Page 1

FRANÇAIS

3e cycle du primaire

3e cycle du primaire

1re année

Manuel de l’élève

1re année

La nouvelle génération d’Au-delà des mots

CATHERINE-ANN GEORGE

Le condensé grammatical Clicmots signature reprend la théorie des connaissances de la Progression des apprentissages réparties dans les huit manuels de l’élève : 1

La grammaire

2

La conjugaison

3

Les connaissances liées aux textes

4

Le monde du livre

5

Les mots à orthographier

Ce condensé grammatical est le complément idéal à la collection Clicmots signature et à tout autre matériel de l’enseignement du français au primaire.

code produit xxxx xxx-x-xxxx-xxxx-x Éditions Grand Duc

6

20728 43400

2

Groupe Éducalivres inc. 955, rue Bergar, Laval (Québec) H7L 4Z6 Téléphone : 514 334-8466 ■ Télécopie : 514 334-8387 InfoService : 1 800 567-3671


Des sons consonnes et des sons voyelles pour t’aider à trouver un mot dans le dictionnaire Les sons consonnes

Son f j g k n s z t

Orthographe f ph j g ge g gu c ch k q qu n nn mn s ss sc c ç t z s t th

Exemples famille, réflexion, récif phare, homophone, orthographe jouer, déjà, goujat girouette, ange, pillage geai, pigeon gare, regarder guêpier, mangue calepin, scorpion, lac choriste, orchestre képi, kilomètre cinq, coq quart, loquet nager, animation année, panne automne sourire, artiste tasse, tignasse scène, science cerceau, recette, larcin garçon, reçu nation, portion zigzaguer, bizarre, fez hasard, vison titre, patin, trust thème, mathématique

Les sons voyelles

Son a é è i o u an in on un ou

Orthographe a, à, â ha ai é hé er ez ai hai e, è, ê hè, hê et, êt i, î y o, ô ho au hau eau u, û hu an, han am en em in im ain ein yn, ym on, hon om un um, hum ou

Exemples ajout, là, âme hache, déshabiller j’irai, j’aimerai édition, félin, finalité héron, héros aimer, enrôler nez glaise, plaie haie, haine examiner, élève, être hère, hêtre carnet, forêt imiter, île, canari synonyme, xylophone odeur, ôter, grotte horizon, horloge automne, jaune, faux hauteur râteau utopie, jupe, flûte humide, bahut anche, tante, hanche amputation, chambre entente, ralentir empiéter, membre invention, lutin implanter, limbes ainsi, main, poulain peindre, serein syndicat, symptôme ongle, honte ombrage, rompre jungle, défunt parfum, humble oubli, poulet, roucouler


FRANÇAIS

3e cycle du primaire

1re année

Condensé grammatical

La nouvelle génération d’Au-delà des mots

CATHERINE-ANN GEORGE

Je me souviens Éditions Grand Duc

Groupe Éducalivres inc. 955, rue Bergar, Laval (Québec) H7L 4Z6 Téléphone : 514 334-8466 ■ Télécopie : 514 334-8387 InfoService : 1 800 567-3671


La nouvelle génération d’Au-delà des mots

© 2013, Édi­tions Grand Duc, une divi­sion du Groupe Édu­ca­li­vres inc. 955, rue Bergar, Laval (Québec) H7L 4Z6 Téléphone : 514 334-8466 n Télécopie : 514 334-8387 www.grandduc.com Tous droits réservés. CONCEPTION GRAPHIQUE (maquette intérieure)  : Alphatek CONCEPTION GRAPHIQUE (page couverture)  : Alphatek CONCEPTION GRAPHIQUE (mise en pages)  : Alphatek Nous recon­nais­sons l’aide finan­cière du gou­ver­ne­ment du Canada par l’entre­mise du Fonds du livre du Canada (FLC) pour nos acti­vi­tés d’édition. Gouvernement du Québec – Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres – Gestion SODEC Il est illé­gal de repro­duire cet ouvrage, en tout ou en par­tie, sous quel­que forme ou par quel­que pro­cédé que ce soit, élec­tro­ni­que, méca­ni­que, pho­to­gra­phi­que, sonore, magné­ti­que ou autre, sans avoir obtenu, au pré­ala­ble, l’auto­ri­sa­tion écrite de l’Édi­teur. Le res­pect de cette recom­man­da­tion encou­ra­gera les auteurs et auteu­res à pour­sui­vre leur œuvre. Code produit 4340 ISBN 978-2-7655-2083-2 Dépôt légal Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2013 Bibliothèque et Archives Canada, 2013

Imprimé au Canada 1 2 3 4 5 6 7 8 9 0 HLN 2 1 0 9 8 7 6 5 4 3


Table des matières Grammaire 1

Les lettres et les signes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 Les règles de l’élision . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2

2

Le système orthographique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les constantes orthographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les règles de position . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les règles d’emploi du trait d’union . . . . . . . . . . . . . .

3

4

Le nom. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 L’emploi de la majuscule dans les noms . de peuples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12

5

Le déterminant. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 Remarques au sujet des déterminants . . . . . . 12

6

L’adjectif. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13 L’adjectif qui complète plusieurs noms . . . . . . . . . . 13 L’accord de l’adjectif attribut du sujet . . . . . . . . . . . 14 L’adjectif attribut du sujet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14

7

Le verbe. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 Constater le sens et l’emploi des principaux . temps de verbe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 Pour reconnaître un verbe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16 L’accord du verbe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16 L’accord du participe passé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17

8

Le pronom. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18 Le pronom . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18 Le pronom : mot de substitution . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19

9

L’adverbe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19 L’adverbe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19

3 3 3 4

Les mots . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 La formation des mots . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La formation des mots par dérivation . . . . . . . . Les mots dérivés et leur classe . . . . . . . . . . . . . . . . . La formation des mots . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

5

5

5

6

7

7

7

7

8

8

9

9

10

Le dictionnaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 Les sortes de dictionnaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 Décoder un dictionnaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 1

La préposition. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 1 La préposition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 1

11

La conjonction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 La conjonction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22

Les relations entre les mots . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les relations entre les mots : utiliser . le contexte d’un texte pour comprendre . le sens d’un mot . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le sens des mots – les antonymes . . . . . . . . . . . . . Les relations entre les mots . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le sens des mots . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le sens des mots . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le sens des locutions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Quelques propriétés des mots . . . . . . . . . . . . . . . . .


12

La phrase. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23 La phrase de base . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23 La phrase qui contient plus d’un verbe conjugué . et les phrases sans verbe conjugué . . . . . . . . . . 24 Les types de phrases . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La phrase de type interrogatif . . . . . . . . . . . . . . . . . La phrase impérative . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La phrase de forme positive . et la phrase de forme négative . . . . . . . . . . . . . . .

24 24 26

27

Les fonctions dans une phrase . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le complément du nom . . . . . . . . . . . . . . . Le sujet : constituant obligatoire . . . . . . . . . . . . . . . Reconnaître le sujet dans une phrase . . . . . . . . Le complément de phrase . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le prédicat . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

27 27 28 29 29 3

1

La ponctuation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 1 Les marques de parole . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 1 La virgule, le deux-points . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32 et les guillemets

Conjugaison L’infinitif du verbe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33 Les verbes aimer et aller à certains temps . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34 de l’indicatif Les verbes commencer et manger à certains . temps de l’indicatif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35 Le radical et la terminaison . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36 Le verbe rendre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37 Le verbe prendre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38 L’impératif présent . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39 Les terminaisons des verbes à l’impératif présent . . . . . 39 Le verbe tenir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40 Le verbe ouvrir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 1

Le subjonctif présent . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le verbe dire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le verbe faire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’indicatif passé simple . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le verbe devoir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le verbe voir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le passé composé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le verbe partir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le verbe savoir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le verbe mettre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le verbe vouloir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le verbe pouvoir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

42 43 44

4 5 46 47 48 49 50 5

1

52 53

Connaissances liées aux textes 1

La structure des textes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54 Le découpage d’un texte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 4 Le récit en cinq temps . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55

Le sujet central et ses aspects . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56 Le renversement de situation ou double . renversement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56


La succession d’éléments qui reviennent . . . . . . . Schémas, tableaux et encadrés . . . . . . . . . . . . . . . . . Emboîtements ou superpositions . . . . . . . . . . . . . . . . Les choix interactifs dans un texte . . . . . . . . . . . . . . 2

3

57

4

58 58 58

L’organisation et la cohérence des textes. . . . . . . . . . . . . . . . 59 La reprise de l’information . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59 Les marqueurs de relation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60 Les relations de cause et de conséquence . . . . . 6 1 L’ordre logique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62 L’organisation du texte courant . . . . . . . . . . . . . 63 Les différentes façons d’organiser les idées . . . . 63 Les caractéristiques des textes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64 La fable . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64 Les caractéristiques du roman . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64 Observer le découpage d’une chanson . . . . . . . . 65 Le temps et le lieu . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65

Les éléments littéraires. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66 La métaphore . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66 Le rôle et l’importance des personnages . . . . . . . 67 Les valeurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67 Repérer les sous-thèmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68 Allusions et sous-entendus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68 Expressions imagées et autres figures . de style . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68 Repérer les stéréotypes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69 L’inversion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69

5

Les textes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70 La langue familière et la langue standard . . . . . . 70 Le choix du vocabulaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70 Écrire selon le genre de texte . . . . . . . . . . . . . . . 7 1

6

Le monde du livre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7 1 Le découpage d’un texte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7 1

Lexique thématique A  B  C  D 

La clé du mystère . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . À vos marques ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Des êtres fantastiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Robots de compagnie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

72 73 74

E  Entre réalité et fiction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76 F  Pour un monde meilleur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77 G  Ma vie et moi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78

75

Les

Apprentissage qui doit être acquis . à la fin de l’année scolaire.

pictogrammes

Apprentissage qui se fait avec l’intervention . systématique de l’enseignant ou l’enseignante.

Connaissances réutilisées

x A

Phrase incorrecte, non-sens

p. 38 Référence au manuel de l’élève


Grammaire 1 Les lettres et les signes Les règles de l’élision

B

p. 9

Tu as appris que, devant un mot commençant par une voyelle ou un h muet, . la lettre finale des mots le, la, je, ne, de, me, te, se est remplacée par une apostrophe. Exemple : x Le entraîneur est important dans la vie de le athlète .

devient

L’entraîneur est important dans la vie de l’athlète .

Cette règle s’applique aussi aux mots suivants : • que devant il, ils, elle, elles et on ; • si devant il et ils ; • lorsque et puisque devant il, ils, elle, elles, en, on, un et une. Exemple : x Il faut que il s’entraîne tous les jours.

2

devient

Il faut qu’il s’entraîne tous les jours.

deux • Grammaire


2 Le système orthographique Les constantes orthographiques

E

p. 16

Dans la langue française, des constantes orthographiques permettent une régularité . dans l’écriture des mots. Ces constantes portent principalement sur : • l’emploi du e muet en fin de mot qui fait prononcer la consonne qui précède (lune, grande) ; • l’emploi de certains graphèmes : par exemple, le graphème eau est presque toujours . placé en fin de mot (beau, peau) et on peut expliquer la présence du e avec un mot . de la même famille (peau, peler) ; • l’emploi de certains phonèmes : par exemple, le phonème « ail » s’écrit -ail dans . les noms masculins (un bail) et -aille dans les noms féminins (une paille) ; • l’emploi ou non de certains accents par exemple, lorsque le e est suivi ou non . de consonnes doubles : (terrienne, planète) ou pour distinguer des homophones : (ou, où) ; • l’emploi du tréma : (mosaïque).

Les règles de position

G

p. 21

Certaines particularités orthographiques s’expliquent par la place qu’occupent . une ou plusieurs lettres dans les mots. Ainsi : • On trouve toujours un m devant un b, un m ou un p (exemples : tomber, impressionner, . immature) sauf dans certains cas, comme bonbon, bonbonne, embonpoint ou néanmoins ; • Un s entre deux voyelles se prononce z (exemples : réseau, paralysé, etc.) ; • Le c se prononce parfois comme le son s (exemple : cela), parfois comme le son k . (exemple : Camille) ; Grammaire • trois

3


• Le ç (c cédille) s’utilise pour conserver le son s devant les voyelles a, o et u . (exemple : une leçon) ; • Le g se prononce parfois comme le son j (exemple : protéger), parfois comme le son gue (exemple : organiser) ; • Le gu est utilisé devant les voyelles e et i pour obtenir le son gue (exemple : blogue) ;

1

• Le ge est utilisé devant le a pour conserver le son j (exemple : geai).

Les règles d’emploi du trait d’union

D

p. 53

Il existe plusieurs règles de l’emploi du trait d’union. En voici quelques-unes. On doit utiliser le trait d’union quand : 1) le verbe et le pronom personnel SUJET ou le pronom de conjugaison dans les phrases interrogatives sont inversés ; Exemple : La population a-t-elle été avertie du danger ? Les enfants sont-ils en sécurité ? 2) le verbe est suivi du pronom ce ou on ; Exemple : Peut-on réellement prévoir une catastrophe naturelle ? 3)

le verbe à l’impératif est suivi d’un pronom personnel complément ; Exemple : Le volcan est en éruption, regarde-le.

4) des

mots forment des nombres inférieurs à cent ;

Exemple : Dix-huit experts se sont rendus sur les lieux de la catastrophe.

4

quatre • Grammaire


3 Les mots La formation des mots C

La formation des mots par dérivation

p. 13

La dérivation est un procédé qui permet de former un nouveau mot en ajoutant un préfixe . ou un suffixe à un autre mot. Un préfixe est constitué d’une ou de plusieurs lettres que l’on place au début d’un mot de base pour former un autre mot. Exemple : le préfixe démo- signifie « peuple », comme dans le mot démographie. Un suffixe est constitué d’une ou de plusieurs lettres que l’on place à la fin d’un mot de base . pour former un autre mot. Exemple : le suffixe -iste signifie « qui joue d’un instrument », comme dans le mot flûtiste.

Les mots dérivés et leur classe

E

p. 9

Un suffixe ou l’élément savant placé en fin de mot détermine la classe de ce mot. Par exemple, le suffixe -logue sert à former des noms comme planétologue. Les mots dérivés peuvent appartenir à la même classe de mots que la base . ou à une classe différente. Par exemple, planétologue est un nom, comme sa base planète. Grammaire • cinq

5


F

La formation des mots

p. 15

Les mots de la langue française sont formés de plusieurs façons. En voici quelques-unes : • par dérivation ; – mot de base précédé d’un préfixe, Exemple : préjugé (pré-jugé) – mot de base suivi d’un suffixe. Exemple : sociologue (socio-logue) • par composition : mots formés d’au moins deux mots qui existent déjà . et qui sont liés ou non par un trait d’union ; Exemple : bienheureux • par la création de mots-valises : début d’un mot et fin d’un autre. Exemple : bibliobus (bibliothèque et autobus)

Soci

e

préjug ologu és

6

six • Grammaire

b

s u b iblio bienheu

r e ux


Les relations entre les mots Les relations entre les mots : utiliser le contexte d’un texte pour comprendre le sens d’un mot

A

p. 15

Il peut arriver que tu ne connaisses pas la signification d’un mot dans un texte. . Tu n’as pas toujours à chercher dans le dictionnaire pour en comprendre le sens. . Parfois, le contexte peut t’aider à comprendre.

A

Le sens des mots – les antonymes

p. 46

Des antonymes sont des mots de même classe, qui ont un sens opposé. Par exemple, . l’antonyme du mot bien est mal. Les antonymes utilisés côte à côte dans un texte . permettent de créer une image dans la tête du lecteur ou de la lectrice. Exemple : Là où poudres et réactifs sont inefficaces , le laser est très utile .

Les relations entre les mots

G

p. 52

Lorsqu’on écrit ou qu’on lit un texte, beaucoup de mots et d’idées se rapportant . au sujet principal comportent des liens de sens. Ils nous aident à comprendre . un texte ou à préciser le sens de ce qu’on veut écrire. Il peut s’agir : a) de synonymes ;

Exemples : jeunes, adolescents.

b) d’antonymes ;

Exemples : enfant, vieillard.

Grammaire • sept

7


c) de nom de parties d’un tout ;

Exemples : pages, première de couverture, résumé sont des parties d’un tout, soit d’un livre.

d) d’un ordre d’intensité ;

Exemples : benjamin, cadet, aîné.

e) de mots génériques et de mots spécifiques ;

Exemples : livre (générique), bande dessinée, roman, essai (spécifiques).

Observe aussi que les mots ayant un lien de sens ne sont pas toujours . de la même famille morphologique. Exemple : les mots musique, note, gamme, album.

Le sens des mots Le sens des mots

C

p. 47

• Un mot peut avoir un ou plusieurs sens propres qui sont proches les uns des autres. Exemple : « En outre, inspiré du thème de Rémus et Romulus, j’ai brodé autour de l’histoire de deux orphelins élevés par des loups, et séparés en bas âge. » Dans cette phrase, le mot histoire a le sens suivant : « récit imaginaire ». Dans un autre contexte, le mot histoire peut avoir un tout autre sens « Science qui étudie . les faits et événements passés ».

8

huit • Grammaire


• Un mot peut aussi être utilisé au sens figuré, c’est-à-dire qu’il permet de créer une image dans la tête du lecteur. Dans la phrase, le mot brodé est employé au sens figuré. Il signifie que Bryan Perro . a construit un récit romancé autour de l’histoire de deux orphelins. S’il avait été employé au sens propre, le mot aurait signifié « orner un tissu de motifs à l’aide d’aiguilles ».

Le sens des locutions

E

p. 39

Une locution est un groupe de mots. Parfois, il s’agit d’un groupe de mots . qui permet de formuler une expression qui crée une image dans la tête du lecteur. . On l’appelle alors une expression au sens figuré. Attention, cependant, . la locution n’est pas l’addition du sens des mots qui la forment ! Par exemple, la locution « Avoir des papillons dans l’estomac » ne signifie pas . que des insectes volent dans ton organe digestif. De façon imagée, cette locution . veut dire « ressentir de la nervosité ». Voici d’autres exemples de locutions : dormir sur ses deux oreilles, avoir une faim de loup, tomber dans les pommes, tirer les vers du nez, faire la grasse matinée, voir la vie en rose.

Quelques propriétés des mots

G

p. 9

En cherchant dans ton dictionnaire, as-tu déjà observé que • certains mots se combinent à d’autres de façon privilégiée ? Exemple : On dit une faim de loup et un temps de chien et non « une faim de chien » . ou « un temps de loup ». Grammaire • neuf

9


• des paires de noms qui ont la même forme mais un genre différent expriment un sens différent ? Exemple : Un mémoire est un exposé écrit sur un sujet scientifique et la mémoire est l’aptitude à conserver en tête des choses du passé. • un mot peut appartenir à plus d’un registre ? Exemple : Dans la langue standard, on peut utiliser le verbe taxer, qui signifie « faire payer . un impôt », alors que dans la langue familière, le verbe taxer signifie également « voler quelqu’un ». • le sens de certains adjectifs dépend de leur position avant ou après le nom ? Exemple : Une drôle d’histoire signifie « une histoire étonnante », alors qu’une histoire drôle fait rire.

Le dictionnaire Les sortes de dictionnaires

D

p. 39

Il existe toutes sortes de dictionnaires pour répondre à toutes sortes de besoins. . En voici quelques-uns. • Dictionnaire thématique : pour trouver des informations relatives à un thème en particulier. • Dictionnaire descriptif : pour trouver des définitions complètes. • Dictionnaire encyclopédique : pour acquérir de nouvelles connaissances exposées . de façon méthodique. • Dictionnaire des rimes : pour rédiger un texte poétique. • Dictionnaire des synonymes : pour varier le choix des mots dans un texte.

10

dix • Grammaire


G

Décoder un dictionnaire

p. 20

Il existe différentes sortes de dictionnaires : thématiques, descriptifs, ­encyclopédiques, . de synonymes, de rimes. Les dictionnaires sont des outils de référence très utiles lorsque . tu sais les comprendre. En effet, il y a certains « codes » pour comprendre la définition d’un mot :

1)

Les abréviations te donnent des indications gramma­ ticales sur le mot. Exemples :

n.m. signifie nom masculin, v.tr., verbe transitif, fam., ­langage familier, fig., sens figuré, inv., mot invariable, adj., adjectif.

2)

mineur, eure n. et adj. 1. n. Personne qui n’a pas encore atteint l’âge de la majorité. Les

3)

mineurs n’ont pas le droit de voter. ANT.

Observation : Des homophones qui ­s’écrivent de la même façon font l’objet de deux entrées dans le dictionnaire quand leurs sens sont très éloignés.

Le reste de la définition précise le mot générique.

majeur. 2. adj. Qui n’a pas encore atteint 4)

l’âge de la majorité, fixé à dix-huit ans au Québec. Nancy n’a que seize ans : elle est

7)

Le premier mot de la définition est un terme générique de la même classe que le mot défini.

encore mineure. ANT. majeur 5) 6)

S’il y a une autre définition du même mot, elle suit la première.

On trouve ensuite un exemple ou des exemples qui illustrent le sens du mot.

On indique également si le registre est familier ou non, s’il existe des antonymes ou des synonymes à ce mot, ou si on peut l’utiliser dans une expression, etc.

Grammaire • onze

11


4 Le nom L’emploi de la majuscule dans les noms de peuples

C

p. 21

Tu sais déjà qu’un nom propre débute par une lettre majuscule. Lorsqu’un nom désigne . un peuple, il s’agit d’un nom propre. Ce mot doit donc nécessairement commencer . par une lettre majuscule. Exemple : Sous le règne de Marie-Antoinette, les Parisiens vivaient dans la pauvreté absolue. Dans la phrase suivante, le mot espagnols n’est pas un nom ; il s’agit d’un adjectif qui précise l’appartenance à un peuple. C’est pourquoi il débute par une lettre minuscule. Les chevaliers espagnols s’attaquèrent avec force aux dangers qui guettaient leur contrée.

5 Le déterminant Remarques au sujet des déterminants

B

p. 64

• Devant un nom masculin commençant par une voyelle ou un h muet, le déterminant ce devient cet. Exemples : cet épi, cet homme • Devant un nom féminin commençant par une voyelle ou un h muet, les déterminants . possessifs ma, ta et sa deviennent mon, ton et son. Exemples : ton admiratrice, mon héroïne

12

douze • Grammaire


• Le pluriel et le féminin de certains déterminants se forment selon les mêmes règles .

Rappelle-toi !

que le pluriel et le féminin des noms et des adjectifs. Voici quelques exemples. RÈGLES DE FORMATION DE CERTAINS DÉTERMINANTS

Règle de formation Exemples du pluriel Ajout d’un s

Règle de formation du féminin

le/les, ce/ces, leur/leurs, Ajout d’un e quelque/quelques, quel/quels

Ajout d’un x au/aux

Exemples un/une, aucun/aucune, tout/toute, certain/certaine

Doublement de cet/cette, quel/quelle, la consonne finale + e nul/nulle

Le nom est un donneur d’accord Le nom donne son . genre et son nombre au déterminant . qui l’accompagne . et à l’adjectif qui . le complète.

f. sing.

Ex. : une bonne équipe

6 L’adjectif L’adjectif qui complète plusieurs noms

B

p. 64

L’adjectif qui complète plusieurs noms de même genre se met . au pluriel et reçoit le genre des noms qu’il complète.

f.

f.

f. pl.

Exemples : une coureuse et une skieuse allemandes

m.

m.

m. pl.

un coureur et un skieur allemands

Grammaire • treize

13


F

L’accord de l’adjectif attribut du sujet

p. 64

• Placé après un verbe attributif, l’adjectif a la fonction d’attribut du sujet. Les principaux verbes attributifs sont : être, paraître, sembler, devenir, demeurer et rester. Exemples : Les Beatles furent populaires. Leur succès demeure phénoménal. • L’adjectif attribut du sujet s’accorde en genre et en nombre avec le sujet. fém. sing.

Exemple : Coco Chanel deviendra connue à travers le monde. sujet (elle) adj. attribut du sujet

G

L’adjectif attribut du sujet

p. 65

L’adjectif qui suit un verbe attributif exerce la fonction attribut du sujet. Généralement, l’adjectif attribut du sujet ne peut être effacé, mais il peut être remplacé . par le ou l’ avant le verbe. Exemple : Cette fille semble invincible.

14

quatorze • Grammaire

Cette fille le semble.


7 Le verbe Constater le sens et l’emploi des principaux temps de verbe

D

p. 47

Dans un texte courant, les temps de verbe permettent de préciser des informations. . En effet, le passé, le présent et le futur sont des indices qui permettent au lecteur . ou à la lectrice de situer l’information dans le temps. Lorsqu’un verbe est conjugué au passé, cela peut signifier que l’information transmise . s’est produite à une époque passée et qu’elle perdure ou non encore aujourd’hui.

maintenant Lorsqu’un verbe est conjugué au présent, cela peut signifier que l’information . était actuelle au moment où le texte a été écrit.

maintenant Lorsqu’un verbe est conjugué au futur, cela signifie une action qui se produira . dans l’avenir. On peut utiliser le futur pour exprimer, entre autres, un projet, un but.

maintenant Exemple : « Ces logiciels seront amendés et perfectionnés en permanence par les roboticiens . du monde entier […] » La conjugaison au futur t’indique qu’actuellement, l’amendement et le perfectionnement . tels que décrits ne sont pas possibles. Ils le seront éventuellement, espèrent les scientifiques.

Grammaire • quinze

15


E

Pour reconnaître un verbe

p. 64

Il existe différentes stratégies pour reconnaître un verbe. Entre autres : • pour reconnaître un verbe à l’infinitif, on peut ajouter ne pas . ou il va devant le ou les mots qui le précèdent ; Exemple : J’aime observer les étoiles. ➙ ne pas observer ; il va observer. • pour reconnaître un verbe conjugué, on peut remplacer ce mot, ou ces mots dans le cas d’un verbe à un temps composé, par le même verbe conjugué à un temps différent. Exemple : Elle a cru apercevoir un ovni. ➙ Elle croyait apercevoir un ovni.

As-tu remarqué ? L’accord du verbe Le verbe qui a comme sujet un groupe du nom dont le noyau est un nom au . singulier se conjugue toujours à la troisième personne du singulier. Le verbe qui a comme sujet des groupes du nom coordonnés (ou un groupe du nom dont le noyau est un nom au pluriel), se . conjugue toujours à la troisième personne . du pluriel.

16

E

p. 64

Le verbe conjugué à un temps simple ou l’auxiliaire d’un verbe conjugué à un temps composé reçoivent la personne et le nombre de leur sujet. Quand le sujet est un groupe du nom, . c’est le noyau de ce dernier qui donne sa personne et son nombre au verbe. Voici différentes constructions du sujet du verbe : – un pronom de conjugaison qui précède ou suit le verbe ; Exemple : Que sais-tu au sujet de l’Univers ? Je sais que sa taille est inconcevable.

2e pers. sing.

1re pers. sing.

– un pronom de conjugaison séparé du verbe par un autre pronom ; Exemple : Je te demande de terminer ta recherche sur le monstre du Loch Ness.

seize • Grammaire

1re pers. sing.


– un autre pronom que le pronom de conjugaison ; Exemple : Cela exigera plusieurs calculs savants.

3e pers. sing.

– un groupe du nom avec ou sans expansions ; Exemple : Les agroglyphes font l’objet de nombreuses observations.

3e pers. pl.

– des groupes du nom coordonnés ; Exemple : Aristote et Galilée comptent parmi les personnes qui ont étudié la Voie lactée.

3e pers. pl.

L’accord du participe passé

F

p. 64

• Le participe passé sert à former les temps de conjugaison composés, comme le passé composé. Exemples : j’ai chassé, tu avais grogné, nous serions disparus • Lorsque le participe passé est employé sans auxiliaire (c’est-à-dire comme un adjectif), . il reçoit le genre et le nombre du nom ou du pronom qu’il complète.

As-tu remarqué ? Le pluriel des noms . propres de peuples . suit les mêmes règles . que le pluriel des . noms communs.

fém. sing.

Exemples : Vêtue de sa classique robe noire, Coco Chanel aimait provoquer. part. passé nom fém. sing.

Élevée en orphelinat, elle deviendra tout de même celle qu’on sait. pronom part. passé

• Lorsque le participe passé est employé avec l’auxiliaire être, il s’accorde en genre . et en nombre avec le sujet. masc. plur.

Exemple : Les Rolling Stones sont entrés dans la légende grâce à leurs innombrables succès. sujet (ils) part. passé Grammaire • dix-sept

Exemples : • un Italien / . des Italiens • une Africaine /. des Africaines

17


8 Le pronom A

Le pronom

p. 64

• Le pronom est un mot qui remplace ou représente un groupe du nom (GN). Il se place : – devant le verbe  ; Exemple : Qui part en mission ? – après le verbe , relié par un trait d’union ; Exemple : Pars-tu en vacances ? – devant le verbe, séparé par un autre pronom . Exemple : Cela m’intrigue. • Le pronom peut être composé d’un seul mot ou de plusieurs mots. PRONOMS

18

Sortes

Exemples

Personnels

je, tu, il, elle, on, nous, vous, ils, elles

Possessifs

le mien, la mienne, les miens, les miennes

Démonstratifs

celui, celle, ceux, celles, ce, ceci, cela, ça, celui-ci

Interrogatifs

qui, que, quoi, lequel, laquelle, lesquels, lesquelles

Relatifs

qui, que, quoi, dont, où, lequel, laquelle, lesquels

Indéfinis

personne, certains, rien, quelqu’un, quelque chose

dix-huit • Grammaire


Le pronom : mot de substitution

A

p. 64

Le pronom est un mot de substitution qui permet la reprise de l’information. On appelle .

As-tu remarqué ?

antécédent le groupe de mots que remplace un pronom. Le pronom peut remplacer : Le pronom qui . remplace un groupe du nom (GN) . a le même genre, . le même nombre . et la même personne que le nom noyau. Lorsqu’on remplace un GN par un pronom, l’ordre des mots peut changer dans la phrase.

• un groupe du nom (GN) ; Exemple : Le camelot se lève à l’aurore. Il doit distribuer les journaux.

antécédent

• d’autres sortes de groupes de mots. Exemples : Josiane aime recevoir des amis. En fait, Josiane adore cela.

Luc pense à Annie. Luc doit absolument lui parler.

9 L’adverbe L’adverbe

C

p. 64

• L’adverbe est un mot invariable qui modifie le sens d’un verbe, d’un adjectif . ou d’un autre adverbe. Lorsqu’il modifie : – un adjectif ou un autre adverbe, l’adverbe se place avant le mot qu’il précise ; Exemples : Elle est très perspicace.   Aborde-la très délicatement. – un verbe conjugué à un temps simple, l’adverbe se place après le verbe ; Exemple : La créature s’extirpa totalement de sa prison.

Grammaire • dix-neuf

19


– un verbe conjugué à un temps composé, l’adverbe se place entre l’auxiliaire . et le participe passé. Exemple : La créature s’est totalement extirpée de sa prison. • L’adverbe peut aussi jouer le rôle de marqueur de relation. Exemple : La créature est sortie, ensuite, elle a appelé sa meute. • L’adverbe peut être composé d’un seul ou de plusieurs mots. Adverbes

Types

As-tu remarqué ? L’adverbe complément de phrase peut apparaître au début, au milieu ou à la fin de la phrase.

Exemples

de manière

ainsi, bien, ensemble, gentiment, lentement, mal, vite, à tort, à propos, etc.

de quantité ou d’intensité

assez, aussi, autant, beaucoup, moins, peu, plus, presque, très, trop, etc.

de temps

aujourd’hui, bientôt, demain, désormais, encore, hier, souvent, tout à l’heure, etc.

de lieu

ailleurs, dehors, derrière, en arrière, ici, là, là-bas, loin, partout, à gauche, etc.

d’affirmation

assurément, oui, sans doute, sûrement, certainement, vraiment, etc.

de négation

aucunement, pas du tout, ne… pas, non, ne… jamais, ne… point, ne… rien, etc.

• Pour former des adverbes en -ment, il s’agit de transformer des adjectifs en suivant . les règles suivantes. Finale de l’adjectif masculin

Règle

Exemples

une consonne

+ -ment à l’adjectif féminin

grand : grande + ment ➙ grandement

Exemples : Le tournoi commence demain.

-e, -é, -i ou -u

+ -ment à l’adjectif masculin

brave : brave + ment ➙ bravement. absolu : absolu + ment ➙ absolument

Demain, le tournoi commence.

-ent

remplacer -ent par -emment

différent ➙ différemment

-ant

remplacer -ant par -amment

suffisant ➙ suffisamment

20

vingt • Grammaire


10 La préposition La préposition

D

p. 64

• La préposition est un mot invariable que l’on place devant un mot ou un groupe de mots qui exercent la fonction de complément. Il peut s’agir : – d’un groupe du nom (GN) ; Exemple : Nous sommes plongés dans la musique de Mozart. – d’un adverbe ; Exemple : Depuis toujours, l’intelligence fascine. – d’un verbe à l’infinitif ; Exemple : J’écoute Mozart pour développer mon esprit. • La préposition peut être formée d’un seul mot ou de plusieurs mots. Exemples : à, avant, après, jusqu’à, pendant, au-dessus de, de façon à, afin de Les prépositions établissent des relations de sens entre les mots ou entre les idées . dans une phrase. Une même préposition peut exprimer différents liens, selon le contexte. . Voici une liste des prépositions les plus fréquentes. Sens

Prépositions

Temps

à, avant, après, depuis, dès, durant, jusqu’à, pendant, pour, etc.

Nous étudierons Pavlov après avoir vu Mozart.

Lieu

à, au-dessus de, auprès de, chez, dans, derrière, devant, au pied de, en, vers, . loin de, etc.

Nous irons travailler au laboratoire.

But

à, pour, afin de, de façon à, de manière à, etc.

Couchez-vous tôt afin d’avoir l’esprit vif.

à, de, par, avec, sans, selon, etc.

Avec ce robot, vous vous surpasserez.

Manière

Exemples

Grammaire • vingt et un

21


11 La conjonction La conjonction

G

p. 64

La conjonction est un mot invariable

qui sert à unir :

• des mots ; Exemple : Un long et pénible silence plane dans la pièce. • des groupes de mots ; Exemple : Toute l’école savait qui j’étais ou connaissait mon nom. • des phrases. Exemple : Francoeur est finissant et son père est médecin. La conjonction peut être formée d’un seul mot ou de plusieurs mots et exprimer différentes ­relations de sens. Voici une liste des conjonctions les plus fréquentes. Le sens des conjonctions les plus fréquentes Addition et, puis

22

Alternative ou

vingt-deux • Grammaire

Opposition mais, . par contre, . toutefois

Séquence d’abord, . premièrement, puis, ensuite

Temps avant que, . après que, . depuis que, lorsque, pendant que, quand

Cause car, puisque, parce que


12 La phrase La phrase de base

D

p. 65

La phrase de base est un outil de comparaison pour observer les autres types de phrases . et pour comprendre leur structure. Plusieurs phrases déclaratives sont construites selon . le modèle de la phrase de base. La phrase de base : • est formée de deux constituants obligatoires : le sujet, qui occupe la première position . et le prédicat, qui occupe la deuxième position ; Exemple : Ce chien Mira deviendra mes yeux. • est parfois complétée par un ou plusieurs constituants facultatifs que l’on appelle compléments de phrase. Dans la phrase de base, les compléments de phrase suivent le prédicat ; Exemple : Ce chien Mira deviendra mes yeux lors de mes sorties. • est de forme positive (elle ne contient donc pas de mots de négation comme ne… pas).

Grammaire • vingt-trois

23


La phrase qui contient plus d’un verbe conjugué et les phrases sans verbe conjugué

G

p. 64

Pour former une phrase qui contient plus d’un verbe conjugué, on peut utiliser des conjonctions comme que, quand, lorsque, parce que ou des pronoms relatifs comme qui, que, dont

.

Exemple : Les parents se raccrochent à leur passé parce que la société évolue vite. (conjonction)

Voici des structures possibles de phrases sans verbe conjugué : • un groupe du nom seul suivi d’un point d’exclamation

 ;

Exemple : Quelle histoire ! • les mots voici ou voilà accompagnés d’autres mots

 ;

Exemple : Voilà la belle Silia. • un verbe à l’infinitif suivi d’un groupe de mots

.

Exemple : Descendre tout en douceur.

Les types de phrases La phrase de type interrogatif

A

p. 65

La phrase interrogative est une phrase qui sert à poser une question. Elle contient souvent . des mots interrogatifs et se termine par un point d’interrogation ( ?).

24

vingt-quatre • Grammaire


La phrase interrogative est formée d’un sujet, d’un prédicat et parfois d’un ou de plusieurs . compléments de phrase. Ses constituants sont placés dans un ordre différent de celui . de la phrase de base. Voici des façons de construire une phrase interrogative à partir d’une phrase de base. • Une question à laquelle on ne peut répondre que par oui ou non.. Phrase de base ➙ Julie cherche des indices. – Ajout de est-ce que ou est-ce qu’il. Exemple : Est-ce que Julie cherche des indices ?

Liste de mots interrogatifs Est-ce que, qui est-ce qui, qu’est-ce que, qu’est-ce qui, combien, combien de, comment, où, pourquoi, quand, que, qui, quoi, quel/ quelle/quels/quelles.

– Ajout d’un pronom après le verbe. Exemple : Julie cherche- t -elle des indices ?

As-tu remarqué ?

– Déplacement du pronom sujet après le verbe. Exemple : Cherche-t-elle des indices ? • Une question pour obtenir une réponse autre que oui ou non. La question porte sur :

le sujet

Phrase de base

Pierre a téléphoné.

Exemple de phrase interrogative

Qui a téléphoné ?

Qui est-ce qui a téléphoné ?

La voiture rouge roulait vite.

Qu’est-ce qui roulait vite ?

Quelle voiture roulait vite ? l’attribut du sujet

La route est dégagée.

le complément de phrase

Tu rappelleras dans une heure. Quand rappelleras-tu ?

Nous enquêtons au parc.

Lorsque le pronom . il ou elle est placé après un verbe qui se termine par -e ou -a, il faut ajouter un t précédé et suivi . d’un trait d’union entre le verbe . et le pronom.

Comment est la route ? Où enquêtons-nous ?

Grammaire • vingt-cinq

25


La phrase impérative

C

p. 65

La phrase impérative est une phrase qui sert à donner un conseil, un ordre ou une consigne. On la rencontre dans divers genres de textes, comme les recettes, les modes d’emploi, . les consignes, les itinéraires ou les règles d’un jeu. • Elle se termine par un point (.) ou un point d’exclamation ( !). Exemple : Raconte-moi ce qui s’est passé.   Tais-toi ! • La phrase impérative se construit à l’aide d’un verbe conjugué à l’impératif. • Au mode impératif, le verbe se conjugue uniquement à la deuxième personne . du singulier et aux première et deuxième personnes du pluriel. Exemples : Cherche encore.   Donnons le meilleur de nous-mêmes !   Venez ici ! • La phrase impérative est formée d’un prédicat et parfois d’un ou de plusieurs compléments . de phrase. Le sujet n’est pas exprimé, mais il peut être déterminé par l’ajout d’un pronom de conjugaison approprié pour reformer la phrase de base. Exemples : Phrase impérative

26

Phrase de base

Cherche encore.

Tu cherches encore.

Venez avec moi.

Vous venez avec moi.

Donnons le meilleur de nous-mêmes. Nous donnons le meilleur de nous-mêmes.

vingt-six • Grammaire


D

La phrase de forme positive et la phrase de forme négative

p. 65

• La phrase positive est une phrase qui sert à dire qu’un fait, une information, . un jugement ou un sentiment existe, ou à exprimer une opinion. Exemple : J’ai croisé Sébastien. Tout l’intéresse. Je le trouve toujours aussi brillant. • La phrase négative est une phrase qui sert à nier un fait, une information, un jugement . ou un sentiment, ou à exprimer une opinion. Exemple : Je n’ai pas croisé Sébastien. Rien ne l’intéresse. Je ne l’ai pas trouvé en forme.

As-tu remarqué ? Dans la langue orale, on supprime souvent le ne dans une phrase négative. Exemple : J’ai pas . le temps d’aller jouer dehors.

• La phrase négative contient généralement deux mots de négation ; le mot ne (n’) accompagné de l’un des mots suivants : pas, plus, jamais, aucun, rien, etc.

Les fonctions dans une phrase Le complément du nom

B

p. 65

Le complément du nom est un mot ou un groupe de mots qui donne une caractéristique . au nom ou qui en précise le sens. • Dans un groupe du nom (GN), sa présence n’est pas obligatoire ; il peut donc être effacé.

GN

GN

Exemple : Mon amie Frédérique joue avec son nouveau ballon de soccer . • Les mots qui jouent le rôle de complément du nom suivent immédiatement le nom . qu’ils complètent, à l’exception de l’adjectif qui peut être placé devant ce nom.

GN

GN

Exemple : Une nouvelle difficulté attend l’athlète de haut calibre . Grammaire • vingt-sept

27


• Un groupe du nom peut contenir plus d’une expansion.

GN

Exemple : La foule bruyante du stade applaudit. • Dans un groupe du nom contenant un ou plusieurs compléments du nom, . le premier nom est le noyau.

GN

Exemple : Les joueurs de mon équipe de soccer sont sympathiques.

Les constructions du complément du nom L’adjectif est souvent utilisé pour compléter un nom, mais d’autres mots ou groupes de mots . peuvent aussi compléter un nom. CONSTRUCTIONS DU COMPLÉMENT DU NOM

As-tu remarqué ? Les pronoms je, tu, il/on et ils . deviennent moi, toi, lui et eux lorsqu’on les encadre par C’est… qui… ou Ce sont… qui… Exemple : Tu t’intéresses aux ovnis. ➙ C’est toi qui t’intéresses . aux ovnis.

28

Mot ou groupe de mots

Adjectif avant ou après le nom

Exemples

Préposition à ou de + groupe du nom Groupe du nom

Autre préposition + groupe de mots

Le sujet : constituant obligatoire

un défi relevé

un superbe parcours

le courage de ce cycliste

une course à relais

l’entraîneur Rémy

une médaille pour Sylvie

un kayak à vendre

E

p. 65

Le sujet est un constituant obligatoire de la phrase. Il indique de qui ou de quoi on parle . dans la phrase. Habituellement, le sujet est placé devant le prédicat (groupe du verbe). . C’est souvent un pronom ou un groupe du nom (GN) qui occupe la fonction sujet. Exemple : Le monstre du lac criait fort. Il faisait fuir le plus courageux des touristes.

vingt-huit • Grammaire


As-tu remarqué ?

E

Reconnaître le sujet dans une phrase

p. 65

Pour reconnaître le sujet dans une phrase, repère le mot ou le groupe de mots pour lesquels : • l’encadrement par l’expression C’est… qui… ou Ce sont… qui… est possible ; Exemple :

Ce sont

Hubert Reeves et Pierre Chastenay

qui

Les pronoms je, tu, il/on et ils . deviennent moi, toi, lui et eux lorsqu’on les encadre par C’est… qui… ou Ce sont… qui…

sont des astronomes québécois.

• le remplacement par un pronom de conjugaison est possible ; Ils

Exemple : Hubert Reeves et Pierre Chastenay sont des astronomes québécois.

Exemple : Tu t’intéresses aux ovnis. ➙ C’est toi qui t’intéresses . aux ovnis.

• l’effacement est impossible ; Exemple :

Hubert Reeves et Pierre Chastenay sont des astronomes québécois.

• le déplacement est impossible. Exemple :

Sont des astronomes québécois Hubert Reeves et Pierre Chastenay.

Le complément de phrase

Cette rubrique . « As-tu remarqué ? » . est la même que celle . de la page précédente. . On garde les . deux rubriques ?

F

p. 65

• Le complément de phrase est un constituant dont la présence n’est pas obligatoire . dans la phrase. Le complément de phrase apporte souvent une précision de temps, . de lieu, de but ou de cause. Exemple : Il entra dans un musée à l’âge de 15 ans afin d’imposer son art. ­

lieu

temps

but

Grammaire • vingt-neuf

29


• Différents groupes de mots peuvent occuper la fonction complément de phrase : – un groupe du nom ; Exemple : Nous dansons le rock and roll tous les vendredis. – un préposition suivie d’un groupe de mots ; Exemple : À la fin de la guerre, Coco s’installa en Suisse. – un adverbe ; Exemple : Souvent, des filles s’évanouissaient devant les Beatles. – une conjonction suivie d’une phrase. Exemple : Elvis a du succès auprès des jeunes bien que leurs parents les désapprouvent. • Pour repérer un complément de phrase, on détermine le mot ou le groupe de mots dont : – l’effacement est possible ; Exemple : Le rock atteint l’Europe à la fin des années 1950. – le déplacement est possible ; Exemple : À la fin des années 1950, le rock atteint l’Europe. – le dédoublement par et cela se passe ou et il/elle le fait est possible. Exemple : Le rock atteint l’Europe et cela se passe à la fin des années 1950.

30

trente • Grammaire


Le prédicat

F

p. 65

Le prédicat est la fonction occupée par le groupe du verbe (GV) dans la phrase. .

As-tu remarqué ?

C’est un constituant obligatoire de la phrase. Le noyau du groupe du verbe est . un verbe conjugué. Il peut être complété par un ou plusieurs groupes de mots. . Le prédicat se trouve habituellement après le sujet.

La ponctuation Les marques de parole

B

p. 52

Dans un texte courant, il arrive souvent que l’auteur ou auteure rapporte les paroles . d’une personne crédible pour appuyer ses propos. Parfois, les mots prononcés sont précédés ou suivis d’un verbe de parole et placés . entre guillemets. Exemple : « Réveille-toi, l’arbitre ! », crient souvent les parents. Parfois, les paroles rapportées sont modifiées pour éviter d’utiliser les guillemets. Exemple : Le président de Hockey Canada estime que la violence n’a pas sa place au hockey.

Grammaire • trente et un

Pour repérer . le prédicat, soit . le groupe du verbe, dans une phrase, on déter­mine le groupe de mots : • qui contient un verbe conjugué ; . Exemple : Janis s’impose comme chanteuse rock. • dont l’effacement est impossible ; Exemple : x Janis s’impose comme chanteuse rock. • dont le . déplacement . est impossible. Exemple : . x S’impose comme chanteuse rock Janis.

31


La virgule, le deux-points et les guillemets

G

p. 65

On utilise la virgule : • pour séparer les éléments d’une énumération non reliés par et ou par ou

 ;

Exemple : Régis conseille ses clients sur leurs droits, obligations et règlementations. • pour isoler un complément de phrase placé en début de phrase ; Exemple : Désormais, il est avocat conseil en droit d’Internet. • pour encadrer un complément de phrase placé au milieu de la phrase ; Exemple : La jeune femme, depuis quelque temps, crée des groupes de discussion. • pour isoler ou encadrer une phrase qui précise qui parle. Le sujet se place . alors généralement après le verbe. Exemple : « Je me souviens qu’un jour, raconte Delph, des individus s’étaient rassemblés dans une pièce d’un jeu pour manifester. » On se sert du deux-points ( :) pour introduire des paroles rapportées dans un texte. . On se sert des guillemets (« ») pour encadrer les paroles rapportées. Exemple : Je lui avais chuchoté : « Tu ne vois pas que je suis déjà assez stressé comme ça ?  »

32

trente-deux • Grammaire


Conjugaison

Manuel de l’élève

A

L’infinitif du verbe • Le verbe au mode infinitif n’est pas conjugué : il n’indique ni la personne ni le nombre. . L’infinitif représente le nom du verbe. • Les terminaisons des verbes à l’infinitif présent sont : -er : aimer, chanter, penser -ir : finir, tenir, réussir -re : prendre, mettre, faire -oir : voir, pouvoir, vouloir • Lorsque deux verbes se suivent, le second est généralement à l’infinitif. Exemple : Il veut acheter un nouvel ordinateur. Attention ! Le verbe qui suit l’auxiliaire avoir ou être se met au participe passé. Exemple : Kim aime marcher. Elle a marché pendant deux longues heures hier. • Lorsqu’un verbe suit une préposition comme à, de, pour ou sans, ce verbe est à l’infinitif. Exemples : Elle vient de partir.

Ils courent pour arriver à l’heure.

Conjugaison • trente-trois

33


Manuel de l’élève

A

Les verbes aimer et aller à certains temps de l’indicatif Les verbes qui se terminent en -er à l’infinitif sont très nombreux. Leur conjugaison . est régulière. Le verbe aller est le seul verbe se terminant en -er qui n’a pas les mêmes . terminaisons que le verbe modèle aimer. Dans le tableau ci-dessous, on sépare le radical de la terminaison.

Les autres temps de conjugaison Ton enseignant . ou enseignante . te remettra un . tableau de tous . les temps de. conjugaison . de chaque verbe.

34

Aimer

Aller

Présent

J’aime

Je vais

Tu aimes

Tu vas

Il/Elle, On aime

Il/Elle, On va

Nous aimons

Nous allons

Vous aimez

Vous allez

Ils/Elles aiment

Ils/Elles vont

Imparfait

J’aimais

J’allais

Tu aimais

Tu allais

Il/Elle, On aimait

Il/Elle, On allait

Nous aimions

Nous allions

Vous aimiez

Vous alliez

Ils/Elles aimaient

Ils/Elles allaient

Futur simple

J’aimerai

J’irai

Tu aimeras

Tu iras

Il/Elle, On aimera

Il/Elle, On ira

Nous aimerons

Nous irons

Vous aimerez

Vous irez

Ils/Elles aimeront

Ils/Elles iront

Conditionnel présent

J’aimerais

J’irais

Tu aimerais

Tu irais

Il/Elle, On aimerait

Il/Elle, On irait

Nous aimerions

Nous irions

Vous aimeriez

Vous iriez

Ils/Elles aimeraient

Ils/Elles iraient

trente-quatre • Conjugaison


Les verbes commencer et manger à certains temps de l’indicatif

A

Voici deux nouveaux verbes modèles que tu dois pouvoir conjuguer.

Commencer (verbe en -cer)

Manuel de l’élève

Manger (verbe en -ger)

Présent

Je commence

Je mange

Tu commences

Tu manges

Il/Elle, On commence

Il/Elle, On mange

Nous commençons

Nous mangeons

Vous commencez

Vous mangez

Ils/Elles commencent

Ils/Elles mangent

Imparfait

Je commençais

Je mangeais

Tu commençais

Tu mangeais

Il/Elle, On commençait

Il/Elle, On mangeait

Nous commencions

Nous mangions

Vous commenciez

Vous mangiez

Ils/Elles commençaient

Ils/Elles mangeaient

Futur simple

Je commencerai

Je mangerai

Tu commenceras

Tu mangeras

Il/Elle, On commencera

Il/Elle, On mangera

Nous commencerons

Nous mangerons

Vous commencerez

Vous mangerez

Ils/Elles commenceront

Ils/Elles mangeront

Conditionnel présent

Je commencerais

Je mangerais

Tu commencerais

Tu mangerais

Il/Elle, On commencerait

Il/Elle, On mangerait

Nous commencerions

Nous mangerions

Vous commenceriez

Vous mangeriez

Ils/Elles commenceraient

Ils/Elles mangeraient

As-tu remarqué ? Le radical de ces deux verbes varie : c ➙ ç devant o et a

Conjugaison • trente-cinq

g ➙ ge devant o et a

Les autres temps de conjugaison Ton enseignant . ou enseignante . te remettra un . tableau de tous les temps de conjugaison . de chaque verbe.

35


Manuel de l’élève

B

Le radical et la terminaison La conjugaison est l’ensemble des formes que peut prendre le verbe. Un verbe conjugué . a généralement deux parties : un radical et une terminaison. Le radical • Le radical, c’est la partie principale qui contient le sens du verbe. Exemples : Hier, nous affrontions les Prédateurs.

Aujourd’hui, nous affrontons les Prédateurs.

Demain, nous affronterons les Prédateurs.

Le radical affront- désigne . toujours l’action d’affronter.

• Généralement, les verbes conservent le même radical tout au long de la conjugaison. Exemple : Le verbe aimer présente le radical aim-, peu importe le mode, le temps . ou la personne auxquels il est conjugué. • Certains verbes présentent plusieurs radicaux. Exemple : Le verbe franchir se conjugue à l’aide des radicaux franchi- et franchiss-  :

je franchis, nous franchirons, vous franchissiez, ils franchissaient.

La terminaison La terminaison, c’est la partie qui change selon : • le mode (exemples : indicatif, impératif, subjonctif) ; • le temps (exemples : présent, imparfait, futur) ; • le nombre (singulier ou pluriel) ; • la personne grammaticale (1re, 2e ou 3e). Exemple : Dans « elles s’entraînaient  », la terminaison -aient indique qu’il s’agit d’un verbe . conjugué au mode indicatif, au temps imparfait, à la 3e personne du pluriel.

36

trente-six • Conjugaison


Le verbe rendre

Manuel de l’élève

Le verbe rendre est le modèle de conjugaison des verbes en -dre qui font -dant au participe

B

présent. Ces verbes présentent le même radical tout au long de la conjugaison. INDICATIF

IMPÉRATIF

Présent

Passé composé

Je

rends

J’

ai

rendu

Tu

rends

Tu

as

rendu

Il/Elle, On

rend

Il/Elle, On a

Nous

rendons

Nous

avons rendu

Vous

rendez

Vous

avez

rendu

Ils/Elles

rendent

Ils/Elles

ont

rendu

Imparfait

Rends Rendons Rendez

rendu

Passé simple

SUBJONCTIF

Présent Que

je

rende

Que

tu

rendes

Qu’

il/elle, on

rende

Je

rendais

Je

rendis

Que

nous

rendions

Tu

rendais

Tu

rendis

Que

vous

rendiez

Il/Elle, On

rendait

Il/Elle, On rendit

Qu’

ils/elles

rendent

Nous

rendions

Nous

rendîmes

Vous

rendiez

Vous

rendîtes

Ils/Elles

rendaient

Ils/Elles

rendirent

Futur simple

Conditionnel présent

Je

rendrai

Je

rendrais

Tu

rendras

Tu

rendrais

Il/Elle, On

rendra

Il/Elle, On rendrait

Nous

rendrons

Nous

rendrions

Vous

rendrez

Vous

rendriez

Ils/Elles

rendront

Ils/Elles

rendraient

INFINITIF

Présent Rendre PARTICIPE

Présent

Passé

Rendant

Rendu

Rendue

Rendus

Rendues

Conjugaison • trente-sept

37


Manuel de l’élève

B

Le verbe prendre Le verbe prendre est le modèle de conjugaison des verbes dérivés de prendre . tels que apprendre, comprendre, entreprendre et surprendre. Ces verbes présentent . quatre radicaux différents. INDICATIF

Présent

Passé composé

Prends Prenons

Je

prends

J’

ai

pris

Tu

prends

Tu

as

pris

Il/Elle, On

prend

Il/Elle, On a

Nous

prenons

Nous

avons pris

Vous

prenez

Vous

avez

pris

Ils/Elles

prennent

Ils/Elles

ont

pris

Imparfait

Prenez

pris

SUBJONCTIF

Présent Que

je

prenne

Passé simple

Que

tu

prennes

Qu’

il/elle, on

prenne

Je

prenais

Je

pris

Que

nous

prenions

Tu

prenais

Tu

pris

Que

vous

preniez

Il/Elle, On

prenait

Il/Elle, On prit

Qu’

ils/elles

prennent

Nous

prenions

Nous

prîmes

Vous

preniez

Vous

prîtes

Ils/Elles

prenaient

Ils/Elles

prirent

38

IMPÉRATIF

Futur simple

Conditionnel présent

Je

prendrai

Je

prendrais

Tu

prendras

Tu

prendrais

Il/Elle, On

prendra

Il/Elle, On prendrait

Nous

prendrons

Nous

prendrions

Vous

prendrez

Vous

prendriez

Ils/Elles

prendront

Ils/Elles

prendraient

trente-huit • Conjugaison

INFINITIF

Présent Prendre PARTICIPE

Présent

Passé

Prenant

Pris

Prise

Pris

Prises


Manuel de l’élève

L’impératif présent L’impératif présent est un temps de conjugaison du verbe. Il est utilisé pour formuler un ordre, un conseil ou un souhait. On le rencontre dans divers genres de textes, comme les recettes, les modes d’emploi, les consignes, les itinéraires ou les règles d’un jeu.

C

• Le sujet du verbe conjugué à l’impératif est sous-entendu ; il n’est pas énoncé. . À l’impératif présent, le verbe ne se conjugue qu’à deux personnes grammaticales : – la deuxième personne du singulier Exemple : Repose-toi un peu. – la première personne du pluriel Exemple : Arrêtons quelques instants. – la deuxième personne du pluriel Exemple : Laissez-moi me reposer. • On met un trait d’union entre le verbe à l’impératif et le pronom complément . placé après le verbe. Exemples : Prépare-toi à devoir te battre.

Garde-les pour effrayer la créature.

• Les verbes qui se terminent par -e à la deuxième personne du singulier prennent . un s devant les pronoms en et y. Exemples : Penses-y.

Manges-en.

Les terminaisons des verbes à l’impératif présent Singulier

1 pers. re

2 pers. e

Pluriel

3 pers. e

1 pers.

2e pers.

re

Verbes en -er (aimer…)

e

ons

ez

Verbes en -ir / -issant (finir…)

is

issons

issez

Verbes irréguliers

s

ons

ez

Sauf aller

a

ons

ez

-cueillir, offrir, souffrir, -ouvrir, -aillir (assaillir…), savoir, -vouloir (2 formes)

e

ons

ez

dire, redire, -faire

s

ons

tes

-vouloir et -valoir

x

ons

ez

3e pers.

Conjugaison • trente-neuf

39


Manuel de l’élève

C

Le verbe tenir Le verbe tenir est le modèle pour la conjugaison des verbes dérivés de tenir et venir, comme appartenir, entretenir, devenir et revenir. Ces verbes présentent plus de trois radicaux différents. indicatif

Présent

impératif

Passé composé

Je

tiens

J’

ai

tenu

Tiens

Tu

tiens

Tu

as

tenu

Tenons

Il/Elle, On

tient

Il/Elle, On

a

tenu

Tenez

Nous

tenons

Nous

avons

tenu

Vous

tenez

Vous

avez

tenu

Ils/Elles

tiennent

Ils/Elles

ont

tenu

Imparfait

Subjonctif

Présent Que

je

tienne

Passé simple

Que

tu

tiennes

Je

tenais

Je

tins

Qu’

il/elle, on

tienne

Tu

tenais

Tu

tins

Que

nous

tenions

Il/Elle, On

tenait

Il/Elle, On

tint

Que

vous

teniez

Nous

tenions

Nous

tînmes

Qu’

ils/elles

tiennent

Vous

teniez

Vous

tîntes

Ils/Elles

tenaient

Ils/Elles

tinrent

Conditionnel présent

Futur simple

40

Présent

infinitif

Présent Tenir

Je

tiendrai

Je

tiendrais

Tu

tiendras

Tu

tiendrais

Il/Elle, On

tiendra

Il/Elle, On

tiendrait

Nous

tiendrons

Nous

tiendrions

Tenue

Vous

tiendrez

Vous

tiendriez

Tenus

Ils/Elles

tiendront

Ils/Elles

tiendraient

Tenues

quarante • Conjugaison

participe

Présent Tenant

Passé Tenu


Manuel de l’élève

Le verbe ouvrir

C

Le verbe ouvrir est le modèle pour la conjugaison des verbes en -vrir et en -frir, comme ­ écouvrir, offrir et souffrir. Ces verbes présentent trois radicaux différents. Les verbes . d en -vrir et en -frir présentent les terminaisons des verbes en -er au présent de l’indicatif,. du subjonctif et de l’impératif. indicatif

Présent

impératif

Passé composé

Présent

J’

ouvre

J’

ai

ouvert

Ouvre

Tu

ouvres

Tu

as

ouvert

Ouvrons

Il/Elle, On

ouvre

Il/Elle, On

a

ouvert

Ouvrez

Nous

ouvrons

Nous

avons

ouvert

Vous

ouvrez

Vous

avez

ouvert

Ils/Elles

ouvrent

Ils/Elles

ont

ouvert

Passé simple

Imparfait

Subjonctif

Présent Que

j’

ouvre

Que

tu

ouvres

J’

ouvrais

J’

ouvris

Qu’

il/elle, on

ouvre

Tu

ouvrais

Tu

ouvris

Que

nous

ouvrions

Il/Elle, On

ouvrait

Il/Elle, On

ouvrit

Que

vous

ouvriez

Nous

ouvrions

Nous

ouvrîmes

Qu’

ils/elles

ouvrent

Vous

ouvriez

Vous

ouvrîtes

Ils/Elles

ouvraient

Ils/Elles

ouvrirent

Conditionnel présent

Futur simple

infinitif

Présent Ouvrir

J’

ouvrirai

J’

ouvrirais

Tu

ouvriras

Tu

ouvrirais

Il/Elle, On

ouvrira

Il/Elle, On

ouvrirait

Nous

ouvrirons

Nous

ouvririons

Ouverte

Vous

ouvrirez

Vous

ouvririez

Ouverts

Ils/Elles

ouvriront

Ils/Elles

ouvriraient

Ouvertes

participe

Présent Ouvrant

Passé Ouvert

Conjugaison • quarante et un

41


Manuel de l’élève

D

Le subjonctif présent • On utilise le subjonctif présent pour exprimer un souhait, une obligation ou un ordre. Exemples : J’aimerais qu’un robot fasse mes devoirs..

Il faut que tu exerces ta mémoire..

Que tous cessent l’écoute de Mozart immédiatement !

• Le mot que ou qu’ précède toujours le sujet d’un verbe conjugué au présent du subjonctif. • Sauf pour les verbes avoir et être, les terminaisons des verbes au subjonctif présent . sont -e, -es, -e, -ions, -iez et -ent. Les verbes avoir et être au subjonctif présent Exceptions Avoir

42

Être

1re pers. sing.

Que j’aie

Que je sois

2e pers. sing.

Que tu aies

Que tu sois

3e pers. sing.

Qu’il, qu’elle, qu’on ait

Qu’il, qu’elle, qu’on soit

1re pers. pl.

Que nous ayons

Que nous soyons

2e pers. pl.

Que vous ayez

Que vous soyez

3e pers. pl.

Qu’ils, qu’elles aient

Qu’ils, qu’elles soient

quarante-deux • Conjugaison


Manuel de l’élève

Le verbe dire Le verbe dire présente des formes irrégulières. Il a trois radicaux différents. La particularité . du verbe dire vient de sa forme dites à la deuxième personne du pluriel du présent .

D

de l’indicatif et du présent de l’impératif. Indicatif Présent Je Tu Il/Elle, On Nous Vous Ils/Elles

dis dis dit disons dites disent

Imparfait Je Tu Il/Elle, On Nous Vous Ils/Elles

disais disais disait disions disiez disaient

Futur simple Je Tu Il/Elle, On Nous Vous Ils/Elles

dirai diras dira dirons direz diront

Impératif Passé composé

J’ Tu Il/Elle, On Nous Vous Ils/Elles

ai as a avons avez ont

dit dit dit dit dit dit

Passé simple Je Tu Il/Elle, On Nous Vous Ils/Elles

dis dis dit dîmes dîtes dirent

Présent Dis Disons Dites Subjonctif Présent Que Que Qu’ Que Que Qu’

je tu il/elle, on nous vous ils/elles Infinitif Présent

Conditionnel présent Je Tu Il/Elle, On Nous Vous Ils/Elles

dirais dirais dirait dirions diriez diraient

dise dises dise disions disiez disent

Dire Participe Présent Disant

Passé Dit Dite Dits Dites

Conjugaison • quarante-trois

43


Manuel de l’élève

D

Le verbe faire Le verbe faire est un verbe irrégulier. Il présente plus de trois radicaux différents. . Les particularités du verbe faire viennent : • de sa forme faites à la deuxième personne du pluriel du présent de l’indicatif . et du présent de l’impératif ; • de sa forme font à la troisième personne du pluriel du présent de l’indicatif. Attention ! On entend [e], mais on écrit ai devant un s prononcé. Indicatif Présent Je Tu Il/Elle, On Nous Vous Ils/Elles

fais fais fait faisons faites font

Imparfait Je Tu Il/Elle, On Nous Vous Ils/Elles

faisais faisais faisait faisions faisiez faisaient

Futur simple Je Tu Il/Elle, On Nous Vous Ils/Elles

44

ferai feras fera ferons ferez feront

quarante-quatre • Conjugaison

Impératif Passé composé

J’ Tu Il/Elle, On Nous Vous Ils/Elles

ai as a avons avez ont

fait fait fait fait fait fait

Passé simple

Je Tu Il/Elle, On Nous Vous Ils/Elles

fis fis fit fîmes fîtes firent

Présent Fais Faisons Faites Subjonctif Présent Que Que Qu’ Que Que Qu’

je tu il/elle, on nous vous ils/elles

Infinitif Présent

Conditionnel présent

Je Tu Il/Elle, On Nous Vous Ils/Elles

ferais ferais ferait ferions feriez feraient

fasse fasses fasse fassions fassiez fassent

Faire Participe Présent Faisant

Passé

Fait Faite Faits Faites


Manuel de l’élève

L’indicatif passé simple

E

• L’indicatif passé simple est un temps de conjugaison du verbe. . On l’utilise pour indiquer qu’un fait s’est déroulé dans le passé et qu’il est terminé. Exemple : Les ovnis furent longtemps considérés comme des avertissements provenant des dieux. • L’indicatif passé simple est surtout employé à l’écrit, en particulier dans les récits, . à la troisième personne du singulier et du pluriel. Exemples : Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants.

Le monstre du Loch Ness fit l’objet de nombreux canulars.

Les terminaisons des verbes à l’indicatif passé simple -ER

Exemples

-iR

-oir

-RE

aimer aller

finir partir ouvrir

tenir venir

voir

devoir pouvoir savoir vouloir

rendre mettre dire faire

1re pers. sing.

Je, j’

-ai

-is

-ins

-is

-us

-is

2 pers. sing.

Tu

-as

-is

-ins

-is

-us

-is

3e pers. sing.

Il/elle, on

-a

-it

-int

-it

-ut

-it

1 pers. pl.

Nous

-âmes

-îmes

-înmes

-îmes

-ûmes

-îmes

2e pers. pl.

Vous

-âtes

-îtes

-întes

-îtes

-ûtes

-îtes

3 pers. pl.

Ils/elles

-èrent

-irent

-inrent

-irent

-urent

-irent

e

re

e

Conjugaison • quarante-cinq

45


Manuel de l’élève

E

Le verbe devoir Le verbe devoir est un verbe irrégulier. Ce verbe présente plus de trois radicaux différents. Indicatif Présent Je Tu Il/Elle, On Nous Vous Ils/Elles

dois dois doit devons devez doivent

Imparfait Je Tu Il/Elle, On Nous Vous Ils/Elles

devais devais devait devions deviez devaient

Futur simple Je Tu Il/Elle, On Nous Vous Ils/Elles

46

devrai devras devra devrons devrez devront

quarante-six • Conjugaison

Impératif Passé composé

J’ Tu Il/Elle, On Nous Vous Ils/Elles

ai as a avons avez ont

dû dû dû dû dû dû

Passé simple Je Tu Il/Elle, On Nous Vous Ils/Elles

dus dus dut dûmes dûtes durent

Conditionnel présent Je Tu Il/Elle, On Nous Vous Ils/Elles

devrais devrais devrait devrions devriez devraient

Dois Devons Devez Subjonctif Présent Que Que Qu’ Que Que Qu’

je tu il/elle, on nous vous ils/elles

doive doives doive devions deviez doivent

Infinitif Présent Devoir Participe Présent Devant

Passé Dû Due Dus Dues


Manuel de l’élève

Le verbe voir Le verbe voir est un verbe irrégulier. Il présente plus de trois radicaux différents. . Attention ! Au futur simple et au conditionnel présent de l’indicatif, le radical étant ver-, .

E

le verbe s’écrit avec deux r. Indicatif Présent Je Tu Il/Elle, On Nous Vous Ils/Elles

vois vois voit voyons voyez voient

Imparfait Je Tu Il/Elle, On Nous Vous Ils/Elles

voyais voyais voyait voyions voyiez voyaient

Futur simple Je Tu Il/Elle, On Nous Vous Ils/Elles

verrai verras verra verrons verrez verront

Impératif Passé composé

J’ Tu Il/Elle, On Nous Vous Ils/Elles

ai as a avons avez ont

vu vu vu vu vu vu

Passé simple Je Tu Il/Elle, On Nous Vous Ils/Elles

vis vis vit vîmes vîtes virent

Conditionnel présent Je Tu Il/Elle, On Nous Vous Ils/Elles

verrais verrais verrait verrions verriez verraient

Vois Voyons Voyez Subjonctif Présent Que Que Qu’ Que Que Qu’

je tu il/elle, on nous vous ils/elles

voie voies voie voyions voyiez voient

Infinitif Présent Voir Participe Présent Voyant

Passé Vu Vue Vus Vues

Conjugaison • quarante-sept

47


Manuel de l’élève

F

Le passé composé • Le passé composé est un temps de conjugaison du verbe. On l’utilise pour indiquer qu’un fait s’est déroulé dans le passé et qu’il est terminé. Exemple : Le Jour de la Terre est né en 1970. Dans un récit, on utilise le passé composé pour raconter le déroulement des actions. Exemple : Jonarran a bandé son arc, a visé le mammouth, puis il a tiré sa flèche. • Le passé composé est formé de deux mots : le premier mot est l’auxiliaire avoir ou l’auxiliaire être conjugué à l’indicatif présent ; le second est le participe passé du verbe, porteur du sens du verbe. Exemples : Charlebois a ouvert la porte à de nombreux artistes en France. aux. avoir + part. passé

Il est resté au sommet de son art. aux. être + part. passé

Pour repérer un verbe conjugué à un temps composé, on peut le transformer à un temps simple. Exemple : Elles ont composé des chansons inoubliables.

composaient

Les auxiliaires avoir et être • Lorsqu’ils sont utilisés comme auxiliaires de conjugaison, les verbes avoir et être ne sont pas porteurs de sens. Toutefois, ils expriment la personne, le nombre et le temps du verbe. Exemple : Janis a obtenu du succès. ➞ L’auxiliaire avoir conjugué à l’indicatif présent et suivi .

d’un participe passé (obtenu) indique que le verbe obtenir est conjugué au passé .

composé, à la 3e personne du singulier.

• Voici des verbes qui forment toujours leurs temps composés avec l’auxiliaire être :. aller, arriver, mourir, naître, partir, rester, tomber, venir et leurs dérivés.

48

quarante-huit • Conjugaison


Le verbe partir

Manuel de l’élève

Le verbe partir est un verbe irrégulier. Ce verbe présente au moins trois radicaux différents.

F

Indicatif

Impératif Pars

Présent Je

pars

Passé composé Je suis

parti/ie

Partons

Tu

pars

Tu

es

parti/ie

Partez

Il/Elle/On part

Il/Elle/On

est

parti/ie

Nous

partons

Nous

sommes partis/ies

Vous

partez

Vous

êtes

partis/ies

Ils/Elles

partent

Ils/Elles

sont

partis/ies

Subjonctif Présent Que je

parte

Que tu

partes parte

Imparfait Je partais

Passé simple Je partis

Qu’

Que nous

partions

Tu

Tu

partis

Que vous

partiez

Il/Elle/On partait

Il/Elle/on

partit

Qu’

Nous

partions

Nous

partîmes

Vo us

partiez

Vous

partîtes

Ils/Elles

partaient

Ils/Elles

partirent

partais

il/elle/on

ils/elles

Présent

partent

Infinitif

Partir Futur simple Je partirai

Conditionnel présent Je partirais

Tu

Tu

partiras

partirais

Participe PrésentPassé Partant

Parti

Il/Elle/On partira

Il/Elle/On partirait

Nous

pa rtirons

Nous

partirions

Partie

Vous

partirez

Vous

partiriez

Partis

Ils/Elles

partiront

Ils/Elles

partiraient

Parties

Conjugaison • quarante-neuf

49


Manuel de l’élève

F

Le verbe savoir Le verbe savoir est un verbe irrégulier. Il présente plus de trois radicaux différents. Indicatif

Impératif

Présent Je

sais

Passé composé ai J’

Tu

sais

Tu

Il/Elle/On sai t

as

Sache su

Sachons

su

Sachez

Il/Elle/On a

su

Nous

savons

Nous

avons

su

Vous

savez

Vous

avez

su

Ils/Elles

savent

Ils/Elles

ont

su

Subjonctif Présent Que je

sache

Que tu

saches sache

Imparfait Je savais

Passé simple Je sus

Qu’

Que nous

sachions

Tu

Tu

Que vous

sachiez

savais

sus

Il/Elle/On savait

Il/Elle/On sut

Nous

savions

Nous

sûmes

Vous

saviez

Vous

sûtes

Ils/Elles

savaient

Ils/Elles

surent

Qu’

il/elle/on

ils/elles

Présent

sachent

Infinitif

Savoir

50

Futur simple Je saurai

Conditionnel présent Je saurais

Tu

Tu

sauras

saurais

Participe Présent Sachant

Passé Su

Il/Elle/On saura

Il/Elle/On saurait

No us

saurons

Nous

saurions

Sue

Vous

saurez

Vous

sauriez

Sus

Ils/Elles

sauront

Ils/Elles

sauraient

Sues

cinquante • Conjugaison


Le verbe mettre

Manuel de l’élève

Le verbe mettre est le modèle pour la conjugaison des verbes dérivés de mettre comme admettre, permettre et soumettre. Indicatif

Impératif Mets

Présent Je

mets

Passé composé J’ ai

mis

Mettons

Tu

mets

Tu

as

mis

Mettez

Il/Elle/On met

Il/Elle/On

a

mis

Nous

mettons

Nous

avons

mis

Vous

mettez

Vous

avez

mis

Ils/Elles

mettent

Ils/Elles

ont

mis

Subjonctif Présent Que je

mette

Que tu

mettes mette

Imparfait Je mettais

Passé simple mis Je

Qu’

Que nous

mettions

Tu

Tu

Que vous

mettiez

Qu’

mettent

mettais

G

mis

Il/Elle/On mettait

Il/Elle/On mit

Nous

mettions

Nous

mîmes

Vous

mettiez

Vous

mîtes

Ils/Elles

mettaient

Ils/Elles

mirent

il/elle/on

ils/elles

Présent

Infinitif

Mettre Futur simple Je mettrai Tu

mettras

Conditionnel présent mettrais Je Tu

mettrais

Participe Présent Mettant

Passé Mis

Il/Elle/On mettra

Il/Elle/On mettrait

Nous

mettrons

Nous

mettrions

Mise

Vous

mettrez

Vous

mettriez

Ils/Elles

mettront

Ils/Elles

mettraient

Mis Mises

Conjugaison • cinquante et un

51


Le verbe vouloir

Manuel de l’élève

G

Le verbe vouloir est un verbe irrégulier. Il présente plus de trois radicaux différents. Au présent de l’impératif, on emploie la forme veuille ou veuillez lorsqu’on écrit une formule de politesse. Exemple : Veuillez m’excuser pour cette maladresse. Indicatif

Impératif Veux (veuille)

Présent Je

veux

Passé composé ai J’

voulu

Voulez (veuillez)

Tu

veux

Tu

as

voulu

Voulons

Il/Elle/On veut

Il/Elle/On

a

voulu

Nous

voulons

Nous

avons

voulu

Vous

voulez

Vous

avez

voulu

Ils/Elles

veulent

Ils/Elles

ont

voulu

Imparfait voulais Je Tu

voulais

Il/Elle/On voulait

Subjonctif Présent Que je

veuille

Que tu

veuilles

il/elle/on

veuille

Passé simple Je voulus

Qu’

Tu

voulus

Que vous vouliez

Il/Elle/On

voulut

Qu’

Nous

voulions

Nous

voulûmes

Vous

vouliez

Vous

voulûtes

Ils/Elles

voulaient

Ils/Elles

voulurent

Que nous ils/elles

Présent

voulions veuillent

Infinitif

Vouloir

52

Futur simple Je voudrai

Conditionnel présent Je voudrais

Tu

Tu

voudrais

Il/Elle/On voudra

Il/Elle/On

voudrait

Nous

voudrons

Nous

voudrions

Voulue

Vous

voudrez

Vous

voudriez

Ils/Elles

voudron

Ils/Elles

voudraient

Voulus Voulues

voudras

cinquante-deux • Conjugaison

Participe Présent Voulant

Passé Voulu


Le verbe pouvoir

Manuel de l’élève

Le verbe pouvoir est un verbe irrégulier. Il présente plus de trois radicaux différents. Attention ! Au futur simple et au conditionnel présent de l’indicatif, le radical étant pour-,

G

le verbe s’écrit avec deux r. Indicatif Présent Je Tu

Impératif —

peux

Passé composé J’ ai

pu

peux

Tu

as

pu

Il/Elle/On peut

Il/Elle/On

a

pu

Nous

pouvons

Nous

avons

pu

Vous

pouvez

Vous

avez

pu

Ils/Elles

peuvent

Ils/Elles

ont

pu

Subjonctif Présent Que je

puisse

Que tu

puisses puisse

Imparfait Je pouvais

Passé simple Je pus

Qu’

Que nous

puissions

Tu

Tu

pus

Que vous

puissiez

Il/Elle/On pouvait

Il/Elle/On

put

Qu’

puissent

Nous

pouvions

Nous

pûmes

Vous

pouviez

Vous

pûtes

Ils/Elles

pouvaient

Ils/Elles

purent

pouvais

il/elle/on

ils/elles

Présent

Infinitif

Pouvoir Futur simple Je pourrai

Conditionnel présent Je pourrais

Tu

Tu

pourrais

Il/Elle/On pourra

Il/Elle/On

pourrait

Nous

pourrons

Nous

pourrions

Vous

pourrez

Vous

pour riez

Ils/Elles

pourront

Ils/Elles

pourraient

pourras

Participe Présent Pouvant

Passé Pu

Conjugaison • cinquante-trois

53


Connaissances liées aux textes 1 La structure des textes Le découpage d’un texte

A

p. 9

Un texte courant est un texte qui permet de décrire, d’informer, d’expliquer . et d’argumenter. Ce type de texte peut prendre diverses formes. Il peut s’agir, . par exemple, d’une nouvelle journalistique, d’un article d’encyclopédie, d’une interview. Habituellement, ce type de texte est présenté de la même façon. Il contient des intitulés. • Le titre : il informe généralement le lecteur ou la lectrice sur le sujet du texte. • Les intertitres : ils sont placés au-dessus des paragraphes et annoncent . les idées secondaires développées dans le texte. • Le sous-titre : comme son nom l’indique, il est placé sous le titre. . Il s’agit souvent d’une phrase qui permet au lecteur ou . à la lectrice de cerner le sujet du texte de façon . plus précise.

54

cinquante-quatre • Connaissances liées aux textes


Le récit en cinq temps

A

p. 21

Un texte narratif est un récit qui vise à divertir. C’est donc un texte qui raconte une histoire. . On peut le diviser en cinq parties. La situation de départ départ  Cette partie permet de découvrir ce qui se passe au début . de l’histoire. Les personnages importants sont présentés. Le moment et les lieux . où se déroule l’action sont aussi précisés.

L’élément déclencheur déclencheur  Dans cette partie, on trouve l’événement qui modifie la situation . initiale. Cet événement fera réagir les personnages. Ceux-ci laisseront de côté ce qu’ils étaient en train de faire pour tenter de résoudre le problème causé par cet élément déclencheur.

Les péripéties péripéties  Cette partie raconte les nombreux moyens que le personnage principal . prend pour résoudre le problème causé par l’élément déclencheur. Généralement, il faut . plus d’une péripétie avant que la situation revienne à la normale. Chaque péripétie représente un obstacle.

Le dénouement dénouement  Cette partie raconte comment le personnage principal tente de vaincre . l’obstacle. On y apprend comment se terminent les péripéties. C’est le résultat (réussite . ou échec) des efforts déployés par le personnage principal.

La situation finale finale  Cette partie raconte la fin de l’histoire. On découvre ce que font, . après le dénouement, les personnages présentés au début de l’histoire.

Connaissances liées aux textes • cinquante-cinq

55


Le sujet central et ses aspects

A

p. 40

Le texte que tu viens de lire sert à informer. Il fait partie de la grande famille . des textes courants. Ce type de texte est souvent organisé de la même façon, . c’est-à-dire que toutes les idées dans les paragraphes tournent autour d’un sujet . central. Chaque paragraphe développe un aspect du sujet central. Pour trouver les aspects contenus dans un texte, il s’agit de résumer chacun . des paragraphes par un groupe nominal. Habituellement, il n’y a qu’un aspect . développé dans chaque paragraphe. Par exemple, dans le premier paragraphe du texte que tu as lu, l’aspect développé . pourrait se résumer ainsi : Les premiers portraits-robots.

Le renversement de situation ou double renversement

B

p. 46

Il arrive qu’un récit ne se termine pas exactement tel que prévu. Le dénouement . est alors inattendu. Cela s’appelle un renversement de situation ou un double . renversement. Souvent, lorsqu’une histoire comporte un renversement de situation, . il n’y a pas de situation finale.

56

cinquante-six • Connaissances liées aux textes


La succession d’éléments qui reviennent

G

p. 15

Certains textes présentent les informations à la manière d’un cercle vicieux. . Sais-tu ce que c’est ? C’est comme une roue qui tourne. Il s’agit d’une situation . dont les éléments qui la constituent se répètent. Remarque ce qui se répète dans . le cycle illustré ci-dessous.

Pour m’obliger à garder le silence, le taxeur me dit qu’il fera mal à ma petite sœur si je parle . à un adulte.

J’apporte l’argent à l’école.

Le taxeur me demande d’apporter de l’argent à l’école.

J’ai peur.

Connaissances liées aux textes • cinquante-sept

57


Schémas, tableaux et encadrés

G

p. 38

Les schémas et les tableaux permettent de visualiser l’information pour la rendre plus claire . et facilitent ainsi la compréhension générale du texte. Ils peuvent prendre de nombreuses . formes. Pour t’aider à choisir le modèle approprié, détermine la quantité d’informations . que tu dois présenter et examine les liens logiques qui les unissent. Par exemple, dans le texte que tu viens de lire, on utilise des encadrés pour superposer . différents types d’informations. Un schéma montre également l’utilisation des réseaux . sociaux dans différents pays.

Emboîtements ou superpositions

G

p. 38

Certains textes possèdent une structure particulière. Parfois, un texte qui raconte peut contenir deux histoires. Par exemple, la description d’un rêve peut venir s’imbriquer dans une histoire. . C’est ce qu’on appelle un emboîtement ou une superposition. En informatique, on appelle ­hyperliens les passages d’un texte à un autre.

Les choix interactifs dans un texte

G

p. 45

La lecture d’un roman se fait d’un bout à l’autre et le déroulement complet de l’histoire . est prévu. Mais on peut construire différemment un récit : en effet, le lecteur est parfois invité à faire des choix pour poursuivre sa propre lecture. La série des Livres dont vous êtes le héros permet au lecteur de choisir la suite de l’histoire. Avec Internet, les choix interactifs amènent . différentes possibilités, comme dans le texte que tu viens de lire, dans lequel c’est un vote . de lecteurs qui permet de choisir la suite. On constate aussi l’arrivée de l’écriture interactive, . où chacun peut écrire son bout de suite.

58

cinquante-huit • Connaissances liées aux textes


2 L’organisation et la cohérence des textes La reprise de l’information

A

p. 52

Le texte que tu viens de lire est cohérent : les idées sont regroupées en paragraphes . et elles s’enchaînent. Pour passer d’une idée à l’autre, il faut parfois reprendre . des éléments d’information. Voici quelques moyens de reprendre l’information. • Le remplacement d’un mot ou d’un groupe de mots par un pronom. Exemple : Les policiers ont enquêté longuement. Ils ont réussi à démasquer la cleptomane. • L’emploi d’un synonyme. Exemple : Le voleur a rapidement été arrêté. Ce malfaiteur ne commettra plus de crimes. • L’utilisation de mots génériques et de mots spécifiques.

générique

Exemple : Les crimes analysés par la police judiciaire peuvent . être de différentes natures, par exemple : . homicide, fraude, intimidation .

spécifique

Connaissances liées aux textes • cinquante-neuf

59


Les marqueurs de relation

B

p. 15

Un marqueur de relation est un mot ou un groupe de mots invariables qui réunit deux éléments . en précisant leur relation. On le trouve habituellement en début de paragraphe ou en début . de phrase. Toutefois, dans certains cas, il est possible qu’il soit au milieu d’une phrase. Voici les principaux marqueurs de relation et la relation qu’ils expriment : • l’addition : de plus, aussi, et, puis ; • l’alternative : ou, soit… soit ; • le but : afin que, pour que ; • la cause : car, parce que, puisque, à cause de ; • la comparaison : comme, tel que ; • la conséquence : donc, ainsi, si bien que, pour cette raison ; • la séquence : d’abord, ensuite, pour conclure, enfin, après, premièrement, finalement ; • le temps : hier, demain, le lendemain, lorsque, quand, avant de, pendant que, au cours de. Par exemple, dans la phrase ci-dessous, le marqueur de relation Enfin indique . au lecteur ou à la lectrice qu’une dernière information sera transmise en guise . de conclusion : c’est une relation de séquence. Exemple : « Enfin, le Livre des records Guinness fait lui-même l’objet d’un record : . c’est le livre le plus vendu de tous les temps ! » Il existe aussi des marqueurs de relation qui expriment une relation d’opposition . (exemples : mais, cependant, par contre, contrairement à, pourtant) ou une relation . d’exemple ou d’explication (exemples : c’est-à-dire, par exemple, soit).

60

soixante • Connaissances liées aux textes


Les relations de cause et de conséquence

B

p. 22

Le texte courant explicatif répond à la question POURQUOI ou à la question COMMENT. . Ainsi, ce texte pourrait répondre à la question suivante : Comment le vélo de montagne . a-t-il évolué ? Pour répondre à la question, les auteurs ont recours à des liens de cause . et de conséquence entre les idées.

cause

Exemple : Les vélos sont faciles à manœuvrer aujourd’hui,

conséquence

donc de plus en plus de gens les utilisent.

Dans la réalité, la cause vient toujours avant la conséquence. Cependant, . dans une phrase, elles peuvent être inversées.

conséquence

Exemple : Aujourd’hui, de plus en plus de gens utilisent les vélos,

cause

parce qu’ils sont faciles à manœuvrer.

Connaissances liées aux textes • soixante et un

61


L’ordre logique

D

p. 9

Dans une histoire, l’ordre des actions n’est pas laissé au hasard. Il en est . de même pour l’ordre dans lequel les idées sont émises dans un texte courant. . Cet ordre logique peut se présenter sous deux formes. 1. Le regroupement des idées selon différents aspects Exemple : Un texte qui décrit les animaux domestiques abordera les trois aspects suivants : . le chat, le chien et la perruche.

2. La hiérarchisation des idées Exemple : Un texte qui aborde les animaux les plus rapides du monde abordera, . dans l’ordre croissant, les trois aspects suivants : . la tortue, le lapin, le guépard.

62

soixante-deux • Connaissances liées aux textes


D

L’organisation du texte courant

p. 15

Un texte courant sert à informer, à décrire, à expliquer ou à convaincre. . Sa structure de base est la suivante. L’organisation du texte courant Paragraphes du texte

Contenu des paragraphes

Introduction . Un paragraphe

Annoncer le sujet, donner un aperçu du contenu du texte, . établir un contact avec le ou la destinataire, susciter l’intérêt.

Développement

Développer les idées reliées à la situation de communication. Ces idées, divisées en paragraphes, doivent suivre un ordre chronologique, séquentiel ou logique.

Autant de paragraphes . qu’il y a d’aspects à traiter.

Clore le sujet, reformuler l’essentiel.

Conclusion . Un paragraphe

E

Les différentes façons d’organiser les idées

p. 50

Tu as déjà appris qu’un texte peut être organisé de façon logique, c’est-à-dire que les idées . qu’il contient sont regroupées en aspects et qu’elles sont hiérarchisées. C’est le cas du texte . que tu as lu dont les aspects se présentent ainsi : la perfection des lignes de Nazca, . la découverte des lignes, la protection naturelle des lignes, la raison et la manière . dont les lignes furent tracées, le dessin parfait des lignes. Il se peut aussi qu’un texte soit organisé de façon non chronologique. Dans ce cas, . les idées sont transmises sans suivre une ligne du temps. Les idées non chronologiques .

ur

e

èr

ut

Sa

ur en arri

dans le tem p s

Re

to

is Br

dans le f

ut

peuvent être présentées ainsi :

Connaissances liées aux textes • soixante-trois

63


3 Les caractéristiques des textes La fable

D

p. 21

Ésope et Jean de La Fontaine sont des fabulistes connus à travers le monde. . D’autres avant et après eux ont aussi rédigé ce genre de texte littéraire. . Les principales caractéristiques de la fable sont les suivantes : • Il s’agit d’un court récit ; • Le texte est écrit en vers ou en prose ; • Les personnages principaux sont des animaux ; • Le texte comporte un renversement de la situation initiale ; • Le texte comporte une morale.

Les caractéristiques du roman

E

p. 23

Les bibliothèques regorgent de romans de toutes sortes, par exemple science-fiction, . réaliste, fantastique, policier. Des caractéristiques bien particulières permettent de différencier le roman d’un autre type de texte. Les caractéristiques du roman sont les suivantes : • Récit imaginaire ; • Texte assez long ; • Les personnages évoluent et les événements surviennent dans un cadre déterminé ; • Le texte est divisé en chapitres.

64

soixante-quatre • Connaissances liées aux textes


Observer le découpage d’une chanson

F

p. 51

On appelle couplets (ou strophes) les paragraphes qui constituent une chanson. . On appelle refrain la suite de mots ou de phrases qui revient après chaque couplet. Le couplet sert à faire progresser le thème principal de la chanson. Le refrain se différencie des autres paragraphes par le nombre de lignes, la longueur des lignes ou la répétition des mots. Il sépare les couplets. Souvent, le message principal de la chanson . est véhiculé dans le refrain et la mélodie est différente. Lorsqu’on écoute une chanson, le refrain revient souvent. C’est pour cette raison qu’on . le mémorise plus facilement et qu’on enregistre davantage son message.

Le temps et le lieu

F

p. 39

Les indications de temps et de lieu sont essentielles pour permettre aux lecteurs . de bien situer les actions décrites. • Les indices de temps peuvent concerner l’heure, le jour, la saison, l’époque : demain, . la veille, deux heures plus tard, en 1927, après trois jours de marche, etc. • Les indices de lieu peuvent prendre la forme d’une simple mention, ou d’une longue . description : en France, près d’un commerce, dans une région éloignée, sous la table, . loin de sa demeure, etc. Exemple : « En 1992, le Cirque du Soleil visite Tokyo, puis sept autres villes japonaises. . Au même moment, il parcourt soixante villes de Suisse avec le Cirque Knie, . puis se lance à la conquête de Las Vegas. » Connaissances liées aux textes • soixante-cinq

65


Il arrive parfois que le temps et le lieu d’un récit soient mentionnés de façon implicite, . c’est-à-dire qu’ils ne sont pas clairement nommés. Dans ce cas, le contexte permettra . aux lecteurs de situer l’événement décrit dans le temps ou dans un lieu comme dans . l’exemple suivant : « Dès que le Cirque m’a permis de réaliser des profits, j’ai voulu . redonner à la vie un peu de ce qu’elle m’offrait. » Dans ce cas-ci, « Dès que le Cirque m’a permis de réaliser des profits » représente . un indice de temps.

4 Les éléments littéraires La métaphore

C

p. 8

Une métaphore est une figure de style qui consiste à employer un mot ou un groupe de mots . au sens concret, mais que l’on associe à une idée abstraite. On établit un lien entre eux . sans utiliser de mot de comparaison (comme, tel que, semblable à, pareil à). Exemple de comparaison : « Il se tenait droit, sans bouger, comme un clou sur une planche de bois. » Exemple de métaphore : « Un regard bleu acier le cloua sur place. » Cette phrase contient une métaphore : clouer sur place. C’est une idée abstraite : . on ne peut pas être cloué sur place comme on peut clouer une planche pour qu’elle ne bouge pas. De plus, on n’utilise aucun mot de comparaison pour établir un rapport entre être cloué . sur place et ne plus bouger comme une planche clouée.

66

soixante-six • Connaissances liées aux textes


Le rôle et l’importance des personnages

C

p. 20

Un texte qui raconte une histoire met en scène plusieurs personnages. Ceux-ci peuvent. être classés selon leur rôle et leur importance. Rôle des personnages Le héros ou l’héroïne : c’est le personnage le plus important, sans qui l’histoire n’existerait pas. L’allié ou l’alliée : c’est un personnage secondaire, qui aide le héros ou l’héroïne dans sa quête. L’adversaire : c’est un personnage secondaire, qui nuit au héros ou à l’héroïne dans sa quête. Importance des personnages Le personnage principal : c’est le personnage dont on raconte les aventures. Les personnages secondaires : ils interviennent dans le déroulement de l’histoire. . Ils aident ou ils nuisent au personnage principal.

Les valeurs

C

p. 54

Les valeurs sont des éléments qui guident les pensées, les émotions, les opinions et les actions d’une personne. Dans un roman, ce sont généralement les personnages qui défendent les valeurs. Voici quelques exemples de valeurs qui peuvent être véhiculées dans un roman : . le partage, la fidélité, l’entraide, le bonheur, la justice, la liberté, la famille, l’éducation ou la protection de l’environnement.

Connaissances liées aux textes • soixante-sept

67


Repérer les sous-thèmes

E

p. 45

Les textes littéraires donnent l’occasion aux auteurs et aux auteures d’aborder des thèmes qui portent, par exemple, sur la famille, l’amitié, l’amour, l’environnement, la vengeance, la musique, la vérité, la justice, la peur.

Allusions et sous-entendus

F

p. 9

Les textes narratifs sont propices aux allusions, c’est-à-dire que l’auteur fait référence . à une œuvre, à un personnage ou à un événement connu des lecteurs. Pour comprendre . ces allusions, tu dois nécessairement fouiller dans ton bagage de connaissances personnelles . pour les comprendre. Les sous-entendus sont comme des clins d’œil, des insinuations ou des expressions . à double sens qui peuvent être interprétés différemment selon les lecteurs.

Expressions imagées et autres figures de style

F

p. 21

Des expressions imagées et des figures de style servent à créer une image dans la tête . de celui ou celle qui lit. Elles peuvent prendre diverses formes, dont les suivantes : • La comparaison : relier deux idées à l’aide d’un terme comparatif. Exemple : Il marche comme une tortue. • Le mot-valise : créer un mot à l’aide de deux mots différents. Exemple : héliport (formé à partir des mots hélicoptère et aéroport)

68

soixante-huit • Connaissances liées aux textes


• L’inversion : inverser des groupes de mots dans une phrase. Exemple : Pour le peuple, le gouvernement a agi. • La métaphore : donner un sens à un mot ou à une expression en l’associant . à un autre mot ou expression.  Exemple : Elles ont reçu une mer de compliments.

Repérer les stéréotypes

F

p. 46

Dans les contes pour enfants, la princesse est toujours jeune, très belle et chante d’une . douce voix ; la sorcière est toujours vieille, très méchante et son visage est couvert de verrues ; . et le prince charmant est toujours… très charmant ! Il s’agit de stéréotypes, d’idées toutes faites . sur un individu ou un groupe d’individus.

L’inversion

G

p. 53

Les auteurs de textes littéraires ont un style qui leur est propre. Ils utilisent les mots de façon . particulière afin de forger leur propre style. L’inversion est une figure de style qui consiste . à placer des groupes de mots dans l’ordre inverse de celui à quoi on pourrait s’attendre . dans une phrase. Exemple : Pour son public, toute la soirée, le groupe a joué.

Connaissances liées aux textes • soixante-neuf

69


5 Les textes La langue familière et la langue standard

B

p. 39

Dans la vie de tous les jours, lorsque tu t’adresses à tes camarades, tu utilises probablement . un niveau de langue familier. Par exemple, tu escamotes les syllabes et tu utilises des mots . familiers et des anglicismes. Exemple : J’suis arrivée en retard à la compétition, parce que j’me rappelais pu . où j’avais rangé mes pads . En revanche, si tu t’adresses à ton enseignant ou enseignante, tu utilises sans doute . un niveau de langue standard. Exemple : Je suis arrivée en retard à la compétition, parce que je ne me rappelais plus . où j’avais rangé mes protège-genoux .

Le choix du vocabulaire

C

p. 40

La personne à qui l’auteur ou l’auteure s’adresse, son ou sa . destinataire, influence beaucoup le choix de mots et la formulation . des phrases employées. Par exemple, si un texte s’adresse . à des jeunes de 10 à 12 ans, les mots sont choisis en pensant . au vocabulaire d’un ou d’une jeune de cet âge pour . lui permettre de comprendre le contenu du texte.

70

soixante-dix • Connaissances liées aux textes


G

Écrire selon le genre de texte

p. 16

Le genre d’un texte influence la façon de l’écrire, en ce qui concerne le choix des temps de verbe, des personnes, des formules, des types ou des formes de phrases. • Par exemple, une lettre personnelle débutera souvent par la formule : « Cher » ou « Chère ». Par ailleurs, elle sera rédigée à la première ou à la deuxième personne parce que l’auteur . de la lettre (je ou nous) s’adresse directement à son interlocuteur (tu ou vous). • Un conte commence souvent par la formule « Il était une fois… ». Les verbes sont souvent ­conjugués au passé (passé simple ou passé composé, imparfait). • Dans une lettre d’opinion ou une critique de livre ou de film, on trouvera souvent des formules comme « À mon avis » ou « Je pense que… ». • Dans un sondage, on utilise des phrases de forme interrogative. Par exemple, « Quel âge . avez-vous ? »

6 Le monde du livre Le découpage d’un texte

E

p. 17

Les textes courants peuvent être présentés sous une forme particulière. Les paragraphes . sont parfois disposés de façon originale, la typographie (forme des lettres) peut être . différente pour mettre en relief des mots ou des idées, et des encadrés hors-texte . apportent aussi des informations supplémentaires.

Connaissances liées aux textes • soixante et onze

71


Lexique thématique A

La clé du mystère T h è m e

1

C’est ton enquête !

alibi

connaître

intelligence

marque

réponse

botanique

coupable

intéressant

mystère

science

caractéristique

détective

interrogatoire

physique

sociable

chapeau

emploi

interroger

prisonnier

solution

cliché

empreinte

intervention

problème

stéréotype

communication

énigme

justifier

question

suspect

comparaison

enquête

loupe

questionner

témoin

complice

indice

malfrat

recherche

transport

T h è m e

2

Les scientifiques contre le crime

72

appareil

charnu

incendie

outil

réussir

arqué

comportement

investigation

patience

sang

arrestation

crépu

laboratoire

photographie

sanguin

artiste

curiosité

légal

piège

solutionner

balistique

digital/digitale

liquide

portrait-robot

tache

biologie

expert/experte

logiciel

preuve

technique

broussailleux

globuleux

malfaiteur

réfléchir

victime

cambriolage

hypnose

métal

résidu

vol

soixante-douze • Lexique thématique


B À vos marques ! T h è m e

1

L’ESPRIT OLYMPIQUE

adaptation

comité

équipement

muscle

pulsation

anneau

corps

espoir

olympique

qualification

Antiquité

courir

exigence

paralympique

record

athlète

cuissard

flambeau

passion

sacrifice

attestation

défaite

hivernal

perdre

sport

bronze

discipline

horaire

persévérance

télévision

catégorie

drapeau

maillot

podium

volonté

médaille

premièrement

voyager

champion/championne entraînement

T h è m e

2

L’ESPRIT SPORTIF

pacifiste

résolution

parental

réussite

équipe

partager

sain/saine

consolation

esprit

participation

santé

aréna

cri

information

protège-genoux

sifflet

athlétique

dépassement

langage

provocation

stade

attente

dialoguer

manifestation

régresser

stratégie

célébration

élite

objectif

regret

trophée

alimentation

championnat

améliorer

coéquipier/coéquipière entraîner

amitié

compétition

arbitre

encouragement

Lexique thématique • soixante-treize

73


C

Des êtres fantastiques T h è m e

1

à L’époque médiévale

un allié /une alliée

descendre

innocent

ranger

aventurer (s’)

un destin

une légende

une responsabilité

une bataille

un dieu/une déesse

longtemps

un royaume

beaucoup

un époux/une épouse

un magicien/une magicienne

un serviteur/une servante

bientôt

un étranger/une étrangère

un malheur

un sorcier/une sorcière

un château

fabuleux/fabuleuse

un marchand

un talent

un chevalier

une fortune

médiéval/médiévaux

un ustensile

un compagnon/une compagne

un guerrier/une guerrière

le Moyen Âge

vendre

une créature

habiller

un objet

un vêtement

dangereux/dangereuse

un héritage

pénible

une victoire

T h è m e

2

À travers les écrits

74

une action

captivant

imaginaire

une particularité

un affrontement

célèbre

important

particulièrement

agréable

une chevelure

imprévisible

une protection

une âme

une coutume

inévitable

un récit

ancien/ancienne

une émotion

un loup-garou/des loups-garous

redoutable

une attention

ensanglanté

magnifique

une sagesse

aujourd’hui

envoûtant

menacer

seulement

un auteur/une auteure

favori/favorite

mystérieux

stupéfait

bouleversé

gagner

observer

terrifiant

bruyamment

hurler

une opinion

un territoire

soixante-quatorze • Lexique thématique


D Robots de compagnie T h è m e

1

L’Intelligence animale

s’acclimater

une expérience

un intérêt

se rapprocher

un acteur/une actrice

exploiter

un mammifère

repérer

une allergie

une expression

un navire

sangloter

une allusion

se féliciter

oxygéner

un sifflement

aspirer

un festin

parfaitement

une silhouette

commun/commune

un fonctionnement

une posture

sociabiliser

un compère

l’humilité

un prédateur

stratégique

une conscience

un inconnu/une inconnue

prodigieux/prodigieuse

stupéfait/stupéfaite

une embuscade

un instinct

une rafale

un talent

encercler

intellectuel/intellectuelle

rappeler

une vengeance

T h è m e

2

L’intelligence artificielle

abordable

un avatar

la domotique

une moyenne

un androïde

une catastrophe

effectuer

naturel/naturelle

anéantir

un changement

électronique

programmer

une anticipation

un concept

un essor

un progrès

un appareil

une coquille

une fourrure

quotidien/quotidienne

artificiel/artificielle

déclencher

l’humidité

remplir

attachant/attachante

devancer

improviser

ronronner

un automate

un développement

une initiative

un scénario

automatique

un dictionnaire

une intrusion

un synonyme

autonome

différent/différente

un million

une température

Lexique thématique • soixante-quinze

75


E

Entre réalité et fiction T h è m e

1

l’astronomie

une apparition

un chroniqueur/une chroniqueuse

généreux/généreuse

oculaire

un appel

une collision

un inconvénient

planétaire

un astronaute/une astronaute

craindre

jaillir

une prophétie

un astronome/une astronome

une croûte

une jumelle

rempli/remplie

une atmosphère

différencier

une lentille

revêtir

une attraction

distinguer

métallique

révolutionnaire

une aurore

électrique

une moyenne

une rotation

bizarre

une émission

nature/naturelle

un satellite

boréal/boréale

excellent/excellente

nuageux/nuageuse

un système

céleste

farfelu, farfelue

une observation

un télescope

T h è m e

2

les phénomènes étranges

76

abondant/abondante

envahir

impossible

un phénomène

apercevoir

étrange

impressionner

une photographie

authentique

exiger

inexpliqué/inexpliquée

une ressource

un canular

extraordinaire

insolite

une soucoupe

communiquer

un fantôme

un mensonge

un symbole

un crâne

le firmament

mondial/mondiale

terrifiant/terrifiante

croire

franchir

un mystère

triompher

découvrir

un hasard

naturel/naturelle

un truc

éliminer

un îlot

une oeuvre

un vaisseau

élucider

immense

un patrimoine

volcanique

soixante-seize • Lexique thématique


F

Pour un monde meilleur T h è m e

1

À l’action

un accompagnement

un désir

humanitaire

un organisme

une action

une détresse

une implication

la pauvreté

un aidant/une aidante

un dévouement

industrialiser

une pensée

amasser

donner

international

personnellement

une cause

un engagement

un kiosque

une promesse

la charité

évoluer

une manifestation

un rassemblement

commercial

extrême

un médicament

un réconfort

communautaire

un financement

un mouvement

un remue-méninges

concrètement

des fonds

occidental

une responsabilité

cyclotourisme

généreux/généreuse

offrir

revendiquer

T h è m e

2

Le pouvoir de l’art

agir

communiquer

incarner

un politicien/une politicienne

un ambassadeur/. une ambassadrice

contribuer

indépendant/indépendante

un poète/une poète

un argument

un créateur/une créatrice

une libération

une population

un artiste/une artiste

un débat

la modernité

une provocation

attribuer

une discussion

mondial/mondiale

une réconciliation

une biographie

un dramaturge/une dramaturge

une nouvelle

un rêve

un changement

emporte

une œuvre

une société

un citoyen/une citoyenne

explorer

une ouverture

transformer

un clown

une histoire

parcourir

une vision

une collection

une icône

permettre

une volonté

Lexique thématique • soixante-dix-sept

77


G

Ma vie et moi T h è m e

1

Seul contre tous

accepter

direct/directe

une initiation

une origine

affronter

la discrétion

une intimidation

percevoir

un agresseur

distrayant/distrayante

manipuler

une personnalité

une altercation

un divertissement

méchant/méchante

populaire

ancien/ancienne

engendrer

une menace

prudemment

applaudir

examiner

un meneur/une meneuse

ramasser

une collation

exclure

un mensonge

rassurer

un comportement

une expulsion

musculaire

rejoindre

une conversation

fréquenter

nécessaire

une rumeur

différent/différente

gambader

optimiste

suggérer

T h è m e

2

dans une société virtuelle

78

un abandon

une communauté

immobiliser

une publication

accessible

confisquer

interdire

rapprocher

alterner

un contact

un journaliste/une journaliste

un rassemblement

un anniversaire

une coordonnée

un livre

régulièrement

un attrait

ensevelir

malveillant/malveillante

un réseau

blâmer

un événement

une messagerie

un rythme

un blogue

éventuellement

une modération

sauvegarder

un cellulaire

un fichier

offrir

une situation

clavardage

horrible

passionnant/passionnante

supprimer

commenter

illégal/illégale

un piratage

télécharger

soixante-dix-huit • Lexique thématique


Jemesouviens 5eannee  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you