Page 1

Table des matières Grammaire 1

2

3

Les lettres et les signes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 Les règles de l’élision . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 Le système orthographique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les constantes orthographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les règles de position . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les règles d’emploi du trait d’union . . . . . . . . . . . . . .

4

3 3

5

3 4

6

Les mots . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 La formation des mots . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La formation des mots par dérivation . . . . . . . . Les mots dérivés et leur classe . . . . . . . . . . . . . . . . . La formation des mots . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les relations entre les mots . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les relations entre les mots : utiliser . le contexte d’un texte pour comprendre . le sens d’un mot . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le sens des mots – les antonymes . . . . . . . . . . . . . Les relations entre les mots . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le sens des mots . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le sens des mots . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le sens des locutions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Quelques propriétés des mots . . . . . . . . . . . . . . . . .

5

5

5

6

7

7

Le nom. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 L’emploi de la majuscule dans les noms . de peuples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 Le déterminant. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 Remarques au sujet des déterminants . . . . . . . . . . . 12 L’adjectif. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13 L’adjectif qui complète plusieurs noms . . . . . . . . . . 13 L’accord de l’adjectif attribut du sujet . . . . . . . . . . . 14 L’adjectif attribut du sujet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14 Le verbe. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 Constater le sens et l’emploi des principaux . temps de verbe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 Pour reconnaître un verbe

7

7

7

8

8

9

9

Le dictionnaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 Les sortes de dictionnaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 Décoder un dictionnaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 1

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

16

L’accord du verbe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16 L’accord du participe passé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17 8

9

10

Le pronom. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18 Le pronom . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18 Le pronom : mot de substitution . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19 L’adverbe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19 L’adverbe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19 La préposition. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 1 La préposition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 1


11

12

La conjonction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 La conjonction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22

Les fonctions dans une phrase . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27 Le complément du nom

Le sujet : constituant obligatoire

La phrase. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23 La phrase de base . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23 La phrase qui contient plus d’un verbe conjugué . et les phrases sans verbe conjugué . . . . . . . . . . 24 Les types de phrases . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La phrase de type interrogatif . . . . . . . . . . . . . . . . . La phrase impérative . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La phrase de forme positive . et la phrase de forme négative . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27 . . . . . . . . . . . . . . . 28

Reconnaître le sujet dans une phrase Le complément de phrase Le prédicat

24

. . . . . . . . 29

. . . . . . . . . . . . . . . . . . 29

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

31

La ponctuation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 1

24 26

Les marques de parole

27

La virgule, le deux-points . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32 et les guillemets

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

31

Les connaissances liées aux textes 1

La structure des textes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34 Le découpage d’un texte Le récit en cinq temps

2

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35

Le sujet central et ses aspects

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36

Le renversement de situation . ou double renversement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36 La succession d’éléments qui reviennent

. . . . . . . . 37

Schémas, tableaux et encadrés

. . . . . . . . . . . . . . . . . . 38

Emboîtements ou superpositions

. . . . . . . . . . . . . . . . . 38

Les choix interactifs dans un texte

. . . . . . . . . . . . . . . 38

3

Organisation et cohérence des textes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39 La reprise de l’information . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39 Les marqueurs de relation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40 Les relations de cause et de conséquence . . . . . . 4 1 L’ordre logique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42 L’organisation du texte courant . . . . . . . . . . . . . . 43 Les différentes façons d’organiser les idées . . . 43 Caractéristiques des textes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44 La fable . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44 Les caractéristiques du roman . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44


Expressions imagées et autres figures . de style . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49 Repérer les stéréotypes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49 L’inversion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50

Observer le découpage d’une chanson . . . . . . . . . 45 Le temps et le lieu . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45 4

Éléments littéraires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46 La métaphore . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46 Le rôle et l’importance des personnages . . . . . . . . 47 Les valeurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48 Repérer les sous-thèmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48 Allusions et sous-entendus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48

5

Les textes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50 La langue familière et la langue standard . . . . . . 50 Le choix du vocabulaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 1 Écrire selon le genre de texte . . . . . . . . . . . . . . . . 5 1

Le monde du livre Le découpage d’un texte

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52

Autre matériel de référence Mots à orthographier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53

Apprentissage qui doit être acquis . à la fin de l’année scolaire. Apprentissage qui se fait avec l’intervention . systématique de l’enseignant ou l’enseignante.

Les

pictogrammes

A

p. 38

Référence au manuel de l’élève


Grammaire 1 Les lettres et les signes Les règles de l’élision

B

p. 9

Tu as appris que, devant un mot commençant par une voyelle ou un h muet, . la lettre finale des mots le, la, je, ne, de, me, te, se est remplacée par une apostrophe. Exemple : Le entraîneur est important dans la vie de le athlète .

devient

L’entraîneur est important dans la vie de l’athlète .

Cette règle s’applique aussi aux mots suivants : • que devant il, ils, elle, elles et on ; • si devant il et ils ; • lorsque et puisque devant il, ils, elle, elles, en, on, un et une. Exemple : Il faut que il s’entraîne tous les jours.

2

devient

Il faut qu’il s’entraîne tous les jours.

deux • Je me souviens


2 Le système orthographique Les constantes orthographiques

E

p. 16

Dans la langue française, des constantes orthographiques permettent une régularité dans l’écriture des mots. Ces constantes portent principalement sur : • l’emploi du e muet en fin de mot qui fait prononcer la consonne qui prédède : lune, grande • l’emploi de certains graphèmes : par exemple, le graphème eau est presque toujours . placé en fin de mot (beau, peau) et on peut expliquer la présence du e avec un mot . de la même famille (peau, peler) • l’emploi de certains phonèmes : par exemple, le phonème « ail » s’écrit -ail dans . les noms masculins (un bail) et -aille dans les noms féminins (une paille). • l’emploi ou non de certains accents par exemple, lorsque le e est suivi ou non . de consonnes doubles : terrienne, planète ou pour distinguer des homophones : ou, où • l’emploi du tréma : mosaïque

Les règles de position

G

p. 21

Certaines particularités orthographiques s’expliquent par la place qu’occupent . une ou plusieurs lettres dans les mots. Ainsi : • On trouve toujours un m devant un b, un m ou un p (exemples : tomber, impressionner, . immature) sauf dans certains cas, comme bonbon, bonbonne, embonpoint ou néanmoins ; • Un s entre deux voyelles se prononce z (exemples : réseau, paralysé, etc.) ; • Le c se prononce parfois comme le son s (exemple : cela), parfois comme le son k . (exemple : Camille) ; Je me souviens • trois

3


• Le ç (c cédille) s’utilise pour conserver le son s devant les voyelles a, o et u . (exemple : une leçon) ; • Le g se prononce parfois comme le son j (exemple : protéger), parfois comme le son gue (exemple : organiser) ; • Le gu est utilisé devant les voyelles e et i pour obtenir le son gue (exemple : blogue) ; • Le ge est utilisé devant le a pour conserver le son j (exemple : geai).

Les règles d’emploi du trait d’union

D

p. 53

Il existe plusieurs règles de l’emploi du trait d’union. En voici quelques-unes. On doit utiliser le trait d’union quand 1) le verbe et le pronom personnel SUJET ou le pronom de conjugaison dans les phrases interrogatives sont inversés : . « La population a-t-elle été avertie du danger ? Les enfants sont-ils en sécurité ? » 2) le verbe est suivi du pronom ce ou on : . « Peut-on réellement prévoir une catastrophe naturelle ? » 3)

le verbe à l’impératif est suivi d’un pronom personnel complément : . « Le volcan est en éruption, regarde-le. »

4)

des mots forment des nombres inférieurs à cent : . « Dix-huit experts se sont rendus sur les lieux de la catastrophe. »

4

quatre • Je me souviens


3 Les mots La formation des mots C

La formation des mots par dérivation

p. 13

La dérivation est un procédé qui permet de former un nouveau mot en ajoutant un préfixe . ou un suffixe à un autre mot. Un préfixe est constitué d’une ou de plusieurs lettres que l’on place au début d’un mot de base pour former un autre mot. Exemple : le préfixe démo- signifie « peuple », comme dans le mot « démographie ». Un suffixe est constitué d’une ou de plusieurs lettres que l’on place à la fin d’un mot de base pour former un autre mot. Exemple : le suffixe -iste signifie « qui joue d’un instrument », comme dans le mot « flûtiste ».

Les mots dérivés et leur classe

E

p. 9

Un suffixe ou l’élément savant placé en fin de mot détermine la classe de ce mot. Par exemple, le suffixe –logue sert à former des noms comme celui que l’on retrouve . dans le texte : planétologues. Les mots dérivés peuvent appartenir à la même classe de mots que la base . ou à une classe différente. Par exemple, planétologues est un nom, comme sa base planète. Je me souviens • cinq

5


La formation des mots

F

p. 15

Les mots de la langue française sont formés de plusieurs façons. En voici quelques-unes : • par dérivation : – mot de base précédé d’un préfixe. Exemple : préjugé (pré-jugé), – mot de base suivi d’un suffixe. Exemple : sociologue (socio-logue) ; • par composition : mots formés d’au moins deux mots qui existent déjà . et qui sont liés ou non par un trait d’union ; Exemple : bienheureux • par la création de mots-valises : début d’un mot et fin d’un autre. Exemple : bibliobus (bibliothèque et autobus)

6

six • Je me souviens


Les relations entre les mots Les relations entre les mots : utiliser le contexte d’un texte pour comprendre le sens d’un mot

A

p. 15

Il peut arriver que tu ne connaisses pas la signification d’un mot dans un texte. . Tu n’as pas toujours à chercher dans le dictionnaire pour en comprendre le sens. . Parfois, le contexte peut t’aider à comprendre.

A

Le sens des mots – les antonymes

p. 46

Des antonymes sont des mots de même classe, qui ont un sens opposé. Par exemple, . l’antonyme du mot bien est mal. Les antonymes utilisés côte à côte dans un texte . permettent de créer une image dans la tête du lecteur ou de la lectrice. Exemple : Là où poudres et réactifs sont inefficaces , le laser est très utile .

Les relations entre les mots

G

p. 52

Lorsqu’on écrit ou qu’on lit un texte, beaucoup de mots et d’idées se rapportant . au sujet principal comportent des liens de sens. Ils nous aident à comprendre . un texte ou à préciser le sens de ce qu’on veut écrire. Il peut s’agir : a) de synonymes ;

Exemples : jeunes, adolescents.

b) d’antonymes ;

Exemples : enfant, vieillard.

Je me souviens • sept

7


c) de nom de parties d’un tout ;

Exemples : pages, première de couverture, résumé sont des parties d’un tout, soit d’un livre.

d) d’un ordre d’intensité ;

Exemples : benjamin, cadet, aîné.

e) de mots génériques et de mots spécifiques ;

Exemples : livre (générique), bande dessinée, roman, essai (spécifiques).

Observe aussi que les mots ayant un lien de sens ne sont pas toujours . de la même famille morphologique. Exemple : les mots musique, note, gamme, album.

Le sens des mots Le sens des mots

C

p. 47

• Un mot peut avoir un ou plusieurs sens propres qui sont proches les uns des autres. Exemple : « En outre, inspiré du thème de Rémus et Romulus, j’ai brodé autour de l’histoire de deux orphelins élevés par des loups, et séparés en bas âge. » Dans cette phrase, le mot histoire a le sens suivant : Récit imaginaire. Dans un autre contexte, le mot histoire peut avoir un tout autre sens : Science qui étudie . les faits et événements passés.

8

huit • Je me souviens


• Un mot peut aussi être utilisé au sens figuré, c’est-à-dire qu’il permet de créer une image dans la tête du lecteur. Dans la phrase, le mot brodé est employé au sens figuré. Il signifie que Bryan Perro . a construit un récit romancé autour de l’histoire de deux orphelins. S’il avait été employé au sens propre, le mot aurait signifié : Orner un tissu de motifs à l’aide d’aiguilles.

Le sens des locutions

E

p. 39

Une locution est un groupe de mots. Parfois, il s’agit d’un groupe de mots qui permet . de formuler une expression qui crée une image dans la tête du lecteur. On l’appelle . alors une expression au sens figuré. Attention, cependant, la locution n’est pas . l’addition du sens des mots qui la forment ! Par exemple, la locution « Avoir des papillons dans l’estomac » ne signifie pas . que des insectes volent dans ton organe digestif. De façon imagée, cette locution . veut dire « ressentir de la nervosité ». Voici d’autres exemples de locutions : dormir sur ses deux oreilles, avoir une faim de loup, tomber dans les pommes, tirer les vers du nez, faire la grasse matinée, voir la vie en rose.

Quelques propriétés des mots

G

p. 9

En cherchant dans ton dictionnaire, as-tu déjà observé que • certains mots se combinent à d’autres de façon privilégiée ? Exemple : On dit une faim de loup et un temps de chien et non « une faim de chien » . ou « un temps de loup ».

Je me souviens • neuf

9


Les connaissances liées aux textes 1 La structure des textes Le découpage d’un texte

A

p. 9

A

p. 10

Un texte courant est un texte qui permet de décrire, d’informer, d’expliquer . et d’argumenter. Ce type de texte peut prendre diverses formes. Il peut s’agir, . par exemple, d’une nouvelle journalistique, d’un article d’encyclopédie, d’une interview. Habituellement, ce type de texte est présenté de la même façon. Il contient des intitulés. • Le titre : il informe généralement le lecteur ou la lectrice sur le sujet du texte. • Les intertitres : ils sont placés au-dessus des paragraphes et annoncent . les idées secondaires développées dans le texte. • Le sous-titre : comme son nom l’indique, il est placé sous le titre. Il s’agit souvent d’une phrase qui permet au lecteur ou à la lectrice de cerner le sujet du texte de façon plus précise.

34

trente-quatre • Je me souviens


Le récit en cinq temps

A

p. 21

Un texte narratif est un récit qui vise à divertir. C’est donc un texte qui raconte une histoire. . On peut le diviser en cinq parties. La situation de départ  départ Cette partie permet de découvrir ce qui se passe au début . de l’histoire. Les personnages importants sont présentés. Le moment et les lieux . où se déroule l’action sont aussi précisés.

déclencheur  Dans cette partie, on trouve l’événement qui modifie la situation . L’élément déclencheur initiale. Cet événement fera réagir les personnages. Ceux-ci laisseront de côté ce qu’ils étaient en train de faire pour tenter de résoudre le problème causé par cet élément déclencheur.

péripéties  Cette partie raconte les nombreux moyens que le personnage principal . Les péripéties prend pour résoudre le problème causé par l’élément déclencheur. Généralement, il faut . plus d’une péripétie avant que la situation revienne à la normale. Chaque péripétie représente un obstacle.

Le dénouement  dénouement Cette partie raconte comment le personnage principal tente de vaincre . l’obstacle. On y apprend comment se terminent les péripéties. C’est le résultat (réussite . ou échec) des efforts déployés par le personnage principal.

finale  Cette partie raconte la fin de l’histoire. On découvre ce que font, . La situation finale après le dénouement, les personnages présentés au début de l’histoire.

Je me souviens • trente-cinq

35


Le sujet central et ses aspects

A

p. 40

Le texte que tu viens de lire sert à informer. Il fait partie de la grande famille . des textes courants. Ce type de texte est souvent organisé de la même façon, . c’est-à-dire que toutes les idées dans les paragraphes tournent autour d’un sujet . central. Chaque paragraphe développe un aspect du sujet central. Pour trouver les aspects contenus dans un texte, il s’agit de résumer chacun . des paragraphes par un groupe nominal. Habituellement, il n’y a qu’un aspect . développé dans chaque paragraphe. Par exemple, dans le premier paragraphe du texte que tu as lu, l’aspect développé . pourrait se résumer ainsi : Les premiers portraits-robots.

Le renversement de situation ou double renversement

B

p. 46

Il arrive qu’un récit ne se termine pas exactement tel que prévu. Le dénouement . est alors inattendu. Cela s’appelle un renversement de situation ou un double . renversement. Souvent, lorsqu’une histoire comporte un renversement de situation, . il n’y a pas de situation finale.

36

trente-six • Je me souviens


La succession d’éléments qui reviennent

G

p. 15

Certains textes présentent les informations à la manière d’un cercle vicieux. . Sais-tu ce que c’est ? C’est comme une roue qui tourne. Il s’agit d’une situation . dont les éléments qui la constituent se répètent. Remarque ce qui se répète dans . le cycle illustré ci-dessous.

Pour m’obliger à garder le silence, le taxeur me dit qu’il fera mal à ma petite sœur si je parle . à un adulte.

J’apporte l’argent à l’école.

Le taxeur me demande d’apporter de l’argent à l’école.

J’ai peur.

Je me souviens • trente-sept

37


Schémas, tableaux et encadrés

G

p. 38

Les schémas et les tableaux permettent de visualiser l’information pour la rendre plus claire . et facilitent ainsi la compréhension générale du texte. Ils peuvent prendre de nombreuses . formes. Pour t’aider à choisir le modèle approprié, détermine la quantité d’informations . que tu dois présenter et examine les liens logiques qui les unissent. Par exemple, dans le texte que tu viens de lire, on utilise des encadrés pour superposer . différents types d’informations. Un schéma montre également l’utilisation des réseaux . sociaux dans différents pays.

Emboîtements ou superpositions

G

p. 38

Certains textes possèdent une structure particulière. Parfois, un texte qui raconte peut contenir deux histoires. Par exemple, la description d’un rêve peut venir s’imbriquer dans une histoire. . C’est ce qu’on appelle un emboîtement ou une superposition. En informatique, on appelle ­hyperliens les passages d’un texte à un autre.

Les choix interactifs dans un texte

G

p. 45

La lecture d’un roman se fait d’un bout à l’autre et le déroulement complet de l’histoire . est prévu. Mais on peut construire différemment un récit : en effet, le lecteur est parfois invité à faire des choix pour poursuivre sa propre lecture. La série des Livres dont vous êtes le héros permet au lecteur de choisir la suite de l’histoire. Avec Internet, les choix interactifs amènent . différentes possibilités, comme dans le texte que tu viens de lire, dans lequel c’est un vote . de lecteurs qui permet de choisir la suite. On constate aussi l’arrivée de l’écriture interactive, . où chacun peut écrire son bout de suite.

38

trente-huit • Je me souviens


Le monde du livre Le découpage d’un texte

E

p. 17

Les textes courants peuvent être présentés sous une forme particulière. Les paragraphes sont parfois disposés de façon originale, la typographie (forme des lettres) peut être différente pour mettre en relief des mots ou des idées, et des encadrés hors-texte apportent aussi des informations supplémentaires.

52

cinquante-deux • Je me souviens


Autre matériel de référence

Manuel de l’élève

A

1 Les mots à orthographier T h è m e

1

C’est ton enquête !

alibi

connaître

intelligence

marque

réponse

botanique

coupable

intéressant

mystère

science

caractéristique

détective

interrogatoire

physique

sociable

chapeau

emploi

interroger

prisonnier

solution

cliché

empreinte

intervention

problème

stéréotype

communication

énigme

justifier

question

suspect

comparaison

enquête

loupe

questionner

témoin

complice

indice

malfrat

recherche

transport

T h è m e

2

Les scientifiques contre le crime

appareil

charnu

incendie

outil

réussir

arqué

comportement

investigation

patience

sang

arrestation

crépu

laboratoire

photographie

sanguin

artiste

curiosité

légal

piège

solutionner

balistique

digital/digitale

liquide

portrait-robot

tache

biologie

expert/experte

logiciel

preuve

technique

broussailleux

globuleux

malfaiteur

réfléchir

victime

cambriolage

hypnose

métal

résidu

vol Je me souviens • cinquante-trois

53


Manuel de l’élève

B

T h è m e

1

L’ESPRIT OLYMPIQUE

adaptation

comité

équipement

muscle

pulsation

anneau

corps

espoir

olympique

qualification

Antiquité

courir

exigence

paralympique

record

athlète

cuissard

flambeau

passion

sacrifice

attestation

défaite

hivernal

perdre

sport

bronze

discipline

horaire

persévérance

télévision

catégorie

drapeau

maillot

podium

volonté

médaille

premièrement

voyager

champion/championne entraînement

T h è m e

2

L’ESPRIT SPORTIF

54

pacifiste

résolution

parental

réussite

équipe

partager

sain/saine

consolation

esprit

participation

santé

aréna

cri

information

protège-genoux

sifflet

athlétique

dépassement

langage

provocation

stade

attente

dialoguer

manifestation

régresser

stratégie

célébration

élite

objectif

regret

trophée

alimentation

championnat

améliorer

coéquipier/coéquipière entraîner

amitié

compétition

arbitre

cinquante-quatre • Je me souviens

encouragement

Profile for Éditions Grand Duc

Extrait Je me souviens - 5e année  

Extrait Je me souviens - 5e année

Extrait Je me souviens - 5e année  

Extrait Je me souviens - 5e année