Page 1

n

1re année

1re année

1er cycle du secondaire

des cartes géographiques,

des photographies d’hier et d’aujourd’hui,

des textes de source primaire ou secondaire,

des graphiques et des illustrations aidant à la compréhension.

Cette richesse associée à une grande variété d’exercices et de connaissances historiques fait la singularité de ce cahier d’apprentissage.

1re année

Cahier d’apprentissage

n

Marie-Hélène Laverdière

1er cycle du secondaire Cahier d’apprentissage

Chaque cahier est divisé en plusieurs chapitres qui proposent des documents variés :

n

Conforme à la progression des apprentissages

du MELS

Histoire et éducation à la citoyenneté

Plus qu’un simple cahier d’apprentissage, Rétrospective associe l’ensemble des connaissances prescrites dans la Progression des apprentissages à de nombreux exercices. Cette collection permet à l’élève d’explorer les grands événements historiques ainsi que leurs répercussions sur nos sociétés actuelles.

1er cycle du secondaire

Laverdière

Histoire et éducation à la citoyenneté

SQ-7

À bicyclette, moi, je ne roule pas à sens inverse.

CODE PRODUIT 4201 ISBN 978-2-7655-0756-7

www.grandduc.com Éditions Grand Duc

Groupe Éducalivres inc. 955, rue Bergar, Laval (Québec) H7L 4Z6 Téléphone : 514 334-8466 ■ Télécopie : 514 334-8387 InfoService : 1 800 567-3671

4201-4228_CV_Histoire_F.indd 1

Éditions Grand Duc

12-02-02 2:06 PM


HISTOIRE ET ÉDUCATION À LA CITOYENNETÉ

1er cycle du secondaire

n

1re année

Cahier d’apprentissage

Marie-Hélène Laverdière CONFORME à la progression des apprentissages

du MELS

Éditions Grand Duc

Groupe Éducalivres inc. 955, rue Bergar, Laval (Québec) H7L 4Z6 Téléphone : 514 334-8466 n Télécopie : 514 334-8387 InfoService : 1 800 567-3671

4201-28_CahierHist_LIM_F2.indd 1

17-06-08 11:44


REMERCIEMENTS Pour son travail de vérification scientifique, l’Éditeur témoigne sa gratitude à M. Daniel Massicotte, (Ph. D. en histoire), professeur au Cégep Saint-Jean-sur-Richelieu. Pour leurs judicieux commentaires, remarques et suggestions, l’Éditeur tient à remercier : Mme Denise Bouffard, École secondaire La Frontalière de Coaticook, Commission scolaire des Hauts-Cantons ; M. Simon Lafantaisie, École Lucien-Pagé, Commission scolaire de Montréal ; Mme Sylvie Lessard, École secondaire La Frontalière de Coaticook, Commission scolaire des Hauts-Cantons ; Mme Jacynthe Turmel, Collège Champagneur.

© 2012, Éditions Grand Duc, une division du Groupe Éducalivres inc. 955, rue Bergar, Laval (Québec) H7L 4Z6 Téléphone : 514 334-8466 n Télécopie : 514 334-8387 www.grandduc.com Tous droits réservés. ILLUSTRATIONS : Korem Inc. COUVERTURE ET CONCEPTION GRAPHIQUE : Gisèle H Nous reconnaissons l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds du livre du Canada (FLC) pour nos activités d’édition. Il est illégal de reproduire cet ouvrage, en tout ou en partie, sous quelque forme ou par quelque procédé que ce soit, électronique, mécanique, photographique, sonore, magnétique ou autre, sans avoir obtenu, au préalable, l’autorisation écrite de l’Éditeur. Le respect de cette recommandation encouragera les auteurs et auteures à poursuivre leur œuvre.

CODE PRODUIT 4201 ISBN 978-2-7655-0756-7 Dépôt légal Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2012 Bibliothèque et Archives Canada, 2012

4201-28_CahierHist_LIM_F2.indd 2

Imprimé au Canada 1 2 3 4 5 6 7 8 9 0 HLN 1 0 9 8 7 6 5 4 3 2

17-06-08 11:44


Table des matières QUESTIONS DE SYNTHÈSE La structure du cahier d’apprentissage Introduction

V

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

2

Chapitre 1 La sédentarisation Amorce  L’organisation de la vie en société aujourd’hui

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Déroulement  La sédentarisation et l’organisation de la vie en société Situation dans l’espace et dans le temps

8

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

10

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

10

Le mode de vie et les rapports sociaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 Questions de synthèse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 Les activités économiques liées à la sédentarisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23 Questions de synthèse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25 Aujourd’hui  Les rapports entre l’individu et la société aujourd’hui . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26 Ailleurs  La vallée de Tehuacán

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

28

Chapitre 2 L’émergence d’une civilisation Amorce  L’apport de l’écriture aujourd’hui . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32 Déroulement  L’influence de l’écriture en Mésopotamie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34 Situation dans l’espace et dans le temps

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

34

La structure sociale en Mésopotamie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36 Questions de synthèse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39 L’organisation administrative, politique et juridique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40 Questions de synthèse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45 La culture et la religion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47 Questions de synthèse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51 Aujourd’hui  Le sens et les fonctions des règles et des conventions dans notre société . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52 Ailleurs  Les civilisations du Nil, de l’Indus et chinoise . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54

Chapitre 3 Une première expérience de démocratie Amorce  L’organisation du pouvoir politique dans notre société d’aujourd’hui . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62 Déroulement  La vie politique à Athènes au 5e siècle av. J.-C. Situation dans l’espace et dans le temps

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

64

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

64

La structure sociale à Athènes au 5e siècle av. J.-C. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66 Questions de synthèse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69 Les institutions politiques

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

70

Questions de synthèse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77 La culture et les croyances . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79 Questions de synthèse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83 Aujourd’hui  Les rapports entre le citoyen et la société démocratique aujourd’hui Ailleurs  Sparte et l’Empire perse

© Éditions Grand Duc

4201-28_CahierHist_LIM_F2.indd 3

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

84

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

86

Merci de ne pas photocopier

Table des matières

17-06-08 11:44


Chapitre 4 La romanisation Amorce  L’influence d’un empire aujourd’hui

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Déroulement  Le rôle de l’État dans la romanisation de l’empire

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

94

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

94

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

96

Situation dans l’espace et dans le temps La structure sociale des Romains

92

Questions de synthèse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100 L’organisation administrative, juridique et politique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101 Questions de synthèse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 108 La culture romaine

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

110

Questions de synthèse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113 Aujourd’hui  Les rapports entre le citoyen et les institutions publiques aujourd’hui . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114 Ailleurs  L’Inde des Gupta et la Chine des Han . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116

Chapitre 5 La christianisation de l’Occident Amorce  L’influence de la religion dans la société aujourd’hui . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 122 Déroulement  L’influence de l’Église dans la formation de l’Occident . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 124 Situation dans l’espace et dans le temps

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

124

Les institutions de l’Église chrétienne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 126 Questions de synthèse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 130 L’organisation sociale, politique et économique

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

131

Questions de synthèse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 136 La culture en Europe

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

137

Questions de synthèse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 144 Aujourd’hui  Les valeurs et les attributs identitaires dans la société occidentale aujourd’hui

. . . . . . . . .

146

Ailleurs  Le monde islamique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 148

Chapitre 6 L’essor urbain et commercial Amorce  Les impacts du commerce dans la société aujourd’hui . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 152 Déroulement  L’essor urbain et commercial et la montée de la bourgeoisie marchande au Moyen Âge . . . . . 154 Situation dans l’espace et dans le temps

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

L’organisation de la ville et du commerce

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

154 156

Questions de synthèse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 168 Les groupes sociaux

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

170

Questions de synthèse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 173 Aujourd’hui  Les rapports entre les institutions et les groupes sociaux aujourd’hui

. . . . . . . . . . . . . . . . . . .

174

Ailleurs  Bagdad, Constantinople et Tombouctou . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 177 Boîte à outils . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 180 Glossaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Planisphère politique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Liste des cartes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Références iconographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

IV

Table des matières

4201-28_CahierHist_LIM_F2.indd 4

Merci de ne pas photocopier

194 198 200 201

© Éditions Grand Duc

17-06-08 11:44


La structure du cahier d’apprentissage Rétrospective Le cahier d’apprentissage comprend six chapitres en lien avec le contenu du programme d’Histoire et éducation à la citoyenneté de la 1re année du 1er cycle du secondaire. Loin d’être un simple cahier d’apprentissage, il réunit les connaissances prescrites dans la Progression des apprentissages et de nombreux exercices. Rétrospective n’est nul autre qu’un manuel adoptant la forme d’un cahier, riche en documents (photographies, tableaux, graphiques, textes, etc.) et en contenu. NOM

Sur chaque page, des photographies, des tableaux, des graphiques, des cartes géographiques ou des sources aident à comprendre les événements et l’importance des principaux enjeux historiques.

Dans ce cahier…

NOM

LA PRÉHISTOIRE ET L’ANTIQUITÉ

GROUPE

1

1.23 Chèvres et moutons

• •

Associe les activités de subsistance énumérées ci-dessous au mode de vie approprié. Agriculture • Chasse • Élevage • Pêche • Cueillette

MODE DE VIE

2

ACTIVITÉ

Sédentaire

Sédentaire

Nomme quatre outils qu’utilisaient les êtres humains de la préhistoire pour se procurer de la nourriture. •

16

Chapitre 1

Nomade et sédentaire Nomade et sédentaire Nomade et sédentaire

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

© Éditions Grand Duc

17

Chapitre 1

Merci de ne pas photocopier

Introduction

DATE

Le cahier d’apprentissage débute par une introduction présentant les connaissances qui seront développées au cours de la présente année. Cette section sert notamment à dresser un portrait global des connaissances déjà acquises par les élèves.

Code d’Hammourabi

3500 av. J.-C. Apparition de l’écriture cunéiforme

Entre 500 000 et 400 000 av. J.-C. Homo sapiens

Auguste

6900 av. J.-C. Apparition de la poterie

476 Chute de l’Empire romain d’Occident

v. 495 à 429 av. J.-C. Périclès

Périclès

Bol de céramique Blé amidonnier

9000 av. J.-C. Premières plantes cultivées

1792 à 1750 av. J.-C. Code d’Hammourabi

10 000 av. J.-C.

5000 av. J.-C.

PALÉOLITHIQUE 2 500 000 av. J.-C. Premiers outils de pierre

L’élevage Au fil du temps, les gens vivant à l’époque du Néolithique vont également découvrir qu’il est plus simple d’élever des animaux que d’en chasser . Graduellement, bœufs, moutons, chèvres et chevaux sont domestiqués et installés dans des pâturages non loin des villages . On les élève pour leur viande, mais aussi pour leur laine, leur lait et leur cuir .

De quelle façon les sociétés du Néolithique se procuraient-elles de la nourriture ? Nomme cinq activités de subsistance.

Légumineuse : Plante dont le fruit est une gousse, comme les pois et les lentilles.

1.22 Meule en pierre servant à broyer le grain

Les légumineuses, comme les fèves, les lentilles, les haricots et les pois, sont également très appréciées puisqu’elles se conservent longtemps .

La cueillette

Graminée : Famille de plantes aux feuilles longues et étroites et dont les fleurs ressemblent à des épis. Le seigle, le blé et l’orge sont des exemples de graminées.

Les graminées (ou céréales) sont particulièrement appréciées . En effet, on s’est aperçu qu’en broyant les grains de ces plantes à épi à l’aide d’une meule en pierre, puis en les mélangeant avec de l’eau avant de les faire cuire, on obtenait du pain .

Tout comme la chasse et la pêche, la cueillette remonte à plusieurs milliers d’années . La nature est généreuse et les gens de l’époque n’ont qu’à se pencher pour cueillir ce dont ils ont besoin . Il peut s’agir de petits fruits, de plantes, de racines, déterrées à l’aide de bâtons fouisseurs, ou de céréales . Quand les réserves sont épuisées, il leur suffit de trouver d’autres plants pour les remplacer . On ne se souciait pas, alors, de préserver ces ressources .

L’Antiquité couvre la période historique comprise entre la fin de la préhistoire et le début du Moyen Âge . Elle commence en 3500 av . J .-C . avec l’apparition de l’écriture et se termine en 476, date de la chute de l’Empire romain d’Occident . L’Antiquité est d’abord marquée par l’émergence des premières civilisations qui se développent grâce à l’apport de l’écriture . C’est également au cours de cette période qu’une première expérience de démocratie est vécue à Athènes, en Grèce, au 5e siècle av . J .-C . Finalement, c’est pendant l’Antiquité que Rome étendra sa domination sur un territoire immense grâce à son armée . Elle formera alors un vaste empire dans lequel elle imposera sa culture et ses institutions .

La préhistoire, qui débute avec l’apparition de l’homme il y a sept millions d’années et se termine avec l’apparition de l’écriture en 3500 av . J .-C ., se divise en deux parties distinctes : le Paléolithique et le Néolithique . Le Paléolithique, ou époque de la pierre taillée, est celle où l’être humain connaît son évolution . Elle se termine vers 9000 av . J .-C ., alors qu’un changement majeur survient dans le mode de vie de l’être humain : la sédentarisation . La période du Néolithique, ou de la pierre polie, est donc celle où les êtres humains développent l’agriculture et l’élevage et commencent à se rassembler en villages .

Homo sapiens

L’agriculture consiste à faire pousser, de façon délibérée, des plantes – des légumes et des céréales, par exemple – pour satisfaire ses besoins en nourriture . Au Néolithique, on découvre qu’il est possible de semer les graines de ses plantes favorites afin de les récolter .

DATE

L’Antiquité

La préhistoire

7 000 000 av. J.-C.

La chasse et la pêche

Pour pratiquer la chasse et la pêche, ils utilisaient des outils comme la lance, le javelot, les arcs et les flèches, le propulseur, les hameçons, le harpon . Ces armes étaient fabriquées à partir des ressources disponibles sur le territoire, comme l’obsidienne, une pierre volcanique . Une fois sédentarisées, les sociétés du Néolithique continueront à chasser et à pêcher, tout en perfectionnant les outils pour le faire .

Des questions sont posées sur le texte ou les documents présentés sur la même page. Ainsi, pour y répondre, inutile de faire un va-et-vient entre les pages du cahier.

IN T R O D U C T I O N

L’agriculture

Généralement associées à un mode de vie plutôt nomade, la chasse et la pêche sont certainement les activités de subsistance les plus anciennes . En effet, longtemps les premiers êtres humains se sont déplacés sur le territoire, poursuivant des troupeaux de gibier pour obtenir la viande nécessaire à leur survie . Ils se nourrissaient également de poissons qu’ils pouvaient pêcher lorsqu’ils se trouvaient à proximité d’un lac ou d’une rivière .

1.21 Des pointes de lance en obsidienne

GROUPE

Les activités de subsistance

2000 av. J.-C.

1000 av. J.-C.

NÉOLITIQUE

10 500 à 8500 av. J.-C. Mureybet

27 av. J.-C. Début de l’empire avec Auguste

507 à 404 av. J.-C. Âge d’or d’Athènes

0 ANTIQUITÉ

5500 av. J.-C. Métallurgie du cuivre

1

Associe les énoncés ci-dessous à la partie de la préhistoire appropriée.

2

Parmi les techniques et activités énumérées ci-dessous, encercle celles qui se développent au cours de la préhistoire.

Naissance de Jésus-Christ

1

Selon toi, qu’est-ce que le Code d’Hammourabi ?

2

Parmi les définitions ci-dessous, encercle celle qui correspond à la démocratie telle qu’elle est vécue au Canada aujourd’hui.

3

Au cours de quelle période historique la Grèce et Rome ont-elles connu leur apogée ? Encercle la bonne réponse.

a) Période pendant laquelle les êtres humains deviennent sédentaires. b) Période pendant laquelle l’être humain évolue et fabrique ses premiers outils.

3

a) La métallurgie

c) L’agriculture

e) L’élevage

b) La mécanique

d) La poterie

f) Le commerce

a) Système politique dans lequel la population prend toutes les décisions et vote elle-même les lois. b) Système politique dans lequel les citoyens choisissent leurs dirigeants. c) Système politique dans lequel les dirigeants imposent leurs choix aux citoyens.

Quel événement marque le passage de la préhistoire à l’histoire ?

a) La préhistoire b) L’Antiquité

2

Introduction

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

© Éditions Grand Duc

c) Le Moyen Âge

e) L’époque contemporaine

d) L’époque moderne

Merci de ne pas photocopier

Introduction

3

Pages d’ouverture Chaque chapitre commence par deux pages de présentation comprenant des photographies d’hier ou d’aujourd’hui, un court texte introductif ainsi qu’une ligne du temps portant sur la période historique abordée dans le chapitre.

1 chapitre

La sédentarisation

NOM

GROUPE

DATE

Il y a plusieurs milliers d’années, l’homme faisait son apparition sur la Terre . Au fil du temps et de son évolution, le mode de vie de l’être humain s’est grandement modifié . Se nourrissant essentiellement des produits de la chasse, de la pêche et de la cueillette, les premiers hominidés étaient en constant déplacement, à la recherche de ces ressources si précieuses pour leur survie . Vers le 9e millénaire av . J .-C ., une découverte viendra bouleverser cette façon de faire . En effet, grâce à la pratique de l’agriculture et de l’élevage, l’être humain passera d’un mode de vie nomade à un mode de vie sédentaire . En raison de ce changement, les activités économiques et les rapports entre les individus seront complètement transformés . Quels changements la sédentarisation entraîne-t-elle dans l’organisation sociale et économique des êtres humains ?

1.2 Déesse-mère de Çatal Hüyük (Turquie, 5750 av. J.-C.)

Dans ce chapitre… Amorce Déroulement

L’organisation de la vie en société aujourd’hui ............................

8

La sédentarisation et l’organisation de la vie en société .............. 10 Situation dans l’espace et dans le temps .................................. 10 Le mode de vie et les rapports sociaux .................................... 12 Les activités économiques liées à la sédentarisation .................. 23

Aujourd’hui

Les rapports entre l’individu et la société aujourd’hui .................. 26

Ailleurs

La vallée de Tehuacán ........................................................... 28 1.1 Vestiges de Çatal Hüyük (6000 av. J.-C.)

La sédentarisation 9000 av. J.-C. 3500 av. J.-C. PALÉOLITHIQUE

NÉOLITHIQUE

Invention de l’écriture

6

© Éditions Grand Duc

4201-28_CahierHist_LIM_F2.indd 5

Merci de ne pas photocopier

Chapitre 1

0

476

J.-C.

Chute de l’Empire romain d’Occident

ANTIQUITÉ

© Éditions Grand Duc

1453 MOYEN ÂGE

1000 av. J.-C.

Merci de ne pas photocopier

1000

© Éditions Grand Duc

1.3 Blé amidonnier

1789 ÉPOQUE MODERNE

Prise de Constantinople

Merci de ne pas photocopier

La structure du cahier d’apprentissage

Aujourd’hui

ÉPOQUE CONTEMPORAINE

Révolution française

2000

Chapitre 1

7

V 17-06-08 11:45


Structure du chapitre L’organisation de la vie en société aujourd’hui

1er TEMPS

AMORCE

Aujourd’hui, nos sociétés sont marquées par les relations que nous entretenons avec les autres, que ce soit sur le plan familial, professionnel ou commercial . En effet, pour répondre à nos besoins primaires ou secondaires, nous nous tournons vers différentes personnes, lesquelles y répondent favorablement ou défavorablement .

1.4 Marché public à Montréal

La section Amorce amène l’élève à s’interroger sur les réalités sociales des sociétés actuelles qui résultent de notre passé historique.

Les individus d’aujourd’hui sont donc interdépendants, c’est-à-dire qu’ils dépendent les uns des autres . En effet, il est difficile de croire que nous pourrions nous en sortir seuls, sans aucune relation avec les autres . Comment ferions-nous alors pour nous nourrir ou nous vêtir ? Heureusement, de nos jours, le travail est partagé dans la société et nous pouvons compter sur les autres pour fabriquer nos maisons et préparer notre nourriture . Et c’est la même chose dans tous les aspects de notre vie .

Au bas des pages sont posées des questions liées aux textes reproduits, aux photographies ou au contenu de la page.

Que l’on veuille réparer un tuyau qui fuit, se faire couper les cheveux ou changer les pneus de la voiture, il suffit de faire appel à un ou une spécialiste pour que la situation soit réglée .

1.5 Centre commercial

1

Nomme trois types de relations que nous entretenons avec les autres. •

2

AMORCE

a) Lorsqu’on dit que les êtres humains sont interdépendants, qu’est-ce que cela signifie ?

D ÉR O UL EMEN T

GROUPE

Chapitre 1

Merci de ne pas photocopier

6900 av. J.-C. Apparition de la poterie

1.9 Biface

9000 av. J.-C. Premières plantes cultivées

2 500 000 av. J.-C. Premiers outils de pierre

© Éditions Grand Duc

10 500 à 8000 av. J.-C. Mureybet 400 000 av. J.-C.

Croissant fertile

2e TEMPS

400 000 av. J.-C. Domestication du feu

Dans ce deuxième temps, on entre dans le cœur du sujet, à savoir l’interprétation historique des événements. Au début de cette section se trouvent une carte géographique et une ligne du temps permettant de se situer dans l’espace et dans le temps avant de commencer l’étude de la réalité sociale abordée dans le chapitre.

500

7000 à 5700 av. J.-C. Çatal Hüyük

400 000 av. J.-C. Apparition de l’Homo sapiens

1000

1.11 Bol de céramique

10 000 av. J.-C

2 500 000 av. J.-C.

D ÉR O UL EMEN T 0

DATE

1.8 Chronologie de la préhistoire

SITUATION DANS L’ESPACE ET DANS LE TEMPS

b) Donne un exemple d’interdépendance entre les individus.

8

NOM

La sédentarisation et l’organisation de la vie en société

5000 av. J.-C

7500 av. J.-C. Apparition du tissage

3500 av. J.-C. Découverte de l’écriture

10 000 à 8300 av. J.-C. Premier village : Aïn Mallaha

5500 av. J.-C. Métallurgie du cuivre

kilomètres

7000 av. J.-C. Apparition de la vannerie

1.7 Le Croissant fertile Le Croissant fertile, l’un de premiers foyers de sédentarisation, se nomme ainsi en raison des caractéristiques favorables à l’agriculture et à l’élevage qu’on y trouvait (terres fertiles, climat propice, proximité de l’eau, etc.).

1.10 Vannerie

1

Sur la carte 1.7 ci-dessus, place correctement les éléments suivants.

2

Pourquoi appelle-t-on cette région le Croissant fertile ?

3

Parmi les caractéristiques suivantes, encercle celles qui sont favorables à l’agriculture et à l’élevage.

1

Au cours de quelle époque historique la sédentarisation a-t-elle eu lieu ?

2

Quelles nouvelles activités seront pratiquées pendant cette période ?

3

D’après toi, pourquoi les êtres humains ont-ils décidé de se sédentariser ?

Tigre • Euphrate • Mer Méditerranée • Golfe Persique • Mer Rouge • Nil • Mer Caspienne • Mer Noire

a) La présence d’un cours d’eau

d) Un sol aride et désertique

b) Un relief montagneux NOM

e) Un climat chaud et humide

c) Du gel

f) Des terres fertiles

10

GROUPE

DATE

QUESTIONS DE SYNTHÈSE Chapitre 1

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

© Éditions Grand Duc

Chapitre 1

Merci de ne pas photocopier

11

1. Complète les phrases ci-dessous à l’aide des termes suivants. Surplus accumulés • Réchauffement climatique • Sédentaires • Augmentation de la population • Agriculture a) Le

entraîne le développement de l’

b) Les sociétés deviennent alors de nourriture.

.

et commencent à produire beaucoup plus

c) Grâce aux

, on peut observer une

.

2. Complète le tableau ci-dessous en indiquant, selon le cas, la technique ou l’utilité.

TECHNIQUE

UTILITÉ

Poterie Fabrication de bijoux, d’armes et d’outils pour l’agriculture plus performants que ceux en pierre 3. Place les mots suivants au bon endroit dans le schéma.

Des questions sont également posées au bas des pages. De plus, des questions de synthèse sont incluses dans cette section, conduisant ainsi au réinvestissement de l’ensemble des connaissances acquises dans le chapitre. A U J O UR D ’HUI

Les rapports entre l’individu et la société aujourd’hui

3e TEMPS

Les secteurs de l’activité économique Aujourd’hui, nous nous partageons toujours le travail dans la société . Les activités économiques sont ainsi divisées en trois grands secteurs . Le secteur primaire regroupe toutes les activités liées à l’extraction des ressources et à l’agriculture . La pêche, l’élevage et la sylviculture en sont des exemples .

1.30 Territoire agricole

Sylviculture : Ensemble des pratiques liées à l’exploitation et à l’entretien de la forêt.

Le secteur secondaire regroupe les activités de transformation . Les industries pétrochimique, automobile et électronique, les mines et le domaine de la construction font partie de ce secteur .

1.32 Lits d’hôpital

1

1.31 Chantier de construction

Finalement, le secteur tertiaire regroupe toutes les activités de services . Il comprend notamment les services publics, comme les écoles et les hôpitaux, les commerces, les activités touristiques, les entreprises de transport et le domaine de l’énergie (centrales hydroélectriques, thermiques, etc .) .

Échanges • Division du travail • Les surplus agricoles

favorisent la

ce qui oblige les gens à faire des

4. En une ou deux phrases, explique le fonctionnement des échanges à l’époque du Néolithique. Ta réponse doit comprendre les mots suivants. Artisans • Troc • Nourriture • Échangent • Biens

5. Selon toi, pourquoi les habitants se divisent-ils le travail à l’époque du Néolithique ? Explique ta réponse.

© Éditions Grand Duc

Merci de ne pas photocopier

Chapitre 1

25

A U J O UR D ’HUI

Dans le dernier temps, l’élève prendra connaissance d’éléments de continuité ou de changement, issus du passé, que l’on observe dans les sociétés contemporaines. Au bas des pages se trouvent des questions portant sur ce sujet.

Nomme le secteur d’activité pouvant être associé aux énoncés suivants.

illeurs Calebasse : Fruit du calebassier, plante de la famille des courges. Amarante : Plante aux fleurs de couleur pourpre dont on consommait les feuilles, un peu à la manière des épinards.

LA VALLÉE DE TEHUACÁN La région du Croissant fertile n’est pas le seul endroit où des gens s’installeront pour pratiquer l’agriculture . La vallée de Tehuacán, au Mexique, possède également des caractéristiques propices à la sédentarisation des êtres humains . Elle compte de  nombreux ruisseaux et des grottes naturelles qui attireront les peuples nomades . Le nom espagnol Tehuacán peut d’ailleurs se traduire par « place des dieux » ou « place des pierres » .

a) On vient d’annoncer la fabrication d’un nouveau modèle d’ordinateur plus performant.

Le début de l’agriculture Dès le 11e siècle av . J .-C ., les grottes de la vallée de Tehuacán seront habitées par des tribus de chasseurscueilleurs qui s’en servent comme refuges . Puis, vers 6500 av . J .-C ., les Tehuacanos commencent à pratiquer l’agriculture . Les principales plantes cultivées sont le maïs sauvage (ou téosinte), les calebasses, l’amarante, les piments, l’avocat, les courges, les haricots et le coton . Au cours de fouilles, les archéologues ont en effet découvert des graines de ces plantes et ont pu ainsi établir que les sociétés installées dans la vallée de Tehuacán s’adonnaient à l’agriculture .

b) La culture du riz se fait principalement dans les pays asiatiques.

c) Jean pense devenir infirmier.

2

Parmi les secteurs suivants, encercle celui qui emploie le plus de travailleurs et travailleuses de nos jours. a) Le secteur primaire

26

Chapitre 1

b) Le secteur secondaire

c) Le secteur tertiaire

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

A IL L EUR S

La section Ailleurs présente une autre société qui évolue en même temps que celle étudiée dans le chapitre. Ainsi, des liens et des comparaisons pertinentes peuvent être établis.

1.34 La vallée de Tehuacán

1

Quels sont les deux facteurs naturels qui ont incité les gens de l’époque à s’installer dans la vallée de Tehuacán ? •

2

• • • 3

Qu’est-ce qui nous permet de savoir que les Tehuacanos pratiquaient l’agriculture ?

28

VI

La structure du cahier d’apprentissage

4201-28_CahierHist_LIM_F2.indd 6

Nomme trois plantes que cultivaient les Tehuacanos.

Merci de ne pas photocopier

Chapitre 1

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

© Éditions Grand Duc

17-06-08 11:45


Les annexes Interpréter une ligne du temps Buts (Pourquoi interpréter une ligne du temps ?)

B O Î T E À O U T IL S

• Pour situer les événements les uns par rapport aux autres . • Pour visualiser le déroulement chronologique des événements . • Pour apprécier les intervalles de temps (entre les événements du passé, ou entre les événements du présent et ceux du passé) . • Pour faire ressortir des causes et des conséquences . • Pour distinguer des éléments de changement et de continuité .

Les fiches de la Boîte à outils décrivent l’ensemble des techniques employées par les historiens et historiennes.

• Pour comparer deux sociétés à la même époque ou à des époques différentes .

Méthode (Comment faire ?) Définir l’intention de lecture. Il est important que ton intention de lecture soit claire, car le traitement de l’information sera différent selon la raison pour laquelle tu consultes la ligne du temps .

4

Analyser et interpréter l’information pour répondre à l’intention. Prête attention aux éléments d’information ponctuels et aux périodes .

2

Lire le titre. Il devrait préciser le thème traité .

5

3

Décoder les repères de temps. Vérifie les dates indiquées aux extrémités de la ligne et considère l’échelle de temps qui a été établie .

Voir si le document répond à l’intention de lecture. Si c’est le cas, note les éléments d’information et les références sur des fiches de consignation .

1

G L O S S A IR E

Modélisation Les régimes politiques de Rome de sa fondation à la chute de l’Empire romain d’Occident 1000 av. J.-C.

500 av. J.-C. MONARCHIE

753 av. J.-C.

509 av. J.-C.

500 EMPIRE

27

Glossaire

476

1

J’ai l’intention de voir s’il y a du changement ou de la continuité dans les régimes politiques de Rome.

2

Le titre confirme que la ligne du temps touche les régimes politiques de Rome de sa fondation à la chute de l’Empire romain d’Occident. Donc, c’est une ligne du temps qui me sera utile.

3

La ligne se situe entre 1000 av. J.-C. et l’an 500, soit une période de 1500 ans. Elle est divisée en trois intervalles de 500 ans chacun.

Abbaye : Monastère ou couvent catholique dirigé par un abbé ou une abbesse .

4

La ligne du temps indique les périodes associées aux différents régimes politiques. Il n’y a pas d’information ponctuelle. J’en conclus que les régimes politiques changent selon les époques. Cette ligne ne me permet pas de relever une continuité dans les régimes politiques.

Abstrait : Se dit de quelque chose qui n’est pas concret, qu’on ne peut pas voir .

5

180

0 RÉPUBLIQUE

Boîte à outils

A

La ligne du temps suggère plus de changements que de continuité.

Merci de ne pas photocopier

Affranchir : Rendre libre . Un aff ranchi est donc un ancien esclave que son maître a libéré . Agave : Plante mexicaine dont on se sert pour faire des fibres textiles et une boisson alcoolisée .

Brigandage : Action malhonnête, vol .

À l’usance : Expression du Moyen Âge signifiant « à l’échéance » . Amarante : Plante aux fleurs de couleur pourpre dont on consommait les feuilles, un peu à la manière des épinards . Analphabétisme : Fait, pour une personne, de ne savoir ni lire ni écrire . Aristocratie : Forme de gouvernement où le pouvoir est détenu par une élite, une classe sociale privilégiée . Armoiries : Symboles distinctifs d’un pays, d’une famille ou d’un individu qu’on représente sur un écu . Arpent : Ancienne unité de mesure de longueur qui pouvait varier d’une région à l’autre . Ascète : Personne qui s’impose une vie rude et austère, qui obéit à des règles sévères . Ascétisme : Vie rude et austère dans laquelle on se prive de plaisirs . Auroch : Bœuf sauvage de grande taille, dont la race est aujourd’hui disparue .

C Calculi : Jetons d’argile de différentes formes qui servaient à identifier et à compter les marchandises . Calebasse : Fruit du calebassier, plante de la famille des courges . Capital : Ensemble de biens ou de richesses accumulés qui sont utilisés pour produire de nouveaux biens ou revenus . Cens : Impôt qui correspond au loyer de la terre . Champart : Impôt qui correspond à un pourcentage des récoltes . Chapon : Coq qui a été castré pour qu’il engraisse et soit plus tendre . Charte : Au Moyen Âge, écrit donnant des droits ou des privilèges à une corporation ou à une ville . Chrétienté : Ensemble des pays ou des peuples chrétiens . Ciguë : Plante vénéneuse dont on extrayait un poison . Circonscription : Division du territoire, région représentée par un député ou une députée .

Autarcie : Système économique dans lequel des gens peuvent répondre à tous leurs besoins par eux-mêmes et vivre de leurs propres ressources .

Cité-État : Ville qui exerce un contrôle sur le territoire qui l’entoure . Elle est généralement dirigée par un roi et possède des institutions qui lui sont propres .

B

Citoyen : Personne qui possède des droits civils et politiques dans un État .

Basalte : Roche volcanique provenant du refroidissement de la lave . Bénéficiaire : Personne qui bénéficie d’un avantage, comme celui de recevoir un paiement .

194

Bourgeoisie : Catégorie sociale et titre donné d’abord aux habitants des bourgs puis aux marchands et aux artisans . Bourgs : Quartiers d’habitation ou commerciaux où se concentrent les activités artisanales et marchandes .

Alun : Sel extrait dans certaines régions du monde et utilisé en teinture .

© Éditions Grand Duc

Glossaire

Le glossaire regroupe tous les mots et concepts définis dans le cahier.

Boulé : Institution politique d’Athènes chargée de faire les lois .

Sylviculture : Ensemble des pratiques liées à l’exploitation et à l’entretien de la forêt.

Civilisation : Ensemble des caractéristiques spécifiques qui touchent différents domaines (artistique, intellectuel, religieux, technique, politique, etc .) d’une société .

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

Les rubriques L’armée, un instrument de conquête

Dans certaines pages est donnée de l’information supplémentaire, intéressante ou inusitée, sur des sujets, des personnages ou des événements présentés dans le chapitre.

À partir de 107 av. J.-C., l’armée romaine est une armée de métier constituée de légions comprenant de 5000 à 6000 hommes environ. Celles-ci se divisent en 10 cohortes de 600 hommes, qui se divisent à leur tour en trois ­manipules de 200 soldats, lesquels se ­subdivisent en deux centuries de 100 hommes chacune. À cela s’ajoute g­ énéralement une cavalerie de 120 à 300 hommes. Chaque soldat reçoit son équipement (casque, bouclier, p­ oignard) ainsi qu’une solde. À son ­apogée, l’Empire romain compte près de 350 000 ­soldats dispersés sur son territoire, couvrant ainsi ses 10 000 km de f­rontières.

AU JOU R D ’ HU I

Les anecdotes relatées dans la rubrique Aujourd’hui permettent de constater certaines répercussions du passé sur le présent.

3.14  Les conditions de la citoyenneté

Dans cette rubrique sont présentés des documents écrits de source primaire ou secondaire. Il peut s’agir d’un essai, d’un discours, d’une chanson, etc.

actuel du gouvernement est le suivant. Prennent «part L’étatau gouvernement ceux qui sont nés de parents ayant tous deux le droit de cité. Les jeunes gens sont inscrits […] au nombre des démotes à l’âge de 18 ans. Au moment de ­l’inscription, les démotes, après serment, décident par un vote : premièrement s’ils ont l’âge exigé par la loi […] ; deuxièmement s’ils sont de condition libre et de naissance légitime. 

»

Source : ARISTOTE, Constitution d’Athènes, XLII (42), 1.

© Éditions Grand Duc

4201-28_CahierHist_LIM_F2.indd 7

Merci de ne pas photocopier

Les vestiges des voies romaines Encore aujourd’hui, il existe des vestiges des routes construites par les Romains. Si certaines voies ne sont plus utilisées, sauf par les touristes qui prennent plaisir à les découvrir, d’autres constituent encore des axes routiers importants. En fait, elles ont été recouvertes de matériaux modernes, mais elles correspondent au tracé original des Romains. C’est le cas de la route nationale 7, en France, qui relie Paris à Menton en passant par Lyon. Des infrastructures, comme des ponts, datent également de l’époque romaine.

La structure du cahier d’apprentissage

17-06-08 11:45


IN T R O D U C T I O N

Dans ce cahier… LA PRÉHISTOIRE ET L’ANTIQUITÉ La préhistoire La préhistoire, qui débute avec l’apparition de l’homme il y a sept millions ­d’années et se termine avec l’apparition de l’écriture en 3500 av. J.-C., se divise en deux ­parties ­distinctes : le Paléolithique et le Néolithique. Le Paléolithique, ou époque de la pierre t­ aillée, est celle où l’être humain connaît son évolution. Elle se termine vers 9000 av. J.-C., alors qu’un changement majeur survient dans le mode de vie de l’être humain : la sédentarisation. La période du Néolithique, ou de la pierre polie, est donc celle où les êtres humains développent l’agriculture et l’élevage et commencent à se ­rassembler en villages.

3500 av. J.-C. Apparition de l’écriture cunéiforme

Entre 500 000 et 400 000 av. J.-C. Homo sapiens

6900 av. J.-C. Apparition de la poterie Bol de céramique Blé amidonnier

9000 av. J.-C. Premières plantes cultivées

Homo sapiens

7 000 000 av. J.-C.

10 000 av. J.-C.

5000 av. J.-C.

PALÉOLITHIQUE 2 500 000 av. J.-C. Premiers outils de pierre

1

10 500 à 8500 av. J.-C. Mureybet

NÉOLITIQUE

5500 av. J.-C. Métallurgie du cuivre

Associe les énoncés ci-dessous à la partie de la préhistoire appropriée.

a) Période pendant laquelle les êtres humains deviennent sédentaires. b) Période pendant laquelle l’être humain évolue et fabrique ses premiers outils. 2

Parmi les techniques et activités énumérées ci-dessous, encercle celles qui se développent au cours de la préhistoire.

a) La métallurgie

c) L’agriculture

e) L’élevage

b) La mécanique

d) La poterie

f) Le commerce

3

Quel événement marque le passage de la préhistoire à l’histoire ?

2

Introduction

4201-28_CahierHist_Intro_F.indd 2

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

17-06-08 11:19


NOM

GROUPE

DATE

L’Antiquité L’Antiquité couvre la période historique comprise entre la fin de la préhistoire et le début du Moyen Âge. Elle commence en 3500 av. J.-C. avec l’apparition de l’écriture et se termine en 476, date de la chute de l’Empire romain d’Occident. L’Antiquité est d’abord marquée par l’émergence des premières civilisations qui se développent grâce à l’apport de l’écriture. C’est également au cours de cette période qu’une première expérience de démocratie est vécue à Athènes, en Grèce, au 5e siècle av. J.-C. Finalement, c’est pendant l’Antiquité que Rome étendra sa domination sur un territoire immense grâce à son armée. Elle formera alors un vaste empire dans lequel elle imposera sa culture et ses institutions. Code d’Hammourabi Auguste

v. 495 à 429 av. J.-C. Périclès

Périclès

1792 à 1750 av. J.-C. Code d’Hammourabi 2000 av. J.-C.

1000 av. J.-C.

476 Chute de l’Empire romain d’Occident

27 av. J.-C. Début de l’empire avec Auguste

507 à 404 av. J.-C. Âge d’or d’Athènes

0 ANTIQUITÉ

Naissance de Jésus-Christ

1

Selon toi, qu’est-ce que le Code d’Hammourabi ?

2

Parmi les définitions ci-dessous, encercle celle qui correspond à la démocratie telle qu’elle est vécue au Canada aujourd’hui.

a) Système politique dans lequel la population prend toutes les décisions et vote elle-même les lois. b) Système politique dans lequel les citoyens choisissent leurs dirigeants. c) Système politique dans lequel les dirigeants imposent leurs choix aux citoyens. 3

Au cours de quelle période historique la Grèce et Rome ont-elles connu leur apogée ? Encercle la bonne réponse.

a) La préhistoire

c) Le Moyen Âge

b) L’Antiquité

d) L’époque moderne

© Éditions Grand Duc

4201-28_CahierHist_Intro_F.indd 3

Merci de ne pas photocopier

e) L’époque contemporaine

Introduction

3 17-06-08 11:19


LE MOYEN ÂGE Le Moyen Âge couvre la période historique comprise entre la fin de l’Antiquité et le début de l’époque moderne. Elle commence en 476, date de la chute de l’Empire romain d’Occident, et se termine en 1453 avec la prise de Constantinople. Le Moyen Âge est d’abord marqué par la christianisation de l’Occident. En effet, la religion chrétienne se répand sur tout le territoire, influençant particulièrement la culture des sociétés occidentales. Le Moyen Âge est aussi l’époque de l’essor urbain et commercial. Ce développement entraînera l’apparition d’une nouvelle classe sociale, la bourgeoisie, et la remise en question de l’ordre social basé sur la tradition. Défaite de Romulus face à Odoacre

800 Charlemagne est sacré empereur d’Occident

476 Chute de l’Empire romain d’Occident

450

Sacre de Charlemagne, 25 décembre 800

MOYEN ÂGE

1

a) Qu’est-ce que la christianisation de l’Occident ?

b) Nomme deux événements représentés sur la ligne du temps et qui illustrent ce phénomène. • • 2

Quels sont les dates et les événements qui marquent le début et la fin du Moyen Âge ? • •

4

Introduction

4201-28_CahierHist_Intro_F.indd 4

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

17-06-08 11:19


NOM

GROUPE

DATE

Un templier

1281 Création de la Hanse germanique 1092-1096 Première croisade

Lettre de change

Une rue commerçante

v. 1227 Apparition de la lettre de change à Sienne

1453 Prise de Constantinople

1125 Essor des foires en Champagne

1500 MOYEN ÂGE

ÉPOQUE MODERNE

1066 Adoption de la charte de la ville de Huy

Indique si les affirmations suivantes sont vraies ou fausses, en justifiant ta réponse si l’affirmation est fausse. a ) Sienne est la première ville à recevoir une charte.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Vrai

Faux

b ) Avec le développement des villes et du commerce, une nouvelle classe sociale fait son apparition: la noblesse.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Vrai

Faux

c) Les foires les plus populaires du 12e siècle se tiennent en Champagne... . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Vrai

Faux

© Éditions Grand Duc

4201-28_CahierHist_Intro_F.indd 5

Merci de ne pas photocopier

Introduction

5 17-06-08 11:19


1 chapitre

La sédentarisation Il y a plusieurs milliers d’années, l’homme faisait son apparition sur la Terre. Au fil du temps et de son ­évolution, le mode de vie de l’être humain s’est ­grandement modifié. Se nourrissant essentiellement des produits de la chasse, de la pêche et de la cueillette, les premiers hominidés étaient en constant ­déplacement, à la recherche de ces ressources si précieuses pour leur ­survie. Vers le 9e millénaire av. J.-C., une découverte viendra b ­ ouleverser cette façon de faire. En effet, grâce à la ­pratique de l’agriculture et de l’élevage, l’être humain passera d’un mode de vie nomade à un mode de vie sédentaire. En raison de ce changement, les activités ­économiques et les rapports entre les individus seront complètement transformés. Quels changements la sédentarisation entraîne-t-elle dans l’organisation sociale et économique des êtres humains ?

Dans ce chapitre… Amorce

L’organisation de la vie en société aujourd’hui............................. 8

Déroulement

La sédentarisation et l’organisation de la vie en société............... 10

Situation dans l’espace et dans le temps................................... 10

Le mode de vie et les rapports sociaux..................................... 12

Les activités économiques liées à la sédentarisation................... 23

Aujourd’hui

Les rapports entre l’individu et la société aujourd’hui................... 26

Ailleurs

La vallée de Tehuacán............................................................ 28

La sédentarisation 9000 av. J.-C. 3500 av. J.-C. PALÉOLITHIQUE

NÉOLITHIQUE

Invention de l’écriture

6

0

Chapitre 1

4201-28_CahierHist_CH1_F.indd 6

ANTIQUITÉ 1000 av. J.-C. J.-C.

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

17-06-08 11:38


NOM

GROUPE

DATE

1.2  Déesse-mère de Çatal Hüyük (Turquie, 5750 av. J.-C.)

1.1  Vestiges de Çatal Hüyük (6000 av. J.-C.)

476

1000

1453 MOYEN ÂGE

Chute de l’Empire romain d’Occident © Éditions Grand Duc

4201-28_CahierHist_CH1_F.indd 7

Merci de ne pas photocopier

1789 ÉPOQUE MODERNE

Prise de Constantinople

1.3  Blé amidonnier

Aujourd’hui

ÉPOQUE CONTEMPORAINE

Révolution française

2000

Chapitre 1

7 17-06-08 11:38


L’organisation de la vie en société aujourd’hui AMORCE

Aujourd’hui, nos sociétés sont marquées par les relations que nous entretenons avec les autres, que ce soit sur le plan familial, p ­ rofessionnel ou commercial. En effet, pour répondre à nos besoins primaires ou secondaires, nous nous tournons vers différentes personnes, lesquelles y répondent favorablement ou ­défavorablement.

1.4  Marché public à Montréal

Les i­ ndividus d’aujourd’hui sont donc ­interdépendants, c’est-à-dire qu’ils dépendent les uns des autres. En effet, il est difficile de croire que nous pourrions nous en sortir seuls, sans aucune relation avec les autres. Comment ferions-nous alors pour nous nourrir ou nous vêtir ? Heureusement, de nos jours, le travail est partagé dans la société et nous pouvons compter sur les autres pour fabriquer nos maisons et préparer notre nourriture. Et c’est la même chose dans tous les aspects de notre vie. Que l’on veuille réparer un tuyau qui fuit, se faire ­couper les cheveux ou ­changer les pneus de la voiture, il suffit de faire appel à un ou une ­spécialiste pour que la ­situation soit réglée.

1.5 Centre commercial

1

Nomme trois types de relations que nous entretenons avec les autres. •

2

a) Lorsqu’on dit que les êtres humains sont interdépendants, qu’est-ce que cela signifie ?

b) Donne un exemple d’interdépendance entre les individus.

8

Chapitre 1

4201-28_CahierHist_CH1_F.indd 8

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

17-06-08 11:38


NOM

GROUPE

DATE

Les conséquences de l’interdépendance des individus Dans la société d’aujourd’hui, les gens peuvent apprendre le métier qu’ils veulent et ainsi se spécialiser dans divers domaines. Toutefois, cette division du travail fait que nous dépendons les uns des autres. En effet, nous ne pourrions nous passer du travail effectué par différentes personnes autour de nous ou des services qu’elles offrent. De plus, pour que les gens connaissent ces services et y aient accès, il a fallu mettre en place des réseaux d’échange. C’est grâce à ces réseaux que, généralement en échange d’une certaine somme d’argent, nous pouvons obtenir, par exemple, un o ­ bjet à la mode ou encore nous épargner du temps et des difficultés en faisant réparer notre ordinateur par quelqu’un qui s’y connaît.

1.6  Une technicienne en informatique

1

Quelles conséquences l’interdépendance des individus entraîne-t-elle dans la société ?

2

Indique si les affirmations suivantes sont vraies ou fausses.

a) Les relations entre des collègues de travail sont des exemples de relations professionnelles... .

Vrai

Faux

b) Le fait que nous soyons interdépendants veut dire que nous pouvons nous passer les uns des autres... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Vrai

Faux

c) De nos jours, la majorité des gens vivent de façon tout à fait autonome, sans jamais entrer en relation avec d’autres personnes.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Vrai

Faux

d) Dans notre société, les réseaux d’échange sont nécessaires afin que l’on puisse se procurer les objets ou les services dont on a besoin.. . . . . . . . . . . .

Vrai

Faux

© Éditions Grand Duc

4201-28_CahierHist_CH1_F.indd 9

Merci de ne pas photocopier

Chapitre 1

9 17-06-08 11:38


D ÉR O UL EMEN T

La sédentarisation et l’organisation de la vie en société SITUATION DANS L’ESPACE ET DANS LE TEMPS

Croissant fertile

0

500

1000

kilomètres

1.7  Le Croissant fertile Le Croissant fertile, l’un de premiers foyers de sédentarisation, se nomme ainsi en raison des caractéristiques favorables à l’agriculture et à l’élevage qu’on y trouvait (terres fertiles, climat propice, proximité de l’eau, etc.).

1

Sur la carte 1.7 ci-dessus, place correctement les éléments suivants. Tigre • Euphrate • Mer Méditerranée • Golfe Persique • Mer Rouge • Nil • Mer Caspienne • Mer Noire

2

Pourquoi appelle-t-on cette région le Croissant fertile ?

3

Parmi les caractéristiques suivantes, encercle celles qui sont favorables à l’agriculture et à l’élevage.

a) La présence d’un cours d’eau

d) Un sol aride et désertique

b) Un relief montagneux

e) Un climat chaud et humide

c) Du gel

f) Des terres fertiles

10

Chapitre 1

4201-28_CahierHist_CH1_F.indd 10

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

17-06-08 11:38


NOM

GROUPE

DATE

1.8  Chronologie de la préhistoire

6900 av. J.-C. Apparition de la poterie

1.9 Biface

9000 av. J.-C. Premières plantes cultivées

2 500 000 av. J.-C. Premiers outils de pierre

10 500 à 8000 av. J.-C. Mureybet 400 000 av. J.-C.

7000 à 5700 av. J.-C. Çatal Hüyük 10 000 av. J.-C

2 500 000 av. J.-C. 400 000 av. J.-C. Domestication du feu 400 000 av. J.-C. Apparition de l’Homo sapiens

1.11  Bol de céramique

5000 av. J.-C

7500 av. J.-C. Apparition du tissage

3500 av. J.-C. Découverte de l’écriture

10 000 à 8300 av. J.-C. Premier village : Aïn Mallaha

5500 av. J.-C. Métallurgie du cuivre

7000 av. J.-C. Apparition de la vannerie 1.10 Vannerie

1

Au cours de quelle époque historique la sédentarisation a-t-elle eu lieu ?

2

Quelles nouvelles activités seront pratiquées pendant cette période ?

3

D’après toi, pourquoi les êtres humains ont-ils décidé de se sédentariser ?

© Éditions Grand Duc

4201-28_CahierHist_CH1_F.indd 11

Merci de ne pas photocopier

Chapitre 1

11 17-06-08 11:38


LE MODE DE VIE ET LES RAPPORTS SOCIAUX D’un mode de vie nomade à un mode de vie sédentaire

Hominidé : Famille de primates dont font partie l’homme, le chimpanzé et le gorille. Les hominidés se caractérisent par un cerveau développé et la capacité de marcher sur deux pattes.

Avant d’être sédentaires, les êtres humains étaient nomades, c’est-à-dire qu’ils n’avaient pas d’habitations fixes et se déplaçaient constamment. Mais d’où viennent les hommes ? Comment sont-ils apparus sur la Terre ? Diverses théories existent à ce sujet, certaines scientifiques, d’autres plutôt liées aux croyances religieuses. La t­ héorie scientifique la plus répandue est celle de l’évolution, qui affirme que les espèces vivantes se transforment avec le temps et que seules celles qui réussissent à s’adapter à leur environnement survivent. Des archéologues ont d’ailleurs trouvé des squelettes de différents hominidés qui permettent de soutenir cette théorie. Cependant, malgré les récentes découvertes, de nombreuses questions demeurent.

1.12  Crâne de l’homme de Toumaï (7 millions d’années av. J.-C.) Découvert au Tchad en 2001, l’homme de Toumaï serait le plus ancien bipède répertorié jusqu’à maintenant.

1.13 Australopithèque (entre 4,4 millions et 1 million d’années av. J.-C.) Découverts pour la plupart en Afrique, les australopithèques étaient principalement bipèdes, quoique, parfois, ils se déplaçaient aussi à quatre pattes. Le plus célèbre squelette d’australopithèque est sans aucun doute celui de Lucy, découvert en 1974 en Éthiopie.

6 500 000 av. J.-C.

7 000 000 av. J.-C.

5 500 000 av. J.-C.

6 000 000 av. J.-C.

4 500 000 av. J.-C.

5 000 000 av. J.-C.

4 000 000 av. J.-C.

Indique si les affirmations suivantes sont vraies ou fausses, en justifiant ta réponse si l’affirmation est fausse. a) Le plus ancien squelette trouvé jusqu’à maintenant est celui d’un australopithèque.. . . . . . . .

Vrai

Faux

b) L’Homo habilis est le premier à fabriquer des outils en pierre... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Vrai

Faux

c) Le squelette de Lucy a été découvert en Europe.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Vrai

Faux

d) Les premiers êtres humains étaient sédentaires.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Vrai

Faux

12

Chapitre 1

4201-28_CahierHist_CH1_F.indd 12

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

17-06-08 11:38


NOM

GROUPE

1.14  Homo habilis (entre 2,5 millions et 1,6 million d’années av. J.-C.) L’Homo habilis possède un crâne plus gros et plus arrondi que celui des australopithèques. Son cerveau plus développé lui permet de se fabriquer des outils à partir de la pierre, qu’il fait éclater.

1.15  Homo ergaster (entre 1,8 million et 1 million d’années av. J.-C.) Inventeur du biface, l’Homo ergaster pouvait parcourir de grandes distances, tant à la marche qu’à la course. C’est pourquoi il se répand en Europe et en Asie, en suivant les troupeaux d’animaux. Comme il est bon chasseur, son cerveau est plus développé grâce à la viande qu’il consomme.

1.16  Homo erectus (entre 1 million et 300 000 années av. J.-C.) L’Homo erectus (ou homme droit) possède un squelette robuste qui lui permet de se tenir debout, comme son nom l’indique. Il est le premier hominidé à avoir maîtrisé le feu. Grâce à cette découverte, il peut fabriquer des outils plus performants, faire cuire la viande, se chauffer ou éloigner ses ennemis.

DATE

1.17  Homo sapiens (entre 400 000 et 500 000 années av. J.-C.) L’Homo sapiens (ou homme savant) est notre ancêtre direct. Il se caractérise par des capacités intellectuelles plus développées que celles de ses prédécesseurs. C’est de lui qu’il sera question tout au long de ce chapitre.

1.18  Homme de Néandertal (entre 250 000 et 28 000 années av. J.-C.) L’homme de Néandertal a un squelette solide et robuste, et on suppose qu’il était doté d’une grande force physique. Les Néandertaliens seraient parmi les premiers à avoir pratiqué des rites funéraires, comme d’enterrer leurs morts dans des sépultures. On ignore encore la cause de leur extinction.

1 500 000 av. J.-C.

2 500 000 av. J.-C. 2 000 000 av. J.-C.

0

1 000 000 av. J.-C.

500 000 av. J.-C.

Remplis le tableau ci-dessous en indiquant le nom de l’hominidé.

CARACTÉRISTIQUE

HOMINIDÉ

Je suis celui qui a maîtrisé le feu en premier. Je suis ton ancêtre direct. J’ai inventé le biface. Je suis le premier à avoir enterré mes morts. Je suis celui qui a les capacités intellectuelles les plus développées. J’ai vécu entre 1,8 million et 1 million d’années avant Jésus-Christ.

© Éditions Grand Duc

4201-28_CahierHist_CH1_F.indd 13

Merci de ne pas photocopier

Chapitre 1

13 17-06-08 11:38


Les vestiges du passé Auroch : Bœuf sauvage de grande taille, dont la race est aujourd’hui disparue. Ocre : Substance colorante constituée d’argile.

Il est difficile de connaître l’histoire des premiers hominidés puisque l’écriture n’avait pas encore été inventée à leur époque. Comment peut-on savoir, alors, s’ils ­chassaient le bison ou l’auroch, s’ils vivaient dans des villages, s’ils avaient des chefs, s’ils ­vénéraient des dieux ou encore s’ils croyaient en la vie après la mort ? Les premiers êtres humains nous ont laissé des vestiges, des traces, tels que des peintures rupestres, des mégalithes et des sépultures, que les archéologues et les historiens et historiennes peuvent étudier et qui nous permettent de comprendre certains aspects de leur organisation sociale. Les peintures rupestres Parmi les vestiges les plus impressionnants figurent les nombreuses peintures que les s­ ociétés préhistoriques ont laissées sur des rochers ou des murs de grottes. Les sujets des peintures sont très variés.  Par exemple, on trouve des aurochs, des bisons, des chevaux, des lions, des ­rhinocéros et des ­taureaux, de même que des animaux ­imaginaires, ou encore des mains et des figures humaines.

1.19  Des peintures rupestres Découverte en 1940 en France, la grotte de Lascaux est l’un des lieux les plus célèbres pour la quantité et la qualité des peintures rupestres qui s’y trouvent. Aujourd’hui, son accès est limité afin de préserver ces œuvres d’art de la préhistoire.

Pour colorier leurs œuvres, les hommes ­préhistoriques se servaient ­notamment du ­charbon et de l’ocre, ­principalement ­utilisée pour faire des pigments rouge, brun ou jaune. Bien que les h ­ istoriens et historiennes ne ­s’entendent pas sur la signification précise de ces ­peintures, elles nous fournissent pourtant des détails sur la vie à cette époque.

1

Comment peut-on connaître des détails de la vie pendant la préhistoire alors qu’il n’existe aucune trace écrite de cette époque ?

2

Complète le texte ci-dessous.

Des vestiges, ce sont des de mieux

laissées par les gens qui ont vécu avant nous. Ils nous permettent certains aspects des sociétés du passé, comme l’

particulièrement dans le cas de celles qui n’utilisaient pas l’ les

14

et les

Chapitre 1

4201-28_CahierHist_CH1_F.indd 14

 ,

 . Les

 ,

sont des exemples de vestiges.

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

17-06-08 11:38


NOM

GROUPE

DATE

Les mégalithes Les mégalithes sont des structures en pierre érigées par les êtres humains il y a p ­ lusieurs milliers d’années. Les plus connus sont les menhirs, c’est-à-dire des pierres qui semblent avoir été plantées dans la terre et qui sont parfois regroupées en lignes ou en cercles. Quant aux dolmens, ce sont des espèces de grottes formées de dalles plates reposant sur des pierres verticales. Ces mégalithes jouaient un rôle essentiellement social, ­servant souvent de tombeaux ou de lieux de cérémonie.

1.20 Stonehenge L’un des mégalithes les plus connus est celui de Stonehenge, en Angleterre. Bien qu’on ne sache pas exactement pour quelle raison il a été construit, les recherches les plus récentes portent à croire qu’il servait de calendrier, un outil pouvant s’avérer important pour des sociétés pratiquant l’agriculture.

Les sépultures La découverte de sépultures datant de la période du Néolithique nous renseigne beaucoup sur les croyances, mais aussi sur les habitudes de vie de l’époque. En effet, la façon dont les corps étaient enterrés ou les objets qui étaient déposés dans les tombes permettent aux historiens et historiennes de déterminer la présence ou l’absence d’une hiérarchie sociale ou encore de supposer que certaines sociétés de l’époque pouvaient croire en la vie après la mort.

1

Quelles informations peut-on tirer des différents vestiges du passé ?

2

D’après toi, pourquoi déposait-on des objets dans les tombes ? Qu’est-ce que cela nous apprend sur les croyances des sociétés préhistoriques ?

© Éditions Grand Duc

4201-28_CahierHist_CH1_F.indd 15

Merci de ne pas photocopier

Chapitre 1

15 17-06-08 11:38


Les activités de subsistance La chasse et la pêche Généralement associées à un mode de vie plutôt nomade, la chasse et la pêche sont certainement les activités de subsistance les plus anciennes. En effet, longtemps les premiers êtres humains se sont déplacés sur le territoire, poursuivant des ­troupeaux de gibier pour obtenir la viande ­nécessaire à leur survie. Ils se nourrissaient ­également de poissons qu’ils pouvaient pêcher lorsqu’ils se trouvaient à proximité d’un lac ou d’une rivière. Pour pratiquer la chasse et la pêche, ils utilisaient des outils comme la lance, le javelot, les arcs et les flèches, le propulseur, les ­hameçons, le harpon. Ces armes étaient fabriquées à ­partir des ressources disponibles sur le ­territoire, comme l’obsidienne, une pierre volcanique. Une fois ­sédentarisées, les sociétés du ­Néolithique c­ ontinueront à chasser et à pêcher, tout en p ­ erfectionnant les outils pour le faire. 1.21  Des pointes de lance en obsidienne

La cueillette Tout comme la chasse et la pêche, la cueillette remonte à plusieurs milliers d’années. La nature est généreuse et les gens de l’époque n’ont qu’à se pencher pour cueillir ce dont ils ont besoin. Il peut s’agir de petits fruits, de plantes, de racines, déterrées à l’aide de bâtons fouisseurs, ou de céréales. Quand les réserves sont épuisées, il leur suffit de trouver d’autres plants pour les remplacer. On ne se souciait pas, alors, de ­préserver ces ressources.

1

De quelle façon les sociétés du Néolithique se procuraient-elles de la nourriture ? Nomme cinq activités de subsistance. •

• 2

Nomme quatre outils qu’utilisaient les êtres humains de la préhistoire pour se procurer de la nourriture. •

16

Chapitre 1

4201-28_CahierHist_CH1_F.indd 16

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

17-06-08 11:38


NOM

GROUPE

DATE

L’agriculture L’agriculture consiste à faire pousser, de façon ­délibérée, des plantes – des légumes et des céréales, par exemple – pour satisfaire ses besoins en ­nourriture. Au Néolithique, on découvre qu’il est possible de semer les graines de ses plantes ­favorites afin de les récolter.

Graminée : Famille de plantes aux feuilles longues et étroites et dont les fleurs ressemblent à des épis. Le seigle, le blé et l’orge sont des exemples de graminées.

Les graminées (ou céréales) sont particulièrement appréciées. En effet, on s’est aperçu qu’en broyant les grains de ces plantes à épi à l’aide d’une meule en pierre, puis en les m ­ élangeant avec de l’eau avant de les faire cuire, on obtenait du pain.

1.22  Meule en pierre servant à broyer le grain

Légumineuse : Plante dont le fruit est une gousse, comme les pois et les lentilles.

Les légumineuses, comme les fèves, les lentilles, les haricots et les pois, sont é­ galement très appréciées puisqu’elles se conservent longtemps. L’élevage Au fil du temps, les gens vivant à l’époque du Néolithique vont ­également découvrir qu’il est plus simple d’élever des animaux que d’en chasser. G ­ raduellement, bœufs, moutons, chèvres et c­ hevaux sont domestiqués et installés dans des pâturages non loin des villages. On les élève pour leur viande, mais aussi pour leur laine, leur lait et leur cuir. 1.23  Chèvres et moutons

Associe les activités de subsistance énumérées ci-dessous au mode de vie approprié. Agriculture • Chasse • Élevage • Pêche • Cueillette

MODE DE VIE

ACTIVITÉ

Sédentaire Sédentaire Nomade et sédentaire Nomade et sédentaire Nomade et sédentaire

© Éditions Grand Duc

4201-28_CahierHist_CH1_F.indd 17

Merci de ne pas photocopier

Chapitre 1

17 17-06-08 11:38


Les facteurs naturels favorisant la sédentarisation Le réchauffement climatique Il y a 100 000 ans avant Jésus-Christ, tout le nord de la planète était couvert d’une immense couche de glace. C’était une période de glaciation. Puis, vers 15 000 av. J.-C., le climat se modifie. La température remonte, entraînant la fonte des glaces et la création de nouveaux cours d’eau. AUJ OURD ’ H UI

Le réchauffement climatique De nos jours, quand on entend parler de réchauffement climatique, ce changement nous semble plutôt négatif. Bien que l’augmentation de la température fasse partie d’un cycle naturel de la Terre, ce qui inquiète les scientifiques dans le cas du réchauffement actuel, c’est que la cause serait liée aux activités humaines plutôt qu’à la nature elle-même. Objets de controverse, les enjeux de ce réchauffement suscitent de nombreux débats dans la société. Fonte des glaciers, hausse du niveau des mers, désertification de zones agricoles, disparition de certaines espèces animales, que ces conséquences soient liées ou non au réchauffement climatique, une chose est sûre : les discussions autour du réchauffement de la planète ont le mérite de nous faire réfléchir sur les répercussions de nos gestes.

1

Des zones autrefois désertiques deviennent des champs et des forêts où arbres et plantes poussent à profusion et où les animaux s’installent et se multiplient. L’abondance et la proximité de toutes ces ressources ont pour ­conséquence que les chasseurs-cueilleurs n’ont plus besoin de se déplacer autant qu’avant. ­Graduellement, les campements qui a­ utrefois étaient saisonniers deviennent de plus en plus permanents et les êtres humains de plus en plus sédentaires. Le développement des plantes céréalières À l’origine, les premiers êtres humains se nourrissaient de plantes qui ­poussaient à l’état sauvage, plantes qu’ils ­cueillaient au besoin, selon la disponibilité du moment. Grâce au réchauffement ­climatique, de nouvelles espèces font leur ­apparition alors que celles qui existaient déjà continuent de se développer et se répandent plus ­aisément sur le territoire. Elles sont donc plus faciles à trouver. Rapidement, les sociétés du N ­ éolithique ne ressentent plus le besoin de se déplacer pour trouver de nouveaux plants.

Parmi les facteurs naturels ci-dessous, encercle ceux qui favorisent la sédentarisation au Néolithique.

a) Le réchauffement climatique

d) La disparition des espèces sauvages

b) La glaciation

e) L’apparition des villages

c) L’abondance des céréales

f) Les pluies abondantes

2

Explique de quelle façon le réchauffement climatique va inciter les êtres humains à se sédentariser.

18

Chapitre 1

4201-28_CahierHist_CH1_F.indd 18

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

17-06-08 11:38


NOM

GROUPE

DATE

Les caractéristiques des sociétés sédentaires L’apparition des villages La sédentarisation ne vient pas seulement bouleverser les habitudes alimentaires des ­sociétés du Néolithique. C’est toute leur organisation sociale qui s’en trouve modifiée. En effet, alors qu’autrefois on se déplaçait en petits groupes pour chasser et trouver de la nourriture, la pratique de l’agriculture et de l’élevage force les êtres humains à trouver des endroits plus propices pour s’adonner à ces activités, et ce, pendant toute l’année. Plus les ressources qui s’y trouvent sont abondantes et variées, plus ­nombreux sont les hommes et les femmes à s’y installer. La sédentarisation entraîne ainsi l­ ’apparition de villages qui peuvent parfois compter plusieurs milliers d’individus. 1.24  La distribution du mouton et de la chèvre sauvages au Néolithique et les emplacements de villages Ki

z

k i l I r ma Ilicapinar• •Acigöl Sizma• Asikli Hüyük• • Çiftlik n Çatal Hüyük• Pinarbasi• Gök S U R O •Domuztepe U N T S T A • • Tarsus Mersin Maltepe• Halula

El-Kowm•

•Bouqras

M

Ras Shamra• Chypre Hama•

E LM O BO N TS UR Z

••Jerf el Ahmar •Mureybet •Abu Hureyra

Kh a bo ur

Oron te

su

M

Sey ha

MER CASPIENNE

O N

T

Yabrud• BÂDIYAT ASH SHÂM Tell Ramad• •Tell Aswad Beisamun• Hayonim• • Aïn Mallaha Nahal Oren•

S

MER MÉDITERRANÉE

Z

A

G

R

O

S

Tig

re

J o ur dain

ate hr

Eup

•Merimdeh

Nil

•Fayoum

1

Distribution du mouton et de la chèvre sauvages Territoire d'altitude supérieure à 500 m

Sinaï

0

100

200

kilomètres

La sédentarisation entraîne tout un changement dans l’organisation sociale des êtres humains. Lequel ? Encercle la bonne réponse.

a) Ils chassent pour obtenir leur nourriture.

c) Des villages apparaissent.

b) Ils se déplacent constamment.

d) De nombreuses personnes meurent.

2

Observe la carte 1.24, puis donne deux raisons expliquant l’apparition de villages à ces endroits. •

3

D’après toi, y a-t-il des avantages pour les êtres humains à se regrouper en villages ? Si oui, nommes-en au moins un.

© Éditions Grand Duc

4201-28_CahierHist_CH1_F.indd 19

Merci de ne pas photocopier

Chapitre 1

19 17-06-08 11:38


Des habitations plus permanentes Alors que les villages viennent remplacer les ­campements saisonniers, les habitations que l’on construit se font de plus en plus solides. Les tentes en peaux ou les huttes sont remplacées par des ­maisons plus résistantes et plus complexes. À Çatal Hüyük, par exemple, les maisons sont faites en briques crues et sont collées les unes aux autres. Il n’y a donc pas de rues et la circulation se fait par les toits. Les pièces ont différentes utilités, certaines ­servant de chambres et d’autres d’entrepôts à grain. À Jerf el Ahmar, tout comme à Mureybet, c’est la pierre qui est utilisée pour bâtir les maisons. D’abord rondes, celles-ci prennent par la suite une forme plus rectangulaire qu’on subdivise en différentes pièces, à l’intérieur d ­ esquelles peuvent se trouver des foyers, des meules pour moudre le grain et des sièges pour s’asseoir. On a même découvert des constructions plus grosses qui servaient de bâtiments communautaires.

1.25  Reconstitution du village de Çatal Hüyük vers 6000 av. J.-C. Entre 7000 et 5700 av. J.-C., près de 5000 personnes auraient habité le village de Çatal Hüyük, situé près de la rivière Çarşamba en Anatolie, et il y en aurait eu jusqu’à 6000 dans celui d’Abu Hureyra entre 9500 à 5000 av. J.-C. Tous les villages n’étaient toutefois pas aussi populeux.

1.26  Reconstitution de maisons préhistoriques

1

À l’aide du texte et des illustrations 1.25 et 1.26 ci-dessus, nomme deux caractéristiques des habitations de l’époque du Néolithique.

2

D’après toi, pourquoi les habitations des sociétés sédentaires étaient-elles différentes de celles des nomades ?

20

Chapitre 1

4201-28_CahierHist_CH1_F.indd 20

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

17-06-08 11:38


NOM

GROUPE

DATE

Les conséquences de la pratique de l’agriculture

Démographie : Science qui étudie les populations et leurs mouvements, du point de vue de leur composition, du nombre de naissances et de décès, etc.

La pratique de l’agriculture va modifier grandement la vie des êtres humains de l’époque. ­Auparavant, leur alimentation reposait ­uniquement sur le nombre de proies  rapportées de la chasse ou de la pêche. Si, ­pendant un certain temps, les ­animaux étaient disponibles en moins grand nombre, les populations n’avaient pour ainsi dire rien à ­manger. Grâce à l’agriculture, les ­sociétés du Néolithique ont accès à plus de n ­ ourriture, laquelle est ­également plus variée. Puisqu’elles ne se déplacent plus, il leur est aussi possible d’entreposer des aliments en prévision de périodes difficiles. Une année où les récoltes sont moins bonnes en raison de la ­température, par exemple, n’entraîne donc pas ­nécessairement une période de famine. De plus, l’élevage assure la disponibilité d’une certaine q ­ uantité de nourriture. Mieux nourris, les gens vivent mieux et plus longtemps. Ainsi, l’espérance de vie et le nombre de ­naissances ­augmentent dans les ­villages, engendrant une  augmentation démographique.

1.27  Construction servant à entreposer les surplus de nourriture (vallée d’Ollantaytambo, Pérou)

Indique si les affirmations suivantes sont vraies ou fausses, en justifiant ta réponse si l’affirmation est fausse. a ) Les peuples nomades pouvaient se créer des réserves importantes de nourriture... . . . . . . . .

Vrai

Faux

b ) Au Néolithique, les gens mangeaient plus et mieux en raison de l’agriculture.. . . . . . . . . . . . . . .

Vrai

Faux

c) La pratique de l’agriculture et de l’élevage permet aux sociétés du Néolithique d’entreposer de la nourriture en prévision des périodes difficiles. .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Vrai

Faux

d ) La pratique de l’agriculture entraîne une baisse de la population chez les sociétés du Néolithique.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Vrai

Faux

© Éditions Grand Duc

4201-28_CahierHist_CH1_F.indd 21

Merci de ne pas photocopier

Chapitre 1

21 17-06-08 11:38


QUESTIONS DE SYNTHÈSE 1. Complète le tableau ci-dessous en donnant, selon le cas, le terme approprié ou la définition.

TERME

DÉFINITION

Mégalithes

Sépultures Dessins laissés sur la pierre et représentant généralement des animaux 2. Complète les affirmations suivantes en indiquant les activités de subsistance appropriées. a) Au Néolithique, on pratiquait l’ se procurer du lait et du cuir.

de bêtes afin de pouvoir se nourrir, mais aussi pour

b) La  , la et la ­pratiquées tant par les nomades que par les sédentaires.

sont des activités qui étaient

c) Vers 9000 av. J.-C., l’ fait son apparition. On commence à semer les graines des plantes qu’on préfère afin de ne plus avoir à se déplacer pour s’en procurer. 3. Indique si les affirmations suivantes sont vraies ou fausses, en justifiant ta réponse si l’affirmation est fausse. a) Il y a plus de 100 000 ans avant Jésus-Christ, le nord de la planète était recouvert de glace.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Vrai

Faux

b) Le réchauffement climatique a entraîné la disparition de nombreuses plantes et a nui au développement de l’agriculture.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Vrai

Faux

c) À l’époque du réchauffement climatique, de nouvelles espèces de plantes apparaissent et croissent facilement.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Vrai

Faux

d) Le réchauffement climatique pousse les êtres humains à se déplacer constamment pour trouver de la nourriture.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Vrai

Faux

4. Nomme deux caractéristiques qui différencient les sociétés sédentaires des sociétés nomades. •

22

Chapitre 1

4201-28_CahierHist_CH1_F.indd 22

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

17-06-08 11:38


NOM

GROUPE

DATE

LES ACTIVITÉS ÉCONOMIQUES LIÉES À LA SÉDENTARISATION De nouveaux procédés artisanaux La poterie À l’époque du nomadisme, pour transporter des objets, on se servait surtout de paniers en roseaux ou de sacs en peaux d’animaux, parce qu’ils étaient légers et facilitaient donc les déplacements. Avec la sédentarisation, les pratiques se m ­ odifient. Comme les populations ne se déplacent plus autant, elles se mettent à fabriquer des récipients plus gros et plus lourds. C’est ainsi que se ­développe, à l’époque du Néolithique, l’art de la poterie, c’est‑à‑dire la fabrication de récipients en terre cuite.

1.28  Pots servant à entreposer la nourriture

La technique consiste à mélanger de l’eau à de la terre, comme l’argile, pour f­ açonner des objets selon la forme désirée, puis, parfois, les décorer de traits ou de points. Les objets sont ensuite laissés à l’air libre pour sécher avant de les faire cuire. Une fois cuits, les pots servaient essentiellement à entreposer les grains cultivés ou à faire cuire les aliments. La métallurgie Une autre technique qui se développe est celle de la métallurgie. Les hommes ­commencent par marteler des métaux souples comme le cuivre, l’or et l’argent, ­principalement pour en faire des bijoux ou des ornements. Puis, ils découvrent que l’on peut faire « cuire » les pierres et les métaux, et obtenir ainsi des objets plus durs et plus résistants. La métallurgie est née. Graduellement, les objets en pierre sont remplacés par des objets en métal et de ­nouveaux outils facilitant l’agriculture font leur apparition.

1

Parmi les techniques ci-dessous, encercle celles qui font leur apparition au Néolithique.

a) Le taillage de pierre

d) La peinture

b) Le tissage

e) La métallurgie

c) La poterie

f) La mécanique

2

À quoi servaient les récipients fabriqués en terre cuite ?

3

Nomme trois objets qui peuvent être fabriqués grâce à la métallurgie. •

© Éditions Grand Duc

4201-28_CahierHist_CH1_F.indd 23

Merci de ne pas photocopier

Chapitre 1

23 17-06-08 11:38


La division du travail

Troc : Forme de commerce qui consiste à échanger un objet contre un autre.

Nous l’avons vu plus tôt, la pratique de l’agriculture au Néolithique va permettre aux sociétés de cette époque de se créer des surplus. Ces surplus sont importants, car ils entraînent un meilleur partage du travail. En effet, plus besoin de passer tout son temps à chasser sa nourriture. De plus, il n’est pas nécessaire que tous les habitants d’un village s’adonnent à l­ ’agriculture. Il y a suffisamment de nourriture disponible pour satisfaire les besoins de tout le monde. Ainsi, on voit apparaître différents métiers. Certains deviennent éleveurs, potiers ou forgerons, en fonction de leurs talents respectifs ou des besoins du village.

Le début du commerce Évidemment, la personne qui est ­occupée à fabriquer des outils en métal ou à élever des animaux n’a pas nécessairement le temps de cultiver sa nourriture. Dans le même ordre d’idées, celle qui pratique l’agriculture ne ­dispose probablement pas du temps et des ­compétences nécessaires pour fabriquer des pots en argile. Dès lors, pour combler les besoins de chacun, on commence à faire du troc : les a­ griculteurs échangent leurs ­surplus contre des outils ou des pots avec des artisans qui sont bien contents de ­pouvoir se nourrir. 1.29  Le potier, illustration tirée de The Early Life of Mr. Man de E. Boyd Smith (1914)

1

Quel facteur ou événement entraîne la division du travail dans les sociétés néolithiques ?

2

Observe l’illustration 1.29 ci-dessus et réponds aux questions suivantes.

a) Que font les personnages ?

b) D’après toi, comment chacun de ces personnages réussit-il à obtenir les produits dont il a besoin ? Donne un exemple.

24

Chapitre 1

4201-28_CahierHist_CH1_F.indd 24

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

17-06-08 11:38


NOM

GROUPE

DATE

QUESTIONS DE SYNTHÈSE 1. Complète les phrases ci-dessous à l’aide des termes suivants. Surplus accumulés • Réchauffement climatique • Sédentaires • Augmentation de la population • Agriculture a) Le

entraîne le développement de l’

b) Les sociétés deviennent alors de nourriture.

 .

et commencent à produire beaucoup plus

c) Grâce aux

 , on peut observer une

 .

2. Complète le tableau ci-dessous en indiquant, selon le cas, la technique ou l’utilité.

TECHNIQUE

UTILITÉ

Poterie Fabrication de bijoux, d’armes et d’outils pour l’agriculture plus performants que ceux en pierre 3. Place les mots suivants au bon endroit dans le schéma. Échanges • Division du travail • Les surplus agricoles

favorisent la

ce qui oblige les gens à faire des

4. En une ou deux phrases, explique le fonctionnement des échanges à l’époque du Néolithique. Ta réponse doit comprendre les mots suivants. Artisans • Troc • Nourriture • Échangent • Biens

5. Selon toi, pourquoi les habitants se divisent-ils le travail à l’époque du Néolithique ? Explique ta réponse.

© Éditions Grand Duc

4201-28_CahierHist_CH1_F.indd 25

Merci de ne pas photocopier

Chapitre 1

25 17-06-08 11:38


A U J O UR D ’HUI

Les rapports entre l’individu et la société aujourd’hui Les secteurs de l’activité économique Aujourd’hui, nous nous partageons toujours le travail dans la société. Les activités économiques sont ainsi d ­ ivisées en trois grands secteurs. Le secteur primaire regroupe toutes les activités liées à ­l ’extraction des ressources et à l’agriculture. La pêche, ­l ’élevage et la sylviculture en sont des exemples.

1.30 Territoire agricole

Sylviculture : Ensemble des pratiques liées à l’exploitation et à l’entretien de la forêt.

Le secteur secondaire regroupe les a­ ctivités de transformation. Les industries ­pétrochimique, ­automobile et électronique, les mines et le domaine de la construction font partie de ce secteur.

1.32  Lits d’hôpital

1

1.31 Chantier de construction

Finalement, le secteur tertiaire regroupe toutes les activités de services. Il comprend n ­ otamment les services publics, comme les écoles et les ­hôpitaux, les commerces, les a­ ctivités touristiques, les entreprises de transport et le domaine de l’énergie (centrales hydroélectriques, thermiques, etc.).

Nomme le secteur d’activité pouvant être associé aux énoncés suivants.

a) On vient d’annoncer la fabrication d’un nouveau modèle d’ordinateur plus performant.

b) La culture du riz se fait principalement dans les pays asiatiques.

c) Jean pense devenir infirmier.

2

Parmi les secteurs suivants, encercle celui qui emploie le plus de travailleurs et travailleuses de nos jours.

a) Le secteur primaire

26

Chapitre 1

4201-28_CahierHist_CH1_F.indd 26

b) Le secteur secondaire

c) Le secteur tertiaire

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

17-06-08 11:38


NOM

GROUPE

DATE

Des éléments de continuité et de changement avec le Néolithique La réalité des sociétés du Néolithique peut sembler très éloignée de la nôtre. Bien sûr, les technologies ont beaucoup évolué. Par exemple, pour se procurer de la nourriture, on peut utiliser de l’argent, une carte de débit ou une carte de crédit plutôt que de faire du troc, les matériaux employés pour construire des maisons ont changé et, pour se déplacer, on peut se servir de l’autobus ou de la voiture. Il existe de nombreuses autres différences entre cette époque et la nôtre. Il suffit de penser au système politique ou à l’organisation sociale. Par contre, certains éléments sont demeurés semblables. Nous vivons encore dans des villes ou des villages, bien qu’ils soient beaucoup plus développés. De plus, même si le nombre d ­ ’agriculteurs et agricultrices est moins élevé aujourd’hui, l’agriculture demeure à la base de notre alimentation. 1.33  Répartition des travailleurs et travailleuses selon le secteur d’activité au Canada en 2006

Secteur primaire

77%

Secteur secondaire Secteur tertiaire 20% 3%

Source : Statistique Canada, « Population active expérimentée âgée de 15 ans et plus selon l’industrie, province et territoire, Recensement de 2006 », [En ligne], 2011.

1

Observe le graphique 1.33, puis donne une ressemblance et une différence entre la société d’aujourd’hui et celles du Néolithique.

a) Une ressemblance : b) Une différence : 2

Indique si les affirmations suivantes décrivent un élément de continuité ou de changement par rapport aux sociétés du Néolithique.

a) Le travail est partagé entre tous les individus... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Continuité

Changement

b) L’agriculture est pratiquée par une minorité d’individus.. . . . . . . . . . . . . . . . . .

Continuité

Changement

c) Le principal moyen d’échange est l’argent ou le crédit... . . . . . . . . . . . . . . . . .

Continuité

Changement

© Éditions Grand Duc

4201-28_CahierHist_CH1_F.indd 27

Merci de ne pas photocopier

Chapitre 1

27 17-06-08 11:38


illeurs Calebasse : Fruit du calebassier, plante de la famille des courges. Amarante : Plante aux fleurs de couleur pourpre dont on consommait les feuilles, un peu à la manière des épinards.

LA VALLÉE DE TEHUACÁN La région du Croissant fertile n’est pas le seul endroit où des gens ­s’installeront pour pratiquer l’agriculture. La ­vallée de Tehuacán, au Mexique, possède é­ galement des caractéristiques propices à la s­ édentarisation des êtres humains. Elle compte de  nombreux ruisseaux et des grottes naturelles qui a­ ttireront les peuples nomades. Le nom e­ spagnol Tehuacán peut d’ailleurs se traduire par « place des dieux » ou « place des pierres ».

Le début de l’agriculture Dès le 11e siècle av. J.-C., les grottes de la ­vallée de Tehuacán seront habitées par des tribus de chasseurscueilleurs qui s’en servent comme refuges. Puis, vers 6500 av. J.-C., les Tehuacanos commencent à ­pratiquer ­l ’agriculture. Les p ­ rincipales plantes ­cultivées sont le maïs sauvage (ou ­téosinte), les ­calebasses, l’amarante, les piments, l’avocat, les courges, les haricots et le coton. Au cours de fouilles, les archéologues ont en effet découvert des graines de ces plantes et ont pu ainsi ­établir que les sociétés installées dans la vallée de Tehuacán s’adonnaient à l’agriculture.

1.34  La vallée de Tehuacán

1

Quels sont les deux facteurs naturels qui ont incité les gens de l’époque à s’installer dans la vallée de Tehuacán ? •

2

Nomme trois plantes que cultivaient les Tehuacanos. • • •

3

Qu’est-ce qui nous permet de savoir que les Tehuacanos pratiquaient l’agriculture ?

28

Chapitre 1

4201-28_CahierHist_CH1_F.indd 28

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

17-06-08 11:38


NOM

GROUPE

DATE

Les techniques des Tehuacanos Avec leur sédentarisation, les Tehuacanos commencent à fabriquer différents objets à partir des plantes qu’ils cueillent ou qu’ils cultivent. Quelques exemples sont donnés dans le tableau ci-dessous.

COTON

AGAVE

Agave : Plante mexicaine dont on se sert pour faire des fibres textiles et une boisson alcoolisée.

CALEBASSES

Objets fabriqués Une fois filé, on l’utilisait pour fabriquer des hamacs, des lignes à pêche et de la corde, ainsi que des tissus de coton dans lesquels on enveloppait les morts avant de les enterrer.

Avec les feuilles, on fabriquait des paniers tressés.

Après avoir vidé et fait sécher le fruit, on pouvait s’en servir comme récipient ou comme instrument de musique.

D’autres techniques de fabrication d’objets étaient également maîtrisées. Par exemple, les sociétés de la vallée de Tehuacán fabriquaient des bols en céramique appelés t­ ecomates ainsi que des meules (ou manos) et des molettes (ou metates) servant à moudre les grains de maïs pour en faire de la farine.

Molette : Outil qui sert à broyer les grains sur la meule.

Ces deux derniers objets sont d’ailleurs toujours utilisés aujourd’hui. Les Tehuacanos commenceront aussi à se construire des huttes à l’aide de pieux et de branchages qu’ils recouvraient d’un mélange de terre argileuse et de fibres afin de les solidifier.

1

Parmi les éléments ci-dessous, encercle ceux qui correspondent à des techniques développées par les habitants de la vallée de Tehuacán.

a) Le taillage de pierre

d) La peinture

b) Le tissage

e) La métallurgie

c) La poterie

f) La construction de huttes

2

À l’aide d’une flèche, relie les plantes ou les objets de la colonne de gauche à l’utilité appropriée de la colonne de droite.

a) Le coton

1) Moudre des grains de maïs

b) La meule et la molette

2) Fabriquer des paniers tressés

c) L’agave

3) Fabriquer des tissus, des lignes à pêche et des cordes

© Éditions Grand Duc

4201-28_CahierHist_CH1_F.indd 29

Merci de ne pas photocopier

Chapitre 1

29 17-06-08 11:38


2 chapitre

L’émergence d’une civilisation

Au Néolithique, la sédentarisation a permis aux êtres humains de mieux s’organiser et de se diviser le travail. En plus de partager un territoire commun, ils se dotent, au fil du temps, d’institutions pour mieux le contrôler et une culture, commune à tous, se développe. Les premières civilisations apparaissent dans ce contexte, mais une invention va faciliter leur développement : l’écriture. Apparue en Mésopotamie vers 3500 av. J.-C., cette ­découverte marque le début de l’Antiquité et constitue un changement marquant dans l’histoire de l’humanité. Qu’est-ce que l’apparition de l’écriture a changé pour les êtres humains ?

Dans ce chapitre…

Amorce

Déroulement

Aujourd’hui Ailleurs

9000 av. J.-C. PALÉOLITHIQUE

L’apport de l’écriture aujourd’hui............................................... 32 L’influence de l’écriture en Mésopotamie.................................... 34 Situation dans l’espace et dans le temps................................... 34 La structure sociale en Mésopotamie........................................ 36 L’organisation administrative, politique et juridique....................... 40 La culture et la religion............................................................ 47 Le sens et les fonctions des règles et des conventions dans notre société....................................... 52 Les civilisations du Nil, de l’Indus et chinoise.............................. 54

L’émergence d’une civilisation 3500 av. J.-C. NÉOLITHIQUE

Invention de l’écriture

30

0

Chapitre 2

4201-28_CahierHist_CH2_F2.indd 30

ANTIQUITÉ 1000 av. J.-C. J.-C.

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

17-06-08 11:48


NOM

GROUPE

DATE

2.2  La ziggourat d’Ur

2.1  Le code d’Hammourabi

476

1000

2.3  Le Code civil du Québec

1453 MOYEN ÂGE

Chute de l’Empire romain d’Occident © Éditions Grand Duc

4201-28_CahierHist_CH2_F2.indd 31

ÉPOQUE MODERNE

Prise de Constantinople

Merci de ne pas photocopier

1789

Aujourd’hui

ÉPOQUE CONTEMPORAINE

Révolution française

2000

Chapitre 2

31 17-06-08 11:48


L’apport de l’écriture aujourd’hui AMORCE

Analphabétisme : Fait, pour une personne, de ne savoir ni lire ni écrire.

Marginalité : Fait, pour une personne, de vivre en dehors de la société, soit parce qu’elle refuse de se soumettre à ses lois ou parce qu’elle est incapable de s’y intégrer.

De nos jours, il serait difficile de vivre sans savoir lire ni écrire, car l’écriture est ­omniprésente dans notre quotidien. En effet, on la retrouve dans les livres ­scolaires, à la bibliothèque, mais aussi dans les journaux, qu’ils soient sur s­ upport papier ou sur ­support numérique. Nous communiquons également de plus en plus par ­l ’intermédiaire de ­messages 2.4  Répartition en pourcentage de la population de textes ou en clavardant avec des amis 15 ans et plus dont le niveau de scolarité est inférieur dans Internet. au diplôme d’études secondaires, selon le sexe et Pourtant, l’analphabétisme est une ­réalité qui touche beaucoup de personnes, et les conséquences qui en découlent sont ­nombreuses. En effet, les analphabètes sont ­souvent victimes de pauvreté, ­d ’exclusion et de marginalité, car il est difficile de se ­trouver un emploi quand on est incapable de r­ emplir un formulaire de demande d ­ ’emploi ou de présenter un curriculum vitæ.

le groupe d’âge au Québec, en 2006

ÂGE

HOMMES

FEMMES

15-24 ans

37,5 %

30,4 %

34,1 %

25-34 ans

18,4 %

13,6 %

16,0 %

35-44 ans

22,4 %

19,0 %

20,7 %

45-54 ans

25,3 %

24,6 %

24,9 %

55-64 ans

38,4 %

42,0 %

40,2 %

65 ans et plus 59,3 %

64,5 %

62,3 %

TOTAL

31,6 %

31,7 %

31,8 %

TOTAL

Source : Institut de la statistique du Québec, [En ligne], 2012.

2.5  L’analphabétisme complet et fonctionnel

la majorité des pays, le degré d’alphabétisation est mesuré par la durée «de Dans la fréquentation scolaire. Le seuil se situe aujourd’hui à 9 ou 12 années de s­ colarité, soit la fin du s­ econdaire. En A­ mérique du Nord, « ­l’analphabétisme ­complet » est s­ ynonyme d’études primaires ­incomplètes tandis que « ­l’analphabétisme fonctionnel » ­équivaut à des études ­secondaires incomplètes. Au Québec, le ­programme d’alphabétisation a ainsi pour objectif d’amener l’individu à compléter son niveau secondaire. Au Portugal, par contre, on vise ­l’obtention d’un diplôme de fin d’études primaires. 

»

Source : Base de données en alphabétisation des adultes, [En ligne], 2004.

1

On utilise l’écriture couramment dans la vie de tous les jours. Donnes-en des exemples.

2

Observe le tableau 2.4 ci-dessus et réponds aux questions suivantes.

a) Quel pourcentage de la population totale du Québec est analphabète ? b) Dans quels groupes d’âge trouve-t-on le plus d’analphabètes ? 3

Quelles sont les conséquences de l’analphabétisme ? Encercle les bonnes réponses.

a) Facilité à trouver un emploi

d) Exclusion de la société

b) Pauvreté

e) Marginalisation

c) Intégration

f) Réseau social développé

32

Chapitre 2

4201-28_CahierHist_CH2_F2.indd 32

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

17-06-08 11:48


NOM

GROUPE

DATE

LES DIFFÉRENTES FORMES D’ÉCRITURE Les caractères chinois Utilisés par près de 25 % de la population mondiale, les c­ aractères chinois, ou sinogrammes, constituent la plus vieille écriture encore employée aujourd’hui. Les sinogrammes sont formés d’une suite de traits tracés dans un ordre précis. Ils se composent habituellement à partir de 214 caractères de base, lesquels peuvent servir à former des milliers de sinogrammes. Ceux-ci sont utilisés pour ­représenter un objet, une idée ou même un son. Pour être en mesure de lire couramment le chinois actuel, il faut maîtriser entre 2000 et 3000 sinogrammes.

2.6  Écriture chinoise

L’alphabet arabe L’alphabet arabe se compose de 28 lettres, qui sont toutes des consonnes. Il s’utilise dans de n ­ ombreuses langues, dont le kurde, le ­persan et l’ourdou. ­Contrairement aux langues latines, comme le français, l’arabe s’écrit et se lit de droite à gauche.

2.8  Alphabet cyrillique

L’alphabet cyrillique

2.7  Texte arabe inscrit sur le dôme du Rocher à Jérusalem

L’alphabet cyrillique aurait été créé au 9e siècle par deux prêtres, ­Constantin Cyrille et son frère Méthode, afin de convertir les Slaves à la religion ­catholique. Composé de 30 lettres, il est utilisé pour écrire la plupart des langues slaves, comme le russe, le serbe, l’ukrainien et le bulgare.

Indique à quelle forme d’écriture correspondent les énoncés suivants. a) On m’écrit de droite à gauche. b) J’ai été inventé pour convertir les Slaves. c) Je suis la plus ancienne forme d’écriture encore utilisée. d) Entre autres langues, je sers à écrire le kurde, le persan et l’ourdou. e) Je suis utilisé par 25 % de la population mondiale. f) Entre autres langues, je sers à écrire le russe et le serbe. g) Pour être en mesure de lire, il faut maîtriser entre 2000 et 3000 de mes caractères.

© Éditions Grand Duc

4201-28_CahierHist_CH2_F2.indd 33

Merci de ne pas photocopier

Chapitre 2

33 17-06-08 11:48


L’influence de l’écriture en Mésopotamie D ÉR O UL EMEN T

SITUATION DANS L’ESPACE ET DANS LE TEMPS OCÉAN ARCTIQUE

Nil

g-

an

In dus

e ig r

Eu

T ph rat e

Hu

He

OCÉAN PACIFIQUE OCÉAN PACIFIQUE

OCÉAN ATLANTIQUE

OCÉAN INDIEN

Égypte Mésopotamie Inde Chine

0

4000

kilomètres

2.9  Les premiers foyers de civilisation Gr an d

Ninive• Arpachiyah•

Kh

ab ur

• Jerf el Ahmar

b Zâ Zâb

re

Lac Tharthâr

ya

O

M

Tig

•Mari

la

t

ti Pe

D

Mureybet•

2000

•Tell Sawwan Euph ra

ELAM

•Khafajé

Ka

N

TS

ZA

GR

Kar

n

te

OS rkh A Agadé eh Lac K K A • Jemdat Nasr D • Razazah •Kish Babylone• Suse• Nippur• S U Isin• M E •Tchoga R Zanbil Umma• Girsu/Telloh • DÉSERT Uruk• Larsa u • • Obeïd• Ur Lagash DU NÉFOUD Eridu•• An c i en riva ge GOLFE ARABOPERSIQUE

100

200

kilomètres

tt ) ha ab (C -Ar al

0

2.10  Les principales villes de Mésopotamie

1

Observe la carte 2.9 sur les premiers foyers de civilisation, puis précise la caractéristique qu’ils ont en commun.

2

Sur quel continent les civilisations ci-dessous se trouvaient-elles ?

a) La civilisation mésopotamienne. b) La civilisation du Nil. c) La civilisation de l’Indus. d) La civilisation chinoise. 3

Sur la carte 2.10 montrant les principales villes de Mésopotamie, surligne les villes d’Ur, de Lagash et de Babylone.

34

Chapitre 2

4201-28_CahierHist_CH2_F2.indd 34

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

17-06-08 11:48


NOM

GROUPE

DATE

2.11  Quelques faits relatifs à la société mésopotamienne 2.14 Gilgamesh

2.12 Écriture cunéiforme

3750 av. J.-C. Apparition des cités-États

4000 av. J.-C.

3300 av. J.-C. Apparition de l’écriture cunéiforme

2100 av. J.-C. Construction de la ziggourat d’Ur

3500 av. J.-C.

2500 av. J.-C.

1600 av. J.-C. Premières versions écrites de l’épopée de Gilgamesh 2000 av. J.-C.

1500 av. J.-C.

3000 av. J.-C. 2334 à 2193 av. J.-C. Empire akkadien 3500 à 2900 av. J.-C. Période d’Uruk

1760 av. J.-C. Code d’Hammourabi 2004 à 1160 av. J.-C. Domination de Babylone 2112 à 2004 av. J.-C. Troisième dynastie d’Ur 2.13 Naram-Sin, roi d’Akkad

1

Au cours de quelle période historique la Mésopotamie s’est-elle développée ? Encercle la bonne réponse.

a) La préhistoire

d) L’époque moderne

b) L’Antiquité

e) L’époque contemporaine

c) Le Moyen Âge 2

a) Quelle invention marque le début de cette période ?

b) D’après toi, comment cette invention a-t-elle changé la vie des êtres humains ?

© Éditions Grand Duc

4201-28_CahierHist_CH2_F2.indd 35

Merci de ne pas photocopier

Chapitre 2

35 17-06-08 11:48


LA STRUCTURE SOCIALE EN MÉSOPOTAMIE Avec le développement des civilisations et la ­division du travail, on verra apparaître une certaine s­tructure dans la société. La place des hommes dans la ­hiérarchie sociale est donc liée à la place qu’ils occupent dans la société, au travail qu’ils ­effectuent, au pouvoir et à la richesse qu’ils possèdent.

Les différents groupes sociaux et leurs fonctions

Roi-prêtre

Noblesse

Prêtres

Commerçants et artisans

Paysans

Esclaves

1

Indique à quel groupe social correspondent les énoncés ci-dessous.

a) Nous devons veiller à ce que les dieux ne soient pas offensés. b) Je suis le chef suprême. c) Nous fabriquons les biens nécessaires à l’ensemble de la population. d) Nous sommes de grands propriétaires. e) Nous sommes des prisonniers de guerre. 2

Qu’est-ce qui détermine la place des hommes dans la hiérarchie sociale ?

36

Chapitre 2

4201-28_CahierHist_CH2_F2.indd 36

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

17-06-08 11:48


NOM

GROUPE

DATE

Le roi-prêtre Le roi-prêtre est le dirigeant suprême. C’est lui qui possède tous les pouvoirs, tant civils que religieux. Il s’occupe de l’administration de la cité-État, de l’armée et de la justice. C’est également lui qui décide des grands travaux de construction à entreprendre. De plus, il sert d’intermédiaire entre les êtres humains et les dieux et jouent donc un rôle important dans la plupart des cérémonies religieuses. La noblesse La noblesse est constituée des gens qui sont proches du roi. Ceux-ci l’aident dans l’exercice du pouvoir en gérant les terres, en prélevant les taxes ou en exerçant la justice locale, par exemple. Ils contrôlent donc les domaines politique, militaire et religieux. Ce sont également de grands propriétaires terriens. Les prêtres Les prêtres sont les responsables de la religion. Ils s’assurent que les cérémonies religieuses se déroulent correctement afin que les dieux ne soient pas offensés et veillent à l’entretien des temples. Les commerçants et les artisans Les commerçants et les artisans sont ceux qui procurent les biens nécessaires à la vie en société. Ils facilitent les échanges, que ce soit entre les différentes villes de la Mésopotamie ou à l’intérieur de la cité-État. Les paysans Les paysans forment la majorité de la population. Ne sachant ni lire ni écrire, ils doivent obéir aux ordres du roi et de la noblesse. Leur principale fonction est de fournir la nourriture au reste de la population. Les esclaves Les esclaves ne possèdent aucun droit. Considérés comme des objets, ils doivent obéir aux ordres de leur maître. Ce sont soit des prisonniers de guerre ou des hommes tombés en esclavage en raison de dettes qu’ils sont incapables de rembourser.

Indique si les affirmations suivantes sont vraies ou fausses, en justifiant ta réponse si l’affirmation est fausse. a) Un esclave possède des droits... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Vrai

Faux

b) Les paysans constituent la classe sociale la plus nombreuse.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Vrai

Faux

c) Dans la pyramide sociale, les commerçants et les artisans ont la même importance que les paysans.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Vrai

Faux

d) La plupart des paysans savent lire et écrire.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Vrai

Faux

© Éditions Grand Duc

4201-28_CahierHist_CH2_F2.indd 37

Merci de ne pas photocopier

Chapitre 2

37 17-06-08 11:48


Les scribes Avec le développement de l’écriture, un nouveau métier fait son apparition : celui de scribe. Qui sont les scribes ? 2.15  Des scribes

Les scribes sont généralement des hommes qui proviennent de familles riches. Comment devient-on scribe ? L’apprentissage de l’écriture se fait dans des écoles que l’on appelle des bituppi ou « maisons des tablettes ». Ce processus est long et coûte cher. C’est pourquoi les individus ­maîtrisant cet art ou en ayant ­l ’occasion sont peu nombreux, puisque seuls les membres des familles les plus riches y ont accès. Quel est leur rôle dans la société mésopotamienne ? Puisqu’ils sont peu nombreux, les scribes détiennent une place p ­ rivilégiée parmi les Mésopotamiens. En effet, comme ils savent lire et écrire, ils sont essentiels dans plusieurs sphères de la société. Tout d’abord, ils sont très proches du pouvoir royal puisque ce sont eux qui transcrivent les textes officiels. Grâce à eux, les lois, par exemple, sont écrites et t­ ransmises à ­l ’ensemble de la population. De plus, ils aident les membres de la noblesse et les ­commerçants dans leur travail en tenant des registres et des ­inventaires des taxes qui sont prélevées et des biens qui sont échangés.

1

a) En quoi consiste le métier de scribe ?

b) Qui peut exercer cette fonction ? Pourquoi ?

2

Explique pourquoi les scribes occupent une place privilégiée dans la société mésopotamienne.

38

Chapitre 2

4201-28_CahierHist_CH2_F2.indd 38

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

17-06-08 11:48


NOM

GROUPE

DATE

QUESTIONS DE SYNTHÈSE 1. À l’aide de la banque de mots, complète le texte ci-dessous sur les différentes fonctions des groupes sociaux dans la civilisation mésopotamienne. Prêtres • Justice • Paysans • Noblesse • Droit • Roi-prêtre • Dieux • Artisans • Échanges • Lire • Objets • Écriture • Cité-État • Obéir • Scribes • Taxes • Commerçants • Maître • Temples • Écrire • Nourriture • Noblesse • Esclaves Le de la

est le chef suprême de la civilisation mésopotamienne. Il s’occupe de l­’administration  , de l’armée et de la

êtres humains et les

 . Il sert également d’intermédiaire entre les

 . Il est aidé par les membres de la

les terres et prélèvent des

 . Les

sont quant à eux ­responsables de

la religion. Ils veillent à l’entretien des En dessous se trouvent les

et s’assurent que les dieux ne sont pas offensés. et les

 . Ceux-ci p ­ rocurent les biens n ­ écessaires

à l’ensemble de la population et facilitent les sont les de la

 . Ne sachant ni

comme des Les à maîtriser l’

 . Ceux qui forment la majorité de la population ni

 , ils doivent obéir aux ordres du roi et

et fournir de la

bas de la pyramide sociale se trouvent les

qui gèrent

au reste de la population. Finalement, tout en  . Ils n’ont aucun

et doivent

 , sont considérés

aux ordres de leur

 .

 , quant à eux, occupent une place privilégiée dans la société puisqu’ils sont les seuls et peuvent donc transcrire les textes de loi officiels et aider les membres de

la noblesse et les marchands dans leurs activités quotidiennes. 2. a) Selon toi, est-ce possible pour les Mésopotamiens de changer de classe sociale ? Explique ta réponse.

b) Est-ce la même chose dans notre société actuelle ? Explique ta réponse.

© Éditions Grand Duc

4201-28_CahierHist_CH2_F2.indd 39

Merci de ne pas photocopier

Chapitre 2

39 17-06-08 11:48


L’ORGANISATION ADMINISTRATIVE, POLITIQUE ET JURIDIQUE L’importance des fleuves La sédentarisation a débuté dans la région du Croissant fertile, vaste région située le long de deux fleuves importants : le Tigre et l’Euphrate. C’est également dans cette région que se développent les premières civilisations de la Mésopotamie. Ce nom signifie d’ailleurs « le pays entre les fleuves ». Digue : Construction en terre ou en pierre faite pour retenir les eaux. Crue : Débordement d’un cours d’eau à la suite de fortes pluies ou de la fonte des neiges.

Les cours d’eau sont importants pour le développement des premières sociétés. Sans eau, difficile de faire pousser des plantes. De plus, dans cette région, le climat est chaud et très sec, et les pluies sont plutôt rares. C’est donc grâce à l’eau des fleuves que l’on peut irriguer et fertiliser les terres. L’irrigation est importante puisqu’elle permet d’augmenter la productivité agricole. C’est pour cette raison que les habitants de la Mésopotamie vont construire des digues et des canaux afin de retenir l’eau qui provient des crues de l’Euphrate et de mieux la répartir selon les besoins des agriculteurs. La présence de fleuves permet également aux populations de se déplacer plus ­facilement. Sur les routes terrestres, qui sont souvent mal entretenues et sur lesquelles il est difficile de circuler, le transport se fait à dos d’âne ou dans des chariots tirés par des bœufs. Il faut donc limiter le nombre d’objets à transporter. Le transport par bateau permet de déplacer de plus grosses et de plus lourdes charges beaucoup plus facilement. 2.16  Irrigation des champs à l’aide de canaux

1

Que signifie le nom « Mésopotamie » ?

2

Nomme les deux fleuves qui traversent cette région. • •

3

Nomme deux raisons expliquant l’importance des fleuves pour le développement des premières sociétés. • •

40

Chapitre 2

4201-28_CahierHist_CH2_F2.indd 40

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

17-06-08 11:48


NOM

GROUPE

DATE

Les cités-États Au fil du temps, certains villages vont grossir plus rapidement que d’autres, car ils sont mieux situés et deviennent des carrefours de c­ ommerce importants. Leur p ­ rospérité les amène à dominer les villages voisins. C’est ainsi que, vers 3750 av. J.-C., les p ­ remières cités-États font leur apparition. Une cité-État est une ville qui exerce un contrôle sur le territoire qui l’entoure. Elle est dirigée par un roi et est ­autonome, c’est-à-dire qu’elle possède des i­ nstitutions qui lui sont propres. Elle est généralement entourée de murs qui servent à protéger les h ­ abitants et habitantes en cas d’attaque, mais aussi les bâtiments qui s’y trouvent, comme les temples et le palais du roi. En Mésopotamie, il existe plusieurs cités-États. Chacune d’elles est indépendante, c’est-à-dire qu’elle possède son propre roi, ses dieux, ses lois, son territoire. Comme ces villes tiennent à leur autonomie et à leur indépendance, il n’est pas rare que des conflits éclatent entre elles, que ce soit pour le contrôle de l’eau ou des routes commerciales ou tout simplement pour agrandir leur territoire.

Prospérité : Fait d’être dans une situation favorable sur le plan économique ; période de croissance économique.

Institutions : Structures sociales, ensemble des règles qui assurent le bon fonctionnement d’une société.

Les principales cités-États de la Mésopotamie sont Ur, Uruk, Lagash et Babylone.

2.17  Une représentation de la ville de Babylone

1

Définis le terme de cité-État.

2

Parmi les énoncés ci-dessous, encercle ceux qui correspondent aux caractéristiques des cités-États.

a) Elles sont dirigées par un roi. b) Elles dépendent les unes des autres. c) Elles sont généralement entourées de murs. d) Elles sont souvent en guerre. e) Elles ont des institutions communes.

© Éditions Grand Duc

4201-28_CahierHist_CH2_F2.indd 41

Merci de ne pas photocopier

Chapitre 2

41 17-06-08 11:48


L’importance des lois écrites Calculi : Jetons d’argile de différentes formes qui servaient à identifier et à compter les marchandises.

L’apparition de l’écriture jouera un rôle important dans l’administration des citésÉtats. Tout d’abord, elle permet aux marchands de tenir des registres des échanges qu’ils effectuent. Ces données étaient notées et conservées grâce aux calculi et aux tablettes numérales.

Stèle : Pierre dressée recouverte d’inscriptions ou de dessins.

L’écriture va également aider le roi-prêtre dans la gestion de son peuple et de son ­territoire. En effet, grâce à l’écriture, il est beaucoup plus facile de diffuser les lois et ainsi de s’assurer que chaque personne est au courant des décisions royales. En ­Mésopotamie, on voit donc apparaître un peu partout sur le territoire des stèles en pierre sur lesquelles sont gravées les lois en vigueur. Le fait d’écrire les lois p ­ ermet aussi de s’assurer qu’elles sont ­appliquées de façon beaucoup plus uniforme. En effet, auparavant, tout était transmis par la parole. Qu’elles soient volontaires ou non, les erreurs étaient beaucoup plus ­fréquentes puisque les paroles p ­ ouvaient être ­déformées d’une personne à l’autre. Des oublis pouvaient également être ­commis. Avec le recours à l­ ’écriture comme moyen de ­communication, l’administration de la justice se simplifie. 2.19  Les obligations d’un commis envers un marchand

 Quand un marchand confie à son commis du grain, «de la laine, de l’huile ou toute autre marchandise à vendre, le commis lui r­ endra un compte précis et remettra l’argent au marchand, et le marchand devra donner au commis un reçu au montant de l’argent qui lui aura été remis. 

»

Source : Article de loi akkadien

2.18  Le code d’Ur-Nammu, roi fondateur de l’empire d’Ur III (2122-2095 av. J.-C.)

1

De quelle façon l’écriture aide-t-elle les marchands ?

2

Nomme deux avantages pour les cités-États de disposer de lois écrites. •

42

Chapitre 2

4201-28_CahierHist_CH2_F2.indd 42

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

17-06-08 11:48


NOM

GROUPE

DATE

Le code d’Hammourabi Le code d’Hammourabi est l’un des premiers textes de loi qui nous soient parvenus et sans doute le plus i­ mportant de cette époque. Écrit sur un bloc de basalte vers 1760 av. J.-C., il présente les décisions prises par le roi ­Hammourabi, qui a régné entre 1792 et 1750 av. J.-C., dans des domaines aussi variés que la hiérarchie sociale, le ­commerce, l’architecture, l’irrigation et les travaux agricoles. Le rôle de ce monument était de ­faciliter ­l ’administration de la justice dans le royaume et de montrer la sagesse du roi Hammourabi.

Basalte : Roche volcanique provenant du refroidissement de la lave.

2.20  Des exemples de sentences

Le code d’Hammourabi était basé sur la loi du talion, un châtiment qui consiste à punir un crime par une sentence équivalente ou encore plus grave. Cette loi est souvent associée à l’expression « œil pour œil, dent pour dent ». Si un homme a exercé le brigandage, et a été pris, «cet 22.homme est passible de mort.

Brigandage : Action malhonnête, vol.

53. Si un homme, négligeant à fortifier sa digue, n’a pas ­fortifié sa digue, et si une brèche s’est produite dans sa digue, et si le canton a été inondé d’eau, l’homme sur la digue de qui une brèche s’est ouverte restituera le blé qu’il a détruit. 128. Si un homme a épousé une femme et n’a pas fixé les obligations de cette femme, cette femme n’est pas épouse. 196. Si un homme a crevé l’œil d’un homme libre, on lui crèvera un œil. 

»

Source : Le code d’Hammourabi

2.21  Le code d’Hammourabi Sur le haut de cette pierre, qui mesure 2,5 m, on peut voir une sculpture représentant le roi devant le dieu Soleil de Mésopotamie, Shamash, qui est la divinité de la justice.

1

Parmi les activités ci-dessous, encercle celles qui étaient régies par le code d’Hammourabi.

a) La politique

d) L’architecture

b) Le commerce

e) La circulation routière

c) Les travaux agricoles

f) L’irrigation

2

Que signifie l’expression « œil pour œil, dent pour dent » ? Explique ta réponse en donnant un exemple tiré du code d’Hammourabi.

© Éditions Grand Duc

4201-28_CahierHist_CH2_F2.indd 43

Merci de ne pas photocopier

Chapitre 2

43 17-06-08 11:48


L’écriture cunéiforme

En biseau : Façon de tailler, en oblique, en angle.

Papyrus : Roseau qui pousse en Égypte et dont on utilisait l’écorce pour fabriquer des feuilles sur lesquelles on pouvait écrire.

L’écriture cunéiforme est la plus ancienne forme d’écriture découverte à ce jour. On écrivait les caractères sur de l’argile crue à l’aide d’un calame, un morceau de roseau au bout d’abord pointu ou arrondi, puis qu’on va tailler en biseau. La forme laissée par le calame dans l’argile a donné son nom à ce type d’écriture. En effet, le mot cunéiforme signifie « en forme de coins ». Au départ, l’écriture cunéiforme est formée de pictogrammes, c’est-à-dire de petits dessins stylisés qui représentaient des objets. Au fil du temps, ces dessins vont se modifier et se complexifier pour représenter des sons ou des syllabes (écriture ­phonétique) ou même des mots et des idées (écriture idéographique). L’écriture ­cunéiforme disparaîtra avec l’apparition du papyrus comme support d’écriture.

2.22  Du pictogramme à l’écriture cunéiforme Par exemple, au début, si les scribes traçaient la forme d’un poisson dans l’argile, c’était pour représenter l’animal. Puis, graduellement, ce dessin ou pictogramme va se styliser pour devenir un symbole ne ressemblant plus à l’animal et pouvant représenter un son ou même une idée.

1

Que signifie cunéiforme ?

2

À l’aide d’une flèche, relie chaque type d’écriture à sa définition.

a) Écriture pictographique

1) Symboles qui représentent des sons ou des syllabes.

b) Écriture phonétique

2) Symboles qui représentent des mots ou des idées.

c) Écriture idéographique

3) Dessins qui représentent des objets.

3

Sur quoi les premières civilisations écrivaient-elles ?

44

Chapitre 2

4201-28_CahierHist_CH2_F2.indd 44

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

17-06-08 11:48


NOM

GROUPE

DATE

QUESTIONS DE SYNTHÈSE 1. De quels avantages bénéficient les populations qui vivent près d’un fleuve ? Illustre ta réponse en prenant une ville de la Mésopotamie comme exemple.

2. À l’aide des mots ci-dessous, complète le texte sur les caractéristiques des cités-États. Territoire • Lois • Institutions • Guerre • Roi • Contrôle • Autonome • Indépendantes Une cité-État est une ville qui exerce un dirigée par un

sur le

et possède des

qui l’entoure. Elle est qui lui sont propres. Elle est donc

 , c’est-à-dire qu’elle se suffit à elle-même, qu’elle prend ses propres décisions. Les citésÉtats sont donc leurs dieux, leurs

les unes par rapport aux autres. Elles possèdent chacune leur propre roi, et leur territoire. Elles sont souvent en

les unes contre les autres.

3. Indique si les affirmations suivantes sont vraies ou fausses, en justifiant ta réponse si l’affirmation est fausse. a) Avant l’apparition de l’écriture, les lois étaient diffusées de façon orale... . . . . . . . . . . . . . . . .

Vrai

Faux

b) L’écriture aide les marchands dans leur travail en leur permettant de conserver les données de leurs transactions sur des feuilles... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Vrai

Faux

c) Avec l’apparition de l’écriture, il est beaucoup plus facile de diffuser les lois... . . . . . . . . . . .

Vrai

Faux

d) Le fait de disposer de lois écrites évite les erreurs dans l’application de la justice.. . . . . . .

Vrai

Faux

e) Les habitants de la Mésopotamie connaissaient les lois en vigueur grâce à des papyrus qui étaient lus un peu partout sur le territoire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Vrai

Faux

f) Les scribes décidaient des lois.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Vrai

Faux

4. On dit que les paroles s’envolent, mais que les écrits restent. Cette expression illustre bien l’importance pour une cité-État d’avoir des lois écrites. Pourquoi ? Explique ta réponse.

© Éditions Grand Duc

4201-28_CahierHist_CH2_F2.indd 45

Merci de ne pas photocopier

Chapitre 2

45 17-06-08 11:48


QUESTIONS DE SYNTHÈSE 5. Les sentences présentées dans le code d’Hammourabi te semblent-elles justes ? Explique ta réponse.

6. Comment se nomme l’écriture utilisée en Mésopotamie ? D’où vient ce nom ?

7. Complète les définitions ci-dessous. a) L’écriture cunéiforme est idéographique, c’est-à-dire que b) L’écriture cunéiforme est phonétique, c’est-à-dire que 8. Dans le tableau ci-dessous, donne le nom de chaque type de support d’écriture illustré et des exemples de l’information que les scribes pouvaient y écrire.

ILLUSTRATION

TYPE DE SUPPORT

INFORMATION

9. Selon toi, pourquoi l’apparition de l’écriture constitue-t-elle une découverte importante pour les êtres humains ?

46

Chapitre 2

4201-28_CahierHist_CH2_F2.indd 46

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

17-06-08 11:48


NOM

GROUPE

DATE

LA CULTURE ET LA RELIGION Les documents écrits En Mésopotamie, l’écriture ne sert pas seulement à écrire des textes de loi. En effet, différents types de documents sont produits, tels des épopées, des textes m ­ athématiques ou des traités de médecine. Les épopées Les épopées sont de longs poèmes ou récits en prose qui racontent les aventures d’un héros, qu’il soit fictif ou réel. La plus célèbre ­épopée de la Mésopotamie est c­ ertainement celle de Gilgamesh, un roi qui effectue un grand voyage afin de d ­ écouvrir le secret de l­ ’immortalité. Elle a été mise par écrit pour la ­première fois vers 2100 av. J.-C., mais on a trouvé différentes versions du texte, la plus récente datant d’entre 141 et 133 av. J.-C.

2.23 Gilgamesh

Prose : Façon ordinaire de s’exprimer, d’écrire un texte, sans règle d’écriture précise.

Les textes mathématiques Grâce à la découverte de tablettes, on sait maintenant que les h ­ abitants de la ­Mésopotamie avaient des connaissances m ­ athématiques. Sur ces tablettes figuraient notamment des tables de m ­ ultiplication, des listes ou des tableaux de nombres ainsi que des problèmes ­arithmétiques ou algébriques.

2.24  Une prescription médicale en cunéiforme

Les traités de médecine Différents textes sur la médecine ont également été découverts en Mésopotamie. Le plus important est le Traité de diagnostics et ­pronostics. Composé de 40 tablettes, il présente une liste de ­maladies destinée aux spécialistes de l’époque. Des tablettes contenant des listes de remèdes destinées aux patients ont ­également été trouvées.

1

Qu’est-ce qu’une épopée ?

2

Qu’est-ce que les textes mathématiques nous apprennent sur les connaissances des Mésopotamiens ?

3

Quel type d’information les traités de médecine contenaient-ils ?

© Éditions Grand Duc

4201-28_CahierHist_CH2_F2.indd 47

Merci de ne pas photocopier

Chapitre 2

47 17-06-08 11:48


La religion mésopotamienne Les dieux Les Mésopotamiens sont polythéistes, c’est-à-dire qu’ils croient en plusieurs dieux. Pour eux, ces derniers gouvernent le monde et il faut donc leur obéir. Dans la religion mésopotamienne, les plus importants sont An ou Anum, dieu du ciel, Enlil, dieu de l’air, et Enki ou Ea, dieu de l’abîme. Si ces trois divinités sont connues de tous, chaque cité-État a son propre système religieux et possède donc un protecteur souvent d ­ ifférent de celui des cités voisines. Les croyances

2.25  Le roi Ur-Nammu faisant une offrande à Nanna, dieu de la Lune

Les croyances religieuses des Mésopotamiens sont transmises grâce à des récits mythologiques dans lesquels les dieux vivent toutes sortes d’aventures. Ces récits expliquent aussi bien la création du monde que l’apparition de l’homme sur terre. Par exemple, les Mésopotamiens croyaient que l’être humain avait été fabriqué par les dieux à partir d’un mélange d’argile et de sang d’un dieu sacrifié.

Différents dieux mésopotamiens Inanna ou Ishtar : Déesse de Vénus, ­symbolisant la guerre et l’amour. Rattachée à la ville d’Uruk. Marduk : Dieu de Jupiter. Protecteur de la ville de Babylone. Nanna ou Sin : Dieu de la Lune, s­ ymbolisant le temps qui passe. R­ attaché à la ville d’Ur. Utu ou Shamash : Dieu du Soleil, symbolisant la justice et la divination. Rattaché aux villes de Sippar et Larsa.

1

Les Mésopotamiens sont polythéistes. Qu’est-ce que cela veut dire ?

2

Complète le tableau ci-dessous en indiquant, selon le cas, le nom du dieu ou de la déesse, ou l’élément qu’il ou elle représente. DIEU OU DÉESSE

ÉLÉMENT QU’IL OU ELLE REPRÉSENTE Déesse de la guerre et de l’amour Dieu du ciel

Enki Dieu de Jupiter Enlil 3

De quelle façon les croyances religieuses sont-elles transmises ?

48

Chapitre 2

4201-28_CahierHist_CH2_F2.indd 48

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

17-06-08 11:48


NOM

GROUPE

DATE

Les pratiques religieuses Pour vénérer leurs dieux, les Mésopotamiens pratiquent différents rituels. Par exemple, ils nourrissent les dieux en leur faisant des offrandes et des sacrifices, les divertissent en jouant de la musique ou, encore, les célèbrent au cours de fêtes se déroulant à différentes périodes de l’année. De plus, ils croient qu’ils peuvent entrer en communication avec les dieux en faisant des prières et ainsi connaître leurs désirs grâce à la divination.

Divination : Art qui consiste à deviner et à prédire l’avenir.

Les temples Pour honorer leurs dieux, les habitants de la Mésopotamie construisent des temples où se pratiquent les différentes activités du culte religieux. Ces temples sont d’ailleurs considérés comme la demeure du dieu sur la terre. Dans chaque cité-État, on en trouve généralement un, lequel est dédié à la divinité protégeant la ville. Ils peuvent parfois être aussi grands que des palais et s’accompagner d’une ziggourat, c’est-à-dire d’une construction ressemblant à une pyramide à étages surmontée d’un temple. L ­ ’entretien de ces édifices est très onéreux, alors chaque temple doit posséder d’importantes ­ressources financières, d’où leur importance dans l’économie mésopotamienne.

Culte : Ensemble des cérémonies grâce auxquelles on rend hommage à un être divin.

2.26  La ziggourat d’Ur

1

Parmi les éléments ci-dessous, encercle ceux qui correspondent aux rituels pratiqués par les Mésopotamiens.

a) Faire des offrandes

d) Se déguiser

b) Jouer de la musique

e) Célébrer des fêtes

c) Faire des sacrifices humains

f) Faire des pèlerinages

2

Dans quels lieux les Mésopotamiens honorent-ils leurs dieux ?

3

Pourquoi les temples jouent-ils un rôle important dans l’économie de la Mésopotamie ?

© Éditions Grand Duc

4201-28_CahierHist_CH2_F2.indd 49

Merci de ne pas photocopier

Chapitre 2

49 17-06-08 11:48


L’avantage de l’écriture pour l’architecture Les Mésopotamiens figurent parmi les premiers bâtisseurs. Utilisant la brique en terre crue, ils construisent des habitations de plus en plus grandes et i­ mposantes. ­L’apparition de l’écriture joue un rôle important dans le développement de ­l ’architecture. En effet, grâce à cette nouvelle invention, la planification et la gestion des différentes constructions, comme celles de canaux d’irrigation ou d’édifices tels que les ziggourats ou le palais du roi, deviennent plus faciles.

L’influence de l’écriture dans la transmission de la culture L’écriture ne vient pas seulement modifier l’organisation politique et économique des Mésopotamiens, mais elle permet également à leur civilisation d’étendre son influence sur un vaste territoire. Ce phénomène est facilité par le fait que l’écriture cunéiforme sert à écrire différentes langues, comme le sumérien, l’akkadien, le hittite et ­l ’élamite. Ainsi, grâce à l’écriture, les récits mésopotamiens se répandent sur l’ensemble du ­territoire du Croissant fertile. Les histoires sont donc connues de nombreuses p ­ ersonnes et contribuent à créer une mythologie commune à tous les habitants de cette région. L’une d’elles, l’épopée de Gilgamesh, aurait même inspiré des passages de récits aussi divers que L’Iliade et L’Odyssée, de l’écrivain grec Homère, ainsi que la Bible.

2.27  Sceau présentant les aventures de Gilgamesh

1

Nomme trois types de constructions réalisées par les habitants de la Mésopotamie. •

2

D’après toi, pourquoi l’écriture a-t-elle favorisé le développement de l’architecture ?

3

Donne deux exemples qui démontrent que l’écriture a aidé à transmettre la culture mésopotamienne. • •

50

Chapitre 2

4201-28_CahierHist_CH2_F2.indd 50

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

17-06-08 11:48


NOM

GROUPE

DATE

QUESTIONS DE SYNTHÈSE 1. À part les textes de loi, nomme trois types de documents écrits qui ont été produits en Mésopotamie. • • • 2. Indique si les affirmations suivantes sont vraies ou fausses, en justifiant ta réponse si l’affirmation est fausse. a) Les Mésopotamiens sont monothéistes.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Vrai

Faux

b) Les croyances religieuses des Mésopotamiens sont transmises grâce aux récits mythologiques.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Vrai

Faux

c) Selon les Mésopotamiens, les dieux gouvernent le monde et il faut leur obéir.. . . . . . . . . .

Vrai

Faux

d) Le culte s’exerce dans les palais.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Vrai

Faux

e) Les Mésopotamiens croient qu’ils peuvent entrer en communication avec les dieux grâce à la prière... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Vrai

Faux

3. Qu’est-ce qui permet d’expliquer que l’épopée de Gilgamesh était une histoire connue de tous les habitants de la Mésopotamie ?

4. Lis le texte suivant, puis réponds aux questions ci-dessous.

« J’ai déjà récité (par cœur), puis écrit tous les mots rassemblés dans [ici, l’étudiant énumère plusieurs livres scolaires]. Je puis analyser et décomposer l’écriture de tous les signes […] Je connais, en effet, à fond l’art d’écrire : de mettre les lignes en place, de calligraphier. Il suffit que mon maître me montre un signe pour que j’y en raccroche, de mémoire, quantité d’autres. Pour avoir fréquenté l’école tout le temps nécessaire, je suis à la hauteur du sumérien, de l’orthographe, du contenu de toutes les tablettes. Je puis en rédiger de toutes sortes : des documents impliquant des mesures de capacité […] ; de poids […] ; tous les contrats que l’on pourra me demander : de mariage, d’association, de vente de biens-fonds et d’esclaves ; de caution en argent ; de louage de champs […] et jusqu’aux contrats d’adoption […] » Source : Réponse d’un étudiant aux questions d’un étranger (Mésopotamie, 1500-1000 av. J.-C.), dans J. BOTTÉRO, T. HERRENSCHMIDT et J.-P. VERNANT, L’Orient ancien et nous, Paris, Hachette, 1998, p. 45 (Coll. Pluriel).

a) Dans le texte, souligne les types de documents que les scribes mésopotamiens produisaient. b) Selon toi, quels autres types de documents pouvaient-ils écrire ?

© Éditions Grand Duc

4201-28_CahierHist_CH2_F2.indd 51

Merci de ne pas photocopier

Chapitre 2

51 17-06-08 11:48


A U J O UR D ’HUI

Le sens et les fonctions des règles et des conventions dans notre société Les avantages de l’alphabet

Abstrait : Se dit de quelque chose qui n’est pas concret, qu’on ne peut pas voir.

Aujourd’hui, grâce à l’alphabet, l’apprentissage de l’écriture est grandement s­ implifié par rapport à l’époque de la Mésopotamie. En effet, l’utilisation de signes ou de s­ ymboles a été remplacée par celle de lettres. En français, l’alphabet en compte 26, soit 20 consonnes et 6 voyelles, et est donc plus facile à apprendre que l’écriture c­ unéiforme. De plus, il nous permet de transcrire plus simplement des concepts, voire des idées abstraites.

Des institutions publiques qui font des lois ou des règlements

2.28  Hôtel de ville de Montréal

1

Dans notre société, les lois et les règlements sont élaborés par différentes institutions publiques. Puisque nous sommes plusieurs milliers de personnes à vivre ensemble, ces institutions doivent établir des règles afin d’assurer le bon fonctionnement de la société. Par exemple, c’est le gouvernement du Québec, c’est-à-dire ­l’Assemblée ­nationale formée des députés et députées élus par la population, qui débat des ­questions d’ordre public et vote les lois qui touchent l’ensemble de la population québécoise. Les écoles et les municipalités constituent d’autres exemples d’institutions publiques qui établissent des lois et des règlements.

Parmi les énoncés ci-dessous, encercle ceux qui représentent des avantages d’utiliser l’alphabet pour écrire.

a) Il y a moins de signes ou de symboles à apprendre. b) Son utilisation nécessite une plus grande intelligence. c) L’apprentissage de l’alphabet est plus court. d) Un même symbole peut avoir plusieurs significations. e) L’utilisation de l’alphabet donne la possibilité de transcrire des idées abstraites. 2

Nomme trois institutions publiques qui font des lois ou des règlements.

52

Chapitre 2

4201-28_CahierHist_CH2_F2.indd 52

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

17-06-08 11:48


NOM

GROUPE

DATE

Des exemples de règles et de conventions Afin de nous faciliter la vie, différentes règles et conventions ont été établies dans notre société. Le Code de la sécurité routière, qui régit tout ce qui touche à l­ ’utilisation d’un véhicule et à la circulation des piétons sur les voies publiques, le système des ­unités de poids et de mesure ainsi que le code linguistique en sont des exemples.

L’utilité des règles et des conventions écrites Mais pourquoi a-t-on besoin d’écrire autant de règles ? Dans une société où p ­ lusieurs milliers d’individus cohabitent, il est difficile de faire autrement. Sans règles ou conventions écrites, certains en profiteraient pour abuser des autres ou les ­exploiter. D’autres encore pourraient en profiter pour faire ce qu’ils veulent, sans se soucier de savoir si leurs actions entraînent des répercussions sur la vie des gens qui les entourent. Ainsi, le fait d’avoir des lois et des règlements écrits permet d’assurer la sécurité de tout le monde et de faciliter les échanges tout en limitant les abus.

Unités de mesure 2.29  Unités de mesure du système métrique et du système impérial

UNITÉ DE MESURE DE…

SYSTÈME MÉTRIQUE

SYSTÈME IMPÉRIAL

Kilomètre

Mille

Mètre

Verge ou pied

Centimètre

Pouce

Gramme

Once

Kilogramme

Livre

Millilitre

Once

Litre

Pinte ou gallon

Superficie

Hectare

Acre

Température

Degré Celsius

Degré Fahrenheit

Distance

Poids Volume

1

Donne trois exemples de règles ou de conventions écrites.

2

Nomme d’autres exemples de règles ou de conventions écrites utilisées dans notre société.

3

Parmi les raisons énoncées ci-dessous, encercle celles qui indiquent pourquoi il est important, dans une société, de se doter de règles et de conventions écrites.

a) Pour assurer la sécurité des gens.

d) Pour éviter les abus.

b) Parce que le gouvernement en a décidé ainsi. e) Pour que les gens puissent agir comme ils le veulent, sans se soucier des conséquences. c) Pour faciliter les échanges.

© Éditions Grand Duc

4201-28_CahierHist_CH2_F2.indd 53

Merci de ne pas photocopier

Chapitre 2

53 17-06-08 11:48


illeurs ph r a

t

e

Anatolie

Eu

Empire des Hittites

Alep •

Or o

nt

Royaume du Mitanni

e

• Byblos

Phénicie (Liban)

•Tyr • Meggido

Canaan (Palestine)

• Gaza

(Rosette) •

BasseÉgypte

• Avaris

Gizeh •

Fayoum

•Memphis

Meidoum•

Oasis de Baharièh

Désert occidental

•Hérakléopolis • Akhetaton

Ni

•Oasis de Farafra

Désert du Néfoud

Péninsule du Sinaï

l

Désert oriental

M

Abydos-This • Nagada Oasis de Deir el Medineh••• Karnak Vallée des Rois• • Thèbes-Louxor Dakhlèh • Oasis de Khargèh• •Hiérakonpolis Edfou • • Kom Ombo 1re cataracte • HautePhilæ

ER

Égypte

Nabta Playa • 2e cataracte Amara• 3e

•Abou Simbel

Nubie

Empire égyptien Empire des Hittites Royaume du Mitanni

cataracte Napata•

4e cataracte

0

200 kilomètres

Le Nil, un fleuve important La civilisation égyptienne n’aurait pu naître sans la ­présence du Nil. Principale voie de communication, ce fleuve long d’environ 6500 km vient enrichir la terre grâce au limon, une boue noire et fertile qui est d ­ éposée sur les rives chaque année au moment de la crue du fleuve. De plus, l’eau du Nil est essentielle à l’irrigation des terres égyptiennes, qui sont situées dans une région désertique où les pluies sont plutôt rares.

(Syrie)

Qadesh •

MER MÉDITERRANÉE

LA CIVILISATION DU NIL

400

Une société hiérarchisée À son apogée, vers 1500 av. J.-C., la civilisation du Nil s’étend sur plus de 1000 km. Afin d’éviter les conflits et de s’assurer du bon fonctionnement de l’État, les ­Égyptiens se sont dotés d’une h ­ iérarchie sociale semblable à celle qu’on trouvait en M ­ ésopotamie. C’est le pharaon qui dirige le pays. À la fois homme et dieu, il détient tous les ­pouvoirs. Il est aidé dans l’exercice du pouvoir par des dignitaires tels les grands-prêtres, les généraux, les juges et les c­ onseillers royaux. La ­civilisation du Nil possède également une classe moyenne composée de fonctionnaires, de prêtres, de  marchands et d’artisans. En dessous d’eux se trouvent les paysans, qui forment 90 % de la population. Puis, tout au bas de la pyramide, il y a les esclaves. Ceux-ci sont soit des prisonniers de guerre, soit des condamnés ou des enfants d’esclaves.

2.30  L’Empire égyptien à son apogée

1

On dit de l’Égypte qu’elle est un « don du Nil ». À ton avis, qu’est-ce que cela veut dire ? Explique ta réponse.

2

Dans la section « Une société hiérarchisée », souligne le nom des classes sociales en Égypte, puis place-les au bon endroit dans la pyramide ci-dessous. • • • • •

54

Chapitre 2

4201-28_CahierHist_CH2_F2.indd 54

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

17-06-08 11:48


NOM

GROUPE

DATE

Les hiéroglyphes Apparue vers 3000 av. J.-C., l’écriture égyptienne se forme à p ­ artir des hiéroglyphes. De manière semblable à l’écriture cunéiforme en ­Mésopotamie, elle est inventée pour faciliter la gestion du vaste ­territoire par le pharaon. On s’en sert pour tenir des registres ou encore pour r­ aconter les exploits des pharaons. La maîtrise de ­l ’écriture ­hiéroglyphique est cependant difficile. Il ne faut pas moins de 12 années d’études pour devenir scribe en Égypte et occuper une place privilégiée de fonctionnaire. Cela s’explique par le fait que l’écriture é­ gyptienne est figurative, c’est-à-dire que les s­ ymboles qui la composent sont des images provenant de l’univers égyptien. De plus, un hiéroglyphe peut avoir trois fonctions : il peut ­désigner une idée (idéogramme), représenter un son ­(phonogramme) ou indiquer à quelle catégorie lexicale a­ ppartient le h ­ iéroglyphe qui le précède (déterminatif). Par exemple, le nom d’une étoile se ­termine par la silhouette d’une étoile.

2.31  Traité de paix de Qadesh Ce traité, conclu entre les Hittites et les Égyptiens dirigés par Ramsès II en 1259 av. J.-C., est le plus ancien traité de paix connu à ce jour.

C’est seulement en 1822 que Jean-­François Champollion, un ­égyptologue français, ­réussira, pour la première fois, à ­déchiffrer les ­hiéroglyphes. Ce déchiffrement n’aurait pas été possible sans la découverte de la pierre de Rosette, un bloc de pierre sur lequel était inscrit le même texte en trois é­ critures : l’écriture hiéroglyphique, le démotique et l’alphabet grec.

Démotique : Écriture égyptienne apparue vers 600 av. J.-C.

2.32  La pierre de Rosette

1

On dit de l’écriture égyptienne qu’elle est figurative. Qu’est-ce que cela veut dire ?

2

Nomme les trois fonctions que peut avoir un hiéroglyphe. Un hiéroglyphe peut : • • •

3

Qui fut le premier à déchiffrer les hiéroglyphes et comment a-t-il réussi à le faire ?

© Éditions Grand Duc

4201-28_CahierHist_CH2_F2.indd 55

Merci de ne pas photocopier

Chapitre 2

55 17-06-08 11:48


De grands bâtisseurs Les Égyptiens étaient de grands bâtisseurs. Les constructions qu’ils ont ­réalisées émerveillent d’ailleurs encore les sociétés actuelles. En effet, grâce à leurs c­onnaissances mathématiques, entre autres, ils ont su bâtir des édifices gigantesques, dont plusieurs existent toujours. Financés par l’État, ces bâtiments avaient des fonctions diverses. Certains avaient des fonctions religieuses, comme les temples, alors que d’autres ­servaient tout simplement à démontrer la puissance et l’importance du pharaon. C’est le cas, notamment, des pyramides ou des statues érigées un peu partout sur le territoire de l’Égypte. Dans ces bâtiments se trouvent des textes écrits en ­hiéroglyphes et décrivant les exploits des pharaons au cours de leur règne. 2.33  Les pyramides de Gizeh Construites il y a plus de 4500 ans, ces pyramides devaient servir de tombeaux aux pharaons. La plus grande, celle de Kheops, mesurait près de 147 m de hauteur à l’origine.

1

2.34  Le Sphinx Cette construction, d’une longueur de 73 m et d’une hauteur de 20 m, représente un corps de lion avec une tête de pharaon. À l’origine, la statue était recouverte de plâtre peint en rouge, bleu et jaune.

Donne trois exemples de constructions réalisées par les Égyptiens. • • •

2

À quoi servaient les édifices érigés par les Égyptiens ?

3 Quelle ressemblance y a-t-il entre les constructions égyptiennes et celles des Mésopotamiens ?

56

Chapitre 2

4201-28_CahierHist_CH2_F2.indd 56

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

17-06-08 11:49


NOM

GROUPE

DATE

La religion Tout comme les Mésopotamiens, les habitants de l’Égypte antique sont polythéistes. Le pharaon joue un rôle important dans la religion puisqu’il sert d’intermédiaire entre les hommes et les dieux. Pour assumer sa tâche, il est aidé des prêtres, qui doivent veiller au bien-être des différentes divinités en leur faisant des offrandes et en c­ élébrant toutes sortes de cérémonies. C’est dans les temples que le culte est pratiqué puisqu’on les considère comme étant la demeure des dieux. Les Égyptiens croient également à la vie après la mort. C’est donc pour préserver les morts qu’on momifie leur corps et qu’on les enterre avec des objets pouvant leur servir dans l’au-delà. Toutefois, avant d’avoir accès à l’immortalité, les Égyptiens doivent se soumettre au jugement du dieu Anubis.

Quelques dieux égyptiens Râ ou Rê : Dieu du Soleil, créateur de l’Univers et de l’État. Il a parfois une tête de faucon, parfois une tête de bélier. Isis : Déesse des naissances et des navigateurs. Osiris : Dieu de la végétation et de la culture. Anubis : Dieu des morts, représenté par un homme à tête de chacal. Horus : Dieu du ciel, représenté par un homme à tête de faucon. Seth : Dieu du tonnerre, des tempêtes et du temps nuageux.

2.35  Un sarcophage Une fois les morts momifiés, les Égyptiens les plaçaient dans des sarcophages, qu’on pouvait ensuite décorer avec de l’or ou sur lesquels on écrivait des prières en hiéroglyphes.

Indique si les affirmations suivantes sont vraies ou fausses, en justifiant ta réponse si l’affirmation est fausse. a ) Les Égyptiens sont polythéistes.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Vrai

Faux

b ) Les scribes sont les intermédiaires entre les dieux et les hommes.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Vrai

Faux

c) Les temples sont considérés comme la maison des dieux.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Vrai

Faux

d ) Les Égyptiens croient qu’il ne se passe plus rien après la mort.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Vrai

Faux

© Éditions Grand Duc

4201-28_CahierHist_CH2_F2.indd 57

Merci de ne pas photocopier

Chapitre 2

57 17-06-08 11:49


LA CIVILISATION DE L’INDUS On connaît peu de choses de la ­civilisation de l’Indus. Établie le long de deux fleuves, l’Indus et le Sarasvatî aujourd’hui disparu, elle aurait prospéré entre 3500 et 1600 av. J.-C. Les habitants de cette civilisation nous ont laissé des traces de leur système d’écriture, mais ces textes brefs, gravés sur des sceaux ou des poteries, n’ont malheureusement pas encore été déchiffrés. Les seuls vestiges permettant d’en apprendre un peu plus sur cette c­ ivilisation ­mystérieuse sont des ­documents matériels et figurés. Ainsi, grâce aux fouilles ­archéologiques, on sait que les villes les plus importantes auraient été Mohenjo-Daro et Harappa. Centres du pouvoir, elles abritaient des bâtiments administratifs, des temples et des écoles. La plupart des maisons qui s’y trouvaient avaient l’eau courante, qui était acheminée par des tuyaux d’argile. De plus, cette civilisation semble ne pas avoir connu la guerre. En effet, les villes n’étaient pas entourées d’enceintes m ­ ilitaires et les rares armes qu’on a t­ rouvées au cours des fouilles ressemblent plutôt à des œuvres d’art. ­Malheureusement, on ne connaît rien du système ­politique en vigueur ni des croyances ­religieuses des habitants.

2.36  Sceaux de Mohenjo-Daro

1

Pourquoi connaît-on peu de choses de la civilisation de l’Indus ?

2

Nomme trois éléments que l’on connaît de la civilisation de l’Indus. • • •

3

Quels aspects de cette civilisation sont moins connus ?

58

Chapitre 2

4201-28_CahierHist_CH2_F2.indd 58

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

17-06-08 11:49


NOM

GROUPE

DATE

LA CIVILISATION CHINOISE C’est sous la dynastie Shang, entre 1600 et 1050 av. J.-C., que l’écriture chinoise s’est développée. À cette époque, la Chine est formée de cités-États situées le long du fleuve Huang-He (le fleuve Jaune) et qui sont dirigées par des chefs de clans soumis les uns aux autres. La famille Shang, la plus puissante, contrôle ­l ’ensemble du territoire. C’est à Anyang, la ­capitale, qu’elle se trouve. Les paysans, qui c­ onstituent 90 % de la ­population, habitent des ­villages dispersés aux alentours.

2.37  Jiaguwen écrit sur un os

Le rôle de l’écriture L’écriture aide les dirigeants dans l’exercice du pouvoir. Les plus vieilles traces d’écriture chinoise remonte à 1400 av. J.-C. Il s’agit de pictogrammes gravés sur des os de bœuf ou des carapaces de tortue. Ces jiaguwen servent à prédire l’avenir des chefs. Au fil du temps, les pictogrammes évolueront pour devenir des caractères représentant des idées et des concepts.

2.38  Peinture d’un dragon Le dragon joue un rôle important dans la société chinoise. Messager des dieux, guide, gardien de fabuleux trésors ou encore maître des éléments, il fait partie des mythes fondateurs de la Chine.

Indique si les affirmations suivantes sont vraies ou fausses, en justifiant ta réponse si l’affirmation est fausse. a ) L’écriture chinoise s’est développée sous la dynastie des Han.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Vrai

Faux

b ) La majorité de la population est composée de paysans... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Vrai

Faux

c) L’écriture chinoise est phonétique... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Vrai

Faux

d ) L’écriture sert d’abord aux dirigeants chinois.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Vrai

Faux

© Éditions Grand Duc

4201-28_CahierHist_CH2_F2.indd 59

Merci de ne pas photocopier

Chapitre 2

59 17-06-08 11:49


Interpréter une ligne du temps Buts (Pourquoi interpréter une ligne du temps ?) • Pour situer les événements les uns par rapport aux autres. • Pour visualiser le déroulement chronologique des événements. • Pour apprécier les intervalles de temps (entre les événements du passé, ou entre les événements du présent et ceux du passé). • Pour faire ressortir des causes et des conséquences. • Pour distinguer des éléments de changement et de continuité. • Pour comparer deux sociétés à la même époque ou à des époques différentes.

Méthode (Comment faire ?) 1

Définir l’intention de lecture. Il est important que ton intention de lecture soit claire, car le traitement de l’information sera différent selon la raison pour laquelle tu consultes la ligne du temps.

4

Analyser et interpréter l’information pour répondre à l’intention. Prête attention aux éléments d’information ponctuels et aux périodes.

2

Lire le titre. Il devrait préciser le thème traité.

5

3

Décoder les repères de temps. Vérifie les dates indiquées aux extrémités de la ligne et considère l’échelle de temps qui a été établie.

Voir si le document répond à l’intention de lecture. Si c’est le cas, note les éléments d’information et les références sur des fiches de consignation.

Modélisation Les régimes politiques de Rome de sa fondation à la chute de l’Empire romain d’Occident 1000 av. J.-C.

500 av. J.-C. MONARCHIE

753 av. J.-C.

180

RÉPUBLIQUE

500 EMPIRE

27

476

1

J’ai l’intention de voir s’il y a du changement ou de la continuité dans les régimes politiques de Rome.

2

Le titre confirme que la ligne du temps touche les régimes politiques de Rome de sa fondation à la chute de l’Empire romain d’Occident. Donc, c’est une ligne du temps qui me sera utile.

3

La ligne se situe entre 1000 av. J.-C. et l’an 500, soit une période de 1500 ans. Elle est divisée en trois intervalles de 500 ans chacun.

4

La ligne du temps indique les périodes associées aux différents régimes politiques. Il n’y a pas d’information ponctuelle. J’en conclus que les régimes politiques changent selon les époques. Cette ligne ne me permet pas de relever une continuité dans les régimes politiques.

5

La ligne du temps suggère plus de changements que de continuité.

Boîte à outils

4201-28_CahierHist_BAO_F.indd 180

509 av. J.-C.

0

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

17-06-08 13:10


Réaliser une ligne du temps Méthode (Comment faire ?) 1

Définir l’intention (ce que l’on veut représenter) et le thème, et donner un titre provisoire.

2

Dresser la liste des éléments d’information pertinents selon le thème et l’intention. Détermine les dates associées à chaque élément et place-les dans l’ordre chronologique.

3

Choisir la ligne du temps la plus appropriée (ligne, ruban ou frise) selon le type et la quantité de données à inscrire.

4

Établir les intervalles selon l’espace disponible et le nombre d’années à couvrir. Tu devrais utiliser des intervalles réguliers faciles à diviser (chiffres arrondis).

5

Tracer et compléter la ligne du temps. Écrire le titre définitif. Tu dois prêter une attention particulière à la précision, à la clarté et à la propreté de la ligne, car elle doit traduire ton intention de départ. Modélisation

1

Je veux montrer les différentes étapes qui mènent à l’apparition de la démocratie à Athènes. Mon titre provisoire est : Les étapes menant à la démocratie à Athènes.

2

Les éléments d’information pertinents sont : rédaction des premières lois écrites par Dracon (621 av. J.-C.), modification des institutions politiques d’Athènes et abolition de l’esclavage pour dettes par Solon (594 av. J.-C.), naissance de la démocratie grâce aux réformes de Clisthène (508 av. J.-C.), réformes d’Ephialtês limitant le pouvoir politique de l’aristocratie (462 av. J.-C.), Périclès, grand défenseur de la démocratie, dirige Athènes (461 av. J.-C. à 429 av. J.-C.).

3

Je trace un ruban du temps afin d’y inscrire mes données.

4

Je m’intéresse aux années 650 av. J.-C. à 400 av. J.-C., soit une durée de 250 ans. Je vais faire cinq intervalles de 50 ans. Je dispose d’une longueur de 15 cm. Par conséquent, chaque intervalle aura une longueur de 3 cm (15 ÷ 5 = 3).

5

Je trace la ligne du temps et je lui donne un titre définitif. Les étapes menant à la démocratie à Athènes 650 av. J.-C.

600 av. J.-C.

621 av. J.-C. Rédaction des premières lois écrites par Dracon

550 av. J.-C.

500 av. J.-C.

508 av. J.-C. Naissance de la démocratie grâce aux réformes de Clisthène 594 av. J.-C. Modification des institutions politiques d’Athènes et abolition de l’esclavage pour dettes par Solon

© Éditions Grand Duc

4201-28_CahierHist_BAO_F.indd 181

Merci de ne pas photocopier

450 av. J.-C.

400 av. J.-C.

461 av. J.-C. à 429 av. J.-C. Périclès, grand défenseur de la démocratie, dirige Athènes 462 av. J.-C. Réformes d’Ephialtês limitant le pouvoir politique de l’aristocratie

Boîte à outils

181 17-06-08 13:10


Les composantes d’une carte A Information de surface : Il s’agit d’une information liée à une zone particulière.

C Information ponctuelle : Il s’agit d’une information indiquée à un point précis sur la carte. Il est possible de modifier la taille du symbole pour donner une information de quantité.

B Information linéaire : Il s’agit d’une information qui prend la forme d’une ligne. Il est possible de modifier l’épaisseur de la ligne pour donner une information de quantité.

• NORVÈGE •

• Papier

ANGLETERRE

B

DANEMARK

Miel

Miel

Northampton •

Miel

SUÈDE

MER DU NORD

Fourrure Laine

IRLANDE

Fourrure Fourrure

SCANDINAVIE

ÉCOSSE

•Boston

Lin

ORDRE • TEUTONIQUE MER BALTIQUE

•Novgorod

Volga Chanvre

RUSSIE

Hambourg Lübeck • Chanvre Draps • Bière •Fourrure Sel Sel Winchester • • Chanvre Bruges Objets Ypres ••Gand Chanvre de métal Fourrure • •Draps Leipzig • Lille • Draps POLOGNE Liège Lagny •Francfort BOHÊME • Sel Provins • Vin ALLEMAGNE Miel ••Bar-sur-Aube Troyes • FRANCE Vin Sel HONGRIE Fourrure NAVARRE GALICE Sel BOURGOGNE Guimaraes• Chanvre Fourrure Vin Milan Fourrure LEÓN • Huile Chanvre Venise Vérone• • Chanvre Beaucaire • PORTUGAL Miel Huile • Gênes Sel Sel Miel Miel • ARAGON Miel Fourrure Vin ITALIE Huile CASTILLE SERBIE ÉTATS MER NOIRE Chanvre Sel Huile DE CORDOUE BULGARIE MAJORQUE L’ÉGLISE • Cuir Papier Barletta• Laine Miel • SARDAIGNE GRENADE Vin •Constantinople Chanvre

D

R h in

OCÉAN ATLANTIQUE

BULGARES DE LA VOLGA Volg a TARTARIE

A

E

•Fès

Huile Miel

•Marrakech

F •

H

ARMÉNIE

C

Miel

Bougie• Huile

MAGHREB

EMPIRE BYZANTIN

• Chanvre • Huile SICILE Miel • Tunis Vin

Vin

Soieries

•Sijilmassa M

Villes de foires Routes maritimes de la Hanse Routes maritimes de Gênes Routes maritimes de Venise

0

250 kilomètres

500

ER

• MÉD

ITERRA

NÉE

• • •

•Jérusalem •

G

ÉGYPTE

Produits et commerce de l’Occident médiéval aux 13 e et 14 e siècles

D Rose des vents : C’est le symbole qui indique les points cardinaux. La rose des vents doit au moins indiquer le nord.

E Fond de carte : C’est le tracé de base, celui sur lequel tout le reste de l’information sera ajouté. Il se résume habituellement aux limites physiques (eau-terre) et aux frontières politiques.

G Échelle : C’est le rapport de proportion entre la carte et la réalité. Habituellement, l’échelle est représentée par un trait divisé en sections.

H Titre : Il informe le lecteur sur le thème de la carte et indique la période de temps visée.

Commentaire explicatif : C’est un petit texte qui résume ou explique certains éléments que l’on trouve sur la carte. Il est très utile pour le lecteur, mais il n’accompagne pas toutes les cartes. I

Légende : Elle regroupe, dans un encadré, les symboles utilisés sur la carte. C’est la clé de lecture. F

182

Boîte à outils

4201-28_CahierHist_BAO_F.indd 182

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

17-06-08 13:10


Interpréter une carte Buts (Pourquoi interpréter une carte ?) • Pour localiser un territoire ou une société. • Pour trouver de l’information liée à un thème. • Pour établir l’étendue territoriale d’une réalité historique. • Pour visualiser une dynamique sur un territoire.

Méthode (Comment faire ?) 1

Définir l’intention de lecture. En spécifiant clairement ce que tu cherches, tu le trouveras plus rapidement.

2

Lire le titre. Il informe sur le thème de la carte et sur la période de temps concernée.

3

Orienter la carte et situer un point de repère. Prends le temps de placer le nord de la carte vers le haut. De plus, situe-toi (ou situe un point de repère que tu connais bien) par rapport au territoire représenté sur la carte. Un petit carton pourra t’aider à indiquer le point de repère.

4

Prendre connaissance de l’échelle. Elle te permettra de connaître l’étendue du territoire que tu étudies. Tu pourras également estimer plus facilement certaines distances.

5

Analyser l’information. Regarde attentivement la légende. Elle est essentielle pour bien comprendre la carte. Utilise les observations faites à l’aide de la légende pour établir des liens entre les éléments d’information recueillis. Utilise les commentaires s’il y en a.

6

Interpréter. Finalise ta compréhension de la carte.

7

2

Le titre est simple, mais il se rapporte à ma recherche.

3

Il y a une rose des vents, ce qui me permet d’orienter la carte correctement, en plaçant le nord vers le haut.

4

L’échelle de la carte est indiquée et me permet de constater que la carte couvre une superficie moyenne.

© Éditions Grand Duc

4201-28_CahierHist_BAO_F.indd 183

5

6

En consultant la légende, je vois que les traits de couleur correspondent aux routes maritimes de la Hanse, de Gênes et de Venise, et que les villes identifiées par des points jaunes tiennent des foires. On peut également voir directement sur la carte le nom des produits échangés et les lieux d’où ils proviennent. Mon interprétation de la carte est la suivante : de nombreux produits sont échangés dans toute l’Europe grâce

Merci de ne pas photocopier

Fourrure

Volga

•Novgorod

Chanvre

ANGLETERRE DANEMARK MER Miel Miel BALTIQUE •Boston RUSSIE Northampton • Hambourg Lübeck • Chanvre Draps • Bière •Fourrure Sel Sel Winchester • • Chanvre Bruges Objets Ypres•••Gand Chanvre de métal Fourrure •Draps Leipzig • Draps POLOGNE Lille • Liège Lagny •Francfort BOHÊME • Sel Provins • Vin ALLEMAGNE Miel ••Bar-sur-Aube Troyes • FRANCE Vin Sel HONGRIE Fourrure NAVARRE GALICE Sel BOURGOGNE Guimaraes• Chanvre Fourrure Vin Milan Fourrure LEÓN • Huile Chanvre Vérone• •Venise Chanvre Beaucaire • PORTUGAL Miel Huile • Gênes Sel Sel Miel Miel • ARAGON Miel Fourrure ITALIE Vin Huile CASTILLE SERBIE ÉTATS MER NOIRE Chanvre Sel Huile DE CORDOUE BULGARIE MAJORQUE L’ÉGLISE

OCÉAN ATLANTIQUE

Cuir Papier

GRENADE Vin

SARDAIGNE

Barletta•

Laine

•Constantinople

Chanvre

•Fès

Huile Miel

Miel

•Marrakech

Mon intention est de vérifier si des produits sont échangés dans toute l’Europe au Moyen Âge.

Lin

ORDRE • TEUTONIQUE

Bougie• Huile

MAGHREB

M

Villes de foires Routes maritimes de la Hanse Routes maritimes de Gênes Routes maritimes de Venise

0

250

ER

Miel

TARTARIE

ARMÉNIE

EMPIRE BYZANTIN

• Chanvre • Huile SICILE Miel • Tunis Vin

Vin

Soieries

•Sijilmassa

BULGARES DE LA VOLGA Volg a

R h in

Voir si le document répond à l’intention de lecture. Si c’est le cas, note les éléments d’information sur des fiches de consignation.

Miel

SUÈDE

MER DU NORD

Papier Fourrure Laine

IRLANDE

Fourrure

SCANDINAVIE

Modélisation 1

• NORVÈGE •

ÉCOSSE

• MÉD

ITERRA

500

kilomètres

NÉE

• • •

•Jérusalem • ÉGYPTE

Produits et commerce de l’Occident médiéval aux 13 e et 14 e siècles

aux routes maritimes de la Hanse, de Gênes et de Venise. 7

Le document répond à mon intention de lecture, car il me permet de constater que divers produits sont échangés dans différentes villes d’Europe.

Boîte à outils

183 17-06-08 13:10


Réaliser une carte Méthode (Comment faire ?) 1

Définir l’intention, le thème et la période de temps visée. Tu pourrais donner un titre provisoire.

2

Dresser la liste des éléments d’information pertinents selon le thème et l’intention. Profite de l’occasion pour déterminer le format de chaque information (ponctuelle, linéaire ou de surface). Attention ! Il faut éviter de surcharger une carte, sinon elle sera difficile à lire.

3

Déterminer le ou les symboles et les couleurs qui seront utilisés. Choisis soigneusement les symboles et les couleurs afin de rendre la carte facile à lire.

4

Trouver ou tracer le fond de carte. Il déterminera l’échelle à utiliser. C’est le moment de penser à inclure un carton pour indiquer un point de repère.

5

Ajouter l’information voulue sur le fond de carte. N’oublie pas que la clarté et la précision sont de mise lorsqu’on trace une carte.

6

Placer la légende, l’échelle et la rose des vents. Ces composantes ne doivent pas cacher l’information ni nuire à la lecture de la carte.

7

Inscrire le titre définitif et le commentaire explicatif (s’il y a lieu). Modélisation

1

Mon intention est de montrer les endroits où les premières civilisations se sont d­ éveloppées. Le titre pourrait être : Les premiers foyers de civilisation.

2

Voici l’information dont je dispose : Une ­civilisation s’est développée sur le bord du Nil (en Égypte), une sur les bords du Tigre et de l’Euphrate (en Mésopotamie), une autre sur les bords de l’Indus (en Inde) et une d­ ernière sur les bords du Huang He (en Chine).

3

Voici les symboles que je veux utiliser : la ­couleur mauve pour l’Égypte, la couleur verte pour la Mésopotamie, la couleur rouge pour l’Inde et la couleur jaune pour la Chine.

4

J’ai trouvé un fond de carte dans Internet, sur lequel j’ajouterai l’information, la légende, la rose des vents, le titre définitif et une note explicative, s’il y a lieu.

5

OCÉAN ARCTIQUE

2

Nil

ph rat e

g-

an

In dus

e ig r

Eu

T

Hu

He OCÉAN PACIFIQUE

OCÉAN PACIFIQUE

OCÉAN ATLANTIQUE

3

Égypte Mésopotamie Inde Chine

184

6

7

4 7

Boîte à outils

4201-28_CahierHist_BAO_F.indd 184

5 6

OCÉAN INDIEN

0

2000 kilomètres

4000

Les premiers foyers de civilisation

1

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

17-06-08 13:10


Interpréter un document écrit Buts (Pourquoi interpréter un document écrit ?) • Pour définir le cadre général d’un thème historique. • Pour trouver une information spécifique. • Pour établir le point de vue d’un acteur historique.

Méthode (Comment faire ?) 1

Définir l’intention de lecture. En spécifiant clairement ce que tu cherches, tu le trouveras plus rapidement.

2

Faire un survol du document. Ce premier coup d’œil te permettra d’évaluer la pertinence du document. Intéresse-toi au titre et aux intertitres, à la conclusion, au paratexte (images, tableaux, diagrammes qui accompagnent le document).

3

À la deuxième lecture, faire la critique interne. À cette étape, tu t’attaques à l’information présentée dans le document : • Relève l’idée principale et les idées secondaires. • Mets en évidence les éléments d’information qui te paraissent pertinents. • Différencie les faits des opinions.

4

Faire la critique externe du document. Il s’agit en fait de mettre le document en contexte : • Détermine le type de document (lettre, journal, texte juridique, etc.). • Spécifie le type de source (primaire ou secondaire). • Repère la date du document et le lieu où il a été écrit. • Identifie l’auteur et le destinataire, et établis le lien qui les unit.

5

Voir si le document répond à l’intention de lecture. Si c’est le cas, note les éléments d’information et les références.

Modélisation 1

Mon intention est de trouver des indices sur l’influence de l’Église au Moyen Âge.

2

En survolant le document, je constate qu’il s’agit d’un extrait de texte. Il y a un lien entre le titre et mon but. Le document est pertinent, je vais donc continuer mon analyse.

3

La critique interne du texte me permet de c­ omprendre que le roi Clovis s’est fait baptiser à la suite de l’influence qu’ont eue sur lui sa femme Clotilde et l’évêque de la ville de Reims, saint Rémi. Son baptême entraîna le baptême de plus de trois mille hommes de son armée qui suivirent son exemple.

4

Il s’agit de la transcription d’un document primaire. Ce texte a été écrit par un évêque du Moyen Âge racontant l’histoire des Francs. Le document consulté est crédible.

5

Le document répond à mon intention puisqu’il me permet de voir un exemple de l’influence de l’Église à l’époque médiévale.

© Éditions Grand Duc

4201-28_CahierHist_BAO_F.indd 185

Merci de ne pas photocopier

Le baptême du roi Clovis, le 25 décembre 496

 La reine [Clotilde] fait alors venir en secret saint Rémi, évêque de «la ville de Reims, en le priant d’insinuer chez le roi [Clovis] la parole du salut. L’évêque l’ayant fait venir en secret commença à lui insinuer qu’il devait croire au vrai Dieu, créateur du ciel et de la terre, et abandonner les idoles qui ne peuvent leur être utiles, ni à lui, ni aux autres. […] Ce fut le roi qui le premier demanda à être baptisé par le pontife. Il s’avance, nouveau Constantin, vers la piscine pour se guérir de la maladie d’une vieille lèpre et pour effacer avec une eau fraîche de sales taches faites anciennement [persécution de la population de Tours]. Lorsqu’il y fut entré pour le baptême, le saint de Dieu [Rémi] l’interpella d’une éloquente en ces termes : “Courbe doucement la tête, ô Sicambre ; adore ce que tu as brûlé, brûle ce que tu as adoré.” […] Plus de trois mille hommes de son armée furent également baptisés. 

»

Source : Grégoire DE TOURS, Histoire des Francs, Tome II, traduite du latin par Robert Latouche, Paris, Les Belles Lettres, Collection Les classiques de l’histoire de France au Moyen Âge, 1963, p. 72, 120 et 121.

Toutefois, il serait important que je trouve au moins un autre document pour appuyer cette information ou trouver d’autres exemples d’influences exercées par l’Église.

Boîte à outils

185 17-06-08 13:10


Interpréter un document iconographique Buts (Pourquoi interpréter un document iconographique ?) • Pour trouver des indices sur l’organisation sociale d’une époque. • Pour définir l’organisation de l’espace. • Pour établir le rang social d’un personnage historique. • Pour valider la présence de certains éléments à une époque donnée.

Méthode (Comment faire ?)

186

1

Définir l’intention de lecture. Comme « une image vaut mille mots », il est préférable de savoir ce que l’on cherche avant d’interpréter un document.

2

Analyser l’information se rapportant à l’image. • Titre : il révèle souvent le thème de l’image. • Type de document : le type de document (peinture, dessin, gravure sur bois, photographie, etc.) et les techniques utilisées peuvent aider à dater le document (exemple : la gravure sur bois dès 1400, la photographie à partir de 1840). • Source : elle révèle le nom de l’auteur et la date de création de l’œuvre. Il est ainsi possible de vérifier si l’auteur est un contemporain du thème. • Note explicative : parfois, les documents iconographiques sont accompagnés d’une note explicative qui fournit de l’information sur le contexte associé à l’image.

3

Analyser le contenu de l’image. • Premièrement, vois quels sont les éléments (personnages, objets, actions) représentés dans le document. • Deuxièmement, compare le contenu des trois plans (premier plan, plan moyen, arrière-plan) et établis des liens entre eux.

4

Interpréter l’image. C’est le moment où tu finalises ta compréhension du document. Pour valider ton interprétation, tu peux le comparer avec d’autres.

5

Voir si le document répond à l’intention de lecture. Si c’est le cas, note les éléments d’information et les références.

Boîte à outils

4201-28_CahierHist_BAO_F.indd 186

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

17-06-08 13:10


Modélisation 1

Mon intention est de voir de quelle manière les hommes se divisaient le travail pendant la préhistoire.

2

Le titre m’indique qu’il s’agit d’une scène illustrant le travail d’un potier. L’image ne date pas de l’époque de la préhistoire, puisqu’elle est tirée d’un livre publié en 1914 portant sur la vie des premiers êtres humains.

3

Voici l’information que révèle l’analyse des plans. Premier plan : Je vois un homme, observé par une femme et un enfant, qui présente un plat. On voit ses outils et d’autres plats. Plan moyen : Je vois des gens autour d’un feu sur lequel une femme semble brasser quelque chose qui se trouve dans un plat. L’homme debout semble vouloir lancer quelque chose vers la gauche. Je vois également une femme qui semble disputer un enfant et deux hommes qui arrivent en traînant un animal sur un bâton. Arrière-plan : Je vois différents animaux qui regardent ce que font les hommes.

4

À la lumière de l’information relevée précédemment, j’interprète le document de la façon suivante : le travail est divisé entre les êtres humains. Certains apportent ou préparent la nourriture pendant que d’autres fabriquent des outils qui pourront leur servir.

5

Le document répond en partie à mon intention de lecture. Cependant, je dois absolument trouver d’autres documents pour valider l’information, car le document a été réalisé longtemps après la période de la préhistoire et semble une interprétation de ce qu’était la vie à l’époque.

2

Le potier, illustration tirée de The Early Life of Mr. Man de E. Boyd Smith (1914)

3

Premier plan

© Éditions Grand Duc

4201-28_CahierHist_BAO_F.indd 187

Plan moyen

Merci de ne pas photocopier

Arrière-plan

Boîte à outils

187 17-06-08 13:10


Les composantes d’un tableau à entrées multiples Titre : Il informe sur le sujet du tableau. Il fait référence aux données utilisées. Il contient souvent un repère de temps. A

D

E Données : Les éléments d’information qui se trouvent dans le tableau, qu’il s’agisse de mots, de codes ou de chiffres.

B En-têtes : Les premières cases des colonnes et, parfois, les premières cases des lignes.

F

Unités : Elles permettent de mieux définir les entrées et leur quantité. Elles sont habituellement précisées dans le titre ou les en-têtes (donc sous-entendues dans le tableau). C

A

B

D

G

Boîte à outils

4201-28_CahierHist_BAO_F.indd 188

Colonnes : Chaque section définie verticalement.

Source et année : La source indique d’où viennent les données et l’année indique le moment où elles ont été recueillies. Tu peux ainsi valider l’information fournie. G

Répartition en pourcentage de la population de 15 ans et plus dont le niveau de scolarité est inférieur au diplôme d’études secondaires, selon le sexe et le groupe d’âge au Québec, en 2006

ÂGE

HOMMES

FEMMES

TOTAL (%)

15-24 ans

37,5 %

30,4 %

34,1 %

25-34 ans

18,4 %

13,6 %

16,0 %

35-44 ans

22,4 %

19,0 %

20,7 %

45-54 ans

25,3 %

24,6 %

24,9 %

55-64 ans

38,4 %

42,0 %

40,2 %

65 ans et plus 59,3 %

64,5 %

62,3 %

TOTAL

31,6 %

31,7 %

31,8 %

C

E

Source : Institut de la statistique du Québec, [En ligne], 2012.

F

188

Lignes : Chaque section définie horizontalement.

F

F

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

17-06-08 13:10


Interpréter un tableau à entrées multiples Buts (Pourquoi interpréter un tableau à entrées multiples ?) • Pour trouver une information précise. • Pour comparer certaines données.

• Pour établir des liens entre certaines données. • Pour dégager des tendances.

Méthode (Comment faire ?) 1

Définir l’intention de lecture. Les tableaux contiennent parfois beaucoup de données. Tu gagneras du temps et tu seras plus efficace si tu sais ce que tu cherches.

5

Analyser les données. Prends le temps de bien comprendre ce que chaque information signifie, notamment les données chiffrées.

2

Lire le titre. Il t’informe sur le thème des données présentées dans le tableau.

6

3

Valider la source et l’année. Ces vérifications confirmeront la crédibilité des données.

Interpréter le tableau. Établis des liens entre les données sélectionnées (ressemblances/différences, associations, progression/stabilité/décroissance, etc.).

7

Voir si le document répond à l’intention de lecture. Si c’est le cas, note les éléments d’information et les références sur des fiches de consignation.

4

Lire l’en-tête de chaque colonne (et de chaque ligne, s’il y a lieu). Tu repéreras ainsi les lignes et les colonnes qui sont les plus significatives pour ta recherche.

Répartition en pourcentage de la population de 15 ans et plus dont le niveau de scolarité est inférieur au diplôme d’études secondaires, selon le sexe et le groupe d’âge au Québec, en 2006

Modélisation

ÂGE

HOMMES

FEMMES

TOTAL (%)

1

Mon intention est de déterminer si l’analphabétisme est un phénomène répandu dans notre société.

15-24 ans

37,5 %

30,4 %

34,1 %

18,4 %

13,6 %

16,0 %

Le titre indique que le tableau porte sur le pourcentage de la population dont le niveau de scolarité est inférieur au diplôme d’études secondaires, ce qui correspond à une définition de l’analphabétisme. Ce tableau peut donc m’aider à trouver ce que je cherche.

25-34 ans

2

35-44 ans

22,4 %

19,0 %

20,7 %

45-54 ans

25,3 %

24,6 %

24,9 %

55-64 ans

38,4 %

42,0 %

40,2 %

65 ans et plus 59,3 %

64,5 %

62,3 %

TOTAL

31,6 %

31,7 %

3

4

5

Les données proviennent de l’Institut de la statistique du Québec. Je peux donc m’y fier. La source donne de la crédibilité aux données. Les en-têtes des colonnes précisent qu’on y donne le pourcentage selon l’âge et le sexe (homme et femme), et le pourcentage total de gens dont le niveau de ­scolarité est inférieur au diplôme d’études secondaires. C’est parfait pour ma recherche. Les pourcentages paraissent semblables selon le sexe (sauf dans le cas des 65 ans et plus), mais varient ­beaucoup d’un groupe d’âge à l’autre.

© Éditions Grand Duc

4201-28_CahierHist_BAO_F.indd 189

Merci de ne pas photocopier

31,8 %

Source : Institut de la statistique du Québec, [En ligne], 2012.

6

L’analyse des données me permet de dire que le quart de la population n’a pas de diplôme d’études ­secondaires. Ce pourcentage est particulièrement élevé chez les jeunes de 15 à 24 ans et chez les 65 ans et plus. Il est aussi légèrement plus élevé chez les femmes que chez les hommes.

7

Le tableau répond à mon intention de lecture.

Boîte à outils

189 17-06-08 13:10


Construire un tableau à entrées multiples Méthode (Comment faire ?) 1

Définir l’intention (ce que l’on veut représenter) et donner un titre provisoire.

2

Sélectionner l’information. Détermine les en-têtes de tes colonnes et rassemble l’information nécessaire pour remplir le tableau.

3

Construire le tableau. • Trace le tableau. Évalue le nombre de colonnes et de lignes nécessaires. N’oublie pas de tenir compte de l’information pour définir la largeur des colonnes. • Écris les en-têtes. N’oublie pas d’inscrire les unités, s’il y a lieu.

4

Remplir le tableau à l’aide de l’information recueillie. S’il s’agit de chiffres, aligne-les tous de la même façon.

5

Donner un titre définitif et inscrire la source et l’année des données. Modélisation

1

Mon intention est de construire un tableau qui montre les religions présentes au Québec au début du 21e siècle.

3

Les données sont disponibles en nombre et en pourcentage.

2

J’ai besoin d’information sur les appartenances religieuses au Québec et sur leur part respective dans la population. Je trouve les renseignements nécessaires dans les données de recensement de 2001 de Statistique Canada, que l’on peut consulter sur le site Internet de cet organisme.

4

Je construis le tableau.

5

Je complète le tableau en inscrivant les données, le titre et la source. Comme les données sont numériques, je les aligne à droite et je mets un chiffre après chaque virgule. Ainsi, je limite les erreurs de lecture.

Les appartenances religieuses au Québec, 2001

Les appartenances religieuses au Québec, 2001

APPARTENANCE RELIGIEUSE

APPARTENANCE RELIGIEUSE

NOMBRE

POURCENTAGE

POURCENTAGE

Catholique

Catholique

5 939 715

83,4 %

Protestante

Protestante

335 590

4,7 %

Orthodoxe chrétienne

Orthodoxe chrétienne 100 375

1,4 %

Musulmane

Musulmane

108 620

1,5 %

Juive

Juive

89 915

1,3 %

Autres religions

Autres religions

138 175

1,9 %

Aucune appartenance religieuse

Aucune appartenance 413 190 religieuse

5,8 %

TOTAL

TOTAL

100 %

Source : Statistique Canada, Population selon la religion, par province et territoire (recensement de 2001), [En ligne], 2012.

190

NOMBRE

Boîte à outils

4201-28_CahierHist_BAO_F.indd 190

7 125 580

Source : Statistique Canada, Population selon la religion, par province et territoire (recensement de 2001), [En ligne], 2012.

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

17-06-08 13:10


Les composantes d’un diagramme • Titre : Il informe sur le sujet du diagramme. Il fait référence aux données utilisées et contient souvent un repère de temps. • Axes et unités : Les axes suivent un intervalle de graduation constant pour faciliter la lecture du diagramme. Les unités permettent de mieux définir les variables et leur quantité. • Secteur : Un diagramme circulaire est composé de secteurs. Chacun de ceux-ci représente une partie d’un tout. • Ligne brisée : Un diagramme à ligne brisée est composé de points reliés formant la ligne brisée. • Bandes : Dans un diagramme à bandes ou un histogramme, les bandes sont les sections définies verticalement ou horizontalement. Elles sont de largeur identique, tout comme les espaces qui les séparent. • Légende : Elle indique les couleurs associées aux données. Cette clé de lecture est essentielle pour le diagramme circulaire et parfois nécessaire pour les autres diagrammes. • Source et année : Elles indiquent l’origine des données. • Note explicative : C’est un commentaire qui fournit des explications.

Les fonctions de chaque type de diagramme Diagramme circulaire

Diagramme à bandes

Il permet de comparer l’importance relative (%) des composantes d’un ensemble.

Il permet de c­ omparer des éléments selon un attribut qualitatif ou quantitatif.

Répartition des travailleurs et travailleuses selon le secteur d’activité au Canada en 2006

La population d’Athènes au 5 e siècle av.J.-C.

Secteur primaire

Nombre de personnes

77%

Secteur secondaire

120 000

Secteur tertiaire

100 000

20% 3%

100 000

80 000 60 000 40 000

Source : Statistique Canada, « Population active expérimentée âgée de 15 ans et plus selon l’industrie, province et territoire, Recensement de 2006 », [En ligne], 2011.

40 000

20 000 15 000

0 Sommes dépensées pour les importations provenant des États-Unis, du Japon et du Royaume-Uni (2005-2010) Somme dépensée (en milliards) 290 000 280 000 270 000 260 000 250 000 240 000 230 000 10 000 0

États-Unis Japon Royaume-Uni

Métèques

Esclaves

Source : Claude MOSSÉ et Annie SCHNAPP-GOURBEILLON, Précis d’histoire grecque. Du début du deuxième millénaire à la bataille d’Actium, Paris, Armand Colin, 1999, p. 269-275.

Répartition en pourcentage de la population de 15 ans et plus dont le niveau de scolarité est inférieur au diplôme d’études secondaires, selon le groupe d’âge au Québec, en 2006 Pourcentage (%)

65 ans et plus

60 2005

2006

2007

2008

2009

2010

Année Source : Statistique Canada, Importations et exportations de biens sur la base de la balance des ­paiements, selon le pays ou le groupe de pays, [En ligne], 2012.

Diagramme à ligne brisée Il permet de voir l’évolution (progression ou régression) d’un phénomène dans le temps.

© Éditions Grand Duc

4201-28_CahierHist_BAO_F.indd 191

Citoyens

Merci de ne pas photocopier

50 40 30 20

55-64 ans

15-24 ans 25-34 ans

35-44 ans

Histogramme Il permet de voir la distribution selon des classes précises.

45-54 ans

10 0 Âge Source : Institut de la statistique du Québec, [En ligne], 2012.

Boîte à outils

191 17-06-08 13:10


Interpréter un diagramme Buts (Pourquoi interpréter un diagramme ?) • Pour trouver une information précise.

• Pour établir des liens entre certaines données.

• Pour comparer des données semblables.

• Pour dégager rapidement le portrait d’une situation.

Méthode (Comment faire ?) 1

Définir l’intention de lecture. Tu seras plus efficace si tu sais ce que tu cherches.

2

Lire le titre. Il t’informe sur le thème des données présentées dans le diagramme.

3

Déterminer le type de diagramme. Chaque type de diagramme a ses particularités, qui permettent d’orienter la lecture, l’analyse et l’interprétation des données.

4

Valider la source et l’année des données. Ces vérifications confirmeront la crédibilité des données.

5

Prendre connaissance de la légende et des axes. Les diagrammes à bandes et à ligne brisée sont constitués d’un axe vertical et d’un axe horizontal. Les diagrammes circulaires sont souvent accompagnés d’une légende.

6

Analyser les données. Prends le temps de décortiquer l’information.

7

Interpréter le diagramme. Établis des liens entre les données.

8

Voir si le document répond à l’intention de lecture. Si c’est le cas, note les éléments d’information sur des fiches de consignation.

Modélisation Mon intention est d’examiner l’évolution de la scolarisation au Québec.

2

Le titre indique que le diagramme à bandes porte sur la population ne détenant aucun grade, certificat ou diplôme au Québec entre 1986 et 2006.

3

Comme c’est un diagramme à bandes, je sais qu’il permet de comparer les années qui se succèdent.

9 000 000

4

La source est fiable. Je peux donc en conclure que les données sont valables.

7 000 000

5

La légende m’indique que l’axe vertical affiche la ­population en milliers d’habitants et habitantes alors que l’axe horizontal montre la progression des années.

6

7

192

Population ne détenant aucun grade, certificat ou diplôme au Québec (1986-2006)

1

Le nombre de personnes ne détenant aucun grade, ­certificat ou diplôme diminue graduellement depuis 1986, mais de façon plus significative entre 1986 et 1991 ainsi qu’entre 2001 et 2006. J’en conclus que le nombre de personnes détenant au moins un diplôme a augmenté au cours de ces années.

Boîte à outils

4201-28_CahierHist_BAO_F.indd 192

Population (en milliers d’habitants)

6 000 000 0

1986

1991

1996

2001

6 098 325

7 935 075

8 331 615

8 639 900

8 000 000

9 384 100

10 000 000

2006

Année Source : Statistique Canada, Population âgée de 15 ans ou plus selon le plus haut grade, certificat ou diplôme, recensements de 1986 à 2006, [En ligne], 2012.

8

Ce diagramme répond à mon intention de lecture. La ­population semble de plus en plus scolarisée. ­Cependant, je dois maintenant vérifier quel type de diplôme ou de certificat est détenu par la population.

Merci de ne pas photocopier

© Éditions Grand Duc

17-06-08 13:10


Construire un diagramme Méthode (Comment faire ?) 1

2

Définir l’intention (ce que l’on veut représenter) et donner un titre provisoire. Sélectionner l’information. L’organisation des données en tableau est généralement très utile pour la construction d’un diagramme.

3

4 5

Sommes dépensées, en millions de dollars, pour les importations, de 2005 à 2010

PAYS

Choisir et construire le diagramme. Pense aux caractéristiques propres à chaque type de diagramme. Ajouter une légende s’il y a lieu. Donner un titre au diagramme et inscrire l’année des données. Le tableau ci-dessous contient les données à représenter.

2005

2006

2007

2008

2009

2010

259 332,9

265 088,3

270 066,9

281 535,0

236 289,6

259 952,7

Japon

11 213,1

11 849,9

11 967,1

11 671,8

9 329,2

10 067,2

Royaume-Uni

9 066,5

9 547,1

9 962,9

11 232,9

8 529,6

9 560,6

États-Unis

Autres pays

108 225,3

117 860,1

123 686,2

139 337,5

119 932,5

134 252,3

Total de la valeur des importations

387 837,8

404 345,4

415 683,1

443 777,2

374 080,9

413 832,8

Source : Statistique Canada, Importations et exportations de biens sur la base de la balance des paiements, selon le pays ou le groupe de pays, [En ligne], 2012.

Modélisation

Modélisation

Diagramme à bandes 1

2 3

Modélisation

Diagramme à ligne brisée

Diagramme circulaire

Mon intention est de montrer les sommes dépensées pour importer des produits en 2010. J’utilise les données du tableau ci-dessus.

1

Mon intention est de montrer la variation des sommes dépensées pour importer des produits du Japon entre 2005 et 2010.

1

Mon intention est de montrer la répartition des sommes dépensées pour importer des produits en 2010.

2

J’utilise les données du tableau ci-dessus.

2

Je choisis le diagramme à bandes, car il est idéal pour représenter mon intention.

3

Je choisis le diagramme à ligne b­ risée, car il est idéal pour r­eprésenter mon intention.

J’utilise les données du tableau ci-dessus.

3

Je choisis le diagramme circulaire, car il est idéal pour représenter mon intention.

4

Je trace un cercle et j’indique son centre. Je trace les rayons à l’aide d’un ­rapporteur d’angles et je ­colorie chaque portion d’une couleur différente.

5

J’explique la signification des ­couleurs dans une légende.

a) Je trace les axes. b) Je gradue les axes selon l’intervalle que j’ai choisi. c) Je précise les unités de chaque axe.

a) Je trace les axes. b) Je gradue les axes selon l’intervalle que j’ai choisi. c) Je précise les unités de chaque axe.

4

Je fixe le sommet de chaque bande et je trace des bandes de la même largeur.

4

Je trace des points dans le d­ iagramme et je les relie par des lignes droites.

5

J’écris le titre du diagramme et la source des données.

5

J’écris le titre du diagramme et la source des données.

Sommes dépensées pour les importations selon les pays (2010)

Dépenses (en millions de dollars) 450 000 400 000 250 000 200 000 150 000 100 000 50 000 0

Dépenses (en millions de dollars) 12 000 11 500 11 000 10 500 10 000 9 500 9 000 0

413 832,8 259 952,7 134 252,3 10 067,2 États-Unis

Japon

9 560,6 Royaume- Autres Uni pays

Total

Source : Statistique Canada, Importations et exportations de biens sur la base de la balance des paiements, selon le pays ou le groupe de pays, [En ligne], 2012.

© Éditions Grand Duc

4201-28_CahierHist_BAO_F.indd 193

Sommes dépensées au Japon pour les importations (2005-2010)

62,8%

32,5%

2005

2006

2007

2008

2009

2010

Source : Statistique Canada, Importations et exportations de biens sur la base de la balance des paiements, selon le pays ou le groupe de pays, [En ligne], 2012.

Merci de ne pas photocopier

Répartition des importations (2010)

États-Unis Japon Royaume-Uni Autres Pays

2,4% 2,3%

Source : Statistique Canada, Importations et exportations de biens sur la base de la balance des paiements, selon le pays ou le groupe de pays, [En ligne], 2012.

Boîte à outils

193 17-06-08 13:10


n

1re année

1re année

1er cycle du secondaire

des cartes géographiques,

des photographies d’hier et d’aujourd’hui,

des textes de source primaire ou secondaire,

des graphiques et des illustrations aidant à la compréhension.

Cette richesse associée à une grande variété d’exercices et de connaissances historiques fait la singularité de ce cahier d’apprentissage.

1re année

Cahier d’apprentissage

n

Marie-Hélène Laverdière

1er cycle du secondaire Cahier d’apprentissage

Chaque cahier est divisé en plusieurs chapitres qui proposent des documents variés :

n

Conforme à la progression des apprentissages

du MELS

Histoire et éducation à la citoyenneté

Plus qu’un simple cahier d’apprentissage, Rétrospective associe l’ensemble des connaissances prescrites dans la Progression des apprentissages à de nombreux exercices. Cette collection permet à l’élève d’explorer les grands événements historiques ainsi que leurs répercussions sur nos sociétés actuelles.

1er cycle du secondaire

Laverdière

Histoire et éducation à la citoyenneté

SQ-7

À bicyclette, moi, je ne roule pas à sens inverse.

CODE PRODUIT 4201 ISBN 978-2-7655-0756-7

www.grandduc.com Éditions Grand Duc

Groupe Éducalivres inc. 955, rue Bergar, Laval (Québec) H7L 4Z6 Téléphone : 514 334-8466 ■ Télécopie : 514 334-8387 InfoService : 1 800 567-3671

4201-4228_CV_Histoire_F.indd 1

Éditions Grand Duc

12-02-02 2:06 PM

Profile for Éditions Grand Duc

Retrospective1_Extrait.pdf  

Retrospective1_Extrait.pdf  

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded