__MAIN_TEXT__

Page 1

3852_ECR2_Cahier:Layout 1

3/31/09

3:41 PM

Page 1

2e cycle du secondaire

2e année

Cahier d’apprentissage

BEAULIEU

ÉTHIQUE ET CULTURE RELIGIEUSE

2E CYCLE DU SECONDAIRE

2E ANNÉE

Marie-France Beaulieu

Conçu pour aider les élèves à progresser de façon autonome, ce cahier leur permettra, à l’aide d’une série d’activités variées, de développer des compétences en éthique et culture religieuse tout en s’exerçant à la pratique du dialogue et aux moyens d’élaborer des points de vue.

Porter les équipements protecteurs obligatoires.

SÛRET

CODE PRODUIT 3852 ISBN 978-2-7655-0346-0

S ER

V I CE

BEC UÉ

U ÉD Q

P

1 800 567-7902

ÉTHIQUE ET CULTURE RELIGIEUSE 2e cycle du secondaire 2e année

Le cahier d’apprentissage Tête-à-tête pour la 2e année du 2e cycle du secondaire facilite la mise en œuvre du nouveau programme Éthique et culture religieuse.

Cahier d’apprentissage

Avec la collaboration de Carole Mills

O LI C E IC I N TÉGR I TÉ JU S T

À bicyclette, moi, je ne roule pas à sens inverse.

E

www.grandduc.com Éditions Grand Duc Groupe Éducalivres inc. 955, rue Bergar, Laval (Québec) H7L 4Z6 Téléphone : 514 334-8466 ■ Télécopie : 514 334-8387 InfoService : 1 800 567-3671

Éditions Grand Duc


067525_Tete-a-tete_Lim_Q7.qxd:Layout 1

ÉTHIQUE ET CULTURE RELIGIEUSE

8/9/12

10:19 AM

Page I

2e cycle du secondaire

2e année

Cahier d’apprentissage

Marie-France Beaulieu avec la collaboration de Carole Mills

Éditions Grand Duc Groupe Éducalivres inc. 955, rue Bergar, Laval (Québec) H7L 4Z6 Téléphone : 514 334-8466 ■ Télécopie : 514 334-8387 InfoService : 1 800 567-3671


067525_Tete-a-tete_Lim_Q7.qxd:Layout 1

8/9/12

10:14 AM

Page II

REMERCIEMENTS Pour leurs judicieux commentaires, remarques et suggestions à l’une ou l’autre des étapes du projet, l’Éditeur tient à remercier les personnes suivantes : M. Stéphane Arteau, Collège Durocher, Saint-Lambert ; Mme Françoise Beaugrand, École Polyvalente St-Jérome, Commission scolaire de la Rivière-du-Nord ; M. Claude Benoit, Polyvalente Deux-Montagnes, Commission scolaire de la Seigneurie-des-Mille-Îles ; Mme Dominique Chabot, École secondaire Louis-Jobin, Commission scolaire de Portneuf ; Mme Line Dubé, Collège Marie-Clarac, Montréal ; Mme Émilie Lambert, École secondaire Gérard-Filion, Commission scolaire Marie-Victorin ; Mme Mélanie Lespérance, École secondaire Jeanne-Mance, Commission scolaire de Montréal ; Mme Marie-Denise Marier, École secondaire Frenette, Commission scolaire de la Rivière-du-Nord. Pour son travail de vérification, l’Éditeur témoigne sa gratitude à : Mme Carole Mills.

© 2009, Éditions Grand Duc, une division du Groupe Éducalivres inc. 955, rue Bergar, Laval (Québec) H7L 4Z6 Téléphone : 514 334-8466 ■ Télécopie : 514 334-8387 www.grandduc.com Tous droits réservés. ILLUSTRATION S: Volta Création, KOREM Nous reconnaissons l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds du livre du Canada (FLC) pour nos activités d’édition. Gouvernement du Québec – Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres – Gestion SODEC Il est illégal de reproduire cet ouvrage, en tout ou en partie, sous quelque forme ou par quelque procédé que ce soit, électronique, mécanique, photographique, sonore, magnétique ou autre, sans avoir obtenu, au préalable, l’autorisation écrite de l’Éditeur. Le respect de cette recommandation encouragera les auteurs et auteures à poursuivre leur œuvre.

CODE PRODUIT 3852 ISBN 978-2-7655-0346-0 Dépôt légal Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2009 Bibliothèque et Archives Canada, 2009

Imprimé au Canada 3 4 5 6 7 8 9 0 L 8 7 6 5 4 3 2


067525_Tete-a-tete_Lim_Q7.qxd:Layout 1

8/9/12

10:14 AM

Page III

Table des matières S TRUCTURE DU CAHIER D ’ APPRENTISSAGE ............................................................. VII A CTIVITÉ D ’ INTRODUCTION ........................................................................................... VIII 1

2

LA TOLÉRANCE ............................................................................................................

2

Des visages de la tolérance ............................................................................................ Définir… la tolérance ................................................................................................... Les dérives meurtrières du racisme .......................................................................... Le nazisme ou le racisme à son apogée ................................................................. La Shoah : le génocide des Juifs ................................................................................ Un poème devenu le symbole du combat contre l’indifférence ..................... Pour agir contre l’intolérance : une organisation, une charte, une loi ............ Pour agir et développer la tolérance au Québec ............................................... L’intolérance et NOUS ! ................................................................................................ Les défis qu’engendre la diversité multiculturelle pour la société québécoise .......................................................................................... La culture et l’identité québécoise ............................................................................ Le processus d’intégration ........................................................................................... Des repères concrets pour la survie de la culture et de l’identité québécoise .......................................................................................... Relever le défi de vivre ensemble ............................................................................. Activité-synthèse ................................................................................................................ Je réinvestis mes connaissances et mets en œuvre mes compétences ........... S’ouvrir au dialogue .........................................................................................................

3 4 6 6 9 12 14 16 16 19 21 23 25 26 28 29 30

L’AVENIR DE L’HUMANITÉ ....................................................................................... 32 Définir… les défis à relever pour assurer l’avenir de l’humanité .......... Des façons d’entrevoir l’avenir de l’humanité ................................................... Des représentations imaginaires ................................................................................ La vision de spécialistes : Hubert Reeves et le fossé entre les riches et les pauvres .................................................................................... La vision de spécialistes : Pierre Dansereau et le confort dans l’indifférence .... La vision de spécialistes : Michel Jurdant et les sociétés productivistes ......... L’avenir de l’humanité et NOUS ! ............................................................................. Des questions sociales et humanitaires ................................................................. Les Sommets de la Terre .............................................................................................. Le protocole de Kyoto .................................................................................................... La responsabilité d’agir : l’aide humanitaire .........................................................

34 36 36 37 43 47 52 53 53 55 56


067525_Tete-a-tete_Lim_Q7.qxd:Layout 1

8/9/12

10:15 AM

Page IV

Activité-synthèse ............................................................................................................... 58 Je réinvestis mes connaissances et mets en œuvre mes compétences ....... 59 S’ouvrir au dialogue ....................................................................................................... 60 3

LA JUSTICE ................................................................................................................... 62 Les symboles de la justice ........................................................................................... Définir… la justice et ses principes ....................................................................... Des façons de concevoir la justice ............................................................................ Un exemple de justice sociale : l’équité en emploi ............................................ L’universalité des soins de santé ............................................................................... La Charte québécoise des droits et libertés de la personne ............................ Corriger les injustices. Est-ce suffisant ? ................................................................ La justice et NOUS ! ....................................................................................................... Des questions de justice ................................................................................................ La Déclaration universelle des droits de l’homme ............................................... Les droits de l’homme comme justice universelle ? ........................................... Les défis de la justice canadienne ............................................................................ Les nouveaux défis des mouvements de défense des droits humains ......... Activité-synthèse ............................................................................................................... Je réinvestis mes connaissances et mets en œuvre mes compétences ........... S’ouvrir au dialogue .......................................................................................................

4

L’AMBIVALENCE DE L’ÊTRE HUMAIN ...................................................................... 88 Définir… l’ambivalence ............................................................................................... Des expressions de l’ambivalence ............................................................................ Des réflexions sur l’ambivalence ............................................................................... Le dopage sportif ............................................................................................................ L’ambivalence et NOUS ! .............................................................................................. Des cas de conscience ................................................................................................... Des ambiguïtés de l’agir humain .............................................................................. Des grandeurs et des côtés sombres de l’être humain ...................................... Un pays défenseur des droits de l’homme qui les enfreint selon ses intérêts ............................................................................................................ Le devoir de penser ........................................................................................................ La soumission à l’autorité ............................................................................................ L’ambivalence des sentiments .................................................................................... Activité-synthèse ............................................................................................................... Je réinvestis mes connaissances et mets en œuvre mes compétences ........... S’ouvrir au dialogue .......................................................................................................

IV

63 64 66 67 68 70 71 73 76 76 80 81 83 85 85 86

TABLE DES MATIÈRES

90 91 91 93 96 98 100 100 101 103 104 108 110 111 112

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc


067525_Tete-a-tete_Lim_Q7.qxd:Layout 1

5

8/9/12

10:15 AM

Page V

LES RELIGIONS AU FIL DU TEMPS ......................................................................... 114 Définir… l’expression du religieux ........................................................................ La diversité des religions ............................................................................................. Les religions dans le monde ........................................................................................ Testons nos connaissances ............................................................................................ La famille des religions orientales ........................................................................... L’hindouisme ..................................................................................................................... Le bouddhisme ................................................................................................................. La famille abrahamique ................................................................................................ Le judaïsme ....................................................................................................................... Le christianisme ............................................................................................................... L’islam ................................................................................................................................ Le christianisme et ses courants ................................................................................ Les conciles importants ................................................................................................. Les schismes ..................................................................................................................... La famille animiste .......................................................................................................... Activité-synthèse ............................................................................................................... Je réinvestis mes connaissances et mets en œuvre mes compétences ........... S’ouvrir au dialogue .......................................................................................................

6

116 118 118 119 121 121 123 125 127 129 132 136 136 138 140 142 143 144

DES QUESTIONS EXISTENTIELLES ........................................................................... 146 Définir… les questions existentielles .................................................................... L’existence du divin ......................................................................................................... Des témoignages sur l’existence du divin .............................................................. Le sens de la vie et de la mort .................................................................................. Les origines de l’être humain ..................................................................................... Les pistes de réponses des traditions religieuses ................................................ Des réflexions sur le sens de la vie .......................................................................... Les questions existentielles et NOUS ! .................................................................... Les pistes de réponse des traditions religieuses .................................................. Des origines de la mort ................................................................................................. Pourquoi vivre si c’est pour mourir ? ....................................................................... Les pistes de réponse des traditions religieuses .................................................. Activité-synthèse ............................................................................................................... Je réinvestis mes connaissances et mets en œuvre mes compétences ........... S’ouvrir au dialogue .......................................................................................................

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

148 150 153 156 156 159 160 162 163 164 165 166 168 168 169

TABLE DES MATIÈRES

V


067525_Tete-a-tete_Lim_Q7.qxd:Layout 1

7

8/9/12

10:15 AM

Page VI

L’EXPÉRIENCE RELIGIEUSE ....................................................................................... 170 Définir… l’expérience religieuse ............................................................................ La nature de l’expérience religieuse ...................................................................... L’expérience religieuse au quotidien ........................................................................ La prière rituelle .............................................................................................................. Prier en communauté ..................................................................................................... Des modes de transmission : l’expérience religieuse et l’art .......................... L’expérience religieuse exceptionnelle ..................................................................... Le pèlerinage .................................................................................................................... L’expérience religieuse et NOUS ! ............................................................................. Les effets de l’expérience religieuse ...................................................................... Sur la personne ................................................................................................................ Sur la communauté ........................................................................................................ Sur des modes de vie .................................................................................................... Activité-synthèse ............................................................................................................... Je réinvestis mes connaissances et mets en œuvre mes compétences ........... S’ouvrir au dialogue .......................................................................................................

8

LE DIALOGUE ET SES OUTILS .................................................................................. 196 Des formes du dialogue et des conditions favorables .................................... FICHE 1 : DES FORMES DU DIALOGUE ..................................................................... FICHE 2 : DES PISTES POUR FAVORISER LE DIALOGUE ...................................... Des moyens pour élaborer un point de vue ........................................................ FICHE 3 : DES MOYENS POUR ÉLABORER UN POINT DE VUE .......................... Des moyens pour interroger un point de vue ..................................................... FICHE 4 : DES TYPES DE RAISONNEMENT .............................................................. FICHE 5 : DES TYPES DE JUGEMENT ......................................................................... FICHE 6 : DES PROCÉDÉS SUSCEPTIBLES D’ENTRAVER LE DIALOGUE ........... Activité-synthèse ...............................................................................................................

R ÉFÉRENCES

VI

172 173 173 175 176 177 179 181 184 185 185 188 190 192 193 194

TABLE DES MATIÈRES

198 198 200 202 202 204 204 207 210 212

ICONOGRAPHIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 214

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc


067525_Tete-a-tete_Lim_Q7.qxd:Layout 1

8/9/12

10:15 AM

Page VII

Structure

du cahier d’apprentissage

Conçu pour vous aider à progresser de façon autonome dans vos apprentissages, ce cahier regroupe sept chapitres et une section sur le dialogue. Les activités qui y sont proposées vous permettront de développer des compétences en éthique et culture religieuse, tout en vous exerçant aux différentes formes du dialogue et aux moyens d’élaborer des points de vue.

Lecture des chapitres Chaque chapitre commence par une courte présentation des thèmes sur lesquels vous aurez à réfléchir ainsi que des compétences disciplinaires ciblées. Vous trouverez aussi une représentation visuelle de ces thèmes accompagnés de questions afin de tester vos connaissances. Des activités diversifiées vous permettront ensuite de réfléchir et d’exploiter les compétences disciplinaires sur chaque thème. À la fin des chapitres, vous trouverez une section consacrée au dialogue où vous pourrez mettre en pratique vos compétences.

Rubriques

À

RETENIR

Vous pourrez prendre connaissance des éléments de contenus impor tants à retenir en vue des situations d’apprentissage et d’évaluation.

Passez à l’action !

Des exemples d’actions possibles vous seront suggérés pour que vous puissiez concrétiser les apprentissages, passer de la théorie à la pratique et comprendre le sens des contenus pour améliorer le vivre-ensemble.

TÊTE-À-TÊTE AVEC…

Pour reprendre le titre de la collection, cette rubrique vous permettra de « rencontrer » différents personnages importants et de connaître leur histoire.

Symboles Le trombone signale une référence aux pages du manuel de l’élève.

La loupe vous indique une activité d’autoévaluation.

Ce symbole indique la référence aux pages de la section sur le dialogue qui pourront vous être utiles pour répondre à cette question.

Ce symbole renvoie à la composante de la compétence disciplinaire ciblée.


067525_Tete-a-tete_Lim_Q7.qxd:Layout 1

8/9/12

10:15 AM

Page VIII

Extrait

Activité d’introduction1 Pour amorcer cette année en éthique et culture religieuse, il importe de faire un petit rappel des notions et concepts spécifiques à cette discipline, que vous utiliserez tout au long de votre réflexion sur les différents thèmes proposés tant sur l’éthique que sur la culture religieuse. 1. À l’aide des mots suivants, complétez les définitions ci-dessous : possibles actions valeurs

réflexion pratique normes

culture religieuse vivre-ensemble

religions univers socioculturels

éthique

guider

L’éthique consiste en une critique sur la signification des conduites ainsi que sur les et les que se donnent les membres d’une société ou d’un groupe pour et réguler leurs . La culture religieuse consiste en une compréhension des principaux éléments constitutifs des , qui repose sur l’exploration des dans lesquels celles-ci s’enracinent et évoluent. À travers la du dialogue, vous serez invité ou invitée à élaborer et à interroger divers points de vue sur des thèmes touchant l’ et la et à envisager des options ou des actions dans l’objectif d’une reconnaissance de l’autre et de la promotion d’un meilleur .

1 Les définitions et les exemples de cette activité sont tirés du programme de formation de l’école québécoise d’éthique et de culture religieuse.


067525_Tete-a-tete_Lim_Q7.qxd:Layout 1

8/9/12

10:15 AM

Page IX

Extrait 2. Complétez le tableau ci-dessous. a) Dans le tableau, associez chacune des notions ou concepts suivants à sa définition. Vision du monde Repère

Valeur

Question éthique

Principe moral

Norme

Expression du religieux

Règle morale Enjeu éthique

LES NOTIONS ET CONCEPTS EN ÉTHIQUE ET CULTURE RELIGIEUSE NOTIONS ET CONCEPTS

DÉFINITION

EXEMPLE (NUMÉRO)

MON EXEMPLE

Valeur ou norme qui est l’objet d’une question éthique.

Caractère attribué à des choses, à des attitudes ou à des comportements qui sont plus ou moins estimés ou désirés par des personnes ou par des groupes de personnes.

Exigence morale qui balise un comportement. Les principes moraux et les règles morales sont des normes.

Norme morale qui précise comment un principe moral devrait s’appliquer dans une situation donnée ou comment une valeur devrait s’actualiser dans une telle situation.

Norme qui définit ce qu’il est nécessaire de faire ou de ne pas faire pour atteindre ce qui est tenu pour le bien.

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

ACTIVITÉ D’INTRODUCTION

IX


067525_Tete-a-tete_Lim_Q7.qxd:Layout 1

8/9/12

10:15 AM

Page X

Extrait (SUITE SUITE ) NOTIONS ET CONCEPTS

DÉFINITION

EXEMPLE

(NUMÉRO)

MON EXEMPLE

Question portant sur un sujet de réflexion ou un problème à résoudre concernant des valeurs et des normes que se donnent les membres d’une société ou d’un groupe pour guider et réguler leur conduite.

Ressource de l’environnement social et culturel à laquelle on se réfère pour alimenter et éclairer une réflexion éthique. Les repères peuvent être d’ordre moral, religieux, scientifique, littéraire ou artistique.

Élément appartenant à une ou plusieurs dimensions d’une religion. Une expression du religieux s’enracine et se développe dans un univers socioculturel.

X

ACTIVITÉ D’INTRODUCTION

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc


067525_Tete-a-tete_Lim_Q7.qxd:Layout 1

8/9/12

10:15 AM

Page XI

Extrait b) À l’aide de la liste des exemples ci-dessous, associez, dans le tableau, chaque exemple à sa définition. Liste des exemples 1. À l’école comme dans toute collectivité, le principe moral qui exige de respecter son prochain place le respect des biens d’autrui comme une . 2. La question « Faudrait-il toujours dire la vérité ? » a notamment pour l’honnêteté. 3. La question « Comment un être humain peut-il s’accorder le droit d’enlever la vie à un de ses semblables ? » permettrait de réfléchir sur les valeurs et les normes en présence dans le cadre d’une discussion sur la peine de mort. 4. La Torah, la Bible, la suerie, le minaret, la puja, la fête de Noël, l’icône, le temps bouddhiste ou certains noms de rue faisant référence à des saints sont des . 5. L’amitié, le travail et le sens de l’effort sont des importantes dans ma vie. 6. Les énoncés « Ne fais pas aux autres ce que tu ne voudrais pas qu’on te fasse » ou « Tu dois respecter ton prochain » sont des . 7. Les d’ordre religieux dans la culture québécoise peuvent apporter une lumière sur la question du patrimoine au Québec. 8. La « Il est interdit de pirater des logiciels » peut être une application, dans le code de vie d’une école, du principe « Tu ne dois pas voler ton prochain », comme elle peut être une actualisation de la valeur d’honnêteté. c) Dans la dernière colonne du tableau, ajoutez votre exemple.

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

ACTIVITÉ D’INTRODUCTION

XI


067525_Tete-a-tete_ch1

3/27/09

10:18 AM

Page 2

NOM

DATE

Extrait GROUPE

La tolérance Dans le présent chapitre, nous vous invitons d’abord à prendre conscience de situations d’intolérance, par l’étude de cas où le manque d’ouverture à ce qui est différent, à d’autres modes de pensée ainsi qu’à d’autres manières de faire ou de vivre ont mené à des tragédies qui ont marqué l’histoire. Ensuite, nous vous proposons une réflexion sur les façons d’envisager la tolérance au Québec, en abordant les défis engendrés par la diversité multiculturelle, les aspects de la culture et de l’identité québécoise ainsi que la notion d’accommodement raisonnable. Pour en savoir plus : Manuel p. 2 à 27.

COMPÉTENCES CIBLÉES DANS LE CHAPITRE

2

Éthique 1 Réfléchir sur des questions éthiques

1) Analyser une situation d’un point de vue éthique 2) Examiner une diversité de repères d’ordre culturel, moral,religieux,scientifique ou social 3) Évaluer des options ou des actions possibles

Dialogue 3 Pratiquer le dialogue

1) Organiser ma pensée 2) Interagir avec les autres 3) Élaborer un point de vue étayé

LA TOLÉRANCE

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc


067525_Tete-a-tete_ch1

3/27/09

10:18 AM

Page 3

NOM

DATE

Extrait 1 GROUPE

Des visages de la tolérance 1. Identifiez ces personnages.

2. Que font-ils ou qu’ont-ils fait ?

3. Ils symbolisent tous deux la tolérance, mais pas de la même manière. a) Lequel a combattu les lois raciales et intolérantes de son pays par la lutte armée ? Quelles valeurs défendait-il ?

b) Lequel invite encore aujourd’hui son peuple à la compassion et à la non-violence devant l’intolérance de ses envahisseurs ? Quelles valeurs propose-t-il ?

4. Selon vous, l’usage de la violence est-il acceptable pour combattre l’injustice instituée par une dictature et instaurer la démocratie ? Pourquoi ?

5. La tolérance a-t-elle des limites ? Lesquelles ?

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

CHAPITRE 1

3


067525_Tete-a-tete_ch1

3/27/09

10:18 AM

Page 4

NOM

Extrait

DATE

GROUPE

Définir…

la tolérance

À

RETENIR

La tolérance est une notion qui peut avoir divers sens :

l’attitude qui consiste à laisser faire ; l’état de prédisposition à supporter ce qui nous dérange ; l’adaptation d’un organisme à des conditions de vie difficiles ; la permission ou le droit de commettre un acte que l’on tolère malgré la règle d’interdiction ; l’attitude d’ouverture à ce qui est différent, à d’autres modes de pensée ainsi qu’à d’autres manières de faire ou de vivre.

1. En vous référant à la rubrique ci-dessus, déterminez à quel sens de la tolérance sont liés les exemples suivants : a) Vous devez subir une évaluation en mathématiques pour vérifier vos apprentissages de manière à combler vos lacunes.

b) Votre enseignant ou enseignante vous permet de sortir de classe parce que vous ne vous sentez pas bien.

c) La fin de semaine, vous pouvez revenir à la maison à l’heure qui vous convient.

d) Lors de son combat contre le cancer, votre ami ou amie a toujours gardé une attitude positive.

e) Dans mon groupe d’amis, chacun et chacune trouve sa place quelles que soient sa culture, sa religion et son mode de vie.

4

LA TOLÉRANCE

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc


067525_Tete-a-tete_ch1

3/27/09

10:18 AM

Page 5

NOM

DATE

Extrait 1 GROUPE

2. À quel sens de la notion de tolérance nous attarderons-nous dans le présent cours d’éthique et culture religieuse qui veut promouvoir un meilleur vivre-ensemble ? Pourquoi ?

3. Dans les activités du chapitre 1, vous aurez à réfléchir sur des situations où l’absence d’ouverture d’esprit a mené à des gestes d’intolérance et de violence. Donnez des exemples de l’intolérance.

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

CHAPITRE 1

5


067525_Tete-a-tete_ch1

3/27/09

10:18 AM

Page 6

NOM

DATE

Extrait GROUPE

Les dérives meurtrières du racisme

1 1

Les cas présentés dans la première partie du présent chapitre vont vous permettre de prendre conscience et de réfléchir à des événements de l’histoire où des individus et des peuples ont subi l’intolérance. Ces présentations en sont des synthèses. Nous vous invitons à approfondir vos connaissances par des recherches sur les sujets qui piquent votre curiosité.

Le nazisme ou le racisme à son apogée LE NAZISME OU LE RACISME À SON APOGÉE

« C’est dans la conception du monde nazie que se trouve la logique qui mènera à l’extermination de millions d’êtres humains. La race, selon Adolf Hitler (1889-1945), est le principe central de l’organisation des sociétés. […] La survie de la nation allemande dépend de la protection et de la pureté de son sang. Les peuples qui constituent la race aryenne ont besoin d’un espace vital au détriment des races inférieures. Les Juifs sont désignés comme le corps parasite. L’universalisme, la démocratie, facteur de mélange et d’égalité, représentent le mal à abattre. […] C’est à partir des mêmes principes “d’hygiène de la race” que sera décidé, dès 1939, un programme d’euthanasie visant à l’élimination des malades mentaux. « En septembre 1935, les lois de Nuremberg codifient les conditions de citoyenneté : “Pour être citoyen du Reich, il faut être de sang allemand et de souche allemande”. La loi sur la “protection du sang et l’honneur allemand” interdit et punit toute relation matrimoniale ou sexuelle entre Aryens et Juifs. […] Arrivé au pouvoir par des voies légales, Hitler détruit aussitôt tout l’appareil démocratique pour “mettre au pas” par la terreur, la répression et la propagande. » Jacques TARNERO, Le racisme, Toulouse, Éditions Les Essentiels Milan, 2007, p. 32-33.

6

LA TOLÉRANCE

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc


067525_Tete-a-tete_ch1

3/27/09

10:18 AM

Page 7

NOM

DATE

Extrait 1 GROUPE

1. Dans sa pratique du pouvoir, Hitler a démontré sa xénophobie, affirmé son antisémitisme et endossé des pratiques eugéniques. Dans le tableau suivant, citez des exemples du texte de la page précédente pour illustrer chacun des concepts. CONCEPT

DÉFINITION

a) Antisémitisme

Doctrine ou attitude d’hostilité systématique à l’égard des Juifs

b) Eugénisme

Ensemble des méthodes qui visent à améliorer le patrimoine génétique de groupes humains en limitant la reproduction des individus porteurs de caractères jugés défavorables ou en promouvant celle des individus porteurs de caractères jugés favorables. (Larousse 2005)

c) Xénophobie

Aversion,hostilité à l’égard de l’étranger,de celui qui n’appartient pas au même groupe (par exemple, groupe culturel,religieux,national) que le sien.

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

EXEMPLE

CHAPITRE 1

7


067525_Tete-a-tete_ch1

3/27/09

10:18 AM

Page 8

NOM

Extrait

DATE

GROUPE

2. À l’aide des définitions suivantes, expliquez pourquoi les mesures mises en place par Hitler n’auraient pas pu être instaurées dans une démocratie. Démocratie Doctrine politique qui suppose que la source de tout pouvoir, le fondement de toute autorité, réside dans la collectivité des citoyens. Dans une démocratie, les gouvernants sont élus et chargés de veiller aux affaires des citoyens.

Totalitarisme Régime politique non démocratique dans lequel les pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire sont concentrés entre les mains d’un nombre restreint de dirigeants qui subordonnent les droits de la personne humaine à la raison de l’État.

3. Quelles images pourraient représenter ces deux régimes ? Illustrez par un symbole ou un dessin la démocratie et le totalitarisme.

Démocratie

Totalitarisme

Exemples :

4. Donnez des exemples de démocratie en application dans votre milieu scolaire.

8

LA TOLÉRANCE

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc


067525_Tete-a-tete_ch1

3/27/09

10:18 AM

Page 9

NOM

Extrait 1

DATE

GROUPE

La Shoah : le génocide des Juifs 1 1

À

RETENIR

Terme issu du grec genos (genre, espèce) et du latin caedere (tuer). Crime contre l’humanité tendant à la destruction de tout ou partie d’un groupe national, ethnique, racial ou religieux.

Génocide

(Le petit Larousse illustré, 2005).

TÊTE-À-TÊTE AVEC…

Un exécutant de la Shoah Adolf Eichmann (1906-1962) a été un fonctionnaire de haut rang de l’Allemagne nazie et un membre des SS, au rang de lieutenant-colonel. Responsable de la logistique de la « solution finale », il a organisé, notamment, l’identification des victimes et leur déportation vers les camps de concentration. Il a subi son procès à Jérusalem en 1960. Voici certains de ses propos rapportés par la philosophe Hannah Arendt : « Hitler, dit Eichmann, a peut-être eu tort du début à la fin, mais il y a un fait indiscutable : cet homme-là a été capable de se hisser du rang de soldat de première classe dans l’armée allemande, à celui de Führer de près de quatre-vingts millions d’âmes… La seule réussite de cet homme était preuve que je devais m’incliner devant lui. «Eichmann était persuadé de n’être pas un véritable salaud et il se souvenait parfaitement qu’il n’aurait eu mauvaise conscience que s’il n’avait pas exécuté les ordres – ordres de dépêcher des millions d’hommes, de femmes et d’enfants, à la mort, avec un zèle extraordinaire et un soin méticuleux. » Hannah Arendt Extrait de Jean-François MALHERBE, Petite philosophie de la violence, Québec, Université de Sherbrooke, 2000, p. 92-93.

Ce crime à grande échelle n’a pu être perpétré qu’avec l’aide de milliers de « bons soldats » qui ont exécuté scrupuleusement les ordres qui étaient d’assassiner hommes, femmes et enfants.

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

CHAPITRE 1

9


067525_Tete-a-tete_ch1

3/27/09

10:18 AM

Page 10

NOM

Extrait

DATE

GROUPE

1. De quel crime les exécutants des ordres du régime nazi sont-ils coupables à vos yeux ? Obéissance ? Manque de jugement ? Lâcheté ? Cruauté ?

2. Croyez-vous que les êtres humains soient tenus d’obéir à une personne en position d’autorité lorsque les ordres reçus amènent à commettre des gestes immoraux ou illégaux ?

3. Que feriez-vous dans une situation où votre groupe d’amis et amies vous demandait de commettre de tels actes ?

TÊTE-À-TÊTE AVEC…

Un survivant de la Shoah Élie Wiesel est né à Sighet (Roumanie) le 30 septembre 1928. Il a été déporté à l’âge de 15 ans vers les camps de concentration nazis d’Auschwitz (Pologne), puis de Buchenwald (Allemagne). Après sa libération, il a séjourné d’abord en France, puis aux États-Unis. Citoyen américain, écrivain de langue française, il a reçu le prix Nobel de la paix en 1986 pour son engagement dans les causes du génocide. Il témoigne à travers ses publications. « Jamais je n’oublierai cette nuit, la première nuit de camp, qui a fait de ma vie une nuit longue et sept fois verrouillée. Jamais je n’oublierai cette fumée. Jamais je n’oublierai les petits visages des enfants dont j’avais vu les corps se transformer en volutes sous un azur muet. Jamais je n’oublierai ces flammes qui consumèrent pour toujours ma foi. Jamais je n’oublierai ce silence nocturne qui m’a privé pour l’éternité du désir de vivre. Jamais je n’oublierai ces instants qui assassinèrent mon Dieu et mon âme, et mes rêves qui prirent le visage du désert. Jamais je n’oublierai cela, même si j’étais condamné à vivre aussi longtemps que Dieu lui-même. Jamais. » Élie WIESEL, La Nuit, Paris, Les Éditions de Minuit, 1988, p. 60.

10

LA TOLÉRANCE

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc


067525_Tete-a-tete_ch1

3/27/09

10:18 AM

Page 11

NOM

DATE

Extrait 1 GROUPE

4. Lisez le témoignage d’Élie Wiesel. Quels sentiments y sont évoqués ?Quels sentiments suscite-t-il en vous ?

5. Certains individus ont fait partie de la résistance. Au risque de leur vie, ils et elles sont venus en aide à des victimes du régime nazi. Quelles sont les valeurs qui pouvaient les motiver ?

6. Expliquez le lien entre le mémorial ci-contre et la tolérance.

Ce mémorial, situé à Miami, a été inauguré en 1990 par Elie Wiesel. Ce monument est l’aboutissement d’un projet conçu par des survivants et survivantes de la Shoah pour que tout le monde se souvienne des victimes du régime nazi lors de la Seconde Guerre mondiale.

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

CHAPITRE 1

11


067525_Tete-a-tete_ch1

3/27/09

10:18 AM

Page 12

NOM

DATE

Extrait GROUPE

Un poème devenu le symbole du combat contre l’indifférence 1 2

Martin Niemöller aborde les limites de l’indifférence devant les actes d’injustice. Son poème démontre l’ambivalence du rôle d’observateur et de spectateur dans les situations d’intolérance. UN POÈME DEVENU LE SYMBOLE DU COMBAT CONTRE L’INDIFFÉRENCE

Lorsque les nazis sont venus chercher les communistes Je n’ai rien dit Je n’étais pas communiste. Lorsqu’ils sont venus chercher les sociaux-démocrates Je n’ai rien dit Je n’étais pas social-démocrate. Lorsqu’ils sont venus chercher les syndicalistes Je n’ai rien dit Je n’étais pas syndicaliste. Lorsqu’ils sont venus chercher les catholiques Je n’ai rien dit Je n’étais pas catholique. Lorsqu’ils sont venus chercher les juifs Je n’ai rien dit Je n’étais pas juif Puis ils sont venus me chercher Et il ne restait plus personne pour protester. Martin NIEMÖLLER (1892-1984), pasteur et théologien allemand Extrait de Bjarne MELKEVIK, Tolérance et modernité juridique, Québec, Éditions PUL, 2006, p. 46 (coll. « Dikè »).

12

LA TOLÉRANCE

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc


067525_Tete-a-tete_ch1

3/27/09

10:18 AM

Page 13

NOM

DATE

Extrait 1 GROUPE

1. Selon vous, est-ce que nous vivons dans un pays qui ne dit rien ou, au contraire, qui intervient ?

2. Et vous ? Intervenez-vous dans les situations d’injustice et d’intolérance ? Donnez des exemples.

Passez à l’action! Inspirez-vous de Martin Niemöller. Écrivez un poème, une chanson ou une lettre qui s’adresse aux victimes de l’intolérance ou faites un dessin qui exprime vos émotions face à l’intolérance. Vous pourrez ensuite afficher vos créations sur un mur de votre local ou les regrouper dans un recueil.

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

D’autres victimes de la Shoah ont raconté leur histoire. Voici quelques suggestions de lecture : Si c’est un homme, de Primo Lévi ; La mort est mon métier, de Robert Merle ; Journal, d’Anne Frank.

CHAPITRE 1

13


067525_Tete-a-tete_ch1

3/27/09

10:18 AM

Page 14

NOM

Extrait

DATE

GROUPE

Autoévaluation 1 1

Nous avons analysé une situation d’intolérance provenant de l’histoire, du passé. Malheureusement, l’intolérance existe encore aujourd’hui et plusieurs cas sont rapportés dans l’actualité. 1. Nommez une situation d’intolérance actuelle et posez une question éthique s’y rapportant.

2. Donnez quelques éléments communs (des repères, des valeurs) aux différents cas d’intolérance.

Pour agir contre l’intolérance: une organisation, une charte, une loi 1 3

L’Organisation des Nations Unies (ONU) Le bilan meurtrier de la Seconde Guerre mondiale et les images atroces des survivants des camps de la mort ont fait prendre conscience aux êtres humains que de telles choses ne devaient pas se reproduire et qu’à l’avenir, on devait intervenir. C’est ainsi que l’Organisation des Nations Unies naît officiellement le 26 juin 1945 avec la signature de la charte de San Francisco, charte à laquelle adhèrent dans un premier temps 51 pays. Cette nouvelle institution internationale est destinée à garantir la paix et la sécurité dans le monde issu de la Seconde Guerre mondiale, et se dote d’une force militaire d’intervention (les casques bleus).

La Déclaration universelle des droits de l’homme Les dirigeants du monde entier décidèrent alors de renforcer la Charte des Nations Unies par une feuille de route garantissant les droits de chaque personne en tous lieux et en tout temps. Le 10 décembre 1948, les 58 États membres qui constituaient l’Assemblée générale adoptèrent la Déclaration universelle des droits de l’homme.

14

LA TOLÉRANCE

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc


067525_Tete-a-tete_ch1

3/27/09

10:18 AM

Page 15

NOM

DATE

Extrait 1 GROUPE

La notion de crime contre l’humanité C’est au procès de Nuremberg, en 1945, qu’a été introduite, pour la première fois, la notion de crime contre l’humanité, dans le droit international. Celle-ci désigne des crimes commis délibérément par un État contre des populations pour des motifs politiques, raciaux ou religieux. Une partie des hauts responsables nazis ont été jugés par le Tribunal international de Nuremberg de 1945 à 1946. Accusés de crimes contre l’humanité, la plupart ont été condamnés à mort. 1. Le monde est encore aujourd’hui engagé dans des conflits. Selon vous, pourquoi les solutions exposées dans le texte précédent sont-elles insuffisantes pour les régler ? Expliquez votre réponse.

2. Quels gestes pouvez-vous accomplir personnellement, pour agir contre l’intolérance ? Comment pouvez-vous agir ?

3. Pour contrer l’intolérance, un déplacement des valeurs est nécessaire pour mieux vivre ensemble. Quelles valeurs devraient les remplacer ? a) De l’accumulation

d) De la violence à

.

.

e) De l’intolérance à

.

b) Du pouvoir à

.

f) De la dictature à

.

c) De l’individualisme à

.

au

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

CHAPITRE 1

15


3852_ECR2_Cahier:Layout 1

3/31/09

3:41 PM

Page 1

2e cycle du secondaire

2e année

Cahier d’apprentissage

BEAULIEU

ÉTHIQUE ET CULTURE RELIGIEUSE

2E CYCLE DU SECONDAIRE

2E ANNÉE

Marie-France Beaulieu

Conçu pour aider les élèves à progresser de façon autonome, ce cahier leur permettra, à l’aide d’une série d’activités variées, de développer des compétences en éthique et culture religieuse tout en s’exerçant à la pratique du dialogue et aux moyens d’élaborer des points de vue.

Porter les équipements protecteurs obligatoires.

SÛRET

CODE PRODUIT 3852 ISBN 978-2-7655-0346-0

S ER

V I CE

BEC UÉ

U ÉD Q

P

1 800 567-7902

ÉTHIQUE ET CULTURE RELIGIEUSE 2e cycle du secondaire 2e année

Le cahier d’apprentissage Tête-à-tête pour la 2e année du 2e cycle du secondaire facilite la mise en œuvre du nouveau programme Éthique et culture religieuse.

Cahier d’apprentissage

Avec la collaboration de Carole Mills

O LI C E IC I N TÉGR I TÉ JU S T

À bicyclette, moi, je ne roule pas à sens inverse.

E

www.grandduc.com Éditions Grand Duc Groupe Éducalivres inc. 955, rue Bergar, Laval (Québec) H7L 4Z6 Téléphone : 514 334-8466 ■ Télécopie : 514 334-8387 InfoService : 1 800 567-3671

Éditions Grand Duc

Profile for Éditions Grand Duc

Tete a tete4 cahier appren feuilleteur  

Tete a tete4 cahier appren feuilleteur