Page 1

2e cycle du primaire

1re année

Manuel de l’élève

La nouvelle génération d’Au-delà des mots

BRIGITTE VANDAL

Je me souviens Éditions Grand Duc

Groupe Éducalivres inc. 955, rue Bergar, Laval (Québec) H7L 4Z6 Téléphone : 514 334-8466 ■ Télécopie : 514 334-8387 InfoService : 1 800 567-3671

EXTRAIT

FRANÇAIS


EXTRAIT

Table des matières Grammaire Les lettres et les signes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 Les règles d’emploi de l’apostrophe . . . . . . . . . . . . . 2 Le système orthographique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les lettres muettes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les règles de position . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les constantes orthographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le e muet en fin de mot . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

3 3 3 4 4

Les mots . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 Les relations entre les mots . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les familles morphologiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les synonymes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les mots qui ont un lien de sens . . . . . . . . . . . . . .

5

Le sens des mots . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le sens des mots . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

6

6

6

6

7

7

Le dictionnaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’ordre alphabétique et le dictionnaire . . . . . . . Les abréviations dans le dictionnaire . . . . . . . . . La construction d’une entrée . dans le dictionnaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Le nom. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le nom . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les noms propres de lieux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le genre des noms . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

5 5 5

8 8 9 11

Les règles de formation du féminin . des noms . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 Des noms qui ont une forme . particulière au féminin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13 La fonction complément du nom

. . . . . . . . . . . . . . . . . 14

Le déterminant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 Le déterminant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 L’adjectif. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 L’adjectif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 Pour identifier un adjectif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 Les règles de formation du pluriel . des adjectifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16 Les règles de formation du féminin . des adjectifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17 Des adjectifs qui ont une ticulière . au féminin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18 Le groupe du nom. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19 Le groupe du nom . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19 Les pronoms. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20 Les pronoms de conjugaison . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20 La personne et le nombre des pronoms . de conjugaison . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21


La préposition. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25 Le sens et l’emploi des prépositions . courantes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25

La phrase. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26 Les mots qui servent à poser des questions

. . . . 26

Les formes positives et négatives . de la phrase . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27 La ponctuation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28 Les marques de parole et de dialogue La majuscule et le point La virgule Le tiret

. . . . . . . 28

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29

Les mots invariables. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25 Les mots invariables

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25

Les connaissances liées aux textes La structure des textes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30 Les titres, les intertitres et les paragraphes . . . . . 30 Le sujet central et ses différents aspects . . . . . . . . 30 Les trois temps d’un court récit . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31 Les schémas et les tableaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32 Les paragraphes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32 Les structures d’alternance et d’opposition . . . . . . 33 L’ajout successif de nouveaux éléments . . . . . . . . . 33

Organisation et cohérence des textes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34 L’ordre chronologique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34 L’organisation du texte courant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34 Les mots de substitution . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35 L’ordre logique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35 Les marqueurs de relation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36 Les marqueurs de relation de cause . . . . . . . . . . . . . 36 L’organisation d’un récit de fiction . . . . . . . . . . . . . . . 37

EXTRAIT

Le verbe. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 Les temps verbaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 Le verbe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 Pour identifier un verbe à l’infinitif . . . . . . . . . . . . . . . 22 Pour identifier un verbe conjugué . . . . . . . . . . . 23 La personne et le nombre du verbe . . . . . . . . . . . . . 23 L’accord du verbe avec le pronom sujet . . . . . . . . 24


Les caractéristiques des contes et légendes

Éléments littéraires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41

. . . . 37

La succession des événements dans l’intrigue . . Comparaison et métaphore . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les jeux de sonorité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les mots-valises . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

La description d’un personnage, l’identification du temps et des lieux d’un récit . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38 La bande dessinée

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39

Les caractéristiques du poème

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39

Diverses manières d’aborder un thème Les caractéristiques du miniroman

. . . . . . . . . 40

. . . . . . . . . . . . . . . 40

41

41

42 43

Les textes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43 Le choix du vocabulaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43 Le choix et le développement des idées . . . . . . . . 44 La production d’un texte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44

Le monde du livre Le monde du livre L’organisation des textes Les parties d’un livre

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46

Les mots à orthographier Manuel Manuel Manuel Manuel

de de de de

l’élève l’élève l’élève l’élève

A . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . B . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . C . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . D . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Apprentissage qui doit être acquis à la fin de l’année scolaire. Apprentissage qui se fait avec l’intervention systématique de l’enseignant ou l’enseignante.

47 48 49

Manuel de l’élève E . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 1 Manuel de l’élève F . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52 Manuel de l’élève G . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53

50

Les

pictogrammes

A

p. 38

Référence au manuel de l’élève

EXTRAIT

Caractéristiques des textes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37


1 Les lettres et les signes Les règles d’emploi de l’apostrophe

E

p. 13

L’apostrophe remplace la voyelle finale de certains mots comme de, me, te, . se lorsqu’ils sont suivis d’un mot commençant par une voyelle ou un h muet. Exemples : – La publicité ne me influence pas. ➙ La publicité ne m’influence pas. – Elle se achète tout ce qu’elle veut. ➙ Elle s’achète tout ce qu’elle veut. – Il faudra te habituer à résister aux publicités. ➙ Il faudra t’habituer . à résister aux publicités. L’apostrophe remplace également le e final du mot ce devant les formes . du verbe être commençant par une voyelle. Exemples : – Ce est une très belle publicité. ➙ C’est une très belle publicité. – Ce était un défilé de mode extraordinaire. ➙ C’était un défilé de mode extraordinaire.

2

deux • Je me souviens

EXTRAIT

Grammaire


EXTRAIT

2 Le système orthographique Les lettres muettes

A

p. 38

Une lettre muette est une lettre qu’on écrit, mais qu’on ne prononce pas. . Pourquoi certains mots contiennent-ils des lettres muettes ?

Les règles de position

m devant b, m, p

B

p. 31 RÈGLE

ExEMPLES

Dans la plupart des cas, il faut écrire m au lieu de n devant ombre, chambre,. les lettres b, m et p. Exceptions : bonbon, néanmoins immédiat, exemple

s entre Le s, placé entre deux voyelles, se prononce comme deux voyelles la lettre z.

déguiser, mise,. maison, oser

. c ou ç Le c se prononce parfois comme le son «s » et parfois comme le son «k ». Pour conserver le son «s » devant a, o garçon, français, aperçu. et u, on ajoute une cédille. g, gu, ge Le g se prononce parfois comme le son «j » et parfois comme le son «g ». Pour conserver le son «g » devant e . et i, on ajoute un u. Pour conserver le son «j » devant a, o et u, on ajoute un e devant la voyelle.

guide, guérir, guêpe. geai, george.

Je me souviens • trois

3


p. 17

Le graphème eau apparaît presque toujours à la fin du mot. Exemples : couteau, beau, cerveau, berceau, traîneau Pourquoi faut-il écrire eau plutôt que au ? La plupart du temps, la présence . du e indique un lien avec les mots de la même famille morphologique. Exemples :

couteau : coutellerie

beau : belle

cerveau : cervelle, écervelé

berceau : bercer

Le e muet en fin de mot

E

p. 18

La plupart du temps, le e qui se trouve à la fin d’un mot est muet, c’est-à-dire qu’il . ne se prononce pas. Exemples : joie, foie, idée, associe Lorsqu’il est précédé d’une consonne, le e final demeure muet, mais la consonne se prononce. Exemples : porte, petit e, grande, lourde, lune

4

quatre • Je me souviens

EXTRAIT

E

Les constantes orthographiques


EXTRAIT

3 Les mots Les relations entre les mots Les familles morphologiques

A

p. 41

Une famille morphologique est un ensemble de mots qui sont issus du même mot de base . et qui ont un lien de sens. Par exemple, les mots robot, robotique et robotisée appartiennent . à une même famille morphologique. Ils traitent tous d’un thème commun : les robots. Parfois, les lettres muettes à la fin des mots indiquent un lien existant entre ce mot et ceux . de la même famille morphologique. Par exemple, le t muet à la fin du nom robot fait le lien . avec le nom robotique.

Les synonymes

B

p. 7

Les synonymes sont des mots appartenant à la même classe de mots et ayant presque . le même sens. Par exemple, dans le texte précédent, tu as trouvé des synonymes . du mot peur, tels que trouille et frayeur. On utilise souvent les synonymes pour éviter les répétitions et enrichir les textes.

Les mots qui ont un lien de sens

B

p. 13

Des mots peuvent avoir un lien de sens tout en appartenant à une même famille morphologique. Par exemple : effrayant, frayeur et effrayer. D’autres mots ont des liens de sens sans appartenir à une même famille morphologique. Exemple : un médecin, un infirmier, une infirmière, . un hôpital, un médicament, la santé. Je me souviens • cinq

5


1

La structure des textes A

Les titres, les intertitres et les paragraphes

p. 34

Le titre, placé au début d’un livre, d’un article ou d’un texte, nous informe sur le sujet qui sera abordé dans le texte. Habituellement, le titre est court, précis et accrocheur. Quelquefois, l’auteur ou l’auteure ajoute des intertitres pour annoncer de quoi il est question dans les paragraphes. Un texte long est découpé en paragraphes pour faciliter la lecture. Chaque paragraphe contient généralement une idée principale à laquelle s’ajoutent des détails, des précisions, des exemples. On peut repérer l’idée principale d’un paragraphe à l’aide de l’intertitre et du début du paragraphe.

Le sujet central et ses différents aspects

B

p. 37

Les textes abordent généralement un sujet central et développent quelques éléments le concernant. Le sujet central est donc le cœur du texte tandis que les aspects en sont les ramifications. Par exemple, si un texte donne des informations à propos des habitudes de vie d’un requin, le sujet central est «le requin » et les aspects sont tous les détails sur son mode de vie.

30

trente • Je me souviens

EXTRAIT

Les connaissances liées aux textes


EXTRAIT Les trois temps d’un court récit

C

p. 17

Les textes narratifs racontent des histoires. On les trouve dans les romans, les légendes et les contes. Un court récit peut être divisé en trois temps. Le début Mise en scène du personnage principal, des personnages secondaires, du temps et du lieu où se déroule l’histoire. Présentation de l’élément qui vient bouleverser le bon déroulement de l’histoire. Le milieu Déroulement de l’histoire et description des différentes péripéties vécues par le personnage principal. La fin Révélation du dénouement de l’histoire et de la manière employée par le personnage principal pour résoudre le problème.

Je me souviens • trente et un

31


E

p. 32

Les schémas et les tableaux présentent visuellement des éléments d’information tirés d’un texte ou liés à celui-ci. Un schéma est un dessin simplifié donnant une idée d’un objet ou d’un processus. Un tableau présente des données disposées en lignes et en colonnes. Cela permet de comprendre plus facilement et plus rapidement un grand nombre de données ou des processus complexes. Par exemple, dans le texte que tu viens de lire, le tableau te permet de comparer rapidement l’empreinte écologique des différents pays mentionnés.

Les paragraphes

E

p. 41

Dans un texte, les idées sont liées entre elles et regroupées en paragraphes. Généralement, chaque paragraphe présente une idée principale à laquelle se greffent des précisions . oudes détails. Voici un exemple : La planète Terre est menacée par les habitudes de consommation des êtres humains. . Ceux-ci consomment de manière excessive, créant ainsi de grandes quantités . de déchets et beaucoup de pollution. Pour limiter les dégâts, il existe de nombreux moyens. Il suffit que chaque individu . collabore en réduisant sa consommation. Pour ce faire, il est possible d’acheter moins d’objets, mais également de réutiliser ceux que nous possédons déjà. Le premier paragraphe mentionne que la Terre est menacée par la consommation excessive. . Le second incite chacun à acheter moins et à réutiliser les objets qu’il possède afin de réduire . la consommation. Parfois, un seul paragraphe peut contenir toutes les informations . nécessaires pour traiter l’idée générale du texte.

32

trente-deux • Je me souviens

EXTRAIT

Les schémas et les tableaux


p. 13

Dans les textes, on présente souvent plusieurs aspects d’un même élément. Parfois, . ces aspects sont opposés, par exemple lorsqu’on expose deux points de vue différents. . Il s’agit alors de structures d’opposition. Quant aux structures d’alternance, elles présentent deux possibilités, deux aspects, deux points de vue ou deux éléments. Ces structures peuvent . apparaître dans une phrase, dans un paragraphe ou, plus globalement, dans un texte entier.

EXTRAIT

G

Les structures d’alternance et d’opposition

Des marqueurs de relation signalent ces structures. Alternance

Opposition

Ou, ou bien, soit… soit…,

mais, par contre, au contraire,

d’une part… d’autre part

cependant, toutefois, pourtant

Exemples : Alternance : Quand j’ai un peu de temps libre, soit je lis, soit je dessine. Opposition : J’aime bien lire, mais je préfère dessiner.

L’ajout successif de nouveaux éléments

G

p. 14

Certains textes présentent plus de deux aspects ou deux idées. Ces aspects ou ces idées . ne sont pas présentés d’un seul bloc, mais plutôt les uns à la suite des autres. L’ajout successif de nouveaux éléments peut se faire dans une phrase, dans un paragraphe ou dans l’ensemble . du texte. L’énumération est un exemple de cette structure. Des mots ou des locutions signalent l’ajout successif de nouveaux éléments. Dans une description Dans un récit Dans un texte courant

On donne des indications sur l’emplacement des éléments.

À gauche, à droite, en avant, en arrière, . au-dessus, etc.

On ajoute des péripéties en précisant quand elles surviennent.

Hier, plus tard, pendant ce temps, . le lendemain, soudain, etc.

On indique l’ordre dans lequel les idées . se succèdent.

D’abord, ensuite, puis, aussi, d’ailleurs, de plus, en outre, par ailleurs, premièrement, etc. Je me souviens • trente-trois

33


A

L’ordre chronologique

p. 7

Le mot chronologie est un mot de la même famille que chronomètre, un objet qui sert . à mesurer le temps. L’ordre chronologique est l’ordre dans lequel les événements . se succèdent dans le temps. Par exemple, on peut voir la chronologie dans . le déroulement d’une journée, ou dans les événements vécus dans sa vie

L’organisation du texte courant

B

p. 17

Les idées dans le texte courant ne sont pas lancées au hasard, elles sont organisées pour aider le lecteur ou la lectrice à comprendre le sujet du texte. On peut diviser . le texte courant en trois parties. 1. L’introduction.

On annonce le sujet du texte et on parle des différents .

éléments qui seront abordés : les lieux, les personnages, par exemple. 2. Le développement.

On explique ce qui se passe, en donnant .

des détails et des précisions sur les différents aspects du sujet. 3. La conclusion.

On termine le texte en résumant le sujet traité .

et en rappelant l’idée essentielle. Dans un tableau semblable à celui ci-dessous, identifie les différentes parties . du texte Soigner ses phobies. Idée principale en quelques mots

Introduction Développement

1er aspect :. 2e aspect :

Conclusion

34

trente-quatre • Je me souviens

EXTRAIT

2 Organisation et cohérence des textes


p. 13

Dans les textes littéraires, pour éviter de répéter certains mots, les auteurs .

EXTRAIT

C

Les mots de substitution

et auteures les remplacent par des termes génériques, des synonymes . ou des pronoms. On appelle ces mots des mots de substitution. . Ils rendent le texte plus agréable à lire. Regarde le terme générique utilisé dans l’exemple suivant : Elle demanda de l’aide à l’aigle. «Non, répondit l’oiseau, c’est trop dangereux. »

L’ordre logique

D

p. 8

Dans les histoires, on choisit minutieusement l’ordre dans lequel les actions . sont présentées. Il en est de même avec l’ordre des questions dans une entrevue. . Il existe un ordre logique dans lequel il faut présenter les informations afin . de favoriser la compréhension. Par exemple, dans une entrevue, il est logique de présenter la personne que . l’on interviewe et de préciser le sujet de l’entrevue avant de lui poser des questions . sur son travail ou ses réalisations. De plus, on regroupe les questions en fonction . des sujets qui sont abordés.

Je me souviens • trente-cinq

35


p. 17

Certains mots servent à établir des relations entre les idées : ce sont les marqueurs . de relation. Souvent, ces mots sont des adverbes et sont invariables. Certains marqueurs de relation servent à indiquer la succession des actions dans le temps. D’abord, ensuite, puis, enfin, après, premièrement, finalement, etc.

D’autres mots ou expressions servent à indiquer le moment où les actions se déroulent. Hier, demain, le lendemain, lorsque, quand, avant de, pendant que, au cours de, etc.

Les marqueurs de relation de cause

E

p. 37

Dans les textes, pour exprimer la cause de certains événements, on utilise des marqueurs. de relation. La cause, c’est la raison pour laquelle un problème ou un comportement existe. Voici quelques marqueurs de relation indiquant la cause : Exemples : parce que, puisque, car, à cause de cause

La planète est en danger à cause des mauvaises habitudes de ses habitants. Pour quelle raison la planète est-elle en danger ? À cause des mauvaises habitudes de ses habitants. cause

Je recycle parce que je veux protéger ma planète. Pour quelle raison est-ce que je recycle ? Parce que je veux protéger ma planète.

36

trente-six • Je me souviens

EXTRAIT

D

Les marqueurs de relation


F

p. 38

Un récit de fiction est une histoire qui contient des éléments imaginaires ou inventés. . Il se divise en cinq temps. Situation initiale

C’est le début de l’histoire qui pourrait être vrai. On répond aux questions Qui ? . Où ? et Quand ?

Élément déclencheur

C’est l’élément qui vient perturber la situation de départ, c’est ici que l’aventure . commence.

Péripéties

Ce sont les actions des personnages pour rétablir la situation initiale ou trouver .

EXTRAIT

L’organisation d’un récit de fiction

une solution au problème. Dénouement

C’est l’action qui résout le problème.

Situation finale

C’est la fin de l’histoire. Elle indique parfois comment l’aventure a transformé . les personnages ou ce qui se passera.

3 Caractéristiques des textes Les caractéristiques des contes et légendes

C

p. 7

Les contes et les légendes ont des caractéristiques communes que nous retrouvons . dans bien des récits. L’univers fantastique : Pour créer un univers imaginaire dans les récits, on recourt à des forces surnaturelles, on met en scène des personnages tels que des créatures diaboliques, . des loups-garous, des dragons, des fées et des lutins.

Je me souviens • trente-sept

37


Le monde du livre Auteur/ auteure Illustrateur/ illustratrice

G

p. 18

C’est la personne qui écrit le livre. C’est la personne qui réalise les illustrations.

Maison d’édition

C’est l’entreprise qui produit les livres, les publie et en fait la diffusion.

Collection

C’estun ensemble de livres présentés de manière semblable, pour un même public cible. Les livres abordent des sujets ou des thèmes communs et ont . un même niveau de difficulté.

Série

EXTRAIT

Le monde du livre

C’est un ensemble de livres mettant en scène les mêmes personnages . dans des intrigues qui se ressemblent.

L’organisation des textes

G

p. 33

Il existe plusieurs moyens de marquer l’organisation des textes. La typographie : C’est le choix des caractères (caractères gras, caractères italiques ou capitales). Parfois, on utilise différentes polices de caractères pour attirer l’attention sur certaines parties . du texte. L’usage de couleurs peut également donner des indices sur l’organisation du texte. La mise en pages : Les textes longs sont divisés en sections et en chapitres. Les titres, . les sous-titres et les intertitres servent à subdiviser chaque section ou chapitre. De plus, . chaque livre possède une page de droite et une page de gauche, chacune pouvant être . utilisée différemment.

Je me souviens • quarante-cinq

45


différents types d’illustrations, par exemple les dessins, les peintures, les collages, . les gravures et les photos. Dans certains livres, on ajoute des illustrations . ou des couleurs sur le fond de la page pour agrémenter la présentation. G

Les parties d’un livre La page couverture, c’est le dessus du livre. . On y trouve le titre . du livre, le nom de l’auteur ou l’auteure, celui de l’illustrateur ou . l’illustratrice et le nom de la maison d’édition. Si le livre fait partie d’une collection, le nom de celle-ci y est inscrit..

p. 42

L’histoire sans histoire Jérôme Huzago

Illustrations de Caboche Éditions de la page blanche

Ce roman nous plonge dans le monde mystérieux des lettres et nous fait découvrir leurs pouvoirs magiques. Né dans la région de Québec, Jérôme caressait le rêve de devenir écrivain depuis son tout jeune âge. Après des études en littérature et une expérience journalistique comme critique littéraire, il fait maintenant ses premiers pas comme écrivain.

La quatrième de couverture, c’est . le dessous du livre. . On y trouve souvent un résumé de l’histoire, une photo et une courte biographie . de l’auteur ou l’auteure, ou encore un extrait . du livre.

Les pages blanches au début et à la fin du livre sont appelées pages de garde.

46

quarante-six • Je me souviens

EXTRAIT

L’aspect visuel : Les illustrations favorisent la compréhension des textes. Il existe .


T h è m e

EXTRAIT

Les mots à orthographier

Manuel de l’élève

A

1

L’école d’HIER

agriculture

épeler

grenier

récolte

ardoise

famille

histoire

récréation

campagne

feuille

prière

souvenir

confortable

géographie

printemps

stylo

dictée

géométrie

prix

traîneau

écriture

grammaire

punition

tremper

T h è m e

2

L’école de demain

Antiquité

futuriste

numérique

réseau

articulation

humain/humaine

parchemin

résultat

concluant/concluante

interactif

polyglotte

robot/robotique

décalage horaire

internet

programme

secrétaire

électronique

latex

prononciation

simulateur

enregistrer

manipulation

rendez-vous

stylet

Je me souviens • quarante-sept

47


Manuel de l’élève

B

1

MORT DE PEUR

une araignée

un craquement

une peur

une terreur

une aventure

une frayeur

une phobie

terrifier

un cerveau

un frisson

une pupille

traiter

un cheveu/des cheveux

horrible

une réaction

transpirer

un cœur

une jambe

un sanglot

trembler

un corps

un muscle

soigner

un œil/des yeux

T h è m e

2

MÊME PAS PEUR !

48

affreux/affreuse

un documentaire

une hauteur

un plaisir

une botte

une émotion

une histoire

ressentir

un costume

un équipement

magique

un serpent

une créature

étrange

un métier

un sorcier/une sorcière

un danger

exciter

une ombre

spectaculaire

déguiser

explorer

une passion

une veste

quarante-huit • Je me souviens

EXTRAIT

T h è m e

Profile for Éditions Grand Duc

Extrait Je me souviens - 3e année  

Extrait Je me souviens - 3e année

Extrait Je me souviens - 3e année  

Extrait Je me souviens - 3e année