Page 1

Le nouveau format de

b

e d

a

o

i

n

i

e

o

E

Clicmots r

q

o

VOLU M

5e année du primaire Cahier de base

Brigitte Vandal

r

t

u u

t

r

Replace les lettres dans le bon ordre et tu découvriras des mots liés à la technologie.

a

e

e

f

e

i

i

i

m

n

n

o

n

r

r

q

t

t

u

t


5e année du primaire Cahier de base en français

Le nouveau format de

Éditions Grand Duc

Groupe Éducalivres inc. 955, rue Bergar, Laval (Québec) H7L 4Z6 Téléphone : 514 334-8466 ■ Télécopie : 514 334-8387 InfoService : 1 800 567-3671

VOLU M

Catherine-Ann George Brigitte Vandal

E

Clicmots


REMERCIEMENTS Pour son travail de vérification scientifique, l’Éditeur témoigne sa gratitude à Mme Geneviève Cliche. Pour leurs judicieux commentaires, remarques et suggestions à l’une ou l’autre des étapes de l’élaboration du projet, l’Éditeur tient à remercier : Mme Mélanie Beauchesne, École LaRocque, Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke ; M. Gilles Couture, École de la Source, Commission scolaire des Patriotes ; Mme Mélanie Tétreault, École L’Eau-Vive, Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys ; M. Charles-Alain Wood, École des Pins, Commission scolaire de la Seigneurie-des-Milles-Îles.

Le nouveau format de

Clicmots

5e année du primaire © 2015, Éditions Grand Duc, une division du Groupe Éducalivres inc. 955, rue Bergar, Laval (Québec) H7L 4Z6 Téléphone : 514 334-8466 n Télécopie : 514 334-8387 www.grandduc.com Tous droits réservés. CONCEPTION GRAPHIQUE (maquette intérieure et page couverture) : Lichen CONCEPTION GRAPHIQUE (mise en page) : Pige communication ILLUSTRATIONS : Louise Catherine Bergeron, Patrick Bizier, Yves Boudreau, Élizabeth Eudes-Pascale, Sébastien Gagnon, Bertrand Lachance, Daniel Rainville, Serge Rousseau, François Thisdale, Jean-François Vachon, Volta. Nous reconnaissons l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds du livre du Canada (FLC) pour nos activités d’édition. Il est illégal de reproduire cet ouvrage, en tout ou en partie, sous quelque forme ou par quelque procédé que ce soit, électronique, mécanique, photographique, sonore, magnétique ou autre, sans avoir obtenu, au préalable, l’autorisation écrite de l’Éditeur. Le respect de cette recommandation encouragera les auteurs et auteures à poursuivre leur œuvre. Code produit 4418 ISBN 978-2-7655-2562-2 Dépôt légal Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2015 Bibliothèque et Archives Canada, 2015

Imprimé au Canada 1 2 3 4 5 6 7 8 9 0 HLN 4 3 2 1 0 9 8 7 6 5


Table des matières Chapitre E  n  ENTRE RÉALITÉ ET FICTION

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

Mots à orthographier. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 164 Semaine 19 Je me prépare. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Lecture Le cristal des rêves. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Reconnaître les stéréotypes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les marqueurs de relation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les verbes avoir et être à certains temps de l’indicatif. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

165 166 170 171 172

Semaine 20 Lecture Et si ça s’était passé comme ça ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les choix interactifs dans un texte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le pronom . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le passé simple. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

173 177 178 179

Semaine 21 Lecture Où suis-je ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le sens des locutions. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le sujet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le verbe devoir. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

180 184 185 186

Semaine 22 Lecture Mieux voir la nuit. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les relations de cause et de conséquence. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les règles de l’élision. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le verbe voir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

187 192 193 194

Semaine 23 Lecture-éclair D’autres planètes, d’autres satellites naturels. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Schémas, tableaux et encadrés. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le prédicat. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le verbe rendre. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Je révise . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Tâche finale - écriture : J’en ai vu un ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

195 198 199 200 201 202

Chapitre F  n  POUR UN MONDE MEILLEUR Mots à orthographier. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 206 Semaine 24 Je me prépare. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 207 Lecture Rouler pour une bonne cause. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 208

Table des matières

III


Le rôle et l’importance des personnages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 212 Le complément du nom. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 213 Observer les liens de sens et de forme entre le ou les radicaux d’un verbe et les mots de la même famille morphologique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 215 216 221 222 223

Semaine 26 Lecture Le rêve. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Lecture Le Cirque du Soleil. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le temps et le lieu . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les constantes orthographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le passé composé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

225 226 229 230 231

Semaine 27 Lecture Le rock and roll. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les valeurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le complément de phrase . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Distinguer les emplois d’avoir et être : auxiliaire de conjugaison ou verbe. . . . . . . . . .

232 235 236 237

Semaine 28 Lecture-éclair Aux arbres citoyens. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Observer le découpage d’une chanson. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La phrase de type déclaratif. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les verbes qui forment toujours leurs temps composés avec l’auxiliaire être. . . . . . . . . Je révise . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Tâche finale - communication orale : Mon artiste qui change le monde. . . . . . . . . . . . . .

238 240 241 242 243 244

Chapitre G  n  MA VIE ET MOI Mots à orthographier. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 246 Semaine 29 Je me prépare. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Lecture Percy Jackson. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La succession d’éléments qui reviennent. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le sens propre et le sens figuré des mots. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le verbe partir. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

IV

Table des matières

247 248 252 253 254

Merci de ne pas photocopier

224

© Éditions Grand Duc

Semaine 25 Lecture Huit objectifs du millénaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La formation des mots. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La formation des mots par dérivation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les mots dérivés et leur classe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les contextes d’utilisation des modes et des temps verbaux dans divers genres de textes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .


Semaine 30 Lecture Nous avons tué la musique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’inversion. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La formation des mots. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Quelques propriétés des mots . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le verbe savoir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

255 259 260 261 262

Semaine 31 Lecture L’initiation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les caractéristiques du roman. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La virgule . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le verbe mettre. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

263 266 267 268

Semaine 32 Lecture Tout autour du Web . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Emboîtements ou superpositions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La phrase qui contient plus d’un verbe conjugué et les phrases sans verbe conjugué. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le verbe vouloir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Semaine 33 Lecture-éclair Peut-on tout faire avec Internet ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La mise en pages. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le verbe pouvoir. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Je révise . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Tâche finale - écriture: Prendre la bonne décision . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

270 273 274 275 276 278 279 281 282

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

Semaines 34 et 35 Je fais le point. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 284

Table des matières

V


Les pictogrammes

Apprentissage qui doit être acquis à la fin de l’année scolaire.

Apprentissage qui se fait avec l’intervention systématique de l’enseignant ou l’enseignante.

Réinvestissement

Mini

Attention ! Cet exercice contient des erreurs. L’élève doit les corriger.

PR OF

* L es mots à orthographier précédés d’un astérisque ont été ajoutés afin de respecter le nombre de mots recommandé par le MELS.

Stratégies de lecture Avant ma lecture Je lis l’intention de lecture pour connaître le but de ma lecture.

Je survole le texte pour faire des prédictions sur son contenu.

Pendant ma lecture Je regarde autour du mot.

Je lis par groupes de mots.

J’observe les photos ou les illustrations.

je lis

ot

Je tiens compte de la ponctuation.

pro

nom

J’identifie les mots auxquels renvoient les mots de substitution.

Je prédis la suite du texte.

Je repère les groupes de mots importants.

J’utilise les outils mis à ma disposition.

Je fais des liens avec ce que je sais déjà sur le sujet.

Je cherche des indices dans les mots plus difficiles.

TEXTE

Je me réfère à la structure du texte.

Après ma lecture Je me rappelle ce que j’ai lu et les points importants à retenir.

VI

Stratégies de lecture

Je réagis au texte en disant ce que j’en pense.

Merci de ne pas photocopier

?! .,

Je résume dans mes mots l’idée principale de chaque paragraphe.

© Éditions Grand Duc

Je me fais des images dans ma tête.

Je devine ce qui est sous-entendu.


© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

Entre réalité et fiction

Éni gme

Mon premier est un liquide souvent sucré que l’on boit. e e bet. Mon deuxième est une syllabe formée par les 16 et 9 lettres de l’alpha

Mon troisième est l’endroit où nous habitons. Mon tout est une planète.


Mots à orthographier

Semaine 19 apparition (n. f.) appel (n. m.) atelier (n. m.) atmosphère (n. f.) ceinture (n. f.) charme (n. m.)

charmer (v.) étonnement (n. m.) étude (n. f.) fixer (v.) fusée (n. f.) impatience (n. f.)

merveille (n. f.) miracle (n. m.) moue (n. f.) mousse (n. f.) pareil, pareille (adj.)

portée (n. f.) rapide (adj.) récréation (n. f.) savant, savante (adj.), (n. m.), (n. f.)

terme (n. m.) théorie (n. f.) toile (n. f.) tronc (n. m.) tuyau (n. m.)

tambour (n. m.) tapis (n. m.) tente (n. f.) testament (n. m.) timbre (n. m.) tombe (n. f.)

total, totaux (n. m.) total, totale, totales, totaux (adj.) vapeur (n. f.)

présent (n. m.) présent, présente (adj.) rare (adj.) réforme (n. f.)

sentiment (n. m.) serrure (n. f.) thé (n. m.) tonnerre (n. m.) tunnel (n. m.) véhicule (n. m.)

profondeur (n. f.) régime (n. m.) sérieux, sérieuse (adj.) sévérité (n. f.) tort (n. m.)

trait (n. m.) truc (n. m.) usage (n. m.) voie (n. f.)

Semaine 20 aurore (n. f.) brise (n. f.) craindre (v.) crainte (n. f.) demeure (n. f.) émission (n. f.)

instrument (n. m.) invité (n. m.), invitée (n. f.) lueur (n. f.) mesure (n. f.) musée (n. m.)

parfum (n. m.) période (n. f.) perte (n. f.) projet (n. m.) reconnaissance (n. f.)

Semaine 21 avis (n. m.) cap (n. m.) cesser (v.) clarté (n. f.) connaissance (n. f.)

délai (n. m.) destin (n. m.) devant (n. m.) dommage (n. m.) entier, entière (adj.) foyer (n. m.)

gars (n. m.) méthode (n. f.) mise (n. f.) moteur (n. m.) obscurité (n. f.) paroi (n. f.)

découverte (n. f.) enveloppe (n. f.) estomac (n. m.) évidence (n. f.) exagération (n. f.) fumée (n. f.)

funérailles (n. f. pl.) incident (n. m.) matériel (n. m.) montre (n. f.) parti (n. m.) prénom (n. m.)

Semaine 23 album (n. m.) associer (v.) défaut (n. m.) dépit (n. m.) effroi (n. m.) fantaisie (n. f.) ficelle (n. f.)

164

filet (n. m.) frémissement (n. m.) gaz (n. m.) haleine (n. f.) hôtel (n. m.) indifférence (n. f.) insolence (n. f.)

mathématique (n. f.) mensonge (n. m.) monnaie (n. f.) ouvrier, ouvrière (adj.), (n. m.), (n. f.)

passe (n. f.) sensibilité (n. f.) plaine (n. f.) sensible (adj.) pneu (n. m.) yoga (n. m.) prairie (n. f.) protestation (n. f.) remords (n. m.)

© Éditions Grand Duc

allumette (n. f.) ancre (n. f.) baisse (n. f.) ciment (n. m.) cimetière (n. m.) crâne (n. m.)

Merci de ne pas photocopier

Semaine 22


E

Entre réalité et fiction Je me prépare Voici 10 faits intéressants relatifs à la Lune. Dans chacun des faits présentés, il manque un mot. Complète chaque énoncé à l’aide du mot de l’encadré qui correspond à l’indice donné. ■■

atmosphère

■■

couche

■■

éléments

■■

manteau

■■

marées

■■

naturel

■■

obscurité

■■

profondeur

■■

température

■■

visiteur

a) La Lune est le seul satellite

de la Terre.

Indice : Qui vient ou fait partie de la nature.

b) Elle est constituée d’

chimiques et probablement d’hydrogène.

Indice : Substances simples ou pures que l’on trouve dans la nature.

c) Son premier

terrien fut Neil Armstrong en 1969.

Indice : Synonyme de touriste.

d) Le phénomène des

est lié à la Lune.

Indice : Mouvement qui fait que la mer monte ou descend chaque jour à intervalles réguliers.

e) La Lune n’a aucune

.

Indice : Couche gazeuse qui entoure certaines planètes.

f) Le pôle sud de la Lune est plongé dans l’

.

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

Indice : Synonyme de noirceur.

g) Le de sa face cachée serait légèrement différent de celui de sa face visible. Indice : Partie entre la croûte et le noyau.

h) La croûte de la Lune est recouverte d’une appelée régolithe.

de poussière

Indice : Superposition d’éléments.

i) La

du régolithe peut atteindre 20 mètres à certains endroits.

Indice : Distance entre la surface et le fond.

j) Sur la Lune, la

varie de 123 °C à –233 °C.

Indice : Degré de chaleur ou de froid.

Semaine 19 – Entre réalité et fiction

165


Intention de lecture

Lecture

Je lis ce texte pour découvrir ce qu’est le cristal des rêves.

Connaissances liées au texte

Stratégie de lecture

Avant ta lecture, consulte les rubriques Reconnaître les stéréotypes et Les marqueurs de relations aux pages 170 et 171.

Je souligne les passages qui m’informent sur les caractéristiques du cristal des rêves.

Le cristal des rêves Le rêve est une activité du cerveau qui survient pendant ton sommeil. Il produit des images et des représentations dont tu te souviens parfois, mais pas toujours. La nuit est calme et fraîche. Maude s’endort rapidement. Elle adore rêver. Surtout lorsqu’elle se souvient de ses rêves. Elle fait des rêves flous… mais tout de même agréables. Un en particulier est très beau. Elle est sur une plage couverte de monarques. À perte de vue. Ils sont de la même couleur que le soleil qui s’enfonce lentement dans la mer. Au fur et à mesure qu’elle marche, les papillons se posent sur elle. Et tout redevient flou.

Maude s’approche lentement. L’homme au pendule la remarque et lui fait un sourire peu rassurant.

166

Semaine 19 – Entre réalité et fiction

© Éditions Grand Duc

Elle se retrouve dans la caverne. Elle y voit des stalactites et des stalagmites. Ils sont en cristal. Il y a un homme vêtu d’un grand manteau noir et coiffé d’un chapeau à large bord, noir également. Il a un long nez crochu. Son visage est d’une blancheur cadavérique. Ses mains aussi sont blanches. La droite tient un pendule de verre. Il est immobile et de ses grands yeux noirs, il observe l’homme à la marmite. Ce dernier façonne des boules en plongeant ses mains dans du cristal fondu.

Merci de ne pas photocopier

À l’aube, elle sourit en dormant. Et son rêve devient très précis…


— Excusez-moi monsieur, je voudrais mon cristal des rêves. L’homme retire ses mains de la marmite. Il les frotte ensemble pour en faire tomber des gouttes de cristal. Il les ramasse délicatement et les dépose dans la marmite.

— Attendez ici, je vais le chercher ! Il s’éloigne et disparaît dans un coin sombre de la caverne. Maude reste seule avec l’étrange homme au pendule. — C’est une très bonne idée que vous avez eue de venir ici, lui dit-il. Vous semblez déterminée à réaliser vos rêves.

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

L’homme, qui est en fait l’Artisan des rêves, revient. Il tend une boule de cristal à Maude. Elle la prend. La boule est chaude. Le cristal est pur, dense. La clarté du feu le fait scintiller. — Il contient tous vos rêves ! dit l’Artisan des rêves en reprenant un travail. Mais en le sortant du monde des rêves, le Maître des rêves va vous suivre. Il va réaliser tous vos rêves avec son pendule. — Je ne comprends pas. Le Maître des rêves s’approche alors. Il sourit à Maude en découvrant de petites dents pointues. Il lève son pendule de façon que Maude l’ait devant les yeux. — Quand vous ferez un rêve, dit-il de sa voix étrange, mon pendule captera ses vibrations. Et votre rêve se réalisera. Je n’existe que pour ça, vous savez. Réaliser les rêves. Je suis le Maître des rêves ! Il éclate de rire et fait quelques pas avant de se retourner vers la jeune fille.

Semaine 19 – Entre réalité et fiction

167


— Tout le monde souhaite voir ses rêves se réaliser. Mais rares sont ceux qui viennent chercher leur cristal des rêves. La plupart des gens croient que les rêves n’existent que dans leur tête. Alors leur souhait ne quitte jamais le monde du rêve. Mais vous, vous faites preuve d’un grand courage en venant ici ! C’est surprenant qu’à votre âge vous décidiez d’assumer vos rêves. C’est ce que vous voulez, n’est-ce pas ? — Je ne sais pas, répond Maude. — Mais si, vous savez ! dit-il en s’approchant encore. Ne soyez pas rébarbative. Vous aimez beaucoup rêver. Et si vous êtes ici, c’est que vous tenez à ce que vos rêves se réalisent. — Je ne sais pas, répète Maude en reculant d’un pas. Le Maître des rêves étend son bras. Son pendule touche presque le visage de Maude. Il se balance doucement. — Il est trop tard maintenant, vous avez votre cristal des rêves ! En se réveillant, la jeune fille oublie son rêve. Pendant un moment, elle se demande si elle dort encore. Elle sent une chaleur étrange dans sa main. C’est le cristal des rêves qui est là… Jacques PLANTE, Le cristal magique, Laval, Éditions Grand Duc, 1990, p. 6-10, (Coll. L’heure plaisir Tic-Tac).

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

168

Semaine 19 – Entre réalité et fiction


Je comprends ce que je lis

b) Que contient le cristal des rêves de Maude ?

Lecture

1. a) Décris l’apparence du cristal des rêves.

c) Puisque Maude s’est réveillée avec le cristal des rêves dans sa main, qu’est-il censé lui arriver, selon l’Artisan des rêves ?

2. Si, à l’instar de Maude, tu rêvais au cristal des rêves, dirais-tu que tu fais un beau rêve ou un mauvais rêve ? Pourquoi ?

3. Comment se nomme :

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

a) l’homme au pendule ? b) l’homme à la marmite ?

4. Trouve, dans le texte, un synonyme de : a) sphère b) imprécis c) déplaisante d) confectionne

Semaine 19 – Entre réalité et fiction

169


Lecture

5. Pourquoi le Maître des rêves n’inspire-t-il pas confiance à Maude ? Explique ta réponse en donnant des exemples.

6. À propos de l’homme à la marmite, l’auteur écrit :

« Ce dernier façonne des boules en plongeant ses mains dans du cristal fondu. » À ton avis, pourrait-on assister à une scène semblable dans la réalité ? Pourquoi ?

7. Aimerais-tu voir se réaliser chacun des rêves que tu fais en dormant ? Pourquoi ?

Dans les contes pour enfants, la princesse est toujours jeune et très belle, et elle chante d’une douce voix. La sorcière est toujours vieille et très méchante, et son visage est couvert de verrues. Quant au prince charmant, il est toujours… très charmant ! Il s’agit de stéréotypes, d’opinions toutes faites sur un individu ou un groupe d’individus. Dans le texte que tu as lu, la description du Maître des rêves correspond tout à fait aux stéréotypes associés aux sorciers.

8. De quelle façon stéréotypée le Maître des rêves est-il décrit ?

170

Semaine 19 – Entre réalité et fiction

© Éditions Grand Duc

Reconnaître les stéréotypes

Merci de ne pas photocopier

Connaissances liées au texte


Les marqueurs de relation Un marqueur de relation est un mot ou un groupe de mots invariables qui réunit deux éléments en précisant leur relation. On le trouve habituellement au début d’un paragraphe ou au début d’une phrase. Toutefois, dans certains cas, il peut se trouver au milieu d’une phrase. Voici les principaux marqueurs de relation et la relation qu’ils expriment :

Lecture

Connaissances liées au texte

• l’addition : de plus, aussi, et, puis ; • l’alternative : ou, soit… soit ; • le but : afin que, pour que ; • la cause : car, parce que, puisque, à cause de ; • la comparaison : comme, tel que ; • la conséquence : donc, ainsi, si bien que, pour cette raison ; • la séquence : d’abord, ensuite, pour conclure, enfin, après, premièrement, finalement ; • le temps : hier, demain, le lendemain, lorsque, quand, avant de, pendant que,

au cours de. Par exemple, dans la phrase ci-dessous, le marqueur de relation Enfin indique qu’une dernière information sera transmise en guise de conclusion ; il s’agit d’une relation de séquence. Enfin, je suis réveillée. Je peux chasser ce cauchemar de mes pensées. Il existe aussi des marqueurs de relation qui expriment une relation d’opposition (mais, cependant, par contre, contrairement à, pourtant, etc.) ou qui annoncent un exemple ou une explication (c’est-à-dire, par exemple, soit, etc.).

b) Quelle relation ce marqueur exprime-t-il ?

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

9. a) Dans le dernier paragraphe du texte Le cristal des rêves, surligne un marqueur de relation.

Semaine 19 – Entre réalité et fiction

171


Conjugaison

Les verbes avoir et être à certains temps de l’indicatif

Révision

Être Présent je suis tu es il/elle, on est nous sommes vous êtes ils/elles sont

Imparfait

Futur simple

j’ étais tu étais il/elle, on était nous étions vous étiez ils/elles étaient

je serai tu seras il/elle, on sera nous serons vous serez ils/elles seront

Conditionnel présent je serais tu serais il/elle, on serait nous serions vous seriez ils/elles seraient

Avoir Présent

Imparfait

Futur simple

Conditionnel présent

j’ ai tu as il/elle, on a nous avons vous avez ils/elles ont

j’ avais tu avais il/elle, on avait nous avions vous aviez ils/elles avaient

j’ aurai tu auras il/elle, on aura nous aurons vous aurez ils/elles auront

j’ aurais tu aurais il/elle, on aurait nous aurions vous auriez ils/elles auraient

a) Entoure les verbes avoir et être dans les phrases suivantes. b) Dans chaque cas, indique le temps de l’indicatif et la personne de la conjugaison du verbe.

 Temps 

2) J’aurai des jumelles pour mon prochain anniversaire.

  Temps 

172

   Personne 

   Personne 

3) L’observation des étoiles ne serait pas possible sans de bons instruments.

 Temps 

   Personne 

4) Tanya et moi avons la chance d’utiliser un télescope performant.

 Temps 

   Personne 

5) Étiez-vous à l’observatoire en même temps que moi ?

 Temps 

   Personne 

6) Vos accompagnateurs avaient-ils de bons conseils à vous donner ?

 Temps 

   Personne 

7) Revenez quand le ciel sera moins nuageux.

 Temps 

   Personne 

Semaine 19 – Entre réalité et fiction

Merci de ne pas photocopier

1) La lunette astronomique est un instrument très ancien.

© Éditions Grand Duc


Lecture Connaissances liées au texte Avant ta lecture, consulte la rubrique Les choix interactifs dans un texte à la page 177.

Intention de lecture Je lis le texte pour découvrir un site Internet qui propose aux internautes d’inventer une histoire basée sur un fait réel.

Stratégie de lecture

TEXTE

J’observe les similitudes et les différences entre les deux versions de l’histoire.

Et si ça s’était passé comme ça ? Bienvenue sur le Web ! À vous, lecteurs et lectrices, de réinventer l’histoire ! Voici un article relatant une histoire vraie.

Méchant party ! Rebecca Javeleau, du Royaume-Uni, a créé un événement sur [un réseau social] à l’occasion de son quinzième anniversaire, espérant avoir une quinzaine d’invités. Elle a reçu plus de 21 000 réponses. Souhaitant connaître le nombre d’amis [voulant] se rendre à la fête d’anniversaire qu’elle organisait chez elle, Rebecca a donc créé un événement sur [son réseau social Internet], précisant son adresse, son numéro de téléphone et invitant les éventuels participants à se manifester. Le hic, c’est qu’elle a rendu l’événement public, au lieu de le limiter à son cercle d’amis.

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

L’adolescente, qui prévoyait inviter une quinzaine de personnes pour son quinzième anniversaire, a vu le nombre d’intéressés augmenter de manière exponentielle. Quelques heures à peine après la parution de l’événement, 21 000 personnes avaient manifesté leur intention de venir assister à la fête d’anniversaire de Rebecca. Parmi celles-ci, on pouvait d’ailleurs relever quelques profils usurpés de personnalités connues, tel Justin Bieber […]

La police en renfort La mère de Rebecca, Tracey Livesey, a décidé d’annuler l’événement, prévu le 7 octobre. Néanmoins, l’adolescente ayant publié ses coordonnées, la police a été forcée de prévoir des patrouilles, la famille craignant que des utilisateurs inconnus [du réseau social] ne se montrent. ABC

exponentielle (exponentiel) : Qui augmente de façon rapide et continue. usurpés (usurper) : S’emparer illégalement d’un pouvoir, d’un bien en utilisant la ruse. Semaine 20 – Entre réalité et fiction

173


« Elle n’a pas compris qu’elle créait un événement public et, pourtant, elle l’a fait », a expliqué Mme Livesey au Daily Telegraph, « elle va être obligée de changer de numéro de téléphone (…) Rebecca n’a pas compris les paramètres de privatisation. Je lui ai donc confisqué son accès à Internet et son ordinateur, afin qu’elle ne fasse plus la même erreur. » ■

« Méchant party ! », LCN Le monde, [En ligne], 2008.

Une situation semblable aurait pu se produire dans un tout autre contexte. À vous de réinventer l’histoire pour qu’elle connaisse un nouveau dénouement. Quel personnage souhaitez-vous ajouter à l’histoire ? Le frère de Rebecca, son père, une amie ? À vous de voter ! 50 % le frère 30 % une amie 20 % le père Vous avez choisi de faire intervenir le frère de Rebecca. Voici donc l’histoire telle qu’elle aurait pu se passer, écrite par l’un d’entre vous, Cyberkat !

Méchant party ! L’histoire réinventée — Je ne veux pas te voir ce soir à la maison ! Je n’ai vraiment pas envie d’avoir mon petit frère dans les pattes pour mon anniversaire ! Tu as deux heures pour quitter la maison et aller dormir chez un ami… tout juste le temps que je mettrai à magasiner une nouvelle paire de jeans pour ma soirée ! Ces phrases, je m’en souviendrai longtemps ! Elles m’ont valu la pire punition de ma vie !

— Attends de voir ça ce soir, lui dis-je en m’affalant sur son sofa. ABC

paramètres (paramètre) : Éléments importants à connaître pour comprendre une situation ou réaliser quelque chose. affalant (s’affaler) : Se laisser tomber lourdement.

174

Semaine 20 – Entre réalité et fiction

© Éditions Grand Duc

Je savais que sur son ordinateur personnel elle ne fermait jamais sa session sur son réseau social. Elle veut la paix en ce 7 octobre, elle ne l’aura pas, et moi, je n’y serai pas ! Cela ne me prit que quelques secondes pour créer un groupe « anniversaire de Rebecca Javeleau ce soir » dans lequel j’invitai tous ceux qui le désiraient à se présenter à notre domicile. Cela fait, je pris mon pyjama et ma brosse à dents et me dirigeai chez mon meilleur ami qui vit de l’autre côté de la rue.

Merci de ne pas photocopier

J’étais tellement fâché de l’attitude de ma sœur que j’ai décidé de me venger. Je fais partie de la famille, oui ou non ?


Vers 21 h, au moins 15 voitures étaient stationnées devant la maison. Vingt minutes plus tard, 10 autres voitures étaient immobilisées… sur la pelouse. Ma mère en mourrait sûrement, elle qui chérit ses fleurs comme ses propres enfants. Vers 22 h, j’avais perdu le compte du nombre de véhicules dans la rue. Avec mon meilleur ami, nous décidâmes de nous rendre chez moi pour observer ma sœur. Aussitôt entrés dans la maison, nous vécûmes l’horreur ! Un liquide brunâtre avait éclaboussé une bonne partie du tapis du salon, des garçons et des filles mangeaient des pizzas déposées directement sur la table, la musique jouait à tue-tête, les tableaux décoratifs de ma mère étaient enduits d’une peinture dégoulinante, des adolescents couraient à l’étage des chambres et un groupe de garçons jouaient sur les guitares de mon père. Ma sœur, tapie dans un coin, pleurait. J’avais exagéré. Et les jeunes continuaient d’affluer dans ma maison. Au loin, les sirènes des voitures de police étaient à peine perceptibles tellement le niveau de décibels était élevé dans la maison. Mes parents pénétrèrent dans notre demeure en même temps que les policiers. — Êtes-vous responsables de ces adolescents ? demanda froidement un policier en criant pour se faire entendre par-dessus tout ce tapage. Mes parents, ahuris, mirent plusieurs secondes à réaliser l’ampleur de la catastrophe.

■ ABC

Catherine-Ann GEORGE

tapie (tapi) : Cachée. perceptibles (perceptible) : Qu’on peut saisir par les sens.

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

Je me suis accroupi à côté de ma sœur et n’ai rien trouvé de plus intelligent à faire que de pleurer avec elle. Égoïstement, je ne pleurais pas pour tous les problèmes que j’avais créés, mais bien parce que je craignais ma punition qui serait horrible, la plus horrible de tout le Royaume-Uni.

Semaine 20 – Entre réalité et fiction

175


Je comprends ce que je lis 1. Résume les faits rapportés dans l’article de journal.

Lecture

À LA UNE

2. Selon toi, est-il intéressant d’utiliser un fait divers pour raconter une histoire ? Explique ta réponse.

3. Nomme deux similitudes entre l’article de journal et l’histoire réinventée.

4. Dans l’article de journal, relève deux conséquences du geste de Rebecca Javeleau.

5. a) Dans l’histoire réinventée, pour quelle raison le frère de Rebecca voulait-il se venger ?

b) Qu’a-t-il fait pour se venger ?

176

Semaine 20 – Entre réalité et fiction

© Éditions Grand Duc

2

Merci de ne pas photocopier

1


1 

2 

Lecture

6. a) Relève trois événements ajoutés dans l’histoire réinventée par rapport à l’histoire originale.

3  b) Pourquoi ces événements ont-ils été ajoutés ?

7. Lequel de ces textes as-tu préféré lire : l’article de journal ou le texte narratif ? Explique ta réponse.

Connaissances liées au texte La lecture d’un roman se fait d’un bout à l’autre, et le déroulement complet de l’histoire est prévu. Mais on peut construire différemment un récit : en effet, le lecteur ou la lectrice doit parfois faire des choix pour poursuivre sa lecture. La série des Livres dont vous êtes le héros permet au lecteur ou à la lectrice de choisir la suite de l’histoire. Avec Internet, les choix interactifs amènent différentes possibilités, comme dans le texte que tu viens de lire, dans lequel un vote des lecteurs permet de choisir la suite. On constate aussi l’arrivée de l’écriture interactive, par laquelle toute personne peut rédiger une suite à l’histoire racontée.

8. Tu animes le blogue Et si c’était vrai ?. Propose un événement qui pourrait changer le cours de l’histoire réinventée et demande aux internautes de voter en faveur de l’insertion de cet événement ou contre cet ajout.

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

Les choix interactifs dans un texte

Semaine 20 – Entre réalité et fiction

177


Grammaire

Le pronom Le pronom est un mot qui peut remplacer un groupe du nom (GN). On le place : • devant le verbe ; Exemple : Qui part en mission ? • après le verbe, relié par un trait d’union ;  Exemple : Pars-tu en vacances ? • devant le verbe, séparé par un autre pronom. Exemple : Cela m’intrigue.

Le pronom peut être composé d’un seul mot ou de plusieurs mots. PRONOMS Sortes

Exemples

Personnels

je, tu, il, elle, on, nous, vous, ils, elles, me, te, se, moi, toi, lui, eux

As-tu remarqué ? Le pronom qui remplace un groupe du nom (GN) a le même genre, le même nombre et la même personne que le nom noyau. Lorsqu’on remplace un GN par un pronom, l’ordre des mots peut changer dans la phrase.

Possessifs

le mien, la tienne, les siens, les nôtres

Démonstratifs

celui, celle, ceux, celles, ce, ceci, cela, ça, celui-ci

Interrogatifs

qui, que, quoi, lequel, laquelle, lesquels, lesquelles

Relatifs

qui, que, quoi, dont, où, lequel, laquelle, lesquels

Indéfinis

personne, quelqu’un, rien, quelque chose

Entoure les pronoms dans les phrases suivantes. a) Je m’appelle Thomas.

d) Un jour, je lui ai dit d’arrêter de m’appeler ainsi. e) Je pense bien que cela l’a vexée. f) Dans le fond, quand je la compare aux autres mères, elle leur ressemble. g) Mais tu sais quoi ? Ma « mamanou » est celle qui est la plus belle et la plus fine de toutes les mères de la Terre !

178

Semaine 20 – Entre réalité et fiction

© Éditions Grand Duc

c) Je n’aime pas ça, surtout devant mes amis.

Merci de ne pas photocopier

b) Ma mère m’appelle « Tominou ».


Le passé simple est un temps de conjugaison du mode indicatif. On l’utilise pour indiquer qu’un fait s’est déroulé dans le passé et qu’il est terminé. Exemple : Les météorites furent longtemps considérés comme des avertissements provenant des dieux. L’indicatif passé simple est surtout employé à l’écrit, en particulier dans les récits, à la troisième personne du singulier et du pluriel.

Conjugaison

Le passé simple

Exemples : Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants. Le monstre du loch Ness fit naître de nombreux canulars. Les terminaisons des verbes à l’indicatif passé simple

Exemples

-ER

-IR

-OIR

-RE

aimer aller

finir tenir partir venir ouvrir

voir devoir pouvoir savoir vouloir

rendre mettre dire faire

-it

-it

3e pers. du sing.

il/elle, on

-a

-it

3e pers. du pl.

ils/elles

-èrent

-irent -inrent

-int

-ut

-irent -urent

-irent

a) Conjugue les verbes ci-dessous à la 3e personne du singulier et à la 3e personne du pluriel de l’indicatif passé simple.

3e personne du singulier

3e personne du pluriel

1) voyager 2) saisir

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

3) être 4) rompre

5) savoir 6) convenir 7) creuser

b) Vérifie tes réponses dans un guide de conjugaison.

Combien de bonnes réponses as-tu obtenues ?   /14 Semaine 20 – Entre réalité et fiction

179


Intention de lecture

Lecture

Je lis cet extrait de roman pour découvrir un phénomène étrange qui trouble le personnage qui en est témoin.

Stratégie de lecture Je trouve des synonymes à chacun des mots difficiles dans le texte.

Où suis-je ? Lucas est un garçon de quatorze ans qui rêve d’évasion et de liberté. Voilà pourquoi il a décidé d’aller à la campagne et de travailler à la ferme des Labrecque. Le lendemain de sa première soirée de danse au village, il se fait réveiller très tôt par les Labrecque. L’aspirateur ! Décidément, on ne chôme jamais chez les Labrecque. Même très tôt le dimanche matin. Je me recouche, irrité. Mais j’ai beau enfouir la tête sous l’oreiller, impossible de retrouver le sommeil avec un tel boucan. Je laisse échapper un soupir résigné. Va pour le déjeuner ! Je n’ai pas tellement le choix.

Tout à coup, une douleur cuisante sous le gros orteil m’arrache un gémissement. Je lève la jambe et tire mon pied vers moi, au prix de quelques acrobaties. À travers le filet de sang qui s’écoule de ma chair est fiché un petit objet brillant. Ça alors ! Un morceau de verre ! J’inspire profondément et je déloge l’intrus d’un coup sec en serrant les dents pour ne pas crier. ABC

boucan : Vacarme. fiché (ficher) : Planté.

180

Semaine 21 – Entre réalité et fiction

© Éditions Grand Duc

Bon. Un petit coup de cœur. Je me mets debout de peine et de misère sur mes jambes vacillantes de fatigue et je me dirige d’un pas lourd vers le lavabo, comme un somnambule en pleine nuit.

Merci de ne pas photocopier

Je déboule littéralement en bas du lit de laiton, qui proteste d’un sinistre grincement. Elle a probablement l’âge des vénérables ancêtres Labrecque, cette antiquité.


Je reste quelques secondes à sautiller sur place, le pied dans les mains, l’air hébété. Comment un morceau de verre a-t-il pu se loger dans mon gros orteil ? Je laisse errer mon regard sur le linoléum fané du plancher. Et j’y remarque alors plusieurs éclats de verre semblables. Les rayons de soleil matinaux les font scintiller, tels d’énormes diamants. Soudain, la lumière se fait dans mon cerveau encore empâté de sommeil et la mémoire me revient. Ah oui ! Je me souviens maintenant. Le miroir ! Hier, dans ma hâte à me rendre à la danse, j’ai fracassé d’un malencontreux coup de brosse à cheveux le miroir accroché au-dessus du lavabo de ma chambre. J’étais si pressé de partir que j’ai remis à plus tard le balayage des morceaux de vitre épars sur le plancher. Et, naturellement, je les y ai complètement oubliés. Voilà qui m’apprendra à ne jamais remettre au lendemain ce que je peux faire le jour même. Je grimace. Un peu à cause de la douleur qui irradie de mon orteil. Et beaucoup aussi à cause de l’argent qu’il me faudra prélever sur ma première paye pour remplacer le miroir fracassé.

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

Je n’ai pas parlé de ce fâcheux incident aux Labrecque. Ils sont beaucoup trop superstitieux. Ils croient sûrement à ces balivernes de sept ans de malheur pour chaque miroir cassé. Alors je préfère que mes employeurs ignorent tout de ma bévue. Après tout, ce que l’on ne sait pas ne nous fait pas mal. Un bruit agaçant de robinet mal fermé me tire de mes réflexions. Je regarde mon orteil blessé. Les gouttelettes de sang qui en tombent s’écrasent sur le plancher jusqu’alors immaculé et s’étalent comme autant de pétales de fleurs écarlates. Je regarde s’agrandir la petite flaque, pendant quelques instants, effaré. Eh bien, Lucas, mon gars… Tu ne vas quand même pas rester là à sautiller bêtement et risquer de mourir au bout de ton sang… ABC

hébété : Stupide, sans réaction. empâté : Lourd, engourdi. malencontreux : Qui arrive au mauvais moment.

balivernes (baliverne) : Histoires sans valeur. immaculé : Sans tache. effaré : Épouvanté, effrayé.

irradie (irradier) : Se propage, se répand. Semaine 21 – Entre réalité et fiction

181


Je me secoue et saute à cloche-pied jusqu’à ma trousse de toilette. J’ai tôt fait d’en extirper un diachylon que j’applique sur la coupure. Bon. Voilà qui est beaucoup mieux. J’en serai quitte pour boitiller pendant quelques jours. Ça me donnera un genre. Je me penche au-dessus du lavabo et m’asperge le visage d’eau glacée. Puis, pour la première fois ce matin, mon regard se porte sur le reflet dans la glace fracassée. Je laisse échapper le plus solide juron de ma jeune existence. Ma bouche bée d’étonnement, ma mâchoire inférieure menace de se décrocher. Mes yeux se dessillent tout grands de stupéfaction. Je suis parfaitement, totalement assommé par le spectacle qui s’offre à moi. Dans les morceaux du miroir éclaté, toujours suspendu à son clou, j’aperçois les objets familiers de la chambre. Le lit antique. La commode. La grande armoire peinte en jaune vif. Seulement, la glace me renvoie le reflet d’une chambre inoccupée. Impossible d’y apercevoir mon visage ! On dirait… On dirait que je suis devenu invisible !

ABC

182

se dessillent (se dessiller) : S’ouvrent. Semaine 21 – Entre réalité et fiction

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

■ Nadya LAROUCHE, Cauchemar sous la lune, Laval, Éditions Grand Duc, 1996, p. 14-17, (Coll. L’heure plaisir).


Je comprends ce que je lis

Lecture

1. Quel phénomène étrange Lucas remarque-t-il à la fin de cet extrait ?

2. Selon toi, qu’est-ce qui pourrait expliquer ce phénomène ?

3. a) Pourquoi le miroir dans la chambre de Lucas est-il brisé ?

b) À quel moment cela s’est-il produit ?

4. Quelles sont les deux conséquences négatives du bris du miroir pour Lucas ?

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

1

2

5. a) Pourquoi Lucas n’a-t-il pas parlé de cet incident aux Labrecque ?

b) Ce qu’il se produit à la fin de l’extrait pourrait-il donner raison aux Labrecque ? Explique ta réponse.

Semaine 21 – Entre réalité et fiction

183


Lecture

6. Le titre du texte est Où suis-je ? À ton avis, pourquoi ce titre convient-il bien à ce qui est raconté dans le texte ?

7. Aimes-tu lire des histoires qui évoquent des phénomènes étranges, invraisemblables ? Pourquoi ? Donne un exemple en t’appuyant sur le texte que tu viens de lire.

Lexique et orthographe Le sens des locutions Une locution est un groupe de mots. Parfois, elle permet de formuler une expression qui crée une image dans la tête des personnes qui la lisent ou l’entendent. On dit alors que cette expression est au sens figuré. Attention, une locution n’est pas l’addition du sens des mots qui la forment ! Par exemple, la locution avoir des papillons dans l’estomac ne signifie pas que des insectes volent dans ton ventre. De façon imagée, cette locution veut dire « ressentir de la nervosité ».

8. a) D’après le contexte, quel est le sens de la locution « Un petit coup de cœur » employée dans le récit ?

b) Quelle locution parmi celles présentées ci-dessus aurait pu être utilisée pour appuyer la situation décrite dans les trois premiers paragraphes du texte ?

184

Semaine 21 – Entre réalité et fiction

© Éditions Grand Duc

Les locutions se trouvent souvent dans le dictionnaire, sous l’entrée du mot principal qui les compose.

Merci de ne pas photocopier

Voici d’autres exemples de locutions : se faire tirer l’oreille (se faire prier), avoir une faim de loup (avoir très faim), tomber dans les pommes (s’évanouir), tirer les vers du nez (faire parler quelqu’un), faire la grasse matinée (se lever tard), voir la vie en rose (être heureux).


Le sujet est un constituant obligatoire de la phrase. Il indique de qui ou de quoi on parle dans la phrase. Habituellement, il est placé devant le prédicat (groupe du verbe). C’est souvent un pronom ou un groupe du nom qui occupe la fonction de sujet. Exemple : Le monstre du lac criait fort. Il faisait fuir le plus courageux des touristes. Pour reconnaître le sujet dans une phrase, repère le mot ou le groupe de mots : • que tu peux

Grammaire

Le sujet

encadrer par C’est… qui ou

Ce sont… qui ; Exemple : C’est Le monstre du lac • que tu peux

qui

criait fort.

remplacer par un pronom de

conjugaison ;

Exemple : Il criait fort. • que tu ne peux généralement

effacer ;

Exemple : Ø Le monstre du lac criait fort. • que tu ne peux généralement

déplacer.

As-tu remarqué ? Les pronoms je, tu, il/on et ils deviennent moi, toi, lui et eux lorsqu’on les encadre par « C’est… qui » ou « Ce sont… qui ». Exemple : Il criait fort. C’est lui qui criait fort.

Exemple : Ø Criait fort le monstre du lac.

Dans chacune des phrases, souligne le mot ou le groupe de mots qui occupe la fonction de sujet. Pour démontrer qu’il s’agit bien du sujet, utilise les manipulations indiquées. a) L’île de Pâques a la forme d’un triangle.

 Encadrement 



 Déplacement 

Ø

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

b) D’innombrables statues bordent l’île.

 Remplacement   Effacement 

 Ø

c) En 1722, Jacob Roggeveen découvrait cette île.

 Encadrement 

 

 Remplacement 

d) Les statues mesurent de 3 à 10 mètres.

 Remplacement   Effacement 

 Ø Semaine 21 – Entre réalité et fiction

185


Conjugaison

Le verbe devoir Le verbe verbe devoir faire est est un verbe verbeirrégulier. irrégulier.Il Ilprésente présente plus plus de de trois radicaux différents. trois radicaux différents. Les particularités du verbe faire Indicatif viennent de sa forme faites à la deuxième personne du pluriel Imparfait du présentPrésent de l’indicatif et du présent de l’impératif et de Passé composé sa je forme font à la troisième personne du pluriel dois je devaisdu présent j’ ai dû de l’indicatif. tu dois tu devais tu as dû il/elle, on doit il/elle, on devait Indicatif nous devons nous devions Présent Imparfait vous devez vous deviez je fais je faisais ils/elles doivent ils/elles devaient tu fais tu faisais Conditionnel présent Futur simple il/elle, on fait il/elle, on faisait je devrais je devrai nous faisons nous faisions tu devrais tu devras vous faites vous faisiez il/elle, on devrait il/elle, on devra ils/elles font ils/elles faisaient nous devrions nous devrons Conditionnel présent Futur simple vous devriez vous devrez je ferais je ferai ils/elles devraient ils/elles devront tu ferais tu feras Subjonctif Infinitif Impératif il/elle, on ferait il/elle, on fera dois Présent devoir nous ferions nous ferons devons que je vous doive vous feriez ferez devez que tu doives ils/elles feraient ils/elles feront qu’il/elle, on doive que nous devions que vous deviez qu’ils/elles doivent

il/elle, on a dû nous avons dû Passé composé vous avez dû j’ ai fait ils/elles ont dû tu as fait Passé simple il/elle, on a fait je dus nous avons fait tu dus vous avez fait il/elle, on dut ils/elles ont fait nous dûmes Passé simple vous dûtes je fis ils/elles durent tu fis Participe il/elle, on fit Présent Passé nous fîmes devant vous fîtesdû due ils/elles firent dus dues

1. Ajoute le radical d-, doi-, dev- ou doiv-.

b) elles ont c) il

d) ils

 û

 ut

 ent

e) nous f)

 ons  s

g) que vous

h) nous

i) je

 iez  rions

 rai

2. Compose deux phrases comprenant chacune le verbe devoir conjugué au mode et au temps demandés. a)  Indicatif présent 

b)  Indicatif passé composé 

186

Semaine 21 – Entre réalité et fiction

Merci de ne pas photocopier

 ais

© Éditions Grand Duc

a) tu


Intention de lecture

Lecture

Je lis ce texte pour découvrir la manière dont les instruments d’observation de l’espace ont évolué.

Connaissances liées au texte

Stratégie de lecture

Avant ta lecture, consulte la rubrique Les relations de cause et de conséquence à la page 192.

J’observe les indices de temps et les informations relatives aux époques mentionnées.

Mieux voir la nuit Pour se rapprocher du ciel et distinguer les détails de son paysage, les hommes ont inventé de multiples objets avec lesquels tu vas devoir te familiariser. Chacun présente des avantages et des inconvénients.

Les jumelles C’est l’instrument le plus simple d’utilisation. Composé de deux lunettes « jumelles », il permet de regarder avec les deux yeux, et ne change pas nos habitudes par rapport à l’observation à l’œil nu. De plus, il est très facile à transporter et ne nécessite pas d’installation particulière. Il faut toutefois bien caler ses bras ou poser les jumelles sur un pied métallique pour éviter de bouger lors d’observations longues. Les jumelles permettent notamment de différencier les planètes des étoiles et d’étudier le relief de la Lune.

La lunette astronomique

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

C’est l’instrument le plus ancien. L’utilisateur se place à l’arrière d’un tube contenant deux lentilles de verre, l’objectif (à l’avant) et l’oculaire (à l’arrière), qui grossissent l’image de la zone observée. La lunette est facile à démonter et à transporter, et donne accès à plus de détails qu’une simple paire de jumelles : taille des cratères lunaires, anneaux de Saturne, nébuleuses sont alors à ta portée ! Un objectif de 60 mm est un bon choix pour débuter.

ABC

oculaire : Dans une lunette, un microscope, un télescope, lentille ou système de lentilles qui permet de regarder l’image donnée par l’objectif. Semaine 22 – Entre réalité et fiction

187


Le télescope Miroir, dis-moi qui est la plus belle des stars… ? Dans un télescope de type Newton, un système de miroirs renvoie l’image vers un oculaire placé sur le côté du tube. L’observateur se positionne donc à l’avant et à côté de l’instrument. À prix égal, un télescope sera plus puissant qu’une lunette [astronomique]. Un objectif de 115 mm est idéal pour l’astronome amateur. Il te permettra d’apercevoir les cratères de la Lune, les bandes nuageuses colorées de Jupiter et les anneaux de Saturne, et de distinguer la forme de certaines galaxies.

Les premiers observatoires Pour les hommes de l’Antiquité comme pour ceux du 21e siècle, observer le ciel a toujours été une préoccupation majeure… Ils ont donc construit des observatoires, qui évoluèrent au cours des siècles, à mesure que les savoirs et les techniques s’amélioraient.

Un peu d’histoire C’est l’astronome italien Galilée qui a construit en 1609 la première lunette [astronomique], après avoir expérimenté en Hollande un procédé d’optique importé de Chine ! Grâce à cet instrument, il a décrit les « mers » lunaires et découvert les premiers satellites de Jupiter. Quelques dizaines d’années plus tard, l’Anglais Newton mit au point le télescope. ABC

188

constellation : Groupe d’étoiles formant une figure à laquelle on a donné un nom. Semaine 22 – Entre réalité et fiction

  Galilée

© Éditions Grand Duc

Dès l’Antiquité, l’observation des astres est très importante, car les phénomènes astronomiques rythment la vie quotidienne des peuples. Par exemple, l’apparition d’une constellation annonce le changement des saisons et détermine le calendrier des tâches agricoles. Afin de faciliter cette lecture du ciel, des observatoires plus ou moins rudimentaires sont bâtis. Ainsi, des alignements de pierres comme ceux de Stonehenge (Angleterre), qui datent de l’âge du Bronze (vers 2000 avant notre ère), sont érigés dans des directions bien particulières (celles du lever du Soleil ou de la Lune aux dates des équinoxes). Plus tard, de grands édifices, comme l’observatoire du Samarcande inauguré en 1429 ou celui de Pékin utilisé par des astronomes dès le 12e siècle, abritent des instruments permettant de déterminer la position des astres.

Merci de ne pas photocopier

Une astronomie pratique


Toujours plus performants Les connaissances évoluant, l’astronomie quitte le domaine de la vie quotidienne et de la spiritualité pour revêtir un aspect scientifique. Les observatoires se doivent donc de se perfectionner. Après l’introduction de l’utilisation de la lunette astronomique par l’astronome Galilée en 1609, on construit des instruments optiques toujours plus grands et des édifices pour les protéger. Ces gigantesques monuments renferment un ou plusieurs télescopes, dont la taille peut aller jusqu’à 20 m de longueur. Le premier télescope géant sera utilisé par l’astronome Hubble en 1950, sur le mont Palomar (Californie). L’observatoire qui l’abrite mesure 42 m de haut pour 41 m de diamètre, et le miroir du télescope lui-même a un diamètre de 5 m.

Des caractéristiques communes

Un lieu d’observation

L’observation du ciel nécessite des télescopes privilégié ? performants, dotés de miroirs de grande taille Certains scientifiques pour capter le plus de lumière possible. Si les imaginent implanter un observatoire sur la Lune. conditions météorologiques et atmosphériques Dépourvue d’atmosphère, ne sont pas optimales, [les télescopes] deviennent sans aucune pollution inutiles. Aussi, les astronomes ont-ils choisi lumineuse liée aux activités humaines, [la Lune pourrait d’implanter leurs  bservatoires dans des lieux constituer un excellent situés en altitude, le plus souvent dans des régions lieu pour installer des désertiques, où l’air est sec, calme et exempt télescopes !]. de poussières. Il faut également un ciel pur, sans la pollution lumineuse des villes qui risquerait de le ternir. Ces observatoires abritent plusieurs télescopes.

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

Évolution des instruments d’observation astronomiques 1400 1500 1600 1700 1800 1900

1429

1609

  Inauguration

  Utilisation

de l’observatoire de Samarcande

de la lunette astronomique

ABC

1950   Utilisation

du premier télescope géant

Éléments d’information tirés de Laure SALÈS, Milène WENDLING et Anne WILLEMEZ, Encyclopédie Fleurus Junior Espace, Éditions Fleurus, Paris, 2006, p. 18-19 et 44-45.

spiritualité : Qualité de ce qui est esprit, dégagé de toute matérialité. optiques (optique) : Qui se rapporte à la vision. exempt : Qui est dépourvu de quelque chose. Semaine 22 – Entre réalité et fiction

189


Lecture

Je comprends ce que je lis 1. Décris, en utilisant tes propres mots, l’évolution des instruments astronomiques de l’Antiquité à aujourd’hui.

2. Si tu avais à observer le ciel, la nuit, quel instrument aimerais-tu utiliser ? Justifie ta réponse.

3. Compare les jumelles avec la lunette astronomique.

Facilité d’utilisation

Ce que l’instrument permet d’observer

190

Semaine 22 – Entre réalité et fiction

© Éditions Grand Duc

Comment l’utiliser

Merci de ne pas photocopier

Transport


b) Explique ta réponse en donnant un exemple.

Lecture

4. a) Pourquoi l’astronomie est-elle importante dans l’Antiquité ?

5. Que dirais-tu à cet élève ?

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

J’aime observer le ciel. Ce soir, malgré la pluie, je me rendrai dans un parc éclairé du centre-ville avec mes parents pour observer la Lune et tous ses détails à l’aide de mes nouvelles jumelles.

6. Sous l’intertitre « Le télescope », les auteures citent une phrase extraite d’un conte pour enfants et l’adaptent. a) Surligne cette phrase dans le texte. b) De quel conte est-elle inspirée ?

c) Pourquoi les auteures utilisent-elles cette phrase dans leur texte ?

Semaine 22 – Entre réalité et fiction

191


Lecture

7. Tu as constaté que les instruments d’observation de l’espace sont de plus en plus sophistiqués. Crois-tu que le perfectionnement de ces instruments progressera encore longtemps ?

Connaissances liées au texte Les relations de cause et de conséquence Le texte intitulé Mieux voir la nuit est un texte courant explicatif, c’est-à-dire qu’il répond à la question « Pourquoi ? » ou à la question « Comment ? ». Ainsi, ce texte pourrait répondre à la question suivante : Comment les instruments d’observation de l’espace ont-ils évolué ? Pour répondre à la question, les auteures ont eu recours à des liens de cause et de conséquence entre les idées. Exemple : Les télescopes sont faciles à manœuvrer aujourd’hui, donc de plus en plus de gens les utilisent. Dans la réalité, la cause vient toujours avant la conséquence. Cependant, dans une phrase, ces deux éléments peuvent être inversés. Exemple : Aujourd’hui, de plus en plus de gens utilisent les télescopes, parce qu’ils sont faciles à manœuvrer.

8. Dans le tableau, écris la cause ou la conséquence liée aux énoncés.

a) Dans l’Antiquité, la lecture du ciel est importante, car elle annonce le changement des saisons et détermine le calendrier agricole.

b)

192

Les astronomes ont choisi d’implanter des observatoires dans des lieux situés en altitude, le plus souvent où l’air est sec, calme et exempt de poussières.

Semaine 22 – Entre réalité et fiction

Merci de ne pas photocopier

Conséquence

© Éditions Grand Duc

Cause


Grammaire

Les règles de l’élision Tu as appris que, devant un mot commençant par une voyelle ou un h muet, la lettre finale des mots le, la, je, ne, de, me, te et se est remplacée par une apostrophe, tout comme le « e » de ce devant le verbe être. Exemple : Ø L  a troupe demande au pilote de le appareil de aller vers le ouest. La troupe demande au pilote de l’appareil d’aller vers l’ouest. Cette règle s’applique aussi aux mots suivants : • que devant il, elle, ils, elles et on ; • si devant il et ils ; • lorsque et puisque devant il, elle, ils, elles, on, en, un et une.

Exemple : Ø Il faut que on se dirige vers l’ouest. Il faut qu’on se dirige vers l’ouest. Mini

a) Dans les phrases, souligne chaque mot qui devrait être élidé ainsi que le mot qui le suit.

PR OF

b) Récris, au-dessus, les mots soulignés en faisant l’élision.

1) Ø Le mythe de le Atlantide est une histoire qui date de plusieurs milliers de années.

2) Ø La localisation de la île demeure inconnue.

3) Ø On prétend que elle aurait été habitée par un peuple puissant.

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

4) Ø Même si il était bien organisé et évolué, ce peuple souffrait de un grand

défaut, soit celui de conquérir tous les autres peuples.

5) Ø Lorsque il a perdu sa bataille contre le peuple de Athènes, ce fut le début

de son déclin.

6) Ø Puis, la île aurait été victime de un immense cataclysme qui la aurait

engloutie ainsi que ses habitants.

Semaine 22 – Entre réalité et fiction

193


Conjugaison

Le verbe voir Le verbe voir est un verbe irrégulier. Il présente plus de trois radicaux différents.

Indicatif Présent

Imparfait

je vois tu vois il/elle, on voit nous voyons vous voyez ils/elles voient

Passé composé

je voyais tu voyais il/elle, on voyait nous voyions vous voyiez ils/elles voyaient

Conditionnel présent

Futur simple

je verrais tu verrais il/elle, on verrait nous verrions vous verriez ils/elles verraient

Passé simple

je verrai tu verras il/elle, on verra nous verrons vous verrez ils/elles verront

Impératif

Subjonctif

Infinitif

vois voyons voyez

Présent

voir

que je voie que tu voies qu’il/elle, on voie que nous voyions que vous voyiez qu’ils/elles voient

j’ai vu tu as vu il/elle, on a vu nous avons vu vous avez vu ils/elles ont vu je vis tu vis il/elle, on vit nous vîmes vous vîtes ils/elles virent

Participe Présent

Passé

voyant

vu vue vus vues

Attention ! À l’indicatif futur simple et conditi onnel présent, le radica l étant ver- , le ve rb e s’écrit avec deux r.

b) que je

c) il

 u  e

 ait

d) je e) elle f) vous

 s  it  rez

g) nous

 ions

h) vous

 riez

i) tu

 ais

2. Conjugue le verbe voir à la personne, au mode et au temps demandés.

194

a) ind. passé composé, 2e pers. du pl.

 

b) impératif présent, 2e pers. du sing.

 

c) subj. présent, 1re pers. du pl. (que…)

 

d) ind. conditionnel présent, 3e pers. du pl.

 

Semaine 22 – Entre réalité et fiction

© Éditions Grand Duc

a) elles ont

Merci de ne pas photocopier

1. Écris le radical v-, voi-, voy- ou ver-.


Lecture-éclair Connaissances liées au texte Avant ta lecture, consulte la rubrique Schémas, tableaux et encadrés à la page 198.

Intention de lecture Je lis ce texte pour connaître les différences et les ressemblances entre les satellites naturels des différentes planètes.

Stratégie de lecture Je repère les informations dont il est question dans chacune des fiches.

D’autres planètes, d’autres satellites naturels La Lune, qu’on observe parfois en forme de croissant, parfois pleine, est le seul satellite naturel de la Terre. Visitée pour la première fois en 1969 par l’astronaute américain Neil Armstrong, cette boule céleste est constituée d’éléments chimiques et possiblement d’hydrogène. Sa force d’attraction est moindre que celle de la Terre, c’est pourquoi la vingtaine d’astronautes qui ont eu la chance de fouler son sol semblent flotter dans les airs entre leurs pas. La Terre compte un seul satellite naturel, un nombre dérisoire en comparaison des véritables « systèmes solaires » que forment les planètes géantes et leur cortège de lunes.

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

On connaît aujourd’hui 64 satellites naturels de Jupiter. Les quatre satellites les plus près de la planète ont été découverts et observés par Galilée, le père de l’astronomie moderne. Pour cette raison, on les appelle les galiléens.

Le satellite naturel le plus près de Jupiter se nomme Io. Sur sa surface coule de la lave de soufre qui jaillit de ses cratères, comme si Io était rempli de volcans. diamètre : 3642 km distance à la planète : 422 000 km période de révolution autour de Jupiter : 1,769 jour

Semaine 23 – Entre réalité et fiction

195


Un autre satellite naturel de Jupiter se nomme Europe. Sa croûte est formée d’une épaisse couche de glace lisse. Les planétologues supposent que sous cette couche se trouverait une immense étendue d’eau, aussi grosse qu’un océan. Imaginez disputer une partie de hockey sur une patinoire dont la surface est aussi grosse qu’une planète. Gare à celui ou celle qui sera responsable de la Zamboni ! diamètre : 3130 km distance à la planète : 671 000 km période de révolution autour de Jupiter : 3,5 jours

Jupiter possède le plus gros satellite naturel du système solaire : Ganymède. Les astronomes évaluent que sa surface s’est forgée sur plusieurs millions d’années. Sa formation a donc dû être très complexe. diamètre : 5620 km distance à la planète : 1 070 000 km

diamètre : 4806 km distance à la planète : 1 883 000 km période de révolution autour de Jupiter : 16,689 jours

196

Semaine 23 – Entre réalité et fiction

© Éditions Grand Duc

Callisto est un autre satellite naturel glacé de Jupiter, tout comme Europe. Sous sa croûte, l’eau pourrait probablement être salée. À cause d’un météorite qui l’aurait frappée, Callisto présenterait des rides à sa surface. Sa température moyenne est de –148 degrés Celsius. Bienvenue à ceux et celles qui ne craignent pas le froid !

Merci de ne pas photocopier

période de révolution autour de Jupiter : 7,155 jours


Saturne possède au moins 45 satellites. Le plus connu d’entre eux se nomme Titan. Sa surface est rocheuse, son atmosphère est constituée d’azote et de méthane. C’est probablement l’endroit du système solaire le plus propice à accueillir la vie, à l’exception de la Terre, évidemment. diamètre : 5150 km distance à la planète : 1 220 000 km période de révolution autour de Saturne : 15,945 jours

Neptune, quant à elle, possède 13 satellites naturels connus à ce jour, dont Triton. Triton a une forte activité volcanique à base d’azote. Des geysers s’échappent de sa surface et la modifient. diamètre : 2706 km distance à la planète : 354 760 km période de révolution autour de Neptune : 5,87 jours

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

Uranus possède 27 satellites connus à ce jour. Miranda, l’un de ces satellites, a un relief inégal, chaotique. Cette surface démontre les nombreuses collisions dont Miranda a été victime dans le passé. diamètre : 485 km distance à la planète : 130 000 km période de révolution autour d’Uranus : 1,413 jour

ABC

Éléments d’information tirés de Laure SALÈS, Milène WENDLING et Anne WILLEMEZ, Encyclopédie Fleurus Junior Espace, Éditions Fleurus, Paris, 2006, p. 152-153.

geysers (geyser) : Source d’eau chaude qui jaillit du sol. chaotique : Qui est en désordre. Semaine 23 – Entre réalité et fiction

197


Je comprends ce que je lis

Lecture

Connaissances liées au texte Schémas, tableaux et encadrés Les schémas et les tableaux permettent de mettre en évidence l’information pour la rendre plus claire et faciliter ainsi la compréhension générale du texte. Ils peuvent prendre de nombreuses formes. Pour t’aider à choisir le modèle approprié, détermine la quantité d’informations que tu dois présenter et examine les liens logiques qui les unissent. Par exemple, dans le texte que tu viens de lire, on utilise des encadrés pour superposer différents types d’informations.

a) Mène un rapide sondage dans ta classe pour connaître la planète favorite de tes camarades de classe. b) Présente les résultats de ton sondage dans un schéma puis, dans un encadré, présente la planète préférée.

Les éclipses totales du Soleil

© Éditions Grand Duc

La dernière éclipse totale du Soleil visible au Québec s’est déroulée le 10 juillet 1972. La prochaine devrait avoir lieu le 8 avril 2024. Il faudra attendre 360 ans pour qu’au même endroit, les astronomes puissent encore observer ce phénomène. Pour que cette situation rare se produise, il faut que la Terre passe dans l’ombre ou la pénombre de la Lune. Ainsi, le Soleil, la Lune et la Terre sont presque alignés. Le Soleil est caché par la Lune.

Merci de ne pas photocopier

Le savais-tu ?

198

Semaine 23 – Entre réalité et fiction


Le prédicat est la fonction occupée par le groupe du verbe (GV) dans la phrase. C’est un constituant obligatoire de la phrase. Le noyau du groupe du verbe est un verbe conjugué. Il peut être complété par un ou plusieurs groupes de mots. Le prédicat se trouve habituellement après le sujet. Pour repérer le prédicat dans une phrase, on trouve le groupe de mots :

Grammaire

Le prédicat

• qui contient un verbe conjugué ;

Exemple : L’île de Pâques est une petite île en forme de triangle.

• dont l’effacement est généralement impossible ;

Exemple : Ø L’île de Pâques est une petite île en forme de triangle.

• dont le déplacement est généralement impossible.

Exemple : Ø Est une petite île en forme de triangle l’île de Pâques.

a) Dans les phrases suivantes, encadre les verbes conjugués, puis souligne le prédicat. b) Assure-toi qu’il s’agit bien du prédicat en montrant qu’on ne peut ni effacer ni déplacer le groupe de mots souligné. 1) Galilée enseignait les mathématiques. Effacement impossible : Ø  Déplacement impossible : Ø 

2) Il s’intéresse aux mouvements et à la chute des corps. Effacement impossible : Ø  Déplacement impossible : Ø 

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

3) Galilée a inventé la lunette astronomique. Effacement impossible : Ø  Déplacement impossible : Ø 

4) Avec cette lunette, il observait le ciel. Effacement impossible : Ø  Déplacement impossible : Ø 

5) Il a publié les résultats de ses observations. Effacement impossible : Ø  Déplacement impossible : Ø 

Semaine 23 – Entre réalité et fiction

199


Conjugaison

Le verbe rendre Le verbe rendre est le modèle de conjugaison des verbes en -dre qui font -dant au participe présent. Ces verbes présentent le même radical dans toutes leurs conjugaisons.

Indicatif Présent

Imparfait

je rends tu rends il/elle, on rend nous rendons vous rendez ils/elles rendent

je rendais tu rendais il/elle, on rendait nous rendions vous rendiez ils/elles rendaient

Conditionnel présent je rendrais tu rendrais il/elle, on rendrait nous rendrions vous rendriez ils/elles rendraient

Impératif rends rendons rendez

Passé composé j’ ai rendu tu as rendu il/elle, on a rendu nous avons rendu vous avez rendu ils/elles ont rendu

Futur simple je rendrai tu rendras il/elle, on rendra nous rendrons vous rendrez ils/elles rendront

Subjonctif

Infinitif

Présent

rendre

Passé simple je rendis tu rendis il/elle, on rendit nous rendîmes vous rendîtes ils/elles rendirent

que je rende que tu rendes qu’il/elle, on rende que nous rendions que vous rendiez qu’ils/elles rendent

Participe Présent

Passé

rendant

rendu rendue rendus rendues

Conjugue le verbe entre parenthèses au mode, au temps et à la personne auxquels le verbe rendre est conjugué.

c) j’ai rendu

d) rendant

200

( attendre )

e) tu rendrais

f) vous rendrez

( vendre )

( étendre )

( pendre )

g) elle rendit

( perdre )

( entendre )

h) ils rendent

( défendre )

Semaine 23 – Entre réalité et fiction

Merci de ne pas photocopier

b) rendons

( descendre )

© Éditions Grand Duc

a) nous rendions


Je révise Réponds aux questions en cochant la ou les bonnes réponses. 1. Quel mot est un pronom dans la phrase suivante ?

 Ça semble compliqué d’observer les étoiles ce soir.   ça

 d’

 les

 ce

2. Quel verbes sont conjugués au passé simple ?

  ils devaient

  il voyait

  ils virent

  il dut

3. Quelle phrase contient une locution ?

  Le ciel est nuageux.

  J’ai la tête dans les nuages.

 Les nuages nous empêchent d’observer le ciel.

 J’imagine des personnages dans la forme des nuages.

4. Quel est le sujet dans la phrase suivante ?

 Les régions désertiques situées en altitude font de bons emplacements pour les observatoires.    font de bons emplacements

  les régions désertiques

 les observatoires

 les régions désertiques situées en altitude

5. Quel mot souligné est mal orthographié dans la phrase suivante ?

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

 Samuel était excité lorsque il a observé sa première aurore boréale.  était

 excité

  lorsque

 aurore

  je voyais

  que je voie

6. Quel verbe est mal conjugué ?

  je vois

  je voirai

7. Quel mot est toujours le noyau du prédicat ?

  un groupe du verbe

  un verbe conjugué

  un verbe à l’infinitif

8. Vrai ou faux ? Le verbe comprendre se conjugue sur le modèle du verbe rendre.

 vrai

 faux Semaine 23 – Entre réalité et fiction

201


Tâche finale J’en ai vu un ! Tu as assisté, en chair et en os, à un phénomène surnaturel. Tu dois le raconter de façon très détaillée, afin de rendre tes propos crédibles. •D  étermine le phénomène surnaturel (apparition d’extraterrestre, rencontre avec un fantôme, animal qui parle, etc.) auquel tu as assisté. • Rédige le plan de ton texte en prenant soin d’y insérer des sous-thèmes. •A  joute des descriptions des lieux, de l’atmosphère, des sentiments ressentis pendant que tu assistais au phénomène surnaturel. • T ermine ton texte en précisant la nature du phénomène : s’explique-t-il ou s’agit-il toujours d’un mystère ?

J’organise mes idées PLAN DE MON TEXTE Introduction Mise en situation Phénomène observé

Développement Sous-thèmes

• Circonstances :

lieux, atmosphère, etc.

2e aspect :

Sentiments ressentis 3e aspect :

Conclusion

202

© Éditions Grand Duc

Le phénomène est-il explicable ou est-ce toujours un mystère ?

Merci de ne pas photocopier

1er aspect :

Semaine 23 – Entre réalité et fiction


Je rédige et je révise Rédige ton texte en respectant les choix que tu as faits. Sers-toi du tableau pour t’assurer que ton texte comporte toutes les caractéristiques demandées. Au besoin, apporte les modifications nécessaires. CARACTÉRISTIQUES DE MON TEXTE Mon texte décrit un phénomène surnaturel que je prétends avoir vu. Mon texte décrit le phénomène, les circonstances dans lesquelles il s’est produit (lieux et atmosphère) et les sentiments que j’ai ressentis. Mon texte comporte une introduction, un développement et une conclusion. En conclusion, mon texte précise qu’il s’agit d’un phénomène explicable ou que ce phénomène reste un mystère. Mon texte aborde quelques sous-thèmes.

Je corrige Après avoir réalisé une étape d’autocorrection, coche-la, puis passe à la suivante. ÉTAPES D’AUTOCORRECTION

J’ai accordé correctement les verbes conjugués avec leur sujet. J’ai respecté la construction des verbes ayant pour modèle devoir ou voir.

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

J’ai utilisé adéquatement les locutions choisies.

Semaine 23 – Entre réalité et fiction

203


Je mets mon texte au propre

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

Présente ton texte de manière soignée et trouve un titre qui résume le contenu de ton texte.

204

Semaine 23 – Entre réalité et fiction


© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

Pour un monde meilleur

Éni gme

r Quelle est la plante sur laquelle on peut marcher, que l’on peut écrase et qui n’a jamais besoin d’être arrosée ?


Mots à orthographier

Semaine 24 ambulance (n. f.) bonté (n. f.) caisse (n. f.) canon (n. m.) commerce (n. m.)

cuisinier (n. m.), cuisinière (n. f.) désir (n. m.) fardeau (n. m.) honte (n. f.) juron (n. m.)

lutte (n. f.) nage (n. f.) nœud (n. m.) pâte (n. f.) pente (n. f.) piscine (n. f.)

plage (n. f.) plongée (n. f.) risque (n. m.) roche (n. f.) rocher (n. m.) siège (n. m.)

tempête (n. f.) tisser (v.) traîner/trainer (v.) type (n. m.) wagon (n. m.)

peintre (n. m.), (n. f.) peinture (n. f.) pinceau (n. m.) provision (n. f.) rancune (n. f.)

résistance (n. f.) sein (n. m.) sirène (n. f.) somme (n. f.) vif, vive (adj.)

rencontre (n. f.) réputation (n. f.) réserve (n. f.) ridicule (adj.) ruine (n. f.) sale (adj.)

séjour (n. m.) style (n. m.) taxi (n. m.) transporter (v.) voile (n. f.) voilier (n. m.)

presse (n. f.) produire (v.) remise (n. f.) reprise (n. f.) respiration (n. f.) source (n. f.)

tarte (n. f.) titre (n. m.) tromper (v.) violon (n. m.)

société (n. f.) songe (n. m.) songer (v.) soupir (n. m.) tact (n. m.) tactique (n. f.)

tendresse (n. f.) université (n. f.) velours (n. m.) vision (n. f.)

Semaine 25 don (n. m.) évolution (n. f.) exception (n. f.) faveur (n. f.) grâce (n. f.) gratitude (n. f.)

hausse (n. f.) infirmier (n. m.), infirmière (n. f.) matelas (n. m.) militaire (adj.), (n. m.), (n. f.)

narine (n. f.) panier (n. m.) paquet (n. m.) patron (n. m.), patronne (n. f.) peindre (v.)

Semaine 26 cercle (n. m.) circonstance (n. f.) clin d’œil (n. m.) habit (n. m.) hostilité (n. f.) masse (n. f.)

médicament (n. m.) ministre (n. m.), (n. f.) orgueil (n. m.) paume (n. f.)

pauvreté (n. f.) prétexte (n. m.) profit (n. m.) promesse (n. f.) rage (n. f.) remède (n. m.)

discussion (n. f.) éclat (n. m.) encre (n. f.) exposé (n. m.) exposer (v.) fauteuil (n. m.)

flûte (n. f.) haine (n. f.) majorité (n. f.) manière (n. f.) mélodie (n. f.) pose (n. f.)

Semaine 28 article (n. m.) marée (n. f.) mélanger (v.) ongle (n. m.) orage (n. m.) paupière (n. f.)

206

plaisanterie (n. f.) plante (n. f.) poète (n. m.) politique (n. f.) propriété (n. f.) racine (n. f.)

recette (n. f.) régler (v.) retirer (v.) richesse (n. f.) savon (n. m.) série (n. f.)

© Éditions Grand Duc

accordéon (n. m.) cadre (n. m.) collection (n. f.) débat (n. m.) dessin (n. m.) discours (n. m.)

Merci de ne pas photocopier

Semaine 27


F

Pour un monde meilleur Je me prépare Dans la grille, repère 12 mots liés au thème « Mouvements et causes humanitaires ». Une fois les mots repérés, écris-les sous la grille : la première et la dernière lettre de chacun des mots à trouver sont fournies ; une flèche t’indique le sens dans lequel les différents mots sont écrits dans la grille.

v

t

t

k

é

s

k

r

w

h

n

é

s

a

c

i

a

e

n

t

h

x

e

u

p

o

q

o

c

o

o

m

j

r

e

e

y

s

q

j

i

u

l

t

n

l

i

o

j

r

w

g

p

f

d

t

i

i

i

s

e

l

r

k

v

b

k

e

y

b

a

l

t

v

c

n

c

p

x

u

e

f

c

c

d

c

i

u

i

i

c

r

k

q

a

d

c

t

v

x

u

b

d

t

e

e

u

w

z

p

k

g

r

b

k

d

r

e

é

n

e

v

i

t

a

i

t

i

n

i

é

e

b

j

c

é

t

i

l

i

b

a

s

n

o

p

s

e

r

e

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

a c

é

p

t

p

c

e

r

é t t

é

n

r

é

e

s

e

v

e

i

e

Semaine 24 – Pour un monde meilleur

é

207


Intention de lecture

Lecture

Je lis ce texte pour découvrir un projet réalisé par de jeunes cyclistes pour soutenir une cause qui leur tient à cœur.

Connaissances liées au texte Avant ta lecture, consulte la rubrique Le rôle et l’importance des personnages à la page 212.

Stratégie de lecture

je lis

Je repère les mots ou expressions qui sous-entendent une autre information.

Rouler pour une bonne cause — Hé ! les filles, laissez tomber vos revues et venez plutôt me rejoindre, j’ai une idée qui nous permettrait de joindre l’utile à l’agréable ! — J’espère que ton idée est intéressante parce que, selon moi, rien ne peut rivaliser avec les photos du beau Alexis Bernier-Laforest ! — Alexis Bernier… qu’est-ce qu’il a de plus que moi ? — À part une médaille olympique en cyclisme, des jambes musclées, de longs cheveux noirs et un sourire craquant… pas grand-chose ! — Si vous mettiez autant de temps à vous concentrer sur votre entraînement que sur ce petit fendant d’Alexis Bernier-Laforest, vous auriez plus de chances de vous améliorer ! dit promptement Fred, un des membres de l’équipe masculine. — Alors Lance Armstrong, cette idée géniale ? le coupa Malena. — La voici : que diriez-vous de participer au Cyclodéfi contre le cancer ? Une randonnée à vélo entre Montréal et Québec. On pourrait ainsi s’entraîner tout en amassant des fonds pour la recherche sur le cancer.

— Est-ce qu’il viendra me parler ? — Est-ce qu’il me signera un autographe ? C’est après cette avalanche de questions que Fred parvint à présenter le projet en détail. Ensemble, les deux équipes établirent des stratégies pour amasser des fonds afin de les remettre à un centre qui mène des recherches sur le cancer et pouvoir participer à la course de vélo.

208

Semaine 24 – Pour un monde meilleur

© Éditions Grand Duc

— C’est Alexis Bernier-Laforest qui est le porte-parole de l’événement cette année ! Est-ce que je pourrai le rencontrer ?

Merci de ne pas photocopier

— Le Cyclodéfi contre le cancer… ça me dit quelque chose, murmura Joannie.


Pendant plusieurs semaines, le projet allait bon train. Certains élèves avaient décidé de confectionner des biscuits qu’ils vendaient aux parents qui venaient chercher leurs enfants à l’école. D’autres lavaient les voitures des enseignants sur l’heure du midi moyennant un petit montant remis dans la banque commune. Un samedi, sous la pluie, les cyclistes, vêtus de leur uniforme de compétition, firent du porte-à-porte dans les rues du quartier. Pour sa part, Fred était fier de son idée, mais surtout, de son engagement dans une lutte qui le touchait personnellement. Sa grand-mère avait reçu un diagnostic de cancer du sein six mois auparavant et c’est en pensant à elle qu’il avait ressenti le besoin d’impliquer les deux équipes cyclistes de l’école dans ce projet. En peu de temps, les jeunes cyclistes amassèrent pas moins de 5000 $. Leur enthousiasme était à son comble ! Jusqu’à ce que Malena, qui s’était renseignée, vint leur annoncer les mauvaises nouvelles : « Nous avons tout juste la somme pour inscrire deux participants et… bien… euh… il faut être âgé de 16 ans pour participer au défi. » Dans le gymnase, on se serait cru au salon funéraire. Les jeunes cyclistes arboraient tous un air sombre. Certaines filles refusaient de regarder leurs coéquipières de peur de fondre en larmes. Les garçons, eux, serraient les mâchoires. C’est alors que Justine prit les devants, comme à son habitude. — Et alors, on n’a quand même pas ramassé tout cet argent pour rien ! L’objectif du Cyclodéfi n’est-il pas d’amasser des fonds ?

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

On entendit à peine un murmure. — C’est ce que nous avons fait, dit-elle avec assurance. Il ne nous reste qu’à organiser notre propre Cyclodéfi. — Tu as raison, renchérit Fred, heureux de la tournure des événements. La piste cyclable du parc est bien assez longue pour permettre à une vingtaine de cyclistes d’en faire trente fois le tour, non ? Et c’est grâce à la détermination des équipes féminine et masculine de vélo d’une petite école de quartier qu’une variante du Cyclodéfi a vu le jour. Le jour du départ, une foule était massée dans le parc : les cyclistes avaient pris la peine d’annoncer leur projet sur des affiches installées un peu partout dans la ville.

Semaine 24 – Pour un monde meilleur

209


Les tours de vélo dans le parc durèrent tout l’après-midi et permirent aux équipes d’amasser 1000 $ supplémentaires. Fred, arborant son maillot jaune, fit des sauts périlleux pendant tout le trajet pour le plus grand bonheur de sa grand-mère qui n’aurait pas voulu manquer l’événement. Au fil d’arrivée, les jeunes cyclistes présentèrent un immense chèque à la foule dont le chiffre 5 du montant initial avait été raturé à la dernière minute et remplacé par un 6. Le photographe du journal local vint immortaliser ce moment. Les jeunes étaient beaux, fiers, souriants. Deux semaines plus tard, la directrice de l’école, Jeannine Boivin, vint personnellement chercher les membres des deux équipes sportives. — J’ai reçu un courriel pour vous, je vous en ai fait imprimer une copie chacun. Intrigués, les garçons et les filles se rendirent au gymnase où une surprise de taille les attendait. Du moins, où une surprise de taille attendait les filles ! À : jboivin@ecoledesruisseaux.com De : alexisbernierlaforest@cyclismequebec.com

À vous, chers élèves, qui avez amassé des fonds et parcouru des kilomètres pour la recherche pour vaincre le cancer, je vous félicite. Vous êtes un exemple pour tous ceux et celles qui veulent s’impliquer, mais qui ne savent pas trop comment s’y prendre. Ce que vous avez fait est remarquable, j’ai pu le constater en visionnant la vidéo de votre arrivée. Vous êtes des champions et des championnes. Alex Bernier-Laforest

Catherine-Ann GEORGE

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

P.S. : Fameuses, les cascades à vélo du petit blondinet !

210

Semaine 24 – Pour un monde meilleur


Je comprends ce que je lis

b) Quels changements les jeunes ont-ils dû apporter au projet initial ? Pour quelles raisons ?

Lecture

1. a) Quel était le projet initial auquel voulaient prendre part les équipes cyclistes ?

2. As-tu déjà pris part à un événement dans le but d’amasser des fonds, ou connais-tu quelqu’un qui a participé à un tel événement ? Explique ta réponse.

3. a) À quelle cause vient en aide le Cyclodéfi ?

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

b) Lequel des personnages se sent le plus concerné par cette cause ? Explique ta réponse.

 Malena  

 Fred  

 Joannie  

 Justine

4. Relève deux exemples qui illustrent l’esprit d’équipe des personnages.

Semaine 24 – Pour un monde meilleur

211


Lecture

5. Quelle est la principale valeur véhiculée dans le texte ? Surligne une phrase qui appuie ta réponse.

6. Malgré le revirement de situation, le dénouement du récit est-il plutôt positif ou plutôt négatif pour les équipes de cyclistes ? Explique ta réponse.

7. Si tu avais fait partie d’une des équipes cyclistes de l’école, comment aurais-tu réagi en apprenant la mauvaise nouvelle de Malena ? Explique ta réponse.

Connaissances liées au texte Le rôle et l’importance des personnages

Rôle des personnages : Le héros ou l’héroïne : c’est le personnage le plus important, celui sans qui l’histoire n’existerait pas. L’allié ou l’alliée : c’est un personnage secondaire qui aide le héros ou l’héroïne dans sa quête. L’adversaire : c’est un personnage secondaire qui nuit au héros ou à l’héroïne dans sa quête. Importance des personnages : Le personnage principal : c’est le personnage dont on raconte les aventures. Les personnages secondaires : ils interviennent dans le déroulement de l’histoire. Ils aident ou ils nuisent au personnage principal.

Merci de ne pas photocopier

Un texte qui raconte une histoire met en scène plusieurs personnages. On peut les classer selon leur rôle et leur importance. Dans le récit que tu as lu, le personnage principal est Fred.

b) Indique le rôle de ces personnages.

212

Semaine 24 – Pour un monde meilleur

© Éditions Grand Duc

8. a) Nomme deux personnages secondaires du texte Rouler pour une bonne cause.


Le complément du nom est la fonction exercée par un mot ou un groupe de mots qui donne une caractéristique à un nom ou qui en précise le sens. • Dans un groupe du nom (GN), sa présence n’est pas obligatoire ; il peut donc

être effacé.

GN GN

Grammaire

Le complément du nom  

Exemple : La santé des enfants est un enjeu primordial. • Les mots qui exercent la fonction de complément du nom suivent immédiatement

le nom qu’ils complètent, à l’exception de l’adjectif, qui peut être placé devant le nom.

GN

GN

Exemple : Ce jeune enfant est atteint d’une maladie incurable. • Un GN peut contenir plus d’une expansion.

GN GN

Exemple : Les premières années d’un enfant sont particulièrement déterminantes. • Dans un GN contenant un ou plusieurs compléments du nom, le premier nom

est le noyau.

Exemple : Les enfants de mon cours de karaté organisent une campagne de financement. L’adjectif est souvent utilisé pour compléter un nom, mais d’autres mots ou groupes de mots peuvent aussi compléter un nom.

Constructions du complément du nom Mot ou groupe de mots

Exemples

Adjectif avant ou après le nom

ce jeune enfant

une maladie incurable

Préposition à ou de + groupe du nom

la santé d’un enfant

un défi à notre hauteur

Groupe du nom

l’organisme Unicef une action pour l’humanité des causes pour venir en aide aux enfants

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

Préposition + groupe de mots

Semaine 24 – Pour un monde meilleur

213


Grammaire

1. a) Entoure le nom complété par chaque complément du nom souligné. b) À l’aide du code ci-dessous, indique la construction de chaque complément du nom souligné. 1

adjectif avant le nom 4

2

GN

adjectif après le nom 5

3

préposition à ou de + GN

préposition + groupe de mots

1) Le Jour de la Terre est un événement mondial. 2) Ce grand événement nous sensibilise aux enjeux environnementaux. 3) On organise des activités qui soulignent notre responsabilité dans la protection

de la planète. 4) Cette année, c’est notre enseignant Mathieu qui préside ce jour spécial

dans notre quartier. 2. a) Biffe les compléments du nom dans les GN en caractères gras. b) Entoure le noyau de chacun de ces groupes du nom. 1) Le docteur Gilles Julien a popularisé la pédiatrie sociale au Québec. 2) La pédiatrie sociale fait appel à la collaboration de toute la communauté.

3. Récris les GN ci-dessous en ajoutant les compléments du nom demandés. Au besoin, change le déterminant pour un autre. a) une cause (adjectif après le nom) b) un projet (préposition + GN)





c) une satisfaction (adjectif avant le nom)



d) des activités (préposition + groupe de mots autre qu’un GN)

e) le boulevard (GN)

214

 Semaine 24 – Pour un monde meilleur



© Éditions Grand Duc

4) Le travail du Dr Julien est reconnu à l’échelle mondiale.

Merci de ne pas photocopier

3) Tous se mobilisent pour le bien-être des enfants vulnérables.


On peut parfois expliquer la graphie du radical ou des radicaux d’un verbe grâce à des mots de la même famille morphologique. Exemples : -le radical du verbe causer est caus-, et on trouve ce radical dans un nom de la même famille, causerie ; -l’un des radicaux du verbe glacer est glac- comme dans nous glacions, et on trouve ce radical dans un nom de la même famille, glacière ;

Conjugaison

Observer les liens de sens et de forme entre le ou les radicaux d’un verbe et les mots de la même famille morphologique

-l’un des radicaux du verbe glacer est glaç- comme dans je glaçais, et on trouve ce radical dans un nom de la même famille, glaçon.

Complète les énoncés suivants en plaçant dans le bon ordre les lettres entre parenthèses afin de former un mot de la famille de mots dont il est question. a) Le radical du verbe allumer est allum- et on trouve ce radical dans un nom

de la même famille : une

(aeellmutt)

b) L’un des radicaux du verbe appuyer est appui- comme dans tu appuies, et on

trouve ce radical dans un nom de la même famille : un

(aippu)

de tes camarades. c) L’un des radicaux du verbe avertir est avertiss- comme dans nous avertissions,

et on trouve ce radical dans un nom de la même famille : un dernier

( a e e e i m n r s s t t v ).

d) L’un des radicaux du verbe faire est fais- comme dans vous faisiez, et on trouve

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

ce radical dans un adjectif de la même famille : un trajet

( a a b e f i l s ) en vélo.

e) L’un des radicaux du verbe inquiéter est inquièt- comme dans tu inquiètes,

et on trouve ce radical dans un adjectif de la même famille : une maman

( e è i i n q t u ).

f) L’un des radicaux du verbe inquiéter est inquiét- comme dans vous inquiétez,

et on trouve ce radical dans un nom de la même famille : l’

( d e é i i n q t u u ) l’empêche de dormir.

Semaine 24 – Pour un monde meilleur

215


Lecture

Intention de lecture Je lis ce texte pour connaître des objectifs que se sont fixés certains États pour le 21e siècle.

Stratégie de lecture

TEXTE

Je lis les intertitres pour comprendre la structure du texte.

Huit objectifs du millénaire Lors de l’Assemblée générale des Nations Unies de septembre 2000, 191 États membres s’engagent à réaliser un grand projet commun pour s’attaquer à la fatalité de la misère et adoptent huit objectifs ambitieux et réalistes à atteindre en 2015. (Ce sont les Objectifs du millénaire pour le développement [OMD].)

Objectif du millénaire 1 : réduire l’extrême pauvreté et lutter contre la faim

ation vivant L’objectif en détail : d’ici à 2015, réduire de moitié la part de la popul ation avec moins de un dollar par jour ; réduire de moitié la part de la popul n, souffrant de la faim ; assurer le plein emploi et la possibilité pour chacu ctif. y compris les femmes et les jeunes, de trouver un travail décent et produ d de personnes, Un cinquième de la population dans le monde, soit quelque 1,3 milliar mangent pas à vit avec moins de 1 dollar par jour et 850 millions de personnes ne d’aggraver leur faim. La crise alimentaire due à la hausse des prix agricoles risque […] cette situation et pourrait appauvrir encore 100 millions de personnes.

L’accès à l’éducation détermine l’avenir des garçons et des filles. L’éducation les insère dans la société et les prépare à la vie civique. Elle contribue aux avancées de la démocratie et des droits de l’homme. L’éducation est la base du développement. Elle est indispensable à la lutte contre la pauvreté. Elle est une condition de la croissance économique et contribue aux progrès de la santé et à la protection des ressources naturelles. […] ABC

216

civique : Qui est relatif au citoyen, à ses responsabilités et à ses devoirs. Semaine 25 – Pour un monde meilleur

© Éditions Grand Duc

L’objectif en détail : parvenir à une scolarisation primaire universelle en 2015 ; donner à tous les enfants, garçons et filles, partout dans le monde, les moyens d’achever un cycle complet d’études primaires.

Merci de ne pas photocopier

Objectif du millénaire 2 : assurer l’éducation primaire pour tous


Objectif du millénaire 3 : promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes L’objectif en détail : éliminer les disparités entre les sexes dans les enseignements primaire et secondaire d’ici à 2005 si possible et à tous les niveaux d’enseignement en 2015 au plus tard ; permettre aux femmes d’accéder à des hauts niveaux de responsabilité tant dans le monde économique que dans le monde politique. Les femmes représentent 50 % de la population mondiale. Les inégalités entre les hommes et les femmes entravent le développement. Elles ont des répercussions économiques et sociales immédiates et à long terme. […]

Objectif du millénaire 4 : réduire la mortalité des enfants de moins de cinq ans L’objectif en détail : réduire de deux tiers le taux de mortalité des enfants de moins de cinq ans. La santé des enfants est un enjeu primordial pour l’avenir : des enfants malades ou mal nourris au cours de leurs premières années de vie ont plus de mal à mener à bien leur scolarité, à grandir normalement et à mener une vie active d’adulte. […]

Objectif du millénaire 5 : améliorer la santé des mères L’objectif en détail : réduire de trois quarts, entre 1990 et 2015, le taux de mortalité maternelle. […] La santé des mères est un indicateur de la santé globale des femmes et de leur autonomie, ainsi que de la santé des enfants : cet objectif est indissociable des objectifs 3 (égalité des sexes) et 4 (santé des enfants). […]

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

Objectif du millénaire 6 : stopper la propagation du sida, de la tuberculose, du paludisme et d’autres maladies

L’objectif en détail : d’ici à 2015, stopper la propagation du sida et inverse r la tendance ; stopper la propagation du paludisme et inverser la tendance ; stoppe r la propagation de la tuberculose ; renforcer l’accès aux soins pour les malades. Le sida, le paludisme et la tuberculose sont les trois maladies qui font le plus de victimes dans le monde. […]

ABC

autonomisation : Fait de rendre autonome une personne, un groupe. primordial : Important, essentiel. paludisme : Maladie transmise par les piqûres de moustiques de certaines régions chaudes et marécageuses. Semaine 25 – Pour un monde meilleur

217


Objectif du millénaire 7 : assurer un environnement durable L’objectif en détail : d’ici à 2015, intégrer les principes du développement durable dans les politiques nationales et enrayer l’épuisement des ressources naturelles ; réduire la perte de la biodiversité ; réduire de moitié le pourcentage de la population qui n’a pas accès à l’eau potable et à des services d’assainissement ; améliorer sensiblement la vie d’au moins 100 millions d’habitants de taudis. L’environnement concerne aussi bien les grands équilibres de la planète (climat, biodiversité) que la qualité de vie et la préservation des ressources naturelles. Les écosystèmes naturels (forêts, récifs coralliens…) et ceux façonnés par l’homme (agriculture) fournissent des services indispensables à la survie des populations les plus pauvres comme à toute l’humanité, maintenant et dans le futur : eau, alimentation, médicaments, combustibles… […]

Objectif du millénaire 8 : mettre en place un partenariat mondial pour le développement L’objectif en détail : consacrer 0,7 % de sa richesse nationale à l’aide publique au développement ; adopter des règles commerciales plus justes ; traiter globalement le problème de la dette des pays en développement ; renforcer les transferts de technologies ; rendre accessibles les médicaments ; répondre aux besoins des pays les moins avancés, des pays sans littoral et des petits États insulaires…

ABC

Huit nouvelles, Paris, Calmann-Lévy, 2008.

littoral : Rivage, bord de la mer. insulaires (insulaire) : Personne qui vit sur une île. flux migratoires (flux migratoire) : Déplacement de personnes entre les pays.

218

Semaine 25 – Pour un monde meilleur

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

L’aide au développement ne répond pas seulement à un impératif de solidarité à l’égard des pays en développement. C’est aussi l’intérêt du Nord. Les pays du Nord et les pays du Sud sont liés entre eux par des flux migratoires, des échanges commerciaux ou d’informations. Le développement des uns est donc lié à celui des autres. […]


Je comprends ce que je lis

Lecture

1. Explique ce que sont les huit objectifs décrits dans le texte.

2. Connaissais-tu un des problèmes qui affectent le monde avant de lire ce texte ? Comment as-tu pris connaissance de cette information avant de lire le texte ?

3. Les énoncés suivants sont-ils vrais ou faux ? S’ils sont faux, justifie tes réponses. a) Peu de personnes vivent avec moins de un dollar par jour. 

 vrai 

 faux

b) Les enfants bien nourris dès la naissance réussissent mieux à l’école.  vrai 

 faux

c) Tous les enfants sont obligés d’aller à l’école. 

 vrai 

 faux

d) La santé des mères est révélatrice de la santé des femmes en général.

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

 vrai 

 faux

e) Il y a beaucoup plus d’hommes que de femmes sur terre. 

 vrai 

 faux

f) La propagation de certaines maladies est difficile à freiner. 

 vrai 

 faux

g) Les problèmes environnementaux touchent autant la planète que les êtres humains.  vrai 

 faux

Semaine 25 – Pour un monde meilleur

219


Lecture

4. Les objectifs du millénaire sont-ils indépendants ou dépendants les uns des autres ? Explique ta réponse en citant un exemple tiré du texte.

5.

« Le développement des uns est donc lié à celui des autres. »

Que signifie la dernière phrase du texte ?

6. Trouve une action à entreprendre pour atteindre chacun des huit objectifs.

Objectif 1 :  Objectif 2 : 

Merci de ne pas photocopier

Objectif 3 :  Objectif 4 :  Objectif 5 : 

© Éditions Grand Duc

Objectif 6 :  Objectif 7 :  Objectif 8 : 

220

Semaine 25 – Pour un monde meilleur


Lecture

7. Lequel de ces objectifs te semble le plus facile à atteindre ? Explique ta réponse.

Lexique et orthographe La formation des mots Les mots de la langue française sont formés de plusieurs façons. En voici quelques-unes. • Par dérivation :

––mot de base précédé d’un préfixe. Exemple : préjugé (pré-jugé) ––mot de base suivi d’un suffixe. Exemple : sociologue (socio-logue) • Par composition : mots formés d’au moins deux mots qui existent déjà et qui sont

liés ou non par un trait d’union.

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

Exemple : bienheureux • Par la création de mots-valises : généralement, association du début d’un mot

à la fin d’un autre mot.

Exemple : bibliobus (bibliothèque et autobus)

8. Dans le texte, trouve trois mots formés par dérivation.

1

2

Semaine 25 – Pour un monde meilleur

3

221


Grammaire

La formation des mots par dérivation La dérivation est un procédé qui permet de former un nouveau mot en ajoutant un préfixe ou un suffixe à un mot. • Un préfixe est constitué d’une ou de plusieurs lettres que l’on place au début

d’un mot de base pour former un autre mot.

Exemple : le préfixe démo- signifie « peuple », comme dans le mot démographie. • Un suffixe est constitué d’une ou de plusieurs lettres que l’on place à la fin d’un

mot de base pour former un autre mot.

Exemple : le suffixe -iste signifie « qui joue d’un instrument », comme dans le mot flûtiste. Parfois, on doit modifier le mot de base quand on ajoute un suffixe. Exemple : formul(er) + -ation

formulation

a) améliorer



-age

b) brusque



-ation

c) chauffer



auto-

d) mètre



centi-

e) mobile



extra-

f) obscur



-ier

g) ordinaire



-ité

h) pluie



-ment

i) prendre



para-

j) prison



re-

2. Forme deux mots de la même famille avec chacun des mots ci-dessous par l’ajout d’un préfixe ou d’un suffixe.

222

a) grandir

b) dent

Semaine 25 – Pour un monde meilleur

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

1. Forme des mots dérivés avec les mots de base ci-dessous en leur ajoutant un préfixe ou un suffixe tiré de l’encadré.


Un suffixe ou un élément savant placé à la fin d’un mot détermine la classe de ce mot. Par exemple, le suffixe -logue sert à former des noms comme planétologue ou psychologue. Les mots dérivés peuvent appartenir à la même classe de mots que le mot de base ou à une classe différente. Par exemple, planétologue est un nom, comme sa base planète.

Grammaire

Les mots dérivés et leur classe

1. Fournis les informations demandées dans le tableau ci-dessous.

Mot dérivé

Classe du mot dérivé

Mot de base du mot dérivé

Classe du mot de base

a) aimable b) avertissement c) réalisation d) certainement e) curiosité f) liaison g) épicerie

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

2. Ajoute l’un des suffixes aux mots de base ci-dessous de manière à former des mots dérivés appartenant à la classe de mots indiquée entre parenthèses.

-ation

-erie

-ette

a) immédiat

(adverbe) 

b) inspirer

(nom)



c) police

(nom)



d) sens

(adjectif) 

e) sensible

(nom)



f) plaisant

(nom)



g) fille

(nom)



-ier

-ité

Semaine 25 – Pour un monde meilleur

-ment

223


Conjugaison

Les contextes d’utilisation des modes et des temps verbaux dans divers genres de textes Le choix des modes et des temps verbaux se fait en fonction du genre de texte choisi. Par exemple, un mode d’emploi sera rédigé à l’infinitif présent ou à l’impératif présent. Ces modes verbaux permettent d’émettre une consigne. Dans un récit, on emploie souvent des verbes au passé (à l’indicatif passé composé, passé simple ou imparfait).

En t’aidant des exemples fournis, indique le mode et le temps auxquels sont souvent rédigés les genres de textes ci-dessous. a) Une affiche promotionnelle Donnez un sens à vos résolutions du nouvel an ! Inscrivez-vous immédiatement à notre centre de santé !

Mode : Temps :

b) Un mode d’emploi

Pour effacer un nom dans le répertoire de votre nouveau téléphone : • appuyer sur l’icône « Contact » ; • sélectionner le contact à supprimer ;

Mode : Temps :

• appuyer sur SUPPRIMER.

224

Mode : Temps :

Semaine 25 – Pour un monde meilleur

© Éditions Grand Duc

Amélie est une jeune fille de 11 ans, ni très grande ni trop petite. Ses cheveux sont roux, frisés et indisciplinés. Son visage, couvert de jolies taches brunâtres, laisse entrevoir sa personnalité enjouée et turbulente.

Merci de ne pas photocopier

c) La description d’un personnage


Intention de lecture

Lecture

Je lis ces textes afin de découvrir le rêve d’un artiste de cirque qui veut révolutionner le monde à sa manière.

Connaissances liées au texte

Stratégie de lecture

Avant ta lecture, consulte la rubrique Le temps et le lieu à la page 229.

Je compare les informations données dans chacun des deux textes.

Le rêve Un mot de Guy Laliberté Nous buvons tous à la même source. L’eau nous unit en tant qu’humains et citoyens du monde. Pourtant, alors que dans certains coins du monde l’eau coule en abondance, dans d’autres régions elle est source de misère, de maladie et de mort. Toutes les vingt secondes, un enfant meurt de ne pas avoir accès à de l’eau potable. N’est-ce pas une raison suffisante d’agir ?

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

Pendant des années, j’ai parcouru la planète comme amuseur public. Vivre d’un métier de la rue m’a permis de constater la pauvreté et la détresse de milliers d’hommes, de femmes et d’enfants. Un peu naïvement sans doute, je me suis dit que le monde serait plus beau si ses six milliards d’habitants portaient des nez de clowns… Ce rêve est devenu le Cirque du Soleil.

Guy Laliberté

Dès que le Cirque m’a permis de réaliser des profits, j’ai voulu redonner à la vie un peu de ce qu’elle m’offrait. Ainsi est né Cirque du Monde, un programme d’action sociale qui a redonné courage et confiance à des millions de jeunes aux quatre coins de la planète. Aujourd’hui, je continue de rêver d’un monde plus juste et équitable. Un monde où chaque être humain aurait accès à l’eau et pourrait vivre dignement et en santé. Les rêves les plus fous se réalisent lorsque chacun y met énergie, volonté et créativité. Une goutte à la fois, un geste à la fois, nous pouvons y arriver. ■

Guy LALIBERTÉ, Le rêve, ONE DROP, [En ligne], 2010.

Semaine 26 – Pour un monde meilleur

225


Le Cirque du Soleil Un bref rappel historique À Baie-Saint-Paul au début des années 1980, un groupe de saltimbanques fait un rêve qui deviendra réalité : fonder une entreprise québécoise qui renouvellera le cirque moderne. Ces artistes, ce sont les Échassiers de Baie-Saint-Paul, une compagnie de théâtre fondée par Gilles Sainte-Croix. Ces amuseurs de rue perchés sur des échasses jonglent, crachent du feu et jouent de la musique pour le plus grand émerveillement de la population locale et des touristes. Parmi eux se trouve un personnage qui deviendra célèbre, presque légendaire, Guy Laliberté. Il sera le fondateur du Cirque du Soleil. En 1984, la province et la ville de Québec cherchent à mettre sur pied un événement festif pour commémorer le 450e anniversaire de la découverte du Canada par Jacques Cartier. Cette manifestation devait être partagée par tous les Québécois. Guy Laliberté parvient à convaincre les organisateurs et planifie une tournée dans toute la province. L’élan est pris, le mouvement prend son envol : au cours de années suivantes, le Cirque voyagera aux quatre coins du monde.

La nouveauté à l’état pur Comme le dit le titre de son spectacle, Cirque réinventé, Guy Laliberté met en scène un nouveau concept artistique qui ressemble au théâtre de rue : costumes loufoques et hauts en couleur, prouesses acrobatiques, musique et éclairage inédits. Le Cirque du Soleil rassemble les ingrédients pour créer un spectacle à la fois mystérieux et poétique. Il se distingue du cirque traditionnel en ne faisant pas appel aux animaux.

Lié au no 3, p. 228

ABC

saltimbanques (saltimbanque) : Personne qui fait des acrobaties, des tours d’adresse en public. loufoques (loufoque) : Qui est d’un comique extravagant.

226

Semaine 26 – Pour un monde meilleur

© Éditions Grand Duc

Depuis son premier spectacle à Gaspé, le Cirque du Soleil connaît le succès dans tout le Canada. Le Cirque s’installe aux États-Unis, notamment à Las Vegas et Orlando. Il traverse l’Atlantique pour se faire applaudir à Paris, Londres et même Tokyo. Ses tournées durent parfois plus de trois ans. On le retrouve à Dubaï en 2010. Le Cirque du Soleil devient un soutien pour de nombreux organismes artistiques. Il ne cesse jamais d’embaucher des artistes québécois et canadiens, dont plusieurs metteurs en scène de théâtre. Il reçoit plusieurs prix prestigieux : Emmy, Gémeaux et Félix, Rose d’or de Montreux, etc.

Merci de ne pas photocopier

Une renommée mondiale


Un cirque citoyen Fort de sa notoriété et de son succès planétaire, le Cirque du Soleil s’engage pour lutter contre la pauvreté, notamment auprès des jeunes en difficulté. Il agit dans près de 80 communautés, dans plus de 20 pays sur 5 continents. L’entreprise a désormais les moyens financiers de vivre son rêve. Comme le dit son site officiel : « La citoyenneté du Cirque du Soleil est fondée sur la conviction que les arts, les affaires et les initiatives à caractère social peuvent, ensemble, contribuer à un monde meilleur. »

Le mouvement de solidarité One Drop Selon Guy Laliberté, « Chaque année, plus de trois millions d’enfants meurent de maladies causées par l’eau contaminée. N’est-ce pas là une raison suffisante pour agir ? » Le mouvement One Drop agit pour répondre à cet appel à l’action. Il lutte contre la pauvreté en favorisant l’accès à l’eau dans les pays en voie de développement.

Guy Laliberté est dans l’espace !

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

Le 30 septembre 2009, la fusée Soyouz a décollé du Kazakhstan en emportant Guy, le cosmonaute russe Maxim Souraïev et l’astronaute américain Jeffrey Williams. Pour la circonstance, le fondateur du Cirque du Soleil arborait son nez rouge de clown. L’aventure spatiale de Guy Laliberté a permis de braquer les projecteurs sur One Drop, cet organisme dont il a eu l’idée en 2007.

Le Cirque du Soleil en quelques chiffres En 1984, le Cirque comptait 73 artistes. De nos jours, il emploie plus de 4000 personnes dont 500 au siège social de Montréal. Ces employés proviennent de 50 nations différentes et parlent plus de 25 langues. Le personnel technique représente plus de 100 corps de métier. Une multitude de gens de toute la planète a assisté aux représentations. Depuis sa création, le Cirque du Soleil a reçu 150 millions de spectateurs.

Semaine 26 – Pour un monde meilleur

227


Lecture

Je comprends ce que je lis 1. Quelle est la raison principale qui motive le fondateur du Cirque du Soleil dans ses actions ? Explique ta réponse en surlignant une phrase tirée de son texte.

2. Selon toi, les spectacles de cirque se ressemblent-ils tous ? Explique ta réponse.

3. Parmi les éléments de cirque suivants, choisis ceux qui sont associés au Cirque du Soleil. a) Acrobaties

 oui

 non

b) Dompteur de lion

 oui

 non

c) Spectacle d’otaries

 oui

 non

d) Costumes colorés

 oui

 non

e) Jeux d’éclairage

 oui

 non

« Une goutte à la fois, un geste à la fois, nous pouvons y arriver. » ?

b) Pourquoi l’auteur utilise-t-il l’image de la goutte ?

228

Semaine 26 – Pour un monde meilleur

© Éditions Grand Duc

5. a) Selon toi, que signifie la phrase :

Merci de ne pas photocopier

4. Comment Guy Laliberté voit-il le monde depuis qu’il a beaucoup voyagé avec le Cirque ?


Lecture

6. La démarche personnelle de Guy Laliberté te semble-t-elle cohérente avec l’histoire du Cirque de Soleil ? Explique ta réponse.

7. Lire un texte d’un ou d’une artiste peut-il t’aider à mieux aimer son spectacle ? Justifie ta réponse.

Connaissances liées au texte Le temps et le lieu Les indications de temps et de lieu sont essentielles pour permettre aux lecteurs et lectrices de bien situer les actions décrites. • Les indices de temps peuvent concerner l’heure, le jour, la saison, l’époque :

demain, la veille, deux heures plus tard, en 1927, après trois jours de marche, etc.

• Les indices de lieu peuvent prendre la forme d’une simple mention ou d’une

longue description : en France, près d’un commerce, dans une région éloignée, sous la table, etc. Exemple : «   En 1992, le Cirque du Soleil visite Tokyo, puis sept autres villes japonaises. Au même moment, il parcourt soixante villes de Suisse avec le Cirque Knie, puis se lance à la conquête de Las Vegas. »

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

Il arrive parfois que le temps et le lieu d’un récit soient indiqués de façon implicite, c’est-à-dire qu’ils ne soient pas clairement nommés. Dans ce cas, le contexte permettra aux lecteurs et lectrices de situer l’événement décrit dans le temps ou dans un lieu. Exemple : «   Dès que le Cirque m’a permis de réaliser des profits, j’ai voulu redonner à la vie un peu de ce qu’elle m’offrait. » Dans ce cas-ci, « Dès que le Cirque m’a permis de réaliser des profits » représente un indice de temps.

8. Dans le texte que tu as lu, souligne cinq indices de temps et entoure cinq indices de lieu.

Semaine 26 – Pour un monde meilleur

229


Grammaire

Les constantes orthographiques Dans la langue française, des constantes orthographiques permettent une régularité dans l’écriture des mots. Ces constantes portent principalement sur : • l’emploi du e muet en fin de mot qui fait prononcer la consonne qui le précède

(lune, grande) ;

• l’emploi de certains graphèmes : par exemple, le graphème eau est presque

toujours placé en fin de mot (beau, peau), et on peut expliquer la présence du e par un mot de la même famille morphologique (peau, peler) ;

• l’emploi de certains phonèmes (sons) : par exemple, le son « ail » s’écrit -ail dans

les noms masculins (un bail) et -aille dans les noms féminins (une paille) ;

• l’emploi ou non de certains accents : par exemple, on emploie l’accentuation

lorsque le e est suivi ou non de consonnes doubles (terrienne, planète) ou pour distinguer des homophones (ou, où) ;

• l’emploi du tréma pour indiquer qu’il faut prononcer une lettre (mosaïque).

Réponds aux questions suivantes à l’aide des explications de l’encadré ci-dessus. 1. Écris -ail ou- aille. a) une bat

c) un chand

e) une méd

b) le bét

d) un dét

f) une p



d) naif



b) héroine



e) Noel



c) lointaine



f) pair



3. Coche les mots dont le e muet final fait prononcer la consonne qui le précède.

 adversaire

 conduite

 allée

 défense

 base

 domaine

 bienvenue

 descente

 chute

230

Semaine 26 – Pour un monde meilleur

© Éditions Grand Duc

a) clin d’œil

Merci de ne pas photocopier

2. Récris les mots ci-dessous en ajoutant, au besoin, un tréma au bon endroit.


• Le passé composé est un temps de conjugaison qui appartient au mode indicatif.

On l’utilise pour indiquer qu’un fait s’est déroulé dans le passé et qu’il est terminé. Exemple : Le Jour de la Terre est né en 1970. Dans un récit, on utilise l’indicatif passé composé pour raconter le déroulement des actions.

Conjugaison

Le passé composé

Exemple : Jonarran a bandé son arc, a visé le mammouth puis a tiré sa flèche. • L’indicatif passé composé est formé de deux mots : le premier mot est l’auxiliaire

avoir ou l’auxiliaire être conjugué à l’indicatif présent ; le second est le participe passé du verbe porteur du sens du verbe.

Exemples : Charlebois a ouvert la porte à de nombreux artistes québécois en France.

aux. avoir + part. passé

Il est resté au sommet de son art.

aux. être + part. passé

• Pour repérer un verbe conjugué à l’indicatif passé composé, on peut le conjuguer

à un temps simple.

Exemple : Elles ont composé des chansons inoubliables.

composaient

a) Souligne les verbes conjugués à l’indicatif passé composé dans le texte ci-dessous. b) Pour justifier tes réponses, conjugue ces verbes à un temps simple, comme l’indicatif présent.

Gabrielle Bonheur Chanel est plus célèbre sous le nom de Coco Chanel,

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

ou Mademoiselle. Elle a perdu sa mère à l’âge de 12 ans et elle a grandi dans un orphelinat. D’abord chanteuse, elle a interprété, un soir de 1905, la chanson Qui a vu Coco dans le métro, qui lui donnera son surnom. Puis, elle est devenue modiste et a créé pour ses clientes des modèles inspirés de ceux qu’elle portait. Elle a ouvert sa première boutique de chapeaux à Deauville en 1909.

Semaine 26 – Pour un monde meilleur

231


Intention de lecture

Lecture

Je lis ce texte pour comprendre l’impact du rock and roll sur une société en changement.

Connaissances liées au texte

Stratégie de lecture Je repère les indices de temps et de lieu pour bien comprendre la chronologie de ce genre musical.

Avant ta lecture, consulte la rubrique Les valeurs à la page 235.

Le rock and roll Dans les années 1950, aux États-Unis, les adolescents cherchent de nouveaux styles, de nouveaux sons, de nouvelles sensations. Pour la première fois, une musique s’adresse directement à eux : le rock and roll. Le rock naît de la fusion de la musique des Noirs américains, le gospel, le rhythm’n’blues, le blues et le country music, jouée par les Blancs. Il se définit par l’utilisation prédominante des guitares électriques et de la batterie sur des tempos fortement marqués et plutôt rapides, et un goût certain pour la provocation.

Elvis : the King

ABC

émancipation : Fait d’affranchir ou de s’affranchir d’une domination, de conquérir son indépendance. sérénade : Pièce musicale et chantée.

232

Semaine 27 – Pour un monde meilleur

© Éditions Grand Duc

Presley est un beau garçon, et il chante en se déhanchant, d’une façon très sensuelle. Il devient un modèle pour des millions [d’adolescents], qui l’imitent dans ses tenues vestimentaires, sa coiffure, son allure et son mode de vie : jeans, cuir, coiffures gominées (la fameuse « banane »), [etc.]. Le rock and roll, aussitôt mal vu des adultes, définit parfaitement ce à quoi les adolescents aspirent et que chante en 1957 Chuck Berry, dans School Days : « Si tu mets une pièce dans la fente du juke-box, tu as besoin d’entendre quelque chose qui déménage, avec celle que tu aimes à flirter, car toute la journée tu as eu envie de danser. »

Merci de ne pas photocopier

Certains musiciens noirs font déjà du rock and roll sans le savoir, mais ce sont des Blancs qui le font découvrir au grand public : en 1954, Bill Haley lance Rock Around the Clock et c’est un énorme succès. À sa suite, Gene Vincent, Jerry Lee Lewis embrasent une jeunesse rebelle aux conventions sociales et désireuse d’une émancipation des mœurs. En 1953 apparaît Elvis Presley (1935-1977) : une moue de mauvais garçon, un sourire troublant, une voix veloutée. Il mélange à merveille le swing, le gospel et la sérénade des cow-boys. Les ingrédients du rock sont là, faits d’insolence, de provocation, d’agressivité.


Le savais-tu ? Avant les années 1950, la jeunesse est régie par des règles familiales très strictes, et la religion est au cœur des valeurs des sociétés occidentales. Les adolescents et les adolescentes, qui sont beaucoup plus nombreux à cette époque qu’aujourd’hui, prennent conscience de leur force et s’insurgent contre l’autorité parentale et les règles strictes auxquelles ils sont soumis. Cela se manifeste notamment dans leur tenue vestimentaire, leur choix de musique et leur attitude libérale. C’est la révolution !

Ce guitariste et chanteur noir est le créateur de centaines des plus grands succès du rock and roll, comme Johnny B. Goode. Il va inspirer de nombreux groupes de rock anglais, dont les Beatles et les Rolling Stones. […]

Des garçons aux cheveux longs

C’est dans une ville ouvrière du nord de l’Angleterre, Liverpool, qu’un groupe, les Beatles, va, à partir de 1962, emporter dans un vent de folie le pays tout entier puis le reste du monde. Ils enchaînent les succès : A Hard Day’s Night, Help !, Can’t Buy Me Love, etc. Les filles hurlent et s’évanouissent lors de leurs passages. Les fans envahissent les aéroports, les chambres d’hôtel, les plateaux de télévision où ils sont annoncés : on n’a jamais rien vu de pareil ! Le 12 juin 1965, les Beatles deviennent membres de l’ordre de l’Empire britannique, décorés par la reine Élisabeth II en reconnaissance de la fortune de devises qu’ils font rentrer dans les caisses du royaume.

Les Rolling Stones À Londres, un autre groupe anglais, les Rolling Stones, se déchaîne sur scène pour crier son désir de révolte. Mick Jagger hurle I can’t get no satisfaction. Ils incarnent le groupe de rock par excellence et la fureur de vivre des années 1960. Leur popularité ne cesse de s’accroître tant par les scandales qu’ils provoquent […] que par leurs innombrables succès. Leurs concerts rassemblent tant de fans qu’ils sont obligés de les donner dans des stades.

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

Les filles sont nombreuses dans le public, mais rares sur les scènes. Aux États-Unis, Janis Joplin, admiratrice de la grande chanteuse de blues Bessie Smith, dotée d’une voix éraillée et bouleversante, conjugue les accents du rock avec les thèmes du blues. Elle est l’une des premières femmes à s’imposer dans le monde du rock. […] [Le rock and roll a permis aux adolescents et aux adolescentes d’une autre génération de briser les valeurs de la société dans laquelle ils vivaient, trop enfermés. Ces jeunes sont aujourd’hui des adultes, voire des grands-parents. Souhaitons que leurs convictions adolescentes ne les aient pas abandonnés pour qu’ils soient en mesure de comprendre les mouvements auxquels prennent part leurs enfants et leurs petits-enfants.] ■ ABC

La musique, Paris, Larousse, 1999, p. 82-83.

éraillée (éraillé) :Qui est rauque, qui produit des sons voilés, en parlant de la voix. Semaine 27 – Pour un monde meilleur

233


Lecture

Je comprends ce que je lis 1. Pourquoi le rock and roll est-il devenu si populaire dans les années 1950 ? Justifie ta réponse en surlignant un extrait du texte.

2. Si tu te retrouvais tout d’un coup en 1950, adhérerais-tu au mouvement rock and roll ? Explique ta réponse en utilisant des informations contenues dans le texte.

3. a) Relève, dans le texte, trois régions du globe qui ont vu naître des stars du rock. b) Associe un lieu à un groupe, à un chanteur ou à une chanteuse, puis nomme une chanson qui a rendu le groupe ou l’artiste populaire.

Lieu

Interprète

Chanson populaire

1)

3) 4)

© Éditions Grand Duc

4. Selon le texte, pour quelle raison la reine Élisabeth II décore-t-elle les Beatles de l’ordre de l’Empire britannique ?

Merci de ne pas photocopier

2)

234

Semaine 27 – Pour un monde meilleur


Lecture

5. Pourquoi le rock and roll était-il mal vu des adultes à ses débuts ?

6. Décris une caractéristique de la culture rock and roll. Explique ta réponse en t’appuyant sur des extraits du texte. Caractéristique : 

Extraits : 



7. Selon toi, les goûts et les valeurs des adolescents et adolescentes de l’époque du rock and roll sont-ils différents de ceux d’aujourd’hui ? Explique ta réponse en deux phrases complètes.

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

Connaissances liées au texte Les valeurs Les valeurs sont des éléments qui guident les pensées, les émotions, les opinions et les actions d’une personne. Dans un roman, ce sont généralement les personnages qui défendent des valeurs. Voici quelques exemples de valeurs qui peuvent être véhiculées dans un roman : le partage, la fidélité, l’entraide, le bonheur, la justice, la liberté, la famille, l’éducation et la protection de l’environnement.

8. a) Souligne un extrait du texte dans lequel une valeur est véhiculée. b) Quelle est cette valeur ?

Semaine 27 – Pour un monde meilleur

235


Grammaire

Le complément de phrase    • Le complément de phrase est un constituant dont la présence n’est pas

obligatoire dans la phrase. Il apporte souvent une précision de temps, de lieu, de but ou de cause.

Exemple : Il entra dans un musée à l’âge de 15 ans afin d’imposer son art.

temps but

• Différents groupes de mots peuvent occuper la fonction de complément de phrase :

––un groupe du nom ; Exemple : Nous dansons le rock and roll tous les vendredis. ––un préposition suivie d’un groupe de mots ; Exemple : À la fin de la guerre, Coco s’installa en Suisse. ––un adverbe ; Exemple : Souvent, des filles s’évanouissaient devant les Beatles. ––une conjonction suivie d’un sujet et d’un prédicat. Exemple : Elvis a du succès auprès des jeunes bien que leurs parents les désapprouvent. • Pour repérer un complément de phrase, on détermine le mot ou le groupe de

mots dont :

–– l’effacement est possible ; Exemple : Le rock atteint l’Europe à la fin des années 1950. ––le déplacement est possible ; Exemple : À la fin des années 1950, le rock atteint l’Europe. ––le dédoublement par et cela se passe ou et il/elle le fait est possible. Exemple : Le rock atteint l’Europe et cela se passe à la fin des années 1950.

a) Souligne le mot ou le groupe de mots qui exerce la fonction de complément de phrase. b) Utilise la manipulation indiquée pour justifier ta réponse. 1) Les populations noires africaines souffraient d’une famine en 1985.

chanson We Are The World soit diffusée dans le monde entier. Effacement  

3) Les profits exceptionnels des ventes de la chanson ont, à la grande surprise de

tout le monde, permis d’aider des milliers d’Africains. Déplacement  

236

Semaine 27 – Pour un monde meilleur

© Éditions Grand Duc

2) Des artistes touchés par cette terrible situation ont décidé de s’unir pour que la

Merci de ne pas photocopier

Dédoublement  


• Lorsqu’ils sont utilisés comme verbes porteurs de sens, avoir et être ne sont pas

suivis d’un autre verbe conjugué dans une phrase.

Exemples : Janis avait du succès. Elle était une chanteuse rock. • Lorsqu’ils sont utilisés comme auxiliaires de conjugaison, avoir et être ne sont

pas porteurs de sens et ils sont suivis d’un autre verbe conjugué. Toutefois, ils expriment la personne, le nombre, le temps et le mode du verbe.

Conjugaison

Distinguer les emplois d’avoir et être : auxiliaire de conjugaison ou verbe

L’auxiliaire avoir conjugué à l’indicatif présent Exemple : Janis a obtenu du succès. et suivi d’un participe passé (obtenu) indique que le verbe (obtenir) est conjugué à l’indicatif passé composé, à la 3e personne du singulier.

a) Dans les phrases ci-dessous, indique si avoir et être en caractères gras sont des auxiliaires (aux.) ou des verbes (v.). b) Dans chaque cas, pour justifier ta réponse, lorsqu’il s’agit d’un auxiliaire, souligne le verbe porteur de sens qui suit avoir ou être. 1) Le rock and roll est né de la fusion de différents genres musicaux.

2) Elvis Presley était l’un des grands chanteurs de rock and roll.

3) Elvis a su mélanger à merveille le swing, le gospel et la sérénade

des cow-boys.

Merci de ne pas photocopier

4) Elvis avait le don de charmer son auditoire.

5) Il a été le modèle de millions d’adolescents

et l’idole d’autant d’adolescentes. 6) Est-ce que tu as eu envie de danser en lisant

© Éditions Grand Duc

ces phrases ? 7) Vous serez peut-être les artistes populaires

de demain.

Semaine 27 – Pour un monde meilleur

237


Intention de lecture

Lecture-éclair

Je lis cette chanson engagée pour découvrir comment un chanteur tente d’inciter les jeunes à passer à l’action.

Connaissances liées au texte Avant ta lecture, consulte la rubrique Observer le découpage d’une chanson à la page 240.

Stratégie de lecture Je relève les mots imagés.

Aux arbres citoyens Puisqu’il faut changer les choses

De cyclones en rafales Notre histoire prend l’eau Reste notre idéal « Faire les beaux »

Aux arbres citoyens Quelques baffes à prendre La veille est pour demain Des baffes à rendre

S’acheter de l’air en barre Remplir la balance Quelques pétrodollars Contre l’existence

Faire tenir debout Une armée de roseaux Plus personne à genoux Fais passer le mot

De l’équateur aux pôles Ce poids sur nos épaules De squatteurs éphémères Maintenant c’est plus drôle

C’est vrai la Terre est ronde Mais qui viendra nous dire Qu’elle l’est pour tout le monde Et les autres à venir ?

Aux arbres citoyens ! Il est grand temps qu’on propose

squatteurs (squatteur) : Sans-abri qui s’installe dans un logement vacant. baffes (baffe) : Gifle.

238

Semaine 28 – Pour un monde meilleur

Merci de ne pas photocopier

Un monde pour demain !

© Éditions Grand Duc

ABC

Le ciment dans les plaines Coule jusqu’aux montagnes Poison dans les fontaines Dans nos campagnes


Plus le temps de savoir à qui la faute Aux arbres citoyens ! De compter sur la chance ou les autres Il est grand temps qu’on propose Maintenant on se bat Un monde pour demain ! Avec toi moi j’y crois Puisqu’il faut changer les choses

Puisqu’il faut changer les choses

Puisqu’il faut changer les choses

Aux arbres citoyens !

Aux arbres citoyens !

Il est grand temps qu’on s’oppose Il est grand temps qu’on propose Un monde pour demain !

Un monde pour demain !

Christophe BATTAGLIA et Cyril TARQUINY, « Aux arbres citoyens », Charango, chanson interprétée par Yannick NOAH, 2006.

Portrait Né le 18 mai 1960 en France, Yannick Noah est à la fois un chanteur engagé et un joueur de tennis professionnel. Il a d’ailleurs remporté le prestigieux tournoi de Roland-Garros en 1983. Sa carrière de chanteur a débuté en 1990. Il fait aussi de la comédie et est engagé dans plusieurs causes, dont celle des Enfants de la Terre, qu’il parraine.

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

Yannick Noah

Semaine 28 – Pour un monde meilleur

239


Je comprends ce que je lis

Lecture

Connaissances liées au texte Observer le découpage d’une chanson On appelle couplets (ou strophes) les paragraphes qui constituent une chanson. On appelle refrain la suite de mots ou de phrases qui revient après chaque couplet. Le couplet sert à faire progresser le thème principal de la chanson. Le refrain se différencie des autres paragraphes par le nombre de lignes, la longueur des vers ou la répétition des mots. Il sépare les couplets. Souvent, le message principal de la chanson est véhiculé dans le refrain, et la mélodie est différente. Lorsqu’on écoute une chanson, le refrain revient souvent. C’est pour cette raison qu’on le mémorise plus facilement et qu’on enregistre davantage son message.

a) Combien de couplets la chanson de Yannick Noah compte-t-elle ?

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

b) Quel est le refrain de sa chanson ?

240

Semaine 28 – Pour un monde meilleur


• La phrase déclarative est une phrase dont on se sert pour affirmer un fait, donner

une information ou exprimer une opinion. Elle se termine généralement par un point.

• Exemples : La carrière de Jojo est impressionnante.

Jojo est vraiment une artiste complète.

• La phrase déclarative contient obligatoirement un sujet et un prédicat ; le sujet se

Grammaire

La phrase de type déclaratif

trouve habituellement avant le prédicat. Elle peut aussi contenir un ou plusieurs compléments de phrase.

Exemple : Plusieurs traits caractérisent Coco Chanel.

sujet prédicat

• Une phrase déclarative peut être de forme positive ou de forme négative.

Exemple : La mode féminine ne sera plus la même après le passage de Coco Chanel.

a) Transforme les phrases suivantes en phrases de type déclaratif. b) Souligne et identifie le sujet et le prédicat dans les phrases que tu écris. 1) Est-ce que les enfants bien nourris réussissent mieux à l’école ?

2) Feras-tu une campagne de financement ?

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

3) Venez me voir !

4) Donne les jouets dont tu ne te sers plus à une joujouthèque.

5) Quelle bonne idée Édouard a eue !

Semaine 28 – Pour un monde meilleur

241


Conjugaison

Les verbes qui forment toujours leurs temps composés avec l’auxiliaire être Voici des verbes qui forment toujours leurs temps composés avec l’auxiliaire être. aller

arriver

mourir

naître

partir

rester

tomber

venir

Leurs dérivés forment aussi leurs temps composés avec l’auxiliaire être. Souviens-toi que les participes passés employés avec être reçoivent le genre et le nombre du sujet. Exemples : nous sommes allés, elles sont parties, tu es resté, elle est tombée

g) naître 3e pers. du sing.

b) aller 2e pers. du sing.

h) partir 1re pers. du pl.

c) arriver 2e pers. du pl.

i) rester 1re pers. du sing.

d) craindre 1re pers. du sing.

j) saisir 3e pers. du pl.

e) cuire 3e pers. du pl.

k) tomber 3e pers. du sing.

f) habiller 2e pers. du sing.

l) venir 1re pers. du pl.

2. Entoure l’auxiliaire qui convient. a) Les critiques disent que le spectacle ( a, est, sont ) été un grand succès. b) Quelques spectateurs ( a, ont, sont ) arrivés avec du retard. c) Une jolie dame distinguée ( a, avait, est ) tombée juste devant moi. d) Heureusement, personne n’( a, as, est ) éclaté de rire. e) Mes amis ( avaient, ont, sont ) aussi parvenus à retenir leur rire.

242

Semaine 28 – Pour un monde meilleur

© Éditions Grand Duc

a) admirer 2e pers. du pl.

Merci de ne pas photocopier

1. Conjugue les verbes suivants à l’indicatif passé composé et à la personne demandée. Prête une attention particulière au choix de l’auxiliaire.


Je révise Réponds aux questions en cochant la ou les bonnes réponses. 1. Quels mots ou groupes de mots occupent la fonction de complément du nom dans la phrase suivante ?

Vos généreux dons seront remis à un organisme de notre communauté.   Vos dons

  à un organisme

  notre communauté

 généreux

  un organisme

  de notre communauté

2. Quels mots ont été formés par l’ajout d’un préfixe ou d’un suffixe ?

 juste

 justement

 injuste

 justice

3. Quel suffixe sert à former des adverbes ?

 -ation

 -ette

 -ible

 -ment

4. Vrai ou faux ?

Le choix des modes et des temps verbaux se fait en fonction de la longueur du texte à écrire.  vrai

 faux

5. Quels mots ou groupes de mots occupent la fonction de complément de phrase dans la phrase suivante ?

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

Parfois, la chanteuse faisait ses vocalises les matins pluvieux.  Parfois

  la chanteuse

  ses vocalises

  les matins pluvieux

6. Quels verbes forment toujours leurs temps composés avec l’auxiliaire être ?

 aller

 courir

 naître

 tomber

7. Vrai ou faux ?

Lorsqu’ils sont utilisés comme auxiliaires de conjugaison, avoir et être sont suivis d’un autre verbe conjugué.  vrai

 faux

Semaine 28 – Pour un monde meilleur

243


Tâche finale Mon artiste qui change le monde Choisis un ou une artiste œuvrant dans le domaine de ton choix, qui, selon toi, change le monde ou l’a changé. Sélectionne, dans des journaux ou Internet, des exemples de son œuvre. Présente ton artiste à tes camarades de classe en commençant par une biographie suivie d’une description de ses œuvres, puis explique comment cette personnalité change le monde. Sois précis ou précise quant aux indices de temps et de lieu que tu utilises.

J’organise mes idées Dans le tableau, note les informations nécessaires à ta présentation orale. MON ARTISTE QUI CHANGE LE MONDE Nom de l’artiste Date et lieu de naissance Domaine artistique Œuvres principales Actions entreprises pour changer le monde

Je prends la parole Sers-toi de cette fiche pour t’assurer de ne rien oublier au moment de ta présentation.

AIDE-MÉMOIRE Je m’exprime clairement et j’utilise un vocabulaire précis.

Merci de ne pas photocopier

Raisons de son engagement

Je respecte le niveau de langue standard. J’adopte un débit approprié pour exprimer mes idées.

244

Semaine 28 – Pour un monde meilleur

© Éditions Grand Duc

Je réponds de manière appropriée aux questions de mes camarades.


© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

Ma vie et moi

Éni gme

que Si nous ne sommes pas le lendemain de lundi ou le jour avant jeudi, le jour demain n’est pas dimanche, que ce n’était pas dimanche hier, que mercredi, d’après-demain n’est pas samedi et que le jour avant hier n’était pas quel jour sommes-nous ?


Mots à orthographier

Semaine 29 applaudissement (n. m.) caractère (n. m.) casque (n. m.) chair (n. f.) clou (n. m.) conversation (n. f.)

cuire (v.) dégoût/ dégout (n. m.) directive (n. f.) essence (n. f.) fatigue (n. f.)

général, généraux, générale, générales (adj.) général (n. m.), généraux (n. m. pl.) générale (n. f.), générales (n. f. pl.)

gifle (n. f.) immeuble (n. m.) indignation (n. f.) irritation (n. f.) klaxon (n. m.) mêler (v.) membre (n. m.)

menton (n. m.) nerf (n. m.) prise (n. f.) retraite (n. f.) violet, violette (adj.)

nation (n. f.) nécessaire (adj.) ordonnance (n. f.) orthographe (n. f.) pitié (n. f.)

poignet (n. m.) poing (n. m.) urgence (n. f.) volant (n. m.)

quantité (n. f.) regretter (v.) réunion (n. f.) rompre (v.) rumeur (n. f.) saisir (v.)

solide (adj.), (n. m.) souci (n. m.) unanimité (n. f.) veine (n. f.)

dépense (n. f.) écorce (n. f.) écran (n. m.) entrepôt (n. m.) pyjama (n. m.) remarque (n. f.)

réveil (n. m.) souffrance (n. f.) souffrir (v.) verrou (n. m.) vieillard (n. m.)

plat, plate (adj.) public, publique (adj.) public (n. m.) régulier, régulière (adj.)

rythme (n. m.) soupçon (n. m.) vers (n. m.) violence (n. f.)

Semaine 30 acier (n. m.) bétail (n. m.) boulevard (n. m.) célibataire (adj.), (n. m.), (n. f.) cendre (n. f.) chantier (n. m.)

cheminée (n. f.) circulation (n. f.) composer (v.) correspondance (n. f.) enlever (v.) examen (n. m.)

flotte (n. f.) guérison (n. f.) insecte (n. m.) inutile (adj.) lier (v.) menace (n. f.) *modernité (n. f.)

Semaine 31 adieu (n. m.) adresse (n. f.) bougie (n. f.) cerveau (n. m.) charge (n. f.) col (n. m.)

combat (n. m.) contrôle (n. m.) formule (n. f.) liste (n. f.) logement (n. m.) organisation (n. f.)

origine (n. f.) os (n. m.) plafond (n. m.) plaque (n. f.) prudence (n. f.) quai (n. m.)

chauffage (n. m.) chèque (n. m.) chômage (n. m.) colle (n. f.) collège (n. m.) coller (v.)

commission (n. f.) corridor (n. m.) couloir (n. m.) couteau (n. m.) couvercle (n. m.) définition (n. f.)

Semaine 33 blague (n. f.) comptoir (n. m.) contact (n. m.) contenu (n. m.) contrat (n. m.) convenir (v.)

246

couche (n. f.) drap (n. m.) épicerie (n. f.) étang (n. m.) excuse (n. f.) facture (n. f.)

fesse (n. f.) flocon (n. m.) fontaine (n. f.) four (n. m.) grippe (n. f.) immobile (adj.)

© Éditions Grand Duc

abandon (n. m.) accès (n. m.) allée (n. f.) anniversaire (n. m.) appétit (n. m.)

Merci de ne pas photocopier

Semaine 32


G

Ma vie et moi Je me prépare ■■

actions

■■

non verbale

■■

contact

■■

réputation

L’intimidation directe

■■

criminel

L’intimidation directe a lieu en présence de la personne qui

■■

rumeurs

■■

menaçants

(tout ce que fait par des gestes, des paroles et des une personne). Pousser une personne, la frapper, voler ses biens, se moquer d’elle, l’insulter, abîmer ou détruire son matériel,

■■

victime

■■

menace

■■

violence

faire à son endroit des gestes humiliants ou (qui exprime une menace) sont des exemples d’intimidation directe.

■■

mensonges

■■

vol

Voici trois gestes qui font qu’une personne peut se sentir seule au milieu d’une foule. Complète leur définition à l’aide des mots de l’encadré et des indices donnés entre parenthèses.

en est

(personne souffrant des agissements d’autrui)

L’intimidation indirecte

L’intimidation indirecte a lieu en l’absence de la victime ou sans qu’on se soucie de sa présence. Il peut s’agir, par exemple, d’exclure ou de rejeter une personne, de l’ignorer ou de couper le

(relation

entre des personnes) avec elle, de médire ou de répandre des

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

et des

(nouvelle, vraie ou fausse, qui se répand) (parole contraire à la vérité) à son

(opinion favorable ou sujet, de nuire à sa défavorable sur quelqu’un), de lui jouer de mauvais tours à son insu et de manipuler les personnes autour d’elle. Le taxage

Le taxage est un

(action de prendre sans autorisation le bien d’autrui)

(grande brutalité dans le comportement). C’est une avec (parole ou geste par lequel on indique à une personne qu’on a l’intention de lui faire du mal), une forme d’intimidation, verbale ou

(gestes ou regards).

(relatif aux crimes) prévoit des conséquences légales contre Le Code les coupables de vol qualifié et d’extorsion. Semaine 29 – Ma vie et moi

247


Intention de lecture

Lecture

Je lis ce texte littéraire pour comprendre les liens qu’entretiennent différents élèves d’une même classe.

Connaissances liées au texte

Stratégie de lecture

Avant ta lecture, consulte la rubrique La succession d’éléments qui reviennent à la page 252.

Je prête attention à la description des sentiments des personnages.

Percy Jackson Je m’appelle Percy Jackson. Il y a quelques mois encore, j’étais pensionnaire à l’Institut Yancy, une boîte privée pour enfants à problèmes qui se trouve dans le nord de l’État de New York. Suis-je un enfant à problèmes ? Oui. C’est une façon de le dire. Je pourrais en donner comme preuve n’importe quel moment de ma brève et pitoyable existence, mais c’est en mai dernier que les choses se sont vraiment gâtées, lorsque notre classe de [secondaire] est partie à New York dans le cadre d’une sortie éducative : vingt-huit gamins perturbés et deux professeurs dans un [autobus] scolaire jaune, tous en route pour le musée des Beaux-Arts, département des antiquités grecques et romaines.

M. Brunner était un quinquagénaire en fauteuil roulant électrique. Il avait les cheveux clairsemés, la barbe hirsute et une veste en tweed élimée qui sentait toujours le café. A priori pas le portrait-robot du type super-cool, pourtant il racontait des histoires, plaisantait et nous faisait faire des jeux en cours. Comme, en plus, il avait une redoutable collection d’armes et d’armures romaines, c’était le seul professeur dont les cours ne m’endormaient pas. ABC

248

quinquagénaire : Personne qui a entre cinquante et soixante ans. hirsute : Qui est en désordre, en parlant des cheveux ou de la barbe. élimé : Qui est usé. Semaine 29 – Ma vie et moi

© Éditions Grand Duc

Seulement c’était M. Brunner, notre prof de latin, qui encadrait l’excursion, et cela me rendait optimiste.

Merci de ne pas photocopier

Je sais : ça ressemble énormément à un supplice. Comme la plupart des sorties éducatives de Yancy.


J’espérais que l’excursion se passerait bien. Enfin, j’espérais, pour une fois, ne pas m’attirer d’ennuis. Je me trompais, et comment. Vous comprenez, il m’arrive toujours un tas d’ennuis pendant les sorties éducatives. Par exemple, à l’école où j’étais [au primaire], lorsque nous sommes allés au champ de bataille de Saratoga, j’ai provoqué un accident avec un canon de la guerre d’Indépendance. Je ne visais pas l’[autobus] scolaire, mais je me suis fait renvoyer quand même, bien sûr. Et avant cela, à mon école [primaire], quand nous avons visité le bassin aux requins du Monde Aquatique par « l’envers du décor », j’ai, je ne sais trop comment, actionné la mauvaise manette sur la passerelle et toute la classe a piqué un plongeon qui n’était pas au programme. Et la fois d’avant… bref, vous voyez le topo. Alors, cette fois-ci, j’étais bien décidé à me tenir à carreau1. Sur tout le trajet, j’ai laissé Nancy Bobofit, la cleptomane rousse aux taches de rousseur, bombarder mon meilleur ami Grover de boulettes de sandwich beurre de cacahouètes-ketchup dans la nuque.

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

Grover était une cible facile. C’était un poids plume. Il pleurait quand il était frustré. Il avait dû redoubler plusieurs fois car il était le seul [du secondaire] à avoir de l’acné et une ombre de duvet sur le menton. Pour arranger le tout, il était handicapé. Il était dispensé de cours de gym à vie parce qu’il souffrait d’une maladie musculaire aux jambes. Il marchait d’une drôle de façon, comme si chaque pas lui faisait mal, mais il ne fallait pas se fier aux apparences : si vous l’aviez vu courir à la cafétéria le jour où on avait des enchiladas !   1.  Se

ABC

tenir à carreau signifie « bien se tenir, ne pas se faire remarquer ».

cleptomane : Personne qui a une tendance maladive et incontrôlable à commettre des vols. Semaine 29 – Ma vie et moi

249


Toujours est-il que Nancy Bobofit n’arrêtait pas de lui lancer des morceaux de sandwich qui se plantaient dans ses cheveux bruns et bouclés, sachant pertinemment que je ne pouvais pas riposter parce que j’étais déjà en période d’essai. Le directeur m’avait menacé de mort-par-heures-de-colle2 s’il se passait quoi que ce soit de mal, de gênant ou même d’un tout petit peu distrayant pendant cette excursion. […] Grover a essayé de me calmer : — Ce n’est pas grave. J’aime bien le beurre de cacahouètes. Il a esquivé une autre bouchée du déjeuner de Nancy. — Là, c’est bon. (J’ai voulu me lever mais Grover m’a forcé à me rasseoir.) — Tu es déjà en période d’essai, m’a-t-il rappelé. Tu sais sur qui ça va retomber s’il se passe quoi que ce soit. En y repensant, je regrette de ne pas avoir fichu une bonne raclée à Nancy Bobofit sur-le-champ. Passer des heures de colle enfermé dans une salle de classe, ce n’était rien comparé au pétrin dans lequel j’allais me fourrer. Rick RIORDAN, Percy Jackson : Le voleur de foudre, Paris, Albin Michel, 2008, p. 10-12.

  2.  Heures

de colle est une expression française qui désigne des heures de punition auxquelles un élève doit se soumettre en dehors des heures de classe. Au Québec, on utilise plutôt le mot retenue.

250

Semaine 29 – Ma vie et moi

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier


Je comprends ce que je lis

Lecture

1. Qui est le personnage principal de l’extrait de récit que tu as lu ? Décris-le en quelques mots.

 Nom  :   Description  :  2. Le personnage de Percy Jackson a-t-il beaucoup d’amis ?

3. D’après le contexte, pourquoi Percy Jackson ne se porte-t-il pas à la défense de son ami ?

4. a) En observant les illustrations des personnages, relève les caractéristiques physiques qui ne correspondent pas aux informations données dans le texte.

Merci de ne pas photocopier

b) Décris les caractéristiques psychologiques de chacun des personnages en quelques mots.

M. Brunner Nancy Bobofit

© Éditions Grand Duc

Grover

5. Comment Percy Jackson veut-il se comporter pendant la sortie ? Surligne deux phrases dans le texte qui justifient ta réponse.

Semaine 29 – Ma vie et moi

251


Lecture

6. a) Quelle autre réaction Grover aurait-il pu avoir ?

b) Quelle aurait été la conséquence de cette réaction ?

c) Selon toi, comment aurait-il pu se défendre ?

7. Selon toi, ce texte reflète-t-il la réalité ou la situation dépeinte est-elle nettement exagérée ?

Différencie ce qui est vrai de ce qui est exagéré.

Connaissances liées au texte La succession d’éléments qui reviennent

8. Le schéma ci-dessus forme-t-il un cycle comme celui de l’eau ?

252

Semaine 29 – Ma vie et moi

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

Certaines situations se présentent à la manière d’une boucle sans fin : l’élément A provoque l’élément B, qui renvoie à l’élément A. C’est ce que l’on appelle la causalité circulaire. Un exemple que tu connais sans doute très bien est le cycle de l’eau, mais le modèle s’applique également aux relations humaines.


Le sens propre et le sens figuré des mots

habituellement à un mot ou à une expression, son sens le plus courant. Exemple : Son cœur bat rapidement. cœur : organe musculaire situé entre les deux poumons qui assure la circulation du sang dans l’organisme.

Lexique

• Le sens commun, aussi appelé sens propre, est le sens que l’on donne

• Le sens figuré est le sens donné à un mot ou à une expression afin de créer

une image.

Exemple : Ce geste me va droit au cœur. Aller droit au cœur : toucher profondément.

1. Indique ( ) si le mot en caractères gras dans chacune des phrases est utilisé au sens propre ou au sens figuré.

Sens propre

Sens figuré

a) Du plus loin que je me souvienne, j’ai toujours eu mal au dos. b) Les filles que je fréquentais parlaient dans le dos de leurs copines. c) Mes véritables amies sont celles qui me prêtent une oreille attentive. d) Mes amies sont toujours disposées à me prêter leur lecteur MP3. e) Raphaël a jeté un coup d’œil méprisant sur mes vêtements. f) Raphaël a de magnifiques yeux verts. g) Je n’ai pas fermé l’œil de la nuit.

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

h) Je crois que je n’ai jamais eu aussi mal au cœur. i) Ou peut-être en avais-je gros sur le cœur. j) Grand-mère subira bientôt une opération au cœur.

2. Compose une phrase dans laquelle le mot pied est employé au sens propre, et une autre dans laquelle il est employé au sens figuré.



Sens propre

Sens figuré



Semaine 29 – Ma vie et moi

253


Conjugaison

Le verbe partir Le verbe partir est un verbe irrégulier. Il présente au moins trois radicaux différents.

Indicatif Présent

Imparfait

je pars tu pars il/elle, on part nous partons vous partez ils/elles partent

je partais tu partais il/elle, on partait nous partions vous partiez ils/elles partaient

Conditionnel présent je partirais tu partirais il/elle, on partirait nous partirions vous partiriez ils/elles partiraient

Futur simple je partirai tu partiras il/elle, on partira nous partirons vous partirez ils/elles partiront

Impératif

Subjonctif

Infinitif

pars partons partez

Présent

partir

que je parte que tu partes qu’il/elle, on parte que nous partions que vous partiez qu’ils/elles partent

Passé composé je suis parti/ie tu es parti/ie il/elle, on est parti/ie nous sommes partis/ies vous êtes partis/ies ils/elles sont partis/ies Passé simple je partis tu partis il/elle, on partit nous partîmes vous partîtes ils/elles partirent

Participe Présent

Passé

partant

parti partis partie parties

b) je

ions c) je rais

d) il

s t

e) nous

ions

f) vous

rez

2. Conjugue le verbe partir à la personne, au temps et au mode indiqués.

a) Ind. futur simple, 3e pers. du pl.  b) Subj. présent, 1re pers. du pl.  c) Participe passé, fém. pl.  d) Ind. conditionnel présent, 2e pers. du pl.  e) Ind. imparfait, 3e pers. du pl. 

254

Semaine 29 – Ma vie et moi

© Éditions Grand Duc

a) que nous

Merci de ne pas photocopier

1. Ajoute le radical par-, part- ou parti-.


Lecture Connaissances liées au texte Avant ta lecture, consulte la rubrique L’inversion à la page 259.

Intention de lecture Je lis ce texte narratif pour comprendre les conséquences du piratage de la musique.

Stratégie de lecture Je relève les faits relatifs au téléchargement illégal.

Nous avons tué la musique Malade, la dernière ! À ton tour de m’en envoyer une ! Depuis deux heures, Yann et moi clavardons sur un site Internet réservé aux amateurs de musique. Depuis deux heures, nous échangeons des fichiers MP3 avec des internautes aussi mordus de musique que nous. C’est facile, il suffit de télécharger nos chansons favorites et de les transférer pour en recevoir d’autres d’adeptes comme nous. Est-ce qu’on paye notre musique ? Du tout… c’est ça l’avantage d’Internet. Mes parents sont trop protecteurs à mon goût ! C’est pour cette raison qu’ils ont mis l’ordinateur dans la salle familiale ! Tu parles ! Me protéger de quoi ? Ma mère fait régulièrement semblant d’épousseter derrière nous pour épier l’écran d’ordinateur. T’inquiète, maman ! On ne fait rien de mal ! Je n’ai donné mon adresse personnelle à personne ! Je ne fais qu’échanger de la musique ! — Vous téléchargez illégalement de la musique, les gars ?

— De toute façon, je ne pense pas que des groupes aussi populaires souffrent beaucoup de ces échanges gratuits… ils sont si riches, argumente Yann. — Vous vous trompez, les gars. Lorsque des artistes d’ailleurs dans le monde viennent se produire au Québec, qui, croyez-vous, organise les spectacles auxquels vous assistez ?

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

— Oui, pourquoi ne le ferait-on pas ? Après tout, tout le monde le fait, dis-je en envoyant dans le grand réseau Internet une chanson de mon groupe préféré.

Semaine 30 – Ma vie et moi

255


—… — Les techniciens de scène, les éclairagistes, les accessoiristes, les employés qui vendent les billets… tous des Québécois et des Québécoises qui doivent travailler pour vivre. Ils se retrouveront vite au chômage si vous continuez votre petit manège. Sachez aussi que 51 % des téléchargements illégaux de la province en sont de musique québécoise. Je l’ai lu récemment. Vous tuerez la musique un jour avec vos téléchargements illégaux ! Les artistes ne pourront plus se produire sur scène, les créateurs abandonneront le métier ! Ma mère avec sa morale et ses belles références ! Pour nous punir, elle met fin à notre activité passionnante en fermant l’ordinateur. Je n’ai même pas le temps d’enregistrer le dernier envoi que j’ai reçu !

Un bip sonore me sort de ma réflexion. Le cellulaire de ma mère, qu’elle me laisse toujours lorsque je sors, m’indique « appel manqué ». Appel manqué ? Pourtant, il ne m’est jamais arrivé de ne pas entendre l’horrible sonnerie, une chanson de Lucie Hétu, la chanteuse préférée de maman qui chante à tue-tête (qui crie) ! Quelle journée bizarre !

256

Semaine 30 – Ma vie et moi

© Éditions Grand Duc

Au mois de décembre, j’adore les centres commerciaux. Malgré mes 11 ans, je garde mon cœur d’enfant ! L’immense sapin scintillant, les jeunes qui font la file devant le père Noël, les boutiques décorées, la musique du temps des Fêtes… Pourquoi donc n’y a-t-il pas de musique ? Le brouhaha créé par les centaines de clients est peut-être plus fort que celle-ci.

Merci de ne pas photocopier

Nous décidons d’écouter un film. Ensevelis sous des tonnes de popcorn, nous n’arrivons pas à nous concentrer sur l’action et les dialogues. Je ne sais pas pourquoi, le film me semble plus terne qu’à l’habitude. Peut-être l’ai-je trop écouté ! Yann propose alors d’aller au centre commercial.


— Quelle journée bizarre, me dit Yann sur un ton las. — Je me faisais exactement la même réflexion ! — Hé ! L’affiche géante des Blue Singers, regarde, Émile ! Yann me montre l’immense panneau publicitaire situé à l’extérieur du centre commercial. Lui et moi sommes les plus grands fans du groupe. D’ailleurs, nos parents respectifs nous ont remis à l’avance notre cadeau de Noël : des billets pour le concert des Blue Singers vendredi prochain. Je compte les jours avant NOTRE soirée. — Ils sont tellement, tellement bons ! J’ai téléchargé tous leurs albums en vue de ce spectacle, me lance Yann en adoration devant ses idoles. C’est alors que je vois, placardé sur tous les murs entourant l’affiche :

e mondiale Annulation de la tourné des Blue Singers ux ont appauvri Les téléchargements illéga mpositeurs, les créateurs, auteurs, co strie du disque. interprètes et toute l’indu croqués et affaiblis Maintenant sans le sou, es gaux, les artistes par les téléchargements illé

— Yann, dis-je d’une voix chevrotante, nous avons tué la musique ! ■

Catherine-Ann GEORGE

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

ne se produisent plus.

Semaine 30 – Ma vie et moi

257


Je comprends ce que je lis

Lecture

1. Dans le texte, relève trois conséquences qui peuvent découler du téléchargement illégal.

Conséquence 1

Conséquence 2

Conséquence 3

2. Que ressens-tu par rapport au phénomène grandissant du piratage musical ?

3. Pourquoi Émile se pose-t-il la question suivante : « Pourquoi donc n’y a-t-il pas de musique ? Le brouhaha créé par les centaines de clients est peut-être plus fort que celle-ci. » ?

4. Dans le texte que tu as lu, encadre le paragraphe dans lequel les faits concernant les téléchargements illégaux t’apparaissent vraisemblables.

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

5. Explique le titre du texte : Nous avons tué la musique !

258

Semaine 30 – Ma vie et moi


le respect du travail d’autrui  

 l’amitié  

  la persévérance

b) A-t-elle réussi à transmettre cette valeur à son fils ? Explique ta réponse.

Lecture

6. a) Quelle valeur la mère d’Émile tente-t-elle de transmettre à son fils et à Yann ?

7. Que penses-tu de cette affirmation ? « Pourquoi ne le ferait-on pas ? Après tout, tout le monde le fait […] »

Connaissances liées au texte L’inversion Les auteurs et auteures de textes littéraires ont un style qui leur est propre. Ils utilisent les mots de façon particulière afin de forger leur propre style. L’inversion est une figure de style qui consiste à placer des groupes de mots dans l’ordre inverse de celui auquel on pourrait s’attendre dans une phrase. Exemple : Pour son public a joué le groupe.

a)   Certains chanteurs deviennent de véritables vedettes internationales. b)   Aujourd’hui, les jeunes sont de grands consommateurs de musique. c)   De grandes foules les spectacles de musique attirent. d)   On sensibilise les gens, depuis quelques années, au problème du piratage.

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

8. Coche la phrase qui présente une inversion.

Semaine 30 – Ma vie et moi

259


La formation des mots Les mots de la langue française sont formés de plusieurs façons. En voici quelques-unes :

Lexique

• par dérivation :

––mot de base précédé d’un préfixe ; Exemple : préjugé (pré – jugé) ––mot de base suivi d’un suffixe ; Exemple : sociologue (socio – logue) • par composition : mots formés d’au moins deux mots qui existent déjà et qui sont

liés ou non par un trait d’union ; Exemple : bienheureux

• par la création de mots-valises : généralement, lien entre le début d’un mot

et la fin d’un autre. Exemple : bibliobus (bibliothèque et autobus)

1. a) Associe les termes à l’aide du procédé de composition approprié de manière à former les mots qui correspondent aux définitions. b) Vérifie leur orthographe dans le dictionnaire.

avant

clin

d’

rendez

de

fin

semaine

fois toute

hier

œil

vous

1) Battement de la paupière pour faire



un signe discret. 2) Samedi et dimanche.



3) Jour qui a immédiatement précédé hier.





4) Pourtant, malgré cela.

5) Entente entre des personnes pour se retrouver



2. Qui suis-je ? b) Je suis un mot-valise formé à partir des mots courrier et électronique servant à désigner un message transmis par Internet.

© Éditions Grand Duc

a) Je suis un mot-valise formé à partir des mots clavier et bavarder signifiant « converser sur Internet ».

Merci de ne pas photocopier

à un lieu et à un moment déterminés.

260

Semaine 30 – Ma vie et moi


Quelques propriétés des mots

• que certains mots se combinent à d’autres de façon privilégiée ?

Exemple : On dit une faim de loup et un temps de chien, non « une faim de chien » ou « un temps de loup ». • que des paires de noms qui ont la même forme mais des genres différents

Lexique

En cherchant dans le dictionnaire, as-tu déjà observé :

n’expriment pas la même chose ?

Exemple : Un mémoire est un exposé écrit sur un sujet scientifique et la mémoire est l’aptitude à conserver en tête des choses du passé. • qu’un mot peut appartenir à plus d’un registre ?

Exemple : dans la langue standard, on peut utiliser le verbe taxer, qui signifie « faire payer un impôt », alors que, dans la langue familière, le verbe taxer signifie également « voler quelqu’un ». • que le sens de certains adjectifs dépend de leur position, avant ou après le nom ?

Exemple : Une drôle d’histoire signifie « une histoire étonnante », alors qu’une histoire drôle signifie « une histoire pour faire rire ».

1. Choisis le mot entre parenthèses qui se combine de façon privilégiée avec les autres. a) Broyer du

( blanc, noir )

b) Passer une nuit

( blanche, noire )

c) Un remède de

( chat, cheval )

d) Il n’y a pas un

( chat, cheval )

2. Écris un ou une, selon le contexte de la phrase. a)

manche de marteau peut être en bois ou en métal.

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

manche de chemise peut être courte ou longue. b) page est un jeune homme attaché au service d’un roi ou d’une grande dame.

Chaque côté d’une feuille est

page.

3. Écris l’adjectif propre avant ou après le nom maison selon le sens indiqué. a) Voilà une maison Une maison bien entretenue.

 !

b) Voici ma maison La maison qui m’appartient.

.

Semaine 30 – Ma vie et moi

261


Conjugaison

Le verbe savoir Le verbe savoir est un verbe irrégulier. Il présente plus de trois radicaux différents.

Indicatif Présent

Imparfait

je sais tu sais il/elle, on sait nous savons vous savez ils/elles savent

Passé composé

je savais tu savais il/elle, on savait nous savions vous saviez ils/elles savaient

Conditionnel présent je saurais tu saurais il/elle, on saurait nous saurions vous sauriez ils/elles sauraient

j’ ai su tu as su il/elle, on a su nous avons su vous avez su ils/elles ont su

Futur simple

Passé simple

je saurai tu sauras il/elle, on saura nous saurons vous saurez ils/elles sauront

je sus tu sus il/elle, on sut nous sûmes vous sûtes ils/elles surent

Impératif

Subjonctif

Infinitif

sache sachons sachez

Présent

savoir

que je sache que tu saches qu’il/elle, on sache que nous sachions que vous sachiez qu’ils/elles sachent

Participe Présent

Passé

sachant

su sue sus sues

1. Ajoute le radical s-, sav-, sau- ou sach-.

b) elles c)

d) tu

urent ons

ais

e) elles ont f) nous

g) vous

u rions

rez

h) que je i) ils

e aient

2. Complète les phrases en conjuguant le verbe savoir selon les indications entre parenthèses. Fais les accords nécessaires. a) ( imp. présent, 2e pers. du pl. ) que l’intimidation n’est pas tolérée dans cette école. b) Les élèves ( ind. imparfait ) avait cours.

qu’une campage de sensibilisation

c) Nous ( ind. futur simple )

262

bientôt si nos conseils ont porté leurs fruits.

d) Ces parents ( ind. passé simple ) mal conduit.

tout de suite que leur enfant s’était

Semaine 30 – Ma vie et moi

Merci de ne pas photocopier

ait

© Éditions Grand Duc

a) il


Lecture

Intention de lecture

Connaissances liées au texte

Stratégie de lecture

Je lis cet extrait de roman pour découvrir pourquoi il importe de bien choisir ses amis et amies. TEXTE

Pour bien suivre le dialogue présenté dans cet extrait, je tiens compte des tirets qui indiquent les changements d’interlocuteurs.

Avant ta lecture, consulte la rubrique Les caractéristiques du roman à la page 266.

L’initiation — Clodine… c’est entre toi et moi, juré ? — Ils préparent un mauvais coup, je dirais même, un très mauvais coup, — Juré. Clodine. Je lève la main droite solennellement. Je regarde prudemment autour de nous. — Tu sais qu’hier je suis restée après — Tu peux parler, Marion. la fin des cours. Elle prend une profonde inspiration — Oui, tu aidais Mme Desroches et se rapproche de moi. à corriger les examens de français. — Ils veulent, ou plutôt elle veut, initier Continue. Camille Constantin, après-demain, pour — Je suis sortie de la classe à en faire un membre officiel de la bande. seize heures. J’essaie de retenir — Quel genre d’initiation ? tous les détails. — Clodine, j’ai surpris une conversation, une grave conversation. — Mais entre qui et qui ? demandé-je promptement. — Entre Jessica Tessier et sa bande, me souffle-t-elle.

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

Jessica sème la terreur à l’école. Pourtant, elle n’est pas plus grosse qu’une poule d’eau. Mais elle est loin d’être une poule mouillée. Elle affronte même David Vachon, c’est peu dire, lui qui ressemble étrangement à un tyrannosaure !

ABC

— Jessica disait que jeudi matin, entre la récréation et l’heure du dîner, Camille devra crever tous les pneus des vélos. — Hein ? — Tu as très bien entendu. Ce n’est pas tout ! Elle a ajouté que, si elle veut faire vraiment partie de la bande, elle devra également lacérer les pneus d’au moins deux autos de professeurs ! — Mais qu’est-ce qu’elle a entre les oreilles, cette fille-là ? — Je ne le sais pas, Clodine, dit-elle en haussant les épaules.

promptement : Rapidement. lacérer : Mettre en morceaux, déchirer. Semaine 31 – Ma vie et moi

263


Nous devons agir. Nous devons trouver une solution ! — Qu’est-ce qu’elle disait, Camille ? questionné-je soudainement. — Camille n’était pas là ! D’ailleurs, elle n’est peut-être même pas au courant au moment où on se parle ! J’espère qu’elle va refuser cette initiation ridicule ! — J’en doute… elle semble si fière à leurs côtés. Et tu sais à quel point elle se laisse influencer. — Tu dois lui faire entendre raison, Clodine. Tu la connais mieux que moi, ajoute Marion. — Mais elle a beaucoup changé ! Et cela en moins d’une semaine ! — C’est pour ça qu’il est important d’agir maintenant ! Si on ne fait rien, imagine de quoi elle aura l’air dans un mois ! dans six mois ! Je sais que Marion a raison.

Mais qu’est-ce qu’elle peut bien manigancer de plus cette poule d’eau ? — Elle a mentionné à sa bande que si Camille n’exécutait pas ses ordres, ils la banniraient du groupe, et en plus ils l’accuseraient à tort, reprend-elle, scandalisée. — Je ne comprends pas. — Si Camille ne crève pas tous les pneus, un membre du groupe le fera à sa place. — Quand ? m’empressé-je de demander. — Vendredi matin, vers onze heures. — Si Camille sait ça, elle ne fera rien ! Ce n’est tout de même pas une imbécile ! — Clodine, Jessica a bien averti le groupe de ne rien révéler à Camille de ses intentions au sujet de cette fausse accusation ! — Ma parole ! Elle les ensorcelle ! — À qui le dis-tu ! Tu sais que Camille peut être suspendue de l’école, ou même expulsée, si elle obéit à ces stupidités.

— Clodine, poursuit-elle, il y a autre chose… ■

ABC

Joanne BOIVIN, Le calepin noir, Montréal, Éditions Hurtubise HMH, 2007, p. 12-15.

manigancer : Préparer secrètement avec des moyens plus ou moins honnêtes. ensorcelle (ensorceler) : Jeter un sort sur quelqu’un, livrer à une influence magique.

264

Semaine 31 – Ma vie et moi

Merci de ne pas photocopier

Mon cœur bat à cent kilomètres à l’heure.

— Quoi encore ?

© Éditions Grand Duc

— Il faut empêcher ça ! Imagine la réaction des petits de première et de deuxième année en découvrant leur bicyclette ! Quel gâchis !


Je comprends ce que je lis 1. D’après toi, qui sont les vraies amies de Camille ? Explique ta réponse.

 Clodine  

 Jessica

Lecture

 Marion  

2. Crois-tu qu’il soit nécessaire de subir une initiation pour faire partie d’un groupe d’amis ? Explique ta réponse.

3. Quel est le lien qui unit chacun des personnages présentés ci-dessous ?

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

Marion

Clodine

Camille

Jessica

 Camille  :   Marion  :   Clodine  :   Jessica  :  4. Depuis qu’elle s’est jointe à la bande, Camille a-t-elle changé ? Explique ta réponse en surlignant un extrait du texte.

Semaine 31 – Ma vie et moi

265


Lecture

5. Quelles sont les conséquences qui découleraient des deux situations suivantes ? a) Camille crève les pneus des vélos : 

b) Camille ne crève pas les pneus des vélos : 

6. Pour quelles raisons Marion et Clodine veulent-elles empêcher Camille de subir l’initiation ?

7. Camille fait-elle le bon choix en voulant faire partie de la bande de Jessica ? Explique ta réponse.

Connaissances liées au texte

–– le récit est imaginaire ;  –– le texte est assez long ; 

– le texte est divisé en chapitres ; 

–– les personnages évoluent et les événements surviennent dans un cadre déterminé. 

8. a) Quelle caractéristique énumérée ci-dessus retrouves-tu dans le texte que tu as lu ? Coche la bonne réponse dans l’encadré. b) L’extrait du roman que tu as lu présente-t-il une situation réaliste ou plutôt imaginaire ?

  une situation imaginaire  

266

  une situation réaliste

Semaine 31 – Ma vie et moi

© Éditions Grand Duc

Les bibliothèques regorgent de romans de toutes sortes. Il y a, par exemple, des romans de science-fiction, et des récits réalistes, fantastiques ou policiers. Des caractéristiques bien particulières permettent de différencier le roman des autres types de textes. Les caractéristiques du roman sont les suivantes :

Merci de ne pas photocopier

Les caractéristiques du roman


On utilise la virgule : • pour séparer les éléments d’une énumération non reliés par et ou par ou ;

Exemple : Régis conseille ses clients sur leurs droits, devoirs et obligations. • pour isoler un complément de phrase placé en début de phrase ;

Grammaire

La virgule

Exemple : Désormais, il est avocat-conseil en droit d’Internet. • pour encadrer un complément de phrase placé au milieu de phrase ;

Exemple : La jeune femme, depuis quelque temps, crée des groupes de discussion. • pour isoler ou encadrer une phrase qui précise qui parle. Le sujet se place alors

généralement après le verbe.

Exemple : «   Je me souviens qu’un jour, raconte Delph, des individus s’étaient rassemblés dans une pièce pour manifester. » • pour séparer les phrases dans une énumération de phrases non reliées

par et ou par ou.

Exemple : Tu dois être sage, tu dois être poli et tu dois garder le sourire.

1. Ajoute des virgules là où il en faut dans les phrases suivantes. a) Depuis quelques années  il n’y a pas que les artistes du monde de la musique qui sont victimes de piratage. b) Tout le monde, grâce à Internet  a maintenant la possibilité de diffuser ses opinions. c) Aujourd’hui, on peut jouer  discuter ou échanger des fichiers avec le monde entier. d) La loi interdit d’injurier  d’inciter à la haine ou de donner une information privée sur une personne sans son accord.

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

e) Dans les pays où la liberté d’opinion n’existe pas  Internet est un outil de résistance. f) Je ne sais combien de cahiers neufs j’ai noircis pour ensuite les oublier dans un coin  les abandonner  tirer un trait dessus et passer à autre chose. g) Pour la millième fois  je commence un journal intime. h) Cette fois  je n’y raconterai pas mes problèmes  mes chicanes  mes soucis  mes inquiétudes ou mes contrariétés !

2. Compose une phrase contenant au moins trois virgules.

Semaine 31 – Ma vie et moi

267


Conjugaison

Le verbe mettre Le verbe mettre est le modèle de conjugaison des verbes qui en sont dérivés, comme admettre, permettre et soumettre.

Indicatif Présent

Imparfait

je mets tu mets il/elle, on met nous mettons vous mettez ils/elles mettent

je mettais tu mettais il/elle, on mettait nous mettions vous mettiez ils/elles mettaient

Conditionnel présent je mettrais tu mettrais il/elle, on mettrait nous mettrions vous mettriez ils/elles mettraient

Impératif mets mettons mettez

Passé composé

j’ ai mis tu as mis il/elle, on a mis nous avons mis vous avez mis ils/elles ont mis

Futur simple

Passé simple

je mettrai tu mettras il/elle, on mettra nous mettrons vous mettrez ils/elles mettront

je mis tu mis il/elle, on mit nous mîmes vous mîtes ils/elles mirent

Subjonctif

Infinitif

Présent

mettre

que je mette que tu mettes qu’il/elle, on mette que nous mettions que vous mettiez qu’ils/elles mettent

Participe Présent

Passé

mettant

mis mise mis mises

 admettre

 renaître

 retransmettre

 commettre

 naître

 remettre

 omettre

 promettre

 émettre

 taire

 être

2. Conjugue le verbe retransmettre à la personne, au mode et au temps demandés. a) ind. futur simple, nous

d) imp. présent, (tu)

b) ind. imparfait, je

e) ind. passé simple, elles

c) subj. présent, que nous

268

Semaine 31 – Ma vie et moi

© Éditions Grand Duc

 connaître

Merci de ne pas photocopier

1. Coche les verbes qui se conjuguent sur le modèle du verbe mettre.


À l’aide du tableau de conjugaison, trouve les trois verbes de l’encadré qui correspondent à chacun des Qui sommes-nous ? ci-dessous. Un même verbe peut être utilisé plus d’une fois. ■■

a admis

■■

admettant

■■

admettions

■■

commettais

■■

admettrions

■■

admit

■■

ai remis

■■

ont promis

■■

commettez

■■

commettre

■■

émise

■■

remettrai

■■

promettrez

■■

remets

■■

remettaient

■■

retransmettrait

■■

remettre

■■

remis

■■

retransmettons

■■

retransmettriez

■■

retransmettront

■■

admettre

Conjugaison

3. Voici un jeu avec les verbes qui se conjuguent sur le modèle du verbe mettre.

Qui sommes-nous ?

a) à l’imparfait.

d) à la 3e pers. du singulier.

g) au mode impératif.

b) à la 1re pers. du pluriel.

e) au futur simple.

h) au mode infinitif.

c) au mode participe.

f) à un temps composé.

i) à la 2e pers. du pluriel.

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

Nous sommes des verbes…

Semaine 31 – Ma vie et moi

269


Intention de lecture

Lecture

Je lis ce texte pour découvrir des métiers liés au monde virtuel.

Connaissances liées au texte

Stratégie de lecture

Avant ta lecture, consulte la rubrique Emboîtements ou superpositions à la page 273.

Je survole le texte pour remarquer la façon dont l’information y est organisée.

Tout autour du Web Animateur ou animatrice Web « Plus on parle d’une entreprise, mieux c’est ! » s’exclame Benjawen. Travailleuse autonome, elle propose aux sociétés d’intervenir sur les blogues, les forums et tous les réseaux sociaux qui peuplent Internet pour améliorer leur image. Son métier, encore peu connu, est tout juste en train d’émerger : on parle d’animatrice Web, de gestionnaire de médias sociaux… La jeune femme, assise devant son ordinateur, crée des groupes de discussion, des blogues et des pages de réseaux sociaux pour les compagnies qui l’embauchent. « C’est un procédé marketing très efficace et cela tisse un lien direct entre la marque et ses clients. »

De blogue en blogue On trouve des blogues de toutes sortes : certains auteurs adoptent un ton journalistique, rapportant des informations d’intérêt public ou commentant un sujet d’actualité, un fait social, un événement, etc. D’autres adoptent le ton d’un journal personnel, rapportant les faits et gestes qui constituent leur quotidien. D’autres encore utilisent leur publication comme un espace de réflexion personnelle qui s’enrichit par le dialogue qui se crée avec d’autres blogueurs. Beaucoup de blogues sont thématiques et consacrés à des sujets précis : ils alternent données factuelles, actualités et prises de position, s’apparentant ainsi à des magazines. ■

270

Adapté de : Haydée MAGA, « Qu’est-ce qu’un blog ? », Franc-parler, [En ligne], 2008.

Semaine 32 – Ma vie et moi

Merci de ne pas photocopier

■ Adapté de : Mathilde FONTEZ, « Le net recrute ! », Science & Vie junior, no 243, décembre 2009, p. 82.

© Éditions Grand Duc

Un blogue est un site Web écrit par une ou plusieurs personnes. Les blogueurs et blogueuses s’y expriment régulièrement sous la forme de billets ou d’articles, informatifs ou intimistes, datés, à la manière d’un journal de bord, signés et classés. Les blogues peuvent être enrichis d’hyperliens, d’images ou de sons. On y trouve parfois des commentaires laissés par les lecteurs et lectrices.


Modérateur ou modératrice Derrière les écrans de bavardoirs, de jeux en ligne et de communautés virtuelles travaillent des personnes bien réelles. Parmi elles, Delph, la modératrice. Elle balade son avatar sur les sites pour lesquels elle travaille et veille à ce que tout se déroule dans les règles. Dès qu’elle sent le ton monter et les insultes poindre, elle intervient. « C’est un peu comme surveiller une cour de récréation… Il faut savoir tempérer les ardeurs des utilisateurs. Je me souviens qu’un jour, une vingtaine d’individus virtuels s’étaient rassemblés dans une pièce d’un jeu pour manifester contre un changement sur le site pour lequel je travaillais. J’ai passé plus d’une heure à clavarder avec eux pour tenter de les calmer. » Delph doit donc faire usage de patience et de pédagogie pour ce métier qui ne nécessite pas particulièrement d’études en informatique. Un avatar est un double de soi-même dans un monde virtuel.

■ Adapté de : Mathilde FONTEZ, « Le net recrute ! », Science & Vie junior, no 243, décembre 2009, p. 78.

Comment est née la plus grande communauté virtuelle du monde Un petit réseau social a vu le jour en 2006 à l’université Harvard. À l’origine, le site avait été créé uniquement pour les étudiants et étudiantes de cette université désireux d’échanger des informations. Peu à peu, le réseau s’est ouvert à d’autres universités, puis au monde entier. Son créateur, Mark Zuckerberg, peut aujourd’hui se targuer d’avoir créé le plus grand réseau social Internet du monde. Cinq pays dont les habitants passent le plus d’heures par mois sur des réseaux sociaux en 2010.

6,0 5,5 5,0

ABC

Pays Espagne

Angleterre

Australie

4,0

États-Unis

4,5

Italie

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

Temps (heures) 6,5

poindre : Apparaître. ardeurs (ardeur) : Énergie, ferveur, fougue. Semaine 32 – Ma vie et moi

271


Je comprends ce que je lis

Lecture

1. Nomme les deux professions mentionnées dans le texte et explique en quoi elles consistent.

Profession 1 : 

But de son travail : 

Profession 2 :  But de son travail : 

2. Aimerais-tu exercer une profession dans le monde virtuel ? Si oui, laquelle ? Si non, pourquoi ?

4. Qu’appelle-t-on une communauté virtuelle ?

5. Relève, dans le texte, cinq mots ayant un lien de sens avec le terme Internet.

272

Semaine 32 – Ma vie et moi

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

3. D’après le texte que tu as lu, que viennent faire les gens dans Internet ?


Lecture

6. Pourquoi Delph déclare-t-elle : « C’est un peu comme surveiller une cour de récréation… » à propos de son travail de modératrice ? Cette comparaison te semble-t-elle appropriée ?

7. Le texte t’a-t-il donné le goût de t’intéresser aux métiers liés à Internet ? Explique ta réponse.

Connaissances liées au texte Emboîtements ou superpositions Certains textes possèdent une structure particulière. Parfois, un texte narratif peut contenir deux histoires. Par exemple, la description d’un rêve peut venir s’imbriquer dans une histoire. C’est ce qu’on appelle un emboîtement ou une superposition. En informatique, on appelle hyperliens les passages d’un texte à un autre.

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

8. Dans le texte que tu as lu, relève trois termes qui sont des emboîtements ou des superpositions.

Semaine 32 – Ma vie et moi

273


Grammaire

La phrase qui contient plus d’un verbe conjugué et les phrases sans verbe conjugué     Pour former une phrase qui contient plus d’un verbe conjugué, on peut utiliser des conjonctions comme que, quand, lorsque et parce que, ou des pronoms relatifs comme qui, que, dont. Exemple : Des parents se raccrochent à leur passé parce que la société évolue vite. Voici des structures possibles de phrases sans verbe conjugué : • un groupe du nom suivi d’un point d’exclamation ; Exemple : Quelle histoire ! • les mots voici ou voilà accompagnés d’autres mots ; Exemple : Voilà la belle Silia ! • le mot voilà seul ; Exemple : Voilà ! • un verbe à l’infinitif suivi d’un groupe de mots. Exemple : Descendre tout en douceur.

1. Dans les phrases ci-dessous : a) entoure les conjonctions et les pronoms relatifs utilisés ; b) souligne les deux verbes conjugués. 1) Les réseaux sociaux sont pratiques lorsque tu sais bien les utiliser. 2) Je lis tous les commentaires que laissent les lecteurs et lectrices de mon blogue. 3) En tant que modératrice, je surveille les discussions sur les sites dont je suis

responsable. 4) Elle fait preuve de patience et de pédagogie pour ce métier qui ne demande

pas nécessairement d’études en informatique. 2. Rédige trois phrases sans verbe conjugué respectant les constructions ci-dessous.

b) voici ou voilà accompagnés d’autres mots

© Éditions Grand Duc

c) un verbe à l’infinitif suivi d’un groupe de mots

Merci de ne pas photocopier

a) un GN suivi d’un point d’exclamation

274

Semaine 32 – Ma vie et moi


Le verbe vouloir est un verbe irrégulier. Il présente plus de trois radicaux. À l’impératif présent, on emploie la forme veuille ou veuillez lorsqu’on écrit une formule de politesse. Exemple : Veuillez m’excuser pour cette maladresse.

Indicatif Présent

Imparfait

je veux tu veux il/elle, on veut nous voulons vous voulez ils/elles veulent

je voulais tu voulais il/elle, on voulait nous voulions vous vouliez ils/elles voulaient

Conditionnel présent je voudrais tu voudrais il/elle, on voudrait nous voudrions vous voudriez ils/elles voudraient

Impératif veux (veuille) voulons voulez (veuillez)

Futur simple je voudrai tu voudras il/elle, on voudra nous voudrons vous voudrez ils/elles voudront

Subjonctif

Infinitif

Présent

vouloir

que je veuille que tu veuilles qu’il/elle, on veuille que nous voulions que vous vouliez qu’ils/elles veuillent

Passé composé

Conjugaison

Le verbe vouloir

j’ ai voulu tu as voulu il/elle, on a voulu nous avons voulu vous avez voulu ils/elles ont voulu Passé simple

je voulus tu voulus il/elle, on voulut nous voulûmes vous voulûtes ils/elles voulurent

Participe Présent

Passé

voulant

voulu voulue voulus voulues

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

Conjugue le verbe vouloir à la personne, au mode et au temps demandés. indicatif présent, 2e pers. du sing. 



indicatif imparfait, 2e pers. du pl. 



infinitif présent 



indicatif futur simple, 1re pers. du sing.  participe présent 





indicatif conditionnel présent, 1re pers. du pl.  indicatif passé composé, 3e pers. du sing.  subjonctif présent, 3e pers. du sing. 

 



Semaine 32 – Ma vie et moi

275


Intention de lecture

Lecture-éclair Lecture

Je lis ce texte pour connaître des moyens responsables de naviguer dans Internet.

Connaissances liées au texte

Stratégie de lecture Je formule des hypothèses sur le contenu du texte en utilisant mes connaissances personnelles sur le sujet.

Avant ta lecture, consulte la rubrique La mise en pages à la page 278.

Peut-on tout faire avec Internet ? 1 Internet, ça a changé quoi dans la vie des gens ? En 10 ans, Internet a révolutionné la communication entre les gens, comme autrefois l’imprimerie ou le téléphone. C’est simple : aujourd’hui, on peut jouer, discuter ou échanger des musiques, des photos, des films avec le reste de la planète sans avoir à bouger de sa chambre. Le monde est à la portée d’un clic, la distance et le temps ne sont plus des obstacles. L’ouverture aux autres que permet Internet n’a aucun équivalent dans l’Histoire. C’est un progrès immense, à condition que la vie ne se résume pas à ça ! […]

3 Ce qui est sur le Net

est-il à tout le monde ?

Si on est dégourdi ou dégourdie, Internet permet de se procurer des tas d’œuvres (films, musiques, photos) sans les payer. Mais ça ne veut pas dire qu’elles sont gratuites.

276

Cyber-résistants Dans les pays où la liberté d’opinion n’existe pas, Internet est un outil de résistance.

Semaine 33 – Ma vie et moi

© Éditions Grand Duc

Sur un site ou un blogue, chacun a tendance à écrire ce qui lui passe par la tête ou à régler ses comptes. Cela peut poser des problèmes. En effet, [dans notre pays], la liberté d’expression est garantie, mais ça ne veut pas dire qu’on a le droit de tout écrire. La loi interdit d’injurier, d’inciter à la haine ou de donner une information privée sur une personne sans son accord. Chacun est donc responsable de ce qu’il met en ligne (texte, photo, vidéo). Ainsi, un [élève] qui tiendrait sur son blogue des propos insultants sur un professeur s’exposerait à des poursuites en justice. Que l’article soit publié sur Internet ou sur papier ne change rien.

Merci de ne pas photocopier

2 Puis-je écrire et montrer ce que je veux sur Internet ?


La nuance ? Leur accès n’est pas toujours autorisé par l’auteur. Télécharger une œuvre sans autorisation est encore assimilé à un vol, car l’auteur ne sera pas payé pour son travail. Évidemment, ce sera difficile de revenir en arrière en empêchant les téléchargements. On recherche donc des solutions alternatives, comme le paiement d’un forfait pour chaque utilisateur qui autorise ensuite à télécharger tout ce qu’on veut, ou encore le financement des artistes par la publicité.

4 Ce que je lis sur le Net est-il exact ? « C’est écrit, donc c’est vrai ! » Sur Internet, cette phrase ne veut rien dire, car n’importe qui peut publier n’importe quoi. Aussi, face à une info en ligne, il faut commencer par douter et en chercher l’origine. Exemple : lire qu’une star est enceinte sur son site perso = info sûre. Sur un site de fans : prudence. Sur un forum où chacun se lâche ? Mieux vaut oublier l’info ! […]

5 Peut-on devenir riche grâce à Internet ?

Merci de ne pas photocopier

Certains ont su en profiter, car le e-business (« e » comme electronic) génère des sommes immenses. Sur Internet, une bonne idée peut vite devenir rentable. Un exemple : le moteur de recherche Google. Quand deux étudiants américains l’ont créé, en 1998, ce n’était qu’une petite entreprise et ses bureaux tenaient dans un garage. Dix ans plus tard, Google vaut 210 milliards de dollars en bourse et ses bénéfices augmentent de presque 50 % par an, grâce à la pub. Mais attention : toutes les e-entreprises n’ont pas ce succès. En 2000, on ne comptait plus les sociétés qui avaient fait fortune sur Internet. Deux ans plus tard, la plupart avaient fermé, victimes d’une crise financière. Cet épisode, que l’on a appelé la bulle Internet, a rendu les investisseurs très méfiants.

© Éditions Grand Duc

ABC

Cyrielle BERT, « Peut-on tout faire avec Internet ? », Okapi, Bayard Jeunesse, 1er mai 2008, p. 20-21.

nuance : Différence légère entre des choses, des idées de même nature. génère (générer) : Avoir pour conséquence, produire. rentable : Qui rapporte de l’argent, donne des bénéfices intéressants. Semaine 33 – Ma vie et moi

277


Je comprends ce que je lis

Lecture

Connaissances liées au texte La mise en pages Les textes courants peuvent être présentés sous une forme particulière. Les paragraphes sont parfois disposés de façon originale, la typographie (italique, caractères gras, grosseur des lettres) peut varier pour mettre en relief des mots ou des idées, et les éléments explicatifs (illustrations, encadrés, diagrammes, tableaux et légendes) apportent aussi des informations supplémentaires.

a) Dans le texte que tu as lu, surligne une phrase dont la typographie est différente de celle des autres termes et indique son utilité.

b) Surligne le titre d’un graphique : indique son utilité.

Réseaux sociaux et compagnie Depuis quelques années, il n’y a pas que les artistes du monde de la musique qui sont victimes de piratage. En effet, les producteurs et productrices de cinéma et les auteurs et auteures de livres en sont aussi la cible. Le Canada est malheureusement connu comme la capitale mondiale du piratage de films. Des individus mal intentionnés se rendent à des avant-premières et, à l’aide de caméras, captent un film en entier. Ils n’ont ensuite qu’à le publier sur le Net et le tour est joué !

© Éditions Grand Duc

Il en est de même pour les livres. Avec l’arrivée des liseuses et du livre électronique, les auteurs et auteures doivent avoir froid dans le dos ! Il suffit que quelqu’un décide de numériser le roman page par page pour que ce dernier soit accessible gratuitement à l’ensemble de la population.

Merci de ne pas photocopier

Le piratage

278

Semaine 33 – Ma vie et moi


Le verbe pouvoir est un verbe irrégulier. Il présente plus de trois radicaux différents. Attention ! À l’indicatif futur simple et conditionnel présent, le radical étant pour-, le verbe s’écrit avec deux r.

Indicatif Présent

Imparfait

je peux tu peux il/elle, on peut nous pouvons vous pouvez ils/elles peuvent

Passé composé

je pouvais tu pouvais il/elle, on pouvait nous pouvions vous pouviez ils/elles pouvaient

Conditionnel présent

Futur simple

je pourrais tu pourrais il/elle, on pourrait nous pourrions vous pourriez ils/elles pourraient

Conjugaison

Le verbe pouvoir

j’ ai pu tu as pu il/elle, on a pu nous avons pu vous avez pu ils/elles ont pu Passé simple

je pourrai tu pourras il/elle, on pourra nous pourrons vous pourrez ils/elles pourront

Impératif

Subjonctif

Infinitif

Présent

pouvoir

que je puisse que tu puisses qu’il/elle, on puisse que nous puissions que vous puissiez qu’ils/elles puissent

je pus tu pus il/elle, on put nous pûmes vous pûtes ils/elles purent

Participe Présent

Passé

pouvant

pu

1. Dans les phrases suivantes :

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

a) indique la personne et le nombre du sujet en caractères gras ; b) conjugue le verbe pouvoir au mode et au temps demandés selon la personne et le nombre du sujet.

1) Nous ( ind. cond. présent ) 2) Les gens ( ind. présent )

clavarder sur Internet ce soir. échanger des fichiers en suivant

quelques règles de sécurité.

Semaine 33 – Ma vie et moi

279


Conjugaison

3) Les parents ( ind. futur simple )

mieux surveiller ce que font leurs enfants sur l’ordinateur si ce dernier est dans la cuisine.

4) Raphaël doute que je ( subj. présent )

télécharger

de la musique légalement sur ce site. 5) Est-ce que Béatrice ( ind. passé composé )

écouter

sa chanson en ligne sans la télécharger ?

2. Compose des phrases contenant le verbe pouvoir conjugué à la personne, au mode et au temps demandés. a) indicatif futur simple, 2e pers. du pl.

b) indicatif cond. présent, 1re pers. du sing.

© Éditions Grand Duc

d) indicatif passé composé, 3e pers. du pl.

Merci de ne pas photocopier

c) subjonctif présent, 2e pers. du sing.

280

Semaine 33 – Ma vie et moi


Je révise Réponds aux questions en cochant la ou les bonnes réponses. 1. Dans quelle phrase le mot pouce est-il utilisé au sens figuré ?

  Tu pourrais arrêter de te tourner les pouces et venir nous aider.   Geoffroy a sucé son pouce jusqu’à ses deux ans. 2. Vrai ou faux ? Le verbe partir se conjugue sur le modèle du verbe finir.

 vrai  

 faux

3. Qui suis-je ?

Je suis un mot-valise désignant un aliment qui procure des effets semblables à ceux d’un médicament.  alimentmédicament  

 aliment-médicament  

 alicament

4. Choisis le groupe du nom qui complète correctement chaque phrase selon le contexte. a) As-tu bien lu     la mode ?

  le mode d’emploi avant d’utiliser ton nouvel appareil ? b) Éliane ne choisit pas ses vêtements en fonction     de la mode.

  du mode.

Merci de ne pas photocopier

5. Vrai ou faux ? Il existe des phrases ne contenant aucun verbe conjugué.

 vrai 

 faux

6. Vrai ou faux ? Le verbe pouvoir ne se conjugue pas à l’impératif présent.

 vrai

 faux

© Éditions Grand Duc

7. Coche la ou les cases où une virgule est requise dans la phrase suivante.

Hier soir j’ai joué et Inama. Rothfal

en ligne

avec ces trois joueurs : Eldimon

8. Vrai ou faux ? Ceci est une phrase :  Voilà !  

 vrai  

Semaine 33 – Ma vie et moi

 faux

281


Tâche finale Prendre la bonne décision Rédige deux versions d’une histoire dans laquelle le personnage principal est victime d’une situation désagréable à l’école. Dans la première version, le personnage devra prendre une bonne décision concernant la façon de régler le problème et, dans la deuxième version, il devra prendre une mauvaise décision. • Détermine la situation problématique à laquelle ton personnage devra faire face. • Fais le plan de ton récit en utilisant ce schéma : Bonne décision

Conséquence positive

Mauvaise décision

Conséquence négative

Mise en situation

• Rédige chacun des paragraphes des deux versions de l’histoire. • Agrémente ton récit d’images signifiantes.

J’organise mes idées Fais le plan des deux versions de ton récit à l’aide du tableau ci-dessous. PLAN DE MON TEXTE Qui ?

Quand ? Élément déclencheur Problème du personnage principal

282

Péripéties

Bonne décision :

Mauvaise décision :

Dénouement Effet sur le personnage et sur les autres

Conséquence positive :

Conséquence négative :

Semaine 33 – Ma vie et moi

Merci de ne pas photocopier

Quoi ?

© Éditions Grand Duc

Situation initiale


Je rédige et je révise a) Rédige ton texte en respectant les choix que tu as faits précédemment. b) Une fois ta rédaction terminée, sers-toi du tableau ci-dessous pour t’assurer que ton texte comporte toutes les caractéristiques demandées. Au besoin, apporte les modifications nécessaires.

CARACTÉRISTIQUES DE MON TEXTE Mon texte raconte deux versions d’une histoire dans laquelle le personnage principal est victime d’une situation désagréable à l’école. Mon texte présente une bonne décision et une conséquence positive. Mon texte présente une mauvaise décision et une conséquence négative. Mon texte est écrit à la 2e ou à la 3e personne du singulier.

Je corrige Corrige ton texte à l’aide des étapes d’autocorrection présentées dans le tableau. Après avoir réalisé une étape, coche-la, puis passe à la suivante. ÉTAPES D’AUTOCORRECTION

J’ai construit des phrases complexes avec les constituants obligatoires. J’ai enrichi plusieurs phrases à l’aide de compléments de phrase. J’ai utilisé correctement la virgule, le deux-points et les guillemets.

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

J’ai accordé correctement les adjectifs attributs du sujet. J’ai respecté la construction des verbes ayant pour modèle mettre ou la construction des verbes vouloir et pouvoir.

Je mets mon texte au propre a) Mets au propre ton texte qui raconte deux versions d’une histoire dans laquelle le personnage principal est victime d’une situation désagréable. b) Présente ton texte de manière soignée. c) Trouve un titre accrocheur à ton histoire.

Semaine 33 – Ma vie et moi

283


Je fais le point LEXIQUE ET ORTHOGRAPHE D’USAGE 1. a) Quel est le suffixe commun aux mots dérivés de chaque groupe ? b) À quelle classe de mots les mots formés par ces suffixes appartiennent-ils ?

Groupe de mots

Suffixe

Classe

1) acclamation, augmentation, exclamation

2) brusquement, immédiatement, agréablement

3) hurlement, règlement, traitement

4) chauffage, équipage, plumage

5) naturel, fonctionnel, professionnel

2. a) Complète chaque locution à l’aide du mot qui convient. b) Relie chaque locution à son sens.

haleine

1) Être trempé jusqu’aux

.

os

poings

A Être

épuisé.

.

B Être

complètement mouillé, glacé.

dans les talons.

C Tenir

quelqu’un en état d’attente.

D Avoir

très faim.

E Dormir

2) Être à bout de 3) Avoir l’

nerfs

4) Dormir à 5) Tenir quelqu’un en

fermés. .

très profondément.

3. Indique ( ) la nature de la relation qui unit les mots ci-dessous. Des antonymes

Des synonymes

a) frais, froid, glacial

c) bec, plumage, pattes, ailes, queue d) calme, agité

284

Un ordre d’intensité

© Éditions Grand Duc

b) calme, paisible

Nom de parties d’un tout

Merci de ne pas photocopier

estomac

Semaines 34-35 – Je fais le point


4. Ajoute des traits d’union là où il en faut.

Souviens-toi…

a) Êtes vous certains que nous sommes sur la bonne route ?

On met un trait d’union :

b) Comment pourrait on le savoir ?

quand ils sont inversés ;

• entre le verbe et le pronom on

c) Andréa nous avait pourtant bien dit que nous devions rouler encore cent soixante et onze kilomètres, pas cent trente deux. d) Prenons la carte et cherchons la, cette route !

• entre le verbe et le pronom sujet

ou ce ;

• entre le verbe à l’impératif

et le pronom complément ;

• traditionnellement, entre les

mots qui forment des nombres inférieurs à cent et, selon la nouvelle orthographe, entre tous les mots qui forment des nombres.

5. Complète les mots en écrivant : a) n

ou m

1) blo d

b) c ,

ç

2) tro per

4) renco

2) soup on

3) ambulan

e 4) adre e

3) bla e

4) pla e

gu ou ge

1) ven ance 2) lon eur

Merci de ne pas photocopier

6. Vrai ou faux ?

© Éditions Grand Duc

tre

, s ou ss

1) a pect

c) g ,

3) co bat

Vrai

Faux

a) Pour varier le choix des mots dans un texte, un dictionnaire des synonymes peut s’avérer fort utile. b) Les mots formés par composition sont créés à l’aide du début d’un mot et de la fin d’un autre. c) On peut utiliser le sens figuré d’un mot pour créer une image dans la tête du lecteur ou de la lectrice. d) Le son [ail] s’écrit -aille à la fin des noms masculins et -ail à la fin des noms féminins. e) Tous les adjectifs conservent le même sens, qu’ils soient placés avant ou après le nom qu’ils précisent.

Semaines 34-35 – Je fais le point

285


Souviens-toi…

CONJUGAISON

• Le verbe au mode infinitif

1. Souligne les verbes à l’infinitif dans le texte suivant.

Pagayer dans un site enchanteur parmi des milliers d’oiseaux aquatiques est formidable. Tournant la tête, tu aperçois des phoques se prélasser au soleil sur les rivages. Tu essaies de rester attentif à ce que le guide raconte. Il tente de te convaincre de goûter aux algues. Voilà ce qu’on peut vivre au cours d’une excursion en kayak sur le fleuve.

n’est pas conjugué.

• Les terminaisons des verbes

à l’infinitif sont -er, -ir, -re et -oir.

• Lorsque deux verbes se

suivent, le second est généralement à l’infinitif.

• Lorsqu’un verbe suit une

préposition, ce verbe est généralement à l’infinitif.

2. Donne l’infinitif des verbes conjugués en caractères gras dans les phrases ci-dessous.

Infinitif

a) Elle saura bientôt la destination de ses vacances. b) À l’aéroport, ils purent se rassasier pendant leur escale. c) Je viens tout juste de terminer mes bagages. d) Nous mettrions un maillot de bain de plus dans nos bagages à ta place.

3. Entoure le verbe entre parenthèses qui est correctement orthographié.

Il n’est pas interdit d’(entré, entrer) dans un parc national. On a (créé, créer) les parcs nationaux pour (protégé, protéger) ces territoires, mais aussi dans le but de (donné, donner) l’occasion à la population d’(accédé, accéder) à la richesse et à la diversité de notre nature. Tous les parcs nationaux proposent des activités permettant aux visiteurs d’(exploré, explorer) des milieux naturels et de mieux connaître les animaux qui y vivent.

286

Semaines 34-35 – Je fais le point

© Éditions Grand Duc

f) Tu partais de Paris en train pour te rendre dans le nord du pays.

Merci de ne pas photocopier

e) C’est en voulant me connecter au réseau wifi que j’ai réalisé que j’avais oublié ma clé USB.


4. Observe les terminaisons des verbes en caractères gras dans les phrases ci-dessous, puis inscris le chiffre qui correspond au mode et au temps de conjugaison de chacun d’eux. 1

  indicatif présent

6

  indicatif passé simple

2

  indicatif imparfait

7

  subjonctif présent

3

  indicatif futur simple

8

  impératif présent

4

  indicatif passé composé

9

  participe passé

5

  indicatif conditionnel présent

10   participe

présent

Enfin les vacances ! Les bagages empilés jusqu’au plafond de la camionnette, nous partons enfin en vacances. On traîne tellement de choses que papa ne pourra même pas voir par la vitre arrière. D’ailleurs, nous avons eu bien de la difficulté à faire entrer tous nos bagages dans le véhicule. « J’aimerais que vous vérifiiez que vous avez pensé à tout »,

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

nous a dit papa. Faisant mine de ne pas avoir entendu, je n’ai pas répondu. Notre première semaine, nous allions la passer chez tante Éléna. « Viens plus près que je puisse te faire un gros bisou », insistera-t-elle encore. La dernière fois, j’ai fait semblant de ne pas l’entendre. Elle dut penser que j’étais devenu sourd.

Semaines 34-35 – Je fais le point

287


5. Conjugue les verbes à la personne, au mode et au temps demandés. Écris tes réponses dans la grille. Horizontalement

Verticalement

1 manger, ind. présent, nous

8 vouloir, ind. conditionnel présent, on

2 mettre, ind. présent, je

9 voir, ind. futur simple, je

3 aller, subj. présent, elles

10 avoir, imp. présent, (tu)

4 devoir, ind. imparfait, tu

11 dire, ind. présent, vous

5 venir, ind. futur simple, nous

12 savoir, ind. présent, je

6 rendre, 7 finir,

subj. présent, il

13 faire, ind. conditionnel présent, ils

subj. présent, tu

14 aimer, ind. passé simple, elles 15 tenir,

ind. conditionnel présent, vous

16 ouvrir, ind. présent, ils

14

16

1 13 12 2 15 10 8

3

4

Merci de ne pas photocopier

9 5 11 6

© Éditions Grand Duc

7

288

Semaines 34-35 – Je fais le point


ACCORDS

Souviens-toi… • Un mot invariable est

1. Souligne les mots invariables dans les phrases ci-dessous. Justifie tes réponses en récrivant les phrases au singulier.

un mot qui s’écrit toujours de la même façon.

• Il n’a ni nombre ni genre.

a) Mes parents rangent soigneusement mes maillots dans des bacs.

b) Aimeriez-vous que nous vous prêtions des maillots afin que vous puissiez vous baigner avec nous ?

2. Dans les phrases suivantes, souligne l’antécédent des pronoms en caractères gras. a) Damien regrette sa mauvaise blague. Il doit à tout prix trouver quelque chose pour retenir son ami. b) Deux garçons sirotent une boisson devant le magasin général en observant les passants. Ils inventent des histoires sur tous les gens qui déambulent devant eux. c) Parce qu’ils ne veulent pas être repérés par les riverains, Antoine et Damien s’aventurent plus au large à bord de leur canot. 3. Vrai ou faux ?

Vrai

Faux

Merci de ne pas photocopier

a) Le pronom peut être composé de plusieurs mots. b) Devant un nom féminin commençant par une voyelle ou un h muet, les déterminants ma, ta et sa deviennent mon, ton et son. c) Devant un nom masculin commençant par une voyelle ou un h muet, le déterminant cet devient cette.

© Éditions Grand Duc

4. Complète la phrase.

L’adjectif qui complète plusieurs noms de même genre se met au et reçoit le genre des noms qu’il complète.

Semaines 34-35 – Je fais le point

289


5. a) Relie les adjectifs et les participes passés en caractères gras au mot duquel ils reçoivent leur accord. Précise le genre et le nombre de ce mot. b) Accorde correctement chaque adjectif ou participe passé. 1) La première semaine de juillet est particulièrement froid 2) Les arbres ont des couleurs ardent 3) Coiffé

de leurs feuilles coloré

cette année.

en automne. , les arbres semblent lumineu

.

Souviens-toi… • Placé après un verbe attributif, l’adjectif a la fonction d’attribut

du sujet.

• L’adjectif attribut du sujet reçoit le genre et le nombre du sujet. • Le participe passé employé sans auxiliaire reçoit le genre

et le nombre du nom qu’il complète.

• Employé avec l’auxiliaire être, le participe passé reçoit le genre

et le nombre du sujet.

6. a) Entoure le sujet dans chaque phrase, puis donne sa personne et son nombre.

1) C’est de toute beauté quand tu (arriver)

son nom aux Européens.

3) Les touristes (prendre)

le traversier pour se rendre sur l’île.

4) L’ombre des montagnes (assombrir) 5) Est-ce que vous (garder)

le lac. de bons souvenirs

de votre excursion ?

290

Semaines 34-35 – Je fais le point

© Éditions Grand Duc

2) L’île (devoir)

au sommet !

Merci de ne pas photocopier

b) Conjugue les verbes entre parenthèses à l’indicatif présent en les accordant avec le sujet.


SYNTAXE ET PONCTUATION

Impératif

Interrogatif

Déclaratif

Négative

Positive

1. Indique ( ) la forme et le type de chaque phrase.

a) Il ne faut pas confondre l’escalade et le canyonisme. b) Connais-tu le mets préféré des baleines ? c) Ne regarde surtout jamais en bas. d) Le fjord du Saguenay mène au lac Saint-Jean. 2. Transforme les phrases interrogatives suivantes en phrases interrogatives dont la réponse sera plus détaillée que oui ou non. a) As-tu apprécié ton séjour au Saguenay ?

b) Conseillerais-tu à tes amis de se rendre dans cette région ?

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

c) Est-ce que tu nous raconterais quelques anecdotes ?

3. Relie chaque fonction à la caractéristique appropriée. Fonction

Caractéristique

a) Complément du nom

Contient toujours un verbe conjugué. 1)

b) Sujet

2) Fait partie du groupe du nom.

c) Complément de phrase

3) Indique de qui ou de quoi l’on parle

d) Prédicat

dans la phrase. 4) Constituant de la phrase dont la

présence n’est pas obligatoire. Semaines 34-35 – Je fais le point

291


4. a) Souligne le mot ou le groupe de mots qui occupe la fonction de sujet dans les phrases. b) Pour justifier tes réponses, récris les phrases en encadrant le sujet par C’est… qui ou Ce sont… qui. 1) Les ondulations du monstre marin forment des remous.

2) Sans avertissement, son dos énorme frôle les deux garçons.

3) Les pieds de Damien heurtent une surface caoutchouteuse.

5. a) Dans les phrases, souligne le mot ou le groupe de mots qui occupe la fonction de complément de phrase. b) Pour justifier tes réponses, utilise les manipulations indiquées. 1) Heureusement, Damien s’en sort indemne.

 Effacement   Déplacement  2) Il remonte en faisant des mouvements de grenouille tout en tenant fermement

son ami.  Dédoublement  (et il le fait)

Merci de ne pas photocopier

 Effacement  6. Dans les groupes du nom ci-dessous : a) biffe les compléments du nom ; b) entoure le noyau. 1) des mouvements de grenouille

marin

2) les pieds de Damien 3) une surface en caoutchouc 4) son dos énorme

292

5) les ondulations de ce monstre 6) le mets préféré de la baleine

à bosse

Semaines 34-35 – Je fais le point

© Éditions Grand Duc


5e année du primaire Cahier de base

Charivari Une collection complète

La collection Clicmots arrive dans un nouveau format : le cahier de base. Le cahier de base en deux volumes • Par semaine : un texte, des connaissances concernant la structure des textes, la grammaire, l’orthographe et la conjugaison ; • GRATUIT : un carnet permettant l’enseignement explicite des stratégies de lecture.

En numérique Pour le TNI Version interactive du cahier à projeter sur le TNI.

Le guide d’enseignement personnalisé : un concept exclusif pour la différenciation • Un carnet d’étude regroupant les encadrés théoriques des cahiers et des astuces pour les parents afin d’accompagner leur enfant dans leurs apprentissages. • Des textes offerts en version modifiée et des activités d’enrichissement. • Des exercices supplémentaires pour l’apprentissage de la grammaire. • Tout pour l’évaluation des élèves : des retours hebdomadaires sur les apprentissages et huit situations d’évaluation en lecture, grammaire, écriture et communication orale. • Des dictées pour s’approprier l’orthographe des mots de la liste à orthographier du MELS.

Capsules interactives de grammaire, incluant théorie et exercices.

La classe numérique Projetez des animations qui présentent les connaissances essentielles en français. Réalisez des exercices en ligne pour consolider les apprentissages des élèves.

www.grandducenligne.com www.grandduc.com

CODE PRODUIT 4418 ISBN 978-2-7655-2562-2

6

20728 44180

2

Réponse aux charivari ( utilise un miroir ) E U Q I TO B O R : U T R Q O O I E B RUETANIDRO : UTRRONIEDA EUQITAMROFNI : UTQRONMIIFEA T E N R E T N I : T TR N N I E E

Feuilleteur charivari5b  
Feuilleteur charivari5b