__MAIN_TEXT__

Page 1

3739_ECR2_CV:Layout 1

3/10/09

8:46 AM

Page 1

2e cycle du secondaire

2e année

Manuel de l’élève

2E CYCLE DU SECONDAIRE

2E ANNÉE

CARON

GARBER

ÉTHIQUE ET CULTURE RELIGIEUSE

Gina Caron

Pascale Garber

Avec la collaboration de Marie-France Beaulieu

Le manuel de l’élève Tête-à-tête est un outil de référence

Il regroupe de nombreux textes présentant la pensée de plusieurs auteurs sur les thèmes majeurs qui mobilisent notre société.

ÉTHIQUE ET CULTURE RELIGIEUSE 2e cycle du secondaire 2e année Manuel de l’élève

complet pour le programme Éthique et culture religieuse.

CODE PRODUIT 3739 ISBN 978-2-7655-0241-8 Éditions Grand Duc 6

20728 37390

5

Groupe Éducalivres inc. 955, rue Bergar, Laval (Québec) H7L 4Z6 Téléphone : 514 334-8466 ■ Télécopie : 514 334-8387 InfoService : 1 800 567-3671

Éditions Grand Duc


3739_Liminaires_FINAL:10mars09

10/03/09

ÉTHIQUE ET CULTURE RELIGIEUSE

19:02

Page 1

2e cycle du secondaire ■ 2e année

Gina Caron

Manuel de l’élève

Pascale Garber

avec la collaboration de Marie-France Beaulieu

Éditions Grand Duc Groupe Éducalivres inc. 955, rue Bergar, Laval (Québec) H7L 4Z6 Téléphone : 514 334-8466 ■ Télécopie : 514 334-8387 InfoService : 1 800 567-3671


3739_Liminaires_FINAL:10mars09

10/03/09

19:02

Page 2

REMERCIEMENTS L’Éditeur témoigne toute sa gratitude à : – M. Sébastien Brodeur-Girard, PHD en histoire et auteur, pour la rédaction de la partie sur les spiritualités autochtones ; – M. Jobin Eslahpazir Esfandabadi ; – Mme Jennifer Guyver. Il tient également à remercier pour leur travail de vérification scientifique : – M. Jean-Claude Breton, secrétaire de la faculté de théologie de l’Université de Montréal ; – Mme Lina Dubois, directrice adjointe du Centre biblique Har’el ; – Mme Claudia Nadeau-Morissette, étudiante en maîtrise en sciences des religions à l’Université Laval ; – M. Shahram Nahidi, professeur à l’Université de Montréal ; – M. Jean-François Roussel, professeur à l’Université de Montréal ; – M. Philippe Turenne, chargé de cours à l’Université McGill. Pour leurs suggestions et leurs judicieux commentaires à l’une ou à l’autre des étapes du projet, l’Éditeur remercie : – Mme Dominique Chabot, Commission scolaire de Portneuf ; – M. Simon Dubois, Commission scolaire de Laval ; – Mme Sylvie Gélinas, École secondaire Jeanne-Mance, Commission scolaire de Montréal.

Compte tenu des nuances possibles quant à la translittération des termes religieux, il faut noter qu’il existe d’autres façons d’écrire certains termes propres à chaque tradition religieuse. © 2009, Éditions Grand Duc, une division du Groupe Éducalivres inc. 955, rue Bergar, Laval (Québec) H7L 4Z6 Téléphone : 514 334-8466 www.grandduc.com

Télécopie : 514 334-8387

Tous droits réservés ILLUSTRATIONS : KOREM Nous reconnaissons l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Programme d’aide au développement de l’industrie de l’édition (PADIÉ) pour nos activités d’édition. Gouvernement du Québec – Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres – Gestion SODEC. Il est illégal de reproduire cet ouvrage, en tout ou en partie, sous quelque forme ou par quelque procédé que ce soit, électronique, mécanique, photographique, sonore, magnétique ou autre, sans avoir obtenu, au préalable, l’autorisation écrite de l’Éditeur. Le respect de cette recommandation encouragera les auteurs et auteures à poursuivre leur œuvre. CODE PRODUIT 3739 ISBN 978-2-7655-0241-8 Dépôt légal Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2009 Bibliothèque et Archives Canada, 2009

Imprimé au Canada 1234567890S8765432109


3739_Liminaires_FINAL:10mars09

10/03/09

19:03

Page 3

Table des matières Structure du manuel de l’élève . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . XI

PARTIE I

LA TOLÉRANCE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

2

INTRODUCTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

5

L’INDIFFÉRENCE, LA TOLÉRANCE, ET L’INTOLÉRANCE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

6

CHAPITRE I

ÉTHIQUE

De l’intolérance ▲

Récit historique de l’intolérance des humains, par Hervé Fischer . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

6

Les dérives meurtrières du racisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 L’apartheid . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9 Le nazisme ou le racisme à son apogée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 La Shoah . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 Différences et indifférences ▲

Un poème, devenu le symbole du combat contre l’indifférence, par Bjarne Melkevik . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13

Loco Locass : « Nous ne tolérerons pas l’intolérance », par Stéphane Baillargeon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14

LA TOLÉRANCE AU QUÉBEC . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 La réalité multiculturelle du Québec . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 Entre le confort et l’indifférence : l’identité québécoise, par Jocelyn Maclure . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16 Réflexions sur le Québec : une culture de la différence, par Normand Wener . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18 La culture et l’identité du Québec, par Guy Durand . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21 Le débat public sur les accommodements raisonnables, par Marc-André Dowd . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25 CONCLUSION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27


3739_Liminaires_FINAL:10mars09

CHAPITRE II

10/03/09

19:03

Page 4

L’AVENIR DE L’HUMANITÉ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

28

INTRODUCTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31

DES FAÇONS D’ENTREVOIR L’AVENIR DE L’HUMANITÉ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32 Hubert Reeves . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La faim dans le monde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le fossé Nord-Sud . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Que faire ? Agir ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

32 33 35 36

Pierre Dansereau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37 Un humanisme scientifique, par Claire Gagnon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38 Une démarche d’ouverture sur l’avenir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39 Michel Jurdant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les crises des sociétés productivistes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’utopie du bonheur des sociétés industrielles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Pour une éco-société . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Pour une nouvelle éthique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

42 44 44 44 45

DES QUESTIONS SOCIALES ET HUMANITAIRES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46 Les sommets de la terre, par Yves Gauthier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46 Le protocole de Kyoto, par Environnement Canada . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48 La situation canadienne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49 La responsabilité sociale des entreprises : notions et outils . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51 Pour un autre monde possible. Appel des mouvements sociaux pour la mobilisation contre la guerre, le néolibéralisme, l’exploitation et l’exclusion, par le Réseau International des Mouvements Sociaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52 CONCLUSION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55

CHAPITRE III

LA JUSTICE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

56

INTRODUCTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59

DES FAÇONS DE CONCEVOIR LA JUSTICE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60 Une définition de la justice et des principes de justice . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60 La discrimination en emploi existe encore au Québec, par Renée Larochelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63 L’universalité des soins de santé : les nouveaux arrivants sont privés de soins, par Jill Hanley . . . . . . . . . 64 Des droits et libertés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66 Les droits et libertés au Canada . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66

Table des matières

IV


3739_Liminaires_FINAL:10mars09

10/03/09

19:03

Page 5

La Charte québécoise des droits et libertés de la personne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67 Le tribunal des droits de la personne : analyse des décisions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68 30 % des Québécois se disent victimes de discrimination, par la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71

DES QUESTIONS DE JUSTICE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73 Les Droits de l’Homme, par Philippe Texier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74 Les différentes générations des droits de l’homme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76 Le droit au-delà des frontières : programme de la justice canadienne, par Irwin Cotler . . . . . . . . . . . . . . . . . 78 Violation des droits de la personne ; l’exemple de la Chine, par Amnistie internationale . . . . . . . . . . . . . . . . 82 Le bouclier d’or de la Chine : les entreprises et le développement de la technologie de surveillance en Chine, par Greg Walton . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84 CONCLUSION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87

CHAPITRE IV

L’AMBIVALENCE DE L’ÊTRE HUMAIN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

88

INTRODUCTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91

DES RÉFLEXIONS SUR L’AMBIVALENCE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92 De l’adolescence et des adolescents, par Caroline Sahuc . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92 Entre le désir d’autonomie et le confort de la dépendance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93 Le dopage sportif, par Benoît Allain-Melanson . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95 Des cas de conscience . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97 La conscience troublée, par Jean-François Malherbe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . En mon âme et conscience . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Juge et partie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La dénonciation : signaler comme coupable à l’autorité compétente . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . S’élever contre quelque chose : dénoncer les abus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Voler parce qu’on a faim . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’infidélité : qui manque à ses engagements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les dilemmes entre des choix difficiles ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

97 99 99 99 100 100 101 101

DES AMBIGUÏTÉS DE L’AGIR HUMAIN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102 Des grandeurs et des côtés sombres de l’être humain . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102 Le cas d’Adolf Eichmann : la moralité, l’immoralité et l’amoralité, par Jean-François Malherbe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103 Le cas Guantánamo : un pays défenseur des droits de l’homme qui les enfreint selon ses intérêts . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105

Table des matières

V V


3739_Liminaires_FINAL:10mars09

10/03/09

19:03

Page 6

Soumission à l’autorité, l’expérience de Stanley Milgram . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106 L’ambivalence des sentiments . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La honte et la fierté . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La satisfaction et la frustration . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’amour et la haine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

108 108 109 111

CONCLUSION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112

PARTIE II ▲

CHAPITRE V

CULTURE RELIGIEUSE LES RELIGIONS AU FIL DU TEMPS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114

INTRODUCTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117

LA DIVERSITÉ DES RELIGIONS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 118 Les filiations religieuses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 118 L’hindouisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119 Le bouddhisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121 Le judaïsme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 124 Les courants du judaïsme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 130 Le christianisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Mission et diffusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Des persécutions vers le statut de religion officielle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le monachisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les tendances et les courants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les conciles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

132 138 138 139 140 141

L’orthodoxie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 142 Le protestantisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 144 L’islam . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 146 Les courants de l’islam . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 148 Les spiritualités autochtones d’Amérique du Nord . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149

L’ESPACE CONTEMPORAIN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 153 Les nouveaux mouvements religieux, par Roland Chagnon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 153 CONCLUSION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 155

Table des matières

VI


3739_Liminaires_FINAL:10mars09

CHAPITRE VI

10/03/09

19:03

Page 7

DES QUESTIONS EXISTENTIELLES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 156

INTRODUCTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 159

L’EXISTENCE DU DIVIN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 160 Le nirvana, par le Bouddha . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 160 Avec ou contre Dieu, par David Meyer . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161 Saisir l’essence de la divinité, par Élie Wiesel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 163 Dieu existe, je l’ai rencontré, par André Frossard . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165 La question de la source du mal vue par le monothéisme et le polythéisme, par Marek Halter . . . . . . . . . 167 Arrêt sur les « ismes » : quelques définitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 168 Le théisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 168 L’athéisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 169

LE SENS DE LA VIE ET DE LA MORT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 170 Chercher le bonheur en Dieu, par saint Augustin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 170 L’énigme de la vie, par Heinrich Heine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 171 L’instauration de la vie brève : récit traditionnel inuit, par Knud Rasmussen . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 172 Le sens de l’existence, de la souffrance et de la mort, par Suzie Robichaud . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 173 Sans Dieu, par Anne Morelli . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 175 Le temps et la mort, par Krishnamurti . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 177 Le Dieu qui est avec nous est celui qui nous abandonne, par Liliane Crété . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 179 Le salut sola gratia et la Réforme, par le pasteur Jean-Yves Peter . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 180 Le paradis perdu, par Daniel-Rops . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 182 La réincarnation, par Thich Nhat Hanh . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 184 L’opposition entre les « créationnistes » et les « évolutionnistes », par Wilfrid Noël Raby . . . . . . . . . . . . . . . . 186 CONCLUSION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 189

CHAPITRE VII

LES EFFETS DE L’EXPÉRIENCE RELIGIEUSE . . . . . . . . . . . . . . . . 190

INTRODUCTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 193

LE SENTIMENT DU SACRÉ : LA NATURE DE L’EXPÉRIENCE RELIGIEUSE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 194 La prière pour une jeune femme musulmane, tiré du livre de Christian Van Nispen . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 194 Les dieux de l’Inde, par Vasudha Narayanan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 196 Une porte d’espérance, par Jean Vanier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 198

Table des matières

VII


3739_Liminaires_FINAL:10mars09

10/03/09

19:03

Page 8

Seigneur, par Kevin Parent . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 201 Entrée au monastère, par Thomas Merton . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 203

L’INCARNATION DES VALEURS : LES EFFETS DE L’EXPÉRIENCE RELIGIEUSE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 206 Le détachement de la vie, la compréhension de la souffrance et la compassion, par le XIVe Dalaï-Lama . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 206 L’équilibre et l’harmonie, par Gustave Thibon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 209 Rechercher la vérité, par Gandhi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 211 Une saison à La Mecque, par Abdellah Hammoudi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 213 Paganisme, par Yutang Lin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 215 Un chemin tout simple, par Mère Teresa . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 218 La pratique religieuse, par Raymond Lemieux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 222 CONCLUSION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 224

PARTIE III

CHAPITRE VIII

DIALOGUE LE DIALOGUE : SES FORMES ET LES CONDITIONS QUI LUI SONT FAVORABLES

. . . . 226

INTRODUCTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 229

DES FORMES DU DIALOGUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 230 La conversation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 230 La discussion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 230 La narration . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 231 La délibération . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 231 L’entrevue . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 231 Le débat . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 232 La table ronde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 232 Résumé : Des formes du dialogue . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 233

DES CONDITIONS FAVORABLES AU DIALOGUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 234 Des pistes pour favoriser le dialogue . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 234 CONCLUSION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 235

Table des matières

VIII


3739_Liminaires_FINAL:10mars09

CHAPITRE IX

10/03/09

19:03

Page 9

DES MOYENS POUR ÉLABORER ET INTERROGER UN POINT DE VUE

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 236

INTRODUCTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 239

DES MOYENS POUR ÉLABORER UN POINT DE VUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 240 La description . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 240 La comparaison . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 241 La synthèse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 242 L’explication et la justification . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 243

DES MOYENS POUR INTERROGER UN POINT DE VUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 245 Des types de raisonnement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’induction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La déduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’analogie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’hypothèse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

245 245 246 246 246

Des types de jugement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le jugement de préférence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le jugement de prescription . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le jugement de valeur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le jugement de réalité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

248 248 248 249 249

DES PROCÉDÉS ENTRAVANT LE DIALOGUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 250 L’appel d’autorité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’appel à la popularité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’appel au clan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’appel au préjugé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le faux dilemme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La pente fatale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La généralisation abusive . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’attaque personnelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La double faute . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La fausse analogie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’appel au stéréotype . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

250 250 250 251 251 251 251 251 251 252 252

Table des matières

IX


3739_Liminaires_FINAL:10mars09

10/03/09

19:03

Page 10

La caricature . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 252 La fausse causalité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 252 Le complot . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 252 CONCLUSION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 253

GLOSSAIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 254 BIBLIOGRAPHIE

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 262

RÉFÉRENCES ICONOGRAPHIQUES

Table des matières

X X

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 265


3739_Liminaires_FINAL:10mars09

10/03/09

19:04

Page 11

Structure du manuel de l’élève ÉTHIQUE ET CULTURE RELIGIEUSE

2e cycle du secondaire

2e année

Gina Caron

Manuel de l’élève

Pascale Garber

Avec la collaboration de Marie-France Beaulieu

Le manuel de l’élève, Tête-à-Tête, est un ensemble de textes qui permet une réflexion éthique, une meilleure compréhension du phénomène religieux et une invitation à pratiquer le dialogue. Il se divise en trois grandes parties : l’éthique, la culture religieuse et le dialogue. Éditions Grand Duc

CHAQUE CHAPITRE CORRESPOND À UNE THÉMATIQUE D’ANALYSE PRÉCISE ÉTHIQUE

La première partie traite de questions d’éthique liées aux thèmes suivants: la tolérance, l’avenir de l’humanité, la justice et l’ambivalence de l’être humain.

CULTURE RELIGIEUSE

La deuxième partie aborde la diversité des religions et plus précisément: des temps de fondation, de développement et de diffusion, des questions existentielles et l’expérience religieuse. Vous trouverez, également, tout au long de cette partie, des illustrations d’œuvres artistiques (peinture, architecture, sculpture, calligraphie, fresque) et d’autres illustrations de rites et de pratiques religieuses telles qu’exprimées actuellement dans la vie des croyants.

DIALOGUE

La troisième partie aborde les différentes formes de dialogue et les conditions qui lui sont favorables, des formes et des types de raisonnement ainsi que des formes de jugement utilisés lors de l’élaboration d’un point de vue.


3739_Liminaires_FINAL:10mars09

10/03/09

19:06

Page 12

CULTURE RELIGIEUSE

O

5

Introduction n estime que les trois quarts de l’humanité, environ, se réclament d’une foi religieuse. Certaines religions sont plusieurs fois millénaires, alors que d’autres sont nées au 20e siècle. Les plus anciennes ont vu le jour en Inde ou au MoyenOrient ; les plus récentes aux États-Unis. Le temps et l’espace, également, rendent compte de leur diversité. Dans cette section, nous examinerons quelques-unes de ces religions en cherchant dans leurs origines la signification qu’elles revêtent pour le présent.

Chaque texte est accompagné d’une introduction vous permettant de discerner l’essentiel du texte. EUROPE ORIENTALE

AMÉRIQUE DU NORD

EUROPE OCCIDENTALE

ASIE ORIENTALE

ASIE CENTRALE MOYEN-ORIENT

Des cartes historiques vous sont présentées pour situer les lieux où se sont déroulés les événements religieux.

AFRIQUE DU NORD ANTILLES

OCÉAN ATLANTIQUE

Religion dominante par pays :

Les textes sont accompagnés de rubriques biographiques des auteurs ou de personnages cités dans les textes.

Hindouisme Bouddhisme Religions traditionnelles chinoises Animisme et croyances locales Judaïsme

Christianisme catholique protestant orthodoxe Islam chi’ite sunnite ibadite

ASIE DU SUD-EST

AFRIQUE ORIENTALE AMÉRIQUE DU SUD

OCÉAN PACIFIQUE

SOUS-CONTINENT INDIEN

AFRIQUE OCCIDENTALE

AMÉRIQUE CENTRALE

OCÉAN PACIFIQUE

OCÉAN INDIEN AUSTRALIE - OCÉANIE

AFRIQUE AUSTRALE

Population mondiale : 6 602 224 175 Chrétiens 33 % Musulmans 21 % Hindous 13 %

Bouddhistes 6 % Juifs 0.23 % Autres 12 %

0

2000

4000

kilomètres

Source : CIA Factbook, 2008. Les chiffres sont les estimations de 2007.

▲ Les religions dans le monde

Les religions au fil du temps

117

CULTURE RELIGIEUSE

 La mort a-t-elle un sens

c) et de l’Arctique ik (nord du Québe peuples du Nunav s des Inuits. es qui ont étudié les ces traditionnelle Les anthropologu décrivant les croyan ont raconté té de nombreux récits et la terre de Baffin, canadien ont rappor la baie d’Hudson s 1920. Le récit une petite île entre au cours des année Les Inuits d’Iglooolik, livre Knud Rasmussen danois ue opolog d’Anglure dans un cois Bernard Saladin cette légende à l’anthr québé ue opolog par l’anthr a ensuite été repris n inuite traditionnelle. Par Knud Rasmussen portant sur la religio

pour les Inuits ? Quel rôle lui attribuent-ils ?

,  Selon cette conception

comment peut-on dire que la mort joue un rôle dans le grand Cercle de la vie ?

L’INSTAURATION DE LA

Quand nous réalisons à quel point les êtres ont été bons pour nous, nous éprouvons reconnaissance et amour. Et quand nous les voyons en proie à la souffrance, ce sentiment se transforme en compassion. C’est la compassion qui nous donnera la force d’assumer la responsabilité de les délivrer.

VIE BRÈVE

ent inuit Récit traditionnel ns. Les hommes prenai ait pas chez les humai que anciens, la mort n’exist enfants ; c’est ainsi ent au monde des « Dans les temps très ns s et les femmes mettai Les premiers humai de place pour tous. les femmes pour épouse èrent leur qu’il n’y avait plus euse propag y nombr gens si les Mais l’humanité devint eux détroit d’Hudson. Mitligjuaq, dans le ils devinrent si nombr vivaient sur l’île de le lieu où il était né, à ne ne quittait jamais de l’île commença person côté e un comm ent, et, espèce et se Alors, très lentem plus les supporter. qu’ils allaient glisser que l’île ne pouvait s, car tout indiquait ir : Les gens furent effrayé remplies de pouvo s’enfoncer dans la mer. très fort avec des paroles pour femme se mit à crier a plus assez de place noyer. Mais une vieille t mourir, car il n’y vœu se réalisa. que les humains puissen tel pouvoir que son un t “Qu’il soit ordonné avaien femme Et les paroles de la ■ » nous sur la terre !” ns. humai les survint chez C’est ainsi que la mort Eskimos »,

inuit, homme, d’ANGLURE, Être et renaître

33) : Né au Groenland, Knud Rasmussen (1879-19 danoise a dirigé de 1921 cet anthropologue d’origine allant l’Arctique nord-américain à 1924 une traversée de expédition a permis de Cette l’Alaska. à du Groenland collections de récits vastes plus des l’une recueillir travaux de Rasmussen ont concernant les Inuits. Les logue québécois d’origine assurément inspiré l’anthropo d’Anglure, né en 1936. française Bernard Saladin l’étude des Inuits du Nunavik l’essentiel de sa carrière à

 Quels sont les enseignements du bouddhisme que le DalaïLama cite comme exemple pour mettre la compassion en pratique ?

On trouve dans les enseignements deux approches possibles pour développer l’amour. Dans la première, il s’agit de comprendre que tous les êtres ont été notre père ou notre mère au cours de nos vies successives, et de nous émouvoir de leurs tourments. Dans la seconde, ayant réfléchi aux défauts de l’égoïsme comme aux qualités de l’altruisme, nous considérons que les autres sont aussi importants, puis plus importants que nous-mêmes. Nous choisirons l’une ou l’autre de ces approches en fonction de nos dispositions particulières et de leur faculté à changer notre état d’esprit. Nous pourrons aussi les associer.

Cultural of the Iglulik N, publié dans « Intellectual p. 92. Récit recueilli par Knud RASMUSSE VII (1), Copenhague, 1929, Expedition, 1921-1924, p. 81. Report of the Fifth Thule Éditions Gallimard, 2006, femme ou chamane, Paris,

Cité par Bernard SALADIN

Des questions d’ouverture au dialogue accompagnent chaque texte afin de vous inciter à la réflexion et à l’expression d’un point de vue.

7

Le bon cœur est une source d’immenses bienfaits. Nous pouvons tous les développer, mais cela dépend de notre motivation et de notre détermination. La meilleure de toutes les motivations est la Pensée de l’Éveil, c’est-à-dire un bon cœur empreint de sagesse, le désir et le courage de parvenir à l’état de bouddha afin d’y conduire tous les êtres.

 Que pense le Dalaï-Lama de l’importance que les gens lui accordent ?

Quoi qu’il en soit, il est nécessaire de prendre conscience de la souffrance des êtres. Nous ressentons facilement de la compassion devant la famine, la pauvreté, la maladie, l’exploitation et l’abattage des animaux quand nous en sommes les témoins. Mais nous éprouvons plutôt de la jalousie et de l’hostilité envers ceux qui connaissent les satisfactions des états supérieurs de l’existence, tout cela parce que nous méconnaissons la souffrance dont ils sont victimes.

Des rubriques de définitions de notions et de concepts accompagnent les textes pour en faciliter la compréhension.

Samsâra : Le cycle des renaissances.

Impermanence : Qui s’oppose

Dans le cycle des existences, rien n’échappe à la souffrance : elle s’ajoute aux souffrances existantes, elle naît du changement, elle est omniprésente. Aucun bonheur ne dure. Après avoir compris que notre condition personnelle est misérable, nous ouvrirons les yeux sur le sort de l’infinité des êtres et, dans un élan de compassion, chercherons les moyens de les délivrer de l’océan de la souffrance. Mais si nous-mêmes sommes enchaînés dans le samsâra, ce but est irréalisable. Nous devons donc nous détacher de cette vie et des vies futures en réfléchissant à l’impermanence, à l’imminence de la mort et aux tourments qui nous

à la permanence (ce qui dure).

Ce dernier a consacré et de l’est de l’Arctique canadien.

Un glossaire vous est aussi présenté à la fin de l’ouvrage, regroupant tous les mots définis et les concepts et notions vus en classe.

Pèlerinage à Lhassa

CHAPITRE 6 Les effets de l’expérience religieuse

172

207

Glossaire

ÉTHIQUE

Des rubriques « Saviez-vous que ? » vous permettent d’approfondir vos connaissances.

Il existe diverses manières d’aborder la justice sociale selon les époques et les nouveaux enjeux qui viennent remettre en question les principes sur lesquels elle puise ses fondements. Aujourd’hui, l’universalité du système de santé québécois fait l’objet de nombreux débats qui soulèvent de nombreuses questions éthiques. Le texte qui suit aborde une nouvelle disposition adoptée par le gouvernement québécois, disposition qui prive les immigrants et les immigrantes nouvellement arrivés de la gratuité des soins pour une période de trois mois. Par Jill Hanley

L’UNIVERSALITÉ DES SOINS DE SANTÉ : LES NOUVEAUX ARRIVANTS SONT PRIVÉS DE SOINS

ACCULTUR ATION

Processus par lequel un individu, un groupe social ou une société entre en contact avec une culture différente de la sienne et l’assimile en partie. ■

AMBIGÜ ■ Qui présente deux

dont l’interprétation est

AMBIVALE NCE

ASSIMILATION

ou plusieurs sens possibles , incertaine.

Caractère de ce qui se présente sous deux aspects cumulatif s, sans qu’il y ait nécessair ement opposition. Vise à fondre les personne s dans un groupe social ; les doter des caractères commun s à ce groupe.

«Marielle est venue travailler comme bonne d’enfants au Canada, sous un permis de travail temporaire émis dans le cadre du “Programme concernant les aides familiaux résidants”, une initiative à l’immigration. Après avoir travaillé pendant six semaines à son nouvel emploi, Marielle est tombée gravement malade. Peu de temps après, elle a reçu un diagnostic de cancer et a dû interrompre son travail. Bien qu’on lui ait dit qu’elle allait être couverte par le régime BIODIVER SITÉ ■ Terme dérivé de bio, qui signifie « vie d’assurance-maladie provincial, elle a découvert qu’elle était soumise à une ». Désigne la diversité des espèces vivantes et de période d’attente de trois mois avant de pouvoir bénéficier de tous les soins. ractère génétiqu leur cae. Malheureusement, sa santé s’est détériorée avant la fin de la période de carence et elle a dû payer des frais de soins hospitaliers, lesquels s’élevaient à des dizaines de milliers de dollars. Maintenant guérie de son cancer, Marielle a accumulé une dette qui l’empêche sérieusement de DÉVELOPP EMENT DURABLE ■ réaliser son rêve, celui de parrainer ses proches pour Selon la définition proposée en 1987 dans le Rapport Brundtland par la Commiss qu’ils puissent venir la rejoindre ici, au Canada. ion mondiale sur l’environn ement et le développement, il s’agit d’un développement qui répond aux besoins des générations du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs.

«Des soins de qualité accessibles à tous: tel est l’idéal vers lequel veut tendre notre système de santé [...] En 1968, les Communes approuvaient la mise en place d’un régime garantissant l’accessibilité pour tous les Canadiens à des soins de qualité, qu’ils soient riches ou pauvres. Cette initiative était évaluée, à l’époque, à 88 millions de dollars par année. En 2000-2001, les dépenses totales pour la santé au Canada étaient de 97,6$ milliards, soit une hausse de 7,2% par rapport aux dépenses de 91$ milliards en 1999-2000. Pour 2000-2001, les dépenses totales en matière de santé se chiffrent à 3,174$ par habitant.» «Les dépenses de santé sont soumises à une pression à la hausse de 3 à 4% par année, alors que le potentiel de croissance de l’économie et des revenus de l’État dépasse difficilement les 2,5 %. » «Les cinq grands principes sur lesquels est échafaudée la Loi canadienne sur la santé sont l’universalité, la gratuité, l’égalité, l’intégralité et la transférabilité. »

Structure du manuel de l’élève

Radio-Canada, « Le privé dans la santé : les patients seront-ils gagnants ? », [En ligne], 2008.

CHAPITRE 3

64

XII

EFFET

DE SERRE ■ Terme scientifiq ue qui désigne le réchauffement de l’atmosph ère terrestre. ENDÉMIQU

E ■ Celui qui sévit de façon permanente : des maladies endémiques, comme le choléra ; le chômage endémique. ETHOS DÉMOCRATIQUE ET DIALOGIQ

UE ■ Notion qui désigne la culture d’une société fondée sur une démocratie ouverte capable de dialogue entre ses membres .

HOLOCAUS

TE ■ Terme issu du grec holos,sign ifiant « tout » et de kaien, signifiant « brûler ». Extermination des Juifs par les nazis entre 1939 et 1945, dans les pays occupés par les troupes du Reich hitlérien.

INTÉGRATI ON

Cherche à donner les outils pour que les immigrants et immigran tes puissent prendre part à leur société d’accueil sans devoir se départir de leurs cultures particulières. ■


3739_Chapitre 1_M_PROD7_25fev09:25 fev 2009

06/03/09

14:53

Page 1

ÉTHIQUE


3739_Chapitre 1_M_PROD7_25fev09:25 fev 2009

06/03/09

14:53

Page 2

CHAPITRE

1

La tolérance « Il suffit d’un regard... qui au-delà des différences, perçoit les similitudes entre les humains que nous sommes... Il suffit d’un regard pour briser l’indifférence. » Andrée Ruffo


3739_Chapitre 1_M_PROD7_25fev09:25 fev 2009

06/03/09

14:53

Page 3

ÉTHIQUE


3739_Chapitre 1_M_PROD7_25fev09:25 fev 2009

06/03/09

14:53

Page 4

Dans ce chapitre... INTRODUCTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

5

L’INDIFFÉRENCE, LA TOLÉRANCE ET L’INTOLÉRANCE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

6

De l’intolérance ▲

Récit historique de l’intolérance des humains, par Hervé Fischer . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

6

Les dérives meurtrières du racisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 L’apartheid . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9 Le nazisme ou le racisme à son apogée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 La Shoah . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 Différences et indifférences ▲

Un poème, devenu le symbole du combat contre l’indifférence, par Bjarne Melkevik . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13

Loco Locass : « Nous ne tolérerons pas l’intolérance », par Stéphane Baillargeon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14

LA TOLÉRANCE AU QUÉBEC

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15

La réalité multiculturelle du Québec . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 Entre le confort et l’indifférence : l’identité québécoise, par Jocelyn Maclure . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16 Réflexions sur le Québec : une culture de la différence, par Normand Wener . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18 La culture et l’identité du Québec, par Guy Durand . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21 Le débat public sur les accommodements raisonnables, par Marc-André Dowd . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25 CONCLUSION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27

CHAPITRE 1

4


3739_Chapitre 1_M_PROD7_25fev09:25 fev 2009

06/03/09

14:53

Page 5

ÉTHIQUE

D

1

Introduction ans le présent chapitre, il sera question, dans la première partie, des effets de l’indifférence et de l’intolérance qui ont occasionné, au 20e siècle, des pratiques discriminatoires et meurtrières qui sont passées à l’histoire. Ces premières réflexions porteront à l’étude différents concepts, dont chacun illustre des expressions de l’intolérance et de l’indifférence. La deuxième partie aborde la notion de tolérance dans le cadre des sociétés contemporaines marquées par le pluralisme. Les textes soumis à l’étude soulèvent des défis qu’engendre la diversité multiculturelle pour la société québécoise.Trois chercheurs québécois expriment leur point de vue sur les aspects de la culture et de l’identité québécoise. Ils soumettent au dialogue des principes qui, selon eux, devraient guider nos réflexions. Par la suite, il sera question de clarifier le concept d’ « accommodement raisonnable » et de le distinguer d’un simple compromis. Au terme de ce chapitre, vous serez mieux outillés pour repérer des questions éthiques sur les effets de l’indifférence et de l’intolérance, lesquelles pourront vous permettre de structurer une réflexion personnelle sur les différentes façons d’envisager la tolérance.

Pluralisme : Système admettant l’existence d’opinions politiques et religieuses, de comportements culturels et sociaux différents, au sein d’un groupe organisé, la coexistence de ces courants. Le nouveau petit Robert de la langue française, 2008.

La tolérance

5


3739_Chapitre 1_M_PROD7_25fev09:25 fev 2009

06/03/09

14:53

Page 6

L’INDIFFÉRENCE, LA TOLÉRANCE ET L’INTOLÉRANCE L’indifférence, la tolérance et l’intolérance sont des thèmes largement traités dans la littérature philosophique et éthique, car ils renvoient à des comportements qui ont marqué l’histoire de l’humanité. Ils nous réfèrent à l’étude d’un certain nombre de notions et de concepts. Ils soulèvent des questions et des enjeux éthiques particuliers. Dans le texte suivant, Hervé Fischer amorce sa réflexion par la citation célèbre de Thomas Hobbes, philosophe anglais (1588-1678), « l’homme est un loup pour l’homme », citation utilisée pour illustrer les actes de violence que les hommes se sont infligés lors de multiples guerres et génocides qui ont eu cours au 20e siècle. L’auteur aspire, ainsi, à sensibiliser ses lecteurs et lectrices à l’importance de ne pas oublier l’histoire du 20e siècle, car, selon lui, « une société qui s’aveugle sur son passé sera bien incapable de veiller sur son avenir ». Aussi, attire-t-il l’attention sur les guerres civiles et les génocides qui, encore aujourd’hui, font de nombreuses victimes. Il parle également de la pauvreté, de la faim et de l’absence de soins médicaux qui, selon les estimations, tuent plus de 8 millions de personnes, chaque année. Il se demande alors, comment les pays riches occidentaux peuvent laisser mourir tous ces êtres humains dans l’indifférence ? Par Hervé Fischer

DE L’INTOLÉRANCE Récit historique de l’intolérance des humains

« Comment peut-on interpréter autrement les violences extrêmes que s’infligent les humains à eux-mêmes? L’homme est un loup pour l’homme, constatait déjà Thomas Hobbes (Le Léviathan, 1651) ; mais le XXe siècle demeurera dans la mémoire humaine comme un moment de paroxysme à cet égard. En 1914 commençait la Première Guerre mondiale, avec ses tueries épouvantables qui ont fait près de neuf millions de morts. Qu’ont pensé de l’humanité tous ceux qui ont été tués à coup de fusil ou gazés, et ceux qui les ont tués ou gazés ? Et comment oublier le génocide des Arméniens par les Turcs en 1915, ce million et plus d’hommes, de femmes et d’enfants disparus? Qu’ont-ils pensé de l’humanité au moment de mourir? Et qu’en pensaient les Turcs qui les exterminaient ? À peine vingt ans plus tard s’est abattue sur nous la Seconde Guerre mondiale. Mais entre-temps Staline avait laissé mourir volontairement quelque cinq à six millions de paysans lors de la terrible famine d’Ukraine en 1932-1933 qui constitua un véritable génocide. Nous ne pourrons jamais oublier l’horreur exacerbée de la trilogie fascisme, nazisme, stalinisme. Comment nous ont jugés ces six millions de victimes de la barbarie nazie à l’instant de mourir à Auschwitz, à Dachau, à Neuengamme, à Ravensbrück, à Sachsenhausen, à Bergen-Belsen, à Mauthausen, à Maïdanek, à Dora, [...] à Chelmno et dans des centaines d’autres camps de travail et d’extermination qu’on devrait tous nommer ici par devoir de mémoire ? Qui aurait pu prévoir que la Shoah serait possible ? Industriellement et chimiquement organisée ? [...] Et comment oser même imaginer ces CHAPITRE 1

6


3739_Chapitre 1_M_PROD7_25fev09:25 fev 2009

06/03/09

14:53

Page 7

ÉTHIQUE

1

victimes irradiées par les bombes nucléaires d’Hiroshima et de Nagasaki? Et les 600000 femmes, enfants, vieillards morts étouffés, brûlés dans les caves de Hambourg, de Dresde, de Hanovre, de toutes ces villes rasées pour la bonne cause en 1945 par les bombes au phosphore des alliés ? Il faut le rappeler aux gouvernements qui suppriment avec désinvolture l’enseignement de l’histoire dans les écoles publiques. Une société qui s’aveugle à ce point sur son passé sera bien incapable de veiller sur son avenir. [...] Comment admettre les massacres de populations indiennes1 par les conquistadors en Amérique du Sud, ou des Indiens Pequots2 par les puritains en Amérique du Nord? C’est de l’histoire passée? Alors que penser des tueries d’une cruauté indicible menées par Pol Pot et les Khmers rouges qui ont exterminé deux millions des leurs au Cambodge ? [...] Que dire des goulags de Staline, responsable de millions de morts, des exactions des polices politiques dans les dictatures communistes ? Comment oublier l’exode des boat people vietnamiens à partir de 1976 ? Comment juger les disparitions et les tortures menées systématiquement par les dictatures fascistes dans les années 1970 en Argentine, en Uruguay, au Paraguay, au Brésil, ou l’opération Condor orchestrée par la police politique de Pinochet et les États-unis au Chili? Avons-nous déjà oublié la terreur du régime Ceaucescu en Roumanie? [...] Oublis! Oublis! Tant d’oublis qui se succèdent comme des émissions de télévision. Comment les armées américaines et celle de l’OTAN (Organisation du traité de l’Atlantique Nord) ont-elles osé utiliser des bombes à uranium appauvri dans les guerres en Irak, en Serbie et au Kosovo, qui ont contaminé pour des centaines d’années des zones entières et tueront encore après coup par cancer, quand la guerre sera finie, des milliers de civils et même leurs propres soldats d’occupation ? [...] C’est par la perte de centaines de milliers ou de millions de vie innocentes que se soldent les guerres civiles “modernes” au Biafra, en Algérie, au Liban, en Irlande, en Éthiopie, au Timor oriental, au Sri Lanka, en Afghanistan, en Irak et dans d’innombrables pays d’Afrique, notamment au Congo-Brazzaville, en Angola, au Sierra Leone, au Liberia ou au Darfour, qui compte déjà 300 000 morts et deux millions et demi de personnes déplacées, ou au Congo-Kinshasa où quatre millions de personnes sont mortes directement ou indirectement à cause de la guerre civile depuis 1998 [...] Comment les pays riches occidentaux peuvent-ils dans l’indifférence laisser mourir chaque année de pauvreté, de malnutrition et d’absence de soins médicaux minimums huit millions de personnes dans les pays de la Corne de l’Afrique : le Kenya, l’Éthiopie, la Somalie, Djibouti, malgré les rappels constants de l’ONU (Organisation des Nations unies) et des organismes humanitaires ? Honte à l’humanité ! » ■

 Après la lecture de ce texte, que pensez-vous de l’humanité ? Êtes-vous d’accord avec l’auteur pour dire que nous devrions avoir honte de l’humanité ?

 Est-il juste d’affirmer que les sociétés occidentales sont indifférentes à la pauvreté, à la malnutrition et au manque de soins médicaux dans les pays de l’Afrique ? Justifiez votre point de vue.

Hervé FISCHER, Nous serons des dieux, Montréal, Éditions VLB, 2006, p. 80-83. 1. On parle aujourd’hui des populations « amérindiennes » ou des « Amérindiens ». 2. Idem.

La tolérance

7


3739_Chapitre 1_M_PROD7_25fev09:25 fev 2009

06/03/09

14:54

Page 8

LES DÉRIVES MEURTRIÈRES DU RACISME Les textes qui suivent abordent les effets possibles du racisme connus sous les noms d’« apartheid », de « nazisme » et de « Shoah ». Le racisme est un phénomène complexe qui s’exprime par le mépris, l’exclusion ou la violence qu’on peut retrouver dans les mots du quotidien, la littérature ou encore sous la forme de discours idéologique. En effet, le racisme commence par une mise en langage des caractéristiques raciales et culturelles qui marquent les différences entre les êtres humains. Il est d’abord l’expression de préjugés.

CHAPITRE 1

8


3739_Chapitre 1_M_PROD7_25fev09:25 fev 2009

06/03/09

14:54

Page 9

ÉTHIQUE

1 L’apartheid « L’apartheid est un mot afrikaans qui signifie “séparation”. C’est au nom de ce principe que s’est ordonné de 1948 à 1992 l’ordre social dans l’État sud-africain. [...] Toute la vie quotidienne était rigoureusement codifiée par un ensemble de lois extrêmement précises pour chaque communauté, allant jusqu’aux bancs publics assignés à tel groupe racial. Tout citoyen devait détenir une carte d’identité précisant sa “race”. “Une personne de race blanche est toute personne qui l’est d’appartenance, et est acceptée comme telle et bénéficie de la commune renommée de l’être”. Cette loi, aujourd’hui caduque, a été modifiée en 1967 au profit de l’ascendance qui déterminait, plus que l’apparence, l’appartenance aux différents groupes raciaux. Les mariages inter-raciaux étaient interdits et les relations sexuelles entre Blancs et autres races étaient punies d’une peine pouvant atteindre sept ans de prison. L’apartheid organisait la hiérarchie des droits pour chaque catégorie raciale. Le pouvoir politique appartenait à la minorité blanche. Les Asiatiques et les métis constituaient le milieu de l’échelle au bas de laquelle se trouvait la population noire. Celle-ci était parquée dans des zones d’habitation spécifique. Pour circuler en territoire blanc, les Noirs devaient présenter un laissez-passer. [...] Le système de l’apartheid, en contradiction totale avec les principes des Nations unies, a pu néanmoins jouir d’une grande complaisance des États occidentaux jusqu’aux sanglantes émeutes de Soweto en 1976. Leur écho international a enfin forcé l’Europe et les États-unis au boycott économique et à la cessation des livraisons d’armes. Soweto a marqué le début de mouvement irrésistible de désintégration de l’apartheid. Quatre millions de blancs ne pouvaient espérer dominer indéfiniment douze millions de Noirs, deux millions de métis et un demi-million d’Indiens. La disparition démocratique de l’apartheid permettra peutêtre à l’Afrique du Sud de faire l’économie d’une fuite des Blancs, car ceux-ci ne disposent pas de patrie de rechange. » « En février 1990, Nelson Mandela sort des prisons sud-africaines après plusieurs années de captivité. “Le plus célèbre prisonnier politique du monde” devient président de l’Afrique du Sud en mai 1994. » ■

« Nelson Mandela est un homme politique, chef de l’État sud-africain (19941999). Il est le symbole de la résistance anti-apartheid. Il est resté, malgré 28 ans de prison, le leader incontesté d’un mouvement nationaliste qui a su allier la lutte armée et les mouvements de masse sans dévier de son objectif qui était d’instituer une Afrique du Sud multiraciale. » Le Dictionnaire historique et géopolitique du 20e siècle, Paris, Éditions La Découverte, p. 349, 2003,.

Jacques TARNERO, Le racisme, Toulouse, Éditions Les Essentiels Milan, 2007, p. 31. La tolérance

9


3739_Chapitre 1_M_PROD7_25fev09:25 fev 2009

06/03/09

14:54

Page 10

Le nazisme ou le racisme à son apogée «C’est dans la conception du monde nazie que se trouve la logique qui mènera à l’extermination de millions d’êtres humains. La race, selon Adolf Hitler (1889-1945), est le principe central de l’organisation des sociétés. [...] La survie de la nation allemande dépend de la protection et de la pureté de son sang. Les peuples qui constituent la race aryenne ont besoin d’un espace vital au détriment des races inférieures. Les Juifs sont désignés comme le corps parasite. [...] L’universalisme, la démocratie, facteur de mélange et d’égalité, représentent le mal à abattre. [...] « Adolf Hitler (1889-1945) [fut] Chancelier puis Führer de l’Allemagne nazie (1933-1945). Il naît le 20 avril 1889 en Autriche, à la frontière allemande (il sera naturalisé allemand en 1932). [...] Il projette de réunir tous les Allemands et d’étendre leur espace vital. Il engage le réarmement du pays (1935), [...] envahit en 1938 l’Autriche et prépare les conditions d’un démembrement de la Tchécoslovaquie où vit une importante minorité allemande. [...] Après avoir poussé ses lignes à l’Ouest, l’Allemagne se retourne, en 1941, contre l’Union soviétique. [...] Prolongement des politiques criminelles menées contre les Juifs, les Tsiganes, les «malades mentaux» et les homosexuels, la «solution finale» a, entre-temps, été engagée. [...] Le 30 avril [1945] il se suicide . »

Adolf Hitler est nommé chancelier du IIIe Reich en janvier 1933. Dès le mois d’avril de la même année, des lois excluent les juifs des principales fonctions publiques et professions puis les privent de tout droit politique. En juillet, une loi sur “la descendance de personnes atteintes de maladies héréditaires” prévoit la stérilisation de certains malades. Elle précède celle sur la stérilisation des enfants métis, [...] nés de l’union de femmes allemandes avec des soldats noirs des troupes françaises d’occupation de la rive gauche Le Dictionnaire historique et géopolitique du 20e siècle, Paris, Éditions La Découverte, du Rhin et de la Ruhr. C’est à partir des mêmes Édition de poche, 2003, p. 335. principes “d’hygiène de la race” que sera décidé, dès 1939, un programme d’euthanasie visant à l’élimination des malades mentaux. En septembre 1935, les lois de Nuremberg codifient les conditions de citoyenneté : “Pour être citoyen du Reich, il faut être de sang allemand et de souche allemande”. La loi sur la “protection du sang et de l’honneur allemand” interdit et punit toute relation matrimoniale ou sexuelle entre Aryens et Juifs. [...] Arrivé au pouvoir par des voies légales, Hitler détruit aussitôt tout l’appareil démocratique pour “mettre au pas” par la terreur, la répression et la propagande. [...] Le système concentrationnaire se met en place. C’est son organisation méthodique qui donne au nazisme sa capacité industrielle de meurtre. » ■ Jacques TARNERO, Le racisme, Toulouse, Éditions Les Essentiels Milan, 2007, p. 32-33.

CHAPITRE 1

10


3739_Chapitre 1_M_PROD7_25fev09:25 fev 2009

06/03/09

14:54

Page 11

ÉTHIQUE

1

La Shoah « De février 1942 au printemps 1945, plus de cinq millions de Juifs et de Tsiganes sont victimes du génocide organisé par les nazis. Ceux-ci proclament le non-droit de ces peuples à l’existence sur la terre. [...] L’attentat contre von Rath, conseiller de l’ambassade d’Allemagne à Paris, sert de prétexte à la “Nuit de cristal” (9 novembre 1938), terrible pogrom dans toute l’Allemagne. La passivité des nations démocratiques, leur refus d’ouvrir leurs frontières à ceux qui veulent fuir, enferment les Juifs européens dans un immense piège. Dès le début de la guerre de septembre 1939, la politique de concentration, de déportation et d’extermination est enclenchée. Dans un premier temps, c’est l’élite polonaise qui est massacrée. [...] C’est par dizaines de milliers que les Juifs sont déportés [...] La politique de regroupement dans des ghettos précède le choix de l’anéantissement. Dans des conditions effroyables s’entassent des centaines de milliers de personnes. [...] La mortalité y est très élevée. En attaquant l’Union soviétique en juin 1941, Hitler va pouvoir conquérir “l’espace vital”. [...] Le choix de l’extermination est pris. Des commandos SS [...] sont chargés de l’assassinat des Juifs et des communistes des territoires conquis. Les premiers massacres au gaz ont lieu dès 1941. La même année, l’inauguration du premier camp d’extermination de Chelmno permet d’esquisser les méthodes de la “solution finale”. [...]

 Le terme apartheid signifie « séparation ». Expliquez ce qu’il signifiait concrètement pour les personnes vivant en Afrique du Sud entre 1948 et 1992 : pour les Blancs, pour les Noirs, et pour les autres groupes ethniques.

 Quelle conception du monde a conduit les nazis à exterminer des millions d’êtres humains ?

Pogrom : Émeute accompagnée de pillage et de meurtres, dirigée contre une communauté juive.

Camp d’extermination : « Parmi les camps nazis, six remplissent une fonction particulière. Munis d’installations de gazage, ce sont les camps de concentration que l’historien américain Raul Hilbert, dans La destruction des Juifs d’Europe (1985) appelle les “centres de mise à mort”. [...] De toute l’Europe y convergent des milliers de trains. De décembre 1941 à octobre 1944, près de trois millions de Juifs y sont assassinés. » Ibrahim WARDE, politicologue. Le Dictionnaire historique et géopolitique du 20e siècle, Paris, Éditions La Découverte, Édition de poche, 2003, p. 112.

 Pensez-vous qu’un régime comme l’apartheid puisse à nouveau voir le jour quelque part dans le monde ?  Est-ce que vous pensez qu’il existe un type d’humain particulier pour participer à un « génocide » ?  Est-ce qu’il y a des avantages à vivre dans un régime totalitaire ?

La tolérance

11


3739_Chapitre 1_M_PROD7_25fev09:25 fev 2009

Le tribunal international de Nuremberg : « C’est la première juridiction pénale internationale de l’histoire. Il a été créé par l’accord de Londres signé le 8 août 1945. Il fut saisi de 22 accusés. Le jugement rendu le 1er octobre 1946 prononce douze peines de mort, trois d’emprisonnement à vie, quatre d’emprisonnement à temps, deux acquittements et déclare “criminelles” certaines organisations dont la SS (Schutzstaffel) et la Gestapo. » Philippe GERVAIS-LAMBONY, Le Dictionnaire historique et géopolitique du 20e siècle, Paris, Éditions de la Découverte, 2003, p. 501.

CHAPITRE 1

12

06/03/09

14:54

Page 12

Le choix de l’assassinat par le gaz devient la règle. Dans les camps d’extermination de Belzec, Sobibòr, Treblinka puis à Auschwitz-Birkenau, plus de 4 millions de Juifs ou Tsiganes sont gazés et leurs corps brûlés dans des fours crématoires. À Birkenau, en août 1944, le rendement de mort est à son maximum : 24 000 Juifs hongrois sont exterminés en une journée ! Jusqu’en novembre 1944, où les Allemands savent qu’ils vont perdre la guerre, l’obsession de l’extermination anime les chefs nazis. Lorsque les armées alliées libèrent les camps, près des trois cinquièmes des Juifs d’Europe, plus de cinq millions, ont été assassinés. Une partie des hauts responsables nazis sont jugés par le Tribunal international de Nuremberg entre 1945 et 1946. La notion de crime contre l’humanité est introduite dans le droit. Elle désigne des crimes commis délibérément par un État contre des populations pour des motifs politiques, raciaux ou religieux. » ■ Jacques TARNERO, Le racisme, Toulouse, Éditions Les Essentiels Milan, 2007, p. 34-35.


3739_Chapitre 1_M_PROD7_25fev09:25 fev 2009

06/03/09

14:54

Page 13

ÉTHIQUE

1

L’auteur, Bjarne Melkevik, nous présente un poème de Martin Niemöller, un pasteur protestant allemand qui s’est opposé à l’idéologie des nazis, pour nous faire part de sa réflexion sur l’indifférence devant les actes d’injustice. Plus précisément, il amorce une réflexion sur le rôle, l’influence et l’effet des médias dans les sociétés de communication et sur l’importance d’acquérir un regard critique sur le sensationnalisme dans les médias. Il favorise ainsi une réflexion critique sur le sens de la notion de « société de spectacle », réflexion qu’il avance pour exprimer l’indifférence des auditeurs et auditrices. Par Bjarne Melkevik

DIFFÉRENCES ET INDIFFÉRENCES Un poème, devenu le symbole du combat contre l’indifférence

«[On pourra] affirmer que nous vivons aujourd’hui dans une société où nous nous retrouvons, souvent sans choix conscient ou apparent, dans le rôle de spectateur, d’observateur. Cela se confirme sur le plan scientifique, de même que sur le plan culturel, économique, politique.  Qu’entend Melkevik [Certains ont déclaré] que [les] sociétés glissent [...] vers “la société de spectacle”, vers l’égotisme d’un monde compris comme observation d’ “objets” [...] Le poème de Niemöller [...] nous dévoile toute l’ambiguïté de ce confort de spectateur “neutre” et “désintéressé”. Lorsque les nazis sont venus chercher les communistes Je n’ai rien dit Je n’étais pas communiste. Lorsqu’ils sont venus chercher les sociaux-démocrates Je n’ai rien dit Je n’étais pas social-démocrate. Lorsqu’ils sont venus chercher les syndicalistes Je n’ai rien dit Je n’étais pas syndicaliste. Lorsqu’ils sont venus chercher les catholiques Je n’ai rien dit Je n’étais pas catholique. Lorsqu’ils sont venus chercher les juifs Je n’ai rien dit Je n’étais pas juif. Puis ils sont venus me chercher Et il ne restait plus personne pour protester.

lorsqu’il parle de « l’ambiguïté de ce confort de spectateur »? Est-il possible d’être neutre?

 Selon vous, est-ce que nous vivons dans un monde qui ne dit rien ou dans un monde qui intervient ? Dans quel monde préféreriez-vous vivre ?

Martin Niemöller (1892-1984), pasteur et théologien allemand

Niemöller intervient d’une manière bien distincte en nous rappelant que, devant l’intolérance, toute logique de l’observation risque de s’engloutir dans la peur, dans la lâcheté, sinon dans l’aveuglement. » ■ Bjarne MELKEVIK, Tolérance et modernité juridique, Québec, Éditions PUL, 2006, p. 46. La tolérance

13


3739_Chapitre 1_M_PROD7_25fev09:25 fev 2009

06/03/09

14:54

Page 14

Par Stéphane Baillargeon

LOCO LOCASS :« NOUS NE TOLÉRERONS PAS L’INTOLÉRANCE » « Que tu sois Grec, Tchèque, Guatémaltèque, Métèque, le Québec t’accepte... Icitte y’a d’la place en masse pour rassembler toutes les races. »

 Loco Locass dénonce le fanatisme, le racisme et l’intolérance. Selon vous, par cette action, ce groupe rap peut-il contribuer à diminuer la violence et les préjugés ? Quelle est l’influence des artistes sur l’opinion publique ?

 La « société civile » est une notion qui désigne l’ensemble des membres d’une collectivité donnée. Croyez-vous qu’il revient, comme le souligne un membre du groupe, à la « société civile » de veiller au maintien de la paix, de la sécurité et à l’ouverture du dialogue au sein du territoire québécois ? Si oui, expliquez quels sont les moyens qu’elle peut utiliser. Sinon, justifiez votre position.

« Le groupe de rappeurs a rameuté une trentaine d’artistes de toutes disciplines et un ou deux activistes hier après-midi, au Théâtre d’Aujourd’hui, à Montréal, pour livrer un message d’indignation après l’incendie d’origine criminelle qui a dévasté [une] bibliothèque [dans une] école primaire juive [...] L’acte antisémite a suscité [...] une dénonciation aussi ferme qu’immédiate de la communauté juive comme de tous les paliers politiques.

L’incendie aurait été allumé pour dénoncer les récentes attaques contre les Palestiniens et venger l’assassinat du chef spirituel du Hamas, Cheikh Ahmed Yassine, selon les informations diffusées hier par des médias, mais non confirmées par la police. La note laissée à l’école aurait été écrite en français. “Nous ne parlerons pas du contenu de la note avant la fin de l’enquête, a déclaré au Devoir le commandant Pierre Cadieux, du SPVM. Je peux cependant confirmer que le groupe sous enquête n’est pas connu de nos services.” La surveillance policière a été accrue près des lieux de culte et d’enseignement de la communauté juive de la métropole. La manifestation de la société civile artistique a attiré [plusieurs artistes]. “Notre initiative est née de notre dégoût [...] Loco Locass soupait chez nous hier soir quand on a entendu l’information sur l’incendie. Tout de suite, nous nous sommes indignés. On a décidé de marquer le coup. Nous serons toujours contre la violence sous toutes ces formes. Nous ne tolérerons pas l’intolérance. Il y a des limites. Nous ne voulons même pas comparer la situation avec Toronto, dire que Montréal a échappé jusqu’ici à la vague d’actes violents : un seul acte de ce type, c’est déjà un de trop.” Batlam, du groupe Loco Locass, a ajouté que le dixième anniversaire du génocide rwandais démontrait l’urgence de condamner tout geste haineux commis contre des groupes ethniques ou religieux. “Nous rappelons aux perfides agresseurs que la société civile veille sur tous ses membres, a ajouté Biz. D’où qu’ils surgissent au Québec, le fanatisme, le racisme et l’intolérance nous trouveront en travers de leur route.” Le président de la commission politique de l’Union des forces progressistes, Amir Khadir [...] a ajouté que ceux qui prétendent vouloir faire avancer la cause palestinienne de cette façon “criminelle et impardonnable” ne font que nuire davantage à cette cause. Tout en condamnant les “extrémistes de ce monde, qu’ils s’appellent Sharon ou Ben Laden”, il a souhaité que “la communauté juive et la communauté musulmane dialoguent et jettent des ponts l’une vers l’autre.” » ■ Stéphane BAILLARGEON, « Nous ne tolérerons pas l’intolérance », Le Devoir, 7 avril 2004.

CHAPITRE 1

14


3739_Chapitre 1_M_PROD7_25fev09:25 fev 2009

06/03/09

14:54

Page 15

ÉTHIQUE

1

LA TOLÉRANCE AU QUÉBEC Le pluralisme pose aux sociétés occidentales de nombreux défis. L’un de ceux-là est de parvenir à établir des valeurs communes qui favoriseront la vie en collectivité. La présente partie amorce une réflexion sur les questions éthiques que soulève le pluralisme. Ces questions nous conduisent à définir quelques notions et concepts tels que : l’intégration, l’assimilation, l’identité et la culture québécoise, la discrimination et les accommodements raisonnables. Minorités visibles, non-incluses ailleurs Philippin

Coréen Japonais

LA RÉALITÉ MULTICULTURELLE DU QUÉBEC

Communauté noire Asiatique du Sud-Est

Recensement canadien 2001

Chinois

Répartition des minorités visibles dans l’ensemble du Québec

Arabe/ Asiatique occidental

Population totale province de Québec: 7125580 habitants Population totale des minorités visibles: 7%

Sud-Asiatique Latino-Américain

LA RÉALITÉ MULTICULTURELLE DU QUÉBEC

Minorités visibles multiples

Recensement canadien 2001

Population des minorités visibles, par régions métropolitaines QUÉBEC

MONTRÉAL

SAGUENAY

SHERBROOKE

TROIS-RIVIÈRES

POPULATION TOTALE

673 105

3 380 645

153 020

150 385

134 645

Communauté noire Sud-Asiatique Chinois Coréen Japonais Asiatique du Sud-Est Philippin Arabe/ Asiatique occidental Latino-Américain

3640 340 1275 140 145 1650 60

139305 57935 52110 3760 2295 39570 17890

325 40 290 25 10 50 0

1040 225 245 50 50 315 90

515 50 90 0 15 235 10

1515

79410

10

695

130

2005

53155

220

1050

175

Total de la population des minorités visibles: 497980

 Le portrait de la réalité multiculturelle illustrée dans le tableau ci-contre est-il fidèle à la réalité que vous vivez dans votre région ? Les différents groupes ethniques qui y figurent sont-ils représentés dans la population parmi laquelle vous vivez ?

 Quel visage prend le pluralisme à votre école ? Est-ce que le pluralisme que vous y vivez entraîne des difficultés particulières?

La tolérance

15


3739_Chapitre 1_M_PROD7_25fev09:25 fev 2009

06/03/09

14:54

Page 16

Jocelyn Maclure reconnaît la culture plurielle de la nation québécoise qu’il présente comme une ressource pour la société. Dans ce texte, il distingue la politique d’intégration de la politique d’assimilation des immigrants et immigrantes. Il explique pourquoi, selon lui, il importe de déployer nos efforts à solidifier ce qu’il appelle « un ethos démocratique et dialogique ». Par Jocelyn Maclure

ENTRE LE CONFORT ET L’INDIFFÉRENCE : L’IDENTITÉ QUÉBÉCOISE « À l’encontre de plusieurs critiques du national québécois, il me semble erroné de qualifier la société québécoise d’ethnique, de fermée, de xénophobe et de “ressentimenteuse”. Plusieurs études ont démontré le caractère ouvert, pluriel et libéral de la société québécoise. Bien qu’il existe une faction minoritaire du nationalisme québécois qui demande à l’immigrant de se délester de son identité mémorielle en acceptant la citoyenneté québécoise, les politiques officielles de l’État québécois visent l’intégration plutôt que l’assimilation. [...] [L’]intégration invite à la fois à la défense de valeurs convergentes (comme la défense et la promotion du français au Québec) et à la recomposition de la texture et des paramètres de l’identité. La différence, qu’elle soit sexuelle, culturelle, linguistique, de genre ou autre, commence à être vue comme une source à laquelle l’identité peut s’abreuver plutôt que comme un problème à résoudre. [...]

Intégration : Cherche à donner les outils pour que les immigrants et les immigrantes puissent prendre part à leur société d’accueil sans devoir se départir de leurs cultures particulières.

Assimilation : Fondre des personnes dans un groupe social ; les doter des caractères communs à ce groupe. Larousse, 2005.

CHAPITRE 1

16

La configuration du Québec contemporain appelle une reconceptualisation de la “nation” [...] qui n’exclut pas la pluralité des appartenances. Lorsqu’il est ainsi représenté, le Québec devient une nation respectueuse des nations minoritaires qui s’animent en son sein et qui contribuent à la recréation perpétuelle de sa spécificité en Amérique du Nord. [...] L’identité québécoise contempraine est composée d’éléments mémoriels et interculturels, ethniques et civiques, temporels et spatiaux, imaginaires et matériels, locaux et mondiaux et toute tentative d’homogénéisation ou de purification de ladite identité — dans un sens ou dans l’autre — heurte de plein fouet la possibilité pour le Québécois et la Québécoise de décliner son identité au pluriel. [...] Il ne s’agit pas pour le Québec d’établir une identité consensuelle et définitive qui pourrait et devrait être reconnue par le Canada, les Premières Nations et le reste du monde. [...] Plutôt que de s’attarder à l’élaboration d’une forme de reconnaissance ou d’un cadre


3739_Chapitre 1_M_PROD7_25fev09:25 fev 2009

06/03/09

14:54

Page 17

ÉTHIQUE

1

constitutionnel définitif, nos efforts auraient peut-être avantage à être consacrés à la solidification d’un ethos démocratique et dialogique capable d’infléchir la façon dont sont abordés et négociés les inévitables désaccords au sujet des représentations identitaires et des orientations publiques et politiques. [...] [L’]activité démocratique doit être de s’assurer que cette dernière est pratiquée avec le “minimum possible de domination”. [...] Cette attitude démocratique et dialogique n’est pas absente au Québec. Il reste maintenant à pratiquer, à thématiser et, ce faisant, à consolider davantage cette démocratie québécoise. » ■ Jocelyn MACLURE, Récits identitaires, Le Québec à l’épreuve du pluralisme, Montréal, Québec Amérique, 2000, p. 204-214.

L’auteur, Jocelyn Maclure, a fait ses études à l’Université Laval, à l’Université de Victoria et à l’Université de Southampton, en Angleterre. Il est professeur de philosophie à l’Université Laval.

Ethos démocratique et dialogique : Désigne la culture d’une société fondée sur une démocratie ouverte capable de dialogue entre ses membres.

 Après avoir lu ce texte, quelle différence pouvezvous repérer entre « intégration » et « assimilation » des immigrants et immigrantes ?

 En quoi, selon vous, le fait de rassembler au sein d’une même société des êtres aux opinions politiques et religieuses différentes ainsi que des comportements culturels et sociaux divers peut-il modifier, consolider, menacer ou enrichir l’identité de cette société ? Servez-vous de l’exemple de la société québécoise pour élaborer votre réponse.

La tolérance

17


3739_Chapitre 1_M_PROD7_25fev09:25 fev 2009

06/03/09

14:54

Page 18

Dans ce texte, Normand Wener nous révèle quelques aspects de l’histoire du Québec. Il définit ce qu’il entend par « culture » d’un peuple et par « acculturation ». Il questionne les modèles d’intégration que le Québec devrait privilégier et soumet à la discussion les aspects fondamentaux qui, selon lui, devraient être considérés par les immigrants et immigrantes de la société québécoise. Par Normand Wener

RÉFLEXIONS SUR LE QUÉBEC : UNE CULTURE DE LA DIFFÉRENCE « Le Québec est dans le monde autant que le monde est dans le Québec. Nous sommes donc partie prenante autant que nous subissons les contrecoups des quatre méga-révolutions Sociale, Technologique, Économique et Politique. C’est la “marche” à franchir à un rythme accéléré qui exige de nous toutes et tous d’être en équilibre de vélo, en mouvement perpétuel. Le Québec est donc présentement l’objet d’influences multiples, de diverses provenances. Mais nous sommes habitués à de tels chocs culturels. Nos ancêtres sont débarqués ici, sur cette terre, belle mais hostile, au XVIe siècle, chez les Amérindiens qui s’y étaient installés 8 000 ans avant Jésus-Christ. Trois caractéristiques fondamentales nous permettent de comprendre en bonne partie la structuration de notre histoire : un climat froid, [...] un très vaste territoire [...] et une population disséminée. [...] On pourrait presque dire qu’on n’a pas fait le pays, c’est le pays qui nous a fait. Nous étions ainsi destinés à mettre en place et à développer une “société réseautée” : bien sûr un réseau routier, ensuite un réseau scolaire et enfin un réseau de services de santé. Deux institutions servirent de moteur à ces développements, l’Église et l’État, deux institutions actuellement en perte de vitesse d’influence. Cette société en construction connut plusieurs vagues d’immigration :

CHAPITRE 1

18

des britanniques au XIXe siècle – des Juifs et des Italiens au début du XXe siècle [...]

après la Deuxième Guerre mondiale : des Grecs et des Italiens [...]

au cours des années ‘60: des Italiens, Grecs, Portugais, Haïtiens, Égyptiens et Marocains [...]

durant les années ‘70: des Haïtiens, Libanais, Asiatiques du sud-est, Portugais, Chiliens [...]

depuis les années ‘80 : des investisseurs Chinois, des Libanais, Haïtiens, Salvadoriens, Vietnamiens, gens du pays de l’Est. [...]


3739_Chapitre 1_M_PROD7_25fev09:25 fev 2009

06/03/09

14:54

Page 19

ÉTHIQUE

1

Quelle culture ?

Les réflexions qui suivent [sont issues] de nombreuses observations de la culture québécoise et de diverses analyses de cette culture, mais de quoi parlerons-nous ? La culture, c’est le panorama symbolique d’un groupe, d’un peuple. C’est un ensemble cohérent de manières de penser, de sentir et d’agir, intériorisées et partagées par un ensemble de personnes, qui orientent les conduites de ces personnes et sont en constante évolution. Dit autrement, c’est l’âme d’un peuple qui moule les personnalités individuelles par la socialisation et le contrôle social. La culture est d’abord “action” parce que vécue par des personnes. Les québécoises et les québécois sont en quelque sorte les moteurs culturels. Bien sûr, cette culture est exprimée par les artistes de diverses disciplines mais, elle est surtout vécue par nous toutes et tous, et c’est ce dernier volet qui m’intéresse particulièrement. [...] La culture trans-inter-multi-pluri-ethnique

[...] Rappelons d’abord que l’immigration comporte son lot de souffrance, de fatigue, d’exil, de deuil, de solitude et souvent d’humiliation. L’intégration à un nouveau pays n’est ni facile, ni rapide et peut se dérouler sur quelques générations. Il s’agit d’un processus d’acculturation c’est-à-dire d’un changement profond dans les modèles initiaux de compréhension et d’expression du réel, une ré-interprétation de la réalité ambiante. Ce n’est pas rien ! [...]

Acculturation : Processus par lequel un individu, un groupe social ou une société entre en contact avec une culture différente de la sienne et l’assimile en partie. Larousse, 2005.

Dans un tel contexte il est donc normal, dans la mesure du possible, que les nouveaux arrivants tentent d’abord de retrouver ici leur communauté ethnique, leurs premières solidarités. [...] C’est parfaitement légitime. Légitime aussi que les parents veuillent transmettre à leurs enfants les beautés de leur pays d’origine et, dans plusieurs cas, leur religion qui constitue un facteur identitaire très important. On assiste alors à l’émergence d’une culture de transition reposant sur l’expérience de la vie dans le pays d’origine, l’expérience d’émigration-immigration et l’expérience de vie au Québec. Surgissent alors des institutions de transition, parapubliques et communautaires, comme il en existe plusieurs ici. Ces institutions ont de plus en plus besoin de personnes-charnières, de passeurs culturels qui facilitent la transition. [...]

La tolérance

19


3739_Chapitre 1_M_PROD7_25fev09:25 fev 2009

06/03/09

14:54

Page 20

Cette intégration socioculturelle, lente et pénible pour tous, est encore plus difficile pour les adolescents puisqu’ils vivent en même temps une double transition: de la culture d’origine à la culture d’accueil et de l’adolescence à l’âge adulte. Reste [...] à préciser le modèle d’intégration à privilégier et les attitudes qui en découlent. [...] Rejetons d’abord l’assimilation pure et simple qui repose sur le postulat de la supériorité d’une culture et qui vise à capter l’identité de l’autre pour la détruire. On demande à l’autre d’intégrer les traits culturels de la culture dominante en abandonnant les caractéristiques de sa culture antérieure. L’intégration par assimilation prive la société d’accueil de la richesse des différences culturelles. Actuellement cette approche se nourrit à l’idéologie de la mondialisation à tout crin, ce rouleau compresseur des identités et des diversités culturelles : devenons tous pareils... américains ! Éloignons-nous aussi du multiculturalisme, priorité au Canada mais rejeté par une seule province, le Québec. Ce modèle (“Gardes ta culture !”) divise les gens, crée des ghettos et rend le sentiment d’appartenance à un nouveau pays très difficile. [...]

 Quelle définition pouvez-vous donner à la notion de « culture » ?  Que pensez-vous du multiculturalisme ?  Êtes-vous d’accord avec l’auteur sur les valeurs incontournables que les immigrants et les immigrantes ne devraient pas remettre en question ? Justifiez votre point de vue.

Dénonçons enfin nos lois et procédures d’accueil souvent injustes et sur-bureaucratisées. Pointons notamment l’absence de reconnaissance de la formation universitaire ou professionnelle acquise dans le pays d’origine. Des personnes scolarisées se retrouvent ainsi trop souvent au chômage et contraintes à vivre dans les milieux les plus défavorisés, privant ainsi tout le monde de leur compétence.

Mais il faut aussi critiquer la propension de certains à renier des grands pans de notre culture pour se montrer plus accueillants, plus ouverts, par soi-disant grandeur d’âme. C’est un excès tout aussi déshumanisant. En effet, dans le cadre de l’accueil des nouveaux arrivants par les “déjà sur place” il existe me semble-t-il des incontournables fondamentaux que les nouveaux arrivants doivent accepter, ne pas remettre en question [...] : ■

la langue française [...]

le statut de la femme et celui de l’enfant et leur place dans la vie quotidienne ;

le respect des libertés individuelles notamment la liberté d’expression et de la démocratie [...]

la façon de régler les conflits par le recours aux tribunaux plutôt [que par] la force.

[...] Notre processus d’intégration doit : ■

reconnaître la spécificité de chacun, ses savoirs alternatifs, et légitimer ses démarches d’intégration même si elles sont parfois longues ;

parvenir à un engagement mutuel dans une sorte de contrat moral afin de développer une culture vraiment commune dans un contexte ouvert. » ■ Normand WENER, Réflexions sur le Québec : une culture de différences, Conférence à l’UTA de Sherbrooke, le 2 avril 2004.

CHAPITRE 1

20


3739_Chapitre 1_M_PROD7_25fev09:25 fev 2009

06/03/09

14:54

Page 21

ÉTHIQUE

1

Selon Guy Durand, le Québec possède une culture et une identité particulières en Amérique du Nord, qu’il juge légitime de protéger et de promouvoir. Selon lui, « Il n’y a pas de pays sans enracinement historique et sans conscience civique commune ». « Qui sommes-nous ? Que voulons-nous devenir ? À quelle société demandons-nous aux immigrants de s’intégrer ? ». Telles sont les questions qui orientent sa réflexion à propos des aspects fondamentaux de la culture québécoise et de l’identité du Québec. L’auteur propose des repères qui, selon lui, sont nécessaires pour promouvoir une culture partagée par tous les résidents et résidentes du Québec. Il suggère, également, deux pistes pour orienter les réflexions sur ce qu’implique la réalisation d’une culture commune et identitaire. Aussi, il soumet quelques orientations précises au dialogue. Par Guy Durand

LA CULTURE ET L’IDENTITÉ DU QUÉBEC « [...] [Le] Québec possède une culture et une identité particulières, uniques en Amérique du Nord, héritées de son histoire et portées par la grande majorité de ses citoyens, qu’il juge légitime de protéger et de promouvoir. Le Québec est fier de sa diversité : autochtones, francophones, anglophones, immigrants de deuxième, troisième génération et plus. Il est heureux d’accueillir de nouveaux arrivants qui contribuent à son essor. Mais il veut conserver et promouvoir sa culture et son identité, quitte à remettre sérieusement en cause la pratique actuelle des accommodements raisonnables. [...] Il n’y a pas de pays sans enracinement historique et sans conscience civique commune. Qui sommes-nous ? Que voulons-nous devenir ? À quelle société demandons-nous aux immigrants de s’intégrer ? Cette section essaie de le décrire en n’oubliant pas que l’histoire, la culture et l’identité du Québec sont marquées, non seulement par la langue, mais aussi par la tradition et la culture chrétienne. La première idée qui vient à l’esprit quand on s’interroge sur l’identité du Québec, est la langue : langue d’éducation, de travail et d’affichage. Mais cela est insuffisant. La langue en effet est plus qu’un moyen de communication, elle est un facteur de structuration de la pensée, d’échange interpersonnel, de créativité, de culture partagée et donc d’identité personnelle et sociale. [...] Au sens social — par opposition à la culture personnelle [...] — la culture est cet ensemble de valeurs, de normes, de symboles, d’institutions et d’artéfacts qui caractérisent un groupe ou un peuple.

La tolérance

21


3739_Chapitre 1_M_PROD7_25fev09:25 fev 2009

06/03/09

14:55

Page 22

Elle comprend donc de multiples aspects qu’il est opportun [...] de détailler : ■

la langue : éducation, travail, affichage, etc. ;

les institutions : démocratie, mariage, école, tribunal, etc. ;

les valeurs : liberté, égalité citoyenne, justice sociale, égalité homme-femme, etc. ;

le paysage architectural : configuration des villes et villages, structure des édifices, symboles ;

l’ensemble artistique : sculpture, peinture, musique, danse, littérature, etc. ;

la toponymie : noms de villes, rues, lacs, cours d’eau, etc. ;

les rythmes du temps : années, semaines, fêtes, anniversaires, etc.

Pour qu’une culture soit partagée, pour qu’elle devienne culture commune et identitaire, deux exigences s’imposent : 1 de la part de chaque citoyen : une certaine connaissance de l’histoire et des traditions du

pays ; une familiarité avec la littérature, les arts en général ; l’appréciation des héros et des leaders anciens et contemporains (artistes, politiciens, gens d’affaire) ; une estime de ses institutions fondamentales ; 2 de la part des communautés et des gouvernants : le respect, la protection et la promotion

des divers éléments énumérés. Bref, il faut une compréhension et un projet de société communs, en sorte qu’il y ait un imaginaire partagé qui permette de rassembler et de fêter ensemble avec des mots, des rites et des symboles capables de l’exprimer. La culture chrétienne

Au Québec, cette culture et cette identité ont été forgées et restent largement marquées par la tradition chrétienne (judéo-gréco-chrétienne), comme dans tout l’Occident d’ailleurs. [...] Les valeurs chrétiennes (ou les valeurs développées par le christianisme) sont devenues les valeurs communes dont on a oublié l’origine. Malgré certaines apparences même la Révolution tranquille a été préparée et façonnée en grande partie par des chrétiens. C’est dire que tous les aspects de la culture portent la marque du christianisme : institutions, valeurs, architectures, arts, toponymie, rythme du temps. CHAPITRE 1

22


3739_Chapitre 1_M_PROD7_25fev09:25 fev 2009

06/03/09

14:55

Page 23

ÉTHIQUE

1

Refuser l’héritage culturel chrétien, refuser ses symboles et ses manifestations, c’est rejeter l’histoire qui a fait ce pays. C’est aussi refuser le présent en niant les droits de la grande majorité des citoyens qui se disent encore chrétiens. Refuser l’héritage, enfin, c’est hypothéquer l’avenir. Il n’y a pas d’avenir sans passé. Toute communauté a besoin d’assises et de symboles communs pour durer. [...] Quand on parle de la richesse du pluralisme, soyons réalistes. Comment les gens peuvent-ils s’intégrer à nous si nous taisons et cachons notre identité? On parle de respecter les immigrants; ne faut-il pas d’abord nous respecter nous-mêmes, ne faut-il pas aussi que les immigrants nous respectent, acceptent notre patrimoine et notre culture ? Les droits de la personne sont d’abord des droits d’ordre philosophique ou éthique avant d’être une notion juridique. [Quelques repères soumis à la discussion :]

Comment toutes ces notions peuvent-elles se traduire dans la réalité du Québec ? Quel équilibre proposer ? Deux pistes sont à explorer : établir des repères ou un cadre de vie commun, dégager les implications institutionnelles nécessaires à leur réalisation. Pour survivre, la culture et l’identité québécoises nécessitent d’être traduites dans des repères concrets, des orientations précises. Chacune est discutable, l’ensemble est indispensable. Voyons-en quelques-unes. 1 Officiers civils. La première règle consiste à interdire les vêtements et signes religieux

ostensibles pour les titulaires de postes publics : représentants de l’État (ministre, député, maire, conseiller municipal), titulaires de fonctions officielles (officier de justice, enseignant) et police, gendarmerie, armée. Question de marquer clairement et visiblement le caractère laïc de l’État. [...]

Laïc : « On définit généralement la laïcité par deux éléments : la séparation de l’Église et de l’État, et la neutralité de l’État à l’égard des religions. » Guy DURAND, Mémoire à la Commission Bouchard-Taylor, Identité québécoise et accommodements raisonnables, septembre 2007, 15 p. Inspiré de : Le Québec et la laïcité. Avancées et dérives, Édition Varia, 2004, p. 120. Et de: Six études d’éthique et de philosophie du droit, Montréal, Liber, 2006, 150 p.

2 Sécurité et identification des personnes. Assurer la sécurité des citoyens exige des mesures

concrètes. Quelques exemples : contrôle des [groupes religieux] qui acceptent la violence faite aux enfants ; interdiction du port du kirpan, non seulement dans les avions et les tribunaux, mais dans les lieux publics (parcs, rues) comme dans les institutions publiques. (Au-delà du symbole religieux, le kirpan reste une arme ; son symbolisme est d’ailleurs de défendre sa foi, y compris par les armes) ; interdiction de vêtements encombrants dans les laboratoires (hijab, burka, niquab, cornette), obligation de vêtements sécuritaires sur les chantiers (casque protecteur).

La tolérance

23


3739_Chapitre 1_M_PROD7_25fev09:25 fev 2009

06/03/09

14:55

Page 24

À cela s’ajoute l’interdiction de vêtements qui empêchent l’identification du porteur (burka, niquab, cagoule) sur la place publique et, à plus forte raison, lors de geste officiel comme le serment ou le vote. [...] 3 Intégrité physique. Déjà le code criminel protège l’intégrité physique, il y a lieu de le rappeler.

Exemples : interdiction de la violence faite aux enfants et aux femmes, rejet des mutilations sexuelles de toutes sortes. [...] 4 Égalité homme/femme. Promouvoir l’égalité homme/femme et un de ses corollaires

la mixité est un acquis incontournable de la civilisation occidentale. Quelques applications: refus des tribunaux islamiques, notamment en matière matrimoniale (polygamie, répudiation de la femme, héritage discriminatoire) ; droit de se marier librement ; valeur du témoignage de la femme. [...] Le voile islamique intégral met en cause l’égalité des sexes (il est impossible en Occident de ne pas y voir un symbole de subordination de la femme) et nuit à l’authenticité de la communication (pour être harmonieuses et empreintes de confiance, les relations interpersonnelles, ici, doivent se faire dans la transparence, à visage découvert). [...] 5 Règles institutionnelles et uniformes. L’intérêt et l’importance des institutions pour la

Guy Durand est professeur émérite de l’Université de Montréal. Il est théologien et juriste, spécialisé en éthique et directeur-fondateur du Diplôme d’Études supérieures spécialisées en bioéthique. Il est membre de plusieurs comités, dont le Séminaire international d'Éthique clinique. Depuis sa retraite, il s’intéresse surtout à l'éthique sociale et politique. Conférencier et écrivain, il a publié plus de quinze ouvrages en théologie et en éthique.

vie collective exigent le respect des règles institutionnelles, y compris celles qui ont trait au symbolisme de l’appartenance. Un exemple patent : le port d’un uniforme lorsque celui-ci est requis. [...] 6 Calendrier. Respecter les rythmes du temps : calendrier grégorien, cycle hebdomadaire

et fêtes chrétiennes [...] : Noël, Premier de l’An, Pâques. [...] 7 Image extérieure. [...] Protéger et promouvoir l’image toponymique et architecturale

du Québec. [...] On doit conserver certaines manifestations et symboles chrétiens qui ne s’opposent pas directement à la liberté de conscience et de religion. [...] » ■ Guy DURAND, Mémoire à la Commission Bouchard-Taylor, Identité québécoise et accommodements raisonnables, septembre 2007, 15 p. Inspiré de : Le Québec et la laïcité. Avancées et dérives, Édition Varia, 2004, p. 120. Et de: Six études d’éthique et de philosophie du droit, Montréal, Liber, 2006, 150 p.

 Est-il vrai, selon vous, que tous les aspects de la culture québécoise portent la marque du christianisme ?  L’auteur affirme que « toute communauté a besoin d’assises et de symboles communs pour durer ». Selon vous, ces assises et symboles doivent-ils nécessairement provenir de « l’héritage chrétien ? »

 L’auteur affirme la nécessité de se doter de repères concrets pour permettre à la culture et à la nation québécoises de survivre. Aussi, il propose des règles sur des sujets controversés. Êtes-vous d’accord ou non avec sa prise de position ?

CHAPITRE 1

24


3739_Chapitre 1_M_PROD7_25fev09:25 fev 2009

06/03/09

14:55

Page 25

ÉTHIQUE

1

Par Marc-André Dowd

LE DÉBAT PUBLIC SUR LES ACCOMMODEMENTS RAISONNABLES « Plusieurs évènements récents ont suscité de multiples réactions au sein de la population et fait ressortir la nécessité de clarifier le concept d’ “accommodement raisonnable”, pour éviter certaines confusions. La Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse utilise la notion d’accommodement raisonnable dans un sens bien précis : Obligation juridique découlant du droit à l’égalité, applicable dans une situation de discrimination, et consistant à aménager une norme ou une pratique de portée universelle, en accordant un traitement différentiel à une personne qui, autrement, serait pénalisée par l’application d’une telle norme. Il n’y a pas d’accommodement en cas de contrainte excessive. Discrimination

Ainsi, l’obligation d’accommodement raisonnable n’est applicable que dans les cas de discrimination, c’est-à-dire dans les situations où une personne, en raison d’une caractéristique qui lui est propre et qui constitue un motif reconnu par la Charte des droits et libertés de la personne (un handicap, une conviction religieuse, le fait d’être enceinte, etc.), ne peut exercer un droit qui lui est reconnu si on applique la règle générale sans tenir compte de la situation particulière de la personne. [Par exemple,] en règle générale, l’électeur se rend seul dans l’isoloir pour voter. Dans le cas d’une personne aveugle, la loi elle-même reconnaît la nécessité d’assouplir cette règle et de permettre à cette personne de se faire assister. On adapte alors la règle générale pour tenir compte du handicap de la personne et lui permettre d’exercer son droit de vote. [...] La même logique doit s’appliquer en ce qui concerne les convictions religieuses sincères [d’une] personne. [Si pour des motifs religieux, cette personne ne peut] pas travailler le samedi, son employeur doit tenter, sans contrainte excessive, d’aménager son horaire de travail en conséquence. [...] Des balises à rappeler

La délicate question des limites à l’obligation d’accommodement raisonnable en matière religieuse demeure. [Cependant,] à partir de quel moment une demande d’accommodement devient-elle déraisonnable ?

La tolérance

25


3739_Chapitre 1_M_PROD7_25fev09:25 fev 2009

06/03/09

14:55

Page 26

D’une manière générale, les tribunaux reconnaissent comme facteurs pertinents pour évaluer la contrainte excessive dans un cas d’accommodement raisonnable, les coûts liés à l’accommodement ainsi que les répercussions de l’accommodement sur les droits d’autrui ou sur le bon fonctionnement d’une institution. [...] Au Québec, la liberté de religion est fondamentale, c’est indéniable. Le principe de l’égalité entre les hommes et les femmes l’est tout autant. [...] De la même façon, le respect du droit à l’égalité d’autres groupes victimes de discrimination doit être assuré. » ■ Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse, « Accommodements raisonnables : éviter les dérapages », [En ligne], 2008.

 Expliquez, dans vos mots, ce qu’est un accommodement raisonnable.  Selon vous, quelle différence y a-t-il entre un accommodement raisonnable et un simple compromis ?  Selon vous, laquelle des situations suivantes pourrait faire l’objet d’un accommodement raisonnable et, dans ce cas, quelles mesures seraient raisonnables ? – Les parents d’un enfant de quatre ans dont la religion interdit de manger du porc exigent de la garderie de préparer des repas adaptés pour leur enfant. – Une personne en chaise roulante exige de son employeur l’installation de matériel adapté. – Une jeune catholique, caissière dans un supermarché, est très pieuse et demande à son employeur de ne pas travailler le dimanche alors que tous les autres employés doivent travailler un dimanche sur deux. – Un couple se présente à l’urgence d’un hôpital et l’homme exige que son épouse soit examinée par une femme médecin, sinon il refuse qu’elle soit soignée et menace de poursuivre l’hôpital.

CHAPITRE 1

26


3739_Chapitre 1_M_PROD7_25fev09:25 fev 2009

06/03/09

14:55

Page 27

ÉTHIQUE

L’

1

Conclusion histoire du racisme et le récit de toutes les guerres qui ont eu cours au siècle dernier auront permis de définir et d’illustrer un certain nombre de notions, dont chacune exprime des expressions de l’intolérance. Ces réflexions nous ont conduits à repérer les enjeux éthiques liés à l’indifférence et à l’intolérance. À la suite de ces réflexions préliminaires, nous avons pu repérer les défis que soulève le pluralisme au sein de la société québécoise. Nous avons ainsi pu explorer différents points de vue sur les aspects fondamentaux de la culture et de l’identité québécoises et soumettre à la discussion des principes et des règles proposées par les auteurs pour favoriser l’édification d’une culture commune. Finalement, nous avons pu explorer quelques actions collectives et individuelles, dont chacune a contribué au dialogue et à la réflexion en commun.

La tolérance

27


3739_ECR2_CV:Layout 1

3/10/09

8:46 AM

Page 1

2e cycle du secondaire

2e année

Manuel de l’élève

2E CYCLE DU SECONDAIRE

2E ANNÉE

CARON

GARBER

ÉTHIQUE ET CULTURE RELIGIEUSE

Gina Caron

Pascale Garber

Avec la collaboration de Marie-France Beaulieu

Le manuel de l’élève Tête-à-tête est un outil de référence

Il regroupe de nombreux textes présentant la pensée de plusieurs auteurs sur les thèmes majeurs qui mobilisent notre société.

ÉTHIQUE ET CULTURE RELIGIEUSE 2e cycle du secondaire 2e année Manuel de l’élève

complet pour le programme Éthique et culture religieuse.

CODE PRODUIT 3739 ISBN 978-2-7655-0241-8 Éditions Grand Duc 6

20728 37390

5

Groupe Éducalivres inc. 955, rue Bergar, Laval (Québec) H7L 4Z6 Téléphone : 514 334-8466 ■ Télécopie : 514 334-8387 InfoService : 1 800 567-3671

Éditions Grand Duc

Profile for Éditions Grand Duc

Tete a tete 4 manuel feuilleteur  

Tete a tete 4 manuel feuilleteur