • réparer les écouteurs ;

Essayer de avec le ou la responsable du commerce.

ou •

Si cela ne fonctionne pas.

;



3

ou •

S’il y en a un, s’adresser au 

.

.

Si cela ne fonctionne pas. 4 Rédiger une 

Qu’est-ce que c’est ?

.

Si aucune réponse. 5 Présenter une demande à 

Avant de passer devant le juge, on peut avoir recours à une séance gratuite de

.

.

Le juge peut alors

Forcer la personne qui tient le commerce à ou à remplacer les écouteurs.

© Éditions Grand Duc

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 63

Merci de ne pas photocopier

ou

la demande.

63

2021-06-09 10:14


8

Que faut-il savoir avant de partir en appartement ?

Partir vivre en appartement peut être une expérience vraiment excitante pour autant qu’elle soit bien planifiée. Il faut se poser plusieurs questions : Où chercher ? Quoi vérifier ? Emménager seul ou seule ? Vivre en colocation ? Se préparer financièrement permet d’éviter bien des soucis. Il faut avant tout connaître son budget et s’assurer d’avoir les moyens financiers pour voler de ses propres ailes. La première dépense à prévoir est évidemment le coût du loyer. Les différents spécialistes s’entendent pour dire que le loyer ne devrait pas dépasser 25 % de son revenu. Si le chauffage ou l’électricité sont inclus, on peut augmenter quelque peu cette proportion, mais on ne devrait pas consacrer plus de 30 % de son revenu dans un loyer. Pourquoi ? Parce que dans le cas contraire, on risque de ne pas arriver à payer son loyer une fois toutes les autres dépenses additionnées. Partir en appartement, c’est aussi quelques procédures légales qu’il ne faut pas prendre à la légère. Avant tout engagement, il est important de savoir lire un bail et de connaître ses droits… et ses obligations.

L’engagement du bail Le bail est un contrat de location conclu entre le propriétaire et le locataire. Avec ce document, le ou la propriétaire s’engage, moyennant le paiement du loyer, à offrir la jouissance paisible du lieu loué. Le bail va toutefois plus loin, car il définit aussi les engagements respectifs concernant le logement. Depuis le 1er septembre 1996, le bail est obligatoire et il doit être utilisé pour toute nouvelle location de logement, qu’il s’agisse d’une chambre, d’un appartement ou d’une maison. Les formulaires de bail sont en vente dans les bureaux de la Régie du logement et dans les librairies. Le formulaire est aussi disponible en ligne sur le site Web des Publications du Québec.

La discrimination est interdite Les propriétaires sont libres de louer leur logement et de signer un bail avec n’importe qui, à condition de ne pas refuser la location pour des motifs discriminatoires. Ces motifs sont prévus dans la Charte des droits et libertés de la personne. Ainsi, refuser de louer à une personne pour des motifs tels que la couleur de la peau, l’orientation sexuelle, l’âge, un handicap, la religion, la langue ou la condition sociale (comme être étudiant ou étudiante) contrevient à la loi. En principe, les propriétaires ont toutefois le droit de refuser de louer leur logement à une personne qui a un casier judiciaire, qui a manqué à ses obligations comme locataire dans le passé ou qui est incapable de payer le loyer.

Un bail comporte des clauses obligatoires et des clauses particulières.

Obligations fixées par la loi pour locataire et propriétaire. Elles sont les mêmes pour tout le monde.

64

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 64

n Le paiement du loyer n La sous-location n L’accès au logement n Le renouvellement du bail

Obligations négociables entre locataire et propriétaire, mais régies par le Code civil du Québec. Conditions qui peuvent varier d’un bail à l’autre.

n Le prix du loyer n La durée du bail n Les clauses supplémentaires

concernant le chauffage, les animaux domestiques, les réparations, etc.

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

2021-06-09 10:14


La classe numérique

d

4

b

w

laclasse.grandducenligne.com

Quelques devoirs et droits de chacun Les rapports entre locataire et propriétaire sont des relations d’affaires où chacun a des responsabilités et des droits. Les deux parties ont avantage à signer un bail et à en garder une copie. Cela évite bien des malentendus et peut servir de preuve en cas de conflit.

Le ou la propriétaire

Le ou la locataire doit :

doit :

payer son loyer à la date convenue chaque mois ; ne pas déranger le voisinage et garder le logement en bon état ; répondre par écrit dans un délai de 1 mois après avoir reçu l’avis d’augmentation annuelle du propriétaire en cas de refus de l’augmentation proposée ou de non-­ renouvellement du bail.

a le droit : d’avoir un animal de compagnie, sauf si le bail comporte une clause qui l’interdit ; de repeindre les murs à sa guise ; de sous-louer son logement ou de céder son bail. Le ou la propriétaire ne peut refuser la sous-location ni la cession de bail sans motif sérieux.

n’a pas le droit : de quitter son logement avant la fin du bail et d’arrêter de payer le loyer. Cette interdiction est valable aussi pour les colocataires. Contrairement à la cohabitation, où une seule personne signe le bail, la colocation implique que chaque colocataire signe le bail et assume les mêmes responsabilités.

donner une copie du bail au locataire dans les 10 jours suivant la signature ; inscrire sur le bail le montant du loyer de l’ancien locataire ; maintenir le logement en bon état et faire toutes les réparations nécessaires ; envoyer son avis d’augmentation au moins 3 mois avant la fin du bail.

a le droit : de réaliser une enquête de crédit afin de vérifier les ­habitudes de paiement du futur locataire. Pour cela, il ou elle n’aura besoin que du nom et prénom, de l’adresse complète et de la date de naissance de la personne. Rien d’autre.

n’a pas le droit : de mettre dans le bail des clauses discriminatoires comme l’interdiction de recevoir des personnes lors d’une soirée ou de sous-louer le logement ; d’exiger plusieurs mois de loyer d’avance ; d’exiger un dépôt pour les clés ou les dommages éventuels.

L’augmentation du loyer Il n’existe pas de taux fixe appliqué par la Régie du logement. Elle offre toutefois un outil de calcul pour déterminer la variation recommandée d’un loyer pour chaque année. Ce calcul prend en compte entre autres les revenus de l’immeuble et les montants des taxes. De leur côté, les locataires ont le droit de refuser une augmentation en répondant par écrit à l’avis de leur propriétaire dans un délai de un mois. S’il n’y a pas d’entente entre eux, le ou la propriétaire doit alors produire une demande de modification du bail auprès de la Régie dans le mois suivant le refus. La Régie fournira les renseignements nécessaires à la fixation du loyer et convoquera les deux parties à une audience. En attendant le jugement, le ou la locataire paie le loyer initial. Mais attention, si une augmentation est fixée, il faudra payer les montants dus depuis leur entrée en vigueur. Exemple : Le nouveau loyer est augmenté de 25 $ par mois à partir de juillet, mais le jugement est rendu en octobre seulement. La hausse des quatre mois (100 $) doit être payée. Et, en novembre, le nouveau montant du loyer s’applique.

© Éditions Grand Duc

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 65

Merci de ne pas photocopier

65

2021-06-09 10:14


BIEN COMPRENDRE 1

Toutes les situations suivantes présentent des erreurs ou des inexactitudes. Corrigez-les et justifiez votre réponse. a) Je gagne 1200 $ net par mois : je peux donc me permettre de payer 650 $ par mois pour me loger.

b) Une propriétaire refuse de me louer son logement sous prétexte que je suis aux études et que je n’arriverai pas à payer mon loyer.

c) Un propriétaire me demande mon numéro d’assurance sociale (NAS) pour faire son enquête de crédit.

d) Une propriétaire me demande de payer les trois premiers mois de loyer au moment de la signature du bail. Elle dit vouloir éviter que je la laisse tomber à la dernière minute.

2

Quelle est la différence entre une colocation et une cohabitation ?

3

Pourquoi oblige-t-on la ou le propriétaire à indiquer sur le bail le montant du loyer payé par la ou le locataire précédent ?

4

Parmi les actions suivantes, cochez celles qui sont interdites. Refuser une location à quelqu’un qui a un casier judiciaire. Déménager avant la fin du bail après avoir averti son propriétaire trois mois d’avance. Refuser des locataires avec des enfants de peur qu’ils fassent trop de bruit. Refuser une augmentation de loyer jugée déraisonnable.

66

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 66

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

2021-06-09 10:14


QUESTION

ME CONNAÎTRE

8

Imaginez que vous deviez vous installer en appartement, vous aurez donc plusieurs questions à vous poser. Voici quelques pistes de réflexion. a) Où s’installer ? Quels seront vos critères lorsque vous choisirez un quartier ?

b) Vivre seul ou seule, ou en colocation ? Établissez une liste des avantages et des inconvénients de chacune des options suivantes. Vivre seul ou seule

Vivre en colocation

Avantages

Inconvénients

c) En cherchant le logement idéal, à part le prix du loyer, quels autres éléments devriez-vous prendre en considération pour faire votre choix ?

© Éditions Grand Duc

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 67

Merci de ne pas photocopier

67

2021-06-09 10:14


PRENDRE POSITION RÉACTIVATION DES CONNAISSANCES 1

Diverses personnes vous demandent conseil à propos de leur situation. Que leur répondriez-vous ? a) Je me pose plusieurs questions au sujet de la garantie d’un produit que je viens d’acheter. Vers quel organisme pourrais-je me tourner pour obtenir des réponses à mes questions ?

b) Je veux acheter un haut-parleur portatif. Après avoir fait des recherches sur les différents modèles disponibles sur Internet et en magasin et m’être informée sur les politiques d’échange et de remboursement, j’hésite entre deux modèles. Dans les deux cas, ce sont des appareils d’excellente qualité. Le premier coûte 135 $ et le second, 265 $ ; ce dernier est plus cher, mais est vraiment plus beau. Qu’est-ce qui m’aiderait à prendre ma décision ?

c) Sais-tu quoi ? Mon réfrigérateur vient de cesser de fonctionner exactement un mois après la fin de la garantie d’un an du fabricant. Je suis vraiment découragé et regrette de ne pas avoir acheté de garantie prolongée. Je pense que la seule solution est de payer pour le faire réparer ou encore d’en acheter un autre... Qu’en penses-tu ?

d) Hier, j’ai acheté un pot de confiture dont le prix affiché sur la tablette était de 2,99 $. À la caisse, le prix demandé était de 3,99 $ !

e) Je n’ose pas faire d’achats en ligne : j’ai peur de me faire avoir, de ne jamais recevoir le produit commandé et de me faire voler mon argent. Ai-je raison ?

68

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 68

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

2021-06-09 10:14


2

Le micro-ondes de Justine cesse de fonctionner après 18 mois. Elle se présente chez le commerçant qui refuse d’honorer la garantie qui, selon lui, prenait fin après 12 mois. Comment faire respecter la garantie légale par le commerçant ?

3

Ahmed a acheté un aspirateur sur un site de petites annonces. Un mois plus tard, l’aspirateur cesse de fonctionner. Il contacte le vendeur pour qu’il le rembourse, mais ce dernier refuse. Que peut-il faire ?

4

Jeanne gagne 1200 $ par mois, elle cherche un premier logement. Deux options s’offrent à elle. Option 1 : Un 3 ½ qu’elle habiterait seule au coût de 550 $ par mois tout inclus. Option 2 : Un 4 ½ qu’elle partagerait avec une amie au coût de 750 $ par mois tout inclus. Quelle option devrait-elle choisir ? Justifiez votre réponse.

5

Mathieu et Luc sont deux amis qui veulent louer un premier logement ensemble. Ils ont peur d’avoir de la difficulté à trouver un ou une propriétaire qui acceptera de leur louer puisqu’ils sont jeunes et encore aux études. Leurs craintes sont-elles fondées ?

6

Johanne et Assia ont visité un logement parfait pour elles, elles sont très enthousiastes et s’entendent verbalement avec le propriétaire sur les conditions de location. Elles paient le premier mois de loyer et prévoient leur date d’emménagement. Qu’est-ce qui ne va pas dans cette situation ?

© Éditions Grand Duc

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 69

Merci de ne pas photocopier

69

2021-06-09 10:14


PRENDRE POSITION ( suite ) JUSTIFICATION APPROPRIÉE DU CHOIX 1

Cerner la situation Voici quelques renseignements sur le bail que Sandrine a signé. • Le montant du loyer est de 625 $ et il est payable le 1er de chaque mois par chèque par la poste à l’adresse du propriétaire inscrite sur le bail. • Le prix du loyer inclut le chauffage et l’électricité. • Les deux premiers loyers doivent être payés lors de l’emménagement. • Un dépôt de 500 $ est exigé lors de l’emménagement pour couvrir d’éventuels frais causés par des dommages. Il sera remis à Sandrine lors de son départ si l’appartement est dans un bon état. • La durée du bail est d’un an, soit jusqu’au 30 juin de l’année prochaine. Depuis l’arrivée des températures froides d’octobre, le logement est froid. Il est mal isolé. De plus, le chauffage est contrôlé par le propriétaire, qui ne l’a pas encore mis en fonction, car il dit que chaque année il active le chauffage le 1er novembre. Comme un montant du loyer payé chaque mois inclut le chauffage, elle se sent brimée dans ses droits. Sur le site d’Éducaloi, elle a trouvé les informations suivantes. Chaque année, le froid s’installe à des périodes différentes et souvent inattendues. Malheureusement, votre propriétaire a inscrit dans votre bail que le chauffage ne débuterait qu’en novembre, quelles que soient les températures qui sévissent à l’extérieur. Avez-vous des recours pour remédier à la situation ? Aucune disposition dans la loi ou dans les règlements ne prévoit à quel moment un propriétaire doit commencer à chauffer un logement. C’est la loi du gros bon sens qui s’applique puisqu’il peut faire froid au mois de septembre et chaud au mois de mars. En ce sens, votre propriétaire ne peut faire valoir une clause du bail qui prévoit une date où le chauffage est censé être mis en marche. Ce type de clause est sans effet. Retenez qu’en vertu des obligations légales qui lui incombent, le propriétaire est tenu de veiller à ce que la température soit adéquate dans le logement pour toute la durée du bail. À quel degré la température doit-elle être maintenue ? La loi ne prévoit pas de degré minimal de température à l’intérieur d’un logement. Toutefois, la Régie du logement reconnaît que la température doit rester en haut d’un certain seuil (environ 21 degrés Celsius) dans des conditions climatiques normales. Source : Extrait de l’article « Le chauffage et le logement », Éducaloi, [En ligne], page consultée le 13 juillet 2018.

2

Examiner les options Comme solutions à son problème, Sandrine a pris deux décisions : 1. Retenir le prochain paiement du loyer. 2. Envoyer une mise en demeure à son propriétaire lui réclamant les frais de chauffage du mois d’octobre payés pour rien. a) Quel est le problème rencontré par Sandrine ?

b) Pourquoi se sent-elle brimée dans ses droits ?

70

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 70

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

2021-06-09 10:14


3

Considérer les aspects légaux a) Dans la mise en situation décrite précédemment, quels droits de Sandrine ne sont pas respectés ?

b) Dans la mise en situation décrite précédemment, quelle responsabilité n’est pas respectée par Sandrine ?

c) Avant d’envoyer une mise en demeure, qui Sandrine aurait-elle dû contacter ?

d) Lorsque vous envoyez une mise en demeure et que la personne n’y répond pas, il est normalement possible de faire une demande à la Cour des petites créances. Cette instance accepterait-elle d’entendre la cause de Sandrine ? Sinon, qui devrait-elle contacter ?

4

Relativiser sa position a) Établissez une liste de mises en garde à consulter avant de signer votre premier bail.

b) Votre liste de mises en garde en main, auriez-vous signé le même bail que Sandrine ?

5

Prendre position Quels conseils donneriez-vous à Sandrine pour régler son problème ?

© Éditions Grand Duc

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 71

Merci de ne pas photocopier

71

2021-06-09 10:14


9

Suis-je capable de bien gérer le crédit ?

Payer comptant a plusieurs avantages. On paie une fois pour toutes, et on n’y pense plus. Lorsqu’on achète à crédit, on n’est pas entièrement propriétaire du bien avant que l’emprunt ne soit complètement payé à la banque, à la société de crédit ou au magasin. C’est une avance de fonds que l’on doit rembourser. Évidemment, pour pouvoir payer comptant, que ce soit en argent ou avec une carte de débit, il faut d’abord avoir amassé le montant nécessaire sous forme d’épargne. Ce qui n’est pas toujours possible. Parfois, il peut être intéressant de faire un achat à crédit... à condition d’être discipliné ! Utiliser le crédit pour faire des achats est un engagement qui peut avoir de très sérieuses conséquences s’il n’est pas respecté. Certaines connaissances sont nécessaires afin de se préparer à gérer le crédit à son avantage.

Le crédit, c’est un avantage Le crédit, c’est la capacité d’acheter un bien ou un service contre une promesse de paiement ultérieur. La principale raison invoquée pour utiliser le crédit est donc de profiter immédiatement d’un bien ou d’un service en différant son paiement. C’est surtout le cas pour les prêts bancaires et les crédits en magasin obtenus pour faire de gros achats comme une maison, une voiture ou des appareils ménagers, ou pour financer des études. Par exemple, l’emprunt appelé « prêt hypothécaire » permet d’acquérir une propriété (sous certaines conditions), ce qui serait très difficile, voire impossible pour beaucoup de gens sans cette forme de crédit.

L’achat immédiat ou retardé

e rgn

ion itut

t

s Con

pa ne é

d’u

É

gne par

Achat retardé

Temps

Achat immédiat

te Det

s R

it

créd

e

rsem

ou emb

’un nt d

Cette illustration montre deux possibilités d’achats : épargner et retarder la dépense jusqu’au moment où la somme nécessaire sera accumulée ; ou emprunter l’argent pour réaliser la dépense immédiatement puis rembourser le crédit (le montant emprunté augmenté des intérêts).

ou La première expérience en matière de crédit commence souvent par la carte de crédit proposée par son institution financière à partir de 18 ans. Alors que la carte de débit permet de retirer de l’argent à un guichet ou de payer dans un magasin si on a le montant disponible dans son compte en banque, la carte de crédit permet d’acheter même si on n’a pas l’argent nécessaire immédiatement. Toutefois, à moins de payer la totalité du montant dû au plus tard à la date d’échéance de chaque relevé, on devra rembourser des intérêts qui s’additionneront chaque mois. Il existe d’autres avantages pour justifier l’utilisation d’une carte de crédit en général. Par exemple, elle permet de faire des achats en ligne et est très pratique en voyage à l’étranger. Elle permet aussi de déclencher l’ouverture de son dossier de crédit, un document qui nous suit toute notre vie et qui est nécessaire pour obtenir un prêt d’une banque ou d’un magasin.

72

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 72

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

2021-06-09 10:14


Le crédit, c’est un engagement À la base, la notion de crédit est assez simple. D’un côté, des personnes ou des organismes désirent se procurer un bien ou un service pour lequel ils n’ont pas tout le montant disponible au moment de l’achat. De l’autre côté, d’autres personnes ou organismes ont à leur disposition plus d’argent qu’ils n’en ont besoin pour leurs propres dépenses. Les premiers pourront devenir emprunteurs, et les seconds, prêteurs, à condition qu’un système ou un mécanisme les mette en contact les uns avec les autres. Dans les faits, le prêteur est souvent une institution financière ou un magasin auquel l’individu, l’entreprise ou l’organisme demande un prêt. Grâce à ce système, l’emprunteur, ou acheteur, pourra alors se procurer les produits qu’il désire, au moment où il le désire. Cependant, il prend du même coup un engagement qui comporte des obligations.

La personne qui emprunte (l’emprunteur) a la responsabilité : d’emprunter de façon responsable selon ses capacités financières ; de payer selon les méthodes de remboursement prévues et avant l’échéance ; de s’assurer de comprendre l’accord de prêt avant de le signer ;

Pour définir la position de deux parties face à une dette, on utilise aussi les termes de « débiteur » et de « créancier ». La dette est donc la somme, ou prestation, due par un débiteur à un créancier. Ce qu’on appelle la « créance » représente le droit pour un créancier d’exiger un remboursement de son débiteur.

de lire ses relevés de compte ; de communiquer avec le prêteur si un relevé contient des erreurs ou si quelque chose n’est pas clair ; de conserver tous les documents relatifs au prêt.

Le crédit, c’est souvent des intérêts Les intérêts sur le crédit sont des montants supplémentaires que l’on paie par mois, calculés en pourcentage sur le montant emprunté. Un bien ou un service acheté grâce à un crédit avec des intérêts coûtera donc plus cher que s’il est payé entièrement lors de l’achat. Pour des prêts importants, comme une hypothèque, payer des intérêts est généralement incontournable et peut demeurer avantageux selon la stratégie adoptée pour le remboursement d’une telle avance de fonds. Dans le cas d’une carte de crédit, il est plus avantageux d’éviter les intérêts en payant le montant total inscrit sur son relevé soit en le remboursant immédiatement, soit en profitant de toute la période offerte avant la date d’échéance. Cette période où on ne paie pas d’intérêts s’appelle le « délai de grâce », généralement de 21 jours. Si on ne paie pas entièrement le montant que l’on doit dans le délai de grâce, les intérêts s’accumuleront et le solde total augmentera.

+

EN SAVOIR

Quand on a une carte de crédit, on a d’ailleurs la possibilité de payer un montant minimum à cette échéance. Ce montant correspond souvent au plus élevé des deux montants suivants : 5 % de son solde actuel ou 10 $. Même si cela peut paraître attrayant, faire ce choix a toutefois pour conséquence de payer beaucoup d’intérêts. Il pourrait même falloir plusieurs années pour rembourser sa carte de crédit.

Exemple : Si le montant à payer sur sa carte de crédit s’élève à 4000 $, que le taux d’intérêt est de 18 % et que l’on paie seulement le montant minimum requis chaque mois, il faudra 9 ans pour rembourser sa dette. De plus, au bout du compte, environ 1600 $ de plus que le montant initial de 4000 $ auront été payés en intérêts. C’est un pensez-y bien ! Source : L’Autorité des marchés financiers, [En ligne], site Internet consulté le 13 mars 2017.

© Éditions Grand Duc

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 73

Merci de ne pas photocopier

73

2021-06-09 10:14


Suis-je capable de bien gérer le crédit ?

9

Le dossier de crédit Un dossier de crédit est un document qui décrit les antécédents au sujet du crédit d’un individu et qui fournit des informations sur ses habitudes de paiement. Toute personne ayant déjà utilisé une carte de crédit, obtenu un prêt personnel ou profité d’une offre « achetez maintenant, payez plus tard » en magasin a des antécédents de crédit. Le dossier de crédit est créé lorsqu’un emprunt ou une demande de crédit est fait pour la première fois. Les prêteurs envoient ensuite l’information sur les comptes aux agences d’évaluation du crédit.

Le dossier de crédit peut contenir les renseignements personnels suivants :

Et pour chaque carte de crédit, prêt, dette :

Le nom

La date à laquelle le compte a été ouvert

La date de naissance

Le montant d’argent dû

Les adresses actuelle et précédente Les numéros de téléphone actuels et précédents

La mesure dans laquelle les paiements sont effectués à temps

Le numéro d’assurance sociale

La mesure dans laquelle les paiements sont omis

Le numéro du permis de conduire

La mesure dans laquelle la limite de crédit est dépassée

Le numéro de passeport

En général, les informations sur chaque compte ou carte de crédit sont gardées six ans à partir de la dernière activité.

Le nom des employeurs actuels et précédents

Des renseignements concernant les comptes de téléphone mobile et d’Internet peuvent aussi être compris dans le dossier de crédit, même s’il ne s’agit pas de comptes de crédit. Des renseignements défavorables peuvent aussi s’y trouver, tels qu’un compte (chèques ou d’épargne) fermé à la suite d’une dette impayée ou d’une fraude commise, une faillite ou une décision judiciaire, et des demandes de renseignements effectuées par des prêteurs. Au Canada, les principaux bureaux de crédit sont Equifax et TransUnion. Ces compagnies s’occupent de réunir, de garder à jour et de rendre disponibles les informations relatives à l’état des finances personnelles des emprunteurs. La clientèle des bureaux de crédit paie un certain tarif pour avoir accès aux dossiers des personnes à qui elle pense accorder du crédit. Parmi cette clientèle, on trouve les caisses populaires, les banques, les sociétés de financement, les sociétés de location, les compagnies de cartes de crédit, les fournisseurs de services, les détaillants (marchands). Les entreprises et les institutions bancaires transmettent des informations aux bureaux de crédit. Elles doivent toutefois obtenir l’autorisation de la personne concernée avant de le faire. Cette autorisation fait souvent partie du contrat signé entre le prêteur et l’emprunteur.

Les conditions d’admissibilité au crédit Pour analyser une demande de prêt, les prêteurs se basent en général sur quatre points pour accepter, refuser ou accepter sous conditions la demande.

Le dossier de crédit

La stabilité

Le ratio d’endettement

La valeur nette

La cote de crédit reflète les habitudes de paiement du demandeur envers ses créditeurs actuels et passés.

Elle est mesurée par le temps passé par le demandeur au même emploi et à la même adresse. Les paiements réguliers sont effectués à temps plus souvent lorsque le demandeur démontre une certaine stabilité.

C’est le ratio entre les paiements mensuels des dettes, y compris le nouveau prêt, et le revenu mensuel brut (avant les impôts et déductions). La limite diffère selon les banques et le type de crédit, mais habituellement la limite acceptable de l’endette­ment se tient entre 35 % et 40 % du revenu brut.

Elle est calculée en soustrayant les dettes personnelles des actifs d’un individu. C’est son équité. Les actifs pris en considération sont la valeur marchande des actifs immobiliers et une partie des actifs mobiliers (les placements).

Ces données viennent décider si le crédit sera accordé au demandeur et à quel taux d’intérêt. De manière générale, les banques et autres prêteurs cherchent d’abord la fiabilité du payeur, la régularité des paiements, la facilité pour l’emprunteur d’effectuer les paiements et, finalement, la capacité pour le prêteur d’aller chercher les paiements manquants en cas de défaut.

74

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 74

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

2021-06-09 10:14


La classe numérique

d

f

q

u

laclasse.grandducenligne.com

L’importance de la cote de crédit Les prêteurs utilisent des cotes pour transmettre de l’information aux bureaux de crédit sur la façon dont une personne fait ses paiements et sur la régularité de ces paiements. Ces cotes comportent deux parties : Une lettre qui indique le type de crédit qui est utilisé. Un chiffre qui indique quand les paiements sont effectués. Ce que les lettres et les chiffres représentent dans la cote d’un dossier de crédit

R

Les lettres

I O M

Crédit renouvelable, comme une carte de crédit ou un prêt personnel

Vente à tempérament, par exemple un prêt automobile

Marge de crédit ouverte (Cette catégorie peut également inclure les prêts étudiants pour lesquels l’argent n’est dû qu’une fois les études terminées.)

S’applique pour une hypothèque

0

Les chiffres

1 2 3 4

Trop récent pour une cote : crédit approuvé, mais pas encore utilisé

Crédit remboursé dans les 30 jours suivant la facture ou selon l’entente Quand on a un compte de carte de crédit que l’on paie à temps, on obtient la cote 1. Tout chiffre autre que 1 peut nuire à la cote de crédit.

Paiement en retard : crédit remboursé entre 31 et 59 jours

Paiement en retard : crédit remboursé entre 60 et 89 jours

Paiement en retard : crédit remboursé entre 90 et 119 jours

5

6 7

8

9

Paiement en retard : le compte accuse plus de 120 jours de retard, mais n’est pas encore coté comme un « 9 »

Code non utilisé

Compte payé après une consolidation de dettes à la Cour (dépôt volontaire) ou tout autre arrangement semblable

Reprise de possession (volontaire ou involontaire, retour de la marchandise)

Mauvaise créance, placée en recouvrement ; déménagé sans avoir donné de nouvelle adresse ou une faillite

Par exemple, si une personne a un compte de carte de crédit dont le solde est réglé à temps, elle aura une cote de R1. Si elle a plutôt une marge de crédit et qu’elle a omis de faire son paiement pendant 45 jours, elle obtiendra la cote O2. Source : « Comprendre votre dossier de crédit et votre pointage de crédit », Agence de la consommation en matière financière du Canada, [En ligne], page consultée le 15 juin 2017.

© Éditions Grand Duc

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 75

Merci de ne pas photocopier

75

2021-06-09 10:14


BIEN COMPRENDRE 1

Répondez aux questions suivantes qui portent sur l’utilisation du crédit. a) Quels sont les avantages du crédit ? Nommez-en trois. • • •

b) Quels sont les inconvénients du crédit ? Complétez les phrases. Il faut souvent payer des

, qui peuvent être élevés. Lorsqu’on paie des intérêts,

la somme totale payée sera

que si on avait payé

Si on n’effectue pas les paiements à temps, cela peut nuire à notre possibilité de faire des

2

. et à la

dans le futur.

Qui est admissible au crédit ? Complétez les énoncés. Toute personne jugée solvable par le créancier et qui répond à certains critères : • L’âge : •

.  : une personne qui gère bien son crédit sera plus susceptible

d’en obtenir davantage. •

 : un emploi stable rassure le créancier, car il indique une entrée continue d’argent pour payer les factures.

 : une personne ayant peu ou pas de dettes est plus en mesure de payer ses factures.

3

Que suis-je ? Indiquez à quoi les descriptions suivantes font référence. a) Je suis la personne qui obtient du crédit.

b) Je prête de l’argent sous forme de crédit.

c) Je donne les informations sur l’historique d’emprunt d’une personne et sur ses habitudes de paiement.

d) Je me place sur une échelle de 1 à 9, et on me consulte avant d’accorder un prêt à quelqu’un.

76

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 76









Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

2021-06-09 10:14


QUESTION 4

9

Qui peut consulter votre dossier de crédit ? Entourez les bonnes réponses. a) Votre employeur b) Un fournisseur de cartes de crédit c) Votre futur propriétaire de logement d) Une institution financière (banque ou caisse) e) Un magasin où vous voulez utiliser une carte de crédit

5

Un organisme (ou une personne) peut-il consulter votre dossier de crédit sans vous en aviser ? Justifiez votre réponse.

6

Quels renseignements le dossier de crédit peut-il fournir ? Pour chacun des renseignements suivants, cochez s’il peut ou non se trouver dans le dossier de crédit. Renseignements

Oui

Non

personnels Nom, date de naissance et adresse Numéro d’assurance sociale (NAS) État civil Nom de votre conjoint ou conjointe Votre employeur

sur votre crédit Cartes et marge de crédit Limite de crédit Prêt d’une institution financière et hypothèque Prêt venant de votre famille ou de votre entourage Dettes non remboursées Fréquence de paiement et retards

bancaires Comptes Numéro d’identification personnelle (NIP) Chèque sans provision (c’est-à-dire un chèque qui ne peut être encaissé, car le compte bancaire ne contient pas les fonds nécessaires)

autres Faillite Liste des organisations ou particuliers qui ont demandé à consulter le dossier Salaire

© Éditions Grand Duc

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 77

Merci de ne pas photocopier

77

2021-06-09 10:14


BIEN COMPRENDRE ( suite ) 7

Quelle serait la cote de crédit des personnes dans les situations suivantes ? Justifiez votre réponse. Vous pouvez vous référer à la page 75 au besoin. a) Je fais généralement mes paiements à temps, mais parfois j’oublie et je paie avec une semaine ou deux de retard. Cote de crédit : Justification : b) J’ai obtenu ma première carte de crédit, mais je ne l’ai pas encore utilisée. Cote de crédit : Justification : c) Je suis incapable de rembourser le prêt contracté pour l’achat de ma voiture, le concessionnaire doit la reprendre. Cote de crédit : Justification : d) Je n’ai pas de carte de crédit ni de prêt personnel et je paie ma facture de cellulaire à temps tous les mois. Cote de crédit : Justification : e) J’ai perdu mon emploi et je n’arrivais plus à payer mon loyer, j’ai quitté mon logement en pleine nuit sans le dire à mon propriétaire. Cote de crédit : Justification : f) N’arrivant plus à payer mes dettes, j’ai fait un arrangement avec ma banque pour effectuer mes paiements avec son aide. Cote de crédit : Justification :

8

Parmi les situations précédentes, donnez deux exemples d’actions qui auraient pu être mises en place pour éviter que la cote de crédit baisse. • •

78

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 78

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

2021-06-09 10:14


QUESTION

ME CONNAÎTRE

9

Votre banque vous offre une carte de crédit. Êtes-vous prêt ou prête pour une telle responsabilité ? Pour le savoir, répondez aux questions suivantes. 1

Pourquoi une carte de crédit pourrait-elle vous être utile ?

2

Quels sont vos revenus ? Sont-ils suffisants pour rembourser vos emprunts de façon régulière ?

3

Répondez aux questions dans le schéma. Présentement, avez-vous des paiements réguliers à faire ?

Quels sont-ils ?

Oui Faites-vous toujours vos paiements à temps ? Non

Oui

Que pourriez-vous faire pour respecter vos échéances de paiement ?

Non

4

Selon vos habitudes de consommation, une carte de crédit vous inciterait-elle à dépenser davantage ?

5

Présentement, avez-vous de l’épargne ? Si oui, comment avez-vous réussi à mettre de l’argent de côté ? Si non, que pourriez-vous faire pour épargner ?

6

Selon vous, quelle serait la meilleure façon de gérer sa carte de crédit ?

© Éditions Grand Duc

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 79

Merci de ne pas photocopier

79

2021-06-09 10:14


10

Le crédit : comment ça fonctionne ?

Il est toujours plus facile d’emprunter de l’argent que de le rembourser. Dès 18 ans, on peut recevoir de multiples offres de prêt de la part des institutions financières, des sociétés financières qui gèrent les cartes de crédit, ainsi que des magasins ou des fournisseurs de services qui proposent d’acheter maintenant et de payer plus tard. Pour emprunter de façon responsable, il est donc important de bien comprendre les différents types de crédits qui sont proposés et de mesurer leurs avantages et leurs désavantages.

Les différents types de contrats de crédit 1 LES CONTRATS DE PRÊT D’ARGENT TYPE DE CRÉDIT

COMMENT IL FONCTIONNE

Prêt personnel d’une institution financière (banque, caisse populaire, coopérative de crédit ou société de fiducie)

Prêt accordé par une institution

LES

+

LES

-

Si on obtient un prêt à taux variable plutôt que fixe, on peut augmenter le paiement mensuel ou effectuer un paiement global pour rembourser le prêt plus rapidement sans frais additionnels.

Parce que des intérêts doivent être payés, l’achat coûtera plus cher que si le montant nécessaire avait été économisé avant d’acheter.

Prêt bancaire pour couvrir les frais Prêt étudiant dans le cadre de l’Aide d’études. financière aux études (AFE) du gouvernement

Le taux d’intérêt est moins élevé que celui des prêts bancaires personnels.

La dette pourrait être très élevée à la fin des études.

Prêt hypothécaire

Permet d’effectuer un des achats les plus importants d’une vie.

financière pour financer des besoins à moyen et à long terme, comme l’achat d’une voiture ou le paiement de rénovations de maison.

Prêt utilisé pour acheter une maison ou autre propriété. La propriété sert de garantie. Elle peut être saisie et vendue si le prêt n’est pas remboursé comme convenu.

Prêt informel

Le début du remboursement du prêt ne se fait qu’à la fin des études. Une assurance hypothécaire doit être obtenue si le Souvent offert à un taux d’intérêt versement initial (mise de fonds) est inférieur à 20 % de la valeur moins élevé que celui des prêts de la maison, ce qui augmente personnels. le coût du prêt.

Argent emprunté à un ou une membre Permet d’accéder rapidement de la famille ou à une autre personne. à de l’argent. Lorsque le montant du prêt est élevé, il est très utile de préparer un accord en bonne et due forme.

Les membres de la famille peuvent prêter de l’argent à un taux d’intérêt peu élevé ou sans intérêt.

+

Peut nuire à la relation avec le prêteur s’il y a un malentendu au sujet des conditions de remboursement ou si des difficultés à rembourser le prêt surviennent.

EN SAVOIR

Certaines cartes de crédit, ainsi que certains prêts, offrent une assurance en cas d’invalidité ou de maladie.

80

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 80

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

2021-06-09 10:14


2 LES CONTRATS DE CRÉDIT VARIABLE COMMENT IL FONCTIONNE

Marge de crédit d’une institution financière

Prêt approuvé d’avance par une institution financière qui permet d’emprunter de l’argent au besoin, jusqu’à un montant maximal.

Permet d’emprunter, de rembourser et d’emprunter de nouveau, selon la limite de crédit.

Carte de crédit personnelle ou de magasin

Quand on effectue un achat par carte de crédit, on emprunte de l’argent à l’émetteur de la carte pour payer le vendeur. On doit ensuite rembourser l’argent ainsi emprunté au plus tard à la date d’échéance. Il faut rem­ bourser le solde de la carte en entier et à temps chaque mois pour éviter de payer des frais d’intérêt.

Permet d’emprunter de l’argent instantanément pour effectuer des achats.

Il y a un montant maximal que l’on peut emprunter : il s’agit de la limite de crédit. Le prêteur ne peut la changer sans informer la personne qui détient la carte.

LES

+

TYPE DE CRÉDIT

Offre souvent un taux d’intérêt moins élevé que d’autres produits de crédit (comme les avances de fonds sur carte de crédit) et des options de remboursement différentes.

Permet d’avoir moins d’argent dans le porte-monnaie et de faire des achats par Internet. Le relevé mensuel comprend une liste de tous les achats effectués, ce qui permet de suivre de près les dépenses et de les utiliser pour produire un budget mensuel. Peut offrir une garantie prolongée ou une protection des achats, ainsi que d’autres récompenses et avantages.

LES

-

Le taux d’intérêt est rarement fixe et il peut augmenter. Le paiement minimal rembourse uniquement l’intérêt. Il y a rarement une échéance de remboursement. C’est donc plus difficile de rembourser la dette complètement. Les frais d’intérêt élevés font augmenter le coût de l’achat si on ne paye pas le solde en entier au plus tard à la date d’échéance. L’intérêt varie entre 10 % et 30 %, selon le type de carte et le type de transaction. C’est beaucoup plus élevé que plusieurs autres types de crédit. De plus, il y a parfois des frais annuels aux cartes de crédit.

3 LES CONTRATS DE VENTE À CRÉDIT TYPE DE CRÉDIT

COMMENT IL FONCTIONNE

Prêt d’un concessionnaire automobile

Prêt accordé pour l’achat d’une voiture par l’intermédiaire de la société de financement du concessionnaire automobile. La voiture sert de garantie. Elle peut être saisie et vendue si le prêt n’est pas remboursé comme convenu.

Vente à tempérament C’est un contrat de vente à crédit.

L’achat est financé par le commer­çant. Le bien est payé en faisant une série de versements échelonnés sur une période donnée. En plus du montant financé, des frais de crédit devront être payés. Souvent offert par les magasins d’appareils ménagers et de meubles.

© Éditions Grand Duc

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 81

Merci de ne pas photocopier

LES

+

Permet d’emprunter, de rembourser et d’emprunter de nouveau, selon la limite de crédit. Offre souvent un taux d’intérêt moins élevé que d’autres produits de crédit (comme les avances de fonds sur carte de crédit) et des options de remboursement différentes. Permet de faire des achats avant d’avoir épargné l’argent nécessaire.

LES

-

Le taux d’intérêt est rarement fixe et il peut augmenter. Le paiement minimal rembourse uniquement l’intérêt. Il y a rarement une échéance de remboursement. C’est donc plus difficile de rem­bourser la dette complètement. Habituellement, les taux d’intérêt et les frais sont très élevés. Un « intérêt de 0 % » peut être offert pendant une période déterminée, mais si le remboursement n’est pas fait au plus tard à la date d’échéance, les intérêts doivent être payés à compter de la date d’achat.

81

2021-06-09 10:14


10

Le crédit : comment ça fonctionne ?

Ce que doit contenir un contrat de crédit Un crédit est un contrat qui engage l’emprunteur et le prêteur. Tous les contrats de prêt d’argent devraient être faits par écrit et indiquer les éléments suivants.

Contrat de crédit 1. Les renseignements personnels

3. Les signatures

Le nom et l’adresse du prêteur.

Les signatures du prêteur et de l’emprunteur. Le prêteur doit signer le contrat en premier. L’emprunteur doit ensuite en prendre connaissance, puis le signer à son tour. Le contrat est conclu quand chacun a en main un double du contrat.

Le nom et l’adresse de l’emprunteur.

2. Les conditions du crédit La somme d’argent prêtée. Les frais de crédit. Il s’agit d’un montant d’argent englobant tous les frais que doit débourser l’emprunteur, en surplus du montant de l’emprunt. Les frais de crédit incluent les intérêts, les frais d’administration, de courtage, d’entreposage, d’assurance, etc. Le taux de crédit. Il s’agit d’un pourcentage annuel indiquant les frais de crédit. Le contrat doit comporter un seul taux de crédit, généralement inférieur à 35 %. L’obligation totale du consommateur, soit le montant emprunté et tous les frais de crédit.

La date et le lieu de signature du contrat.

4. Les autres mentions obligatoires Le contrat doit aussi comprendre la mention obligatoire destinée à l’emprunteur portant sur la possibilité : d’annuler le contrat ; de rembourser le total du prêt avant échéance ; de demander un état de compte.

La date et le montant des paiements nécessaires au remboursement total du prêt, et leur nombre. La date où l’emprunteur reçoit l’argent. La description du bien laissé en gage, s’il y a lieu.

Signature

Important : Si l’emprunteur ne respecte pas les conditions du contrat, comme effectuer ses paiements, il peut être obligé de payer en tout ou en partie le solde de son crédit avant l’échéance. C’est le cas si le contrat contient la clause « déchéance du bénéfice du terme » suivie de la mention « prévue à l’article 34 du Règlement d’application de la Loi sur la protection du consom­ mateur ». La seule exception est le prêt d’argent payable à demande qui ne comporte pas de date de remboursement du capital. Avec celui-ci, l’emprunteur a l’obligation de payer les frais de crédit selon un échéancier, mais le remboursement du capital se fait à la demande du prêteur. Source : « Prêteurs d’argent», Office de la protection du consommateur, [En ligne], page consultée le 22 mars 2017.

82

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 82

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

2021-06-09 10:14


La classe numérique

2

w

r

5

laclasse.grandducenligne.com

Bien choisir son crédit Le coût total d’un emprunt peut varier beaucoup selon le type de crédit utilisé parce que le taux d’intérêt, la méthode utilisée pour calculer l’intérêt et les conditions applicables sont différents d’un type de crédit à l’autre.

Exemple : Vous avez besoin d’acheter un ordinateur pour poursuivre vos études, regarder vos séries préférées, entretenir votre réseau social virtuel et jouer en ligne. Vous avez fait votre choix et l’ordinateur coûte 1000 $. Impossible pour vous de payer cette somme en une fois, vous pourriez donc vous tourner vers un crédit. Quel type de crédit sera le plus intéressant ? Voici ce qu’un ordinateur de 1000 $ vous coûterait en réalité selon le type de crédit choisi.

TEMPS DU CRÉDIT (EN MOIS)

TAUX D’INTÉRÊT*

INTÉRÊT TOTAL

MONTANT TOTAL PAYÉ

TYPE DE CRÉDIT

CONDITIONS

Carte de crédit personnelle

Vous versez le minimum requis par mois, qui est de 10 $ ou 5 % du prix d’achat, selon le plus élevé des deux.

72 mois

20 %

445 $

1445 $

Carte de crédit du magasin

Vous versez le minimum requis par mois, qui est de 10 $ ou 5 % du prix d’achat, selon le plus élevé des deux.

92 mois

30 %

880 $

1880 $

Marge de crédit personnelle proposée par une institution financière

Dans ce cas, le taux d’intérêt peut changer. Supposons qu’il reste stable, que le taux d’intérêt soit de 5 % et que vous versez le minimum requis par mois.

60 mois

5 %

132 $

1132 $

Vente à tempérament

Contrat de 5 ans avec des paiements de 20 $ par mois.

200 $

1200 $

Revient à -

7,4 %

* Les taux utilisés dans ce tableau sont des exemples. Les taux varient en moyenne entre 10,90 % et 30 % selon les frais annuels à payer sur la carte de crédit et le revenu annuel de son détenteur ou sa détentrice. Pour une carte de crédit, le taux général est de 19,99 %.

+

EN SAVOIR

Un taux d’intérêt dépassant 60 % sur une année est considéré comme criminel en vertu de l’article 347 du Code criminel. Selon la jurisprudence, un taux de plus de 35 % est considéré comme abusif. Des recours sont donc possibles si vous êtes dans l’une de ces situations. Si le taux dépasse 60 %, vous pouvez vous adresser directement à la police. Si le taux est inférieur à 60 %, il faut alors démontrer le caractère abusif du taux d’intérêt « convenu ». Dans ce cas, vous pouvez recourir à la Loi sur la protection du consommateur et au Code civil du Québec qui prévoient que la consommatrice ou le consommateur ainsi lésé peut demander soit l’annulation du contrat, soit la suppression des frais de crédit et le remboursement de ceux déjà payés.

© Éditions Grand Duc

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 83

Merci de ne pas photocopier

83

2021-06-09 10:14


BIEN COMPRENDRE 1

Pour les deux situations suivantes, répondez aux questions. a) Vous voulez acheter une voiture usagée au coût de 8000 $, mais vous n’avez pas cette somme. 1) Quel type de crédit utiliseriez-vous ?

2) Qui pourrait vous offrir ce type de crédit ?

3) Quel serait l’avantage d’utiliser ce type de crédit ?

4) Que pourrait-il arriver si vous cessiez de payer ?

b) Vous voulez acheter des vêtements à porter lors d’une entrevue prévue pour le surlendemain. Vous aurez une paie seulement dans une semaine, mais c’est maintenant que vous avez du temps. 1) Quel type de crédit pourriez-vous utiliser ?

2) Comment devriez-vous agir pour que cette utilisation du crédit soit avantageuse ?

3) Quel serait l’avantage d’utiliser ce type de crédit ?

4) Qu’adviendrait-il si vous décidiez de ne rembourser qu’une partie de vos achats ?

2

a) Y a-t-il des situations où l’utilisation du crédit est pratiquement inévitable ?

b) Quel type de crédit serait approprié dans un cas comme celui-là ?

84

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 84

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

2021-06-09 10:14


QUESTION 3

Dans quelle circonstance pourrait-il être intéressant et avantageux d’avoir recours à la vente à tempérament (exemple : 24 paiements égaux) offerte par un commerce ?

4

Dans les descriptions suivantes, de quel type de crédit est-il question ? a) Le crédit ayant le taux d’intérêt le plus élevé.

b) Le crédit s’appliquant uniquement à l’achat d’un bien immobilier (bâtiment, maison, terrain).

c) Le crédit pour lequel les propriétaires d’une maison peuvent avoir un crédit disponible rapidement pour faire face aux urgences sans payer des taux d’intérêt trop élevés.

d) Le prêt disponible pour les étudiants et étudiantes répondant à certains critères afin de les aider à payer leurs études.

e) Le prêt entre un père et sa fille signant un contrat pour l’achat de sa première voiture.

5

Dans l’exemple de la page 83, comment certains types de crédit pourraient-ils être utilisés tout en payant moins d’intérêts ?

6

Vous voulez acheter un ordinateur dans un grand magasin. On vous offre de prendre la carte de crédit du magasin pour obtenir 10 % de rabais sur votre achat effectué avec votre nouvelle carte. Comment devriez-vous agir dans une telle situation ?

© Éditions Grand Duc

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 85

Merci de ne pas photocopier

10

85

2021-06-09 10:14


ME CONNAÎTRE Vous travaillez dans une banque. Examinez les fiches descriptives de deux de vos clients pour savoir si vous leur accorderiez du crédit.

FICHE CLIENT 1 NOM : Jean-Guy Bélanger REVENU MENSUEL

ÂGE

COTE DE CRÉDIT (1 = très peu de dettes)

18-20

500 $

1

6

21-25

1500 $

2

7

26-35

2500 $

3

36-45

3500 $

4

46 et +

X

X

5000 $ et +

CRÉDIT DÉJÀ ALLOUÉ Carte de crédit

800 $

Marge de crédit

3200 $

8

Prêt personnel

2000 $

9

Prêt automoblile

8300 $

X

5

Hypothèque

150 000 $

Vente à tempérament Emploi : Chauffeur de camion

Demande du client : Voudrait emprunter la somme de 10 000 $ dans le but de faire des travaux sur sa maison.

X permanent

contractuel

X à temps plein

à temps partiel

Présence d’une personne qui se porte caution :

Souhaite faire les paiements de remboursement :

X non

oui

chaque semaine

X toutes les deux semaines

chaque mois

FICHE CLIENT 2 NOM : Julie Archambault REVENU MENSUEL

ÂGE

500 $

18-20 21-25

X

1500 $

COTE DE CRÉDIT (1 = très peu de dettes) 1

X

X

CRÉDIT DÉJÀ ALLOUÉ

6

Carte de crédit

2

7

Marge de crédit

26-35

2500 $

3

8

Prêt personnel

36-45

3500 $

4

9

Prêt automoblile

46 et +

5000 $ et +

5

350 $

Hypothèque Vente à tempérament

Emploi : Agente de bureau

X contractuel X à temps plein

permanent à temps partiel

Présence d’une personne qui se porte caution : oui

X non

86

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 86

Demande du client : Voudrait emprunter la somme de 5000 $ dans le but d’acheter une voiture usagée. Souhaite faire les paiements de remboursement : chaque semaine

X toutes les deux semaines

chaque mois

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

2021-06-09 10:14


QUESTION

10

À partir des profils de ces deux clients, remplissez les fiches suivantes. Vous devez évaluer leur demande de prêt, prendre une décision et justifier votre position.

CLIENT 1 NOM : Jean-Guy Bélanger OPTION 1 :

OPTION 2 :

Acceptation de la demande de crédit

Refus

Type de crédit :

Justification :

Prêt personnel

Prêt auto du concessionnaire

Carte de crédit

Vente à tempérament

Marge de crédit Justification :

CLIENT 2 NOM : Julie Archambault OPTION 1 :

OPTION 2 :

Acceptation de la demande de crédit Type de crédit :

Refus Justification :

Prêt personnel

Prêt auto du concessionnaire

Carte de crédit

Vente à tempérament

Marge de crédit Justification :

© Éditions Grand Duc

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 87

Merci de ne pas photocopier

87

2021-06-09 10:14


11

Quels sont les risques associés au crédit ?

Utiliser le crédit peut être bien pratique. Il existe toutefois de nombreux risques associés à l’utilisation du crédit, comme le surendettement et les conséquences qu’il entraîne. Par exemple, si on accumule trop de dettes et qu’on les rembourse difficilement ou avec du retard, sa cote de crédit risque de baisser. Les prêteurs, comme les institutions financières, s’inquiéteront de la capacité à les repayer et ils imposeront probablement un taux d’intérêt plus élevé ou seront réticents à accorder un prêt. Cette difficulté d’accès au crédit pourrait accentuer les risques de surendettement, mais aussi causer un stress important pour le consommateur ou la consommatrice et avoir des effets notables sur sa qualité de vie et même sur sa santé.

Les pièges de l’endettement

Les causes

De plus en plus de crédit

Les conséquences

Avoir de mauvaises habitudes de consommation.

Accumuler les dettes.

La cote de crédit baisse.

Commencer à manquer des échéances de remboursement.

Les créanciers deviennent de plus en plus insistants et menacent de poursuivre ou de reprendre possession des biens.

Ne pas tenir de budget. Dépenser plus que son budget.

L’inconfort et le sentiment de perte de contrôle s’installent.

Utiliser ses cartes de crédit par nécessité. Payer seulement les intérêts ou les frais de gestion mensuels, sans jamais réduire sa dette totale.

Rem ts Prê

Vivre des changements dans la situation personnelle (chômage, divorce, etc.). Souffrir de dépendances.

Éc h

éan

Cré ces

anc

iers

Sur en dette

Sur con som mat ion

b ou

t men

tes Det

rsem

Les entreprises de services publics (électricité, gaz, etc.) coupent le service parce que les factures ne sont plus payées.

ent

Car tes de créd it

s

ss Stre

s ard Ret ments aie de p

Se porter caution, un risque non négligeable Pour un premier emprunt, avant que le dossier de crédit soit ouvert et que les habitudes de paiement soient démontrées, le prêteur exige souvent une caution pour consentir au prêt. C’est aussi le cas si la cote de crédit d’un emprunteur devient mauvaise. Le cautionnement est un contrat par lequel une personne s’engage personnellement envers le prêteur à remplir l’obligation de l’emprunteur si ce dernier est en défaut de le faire. Autrement dit, si un parent ou un ami cautionne votre prêt et que vous ne le remboursez pas comme convenu, le prêteur pourra exiger que cette personne rembourse les sommes dues à votre place. De plus, cette personne vient limiter sa propre capacité d’emprunter et prend le risque d’entacher son dossier de crédit en cas d’ennui potentiel. Une caution est d’ailleurs souvent demandée lors de la location d’un logement. On utilise alors le terme « endosseur » pour parler de la personne qui se porte caution.

88

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 88

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

2021-06-09 10:14


La classe numérique

w

c

t

z

laclasse.grandducenligne.com

L’insolvabilité et la faillite

Les solutions

Au fil du temps, une personne peut avoir accumulé tellement de dettes qu’elle n’est plus capable d’y faire face. Cette per­sonne devient alors insolvable, n’étant plus en mesure de rembourser les dettes qu’elle a déjà contractées. Faire faillite peut alors lui sembler la seule solution.

Avant d’avoir recours à la loi sur la faillite, il existe d’autres solutions à explorer pour l’emprunteur déterminé à se libérer de ses dettes.

Déclarer une faillite personnelle entraîne l’arrêt de toutes les procédures de la part des créanciers telles que les poursuites, les saisies, etc., et libère l’emprunteur de ses dettes. Par contre, elle entraîne aussi des conséquences importantes.

Réévaluer ses priorités et réduire ses dépenses mensuelles.

Son dossier de crédit sera entaché pendant plusieurs années (cinq à sept ans). Ce qui veut dire que pour chaque demande de prêt, l’institution financière sollicitée sera très réticente. Obtenir à nouveau la confiance des prêteurs pourra être long et difficile. De plus, faire faillite implique que les biens et les actifs sont saisis et vendus afin de rembourser les créanciers et acquitter les frais liés à la faillite (sauf les biens qui sont exclus en vertu des lois provinciales ou territoriales, par exemple les articles ménagers, les vêtements et les outils pour exercer son métier). Pour être admissible à la faillite, il faut avoir au moins 1000 $ d’endettement et ne pas posséder de biens ni de placements qui pourraient être vendus pour repayer sa ou ses dettes.

Réaménager son budget Les ressources : Les associations coopératives d’économie familiale (ACEF). Des logiciels ou des applications gratuites de budget et de finances personnelles.

Négocier avec ses créanciers Négocier directement avec ses créanciers pour conclure de nouvelles ententes plus avantageuses en demandant : une diminution du montant à rembourser ; une réduction du taux d’intérêt ; une prolongation de la période de remboursement.

Consolider ses dettes Obtenir un prêt d’une institution financière qui servira à rembourser toutes les autres dettes. Les avantages de la consolidation : Avoir un taux d’intérêt moins élevé. N’avoir qu’un seul paiement à faire.

L’évolution des dossiers d’insolvabilité au Québec et les raisons invoquées

Ne pas entacher son dossier de crédit.

Nombre de dossiers de faillites et de propositions du consommateur, selon l’année

Payer ses dettes en remettant à la Cour à intervalles réguliers une somme d’argent déterminée (un pourcentage du revenu ou du salaire). Les services judiciaires se chargent ensuite de redistribuer cette somme d’argent à tous les créanciers. Le dépôt volontaire dure jusqu’au remboursement complet des dettes.

10 579

1987

31 332

2006

43 701

2015

Les raisons de l’insolvabilité au Québec Crédit excessif ............. 29 % Mauvaise gestion Perte d’un revenu d’emploi ........................ 20 % Rupture de mariage .... 15 %

financière ...................... 12 % Problèmes médicaux ... 7 % Autres ............................. 17 %

Source : Karim Benessaieh, « Endettement des Québécois Une bombe à retardement », La Presse, [En ligne], page consultée le 13 mars 2016.

© Éditions Grand Duc

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 89

Merci de ne pas photocopier

Souscrire au dépôt volontaire

Déposer une proposition du consommateur Faire une proposition officielle d’entente aux créanciers afin de rembourser un pourcentage seulement des sommes dues ou de prolonger la période accordée pour rembourser les dettes, ou les deux. Les paiements se font alors à un syndic autorisé en insolvabilité qui les répartit ensuite entre les créanciers. La proposition est dans la plupart des cas acceptée par les créanciers, car elle leur permet d’obtenir plus d’argent que dans le cas d’une faillite. L’avantage : contrairement à une faillite, on garde ses actifs (voiture, maison, etc.).

89

2021-06-09 10:14


BIEN COMPRENDRE 1

Les personnes qui éprouvent des difficultés financières ont-elles nécessairement une mauvaise gestion de leur crédit ? Expliquez votre réponse.

2

L’accumulation de dettes peut entraîner des effets négatifs sur sa situation financière, mais aussi sur sa santé mentale et physique. Donnez trois exemples pour chacun des deux aspects. •

Sur sa situation financière :

Sur sa santé mentale et physique :

3

Qu’est-ce qu’une caution ? Expliquez-le dans vos mots.

4

Dans quelles situations peut-on demander un cautionnement ? Écrivez-en trois. •

5

Pourquoi une personne refuserait-elle de se porter caution ?

90

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 90

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

2021-06-09 10:14


QUESTION 6

11

Examinez l’exemple de budget suivant. Revenus mensuels Salaire

Dépenses mensuelles 1850 $

Épargne

0 $

Loyer (4 1/2 de 800 $) avec colocataire

400 $

Électricité (la moitié de 60 $) avec colocataire

30 $

Câblodistribution / Internet (la moitié de 100 $) avec colocataire

50 $

Épicerie

400 $

Prêt étudiant (3 % d’intérêt)

250 $

Prêt auto (6 % d’intérêt) et frais (essence, etc.)

300 $

Carte de crédit (15 % d’intérêt) Restos, vêtements, sorties, etc. Paiement du minimum de 25 $

200 $

Cours de yoga

40 $

Carte de crédit d’un magasin (22 % d’intérêt) (exemple : magasin d’ameublement) Lit, divan, télévision Paiement du minimum de 30 $ Total

1850 $

200 $

Total

1870 $

a) Nommez deux signes avant-coureurs indiquant que cette personne est dans une situation précaire. • • b) Donnez-lui quatre conseils pour un réaménagement budgétaire. • • • • c) Selon vous, pourquoi cette personne doit-elle agir tout de suite ? Expliquez-le dans vos mots.

© Éditions Grand Duc

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 91

Merci de ne pas photocopier

91

2021-06-09 10:14


BIEN COMPRENDRE ( suite ) 7

Lorsqu’une personne perd le contrôle de son endettement, la première solution à laquelle on pense souvent est la faillite. Donnez deux raisons pour lesquelles on devrait avoir recours à la faillite seulement en dernier recours. •

8

a) Malgré les autres solutions et les inconvénients qui l’accompagnent, plusieurs personnes déclarent faillite chaque année. Dans quelles circonstances la faillite est-elle la meilleure option ?

b) Qu’est-ce que la faillite permet que toutes les autres options ne permettent pas ?

9

Dans chacune des situations suivantes, de quelle solution au surendettement est-il question ? a) Solution extrême impliquant le versement automatique d’une partie de sa paie qui servira à rembourser les créanciers.

b) Choix volontaire de réduire ses dépenses, de réduire un peu son niveau de vie à la suite d’une analyse de ses revenus et de ses dépenses.

c) Entente à l’amiable permettant d’allonger la période de remboursement, pour réduire la somme mensuelle à payer et, en contrepartie, augmenter le montant des intérêts à payer.

d) Prêt avec une institution financière (banque ou caisse) afin de rembourser toutes les autres dettes, permettant de n’avoir qu’un seul paiement à faire, établi en fonction de ses revenus et avec un taux d’intérêt plus raisonnable.

e) Offre officielle aux créanciers afin de réduire la dette ou encore pour modifier les modalités de remboursement, permettant d’éviter la faillite et la saisie des biens.

92

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 92

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

2021-06-09 10:14


QUESTION

ME CONNAÎTRE 1

11

Quel serait votre comportement avec le crédit ? Pour chacun des énoncés suivants, cochez s’il correspond ou non à votre comportement. Énoncé

Oui

Non

a) Magasiner est un de mes passe-temps préférés. b) Je cache parfois à mes proches les dépenses que je fais. c) Je mens parfois sur les montants de mes dépenses. d) Acheter des biens me procure un sentiment de bien-être. e) Je suis incapable d’attendre afin de me procurer un bien ; lorsque je veux quelque chose, je le veux tout de suite. f) J’ai tendance à emprunter pour me procurer des biens. g) Je me considère comme un acheteur compulsif ou une acheteuse compulsive. h) Quand j’ai de l’argent, celui-ci me « brûle les doigts », c’est-à-dire que je dois dépenser l’argent comptant que j’ai sur moi. i) J’aime magasiner, cela me remonte le moral. j) Je dépense plus que je gagne en revenu. k) Si j’emprunte de l’argent à un ami ou une amie, je mets beaucoup de temps pour le ou la rembourser. l) Je suis incapable d’épargner.

Ce petit test sert à vous faire réfléchir sur le type de consommateur ou de consommatrice que vous êtes. Si vous vous reconnaissez dans plusieurs énoncés, vous avez un comportement potentiellement à risque face au crédit, voire à l’endettement. 2

Un comportement à risque face au crédit veut-il dire qu’il faut éviter complètement l’utilisation du crédit ?

3

Une personne ayant une dette de 1000 $ est-elle considérée comme surendettée ?

© Éditions Grand Duc

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 93

Merci de ne pas photocopier

93

2021-06-09 10:14


PRENDRE POSITION RÉACTIVATION DES CONNAISSANCES 1

Malik ne veut pas accumuler de dettes, alors il ne possède aucune carte de crédit. a) Une carte de crédit est-elle nécessairement associée à l’accumulation de dettes ?

b) Quels seraient les inconvénients pour Malik de ne pas avoir de carte de crédit ?

c) Quels seraient les achats pour lesquels Malik pourrait s’endetter sans que cela soit considéré comme un problème ?

2

Sophie n’a que 200 $ à consacrer au remboursement de ses dettes ce mois-ci. Elle se demande si elle devrait privilégier le remboursement de sa carte de crédit ou de sa marge de crédit. Que devrait-elle faire ?

3

Benjamin apprend qu’il a une cote de crédit de 0. Il craint que cela lui nuise à l’avenir et qu’il ait de la difficulté à louer un logement. Ses craintes sont-elles fondées ? Que peut-il faire pour changer la situation ?

4

Maria gagne près de 100 000 $ par année et son frère Sebastian gagne moins de 50 000 $ par année. Tous les deux font une demande de prêt dans une institution financière. Maria est fâchée de constater que sa demande est refusée, alors que son frère obtient son prêt sans difficulté. Qu’est-ce qui peut expliquer cette situation ?

94

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 94

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

2021-06-09 10:14


5

Indiquez quel type de crédit devrait être utilisé dans les cas suivants. a) Jean-Philippe veut faire un achat à crédit aujourd’hui, mais compte rembourser la totalité de l’achat dès qu’il recevra sa paie jeudi prochain.

b) Le réfrigérateur de Salima ne fonctionne plus et elle n’a pas les moyens d’en acheter un maintenant. Comme elle ne peut s’en passer, elle évalue qu’elle pourrait payer 50 $ par mois pour en acheter un nouveau.

c) Étienne commence bientôt un nouvel emploi pour lequel il a besoin d’une voiture. Comme il n’a pas commencé à travailler, il n’a pas l’épargne nécessaire.

d) Hakim est propriétaire et, pour faire face aux imprévus, il souhaite avoir accès à un crédit flexible, toujours disponible, qu’il pourra rembourser aussi rapidement que possible.

6

Que feriez-vous si les situations suivantes vous arrivaient ? a) Un prêt vous a été refusé à la banque. Vous rencontrez une personne disposée à vous prêter l’argent dont vous avez besoin, mais elle veut vous imposer des intérêts de 62 %. Vous avez vraiment besoin de cet argent. Que devriez-vous faire ?

b) Vous n’avez pas l’argent nécessaire pour payer votre carte de crédit, mais vous ne voulez pas payer d’intérêts. Vous décidez de contracter une deuxième carte de crédit pour payer la première. Est-ce une bonne stratégie ?

c) Vous n’arrivez plus à payer vos dettes. On vous propose de faire une consolidation de dettes, mais vous pensez qu’il serait plus simple de déclarer faillite pour régler le problème plus rapidement. Quelle serait la meilleure option ?

© Éditions Grand Duc

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 95

Merci de ne pas photocopier

95

2021-06-09 10:14


PRENDRE POSITION ( suite ) JUSTIFICATION APPROPRIÉE DU CHOIX Votre situation financière 1

Cerner la situation Votre travail et votre lieu d’étude sont à 25 minutes de distance. Vous n’avez pas d’ordinateur, ce qui vous oblige à vous rendre constamment à la bibliothèque de votre cégep. Vous en avez assez de perdre du temps dans les déplacements. • Vous voulez vous acheter un ordinateur portable le plus rapidement possible. • Le coût du portable choisi est de 1699 $ + taxes.

• Revenus : Travail caissier / caissière à l’épicerie : 720 $/mois • Dépenses : 630 $/mois • Épargne : Moins de 100 $

• Vous n’avez pas suffisamment d’épargne, vous aurez donc besoin d’utiliser du crédit. a) Identifiez les besoins auxquels répond l’achat d’un ordinateur portable.

b) Identifiez votre budget pour l’achat de l’ordinateur portable.

2

Examiner les options a) Examinez les options ci-dessous. Option 1

Option 2

Option 3

Option 4

Type de paiement

Vente à tempérament : paiements différés

Vente à tempérament : paiement dans 24 mois

Carte de crédit étudiante : 19,9 %

Marge de crédit étudiante : 4,2 %

Versement à l’achat

Taxes : 254,43 $

Taxes : 254,43 $

0 $

0 $

Remboursement au détaillant par mois

70,79 $ x 24 mois

0 $ x 24 mois

90 $ x 28 mois

90 $ x 23 mois

Intérêts

0 $ si vous respectez votre engagement de 70,79 $ /mois pendant 24 mois.

0 $ si vous respectez votre engagement de payer la totalité du bien à la date d’échéance.

488,23 $

81,80 $

b) Déterminez les avantages et les inconvénients de chaque option. Option 1

Option 2

Option 3

Option 4

Avantages :

Avantages :

Avantages :

Avantages :

Inconvénients :

Inconvénients :

Inconvénients :

Inconvénients :

96

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 96

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

2021-06-09 10:14


c) Quelle option vous semble la meilleure ?

3

Considérer les aspects légaux L’option choisie vous permet-elle de garder un bon dossier de crédit ? Justifiez votre réponse.

4

Relativiser sa position a) Trouvez une à deux personnes dans la classe qui ont fait des choix différents du vôtre, puis remplissez le tableau ci-dessous. Adulte 1

Choix

Explications

Adulte 2

Choix

Explications

b) D’autres options s’offrent à vous. Justifiez les choix que vous cochez en indiquant leurs avantages et inconvénients. Autre option

Oui

Non

Avantages

Inconvénients

Ne pas acheter d’ordinateur et se rendre à la bibliothèque de la ville.

Acheter un ordinateur moins dispendieux.

5

Prendre position Considérant vos besoins et votre situation financière, quelle serait la meilleure option pour vous ? Justification en lien avec le besoin identifié : Justification en lien avec le budget :

© Éditions Grand Duc

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 97

Merci de ne pas photocopier

97

2021-06-09 10:14


12

Épargner : à quoi ça sert ?

Habitudes ou croyances d’une autre époque, les gens ont longtemps caché leurs économies dans leur maison parce qu’ils ne faisaient pas confiance aux banques ou craignaient les vols dans celles-ci, par exemple en dissimulant des billets sous le matelas. Peu de personnes songent aujourd’hui à agir ainsi. Les économies sont plutôt mises à l’abri dans une institution financière et peuvent même générer des intérêts si elles sont placées dans un compte d’épargne ou si elles sont investies dans certains placements financiers. Épargner de l’argent, c’est prévoir les événements de la vie et préparer des projets futurs. C’est aussi éviter d’avoir recours au crédit et de payer des intérêts, une bonne façon de faire de réelles économies !

Une définition simple de l’épargne L’épargne est la part des revenus qui reste après les taxes et les impôts (revenu net) que l’on ne consomme pas immédia­te­ment pour subvenir à ses besoins ou pour faire des achats divers.

L’épargne est représentée par une équation

Un acte de prévoyance D’un point de vue financier, épargner consiste à analyser ses ressources financières, puis à décider comment les employer pour atteindre ses objectifs personnels. C’est aussi se fixer des objectifs à court, moyen et long terme. Faire un budget est très utile pour adapter son épargne aux objectifs fixés. On peut épargner pour de multiples raisons : réaliser un projet de voyage, quitter la maison familiale plus rapidement, être capable de faire face aux imprévus, être plus libre de ses choix, s’assurer une retraite plus confortable, etc. Quels que soient les objectifs, l’épargne personnelle est toujours une bonne idée, puisqu’épargner, c’est voir plus loin que la satisfaction instantanée, et même plus loin que ses buts à court terme.

Des objectifs dans le temps

Revenu disponible

Consom­m ation

Épargne

Selon les principes comptables, l’épargne est la partie du revenu disponible d’un agent économique qui n’est pas utilisée pour faire des dépenses de consommation.

Épargner signifie donc renoncer à consommer maintenant une partie de son revenu pour l’utiliser plus tard. C’est accepter de ne pas satisfaire instantanément tous ses désirs et savoir résister à la tentation, parfois très forte, d’acheter des biens et des services qui ne sont pas essentiels dans l’immédiat.

98

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 98

Court terme

Moyen terme

Est-ce que j’ai suffisamment d’argent pour faire des achats qui ne sont pas prévus dans mon budget mensuel ? Est-ce que j’aurai assez d’argent pour acheter une maison ou pour suivre des cours en vue d’obtenir un meilleur emploi ? Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

2021-06-09 10:14


La classe numérique

p

4

j

c

laclasse.grandducenligne.com

Un geste à son rythme La principale inquiétude relative à l’épargne est de ne pas être en mesure d’atteindre ses objectifs financiers. C’est-à-dire ne pas avoir épargné suffisamment d’argent pour ses projets ou pour maintenir ses obligations financières lors d’un imprévu tel que la perte d’un emploi. Une autre crainte récurrente des Québécois et Québécoises lorsqu’on les interroge au sujet de l’épargne est de devoir subir une baisse significative de leur niveau de vie à la retraite par manque de fonds épargnés. En matière de planification financière, il est conseillé d’épargner entre 10 % et 20 % de ses revenus bruts dans le but de se bâtir un fonds d’urgence et de planifier sa retraite. Plusieurs études économiques récentes démontrent que les ménages québécois sont très loin de cette cible d’épargne et qu’ils ont plutôt un taux d’épargne moyen aux alentours de 3 % de leurs revenus bruts. On explique entre autres cette lacune par le manque de connaissances en matière de finances personnelles. Par exemple, réserver un montant de son revenu à chacune de ses paies est une excellente stratégie afin d’épargner à bon rythme et d’atteindre les cibles recommandées. Il existe d’ailleurs une solution simple pour minimiser le poids de l’épargne dans le budget mensuel : épargner le plus tôt possible ! Plus on commence jeune, moins l’effort d’épargne est important. Pour résumer, on peut dire que les meilleurs amis de l’épargne sont le temps et la régularité. Source : Dominique Forget, « La crise de l’épargne au Québec », L’actualité, [En ligne], page consultée le 13 mars 2017.

Long terme

Les quatre leviers de l’épargne

1. 2.

ÉCONOMISER AU QUOTIDIEN AVOIR UN BUDGET ET CLARIFIER SES OBJECTIFS

ÉPARGNER RÉGULIÈREMENT

DÉPENSER PRUDEMMENT

4. 3.

Supprimer ou réduire les dépenses non essentielles, comme les repas ou les boissons des restaurants au quotidien. Comparer les prix avant d’acheter et chercher les bonnes affaires en magasin. Acheter d’occasion, par exemple les manuels scolaires ou les meubles. Utiliser le transport en commun. S’obliger à épargner, même s’il s’agit de petites sommes chaque semaine. Mettre de côté l’argent reçu en cadeau aux anniversaires ou à d’autres occasions. Considérer l’épargne comme une « dépense » essentielle dans son budget. Être une consommatrice ou un consommateur averti et qui connaît ses droits.

Me sera-t-il possible de maintenir mon niveau de vie quand je serai à la retraite ?

Choisir un programme bancaire qui répond à ses habitudes d’utilisation (nombre de transactions gratuites par mois, frais annuels, programmes pour étudiants et étudiantes). Ne pas accumuler de dettes inutiles et utiliser le crédit avec parcimonie. Tenir un budget précis qui fait la liste de ses revenus et de ses dépenses. Se fixer des objectifs simples et réalistes. Écrire ses objectifs pour rester motivé.

© Éditions Grand Duc

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 99

Merci de ne pas photocopier

99

2021-06-09 10:14


BIEN COMPRENDRE 1

Qu’est-ce que l’épargne ? Expliquez-le dans vos mots.

2

Quelles astuces donneriez-vous à une personne qui désire épargner ? Nommez-en trois. • Astuce 1 : • Astuce 2 : • Astuce 3 :

3

Dans chaque catégorie, nommez trois astuces concrètes pour épargner au quotidien. a) L’alimentation  • • •

b) Les vêtements • • •

c) Les déplacements • • •

100

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 100

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

2021-06-09 10:14


QUESTION

ME CONNAÎTRE

12

Pensez à des projets d’épargne à court, moyen et long terme que vous pourriez avoir. Décrivez-les en remplissant le tableau suivant. Un projet d’épargne à court terme (quelques semaines à un an maximum) QUOI ? Pour quel projet à court terme épargnez-vous ?

QUAND ? Le projet est prévu quand ? (Approximativement)

COMMENT ? Comment allez-vous épargner cet argent concrètement ? (Moyens et astuces)

Un projet d’épargne à moyen terme (dans quelques années) QUOI ? Pour quel projet à court terme épargnez-vous ?

QUAND ? Le projet est prévu quand ? (Approximativement)

COMMENT ? Comment allez-vous épargner cet argent concrètement ? (Moyens et astuces)

Un projet d’épargne à long terme QUOI ? Pour quel projet à court terme épargnez-vous ?

QUAND ? Le projet est prévu quand ? (Approximativement)

COMMENT ? Comment allez-vous épargner cet argent concrètement ? (Moyens et astuces)

© Éditions Grand Duc

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 101

Merci de ne pas photocopier

101

2021-06-09 10:14


13

Quel est mon profil pour investir ?

Épargner sert à mettre de l’argent de côté pour réaliser un objectif ou avoir un coussin de sécurité. Si l’objectif fixé est plutôt à court terme, on privilégie habituellement les dépôts bancaires qui permettent de retirer son argent en tout temps. Investir est une démarche différente : l’argent épargné est placé dans un placement ou un portefeuille de plusieurs placements qui, si tout se passe bien, rapporteront des profits. Toutefois, selon le type de placement choisi, le risque de perdre une partie de son argent est possible.

Comprendre l’investissement Investir, c’est engager une dépense maintenant afin d’obtenir un bénéfice plus tard. Au-delà de mettre de l’argent de côté, ce qui rend l’investissement intéressant est la perspective d’en retirer un gain. Faire un investissement est le contraire de demander un crédit, puisque l’on devient un investisseur qui place son argent dans le but de le faire fructifier. Au lieu de payer des intérêts, on peut en retirer ! Dans un investissement, ce qui est attrayant est le rendement. Il s’agit de l’argent réalisé sur l’argent placé (le capital investi). Ce profit est plus souvent sous forme d’intérêts, de dividende ou de plus-value. On le calcule en pourcentage du capital investi, généralement sur une année. Certains placements garantissent un taux de rendement et, parfois, on connaît même le rendement exact que l’on obtiendra. Cependant, pour d’autres placements, on ne connaît pas le taux de rendement avant son échéance ou on le connaît seulement au moment de la vente de ses actifs. Un investissement peut être plus ou moins risqué. On peut ne pas faire autant d’argent que prévu sur son placement et on peut même perdre en partie ou en totalité le capital investi, par exemple lors d’un effondrement du marché boursier. Le rendement et le risque sont en étroite relation. En effet, plus le risque est élevé, plus la possibilité de rendement l’est aussi. Donc, pour espérer obtenir un rendement élevé, il faut augmenter son exposition au risque. Inversement, si on souhaite réduire le risque, il faut s’attendre à ce que le rendement de son placement soit moins intéressant. Investir peut aussi consister à bloquer son épargne pendant une période plus ou moins longue pour en tirer un rendement. On peut alors se demander dans combien de temps on pourra récupérer son argent. Il s’agit de la notion de liquidité, soit la vitesse à laquelle on peut convertir son placement en argent comptant, sans effet majeur sur son prix. Cette notion est aussi liée au rendement puisque, dans certains cas, plus le placement est fait à long terme, plus le rendement sera élevé.

Se connaître avant d’investir Chaque personne a des objectifs d’investissement qui lui sont propres et qui évoluent dans le temps. La composition du portefeuille de placements varie donc en fonction de la situation personnelle et du seuil de tolérance au risque de la personne qui investit. L’investisseur ou investisseuse doit se poser une question fondamentale avant d’effectuer des choix de placements : « Qu’est-ce que j’attends de mes placements : la sécurité ou la croissance ? » L’investisseur doit tenir compte du rapport entre le risque et le rendement, puisque chaque produit financier se caractérise principalement selon son risque et son rendement espéré. On se doit d’évaluer les produits financiers selon deux possibilités : Le risque que la valeur de l’actif diminue, et de subir une perte de ses épargnes. Le potentiel que l’actif obtienne un bon rendement et que la valeur de ses actifs augmente, et de réaliser un gain (profits) sur son capital.

102

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 102

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

2021-06-09 10:14


Investir selon sa tolérance au risque

Son profil d’investisseur Voici quelques exemples utilisés pour qualifier le profil lié aux comportements en investissement.

Audacieux Tolérance au risque et comportement Excellente tolérance au risque, car les sommes ne seront pas utilisées avant de nombreuses années. Investit presque exclusivement dans des fonds d’actions sans se préoccuper des fluctuations.

En croissance

RENDEMENT

RISQUE

Objectif : obtenir le meilleur rendement à long terme.

Objectif : atteindre un bon potentiel de croissance à long terme en maintenant une certaine stabilité. Tolérance au risque et comportement Accorde une importance à la volatilité du capital (à l’ampleur des variations). Diversifie ses placements en incorporant différentes catégories d’actifs.

Équilibré Objectif : maintenir un équilibre entre la croissance à long terme et la stabilité. Tolérance au risque et comportement Ouvert aux opportunités, mais pas à n’importe quel prix. Attache une certaine importance aux conditions économiques incertaines à court terme. Vise un rendement réel raisonnable à long terme.

Modéré Objectif : obtenir un rendement stable et préserver la sécurité du portefeuille. Tolérance au risque et comportement Tolère de légères fluctuations. Prêt à investir dans certains placements à risque plus élevé, comme les fonds d’actions, pour augmenter progressivement la valeur de son portefeuille.

Prudent Objectif : préserver la sécurité du capital investi en recherchant une volatilité minimale du portefeuille. Tolérance au risque et comportement Faible tolérance au risque.

+

EN SAVOIR

Quel que soit son profil, l’investisseur ou investisseuse doit se rappeler qu’une répartition judicieuse de ses placements entre différentes catégories d’actifs permet à son portefeuille de mieux résister aux fluctuations du marché. Ainsi, lorsqu’une catégorie d’actifs est à la baisse, les actifs qui évoluent dans des contextes différents ne réagissent pas nécessairement dans le même sens.

Protéger la valeur de l’épargne est la préoccupation principale.

© Éditions Grand Duc

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 103

Merci de ne pas photocopier

103

2021-06-09 10:14


13

Quel est mon profil pour investir ?

Savoir comment investir son argent Une des premières questions à se poser est : quel type de placement ou de régime choisir ? Pour répondre à cette question, il est essentiel de comprendre à quoi les produits financiers correspondent. On peut aussi se faire aider ou conseiller par un profession­nel ou une professionnelle. Qu’on investisse dans des placements enregistrés, dans des actions ou en immobilier, il est important de se rappeler qu’on est en train d’épargner ! Et lorsque vient le temps d’investir, l’important est de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier.

LES DÉPÔTS BANCAIRES Description

Rendement

Risque

Liquidité

Compte épargne

Compte de dépôt offert par les institutions financières.

Taux d’intérêt peu élevé. Des frais peuvent s’appliquer.

Aucun, les dépôts sont garantis par une assurance-dépôt.

Élevée, mais moins qu’un compte chèque (peut varier selon le produit choisi, il existe des comptes fermés pour plusieurs années).

Certificat de placement garanti (CPG)

Émis par les institutions financières.

Taux d’intérêt fixe.

Faible à moyen.

Intérêt versé à la date d’échéance.

Les CPG peuvent être couverts par une assurance-dépôt, en cas de faillite de l’institution émettrice, ou d’une garantie.

Faible, la plupart des CPG doivent être détenus jusqu’à la date d’échéance.

Prêt de l’investisseur à l’institution émettrice. Durée : 30 jours à 10 ans.

Dépôt à terme

Mêmes caractéristiques que le CPG, à l’exception qu’on peut retirer les fonds avant l’échéance sans pénalités.

LES RÉGIMES ENREGISTRÉS AUPRÈS DE REVENU CANADA But : accumuler, à l’abri de l’impôt, un capital en prévision de la retraite. Régime Enregistré Les cotisations versées sont déductibles d’impôt, mais les montants que l’on peut placer sont plafonnés. On peut reporter les cotisations inutilisées à l’année suivante. Et attention ! Lorsque les sommes sont retirées du REER, elles sont imposables. Épargne

Retraite

Ce véhicule d’épargne est attrayant pour les jeunes épargnants, car il peut être utilisé pour acheter une propriété à même le capital accumulé. Il s’agit du Régime d’accession à la propriété (RAP). Les types de placements admissibles dans un REER sont nombreux, des actions d’une entreprise cotée à la bourse aux obligations des entreprises. L’important est d’investir en respectant ses objectifs, sa situation personnelle et son profil ­d’investisseur.

Compte

But : accumuler un capital dont les revenus provenant du placement sont libres d’impôt.

Épargne Libre

Les cotisations versées ne sont pas déductibles d’impôt et les montants que l’on peut placer sont plafonnés. Par exemple, en 2017, le plafond de contributions est de 5500 $ par année. On peut reporter les droits de cotisation inutilisés à l’année suivante. Il faut avoir 18 ans pour ouvrir un CELI.

Impôt

Les types de placements admissibles dans un CELI sont en majorité les mêmes que ceux admissibles dans un REER.

Régime

But : épargner en vue des études postsecondaires d’un enfant.

Enregistré L’argent qui y est versé fructifie à l’abri de l’impôt. Les gouvernements offrent des incitatifs en versant une subvention proportionnelle au montant déposé dans le compte. Lorsque l’enfant s’inscrit à un programme d’études postsecondaires Épargne Études

admissible, il peut commencer à retirer de l’argent du régime.

Seul l’enfant paie de l’impôt sur l’argent retiré. Étant donné que de nombreux étudiants et étudiantes ont peu ou pas de revenus, ils paient habituellement peu d’impôt ou n’en paient pas du tout lorsqu’ils retirent de l’argent du régime.

104

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 104

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

2021-06-09 10:14


La classe numérique

2

f

6

e

laclasse.grandducenligne.com

LES AUTRES PLACEMENTS Description Actions ordinaires

Rendement

Risque

Dividendes.

Moyen à élevé.

Gain (ou perte) en capital.

La valeur peut augmenter ou diminuer considérablement.

Émises par les gouvernements et les entreprises.

Intérêts versés à intervalles prédéterminés, souvent deux fois par année.

Faible à élevé.

L’émetteur promet de verser de l’intérêt à l’investisseur à un taux fixe, à des intervalles précis, et de rembourser un montant prédéterminé à la date d’échéance.

Gain (ou perte) en capital si l’obligation est vendue avant la date d’échéance.

La valeur diminue si les taux d’intérêt augmentent ou si l’émetteur a des difficultés financières.

Habituellement de valeur nominale de 1000 $.

La valeur varie en fonction de la fluctuation des taux d’intérêt et de la cote de crédit de l’émetteur.

Émises par les entreprises. Le détenteur a une participation dans l’entreprise, généralement un droit de vote.

Liquidité Élevée lorsque les actions sont négociées en Bourse ou sur les marchés.

Aucune date d’échéance.

Obligations

Durée : 12 mois à 30 ans.

Obligations d’épargne

Émises par le gouvernement fédéral et certaines provinces. Prêt de l’investisseur au gouvernement émetteur. Durée : 1 an ou plus.

Fonds communs de placement

La plupart garantissent : un taux de rendement annuel fixe jusqu’à la date d’échéance ;

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 105

Si l’émetteur a des problèmes financiers, possibilité de ne pas trouver de marché de revente.

Très faible.

Élevée ou moyenne.

Ces obligations sont garanties par le ­gouvernement émetteur.

Peuvent être encaissées en tout temps, à des intervalles précis ou seulement à la date d’échéance.

un taux de rendement minimal que l’émetteur peut augmenter si les conditions du marché changent.

Pas transférables d’un investisseur à un autre.

Dividendes.

Faible à élevé.

Élevée.

Intérêts.

Gérés par un gestionnaire qui investit l’argent dans divers types de titres selon les objectifs du fonds.

Gain (ou perte) en capital lorsque le détenteur vend des parts.

Dépend des placements du fonds (obligations, actions, etc.).

Rachetables en tout temps.

Terrains et bâtiments comme une maison.

Les frais exigés par les gestionnaires réduisent le rendement. Dépendant du prix et du marché immobilier, gain ou perte en capital. Gain en capital sur une résidence principale non imposable.

© Éditions Grand Duc

Variable, les obligations sont vendues par l’intermédiaire de courtiers et leur fermeture avant échéance peut suivre des règles différentes.

Fonds réunissant l’argent de plusieurs investisseurs.

Aucune date d’échéance.

Biens immobiliers

Si l’obligation est détenue jusqu’à la date d’échéance, l’investisseur obtient le rendement promis au moment de l’achat.

Plus élevé lorsque la durée est plus longue.

Merci de ne pas photocopier

La plupart ne sont pas garantis.

Faible à élevé.

Faible.

Dépend du prix et du marché immobilier.

Peuvent prendre du temps à vendre si on veut obtenir le juste prix.

105

2021-06-09 10:14


ME CONNAÎTRE Voici un petit test pour connaître votre tolérance au risque. Choisissez votre réaction dans les situations suivantes. 1

Un ami vous offre la possibilité d’investir dans une entreprise très prometteuse et il vous assure que la valeur de l’action va doubler d’ici la fin de l’année. POINTS

2

3

4

1

a) C’est trop risqué, vous n’investissez pas.

2

b) Vous investissez 500 $, une somme que vous pouvez vous permettre.

3

c) Vous vous informez sur la compagnie et, s’il y a un réel potentiel, vous investissez 2000 $.

4

d) Vous investissez toutes vos économies.

Votre patronne vous propose un bonus de 400 $ en argent ou de 600 $ en actions de la compagnie que vous ne pouvez vendre avant un an. Pendant cette année, la valeur des actions peut monter ou descendre. 1

a) Vous prenez l’argent

3

b) Vous prenez les actions.

Vous gagnez 10 000 $ à la loterie. Que faites-vous de cet argent ? 1

a) Vous achetez cette chose dont vous rêvez depuis longtemps.

2

b) Vous le placez dans un certificat de placement garanti à un taux de 2 %.

4

c) Vous investissez dans cette petite compagnie très prometteuse qui pourrait vous rapporter gros.

3

d) Vous consultez un conseiller financier ou une conseillère financière afin de diversifier vos placements.

On vous propose de participer à un pari sportif au coût de 20 $, mais vous pourriez gagner 500 $. 1

a) Vous dites « non merci ».

2

b) Vous partagez le coût avec un ami : si vous perdez, ce sera seulement une perte de 10 $.

4

c) Vous participez après vous être informé sur les équipes et leurs chances de gagner.

3

d) Vous voulez participer plus d’une fois afin d’augmenter vos chances de gagner.

Calculez le total de vos points : ANALYSE DES RÉSULTATS 5 points et moins : Vous êtes du type prudent, vous cherchez des placements qui offrent des garanties, même s’ils offrent moins de rendement. Vous êtes susceptible de connaître un certain stress si vous faites des investissements un peu trop risqués. Entre 6 et 11 : Vous êtes plutôt une personne équilibrée : vous pouvez vivre avec certains risques, mais calculés. Vous prenez le temps de vous informer et de consulter des spécialistes. Vous voulez du rendement, mais pas à n’importe quel prix. Plus de 11 : Vous aimez le risque. Si cela peut rapporter beaucoup, vous êtes prêt ou prête à encaisser des pertes. « Qui ne risque rien n’a rien » est probablement votre ligne de conduite. Note : Ce test ne dresse pas nécessairement un portrait complet.

106

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 106

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

2021-06-09 10:14


QUESTION

BIEN COMPRENDRE 1

Qu’est-ce que l’investissement ? Expliquez-le dans vos mots.

2

Avant d’investir son épargne, il y a trois concepts à maîtriser. Complétez les explications de base sur ceux-ci.

13

a) Le rendement C’est : Habituellement plus élevé avec : l’épargne

ou l’investissement

.

ou l’investissement

.

ou l’investissement

.

b) Le risque  C’est : Habituellement plus élevé avec : l’épargne c) La liquidité  C’est : Habituellement plus élevé avec : l’épargne 3

Complétez les phrases suivantes en ajoutant a) Le rendement sera plus

(élevé) ou

si le risque est plus

(faible).

.

b) Si on ne prend pas de risque, le rendement sera sûrement plus c) L’investissement offre un rendement généralement plus 4

.

que l’épargne, mais offre une liquidité plus

.

Où devrait-on mettre son épargne dans les situations suivantes ? a) Je veux mettre de l’argent de côté pour m’acheter une maison dans 10 ans. Si je pouvais réduire mon impôt en même temps, ce serait encore mieux.

b) J’ai de l’argent de côté pour un voyage prévu dans deux ans. Je voudrais le placer pour le faire fructifier un peu, mais je ne veux vraiment pas le perdre.

c) Je mets 20 $ de côté pour me gâter de temps en temps, et je veux avoir un accès facile à cet argent : c’est une épargne à très court terme.

d) Je veux mettre de l’argent de côté pour les études de mes enfants.

e) Je suis prêt ou prête à risquer une partie de mon argent si cela peut me rapporter plus.

© Éditions Grand Duc

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 107

Merci de ne pas photocopier

107

2021-06-09 10:14


BIEN COMPRENDRE ( suite ) 5

De quel type de profil d’investisseur s’agit-il ? Appuyez-vous sur sa description pour indiquer de quel type il s’agit. a)

• Je suis plus à l’aise avec la stabilité. • Ma situation financière me permet d’absorber de légères pertes de profits. • Je préfère opter pour des placements comportant un léger risque, mais je ne veux pas perdre mon capital. • J’accepte le fait que ces placements pourraient fluctuer et qu’ils pourraient perdre le profit accumulé. J’ai un profil :

b)

.

• Je n’aime pas le risque ou ne possède pas la situation financière me permettant d’absorber une perte d’argent. • Je préfère opter pour des placements sécuritaires. • J’accepte le fait que ces placements ne rapportent pas beaucoup de profits. J’ai un profil :

c)

.

• Ma situation financière me permet d’absorber des pertes de profits et même de capital. • Je n’ai pas de contraintes dans le temps pour récupérer mon capital : je préfère le rendement à long terme. • Je préfère opter pour un maximum de risques afin de possiblement en retirer un maximum de profits. J’ai un profil :

d)

.

• Je suis prêt ou prête à prendre un certain risque. • Les conditions économiques me préoccupent, mais j’essaie d’avoir une vision à long terme. • Je souhaite un rendement raisonnable à long terme, mais pas à tout prix. J’ai un profil :

e)

.

• J’essaie de diversifier mes actifs le plus possible afin de contrer les risques. • Je souhaite faire des rendements à long terme. • Je prête attention aux fluctuations du marché en surveillant mes actifs de près. J’ai un profil :

6

.

Les différents profils d’investisseurs suivants ont tous 2000 $ à placer pour un projet à moyen terme. Comment devraient-ils placer leur argent ? a) Le profil audacieux : b) Le profil modéré : c) Le profil prudent :

108

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 108

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

2021-06-09 10:14


QUESTION

ME CONNAÎTRE 1

13

Pour investir, il faut d’abord bien se connaître. Selon vos projets à court, moyen et long terme, selon votre attitude générale à l’égard de l’argent et selon votre tolérance au risque, quel serait votre profil d’investisseur ? Justifiez votre réponse. •  Profil prudent

•  Profil modéré

•  Profil équilibré

•  Profil en croissance

•  Profil audacieux

Justification :

2

La tolérance au risque n’est pas toujours la même selon les projets ou selon les périodes de la vie. a) Pour chacune des situations suivantes, dites si vous auriez tendance à prendre des risques financiers ou bien à faire preuve de prudence. Expliquez vos réponses. b) Donnez une suggestion de placement que vous pourriez faire dans les situations suivantes. 1) Vous placez de l’argent dans le but d’acheter votre première maison dans 5 ans.

Suggestion de placement : 2) Vous avez 25 ans et vous placez de l’argent qui servira pour votre retraite.

Suggestion de placement : 3) Vous avez peu de revenus, mais vous réussissez à mettre de côté 25 $ par semaine.

Suggestion de placement : 4) Vous avez un bon salaire et vous décidez de consacrer 400 $ par mois à vos placements. Comme c’est de l’argent dont vous n’avez pas besoin dans l’immédiat, vous voulez le faire fructifier le plus possible.

Suggestion de placement :

© Éditions Grand Duc

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 109

Merci de ne pas photocopier

109

2021-06-09 10:14


PRENDRE POSITION RÉACTIVATION DES CONNAISSANCES 1

Les personnes suivantes ont-elles des projets à court, moyen ou long terme ? a) Asha veut mettre de l’argent de côté pour s’acheter une maison dans quelques années. Court terme

Moyen terme

Long terme

b) Mario prévoit un voyage l’été prochain. Court terme

Moyen terme

Long terme

c) Pauline met de l’argent de côté pour sa retraite. Court terme

Moyen terme

Long terme

2

Sébastien voudrait bien faire de l’épargne, mais n’y arrive pas. Quels conseils lui donneriez-vous pour qu’il puisse épargner ?

3

Karina est audacieuse comme investisseuse alors que son conjoint, Philippe, est de type prudent. Qu’est-ce qui les différencie dans leurs façons d’investir ?

4

Karim a reçu un héritage de 10 000 $ et il le dépose en entier dans un compte épargne de son institution financière. Est-ce une bonne stratégie ? Donnez un avantage et un inconvénient de cette stratégie d’épargne. • Avantage :

• Inconvénient :

5

Jacinthe veut investir 1000 $ et elle se demande si elle devrait placer son argent dans un REER ou dans un CELI. Aidez-la à départager ces deux outils d’investissement.

110

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 110

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

2021-06-09 10:14


6

Diego souhaite investir dans les actions d’une entreprise très prometteuse, mais sa conseillère en placement lui recommande de ne pas placer tout son argent dans une même compagnie. Diego ne comprend pas pourquoi. Expliquez-le-lui.

7

Monia veut faire un voyage dans un an et elle a déjà 2000 $ d’épargne. Elle se dit qu’il est ridicule de laisser cette somme dans son compte chèque. Que devrait-elle faire avec son argent en attendant de faire son voyage ? Proposez-lui deux options et justifiez votre choix. • Option 1 : • Justification :

• Option 2 : • Justification :

8

Le profil d’investisseur de Walid est modéré et il pense peut-être investir dans des actions. Est-ce un bon choix pour lui ? Sinon, que lui suggéreriez-vous ?

9

Nicole élève seule sa petite fille de deux ans. Elle voudrait prévoir des fonds pour payer les futures études de sa fille. Quelle serait la meilleure façon d’épargner pour un objectif comme celui-là ? Justifiez votre réponse.

© Éditions Grand Duc

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 111

Merci de ne pas photocopier

111

2021-06-09 10:14


PRENDRE POSITION ( suite ) JUSTIFICATION APPROPRIÉE DU CHOIX 1

Cerner la situation À la fin de vos études collégiales, les membres de votre cohorte souhaiteraient réaliser le projet suivant. VOYAGE DE 9 JOURS EN ITALIE : 2000 $ • Réservation immédiate : dépôt de 500 $ non remboursable • Paiement du solde : 1 mois avant le départ (dans 3 ans) • Pour la réservation du voyage, toutes les personnes doivent remettre 500 $ immédiatement. Ils et elles ont l’occasion de remettre 500 $ pour un placement. Un étudiant en finances s’occupera de faire fructifier leur épargne pour diminuer autant que possible les coûts du voyage. a) Du point de vue de l’étudiant en finances, quel sera l’objectif premier à atteindre concernant : • le rendement du placement ? • le risque du placement ? • la liquidité du placement ? b) Cochez la phrase de l’énoncé qui vous représente le plus.

• Pour moi, il est primordial que le placement couvre tous les frais du voyage.

• Pour moi, il est primordial que le placement couvre une bonne partie du solde à payer.

• Pour moi, il est primordial que le placement assure au minimum le dépôt de 500 $.

c) À ceux et celles qui décident de placer 500 $, combien d’argent leur conseilleriez-vous d’économiser en vue de leur voyage ?

2

Considérer les aspects légaux a) Si le placement n’atteint pas les objectifs souhaités, est-il possible de se désister du voyage? Quelles seront les conséquences ?

b) Si vous avez des questions concernant votre achat parce que la compagnie aérienne a décidé de changer les dates du vol et que vous ne pouvez plus participer au voyage, à qui pourriez-vous vous adresser ?

112

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 112

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

2021-06-09 10:14


3

Examiner les options Dans le tableau suivant, précisez un avantage et un inconvénient que chacun de ces placements apporterait à votre projet. Dépôt à terme

Actions ordinaires

Fonds communs de placement

Avantages

Inconvénients

4

Relativiser sa position Trouvez une à deux personnes dans la classe qui ont fait des choix différents du vôtre. Décidez-vous de garder ou de changer votre position ? Expliquez votre réponse.

5

Prendre position Considérant le choix que vous venez de faire, nommez le candidat ou la candidate qui présente un profil d’investisseur qui répond le plus à vos attentes pour mener à terme la réalisation de ce projet. Justifiez votre réponse en fonction des besoins de départ et de votre budget.

© Éditions Grand Duc

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 113

Merci de ne pas photocopier

113

2021-06-09 10:14


14

Comment la publicité m’influence-t-elle ?

La publicité est presque omniprésente dans la société, au point où on peut avoir l’impression de l’oublier. Toutefois, son influence est bien réelle et peut prendre différentes formes. Elle se présente comme un moyen de communication. La publicité cherche à attirer l’attention d’un public ciblé en fonction de ses caractéristiques personnelles, sociales, politiques ou économiques et de ses habitudes de vie et de consommation. L’objectif est de lui faire adopter un comportement. Le plus souvent, ce comportement est l’achat d’un produit ou d’un service. Toutefois, il est aussi possible que la publicité soit utilisée pour sensibiliser le public à de saines habitudes de vie ou pour le convaincre d’adhérer à une cause, par exemple en matière d’environnement, de santé ou de sécurité.

La publicité et la consommation

La publicité et la communication

De prime abord, la publicité peut être utile pour les consommateurs et consommatrices. Elle leur fournit de l’information qui aide à choisir entre les produits et les services offerts par les diverses entreprises.

À la télévision, à la radio, dans les journaux écrits, au cinéma, sur Internet ou sur les médias sociaux, la publicité a pour objectif de délivrer un message. Ce message doit être clair et construit de manière à avoir un impact sur le public auquel il s’adresse. Surtout, il est fondamental que ce message soit compris par un maximum de personnes. Les propos peuvent chercher à convaincre ou à faire réfléchir, selon l’objectif poursuivi et le type d’annonceurs. Par exemple, un organisme et une entreprise commerciale ont rarement le même type de message.

Les entreprises, de leur côté, diffusent de la publicité pour augmenter les ventes de leurs produits ou services. Puisque faire de la publicité génère souvent des coûts importants pour les entreprises, elles cherchent donc à en retirer davantage de bénéfices. La communication publicitaire a pour but d’engendrer une réaction psychologique du public visé qui le mènera à une action économique favorable, c’est-à-dire une action d’achat. Pour ce faire, la publicité cherche d’abord à exercer une influence sur le public et à l’inciter à consommer. Les consommateurs et consommatrices ne ressentent pas forcément la nécessité d’obtenir un produit en particulier. Un des rôles de la publicité est donc de susciter un besoin ou, plutôt, de créer chez la personne un désir assez fort pour provoquer l’impression d’avoir « besoin » du produit. C’est justement ce sentiment de besoin qui est à l’origine de  la majorité des actes d’achat. Je partage

Cinéma

L’aspect visuel de la publicité est également important. Par exemple, les logos de marques qui sont vus à répétition doivent être facilement reconnaissables pour le public qu’ils ciblent. Mieux un logo est conçu, c’est-à-dire original, clair et facilement identifiable, plus il sera associé aux produits ou services qu’il représente et suscitera l’adhésion. C’est aussi un moyen efficace de fidéliser la clientèle et de créer un sentiment d’attachement ou d’appartenance.

Internet Je veux

J’aime

Télévision Journaux

114

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 114

Médias sociaux Télévision

Ça me touche Panneaux publicitaires

J´y crois

Radio Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

2021-06-09 10:14


La classe numérique

p

d

c

z

laclasse.grandducenligne.com

Les formes de publicité Non seulement la publicité se trouve partout, dans les espaces publics comme dans les espaces privés, mais elle peut prendre différentes formes selon l’objectif qu’elle vise et le public qu’elle cible. En voici quelques-unes parmi les plus communes en consommation de biens et de services.

La publicité informative Aussi appelée « publicité persuasive », la publicité informative est un mode de publicité par lequel on cherche à informer le consommateur ou la consommatrice sur les caractéristiques et les qualités d’un produit. On veut le ou la convaincre des avantages du produit et démontrer qu’il répond à ses besoins. Par exemple, c’est le cas de publicités démontrant l’efficacité de produits d’entretien ménager, ou le bon goût et la rapidité de préparation de mets cuisinés.

La publicité projective La publicité projective, ou « publicité intégrative », s’adresse à un groupe ou à une classe sociale précise. La stratégie du publicitaire est de concevoir autour du produit un lien valorisant l’appartenance à ce groupe. On cherche à éveiller chez le consommateur ou la consommatrice un désir d’affirmer sa catégorie sociale et de modifier son comportement en conséquence. Ce type de publicité exerce son influence en agissant sur le renforcement ou le changement d’une norme. Autrement dit, on met de l’avant le fait que le produit permettra au consommateur ou à la consommatrice d’affirmer son appartenance au groupe ou bien d’accéder à un nouveau groupe social correspondant à ses aspirations. La publicité d’un produit technologique dans laquelle on mise sur la représentation d’un mode de vie branché et gratifiant est un bon exemple.

La publicité suggestive

La publicité mécaniste Le but de la publicité mécaniste est de créer des habitudes d’achat, des automatismes chez le public ciblé et de provoquer une réaction en partie inconsciente lorsqu’il est confronté à un besoin. Les publicités mécanistes utilisent souvent des slogans ou de courtes chansons et jouent sur la répétition et la simplicité du message.

Ce type de publicité donne un grand pouvoir à l’image. On fait appel aux sens et non à la raison en influençant l’inconscient et les désirs de l’individu. Pour inciter à acheter, la publicité suggestive veut troubler, voire choquer par des allusions à la sexualité ou parfois à la violence. En intégrant des images évocatrices, la publicité souhaite vendre du rêve, du mythe et du fantasme au consommateur ou à la consommatrice. Les plus grands utilisateurs de la publicité suggestive sont les marques de parfums, de vêtements et d’alcool.

Par exemple, la plupart des gens ont probablement une mélodie ou un slogan connu qui leur trotte dans la tête quand vient le temps d’aller à la pharmacie ou de déménager !

© Éditions Grand Duc

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 115

Merci de ne pas photocopier

115

2021-06-09 10:14


ME CONNAÎTRE 1

Pensez à des publicités que vous avez vues ou entendues qui correspondent à chacun des quatre types de publicité. a) Analysez chacune des quatre publicités choisies en répondant aux questions dans le tableau suivant. Informative

Projective

Suggestive

Mécaniste

Quel bien ou service est mis de l’avant dans la publicité ? Quel titre donneriez-vous à la publicité ? Quel est le support publicitaire utilisé (radio, télévision, journaux, etc.) ? Quel message cherche-t-elle à transmettre ? Quel est le public cible ?

b) Dans le tableau ci-dessous, cochez les cases correspondant aux caractéristiques de chacune des publicités choisies.

Les caractéristiques de la publicité choisie Informative

Projective

Suggestive

Mécaniste

Amène une réflexion. Apporte la réussite sociale, l’acceptation des pairs. Fait appel à nos pulsions, à nos émotions et à notre plaisir. Répète son message sur plusieurs supports. Encourage à consommer de manière responsable. Incite à l’endettement ou à l’utilisation du crédit. Favorise l’adoption de saines habitudes de vie. Fait la promotion d’habitudes de vie néfastes pour la santé. Utilise l’humour afin de véhiculer un message.

c) Parmi les publicités analysées, quelle publicité vous semble la plus efficace ? Pourquoi ?

116

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 116

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

2021-06-09 10:14


QUESTION

14

d) Cette publicité répond-elle à un besoin ou à un désir? Expliquez votre réponse.

e) Parmi les publicités analysées, quelle est la publicité que vous aimez le moins ? Pourquoi ?

f) Cette publicité répond-elle à un besoin ou à un désir? Expliquez votre réponse.

2

Les stratégies publicitaires incitent de plusieurs façons les consommateurs et consommatrices à se procurer un bien ou un service, parfois par des arguments ou des liens douteux, ou même au détriment de bonnes habitudes de vie et de consommation. a) Pourquoi, selon vous ?

b) Comme consommateur ou consommatrice, comment percevez-vous un tel message ?

3

Expliquez le rapport que vous pensez entretenir avec la publicité. a) Pensez-vous que la publicité exerce une influence sur vous ? Expliquez votre réponse.

b) Donnez un exemple d’une situation dans laquelle la publicité vous a été utile.

© Éditions Grand Duc

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 117

Merci de ne pas photocopier

117

2021-06-09 10:14


BIEN COMPRENDRE 1

Nommez le principal objectif de la publicité et décrivez les trois façons de l’atteindre. Pour ce faire, complétez les phrases suivantes. .

Objectif principal : Exercer une influence pour faire adopter un ou des • En suscitant des besoins chez les consommateurs et consommatrices afin de . • En à prendre • En à

les gens sur différents faits et phénomènes afin de les amener des conséquences de leurs actions. les gens à une cause ou à un phénomène afin de les amener leur manière d’agir ou de réfléchir.

2

Quels sont les critères qui permettent de cibler le public auquel s’adresse une publicité ?

3

a) Quelles options s’offrent à une entreprise qui veut faire de la publicité sur ses produits ?

b) Pourquoi une entreprise qui veut faire de la publicité doit-elle d’abord identifier son public cible avant de choisir le moyen ? Expliquez votre réponse en donnant des exemples.

118

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 118

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

2021-06-09 10:14


QUESTION 4

1 14

Quelle forme de publicité suis-je ? •  Informative

•  Projective

•  Suggestive

•  Mécaniste

a) Je présente un scénario un peu vague, qui mise sur l’esthétisme des images, sans lien direct ou apparent avec mon produit. Je suis une publicité :

.

b) Je présente des chiffres et des faits pour rendre le produit attrayant et je vante ses caractéristiques. Je suis une publicité :

.

c) Au cours d’une discussion entre amis pour savoir où aller manger, l’un d’eux chante le slogan musical d’une chaîne de restaurant pour suggérer cet endroit. Je suis une publicité :

.

d) Le panneau publicitaire d’un nouveau développement de condos montre un couple dans la quarantaine, de belle apparence et dînant au restaurant à deux pas de chez eux « un lundi soir ». Je suis une publicité :

.

5

La publicité est-elle utile uniquement pour les entreprises qui vendent des biens ou des services ?

6

Quel est, selon vous, le principal effet négatif de la publicité pour les consommateurs et consommatrices ?

7

Pour une entreprise, quel est le principal inconvénient de faire de la publicité ?

8

Pour quelle raison un gouvernement voudrait-il faire de la publicité ?

© Éditions Grand Duc

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 119

Merci de ne pas photocopier

119

2021-06-09 10:14


15

Quelles sont les règles et les lois qui encadrent la publicité ?

Tout n’est pas permis en publicité, comme donner des informations mensongères ou faire de fausses promesses. Plusieurs règlements et lois s’appliquent directement aux actions et aux produits publicitaires afin de protéger les consommateurs et consommatrices. La publicité est encadrée au Québec par la Loi sur la protection du consommateur et, au Canada, par la Loi sur la concurrence. De plus, le Code canadien des normes de la publicité définit les standards d’intégrité du monde publicitaire.

La Loi sur la protection du consommateur La Loi sur la protection du consommateur touche un large spectre du domaine de la consommation, dont la publicité. Cette loi vise à la fois les personnes qui tiennent un commerce, les personnes qui fabriquent, distribuent ou importent des biens, et les publicitaires. Que l’on utilise un journal, un feuillet publicitaire, une affiche, la télévision, la radio ou Internet, le principe de la Loi est simple : est illégale une publicité qui contient des renseignements faux, trompeurs ou ne présentant pas toute la vérité. L’impression générale que donne une publicité ne doit pas être ambiguë. Une publicité doit être claire et précise, et fournir de l’information véridique et complète. Si ce n’est pas le cas, on peut considérer la publicité comme étant une représentation trompeuse au sens de la Loi. D’ailleurs, les commerces sont responsables des déclarations verbales ou écrites faites par leurs représentants et représentantes.

Quelques pratiques interdites en publicité  Omettre un fait important ou une information essentielle.

S’attribuer un statut que l’on n’a pas en réalité.

Déformer le sens d’une information.

Omettre de donner son identité ou de préciser que l’on est un commerçant ou une commerçante.

Faire valoir un produit en s’appuyant sur une donnée ou une analyse faussement scientifique.

Donner seulement une case postale comme coordonnées (une adresse complète doit être fournie).

Faire des déclarations mensongères ou de fausses promesses à propos du bien ou du service offert. Utiliser un prétexte pour solliciter une vente (par exemple, il est illégal de proposer un service ou de faire un sondage dans le but caché de vendre un produit).

Ce que dit la Lo

La publicité

i

« Article 248. So us réserve de ce qui est prévu par règlement, nul ne peut fa ire de la public à but commer ité cial destinée à des personnes de moins de tr eize ans. »

Au Québec, la publicité destinée aux enfants de moins de 13 ans est interdite en vertu de la Loi sur la protection du consommateur. Dans le reste du Canada, la publicité destinée aux enfants est réglementée de façon distincte.

120

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 120

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

2021-06-09 10:14


La classe numérique

n

f

q

g

laclasse.grandducenligne.com

La Loi sur la concurrence La Loi sur la concurrence établit les principes fondamentaux de la conduite des affaires au Canada. Elle vise principalement à préserver et à favoriser la concurrence au sein des marchés au pays, de même qu’à assurer aux consommateurs et consommatrices des prix compétitifs ainsi qu’un choix dans les produits. Cette loi contient des dispositions concernant les indications fausses ou trompeuses et les pratiques commerciales trompeuses ayant pour but de promouvoir un produit ou tout intérêt commercial. Ces pratiques peuvent avoir de graves conséquences sur le plan économique, en particulier quand elles s’adressent à un vaste public. Elles peuvent nuire tant aux entreprises concurrentes qui font une publicité honnête qu’aux personnes qui consomment les produits. Cette loi est sous la responsabilité du Bureau de la concurrence, un organisme qui veille aussi à l’application de la Loi sur l’emballage et l’étiquetage des produits de consommation (sauf en ce qui a trait aux aliments), de la Loi sur l’étiquetage des textiles et de la Loi sur le poinçonnage des métaux précieux.

Selon le régime civil, certaines pratiques peuvent être soumises au Tribunal de la concurrence, à la Cour fédérale ou à la Cour supérieure d’une province. La cour compétente peut ordonner à la personne de cesser son activité, de publier un avis ou de payer des pénalités administratives. Cette sanction pécuniaire est réglementée : lors d’une première ordonnance, les personnes physiques (individus) sont passibles d’une peine maximale de 750 000 $ et les personnes morales (entités juridiques), de 10 000 000 $. Dans les cas où une personne (ou un commerce) a donné au public des indications fausses ou trompeuses sur un produit, le tribunal peut également rendre une ordonnance de restitution. Celle-ci exige que la personne dédommage les consommateurs et consommatrices qui ont acheté le produit. Dans certains cas, le tribunal peut aussi rendre une ordonnance d’injonction provisoire de gel des actifs.

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 121

Le Code canadien des normes de la publicité a été publié en 1963 dans le but de promouvoir la pratique professionnelle de la publicité. Il fixe les critères d’acceptabilité de la publicité au Canada. Il est administré par l’organisme des Normes cana­ diennes de la publicité (NCP). C’est l’industrie de la publicité elle-même qui a mis sur pied cet organisme afin de susciter et de maintenir la confiance du public envers la publicité. Il exerce un pouvoir d’influence sur l’industrie et sert de base à l’examen des plaintes des consommateurs et consommatrices, des groupes d’intérêt et de l’industrie, mais n’a pas d’autorité pénale en tant que telle. Les grands principes du Code sont la vérité, l’intégrité et l’exactitude. Il s’applique à la publicité qui est faite par (ou pour) : les annonceurs faisant la promotion de biens et de services ; les entreprises, institutions ou organismes désireux d’améliorer leur image publique ou de mettre de l’avant un point de vue ; les gouvernements, les ministères et les sociétés de la Couronne. Le Code comporte 14 articles, dont voici 4 exemples :

2. Techniques publicitaires déguisées

Les peines prévues

© Éditions Grand Duc

Le Code canadien des normes de la publicité

Merci de ne pas photocopier

Aucune publicité ne doit être présentée dans un format ou un style qui masque le fait qu’il s’agit d’une publicité.

6. Publicité comparative Les publicités ne doivent pas injustement discréditer, dénigrer, ni « attaquer » les produits ou services de la concurrence.

9. Imitation Aucune publicité ne doit imiter les textes, les slogans, ni les illustrations de la concurrence de manière à induire le public en erreur.

11. Superstitions et frayeurs Les publicités ne doivent pas exploiter les superstitions ni jouer sur les frayeurs pour tromper les consommateurs et consommatrices.

121

2021-06-09 10:14


BIEN COMPRENDRE 1

Quelle est la différence entre le Code canadien des normes de la publicité et les deux lois (sur la protection du consommateur et sur la concurrence) ?

2

Pour chacune des situations suivantes, à partir de la banque de mots proposée : a) Indiquez à quelle loi vous devez vous référer. b) Identifiez le principe qui n’est pas respecté. •  La Loi sur la protection du consommateur •  Le Code canadien des normes •  La Loi sur la concurrence de la publicité 1) Une publicité qui affirme que le tabac est bon pour la santé. • Référence : • Principe : 2) Dans une publicité de céréales, le personnage sur la boîte s’adresse directement à l’enfant en lui disant que le produit est délicieux et bon pour lui. • Référence : • Principe : 3) Dans sa publicité, une entreprise de restauration rapide dénigre son concurrent et ridiculise son slogan. • Référence : • Principe : 4) Un tribunal ordonne à une compagnie de dédommager les clients qui ont acheté un produit vendu à la suite d’une publicité présentant de fausses informations. • Référence : • Principe :

3

Vrai ou faux ? Si l’affirmation est fausse, corrigez-la. a) La publicité sur Internet n’est pas soumise aux mêmes lois que les autres moyens de diffusion puisqu’Internet est trop difficile à contrôler.

b) Une entreprise qui donne un contrat à une firme publicitaire sera tenue responsable si sa publicité ne respecte pas la loi, même si ce n’est pas elle-même qui a produit la publicité en question.

122

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 122

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

2021-06-09 10:14


QUESTION

ME CONNAÎTRE

15

a) Choisissez deux publicités dont vous faites partie du public cible et qui vous rejoignent, puis complétez les fiches sur chacune d’elles. Publicité 1

Publicité 2

Entreprise :

Entreprise :

Type d’entreprise :

Type d’entreprise :

Média utilisé :

Média utilisé :

Intention de la publicité :

Intention de la publicité :

b) Qu’est-ce que ces deux publicités ont en commun ?

c) Laquelle de ces deux publicités vous semble la plus efficace ? Expliquez pourquoi.

d) Une de ces deux publicités vous touche-t-elle plus que l’autre ? Expliquez pourquoi.

© Éditions Grand Duc

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 123

Merci de ne pas photocopier

123

2021-06-09 10:14


PRENDRE POSITION RÉACTIVATION DES CONNAISSANCES 1

Déterminez l’objectif poursuivi dans les exemples suivants de publicité (vendre un bien, vendre un service, sensibiliser à une cause ou sensibiliser à un enjeu social). a)

© WWF

© NIKE, inc.

c)

Objectif :

Objectif :

© Qualinet

d)

© SAAQ

b)

Objectif :

2

Objectif :

Parmi les publicités précédentes : a) Laquelle est informative ? Justifiez votre choix.

124

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 124

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

2021-06-09 10:14


b) À quel type de publicité peut-on associer la publicité c) ? Justifiez votre réponse.

3

Que peut-il arriver si une entreprise fait une publicité mensongère ?

4

Le Code canadien des normes de la publicité est-il respecté dans les cas suivants ? Justifiez votre réponse. a) « Le taux de criminalité est en hausse, votre famille est peut-être en danger, procurez-vous un système d’alarme dès maintenant. »

b) « Chez Sub + mangez frais. »

c) « Venez essayer la meilleure pizza en ville. »

© Éditions Grand Duc

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 125

Merci de ne pas photocopier

125

2021-06-09 10:14


PRENDRE POSITION ( suite ) JUSTIFICATION APPROPRIÉE DU CHOIX Sachant que la publicité qui apparaît en marge de vos recherches en ligne ou lors de la consultation de vos réseaux sociaux est personnalisée, êtes-vous pour ou contre cette stratégie de marketing ? 1

Cerner la situation Dans un monde fondé sur le capitalisme, les entreprises cherchent à trouver le meilleur moyen de rejoindre les consommateurs et consommatrices. La technologie permet aujourd’hui une technique en marketing très efficace : la publicité ciblée. Le but de cette publicité est de rejoindre les acheteurs et acheteuses en leur proposant des biens et des services qui correspondent exactement à ce qu’ils recherchent. Pour y arriver, les entreprises utilisent le profilage. Cette technique consiste en l’accumulation de données sur leurs habitudes de consommation et leurs intérêts par l’étude de leur profil en ligne. Saviez-vous que les sites que vous consultez, les pages que vous « aimez », les concours auxquels vous participez, les lieux où vous vous connectez sont enregistrés ? Ces données permettent aux compagnies de vous connaître et, ainsi, de vous envoyer des publicités qui sauront vraisemblablement attirer votre attention. C’est pourquoi, si vous allez régulièrement faire des lectures sur des sites de plein air, si vous partagez des statuts lors de vos compétitions de canoë et si vous avez participé à un concours pour gagner un week-end de camping, vous risquez de recevoir des publicités des magasins de sport de votre région sur vos fils d’actualité de médias sociaux. a) Dans la majorité des cas, la publicité ciblée que je reçois m’incite à acheter un bien ou un service qui répond à mes : 1) besoins.

2) désirs.

b) Dans la majorité des cas, la publicité ciblée que je reçois : 1) m’incite à surconsommer. 2) m’incite à utiliser le crédit. 3) m’incite à m’endetter. 4) me donne des informations plus intéressantes, plus pertinentes et utiles pour mieux consommer. 5) me donne accès à des produits et des services gratuits ou à meilleur prix. 2

Considérer les aspects légaux a) Dans la majorité des cas, la publicité ciblée que je reçois RESPECTE le Code canadien des normes de la publicité et la Loi sur la protection du consommateur. b) Dans certains cas, la publicité ciblée que je reçois UTILISE DES PRATIQUES INTERDITES par le Code canadien des normes de la publicité et la Loi sur la protection du consommateur. c) Nommez certaines de ces pratiques.

126

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 126

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

2021-06-09 10:14


3

Examiner les options a) Énumérez quelques avantages et inconvénients de la publicité ciblée. Avantages

Inconvénients

b) Quel est votre choix ? Continuer à être une cible de choix ou tenter de protéger vos données ?

4

Relativiser sa position Dans le tableau suivant, associez le numéro de chacune des stratégies marketing à sa définition. Puis cochez la dernière case si ce type de stratégie marketing est souvent présent dans les publicités ciblées que vous recevez en ligne. 1) Le culte de l’idéal

3) L’attrait de la popularité

5) Le témoignage

2) Un prix ou un financement alléchant

4) L’attrait de la nouveauté

6) Les faits et les statistiques

No

Définition

Pub ciblée

Stratégie publicitaire présentant des personnes qui semblent parfaites et visant à convaincre les consommateurs et consommatrices que le bien aura un effet positif sur leur vie. Publicité présentant les caractéristiques du produit, la façon dont il est conçu, des statistiques intéressantes, etc., afin de convaincre les consommateurs et consommatrices que le produit est le meilleur sur le marché. Stratégie publicitaire dans laquelle est présentée une personne ordinaire qui, après avoir essayé ou acheté un produit, devient soudainement plus populaire et commence à faire des choses cool. Stratégie faisant appel à des témoignages de gens (des comédiens ou non) ayant utilisé le produit, qui en vantent les mérites et qui sont heureux de faire partager leur satisfaction à son égard. Publicité présentant une nouveauté qui éveille la curiosité des gens, qui prendront quelques minutes pour s’y intéresser. Stratégie populaire consistant à proposer un prix abordable pour les consommateurs et consommatrices (exemple : au lieu d’annoncer un produit à 40 $, la publicité offre de le payer en 4 versements de 10 $).

5

Prendre position La publicité ciblée en ligne, pensez-vous pouvoir y faire face ? Oui

Non

Justifiez votre réponse.

© Éditions Grand Duc

02_4611_educ-financiere_Enjeu1_F2.indd 127

Merci de ne pas photocopier

127

2021-06-09 10:14


SCE-5101-1

L’éducation financière

en questions

40+60+T 40+60+T 20+80+T 40%

40%

20%

Savoir et comprendre

Appliquer

Prendre position

Voici le matériel disponible pour chacune des questions.

Pour les adultes

Pour l’enseignant ou l’enseignante

• Dans le cahier d’apprentissage, la théorie et les exercices donnent un sens à l’éducation financière.

• Une présentation et un approfondissement de chacune des connaissances du cours afin de vous permettre de vous perfectionner avant votre enseignement.

• Des codes donnent un accès direct à des activités interactives qui permettent aux adultes de mieux comprendre la théorie ou de rattacher les connaissances à leur vécu.

• Des prétests offerts en matériel reproductible qui mèneront l’adulte à la réussite de son cours. CODE PRODUIT ISBN

6

couverture_manuel_juin2018.indd 1-3

4611

978-2-7655-3740-3

20728 46110

5e secondaire

Éducation financière L’éducation financière en questions . Éducation financière SCE-5101-1 Gagnon . Mallette . Fontaine . Renaud . Dubuc

Éducation financière

SCE-5101-1

CAHIER D’APPRENTISSAGE Caroline Gagnon Benoit Mallette Annie Fontaine Geneviève Renaud

Adapté à l’éducation des adultes par Jessika Dubuc

L’éducation financière

en questions

SCE-5101-1

Consommer des biens et des services

7

2018-07-05 10:37

Profile for Éditions Grand Duc

Educ-financiere_SCE-5101-1_Feuilleteur.pdf  

Educ-financiere_SCE-5101-1_Feuilleteur.pdf  

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded