Issuu on Google+

GOSSELIN • BOURBEAU

DIOTTE • VANDAL • LEGAULT

M A N U E L

D E

L ’ É L È V E

Volume 2

Marie-Hélène Gosselin • Geneviève Bourbeau

La collection Laissez-passer

CODE PRODUIT 3440 ISBN 0-03-928814-5

6

20728 34400

4

1 ER

est composée du manuel A, volumes 1 et 2, pour la 1re année, et du manuel B, volumes 1 et 2, pour la 2e année du 1er cycle. Elle propose un choix varié de textes. Non seulement favorise-t-elle l’approche thématique et par projets, mais elle permet aux élèves de développer leurs compétences.

www.grandduc.com Groupe Éducalivres inc. 955, rue Bergar, Laval (Québec) H7L 4Z6 Téléphone : (514) 334-8466 ■ Télécopie : (514) 334-8387 InfoService : 1 800 567-3671

2 Volume

CYCLE DU SECONDAIRE MANUEL DE L’ÉLÈVE

Carl Diotte • Brigitte Vandal • Marie Sylvie Legault


Volume 2

Marie-Hélène Gosselin • Geneviève Bourbeau Carl Diotte • Brigitte Vandal • Marie Sylvie Legault


REMERCIEMENTS Pour leurs suggestions et leurs judicieux commentaires à l’une ou l’autre des étapes du projet, l’Éditeur tient à remercier les personnes suivantes : Mme Nadine Aitsalem, École l’Horizon, Commission scolaire des Affluents ; Mme Josée Beaudoin, École secondaire La Camaradière, Commission scolaire de la Capitale ; M. Yvan Bourgault, Collège du Sacré-Cœur, Sherbrooke ; M. Éric Campbell, Séminaire de Sherbrooke, Sherbrooke ; M. Benoit Chicoine, École du Triolet, Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke ; Mme Paule Cholbi, École De Mortagne, Commission scolaire des Patriotes ; Mme Nancy De Ladurantaye, enseignante, Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke ; Mme Geneviève Gaucher, École d’éducation internationale de Laval, Commission scolaire de Laval ; Mme Catherine-Ann George, Académie Sainte-Thérèse, Sainte-Thérèse ; M. Denis Gosselin, Séminaire de Sherbrooke, Sherbrooke ; Mme Gisèle Lacoste, École Pierre-Laporte, Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys ; Mme Maude Laniel, Académie Sainte-Thérèse, Sainte-Thérèse ; Mme Nancy Marsan, École Félix-Leclerc, Commission scolaire des Affluents ; Mme Danielle Mathieu, École secondaire Champagnat, Commission scolaire des Navigateurs ; Mme Josée Mercier, Collège du Sacré-Cœur, Sherbrooke ; Mme Annie Sarrazin, École secondaire Frenette, Commission scolaire de la Rivière-du-Nord ; Mme Nadine Savaria, École Leblanc, Commission scolaire de Laval. Mme Chantal St-Louis, École Pierre-Dupuy, Commission scolaire de Montréal ; Pour son travail de vérification scientifique, l’Éditeur témoigne toute sa gratitude à M. Sylvio Richard. Pour sa collaboration à la recherche de modèles pour les photographies d’enfants, l’Éditeur tient à remercier Mme Renée Lévesque de l’École secondaire des Patriotes-de-Beauharnois.

Volume 2

© 2005, Éditions Grand Duc, une division du Groupe Éducalivres inc. 955, rue Bergar, Laval (Québec) H7L 4Z6 Téléphone : 514 334-8466 ■ Télécopie : 514 334-8387 www.grandduc.com Tous droits réservés Nous reconnaissons l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Programme d’aide au développement de l’industrie de l’édition (PADIÉ) pour nos activités d’édition. Il est illégal de reproduire cet ouvrage, en tout ou en partie, sous quelque forme ou par quelque procédé que ce soit, électronique, mécanique, photographique, sonore, magnétique ou autre, sans avoir obtenu, au préalable, l’autorisation écrite de l’Éditeur. Le respect de cette recommandation encouragera les auteurs et auteures à poursuivre leur œuvre. CODE PRODUIT 3440 ISBN 978-0-03-928814-3 Dépôt légal – 1er trimestre Bibliothèque nationale du Québec, 2005 Bibliothèque nationale du Canada, 2005

Imprimé au Canada 2 3 4 5 6 7 8 9 0 II 4 3 2 1 0 9 8 7


Table des matières Structure du manuel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

VII

SEPTIÈME LA TÊTE DE L’EMPLOI . . . . . . . . . . . . . . . . . . Test de personnalité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Des métiers autour des mots . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Des métiers du multimédia . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La traduction, un travail qui va bien au-delà des mots ! . . . . . . . . . . . . . .

357 358 364 369 373

Préparation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Lecture et appréciation Des métiers autour des mots . . . . . . . . . . . . . Lecture et appréciation Des métiers du multimédia . . . . . . . . . . . . . . Lecture et appréciation La traduction, un travail qui va bien au-delà des mots ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

375 378 382

Fonctionnement de la langue La phrase interrogative . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le choix de l’auxiliaire et l’accord du participe passé employé avec l’auxiliaire être . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les terminaisons verbales : -er, -ez, -ai, -é, -ée, -és, -ées . . . . . . . . . . . . . Excursion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

386

393 395 397 399

L’aventure . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 402 HUITIÈME MYSTÈRES ET SUSPENSE . . . . . . . . . . . . . . Des braqueurs arrêtés grâce à leur ADN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le vol du siècle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le crime de l’Orient-Express . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’automobiliste . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

407 408 410 413 416

Préparation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Lecture et appréciation Des braqueurs arrêtés grâce à leur ADN . . . Lecture et appréciation Le vol du siècle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Lecture et appréciation Le crime de l’Orient-Express . . . . . . . . . . . . . . Lecture et appréciation L’automobiliste . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

423 426 429 432 436

Fonctionnement de la langue L’utilisation de la virgule . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’accord du participe passé employé avec l’auxiliaire avoir . . . . . . . . La subordonnée relative introduite par le pronom relatif que et l’accord de son participe passé employé avec l’auxiliaire avoir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Excursion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

441 443

445 447

L’aventure . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 450

Table des matières

III


Table des matières NEUVIÈME NOTRE PLANÈTE SOUFFRE . . . . . . . . . . . . Les pluies acides . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’effet de serre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Des monstres dans nos étangs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le choix de Marco . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

455 456 460 464 467

Préparation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Lecture et appréciation Les pluies acides . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Lecture et appréciation L’effet de serre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Lecture et appréciation Des monstres dans nos étangs . . . . . . . . . . . . Lecture et appréciation Le choix de Marco . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

473 476 478 484 488

Fonctionnement de la langue La subordonnée relative introduite par les pronoms relatifs dont et où . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La subordonnée complément de phrase exprimant le temps . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le trait d’union . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Excursion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

491 493 495 497

L’aventure . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 500 DIXIÈME LA DIFFÉRENCE À L’AVANT-SCÈNE . . . . . . L’hiver des loups . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les ailes brisées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Rencontre avec Martin Deschamps . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Différent . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Médée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

505 506 510 514 516 518

Préparation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Lecture et appréciation L’hiver des loups . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Lecture et appréciation Les ailes brisées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Lecture et appréciation Rencontre avec Martin Deschamps . . . . . . . . Lecture et appréciation Différent . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Lecture et appréciation Médée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

523 526 529 532 534 537

Fonctionnement de la langue Les groupes obligatoires et les groupes facultatifs . . . . . . . . . . . . . . . Excursion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le groupe nominal (GN) et l’accord de ses constituants . . . . . . . . . Excursion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’accord du verbe avec son groupe sujet (GS) . . . . . . . . . . . . . . . . . . Excursion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

541 542 544 545 547 548

L’aventure . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 550 ONZIÈME QUAND ON VEUT, ON PEUT ! . . . . . . . . . . . . . Une oncologue en herbe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Plonger dans sa passion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La soif d’informer . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Une vie de dévouement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

IV

555 556 558 561 563

Table des matières


Préparation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Lecture et appréciation Une oncologue en herbe . . . . . . . . . . . . . . . . . Lecture et appréciation Plonger dans sa passion . . . . . . . . . . . . . . . . . . Lecture et appréciation La soif d’informer . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Lecture et appréciation Une vie de dévouement . . . . . . . . . . . . . . . . . Fonctionnement de la langue Les fonctions dans les groupes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Excursion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’accord du participe passé employé avec l’auxiliaire être et l’auxiliaire avoir, et l’accord de l’attribut du sujet . . . . . . . . . . . Excursion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

565 568 572 576 579

583 585 587 588

L’aventure . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 592 DOUZIÈME OÙ VA-T-ON CET ÉTÉ ? . . . . . . . . . . . . . . . Des airs d’été . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Rouler sa bosse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le tour de l’île . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Rendez-vous dans l’île . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Portrait de l’Outaouais . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

597 598 600 603 605 608

Préparation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Lecture et appréciation Des airs d’été . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Lecture et appréciation Rouler sa bosse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Lecture et appréciation Rendez-vous dans l’île . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Lecture et appréciation Portrait de l’Outaouais . . . . . . . . . . . . . . . . . .

611 614 617 621 625

Fonctionnement de la langue La jonction de phrases . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Excursion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La subordonnée relative . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Excursion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La ponctuation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Excursion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

629 630 632 633 635 636

L’aventure . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 638 COFFRET . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le texte narratif littéraire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le schéma narratif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le texte narratif annoté . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le texte descriptif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le texte descriptif annoté . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les marqueurs de relation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les organisateurs textuels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les manipulations syntaxiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La phrase de base . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les classes et les groupes de mots . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La formation du féminin des noms . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La formation du pluriel des noms . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’accord dans le groupe nominal (GN) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Table des matières

643 644 645 646 648 649 650 651 652 657 658 660 661 662

V


Table des matières La formation du pluriel des adjectifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La formation du féminin des adjectifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les déterminants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les pronoms . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’accord du verbe avec son groupe sujet (GS) . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’accord du verbe avec des GS particuliers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’accord du participe passé employé avec l’auxiliaire être . . . . . . . . L’accord du participe passé employé avec l’auxiliaire avoir . . . . . . . . L’accord de l’attribut du sujet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les prépositions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les adverbes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les conjonctions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les coordonnants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les subordonnants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La conjugaison des verbes modèles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les préfixes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les suffixes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les homophones fréquents . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les procédés stylistiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les éléments prosodiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Guide de révision et de correction des phrases d’un texte . . . . . .

662 663 664 665 666 667 668 668 668 669 669 670 671 671 672 681 682 683 685 686 687

JOURNAL DE BORD . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La présentation du Journal de bord . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les étapes de réalisation des lectures et des expériences culturelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les caractéristiques des lectures de la section Mon réper toire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La prise de notes de lecture . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Exemples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le résumé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Exemples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La critique d’une œuvre littéraire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le compte rendu de lecture . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Exemple . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La critique d’une expérience culturelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le compte rendu d’une expérience culturelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . Exemple . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

691 692

INDEX

VI

693 694 695 696 698 699 700 702 703 704 705 706

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 707

Table des matières


Deux voleurs au modus operandi 1 on ne peut plus spectaculaire ont été épinglés par la police de Québec grâce à leur ADN. Les suspects, qui n’en étaient pas à leurs premières armes en matière de vol qualifié, se cachaient dans l’entretoit des établissements bancaires en attendant le moment opportun de surprendre les employés affectés à l’alimentation des guichets automatiques. […] e 1er mars dernier, deux individus cagoulés portant des armes en bandoulière se sont cachés dans des espaces à rangement prévus pour les commerçants du Carrefour Charlesbourg. De cet endroit, ils ont percé des trous leur permettant d’observer le va-et-vient et découpé une partie du mur afin de faciliter leur entrée dans la caisse populaire.

L 10

1. modus operandi : expression latine signifiant « manière de procéder ».

408

20

Vers 9 h, au moment où les employés de la caisse s’apprêtaient à alimenter le distributeur d’argent automatique, les deux suspects sont sortis du mur et se sont emparés des cassettes d’argent sous

Huitième escale


la menace de leur arme avant de prendre la fuite à bord d’un véhicule volé.

Véhicule 30

40

50

60

Une semaine avant ce vol qualifié, des patrouilleurs de la police de Québec avaient vérifié l’identité de deux individus qui prenaient place à bord d’un véhicule stationné derrière le Carrefour Charlesbourg. « L’un d’eux, le conducteur, a montré son permis de conduire […] L’autre a donné un faux nom […] Après vérifications, on s’est rendu compte que l’un avait des antécédents en matière de vol qualifié » […], a relaté l’enquêteur Lucien Gravel, de la police de Québec. Après le vol qualifié commis à la caisse du Carrefour Charlesbourg, les enquêteurs ont montré les photos des individus […]aux patrouilleurs qui avaient précédemment vérifié leur identité, le 23 février. « Les patrouilleurs ont confirmé que c’étaient bien eux qu’ils avaient vus ce jour-là », a précisé l’enquêteur Gravel. […]

Sept autres vols

70

L’enquête de la police de Québec a permis de relier les individus à sept autres vols qualifiés commis dans des établissements bancaires de Saint-Apollinaire,

Huitième escale

80

90

100

110

de Saguenay, de Montréal, de Laval, de Deux-Montagnes et de Delson. « Sur les lieux de certains vols qualifiés, plusieurs objets ayant servi aux suspects (cagoules, bouteille d’eau, corde, contenants d’urine, walkietalkie et couverture) ont été recueillis et envoyés au Laboratoire de sciences judiciaires et de médecine légale, a indiqué l’agent Jean-François Vézina. Les résultats des analyses ont permis de tracer un profil d’ADN et d’identifier formellement deux récidivistes bien connus des policiers. » La plupart du temps, les suspects se cachaient dans l’entretoit des établissements bancaires, d’où ils surveillaient l’arrivée des employés affectés à l’alimentation des guichets automatiques. « Ils suspendaient des madriers et attendaient là jusqu’au moment opportun, puis ils se laissaient glisser jusqu’en bas avec des câbles. Leur modus operandi était digne des plus grands scénarios de film ! », a laissé tomber le capitaine André Fillion.Au total, la valeur des vols s’élève à plus de 800 000 $.

Adapté de Élisabeth FLEURY, « Des braqueurs arrêtés grâce à leur ADN », Le Soleil, 23 novembre 2002, cahier A, p. 5.

409


En visite à l’auberge du Pic blanc, Catherine et Stéphanie découvrent par hasard plusieurs bijoux dans la chambre de Georges Smith. Ce personnage est-il un commerçant ou bien un voleur de bijoux ? Avec l’aide d’Olivier, le cousin de Catherine immobilisé dans un fauteuil roulant, les deux filles enquêtent sur ce fameux M. Smith aux habitudes suspectes. – Chut ! Le voilà, a dit Stephy. Bonjour, monsieur Smith.Vous avez changé d’idée pour le café ? – Non, je vais aller faire de la raquette. – Vous avez raison, a répondu Olivier. C’est tellement amusant dans une tempête ! Vous devriez y aller aussi, les filles !

10

20

30

410

Il disait ça, bien sûr, pour dissiper les soupçons de Smith. – Ah non ! Il fait trop froid ! Faisons plutôt un feu de cheminée. – C’est vrai qu’on gèle, ai-je dit. Si on buvait un petit chocolat chaud avant d’allumer le feu ? On a pris beaucoup de temps pour préparer notre boisson. On avait laissé la porte de la cuisine ouverte pour que Smith nous entende. Nous avons imité nos professeurs pour faire rire Olivier. Et Mister Smith est enfin sorti ! – Il doit aller rejoindre sa complice ! a dit Olivier. Pourtant, il est plus que seize heures. C’est curieux… – Profitons vite de son absence ! Aussitôt dit, aussitôt fait ! On a retiré la mallette de l’armoire en prenant garde de ne pas déplacer les vêtements. Puis on a ouvert la valise et dressé la liste des bijoux qui s’y trouvaient. Au fond de la valise, on a découvert des billets de banque ! Des dizaines et des dizaines de dollars ! Nous n’avions plus de doute sur Georges Smith ! C’était un voleur ! – Il faut appeler la police ! a dit Stephy en sortant de la chambre. – Oui, allons-y ! On a composé le numéro de la police. Et on a entendu... un grand silence. La ligne était coupée ! Volontairement ou non ? Georges Smith était-il sorti dehors pour sectionner les fils téléphoniques ? Ou la panne était-elle due à la tempête ? J’aurais préféré cette hypothèse… – Pensez-vous que notre voleur se doute de quelque chose ?

Huitième escale


– – – – – –

40

50

60

70

C’est peut-être pour ça qu’il veut partir ce soir ? a avancé Olivier. On doit l’en empêcher ! Il va s’enfuir avec le butin ! Il nous faut de l’aide ! a dit Stéphanie. Georges Smith va se demander pourquoi tu es sortie. On dira qu’on s’est chicanées. Tu n’auras pas peur ? a demandé Olivier. Il fait presque nuit ! Comme pour appuyer ses dires, toutes les lumières se sont éteintes ! Une panne d’électricité ! Une vraie cette fois, qui allait bloquer réellement l’ascenseur. Olivier était condamné à rester au rez-de-chaussée. Stéphanie s’est décidée : – J’y vais avant qu’il fasse complètement nuit ! – On y va ! ai-je dit. – Non ! Reste avec Olivier. Il vaut mieux que vous soyez deux contre Smith. Et peut-être sa complice. Si elle le rejoignait plus tôt ? Malgré la tempête... – Justement, je n’aime pas l’idée de te savoir seule dans cette poudrerie, a fait Olivier. – Mais je suis une bonne skieuse ! Ne vous inquiétez pas ! On n’a pas d’autre solution, de toute manière. Et avant qu’on ait eu le temps de protester, elle enfilait des vêtements chauds et se préparait à chausser ses skis. Je lui ai glissé deux tablettes de chocolat dans la poche de son anorak et Olivier lui a tendu la lampe-tempête. Et des fusées éclairantes. Au cas où elle se perdrait et aurait à signaler sa présence. Elle n’était pas partie depuis cinq minutes que Georges Smith entrait par la porte de derrière et s’exclamait : – Où est votre amie ? – On s’est disputés, c’est normal, ça arrive tous les jours avec elle. Elle est vraiment trop susceptible ! – Il n’y a donc plus d’électricité ? – Non, monsieur. – Avez-vous un générateur ? – Non, a répondu Olivier. On a juste ces bougies qu’on vient d’allumer et des lampes à huile. – Il faut faire un feu, ai-je dit. – Vous ne deviez pas en faire un plus tôt ? a demandé Georges Smith. Olivier a hoché la tête et a pris une mine piteuse : – C’est vrai, monsieur. Mais je me suis souvenu que mon père ne veut pas qu’on fasse de feu quand il n’y a pas d’adulte dans l’auberge. Mais maintenant que vous êtes rentré, on pourrait aussi alimenter le poêle à bois si on veut manger quelque chose de chaud ce soir ? Huitième escale

411


80

90

Chrystine BROUILLET, Le vol du siècle, Montréal, Les éditions de la courte échelle, 1991, p. 39-46 (Coll. Roman jeunesse).

Ouf ! Olivier avait vraiment le sens de la repartie ! Georges Smith avait décidé de nous aider à préparer le feu. On lui tendait des bûches et des boulettes de papier faites avec de vieux journaux. Et on bavardait le plus naturellement possible tout en l’observant. Tout à coup, en déchirant une page de journal, j’ai lu : « Les bijoux Carlton : le vol du siècle ! » J’ai eu l’impression que mon cœur battait assez fort pour que tout le monde l’entende ! Il fallait que je subtilise la page ! Je l’ai pliée discrètement. Et quand Georges Smith a brassé les bûches, j’en ai profité pour la glisser sous mon chandail. Olivier m’a regardée avec surprise, mais n’a rien laissé paraître. Il comprenait enfin mes clins d’œil ! J’ai tendu d’autres boulettes à Georges Smith pour qu’il les cale entre les bûches. Et au bout de quatre minutes, je me suis levée pour aller dans la cuisine. J’ai fait couler l’eau du robinet pour paraître occupée. Et j’ai lu l’article du journal. La voilà, la preuve ! J’étais super excitée.

Un vol sensationnel a eu lieu cet après-midi à la bijouterie Carlton de Montréal. Un individu a réussi à pénétrer dans le magasin pourtant protégé par un dispositif antivol électronique ultramoderne. Le criminel aurait trouvé le code d’accès de l’ordinateur qui règle l’ouverture et la fermeture des coffres et des portes de la bijouterie. Les enquêteurs croient que ce triste individu avait un complice à l’intérieur de la bijouterie, mais ils n’ont pas voulu en dire plus. Parmi les bijoux volés, notons les bagues croisées en forme de cœur qui avaient appartenu à la princesse Alexandra ! Les rubis qui sertissent les cœurs d’or sont inestimables. Le bracelet orné de saphirs d’une célèbre cantatrice et le collier d’émeraudes aux deux oiseaux de vermeil, ainsi que des boucles d’oreilles décorées de minuscules alexandrites font partie du lot dérobé.

412

Huitième escale


Mrs Hubbard fit son entrée dans un état d’excitation tel qu’elle en avait quasiment perdu la respiration et qu’elle n’en parvenait plus que malaisément à articuler les syllabes : – Je veux savoir. Qui est responsable ici ? Je suis en possession de renseignements très importants, vraiment très importants, et je dois les fournir au plus vite à un responsable. Si l’un de vous, messieurs… Son regard incertain se fixait tour à tour sur l’un des trois hommes. Poirot s’inclina : 10

– Si vous le voulez bien, madame, c’est à moi que vous ferez vos révélations. Mais, auparavant, je vous prie de vous asseoir. Mrs Hubbard se laissa lourdement tomber sur le siège placé en face de lui.

1. turpitudes : actions honteuses.

– Je n’ai à vous dire qu’une seule chose. Hier soir, il y avait un assassin dans ce train, et cet assassin se trouvait très précisément dans mon compartiment à moi. Elle marqua quelques secondes d’arrêt pour donner à ses paroles le temps de faire leur effet. – Êtes-vous bien sûre de ce que vous avancez, madame ? 20

30

– Naturellement j’en suis sûre ! Cette idée ! Je sais ce que je dis, quand même ! Je vais tout vous raconter dans le détail. Je m’étais couchée et m’étais endormie, quand tout d’un coup je me suis réveillée – il faisait nuit noire – et j’ai compris qu’il y avait un homme dans mon compartiment. J’ai eu si peur que je n’ai même pas eu la force de crier au secours, si vous voyez ce que je veux dire. Je suis restée sans bouger. « Miséricorde ! ai-je pensé, on va me tuer. » Je ne peux même pas dire ce que je ressentais. Je ne faisais que penser à tous ces trains qui ont si mauvaise réputation et à ce que j’avais lu sur les turpitudes1 qui s’y passent. Et puis j’ai pensé: « En tout cas, il n’aura pas mes bijoux. » Parce que vous comprenez, je les avais tous mis dans un bas, cachés sous mon matelas. Entre parenthèses, ça n’est pas très confortable, ça fait comme une drôle de bosse, si vous comprenez ce que je veux dire. Mais ça n’a rien à voir… Où en étais-je, déjà ? – Vous veniez de comprendre, madame, qu’il y avait un homme dans votre compartiment.

40

– Ah oui ! J’y suis. Donc, j’étais là, sans bouger, les yeux fermés. Et je n’arrêtais pas de me demander ce qu’il fallait faire, et je pensais tout le temps que c’était vraiment bien que ma fille ne puisse pas voir la triste situation dans laquelle se trouvait sa

Huitième escale

413


50

pauvre mère. Et puis alors, là, tout d’un coup, j’ai comme retrouvé mes esprits. J’ai un peu cherché avec la main et j’ai trouvé le bouton de la sonnerie d’appel du conducteur, et j’ai appuyé. Et puis j’ai appuyé, et puis j’ai appuyé encore, mais il ne se passait rien du tout. « Miséricorde ! me suis-je dit. Ils ont peut-être massacré tout le monde dans le train. » En plus, on était à l’arrêt et il y avait comme une espèce de silence malsain. Mais moi, je continuais à appuyer sur ma sonnette. Et je ne pourrais pas vous dire comme je me suis sentie mieux quand j’ai entendu des pas qui couraient dans le couloir et puis qu’on a frappé à ma porte.Alors j’ai hurlé : « Entrez », et, en même temps, j’ai allumé la lumière. Eh bien, croyez-le si vous voulez, il n’y avait personne d’autre que moi dans le compartiment. Mrs Hubbard semblait convaincue que ce dernier point marquait le sommet de son récit. – Que s’est-il passé ensuite, madame ?

60

70

– Alors, j’ai dit au conducteur ce qui venait d’arriver, et, apparemment, il ne m’a pas crue. En fait, il avait l’air de penser que j’avais seulement fait un mauvais rêve. Je lui ai demandé de regarder sous le siège, même s’il m’avait affirmé qu’il n’y avait pas assez de place pour qu’un homme puisse s’y glisser. Il n’y avait pas de doute que mon lascar1 était reparti, mais il y avait bien eu un homme dans mon compartiment, et le conducteur a failli me rendre folle avec sa façon d’essayer de me calmer comme un bébé ! Enfin !… Je ne suis quand même pas une femme qui se fait des idées, Mr… Je ne crois pas que je connaisse votre nom… – Poirot, madame. Puis-je vous présenter M. Bouc, l’un des directeurs de la Compagnie des wagons-lits, et le Dr Constantine ? – Enchantée, croyez-moi, de faire votre connaissance, murmura Mrs Hubbard, sans s’adresser à l’un des trois hommes en particulier. Puis, sans se désemparer2, elle reprit son récit :

1. lascar : voyou, homme malfaisant. 2. se désemparer : se troubler.

414

Huitième escale


80

– Je vais être honnête. Je n’ai pas été aussi maligne1 que j’aurais dû. Je m’étais mis dans l’idée que l’homme en question, c’était celui du compartiment d’à côté, le pauvre type qui a été tué. J’ai dit au conducteur de vérifier la porte entre nos deux compartiments et, comme de bien entendu, elle n’était pas verrouillée. Dès que j’ai vu ça, je lui ai dit de mettre le verrou pas plus tard que tout de suite. Et puis quand il est reparti, je me suis levée, et j’ai coincé une valise contre la porte pour être bien sûre. – Quelle heure était-il à peu près à ce moment-là, Mrs Hubbard ? – Ça, vraiment, je ne peux pas vous le dire. Je n’ai pas pris le temps de vérifier. J’étais bien trop bouleversée. – Et que pensez-vous de ces événements, maintenant ?

90

– Eh bien, à mon avis, c’est simple comme bonjour ! Le type dans mon compartiment, c’était l’assassin. Je ne vois pas qui ça pourrait être d’autre !... – Et vous pensez qu’il est retourné dans le compartiment d’à côté ? – Comment pourrais-je savoir par où il est parti ? J’avais les yeux fermés ! – Il pourrait s’être glissé par la porte du couloir ? – Je n’en sais vraiment rien. J’avais les yeux fermés, je vous l’ai déjà dit. Et elle ajouta, avec un soupir à la limite du sanglot : – Miséricorde ! Ce que j’ai eu peur ! Ah, si ma fille savait…

100

– Ne pensez-vous pas, madame, que ce que vous avez entendu était le bruit fait par quelqu’un dans le compartiment d’à côté, celui de l’homme qui a été tué ? – Non, je ne pense pas monsieur… comment est-ce déjà ?… Poirot. Le type était bien là, dans mon propre compartiment. Et, d’ailleurs, j’ai une preuve !

1. maligne : forme féminine de l’adjectif malin qui signifie « rusé »

Agatha CHRISTIE, Le crime de l’Orient-Express , Paris, Hachette Livre, 2001, p. 145-149 (Coll. Hachette Livre).

Huitième escale

415


10

20

30

40

1. cataphotes : petits appareils qui réfléchissent la lumière. 2. hirsute : qui a le poil, le cheveu très fourni et d’aspect désordonné. 50

416

L’automobiliste n’aurait su dire ce qui le poussa à prendre en stop l’homme qui se tenait au bord de la route, le pouce levé. Il avait entendu maintes histoires épouvantables concernant des individus – et, parfois, des familles entières – ayant pris des autostoppeurs qui s’étaient révélés dangereux. Ceux qui avaient de la chance perdaient simplement leur voiture et leurs affaires personnelles. Les plus malchanceux, eux, se retrouvaient à la morgue. Peut-être s’était-il arrêté parce qu’il se sentait seul. Il conduisait depuis cinq heures de l’après-midi, or il était maintenant neuf heures passées. La voiture était presque neuve ; seule une mince couche de poussière ternissait la luisante carrosserie. Malheureusement, la radio ne marchait pas : quand il l’avait allumée, elle s’était contentée d’émettre des craquements et des grésillements, de sorte qu’il n’y avait pas de voix humaine pour le distraire de son ennui. Il n’y avait que le ruban d’asphalte qui apparaissait dans le faisceau des phares avant d’être englouti par les roues, kilomètre après kilomètre, avec une engourdissante monotonie. Ou alors, peut-être s’était-il arrêté en souvenir de l’époque où, adolescent, il sillonnait lui-même le pays en autostop. En ce temps-là, il y avait des moments où il aurait donné sa chemise pour que quelqu’un s’arrête et lui propose de monter ; il se rappelait combien c’était désespérant de n’avoir toujours pas atteint sa destination à la tombée de la nuit. L’automobiliste venait d’entrer sur l’autoroute au péage de Spring Valley. D’après l’employé du péage, la route était dégagée au moins

60

70

jusqu’à Albany. On prévoyait un peu de pluie entre Albany et Utica, mais rien de bien terrible. L’automobiliste prit le ticket que lui tendait l’employé, le fourra au-dessus du pare-soleil et s’engagea dans l’obscurité que trouaient les cataphotes1 des poteaux indicateurs qui bordaient la chaussée. Tous les quarante mètres, ils scintillaient fugitivement sur son passage comme des yeux de chat. À partir de maintenant, il allait pouvoir rouler pendant six cent cinquante kilomètres sans se soucier de croisements, de feux rouges ni de voitures venant en sens inverse. Il n’y avait que les cataphotes, régulièrement espacés tous les quarante mètres. Au-delà des postes de péage, l’autoroute s’étrécissait. C’est alors que les phares de la voiture éclairèrent l’homme qui se tenait sur le bas-côté. Un sac de toile était posé à ses pieds. Lorsque la voiture passa devant lui, l’homme agita son pouce d’un air implorant.

80

Impulsivement, l’automobiliste freina et s’arrêta. Sans lui laisser le temps de faire marche arrière, l’homme courut vers la voiture et passa la tête par la vitre ouverte, côté passager. – Je peux monter, m’sieur ? demanda-t-il.

90

L’automobiliste alluma le plafonnier et regarda l’homme. Celui-ci portait un veston et une cravate – un bon point – et n’était pas trop hirsute2, encore qu’il aurait eu besoin d’aller chez le coiffeur. Rien à voir avec ces jeunes hippies chargés de sacs à dos et de duvets. L’homme eut un sourire timide. – Montez, dit l’automobiliste. Ouvrant la portière, l’homme posa son sac par terre et s’installa

Huitième escale


100

confortablement sur le siège en poussant un soupir las. L’automobiliste éteignit le plafonnier et s’engagea dans la voie du milieu. L’aiguille du compteur monta rapidement à cent.

150

– Où allez-vous ? s’enquit l’automobiliste.

110

– À Albany, répondit l’homme. Enfin… si vous ne quittez pas l’autoroute avant. Je dois prendre un emploi là-bas, mais il faut que j’arrive avant huit heures du matin. 160

– Vous y serez. Moi, je vais à Buffalo. Mais je serai obligé de vous déposer à une bretelle de sortie.

Pendant plusieurs minutes, ils roulèrent en silence dans la nuit. Finalement, l’automobiliste demanda à son passager :

170

– Comment vous appelez-vous, jeune homme ?

– Pour moi, c’est jeune, dit l’automobiliste.Vous savez, Sam, je suis heureux de vous aider si vous avez un job qui vous attend, à Albany, mais vous devriez savoir qu’il est interdit de faire de l’autostop sur l’autoroute.

– Vous n’êtes pas en fonds, hein ? N’importe, je vous invite. Ça vous va ? 180

– Vous allez me dénoncer à la police ? demanda McCullough d’une petite voix. – Non. En fait, je ne sais pas pourquoi je vous dis ça. Il m’est arrivé plusieurs fois dans ma vie de faire du stop, moi aussi. Mais

Huitième escale

– Pas de café, répéta McCullough. Je ne veux rien du tout. – Ah… Dans ce cas, j’espère que vous ne verrez pas d’inconvénient à m’attendre. Ça ne sera pas long : j’aime boire mon café bien chaud.

Il entendit McCullough se trémousser sur son siège, mal à l’aise. 140

– Voilà la sortie de Suffern, dit l’automobiliste. Je vous propose quelque chose. Il y a un restaurant juste après la bretelle : nous pourrions nous y arrêter quelques minutes, le temps de nous dégourdir les jambes et de prendre un café. – Je n’ai pas envie de café, dit McCullough.

– Sam, Sam McCullough Et je ne suis pas si jeune que ça : j’ai presque vingt-cinq ans. 130

– J’attendais depuis la tombée de la nuit à l’endroit où vous m’avez pris, dit McCullough. Je me cachais dans les buissons chaque fois que j’apercevais quelque chose qui ressemblait à une voiture de police. Ce que je veux dire, c’est que je devais absolument continuer ma route ce soir. Je ne pouvais pas courir le risque de me faire pincer pour autostop illégal. Des points lumineux trouèrent l’obscurité, indiquant qu’ils approchaient d’un village.

– Ce sera parfait. Je trouverai sûrement une voiture pour me conduire en ville. 120

à l’époque, la confiance était plus grande qu’aujourd’hui. J’ai rarement eu des difficultés à me faire conduire là où je voulais aller.

190

Il y eut un frôlement de tissu, suivi du bruit sec d’une fermeture à glissière. Peut-être McCullough a-t-il de l’argent dans son sac, pensa l’automobiliste. Peut-être… – On ne s’arrête pas, m’sieur, articula McCullough d’une voix âpre.

417


– Écoutez, je suis dans ma voiture et je ferai ce que je voudrai. De quel droit…

240

– Je prends le droit, m’sieur.

200

Le canon d’un pistolet s’enfonça douloureusement dans les côtes de l’automobiliste, qui eut un sursaut involontaire. La voiture fit une embardée vers le terre-plein central. – Attention, dit McCullough avec un rictus1 mauvais.

– Quelle vieille ? Votre mère ? s’enquit l’automobiliste. 250

L’automobiliste redressa brusquement et freina par petits coups.

210

– Ne vous arrêtez pas, ordonna McCullough. Continuez de rouler, ni trop vite ni trop lentement. À une allure normale, quoi. Pigé ? Ils dépassèrent le restauroute et se retrouvèrent en pleine campagne. Jusqu’à l’échangeur de Harriman, vingt-cinq kilomètres plus loin, aucun des deux hommes ne prononça un mot.

220

230

1. rictus : sourire grimaçant exprimant des sentiments négatifs. 2. faire le mariolle : prendre des risques inutilement, pour se mettre en valeur. 3. s’égosillera : du verbe s’égosiller qui signifie « crier ».

418

260

– À partir d’ici, l’autoroute n’a plus que deux voies, murmura enfin l’automobiliste d’une voix sèche. – Et alors ? Nous n’avons pas vu plus d’une demi-douzaine de bagnoles. Si jamais vous repérez une voiture de police, ne faites pas le mariolle2. Pas d’appels de phares ni rien de ce genre. C’est moi qui ai les atouts en main, ne l’oubliez pas.

270

L’automobiliste sentait la peur lui nouer l’estomac, au point qu’il se demanda s’il allait vomir. D’une main, il lâcha le volant afin de desserrer un peu sa ceinture de sécurité.

– Non. Je veux parler de la vieille qui habitait cette maison, là-bas, près de Spring Valley. Quand j’ai vu le type et sa femme s’en aller avec les enfants, j’ai pensé que la maison serait vide, vous comprenez ? Je n’avais qu’à me servir. En plus, la porte de derrière n’était pas fermée à clé. Comment aurais-je pu deviner qu’ils avaient laissé grandmaman à la maison ? J’ai visité tout le rez-de-chaussée en raflant quantité de choses intéressantes : une télévision portative, une machine à écrire – et même une épaisse liasse de billets de banque… C’est là aussi que j’ai trouvé ce pistolet. Et puis, juste au moment où j’allais partir, je l’ai vue dans l’escalier, vêtue d’une vieille chemise de nuit. Elle avait l’air d’un cadavre momifié, mais elle avait des poumons en excellent état. Elle s’est mise à hurler tellement fort que j’ai cru qu’elle allait réveiller toute la ville. – Que… qu’avez-vous fait ? demanda l’automobiliste.

Il agita le pistolet sous le nez de l’automobiliste, qui bredouilla : – Jus… jusqu’où voulez-vous aller comme ça ?

– Suffisamment loin. Plus je serai loin, moins je risquerai de me faire repérer par la police. Dommage, ce patelin me plaisait bien. (Il donna un violent coup de crosse sur le tableau de bord.) Satanée vieille !

280

De sa main libre, McCullough caressa le pistolet d’un air songeur. – Disons simplement qu’elle ne s’égosillera3 plus, répondit-il. – Bon, vous avez réussi à vous enfuir, dit l’automobiliste. Et maintenant ? – Ça va dépendre de vous. Si vous êtes raisonnable – comme

Huitième escale


290

vous l’avez été jusqu’à présent – vous aurez peut-être la vie sauve. Si vous tentez quoi que ce soit, on retrouvera votre cadavre dans le fossé. Je n’ai rien à perdre.

Surpris par le ton autoritaire de l’automobiliste, McCullough retira sa main. Puis ses lèvres ébauchèrent un sourire. 340

– Je ne tenterai rien. Je… je ne veux pas mourir.

– Écoutez-moi et ouvrez grandes vos oreilles, sinon nous n’aurons plus à nous soucier de savoir qui donne les ordres… pour la bonne raison qu’une patrouille de police récupérera nos restes contre un arbre.

– Peu de gens en ont envie, m’sieur.

300

310

Tandis que la voiture avalait les kilomètres, l’automobiliste essaya sans succès de contrôler le tremblement de son corps. Il tenait à la vie, mais McCullough était exactement dans le même cas : c’était précisément pour cette raison que le jeune homme braquait un pistolet sur lui. À l’échangeur de Newburgh, un semi-remorque déboucha brusquement de la bretelle d’accès, juste devant eux. L’automobiliste appuya à fond sur la pédale de frein. McCullough, lui, retint sa respiration et raidit son pied contre le plancher, comme s’il pensait pouvoir arrêter la voiture par la seule force de sa volonté.

350

McCullough haussa les épaules. – Je m’en suis bien passé jusqu’ici, dit-il.

360

330

– Ne touchez pas à ça ! gronda-t-il.

Huitième escale

– Bon. Maintenant, posez vos mains à plat sur le tableau de bord. Si vous n’obéissez pas, je jette la voiture contre le premier obstacle qui se présente. – Vous ne m’intimidez pas beaucoup, dit McCullough.Après tout, si vous faites ça, vous mourrez aussi.Votre ceinture de sécurité ne vous servira pas à grand-chose en cas de collision à cent dix à l’heure.

Le camion, qui roulait au moins à cent trente, disparut en ferraillant dans l’obscurité tandis que la voiture, un instant déportée, se stabilisait. Au lieu de répliquer, l’automobiliste se contenta de scruter d’un air pensif le dessin que les phares formaient sur la route. Soudain, il tourna un bouton qui actionna l’éclairage du tableau de bord. Lançant un rapide coup d’œil vers son passager, il le vit tendre la main vers la ceinture de sécurité qui était fixée au plafond de la voiture, entre les deux portières.

– Continuez de parler, m’sieur. Ça aide à passer le temps. – Pour commencer, ne touchez pas à la ceinture de sécurité. N’essayez pas de la boucler.

– Imbécile ! glapit McCullough.

320

– Vous ne semblez pas avoir pigé, m’sieur, dit-il d’une voix douce. C’est moi qui donne les ordres, pas vous.

370

– C’est justement là que réside la différence entre votre situation et la mienne. Moi, je mourrai de toute façon. Pas vrai, McCullough ? – Écoutez, je vous ai dit que je vous laisserais partir si vous ne faisiez pas d’entourloupe1.Tout ce que je veux, c’est la voiture.

380

1. entourloupe : mauvais tour joué à une personne.

L’automobiliste secoua lentement la tête.

419


390

– Je ne vous crois pas. Vous avez déjà commis un meurtre.Votre unique chance de vous en tirer est de vous planquer dans un endroit où la police ne pourra pas vous retrouver. Si vous me relâchiez, je risquerais de fournir aux policiers suffisamment de renseignements pour leur permettre de retrouver votre piste.Vous n’en êtes plus à un meurtre près. – Ralentissez, bon Dieu ! On roule presque à cent trente !

400

430

– Le pistolet, McCullough. – Jetez-le par la portière. Je ne ralentirai qu’à cette condition. McCullough émit un petit gloussement. 440

450

– Faites gaffe ! Si vous dérapez sur les gravillons du bascôté, nous risquons de nous retourner ! 410

– Ne vous en faites pas pour ma façon de conduire.Vous arrive-t-il de lire les pages sportives des journaux, McCullough ? La rubrique des courses d’automobiles ?

420

420

– Vous me prenez pour un dingue ? Si je balance cet automatique, vous me livrerez aux flics et je serai jugé pour meurtre. Par contre, si vous provoquez un accident, j’aurai peut-être une chance de m’en sortir. Donc, je garde le pistolet. – Je ne suis pas simplement pilote de course, dit le conducteur. Je suis également conseiller technique d’une compagnie d’automobiles pour les questions de sécurité. Je parie que vous ne le saviez pas, ça non plus.

490

460

470

– Alors, essayez donc de calculer vos chances de sortir vivant d’une collision frontale à cent trente à l’heure. Si vous voulez, je peux vous aider. Nous avons fait des expériences, à l’usine, sur le circuit réservé aux essais. Naturellement, pour ces tests, nos voitures roulaient au maximum à quatre-vingts à l’heure ; cela vous donnera néanmoins une idée de ce qui va vous arriver. Dans le dixième de seconde qui suit la collision, les ailes avant, la

calandre et le radiateur sont broyés en un tas de ferraille. Pendant le deuxième dixième de seconde, le capot se plie en accordéon et se dresse devant le pare-brise, tandis que les roues arrière se soulèvent du sol. Car voyezvous, bien que l’avant de la voiture ait été arrêté net par le choc, l’arrière continue sur sa lancée. Instinctivement, vous vous raidissez – exactement comme vous l’avez fait tout à l’heure, quand ce camion a surgi devant nous – et vous avez les jambes brisées net au niveau des genoux. – Fermez-la,Algood !

500

– Et alors ?

– Non, ça m’intéresse pas. – Dommage. Mon nom vous serait peut-être familier.Vous voyagez en ce moment avec « Lucky » Algood, deux fois vainqueur des vingt-quatre heures du Mans et du Grand Prix de Watkins Glen. Je n’ai jamais eu d’accident sur un circuit, et je n’ai pas l’intention de commencer maintenant.

480

– Eh bien quoi, le pistolet ?

– Voilà mon arme, McCullough : la vitesse. À cent trente kilomètres à l’heure, vous n’oserez pas tirer. L’automobiliste écrasa le champignon et la voiture bondit en avant comme un bolide.

– Qu’est-ce que vous al… Attention ! Vous avez failli accrocher cette voiture en la doublant.

510

– Ça ne vous intéresse donc pas de savoir comment vous allez mourir… ? Durant le troisième dixième de seconde, vous êtes violemment projeté en avant et vos genoux sont broyés par le tableau de bord. Pendant les quatrième et cinquième dixièmes de secondes, la vitesse du véhicule est encore d’environ cinquante-cinq kilomètres à l’heure.Votre tête heurte le dessus du tableau de bord. Au sixième dixième de seconde, la carrosserie se ratatine. Entre-temps, le tableau de bord vous a défoncé le crâne.Vos pieds écrabouillés passent à travers la cloison avec une telle force que vous en perdez vos chaussures.

520

L’automobiliste prit un temps avant de conclure. – C’est à peu près tout. Les portières s’ouvrent

Huitième escale


530

à la volée et les charnières lâchent. Le siège avant, arraché à son support, vous écrase par-derrière. Mais vous n’avez pas à vous tracasser pour ça, parce qu’à ce moment-là, vous êtes déjà mort.

550

– Vous… vous avez vraiment vu comment ça se passait ? demanda McCullough. L’automobiliste acquiesça. 560

540

– En visionnant au ralenti des films tournés avec des mannequins de cire sur la piste d’essai. Et naturellement, en tant que pilote de course, j’ai été témoin de quelques accidents graves. Le résultat n’est pas beau à voir, McCullough. Les lèvres sèches, McCullough esquissa un sourire forcé.

Huitième escale

– Vous savez,Algood, vous m’avez fait marcher un moment. Mais vous n’allez pas provoquer un accident si vous pouvez l’éviter. Le temps joue en ma faveur : il y a bien un moment où vous tomberez en panne d’essence. – J’ai un avantage sur vous : n’oubliez pas que je suis pilote de course. Ces bolides représentent mon gagnepain. Pourquoi pensez-vous que je vous aie empêché de boucler votre ceinture de sécurité ? – Où voulez-vous en venir ?

570

580

– À une certaine vitesse – pas très élevée, en fait – je peux heurter un obstacle et m’en sortir indemne grâce à ma ceinture de sécurité. Oh ! bien sûr, la sangle me

590

meurtrira la poitrine, mais je serai maintenu sur mon siège.Vous, au contraire, vous serez éjecté. Et là, il y a beaucoup d’hypothèses intéressantes. Peut-être vous assommerez-vous simplement contre le tableau de bord. Mais il se peut aussi que vous passiez à travers le pare-brise : dans ce cas, vous vous ferez une fracture du crâne ou vous aurez la gorge tranchée par les morceaux de verre. Quoi qu’il en soit, je serai vivant, tandis que vous… Ne touchez pas à cette ceinture de sécurité, je vous prie. La voiture fit une impressionnante embardée. McCullough posa de nouveau ses mains bien en vue sur le tableau de bord.

421


– Et maintenant, McCullough, jetez le pistolet.

600

Les doigts de McCullough se crispèrent sur la crosse de l’automatique.

640

– Je vais…

610

620

630

Il pointa l’arme sur l’automobiliste.Aucun des deux hommes ne parla ; on n’entendait que le crissement des pneus sur la chaussée et le sifflement de l’air contre les vitres. L’automobiliste sentait McCullough soupeser mentalement les deux perspectives qui s’offraient à lui. S’il était capturé, il serait jugé pour meurtre et passerait le restant de sa vie dans une petite cellule : des années gâchées à cause des cris d’une vieille femme. Il y eut un déclic lorsque McCullough enleva le cran de sûreté. Les mains moites de l’automobiliste se crispèrent sur le volant. D’un autre côté, si McCullough tirait, il risquait de provoquer une collision à presque cent soixante à l’heure, avec le terrifiant carnage que cela entraînerait : le cri aigu de la tôle déchiquetée s’enfonçant dans la chair et les os, la mutilation des corps comprimés par le choc, transformés en une masse informe et sanglante. Avec un juron, McCullough baissa la vitre et jeta le pistolet par la fenêtre. Un vent piquant fouetta le visage de

650

660

670

l’automobiliste et une gerbe d’étincelles apparut dans le rétroviseur lorsque l’arme heurta l’asphalte. L’automobiliste ralentit et se cantonna au cent à l’heure, vitesse autorisée par la loi. Arrivé à un toboggan de l’autoroute, au-delà de Kingston, il avisa une voiture de police, portière ouverte et gyrophare en marche. Il s’arrêta à côté de l’auto grise, suffisamment près pour que McCullough ne puisse pas ouvrir sa portière et s’enfuir. – Lucky Algood ! maugréa McCullough avec dépit tandis que le policier de patrouille lui passait les menottes. Il a fallu que je tombe sur un pilote de course, alors qu’il y a je ne sais combien de gens qui prennent cette autoroute ! En plus, vous n’avez même pas l’air d’un coureur automobile.Vous êtes trop petit. Trop maigrichon. – Ce qui compte, McCullough, ce n’est pas la force physique mais la rapidité des réflexes. – Si vous n’étiez pas un pilote professionnel au courant de tous ces trucs concernant les accidents de voiture, j’aurais réussi à m’en tirer, grogna McCullough. Les policiers ne m’auraient jamais retrouvé – et vous non plus.

680

690

700

710

720

Sans ménagements excessifs, le policier entraîna McCullough vers la voiture grise et le fit monter devant. Après quoi, il retourna auprès de l’automobiliste. – McCullough a parlé de Lucky Algood, dit-il. J’ai vu Algood plusieurs fois à la télévision, m’sieur, et je suis sûr d’une chose : ce n’est pas vous. – Non, répondit l’autre d’une voix douce. Je m’appelle Entwhistle – Ernest Entwhistle – et je tiens une petite librairie à Philadelphie.Tel que vous me voyez, je vais à Buffalo rendre visite à ma fille et à sa famille. En fait, j’ai un cadeau à apporter à mon petit-fils. Un livre. Je l’ai trouvé passionnant à lire. Mais je vais peut-être le laisser à M. McCullough ; je pense que ça l’intéressera. Je pourrai toujours m’en procurer un autre exemplaire. L’automobiliste sortit de sa poche un mince volume cartonné. Le policier le prit et jeta un coup d’œil sur le titre : Sécurité sur quatre roues, de Charles W. « Lucky » Algood. Sur la couverture, il vit la photographie d’un séduisant jeune homme en train d’ajuster sur ses yeux de grosses lunettes de pilote automobile.

William BRITTAIN, « L’automobiliste », dans Alfred Hitchcock, Cinq crimes à vous coller au fauteuil, Paris, 1999, Éditions Pocket Jeunesse, p. 117-134.

422

Huitième escale


Tu connais sûrement les plaisirs que procure la lecture d’un récit d’aventures ou d’un récit humoristique. Mais connais-tu l’étrange plaisir d’avoir peur et le goût du suspense que peut faire naître chez toi la lecture d’un récit policier ? Dans cette escale, tu liras d’abord un fait divers pour découvrir le type d’histoire inspirant les personnes qui écrivent des récits policiers. Ensuite, tu liras plusieurs récits policiers dont les intrigues pleines de rebondissements te tiendront en haleine. Tu te familiariseras avec les caractéristiques de ce genre de récit.Tu découvriras différentes façons de créer un suspense et d’étonner le lecteur ou la lectrice.

L'aventure À la suite de tes lectures, tu inventeras à ton tour une intrigue policière qui tiendra en haleine les lecteurs et lectrices. Pour ce faire, tu devras tenir compte des caractéristiques du récit policier et créer un univers fictif cohérent. Une fois ton texte écrit, tu le liras aux élèves de ta classe en leur procurant l’occasion de deviner le dénouement de ton histoire. Ce travail d’écriture te permettra de mettre en œuvre ta pensée créatrice.

423


Mystères et suspense

Itinéraire Comme le ou la détective qui mène son enquête en cherchant des indices, tu t’exerceras, avant d’écrire ton récit policier, à développer des compétences en t’appuyant sur des connaissances et des stratégies.

Lecture • L’abréviation des mots .............................................................................................. p. 427 • La dérivation et le sens de certains préfixes et suffixes ....................... p. 429 • Les antonymes ............................................................................................................... p. 432 • Les caractéristiques du récit policier ................................................................ p. 435 • La cohérence textuelle dans les textes narratifs ...................................... p. 438

Grammaire • L’utilisation de la virgule ........................................................................................... p. 441 • L’accord du participe passé employé avec l’auxiliaire avoir ................................................................................................... p. 443 • La subordonnée relative introduite par le pronom relatif que et l’accord du participe passé employé avec l’auxiliaire avoir dans une telle subordonnée ................................... p. 445

Écriture • Informer en écrivant un paragraphe qui résume, par ordre chronologique, les éléments d’un fait divers ............................................... p. 427 • Inventer des intrigues en écrivant un paragraphe qui sert de suite à un récit policier .................................................................. p. 433 • Informer en écrivant un paragraphe pour résumer un crime raconté dans un récit policier ........................................................ p. 436 • Inventer des intrigues en rédigeant un récit policier pour tenir en haleine, transposer la réalité dans d’autres univers .......................... p. 450

Communication orale • Défendre une idée en proposant de deviner l’identité du ou de la coupable du récit policier entendu ....................................... p. 454

424

Huitième escale


U3 8

Bouffée d’adrénali˙ne

Embarquement La semaine dernière, un vol a été commis, en plein après-midi, à la bibliothèque de la ville. Le voleur ou la voleuse a mis la main sur 10 livres rares datant de l’époque de la Nouvelle-France. Ce sont des livres de référence qui ne peuvent faire l’objet d’un prêt; on ne peut les consulter que sur place. La détective chargée de l’enquête détient trois suspects. Elle a interrogé longuement chacun d’eux dans l’espoir d’identifier le ou la coupable.Voici ce que chacun avait à dire pour sa défense.

La détective voudrait que tu l’aides à voir clair dans cette histoire. Elle sait que le ou la coupable se trouve parmi ces trois suspects, mais elle n’arrive pas à l’identifier. a) Relis attentivement les déclarations des suspects. b) Identifie le ou la coupable. c) Relève dans sa déclaration les indices qui t’ont permis de l’identifier.

Huitième escale

425


Mystères et suspense

Lecture et appréciation des textes Des braqueurs arrêtés grâce à leur ADN

p. 408

Planification Le texte que tu t’apprêtes à lire est un fait divers. a) Selon toi, qu’est-ce qu’un fait divers ? Donne quelques exemples de faits divers. b) Où peux-tu lire des faits divers ? c) Quelle est la principale différence entre un fait divers et un récit de fiction ? • Lis le texte Des braqueurs arrêtés grâce à leur ADN afin de t’informer sur un fait divers étonnant et de trouver des idées pour ton récit policier. • Prête une attention particulière aux mots qui assurent la continuité de l’information dans ce texte.

Compréhension et interprétation 1. Diverses formes de reprise de l’information sont utilisées dans ce texte. Ainsi, des mots de remplacement sont employés pour désigner les « braqueurs » dont il est question dans le titre. Relève dans le texte : a) trois noms ; b) un groupe de mots ; c) un pronom. 2. Les mots composés sont formés par la réunion de deux ou de plusieurs mots. a) Relève quatre mots composés dans le paragraphe 6 (lignes 66 à 91). b) Décris la façon dont chacun de ces noms a été construit.

L'aventure

3. Dresse un champ lexical avec 10 mots du texte liés au thème du vol dans une constellation que te remettra ton enseignant ou ton enseignante.

Ce champ lexical pourra te servir au moment d’écrire ton récit policier.

vol

426

Huitième escale


U3 8

Bouffée d’adrénali˙ne 4. Ce fait divers contient des ingrédients essentiels à une bonne intrigue policière : des crimes spectaculaires, plusieurs indices et une façon étonnante de résoudre l’enquête. À l’aide d’une fiche semblable à celle ci-dessous, relève ces ingrédients dans le texte. INGRÉDIENTS D’UNE INTRIGUE POLICIÈRE

INGRÉDIENTS

DESCRIPTIONS

Crimes spectaculaires Indices

 Le véhicule volé.

Façon étonnante de résoudre l’enquête

5. À la fin d’un récit policier, il arrive souvent que la personne chargée de trouver les coupables d’un crime reconstitue, dans l’ordre chronologique, les différentes étapes qui ont mené à ce crime. a) Imagine que tu es un ou une détective et décris dans tes propres mots, en un paragraphe d’une dizaine de lignes, les étapes qui ont mené au crime commis au centre commercial. b) Utilise des marqueurs de relation pour relier les faits entre eux. 6. Comme le montre le texte que tu viens de lire, la police dispose aujourd’hui de moyens techniques très efficaces pour retrouver les criminels. À ton avis, l’utilisation de ces moyens ne comporte-t-elle que des avantages ? Explique ta réponse.

L’abréviation des mots L’abréviation est un procédé d’abrègement qui consiste à enlever des lettres dans un mot. Ce procédé permet d’écrire plus vite et de gagner de l’espace. Une abréviation se prononce comme le mot non abrégé. Ainsi, l’abréviation « tél. » se prononce « téléphone ».

Huitième escale

427


Mystères et suspense Voici les différentes formes d’abréviations :

Boussole

• les premières lettres du mot suivies d’un point abréviatif ;  adjectif : adj. chapitre : chap.

Le point abréviatif est appelé ainsi pour éviter toute confusion avec le point utilisé à la fin d’une phrase.

• la première lettre du mot suivie d’un point abréviatif ;  Monsieur : M. • la première lettre du mot accompagnée de la ou des dernières lettres du mot. Cette forme d’abréviation ne requiert pas de point abréviatif ;  Mademoiselle : Mlle • quelques consonnes du mot suivies d’un point abréviatif ;  quelque chose : qqch. • une combinaison de chiffres et de lettres.  premier : 1er Il ne faut pas confondre l’abréviation avec d’autres procédés d’abrègement comme le sigle, le symbole et la troncation. – Le sigle est un terme formé par les initiales de deux ou de plusieurs mots. Contrairement à l’abréviation, chaque lettre se prononce.  curriculum vitæ : CV – Le symbole est un signe figuratif attribué à un ou à plusieurs mots. Il peut aussi être formé par l’abrègement d’un ou de plusieurs mots. Le symbole est reconnu officiellement dans divers domaines. Il se distingue de l’abréviation par l’absence de point abréviatif.  dollar : $  kilomètres à l’heure : km/h – La troncation est un mode d’abrégement d’un mot, obtenu en supprimant une ou des syllabes.  photographie : photo Trouve les mots qui correspondent aux abréviations suivantes. a) app. c) boul. e) Mme g) 2e i) Dr b) av. d) ex. f) vol. h) St j) p.

428

Huitième escale


U3 8

Bouffée d’adrénali˙ne Le vol du siècle

p. 410

Planification Survole le texte Le vol du siècle, puis réponds aux questions suivantes. 1. Qu’est-ce que le titre te révèle sur le contenu du texte que tu vas lire ? 2. a) Selon toi, s’agit-il d’un texte courant ou d’un texte littéraire ? b) Relève deux indices qui justifient ta réponse. • Lis le texte Le vol du siècle pour découvrir une intrigue policière palpitante qui stimulera ton imagination. • Prête une attention particulière au discours rapporté dans ce texte afin de déterminer à quel personnage tu dois l’attribuer.

Cap sur les mots La dérivation L’ajout d’un préfixe ou d’un suffixe, ou des deux, à un mot de base forme un mot dérivé. La dérivation est un procédé qui permet de former de nouveaux mots. Certains préfixes et suffixes contribuent à la formation d’un grand nombre de mots. Pour cette raison, il est très utile de connaître leur signification. En effet, cela permet de deviner le sens d’un mot inconnu sans avoir à consulter le dictionnaire. Voici la signification de quelques préfixes et suffixes courants. • extra- : en dehors

 extraordinaire, extraterrestre

• télé- : au loin, à distance

 télévision, télécommande téléphone, télésiège

• -eux : qualité

 joyeux, heureux chanceux, peureux

• -isme : religion, doctrine

 christianisme, communisme

Huitième escale

Boussole Certains préfixes et suffixes peuvent avoir plus d’une signification. En cas de doute, consulte un dictionnaire.

429


Mystères et suspense a) Dans un tableau semblable à celui ci-dessous, explique la signification des préfixes et des suffixes entrant dans la formation des mots tirés du texte. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 681 b) Dans chaque cas, trouve un autre mot formé à l’aide de ce préfixe ou de ce suffixe. SIGNIFICATION DES PRÉFIXES ET DES SUFFIXES

MOTS TIRÉS DU TEXTES

SIGNIFICATION DU PRÉFIXE OU DU SUFFIXE

AUTRES MOTS

Enquêteur, voleur

 Personne qui accomplit une action.

 Coureur

Bijouterie Antivol Discrètement Boulette, mallette Ultramoderne Inestimable Électronique Découvert

Compréhension et interprétation 1. Comme tout texte narratif, le récit que tu viens de lire comporte un narrateur. Et l’auteure, Chrystine Brouillet, a choisi son type de narrateur avec des intentions bien précises. a) Indique si le narrateur du récit Le vol du siècle est de type omniscient, témoin ou participant dans l’histoire. S’il est un narrateur participant, identifie-le. b) Relève deux indices qui justifient ta réponse. c) Crois-tu que le choix du type de narrateur peut contribuer à créer un meilleur suspense dans un récit policier ? Justifie ta réponse.

430

Huitième escale


U3 8

Bouffée d’adrénali˙ne

2. Dans un récit, il est essentiel de savoir à quels personnages sont attribuées les paroles rapportées par le narrateur, surtout s’il y a plusieurs personnages, comme dans le récit Le vol du siècle. a) Lis dans le tableau ci-dessous les exemples de discours rapporté direct tirés du texte. b) Indique à quels personnages doivent être attribuées les paroles prononcées et note l’indice, tiré du texte, qui te permet de connaître la réponse. LE DISCOURS RAPPORTÉ DIRECT

PAROLES PRONONCÉES

PERSONNAGES

INDICES

– Vous avez raison, a répondu Olivier. (Ligne 4)

 Olivier

 « a répondu Olivier. »

– C’est vrai qu’on gèle, ai-je dit. Si on buvait un petit chocolat chaud avant d’allumer le feu ? (Lignes 8-9) – Pensez-vous que notre voleur se doute de quelque chose ? (Ligne 33) – Non ! Reste avec Olivier. Il vaut mieux que vous soyez deux contre Smith. (Lignes 47-48) – Avez-vous un générateur ? (Ligne 66)

3. Ce récit policier a-t-il réussi à te tenir en haleine ? Explique ta réponse.

Huitième escale

431


Mystères et suspense Le crime de l’Orient-Express

p. 413

Planification Le texte que tu t’apprêtes à lire est un texte narratif. Quel moyen comptes-tu utiliser pour relever dans ce texte les indices de temps, les indices de lieu et les caractéristiques des personnages (la prise de notes, le regroupement en tableau, la construction d’un schéma, la construction d’une ligne du temps) ? Justifie ton choix. • Lis le texte Le crime de l’Orient-Express afin de découvrir une façon originale de raconter une histoire pour t’en inspirer lorsque tu écriras ton récit policier. • Prête une attention particulière aux lieux, aux moments et aux personnages du récit.

Cap sur les mots Les antonymes Les antonymes sont des mots qui appartiennent à la même classe de mots et qui ont des significations opposées.  haut / bas santé / maladie

possible / impossible monter / descendre

L’antonyme peut être formé de trois manières différentes : 1. par l’ajout d’un préfixe négatif à un mot de base ; • a-

 normal / anormal moral / amoral

• dé-, dés-

 faire / défaire ordre / désordre

• in-, im-

 accessible / inaccessible probable / improbable

• mal-

 habile / malhabile chance / malchance

2. par le remplacement, dans un mot dérivé, d’un préfixe par un préfixe opposé ;  inclus / exclus préface / postface

432

Huitième escale


U3 8

Bouffée d’adrénali˙ne 3. par le remplacement du mot de base.  grand / petit vérité / mensonge

gagner / perdre peu / beaucoup

L’utilisation d’un antonyme permet de transformer une phrase de forme négative en une phrase de forme positive.

L'aventure

 Le roman n’est pas bon. Le roman est mauvais. a) Dans un tableau semblable à celui ci-dessous, indique un antonyme pour chacun des mots indiqués.

Tu pourras utiliser des antonymes dans ton récit pour créer des effets de contraste et d’opposition.

b) Détermine la façon dont est formé l’antonyme à l’aide des explications données précédemment. UN MOT ET SON CONTRAIRE

MOTS

ANTONYMES

FORMATIONS

Entrée

 Sortie

 Remplacement du mot de base

Régulièrement Importer Honnête Coupable Limité Sous-estimer

Compréhension et interprétation 1. À la fin du texte que tu viens de lire, un personnage s’apprête à dévoiler la preuve qu’un assassin s’est trouvé au même endroit que lui. a) Fais appel à ton intuition et essaie de deviner la nature de cette preuve. Présente-la en un paragraphe d’environ 10 lignes. b) Compare la preuve que tu as imaginée avec la véritable preuve en lisant la suite du récit Le crime de l’Orient-Express que te remettra ton enseignant ou ton enseignante.

Huitième escale

433


Mystères et suspense 2. Dans un récit policier, les renseignements sur le lieu du crime, sur le moment où il s’est produit et sur les personnages de l’histoire sont essentiels. En effet, ces renseignements peuvent guider le lecteur ou la lectrice en lui fournissant des indices sur le ou la coupable du crime. Dans le récit Le crime de l’Orient-Express, Mrs Hubbard livre un témoignage important sur le crime. Pour s’assurer de bien comprendre cet extrait, il faut faire la distinction entre les renseignements donnés à propos du témoignage et ceux donnés par le témoin. a) Dans un tableau semblable à celui ci-dessous, inscris dans la colonne de gauche les renseignements sur le lieu et le moment du témoignage, et sur les personnages présents au cours du témoignage. b) Dans la colonne de droite, inscris les renseignements donnés par le témoin. TÉMOIGNAGE DE MRS HUBBARD

RENSEIGNEMENTS DONNÉS À PROPOS DU TÉMOIGNAGE

RENSEIGNEMENTS DONNÉS PAR LE TÉMOIN

Lieu :

Lieu où se sont déroulés les événements rapportés par le témoin :

Moment :

Moment où se sont déroulés les événements rapportés :

Personnages présents au cours du témoignage :

Personnages impliqués dans les événements rapportés :

3. Les lignes 20 à 35 rapportent des paroles de Mrs Hubbard à l’intérieur d’un dialogue. Explique la présence des guillemets qui encadrent certaines phrases. 4. Ce texte t’a-t-il donné le goût de lire le roman d’Agatha Christie dont il est extrait ? Explique ta réponse.

434

Huitième escale


U3 8

Bouffée d’adrénali˙ne

Le récit policier Le récit policier peut prendre des formes très différentes. Mais, d’un récit policier à l’autre, il y a inévitablement des éléments qui reviennent. En effet, comment imaginer un récit policier sans crime, sans enquête, sans indices mystérieux, sans coupable et sans suspense ? Voici les principales caractéristiques du récit policier. CARACTÉRISTIQUES DU RÉCIT POLICIER

• Un crime est commis, et ce crime n’est pas un simple accident. • Une personne, la plupart du temps un ou une détective, enquête sur le crime qui a été commis.

L'aventure Tu devras tenir compte de ces caractéristiques au moment d’écrire ton récit policier.

• Le lecteur ou la lectrice en sait autant que la personne qui fait l’enquête. • Il y a plusieurs indices qui guident l’enquête. • On découvre le ou la coupable grâce aux indices et par déduction, et non par hasard. • Le ou la coupable est rarement un ou une détective, un policier ou une policière. • Le ou la coupable est un personnage qui occupe une grande place dans l’histoire, et non un personnage qui arrive à la toute fin de l’histoire. • Le mobile du crime est souvent d’ordre personnel. Les quatre premières caractéristiques du récit policier présentées ci-dessus se trouvent dans l’extrait du texte Le crime de l’Orient-Express que tu as lu. Relève, pour chacune de ces caractéristiques, l’élément qui lui correspond dans le texte.

Huitième escale

435


Mystères et suspense L’automobiliste

p. 416

Planification 1. Les intrigues des récits policiers sont souvent marquées par le suspense. a) Selon toi, qu’est-ce que le suspense ? b) Décris deux moyens utilisés par les écrivains et les écrivaines pour créer du suspense dans un récit policier. Pense aux récits policiers que tu as déjà lus. 2. Le récit policier exige de la part du lecteur ou de la lectrice une grande attention. En effet, chaque détail, chaque renseignement compte. Quelles stratégies de lecture comptes-tu employer pour t’assurer qu’aucun détail important ne t’échappe ? • Lis le texte L’automobiliste pour te divertir et pour découvrir une façon originale de raconter une intrigue policière. Cette lecture pourra te donner des idées pour la rédaction de ton récit. • Prête une attention particulière aux différentes parties du schéma narratif qui structurent le récit.

Compréhension et interprétation 1. Dans le récit L’automobiliste, un crime est évoqué. Celui-ci s’est produit avant l’histoire racontée. a) Dans un paragraphe d’environ cinq lignes, raconte ce crime dans tes propres mots. Donne les renseignements concernant les personnages impliqués, les circonstances, la nature du crime et le mobile qui a incité le criminel à le commettre. b) Compare ton paragraphe avec celui d’un ou d’une autre élève. Apporte des précisions à ta description, s’il y a lieu.

436

Huitième escale


U3 8

Bouffée d’adrénali˙ne 2. Comme dans tout texte narratif, on trouve dans le récit policier les différentes parties du schéma narratif. . . . . . . . . . . p. 645 a) Dans un tableau semblable à celui ci-dessous, inscris les lignes du texte qui correspondent aux différentes parties du schéma narratif. b) Résume ensuite chacune de ces parties. SCHÉMA NARRATIF DU RÉCIT L’AUTOMOBILISTE

PARTIES

RÉSUMÉ

Situation initiale (Lignes - )

 Un automobiliste roule seul dans sa voiture depuis plusieurs heures. Il est sur l’autoroute de Spring Valley. Il fait noir puisqu’il est neuf heures passées.

Élément perturbateur (Lignes - )

Déroulement (Lignes - )

Dénouement (Lignes - )

3. Avais-tu prévu la fin surprenante de ce récit policier ? Explique ta réponse.

Huitième escale

437


Mystères et suspense

La cohérence textuelle dans les textes narratifs Chacun des textes narratifs que tu as lus au cours de cette escale se présente comme un tout cohérent et significatif. La cohérence dans les textes narratifs est assurée par la reprise de l’information et par les trois éléments présentés ci-dessous. • La pertinence de l’information Dans un texte narratif, les renseignements donnés doivent servir à créer un univers particulier. Ces renseignements varient selon le type de texte narratif. Dans un récit policier, l’auteur ou l’auteure décrit souvent en détail les personnages ainsi que les lieux et le moment où le crime a été commis. Ces renseignements sont pertinents puisqu’ils peuvent servir d’indices destinés à aider le lecteur ou la lectrice à trouver le ou la coupable. Ils peuvent aussi servir à déjouer le lecteur ou la lectrice en le ou la menant sur une fausse piste. • La non-contradiction Dans un texte narratif, il ne doit pas y avoir de contradiction entre les éléments qui composent l’univers créé. Ainsi, les caractéristiques des personnages et les actions que ceux-ci accomplissent doivent être en harmonie. De même, le moment et la durée des événements de l’histoire doivent concorder une fois qu’ils sont mis dans l’ordre chronologique. Un récit policier comporte souvent des contradictions apparentes. Mais ces contradictions sont des indices qui aident le lecteur ou la lectrice à trouver le ou la coupable. Par exemple, un personnage peut se contredire en racontant ce qu’il faisait au moment où un crime s’est produit. Les contradictions dans ses propos peuvent mettre la puce à l’oreille d’un lecteur attentif ou d’une lectrice attentive.

438

Huitième escale


U3 8

Bouffée d’adrénali˙ne • La progression textuelle Dans un texte narratif, l’auteur ou l’auteure fait progresser son récit en présentant des faits nouveaux au fil des lignes et des pages. Chaque fait nouveau se rattache aux faits déjà présentés. Dans un récit policier, la progression textuelle joue un rôle important. En effet, chaque fait nouveau, chaque détail ajouté complique l’histoire. Plus le récit progresse, plus les pistes se multiplient. Le lecteur ou la lectrice jongle alors avec différentes hypothèses sans parvenir à faire son choix. Le récit progresse jusqu’à ce qu’il y ait assez de renseignements pour que l’identité du ou de la coupable soit connue. Le récit L’automobiliste forme un tout cohérent et significatif. Pour le prouver, relève dans le texte des exemples liés à chacun des éléments de la cohérence textuelle. a) La pertinence de l’information Relève dans le texte des indices qui montrent que l’histoire s’inscrit dans des lieux et des moments précis. b) La non-contradiction Relève dans le texte des indices qui montrent qu’il n’y a pas de contradiction entre l’identité du personnage principal, l’automobiliste, et les gestes qu’il fait. c) La progression textuelle Relève dans le texte deux faits nouveaux qui contribuent à faire progresser l’histoire.

Huitième escale

439


Mystères et suspense Bilan 1. Parmi les trois récits policiers que tu as lus au cours de cette escale, Le vol du siècle, Le crime de l’Orient-Express et L’automobiliste, lequel as-tu préféré ? Explique ton choix. 2. Quelle différence principale perçois-tu entre l’organisation textuelle d’un fait divers et celle d’un récit policier ? Explique ta réponse. 3. Tu connais bien maintenant le récit d’aventures et le récit policier. a) Lequel de ces deux types de récits te procure le plus de plaisir ? b) Justifie ton choix à l’aide des caractéristiques de ces types de récits. 4. a) Quelles ont été les principales difficultés que tu as connues au cours de la lecture de ces récits policiers ? b) Quels moyens as-tu pris pour les surmonter ? 5. a) La planification de la lecture de ces récits policiers t’a-t-elle permis de mieux les lire ? b) Explique ta réponse en donnant un ou deux exemples. 6. a) Considères-tu que tu as fait des progrès dans la lecture et la compréhension des textes narratifs de fiction ? b) Quel point aimerais-tu améliorer au cours des prochaines escales ? c) Comment comptes-tu t’y prendre ?

440

Huitième escale


Fonctionnement de la langue

8

L’utilisation de la virgule

Point de repère Des groupes de mots ou des phrases simples peuvent être juxtaposés ou coordonnés.

Exploration a) Lis les phrases suivantes et observe les éléments en gras ainsi que l’emplacement de la ou des virgules. 1 La nuit dernière, des voleuses sont entrées chez nous. ● 2 Les suspects, pendant des jours, ont attendu le moment propice ●

pour commettre le vol. 3 « Elles portaient une cagoule », a précisé l’agent de sécurité. ● 4 – Madame, gardez votre calme! ● 5 Sophie, tremblante de peur, n’osa faire ●

un mouvement dans le noir. 6 Le cambrioleur a volé des appareils électroniques, ●

des bijoux et beaucoup d’argent. 7 Le détective a écouté l’homme patiemment, il lui ●

a ensuite posé des questions et il a réussi à obtenir les renseignements qu’il voulait. b) Dans quelles phrases les virgules servent-elles à juxtaposer les éléments en gras ? c) Dans quelles phrases les virgules servent-elles à détacher les éléments en gras ? d) Quelle est la fonction des groupes de mots en gras dans les phrases ● 1 et ● 2 ? e) Quelle est la fonction du groupe de mots en gras dans la phrase ● 5 ?

Huitième escale

441


Mystères et suspense Tour d’horizon La virgule est le signe de ponctuation le plus souvent utilisé. Elle sert principalement au détachement et à la juxtaposition de groupes de mots ou de phrases. LE DÉTACHEMENT

Boussole Une virgule mal placée dans une phrase peut changer complètement son sens.

ÉLÉMENTS DÉTACHÉS

EXEMPLES

Un groupe complément de phrase (GCP) placé au début de la phrase, entre le groupe sujet (GS) et le groupe verbal (GV), ou à l’intérieur du GV.

 Hier soir, un crime a été commis  La dame, après cette nuit difficile, a vu le détective.  La dame a vu, après cette nuit difficile, le détective.

Un complément du nom placé après le nom ou devant le nom, en tête de phrase.

 Les suspects, des hommes dans la trentaine, ont pris la fuite.  Surprise, Laurence ne sut quoi répondre.

Une phrase incise placée au milieu ou à la fin de paroles rapportées.

 Bien sûr, dit-il, j’y serai.  Tu as raison, a répondu le garçon.

Une apostrophe, c’est-à-dire un groupe de mots qui précise à qui l’on s’adresse.

 Je l’ai vu, monsieur le détective, je le jure.

 En une semaine seulement, neuf examens !  En une semaine, seulement neuf examens.

LA JUXTAPOSITION ÉLÉMENTS JUXTAPOSÉS

EXEMPLES

Des groupes de mots qui exercent la même fonction.

 Une corde, une cagoule et des outils étaient les seuls indices.  Il était étrange, imprévisible, insaisissable.

Des phrases.

 Le voleur est entré par la fenêtre de la chambre, il a vidé tous les tiroirs et il est reparti avec les précieux bijoux de la dame.

• Dans une phrase, on ajoute également une virgule devant les marqueurs de relation (mais, donc, car, puis, etc.).  Il a réuni beaucoup d’indices, mais il n’a aucune preuve. • Si une énumération contient plus de deux éléments unis par ou, et ou ni, on les sépare à l’aide de la virgule.  C’est la dame, ou son mari, ou son voisin qui a commis le crime.

442

Huitième escale


L’accord du participe passé employé avec l’auxiliaire avoir

8

Point de repère Un verbe conjugué à un temps composé est formé de deux éléments : l’auxiliaire et le participe passé. L’auxiliaire peut être avoir ou être. Les pronoms le, la, l’ et les exercent toujours la fonction de complément direct du verbe (CD) dans une phrase.

Exploration a) Lis les phrases suivantes et observe les verbes en gras ainsi que les mots soulignés afin de découvrir la façon d’accorder le participe passé employé avec l’auxiliaire avoir. 1 La dame a dévoilé une preuve surprenante. ● 2 Ils ont découvert le mobile du crime. ● 3 Le détective aurait voulu interroger plus longuement les suspects. ● 4 Même si les coupables étaient rusés, il les a démasqués facilement. ● 5 La personne n’était pas à l’heure, mais les policiers l’ont attendue ●

parce qu’elle avait un témoignage important à livrer. 6 Le suspect, ils l’ont vu hier soir. ● 7 Quelle question as-tu posée à l’homme mystérieux ? ● 8 Quelle histoire étonnante cette dame a racontée ! ●

b) Quelle est la fonction exercée par les mots soulignés dans toutes les phrases ? c) Où les mots soulignés sont-ils situés par rapport au verbe en gras dans les phrases ● 1 , ● 2 et ● 3 ? d) Quel effet cela a-t-il sur l’accord des participes passés dans ces phrases ? e) À quelle classe de mots les mots soulignés dans les phrases ● 4 ,● 5 et ● 6 appartiennent-ils ? f ) Où sont-ils situés par rapport au verbe en gras dans ces phrases ? g) Qu’est-ce qui distingue les phrases ● 7 et ● 8 des autres phrases ? h) Où sont placés les mots soulignés par rapport aux verbes en gras dans ces deux phrases ? i) Quel effet la position des mots soulignés par rapport au verbe en gras dans les phrases ● 4 à ● 8 a-t-elle sur l’accord des participes passés ?

Huitième escale

443


Mystères et suspense Tour d’horizon 1. Le participe passé employé avec l’auxiliaire avoir est invariable si le complément direct du verbe (CD) est placé après le verbe.  Le détective a trouvé les coupables. 2. Le participe passé s’accorde en genre et en nombre avec le noyau du groupe de mots qui exerce la fonction de CD si ce groupe est placé avant le verbe. Pour trouver le genre et le nombre du CD, quand ce CD est un pronom, on doit repérer son antécédent. Celui-ci se trouve avant le pronom dans la phrase ou dans une phrase précédente.  Les coupables, le détective les a trouvés. antécédent

masc. pl.

3. Généralement, le CD avec lequel le participe passé s’accorde est un groupe nominal (GN) dont le noyau est un pronom.  J’ai vu les voleurs s’enfuir en voiture. Je les ai vus dans leur voiture. masc. pl.

4. Dans les phrases interrogatives et exclamatives, le CD avec lequel le participe passé s’accorde est généralement un GN dont le noyau est un nom.  Quels indices a-t-il réunis ? masc. pl.

 Quelle preuve douteuse a présentée cette dame ! fém. sing.

444

Huitième escale


La subordonnée relative introduite par le pronom relatif que et l’accord de son participe passé employé avec l’auxiliaire avoir

8

Point de repère Le participe passé employé avec l’auxiliaire avoir s’accorde en genre et en nombre avec le complément direct du verbe (CD) si celui-ci est placé avant le verbe.

Exploration a) Lis les phrases suivantes et observe les verbes ainsi que les mots soulignés afin de découvrir un autre cas où le participe passé employé avec l’auxiliaire avoir s’accorde. 1 Elle a finalement trouvé la preuve qu’elle avait cherchée ●

toute la journée. 2 Ils analysent les empreintes digitales que la femme a laissées ●

sur l’arme. 3 Les cambrioleuses ont volé tous les bijoux que la dame ●

avait cachés. 4 L’autostoppeur est tombé dans le piège que lui a tendu ●

l’automobiliste. 5 Les indices qu’il a recueillis le conduisent sur une ●

piste. 6 L’histoire que les témoins lui ont racontée l’autre ●

soir ne tient pas debout. 7 Les personnes que nous avons interrogées ●

ignorent le motif du crime. 8 Le récit policier que les élèves ont lu comporte ●

un dénouement inattendu. b) Quel mot est présent dans toutes les phrases ci-dessus ? c) À quelle classe de mots ce mot appartient-il ? d) Quel lien y a-t-il entre ce mot et les mots soulignés ? e) À quel groupe de mots correspondent les mots soulignés ? f ) Comment s’appelle le groupe de mots qui commence par le mot que ?

Huitième escale

445


Mystères et suspense Tour d’horizon 1. Le mot que est un pronom relatif qui introduit une subordonnée relative.  Les vols que cette banque a connus sont trop fréquents, selon la policière. sub. relat.

2. Le pronom relatif que exerce toujours la fonction de complément direct du verbe (CD) de la subordonnée relative qu’il introduit, puisqu’il remplace un groupe nominal (GN) exerçant la fonction CD.  Les vols que cette banque a connus sont trop fréquents. (Phrase complexe) P1 : Les vols sont trop fréquents. P2 : Cette banque a connu des vols. CD

Dans la phrase complexe, la P2 se transforme en une subordonnée relative en remplaçant le GN des vols qui exerce la fonction CD par le pronom relatif que. 3. Lorsque le verbe de la subordonnée relative introduite par le pronom que contient un participe passé employé avec l’auxiliaire avoir, ce participe s’accorde en genre et en nombre avec le pronom que. Pour connaître le genre et le nombre du pronom que, il suffit de trouver son antécédent, soit le noyau du GN qui le précède. masc. pl.

 Les nombreux témoignages qu’il a recueillis sont inutiles. antécédent fém. sing.

 La preuve que nous avons trouvée est incontestable. antécédent

446

Huitième escale


Excursion

8

L’utilisation de la virgule 1. a) Lis les phrases ci-dessous et observe les éléments en gras. 1 Le détective a inspecté les lieux, il a interrogé des témoins ●

et il a rédigé un rapport. 2 Cet après-midi, un cambriolage hors du commun a eu lieu. ● 3 Ils ont retrouvé sur les lieux du crime et les cagoules, ●

et les gants, et les outils. 4 Nerveuse, la jeune fille se mit à lire l’article de journal qui parlait ●

du crime. 5 Cet homme est étrange, murmura le garçon. ● 6 L’automobiliste, pendant des heures, a roulé sur l’autoroute. ●

b) Identifie les éléments en gras dans chacune de ces phrases (GCP, complément du nom, phrase incise, phrase, etc). c) Indique le rôle de la ou des virgules dans chacune de ces phrases en te référant à la page 442. 2. a) Lis les phrases ci-dessous. Elles contiennent des erreurs. 1 Les empreintes digitales la voiture volée et les objets trouvés ●

chez le suspect sont des preuves très convaincantes contre lui. 2 Monsieur vous êtes sûr de n’avoir rien entendu ? ● 3 Ce matin le détective commence son enquête. ● 4 L’auto-stoppeur le menaçait avec un fusil donc il ●

devait obéir. 5 Mrs Hubbard une dame distinguée s’adressa ●

à l’inspecteur. 6 Je vous prie de me croire s’exclama-t-elle il y avait ●

quelqu’un dans mon compartiment cette nuit. 7 Catherine Olivier et Stéphanie ont décidé ●

d’enquêter sur cet homme au comportement suspect. 8 Parmi les bijoux volés il y avait une bague en or. ● 9 Excitée la dame dévoila sa preuve à Poirot. ●

b) Ponctue correctement ces phrases en plaçant des virgules là où c’est nécessaire.

Huitième escale

447


Mystères et suspense L’accord du participe passé employé avec l’auxiliaire avoir 1. a) Lis les phrases suivantes. Certaines contiennent des erreurs. 1 Quelles personnes le détective a-t-il rencontré ? ● 2 M. Smith a commis le vol du siècle. ● 3 Ce cambrioleur avait deux complices, mais la police ●

ne les a jamais retrouvé. 4 ● 5 ● 6 ● 7 ●

Durant l’interrogatoire, le suspect a révélé le mobile du crime. Quels autres crimes cet homme a-t-il perpétré ? La dame, très agitée, a voulu raconter son histoire en détail. C’était ma bague préférée ! Malheureusement, on me l’a volé.

8 Le voleur a utilisé un moyen inusité pour pénétrer dans ●

le magasin. 9 Comme la jeune fille possédait des renseignements exceptionnels, ●

les policiers l’ont écouté attentivement. 10 Le jeune homme est sorti de la voiture, et le policier l’a arrêté. ●

b) Souligne les participes passés employés avec l’auxiliaire avoir. c) Encercle les compléments directs du verbe (CD). d) Accorde correctement les participes passés, s’il y a lieu. 2. a) Lis le texte suivant. Il contient des erreurs. Le détective est satisfait. Il a recueillis deux indices importants en une seule journée d’enquête. Ces deux indices, il les a trouvé tout à fait par hasard. D’abord, il a aperçue cette corde dans le jardin. Le chien du propriétaire l’avait déterré, croyant peut-être qu’il s’agissait d’un os. Quelle chance il a eu ! Ensuite, les voisins du manoir dévalisé lui ont apportés des souliers d’escalade. Ils les avaient ramassée par terre, à côté de leurs poubelles. Quel renseignement ces indices ont-ils révélés au détective ? Tout simplement que le voleur a escaladé le haut mur de pierre pour pénétrer dans le manoir. b) Vérifie l’accord des participes passés en gras et apporte les corrections nécessaires, s’il y a lieu.

448

Huitième escale


La subordonnée relative introduite par le pronom relatif que et l’accord de son participe passé employé avec l’auxiliaire avoir

8

1. a) Lis les phrases suivantes. Elles contiennent des erreurs. 1 Le bouton était la seule preuve qu’elle avait trouvé. ● 2 Le bandit a utilisé une arme qu’il avait acheté illégalement. ● 3 Des bijoux remplissaient les immenses caisses que nous ●

avions ouvert. 4 Il avait des complices que personne n’avait vu. ● 5 Les policiers viennent de retrouver les cartes de crédit ●

que la femme avait volé. 6 L’inspecteur a abandonné la piste qu’il avait suivi jusque-là. ● 7 Son identité, que les policiers ont vérifié hier, est fausse. ● 8 L’enquête, que le détective a mené personnellement, a duré ●

des mois et des mois. 9 Elle a lu tous les articles que les journalistes ont écrit sur le crime. ● 10 La fausse moustache et les gants, que le détective a trouvé ●

ce matin, faisaient partie du déguisement du voleur. b) Souligne les subordonnées relatives qui commencent par que. c) Encercle les participes passés employés avec l’auxiliaire avoir dans ces subordonnées relatives. d) Relie le pronom relatif que au noyau du groupe nominal (GN) qui constitue son antécédent. e) Accorde correctement les participes passés. 2. a) Écris une phrase qui contient une subordonnée relative débutant par le pronom relatif que et un participe passé employé avec l’auxiliaire avoir. b) Accorde correctement le participe passé. c) Échange ta phrase avec un ou une élève. d) Ensemble, discutez de l’accord du participe passé utilisé dans chaque phrase. e) Corrigez les participes passés, s’il y a lieu.

Huitième escale

449


Mystères et suspense

L'aventure Sur la bonne piste !

Journal de bord Lis un roman policier en entier. Note tes impressions après cette lecture.

Au cours de cette escale, tu as plongé dans l’univers inquiétant et captivant de trois récits policiers différents.Tu as découvert les caractéristiques essentielles de ce type de récit. De plus, tu as pu constater l’importance des lieux, du temps et de la présentation des personnages pour construire une intrigue policière à la fois cohérente et intéressante. C’est à ton tour maintenant d’utiliser ces connaissances et tes compétences pour écrire un récit policier. Tu devras d’abord faire preuve d’imagination et inventer une intrigue où il sera question d’un vol, de faits mystérieux et de personnages qui mènent une enquête. Ensuite, tu liras ton récit devant les élèves de ta classe.Tu mettras leur perspicacité à l’épreuve en leur demandant de deviner le dénouement de ton histoire. Enfin, tu liras la dernière partie de ton récit.

450

TÂCHE

Écrire un texte narratif.

SUJET

Inventer une intrigue policière qui respecte les caractéristiques de cet univers.

DESTINATAIRES

Les élèves de la classe.

CONTEXTE DE RÉALISATION

Écrire un récit policier individuellement et le lire devant la classe.

Huitième escale


8

Préparation Comme le ou la détective qui note tous les renseignements importants au cours de son enquête, détermine les éléments essentiels de ton récit.

Planifier sa production a) Préciser le contenu du texte. 1 Lire dans les journaux des faits divers racontant des vols et ●

des enquêtes menées pour trouver des coupables de vols.

2 Noter les éléments importants qui se trouvent dans les ●

textes : déroulement du crime, contexte du crime, portrait des criminels, etc.

b) Relire les récits policiers de cette escale afin de s’inspirer des moyens utilisés pour créer du suspense, présenter les personnages, décrire les lieux et les temps de l’intrigue, etc. c) Choisir les éléments appropriés pour créer une intrigue policière. 1 Définir le type de narrateur : narrateur omniscient, témoin ●

ou participant.

2 Concevoir une intrigue qui respecte toutes ●

les caractéristiques du récit policier.

3 Imaginer des personnages : décrire les caractéristiques ●

relatives à leur vie, à leur physique et à leur personnalité, préciser leur rôle et leur importance dans l’histoire.

4 Définir un lieu et un moment précis. ● 5 Choisir les indices qui permettront de trouver le ou la ●

coupable du vol. Par exemple, des pièces de déguisement (fausse moustache, lunettes, etc.), des objets oubliés, des traces de pas et des messages.

d) Construire un univers fictif cohérent. e) Organiser l’intrigue en fonction des parties du schéma narratif.

Huitième escale

451


Mystères et suspense Réalisation Maintenant que ton enquête est terminée, tu peux te lancer dans la rédaction de ton récit. Suis les conseils qui se trouvent sur la fiche ci-dessous.

Rédiger un brouillon a) Relire régulièrement son texte au cours de la rédaction. b) Établir des liens entre la situation initiale, l’élément perturbateur, les péripéties qui marquent le déroulement et le dénouement. Rattacher le dénouement à l’élément perturbateur. c) Organiser le texte. 1 Raconter les événements de l’intrigue dans l’ordre ●

chronologique.

2 Insérer des descriptions et des dialogues pour mettre ●

en valeur un élément du récit ou pour créer du suspense, une atmosphère inquiétante.

d) Utiliser un vocabulaire précis, nuancé et approprié à l’univers d’un récit policier. e) Assurer la cohérence du récit : 1 en insérant des renseignements pertinents ; ● 2 en évitant les contradictions ; ● 3 en ajoutant graduellement de nouveaux éléments ●

d’information pour faire progresser le récit ;

4 en utilisant diverses formes de reprise de l’information. ●

f ) Diviser le texte en paragraphes en regroupant les phrases selon les différentes parties du schéma narratif. g) Donner un titre évocateur au récit (toutefois, il ne faut pas que le titre en dise trop sur le crime et sur l’identité du ou de la coupable).

452

Huitième escale


8 Réviser, améliorer et corriger le brouillon a) Relire le texte afin de s’assurer que la réponse est « oui » à chacune des questions suivantes. 1 Ce texte respecte-t-il les caractéristiques du récit policier ? ● 2 Ce texte est-il cohérent ? ● 3 Les événements racontés sont-ils regroupés selon ●

les parties du schéma narratif ?

b) Soumettre le début de son texte (situation initiale, élément perturbateur et déroulement) à la critique afin de vérifier l’intérêt qu’il suscite et de recueillir des commentaires pour l’améliorer. c) Vérifier la pertinence des éléments retenus pour créer l’univers du récit (l’intrigue, les personnages, les lieux, le temps, l’enquête, les indices, les mobiles du crime). d) Revoir la progression de l’intrigue pour s’assurer de sa cohérence. e) Reconsidérer la pertinence des descriptions et des dialogues insérés dans le récit. f ) Améliorer le texte en ajoutant des descriptions, en éliminant les répétitions, en reformulant les passages plus ou moins clairs, en utilisant un vocabulaire varié et précis. g) Réviser la construction des phrases et prêter une attention particulière à l’utilisation de la virgule et à l’accord des participes passés employés avec l’auxiliaire avoir. h) Utiliser le dictionnaire pour vérifier l’orthographe des mots. i) Mettre le texte au propre en intégrant les améliorations et les corrections apportées au texte.

Huitième escale

453


Mystères et suspense Une histoire en suspens ! Une fois que tu y auras mis un point final, lis ton récit aux élèves de ta classe. Arrête ta lecture avant le dénouement et demande aux élèves de deviner l’identité du personnage qui a commis le vol. Ensuite, surprends-les en dévoilant la fin de ton histoire.

Bilan Afin de faire le bilan de ton parcours, réponds aux questions ci-dessous. a) As-tu aimé écrire un récit policier ? Explique ta réponse. b) Quelles difficultés as-tu connues au cours de la rédaction de ton texte ? Comment les as-tu résolues ? c) De quelle façon les commentaires d’autres élèves t’ont-ils réellement permis d’améliorer ton texte ? d) As-tu l’impression d’avoir fait des progrès dans la rédaction de récits de fiction ? Explique ta réponse. e) Crois-tu avoir réussi à inventer une intrigue qui a tenu en haleine les élèves de ta classe ? Justifie ta réponse.

454

Huitième escale


GOSSELIN • BOURBEAU

DIOTTE • VANDAL • LEGAULT

M A N U E L

D E

L ’ É L È V E

Volume 2

Marie-Hélène Gosselin • Geneviève Bourbeau

La collection Laissez-passer

CODE PRODUIT 3440 ISBN 0-03-928814-5

6

20728 34400

4

1 ER

est composée du manuel A, volumes 1 et 2, pour la 1re année, et du manuel B, volumes 1 et 2, pour la 2e année du 1er cycle. Elle propose un choix varié de textes. Non seulement favorise-t-elle l’approche thématique et par projets, mais elle permet aux élèves de développer leurs compétences.

www.grandduc.com Groupe Éducalivres inc. 955, rue Bergar, Laval (Québec) H7L 4Z6 Téléphone : (514) 334-8466 ■ Télécopie : (514) 334-8387 InfoService : 1 800 567-3671

2 Volume

CYCLE DU SECONDAIRE MANUEL DE L’ÉLÈVE

Carl Diotte • Brigitte Vandal • Marie Sylvie Legault


Laissez passer1 2 cahier feuilleteur