__MAIN_TEXT__

Page 1


ÉTHIQUE ET CULTURE RELIGIEUSE

1er cycle du secondaire

Jean Grondin

Éditions Grand Duc Groupe Éducalivres inc. 955, rue Bergar, Laval (Québec) H7L 4Z6 Téléphone : 514 334-8466 ■ Télécopie : 514 334-8387 InfoService : 1 800 567-3671

1re et 2e années

Solange Lefebvre

Manuel de l’élève

Daniel Weinstock


REMERCIEMENTS Pour leur précieux travail de rédaction et de vérification scientifique, l’Éditeur témoigne toute sa gratitude à : Mme Gina Caron, anthropologue sociale, chercheure et conseillère en éthique appliquée ; M. Sébastien Brodeur-Girard, Ph. D. en histoire ; Mme Carmen Chouinard, titulaire d’une maîtrise en philosophie de l’Université Laval et étudiante en sciences des religions à l’Université de Montréal ; M. Sébastien Desaulniers-Turgeon, étudiant à la maîtrise au département d’anthropologie de l’Université de Montréal ; M. Jonathan Duquette, doctorant en sciences des religions, Faculté de théologie et de sciences des religions, Université de Montréal ; M. Jobin Eslahpazir Esfandabadi, doctorant à la Faculté de théologie et de sciences des religions, 3e année de thèse option sciences des religions ; Mme Jennifer Guyver, bachelière en art et étudiante à la maîtrise ; M. Alain Laplante, enseignant, École Henri Dunant ; M. Richard Lougheed, Ph. D., Université de Montréal et président de la Société d’histoire du protestantisme franco-québécois ; Mme Carole Mills, rédactrice et réviseure ; Mme Claudia Nadeau-Morissette, étudiante à la maîtrise en sciences des religions, Université Laval ; M. Shahram Nahidi, doctorant en sciences des religions, professeur à l’Université de Montréal et assistant à la recherche à la Chaire de recherche du Canada ; M. Steve Robitaille, doctorant en théologie systématique à la Faculté de théologie et de sciences des religions de l’Université de Montréal et chargé de cours à l’École de théologie évangélique de Montréal ;

Mme Véronique Truchot, Ph. D., experte-conseil en science de l’éducation ; M. Philippe Turenne, doctorant et chargé de cours, Faculté des études religieuses, Université McGill. Pour ses conseils précis sur la présentation de la matière en lien direct avec le programme, l’Éditeur tient à remercier : M. Denis Watters, Ph. D., Consultant. Pour leurs judicieux commentaires, remarques et suggestions à l’une ou l’autre des étapes du projet, l’Éditeur tient à remercier les personnes suivantes : M. Claude Benoit, Polyvalente Deux-Montagnes, Commission scolaire de la Seigneurie-des-Mille-Îles ; M. Daniel Coulombe, Mont Notre-Dame, Sherbrooke ; M. Bruno Duchesne, Externat Sacré-Cœur, Rosemère ; Mme Candide Gagnon, École polyvalente de l’Ancienne-Lorette, Commission scolaire des Découvreurs ; Mme Sara-Madeleine Hotte, École polyvalente de l’Ancienne-Lorette, Commission scolaire des Découvreurs ; M. Richard Têtu, École secondaire de Rochebelle, Commission scolaire des Découvreurs ; M. Alain Vandelac, École secondaire Louis-Riel, Commission scolaire de Montréal. Pour son travail de recherche icônographiques, l’Éditeur tient à remercier : M. Philippe Lamothe, étudiant au baccalauréat multidisciplinaires en sciences religieuses, Université de Trois-Rivières et Grand Séminaire de Montréal.

ÉTHIQUE ET CULTURE RELIGIEUSE, 1er cycle du secondaire Compte tenu des nuances possibles quant à la translittération des termes religieux, il faut noter qu’il existe d’autres façons d’écrire certains termes propres à chaque tradition religieuse. © 2009, Éditions Grand Duc, une division du Groupe Éducalivres inc. 955, rue Bergar, Laval (Québec) H7L 4Z6 Téléphone : 514 334-8466 • Télécopie : 514 334-8387 www.grandduc.com Tous droits réservés ILLUSTRATIONS : Serge Rousseau CARTES GÉOGRAPHIQUES : KOREM Nous reconnaissons l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Programme d’aide au développement de l’industrie de l’édition (PADIÉ) pour nos activités d’édition. Gouvernement du Québec – Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres – Gestion SODEC Il est illégal de reproduire cet ouvrage, en tout ou en partie, sous quelque forme ou par quelque procédé que ce soit, électronique, mécanique, photographique, sonore, magnétique ou autre, sans avoir obtenu, au préalable, l’autorisation écrite de l’Éditeur. Le respect de cette recommandation encouragera les auteurs et auteures à poursuivre leur œuvre. Code produit 3658 ISBN 978-2-7655-0188-6 Dépôt légal Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2009 Bibliothèque et Archives Canada, 2009

Imprimé au Canada 1 2 3 4 5 6 7 8 9 0 S 14 12 13 11 10 09


Table des matières

STRUCTURE DU MANUEL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .VIII CARTE DU MONDE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . XII

Partie 1 – Éthique

......................................................................................

1

LA LIBERTÉ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Parlons de liberté . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Parlons d’éthique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Jumelons donc l’éthique et la liberté… . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’éthique dans notre vie privée et publique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La confidentialité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’accès à l’information . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’intimité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le vedettariat . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le voyeurisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Quels motifs fondent nos choix ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les types de liberté . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les droits fondamentaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Des limites à la liberté . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les limites des libertés fondamentales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les limites de la liberté religieuse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les obligations fondamentales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La liberté sur le plan éthique et philosophique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Des réflexions sur ma liberté . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . En un clin d’œil . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La Charte des droits et libertés en résumé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Suggestions d’œuvres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

8 10 12 13 15 18 20 21 21 22 23 28 34 37 39 42 43 44 46 47 47 48

L’AUTONOMIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Parlons d’autonomie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’autonomie et la dépendance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les différentes façons de vivre l’autonomie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’autonomie physique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’autonomie morale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’interdépendance et la solidarité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’autonomie et la quête du bonheur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les conditions du bonheur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’autonomie et la quête de sens : le sens de la vie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’autonomie et la quête d’authenticité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’autonomie collective . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Un grand penseur de l’autonomie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Un modèle d’autonomie : Craig Kielburger . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . En un clin d’œil . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Suggestions d’œuvres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

50 52 52 53 54 56 60 64 65 71 74 75 78 80 81 82

CHAPITRE 1

CHAPITRE 2


CHAPITRE 3

L’ORDRE SOCIAL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Parlons d’ordre social . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Des groupes, des organisations et des institutions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les formes du pouvoir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La connaissance : le pouvoir du savoir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Des formes d’obéissance et de désobéissance à la loi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’évolution des lois . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La transformation des valeurs et des normes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’organisation familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La réorganisation familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’immigration . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les accommodements raisonnables . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La laïcité et l’égalité des sexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La loi du marché . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les guerres et la mondialisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La solidarité, base de l’ordre social . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le gouvernement mondial : une solution à la pauvreté ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le legs des générations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’ordre social et l’environnement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . En un clin d’œil . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Des réflexions sur l’ordre social dans les sociétés démocratiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Suggestions d’œuvres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Partie 2 – Culture religieuse CHAPITRE 4

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 137

LE JUDAÏSME . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Trois grandes religions monothéistes abrahamiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les récits et les règles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les récits, les règles et la compréhension du divin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les récits, les règles et la représentation du divin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La Torah et ses commandements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les livres du judaïsme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les représentations du divin interdites par le judaïsme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Des représentations symboliques du judaïsme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les pratiques et les rites . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le calendrier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les fêtes juives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les règles et les valeurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Un peuple de diaspora (dispersion) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

IV

TABLE DES MATIÈRES

84 86 86 93 96 98 100 105 106 110 111 114 115 116 120 122 127 128 130 135 135 136

156 158 158 159 159 160 161 164 166 169 171 171 173 174


Le judaïsme au Québec . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les premiers immigrants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les synagogues et les cimetières . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Garder ses traditions : l’importance de l’éducation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’ouverture sur le monde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Des pionniers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La langue yiddish . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Suggestions d’œuvres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

175 175 177 178 179 179 180 181

LE CHRISTIANISME . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

182 184 184 188 190 192 195 196 196 200 202

CHAPITRE 5

Une religion fondée sur le récit d’une vie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Des récits communs au judaïsme et au christianisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . En dehors des croyances et des adhésions religieuses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Jésus, la figure centrale du christianisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Récit de l’institution du rite de l’Eucharistie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le pain et le vin, le corps et le sang : symboles de la vie humaine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Analyse de plusieurs caractéristiques, sens, fonctions et règles de ce récit . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Récits de la mort de Jésus et représentation du divin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le Credo . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les sept sacrements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Bref rappel des récits et épisodes de la vie de Jésus au cœur de chaque fête et célébrés par une liturgie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le signe de la croix, symbole de la mort et de la trinité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Quelques règles et principes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les Églises protestantes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Des règles et des représentations du divin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’organisation du christianisme marque le patrimoine religieux du Québec . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’Église catholique romaine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les représentations du divin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le patrimoine religieux chrétien au Québec . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La présence catholique au Québec . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La présence protestante plus marquée au Québec . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La présence orthodoxe au Québec . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le folklore et le catholicisme au Canada français . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La chasse-galerie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’ouverture sur le monde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les œuvres sociales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Des modèles admirés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Suggestions d’œuvres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

TABLE DES MATIÈRES

V

203 204 205 206 206 207 209 212 216 216 222 223 224 224 226 226 227 228


CHAPITRE 6

L’ISLAM . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Le Coran et les hadiths . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le grand récit de l’islam et les êtres surnaturels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Des liens entre les récits, rites et règles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le récit de la création et la prière rituelle du vendredi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Des règles et une compréhension du divin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les cinq piliers de l’islam . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Des extraits du Coran qui parlent de Dieu . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La calligraphie et les arts géométriques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’organisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La mosquée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les rites de passage et les règles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’islam au Québec . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’art islamique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’ouverture sur le monde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Suggestions d’œuvres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

230 232 233 236 236 239 240 243 244 245 246 246 248 249 250 252

LES SPIRITUALITÉS AUTOCHTONES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les spiritualités autochtones en Amérique du Nord . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les Amérindiens . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les récits . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les représentations du divin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les rites . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Analyse d’un rite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Du récit au rite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Rites, symboles et règles : des objets patrimoniaux très connus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’influence de la spiritualité panindienne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les règles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les symboles du divin et le patrimoine religieux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les communautés autochtones au Québec . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’ouverture sur le monde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . William Commanda . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Sheila Watt-Cloutier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Taima . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Samian . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Suggestions d’œuvres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

254 256 257 259 262 265 267 269 270 273 274 276 277 279 280 279 280 281 282

L’HINDOUISME . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les récits . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les pèlerinages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Des règles sociales et religieuses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

284 287 288 289

CHAPITRE 7

CHAPITRE 8

VI

TABLE DES MATIÈRES


La Bhagavad-Gita . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le système des castes : pilier de la culture indienne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Un important rite d’initiation : l’upanayana . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les représentations du divin, des héros et avatars . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le Dieu suprême . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’hindouisme au Québec . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’ouverture sur le monde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Gandhi : symbole de la non-violence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Suggestions d’œuvres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . CHAPITRE 9

LE BOUDDHISME

........................................................................... Récit fondateur : la vie du Bouddha . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les Bouddhas et les représentations du divin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le récit fondateur et les règles de vie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’enseignement du Bouddha . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le Noble Sentier Octuple et ses règles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les rites, symboles, fêtes et règles éthiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Influence sur la société et la culture . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le bouddhisme au Québec . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’ouverture sur le monde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le sens de l’intériorité, du silence et de la méditation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Compassion, non-violence et promotion de la paix entre les peuples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La promotion du leadership spirituel des femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les figures représentatives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Suggestions d’œuvres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

290 292 293 294 296 297 298 298 299 300 302 305 306 307 309 311 312 315 317 317 317 317 318 319

Partie 3 – La pratique du dialogue CHAPITRE 10

LES MÉTHODOLOGIES DU DIALOGUE

............................................ Dialoguer, ça s’organise ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Des formes du dialogue et des conditions favorables . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Des moyens pour élaborer un point de vue . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Des moyens pour interroger un point de vue . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les procédés susceptibles d’entraver le dialogue . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Pratiquer le dialogue : c’est tout un art ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . En un clin d’œil . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

320 323 326 332 334 336 339 340

GLOSSAIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 341 RÉFÉRENCES ICONOGRAPHIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 354

TABLE DES MATIÈRES

VII


Structure du manuel

Le manuel de l’élève Tête-à-tête, 1re et 2e années du secondaire, contient toutes les notions à voir au 1er cycle du secondaire. Il comprend trois parties : Éthique, Culture religieuse et Dialogue.

ÉTHIQUE, CULTURE RELIGIEUSE ET DIALOGUE Les parties Éthique et Culture religieuse débutent par une introduction et sont composées d’un ensemble de chapitres. Cette présentation t’informe sur les notions de base et le contenu des chapitres. La partie Dialogue, quant à elle, tient en un seul chapitre.

PARTIE 1 – ÉTHIQUE Trois chapitres composent la partie Éthique : La liberté, L’autonomie et L’ordre social. Chaque chapitre est introduit par deux pages de présentation.

PARTIE 2 – CULTURE RELIGIEUSE Six chapitres composent la partie Culture religieuse : Le judaïsme, Le christianisme, L’islam, Les spiritualités autochtones, L’hindouisme et Le bouddhisme. Au début de chaque chapitre, tu trouveras une carte de l’étendue de la religion dans le monde. N’hésite pas à t’y référer.


PARTIE 3 – DIALOGUE La dernière partie est formée du chapitre 10, Les méthodologies du dialogue, qui te présente les conditions essentielles du dialogue pour un meilleur vivre-ensemble. Tu y trouveras des définitions, des conseils pour mieux dialoguer et des textes de grands communicateurs de notre société. Tout au long de l’année, tu te serviras de ces apprentissages dans tes activités en classe.

SECTION « QUÉBEC » Tous les chapitres de culture religieuse ont une section « Québec ». Nous t’invitons à consulter ces parties pour apprendre comment les grandes religions ont influé sur le patrimoine québécois.

SECTION « FOLKLORE » Cette section apparaît dans le chapitre sur le christianisme. Elle dresse un portrait rapide du folklore au Canada français.

SECTION « L’OUVERTURE SUR LE MONDE » Tous les chapitres de culture religieuse comportent une section « L’ouverture sur le monde ». Pour chaque religion, tu découvriras son influence dans le monde, ses tendances actuelles et quelques personnalités célèbres qui y adhèrent.

STRUCTURE DU MANUEL

IX


« EN UN CLIN D’ŒIL »

SUGGESTIONS D’ŒUVRES

À la fin des chapitres d’éthique et du chapitre sur le dialogue, tu trouveras un ou plusieurs organigrammes. Chaque organigramme résume les notions importantes du chapitre.

À la fin de chaque chapitre d’éthique et de culture religieuse, tu trouveras des suggestions d’œuvres à visionner, à lire ou à écouter, pour mieux connaître la religion étudiée.

RUBRIQUES Savais-tu que… ? Ici et là, dans tous les chapitres, cette rubrique attire ton attention sur diverses connaissances susceptibles de piquer ta curiosité.

Parlons-en ! Puisque ton manuel se veut un outil de référence, il ne contient aucune activité complexe dirigée. Toutefois, il t’invite à plusieurs reprises à formuler ton point de vue et à le confronter avec celui des gens qui t’entourent au moment de ta lecture. Lorsque tu prends connaissance d’un mode de vie propre à une religion ou des règles de notre société, ton manuel t’invite à voir les deux côtés de la médaille et à poser des questions de nature éthique.

X

STRUCTURE DU MANUEL


Rappelle-toi Cette rubrique prend place à plusieurs endroits dans chaque chapitre de culture religieuse. Grâce à elle, tu feras le lien entre la matière étudiée à l’école primaire et les connaissances à acquérir au 1er cycle du secondaire, présentées dans ton manuel.

OUTILS DIVERS Carte du monde

Glossaire

Au début de ton manuel, à la page XII, tu trouveras également une carte du monde à laquelle tu pourras te référer au besoin.

À la fin de ton manuel, un glossaire réunit les mots importants de chacun des chapitres. Tu pourras le consulter pour te remémorer leur signification.

STRUCTURE DU MANUEL

XI


Carte du monde

CARTE DU MONDE


3658_chap1_001-027_EP2.qx:3658 TAP-01_Chapitre 1 (001-027)(F)

02/09/09

13:31

Éthique

Page 1


3658_chap1_001-027_EP2.qx:3658 TAP-01_Chapitre 1 (001-027)(F)

02/09/09

13:32

Page 2

Introduction La société québécoise d’aujourd’hui diffère considérablement de celle où ont grandi vos grands-parents et vos parents. Toute société, en effet, est un peu comme un être vivant qui évolue et se transforme. Car une société, c’est d’abord un ensemble d’individus qui se transforment, individuellement ou collectivement, au contact des nouvelles réalités de divers ordres qui se présentent à eux. Les générations qui nous ont précédés ont mené diverses luttes sociales et politiques pour façonner le visage actuel de la société québécoise. Elles se sont battues pour préserver la langue française au sein d’un Canada anglais. Elles ont mené des luttes syndicales pour améliorer les conditions de travail des ouvriers et ouvrières et défendre leurs droits. Elles se sont associées pour défendre le droit de vote des femmes, leur intégration au marché du travail et la reconnaissance de leur autonomie. Elles ont créé des organisations sociales destinées à soutenir leurs campagnes de sensibilisation du grand public et leurs dénonciations des injustices commises par les entreprises et les gouvernements. Leur militantisme a entraîné l’abolition de la peine de mort et la reconnaissance

des droits fondamentaux de la personne. En unissant leurs efforts, elles sont parvenues à faire adopter officiellement une charte des droits et libertés affirmant l’égalité entre tous les membres de la société québécoise. Leurs luttes ont contribué à consolider les fondements et les principes d’une société démocratique, là où sont protégées les libertés de croyance, d’expression et d’association. Nos ancêtres ont favorisé la création d’institutions de protection sociale et participé à l’élaboration de lois et de règles essentielles à l’exercice de la démocratie. Chaque génération doit répondre aux défis que lui posent les transformations de la société. Nul doute qu’au sein de la société québécoise, on assiste à une invasion massive de technologies qui auront toutes sortes de répercussions sur les modes de vie. Nul doute, également, que la société québécoise est dorénavant ouverte sur les marchés mondiaux, ce qui contribuera à transformer les valeurs et les normes qui régissent la conduite des individus. Plus que jamais, le pluralisme est inscrit au cœur des collectivités de la société québécoise. Bien que la diversité soit un facteur indéniable d’ouverture à d’autres manières de penser et d’agir, elle est aussi une source de conflits et de tensions qui soulèvent diverses questions d’éthique.



2

ÉTHIQUE

Le Château Frontenac, à Québec


3658_chap1_001-027_EP2.qx:3658 TAP-01_Chapitre 1 (001-027)(F)

02/09/09

13:32

Page 3

Éthique Qu’est-ce que l’éthique ? Dans le cadre de cette formation, l’éthique est une réflexion autonome sur de grands enjeux de société, telle l’augmentation de la pauvreté dans le monde. Grâce au dialogue, cette réflexion pourra se révéler critique, créatrice et justifiée. Pour comprendre ce qu’est l’éthique, il faut savoir la distinguer de ce qu’elle n’est pas. En effet, l’éthique ne vise pas à imposer des règles assorties de sanctions, elle n’est pas un code de conduite. L’éthique est une réflexion sur les valeurs et les normes que les individus se donnent pour orienter leur conduite. Ainsi, elle se distingue nettement du droit, de la déontologie et de la morale, dont les règles s’accompagnent d’un certain nombre d’interdits et de sanctions imposées extérieurement aux individus. L’éthique est un domaine de connaissance qui tend à s’affirmer dans tous les domaines d’action, car elle répond aux interrogations actuelles sur les grands enjeux de société tels que l’augmentation de la pauvreté dans le monde malgré l’accroissement de la richesse collective, la dégradation des ressources naturelles et les défis que pose le pluralisme au sein de notre société bien particulière.

L’éthique affirme la valeur du dialogue entre les êtres humains en toutes circonstances. En effet, le dialogue prévient la violence. Il permet d’explorer différents points de vue, de comprendre les diverses croyances et de trouver des solutions pacifiques. Il est la voie royale pour surmonter les barrières entre les êtres humains.

INTRODUCTION

3


3658_chap1_001-027_EP2.qx:3658 TAP-01_Chapitre 1 (001-027)(F)

02/09/09

13:32

Page 4

La liberté, l’autonomie et l’ordre social Dans la présente partie, destinée à la réflexion éthique sur des questions d’actualité, nous prendrons connaissance des apports de cette réflexion en matière de liberté, d’autonomie et d’ordre social. Les façons d’envisager la liberté, de vivre en autonomie et de comprendre l’ordre social varient selon les individus et les collectivités.

LA LIBERTÉ La liberté est une notion centrale de l’éthique, puisque celle-ci étudie les implications de la liberté de choix des individus et de leur liberté de penser, d’opinion et d’expression. Le libre arbitre est la possibilité de faire des choix libres et éclairés. Il suppose toutefois l’exercice du jugement critique, le sens des responsabilités et la nécessité d’assumer les conséquences des choix effectués. Les motifs susceptibles de fonder nos choix sont de diverses natures. D’un côté, nos désirs, nos besoins, nos croyances, nos convictions et nos règles de conduite personnelles y sont pour quelque chose, mais, d’un autre côté, nos choix dépendent aussi des lois et des règlements officiels destinés à assurer la sécurité et la liberté de chaque individu. Pour pouvoir vivre en liberté, il faut respecter les règles qui, justement, protègent l’exercice de cette liberté. Les limites à la liberté individuelle sont nécessaires à une vie sociale harmonieuse.

4

ÉTHIQUE


3658_chap1_001-027_EP2.qx:3658 TAP-01_Chapitre 1 (001-027)(F)

02/09/09

13:32

Page 5

Éthique L’AUTONOMIE Notre réflexion nous conduira, par la suite, à explorer la notion d’autonomie du point de vue de l’éthique. Concept central en éthique, au même titre que la liberté, l’autonomie va de pair avec l’interdépendance qui unit les individus. L’être humain, en effet, est un être social qui a besoin des autres pour combler ses besoins fondamentaux. Il est un être de communication qui doit, tous les jours, entrer en relation avec d’autres. Par conséquent, la personne autonome est celle qui manifeste une aptitude à dialoguer de manière constructive, à résoudre les conflits et à faire face raisonnablement aux difficultés de la vie. Tout individu doit remplir certaines conditions pour être moralement autonome. Il doit d’abord faire preuve de gros bon sens et s’en référer à ses propres valeurs pour guider ses conduites, mais il doit aussi être apte à les remettre en question selon les situations. L’éthique est une manière de nous remettre nous-même en question et de nous ouvrir à d’autres façons de voir. Elle fait également porter sa réflexion sur la démarche d’accomplissement de soi et de contentement intérieur des individus.

L’ORDRE SOCIAL Finalement, un troisième chapitre aborde les liens entre l’éthique et l’ordre social. L’ordre social est un concept qui englobe les règles et les lois destinées à réguler les rapports entre les individus d’une même collectivité. Pour un bon fonctionnement d’une société démocratique, les individus se donnent diverses règles visant le maintien de la paix, de la sécurité, de la liberté, de l’égalité et de la stabilité sociale. L’ordre social suppose une organisation qui permet à chaque individu d’exercer un pouvoir au sein de sa collectivité. En démocratie, le peuple élit des députés et députées qui gèrent les affaires de la cité, votent des lois et veillent à corriger toutes les formes d’injustice. Dans certaines formes de démocratie, les forces de l’ordre veillent à protéger les libertés de chaque individu en faisant en sorte que celles des uns ne portent pas atteinte à celles des autres.

INTRODUCTION

5


3658_chap1_001-027_EP2.qx:3658 TAP-01_Chapitre 1 (001-027)(F)

02/09/09

13:32

Page 6

Dans ce qui précède, il importe de retenir que les valeurs, les normes et les règles se transforment au fil du temps, qu’elles prennent la couleur des us et coutumes des collectivités. Elles diffèrent également d’un pays à l’autre selon les cultures, l’histoire de ces sociétés et les événements qui ont marqué leur parcours. En tant que membres à part entière de la société québécoise, nous portons tous des valeurs particulières issues de nos milieux d’appartenance et de nos expériences de vie. Chaque jour, nous affirmons l’une ou l’autre de ces valeurs lorsque nous réglons des conflits avec nos proches, lorsque nous faisons tel choix plutôt que tel autre, lorsque nous nous conduisons de telle ou telle manière envers les autres. Ce qu’il faut savoir, aussi, c’est que les décisions que nous prenons ainsi au quotidien ont un effet direct sur notre qualité de vie et sur celle des autres de même que sur le type d’humanité que finalement nous construisons pas à pas. L’éthique offre des points de repère pour vivre notre quotidien. Elle a pour objet de guider notre réflexion afin d’améliorer nos relations et de nous conscientiser quant à nos responsabilités envers les autres et les générations qui vont nous suivre.

6

ÉTHIQUE


3658_chap1_001-027_EP2.qx:3658 TAP-01_Chapitre 1 (001-027)(F)

02/09/09

13:32

Page 7

Éthique L’éthique pose cette question cruciale : quel genre d’humanité lèguerons-nous en héritage ? Quels sont les fondements, les principes, les valeurs et les normes que nous entendons défendre pour qu’il nous soit possible de vivre ensemble et d’améliorer notre qualité de vie ? Personne d’autre que nous ne peut prendre des décisions à notre place, ni régler pour nous nos difficultés de vie. Personne d’autre que nous ne pourra décider du genre d’être humain que nous comptons devenir et ce que nous réaliserons dans notre vie. C’est pourquoi le jugement critique, la capacité de juger du bien et du mal, du juste et de l’injuste, des conséquences de nos actions et de nos réactions à l’égard des autres sont autant d’habiletés essentielles à la vie en société.

INTRODUCTION

7


3658_chap1_001-027_EP2.qx:3658 TAP-01_Chapitre 1 (001-027)(F)

02/09/09

C HAP I T R E

13:33

Page 8

1


3658_chap1_001-027_EP2.qx:3658 TAP-01_Chapitre 1 (001-027)(F)

02/09/09

13:34

Page 9

ÉTHIQUE

L La liberté

La statue de la Liberté, symbole états-unien internationalement reconnu


3658_chap1_001-027_EP2.qx:3658 TAP-01_Chapitre 1 (001-027)(F)

02/09/09

13:34

Page 10

1

La liberté Parlons de liberté Plusieurs ouvrages tentent de définir la liberté. Tous lui donnent plus d’un sens : La liberté, c’est… l’état d’un être qui est libre. La liberté, c’est… l’absence d’obligation. La liberté, c’est… la possibilité d’agir sans contrainte. Et pour toi, qu’est-ce que la liberté ?

À ton âge, la liberté prend tout son sens et devient beaucoup plus importante pour toi. Jusqu’à maintenant, les choix et les décisions que prenaient tes parents à ton sujet ont compté beaucoup dans ta vie. Comment bien vivre notre liberté aujourd’hui, avec tous ces choix qui s’offrent à nous, comme la mode vestimentaire ou les émissions de télévision ? Tu as peut-être remarqué que les libertés changent en vieillissant. Tes parents te surveillent probablement moins lorsque tu fais tes devoirs ou que tu vas chez des camarades. Par conséquent, tu as probablement plus de responsabilités comme celle de ta réussite scolaire. Les règles changent. Tu t’en aperçois en comparant les règlements de ton école primaire avec ceux de ta nouvelle école secondaire. Ils te laissent peut-être un peu plus de liberté sur certains points, mais les conséquences ne sont sûrement pas les mêmes. Comme tu peux le constater, la liberté n’est pas simple. Le fait de pouvoir aller danser le soir ne veut pas dire que tu es libre de faire tout ce que tu veux. Plusieurs autres éléments entrent en ligne de compte lorsqu’il est question de liberté.

LA LIBERTÉ DE CHOISIR Tous les jours, chaque être humain fait une multitude de choix. Certains de ces choix sont anodins. Devrais-je manger dans ce restaurant ou dans cet autre ? Devrais-je mettre cette chemise ou bien celle-là ? Mais d’autres choix semblent avoir des conséquences plus importantes. Devrais-je mentir à une amie pour me sortir d’un engagement que je ne veux pas respecter ? Devrais-je aller voir ma grand-mère ou mes amis pendant mon temps libre ? Ces derniers choix sont plus compliqués à faire, parce qu’ils mettent en jeu des valeurs et des obligations. Lorsque tu choisis 10

CHAPITRE 1


3658_chap1_001-027_EP2.qx:3658 TAP-01_Chapitre 1 (001-027)(F)

02/09/09

13:34

Page 11

1 ÉTHIQUE

une chemise plutôt qu’une autre, ce serait un peu étrange de dire que tu as l’obligation de choisir la bleue plutôt que la verte. Mais tu comprendrais parfaitement quelqu’un qui te dirait que même s’il veut voir ses amis, il doit aller s’occuper de sa grand-mère. Nos choix deviennent lourds de conséquences lorsqu’ils dépendent d’obligations ou de valeurs. Parler de liberté, c’est donc parler de choix, d’obligations et de valeurs. CHOIX Décision à prendre entre deux ou plusieurs possibilités. Choisir signifie être « libre » d’opter pour n’importe laquelle de ces possibilités.

Valeur

Obligation Quelque chose qu’il faut faire, qu’on le veuille ou non. Il y a des obligations légales, c’est-à-dire des choses que nous devons faire parce que la loi le prescrit, et il y a des obligations morales, c’est-à-dire des choses que nous devons faire parce que la morale le prescrit.

Responsabilité ou engagement éthique Je peux me donner à moi-même une obligation sous la forme d’un engagement raisonné que l’on peut appeler « responsabilité assumée ».

Caractère attribué à des choses, à des attitudes ou à des comportements qui sont plus ou moins estimés ou désirés par des personnes ou par des groupes de personnes. Une valeur peut parfois servir de critère pour évaluer si un comportement est acceptable. Les valeurs peuvent former des ensembles cohérents et hiérarchisés qu’on appelle « systèmes de valeurs ». Il s’agit alors de valeurs sociales, religieuses ou familiales. Dans certaines situations, des conflits de valeurs naissent lorsqu’une ou plusieurs personnes favorisent une action plutôt qu’une autre, actualisant ainsi des valeurs qui ne convergent pas ou dont le sens n’est pas univoque.

savais-tu que… ? Il y a bien longtemps que la liberté existe. Depuis des siècles, elle est la source des plus grandes révoltes sur Terre. En fait, la liberté est tellement importante qu’elle est protégée par l’article de loi numéro 2 de la Déclaration universelle des droits de l’homme : « Chacun peut se prévaloir de tous les droits et de toutes les libertés proclamés dans la présente Déclaration, sans distinction aucune, notamment de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d’opinion politique ou de toute autre opinion, d’origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou de toute autre situation.» Organisation des Nations Unies, « Déclaration universelle des droits de l’homme », [En ligne], 2008.

LA LIBERTÉ

11


3658_chap1_001-027_EP2.qx:3658 TAP-01_Chapitre 1 (001-027)(F)

02/09/09

13:35

Page 12

1 Parlons d’éthique… L’éthique consiste en une réflexion critique sur la signification des conduites ainsi que sur les valeurs et les normes que se donnent les membres d’une société ou d’un groupe pour guider et réguler leurs actions. Cette réflexion éthique, qui permet le développement du sens moral de la personne, est indispensable pour faire des choix judicieux. Tout en exprimant l’autonomie de l’individu et sa capacité d’exercer un jugement critique, ces choix sont susceptibles de contribuer à la coexistence pacifique. La morale répond surtout au « Que doit-on faire ? » en fonction des règles de conduite, des normes, des interdits, des devoirs, des droits, des lois, des valeurs, des principes et des idéaux proposés à la personne de l’extérieur. L’éthique, pour sa part, fait surtout appel au questionnement et au discernement sur ce qu’il est préférable de faire dans une situation donnée, par rapport à soi, aux autres et aux retombées de ces actions sur le vivre-ensemble.

QUELQUES NOTIONS À NE PAS CONFONDRE… Déontologie

La déontologie est l’ensemble des règles que se donne un corps social, par exemple une profession, pour régler les conduites des membres entre eux et avec leur clientèle. « Souvent on confond code de déontologie et éthique. C’est d’autant plus regrettable que le résultat de cette confusion est le plus souvent une mise à l’écart, voire un déni, de l’éthique elle-même. » (Malherbe.)

12

Droit

Le droit est l’ensemble des règles qui balisent les rapports entre les citoyens et citoyennes, et entre ceux-ci et le gouvernement.

Morale

La morale est distincte de l’éthique. Elle consiste dans un ensemble de valeurs et de principes qui nous guident dans l’appréciation des conduites humaines, en termes de bien et de mal. Elle dépend de la tradition culturelle reçue.

CHAPITRE 1


3658_chap1_001-027_EP2.qx:3658 TAP-01_Chapitre 1 (001-027)(F)

02/09/09

14:00

Page 13

1 ÉTHIQUE

Jumelons donc l’éthique et la liberté… L’éthique aurait-elle un sens si nous n’étions pas libres ? Sûrement pas, puisque nous agirions toujours mécaniquement ou par instinct, sans réflexion. L’éthique suppose que nous soyons capables de faire des choix. Dans certaines situations, nous devons faire des choix qui ont un effet sur autrui. Avant de choisir, il importe de réfléchir aux conséquences de nos actions sur les autres. Réfléchir, c’est prendre de la distance par rapport à soi et aux autres, par rapport à des idées ou à des événements. Réfléchir de façon éthique, c’est prendre de la distance par rapport à l’immédiat en évaluant les conséquences que pourraient entraîner nos actes. Pour agir de façon éthique, nous devons prendre en compte les autres, pas seulement nous-mêmes. Bien sûr, nous nous attendons à ce que les autres fassent de même. Les obligations et les devoirs mutuels, comme les règles de droit et de morale, sont des guides qui orientent nos choix. L’éthique amène à réfléchir sur la pertinence des références sur lesquelles se fondent nos choix et nos actions. L’éthique et la liberté, tout comme l’engagement et la responsabilité, sont donc indissociables.

parlons-en L’éthique peut soulever des cas de conscience. Si le mensonge est en soi répréhensible, il peut y avoir des situations dans lesquelles il est préférable de ne pas dire la vérité. Doit-on dire la vérité sans se soucier de ce qui en sera fait ? Par exemple, pendant la Seconde Guerre mondiale, le fait de trafiquer un document pour dissimuler l’identité juive d’une personne, c’était, bien sûr, faire un faux, mais c’était aussi, par le fait même, la protéger d’une mort presque certaine. Quelles circonstances peuvent justifier à vos yeux un mensonge ?

L’éthique sociale est aussi liée à la liberté. Elle détermine les caractéristiques d’une société où les citoyens et citoyennes peuvent exprimer de façon démocratique leurs aspirations et leurs projets. 

LA LIBERTÉ

13

Examen des passeports pendant la Seconde Guerre mondiale, à Londres, en Angleterre


3658_chap1_001-027_EP2.qx:3658 TAP-01_Chapitre 1 (001-027)(F)

02/09/09

13:36

Page 14

1



Dans plusieurs pays, la loi impose de dire toute la vérité et de s’engager à le faire en prêtant serment sur la Bible.

Prends note que dans une société, il est rare qu’une action soit entièrement mauvaise ou entièrement bonne. Il faut prendre conscience qu’un choix éthique ne sera toujours qu’un choix qui amoindrit la part du mal, sans pouvoir l’éliminer complètement. Nos choix les plus difficiles sont d’ailleurs ceux où la ligne entre le bien et le mal est difficile à tracer. Chacun de nos choix a des conséquences qui peuvent être positives ou négatives dans notre vie. Tu as le choix d’aller ou non à ton cours. Cependant, si tu décides de ne pas y aller, tu devras assumer les conséquences de ton choix. Pourquoi vas-tu à l’école ? Quelle personne veux-tu être ? Quelles sont tes aspirations ? As-tu une idée du métier que tu aimerais exercer ? Bref, que veux-tu faire et devenir plus tard ? Aller à l’école permet de ne pas se fermer de portes et tu peux voir, par les questions précédentes qui ont trait au choix concernant ta vie présente et ta vie future, que les conséquences d’un choix de ne pas aller à l’école vont au-delà de la sanction prévue par l’établissement si tu te fais prendre. Elles renvoient à ce que tu valorises et aux buts que tu assignes à ta vie. Parler d’éthique, c’est donc forcément parler de liberté.

14

CHAPITRE 1


3658_chap1_001-027_EP2.qx:3658 TAP-01_Chapitre 1 (001-027)(F)

02/09/09

13:36

Page 15

1 ÉTHIQUE

L’éthique dans notre vie privée et publique Bien des gens éprouvent le besoin de solitude, de se retrouver avec eux-mêmes. Il est dès lors important de disposer d’un lieu privé. Notre lieu doit être respecté des autres et nous devons également respecter le leur. Ce lieu se nomme la vie privée. Mais puisque l’être humain est un être social qui vit en collectivité, il est tout aussi important pour lui d’avoir une vie publique. Tu ne peux pas tout faire sans aucune aide, et les autres non plus. Tu as besoin d’un ou une médecin lorsque tu as un problème de santé, par exemple. Si tu n’as aucune connaissance en mécanique, tu ne peux pas faire autrement que d’avoir recours au mécanicien ou à la mécanicienne pour la réparation de ta voiture. L’éthique est présente dans ta vie privée comme elle l’est dans ta vie publique. Lorsqu’on parle d’éthique dans la vie privée, on parle de relation à soi, aux autres et au monde habité. L’éthique de la vie publique semble plus complexe et organisée, car elle se base sur autant de points de vue qu’il y a de citoyens et citoyennes. Sachant que tous et toutes diffèrent par leurs valeurs, leurs croyances ou même par leurs priorités, il est normal d’avoir des efforts à faire pour composer avec certains comportements lorsque nous entrons en contact avec autrui. Quand nous parlons de vie privée ou de vie publique, plusieurs facteurs sont à prendre en considération. Nous devons pouvoir appliquer l’éthique dans différents secteurs de notre vie. C’est pourquoi nous étudierons plus en profondeur certains concepts sociaux liés à l’éthique et à la liberté, comme la confidentialité, l’accès à l’information, l’intimité, le vedettariat et le voyeurisme.

parlons-en L’avortement est un enjeu éthique de la société d’aujourd’hui. Par exemple, devrions-nous permettre de mettre fin à une grossesse parce que l’enfant à naître souffre ou risque de souffrir d’une différence mentale ou physique ? Quelle règle éthique conviendrait le mieux dans ce cas, selon toi ? Tes camarades de classe ont-ils le même point de vue que toi ? Et tes parents ? Mener une réflexion éthique dans une société n’est pas toujours chose facile, car la diversité des points de vue suscite beaucoup de discussions.

LA LIBERTÉ

15


3658_chap1_001-027_EP2.qx:3658 TAP-01_Chapitre 1 (001-027)(F)

02/09/09

13:36

Page 16

1 LA VIE PRIVÉE La notion de vie privée peut être abordée de différentes façons. Elle peut faire référence à ce qui est personnel et qui n’est pas ouvert à tout public. Lorsqu’on pense à la vie privée, on pense souvent aux informations confidentielles, telles que nos numéros de comptes bancaires et d’assurance sociale, nos heures de déplacements, notre dossier médical et bien d’autres. Nous pouvons aussi avoir une vie de couple que nous voulons intime et privée. Notre vie familiale peut également faire partie de notre vie privée. Nous ne voulons pas nécessairement que tout le monde soit au courant de ce qui se passe dans notre couple ou notre famille, même si c’est positif, car notre vie de couple ou de famille ne regarde que ses membres.

parlons-en Pense au fameux dicton du hockey : « Ce qui est dit dans le vestiaire reste dans le vestiaire ! … » C’est là un exemple de vie privée où les joueurs peuvent librement échanger leurs idées. Depuis toujours, on observe un certain respect de la vie privée dans la « chambre des joueurs ». Peux-tu décrire des moments que tu trouves important de vivre en privé ? Avec qui vis-tu ces moments ?



Le 15 novembre 1950, le psychologue David F. Tracy motive l’équipe des Rangers de New York avant le match contre les Bruins de Boston.

La loi protège chaque individu contre les intrusions dans sa vie privée. Ainsi, personne ne peut divulguer des informations à ton sujet, te filmer et même te photographier sans ton autorisation. Personne n’a le droit, sans ton consentement, de diffuser une vidéo de toi sur le Web. Les chartes et les déclarations te protègent, aussi, contre ces intrusions dans ta vie privée. Dans la Déclaration universelle des droits de l’homme, l’article 12 énonce ce qui suit : « Nul ne sera l’objet d’immixtions arbitraires dans sa vie privée, sa famille, son domicile ou sa correspondance, ni d’atteintes à son honneur et à sa réputation. Toute personne a droit à la protection de la loi contre de telles immixtions ou de telles atteintes. » Organisation des Nations Unies, « Déclaration universelle des droits de l’homme », [En ligne], 2008.

16

CHAPITRE 1


3658_chap1_001-027_EP2.qx:3658 TAP-01_Chapitre 1 (001-027)(F)

02/09/09

13:36

Page 17

1 ÉTHIQUE

LA VIE PUBLIQUE La vie publique est celle que tu mènes lorsque des gens que tu connais ou non t’entourent. Ces personnes peuvent voir et juger tes actes. Par exemple, à l’école, tes enseignants et enseignantes peuvent t’évaluer et te dire quoi faire ou ne pas faire. En revanche, chez toi, ils ne peuvent pas décider pour toi du style de musique que tu écoutes dans ta chambre. En temps normal, ta vie privée n’intéresse que tes amis et amies et les gens de ton entourage.

parlons-en

À ton âge, tu n’as peut-être pas de compte bancaire ou un numéro de téléphone uniquement à ton nom. Cependant, tu as peut-être besoin d’avoir un moment pour toi. Selon toi, est-il important pour un adolescent ou une adolescente de ton âge d’avoir une vie privée ? Pourquoi ?

Cependant, il y a des gens dans la société qui semblent ne pas avoir de vie privée, ou presque. Par exemple, les hommes et les femmes politiques sont scrutés par les journalistes dans chacune de leurs actions. Pour certaines personnes, l’attention que nous portons à la vie privée de nos personnalités politiques est exagérée. Pour d’autres, il est plutôt normal que nous nous intéressions à tous les gestes de ces personnes. Après tout, elles prennent des décisions importantes, et nous voulons savoir si nous pouvons leur faire confiance. Lorsque d’autres personnes t’entourent, tu as moins de liberté que lorsque tu es seul ou seule dans ta chambre. En effet, il se peut que des règles, plus ou moins strictes, soient établies. Par exemple, dans un hôpital, il est interdit de se servir d’un téléphone cellulaire, alors que son usage est généralement autorisé ailleurs. Tu as donc probablement constaté que plusieurs lois s’appliquent lorsque nous sommes en communauté et tu t’es déjà peut-être posé des questios sur leur nécessité. D’après toi, faut-il se conformer à toutes ces règles ?

LA LIBERTÉ

17


3658_chap1_001-027_EP2.qx:3658 TAP-01_Chapitre 1 (001-027)(F)

02/09/09

13:36

Page 18

1

La confidentialité La confidentialité, c’est une règle de base du respect de la vie privée. Lorsque nous faisons une demande de carte de crédit, la compagnie doit garder confidentielles les informations que nous lui donnons, à moins d’une autorisation express de notre part. Il en est ainsi lorsqu’une personne te demande de garder un secret. C’est là un exemple de confidentialité. Lorsque nous confions un secret à quelqu’un, ce n’est pas pour que le reste de notre entourage en soit informé la journée même. Il en va de même dans certaines professions. Par exemple, un journaliste peut refuser de divulguer sa source d’information. Il la garde confidentielle pour que la personne qui l’informe lui fasse toujours confiance. La confidentialité limite peut-être la liberté des gens à qui tu confies une information (ton numéro de téléphone, ton adresse de courriel, un problème de santé), mais elle protège ta vie privée.

parlons-en

Ce n’est pas seulement lorsque tu es en présence d’autres personnes que tu as une vie publique. Aujourd’hui, les êtres humains ont plus d’une façon de communiquer entre eux. Ces formes de communications font partie aussi de ta vie publique, car elles te permettent de parler ou d’écrire à des amis ou amies, à des membres de ta famille, par exemple. À ton avis, dans quelles autres situations as-tu une vie publique ?

LA CONFIDENTIALITÉ DANS INTERNET Internet ne fait pas exception à cette règle. Souvent, nous ne faisons que regarder rapidement les informations lorsque nous nous abonnons à un site. Nous ne prenons pas le temps de lire tout le contrat qui nous lie avec le fournisseur. Bien souvent, celui-ci nous avise qu’il s’accorde le droit de transmettre à d’autres fournisseurs les données nous concernant, et nous ne pourrons jamais l’empêcher de le faire, car nous y avons consenti en acceptant ce contrat que nous n’avons pas lu. Pense à tous les pourriels que tu as peut-être reçus dans ton courrier électronique. Tu ne connais sans doute pas la majorité des gens qui te les envoient. Certes, certains de ces messages sont sans danger, mais d’autres sont peut-être porteurs d’un virus pouvant endommager ton ordinateur. Des pirates peuvent même tenter de décrypter dans ton ordinateur des informations telles qu’un numéro de carte de crédit. 18

CHAPITRE 1


3658_chap1_001-027_EP2.qx:3658 TAP-01_Chapitre 1 (001-027)(F)

02/09/09

13:37

Page 19

1 ÉTHIQUE

parlons-en Aujourd’hui, bien des gens en quête de gloire mettent en ligne des vidéos faisant valoir leurs talents ou leurs prouesses dans différents domaines. Ces vidéos sont visibles sur d’innombrables sites. Le problème est que ces personnes n’ont aucun pouvoir sur leur image une fois que celle-ci est livrée au public. Des internautes ayant de mauvaises intentions peuvent s’amuser à la déformer et à détruire ainsi leur réputation. Rappelons-nous que l’éthique est une réflexion critique sur notre liberté d’agir dans un sens ou dans un autre. Selon toi, d’un point de vue éthique, devrait-il y avoir certaines limites à la liberté d’expression sur Internet ? Pourquoi ?

savais-tu que… ? Il y a aussi des règles de confidentialité pour toi. Notamment en ce qui concerne ton état de santé. Tu te soucies de ta vie privée, comme tout le monde. Il y a des sujets que tu préfères garder pour toi-même et ne pas partager avec tes parents. Même s’ils font preuve d’ouverture d’esprit avec toi, il y a des choses dont tu n’aimerais peut-être pas discuter avec eux ou que tu n’aimerais pas qu’ils connaissent pour le moment, et c’est normal. Mais si tu parles avec ton ou ta médecin, est-ce que tes parents auront connaissance du contenu de votre conversation ? Dans la plupart des cas, la relation avec ton ou ta médecin est confidentielle. C’est-à-dire que ce que tu lui dis, et ce qu’il ou elle te dit, reste entre vous deux seulement. Dans chaque province du Canada, l’âge où tu peux obtenir des soins sans le consentement de tes parents et en toute confidentialité peut varier. Aussi, chaque province a ses propres lois à propos de ce qui devrait être confidentiel et ce qui doit être déclaré aux autorités

compétentes. Avant de prendre rendez-vous, appelle ton ou ta médecin ou la clinique où tu désires demander une consultation et informe-toi sur ce qui est confidentiel et ce qui ne l’est pas. Ou encore, dans le bureau du ou de la médecin, tu pourras lui

Association canadienne pour la santé des adolescents, « Confidentialité », [En ligne], 2008.

LA LIBERTÉ

19


3658_chap1_001-027_EP2.qx:3658 TAP-01_Chapitre 1 (001-027)(F)

02/09/09

13:37

Page 20

1 L’accès à l’information L’accès à l’information donne une certaine liberté à l’être humain. Cet accès permet à l’individu de connaître ses droits et de pouvoir consulter des documents sur différents sujets qui le concernent (par exemple, santé, immobilier, technologie).



Il y a même une loi qui oblige le gouvernement à faire connaître ses décisions en cas de doutes sur la façon dont il dépense l’argent des contribuables. Cette loi se nomme la Loi sur l’accès à l’information. Elle oblige tous les organismes publics (écoles, hôpitaux, etc.) à fournir des renseignements administratifs (budget, dépenses, prévision, etc.) au citoyen ou à la citoyenne qui le demande.

Times Square, à New York, est un endroit placardé de messages publicitaires de toutes sortes.

savais-tu que… ? Les journalistes ont des règles à suivre avant de publier leurs informations. Heureusement, car nous nous fions à eux pour connaître les faits relatifs aux différents sujets qui nous concernent dans la société. L’une des règles de déontologie du ou de la journaliste est la suivante : « Photos, graphiques, sons et images diffusés ou publiés doivent représenter le plus fidèlement possible la réalité. Les préoccupations artistiques ne doivent pas conduire à tromper le public. Les photomontages doivent être identifiés comme tels. » Fédération professionnelle des journalistes du Québec, Guide de déontologie, [En ligne], 2008.

parlons-en On nous bombarde aujourd’hui de messages publicitaires à la télévision, dans les journaux, à la radio et dans Internet. Cependant, il nous est difficile de déterminer si ce que nous voyons est vrai ou non. Les logiciels graphiques permettent de transformer les images à volonté. Devrions-nous interdire l’usage d’images retouchées dans la publicité sur les produits de beauté ou de mode ? Devrait-on simplement les réglementer ? Pourquoi ?

20

CHAPITRE 1


3658_chap1_001-027_EP2.qx:3658 TAP-01_Chapitre 1 (001-027)(F)

02/09/09

13:37

Page 21

1 ÉTHIQUE

L’intimité C’est un besoin essentiel pour tout individu de se retrouver seul ou avec des gens qu’il aime, par exemple sa famille. Une façon pour un jeune de ton âge de vivre son intimité serait d’aller dans sa chambre écouter de la musique. Nous avons aussi besoin d’intimité pour nous changer, nous laver ou nous reposer. Cette intimité est nécessaire non seulement pour que nous puissions nous retrouver seul ou seule avec nous-même, mais aussi pour penser calmement ou faire une activité que nous aimons. Elle permet également à la famille de se retrouver à la fin de la journée pour discuter et partager un bon repas. Dans l’intimité, tu peux faire les choix que tu veux : écouter l’émission de télévision et la musique que tu aimes, pratiquer les activités qui te passionnent (par exemple, peinture, lecture). Lorsque tu es avec autrui, tu peux avoir à négocier des compromis. Il arrive aussi que, lorsque tu es seul ou seule, tu te questionnes sur tes actes, tes valeurs ou tes désirs. Même dans la solitude, la réflexion éthique est importante.

Le vedettariat Les stars sont épiées dans tous leurs gestes et mouvements. Toutes leurs activités sont rapportées par les paparazzis, ces journalistes qui tentent de tout découvrir à propos des vedettes. Contrairement à ce qui se passe dans le cas des personnalités politiques, c’est la simple curiosité qui nous pousse à vouloir en savoir tant à propos des stars du cinéma, de la chanson et de la télévision. Les vedettes méritent-elles aussi une part de vie privée ? Le vedettariat a ses avantages, mais aussi ses inconvénients. Le moindre geste farfelu qui leur échappe risque de faire la une d’un magazine ou d’être rapporté par une foule de sites Internet. Certaines vedettes ne s’empêchent pas pour autant de faire ce qu’elles veulent, tandis que d’autres veillent soigneusement aux moindres détails de leur conduite. Une telle vie est-elle enviable du point de vue de la liberté ?

LA LIBERTÉ

21


3658_chap1_028-049_EP2.qx:3658-03_Chapitre 1 (028-051)(1)

02/09/09

13:54

Page 47

1 ÉTHIQUE

En un clin d’œil

La Charte des droits et libertés en résumé Les droits garantis par la Charte se répartissent en plusieurs catégories. Voici quelques-uns des principaux droits qu’elle protège.

ENTALES (ARTICLE 2) M A D N FO ÉS RT BE LI S LE on

e et de religi : • La liberté de conscienc et d’expression, y compris ion pin d’o e, nc ya cro de , • La liberté de pensée ication ; autres moyens de commun s de et e ess pr la de é ert – la lib cifique ; – la liberté de réunion pa – la liberté d’association.

ES (ARTICLES 3, 4 ET 5) U IQ AT CR O ÉM D S IT LES DRO • Le droit de vote

T N ET D’ÉTABLISSEMEN O TI LA U RC CI E D É RT LA LIBE (ARTICLE 6) ute province le pays et d’habiter dans to dans tout • Le droit de se déplacer dans toute province • Le droit de gagner sa vie

ES (ARTICLES 7-14) U IQ D RI JU ES TI N RA A LES G

urité • La vie, la liberté et la séc son arrestation s brefs délais des motifs de plu les ns da é m or inf tre • Le droit d’ê ou de sa détention à l’assistance d’un avocat • Le droit d’avoir recours l impartial raisonnable par un tribuna lai dé un ns da é jug tre • Le droit d’ê innocent • Le droit d’être présumé s témoignages incriminant • La protection contre les sitées utes peines cruelles et inu • La protection contre to

TÉ LES DROITS À L’ÉGALI

(ARTICLE 15)

t de toute de la loi indépendammen ale ég n tio ec ot pr la et e ur, • L’égalité de bénéfic nale ou ethnique, la coule tio na ine rig l’o e, rac la r discrimination fondée su physiques les déficiences mentales ou ou ge l’â e, sex le , on igi rel la

QUES LES DROITS LINGUISTI gues officielles du Canada mme lan • Le français et l’anglais co

des droits Gouvernement du Canada, « Charte

et libertés », [En ligne], 2008.

LA LIBERTÉ

47


3658_chap1_028-049_EP2.qx:3658-03_Chapitre 1 (028-051)(1)

02/09/09

13:54

Page 48

1

Suggestions d’œuvres FILM RÉALISATEUR

Les ordres Michel Brault, 1974.

Par suite de l'assassinat du ministre Pierre Laporte en 1970, le gouvernement canadien applique la Loi des mesures de guerre, qui lui permet de neutraliser le Front de libération du Québec, auteur de cet acte. En vertu de cette loi, 450 personnes sont arrêtées, bien qu'aucune accusation précise n'ait été portée contre elles. Le film raconte le sort de cinq personnages fictifs, victimes du traitement réservé aux supposés « terroristes ». Ce film, considéré comme un œuvre magistrale, a valu à Michel Brault, son réalisateur, le prix de la mise en scène au Festival de Cannes et quatre prix Génie.

LECTURE

1984, de Georges Orwell, 1948. L'histoire se déroule sous une dictature dirigée par Big Brother, qui surveille les moindres faits et gestes jusqu'aux pensées de chacun. La liberté d'expression n'existe plus. Les murs sont placardés d'affiches qui rappellent que Big Brother surveille tout. Le héros, Winston Smith, qui travaille au ministère de la Vérité, a pour tâche de transformer l'histoire en supprimant tout ce qui pourrait rappeler les erreurs commises par Big Brother. Obligé de cacher son profond désaccord par crainte d'être traqué par la Police de la Pensée, Winston tente désespérément d’échapper à cette société totalitaire.

LECTURE

Sa Majesté des mouches, de William Golding, 1957.

Ce roman raconte l'histoire d'enfants qui, à la suite d'un accident d'avion, se retrouvent seuls dans une île déserte. Au début, affranchis de la supervision des adultes, ils se sentent le droit de tout faire. Mais rapidement deux clans se forment et les conflits commencent. Livrés à eux-mêmes, ces enfants devront apprendre à se débrouiller pour fonder une micro-société. Ce roman a été porté à l'écran par Peter Brook en 1963.

48

CHAPITRE 1


3658_chap1_028-049_EP2.qx:3658-03_Chapitre 1 (028-051)(1)

02/09/09

13:54

Page 49

1 ÉTHIQUE

MUSIQUE

Les fourmis, de Jean Leloup, 1998, notamment la chanson « La pluie », sur la liberté d'expression.

MUSIQUE

Amour oral, de Loco Locass, 2004, notamment la chanson « Antigone ».

LA LIBERTÉ

49


Profile for Éditions Grand Duc

Tete a tete 1cycle manuel feuilleteur  

Tete a tete 1cycle manuel feuilleteur