Issuu on Google+

Table des matières Grammaire 1

Le système orthographique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 Le trait d’union dans les nombres

. . . . . . . . . . . . . . . .

L’emploi de la majuscule dans les noms . de peuples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les règles de l’élision

2

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

3

L’emploi du trait d’union 2

2

Les constantes orthographiques

4

. . . . . . . . . . . . . . . . . .

4

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

4

5

Les mots . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 La formation des mots . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La formation des mots

5

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

5

La formation des mots par dérivation Les mots dérivés et leur classe

. . . . . . . . .

6

. . . . . . . . . . . . . . . . .

6

Les relations entre les mots . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les relations entre les mots

7

. . . . . . . . . . . . . . . .

7

. . . . . . . . . . . . . . .

7

Les mots qui ont un lien de sens

Le sens des mots  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

8

. . . . . . . . . . . . . . .

8

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

8

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

8

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

9

Le sens des mots : le sens figuré La précision des mots Le sens des locutions Les propriétés des mots

3

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

6

7

8

10

Le déterminant. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 1 Remarques au sujet des déterminants

. . . . . .

11

Le verbe. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13 Constater le sens et l’emploi des principaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13 temps de verbes L’accord du verbe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14 Pour identifier un verbe conjugué . . . . . . . . . . . . . . . . 15 L’accord du participe passé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 L’emploi des verbes selon le genre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 de texte Le groupe du verbe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16 Les constructions du groupe du verbe . . . 16

Le dictionnaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 Les dictionnaires

L’adjectif. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 2 L’adjectif qui complète plusieurs noms . . . . . . . . . . 12 L’accord de l’adjectif attribut du sujet . . . . . . 12 L’adjectif est classifiant ou qualifiant . . . . . . . . . . . . 12

9

Le pronom. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17 Le pronom . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17 Le pronom : mot de substitution . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18 L’adverbe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18 L’adverbe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18 La formation des adverbes en -ment . . . . . . . . . . . . . 19 La préposition. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20 La préposition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20 Le sens et l’emploi des prépositions . . . . . . . . . 2 1 La conjonction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 La conjonction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22


10

La phrase. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 La phrase de base . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 2 La phrase qui contient plus d’un verbe . conjugué et les phrases sans verbe conjugué . 23 Les types de phrases . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La phrase de type interrogatif . . . . . . . . . . . . . . . . . La phrase de type impératif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La phrase de forme positive et la phrase . de forme négative . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

24 24 25

26

Les fonctions dans une phrase . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27 Le complément du nom . . . . . . . . . . . . . . . 27

Les pronoms personnels compléments . dans la phrase impérative . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les compléments du verbe introduits . par des prépositions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le complément de phrase : constituant . facultatif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Identifier le complément de phrase . . . . . . Le prédicat (GV) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les fonctions dans le groupe du verbe (GV) . .

28

29

29 30 30 30

La ponctuation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32 La virgule, le deux-points . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32 et les guillemets

Conjugaison L’infinitif du verbe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les verbes commencer et manger . à certains temps de l’indicatif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . D’autres verbes en -er . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le subjonctif présent . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’indicatif passé simple . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le verbe rendre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le verbe prendre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’impératif présent . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le verbe tenir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le verbe ouvrir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La formation des temps composés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’accord du participe passé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le verbe dire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

33

34 35 36 36 37 38 39 40 4

1

42 42

Le verbe faire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’indicatif passé composé . et l’indicatif plus-que-parfait . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’indicatif passé composé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’indicatif plus-que-parfait . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le verbe devoir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le verbe voir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le conditionnel passé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le futur antérieur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le verbe partir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le verbe savoir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le verbe vouloir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le verbe pouvoir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

44

45 45 45

4 6 47 48 48 49 50 5

1

52

43

Connaissances liées aux textes 1

La structure des textes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53 Le récit en cinq temps . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53 Le sujet central et les aspects . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54

Le renversement de situation . ou double renversement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 5 Problème/solution . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55


Constater l’organisation des schémas, . tableaux et encadrés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55 Le découpage d’un texte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Constater la présence de choix interactifs . . . . . . Emboîtements ou superpositions . . . . . . . . . . . . . . . . . Les éléments qui reviennent . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2

3

56

Les caractéristiques du roman 4

Les éléments littéraires. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62 Les valeurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62 La métaphore . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63 Percevoir les sous-entendus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63 Identifier les sous-thèmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64 Identifier les stéréotypes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64 Détecter les allusions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6 4 L’inversion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65

5

Les textes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65 Le registre de langue . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65

6

Le monde du livre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66 La mise en pages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66

56 57 57

L’organisation et la cohérence des textes. . . . . . . . . . . . . . . . 58 La reprise de l’information . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58 Les marqueurs de relation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58 Les relations de cause et de conséquence . . . . . . 59 L’organisation du texte courant . . . . . . . . . . . . . . 60 L’ordre logique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60 Les caractéristiques des textes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6 1 Différentes façons d’identifier le temps . et les lieux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6 1

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62

Lexique thématique A  B  C  D 

Au nom de la loi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Adrénaline . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Un univers fantastique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Dans ma tête . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

67 68 69

E  Aux confins de l’Univers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7 1 F  Notre monde change . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72 G  100 % en vie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73

70

Les

Apprentissage qui doit être acquis . à la fin de l’année scolaire.

pictogrammes

Apprentissage qui se fait avec l’intervention . systématique de l’enseignant ou l’enseignante.

Connaissances réutilisées

x A

Phrase incorrecte, non-sens

p. 38 Référence au manuel de l’élève


Grammaire 1 Le système orthographique Le trait d’union dans les nombres

B

p. 8

Lorsqu’on écrit les nombres en lettres, certaines règles s’appliquent quant à l’emploi . du trait d’union. On met un trait d’union entre les nombres inférieurs à 100, sauf s’ils sont unis . par la conjonction et. Exemples : • Mille neuf cent trente-six (36 est inférieur à 100, donc on met un trait d’union). • Quarante-deux millions (42 est inférieur à 100, donc on met un trait d’union). • Soixante et un (61 est inférieur à 100, mais les nombres sont unis par . la conjonction et, donc on ne met pas de trait d’union).

L’emploi de la majuscule dans les noms de peuples

C

p. 7

Tu sais déjà qu’un nom propre débute par une lettre majuscule. Lorsqu’un . nom désigne un peuple, il s’agit d’un nom propre. Ce mot doit donc . nécessairement commencer par une lettre majuscule. Exemple : Chez les Grecs , le roi des dieux et du ciel se nomme Zeus.

2

deux • Grammaire


Toutefois, quand le même mot est un adjectif, il débute par une lettre minuscule. . C’est le cas du mot grecs dans la phrase qui suit. Exemple : Poséidon, Cronos et Hélios sont des dieux grecs.

Les règles de l’élision

D

p. 39

Tu as déjà appris que le, la, je, ne, de, me, te, se perdent le e au profit d’un apostrophe . devant un mot qui commence par une voyelle ou un h muet. Cette règle s’applique aussi aux mots que, lorsque, puisque devant les mots ils, elle, on, un, une, à, etc., qui commencent par une voyelle ou un h muet. Exemple : Il a fallu que Audrey travaille plus fort que tous les autres pour réussir.

devient

Il a fallu qu’Audrey travaille plus fort que tous les autres pour réussir.

Grammaire • trois

3


E

Les constantes orthographiques

p. 41

Dans la langue française, des constantes orthographiques permettent une régularité . dans l’écriture des mots. Ces constantes portent principalement sur : • l’emploi du e muet en fin de mot qui fait prononcer la consonne qui précede : Lune, grande ; • l’emploi de certains graphèmes : par exemple, le graphème eau est presque toujours . placé en fin de mot (beau, peau) ; • l’emploi de certains phonèmes (sons) : une bouteille (nom féminin), le Soleil (nom masculin) ; • l’emploi ou non de certains accents, par exemple lorsque le e est suivi ou non de consonnes doubles (terrienne, planète) ou pour distinguer des homophones (mur, mûr) ; • l’emploi du tréma : coï ncidence.

L’emploi du trait d’union

D

p. 18

Plusieurs règles régissent l’emploi du trait d’union. En voici quelques-unes. On doit utiliser le trait d’union quand… a) le verbe et le pronom personnel SUJET ou pronom de conjugaison dans les phrases . interrogatives sont inversés. Exemple : Vont-elles à la plage ? b) le verbe est suivi du pronom ce ou on. Exemple : Est-ce nécessaire ?

4

quatre • Grammaire


c) le verbe à l’impératif est suivi d’un pronom personnel complément. Exemple : Laissons-la raconter son histoire. d) des mots forment des nombres inférieurs à cent. Exemple : Vingt-sept élèves ont répondu au sondage.

2 Les mots La formation des mots La formation des mots

A

p. 52

Les mots de la langue française sont formés de plusieurs façons. En voici quelques-unes. • Par dérivation : mot de base précédé d’un préfixe. Exemple : préjugé (pré-jugé) • Par dérivation : mot de base suivi d’un suffixe. Exemple : policier (polic-ier) • Par composition : terme formé d’au moins deux mots qui existent déjà et qui sont liés . ou non par un trait d’union. Exemple : papier journal • Par la création d’un mot-valise : mot formé par le début d’un mot et la fin d’un autre. Exemple : informatique (information et automatique) Grammaire • cinq

5


C

La formation des mots par dérivation

p. 40

La dérivation est un procédé qui nous permet de former un mot en ajoutant un préfixe . ou un suffixe à un autre mot. Un préfixe est une ou plusieurs lettres que l’on place au début d’un mot de base pour former . un autre mot. Exemple : le préfixe archéo- signifie « ancien », comme dans le mot archéologie. Un suffixe est une ou plusieurs lettres que l’on place à la fin d’un mot de base pour former . un autre mot. Exemple : le suffixe -logie signifie « qui étudie », comme dans le mot archéologie. Par son préfixe et son suffixe, le mot archéologie veut donc dire « qui étudie ce qui est ancien ».

Les mots dérivés et leur classe

F

p. 52

Un suffixe ou un élément savant placé en fin de mot détermine la classe de ce mot. Par exemple, le suffixe -logie sert à former des noms comme technologie. . Le suffixe -logique sert à former des adjectifs comme technologique. Les mots dérivés peuvent appartenir à la même classe de mot que la base . ou à une classe différente. Par exemple, substitution est un nom, comme sa base substitut (même classe). . Par contre, substituer est un verbe (classe différente).

6

six • Grammaire


Les relations entre les mots Les relations entre les mots

A

p. 7

Lorsqu’on écrit ou qu’on lit un texte, beaucoup de mots et d’idées se rapportant . au thème principal comportent des liens de sens. Il peut s’agir : a) de synonymes : voleurs, malfrats, malfaiteurs ; b) d’antonymes : bien, mal  ; c) de parties d’un tout : gyrophare, klaxon, volant ; d) d’un ordre d’intensité : cadet, policier, officier supérieur ; e) de mots génériques et de mots spécifiques : corps policier, agent de police.

Les mots qui ont un lien de sens

B

p. 38

Des groupes de mots peuvent avoir un lien sémantique, c’est-à-dire un lien de sens, . sans appartenir à la même famille morphologique. Exemples : course, pilote, rallye et voiture. La famille morphologique regroupe des mots formés à peu près des mêmes lettres, . qui ont les mêmes racines. Exemples : famille, familier, familial et familiarité.

Grammaire • sept

7


Le sens des mots A

Le sens des mots : le sens figuré

p. 39

Un mot peut être utilisé au sens propre ou au sens figuré. Le sens propre d’un mot est . son sens premier, son sens le plus courant. Le sens figuré est utilisé pour créer une image . dans la tête de celui ou celle qui lit. Par exemple, le sens propre du verbe semer, c’est . « mettre des graines en terre », alors qu’au sens figuré le verbe signifie « répandre, propager ».

C

La précision des mots

p. 54

Des mots de la langue française manquent de précision : chose, gens, affaire. Pourtant, . ils sont régulièrement utilisés pour désigner des réalités précises pour lesquelles la langue . offre des mots. Exemple : « Pierre Bottero a dit beaucoup de choses au sujet de l’écriture d’un roman » . pourrait devenir :

Pierre Bottero a énuméré dix règles importantes au sujet de l’écriture d’un roman.

E

Le sens des locutions

p. 12

Une locution est une addition de mots. Parfois, cette addition de mots permet de formuler . une expression qui crée une image dans la tête du lecteur ou de la lectrice. On l’appelle . alors une « expression figée » des mots qui la forment

8

huit • Grammaire

.

. Attention ! la locution n’est pas l’addition des sens .


Conjugaison

Manuel de l’élève

A

L’infinitif du verbe • Le verbe au mode infinitif n’est pas conjugué : il n’indique ni la personne ni le nombre. . L’infinitif représente le nom du verbe. • Les terminaisons des verbes à l’infinitif présent sont : -er  : aimer, chanter, penser -ir  : finir, tenir, réussir -re  : prendre, mettre, faire -oir  : voir, pouvoir, vouloir • Lorsque deux verbes se suivent, le second est généralement à l’infinitif. Exemple : Il veut acheter un nouvel ordinateur. Attention ! Le verbe qui suit l’auxiliaire avoir ou être se met au participe passé. Exemple : Kim aime marcher. Elle a marché pendant deux longues heures hier. • Lorsqu’un verbe suit une préposition comme à, de, pour ou sans, ce verbe est à l’infinitif. Exemples : Elle vient de partir.

Truc  ! Si tu peux remplacer . le verbe par mordre, . le verbe s’écrit à l’infinitif. Si tu peux remplacer . le verbe par mordu, . il s’agit du participe passé.

Ils courent pour arriver à l’heure.

Grammaire • trente-trois

33


Manuel de l’élève

A

Les verbes commencer et manger à certains temps de l’indicatif

Commencer (verbe en -cer)

Présent

Je commence

Je mange

Tu commences

Tu manges

Il/Elle, On commence

Il/Elle, On mange

Nous commençons

Nous mangeons

Vous commencez

Vous mangez

Ils/Elles commencent

Ils/Elles mangent

Imparfait

Je commençais

Je mangeais

Tu commençais

Tu mangeais

Il/Elle, On commençait

Il/Elle, On mangeait

Nous commencions

Nous mangions

Le radical de ces deux verbes varie :

Vous commenciez

Vous mangiez

Ils/Elles commençaient

Ils/Elles mangeaient

c ➙ ç devant o et a

Futur simple

Je commencerai

Je mangerai

Tu commenceras

Tu mangeras

Il/Elle, On commencera

Il/Elle, On mangera

Nous commencerons

Nous mangerons

Vous commencerez

Vous mangerez

Ils/Elles commenceront

Ils/Elles mangeront

Conditionnel présent

Je commencerais

Je mangerais

Tu commencerais

Tu mangerais

Il/Elle, On commencerait

Il/Elle, On mangerait

Nous commencerions

Nous mangerions

Vous commenceriez

Vous mangeriez

Ils/Elles commenceraient

Ils/Elles mangeraient

As-tu remarqué ?

g ➙ ge devant o et a

34

trente-quatre • Conjugaison

Manger (verbe en -ger)


D’autres verbes en -er

Acheter

Manuel de l’élève

Appeler

Céder

Présent

J’achète

J’appelle

Je cède

Tu achètes

Tu appelles

Tu cèdes

Il/Elle, On achète

Il/Elle, On appelle

Il/Elle, On cède

Nous achetons

Nous appelons

Nous cédons

Vous achetez

Vous appelez

Vous cédez

Ils/Elles achètent

Ils/Elles appellent

Ils/Elles cèdent

Imparfait

J’achetais

J’appelais

Je cédais

Tu achetais

Tu appelais

Tu cédais

Il/Elle, On achetait

Il/Elle, On appelait

Il/Elle, On cédait

Nous achetions

Nous appelions

Nous cédions

Vous achetiez

Vous appeliez

Vous cédiez

Ils/Elles achetaient

Ils/Elles appelaient

Ils/Elles cédaient

Futur simple

J’achèterai

J’appellerai

Je céderai

Tu achèteras

Tu appelleras

Tu céderas

Il/Elle, On achètera

Il/Elle, On appellera

Il/Elle, On cédera

Nous achèterons

Nous appellerons

Nous céderons

Vous achèterez

Vous appellerez

Vous céderez

Ils/Elles achèteront

Ils/Elles appelleront

Ils/Elles céderont

Conditionnel présent

J’achèterais

J’appellerais

Je céderais

Tu achèterais

Tu appellerais

Tu céderais

Il/Elle, On achèterait

Il/Elle, On appellerait

Il/Elle, On céderait

Nous achèterions

Nous appellerions

Nous céderions

Vous achèteriez

Vous appelleriez

Vous céderiez

Ils/Elles achèteraient

Ils/Elles appelleraient

Ils/Elles céderaient

Conjugaison • trente-cinq

A

As-tu remarqué ? Le radical des verbes acheter, appeler et céder varie devant . la lettre e muette.

35


Manuel de l’élève

Le subjonctif présent

B

• On utilise le subjonctif présent pour exprimer un souhait, une obligation ou un ordre. . Le mot que ou qu’ précède toujours le sujet d’un verbe conjugué au présent du subjonctif. Exemples : Je souhaite que tu réussisses ton parcours. Il faut que tu sois persévérante. • Sauf dans le cas des verbes avoir et être, les terminaisons des verbes au subjonctif présent sont -e, -es, -e, -ions, -iez et -ent. Les verbes

L’indicatif passé simple

avoir et être au subjonctif présent

• Le passé simple est surtout utilisé à l’écrit dans un récit à la 1re personne du singulier, . ainsi qu’à la 3e personne du singulier et du pluriel. Il indique qu’un fait s’est déroulé .

AVOIR

dans le passé et qu’il est terminé.

que j’aie que tu aies qu’il/qu’elle, qu’on ait que nous ayons

Exemples : Ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants. • Voici les terminaisons des verbes au passé simple à la 1re personne du singulier, . ainsi qu’à la 3e personne du singulier et du pluriel.

que vous ayez qu’ils/qu’elles aient être

-ER

Exemples

-IR

-OIR

aimer

finir

tenir

voir

aller

partir

venir

que je sois

que tu sois

qu’il/qu’elle, qu’on soit

que nous soyons

1re pers. sing.

Je, J’

que vous soyez

3e pers. sing.

qu’ils/qu’elles soient

3e pers. pl.

36

-ai

ouvrir

-RE

devoir

rendre

pouvoir

mettre

savoir

dire

vouloir

faire

-is

-ins

-is

-us

-is

Il/Elle, On -a

-it

-int

-it

-ut

-it

Ils/Elles

-irent

-inrent

-irent

-urent

-irent

trente-six • Conjugaison

-èrent


Connaissances liées aux textes 1

La structure des textes

Le récit en cinq temps

A

p. 21

Un texte narratif est un récit qui vise à divertir. C’est donc un texte qui raconte une histoire. . On peut le diviser en cinq parties. La La situation situation de de départ départ  Cette partie permet de découvrir ce qui se passe au début . de l’histoire. Les personnages importants sont présentés. Le moment et les lieux . où se déroule l’action sont aussi précisés.

Attention ! L’élément L’élément déclencheur déclencheur  Dans cette partie, on trouve l’événement qui modifie la situation . initiale. Cet événement fera réagir les personnages. Ceux-ci laisseront de côté ce qu’ils étaient en train de faire pour tenter de résoudre le problème causé par cet élément déclencheur.

Les Les péripéties péripéties  Cette partie raconte les nombreux moyens que le personnage principal .

Il est possible que . les parties du récit en cinq temps . ne soient pas présentées dans . cet ordre.

prend pour résoudre le problème causé par l’élément déclencheur. Généralement, il faut . plus d’une péripétie avant que la situation revienne à la normale.

Conjugaison • cinquante-trois

53


Le Le dénouement dénouement  Cette partie raconte comment le personnage principal tente de vaincre . l’obstacle. On y apprend comment se terminent les péripéties. C’est le résultat (réussite . ou échec) des efforts déployés par le personnage principal.

La La situation situation finale finale  Cette partie raconte la fin de l’histoire. On découvre ce que font, . après le dénouement, les personnages présentés au début de l’histoire.

Le sujet central et les aspects

A

p. 14

Le texte courant est souvent organisé de la même façon, c’est-à-dire que toutes . les idées dans les paragraphes tournent autour d’un sujet central. Chaque paragraphe . développe un aspect du sujet central. Pour trouver les aspects contenus dans un texte, il s’agit de résumer chacun des paragraphes par un groupe nominal.

54

cinquante-quatre • Connaissances liées aux textes


Le renversement de situation ou double renversement

B

p. 44

Il arrive qu’un récit ou une fable ne se termine pas exactement tel que prévu. Le dénouement . est alors inattendu. Cela s’appelle un renversement de situation ou un double renversement.

Problème/solution

C

p. 20

Dans un récit, pour que le lecteur ou la lectrice soit en haleine, le personnage principal . doit faire face à des problèmes, parfois légers, parfois importants. L’objectif du personnage . est toujours de trouver une solution pour résoudre ses problèmes. Par exemple, au cours de sa cinquième tâche, Hercule éprouva un problème et trouva . une solution : Problème

Solution

Nettoyer les écuries d’Augias

Détourner deux fleuves pour qu’ils traversent .

les écuries et les nettoient.

Constater l’organisation des schémas, tableaux et encadrés

D

p. 12

Les schémas et les tableaux permettent de visualiser l’information pour la rendre plus claire . et facilitent ainsi la compréhension générale du texte. Ils peuvent prendre de nombreuses formes. Pour t’aider à choisir le modèle le plus approprié, détermine la quantité d’éléments d’information que tu dois présenter et examine les liens logiques qui les unissent.

Connaissances liées aux textes • cinquante-cinq

55


Voici un exemple de schéma .

yeux

qui pourrait accompagner . un texte sur les cinq sens.

organes . sensoriels

oreilles

nez

Le découpage d’un texte

langue

peau

E

p. 7

Généralement, un texte courant est un texte qui permet de décrire, d’informer, d’expliquer . ou d’argumenter. Ce type de texte peut prendre diverses formes. Il peut s’agir d’une nouvelle journalistique, d’un article d’encyclopédie, d’une interview, etc. Toutefois, il est habituellement présenté de la même façon en ce qui a trait aux intitulés. Le titre

Le sous-titre

Les intertitres

Il informe généralement . le lecteur ou la lectrice . du sujet du texte.

Comme son nom l’indique, il est placé sous le titre. Il s’agit souvent d’une phrase qui permet au lecteur ou à la lectrice de mieux cerner le sujet du texte de façon plus précise.

Ils sont placés au début . des paragraphes et annoncent les idées secondaires traitées dans le texte.

Constater la présence de choix interactifs

E

p. 51

La lecture d’un roman se fait d’un bout à l’autre et le déroulement complet de l’histoire est prévu. Parfois, les récits d’aventures sont construits différemment, en offrant des choix qui nous permettent de construire notre propre histoire. Les récits qui offrent des choix interactifs suscitent l’intérêt des lecteurs et des lectrices en les faisant participer au déroulement du récit.

56

cinquante-six • Connaissances liées aux textes


F

Emboîtements ou superpositions

p. 14

Un texte peut parfois contenir deux histoires. Une nouvelle histoire peut donc venir s’insérer dans la première. Par exemple, le personnage principal d’un récit d’action peut raconter . à un allié un rêve prémonitoire qu’il a fait. C’est ce que l’on appelle un emboîtement . ou une superposition.

Les éléments qui reviennent

G

p. 43

Certains textes présentent les informations de telle façon qu’un événement en crée un autre, . qui lui-même en crée un autre, et ainsi de suite jusqu’à ce que le dernier événement recrée . le premier événement, un peu comme dans le cycle de l’eau : l’eau de l’océan s’évapore, . crée des nuages, ces nuages tombent en pluie, cette pluie remplit les fleuves et rivières, . les fleuves et rivières se jettent dans l’océan.

Connaissances liées aux textes • cinquante-sept

57


2 L’organisation et la cohérence des textes La reprise de l’information

A

p. 44

Le texte que tu viens de lire est cohérent : les idées sont regroupées en paragraphes et . elles s’enchaînent. Pour passer d’une idée à l’autre, il faut parfois reprendre des éléments . d’information. Voici quelques moyens de reprendre l’information : • l’utilisation de mots génériques et de mots spécifiques ; • l’emploi d’un synonyme ; • le remplacement d’un mot ou d’un groupe de mots par un pronom.

Les marqueurs de relation

B

p. 13

Un marqueur de relation est un mot ou un groupe de mots invariables qui réunit deux éléments en précisant leur relation. On le trouve habituellement en début de paragraphe ou en début . de phrase. Toutefois, dans certains cas, il est possible qu’il soit au milieu d’une phrase. Voici les principaux marqueurs de relation et la relation qu’ils expriment : • l’addition : de plus, aussi, et, puis ; • l’alternative : ou, soit… soit ; • le but : afin que, pour que ; • la cause : car, parce que, puisque, à cause de ; • la comparaison : comme, tel que ;

58

cinquante-huit • Connaissances liées aux textes


Lexique thématique A

Au nom de la loi T h è m e

1

La vie de policier ou policière

une amende

une cible

un entraînement

une logique

rechercher

un appareil

la circulation

un équipement

des menottes

une réflexion

des archives

la compréhension

escorter

un mineur, une mineure

une ruelle

une expérience

la paix

un sergent, une sergente

un fusil

la patience

une sirène

une automobile un contact

un gyrophare

une patrouille

social/sociale

une ceinture

un contrôle

une infraction

un quartier

un tir

une cellule

la criminalité

la justice

une rapidité

un uniforme

une arrestation un conseiller, une conseillère un attentat

un constat

T h è m e

2

Les hors-la-loi d’hier et d’aujourd’hui

une affiche

une communication

une exagération

une intimidation

une prison

une armée

un courriel

un folklore

un juge, une juge

un questionnement

authentique

un cow-boy

un harcèlement

un justicier, une justicière

une réalité

une bande dessinée

une diligence

un héros, une héroïne

un logiciel

une récompense

un barreau

un duel

un historique

un mythe

une richesse

une bibliothèque

uneépoque

un incendie

un personnage

une technologie

une caricature

équestre

informatique

un prédateur, une prédatrice un terrain

une comédie

un événement

une inspiration

un préjugé

une vengeance

Lexique thématique • soixante-sept

67


B Adrénaline T h è m e

1

sensations fortes

une adrénaline

un cerveau

escalader

mental, mentale

un réflexe

un alpinisme

une confiance

une estime

une montagne

respirer

un amateur, une amatrice

un courage

un expert, une experte

musclé, musclée

sanguin/sanguine

une aptitude

un cours d’eau

extrême

une peur

la spéléologie

une avalanche

un danger

le froid

un pic

la sueur

un avertissement

une détermination

grimper

une préparation

un transport

une batterie

une endurance

une grotte

prévoyant/prévoyante

un vaisseau

cardiaque

une équipe

un matériel

une réaction

une veine

T h è m e

2

EST-CE VRAIMENT UN SPORT ?

68

une activité

une contorsion

une excitation

une meute

s’élancer

angoissé, angoissée

courageux/courageuse

un frisson

naviguer

un sentier

un attelage

un croc

une gazelle

un numéro

un touriste, une touriste

une balançoire

une culbute

un harnais

pelleter

un tournoi

blessé, blessée

une découverte

impressionner

une race

tournoyer

un caractère

déçu

une inscription

un rallye

un traîneau

un cirque

un désert

les intempéries

un respect

un trapèze

communiquer

une dominance

une mécanique

robuste

une vitesse

soixante-huit • Lexique thématique


C

Un univers fantastique T h è m e

1

la mythologie, source d’inspiration

affronter

discret, discrète

un Grec, une Grecque

se noyer

réconforter

l’Antiquité

emplir

l’immortalité

un paysage

un spectacle

appréhension

une épée

incapable

poétique

un tempérament

assis, assise

extraordinaire

un labyrinthe

un pressentiment

terrifié, terrifiée un théâtre

capturer

se faufiler

une légende

un prisonnier, une prisonnière

une croyance

des festivités

une localisation

prudent, prudente

Ulysse

un cyclope

frais, fraîche

la mythologie

un radeau

un vaisseau

désobéir

gigantesque

nourrir

ravissant, ravissante

T h è m e

un voyageur, une voyageuse

2

Des elfes dans la tête !

une apparition

évoluer

une imagination

régulier, régulière

surpris, surprise

attentif, attentive

une exigence

un lecteur, une lectrice

remarquable

se taire

un conseil

une expression

une lettre

un rythme

un tome

une créature

fabuleux, fabuleuse

littérature

une scène

transporter

une croisade

fantastique

nécessiter

une série

un écrivain, une écrivaine

travaillant, travaillante

fier, fière

obligatoirement

serrer

vouloir

un éditeur, une éditrice

une foire

un prolongement

stimuler

vulgariser

effrayant, effrayante

fulgurant, fulgurante

raffinement

un succès

un zombie

Lexique thématique • soixante-neuf

69


Des sons consonnes et des sons voyelles pour t’aider à trouver un mot dans le dictionnaire Les sons consonnes

Son f j g k n s z t

Orthographe f ph j g ge g gu c ch k q qu n nn mn s ss sc c ç t z s t th

Exemples famille, réflexion, récif phare, homophone, orthographe jouer, déjà, goujat girouette, ange, pillage geai, pigeon gare, regarder guêpier, mangue calepin, scorpion, lac choriste, orchestre képi, kilomètre cinq, coq quart, loquet nager, animation année, panne automne sourire, artiste tasse, tignasse scène, science cerceau, recette, larcin garçon, reçu nation, portion zigzaguer, bizarre, fez hasard, vison titre, patin, trust thème, mathématique

Les sons voyelles

Son a é è i o u an in on un ou

Orthographe a, à, â ha ai é hé er ez ai hai e, è, ê hè, hê et, êt i, î y o, ô ho au hau eau u, û hu an, han am en em in im ain ein yn, ym on, hon om un um, hum ou

Exemples ajout, là, âme hache, déshabiller j’irai, j’aimerai édition, félin, finalité héron, héros aimer, enrôler nez glaise, plaie haie, haine examiner, élève, être hère, hêtre carnet, forêt imiter, île, canari synonyme, xylophone odeur, ôter, grotte horizon, horloge automne, jaune, faux hauteur râteau utopie, jupe, flûte humide, bahut anche, tante, hanche amputation, chambre entente, ralentir empiéter, membre invention, lutin implanter, limbes ainsi, main, poulain peindre, serein syndicat, symptôme ongle, honte ombrage, rompre jungle, défunt parfum, humble oubli, poulet, roucouler


Extrait jemesouviens6