Page 1

HISTOIRE DU QUÉBEC ET DU CANADA

3e SECONDAIRE

MisÀjour Histoire

Marc-André Lauzon Benoit Mallette

Manuel de l’élève


HISTOIRE DU QUÉBEC ET DU CANADA

3e SECONDAIRE

Manuel de l’élève

MisÀJour Histoire

Marc-André Lauzon Benoit Mallette


Remerciements Pour leur travail de vérification scientifique, l’Éditeur témoigne toute Pour son travail de rédaction de la section Pour réussir en histoire, sa gratitude à Mme Andréanne Gagnon, Université du Québec à l’Éditeur remercie Alexandre Joly-Lavoie, doctorant en didactique Chicoutimi et M. Jimmy Trottier, Université du Québec à Chicoutimi. de l’histoire.

MisÀjour Histoire

© 2016, Éditions Grand Duc, une division du Groupe Éducalivres inc. 955, rue Bergar, Laval (Québec) H7L 4Z6 Téléphone : 514 334-8466 • Télécopie : 514 334-8387 www.grandduc.com Tous droits réservés. CONCEPTION GRAPHIQUE (maquette intérieure et page couverture) :

Nous reconnaissons l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds du livre du Canada (FLC) pour nos activités d’édition.

Il est illégal de reproduire cet ouvrage, en tout ou en partie, sous quelque forme ou par quelque procédé que ce soit, électronique, mécanique, photographique, sonore, magnétique ou autre, sans avoir obtenu, au préalable, l’autorisation écrite de l’Éditeur. Le respect de cette recommandation encouragera les auteurs et auteures à poursuivre leur œuvre.

Dépôt légal Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2016 Bibliothèque et Archives Canada, 2016

CODE PRODUIT 4498 ISBN 978-2-7655-3066-4

Imprimé au Canada 1234567890F5432109876


Table des matières Présentation de la collection . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . VIII Pour réussir en histoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2

période 1

Des origines à 1608 L’expérience des Amérindiens et le projet de colonie . . . . . . . . .

24

période 2

Entre 1608 et 1760 L’évolution de la société coloniale sous l’autorité de la métropole française . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

54

période 3

Entre 1760 et 1791 La Conquête et le changement d’empire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92 période 4

Entre 1791 et 1840 Les revendications et les luttes nationales dans la colonie britannique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

128

Glossaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

162


Période 1

Des origines à 1608

24

L’expérience des Amérindiens et le projet de colonie Synthèse de la période . . . . . . . . . . . . . 26 Les Premiers occupants du territoire . . . . . . . . . . . . 26 Le mode de vie des Premiers occupants . . . . . . . . . . 27 Un peuplement en fonction du territoire . . . . . . . . . . . 27 Trois grandes familles linguistiques . . . . . . . . . . . . . . . 28 Les caractéristiques du territoire . . . . . . . . . . . . . . . . . 29 Les ressources végétales du territoire . . . . . . . . . . . . . .30 Les ressources animales du territoire . . . . . . . . . . . . . . 31 La prise de décision chez les Amérindiens . . . . . . . . 32 Les Premiers occupants et les alliances . . . . . . . . . . . . 33 Le monde spirituel de la société amérindienne . . . . 34 Conception du monde des Premiers occupants . . . . . . 35 L’économie et les réseaux d’échanges chez les Amérindiens . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36 Dossier spécial : Comment l’eau a-t-elle influencé la vie des Premiers occupants ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37 Les rivalités amérindiennes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38

Les premiers contacts avec les Européens . . . . . . . . 39 Les explorations européennes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39 Le but des explorations européennes . . . . . . . . . . . . . 40 Les voyages de Cartier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41 Dossier spécial : Les voyages de Jacques Cartier, un échec sur toute la ligne ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .42

La période par les sources . . . . . . .

44

À l’épreuve . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50


Période 2

Entre 1608 et 1760

L’évolution de la société coloniale sous l’autorité de la métropole française

54

Synthèse de la période . . . . . . . . . . . . . 56

L’artisanat . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .68 Le mercantilisme et le commerce triangulaire . . . . . . . . 69

La colonie comptoir (1608-1663) . . . . . . . . . . . . . . . . 56 Le début de la colonie et le système des compagnies . . . 56 Le fonctionnement du commerce des fourrures . . . . . . 56 Les conséquences sur le territoire . . . . . . . . . . . . . . . . 57

L’organisation sociale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .70 L’adaptation et l’acclimatation . . . . . . . . . . . . . . . . . . .70 Immigration et adaptation en Nouvelle-France . . . . . . . 71

Le rôle de l’Église catholique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58 Les missions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58 La vie religieuse dans la colonie . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58 Les affaires sociales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58 L’évangélisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59 La colonie de peuplement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60 La fin de la colonie comptoir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60 La structure du gouvernement royal . . . . . . . . . . . . . . 61 Le peuplement de la colonie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62 Dossier spécial : Les habitants de la Nouvelle-France ont-ils conservé le même mode de vie qu’en France ? . . . . 63 L’aménagement du territoire . . . . . . . . . . . . . . . . . .66 Le régime seigneurial . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .66 Les droits et devoirs de chacun . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67 La diversification de l’économie . . . . . . . . . . . . . . . .68 Le commerce triangulaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .68

Les relations avec les Autochtones . . . . . . . . . . . . . . 72 Les alliances . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72 Les épidémies . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72 La Grande Paix de Montréal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73 Dossier spécial : Quel rôle jouent les Français dans le déclin des sociétés améridiennes en Nouvelle-France aux 17e et 18e siècles ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74 Les conflits intercoloniaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76 Les quatre guerres intercoloniales . . . . . . . . . . . . . . . . 76 La guerre de la Conquête . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77 La déportation des Acadiens en 1755 . . . . . . . . . . . . . . 77 Dossier spécial : La France a-t-elle sacrifié la Nouvelle-France ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78

La période par les sources . . . . . . . . 82 À l’épreuve . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88


Période 3

Entre 1760 et 1791

92

La Conquête et le changement d’empire Synthèse de la période . . . . . . . . . . . . .94 Le régime militaire et la fin de la guerre (1760-1763) . 94 La vie dans la colonie sous le régime militaire . . . . . . . . 95 Être Canadien sous le régime militaire . . . . . . . . . . . . . 95 Le traité de Paris (1763) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96 Les révoltes amérindiennes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96 Traité ou Constitution ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97 Dossier spécial : Les Britanniques ont-ils exploité les Canadiens pendant le régime militaire ? . . . . . . . . . . .98 La Proclamation royale (1763-1774) . . . . . . . . . . . . . 100 Les caractéristiques de la Proclamation royale . . . . . . 101 Structures politiques et administratives de la Proclamation royale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102 La tolérance des gouverneurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103 L’insatisfaction des marchands britanniques . . . . . . . . 103 La composition de la population entre 1760 et 1774 104 Les activités économiques de la Province of Quebec à la suite de la Conquête . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105 Dossier spécial : Le changement d’empire a-t-il eu des conséquences sur l’économie de la colonie ? . . . . . . . . . 106

L’Acte de Québec (1774-1791) . . . . . . . . . . . . . . . . . . 108 Les caractéristiques de l’Acte de Québec . . . . . . . . . . 109 Structures politiques et administratives de l’Acte de Québec (1774-1791) . . . . . . . . . . . . . . . . 110 Les réactions à l’Acte de Québec . . . . . . . . . . . . . . . . 111 La guerre de l’Indépendance américaine . . . . . . . . . . . 111 Les conséquences territoriales et économiques du traité de Versailles (1783) . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112 L’arrivée des Loyalistes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113 Dossier spécial : Quelle est l’importance des répercussions de la guerre de l’Indépendance américaine sur l’histoire du Québec et du Canada ? . . . . 114

La période par les sources . . . . . . . 116 À l’épreuve . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

124


Période 4

Entre 1791 et 1840

Les revendications et les luttes nationales dans la colonie britannique Synthèse de la période . . . . . . . . . . . . 130 Le contexte international . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 130 La naissance du libéralisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 130 Libéralisme et parlementarisme . . . . . . . . . . . . . . . . . 131 L’Acte constitutionnel (1791-1840) . . . . . . . . . . . . . 132 Pourquoi une nouvelle Constitution ? . . . . . . . . . . . . . 132 Les conséquences sur le territoire . . . . . . . . . . . . . . . 133 Les caractéristiques de l’Acte constitutionnel . . . . . . 134 Les structures politiques et administratives du Bas-Canada . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 135 Dossier spécial : Les élections de 1792 sont-elles le signe de futures tensions entre Canadiens français et Canadiens anglais ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 136 L’économie au temps de l’Acte constitutionnel (1791-1840) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 138 Le blocus de Napoléon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 138 Le protectionnisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 138 La guerre de 1812 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 138 Le déclin du commerce des fourrures et le progrès de l’industrie forestière . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 139 Les conséquences du commerce du bois . . . . . . . . . . 139

128

Dossier spécial : La politique économique de la GrandeBretagne influence-t-elle le développement du Canada au début du 19e siècle ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 140 Les grands changements du début du 19e siècle . . . 142 L’immigration . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 142 La crise agricole . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 142 Les bourgeoisies francophone et anglophone et l’affrontement des nationalismes . . . . . . . . . . . . . . . . 143 Dossier spécial : Comment les mouvements migratoires transforment-ils le Bas-Canada au début du 19e siècle ? . 144 Les rébellions de 1837-1838 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 146 Les causes des rébellions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 146 Les événements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 147 Le rapport Durham . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 147 Dossier spécial : Les rébellions de 1837-1838 auraient-elle pu être évitées ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 148 Dossier spécial : Les Patriotes étaient-ils des traîtres ? . 150

La période par les sources . . . . . . . 152 À l’épreuve . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

158


MisÀjour Histoire, une collection moderne pour l’enseignement de l’histoire

Un nouveau concept

Interprétation des sources

Dans le manuel de l’élève MisÀjour Histoire, tout est mis en place pour que les élèves mobilisent les ressources nécessaires à leur réussite.

C’est la prise en compte de ces trois ressources qui a contribué à l’élaboration de la structure de chacune des périodes du manuel de l’élève.

VIII

Réussite de l’élève en histoire Connaissances historiques

Opérations intellectuelles


Pour réussir en histoire Le premier chapitre du manuel met en lumière l’interprétation des sources et les opérations intellectuelles afin que les élèves en comprennent bien les rouages, avant même l’acquisition des connaissances historiques.

Les opérations intellectuelles sont présentées aux élèves dans une approche en deux temps :

1

Chaque opération intellectuelle est modélisée dans un contexte issu du quotidien des élèves. Ainsi, il leur sera plus facile d’en saisir la nature. Cet exemple pourra leur servir de référent lorsqu’il faudra mettre en œuvre une opération intellectuelle en particulier.

2

Ensuite, chaque opération est présentée dans le cadre de la réponse à une question historique soutenue par l’analyse d’un document.

Établir des faits Ce qui est demandé

Des stratégies d’analyse sont proposées afin d’aider les élèves à interpréter adéquatement les documents qui leur seront présentés.

Un exemple historique Attention

Faire appel à ses connaissances, à ce que l’on connaît de la période en histoire.

La réponse n’est pas dans la source, car celle-ci ne sert qu’à réactiver les connaissances.

Selon la question posée, il faut nommer un acteur, un groupe, une action, une mesure, un rôle, un territoire, une activité économique ou un phénomène.

Il ne faut ni décrire la source, ni essayer de l’expliquer.

À savoir

Il faut nommer précisément le fait associé à la source. Pour cela, iI faut aller au-delà de ce que le document représente et plutôt s’en servir pour réactiver ses connaissances déjà acquises.

Quel nom donnait-on au commerce entre les Amérindiens et les colons français ? Champlain échangeant avec des Amérindiens, par C.W Jeffferys (1911)

1. Intention de lecture

Un exemple de la vie courante

Je cherche le nom précis qui désigne le commerce qui se faisait entre les Amérindiens et les colons français.

Que doivent obtenir les élèves du Québec pour entrer au cégep ? 1. Intention de lecture Lire la question attentivement et définir son intention de lecture. Je cherche de quoi les élèves ont besoin pour entrer au cégep. Bibliothèque et Archives Canada/C-103059

2. Analyse des sources

2. Analyse des sources

L’analyse du document montre qu’il y a un échange d’objets entre un homme qui est nommé comme étant Champlain et des Amérindiens.

Analyser toutes les sources disponibles. Le document montre des élèves (qui ?) assis silencieusement ; ils semblent concentrés. Ils travaillent sur une feuille (quoi ?) dans une école (où ?).

3. Associer les faits et les connaissances Relier les faits à ses connaissances antérieures. Les élèves sont en train de faire un examen de fin d’année.

8

4. Réponse Répondre à la question en nommant les termes historiques de manière précise. Les élèves doivent obtenir le diplôme d’études secondaires pour entrer au cégep.

3. Associer les faits et les connaissances Les objets échangés semblent être des objets précieux, mais il peut aussi y avoir des couvertures, des outils, etc. L’échange semble être du troc.

4. Réponse Le nom donné au commerce entre les Amérindiens et les colons français est le troc.

9

IX


Les quatre périodes historiques Le manuel de l’élève MisÀjour Histoire est une synthèse du Programme de formation qui est complétée par les autres composantes de la collection.

Chaque période débute par une problématique historique qui est le fil conducteur d’une situation d’apprentissage et d’évaluation (SAE) s’échelonnant sur toute la période. Celle-ci permet le développement et l’évaluation des deux compétences disciplinaires et est ponctuée de tâches ainsi que d’activités variées.

La chronologie de chaque période est présentée d’entrée de jeu et met en lumière les événements importants Connaissances historiques de la période de la période.

Période 1 Des origines à 1608

L’expérience des Amérindiens et le projet de colonie v. 30 000 av. J.-C. Arrivée des Premiers occupants en Amérique

„ Les réseaux d’échanges amérindiens

„ Les premiers contacts avec les Européens

„ Les rapports sociaux chez les Amérindiens

„ Les alliances et les rivalités amérindiennes

„ L’exploration et l’occupation du territoire par les Français

„ La prise de décision chez les Amérindiens

Fondation de la colonie Charlesbourg-Royal

CONCEPTS PARTICULIERS

X

Échange

Environnement Les caractéristiques géographiques tels les forêts, les rivières, le sol, le relief et les animaux d’un territoire.

Alliance Entente entre deux ou plusieurs groupes dans le but de s’entraider sur le plan économique ou militaire.

00 16 05

40

16 60

55

50

65 15 70 15 75 15 80 15 85 15 90 15 95

15

15

15

08

35

30

1605 Fondation de Port-Royal 1608 Fondation de Québec

15

15

15

35

00 05 15 10 15 15 15 20 15 25 15

15

15

14 90 14 95 14 90

Bridgeman Image/ PNP245684

v. 900 Arrivée des premiers Inuits au Canada

Le troc chez les Autochtones a comme fonction principale l’obtention d’objets complémentaires non reliés au mode de vie.

1604 Tentative de colonisation à l’île

1541-1542

1534 Premier voyage de Jacques Cartier

15

1492 Découverte de l’Amérique par Christophe Colomb

1603 Alliance franco-amérindienne

1541-1542 Troisième voyage de Jacques Cartier

45

v. 1300 Arrivée des premiers Inuits au Québec v. 1000 Présence des Vikings au Canada

1600 Création d’un poste de traite à Tadoussac

1535-1536 Deuxième voyage de Jacques Cartier 1497-1498 Voyages de John Cabot

16

v. 10 000 av. J.-C. Arrivée des Amérindiens sur le territoire actuel du Québec

15

Comment les relations entre les peuples amérindiens et leur connaissance du territoire ont-elles contribué à l’exploration, à l’exploitation des ressources naturelles et à la colonisation de ce territoire par les Français ?

„ Les Premiers occupants du territoire

Pour comprendre l’histoire du Québec et du Canada, il convient d’abord de se pencher sur l’histoire de son territoire. Les grands explorateurs étaient loin d’être les premiers à fouler le sol de ce qui est aujourd’hui l’Amérique. Le territoire a d’abord été la terre d’accueil de populations autochtones et une destination de pêche saisonnière pour les Vikings. Ce n’est que beaucoup plus tard que le territoire a été colonisé par les Européens.

Les concepts particuliers sont brièvement définis et accompagnés de pictogrammes facilitant leur représentation mentale. Ces pictogrammes sont repris dans la section Synthèse de la période lorsqu’un concept est au cœur de la présentation des connaissances.


La section Synthèse de la période présente les connaissances historiques, principalement à l’aide de cartes ... Les caractéristiques de la Proclamation royale (1763-1774)

En 1763, la Grande-Bretagne est propriétaire d’un territoire qui couvre une très grande partie de l’Amérique du Nord. Le roi veut donc organiser son nouveau territoire. La Grande-Bretagne adopte la première Constitution : la Proclamation royale.

Allégeance ou assimilation ?

But

Assimiler les Canadiens. Faire de la Nouvelle-France une véritable colonie britannique.

Langue

L’anglais devient la langue officielle. Les nouvelles écoles doivent être anglophones et protestantes.

Religion

La religion protestante devient la religion officielle.

Pouvoir

Un gouverneur britannique est nommé pour gérer la colonie.

Lois

Lois civiles et criminelles anglaises

Territoire du Canada

Le territoire de la colonie se limite à la vallée du Saint-Laurent. Le territoire porte le nom de Province of Quebec.

Territoire des treizes colonies

Le territoire des treize colonies reste le même. Un immense territoire à l’ouest des treize colonies est réservé aux Amérindiens.

• La langue officielle devient l’anglais. • Murray reçoit des ordres de la Couronne britannique ayant pour but de favoriser l’immigration britannique et de faire disparaître toutes les institutions civiles et religieuses françaises. • Le serment du Test est obligatoire pour quiconque veut devenir fonctionnaire.

Le territoire de la Nouvelle-France avant la Conquête

100

Le clergé catholique

Immigration

Roi Parlement britannique

l’Acte de Québec. Comme ces deux groupes ont beaucoup d’influence, ils convainquent la population de rester fidèle au roi d’Angleterre.

Province de Québec ou of Quebec

• Il est nommé par le roi. • Il a les pleins pouvoirs pour diriger la province.

110

Les marchands britanniques Conseil législatif • Ses membres sont nommés par le gouverneur. • Ils sont chargés de le seconder. • Ils peuvent édicter des lois et prélever certaines taxes locales.

Dossier spécial : Les Britanniques ont-ils exploité leslaCanadiens pendant le régime militaire ? Selon volonté du gouverneur Chambre d’assemblée

A Articles de la capitulation de Montréal Ses membres « Article 1 sont élus par la population.

Ils sont très insatisfaits. Ils apprécient l’agrandissement du territoire, mais ils n’acceptent pas les lois civiles françaises ni la reconnaissance de la religion catholique. De plus, ils n’ont toujours pas obtenu la Chambre d’assemblée qu’ils réclament depuis longtemps.

Dans lesB faits,Lacette Chambre capitulation de Montréal ne sera pas créée.

Vingt-quatre heures après la signature de la présente capitulation, le général anglais fera prendre par les troupes de Sa Majesté britannique, possession des portes de la ville de Montréal, et la garnison anglaise ne pourra y entrer qu’après l’évacuation des troupes françaises. Article 17 Les officiers et soldats, tant des troupes de terre que de la colonie, ainsi que les officiers, marins et matelots qui se trouveront dans la colonie, seront aussi embarqués pour France dans les vaisseaux qui leur seront destinés […] les officiers des troupes et marins qui seront mariés, pourront emmener avec eux leurs familles […]. Quant aux soldats et matelots, ceux qui seront mariés, pourront emmener avec eux leurs femmes et enfants […] Article 27 Le libre exercice de la religion catholique […] subsistera en son entier, en sorte que tous les états et le peuple des villes et des campagnes, lieux et postes éloignés pourront continuer de s’assembler dans les églises, et de fréquenter les sacrements, comme ci-devant, sans être inquiètes en aucune manière, directement ni indirectement. […] Article 37 Les seigneurs de terre, […] tant des villes que des campagnes, les Français établis ou commerçants dans toute l’étendue de la colonie de Canada, et toutes les autres personnes que ce puisse être, etc. conserveront l’entière paisible propriété et possession de leurs biens seigneuriaux [...] Article 42 Les Français et Canadiens continueront d’être gouvernés suivant la coutume de Paris, et les lois et usages établis pour ce pays ; et ils ne pourront être assujettis à d’autres impôts que ceux qui étaient établis sous la domination française. »

Source : Articles de la capitulation de Montréal, 1760, CEFAN, [En ligne], page consultée le 4 janvier 2016.

La population des

les seigneurs treize colonies Le gouverneur et a l’ordre d’encourager l’immigration anglaise afin d’assimiler les Canadiens, d’en faire graduellement de bons sujets britanniques, anglophones Ils sont très satisfaits des Aux yeux de cette et protestants. changements apportés par population, l’Acte de Québec

Gouverneur

... et d’organisateurs graphiques.

Dans le but de s’assurer l’allégeance des Canadiens, les autorités britanniques mettent en place le serment du Test. Toutefois, les Canadiens refusent de prêter le serment en raison de leur attachement à la religion catholique qu’il leur faudrait renier.

Les réactions à l’Acte de Québec

Les Canadiens qui veulent occuper une fonction officielle dans la colonie (juge, fonctionnaire ou député) doivent prêter le serment du Test. Ce serment équivaut à renier les croyances catholiques, ce qui est impensable pour un Canadien de l’époque.

Des dossiers spéciaux ponctuent le récit historique afin que les élèves 98 approfondissent leur connaissance d’un pan de l’histoire. Chaque dossier spécial est chapeauté par une question qui met l’accent sur une problématique précise et qui en fait une situation d’apprentissage et d’évaluation de courte durée.

est une provocation. Les gens sont donc insatisfaits. Ils estiment que cette Constitution fait partie des lois intolérables adoptées par la Grande-Bretagne.

En réaction, ils proposent aux Canadiens de se joindre à eux et de se révolter. Comme les Canadiens décident de rester neutres, les futurs Américains envahissent la Province of Quebec en 1775. Ils occupent C Districts de la province de Québec Montréal et font le siège de Québec, mais cette invasion sera un échec.

La guerre de l’Indépendance américaine

Les habitants des treize colonies sont mécontents du traitement que leur réserve la Grande-Bretagne depuis la fin de la guerre de la Conquête. En plus de se voir imposer de lourdes taxes pour payer la guerre, ils n’ont obtenu aucun des territoires pour lesquels ils se sont battus.

101

D Proclamation d’Amherst L’invasion de Québec

4 juillet 1776

Les patriotes américains proclament l’indépendance des treize colonies. Les Britanniques refusent cette déclaration d’indépendance, ce qui déclenche la guerre de l’Indépendance américaine.

« Que pour d’autant mieux maintenir le bon ordre et la police dans chaque paroisse ou district, il sera rendu aux officiers de milice leurs armes […] Que tout propriétaire de chevaux, de charrettes ou autres voitures qui seront employés, soit par troupes, ou autres, seront également payés en Le traité de les Versailles met fin à laespèces guerresonnantes […] Le commerce sera libre et sans impôts […], mais les et donne naissance commerçants seront tenus de prendre des passeaux États-Unis ports des gouverneurs, qui leur seront expédiés […] d’Amérique. Et tant que les dits habitants obéiront et se conformeront aux dits ordres, ils jouiront des mêmes privilèges que les anciens sujets du Roi, et ils peuvent 111 protection. » compter sur notre

1783

Source : Commandeur J. VIGER, Règne militaire en Canada, Mémoires de la Société historique de Montréal, 1870.

E

© Archives de Montréal

Angleterre

du Test Structures politiques et administratives de l’Acte de QuébecSerment (1774-1791)

Voici comment la Proclamation royale vise l’assimilation des Canadiens :

Traité de Paris, 1763

© Bibliothèque et Archives nationales du Québec/no image 88311/cote : BAnQ, RES/AD/113

La Proclamation royale (1763-1774)

@Bridgeman Images/Collection privée/Look and Learn/LLM663852

Le territoire des colonies britanniques pendant la Proclamation royale (1763-1774)

99

XI


La deuxième section de chaque période, La période par les sources, propose à l’élève d’interpréter les documents à la lumière de ses connaissances historiques.

r les sources

La période pa

ritoire après la Conquête en cartes 19

Division des terres dans les Cantons-de-l’Est

20

Province de Québec en...

© Musée de la civilisation/Idra Labrie photographe / N° T-12

d’Orléans

Afin de rendre encore plus signifiante cette tâche complexe, l’analyse des documents est guidée par des questions visant la mise en œuvreProvince de Québe 21 Province de Québec en... 22 d’une opération intellectuelle en particulier.

Dégager des différences et des similitudes Déterminez la différence entre ces deux cartes quant au mode de division des terres.

Documents 18 › 19

XII

20 › 22

Situer dans le temps et dans l’espace Les documents 20, 21 et 22 montrent les changements territoriaux et constitutionnels de la Province of Quebec. À l’aide des informations présentées, placez dans l’ordre chronologique les cartes 20, 21 et 22.


La troisième section du manuel de l’élève, À l’épreuve, propose un dossier documentaire et des questions reliées à une opération intellectuelle. Cette tâche complexe est en fait une révision de toute la période.

À la fin du manuel de l’élève, un glossaire reprend la définition des concepts et des mots pouvant être difficiles à comprendre.

XIII


Pour réussir en histoire Pourquoi apprendre l’histoire ?

Comment apprendre l’histoire ?

Le cours d’histoire sert, bien sûr, à apprendre les faits importants (dates, lieux, événements, personnages, etc.). Il donne aussi l’occasion d’apprendre une méthode qui nous aide à regarder notre monde avec un œil critique, à faire des liens entre des événements et à départager le vrai du faux. C’est à l’aide de cette méthode qu’il est possible d’interpréter des sources historiques.

Trois éléments sont nécessaires à la réussite de l’apprentissage de l’histoire de 3e secondaire :

Ainsi, même si elle traite d’époques passées, l’histoire nous permet de mieux comprendre le monde dans lequel nous vivons aujourd’hui. À l’heure où nous profitons de multiples sources d’information (réseaux sociaux, journaux, vidéos, etc.), il est plus important que jamais de développer notre sens critique et notre capacité d’analyse de l’information.

• La méthode historique ; • La connaissance des faits ; • Les opérations intellectuelles. Ces trois dimensions de l’apprentissage de l’histoire étant liées, il est important de maîtriser chacune d’elles. Les pages qui suivent vous en apprendront plus sur les différentes composantes de ce trio.

Parce que nous aurons à les utiliser souvent tout au long de notre vie.

Le trio de la réussite en histoire La connaissance des faits

La méthode historique

Objectif : Maîtriser les connaissances pour identifier les faits.

Objectif : Analyser les sources historiques pour déterminer les faits dans le but de les interpréter. page 3

pages 4 › 5

Les opérations intellectuelles Objectif : Travailler les faits dans le but d’élaborer une explication ou un récit historique cohérent. pages 6 › 19

2


La méthode historique ou comment interpréter les sources C’est en utilisant la méthode historique que les historiens analysent et interprètent les sources. Le processus d’analyse suit toujours les mêmes grandes étapes qui sont présentées ici.

Quelles questions se poser ? De quelle époque est-il question dans le document ? (Situer dans le temps.)

1. Définir son intention de lecture L’intention de lecture prend souvent la forme d’une question à laquelle il faut répondre. Elle guide l’analyse et l’interprétation.

4. Répondre à l’intention de lecture

Pour terminer l’analyse, on formule une réponse à la question posée.

De quel territoire est-il question dans le document ? (Situer dans l’espace.)

2. Analyser le document Cette étape se fait en deux temps : l’identification et la lecture.

3. Interpréter le document À cette étape, toutes les informations recueillies sont regroupées pour répondre à l’intention de lecture.

L’identification permet de situer la source dans le temps et dans l’espace. Contenu de la source La lecture permet de déterminer les différents faits présents dans la source et l’intention de l’auteur.

Qui ? Quoi ? Quand ? Où ?

Intention de l’auteur Donner un sens / une cohérence historique à la source.

Cherche-t-il à exprimer son opinion ? Cherche-t-il à être objectif ?

3


Connaître les faits pour donner un sens aux sources En analysant diverses sources historiques, les historiens sont en mesure de reconstruire le passé. Ainsi, c’est à l’aide des récits et des illustrations que Samuel de Champlain nous a laissés que nous savons que la ville de Québec a été fondée en 1608. • Les sources primaires sont des documents originaux d’une époque donnée, par exemple, une lettre envoyée par l’Intendant Jean Talon au ministre de la Marine Colbert.

Extrait du discours du voyage fait par le capitaine Jacques Cartier en la terre neuve du Canada de la Nouvelle-France en l’an 1534 Nous partîmes le 20 avril en l’an 1534 du port de Saint-Malo avec deux navires chargés chacun d’environ soixante tonneaux et armés de soixantaine d’hommes. […] Nous navigâmes et le 10 mai nous arrivèrent à la Terre-Neuve [...] Source : Discours du voyage fait par le capitaine Jacques Cartier, édition de 1598, par Jacques Cartier, traduction libre du vieux français par Marc- André Lauzon.

L’arrivée de Jacques Cartier à Stadaconé, 1535, par Walter Baker, vers 1900

• Les sources secondaires sont le résultat des travaux des historiens, par exemple, une synthèse de l’histoire de la Nouvelle-France. Les historiens analysent tout autant les sources primaires que les sources secondaires. © Bibliothèque et Archives Canada/MIKAN 2836742

Les faits sont importants dans le cours d’histoire puisqu’ils permettent de donner un sens aux sources et une cohérence au récit historique. Pour identifier des faits dans une source , la maîtrise des connaissances historiques est essentielle. Certaines connaissances doivent donc être retenues « par cœur ». À l’inverse, les sources permettent aussi de réactiver des connaissances. Les faits dans les sources prennent différentes formes : dates, noms de personnages, de lieux, de reliefs, etc. Ils sont faciles à retenir parce qu’ils n’ont qu’un sens et tiennent généralement en un ou quelques mots. Par exemple :

4

Le fondateur de Québec est Samuel de Champlain

La ville de Québec a été fondée en 1608

C’est un fait, il n’y a qu’un seul fondateur reconnu de Québec.

C’est aussi un fait, la date de fondation est connue et unique.

Québec a été fondé près d’un cours d’eau, le fleuve Saint- Laurent C’est un fait.


Les différents types de sources

Bibliothèque et Archives Canada/C-130523

Bibliothèque et Archives Canada/C-111502

Cartes

Sources écrites

Sources iconographiques

(géographiques, historiques, thématiques, etc.)

(récits, textes, témoignages, etc.)

(peintures, gravures, photographies, caricatures)

Collection des Hospitalières

Schémas et tableaux

Artefacts

Sources audiovisuelles

(organigrammes, statistiques, etc.)

(objets du passé)

(vidéos, audios)

5


Réaliser des opérations intellectuelles pour donner un sens aux faits Les opérations intellectuelles à réaliser en cours d’histoire ont un objectif : donner un sens aux faits. Lorsque l’historien construit une synthèse ou un récit historique, il le fait à l’aide de sources historiques. Il fait aussi appel à différentes compétences qui l’amènent à caractériser et à interpréter une période de l’histoire. Par exemple, il est amené à ordonner, dans le temps, différents événements, afin de reconstituer le « fil de l’histoire ». Il établit aussi des faits et cherche des liens de causes et de conséquences entre des événements tout en déterminant s’il s’agit d’une continuité ou d’un changement. Il arrive aussi parfois que l’historien soit confronté à des témoignages similaires ou différents, ce qui l’amène à dégager des points de convergence ou de divergence. Les pages suivantes expliquent comment travailler les connaissances et les faits historiques dans le but d’élaborer des récits historiques pertinents. Afin de bien comprendre le fonctionnement de chacune de ces opérations intellectuelles, nous utiliserons d’abord un exemple concret tiré de votre environnement scolaire, puis un exemple historique.

6

Établir des liens de causalité

Mettre en relation des faits


Les opérations intellectuelles en histoire Établir des faits

Situer dans le temps et dans l’espace

Opérations intellectuelles Dégager des différences et des similitudes

Déterminer des changements et des continuités

Déterminer des causes et des conséquences

7


Établir des faits Ce qui est demandé

Attention

Faire appel à ses connaissances, à ce que l’on connaît de la période en histoire.

La réponse n’est pas dans la source, car celle-ci ne sert qu’à réactiver les connaissances.

Selon la question posée, il faut nommer un acteur, un groupe, une action, une mesure, un rôle, un territoire, une activité économique ou un phénomène.

Il ne faut ni décrire la source, ni essayer de l’expliquer.

À savoir

Il faut nommer précisément le fait associé à la source. Pour cela, iI faut aller au-delà de ce que le document représente et plutôt s’en servir pour réactiver ses connaissances déjà acquises.

Un exemple de la vie courante Que doivent obtenir les élèves du Québec pour entrer au cégep ? 1.  Intention de lecture Lire la question attentivement et définir son intention de lecture. Je cherche de quoi les élèves ont besoin pour entrer au cégep.

2.  Analyse des sources Analyser toutes les sources disponibles. Le document montre des élèves (qui ?) assis silencieusement ; ils semblent concentrés. Ils travaillent sur une feuille (quoi ?) dans une école (où ?).

3.  Associer les faits et les connaissances Relier les faits à ses connaissances antérieures. Les élèves sont en train de faire un examen de fin d’année.

8

4. Réponse Répondre à la question en nommant les termes historiques de manière précise. Les élèves doivent obtenir le diplôme d’études secondaires pour entrer au cégep.


Un exemple historique Quel nom donnait-on au commerce entre les Amérindiens et les colons français ? Champlain échangeant avec des Amérindiens, par C.W Jeffferys (1911)

1.  Intention de lecture Je cherche le nom précis qui désigne le commerce qui se faisait entre les Amérindiens et les colons français.

Bibliothèque et Archives Canada/C-103059

2.  Analyse des sources L’analyse du document montre qu’il y a un échange d’objets entre un homme qui est nommé comme étant Champlain et des Amérindiens.

3.  Associer les faits et les connaissances Les objets échangés semblent être des objets précieux, mais il peut aussi y avoir des couvertures, des outils, etc. L’échange semble être du troc.

4. Réponse Le nom donné au commerce entre les Amérindiens et les colons français est le troc.

9


Situer dans le temps et dans l’espace Ce qui est demandé

Situer dans le temps : ordonner chronologiquement des faits ou des groupes de faits sur une ligne du temps. En général, ces faits doivent être classés en fonction d’un repère de temps (une date, une période) et il faut préciser s’ils se situent avant ce repère ou après.

Situer dans l’espace : identifier un élément précis (souvent un territoire) sur une carte. Parfois, il faut aussi tenir compte des repères de temps (identifier un territoire à un moment donné).

À savoir

Sur une ligne du temps, l’ordre des événements est toujours de gauche à droite, comme l’écriture. Événement

Fait antérieur

Fait postérieur (après l’événement)

(avant l’événement)

Un exemple de la vie courante Classez les documents A et B selon qu’ils sont antérieurs ou postérieurs à l’entrée au secondaire. A

1.  Intention de lecture Lire la question attentivement et définir son intention de lecture. Je cherche si les sources montrent des événements se passant avant ou après l’entrée au secondaire.

4.  Partir du repère de temps

B

Partir du repère de temps (lorsqu’il est donné) pour ensuite classer les sources. Le repère de temps est l’entrée au secondaire.

2.  Analyse des sources Analyser toutes les sources disponibles. A : un jeune élève. B : des élèves qui lancent un chapeau.

3.  Associer les faits et les connaissances Faire des liens entre les faits et les connaissances. A : un élève du primaire. B : Des élèves lors d’une cérémonie de fin d’études.

5.  Classer les sources Chercher quelle source montre un fait antérieur au repère de temps (avant) et laquelle montre un fait postérieur (après). Le primaire (document A) est un événement antérieur à l’entrée au secondaire ; la fin des études secondaires (document B) est postérieure.

10

6. Réponse Replacer l’ensemble des documents en ordre chronologique. Avant A

Entrée au secondaire

Après B


Un exemple historique Classez les documents A à D selon qu’ils sont antérieurs ou postérieurs à la fondation de Québec. A

B

C

D

Jacques Cartier érigeant une croix à Gaspé en l’honneur du roi de France, par Walter Baker

« Le 15 septembre, Québec n’a plus de vivres […] il est décidé de capituler de la façon la plus honorable possible. […] Cette reddition est le prélude à la fin de la Nouvelle-France. » Jacques LACOURSIÈRE, Histoire populaire du Québec – Des origines à 1791, Québec, les éditions du Septentrion, 1995, p. 309-310.

Bibliothèque et Archives Canada, C-011050

1.  Intention de lecture Je cherche quels événements se passent avant la fondation de Québec et quels documents se passent après.

2.  Analyse des sources A : La Province of Quebec en 1763. B : La migration des Amérindiens en Amérique du Nord. C : La capitulation du 15 septembre. D : Jacques Cartier qui plante une croix à Gaspé.

4.  Partir du repère de temps Le repère de temps est la fondation de Québec en 1608.

3.  Associer les faits et les connaissances A : L’Amérique du Nord en 1763. La carte date de la Proclamation royale et le territoire de la province de Québec est seulement le long du fleuve Saint-Laurent. B : La migration des Amérindiens a lieu vers -15 000 C : La capitulation de Québec se passe en 1759. D : Jacques Cartier a fait trois voyages entre 1534 et 1541.

5.  Classer les sources Les documents A et C sont postérieurs à la fondation de Québec – les Amérindiens s’étant établis en Amérique du Nord avant et Cartier étant venu en Amérique du Nord avant Champlain. Les documents B et D sont antérieurs puisque la capitulation de Québec est en 1759 et que la carte montre le territoire de la Province of Quebec en 1763.

6. Réponse Avant B

et

1608 D

Fondation de Québec

Après C

et

A

11


Dégager des différences et des similitudes Ce qui est demandé

Dégager des différences et des similitudes entre plusieurs éléments (des territoires, des objets, des opinions). Il faut nommer chacun des éléments pour ensuite expliquer en quoi ils sont différents (différences) ou en quoi ils se ressemblent (similitudes). Déterminer quels sont les points précis (les opinions) sur lesquels les acteurs sont en accord (convergence) ou en désaccord (divergence). Établir ce qui les rassemble ou ce qui les divise.

Attention

Il ne faut pas décrire les éléments à comparer, recopier des extraits ou raconter ce que la source présente.

À savoir

Différences et similitudes : Il faut nommer précisément ce que les éléments ont de semblable ou de différent. Pour cela, il faut déterminer ce qui les rend uniques ou, au contraire, similaires aux autres éléments.

Convergence et divergence : Il ne faut pas décrire la position de chaque acteur. Exemple : Un tel pense quelque chose et l’autre pense cela. Il faut identifier et nommer le point précis sur lequel les acteurs sont en convergence ou en divergence. Exemple : Les acteurs sont en accord sur… Les acteurs sont en désaccord sur…

Un exemple de la vie courante Quelle est la différence entre les objets A et B  ? A

1.  Intention de lecture Lire la question attentivement et déterminer ce qu’il faut comparer. Des objets utilisés en classe.

2.  Analyse des sources Analyser toutes les sources disponibles. A : Des crayons. B : Une gomme à effacer.

3.  Associer les faits et les connaissances B

Relier les faits à ses connaissances antérieures. A : Des crayons à l’encre et à mine de couleurs différentes. B : Une gomme à effacer avec deux côtés. Je ne sais pas à quoi sert le deuxième côté.

4.  Déterminer ce que l’on cherche Déterminer si l’on cherche une similitude (en quoi les objets se ressemblent) ou une différence (en quoi les objets sont différents). Je cherche en quoi ils sont différents.

12

5. Réponse Identifier les sources et nommer précisément ce qui est semblable ou différent. Les crayons servent à écrire alors que la gomme à effacer sert à effacer.


Un exemple historique Les documents A, B et C présentent la position de trois acteurs à l’égard de l’adoption d’une Chambre d’assemblée en 1791. Indiquez l’acteur qui présente une position différente et comparez sa position à celle des autres acteurs. A

B

C

« Les nouveaux venus [les Loyalistes] sont nombreux à remonter le fleuve vers le lac Ontario. Auparavant, ils ont vécu dans des colonies où la législature comprenait une chambre élue. En outre, les besoins financiers de la province augmentent. Plusieurs pétitions […] réclament la création d’une assemblée représentative […] »

« [Guy Carleton souligne] Que c’est avec douleur certainement, que nous devons regarder le fardeau de notre Mère Patrie : mais hélas ! ce [sic] ne peut être qu’une douleur infructueuse : car quel remède y pouvons-nous apporter ? […] une Chambre d’assemblée, pour imposer des Taxes, est, non seulement inutile, mais encore préjudiciable aux intérêts de cette Colonie. »

« […] la Chambre d’assemblée n’est point le Vœu unanime, ni le Désir général de Votre Peuple Canadien [,] qui par la Pauvreté, et les Calamités d’une Guerre récente, dont cette Colonie a été le Théâtre, est hors d’Étât [sic] de supporter les taxes qui en doivent nécessairement résulter. »

Source : M. MORIN, « L’évolution du mode de scrutin dans les colonies et les provinces de l’Amérique du Nord britannique, de 1758 à nos jours », R.D.U.S., 173, 2008.

Source : G. CARLETON, « Objections à la Pétition de Novembre 1784 », dans A. SHORTT. et A. DOUGHTY (dir.), Documents relatifs à l’histoire constitutionnelle du Canada, 1759-1791, Ottawa, Canada, Imprimeur de la Reine, 1911, p. 745.

1.  Intention de lecture

Source : A. SHORTT et A. DOUGHTY (dir.), Documents relatifs à l’histoire constitutionnelle du Canada, 17591791, (2e éd.). Ottawa, Canada, Imprimeur de la Reine, 1921, p. 750.

2.  Analyse des sources

Je dois chercher dans les documents quel acteur parmi les trois cités a une position différente des deux autres.

A : Il y a plusieurs pétitions des Loyalistes pour la création d’une Chambre d’assemblée. B : Carleton dit : « Qu’est-ce qu’une Chambre d’assemblée peut bien apporter ? » C : Une Chambre d’assemblée n’est pas le vœu unanime en raison des taxes. Les Canadiens sont pauvres et sortent d’une guerre.

3.  Associer les faits et les connaissances A : Les Loyalistes nouvellement arrivés après la révolution américaine veulent une Chambre d’assemblée élue par le peuple. B : Carleton, le gouverneur de la Province of Quebec jusqu’en 1791, ne voit rien de positif dans la mise en place d’une Chambre d’assemblée. C : Le peuple canadien, qui parle français et a été appauvri par une guerre, ne veut pas de Chambre d’assemblée, car il y aurait des taxes coûteuses.

4.  Déterminer ce que l’on cherche Je cherche une différence de point de vue entre un document et les deux autres. A : Les Loyalistes : ils sont pour l’adoption d’une Chambre d’assemblée. B : Le gouverneur Guy Carleton : il est contre l’adoption d’une Chambre d’assemblée. C : Une fraction du peuple canadien : elle est contre l’adoption d’une Chambre d’assemblée.

5. Réponse Les Loyalistes ont une position différente de Guy Carleton et des Canadiens. Les Loyalistes veulent une Chambre d’assemblée, mais pas Carleton ni les Canadiens.

13


Déterminer des causes et des conséquences Ce qui est demandé

Pour déterminer une cause : indiquer un fait (un événement, un contexte, un intérêt, une action, etc.) qui explique un événement historique. Pour déterminer une conséquence : indiquer un fait (un événement, un contexte, un intérêt, une action, etc.) qui est le résultat d’un événement historique.

Attention

Il ne faut pas expliquer l’événement lui-même. S’il faut expliquer, donner une raison, etc., alors il faut trouver une cause.

À savoir

Sur une ligne du temps, la cause est antérieure, elle provoque l’événement. La conséquence est postérieure, c’est le résultat de l’événement.

S’il faut donner un fait qui est le résultat de l’événement, alors il faut trouver une conséquence.

Événement

Cause

Conséquence (postérieure)

(antérieure)

Un exemple de la vie courante À l’aide des documents A et B , donnez la cause et la conséquence d’un voyage scolaire à l’étranger. A

1.  Intention de lecture Lire la question attentivement et définir son intention de lecture. Faut-il identifier une cause, une conséquence ou les deux ? Il faut identifier une cause ET une conséquence.

2. Identification de l’événement Identifier l’événement historique dont il est question. Le fait de partir en voyage scolaire à l’étranger.

Soirée-spectacle de levée de fonds pour la Sicile. Au profit de l’école secondaire de la vallée Prix d’entrée : 10 $ Venez nombreux !

B

4.  Associer les faits et les connaissances Relier les faits à ses connaissances antérieures. Le document A montre que les élèves ont récolté de l’argent lors d’une soiréespectacle. Le document B montre qu’ils partent en voyage. Ils ont donc récolté assez d’argent pour partir.

3.  Analyse des sources Analyser toutes les sources disponibles. A : Des élèves font une campagne de financement pour leur école. B : Des élèves qui partent en voyage scolaire.

5. Réponse Déterminer précisément la cause et la conséquence. Comme les élèves ont récolté de l’argent avec leur campagne de financement (cause) pour un voyage (événement), ils ont pu partir en voyage (conséquence).

14


Un exemple historique À l’aide du document, déterminer la raison qui pousse Jean Talon à faire venir les filles du Roy en Nouvelle-France. Recensement 1665-1666 Les recrues de Montréal […] se composent surtout de célibataires […] on dénombre 719 célibataires masculins de 16 à 40 ans et seulement 45 filles célibataires des mêmes âges. Source : Jacques LACOURSIÈRE, Histoire populaire du Québec – Des origines à 1791, Québec, les éditions du Septentrion, 1995, p. 114.

1.  Intention de lecture Il faut identifier une cause.

2.  Identification de l’événement L’événement est la politique des filles du Roy.

3.  Analyse des sources Le document montre que les recrues de Montréal sont des célibataires. Surtout des hommes et quelques femmes. Il y a plus d’hommes que de femmes.

4.  Associer les faits et les connaissances Le document présente la situation des hommes par rapport aux femmes lors du recensement de Jean Talon, l’intendant de la colonie.

5. Réponse Jean Talon fait venir les filles du Roy parce qu’il y avait beaucoup plus d’hommes que de femmes en NouvelleFrance en 1665.

15


Déterminer des changements et des continuités Ce qui est demandé

Identifier un changement, c’est indiquer un fait précis qui montre la transformation d’un événement historique. Identifier une continuité, c’est indiquer le fait précis qui montre que l’événement historique ne change pas (il est stable).

Attention

Il faut utiliser les sources comme preuves dans la réponse.

À savoir

Il est souvent précisé, dans la question, s’il faut établir une continuité ou un changement. Si la question demande de démontrer quelque chose, il faut utiliser les sources pour le faire.

Un exemple de la vie courante À l’aide des documents A et B, indiquez s’il y a changement ou continuité dans le résultat de l’élève. Justifiez votre réponse. A

1.  Intention de lecture Lire la question attentivement et définir son intention de lecture. Je cherche si les deux documents montrent une stabilité ou une continuité.

2.  Analyse des sources Analyser toutes les sources disponibles et déterminer si on cherche un changement ou une continuité. A : Résultat (50 %). B : Résultat (100 %). Je dois donc déterminer un changement.

3.  Associer les faits et les connaissances B

Relier les faits à ses connaissances antérieures. La note 50 % est un mauvais résultat qui entraîne un échec et la note 100 % est un très bon résultat.

4. Réponse Indiquer précisément, dans la réponse, ce qui change ou reste stable, à l’aide des sources. Il y a changement dans les résultats, car une note de 100 % est nettement supérieure à une note de 50 %.

16


Un exemple historique À l’aide des documents A et B, démontrer s’il y a changement ou continuité entre l’étendue du territoire de la Nouvelle-France au 18e siècle et de la Province of Quebec en 1774. A

La Nouvelle-France au XVIIIe siècle

B

La province of Quebec en 1774

1.  Intention de lecture Je cherche si la Nouvelle-France et la Province of Quebec avaient le même territoire.

2.  Analyse des sources A : une carte de la Nouvelle-France en Amérique du Nord au 18e siècle. B : une carte de la Province of Quebec en 1774. Il y a l’Amérique du Nord et les autres colonies anglaises.

3.  Associer les faits et les connaissances A : une carte de la Nouvelle-France au moment de son extension maximale. Je constate que le territoire s’étend jusqu’à la Louisiane. B : une carte de la Province of Quebec en 1774 à la suite de l’Acte de Québec. C’est après la Conquête. Je constate que le territoire est plus petit et que la Louisiane ne fait plus partie de la colonie.

4. Réponse Il y a un changement, car le territoire de la Nouvelle-France rapetisse après l’Acte de Québec en 1774.

17


Mettre en relation des faits Ce qui est demandé

Associer (mettre en relation) des documents à une réalité ou un fait historique.

Attention

Certaines sources peuvent sembler très proches. Il faut d’abord analyser toutes les sources et choisir ensuite celle qui correspond au fait historique décrit dans la question.

À savoir

Lorsqu’il faut classer les documents dans un tableau, un même document n‘est jamais utilisé deux fois. Il est donc possible d’y aller par élimination, ce qui limitera les erreurs.

Un exemple de la vie courante

Regardez les documents A à C. Quels documents montrent des outils utiles dans un cadre scolaire sans Wi-Fi ? A

1.  Intention de lecture Lire la question attentivement et définir son intention de lecture. Je cherche quels objets sont présents dans une école traditionnelle.

B

4.  Associer les faits et les connaissances Associer les faits à ses connaissances antérieures.

C

La brosse et la craie sont utilisées sur des tableaux noirs. On les trouve dans les salles de classe (où ?, quand ?). La tablette électronique (quoi ?) sert à la vie de tous les jours (quand ?), mais on ne l’utilise pas dans une classe traditionnelle. La chaise et le pupitre (quoi ?) font partie des salles de classe (où ?, quand ?).

2.  Lecture du tableau à remplir Lire le tableau avec attention, car il donne des indices sur les faits à identifier. Le tableau me demande de classer les objets soit dans une classe traditionnelle, soit dans une classe connectée avec Wi-Fi.

3.  Analyse des sources Analyser le contenu de chaque document. A : Une brosse et des craies. B : Une tablette électronique. C : Une chaise et un pupitre.

5. Réponse Classer les documents dans le tableau ou répondre à la question. Type de classe Document

18

Traditionnelle

Avec Wi-Fi

et

B

A

C


Un exemple historique Les documents A à C présentent les revendications de différents groupes de pression au Bas-Canada. Inscrivez à l’endroit approprié le numéro du document correspondant à chaque groupe de pression. A

B

« [Ils] en vinrent rapidement à parler de responsabilité ministérielle et demandèrent que l’Assemblée eût pleine autorité sur les nominations aux charges publiques. » Source : John A. DICKINSON et Brian YOUNG, Brève histoire socio-économique du Québec (4 e édition), Québec, les éditions du Septentrion, 2009, p. 83.

C

« [Ils] s’efforçaient de protéger le vieux système colonial [et] […] proposèrent plutôt une taxe, qui aurait pesé principalement – et lourdement – sur la population rurale […] » Source : John A. DICKINSON et Brian YOUNG, Brève histoire socio-économique du Québec (4 e édition), Québec, les éditions du Septentrion, 2009, p. 82.

1.  Intention de lecture

« [Elle] prêcha la fidélité à l’Angleterre, Mgr Joseph-Octave Plessis rappelant aux francophones […] le “ bon gouvernement ” dont ils avaient joui sous le régime britannique. » Source : John A. DICKINSON et Brian YOUNG, Brève histoire socio-économique du Québec (4 e édition), Québec, les éditions du Septentrion, 2009, p. 84.

2.  Lecture du tableau à remplir

Je dois associer des revendications à des groupes de pression.

Il y a trois groupes de pression à identifier : l’Église, les députés canadiens-français et les députés canadiensanglais.

4.  Associer les faits et les connaissances

3.  Analyse des sources

A : fait allusion à la responsabilité ministérielle (quoi ?), je peux donc l’associer aux Canadiens français (qui ?), car je me souviens que c’était l’une de leurs revendications. B : fait allusion à la protection du vieux système colonial (quoi ?), je peux donc l’associer aux Canadiens anglais (qui ?), car je me souviens qu’ils étaient les responsables coloniaux et défendaient ce système. Ce sont aussi eux qui veulent taxer la population rurale pour construire les prisons. C : donne la parole à Mgr Joseph-Octave Plessis (qui ?), je peux donc l’associer à l’Église (quoi ?) parce que je me souviens qu’un « Mgr » est associé à celle-ci.

A : Il est question de la responsabilité ministérielle et de l’autorité sur les nominations. B : Il est question de protéger le système colonial et de taxer la population rurale. C : Mgr Joseph-Octave Plessis prêche la fidélité à l’Angleterre.

5. Réponse Groupe social

L’Église

Document

C

Députés canadiens-français Députés canadiens-anglais A

B

19


Établir des liens de causalité Ce qui est demandé

À savoir

Expliquer l’enchaînement logique de causes et de conséquences sur un événement historique.

Il faut caractériser les trois éléments demandés à l’aide de faits précis. Une phrase doit lier deux éléments. Pour cela, utiliser des marqueurs de relation (par exemple : d’abord, ensuite, enfin), permet de bien organiser sa réponse.

Un exemple de la vie courante

Expliquez l’effet de vos méthodes de travail sur votre bulletin. Répondez à la question en précisant les éléments ci-dessous et en les liant entre eux. • Méthode de travail A

• Résultat à l’examen 1.  Intention de lecture Lire la question attentivement et définir son intention de lecture. Je cherche à déterminer l’effet des méthodes de travail sur le bulletin.

2.  Lecture des énoncés B

Lire attentivement les énoncés qui accompagnent la question. Je dois caractériser ces trois éléments : la méthode de travail, le résultat à l’examen et l’effet sur le bulletin. Je dois ensuite les relier entre eux.

3.  Analyse des sources C

Analyser toutes les sources disponibles. A : Une feuille de papier avec 50 %. B : Une jeune fille surprise ou troublée en regardant un papier. C : Une personne sur son canapé qui regarde un ordinateur tout en mangeant du maïs soufflé et en parlant au téléphone. Il y a un livre sur le canapé.

20

• Effet sur le bulletin 4.  Associer les faits et les connaissances Relier les faits à ses connaissances antérieures. A : montre un résultat décevant à un examen (50 %). B : montre la surprise d’une élève devant un bulletin en voyant l’impact du 50 %. C : montre une méthode de travail peu efficace. La personne parle au téléphone et joue à l’ordinateur alors qu’elle devrait étudier son livre.

6.  Faire des liens entre les éléments Faire des liens entre les éléments cités dans la question. Lien entre la méthode de travail et le résultat à l’examen : Une méthode de travail peu efficace entraîne un mauvais résultat à l’examen. Lien entre le résultat de l’examen et l’effet sur le bulletin : Une mauvaise note lors de l’examen entraîne un bulletin décevant.

5.  Nommer les éléments demandés Nommer les éléments demandés à l’aide de faits précis. Méthode de travail : Peu ou pas efficace. Résultat à l’examen : Mauvais résultat. Effet sur le bulletin : Bulletin décevant.

7. Réponse Rédiger la réponse en utilisant des marqueurs de relation. D’abord, ma mauvaise méthode de travail entraîne un mauvais résultat à l’examen. Ensuite, le mauvais résultat à l’examen fait en sorte que mon bulletin est décevant.


Un exemple historique Expliquez comment les relations entre les Amérindiens et les Français ont un effet sur les populations amérindiennes. Répondez à la question en précisant les éléments ci-dessous et en les liant entre eux. 1. Relations entre les Amérindiens et les Français A

2. Relations entre les groupes amérindiens B

Dès le début de la colonie, Champlain sait qu’il doit absolument obtenir la collaboration des Autochtones. Il a besoin d’eux pour apprendre à vivre sur ce territoire, mais surtout pour faire le commerce des fourrures. Source : Marie-Hélène LAVERDIÈRE, Benoit MALETTE, et Audrey-Anne NADEAU, Misàjour, Laval, Éditons Grand Duc, 2015, p. 110.

C

En s’alliant avec les Innus, les Algonquins et surtout les puissants Hurons, Champlain se met les Iroquois à dos. Pour vaincre leurs ennemis, les Iroquois s’allient avec les Hollandais et surtout avec les Anglais présents sur la côte Atlantique. Ces alliances, d’abord économiques, deviennent rapidement des alliances militaires et politiques. Vers 1641, le conflit entre les Français et les Iroquois s’intensifie au point de mettre la Nouvelle-France en péril. Source : Marie-Hélène LAVERDIÈRE, Benoit MALETTE, et Audrey-Anne NADEAU, Misàjour, Laval, Éditons Grand Duc, 2015, p. 110.

1.  Intention de lecture Je cherche en quoi les relations entre les Français et les Amérindiens ont pu avoir des répercussions sur les populations amérindiennes.

2.  Lecture des énoncés Je dois caractériser ces trois éléments : les relations entre les Amérindiens et les Français, les relations entre les groupes amérindiens, l’effet sur les populations amérindiennes. Je dois ensuite les relier entre eux.

3.  Analyse des sources A : Champlain fait des alliances avec les Amérindiens. B : Les Français sont alliés avec les Hurons, les Innus et les Algonquins pour le commerce des fourrures. Les Français sont en conflit avec les Iroquois, ce qui occasionne des problèmes aux Amérindiens qui sont leurs alliés. C : Maladie et mort chez les Amérindiens.

3. Effet sur la population

4.  Associer les faits et les connaissances A : Une relation diplomatique et militaire lie les Amérindiens et les Français. B : La guerre entre les Hurons et les Iroquois est due en partie à leurs relations avec les Français (guerres iroquoises). C : Il y a une chute de la population chez les Hurons.

« La maladie, la guerre et la famine sont les trois fléaux [qui ont frappé les Amérindiens]. Tous ces accidents [les maladies] ont tellement éclairci nos Sauvages, que là où l’on voyait il y a huit ans, quatre-vingts et cent cabanes, à peine en voit-on maintenant cinq ou six. Et tel capitaine qui commandait pour lors à huit cent guerriers n’en compte plus à présent que trente ou quarante et, au lieu des flottes de trois ou quatre cents canots, nous n’en voyons plus que de vingt ou trente. » Source : Père Barthélemy VIMONT, Relation de ce qui s’est passé en la Nouvelle-France — années 1643, 1644, 1645.

6.  Faire des liens entre les éléments Lien entre les éléments (1) et (2) : Les relations entre les Français et les Amérindiens sont surtout diplomatiques et militaires, ce qui entraîne des conflits entre les Iroquois et les Hurons lors des guerres iroquoises. Lien entre les éléments (2) et (3) : Les guerres iroquoises entraînent une chute démographique importante chez les Hurons, c’est-à-dire la destruction de la Huronie.

5.  Nommer les éléments demandés Relations entre les Français et les Amérindiens : diplomatiques et militaires. Relations entre les Amérindiens : Guerres iroquoises, conflits entre Hurons et Iroquois. Effet sur la population : Chute démographique importante chez les Hurons. Destruction de la Huronie.

7- Réponse Les relations diplomatiques et militaires entre certains groupes amérindiens et les Français entraînent des conflits avec les nations iroquoises. Ensuite, les guerres iroquoises entraînent une importante chute démographique chez certains groupes amérindiens comme les Hurons.

21


Période 1 Des origines à 1608

L’expérience des Amérindiens et le projet de colonie

CONCEPTS PARTICULIERS

Bridgeman Image/ PNP245684

Comment les relations entre les peuples amérindiens et leur connaissance du territoire ont-elles contribué à l’exploration, à l’exploitation des ressources naturelles et à la colonisation de ce territoire par les Français ?

Échange Le troc chez les Autochtones a comme fonction principale l’obtention d’objets complémentaires non reliés au mode de vie.

Environnement Les caractéristiques géographiques tels les forêts, les rivières, le sol, le relief et les animaux d’un territoire.

Alliance Entente entre deux ou plusieurs groupes dans le but de s’entraider sur le plan économique ou militaire.


Connaissances historiques de la période

v. 30 000 av. J.-C. Arrivée des Premiers occupants en Amérique

„„ Les Premiers occupants du territoire

„„ Les réseaux d’échanges amérindiens

„„ Les premiers contacts avec les Européens

„„ Les rapports sociaux chez les Amérindiens

„„ Les alliances et les rivalités amérindiennes

„„ L’exploration et l’occupation du territoire par les Français

„„ La prise de décision chez les Amérindiens

Fondation de la colonie Charlesbourg-Royal

00 16 05

40

35

1605 Fondation de Port-Royal 1608 Fondation de Québec

15 70 15 75 15 80 15 85 15 90 15 95

65

60

15

55

15

50

15

15

45

16

15

35 15

15 25

20

15

15

15

10

15

15

05

15

00 15

15

30

v. 900 Arrivée des premiers Inuits au Canada

14 90 14 95

1604 Tentative de colonisation à l’île

1541-1542

1534 Premier voyage de Jacques Cartier

15

1492 Découverte de l’Amérique par Christophe Colomb

14 90

1603 Alliance franco-amérindienne

1541-1542 Troisième voyage de Jacques Cartier

08

1497-1498 Voyages de John Cabot

v. 1300 Arrivée des premiers Inuits au Québec v. 1000 Présence des Vikings au Canada

1600 Création d’un poste de traite à Tadoussac

1535-1536 Deuxième voyage de Jacques Cartier

16

v. 10 000 av. J.-C. Arrivée des Amérindiens sur le territoire actuel du Québec

Pour comprendre l’histoire du Québec et du Canada, il convient d’abord de se pencher sur l’histoire de son territoire. Les grands explorateurs étaient loin d’être les premiers à fouler le sol de ce qui est aujourd’hui l’Amérique. Le territoire a d’abord été la terre d’accueil de populations autochtones et une destination de pêche saisonnière pour les Vikings. Ce n’est que beaucoup plus tard que le territoire a été colonisé par les Européens.


Synthèse de la période Les Premiers occupants du territoire Comme les peuples autochtones ne connaissaient pas l’écriture, les renseignements que nous avons sur leur mode de vie proviennent surtout des découvertes archéologiques et des récits des Européens qui sont entrés en contact avec eux.

1

Selon les archéologues, des peuples nomades venus d’Asie seraient arrivés en Amérique il y a environ 30 000 ans.

2

En suivant les troupeaux d’animaux, ils auraient traversé le détroit de Béring (passage entre l’Alaska et la Russie). À cette époque, le nord de l’Amérique était recouvert de glace, créant ainsi un passage que les Autochtones ont pu traverser.

3

Il faudra attendre la fonte des glaciers, vers 8000 ans av. J.-C., pour que le territoire du Québec soit peuplé par les Autochtones.

De Indiens à Amérindiens Les grandes explorations européennes aux 15e et 16e siècles avaient pour but de trouver un nouveau passage maritime vers les Indes, là où l’on pouvait se procurer de l’or, des tissus et des épices, des produits très recherchés à l’époque. Lorsque les explorateurs débarquent sur le continent américain, ils pensent arriver en Inde. Ils appellent donc à tort les Autochtones qu’ils rencontrent des « Indiens ». Ce terme sera remplacé par celui d’Amérindiens au 20e siècle. Les migrations des premiers Autochtones

26


L’expérience des Amérindiens et le projet de colonie ( des origines à 1608 )

Le mode de vie des Premiers occupants Un peuplement en fonction du territoire L’histoire est l’étude des événements du passé et de l’évolution des sociétés. Les territoires géographiques constituent un facteur déterminant dans cette évolution. L’histoire du Québec et du Canada ne fait pas exception. L’immensité du territoire, le climat et le vaste réseau hydrographique sont indissociables du développement de la société au fil des années.

La carte ci-contre montre que les zones près du fleuve Saint-Laurent et du lac Ontario sont habitées par des peuples de culture iroquoienne jusqu’à la hauteur approximative de Québec. Les zones au-delà sont occupées par des peuples de culture algonquienne. Elle nous apprend que les peuples iroquoiens et algonquiens occupaient des zones différentes dans les années 1500, les nations iroquoiennes étant celles dont le territoire correspond plus exactement à la vallée du Saint-Laurent. Les nations autochtones de l’est de l’Amérique du Nord, vers 1500

27


Trois grandes familles linguistiques Sur le territoire actuel du Québec, on trouve trois familles linguistiques. Toutes les nations faisant partie d’une même famille parlent des langues qui se ressemblent et ont un mode de vie similaire.BAIE

D’HUDSON

Vivant dans le Grand Nord depuis leur arrivée en Amérique, les Inuits ont développé une grande tolérance au froid et ont inventé des techniques pour survivre dans un climat glacial. Ils vivent de la chasse au gros gibier (baleine, phoque, caribou) et de la pêche. Ils sont nomades, car ils doivent se déplacer souvent pour suivre le gibier. Comme la toundra couvre la plus grande partie du territoire, ils fabriquent des habitations en neige et en glace : les iglous. Ils vivent en petits groupes centrés autour de la famille immédiate.

Les Algonquiens Ils sont nomades et comptent sur la chasse, la pêche et la cueillette pour assurer leur subsistance. Comme ils se déplacent régulièrement, ils construisent des habitations faciles à fabriquer avec du bois et de l’écorce : les wigwams. Seuls les hommes chassent. Les Algonquiens forment une société patrilinéaire, c’est-àdire, organisée selon la famille du père. En se mariant, la femme va habiter avec la famille et son époux. L’hiver, les Algonquiens se déplacent en petits groupes de deux ou trois familles, mais l’été, ils peuvent habiter en grands groupes près d’un cours d’eau.

Les Iroquoiens

Lac Supérieur

Lac M ichi

ga n

Ils habitent la vallée du Saint-Laurent. Cette région fertile est propice à l’agriculture. La culture de la terre permet aux Iroquoiens de rester au même endroit pendant 10 ou 20 ans. Ils sont sédentaires. Ils comptent sur la chasse, la pêche et la cueillette pour compléter leur alimentation et vivent dans des villages qui peuvent regrouper plusieurs centaines de personnes. Ce sont les femmes qui pratiquent l’agriculture. Les Iroquoiens forment une société matrilinéaire, c’est-à-dire organisée selon la lignée maternelle. Les Iroquoiens habitent dans des maisons longues. Ces habitations permanentes peuvent loger plusieurs familles ayant un même ancêtre maternel.

28

Les Inuits

Lac Huron Lac Ontario Lac Érié

OCÉAN ATLANTIQUE


Les caractéristiques du territoire Le relief du territoire du Canada comprend plusieurs particularités qui ont une influence sur le mode de vie des nations qui l’habitent.

Bouclier canadien

BAIE D’HUDSON

Une des plus vieilles structures rocheuses de la planète. On y trouve énormément de minéraux, la forêt boréale et de nombreux lacs et rivières. Ce territoire présente une des plus fortes concentrations d’eau douce au monde et son potentiel hydroélectrique est très important. Toutefois, le sol dur et accidenté rend la région peu propice à l’agriculture.

Les Appalaches

-L aur ent

Chaîne de montagnes très anciennes, peu élevées et aux sommets arrondis par le temps. L’agriculture est possible dans les vallées.

in t a S Les basses-terres du Saint-Laurent

Plaine étroite formée de roches sédimentaires (gravier, sable, argile), qui offre un sol fertile et très propice à l’agriculture.

OCÉAN ATLANTIQUE

29


Les ressources végétales du territoire

Les ressources végétales varient selon les régions physiographiques.

Herbes, fleurs et mousses

Baies et noix

Dans la vallée du Saint-Laurent, les Iroquoiens sont surtout des agriculteurs et ils cultivent des produits comme le maïs qui est à la base de leur alimentation, les courges, les haricots et les tournesols. Ils cueillent de petits fruits, chassent ou pêchent, mais l’agriculture est vraiment leur activité principale. De leur côté, parce qu’ils sont nomades, les Algonquiens vivent de la chasse, de la pêche et de la cueillette de petits fruits comme les fraises, les framboises et les bleuets.

Tripe de roche, thé du Labrador, jonc, foin d’odeur, etc. Principaux usages : tisanes, remèdes, nourriture en temps de famine, fabrication de paniers, de cordes ou de filets, couches en mousse pour les enfants, etc.

Fraises sauvages, framboises, bleuets, canneberges , etc. Principaux usages : nourriture (les fruits peuvent être séchés pour la conservation), teinture, etc.

Les ressources végétales ne servent pas uniquement de nourriture. Le tabac, par exemple, joue un rôle important au cours des cérémonies religieuses. D’autres ressources permettent de fabriquer divers objets comme des canots ou des poupées et des remèdes. Épinette

Arbres et arbustes Érables, bouleaux, épinettes, mélèzes, ormes, aulnes, etc. Principaux usages : bois pour le chauffage ou la fabrication de divers objets, écorce pour la fabrication des canots, des contenants ou des habitations, sève pour le sirop, résine pour l’étanchéité des objets faits d’écorce ou comme gomme à mâcher, remèdes, etc.

Thé du Labrador Bouleau

Plantes cultivées Maïs, courge, haricot, tournesol, tabac, etc. Principaux usages : nourriture (les plantes peuvent être séchées pour la conservation), huile, courges séchées servant de panier, feuilles de maïs pour la fabrication des poupées, tabac fumé au cours des cérémonies religieuses, etc. 30

Bleuets

Érable

Maïs Tournesol


Les ressources animales du territoire

L’expérience des Amérindiens et le projet de colonie ( des origines à 1608 )

Les ressources animales jouent un rôle important dans l’économie amérindienne. D’abord, les animaux servent à l’alimentation des Autochtones. La chasse est le principal moyen de subsistance des Algonquiens. Chez les Iroquoiens elle est complémentaire aux produits de l’agriculture.

Mammifères marins Phoques, morses, bélugas, etc. Principaux usages : nourriture, huile pour l’éclairage, peaux pour la fabrication des vêtements et des tentes, ivoire pour la sculpture des objets, etc.

La viande qui n’est pas consommée immédiatement est fumée ou séchée afin d’être conservée longtemps. Les autres parties des animaux sont également utilisées pour élaborer différents produits artisanaux comme des vêtements, des tentes et de petits objets qui souvent sont utilisés dans les échanges.

Mammifères terrestres

Phoque annelé

Caribous, ours polaires, orignaux, ours noirs, castors, rats musqués, loutres, porcs-épics, cerfs, renards, lièvres, etc. Principaux usages : nourriture, peaux et fourrures pour la fabrication des vêtements et des tentes, bois et os pour la fabrication des objets, etc.

Caribou Ours noir

Poissons

Orignal Corégone

Ombles de l’Arctique, saumons, truites, corégones, esturgeons, etc. Principaux usages : nourriture (le poisson peut être séché ou fumé pour la conservation).

Autres animaux

Oiseaux Gélinottes, lagopèdes, oies sauvages, canards, oiseaux migrateurs, etc. Principaux usages : nourriture, plumes pour les parures, os pour la fabrication de petits objets, etc.

Bernache du Canada

Castor Cerf

Mollusques, tortues, grenouilles, etc. Principaux usages : nourriture, carapaces pour la fabrication de wampums, de hochets, coquillages pour les colliers et les décorations, etc. 31


La prise de décision chez les Amérindiens Les trois grandes familles autochtones ont des points en commun. Les décisions ne sont jamais prises par un chef autoritaire et la consultation est importante. De plus, le respect des aînés et le partage sont des valeurs très importantes dans toutes les communautés.

Don et contre-don Chez les Iroquoiens Comme les Iroquoiens vivent en grands groupes, leur organisation est plus complexe. Les femmes aînées prennent la plupart des décisions et choisissent leurs représentants. Le village peut compter sur un chef civil qui gère les conflits internes. S’il y a une guerre, un chef de guerre ayant des qualités de guerrier et de leader est choisi. Les guerres se déroulent principalement en été, puisque l’hiver est consacré à la chasse et aux festivités à l’intérieur des maisons longues. Chez les Algonquiens Comme les Algonquiens sont nomades, leur structure politique est plutôt simple. Ils vivent en bandes regroupant la famille élargie. En été, lorsque plusieurs bandes sont réunies, ils choisissent un chef qui est un bon orateur et ils en profitent pour discuter de la guerre, de la chasse et des alliances. L’ensemble de la bande et surtout les aînés sont consultés avant la prise de décisions. En hiver, les familles se dispersent pour assurer leur survie. 32

Dans toutes les familles linguistiques, la générosité et l’éloquence (facilité à convaincre et à bien s’exprimer) sont des qualités très valorisées. Le concept du don et du contre-don est un autre élément important dans la culture des Premières Nations. En signe de respect, on offre en cadeau un objet auquel on accorde de la valeur. La personne qui reçoit le cadeau doit faire un cadeau de même valeur en retour : c’est le contre-don.

Chez les Inuits Vivant en petits groupes, les Inuits prennent généralement leurs décisions par maisonnée (en famille) en consultant toujours les aînés. L’automne est le seul temps de l’année où plusieurs familles se regroupent pour chasser le phoque. L’éducation des enfants Chez les Autochtones, la mère s’occupe des jeunes enfants puis, lorsque ceux-ci grandissent, l’éducation est prise en charge par les deux parents. L’éducation des jeunes est considérée comme un devoir commun ; tout le groupe éduque les enfants.


Les Premiers occupants Ils créent des alliances Elles sont scellées par...

Le don et le contre-don

Militaires

Économiques Ils font des échanges de produits qu’ils ont en abondance contre des produits qu’ils n’ont pas. Cette pratique est liée à : •  leur environnement ; •  leur mode de vie (nomade ou sédentaire).

Causes Ils font la guerre pour :

ET

•  défendre leurs alliés ; •  se venger d’un ennemi commun ; •  prendre des prisonniers pour remplacer les morts dans leur communauté.

Les Iroquois font la guerre l’été et forment une société guerrière bien organisée.

Les Algonquiens et les Inuits font la guerre plus rarement. 33


Le monde spirituel de la société amérindienne Chez les Amérindiens, la culture se transmet par la tradition orale (par la parole). Généralement, les aînés assurent la transmission des connaissances, des croyances, des mythes et des légendes de génération en génération. La nature est toujours au cœur de la spiritualité.

L’animisme La spiritualité autochtone s’appelle l’animisme. Elle consiste à croire que tout a une âme, un esprit. Toutes les actions humaines ont un impact sur le monde des esprits et doivent être soulignées par des rituels, des fêtes ou des hommages aux esprits. Le Cercle de vie Pour les Autochtones, la vie forme un cercle infini. Tout est cyclique : les étapes de la vie, les saisons, l’équilibre entre chacun des éléments de la nature. Lorsque les Amérindiens utilisent des éléments naturels, ils les considèrent comme des emprunts qui doivent être retournés à la nature sous forme d’offrandes. Le chaman Le chaman est l’intermédiaire entre le monde des vivants et le monde des esprits. Il a la capacité de déchiffrer les signes envoyés par les esprits. Il interprète les rêves et se sert du tambour et de la fumée pour communiquer avec les esprits. Le chaman est aussi un guérisseur et il peut faire des prédictions en fonction des messages qu’il reçoit des esprits.

34

Hiver

Monde des esprits

Automne Mort

Cercle de vie Perpétuel recommencement

Été Vie

• La vie et la nature sont cycliques. • Il y a interdépendance entre les êtres animés et inanimés.

Printemps Naissance


Conception du monde des Premiers occupants Animisme

Importance des aînés Transmission des connaissances et de la culture : histoire, valeurs, récits mythiques.

Liaison constante entre le monde réel et le monde surnaturel

Croyance selon laquelle tout a une âme.

Respect et harmonie avec l’environnement En lien avec leur mode de vie

Communication avec les esprits Interprétés par

chaman Rôles : • devin • guérisseur

objets sacrés

rêves fumée

nomade Algonquiens et Inuits : cueillette, chasse, pêche

sédentaire Iroquois : agriculture

35


L’économie et les réseaux d’échanges chez les Amérindiens Jusqu’à l’arrivée des Européens, les Amérindiens n’ont pas de système économique complexe et ne connaissent pas la monnaie. Ils font du troc, c’est-à-dire qu’ils échangent un produit contre un autre. Leurs principales activités économiques sont la chasse, la pêche, l’agriculture et la cueillette. Ces activités servent surtout à assurer leur survie et non à s’enrichir en faisant du commerce. Ils font des échanges pour obtenir

des produits qu’ils n’ont pas ou qu’ils ont en quantité insuffisante en échange de produits qu’ils ont en plus grande quantité. Les produits qu’ils ont à échanger sont liés à leur mode de vie et à leur environnement. Le tableau ci-dessous présente quelques exemples.

Mode de vie

Produits à échanger

Nomades

produits de la chasse

(Algonquiens)

(viande et fourrures)

Sédentaires

raquettes, canots, produits de l’agriculture, produits artisanaux

(Iroquoiens)

(paniers et poterie)

Il faut également noter que : • Les échanges se font à la rencontre de deux ou de plusieurs cours d’eau qui servent aux déplacements. • Les objets échangés proviennent parfois de très loin. • Les échanges servent d’abord à assurer la survie, mais aussi à sceller des alliances (principe du don, contre-don). Ainsi, des objets précieux tels que des bijoux, des coquillages ou des ornements font aussi partie des échanges.

36


Dossier spécial : Comment l’eau a-t-elle influencé la vie des Premiers occupants ?

C

Découvertes et explorations

B

Inuits à la chasse au phoque

© Private Collection / The Stapleton Collection / The Bridgeman Art Library

Amérindiens en canot

© Granger, NYC

© Francis Back Photographe

A

37


Les rivalités amérindiennes Il existe des rivalités entre certaines nations autochtones. La guerre fait même partie du mode de vie des Iroquoiens. En effet, puisque les femmes et les enfants se consacrent à l’agriculture, les hommes ont le temps de fabriquer des armes et de s’entraîner au combat. Ils profitent de l’été pour attaquer leurs ennemis et se venger. Les Algonquiens et les Inuits sont quant à eux trop occupés à se déplacer et chasser pour assurer leur survie. Les conflits qui surviennent se traduisent par de courtes batailles. Les alliances économiques entre certaines nations peuvent devenir des alliances militaires. On s’entend pour combattre un ennemi commun et on se porte à la défense de l’allié. Le raid est la principale technique utilisée dans les conflits. Cette technique consiste en une attaque surprise pour faire le plus de dégâts possible dans un court délai. Généralement, les guerres font peu de morts, mais les prisonniers sont nombreux. Parfois les prisonniers sont torturés et tués, mais souvent ils sont adoptés par les familles du clan victorieux pour remplacer les disparus et rétablir l’équilibre de la population. Il est important d’avoir une population stable, car chaque membre du groupe a un rôle important à jouer pour assurer la survie du peuple.

38


L’expérience des Amérindiens et le projet de colonie (des origines à 1608)

Les premiers contacts avec les Européens Les explorations européennes Dès le 15e siècle, les pêcheurs restaient dans les eaux côtières du territoire nord-américain pendant toute la saison chaude et séchaient et salaient le poisson sur les côtes de Terre-Neuve, ce qui a favorisé les contacts et les échanges entre Européens et Amérindiens. Les Européens offrent des produits comme des couteaux et des marmites en échange de fourrures. Ces produits sont précieux pour les Amérindiens, car le fer est plus durable que les matériaux qu’ils utilisent. Il faudra cependant attendre les grandes explorations du 16e siècle pour que la France prenne possession du territoire autour de l’embouchure du fleuve Saint-Laurent. Les explorations européennes

Cap de Bonne-Espérance

© akg-images AKG429221

La caravelle Santa Maria de Christophe Colomb

39


Le but des explorations européennes Le 15e siècle marque le début de la période moderne en Europe. Cette période est aussi connue sous le nom de Renaissance. Les avancées scientifiques et la nécessité de trouver une nouvelle route vers l’Asie poussent les grandes puissances européennes à financer des voyages d’exploration.

Magellan (son équipage)

Travaille pour l’Espagne.

Travaille pour l’Angleterre.

Travaille pour le Portugal.

Travaille pour l’Espagne.

Explore les Antilles.

Explore Terre-Neuve et la côte est américaine.

Atteint l’Inde en contournant l’Afrique.

Fait le premier tour du monde.

1492

1497

1498

1519-1522

Les voyages d’exploration avaient trois buts : trouver une route vers l’Asie ;

40

trouver des richesses (or, argent, soie, épices) ;

prendre possession de nouveaux territoires au nom du roi.

© Bibliothèque et Archives Canada/C-011226

© Tallandier/Bridgeman Images

Jacques Cartier © De Agostini Picture Library/M. Seemuller/Bridgeman Images

Vasco de Gama

©The New York Public Library/b14589542

John Cabot © Bibliothèque et Archives Canada/MIKAN 4312830

Christophe Colomb

Travaille pour la France. Explore la vallée du Saint-Laurent.

1534-1535-1541


Les voyages de Cartier 1535

Cartier dirige une flotte de trois navires

L’équipage = 5 Français

La Grande Hermine

La Petite Hermine

1er voyage – 1534 •  Il rencontre les Amérindiens et fait les premiers échanges d’objets en fer contre des fourrures. •  Il plante une croix à Gaspé pour prendre possession du territoire au nom du roi de France. •  Il ne pénètre pas dans les terres par le fleuve Saint-Laurent, mais il ramène deux Amérindiens avec lui en France. •  Il cartographie le territoire, ce qui sera utile pour de futurs voyages.

= Les victimes du scorbut

L’Émérillon

2e voyage – 1535 •  Il explore le fleuve Saint-Laurent en passant par Stadaconé (Québec) et Hochelaga (Montréal). •  Il est forcé de passer l’hiver à Stadaconé et son équipage est durement touché par le scorbut. Les Amérindiens l’aideront en lui faisant découvrir un médicament (une infusion de pin).

En 1600, un premier poste de traite est établi à Tadoussac afin de faciliter les échanges et d’obtenir plus de fourrures, pour lesquelles la demande est très forte en Europe. En 1604, la première colonie permanente en Amérique du Nord est établie sur

3e voyage – 1541 •  Cartier tente de fonder une colonie à Cap-Rouge. Cette tentative se solde par un échec et Cartier ne reviendra jamais en Amérique.

le territoire de l’Acadie pour faire la traite des fourrures. L’hiver rigoureux détruit partiellement les installations, ce qui fait qu’en 1605 on déplace le tout à Port-Royal. Deux ans plus tard, des conflits entre les marchands de fourrures entraînent l’abandon de cet emplacement. 41


Dossier spécial : Les voyages de Jacques Cartier, un échec sur toute la ligne ? A

B

L’arrivée de Jacques Cartier à Stadaconé, 1535, par Walter Baker, vers 1900

Extrait du discours du voyage fait par le capitaine Jacques Cartier en la terre neuve du Canada de la Nouvelle-France en l’an 1534

© Bibliothèque et Archives Canada / MIKAN 2836742

« Nous partîmes le 20 avril en l’an 1534 du port de Saint-Malo avec deux navires chargés chacun d’environ soixante tonneaux et armés de soixantaine d’hommes. […] Nous navigâmes et le 10 mai nous arrivèrent à la TerreNeuve [...] »

C

L’alliance franco-montagnaise

« L’alliance franco-montagnaise du 27 mai 1603 est fondatrice à plusieurs égards. Le commerce des fourrures étant la principale source de financement de la fondation, la France opte pour la négociation d’alliances (militaires, commerciales et plus tard matrimoniales) avec les Autochtones […] En devenant l’allié des Montagnais contre les Iroquois, Henri IV ignore la puissance des Cinq-Nations iroquoises, qui deviendront les alliées des Hollandais puis des Anglais [...] » Source : Mathieu d’AVIGNON, « Derrière Samuel de Champlain, un certain Pierre Dugua de Mons », Cap au Diamant : la vue d’histoire du Québec, 2004, p. 20-24.

42

Source : Discours du voyage fait par le capitaine Jacques Cartier, édition de 1598, par Jacques Cartier, traduction libre du vieux français par Marc-André Lauzon.

D

Vive le Roy

« Le 24 du mois (juillet) nous fîmes faire une croix haute de trente pieds. […] En grosses lettres entaillées en du bois, VIVE LE ROY DE FRANCE. Après nous la plantâmes sur ladite pointe et nous la regardions fort et l’ayant levée en haut, nous nous agenouillions tous ayant les mains jointes. » Source : Discours du voyage fait par le capitaine Jacques Cartier, édition de 1598, par Jacques Cartier, p. 55, traduction libre du vieux français par Marc-André Lauzon.

E

Jacques Cartier à Blanc-Sablon

« Blanc-Sablon est un lieu où il n’y a aucun abri, du sud ni du sud-est ; mais, vers le sud-ouest de ce lieu, il y a deux îles, l’une desquelles est appelée l’île de Brest et l’autre l’île des Oiseaux, en laquelle il y a grande quantité de godets et corbeaux, qui ont le bec et les pieds rouges [… ]» Source : Édouard CHARTON, Voyageurs anciens et modernes, 1863, p. 8.


Carte des explorations de Cartier dans le golfe du Saint-Laurent

H

Charlesbourg-Royal

G

Discours du voyage de Jacques Cartier

© Bibliothèque nationale de France

F

« […] Établi en 1541, par Jacques Cartier, lors de son troisième et dernier voyage dans le territoire français sur les rives du fleuve Saint-Laurent, le fort Charlesbourg-Royal a été composé d’un fort en contrebas et d’un autre en contre-haut situés près de l’embouchure de la rivière du Cap Rouge. Construit à une élévation de 40 mètres, le fort en contre-haut offrait une position stratégique de défense, tandis que le fort en contrebas, étant protégé des forts vents venant du fleuve, servait de lieu possible de mouillage pour les navires. Les deux forts comportaient un total de trois tours et celui en contre-haut avait été construit en grumes équarries. […] Charlesbourg-Royal a servi de lieu de résidence à Cartier et à un groupe de quelque 400 colons durant l’hiver 1541-1542. Durant cette période d’occupation, les relations avec les populations autochtones de la région ont été difficiles et bon nombre de colons ont souffert du scorbut. En juin 1542 […], Cartier a décidé de retourner en France, et Roberval a pris possession du fort, puis en change le nom à France-Roi. […]. Roberval et son groupe de 200 colons ont passé l’hiver au Canada, souffrant du froid, de la famine et de la maladie. Même si un navire est dépêché en France pour demander l’aide du roi, le fort a été abandonné à l’été 1543. Il faudra attendre plus de 60 ans avant de voir une autre tentative de colonisation dans la région du Saint-Laurent. » Source : Commission des lieux et monuments historiques du Canada, procès-verbal, 1923, 2009. Texte de plaque.

I

Notes de voyage

« Depuis la minovembre jusqu’au quinzième jour d’avril, avons été continuellement enfermés dans les glaces, lesquelles avaient plus de deux brasses [3,2 m] d’épaisseur, et dessus la terre, il y avait la hauteur de quatre pieds de neige et plus [...] » Source : Relation du deuxième voyage de Jacques Cartier au Canada, 1535.

43


La période par les sources Le mode de vie des Premiers occupants en images 1

3

© Granger, NYC

© Granger, NYC

2

Cooking in a pot, John White (vers 1585)

1›2

Établir des faits Quelles sont les deux activités de subsistance présentées dans les documents ?

© Granger, NYC

Déterminer des causes et des conséquences

44

Déterminez la conséquence de l’activité de subsistance sur le mode de vie de chaque famille.

3›4

Dégager des différences et des similitudes Déterminez la principale différence entre les deux outils.


La période par les sources

5

© Bibliothèque et Archives Canada / C-033685

6

5›6

Établir des faits A Quelles sont les familles

linguistiques représentées dans ces documents ? B Quel est le nom de chacune de ces habitations ?

© Musée de la civilisation, photographe : Amélie Breton Perspective Photo, 68-180

4

45


La période par les sources Texte de source primaire

La société amérindienne en textes 7

Chef micmac parlant à un prêtre français

« Ne trouvons-nous pas dans nos [habitations] toutes les commodités et les avantages que vous avez chez vous, comme de coucher, de boire, de dormir, de manger et de nous divertir avec nos amis quand nous voulons ? […] Tu n’es pas aussi brave, ni aussi vaillant que nous puisque quand tu voyages, tu ne peux pas porter sur tes épaules tes bâtiments ni tes édifices. […] Nous sommes partout chez nous, parce que nous faisons facilement des cabanes partout où nous allons, sans demander la permission à personne […] » Source : Chrestien LE CLERCQ, Nouvelle relation de la Gaspésie, 1691, p. 23.

8

Perspective des Européens

« Ces gens-là se peuvent appeler sauvages, car ce sont les plus pauvres gens qui puissent être au monde ; car tous ensemble ils n’avaient pas la valeur de cinq sous […] » Source : Jacques CARTIER, Voyages au Canada, Premier voyage, 1534.

9 « Le chaman sert d’intermédiaire entre le monde des vivants et celui des esprits. [...] Il interprète les rêves pour en tirer des indices sur les événements à venir et tenter de mieux comprendre le monde qui l’entoure. [...] Le chaman agit également comme guérisseur. » Source : Marie-Hélène LAVERDIÈRE, Benoit MALLETTE et AudreyAnne NADEAU, MisÀjour, Laval, Éditions Grand Duc, 2015, p. 41.

10 « Les anciens du pays étaient rassemblés cet hiver pour l’élection d’un capitaine [chef] fort célèbre [...] » Source : Paul RAGUENEAU, Relation de ce qui s’est passé de plus remarquable en la mission des pères de la Compagnie de Jésus aux Hurons, pays de la Nouvelle-France, depuis le mois de mai de l’année 1645 jusqu’au mois de mai 1646, Paris, Chez Sébastien Cramoisiy, 1647, p.67-68.

7›8

9 › 10

46

Texte de source secondaire

Dégager des différences et des similitudes Comparez la perspective que les Amérindiens avaient d’eux mêmes à celle que les Européens avaient des Amérindiens au 16e siècle.

Établir des faits A Quel nom porte la spiritualité amérindienne ? B Quel est le rôle joué par les aînés dans les sociétés amérindiennes ?


La période par les sources

11

13

« Le père joue le rôle de protecteur et de pourvoyeur pour sa famille. [...] La femme s’occupe de l’entretien du campement, de la confection des vêtements et de la cueillette des petits fruits. » Source : Marie-Hélène LAVERDIÈRE, Benoit MALLETTE et Audrey-Anne NADEAU, MisÀjour, Laval, Éditions Grand Duc, 2015, p. 27.

La guerre

« La guerre renforçait la solidarité au sein de la communauté, en tournant l’agressivité contre un objet extérieur. Elle ne visait pas l’acquisition de nouveaux territoires, mais la capture d’individus et la torture rituelle des prisonniers mâles (Viau, 1997). » Source : John A. DICKINSON et Brian YOUNG, Brève histoire socio-économique du Québec, Québec, les éditions du Septentrion, 2003, p. 26-27.

12 « Les tâches sont réparties en fonction du sexe : les hommes chassent et s’occupent des travaux de construction alors que l’agriculture et la confection des vêtements sont l’affaire des femmes. » Source :Marie-Hélène LAVERDIÈRE, Benoit MALLETTE et Audrey-Anne NADEAU, MisÀjour, Laval, Éditions Grand Duc, 2015, p. 29.

11 › 12 11 › 12

Mettre en relation des faits Associez le bon document aux éléments suivants : matrilinéaire, patrilinéaire, Algonquiens et Iroquoiens.

14

Un trait marquant chez les Amérindiens

« L’une des grandes injures parmi eux, c’est de dire : “ Cet homme aime tout : il est avare. ” […] ils n’ouvrent pas la main à demi quand ils donnent […] Vous les verrez nourrir leurs parents, les enfants de leurs amis, des femmes veuves, des orphelins, des vieillards, sans jamais […] rien [leur] reprocher […] C’est véritablement une marque de bon cœur et d’une âme généreuse. »

15

Description d’Amérindiens par Pierre-François Xavier de Charlevoix

« Il ne s’agit pas pour eux de conquérir et d’étendre leur domination. […] Il n’est donc question dans leurs traités que de se faire des alliés contre des ennemis puissants, de mettre fin à une guerre […]. Il est surprenant que des peuples […] qui ne prennent les armes que pour la gloire ou pour se venger de leurs ennemis, il est, dis-je, étonnant de les voir aussi exercés qu’ils le sont dans le manège de la plus fine politique. […] » Source : Pierre-François Xavier de CHARLEVOIX, Histoire et description générale de la Nouvelle-France, Chez Rollin fils, 1744. tome 5, p. 370-372.

Mettre en relation des faits Déterminez les documents qui présentent l’aspect politique de la société amérindienne.

Source : Paul LE JEUNE, Relation de ce qui s’est passé en la Nouvelle-France en l’année 1634, Paris, Chez Sébastien Cramoisy, 1635, p. 107-108.

Documents 13 › 15 47


La période par les sources L’économie et les réseaux d’échanges chez les Amérindiens en cartes Les grandes routes commerciales de l’est de l’Amérique du Nord

16

Lac Innus Saint-Jean S aguenay

ichi gan La c M

Lac Huron

Hurons

Sa

s en i o qu o Ir

d

L t-

S

rent GOLFE DU SAINT-LAURENT

nt re u a

Richelieu

Lac Algonquins Rivière Nipissing d Outaou es ais

in

Cuivre du lac Supérieur

u

ac Supérieur

ve eu l F

au t-L ain

Lac Champlain

Lac Ontario

Iroquois

Routes commerciales

Fleuve Hudson

Lac Érié

OCÉAN ATLANTIQUE

0

Coquillages

100

200

Établir des faits À partir des informations de la carte 16, trouvez le nom du territoire physiographique des Iroquoiens.

kilomètres

Document 16 48


La période par les sources 17

Les réseaux d’échanges des Hurons

Dégager des différences et des similitudes Qu’est-ce que l’information de ces cartes permet de dégager comme similitude quant au moyen de transport utilisé par les différentes familles amérindiennes ?

Documents 16 › 17 49


À l’épreuve Jacques Cartier dresse une croix, Gaspé, 1534, par George Agnew Reid, vers 1916

20

19

Source : Journal de Jacques Cartier 1535, adaptation libre du vieux français par Marc-André Lauzon.

Journal de Cartier

« Nous avons poursuivi notre marche et environ une demi-lieue avant de commencer à trouver de belles grandes terres labourées avec du maïs. […] Et à travers ces terres fertiles, se situe le village d’Hochelaga tout près d’une montagne que nous voyions de fort loin. Nous avons nommé ladite montagne, le Mont Royal. Le village est tout rond entouré de palissades de bois. » Source : Journal de Jacques Cartier 1535, adaptation libre du vieux français par Marc-André Lauzon.

Version 1 (1637)

« Après avoir tout admiré le pays, Tchakabech s’en va pour tendre des lacets, ou comme les autres les nomment des collets, espérant peut-être prendre quelque animal. La nuit, se levant pour aller voir à ses lacets, il les vit tout en feu et n’osa approcher. Il retourne à sa soeur… […] Sa soeur se doutant de ce que c’était, lui dit : « Ah ! mon frère, quel malheur ! Assurément que vous aurez pris le Soleil au lacet. Allez vite le dégager, peut-être que marchant la nuit, il s’est jeté dedans sans y penser. » Tchakabech, bien étonné, s’en retourne et ayant bien considéré, trouve qu’en vérité il avait pris le Soleil au collet. »

© Bibliothèque et Archives Canada/C-096999

18

21

Perspective des Amérindiens

« Il est très difficile de savoir avec précision ce qu’ils pensaient des coutumes des Européens […] Il appert que, pour les Autochtones, certains comportements européens étaient répugnants [...], alors que certains usages étaient insensés tout simplement (comme de construire de grandes maisons qu’on ne pouvait aisément déménager). Il ressort, d’une façon générale, que les Autochtones ne se sont jamais crus inférieurs aux Européens. » Source : John A. DICKINSON et Brian YOUNG, Brève histoire socio-économique du Québec, Québec, les éditions du Septentrion, 2003, p. 40.

Version 2 (1970)

« Ainsi parvint-il à une terre qu’il n’avait jamais vue auparavant. Il y fit une tournée d’exploration et découvrit de très nombreuses traces fraîches. […] En revenant sur ses pas, il constata qu’on venait tout juste de suivre ses traces. Pour savoir de qui il s’agissait, il tendit un collet et s’éloigna de la piste. Soudain, ce fut l’obscurité totale. « Que se passe-t-il ? Ah ce doit être mon collet. » Il courut à ce dernier et y trouva le Soleil se débattant pour se libérer du piège. » Source : Récit de François BELLEFLEUR en 1970 repris dans Rémi SAVARD, La forêt vide. Récits fondateurs du peuple innu, 2004.

50

22

Les documents 20 et 21 présentent deux versions du même récit innu, celui d’un jeune héros amérindien qui grimpe sur un arbre pour accéder aux terres qui sont dans le ciel. Lors de son voyage, il capture le Soleil. Le premier récit est celui écrit par le missionnaire jésuite Paul Le Jeune, à qui un Innu l’avait raconté à l’oral en 1637. Le deuxième récit est la même histoire racontée plus de 300 ans plus tard, en 1970. Celle-ci ne vient pas d’un livre ; elle a plutôt été transmise oralement de génération en génération.


À l’épreuve 23

Danse algonquienne

18

© British Museum, London, UK/ Bridgeman Images

22

19

23

Échanges

20 › 21

24

© Vidéanthrop

24

Déterminer des causes et des conséquences Quelle est la conséquence territoriale de la scène présentée dans le document ? Qu’est-ce qui explique la différence de perspective des Amérindiens et des Européens quant à certaines habitudes de vie ?

Établir des faits Selon le document, quel est le nom du groupe amérindien rencontré par Jacques Cartier au village de Hochelaga ? Quel élément de la spiritualité amérindienne est présenté dans le document ?

Dégager des différences et des similitudes Les documents présentent un même récit mythologique amérindien sur la capture du soleil, mais à des époques différentes. De quel élément précis de la spiritualité amérindienne est-il question dans les deux documents ? Déterminer des changements et des continuités Avant l’arrivée des Européens, les Amérindiens faisaient déjà des échanges entre eux. Dans le document, quel élément de continuité se dégage quant aux échanges entre les Amérindiens et les Européens ?

51


À l’épreuve Rassemblement autochtone, par John Henry Walker, 19e siècle

29

27 « Pour tous les Autochtones, la famille était l’unité sociale de base, et sa structure était liée à leur mode de subsistance. Chez les chasseurs, la famille était patriarcale et centrée sur un mâle qu’on respectait pour son habileté. Dans les communautés sédentaires, en revanche, la vie familiale était centrée sur les femmes, pourvoyeuses de la nourriture, qui assuraient la survie du groupe. » ©Musée McCord / M930.51.1.76

©Musée McCord

25

Source : John A. DICKINSON et Brian YOUNG, Brève histoire socio-économique du Québec, Québec, les éditions du Septentrion, 2003, p. 25.

26 « Les principales activités économiques des Autochtones sont la chasse, la pêche, la cueillette et l’agriculture, et les produits sont destinés à la consommation immédiate plutôt qu’au troc. Cependant, les familles linguistiques font des échanges en fonction de leur production qui relève directement de leur mode de vie et de leur environnement. Cette complémentarité permet aux Iroquoiens d’offrir des produits de l’agriculture aux Algonquiens en échange de produits de la chasse. » Source : Marie-Hélène LAVERDIÈRE, Benoit MALLETTE et Audrey-Anne NADEAU, MisÀjour, Laval, Éditions Grand Duc, 2015, p. 43.

« Chez les trois grandes familles autochtones, la survie dépend de l’entraide et du rôle de chacun. La collaboration est primordiale pour la chasse, la fabrication des habitations ou l’éducation des enfants. Les décisions importantes relèvent d’un conseil. Le principe même de possession est vague ; les objets sont utilisés par tous les membres du clan et la nourriture est partagée équitablement. La générosité est une qualité essentielle à l’élection des chefs. » Source : Marie-Hélène LAVERDIÈRE, Benoit MALLETTE et Audrey-Anne NADEAU, MisÀjour, Laval, Éditions Grand Duc, 2015, p. 36.

28 « La générosité est une qualité importante pour les Premières Nations. Chaque don s’accompagne toutefois d’un contre-don en réponse à l’offrande. Il ne s’agit pas d’échange ou de troc, mais bien d’un cadeau basé sur l’importance accordée à l’objet. Le contre-don doit être de valeur équivalente afin de montrer un respect mutuel. L’importance de cette réciprocité est marquée dans chacune des familles linguistiques et s’applique aussi à la nature. » Source : Marie-Hélène LAVERDIÈRE, Benoit MALLETTE et AudreyAnne NADEAU, MisÀjour, Laval, Éditions Grand Duc, 2015, p. 37.

52


À l’épreuve 30

25

Déterminer des causes et des conséquences Bien que les Amérindiens ne connaissent pas l’écriture, qu’est-ce qui permet et facilite la transmission des savoirs par la tradition orale ?

26

Dégager des différences et des similitudes Le document présente les activités économiques de deux groupes d’Amérindiens. Comparez le mode de vie de chacun des groupes.

Apprendre à faire de la farine de maïs

©Vidéanthrop

27

31

Relation de ce qui s’est passé de plus remarquable en 1645

« Les anciens du pays étaient rassemblés cet hiver pour l’élection d’un capitaine [chef] fort célèbre. Ils ont coutume en semblables rencontres de raconter les histoires qu’ils ont apprises de leurs ancêtres, et les plus éloignées, afin que les jeunes gens qui sont présents et les entendent en puissent conserver la mémoire et les raconter à leur tour, lorsqu’ils seront devenus vieux, pour ainsi transmettre à la postérité l’histoire et les annales du pays, tâchant par ce moyen de suppléer au défaut de l’écriture et des livres qui leur manquent. » Source : John A. DICKINSON et Brian YOUNG, Brève histoire socioéconomique du Québec, Québec, les éditions du Septentrion, 2003, p. 40.

28

Mettre en relation des faits Le document présente les structures familiales de deux groupes d’Amérindiens. Trouvez celle qui appartient à la famille linguistique algonquienne et celle qui appartient à la famille linguistique iroquoienne. Établir des faits À quelle activité politique le don et le contre-don s’appliquent-ils ?

29

Qui est responsable de l’élection des chefs chez les Amérindiens ?

30

Quel est le rôle des femmes par rapport aux enfants dans la société amérindienne présentée dans le document ?

31

Par quel moyen la mémoire amérindienne est-elle transmise de génération en génération ? 53


3e SECONDAIRE

HISTOIRE DU QUÉBEC ET DU CANADA

MisÀjour Histoire Pour réussir en histoire Dans ce manuel de l’élève, tout est mis en place pour que l’élève mobilise les ressources nécessaires à sa réussite : • Les connaissances historiques • L’interprétation des sources • Les opérations intellectuelles Ces trois éléments guident l’élève dans la réalisation de tâches complexes afin de développer les compétences disciplinaires.

Un manuel de synthèse qui se distingue du manuel traditionnel Les connaissances historiques sont illustrées à l’aide d’organisateurs graphiques ; Des dossiers spéciaux demandent à l’élève d’approfondir un pan de l’histoire grâce   l’analyse de documents pertinents ; Une revue de la période est faite entièrement à l’aide de questions soutenues par les opérations intellectuelles et l’analyse des documents ;

CODE PRODUIT ISBN

4498

978-2-7655-3066-4

La révision de la période permet du même coup de se préparer à l’épreuve unique.

6

20728 44980

8

Profile for Éditions Grand Duc

Misajour 20histoire 20manuel 203e 20secondaire 20feuilleteur  

Misajour 20histoire 20manuel 203e 20secondaire 20feuilleteur  

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded