Page 1


Principaux collaborateurs Comite de reÂdaction Henri Blocher Jean-Claude Dubs Mario Echtler { Jean-Claude Verrecchia Coordonnateur Didier Fougeras ReÂdacteurs permanents David Eyer Hiary Rakotoson Illustration Annie Vallotton Graphisme Sylvia Barbu Correction Corinne Hauchecorne FrancËoise ThaÈder SpeÂcialistes consulteÂs Jean-NoeÈl Aletti Jean-Marc Babut

Dominique BartheÂlemy { FrancËois Bassin Samuel BeÂneÂtreau Kees de Blois Jacques Briend Jacques Chopineau Elian Cuvillier Christiane Dieterle Jean-Marc Droin Ruth B. Edwards Paul Ellingworth Daniel Furter Carl-A. Keller Jean-Claude Ingelaere I. Howard Jones Jean-Daniel Kaestli Andre LaCocque Pierre Le Fort Richard Lehmann Andre LelieÁvre Charles L'Eplattenier Marc LuÈthi Daniel Lys Jean-Daniel Macchi Alphonse Maillot { Jean Margain Jean-Claude Margot Robert Martin-Achard

Alfred Marx Roland Meyer Alan Millard Violaine Monsarrat Jean-Paul Morley Emile Nicole Jules-Marcel Nicole { Dany Nocquet Isabelle Olekhnovitch Rene PeÂter-Contesse Jacques Pons Pierre Prigent Pierre Reymond { Philippe de Robert Thomas RoÈmer Sylvain Romerowski Pierre Sandevoir Bernard Sauvagnat Francis Schmidt Marc Schoeni Jean-Louis Simonet Jean-Pierre Sternberger Brian Tidiman Jean-Marcel Vincent FrancËois Vouga Rene Vuilleumier Guy Wagner Claude WieÂner

Nous remercions les speÂcialistes consulteÂs de l'aide apporteÂe. Toute erreur qui subsisterait serait naturellement du fait de l'eÂditeur.


Pour la traduction, les introductions, les notes, l'index et la concordance : # 2002 SocieÂte biblique francËaise 5 avenue des Erables, 95400 Villiers-le-Bel, France Pour les eÂcrits intertestamentaires : # 1999 Gallimard La Bible. Ecrits intertestamentaires Edition publieÂe sous la direction d'Andre Dupont-Sommer et Marc Philonenko BibliotheÁque de la PleÂiade Pour les apocryphes chreÂtiens : # 1999 Gallimard # 1999 AELAC et Editions Brepols Ecrits apocryphes chreÂtiens Edition sous la direction de FrancËois Bovon et Pierre Geoltrain BibliotheÁque de la PleÂiade Pour les cartes couleur : # 1963, 1978 et 1997 Deutsche Bibelgesellschaft, Stuttgart Edition Karl Elliger, reÂvision Siegfried Mittmann, reÂalisation graphique Deutsche Bibelgesellschaft, Stuttgart et Kartographisches Institut Helmut Fuchs, Leonberg Pour les photos satellites : # RéHR Productions & C.N.E.S. The Holy Land Satellite Atlas, 2 vol. Photocomposition : Compos-Juliot, Paris, France Logotype « Nouvelle Bible Segond » et couverture : BD Consultant, Grenoble, France Tous droits de reproduction, traduction et adaptation reÂserveÂs, pour tous les pays. EPS ± 1250 SEN063C SEN063 EPS ± 1250 SEN065 EPS ± 500 SEN067GB

ISBN 2 85300 170 9 ISBN 2 85300 172 5 ISBN 2 85300 174 1 ISBN 2 85300 169 5

Imprime aux Pays-Bas par Jongbloed 2005


Le Nouveau Testament INTRODUCTION Au cúur du Nouveau Testament : JeÂsus-Christ. Pas une page, ou presque, qui ne se reÂfeÁre aÁ lui. Pas une seule lettre de lui, cependant. JeÂsus n'a pas laisse d'eÂcrit. L'essentiel de ce que nous savons sur JeÂsus et sur le christianisme primitif, nous le savons par le Nouveau Testament. C'est laÁ que sont rassembleÂs les plus anciens teÂmoignages sur l'un comme sur l'autre. D'ouÁ une difficulte permanente pour les historiens qui veulent reconstruire seÂpareÂment une « vie de JeÂsus » et une « histoire du christianisme primitif » : les premiers eÂcrits sur JeÂsus eÂtant des eÂcrits chreÂtiens, toute distinction comporte fatalement une part d'arbitraire. Certes, le Nouveau Testament commence par les eÂvangiles, qui racontent une histoire de JeÂsus. Mais si ces eÂvangiles sont et restent quatre, en deÂpit de tous les efforts fournis pour les simplifier en un seul reÂcit (depuis le DiatessaroÃn de Tatien, au IIe sieÁcle, jusqu'aux « harmonies des eÂvangiles » des Bibles protestantes populaires du XXe sieÁcle), c'est qu'ils ne racontent pas exactement la meÃme histoire. Ce qui s'explique en partie par le fait qu'ils ont vu le jour au sein de diffeÂrentes communauteÂs (voir l'introduction aux eÂvangiles, p. 1229, et le plan synoptique, p. 1231). En fait, les plus anciens eÂcrits du Nouveau Testament ne sont pas les eÂvangiles, mais certaines eÂpõÃtres de Paul (1 Thessaloniciens aÁ coup suÃr, Galates probablement). Ce sont donc, et le fait est significatif, des lettres de circonstance adresseÂes aÁ des communauteÂs chreÂtiennes particulieÁres, qui n'ont pas pour objet de raconter la vie et les paroles de JeÂsus, reÂputeÂes suffisamment connues des lecteurs, mais de tirer des conseÂquences pratiques

autant que theÂoriques de l'identite chreÂtienne : que signifie, en telle ou telle situation, croire en JeÂsus-Christ, le crucifie ressusciteÂ, le reconnaõÃtre comme Seigneur et Sauveur ? Bien suÃr, en amont des textes du Nouveau Testament, il y a de la parole. La parole de JeÂsus tout d'abord, qui rassemble des disciples. La parole sur JeÂsus ensuite, qui transmet son enseignement mais raconte aussi ses gestes, ses miracles, sa mort et sa reÂsurrection. Parole juive aÁ l'origine, quoique n'eÂmanant pas de JeÂrusalem, le centre symbolique du judaõÈsme, Ð JeÂsus est GalileÂen et la plupart de ses premiers disciples aussi Ð elle deÂborde treÁs vite le judaõÈsme pour gagner des non-Juifs : aÁ peine vingt ans apreÁs la mort de JeÂsus selon toute vraisemblance, les Eglises de Thessalonique et de Galatie sont deÂjaÁ des communauteÂs essentiellement non juives. La naissance et les premieÁres anneÂes du christianisme restent en grande partie mysteÂrieuses. Mais sa large propagation, avant meÃme que soient reÂdigeÂs les premiers textes du Nouveau Testament, a eÂte rendue possible par un certain nombre de facteurs parfaitement identifiables. Ces facteurs expliquent aussi comment, contrairement aÁ l'Ancien Testament, qui s'est constitue sur plusieurs sieÁcles mais dans une reÂgion bien preÂcise du monde, les textes du Nouveau Testament vont eÃtre eÂcrits en moins d'un sieÁcle, mais dans des lieux treÁs eÂloigneÂs les uns des autres, pour eÃtre par la suite reÂunis en un seul recueil. Un contexte culturel unique Au premier sieÁcle ap. J.-C., il n'y a plus gueÁre de frontieÁres entre le pays des Juifs (conquis deÁs 63 av. J.-C.) et le reste de l'Empire romain. Les personnes et les

ideÂes circulent librement. Dans tout l'Orient on parle la koõÈneÁ (la langue commune), le grec qui s'est reÂpandu dans tout l'ancien empire d'Alexandre le Grand. Ce sera la langue de la plupart des premieÁres communauteÂs chreÂtiennes et celle du Nouveau Testament (voir le tableau « Les langues de la Bible : transcription et traduction », p. 8). Cette langue est depuis plusieurs sieÁcles commune, notamment, aux Juifs disperseÂs dans tout l'Empire, qui lisent la Bible grecque des Septante (LXX ; voir aussi l'introduction aÁ l'Ancien Testament, p. 15), et aux diffeÂrents peuples qui les entourent. Face au deÂclin des mythologies et des cultes ancestraux de l'Antiquite greÂcoromaine, le judaõÈsme, religion reconnue par l'Empire, est respecte par de nombreux non-Juifs. Certains, les proseÂlytes, se convertissent en se faisant circoncire ; beaucoup d'autres restent de simples sympathisants que le judaõÈsme appelle des « craignant Dieu » (Ac 10.2n). Ces derniers seront, sans aucun doute, parmi les destinataires privileÂgieÂs du message chreÂtien porte par des Juifs comme Paul, qui, au nom de JeÂsus, ouvre tout grand aux nonJuifs l'heÂritage spirituel d'IsraeÈl. Cette « eÂvangeÂlisation », cependant, ne s'arreÃtera pas aux franges du judaõÈsme. En effet, un message capable de surmonter la seÂparation entre Juif et Grec pouvait aussi remettre en question bien d'autres clivages, notamment ceux, si enracineÂs dans la socieÂte antique, qui seÂparaient hommes et femmes, esclaves et hommes libres (Ga 3.28). Du coup, il n'est pas eÂtonnant de trouver dans les Eglises primitives non seulement des gens instruits, sensibles aux deÂbats theÂologiques sur l'Ecriture juive, mais aussi des hommes et des femmes simples et sans ins$


1224

NOUVEAU TESTAMENT ± Introduction

Rome et les Romains Selon la leÂgende, Rome a eÂte fondeÂe en l'an 753 av. J.-C. par Remus et Romulus, les jumeaux semi-divins recueillis et allaiteÂs par une louve ; celle-ci restera l'embleÁme de la ville. Le dernier roi eÂtrusque, Tarquin, en a eÂte expulse en 509, et Rome est alors devenue une reÂpublique. En fait l'organisation politique de la cite a subi des modifications sensibles aÁ mesure qu'eÂvoluait le rapport de force entre les diffeÂrentes classes de citoyens, les couches populaires (la pleÁbe) n'ayant acquis que peu aÁ peu le droit de participer aÁ la vie publique tout d'abord reÂserveÂe aÁ l'aristocratie (les patriciens). Dans le meÃme temps, la zone d'influence de la ville s'eÂlargit. En 206 av. J.-C., Rome est maõÃtresse de l'Italie entieÁre et peut consacrer toutes ses forces aÁ la guerre contre sa grande rivale pheÂnicienne, Carthage, en Afrique du Nord (guerres puniques). Celle-ci est deÂtruite en 146 av. J.-C., et Rome peut eÂtendre librement sa domination dans le monde meÂditerraneÂen. Peu aÁ peu les Romains se rendent maõÃtres des restes morceleÂs et affaiblis de l'empire grec (voir « La GreÁce et les Grecs », p. 1104). Corinthe tombe en 146 av. J.-C., AtheÁnes en 86. Au Ier sieÁcle av. J.-C., PompeÂe s'empare de la Syrie et de la Palestine (il prend JeÂrusalem en 63), et Jules CeÂsar conquiert la Gaule. Mais la rivalite des geÂneÂraux victorieux aura raison de l'ideÂal reÂpublicain de la citeÂ. ApreÁs une peÂriode de troubles, en 27 av. J.-C., Octave se fait confeÂrer le titre d'Auguste, appellation aÁ la connotation religieuse certaine mais mal deÂfinie (Lc 2.1n ; Ac 25.21n ; cf. Ap 13.1), et devient le premier chef de l'Empire : le nom d'imperator (« empereur ») le place nettement au-dessus des autres geÂneÂraux, et ses pouvoirs propres s'affermissent face aÁ ceux du SeÂnat. Les guerres de conqueÃte, au reste, sont termineÂes. La pax romana (paix romaine) qui s'instaure sera une eÁre de prospeÂriteÂ, ouÁ l'on pourra voyager en seÂcurite dans une grande partie du monde connu. C'est pendant le reÁgne d'Auguste que naõÃtra JeÂsus (cf. Lc 2.1). Les Romains se distinguent par leur remarquable sens administratif et juridique, qui leur a permis de maintenir longtemps la coheÂsion de leur vaste empire. Ils excellent dans la rheÂtorique (CiceÂron, Quintilien ; voir l'introduction aÁ l'eÂpõÃtre aux Galates, p. 1536). Ils inteÁgrent volontiers la culture grecque, qu'ils admirent et qu'ils ne peuvent gueÁre songer aÁ surpasser : la langue et la mentalite grecques resteront longtemps en vigueur sous l'Empire romain. Sans jamais se deÂgager tout aÁ fait de l'ombre des Grecs, Rome comptera quelques talents philosophiques (CiceÂron encore, et SeÂneÁque). Elle brillera dans l'historiographie (Tite-Live, Tacite), et surtout dans une litteÂrature raffineÂe, notamment en poeÂsie (LucreÁce, Virgile, Horace, Ovide). C'est du latin, langue des Romains, que deÂrive principalement la langue francËaise. Les Romains ont laisse dans tout leur empire de multiples traces de leur savoir-faire : aqueducs, systeÁmes de canalisation et de chauffage central, bains, amphitheÂaÃtres, mais aussi des milliers de kilomeÁtres de routes, qui ont permis entre autres choses l'expansion rapide du christianisme : les voyages de Paul, dans les Actes des

truction qui pouvaient vivre laÁ, « dans le Christ », une expeÂrience communautaire sans preÂceÂdent. Et il n'est gueÁre plus surprenant de voir Paul, l'apoÃtre de la transgression des frontieÁres, se muer aÁ l'occasion en deÂfenseur de l'ordre et des repeÁres traditionnels face aÁ de telles communauteÂs composites, quand le message libeÂrateur de l'Evangile tendait aÁ les rendre difficilement controÃlables (cf. 1Co 5±11). Si pareille ouverture a pu venir du judaõÈsme, avant de s'eÂtendre bien au-delaÁ, c'est que celui-ci eÂtait au premier sieÁcle une reÂalite beaucoup plus complexe que ne pourrait le laisser croire sa relative unite ulteÂrieure. Dans l'ensemble de l'Empire, la relation entre judaõÈsme et helleÂnisme n'est pas aÁ sens unique. Ainsi Philon d'Alexandrie, un Juif contemporain de Paul et comme lui lecteur de la Septante, recourt aÁ une interpreÂtation alleÂgorique de la Bible, susceptible de la rendre recevable pour le monde grec. Cette interpreÂtation $

tend aÁ rendre compte des speÂcificiteÂs juives dans des cateÂgories universelles, mettant les eÂleÂments rituels par lesquels les Juifs se distinguaient des nonJuifs (ce qui concerne le temple , les sacrifices , les prescriptions de purete domestique et surtout alimentaire) au service de l'enseignement spirituel et de l'exhortation morale qui s'appliquent aÁ tous sans discrimination. Flavius JoseÁphe , autre lecteur de la Septante, n'heÂsite pas aÁ mener une comparaison suivie entre les courants du judaõÈsme de son temps et les eÂcoles de la philosophie grecque. Manifestement, la culture grecque fascine les Juifs de langue grecque. Dans le pays d'IsraeÈl lui-meÃme, outre les deÂbats politico-religieux et sadduentre pharisiens ceÂens , JeÂrusaleÂmites et Samaritains , dont les eÂvangiles et les Actes des ApoÃtres se font quelquefois l'eÂcho, il faut mentionner l'eÂtonnante proximite entre certains textes retrouveÂs aÁ QumraÃn , preÁs de la mer Morte, et $

$

$

$

$

$

$

$

plusieurs passages du Nouveau Testament, notamment le message de Jean le Baptiseur. D'autres eÂcrits du courant apocalyptique (voir les introductions aÁ l'Ancien Testament, p. 19, et aÁ Daniel, p. 1092) preÂsentent aussi des similitudes frappantes avec certains textes chreÂtiens. Ils exacerbent l'attente d'une fin de l'histoire humaine, marqueÂe par une intervention ultime de Dieu. La figure du Messie (en heÂbreu Mashiah, l'oint ; en grec Khristos) est au cúur de cette espeÂrance : Roi, PropheÁte ou Grand PreÃtre ultime, c'est lui qui doit combler les attentes du peuple eÂlu (cf. Mt 1.16n). Les notes de la preÂsente eÂdition indiqueront de nombreux rapprochements possibles entre les textes du Nouveau Testament et la litteÂrature juive contemporaine. $

$

La diversite du Nouveau Testament Une diversite comparable, deÂmultiplieÂe par l'ouverture aux non-Juifs bien que canaliseÂe par


NOUVEAU TESTAMENT ± Introduction

1225

ApoÃtres, sont rendus possibles par les infrastructures romaines. Pour les peuples qu'ils gouvernent les Romains repreÂsentent la loi et l'ordre, un gouvernement stable, et d'utiles eÂdifices publics (baÃtiments administratifs, marcheÂs, bains et stades). Rome elle-meÃme, au Ier sieÁcle ap. J.-C., est une ville prospeÁre. Les gens aiseÂs vivent dans de grandes maisons, orneÂes de colonnes de marbre ; les sols sont richement deÂcoreÂs de mosaõÈques, et les murs de fresques. Les loisirs (bains, jeux du cirque et autres) occupent une grande partie de leur vie. Leurs enfants, meÃme les filles, vont aÁ l'eÂcole. Evidemment, le sort des pauvres est beaucoup moins enviable : ils habitent, dans des maisons aÁ eÂtages, des appartements souvent insalubres. Quoi qu'il en soit, Rome, nouveau centre du monde, fascine le monde entier, y compris les chreÂtiens. C'est vers elle que tend l'effort missionnaire de Paul. C'est ce qui apparaõÃt clairement dans l'eÂpõÃtre aux Romains, ouÁ l'apoÃtre, s'adressant aÁ une communaute qu'il n'a pas fondeÂe, deÂploie son sens rheÂtorique pour preÂsenter sa theÂologie dans des formes quasi juridiques, et ouÁ il insiste sur la soumission aÁ l'autorite politique (cf. 13.1ss). C'est aussi le meÃme deÂsir qui sous-tend le livre tout entier des Actes des ApoÃtres ouÁ, reÂgulieÁrement, de JeÂrusalem aÁ Rome, les chreÂtiens se distinguent en bien des Juifs aux yeux des officiers romains. Plusieurs reÂcits du Nouveau Testament mentionnent les soldats de l'Empire (Mt 27.27ss,62ss ; Ac 21.31ss) ; leurs officiers, en particulier les centurions, y sont toujours deÂcrits favorablement (Mt 8.5-13 ; 27.54// ; Ac 10.1ss ; 27.1,42ss). La plupart des soldats romains eÂtaient des volontaires. Ils s'engageaient pour vingt ans. Les villes de garnison de la leÂgion romaine devenaient souvent des colonies, comme Philippes, dont les habitants jouissaient d'un statut comparable aÁ celui des citoyens de Rome (cf. Ac 16.12n ; Ph 1.27n). Selon les Actes des ApoÃtres, Paul eÂtait citoyen romain, et il a fait valoir les droits qui deÂcoulaient de ce statut (Ac 16.37ss). Il a utilise les recours juridiques de l'Empire romain, jusqu'aÁ l'empereur lui-meÃme, face au systeÁme juridique juif (Ac 25.11 ; 27±28). Cependant certains milieux chreÂtiens, aÁ l'instar des courants nationalistes juifs, se montrent beaucoup plus critiques aÁ l'eÂgard de Rome. Le conflit apparaõÃt clairement dans l'Apocalypse de Jean, si du moins on admet que c'est bien Rome qui y est deÂsigneÂe sous le nom de Babylone (Ap 14.8n ; cf. 1P 5.13n). De fait, deÁs que les chreÂtiens commencent aÁ se distinguer des Juifs, dont la religion est reconnue et autoriseÂe par les Romains, leur refus de participer aux cultes traditionnels de Rome, et particulieÁrement au culte de l'empereur qui prend beaucoup d'importance en Asie, devient suspect. De laÁ, principalement, les vagues de perseÂcutions locales ou geÂneÂraliseÂes qui s'abattent aÁ maintes reprises sur les chreÂtiens (cf. Ap 13.1nss ; 17.9n,10n). Il faudra moins de trois sieÁcles pour que le christianisme passe du statut de « superstition » obscure, meÂpriseÂe ou perseÂcuteÂe par l'Empire et ses repreÂsentants, aÁ celui de religion officielle de l'Empire romain finissant. Le morcellement et la fin de l'Empire romain se confondent avec l'histoire de l'Eglise et de la chreÂtienteÂ.

une foi commune en JeÂsusChrist, va se retrouver dans les premieÁres communauteÂs chreÂtiennes. Le Nouveau Testament en porte les traces, comme en teÂmoigne une analyse de quelques-uns de ses lieux de deÂbats privileÂgieÂs autour de la foi en JeÂsus-Christ. Sur le plan eÂthique, JeÂsusChrist marque-t-il la fin de la loi, libeÂrant les siens pour une eÂthique responsable, mais non plus sacreÂe (Ga 3 ; 5 ; voir aussi Lc 19.1ss ; Rm 7.1ss ; 8.1ss ; 10.2ss ; 2Co 5.16ss ; Ep 2.8ss) ? Ou bien sauve-t-il en radicalisant la loi, dont l'exigence porteÂe jusqu'aÁ l'amour finit par eÃtre libeÂratrice (Mt 5.17ss,43ss ; 7.1ss ; Jc 2.12ss ; cf. Jn 13.34s ; 1Jn 5.2ss) ? Sur le plan temporel, est-ce de l'avenir, concËu aÁ la facËon apocalyptique, qu'il faut attendre l'accomplissement de la foi en JeÂsus-Christ Ð et jusqu'aÁ quand (1Th 4.15±5.5 ; cf. Mc 13.24ss// ; Ph 3.20s ; 2P 3.3ss) ? Ou bien est-ce dans une relation spirituelle preÂsente, individuelle ou

communautaire, avec le Christ ressuscite (Jn 5.24s ; 6.54ss ; 14.17-23 ; 17.3 ; cf. Col 3.1ss) ? Autres questions susceptibles de reÂponses diverses : Comment JeÂsus-Christ, ce « nouveau venu », et la foi qu'il deÂtermine, s'inseÁrent-ils dans une histoire humaine et divine deÂjaÁ vieille (Ac 13.17-33 ; cf. Mt 1.21ss ; Jn 1.1ss ; Rm 11.32 ; 1Co 10.11 ; Ep 1.4 ; He 1.1s ; 1P 1.10ss) ? Quel rapport entretient-il avec les institutions qui, treÁs vite, structurent les communauteÂs chreÂtiennes (Mt 10.1ss ; 16.18s ; Lc 10.1-20 ; Ac 1±2 ; 4.32ss ; 16.4s ; Rm 12.3ss ; Ep 2.20ss ; 1Tm 3.15 ; Tt 1.5 ; 1Jn 2.27s) ? Ces questions, bruÃlantes pour les premiers chreÂtiens, le sont peut-eÃtre davantage encore pour nous, leurs heÂritiers, vingt sieÁcles plus tard. Bien que chaque Eglise ait constitue sur chacune d'entre elles Ð et bien d'autres Ð sa syntheÁse traditionnelle (sa « dogmatique »), c'est en les affrontant aÁ nouveau comme de vraies questions, c'est-aÁ-dire comme des

questions ouvertes, que nous pouvons (re-)devenir sensibles aux enjeux du Nouveau Testament. Les formes litteÂraires du Nouveau Testament La diversite du Nouveau Testament s'exprime aussi dans ses formes litteÂraires. Y dominent, depuis le deÂbut jusqu'aÁ la fin de sa peÂriode de reÂdaction, les eÂpõÃtres ou lettres, qui reÂpondent bien aux besoins de cette eÂpoque de communication tous azimuts. Elles preÂsentent geÂneÂralement une structure commune, deÂtermineÂe par les usages eÂpistolaires et par l'art de la rheÂtorique (voir l'introduction aÁ l'eÂpõÃtre aux Galates). Les textes qui font exception, comme celui qu'on a coutume d'appeler l'eÂpõÃtre aux HeÂbreux, eÂtaient peut-eÃtre aÁ l'origine des sermons ou des traiteÂs plutoÃt que des eÂpõÃtres. Mais il est vrai que par leur contenu les eÂpõÃtres proprement dites varient ellesmeÃmes consideÂrablement : elles peuvent aborder des probleÁmes


1226

NOUVEAU TESTAMENT ± Introduction

pratiques (1Co 16 ; 2Co 8±9), voire personnels (Phm), comme les plus theÂoriques (Romains 1±11). De laÁ une difficulte et un inteÂreÃt aÁ premieÁre vue ineÂgaux, pour nous qui ne sommes pas leurs premiers destinataires. La narration fournit l'essentiel des « eÂvangiles », reÂcits de la vie, de la mort et de la reÂsurrection de JeÂsus (voir l'introduction aux eÂvangiles, p. 1229), mais aussi, sur un mode qui rappelle les úuvres des historiens de l'AntiquiteÂ, celui des Actes des ApoÃtres, qui constituent la suite de l'Evangile selon Luc. En rapportant les paroles et les gestes de JeÂsus et de ses disciples qui, remplis de son Esprit, le repreÂsentent, ces textes fondent, unissent, eÂdifient et instruisent les communauteÂs chreÂtiennes. Ils fixent aussi leur meÂmoire, en couchant par eÂcrit de nombreuses histoires qui, jusque-laÁ, avaient duà circuler oralement. L'apocalypse enfin constitue un genre original. On la trouve eÂvidemment dans l'Apocalypse de Jean (voir l'introduction aÁ ce livre), mais aussi dans certains passages des eÂpõÃtres (cf. 1Th 4.15±5.5) et des reÂcits (Mc 13//). HeÂritieÁre du genre apocalyptique inaugure dans l'Ancien Testament (voir les introductions aÁ l'Ancien Testament et aÁ Daniel), qui s'eÂtait largement deÂveloppe dans le judaõÈsme du premier sieÁcle, l'apocalypse chreÂtienne s'efforcera, selon des codes analogues, de « reÂveÂler » (« apocalypse » = « reÂveÂlation ») en JeÂsusChrist l'aboutissement et le jugement de l'histoire. Dans diffeÂrents livres du Nouveau Testament on trouve quelques morceaux poeÂtiques, que la mise en pages de la preÂsente eÂdition met en eÂvidence (p. ex. Jn 1.1-18 ; Ph 2.6-11 ; Ap 5.9-10). On y a souvent vu des morceaux liturgiques, peut-eÃtre des extraits d'hymnes, provenant des communauteÂs chreÂtiennes primitives. On remarquera aussi des centaines de citations, presque exclusivement de textes de l'Ancien Testament, souvent selon la Septante (voir l'introduction aÁ l'Ancien Testament, p. 15) : c'est la Bible de la plupart des premiers chreÂtiens, leur principal ouvrage de reÂfeÂrence. Outre les citations proprement dites, im-

primeÂes en italiques, de nombreuses autres allusions sont repeÂrables aÁ partir des indications donneÂes en note. Il apparaõÃt que, dans bien des cas, le sens que les premiers chreÂtiens donnent aux textes qu'ils citent n'est pas, spontaneÂment, celui que nous leur donnerions dans leur contexte originel. Parfois la diffeÂrence s'explique par le deÂcalage entre le texte heÂbreu que nous connaissons et la Septante. Parfois elle suppose une interpreÂtation Ð et dans certains cas une traduction Ð originale, conforme aÁ la lecture nouvelle qu'inspire la foi chreÂtienne. Par exemple, si Matthieu (2.15) applique aÁ JeÂsus un texte d'OseÂe (11.1) qui deÂsigne IsraeÈl comme fils de Dieu, c'est sans aucun doute que, pour lui, l'histoire de JeÂsus reÂcapitule et symbolise l'histoire d'IsraeÈl. Tout porte aÁ croire, en outre, qu'un certain nombre de citations n'ont pas eÂte extraites d'une Bible compleÁte, ouÁ le texte aurait eÂte trouve dans son contexte originel, mais de florileÁges habituellement appeleÂs testimonia (« teÂmoignages », ou « attestations ») : listes d'extraits preÂalablement constitueÂes autour de tel ou tel theÁme, notamment pour deÂfendre la foi chreÂtienne face au judaõÈsme. Cela expliquerait la preÂfeÂrence marqueÂe de plusieurs auteurs pour certains textes ou certaines associations de textes (comparer Mc 12.10ss// et 1P 2.4ss, et les notes). Christianisme et judaõÈsme Si la penseÂe chreÂtienne a pu se mouvoir un temps au sein d'un judaõÈsme multiforme, son ouverture aux non-Juifs allait vite poser probleÁme. On comprend que les enjeux de la circoncision, qui marquait la frontieÁre entre Juif et non-Juif, aient suscite de seÂrieux deÂbats parmi les chreÂtiens juifs (cf. Ac 15 ; Ga). Les choses deviendront plus difficiles encore apreÁs la destruction du temple de JeÂrusalem par les Romains (70 ap. J.-C.), qui fait perdre au judaõÈsme son centre symbolique. C'est deÂsormais la tendance pharisienne, axeÂe sur l'application priveÂe de la loi par les fideÁles et le culte de la synagogue, qui l'emporte sur tous les autres courants, aÁ tel point que ceux-ci finissent par disparaõÃtre.

Les chreÂtiens qui s'identifient encore peu ou prou au judaõÈsme vont faire les frais de cette reprise en main. Certains textes du Nouveau Testament refleÁtent les deÂcisions prises aÁ leur encontre par les autoriteÂs des synagogues (Mt 10.17s ; 23.34 ; Jn 9.22 ; 16.2). La rupture officielle entre judaõÈsme et christianisme allait mettre les chreÂtiens en mauvaise posture, dans la mesure ouÁ le judaõÈsme seul eÂtait reconnu comme religion (religio licita) par l'Empire romain. Le christianisme allait devoir deÂsormais assumer sans statut juridique adeÂquat tout le poids de sa marginalite (notamment son refus, admis des Juifs mais pas des autres, de participer au culte de l'empereur, en particulier dans la partie orientale de l'Empire ouÁ ce culte eÂtait florissant ; cf. Ga 5.11 ; 6.12). De fait, aÁ partir de NeÂron (54-68 ap. J.-C.), des perseÂcutions sporadiques, et parfois violentes, s'abattent sur les chreÂtiens. C'est dans ce contexte qu'il faut replacer une bonne partie des accusations que le Nouveau Testament lance contre « les Juifs », sans oublier que leurs auteurs, le plus souvent, sont eux-meÃmes juifs (c'est le cas pour Paul en 1Th 2.14ss). On a souvent remarque que l'Evangile selon Luc et les Actes des ApoÃtres, tout particulieÁrement, deÂveloppent une strateÂgie de communication susceptible de justifier les chreÂtiens Ð mais aussi de charger les juifs Ð aux yeux de l'autorite romaine (ainsi les discours aux deÂtenteurs du pouvoir en Ac 23±26) ; aÁ l'inverse l'Apocalypse de Jean, comme les apocalypses juives, stigmatise violemment le pouvoir romain (cf. Ap 17 ouÁ, selon toute vraisemblance, « Babylone » n'est autre que Rome). Il est eÂvidemment lamentable, et inexcusable, que les textes « antijudaõÈques » du Nouveau Testament aient, des sieÁcles plus tard et dans un tout autre contexte, nourri l'antiseÂmitisme racial d'un christianisme qui avait perdu de vue la part juive de son heÂritage en devenant chreÂtienteÂ. On pourrait, d'ailleurs, tout aussi bien regretter qu'une lecture superficielle de l'Ancien Testament inspire de nos jours aÁ certains chreÂtiens un sionisme politique inconditionnel. Cette rupture au


BÉTIQUE

N

0

MAURITANIE TINGITANE

LUSITANIE

AFRIQUE

1000 km

PANNONIE INFÉRIEURE

Malte

SICILE

Pergame

0

100

Cnide

Halicarnasse

Hiérapolis

Antioche Apamée

Séleucie

Laodicée

200 km

Rhodes

Phocée Sardes Smyrne Colophon Ephèse Tralles Samos Milet

Lesbos

Ptolémaïs

CYRÉNAÏQUE

Bérénice

Cyrène

Péluse

Eléphantine

Edfou

Abydos

Syène

Thèbes

Daphné Léontopolis

ÉGYPTE

Fayoum

Alexandrie Memphis

Busiris

ARABIE

PONT MÉSIE INFÉRIEURE MÉSIE SUPÉRIEURE BITHYNIE Ancyre Philippes THRACE CAPPADOCE Thessalonique GALATIE Edesse Nisibe Antioche Iconium Eubée ASIE Charrae Tarse ACHAÏE Corinthe Bérée Ecbatane Ephèse Sicyone Lystres Antioche DouraSéleucie Délos Argos Laodicée Europos RE Suse Sparte YP Nehardea Babylone Rhodes CH Salamine Arados Mélos SYRIE Paphos Damas CRÈTE Spasinon Charax

DALMATIE

CORSE Rome Ostie Naples Pouzzoles Pompéi SARDAIGN

Limite de l'Empire romain

MAURITANIE

TARRAGONAISE

NARBONNAISE

RHÉTIE

GERMANIE SUPÉRIEURE NORIQUE PANNONIE SUPÉRIEURE

GERMANIE INFÉRIEURE BELGIQUE

LUGDUNAISE

BRETAGNE

Les communautés de la diaspora juive sous Trajan (98-117)

Adramytte

NOUVEAU TESTAMENT ± Introduction 1227


1228

NOUVEAU TESTAMENT ± Introduction

cúur de la Bible chreÂtienne est ineÂvitablement constitutive de notre histoire, jusque dans les contresens tragiques dont elle a eÂte aÁ la fois l'objet et l'instrument. Une lecture intelligente s'efforcera cependant d'y retrouver le sens theÂologique, qui est aÁ tous eÂgards premier. La transmission du Nouveau Testament Contrairement aÁ l'Ancien Testament (voir l'introduction aÁ l'Ancien Testament, p. 15, les eÂcrits du Nouveau Testament ne nous sont pas parvenus sous la forme d'un texte officiel standardiseÂ, mais par environ 4000 manuscrits d'anciennete et de qualite diverses. Les plus anciens, des papyrus extreÃmement fragiles, ne comportent plus que quelques fragments ; ils ne sont geÂneÂralement pas l'úuvre de scribes professionnels. En revanche, les grands manuscrits des IVe et Ve sieÁcles (SinaõÈticus, Vaticanus, Alexandrinus) contiennent la quasi-totalite du Nouveau Testament, geÂneÂralement associe aÁ l'Ancien Testament grec (LXX). La comparaison de tous ces manuscrits permet, dans la plupart des cas, de remonter aÁ un texte original probable, ou du moins aÁ la forme originelle d'une eÂdition donneÂe (sur le probleÁme des eÂditions diverses d'un meÃme texte, notamment sous une forme « orientale » et sous

une forme « occidentale », voir l'introduction aux Actes des ApoÃtres). A partir de textes eÂpars, conserveÂs dans diverses parties de l'Empire romain, un ensemble va peu aÁ peu se constituer, aÁ mesure que les Eglises locales s'unifient dans l'Eglise « catholique » (c.-aÁ-d. « universelle »). Peut-eÃtre ce processus a-t-il commence par une collection des eÂpõÃtres attribueÂes aÁ Paul (Col 4.16 ; cf. 1Th 5.27), puis par un recueil des eÂvangiles synoptiques ; ceux-ci figurent, en effet, sur les toutes premieÁres listes des livres aÁ lire en Eglise. Rapidement, ces eÂcrits des premieÁres geÂneÂrations chreÂtiennes ont acquis aupreÁs de l'ensemble des chreÂtiens un creÂdit comparable aÁ celui de la Bible juive, devenant un « Nouveau Testament » aÁ coÃte de l'autre, deÂsormais « Ancien ». D'autre part, aÁ mesure que l'« orthodoxie » chreÂtienne affermit ses contours face aux multiples « heÂreÂsies » qui sont aussi productrices et consommatrices de litteÂrature (teÂmoin la deÂcouverte, aÁ partir de 1945, de la bibliotheÁque gnostique de Nag Hammadi, ouÁ l'on a notamment retrouve l'Evangile selon Thomas ), il devient urgent de clore officiellement la liste des textes de reÂfeÂrence, le canon du Nouveau Testament. Quelques livres comme l'eÂpõÃtre aux HeÂbreux et l'Apocalypse de Jean tarderont aÁ eÃtre admis par certaines Egli$

ses, mais la table des matieÁres du Nouveau Testament sera universellement reconnue aÁ la fin du IVe sieÁcle. Un Testament encore nouveau ? Au seuil du IIIe milleÂnaire, il ne fait pas de doute que la « religion chreÂtienne » a vieilli, bien au-delaÁ de ce qu'auraient pu imaginer les auteurs et les premiers lecteurs du Nouveau Testament. Certes, elle a consideÂrablement change la face du monde antique, et elle portait les germes de bien d'autres bouleversements encore. Ainsi il n'est pas impossible de retracer l'origine lointaine de maint trait de la modernite occidentale jusqu'aux pages du Nouveau Testament. Mais la situation qui a vu naõÃtre le Nouveau Testament n'est pas non plus sans analogie avec notre eÂpoque d'interpeÂneÂtration culturelle et de communication en reÂseau planeÂtaire, ouÁ bien des frontieÁres et des traditions heÂriteÂes du passeÂ, « modernite » comprise, se voient remises en cause, et ouÁ la queÃte de sens de chacun bute sur un deÂficit chronique Ð et peut-eÃtre deÂfinitif Ð de sens global. Dans ce contexte indeÂcis ouÁ le futur heÂsite encore aÁ se dessiner, qui sait si la vieille histoire de JeÂsus et la foi inouõÈe de ses disciples ne nous apparaõÃtront pas soudain comme un testament nouveau, capable d'avenir ?


De l'Evangile aux quatre eÂvangiles INTRODUCTION Commencement de la bonne nouvelle de JeÂsus-Christ... C'est par ces mots que s'ouvre l'Evangile selon Marc, le plus ancien sans doute de nos quatre eÂvangiles. « Evangile » est un mot aux reÂsonances multiples. A l'origine, le mot grec euaggelion, qu'on s'est geÂneÂralement borne aÁ transcrire « Evangile » en francËais et que la preÂsente traduction rend par bonne nouvelle, deÂsigne l'annonce d'un eÂveÂnement heureux, et en particulier la proclamation d'une victoire. Dans le Nouveau Testament, ouÁ il apparaõÃt plus de soixante-dix fois, il se rapporte aÁ la bonne nouvelle du salut, celle de la victoire remporteÂe par le Christ. Pour beaucoup, lire l'Evangile, c'est lire le Nouveau Testament, voire la Bible tout entieÁre. Abus de langage, certes, mais qui receÁle une large part de veÂriteÂ. L'Evangile n'est-il pas pour les chreÂtiens le point culminant de toute la reÂveÂlation divine ? Reste que « l'Evangile » se dit aussi au pluriel : il se preÂsente sous les noms de Matthieu, de Marc, de Luc et de Jean. Et nous voilaÁ avec quatre eÂvangiles, quatre communiqueÂs de victoire, ce qui est pour le moins surprenant. La question se pose donc : pourquoi quatre eÂvangiles ? L'Eglise ancienne, pour faire droit aÁ plusieurs tendances en son sein, aurait-elle admis des versions concurrentes du message ? A-t-il fallu compleÂter le texte de Marc par celui de Matthieu, de Luc ou de Jean ? Au commencement : JeÂsus de Nazareth C'est l'eÂvidence, mais il convient de le souligner : pas

d'eÂvangiles sans JeÂsus de Nazareth. Un homme, une vie dont on ne peut pas tout dire, aÁ telle enseigne que le quatrieÁme eÂvangile s'acheÁvera sur cette remarque : JeÂsus a fait encore beaucoup d'autres choses ; si on les eÂcrivait en deÂtail, le monde meÃme, j'imagine, ne pourrait contenir les livres qu'on eÂcrirait (Jn 21.25). Cependant, aÁ partir de l'eÂveÂnement le plus terrible et le plus fondateur Ð la crucifixion du MaõÃtre, d'ouÁ jaillit la parole inouõÈe de la reÂsurrection (Mc 14 aÁ 16//) Ð le deÂsir et la neÂcessite du reÂcit remontent le temps : on rapporte les conflits de JeÂsus avec ses adversaires (Mc 7), ses actes libeÂrateurs (Mc 1±2), son enseignement (Mt 5±7 ; 13), ses rencontres avec des gens de toutes conditions, comme la peÂcheresse (Lc 7.36-50), le jeune homme riche (Lc 18.18-30), ZacheÂe le collecteur des taxes (Lc 19.1-10), NicodeÁme le sanheÂdrite (Jn 3). On s'inteÂresse aÁ sa vocation et au deÂbut de son ministeÁre (Mc 1//), et meÃme parfois aÁ son enfance et aÁ sa naissance (Mt 1±2 ; Lc 1±2). Des teÂmoins qui racontent Nous sommes sur le parvis du temple de JeÂrusalem, dans la cour qui est accessible aux nonJuifs. La foule des peÁlerins venus de toutes les parties du monde romain se presse autour des tables ouÁ l'on change l'argent paõÈen en monnaie admise dans l'enceinte sacreÂe, et ouÁ l'on acheÁte des animaux pour les sacrifices (voir aussi Dt 14.22ss). Pour eÂviter de contourner l'aire du temple, des porteurs de fardeaux se fraient un

chemin entre les groupes rassembleÂs autour de leurs rabbis. Ici et laÁ les gens s'eÂcartent devant des preÃtres aux habits somptueux et aÁ la deÂmarche solennelle, des scribes au front grave. Soudain, un jeune rabbi se met aÁ renverser les tables : il tonne, bouscule les marchands, effraie les animaux, creÂant un deÂsordre indescriptible. Au nom de Dieu, il deÂclenche un scandale inouõÈ dans la maison de Dieu (cf. Mc 11.15ss//). Une fois passeÂs les premiers instants de stupeur, que feront les teÂmoins de la sceÁne ? Rentreront-ils tranquillement chez eux, comme si de rien n'eÂtait, sans rien dire ? Impossible ! Et que feront ceux qui les auront entendus, sinon reÂfleÂchir aÁ ce qui s'est passe et en parler aÁ leur tour ? Ainsi s'eÂcrivent les premiers fragments d'eÂvangiles. Non pas sur du papyrus ou des parchemins, mais dans la meÂmoire des foules. On appelle cette eÂtape « tradition orale ». C'est la peÂriode ouÁ l'histoire de JeÂsus circule de bouche aÁ oreille, par bribes (un miracle ; une parabole ; une petite phrase etc.). Les preÂdicateurs en font usage, soulignant les traits qui correspondent aux besoins particuliers de leur communauteÂ. Certes, nous sommes enclins aÁ nous meÂfier d'un tel mode de communication, dans la mesure ouÁ, aujourd'hui, l'eÂcrit seul nous paraõÃt digne de foi. Mais il n'en eÂtait pas ainsi aÁ l'eÂpoque. Il est d'ailleurs bien eÂtabli que des proceÂdeÂs mneÂmotechniques eÂlaboreÂs rendaient treÁs fiable la transmission orale. De plus, il est probable qu'on commencËa d'assez bonne heure aÁ coucher par eÂcrit ces fragments de tradition orale.


EÂVANGILES ± Introduction

1230 Des traditions qui se regroupent Que se passe-t-il lorsque, entre amis, quelqu'un commence aÁ eÂvoquer des souvenirs ? C'est l'ineÂvitable enchaõÃnement. Un souvenir en appelle un autre. Il s'opeÁre souvent, d'ailleurs, une sorte de classification spontaneÂe. Pour les eÂvangiles en construction, quelque chose d'assez semblable a duà se produire. Quelqu'un racontait un miracle et celui qui avait entendu un reÂcit analogue s'empressait de l'ajouter. Les preÂdicateurs recueillaient et classaient. Ainsi se sont sans doute regroupeÂs les reÂcits de miracles, les paraboles et les discours de JeÂsus. SysteÂmatisation qui allait rendre la narration plus facile aÁ suivre, donc plus commode pour l'enseignement. Un Evangile aÁ proclamer dans le monde entier La tradition orale deÂpend largement des premiers teÂmoins et de ceux qui les ont entendus raconter ce qu'ils ont vu. C'est le poids des teÂmoins et leur accord qui confeÁrent aÁ la tradition orale sa fiabiliteÂ. Un temps arrive ouÁ les teÂmoins oculaires viennent aÁ disparaõÃtre. Il devient donc neÂcessaire de fixer par eÂcrit ce qu'on avait d'abord transmis oralement. Ainsi l'histoire sera preÂserveÂe. En outre, la forme eÂcrite facilitera la propagation de l'Evangile. A EpheÁse, aÁ Corinthe, aÁ Rome, on pourra non seulement l'entendre, mais aussi le lire. De l'Evangile aux eÂvangiles Peut-on preÂciser davantage comment se sont constitueÂs nos quatre eÂvangiles ? Une illustration familieÁre aidera peut-eÃtre aÁ s'en faire une ideÂe. Quatre amis partent visiter l'Orient biblique. Chacun a le projet de reÂaliser un montage audiovisuel aÁ partir des images qu'il aura prises. Tandis qu'ils arpentent les sites ceÂleÁbres, les prises de vues se succeÁdent. Eventuellement, on enregistre quelques commentaires donneÂs par le guide.

Au retour, il faut proceÂder au deÂpouillement. Il convient d'abord de trier les documents, en regroupant les vues d'un meÃme lieu : ici JeÂrusalem ; laÁ le deÂsert de Juda ; laÁ encore le lac de TibeÂriade. Puis il s'agira de classer dans un ordre deÂtermineÂ, non seulement les photos aÁ l'inteÂrieur de chaque dossier, mais encore les dossiers entre eux. Faut-il commencer par la GalileÂe ou par JeÂrusalem ? Quand chaque dossier, chaque document aura trouve sa place, il ne restera plus qu'aÁ reÂaliser le montage. Moment treÁs important, ouÁ il faudra se poser ces questions fondamentales : Quel est le public vise ? Que veut-on lui dire ? Ainsi, un montage destine aÁ un public connaissant deÂjaÁ les lieux n'aura pas la meÃme preÂsentation qu'un autre qui s'adresserait aÁ un groupe ignorant tout du pays. Au moment de reÂdiger, les auteurs des eÂvangiles se sont pareillement trouveÂs devant des dossiers Ð en fait des morceaux d'eÂvangile Ð qui avaient deÂjaÁ circule sous forme de tradition orale. Il y avait fort probablement des dossiers « paroles de JeÂsus », « miracles », « paraboles », « reÂcits de la Passion », et ainsi de suite. Chacun, en fonction du public auquel il devait s'adresser et du but qu'il visait, a choisi dans ces dossiers les documents qui lui paraissaient les plus adeÂquats. Il les a classeÂs suivant son dessein. Enfin il a reÂdige son commentaire. Les ressemblances entre les eÂvangiles (voir le tableau p. 1231) proviennent du stock de documents disponibles. L'Evangile selon Marc est probablement le premier des quatre montages. Matthieu et Luc se sont largement inspireÂs de sa trame. Il y a en effet entre ces trois eÂvangiles une incontestable ressemblance. C'est pour cette raison qu'on les nomme synoptiques (du grec sunopsis, vue commune). Outre l'Evangile selon Marc (ou du moins un eÂtat ancien de celui-ci), Matthieu et Luc ont peut-eÃtre utilise une autre source, rapportant principalement des paroles de JeÂsus (voir « Un document ca-

che dans l'Evangile selon Luc ? », p. 1341). Quant au quatrieÁme eÂvangile, il se classe nettement aÁ part. Jean a duà disposer de son propre lot d'informations, meÃme s'il n'ignore pas les traditions synoptiques. A l'accumulation d'images traiteÂes brieÁvement Ð c'est plutoÃt le style des synoptiques Ð il substitue volontiers le discours et le commentaire sur l'eÂveÂnement. A la fin du processus de reÂdaction, on obtient quatre montages diffeÂrents : quatre eÂvangiles. Inutile, voire peÂrilleux, de chercher aÁ les superposer. Respecter les eÂvangiles, c'est laisser aÁ chacun son caracteÁre propre. Une reconstitution confirmeÂe Luc, dans le prologue de son eÂvangile, s'en explique ainsi : Puisque beaucoup ont entrepris de composer un reÂcit des faits qui se sont accomplis parmi nous, tels que nous les ont transmis ceux qui, deÁs le commencement, en ont eÂte les teÂmoins oculaires et sont devenus serviteurs de la Parole, il m'a semble bon, aÁ moi aussi, apreÁs m'eÃtre informe exactement de tout depuis les origines, de te l'exposer par eÂcrit d'une manieÁre suivie, treÁs excellent TheÂophile, afin que tu connaisses la certitude des enseignements que tu as recËus (Lc 1.1-4). Ces versets eÂnoncent aÁ leur manieÁre les diffeÂrentes eÂtapes de la reÂdaction des eÂvangiles : 1) Des eÂveÂnements se sont accomplis 2) devant des teÂmoins oculaires 3) qui les ont transmis (tradition orale) 4) aÁ beaucoup de gens qui ont voulu composer un reÂcit (regroupement des traditions). 5) Luc s'informe exactement (il eÂtudie les documents dont il dispose) ; 6) il dresse un plan suivi (il classe les documents) ; 7) il se met aÁ eÂcrire (reÂdaction) 8) aÁ l'intention de TheÂophile (en fonction du public viseÂ) 9) pour que celui-ci connaisse la certitude des enseignements recËus (en fonction du message qu'il veut transmettre).


EÂVANGILES ± Introduction

1231

Les eÂvangiles synoptiques : un inventaire comparatif MATTHIEU

MARC

LUC

Versets communs aux trois eÂvangiles synoptiques :

330 versets

330 versets

330 versets

Versets communs aÁ Matthieu et Marc exclusivement : 178 versets

178 versets

Versets communs aÁ Marc et Luc exclusivement : 100 versets 100 versets

Versets communs aÁ Matthieu et Luc exclusivement1 :

Versets communs aÁ Matthieu et Luc exclusivement1 :

230 versets

230 versets

Versets propres aÁ Matthieu :

Versets propres aÁ Marc : 70 versets

333 versets

Versets propres aÁ Luc : 491 versets

Total :

Total :

Total :

1071 versets2

678 versets2

1151 versets2

1. Pour l'essentiel, des paroles et des paraboles de JeÂsus (voir « Un document cache dans l'Evangile selon Luc », p. 1341). 2. Le compte des versets peut varier leÂgeÁrement en fonction des choix opeÂreÂs, pour eÂtablir le texte de chaque eÂvangile, entre les variantes des diffeÂrents manuscrits.


1232

EÂVANGILES ± Introduction

Plan synoptique des quatre eÂvangiles Les trois premiers eÂvangiles sont appeleÂs synoptiques$, parce qu'ils contiennent beaucoup de textes comparables qu'on peut disposer en colonnes paralleÁles pour embrasser le tout d'un seul coup d'úil (sens eÂtymologique du terme synopse). Certains passages de l'Evangile selon Jean peuvent eÂgalement eÃtre rapprocheÂs des autres eÂvangiles. Toutefois chaque eÂvangile posseÁde aussi des morceaux qui lui sont propres, et les sections qui se ressemblent ne se suivent pas toujours dans le meÃme ordre. Le tableau synoptique ici propose respecte l'ordre de chaque eÂvangile. De ce fait un passage peut eÃtre mentionne plusieurs fois, s'il occupe une place diffeÂrente dans le plan de plusieurs eÂvangiles. Par exemple, Matthieu 18.6-9 et le paralleÁle de Marc 9.42-48, qui se trouvent aÁ la meÃme place dans le cours du reÂcit, sont reÂpeÂteÂs en face de Luc 17.1-2. LaÁ ouÁ la reÂfeÂrence apparaõÃt aÁ sa place naturelle, elle est eÂcrite en caracteÁres gras. Quand elle est indiqueÂe comme paralleÁle aÁ un texte d'un autre eÂvangile, mais ne se trouve pas aÁ sa place dans l'eÂvangile auquel elle appartient, elle est eÂcrite en plus petit. Le meÃme graphisme signale aussi des paralleÁles secondaires. Enfin, quelques lignes en italiques donnent des points de convergence ou de divergence aÁ l'inteÂrieur de passages globalement paralleÁles. Ce tableau s'inspire de l'ouvrage Synopsis Quattuor Evangeliorum, de Kurt Aland (Deutsche Bibelgesellschaft, 5e eÂdition reÂviseÂe, 1996). MATTHIEU

PROLOGUES Titre de l'eÂvangile . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1.1 DeÂdicace aÁ TheÂophile . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . GeÂneÂalogie de JeÂsus-Christ. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1.2-17 La Parole faite chair . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . INTRODUCTION Annonce de la naissance de Jean le Baptiseur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Annonce de la naissance de JeÂsus aÁ Marie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Annonce de la naissance de JeÂsus aÁ Joseph . . . . . . . . . . . . . . 1.18-25 Visite de Marie aÁ Elisabeth (Magnificat). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Naissance et jeunesse de Jean le Baptiseur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Naissance de JeÂsus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1.25 Les anges et les bergers. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les mages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2.1-12 Circoncision et preÂsentation de JeÂsus au temple . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Fuite en Egypte et retour. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2.13-21 Enfance de JeÂsus aÁ Nazareth . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2.22-23 JeÂsus aÁ douze ans dans le temple . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . PREÂPARATION Jean le Baptiseur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3.1-6 Appel de Jean aÁ un changement radical . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3.7-10 Jean le Baptiseur annonce celui qui vient . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3.11-12 Emprisonnement de Jean . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14.3-4 BapteÃme de JeÂsus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3.13-17 GeÂneÂalogie de JeÂsus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1.1-16 Tentation de JeÂsus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4.1-11 DEÂBUT DE L'ACTIVITE PUBLIQUE DE JEÂSUS (selon Jean) Les premiers disciples (AndreÂ, Simon, Philippe, NathanaeÈl) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4.18-22 Noces aÁ Cana. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . SeÂjour aÁ CapharnauÈm et premier voyage aÁ JeÂrusalem . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Purification du temple. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21.12-17 Activite de JeÂsus aÁ JeÂrusalem . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Entretien avec NicodeÁme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Jean (le Baptiseur) et JeÂsus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ACTIVITE EN GALILEÂE Voyage vers la GalileÂe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4.12 Entretien avec la Samaritaine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Activite en GalileÂe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4.13-17 Echec de la proclamation aÁ Nazareth. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13.53-58 Appel de quatre peÃcheurs (AndreÂ, Simon, Jacques, Jean) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4.18-22 JeÂsus manifeste son autorite aÁ CapharnauÈm . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

MARC

1.1

LUC

JEAN

..................

..................

1.1-4

..................

..................

3.23-28

..................

..................

..................

..................

..................

1.5-25 1.26-38

..................

..................

..................

1.1-18 .................. .................. ..................

..................

1.39-56 1.57-80 2.1-7 2.8-20

..................

..................

..................

..................

2.21-38

..................

..................

..................

.................. .................. ..................

.................. ..................

1.2-6 ..................

1.7-8 6.17-18

1.9-11

..................

1.12-13

2.39-40 2.41-52 3.1-6 3.7-14 3.15-18 3.19-20 3.21-22 3.23-38 4.1-13

1.16-20

5.1-11

..................

..................

..................

..................

11.15-19

19.45-48

..................

..................

..................

..................

..................

..................

1.14

4.14

..................

..................

1.14-15

4.14-15 4.16-30

6.1-6

1.16-20 1.21-28

5.1-11

4.31-37

.................. .................. .................. ..................

.................. .................. ..................

1.19-23 ..................

1.24-28 ..................

1.29-34 ..................

1.35-51 2.1-11 2.12-13 2.14-22 2.23-25 3.1-21 3.22-36 4.1-3 4.4-42 4.43-46 10.39 1.35-51 ..................


EÂVANGILES ± Introduction

1233

MATTHIEU

GueÂrison de la belle-meÁre de Simon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . GueÂrison de malades . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . JeÂsus quitte CapharnauÈm et proclame la bonne nouvelle en GalileÂe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . PeÃche miraculeuse (Simon, Jacques et Jean suivent JeÂsus) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Purification d'un leÂpreux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . GueÂrison d'un paralytique, signe du pardon . . . . . . . . . . . . . . Appel de LeÂvi. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Question sur le jeuÃne. Le vieux et le neuf . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les eÂpis arracheÂs un jour de sabbat . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . GueÂrison d'un homme aÁ la main paralyseÂe . . . . . . . . . . . . . . . . GueÂrisons nombreuses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

MARC

LUC

JEAN

8.14-15 8.16-17

1.29-31 1.32-34

4.38-39 4.40-41

4.23

1.35-39

4.42-44

1.16-20

5.1-11 5.12-16 5.17-26 5.27-32 5.33-39 6.1-5 6.6-11

21.1-11

4.41 ; 6.17-19

..................

6.12-16

..................

3.13

6.12-13,20

..................

..................

..................

9.49-50 4.21

6.20-26 14.34-35 8.16

..................

..................

..................

11.25 9.43-48

12.57-59

..................

..................

..................

10.3-4,11-12

16.18

..................

..................

..................

..................

..................

..................

..................

6.29-30 6.27-36

..................

..................

..................

..................

..................

..................

..................

11.2-4

..................

..................

..................

..................

..................

..................

..................

12.33-34 11.34-36 16.13 12.22-31

..................

6.37-42

..................

..................

..................

..................

..................

11.9-13 6.31 13.23-24 6.43-44

..................

6.46 ; 13.27 6.47-49 4.32

..................

4.18-22 8.1-4 9.1-8 9.9-13

4.24-25

1.40-45 2.1-12 2.13-17 2.18-22 2.23-28 3.1-6 3.7-12

JeÂsus deÂsigne douze apoÃtres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

12.15-16 10.1-4

3.13-19

LE SERMON SUR LA MONTAGNE (selon Matthieu) Sur la montagne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les beÂatitudes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le sel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La lumieÁre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . JeÂsus et la loi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Meurtre et reÂconciliation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . AdulteÁre et causes de chute . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

5.1-2 5.3-12 5.13 5.14-16 5.17-20 5.21-26 5.27-30

9.14-17 12.1-8 12.9-14

.................. ..................

..................

..................

5.8-9 .................. .................. .................. ..................

..................

8.12

18.1-9

La reÂpudiation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5.31-32 Les serments . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le talion (úil pour úil, dent pour dent) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L'amour des ennemis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les actes de compassion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La prieÁre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . « Notre PeÁre » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le jeuÃne. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le treÂsor dans le ciel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L'úil, lampe du corps . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Ou Dieu ou l'argent . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les soucis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La paille et la poutre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les perles aux cochons . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Prier le PeÁre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La « reÁgle d'or » : autrui . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les deux voies . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Tel arbre, tels fruits . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

19.1-9

5.33-37 5.38-42 5.43-48 6.1-4 6.5-8 6.9-15 6.16-18 6.19-21 6.22-23 6.24 6.25-34 7.1-5 7.6 7.7-11 7.12 7.13-14 7.15-20

.................. ..................

.................. .................. ..................

..................

.................. .................. ..................

.................. .................. ..................

12.33-35

Les vrais disciples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7.21-23 Construire sur le roc . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7.24-27 Autorite de JeÂsus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7.28-29 LE SERMON (selon Luc) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Heureux et malheureux. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L'amour des ennemis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La geÂneÂrosite envers le prochain. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Tel arbre, tels fruits . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Construire sur le roc . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ACTIVITE EN GALILEÂE (suite) GueÂrison d'un leÂpreux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La foi d'un officier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ReÂsurrection d'un jeune homme aÁ NaõÈn . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . GueÂrison de la belle-meÁre de Pierre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . GueÂrisons et exorcismes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Suivre JeÂsus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La tempeÃte apaiseÂe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les deux deÂmoniaques gadareÂniens . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

.................. ..................

1.22

.................. ..................

7.15-20 ; 12.33-35 7.24-27

..................

6.17-19 6.20-26 6.27-35 6.36-42 6.43-46

..................

6.47-49

..................

8.1-4 8.5-13

1.40-45

5.12-16

..................

..................

..................

8.14-15 8.16-17 8.18-22 8.23-27 8.28-34

7.1-10 7.11-17

1.29-31 1.32-34

4.38-39 4.40-41

..................

..................

9.57-60 8.23-25 8.26-39

..................

4.24±5.2 5.1-12 5.39-47 5.48 ; 7.1-5

3.7-13 .................. ..................

4.24-25

..................

4.31-41 5.1-20

.................. .................. .................. .................. ..................

4.46-54 ..................

..................

.................. ..................


1234

EÂVANGILES ± Introduction MATTHIEU

GueÂrison d'un paralytique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Appel de Matthieu . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Question sur le jeuÃne. Le vieux et le neuf . . . . . . . . . . . . . . . . . . . GueÂrison d'une femme. ReÂsurrection de la fille d'un notable . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . GueÂrison de deux aveugles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

MARC

LUC

JEAN

9.1-8 9.9-13 9.14-17

2.1-12 2.13-17 2.18-22

5.17-25 5.27-32 5.33-39

9.18-26 9.27-31

5.21-43 10.46-52

8.40-56 18.35-43

..................

3.22

11.14-15

..................

6.34 3.16-19 ; 6.7-11 13.9-13

10.2 6.14-16 ; 9.2-5 ; 10.3-12 12.11-12 ; 21.12-19 12.2-9

..................

12.51-53 14.24-26 9.48 ; 10.16

..................

5.8-9 .................. ..................

..................

20.29-34

GueÂrison d'un deÂmoniaque muet. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9.32-34 12.22-24

JeÂsus et les foules sans berger . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9.35-38 Mission des Douze . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10.1-15 Annonce des perseÂcutions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10.16-25 N'ayez pas peur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Non pas la paix, mais l'eÂpeÂe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Se renier soi-meÃme pour suivre JeÂsus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Qui vous accueille m'accueille . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Question de Jean le Baptiseur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Lamentation sur les villes de GalileÂe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le PeÁre et le Fils. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Prenez mon joug . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les eÂpis arracheÂs un jour de sabbat . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L'homme aÁ la main paralyseÂe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . JeÂsus, le serviteur de Dieu . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . JeÂsus et la peÂcheresse (le vase de parfum). . . . . . . . . . . . . . . . . Ceux qui accompagnent JeÂsus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . JeÂsus et BeÂelzeÂboul . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les paroles et le cúur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le signe de Jonas . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Retour offensif de l'esprit impur. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La vraie famille de JeÂsus. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Parabole du semeur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La lampe placeÂe en eÂvidence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La semence qui pousse d'elle-meÃme. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L'ivraie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La graine de moutarde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le levain . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Pourquoi JeÂsus parle en paraboles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Explication de l'ivraie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le treÂsor, la perle, le filet. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La vraie famille de JeÂsus JeÂsus apaise une tempeÃte GueÂrison d'un posseÂde en pays non juif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . GueÂrison d'une femme. ReÂsurrection de la fille de JaõÈros . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . JeÂsus est rejete aÁ Nazareth . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Voyage aÁ JeÂrusalem. GueÂrison d'un infirme . . . . . . . . . . . . . . . Mission des Douze . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

24.9-14

10.26-33 10.34-36 10.37-39 10.40±11.1 11.2-19 11.20-24 11.25-27 11.28-30 12.1-8 12.9-14 12.15-21

8.38 8.34-35 9.37,41 ..................

7.18-35

..................

..................

12.25 13.20 ..................

..................

10.12-15 10.21-22

..................

..................

..................

2.23-28 3.1-6

6.1-5 6.6-11

..................

..................

..................

..................

26.6-13

14.3-9

12.1-8

..................

..................

12.22-32

3.20-30

7.36-50 8.1-3 11.15-23

..................

6.44-45 11.16,29-32 11.24-26 8.19-21

..................

..................

.................. ..................

..................

..................

9.32-34

12.33-37 12.38-42 12.43-45 12.46-50 13.1-23 5.15 ; 10.26 ..................

13.24-30 13.31-32 13.33 13.34-35 13.36-43 13.44-52

..................

8.11-12 ..................

3.31-35 4.1-20 4.21-25 4.26-29

8.4-15 8.16-18

.................. ..................

15.14 .................. ..................

11.33 ..................

..................

..................

..................

..................

4.30-32

13.18-19 13.20-21

..................

..................

4.33-34

..................

..................

..................

..................

..................

..................

..................

..................

..................

3.31-35

4.35-41 5.1-20

8.19-21 8.22-25 8.26-39

15.14

13.53-58

5.21-43 6.1-6

4.16,22-24

..................

..................

..................

10.1-15

6.6-13

12.46-50 8.23-27 8.28-34 9.18-26

Opinion d'HeÂrode sur JeÂsus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14.1-2 Mort de Jean le Baptiseur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14.3-12 JeÂsus nourrit cinq mille hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14.13-21 JeÂsus marche sur la mer . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . GueÂrisons aÁ GenneÂsareth . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . JeÂsus, le pain de vie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Controverse sur la tradition,le pur et l'impur . . . . . . . . . . . . . . La foi d'une CananeÂenne (Syro-pheÂnicienne) . . . . . . . . . . . . . GueÂrisons preÁs du lac. GueÂrison d'un sourd-muet . . . . . . JeÂsus nourrit quatre mille hommes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

..................

..................

15.32-39

14.22-33 14.34-36

6.14-16 6.17-29 6.30-44

8.40-56 9.1-6

..................

..................

15.1-20 15.21-28 15.29-31 15.32-39

7.1-23 7.24-30 7.31-37 8.1-10

14.13-21

6.30-44

..................

..................

4.44

5.1-47 ..................

10.1-12

9.7-9

..................

3.19-20

..................

9.10-17

6.1-15

..................

6.16-21

6.22-25

..................

8.1-10

6.45-52 6.53-56

..................

..................

6.22-59

..................

..................

..................

..................

..................

..................

..................

..................


EÂVANGILES ± Introduction

1235 MARC

MATTHIEU

Les pharisiens demandent un signe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16.1-4 12.38-39

Le levain des pharisiens . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16.5-12 GueÂrison d'un aveugle aÁ BethsaõÈda . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . VERS LA PASSION DeÂfection de plusieurs disciples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Pierre reconnaõÃt en JeÂsus le Christ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . JeÂsus annonce sa mort et sa reÂsurrection. Pierre le lui reproche . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Conditions pour suivre JeÂsus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La transfiguration . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Dialogue sur Elie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . GueÂrison d'un enfant posseÂde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . DeuxieÁme annonce de la mort (et de la reÂsurrection) de JeÂsus. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . JeÂsus et Pierre paient l'impoÃt . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Qui est le plus grand ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Qui n'est pas contre nous est pour nous . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Mise en garde (les causes de chute) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le mouton eÂgare . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Correction fraternelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Prier ensemble . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le pardon entre freÁres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le deÂbiteur impitoyable . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

8.11-13 8.14-21 8.22-26

..................

..................

..................

..................

..................

16.13-20

8.27-30

9.18-21

16.21-23 16.24-28 17.1-9 17.10-13 17.14-21

8.31-33 8.34±9.1 9.2-10 9.11-13 9.14-29

9.22 9.23-27 9.28-36

17.22-23 17.24-27 18.1-5

9.33-37 9.38-41 9.42-48

10.42

18.6-9 18.10-14 18.15-18 18.19-20 18.21-22 18.23-35

10.7-16 11.20-24

MaleÂdiction sur les villes de GalileÂe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le retour des soixante-douze disciples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La reÂveÂlation aux tout-petits : le PeÁre et le Fils . . . . . . . . . . . . 11.25-27 ;

6.60-66 6.67-71 ..................

12.25 .................. ..................

9.37-43

..................

9.30-32

9.43-45

..................

..................

..................

..................

9.46-48 9.49-50

13.20 ..................

..................

17.1-2 15.1-7 17.3

..................

..................

..................

..................

17.4

..................

..................

..................

..................

10.1

9.51 9.52-56 9.57-62 10.1-11

..................

.................. ..................

6.8-11

..................

.................. ..................

.................. .................. .................. ..................

9.1-6 .................. .................. ..................

12.28-31 .................. .................. ..................

7.7-11 12.22-30

3.22-27

12.43-45

..................

..................

..................

12.38-42 5.15 6.22-23 23.1-36 ; 15.1-9

8.11-12 4.21 ..................

10.19-33

..................

..................

..................

6.25-33 6.19-21 24.43-51 10.34-36

..................

16.2-3 5.25-26

..................

..................

..................

..................

..................

..................

..................

13.31-33 7.13-14,22-23 ;

4.30-32 10.31

..................

.................. .................. ..................

..................

8.11-12 ; 19.30

JeÂsus fait face aÁ la mort . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Complainte sur JeÂrusalem . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23.37-39

..................

..................

13.16-17

L'amour, voie de la vie eÂternelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22.34-40 Parabole du bon Samaritain. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Chez Marthe et Marie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Enseignements sur la prieÁre. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6.9-13 ;

JEAN

11.16-29 ; 12.54-56 12.1-6

......... ........

EN ROUTE VERS JEÂRUSALEM (selon Luc) DeÂpart de JeÂsus pour JeÂrusalem . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19.1-2 Mauvais accueil en Samarie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Tout quitter pour suivre JeÂsus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8.19-22 Mission des soixante-douze disciples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9.37-38 ;

JeÂsus et BeÂelzeÂboul . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Retour offensif de l'esprit impur. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le vrai bonheur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le signe du Fils de l'homme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La lumieÁre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L'úil, lampe du corps . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Attaque contre les pharisiens et les speÂcialistes de la loi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ReconnaõÃtre publiquement le Fils de l'homme. . . . . . . . . . . . Les biens de ce monde. Le riche deÂraisonnable . . . . . . . . . . Vivre de la graÃce de Dieu . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le treÂsor inalteÂrable . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Paraboles sur la vigilance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Pourquoi JeÂsus est venu . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Discerner les signes du temps preÂsent . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ReÂglez vos affaires avant le jugement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L'urgence d'un changement radical . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Parabole du figuier steÂrile . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . GueÂrison d'une femme infirme un jour de sabbat . . . . . . Paraboles de la graine de moutarde et du levain . . . . . . . . Qui entrera dans le Royaume ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

LUC

.................. ..................

10.12-16 10.17-20 10.21-24 10.25-28 10.29-37 10.38-42 11.1-13 11.14-23 11.24-26 11.27-28 11.29-32 11.33 11.34-36 11.37-54 12.1-12 12.13-21 12.22-32 12.33-34 12.35-48 12.49-53 12.54-56 12.57-59 13.1-5 13.6-9 13.10-17 13.18-21 13.22-30 13.31-33 13.34-35

.................. .................. ..................

.................. .................. .................. ..................

.................. .................. .................. .................. .................. ..................

.................. .................. .................. .................. .................. .................. .................. .................. .................. .................. .................. .................. .................. ..................

.................. ..................


1236

EÂVANGILES ± Introduction MATTHIEU

GueÂrison d'un hydropique un jour de sabbat . . . . . . . . . . . . . Choisir la dernieÁre place . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Parabole des inviteÂs remplaceÂs par des pauvres . . . . . . . . Renoncer aÁ tout pour suivre JeÂsus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le sel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Parabole du mouton retrouve . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Parabole de la pieÁce retrouveÂe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Parabole du fils retrouve . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Parabole de l'intendant avise . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Ou Dieu ou l'argent . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La Loi, les PropheÁtes et le Royaume . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La reÂpudiation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Parabole du riche et de Lazare . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Malheur aÁ celui par qui la chute arrive . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le pardon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La foi comme une graine de moutarde. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le serviteur qui n'a fait que son devoir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . GueÂrison de dix leÂpreux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La venue du reÁgne de Dieu . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le jour du Fils de l'homme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Parabole du juge qui se fait prier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Parabole du pharisien et du collecteur des taxes . . . . . . . . JEÂSUS AÁ LA FEÃTE DES TENTES (selon Jean) JeÂsus monte aÁ la feÃte des Tentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Enseignements durant la feÃte des Tentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le dernier jour de la feÃte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La femme adulteÁre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . JeÂsus, lumieÁre du monde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le deÂpart de JeÂsus et le jugement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La veÂritable descendance d'Abraham . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . GueÂrison d'un aveugle de naissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Parabole du berger . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ACTIVITE EN JUDEÂE DeÂpart pour la JudeÂe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Mariage et reÂpudiation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . JeÂsus et les enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le jeune homme riche . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les ouvriers de la onzieÁme heure . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . DeÂclaration solennelle et accusation de blaspheÁme . . . . ReÂsurrection de Lazare . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Complot contre JeÂsus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . TroisieÁme annonce de la mort et de la reÂsurrection de JeÂsus. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La demande de Jacques et de Jean. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . GueÂrison d'aveugle(s) aÁ JeÂricho (BartimeÂe) . . . . . . . . . . . . . . . .

MARC

..................

..................

..................

..................

22.1-10

..................

10.37-38 5.13 18.12-14

..................

..................

..................

..................

..................

..................

..................

6.24 11.12-13 ; 5.18 5.31-32 ; 19.9

..................

..................

..................

18.6-7 18.15,21-22

9.42 ..................

17.20

..................

..................

..................

..................

..................

..................

..................

24.26-34

..................

..................

..................

..................

..................

9.49-50 ..................

..................

10.11-12

14.1-6 14.7-14 14.15-24 14.25-33 14.34-35 15.1-7 15.8-10 15.11-32 16.1-12 16.13-15 16.16-17 16.18 16.19-31 17.1-2 17.3-4 17.5-6 17.7-10 17.11-19 17.20-21 17.22-37 18.1-8 18.9-14

..................

..................

..................

..................

..................

..................

..................

..................

..................

..................

..................

..................

..................

..................

..................

..................

..................

..................

..................

..................

..................

..................

..................

..................

..................

..................

..................

19.1-2 19.3-12 19.13-15 19.16-30 20.1-16

10.1 10.2-12 10.13-16 10.17-31

9.51 16.18

..................

..................

..................

..................

..................

18.15-17 18.18-30

JEAN .................. .................. .................. .................. .................. .................. .................. .................. .................. .................. .................. .................. .................. .................. .................. .................. .................. .................. .................. .................. .................. ..................

7.1-10 7.11-36 7.37-52 [7.53±8.11] 8.12-20 8.21-30 8.31-59 9.1-41 10.1-21 .................. .................. .................. .................. ..................

..................

..................

..................

..................

..................

..................

10.22-42 11.1-44 11.45-57

20.17-19 20.20-28 20.29-34

10.32-34 10.35-45 10.46-52

18.31-34

..................

22.25-27

..................

18.35-43

..................

..................

19.1-10

..................

..................

19.11-27

..................

14.3-9

7.36-38

..................

..................

9.27-31

ZacheÂe. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Parabole du prince qui va se faire investir de la royaute : les mines . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25.14-30 Onction aÁ BeÂthanie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26.6-13 Complot contre Lazare . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . LES DERNIERS JOURS DE JEÂSUS AÁ JEÂRUSALEM EntreÂe triomphale aÁ JeÂrusalem . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . JeÂsus pleure sur JeÂrusalem . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Purification du temple. Le figuier steÂrile . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L'autorite de JeÂsus en question . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les deux fils . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Parabole des vignerons meurtriers. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le festin nuptial . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Question sur l'impoÃt duà aÁ CeÂsar . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Question des sadduceÂens sur la reÂsurrection . . . . . . . . . . . . .

LUC

12.1-8 12.9-11

21.1-11

11.1-11

..................

..................

21.12-22 21.23-27 21.28-32 21.33-46 22.1-14 22.15-22 22.23-33

11.12-25 11.27-33

19.28-40 19.41-44 19.45-48 20.1-8

..................

..................

..................

12.1-12

20.9-19

..................

..................

14.15-24

..................

12.13-17 12.18-27

20.20-26 20.27-38

12.12-19 ..................

2.13-16 ..................

.................. ..................


EÂVANGILES ± Introduction MATTHIEU

Le plus grand commandement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22.34-40 Le Christ et David . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22.41-46 Contre les scribes et les pharisiens . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23.1-36 Complainte sur JeÂrusalem . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23.37-39 L'offrande de la veuve pauvre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . DISCOURS SUR LA FIN DES TEMPS Annonce de la destruction du temple . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le commencement des douleurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La grande deÂtresse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Christs et propheÁtes de mensonge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L'aveÁnement du Fils de l'homme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Veillez ! La lecËon du figuier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le serviteur fideÁle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les dix vierges . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les talents . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le jugement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les derniers jours de JeÂsus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La gloire et la croix . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . IncreÂdulite des foules. Mission de JeÂsus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . REÂCITS DE LA PASSION Complot contre JeÂsus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Onction aÁ BeÂthanie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Trahison de Judas . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . PreÂparation de la PaÃque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . JeÂsus lave les pieds de ses disciples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Annonce de la trahison . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le dernier repas . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Annonce de la trahison . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Avertissement et promesse aux Douze . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le commandement nouveau. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Annonce du reniement de Pierre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Imminence de l'eÂpreuve. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . JeÂsus, chemin vers le PeÁre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La promesse de l'Esprit. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . JeÂsus, la vraie vigne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La haine du monde contre les disciples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L'úuvre de l'Esprit . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . De la tristesse aÁ la joie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La victoire sur le monde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . PrieÁre de JeÂsus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . A GethseÂmani (au mont des Oliviers) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Arrestation de JeÂsus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le baiser de Judas . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . JeÂsus se livre lui-meÃme. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les disciples prennent la fuite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le jeune homme veÃtu d'un drap . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

JeÂsus chez le grand preÃtre. Reniement de Pierre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . JeÂsus conduit devant Pilate . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Mort de Judas . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . JeÂsus devant Pilate . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

JeÂsus devant HeÂrode . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Pilate deÂclare JeÂsus innocent . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . JeÂsus ou Barabbas . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Intervention de la femme de Pilate . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . « Voici l'homme » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Pilate se lave les mains . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Pilate fait fouetter JeÂsus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Pilate livre JeÂsus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

24.1-3 24.4-14 24.15-22 24.23-28 24.29-31 24.32-44 24.45-51 25.1-13 25.14-30 25.31-46 ..................

1237 MARC

12.28-34 12.35-37 12.38-40 ..................

12.41-44 13.1-4 13.5-13 13.14-20 13.21-23 13.24-27 13.28-37

LUC

20.39-40

JEAN ..................

10.25-28

20.41-44 20.45-47

11.39-51 13.34-35

21.1-4

21.5-7 21.8-19 21.20-24 17.23-24

21.25-28 21.29-36

.................. ..................

.................. ..................

.................. .................. .................. .................. .................. ..................

..................

12.42-46

..................

..................

..................

..................

19.12-27

..................

..................

..................

..................

..................

21.37-38

..................

..................

..................

..................

..................

..................

..................

26.1-5 26.6-13 26.14-16 26.17-19

14.1-2 14.3-9 14.10-11 14.12-16

..................

..................

..................

26.20-25 26.26-29

14.17-21 14.22-25

22.21-23

22.1-2 7.36-38

22.3-6 22.7-13

..................

12.20-36 12.37-50 11.47-53 12.1-8 .................. ..................

13.1-20 13.21-30

26.20-25 14.17-21 20.25-28 ; 19.28 9.34

22.14-20 22.21-23 22.24-30

..................

..................

..................

26.30-35

14.26-31

..................

..................

22.31-34 22.35-38

..................

..................

..................

..................

..................

..................

..................

..................

..................

..................

..................

..................

..................

..................

..................

..................

..................

..................

..................

..................

..................

..................

..................

..................

26.36-46 26.47-56

14.32-42 14.43-52

22.39-46 22.47-53

14.1-14 14.15-31 15.1-17 15.18±16.4 16.5-15 16.16-24 16.25-33 17.1-26 18.1 18.2-12

..................

13.21-30 ..................

13.31-35 13.36-38 ..................

26.48-49

14.44-45

22.47-48

..................

..................

..................

..................

18.1-8

26.56

14.50

..................

..................

..................

14.51-52

..................

..................

26.57-75 27.1-2 27.3-10 27.11-26

14.53-72 15.1

22.54-71 23.1

18.13-27 18.28

..................

..................

..................

15.2-15

23.2-25

18.29±19.16

......... ........

..................

..................

..................

..................

27.15-23 27.19

15.6-15

23.6-12 23.13-16 23.18-25

..................

..................

..................

..................

..................

..................

19.5

27.24-25 27.26

..................

..................

..................

15.15

..................

19.1

27.24-26

15.15

23.24-25

19.16

15.16-20

..................

19.2-3

Les soldats se moquent de JeÂsus (manteau de pourpre et couronne d'eÂpines) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27.27-31

..................

18.39-40


EÂVANGILES ± Introduction

1238

MATTHIEU

Sur le chemin du Calvaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27.31-32 Simon de CyreÁne porte la croix

.....................................

TeÂmoins de la crucifixion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le sang et l'eau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Mise au tombeau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le tombeau gardeÂ. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . LA REÂSURRECTION Les femmes au tombeau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Pierre se rend au tombeau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

JEAN

15.20-21

23.26-32

19.16-17

15.21

23.26

..................

23.33-34

19.18-27

27.35 27.37

15.24 15.26

..................

..................

..................

23.38 [23.34]

19.23-24 19.19-22

..................

..................

..................

15.27-32 15.32

23.35-38 23.39 23.40-43 23.44-48

Insultes et moqueries . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27.38-43 Le(s) bandit(s) se moque(nt) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27.44 Un bandit implore JeÂsus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Mort de JeÂsus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27.45-54 TeÂneÁbres aÁ midi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . « Mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonne ? » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le voile du temple se deÂchire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . DeÂclaration du centurion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

LUC

27.32

La crucifixion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27.33-37 Partage des veÃtements de JeÂsus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L'inscription sur la croix . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . « PeÁre, pardonne-leur... » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . « Femme, voici ton fils... » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

MARC

15.22-26

..................

15.33-39

19.25-27 .................. .................. ..................

19.28-30

27.45 27.46 27.51 27.54

15.33 15.34 15.38 15.39

..................

..................

..................

27.57-61 27.62-66

15.42-47

23.50-56

19.31-37 19.38-42

..................

..................

..................

27.55-56

15.40-41

23.44

..................

..................

..................

..................

23.45 23.47

..................

23.48-49

..................

19.24-27

28.1-8

16.1-8

24.1-12

20.1-13

..................

..................

20.3-10

Apparition aux femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28.9-10 Le reÂcit des gardes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28.11-15 Apparition aux disciples d'EmmauÈs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Apparition aux disciples. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Apparition aÁ Thomas . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Apparition sur une montagne en GalileÂe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28.16-17 CONCLUSIONS JeÂsus ressuscite envoie ses disciples en mission . . . . . . . 28.18-20 DernieÁres paroles et ascension de JeÂsus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L'intention de l'eÂvangeÂliste . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Apparition aÁ sept disciples. PeÃche miraculeuse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La taÃche pastorale de Pierre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le disciple bien-aime et le teÂmoignage qui demeure . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L'eÂcriture du disciple et les actes de JeÂsus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

[16.9-11]

24.12 24.10-11

..................

..................

[16.12-13] [16.14]

24.13-35 24.36-43

..................

..................

20.19-23 20.24-29

..................

..................

..................

[16.15-20]

20.14-18 .................. ..................

..................

..................

..................

24.44-53

..................

..................

..................

..................

5.1-11

..................

..................

..................

..................

..................

..................

20.30-31 21.1-14 21.15-19 21.20-23 21.24-25


EÂVANGILES ± Introduction

1239 ABILÈNE Abila

Le royaume d'Hérode le Grand

Damas Mont Hermon Panias

ICIE

Sidon

PHÉN

Tyr

TRACHONITIDE BATANÉE Bethsaïda

Ptolémaïs

Nazareth

éd

it

Qi

sh

ôn

M

Dor

É

R

Raphana O AURANITIDE Dion (?)

Hippos Abila

Gadara

H

M er er ra n

ée

Mont Carmel

Lac de Galilée

GALILÉE

E

D

DÉCAPOLE

'

Césarée SAMARIE

Pella

Jourdain

D

Scythopolis

Amathus Gérasa

oq Yabb

E

Sébaste Mont Garizim

Apollonie Antipatris

Philadelphie

M

Joppé Lydda

Jamnia

Jéricho

U

JUDÉE Azoth Ascalon

PÉRÉE

Jérusalem Emmaüs

Esbus

Qumrân Medba

Bethléem

A

Callirhoé Hérodion

Antédon

Hébron

O

Y

Gaza

Machéronte Mer Morte Arnon

Massada

R

0

20

40 kilomètres

IDUMÉE Alusa

NABATÈNE

60 N


EÂVANGILES ± Introduction

1240

Jérusalem au temps de Jésus

La « vieille ville » actuelle Constructions antiques supposées Constructions antiques identifiées par l'archéologie

N 0

100

200

300

400

mètres

780 m

Forteresse Antonia

Bassin du Strouthion

Bassin

Porte du Jardin ?

Conseil

Portique

Maison de Caïphe ?

Cénacle ?

O

ph

el

royal

e/

Ak ra

ro p éon Vall é

Quartier résidentiel

bas s

e d u Ty

Quartier résidentiel

u A q u e d

Bassin t en du Serp

Cour du temple

r

Palais royal hasmonéen Demeure de Pilate ?

Palais royal d'Hérode

c

Tour de Mariamne

mu

Ville

Tour d'Hippikos Tour de Phasaël

r mie Pre Xyste

Source de Guihôn

Tombeaux des rois ? Tunnel d'Ezéchias

Source et bassin de Siloam

Jardin du Roi

Porte des Esséniens

Va llée

de

Val lée

Bassin d'Amygdalos ?

Salomon Portique de

Temple

Golgotha ?

Cédro n

Jardin de Gethsémani ?

ur dm on c Se

du

.

Mont des Oliviers

Bassin de Béthesda

om Hinn Hakeldamah ?

.

600 m


EÂVANGILES ± Introduction

Deux plans du temple d'Hérode le Grand

1241

1

Le temple, avec l'esplanade, d'après les données de Flavius Josèphe* 0

100 m

1. 2. 3. 4. 5.

Forteresse Antonia Cour des non-Juifs Barrière (soreg) Porte Corinthienne Cour des femmes 5.1. Magasin du bois 5.2. Salle des nazirs 5.3. Magasin de l'huile 5.4. Salle des lépreux 6. Porte de Nicanor 7. Cour d'Israël 8. Cour des prêtres 9. Autel 10. Zone d'abattage 11. Vestibule 12. Lieu « sacré » 13. Lieu « très sacré »

5

8

4

6

9 7

3

N 2

Les cours intérieures du temple, d'après les données de la Mishna (traité Middoth ; voir Talmud*) 0

50 m

3

10

8

13

12

5.4 7

9

11

8

5.1

4

5

6 7 5.3

5.2

3


Selon Matthieu INTRODUCTION

$

(8±9). L'interpreÁte de la loi est aussi celui qui sauve et gueÂrit. La seconde originalite de Matthieu est d'avoir souligne le lien entre le Christ et ses disciples, en faisant suivre immeÂdiatement cet ensemble par l'envoi des Douze (10), qui preÂfigure et preÂpare l'envoi final (28.16ss). L'ampleur de la taÃche rend indispensable la participation des disciples aÁ la proclamation de leur MaõÃtre, mais leur seule mission consiste aÁ deÂmultiplier son action. $

ITURÉE

LIBAN Tyr

$

Césarée de Philippe

PHÉNICIE

TRACHONITIDE

GALILÉE Chorazin SYRIE Capharnaüm Gennésareth ? Lac Bethsaïda Magdala de Galilée

Mer Méditerranée

Gadara

Un eÂvangile ouÁ JeÂsus enseigne et gueÂrit Matthieu, comme Luc, a vraisemblablementdeÂveloppe l'Evangile selon Marc, au moins dans un eÂtat ancien, en y ajoutant des traditions sur les paroles de JeÂsus Ð certaines qu'il semble tirer d'un fonds commun partage par Luc, d'autres qui lui sont propres (voir « Un document cache dans l'Evangile selon Luc ? », p. 1341). Sa principale originalite est d'avoir compose une preÂsentation solennelle du ministeÁre de JeÂsus en deux tableaux encadreÂs par deux reÂsumeÂs reÂdigeÂs en termes semblables (4.23 et 9.35). La proclamation de la bonne nouvelle se fait par l'enseignement (5±7) et par des actes salutaires

Sidon

Lieux importants pour Matthieu

$

Un eÂvangile ouÁ l'Ecriture s'accomplit Des quatre eÂvangiles, c'est Matthieu qui est le plus nourri de l'Ancien Testament : plus de 130 allusions et 43 citations formelles. Les chreÂtiens d'origine juive s'y trouveÁrent donc en terrain connu, d'autant plus que Matthieu voit dans les eÂveÂnements qu'il deÂcrit l'accomplissement de la Loi et des PropheÁtes (voir l'introduction aÁ l'Ancien Testament, p. 15). Sous une

SAMARIE

Jourdain

L'Evangile selon Matthieu sert de portail d'entreÂe au Nouveau Testament. C'est souvent par lui que le lecteur s'initie aÁ l'Ecriture sainte. Cette preÂfeÂrence n'est pas nouvelle. Mentionne le premier dans les listes canoniques alors que l'eÂvangile de Marc a sans doute eÂte reÂdige avant lui (cf. « De l'Evangile aux quatre eÂvangiles », p. 1229), Matthieu est le plus cite deÁs le deÂbut de l'histoire chreÂtienne. Dans la DidacheÁ , qui remonte peut-eÃtre aÁ la deuxieÁme moitie du Ier sieÁcle, on respire souvent l'atmospheÁre du premier eÂvangile (cf. Mt 6.9n). A la fin du Ier sieÁcle, CleÂment de Rome semble en citer des eÂleÂments ; de meÃme, au seuil du IIe sieÁcle, les lettres d'Ignace d'Antioche et celle de Barnabe . D'ouÁ vient ce privileÁge ? Matthieu est-il aÁ ce point original ? Certes non. Sur les 1071 versets qui le composent, 330 semblent venir tels quels de Marc et 230 autres se retrouvent eÂgalement dans Luc. La primitive Eglise eut pourtant bien des raisons de donner aÁ Matthieu le premier rang.

Mont des Oliviers Jérusalem Béthanie

DÉCAPOLE

PÉRÉE

JUDÉE Bethléem

s

r Ve

e

pt

gy

l'E

N

Mer Morte

IDUMÉE

0

20

40

60

kilomètres

80

100


MATTHIEU ± Introduction forme variant aÁ peine, cette ideÂe d'accomplissement s'y rencontre au moins 11 fois (voir 1.22+) contre seulement 2 chez Marc, 2 chez Luc et 6 chez Jean. A l'instar de l'IsraeÈl contemporain, les communauteÂs dans lesquelles l'Evangile selon Matthieu a vu le jour comprenaient de toute eÂvidence des scribes (23.34). Sans doute le roÃle de ces scribes chreÂtiens consistait-il non seulement aÁ transmettre l'enseignement de JeÂsus et aÁ l'appliquer aÁ des situations nouvelles, mais aussi aÁ relire les Ecritures d'IsraeÈl aÁ la lumieÁre des paroles et de la vie du MaõÃtre. Tout porte aÁ croire que Matthieu deÂvoile son propre programme dans cette remarque : Tout scribe instruit du reÁgne des cieux est semblable aÁ un maõÃtre de maison qui tire de son treÂsor des choses nouvelles et des choses anciennes (13.52). $

Un eÂvangile facile aÁ meÂmoriser Pour l'Eglise naissante chargeÂe de porter la bonne nouvelle du salut jusqu'aux confins de la terre, l'Evangile selon Matthieu met en úuvre des moyens mneÂmotechniques qui rendent plus aiseÂes la transmission et la meÂmorisation de l'enseignement du MaõÃtre : Les regroupements numeÂriques Les chiffres 7 et 3 semblent eÃtre ici en faveur, d'une manieÁre encore plus nette que chez Marc et chez Luc. Ainsi, les sept demandes du Notre PeÁre (6.9-13), les sept paraboles du reÁgne ou du royaume (13.1-52), les sept « malheurs » profeÂreÂs contre les pharisiens (chap. 23), sans compter les sept pains et les sept corbeilles restantes (15.3239), les sept maris (22.23-33) et le pardon jusqu'aÁ soixante-dixsept fois sept fois (18.22) ; ainsi encore les trois tentations (4.111), les triades aumoÃne-prieÁrejeuÃne en 6.2-17, menthe-anethcumin et justice-compassion-foi en 23.23, et les trois prieÁres dans le jardin de GethseÂmani (26.3646). Les deux chiffres sont peuteÃtre combineÂs dans la geÂneÂalogie du chapitre 1, ouÁ JeÂsus-Christ apparaõÃt au terme de trois fois quatorze (3 x 2 x 7) geÂneÂrations.

Les paralleÂlismes En 7.24-27 on trouve un paralleÂlisme antitheÂtique deÂveloppe : A Ainsi, quiconque entend de moi ces paroles B et les met en pratique  C sera comme un homme avise D qui a construit sa maison sur le roc.  e, les torE La pluie est tombe rents sont venus, les vents ont souffle et se sont preÂcipiteÂs sur cette maison :  e, car elle F elle n'est pas tombe eÂtait fondeÂe sur le roc. A' Mais quiconque entend de moi ces paroles B' et ne les met pas en pratique C' sera comme un fou D' qui a construit sa maison sur le sable.  e, les torE' La pluie est tombe rents sont venus, les vents ont souffle et se sont abattus sur cette maison :  e, et sa chute a F' elle est tombe eÂte grande. En fait les paralleÂlismes abondent, souvent si brefs qu'on les remarque aÁ peine, tel le modeÁle croise (chiasme) de 16.25 : A Car quiconque voudra sauver sa vie B la perdra, B' mais quiconque perdra sa vie A' la trouvera. Les reÂpeÂtitions structurelles A cinq reprises une meÃme formule vient ponctuer le texte, avec quelques variantes : Quand JeÂsus eut acheve ces discours... (7.28 ; cf. 11.1 ; 13.53 ; 19.1 ; 26.1). Elle fixe les limites des cinq grands discours de l'eÂvangile et introduit aÁ chaque fois une partie narrative, composeÂe essentiellement de reÂcits de miracles et de morceaux biographiques. Ces cinq cycles peuvent eÂvoquer les cinq rouleaux de la loi mosaõÈque et suggeÂrer au lecteur que le Christ est un nouveau MoõÈse Ð en fait, pour Matthieu, JeÂsus est plus grand que MoõÈse en ce que lui a autorite sur la loi (cf. les mais moi, je vous dis, du Sermon sur la montagne, Mt 5.22+). On a aussi discerne une reÂpeÂtition structurelle dans la formule deÁs lors JeÂsus commencËa, en 4.17 et 16.21. Donc, un texte facile aÁ meÂmoriser et aÁ transmettre. Encore fallait-il, pour expliquer la faveur

1243 dont il fut l'objet, que le contenu de l'eÂvangile fuÃt pertinent ! Or, aÁ l'eÂvidence, Matthieu fournit aux communauteÂs destinataires bien des eÂleÂments utiles aÁ leur construction et aÁ leur deÂveloppement. Un eÂvangile pour se deÂfendre Si Matthieu a eÂte publie vers l'an 80, comme on le pense d'ordinaire, il faut se souvenir de la situation religieuse de l'eÂpoque pour le bien comprendre. Le temple a eÂte incendie et presque totalement deÂtruit en 70, lors de la prise de JeÂrusalem par Titus. Le service sacrificiel a cesseÂ. ApreÁs la ruine du temple, le clerge et les sadduceÂens ont perdu la source meÃme de leur influence. Les pharisiens , eux, pensent que seules leurs traditions peuvent permettre au judaõÈsme de surmonter la catastrophe. Comme substitut des sacrifices devenus impossibles, ils proposent l'observation et l'eÂtude de la loi juive. Plus n'est question de pluralisme : la liste des textes sacreÂs acceptables (donc canoniques) est arreÃteÂe ; il faut reÂglementer l'interpreÂtation des traditions anciennes. Le judaõÈsme finira par introduire dans le service synagogal une prieÁre contre les heÂreÂtiques, qui va pratiquement interdire l'acceÁs de la synagogue aÁ tous les opposants, et en particulier aux chreÂtiens (voir l'introduction aÁ l'Evangile selon Jean, p. 1388). A la fin du Ier sieÁcle, le judaõÈsme sera devenu un judaõÈsme pharisien. Les chreÂtiens seront non seulement exclus des synagogues, mais encore perseÂcuteÂs pour avoir reconnu en JeÂsus le Messie promis. DeÁs son introduction en forme de geÂneÂalogie (1.1-17), l'Evangile selon Matthieu leur donne de quoi argumenter. Avec force, il annonce que JeÂsus est bien le Messie par excellence, fils d'Abraham le peÁre fondateur, mais aussi fils de David, la figure messianique incontesteÂe. Le Christ reÂcapitule en outre la destineÂe d'IsraeÈl. Tout comme le peuple, ce premier-ne du SEIGNEUR (Ex 4.22), il dut fuir en Egypte pour eÂchapper aÁ la mort et en remonter (Mt 2.13-15). Lui aussi dut passer au deÂsert une peÂriode d'eÂpreuve (4.1-11). $

$

$


1244

MATTHIEU ± Introduction

Qui est Matthieu ? Le nom de Matthieu est preÂsent dans toutes les listes d'apoÃtres (Mt 10.3 ; Mc 3.18 ; Lc 6.15 ; Ac 1.13). En dehors de ces listes, il n'apparaõÃt dans le Nouveau Testament qu'en Mt 9.9. En appelant Matthieu, dans ce passage, celui que Marc (2.14) nomme LeÂvi, le premier eÂvangile le preÂsente comme un collecteur des taxes, ce qui fait de lui un collaborateur des Romains, un personnage que les Juifs consideÂraient comme un peÂcheur. Dans son Histoire eccleÂsiastique (III,39,6), EuseÁbe cite Papias, l'eÂveÃque de HieÂrapolis, qui aurait deÂclareÂ, vers 110-120 : « Matthieu mit en ordre les sentences (en grec logia) en dialecte heÂbraõÈque et chacun les interpreÂta comme il pouvait. » Papias semble se reÂfeÂrer ici aÁ la reÂdaction de l'Evangile selon Matthieu tout entier. Toutefois, l'original (probablement arameÂen) qu'il mentionne n'a jamais eÂte retrouveÂ. Le texte grec de Matthieu dont nous disposons aujourd'hui ne donne pas l'impression d'eÃtre une traduction. En fait, le premier eÂvangile est un document anonyme, comme les trois autres. Cependant l'inscription « selon Matthieu » figure en teÃte des manuscrits grecs en circulation. Il apparaõÃt donc que les premiers chreÂtiens ont eÂtabli treÁs toÃt un lien de parente entre ce document et Matthieu l'apoÃtre.

Pour Matthieu, ce n'est pas trahir IsraeÈl que d'adheÂrer au Christ JeÂsus. Lui seul est l'accomplissement de l'Ecriture. Seule son interpreÂtation de la loi est normative (5.17ss) et non celles, accommodantes (19.8) et pourtant lourdes aÁ porter (23.4), que recommandent les pharisiens. De sa propre autorite JeÂsus met l'amour au centre de la loi (5.4348 ; 7.29 ; 22.34-40). Un eÂvangile qui prend l'offensive L'Evangile selon Matthieu est aussi un texte de combat. Clairement et fortement, il affirme que rejeter le Christ, c'est rejeter Dieu. Et puisque telle est l'attitude des autoriteÂs juives, c'est l'Eglise, communaute de Juifs et de paõÈens, qui recevra le Royaume (21.43). Ces paõÈens, on les trouve deÂjaÁ dans la geÂneÂalogie. Et des femmes, souvent en marge de l'ideÂal du mariage ! Tamar, la belle-fille de Juda ; Rahab, la prostitueÂe cananeÂenne ; Ruth, la Moabite ; BethsabeÂe, la femme d'Urie le Hittite (1.3nss). Celles-ci montrent que la ligneÂe davidique, et a fortiori l'ascendance du Fils de Dieu, ne reÂpond pas aÁ des criteÁres ethniques ou purement juridiques. Sont rejeteÂs ceux qui se croient suffisamment justes au regard de la loi : les pharisiens eux-meÃmes, deÂnonceÂs pour leur hypocrisie et leur religion au visage double (5.20 ; 12.24ss ; 23). Les mysteÁres du royaume leur sont inaccessibles. D'ouÁ le parler en paraboles, qui laisse dehors les orgueilleux tandis qu'aux disciples de JeÂsus il est donne de

connaõÃtre les mysteÁres du reÁgne des cieux (13.10-17). S'il y a malheureusement rejet, il concerne davantage les autoriteÂs que les moutons perdus d'IsraeÈl (15.24 ; cf. 9.36). C'est vers ces derniers que va le Christ. C'est aussi vers eux qu'il envoie ses disciples (10.6). Cependant, en rapportant la gueÂrison accomplie en faveur de la CananeÂenne (15.21ss), Matthieu suggeÁre aussi que tous, les nonJuifs comme les peÂcheurs d'IsraeÈl (9.9-13), sont finalement au beÂneÂfice de la bonne nouvelle (cf. 28.16ss). Un eÂvangile pour les disciples Les ennemis deÂnonceÂs, reste aÁ donner un contenu aÁ la foi. Plus que tout autre, l'Evangile selon Matthieu mettra en valeur l'eÂtat de disciple (73 fois dans le premier eÂvangile, contre 46 chez Marc et 37 chez Luc), au point qu'on peut le consideÂrer comme un manuel destine aux disciples. Tout disciple a besoin d'un enseignement. Au cúur de l'Evangile selon Matthieu, le premier des cinq discours, le « Sermon sur la montagne » (chap. 5±7), constitue la charte du royaume. En trois chapitres d'une richesse et d'une densite ineÂgaleÂes sont regroupeÂs des encouragements (p. ex. les beÂatitudes, 5.1-12), les fameuses antitheÁses sur l'interpreÂtation de la loi ouÁ JeÂsus deÂpasse la casuistique pharisienne (5.27-48), des conseils de pieÂte (p. ex. sur la prieÁre, 6.5-18), des mises en garde aussi (p. ex. ne pas amasser des treÂsors sur la terre, 6.19). Dans son expeÂrience

quotidienne, le disciple se rapportera sans cesse aÁ cet enseignement d'une redoutable exigence, puisque c'est la perfection divine qui est ici la reÂfeÂrence : Vous serez donc parfaits, comme votre PeÁre ceÂleste est parfait (5.48). Mais cette perfection est celle d'un Dieu plein de sollicitude, le CreÂateur qui dispense ses bienfaits sur les meÂchants comme sur les bons (5.45). La parole absolue, excessive, de JeÂsus, n'est pas une simple morale plus performante que les autres. Elle est la parole meÃme du reÁgne de Dieu qui fait surgir, pour celui qui la recËoit dans la foi, une nouvelle compreÂhension de Dieu, du monde et des autres. S'il se preÂoccupe fortement du disciple pris individuellement, Matthieu le consideÁre aussi en tant que membre d'une communauteÂ, au point que le premier eÂvangile est souvent appele « l'eÂvangile de l'Eglise ». Le discours du chapitre 18 eÂnonce les reÁgles fondamentales de la vie communautaire : eÃtre humble comme un enfant ; ne pas constituer une occasion de chute pour ses freÁres ; rechercher la brebis eÂgareÂe ; pardonner sans limite. Le discours missionnaire (chap. 10) rappelle en outre aÁ la communaute des disciples que la foi est mission, reÂsumeÂe en six verbes qui sont autant de deÂfis : aller, proclamer, gueÂrir, reÂveiller, purifier, chasser. Ce discours preÂpare l'envoi final (28.16ss). Etre disciple, enfin, c'est attendre le MaõÃtre qui doit revenir. La fin des temps et ses corollaires, le retour du Christ et le juge-


MATTHIEU ± Introduction ment, jouent un roÃle deÂterminant chez Matthieu (on peut retrouver la notion de jugement dans preÁs d'un paragraphe sur deux). Il fait peu de doute que les premiers chreÂtiens furent surpris et deÂsappointeÂs : le MaõÃtre ne tardait-il pas aÁ venir ? Le dernier discours (chap. 24±25) est donc laÁ pour rassurer. Ils n'ont pas aÁ craindre le temps qui passe. L'homme parti en voyage ne revient que longtemps apreÁs (25.19). Dans l'intervalle, il leur faut veiller (24.13,42,44), non pas d'une veille steÂrilement atten-

tiste, mais d'une veille active dans la foi. Le jugement vient en effet qui seÂparera les moutons des cheÁvres, les justes des injustes, ceux qui auront secouru les malades, visite les prisonniers et accueilli les eÂtrangers, de ceux qui se seront enfermeÂs dans une coupable abstention (25.31-46). Un eÂvangile de l'eÂternelle preÂsence Lorsque l'enfant paraõÃt aÁ BethleÂem, Matthieu rappelle par une citation d'EsaõÈe quel doit eÃtre son nom : Emmanuel, ce qui se traduit : Dieu avec nous (1.23).

1245 Lorsque le Christ apparaõÃt apreÁs la reÂsurrection, il laisse cette promesse aux Onze venus le retrouver en GalileÂe : Je suis avec vous tous les jours, jusqu'aÁ la fin du monde (28.20). Cette inclusion qui ouvre et referme l'eÂvangile n'est pas pur artifice litteÂraire. A la diffeÂrence de Luc, Matthieu ne rapporte pas l'ascension du Christ. Ainsi, la dernieÁre parole que nous laisse le premier eÂvangile est, pour ses destinataires initiaux comme pour nous, celle d'un Christ qui demeure eÂternellement avec les siens.


Selon Matthieu 12

D'Abraham aÁ JeÂsus-Christ

13

Lc 3.23-38

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11

1

GeÂneÂalogie de JeÂsus-Christ, fils de David, fils d'Abraham. Abraham engendra Isaac ; Isaac engendra Jacob ; Jacob engendra Juda et ses freÁres ; | Juda, avec Tamar, engendra PhareÁs et Zara ; PhareÁs engendra Hesrom ; Hesrom engendra Aram ; | Aram engendra Aminadab ; Aminadab engendra NaassoÃn ; NaassoÃn engendra SalmoÃn ; | SalmoÃn, avec Rahab, engendra Boes ; Boes, avec Ruth, engendra Yobed ; Yobed engendra Jesse ; Jesse engendra David. Le roi David, avec la femme d'Urie, engendra Salomon ; | Salomon engendra Roboam ; Roboam engendra Abiya ; Abiya engendra Asaph ; | Asaph engendra Josaphat ; Josaphat engendra Joram ; Joram engendra Ozias ; | Ozias engendra Joatham ; Joatham engendra Achaz ; Achaz engendra EzeÂchias ; | EzeÂchias engendra Manasse ; Manasse engendra Amos ; Amos engendra Josias ; | Josias engendra JeÂkonia et ses freÁres au temps de l'exil Áa Babylone.

GeÂneÂalogie : litt. livre de l'origine ; le terme grec correspondant aÁ origine signifie aussi naissance (v. 18 ; Lc 1.14) et a donne notre mot geneÁse, cf. Gn 2.4n ; 5.1 ; voir aussi Lc 3.23ss. Ð fils de David 9.27+. Ð Abraham Gn 22.18. Cf. Gn 5.1ss ; 10±11 ; 1Ch 1±9. avec Tamar : litt. de Tamar, de meÃme v. 5s ; cf. Gn 38 ; Testament de Juda 10.1 : « Thamar, une MeÂsopotamienne, fille d'Aram. » Ð PhareÁs et Zara, d'apreÁs LXX , pour les noms heÂbreux PeÂrets et ZeÂrah. Ð Hesrom, pour le nom heÂbreu HetsroÃn, cf. Gn 46.12 ; Nb 26.21. Cf. 1Ch 2.9ss ; voir aussi Ex 6.23 ; Lc 3.33. Rahab Jos 2. Ð Boes : orthographe originale pour Booz ; les mss de LXX portent Booz ou Boos, d'apreÁs l'heÂbreu Boaz (Rt 2.1n). Ð Ruth Rt 1±4. Ð Yobed ou Obed. La forme qui apparaõÃt ici correspond aÁ celle qui figure dans certains mss de LXX. Ð JesseÂ, eÂgalement transcrit IsaõÈ. femme d'Urie 2S 11±12. Abiya ou Abia, eÂgalement appele Abiyam, cf. 1R 15 ; 2Ch 13. Ð Asaph, pour le roi Asa, 1R 15.9-24 ; cf. Ps 50.1 ; 73±83. Joatham, pour Jotam, d'apreÁs LXX ; cf. 2R 15.32ss ; 2Ch 27. Amos, pour AmoÃn, d'apreÁs certains mss de LXX ; cf. 2R 21.1926 ; 2Ch 33.21ss. Salathiel, d'apreÁs LXX , pour l'heÂbreu SheÂaltiel (cf. Ag 1.1 ; Esd 3.2 ; 1Ch 3.17ss). Eliakim, pour le nom heÂbreu Eliaqim. Sadok, pour le nom heÂbreu Tsadoq. Christ (d'apreÁs le grec), comme Messie (d'apreÁs l'eÂquivalent heÂbreu), signifie oint ; dans l'A.T., ce terme s'applique freÂquemment aux rois ou aux preÃtres d'IsraeÈl, consacreÂs par une onction d'huile sainte ; au temps de Mt, ce nom deÂsignait en particulier le grand libeÂrateur attendu par les Juifs (Es 61.1 ; Dn 9.25ss ; Ps 2.2-6) ; voir aussi Phm 11n. Cette insistance sur trois fois quatorze a eÂte diversement interpreÂteÂe, selon les multiples rapprochements possibles avec la litteÂrature rabbinique. Ainsi, quatorze est la somme des valeurs numeÂriques des trois lettres heÂbraõÈques qui forment le nom de David (le quatorzieÁme de la liste) ; 3 x 14 (= 6 x 7) marquerait l'accomplissement de la grande semaine de l'histoire du salut et l'entreÂe dans le sabbat messianique qui doit suivre ; ou, par analogie avec les mois lunaires, les quatorze geÂneÂrations 1

$

2 3

$

$

4 5

$

6 7 9 10 12 13 14 16

$

$

$

$

17

$

14 15 16

17

ApreÁs l'exil Áa Babylone, JeÂkonia engendra Salathiel ; Salathiel engendra Zorobabel ; | Zorobabel engendra Abioud ; Abioud engendra Eliakim ; Eliakim engendra Azor ; | Azor engendra Sadok ; Sadok engendra Akhim ; Akhim engendra Elioud ; | Elioud engendra EleÂazar ; EleÂazar engendra Matthan ; Matthan engendra Jacob ; | Jacob engendra Joseph, l'eÂpoux de Marie, de laquelle est ne JeÂsus, celui qu'on appelle le Christ. Il y a donc en tout quatorze geÂneÂrations depuis Abraham jusqu'aÁ David, quatorze geÂneÂrations depuis David jusqu'aÁ l'exil Áa Babylone, et quatorze geÂneÂrations depuis l'exil Áa Babylone jusqu'au Christ. La naissance de JeÂsus Lc 2.1-7

18

19 20

Voici comment arriva la naissance de JeÂsusChrist. Marie, sa meÁre, Âetait fianceÂe Áa Joseph ; avant leur union, elle se trouva enceinte par le fait de l'Esprit saint. | Joseph, son mari, qui Âetait juste et qui ne voulait pas la deÂnoncer publiquement, deÂcida de la reÂpudier en secret. | Comme il y pensait,

d'Abraham aÁ David eÂvoqueraient la phase de croissance (quatorze jours de la nouvelle aÁ la pleine lune), celles de David aÁ l'exil, le deÂclin (de la pleine lune aÁ la fin du mois), enfin celles de l'exil aÁ JeÂsus, la restauration de la pleÂnitude. Il est clair en tout cas que, pour l'auteur, la venue de JeÂsus constitue un accomplissement de l'histoire d'IsraeÈl. 18 Cf. Ascension d'IsaõÈe 11.2ss : « Je vis une femme, de la famille du propheÁte David, du nom de Marie ; elle eÂtait vierge et eÂtait fianceÂe aÁ un homme du nom de Joseph Ð un artisan, lui aussi de la descendance et de la famille de David le juste Ð, qui eÂtait de BethleÂem de Juda, et qui entra en possession de son lot. Et, lorsqu'elle fut fianceÂe, elle fut trouveÂe enceinte, et Joseph, l'artisan, voulut la renvoyer. Mais l'ange de l'Esprit apparut dans ce monde, et apreÁs cela Joseph ne renvoya pas Marie et la garda ; mais lui ne reÂveÂlait aÁ personne cette affaire. Et il ne s'approcha pas de Marie, et la garda comme une vierge sainte, bien qu'elle fuÃt grosse. » Ð naissance : voir v. 1n. Ð fianceÂe : le terme employe ici suggeÁre que, selon les coutumes de l'eÂpoque, Marie et Joseph eÂtaient deÂjaÁ consideÂreÂs comme leÂgalement marieÂs mais ne vivaient pas encore sous le meÃme toit (cf. v. 19nss) ; cf. 25.113. Voir « La naissance de JeÂsus : reÂcits et leÂgendes », p. 1338. Ð par le fait de l'Esprit saint : cf. Lc 1.35. à me mot (litt. homme) a eÂte traduit par eÂpoux v. 16 ; il 19 mari : le me est employe ici selon la perspective juridique de l'eÂpoque concernant les fiancËailles (v. 18n) ; cf. Ap 21.2. Ð juste : le terme peut eÃtre compris ici au sens de fideÁle pratiquant de la loi de Dieu, mais aussi au sens plus geÂneÂral d'homme bon ; en tant que juste, au premier sens du terme, Joseph aurait pu s'estimer oblige de reÂpudier une eÂpouse infideÁle pour ne pas contracter une union impure (cf. Dt 24.1) ; mais on pourrait aussi comprendre que sa justice consiste aÁ ne pas vouloir la deÂnoncer publiquement. Sur le mot juste et la notion de justice, cf. 3.15n ; 5.45 ; 9.13 ; 10.41 ; 13.17,43,49 ; 23.28s,35 ; 25.37,46 ; 27.19 ; voir aussi Lc 1.6. Ð deÂnoncer publiquement : le mot grec correspondant aÁ cette expression et un autre, treÁs voisin, se retrouvent respectivement en Col 2.15 (livrer en spectacle) et He 6.6 (deÂshonorer publiquement). Cf. Nb 5.11ss ; Dt 22.23ss. Ð en secret : meÃme terme 2.7 ; Jn 11.28 ; Ac 16.37. 20 l'ange du Seigneur : autre traduction possible un ange du Seigneur ; de meÃme v. 24 ; 2.13,19 ; 28.2 ; Lc 1.11 ; 2.9 ; Ac 5.19+ ; cf. $

$

$


MATTHIEU 1±2

1247

Quelques titres et appellations de JeÂsus dans le Nouveau Testament Le Christ Le Christ du Seigneur Le Messie Le Fils de Dieu Le Fils du Dieu vivant Le Fils du BeÂni Le Fils du TreÁs-Haut Le Fils du PeÁre Le Fils de l'Homme Le berger Emmanuel Le roi Le roi des Juifs Le roi de Sion Le roi d'IsraeÈl Le Fils de David Le rejeton de David Le rejeton et la posteÂrite de David Celui qui vient Le Saint Le Saint de Dieu Le Juste Le Seigneur Celui qui a eÂte choisi Le Vivant La Parole Le PropheÁte L'agneau Le lion de la tribu de Juda

Celui qui baptise dans l'Esprit saint Le marie Le serviteur Le pionnier Le pionnier de la vie Le pionnier du salut Le pionnier de la foi, qui la porte aÁ son accomplissement Le libeÂrateur Le sauveur

Mc 1.1; 8.29; 12.35ss// etc. ; Jn 7.26s ; 9.22 ; Ac 2.36 etc. Lc 2.26 Jn 1.41 ; 4.25 Mc 1.1 ; Mt 2.15 ; Lc 1.35 ; Jn 1.49 etc. Mt 16.16 Mc 14.61 Lc 1.32 2Jn 3 Mc 8.38 ; 13.26// etc. Mc 14.27// ; Jn 10.1ss Mt 1.23 Mt 25.34 Mt 2.2 Mt 21.5 Jn 1.49 Mt 9.27 Ap 5.5

Le sauveur du monde L'image de Dieu L'image du Dieu invisible La teÃte du corps Le mysteÁre Le premier-ne Le premier-ne de la creÂation Le premier-ne d'entre les morts Les preÂmices L'apoÃtre (l'envoyeÂ) Le grand preÃtre Le teÂmoin fideÁle Le premier et le dernier L'alpha et l'omeÂga L'eÂtoile du matin

Ap 22.16 Mt 11.3// Lc 1.35 ; Ac 3.14 Jn 6.69 Ac 3.14 Lc 1.43 etc. ; Ac 2.36 etc. ; Ph 2.11 ; Col 3.24 Lc 9.35 Lc 24.5 ; Ap 1.18 Jn 1.1ss Jn 1.21 ; Ac 7.37 Jn 1.29,36 ; Ap 5.6 etc. Ap 5.5

Jn 1.33 Jn 3.29 Ac 3.13,26 ; 4.30 Ac 5.31 Ac 3.15n He 2.10 He 12.2 Rm 11.26s Lc 2.11 ; Ac 5.31 ; 13.23 ; Ep 5.23 ; Ph 3.20 ; 2Tm 1.10 ; Tt 1.4 ; 2.13 ; 3.4ss ; 2P 1.1,11 ; 2.20 ; 3.2,18 ; Jd 25 Jn 4.42 ; 1Jn 4.14 2Co 4.4 Col 1.15 Col 1.18 1Tm 3.16 ; cf. Col 1.27 He 1.6 Col 1.15 Ap 1.5 1Co 15.20 He 3.1 He 3.1 ; 6.20 ; 9.11 Ap 1.5 ; 19.11 Ap 1.17 Ap 22.13 Ap 22.16

Voir aussi « Quelques formulations de la foi en JeÂsus-Christ dans le Nouveau Testament », p. 1520.

21 22

23

l'ange du Seigneur lui apparut en reÃve et dit : Joseph, fils de David, n'aie pas peur de prendre chez toi Marie, ta femme, car l'enfant qu'elle a concËu vient de l'Esprit saint ; | elle mettra au monde un fils, et tu l'appelleras du nom de JeÂsus, car c'est lui qui sauvera son peuple de ses peÂcheÂs. | Tout cela arriva afin que s'accomplisse ce que le Seigneur avait dit par l'entremise du propheÁte : La vierge sera enceinte ; elle mettra au monde un fils et on l'appellera du nom d'Emmanuel, Gn 16.7,13 ; 22.11,15 ; Ex 3.2. Ð en reÃve 2.12s,19,22 ; 27.19 ; cf. Gn 20.3-7 ; 31.24 ; 46.2-4 ; Ac 16.9 ; 18.9 ; 23.11. Ð n'aie pas peur : cf. 10.31 ; 14.27 ; 17.7 ; 28.5,10 ; voir crainte . Ð l'enfant qu'elle a concËu : litt. ce qui a eÂte engendre en elle ; cf. Lc 1.35. JeÂsus : le nom est traditionnellement rapproche d'une racine heÂbraõÈque qui signifie sauver, deÂlivrer ; il fait aussi assonance avec le verbe grec traduit par sauvera ; cf. Nb 13.16n ; Es 1.1n ; Ps 130.8 ; Jn 4.42 ; Ac 4.12 ; He 5.9 ; voir aussi Lc 1.31. Ð peÂcheÂs Jn 1.29 ; 1Jn 2.2 ; 3.5. Cf. 2.15,17,23 ; 3.3,15 ; 4.14 ; 8.17 ; 12.17 ; 13.14,35 ; 21.4 ; 24.15 ; 26.54,56 ; 27.9 ; voir aussi 5.17 ; Esd 1.1. Es 7.14 (LXX ). Ð avec nous : cf. 28.20 ; Es 8.8-10 ; So 3.17 ; Ag 1.13 ; Jn 1.14 ; Rm 8.31 ; Ap 21.3. n'eut pas de relations avec elle : litt. ne la connut pas, cf. Gn 4.1n. Ð jusqu'aÁ : la preÂposition grecque qui apparaõÃt ici ne per-

24 25

La visite des mages Cf. Lc 2.8-20

2 ApreÁs la naissance de JeÂsus, Áa BethleÂem de JudeÂe, aux jours du roi HeÂrode, des mages d'Orient arrimet pas, aÁ elle seule, de conclure que Marie a eu des relations avec Joseph apreÁs la naissance de JeÂsus ; voir cependant 12.46 ; 13.55. Ð un fils : plusieurs mss et versions anciennes portent : son fils premier-neÂ. Cf. Lc 2.7.

$

21

$

22 23 25

$

ce qui se traduit : Dieu avec nous. | A son reÂveil, Joseph fit ce que l'ange du Seigneur lui avait ordonneÂ, et il prit sa femme chez lui. | Mais il n'eut Ãt mis pas de relations avec elle jusqu'aÁ ce qu'elle eu au monde un fils, qu'il appela du nom de JeÂsus.

$

2

 breu Beth-LeÂhem, maison du pain), village si1 BethleÂem (de l'he tue aÁ une dizaine de kilomeÁtres au sud de JeÂrusalem. Cf. Rt 1.1 ; Lc 2.4-7 ; Jn 7.42. Ð HeÂrode le Grand gouvernait le pays sous l'autorite de Rome. Il avait recËu du SeÂnat le titre de Roi des Juifs en l'an 40 av. J.-C., mais il a effectivement reÂgne de 37 av. J.-C. jusqu'aÁ sa mort, en 4 av. J.-C. Ð mages : ce nom deÂsignait les preÃtres chez les MeÁdes, les Perses et les ChaldeÂens (cf. Dn 2.2,10, LXX ). Ils se livraient aÁ l'observation des astres. Dans le N.T. le terme ne revient, hors de ce chapitre, qu'en Ac 13.6,8. Voir aussi « La naissance de JeÂsus : reÂcits et leÂgendes », p. 1338. $

$


1248 2

3 4 5

6

7 8

9

10 11

12

13

2

MATTHIEU 2

Á est le roi des Juifs veÁrent Áa JeÂrusalem | et dirent : Ou qui vient de naõÃtre ? Car nous avons vu son Âetoile en Orient, et nous sommes venus nous prosterner devant lui. | A cette nouvelle, le roi HeÂrode fut troubleÂ, et tout JeÂrusalem avec lui. | Il rassembla tous les grands preÃtres et les scribes du peuple pour Á devait naõÃtre le Christ. | Ils lui leur demander ou dirent : A BethleÂem de JudeÂe, car voici ce qui a Âete Âecrit par l'entremise du propheÁte : Et toi, BethleÂem, terre de Juda, tu n'es certainement pas la moins importante dans l'assembleÂe des gouverneurs de Juda ; car de toi sortira un dirigeant qui fera paõÃtre IsraeÈl, mon peuple. Alors HeÂrode fit appeler en secret les mages et se fit preÂciser par eux l'eÂpoque de l'apparition de l'eÂtoile. | Puis il les envoya Áa BethleÂem en disant : Allez prendre des informations preÂcises sur l'enfant ; quand vous l'aurez trouveÂ, faites-le-moi savoir, afin que moi aussi je vienne me prosterner devant lui. ApreÁs avoir entendu le roi, ils partirent. Or l'eÂtoile qu'ils avaient vue en Orient les preÂceÂdait ; Á Âetait l'enfant, elle arriveÂe au-dessus du lieu ou s'arreÃta. | A la vue de l'eÂtoile, ils ÂeprouveÁrent une treÁs grande joie. | Ils entreÁrent dans la maison, virent l'enfant avec Marie, sa meÁre, et tombeÁrent Áa ses pieds pour se prosterner devant lui ; ils ouvrirent ensuite leurs treÂsors et lui offrirent en preÂsent de l'or, de l'encens et de la myrrhe. | Puis, divinement avertis en reÃve de ne pas retourner chez HeÂrode, ils regagneÁrent leur pays par un autre chemin. La fuite en Egypte ApreÁs leur deÂpart, l'ange du Seigneur apparut en reÃve Áa Joseph et dit : LeÁve-toi, prends l'enfant et sa meÁre, fuis en Egypte et restes-y jusqu'aÁ nouvel

eÂtoile : le terme grec, qui a donne notre mot astre, peut s'appliquer aÁ n'importe quel corps ceÂleste, eÂtoile, planeÁte ou comeÁte ; cf. Nb 24.17 ; Ap 22.16. Ð en Orient : on pourrait aussi traduire aÁ son lever (de meÃme v. 9). Ð nous prosterner devant lui : autres traductions lui rendre hommage, l'adorer ; de meÃme v. 8,11 ; meÃme verbe 4.9s ; 8.2 ; 9.18 ; 14.33 ; 15.25 ; 18.26 ; 20.20 ; 28.9,17 ; voir culte . grands preÃtres / scribes : Mt deÂsigne ainsi les autoriteÂs juives de JeÂrusalem ; cf. 21.15. Les grands preÃtres (pluriel du mot qui deÂsigne le grand preÃtre) sont les preÃtres issus des grandes familles sacerdotales, y compris le grand preÃtre en exercice et ses eÂventuels preÂdeÂcesseurs ; sur les scribes, voir 2S 8.17 ; 1R 4.3 ; Esd 7.6,11 ; Ne 8.1. Ð le Christ 1.16n . 1.22+. Mi 5.1 ; 2S 5.2. Ð dans l'assembleÂe... : litt. parmi les gouverneurs (meÃme terme grec 10.18 ; 27.2 etc.) ou les princes ; on a aussi compris les principales villes, mais le mot n'aurait ce sens nulle part ailleurs ; il est apparente au terme traduit dans la suite par dirigeant (cf. Lc 22.26) ; voir aussi Ez 34.23s. tombeÁrent aÁ ses pieds pour se prosterner : cf. v. 2n ; 4.9. Ð or / encens / myrrhe Es 60.6 ; Ps 45.9 ; Mc 15.23 ; Jn 19.39. en reÃve 1.20+. l'ange du Seigneur 1.20n. Ð LeÁve-toi ou reÂveille-toi, meÃme verbe v. 14,20s et 1.24 (aÁ son reÂveil) ; le verbe eÂvoque ailleurs la reÂsurrection ; on le retrouve 3.9n ; 8.15,25s ; 9.5ss,19,25n ; 10.8 ; 11.5,11 ; 12.11n,42 ; 14.2 ; 16.21 ; 17.7,9,23 ; 20.19 ; 24.7n ; 25.7 ; 26.32n ; 27.52,63s ; 28.6s ; voir aussi Mc 1.31n ; Lc 1.69n ; Jn 2.19n. Ð jusqu'aÁ nouvel ordre : litt. jusqu'aÁ ce que je te dise. Ð HeÂrode v. 1n. Cf. Gn 19.15 ; 27.43ss ; Ex 2.15 ; 1R 11.40. Cela arriva : sous-entendu dans le texte. Ð du propheÁte ... mon fils 1.22+ ; Os 11.1.

14 15

16

17

18

19 20

21

5 6

11 12 13

$

$

$

$

$

14 15

$

$

Le massacre des enfants Quand HeÂrode se vit joue par les mages, sa fureur fut extreÃme ; il fit supprimer tous les enfants de deux ans et au-dessous qui Âetaient Áa BethleÂem et dans son territoire, d'apreÁs l'eÂpoque qu'il s'eÂtait fait preÂciser par les mages. | Alors s'accomplit ce qui avait Âete dit par l'entremise du propheÁte JeÂreÂmie : Une voix s'est fait entendre aÁ Rama, des pleurs et beaucoup de lamentations : c'est Rachel qui pleure ses enfants ; elle n'a pas voulu Ãetre consoleÂe, parce qu'ils ne sont plus. Le retour d'Egypte ApreÁs la mort d'HeÂrode, l'ange du Seigneur apparut en reÃve Áa Joseph, en Egypte, | et dit : LeÁve-toi, prends l'enfant et sa meÁre, et retourne dans le pays d'IsraeÈl, car ceux qui en voulaient Áa la vie de l'enfant sont morts. | Joseph se leva, prit l'enfant et sa meÁre et rentra au pays d'IsraeÈl. Lc 2.39-40

22

23

16 17 18 19 20

$

4

ordre ; car HeÂrode va rechercher l'enfant pour le faire disparaõÃtre. | Joseph se leva, prit de nuit l'enfant et sa meÁre, se retira en Egypte | et y resta jusqu'aÁ la mort d'HeÂrode. Cela arriva afin que s'accomplisse ce que le Seigneur avait dit par l'entremise du propheÁte : D'Egypte j'ai appele mon fils.

22

Mais quand il apprit qu'ArcheÂlaos Âetait devenu roi de JudeÂe Áa la place d'HeÂrode, son peÁre, il eut peur de s'y rendre ; divinement averti en reÃve, il se retira en GalileÂe | et vint demeurer dans une ville appeleÂe Nazareth, afin que s'accomplisse ce qui avait Âete dit par l'entremise des propheÁtes : Il sera appele nazoreÂen.

Pr 16.14. Ð HeÂrode v. 1n. du propheÁte 1.22+. Rama : localite aÁ quelques km au nord de JeÂrusalem (Jr 40.1) ; Jr 31.15. Ð Rachel avait eÂte ensevelie aÁ BethleÂem, Gn 35.19s. l'ange du Seigneur... en reÃve 1.20+ ; cf. Ps 25.12. qui en voulaient aÁ la vie : litt. qui recherchaient (v. 13) la vie ; sur ce dernier mot voir 10.28n. Ð Cf. Ex 4.19. ArcheÂlaos, connu pour sa cruauteÂ, avait eu la JudeÂe, la Samarie et l'IdumeÂe (cf. Ez 25.12n), mais pas la GalileÂe, comme part de succession dans les provinces gouverneÂes par son peÁre HeÂrode le Grand. Ð La GalileÂe (d'un mot heÂbreu signifiant territoire, circonscription, cf. 4.15 ; Es 8.23n), au nord du pays, reÂgion ouÁ Juifs et non-Juifs eÂtaient meÃleÂs (Jos 20.7 ; 21.32 ; 1R 9.11 ; 2R 15.29 ; 1Ch 6.61), eÂtait eÂchue en partage, avec le titre de teÂtrarque (voir Lc 3.1n), aÁ HeÂrode Antipas, autre fils d'HeÂrode le Grand. Nazareth : dans le centre montagneux de la GalileÂe, aÁ une trentaine de kilomeÁtres aÁ l'ouest-sud-ouest du lac de TibeÂriade ; orthographe leÂgeÁrement diffeÂrente, en grec, en 21.11 et dans Lc 1.26 etc. ; la ville est en fait une petite bourgade ; voir aussi Mt 4.13n. Ð nazoreÂen (voir aussi 26.71 ; Lc 18.37 ; Jn 18.5,7 ; 19.19 ; Ac 2.22 ; 3.6 ; 4.10 ; 6.14 ; 22.8 ; 24.5 ; 26.9) : on ne sait pas aÁ quel texte des propheÁtes (formule inhabituellement vague, cf. 1.22+) Matthieu fait ici allusion. Le propheÁte issu de Nazareth (21.11 ; cf. Mc 1.24n ; Jn 1.45 ; Ac 10.38) est peut-eÃtre deÂsigne ici comme le nazir (ou saint, consacreÂ) par excellence (Nb 6 ; Jg 13.5 ; Mt 16.16s). Selon certains, le mot transcrit nazoreÂen signifierait aÁ l'origine sauve ou rescape (cf. Es 4.3 ; 42.6 ; 49.6n) ; on le rattache souvent au terme heÂbreu traduit par rejeton en Es 11.1n (cf. Ap 22.16). En Ac 24.5 le terme s'applique aux chreÂtiens. Le mot heÂbreu correspondant pourrait avoir deÂsigneÂ, en particulier, un groupe de chreÂtiens d'origine juive rejete par les synagogues pharisiennes au Ier s. apr. J.-C. (cf. Jn 9.22). $

$

$

$

23

$


MATTHIEU 3

Jean le Baptiseur

Mc 1.2-6 ; Lc 3.1-6 ; cf. Jn 1.19-23

3 En ces jours-laÁ parut Jean le Baptiseur ; il pro2 clamait dans le de Âsert de JudeÂe : | Changez radicalement, car le reÁgne des cieux s'est approche ! 3 C'est de lui qu'il a  ete dit, par l'entremise du propheÁte EsaõÈe : C'est celui qui crie dans le deÂsert : PreÂparez le chemin du Seigneur, rendez droits ses sentiers ! 4 Jean avait un ve Ãtement de poil de chameau et une ceinture de cuir autour des reins. Il se nourrissait de criquets et de miel sauvage. 5 Les habitants de JeÂrusalem, de toute la JudeÂe et de toute la reÂgion du Jourdain se rendaient aupreÁs 6 de lui | et recevaient de lui le bapte Ãme dans le Jourdain, en reconnaissant publiquement leurs peÂcheÂs. Lc 3.7-9

8 9

3

Celui qui vient

11

12

1 Jean le Baptiseur , selon le sens du terme traditionnellement transcrit Baptiste ; cf. Mc 1.4n. Ð proclamait 4.17,23 ; 9.35 ; 10.7,27 ; 11.1 ; 12.41 ; 24.14 ; 26.13 ; Mc 1.4n. Ð deÂsert (cf. 4.1 ; 11.7 ; 14.13 ; 24.26) de JudeÂe : partie plus ou moins steÂrile du territoire de JudeÂe, s'eÂtendant aÁ l'est jusqu'aÁ la mer Morte et aux environs du Jourdain (Jg 1.16) ; cf. 1 MaccabeÂes 2.29 : « Alors beaucoup de gens qui recherchaient la justice et l'eÂquite descendirent au deÂsert pour s'y eÂtablir. » La communaute de QumraÃn , qui nous est connue depuis la deÂcouverte des manuscrits de la mer Morte, fournit quelques analogies avec ce que nous savons de Jean le Baptiseur (Mc 1.4n). 4.17. Ð Changez radicalement : traduction traditionnelle repentez-vous. Le terme grec implique davantage que le regret du passe ; il signifie un changement inteÂrieur, profond, qui se manifeste par un changement de comportement engageant l'avenir ; autre traduction convertissez-vous ; terme apparente v. 8,11 ; 11.20s ; 12.41 ; cf. Es 6.10 ; Ez 3.19 ; Sagesse 11.23 : « Tu deÂtournes les yeux des peÂcheÂs des hommes pour les amener au repentir. » 12.19 : « Tu as rempli tes fils d'espeÂrance puisque tu offres le repentir pour les peÂcheÂs. » Ð reÁgne ou royaume : c'est un meÃme mot grec qui est traduit, selon le contexte, par reÁgne (4.17,23 ; 6.10,33 ; 9.35 etc.), royaume (4.8 ; 5.3,10,19s ; 7.21 ; 8.11s etc.) ou royaute (16.28 ; Lc 19.12,15). Selon l'usage juif qui eÂvite d'employer le nom de Dieu (Mt 5.48 ; 6.9 ; 7.21), Matthieu preÂfeÁre l'expression reÁgne ou royaume des cieux (voir Dn 4.23n) aÁ reÁgne ou royaume de Dieu (seulement 12.28 ; 19.24 ; 21.31,43). Ð s'est approche : on pourrait aussi traduire est tout proche, voire est laÁ ; cf. 4.17 ; 10.7 (meÃme forme verbale, dans les deux sens temporel et spatial, en 26.45s) ; cf. 12.28 ; 21.34 ; voir aussi Lc 10.9,11 ; 21.8,20 ; Rm 13.12 ; Jc 5.8 ; 1P 4.7. du propheÁte EsaõÈe 1.22+ ; Es 40.3 ; cf. Lc 1.76 ; Jn 1.6s,23. Ð celui : litt. la voix de celui. Ð rendez droits : autre traduction aplanissez. veÃtement de poil 11.8 ; 2R 1.8 (Elie, cf. Ml 3.23 ; Mt 17.9-13) ; cf. Za 13.4. Ð criquets ou sauterelles Lv 11.21s. Ð miel sauvage Jg 14.8. 11.7 ; Jn 5.35. Ð Les habitants de : sous-entendu dans le texte. recevaient de lui le bapteÃme ou se faisaient baptiser par lui, de meÃme dans la suite ; cf. Jn 1.28. Ð le Jourdain : litt. le fleuve Jourdain. Ð reconnaissant publiquement (verbe apparente en 10.32n ; cf. Mc 1.5n) leurs peÂcheÂs Lv 5.5 ; Ps 32.5 ; Pr 28.13. bapteÃme v. 1. Ð pharisiens / sadduceÂens (22.23s ; cf. Ez 40.46n) 16.1,6,11s ; 22.34. Ð VipeÁres : litt. descendance (ou engeance) de vipeÁres, de meÃme 12.34 ; 23.33 ; voir aussi Jn 8.43s ; cf. Gn 3.15n ; Ps 140.4. Ð coleÁre Es 30.27-33 ; Jn 3.36 ; Rm 1.18 ; 1Th 1.10. du changement radical ou de la repentance, de la conversion v. 2n. $

JeÂsus recËoit le bapteÃme

15 16

9

$

11

$

4 5 6

7

8

$

$

$

$

$

$

$

$

$

susciter : le meÃme verbe signifie aussi, selon les contextes, reÂveiller, faire lever, ressusciter , cf. 2.13n. est preÃte... : litt. se tient contre la racine des arbres ; cf. 7.19 ; 13.42 ; Ml 3.19 ; Jn 15.6. Ð de beau fruit : autre traduction de bons fruits. Ð Cf. Le Pasteur d'Hermas , Sim. IV,4 : « Mais les gentils (c.-aÁ-d. les paõÈens ; voir non-Juifs ) et les peÂcheurs, Ð les arbres secs que tu as vus, Ð seront trouveÂs tels : secs et steÂriles dans ce monde-laÁ, et comme du bois mort, ils seront bruÃleÂs, et il sera clair que leur conduite, au cours de leur vie, fut mauvaise. Car les peÂcheurs seront bruÃleÂs parce qu'ils ont peÂche et ne se sont pas repentis, et les gentils seront bruÃleÂs parce qu'ils n'ont pas connu leur CreÂateur. » je vous baptise ... : cf. Mc 1.8+ ; Jn 1.26,33 ; Ac 1.5 ; 2.3,38 ; 11.16 ; 19.4. Ð dans l'eau / dans l'Esprit saint : autre traduction d'eau / d'Esprit saint. Ð changement radical v. 2n. Ð derrieÁre : autre traduction apreÁs ; meÃme preÂposition 4.19n ; 10.38n ; 16.23ns ; 24.18n ; cf. Jn 1.15n. Ð puissant 12.29. Ð ce serait encore trop d'honneur pour moi... : litt. je ne suis pas suffisant pour..., au sens de assez compeÂtent ou assez digne ; meÃme expression 8.8. Ð de lui oÃter : c'est le geste de l'esclave ; autre traduction de lui porter ses sandales. Ð feu v. 10,12 ; Za 13.9 ; Ml 3.2 ; 1P 1.7. fourche ou van ; on utilisait diverses sortes de pelles, de fourches ou de plateaux perceÂs pour vanner, c.-aÁ-d. secouer le ble et seÂparer le grain de la balle. L'opeÂration consistait geÂneÂralement aÁ lancer le tout en l'air pour que la balle s'envole et que le grain retombe sur l'aire ; cf. 13.30 ; Es 27.12s ; Jl 4.12s ; Ap 14.14ss. Ð son ble dans la grange : certains mss portent le ble dans la grange, le ble dans sa grange ou son ble dans sa grange. Ð feu... : cf. 5.22+. 2.22. Cf. 11.2-6 ; Jn 13.6. Evangile des eÂbionites (Epiphane, Panarion, 30,13,7s) : « S'eÂtant alors prosterne (apreÁs le bapteÃme de JeÂsus et la voix venue du ciel, cf. Lc 3.21n), Jean lui dit : ``Je te prie, Seigneur, toi aussi, baptise-moi.'' Mais JeÂsus l'empeÃcha en disant : ``Laisse, car c'est ainsi qu'il convient que tout soit accompli.'' » 5.17 ; Lc 2.21-24. Ð toute justice ou tout ce qui est juste ; la justice est pour Matthieu une fideÂlite absolue aÁ Dieu, comprise comme obeÂissance aÁ sa loi ou plus geÂneÂralement aÁ sa volonte 5.6,10,20 ; 6.1,33 ; 21.32 ; voir aussi 1.19n ; cf. Rm 1.16s ; Jc 1.20. Ð il le laissa faire, c.-aÁ-d. Jean acceÂda aÁ la requeÃte de JeÂsus. Ð Un ms latin du IVe s. ajoute : Et tandis qu'il recevait le bapteÃme, une lumieÁre intense jaillit de l'eau, de sorte que tous ceux qui eÂtaient laÁ eurent peur. les cieux s'ouvrirent Es 61.1 ; 63.19 ; Ez 1.1 ; Jn 1.33,51 ; Ac 7.56 ; 10.11-16 ; Ap 4.1 ; 19.11. Ð pour lui : cette preÂcision est absente $

$

3

Alors JeÂsus arrive de la GalileÂe au Jourdain, vers Jean, pour recevoir de lui le bapteÃme. | Mais Jean s'y opposait en disant : C'est moi qui ai besoin de recevoir de toi le bapteÃme, et c'est toi qui viens Áa moi ! | JeÂsus lui reÂpondit : Laisse faire maintenant, car il convient qu'ainsi nous accomplissions toute justice. Alors il le laissa faire. | AussitoÃt baptiseÂ, JeÂsus remonta de l'eau. Alors les cieux s'ouvrirent

$

10

$

2

Moi, je vous baptise dans l'eau, pour un changement radical ; mais celui qui vient derrieÁre moi est plus puissant que moi, et ce serait encore trop d'honneur pour moi que de lui oÃter ses sandales. Lui vous baptisera dans l'Esprit saint et le feu. | Il a sa fourche Áa la main, il nettoiera son aire, il recueilÃlera la paille lera son ble dans la grange, mais il bru dans un feu qui ne s'eÂteint pas. Mc 1.9-11 ; Lc 3.21-22 ; cf. Jn 1.29-34

14

Comme il voyait beaucoup de pharisiens et de sadduceÂens venir au bapteÃme, il leur dit : VipeÁres, qui vous a montre comment fuir la coleÁre Áa venir ? | Produisez donc un fruit digne du changement radical ; | et ne pensez pas pouvoir dire : « Nous

avons Abraham pour peÁre ! » Car je vous dis que de ces pierres Dieu peut susciter des enfants Áa Abraham. | DeÂjaÁ la hache est preÃte Áa attaquer les arbres Áa la racine : tout arbre donc qui ne produit pas de beau fruit est coupe et jete au feu. Mc 1.7-8 ; Lc 3.15-17 ; cf. Jn 1.24-28

13

Le message de Jean le Baptiseur 7

10

1249

12

13 14

$

$

15

$

$

16


1250

17

MATTHIEU 3±4

pour lui, il vit l'Esprit de Dieu descendre comme une colombe et venir sur lui. | Et une voix retentit des cieux : Celui-ci est mon Fils bien-aime ; c'est en lui que j'ai pris plaisir.

JeÂsus se retire en GalileÂe

Mc 1.14-15 ; Lc 4.14-15 ; cf. Jn 4.1-3,43-46 12 13

JeÂsus mis aÁ l'eÂpreuve par le diable Mc 1.12-13 ; Lc 4.1-13

4 Alors JeÂsus fut emmene par l'Esprit au deÂsert, 2 pour à etre mis Áa l'eÂpreuve par le diable. | ApreÁs avoir à ne quarante jours et quarante nuits, il eut jeu 3 faim. | Le tentateur vint lui dire : Si tu es Fils de Dieu, ordonne que ces pierres deviennent des 4 pains. | Il re Âpondit : Il est Âecrit : L'eÃtre humain ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu. 5 Le diable l'emmena dans la ville sainte, le plac Ëa sur 6 le haut du temple | et lui dit : Si tu es Fils de Dieu, jette-toi en bas, car il est Âecrit : Il donnera aÁ ses anges des ordres aÁ ton sujet, et ils te porteront sur leurs mains, de peur que ton pied ne heurte une pierre. 7 Je Âsus lui dit : Il est aussi Âecrit : Tu ne provoqueras pas le Seigneur, ton Dieu. 8 Le diable l'emmena encore sur une montagne treÁs haute, lui montra tous les royaumes du 9 monde et leur gloire, | et lui dit : Je te donnerai tout cela si tu tombes Áa mes pieds pour te pros10 terner devant moi. | Je Âsus lui dit : Va-t'en, Satan ! Car il est Âecrit : C'est devant le Seigneur, ton Dieu, que tu te prosterneras, et c'est Áa lui seul que tu rendras un culte. 11 Alors le diable le laissa, et des anges vinrent le servir. de certains mss. Ð l'Esprit / colombe Gn 1.2n ; voir aussi Gn 8.12-16 ; Ct 2.14 ; 5.2. 17 Es 42.1 ; Ps 2.7. Ð voix 17.5 ; Jn 12.28-30 ; cf. Dn 4.28 ; Ap 11.12. Ð mon Fils bien-aime ou mon Fils, le bien-aimeÂ. Ð c'est en lui... : autres traductions celui qui a ma faveur, celui qui m'a plu, celui qu'il m'a plu de choisir, cf. 11.26 ; 12.18 ; 17.5 ; voir aussi Jn 10.17.

14

15

16

17

Les quatre premiers disciples

Mc 1.16-20 ; cf. Lc 5.1-11 ; Jn 1.35-51 18

19 20 21

22

$

2 3

Esprit Ac 8.29,39. Ð mis aÁ l'eÂpreuve ou tente ; c'est une autre forme du meÃme verbe qui est traduite par tentateur au v. 3 ; un verbe apparente et souvent eÂquivalent est rendu par provoquer au v. 7 ; cf. 6.13 ; 16.1 ; 19.3 ; 22.18,35 ; 26.41 ; He 2.18 ; 4.15. quarante jours et quarante nuits Ex 24.18 ; 34.28 ; Dt 9.9,18 ; 1R 19.8. tentateur ou probateur, provocateur, cf. v. 1n. Ð vint lui dire : litt. s'approchant, lui dit ; cette formule et d'autres, voisines, reviennent particulieÁrement souvent chez Mt (v. 11 ; 5.1 ; 8.2,5,19,25 ; 9.14,20,28 etc.) ; certains y ont vu une marque de deÂfeÂrence (meÃme, en l'occurrence, de la part du diable) : on s'approcherait de JeÂsus comme d'un roi ou d'une diviniteÂ. Ð Fils de Dieu 3.17 ; 16.16+. Dt 8.3 ; cf. Mt 4.11n ; voir aussi Pr 9.1ss ; Sagesse 16.26 : « Par laÁ (le fleÂau de la greÃle oppose au don de la manne, dans le reÂcit de l'Exode), tes fils que tu as aimeÂs, Seigneur, devaient apprendre que ce n'est pas la production de fruits qui nourrit l'homme, mais bien ta parole qui fait subsister ceux qui croient en toi. » Le Pasteur d'Hermas , Sim. IX,11,8 : « De quoi as-tu dõÃneÂ, dit-il ? Ð J'ai dõÃneÂ, Seigneur, dis-je, des paroles du Seigneur, toute la nuit. » ville sainte ou sacreÂe 27.53 ; Ne 11.1. Ð haut : le mot grec signifie petite aile, rebord. On ignore quelle partie du temple est deÂsigneÂe : certains pensent qu'il s'agit du faõÃte d'une de ses portes. Une tradition juive difficile aÁ dater est ainsi rapporteÂe (Midrash Pesiqta 36) : « Quand le Roi, le Messie, se reÂveÂlera, il viendra se tenir sur le toit du temple. » Ps 91.11s. V. 1n ; Dt 6.16 ; cf. Ex 17.2-7 ; Nb 14.22 ; Ps 78.18 ; 95.8s. Cf. Dt 3.27 ; 34.1 ; Ap 21.10. Voir gloire . si tu tombes... : autre traduction si tu te prosternes devant moi $

4

11

$

1

$

12

13

14 15

$

16 17 18 19

$

6 7 8 9

$

pour m'adorer 2.2n,11n ; voir culte . Va-t'en, Satan ! 16.23 ; cf. 12.26n. Ð C'est devant... Dt 6.13 ; 10.20 ; 1S 7.3. Au lieu de c'est aÁ lui seul, que tu rendras un culte on pourrait traduire tu le serviras, lui seul ; mais le verbe, aÁ connotation religieuse (cf. Lc 1.74), diffeÁre de celui qui est traduit par servir au v. 11. diable Jc 4.7 ; 1P 5.9. Ð servir est probablement aÁ prendre ici dans un sens concret, comme dans servir aÁ table (8.15) ; meÃme verbe en 20.28 ; 25.44 (se mettre au service de) ; 27.55 ; cf. 20.26n ; 26.53 ; Mc 1.13 ; voir aussi 1R 19.5ss ; Lc 22.43 ; Jn 1.51 ; He 1.6,14. livre (c.-aÁ-d., en l'occurrence, arreÃte et emprisonneÂ) 17.22 ; 26.2 ; 27.2,18,26 ; cf. Lc 3.20 ; Ac 4.28. Ð JeÂsus se retira : litt. il se retira 2.12ss,22 ; 12.15 ; 14.13 ; 15.21. Ð GalileÂe v. 23,25 ; 2.22n ; 3.13 ; 28.16. Nazareth (2.23n ; les meilleurs mss portent ici Nazara, de meÃme en Lc 4.16) ; cf. Jn 4.44. Ð mer : il s'agit ici du lac de GalileÂe, aussi appele lac de TibeÂriade. CapharnauÈm se trouve sur la rive nord de ce lac. Zabulon et Nephtali eÂtaient deux anciennes tribus d'IsraeÈl installeÂes dans le nord du pays (Jos 19.10-16,32-39). propheÁte 1.22+. Es 8.23n. Ð au-delaÁ ou de l'autre coÃte du Jourdain : la meÃme expression deÂsigne ailleurs la Transjordanie, c.-aÁ-d. la reÂgion aÁ l'est du Jourdain (cf. v. 25 ; 19.1n). Ð nations ou non-Juifs , paõÈens ; le terme correspondant est celui par lequel les Juifs deÂsignaient les non-Juifs ; cf. 6.32 ; 10.5 ; 12.21 ; 20.25 ; 24.9,14 ; 25.32 ; 28.19 ; voir aussi 5.47 ; Ac 10.45n. Es 9.1. Ð assis : autre traduction qui habitait ; meÃme possibilite pour ceux qui eÂtaient assis (qui habitaient). DeÁs lors : cf. 16.21. Ð Changez radicalement... 3.2n ; 12.28. Jn 21.3 ; cf. Am 7.14. aÁ ma suite : litt. derrieÁre moi, comme en 10.38n ; 16.23ns ; voir aussi 3.11n (autres verbes, meÃme preÂposition). C'est une autre formule que le verbe traduit par suivre aux v. 20,22, ainsi qu'en 8.22+ ; cf. Mc 1.17n. Ð peÃcheurs d'humains (ou d'hommes, de gens ; cf. 5.13+) 13.47 ; Lc 5.10 ; Ac 2.41. Cf. Ga 1.16. 10.2// ; 17.1 ; 20.20// ; 27.56 ; Mc 1.29 ; 10.41 ; Lc 5.9+ ; Jn 21.2. Cf. 8.21s ; 10.37. $

$

$

5

Comme il marchait au bord de la mer de GalileÂe, il vit deux freÁres, Simon, celui qu'on appelle Pierre, et AndreÂ, son freÁre, qui jetaient un filet dans la mer Ð car ils Âetaient peÃcheurs. | Il leur dit : Venez Áa ma suite, et je vous ferai peÃcheurs d'humains. | AussitoÃt ils laisseÁrent les filets et le suivirent. | En allant plus loin, il vit deux autres freÁres, Jacques, fils de ZeÂbeÂdeÂe, et Jean, son freÁre, qui Âetaient dans leur bateau avec ZeÂbeÂdeÂe, leur peÁre, Áa reÂparer leurs filets. Il les appela : | aussitoÃt ils laisseÁrent le bateau et leur peÁre, et ils le suivirent.

$

10

$

4

Lorsqu'il eut appris que Jean avait Âete livreÂ, JeÂsus se retira en GalileÂe. | Il quitta Nazareth et vint demeurer Áa Capharnau Èm, preÁs de la mer, dans le territoire de Zabulon et de Nephtali, | afin que s'accomplisse ce qui avait Âete dit par l'entremise du propheÁte EsaõÈe : Terre de Zabulon et terre de Nephtali, route de la mer, au-delaÁ du Jourdain, GalileÂe des nations, le peuple assis dans les teÂneÁbres a vu une grande lumieÁre, et sur ceux qui Âetaient assis dans le pays, dans l'ombre de la mort, une lumieÁre s'est leveÂe. DeÁs lors JeÂsus commencËa Áa proclamer : Changez radicalement, car le reÁgne des cieux s'est approche !

20 21 22

$


MATTHIEU 4±5

JeÂsus enseigne, proclame la bonne nouvelle et gueÂrit Mc 1.39 ; Lc 4.44 ; 6.17-18

23

24

25

Il parcourait toute la GalileÂe, enseignant dans leurs synagogues, proclamant la bonne nouvelle du ReÁgne et gueÂrissant toute maladie et toute infirmite parmi le peuple. Sa renommeÂe se reÂpandit dans toute la Syrie. On lui amenait tous ceux qui souffraient, en proie Áa toutes sortes de maladies et de tourments Ð deÂmoniaques, lunatiques, paralytiques Ð et il les gueÂrit. De grandes foules le suivirent, de la GalileÂe, de la DeÂcapole, de JeÂrusalem, de la JudeÂe et de la Transjordanie.

6 7 8 9 10

11

12

Le « Sermon sur la montagne » Mc 3.13 ; Lc 6.12-13

5 2

Voyant les foules, il monta sur la montagne, il s'assit, et ses disciples vinrent Áa lui. | Puis il prit la parole et se mit Áa les instruire : Bonheurs Heureux les pauvres en esprit, car le royaume des cieux est Áa eux ! Heureux ceux qui pleurent, car ils seront consoleÂs ! Heureux ceux qui sont doux, car ils heÂriteront la terre !

3 4 5

Mc 9.50 ; Lc 14.34-35

parcourait... 9.35 ; 11.1 ; cf. Jn 18.20 ; Ac 10.38. Ð leurs synagogues 9.35 ; 10.17 ; 12.9 ; 13.54 ; 23.34 ; Mc 1.39 ; Lc 4.15. Ð bonne nouvelle (le terme a donne notre mot eÂvangile) du ReÁgne (ou royaume) de Dieu 9.35 ; 24.14 ; 26.13 ; cf. 11.5// ; Es 61.1-3. Ð gueÂrissant 8.7n.  e ou ce qu'on entendait dire de lui, cf. 14.1 ; voir 24 Sa renomme aussi 9.25+. Ð deÂmoniaques (c.-aÁ-d. posseÂdeÂs par un deÂmon) 8.16,28. Ð lunatiques : ces malades (eÂpileptiques ?) eÂtaient consideÂreÂs comme influenceÂs par les phases de la lune. Ils pouvaient aussi eÃtre regardeÂs comme deÂmoniaques (cf. 17.15, seule autre occurrence du mot ; voir aussi Ps 121.6). Ð paralytiques 9.2. Ð gueÂrit : voir 8.7n,17.  e aÁ l'est du Jourdain, autour 25 Mc 3.7s. Ð DeÂcapole : reÂgion situe d'une dizaine de villes confeÂdeÂreÂes (d'ouÁ son nom grec de DeÂcapole = dix villes) qui jouissaient depuis PompeÂe (63 av. J.-C.) d'une certaine autonomie politique. Elle eÂtait peupleÂe en grande majorite de non-Juifs de langue grecque. Ð Transjordanie : cf. v. 15n.

7

8 9

$

2

3

montagne : peut-eÃtre une des collines aÁ quelque distance du lac ; ce terme peut eÂgalement avoir une valeur symbolique (lieu de la reÂveÂlation ; voir « Quelques montagnes et reÂgions montagneuses de la Bible », p. 1314) ; cf. 8.1 ; 14.23// ; 15.29 ; 28.16 ; voir aussi 24.3 ; Ex 19 ; 1R 20 ; Es 2.2ss ; Lc 6.12,20-49 ; Jn 6.3. Ð disciples : le mot pourrait eÃtre traduit par eÂleÁves. Cf. Dt 18.18 ; Jn 7.46 ; He 1.2. Ð il prit la parole : litt. il ouvrit la bouche ; cf. 13.35n ; voir aussi 17.27 ; Ac 8.35n. Ð instruire : le meÃme verbe grec est traduit par enseigner 4.23. pauvres en esprit : selon toute vraisemblance, ceux qui ont l'esprit d'humiliteÂ, qui sentent leur pauvrete spirituelle, les humbles (cf. Es 57.15 ; 61.1 ; Ps 34.19 ; 40.18 ; Lc 4.18 ; 12.32). Une expression analogue apparaõÃt aÁ plusieurs reprises dans les eÂcrits de QumraÃn . Selon certains, il s'y trouvait eÂgalement des seÂries de beÂatitudes comparables aÁ Mt 5.3-12 (mais il s'agit de textes fragmentaires qui exigent une reconstitution). pleurent : litt. meÁnent deuil ; Es 61.2s ; Ps 126.5 ; 147.3 ; 2Co 1.3s ; Ap 7.16s ; 21.4. Certains mss intervertissent les v. 4 et 5. doux : le terme grec eÂvoque l'humiliteÂ, la modestie, la consideÂration pour autrui ; cf. 11.29 ; 21.5 ; 1P 3.4 ; terme apparente en 1Co 4.21 ; Ga 5.23 ; 6.1 ; Ep 4.2 ; Tt 3.2 ; Jc 1.21 ; 3.13 ; 1P 3.16 ; cf. Dt 4.38 ; Ps 37.9,11. DidacheÁ 3.7 : « Sois doux, car les doux recevront la terre en partage. » faim / soif : cf. Ps 107.5 ; Jn 6.35 ; Ap 7.16s. Ð justice v. 20 ; cf. Pr 21.21.

5

6

12

$

$

$

$

13

$

$

$

compatissants ou miseÂricordieux : ceux qui se laissent eÂmouvoir par les besoins des autres et leur viennent en aide (cf. 6.2n ; 9.13,36 ; 18.33 ; Lc 10.37) ; voir aussi Es 58.7-10 ; Pr 14.21 ; Jc 2.13. cúur pur Gn 20.5s ; Ps 24.3s ; 73.1 ; Ac 15.9 ; 1Tm 1.5 ; 2Tm 2.22 ; He 10.22. Ð verront Dieu Ex 24.10 ; He 12.14 ; Ap 22.4. les artisans de paix : litt. les faiseurs de paix ; terme apparente en Col 1.20 ; cf. Pr 10.10n ; 12.20 ; Lc 10.5 ; He 12.14 ; Jc 3.18. Ð fils de Dieu v. 45 ; Os 2.1 ; Rm 8.14. 1P 3.14. 10.22 ; Es 51.7 ; Jn 15.20 ; Ac 5.41 ; Jc 1.2,12 ; 1P 4.13s. Ð faussement : cette preÂcision est absente de certains mss. Ð Evangile selon Thomas 68s : « JeÂsus a dit : ``Bienheureux serez-vous quand on vous haõÈra et quand on vous perseÂcutera ; et on n'atteindra pas le lieu laÁ ouÁ on vous a perseÂcuteÂs.'' JeÂsus a dit : ``Bienheureux ceux qui ont eÂte perseÂcuteÂs dans leur cúur. Ce sont eux qui ont veÂritablement connu le PeÁre. Bienheureux, les affameÂs, car le ventre de celui qui deÂsire sera rempli.'' » reÂcompense : le terme peut aussi avoir le sens de salaire ; voir ses emplois au v. 46 ; 6.1s,5,16 ; 10.41s ; 20.8n ; Mc 9.41 ; Lc 6.23,35 ; 10.7n ; Jn 4.36n ; Ac 1.18n ; Rm 4.4n ; 1Co 3.8n ; 2Jn 8 ; Ap 11.18+. Ð propheÁtes 10.41 ; 13.17 ; 23.29-35 ; 1Th 2.15 ; He 11.32-38 ; Jc 5.10s ; cf. 2Co 12.10. sel : cf. Lv 2.13 ; Nb 18.19 ; Jb 6.6 ; Lm 2.14 ; 2Ch 13.5 ; Mc 9.50 ; Lc 14.34. Ð devient fade : le meÃme verbe a le sens de devenir fou en Rm 1.22 et, aÁ un autre mode, il est traduit par frapper de folie en 1Co 1.20. L'affadissement du sel est deÂcrit comme une chose impossible dans le Talmud . Cependant l'image eÂvoque surtout le sel peu raffine utilise dans les temps bibliques, en fait un meÂlange de sel et de gypse qui pouvait effectivement perdre son sel (au sens propre) : ne restait alors plus qu'un reÂsidu non sale ; cf. 25.29. Ð foule aux pieds : le meÃme verbe est traduit par pieÂtiner en 7.6. Ð les gens : autres traductions les humains ; les hommes (v. 16,19 ; 6.1s,5,14nss etc.). lumieÁre du monde : cf. Jn 8.12 ; Ep 5.8 ; Ph 2.15 ; voir aussi Es 42.6 ; 49.6 ; 60.1. Ð ville... Es 2.2 ; Ap 21.10s. Ð Testament de LeÂvi 14.3s : « Le ciel est plus pur que la terre : vous aussi, les flambeaux d'IsraeÈl, soyez plus purs que les nations. Mais si vous eÃtes plongeÂs dans les teÂneÁbres de l'impieÂteÂ, que feront les nations qui vivent dans l'aveuglement ? Vous attirerez alors la maleÂdiction sur notre race, car la lumieÁre de la Loi, qui a eÂte donneÂe pour illuminer tout homme, vous aurez voulu la supprimer. » Evangile selon Thomas 32s : « JeÂsus a dit : ``Une ville eÂdifieÂe sur une montagne ne peut tomber ni rester cacheÂe.'' JeÂsus a dit : ``Ce que tu entendras dans ton oreille, proclame-le sur les toits aÁ $

1

$

C'est vous qui Ãetes la lumieÁre du monde. Une ville situeÂe sur une montagne ne peut Ãetre cacheÂe.

$

10 11

$

4

C'est vous qui Ãetes le sel de la terre. Mais si le sel devient fade, avec quoi le salera-t-on ? Il n'est plus bon qu'aÁ Ãetre jete dehors et foule aux pieds par les gens. Mc 4.21 ; Lc 8.16 ; 11.33

14

23

5

Heureux ceux qui ont faim et soif de justice, car ils seront rassasieÂs ! Heureux ceux qui sont compatissants, car ils obtiendront compassion ! Heureux ceux qui ont le cúur pur, car ils verront Dieu ! Heureux les artisans de paix, car ils seront appeleÂs fils de Dieu ! Heureux ceux qui sont perseÂcuteÂs Áa cause de la justice, car le royaume des cieux est Áa eux ! Heureux Ãetes-vous lorsqu'on vous insulte, qu'on vous perseÂcute et qu'on reÂpand faussement sur vous toutes sortes de meÂchanceteÂs, Áa cause de moi. | ReÂjouissez-vous et soyez transporteÂs d'alleÂgresse, parce que votre reÂcompense est grande dans les cieux ; car c'est ainsi qu'on a perseÂcute les propheÁtes qui vous ont preÂceÂdeÂs. Sel de la terre et lumieÁre du monde

13

Lc 6.20-26

1251

14

$

$


1252 15 16

17 18

19

20

MATTHIEU 5

On n'allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau, mais on la met sur le porte-lampe, et elle brille pour tous ceux qui sont dans la maison. | Que votre lumieÁre brille ainsi devant les gens, afin qu'ils voient vos belles úuvres et glorifient votre PeÁre qui est dans les cieux. JeÂsus et la Loi Ne pensez pas que je sois venu pour abolir la Loi ou les PropheÁtes. Je ne suis pas venu pour abolir, mais pour accomplir. | Amen, je vous le dis, en effet, jusqu'aÁ ce que le ciel et la terre passent, pas un seul iota ou un seul trait de lettre de la Loi ne passera, jusqu'aÁ ce que tout soit arriveÂ. | Celui donc qui violera l'un de ces plus petits commandements et qui enseignera aux gens Áa faire de meÃme sera appele le plus petit dans le royaume des cieux, mais celui qui les mettra en pratique et les enseignera, celui-laÁ sera appele grand dans le royaume des cieux. Car, je vous le dis, si votre justice ne surpasse pas celle des scribes et des pharisiens, vous n'entrerez jamais dans le royaume des cieux.

23 24

25

26

L'adulteÁre et les pieÁges pour la foi

Mt 18.8-9 ; Mc 9.43,47-48 27 28

29

Offense et reÂconciliation

Mc 11.25 ; Lc 12.57-59 21 22

15 16 17

18

Vous avez entendu qu'il a Âete dit aux anciens : Tu ne commettras pas de meurtre ; celui qui commet un meurtre sera passible du jugement. | Mais moi, je vous dis : Quiconque se met en coleÁre contre son freÁre sera passible du jugement. Celui qui traitera l'oreille d'autrui. Car personne n'allume une lampe pour la mettre sous le boisseau, ni dans un endroit cache ; mais au contraire il la place sur un lampadaire, de facËon aÁ ce que quiconque entre et sort puisse voir la lumieÁre.'' » lampe Mc 4.21 ; Lc 8.16 ; 11.33. Cf. 6.1ss. Ð glorifient Jn 15.8 ; 1Co 10.31 ; 1Tm 5.25 ; 1P 2.12. Ð PeÁre v. 45. Ne pensez pas... 10.34 ; cf. 9.13 ; 20.28. Ð Loi / PropheÁtes : deÂsignation heÂbraõÈque courante de l'ensemble de la Bible juive (notre Ancien Testament, voir l'introduction aÁ l'Ancien Testament, p. 15) ; cf. 7.12 ; 11.13 ; 22.40 ; Rm 13.8ss ; Ga 5.14 ; voir aussi Za 7.12. Ð accomplir : le verbe grec correspondant, qui signifie d'abord remplir (cf. 13.48 ; 23.32), est utilise pour exprimer la reÂalisation des paroles des propheÁtes (1.22+ ; cf. 3.15n) aussi bien que l'obeÂissance aÁ la loi (Rm 13.8 ; Ga 5.14) ; voir aussi Es 42.21 ; Jn 10.35 ; Rm 3.31 ; 8.4. Amen : traduction traditionnelle en veÂrite ; on a ici et dans la suite (v. 26 ; 6.2,5,16 etc.) la transcription, dans le texte grec, d'un terme heÂbreu ou arameÂen qui signifie qu'il en soit ainsi ! (Dt 27.15n) ; cet emploi du terme est caracteÂristique des paroles de JeÂsus dans les eÂvangiles ; cf. Jn 1.51n ; 2Co 1.19s. Ð ciel / terre 24.35 ; Lc 16.17. Baruch 4.1 : « La Sagesse c'est le livre des commandements de Dieu, c'est la Loi qui existe pour toujours. » 4 Esdras 9.37 : « La loi, elle, ne peÂrit pas mais demeure dans sa gloire. » 2 Baruch 77.15 : « MeÃme si nous passons, la Loi demeure. » Ð pas un seul : autres traductions jamais, en aucun cas un seul... (de meÃme v. 20,26). Ð iota : nom de la plus petite lettre de l'alphabet grec, qui correspond au yod heÂbreu encore plus petit. Pour l'ideÂe, cf. Jc 2.10. violera : le verbe grec correspondant est apparente aÁ celui qui est traduit par abolir au v. 17. Autres emplois en 16.19 (deÂlier) et Ac 27.41 ; cf. Jn 5.18n. Ð plus petit : cf. 11.11n ; 1Co 15.9 (moindre). Ð les mettra en pratique (litt. les fera)... 7.24 ; Ps 119.4 ; Dn 12.3. Cf. Testament de LeÂvi 13.9 : « Quiconque enseigne cela et le met en pratique troÃnera avec les rois, comme Joseph, mon freÁre. » justice : cf. 3.15n ; Rm 10.3. Ð ne surpasse pas : litt. n'abonde pas plus que ; cf. 12.34 ; 13.12 ; 14.20n ; 25.29. Ð scribes / pharisiens 23.2ss. Ð jamais : autres traductions meÃme pas, en aucun cas. Ð royaume des cieux 3.2n ; 18.3 ; 23.13. anciens : il ne s'agit pas ici des responsables du peuple ou de l'assembleÂe, mais des anceÃtres. Cf. v. 27,31,33,38,43 ; 19.18s. Ð

30

22

$

$

$

$

19

23

$

25

26

$

$

20

27 28

$

$

$

21

Ex 20.13 ; 21.12 ; Lv 24.17 ; Nb 35.16-18 ; Dt 5.17. moi, je vous dis v. 28,32,34,39,44. Cf. 7.29. Ð coleÁre Ps 37.8 ; Ep 4.26 ; Jc 1.19s ; 1Jn 3.15. Ð jugement Rm 1.32. Ð raka : transcription, dans le texte grec, d'une insulte probablement arameÂenne, qui figure dans le Talmud et qui deÂrive sans doute d'une racine signifiant vide (teÃte creuse ?). Cf. 12.36 ; 15.11. Ð sanheÂdrin : cf. 10.17 ; 26.59 ; voir Dt 17.8n ; Mc 8.31n. Ð fou : cf. 7.26 ; 23.17 ; 25.2ss ; sur le caracteÁre moral ou religieux de cette insulte, voir Dt 32.6 ; 1Co 4.10. Ð geÂhenne : transcription grecque d'une expression heÂbraõÈque qui deÂsignait aÁ l'origine la valleÂe de Hinnom, au sud de JeÂrusalem, ancien lieu de sacrifices humains ; par la suite, lieu du chaÃtiment associe au Jugement dernier, cf. v. 29 ; 10.28 ; 23.15,33 ; cf. 2R 16.3 ; 21.6 ; 23.10 ; Jr 7.31n ; 19.4ss ; 32.34s ; 2Ch 28.3 ; 33.6 ; 1 HeÂnoch 27.2 : « Le ravin maudit (c.-aÁ-d. la geÂhenne) est destine aÁ ceux qui sont maudits pour l'eÂterniteÂ. » 4 Esdras 7.36 : « La fosse du tourment apparaõÃtra ; en face sera le lieu du repos ; on verra la fournaise de la geÂhenne, en face, le paradis de deÂlices. » Ð feu : cf. 3.12 ; Dt 32.22 ; Es 32.10 ; 66.24+ ; Mc 9.48 ; Ap 14.10 ; 1 HeÂnoch 10.13 : « Ils seront conduits dans l'abõÃme de feu, dans le tourment et dans la geoÃle de reÂclusion perpeÂtuelle. » 90.26 : « Un gouffre semblable s'eÂtait ouvert dans la terre, plein de feu. On fit comparaõÃtre les moutons aveugleÂs, et tous furent jugeÂs, reconnus coupables et preÂcipiteÂs dans ce gouffre de feu pour y bruÃler. » preÂsenter : cf. 8.4 ; voir aussi Gn 4.3. Ð autel 23.18-20 ; cf. Mc 11.25 ; 1Tm 2.8. DidacheÁ 14.2 : « Mais que celui qui a un diffeÂrend avec son compagnon ne se joigne pas aÁ vous avant de s'eÃtre reÂconcilieÂ, de peur que votre sacrifice ne soit profaneÂ. » garde (cf. 26.58// ; Jn 7.32+) ou officier, serviteur (Lc 1.2+), servant (Lc 4.20), auxiliaire (Ac 13.5) ; il s'agit ici de celui qui est charge d'exeÂcuter la sentence. Cf. Lc 12.57ss ; 1Co 6.1-9 ; Jc 5.9. pas : autres traductions jamais, en aucun cas. Ð quadrant : monnaie eÂquivalant aÁ 1/4 d'as (cf. 10.29n ; Mc 12.42n) ; voir mesures , poids et monnaies ; cf. 18.34s. V. 21n ; Ex 20.14 ; Lv 20.10 ; Dt 5.18. V. 22n. Ð une femme marieÂe ou fianceÂe, comme en 1.20,24 ; 14.3 ; cf. Ex 20.17n ; Jb 31.1 ; 2P 2.14. Ð de facËon aÁ la deÂsirer : autres traductions possibles au point de la convoiter ; pour eÂveiller son deÂsir. Ð dans son cúur : cf. v. 11 ; 6.21. 18.8s ; 1Co 9.27 ; Ga 5.24 ; Col 3.5. Ð causer ta chute 11.6n. Ð une partie de ton corps : cf. Rm 6.13n. Ð geÂhenne v. 22n. Cf. Dt 25.12. $

$

$

Vous avez entendu qu'il a Âete dit : Tu ne commettras pas d'adulteÁre. | Mais moi, je vous dis : Quiconque regarde une femme de facËon Áa la deÂsirer a deÂjaÁ commis l'adulteÁre avec elle dans son cúur. Si ton úil droit doit causer ta chute, arrache-le et jette-le loin de toi. Car il est avantageux pour toi de perdre seulement une partie de ton corps et que celui-ci ne soit pas jete tout entier dans la geÂhenne. | Si ta main droite doit causer ta chute, coupe-la et jette-la loin de toi, car il est avantageux pour toi de perdre seulement une partie de ton corps et que celui-ci n'aille pas tout entier dans la geÂhenne.

$

$

$

son freÁre de raka sera passible du sanheÂdrin. Celui qui le traitera de fou sera passible de la geÂhenne de feu. Si donc tu vas preÂsenter ton offrande sur l'autel, et que laÁ tu te souviennes que ton freÁre a quelque chose contre toi, | laisse ton offrande laÁ, devant l'autel, et va d'abord te reÂconcilier avec ton freÁre, puis viens preÂsenter ton offrande. Arrange-toi vite avec ton adversaire, pendant que tu es encore en chemin avec lui, de peur que l'adversaire ne te livre au juge, le juge au garde, et que tu ne sois mis en prison. | Amen, je te le dis, tu ne sortiras pas de laÁ avant d'avoir paye jusqu'au dernier quadrant.

$

29

$

30


MATTHIEU 5±6 40

La reÂpudiation

Mt 19.7-9 ; Mc 10.4-5,10-12 ; Lc 16.18 31 32

33 34 35 36 37

Il a Âete dit : Que celui qui reÂpudie sa femme lui donne une attestation de rupture. | Mais moi, je vous dis : Quiconque reÂpudie sa femme Ð sauf en cas d'inconduite sexuelle Ð la rend adulteÁre, et celui qui Âepouse une femme reÂpudieÂe commet l'adulteÁre. Les serments Vous avez encore entendu qu'il a Âete dit aux anciens : Tu ne te parjureras pas, mais tu t'acquitteras envers le Seigneur de tes serments. | Mais moi, je vous dis de ne pas jurer du tout : ni par le ciel, Ãne de Dieu, | ni par la terre, parce que c'est le tro parce que c'est son marchepied, ni par JeÂrusalem, parce que c'est la ville du grand roi. | Ne jure pas non plus par ta teÃte, car tu ne peux en rendre un seul cheveu blanc ou noir. | Que votre parole soit « oui, oui », « non, non » ; ce qu'on y ajoute vient du Mauvais. Lc 6.29-30

39

31 32

42

Lc 6.27-28,32-36

43 44 45

46

47

36 37

38 39

Vous avez entendu qu'il a Âete dit : Tu aimeras ton prochain et tu deÂtesteras ton ennemi. | Mais moi, je vous dis : Aimez vos ennemis et priez pour ceux qui vous perseÂcutent. | Alors vous serez fils de votre PeÁre qui est dans les cieux, car il fait lever son soleil sur les mauvais et sur les bons, et il fait pleuvoir sur les justes et sur les injustes. | En effet, si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle reÂcompense aurez-vous ? Les collecteurs des taxes eux-meÃmes n'en font-ils pas autant ? | Et si vous ne saluez que vos freÁres, que faites-vous d'extraordinaire ? Les non-Juifs euxmeÃmes n'en font-ils pas autant ? | Vous serez donc parfaits, comme votre PeÁre ceÂleste est parfait.

Vous avez entendu qu'il a Âete dit : êil pour úil, et dent pour dent. | Mais moi, je vous dis de ne pas vous opposer au mauvais. Si quelqu'un te frappe sur la

La manieÁre de donner 6 Gardez-vous de pratiquer votre justice devant les gens, pour Ãetre vus par eux, autrement vous n'aurez

Dt 24.1 ; Mt 19.3-9 ; cf. Ml 2.14ss. 19.9 ; Mc 10.11 ; Lc 16.18 ; 1Co 7.10s ; cf. Rouleau du Temple (QumraÃn ) 57.17s : « Il (le roi) ne prendra pas d'autre femme en plus, mais celle-laÁ seule sera avec lui tous les jours de sa vie. » Ecrit de Damas (QumraÃn) 4.20s : « Ils ont eÂte attrapeÂs... par la luxure... en eÂpousant deux femmes de leur vivant, alors que le principe de la nature, c'est : MaÃle et femelle, Il les creÂa. » Ð inconduite sexuelle : le mot grec porneÂia, d'ouÁ deÂrive notre mot « pornographie », vient d'un verbe grec qui signifie vendre (en particulier des prisonniers ou des prisonnieÁres). Il signifie parfois prostitution (cf. 21.31s ; Jn 8.41n ; Ap 17.1ss), mais il peut aussi s'appliquer aÁ toutes formes de rapports sexuels illicites (15.19 ; Ac 15.28s ; 1Co 5.1n ; 6.13 ; cf. Os 1.2n). Il est fort probable que Matthieu se reÂfeÁre aÁ Dt 24.1n, cite au v. 31, dont le sens a eÂte beaucoup deÂbattu dans les eÂcoles rabbiniques. Dans ce cas, il identifierait le motif de reÂpudiation (facultative ? obligatoire ?) de Dt 24 aÁ l'adulteÁre ou plus geÂneÂralement aÁ une inconduite d'ordre sexuel de la part de la femme. Certains croient cependant que le terme deÂsigne plus speÂcialement ici (et en Ac 15.28s) les unions illicites deÂcrites en Lv 18.6-18. Dans cette hypotheÁse, le texte exclurait en fait toute possibilite de reÂpudiation dans le cadre des unions licites. Ð la rend adulteÁre : autre traduction l'expose aÁ l'adulteÁre. Lv 19.12 ; Nb 30.3 ; Dt 23.22-24 ; cf. Za 8.17 ; Ps 15.4 ; 1Tm 1.10. Cf. Jc 5.12+. Ð ciel / troÃne 23.22 ; Es 66.1 ; Ps 11.4. son marchepied : litt. le marchepied de ses pieds, Es 66.1 ; Ps 99.5 ; Lm 2.1. Ð ville du grand roi Ps 48.3. Cf. 6.27. Autre traduction : Que votre oui soit oui, votre non, non 2Co 1.17 ; Jc 5.12 ; cf. Za 8.16 ; Ep 4.25. Ð du Mauvais ou du meÂchant, le meÃme mot est traduit par meÂchancete au v. 11 ; cf. v. 39,45 ; voir aussi 6.13n ; 13.19,38 ; Jn 17.15. Ex 21.24s ; Lv 24.20 ; Dt 19.21. vous opposer ou reÂsister Lc 21.15 ; Ac 13.8 ; Rm 13.2 ; Ga 2.11 ; Jc 4.7 ; 1P 5.9. Ð au mauvais : cf. v. 37+. Ð joue Es 50.6 ; Lm 3.30. Ð Sur l'ensemble, voir Pr 20.22 ; 24.29 ; Rm 12.17ss ; 1Th 5.15 ; 1P 2.21-23. Cf. DidacheÁ 1.2-5 : « Voici donc la voie de la vie : Tu aimeras d'abord Dieu qui t'a creÂeÂ, puis ton prochain comme toimeÃme, et tout ce que tu ne veux pas qu'il te soit fait, toi non plus ne le fais pas aÁ autrui. Voici l'enseignement de ces paroles : BeÂnissez ceux qui vous maudissent, priez pour vos ennemis et jeuÃnez pour ceux qui vous perseÂcutent. Quel meÂrite (le mot est habituellement traduit par graÃce ) y a-t-il en effet d'aimer ceux qui vous aiment ? Les paõÈens (ou les non-Juifs ) eux-meÃmes n'en font-ils pas autant ? Vous, aimez ceux qui vous haõÈssent et vous n'aurez pas d'ennemis. Abstiens-toi des deÂsirs charnels et corporels. Si quelqu'un te donne une gifle sur la joue droite,

tends-lui aussi l'autre et tu seras parfait. Si quelqu'un te requiert pour un mille, fais-en deux avec lui. Si quelqu'un t'enleÁve ton manteau, donne-lui aussi la tunique. Si quelqu'un te prend ton bien, ne le reÂclame pas, car tu ne le peux pas. Donne aÁ tout homme qui t'implore et ne reÂclame pas. Car le PeÁre veut qu'on fasse partager aÁ tous ses propres dons. » tunique : veÃtement de dessous, cf. Gn 37.23. Ð veÃtement : autre traduction manteau ; il s'agit du veÃtement de dessus, par opposition aÁ la tunique ; cf. Ex 22.25 ; Dt 24.12 ; comparer avec Lc 6.29s ; 1Co 6.7. te reÂquisitionne : c'eÂtait un droit exerce par les autoriteÂs romaines (cf. 27.32//). Ð un mille : preÁs de 1 500 meÁtres (voir mesures ). Dt 15.7ss ; Ps 37.21,26 ; Pr 21.26. Lv 19.18 (Mt 22.39) ; voir aussi Dt 7.2 ; 23.7 ; 30.7 ; Ps 5.5 ; 26.5 ; 31.7 ; 119.113ss ; 139.19ss ; 2Ch 19.2 ; Rm 5.10 ; 2Th 3.15 ; ReÁgle de la Communaute (QumraÃn ) 1.3s : « Pour aimer tout ce qu'Il a eÂlu et pour haõÈr tout ce qu'Il a meÂpriseÂ. » 1.9ss : « Afin qu'ils aiment tous les fils de lumieÁre... et afin qu'ils haõÈssent tous les fils de teÂneÁbres, chacun selon sa faute, dans la Vengeance de Dieu. » ApreÁs vos ennemis, certains mss portent un texte plus long : beÂnissez ceux qui vous maudissent, faites du bien aÁ ceux qui vous deÂtestent, priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous perseÂcutent. Cf. Lc 6.27s. Voir Ex 23.4s ; Lv 19.34 ; Jb 31.28s ; Pr 24.17 ; 25.21 ; Ac 7.60 ; 1P 3.9 ; Testament de Joseph 18.2 : « Si quelqu'un cherche aÁ vous nuire, vous, en faisant le bien, priez pour lui, et vous serez libeÂreÂs de tout mal par le Seigneur. » Testament de Benjamin 4.3 : « Quand bien meÃme voudraient-ils lui nuire, c'est en faisant le bien qu'il vainc le mal, proteÂge qu'il est par Dieu ; mais les justes, il les aime comme lui-meÃme. » 22.10 ; Ps 145.9 ; Lc 6.35 ; Ac 14.17 ; Ep 5.1. Ð mauvais ou meÂchants : cf. v. 37+ ; 7.11 ; 12.34s ; 13.49. aurez-vous : litt. avez-vous, de meÃme en 6.1. Ð collecteurs des taxes 9.9ss ; 10.3 ; 11.19 ; 18.17 ; 21.31s ; voir Mc 2.14n,15n. non-Juifs ou paõÈens 18.17 ; cf. 4.15n. Autres traductions : Soyez donc parfaits ou accomplis... Cf. 19.21 ; Lv 19.2+ ; Dt 18.13 ; 1Co 14.20 ; Col 3.14.

$

33 34 35

joue droite, tends-lui aussi l'autre. | Si quelqu'un veut te faire un proceÁs pour te prendre ta tunique, laisse-lui aussi ton veÃtement. | Si quelqu'un te reÂquisitionne pour faire un mille, fais-en deux avec lui. | Donne Áa celui qui te demande, et ne te deÂtourne pas de celui qui veut t'emprunter quelque chose. L'amour et les ennemis

48

La vengeance

38

41

1253

40

41

$

42 43

$

44

$

$

$

45 46 47 48

$

$

$

6

$

 signe ici la pratique 1 pratiquer : litt. faire. Ð Le mot justice de des úuvres religieuses chez les Juifs : l'aumoÃne, la prieÁre, le jeuÃne. Cf. v. 5,16 ; 5.20 ; 23.5 ; Lc 16.15 ; Jn 5.44 ; voir aussi Dn 4.24n. Evangile selon Thomas 6 : « Ses disciples l'interrogeÁrent et lui dirent : ``Veux-tu que nous jeuÃnions ? Et comment prierons-nous ? Donnerons-nous l'aumoÃne ? Et pour ce qui concerne la nourriture, quelles normes observerons-nous ?'' JeÂsus dit : ``Ne dites pas de mensonges, et ne faites pas ce que vous haõÈssez, puisque tout est deÂvoile devant le ciel. Car $

$


1254

MATTHIEU 6

Le Qaddish Une prieÁre de la synagogue, appeleÂe Qaddish (de la racine arameÂenne correspondant au terme « sanctifier » ou « reconnaõÃtre pour sacre »), a souvent eÂte rapprocheÂe du « Notre PeÁre ». Elle eÂtait peut-eÃtre deÂjaÁ en usage, sous une forme primitive, au temps des eÂvangiles : Qu'il soit magnifie et sanctifie son nom grand dans le sieÁcle (ou : le monde), qu'il a creÂe suivant son bon plaisir ; qu'il fasse reÂgner son reÁgne et germer sa reÂdemption et qu'il introduise son Messie et qu'il racheÁte son peuple, en vos vies et en vos jours et dans les jours de toute la maison d'IsraeÈl, aÁ l'instant et dans un temps proche. Et qu'on dise « amen » ! Qu'il soit beÂni, loueÂ, glorifieÂ, eÂleveÂ, exalteÂ, louangeÂ, chante et eÂleve le nom du Saint, beÂni soit-il ! au dessus et plus haut que toute beÂneÂdiction, cantique, louange, consolation, qu'on prononce dans le sieÁcle. Et qu'on dise « amen » ! Que votre prieÁre soit accueillie et que votre supplication soit reÂaliseÂe, avec la supplication de toute la maison d'IsraeÈl, devant notre PeÁre dans le ciel ! Que le ciel produise une grande paix, secours, reÂdemption, eÂlargissement, vie, rassasiement, salut, consolation, deÂlivrance, gueÂrison, rachat, dilatation et libeÂration pour vous et pour nous et pour toute la communaute de toute la maison d'IsraeÈl, pour la vie et la paix. Et qu'on dise « amen » !

2

3 4

5

6

pas de reÂcompense aupreÁs de votre PeÁre qui est dans les cieux. | Quand donc tu fais un acte de compassion, ne sonne pas de la trompette devant toi, comme les hypocrites le font dans les synagogues et dans les rues, afin d'eÃtre glorifieÂs par les gens. Amen, je vous le dis, ils tiennent laÁ leur reÂcompense. Mais quand tu fais un acte de compassion, que ta main gauche ne sache pas ce que fait ta main droite, afin que ton acte de compassion se fasse dans le secret ; et ton PeÁre, qui voit dans le secret, te le rendra. La manieÁre de prier Lorsque vous priez, ne soyez pas comme les hypocrites, qui se plaisent Áa prier debout dans les synagogues et aux coins des grandes rues, pour se montrer aux gens. Amen, je vous le dis, ils tiennent laÁ leur reÂcompense. | Mais toi, quand tu pries, entre dans la pieÁce la plus reti-

il n'y a rien de cache qui ne sera manifeste et rien de couvert qui restera sans eÃtre deÂvoileÂ.'' » Ð vous n'aurez pas... 5.46n.  rive de celui qui si2 Le mot traduit par acte de compassion est de gnifie compassion, cf. 5.7n ; dans le grec parle par la communaute juive au Ier s. apr. J.-C., il s'eÂtait speÂcialise pour deÂsigner les dons aux pauvres ; c'est lui qui a donne notre mot aumoÃne ; cf. Rm 12.8 ; 1Co 13.3 ; Ph 2.1ss ; voir aussi Tobit 4.7-11 : « Que ton regard soit sans regrets quand tu fais l'aumoÃne. Ne deÂtourne jamais ta face d'un pauvre, et la face de Dieu ne se deÂtournera pas de toi. Fais l'aumoÃne suivant ce que tu as, selon l'importance de tes biens. Si tu as peu, ne crains pas de faire l'aumoÃne selon le peu que tu as : c'est un beau treÂsor que tu te constitues pour le jour de la deÂtresse, parce que l'aumoÃne deÂlivre de la mort et empeÃche d'aller dans les teÂneÁbres ; en effet, pour tous ceux qui la font, l'aumoÃne est une belle offrande aux yeux du TreÁs-Haut. » Siracide 35.4 : « Faire l'aumoÃne, c'est offrir un sacrifice de louange. » Ð hypocrites v. 5,16 ; 7.5 ; 15.7 ; 22.18 ; 23.13ss,25ss ; 24.51 ; Mc 12.15 ; Lc 6.42+ ; le terme grec hupokriteÁs eÂvoquait aÁ l'origine les acteurs de theÂaÃtre qui portaient un masque sur sceÁne ; il en est venu aÁ s'appliquer, sur le plan moral, aÁ toutes sortes de faux-semblants (cf. l'emploi peÂjoratif de notre mot comeÂdien) ; dans le domaine religieux, il eÂvoque en particulier la pieÂte feinte (v. 1,5,16) ; dans certains milieux juifs il est devenu pratiquement eÂquivalent d'impie (certaines versions grecques l'emploient pour le mot heÂbreu rendu par profanation en Es 32.6). Le mot correspondant aÁ hypocrisie deÂsigne en 2 MaccabeÂes 6.25 la « dissimulation » consistant aÁ feindre de transgresser la loi divine, sans la transgresser reÂellement, pour eÂviter le chaÃtiment dans un contexte de perseÂcution. Ð glorifieÂs : cf. 5.16 ; 9.8 ; 15.31. Ð Amen 5.18n. Á ceux qui 3 Cf. Evangile selon Thomas 62 : « JeÂsus a dit : ``C'est a sont dignes de mes mysteÁres que je dis mes mysteÁres. Ce que ta main droite fera, que ta main gauche ne sache pas ce qu'elle

7 8

Le « Notre PeÁre » Lc 11.2-4

9

10

11

4

5 6

$

7

fait.'' » Ps 139.2 ; Lc 14.14. Ð le secret ou ce qui est cacheÂ. MeÃme terme 10.26// ; un verbe apparente est traduit par cacher en 5.14 ; 11.25 ; 13.35,44 ; 25.18,25 ; voir aussi Rm 2.29. V. 1+ ; Lc 18.11. 2R 4.33 ; Ac 10.31 ; cf. Es 26.20. Ð la pieÁce la plus retireÂe ou la remise, la reÂserve, cf. 24.26 ; le meÃme terme est traduit par cellier Lc 12.24. Cf. Testament de Joseph 3.3 : « J'entrai dans ma chambre et, en pleurant, je priai le Seigneur. » ne multipliez pas les paroles ou ne rabaÃchez pas ; le verbe grec correspondant n'apparaõÃt qu'ici dans le N.T. ; cf. 1R 18.26 ; Es 1.15 ; Ec 5.1 ; Siracide 7.14 : « Ne reÂpeÁte pas tes paroles dans ta prieÁre. » Ð non-Juifs : cf. 4.15n. V. 32. Cf. DidacheÁ 8.2s : « Ne priez pas non plus comme les hypocrites, mais comme le Seigneur vous l'a ordonne dans son eÂvangile, priez de cette manieÁre : ``Notre PeÁre qui es au ciel... pardonnenous notre offense (ou : remets-nous notre dette)... car c'est aÁ toi qu'appartiennent la puissance et la gloire dans les sieÁcles (ou : pour toujours).'' Priez de cette manieÁre trois fois par jour. » Ð Notre PeÁre 5.16 ; 7.11 ; 23.9 ; cf. Dt 14.1 ; 32.6 ; 2S 7.14 ; Es 63.16 ; 64.7s ; Jr 3.4,19 ; 31.9 ; Os 11.1ss ; Ml 1.6 ; 2.10 ; Ps 89.27 ; 103.13 ; Tobit 13.4 : « Il est notre Seigneur, notre Dieu, notre PeÁre. » Siracide 23.1ss : « Seigneur, PeÁre et MaõÃtre de ma vie... PeÁre et Dieu de ma vie... » Rm 8.15 ; Ga 4.6 ; 1P 1.17. Ð Que ton nom soit reconnu pour sacre (ou saint , traduction traditionnelle sanctifieÂ) : cf. Es 29.23 ; Ez 36.23 ; voir aussi Ml 1.6 ; Jn 12.28 ; 17.6. reÁgne ou royaume 3.2n ; Lc 17.20 ; Ac 1.3,6 ; Rm 14.17. Ð volonte 7.21 ; 12.50 ; 26.42//. notre pain pour ce jour : autres traductions notre pain de demain (cf. v. 34) ou, selon certains, du jour (dernier) qui vient ; ou encore le pain dont nous avons besoin ; cf. Ex 16.4n ; Pr 30.8 ; Jn 6.32. $

$

8 9

$

$

$

$

$

$

$

Voici donc comment vous devez prier : Notre PeÁre qui es dans les cieux ! Que ton nom soit reconnu pour sacreÂ, que ton reÁgne vienne, que ta volonte advienne Ð sur la terre comme au ciel. Donne-nous, aujourd'hui, notre pain pour ce jour ;

$

$

$

reÂe, ferme la porte et prie ton PeÁre qui est dans le secret ; et ton PeÁre, qui voit dans le secret, te le rendra. En priant, ne multipliez pas les paroles, comme les non-Juifs, qui s'imaginent qu'aÁ force de paroles ils seront exauceÂs. | Ne faites pas comme eux, car votre PeÁre sait de quoi vous avez besoin avant que vous le lui demandiez.

10 11


MATTHIEU 6 12

13 14 15

16

17 18

remets-nous nos dettes, comme nous aussi nous l'avons fait pour nos deÂbiteurs ; ne nous fais pas entrer dans l'eÂpreuve, mais deÂlivre-nous du Mauvais. Si vous pardonnez aux gens leurs fautes, votre PeÁre ceÂleste vous pardonnera, Áa vous aussi, | mais si vous ne pardonnez pas aux gens, votre PeÁre ne vous pardonnera pas non plus vos fautes. La manieÁre de jeuÃner Ãnez, ne prenez pas un air somLorsque vous jeu bre, comme les hypocrites ; ils arborent un visage Ãnent. Amen, deÂfait pour montrer aux gens qu'ils jeu je vous le dis, ils tiennent laÁ leur reÂcompense. | Mais Ãnes, parfume-toi la teÃte et lave-toi toi, quand tu jeu Ãnes aux le visage, | afin de ne pas montrer que tu jeu gens, mais Áa ton PeÁre qui est laÁ, dans le secret ; et ton PeÁre, qui voit, laÁ, dans le secret, te le rendra.

L'úil, lampe du corps Lc 11.34-36

22 23

Lc 16.13

24

20 21

12

Á les Ne vous amassez pas de treÂsors sur la terre, ou Á les voleurs fractuvers et la rouille deÂtruisent et ou rent pour voler. | Amassez-vous plutoÃt des treÂsors Á ni vers ni rouille ne deÂtruisent et dans le ciel, laÁ ou Á Á les voleurs ne fracturent ni ne volent. | Car laÁ ou ou est ton treÂsor, laÁ aussi sera ton cúur. remets-nous nos dettes, c.-aÁ-d. pardonne-nous nos fautes (voir peÂche ) v. 14s ; 18.21-35. Cf. Siracide 28.2 : « Pardonne aÁ ton prochain l'injustice commise ; alors, quand tu prieras, tes peÂcheÂs seront remis. » dans l'eÂpreuve ou en tentation, cf. 4.1n ; autre traduction : ne nous conduis pas aÁ l'eÂpreuve ; certains comprennent ne nous laisse pas emporter vers la tentation ou fais que nous n'entrions pas en tentation, 26.41// ; 2P 2.9 ; cf. Ex 16.4 ; Dt 8.2,16 ; 13.4 ; 33.8 ; Jg 2.22 ; voir aussi Ac 20.19 ; Jc 1.12ss ; Ap 2.10. Ð Mauvais ou mal : cf. 5.37 ; 13.19,38 ; Lc 22.31s ; Jn 17.15+ ; 2Th 3.3 ; 2Tm 4.18. Ð Quelques mss tardifs ajoutent aÁ la fin du v. : Car c'est aÁ toi qu'appartiennent le reÁgne (ou le royaume), la puissance et la gloire pour toujours. Amen ; cf. 1Ch 29.11-13 ; 1Co 14.16 ; Ap 5.13. Ð Cf. DidacheÁ 10.5 : « Souviens-toi, Seigneur, de ton Eglise, pour la deÂlivrer de tout mal et la parfaire dans ton amour. Et rassemble-la des quatre vents, cette Eglise sanctifieÂe, dans ton royaume que tu lui as preÂpareÂ. Car c'est aÁ toi qu'appartiennent la puissance et la gloire dans les sieÁcles ! » (voir aussi v. 9n). aux gens : autres traductions aux humains ; aux hommes ; cf. v. 1,2,5 ; 5.13+ ; 12.31. Ð fautes : cf. v. 12 ; Mc 11.25s ; Ep 4.32 ; Col 3.13. Jc 2.13. Es 58.3-8 ; Za 7.5 ; cf. Lc 24.17. DidacheÁ 8.1 : « Que vos jeuÃnes n'aient pas lieu en meÃme temps que ceux des hypocrites. Ils jeuÃnent en effet le deuxieÁme et le cinquieÁme jour de la semaine (lundi et jeudi) ; vous donc jeuÃnez le quatrieÁme jour et le jour de la preÂparation (mercredi et vendredi). » Ð arborent... deÂfait : le meÃme verbe grec est traduit par deÂtruire aux v. 19s. Il est de la meÃme racine que celui qui est traduit ici par montrer, de sorte qu'on a aÁ peu preÁs le jeu de mots suivant : ils se deÂparent pour mieux paraõÃtre. 2S 12.20 ; Ec 9.8. Ð parfume-toi... ou mets-toi de l'huile parfumeÂe sur la teÃte. Cf. Testament de Joseph 3.4 : « Pendant ces sept anneÂes, je jeuÃnai, et l'Egyptien croyait que je vivais dans les plaisirs, car ceux qui jeuÃnent aÁ cause de Dieu ont un visage gracieux. » Cf. Jc 4.10. Ð aux gens : autre traduction aux humains. Ð laÁ, dans le secret : le terme est leÂgeÁrement diffeÂrent de celui qui est employe v. 4,6. Ð Evangile selon Thomas 27 : « Si vous ne jeuÃnez pas par rapport au monde, vous ne trouverez pas le Royaume. Si vous ne faites pas du sabbat un sabbat, vous ne verrez pas le PeÁre. » amassez : le verbe grec, apparente au mot traduit par treÂsors, a donne notre verbe theÂsauriser. Cf. Es 51.8 ; Jc 5.2s ; Siracide 29.11s : « Dispose de ton treÂsor selon les preÂceptes du TreÁsHaut : ainsi te sera-t-il plus profitable que l'or. Enferme tes aumoÃnes dans tes greniers ; ce sont elles qui te deÂlivreront de tout

Lc 12.22-32

26

27

$

13

14

15 16

17

20

21 22

malheur. » Ð rouille : traduction incertaine ; il pourrait aussi s'agir d'un insecte destructeur (comme les vers). Ð fracturent : litt. percent, creusent p. ex. les murs en torchis des maisons orientales, ou le sol ouÁ sont enfouis les treÂsors ; cf. 24.43 ; Ex 22.1n ; Jb 24.16. 19.21// ; cf. 13.46n ; Jb 22.24-27 ; Col 3.1s ; 1Tm 6.19 ; He 10.34. Cf. 4 Esdras 7.77 : « Le treÂsor de tes úuvres repose aupreÁs du TreÁsHaut, mais il ne te sera pas montre avant les derniers temps. » cúur : cf. 5.11,28. Ep 1.18 ; cf. Jn 1.38n. Ð bon : litt. simple ; le terme peut aussi signifier geÂneÂreux, sans arrieÁre-penseÂe, cf. Rm 12.8n ; 2Co 8.2n ; Jc 1.5n ; voir aussi Pr 22.9n. Testament de Benjamin 4.2 : « L'homme bon n'a pas un úil aveugle par les teÂneÁbres, car il a pitie de tous, meÃme des peÂcheurs. Quand bien meÃme voudraient-ils lui nuire, c'est en faisant le bien qu'il vainc le mal, proteÂge qu'il est par Dieu ; mais les justes, il les aime comme lui-meÃme. » mauvais : l'úil mauvais eÂvoque souvent l'avarice, opposeÂe aÁ la geÂneÂrosite ; cf. 20.15n ; Dt 15.9n ; Pr 23.6n ; Mc 7.22n. Ð Le mot grec traduit par teÂneÁbres est toujours au singulier. eÃtre esclave de ou servir ; le verbe grec correspondant eÂvoque effectivement la condition d'esclave (cf. Jn 8.33). Ð maõÃtres ou seigneurs 1R 18.21 ; Lc 14.26 ; Jn 8.33 ; Ga 1.10. Ð Mamon : autre traduction l'Argent ; transcription, en grec (eÂgalement Lc 16.9,11,13), d'un terme arameÂen atteste dans quelques textes juifs au sens d'argent, biens, possessions ; on le retrouve en particulier dans des eÂcrits de QumraÃn . Du fait qu'il est simplement transcrit en grec, on peut penser qu'il est pris ici comme un nom propre et qu'il personnifie l'argent comme une sorte de divinite ; l'amour de l'argent serait ainsi deÂnonce comme une forme d'idolaÃtrie. Ð Evangile selon Thomas 47 : « Il est impossible pour un homme de monter en meÃme temps deux chevaux ou de bander deux arcs ; et il est impossible pour un serviteur de servir deux maõÃtres, autrement il honorera l'un et offensera l'autre... » (suit l'image du vin nouveau et des vieilles outres, cf. 9.16 ; Lc 5.39n). Ne vous inquieÂtez pas Ph 4.6 ; 1Tm 6.6,8 ; 1P 5.7. Evangile selon Thomas 36 : « JeÂsus a dit : ``Ne vous inquieÂtez pas du matin au soir ni du soir au matin de ce que vous veÃtirez.'' Ses disciples dirent : ``Quand est-ce que tu te manifesteras aÁ nous et quand pourrons-nous te voir ?'' JeÂsus reÂpondit : ``Lorsque, pareils aÁ de petits enfants, vous vous deÂshabillerez sans avoir honte et que vous prendrez vos veÃtements et les pieÂtinerez, c'est alors que vous verrez le fils du Vivant ; et vous n'aurez pas peur.'' » Ð vie : sur le mot grec correspondant, voir 10.28n. Ð ou de ce que vous boirez : cette preÂcision est absente de certains mss. 10.29-31// ; Ps 147.9 ; Jb 12.7-10 ; 38.41. $

$

23

24

$

$

$

25

$

$

19

C'est pourquoi je vous dis : Ne vous inquieÂtez pas, pour votre vie, de ce que vous mangerez ou de ce que vous boirez, ni, pour votre corps, de ce dont vous serez veÃtus. La vie n'est-elle pas plus que la nourriture, et le corps plus que le veÃtement ? Regardez les oiseaux du ciel : ils ne seÁment pas, ils ne moissonnent pas, ils ne recueillent rien dans des granges, et votre PeÁre ceÂleste les nourrit. Ne valezvous pas beaucoup plus qu'eux ? | Qui de vous peut,

$

$

18

Personne ne peut Ãetre esclave de deux maõÃtres ; en effet, ou bien on deÂtestera l'un et on aimera l'autre, ou bien on s'attachera Áa l'un et on meÂprisera l'autre. Vous ne pouvez Ãetre esclaves de Dieu et de Mamon. L'inquieÂtude

Lc 11.33-34

19

L'úil est la lampe du corps. Si ton úil est bon, tout ton corps sera illumineÂ, | mais si ton úil est mauvais, tout ton corps sera dans les teÂneÁbres. Si donc la lumieÁre qui est en toi est teÂneÁbres, combien sont grandes les teÂneÁbres ! Dieu ou l'argent

25

Des treÂsors dans le ciel

1255

$

26


1256

28

29 30

31

32 33

34

MATTHIEU 6±7

par ses inquieÂtudes, rallonger tant soit peu la dureÂe de sa vie ? Et pourquoi vous inquieÂter au sujet du veÃtement ? Observez comment poussent les lis des champs : ils ne travaillent pas, ils ne filent pas ; et pourtant je vous dis que pas meÃme Salomon, dans toute sa gloire, n'a Âete veÃtu comme l'un d'eux. | Si Dieu habille ainsi l'herbe des champs qui est laÁ aujourd'hui et demain sera jeteÂe au four, ne le ferat-il pas Áa bien plus forte raison pour vous, gens de peu de foi ? Ne vous inquieÂtez donc pas, en disant : « Qu'allons-nous manger ? » Ou bien : « Qu'allons-nous boire ? » Ou bien : « De quoi allons-nous nous veÃtir ? » | Ð tout cela, c'est ce que les gens de toutes les nations recherchent sans relaÃche Ð car votre PeÁre ceÂleste sait que vous en avez besoin. | Cherchez d'abord le reÁgne de Dieu et sa justice, et tout cela vous sera donne par surcroõÃt. Ne vous inquieÂtez donc pas du lendemain, car le lendemain s'inquieÂtera de lui-meÃme. A chaque jour suffit sa peine.

d'abord la poutre de ton úil ! Alors tu verras Ãter la paille de l'úil de ton freÁre. comment o 6

Demander, chercher, frapper Lc 11.9-13

7 8 9 10 11

Lc 6.31

7 Ne jugez pas, afin de ne pas Ãetre jugeÂs. | Car c'est avec le jugement par lequel vous jugez qu'on vous jugera, et c'est avec la mesure Áa laquelle vous 3 mesurez qu'on mesurera pour vous. | Pourquoi regardes-tu la paille qui est dans l'úil de ton freÁre, et ne remarques-tu pas la poutre qui est dans ton 4 úil ? | Ou bien comment peux-tu dire Á a ton freÁre : Ãter la paille de ton úil », alors que « Laisse-moi o 5 dans ton úil il y a une poutre ? | Hypocrite, o Ãte rallonger tant soit peu : litt. ajouter une coudeÂe aÁ (voir mesures ) ; le mot grec traduit par la dureÂe de sa vie pourrait aussi signifier stature ou taille ; cf. Lc 2.52n ; voir aussi Ps 39.5 ; Mc 8.36s//. Es 40.6-8 ; Ps 90.5s ; 103.15. Ð travaillent ou peinent, cf. 11.28n. Salomon, dans toute sa gloire : cf. 1R 10.4-7 ; 2Ch 9.13-28. gens de peu de foi 8.26 ; 14.31 ; 16.8 ; 17.20. V. 25. V. 7s ; 10.9s ; Ps 33.18. Ð les gens de toutes les nations : autres traductions les non-Juifs , les paõÈens 4.15n. le reÁgne ou le royaume (3.2n) ; la preÂcision de Dieu est absente de certains mss. Cf. v. 10s ; Rm 14.17. Ð justice : cf. 3.15n ; 5.6,10,20. Ð donne par surcroõÃt : litt. ajoute ; cf. Mc 4.24 ; 10.29s ; voir aussi Ps 34.11 ; 37.4,25. V. 11n ; Pr 27.1 ; Jc 4.13s. Ð sa peine : autre traduction son mal ; le meÃme terme est traduit par malfaisance en Rm 1.29 ; 1Co 5.8 etc.

12

Lc 13.23-24

13 14

7 2 3 4 5

1 Ne jugez pas : autre traduction cessez de juger, Jn 8.7-11 ; Rm 2.1-3 ; 14.4,10 ; 1Co 4.5 ; 5.12 ; Jc 2.12s ; 4.11s ; 5.9. on vous jugera : litt. vous serez jugeÂs, passif qui sous-entend probablement par Dieu ; cf. Ez 7.27 ; Mc 4.24 ; Lc 6.38 ; Jc 2.13. regardes-tu ou vois-tu : cf. v. 5n. peux-tu dire : litt. dis-tu. Ð oÃter : le meÃme verbe est traduit par chasser au v. 22. verras : le verbe employe au v. 3 (Pourquoi regardes-tu...) est ici renforce par un preÂfixe (voir Mc 8.24s ouÁ les deux meÃmes verbes apparaissent). On pourrait traduire : tu verras assez clair pour oÃter... Cf. Ga 6.1. Evangile selon Thomas 26 : « JeÂsus a dit : ``La paille qui est dans l'úil de ton freÁre, tu la vois, mais la poutre qui est dans le tien, tu ne la vois pas. Quand tu auras enleve la poutre de ton úil, alors tu verras assez bien pour enlever la paille de celui de ton freÁre.'' » 10.11-14,16 ; 15.26 ; Pr 9.7 ; Ac 13.46 ; Ph 3.2 ; Ap 22.15. Ð sacre ou saint : cf. Ex 29.33 ; Lv 22.10. Ð chiens / cochons : animaux impurs (voir pur , impur) dans le judaõÈsme (cf. Mc 7.27n) ; voir aussi Mt 8.30ss ; 2P 2.22. Ð pieÂtinent : meÃme verbe 5.13n ; Lc 8.5 ; He 10.29. Ð DidacheÁ 9.5 : « Que personne ne mange ni ne

7

$

11 12

$

$

$

$

$

$

13

$

6

boive de votre eucharistie (ou : de votre action de graÃce, de ce dont vous avez rendu graÃce ) en dehors de ceux qui sont baptiseÂs au nom du Seigneur. Car le Seigneur a dit aÁ ce sujet : ``Ne donnez pas ce qui est saint aux chiens.'' » Evangile selon Thomas 93 : « Ne donnez pas aux chiens ce qui est sacreÂ, de peur qu'ils ne le jettent au fumier ; ne jetez pas les perles aux porcs, de peur qu'ils n'en fassent... » (la fin de la sentence a disparu). Cf. v. 2n ; 18.19 ; 21.22 ; Jr 29.13s ; Pr 8.17 ; Mc 11.24 ; Jn 14.13 ; Jc 1.5s ; 1Jn 3.22. Evangile selon Thomas 2 : « JeÂsus a dit : ``Que celui qui cherche ne cesse pas de chercher, jusqu'aÁ ce qu'il trouve. Et, quand il aura trouveÂ, il sera trouble ; quand il sera troubleÂ, il sera eÂmerveilleÂ, et il reÂgnera sur le Tout.'' » 92 : « JeÂsus a dit : ``Cherchez, et vous trouverez ; mais ce que vous m'aviez demande jadis et que je ne vous avais pas dit en ces jours-laÁ, maintenant il me plaõÃt de le dire, mais vous ne le cherchez pas.'' » 94 : « JeÂsus a dit : ``Celui qui cherche trouvera, et aÁ celui qui frappe, on ouvrira.'' » Ps 86.5 ; Jc 1.17. Ð qui le lui demandent : litt. qui lui demandent, cf. Lc 11.13n. Ac 15.20n ; cf. Tobit 4.15 : « Ce que tu n'aimes pas, ne le fais aÁ personne. » Siracide 31.15 (heÂbreu) : « Regarde ton voisin comme toi-meÃme et reÂfleÂchis aÁ tout ce que tu deÂtestes. » Ð Loi / PropheÁtes 5.17n. Cf. Dt 30.15-20 ; voir aussi Jr 21.8 ; DidacheÁ 1.1 : « Il y a deux voies : l'une de la vie et l'autre de la mort ; mais la diffeÂrence est grande entre les deux voies. » Ð porte eÂtroite : cf. 19.24 ; Lc 13.23-24n ; 14.33 ; Jn 10.9. Ð large... : certains mss portent large et spacieux est le chemin qui meÁne aÁ la perdition ; cf. Pr 14.12 ; 16.25. Ð qui meÁnent ou qui meÁne (cf. v. 14n). Ð beaucoup Ep 2.2s ; 1Jn 5.19. Es 30.21 ; Jr 6.16 ; Ps 16.11. Ð resserre : le mot grec est apparente aÁ celui qui est habituellement traduit par deÂtresse (traditionnellement tribulation) et qui eÂvoque l'ideÂe d'oppression ; cf. 24.9n ; Ac 14.22 ; 1Th 3.3n ; 4 Esdras 7.6ss : « Suppose encore une ville bien baÃtie et situeÂe sur un terrain plat, remplie de toutes sortes de bien. Mais son acceÁs est eÂtroit et situe en un lieu escarpe : aÁ droite, il y a du feu et aÁ gauche une eau profonde. Entre le feu et l'eau, il n'y a qu'un sentier, pas plus large que $

$

$

34

Entrez par la porte Âetroite ; car large est la porte et spacieux le chemin qui meÁnent Áa la perdition, et il y en a beaucoup qui entrent par laÁ. | Mais Âetroite

$

$

33

Tout ce que vous voulez que les gens fassent pour vous, vous aussi, faites-le de meÃme pour eux : c'est laÁ la Loi et les PropheÁtes. La porte eÂtroite

$

28 29 30 31 32

Demandez, et l'on vous donnera ; cherchez, et vous trouverez ; frappez, et l'on vous ouvrira. | Car quiconque demande recËoit, qui cherche trouve, et Áa qui frappe on ouvrira. | Si son fils lui demande du pain, quel est parmi vous celui qui lui donnera une pierre ? | Ou bien, s'il demande un poisson, lui donnera-t-il un serpent ? | Si donc vous, tout en Âetant mauvais, vous savez donner de bonnes choses Áa vos enfants, Áa combien plus forte raison votre PeÁre qui est dans les cieux donnera-t-il de bonnes choses Áa ceux qui le lui demandent ! Comment traiter les autres

La paille et la poutre

Lc 6.37-42

27

Les perles aux cochons Ne donnez pas ce qui est sacre aux chiens et ne jetez pas vos perles devant les cochons, de peur qu'ils ne les pieÂtinent et ne se retournent contre vous pour vous laceÂrer.

14

$

$

$


MATTHIEU 7±8

est la porte et resserre le chemin qui meÁnent Áa la vie, et il y en a peu qui les trouvent. L'arbre et ses fruits

26

Lc 6.43-44 15 16

17 18 19 20

25

Gardez-vous des propheÁtes de mensonge. Ils viennent Áa vous deÂguiseÂs en moutons, mais au dedans ce sont des loups voraces. | C'est Áa leurs fruits que vous les reconnaõÃtrez. Cueille-t-on des raisins sur des Âepines, ou des figues sur des chardons ? | Tout bon arbre produit de beaux fruits, tandis que l'arbre malade produit de mauvais fruits. Un bon arbre ne peut produire de mauvais fruits, ni un arbre malade produire de beaux fruits. | Tout arbre qui ne produit pas de beau fruit est coupe et jete au feu. | C'est donc Áa leurs fruits que vous les reconnaõÃtrez.

27

construit sa maison sur le roc. | La pluie est tombeÂe, les torrents sont venus, les vents ont souffle et se sont preÂcipiteÂs sur cette maison : elle n'est pas tombeÂe, car elle Âetait fondeÂe sur le roc. | Mais quiconque entend de moi ces paroles et ne les met pas en pratique sera comme un fou qui a construit sa maison sur le sable. | La pluie est tombeÂe, les torrents sont venus, les vents ont souffle et se sont abattus sur cette maison : elle est tombeÂe, et sa chute a Âete grande. L'autorite de JeÂsus Mc 1.22 ; Lc 4.32

28 29

Lorsque JeÂsus eut acheve ces discours, les foules Âetaient Âebahies de son enseignement, | car il les instruisait comme quelqu'un qui a de l'autoriteÂ, et non pas comme leurs scribes. JeÂsus gueÂrit un leÂpreux

Dire et faire

Lc 6.46 ; 13.25-27 21

22

23

Mc 1.40-45 ; Lc 5.12-14

Ce ne sont pas tous ceux qui me disent : « Seigneur ! Seigneur ! » qui entreront dans le royaume des cieux, mais celui-laÁ seul qui fait la volonte de mon PeÁre qui est dans les cieux. | Beaucoup me diront en ce jour-laÁ : « Seigneur, Seigneur, n'est-ce pas par ton nom que nous avons parle en propheÁtes, par ton nom que nous avons chasse des deÂmons, par ton nom que nous avons fait beaucoup de miracles ? » | Alors je leur deÂclarerai : « Je ne vous ai jamais connus ; Âeloignez-vous de moi, vous qui faites le mal ! » La parabole des deux maisons

15

16 17

18 19 21

8 Lorsqu'il fut descendu de la montagne, de gran2 des foules le suivirent. | Un le Âpreux survint, qui se prosternait devant lui en disant : Seigneur, si tu le 3 veux, tu peux me rendre pur. | Il tendit la main, le toucha et dit : Je le veux, sois pur. AussitoÃt il fut pur 4 de sa le Ápre. | Puis JeÂsus lui dit : Garde-toi d'en parler Áa personne, mais va te montrer au preÃtre et preÂsente l'offrande que MoõÈse a prescrite ; ce sera pour eux un teÂmoignage. JeÂsus et le centurion de CapharnauÈm Lc 7.1-10 ; cf. Jn 4.46-54

5

Lc 6.47-49

24

Ainsi, quiconque entend de moi ces paroles et les met en pratique sera comme un homme avise qui a

la plante du pied humain. » Ð qui meÁnent ou qui meÁne. Ð peu : cf. 4 Esdras 7.47 : « Le monde aÁ venir apportera la joie aÁ quelques-uns mais des tourments au plus grand nombre. » 8.1 : « Le TreÁs-Haut a fait le monde preÂsent pour beaucoup (d'hommes), mais le monde futur pour peu (d'entre eux). » 8.3 : « Beaucoup sont creÂeÂs, mais peu sont sauveÂs. » 9.15s : « Ceux qui peÂrissent sont en plus grand nombre que ceux qui seront sauveÂs, comme le flot l'emporte sur une goutte. » Ð qui les trouvent : autres traductions qui la trouvent (la porte), qui le trouvent (le chemin). Gardez-vous Rm 16.17 ; 2Tm 3.5. Ð propheÁtes de mensonge ou faux propheÁtes, pseudo-propheÁtes 24.11,24 ; cf. Dt 13.2-6 ; Jr 14.14. Ð deÂguiseÂs en moutons : litt. en habits de moutons. Ð loups voraces ou rapaces (termes apparenteÂs pour s'emparer de 11.12 ; 12.29 ; 13.19 ; rapacite 23.25n) ; 10.16 ; Ez 22.27 ; 34.210 ; Mi 3.5 ; Ac 20.29. 12.33nss ; Ga 5.19-23 ; Jc 2.18 ; 3.12 ; cf. Es 3.10 ; 5.2 ; Jr 2.21 ; 17.10 ; 21.14 ; Os 10.13. beaux 3.10n. Ð malade : litt. pourri, de meÃme au v. 18 ; cf. 12.33 ; 13.48n ; le meÃme adjectif est traduit par malsain en Ep 4.29. Ð beaux 3.10n. Ð mauvais : cf. 6.23n. ne peut : cf. 1Jn 3.9. Ð produire : certains mss ont porter. 3.10//. disent Es 29.13. Ð Seigneur 25.11 ; Lc 6.46 ; cf. 1Co 12.3. Ð volonte 6.10 ; 12.50 ; 21.28-31 ; Rm 2.13 ; Jc 1.22-25 ; 2.14 ; 1Jn 2.17. Ð Une note d'un ms attribue aÁ un « eÂvangile juif » (probablement l'Evangile des nazareÂens ) la sentence suivante : « Si vous eÃtes dans mon sein (cf. Jn 1.18 ; 13.23) et que vous ne faites pas la volonte de mon PeÁre qui est dans les cieux, je vous expulserai de mon sein. » On la retrouve sous une forme assez proche en 2 CleÂment 4.5. Beaucoup v. 13+. Ð par ton nom : cf. 18.20n. Ð parle (ou agi) en propheÁtes Jr 2.8n ; 14.14 ; 27.15 ; 1Co 13.1s. Ð chasse des deÂmons Mc 9.38 ; Lc 10.17, 20. Ð miracles : litt. puissances ou actes de puissance, cf. 13.54 ; 14.2n. $

6 7

23

24

25 26 27 28

29

8

2 3

4

$

$

deÂclarerai : cf. 10.32n ; voir aussi 25.12,41 ; Ps 101.4. Ð vous qui faites le mal : litt. qui produisez la non-loi ou le meÂpris de la loi, mais le terme peut eÃtre compris dans un sens plus geÂneÂral de mal ; il est souvent employe pour deÂsigner le mal absolu qui, selon certaines vues, doit reÂgner d'une facËon toute particulieÁre aÁ la fin des temps ; cf. 13.41 ; 23.28 ; 24.12 ; Ps 6.9 ; Ap 22.15 ; voir aussi 1Jn 3.4n. met en pratique : litt. fait ; le meÃme verbe a eÂte traduit par produire v. 17ss, cf. v. 12 ; 5.19 ; Lc 8.21. Ð avise ou senseÂ, reÂfleÂchi, prudent ; meÃme terme 10.16 ; 24.45 ; 25.2ss. Ð roc 16.18n. Jb 1.19 ; Pr 10.25. fou : cf. 5.22+. Cf. 13.21 ; Es 28.17 ; Ez 13.10-15. Lorsque JeÂsus eut acheve ces discours (litt. ces paroles) : sur le roÃle de cette formule dans la structure de l'eÂvangile, cf. 11.1 ; 13.53 ; 19.1 ; 26.1 et l'introduction. Ð eÂbahies... : cf. 13.54 ; 19.25 ; 22.33 ; Mc 1.22,27 ; Lc 24.19 ; Jn 7.26,46 ; Ac 13.12. de l'autorite : autre traduction du pouvoir. Les scribes s'abritaient sous l'autorite de maõÃtres qu'ils citaient (voir Talmud ), tandis que JeÂsus enseigne de son propre fonds. Cf. 5.21n. $

montagne 5.1n. leÂpreux : voir Lv 13.2n. Ð se prosternait 2.2n ; voir culte . Ð pur 10.8 ; 11.5// ; Lv 13.46 ; cf. Nb 12.10-13 ; 2R 5.7. sois pur : litt. sois purifie ou rendu pur, comme au v. 2 et dans la suite, litt. sa leÁpre fut purifieÂe (c.-aÁ-d. gueÂrie, d'ouÁ le retour du leÂpreux aÁ l'eÂtat de purete rituelle). personne 9.30 ; 12.16// ; Mc 1.34// ; 5.43// ; 7.36// ; 8.30// ; 9.9// ; cf. Jn 5.41. Ð preÃtre / offrande (voir sacrifice ) Lv 13.49 ; 14.2-32 ; Lc 17.14. Ð teÂmoignage 10.18// ; 24.14 ; Mc 6.11// ; cf. Mt 3.15 ; 5.17. CapharnauÈm 4.13. Ð centurion : cf. Ac 10.1. serviteur : le mot grec peut aussi signifier garcËon (cf. Jn 4.46-54). Lc 7.2 emploie le mot qui deÂsigne l'esclave, mais le terme traduit ici par serviteur revient Lc 7.7. Cf. Col 4.1. 1

$

$

$

$

Comme il Âetait entre dans Capharnau Èm, un centurion l'aborda | et le supplia : Seigneur, mon serviteur est couche Áa la maison, paralyse et violemment tourmenteÂ. | Il lui reÂpondit : Moi, je

$

$

22

1257

5 6

$

$


1258 8

9

10

11

12 13

MATTHIEU 8

viendrai le gueÂrir. | Le centurion reÂpondit : Seigneur, ce serait trop d'honneur pour moi que tu entres sous mon toit ; dis seulement une parole, et mon serviteur sera gueÂri ! | Car je suis moi-meÃme sous l'autorite de mes supeÂrieurs et j'ai des soldats sous mes ordres ; je dis Áa l'un : « Va ! » et il va, Áa l'autre : « Viens ! » et il vient, et Áa mon esclave : « Fais ceci ! » et il le fait. | ApreÁs l'avoir entendu, JeÂsus, ÂetonneÂ, dit Áa ceux qui le suivaient : Amen, je vous le dis, chez personne en IsraeÈl je n'ai trouve une telle foi. | Je vous le dis, beaucoup viendront de l'est et de l'ouest pour s'installer Áa table avec Abraham, Isaac et Jacob dans le royaume des cieux. | Mais les fils du Royaume seront chasseÂs dans les teÂneÁbres du dehors ; c'est laÁ qu'il y aura des pleurs et des grincements de dents. | Puis JeÂsus dit au centurion : Va, qu'il t'advienne selon ta foi. Et Áa ce moment meÃme le serviteur fut gueÂri. GueÂrisons de malades Mc 1.29-34 ; Lc 4.38-41

14 15

16 17

7

8

9

10

11

12

13

14 15 16 17 18 19 20

JeÂsus se rendit ensuite chez Pierre, dont il vit la belle-meÁre coucheÂe ; elle avait de la fieÁvre. | Il lui toucha la main, et la fieÁvre la quitta ; elle se leva et se mit Áa le servir. Le soir venu, on lui amena beaucoup de deÂmoniaques. Il chassa les esprits par sa parole et gueÂrit tous les malades. | Ainsi s'accomplit ce qui avait Âete dit par l'entremise du propheÁte EsaõÈe : Il a pris nos infirmiteÂs et il s'est charge de nos maladies.

Moi, je viendrai... : autre traduction possible est-ce aÁ moi de venir le gueÂrir ? Ð gueÂrir : le verbe employe ici et au v. 16 (44 fois dans le N.T.) est geÂneÂralement lie aÁ l'ideÂe de soigner ou de servir (cf. Ac 17.25). C'est de lui qu'est deÂrive notre mot theÂrapeutique (aussi Mt 4.23). Le verbe employe aux v. 8,13 (28 fois dans le N.T. dont 4 fois chez Mt), lui, a toujours le sens de gueÂrir d'une maladie, d'une possession deÂmoniaque (15.28 ; Lc 6.19) ou d'un mal moral (12.15 ; 13.15 ; 1P 2.24). ce serait trop d'honneur pour moi ou je ne suis pas digne, 3.11n ; cf. 1Co 15.9. Ð que tu entres sous mon toit : cf. Jn 18.28 ; Ac 10.28 ; 11.3. Ð parole Es 55.11 ; Ps 33.8. Ð gueÂri v. 7n. Car je suis... : litt. Car moi aussi je suis un homme sous autorite (ou sous pouvoir, meÃme mot 7.29 ; 9.6,8 ; 10.1 ; 21.23 ; 28.18), ayant sous moi des soldats. Ð Cf. Ps 104.4 ; 119.91 ; Ac 10.7. eÂtonne : autre traduction plein d'admiration Mc 6.6. Ð Amen 5.18n. Ð en IsraeÈl ou, selon certains mss, meÃme en IsraeÈl ; le centurion eÂtait un non-Juif. Ð une telle foi : cf. 15.28 ; 23.23n ; Lc 18.8. Ps 107.3 ; Lc 13.28-29+ ; Ep 3.6. Ð s'installer aÁ table : cf. 14.19 ; Lc 7.36n (verbe apparenteÂ) ; sur l'image du banquet illustrant le bonheur espeÂreÂ, cf. Es 25.6ss ; 55.1s ; 65.13s. Ð Abraham... 22.32 ; Lc 13.28+ ; cf. 16.22. fils du Royaume : ceux aÁ qui le Royaume eÂtait destineÂ. La meÃme expression se retrouve avec un sens leÂgeÁrement diffeÂrent en 13.38. Ð teÂneÁbres du dehors 22.13n ; 25.30. Ð pleurs / grincements de dents 13.42,50 ; 22.13 ; 24.51 ; 25.30 ; cf. Ps 112.10. selon ta foi : litt. comme tu as cru. Cf. 9.22,28s ; 15.28 ; 17.20 ; Mc 10.52 ; Lc 7.50 ; 17.19 ; Jn 4.50-53 ; Ac 16.31 ; Rm 10.9. Ð ce moment meÃme : litt. cette heure-laÁ. Cf. 1Co 9.5. main Mc 5.41// ; 9.27 ; Ac 3.7. Ð fieÁvre Jn 4.52. deÂmoniaques / esprits : cf. v. 7n ; 4.24n ; Ac 10.38. du propheÁte EsaõÈe Es 53.4 ; cf. 1P 2.21-24. Mc 4.35 ; Lc 8.22. scribe 2.4n ; Mc 12.28. Ð MaõÃtre : au sens d'enseignant. Cf. Lc 2.7 ; 1Co 4.11 ; 2Co 8.9 ; Ph 2.7s. Ð des nids : litt. des habitations, cf. 13.32// (verbe apparenteÂ) ; voir aussi Ps 84.4. Ð Fils de l'homme : cette deÂsignation mysteÂrieuse du Christ apparaõÃt presque uniquement dans des paroles de JeÂsus (63 fois $

$

Ceux qui deÂsirent suivre JeÂsus Lc 9.57-60

18 19 20 21 22

JeÂsus, voyant une foule autour de lui, donna l'ordre de passer sur l'autre rive. | Un scribe vint Á tu iras. lui dire : MaõÃtre, je te suivrai partout ou JeÂsus lui dit : Les renards ont des tanieÁres, les oiseaux du ciel ont des nids, mais le Fils de Á poser sa teÃte. | Un autre, parmi l'homme n'a pas ou ses disciples, lui dit : Seigneur, permets-moi d'aller d'abord ensevelir mon peÁre. | Mais JeÂsus lui dit : Suis-moi et laisse les morts ensevelir leurs morts. JeÂsus apaise une tempeÃte Mc 4.35-41 ; Lc 8.23-25

23 24 25 26 27

Il monta dans le bateau, et ses disciples le suivirent. | Alors survint sur la mer une tempeÃte si forte que le bateau Âetait recouvert par les vagues. Et lui, il dormait. | Les disciples vinrent le reÂveiller, en disant : Seigneur, sauve-nous, nous sommes perdus ! | Il leur dit : Pourquoi Ãetes-vous si peureux, gens de peu de foi ? Alors il se leva, rabroua les vents et la mer, et un grand calme se fit. | EtonneÂs, ils se disaient : Quelle sorte d'homme est-il, celuici, que meÃme les vents et la mer lui obeÂissent ? JeÂsus gueÂrit deux deÂmoniaques Mc 5.1-20 ; Lc 8.26-39

28

29

Quand il eut aborde sur l'autre rive, dans le pays des GadareÂniens, deux deÂmoniaques, sortant des tombeaux, vinrent au-devant de lui. Ils Âetaient si redoutables que personne n'osait passer par laÁ. | Ils

dans le N.T.) ; elle pourrait eÃtre prise ici dans un sens treÁs geÂneÂral (l'homme, par opposition aux renards et aux oiseaux) ; cf. 9.6 ; 11.19 ; 16.13,27 ; 24.30 ; Dn 7.13 ; Ac 7.56 ; Ap 1.13 ; 14.14. Ð Evangile selon Thomas 86 : « JeÂsus a dit : ``Les renards ont leurs tanieÁres, et les oiseaux ont leurs nids, mais le Fils de l'Homme n'a pas de place ouÁ poser sa teÃte et se reposer.'' » parmi ses disciples : certains mss portent parmi les disciples. Ð ensevelir mon peÁre : c'eÂtait l'un des devoirs essentiels de la pieÂte familiale, cf. Tobit 4.3 : « Il appela son fils... et il lui dit : ``Enterre-moi comme il convient.'' » 6.15 : « Ils n'ont pas d'autre fils pour les enterrer. » Voir aussi 1R 19.20. Suis-moi 4.19n ; 9.9 ; 19.21 ; Jn 1.43. Ð morts : cf. Lv 21.11 ; Nb 6.6s ; Lc 15.24 ; Jn 5.25 ; Ap 3.1. Ð Sur l'ensemble, cf. Lc 14.27. Cf. 14.22ss//. Cf. Jon 1.4s. Ð mer 4.13n. Ð tempeÃte : le mot grec ainsi traduit a donne notre mot seÂisme ; ailleurs (p. ex. 24.7) il signifie tremblement de terre. Ð eÂtait recouvert : autre traduction allait eÃtre recouvert. Ps 50.15. Ð le reÂveiller : le meÃme verbe est traduit au v. 26 par se lever, cf. 2.13n. Ð nous sommes perdus ! ou nous allons peÂrir ! si peureux (voir crainte ) : le meÃme mot est traduit par laÃches en Ap 21.8 ; cf. Jn 14.27 ; 2Tm 1.7 ; voir aussi Ps 46.2-4. Ð peu de foi 6.30+. Ð rabroua : sur le verbe grec, aussi traduit par reprendre, cf. 12.16 ; 16.20,22 ; 17.18 ; 19.13 ; 20.31 ; Mc 1.25n. Voir aussi Ps 65.8 ; 89.10 ; 107.25-32 ; Jb 38.11. EtonneÂs v. 10n ; cf. 9.33 ; 15.31 ; 21.20 ; Jn 7.15,21 ; Ac 2.7. Ð ils : litt. les hommes. Ð Quelle sorte... : autre traduction de quelle sorte est-il, celui-ci... le pays des GadareÂniens ou, selon certains mss, GeÂraseÂniens, GergeÂseÂniens, GazareÂniens, d'apreÁs les noms de diverses localiteÂs situeÂes plus ou moins preÁs du lac de TibeÂriade, aÁ l'est ou au sud-est, en tout cas en pays non juif. Ð deux : cf. 20.21,30 ; 26.60+. Ð deÂmoniaques v. 16+,33. Ð tombeaux : sans doute des cavernes naturelles ou tailleÂes dans le roc, qui servaient de seÂpultures. Cf. Es 65.4. Ð redoutables : le mot signifie violents, hostiles, dangereux. Ð n'osait : litt. n'avait la force de. Pourquoi te meÃles-tu... : seÂmitisme (2S 16.10 ; 19.23) qu'on pour$

21

$

22 23 24

25

26

27

28

$

$

$

$

$

$

29


MATTHIEU 8±9

30 31 32

33 34

lui crieÁrent : Pourquoi te meÃles-tu de nos affaires, Fils de Dieu ? Es-tu venu ici pour nous tourmenter avant le temps ? | Il y avait, loin d'eux, un grand troupeau de cochons en train de paõÃtre. | Les deÂmons suppliaient JeÂsus : Si tu nous chasses, envoienous dans ce troupeau de cochons. | Il leur dit : Allez ! Ils sortirent et s'en alleÁrent dans les cochons. Alors tout le troupeau se preÂcipita dans la mer du haut de l'escarpement, et ils moururent dans les eaux. | Ceux qui les faisaient paõÃtre s'enfuirent et alleÁrent raconter dans la ville tout ce qui Âetait arrive Рl'affaire des deÂmoniaques. | Alors toute la ville sortit au-devant de JeÂsus ; deÁs qu'ils le virent, ils le supplieÁrent de s'eÂloigner de leur territoire.

10 11

12 13

JeÂsus et le jeuÃne

Mc 2.1-12 ; Lc 5.17-25

9 2 3 4 5 6

7-8

Il monta dans un bateau, traversa la mer et se rendit dans sa ville. On lui amena un paralytique couche sur un lit. Voyant leur foi, JeÂsus dit au paralytique : Courage, mon enfant ! Tes peÂcheÂs sont pardonneÂs. | Quelques scribes se dirent alors : Il blaspheÁme. | JeÂsus, qui voyait leurs penseÂes, dit : Pourquoi avez-vous de mauvaises penseÂes ? | Qu'est-ce qui est le plus facile, de dire : « Tes peÂcheÂs sont pardonneÂs », ou de dire : « LeÁve-toi et marche ! » | Eh bien, afin que vous sachiez que le Fils de l'homme a l'autorite sur la terre pour pardonner les peÂcheÂs Ð il dit alors au paralytique : LeÁve-toi, prends ton lit et retourne chez toi. | L'homme se leva et s'en alla chez lui. | En voyant cela, les foules, saisies de crainte, glorifieÁrent Dieu qui a donne aux humains une telle autoriteÂ.

15

16

17

Mc 2.13-17 ; Lc 5.27-32

En passant plus loin, JeÂsus vit un homme appele Matthieu assis au bureau des taxes. Il lui dit : Suismoi. Celui-ci se leva et le suivit. rait traduire mot aÁ mot : Quoi aÁ nous et aÁ toi ? Voir Mc 1.24n. Ð Fils de Dieu 4.3. Ð tourmenter 18.34n ; Jc 2.19 ; Jd 6. Ð le temps : meÃme terme 11.25 ; 12.1 ; 13.30 (l'eÂpoque) ; 14.1 ; 16.3 ; 21.34n,41 ; 24.45 ; 26.18 ; voir Mc 1.15n. cochons 7.6n ; nous sommes ici en terre non juive. suppliaient JeÂsus : litt. le suppliaient. Lc 2.17 ; Jn 4.28-30. Ð tout ce qui eÂtait arriveÂ... : litt. tout et l'affaire des deÂmoniaques. Jb 21.14 ; Jn 3.19.

Mc 5.21-43 ; Lc 8.40-56

18

19 20

$

30 31 33 34

9 2

 e ou lac de TibeÂriade et de la ville de 1 Il s'agit de la mer de Galile CapharnauÈm 4.13n ; 17.24ss ; Jn 2.12. Voyant leur foi 8.13+ ; 23.23n ; Ac 3.4,16 ; 14.9. Ð Courage v. 22 ; 14.27 ; Jn 16.33 ; Ac 23.11. Ð peÂcheÂs ... pardonneÂs Lc 7.48ss ; Jn 5.14 ; Ac 13.38. scribes 7.29 ; 8.19+. Ð Il blaspheÁme 26.65 ; Jn 10.33,36. 12.25 ; Jr 17.10 ; Za 8.17 ; Lc 5.22 ; Jn 2.25. Ð avez-vous de mauvaises penseÂes : litt. pensez-vous des choses mauvaises dans vos cúurs . Fils de l'homme 8.20n. Ð l'autoriteÂ... pour ou le pouvoir, le droit... de, cf. 7.29 ; 8.9n. Ð Jn 5.8s,22. saisies de crainte : cf. 17.6 ; 27.54. Ð glorifieÁrent 15.31 ; Lc 7.16. Ð aux humains : cf. 16.19 ; 18.18. Matthieu : LeÂvi selon Mc 2.14. Ð Suis-moi 8.22+. dans la maison / collecteurs des taxes... Mc 2.15n. Ð peÂcheurs : ce terme peut deÂsigner soit des non-Juifs , soit des Juifs qui ne respectaient pas toutes les prescriptions de la Loi ; aÁ l'eÂpoque de Mt, les pharisiens appelaient ainsi tous ceux qui ne suivaient pas leurs traditions (cf. 11.19// ; Lc 15.2 ; 19.7 ; 1Co 5.9-11 ; Ga 2.15). maõÃtre : au sens d'enseignant. JeÂsus : litt. lui. Je veux la compassion et non le sacrifice 12.7 ; 1S 15.22 ; Os 6.6 ; Pr 21.3 ; He 10.5. Cf. Evangile des eÂbionites (Epiphane, Pa-

14

15

16

$

17

$

6 8 9 10

$

$

$

18

$

$

$

$

$

$

$

$

$

narion, 30,16,4s) : « Je suis venu abolir les sacrifices, et si vous ne vous deÂtournez pas du sacrifice, la ColeÁre ne se deÂtournera pas de vous. » Ð justes / peÂcheurs : cf. 18.11n ; 21.31 ; Lc 19.10 ; 1Tm 1.15. disciples de Jean le Baptiseur , 11.18-19//. Ð pharisiens Lc 18.12. Ð souvent : cette preÂcision est absente de certains mss. Sur le jeuÃne, voir 6.16+. amis du marie : litt. fils de la salle des noces (cf. 22.2-14) ou de la chambre nuptiale. Voir Mc 2.19n ; Jn 3.29n. Ð marieÂ... enleve / jeuÃneront 26.11// ; 2S 1.12 ; Es 53.8 ; Lc 17.22 ; Jn 13.33 ; 16.20-22. neuf : litt. non foule ; cf. Rm 6.4 ; 7.6 ; 2Co 5.17. Ð pieÁce : le mot ainsi traduit est apparente au verbe qui signifie remplir (5.17n) ; il a sans doute ici le sens de compleÂment (la pieÁce rapporteÂe). Mais il a le plus souvent une autre acception, celle de pleÂnitude (Jn 1.16). Ð deÂchirure : c'est du terme grec ainsi traduit que vient notre mot schisme. Cf. Jb 32.19. L'adjectif ici traduit par nouveau eÂvoque l'ideÂe de jeunesse, tandis que le mot rendu par neuves s'applique plutoÃt, en geÂneÂral, aÁ quelque chose d'ineÂdit (13.52) ou qui n'a jamais eÂte utilise (27.60). Ð eÂclatent : litt. se deÂchirent, meÃme verbe en 7.6 (laceÂrer). chef : le meÃme mot (aussi v. 23 ; 20.25) sera traduit par prince au v. 34 ; on le retrouve en Lc 18.18. D'apreÁs les paralleÁles synoptiques il s'agit ici du preÂsident de la synagogue. Ð se prosternait 2.2n ; voir culte . Ð pose ta main : cf. Mc 7.32n. Sur l'imposition des mains, cf. Mt 19.13 ; Mc 6.5 ; 8.23,25 ; 16.18 ; Lc 4.40 ; 13.13 ; Ac 6.6+ ; 9.12,17 ; 28.8 ; cf. Apocryphe de la GeneÁse (QumraÃn ) 20.29 : « J'imposai mes mains sur sa teÃte, et la plaie fut eÂcarteÂe de lui, et l'esprit mauvais fut chasse loin de lui, et il veÂcut. » Ð Cf. Jn 11.22. 8.7. perte de sang Lv 15.25ss. Ð toucha Mc 3.10 ; Lc 6.19 ; Ac 19.12. $

$

$

11 12 13

Tandis qu'il leur disait cela, un chef arriva ; il se prosternait devant lui et disait : Ma fille est morte il y a un instant, mais viens, pose ta main sur elle, et elle vivra. | JeÂsus se leva et le suivit avec ses disciples. Alors une femme atteinte d'une perte de sang depuis douze ans s'approcha par-derrieÁre et toucha

$

$

3 4

Alors les disciples de Jean viennent lui demanÃnent-ils pas, alors der : Pourquoi tes disciples ne jeu Ãnons souvent ? que nous et les pharisiens nous jeu JeÂsus leur reÂpondit : Les amis du marie peuvent-ils Ãetre en deuil tant que le marie est avec eux ? Les Á le marie leur sera enleve ; alors jours viendront ou Ãneront. | Personne ne raccommode un vieux ils jeu veÃtement avec un morceau de drap neuf, car la pieÁce tire sur le veÃtement et il en reÂsulte une deÂchirure pire. | On ne met pas non plus du vin nouveau dans de vieilles outres ; autrement les outres Âeclatent, le vin se reÂpand et les outres sont perdues ; on met le vin nouveau dans des outres neuves, et l'ensemble se conserve. La femme qui touche le veÃtement de JeÂsus et la jeune fille rappeleÂe aÁ la vie

Le repas avec les peÂcheurs 9

Comme il Âetait Áa table, dans la maison, beaucoup de collecteurs des taxes et de peÂcheurs Âetaient venus prendre place avec JeÂsus et ses disciples. | Voyant cela, les pharisiens disaient Áa ses disciples : Pourquoi votre maõÃtre mange-t-il avec les collecteurs des taxes et les peÂcheurs ? JeÂsus, qui avait entendu, dit : Ce ne sont pas les bien portants qui ont besoin de meÂdecin, mais les malades. | Allez apprendre ce que signifie : Je veux la compassion et non le sacrifice ; car je ne suis pas venu appeler des justes, mais des peÂcheurs. Mc 2.18-22 ; Lc 5.33-39

14

JeÂsus gueÂrit un paralytique

1259

$

19 20

$


1260 21 22

23 24 25 26

MATTHIEU 9±10

la frange de son veÃtement, | car elle se disait : Si seulement je touche son veÃtement, je serai sauveÂe ! JeÂsus se retourna ; la voyant, il dit : Courage, ma fille ! Ta foi t'a sauveÂe. Et la femme fut sauveÂe deÁs ce moment meÃme. Lorsque JeÂsus fut arrive Áa la maison du chef et Ãte et la foule agiteÂe, | il dit : qu'il vit les joueurs de flu Retirez-vous, car la jeune fille n'est pas morte : elle dort. Eux se moquaient de lui. | Quand la foule eut Âete chasseÂe, il entra, saisit la jeune fille par la main, et la jeune fille se reÂveilla. | Le bruit s'en reÂpandit dans tout ce pays-laÁ. JeÂsus gueÂrit deux aveugles Cf. Mt 20.29-34//

27 28

29 30

31

Comme JeÂsus passait plus loin, deux aveugles le suivirent en criant : Aie compassion de nous, Fils de David ! | Lorsqu'il arriva Áa la maison, les aveugles s'approcheÁrent de lui, et JeÂsus leur dit : Croyezvous que je puisse faire cela ? Ð Oui, Seigneur, lui reÂpondirent-ils. | Alors il leur toucha les yeux en disant : Qu'il vous advienne selon votre foi ! | Et leurs yeux s'ouvrirent. JeÂsus, s'emportant contre eux, leur dit : Prenez garde que personne ne le sache ! | Mais, Áa peine sortis, ils se mirent Áa parler de lui dans tout le pays. JeÂsus gueÂrit un deÂmoniaque muet

Lc 11.14-15 ; cf. Mt 12.22-24// 32 33

Comme ils s'en allaient, on lui amena un deÂmoniaque muet. | Le deÂmon chasseÂ, le muet parla. Et Ð frange : autre traduction possible houppe ; 14.36// ; 23.5+ ; dans LXX , le mot grec correspondant traduit le terme heÂbreu rendu par houppe en Nb 15.38s (cf. Dt 22.12), mais aussi celui qui deÂsigne le pan du veÃtement Za 8.23. sauveÂe, c.-aÁ-d., en l'occurrence, gueÂrie ; cf. v. 22 ; 1.21 ; 8.25 ; 10.22 ; 14.30 ; 16.25 ; 18.11n ; 19.25 ; 24.13,22 ; 27.40,42,49 ; voir aussi Lc 7.50 ; Jc 5.15. 8.13n. Cf. 11.17 ; 2Ch 35.25. On jouait en particulier de la fluÃte aÁ l'occasion d'un deuil, pour accompagner les chants funeÁbres ; outre les amis de la famille, des musiciens professionnels eÂtaient preÂsents dans de telles occasions. Jn 11.11-14 ; Ac 20.10. 8.15+ ; 2R 4.33 ; Ac 9.40. Ð chasseÂe ou renvoyeÂe : meÃme verbe v. 33s,38n (envoyer ). Ð se reÂveilla ou se leva, cf. Mc 5.41n. V. 31 ; 4.24 ; Lc 4.13,37// ; 5.15 ; 7.17. deux aveugles : cf. 20.29-34//. Ð Aie compassion 5.7n ; 15.22 ; 17.15 ; 20.30-31// ; Ps 86.3 ; Lc 17.13. Ð Fils de David 1.1 ; 12.23 ; 15.22 ; 21.9 ; 22.42 ; Mc 10.47n. Mc 9.22-24 ; Jn 9.35. Ð Croyez-vous : un terme apparente est traduit par foi au v. 29. V. 2+ ; 8.13+. Cf. 8.4+. Ð s'emportant contre eux : autres traductions reÂagissant vivement aÁ leur eÂgard ; les grondant ; leur parlant seÂveÁrement ; voir Mc 1.43nss ; Jn 11.33n. V. 26+ ; Ps 66.16 ; Ac 4.20. Cf. 12.22-30 ; Lc 11.14. Ð deÂmoniaque 4.24n. Ð muet ou sourdmuet, de meÃme 11.5 ; cf. 15.30. 8.10n,27+ ; Mc 2.12 ; 7.37. pharisiens v. 11,14 ; cf. 3.7 ; 5.20. Ð Cf. 10.25 ; 12.24-30 ; 21.23 ; Mc 3.22. Le mot traduit ici par prince a eÂte rendu ailleurs par chef (v. 18) et peut s'appliquer aÁ tous ceux qui ont un rang d'autorite (cf. 20.25). 4.23+ ; 11.1. il fut eÂmu : le texte grec preÂcise aÁ leur sujet ; le verbe est deÂrive du mot qui deÂsigne au sens propre les entrailles (les intestins en Ac 1.18) et repreÂsente le sieÁge des eÂmotions et des sentiments (Lc 1.78n ; 2Co 6.12n ; 7.15 ; Ph 1.8n ; 2.1 ; Phm 7n,12,20 ; 1Jn 3.17n) ; au figureÂ, il eÂvoque la compassion, la pitieÂ, la tendresse ou l'affection 14.14// ; 15.32// ; 20.34 ; cf. 5.7n ; Mc 1.41// ; He 4.15. Ð moutons... 10.6+ ; 26.31// ; Nb 27.17 ; 1R 22.17 ; 2Ch 18.16 ; cf. Es 13.14 ; 53.6 ; Jr 50.6 ; Ez 34.4ss ; Ps 119.176 ; 1P 2.25. $

21

22 23

24 25 26 27

$

28 29 30

31 32 33 34

35 36

$

$

34

les foules, ÂetonneÂes, disaient : Jamais rien de semblable ne s'est vu en IsraeÈl. | Mais les pharisiens disaient : C'est par le prince des deÂmons qu'il chasse les deÂmons ! JeÂsus et les foules Mc 6.6 ; Lc 8.1

35

JeÂsus parcourait toutes les villes et les villages, il enseignait dans leurs synagogues, proclamait la bonne nouvelle du ReÁgne et gueÂrissait toute maladie et toute infirmiteÂ. Mc 6.34 ; cf. Lc 10.2

36 37 38

A la vue des foules, il fut Âemu, car elles Âetaient lasseÂes et abattues, comme des moutons qui n'ont pas de berger. | Alors il dit Áa ses disciples : La moisson est grande, mais il y a peu d'ouvriers. | Priez donc le maõÃtre de la moisson d'envoyer des ouvriers dans sa moisson. Les douze apoÃtres

Mc 3.16-19 ; Lc 6.14-16 ; Ac 1.13

10 2

3 4

Puis il appela ses douze disciples et leur donna l'autorite pour chasser les esprits impurs et gueÂrir toute maladie et toute infirmiteÂ. Ãtres : le premier, Voici les noms des douze apo Simon, celui qu'on appelle Pierre, et AndreÂ, son freÁre ; Jacques, fils de ZeÂbeÂdeÂe, et Jean, son freÁre ; Philippe et BartheÂlemy ; Thomas et Matthieu, collecteur des taxes ; Jacques, fils d'AlpheÂe, et ThaddeÂe ; | Simon le Cananite et Judas l'Iscariote, celui qui le livra.

Jn 4.35 ; Ap 14.15. Evangile selon Thomas 73 : « JeÂsus a dit : ``La moisson est abondante, mais les ouvriers sont peu nombreux. Priez donc le Seigneur, pour qu'il envoie des ouvriers pour la moisson.'' » 38 Priez 2Th 3.1. Ð maõÃtre ou seigneur. Ð Le mot traduit ici par envoyer, qui signifie litt. lancer (c'est lui qui est traduit chasser en 10.1), diffeÁre de celui (10.5,16 ; 15.24) qui donnera le nom « apoÃtre » (= « envoye », 10.2). Cf. Jn 17.18 ; 20.21 ; Rm 10.15. $

37

$

10

 pour ou le 1 douze : cf. Jn 6.67ss ; 20.24 ; 1Co 15.5. Ð l'autorite pouvoir de 8.9n. Cf. Ac 3.6-8. Ð impurs : le terme correspondant apparaõÃt 30 fois dans le N.T., ouÁ il est associe 25 fois au mot traduit par esprit(s) . Voir pur , impur. à tres : le mot correspondant, employe 80 fois dans le N.T., 2 apo n'apparaõÃt qu'ici chez Matthieu. Voir 9.38n ; Mc 3.14n ; 1Co 15.7 ; Ga 1.17. Ð Pierre / Andre / Jacques / Jean 4.18,21 ; Jn 1.40-49 ; Ac 1.13. 3 Thomas Jn 11.16. Ð Matthieu 9.9ss. Ð Jacques, fils (ou freÁre ?) d'AlpheÂe : litt. Jacques d'AlpheÂe ; cf. Mc 3.18n.  en du mot grec habituellement 4 Cananite est l'eÂquivalent arame transcrit par zeÂlote (Lc 6.15 ; Ac 1.13). Au temps de la reÂdaction des eÂvangiles, celui-ci signifiait l'appartenance aÁ un mouvement politico-religieux radical qui s'est engage dans la lutte armeÂe contre Rome pendant la guerre de 66-73 et qui a notamment organise la deÂfense de JeÂrusalem jusqu'aÁ sa chute en 70. Ce mouvement combattait eÂgalement les Juifs qu'il jugeait infideÁles d'un point de vue religieux ou patriotique. Peut-eÃtre Simon eÂtait-il un partisan nationaliste lorsqu'il a rencontre JeÂsus. Certains pensent cependant que le terme est ici aÁ prendre au sens plus geÂneÂral de passionneÂ, zeÂleÂ, enthousiaste. Ð Judas... 26.1416. Ð Iscariote ou Iscarioth (le nom est eÂcrit diffeÂremment en Mc 3.19 p. ex.) ; le sens de ce surnom est incertain : on y a vu une indication geÂographique : homme de Karioth ou KeÂrioth, nom d'une bourgade au sud d'HeÂbron ; ou bien morale : homme de mensonge, allusion aÁ la trahison ; ou encore politique : le sicaire, nom d'origine latine (= l'homme au poignard ) donne aÁ certains activistes comme les zeÂlotes (cf. Ac 5.37) ; voir aussi Jn 6.71 ; 13.2n,26 ouÁ ce nom est donne aÁ Simon, le peÁre de Judas. Ð qui le livra, c.-aÁ-d. qui livra JeÂsus. Ð Cf. Evangile des eÂbionites (Epiphane, Panarion, 30,13,2-3) : « Il y eut un homme du nom de JeÂsus Ð il avait environ trente ans Ð qui nous choisit. Il vint aÁ CapharnauÈm, entra dans la maison de Simon sur$

$

$

$

$


MATTHIEU 10

1261

JeÂsus envoie les Douze en mission

Les perseÂcutions aÁ venir

Mc 13.9-13 ; Lc 12.11-12 ; 21.12-19

Mc 6.7-11 ; Lc 9.2-5 ; 10.3-12 5

6

7 8

9 10

11

12-13

14

15

5

Tels sont les douze que JeÂsus envoya, apreÁs leur avoir donne les injonctions suivantes : Ne partez pas sur le chemin des non-Juifs, et n'entrez pas dans une ville de Samaritains ; | allez plutoÃt vers les moutons perdus de la maison d'IsraeÈl. En chemin, proclamez que le reÁgne des cieux s'est approcheÂ. | GueÂrissez les malades, reÂveillez les morts, purifiez les leÂpreux, chassez les deÂmons. Vous avez recËu gratuitement, donnez gratuitement. N'acqueÂrez ni or, ni argent, ni monnaie de bronze pour l'emporter Áa la ceinture, | ni sac pour la route, ni deux tuniques, ni sandales, ni baÃton, car l'ouvrier meÂrite sa nourriture. Á vous entreDans toute ville ou tout village ou rez, informez-vous pour savoir s'il s'y trouve quelqu'un qui est digne, et demeurez chez lui jusqu'aÁ ce que vous partiez. En entrant dans la maison, saluez-la ; | si la maison est digne, que votre paix vienne sur elle ; mais si elle n'est pas digne, que votre paix retourne vers vous. Lorsqu'on ne vous accueillera pas et qu'on n'eÂcoutera pas vos paroles, sortez de la maison ou de la ville et secouez la poussieÁre de vos pieds. | Amen, je vous le dis : au jour du jugement, ce sera moins dur pour le pays de Sodome et de Gomorrhe que pour cette ville-laÁ.

nomme Pierre, ouvrit la bouche et dit : ``En passant le long du lac de TibeÂriade, j'ai choisi Jean et Jacques, fils de ZeÂbeÂdeÂe, Simon, AndreÂ... ThaddeÂe, Simon le ZeÂlote, Judas Iscariote ; et toi Matthieu, je t'ai appele alors que tu eÂtais assis au bureau des taxes et tu m'as suivi. Je veux ainsi que vous soyez douze apoÃtres pour teÂmoigner aupreÁs d'IsraeÈl.'' » envoya 9.38n. Ð des non-Juifs ou des (autres) nations, des paõÈens, comme en 4.12 ; 6.32 ; cf. 28.19n ; Ac 13.46. Ð Samaritains Lc 9.52s ; Jn 4.9n,40 ; Ac 8.1,5ss. moutons perdus 9.36+. Ð IsraeÈl 15.24 ; Ac 3.26 ; Rm 15.8 ; cf. Jn 12.20,32. 3.2n. Mc 16.17 ; Ac 9.34,40. Ð reÂveillez : autre traduction relevez, cf. 2.13n ; voir reÂsurrection . Ð purifiez les leÂpreux 8.2+s ; 11.5. Ð chassez les deÂmons 7.22+ ; 12.24ss. Ð gratuitement 2R 5.16 ; Ac 8.20 ; 20.33 ; 2Co 11.7. DidacheÁ 11.3ss : « Pour les apoÃtres et les propheÁtes, selon le preÂcepte de l'eÂvangile, agissez de cette manieÁre : Que tout apoÃtre qui vient chez vous soit recËu comme le Seigneur. Mais il ne restera qu'un seul jour et, si besoin est, le jour suivant ; s'il reste trois jours, c'est un faux propheÁte. A son deÂpart, que l'apoÃtre ne recËoive rien en dehors du pain pour l'eÂtape ; s'il demande de l'argent, c'est un faux propheÁte. » N'acqueÂrez : c'est le sens habituel du verbe grec (cf. v. 8) ; d'autres comprennent ne vous procurez. Ð monnaie de bronze ou chalque(s) ; voir Mc 6.8n ; mesures , poids et monnaies. Ð Cf. Lc 22.35-38. meÂrite : litt. est digne de, comme au v. 11 ; cf. Nb 18.31 ; 1Co 9.4,14 ; 2Th 3.8s ; 1Tm 5.18. DidacheÁ 13.1s : « Tout vrai propheÁte, qui veut s'eÂtablir chez vous, meÂrite sa nourriture. De la meÃme manieÁre, le vrai docteur (ou : maõÃtre) meÂrite, lui aussi, comme l'ouvrier sa nourriture. » digne : dans ce contexte, cette qualification suppose avant tout une disposition aÁ recevoir les envoyeÂs de JeÂsus ; cf. v. 10n,13. La salutation courante parmi les Juifs eÂtait : La paix soit avec vous ! On saluait une famille en disant : Paix aÁ cette maison ! V. 11n ; Ac 16.15 ; 2Jn 10 ; 3Jn 9s. $

16

17 18

19

20 21 22

23

Ceux qui se deÂclareront pour JeÂsus Lc 9.26 ; 12.2-9

24 25

14

15

16

$

6 7 8

$

9

11 12 13

secouez la poussieÁre de vos pieds, geste de rupture : on ne veut rien emporter de la personne ou de la collectivite avec qui la relation est rompue ; cf. Ac 13.51 ; voir aussi 18.6 ; 22.23. Amen 5.18n. Ð jour du jugement 11.22 ; 12.36 ; Es 34.8 ; Ac 17.31 ; 2P 2.9 ; 3.7 ; 1Jn 4.17. Ð Sodome / Gomorrhe 11.23s ; Gn 19.24s ; Ez 16.46-61 ; Lm 4.6 ; Rm 9.29 ; 2P 2.6 ; Jd 7. envoie 9.38n. Ð moutons v. 7. Ð loups 7.15+. Cf. Siracide 13.17 : « Quoi de commun entre le loup et l'agneau ? Tel est le peÂcheur en face de l'homme pieux. » Ð aviseÂs ou prudents, cf. 7.24n ; le meÃme terme deÂcrit le serpent en Gn 3.1 (LXX ). Ð purs : litt. sans meÂlange, meÃme terme Rm 16.19 ; Ph 2.15 ; cf. 1Co 14.20. Voir aussi Lc 11.52n. Cf. 24.9-14. Ð des gens : autre traduction des humains ; cf. 5.13+. Ð aux tribunaux : voir Mc 13.9n (meÃme terme) ; cf. Mt 23.34 ; Ac 5.40 ; 6.12 ; 22.19 ; 2Co 11.23s. Ac 25.23 ; 27.24. Ð teÂmoignage Dt 31.26 ; Jn 15.27. Ð les nonJuifs ou les nations : cf. 24.14. Lc 12.11s. Ð parlerez et direz traduisent un seul verbe grec (eÂgalement au v. 20). Ð ce moment meÃme : litt. cette heure-laÁ. c'est l'Esprit de votre PeÁre... Jn 14.26 ; Ac 4.8 ; 1Co 2.4 ; 2Tm 4.17. Ð en vous ou par vous. 10.35s ; Mi 7.6. 5.11// ; Jn 15.18 ; 1Jn 3.13 Ð aÁ cause de mon nom : cf. 19.29 ; 24.9 ; Lc 21.12+. Ð perseÂveÂrera ou endurera, reÂsistera, tiendra bon 24.13 ; Dn 12.12s ; 2Tm 2.12 ; Jc 5.11. Cf. 4 Esdras 6.25 : « Quiconque aura eÂchappe aÁ tous les maux que je viens de t'annoncer sera sauveÂ. Il verra mon salut et la fin de ce sieÁcle (ou : de ce monde, cf. Mt 12.32n). » 12.15 ; 23.34 ; Ac 8.1 ; 9.25 ; 14.5-7 ; 2Co 11.33. Ð pas : autres traductions jamais, en aucun cas (de meÃme v. 42). Ð acheveÂ... : litt. acheve les villes. Ð que vienne le Fils de l'homme 16.28 ; 24.30 ; 26.64. au-dessus : cf. Lc 6.40 ; Jn 13.16 ; 15.20. Ð maõÃtre : au sens d'enseignant ; le mot traduit par seigneur pourrait aussi eÃtre rendu par maõÃtre (au sens de patron, proprieÂtaire). 9.34+ ; He 12.3. Ð BeÂelzeÂboul Mc 3.22n ; voir deÂmon . Ð agirontils ainsi envers : autre traduction appelleront-ils ainsi. $

$

17

$

18

$

19 20 21 22

$

$

$

$

10

Le disciple n'est pas au-dessus du maõÃtre, ni l'esclave au-dessus de son seigneur. | Il suffit au disciple de devenir comme son maõÃtre, et Áa l'esclave de devenir comme son seigneur. S'ils ont appele le maõÃtre de maison BeÂelzeÂboul, Áa combien plus forte

$

$

$

Moi, je vous envoie comme des moutons au milieu des loups. Soyez donc aviseÂs comme les serpents et purs comme les colombes. Gardez-vous des gens, car ils vous livreront aux tribunaux et ils vous fouetteront dans leurs synagogues ; | vous serez meneÂs, Áa cause de moi, devant des gouverneurs et devant des rois ; ce sera un teÂmoignage pour eux comme pour les non-Juifs. Mais quand on vous livrera, ne vous inquieÂtez ni de la manieÁre dont vous parlerez ni de ce que vous direz ; ce que vous direz vous sera donne Áa ce moment meÃme ; | car ce n'est pas vous qui parlerez, c'est l'Esprit de votre PeÁre qui parlera en vous. Le freÁre livrera son freÁre Áa la mort, et le peÁre son enfant ; les enfants se dresseront contre leurs parents et les feront mettre Áa mort. | Vous serez deÂtesteÂs de tous Áa cause de mon nom ; mais celui qui perseÂveÂrera jusqu'aÁ la fin sera sauveÂ. Quand on vous perseÂcutera dans cette ville-ci, fuyez dans une autre. Amen, je vous le dis, en effet, vous n'aurez pas acheve de parcourir les villes d'IsraeÈl avant que vienne le Fils de l'homme.

23

$

24

$

25

$


1262

26 27 28

29 30 31 32 33

MATTHIEU 10±11

raison agiront-ils ainsi envers les gens de sa maison ! Ne les craignez donc pas, car il n'y a rien de voile qui ne doive Ãetre reÂveÂleÂ, rien de cache qui ne doive Ãetre connu. | Ce que je vous dis dans les teÂneÁbres, dites-le en plein jour ; ce qui vous est chuchote Áa l'oreille, proclamez-le sur les toits en terrasse. | Ne craignez pas ceux qui tuent le corps et qui ne peuvent tuer l'aÃme ; craignez plutoÃt celui qui peut faire disparaõÃtre et l'aÃme et le corps dans la geÂhenne. | Ne vend-on pas deux moineaux pour un as ? Cependant il n'en tombe pas un seul Áa terre indeÂpendamment de votre PeÁre. | Quant Áa vous, meÃme les cheveux de votre teÃte sont tous compteÂs. N'ayez donc pas peur : vous valez plus que beaucoup de moineaux. Quiconque donc se reconnaõÃtra en moi devant les gens, je me reconnaõÃtrai moi aussi en lui devant mon PeÁre qui est dans les cieux ; | mais si quelqu'un me renie devant les gens, je le renierai moi aussi devant mon PeÁre qui est dans les cieux.

38 39

Qui vous accueille m'accueille

Mc 9.37,41 ; Lc 9.48 ; 10.16 ; Jn 13.20

Qui vous accueille m'accueille, et qui m'accueille accueille celui qui m'a envoyeÂ. | Qui accueille un propheÁte en sa qualite de propheÁte obtiendra une reÂcompense de propheÁte, et qui accueille un juste en sa qualite de juste obtiendra une reÂcompense de 42 juste. | Quiconque donnera Á a boire ne serait-ce qu'une coupe d'eau fraõÃche Áa l'un de ces petits en sa qualite de disciple, amen, je vous le dis, il ne perdra jamais sa reÂcompense. 11 Lorsque JeÂsus eut acheve de donner ses ordres Áa ses douze disciples, il partit de laÁ pour enseigner et proclamer le message dans leurs villes. 40 41

La question de Jean le Baptiseur

Non la paix, mais l'eÂpeÂe

Lc 7.18-35

Lc 12.51-53

34 35 36

Ne pensez pas que je sois venu apporter la paix sur la terre : je ne suis pas venu apporter la paix, mais l'eÂpeÂe. | Car je suis venu mettre la division entre l'homme et son peÁre, entre la fille et sa meÁre, entre la belle-fille et sa belle-meÁre, | et l'homme aura pour ennemis les gens de sa maison. L'attachement aÁ JeÂsus

26

27 28

2 3 4 5

6

Mc 8.34-35 ; Lc 9.23-24 ; 14.26-27 37

Celui qui me preÂfeÁre peÁre ou meÁre n'est pas digne de moi, et celui qui me preÂfeÁre fils ou fille Ne les craignez donc pas ou n'ayez donc pas peur d'eux, meÃme possibilite dans la suite. Ð rien de voileÂ... : cf. Mc 4.22// ; 1Tm 5.25. en plein jour : litt. dans la lumieÁre ; cf. 5.14n. Ð ce qui vous est chuchote : litt. ce que vous entendez. Ð Cf. Ac 4.10. Es 8.12s ; Jr 1.8,17 ; Pr 14.26s ; 1P 3.14 ; Ap 2.10 ; 4 MaccabeÂes 13.14s : « Ne craignons pas celui qui pense tuer ; car grande est l'eÂpreuve de l'aÃme, grand le danger de tourment eÂternel en reÂserve pour ceux qui transgressent le commandement de Dieu. » Ð l'aÃme : le meÃme terme grec est traduit par vie v. 39 ; 2.20 ; 6.25 ; 16.25s ; 20.28 ; cf. 11.29n ; 12.18n ; 22.37 ; 26.38n ; voir aussi 1Co 15.45n ; He 4.12n ; 1P 1.9n. Sur le terme heÂbreu correspondant dans l'A.T., voir Gn 1.20n. Ð faire disparaõÃtre ou faire peÂrir, perdre He 10.31 ; Jc 4.12 ; Ap 14.7,10. Ð geÂhenne 5.22n. Ð Cf. Le Pasteur d'Hermas , Mand. XII,6,2s : « La menace du diable, ne la craignez pas du tout : il est sans force, comme les nerfs d'un mort. Ecoutez-moi donc et craignez celui qui peut tout sauver et perdre, et observez les commandements et vous vivrez pour Dieu. » as : petite pieÁce de bronze valant 1/16 de denier, cf. 5.26n ; voir mesures , poids et monnaies. Ð indeÂpendamment de : litt. sans, en dehors de. 1S 14.45 ; 2S 14.11 ; Lc 21.18 ; Ac 27.34. 6.26 ; 12.12 ; Jb 35.11. Ð N'ayez donc pas peur ou ne craignez donc pas : cf. v. 26ss. se reconnaõÃtra en moi ou se deÂclarera pour moi : litt. confessera (verbe apparente en 3.6 ; le meÃme verbe est traduit par deÂclarer en 7.23) en moi : seÂmitisme, de meÃme pour la formule reÂciproque (litt. je confesserai en lui ) ; voir aussi 11.25n ; 14.7n ; 1S 2.30 ; Rm 10.9 ; 1Jn 4.2s ; Ap 3.5. Ð les gens : autres traductions les hommes ; les humains ; cf. 5.13+. 7.23+ ; Lc 9.26 ; 2Tm 2.12 ; 1Jn 2.22s ; Jd 4. Ð renie : le meÃme verbe est traduit par nier 26.70,72 ; verbe apparente 16.24n. Ne pensez pas 5.17. Ð paix : cf. 5.9 ; 10.12s ; voir aussi Lc 2.14+. V. 21 ; Mi 7.6 ; Ps 41.10. 19.29 ; Dt 33.9. 16.24//. Ð me suivre : litt. suivre derrieÁre moi, cf. 4.19n. $

$

7

$

30 31 32

33 34 35 37 38

$

Or Jean, dans sa prison, avait entendu parler des úuvres du Christ. Il envoya ses disciples | lui demander : Est-ce toi, celui qui vient, ou devons-nous en attendre un autre ? | JeÂsus leur reÂpondit : Allez raconter Áa Jean ce que vous entendez et voyez : | Les aveugles retrouvent la vue, les infirmes marchent, les leÂpreux sont purifieÂs, les sourds entendent, les morts se reÂveillent et la bonne nouvelle est annonceÂe aux pauvres. | Heureux celui pour qui je ne serai pas une cause de chute ! A leur deÂpart, JeÂsus se mit Áa dire aux foules, Áa propos de Jean : Qu'eÃtes-vous alleÂs voir au deÂsert ?

trouve : autres traductions assureÂ, preÂserve ; cf. 16.25// ; Mc 8.35 ; Lc 9.24 ; 17.33 ; Jn 12.25 ; Ph 3.8s. 40 18.5 ; Lc 10.16 ; Jn 13.20 ; Ga 4.14.  mi41 en sa qualite de... : litt. pour le nom d'(un)..., tournure se tique qui signifie parce que c'est un propheÁte / un juste / un disciple ; cf. Gn 12.3 ; 1R 17.9-24 ; 18.4 ; 2R 4.8-37 ; 3Jn 8. 42 coupe : cf. 20.22+. Ð aÁ l'un de ces petits : cf. 25.35,40 ; Mc 9.41. Ð jamais : autre traduction en aucun cas. 39

$

$

11 2 3

$

29

n'est pas digne de moi ; | celui qui ne prend pas sa croix pour me suivre n'est pas digne de moi. | Celui qui aura trouve sa vie la perdra, et celui qui aura perdu sa vie Áa cause de moi la trouvera.

5

1 4.23+ ; 7.28+ ; 9.35. Ð proclamer le message : litt. proclamer 3.1+ ; 4.23. Jean (le Baptiseur ), dans sa prison : cf. 3.1-6 ; 4.12. Ð Christ : cf. 1.16n. celui qui vient (ou qui devait venir ) : titre messianique ; cf. 3.11 ; 16.27 ; 21.9 ; 23.39 ; 25.31 ; Za 9.9 ; 14.5 ; Ml 3.1 ; Ps 118.26 ; Dn 7.13 ; 9.26 ; Lc 7.19+ ; Jn 6.14 ; He 10.37n ; Ap 1.4,8. Ð un autre : ici, aÁ la diffeÂrence de Lc 7.19, Mt emploie un terme qui pourrait signifier quelqu'un de diffeÂrent ; mais les deux termes sont pratiquement interchangeables dans le grec de cette eÂpoque. Ð Cf. 1P 1.10s. 15.31 ; 21.14 ; Es 26.19 ; 29.18s ; 35.5s ; 42.7,18 ; 61.1-3. Ð aveugles 9.27. Ð infirmes ou boiteux 15.30s ; 18.8 ; 21.14. Ð les leÂpreux sont purifieÂs : cf. 8.2+s ; 10.8. Ð sourds ou sourdsmuets 9.32. Ð se reÂveillent : autre traduction se releÁvent, cf. 2.13n ; 10.8 ; voir reÂsurrection . Ð bonne nouvelle 4.23+. Ð pauvres 5.3. cause de chute : c'est du terme grec correspondant (parfois traduit par pierre d'achoppement, c.-aÁ-d. obstacle qui fait treÂbucher) que vient notre mot scandale 13.57 ; 15.12n ; 17.27 ; 26.3133 ; cf. 5.29s ; 13.21,41 ; 16.23 ; 18.6-9 ; 24.10 ; voir aussi Lv 19.14 (meÃme terme dans LXX ) ; Jos 23.13 ; Jg 2.3 ; 8.27 (meÃme terme pour pieÁge dans LXX) ; 1S 25.31 ; Es 8.14ns ; Ez 3.20n ; 7.19n ; Ps 119.165 ; 124.7 ; Jn 6.61 ; 16.1 ; Rm 9.32s ; 1Co 1.23 ; 1P 2.8. 3.1,5// ; Ep 4.14. Autre traduction possible (de meÃme dans la suite) : Pourquoi eÃtes-vous alleÂs au deÂsert ? Pour voir... ? L'image du roseau qui ploie s'oppose peut-eÃtre aÁ l'intransigeance de Jean, cf. 14.3ss. $

$

$

6

$

7

$


MATTHIEU 11 8

9 10

11

12

13 14 15 16 17

18 19

8 9 10

Un roseau agite par le vent ? | Alors, qu'eÃtes-vous alleÂs voir ? Un homme veÃtu avec raffinement ? Mais ceux qui s'habillent avec raffinement sont dans les maisons des rois. | Qu'eÃtes-vous donc alleÂs voir ? Un propheÁte ? Oui, je vous le dis, et plus qu'un propheÁte. | C'est Áa son sujet qu'il est Âecrit : Moi, j'envoie devant toi mon messager, pour frayer ton chemin devant toi. Amen, je vous le dis, parmi ceux qui sont neÂs de femmes, il ne s'en est pas leve de plus grand que Jean le Baptiseur. Cependant le plus petit dans le royaume des cieux est plus grand que lui. | Depuis les jours de Jean le Baptiseur jusqu'aÁ preÂsent, le royaume des cieux est soumis Áa la violence, et ce sont les violents qui s'en emparent. | Car tous les propheÁtes et la loi ont parle en propheÁtes jusqu'aÁ Jean ; | et, si vous voulez l'admettre, l'Elie qui devait venir, c'est lui. | Que celui qui a des oreilles entende ! A qui comparerai-je cette geÂneÂration ? Voici Áa quoi elle est semblable : des enfants assis sur les places publiques, qui appellent les autres | en disant : Ãte, Nous vous avons joue de la flu et vous n'avez pas danseÂ. Nous avons chante des complaintes, et vous ne vous Ãetes pas lamenteÂs. Car Jean est venu : il ne mangeait ni ne buvait, et l'on dit : Il a un deÂmon ! | Le Fils de l'homme est venu, mangeant et buvant, et l'on dit : C'est un glouton et un buveur, un ami des collecteurs des taxes, des peÂcheurs ! Mais la sagesse a Âete justifieÂe par ses úuvres.

avec raffinement : litt. de (veÃtements) deÂlicats ; le terme peut aussi eÂvoquer un caracteÁre mou ou effeÂmine ; cf. 3.4//. 14.5 ; Lc 1.76. devant toi : cette expression correspond aÁ deux formules diffeÂrentes en grec ; la premieÁre (litt. devant ta face) est un heÂbraõÈsme. Ð messager : les mots heÂbreu et grec correspondants peuvent aussi eÃtre traduits par ange ; Ml 3.1 ; cf. Ex 23.20 ; Es 40.1 ; Mc 1.2//. Amen 5.18n. Ð neÂs de femmes : cf. Jb 11.12 ; 14.1 ; 15.14 ; 25.4. Ð il ne s'en est pas leve ou il n'en a pas eÂte suscite : cf. 2.13n ; 3.9n. Ð le plus petit ou celui qui est plus petit (autre mot qu'en 5.19) 18.1//. Lc 13.24 ; 16.16 ; Jn 6.15. Ð qui s'en emparent ou qui le ravissent, cf. 7.15n. Jn 1.6-8 ; 1P 1.10. Ð propheÁtes / loi : cf. 5.17n ; Rm 3.21n. 17.10-13// ; Ml 3.23s ; Lc 1.16s ; Jn 1.21. Ð qui devait venir : litt. qui va venir. 13.9//,43 ; Dt 29.3 ; Ez 3.27 ; Mc 4.9+ ; Lc 14.35 ; Ap 2.7+. 12.39-45//. Ð geÂneÂration 12.39+. Ð Voici... : litt. elle est semblable aÁ des enfants assis... Ð les autres ou, d'apreÁs certains mss, leurs compagnons. Pr 1.24 ; Ec 3.4 ; voir aussi Es 16.10 ; Jr 7.34 ; 16.9 ; 25.10 ; 48.33 ; Ez 26.13. Ð vous ne vous eÃtes pas lamenteÂs : autre traduction vous ne vous eÃtes pas frappe (la poitrine), meÃme verbe en 24.30 ; cf. Lc 18.13 (autre verbe). 3.4// ; Lc 1.15. Ð Il a un deÂmon , c.-aÁ-d. il est fou, cf. Jn 10.20s. Fils de l'homme 8.20n ; 9.6 ; 10.23. Ð glouton / buveur / ami... des peÂcheurs : cf. 9.10n-11 ; Dt 21.20 ; Pr 23.20 ; 1Co 15.32. Ð justifieÂe par ses úuvres : cf. 12.37 ; voir aussi Rm 3.20 ; 4.2 ; Ga 2.16 ; Jc 2.21ss. Ð úuvres : certains mss portent ses enfants (Lc 7.35) ; voir 1Co 1.24. 12.41 ; Jr 8.4-6 ; Ps 81.12 ; Jn 12.37. Ð faire des reproches seÂveÁres : le meÃme verbe est traduit par insulter 5.11 ; 27.44. Ð miracles 7.22n. Ð pas voulu changer radicalement ou pas change ; autres traductions elles ne s'eÂtaient pas repenties, elles ne s'eÂtaient pas converties. Voir 3.2n.

Les villes qui refusent de croire Mt 10.15 ; Lc 10.12-15

20

21

22 23

24

12 13 14 15 16

17

18 19

$

$

Lc 10.21-22

25

26 27

21

22 23 25

$

$

$

$

$

Quel malheur pour toi : certains traduisent malheur aÁ toi, mais il s'agit moins d'une maleÂdiction que d'une lamentation ou du constat d'un destin tragique ; autres traductions possibles heÂlas pour toi ; tant pis pour toi ; cf. 18.7 ; 23.13ss ; 24.19 ; 26.24 ; 1Co 9.16 ; Jd 11 ; Ap 8.13+. Ð Chorazin / BethsaõÈda : localiteÂs proches du lac de TibeÂriade. Sur BethsaõÈda, voir Mc 6.45n. Ð Tyr / Sidon : principales villes de la PheÂnicie, ouÁ l'on adorait Baal et AstarteÂ. Cf. Es 23 ; Ez 26±28 ; Jl 4.4-8 ; Am 1.9s ; Za 9.2ss. Ð change radicalement v. 20n ; 3.2n. Ð sac / cendre : signes de deuil, de tristesse ou de peÂnitence, Jon 3.6 ; cf. Es 58.5 ; Jb 2.8 ; Dn 9.3 ; Est 4.2s. 10.15+ ; He 12.25. CapharnauÈm 4.13n. Ð ciel / seÂjour des morts (en grec hadeÁs) Es 14.4,11-15 ; Ez 26.20 ; 31.14ss ; cf. Am 9.2 ; Ps 139.8. ceÂleÁbre : le meÃme verbe grec est traduit par reconnaõÃtre publiquement en 3.6 ; il traduit souvent, dans LXX , un verbe heÂbreu qui a aussi eÂte rendu par ceÂleÂbrer et qui peut eÂgalement signifier rendre graÃce (p. ex. 2S 22.50 ; Ps 6.6 ; 9.2 ; 136.26) ; voir aussi Rm 14.11n. Cf. Hymnes (QumraÃn ) 7.26s : « Je te rends graÃces, oà AdonaõÈ (Seigneur) ! Car tu m'as donne l'intelligence de ta veÂrite ; et tes MysteÁres merveilleux, tu me les as fait connaõÃtre. » Ð Seigneur du ciel et de la terre Ac 17.24 ; cf. Gn 14.19,22 ; expression analogue dans certains mss de Tobit 7.17. Ð sages / intelligents Es 5.21 ; 29.14 ; Os 14.10 ; Jb 37.24 ; Ec 9.11 ; cf. 1Co 1.1929 ; 2.6ss. Ð tout-petits 21.16 ; le terme correspondant traduit quelquefois celui qui est rendu par naõÈf ou simple dans l'A.T. (Ps 19.8 ; 116.6 ; 119.130). tel a eÂte ton bon plaisir : litt. ainsi il y a eu bon plaisir devant toi, cf. 3.17+ ; Rm 9.18 ; Ph 2.13. Tout 28.18 ; Jn 3.35 ; 13.3 ; 17.2. Ð remis : le meÃme verbe grec est traduit par livrer en 4.12 ; 5.25 ; 10.4 etc. ; un terme apparente est rendu par tradition en 15.2ss ; le verbe qui apparaõÃt ici peut aussi avoir le sens de transmettre (Mc 7.13n ; Lc 1.2 ; Ac 6.14 ; 1Co 11.2+ ; cf. Rm 6.17n). Ð connaõÃt Jn 1.18 ; 10.14s ; 17.25. Ð le Fils 24.36 ; 28.19 ; Jn 3.35s ; 5.19ss ; 6.40 ; 8.36 ; 14.13 ; 17.1. Ð reÂveÂler 16.17 ; Ga 1.15s. $

26

$

20

En ce temps-laÁ, JeÂsus dit : Je te ceÂleÁbre, PeÁre, Seigneur du ciel et de la terre, parce que tu as cache ces choses aux sages et aux gens intelligents, et que tu les as reÂveÂleÂes aux tout-petits. | Oui, PeÁre, parce que tel a Âete ton bon plaisir. Tout m'a Âete remis par mon PeÁre, et personne ne connaõÃt le Fils, sinon le PeÁre, personne non plus ne connaõÃt le PeÁre, sinon le Fils et celui Áa qui le Fils deÂcide de le reÂveÂler.

$

$

$

Alors il se mit Áa faire des reproches seÂveÁres aux villes dans lesquelles avaient eu lieu la plupart des miracles, parce qu'elles n'avaient pas voulu changer radicalement : | Quel malheur pour toi, Chorazin ! Quel malheur pour toi, BethsaõÈda ! Si les miracles qui ont Âete faits chez vous avaient Âete faits Áa Tyr et Áa Sidon, il y a longtemps qu'elles auraient change radicalement, en passant par le sac et la cendre. | C'est pourquoi, je vous le dis, au jour du jugement, ce sera moins dur pour Tyr et Sidon que pour vous. | Et toi, Capharnau Èm, seras-tu ÂeleveÂe jusqu'au ciel ? Tu seras abaisseÂe jusqu'au seÂjour des morts ; car si les miracles qui ont Âete faits chez toi avaient Âete faits Áa Sodome, elle demeurerait encore aujourd'hui. | C'est pourquoi, je vous le dis, au jour du jugement, ce sera moins dur pour le pays de Sodome que pour toi. Le PeÁre reÂveÂle par le Fils

$

11

1263

27

$


1264 28 29

30

MATTHIEU 11±12

Venez Áa moi, vous tous qui peinez sous la charge ; moi, je vous donnerai le repos. | Prenez sur vous mon joug et laissez-vous instruire par moi, car je suis doux et humble de cúur, et vous trouverez le repos. | Car mon joug est bon, et ma charge leÂgeÁre. Les eÂpis arracheÂs

Mc 2.23-28 ; Lc 6.1-5

12 En ce temps-laÁ, JeÂsus traversa des champs de ble un jour de sabbat. Ses disciples, qui avaient faim, se 2 mirent Á a arracher des Âepis et Áa manger. | Voyant cela, les pharisiens lui dirent : Tes disciples font ce qu'il n'est pas permis de faire pendant le sabbat. 3 Mais il leur dit : N'avez-vous pas lu ce que fit David, lorsqu'il eut faim, lui et ceux qui Âetaient 4 avec lui ? | Ð comment il entra dans la maison de Dieu et comment ils mangeÁrent les pains offerts, alors qu'il n'eÂtait permis d'en manger ni Áa lui, ni Áa ceux qui Âetaient avec lui, mais aux preÃtres seuls ? 5 Ou encore, n'avez-vous pas lu dans la Loi que, les jours de sabbat, les preÃtres profanent le sabbat dans 6 le temple sans se rendre coupables ? | Or, je vous le 7 dis, il y a ici plus grand que le temple. | Si vous saviez ce que signifie : Je veux la compassion et non le sacrifice, vous n'auriez pas condamne des innocents. 8 Car le Fils de l'homme est maõ Ãtre du sabbat.

12 13

14

15 16 17

18

19

L'homme aÁ la main paralyseÂe

20

Il partit de laÁ et se rendit Áa leur synagogue. | Il se trouvait laÁ un homme qui avait la main paralyseÂe.

21

Mc 3.1-6 ; Lc 6.6-11

9-10

11

Cf. Evangile selon Thomas 90 : « JeÂsus a dit : ``Venez aÁ moi, car mon joug est bon et ma seigneurie douce, et vous trouverez le repos pour vous.'' » Ð qui peinez : le meÃme verbe est traduit par travailler en 6.28 ; cf. Jr 31.25. Ð sous la charge : litt. et qui eÃtes chargeÂs ; cf. 23.4 ; Ps 38.5. Ð le repos Ex 33.14 ; Jb 34.29. 29 joug : cette image est souvent utiliseÂe dans la litteÂrature juive pour deÂsigner la loi . Ð laissez-vous instruire par moi : meÃme tournure 24.32, litt. apprenez de moi ; on pourrait aussi comprendre soyez mes disciples ; apprenez aÁ mon contact comme je suis doux... ; cf. 5.5n ; 21.5 ; Ep 4.20s. Ð humble de cúur : cf. Nb 12.3 ; 2Co 8.9 ; 10.1 ; Ph 2.5-8. Ð vous trouverez le repos : autre traduction vous trouverez du repos pour vos aÃmes ; mais la formule correspondant aÁ vos aÃmes peut eÃtre un simple eÂquivalent de vous-meÃmes ; sur le terme grec parfois traduit par aÃme, voir 10.28n ; sur le repos, voir aussi Es 28.12 ; Jr 6.16. Ð Sur l'ensemble, cf. Siracide 51.23,26s : « Venez aÁ moi (la Sagesse), gens sans instruction, installez-vous aÁ mon eÂcole (...). Soumettez votre nuque aÁ son joug et que votre aÃme recËoive l'instruction ! C'est tout preÁs qu'on la peut trouver. Voyez de vos yeux combien peu j'ai peine avant de trouver un profond repos. » 30 Ac 15.10 ; 1Jn 5.3. Ð bon : le terme grec qui apparaõÃt ici peut signifier avantageux, utile, doux, agreÂable, bienfaisant, beÂneÂfique ; il est treÁs proche, surtout dans sa prononciation, du mot transcrit Christ (cf. Rm 2.4n ; Phm 11n). 28

$

10

11

$

Cf. Dt 23.26. pharisiens 9.34+. Ð Cf. Ex 31.14 ; 34.21 ; Dt 5.14. D'apreÁs la tradition juive, le glanage eÂtait assimile aÁ la moisson et au vannage, activiteÂs interdites pendant le sabbat . N'avez-vous pas lu 19.4 ; 21.16 ; 22.31. Ð David... 1S 21.3-7. ils mangeÁrent : certains mss portent il mangea. Ð pains offerts Ex 25.30 ; 35.13 ; 39.36 ; 40.23 ; Lv 24.5ss ; Nb 4.7 ; 1R 7.48 ; 1Ch 9.32 ; 2Ch 4.19. dans la Loi : cf. 23.23 ; Lc 2.23+s ; 10.26. Sur l'activite des preÃtres le jour du sabbat, voir Lv 24.8 ; Nb 28.9 ; cf. Jn 7.22s. Cf. 12.41s ; 1R 8.27. 9.13+ ; Os 6.6. Fils de l'homme 8.20n ; 9.6. Ð maõÃtre ou Seigneur.

13 14 15

16 17 18

1

$

$

3 4

5 6 7 8

$

$

$

$

$

19

$

$

paralyseÂe ou atrophieÂe, litt. seÁche ; cf. 13.6 ; 21.19s ; 1R 13.4. D'apreÁs JeÂroÃme (voir Vg ), l'Evangile des nazareÂens aurait deÂcrit cet homme comme un macËon, mettant dans sa bouche la demande suivante : « J'eÂtais macËon, et c'est par mes mains que j'arrivais aÁ vivre ; je t'en prie, JeÂsus, rends-moi la santeÂ, de facËon aÁ ce que je n'aie pas la honte de mendier ma nourriture. » Ð Ils demandeÁrent aÁ JeÂsus : litt. ils lui demandeÁrent (ou on lui demanda). Ð Est-il permis Mc 3.4n ; Lc 14.3. Ð faire une gueÂrison : meÃme verbe en 8.7n. Ð sabbat v. 2n. Ð l'accuser 27.12 ; Jn 8.6 ; cf. Lc 20.20. Lc 14.5 ; cf. Ecrit de Damas (QumraÃn ) 11.13s : « Qu'on n'aide pas une beÃte aÁ mettre bas le jour du sabbat ; et si elle tombe dans une citerne ou dans une fosse, qu'on ne la releÁve pas le sabbat. » Ð retirer : le meÃme verbe est traduit ailleurs par reÂveiller, relever, parfois au sens de ressusciter , cf. 2.13n. un eÃtre humain... : cf. 6.26 ; 10.31. Ð Sur l'ensemble, cf. Mc 2.27 ; Jn 5.17. redevint : litt. fut reÂtablie, cf. Mc 3.5. 22.15 ; Jn 5.18 ; 11.53. l'apprit et : litt. (l')ayant su, comme en 16.8 (s'en rendit compte) ; 22.18 (connaissait ) ; 26.10 (s'en apercËut ) ; cf. Mc 2.8 ; Jn 2.24s. Ð se retira 10.23+. Ð De grandes foules... : certains mss portent beaucoup le suivirent. Ð gueÂrit 19.2 ; Lc 6.17-19. 8.4+. Ð en les rabrouant 8.26n. Ð ne parlent pas de lui : litt. ne le rendent pas manifeste, de meÃme Mc 3.12. du propheÁte EsaõÈe 1.22+ ; Es 42.1-4. Cf. Es 41.9 ; 49.5s ; Ag 2.23. Le mot traduit par serviteur est le meÃme qu'en 8.6n ; il est eÂgalement employe aÁ propos de JeÂsus en Ac 3.26+. Ð bien-aimeÂ... 3.17n ; 17.5. Ð j'ai pris plaisir : autre traduction mon aÃme a pris plaisir, cf. 10.28n ; 11.29n ; 26.38n. Ð Esprit 3.16 ; Es 11.2 ; Lc 4.18. Ð justice : litt. jugement, de meÃme au v. 20. Il ne cherchera pas la dispute : le verbe grec, qui n'apparaõÃt qu'ici dans le N.T., est de la meÃme racine que le mot traduit par dispute en Rm 1.29 ; cf. 2Tm 2.24. Ð dans les grandes rues : cf. 6.2,5. froisse Es 57.15 ; 65.8 ; Ps 51.19. Ð lumignon ou meÁche. Ð justice v. 18n ; Es 11.4s ; Ps 45.5-8. Es 11.10 ; Rm 15.12. Ð les nations ou les gens des nations, les non-Juifs , 4.15n. Ð en son nom : cf. 18.5 ; voir Jn 1.12+. $

12

$

2

JeÂsus, le serviteur de Dieu Mais JeÂsus l'apprit et se retira de laÁ. De grandes foules de gens le suivirent ; il les gueÂrit tous, | en les rabrouant pour qu'ils ne parlent pas de lui, | afin que s'accomplisse ce qui avait Âete dit par l'entremise du propheÁte EsaõÈe : Voici mon serviteur, celui que j'ai choisi, mon bien-aimeÂ, celui en qui j'ai pris plaisir. Je mettrai mon Esprit sur lui et il annoncera la justice aux nations. Il ne cherchera pas la dispute, il ne criera pas, et personne n'entendra sa voix dans les grandes rues. Il ne brisera pas le roseau froisseÂ, et il n'eÂteindra pas le lumignon qui fume jusqu'aÁ ce qu'il ait porte la justice Áa la victoire ; et les nations mettront leur espeÂrance en son nom.

$

$

12

Ils demandeÁrent Áa JeÂsus : Est-il permis de faire une gueÂrison un jour de sabbat ? C'eÂtait afin de l'accuser. | Il leur reÂpondit : Lequel d'entre vous, s'il n'a qu'un seul mouton et que celui-ci tombe dans une fosse un jour de sabbat, ne le saisira pour l'en retirer ? | Or un Ãetre humain vaut plus qu'un mouton, combien plus ! Ainsi il est permis de faire du bien un jour de sabbat. | Alors il dit Áa l'homme : Tends ta main. Il la tendit, et elle redevint saine comme l'autre. Les pharisiens sortirent et tinrent conseil contre lui, sur les moyens de le faire disparaõÃtre.

20

$

21

$

$


MATTHIEU 12

sera pardonneÂ, mais quiconque parlera contre l'Esprit saint, il ne lui sera pardonne ni dans ce mondeci, ni dans le monde Áa venir.

JeÂsus a-t-il partie lieÂe avec les deÂmons ?

Mc 3.22-27 ; Lc 11.14-23 ; cf. Mt 9.32-34 22 23 24

25

26 27 28

29

30

Alors on lui amena un deÂmoniaque aveugle et muet, et il le gueÂrit, de sorte que le muet parlait et voyait. | Toutes les foules, stupeÂfaites, disaient : N'est-ce pas laÁ le Fils de David ? | L'ayant appris, les pharisiens dirent : Il ne chasse les deÂmons que par BeÂelzeÂboul, prince des deÂmons ! Connaissant leurs penseÂes, il leur dit : Tout royaume divise contre lui-meÃme va Áa sa ruine, et toute ville ou maison diviseÂe contre elle-meÃme ne peut tenir. | Si le Satan chasse le Satan, il est divise contre lui-meÃme : comment donc son royaume tiendra-t-il ? | Et si, moi, je chasse les deÂmons par BeÂelzeÂboul, vos fils, par qui les chassent-ils ? C'est pourquoi ils seront eux-meÃmes vos juges. | Mais si c'est par l'Esprit de Dieu que, moi, je chasse les deÂmons, c'est donc que le reÁgne de Dieu est parvenu jusqu'aÁ vous. | Comment quelqu'un pourraitil entrer dans la maison d'un homme fort et s'emparer de ses biens sans avoir d'abord lie cet homme fort ? Alors seulement il pillera sa maison. | Celui qui n'est pas avec moi est contre moi, et celui qui ne rassemble pas avec moi disperse.

Mt 7.16-20 ; Lc 6.43-45 33

34

35 36 37

Mt 16.1-4 ; Mc 8.11-12 ; Lc 11.16,29-32

38 39

Mc 3.28-29 ; Lc 12.10

32

22 23 24 25

26

C'est pourquoi, je vous le dis, tout peÂcheÂ, tout blaspheÁme sera pardonne aux humains, mais le blaspheÁme contre l'Esprit ne sera pas pardonneÂ. Quiconque parlera contre le Fils de l'homme, il lui

Cf. 9.32ss. stupeÂfaites : voir Mc 2.12n. Ð Fils de David 9.27+. 9.34n. Connaissant leurs penseÂes 9.4n. Ð va aÁ sa ruine : le verbe correspondant est deÂrive du mot habituellement traduit par « deÂsert ». le Satan : autre traduction Satan ; le mot grec corresponda transcrit un terme heÂbreu ou arameÂen qui signifie (l')adversaire (Jb 1.6n ; 1Ch 21.1n) ; il est geÂneÂralement employe avec l'article, exceptionnellement sans (Mc 3.23 ; Lc 22.3 ; 2Co 12.7) ; on peut le consideÂrer soit comme un titre, soit comme un nom propre (en grec l'article peut eÃtre utilise aussi pour les noms propres). Voir deÂmon , diable, Satan. vos fils, c.-aÁ-d., selon toute vraisemblance, vos disciples ; cf. Ac 19.13ss. Ð vos juges v. 41s. 1Jn 3.8. Ð l'Esprit de Dieu : cf. 3.16 ; voir aussi Rm 15.19 ; 1Co 7.40 ; 12.3 ; 1Jn 4.2. Ð reÁgne ou royaume... Lc 17.21. Ð est parvenu jusqu'aÁ vous : autre traduction vous a atteints, cf. Lc 11.20n. Es 49.24 ; 53.12 ; voir Mc 3.27+. Le mot traduit par biens signifie aussi, selon les contextes, objets, affaires, ustensiles, vases (cf. Rm 9.21n) ; il a eÂgalement le sens d'instrument (Ac 9.15n). Cf. 6.24 ; Mc 9.40//. Ð rassemble ou recueille, cf. 3.12 ; 13.30. Ac 7.51 ; 1Tm 1.13 ; He 6.4-6 ; 10.26-29 ; 1Jn 5.16. Ð aux humains : autres traductions aux hommes ; aux gens (de meÃme v. 36 ; cf. 5.13+). le Fils de l'homme 8.20n. Ð parlera contre l'Esprit saint : cf. Mc 3.29n. Ð ce monde-ci / le monde aÁ venir : le judaõÈsme du Ier s. apr. J.-C. distinguait ainsi l'eÁre ou l'aÃge (le terme grec est traditionnellement transcrit eÂon et traduit par sieÁcle, cf. Rm 12.2n ; Ga 1.5n) preÂsent, caracteÂrise par l'eÂpreuve et le peÂche , et l'aÃge messianique qui verrait l'accomplissement de toutes les espeÂrances des justes ; cf. 13.22,39s,49 ; Ep 1.21 ; He 6.5. Ð Evangile selon Thomas 44 : « JeÂsus a dit : ``Celui qui a blaspheÂme contre le PeÁre, on lui pardonnera, et celui qui a blaspheÂme contre le Fils, on lui pardonnera ; mais celui qui a blaspheÂme contre l'Esprit saint, on ne lui pardonnera point, ni sur la terre ni au ciel.'' » Autres traductions : faites que l'arbre soit bon, et son fruit sera

41

$

28

29

30 31

32

34

$

$

$

35 36

37 38

39

$

$

$

$

40

$

$

33

beau ; faites que l'arbre soit malade et son fruit sera pourri ; jugez l'arbre bon et son fruit beau, ou jugez l'arbre malade et son fruit pourri ; bon et beau traduisent un meÃme mot grec, de meÃme malade et pourri ; cf. 3.10 ; 5.16 ; 7.17nss ; 13.8n. Cf. Evangile selon Thomas 45 : « JeÂsus a dit : ``On ne reÂcolte pas des raisins parmi les eÂpines, et l'on ne cueille pas des figues dans les buissons, car ils ne donnent pas de fruit. Un homme bon produit du bien de son treÂsor ; un homme meÂchant produit des choses pernicieuses du mauvais treÂsor qui est dans son cúur, car de l'abondance du cúur il produit des choses pernicieuses.'' » Voir aussi Jn 8.25n. VipeÁres 3.7n. Ð comment pourriez-vous : autre traduction comment pouvez-vous. Ð mauvais 7.11. Ð cúur / bouche 15.18 ; Lc 6.45. Cf. 13.52 ; Pr 10.20s ; Rm 8.7. Ð treÂsor : cf. 6.19+ ; Pr 2.4 ; 8.21 ; 21.20. jour du jugement 10.15+. Ð En grec, rendre compte se dit (litt.) rendre parole (logos, cf. v. 37n) ; Lc 16.2. Ð paroles : grec rheÁma (70 fois dans le N.T.) Jc 3.1,6 ; Jd 15. Ð inutiles : litt. inactives ; autres traductions oiseuses, futiles ; meÃme terme 20.3,6 (sans rien faire) ; cf. Dt 32.47 ; Pr 13.3. Le mot paroles traduit ici le grec logos (330 fois dans le N.T.), voir v. 36n. Cf. Jb 15.12s ; Lc 19.22. scribes / pharisiens : cf. 5.20 ; 15.1 ; 22.46 ; 23.2,13ss. Ð MaõÃtre : au sens d'enseignant. Ð signe ou miracle ; 16.1-4//. Cf. Lc 23.8 ; Jn 2.11n ; 4.48 ; 1Co 1.22 ; voir aussi Jg 6.17+. geÂneÂration mauvaise v. 45 ; 16.4 ; 17.17// ; Dt 32.5,20 ; Es 57.3 ; Jr 2.31 ; 7.29 ; Ps 78.8 ; Mc 8.38 ; Lc 9.41 ; Ac 2.40 ; Ph 2.15. Ð recherche ou demande. Ð propheÁte Jonas : voir « Le ``signe'' de Jonas », p. 1154. Jon 2.1. Le mot grec traduit par grand poisson ici est celui qui est utiliseÂ, dans LXX , pour le reÂcit de Jonas ; il est eÂgalement employe pour les monstres marins de Gn 1.21. C'est lui qui a donne notre mot ceÂtaceÂ. Ð Fils de l'homme v. 8,32 ; cf. 8.20n ; 10.23 ; 11.19 etc. Ð Cf. 16.21+ ; Ep 4.9. Ninive : ancienne capitale de l'empire assyrien ; voir Jon 3.5ss. Ð se leÁveront : autre traduction ressusciteront (autre verbe au v. 42). Ð condamneront : cf. v. 27 ; Rm 2.27. Ð change radicalement 3.2n. Ð plus que v. 6. $

$

$

Alors quelques-uns des scribes et des pharisiens dirent : MaõÃtre, nous voudrions voir un signe de ta part. | Il leur reÂpondit : Une geÂneÂration mauvaise et adulteÁre recherche un signe ; il ne lui sera pas donne d'autre signe que le signe du propheÁte Jonas. | En effet, tout comme Jonas fut trois jours et trois nuits dans le ventre du grand poisson, de meÃme le Fils de l'homme sera trois jours et trois nuits dans le cúur de la terre. | Les hommes de Ninive se leÁveront, lors du jugement, avec cette geÂneÂration, et ils la condamneront, parce qu'ils ont change radicalement Áa la proclamation de Jonas ; et pour-

$

$

27

Ou bien faites que l'arbre soit bon et que son fruit soit beau, ou bien faites que l'arbre soit malade et que son fruit soit pourri ; car on connaõÃt l'arbre Áa son fruit. | VipeÁres, comment pourriez-vous dire de bonnes choses, mauvais comme vous l'eÃtes ? Car c'est de l'abondance du cúur que la bouche parle. L'homme bon, de son bon treÂsor, tire du bon ; l'homme mauvais, de son mauvais treÂsor, tire du mauvais. | Je vous le dis : au jour du jugement, les humains rendront compte de toutes les paroles inutiles qu'ils auront profeÂreÂes. | Car c'est par tes paroles que tu seras justifieÂ, et c'est par tes paroles que tu seras condamneÂ. Le signe de Jonas ; la reine du Sud

40

L'eÃtre humain sera juge sur ses paroles 31

1265

$

41

$

$


1266 42

MATTHIEU 12±13

tant il y a ici plus que Jonas. | La reine du Sud se reÂveillera, lors du jugement, avec cette geÂneÂration, et elle la condamnera, parce qu'elle est venue des extreÂmiteÂs de la terre pour entendre la sagesse de Salomon ; et pourtant il y a ici plus que Salomon.

7 8

9

Pourquoi JeÂsus parle en paraboles

Le retour de l'esprit impur Lc 11.24-26

43 44 45

Mc 4.10-12 ; Lc 8.9-10

Lorsque l'esprit impur est sorti de l'eÃtre humain, il passe par des lieux arides, cherche du repos et n'en trouve pas. | Alors il se dit : « Je vais retourner Á je suis sorti. » Quand il dans ma maison, celle d'ou arrive, il la trouve vide, balayeÂe et orneÂe. | Alors il s'en va chercher sept autres esprits plus mauvais que lui ; ils entrent laÁ et s'installent, et la condition dernieÁre de cet homme-laÁ est pire que la premieÁre. Il en sera de meÃme pour cette geÂneÂration mauvaise.

10 11

12 13

14

La vraie famille de JeÂsus Mc 3.31-35 ; Lc 8.19-21

46 47 48 49 50

Comme il parlait encore aux foules, sa meÁre et ses freÁres se tenaient dehors et cherchaient Áa lui parler. | Quelqu'un lui dit : Ta meÁre et tes freÁres se tiennent dehors, et ils cherchent Áa te parler. | Mais il reÂpondit Áa celui qui le lui disait : Qui est ma meÁre ? Qui sont mes freÁres ? | Puis il Âetendit la main sur ses disciples et dit : Voici ma meÁre et mes freÁres ! | En effet, quiconque fait la volonte de mon PeÁre qui est dans les cieux, celui-laÁ est mon freÁre, ma súur et ma meÁre.

15

16 17

La parabole du semeur Mc 4.1-9 ; Lc 8.4-8

13 Ce jour-laÁ, JeÂsus sortit de la maison et s'assit au 2 bord de la mer. | Il se rassembla aupre Ás de lui de si grandes foules qu'il monta dans un bateau et s'y assit. Toute la foule se tenait sur le rivage. 3 Il leur parla longuement en paraboles ; il disait : 4 Le semeur sortit pour semer. | Comme il semait, des grains tombeÁrent le long du chemin ; les oiseaux 5 vinrent et les mange Árent. | D'autres tombeÁrent dans Á ils n'avaient pas beaucoup les endroits pierreux, ou de terre : ils leveÁrent aussitoÃt, parce que la terre 6 n'e Âtait pas profonde ; | mais quand le soleil se leva, ÃleÂs et se desseÂcheÁrent, faute de ils furent bru 42 43 44 45 46 47 49 50

13 2 3 4 5 6 8

9 10 11 12

1R 10.1-10. Ð se reÂveillera ou se leÁvera, ressuscitera, cf. 2.13n ; 8.25 ; Jn 12.1. Es 34.14 ; Ap 18.2. Ð esprit impur (voir pur , impur) 10.1n. Ð l'eÃtre humain : autre traduction l'homme (meÃme terme au v. 45). 1P 5.8. sept Lc 8.2. Ð pire Jn 5.14 ; 2P 2.20. Ð geÂneÂration mauvaise v. 39+. 13.55// ; Mc 3.21 ; Jn 7.3-5 ; Ac 1.14. Ce v. qui manque dans certains mss de Mt se retrouve, aÁ quelques variantes preÁs, en Mc 3.32 et Lc 8.20. mes freÁres : cf. 25.40 ; 28.10 ; Jn 20.17 ; Rm 8.29 ; He 2.11,17. 7.21 ; Jn 15.14. $

racines. | D'autres tombeÁrent parmi les Âepines : les Âepines monteÁrent et les ÂetouffeÁrent. | D'autres tombeÁrent dans la bonne terre : ils finirent par donner du fruit, l'un cent, l'autre soixante, l'autre trente. | Que celui qui a des oreilles entende !

$

Explication de la parabole du semeur Mc 4.13-20 ; Lc 8.11-15

18 19

20

13 14 15

$

4.13n. Mc 2.13 ; 3.9 ; Lc 5.1-3. V. 10-13,34s//. V. 18n ; Mc 4.4n. Cf. 15.13 ; Jn 15.6 ; Jc 1.11. Jb 31.40. bonne : le mot signifie parfois belle, cf. 12.33n ; de meÃme v. 23s,27,37s,45,48n. 11.15+. V. 3+. 11.25 ; 1Co 2.10. Ð reÁgne ou royaume 3.2n. 25.29// ; Mc 4.25//.

Les disciples vinrent lui demander : Pourquoi leur parles-tu en paraboles ? | Il leur reÂpondit : Parce que, s'il vous a Âete donneÂ, Áa vous, de connaõÃtre les mysteÁres du reÁgne des cieux, Áa eux cela n'a pas Âete donneÂ. | Car on donnera Áa celui qui a, et il sera dans l'abondance, mais Áa celui qui n'a pas on enleÁvera meÃme ce qu'il a. | VoilaÁ pourquoi je leur parle en paraboles, parce qu'en voyant ils ne voient pas, et qu'en entendant ils n'entendent ni ne comprennent. | Et pour eux s'accomplit cette parole du propheÁte EsaõÈe : Vous aurez beau entendre, vous ne comprendrez jamais. Vous aurez beau regarder, vous ne verrez jamais. car le cúur de ce peuple s'est engourdi ; ils sont devenus durs d'oreille et ils ont ferme les yeux, de peur de voir avec leurs yeux, d'entendre avec leurs oreilles, de comprendre avec leur cúur et de faire demi-tour ; je les aurais gueÂris ! Mais heureux sont vos yeux, parce qu'ils voient, et vos oreilles, parce qu'elles entendent ! | Amen, je vous le dis, en effet, beaucoup de propheÁtes et de justes ont deÂsire voir ce que vous regardez, et ils ne l'ont pas vu ; ils ont deÂsire entendre ce que vous entendez, et ils ne l'ont pas entendu.

Vous donc, entendez la parabole du semeur. Lorsque quelqu'un entend la parole du ReÁgne et ne la comprend pas, le Mauvais vient s'emparer de ce qui a Âete seme dans son cúur : c'est celui qui a Âete ensemence le long du chemin. | Celui qui a Âete ensemence dans les endroits pierreux, c'est celui qui entend la Parole et la recËoit aussitoÃt avec joie, Dt 29.3 ; Jr 5.21 ; Mc 8.18 ; Lc 19.42 ; Jn 9.39 ; 12.40 ; Ac 13.40s ; 28.26s ; 2Co 4.4. parole du propheÁte EsaõÈe : litt. propheÂtie d'EsaõÈe. Voir Es 6.9. Ð jamais : autres traductions rien, en aucun cas. car le cúur de ce peuple... Es 6.10. Ð s'est engourdi : litt. a eÂte eÂpaissi, engraisseÂ. Ð ils sont devenus durs d'oreille : litt. des oreilles ils ont entendu lourdement ; cf. He 5.11. Ð faire demitour ou se retourner (cf. 12.44), revenir, terme traditionnellement traduit par se convertir ; voir changement radical. Ð gueÂris : meÃme verbe en 8.8,13 (voir 8.7n). 16.17 ; Lc 10.23s ; Jn 10.27. Jn 8.56 ; Ep 3.5 ; He 11.13 ; 1P 1.10s. V. 3ss. Cf. 4 Esdras 8.41 : « Lorsque le paysan seÁme en terre beaucoup de graines et plante un grand nombre de plantes, tout ce qui a eÂte seme n'est pas sauveÂ, aÁ la saison voulue, et tout ce qui a eÂte plante ne prend pas racine : ainsi ceux qui ont eÂte semeÂs en ce monde ne seront pas tous sauveÂs. » 9.31-37 : « Voici, je seÁme ma loi en vous, elle portera du fruit en vous et vous en tirerez gloire aÁ jamais (...). Nous qui avons recËu la loi, nous devons peÂrir aÁ cause de nos peÂcheÂs ainsi que notre cúur ouÁ elle avait eÂte deÂposeÂe. La loi, elle, ne peÂrit pas mais demeure dans sa gloire. » Lorsque quelqu'un... : litt. quiconque entend ou eÂcoute... Ð ensemence ou seme ; de meÃme aux v. 20,22s. Ð Cf. 1Co 2.14 ; 1P 5.8. $

$

$

16 17 18

1

19

$


MATTHIEU 13 21

22

23

24 25

26 27

28

29 30

mais il n'a pas de racine en lui-meÃme, il ne tient qu'un temps ; sitoÃt que survient la deÂtresse ou la perseÂcution Áa cause de la Parole, c'est pour lui une cause de chute. | Celui qui a Âete ensemence parmi les Âepines, c'est celui qui entend la Parole, mais les inquieÂtudes du monde et l'attrait trompeur des richesses Âetouffent la Parole, et elle devient steÂrile. | Celui qui a Âete ensemence dans la bonne terre, c'est celui qui entend la Parole et la comprend ; il porte du fruit et produit, l'un cent, l'autre soixante, l'autre trente. La parabole de la mauvaise herbe Il leur proposa cette autre parabole : Il en va du reÁgne des cieux comme d'un homme qui avait seme de la bonne semence dans son champ. | Pendant que les gens dormaient, son ennemi vint, sema de la mauvaise herbe au milieu du ble et s'en alla. Lorsque l'herbe eut pousse et produit du fruit, la mauvaise herbe parut aussi. | Les esclaves du maõÃtre de maison vinrent lui dire : Seigneur, n'as-tu pas Á seme de la bonne semence dans ton champ ? D'ou vient donc qu'il y ait de la mauvaise herbe ? | Il leur reÂpondit : C'est un ennemi qui a fait cela. Les esclaves lui dirent : Veux-tu que nous allions l'arracher ? | Non, dit-il, de peur qu'en arrachant la mauvaise herbe, vous ne deÂraciniez le ble en meÃme temps. | Laissez croõÃtre ensemble l'un et l'autre jusqu'aÁ la moisson ; au temps de la moisson, je dirai aux moissonneurs : Arrachez d'abord la Ãler, mauvaise herbe et liez-la en gerbes pour la bru puis recueillez le ble dans ma grange.

32

Lc 13.20-21

33

21

22

23 24

25

28

29

30 31

32

Il leur proposa cette autre parabole : Voici Áa quoi le reÁgne des cieux est semblable : une graine de il ne tient qu'un temps ou il est eÂpheÂmeÁre ; terme apparente au mot traduit par temps en 8.29+ ; eÂgalement 2Co 4.18 ; He 11.25. Ð Cf. 7.26s ; Ga 1.6. parmi les eÂpines : cf. Jr 4.3 ; Os 10.12. Ð du monde : certains mss portent de ce monde ; 12.32n ; 2Tm 4.10. Ð attrait trompeur Mc 4.19n. Ð elle devient steÂrile : on pourrait aussi traduire le rendent steÂrile (cf. 1Co 14.14). Ð Cf. 6.19-34// ; Mc 10.23s ; Lc 14.18-20 ; 21.34. entend : cf. Ac 16.14. Ð fruit Ps 1.1-3 ; Jn 15.5,8 ; Ga 5.22s. V. 36-43. Evangile selon Thomas 57 : « JeÂsus a dit : ``Le Royaume du PeÁre est semblable aÁ un homme qui avait une bonne semence. Son ennemi vint la nuit, et il sema l'ivraie parmi la bonne semence. L'homme ne permit pas qu'on arrache l'ivraie, et il leur dit : `De peur que vous n'alliez arracher l'ivraie et que vous n'arrachiez le ble avec elle.' Car le jour de la moisson, l'ivraie apparaõÃtra, et elle sera arracheÂe et bruÃleÂe.'' » Pendant que... dormaient Jb 24.13-17 ; Mc 4.27. Ð de la mauvaise herbe ou, plus preÂciseÂment, de l'ivraie ; le mot grec ainsi traduit a donne notre mot zizanie. un ennemi : litt. un homme ennemi ou un ennemi, un homme. Ð l'arracher : le meÃme verbe est traduit par recueillir au v. 48 et par cueillir en 7.16. Cf. 12.20 ; Es 65.8. Le Pasteur d'Hermas , Sim. III,3 : « En hiver, les arbres, deÂpouilleÂs de leurs feuilles, sont semblables et on ne peut distinguer lesquels sont morts ou vivants : de meÃme, dans ce monde, ne se distinguent ni les justes ni les peÂcheurs ; ils sont tous semblables. » Jn 17.15. Le mot grec traduit par moutarde a donne nos mots seÂneveÂ, sinapisme. La graine de moutarde semble avoir eÂte la plus petite des semences utiliseÂes dans la reÂgion ; elle pouvait produire un arbuste assez important. Mais il se peut aussi que JeÂsus ait deÂsigne une autre semence. Cf. 17.20. Cf. Ez 17.23 ; 31.6 ; Ps 104.12 (formulation analogue dans LXX ) ; Dn 4.9,18. Ð habiter 8.20n.

Il leur dit cette autre parabole : Voici Áa quoi le reÁgne des cieux est semblable : du levain qu'une femme a pris et introduit dans trois seÂas de farine, jusqu'aÁ ce que tout ait leveÂ. L'enseignement par les paraboles Mc 4.33-34

34 35

36 37 38

Mc 4.30-32 ; Lc 13.18-19

31

moutarde qu'un homme a prise et semeÂe dans son champ. | C'est la plus petite de toutes les semences ; mais, quand elle a pousseÂ, elle est plus grande que les plantes potageÁres et elle devient un arbre, de sorte que les oiseaux du ciel viennent habiter dans ses branches. La parabole du levain

39

La parabole de la graine de moutarde

1267

40

33

Tout cela, JeÂsus le dit aux foules en paraboles ; il ne leur disait rien sans parabole, | afin que s'accomplisse ce qui avait Âete dit par l'entremise du propheÁte : Je prendrai la parole pour dire des paraboles, je proclamerai des choses cacheÂes depuis la fondation du monde. JeÂsus explique la parabole de la mauvaise herbe Alors il laissa les foules et entra dans la maison. Ses disciples vinrent lui dire : Explique-nous la parabole de la mauvaise herbe dans le champ. | Il leur reÂpondit : Celui qui seÁme la bonne semence, c'est le Fils de l'homme ; | le champ, c'est le monde, la bonne semence, ce sont les fils du Royaume ; la mauvaise herbe, ce sont les fils du Mauvais ; | l'ennemi qui l'a semeÂe, c'est le diable ; la moisson, c'est la fin du monde ; les moissonneurs, ce sont les anges. | Ainsi, tout comme on arrache la mauvaise herbe pour la jeter au feu, de meÃme en sera-t-il Áa la Le levain eÂtait geÂneÂralement un reste de paÃte leveÂe provenant de la panification preÂceÂdente ; l'image est parfois positive (c'est le cas ici selon toute vraisemblance), plus souvent neÂgative ; cf. 16.6 ; 1Co 5.6 ; Ga 5.9. Ð trois seÂas... : une grande quantite de farine (les estimations varient d'une douzaine aÁ une quarantaine de litres) ; le mot grec employe ici et en Lc 13.21 transcrit l'heÂbreu seÂa, cf. Gn 18.6 ; voir mesures . Ð Cf. Evangile selon Thomas 96 : « JeÂsus a dit : ``Le Royaume du PeÁre est semblable aÁ une femme. Elle prit un peu de levain, le cacha dans de la paÃte et en fit de grands pains. Celui qui a des oreilles, qu'il entende !'' » V. 3,10ss ; Jn 16.25. par l'entremise du propheÁte 1.22+. Ð Je prendrai la parole... : litt. j'ouvrirai ma bouche en paraboles ; cf. Ps 78.2 ; Rm 16.25 ; 1Co 2.7. Ð la fondation du monde : cf. 25.34 ; la preÂcision du monde est absente de certains mss. V. 1s,24-30. 1Jn 3.9. Ð Fils de l'homme 8.20n. champ 1Co 3.9. Ð semence / fils : cf. Jn 1.13 ; 1P 1.23. Ð fils du Mauvais Jn 8.44 ; Ac 13.10 ; 1Jn 3.10. Ð Cf. Le Pasteur d'Hermas , Sim. V,5,2s : « Le champ, c'est ce monde-ci, et le maõÃtre du champ, c'est celui qui a creÂe toutes choses, qui les a organiseÂes et qui leur a donne la force. Le fils, c'est le Saint-Esprit (proposition absente de certains mss), et l'esclave, c'est le fils de Dieu ; les vignes, c'est le peuple qu'il a lui-meÃme planteÂ. Les pieux, ce sont les saints anges du Seigneur qui retiennent son peuple. Les herbes arracheÂes aÁ la vigne sont les iniquiteÂs des serviteurs de Dieu... » diable (voir deÂmon ) / anges : cf. 4.11 ; 25.41. Ð moisson 9.37 ; Jl 4.13 ; Ap 14.15. Ð fin (ou acheÁvement ) du monde (v. 22n), c.aÁ-d. de l'eÁre preÂsente (12.32n). Cette expression est employeÂe uniquement par Mt (v. 40,49 ; 24.3 ; 28.20) ; on trouve une autre formule treÁs proche en He 9.26n (cf. le « jour de la consommation, du grand Jugement, ouÁ s'accomplira le grand SieÁcle » en 1 HeÂnoch 16.1) ; terme apparente en Mc 13.4n. 3.10 ; Jn 15.6. $

$

34 35

36 37 38

$

$

$

$

39

$

$

$

40

$

$


1268 41 42 43

44

45 46

47 48

49 50

51 52

41 42 43 44

MATTHIEU 13±14

fin du monde. | Le Fils de l'homme enverra ses anges, qui arracheront de son royaume toutes les causes de chute et ceux qui font le mal, | et ils les jetteront dans la fournaise ardente ; c'est laÁ qu'il y aura des pleurs et des grincements de dents. | Alors les justes brilleront comme le soleil dans le royaume de leur PeÁre. Que celui qui a des oreilles entende ! La parabole du treÂsor cache Voici Áa quoi le reÁgne des cieux est semblable : un treÂsor cache dans un champ ; l'homme qui l'a trouve le cache et, dans sa joie, il va vendre tout ce qu'il a pour acheter ce champ-laÁ. La parabole de la perle Voici encore Áa quoi le reÁgne des cieux est semblable : un marchand qui cherchait de belles perles. | Ayant trouve une perle de grand prix, il est alle vendre tout ce qu'il avait pour l'acheter. La parabole du filet Voici encore Áa quoi le reÁgne des cieux est semblable : un filet jete dans la mer et qui rassemble des poissons de toute espeÁce. | Quand il est rempli, on le tire sur le rivage, puis on s'assied, on recueille ce qui est bon dans des reÂcipients et on jette ce qui est mauvais. | Il en sera de meÃme Áa la fin du monde. Les anges s'en iront seÂparer les mauvais du milieu des justes | et ils les jetteront dans la fournaise ardente ; c'est laÁ qu'il y aura des pleurs et des grincements de dents. L'ancien et le nouveau Avez-vous compris tout cela ? Ð Oui, reÂpondirent-ils. | Il leur dit : C'est pourquoi tout scribe instruit du reÁgne des cieux est semblable Áa un

anges 16.27 ; 24.31 ; 25.31ss. Ð mal 7.23n. la fournaise ardente : litt. la fournaise du feu, de meÃme v. 50 ; Dn 3.6. Ð pleurs... 8.12+. justes / soleil 17.2 ; Jg 5.31 ; 2S 23.3s ; Dn 12.3. Ð Que celui... 11.15+. treÂsor Pr 2.4. Ð vendre tout 19.21,29 ; Lc 14.33 ; Ph 3.7s. Ð Cf. Evangile selon Thomas 109 : « JeÂsus a dit : ``Le Royaume est semblable aÁ un homme qui avait un treÂsor cache dans son champ, mais ne le savait pas. ApreÁs sa mort, il le laissa aÁ son fils. Le fils ne savait rien du treÂsor ; il heÂrita le champ et le vendit. Celui qui l'avait achete vint labourer et trouva le treÂsor. Il se mit aÁ preÃter de l'argent aÁ inteÂreÃt aÁ qui il voulut.'' » un marchand : litt. un homme marchand ou un homme, un marchand. vendre : le verbe grec employe ici n'est pas le meÃme qu'au v. 44. Ð Evangile selon Thomas 76 : « JeÂsus a dit : ``Le Royaume du PeÁre est semblable aÁ un marchand qui avait un ballot et qui trouva une perle. Ce marchand eÂtait aviseÂ. Il vendit le ballot et s'acheta la perle seule. Vous aussi cherchez le treÂsor incorruptible et durable, ouÁ la mite ne vient pas manger et ouÁ le ver ne deÂtruit pas.'' » Cf. 6.20. Cf. Evangile selon Thomas 8 : « Et il a dit : ``L'homme est semblable aÁ un peÃcheur aviseÂ, qui jeta son filet aÁ la mer et l'en retira plein de petits poissons ; parmi eux, le peÃcheur avise trouva un gros et beau poisson ; il rejeta tous les petits aÁ la mer, et choisit le gros sans difficulteÂ. Celui qui a des oreilles pour entendre, qu'il entende !'' » Ð rassemble ou ramasse, prend ; le meÃme verbe est traduit par recueillir au v. 30 ; cf. 4.19// ; 22.9s ; Ha 1.14s. Ð des poissons : sous-entendu dans le texte. recueille v. 28n. Ð bon v. 8n. Ð reÂcipients : mot employe uniquement ici et en 25.4, qui deÂsigne habituellement des vases de poterie. Ð jette : litt. jette dehors. Ð mauvais : autre traduction pourri 12.33n ; voir aussi Lv 11.9-12. Cf. v. 39n ; 3.12 ; 25.32 ; Ps 1.5. Ð anges v. 41+. Ð justes : cf.

46

Les gens de Nazareth ne croient pas en JeÂsus Mc 6.1-6 ; Lc 4.16-24

53 54

55 56 57

58

$

Mc 6.14-16 ; Lc 9.7-9

14 2

48

49

4 5 6

50 51 52

53 54 55

56 57 58

14 2

$

Car HeÂrode avait fait arreÃter Jean, il l'avait fait lier et mettre en prison, Áa cause d'HeÂrodiade, femme de Philippe, son freÁre. | En effet, Jean lui disait : Il ne t'est pas permis de l'avoir pour femme. | HeÂrode voulait le tuer, mais il avait peur de la foule, parce qu'elle tenait Jean pour un propheÁte. Or, pour l'anniversaire de la naissance d'HeÂrode, la fille d'HeÂrodiade dansa au milieu des convives et

v. 17,43 ; 5.45 ; 9.13 ; 23.28s ; 25.37,46. V. 42n. V. 16,23. scribe 23.34 ; Esd 7.6,10. Ð instruit : autre traduction devenu disciple. Ð maõÃtre de maison 20.1 ; 21.33. Ð treÂsor 12.35// ; 2Co 4.7. Ð nouvelles / anciennes : cf. 9.16s. 7.28. son pays ou sa reÂgion d'origine, c.-aÁ-d. Nazareth 2.23 ; 4.13,23. Ð eÂbahis 7.28+. Ð miracles : cf. 7.22n. le fils du charpentier : cf. Mc 6.3n. Ð Marie (en grec Mariam, cf. Lc 1.27n), et ses freÁres... 12.46+// ; Jn 2.1,12 ; 6.42 ; 19.25 ; Ac 1.14 ; 12.17 ; Ga 1.19 ; Jd 1. Jn 7.15. cause de chute 11.6n. Ð propheÁte / pays Lc 4.24n ; Jn 4.44. manque de foi : litt. non-foi, cf. 17.17,20n ; 23.23n ; Rm 11.20 ; voir aussi 8.13+. $

$

HeÂrode le teÂtrarque, c.-aÁ-d. HeÂrode Antipas Lc 3.1. aux gens de sa cour : litt. aÁ ses serviteurs (8.6n). Ð Jean le Baptiseur 16.14//. Ð reÂveille : autre traduction releveÂ, cf. 2.13n ; voir reÂsurrection . Ð il a le pouvoir de faire des miracles : litt. les puissances sont aÁ l'úuvre en lui ou les miracles s'opeÁrent par lui, cf. 7.22n ; 13.54 ; Ga 3.5. 4.12 ; 11.2n ; Lc 3.19s. Ð Le premier mari d'HeÂrodiade n'eÂtait pas Philippe le teÂtrarque (Lc 3.1), mais un autre fils d'HeÂrode le Grand (Mc 6.17n). Il avait eÂpouse sa nieÁce HeÂrodiade, qui l'avait abandonne apreÁs lui avoir donne une fille, SalomeÂ, mentionneÂe dans la suite du reÂcit. Ex 20.14 ; Lv 18.16 ; 20.21 ; cf. Mc 6.18. Ð pour femme : sousentendu dans le texte. HeÂrode voulait : litt. il voulait ; 11.9 ; 21.26//. Ð Jean... propheÁte : cf. 21.26+. Cf. Gn 40.20ss. Ð au milieu des convives : sous-entendu dans le texte. $

1

$

$

$

$

En ce temps-laÁ, HeÂrode le teÂtrarque entendit parler de JeÂsus ; | il dit aux gens de sa cour : C'est Jean le Baptiseur ! Il s'est reÂveille d'entre les morts, et c'est pour cela qu'il a le pouvoir de faire des miracles. Mc 6.17-29 ; Lc 3.19-20

3

$

47

Lorsque JeÂsus eut acheve ces paraboles, il partit de laÁ. | Il vint dans son pays et se mit Áa enseigner dans leur synagogue ; Âebahis, les gens se demanÁ lui viennent cette sagesse et ces daient : D'ou miracles ? | N'est-ce pas le fils du charpentier ? Sa meÁre ne s'appelle-t-elle pas Marie, et ses freÁres Jacques, Joseph, Simon et Judas ? | Ses súurs ne Á lui vient sont-elles pas toutes parmi nous ? D'ou donc tout cela ? | Il Âetait pour eux une cause de chute. Mais JeÂsus leur dit : On ne refuse pas d'honorer un propheÁte, sinon dans son pays et dans sa maison. | Et il ne fit pas, laÁ, beaucoup de miracles, Áa cause de leur manque de foi. La mort de Jean le Baptiseur

$

$

45

maõÃtre de maison qui tire de son treÂsor des choses nouvelles et des choses anciennes.

3

4 5 6

$


MATTHIEU 14±15 7 8

9 10 11 12

plut Áa HeÂrode, | tant et si bien qu'il s'engagea par serment Áa lui donner ce qu'elle demanderait. | A l'instigation de sa meÁre, elle dit : Donne-moi ici meÃme, sur un plat, la teÃte de Jean le Baptiseur. AttristeÂ, Áa cause de ses serments et des convives, le roi commanda de la lui donner | et envoya deÂcapiter Jean dans la prison. | On apporta sa teÃte sur un plat et on la donna Áa la jeune fille, qui la porta Áa sa meÁre. | Les disciples de Jean vinrent prendre son corps et l'ensevelirent. Et ils alleÁrent l'annoncer Áa JeÂsus. JeÂsus nourrit cinq mille hommes

Mc 6.30-44 ; Lc 9.10-17 ; Jn 6.1-15 ; cf. Mt 15.32-39// 13

14 15

16 17 18 19

20 21

22

7 8 9 12 13 14

15 16 19

23

24 25 26

27 28 29 30

21 23 24

s'engagea : le meÃme verbe est traduit ailleurs par deÂclarer, reconnaõÃtre (7.23 ; 10.32n) ; cf. Ac 7.17 ; voir aussi Est 5.6. A l'instigation de : litt. pousseÂe en avant par, comme en Ac 19.33 ; cf. Ez 16.44 ; 2Ch 22.3. Certains mss portent : Le roi fut attristeÂ, mais aÁ cause de ses serments... il commanda... ; cf. Jg 11.35 ; Pr 29.25. Cf. Ac 8.2. A cette nouvelle... : cf. 4.12. 9.36 ; 15.30,32. Ð il en fut eÂmu : cf. 9.36n. Ð leurs malades ; le meÃme mot, qui eÂvoque eÂtymologiquement la faiblesse, revient en Mc 6.5,13 ; 16.18 ; il est traduit par infirmes en 1Co 11.30. 15.23. 15.32ss// ; 2R 4.42ss. Ð JeÂsus leur dit : certains mss portent seulement il leur dit. Mc 14.22 ; Jn 6.23 ; Ac 27.35. Ð leva les yeux Jn 11.41+. Ð prononcËa la beÂneÂdiction : litt. beÂnit ; d'autres comprennent les beÂnit (avec un compleÂment d'objet sous-entendu), de meÃme 26.26 ; cf. Mc 8.7n. Ð rompit : autre traduction partagea ; cf. Ac 2.42n. Ð et les disciples... : litt. et les disciples aux foules. morceaux : le terme grec est deÂrive du verbe traduit par rompre au v. 19. Ð restaient : le verbe correspondant est habituellement traduit par abonder, deÂpasser. 16.9. Ð sans compter : litt. sans, de meÃme en 15.38. 15.39//. Ð montagne 5.1n. 8.23-27//. Ð deÂjaÁ aÁ plusieurs (ou de nombreux) stades (c.-aÁ-d. plusieurs centaines de meÁtres ; voir mesures ) de la terre : quelques mss portent au milieu de la mer (cf. Mc 6.47). Ð malmene : litt. tourmenteÂ, comme en 8.6 ; Mc 5.7. mer de GalileÂe ; 4.13n. Cf. Es 43.16 ; Ps 77.20 ; Jb 9.8. Lc 24.37. Ð dans leur crainte : cf. 9.8. $

25 26

renverrait les foules. | ApreÁs avoir renvoye les foules, il monta sur la montagne pour prier Áa l'eÂcart ; le soir venu, il Âetait encore laÁ, seul. Le bateau Âetait deÂjaÁ Áa plusieurs stades de la terre, malmene par les vagues ; car le vent Âetait contraire. | A la quatrieÁme veille de la nuit, il vint vers eux en marchant sur la mer. | Quand les disciples le virent marcher sur la mer, ils furent troubleÂs et dirent : C'est un fantoÃme ! Et, dans leur crainte, ils pousseÁÃt : Courage ! rent des cris. | JeÂsus leur dit aussito C'est moi, n'ayez pas peur ! | Pierre lui reÂpondit : Si c'est toi, ordonne-moi de venir vers toi sur les eaux. | Ð Viens ! dit-il. Pierre descendit du bateau, marcha sur les eaux et vint vers JeÂsus. | Mais en voyant que le vent Âetait fort, il eut peur, et, comme il commencËait Áa couler, il s'eÂcria : Seigneur, sauvemoi ! | AussitoÃt JeÂsus tendit la main, le saisit et lui dit : Homme de peu de foi, pourquoi as-tu doute ? | Ils monteÁrent dans le bateau, et le vent tomba. Ceux qui Âetaient dans le bateau se prosterneÁrent devant lui et dirent : Tu es vraiment Fils de Dieu !

A cette nouvelle, JeÂsus prit un bateau pour se retirer Áa l'eÂcart, dans un lieu deÂsert ; les foules l'apprirent, quitteÁrent les villes et le suivirent Áa pied. | 31 Quand il descendit du bateau, il vit une grande 32 foule, et il en fut Âemu ; il gueÂrit leurs malades. Le soir venu, les disciples vinrent lui dire : Ce 33 lieu est deÂsert, et l'heure est deÂjaÁ avanceÂe ; renvoie les foules, pour qu'elles aillent s'acheter des vivres GueÂrisons aÁ GenneÂsareth dans les villages. | Mais JeÂsus leur dit : Elles n'ont Mc 6.53-56 ; cf. Jn 6.22-25 pas besoin de s'en aller ; donnez-leur vous-meÃmes Áa manger. | Ils lui disent : Nous n'avons ici que cinq 34 Ils acheveÁrent la traverseÂe et arriveÁrent Áa pains et deux poissons. | Et il dit : Apportez-les-moi 35 GenneÂsareth. | Les gens de l'endroit le reconnurent ici. | Il ordonna aux foules de s'installer sur l'herbe, et le firent annoncer dans toute la reÂgion, et on lui prit les cinq pains et les deux poissons, leva les yeux 36 amena tous les malades. | On le suppliait de leur laisser toucher ne serait-ce que la frange de son vers le ciel et prononcËa la beÂneÂdiction. Puis il veÃtement. Et tous ceux qui le toucheÁrent furent rompit les pains et les donna aux disciples, et les sauveÂs. disciples en donneÁrent aux foules. | Tous mangeÁrent et furent rassasieÂs, et on emporta douze paniers JeÂsus et la tradition pleins des morceaux qui restaient. | Ceux qui Mc 7.1-13 avaient mange Âetaient environ cinq mille hommes, sans compter les femmes et les enfants. 15 Alors des pharisiens et des scribes viennent de 2 Je Ârusalem aupreÁs de JeÂsus et disent : | Pourquoi tes JeÂsus marche sur la mer disciples transgressent-ils la tradition des anciens ? Mc 6.45-52 ; Jn 6.16-21 Car ils ne se lavent pas les mains quand ils 3 mangent. | Il leur re Âpondit : Et vous, pourquoi Ensuite, il obligea les disciples Áa monter dans le bateau et Áa le preÂceÂder sur l'autre rive, pendant qu'il transgressez-vous le commandement de Dieu au

27

28 30

31 33

34

$

20

1269

$

35 36

15 2

JeÂsus leur dit : certains mss portent il leur dit. Ð Courage 9.2 ; Es 41.13. Ð C'est moi : la formule, naturelle en grec (cf. 26.22,25), pourrait aussi se traduire, dans d'autres contextes : je suis ou c'est moi qui suis (22.32 ; 24.5) ; cf. Jn 4.26n ; 8.24n,28,58. Ð n'ayez pas peur 1.20+. Cf. Lc 5.8 ; Jn 21.7. Certains mss omettent le mot fort, de sorte qu'on lit : en voyant le vent ou en prenant garde au vent. Ð couler : le meÃme verbe est traduit par noyer en 18.6. 6.30+ ; 28.17 ; cf. Jc 1.6. se prosterneÁrent (voir culte ) : cf. 2.2n,11. Ð Fils de Dieu ou fils de Dieu, un fils de Dieu, le Fils de Dieu ; 3.17 ; 4.3 ; 16.16+ ; Jn 1.49 ; Rm 1.4. GenneÂsareth : la localisation preÂcise est incertaine ; l'endroit serait sans doute aÁ chercher dans la reÂgion au nord-ouest du lac de TibeÂriade, appele aussi lac de GenneÂsareth (Lc 5.1). Ð Cf. Jn 6.2225. 4.24. Ð le firent annoncer : litt. envoyeÁrent (sous-entendu : des messagers). 9.20n. Ð le toucheÁrent (JeÂsus) ou la toucheÁrent (la frange) : litt. tous ceux qui toucheÁrent. Ð furent sauveÂs ou tout aÁ fait sauveÂs, tout aÁ fait gueÂris ; le verbe habituellement traduit par sauver (1.21n ; 9.21ns) est ici renforce par un preÂfixe ; de meÃme Lc 7.3 ; Ac 23.24 (sain et sauf ) ; 27.43ns ; 28.1,4 ; 1P 3.20. $

$

Cf. Jn 1.19. Ð pharisiens / scribes 12.38+ ; 23.2,13ss,25ss. transgressent-ils (voir peÂche ) : cf. Ac 1.15n ; Rm 4.15 ; 5.14. Ð tradition : cf. 11.27n ; Mc 7.3n ; voir aussi Ga 1.14 ; Col 2.8. Ð ne se lavent pas les mains Lc 11.38. Ð quand ils mangent : litt. quand ils mangent du pain ; cf. Gn 3.19n ; 37.25n. 1

$

$

$


1270 4 5

6 7 8 9

MATTHIEU 15

profit de votre tradition ? | Car Dieu a dit : Honore ton peÁre et ta meÁre, et : Celui qui parle en mal de son peÁre ou de sa meÁre sera mis aÁ mort. | Mais vous, vous dites : Celui qui dira Áa son peÁre ou Áa sa meÁre : « Ce que j'aurais pu te donner pour t'assister est un preÂsent sacre », | celui-laÁ n'a plus Áa honorer son peÁre ou sa meÁre. Ainsi vous avez annule la parole de Dieu Áa cause de votre tradition. | Hypocrites, EsaõÈe a bien parle en propheÁte sur vous, quand il a dit : Ce peuple m'honore des leÁvres, mais son cúur est treÁs Âeloigne de moi. C'est en vain qu'ils me rendent un culte, eux qui enseignent comme doctrines des commandements humains.

11

12 13 14

15-16 17 18 19

4 5

6 7

Il appela la foule et dit : Ecoutez et comprenez. Ce n'est pas ce qui entre dans la bouche qui souille l'eÃtre humain ; c'est ce qui sort de la bouche qui souille l'eÃtre humain. Alors ses disciples vinrent lui dire : Sais-tu que cette parole a Âete une cause de chute pour les pharisiens ? | Il reÂpondit : Toute plante qui n'a pas Âete planteÂe par mon PeÁre ceÂleste sera deÂracineÂe. | Laissez-les : ce sont des aveugles qui guident des aveugles. Si un aveugle guide un aveugle, ils tomberont tous deux dans une fosse. Pierre lui dit : Explique-nous cette parabole. | Il reÂpondit : Etes-vous encore sans intelligence, vous aussi ? | Ne comprenez-vous pas que tout ce qui entre dans la bouche va dans le ventre, avant d'eÃtre Âevacue aux latrines ? | En revanche, ce qui sort de la bouche provient du cúur, et c'est cela qui souille l'eÃtre humain. | Car c'est du cúur que viennent raisonnements mauvais, meurtres, adulteÁres, inconduites sexuelles, vols, faux teÂmoignages,

Ex 20.12 ; 21.17 ; Lv 20.9 ; Dt 5.16 ; 27.16 ; Mc 7.10n ; Ep 6.2s. un preÂsent sacre (voir saint ) : litt. un preÂsent, mais le mot grec correspond aÁ un terme technique deÂsignant une offrande qui, une fois consacreÂe aÁ Dieu, ne pouvait plus servir aÁ un usage profane ; cf. Pr 28.24 ; voir Mc 7.11n. n'a plus : autre traduction n'a en aucun cas. Hypocrites 6.2n ; 22.18 ; 23.13ss ; Lc 12.1. Ð EsaõÈe a bien parle en propheÁte : autre traduction c'est avec raison qu'EsaõÈe a parle en propheÁte ; cf. Es 29.13 ; voir aussi Ac 28.25. Cf. Es 58.2-4 ; Ez 14.3 ; Ps 78.36s. Voir cúur . rendent un culte : le verbe ainsi traduit est employe principalement dans les Actes et exprime une veÂneÂration religieuse. Ð preÂceptes (voir loi ) humains Col 2.22 ; Tt 1.14. 13.23. Ð Ecoutez : autre traduction entendez. souille : autre traduction profane ; le verbe grec est apparente aux mots traduits par commun et communion (ou solidariteÂ) ; il peut s'appliquer aÁ une impurete rituelle (Ac 10.15 ; voir pur , impur) autant qu'aÁ une profanation (Ac 21.28). Cf. 12.34 ; 15.17s ; Ac 10.15 ; 11.8 ; Rm 14.14,20 ; Ep 4.29 ; Jc 3.6. cette parole... : litt. les pharisiens ont eÂte « scandaliseÂs » en entendant cette parole, voir 11.6n ; cf. Pr 12.1 ; 1Co 1.23 ; Ga 5.11. Jn 15.1-6 ; Ac 5.38s. Evangile selon Thomas 40 : « JeÂsus a dit : ``Un cep de vigne a eÂte plante en dehors du PeÁre et, n'eÂtant pas solide, il sera arrache jusqu'aÁ sa racine et deÂtruit.'' » EpõÃtre d'Ignace d'Antioche aux Tralliens 11.1 : « Fuyez donc ces mauvaises plantes parasites : elles portent un fruit qui donne la mort, et si quelqu'un en gouÃte, il meurt sur-le-champ. Ceux-laÁ ne sont pas la plantation du PeÁre. » Aux Philadelphiens 3.1 : « Abstenez-vous des plantes mauvaises que JeÂsus-Christ ne cultive pas, parce qu'elles ne sont pas une plantation du PeÁre. » 23.16,24 (cf. 7.5) ; Lc 6.39 ; Rm 2.19. Evangile selon Thomas 34 : « JeÂsus a dit : ``Si un aveugle conduit un aveugle, ils tombent tous les deux dans une fosse.'' » $

Mc 7.24-30

21 22

23 24

26 27

28

$

Mc 7.31-37

29 30

31

15 16 17 18 19 20 21

$

$

10 11

22

$

12 13

14

JeÂsus partit de laÁ et longea les rives de la mer de GalileÂe. Il monta sur la montagne et il s'assit. | Alors de grandes foules vinrent Áa lui, avec des infirmes, des aveugles, des sourds-muets, des estropieÂs et beaucoup d'autres malades. On les deÂposa Áa ses pieds, et il les gueÂrit ; | et la foule s'eÂtonnait de voir les sourds-muets parler, les estropieÂs redevenir valides, les infirmes marcher, les aveugles voir ; et elle glorifiait le Dieu d'IsraeÈl.

13.36. sans intelligence : le mot ainsi traduit vient du verbe traduit par comprendre au v. 10 ; cf. 16.9. V. 11 ; 1Co 6.13. Ð va : le meÃme verbe est traduit par comprendre en 19.11ns. provient du cúur v. 11n ; Pr 4.23 ; Rm 1.29. 5.21-37 ; 12.34 ; Gn 6.5 ; Jr 17.9 ; Pr 6.14 ; 1Jn 3.15. Ð calomnies : le mot signifie eÂgalement blaspheÁmes, cf. 12.31 ; 27.39n. V. 2. vers la reÂgion : autre traduction dans la reÂgion (comme en Mc 7.24, cf. 7.31) ; cette reÂgion correspond aÁ l'ancienne PheÂnicie, situeÂe au nord-ouest du pays des Juifs, sur la coÃte meÂditerraneÂenne (cf. Mc 3.8). Une CananeÂenne : litt. une femme cananeÂenne ; le terme CananeÂens deÂsigne souvent dans l'A.T. ceux qui occupaient le pays avant les IsraeÂlites et qui eÂtaient resteÂs « paõÈens » (voir nonJuifs ) ; cf. Mc 7.26n. Ð venue de ce territoire... : autre traduction une CananeÂenne de ce territoire sortit et se mit aÁ crier. Ð Aie compassion... Fils de David 9.27+. Ð tourmenteÂe par un deÂmon , litt. deÂmoniseÂe. Lm 3.8. Ð Renvoie-la : on pourrait aussi traduire deÂlivre-la (le verbe correspondant n'a aucun rapport avec celui qui est rendu par envoyer au v. 24) ; cf. 14.15 ; Ac 16.17s. envoye 9.38n. Ð moutons... IsraeÈl 10.6n. Cf. Lc 18.1ss. Ð se prosterner 2.2n ; voir culte . aux chiens : autre traduction aux petits chiens ; cf. 7.6+ ; voir Mc 7.27n. Lc 16.21 ; cf. 7.6s. Ð d'ailleurs : autre traduction pourtant meÃme les chiens... Ð maõÃtres ou seigneurs. 8.10,13n. Ð gueÂrie : meÃme verbe 8.8,13 (voir 8.7n). mer 4.13n. Ð montagne 5.1n. 19.2. Ð deÂposa : litt. jeta, comme en 27.5. 9.33 ; 11.5 ; Lc 7.16. Ð glorifiait 9.8 ; cf. 5.16+. $

$

$

$

$

23

$

$

JeÂsus partit de laÁ et se retira vers la reÂgion de Tyr et de Sidon. | Une CananeÂenne venue de ce territoire se mit Áa crier : Aie compassion de moi, Seigneur, Fils de David ! Ma fille est cruellement tourmenteÂe par un deÂmon. | Il ne lui reÂpondit pas un mot ; ses disciples vinrent lui demander : Renvoie-la, car elle crie derrieÁre nous. | Il reÂpondit : Je n'ai Âete envoye qu'aux moutons perdus de la maison d'IsraeÈl. | Mais elle vint se prosterner devant lui en disant : Seigneur, viens Áa mon secours ! | Il reÂpondit : Ce n'est pas bien de prendre le pain des enfants pour le jeter aux chiens. | Ð C'est vrai, Seigneur, dit-elle ; d'ailleurs les chiens mangent les miettes qui tombent de la table de leurs maõÃtres... | Alors JeÂsus lui dit : O femme, grande est ta foi ; qu'il t'advienne ce que tu veux. Et deÁs ce moment meÃme sa fille fut gueÂrie. GueÂrisons au bord du lac de GalileÂe

$

8 9

calomnies. | VoilaÁ ce qui souille l'eÃtre humain ; mais manger sans s'eÃtre lave les mains ne souille pas l'eÃtre humain. La foi d'une CananeÂenne

25

Mc 7.14-23 10

20

24 25 26 27 28 29 30 31

$

$


MATTHIEU 15±16

JeÂsus nourrit quatre mille hommes

Mc 8.1-10 ; cf. Mt 14.13-21// 32

33 34 35 36

37 38

39

JeÂsus appela ses disciples et dit : Je suis Âemu par cette foule : voilaÁ deÂjaÁ trois jours qu'ils restent aupreÁs de moi et qu'ils n'ont rien Áa manger. Je ne veux pas les renvoyer Áa jeun, de peur qu'ils ne deÂfaillent en chemin. | Les disciples lui dirent : Á trouverions-nous, dans ce lieu deÂsert, assez de Ou pains pour rassasier une si grande foule ? | JeÂsus leur dit : Combien de pains avez-vous ? Sept, reÂpondirent-ils, et quelques petits poissons. | Alors il enjoignit Áa la foule de s'installer par terre | et prit les sept pains et les poissons ; apreÁs avoir rendu graÃce, il les rompit et se mit Áa les donner aux disciples, et les disciples en donneÁrent aux foules. | Tous mangeÁrent et furent rassasieÂs, et on emporta sept corbeilles pleines des morceaux qui restaient. | Ceux qui avaient mange Âetaient quatre mille hommes, sans compter les femmes et les enfants. Ensuite, il renvoya les foules, monta dans le bateau et se rendit dans le territoire de Magadan.

Le levain des pharisiens et des sadduceÂens Mc 8.14-21

5 6 7 8 9

10 11

12

Les disciples, en partant pour l'autre rive, avaient oublie de prendre des pains. | JeÂsus leur dit : Veillez Áa vous garder du levain des pharisiens et des sadduceÂens. | Les disciples raisonnaient, se disant : C'est parce que nous n'avons pas pris de pains. | JeÂsus s'en rendit compte et dit : Pourquoi raisonnez-vous, gens de peu de foi, en vous disant que vous n'avez pas de pains ? | Vous ne comprenez pas encore ? Vous ne vous rappelez pas les cinq pains des cinq mille et le nombre de paniers que vous avez emporteÂs, | ni les sept pains des quatre mille et le nombre de corbeilles que vous avez emporteÂes ? | Comment pouvez-vous ne pas comprendre que ce n'est pas de pains que je vous parlais ? Mais gardez-vous du levain des pharisiens et des sadduceÂens. | Alors ils comprirent qu'il avait dit de se garder non pas du levain des pains, mais de l'enseignement des pharisiens et des sadduceÂens. Pierre deÂclare que JeÂsus est le Christ

Pas de signe venant du ciel Mc 8.11-13 ; Lc 11.16,29

16 2 3

4

eÂmu 9.36n ; 14.14. Ð rien aÁ manger : litt. pas de quoi manger. Nb 11.13. 14.19n. Ð rendu graÃce 26.27n. Ð aux disciples : certains mss portent aÁ ses disciples. Ð et les disciples... : litt. et les disciples aux foules. 37 14.20n ; Rm 14.6 ; 1Co 10.30. 38 14.21n ; 16.10.  e ; certains mss lisent 39 14.23. Ð Magadan : localite non identifie Magdala, nom d'une localite situeÂe aÁ l'ouest du lac de TibeÂriade.

16 2 3 4 6 7

8

9 10 11 12 13

Mc 8.27-30 ; Lc 9.18-21 ; cf. Jn 6.66-71 13

Les pharisiens et les sadduceÂens l'abordeÁrent et, pour le mettre Áa l'eÂpreuve, lui demandeÁrent de leur 14 faire voir un signe venant du ciel. | Il leur reÂpondit : Le soir, vous dites : « Il fera beau, car le ciel est rouge. » | Et le matin : « Il y aura de l'orage aujour- 15-16 d'hui, car le ciel est d'un rouge sombre. » Vous savez discerner l'aspect du ciel, et vous ne pouvez 17 pas discerner les signes des temps ! | Une geÂneÂration mauvaise et adulteÁre recherche un signe ; il ne lui sera pas donne d'autre signe que le signe de 18 Jonas. Puis il les laissa et s'en alla.

32 33 36

$

 ens v. 6,11s ; 3.7+. Ð met1 Cf. 12.38. Ð pharisiens / sadduce tre aÁ l'eÂpreuve 4.1n. Ð signe : cf. Ex 4.1-9 ; Jg 6.17 ; 2R 20.8 ; Es 7.11,14. Certains mss omettent la premieÁre partie de la reÂponse, depuis Le soir... jusqu'aÁ la fin du v. 3. Cf. Lc 12.54-56. orage : le meÃme mot est aussi traduit par hiver (24.20) et tempeÃte (Ac 27.20). Ð signes des temps : cf. Lc 19.44. geÂneÂration ... 12.39+,45. Ð Jonas : cf. 12.39-41n. V. 1,11s ; 13.33n ; Lc 12.1 ; 1Co 5.7. raisonnaient : la tournure du grec peut signifier raisonnaient en eux-meÃmes ou entre eux, meÃme possibilite v. 8 ; cf. 21.25. Ð C'est parce que... : autre traduction et disaient : Nous n'avons pas pris de pains. s'en rendit compte 12.15+ ; Mc 2.8//. Ð raisonnez... v. 7n. Ð peu de foi : cf. 6.30+s. Ð en vous disant : autre traduction parce que. Ð vous n'avez pas : certains mss portent vous n'avez pas pris. 14.17-21 ; Mc 6.52. 15.34-38. V. 6. Cf. 5.20+. Ð des pains : certains mss portent du pain. CeÂsareÂe de Philippe : ville baÃtie par HeÂrode Philippe preÁs des sources du Jourdain, au nord-est de la GalileÂe. Ð des gens : autres traductions des humains ; des hommes (meÃme terme dans $

$

JeÂsus, arrive dans la reÂgion de CeÂsareÂe de Philippe, se mit Áa demander Áa ses disciples : Au dire des gens, qui est le Fils de l'homme ? | Ils dirent : Pour les uns, Jean le Baptiseur ; pour d'autres, Elie ; pour d'autres encore, JeÂreÂmie, ou l'un des propheÁtes. Ð Et pour vous, leur dit-il, qui suis-je ? | Simon Pierre reÂpondit : Toi, tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant. | JeÂsus lui dit : Heureux es-tu, Simon, fils de Jonas ; car ce ne sont pas la chair et le sang qui t'ont reÂveÂle cela, mais mon PeÁre qui est dans les cieux ! | Moi, je te dis que tu es Pierre, et sur cette pierre je construirai mon Eglise, et les portes du seÂjour des

l'expression Fils de l'homme) ; cf. 5.13+. Ð qui est... : certains mss portent qui suis-je, moi, le Fils de l'homme ? 8.20+. Cf. 14.2 ; 17.10 ; 21.11+ ; Mc 6.14s. Ð Jean le Baptiseur 3.1n. Ð l'un des propheÁtes 5.12+ ; 11.13 ; 13.17. Christ 1.16n. Ð Fils du Dieu vivant : cf. 3.17 ; 8.29 ; 14.33 ; 26.63 ; 27.40,43,54 ; Jn 1.34+. Heureux 13.16. Ð Simon 4.18. Ð la chair et le sang 1Co 15.50 ; Ga 1.16 ; Ep 6.12 ; He 2.14 ; Siracide 14.18 : « Comme le feuillage verdoyant sur un arbre touffu tantoÃt tombe et tantoÃt repousse, ainsi les geÂneÂrations de chair et de sang : l'une meurt et une autre apparaõÃt. » 17.31 : « L'eÃtre de chair et de sang meÂdite le mal. » 1 HeÂnoch 15.4 : « Eux (les humains) qui creÂent de la chair et du sang, qui meurent et disparaissent. » Ð reÂveÂle 11.27 (cf. 16.23) ; Jn 6.44s ; 1Co 2.9 ; 12.3 ; Ga 1.15s. pierre : en grec petra (roc, 7.24ss ; rocher, 27.51). Le nom de Pierre se dit Petros (cf. Jn 1.42) ; voir Ep 2.20 ; 1P 2.5ss. Ð Eglise : transcription traditionnelle du grec ekkleÁsia qui, avant le N.T., avait eÂte souvent employe dans la traduction grecque de l'A.T. (LXX ) au sens d'assembleÂe ; Dt 23.2,4 ; Ps 22.23 ; Ac 7.38. Ð les portes du seÂjour des morts... : c.-aÁ-d. le pouvoir de la mort, ou celui du mal ; cf. v. 28 ; 10.23 ; sur l'expression, voir Ps 9.14 ; Jb 38.17 ; Sagesse 16.13 : « Tu as pouvoir sur la vie et la mort, tu fais descendre aux portes de l'HadeÁs et en fais remonter. » Voir aussi Es 5.14 ; 28.15-19 ; Pr 1.12 ; Ap 6.8 ; 9.1ss ; 20.3,7s ; Hymnes (QumraÃn ) 6.24ss : « Et l'AbõÃme retentit de mon geÂmissement, et mon aÃme descendit jusqu'aux portes de la Mort. Et je fus comme quelqu'un qui a peÂneÂtre dans une ville fortifieÂe et qui s'est retranche dans une muraille escarpeÂe en attendant la deÂlivrance. Et je me suis appuye sur ta veÂriteÂ, oà mon Dieu ! Car c'est toi qui mettras la fondation sur le rocher et la charpente sur le cordeau de justice et le fil aÁ plomb de veÂrite pour controÃler les pierres eÂprouveÂes, en vue de construire une baÃtisse robuste, telle qu'elle ne soit pas eÂbranleÂe et que nul de $

14

$

$

16 17

$

$

$

$

1271

$

18

$

$

$

$

$

$


1272 19

20

MATTHIEU 16±17

morts ne preÂvaudront pas contre elle. | Je te donnerai les clefs du royaume des cieux : ce que tu lieras sur la terre sera lie dans les cieux, et ce que tu deÂlieras sur la terre sera deÂlie dans les cieux. Alors il recommanda aux disciples de ne dire Áa personne qu'il Âetait le Christ. JeÂsus annonce sa mort et sa reÂsurrection

avant d'avoir vu le Fils de l'homme venant dans sa royauteÂ. JeÂsus transfigureÂ

Mc 9.2-10 ; Lc 9.28-36

17 2

Mc 8.31-33 ; Lc 9.22

21

22 23

DeÁs lors JeÂsus commencËa Áa montrer Áa ses disciples qu'il lui fallait aller Áa JeÂrusalem, souffrir beaucoup de la part des anciens, des grands preÃtres et des scribes, Ãetre tue et se reÂveiller le troisieÁme jour. Pierre le prit Áa part et se mit Áa le rabrouer, en disant : Dieu t'en preÂserve, Seigneur ! Cela ne t'arrivera jamais. | Mais lui se retourna et dit Áa Pierre : Va-t'en derrieÁre moi, Satan ! Tu es pour moi une cause de chute, car tu ne penses pas comme Dieu, mais comme les humains.

26

27

28

19

20 21

Alors JeÂsus dit Áa ses disciples : Si quelqu'un veut venir Áa ma suite, qu'il se renie lui-meÃme, qu'il se charge de sa croix et qu'il me suive. | Car quiconque voudra sauver sa vie la perdra, mais quiconque perdra sa vie Áa cause de moi la trouvera. | Et Áa quoi servira-t-il Áa un Ãetre humain de gagner le monde entier, s'il perd sa vie ? Ou bien, que donnera un Ãetre humain en Âechange de sa vie ? | Car le Fils de l'homme va venir dans la gloire de son PeÁre, avec ses anges, et alors il rendra aÁ chacun selon sa manieÁre d'agir. | Amen, je vous le dis, quelques-uns Ãteront pas la mort de ceux qui se tiennent ici ne gou ceux qui y peÂneÁtrent ne chancelle. » Ð ne preÂvaudront pas Es 54.17. les clefs, symboles du pouvoir, cf. 23.13 ; Es 22.22 ; Ap 1.18 ; 3.7. Ð lie / deÂlie : dans les textes anciens, des expressions analogues sont employeÂes dans des sens treÁs diffeÂrents en fonction des contextes (p. ex., dans des eÂcrits magiques, le sens est analogue aÁ celui du couple envouÃter / deÂsenvouÃter ). Dans l'usage du judaõÈsme rabbinique, il s'agit le plus souvent d'interdire et d'autoriser ; on trouve aussi d'autres nuances, comme exclure et inteÂgrer (dans une communauteÂ), retenir et pardonner (les peÂcheÂs) ; cf. 18.18 ; Jn 20.23 ; voir aussi Jb 38.31. 8.4. DeÁs lors 4.17. Ð JeÂsus : certains mss portent JeÂsus-Christ. Ð il lui fallait... 17.12,22s// ; 20.18s// ; 26.2// ; Lc 24.6s. Ð JeÂrusalem Lc 13.33. Ð anciens / grands preÃtres / scribes 2.4n ; 27.41+. Ð se reÂveiller : autre traduction se relever, cf. 2.13n ; voir reÂsurrection . Ð troisieÁme jour 12.40 ; 28.6 ; Os 6.2 ; Jn 2.19 ; 1Co 15.4. le rabrouer 8.26n. Ð Dieu t'en preÂserve : dans l'expression grecque correspondante, le mot pour Dieu est absent, mais vraisemblablement sous-entendu ; autres traductions : Que Dieu te soit propice ! Dieu ait pitie de toi ! d'autres comprennent, sans sous-entendre le mot Dieu : SuÃrement pas ! Ð jamais : autre traduction en aucun cas. Va-t'en (4.10) derrieÁre moi : la formule traduite par derrieÁre moi se retrouve au v. 24 dans l'expression venir aÁ ma suite, litt. venir derrieÁre moi. Ð Satan : voir Mc 8.33n et deÂmon , diable, Satan. Ð une cause de chute 11.6n ; cf. 2S 19.23. Ð tu ne penses pas... : litt. tu ne penses pas les choses de Dieu, mais celles des humains (ou des hommes ; des gens ; cf. 5.13+) ; l'expression peut signifier, plus simplement : tu n'es pas du coÃte de Dieu, mais du coÃte des humains ; cf. v. 17 ; 12.40 ; Es 55.8 ; 1Co 2.14 ; 3.3 ; meÃme tournure en Rm 8.5ss (s'accorder aux tendances de) ; formulation comparable Ph 3.19 ; Col 3.2 (penser aÁ). qu'il se renie lui-meÃme : meÃme verbe 26.34s,75 ; verbe apparente 10.33n ; cf. 10.38s// ; Lc 14.26s ; Jn 12.26. Autre traduction Quiconque voudra se sauver se perdra, mais quiconque se perdra aÁ cause de moi se trouvera ; sur le terme traduit par vie, voir 10.28n. Ð Lc 17.33 ; Jn 12.25 ; Ac 20.24 ; $

$

$

$

22

23

5

6

8

Mc 8.34±9.1 ; Lc 9.23-27

25

4

7

Comment suivre JeÂsus 24

3

9

Les disciples questionnent JeÂsus au sujet d'Elie Mc 9.11-13

10 11 12

25

Les disciples lui poseÁrent cette question : Pourquoi donc les scribes disent-ils : Il faut qu'Elie vienne d'abord. | Il reÂpondit : Il est vrai qu'Elie vient tout reÂtablir. | Mais je vous dis qu'Elie est deÂjaÁ venu :

Ap 12.11. gagner le monde 4.8 ; Jc 4.13. Ð perd : le verbe employe ici peut eÂvoquer la perte qui deÂcoule d'une amende ; celui qui apparaõÃt au v. 25 signifie parfois faire disparaõÃtre ou faire peÂrir (2.13) ; il a aussi le simple sens de perdre (10.42). Autres traductions s'il perd son aÃme ; s'il se perd lui-meÃme, cf. v. 25+ ; Ps 49.7-9 ; Lc 12.20. 27 Fils de l'homme (v. 13n)... gloire 19.28 ; 24.30s// ; 25.31 ; 2Th 1.7. Ð avec ses anges : cf. 13.41+ ; 24.31,36 ; 25.31. Ð il rendra... Ps 62.13 ; Pr 24.12. à teront pas (au28 Cf. 10.23 ; 23.36 ; 24.34. Ð Amen 5.18n. Ð ne gou tres traductions jamais, en aucun cas) la mort Jn 8.52 ; He 2.9. Ð sa royaute ou son royaume, son reÁgne, cf. 3.2n. 26

$

$

$

17 2 3 4 5

1 Pierre / Jacques / Jean 26.37// ; Mc 5.37// ; 13.3// ; cf. Ex 24.1316 ; 2P 1.16-18. 13.43 ; Ex 34.29s ; Mc 9.2n ; 2Co 3.18 ; Ap 1.16. Elie v. 10 ; Ml 3.22s. bon ou beau, cf. 12.33n. Voir aussi Ph 1.23. nueÂe Ex 13.21+ ; Ac 1.9. Ð voix... 3.17n ; 16.16+ ; Dt 18.15 ; Jn 10.17 ; Ac 3.22. Ð mon Fils bien-aime ou mon Fils, le bienaimeÂ. Ez 1.28 ; Ha 3.2 ; Dn 10.9. Ð saisis d'une grande crainte : meÃme expression 27.54. Dn 8.18 ; Ap 1.17. Ð Levez-vous : le meÃme verbe est traduit par se reÂveiller v. 9 ; cf. 2.13n. Litt. ayant leve les yeux ils ne virent personne sinon lui, JeÂsus, seul. 8.4+ ; 16.20s. Ð vision Ac 9.10+. Ð Fils de l'homme 8.20n. Ð se soit reÂveille ou releve (2.13n), voir reÂsurrection ; certains mss portent l'autre verbe grec traduit par se lever ou se relever ; de meÃme v. 23 ; 20.19. scribes 7.29 ; 9.3 ; 23.34. Ð Il faut... 11.14 ; Ml 3.23s. reÂtablir Ac 1.6 ; cf. Siracide 48.10 : « Toi (Elie) qui fus deÂsigneÂ, dans les reproches pour les temps aÁ venir, pour apaiser la coleÁre avant qu'elle ne se deÂchaõÃne, ramener le cúur du peÁre vers le fils et reÂtablir les tribus de Jacob. » 1R 19.2,10. Ð souffrir 16.21+. $

6 7

$

24

Six jours apreÁs, JeÂsus prend avec lui Pierre, Jacques et Jean, son freÁre, et il les conduit Áa l'eÂcart sur une haute montagne. | Il fut transfigure devant eux : son visage se mit Áa briller comme le soleil, et ses veÃtements devinrent blancs comme la lumieÁre. MoõÈse et Elie leur apparurent, qui s'entretenaient avec lui. | Pierre dit Áa JeÂsus : Seigneur, il est bon que nous soyons ici ; si tu le veux, je dresserai ici trois tentes, une pour toi, une pour MoõÈse et une pour Elie. | Comme il parlait encore, une nueÂe lumineuse les couvrit de son ombre. Et une voix retentit de la nueÂe : Celui-ci est mon Fils bien-aime ; c'est en lui que j'ai pris plaisir. Ecoutez-le ! Lorsqu'ils entendirent cela, les disciples tombeÁrent face contre terre, saisis d'une grande crainte. | Mais JeÂsus s'approcha, les toucha de la main et dit : Levez-vous, n'ayez pas peur ! | Ils leveÁrent les yeux et ne virent personne que JeÂsus, seul. Comme ils descendaient de la montagne, JeÂsus leur donna cet ordre : Ne parlez Áa personne de cette vision jusqu'aÁ ce que le Fils de l'homme se soit reÂveille d'entre les morts.

8 9

$

$

10 11

12

$

$


MATTHIEU 17±18

13

ils ne l'ont pas reconnu et ils l'ont traite comme ils ont voulu. De meÃme ils vont faire souffrir le Fils de l'homme. | Les disciples comprirent alors qu'il leur parlait de Jean le Baptiseur. JeÂsus gueÂrit un enfant lunatique

26

Mc 9.14-29 ; Lc 9.37-43

14 15

16 17

18

19 20

25

Lorsqu'ils furent arriveÂs preÁs de la foule, un homme vint se mettre Áa genoux devant lui | en disant : Seigneur, aie compassion de mon fils, qui est lunatique et souffre beaucoup ; il tombe souvent dans le feu, souvent dans l'eau. | Je l'ai amene Áa tes disciples, et ils n'ont pas pu le gueÂrir. | JeÂsus dit : GeÂneÂration sans foi et perverse, jusqu'aÁ quand serai-je avec vous ? Jusqu'aÁ quand vous supporteraije ? Amenez-le-moi ici. | JeÂsus rabroua le deÂmon, qui sortit du garcËon, et celui-ci fut gueÂri deÁs ce moment meÃme. Alors les disciples vinrent demander Áa JeÂsus, en prive : Pourquoi n'avons-nous pas pu le chasser nous-meÃmes ? | Ð C'est parce que vous avez peu de foi, leur dit-il. Amen, je vous le dis, en effet, si vous avez de la foi comme une graine de moutarde, vous direz Áa cette montagne : « DeÂplace-toi d'ici Áa laÁ », et elle se deÂplacera ; rien ne vous sera impossible.

27

1273

vinrent demander Áa Pierre : Votre maõÃtre paie-t-il les didrachmes ? | Ð Oui, dit-il. Quand il fut entre dans la maison, JeÂsus, prenant les devants, lui dit : Simon, qu'en penses-tu ? Les rois de la terre, de qui percËoivent-ils les taxes ou la capitation ? De leurs fils, ou des autres ? | Il reÂpondit : Des autres. JeÂsus lui dit : Alors les fils sont exempteÂs. | Mais pour que nous ne causions pas leur chute, va Áa la mer, jette l'hamecËon et tire le premier poisson qui viendra ; ouvre-lui la bouche et tu y trouveras un stateÁre. Prends-le et donne-le-leur, pour moi et pour toi. Qui est le plus grand ? Mc 9.33-37 ; Lc 9.46-48

18 2 3

4 5

A ce moment meÃme, les disciples vinrent demander Áa JeÂsus : Qui donc est le plus grand dans le royaume des cieux ? | Il appela un enfant, le placËa au milieu d'eux | et dit : Amen, je vous le dis, si vous ne faites pas demi-tour pour devenir comme les enfants, vous n'entrerez jamais dans le royaume des cieux. | C'est pourquoi quiconque se rendra humble comme cet enfant sera le plus grand dans le royaume des cieux. | Et quiconque accueille en mon nom un enfant comme celui-ci m'accueille moi-meÃme.

JeÂsus annonce de nouveau sa mort et sa reÂsurrection

Les causes de chute Mc 9.42-48 ; Lc 17.1-2

Mc 9.30-32 ; Lc 9.43-45

22 23

24

15 16 17 18 20

[21] 22

En GalileÂe, un jour qu'ils Âetaient reÂunis, JeÂsus leur dit : Le Fils de l'homme va Ãetre livre aux humains ; | ils le tueront, et le troisieÁme jour il se reÂveillera. Ils furent profondeÂment attristeÂs. JeÂsus et Pierre paient l'impoÃt du temple Lorsque JeÂsus et ses disciples arriveÁrent Áa Capharnau Èm, ceux qui percevaient les didrachmes aie compassion 9.27+. Ð lunatique 4.24n ; cf. Mc 9.17-22. Ð souffre beaucoup ou, selon certains mss, va mal. 10.1 ; 2R 4.31. GeÂneÂration 12.39+. Ð Sur l'ensemble, cf. Nb 14.11 ; Jn 14.9. rabroua (8.26n) ... : litt. le rabroua et le deÂmon sortit de lui, et le garcËon fut gueÂri. Ð deÁs ce moment meÃme 8.13n. peu de foi (cf. 6.30+) : certains mss portent c'est aÁ cause de votre manque de foi (comme en 13.58n). Ð Amen 5.18n. Ð graine de moutarde 13.31n. Ð Sur l'ensemble, cf. 18.19n ; 21.21// ; Jn 11.40 ; 1Co 13.2. Certains mss ajoutent ici : Mais cette espeÁce-laÁ ne sort que par la prieÁre et le jeuÃne (cf. Mc 9.29). En GalileÂe, un jour qu'ils eÂtaient reÂunis : certains mss portent alors qu'ils parcouraient la GalileÂe... 16.21+ ; cf. 2S 24.14. Ð homme et humains traduisent un meÃme mot grec ; voir Fils . se reÂveillera : autre traduction se releÁvera, cf. 2.13n ; voir reÂsurrection . Ð profondeÂment attristeÂs : meÃme expression 18.31 ; 26.22 ; cf. 9.15 ; Jn 16.5s. Lorsque JeÂsus... : litt. lorsqu'ils arriveÁrent. Ð maõÃtre : au sens d'enseignant. Ð les didrachmes : pieÁces de monnaie grecques d'une valeur de deux drachmes ; il s'agit sans doute de l'impoÃt annuel preÂleve sur tout IsraeÂlite pour le temple (cf. Ex 30.13s ; deux drachmes sont aÁ peu preÁs eÂquivalentes aÁ un demi-sicle). Voir mesures , poids et monnaies ; voir aussi 22.17-21. la capitation : impoÃt direct preÂleve « par teÃte », sur chaque individu ; le texte grec emploie une transcription du latin census, qui a donne notre mot « recensement » ; de meÃme en 22.17,19 ; Mc 12.14. Ð leurs fils : l'expression peut signifier leur propre famille ou, moins probablement, leur propre peuple ; paralleÁlement, le terme traduit par autres pourrait eÃtre rendu par eÂtrangers, de meÃme au v. 26 ; cf. Jn 10.5n. exempteÂs : litt. libres (cf. Jn 8.33-36). que nous ne causions pas leur chute ou que nous ne les scandalisions pas, 11.6n ; 16.23n ; Rm 14.13 ; 1Co 8.13 ; 9.1,12 ; cf. Ac $

$

6

7

8

21.17-26. Ð un stateÁre = 4 drachmes ou 2 didrachmes (v. 24n ; voir mesures , poids et monnaies). Ð Cf. Mc 14.13. $

18 2 3

$

$

24

$

$

25

4 5 6

$

26 27

ce moment meÃme : litt. cette heure-laÁ. Ð plus grand... 11.11. un enfant : autre traduction un petit enfant, de meÃme dans la suite. Amen 5.18n. Ð si vous ne faites pas demi-tour, ou si vous ne vous retournez pas, selon le sens propre du verbe (p. ex. 7.6), traditionnellement traduit par se convertir ; cf. Lc 13.3,5 ; voir changement radical. Ð vous n'entrerez jamais : autre traduction vous n'entrerez meÃme pas (cf. 5.20n). Ð royaume des cieux 3.2n ; 5.3,20+. Ð Cf. 19.14// ; Jn 3.3,5 ; 1Co 14.20 ; 1P 2.2. Evangile selon Thomas 22 : « JeÂsus vit des petits qui sucËaient le lait. Il dit aÁ ses disciples : ``Ces petits qui sucent le lait sont semblables aÁ ceux qui entrent dans le Royaume.'' Ils lui dirent : ``Alors, en devenant petits, nous entrerons dans le Royaume ?'' JeÂsus leur reÂpondit : ``Lorsque vous ferez des deux un, et que vous ferez l'inteÂrieur comme l'exteÂrieur, et l'exteÂrieur comme l'inteÂrieur, et le haut comme le bas, et que vous ferez du maÃle et de la femelle un seul et meÃme eÃtre, de facËon aÁ ce que le maÃle ne soit plus maÃle et que la femelle ne soit plus femelle... c'est alors que vous entrerez dans le Royaume.'' » Cf. 23.11s. 10.40+ ; 25.40 ; cf. 1Co 8.12. Ð en mon nom : cf. v. 20 ; 24.5. mettent leur foi : autre traduction croient. Ð meule de moulin : litt. meule aÁ aÃne, c.-aÁ-d. la grosse pierre mobile, habituellement rouleÂe par un aÃne, par opposition aÁ la petite meule qu'on tournait aÁ la main (cf. Jg 9.53) ; Ap 18.21. Ð noie : meÃme verbe en 14.30 (couler ). 26.24. Ð Quel malheur... : litt. quel malheur pour (11.21n) le monde aÁ cause des scandales, de meÃme plus loin : qu'il y ait... : litt. que les scandales arrivent... l'homme par qui le scandale arrive ; voir 11.6n. 5.29+s. Ð entrer dans la vie : cf. 7.14 ; 19.16,29 ; 25.46. 1

$

$

23

Mais si quelqu'un devait causer la chute de l'un de ces petits qui mettent leur foi en moi, il serait avantageux pour lui qu'on lui suspende une meule de moulin au cou et qu'on le noie au fond de la mer. Quel malheur pour le monde ! Il y a tant de causes de chute ! Certes, il est neÂcessaire qu'il y ait des causes de chute, mais quel malheur pour l'homme par qui cela arrive ! Si ta main ou ton pied doivent causer ta chute, coupe-les et jette-les loin de toi ; mieux vaut pour

7

8

$


1274

9

10

MATTHIEU 18

toi entrer dans la vie manchot ou infirme que d'avoir deux pieds ou deux mains et d'eÃtre jete dans le feu Âeternel. | Et si ton úil doit causer ta chute, arrache-le et jette-le loin de toi ; mieux vaut pour toi entrer borgne dans la vie que d'avoir deux yeux et d'eÃtre jete dans la geÂhenne de feu. Gardez-vous de meÂpriser un seul de ces petits, car je vous dis que leurs anges dans les cieux voient constamment le visage de mon PeÁre qui est dans les cieux.

20

21 22

La parabole du mouton eÂgare Lc 15.3-7

12

13

14

15 16

17

18

19

9 10

[11] 12

14 15

Qu'en pensez-vous ? Si un homme a cent moutons et que l'un d'eux s'eÂgare, ne laissera-t-il pas les quatre-vingt-dix-neuf autres dans la montagne pour aller chercher celui qui s'est Âegare ? | Et s'il parvient Áa le retrouver, amen, je vous le dis, il s'en reÂjouit plus que pour les quatre-vingt-dix-neuf qui ne se sont pas ÂegareÂs. | De meÃme, ce n'est pas la volonte de votre PeÁre qui est dans les cieux qu'il se perde un seul de ces petits. Pour gagner un freÁre qui a peÂche Si ton freÁre a peÂche contre toi, va et reprends-le seul Áa seul. S'il t'eÂcoute, tu as gagne ton freÁre. | Mais, s'il ne t'eÂcoute pas, prends avec toi une ou deux personnes, afin que toute affaire se reÁgle sur la parole de deux ou trois teÂmoins. | S'il refuse de les Âecouter, dis-le Áa l'Eglise ; et s'il refuse aussi d'eÂcouter l'Eglise, qu'il soit pour toi comme un non-Juif et un collecteur des taxes. | Amen, je vous le dis, tout ce que vous lierez sur la terre sera lie dans le ciel, et tout ce que vous deÂlierez sur la terre sera deÂlie dans le ciel. La prieÁre en commun Amen, je vous dis encore que si deux d'entre vous s'accordent sur la terre pour demander quoi que ce geÂhenne 5.22n. 25.45. Ð leurs anges ... He 1.7,14 ; cf. Tobit 12.15 : « Je suis RaphaeÈl, l'un des sept anges qui se tiennent devant la gloire du Seigneur et peÂneÁtrent en sa preÂsence. » Certains mss ajoutent : Car le Fils de l'homme (8.20n) est venu sauver ce qui eÂtait perdu (cf. Lc 19.10). 9.36+. Cf. Evangile selon Thomas 107 : « JeÂsus a dit : ``Le Royaume est semblable aÁ un berger qui avait cent brebis ; l'une d'entre elles, la plus grosse, s'eÂgara ; alors, il quitta les quatrevingt-dix-neuf et chercha celle-laÁ seule jusqu'aÁ ce qu'il l'euÃt trouveÂe. ApreÁs qu'il eut peine ainsi, il dit aÁ la brebis : `Je t'aime plus que les quatre-vingt-dix-neuf autres.' '' » Ez 33.11 ; Jn 6.39 ; 10.28s. Ð la volonte de votre PeÁre : litt. une volonte devant votre PeÁre. Si ton freÁre a peÂche ... : cf. v. 21 ; 6.12n. Ð contre toi : cette preÂcision est absente de certains mss. Ð reprends : Mt emploie un verbe grec qui signifie aussi convaincre, confondre (Jn 16.8) ; cf. Lv 19.17 ; Lc 17.3n ; Ga 6.1 ; 2Tm 4.2. DidacheÁ 15.3 : « Reprenezvous les uns les autres, non dans la coleÁre, mais dans la paix, comme vous l'avez dans l'Evangile ; et que personne ne parle aÁ celui qui offense autrui, qu'il n'entende pas un mot de vous avant qu'il ait fait peÂnitence. » que toute affaire... : litt. que toute parole soit eÂtablie sur la bouche de deux ou trois teÂmoins Nb 35.30 ; Dt 19.15 ; Jn 8.17+ ; 2Co 13.1 ; 1Tm 5.19 ; He 10.28. Eglise 16.18n ; 1Co 5.4. Ð comme un non-Juif ... : cf. 5.46s ; 9.10n ; 1Co 5.9-13 ; 2Th 3.14s ; Tt 3.10. 16.19n ; Jn 20.23. Amen : certains mss omettent ce terme ici (cf. 5.18n). Ð s'accordent : c'est du verbe grec employe ici (cf. 20.2) que vient notre mot symphonie. Ð Voir aussi Jn 15.16 ; 1Jn 5.14. Evangile selon Thomas 48 : « JeÂsus a dit : ``Si deux font la paix entre eux dans $

23 24 25

26

27 28

29 30 31

32 33 34

$

$

20

17

21 22 23

$

18 19

$

24

La parabole de l'esclave impitoyable C'est pourquoi il en va du reÁgne des cieux comme d'un roi qui voulait faire rendre compte Áa ses esclaves. | Quand il commencËa Áa le faire, on lui en amena un qui devait dix mille talents. | Comme il n'avait pas de quoi payer, son maõÃtre ordonna qu'on le vende, lui, sa femme, ses enfants et tout ce qu'il avait, afin de payer sa dette. | L'esclave tomba Áa ses pieds et se prosterna devant lui en disant : « Prends patience envers moi, et je te paierai tout ! » | Emu, le maõÃtre de cet esclave le laissa aller et lui remit la dette. | En sortant, cet esclave trouva un de ses compagnons d'esclavage qui lui devait cent deniers. Il le saisit et se mit Áa le serrer Áa la gorge en disant : « Paie ce que tu dois ! » | Son compagnon, tombe Áa ses pieds, le suppliait : « Prends patience envers moi, et je te paierai ! » | Mais lui ne voulait pas ; il alla le faire jeter en prison, jusqu'aÁ ce qu'il ait paye ce qu'il devait. | En voyant ce qui arrivait, ses compagnons furent profondeÂment attristeÂs ; ils alleÁrent raconter Áa leur maõÃtre tout ce qui s'eÂtait passeÂ. | Alors le maõÃtre le fit appeler et lui dit : « Mauvais esclave, je t'avais remis toute ta dette, parce que tu m'en avais supplie ; | ne devais-tu pas avoir compassion de ton compagnon comme j'ai eu compassion de toi ? » | Et son maõÃtre, en coleÁre, le livra aux bourreaux jusqu'aÁ ce qu'il ait paye tout ce cette meÃme maison, ils diront aÁ la montagne : `DeÂplace-toi', et elle se deÂplacera.'' » 106 : « JeÂsus a dit : ``Lorsque vous ferez de deux un, vous deviendrez des Fils de l'homme ; et si vous dites : `Montagne, deÂplace-toi', elle se deÂplacera.'' » 28.20. Ð rassembleÂs : c'est du verbe grec correspondant que vient le mot synagogue. Ð pour mon nom : autre traduction en mon nom ; cf. 28.19s. Ð Cf. Evangile selon Thomas 30 : « LaÁ ouÁ il y a trois dieux, il y a des dieux ; laÁ ouÁ il y en a deux ou un, je suis avec lui. » (Autre version dans un papyrus grec : « LaÁ ouÁ ils sont trois, ils sont sans Dieu ; et laÁ ouÁ il y en a un seul, je dis que je suis avec lui. ») Lc 17.4. Ð lorsqu'il peÂchera contre moi v. 15+. On pourrait aussi traduire soixante-dix-sept fois ; cf. Gn 4.15,24. 25.19 ; cf. Rm 14.12 ; 2Co 5.10. Ð reÁgne ou royaume 3.2n. Ð un roi : litt. un homme roi ou un homme, un roi. dix mille talents (voir mesures , poids et monnaies) : somme astronomique, que l'esclave ne pourra jamais rendre. A titre de comparaison, selon Flavius JoseÁphe l'impoÃt annuel de toute la JudeÂe s'eÂlevait aÁ 600 talents. Cf. Ps 38.5 ; Lc 7.42. maõÃtre 12.8n. Ð 2R 4.1 ; Ne 5.5. se prosterna 2.2n ; voir culte . Ð Prends patience : certains mss portent Seigneur, prends patience. Mi 7.18s. ; Ps 78.38 ; 103.8-14. Ð Emu 9.36n. compagnons d'esclavage : le meÃme terme est traduit simplement par compagnon(s) aux v. 29,31,33 ; cf. 24.49s ; meÃme terme en Col 1.7+ ; Ap 6.11+. Ð cent deniers (voir mesures , poids et monnaies) : environ trois mois et demi de salaire selon 20.2. Cf. Dt 15.2. Ð le faire jeter : litt. le jeter. Ep 4.32 ; Col 3.13 ; 1Jn 4.11. en coleÁre 22.7. Ð bourreaux : litt. tourmenteurs, du verbe employe en 8.6,29. Cf. 5.25s ; Pr 21.13. $

$

$

25 26 27 28

$

$

Le pardon entre freÁres Alors Pierre vint lui demander : Seigneur, combien de fois pardonnerai-je Áa mon freÁre, lorsqu'il peÂchera contre moi ? Jusqu'aÁ sept fois ? | JeÂsus lui dit : Je ne te dis pas jusqu'aÁ sept fois, mais jusqu'aÁ soixante-dix fois sept fois.

$

$

$

16

soit, cela leur sera donne par mon PeÁre qui est dans Á deux ou trois sont rassembleÂs les cieux. | Car laÁ ou pour mon nom, je suis au milieu d'eux.

$

$

30 33 34


MATTHIEU 18±19 35

qu'il devait. | C'est ainsi que mon PeÁre ceÂleste vous traitera si chacun de vous ne pardonne pas Áa son freÁre de tout son cúur.

sont devenus par le fait des gens, et il y en a qui se sont rendus eux-meÃmes eunuques Áa cause du reÁgne des cieux. Que celui qui peut comprendre comprenne !

JeÂsus et la reÂpudiation

JeÂsus et les enfants

Mc 10.1-12

19 2 3 4 5

6 7 8

9

10 11 12

35

Lorsque JeÂsus eut acheve ces discours, il quitta la GalileÂe pour se rendre dans le territoire de la JudeÂe, de l'autre coÃte du Jourdain. | De grandes foules le suivirent, et laÁ, il les gueÂrit. Des pharisiens vinrent le mettre Áa l'eÂpreuve en lui demandant : Est-il permis Áa un homme de reÂpudier sa femme pour n'importe quel motif ? | Il reÂpondit : N'avez-vous pas lu que le CreÂateur, deÁs le commencement, les fit homme et femme | et qu'il dit : C'est pourquoi l'homme quittera son peÁre et sa meÁre et s'attachera Áa sa femme, et les deux seront une seule chair. | Ainsi ils ne sont plus deux, mais une seule chair. Que l'homme ne seÂpare donc pas ce que Dieu a uni ! | Ils lui dirent : Alors pourquoi MoõÈse a-t-il commande de donner une attestation de rupture Áa la femme quand on la reÂpudie ? | Il leur dit : C'est Áa cause de votre obstination que MoõÈse vous a permis de reÂpudier vos femmes ; au commencement, il n'en Âetait pas ainsi. | Mais, je vous le dis, celui qui reÂpudie sa femme Ð sauf pour inconduite sexuelle Ð et en Âepouse une autre commet l'adulteÁre. Ses disciples lui dirent : Si telle est la condition de l'homme par rapport Áa la femme, il n'est pas avantageux de se marier. | Il leur reÂpondit : Tous ne comprennent pas cette parole, mais seulement ceux Áa qui cela est donneÂ. | Car il y a des eunuques qui le sont depuis le ventre de leur meÁre, il y en a qui le pardonne : le meÃme verbe (aussi v. 21) a eÂte traduit par remettre aux v. 27,32 ; voir 6.12n,14s ; 7.2// ; Mc 11.25s. Ð de tout son cúur : voir 22.37. $

19 2 3

4 5 6 7

8 9

discours ou paroles : voir 7.28n. Ð dans le territoire de la JudeÂe, de l'autre coÃte du Jourdain : probablement la partie transjordanienne de la JudeÂe (aÁ l'est du Jourdain) ; cf. 4.15n ; Mc 10.1n ; Lc 9.51 ; Jn 10.40. 12.15 ; 15.30. 5.31s ; cf. Dt 24.1 ; Ml 2.15s. Ð Des pharisiens : certains mss portent les pharisiens. Ð mettre aÁ l'eÂpreuve 4.1n. Ð aÁ un homme : cette preÂcision est absente de certains mss. les fit... : litt. les fit maÃle et femelle, Gn 1.27n ; 5.2. Gn 2.24 ; 1Co 6.16 ; Ep 5.31 ; voir chair . Cf. 18.3n ; 1Co 7.10. de donner... : litt. de lui donner (aÁ elle) un document (grec biblion, diminutif de biblos = livre) de renvoi et de la reÂpudier ; certains mss portent simplement de donner un document de renvoi et de reÂpudier. Cf. Dt 24.1-4. votre obstination : litt. votre durete de cúur. inconduite sexuelle 5.32n ; cf. Lc 16.18 ; Rm 7.3 ; Le Pasteur d'Hermas , Mand. IV,1,4ss : « Seigneur, dis-je, si quelqu'un a une femme qui croit au Seigneur, et qu'il deÂcouvre qu'elle est adulteÁre, est-ce qu'il commet un peÂche aÁ vivre avec elle ? Ð Tout le temps qu'il l'ignore, dit-il, il ne commet pas de peÂche ; mais s'il apprend le peÂche de sa femme et qu'elle, au lieu de se repentir, persiste dans l'adulteÁre, aÁ vivre avec elle le mari partage sa faute et participe aÁ l'adulteÁre. (...) Qu'il la renvoie... et qu'il reste seul. Mais si, apreÁs avoir renvoye sa femme, il en eÂpouse une autre, lui aussi alors, il commet l'adulteÁre. Ð Et si, Seigneur, dis-je, apreÁs avoir eÂte renvoyeÂe, la femme se repent et veut revenir aÁ son mari, ne faudra-t-il pas l'accueillir ? Ð Certes, dit-il. Si le mari ne l'accueille pas, il peÁche, il se charge d'un lourd peÂcheÂ, car il faut accueillir celui qui a peÂche et qui se repent, mais non beaucoup de fois. (...) C'est en vue du repentir que l'homme ne doit pas se remarier. Cette attitude vaut d'ailleurs aussi bien pour la femme que pour l'homme. (...) Si on vous a enjoint de demeurer libres de vous-meÃmes, homme ou 1

$

Mc 10.13-16 ; Lc 18.15-17 13 14

15

Alors des gens lui ameneÁrent des enfants, afin qu'il leur impose les mains et prie pour eux. Mais les disciples les rabroueÁrent. | Alors JeÂsus dit : Laissez faire les enfants, ne les empeÃchez pas de venir Áa moi ; car le royaume des cieux est pour ceux qui sont comme eux. | Il leur imposa les mains et partit de laÁ. JeÂsus et le jeune homme riche Mc 10.17-31 ; Lc 18.18-30 ; 13.30

16 17

18

19 20 21

22

10 11

12 13

$

$

1275

14 16 17

Alors un homme vint lui demander : MaõÃtre, que dois-je faire de bon pour avoir la vie Âeternelle ? | Il lui reÂpondit : Pourquoi m'interrogestu sur ce qui est bon ? Un seul est bon. Si tu veux entrer dans la vie, observe les commandements. Lesquels ? lui dit-il. | JeÂsus reÂpondit : Tu ne commettras pas de meurtre ; tu ne commettras pas d'adulteÁre ; tu ne feras pas de faux teÂmoignage ; tu ne commettras pas de vol ; | honore ton peÁre et ta meÁre, et : Tu aimeras ton prochain comme toi-meÃme. | Le jeune homme lui dit : J'ai observe tout cela, que me manque-t-il encore ? | JeÂsus lui dit : Si tu veux Ãetre parfait, va, vends ce que tu posseÁdes, donnele aux pauvres, et tu auras un treÂsor dans les cieux. Puis viens et suis-moi. | ApreÁs avoir entendu cette parole, le jeune homme s'en alla tout triste ; car il avait beaucoup de biens. femme, c'est parce que, dans de tels cas, la peÂnitence est possible. » Pr 21.9 ; 1Co 7.1s,28. Ð la condition : le terme grec signifie habituellement cause ; il a eÂte traduit par motif au v. 3. ne comprennent pas : on pourrait aussi traduire n'accueillent pas, ne font pas place aÁ, de meÃme au v. 12 ; le meÃme verbe (cf. 15.17n) eÂvoque l'ideÂe de contenance en Mc 2.2 (il n'y avait plus de place) ; Jn 2.6 ; 21.25 (contenir ) ; voir aussi son emploi en Jn 8.37n ; 2Co 7.2n ; 2P 3.9. Cf. Mt 13.11 ; 1Co 7.7-9,17. qui le sont depuis... : litt. qui sont neÂs ainsi du ventre. Ð Cf. Jr 16.2 ; 1Co 7.26-35. Cf. Gn 48.9. Ð des enfants : autre traduction de petits enfants ; meÃme possibilite dans la suite. Ð pour eux : sous-entendu dans le texte. Ð rabroueÁrent 8.26n ; 20.31// ; cf. 15.23. Laissez faire : litt. laissez. Ð empeÃchez Mc 9.38s// ; Lc 18.16+. Ð royaume... ceux qui sont comme eux 11.25 ; 18.2-3+,5. Lc 10.25. Ð MaõÃtre : au sens d'enseignant. Ð la vie eÂternelle : autre traduction possible une vie eÂternelle. vie / commandements Lv 18.5 ; Ne 9.29 ; Lc 10.28 ; Rm 10.5 ; voir loi . 5.21n,27 ; Ex 20.12-16 ; Dt 5.16-20. peÁre / meÁre Ep 6.2s. Ð Tu aimeras 22.39+ ; Lv 19.18. Cf. DidacheÁ 2.1ss : « Second commandement de la doctrine : Tu ne tueras pas, tu ne commettras pas l'adulteÁre et tu eÂviteras la peÂdeÂrastie, la fornication, le vol, la magie et la sorcellerie, tu ne tueras pas l'enfant par avortement et tu ne le feras pas mourir apreÁs la naissance. Tu ne convoiteras pas les biens du prochain. Tu ne feras pas de faux serment, tu ne porteras pas de faux teÂmoignage, tu ne meÂdiras pas et tu ne conserveras pas de ressentiment (...). Tu ne haõÈras personne, mais tu reprendras les uns, tu prieras pour les autres, d'autres encore, tu les aimeras plus que ton aÃme. » Cf. Ga 1.14. Ð observe ou gardeÂ, autre verbe (synonyme) v. 17. parfait 5.48 ; cf. DidacheÁ 6.2 : « Si tu peux porter tout entier le joug du Seigneur, tu seras parfait ; sinon, fais ce que tu peux faire. » Ð vends 13.44,46 ; cf. Lc 19.8 ; Ac 2.45. Ð treÂsor / cieux 6.20n. Ð suis-moi 8.22+. Ps 62.11 ; Lc 12.15. $

18 19

$

20 21

22


1276 23 24 25

26

27 28

29

30

20 2 3 4 5 6

7 8

23 25 26 27 28

MATTHIEU 19±20

JeÂsus dit Áa ses disciples : Amen, je vous le dis, il est difficile Áa un riche d'entrer dans le royaume des cieux. | Je vous le dis encore, il est plus facile Áa un chameau de passer par un trou d'aiguille qu'aÁ un riche d'entrer dans le royaume de Dieu. | Les disciples, en entendant cela, resteÁrent compleÁtement Âebahis. Ils se demandaient : Qui peut donc Ãetre sauve ? | JeÂsus les regarda et leur dit : Pour les humains, c'est impossible, mais pour Dieu tout est possible. Alors Pierre lui dit : Nous, nous avons tout quitte pour te suivre ; qu'en sera-t-il pour nous ? | JeÂsus leur dit : Amen, je vous le dis, Áa vous qui m'avez suivi : Áa la Nouvelle Naissance, lorsque le Fils de Ãne de gloire, vous l'homme s'assieÂra sur son tro aussi vous serez assis sur douze troÃnes pour juger les douze tribus d'IsraeÈl. | Et quiconque aura quitte maisons, freÁres, súurs, peÁre, meÁre, enfants ou terres Áa cause de mon nom recevra cent fois plus et heÂritera la vie Âeternelle. | Beaucoup de premiers seront derniers et beaucoup de derniers seront premiers. Les ouvriers de la dernieÁre heure Voici en effet Áa quoi le reÁgne des cieux est semblable : un maõÃtre de maison qui Âetait sorti de bon matin embaucher des ouvriers pour sa vigne. | Il se mit d'accord avec les ouvriers pour un denier par jour et les envoya dans sa vigne. | Il sortit vers la troisieÁme heure, en vit d'autres qui Âetaient sur la place sans rien faire | et leur dit : « Allez dans la vigne, vous aussi, et je vous donnerai ce qui est juste. » | Ils y alleÁrent. Il sortit encore vers la sixieÁme, puis vers la neuvieÁme heure, et il fit de meÃme. | Vers la onzieÁme heure il sortit encore, en trouva d'autres qui se tenaient laÁ et leur dit : « Pourquoi Ãetes-vous resteÂs ici toute la journeÂe sans rien faire ? » | Ils lui reÂpondirent : « C'est que personne ne nous a embaucheÂs. Ð Allez dans la vigne, vous aussi », leur dit-il. | Le soir venu, le maõÃtre de la vigne dit Áa son intendant : « Appelle les ouvriers et

Lc 6.24 ; 1Co 1.26. Ð Amen 5.18n. eÂbahis : meÃme verbe 7.28+. Gn 18.14 ; Za 8.6 ; Jb 42.2 ; Mc 14.36 ; Lc 1.37. Ð les humains : autres traductions les gens ; les hommes ; cf. 5.13+. 4.20,22// ; Lc 5.28. aÁ vous qui m'avez suivi... : autre traduction possible vous qui m'avez suivi dans la Nouvelle Naissance, quand le Fils de l'homme sera assis... vous aussi vous serez assis... Le mot grec traduit par Nouvelle Naissance n'apparaõÃt qu'ici et en Tt 3.5 : il semble prendre ici une dimension cosmique (on pourrait traduire nouvelle naissance de l'univers) pour deÂsigner, selon les vues de l'apocalyptique juive, le jour du jugement qui constitue le passage de ce monde-ci au monde aÁ venir (cf. 12.32n) ; voir aussi Jn 3.3ss ; Ac 3.21 ; 2P 3.13 ; Ap 21.1,5. Ð Fils de l'homme / gloire 8.20+ ; 16.27+ ; 25.31 ; Dn 7.9s. Ð troÃnes Lc 22.28-30 ; Ap 3.21 ; cf. Ps 122.4s. Ð juger : cf. 12.27,41s ; 1Co 6.2 ; Ap 20.4 ; le mot peut aussi avoir le sens de gouverner, cf. Jg 2.16n ; 3.10 ; 1S 8.20 ; Dn 9.12. 4.22 ; 10.37. ApreÁs meÁre, certains mss ajoutent le mot femme ; cf. Lc 18.29. Ð aÁ cause de mon nom : cf. 10.22+. Ð cent fois plus : certains mss portent beaucoup plus. Ð vie eÂternelle : cf. 2Co 4.17 ; Ap 2.10. 20.16 ; Lc 13.30.

9 10 11 12 13

14 15 16

JeÂsus annonce une troisieÁme fois sa mort et sa reÂsurrection Mc 10.32-34 ; Lc 18.31-34

17 18 19

29

Mc 10.35-41

20 21

22 23

3 4 5 6 8 11 13 14 15 16 17

18

$

30

Tandis qu'il montait Áa JeÂrusalem, JeÂsus prit Áa part les douze disciples et leur dit en chemin : Nous montons Áa JeÂrusalem ; le Fils de l'homme sera livre aux grands preÃtres et aux scribes. Ils le condamneront Áa mort | et le livreront aux non-Juifs, pour qu'ils se moquent de lui, le fouettent et le crucifient ; et le troisieÁme jour il se reÂveillera. La demande de la meÁre des fils de ZeÂbeÂdeÂe

$

$

paie-leur leur salaire, en allant des derniers aux premiers. » | Ceux de la onzieÁme heure vinrent et recËurent chacun un denier. | Les premiers vinrent ensuite, pensant recevoir davantage, mais ils recËurent, eux aussi, chacun un denier. | En le recevant, ils se mirent Áa maugreÂer contre le maõÃtre de maison | et dirent : « Ces derniers venus n'ont fait qu'une heure, et tu les traites Áa l'eÂgal de nous, qui avons supporte le poids du jour et la chaleur ! » | Il reÂpondit Áa l'un d'eux : « Mon ami, je ne te fais pas de tort ; ne t'es-tu pas mis d'accord avec moi pour un denier ? | Prends ce qui est Áa toi et va-t'en. Je veux donner Áa celui qui est le dernier autant qu'aÁ toi. | Ne m'est-il pas permis de faire de mes biens ce que je veux ? Ou bien verrais-tu d'un mauvais úil que je sois bon ? » | C'est ainsi que les derniers seront premiers et les premiers derniers.

Alors la meÁre des fils de ZeÂbeÂdeÂe s'approcha de lui avec ses fils et se prosterna pour lui faire une demande. | Il lui dit : Que veux-tu ? Ð Ordonne, lui dit-elle, que mes deux fils que voici s'assoient l'un Áa ta droite et l'autre Áa ta gauche dans ton royaume. | JeÂsus reÂpondit : Vous ne savez pas ce que vous demandez. Pouvez-vous boire la coupe que, moi, je vais boire ? Ð Nous le pouvons, dirent-ils. | Il

eÂtait d'une valeur leÂgeÁrement infeÂrieure au denier). troisieÁme heure : entre 8 h et 9 h du matin environ. 1Co 3.8 ; Col 4.1 ; voir justice . sixieÁme : vers midi. Ð neuvieÁme heure : entre 14 h et 15 h environ. onzieÁme heure : entre 16 h et 17 h environ ; cf. Jn 9.4. Le soir Lv 19.13 ; Dt 24.14s. Ð maõÃtre 12.8n. Ð leur salaire : le terme est traduit habituellement par reÂcompense (5.12+). Cf. Lc 15.29ss. Ð maugreÂer Lc 5.30 ; Jn 6.41n. Mon ami : litt. compagnon, 11.16n ; 22.12 ; 26.50. Ð mis d'accord v. 2. Cf. 1S 30.21-25. verrais-tu... ou ton úil est-il mauvais (6.23n) parce que, moi, je suis bon ? Cf. Rm 9.15. 19.30 ; 21.31s. Tandis qu'il montait : certains mss portent comme il allait monter. Ð les douze disciples : certains mss portent seulement les Douze. 16.21+ ; Lc 9.51+ ; cf. Ac 20.22s. Ð Fils de l'homme v. 28 ; 8.20n. Ð grands preÃtres / scribes 2.4n. Ð condamneront aÁ mort 26.66 ; Jn 19.7. aux non-Juifs 27.2 ; Jn 18.30,35 ; Ac 2.23 ; cf. Ac 21.11. Ð se moquent 27.29. Ð fouettent Jn 19.1. Ð crucifient 10.38. Ð troisieÁme jour 16.21+. Ð se reÂveillera ou ressuscitera 17.9n. 4.21 ; 27.56. Ð se prosterna 2.2n ; voir culte . Ordonne : litt. dis. Ð s'assoient 19.28. Ð ton royaume 13.41 ; 16.28 ; Lc 1.33 ; 22.29 ; 23.42 ; Jn 18.36. coupe 26.39,42 ; Jn 18.11+. Ma coupe, vous la boirez Ac 12.2 ; Ap 1.9 ; cf. Rm 8.17 ; Ph 3.10 ; $

$

$

19

$

$

$

20

un maõÃtre de maison : litt. un homme, un maõÃtre de maison 13.52+ ; 21.33ss. 2 mit d'accord v. 13 ; 18.19n. Ð un denier (voir mesures , poids et monnaies) : c'eÂtait un salaire convenable ; Tobit 5.15 parle d'« une drachme par jour » (la drachme, aÁ l'eÂpoque romaine, 1

20 21

$

$

22 23

$


MATTHIEU 20±21

leur reÂpondit : Ma coupe, vous la boirez, mais pour ce qui est de s'asseoir Áa ma droite et Áa ma gauche, ce n'est pas Áa moi de le donner ; les places sont Áa ceux pour qui elles ont Âete preÂpareÂes par mon PeÁre.

2

3

Mc 10.42-45 ; Lc 22.24-27 24 25

26 27 28

Les dix autres, qui avaient entendu cela, s'indigneÁrent contre les deux freÁres. | JeÂsus les appela et dit : Vous savez que les chefs des nations dominent sur elles en seigneurs, et que les grands leur font sentir leur autoriteÂ. | Il n'en sera pas de meÃme parmi vous. Au contraire, quiconque veut devenir grand parmi vous sera votre serviteur | et quiconque veut Ãetre le premier parmi vous sera votre esclave. | C'est ainsi que le Fils de l'homme n'est pas venu pour Ãetre servi, mais pour servir et donner sa vie en rancËon pour une multitude. JeÂsus gueÂrit deux aveugles aÁ JeÂricho

4 5

6 7 8

9

Mc 10.46-52 ; Lc 18.35-43 ; cf. Mt 9.27-31 29 30

31 32 33 34

Lorsqu'ils sortirent de JeÂricho, une grande foule le suivit. | Deux aveugles assis au bord du chemin entendirent que JeÂsus passait et crieÁrent : Aie compassion de nous, Seigneur, Fils de David ! La foule les rabrouait pour les faire taire, mais ils n'en crieÁrent que plus fort : Aie compassion de nous, Seigneur, Fils de David ! | JeÂsus s'arreÃta, les appela et dit : Que voulez-vous que je fasse pour vous ? | Ils lui dirent : Seigneur, que nos yeux s'ouvrent ! | Emu, JeÂsus leur toucha les yeux ; aussitoÃt ils retrouveÁrent la vue et le suivirent.

10 11

21

24 25 26

27 28

Lorsqu'ils approcheÁrent de JeÂrusalem et qu'ils furent arriveÂs Áa BethphageÂ, vers le mont des 1Th 3.3. Ð droite / gauche 27.38. Ð les places sont : sousentendu dans le texte ; autre traduction ce n'est pas aÁ moi de le donner, sinon aÁ ceux pour qui cela a eÂte preÂpare ; cf. 25.34. Les dix autres : litt. les dix. 1Co 2.6. Ð des nations : autre traduction des non-Juifs , 4.15n. Le terme traduit ici par serviteur a donne notre mot diacre. Il deÂsigne un assistant (22.13). C'est un verbe apparente qui est traduit par servir au v. 28 (voir 4.11n). De meÃme en 23.11 ; Mc 9.35. 1Co 9.19 ; 2Co 4.5 ; 3Jn 9. servir v. 26n ; Ph 2.7. Ð vie (sur le terme, voir 10.28n) ; cf. Jn 10.18 ; 1Jn 3.16. Ð rancËon (ou reÂdemption ; autre traduction pour deÂlivrer ) / une multitude ou beaucoup 1Tm 2.6 ; Es 53.10ss ; voir aussi Rm 5.15 ; He 2.10 ; Ap 5.9. Ð A la fin du v. certains mss occidentaux (voir introduction aux Actes des ApoÃtres, p. 1427) ajoutent : Vous, cherchez aÁ croõÃtre aÁ partir de ce qui est petit et, de plus grand, aÁ devenir moindre. Quand vous entrez ouÁ vous avez eÂte inviteÂs aÁ dõÃner, ne vous installez pas aux places les plus en vue, de peur que quelqu'un de plus honorable que toi n'arrive et que l'hoÃte ne vienne te dire : « Redescends » ; cela te ferait honte. Mais si tu t'installes aÁ la dernieÁre (ou moindre) place et que quelqu'un d'infeÂrieur (ou de moindre) arrive, l'hoÃte te dira : « Monte », et cela sera aÁ ton avantage (cf. Lc 14.8ss). Cf. 9.27-31. Deux 8.28+. Ð Seigneur : le terme correspondant est absent de certains mss. Ð Fils de David 9.27+. les rabrouait 8.26n ; cf. 19.13//. Emu 9.36n.

Mc 11.15-17 ; Lc 19.45-46 ; cf. Jn 2.13-17 12

13

4 5

$

7 8

$

29 30

9

21

Bethphage : site proche de BeÂthanie (voir v. 17n) ; le nom Bethphage signifie maison des figues. Ð mont des Oliviers : voir Za 14.4. 2 26.18. 3 Jn 13.13. Ð Le Seigneur : on pourrait aussi comprendre le maõÃtre (des animaux). Ð laissera aller : le meÃme verbe (traduit ail1

JeÂsus entra dans le temple. Il chassa tous ceux qui vendaient et qui achetaient dans le temple, il renversa les tables des changeurs et les sieÁges des vendeurs de colombes. | Et il leur dit : Il est Âecrit : Ma maison sera appeleÂe maison de prieÁre. Mais vous, vous en faites une caverne de bandits. leurs par envoyer ) est traduit par renvoyer en Mc 11.3n. du propheÁte 1.22+. Es 62.11 ; Za 9.9 ; cf. Ex 4.19s ; 2S 16.1s (textes souvent rapprocheÂs de Za 9.9 et appliqueÂs au Messie dans la litteÂrature rabbinique). Ð la fille de Sion : autre traduction Sion la belle : deÂsignation poeÂtique de JeÂrusalem ; voir Es 1.8n ; cf. Jn 12.15n. Ð plein de douceur : litt. doux ou humble, 5.5n ; 11.29s. Ð sur une aÃnesse : autre traduction possible ici : sur un aÃne. 1R 1.32,38-40 ; 2R 9.13. Cf. Lv 23.40 ; Jn 12.13n ; Ap 7.9 ; 1 MaccabeÂes 13.51 : « Ils y entreÁrent (dans JeÂrusalem purifieÂe)... avec des acclamations et des palmes, au son des lyres et des cymbales, des cithares, des hymnes et des chants. » Hosanna : transcription d'une expression heÂbraõÈque (Ps 118.25s, accorde le salut ; cf. 2S 14.4), qui signifiait aÁ l'origine sauve, de graÃce ! Elle jouait un roÃle dans le rituel de la feÃte des Huttes, aÁ l'automne, comme aÁ la PaÃque ; ici elle semble comprise comme une acclamation adresseÂe au roi ; cf. 27.42//. Ð Cf. DidacheÁ 10.6 (conclusion du rituel de la CeÁne) : « Que la graÃce vienne et que ce monde passe ! Hosanna au Dieu de David ! » (sur la suite, voir 1Co 16.22n). 12.1 : « Que toute personne qui vient au nom du Seigneur soit accueillie ; vous la connaõÃtrez ensuite, apreÁs l'avoir eÂprouveÂe, car vous saurez discerner la droite de la gauche. » Ð Fils de David 9.27+. Ð celui qui vient 11.3n ; 23.39 ; autre traduction BeÂni soit, au nom du Seigneur, celui qui vient ! Ð dans les lieux treÁs hauts Ps 148.1 ; Jb 16.19. fut en eÂmoi : litt. fut secoueÂe ; meÃme verbe en 27.51 (trembla). propheÁte v. 46 ; 16.14 ; Mc 6.15 ; Lc 7.16,39 ; 24.19 ; Jn 1.21+ ; 7.40,52. Ces marchands fournissaient aux fideÁles qui arrivaient de l'eÂtranger de la monnaie valable dans le sanctuaire (Lv 27.25) et des victimes approprieÂes pour les sacrifices (colombes ou pigeons, Lv 1.14 ; Dt 14.24-26 ; Lc 2.24). Cf. Za 14.21n ; voir aussi temple . Es 56.7 ; Jr 7.11 ; cf. 1R 8.30-40. $

$

$

$

$

$

31 34

Oliviers, JeÂsus envoya deux disciples | en leur disant : Allez au village qui est devant vous ; vous trouverez aussitoÃt une Ãanesse attacheÂe, et un Ãanon avec elle ; deÂtachez-les, et amenez-les-moi. | Si quelqu'un vous dit quelque chose, vous reÂpondrez : « Le Seigneur en a besoin. » Et il les laissera aller tout de suite. | Cela arriva afin que s'accomplisse ce qui avait Âete dit par l'entremise du propheÁte : Dites aÁ la fille de Sion : Ton roi vient Áa toi, plein de douceur, monte sur une Ãanesse, sur un Ãanon, le petit d'une beÃte de somme. Les disciples alleÁrent faire ce que JeÂsus leur avait ordonneÂ. | Ils ameneÁrent l'aÃnesse et l'aÃnon, sur lesquels ils mirent leurs veÃtements ; il s'assit dessus. | La plupart des gens de la foule Âetendirent leurs veÃtements sur le chemin ; d'autres coupeÁrent des branches aux arbres et les Âetendirent sur le chemin. | Les foules le preÂceÂdaient et le suivaient en criant : Hosanna pour le Fils de David ! BeÂni soit celui qui vient au nom du Seigneur ! Hosanna dans les lieux treÁs hauts ! Lorsqu'il entra dans JeÂrusalem, toute la ville fut en Âemoi. On disait : Qui est-il, celui-ci ? | Les foules reÂpondaient : C'est le propheÁte JeÂsus, de Nazareth de GalileÂe. JeÂsus chasse les vendeurs du temple

L'entreÂe de JeÂsus aÁ JeÂrusalem

Mc 11.1-10 ; Lc 19.28-40 ; Jn 12.12-16

1277

10 11 12

$

13

$


1278 14 15

16

17

MATTHIEU 21

Des aveugles et des infirmes s'approcheÁrent de lui dans le temple. Il les gueÂrit. | Mais les grands preÃtres et les scribes s'indigneÁrent Áa la vue des choses Âetonnantes qu'il avait faites et des enfants qui criaient dans le temple : « Hosanna pour le Fils de David ! » | Ils lui dirent : Tu entends ce qu'ils disent ? JeÂsus leur reÂpondit : Oui. N'avez-vous jamais lu ces paroles : Par la bouche des tout-petits et des nourrissons tu t'es forme une louange ! Il les laissa et sortit de la ville pour aller Áa BeÂthanie, Á il passa la nuit. ou

savons pas. Il leur dit Áa son tour : Moi non plus, je ne vous dis pas de quelle autorite je fais cela. 28 29 30 31

Le figuier sans figues Mc 11.12-14,20-25

18-19

20 21

22

Le matin, en retournant Áa la ville, il eut faim. | Il vit un figuier sur le chemin et s'en approcha ; mais il n'y trouva que des feuilles ; il lui dit : Que plus jamais un fruit ne vienne de toi ! Et Áa l'instant meÃme le figuier se desseÂcha. En voyant cela, les disciples s'eÂtonneÁrent : Comment ce figuier a-t-il pu se desseÂcher Áa l'instant meÃme ? | JeÂsus leur dit : Amen, je vous le dis, si vous avez de la foi et si vous n'heÂsitez pas, non seulement vous ferez ce qui a Âete fait Áa ce figuier, mais quand vous direz Áa cette montagne : « Ote-toi de laÁ et jettetoi dans la mer », cela se fera. | Tout ce que vous demanderez avec foi par la prieÁre, vous le recevrez. L'autorite de JeÂsus en question Mc 11.27-33 ; Lc 20.1-8

23

24

25

26

27

14 15

Il se rendit au temple ; pendant qu'il enseignait, les grands preÃtres et les anciens du peuple vinrent lui demander : De quelle autorite fais-tu cela ? Qui t'a donne cette autorite ? | JeÂsus leur reÂpondit : Moi aussi, je vais vous poser une question, une seule ; si vous me reÂpondez, je vous dirai de quelle autorite je Á venait-il ? Du fais cela. | Le bapteÃme de Jean, d'ou ciel, ou des humains ? Eux raisonnaient, se disant : Si nous reÂpondons : « Du ciel », il nous dira : « Alors pourquoi ne l'avez-vous pas cru ? » | Et si nous reÂpondons : « Des humains », nous pouvons craindre la foule, car tous tiennent Jean pour un propheÁte. | Ils reÂpondirent donc Áa JeÂsus : Nous ne 11.5 ; 2S 5.8 (LXX ). grands preÃtres / scribes 2.4n. Ð choses eÂtonnantes ou merveilles, miracles ; le mot grec correspondant n'apparaõÃt qu'ici dans le N.T. ; terme apparente au v. 42 ; cf. 8.10n. Ð Hosanna pour le Fils de David v. 9n ; 9.27+. 11.25 ; Ps 8.3 (LXX ). BeÂthanie : localite situeÂe sur le versant oriental du mont des Oliviers. 4.2. Cf. Os 9.16 ; Ha 3.17 ; Lc 13.6ss ; Jn 15.2. s'eÂtonneÁrent 8.27+. Amen 5.18n. Ð foi 17.20 ; 23.23n ; Jn 14.12. Ð n'heÂsitez pas ou ne doutez pas Rm 4.20 ; Jc 1.6. Ð Ote-toi... : litt. sois souleveÂe et jeteÂe... 7.7ss. Ð avec foi : litt. en croyant. grands preÃtres / anciens 16.21+ ; 26.3,47 ; 27.1. Ð De quelle autorite ou par quel pouvoir, de quel droit 7.29 ; 8.9n ; Ex 2.14 ; Jn 2.18 ; Ac 4.7. 22.41,46. V. 32 ; Jn 1.33 ; 3.27 ; Ac 5.38. Ð bapteÃme de Jean : cf. 3.1ss. Ð des humains : autres traductions des hommes ; des gens ; cf. 5.13+. Ð Eux raisonnaient (en eux-meÃmes ou entre eux), 16.7n. Ð ne l'avez-vous pas cru : autre traduction n'avez-vous pas eu foi en lui, meÃme possibilite v. 32. Jean... propheÁte v. 46// ; 11.9 ; 14.5. $

$

$

$

16 17 18 19 20 21

22 23

24 25

26

32

La parabole des mauvais vignerons Mc 12.1-12 ; Lc 20.9-19

33

34

35 36

37 38 39 40 41

28 29

$

$

$

Ecoutez une autre parabole. Il y avait un maõÃtre de maison qui planta une vigne. Il l'entoura d'une haie, y creusa un pressoir et y construisit une tour, puis il la loua Áa des vignerons et partit en voyage. | A l'approche des vendanges, il envoya ses esclaves chez les vignerons, pour recevoir les fruits de la vigne. | Les vignerons prirent ses esclaves ; l'un, ils le battirent ; un autre, ils le tueÁrent ; un autre encore, ils le lapideÁrent. | Il envoya encore d'autres esclaves, en plus grand nombre que les premiers ; les vignerons les traiteÁrent de la meÃme manieÁre. Enfin il leur envoya son fils, en disant : « Ils respecteront mon fils ! » | Mais quand les vignerons virent le fils, ils se dirent : « C'est l'heÂritier ! Venez, tuons-le, et nous aurons son heÂritage. » | Ils le prirent, le chasseÁrent hors de la vigne et le tueÁrent. | Lorsque le maõÃtre de la vigne viendra, comment traitera-t-il donc ces vignerons ? | Ils lui reÂpondirent : Ces miseÂrables, il les fera disparaõÃtre miseÂrablement, et il louera la vigne Áa d'autres vignerons qui lui donneront les fruits en leur temps. 20.1 ; cf. Lc 15.11. fut pris de remords ou se repentit ; le verbe employe ici et au v. 32 n'est pas celui qui est rendu par changer radicalement dans le reste de l'eÂvangile (3.2n). Il revient en 27.3. Certains mss intervertissent les roÃles des deux fils aux v. 29s. Cf. 7.21 ; Ez 33.31. Ð Bien suÃr... : litt. Moi, maõÃtre ! (ou Seigneur !). Le premier : certains mss portent le dernier (en fonction de l'interversion aux v. 29 et 30n). Ð collecteurs des taxes : 9.10n. Ð vous devancent : cf. Lc 3.12 ; 7.29,36ss ; 18.14 ; 19.1ss. par la voie de la justice ou sur un chemin de justice Pr 8.20 ; 12.28 ; 21.21 (LXX ) ; 2P 2.21. Ð vous ne l'avez pas cru v. 25 ; Lc 7.30 ; cf. Jn 7.48. Ð vous n'avez pas eu... : litt. vous n'avez pas eu de remords par la suite pour le croire. maõÃtre de maison 20.1. Ð une tour d'ouÁ des gardiens surveillaient la vigne ; cf. Es 5.1s. A l'approche des vendanges : litt. lorsque approcha le temps (meÃme mot v. 41) des fruits. Ð envoya ses esclaves (ou ses serviteurs) 22.3 ; Jr 7.25s ; 25.4 ; 2Ch 24.19 ; 36.15s ; Ac 7.52. 22.6 ; 23.37 ; Jr 20.2 ; 26.21-23 ; Ne 9.26. 22.4. Ga 4.4 ; He 1.1s ; voir aussi fils . Ac 4.26s. Cf. Lv 24.14ss ; Jn 19.17 ; Ac 7.58 ; He 13.12s. 24.50. Lc 19.27. Ð en leur temps v. 34n ; 8.29+. $

30

$

$

La parabole des deux fils Qu'en pensez-vous ? Un homme avait deux fils ; il s'adressa au premier et dit : Mon enfant, va travailler dans la vigne aujourd'hui. | Celui-ci reÂpondit : « Je ne veux pas. » Plus tard, il fut pris de remords, et il y alla. | L'homme s'adressa alors au second et lui dit la meÃme chose. Celui-ci reÂpondit : Ãr, maõÃtre. » Mais il n'y alla pas. | Lequel des « Bien su deux a fait la volonte du peÁre ? Ils reÂpondirent : Le premier. JeÂsus leur dit : Amen, je vous le dis, les collecteurs des taxes et les prostitueÂes vous devancent dans le royaume de Dieu. | Car Jean est venu Áa vous par la voie de la justice, et vous ne l'avez pas cru. Ce sont les collecteurs des taxes et les prostitueÂes qui l'ont cru, et vous qui avez vu cela, vous n'avez pas eu de remords par la suite : vous ne l'avez pas cru davantage.

31

32

$

$

33 34

35 36 37 38 39 40 41

$


MATTHIEU 21±22 42

43 44

45 46

JeÂsus leur dit : N'avez-vous jamais lu dans les Ecritures : C'est la pierre que les constructeurs ont rejeteÂe qui est devenue la principale, celle de l'angle ; cela est venu du Seigneur, c'est une chose Âetonnante Áa nos yeux. C'est pourquoi, je vous le dis, le reÁgne de Dieu vous sera enleve et sera donne Áa une nation qui en produira les fruits. | Quiconque tombera sur cette pierre s'y brisera, et celui sur qui elle tombera, elle l'eÂcrasera. ApreÁs avoir entendu ses paraboles, les grands preÃtres et les pharisiens comprirent que c'eÂtait d'eux qu'il parlait ; | ils cherchaient Áa le faire arreÃter, mais ils eurent peur des foules, parce qu'elles le tenaient pour un propheÁte. La parabole des noces

3 4

5 6 7 8 9 10

11

13

14

JeÂsus leur parla encore en paraboles ; il dit : | Il en va du reÁgne des cieux comme d'un roi qui faisait les noces de son fils. | Il envoya ses esclaves appeler ceux qui Âetaient inviteÂs aux noces ; mais ils ne voulurent pas venir. | Il envoya encore d'autres esclaves en leur disant : Allez dire aux inviteÂs : « J'ai preÂpare mon deÂjeuner, mes búufs et mes beÃtes grasses ont Âete abattus, tout est preÃt ; venez aux noces ! » | Ils ne s'en soucieÁrent pas et s'en alleÁrent, celui-ci Áa son champ, celui-laÁ Áa son commerce ; | les autres se saisirent des esclaves, les outrageÁrent et les tueÁrent. | Le roi se mit en coleÁre ; il envoya son ÃarmeÂe pour faire disparaõÃtre ces meurtriers et bru ler leur ville. | Alors il dit Áa ses esclaves : Les noces sont preÃtes, mais les inviteÂs n'en Âetaient pas dignes. | Allez donc aux carrefours, et invitez aux noces tous ceux que vous trouverez. | Ces esclaves s'en alleÁrent par les chemins, rassembleÁrent tous ceux qu'ils trouveÁrent, mauvais et bons, et la salle des noces fut remplie de convives. | Le roi entra pour voir les

L'impoÃt duà aÁ CeÂsar

15 16

18 19 20 21

22

Mc 12.18-27 ; Lc 20.27-38 23 24 25

la principale, celle de l'angle : litt. teÃte d'angle, Ps 118.22s ; cf. Es 8.14 ; 28.16 ; Lc 9.22 ; Ac 4.11 ; Rm 9.33 ; Ep 2.20 ; 1P 2.4,6-8. 8.11s. Ð reÁgne ou royaume 3.2n. Ce v. est absent de certains mss. Cf. Dn 2.34s,44s. grands preÃtres / pharisiens 2.4n ; 9.34+ ; 27.62. Ð comprirent : autre traduction surent. 46 V. 11,26+ ; cf. Lc 19.47s.

22 2 3 4

5 6

7 8 9 10 11 12

13

14

$

Cf. Lc 14.16nss. 9.15 ; 18.23 ; Ap 19.7,9. Ð un roi : litt. un homme roi ou un homme, un roi. Il envoya... 21.34n. Ð ne voulurent pas 23.37 ; Lc 19.14 ; Jn 5.40. autres esclaves 21.36. Ð J'ai preÂpareÂ... : cf. Pr 9.2s. Ð deÂjeuner : le terme grec peut s'entendre d'un repas pris le matin ou dans la journeÂe, cf. Lc 11.37s ; 14.12 ; Jn 21.12,15. Cf. He 2.3. 21.35 ; 23.37. Ð se saisirent : le meÃme verbe est traduit par arreÃter ou faire arreÃter ; cf. 21.46 ; 26.4,48,50,55,57. Ð des esclaves : litt. de ses esclaves. 18.34 ; 21.41. Cf. Ac 13.46. Cf. 28.19 ; Ac 28.28. mauvais et bons 5.45 ; 13.47s. Cf. 2R 10.22s ; Es 61.10 ; Ep 4.24 ; Ap 19.8. Mon ami : cf. 20.13n. Ð resta muet : le meÃme verbe est traduit par reÂduit au silence au v. 34 ; se taire en Mc 1.25 ; 4.39 ; Lc 4.35 ; museler en 1Tm 5.8 ; cf. 1P 2.15. cf. Ps 107.42. teÂneÁbres... / pleurs / grincements... 8.12+ ; cf. Sagesse 17.2 : « Ils gisaient, prisonniers des teÂneÁbres et enchaõÃneÂs aÁ une longue nuit..., bannis de la providence eÂternelle. » Voir aussi Lc 13.23. Cf. 4 Esdras 8.3 : « Beaucoup sont creÂeÂs, mais peu sont sauveÂs. » Evangile selon Thomas 23 : « Je vous

15 16

17

18

19 20 21 23

$

choisirai, un entre mille et deux entre dix mille, et ils se tiendront debout, en eÂtant un seul. » 74s : « Il a dit : ``Seigneur, il y en a beaucoup autour du puits, mais il n'y a personne dans le puits.'' (Sentence eÂgalement connue d'OrigeÁne .) JeÂsus a dit : ``Il y en a beaucoup qui se tiennent preÁs de la porte, mais ce sont les solitaires qui entreront dans la chambre nuptiale.'' » Ð choisis, selon le sens du terme traditionnellement traduit par eÂlus ; cf. 24.22+. pharisiens 21.45+. Ð tenir conseil 12.14 ; Es 29.21 ; Ps 56.7. Ð en parole : cf. Lc 11.54. heÂrodiens Mc 3.6+. Ð MaõÃtre : au sens d'enseignant (de meÃme v. 24,36). Ð nous savons... Jn 3.2. Ð franc : litt. veÂridique ou vrai. Ð voie (ou chemin) de Dieu... Gn 18.19 ; Ps 25.9 ; 51.15. Ð aÁ l'apparence : litt. aÁ la face. Cf. 1S 16.7 ; une expression proche eÂvoque la partialite ou le favoritisme (Lc 20.21n ; Ac 10.34n ; Ga 2.6n). capitation : impoÃt direct leve par les Romains (sur CeÂsar, voir Lc 3.1n), sous la deÂpendance desquels se trouvaient les Juifs ; cf. 17.25n. connaissait 12.15+. Ð leurs mauvaises intentions : autre traduction leur meÂchancete (meÃme terme Mc 7.22 ; Lc 11.39 ; Ac 3.26 ; Rm 1.29 etc.). Ð aÁ l'eÂpreuve v. 35 ; 4.1n. Ð hypocrites 6.2n ; 15.7+. Ð Cf. Jn 8.5s. monnaie / denier : voir mesures , poids et monnaies. Mc 12.16n. V. 37 ; Rm 13.7 ; 1P 2.17. des sadduceÂens : certains mss portent les sadduceÂens ; 3.7+ ; Mc 12.18n ; Ac 4.1s ; 23.6-8 ; cf. 1Co 15.12. Ð reÂsurrection ou releÁvement (des morts) ; un terme apparente est traduit par susciter au v. 24 ; meÃme mot v. 28ss, et verbe correspondant pour se lever en 12.41 ; cf. 17.9n. Dt 25.5s ; cf. Gn 38.8. Ð au deÂfunt : litt. aÁ son freÁre. $

$

$

$

$

$

Le meÃme jour, des sadduceÂens, qui disent qu'il n'y a pas de reÂsurrection, vinrent l'interroger : MaõÃtre, MoõÈse a dit : Si quelqu'un meurt sans enfants, son freÁre Âepousera la veuve et suscitera une descendance au deÂfunt. | Or il y avait parmi nous sept freÁres. Le premier se maria et mourut, et comme il n'avait pas

$

$

1

Alors les pharisiens alleÁrent tenir conseil sur les moyens de le prendre au pieÁge en parole. | Ils envoient leurs disciples, avec les heÂrodiens, pour lui dire : MaõÃtre, nous savons que tu es franc et que tu enseignes la voie de Dieu en toute veÂriteÂ, sans te soucier de personne, car tu ne regardes pas Áa l'apparence des gens. | Dis-nous donc ce que tu en penses : est-il permis ou non de payer la capitation Áa CeÂsar ? | Mais JeÂsus, qui connaissait leurs mauvaises intentions, reÂpondit : Pourquoi me mettezvous Áa l'eÂpreuve, hypocrites ? | Montrez-moi la monnaie avec laquelle on paie la capitation. Ils lui preÂsenteÁrent un denier. | Il leur demande : De qui sont cette image et cette inscription ? | Ð De CeÂsar, lui reÂpondent-ils. Alors il leur dit : Rendez donc Áa CeÂsar ce qui est Áa CeÂsar, et Áa Dieu ce qui est Áa Dieu. | EtonneÂs de ce qu'ils avaient entendu, ils le laisseÁrent et s'en alleÁrent. Une question sur la reÂsurrection

42 43 44 45

convives, et il apercËut laÁ un homme qui n'avait pas reveÃtu d'habit de noces. | Il lui dit : Mon ami, comment as-tu pu entrer ici sans avoir un habit de noces ? L'homme resta muet. | Alors le roi dit aux serviteurs : Liez-lui les pieds et les mains, et chassez-le dans les teÂneÁbres du dehors ; c'est laÁ qu'il y aura des pleurs et des grincements de dents. | Car beaucoup sont appeleÂs, mais peu sont choisis. Mc 12.13-17 ; Lc 20.20-26

17

Lc 14.15-24

22

12

1279

24


1280

MATTHIEU 21±22

EÂPOQUE D'ACTIVITEÂ

CARACTEÂRISTIQUES

REÂFEÂRENCES

pharisiens$

scribes et speÂcialistes de la loi, principalement laõÈcs

du IIe s. av. J.-C. (hasidim opposeÂs aux preÃtres$ de la dynastie hasmoneÂenne installeÂs apreÁs la victoire des MaccabeÂes$) jusqu'aÁ l'eÂpoque rabbinique

Ð reconnaissent les PropheÁtes et les Ecrits, ainsi que leur propre tradition orale, en plus de la Torah Ð croient aÁ la fois aÁ la souverainete de Dieu et au libre arbitre de l'homme Ð croient aÁ une hieÂrarchie d'anges et de deÂmons Ð croient aÁ la reÂsurrection, aÁ l'immortalite de l'aÃme et aÁ un jugement dans le « monde aÁ venir » Ð proÃnent une pratique scrupuleuse, mais raisonnable de la loi dans la vie priveÂe et publique de chacun

Mt 3.7 ; 5.20 ; 9.34 ; 12.24,38 ; 15.12 ; 16.11s ; 21.45 ; 22.34,41 ; 23 ; 27.62 ; Mc 2.16,18,24// ; 3.6// ; 7.1ss// ; 8.11,15// ; 10.2// ; 12.13// ; Lc 7.30,36ss ; 11.37ss ; 13.31 ; 14.1 ; 16.14 ; 18.9ss ; 19.39 ; Jn 1.24 ; 3.1 ; 4.1 ; 7.32,45ss ; 8.[3],13 ; 9.13ss ; 11.46s,57 ; 12.42 ; 18.3 ; Ac 5.34 ; 15.5 ; 23.6ss ; 26.5 ; Ph 3.5.

sadduceÂens$

preÃtres de JeÂrusalem

depuis le IIe s. av. J.-C. (victoire des MaccabeÂes), ou au moins depuis HeÂrode le Grand (37 av. J.-C.), jusqu'aÁ la destruction du temple (70 apr. J.-C.)

Ð recourent seulement aÁ la Torah comme Mt 3.7 ; 16.1,6,11s ; autorite absolue 22.34 ; Mc 12.18// ; Ð croient au libre arbitre de l'homme Ac 4.1 ; 5.17 ; 23.6ss Ð accordent peu de poids aÁ la providence divine dans la marche du monde et le sort de chacun Ð sont sceptiques sur le roÃle des anges et des deÂmons Ð ne croient pas aÁ une reÂcompense ou aÁ un chaÃtiment dans l'au-delaÁ ou dans un « monde aÁ venir » Ð proÃnent avant tout l'application scrupuleuse de la loi rituelle dans le cadre du culte officiel

esseÂniens (voir QumraÃn$)

Les eÂcoles ou courants principaux du judaõÈsme au Ier sieÁcle apr. J.-C.

preÃtres et laõÈcs en rupture avec le temple de JeÂrusalem

du IIe s. av. J.-C. aÁ la fin de la guerre des Juifs contre les Romains (73 apr. J.-C.)

Ð reconnaissent la Torah, les PropheÁtes et les Ecrits, mais recourent aussi aÁ de nombreux autres textes, notamment apocalyptiques et relatifs au calcul du temps ; produisent euxmeÃmes de tels eÂcrits Ð croient essentiellement aÁ la souverainete de Dieu sur la destineÂe humaine Ð croient aux anges et aux deÂmons Ð croient aÁ un jugement dernier aÁ la fin des temps Ð proÃnent l'application stricte de la loi rituelle et morale, selon leur interpreÂtation et leur calendrier particuliers, dans un cadre communautaire

activistes politiques

surtout distincts pendant la guerre des Juifs contre les Romains (66-73 apr. J.-C.)

Ð proÃnent le respect inteÂgral des traditions et du cf. Mt 10.4n ; Lc 6.15 ; Ac 1.13 ; voir particularisme juifs aussi 5.36-37n ; 21.38n Ð refusent de payer l'impoÃt aÁ Rome Ð espeÁrent un salut concret, la victoire aÁ l'issue de l'insurrection contre Rome

communaute distincte par sa tradition historique et religieuse

depuis le Ve ou le IVe s. av. J.-C. jusqu'aÁ nos jours

Ð reconnaissent seulement la Torah, dans leur eÂdition distincte de celle de JeÂrusalem (Smr$) Ð pratiquent leur culte au mont Garizim, preÁs de Sichem, et non aÁ JeÂrusalem Ð croient aÁ la venue d'un restaurateur ultime (ta`eb) et au reÂtablissement de la demeure de Dieu (le « tabernacle » du deÂsert) aÁ la fin des temps

Samaritains$

zeÂlotes

NOM

NOYAU

Mt 10.5// ; Lc 10.33 ; 17.16 ; Jn 4.9,39s ; 8.48 ; Ac 8.25

Sur les « heÂrodiens », voir Mc 3.6n ; 12.13// et HeÂrode$. Quant aux premieÁres communauteÂs de chreÂtiens (Ac 11.26n), en JudeÂe ou en GalileÂe comme dans le reste de l'Empire romain, nombre d'entre elles eÂtaient sans doute exclusivement d'origine juive (ainsi, peut-eÃtre, les nazoreÂens eÂvoqueÂs en Ac 24.5 ; cf. Mt 2.23n). A ce titre, elles ont pu se consideÂrer dans une certaine mesure comme un courant du judaõÈsme parmi les autres, meÃme si pour elles la foi en JeÂsus-Christ eÂtait la Voie par excellence (cf. Ac 9.1). NeÂanmoins, le choix de la communion avec les communauteÂs chreÂtiennes non juives ou mixtes (Ac 15 ; Ga 2) et, peut-eÃtre, le deÂveloppement de la doctrine relative au Christ, devaient entraõÃner une rupture irreÂmeÂdiable avec les synagogues (cf. Jn 9.22 ; 12.42 ; 16.2). Ce fut surtout le cas apreÁs 70, quand l'ensemble du judaõÈsme fut repris en main par le courant pharisien, seul veÂritable survivant de l'eÂchec de la reÂvolte contre Rome et de la destruction du temple (voir les introductions au Nouveau Testament, p. 1226, aÁ l'Evangile selon Matthieu, p. 1243, et aÁ l'Evangile selon Jean, p. 1388).


MATTHIEU 22±23 26 27 28 29 30 31 32 33

de descendance, il laissa sa femme Áa son freÁre. | Il en fut de meÃme du deuxieÁme, puis du troisieÁme, jusqu'au septieÁme. | ApreÁs eux tous, la femme mourut. A la reÂsurrection, duquel des sept sera-t-elle donc la femme ? Car tous l'ont eue ! | JeÂsus leur reÂpondit : Vous vous Âegarez, parce que vous ne comprenez ni les Ecritures, ni la puissance de Dieu. | Car, Áa la reÂsurrection, on ne prend ni femme ni mari, mais on est comme des anges dans le ciel. | Pour ce qui est de la reÂsurrection des morts, n'avez-vous pas lu ce qui vous a Âete dit par Dieu : | C'est moi qui suis le Dieu d'Abraham, le Dieu d'Isaac et le Dieu de Jacob. Il n'est pas le Dieu des morts, mais des vivants. | Les foules qui Âecoutaient Âetaient Âebahies de son enseignement. Le plus grand commandement

44

45 46

35 36 37

38-39 40

Les pharisiens apprirent qu'il avait reÂduit au silence les sadduceÂens. Ils se rassembleÁrent | et l'un d'eux, un speÂcialiste de la loi, lui posa cette question pour le mettre Áa l'eÂpreuve : | MaõÃtre, quel est le grand commandement de la loi ? | Il lui reÂpondit : Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cúur, de toute ton Ãame et de toute ton intelligence. | C'est laÁ le grand commandement, le premier. | Un second cependant lui est semblable : Tu aimeras ton prochain comme toi-meÃme. | De ces deux commandements deÂpendent toute la Loi et les PropheÁtes. Le Christ et David

Mc 12.35-37 ; Lc 20.41-44 41 42 43

29 30 32 33 34 35

Comme les pharisiens Âetaient rassembleÂs, JeÂsus leur posa cette question : | Que pensez-vous du Christ ? De qui est-il le fils ? Ils lui reÂpondirent : De David. | Il reprit : Comment donc David, par l'Esprit, peut-il l'appeler Seigneur, lorsqu'il dit : Vous vous eÂgarez ou vous eÃtes dans l'erreur, cf. 18.12 ; 24.4. Ð puissance Ac 26.8 ; 1Co 6.14 ; 15.34. Mc 12.25n. Ð comme des anges : certains mss portent comme les anges de Dieu. Abraham 8.11 ; Ex 3.6,15 ; Ac 7.32 ; He 11.16. 7.28+. Ð qui eÂcoutaient : autre traduction qui entendaient. pharisiens / sadduceÂens 3.7+. Ð reÂduit au silence v. 12n. un speÂcialiste de la loi : le terme correspondant est absent de certains mss. Voir scribe . le grand, c.-aÁ-d. le plus grand. Dt 6.5 ; Jos 22.5 (LXX ). Cf. 1Jn 4.8. 5.43 ; 19.19 ; Lv 19.18,34. Voir aussi Rm 13.8s ; Ga 5.14 ; Jc 2.8. Litt. aÁ ces deux commandements toute la loi est suspendue, et les propheÁtes 5.17n ; 7.12 ; Rm 13.10 ; voir aussi Lc 19.48n. pharisiens v. 15,34 ; 21.45+. Christ (1.16n)... fils ... David 9.27+ ; Mc 12.35+ ; Jn 7.42 ; cf. 2S 7.12,16 ; Es 11.1s ; Jr 23.5. par l'Esprit : autre traduction en esprit 2S 23.2 ; 2P 1.21. Ð peutil l'appeler : litt. l'appelle-t-il. 26.64 ; Ez 1.26 ; Ps 110.1 ; Mc 16.19 ; Ac 2.34s ; 7.55s ; 1Co 15.25,27 ; He 1.13 ; 2.8 ; 10.12s ; Ap 3.21. Ð jusqu'aÁ ce que je mette... : autre traduction que je mette... Ð sous tes pieds : certains mss portent : comme marchepied de tes pieds ; Ps 8.7 ; 1Co 15.25 ; He 2.8. Rm 1.3s. Mc 12.34 ; Lc 20.40.

Mc 12.37-40 ; Lc 11.39-52 ; 20.45-47

23 3 4

5

6 7 8 9 10 11 12 13

$

$

$

$

$

36 37 39 40

$

6 7

$

41 42 43 44

45 46

23

$

$

$

2 scribes / pharisiens 5.20 ; 7.29. Ð assis dans la chaire de MoõÈse : cf. Jn 9.28 ; cf. Dt 17.10 ; Esd 7.6-10 ; Ne 8.4. 3 Ml 2.7s ; Rm 2.19-23. 4 des charges lourdes... : cf. 11.28ss ; voir aussi Ac 15.10,28. Ð difficiles aÁ porter : le terme correspondant est absent de certains mss. Á res : le 5 pour eÃtre vus... 6.1,5,16 ; Lc 16.15 ; Jn 5.44. Ð phylacte mot grec ainsi transcrit correspond sans doute aÁ l'arameÂen te$

Le Seigneur a dit Áa mon Seigneur : Assieds-toi Áa ma droite, jusqu'aÁ ce que je mette tes ennemis sous tes pieds. Si donc David l'appelle Seigneur, comment peut-il Ãetre son fils ? | Personne ne put lui reÂpondre un mot. Et, depuis ce jour-laÁ, personne n'osa plus l'interroger. JeÂsus met en garde contre les scribes et les pharisiens

Mc 12.28-34 ; cf. Lc 10.25-37

34

1281

8 9 10 11 12 13

$

Alors JeÂsus dit aux foules et Áa ses disciples : | Les scribes et les pharisiens se sont assis dans la chaire de MoõÈse. | Faites et observez donc tout ce qu'ils vous diront, mais n'agissez pas selon leurs úuvres, car ils disent et ne font pas. | Ils lient des charges lourdes, difficiles Áa porter, pour les mettre sur les Âepaules des gens, mais eux-meÃmes ne veulent pas les remuer du doigt. | Toutes leurs úuvres, ils les font pour Ãetre vus des gens. Ainsi, ils Âelargissent leurs phylacteÁres et ils agrandissent les houppes de leurs veÃtements ; | ils se plaisent Áa avoir la premieÁre place dans les dõÃners et les premiers sieÁges dans les synagogues, | Ãetre salueÂs sur les places publiques et Ãetre appeleÂs Rabbi par les gens. Mais vous, ne vous faites pas appeler Rabbi ; car un seul est votre maõÃtre, et vous, vous Ãetes tous freÁres. | Et n'appelez personne sur la terre « peÁre », car un seul est votre peÁre, le PeÁre ceÂleste. | Ne vous faites pas appeler docteurs, car un seul est votre docteur, le Christ. | Le plus grand parmi vous sera votre serviteur. | Qui s'eÂleÁvera sera abaisseÂ, et qui s'abaissera sera ÂeleveÂ. Quel malheur pour vous, scribes et pharisiens, hypocrites ! Vous fermez aux gens le royaume des cieux ; vous n'y entrez pas vous-meÃmes, et vous n'y laissez pas entrer ceux qui le voudraient. phillõÃn, qui deÂsigne les petites boõÃtes de cuir porteÂes au front et sur le bras gauche par les juifs pieux et contenant des textes bibliques eÂcrits sur du parchemin (cf. Ex 13.9,16 ; Dt 6.8s ; 11.18) ; le verbe traduit par eÂlargir est diversement interpreÂte (faire des cassettes plus grandes, les attacher avec des bandelettes plus larges, les porter plus longtemps). Le texte en tout cas deÂnonce une pieÂte ostentatoire. Ð houppes : le meÃme terme est traduit par frange en 9.20n ; 14.36 ; cf. Nb 15.38s ; Dt 22.12. Ð de leurs veÃtements : certains mss portent la preÂcision correspondante, mais elle est sous-entendue dans les meilleurs teÂmoins du texte. Lc 14.7-11. Rabbi : mot arameÂen, deÂrive d'une racine eÂvoquant la grandeur, qui signifie maõÃtre, instructeur (Mc 9.5n ; Jn 1.38) ; certains mss portent : Rabbi ! Rabbi ! Jr 31.34 ; Jn 13.13 ; Ep 4.5 ; Jc 3.1. Ð maõÃtre : au sens d'enseignant. « peÁre » : litt. votre peÁre. Ð le PeÁre ceÂleste : litt. le ceÂleste 6.9+ ; Ml 2.10 ; Ep 4.6 ; cf. 1Co 4.14. docteurs ou guides, instructeurs ; le mot grec correspondant n'apparaõÃt qu'ici dans le N.T. Ð Christ 1.16n. 20.26ns//. Le verbe rendu par abaisser est aussi traduit par humilier. Cf. 18.4 (se rendre humble) ; Jb 22.29 ; Pr 29.23 ; Lc 1.52 ; 14.11+. 5.20 ; cf. 3Jn 10. Ð malheur 11.21n. Ð aux gens : litt. devant les gens ou devant les humains ; cf. 5.13+. Ð ceux qui le voudraient : litt. ceux qui entrent. Ð Cf. Lc 11.52n. Evangile selon Thomas 102 : « JeÂsus a dit : ``Malheur aux pharisiens, car ils ressemblent aÁ un chien couche sur la mangeoire des búufs : il ne mange ni ne laisse les búufs manger.'' » Certains mss ajoutent ici (ou avant le v. 13) : Quel malheur pour vous, scribes et pharisiens, hypocrites ! Vous deÂvorez les maisons des veuves et, pour l'apparence, vous faites de longues prieÁres ; aÁ cause de cela, vous recevrez un jugement plus seÂveÁre. Cf. Mc 12.40//. $

[14]


1282 15

16

17 18

19 20 21 22

23

24

25

15

16 17 18

MATTHIEU 23

Quel malheur pour vous, scribes et pharisiens, hypocrites ! Vous courez la mer et la terre pour faire un proseÂlyte, et, quand il l'est devenu, vous en faites un fils de la geÂhenne deux fois pire que vous. Quel malheur pour vous, guides aveugles, qui dites : « Si quelqu'un jure par le sanctuaire, cela ne compte pas ; mais si quelqu'un jure par l'or du sanctuaire, il est engageÂ. » | Fous et aveugles ! Qu'est-ce qui est le plus grand, l'or ou le sanctuaire qui consacre l'or ? | Si quelqu'un, dites-vous encore, jure par l'autel, cela ne compte pas ; mais si quelqu'un jure par l'offrande qui est sur l'autel, il est engageÂ. | Aveugles ! Qu'est-ce qui est le plus grand, l'offrande ou l'autel qui consacre l'offrande ? | Celui qui jure par l'autel jure par l'autel et par tout ce qui est dessus ; | celui qui jure par le sanctuaire jure par le sanctuaire et par celui qui l'habite, | et celui qui jure par le ciel jure par le troÃne de Dieu et par celui qui y est assis. Quel malheur pour vous, scribes et pharisiens, hypocrites ! Vous payez la dõÃme de la menthe, de l'aneth et du cumin, et vous laissez de coÃte ce qui est le plus important dans la loi : la justice, la compassion et la foi ; c'est cela qu'il fallait pratiquer, sans Ãte le reste. | Guides aveugles, qui retelaisser de co nez au filtre le moucheron et qui avalez le chameau ! Quel malheur pour vous, scribes et pharisiens, hypocrites ! Vous purifiez le dehors de la coupe et du plat, alors qu'au dedans ils sont pleins de

la terre : litt. le sec (cf. Gn 1.9n). Ð vous en faites un fils ... : autre traduction vous le rendez passible de la geÂhenne (v. 33 ; 5.22n) deux fois plus que vous. guides aveugles v. 24 ; 15.14 ; Jn 9.39ss ; Rm 2.19ss. Ð il est engage : litt. il doit. Cf. Ex 30.29. Fous : cf. v. 19n ; 5.22n. dites-vous : sous-entendu dans le texte. Ð autel 5.23 ; Ex 29.37. Ð offrande 5.23s ; 8.4 ; 15.5 ; voir sacrifice . Certains mss ajoutent : Fous ! comme au v. 17. 1R 8.13 ; Ps 26.8. 5.34s ; Ap 4.2. dõÃme Lv 27.30 ; Dt 14.22 ; Lc 18.12. Ð le plus important : litt. de plus grand poids, cf. v. 4. Ð dans la loi : cf. 12.5+ ; 22.34ss. Ð justice (litt. jugement, cf. 12.18,20) / compassion 5.7n ; 9.13 ; Es 1.17 ; Jr 22.3 ; Os 6.6 ; Mi 6.8 ; Za 7.9 ; Lc 6.36 ; 1Tm 1.5. Ð foi ou fideÂlite ; le mot grec peut avoir les deux sens ; cf. 8.26 ; 9.2,22,29 ; 15.28 ; 17.20 ; 21.21 ; 24.45n ; 25.21,23. Ð pratiquer : litt. faire. retenez au filtre : litt. filtrez (en faisant passer aÁ travers une eÂtoffe), emploi unique dans le N.T. Le meÃme verbe grec apparaõÃt dans la traduction (LXX ) d'Am 6.6 : ils boivent du vin filtre dans... Ð moucheron ou moustique. Ð chameau Lv 11.4 ; cf. Jn 18.28,40. Mc 7.4//. Ð du plat ou de l'eÂcuelle ; Lc 11.39 emploie un autre terme grec. Ð rapacite : autre traduction rapine ; cf. 7.15n ; Lc 11.39. Ð exceÁs : le meÃme terme eÂvoque le manque de maõÃtrise de soi en 1Co 7.5n. Tt 1.15. Ð de la coupe : certains mss ajoutent et du plat. On avait coutume de blanchir chaque anneÂe les tombeaux avant la PaÃque, pour eÂviter que quelqu'un se rende impur en les touchant par inadvertance ; cf. Lc 11.44n ; voir aussi Nb 19.16 ; 2R 23.16 ; Ac 23.3. Voir pur , impur. Cf. EpõÃtre d'Ignace d'Antioche aux Philadelphiens 6.1 : « Si quelqu'un vous preÃche le judaõÈsme, ne l'eÂcoutez pas. Car il est meilleur d'entendre le christianisme de la part d'un homme circoncis, que le judaõÈsme de la part d'un incirconcis. Si l'un et l'autre ne vous parlent pas de JeÂsusChrist, ils sont pour moi des steÁles et des tombeaux de morts, sur lesquels ne sont eÂcrits que des noms d'hommes. » Lc 12.1 ; 16.15. Ð mal 7.23n. $

26

27

28

29 30

31 32 33

34

35

36

29 30

31

32

$

$

24

33 34

$

25

26 27

$

28

Ac 2.29. Ð les tombeaux : autre traduction les monuments commeÂmoratifs. nous n'aurions pas eÂteÂ... : litt. nous n'aurions pas eÂte leurs compagnons dans le sang des propheÁtes ; le mot correspondant aÁ compagnons est apparente au terme habituellement traduit par communion ou solidarite et au verbe traduit par participer, avoir part aÁ (Rm 12.13n ; 15.26ns) ; c'est un verbe de la meÃme famille qui a eÂte traduit par souiller en Mt 15.11n. assassine : le verbe correspondant est celui qui est traduit par commettre un meurtre en 5.21 ; 19.18 ; c'est un autre verbe qui est traduit par tuer aux v. 34,37 ; voir aussi 5.12. Gn 15.16 ; 1Th 2.16. EpõÃtre de Barnabe 5.11s : « Si le fils de Dieu est venu dans la chair, c'est donc pour porter aÁ son comble la somme des peÂcheÂs de ceux qui ont perseÂcute aÁ mort ses propheÁtes. » Serpents, vipeÁres 3.7n. Ð le jugement : autre traduction le chaÃtiment. Ð geÂhenne v. 15 ; 5.22n. propheÁtes 10.41 ; Jr 7.25s ; 25.4 ; 1Co 12.28. Ð scribes 13.52. Ð tuerez... 5.12+ ; 10.17,23 ; 21.35 ; 24.9 ; Mc 13.9 ; Ac 7.58s ; 13.50 ; 22.19 ; 1Th 2.15 ; He 11.37. Ð perseÂcuterez ou poursuivrez, cf. 10.23. retombe : litt. vienne, cf. 27.25n. Ð innocent : litt. juste ; cf. 27.24s ; Jl 4.19 ; Jon 1.14 ; Pr 6.17 ; Ap 18.24. Ð Abel Gn 4.810 ; He 11.4. Ð Zacharie, fils de Barachie : cf. 2Ch 24.20-22 ; voir aussi Za 1.1. Le ProteÂvangile de Jacques (22±24) semble l'identifier au peÁre de Jean le Baptiseur (Lc 1), assassine par HeÂrode qui recherchait son fils pour le tuer (cf. Mt 2.13ss) ; Zacharie reÂpond aux eÂmissaires d'HeÂrode : « Je suis un teÂmoin de Dieu. Prends mon sang ; mon esprit par contre, le MaõÃtre le recevra, parce que tu verses un sang innocent dans le temple du Seigneur. » ApreÁs avoir attendu Zacharie un certain temps (cf. Lc 1.21), un des preÃtres peÂneÁtre dans le sanctuaire, voit du sang et entend une voix qui dit : « Zacharie a eÂte assassineÂ, et son sang ne s'enleÁvera pas jusqu'aÁ ce que vienne le vengeur. » Flavius JoseÁphe raconte une histoire comparable sur un Zacharie fils de Baris, assassine dans le temple par les zeÂlotes au cours de la reÂvolte juive (66-70 apr. J.-C.). sur cette geÂneÂration 24.34+. $

$

19 21 22 23

rapacite et d'exceÁs. | Pharisien aveugle ! Purifie d'abord l'inteÂrieur de la coupe, afin que l'exteÂrieur aussi devienne pur. Quel malheur pour vous, scribes et pharisiens, hypocrites ! Vous ressemblez Áa des seÂpulcres blanchis qui paraissent beaux au dehors, et qui au dedans sont pleins d'ossements de morts et de toute espeÁce d'impureteÂ. | Vous de meÃme, au dehors, vous paraissez justes aux gens, mais au dedans vous Ãetes remplis d'hypocrisie et de mal. Quel malheur pour vous, scribes et pharisiens, hypocrites ! Vous construisez les seÂpulcres des propheÁtes et ornez les tombeaux des justes, | et vous dites : Si nous avions veÂcu au temps de nos peÁres, nous n'aurions pas Âete leurs complices pour reÂpandre le sang des propheÁtes. | Vous teÂmoignez ainsi contre vous-meÃmes que vous Ãetes les fils de ceux qui ont assassine les propheÁtes. | Mettez donc le comble Áa la mesure de vos peÁres ! | Serpents, vipeÁres ! Comment pourrez-vous fuir le jugement de la geÂhenne ? C'est pourquoi, moi, je vous envoie des propheÁtes, des sages et des scribes. Vous tuerez et crucifierez les uns, vous fouetterez les autres dans vos synagogues et vous les perseÂcuterez de ville en ville, | afin que retombe sur vous tout le sang innocent reÂpandu sur la terre, depuis le sang d'Abel le juste jusqu'au sang de Zacharie, fils de Barachie, que vous avez assassine entre le sanctuaire et l'autel. | Amen, je vous le dis, tout cela viendra sur cette geÂneÂration.

35

$

$

$

$

$

$

$

36

$


MATTHIEU 23±24

Complainte de JeÂsus sur JeÂrusalem

6

Lc 13.34-35

37

38 39

JeÂrusalem, JeÂrusalem, toi qui tues les propheÁtes et qui lapides ceux qui te sont envoyeÂs, combien de fois j'ai voulu rassembler tes enfants, comme une poule rassemble ses poussins sous ses ailes ! Mais vous ne l'avez pas voulu. | Eh bien, votre maison vous est laisseÂe deÂserte. | Car, je vous le dis, vous ne me verrez plus deÂsormais, jusqu'aÁ ce que vous disiez : BeÂni soit celui qui vient au nom du Seigneur !

3

Comme JeÂsus s'en allait, au sortir du temple, ses disciples vinrent lui en faire remarquer les constructions. | Mais il leur reÂpondit : Vous voyez tout cela ? Amen, je vous le dis, il ne restera pas ici pierre sur pierre qui ne soit renverseÂe. Comme il Âetait assis sur le mont des Oliviers, les disciples vinrent lui demander, en prive : Dis-nous, quand cela arrivera-t-il ? Quel sera le signe de ton aveÁnement et de la fin du monde ? Les signes annonciateurs de la fin

5

JeÂsus leur reÂpondit : Prenez garde que personne ne vous Âegare. | Beaucoup, en effet, viendront en se servant de mon nom, en disant : « C'est moi qui suis

qui tues v. 34+ ; Lc 13.34. Ð propheÁtes v. 29ss,34+. Ð lapides 1S 30.6 ; 1R 12.18 ; 21.13 ; Ac 7.58. Ð ses ailes Dt 32.11 ; Ps 17.8 ; 36.8 ; 91.4 ; Rt 2.12 ; cf. Es 31.5 ; 65.2. Ð pas voulu 22.3+. Â serte : le texte devient alors 38 Certains mss omettent le mot de identique aÁ Lc 13.21 (vous est abandonneÂe) ; 24.2 ; 1R 9.7s ; Es 64.9ss ; Jr 7.1ss ; 12.7 ; 22.5 ; 26.6,9,18 ; Ez 8±11 ; Mi 3.12 ; Ps 69.26 ; Ac 1.20 ; 6.14 ; cf. Tobit 14.4 : « Samarie et JeÂrusalem seront deÂsertes et la Maison de Dieu sera deÂsoleÂe et bruÃleÂe pour un temps. » 39 vous ne me verrez plus Jn 14.19 ; 16.17,19 ; cf. Os 3.4s. Ð BeÂni soit celui qui vient au nom du Seigneur ! 21.9+. $

37

10

13 14

Une grande deÂtresse

15

17 18

9

10

$

$

2 3

4 5

6

Voir Mc 13.1n ; Jn 2.20n ; voir aussi temple . Jr 7.14 ; Lc 19.44 ; Ac 6.14. Ð Amen 5.18n. mont des Oliviers 21.1+. Ð en prive 17.19 ; Mc 4.34. Ð quand Ac 1.6. Ð aveÁnement : le mot grec parousia, qui apparaõÃt 21 fois dans le N.T., signifie preÂsence ou venue ; il deÂsigne en particulier l'arriveÂe officielle d'un personnage important (1Co 15.23 ; 1Th 2.19+ ; Jc 5.7s). Ð signe v. 30. Ð fin du monde 13.39n. eÂgare : cf. v. 5,11,24 ; 22.29 ; Jr 14.14. en se servant de mon nom ou en mon nom ; meÃme formule 18.5. Ð le Christ v. 23 ; 1.16n. Ð beaucoup et une multitude de gens traduisent le meÃme mot grec. De meÃme v. 11. Cf. Dn 2.28s,45 ; Ap 1.1. Ð Vous allez entendre parler... : cf. Jr 51.46 ; voir aussi Dn 11.20,25,44 ; Ap 6.3s ; 9.9 ; 12.7 ; 4 Esdras 13.30-32 : « Un eÂgarement d'esprit viendra sur eux ; ils songeront aÁ se faire la guerre, cite contre citeÂ, pays contre pays, nation contre nation, royaume contre royaume. Et lorsque ces eÂveÂnements arriveront, lorsque se produiront les signes que je t'ai montreÂs auparavant, alors sera reÂveÂle mon Fils. » Ð Ici et au v. 14 le mot traduit par fin n'est pas le meÃme qu'au v. 3 ; cf. 2Th 2.2. nation... Es 19.2 ; 2Ch 15.6. Ð se dressera : le meÃme verbe est traduit par se lever v. 11,24 ; cf. 2.13n. Ð tremblements de terre : cf. 8.24n ; 27.51,54 ; 28.2 ; Es 24.19s ; Ag 2.6s ; Za 14.4s ; Ap 6.12+. Sur l'image des douleurs de l'accouchement, freÂquemment employeÂe dans le judaõÈsme posteÂrieur pour deÂcrire les souffrances preÂalables aÁ l'aveÁnement de l'eÁre messianique, cf. Es 13.8 ; Jr 4.31 ; 6.24 ; 13.21 ; 22.23 ; 49.22 ; 50.43 ; Os 13.13 ; Mi 4.9s ; Ac 2.24n ; Rm 8.22 ; Ga 4.19,27 ; 1Th 5.3 ; Ap 12.2. $

1

$

11 12 13 14

$

7

8

C'est pourquoi, lorsque vous verrez l'abomination deÂvastatrice, qui a Âete annonceÂe par l'entremise du propheÁte Daniel, installeÂe dans un lieu sacre Рque le lecteur comprenne Ð | alors, que ceux qui seront en JudeÂe fuient dans les montagnes ; | que celui qui sera sur le toit en terrasse n'en descende pas pour prendre ce qui est chez lui, | et que celui qui sera aux champs ne s'en retourne pas pour prendre son

aÁ la deÂtresse (sur le mot correspondant, voir v. 21,29 ; 7.14n ; 13.21) ; cf. 10.17-22 ; Jn 16.2,33+ ; 2Co 1.4n ; 1Th 3.3n. Ð toutes les nations v. 14n. Ce sera... : litt. alors beaucoup treÂbucheront, cf. 11.6n. Ð DidacheÁ 16.3ss : « Aux derniers jours, les faux propheÁtes et les corrupteurs se multiplieront, les brebis se transformeront en loups et l'amour se transformera en haine. L'impieÂte (ou : le mal) progressant en effet, les hommes se haõÈront, se perseÂcuteront et se trahiront les uns les autres et le seÂducteur du monde (ou : celui qui eÂgare le monde) apparaõÃtra alors comme Fils de Dieu ; il fera des signes et des prodiges, la terre sera livreÂe entre ses mains et il fera des iniquiteÂs qui ne se sont jamais produites depuis le commencement des sieÁcles. Alors toute creÂature humaine en viendra au feu de l'eÂpreuve, beaucoup seront scandaliseÂs (ou : treÂbucheront) et peÂriront ; mais ceux qui demeureront dans leur foi seront sauveÂs par celui qui est maleÂdiction. » V. 4+,5n ; 7.15 ; 2P 2.1 ; 1Jn 4.1 ; Ap 16.13 ; voir propheÁtes . 2Th 2.3-10 ; 2Tm 3.1-5 ; Ap 2.4. Ð mal 7.23n. Ð se reÂpandra : autre traduction se multipliera. 10.22+. bonne nouvelle 4.23+. Ð terre habiteÂe : le mot grec correspondant a donne notre mot úcumeÂnique ; il deÂsigne l'ensemble du monde habiteÂ, l'humanite (voir aussi son emploi en Lc 2.1). Ð teÂmoignage 8.4+. Ð pour toutes les nations ou pour tous les non-Juifs ; cf. v. 9 ; 4.15n ; 25.32 ; 28.19+ ; voir aussi Ap 14.6. l'abomination (ou l'horreur ) deÂvastatrice (traduction traditionnelle l'abomination de la deÂsolation) ; l'expression pourrait aussi signifier l'abominable deÂvastateur ; mais ici, contrairement aÁ Mc 13.14n, la suite est au neutre ; voir Dn 9.27 ; 11.31 ; 12.11 ; cf. 1 MaccabeÂes 1.54 : « Le roi construisit l'abomination de la deÂvastation (l'autel deÂdie au Zeus olympien) sur l'autel. » Voir pur , impur. Ð un lieu sacre ou saint , en l'occurrence le temple de JeÂrusalem ; cf. Ez 42.13 ; Ac 6.13 ; 21.28 ; 2Th 2.4. Ez 7.15s. Cf. Gn 19.17 ; 1 MaccabeÂes 2.28 : « Lui-meÃme (le preÃtre Mattathias) et ses fils s'enfuirent dans les montagnes, abandonnant tout ce qu'ils posseÂdaient dans la ville. » le toit en terrasse : on peut en descendre par un escalier exteÂrieur, sans rentrer dans la maison (cf. Mc 2.4 ; Lc 17.31). ne s'en retourne pas : litt. ne retourne pas en arrieÁre (le meÃme terme est traduit derrieÁre en 3.11n). $

$

24

le Christ ! », et ils Âegareront une multitude de gens. Vous allez entendre parler de guerres et de rumeurs de guerres : gardez-vous de vous alarmer ; car cela doit arriver, mais ce n'est pas encore la fin. | Car nation se dressera contre nation et royaume contre royaume ; dans divers lieux il y aura des famines et des tremblements de terre. | Mais tout cela ne sera que le commencement des douleurs de l'accouchement. Alors on vous livrera Áa la deÂtresse et on vous tuera ; vous serez deÂtesteÂs de toutes les nations Áa cause de mon nom. | Ce sera pour beaucoup une cause de chute ; ils se livreront, ils se deÂtesteront les uns les autres. | Beaucoup de propheÁtes de mensonge se leÁveront et Âegareront une multitude de gens. | Parce que le mal se reÂpandra, l'amour de la multitude se refroidira. | Mais celui qui perseÂveÂrera jusqu'aÁ la fin sera sauveÂ. | Cette bonne nouvelle du ReÁgne sera proclameÂe par toute la terre habiteÂe ; ce sera un teÂmoignage pour toutes les nations. Alors viendra la fin. Mc 13.14-23 ; Lc 21.20-24

16

Mc 13.5-13 ; Lc 21.8-19

4

9

12

Mc 13.1-4 ; Lc 21.5-7

2

8

11

JeÂsus annonce la destruction du temple

24

7

1283

$

$

15

$

$

$

16

17 18

$


1284 19 20 21

22

23 24

25

MATTHIEU 24

veÃtement. | Quel malheur pour les femmes enceintes et pour celles qui allaiteront en ces jours-laÁ ! Priez pour que votre fuite n'arrive pas en hiver, ni un jour de sabbat. | Car alors il y aura une grande deÂtresse, telle qu'il n'y en a pas eu depuis le commencement du monde jusqu'aÁ maintenant, et qu'il n'y en aura jamais plus. | Si ces jours-laÁ n'eÂtaient abreÂgeÂs, personne ne serait sauveÂ, mais Áa cause de ceux qui ont Âete choisis ces jours-laÁ seront abreÂgeÂs. Si alors quelqu'un vous dit : « Le Christ est ici ! » ou : « Il est laÁ ! », ne le croyez pas. | Car des christs de mensonge et des propheÁtes de mensonge se leÁveront ; ils donneront de grands signes et des prodiges de facËon Áa Âegarer, si possible, meÃme ceux qui ont Âete choisis. | Je vous ai preÂvenus.

La parabole du figuier Mc 13.28-32 ; Lc 21.29-33

32

33 34

35

36

Lc 17.23-24,37 26 27 28

Si donc on vous dit : « Il est dans le deÂsert ! », n'y allez pas. Ð « Il est dans les pieÁces les plus retireÂes ! », ne le croyez pas. | En effet, comme l'eÂclair qui jaillit au levant se voit jusqu'au couchant, ainsi Á que soit sera l'aveÁnement du Fils de l'homme. | Ou le cadavre, laÁ se rassembleront les vautours. Le signe du Fils de l'homme Mc 13.24-27 ; Lc 21.25-31

29

30

31

19 20 21 22

23 24

AussitoÃt apreÁs ces jours de deÂtresse, le soleil s'obscurcira, la lune ne donnera plus sa clarteÂ, les Âetoiles tomberont du ciel et les puissances des cieux seront ÂebranleÂes. Alors le signe du Fils de l'homme paraõÃtra dans le ciel, toutes les tribus de la terre se lamenteront, et elles verront le Fils de l'homme venant sur les nueÂes du ciel avec beaucoup de puissance et de gloire. | Il enverra ses anges avec une grande trompette, et ils rassembleront des quatre vents, depuis une extreÂmite des cieux jusqu'aÁ l'autre, ceux qu'il a choisis.

Lc 23.29 ; 1Co 7.26-28. Ð malheur 11.21n. sabbat Ex 16.29 ; cf. Ac 1.12n. deÂtresse v. 9+,29 ; Jl 2.2 ; Dn 12.1 ; Ap 7.14. personne... : litt. toute chair ne serait pas sauveÂe, c.-aÁ-d. aucune chair ne serait sauveÂe. Ð ceux qui ont eÂte choisis v. 24,31 ; 22.14n ; Lc 18.7 ; 2Tm 2.10. Cf. Es 65.8. V. 5,26 ; Lc 17.21,23. V. 11+ ; 1Jn 2.18. Ð des christs... : autres traductions de faux christs et de faux propheÁtes ; des pseudo-christs et des pseudo-propheÁtes. Ð ils donneront... : cf. 12.39 ; 16.4 ; 26.48. Ð signes / prodiges Dt 13.2-6 ; 2Th 2.9 ; Ap 13.13. Mc 13.23n ; Jn 13.19 ; 2P 3.17. V. 23 ; cf. Ac 21.38. Ð les pieÁces les plus retireÂes 6.6n. se voit : le meÃme verbe est traduit par paraõÃtre au v. 30. Ð aveÁnement v. 3n,37 ; cf. Za 9.14. Ð Fils de l'homme 8.20n. C.-aÁ-d., selon toute vraisemblance : l'apparition du Messie sera immeÂdiatement perceptible aÁ tous ceux qu'elle concerne (cf. Lc 17.37). Ð les vautours : le terme grec est geÂneÂralement traduit par aigle(s) (Ap 4.7 ; 8.13 ; 12.14), mais il correspond aÁ un terme heÂbreu qui peut deÂsigner les deux espeÁces d'oiseaux ; l'image ici correspond mieux au charognard qu'est le vautour ; toutefois il pourrait y avoir aussi une allusion secondaire aux embleÁmes d'aigles qui preÂceÂdaient les leÂgions romaines ; cf. Jb 39.27n,30 ; voir aussi Es 18.6 ; 34.15s ; Jr 7.33 ; 12.9 ; 15.3 ; Ez 39.17 ; Ha 1.8 ; Ap 19.17s. Es 13.10 ; 34.4 ; Ez 32.7 ; Jl 2.10 ; 3.4 ; 4.15 ; He 12.26s ; 2P 3.10 ; Ap 6.12-14. Ð ces jours... : litt. la deÂtresse de ces jours-laÁ ; v. 9+,21 ; Mc 13.24. 10.23+ ; 26.64// ; DidacheÁ 16.6ss : « Et alors les signes de la veÂrite apparaõÃtront : premieÁrement le signe de l'extension dans le ciel

25 26 27

$

28

29

30

$

Personne ne connaõÃt ni le jour ni l'heure Pour ce qui est du jour et de l'heure, personne ne les connaõÃt, ni les anges des cieux, ni le Fils, mais le PeÁre seul. Lc 17.26-36

37 38

39 40 41 42 43

44

$

$

Laissez-vous instruire par la parabole tireÂe du figuier. DeÁs que ses branches deviennent tendres et que les feuilles poussent, vous savez que l'eÂte est proche. | De meÃme, vous aussi, quand vous verrez tout cela, sachez qu'il est proche, aux portes. | Amen, je vous le dis, cette geÂneÂration ne passera pas que tout cela n'arrive. Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront pas.

En effet, comme ont Âete les jours de NoeÂ, ainsi sera l'aveÁnement du Fils de l'homme. | En effet, aux jours qui preÂceÂdeÁrent le deÂluge, les gens mangeaient et buvaient, se mariaient et mariaient leurs Á Noe entra dans l'arche ; | enfants, jusqu'au jour ou et ils ne se douteÁrent de rien jusqu'aÁ ce que le deÂluge vienne et les emporte tous ; il en sera de meÃme Áa l'aveÁnement du Fils de l'homme. | Alors, de deux hommes qui seront aux champs, l'un sera pris et l'autre laisse ; | de deux femmes qui moudront Áa la meule, l'une sera prise et l'autre laisseÂe. Veillez donc, puisque vous ne savez pas quel jour votre Seigneur viendra. Sachez-le bien, si le maõÃtre de maison savait Áa quelle veille de la nuit le voleur doit venir, il veillerait et ne permettrait pas qu'on fracture sa maison. | C'est pourquoi, vous aussi, soyez preÃts, car le Fils de l'homme viendra Áa l'heure que vous ne pensez pas.

(traditionnellement interpreÂte comme le signe de la croix embrassant le monde), puis le signe de la trompette retentissante, et, troisieÁme signe, la reÂsurrection des morts, non de tous, comme il a eÂte dit : ``Le Seigneur viendra et tous les saints avec lui.'' Alors le monde verra le Seigneur venir sur les nueÂes du ciel. » Ð signe 24.3 ; meÃme terme, dans le sens de bannieÁre, en Es 18.3 (LXX ). Ð se lamenteront... 11.17n ; Za 12.10,12,14 ; Ap 1.7. Ð Fils de l'homme / nueÂes Dn 7.13. Ð gloire 16.27+. anges 13.41+ ; 16.27. Ð grande trompette : cf. Es 18.3 (meÃme terme dans LXX ) ; 27.13 ; 1Co 15.52 ; 1Th 4.16 ; Ap 8.2. Ð des quatre vents, c.-aÁ-d. des quatre points cardinaux ; cf. Ez 37.9ss ; Za 2.10 ; Ap 7.1ss. Ð extreÂmiteÂ... Dt 30.4 ; Ne 1.9. Ð ceux qu'il a choisis : litt. ses choisis ou ses eÂlus, v. 22+. 21.19. Ð deviennent tendres : c.-aÁ-d. bourgeonnent. il est proche : le Fils de l'homme ou, plus geÂneÂralement, l'eÂveÂnement. Ð aux portes (de la ville ?) Jc 5.9 ; Ap 3.20. Cf. 10.23 ; 16.28. Ð geÂneÂration 12.36+ ; 17.17 ; 23.36. Ð ne passera pas ou ne passera jamais, 5.18n. 5.18 ; cf. Es 40.8 ; 51.6. V. 42,44,50 ; 25.13 ; Za 14.7 ; Ac 1.7 ; 1Th 5.1s ; voir aussi anges et Fils . jours de Noe Gn 6.11-13 ; Es 54.9. Ð aveÁnement v. 3n,27. Gn 7.7 ; 2P 2.5 ; 3.5s. Gn 7.23 ; cf. Jb 22.15s. Ð aveÁnement v. 3n. Cf. Lc 17.34s ; 2P 2.9. Ð pris pour le salut et laisse pour le jugement, ou le contraire ; cf. 13.41ss ; 1Th 4.17. V. 36+. Ð Veillez 25.13 ; 1Th 5.6. Ð viendra : litt. vient, de meÃme au v. 44. Cf. Mc 13.35. fracture 6.19ns ; Lc 12.39-46 ; 1Th 5.2 ; 2P 3.10 ; Ap 3.3 ; 16.15. V. 42n ; 2P 3.14. Ð preÃts 25.10. $

$

31

$

$

$

32 33 34 35 36

$

$

$

37 38 39 40 42 43 44


MATTHIEU 24±25

La parabole de l'esclave digne de confiance

La parabole des talents

Lc 12.42-46

45

46 47 48 49 50 51

Quel est donc l'esclave avise et digne de confiance que le maõÃtre a nomme responsable de ses domestiques, pour leur donner la nourriture en temps voulu ? | Heureux cet esclave, celui que son maõÃtre, Áa son arriveÂe, trouvera occupe de la sorte ! | Amen, je vous le dis, il le nommera responsable de tous ses biens. | Mais si c'est un mauvais esclave qui se dit : « Mon maõÃtre tarde Áa venir », | qu'il commence Áa battre ses compagnons d'esclavage, qu'il mange et boive avec les ivrognes, | le maõÃtre Á il ne s'y attend pas de cet esclave viendra le jour ou et Áa l'heure qu'il ne connaõÃt pas, | il le mettra en pieÁces et lui fera partager le sort des hypocrites ; c'est laÁ qu'il y aura des pleurs et des grincements de dents.

La parabole des dix vierges Alors le reÁgne des cieux sera comme ces dix 25 vierges qui avaient pris leurs lampes pour aller 2 au-devant du marie Â. | Cinq d'entre elles Âetaient 3 folles, et les cinq autres  etaient aviseÂes. | Les folles, en prenant leur lampe, n'avaient pas pris d'huile 4 avec elles ; | mais celles qui  etaient aviseÂes avaient pris, avec leur lampe, de l'huile dans un reÂcipient. | 5 Comme le marie  tardait, toutes s'assoupirent et 6 s'endormirent. | Au milieu de la nuit, il y eut un 7 cri : « Voici le marie Â, sortez Áa sa rencontre ! » | Alors toutes ces vierges se reÂveilleÁrent et preÂpareÁrent 8 leurs lampes. | Les folles dirent Á a celles qui Âetaient aviseÂes : « Donnez-nous de votre huile, nos lampes 9 s'e Âteignent ! » | Celles qui Âetaient aviseÂes reÂpondirent : « Il n'y en aurait jamais assez pour nous et pour vous ; allez plutoÃt vous en acheter chez ceux 10 qui en vendent ! » | Pendant qu'elles allaient en acheter, le marie arriva ; celles qui Âetaient preÃtes entreÁrent avec lui dans la salle des noces, et la porte 11 fut ferme Âe. | Plus tard, les autres vierges arriveÁrent aussi et dirent : « Seigneur, Seigneur, ouvre12 nous ! » | Mais il re Âpondit : « Amen, je vous le dis, je ne vous connais pas. » 13 Veillez donc, puisque vous ne connaissez ni le jour, ni l'heure. 45

46 47 48 49 50 51

25 2 4 5 6 7

Lc 19.12-27

14 15 16 17 18 19 20

21

22

23

24

25 26

27 28 29 30

esclave : autre traduction serviteur, meÃme possibilite dans la suite (21.34n). Ð avise 7.24n ; 25.2ss. Ð digne de confiance ou fideÁle (23.23n) ; de meÃme 25.21,23. Ð maõÃtre ou Seigneur 12.8n. Ð nomme responsable de : litt. institue sur, de meÃme v. 48 ; cf. Gn 39.4-6. Ð nourriture / temps : cf. Ps 104.27 ; 145.15. Cf. 2Tm 4.6-8. Ð occupe de la sorte : litt. faisant ainsi. V. 45n ; 25.21,23. Litt. si ce mauvais esclave dit en son cúur : mon maõÃtre (ou Seigneur ) tarde... ; cf. 25.5,19 ; 2P 3.3s. compagnons d'esclavage 18.28nss. 24.36+. le mettra en pieÁces : litt. le coupera en deux ; dans le N.T., le verbe grec correspondant n'apparaõÃt qu'ici et en Lc 12.46 ; certains le rapprochent de formules d'exclusion ou de mise en quarantaine en usage aÁ QumraÃn , et traduisent il le retranchera. Ð pleurs... 8.12+.

8 9 10

1 reÁgne ou royaume 3.2n. Ð vierges Ps 45.15. Ð lampes Lc 12.35s. folles 5.22+ ; en l'occurrence, leur folie va se manifester par leur impreÂvoyance. Ð aviseÂes ou prudentes, cf. 7.24n ; 24.45. Dt 32.29 ; Pr 3.35. tardait 24.48 ; cf. 25.19 ; He 10.37. Ð s'endormirent 26.40. Mc 13.35ss ; Ap 16.15. Ð rencontre 1Th 4.17. se reÂveilleÁrent ou se leveÁrent, cf. 2.13n.

23 24

$

1285

11 12 13 14 15 16 17 18 19 21

25 26 29 30

Il en sera comme d'un homme qui, sur le point de partir en voyage, appela ses esclaves et leur confia ses biens. | Il donna cinq talents Áa l'un, deux Áa l'autre, et un au troisieÁme, Áa chacun selon ses capaciteÂs, et il partit en voyage. AussitoÃt | celui qui avait recËu les cinq talents s'en alla les faire valoir et en gagna cinq autres. | De meÃme, celui qui avait recËu les deux talents en gagna deux autres. | Celui qui n'en avait recËu qu'un alla faire un trou dans la terre et cacha l'argent de son maõÃtre. | Longtemps apreÁs, le maõÃtre de ces esclaves arrive et leur fait rendre compte. | Celui qui avait recËu les cinq talents vint apporter cinq autres talents et dit : MaõÃtre, tu m'avais confie cinq talents ; en voici cinq autres que j'ai gagneÂs. | Son maõÃtre lui dit : C'est bien ! Tu es un bon esclave, digne de confiance ! Tu as Âete digne de confiance pour une petite affaire, je te confierai de grandes responsabiliteÂs ; entre dans la joie de ton maõÃtre. | Celui qui avait recËu les deux talents vint aussi et dit : MaõÃtre, tu m'avais confie deux talents, en voici deux autres que j'ai gagneÂs. | Son maõÃtre lui dit : C'est bien ! Tu es un bon esclave, digne de confiance ! Tu as Âete digne de confiance pour une petite affaire, je te confierai de grandes responsabiliteÂs ; entre dans la joie de ton maõÃtre. | Celui qui n'avait recËu qu'un talent vint ensuite et dit : MaõÃtre, je savais que tu es un homme Á tu n'as pas semeÂ, et tu dur : tu moissonnes ou Á tu n'as pas reÂpandu ; | j'ai eu peur, et reÂcoltes ou je suis alle cacher ton talent dans la terre : le voici ; prends ce qui est Áa toi. | Son maõÃtre lui reÂpondit : Esclave mauvais et paresseux, tu savais que je moisÁ je n'ai pas seme et que je reÂcolte ou Á je n'ai sonne ou à placer mon argent pas reÂpandu ? | Alors tu aurais du chez les banquiers, et Áa mon arriveÂe j'aurais reÂcupeÂre ce qui est Áa moi avec un inteÂreÃt. | Enlevez-lui donc le talent, et donnez-le Áa celui qui a les dix talents. | Ð Car on donnera Áa celui qui a, et il sera dans l'abondance, mais Áa celui qui n'a pas on enleÁvera meÃme ce qu'il a. Ð | Et l'esclave inutile, chassez-le dans les teÂneÁbres du dehors ; c'est laÁ qu'il y aura des pleurs et des grincements de dents. Cf. Jb 18.5 ; Pr 13.9. Cf. Ga 6.5. 22.4 ; cf. Gn 7.16 ; Lc 13.24. Ð preÃtes 24.44. Ð dans la salle des noces : litt. dans les noces. 7.21 ; Lc 13.25. 7.23 ; Lc 13.27 ; 2Tm 2.19. Ð Amen 5.18n. 24.42. esclaves : autre traduction serviteurs ; cf. Mc 13.34. talents : voir mesures , poids et monnaies. Ð ses capaciteÂs : litt. sa puissance ; cf. Rm 12.3,6 ; 1Co 12.11 ; Ep 4.7. les faire valoir : litt. il úuvra en eux ou par eux, c.-aÁ-d. s'en servit pour travailler. Ec 9.10 ; 11.6. maõÃtre 12.8n. Longtemps apreÁs : cf. v. 5+. Ð rendre compte 18.23+. V. 23 ; 24.45-47// ; Lc 16.10ss. Ð joie Jn 15.11 ; He 12.2 ; cf. Ap 3.21. Cf. v. 21 ; 20.14 ; 2Co 8.12. Cf. Jon 4.2. Ð tu reÂcoltes... : litt. tu recueilles ou tu rassembles (cf. v. 32n) de laÁ ouÁ tu n'as pas disperseÂ. peur : cf. Pr 22.13 ; 1Jn 4.18 ; voir crainte. Ð prends : litt. tu as. 12.37. Ð paresseux : cf. Pr 10.26. 13.12+. esclave inutile : cf. Lc 17.10. Ð teÂneÁbres / pleurs... 8.12+. Ð D'apreÁs le teÂmoignage d'EuseÁbe de CeÂsareÂe (& 265-339), un $


1286

31 32 33 34

35

36 37

38 39 40

41

42 43

44

45

MATTHIEU 25±26

Á vous dra : « Amen, je vous le dis, dans la mesure ou Le jugement dernier n'avez pas fait cela pour l'un de ces plus petits, Lorsque le Fils de l'homme viendra dans sa 46 c'est Áa moi que vous ne l'avez pas fait. » | Et ceux-ci gloire, avec tous les anges, il s'assieÂra sur son troÃne iront au chaÃtiment Âeternel, mais les justes, Áa la vie Âeternelle. glorieux. | Toutes les nations seront rassembleÂes devant lui. Il seÂparera les uns des autres comme le Le complot contre JeÂsus berger seÂpare les moutons des cheÁvres : | il mettra Mc 14.1-2 ; Lc 22.1-2 ; Jn 11.47-53 les moutons Áa sa droite et les cheÁvres Áa sa gauche. | Alors le roi dira Áa ceux qui seront Áa sa droite : 26 Lorsque JeÂsus eut acheve tous ces discours, il dit 2 Á « Venez, vous qui Ãetes beÂnis de mon PeÁre ; heÂritez a ses disciples : | Vous savez que la PaÃque a lieu dans deux jours, et que le Fils de l'homme est sur le point le royaume qui a Âete preÂpare pour vous depuis la d'eÃtre livre pour Ãetre crucifieÂ. fondation du monde. | Car j'ai eu faim et vous 3 m'avez donne Áa manger ; j'ai eu soif et vous m'avez Alors les grands preÃtres et les anciens du peuple donne Áa boire ; j'eÂtais Âetranger et vous m'avez se rassembleÁrent dans le palais du grand preÃtre 4 appele  CaõÈphe | et ils reÂsolurent de faire arreÃter recueilli ; | j'eÂtais nu et vous m'avez veÃtu ; j'eÂtais 5 Je Âsus par ruse et de le tuer. | Toutefois ils disaient : malade et vous m'avez visite ; j'eÂtais en prison Pas en pleine feÃte, afin qu'il n'y ait pas d'agitation et vous Ãetes venus me voir. » | Alors les justes lui reÂpondront : « Seigneur, quand t'avons-nous parmi le peuple. vu avoir faim, et t'avons-nous donne Áa manger ? L'onction aÁ BeÂthanie Ð ou avoir soif, et t'avons-nous donne Áa boire ? Mc 14.3-9 ; cf. Lc 7.36-50 ; Jn 12.1-8 Quand t'avons-nous vu Âetranger, et t'avons-nous 6 Comme JeÂsus Âetait Áa BeÂthanie, chez Simon le recueilli ? Ð ou nu, et t'avons-nous veÃtu ? | Quand 7 le Âpreux, | une femme s'approcha de lui. Elle tenait t'avons-nous vu malade, ou en prison, et sommesun flacon d'albaÃtre plein d'un parfum de grand prix nous venus te voir ? » | Et le roi leur reÂpondra : Á vous « Amen, je vous le dis, dans la mesure ou et, pendant qu'il Âetait Áa table, elle reÂpandit le par8 fum sur sa te Ãte. | En voyant cela, les disciples avez fait cela pour l'un de ces plus petits, l'un de 9 s'indigne Árent : A quoi bon ce gaspillage ? | On mes freÁres, c'est Áa moi que vous l'avez fait. » aurait pu vendre cela treÁs cher et en donner le Ensuite il dira Áa ceux qui seront Áa sa gauche : prix aux pauvres. « Allez-vous-en loin de moi, maudits, dans le feu Âeternel preÂpare pour le diable et pour ses anges. 10 JeÂsus s'en apercËut ; il leur dit : Pourquoi tracassez-vous cette femme ? Elle a accompli une belle Car j'ai eu faim, et vous ne m'avez pas donne Áa manger ; j'ai eu soif, et vous ne m'avez pas donne Áa 11 úuvre Áa mon Âegard ; | les pauvres, en effet, vous les avez toujours avec vous ; mais moi, vous ne m'avez boire. | J'eÂtais Âetranger, et vous ne m'avez pas recueilli ; j'eÂtais nu, et vous ne m'avez pas veÃtu ; 12 pas toujours. | En reÂpandant ce parfum sur mon corps, elle l'a fait pour mon ensevelissement. j'eÂtais malade et en prison, et vous ne m'avez pas Á cette bonne nouvisiteÂ. » | Alors ils reÂpondront, eux aussi : « Sei- 13 Amen, je vous le dis, partout ou gneur, quand t'avons-nous vu avoir faim ou soif, velle sera proclameÂe, dans le monde entier, on Âetranger, ou nu, ou malade, ou en prison, sans racontera aussi, en meÂmoire de cette femme, ce nous mettre Áa ton service ? » | Alors il leur reÂponqu'elle a fait. eÂvangile judeÂo-chreÂtien (l'Evangile des nazareÂens ?) aurait preÂsente une version diffeÂrente de cette parabole : un esclave qui a fait fructifier le bien de son maõÃtre, un deuxieÁme qui l'a cache et un troisieÁme qui l'a dilapide dans la deÂbauche ; c'est ce dernier qui aurait subi le chaÃtiment (cf. 24.45ss), tandis que le deuxieÁme aurait seulement eÂte reÂprimandeÂ. 13.41+ ; 16.27+ ; 19.28 ; 24.31 ; Za 14.5 ; Dn 7.13s ; cf. 1 HeÂnoch 69.27 : « Il s'est assis sur Son troÃne glorieux, et la somme du jugement a eÂte donneÂe aÁ ce Fils d'homme » (cf. Jn 5.22). Ð gloire 16.27+. Cf. 13.40-43,48s ; Jl 4.12 ; Rm 2.16 ; 2Co 5.10 ; Ap 20.11-13. Ð Toutes les nations 4.15n ; voir non-Juifs . Ð seront rassembleÂes : le meÃme verbe a eÂte traduit par reÂcolter (v. 24n) et recueillir (v. 35). Ð moutons / cheÁvres : cf. Ez 34.17,20 ; Za 10.3. beÂnis Es 65.23 ; Ep 1.3s. Ð heÂritez Rm 8.17 ; Jc 2.5. Ð le royaume 3.2n ; Lc 12.32. Ð preÂpare 20.23. 10.42 ; Es 58.7 ; Ez 18.7,9,16 ; Jb 31.32 ; Lc 14.13s. Cf. Testament de Joseph 1.4ss : « Mes freÁres me haõÈrent, mais le Seigneur m'aima. Ils voulaient me tuer, mais le Dieu de mes peÁres me garda. Ils me descendirent dans la Fosse, et le TreÁs-Haut m'en fit remonter. Je fus vendu en esclavage, et le MaõÃtre de toutes choses me libeÂra. Je fus emmene en captiviteÂ, et Sa forte main me secourut. Je fus tenaille par la faim, et le Seigneur lui-meÃme me nourrit. J'eÂtais seul, et Dieu me consola. J'eÂtais malade, et le Seigneur me visita. J'eÂtais en prison, et le Sauveur me fit graÃce ; dans les chaõÃnes, et il me deÂlia ; diffameÂ, et il plaida pour moi ; en butte aux paroles acerbes des Egyptiens, et il me deÂlivra ; esclave, et il m'eÂleva. » Jb 31.19 ; 2Tm 1.16 ; He 10.34 ; 13.3 ; Jc 1.27 ; cf. Siracide 7.3235 : « Tends la main au mendiant, pour que tu sois pleinement beÂni. (...) Ne te deÂtourne pas de ceux qui pleurent, avec les affligeÂs, afflige-toi. N'heÂsite pas aÁ visiter les malades ; c'est pour de $

31

$

$

$

32

telles actions que tu seras aimeÂ. » justes 1.19. l'un de ces plus petits... 10.42 ; on peut comprendre l'un de ces plus petits qui sont mes freÁres, ou bien l'un de ces plus petits d'entre mes freÁres ; cf. 12.49+. Ð aÁ moi 10.40 ; 18.5 ; Pr 19.17 ; He 6.10.  ternel : cf. Lc 16.24 ; 2Th 1.8 ; Jd 41 Allez-vous-en : cf. 7.23. Ð feu e 6s ; Ap 14.10+. Ð diable (voir deÂmon , diable, Satan) / anges : cf. 2Co 12.7 ; Ap 12.7,9. 45 V. 35-40 ; Jb 22.7 ; Jc 2.14-17 ; 4.17 ; 1Jn 3.17. 46 Dn 12.2 ; Jn 5.29 ; cf. Rm 2.7ss. 37 40

$

$

$

$

34 35

36

26 2

$

3

$

4 5 6 9 10 11

$

12 13

1 7.28+. 16.21+. Ð PaÃque : voir calendrier et feÃtes. Ð Fils de l'homme 8.20n. Ð est sur le point d'eÃtre livre : litt. est livreÂ. grands preÃtres (2.4n) / anciens 21.23+. Ð le palais : autre traduction la cour (cf. v. 58n,69), deÂsignant l'espace inteÂrieur entoure des appartements, caracteÂristique des demeures des grands en Orient (cf. Jn 18.15ss). Ð CaõÈphe Lc 3.2 ; Jn 11.4752+ ; Ac 4.6. Cf. v. 48 ; 21.46 ; Jn 11.53. Cf. 21.26,46 ; Lc 22.6. Cf. Lc 7.36-50. Ð BeÂthanie 21.17n. 1Co 13.3. Ð cela : certains mss portent ce parfum. Ð en donner le prix : litt. donner. s'en apercËut 12.15n. Ð tracassez : cf. Lc 11.7n. pauvres Dt 15.11. Ð vous ne m'avez pas toujours : autres traductions vous ne m'avez pas pour toujours ; vous ne m'aurez pas toujours 9.15+. Jn 19.40. Amen 5.18n Ð cette bonne nouvelle 4.23+ ; 24.14 ; 28.19 ; cf. 1S 2.30. $

$

$

$


MATTHIEU 26 27

Judas s'appreÃte aÁ trahir JeÂsus Mc 14.10-11 ; Lc 22.3-6

14 15 16

Alors l'un des Douze, celui qu'on appelle Judas Iscariote, se rendit chez les grands preÃtres | et dit : Que voulez-vous me donner pour que je vous le livre ? Ils le payeÁrent trente pieÁces d'argent. | A partir de ce moment, il cherchait une occasion pour le livrer.

28 29

Mc 14.26-31 ; Lc 22.31-34 ; Jn 13.37-38

Mc 14.12-17 ; Lc 22.7-14

18

19

20

Le premier jour des Pains sans levain, les disciÁ veux-tu que nous te ples vinrent dire Áa JeÂsus : Ou preÂparions le repas de la PaÃque ? | Il reÂpondit : Allez Áa la ville chez Untel, et dites-lui : « Le maõÃtre dit : Mon temps est proche, c'est chez toi que je ceÂleÂbrerai la PaÃque avec mes disciples. » | Les disciples firent ce que JeÂsus leur avait ordonne et ils preÂpareÁrent la PaÃque. Le soir venu, il Âetait Áa table avec les Douze. JeÂsus annonce qu'il va eÃtre trahi

30 31

32 33 34 35

Mc 14.18-21 ; Lc 22.21-23 ; Jn 13.21-30 21 22 23 24

25

Pendant qu'ils mangeaient, il dit : Amen, je vous le dis, l'un de vous me livrera. | Ils furent profondeÂment attristeÂs, et chacun se mit Áa lui dire : Est-ce moi, Seigneur ? | Il reÂpondit : Celui qui a mis avec moi la main dans le plat, c'est lui qui me livrera. | Le Fils de l'homme s'en va, selon ce qui est Âecrit de lui. Mais quel malheur pour cet homme par qui le Fils de l'homme est livre ! Il aurait mieux valu pour cet homme ne pas Ãetre neÂ. | Judas, qui le livrait, demanda : Est-ce moi, Rabbi ? Il lui reÂpondit : C'est toi qui l'as dit.

Mc 14.32-42 ; Lc 22.40-46 36 37

38 39

La CeÁne

14 15

Pendant qu'ils mangeaient, JeÂsus prit du pain ; apreÁs avoir prononce la beÂneÂdiction, il le rompit et le donna aux disciples en disant : Prenez, mangez ;

Cf. Jn 11.57. Ð l'un des Douze v. 47. Ð preÃtres 2.4. Il s'agit probablement de trente sicles, la monnaie juive ; cf. 27.3,9 ; Ex 21.32 (cf. Lv 27.2ss) ; Za 11.12. Voir mesures , poids et monnaies. Ex 12.14-20. Ð PaÃque : voir calendrier et feÃtes. 21.2s. Ð maõÃtre : au sens d'enseignant. Ð temps Jn 8.20 ; 12.23. Ð je ceÂleÂbrerai : litt. je fais. Cf. Lc 22.14n. Jn 6.70s. Jn 13.18 ; Ps 41.10 ; 55.13-15. Ð Fils de l'homme 8.20n. Ð eÂcrit v. 31,56 ; Lc 18.31 ; 24.44 ; Ac 17.2s ; 1P 1.11 ; cf. Es 53.7 ; Za 13.7. Ð quel malheur... 11.21n ; 18.7// ; Jn 17.12. Cf. 1 HeÂnoch 38.2 : « OuÁ sera le seÂjour de ceux qui ont renie le Seigneur des Esprits ? Mieux vaudrait pour eux ne pas eÃtre neÂs. » Le Pasteur d'Hermas , Vis. IV,2,6 : « Malheur aÁ ceux qui ont entendu ces paroles sans les comprendre. Il vaudrait mieux pour eux ne pas eÃtre neÂs. » C'est toi... : autre traduction tu l'as dit ; cf. v. 64 ; 27.11. 14.19n ; Lc 24.30 ; Jn 6.53ss ; 1Co 10.16. Ð c'est mon corps : autres traductions ceci est mon corps ; mon corps, c'est ceci ; meÃmes possibiliteÂs v. 28. rendu graÃce : c'est du verbe grec correspondant que vient le mot eucharistie. sang de l'alliance (certains mss ajoutent nouvelle, cf. Jr 31.31 ;

17 18 20 21 23 24

27 28

31 32

$

$

$

LaÁ-dessus, JeÂsus arrive avec eux au lieu dit GethseÂmani et il dit aux disciples : Asseyez-vous ici, pendant que je m'eÂloignerai pour prier. | Il prit avec lui Pierre et les deux fils de ZeÂbeÂdeÂe. Il commencËa alors Áa Âeprouver la tristesse et l'angoisse, | et il leur dit : Je suis triste Áa mourir ; demeurez ici et veillez avec moi. | Puis il s'avancËa un peu, tomba face contre terre et pria ainsi : Mon PeÁre, si c'est possible, que cette coupe s'eÂloigne de moi ! Toutefois, non pas comme moi, je veux, mais comme toi, tu veux. | Il vient vers les disciples, qu'il trouve endormis ; il dit alors Áa Pierre : Vous n'avez donc pas Âete capables de veiller une heure avec

Lc 22.20) Ex 24.8 ; Za 9.11 ; He 7.22+. Ð d'une multitude ou de beaucoup 20.28 ; Es 53.12 ; Jr 31.34. Ð peÂcheÂs 1.21+. Cf. Lc 22.30 ; Ac 10.41. chante : probablement les psaumes du Hallel (Ps 113±118 et 136), que les Juifs chantent encore de nos jours apreÁs le repas pascal ; le mot Hallel vient du verbe heÂbreu qui signifie louer ou ceÂleÂbrer ; on le retrouve dans le terme alleÂluia (Ps 104.35n). Ð mont des Oliviers 21.1+ ; Lc 22.39. cause de chute v. 56 ; 11.6n. Ð Za 13.7 ; cf. Mt 9.36 ; Jn 16.32. apreÁs mon reÂveil, c.-aÁ-d. apreÁs ma reÂsurrection ; le meÃme verbe est traduit par levez-vous v. 46 ; cf. 2.13n ; 17.9n. Ð GalileÂe 2.22n ; 28.7,10//,16. V. 69ss ; cf. 10.33+. Cf. 1R 20.11 ; 1Co 10.12. Jn 18.1 ; le nom GethseÂmani vient de deux mots heÂbreux qui signifient pressoir aÁ huile. 17.1+ ; 20.20+. Je suis triste : autre traduction mon aÃme est triste ; sur le mot qui peut eÃtre traduit par je comme par mon aÃme, voir 10.28n ; cf. 12.18n ; voir aussi Es 53.3s ; Ps 42.6s,12 ; 43.5 ; Jn 12.27 ; He 5.7s. Ð aÁ mourir : cf. Jon 4.9. coupe 20.22// ; Jn 18.11 ; cf. Es 51.17,22. Ð comme toi, tu veux Jn 6.38+ ; Ph 2.8. 25.5 ; cf. Ps 69.21. $

29 30

$

$

25 26

40

$

$

ApreÁs avoir chanteÂ, ils sortirent vers le mont des Oliviers. Alors JeÂsus leur dit : Je serai pour vous tous, cette nuit, une cause de chute ; car il est Âecrit : Je frapperai le berger, et les moutons du troupeau seront disperseÂs. Mais apreÁs mon reÂveil, je vous preÂceÂderai en GalileÂe. | Pierre lui dit : Quand tu serais pour tous une cause de chute, tu ne le seras jamais pour moi. | JeÂsus lui reÂpondit : Amen, je te le dis, cette nuit meÃme, avant qu'un coq ait chanteÂ, tu m'auras renie par trois fois. | Pierre lui dit : MeÃme s'il me fallait mourir avec toi, je ne te renierais pas ! Et tous les disciples dirent la meÃme chose. La prieÁre de JeÂsus aÁ GethseÂmani

Mc 14.22-25 ; Lc 22.15-20 ; cf. 1Co 11.23-26 26

c'est mon corps. | Il prit ensuite une coupe ; apreÁs avoir rendu graÃce, il la leur donna en disant : Buvez-en tous : | c'est mon sang, le sang de l'alliance, qui est reÂpandu en faveur d'une multitude, pour le pardon des peÂcheÂs. | Je vous le dis, je ne boirai plus deÂsormais de ce produit de la vigne Á je le boirai avec vous, nouveau, jusqu'au jour ou dans le royaume de mon PeÁre. JeÂsus annonce que Pierre le reniera

JeÂsus fait preÂparer la PaÃque

17

1287

34 35 36 37 38

39 40


1288 41 42

43 44 45

46

MATTHIEU 26

moi ! | Veillez et priez, afin de ne pas entrer dans l'eÂpreuve ; l'esprit est ardent, mais la chair est faible. | Il s'eÂloigna une deuxieÁme fois et pria ainsi : Mon PeÁre, s'il n'est pas possible que cette coupe s'eÂloigne sans que je la boive, que ta volonte soit faite ! | Il revint et les trouva encore endormis ; car ils avaient les yeux lourds. | Il les quitta, s'eÂloigna de nouveau et pria pour la troisieÁme fois en reÂpeÂtant les meÃmes paroles. | Puis il vient vers les disciples et leur dit : Vous dormez encore, vous vous reposez ! L'heure s'est approcheÂe ; le Fils de l'homme est livre aux peÂcheurs. | Levez-vous, allons ; celui qui me livre s'est approcheÂ. Mc 14.43-50 ; Lc 22.47-53 ; Jn 18.2-11

48 49 50

51 52 53 54

55

56

41

Il parlait encore quand Judas, l'un des Douze, arriva, et avec lui une grande foule armeÂe d'eÂpeÂes et de baÃtons, envoyeÂe par les grands preÃtres et par les anciens du peuple. | Celui qui le livrait leur avait donne ce signe : Celui que j'embrasserai, c'est lui ; arreÃtez-le. | AussitoÃt il s'approcha de JeÂsus et lui dit : Bonjour, Rabbi ! Et il l'embrassa. | JeÂsus lui dit : Mon ami, ce que tu es venu faire, fais-le. Alors ces gens s'avanceÁrent, mirent la main sur JeÂsus et l'arreÃteÁrent. Un de ceux qui Âetaient avec JeÂsus Âetendit la main, tira son ÂepeÂe, frappa l'esclave du grand preÃtre et lui emporta l'oreille. | Alors JeÂsus lui dit : Remets ton ÂepeÂe Áa sa place ; car tous ceux qui prennent l'eÂpeÂe disparaõÃtront par l'eÂpeÂe. | Penses-tu que je ne puisse pas supplier mon PeÁre, qui me fournirait Áa l'instant plus de douze leÂgions d'anges ? | Comment donc s'accompliraient les Ecritures, d'apreÁs lesquelles il doit en Ãetre ainsi ? A ce moment, JeÂsus dit aux foules : Vous Ãetes sortis pour vous emparer de moi avec des ÂepeÂes et des baÃtons, comme si j'eÂtais un bandit. Tous les jours j'eÂtais assis dans le temple pour enseigner, et vous n'eÃtes pas venus m'arreÃter. | Mais tout cela est arrive pour que soient accomplies les Ecritures des propheÁtes. veillez / priez Ep 6.18 ; 1P 4.7 ; 5.8. Ð l'eÂpreuve 4.1n ; 6.13 ; cf. He 2.18 ; 4.15. Ð ardent : autres traductions vif, bien disposeÂ. Ð Voir esprit et chair . V. 39+ ; 6.10. les yeux lourds : le meÃme terme est traduit par accable Lc 9.32. Cf. 2Co 12.8. Vous dormez... : autres traductions possibles : vous dormez et vous vous reposez encore ? continuez aÁ dormir et aÁ vous reposer ! Ð heure Jn 17.1. Ð s'est approcheÂe : autre traduction est laÁ ; meÃme possibilite v. 46 ; meÃme forme verbale 3.2n. Ð Fils de l'homme 8.20n. Ð livre / peÂcheurs 17.22+ ; Ac 2.23. V. 21,32n ; Jn 14.31. l'un des Douze v. 14. Ð grands preÃtres (2.4n) / anciens 21.23+. Ð Cf. Ac 1.16. que j'embrasserai ou aÁ qui je donnerai un baiser. Le verbe grec ainsi traduit signifie aussi aimer (d'amitieÂ). Un compose du meÃme verbe est traduit de la meÃme facËon au v. 49. Ð Cf. 2S 20.9. Bonjour : litt. reÂjouis-toi ! C'est la salutation habituelle en grec, normalement employeÂe le matin mais aussi, dans l'usage courant, aÁ n'importe quel moment ; de meÃme en 27.29 ; 28.9 ; cf. Lc 1.28n. Ð il l'embrassa v. 48n ; Mc 14.45n. Mon ami, comme en 20.13n ; Jn 13.27. Ð ce que tu es venu faire... : autres traductions possibles : pourquoi es-tu ici ? ou c'est pour cela que tu es ici ! Cf. Lc 22.36-38. Jn 18.36. Ð disparaõÃtront ou peÂriront, se perdront, cf. Gn 9.6 ; Ez 35.6 ; Ap 13.10. $

42 43 44 45

$

$

$

46 47 48

49

50

51 52

$

JeÂsus comparaõÃt devant le sanheÂdrin

Mc 14.53-65 ; Lc 22.54-55,63-71 ; Jn 18.12-24 57 58

59 60

L'arrestation de JeÂsus

47

Alors tous les disciples l'abandonneÁrent et prirent la fuite.

61 62 63

64

65

66 67 68

Ceux qui avaient arreÃte JeÂsus l'emmeneÁrent chez le grand preÃtre CaõÈphe ; laÁ, les scribes et les anciens se rassembleÁrent. | Pierre le suivait de loin, jusqu'au palais du grand preÃtre ; il entra dans la cour et s'assit avec les gardes, pour voir comment cela finirait. Les grands preÃtres et tout le sanheÂdrin cherchaient un faux teÂmoignage contre JeÂsus, pour le faire mettre Áa mort. | Mais ils n'en trouveÁrent pas, quoique beaucoup de faux teÂmoins se soient preÂsenteÂs. Enfin il en vint deux | qui dirent : Il a dit : « Je peux deÂtruire le sanctuaire de Dieu et reconstruire en trois jours. » | Le grand preÃtre se leva et lui dit : Tu ne reÂponds rien ? Que dis-tu des teÂmoignages que ces gens portent contre toi ? | JeÂsus gardait le silence. Le grand preÃtre lui dit : Je t'adjure par le Dieu vivant de nous dire si c'est toi qui es le Christ, le Fils de Dieu. | JeÂsus lui reÂpondit : C'est toi qui l'as dit. Mais, je vous le dis, deÂsormais vous verrez le Fils de l'homme assis Áa la droite de la Puissance et venant sur les nueÂes du ciel. | Alors le grand preÃtre deÂchira ses veÃtements en disant : Il a blaspheÂmeÂ. Qu'avons-nous encore besoin de teÂmoins ? Vous venez d'entendre son blaspheÁme. Qu'en pensezvous ? | Ils reÂpondirent : Il est passible de mort. LaÁ-dessus, ils lui cracheÁrent au visage et lui donneÁrent des coups de poing ; d'autres le gifleÁrent, en disant : | Fais le propheÁte pour nous, Christ ! Dis-nous qui t'a frappe ! Pierre renie JeÂsus

Mc 14.66-72 ; Lc 22.56-62 ; Jn 18.17,25-27 69 70 71

53 54 55

Pierre, lui, Âetait assis dehors, dans la cour. Une servante s'approcha de lui et dit : Toi aussi, tu Âetais avec JeÂsus le GalileÂen. | Mais il le nia devant tous, en disant : Je ne sais pas ce que tu veux dire. | Comme il se dirigeait vers le porche, une autre le vit et dit Áa 4.6 ; 2R 6.17 ; Dn 7.10. Cf. Jn 10.18 ; voir aussi anges . V. 24+. Lc 19.47 ; 21.37s ; Jn 18.20. Ð A ce moment : litt. en cette heurelaÁ ; cf. Mc 14.35. Ð sortis : cf. v. 30. Ð comme si j'eÂtais... : litt. comme pour un bandit ; cf. 27.38. Ð temple 21.23. V. 24+ ; cf. Ps 88.9,19 ; voir aussi propheÁtes . V. 3 ; grand preÃtre / scribes / anciens 2.4n. palais et cour traduisent un seul mot grec ; cf. v. 3n,69ss. Ð pour voir comment cela finirait : litt. pour voir la fin. Ps 27.12 ; cf. 1R 21.10 ; Ac 6.11. deux : cf. 8.28+ ; Dt 19.15 ; Jn 8.17. sanctuaire : le mot deÂsigne habituellement le baÃtiment comprenant les pieÁces dites « Sacre » et « TreÁs-Sacre » (27.40). Cf. Jn 2.19-21 ; Ac 6.14. On pourrait aussi traduire : Tu ne reÂponds rien aux teÂmoignages que ces gens portent contre toi ? silence 27.12-14// ; Es 53.7 ; Lm 3.28-30. Ð Christ 1.16n ; 16.16+ ; Jn 10.24. Ð Fils de Dieu 14.33n. C'est toi qui l'as dit : cf. v. 25n ; 27.11. Ð le Fils de l'homme... 24.30+ ; Dn 7.13. Ð de la Puissance : c.-aÁ-d. de Dieu, dont on eÂvite de prononcer le nom ; 22.44+ ; Ps 110.1. deÂchira ses veÃtements : signe de deuil ; cf. Lv 10.6 ; 21.10. Ð blaspheÂme 9.3+. Lv 24.16 ; Jn 19.7. 27.30// ; Es 50.6 ; Mi 4.14 ; 1P 2.23. Fais le propheÁte ... ou parle-nous en propheÁte : cf. 7.22n. V. 58 ; Ac 4.13. Ð GalileÂen 21.11 ; Jn 7.52. V. 33 ; 10.33n. $

$

56 57 58 59 60 61

$

62 63

$

$

$

$

$

64

65 66 67 68 69 70

$

$


MATTHIEU 26±27

72 73

74

75

ceux qui se trouvaient laÁ : Il Âetait avec JeÂsus le NazoreÂen. | Il le nia encore en jurant : Je ne connais pas cet homme ! | Peu apreÁs, ceux qui Âetaient laÁ s'approcheÁrent et dirent Áa Pierre : Vraiment, toi aussi tu es de ces gens-laÁ, ta facËon de parler le montre bien. | Alors il se mit Áa jurer, sous peine de maleÂdiction : Je ne connais pas cet homme ! AussitoÃt un coq chanta. Pierre se souvint de la parole que JeÂsus avait dite : Avant qu'un coq ait chanteÂ, tu m'auras renie par trois fois. Il sortit, et dehors il pleura ameÁrement.

1289

Pilate interroge JeÂsus

Mc 15.2-5 ; Lc 23.2-5,9-10 ; Jn 18.29-38 11 12 13 14

JeÂsus comparut devant le gouverneur. Le gouverneur lui demanda : Es-tu le roi des Juifs, toi ? JeÂsus lui reÂpondit : C'est toi qui le dis. | Mais il ne reÂpondit rien aux accusations des grands preÃtres et des anciens. | Alors Pilate lui dit : Tu n'entends pas tout ce dont ils t'accusent ? | Mais il ne lui reÂpondit sur aucun point, ce qui Âetonna beaucoup le gouverneur. JeÂsus est condamne aÁ mort

JeÂsus est conduit devant Pilate

Mc 15.6-14 ; Lc 23.13-23 ; Jn 18.39-40

Mc 15.1-2 ; Lc 22.66 ; 23.1 ; Jn 18.28

27 2

3

4 5 6 7 8 9

10

Le matin venu, tous les grands preÃtres et les anciens du peuple tinrent conseil contre JeÂsus, pour le faire mettre Áa mort. | ApreÁs l'avoir lieÂ, ils l'emmeneÁrent et le livreÁrent Áa Pilate, le gouverneur. Judas se donne la mort Voyant qu'il avait Âete condamneÂ, Judas, qui l'avait livreÂ, fut pris de remords et rapporta les trente pieÁces d'argent aux grands preÃtres et aux anciens, | en disant : J'ai peÂcheÂ, en livrant le sang innocent. Ils reÂpondirent : Que nous importe ? C'est ton affaire. | Judas jeta les pieÁces d'argent dans le sanctuaire et s'eÂloigna pour aller se pendre. Les grands preÃtres ramasseÁrent les pieÁces et dirent : Il n'est pas permis de les remettre dans le korbanas, puisque c'est le prix du sang. | ApreÁs avoir tenu conseil, ils acheteÁrent avec cet argent le champ du potier, pour y ensevelir les Âetrangers. | C'est pourquoi ce champ a Âete appele champ du sang, jusqu'aÁ ce jour. | Alors s'accomplit ce qui avait Âete dit par l'entremise du propheÁte JeÂreÂmie : Ils ont pris les trente pieÁces d'argent, le prix attribue par les IsraeÂlites Áa celui qu'ils ont appreÂcieÂ, | et ils les ont donneÂes pour le champ du potier, comme le Seigneur me l'avait ordonneÂ.

le NazoreÂen 2.23n. ta facËon de parler ou ton accent (galileÂen) ; cf. Jg 12.6 ; le meÃme terme est traduit par langage en Jn 8.43. Ð le montre bien : litt. te rend eÂvident, c.-aÁ-d. te trahit, te deÂmasque. Â 74 sous peine de maleÂdiction : cf. Mc 14.71n ; un terme apparente est traduit par maleÂdiction en Ap 22.3 ; voir aussi beÂneÂdiction . 75 V. 34// ; cf. Es 22.4.

15 16 17

18 19

20 21 22 23

Mc 15.15 ; Lc 23.24-25 ; Jn 19.16 24

25

71 73

$

27 2

3

à tres / anciens v. 3 ; 1 21.23+ ; 26.3s,66 ; Lc 22.66. Ð grands pre 2.4n. Ponce Pilate gouvernait alors la JudeÂe pour le compte de Rome, avec le titre de preÂfet et peut-eÃtre celui de procurateur (Lc 3.1). Le sanheÂdrin (5.22+) ne pouvait peut-eÃtre pas faire exeÂcuter une peine capitale sans son autorisation (Jn 18.31n). Pilate, qui reÂsidait habituellement aÁ CeÂsareÂe, se trouvait sans doute aÁ JeÂrusalem en raison de la feÃte de la PaÃque. Cf. Ac 3.13 ; 13.28. remords 21.29n. Ð trente pieÁces 26.15 ; cf. Jb 20.20-22. Ð grands preÃtres (2.4n) / anciens 21.23+. V. 24 ; 23.35 ; Dt 27.25 ; voir aussi peÂche . Ð en livrant le sang innocent : c.-aÁ-d. en livrant un innocent aÁ la mort. Ð C'est ton affaire : litt. c'est toi qui verras. Ac 1.18 ; cf. 2S 17.23. korbanas : Mt transcrit un terme technique arameÂen (cf. Mc 7.11n). Celui-ci deÂsigne le treÂsor sacre qui renfermait les dons et contributions destineÂs aÁ l'entretien du culte ; cf. Dt 23.19 ; Za 11.13n. Ð prix : le meÃme mot grec est traduit par valeur au v. 9. Cf. Ac 1.19. Za 11.12-13n ; cf. Jr 18.2s ; 19.1s ; 32.7-9. Ð Ils ont pris : certains $

$

4

5 6

8 9

$

$

$

$

A chaque feÃte, le gouverneur avait coutume de relaÃcher un prisonnier pour la foule, celui qu'elle voulait. | Ils avaient alors un prisonnier fameux, appele JeÂsus Barabbas. | Comme ils Âetaient rassembleÂs, Pilate leur dit : Lequel voulez-vous que je vous relaÃche, JeÂsus Barabbas, ou JeÂsus qu'on appelle le Christ ? | Car il savait que c'eÂtait par envie qu'ils l'avaient livreÂ. Pendant qu'il Âetait assis au tribunal, sa femme lui fit dire : Ne te meÃle pas de l'affaire de ce juste, car aujourd'hui j'ai beaucoup souffert en reÃve Áa cause de lui. Les grands preÃtres et les anciens persuadeÁrent les foules de demander Barabbas et de faire disparaõÃtre JeÂsus. | Le gouverneur leur demanda : Lequel des deux voulez-vous que je vous relaÃche ? Ils reÂpondirent : Barabbas ! | Pilate leur dit : Que ferai-je donc de JeÂsus, celui qu'on appelle le Christ ? Tous reÂpondirent : Qu'il soit crucifie ! | Il reprit : Quel mal a-t-il donc fait ? Mais ils crieÁrent de plus belle : Qu'il soit crucifie !

11 12 13 15 16

Pilate, voyant que cela ne servait Áa rien, mais que l'agitation augmentait, prit de l'eau, se lava les mains devant la foule et dit : Je suis innocent du sang de cet homme. C'est votre affaire. | Tout le

mss portent j'ai pris ; de meÃme au v. 10 je les ai donneÂes. Ð le prix... : litt. le prix de celui qui a eÂte appreÂcieÂ, qu'on a appreÂcie de la part des fils d'IsraeÈl. V. 37 ; 2.2 ; 1Tm 6.13 ; voir aussi Juifs . Ð C'est toi qui le dis : cf. 26.25n,64. 26.63+ ; cf. Lc 23.9s ; Ac 24.1s ; voir aussi preÃtres , anciens . Cf. Jn 19.9s. feÃte : voir calendrier . Ð qu'elle voulait : litt. qu'ils voulaient. JeÂsus Barabbas : la plupart des mss omettent le nom JeÂsus (de meÃme v. 17). JeÂsus (1.21n) eÂtait un nom treÁs reÂpandu parmi les Juifs au Ier s. Barabbas signifie en arameÂen fils du peÁre ; c'eÂtait, semble-t-il, un nom parfois donne aux enfants de peÁre inconnu ; mais on peut aussi l'interpreÂter comme signifiant simplement fils d'Abba, Abba eÂtant eÂgalement atteste comme nom propre. D'apreÁs JeÂroÃme (voir Vg ), un eÂvangile « selon les heÂbreux » (Evangile des nazareÂens ?) aurait interpreÂte le nom de Barabbas au sens de « fils de leur maõÃtre ». V. 22 ; 1.16. par envie ou par jalousie ; cf. Jn 11.47s ; 1Jn 3.12. tribunal : cf. Jn 19.13 ; Ac 25.6,17. Ð juste Lc 23.47 ; Ac 3.14+ ; Jc 5.6. Ð en reÃve 1.20+. grands preÃtres (2.4n) / anciens 21.23+. Ac 3.13s. V. 17+ ; Ac 13.27s. Lc 23.41 ; Jn 8.46 ; 14.30. du sang de cet homme : autre traduction de ce sang ; certains mss portent du sang de ce juste ; cf. v. 4n,19 ; cf. Dt 21.6-8 ; 2S 3.28 ; Ps 26.6 ; 73.13 ; Ac 20.26. $

$

$

$

$

17 18 19 20 21 22 23 24

$

$

$

$

$


1290

MATTHIEU 27

Ponce Pilate Le nom Ponce signifie sans doute, eÂtymologiquement, « originaire du Pont-Euxin » (la mer Noire) ; Pilate est un surnom latin, qui signifie peut-eÃtre « obstine ». L'homme a eÂte preÂfet de la JudeÂe entre 26 et 36 ; c'est le titre qui lui est donne dans l'inscription retrouveÂe aÁ CeÂsareÂe en 1961 (voir ci-dessous). Le Nouveau Testament lui donne le titre de gouverneur (ou procurateur), qui deÂsigne normalement une autre fonction ; mais celle-ci pouvait eÃtre cumuleÂe avec celle de preÂfet. D'apreÁs Philon$ d'Alexandrie, HeÂrode$ Agrippa Ier, qui eÂtait son contemporain, le deÂcrit comme « un homme de disposition inflexible, seÂveÁre et enteÃte ». L'histoire non biblique renseigne en effet sur quelques traits de sa magistrature. Il n'a jamais voulu comprendre que les Juifs, aÁ cause de leur opposition aÁ toute idolaÃtrie, refusent de laisser les troupes romaines de passage aÁ JeÂrusalem deÂployer leurs enseignes portant l'effigie de l'empereur. Il fit speÂcialement fabriquer, pour les narguer, des boucliers de parade portant le nom de l'empereur. Quand les foules vinrent lui demander de mettre un terme aÁ ces pratiques, qui enfreignaient les conventions eÂtablies du temps de ses preÂdeÂcesseurs, Pilate fit donner la troupe, et des incidents sanglants s'ensuivirent. Pareillement, il ne craignit pas de venir puiser dans le treÂsor sacre du temple pour faire construire un aqueduc, non sans avoir dispose auparavant des policiers en civil pour matraquer les bien preÂvisibles manifestants. Hormis le proceÁs de JeÂsus, deux affaires ne nous sont connues que par les eÂvangiles : le meurtre des GalileÂens et la reÂvolte de Barabbas (Lc 13.1 ; Mc 15.7). Mais elles sont corroboreÂes par ce que nous savons du massacre des Samaritains. Vers l'an 36, quelques illumineÂs voulurent gravir le mont Garizim (preÁs de Sichem ou Sychar, cf. Jn 4), parce qu'un propheÁte samaritain s'eÂtait fait fort de leur montrer la vaisselle sacreÂe du temple qui s'y trouvait cacheÂe, disait-il, depuis le temps de MoõÈse. Pilate en fit tuer plusieurs. Sur quoi les autoriteÂs samaritaines porteÁrent plainte devant Vitellius, le leÂgat de Syrie. Ce dernier deÂposa Pilate et l'envoya s'expliquer aÁ Rome. TibeÁre meurt aÁ ce moment-laÁ, et on ne sait ce qu'il est advenu de Pilate. La leÂgende chreÂtienne s'est empareÂe de lui. Les monophysites coptes le veÂneÁrent comme un saint ; pour EuseÁbe et JeÂroÃme, il serait mort suicideÂ, ou exeÂcute par l'empereur.

(T)IBERIEVM (PONT)IVSPILATVS (PRAEF)ECTVSIVDA(EAE) Le premier mot, habituellement orthographie Tibereium, signifie Monument deÂdie aÁ l'Empereur TibeÁre. La suite de l'inscription se traduit « Ponce Pilate, preÂfet de JudeÂe ».


MATTHIEU 27

26

peuple reÂpondit : Que son sang soit sur nous et sur nos enfants ! | Alors Pilate leur relaÃcha Barabbas ; et apreÁs avoir fait flageller JeÂsus, il le livra pour qu'il soit crucifieÂ. Les soldats se moquent de JeÂsus

37

38 39-40

Mc 15.16-20 ; Lc 23.11 ; Jn 19.2-3 27 28 29

30 31

Les soldats du gouverneur conduisirent JeÂsus dans le preÂtoire, et ils rassembleÁrent autour de lui toute la cohorte. | Ils lui oÃteÁrent ses veÃtements et le couvrirent d'un manteau Âecarlate. | Ils tresseÁrent une couronne d'eÂpines qu'ils lui poseÁrent sur la teÃte, et ils lui mirent un roseau dans la main droite ; puis ils se mirent Áa genoux devant lui pour se moquer de lui, en disant : Bonjour, roi des Juifs ! | Et ils lui crachaient dessus, prenaient le roseau et le frappaient sur la teÃte. | ApreÁs s'eÃtre ÃteÁrent le manteau, lui ainsi moqueÂs de lui, ils lui o remirent ses veÃtements et l'emmeneÁrent pour le crucifier.

34

35 36

25

43

44

En sortant, ils trouveÁrent un homme de CyreÁne nomme Simon, et ils le reÂquisitionneÁrent pour porter sa croix. ArriveÂs au lieu qu'on appelle Golgotha, ce qui signifie « Lieu du CraÃne », | ils lui donneÁrent Áa boire ÃteÂ, il ne du vin meÃle de fiel, mais, quand il l'eut gou voulut pas boire. ApreÁs l'avoir crucifieÂ, ils se partageÁrent ses veÃtements, en tirant au sort. | Puis ils s'assirent pour monter la garde devant lui.

Que son sang (c.-aÁ-d. les conseÂquences de sa mort ) soit (ou retombe, le verbe est sous-entendu dans le texte) sur nous 23.35s ; cf. 2S 1.16 ; 14.9 ; Jr 51.35 ; Ac 5.28 ; 18.6. Ð enfants Ex 20.5 ; Lm 5.7. Ð Cf. Testament de LeÂvi 16.3s (allusion au MaõÃtre de justice de QumraÃn , ou ajout chreÂtien dans un texte juif ?) : « L'homme qui aura renouvele la Loi par la puissance du TreÁsHaut, vous le saluerez du titre d'imposteur et, finalement, vous vous jetterez sur lui pour le tuer, ne sachant pas qu'il se releÁvera et faisant retomber dans votre malice le sang innocent sur votre teÃte. Mais, je vous le dis, aÁ cause de lui votre sanctuaire sera souille jusqu'aux fondements. » 20.19 ; Es 50.6. manteau eÂcarlate : symbole de royaute dont les soldats affublent JeÂsus par deÂrision. De meÃme la parodie de la couronne et du sceptre au v. 29. V. 11 ; cf. Ps 22.8 ; 69.21. Ð Bonjour 26.49n. Ð roi des Juifs v. 11,37 ; 2.2. 26.67+. CyreÁne : capitale de la Libye supeÂrieure, sur la coÃte africaine. Comme dans de nombreuses autres contreÂes, il s'y trouvait une colonie juive dont Simon avait duà faire partie (cf. Ac 2.10 ; 6.9 ; 11.20). Ð reÂquisitionneÁrent 5.41n ; cf. Lv 16.21. Ð sa croix (celle de JeÂsus) : il s'agit sans doute seulement de la poutre transversale ouÁ l'on fixait les bras du crucifieÂ, le poteau vertical restant habituellement sur les lieux meÃmes de l'exeÂcution. Mc 15.22n. Le vin eÂtait de toute eÂvidence destine aÁ faire perdre connaissance au condamne ; cf. Pr 31.6s ; Mc 15.23n. Le fiel, par son amertume, rendrait la boisson imbuvable ; on pourrait aussi comprendre du vin empoisonneÂ, cf. Dt 29.17 ; voir Ps 69.22. Ð EpõÃtre de Barnabe 7.3 : « Mais, de plus, sur la croix on lui donna aÁ boire du vinaigre et du fiel » (l'auteur interpreÁte ce deÂtail aÁ la lumieÁre d'une tradition non biblique sur le jour de l'Expiation , selon laquelle les preÃtres auraient mange avec du vinaigre, pendant le jeuÃne, les entrailles du bouc offert pour le peÂche ; cf. les herbes ameÁres accompagnant la PaÃque selon Ex 12.8s). crucifie Jn 3.14 ; Ga 3.13 ; Ph 2.8. Ð Ps 22.19. Certains mss ajou$

La mort de JeÂsus

47 48 49 50

37

$

26 28

29 30 32

33 34

$

$

Depuis la sixieÁme heure jusqu'aÁ la neuvieÁme heure il y eut des teÂneÁbres sur toute la terre. | Et vers la neuvieÁme heure, JeÂsus cria : Eli, Eli, lema sabachthani ? c'est-aÁ-dire : Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonne ? | Quelques-uns de ceux qui Âetaient laÁ l'entendirent ; ils disaient : En voilaÁ un qui appelle Elie. | AussitoÃt l'un d'eux courut prendre une Âeponge, qu'il remplit de vin aigre ; il la fixa Áa un roseau pour lui donner Áa boire. | Mais les autres dirent : Laisse, voyons si Elie va venir le sauver. | JeÂsus poussa encore un grand cri et rendit l'esprit.

tent aÁ la fin du v. : afin que s'accomplisse ce qui avait eÂte dit par l'entremise du propheÁte : Ils se sont partage mes veÃtements, et ils ont tire au sort ma robe ; cf. Jn 19.24. le motif de sa condamnation : le terme grec correspondant a eÂte traduit par motif en 19.3 et par condition en 19.7. Ð Cet homme : litt. celui-ci. Ð roi des Juifs v. 11,29 ; 2.2. 26.55 ; Es 53.12. Cf. Mt 20.23. l'injuriaient ou le calomniaient ; le meÃme verbe est traduit par blaspheÂmer en 9.3 ; 26.65 ; le substantif correspondant peut signifier blaspheÁme (12.31) ou calomnie (15.19). Ð hochant la teÃte : geste de deÂgouÃt ou de moquerie (v. 40s) ; cf. Jr 18.16n ; Ps 22.8 ; 109.25 ; Lm 2.15. 4.3 ; 26.61n. grands preÃtres / scribes / anciens 2.4n ; 16.21 ; 21.15,23+ ; 26.57 ; Mc 11.27. Lc 4.23 ; 1Co 1.18. Ð roi d'IsraeÈl So 3.15. s'il l'aime : litt. s'il le veut, c.-aÁ-d. si Dieu veut JeÂsus ; cf. Es 36.7,20 ; Ps 22.9 ; 42.11. Ð Fils de Dieu 16.16+ ; 26.63 ; Jn 5.17s ; 10.30-36. Cf. Sagesse 2.13,18-20 : « Il deÂclare posseÂder la connaissance de Dieu et il se nomme enfant du Seigneur. (...) Voyons si ses paroles sont vraies et veÂrifions comment il finira. Si le juste est fils de Dieu, alors celui-ci viendra aÁ son secours et l'arrachera aux mains de ses adversaires. Mettons-le aÁ l'eÂpreuve par l'outrage et la torture pour juger de sa seÂreÂnite et appreÂcier son endurance. Condamnons-le aÁ une mort honteuse, puisque, selon ses dires, une intervention divine aura lieu en sa faveur. » Cf. Lc 23.39-43. Depuis la sixieÁme heure... : c.-aÁ-d. de midi aÁ 15 h environ ; cf. Am 8.9 ; voir aussi Jr 15.9. cria : litt. cria d'une grande voix ; cf. v. 50n. Ð Ps 22.2. En voilaÁ un... : litt. celui-ci appelle Elie. vin aigre : il s'agit d'une boisson populaire aÁ l'eÂpoque, notamment chez les soldats romains ; le mot signifie aussi vinaigre ; cf. Ps 69.22 ; Lc 23.36 ; Jn 19.29s ; voir aussi Rt 2.14. poussa... : litt. ayant de nouveau crie d'une grande voix. Ð rendit : le meÃme verbe est traduit par laisser eÂchapper en Mc 15.37. Ð l'esprit ou le souffle. $

38 39

40 41 42 43

$

$

$

$

$

44 45 46 47 48

$

35

On placËa au-dessus de sa teÃte une inscription indiquant le motif de sa condamnation : « Cet homme est JeÂsus, le roi des Juifs. » Alors deux bandits sont crucifieÂs avec lui, l'un Áa droite, l'autre Áa gauche. Les passants l'injuriaient en hochant la teÃte. | Ils disaient : Toi qui deÂtruis le sanctuaire et qui le reconstruis en trois jours, sauve-toi toi-meÃme ! Si tu es Fils de Dieu, descends de la croix ! Les grands preÃtres, avec les scribes et les anciens, se moquaient aussi de lui et disaient : | Il en a sauve d'autres, et il ne peut pas se sauver lui-meÃme ! Il est roi d'IsraeÈl : qu'il descende de la croix, et nous croirons en lui ! | Il s'est confie en Dieu ; que Dieu le deÂlivre maintenant, s'il l'aime. Car il a dit : « Je suis Fils de Dieu ! » Les bandits crucifieÂs avec lui l'insultaient de la meÃme manieÁre. Mc 15.33-39 ; Lc 23.44-48 ; Jn 19.28-30

46

Mc 15.21-32 ; Lc 23.26-43 ; Jn 19.16-24

33

42

45

JeÂsus est crucifieÂ

32

41

1291

50

$


1292

MATTHIEU 27

L'Evangile de Pierre L'ouvrage apocryphe connu sous le nom d'Evangile de Pierre $, sans doute reÂdige dans la premieÁre moitie du IIe sieÁcle, deÂveloppe aÁ sa manieÁre les reÂcits de la Passion et de la ReÂsurrection des quatre eÂvangiles. Il semble toutefois tirer sa principale source d'inspiration du texte de Matthieu. En voici quelques extraits : 1 : Mais, parmi les Juifs, personne ne se lava les mains, ni HeÂrode, ni aucun de ses juges. Et, comme ils refusaient de se les laver, Pilate se leva. Et alors le roi HeÂrode ordonna de s'emparer du Seigneur en leur disant : « Tout ce que je vous ai ordonne de faire, faites-le. » (Cf. Mt 27.24ss.) 3ss : Or Joseph, l'ami de Pilate et du Seigneur, se tenait laÁ et, sachant qu'ils eÂtaient sur le point de le crucifier, il se rendit chez Pilate et demanda le corps du Seigneur pour lui donner une seÂpulture. Et Pilate, ayant envoye un message aÁ HeÂrode, demanda son corps. Et HeÂrode dit : « FreÁre Pilate (cf. Lc 23.12), meÃme si personne ne l'avait demandeÂ, nous l'aurions nous-meÃmes enseveli, d'autant plus que le sabbat va commencer. Car il est eÂcrit dans la Loi que le soleil ne doit pas se coucher sur un homme mis aÁ mort. » (Cf. Mt 27.58ss.) 6ss : Or, apreÁs avoir saisi le Seigneur, ils le poussaient en courant et disaient : « TraõÃnons le fils de Dieu, puisque nous le tenons en notre pouvoir. » Et ils le reveÃtirent de pourpre et le firent asseoir sur un troÃne de jugement en disant : « Juge avec justice, roi d'IsraeÈl. » Et l'un d'eux, ayant apporte une couronne d'eÂpines, la posa sur la teÃte du Seigneur. Et d'autres qui eÂtaient preÂsents lui crachaient aÁ la face et d'autres lui frappaient les joues, d'autres le piquaient avec un roseau et certains le fouettaient en disant : « Par cet hommage, honorons le fils de Dieu. » (Cf. Mt 27.28ss.) 10ss : Et ils ameneÁrent deux malfaiteurs et ils crucifieÁrent le Seigneur au milieu d'eux. Mais lui se taisait comme s'il n'eÂprouvait aucune souffrance. Et, lorsqu'ils eurent dresse la croix, ils y inscrivirent : « Celui-ci est le roi d'IsraeÈl. » Et apreÁs avoir deÂpose ses veÃtements devant lui, ils en firent des parts et les tireÁrent au sort. Mais l'un de ces malfaiteurs les reÂprimanda en ces termes : « Nous, c'est pour les forfaits que nous avons commis que nous souffrons ainsi, mais celui-ci, qui est devenu Sauveur des hommes, quel mal vous a-t-il fait ? » (Cf. Lc 23.40ss.) Et, s'eÂtant irriteÂs contre lui, ils ordonneÁrent qu'on ne lui brisaÃt pas les jambes afin qu'il mouruÃt dans les tourments. (Cf. Jn 19.31ss.) Or il eÂtait midi et des teÂneÁbres couvrirent toute la JudeÂe. Et ils eÂtaient troubleÂs et ils craignaient que le soleil ne se fuÃt couche alors qu'il vivait encore. En effet, il est eÂcrit pour eux que le soleil ne doit pas se coucher sur homme mis aÁ mort. Et l'un d'eux dit : « Donnez-lui aÁ boire du fiel avec du vinaigre. » Et, apreÁs avoir fait le meÂlange, ils le lui donneÁrent aÁ boire. Et ils accomplirent tout et ils mirent un comble aux peÂcheÂs qui pesaient sur leurs teÃtes. Beaucoup circulaient avec des lampes, croyant que c'eÂtait la nuit, et ils tombaient. (Cf. Mt 27.34ss.) 19s : Et le Seigneur cria : « Ma force, oà force, tu m'as abandonneÂ. » Et, ayant parleÂ, il fut eÂleveÂ. Et, au meÃme instant, le voile du Temple de JeÂrusalem se deÂchira en deux. (Cf. Mt 27.46ss ; voir aussi Lc 23.48n ; Jn 20.19n.) 21ss : Et alors ils arracheÁrent les clous des mains du Seigneur et ils le deÂposeÁrent aÁ terre. Et la terre tout entieÁre trembla et il y eut une grande peur. Alors le soleil brilla et on constata que c'eÂtait la neuvieÁme heure. Les Juifs se reÂjouirent. Et ils donneÁrent son corps aÁ Joseph pour qu'il l'ensevelõÃt, puisqu'il avait vu tout le bien qu'il avait fait. Ayant pris le Seigneur, il le lava et l'enveloppa dans un linceul, et il l'introduisit dans son propre tombeau appele jardin de Joseph. (Cf. Mt 27.58ss.) 28ss : Or les scribes, les pharisiens et les anciens s'eÂtaient reÂunis aÁ la nouvelle que tout le peuple murmurait et se frappait la poitrine en disant : « Si aÁ sa mort ces treÁs grands signes se sont produits, voyez combien il eÂtait juste. » Les anciens furent effrayeÂs et alleÁrent chez Pilate lui parler en ces termes : « Donne-nous des soldats

51 52 53

54

Alors le voile du sanctuaire se deÂchira en deux, d'en haut jusqu'en bas, la terre trembla, les rochers se fendirent, | les tombeaux s'ouvrirent et les corps de beaucoup de saints endormis se reÂveilleÁrent. Sortis des tombeaux apreÁs son reÂveil, ils entreÁrent dans la ville sainte et se manifesteÁrent Áa beaucoup de gens. Voyant le tremblement de terre et ce qui venait d'arriver, le centurion et ceux qui Âetaient avec lui

voile Ex 26.31-33 ; He 6.19. Ð trembla 21.10n ; 24.7 ; 28.2 ; He 12.26. Ð se fendirent : litt. se deÂchireÁrent, comme pour le voile du sanctuaire ; cf. Es 63.19 ; Lc 19.40. 52 saints endormis, c.-aÁ-d. morts. Es 26.19 ; Ez 37.12s ; Dn 12.2. Ð se reÂveilleÁrent ou furent eÂveilleÂs, ou encore se releveÁrent (2.13n). Cf. EpõÃtre d'Ignace d'Antioche aux MagneÂsiens 9.2 : « Comment pourrions-nous vivre sans lui (JeÂsus-Christ), puisque les propheÁtes aussi, eÂtant ses disciples par l'Esprit, l'attendaient comme leur maõÃtre ? Et c'est pourquoi celui qu'ils at51

$

$

pour garder JeÂsus furent saisis d'une grande crainte et dirent : Celui-ci Âetait vraiment Fils de Dieu. Le corps de JeÂsus est mis au seÂpulcre

Mc 15.40-47 ; Lc 23.49-56 ; Jn 19.25,38-42 55 56

Il y avait laÁ beaucoup de femmes qui regardaient de loin, celles-laÁ meÃme qui avaient accompagne JeÂsus depuis la GalileÂe, pour le servir. | Parmi elles,

tendaient dans la justice les a par sa preÂsence ressusciteÂs des morts. » 1Co 15.20. Ð son reÂveil ou sa reÂsurrection ; le substantif correspondant n'apparaõÃt qu'ici dans le N.T. (verbe apparente au v. 52). Ð ville sainte 4.5+. 54 V. 43 ; 14.33 ; 16.16+ ; cf. 17.6n. Ð crainte 9.8+. Ð Fils de Dieu 16.16+. 55 beaucoup de femmes : autre traduction plusieurs femmes ; v. 61 ; 28.1//. Ð de loin : cf. Ps 38.12. Ð servir 4.11n ; Lc 8.3. 53

$

$


MATTHIEU 27

1293

pour garder son tombeau durant trois jours, de peur que ses disciples ne viennent le deÂrober et que le peuple ne s'imagine qu'il est ressuscite des morts et qu'il ne nous fasse du mal. » Pilate leur donna le centurion PeÂtronius avec des soldats pour garder le seÂpulcre ; et, avec eux, les anciens et les scribes alleÁrent au tombeau. Et, ayant roule une grande pierre avec le centurion et les soldats, tous ceux qui eÂtaient laÁ la placeÁrent ensemble contre la porte du tombeau. Et ils y apposeÁrent sept sceaux et, apreÁs avoir dresse laÁ une tente, ils monteÁrent la garde. De bon matin, aÁ l'aube du sabbat, une foule vint de JeÂrusalem et des environs pour voir le tombeau scelleÂ. (Cf. Mt 27.62ss.) 35ss : Or, dans la nuit ouÁ commencËait le dimanche, tandis que les soldats montaient aÁ tour de roÃle la garde par eÂquipes de deux, il y eut un grand bruit dans le ciel. Et ils virent les cieux s'ouvrir et deux hommes, brillant d'un eÂclat intense, en descendre et s'approcher du tombeau. La pierre, celle qui avait eÂte pousseÂe contre la porte, roula d'elle-meÃme et se retira de coÃteÂ. Et le tombeau s'ouvrit et les deux jeunes gens entreÁrent. Alors, aÁ cette vue, les soldats reÂveilleÁrent le centurion et les anciens, car eux aussi eÂtaient laÁ aÁ monter la garde. Et, tandis qu'ils racontaient ce qu'ils avaient vu, aÁ nouveau ils virent : du tombeau sortirent trois hommes, et les deux soutenaient l'autre, et une croix les suivait. Et la teÃte des deux atteignait jusqu'au ciel, alors que celle de celui qu'ils conduisaient par la main deÂpassait les cieux. Et ils entendirent une voix venue des cieux qui dit : « As-tu preÃche aÁ ceux qui dorment ? » Et on entendit une reÂponse venant de la croix : « Oui. » Alors ils se mirent aÁ deÂbattre entre eux s'il fallait s'en aller et exposer ces faits aÁ Pilate. Et tandis qu'ils reÂfleÂchissaient encore, on vit les cieux s'ouvrir aÁ nouveau, et un homme descendre et entrer dans le tombeau. (Cf. Mt 28.1ss.) 45ss : ApreÁs avoir vu cela, le centurion et son entourage se rendirent en haÃte chez Pilate pendant la nuit, abandonnant le tombeau qu'ils gardaient ; et ils raconteÁrent tout ce qu'ils avaient vu, en proie aÁ une grande inquieÂtude et disant : « Vraiment, il eÂtait le Fils de Dieu. » Pilate reÂpondit : « Pour moi, je suis pur du sang du Fils de Dieu, c'est vous qui en avez deÂcide ainsi. » Sur quoi, tous s'approcheÁrent : ils le priaient et le suppliaient d'ordonner au centurion et aux soldats de ne dire aÁ personne ce qu'ils avaient vu. « En effet, disaient-ils, mieux vaut pour nous reÂpondre devant Dieu du plus grand peÂche que de tomber entre les mains du peuple des Juifs et d'eÃtre lapideÂs. » Alors Pilate ordonna au centurion et aux soldats de ne rien dire. » (Cf. Mt 28.11ss.) 50ss : Le dimanche, au petit matin, Marie Madeleine, disciple du Seigneur Ð effrayeÂe aÁ cause des Juifs, qui eÂtaient enflammeÂs de coleÁre, elle n'avait pas fait au tombeau du Seigneur ce que les femmes ont coutume de faire pour les morts qu'elles aiment Ð, prit avec elle ses amies et se rendit au seÂpulcre ouÁ il avait eÂte deÂposeÂ. Et elles craignaient d'eÃtre vues par les Juifs et disaient : « Bien que, le jour ouÁ il a eÂte crucifieÂ, nous n'ayons pas pu pleurer et nous frapper la poitrine, qu'au moins maintenant nous le fassions aÁ son tombeau ! Mais qui donc roulera pour nous la pierre placeÂe contre la porte du seÂpulcre afin que, une fois entreÂes, nous nous asseyions aupreÁs de lui et que nous fassions ce qui se doit ? Car elle eÂtait grande, cette pierre ! Et nous craignons qu'on ne nous voie. MeÃme si nous ne pouvons pas entrer, jetons au moins aÁ la porte ce que nous apportons en meÂmoire de lui, pleurons et frappons-nous la poitrine jusqu'aÁ notre retour aÁ la maison. » Et, s'en eÂtant alleÂes, elles trouveÁrent le tombeau ouvert et, s'eÂtant approcheÂes, elles se pencheÁrent pour y regarder ; et elles virent laÁ, assis au milieu du tombeau, un jeune homme, beau et reveÃtu d'une robe resplendissante, qui leur dit : « Pourquoi eÃtes-vous venues ? Qui cherchez-vous ? Ne serait-ce pas celui qui a eÂte crucifie ? Il est ressuscite et s'en est alleÂ. Si vous ne croyez pas, penchez-vous et voyez la place ouÁ il eÂtait deÂpose : il n'y est pas. En effet, il est ressuscite et s'en est alle laÁ d'ouÁ il avait eÂte envoyeÂ. » Alors, les femmes, effrayeÂes, s'enfuirent. (Cf. Mt 28.1ss ; voir aussi Jn 21.3n.)

57 58 59-60

61

56

57

58 59 60

il y avait Marie-Madeleine, Marie, meÁre de Jacques et de Joseph, et la meÁre des fils de ZeÂbeÂdeÂe. Le soir venu, un homme riche d'ArimatheÂe nomme Joseph, qui Âetait lui aussi disciple de JeÂsus, arriva. | Il se rendit chez Pilate et demanda le corps de JeÂsus. Alors Pilate ordonna qu'on le lui remette. | Joseph prit le corps, l'enveloppa d'un drap pur | et le mit dans un tombeau neuf, qu'il s'eÂtait fait tailler dans le roc. Puis il roula une grande pierre Áa l'entreÂe du tombeau et s'en alla. | Marie-Madeleine et l'autre Marie Âetaient laÁ, assises en face du seÂpulcre. Madeleine : ce nom signifie sans doute qu'elle eÂtait originaire de Magdala, bourg proche du lac de GalileÂe (cf. Lc 8.2 ; Jn 20.1). Ð Marie, meÁre... : cf. Mc 15.40. Ð meÁre des fils de ZeÂbeÂdeÂe 4.21 ; 20.20 ; c'est peut-eÃtre la Salome de Mc 15.40. ArimatheÂe : on identifie geÂneÂralement cette ville aÁ Rama (ou RamataõÈm), dans la reÂgion montagneuse d'EphraõÈm (cf. 1S 1.1), aÁ environ 35 km au nord-ouest de JeÂrusalem. Dt 21.22s. 1R 13.29-31. Ð pur : autre traduction propre. Es 53.9 ; cf. Mc 16.4 ; Jn 11.38. $

62 63

64

La garde est placeÂe devant le seÂpulcre Le lendemain, c'est-aÁ-dire le jour apreÁs la PreÂparation, les grands preÃtres et les pharisiens alleÁrent ensemble trouver Pilate | et dirent : Seigneur, nous nous souvenons que cet imposteur a dit, quand il vivait encore : « ApreÁs trois jours je me reÂveillerai. » | Ordonne donc qu'on mette le seÂpulcre sous surveillance jusqu'au troisieÁme jour, afin que ses disciples ne viennent pas deÂrober le corps et

V. 56n. la PreÂparation : le vendredi, jour ouÁ l'on preÂpare le sabbat (Mc 15.42) ; le lendemain est donc le sabbat ; cf. Jn 19.14n. Ð grands preÃtres / pharisiens 21.45.  rive du verbe habi63 imposteur ou trompeur : le terme grec est de tuellement traduit par eÂgarer 24.4+ ; cf. Jn 7.12,47 ; voir aussi 2Co 6.8 ; 1Tm 4.1 ; 2Jn 7. Ð ApreÁs trois jours 16.21+ ; cf. Jn 2.19ss. Ð reÂveillerai ou releÁverai, 2.13n (de meÃme dans la suite) ; voir reÂsurrection .  rober le corps : litt. le deÂrober 28.13,15. Ð imposture : le mot 64 de 61 62

$

$

$

$


1294

MATTHIEU 27±28

Les reÂsurrections dans la Bible BEÂNEÂFICIAIRE(S)

7

REÂFEÂRENCES

Elie le fils de la veuve EliseÂe le fils de la Shounamite le mort jete dans sa seÂpulture JeÂsus la fille de JaõÈros le fils de la veuve de NaõÈn Lazare les saints de JeÂrusalem Pierre Dorcas (Tabitha) Paul Eutyque

1R 17.17-24 2R 4.18-37 2R 13.20s Mc 5.21-43// Lc 7.11-17 Jn 11 Mt 27.52s Ac 9.36-42 Ac 20.7-12

8 9

10

Autres textes relatifs aÁ la reÂsurrection : Mc 12.1823// ; Lc 14.14 ; Jn 5.21,28s ; 11.24s ; Ac 26.23 ; 1Co 15 ; Ap 20.4-6. Voir aussi « Elie et EliseÂe », p. 494, « Les miracles de JeÂsus », p. 1299, et « L'interpreÂtation de la mort-et-reÂsurrection de JeÂsus dans le Nouveau Testament », p. 1327.

65 66

dire au peuple : « Il s'est reÂveille d'entre les morts. » Cette dernieÁre imposture serait encore pire que la premieÁre. | Pilate leur dit : Vous avez une garde ; eh bien, mettez-le sous surveillance comme vous l'entendez. | Ils s'en alleÁrent donc et mirent le seÂpulcre sous surveillance, en scellant la pierre et en postant la garde.

11

12 13 14

15

La reÂsurrection de JeÂsus

Mc 16.1-8 ; Lc 24.1-11 ; Jn 20.1,11-18

28 ApreÁs le sabbat, alors que le premier jour de la semaine allait commencer, Marie-Madeleine et 2 l'autre Marie vinrent voir le se Âpulcre. | Soudain, il y eut un grand tremblement de terre ; car l'ange du Seigneur, descendu du ciel, vint rouler la pierre 3 et s'asseoir dessus. | Son aspect  etait comme l'eÂclair 4 et son ve Ãtement blanc comme la neige. | Les gardes trembleÁrent de peur et devinrent comme morts. 5 Mais l'ange dit aux femmes : Vous, n'ayez pas peur, 6 car je sais que vous cherchez Je Âsus, le crucifieÂ. | Il correspondant est traduit ailleurs par eÂgarement ou erreur, cf. Rm 1.27 ; Ep 4.14n ; 1Th 2.3 ; 2Th 2.11 ; Jc 5.20 ; 2P 2.18 ; 3.17 ; 1Jn 4.6 ; Jd 11. 65 Vous avez : on pourrait aussi traduire : tenez, voici (une garde) (cf. 28.14). Ð eh bien : litt. allez. 66 Dn 6.17s.

28

1 27.56,61 ; cf. Mc 15.47 ; Lc 23.56. Ð ApreÁs le sabbat : autre traduction possible le soir du sabbat. Ð alors que... allait commencer ou venait de commencer : le meÃme verbe ne se retrouve, dans le N.T., qu'en Lc 23.54n ; on le comprend traditionnellement de l'aube du dimanche matin, mais il pourrait aussi eÂvoquer le deÂbut du premier jour apreÁs le sabbat selon le compte juif, aÁ la tombeÂe de la nuit (aÁ l'apparition de la premieÁre eÂtoile), le samedi soir ; cf. Mc 16.2n. tremblement de terre 27.51+,54. Ð l'ange du Seigneur 1.20n. Dn 10.6 ; cf. Mt 17.2 ; Ac 1.10. Ð neige Dn 7.9. Ap 1.17. n'ayez pas peur v. 10 ; cf. Es 41.10+ ; Lc 1.13+ ; voir crainte . 16.21+. Ð reÂveille ou releveÂ, cf. 2.13n ; voir aussi reÂsurrection . en GalileÂe v. 10,16 ; 26.32//. Mc 16.8 ; Jn 20.20. Bonjour : litt. reÂjouissez-vous ! 26.49n ; cf. Lc 1.28n. Ð lui saisirent les pieds : cf. 2R 4.27 ; comparer avec Jn 20.17. Ð en se prosternant... v. 17 ; 2.2n,11n ; voir aussi culte . N'ayez pas peur v. 5. Ð freÁres 12.49+. Ð GalileÂe v. 7+.

16 17 18 19 20

11 12 13 14

15

17

18

$

19

$

$

$

10

Le reÂcit des gardes Pendant qu'elles Âetaient en chemin, quelques hommes de la garde entreÁrent dans la ville et raconteÁrent aux grands preÃtres tout ce qui Âetait arriveÂ. | Ceux-ci, apreÁs s'eÃtre rassembleÂs avec les anciens et avoir tenu conseil, donneÁrent aux soldats une forte somme d'argent | en leur ordonnant : Dites : « Ses disciples sont venus de nuit le deÂrober, pendant que nous Âetions endormis. » | Et si le gouverneur l'apprend, nous userons de persuasion envers lui et nous ferons en sorte que vous ne soyez pas inquieÂteÂs. | Ils prirent l'argent et agirent selon les instructions qui leur avaient Âete donneÂes. Et cette histoire s'est propageÂe parmi les Juifs jusqu'aÁ ce jour. Le Ressuscite envoie ses disciples en mission Les onze disciples alleÁrent en GalileÂe, sur la montagne que JeÂsus avait deÂsigneÂe. | Quand ils le virent, ils se prosterneÁrent, mais quelques-uns eurent des doutes ; | JeÂsus s'approcha et leur dit : Toute autorite m'a Âete donneÂe dans le ciel et sur la terre. | Allez, faites des gens de toutes les nations des disciples, baptisez-les pour le nom du PeÁre, du Fils et de l'Esprit saint, | et enseignez-leur Áa garder tout ce que je vous ai commandeÂ. Quant Áa moi, je suis avec vous tous les jours, jusqu'aÁ la fin du monde. 27.62ss ; voir aussi preÃtres . Ac 4.15-17. Ð anciens : cf. 27.41. 27.64. 27.65n ; cf. Ac 12.19. Ð nous userons de persuasion envers lui ou nous le persuaderons ; on peut aussi comprendre nous l'apaiserons (cf. 1Jn 3.19n). Certains mss portent seulement nous userons de persuasion. selon... : litt. comme on leur avait enseigneÂ. Ð cette histoire : litt. cette parole. Ð jusqu'aÁ ce jour 27.8. Ð Voir aussi Juifs . onze disciples : cf. Mc 16.14 ; Lc 24.9,33 ; Ac 1.26 ; 2.14. Ð GalileÂe v. 7+. Ð montagne 5.1n. ils se prosterneÁrent : certains mss portent ils se prosterneÁrent devant lui, ou ils l'adoreÁrent ; cf. v. 9 ; 2.2n. Ð mais quelquesuns... : certains comprennent eux qui avaient doute ; cf. 14.31. Toute autorite ou tout pouvoir 8.9n ; Dn 7.14 ; Jn 17.2 ; Ep 1.2022 ; Ap 12.10 ; cf. Rm 14.9 ; 1Co 15.27 ; 1P 3.22 ; Ap 17.14. Ð donneÂe 11.27+//. Cf. 10.5s ; 24.14n// ; 26.13 ; Mc 16.15 ; Ac 1.8 ; Rm 1.5,13-15 ; Col 1.23 ; cf. 1Tm 2.4. Ð des gens de toutes les nations ou de tous les non-Juifs , 4.15n. Ð disciples Ac 14.21. Ð baptisez Ac 2.38 ; 8.12. Ð pour le nom ou au nom, cf. 18.20. Ð PeÁre / Fils / Esprit saint : cf. Jn 14.16 ; Rm 1.4 ; 15.16,30 ; 2Co 1.21s ; 13.13 ; Ga 4.6 ; Ep 1.3-14 ; 2.18 ; 1P 1.2 ; 1Jn 4.2 ; Ap 22.1. enseignez Ac 2.42. Ð garder ou observer Jn 14.23 ; 15.10. Ð avec vous 1.23 ; 18.20 ; Ag 1.13 ; Ac 18.10 ; cf. Jn 14.18 ; 17.26 ; Rm 8.35,39 ; 2Tm 4.17. Ð fin du monde 13.39n. $

$

$

16

$

2 3 4 5 6 7 8 9

n'est pas ici ; en effet, il s'est reÂveilleÂ, comme il Á il gisait, | et l'avait dit. Venez, regardez le lieu ou allez vite dire Áa ses disciples qu'il s'est reÂveille d'entre les morts. Il vous preÂceÁde en GalileÂe ; c'est laÁ que vous le verrez. VoilaÁ, je vous l'ai dit. Elles s'eÂloigneÁrent vite du tombeau, avec crainte et avec une grande joie, et elles coururent porter la nouvelle aux disciples. | Mais JeÂsus vint au-devant d'elles et leur dit : Bonjour ! Elles s'approcheÁrent et lui saisirent les pieds en se prosternant devant lui. | Alors JeÂsus leur dit : N'ayez pas peur ; allez dire Áa mes freÁres de se rendre en GalileÂe : c'est laÁ qu'ils me verront.

$

$

$

$

20

$

$


Selon Marc INTRODUCTION Un « eÂvangile » Tandis que Matthieu commence par une geÂneÂalogie de JeÂsus, que Luc preÂsente son ouvrage comme un expose suivi ou ordonneÂ, Marc, d'embleÂe, annonce le sien comme bonne nouvelle ou « eÂvangile » (Mc 1.1n). Marc transmet donc un message de salut. Mais, au lieu de l'expose magistral que l'on pourrait attendre, il choisit le mode du reÂcit. Ce choix reÂveÁle une intuition peÂdagogique de premier ordre car, mieux que tout autre genre, le reÂcit invite le lecteur ou l'auditeur aÁ s'identifier aÁ tel ou tel personnage et donc aÁ devenir lui aussi participant de l'eÂveÂnement qui survient quand la bonne nouvelle est entendue. Bonne nouvelle de JeÂsus, preÂcise Marc deÁs les premiers mots de son livre. S'agit-il ici de la bonne nouvelle annonceÂe par JeÂsus ou de la bonne nouvelle concernant JeÂsus ? C'est probablement dans le second sens qu'il faut comprendre l'expression car, lorsqu'il parle du message proclame par JeÂsus, Marc utilise la tournure bonne nouvelle de Dieu (1.14) ou bonne nouvelle tout court (1.15). Si donc l'« eÂvangile » selon Marc veut eÃtre recËu comme un message de salut, on eÂvitera d'y chercher autre chose que ce qu'il veut donner, et en particulier de le lire comme un reportage ou une biographie de JeÂsus. La manieÁre dont il traite l'eÂpisode de l'appel des premiers disciples (1.16-20) appuie clairement cette recommandation. La sceÁne n'est vraisemblable que si les quatre peÃcheurs connaissaient deÂjaÁ JeÂsus, pour l'avoir entendu et peut-eÃtre meÃme rencontre (comparer les sceÁnes correspondantes de Lc 5 ou de Jn 1). On le voit : ce qui compte pour Marc n'est donc

pas de rapporter tout le deÂtail de « ce qui s'est exactement passe », mais de faire ressortir la veÂrite du message. Quand JeÂsus, en effet, proclame que le reÁgne de Dieu s'est approche et appelle aÁ changer radicalement (1.15), cela n'a de sens que si des gens le suivent, s'engageant derrieÁre lui sur la voie nouvelle qu'il ouvre. $

Les destinataires Message de salut destine aÁ une communaute concreÁte, le texte de Marc refleÁte neÂcessairement

les particulariteÂs culturelles et les preÂoccupations de ses destinataires. On a observe que Marc prend soin d'expliquer certains termes difficiles (12.42n ; 15.16), de preÂciser les indications geÂographiques (1.9 ; 11.1), de donner l'eÂquivalent des mots arameÂens qu'il cite (BoanergeÁs, BeÂelzeÂboul, voir 3.17n,22n). Il juge neÂcessaire d'expliquer les coutumes juives (rites de purification : 7.3s ; voir aussi 14.12 ; 15.42). Il souligne volontiers que la bonne nouvelle concerne aussi les non-Juifs, les


1296 « paõÈens » (7.27-29 ; 11.17 ; 13.10). Tous ces deÂtails renvoient aÁ une communaute de petites gens d'origine non juive et ne connaissant pas le pays des Juifs. Tablant enfin sur une quinzaine de latinismes propres aÁ Marc, certains speÂcialistes inclinent aÁ situer ses premiers lecteurs aÁ Rome. D'autres penchent plutoÃt pour Antioche de Syrie. Il semble que Marc eÂcrive pour des gens dont l'attachement aÁ JeÂsus est mis aÁ rude eÂpreuve en une peÂriode de perseÂcution (4.17 ; 10.30 ; 13.9-13). ApreÁs Jean le Baptiseur (1.14), apreÁs leur MaõÃtre lui-meÃme (8.31 ; 9.31 ; 10.33s), les disciples de JeÂsus doivent s'attendre aÁ eÃtre eux aussi livreÂs aux deÂtenteurs du pouvoir (13.9,11s). La bonne nouvelle doit les aider en ces temps difficiles. Certains voient dans cette situation d'urgence une explication de nombreuses caracteÂristiques du style heurteÂ, haletant de Marc (cf. les aussitoÃt, 1.10n,12,18,20 ; les temps des verbes, 1.12n). Composition de l'eÂvangile Le texte de Marc est, pour une notable part, constitue de petites uniteÂs bien deÂlimiteÂes, munies d'introductions et de conclusions et se suffisant en quelque sorte aÁ elles-meÃmes. A titre d'exemples : reÂcits de gueÂrisons (1.23-26,4045), controverses (voir 2.6ss), paraboles (voir 4.2) ou encore deÂbats (12.13-17,18-27,28-34, etc.). Le reÂcit du dernier repas (14.2225) est un cas particulieÁrement eÂclairant. Il est, en effet, connu de l'apoÃtre Paul sous une forme assez voisine (1Co 11.23-26). Or Paul deÂclare l'avoir recËu du Seigneur avant de le transmettre aux Corinthiens. Il se reÂfeÁre ainsi aÁ une tradition qui remonte au Seigneur, et qu'on peut appeler la tradition apostolique ; elle a eÂte transmise oralement avant d'eÃtre fixeÂe par eÂcrit. Chez Marc, certaines de ces uniteÂs apparaissent groupeÂes en seÂquences : reÂcits de gueÂrisons (1.23-45), de miracles (4.35±5.43), controverses avec les autoriteÂs du judaõÈsme (2.1±3.6), questions pieÁges (12.13-37), paraboles (chap. 4). Il est fort possible que Marc ait recËu certaines de ces seÂquences deÂjaÁ constitueÂes. Ainsi la suite « miracle des pains » /

MARC ± Introduction « marche sur les eaux » (6.30-52), qui apparaõÃt aussi chez Jean (6.1-21). Il est difficile de dire si Marc reformule les mateÂriaux qu'il utilise, et comment il le fait le cas eÂcheÂant. Il est clair en tout cas qu'il les organise en fonction de son projet. Ainsi la place qu'il affecte aux deux reÂcits de gueÂrisons d'aveugles (8.22-26 et 10.46-52) leur confeÁre sans doute une porteÂe fortement symbolique. En effet, ces reÂcits suivent chacun un passage qui fait ressortir l'aveuglement spirituel des disciples. De plus, en un certain nombre de points strateÂgiques, Marc a inseÂre quelques lignes personnelles destineÂes aÁ structurer le reÂcit. Ce sont des sommaires, caracteÂriseÂs, par exemple, par une information de genre plus geÂneÂral et l'emploi de l'imparfait (ainsi 1.14s ; 3.7-12 ; 6.12s,53-56), des transitions (comme en 1.21s,39 ; 2.13 ; 4.1 ; 6.6, etc.) et des introductions (comme 13.1-5 ; 14.1s). Ces divers passages reÂveÁlent l'intention de Marc et les articulations de son reÂcit. Ainsi le reÂsume qu'il donne en 1.15 de la proclamation de JeÂsus est deÂterminant pour comprendre la suite : engagement de disciples, gueÂrisons, enseignement, prises de position face aux objections du judaõÈsme pharisien, autant d'aspects ou de conseÂquences de la bonne nouvelle de Dieu reÂsumeÂe ainsi : le reÁgne de Dieu s'est approcheÂ. Le but de Marc a) Qui est JeÂsus ? Tous les paragraphes de l'Evangile selon Marc ont pour personnage central JeÂsus (aÁ l'exception de 6.14-29, consacre aÁ la mort de Jean le Baptiseur), JeÂsus restant toujours une figure deÂconcertante, dont le mysteÁre n'est entieÁrement deÂvoile qu'aÁ la croix. Ceux qui rencontrent JeÂsus l'appellent surtout Christ (= Messie, Oint, voir onction ) ou Fils de Dieu (voir 1.1n), mais JeÂsus semble vouloir faire taire ceux qui le saluent ainsi (voir 3.11s ; 8.29s). Ce n'est qu'aÁ la fin, lorsque l'issue tragique est imminente, qu'il accepte les deux titres (14.61s). Seule la mort du supplicie sur la croix leÁve le voile $

sur sa veÂritable identite de Fils de Dieu (15.39). Ces deux titres traditionnels acquieÁrent ainsi un contenu nouveau. En revanche, JeÂsus eÂvoque freÂquemment, 13 fois chez Marc, la mysteÂrieuse figure du Fils de l'homme (voir 2.10n ; 8.29-31 ; 14.61s). Dans la tradition apocalyptique juive, le Fils de l'homme est cet eÂnigmatique personnage qui apparaõÃt comme le Juge de la fin des temps (Dn 7.13, suivi par le livre d'HeÂnoch ). Cette reÂfeÂrence eÂclaire certainement des passages comme 8.38 ; 13.26 ou 14.62, mais semble moins convenir en d'autres cas, comme 2.10,27s ; 8.31. L'usage que JeÂsus fait ici de l'expression rappelle la tournure seÂmitique qui deÂsigne l'eÃtre humain. JeÂsus invite l'eÃtre humain aÁ entrer dans ce monde nouveau qu'il nomme le reÁgne Ð ou le royaume Ð de Dieu et qu'il a place au cúur de son message (1.15). Puisqu'il inaugure ce reÁgne, on ne s'eÂtonnera pas que l'appellation Fils de l'homme lui serve aussi aÁ se deÂsigner luimeÃme. L'eÂnorme espace occupe par le reÂcit de la Passion, et de nombreuses allusions, deÁs les premiers chapitres, montrent l'importance que Marc accorde aÁ la mort de JeÂsus. Ce qui vaut pour l'ensemble de l'eÂvangile vaut aussi pour le reÂcit de la Passion : on n'est pas ici devant un reportage, mais devant un reÂcit qui fait ressortir la signification de cette mort pour le lecteurdisciple. Une douloureuse question se pose, en effet : comment comprendre ce qui apparaõÃt comme un scandale : la mort infamante du Fils de Dieu ? La reÂponse ne peut se trouver que dans les Ecritures, puisque c'est laÁ que se reÂveÁle le dessein de Dieu. D'ouÁ les nombreuses reÂfeÂrences scripturaires (citations ou allusions) qu'on trouve dans le reÂcit de la Passion (cf. 14.20s). Marc n'ignore pas l'explication, freÂquente dans le Nouveau Testament, de la mort de JeÂsus comme sacrifice. Il deÂcrit la mort de JeÂsus comme une rancËon (10.45 ; cf. 14.24). Mais il se reÂfeÁre plus souvent aux Psaumes du Juste perseÂcute (22 ; 41 ; 69). JeÂsus, qui jusqu'au moment supreÃme a choisi, plutoÃt que la vie $

$


MARC ± Introduction sauve, de rester fideÁle au reÁgne de Dieu qu'il annonce (14.36), est en effet le Juste par excellence. Il va meÃme plus loin que le juste du Psaume 22, puisque sa fideÂlite le conduit aÁ perdre la vie en s'exposant aux ennemis de Dieu. b) Qu'est-ce qu'eÃtre disciple de JeÂsus ? On l'a vu, JeÂsus ne concËoit pas sa mission sans disciples, c'estaÁ-dire sans des gens qui le suivent, qui s'engagent derrieÁre lui et apreÁs lui sur la voie nouvelle qu'il trace. Dans la mesure ouÁ JeÂsus met en question de preÂtendus ordres eÂtablis, la voie qu'il suit est dangereuse. Le suivre est difficile (mais tout est possible pour Dieu, cf. 10.27). Marc souligne aÁ l'envi l'incompreÂhension des disciples (4.13) et leurs deÂfaillances (14.50, 68-72). Selon Marc, le groupe des disciples est assez large. Au-delaÁ du cercle des Douze, il comprend un certain nombre de femmes (15.40s). Parmi les disciples, JeÂsus en deÂsigne douze afin de les avoir avec lui et de les envoyer (3.14s). D'ouÁ le nom d'apoÃtres (= envoyeÂs) que Marc leur donne aÁ leur retour de mission (6.30). c) On rejoint ici la perspective universelle de Marc, qui affleure en maints passages de son eÂvangile. Ainsi la mission de JeÂsus commence en GalileÂe, reÂgion de population mixte comportant

de nombreuses localiteÂs de tradition paõÈenne. Les pas de JeÂsus le conduisent parfois en pays eÂtranger (l'autre rive en 4.35 ; 5.1, mais aussi le territoire de Tyr en 7.24, de la DeÂcapole en 7.31). Le rendez-vous donne aux disciples en GalileÂe apreÁs la reÂsurrection (14.28 ; 16.7) annonce deÂjaÁ la mission universelle de la communaute de JeÂsus, mission expresseÂment voulue par le MaõÃtre (13.10). Plan de l'eÂvangile ? Devant un texte aussi foisonnant, on heÂsite aÁ deÂgager un plan. On en trouve, en effet, presque autant que de commentateurs. On se contentera ici de suggeÂrer quelques grandes masses. ApreÁs les passages introductifs de 1.1-13, 1.14±8.26 preÂsente le messager du reÁgne de Dieu. On pourrait intituler cette section « Qui est cet

1297 homme ? » ou « Le mysteÁre de JeÂsus ». 8.27±10.52 pourrait constituer un deuxieÁme ensemble deÂveloppant ces deux theÁmes conjoints : Le Fils de l'homme va eÃtre livreÂ. Les disciples Ð ceux et celles qui le suivent Ð vont-ils enfin devenir clairvoyants ? 11.1±13.37 : le MaõÃtre aujourd'hui, et les disciples demain, face aÁ l'opposition. 14.1±16.8 : Passion et reÂsurrection. Le texte de Marc s'acheÁve de facËon tellement surprenante qu'on s'est mis treÁs toÃt aÁ lui adjoindre, sur la base des autres traditions eÂvangeÂliques, une conclusion jugeÂe plus satisfaisante (Mc 16.9n-20). Si cet appendice nous renseigne sur la foi du christianisme primitif au meÃme titre que l'ensemble des reÂcits eÂvangeÂliques, il ne nous eÂclaire pas sur l'entreprise propre de Marc, dont il ne fait manifestement pas partie.

Qui est Marc ? La plupart des speÂcialistes situent la reÂdaction de Marc peu avant ou peu apreÁs l'an 70. Mais aÁ qui doit-on le deuxieÁme eÂvangile ? Rien dans le texte luimeÃme ne l'indique, pas meÃme l'eÂpisode du jeune homme en 14.51s. Le fait est qu'on peut le lire avec profit sans savoir qui en est l'auteur. Une tradition qu'on peut situer entre les anneÂes 100 et 150 (Papias, eÂveÃque d'HieÂrapolis) le rattache au Marc qui eÂtait en relation avec Pierre (Ac 12.12 ; 1P 5.13) et qui fut aux coÃteÂs de Paul (Ac 12.25 ; 13.13 ; 15.36-39 ; Col 4.10 ; 2Tm 4.11 ; Phm 24).


Selon Marc 6

La proclamation de Jean le Baptiseur Mt 3.1-6 ; Lc 3.1-6 ; cf. Jn 1.19-23

1 2

3

4 5

1

Commencement de la bonne nouvelle de JeÂsusChrist, Fils de Dieu. Selon ce qui est Âecrit dans le PropheÁte EsaõÈe : J'envoie devant toi mon messager pour frayer ton chemin ; c'est celui qui crie dans le deÂsert : « PreÂparez le chemin du Seigneur, rendez droits ses sentiers », survint Jean, celui qui baptisait dans le deÂsert et proclamait un bapteÃme de changement radical, pour le pardon des peÂcheÂs. | Toute la JudeÂe et tous les habitants de JeÂrusalem se rendaient aupreÁs de lui et recevaient de lui le bapteÃme, dans le Jourdain, en reconnaissant publiquement leurs

Commencement : cf. Jn 1.1. Ð la bonne nouvelle : le terme grec a donne notre mot eÂvangile v. 14s ; 8.35 ; 10.29 ; 13.10 ; 14.9// ; 16.15 ; cf. Rm 1.1 ; 15.19 ; 16.25. Ð de : on peut comprendre aussi bien concernant JeÂsus... que annonceÂe par JeÂsus... Ð JeÂsus-Christ ou JeÂsus l'Oint (= le Messie), 8.29s ; 9.41 ; 12.35-37 ; 14.61s ; Mt 1.16n ; Phm 11n ; voir aussi onction . Ð Fils de Dieu : ici cette preÂcision est absente de certains mss ; v. 11 ; 3.11 ; 5.7 ; 9.7 ; 14.61s ; 15.39. Mt 11.10// ; Lc 1.76 ; Jn 3.28. Ð dans le PropheÁte EsaõÈe : certains comprennent par l'entremise du propheÁte EsaõÈe. Ð J'envoie... Ex 23.20 ; Ml 3.1 ; un meÃme mot signifie messager et ange , en grec comme en heÂbreu (voir Mc 1.13). Ð frayer ou preÂparer (autre verbe v. 3). c'est celui qui crie : litt. voix de celui qui crie Es 40.3 ; Jn 1.23 ; ReÁgle de la Communaute (QumraÃn ) 8.13ss : « Ils se seÂpareront du milieu de l'habitation des hommes pervers pour aller au deÂsert, afin d'y frayer la voie de ``Lui'', ainsi qu'il est eÂcrit : Dans le deÂsert frayez la voie de [YHWH] ; aplanissez dans la steppe une chausseÂe pour notre Dieu. Cette (voie), c'est l'eÂtude de la Loi... » Ð rendez droits : autre traduction aplanissez. survint : cf. Jn 1.3n,6. Ð Jean, celui qui baptisait ou Jean le Baptiseur ; meÃme expression 6.14,24 ; terme apparente 6.25 ; 8.28, comme en Mt 3.1n. Ð deÂsert Mt 3.1n. Ð proclamait : c'est du mot grec correspondant que vient le terme technique keÂrygme, qui deÂsigne l'annonce du message apostolique ; il eÂvoquait aÁ l'origine la proclamation d'un « heÂraut » ; v. 7,14,38s,45 ; 3.14 ; 5.20 ; 6.12 ; 7.36 ; 13.10 ; 14.9 ; 16.15,20 ; Mt 3.1+ ; Lc 3.3+ ; Ac 8.5+ ; Rm 10.8+ ; 1Co 1.21+ ; 2Co 1.19+ ; Ga 2.2+ ; Ph 1.15 ; Col 1.23 ; 1Th 2.9 ; 1Tm 2.7n ; 1P 3.19 ; Ap 5.2. Ð bapteÃme : cette pratique (aÁ l'origine, une immersion compleÁte dans l'eau) a pu deÂriver d'un rite de purification comparable aux bains et ablutions que pratiquait la communaute de QumraÃn, eÂgalement dans le deÂsert ; voir 7.4n ; Ac 13.24 ; 19.4 ; cf. 2.38 ; 22.16 ; He 6.2n ; 9.10 ; voir aussi Es 1.16 ; 4.4 ; Ez 36.25. Ð changement radical ou repentance, conversion Mt 3.2n. Ð pardon des peÂcheÂs : cf. Mt 26.28. Toute la JudeÂe : litt. toute la reÂgion de JudeÂe. Ð se rendaient : litt. sortaient. Ð dans le Jourdain : litt. dans le fleuve Jourdain. Ð en reconnaissant publiquement ou en confessant : le verbe grec eÂvoque habituellement une deÂclaration publique ; cf. Lv 5.5s ; 26.40 ; Ps 32.5 ; Pr 28.13 ; Dn 9.20 ; Esd 10.1 ; Ne 1.6 ; 9.2 ; 2Ch 6.37 ; Lc 18.13s ; Ac 19.18-20 ; Jc 4.10 ; 1Jn 1.9n. veÃtu de poil de chameau : cf. 2R 1.8 ; Za 13.4 ; Mt 3.4+ ; 11.8//. Ð criquets ou sauterelles Lv 11.21s. Ð Cf. Evangile des eÂbionites (Epiphane, Panarion, 30,13,5) : « Il se nourrissait de miel sauvage Ð dont le gouÃt est celui de la manne Ð comme un gaÃteau aÁ l'huile. » Il vient derrieÁre moi (ou apreÁs moi ; cf. Jn 1.15n) : une expression analogue est traduite par venir aÁ la suite v. 17n,20n ; cf. 8.33ns ; 1

$

2

$

$

$

3

$

4

$

$

$

5

6

$

7

peÂcheÂs. | Jean Âetait veÃtu de poil de chameau, avec une ceinture de cuir autour des reins. Il se nourrissait de criquets et de miel sauvage. Mt 3.11-12 ; Lc 3.15-18 ; cf. Jn 1.24-28

7

8

Il proclamait : Il vient derrieÁre moi, celui qui est plus puissant que moi, et ce serait encore trop d'honneur pour moi que de me baisser pour deÂlier la lanieÁre de ses sandales. | Moi, je vous ai baptiseÂs d'eau ; lui vous baptisera dans l'Esprit saint. BapteÃme et mise aÁ l'eÂpreuve de JeÂsus

Mt 3.13-17 ; Lc 3.21-22 ; cf. Jn 1.29-34 9 10

En ces jours-laÁ JeÂsus vint, de Nazareth de GalileÂe, et il recËut de Jean le bapteÃme dans le Jourdain. | DeÁs qu'il remonta de l'eau, il vit les cieux se deÂchirer et

13.16n. Ð plus puissant 3.27n ; cf. Es 11.2. Ð ce serait encore trop d'honneur... : cf. Mt 3.11n ; Lc 3.16 ; Jn 1.26s ; Ac 13.25. Á gle de la 8 Cf. Mt 3.11+ ; Jn 15.26+ ; Ac 1.5 ; 11.16 ; 19.1-6 ; Re Communaute (QumraÃn) 3.6-9 : « C'est par l'Esprit de vrai conseil aÁ l'eÂgard des voies de l'homme que seront expieÂes toutes ses iniquiteÂs, quand il contemplera la lumieÁre de vie ; et c'est par l'Esprit saint de la CommunauteÂ, dans Sa veÂriteÂ, qu'il sera purifie de toutes ses iniquiteÂs ; et c'est par l'Esprit de droiture et d'humilite que sera expie son peÂcheÂ. Et c'est par l'humilite de son aÃme aÁ l'eÂgard de tous les preÂceptes de Dieu que sera purifieÂe sa chair, quand on l'aspergera avec l'eau lustrale et qu'il se sanctifiera dans l'eau courante. » 4.20s : « Dieu, par Sa VeÂriteÂ, nettoiera toutes les úuvres d'un chacun... pour le purifier par l'Esprit de saintete de tous les actes d'impieÂte ; et Il fera jaillir sur lui l'Esprit de veÂrite comme de l'eau lustrale. » Ð dans (ou par ) l'Esprit saint ou un esprit saint, un souffle sacreÂ.  e : cf. Mt 2.22n-23n. Ð Cf. Jn 1.29-34 ; voir 9 de Nazareth de Galile aussi bapteÃme à t (comme aux v. 12,18,20...), en 10 DeÁs qu'il remonta... : litt. aussito remontant (ou en sortant ) de l'eau... ; le terme grec correspondant aÁ aussitoÃt est l'un des mots favoris de Mc ; dans la preÂsente traduction il est diversement rendu (v. 23n), et parfois sousentendu (v. 21). Sur l'eau neÂcessaire aux purifications dans la communaute de QumraÃn , cf. Ecrit de Damas 10.10ss : « Qu'on ne se baigne pas dans de l'eau sale ou en trop petite quantite pour envelopper compleÁtement un homme. Qu'on ne purifie pas avec cette eau un vase. Et toute mare se trouvant dans (le creux d')un rocher dans laquelle il n'y a pas assez d'eau pour couvrir entieÁrement un homme, si une personne impure l'a toucheÂe, celle-ci rend impure l'eau de la mare comme elle ferait l'eau d'un vase. » Ð se deÂchirer, comme en 15.38 ; cf. Es 63.19 ; Ez 1.1 ; Mt 3.16+ ; Ac 10.11+. Ð et l'Esprit descendre Es 11.2 ; 42.1 ; 63.11 ; Ac 2.2ss ; cf. Testament de LeÂvi 18.6s : « Les cieux s'ouvriront, et du Temple de gloire viendra sur lui (le grand preÃtre nouveau) la sanctification, en meÃme temps qu'une voix paternelle comme celle d'Abraham aÁ Isaac. La gloire du TreÁs-Haut sera proclameÂe sur lui, et l'Esprit d'intelligence et de sanctification reposera sur lui par l'eau. » Testament de Juda 24.2 : « Les cieux s'ouvriront sur lui (le Messie descendant de David) pour reÂpandre l'Esprit, la beÂneÂdiction du PeÁre saint, et c'est lui qui reÂpandra l'Esprit de graÃce sur vous » (ajouts chreÂtiens aÁ des textes juifs ?) ; Evangile des heÂbreux 1 : « Lorsque le Seigneur fut remonte de l'eau, toute source de l'Esprit saint descendit, se reposa sur lui et lui dit : ``Mon fils, dans tous les propheÁtes, j'attendais que tu viennes pour me reposer en toi. Car tu es mon repos, tu es mon Fils premier-ne qui reÁgnes pour l'eÂterniteÂ.'' » Ð vers lui : autre traduction en lui. Ð comme une colombe : cf. Gn 1.2n ; 8.8. $

$

$

$

$

$

$

$


MARC 1 11

l'Esprit descendre vers lui comme une colombe. | Et une voix survint des cieux : Tu es mon Fils bienaime ; c'est en toi que j'ai pris plaisir.

Les miracles de JeÂsus La tempeÃte apaiseÂe La multitude nourrie La peÃche abondante La pieÁce dans le poisson La marche sur l'eau Le figuier desseÂche L'eau changeÂe en vin GueÂrisons fieÁvre « leÁpre » (cf. Lv 13.2n) paralysie totale partielle eÂcoulement de sang ceÂciteÂ

Mt 4.1-11 ; Lc 4.1-13 12-13

AussitoÃt l'Esprit le chasse au deÂsert. | Il passa quarante jours dans le deÂsert, mis Áa l'eÂpreuve par le Satan. Il Âetait avec les beÃtes sauvages, et les anges le servaient. Les quatre premiers disciples

Mt 4.12-17 ; Lc 4.14-15 ; cf. Jn 4.1-3,43-46 14 15

ApreÁs que Jean eut Âete livreÂ, JeÂsus vint en GalileÂe ; il proclamait la bonne nouvelle de Dieu | et disait : Le temps est accompli et le reÁgne de Dieu s'est approcheÂ. Changez radicalement et croyez Áa la bonne nouvelle. Mt 4.18-22 ; cf. Lc 5.1-11 ; Jn 1.35-51

16 17 18 19

20

surditeÂ-mutisme (ou beÂgaiement)

En passant au bord de la mer de GalileÂe, il vit Simon et AndreÂ, freÁre de Simon, qui jetaient leurs filets dans la mer Ð car ils Âetaient peÃcheurs. | JeÂsus leur dit : Venez Áa ma suite, et je vous ferai devenir peÃcheurs d'humains. | AussitoÃt ils laisseÁrent leurs filets et le suivirent. | En allant un peu plus loin, il vit Jacques, fils de ZeÂbeÂdeÂe, et Jean, son freÁre, qui Âetaient aussi dans leur bateau, Áa reÂparer les filets. | AussitoÃt il les appela ; ils laisseÁrent leur peÁre ZeÂbeÂdeÂe dans le bateau avec les employeÂs, et ils s'en alleÁrent Áa sa suite. Lc 4.31-37

22

11

Ils entrent dans Capharnau Èm. S'eÂtant rendu Áa la synagogue le jour du sabbat, il se mit Áa enseigner. Ils Âetaient Âebahis de son enseignement ; car il enseignait comme quelqu'un qui a de l'autoriteÂ, et non pas comme les scribes.

une voix : cf. v. 3n ; Dt 4.10ss ; Es 30.30s ; Ps 18.14. Ð mon Fils v. 1n ; cf. Ps 2.7. Ð bien-aime 9.7 ; 12.6 ; cf. Gn 22.2,12,16 (dans LXX le meÃme terme grec traduit le mot heÂbreu rendu par unique) ; autre traduction mon Fils, le bien-aime ; cf. Mt 12.18. Ð c'est en toi... : cf. Mt 3.17n ; Es 42.1. chasse : autre traduction pousse ; meÃme verbe v. 34,39,43 etc. ; voir aussi Mt 4.1-11 ; Lc 4.1-13. En grec le verbe est au preÂsent, comme souvent dans les reÂcits de Mc ouÁ l'irruption de ce temps sert, au moins dans certains cas, aÁ mettre en valeur des eÂleÂments marquants du reÂcit ; la freÂquence de ce trait, qui ressort nettement d'une comparaison avec Mt et Lc, est caracteÂristique du style heurteÂ, voire haletant de Mc (p. ex. v. 21,30,40 ; 2.4 ; 3.20 ; 4.38 ; 5.15,22 ; 6.48 ; 11.4 ; 14.12s,63,67 ; 15.16ss ; 16.4 ; voir aussi v. 10n pour le terme traduit ici par AussitoÃt, et l'introduction aÁ l'Evangile selon Marc, p. 1295). Il passa : litt. il eÂtait. Ð quarante jours Mt 4.2+. Ð mis aÁ l'eÂpreuve ou tente : cf. 8.11 ; 10.2 ; 12.15 ; 14.38 ; Mt 4.1n ; He 2.18 ; 4.15. Ð le Satan ou Satan (voir deÂmon ) ; 3.23,26// ; 4.15 ; 8.33// ; cf. Jb 1.6n ; Mt 4.10 ; Lc 10.18 ; 13.16 ; 22.3,31 ; Jn 13.27 ; Ac 5.3 ; 26.18 ; Rm 16.20 ; 1Co 5.5 ; 7.5 ; 2Co 2.11 ; 11.14 ; 12.7 ; 1Th 2.18 ; 2Th 2.9 ; 1Tm 1.20 ; 5.15 ; Ap 2.9,13,24 ; 3.9 ; 12.9 ; 20.7 ; en grec ce nom n'apparaõÃt sans article qu'en Mc 3.23 ; Lc 22.3 ; 2Co 12.7. Ð avec les beÃtes sauvages : cf. Es 11.6-9 ; 34.1115 ; Ps 91.13 ; Jb 5.22s. Ð les anges : cf. Ps 91.11s ; Jn 1.51. Ð le servaient v. 31 ; 10.45 ; 15.41 ; Mt 4.11n ; Lc 8.3+ ; 22.43 ; Jn 12.2. ApreÁs que Jean eut eÂte livre : cf. 6.17 ; Mt 4.12+ss ; Lc 3.20 ; Jn 3.24. Ð JeÂsus vint en GalileÂe Lc 4.14s ; Jn 3.24 ; 4.1-3,43-46. Ð la bonne nouvelle de Dieu v. 1n ; certains mss portent la bonne nouvelle du reÁgne de Dieu ; cf. Es 61.1-3 ; Rm 1.1 ; 15.16 ; 2Co 11.7. Le temps est accompli : autre traduction le moment est venu ; le

13

23

$

16

Il se trouvait justement dans leur synagogue un homme posseÂde d'un esprit impur, qui s'eÂcria :

mot grec kaõÈros, ici rendu par temps (10.30) et ailleurs par saison (11.13) ou moment (12.2 ; 13.33), deÂsigne moins le temps en geÂneÂral qu'une dureÂe ou un moment qualifieÂs, notamment le moment opportun ou l'occasion pour telle ou telle action, et plus particulieÁrement le moment attendu de l'intervention divine ; Mt 8.29+ ; Jn 7.6ss ; Ep 1.10 ; Rm 3.26n ; He 11.15n ; 1P 1.5n. Voir aussi (autres termes) Mc 13.20 et Dn 7.22 ; 12.4-9 ; Ga 4.4. Ð s'est approche ou est laÁ (meÃme forme verbale 14.42) ; Mt 3.2n. Ð Changez radicalement : cf. 6.12. Ð croyez (ou ayez foi en) la bonne nouvelle : autre traduction croyez, aÁ cause de la bonne nouvelle, v. 1n ; cf. Col 1.5s ; 1Th 1.5s,9 ; 2.13. Cf. 2.14 ; 3.13-19 ; 6.7-13,30 ; 1R 19.19s ; Mt 4.18-22 ; Lc 5.1-11 ; Jn 1.35-51. Ð En passant : meÃme verbe 2.14 ; 15.21 ; Mt 9.9,27 ; 20.30 ; Jn 9.1 ; 1Co 7.31 ; 1Jn 2.8,17 ; cf. Evangile selon Thomas 42 : « JeÂsus a dit : ``Devenez passant.'' » Ð la mer (ou lac) de GalileÂe 2.13 ; 3.7s ; 4.1s ; 5.21 ; Lc 5.1-3. aÁ ma suite : litt. derrieÁre moi, cf. v. 7n ; 2R 6.19 ; Mt 4.19n. Ð peÃcheurs d'humains ou d'hommes, de gens (Mt 5.13+) ; cf. Jr 16.16 ; Ez 12.13 ; 47.10 ; Ha 1.15,17 ; Mt 13.47-50. V. 20 ; 10.28. 3.17 ; 10.35 ; Mt 4.21+ ; Lc 9.54. Ð dans leur bateau : litt. dans le bateau. V. 18+. Ð les employeÂs : meÃme terme Jn 10.12s. Ð aÁ sa suite : litt. derrieÁre lui, cf. v. 7n,17n. CapharnauÈm 9.33 ; Mt 4.13n ; 9.1n ; 11.23 ; Lc 4.23 ; Jn 2.12. Ð synagogue / sabbat 3.1s ; 6.2 ; Lc 4.16 ; 6.6 ; 13.10. eÂbahis 6.2 ; 7.37 ; 10.26 ; 11.18. Ð enseignement / autorite (ou pouvoir, droit ) v. 27 ; voir aussi 2.10,24n ; 11.28-33 ; 13.34 ; cf. Jn 1.12n ; 1Co 8.9n. Ð pas comme les scribes Mt 7.28-29n ; Jn 7.46. justement : le meÃme mot grec est traduit ailleurs par aussitoÃt (v. 10n) ; cf. 5.2. Ð posseÂde d'un esprit impur (voir pur , impur) : litt. dans un esprit impur ou d'esprit impur, de meÃme en $

17

18 19 20

$

15

Mt 9.32-34 ; 12.22-24 ; Mc 7.32-37 ; 9.14-29 ; Lc 11.14 Lc 14.1-6 Lc 22.50s

$

$

14

Mc 1.30s// Mc 1.40s// ; Lc 17.11-19 Mc 2.1-12// ; Jn 5.1-9 Mc 3.1-5// ; Lc 13.11-13 Mc 5.25-36// Mt 9.27-32 ; Mc 8.22-26 ; 10.46-52// ; Jn 9.1-7

Voir aussi « Les ``signes'' de JeÂsus dans l'Evangile selon Jean », p. 1395.

$

12

Mc 4.35-41// Mc 6.32-44; 8.1-10// Lc 5.4-11 ; Jn 21.1-11 Mt 17.24-27 Mc 6.45-52// Mc 11.12-14,21-26// Jn 2.1-11

hydropisie oreille arracheÂe maladies et infirmiteÂs diverses Mt 8.5-13// ; Mc 7.24-30// ; Jn 4.46-54 Exorcismes Mc 1.21-27// ; 5.1-15// ; 9.14-29 etc. ReÂsurrections Mt 27.52s ; Mc 5.21-43// ; Lc 7.11-17; Jn 11

L'homme posseÂde d'un esprit impur 21

1299

21

$

22

$

23

$

$


1300 24 25 26 27

28

MARC 1

Pourquoi te meÃles-tu de nos affaires, JeÂsus le NazareÂen ? Es-tu venu pour notre perte ? Je sais bien qui tu es : le Saint de Dieu ! | JeÂsus le rabroua, en disant : Tais-toi et sors de cet homme. | L'esprit impur sortit de lui en le secouant violemment et en poussant un grand cri. | Tous furent effrayeÂs ; ils deÂbattaient entre eux : Qu'est-ce donc ? Un enseignement nouveau, et quelle autorite ! Il commande meÃme aux esprits impurs, et ils lui obeÂissent ! | Et sa renommeÂe se reÂpandit aussitoÃt dans toute la GalileÂe. GueÂrisons de malades et de deÂmoniaques

30 31

32 33-34

36 37 38

Un leÂpreux vient Áa lui et, se mettant Áa genoux, il le supplie : Si tu le veux, tu peux me rendre pur. Emu, il tendit la main, le toucha et dit : Je le veux, Ãt la leÁpre le quitta ; il Âetait pur. sois pur. | Aussito Ãt | en JeÂsus, s'emportant contre lui, le chassa aussito disant : Garde-toi de rien dire Áa personne, mais va te montrer au preÃtre, et preÂsente pour ta purification ce que MoõÈse a prescrit ; ce sera pour eux un teÂmoignage. | Mais lui, une fois parti, se mit Áa

5.2 ; cf. 3.11,30 ; 5.8,13 ; 6.7 ; 7.25 ; 9.25 ; Mt 10.1 ; 12.43// ; Lc 4.33,36 ; 6.18 ; 8.29 ; 9.42 ; Ac 5.16 ; 8.7 ; Ap 16.13 ; 18.2 ; voir aussi Za 13.2n ; Testament de Benjamin 5.2 : « Si vous faites le bien, alors les esprits impurs fuiront loin de vous, et les beÃtes sauvages vous craindront. Car celui qui respecte les bonnes úuvres et dont la penseÂe est eÂclaireÂe, celui-laÁ, les teÂneÁbres s'enfuient loin de lui. » Pourquoi te meÃles-tu de nos affaires : litt. quoi aÁ nous et aÁ toi, c.-aÁ-d. qu'avons-nous de commun, nous et toi ? (reÂponse sousentendue : rien) ; on pourrait aussi traduire laisse-nous tranquilles, 5.7// ; cf. Jn 2.4n ; formules comparables en Jg 11.12 ; 1R 17.18 ; 2R 3.13 ; Os 14.9 ; 2Ch 35.21 ; cf. Actes de Thomas 45.1 (paroles des deÂmons dans un reÂcit d'exorcisme) : « Que nous veux-tu, participant des saints mysteÁres de Dieu ? Pourquoi veux-tu notre destruction, alors que pour lors notre temps n'est pas arrive ? Pourquoi cherches-tu aÁ prendre le pouvoir qui nous a eÂte donneÂ, alors que, jusqu'aÁ maintenant, notre confiance repose sur lui ? » Ð le NazareÂen ou NazareÂnien, c.-aÁ-d. l'homme de Nazareth 10.47 ; 14.67 ; 16.6 ; Lc 4.34 ; 24.19 ; cf. Mt 2.23n. Ð Es-tu venu... : autre traduction Tu es venu... Ð pour notre perte ou pour nous faire peÂrir : cf. 1Jn 3.8 ; voir aussi Lc 10.18 ; Ap 20.10. Ð le Saint de Dieu Lc 4.34 ; Jn 6.69 ; Ac 3.14 ; 4.27,30 ; cf. Ps 106.16. le rabroua : le verbe grec eÂvoque une reÂprobation cateÂgorique, un blaÃme brutal, une censure qui n'admet pas de discussion ; il s'agit souvent d'une parole d'exorcisme ; cf. 3.12 ; 4.39 ; 8.30,32s ; 9.25 ; 10.13,48 ; Mt 8.26+ ; Lc 4.35+ ; on le traduit eÂgalement par reprendre Lc 17.3 ; 19.39n ; 2Tm 4.2 ; voir aussi Jd 9 ; cf. Za 3.2, Ps 68.31 ; 106.9 (meÃme verbe grec dans LXX ) ; voir Es 17.13+ ; Ps 9.6+. Ð Tais-toi : cf. v. 34,44+ ; 3.11s ; 5.43 ; 7.36 ; 8.26,30 ; 9.9 ; 16.8 ; Mt 8.4+ ; 22.12n ; Lc 4.41 ; 5.14 ; 8.56. Ð de cet homme : litt. de lui. le secouant violemment 9.20,26. Ð un grand cri : cf. 5.7 ; 15.34. effrayeÂs : autre traduction en eÂmoi ; cf. v. 22 ; meÃme verbe en 10.24,32 ; forme deÂriveÂe en 9.15n ; voir aussi Lc 4.36 ; 5.9 ; Ac 3.10s ; voir aussi crainte . Ð ils deÂbattaient 8.11 ; 9.10,14,16 ; 12.28. Ð Qu'est-ce donc ? litt. qu'est-ce que cela ? cf. 4.41. Ð quelle autorite : litt. avec autoriteÂ, pouvoir ou peut-eÃtre liberteÂ, cf. v. 22+. Mt 4.24 ; 9.26. Ð se reÂpandit : litt. sortit. Ð la GalileÂe : litt. la reÂgion de la GalileÂe, cf. Lc 4.37. ils se rendirent : certains mss ont le singulier : il se rendit. Ð Jacques et Jean v. 19. Ð Simon et Andre v. 16. fieÁvre Ac 28.8. la fit lever : le verbe signifie aussi, selon les contextes, reÂveiller ou ressusciter 2.9ss ; 3.3 ; 4.27n,38 ; 5.41 ; 6.14,16 ; 9.27 ; 10.49 ; 12.26 ; 13.8,22 ; 14.28,42 ; 16.6,14 ; voir aussi Mt 2.13n ; Lc 1.69n ;

Jn 2.19n. Ð en lui saisissant la main 5.41// ; 9.27. Ð la fieÁvre la quitta Jn 4.52. Ð les servir : comme au v. 13. apreÁs le coucher du soleil : c.-aÁ-d. apreÁs la fin du sabbat (v. 21). Ð on lui amenait : autre traduction on se mit aÁ lui amener. Ð malades / deÂmoniaques v. 34 ; 3.10s ; 6.13 ; cf. 9.20 ; Mt 8.16 ; Lc 6.18 ; Ac 5.16 ; 8.7. 2.2 ; 3.8 ; 6.55. malades / deÂmons v. 32+. Ð il ne laissait pas les deÂmons parler v. 25+ ; cf. Ac 16.17s. 6.46 ; Mt 14.23 ; Lc 3.21 ; 4.42 ; 9.28+. Cf. Jn 6.24. Lc 4.43. Ð je proclame le message : litt. je proclame (de meÃme v. 39) ; v. 4n ; 3.14 ; 16.20 ; cf. Mt 11.1n. Ð sorti (sans doute de la ville, cf. v. 35) : cf. v. 29 ; 2.12s ; Lc 4.43 ; voir aussi Jn 1.43n ; 8.42+. Mt 9.35 ; voir aussi deÂmon . leÂpreux Ex 4.6 ; Lv 13±14 ; Nb 5.2s ; 12.10ss ; Dt 24.8 ; 2R 5.27 ; 7.3ss ; Mt 8.2 ; 10.8 ; 11.5 ; voir Lv 13.2n. Ð se mettant aÁ genoux : cette preÂcision est absente de certains mss. Ð Un papyrus eÂgyptien (Egerton 2) du IIe ou du IIIe s., reconstitueÂ, porterait le texte suivant : « Et voici qu'un leÂpreux s'avancËa vers lui et dit : ``MaõÃtre JeÂsus, aÁ force de cheminer avec des leÂpreux et de manger avec eux aÁ l'auberge, j'ai contracte la leÁpre moi aussi. Cependant, si tu le veux, je peux eÃtre purifieÂ.'' Le Seigneur lui dit alors : ``Je le veux, sois purifieÂ.'' Et aussitoÃt la leÁpre le quitta. JeÂsus lui dit : ``Va, montre-toi aux preÃtres, fais l'offrande pour la purification comme l'a prescrit MoõÈse et ne peÁche plus.'' » Emu : certains mss portent en coleÁre ; le terme correspondant est absent du reÂcit paralleÁle de Matthieu ; cf. v. 43n ; 3.5 ; voir aussi 8.2 ; 9.22 ; Mt 9.36n ; 18.27 ; 20.34 ; Lc 7.13 ; 10.33 ; 15.20. Ð le toucha : autre traduction possible toucha la sienne (la main du leÂpreux) 3.10 ; 5.27s ; 6.56 ; 7.33 ; 8.22 ; 10.13// ; Lc 6.19 ; cf. Ac 5.15 ; 19.11s ; voir aussi Lv 13.43-46. Ð sois pur : litt. sois rendu pur , meÃme verbe v. 40,42. il eÂtait pur : litt. il fut rendu pur. JeÂsus : sous-entendu dans le texte. Ð s'emportant contre lui ou reÂagissant vivement aÁ son eÂgard, le grondant ; meÃme verbe 14.5 ; Mt 9.30 ; Jn 11.33n,38 ; voir aussi Mc 3.5 ; 9.19. Ð le chassa v. 12n. Garde-toi de rien dire : cf. v. 25+. Ð va te montrer au preÃtre Lv 13.49 ; Lc 17.14. Ð ce que MoõÈse a prescrit Lv 14.1-32. Ð teÂmoignage 6.11 ; 13.9 ; Mt 8.4+ ; Jc 5.3n. parti : litt. sorti. Ð proclamer v. 4n. Ð chose et Parole traduisent deux sens possibles du meÃme mot grec ; cf. 2.2 ; 4.14-20,33 ; 8.32n ; Ac 4.29+. Ð JeÂsus... : litt. il ne pouvait plus... Ð ouvertement : terme apparente aÁ celui qui est traduit par se manifester en 4.22n ; cf. Jn 7.10n.

32

33 34 35 37 38

39 40

$

41

$

26 27

$

28 29 30 31

Et il se rendit dans toute la GalileÂe, proclamant le message dans leurs synagogues et chassant les deÂmons.

En sortant de la synagogue, ils se rendirent, avec Jacques et Jean, chez Simon et AndreÂ. | La bellemeÁre de Simon Âetait aliteÂe, elle avait de la fieÁvre ; aussitoÃt on lui parle d'elle. | Il s'approcha et la fit lever en lui saisissant la main ; la fieÁvre la quitta, et 40 elle se mit Áa les servir. Le soir venu, apreÁs le coucher du soleil, on lui 41 amenait tous les malades et les deÂmoniaques. 42 Toute la ville Âetait rassembleÂe devant la porte. | Il 43-44 gueÂrit beaucoup de malades qui souffraient de divers maux et chassa beaucoup de deÂmons ; il ne laissait pas les deÂmons parler, parce qu'ils le 45 connaissaient.

$

25

Au matin, alors qu'il faisait encore treÁs sombre, il Á il se se leva et sortit pour aller dans un lieu deÂsert ou mit Áa prier. | Simon et ceux qui Âetaient avec lui s'empresseÁrent de le rechercher. | Quand ils l'eurent trouveÂ, ils lui disent : Tous te cherchent. | Il leur reÂpond : Allons ailleurs, dans les bourgades voisines, afin que laÁ aussi je proclame le message ; car c'est pour cela que je suis sorti. Mt 4.23 ; Lc 4.44

$

24

Lc 4.42-43

35

39

Mt 8.14-17 ; Lc 4.38-41

29

Proclamation en GalileÂe

JeÂsus gueÂrit un leÂpreux Mt 8.1-4 ; Lc 5.12-16

$

$

$

42 43

44

45

$


MARC 1±2

proclamer la chose haut et fort et Áa reÂpandre la Parole, de sorte que JeÂsus ne pouvait plus entrer ouvertement dans une ville. Il se tenait dehors, dans les lieux deÂserts, et on venait Áa lui de toutes parts.

12

1301

prends ton grabat et retourne chez toi. | L'homme se leva, prit aussitoÃt son grabat et sortit devant tout le monde, de sorte que, stupeÂfaits, tous glorifiaient Dieu en disant : Nous n'avons jamais rien vu de pareil. LeÂvi, le collecteur des taxes

Le paralytique de CapharnauÈm Mt 9.1-8 ; Lc 5.17-26

Mt 9.9-13 ; Lc 5.27-32

2 Quelques jours apreÁs, il revint Áa CapharnauÈm. 2 On apprit qu'il  etait Áa la maison, | et il se rassembla un si grand nombre de gens qu'il n'y avait plus de place, meÃme devant la porte. Il leur disait la 3 Parole. | On vient lui amener un paralytique porte  4 par quatre hommes. | Comme ils ne pouvaient pas l'amener jusqu'aÁ lui, Áa cause de la foule, ils deÂcouÁ vrirent le toit en terrasse au-dessus de l'endroit ou il se tenait et y firent une ouverture, par laquelle Á le paralytique Âetait ils descendent le grabat ou 5 couche Â. | Voyant leur foi, JeÂsus dit au paralytique : 6 Mon enfant, tes pe ÂcheÂs sont pardonneÂs. | Il y avait laÁ quelques scribes, assis, qui tenaient ce 7 raisonnement : | Pourquoi parle-t-il ainsi ? Il blaspheÁme. Qui peut pardonner les peÂcheÂs, sinon un 8 seul, Dieu ? | Je Âsus connut aussitoÃt, par son esprit, les raisonnements qu'ils tenaient ; il leur dit : Pourquoi tenez-vous de tels raisonnements ? 9 Qu'est-ce qui est le plus facile, de dire au paralytique : « Tes peÂcheÂs sont pardonneÂs », ou de dire : 10 « Le Áve-toi, prends ton grabat et marche ! » | Eh bien, afin que vous sachiez que le Fils de l'homme a l'autorite pour pardonner les peÂcheÂs sur la terre 11 Ð il dit au paralytique : | Je te le dis, le Áve-toi, 2 2 4

5

aÁ la maison : cf. 1.29 ; meÃme expression en 3.20 ; 9.28 ; 1Co 11.34 (chez lui ) ; 14.35 ; cf. Mc 2.15n ; Mt 4.13n ; voir aussi Mc 6.31. Cf. 3.7+. Ð devant la porte 1.33. Ð la Parole 1.45n ; 4.33 ; 8.32n. en terrasse : sous-entendu dans le texte, cf. Dt 22.8n. Il s'agissait sans doute d'une terrasse de bois et de terre battue ; le mot grec traduit ici par toit en terrasse n'apparaõÃt qu'ici et en Mt 8.8// ; autre terme en Mc 13.15//. Ð le grabat : le terme grec krabattos, d'ouÁ vient le mot francËais correspondant, deÂsignait, deÂjaÁ, un lit miseÂrable, la couche du pauvre ; de meÃme 6.55 ; Jn 5.8ss ; Ac 5.15 ; 9.33. foi : cf. 4.40 ; 5.34,36 ; 9.23 ; 10.52 ; 11.23. Ð Mon enfant 10.24. Ð tes peÂcheÂs ... Lc 7.48. scribes v. 16 ; 1.22 ; 3.22 ; 7.1 ; 8.31 ; 9.11 ; 10.32 ; 11.18 ; 12.28 etc. Ð qui tenaient ce raisonnement : litt. qui raisonnaient en leurs cúurs , de meÃme aÁ la fin du v. 8. blaspheÁme 3.28 ; 14.64 ; 15.29n ; Jn 5.18 ; 10.30-39 ; cf. Lv 24.10s,14ss,23 ; 2R 19.4,6,22. Ð un seul, Dieu ou Dieu seul : cf. 10.18 ; voir aussi Es 43.25 ; 55.7 ; Ps 103.3 ; 130.4 ; 1Jn 1.9. connut Mt 12.25 ; Jn 2.25. Ð par son esprit : on peut comprendre dans son esprit, ce qui reviendrait aÁ dire, plus simplement : JeÂsus sut qu'ils raisonnaient ainsi ; mais on peut aussi voir dans l'esprit en question l'Esprit divin qui donne aÁ JeÂsus une faculte de perception extraordinaire ; de meÃme 8.12. Ð les raisonnements... : litt. qu'ils raisonnaient ainsi en eux-meÃmes (ou entre eux) ; cf. Mt 16.7n. Ð Pourquoi : cf. Mt 16.8. Ð tenez-vous... : litt. raisonnez-vous cela en vos cúurs ? cf. v. 6n. afin que vous sachiez... : selon certains, cette proposition serait adresseÂe par l'eÂvangeÂliste aÁ ses lecteurs ; elle est plus freÂquemment comprise comme une parole de JeÂsus aÁ ceux qui l'entourent, expliquant d'avance l'ordre de gueÂrison. Ð le Fils de l'homme v. 28 ; 8.31 ; 9.9 ; 10.33 ; 13.23 ; 14.21 ; Mt 8.20n. Ð l'autorite pour ou le pouvoir de 1.22n. Cf. Jn 5.8s. sortit v. 13 ; 1.29,38. Ð stupeÂfaits : le verbe grec correspondant signifie proprement eÃtre hors de soi-meÃme ; c'est de lui que vient notre terme extase ; cf. 3.21n ; 5.42n ; 6.51 ; 16.8. Ð glorifiaient : voir gloire . Ð rien vu de pareil Mt 9.33. du coÃte de la mer 1.16+. Ð la foule v. 1s ; 3.7s,20 ; 4.1 ; 5.21 ;

13 14

15

16

17

JeÂsus et le jeuÃne

Mt 9.14-17 ; Lc 5.33-38 18

19

1

14

15

$

8

10

$

16

$

13

$

$

17

$

18

$

11 12

6.31,34,54 ; 8.1. Ð instruisait : le meÃme verbe est traduit par enseigner en 1.22. LeÂvi (certains mss portent Jacques), fils ou, moins probablement, freÁre d'AlpheÂe : litt. LeÂvi d'AlpheÂe ; cf. 3.18n// ; Mt 9.9. Ð taxes ou douanes : il s'agit de l'impoÃt indirect preÂleve sur les marchandises en circulation, soit pour le compte de Rome, soit pour le compte de l'autorite locale (HeÂrode Antipas en GalileÂe). Ð Suis-moi : cf. 1.16ss ; Jn 1.43. chez lui : litt. dans sa maison ; on comprend habituellement chez LeÂvi (cf. Lc 5.29), mais l'expression de Mc est ambigueÈ et pourrait aussi deÂsigner la maison de JeÂsus (v. 1+). Ð collecteurs des taxes : ce sont les subalternes des publicains aÁ qui l'autorite civile avait confie la perception des droits de douane (v. 14n) ; sur leur reÂputation de peÂcheurs (en l'occurrence, de nonpratiquants de la loi religieuse, cf. 8.38 ; 14.41 ; Jn 9.16,24) infreÂquentables, voir Mt 11.19 ; 18.17 ; 21.31 ; Lc 3.12s ; 7.29 ; 18.9-14 ; 19.7s. Ð ils eÂtaient nombreux : cf. v. 1. Ð aÁ le suivre : on pourrait aussi rattacher ces derniers mots au v. 16 et lire : meÃme les scribes des pharisiens le suivaient ; le voyant... Les scribes des pharisiens, c.-aÁ-d. les scribes du parti des pharisiens ; voir v. 6+,15n. Ð Pourquoi mange-t-il avec... : cf. Mt 9.11 ; 11.19 ; Lc 7.34 ; 15.1s ; 19.7 ; Ga 2.12-15. les bien portants : litt. ceux qui sont forts (ou en bonne santeÂ). Ð Je ne suis pas venu... : cf. 4.21n ; 9.11ss ; 10.45 ; 11.9 ; Jn 3.17. Ð justes / peÂcheurs : cf. Mt 18.11n ; 21.31 ; Lc 19.10 ; 1Tm 1.15. disciples de Jean (le Baptiseur) Mt 11.2 ; 14.2 ; Lc 11.1 ; Jn 3.25 ; 4.1 ; Ac 18.25 ; 19.1. Ð On vient : autre traduction ils viennent. Ð jeuÃnent Lv 16.29ss ; 23.27ss ; Nb 29.7 ; 2S 12.16,21 ; 1R 21.27 ; Es 58.1ss ; Jl 1.14 ; 2.15-27 ; Za 7.3ss ; 8.19 ; Ps 35.13 ; Est 9.31 ; Dn 9.3 ; Esd 10.6 ; Ne 9.1. JeÂsus reÂpondit : litt. JeÂsus leur dit. Ð Les amis du marie : litt. les fils de la salle des noces (Mt 22.10) ou de la chambre nuptiale (selon les deux sens possibles du mot grec) ; selon certains, l'expression deÂsignerait tous les inviteÂs aÁ la noce ; mais il s'agit plus probablement de ceux qui jouaient un roÃle central, autour du marieÂ, dans le deÂroulement des noces ; voir aussi Jn 3.29n ; cf. Es 61.10 ; voir aussi Mt 25.1ss ; 2Co 11.2 ; Ep 5.25 ; Ap 21.2,9 ; 22.17. $

$

7

Ãnaient. Les disciples de Jean et les pharisiens jeu On vient lui dire : Pourquoi tes disciples Áa toi ne Ãnent-ils pas, alors que les disciples de Jean et les jeu Ãnent ? | JeÂsus reÂpondit : disciples des pharisiens jeu Ãner pendant que Les amis du marie peuvent-ils jeu le marie est avec eux ? Aussi longtemps qu'ils ont le

$

$

6

Il sortit encore du coÃte de la mer ; toute la foule venait Áa lui, et il les instruisait. | En passant, il vit LeÂvi, fils d'AlpheÂe, assis au bureau des taxes. Il lui dit : Suis-moi. Celui-ci se leva et le suivit. Comme il Âetait Áa table chez lui, beaucoup de collecteurs des taxes et de peÂcheurs avaient pris place avec JeÂsus et ses disciples, car ils Âetaient nombreux Áa le suivre. | Les scribes des pharisiens, le voyant manger avec les collecteurs des taxes et les peÂcheurs, disaient Áa ses disciples : Pourquoi mange-t-il avec les collecteurs des taxes et les peÂcheurs ? | JeÂsus, qui avait entendu, leur dit : Ce ne sont pas les bien portants qui ont besoin de meÂdecin, mais les malades. Je ne suis pas venu appeler des justes, mais des peÂcheurs.

19

$


1302 20

21

22

MARC 2±3

Ãner. | Les jours marie avec eux, ils ne peuvent jeu Á le marie leur sera enleve ; alors ils viendront ou Ãneront, en ce jour-laÁ. jeu Personne ne coud un morceau de drap neuf sur un vieil habit ; autrement la pieÁce tire sur le veÃtement, le neuf sur le vieux, et il en reÂsulte une deÂchirure pire. | Et personne ne met du vin nouveau dans de vieilles outres ; autrement le vin fait Âeclater les outres, et le vin et les outres sont perdus ; Áa vin nouveau, outres neuves ! Les eÂpis arracheÂs Mt 12.1-8 ; Lc 6.1-5

23 24 25 26

27 28

Comme il traversait des champs de ble un jour de sabbat, ses disciples, chemin faisant, se mirent Áa arracher des Âepis. | Les pharisiens lui disaient : Pourquoi font-ils ce qui n'est pas permis un jour de sabbat ? | Il leur dit : N'avez-vous jamais lu ce que fit David, lorsqu'il fut dans le besoin et qu'il eut faim, lui et ceux qui Âetaient avec lui ? | Ð comment il entra dans la maison de Dieu du temps du grand preÃtre Abiathar, mangea les pains offerts, alors qu'il n'est permis qu'aux preÃtres d'en manger, et en donna meÃme Áa ceux qui Âetaient avec lui ? | Et il leur disait : Le sabbat a Âete fait pour l'homme, et non l'homme pour le sabbat, | de sorte que le Fils de l'homme est maõÃtre meÃme du sabbat.

28

Cf. 14.7// ; Lc 17.22 ; Jn 16.20. Voir aussi Lc 5.35n. Cf. Lc 5.39n. Ð neuf : litt. non fouleÂ, c.-aÁ-d. non lave ou non appreÃte (autre terme dans la suite) ; cf. 9.3n. Ð la pieÁce... : litt. le compleÂment (sur le mot correspondant voir Mt 9.16n) s'enleÁve de lui, le neuf du vieux ; cf. Ga 2.18. aÁ vin nouveau... : litt. vin nouveau en outres neuves ; certains mss portent on met ou il faut mettre le vin nouveau dans des outres neuves. Le vin nouveau est celui dont la fermentation n'est pas termineÂe, et qui peut faire eÂclater de vieilles outres dont l'eÂlasticite n'est plus suffisante ; cf. Jb 32.19 ; voir aussi Jn 1.17 ; 2Co 5.17 ; Ga 4.9 ; Ep 4.22ss ; Col 3.9ss ; Ap 21.1-5. Cf. Dt 23.26. Ex 31.13-17 ; 34.21 ; Mt 12.2n. Ð lui disaient : autre traduction lui dirent (cf. v. 16). Ð ce qui n'est pas permis : le terme grec (de meÃme au v. 26 ; 3.4 etc.) est apparente au mot traduit par autoriteÂ, lequel peut aussi avoir le sens de droit (1.22n ; Jn 1.12n ; 1Co 8.9n). 1S 21.2-7. Abiathar : cf. 2S 8.17n ; 15.35. Ð qu'aux preÃtres Mt 12.4+ ; cf. Lv 24.9. il leur disait : autre traduction il leur dit. Ð Cf. 3.4+ ; Ex 20.10 ; 23.12 ; Dt 5.14 ; cf. 1 MaccabeÂes 2.40s (aÁ la suite d'un massacre de Juifs qui avaient refuse aÁ la fois de se rendre et de se battre le jour du sabbat ) : « Si nous ne luttons pas... ils auront toÃt fait de nous exterminer... Tout homme qui viendrait nous attaquer le jour du sabbat, combattons-le et nous ne mourrons donc pas tous comme sont morts nos freÁres. » Midrash Mekhilta (commentaire rabbinique sur l'Exode) : « A vous le sabbat est livre et vous n'eÃtes pas livreÂs au sabbat. » le Fils de l'homme v. 10+. Ð maõÃtre ou Seigneur ; cf. Jn 5.16ss.

3

1

20 21

22

23 24

25 26 27

L'homme aÁ la main paralyseÂe Mt 12.9-14 ; Lc 6.6-11

3 Il retourna Áa la synagogue. Il se trouvait laÁ un 2 homme qui avait la main paralyse Âe. | Ils observaient JeÂsus pour voir s'il le gueÂrirait un jour de sabbat, 3 afin de l'accuser. | Alors il dit Á a l'homme qui avait la 4 main paralyse Âe : LeÁve-toi, laÁ, au milieu. | Puis il leur dit : Qu'est-ce qui est permis, un jour de sabbat ? Est-ce de faire du bien ou de faire du mal, de sauver 5 ou de tuer ? Mais ils gardaient le silence. | Alors, promenant ses regards sur eux avec coleÁre, navre de les voir si obtus, il dit Áa l'homme : Tends ta main. Il la tendit, et sa main fut reÂtablie. 6 A peine sortis, les pharisiens tenaient conseil avec les heÂrodiens contre lui, sur les moyens de le faire disparaõÃtre. Les foules viennent aÁ JeÂsus

Mt 4.23-25 ; 12.15-16 ; Lc 6.17-19 7 8

9 10

5

JeÂsus se retira vers la mer avec ses disciples. Une grande multitude le suivit, venue de GalileÂe, de JudeÂe, | de JeÂrusalem, d'IdumeÂe, de Transjordanie et des environs de Tyr et de Sidon. Une grande multitude, apprenant tout ce qu'il faisait, vint Áa lui. Il dit Áa ses disciples de tenir Áa sa disposition une barque, pour que la foule ne le presse pas. | En effet, comme il gueÂrissait beaucoup de gens, tous ceux

14.3 ; Jn 5.10 ; voir aussi Jc 4.17. Ð de sauver : litt. de sauver une vie ou un eÃtre ; sur le terme grec correspondant, voir 8.35n. Ð tuer : cf. v. 6. promenant ses regards : meÃme verbe grec v. 34 ; 5.32 (regarder autour ) ; 10.23 ; 11.11 (tout regarder ) ; Lc 6.10. Ð avec coleÁre 1.41n,43n. Ð de les voir si obtus : litt. de l'endurcissement de leur cúur , expression qui, conformeÂment au sens figure du mot cúur dans la Bible, eÂvoque moins l'insensibilite affective que l'incapacite de comprendre ; cf. 6.52 ; 8.17 ; 10.5 ; 16.14 ; Ex 7.13 ; Es 6.9s ; Jn 12.40 ; Ac 7.51 ; 28.27 ; Rm 2.5 ; 11.25 ; Ep 4.18 ; He 3.8. Ð fut reÂtablie ou fut rendue, c.-aÁ-d. redevint saine (cf. Mt 12.10n) ; meÃme verbe 8.25 ; 9.12 ; Ac 1.6 (reÂtablir ) ; He 13.19 (rendre ). tenaient (litt. donnaient ) conseil : expressions leÂgeÁrement diffeÂrentes en 15.1 ; Mt 12.14. Ð les heÂrodiens sont peut-eÃtre des partisans d'HeÂrode Antipas, teÂtrarque de GalileÂe (mais pas de JudeÂe) de 4 av. J.-C. aÁ 39 apr. J.-C., ou plus geÂneÂralement des gens qui soutiennent la politique heÂrodienne de collaboration avec l'occupant romain. Globalement les rapports eÂtaient plutoÃt bons entre les pharisiens et les HeÂrode . HeÂrode le Grand deÂjaÁ (37-4 av. J.-C.) avait consideÂre les pharisiens avec une neutralite bienveillante, et HeÂrode Agrippa Ier (41-44) sera connu pour sa politique pro-pharisienne ; cf. 6.17 ; 8.15// ; 12.13//. Ð le faire disparaõÃtre : cf. v. 4 ; Ex 31.14 ; Mt 12.14+. la mer 1.16n. Ð multitude : cf. 1.5 ; voir aussi 2.13+. L'IdumeÂe tient son nom de l'ancien Edom, au sud-ouest de la mer Morte, mais elle recouvre aÁ l'eÂpoque romaine le sud de l'ancien territoire de Juda, aÁ partir d'HeÂbron : ses habitants, en partie d'origine eÂdomite ou arabe, avaient eÂte soumis par les MaccabeÂes environ un sieÁcle et demi auparavant et avaient embrasse le judaõÈsme ; c'eÂtait la patrie d'HeÂrode (v. 6n). Ð Tyr (7.24//) et Sidon (7.31), villes pheÂniciennes du littoral meÂditerraneÂen, au nord de la GalileÂe. 4.1// ; Lc 5.3. Ð tenir aÁ sa disposition : le verbe grec eÂvoque une relation permanente (cf. Ac 8.13 ne pas quitter ; 10.7 eÃtre attache et dans un autre sens 1.14 ; 2.42,46 etc. perseÂveÂrer ). Ð une barque : diminutif du terme habituellement traduit par bateau (aussi Jn 6.22ss ; 21.8) ; mais il n'a pas forceÂment de nuance particulieÁre dans Mc. Ð presse : le verbe est apparente au mot habituellement traduit par deÂtresse (traditionnellement tribulation) 4.17 ; 13.19 ; verbe apparente en 5.24,31 ; Mt 7.14n ; 24.9n ; 2Co 4.8. $

6

$

$

$

$

7 8

$

$

$

$

aÁ la synagogue : certains mss portent dans une synagogue ; cf. 1.21. Ð paralyseÂe : litt. desseÂcheÂe, cf. v. 3 ; 4.6 ; 5.29n ; 9.18 ; 11.20s ; voir Mt 12.10n. 2 Ils observaient JeÂsus : litt. ils l'observaient. Ð La casuistique juive dont teÂmoigne le Talmud deÂfinit preÂciseÂment les soins essentiels que l'on peut donner aÁ un malade le jour du sabbat ; seul le danger de mort prime automatiquement sur l'observance du sabbat (cf. 2.27+). 3 paralyseÂe : litt. seÁche, cf. v. 1n. 4 Qu'est-ce qui est permis... (2.24n) : autre traduction qu'a-t-on le droit de faire un jour de sabbat : du bien ou du mal... ? cf. Lc $

$

9


MARC 3

11 12

qui avaient des maladies se jetaient sur lui pour le toucher. | Les esprits impurs, quand ils le voyaient, tombaient devant lui et s'eÂcriaient : Toi, tu es le Fils de Dieu ! | Mais il les rabrouait avec seÂveÂrite pour qu'ils ne parlent pas de lui.

24

Mt 10.1-4 ; Lc 6.12-16 ; Ac 1.13 13 14 15 16 17 18

19

20 21

10

11

Il monte ensuite sur la montagne ; il appelle ceux qu'il voulait, et ils vinrent Áa lui. Il en choisit douze, Áa qui il donna aussi le nom d'apoÃtres, pour qu'ils soient avec lui et pour les envoyer proclamer, | avec l'autorite pour chasser les deÂmons. Il choisit les Douze : Simon, Áa qui il attribua le nom de Pierre, | Jacques, fils de ZeÂbeÂdeÂe, et Jean, freÁre de Jacques, auxquels il attribua le nom de BoanergeÁs, qui signifie « Fils du tonnerre » ; | AndreÂ, Philippe, BartheÂlemy, Matthieu, Thomas, Jacques, fils d'AlpheÂe, ThaddeÂe, Simon le Cananite | et Judas Iscarioth, celui qui le livra. JeÂsus a-t-il partie lieÂe avec les deÂmons ? Puis il revient Áa la maison, et la foule se rassemble encore : ils ne pouvaient pas meÃme manger. | A cette nouvelle, les gens de sa parente sortirent pour se saisir de lui, car ils disaient : Il a perdu la raison.

Mt 15.30. Ð maladies : litt. fleÂaux ; le meÃme terme grec est traduit par mal en 5.29,34 ; cf. Lc 7.21 ; il eÂvoque le chaÃtiment du fouet en Ac 22.24 ; He 11.36. Ð le toucher 1.41+ ; cf. 5.28. esprits impurs : voir pur , impur. Ð tombaient devant lui ou se jetaient aÁ ses pieds (verbe apparente au v. 10). Ð Fils de Dieu : cf. 1.1n,24,34 ; 5.7 ; Mt 8.29 ; Lc 4.41. rabrouait 1.25n. Ð avec seÂveÂrite : litt. beaucoup ; cette preÂcision est absente de certains mss. Ð ne parlent pas de lui : litt. ne le rendent pas (JeÂsus) manifeste ou ceÂleÁbre, cf. 4.22n ; 6.14n. sur la montagne 6.46 ; 9.2. Ð il appelle... : cf. 1.16ss ; 2.14. Il en choisit : litt. il fit ; le verbe correspondant peut deÂcrire la mise en place d'une institution ou la nomination de quelqu'un aÁ une fonction ; cf. v. 16n. Ð douze : cf. EpõÃtre de Barnabe 8.3 : « Il les a investis de l'autorite de l'eÂvangile qu'ils vont preÃcher, eux qui sont douze en teÂmoignage pour les tribus Ð qui sont douze en IsraeÈl. » Ð aÁ qui il donna aussi le nom d'apoÃtres : cette preÂcision est absente de certains mss ; le terme transcrit apoÃtres est deÂrive du verbe rendu par envoyer 6.7, cf. 6.30n ; voir Mt 10.1+,2n. Ð qu'ils soient avec lui, cf. 5.18. Ð proclamer 1.4n,38n. avec (litt. et avoir ) l'autorite pour ou le pouvoir de 1.22n ; 2.24n ; cf. 6.7. Ð chasser les deÂmons 1.34,39 ; 3.15,22 ; 6.13 ; 9.38 ; 16.9,17. Il choisit (ou nomma, litt. fit ) les Douze : cette phrase est omise par certains mss ; cf. v. 14n. Ð Simon / Pierre : cf. 14.37 ; Mt 16.16-18 ; Jn 1.42. 1.19+. Ð le nom : litt. (selon certains mss) les noms. Ð BoanergeÁs : transcription en grec d'une expression, sans doute arameÂenne, que le texte traduit par Fils (au pluriel) du tonnerre mais dont on n'a pas identifie avec certitude la forme originale ; autres transcriptions de l'arameÂen en 5.41 ; 7.11,34 ; 11.9s ; 14.36 ; 15.22,34 ; cf. Lc 9.49,54. Matthieu Mt 9.9. Ð Thomas Jn 11.16+. Ð fils (ou peut-eÃtre freÁre) d'AlpheÂe, comme en 2.14n ; de meÃme en Mt 10.3 ; Lc 6.15 ; Ac 1.13. Ð ThaddeÂe : un ms (occidental, voir introductions au N.T. et aux Actes des ApoÃtres) porte LebbeÂe (de meÃme Mt 10.3). Ð Cananite Mt 10.4n ; voir zeÂlote . Iscarioth ou Iscariote Mt 10.4n ; cf. Jn 6.71 ; 13.26. il revient : litt. il vient ; certains mss portent ils viennent. Ð aÁ la maison : cf. 2.1n. Ð la foule v. 7s ; 2.2. Ð manger : litt. manger du pain ; cf. 6.31,44 ; 7.2n,5 ; Mt 15.2+. Cf. v. 31-35//. Ð les gens de sa parente : litt. ceux de chez lui. Ð se saisir de lui : le meÃme verbe sera traduit par (faire) arreÃter en 6.17. Ð ils disaient : certains comprennent on disait. Ð Il a $

Mt 12.24-29 ; Lc 11.15-22 22

23

JeÂsus choisit les Douze

$

25 26 27

13 14

$

29 30

$

16

17

18

Mt 12.46-50 ; Lc 8.19-21

31 32

22

21

Sa meÁre et ses freÁres arrivent ; se tenant dehors, ils le firent appeler. | La foule Âetait assise autour de lui et on lui dit : Ta meÁre, tes freÁres et tes súurs sont

perdu la raison : le meÃme verbe grec eÂvoque la stupeÂfaction en 2.12n ; il a un sens comparable en 2Co 5.13 ; cf. Jn 10.20 ; voir aussi Za 13.3 ; Ps 69.9. Les scribes ... 2.6+ ; cf. 7.1. Ð Il a : l'expression correspondante eÂvoque habituellement la possession deÂmoniaque, cf. v. 30 ; 5.15 ; 7.25 ; 9.17 ; voir aussi Jn 7.20 ; 8.48,52 ; 10.20. Ð BeÂelzeÂboul (d'autres teÂmoins anciens ont lu BeÂeÂzeÂboul ou BeÂelzeÂbub) : ce nom donne au prince des deÂmons (cf. 1.13+ ; 3.30 ; Mt 9.34n ; 10.25 ; Jn 7.20+) reÂsulte d'une deÂformation d'un titre de divinite seÂmitique signifiant Baal le prince (ou peut-eÃtre Baal de la demeure eÂleveÂe) ; on en retrouve sans doute une autre deÂformation dans le nom Baal-Zeboub (2R 1.2ss). paraboles 4.2+. Ð Satan : autre traduction un satan v. 22n ; 1.13n. homme fort ou puissant : cf. 1.7. Ð ses biens Mt 12.29n ; cf. Es 49.24s ; 53.12 ; Psaumes de Salomon 5.3 : « On ne peut s'emparer du butin d'un heÂros ; qui donc peut s'emparer de tout ce que tu as creÂeÂ, si toi-meÃme tu ne le donnes ? » Evangile selon Thomas 35 : « JeÂsus a dit : ``Il n'est pas possible que quelqu'un entre dans la maison d'un homme puissant et la prenne par la force, aÁ moins qu'il ne lui ait lie les mains ; alors seulement il pourra piller sa maison.'' » Amen Mt 5.18n. Ð pardonne : cf. 4.12. Ð peÂcheÂs : le terme employe ici et au v. 29 n'apparaõÃt que cinq fois dans le N.T. (aussi en Rm 3.25 ; 1Co 6.18 ; 2P 1.9). DeÂrive du mot habituellement traduit par peÂche (Mc 1.4 etc.) il deÂsignait plus particulieÁrement en grec classique des fautes concreÁtes, des actes peÂcheurs du point de vue de leur reÂsultat ; cette nuance semble cependant s'eÃtre estompeÂe dans le grec du N.T. Ð blaspheÁmes : cf. 2.7// ; 14.64// ; 15.29// ; Lc 22.65 ; 23.39 ; Jn 10.33-36 ; Ac 6.11 ; 1Tm 1.13-16 ; voir aussi Ex 22.27 ; Lv 24.11-16 ; Ez 35.12. Ð autant qu'ils en auront profeÂreÂs : litt. tout ce qu'ils blaspheÁment (comme au v. 29). Cf. He 6.4-8 ; 10.26-29 ; 1Jn 5.16. Ð blaspheÁme contre : autres traductions calomnie, insulte ; la meÃme expression est utiliseÂe par LXX en Dn 3.29 pour parler inconsideÂreÂment contre ; cf. Nb 11.17 ; 27.18 ; Dt 34.9 ; Es 63.7-14 ; Ps 106.32s ; voir aussi Lv 24.11ss ; Nb 15.30s ; Es 22.14. DidacheÁ 11.7 : « Par ailleurs, vous n'eÂprouverez aucun propheÁte qui parle sous l'inspiration de l'esprit et vous ne le jugerez pas non plus. Car tout peÂche sera remis, mais celui-laÁ ne le sera pas. » Ð Voir aussi Esprit . Cf. v. 22 ; voir aussi deÂmon . Cf. v. 21 ; Mt 12.46+. Ð se tenant : autre traduction se tenant debout ; cf. v. 34 ; meÃme verbe en 11.25. et tes súurs : cette preÂcision est absente de certains mss ; cf. Mt 13.56. $

$

$

23 27

$

$

28

$

29

$

$

$

19 20

Amen, je vous le dis, tout sera pardonne aux fils des hommes, peÂcheÂs et blaspheÁmes autant qu'ils en auront profeÂreÂs ; | mais quiconque blaspheÁme contre l'Esprit saint n'obtiendra jamais de pardon : il est coupable d'un peÂche Âeternel. | C'est qu'ils disaient : Il a un esprit impur. La vraie parente de JeÂsus

$

15

Les scribes qui Âetaient descendus de JeÂrusalem disaient : Il a BeÂelzeÂboul ; c'est par le prince des deÂmons qu'il chasse les deÂmons ! Il les appela et se mit Áa leur dire, en paraboles : Comment Satan peut-il chasser Satan ? | Si un royaume est divise contre lui-meÃme, ce royaume ne peut tenir ; | et si une maison est diviseÂe contre elle-meÃme, cette maison ne peut tenir. | Si donc le Satan se dresse contre lui-meÃme, il est divise et il ne peut tenir : c'en est fini de lui. | Personne ne peut entrer dans la maison d'un homme fort et piller ses biens sans avoir d'abord lie cet homme fort ; alors seulement il pillera sa maison. Mt 12.31-33 ; Lc 12.10

28

$

12

1303

$

30 31 32

$


1304 33 34 35

MARC 3±4

dehors, et ils te cherchent. | Il reÂpond : Ma meÁre et mes freÁres, qui est-ce ? | Puis, promenant ses regards sur ceux qui Âetaient assis tout autour de lui, il dit : Voici ma meÁre et mes freÁres ! | En effet, quiconque fait la volonte de Dieu, celui-laÁ est mon freÁre, ma súur et ma meÁre. La parabole du semeur Mt 13.1-9 ; Lc 8.4-8

4 2

3-4

5

6 7 8

34 35

Il se remit Áa enseigner au bord de la mer. Il se rassemble aupreÁs de lui une foule si nombreuse qu'il monte dans un bateau, sur la mer, et s'y assied. Toute la foule Âetait Áa terre, preÁs de la mer. | Il les instruisait longuement en paraboles et leur disait, dans son enseignement : Ecoutez : Le semeur sortit pour semer. | Comme il semait, une partie de la semence tomba le long du chemin : les oiseaux vinrent et la mangeÁrent. Une autre partie tomba dans un endroit pierreux, Á elle n'avait pas beaucoup de terre : elle leva ou aussitoÃt, parce que la terre n'eÂtait pas profonde ; ÃleÂe et elle se mais quand le soleil se leva, elle fut bru desseÂcha, faute de racines. | Une autre partie tomba parmi les Âepines : les Âepines monteÁrent et l'eÂtouffeÁrent, et elle ne donna pas de fruit. | D'autres grains tombeÁrent dans la bonne terre : montant et croissant, ils finirent par donner du fruit ; l'un rapporta trente, un autre soixante, un autre

9

Pourquoi JeÂsus parle en paraboles Mt 13.10-17 ; Lc 8.9-10

10 11

12

2

Mt 13.18-23 ; Lc 8.11-15

13 14 15

16

promenant ses regards... v. 5+. Ð tout autour : litt. en cercle autour. En effet : le terme correspondant est absent de certains mss. Ð Evangile selon Thomas 99 : « Les disciples lui dirent : ``Ta meÁre et tes freÁres se tiennent dehors.'' Il leur reÂpondit : ``Ceux que voici, qui font la volonte de mon PeÁre, ceux-laÁ sont mes freÁres et ma meÁre. Ce sont eux qui entreront dans le Royaume de mon PeÁre.'' »

3

4

au bord de la mer : cf. 1.16n ; 2.13. Ð un bateau 3.7ss ; Lc 5.1ss. instruisait : le meÃme verbe a eÂte traduit par enseigner au v. 1 ; terme apparente ici pour enseignement. Ð paraboles v. 11,33s ; 3.23 ; 7.17 ; 12.1 ; Mt 13.34. Cf. Evangile selon Thomas 9 : « JeÂsus a dit : ``VoilaÁ, le semeur sortit, la main pleine de semences, et les lancËa. Quelques-unes tombeÁrent sur le chemin ; les oiseaux arriveÁrent, et les ramasseÁrent ; d'autres tombeÁrent sur la pierre, et ne prirent pas racine en profondeur ni ne firent monter d'eÂpis vers le ciel ; d'autres tombeÁrent dans les eÂpines : celles-ci eÂtouffeÁrent la semence, et le ver deÂvora les grains ; d'autres tombeÁrent dans la bonne terre, et celle-ci fit monter du bon fruit vers le ciel : elle produisit soixante mesures pour une et cent vingt pour une.'' » une partie de la semence tomba ou, plus litteÂralement, il en tomba ; de meÃme dans la suite. Il eÂtait peut-eÃtre d'usage de semer avant de labourer (d'ouÁ l'intervention des oiseaux dans l'intervalle), cf. JubileÂs 11.11 : « Le prince MasteÂma envoya des corbeaux et d'autres oiseaux pour deÂvorer la semence semeÂe en terre, gaÃter la terre et priver les humains du fruit de leur travail. Avant qu'ils ne recouvrent la semence, les corbeaux la picoraient aÁ la surface du sol. » Cf. Siracide 40.15 : « Les rejetons des impies ne multiplieront pas leurs rameaux et les racines impures sont sur un rocher abrupt. » Cf. Jc 1.11. Cf. Jr 4.3+. il disait : autre traduction il dit. Ð entendre : le meÃme verbe est rendu par eÂcouter v. 3 ; cf. v. 23 ; 7.16 ; Mt 11.15+// ; Ap 2.7+ ; voir aussi Dt 29.3 ; Ps 115.6. aÁ l'eÂcart ou seul, meÃme expression Lc 9.18. Ð ceux qui l'entouraient 3.34. Ð les Douze 3.14s. Ð se mirent aÁ l'interroger 7.17 ; 9.28 ; 10.10 ; 13.3. Mt 13.36//. Ð Il leur disait : autre traduction il leur dit. Ð le mysteÁre : cf. Dn 2.18s,22,27-30,47 ; Rm 16.25ss ; Ep 1.9 ; 3.9 ; 6.19 ; Col 1.26s ; 2.2 ; 4.3 ; 1 HeÂnoch 46.3 : « C'est le Fils d'homme auquel appartient la justice, la justice a demeure avec lui, et c'est lui qui reÂveÂlera tout le treÂsor des mysteÁres. »

6 7 9

10

11

Il leur dit encore : Vous ne saisissez pas cette parabole ! Comment donc pourrez-vous comprendre toutes les paraboles ? | Le semeur seÁme la Parole. | Ceux qui sont le long du chemin, ce sont ceux en qui la Parole est semeÂe, mais Áa peine l'ontils entendue que le Satan vient enlever la Parole qui a Âete semeÂe en eux. | Quant Áa ceux qui ont Âete ensemenceÂs dans les endroits pierreux, ce sont ceux qui, lorsqu'ils entendent la Parole, la recËoi61.13 : « Tout ce qu'Il (le Seigneur des Esprits) a fait, il l'a reÂveÂle aux justes et aux eÂlus. » ReÁgle de la Communaute (QumraÃn ) 11.5s : « La lumieÁre dans mon cúur vient de Ses MysteÁres merveilleux (ceux de Dieu) ; c'est dans l'Etre eÂternel que mon úil a contemple la Sagesse : parce que la Connaissance est cacheÂe aux hommes. » Sagesse 2.22 : « Ils (les impies) ne connaissent pas les secrets desseins de Dieu... ils n'appreÂcient pas l'honneur reÂserve aux aÃmes pures. » Ð ceux du dehors 1Co 5.12s ; Col 4.5 ; 1Th 4.12 ; 1Tm 3.7 ; Prologue du Siracide , v. 5 : « Il faut aussi que les amis du savoir puissent eÃtre utiles aÁ ceux du dehors. » Ð en paraboles v. 2+ ; 7.17 ; cf. Ez 21.5 ; Siracide 39.2s : « (Le scribe) peÂneÁtre dans les deÂtours des paraboles. Il eÂtudie le sens cache des proverbes, il passe sa vie parmi les eÂnigmes des paraboles. » de sorte que ou afin que ; cf. 8.18 ; Es 6.9s ; Jn 12.39-41 ; Ac 28.26-28 ; Rm 11.8. Ð qu'ils ne fassent demi-tour : voir changement . saisissez / comprendre : aÁ la diffeÂrence du v. 12, le grec emploie ici deux verbes habituellement traduits par savoir et connaõÃtre ; sur l'inintelligence des disciples, cf. 6.52 ; 7.18 ; 8.17s,21,32s ; 9.10,32 ; 10.38. Ð toutes les paraboles : autre traduction toutes les autres paraboles. la Parole 1.45n ; cf. Mt 13.18+. Cf. Philon , De congressu eruditionis gratia, § 63-67 : « Il est neÂcessaire en effet, pour qui apprend, d'eÃtre docile aux ordres de la vertu. Mais tous n'ont pas cette dociliteÂ, seuls la posseÁdent ceux en qui a peÂneÂtre profondeÂment un puissant amour de la science. Ainsi, il ne se passe gueÁre de jour que les salles de confeÂrence et les theÂaÃtres ne s'emplissent... mais de ce qui est dit quel profit retire-t-on ? Au lieu d'eÃtre attentifs, les gens donnent conge aÁ leur esprit ; navigation, commerce, revenus, agriculture, honneurs, vie politique, gains procureÂs par les divers meÂtiers et fonctions, vengeance aÁ tirer d'ennemis, assouvissement de deÂsirs amoureux, chacun a la meÂmoire occupeÂe d'un objet diffeÂrent. Aussi... sont-ils comme heÂbeÂteÂs, preÂsents par leur corps seulement, absents par leur intelligence, tout semblables aÁ des images ou aÁ des statutes. Si d'autres vont jusqu'aÁ eÂcouter, c'est juste le temps de la seÂance ; une fois sortis, ils ne se souviennent en rien de ce qu'on a dit : ils sont venus laÁ pour charmer leurs oreilles et non pour retirer quelque profit ; aussi leur aÃme a-t-elle eÂte absolument incapable de concevoir et d'enfanter... Une troisieÁme cateÂgorie comprend ceux en qui les paroles entendues reÂsonnent bien un instant, mais qui se reÂveÁlent eÃtre des sophistes et non des philosophes : leur parole meÂrite la louange, mais leur vie, le blaÃme... » Ð ceux en qui... : litt. laÁ ouÁ... Ð le Satan 1.13n ; voir aussi deÂmon . ensemenceÂs ou semeÂs, meÃme possibilite dans la suite. $

$

$

1

$

12

$

13

14 15

$

5

Lorsqu'il fut Áa l'eÂcart, ceux qui l'entouraient, avec les Douze, se mirent Áa l'interroger sur les paraboles. | Il leur disait : A vous, le mysteÁre du reÁgne de Dieu a Âete donneÂ, mais pour ceux du dehors tout arrive en paraboles, de sorte que, tout en regardant bien, ils ne voient rien et que, tout en entendant bien, ils ne comprennent rien, de peur qu'ils ne fassent demi-tour et qu'il ne leur soit pardonneÂ. Explication de la parabole du semeur

$

4

cent. | Et il disait : Celui qui a des oreilles pour entendre, qu'il entende !

$

$

$

$

16


MARC 4

1305

Quelques paraboles de la Bible Ancien Testament Les arbres se donnent un roi Le riche et la brebis du pauvre L'ajonc et le ceÁdre La vigne La vigne et les aigles La lionne et ses petits

La maison baÃtie sur le roc ou sur le sable

Jg 9 2S 12 2R 14.9s// Es 5 ; Jr 2 ; Ez 15 ; 19.10ss Ez 17 Ez 19.1-10

L'esclave impitoyable L'esclave / l'intendant fideÁle Les dix vierges Les talents / les mines Les moutons et les cheÁvres Les deux deÂbiteurs acquitteÂs Le bon Samaritain L'ami importun L'homme riche et ses projets Le figuier steÂrile La premieÁre et la dernieÁre place Les inviteÂs au banquet La tour et le combat Le mouton retrouveÂ

JeÂsus, selon les eÂvangiles synoptiques JeuÃne et mariage, vin nouveau, pieÁce neuve Mc 2.18-22// BeÂelzeÂboul et l'homme fort Mc 3.22-27// Le semeur Mc 4.1-9,13-20// La lampe Mt 5.14-16 ; Mc 4.21 ; Lc 8.16 ; 11.33 La semence qui pousse toute seule Mc 4.26-29 La mauvaise herbe Mt 13.24-30,36-43 La graine de moutarde Mc 4.30-32// Le levain Mt 13.33 ; Lc 13.20s Le treÂsor et la perle Mt 13.44-46 Le filet de peÃche Mt 13.47-50 Le scribe disciple et le maõÃtre de maison Mt 13.51s Le retour de l'esprit impur Mt 12.43-45 ; Lc 11.24-26 Les ouvriers de la onzieÁme heure Mt 20.1-16 Les vignerons meurtriers Mc 12.1-12// Le figuier Mc 13.28-32// Le sel Mc 9.49s// Les serviteurs qui veillent Mc 13.35-37 ; Lc 12.35-40 L'úil et la lampe Mt 6.22s ; Lc 11.34-36 L'esclave de deux maõÃtres Mt 6.24 ; Lc 16.13 La paille et la poutre Mt 7.1-5 ; Lc 6.37-42

17

18 19

20

vent aussitoÃt avec joie, | mais ils n'ont pas de racine en eux-meÃmes ; ils ne tiennent qu'un temps ; sitoÃt que survient la deÂtresse ou la perseÂcution Áa cause de la Parole, c'est pour eux une cause de chute. | D'autres ont Âete ensemenceÂs parmi les Âepines ; ce sont ceux qui entendent la Parole, | mais les inquieÂtudes du monde, l'attrait trompeur des richesses et l'intrusion des autres deÂsirs Âetouffent la Parole, et elle devient steÂrile. D'autres ont Âete ensemenceÂs dans la bonne terre ; ce sont ceux qui entendent la Parole, l'accueillent et

ils ne tiennent qu'un temps Mt 13.21n. Ð deÂtresse / perseÂcution 2Th 1.4. Ð cause de chute 14.27 ; Mt 5.29+ ; 11.6n. 19 inquieÂtudes Lc 21.34+. Ð du monde : comme en Mt 13.22n. Ð attrait trompeur : meÃme terme en Ep 4.22 ; Col 2.8 ; 2Th 2.10 ; He 3.13 ; 2P 2.13n (tromperies). Ð richesses : cf. Mt 19.23// ; Lc 12.15-21. Ð steÂrile : litt. sans fruit ; cf. Tt 3.14 ; 2P 1.8. Ð Cf. Le Pasteur d'Hermas , Vis. III,7,3 : « Ce sont ceux qui ont entendu la parole de Dieu et qui veulent eÃtre baptiseÂs au nom du Seigneur. Seulement, lorsqu'ils se rappellent la saintete qu'exige la veÂriteÂ, ils changent d'avis et se mettent de nouveau aÁ la remorque de leurs passions mauvaises. » Sim. IX,20,1s : « Parmi eux, les uns sont riches, les autres, enfonceÂs dans d'innombrables affaires. Les eÂpines symbolisent les riches, les chardons, ceux qui sont enfonceÂs dans des affaires multiples. Ces derniers, enfonceÂs dans leurs multiples affaires 17

$

La drachme retrouveÂe Le fils retrouve (« le fils prodigue ») Les deux fils Les noces L'intendant infideÁle L'homme riche et Lazare Le maõÃtre et l'esclave La veuve et le juge Le pharisien et le collecteur des taxes

Mt 7.24-27 ; Lc 6.47-49 Mt 18.23-34 Mt 24.45-51 / Lc 12.42-48 Mt 25.1-13 Mt 25.14-30 / Lc 19.11-27 Mt 25.31-46 Lc 7.41-43 Lc 10.30-37 Lc 11.5-13 Lc 12.16-21 Lc 13.6-9 Lc 14.7-14 Lc 14.16-24 Lc 14.28-33 Mt 18.12-14 ; Lc 15.1-7 Lc 15.8-10 Lc 15.11-32 Mt 21.28-32 Mt 22.1-14 Lc 16.1-9 Lc 16.19-31 Lc 17.7-10 Lc 18.1-8 Lc 18.9-14

JeÂsus, selon Jean La nouvelle naissance Le pain du ciel Le bon berger La vigne et les sarments

Jn 3.1-33 Jn 6.25-58 Jn 10.1-16 Jn 15.1-6

portent du fruit : l'un trente, un autre soixante, un autre cent. Paraboles de la lampe et de la mesure Lc 8.16-18

21 22 23 24

Il leur disait encore : Met-on la lampe sous le Ãt sur le boisseau, ou sous le lit ? N'est-ce pas pluto porte-lampe ? | Car il n'est rien de cache qui ne doive se manifester, rien de secret qui ne doive venir en pleine lumieÁre. | Si quelqu'un a des oreilles pour entendre, qu'il entende ! | Il leur disait en-

de tout genre, ne s'attachent pas aux serviteurs de Dieu : ils errent aÁ l'aventure, eÂtouffeÂs par leurs affaires. Les riches, eux, s'attachent difficilement aux serviteurs de Dieu, par peur d'eÃtre solliciteÂs. De telles gens entreront difficilement dans le royaume de Dieu. » (Cf. Mc 10.23.) 21 Il leur disait : cf. v. 11,13,24. Ð Met-on... : litt. la lampe vient-elle (1.7 ; 2.17+) pour eÃtre mise... ; Mt 5.15+. à tre rendu mani22 Autre traduction : car rien n'est cache que pour e feste... ; les termes traduits par cache et secret sont apparenteÂs, de meÃme ceux qui sont traduits par se manifester (litt. eÃtre manifesteÂ) et en pleine lumieÁre ; cf. 1.45n ; 3.12n ; 6.14n ; Mt 10.26 ; Lc 12.2. Evangile selon Thomas 5 : « JeÂsus a dit : ``Reconnais ce qui est devant ta face, et ce qui t'est cache te sera deÂvoileÂ. Car il n'y a rien de cache qui ne sera manifesteÂ.'' » 23 V. 9+. $


1306

25

26 27 28 29

MARC 4±5

core : Prenez garde Áa ce que vous entendez. C'est avec la mesure Áa laquelle vous mesurez qu'on mesurera pour vous, et on y ajoutera encore pour vous. | Car on donnera Áa celui qui a ; mais Áa celui qui n'a pas on enleÁvera meÃme ce qu'il a. La parabole de la semence qui pousse toute seule Il disait encore : Il en est du reÁgne de Dieu comme d'un homme qui jette de la semence sur la terre ; | qu'il dorme ou qu'il veille, nuit et jour, la semence germe et croõÃt sans qu'il sache comment. D'elle-meÃme la terre porte du fruit : d'abord l'herbe, puis l'eÂpi, enfin le ble bien forme dans Ãr, on y met la l'eÂpi ; | et sitoÃt que le fruit est mu faucille, car la moisson est laÁ.

JeÂsus apaise une tempeÃte Mt 8.18,23-27 ; Lc 8.22-25

35 36 37 38 39 40 41

La parabole de la graine de moutarde Mt 13.31-32 ; Lc 13.18-19

30 31 32

Il disait encore : A quoi comparerons-nous le reÁgne de Dieu ? Par quelle parabole le repreÂsenterons-nous ? | C'est comme une graine de moutarde qui, lorsqu'on la seÁme en terre, est la plus petite de toutes les semences de la terre ; | mais une fois semeÂe, elle monte, devient plus grande que toutes les plantes potageÁres et donne de grandes branches, de sorte que les oiseaux du ciel peuvent habiter sous son ombre. L'enseignement en paraboles Mt 13.34-35

33 34

24 25

26 27 28

29

C'est par beaucoup de paraboles de ce genre qu'il leur disait la Parole, selon ce qu'ils Âetaient capables d'entendre. | Il ne leur parlait pas sans parabole, mais, en priveÂ, il expliquait tout Áa ses disciples. Prenez garde : le meÃme verbe est rendu par regarder v. 12 ; cf. Lc 8.18. Ð C'est avec la mesure... Mt 7.2 ; Lc 6.38. Mt 13.12+// ; Evangile selon Thomas 41 : « JeÂsus a dit : ``A celui qui a quelque chose dans la main, il sera donneÂ, et aÁ celui qui n'a rien sera enleve meÃme le peu qu'il a.'' » Cf. v. 3-9. Ð de la semence : litt. la semence. qu'il dorme Mt 13.25. Ð qu'il veille : litt. qu'il se reÂveille ou qu'il se leÁve, meÃme verbe v. 38 ; cf. 1.31n. D'elle-meÃme : le terme grec ainsi traduit (eÂgalement en Ac 12.10) a donne les mots automatique, automatiquement, etc. ; cf. Jc 5.7. Ð porte du fruit : cf. v. 20. Ð bien forme : litt. plein. et : autre traduction mais. Ð est muÃr ou le permet. Ð la faucille Jl 4.13 ; Ap 14.15. Cf. Evangile selon Thomas 21 (fin d'une sentence assez obscure, voir aussi Lc 12.39n) : « Qu'il y ait parmi vous un homme d'expeÂrience ! Quand le fruit est muÃr, il vient tout de suite, sa faucille aÁ la main, et le cueille. Celui qui a des oreilles pour entendre, qu'il entende ! » A quoi comparerons-nous Es 40.18. graine de moutarde : cf. Mt 13.31+ ; 17.20+// ; Evangile selon Thomas 20 : « Les disciples dirent aÁ JeÂsus : ``Dis-nous aÁ quoi est semblable le Royaume des cieux.'' Il leur reÂpondit : ``Il est semblable aÁ un grain de seÂneve (= moutarde), la plus petite de toutes les semences. Mais lorsqu'il tombe sur une terre travailleÂe, il produit une grande branche et devient un abri pour les oiseaux du ciel.'' » Cf. Ez 17.23 ; 31.6 ; Ps 104.12 ; Dn 4.9,18. Mt 13.34s. Ð disait (le meÃme verbe est traduit par parler v. 34) la Parole 1.45n ; 2.2+. Ð selon ce qu'ils eÂtaient capables d'entendre : cf. Jn 16.12 ; 1Co 3.1. pas sans parabole v. 2+. Ð en prive v. 10 ; cf. 6.31s ; 7.33 ; 9.2,28 ; 13.3. Cf. 6.45ss//. ApreÁs avoir renvoye : autre traduction ayant laisseÂ. Ð comme il eÂtait, dans le bateau, c.-aÁ-d. dans le bateau ouÁ il se trouvait v. 1. une forte bourrasque : litt. une grande tempeÃte (ou tourbillon) de vent, comme il s'en produit souvent aÁ cause des courants descendants qui viennent des hautes terres situeÂes aÁ l'ouest du lac de TibeÂriade ; cf. Jr 25.32 ; Jon 1.4s ; Ps 77.17 ; Jb 21.18 ; Tes-

JeÂsus gueÂrit un deÂmoniaque Mt 8.28-34 ; Lc 8.26-39

5 Ils arriveÁrent sur l'autre rive de la mer, dans le 2 pays des Ge Ãt qu'il fut descendu du ÂraseÂniens. | Sito bateau, un homme sortant des tombeaux et posseÂde 3 d'un esprit impur vint au-devant de lui. | Il avait sa demeure dans les tombeaux, et personne ne pouvait 4 plus le lier, me Ãme avec une chaõÃne ; | car souvent il avait eu les fers aux pieds et avait Âete lie de chaõÃnes, mais il avait rompu les chaõÃnes et brise les fers, et 5 personne n'avait la force de le maõ Ãtriser. | Il Âetait sans cesse dans les tombeaux et sur les montagnes, nuit et jour, criant et se blessant avec des pierres. 6 Il vit JeÂsus de loin, accourut, se prosterna devant 7 lui | et cria : Pourquoi te me Ãles-tu de mes affaires, JeÂsus, Fils du Dieu TreÁs-Haut ? Je t'en conjure au tament de Nephtali 6.4ss (reÂcit de vision) : « Au moment meÃme ouÁ nous entrions (dans le navire), il y eut une violente tempeÃte et une terrible bourrasque... le navire fut rempli par les eaux, deÂchire par les lames jusqu'aÁ en eÃtre briseÂ... Mais LeÂvi, ceint d'un sac, pria le Seigneur. Quand la tempeÃte se fut apaiseÂe, le baÃtiment toucha terre sans encombre. » dormait : cf. Es 51.9 ; Jon 1.5s ; Ps 7.7 ; 35.23 ; 44.24 ; 59.5s ; 80.3 ; voir aussi 78.65 ; 121.4. Ð MaõÃtre : au sens d'enseignant. Ð nous sommes perdus ou nous peÂrissons. Ð tu ne t'en soucies pas : cf. Lc 10.40. ReÂveille : verbe deÂrive de celui qui est traduit par reÂveiller au v. 38, cf. 1.31n. Ð rabroua : cf. 1.25n ; Ps 106.9. Ð Le vent tomba... 6.51 ; Ps 65.8 ; 89.10 ; 93.3s ; 107.23-32. Ð calme Na 1.4 ; Ps 104.6s. peureux ou, selon certains mss, si peureux ; le mot grec ainsi traduit est rendu par laÃche en Ap 21.8 ; cf. Jn 14.1,27n ; 2Tm 1.7. Ð N'avez-vous pas encore de foi ? ou, selon certains mss, comment n'avez-vous pas de foi ? grande crainte Lc 2.9 ; cf. Jon 1.10,16. Ð Qui... : cf. 1.27. $

38

39

$

30 31

Le soir de ce meÃme jour, il leur dit : Passons sur l'autre rive. | ApreÁs avoir renvoye la foule, ils l'emmeÁnent comme il Âetait, dans le bateau ; il y avait aussi d'autres bateaux avec lui. | Survient une forte bourrasque : les vagues se jetaient dans le bateau, deÂjaÁ il se remplissait. | Lui dormait Áa la poupe sur le coussin. Ils le reÂveillent et lui disent : MaõÃtre, nous sommes perdus et tu ne t'en soucies pas ? | ReÂveilleÂ, il rabroua le vent et dit Áa la mer : Silence, tais-toi ! Le vent tomba et un grand calme se fit. | Puis il leur dit : Pourquoi Ãetes-vous peureux ? N'avez-vous pas encore de foi ? | Ils furent saisis d'une grande crainte ; ils se disaient les uns aux autres : Qui est-il donc, celui-ci, que meÃme le vent et la mer lui obeÂissent ?

40

41

$

$

32 33

34 35 36 37

5 2 3

 raseÂniens ou, selon les mss, des GadareÂniens, 1 le pays des Ge des GergusteÂniens ou des GergeÂseÂniens, d'apreÁs les noms de diverses localiteÂs situeÂes aÁ l'est ou au sud-est du lac de TibeÂriade, en pays non juif (v. 2,11,20+) ; cf. Mt 8.28n. posseÂde d'un esprit impur : 1.23n ; voir aussi pur , impur. tombeaux Nb 19.11,14,16 ; Es 65.4 ; Ez 39.11ss ; Mt 23.27 ; Rouleau du Temple (QumraÃn ) 48.11s : « Vous n'agirez pas comme le font les nations Ð c'est partout qu'elles ensevelissent leurs morts, elles les ensevelissent meÃme au milieu de leurs maisons. » 50.4ss : « Quiconque touche dans la campagne l'os d'un homme mort... ou un tombeau, se purifiera... » maõÃtriser : le meÃme verbe est traduit par dompter en Jc 5.7s. se prosterna : voir culte . cria : litt. cria d'une grande voix ; cf. 1.26 ; 15.34. Ð Pourquoi... 1.24n. Ð Fils : cf. 1.1+ ; 3.11. Ð Dieu TreÁs-Haut Gn 14.18 ; Lc 1.32 ; 6.35 ; Ac 16.17. Ð Je t'en conjure... : c'est ici le sens naturel de l'expression, qui imite une formule d'exorcisme ; mais on pourrait aussi comprendre je t'en conjure, oà Dieu ; cf. Gn 24.3 ; Mt 26.63. $

$

$

4 6 7

$

$


MARC 5 8 9

10 11 12 13

14 15

16

17 18 19

20

nom de Dieu, ne me tourmente pas ! | Car JeÂsus lui disait : Sors de cet homme, esprit impur ! | Il lui demandait : Quel est ton nom ? Ð Mon nom, lui reÂpond-il, c'est LeÂgion, car nous sommes beaucoup. | Et il le suppliait instamment de ne pas les envoyer hors du pays. Or il y avait laÁ, preÁs de la montagne, un vaste troupeau de cochons en train de paõÃtre. | Les esprits impurs supplieÁrent JeÂsus : Envoie-nous dans ces cochons, que nous entrions en eux. | Il le leur permit. Les esprits impurs sortirent, entreÁrent dans les cochons, et le troupeau se preÂcipita dans la mer du haut de l'escarpement. Il y en avait environ deux mille ; ils se noyeÁrent dans la mer. Ceux qui les faisaient paõÃtre s'enfuirent et reÂpandirent la nouvelle dans la ville et dans les hameaux, et les gens vinrent voir ce qui s'eÂtait passeÂ. | Ils arrivent aupreÁs de JeÂsus et voient le deÂmoniaque assis, veÃtu et avec toute sa raison Ð lui qui avait eu LeÂgion Ð et ils eurent peur. | Ceux qui avaient vu ce qui s'eÂtait passe leur raconteÁrent ce qui Âetait arrive au deÂmoniaque et l'histoire des cochons. Alors ils se mirent Áa supplier JeÂsus de s'en aller de leur territoire. Comme il montait dans le bateau, celui qui avait Âete deÂmoniaque le suppliait de le garder avec lui. | Il ne le lui permit pas, mais il lui dit : Va-t'en chez toi, aupreÁs des tiens, et raconte-leur tout ce que le Seigneur a fait pour toi, comment il a eu compassion de toi. | Il s'en alla et se mit Áa proclamer dans la DeÂcapole tout ce que JeÂsus avait fait pour lui. Et tous Âetaient ÂetonneÂs. La fille de JaõÈros et la femme qui touche le veÃtement de JeÂsus

23 24

25 26

27 28 29

30 31 32 33 34

35

36 37 38

Mt 9.18-26 ; Lc 8.40-56

21 22

8 9

10 11 12 15

JeÂsus regagna l'autre rive en bateau, et une grande foule se rassembla aupreÁs de lui. Il Âetait au bord de la mer. | Un des chefs de la synagogue,

JeÂsus lui disait : litt. il lui disait. Dans certains cas, connaõÃtre le nom de quelqu'un semble impliquer qu'on puisse exercer un pouvoir sur lui ; cf. Gn 32.30 ; Jg 13.17s. Ð Mon nom... : litt. LeÂgion est un nom pour moi ; le mot leÂgion deÂsigne habituellement une unite de l'armeÂe romaine forte de 6 000 hommes ; cf. Mt 12.45// ; Lc 8.2,27. il le suppliait : autre traduction ils le suppliaient. Ð les envoyer hors du pays : cf. Mt 12.43//. cochons, animaux impurs ; cf. v. 1n ; Lv 11.7 ; Dt 14.8 ; Es 65.4. Les esprits impurs supplieÁrent JeÂsus : litt. ils le supplieÁrent. deÂmoniaque 1.32+. Ð veÃtu : cf. Lc 8.27,35. Ð et avec toute sa raison : le meÃme terme est traduit par pondeÂration en Rm 12.3n, eÃtre raisonnable en 2Co 5.13. Ð qui avait eu (3.22n) LeÂgion : autre traduction qui avait eu la leÂgion (v. 9n). Ð peur : voir crainte . ce qui s'eÂtait passe : sous-entendu dans le texte. supplier JeÂsus : litt. le supplier. de le garder avec lui : litt. pour qu'il soit avec lui, cf. 3.14n. Va-t'en chez toi (litt. dans ta maison) : cf. 8.26 ; Mt 9.6//. Ð le Seigneur : cf. 11.3. Ð compassion 10.47s ; Mt 5.7n ; 9.27+. proclamer 1.45n. Ð DeÂcapole 7.31 ; Mt 4.25n. l'autre rive : cf. v. 1 ; 4.35. Ð en bateau : litt. dans le bateau ; cette preÂcision est absente de certains mss. Ð une grande foule : certains mss portent une grande foule se rassembla encore aupreÁs de lui. Ð au bord de la mer 1.16+ ; 2.13+. JaõÈros : forme grecque (litt. IaõÈros) du nom heÂbreu YaõÈr, aussi chez Luc (Nb 32.41 ; Dt 3.14 ; Jos 13.30). Ð tombe aÁ ses pieds : cf. 7.25 ; Jn 11.32 ; Ac 10.25 ; sur l'ensemble du reÂcit voir aussi 1R 17.17-24 ; 2R 4.8,17-37 ; Ac 9.36-42. Ma fille : autre traduction ma petite fille (cf. 7.27n) ; meÃme terme

39 40

$

$

24 25 27 28 29

30

$

16 17 18 19 20 21

22

23

31 33 34

1307

nomme JaõÈros, arrive ; le voyant, il tombe Áa ses pieds | et le supplie instamment : Ma fille est sur le point de mourir ; viens, impose-lui les mains, afin qu'elle soit sauveÂe et qu'elle vive. | Il s'en alla avec lui. Une grande foule le suivait et le pressait de toutes parts. Or il y avait laÁ une femme atteinte d'une perte de sang depuis douze ans. | Elle avait beaucoup souffert du fait de nombreux meÂdecins, et elle avait deÂpense tout ce qu'elle posseÂdait sans en tirer aucun avantage ; au contraire, son Âetat avait plutoÃt empireÂ. | Ayant entendu parler de JeÂsus, elle vint dans la foule, par-derrieÁre, et toucha son veÃtement. | Car elle disait : Si je touche ne seraitce que ses veÃtements, je serai sauveÂe ! | AussitoÃt sa perte de sang s'arreÃta, et elle sut, dans son corps, qu'elle Âetait gueÂrie de son mal. JeÂsus sut aussitoÃt, en lui-meÃme, qu'une force Âetait sortie de lui. Il se retourna dans la foule et se mit Áa dire : Qui a touche mes veÃtements ? | Ses disciples lui disaient : Tu vois la foule qui te presse de toutes parts, et tu dis : « Qui m'a touche ? » | Mais il regardait autour de lui pour voir celle qui avait fait cela. | Sachant ce qui lui Âetait arriveÂ, la femme, tremblant de peur, vint se jeter Áa ses pieds et lui dit toute la veÂriteÂ. | Mais il lui dit : Ma fille, ta foi t'a sauveÂe ; va en paix et sois gueÂrie de ton mal. Il parlait encore lorsque arrivent de chez le chef de la synagogue des gens qui disent : Ta fille est morte ; pourquoi importuner encore le maõÃtre ? | Mais JeÂsus, qui avait surpris ces paroles, dit au chef de la synagogue : N'aie pas peur, crois seulement. Et il ne laissa personne l'accompagner, si ce n'est Pierre, Jacques et Jean, freÁre de Jacques. | Ils arrivent chez le chef de la synagogue ; laÁ il voit de l'agitation, des gens qui pleurent et qui poussent de grands cris. | Il entre et leur dit : Pourquoi cette agitation et ces pleurs ? L'enfant n'est pas morte : elle dort. | Eux se moquaient de lui. Mais lui les

en 7.25. Ð est sur le point de mourir : litt. est aÁ la fin. Ð impose-lui les mains 6.5 ; 16.18 ; Mt 9.18+. le pressait de toutes parts 3.9n. perte de sang : cf. Lv 15.25ss. Ð douze ans : cf. v. 42. toucha 1.41+. sauveÂe, c.-aÁ-d. gueÂrie v. 23,34 ; cf. 3.4 ; 6.56 ; 8.35 ; 10.26,52 ; 13.13,20 ; 15.30s ; 16.16 ; Ac 5.15 ; 19.11s. sa perte de sang s'arreÃta : litt. la source de son sang (terme diffeÂrent v. 25 et Lc 8.43 ; cf. Lv 12.7n) s'asseÂcha. Ð elle sut : litt. elle connut, cf. v. 30n. Ð de son mal : litt. du fleÂau 3.10n. sut : litt. connut ou reconnut, verbe deÂrive de celui qui est employe au v. 29. Ð une force : le meÃme terme grec (dunamis, d'ouÁ vient notre mot dynamique) a aussi le sens de miracle ; il est traduit par puissance en Lc 5.17+ ; cf. 6.19. V. 24+. tremblant de peur : cf. v. 15,36+ ; voir aussi crainte . ta foi : cf. 10.52 ; Mt 8.13+ ; Lc 7.50 ; 17.19 ; 18.42. Ð t'a sauveÂe v. 28n. Ð va en paix 1S 1.17 ; 20.42 ; 29.7 ; 2S 15.9 ; 2R 5.19 ; Lc 7.50 ; Ac 16.36 ; Jc 2.16. Ð sois gueÂrie : litt. sois saine, c.-aÁ-d. deÂbarrasseÂe de ton mal v. 29n ; cf. Ac 3.16. Cf. Jn 11.21,32. Ð maõÃtre : au sens d'enseignant. qui avait surpris ces paroles : autre traduction sans tenir compte de ces paroles ; certains mss portent entendant [aussitoÃt] ces paroles. Ð N'aie pas peur 6.50 ; cf. 16.6. Ð crois (ou continue aÁ croire, comparer avec Lc 8.50n) seulement : cf. Jn 11.26. Pierre / Jacques / Jean 1.29 ; 9.2 ; 13.3 ; 14.33 ; Mt 17.1+. L'enfant n'est pas morte : elle dort Jn 11.4,11ss ; cf. Ac 7.60 ; 13.36 ; 20.10 ; voir aussi Mt 27.52n ; 1Co 11.30n ; 15.6n,18ss ; 1Th 4.13ss. $

$

$

35 36

37 39


1308

41 42

43

MARC 5±6

chasse tous, prend avec lui le peÁre et la meÁre de l'enfant, ainsi que ceux qui l'accompagnaient, et il Á se trouvait l'enfant. | Il saisit l'enfant par entre laÁ ou la main et lui dit : Talitha koum, ce qui se traduit : Jeune fille, je te le dis, reÂveille-toi ! | AussitoÃt la jeune fille se leva et se mit Áa marcher Ð en effet, elle avait douze ans. Ils furent saisis d'une grande stupeÂfaction. | Il leur fit de seÂveÁres recommandations pour que personne ne le sache, et il dit de lui donner Áa manger.

7 8 9 10 11

Les gens de Nazareth ne croient pas en JeÂsus Mt 13.53-58 ; Lc 4.16-30

6 Parti de laÁ, il vient dans son pays, et ses disciples 2 le suivent. | Quand le sabbat fut venu, il se mit Á a enseigner dans la synagogue. Une multitude d'auÁ cela lui diteurs, Âebahis, se demandaient : D'ou vient-il ? Quelle est cette sagesse qui lui a Âete donneÂe ? Et comment de tels miracles se font-ils par ses 3 mains ? | N'est-ce pas le charpentier, le fils de Marie, le freÁre de Jacques, de JoseÂ, de Judas et de Simon ? Ses súurs ne sont-elles pas ici, parmi 4 nous ? Il  etait pour eux une cause de chute. | JeÂsus leur disait : On ne refuse pas d'honorer un propheÁte, sinon dans son pays, parmi les gens de sa 5 parente  et dans sa maison. | Il ne pouvait faire laÁ aucun miracle, sinon qu'il gueÂrit quelques malades 6 en leur imposant les mains. | Il s'e Âtonnait de leur manque de foi. JeÂsus envoie les Douze en mission

12 13

La mort de Jean le Baptiseur Mt 14.1-2 ; Lc 9.7-9

14

15 16

18 19

les chasse tous, comme en 11.15 ; meÃme verbe en 1.12n ; cf. Ac 9.40. 41 Il saisit l'enfant par la main : cf. Mt 8.15+ ; voir aussi Es 41.13 ; 42.6 ; Ps 73.23. Ð Talitha koum : transcription en grec d'une formule arameÂenne (3.17n ; cf. 7.34n) ; certains mss portent koumi au lieu de koum, ce qui correspondrait mieux aÁ la forme feÂminine de l'arameÂen (qoumi ). La forme transcrite koum pourrait s'adresser aÁ un homme ou aÁ un garcËon, mais aussi aÁ une femme ou aÁ une jeune fille dans la mesure ou le i final n'eÂtait pas prononce en arameÂen. Ð reÂveille-toi ! autre traduction leÁve-toi ! (autre verbe au v. 42), cf. 9.27n ; Lc 7.14. 42 douze ans : elle allait atteindre l'aÃge nubile ; cf. v. 25. Ð Ils furent saisis... : litt. ils s'extasieÁrent (aussitoÃt, selon de nombreux mss) d'une grande extase ; cf. 2.12n ; 3.21n ; voir aussi Ac 10.10n. 43 que personne ne le sache : cf. 1.25+,34 ; Mt 8.4+.

10

6

13

40

2

3

4 5 6 7

1 Cf. 3.20-35. Ð Parti : litt. sorti. Ð son pays ou sa reÂgion d'origine, c.-aÁ-d. Nazareth, selon 1.9 ; cf. Lc 4.16. Une multitude... : certains mss portent la multitude de ses auditeurs. Ð eÂbahis 1.22+. Ð D'ouÁ cela lui vient-il ? Jn 7.15. Ð miracles : litt. puissances, c.-aÁ-d. actes de puissance ; cf. Lc 10.13 ; Ac 19.11. le charpentier : le terme grec, ici applique aÁ JeÂsus lui-meÃme (cf. Mt 13.55), a un sens plus large que son eÂquivalent traditionnel en francËais ; il peut s'appliquer aÁ plusieurs sortes d'artisans, constructeurs (macËons) ou entrepreneurs. Ð fils de Marie... 3.31-35 ; cf. Jn 6.42. Ð Jacques Ac 12.17 ; Ga 1.19 ; Jc 1.1. Ð Jose : cf. 15.40,47. Ð Judas ou Jude, cf. Jd 1n. Ð Ses súurs 3.32. Ð cause de chute 4.17+. Cf. Lc 4.24n. Ð honorer : cf. Jn 4.44. Ð propheÁte Lc 13.33. malades : meÃme terme v. 13 ; 16.18 ; Mt 14.14n ; 1Co 11.30. Ð imposant les mains 5.23+. manque de foi : cf. 2.5 ; 11.22ss. les Douze 3.13-19. Ð deux aÁ deux Lc 10.1. Ð autorite ou pouvoir, 1.22n. Ð esprits impurs 1.23n ; voir aussi deÂmon . enjoignit 8.6. Ð sinon un baÃton : comparer avec Mt 10.10 ; Lc 9.3 ; 10.4. Ð monnaie de bronze ou chalque(s) (pieÁces de bronze $

$

8

Le roi HeÂrode l'apprit ; en effet, le nom de JeÂsus devenait ceÂleÁbre et l'on disait : Jean, celui qui baptisait, s'est reÂveille d'entre les morts ; c'est pour cela qu'il a le pouvoir de faire des miracles. | D'autres disaient : C'est Elie ; d'autres encore disaient : C'est un propheÁte comme l'un des propheÁtes. | Mais HeÂrode, en apprenant cela, disait : Ce Jean que, moi, j'ai fait deÂcapiter, c'est lui qui s'est reÂveilleÂ. Mt 14.3-12 ; Lc 3.19-20

17

Mt 9.35 ; 10.1,5-14 ; Lc 9.1-6

Il parcourait les villages d'alentour en enseignant.

Ayant appele les Douze, il se mit Áa les envoyer deux Áa deux, en leur donnant autorite sur les esprits impurs. | Il leur enjoignit de ne rien prendre pour la route, sinon un baÃton seulement ; ni pain, ni sac, ni monnaie de bronze Áa la ceinture, | mais Ð disait-il Ð chaussez-vous de sandales et ne mettez pas deux tuniques. | Il leur disait encore : Lorsque vous serez entreÂs dans une maison, demeurez-y jusqu'aÁ ce que vous quittiez l'endroit. | Et si quelque part les gens ne veulent pas vous accueillir ni vous Âecouter, en partant de laÁ, secouez la poussieÁre de vos pieds ; ce sera pour eux un teÂmoignage. Ils partirent et proclameÁrent qu'il fallait changer radicalement. | Ils chassaient beaucoup de deÂmons, faisaient des applications d'huile Áa beaucoup de malades et les gueÂrissaient.

Car HeÂrode lui-meÃme avait fait arreÃter Jean et l'avait fait enchaõÃner en prison, Áa cause d'HeÂrodiade, femme de Philippe, son freÁre, qu'il avait ÂepouseÂe ; | en effet, Jean disait Áa HeÂrode : Il ne t'est pas permis d'avoir la femme de ton freÁre. | HeÂro-

valant 1/48 d'une drachme d'argent) ; voir mesures , poids et monnaies ; cf. Lc 9.3n. disait-il : sous-entendu dans le texte. Ð chaussez-vous : litt. chausseÂs. Ð sandales : voir aussi Ep 6.15. Ð ne mettez pas... : on peut comprendre ne mettez pas deux tuniques l'une sur l'autre ou bien ne mettez pas alternativement deux tuniques (c.-aÁ-d. n'emportez pas de tunique de rechange). dans une maison : c.-aÁ-d. laÁ ouÁ on vous offrira l'hospitaliteÂ, cf. 7.24 ; Lc 10.7. Ð que vous quittiez l'endroit : litt. que vous sortiez de laÁ. secouez la poussieÁre : geste de rupture, par lequel on se deÂclare quitte de toute dette et de toute responsabilite aÁ l'eÂgard d'autrui ; cf. Lc 10.11 ; Ac 13.51 ; 18.6. Ð teÂmoignage 1.44+. partirent : litt. sortirent. Ð qu'il fallait changer radicalement : litt. qu'ils changent ou qu'on change ; autres traductions qu'il fallait se repentir ou se convertir 1.4n. faisaient des applications : le verbe correspondant est traduit par embaumer en 16.1 ; parfumer en Mt 6.17 ; reÂpandre en Jn 11.2 ; 12.3 ; cf. Jc 5.14s. Ð Cf. v. 5n ; 16.17s ; voir aussi Lc 10.34. HeÂrode Antipas, en fait teÂtrarque de GalileÂe, mais souvent qualifie de roi (cf. Mt 14.1 ; Lc 3.1). Ð le nom de JeÂsus : litt. son nom. Ð ceÂleÁbre : meÃme terme dans les expressions traduites par parler de lui 3.12n ou venir en pleine lumieÁre 4.22n. Ð l'on disait : certains mss portent il disait. Ð celui qui baptisait 1.4n. Ð reÂveille ou releveÂ, cf. 1.31n ; voir reÂsurrection . Ð il a le pouvoir... : litt. les puissances sont aÁ l'úuvre en lui ou les miracles s'opeÁrent par lui, cf. v. 2n. 8.28//. Ð Elie 9.4ss,11-13 ; cf. Ml 3.23s ; Jn 1.21. Ð un propheÁte : cf. Mt 21.11+ ; voir aussi Dt 18.15,18 ; Lc 9.8 ; Jn 6.14 ; Ac 3.22s. Cf. Ap 11.3ss. HeÂrode (Antipas, v. 14n) ... avait fait arreÃter Jean 1.14. Ð HeÂrodiade, petite-fille d'HeÂrode le Grand et nieÁce d'HeÂrode Antipas ; voir v. 22n. Ð Philippe, son freÁre : cf. Mt 14.3n ; Lc 3.1. L'historien Flavius JoseÁphe nomme Philippe le gendre d'HeÂrodiade, qui gouvernait aÁ CeÂsareÂe (Mc 8.27) et non son premier mari, qu'il appelle aussi HeÂrode. Lv 18.16 ; cf. 20.21 ; Mt 14.4. $

9

11

12

14

$

$

$

$

$

15 16 17

$

$

$

18


MARC 6

20

21

22

23 24 25

26 27 28 29

diade avait du ressentiment contre lui et voulait le tuer. Mais elle ne le pouvait pas, | car HeÂrode avait peur de Jean, sachant que c'eÂtait un homme juste et saint ; il le proteÂgeait. Quand il l'entendait, il Âetait treÁs perplexe ; pourtant il l'eÂcoutait avec plaisir. Á HeÂCependant l'occasion se preÂsenta le jour ou rode, pour l'anniversaire de sa naissance, donna un dõÃner pour ses dignitaires, les chefs militaires et les notables de GalileÂe. | Sa fille, HeÂrodiade, entra et dansa ; elle plut Áa HeÂrode et Áa ses convives. Le roi dit Áa la jeune fille : Demande-moi ce que tu voudras, et je te le donnerai. | Il lui fit force serments : Ce que tu me demanderas, je te le donnerai, quand ce serait la moitie de mon royaume. | Elle sortit et dit Áa sa meÁre : Que demanderai-je ? Celle-ci reÂpondit : La teÃte de Jean, celui qui baptisait. | Elle s'empressa alors de rentrer aupreÁs du roi pour lui demander : Je veux que tu me donnes immeÂdiatement, sur un plat, la teÃte de Jean le Baptiseur. | Fort attristeÂ, Áa cause de ses serments et des convives, le roi ne voulut pas lui opposer un refus. | Il envoya aussitoÃt un garde avec ordre d'apporter la teÃte de Jean. Le garde alla deÂcapiter Jean dans la prison | et apporta sa teÃte sur un plat. Il la donna Áa la jeune fille, et la jeune fille la donna Áa sa meÁre. | A cette nouvelle, les disciples de Jean vinrent prendre son corps et le mirent dans un tombeau.

Les pains et les poissons (Mc 6.38ss//). MosaõÈque chreÂtienne du V e sieÁcle apr. J.-C., aÁ Tabgha, sur la rive nord-ouest du lac de GalileÂe, preÁs de CapharnauÈm.

35 36 37

JeÂsus nourrit cinq mille hommes

Mt 14.13-21 ; Lc 9.10-17 ; Jn 6.1-15 ; cf. Mc 8.1-10// 30 31

32 33

34

20

Ãtres lui raRassembleÂs aupreÁs de JeÂsus, les apo conteÁrent tout ce qu'ils avaient fait et tout ce qu'ils avaient enseigneÂ. | Il leur dit : Venez Áa l'eÂcart, dans un lieu deÂsert, et reposez-vous un peu. Car beaucoup venaient et repartaient, et ils n'avaient pas meÃme le temps de manger. Ils partirent donc dans le bateau pour aller Áa l'eÂcart, dans un lieu deÂsert. | Beaucoup les virent s'en aller et les reconnurent ; de toutes les villes, Áa pied, on accourut et on les devancËa. Quand il descendit du bateau, il vit une grande foule ; il en fut Âemu, parce qu'ils Âetaient comme des moutons qui n'ont pas de berger ; et il se mit Áa leur enseigner quantite de choses. peur : voir crainte . Ð Quand il l'entendait, il eÂtait... : autres traductions, d'apreÁs certains mss : quand il l'avait entendu, il faisait beaucoup de choses ou peut-eÃtre il l'eÂcoutait souvent (entendre et eÂcouter traduisent ici le meÃme verbe grec). Ð juste / saint : Ac 3.13 ; Rm 7.12 ; 1Th 2.10 ; Tt 1.8. l'occasion : termes apparenteÂs v. 31 (le temps de) ; 14.11. Ð un dõÃner : cf. Est 1.3n. Ð ses dignitaires : litt. ses grands, cf. Ap 6.15 ; 18.23 ; terme apparente en Mt 20.25. Ð les notables : litt. les premiers ; cf. Lc 19.47n. Sa fille (celle d'HeÂrode, selon le texte le mieux attesteÂ), HeÂrodiade : certains mss portent la fille d'HeÂrodiade ; cf. v. 17n,24 et Mt 14.6. D'apreÁs d'autres sources la fille d'HeÂrodiade (la femme d'HeÂrode) portait le nom de SalomeÂ. Cf. Est 2.9 ; 5.3,6 ; 7.2. Ð Il lui fit force serments : autre traduction il lui jura avec insistance ; certains mss portent seulement il lui jura. Il envoya : litt. (selon certains mss) le roi envoya. Ð un garde : transcription dans le texte grec du mot latin speculator. Cf. 15.42-47. les apoÃtres , c.-aÁ-d. les envoyeÂs ; c'est l'appellation que Lc donne le plus volontiers aux Douze ; cf. v. 7ss ; 3.14n ; Mt 10.2n ; Lc 9.10 ; 10.17. 2.2+. Ð pas meÃme le temps de manger 3.20. Cf. v. 54s. Ð aÁ pied : c.-aÁ-d. en longeant la rive du lac. Mt 9.36+. Ð Quand il descendit du bateau : litt. quand il sortit (cf. v. 54). Ð pas de berger / il se mit aÁ leur enseigner : cf. Nb

21

22

23

27 29 30

31 33 34

38 39 40 41

42 43 44

$

$

$

1309

35 37

Comme l'heure Âetait deÂjaÁ tardive, ses disciples vinrent lui dire : Ce lieu est deÂsert et l'heure est deÂjaÁ tardive ; | renvoie-les, pour qu'ils aillent s'acheter de quoi manger dans les hameaux et les villages des environs. | Mais il leur reÂpondit : Donnez-leur vous-meÃmes Áa manger. Ils lui disent : Irons-nous acheter deux cents deniers de pains pour leur donner Áa manger ? | Il leur demande : Combien de pains avez-vous ? Allez voir. ApreÁs s'eÃtre informeÂs, ils reÂpondent : Cinq, et deux poissons. | Alors il leur ordonna de les installer tous en groupes sur l'herbe verte, | et ils s'installeÁrent par rangeÂes de cent et de cinquante. | Il prit les cinq pains et les deux poissons, leva les yeux vers le ciel et prononcËa la beÂneÂdiction. Puis il rompit les pains et se mit Áa les donner Áa ses disciples, pour qu'ils les distribuent. Il partagea aussi les deux poissons entre tous. | Tous mangeÁrent et furent rassasieÂs, | et on emporta douze paniers de morceaux de pain et de poisson. | Ceux qui avaient mange les pains Âetaient cinq mille hommes. 27.15-17 ; Ez 34.15,23 ; 37.24 ; Ps 23.1 ; 74.1 ; 77.21 ; 78.52s,70ss ; 80.2. Cf. 8.1-9. Donnez-leur vous-meÃmes : cf. v. 7ss,38-41 ; 3.13ss. Ð Irons-nous acheter... : cf. Jn 4.8. Ð deux cents deniers, soit preÁs de sept mois de salaire selon le tarif de Mt 20.1ss ; cf. Mc 14.5n ; voir aussi mesures , poids et monnaies. pains / poissons : cf. Jn 21.9. Cf. Ps 23.1,5 ; Jn 6.10. Cf. v. 34,44 ; voir aussi Ex 18.21,25 ; Nb 31.14 ; Dt 1.15 ; on trouve de nombreuses reÂfeÂrences aÁ une organisation par groupes de cent et de cinquante dans les eÂcrits de QumraÃn . Cf. 8.19 ; Mt 14.19n. Ð leva les yeux 7.34+ ; cf. Jb 22.26. Ð prononcËa la beÂneÂdiction : cf. 8.6-7n ; meÃme formule en 14.22ss ; Mt 26.26ss ; certains suppleÂent ici un compleÂment d'objet sousentendu et traduisent les beÂnit. Ð aÁ ses disciples : certains mss portent aux disciples. Ð pour qu'ils les distribuent : litt. pour qu'ils les leur distribuent. 2R 4.42ss ; cf. Ex 16 ; Dt 8.3,16 ; Ps 78.24s,29 ; 105.40 ; 1Co 10.3 ; voir aussi Es 25.6-8 ; 55.1s ; 65.13s ; Mt 8.11 ; 22.1-4. douze paniers : cf. 3.14 ; 8.19. Ð morceaux : le terme grec est deÂrive du verbe traduit par rompre en 8.6 etc. Cf. v. 40n. Ð les pains : cette preÂcision est absente de certains mss. Ð hommes : le terme grec employe ici n'inclut normalement pas les femmes et les enfants, cf. Mt 10.21 (explicitement) ; de meÃme Lc 9.14 ; Jn 6.10. $

38 39 40

$

41

42

$

43 44


1310

MARC 6±7

JeÂsus marche sur la mer Mt 14.22-33 ; Jn 6.16-21

45

46 47 48

49 50 51 52

AussitoÃt apreÁs, il obligea ses disciples Áa monter dans le bateau et Áa le preÂceÂder sur l'autre rive, vers BethsaõÈda, pendant que lui-meÃme renverrait la foule. | Il prit donc conge et s'en alla sur la montagne pour prier. Le soir venu, le bateau Âetait au milieu de la mer, et lui seul Âetait Áa terre. | Voyant qu'ils avaient beaucoup de peine Áa ramer, car le vent leur Âetait contraire, vers la quatrieÁme veille de la nuit il vient vers eux en marchant sur la mer, et il allait les deÂpasser. | Quand ils le virent marcher sur la Ãme, et ils mer, ils penseÁrent que c'eÂtait un fanto pousseÁrent des cris ; | car ils le voyaient tous, et ils Âetaient troubleÂs. AussitoÃt il parla avec eux ; il leur dit : Courage ! C'est moi, n'ayez pas peur ! | Puis il monta avec eux dans le bateau, et le vent tomba. En eux-meÃmes, ils Âetaient tout stupeÂfaits ; | car ils n'avaient rien compris Áa l'affaire des pains : ils Âetaient encore obtus.

56

JeÂsus met en question la tradition Mt 15.1-20

7 2 3

4

5

GueÂrisons aÁ GenneÂsareth Mt 14.34-36 ; cf. Jn 6.22-25

53 54 55

45

46 48

ApreÁs avoir acheve leur traverseÂe, ils arriveÁrent Áa GenneÂsareth et abordeÁrent. | SitoÃt qu'ils furent descendus du bateau, on le reconnut ; | les gens parcoururent toute la reÂgion et se mirent Áa apporter sur l'autre rive : ces mots sont absents de certains mss. Ð BethsaõÈda : sur la rive nord du lac, preÁs de l'embouchure du Jourdain, aÁ l'est ; 8.22 ; Mt 11.21 ; Lc 9.10. 1.35 ; 3.13+ ; Lc 3.21+ ; Jn 6.15. ils avaient beaucoup de peine : le meÃme verbe est rendu par tourmenter 5.7. Ð la quatrieÁme veille : entre 3 h et 6 h du matin. Ð en marchant sur la mer : cf. 4.41 ; Jb 9.8 ; voir aussi Ps 65.8 ; 77.17,20 ; 89.10 ; 107.29 ; Siracide 24.5 : « Le cercle du ciel, je (la Sagesse) l'ai parcouru, moi seule, et j'ai marche dans la profondeur des abõÃmes. Sur les vagues de la mer et sur la terre entieÁre, sur tous les peuples et toutes les nations s'eÂtendait mon pouvoir. » Sur l'expression traduite par sur la mer, voir Jn 21.1n. Ð il allait (litt. il voulait, peut-eÃtre au sens de il faisait mine de vouloir ) les deÂpasser : cf. Lc 24.28 ; voir aussi Ex 33.19,22 ; 34.6 ; 1R 19.11. un fantoÃme : cf. Lc 24.37 ; Sagesse 17.15 (sur le fleÂau des teÂneÁbres en Egypte) : « Ils eÂtaient aÁ la fois poursuivis par des fantoÃmes monstrueux et paralyseÂs par la deÂmission de leur aÃme ; une peur soudaine et inattendue s'eÂtait deÂverseÂe en eux. » ils eÂtaient troubleÂs : litt. ils furent troubleÂs. Ð Courage ! 10.49 ; Mt 9.2+ ; Jn 16.33. Ð C'est moi : c'est la meÃme expression grecque qui est traduite ailleurs par je suis ou c'est moi qui suis ; cf. 13.6 ; 14.62n ; Mt 14.27n ; Jn 4.26n ; 8.24n. Ð n'ayez pas peur : formule typique des reÂcits de reÂveÂlation, cf. 5.36 ; 16.6 ; Jos 1.9 ; Es 41.10 ; Jr 1.8 etc. ; voir aussi crainte . le vent tomba 4.39. l'affaire des pains : cf. 7.2n,27s ; 8.1ss,14-21. Ð ils eÂtaient encore obtus : litt. leur cúur eÂtait (ou avait eÂteÂ) endurci, cf. 3.5n ; voir aussi 4.13+. aÁ GenneÂsareth : on ne voit pas de quel endroit preÂcis il est ici question ; voir Mt 14.34n. Cf. v. 33 ; Jn 6.22-25. Ð descendus : litt. sortis. 1.32-34 ; 3.7-12. Ð les gens... : litt. ils parcoururent... ou on parcourut... Ð grabats 2.4n. toucher 1.41+. Ð la frange : cf. Mt 9.20n. Ð la touchaient ou le touchaient (le veÃtement, ou JeÂsus). Ð sauveÂs, c.-aÁ-d. gueÂris ou deÂlivreÂs, 5.28n.

6

50

$

$

51 52

$

53 54 55 56

7

 rusalem 3.22 ; voir aussi phari1 scribes (2.6+) venus de Je siens . 2 Cf. Lc 11.38//. Ð Ils voient... : litt. ayant vu..., dans le texte la phrase continue au v. 5, apreÁs la parentheÁse des v. 3s. Ð manger : litt. manger les pains (comme en 6.44), cf. 3.20n. Ð souilleÂes : autre traduction profanes ; le mot (de meÃme dans la suite) signifie aussi commun(es) ; il s'agit eÂvidemment ici d'impureteÂ

Les pharisiens et quelques scribes venus de JeÂrusalem se rassemblent autour de lui. | Ils voient quelques-uns de ses disciples manger avec des mains souilleÂes, c'est-aÁ-dire non laveÂes. | Ð Or les pharisiens et tous les Juifs ne mangent pas sans s'eÃtre soigneusement lave les mains, parce qu'ils sont attacheÂs Áa la tradition des anciens. | Et, quand ils reviennent de la place publique, ils ne mangent qu'apreÁs avoir fait les ablutions rituelles. Ils sont encore attacheÂs Áa beaucoup d'autres observances traditionnelles, comme le bain rituel des coupes, des cruches, des vases de bronze et des sieÁges. Ð | Les pharisiens et les scribes lui demandent : Pourquoi tes disciples mangent-ils avec des mains souilleÂes, au lieu de suivre la tradition des anciens ? Il leur dit : EsaõÈe a bien parle en propheÁte sur vous, hypocrites, comme il est Âecrit : Ce peuple m'honore des leÁvres, mais son cúur est treÁs Âeloigne de moi ; rituelle (voir pur , impur) et non de malpropreteÂ. Un papyrus eÂgyptien du IVe s. apr. J.-C. (Oxyrhynque 840) porte le texte suivant, qui date peut-eÃtre du IIe s. : « Il les prit avec lui et entra jusque dans le parvis des purs ; et il allait et venait dans le Temple. Un pharisien, archipreÃtre, du nom de LeÂvi, s'avancËa, les rejoignit et dit au Sauveur : ``Qui t'a permis de fouler ce parvis des purs et de porter tes regards sur ces vases sacreÂs sans t'eÃtre baigne ? et alors que tes disciples ne se sont meÃme pas laveÂs les pieds ! Au contraire, c'est souille que tu as foule ce Temple, ce Lieu de pureteÂ, alors que personne, aÁ moins qu'il ne se soit baigne et n'ait change de veÃtements, ne le foule et n'ose en regarder les vases sacreÂs.'' AussitoÃt le Sauveur s'arreÃta avec ses disciples et lui reÂpondit : ``Et toi donc qui es ici, dans le Temple, es-tu pur ?'' L'autre lui dit : ``Je suis pur. Car je me suis baigne dans le bassin de David, je suis descendu par un des escaliers et remonte par l'autre, j'ai reveÃtu des veÃtements blancs et purs, et alors seulement je suis venu contempler ces vases sacreÂs.'' Le Sauveur lui reÂpondit ainsi : ``Malheur aÁ vous, aveugles qui ne voyez rien ! Tu t'es baigne dans ces eaux d'eÂgout, ouÁ chiens et porcs se sont vautreÂs nuit et jour. En faisant tes ablutions, tu as nettoye cette peau du dehors, que les courtisanes et les joueuses de fluÃte, elles aussi, parfument, baignent, nettoient et parent pour exciter la convoitise des hommes ; mais aÁ l'inteÂrieur elles sont pleines de scorpions et de toute sorte de malice. Quant aÁ moi et aÁ mes disciples, nous qui, dis-tu, ne serions pas passeÂs par le bain, nous sommes passeÂs par le bain dans les eaux vives et pures...'' » soigneusement : traduction incertaine ; on a aussi compris jusqu'au poignet ou jusqu'au coude ; le terme grec fait probablement allusion aÁ un geste rituel. Ð la tradition (Mt 15.2n) des anciens (certains ont vu dans cet emploi du terme ancien un titre eÂquivalent aÁ scribe ; d'autres y voient une reÂfeÂrence plus vague aux geÂneÂrations d'autrefois) reÂgissait l'application de la loi de MoõÈse ; elle a longtemps eÂte transmise oralement avant d'eÃtre consigneÂe dans le Talmud ; voir aussi Juifs . apreÁs avoir fait les ablutions rituelles : le verbe grec correspondant a donne notre verbe baptiser, et il est le plus souvent employe dans ce sens (1.4ss) ; certains mss portent apreÁs avoir fait les aspersions (rituelles). Ð le bain rituel : litt. les bains rituels, terme apparente aÁ celui qui est traduit par bapteÃme en 1.4n (voir He 6.2n) ; cf. Mt 23.25//. Ð et des sieÁges : litt. et des lits (comme au v. 30 ; on mangeait eÂtendu sur une couche) ; les mots correspondants ne figurent que dans certains mss. mangent : litt. mangent le pain. Ð souilleÂes v. 2n. Es 29.13 ; Mt 15.7n ; voir aussi propheÁte et cúur . $

$

49

Á l'on appredes malades sur des grabats, partout ou Á il entrait, villages, villes nait qu'il Âetait. | Partout ou ou hameaux, on mettait les malades sur les places publiques et on le suppliait de leur laisser toucher ne serait-ce que la frange de son veÃtement. Et tous ceux qui la touchaient Âetaient sauveÂs.

3

$

$

4

$

$

$

$

5 6

$

$


MARC 7 7

8 9 10

11 12 13

c'est en vain qu'ils me rendent un culte, eux qui enseignent comme doctrines des commandements humains. Vous abandonnez le commandement de Dieu, et vous vous attachez Áa la tradition des humains. | Il leur disait : Vous rejetez bel et bien le commandement de Dieu pour Âetablir votre tradition. | Car MoõÈse a dit : Honore ton peÁre et ta meÁre, et : Celui qui parle en mal de son peÁre ou de sa meÁre sera mis aÁ mort. Mais vous, vous dites : Si un homme dit Áa son peÁre ou Áa sa meÁre : « Ce que j'aurais pu te donner pour t'assister est korbaÃn Ð un preÂsent sacre » | Ð vous ne le laissez plus rien faire pour son peÁre ou pour sa meÁre ; | vous annulez ainsi la parole de Dieu par la tradition que vous avez transmise. Et vous faites bien d'autres choses semblables.

22 23

Mt 15.21-28

24 25

26

Mt 15.10-20

14 15

17 18

19 20 21

7

Il appela encore la foule et se mit Áa dire : Ecoutezmoi tous et comprenez. | Il n'y a rien au dehors de l'eÃtre humain qui puisse le souiller en entrant en lui. C'est ce qui sort de l'eÃtre humain qui le souille. Lorsqu'il fut rentre Áa la maison, loin de la foule, ses disciples l'interrogeÁrent sur cette parabole. | Il leur dit : Etes-vous donc sans intelligence, vous aussi ? Ne comprenez-vous pas que rien de ce qui, du dehors, entre dans l'eÃtre humain ne peut le souiller ? | Car cela n'entre pas dans son cúur, mais dans son ventre, avant de s'en aller aux latrines. Ainsi il purifiait tous les aliments. | Et il disait : C'est ce qui sort de l'eÃtre humain qui le souille. | Car c'est du dedans, du cúur des gens, rendent un culte : voir Ac 13.43n. Ð doctrines ou enseignements ; cf. Col 2.22 ; ; voir aussi loi . eÂtablir : autre traduction maintenir ; certains mss portent garder (ou observer ). Honore... 10.19 ; Ex 20.12 ; Dt 5.16 ; Ep 6.2. Ð Celui qui parle en mal de (autres traductions qui insulte, qui maudit )... Ex 21.17 ; Lv 20.9. Voir beÂneÂdiction . korbaÃn : transcription en grec du mot heÂbreu ou arameÂen qorbaÃn (3.17n), qui signifie offrande ou preÂsent (voir Lv 1.2n ; Mt 27.6n) ; c'eÂtait devenu un terme technique deÂsignant une offrande qui, une fois consacreÂe aÁ Dieu, ne pouvait plus servir aÁ un usage profane (l'adjectif sacre explicite un sous-entendu du texte ; voir saint ). Les biens qu'on avait promis de donner au temple ne pouvaient plus servir aÁ aucun autre usage ; cf. Ecrit de Damas (QumraÃn ) 16.13s : « Qu'on ne voue aÁ l'autel rien d'illeÂgalement acquis... Qu'on ne consacre pas la nourriture de sa maison aÁ Dieu ; car c'est ce qu'Il a dit : Ils se font la chasse l'un aÁ l'autre par l'anatheÁme. » que vous avez transmise : verbe apparente au mot traduit par tradition (Mt 15.2n) ; aÁ ce dernier certains mss ajoutent le qualificatif folle (ou stupide). se mit aÁ dire : litt. leur disait. Mt 23.25//. Certains mss ajoutent : Si quelqu'un a des oreilles pour entendre, qu'il entende (cf. 4.9,23 ; Mt 11.15+). parabole : cf. 4.2+,11n. sans intelligence Mt 15.16n. Ð Evangile selon Thomas 14 : « JeÂsus a dit : ``Si vous jeuÃnez, vous vous attribuerez un peÂche ; si vous priez, vous serez condamneÂs ; si vous donnez l'aumoÃne, vous nuirez aÁ votre esprit. Et lorsque vous allez dans n'importe quel pays et que vous marchez dans les villages, si on vous recËoit, mangez ce qu'on mettra devant vous, et soignez les habitants qui sont malades ; car ce qui entre dans votre bouche ne vous souillera pas, mais ce qui sort de votre bouche, c'est cela qui vous souillera.'' » Ainsi il purifiait : litt. purifiant ; autre traduction ainsi il deÂclarait purs tous les aliments ; cf. Ac 10.15n ; Ga 2.12 ; Tt 1.15. Cf. Rm 1.29+ ; voir aussi cúur . Ð inconduites sexuelles Mt

9 10

28 29 30

Mt 15.29-31

31 32 33

22

$

11

23 24

$

12

25

$

13

14 15 [16] 17 18

19 21

$

Il sortit du territoire de Tyr et revint par Sidon vers la mer de GalileÂe, en traversant le territoire de la DeÂcapole. | On lui ameÁne un sourd qui a de la difficulte Áa parler, et on le supplie de poser la main sur lui. | Il l'emmena Áa l'eÂcart de la foule, lui mit les 5.32n. meÂchanceteÂs : un terme apparente est traduit par mauvais(es) dans la suite. Ð deÂbauche : cf. Rm 13.13 ; 2Co 12.21 ; Ga 5.19 ; Ep 4.19 ; 1P 4.3 ; 2P 2.2,7,18 ; Jd 4. Ð regard mauvais : litt. úil mauvais, expression qui eÂvoque habituellement l'envie, l'avarice, cf. Mt 6.23n. Ð calomnie ou blaspheÁme, le mot grec peut avoir l'un ou l'autre sens, cf. 3.28s ; 15.29n. Ð deÂraison ou folie (meÃme terme 2Co 11.1n) : le terme peut avoir dans la Bible une connotation morale et spirituelle (voir Ps 14.1). choses mauvaises ou meÂchanceteÂs. partit : litt. se leva. Ð dans le territoire de Tyr : certains mss ajoutent et de Sidon (v. 31n ; 3.8n) ; c'est une reÂgion peupleÂe en majorite de non-Juifs (cf. 1R 17.8-24). la fille ou la petite fille, cf. v. 27n ; 5.23n. Ð avait (3.22n) un esprit impur (voir pur , impur) 1.23n. Ð se jeter aÁ ses pieds 5.22+. grecque au sens treÁs geÂneÂral de non juive (Rm 1.14n). Ð syropheÂnicienne : la PheÂnicie (cf. 3.8n) eÂtait incluse dans la province romaine de Syrie. Ð chasser le deÂmon 3.15+. Ð de sa fille : litt. hors de sa fille. d'abord : cf. Rm 1.16. Ð chiens : autre traduction petits chiens ; le grec emploie un diminutif, qui pourrait deÂsigner les chiens domestiques admis dans les maisons par opposition aux chiens des rues ou aux chiens de ferme ; mais les diminutifs de ce genre, particulieÁrement freÂquents dans le grec de Mc, n'ont pas toujours une nuance preÂcise (cf. 5.23n ; 8.7 ; 9.36n ; 10.13n), et il ne faut sans doute pas interpreÂter celui-ci comme un adoucissement de la parole de JeÂsus. Peut-eÃtre la formule fait-elle allusion aÁ une facËon dont les Juifs deÂsignaient les non-Juifs (voir aussi Mt 7.6). Seigneur... ou, d'apreÁs certains mss : C'est vrai, Seigneur... mais les chiens... ; cf. Lc 16.21. Cf. Jn 4.50ss. de Tyr... : certains mss portent de Tyr et de Sidon, et il revint vers la mer ; cf. v. 24n ; 3.8n. Ð DeÂcapole 5.1n,20+. Cf. 8.22-26. Ð un sourd qui a de la difficulte aÁ parler (ou un sourd beÁgue) : les termes grecs correspondants sont ceux qui traduisent les mots heÂbreux rendus par sourd et muet en Es 35.5s (LXX ). Ð poser la main sur lui : cf. 5.23 ; Mt 9.18n. $

26

$

$

27

$

$

Il partit de laÁ et s'en alla dans le territoire de Tyr. Il entra dans une maison ; il voulait que personne ne le sache, mais il ne put rester cacheÂ. | Car une femme dont la fille avait un esprit impur entendit aussitoÃt parler de lui et vint se jeter Áa ses pieds. | Cette femme Âetait grecque, d'origine syropheÂnicienne. Elle lui demandait de chasser le deÂmon de sa fille. | Il lui disait : Laisse d'abord les enfants se rassasier, car ce n'est pas bien de prendre le pain des enfants pour le jeter aux chiens. Mais elle lui reÂpond : Seigneur, les chiens sous la table mangent bien les miettes des enfants... | Il lui dit : A cause de cette parole, va : le deÂmon est sorti de ta fille. | Quand elle rentra chez elle, elle trouva l'enfant Âetendue sur le lit : le deÂmon Âetait sorti. En pays non juif : JeÂsus gueÂrit un sourd-muet

$

$

que sortent les raisonnements mauvais : inconduites sexuelles, vols, meurtres, | adulteÁres, aviditeÂs, meÂchanceteÂs, ruse, deÂbauche, regard mauvais, calomnie, orgueil, deÂraison. | Toutes ces choses mauvaises sortent du dedans et souillent l'eÃtre humain. En pays non juif : la foi d'une femme syro-pheÂnicienne

27

Ce qui souille l'eÃtre humain

1311

$

28 30 31 32

$


1312

34 35 36

37

MARC 7±8

doigts dans les oreilles, cracha et lui toucha la langue avec sa salive ; | puis il leva les yeux au ciel, soupira et dit : Ephphatha Ð Ouvre-toi ! | AussitoÃt ses oreilles s'ouvrirent, sa langue se deÂlia ; il parlait correctement. | JeÂsus leur recommanda de n'en rien dire Áa personne, mais plus il le leur recommandait, plus ils proclamaient la nouvelle. En proie Áa l'eÂbahissement le plus total, ils disaient : Il fait tout Áa merveille ! Il fait meÃme entendre les sourds et parler les muets.

Le grand sanheÂdrin de JeÂrusalem

2 3

4 5 6

7

8 9 10

Voir aussi « Les eÂcoles ou courants principaux du judaõÈsme au Ier sieÁcle apr. J.-C. », p. 1280.

13

12

Cf. 1.41+ ; 8.23+. Ð cracha : cf. 8.23. Ð avec sa salive : sousentendu dans le texte. leva les yeux 6.41 ; Mt 14.19 ; Jn 11.41+. Ð soupira 8.12+. Ð Ephphatha : transcription, puis traduction (Ouvre-toi !) en grec d'un mot arameÂen (3.17n). Ã t : le terme correspondant est absent de certains mss. Ð 35 Aussito sa langue se deÂlia : litt. le lien de sa langue se deÂnoua, cf. Lc 13.16. 36 Cf. 1.25+,44-45n. Ð JeÂsus... : litt. il leur recommanda. Ð plus ils proclamaient la nouvelle : litt. plus ils proclamaient. Ã me entendre les sourds et par37 eÂbahissement 1.22+. Ð Il fait me ler les muets (ou, selon certains mss, des muets) ; cf. Es 35.5s ; Mt 11.5//.

Mt 16.5-12

14 15 16 17

18

33

10

34

11

8 2 3 4 6 7

Á manger : litt. pas de quoi manger, de 1 Cf. 6.32-44//. Ð rien a meÃme v. 2. 1.41+. venus de loin : cf. Jos 9.6,9 ; Es 60.4 ; Mt 12.42. Cf. Jn 4.11. Ð du pain pour les rassasier : litt. de quoi les rassasier de pains. Cf. 6.41+ ; 14.22+. Ð rendu graÃce : meÃme expression en 14.23 ; Lc 22.19s ; 1Co 11.23ss. ApreÁs avoir prononce la beÂneÂdiction sur eux (sur les poissons) : litt. apreÁs les avoir beÂnis ; cf. 6.41n ; de meÃme Lc 9.16. $

profondeÂment en son esprit et dit : Pourquoi cette geÂneÂration demande-t-elle un signe ? Amen, je vous le dis, il ne sera pas donne de signe Áa cette geÂneÂration. | Puis il les quitta et reprit le bateau pour regagner l'autre rive. Le levain des pharisiens et d'HeÂrode

Mt 6.1-14 ; 12.38-39 ; Lc 11.16,29

Les pharisiens survinrent, commenceÁrent Áa deÂbattre avec lui et, pour le mettre Áa l'eÂpreuve, ils lui demandeÁrent un signe venant du ciel. | Il soupira

Mt 26.65 ; Jn 11.49 ; 18.15 ; Ac 4.6 ; 5.27 Mt 2.4; 8.4; 12.4 ; 27.1 ; Ac 4.1 Mt 26.3 ; 27.41 ; 28.12 ; Ac 4.5 Mt 16.21 ; 17.10 ; 23 ; Mc 12.38 ; 15.1 ; Ac 23.9

Les scribes ou maõÃtres de la loi

Il n'y aura pas de signe du ciel 11

Le grand preÃtre (en exercice) Les « grands preÃtres » (Mc 8.31n) Les anciens (aristocratie laõÈque)

Mt 15.32-39 ; cf. Mc 6.30-44//

En ces jours-laÁ, comme il y avait encore une grande foule qui n'avait rien Áa manger, il appelle ses disciples et leur dit : | Je suis Âemu par cette foule : voilaÁ deÂjaÁ trois jours qu'ils restent aupreÁs de moi et qu'ils n'ont rien Áa manger. | Si je les renvoie chez eux Áa jeun, ils vont deÂfaillir en chemin, car quelques-uns d'entre eux sont venus de Á pourraitloin. | Ses disciples lui reÂpondirent : Ou on trouver du pain pour les rassasier ici, dans un lieu deÂsert ? | Il leur demanda : Combien de pains avez-vous ? Ð Sept, dirent-ils. | Alors il enjoint Áa la foule de s'installer par terre. ApreÁs avoir pris les sept pains et rendu graÃce, il les rompit et se mit Áa les donner Áa ses disciples pour qu'ils les distribuent ; ils les distribueÁrent Áa la foule. | Ils avaient encore quelques petits poissons. ApreÁs avoir prononce la beÂneÂdiction sur eux, il dit de les distribuer Âegalement. | Ils mangeÁrent et furent rassasieÂs, et on emporta sept corbeilles de morceaux qui restaient | Ð ils Âetaient environ quatre mille. Ensuite il les renvoya. AussitoÃt il monta dans le bateau avec ses disciples et se rendit dans la reÂgion de Dalmanoutha.

REÂFEÂRENCES

selon le Talmud $ (traite SanheÂdrin)

En pays non juif : JeÂsus nourrit quatre mille personnes

8

MEMBRES (71 en tout)

12

Ils avaient oublie de prendre des pains. Ils n'avaient qu'un seul pain avec eux dans le bateau. | Lui leur faisait cette recommandation : Ouvrez l'úil et gardez-vous du levain des pharisiens et du levain d'HeÂrode. | Ils raisonnaient entre eux, parce qu'ils n'avaient pas de pains. | Il s'en rendit compte et leur dit : Pourquoi raisonnez-vous en vous disant que vous n'avez pas de pains ? Vous ne comprenez pas encore ? Vous ne saisissez pas ? Etes-vous donc obtus ? Vous avez des yeux, et vous ne voyez pas ? Vous avez des oreilles, et vous n'entendez pas ?

Dalmanoutha : nom aÁ consonance arameÂenne ; cette localite est inconnue par ailleurs (cf. Mt 15.39n). pharisiens 2±3 ; 7.1-13. Ð survinrent : litt. sortirent. Ð deÂbattre : c'est un verbe apparente qui est traduit par demandeÁrent (litt. chercher ). Ð pour le mettre aÁ l'eÂpreuve 1.13+ ; 10.2 ; 12.13ss. Ð un signe : cf. Dt 18.20ss ; Es 7.10-14 ; Mt 12.38n ; 16.1+ ; Jn 6.30 ; 1Co 1.22. Il soupira 7.34 ; voir aussi Rm 8.22nss ; 2Co 5.2,4. Ð en son esprit : cf. 2.8n. Ð cette geÂneÂration : cf. 9.19 ; 13.30 ; Nb 14 ; Dt 32.5 ; Ps 95.10 ; Mt 11.16// ; 12.39+ss// ; 16.4// ; Lc 17.25 ; Ac 2.40 ; Ph 2.15 ; He 3.10. Ð Amen Mt 5.18n. pains : cf. 6.52+ ; Lc 12.1. Ouvrez l'úil et gardez-vous..., c.-aÁ-d. prenez bien garde (au levain...) ; les deux verbes grecs correspondants ont aussi, seÂpareÂment, le sens de voir, regarder ; cf. Lc 12.1 ; voir aussi 1Co 5.6ss ; Ga 5.9. Ð pharisiens (8.11+) / HeÂrode (6.14nss) : cf. 3.6n. parce qu'ils n'avaient pas de pains : autre traduction en se disant qu'ils n'avaient pas de pains ; ou, selon certains mss, (se) disant : C'est que nous n'avons pas de pains ; cf. Mt 16.7n ; Jn 4.31-33. en vous disant : autre traduction parce que, cf. v. 16n. Ð Vous ne comprenez... 4.13+. Ð Etes-vous donc obtus : litt. avez-vous le cúur endurci ? 3.5n. Cf. 4.12 ; Jr 5.21 ; Ez 12.2 ; Mt 13.13 ; Ac 28.26s. $

$

14 15

$

$

16

17

$

$

18

$


MARC 8±9 19

20

21

22 23

24 25 26

Ne vous rappelez-vous pas, | lorsque j'ai rompu les cinq pains pour les cinq mille, combien de paniers pleins de morceaux vous avez emporteÂs ? Ð Douze, lui reÂpondent-ils. | Et quand j'ai rompu les sept pour les quatre mille, combien de corbeilles pleines de morceaux avez-vous emporteÂes ? Ð Sept, lui reÂpondent-ils. | Et il leur disait : Vous ne comprenez pas encore ? JeÂsus gueÂrit un aveugle Ils arrivent Áa BethsaõÈda ; on lui ameÁne un aveugle, et on le supplie de le toucher de la main. | Il prit l'aveugle par la main et le conduisit hors du village ; puis il lui cracha sur les yeux et lui imposa les mains, en lui demandant : Vois-tu quelque chose ? | Il ouvrait les yeux et disait : Je vois des gens ; je les vois comme des arbres, mais ils marchent. | Il lui remit les mains sur les yeux ; quand l'aveugle rouvrit grand les yeux, il Âetait reÂtabli et voyait tout distinctement. | Alors il le renvoya chez lui, en disant : Ne rentre meÃme pas au village. Pierre deÂclare que JeÂsus est le Christ Mt 16.13-20 ; Lc 9.18-21 ; cf. Jn 6.67-71

27

28 29 30

19 20 21 22 23

24 25 26 27

JeÂsus sortit avec ses disciples vers les villages de CeÂsareÂe de Philippe. En chemin, il se mit Áa demander Áa ses disciples : Au dire des gens, qui suisje ? | Ils lui dirent : Pour les uns, Jean le Baptiseur ; pour d'autres, Elie ; pour d'autres encore, l'un des propheÁtes. | Lui leur demandait : Et pour vous, qui suis-je ? Pierre lui dit : Toi, tu es le Christ. | Il les rabroua, pour qu'ils ne disent rien Áa personne Áa son sujet.

6.35-44//. V. 1-9//. Ð lui reÂpondent-ils ou, selon certains mss, reÂpondentils. Cf. 6.52. BethsaõÈda 6.45n. Ð le toucher de la main : litt. le toucher 1.41+. Cf. v. 18,27-30 ; 7.32-37 ; 10.46-52 ; voir aussi Jn 9.6. Ð Vois-tu : ce sont des deÂriveÂs du verbe grec correspondant qui sont traduits dans la suite par ouvrir les yeux (v. 24), rouvrir grand les yeux, voir (distinctement, v. 25). ouvrait les yeux : autres traductions levait les yeux, retrouva la vue (v. 23n). quand l'aveugle (litt. il ) rouvrit grand les yeux : autres traductions quand il regarda fixement ; il vit tout aÁ fait clair. Certains mss ajoutent et ne dis rien aÁ personne. villages (cf. v. 26) de CeÂsareÂe Mt 16.13n. Ð de Philippe : cf. 6.17n. Ð Au dire des gens... : litt. qui les gens me disent-ils eÃtre ? Cf. v. 29n,33. Evangile selon Thomas 13 : « JeÂsus a dit aÁ ses disciples : ``Faites une comparaison, et dites-moi aÁ qui je ressemble.'' Simon Pierre lui dit : ``Tu es semblable aÁ un ange juste.'' Matthieu lui dit : ``Tu es semblable aÁ un philosophe intelligent.'' Thomas lui dit : ``MaõÃtre, ma bouche est tout aÁ fait incapable de dire aÁ qui tu es semblable.'' » (Pour la suite, voir Jn 4.14n.) Cf. 6.14s//. Ð Pour les uns : sous-entendu dans le texte ; cf. Lc 9.19n. Ð Jean le Baptiseur 1.4n. Ð Voir aussi propheÁtes . pour vous... : litt. qui me dites-vous eÃtre ? Ð le Christ ou le Messie, 1.1n ; cf. 14.61s. rabroua : cf. v. 32s ; voir 1.25n ; 9.9. 9.12,31 ; 10.32ss,45 ; Mt 17.12,22 ; 20.18s ; Lc 9.22+ ; 24.7 ; Ac 17.3. Ð Fils de l'homme 2.10+. Ð rejete : cf. 12.10. Ð anciens / grands preÃtres (Mt 2.4n) / scribes : c'est la composition du grand sanheÂdrin (selon la transcription usuelle du terme heÂbreu qui, dans le Talmud , transcrit lui-meÃme le mot grec suneÂdrion employe dans les eÂvangiles, et qui signifie tout simplement conseil ), instance supreÃme des Juifs pour les affaires civiles et religieuses (voir ci-contre « Le grand sanheÂdrin de JeÂrusalem ») $

28

$

29 30 31

$

$

JeÂsus annonce sa mort et sa reÂsurrection Mt 16.21-23 ; Lc 9.22

31

32 33

Il commencËa alors Áa leur apprendre qu'il fallait que le Fils de l'homme souffre beaucoup, qu'il soit rejete par les anciens, les grands preÃtres et les scribes, qu'il soit tue et qu'il se releÁve trois jours apreÁs. | Il disait cela ouvertement. Alors Pierre le prit Áa part et se mit Áa le rabrouer. | Mais lui se retourna, regarda ses disciples et rabroua Pierre : Va-t'en derrieÁre moi, Satan ! lui dit-il. Tu ne penses pas comme Dieu, mais comme les humains. Comment suivre JeÂsus Mt 16.24-28 ; Lc 9.23-27

Puis il appela la foule avec ses disciples et leur dit : Si quelqu'un veut me suivre, qu'il se renie luimeÃme, qu'il se charge de sa croix et qu'il me suive. | 35 Car quiconque voudra sauver sa vie la perdra, mais quiconque perdra sa vie Áa cause de moi et de la 36 bonne nouvelle la sauvera. | Et Á a quoi sert-il Áa un Ãetre humain de gagner le monde entier, s'il perd sa 37 vie ? | Que donnerait un à etre humain en Âechange de 38 sa vie ? | En effet, quiconque aura honte de moi et de mes paroles au milieu de cette geÂneÂration adulteÁre et peÂcheresse, le Fils de l'homme aussi aura honte de lui quand il viendra dans la gloire de son PeÁre, avec les saints anges. 9 Il leur disait encore : Amen, je vous le dis, Ãtequelques-uns de ceux qui se tiennent ici ne gou ront pas la mort avant d'avoir vu le reÁgne de Dieu venu avec puissance. 34

Mc 11.27 ; 14.43,53 ; 15.1 ; Mt 16.21 ; 27.41 ; Lc 9.22 ; 20.1 ; 22.66. Ð qu'il se releÁve ou soit releveÂ, c.-aÁ-d. qu'il ressuscite , cf. 9.9s. Ð trois jours apreÁs 10.34 ; cf. Mt 16.21 ; 1Co 15.4. Il disait cela : autre traduction il disait la Parole, comme en 2.2+ ; cf. 1.45n. Ð ouvertement : cf. Jn 7.4n ; 10.24 ; Ac 2.29n. Ð le rabrouer : cf. v. 30 ; 1.25n. Va-t'en derrieÁre moi : la formule traduite par derrieÁre moi se retrouve au v. 34n ; cf. 1.17n ; Mt 16.23n. Ð Satan : cf. 1.13+ ; le terme pourrait eÃtre compris ici, d'apreÁs son origine heÂbraõÈque, dans son sens plus geÂneÂral d'adversaire ; cf. 1R 11.14n ; Mt 4.10. Voir deÂmon , diable, Satan. Ð Tu ne penses pas... Mt 16.23n. Ð les humains : autres traductions les hommes ; les gens ; cf. v. 27n ; Es 55.8s ; 1Co 2.14. me suivre : litt. suivre derrieÁre moi, cf. v. 33n. Ð qu'il se renie luimeÃme : meÃme verbe 14.30s,72 ; cf. Mt 10.38 ; 16.24n ; Lc 14.27. Ð croix : cf. Mt 27.32n. quiconque voudra... : autre traduction quiconque voudra se sauver se perdra ; meÃme possibilite dans la suite (v. 36s) ; le terme traduit ici par vie est rendu par aÃme en 12.30 ; cf. 3.4n ; 10.45n ; 14.34n ; voir Mt 10.28n,39+ ; expressions comparables dans LXX Gn 19.17 ; 1S 19.11 ; Jr 48.6. Ð aÁ cause de moi et de la bonne nouvelle : certains mss ont seulement aÁ cause de la bonne nouvelle (1.1n,14s) ; cf. 10.29. s'il perd sa vie ou s'il se perd lui-meÃme ; voir Mt 16.26n ; Lc 12.13-21. de sa vie ou de lui-meÃme : cf. Ps 49.7-9. quiconque aura honte de moi... : cf. Mt 10.33 ; 25.12 ; Lc 12.9 ; Rm 1.16 ; 2Tm 1.12. Ð cette geÂneÂration ... v. 12+ ; voir aussi peÂcheresse . Ð Fils de l'homme 2.10+ ; Mt 8.20n. Ð la gloire de son PeÁre Jn 1.14 ; 8.54 ; 17.5 ; Ac 7.2,55 ; 2Th 1.7. Ð avec les saints anges 13.27. $

32

33

$

34

35

$

36 37 38

$

$

$

1313

$

$

$

$

$

$

$

9

Cf. 13.30//. Ð Amen Mt 5.18n. Ð ne gouÃteront pas (autres traductions jamais ; en aucun cas) la mort : cf. Jn 8.52 ; He 2.9. Ð avec puissance Rm 1.4. 1


1314

MARC 9

JeÂsus transfigureÂ

Quelques montagnes et reÂgions montagneuses de la Bible

Mt 17.1-9 ; Lc 9.28-36 2

3 4 5 6 7

8

9

10

Six jours apreÁs, JeÂsus prend avec lui Pierre, Jacques et Jean, et il les conduit seuls Áa l'eÂcart, sur une haute montagne. Il fut transfigure devant eux : | ses veÃtements devinrent resplendissants, d'une blancheur telle qu'il n'est pas de teinturier sur terre qui puisse blanchir ainsi. | Elie avec MoõÈse leur apparurent ; ils s'entretenaient avec JeÂsus. | Pierre dit Áa JeÂsus : Rabbi, il est bon que nous soyons ici ; dressons trois tentes, une pour toi, une pour MoõÈse et une pour Elie. | Il ne savait que dire, car la peur les avait saisis. | Survint une nueÂe qui les couvrit de son ombre, et de la nueÂe survint une voix : Celui-ci est mon Fils bien-aimeÂ. Ecoutez-le ! | AussitoÃt ils regardeÁrent autour d'eux, mais ils ne virent plus personne que JeÂsus, seul avec eux. Comme ils descendaient de la montagne, il leur recommanda de ne raconter Áa personne ce qu'ils avaient vu jusqu'aÁ ce que le Fils de l'homme se soit releve d'entre les morts. | Ils retinrent cette parole, tout en deÂbattant entre eux : que signifie « se relever d'entre les morts » ?

Ararat SeÂir Moriya SinaõÈ Horeb Liban Ebal Garizim Hermon Tabor Guilboa TsaphoÃn Sion Mont des Oliviers

Les disciples questionnent JeÂsus sur Elie

Carmel

Mt 17.10-13

11 12

13

Ils lui demandaient : Pourquoi les scribes disentils : Il faut qu'Elie vienne d'abord. | Il leur reÂpondit : Elie vient d'abord pour tout reÂtablir. Comment peut-il Ãetre Âecrit du Fils de l'homme qu'il doit souffrir beaucoup et Ãetre meÂprise ? | Mais je vous dis qu'Elie est venu et qu'ils l'ont traite comme ils voulaient, selon ce qui est Âecrit de lui.

Les montagnes dans l'histoire de JeÂsus Tentation Enseignement PrieÁre

Mt 4.8// Mt 5.1 ; 8.1 ; Mc 13.1// Mc 6.46// ; 14.26// ; Lc 6.12 ; 9.28 Jugement [Jn 8.1] Transfiguration Mc 9// ArriveÂe aÁ JeÂrusalem Mc 11.1// Ascension Ac 1.12

JeÂsus gueÂrit un enfant posseÂde Mt 17.14-21 ; Lc 9.37-43

14 15 16 17 18

2

3

4 5

6

Lorsqu'ils furent arriveÂs preÁs des disciples, ils virent autour d'eux une grande foule de gens, et des scribes qui deÂbattaient avec eux. | SitoÃt que la foule le vit, elle fut en Âemoi ; on accourait pour le saluer. | Il leur demanda : De quoi deÂbattez-vous avec eux ? | De la foule, quelqu'un lui reÂpondit : MaõÃtre, je t'ai Á qu'il le amene mon fils, qui a un esprit muet. | Ou 2P 1.17s. Ð Six jours apreÁs : cf. Ex 24.15s ; Lv 23.34ss. Ð Pierre, Jacques et Jean : cf. 1.29 ; Mt 17.1+. Ð transfigure ou transforme ; le meÃme verbe, deÂrive du nom traduit par apparence (ou forme) en 16.12, se retrouve en Rm 12.2 ; 2Co 3.18 (il a donne notre mot meÂtamorphose). Cf. 16.5 ; Mt 28.3 ; Ac 1.10 ; 10.30 ; Ap 1.14,16 ; 3.4 ; 4.4. Ð teinturier ou foulon ; le terme grec, qui n'apparaõÃt qu'ici dans le N.T., deÂsigne celui qui appreÃte, teint et nettoie les eÂtoffes de laine ; terme apparente en 2.21n. Elie avec MoõÈse : cf. Dt 18.15 ; 34.6s ; 2R 2 ; Ml 3.22-24. Rabbi : titre deÂrive du mot heÂbreu (et arameÂen) pour grand ; on l'utilisait pour s'adresser aux maõÃtres ou docteurs de la loi 11.21 ; 14.45 ; forme deÂriveÂe (peut-eÃtre avec une nuance suppleÂmentaire d'affection) en 10.51+ ; cf. Jn 1.38. Ð dressons trois tentes : cf. Ex 23.16 ; 34.22 ; Lv 23.27-44 ; Dt 16.13. dire : le meÃme verbe grec est souvent rendu par reÂpondre (14.40). Ð peur : Es 41.10+ ; Lc 1.13+ ; voir crainte . nueÂe 13.26+ ; Ex 13.21+ ; 19.16 ; 24.15-18 ; 40.34s ; Nb 9.18,22 ; 10.34 ; 2S 22.12 ; 1R 8.10-12 ; Ez 10.3s ; 2 MaccabeÂes 2.8 : « Au temps de la restauration d'IsraeÈl la gloire du Seigneur apparaõÃtra avec la NueÂe, comme elle se montra au temps de MoõÈse et lorsque Salomon pria pour que le saint lieu fuÃt glorieusement consacreÂ. » Ð qui les couvrit... : cf. Lc 1.35. Ð mon Fils bien-

19

9 10 11 12

13 14 15

17

$

$

saisisse, il le jette Áa terre ; l'enfant Âecume, grince des dents, et devient tout raide. J'ai prie tes disciples de chasser cet esprit, et ils n'en ont pas Âete capables. | Il leur dit : GeÂneÂration sans foi, jusqu'aÁ quand serai-je avec vous ? Jusqu'aÁ quand vous supporterai-je ? aime ou mon Fils, le bien-aime ; cf. 1.11+// ; 2P 1.17. Ð Ecoutezle Dt 18.15 ; Ac 3.22. 1.25+ ; 8.30-31n ; cf. Dn 12.4,9. Ils retinrent : autre traduction ils s'attacheÁrent aÁ (cf. 7.8). Ð que signifie : litt. qu'est-ce que. scribes 2.6+. Ð Il faut qu'Elie vienne d'abord : cf. 15.35s ; Ml 3.23 ; Jn 1.21+. pour tout reÂtablir : litt. et reÂtablit tout, Ml 3.24 (dans LXX , c'est le meÃme verbe grec qui traduit le verbe heÂbreu rendu par ramener ) ; Ac 1.6. Ð Fils de l'homme 2.10+ ; Mt 8.20n. Ð souffrir beaucoup et eÃtre meÂprise : cf. 8.31+ ; Es 52.14 ; 53.3ss ; Ps 22.7s. Cf. 6.17-29 ; 1R 19.2,10 ; Mt 11.14. scribes 2.6+. en eÂmoi, treÁs surprise ou effrayeÂe ; le verbe grec correspondant est deÂrive de celui qui est traduit par eÃtre effraye en 1.27n ; on retrouve la meÃme forme 14.33 ; 16.5s. MaõÃtre : au sens d'enseignant. Ð qui a (3.22n) un esprit (cf. 1.23n) muet : cf. v. 25 ; 7.37 ; Mt 12.22 ; Lc 11.14. devient tout raide : litt. se desseÁche, cf. 3.1n. Ð de chasser cet esprit : litt. de le chasser. Ð ils n'en ont pas eÂte capables ou ils n'en ont pas eu la force, cf. 3.27. GeÂneÂration : cf. 8.12+ ; Lc 24.25. $

$

$

$

7

Gn 8.4 Gn 14.6 ; 36.8s ; Dt 1.2 ; Jos 15.10 Gn 22.2 ; 2Ch 3.1 Ex 3.1 ; 19.10-23 ; 24.16 ; Ac 7.30,38 ; Ga 4.24s Ex 3.1 ; Dt 1.6 ; 4.15 Dt 1.7 ; Es 2.16 etc. Dt 11.29 ; 27.4,13 ; Jos 8.30,33 Dt 11.29 ; 27.12 ; Jos 8.33 ; Jg 9.7 Jos 12.1 ; 13.5,11 ; Ps 133.3 Jos 19.22 ; Jg 4.6,12,14 ; Ps 89.12 1S 31.1 ; 2S 1.6 Es 14.13n ; Ps 48.3n 2S 5.7 ; Ps 2.6 ; 78.68 ; He 12.22 ; Ap 14.1 2S 15.30 ; Ez 11.23n ; Za 14.4 ; Mt 21.1// ; 24.3// ; 26.30// ; Jn 8.1 ; Ac 1.12 1R 18.19 ; 20.42 ; 2R 2.25 ; Jr 46.18 ; voir aussi Ap 16.16n

18

19

$

$

$


MARC 9 20 21

22 23 24 25

26 27 28 29

Amenez-le-moi. | On le lui amena. AussitoÃt que l'enfant le vit, l'esprit le secoua violemment ; il tomba par terre et se roulait en Âecumant. | JeÂsus demanda au peÁre : Depuis combien de temps cela lui arrive-t-il ? Ð Depuis son enfance, reÂpondit-il ; | souvent l'esprit l'a jete dans le feu et dans l'eau pour le faire peÂrir. Mais si tu peux faire quelque chose, laisse-toi Âemouvoir et viens Áa notre secours ! | JeÂsus lui dit : « Si tu peux ! » Tout est possible pour celui qui croit. | AussitoÃt le peÁre de l'enfant s'eÂcria : Je crois ! Viens au secours de mon manque de foi ! JeÂsus, voyant accourir la foule, rabroua l'esprit impur en lui disant : Esprit muet et sourd, c'est moi qui te l'ordonne, sors de cet enfant et n'y rentre plus ! | Il sortit en poussant des cris et en le secouant treÁs violemment. L'enfant devint comme mort, de sorte que la multitude le disait mort. | Mais JeÂsus, le saisissant par la main, le reÂveilla, et il se releva. Quand il fut rentre Áa la maison, ses disciples, en priveÂ, se mirent Áa lui demander : Pourquoi n'avonsnous pas pu le chasser nous-meÃmes ? | Il leur dit : Cette espeÁce-laÁ ne peut sortir que par la prieÁre. JeÂsus annonce de nouveau sa mort et sa reÂsurrection

35

36 37

31

32

Partis de laÁ, ils traversaient la GalileÂe, et il ne voulait pas qu'on le sache. | Car il instruisait ses disciples et leur disait : Le Fils de l'homme est sur le point d'eÃtre livre aux humains ; ils le tueront, et, trois jours apreÁs sa mort, il se releÁvera. | Mais les disciples ne comprenaient pas cette parole, et ils avaient peur de l'interroger.

Lc 9.49-50

38

39

40 41

Mt 18.1-5 ; Lc 9.46-48

34

20 21 22

23 24 25 26 27

Ils arriveÁrent Áa Capharnau Èm. Lorsqu'il fut Áa la maison, il se mit Áa leur demander : A propos de quoi raisonniez-vous en chemin ? | Mais eux gardaient le secoua violemment 1.26. Cf. Lc 8.29+. Ð JeÂsus demanda : litt. il demanda. Cf. Mt 17.15+. Ð l'esprit l'a jete : litt. il l'a jeteÂ. Ð faire peÂrir : le meÃme verbe est traduit par faire disparaõÃtre en 3.6 ; 11.18 ; 12.9. Ð si tu peux : cf. 1.40. Ð laisse-toi eÂmouvoir : cf. 1.41+. Cf. 5.36 ; 10.27 ; 11.23s ; Mt 17.20 ; 21.21 ; Lc 17.6. Cf. Lc 17.5. rabroua 1.25n. Ð esprit impur (voir pur , impur) : 1.23n. Ð Esprit muet et sourd v. 17+. Cf. 1.25s. Les verbes grecs traduits par le reÂveilla et se releva (on pourrait aussi traduire le fit lever, et il se tint debout ) ont ailleurs le sens de ressusciter (voir reÂsurrection ) ; cf. 5.41n ; voir aussi 1.31n ; 8.31 ; 9.9s ; 10.34 ; Mt 9.25 ; Lc 7.14 ; 8.54 ; Ac 3.7. aÁ la maison : cf. v. 33 ; 2.1n ; 10.10. par la prieÁre : certains mss ajoutent et par le jeuÃne, cf. Mt 17.21n. Partis : litt. sortis. Ð la GalileÂe Lc 17.11 ; Jn 7.1. 8.31+. Ð Le Fils de l'homme (meÃme mot grec pour humains dans la suite) est sur le point d'eÃtre livreÂ... (litt. est livre aux mains des humains) : cf. 2S 24.14+. Ð apreÁs sa mort : litt. apreÁs avoir eÂte tueÂ. Ð il se releÁvera : voir reÂsurrection . Lc 9.45+. Ð ne comprenaient pas : litt. ne connaissaient pas. Ð peur : voir crainte . CapharnauÈm 1.21+. Ð aÁ la maison v. 28 ; 2.1+. Ð raisonniezvous : meÃme verbe 2.6,8 ; 8.16s ; 11.31 ; un verbe apparente est traduit par discuter au v. 34. ils avaient discute : cf. v. 33n ; Ac 17.2n. Ð le plus grand : cf. Mt 11.11 ; Lc 22.24. qu'il soit : autre traduction il sera. Ð le serviteur 10.43s ; Mt 20.26ns. un enfant : autre traduction un petit enfant, de meÃme dans la suite (cf. 7.27n). Ð pris dans ses bras 10.16. $

Mt 18.6-11 ; Lc 17.1-2

42

43

45

47

37 38

39

40

41

$

$

33

34 35 36

Mt 10.40+. Ð en mon nom v. 39n. Cf. Nb 11.26-29 ; voir aussi Ac 19.13ss. Ð MaõÃtre : au sens d'enseignant. Ð qui chasse les deÂmons par ton nom : certains mss ajoutent et qui ne nous suit pas. Ð nous avons cherche aÁ l'en empeÃcher : autre traduction possible (la seule d'apreÁs certains mss) : nous l'en avons empeÃcheÂ. Ð il ne nous suivait pas : cf. 1.18 ; 6.1 ; 8.34. Ne l'en empeÃchez pas : cf. 10.14+. Ð parler en mal de moi : autres traductions me maudire, mal parler de moi ; cf. 7.10 ; 1Co 12.3 ; voir aussi beÂneÂdiction . Ð miracle 6.2n. Ð en mon nom ou en se servant de mon nom, meÃme formule v. 37 ; 13.6. Comparer avec Mt 12.30// ; cf. CiceÂron (Discours, XVIII) : « Tu disais, aÁ ce qu'on nous rapportait, que nous tenions pour ennemis tous ceux qui n'eÂtaient pas avec nous, tandis que toi tu tenais pour amis tous ceux qui n'eÂtaient pas contre toi. » Mt 10.42. Ð parce que vous appartenez au Christ : litt. au nom (du fait) que vous eÃtes du Christ ; certains mss portent seulement en mon nom ; cf. Mt 10.41n ; 1Co 1.12n. Ð jamais : autre traduction en aucun cas. causer la chute 4.17+. Ð qui mettent leur foi en moi : certains mss portent seulement qui croient (ou qui ont foi ). Ð meule de moulin Mt 18.6n ; Ap 18.21. Mt 5.30 ; 18.8+. Ð la geÂhenne Mt 5.22n. Ð le feu qui ne s'eÂteint pas Mt 3.12// ; 5.22+. EpõÃtre d'Ignace d'Antioche aux EpheÂsiens 16.2 : « Celui qui s'est ainsi souille (en devenant heÂreÂtique) ira au feu inextinguible, et de meÃme celui qui l'eÂcoute. » Certains mss ajoutent : laÁ ouÁ leur ver ne meurt pas et ouÁ le feu ne s'eÂteint pas, cf. v. 48. la geÂhenne Mt 5.22n. Certains mss ajoutent : dans le feu qui ne s'eÂteint pas, (46) laÁ ouÁ leur ver ne meurt pas et ouÁ le feu ne s'eÂteint pas (cf. v. 48). Mt 5.29. $

$

42

$

32

Mais si quelqu'un devait causer la chute de l'un de ces petits qui mettent leur foi en moi, il vaudrait mieux pour lui qu'on lui attache autour du cou une meule de moulin et qu'on le lance Áa la mer. | Si ta main doit causer ta chute, coupe-la ; mieux vaut pour toi entrer manchot dans la vie que d'avoir tes deux mains et d'aller dans la geÂhenne, dans le feu qui ne s'eÂteint pas. | Si ton pied doit causer ta chute, coupe-le ; mieux vaut pour toi entrer infirme dans la vie que d'avoir tes deux pieds et d'eÃtre jete dans la geÂhenne. | Et si ton úil doit causer ta chute,

$

$

28 29 30 31

Jean lui dit : MaõÃtre, nous avons vu un homme qui chasse les deÂmons par ton nom et nous avons cherche Áa l'en empeÃcher, parce qu'il ne nous suivait pas. | JeÂsus reÂpondit : Ne l'en empeÃchez pas, car il n'y a personne qui puisse parler en mal de moi tout de suite apreÁs avoir fait un miracle en mon nom. En effet, celui qui n'est pas contre nous est pour nous. Et quiconque vous donnera Áa boire une coupe d'eau parce que vous appartenez au Christ, amen, je vous le dis, il ne perdra jamais sa reÂcompense. Les causes de chute

Qui est le plus grand ? 33

silence, car, en chemin, ils avaient discute pour savoir qui Âetait le plus grand. | Alors il s'assit, appela les Douze et leur dit : Si quelqu'un veut Ãetre le premier, qu'il soit le dernier de tous et le serviteur de tous. | Il prit un enfant, le placËa au milieu d'eux et, apreÁs l'avoir pris dans ses bras, il leur dit : Quiconque accueille en mon nom un enfant, comme celui-ci, m'accueille moi-meÃme ; et quiconque m'accueille, ce n'est pas moi qu'il accueille, mais celui qui m'a envoyeÂ. Ceux qui se servent du nom de JeÂsus

Mt 17.22-23 ; Lc 9.43-45

30

1315

43

$

$

[44] 45 [46] 47


1316

48

49-50

MARC 9±10

arrache-le ; mieux vaut pour toi entrer borgne dans le royaume de Dieu que d'avoir deux yeux et d'eÃtre Á leur ver ne meurt pas, et ouÁ le jete dans la geÂhenne, | ou feu ne s'eÂteint pas.

13

Mt 5.13 ; Lc 14.34-35

14

Car chacun sera sale de feu. | Le sel est une bonne chose ; mais si le sel perd sa saveur, avec quoi l'assaisonnerez-vous ? Ayez du sel en vous-meÃmes, et soyez en paix les uns avec les autres.

JeÂsus et les enfants

Mt 19.13-15 ; Lc 18.15-17

15 16

L'enseignement de JeÂsus sur la reÂpudiation Mt 19.1-9

10 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12

Parti de laÁ, il vient dans le territoire de la JudeÂe et de l'autre coÃte du Jourdain. Les foules se rassemblent encore aupreÁs de lui ; selon sa coutume, il se remit Áa les instruire. Des pharisiens vinrent lui demander, pour le mettre Áa l'eÂpreuve, s'il est permis Áa un mari de reÂpudier sa femme. | Il leur reÂpondit : Que vous a commande MoõÈse ? | Ð MoõÈse, dirent-ils, a permis d'eÂcrire une attestation de rupture et de reÂpudier. JeÂsus leur dit : C'est Áa cause de votre obstination qu'il a Âecrit pour vous ce commandement. | Mais au commencement de la creÂation, Dieu les fit homme et femme ; | c'est pourquoi l'homme quittera son peÁre et sa meÁre et s'attachera aÁ sa femme, | et les deux seront une seule chair. Ainsi ils ne sont plus deux, mais une seule chair. | Que l'homme ne seÂpare donc pas ce que Dieu a uni ! Lorsqu'ils furent Áa la maison, les disciples, Áa leur tour, se mirent Áa l'interroger Áa ce sujet. | Il leur dit : Celui qui reÂpudie sa femme et en Âepouse une autre commet l'adulteÁre envers la premieÁre, | et si une femme reÂpudie son mari et en Âepouse un autre, elle commet l'adulteÁre.

Es 66.24+. Certains mss portent, en plus ou aÁ la place du texte de ce v. : tout sacrifice sera sale de sel, cf. Lv 2.13. 50 perd sa saveur : litt. devient non saleÂ, c.-aÁ-d. insipide ; cf. Mt 5.13n ; Lc 14.34s ; Col 4.6. Ð soyez en paix : cf. Rm 12.18+. 48 49

JeÂsus et l'homme riche Mt 19.16-30 ; Lc 18.18-30

17

18 19

20 21

22

23

24

12 13

$

10

2

4 5

Cf. Lc 9.51. Ð et de l'autre coÃte du Jourdain, c.-aÁ-d. en PeÂreÂe ou en Transjordanie ; certains mss n'ont pas le et (comme en Mt 19.1), de sorte qu'on peut comprendre dans la partie transjordanienne de la JudeÂe ; on a aussi compris que JeÂsus se rendait en JudeÂe en passant par la Transjordanie. Ð selon sa coutume : cf. Lc 4.16+. Des pharisiens : certains mss portent les pharisiens. Ð pour le mettre aÁ l'eÂpreuve 1.13+ ; 8.11. Ð s'il est permis 2.24n. Ð un mari ou un homme (meÃme terme v. 6). Dt 24.1,3 ; cf. Mt 5.31s. Cf. 3.5+. Ð votre obstination : litt. votre durete de cúur ; cf. 16.14. Ð commandement : voir loi . Dieu... : litt. il les fit maÃle et femelle, voir Gn 1.27 ; 5.2. Cf. Ecrit de Damas (QumraÃn ) 4.20±5.2 : « Ils ont eÂte attrapeÂs sur deux points par la luxure : (premieÁrement), en eÂpousant deux femmes de leur vivant, alors que le principe de la nature, (c'est) : MaÃle et femelle, il les creÂa. Et ceux qui entreÁrent dans l'arche (de NoeÂ), deux par deux ils entreÁrent dans l'arche. Et au sujet du prince il est eÂcrit : Il ne multipliera pas pour lui les femmes. » Rouleau du Temple (QumraÃn) 57.17 : « Il (le roi) ne prendra pas d'autre femme en plus, mais celle-laÁ seule sera avec lui tous les jours de sa vie, et si elle meurt, il en prendra une autre dans sa propre famille, dans son propre clan. » Gn 2.24 ; Ep 5.31. Ð et s'attachera aÁ sa femme : cette proposition est absente de certains mss. Cf. Mt 18.3n ; 1Co 6.16 ; 7.10 ; voir chair . Cf. 9.28+. Mt 5.32 ; Lc 16.18// ; 1Co 7.10ss. Ð envers la premieÁre : litt. envers elle. 1

14

$

15

$

$

7 8 10 11

$

Comme il se mettait en chemin, un homme accourut et se mit Áa genoux devant lui pour lui demander : Bon maõÃtre, que dois-je faire pour heÂriter la vie Âeternelle ? | JeÂsus lui dit : Pourquoi me dis-tu bon ? Personne n'est bon, sinon Dieu seul. | Tu connais les commandements : Ne commets pas de meurtre ; ne commets pas d'adulteÁre ; ne commets pas de vol ; ne fais pas de faux teÂmoignage ; ne fais de tort aÁ personne ; honore ton peÁre et ta meÁre. | Il lui reÂpondit : MaõÃtre, j'ai observe tout cela depuis mon plus jeune Ãage. | JeÂsus le regarda et l'aima ; il lui dit : Il te manque une seule chose : va, vends tout ce que tu as, donne-le aux pauvres, et tu auras un treÂsor dans le ciel. Puis viens et suis-moi. | Mais lui s'assombrit Áa cette parole et s'en alla tout triste, car il avait beaucoup de biens. JeÂsus, regardant autour de lui, dit Áa ses disciples : Qu'il est difficile Áa ceux qui ont des biens d'entrer dans le royaume de Dieu ! Les disciples Âetaient effrayeÂs par ses paroles. Mais JeÂsus reprit : Mes enfants, qu'il est difficile Ce cas pouvait se produire dans la socieÂte greÂco-romaine ; cf. 1Co 7.13. Des gens lui amenaient : autre traduction on lui amenait. Ð des enfants : autre traduction possible : de petits enfants, de meÃme dans la suite (cf. 7.27n). Ð qu'il les touche de la main : litt. qu'il les touche 1.41+. Ð les rabroueÁrent 1.25n ; certains mss preÂcisent : rabroueÁrent ceux qui les amenaient ; cf. 2R 4.27. ne les en empeÃchez pas 9.39 ; Mt 19.14+ ; Lc 18.16+. Ð pour ceux qui sont comme eux : cf. 9.37. Ð Le Pasteur d'Hermas , Sim. IX,29,3 : « Tous les petits enfants sont glorieux aupreÁs de Dieu et premiers pour lui. Bienheureux donc, vous qui eÂcarterez de vous le mal et vous reveÃtirez de l'innocence. Les premiers de tous, vous vivrez pour Dieu. » Cf. Mt 5.3,20 ; voir aussi 18.3 ; Jn 3.3,6. Ð Amen Mt 5.18n. Ð comme un enfant : on peut comprendre aussi bien comme on accueille un enfant (9.37) que comme un enfant l'accueille (v. 14 ; cf. Mt 18.3ss). Ð n'y entrera jamais : autres traductions n'y entrera meÃme pas ; n'y entrera en aucun cas ; cf. Mt 18.3n. il les prit dans ses bras 9.36. Ð Voir beÂnir . maõÃtre : au sens d'enseignant (de meÃme v. 20,35). Cf. 2.7. Ð me dis-tu : autre traduction m'appelles-tu. Ð Dieu seul ou un seul, Dieu ; Na 1.7 ; Ps 34.9 ; 118.1,9 ; 1Ch 16.34 ; 2Ch 5.13. Ex 20.12-16 ; Dt 5.16-20 ; voir aussi loi . Ð ne fais de tort aÁ personne : les mots correspondants sont absents de certains mss ; ils se retrouvent en Siracide 4.1, dans une expression plus preÂcise (« ne prive pas le pauvre de sa subsistance ») ; cf. Dt 24.14 ; Rm 13.9s ; voir 1Co 6.7n. l'aima : cf. Jn 11.5. Ð un treÂsor dans le ciel : cf. Mt 6.20 ; Lc 12.33. s'assombrit... : autre traduction fut choque par cette parole. Ð beaucoup de biens ou de proprieÂteÂs (cf. Ac 5.1). regardant autour de lui 3.5+. Ð aÁ ceux qui ont des biens 4.19. effrayeÂs : autre traduction possible treÁs surpris ; cf. v. 26,32 ; 1.27n ; voir aussi crainte . Ð Mes enfants 2.5 ; Jn 13.33+. Ð qu'il est difficile : certains mss ajoutent aÁ ceux qui se fient aÁ (leurs) biens. $

$

6

Des gens lui amenaient des enfants pour qu'il les touche de la main. Mais les disciples les rabroueÁrent. | Voyant cela, JeÂsus s'indigna ; il leur dit : Laissez les enfants venir Áa moi ; ne les en empeÃchez pas, car le royaume de Dieu est pour ceux qui sont comme eux. | Amen, je vous le dis, quiconque n'accueillera pas le royaume de Dieu comme un enfant n'y entrera jamais. | Puis il les prit dans ses bras et se mit Áa les beÂnir en posant les mains sur eux.

16 17 18 19

$

$

$

21 22 23 24

$


MARC 10 25

26 27

28 29

30

31

d'entrer dans le royaume de Dieu ! | Il est plus facile Áa un chameau de passer par le trou d'une aiguille qu'aÁ un riche d'entrer dans le royaume de Dieu. | Les disciples, plus Âebahis encore, se disaient les uns aux autres : Alors, qui peut Ãetre sauve ? | JeÂsus les regarda et dit : C'est impossible pour les humains, mais non pas pour Dieu, car tout est possible pour Dieu. Pierre se mit Áa lui dire : Nous, nous avons tout quitte pour te suivre. | JeÂsus reÂpondit : Amen, je vous le dis, il n'est personne qui ait quitteÂ, Áa cause de moi et de la bonne nouvelle, maison, freÁres, súurs, meÁre, peÁre, enfants ou terres, | et qui ne recËoive au centuple, dans le temps preÂsent, maisons, freÁres, súurs, meÁres, enfants et terres Ð avec des perseÂcutions Ð et, dans le monde qui vient, la vie Âeternelle. | Beaucoup de premiers seront derniers, et les derniers seront premiers.

38

39

40

41 42

43 44 45

JeÂsus annonce une troisieÁme fois sa mort et sa reÂsurrection Mt 20.17-19 ; Lc 18.31-34

32

33

34

Ils Âetaient en chemin pour monter Áa JeÂrusalem, et JeÂsus allait devant eux. Les disciples Âetaient effrayeÂs, et ceux qui suivaient avaient peur. Il prit encore les Douze aupreÁs de lui, et se mit Áa leur dire ce qui allait lui arriver : | Nous montons Áa JeÂrusalem ; le Fils de l'homme sera livre aux grands preÃtres et aux scribes. Ils le condamneront Áa mort, le livreront aux non-Juifs, | se moqueront de lui, lui cracheront dessus, le fouetteront et le tueront ; et trois jours apreÁs il se releÁvera. Mt 20.20-28

35 36 37

25 26 27 28 29 30

31

Les deux fils de ZeÂbeÂdeÂe, Jacques et Jean, viennent lui dire : MaõÃtre, nous voudrions que tu fasses pour nous ce que nous te demanderons. | Il leur dit : Que voulez-vous que je fasse pour vous ? Ð Donne-nous, lui dirent-ils, de nous asseoir l'un Áa

par le trou d'une aiguille : litt. (selon certains mss) par le trou de l'aiguille. Les disciples : litt. eux. Ð eÂbahis 1.22+. Cf. 9.23+ ; 14.36 ; Gn 18.14 ; Za 8.6 ; Jb 42.2 ; 2Ch 14.10. 1.18+. Lc 14.26. Ð et de la bonne nouvelle 1.1n ; 8.35n. dans le temps preÂsent : litt. maintenant, dans ce temps-ci, expression analogue en Rm 3.26. On pourrait aussi comprendre dans ce monde-ci, par opposition au monde qui vient Mt 12.32n. Mt 19.30+. Ð les derniers... : ou, d'apreÁs certains mss : des derniers ou beaucoup de derniers... ; cf. Evangile selon Thomas 4 : « JeÂsus a dit : ``L'homme vieux dans ses jours n'heÂsitera pas aÁ interroger un petit enfant de sept jours aÁ propos du lieu de la vie, et il vivra. Car beaucoup de premiers seront derniers, et ils deviendront un seul.'' » Cf. Lc 9.51 ; Jn 11.7-16. Ð Les disciples : litt. ils. 8.31+ ; cf. 9.31s. Ð Fils de l'homme 2.10+ ; Mt 8.20n. Ð grands preÃtres (Mt 2.4n) / scribes : cf. 8.31n. Ð Ils le condamneront aÁ mort 14.64. Ð aux non-Juifs ou aux nations (cf. Mt 24.14n). 14.65 ; 15.19s. Ð se releÁvera : voir reÂsurrection . fils de ZeÂbeÂdeÂe 1.19+. Cf. v. 51. Cf. 15.27 ; voir aussi Mt 19.28 ; Lc 22.30 ; gloire . la coupe 14.36 ; cf. Es 51.17-22 ; Jr 25.15+ ; Ez 23.31-34 ; Ps 11.6 ; 75.9 ; Mt 26.39+ ; Jn 18.11. Ð je bois / je recËois (litt. dont, moi, je suis baptiseÂ) : on peut comprendre que je suis en train de boire / de recevoir, ou bien que je vais boire / recevoir, de meÃme au v. 39. Ð bapteÃme 1.4n ; cf. Lc 12.50 ; Rm 6.3. Cf. Ac 12.2 ; He 11.36s.

Mt 20.29-34 ; Lc 18.35-43

46

47 48

50 51 52

40

41 42

43

39

$

$

46

$

$

$

aÁ ma droite ou aÁ ma gauche v. 37+. Ð pas aÁ moi 13.32. Ð les places sont : sous-entendu dans le texte ; autre traduction ce n'est pas aÁ moi de le donner, sinon aÁ ceux pour qui cela a eÂte preÂpareÂ. Les dix autres : litt. les dix. Lc 22.25ss. Ð gouverner les nations (cf. Mt 4.15n) ou eÃtre les chefs des nations ; voir aussi non-Juifs . Ð dominent... en seigneurs : cf. Ac 19.16n ; 1P 5.3 ; verbe apparente en Rm 6.9n ; 1Tm 6.15. Ð les grands : litt. leurs grands (cf. 6.21n). devenir grand parmi vous : cf. 9.34s ; Mt 5.19 ; 23.11. Ð serviteur Mt 20.26n. l'esclave de tous : cf. 1Co 9.19 ; 2Co 4.5. le Fils de l'homme 2.10+ ; 8.31+. Ð pour servir Jn 13.1-17. Ð donner sa vie ou se donner lui-meÃme 8.35n ; cf. Jn 10.17s ; 1Jn 3.16. Ð rancËon ou reÂdemption ; autre traduction pour deÂlivrer. Ð une multitude ou beaucoup ; cf. 14.24 ; Es 53.11s ; une expression analogue est souvent employeÂe aÁ QumraÃn pour deÂsigner l'ensemble de la communauteÂ. Cf. Mt 9.27-31. Ð un mendiant aveugle ou, selon certains mss, un aveugle... assis au bord du chemin pour mendier. Ð BartimeÂe signifie en arameÂen fils de TimeÂe (nom grec dont le sens est preÂcieux, honorable, mais qui pourrait rappeler en heÂbreu ou en arameÂen la racine eÂvoquant l'impureteÂ). JeÂsus le NazareÂen 1.24n ; cf. Lc 18.37. Ð Fils de David, titre messianique 11.10 ; 12.35+ ; Mt 9.27+ ; 15.22 ; Rm 1.3. Ð compassion 5.19+. le rabrouaient 1.25n. Que veux-tu... v. 36. Ð Rabbouni : cf. 9.5n ; Jn 20.16. ta foi t'a sauve 5.34+//. $

$

$

34 35 36 37 38

44 45

$

$

Ils viennent Áa JeÂricho. Et comme il sortait de JeÂricho, avec ses disciples et une foule importante, un mendiant aveugle, BartimeÂe, fils de TimeÂe, Âetait assis au bord du chemin. | Il entendit que c'eÂtait JeÂsus le NazareÂen et se mit Áa crier : Fils de David, JeÂsus, aie compassion de moi ! | Beaucoup le rabrouaient pour le faire taire ; mais il criait d'autant plus : Fils de David, aie compassion de moi ! | JeÂsus s'arreÃta et dit : Appelez-le. Ils appeleÁrent l'aveugle en lui disant : Courage ! LeÁve-toi, il t'appelle ! | Il jeta son veÃtement, se leva d'un bond et vint vers JeÂsus. | JeÂsus lui demanda : Que veux-tu que je fasse pour toi ? Ð Rabbouni, lui dit l'aveugle, que je retrouve la vue ! | JeÂsus lui dit : Va, ta foi t'a sauveÂ. AussitoÃt il retrouva la vue et se mit Áa le suivre sur le chemin.

$

$

32 33

ta droite et l'autre Áa ta gauche dans ta gloire. | JeÂsus leur dit : Vous ne savez pas ce que vous demandez. Pouvez-vous boire la coupe que, moi, je bois, ou recevoir le bapteÃme que, moi, je recËois ? | Ils lui dirent : Nous le pouvons. JeÂsus leur reÂpondit : La coupe que, moi, je bois, vous la boirez, et vous recevrez le bapteÃme que je recËois ; | mais pour ce qui est de s'asseoir Áa ma droite ou Áa ma gauche, ce n'est pas Áa moi de le donner ; les places sont Áa ceux pour qui elles ont Âete preÂpareÂes. Les dix autres, qui avaient entendu, commenceÁrent Áa s'indigner contre Jacques et Jean. | JeÂsus les appela et leur dit : Vous savez que ceux qui paraissent gouverner les nations dominent sur elles en seigneurs, et que les grands leur font sentir leur autoriteÂ. | Il n'en est pas de meÃme parmi vous. Au contraire, quiconque veut devenir grand parmi vous sera votre serviteur ; | et quiconque veut Ãetre le premier parmi vous sera l'esclave de tous. | Car le Fils de l'homme n'est pas venu pour Ãetre servi, mais pour servir et donner sa vie en rancËon pour une multitude. JeÂsus gueÂrit l'aveugle BartimeÂe

49

La demande de Jacques et de Jean

1317

47

48 51 52

$


1318

MARC 11

L'entreÂe de JeÂsus aÁ JeÂrusalem

Mt 21.1-9 ; Lc 19.28-40 ; Jn 12.12-16

14

11 Alors qu'ils approchent de JeÂrusalem, vers Bethphage et BeÂthanie, preÁs du mont des Oliviers, 2 il envoie deux de ses disciples | en leur disant : Ãt que Allez au village qui est devant vous ; sito vous y serez entreÂs, vous trouverez un Ãanon atta- 15 cheÂ, sur lequel aucun homme ne s'est encore 3 assis ; de Âtachez-le et amenez-le. | Si quelqu'un vous dit : « Pourquoi faites-vous cela ? », reÂpondez : « Le Seigneur en a besoin ; il le renverra 16 17 ici tout de suite. » 4 Ils s'en alleÁrent et trouveÁrent un Ãanon attache dehors, preÁs d'une porte, dans la rue ; ils le 5 de Âtachent. | Quelques-uns de ceux qui Âetaient laÁ se mirent Áa leur dire : Qu'est-ce que vous faites ? 6 Pourquoi de Âtachez-vous l'aÃnon ? | Ils leur reÂpon- 18 dirent comme JeÂsus l'avait dit, et on les laissa aller. 7 Ils ameÁnent Áa JeÂsus l'aÃnon, sur lequel ils lancent 8 leurs ve Ãtements ; il s'assit dessus. | Beaucoup de 19 gens Âetendirent leurs veÃtements sur le chemin, et d'autres des rameaux qu'ils avaient coupeÂs dans la 9 campagne. | Ceux qui pre ÂceÂdaient et ceux qui suivaient criaient : Hosanna ! 20 BeÂni soit celui qui vient au nom du Seigneur ! 10 21 BeÂni soit le reÁgne qui vient, le reÁgne de David, notre peÁre ! Hosanna dans les lieux treÁs hauts ! 11 Il entra Áa JeÂrusalem, dans le temple. Quand il eut 22-23 tout regardeÂ, comme il Âetait deÂjaÁ tard, il sortit vers BeÂthanie avec les Douze. Le figuier sans figues Mt 21.18-19

12 13

11 2 3

8 9

Le lendemain, comme ils sortaient de BeÂthanie, il eut faim. | Apercevant de loin un figuier qui avait des feuilles, il alla voir s'il y trouverait quelque chose ; mais, en y arrivant, il n'y trouva

 et BeÂthanie (Mt 21.1n,17n ; Lc 19.29), sur les pentes 1 Bethphage du mont des Oliviers 13.3 ; 14.26 ; Lc 21.37 ; Jn 8.1 ; Ac 1.12 ; cf. Za 14.4. un aÃnon : cf. Za 9.9 ; voir aussi 1R 1.33-40. Ð attache Gn 49.11. Ð sur lequel aucun homme... : cf. Nb 19.2 ; Dt 21.3 ; 1S 6.7. Cf. 14.14. Ð Le Seigneur : cf. 5.19 ; certains ont compris son maõÃtre, le mot grec pouvant avoir les deux sens. Ð il le renverra : litt. il l'envoie ; il faut sans doute comprendre : JeÂsus ne tardera pas aÁ le rendre aÁ son proprieÂtaire ; selon certains mss, il ne s'agirait plus de ce que les disciples doivent dire, mais de la suite du discours que JeÂsus leur adresse : et il (le quelqu'un qui ferait objection) le laissera aussitoÃt venir ici (v. 6) ; cf. Mt 21.3n. Cf. 2R 9.13 ; Mt 21.8n ; voir aussi Lv 23.40 ; Jn 12.13n. Ps 118.25s. Ð Hosanna ! voir Mt 21.9n. Ð celui qui vient Mt 11.3n. Ð Voir aussi BeÂni et nom . le reÁgne de David : cf. 10.47n ; Lc 1.32s ; 19.38. Ð dans les lieux treÁs hauts Ps 148.1 ; Jb 16.19. Cf. Mt 21.10,17. Ð dans le temple cf. 11.15ss. Ð tout regarde 3.5n. Ð comme il eÂtait deÂjaÁ tard : litt. comme c'eÂtait deÂjaÁ l'heure du soir. Cf. 2.23 ; Jn 4.7 ; 19.28. Cf. 13.28 ; Lc 13.6-9 ; voir aussi Jr 8.13 ; Os 9.16s ; Jl 1.7 ; Mi 7.1. Cf. v. 20ss ; voir aussi Jon 4.4-11. Ð l'entendirent : litt. l'entendaient. chasser (voir 5.40n) ceux qui vendaient... Mt 21.12n ; cf. Za $

10 11

12 13 14 15

$

24

25

16

que des feuilles Ð car ce n'eÂtait pas la saison des figues. | Il lui dit alors : Que plus jamais personne ne mange un fruit de toi ! Et ses disciples l'entendirent. JeÂsus chasse les vendeurs du temple Mt 21.12-17 ; Lc 19.45-46 ; cf. Jn 2.13-17

Ils arrivent Áa JeÂrusalem. Entre dans le temple, il se mit Áa chasser ceux qui vendaient et ceux qui achetaient dans le temple ; il renversa les tables des changeurs et les sieÁges des vendeurs de colombes. | Et il ne laissait personne transporter un objet Áa travers le temple. | Il les instruisait et disait : N'est-il pas Âecrit : Ma maison sera appeleÂe maison de prieÁre pour toutes les nations. Mais vous en avez fait une caverne de bandits. Les grands preÃtres et les scribes l'entendirent ; ils cherchaient comment le faire disparaõÃtre ; ils avaient peur de lui, parce que toute la foule Âetait Âebahie de son enseignement. Quand le soir fut venu, JeÂsus et ses disciples sortirent de la ville. A propos du figuier : la foi et la prieÁre Mt 21.20-22

Le matin, en passant, les disciples virent le figuier desseÂche depuis les racines. | Pierre, se rappelant ce qui s'eÂtait passeÂ, lui dit : Rabbi, regarde, le figuier que tu as maudit s'est desseÂcheÂ. JeÂsus leur dit : Ayez la foi de Dieu. | Amen, je vous le dis, celui qui dira Áa cette montagne : « Otetoi de laÁ et jette-toi dans la mer », sans heÂsiter dans son cúur, mais en croyant que ce qu'il dit arrive, cela lui sera accordeÂ. | C'est pourquoi je vous dis : Tout ce que vous demandez en priant, croyez que vous l'avez recËu, et cela vous sera accordeÂ. Et lorsque vous Ãetes debout en prieÁre, si vous avez quelque chose contre quelqu'un, pardonnez,

14.21n. La cour des non-Juifs (ou : des paõÈens, des nations, cf. v. 17 ; Mt 4.15n), ouÁ se deÂroule la sceÁne, servait probablement de raccourci aÁ ceux qui entraient dans la ville en venant de l'est ; voir temple . Es 56.7 ; Jr 7.11. 12.12// ; 14.1s// ; Mt 12.14+ ; Lc 20.19 ; 22.2 ; Ac 5.26. Ð grands preÃtres : il s'agit ici des membres du sanheÂdrin (8.31n) issus des grandes familles sacerdotales ; cf. Mt 2.4n. Ð scribes 2.6+. Ð ils avaient peur... v. 32. Ð eÂbahie 1.22+. JeÂsus et ses disciples sortirent : litt. ils sortaient ; certains mss portent il sortait ; on pourrait aussi comprendre le soir venu, JeÂsus et ses disciples sortaient de la ville. V. 12-14 ; cf. Jn 1.48n. Pierre, se rappelant : cf. 14.72. Ð Rabbi 9.5n. Ð maudit : voir beÂneÂdiction . Ayez la foi de Dieu : autres traductions ayez une foi de Dieu ; ayez foi en Dieu ; attachez-vous aÁ la fideÂlite de Dieu ; le terme grec est apparente au verbe traduit par croire aux v. 23s. Cf. 9.23 ; Mt 17.20+ ; 18.19n. Ð Amen Mt 5.18n. Ð sans heÂsiter ou sans douter, cf. Rm 4.20 ; Jc 1.6s ; voir aussi cúur . Ð cela lui sera accorde : litt. cela sera pour lui ; meÃme tournure au v. 24. Cf. Mt 7.7+ss ; 18.19 ; 1Jn 5.14. Cf. Mt 5.23s ; 6.14 ; 18.21ss. Ð votre PeÁre qui est dans les cieux Mt 6.9+. Ð fautes : voir peÂche . $

$

17 18

$

$

19

20 21

$

22

$

23

$

24 25

$


MARC 11±12

afin que votre PeÁre qui est dans les cieux vous pardonne aussi vos fautes.

7

L'autorite de JeÂsus en question

8

Mt 21.23-27 ; Lc 20.1-8

27 28 29 30 31 32 33

Ils retournent Áa JeÂrusalem ; comme il marchait dans le temple, les grands preÃtres, les scribes et les anciens viennent le trouver | pour lui demander : De quelle autorite fais-tu cela ? Qui t'a donne autorite pour le faire ? | JeÂsus leur reÂpondit : Je vais vous poser une seule question ; reÂpondez-moi, et je vous dirai de quelle autorite je fais cela. | Le bapteÃme de Jean venait-il du ciel ou des humains ? ReÂpondezmoi. | Mais ils raisonnaient ainsi entre eux : Si nous reÂpondons : « Du ciel », il dira : « Alors pourquoi ne l'avez-vous pas cru ? » | Et si nous reÂpondons : « Des humains »... Ð ils avaient peur de la foule, car tous tenaient Jean pour un veÂritable propheÁte. | Ils reÂpondent donc Áa JeÂsus : Nous ne savons pas. Alors JeÂsus leur dit : Moi non plus, je ne vous dis pas de quelle autorite je fais cela.

9

10

11 12

L'impoÃt duà aÁ CeÂsar

13

Mt 21.33-46 ; Lc 20.9-19

12 Il se mit Áa leur parler en paraboles : Un homme planta une vigne. Il l'entoura d'une haie, creusa un pressoir et construisit une tour ; puis il la loua Áa des 2 vignerons et partit en voyage. | Le moment venu, il envoya un esclave chez les vignerons pour recevoir 3 de leur part des fruits de la vigne. | Ils le prirent, le 4 battirent et le renvoye Árent les mains vides. | Il leur envoya encore un autre esclave ; ils le frappeÁrent Áa 5 la te Ãte et le deÂshonoreÁrent. | Il en envoya un autre, qu'ils tueÁrent ; puis beaucoup d'autres qu'ils batti6 rent ou tue Árent. | Seul son fils bien-aime lui restait ;

[26]

27 28

30 31 32 33

12

2 6 7 8

10

Certains mss ajoutent : Mais si vous ne pardonnez pas, votre PeÁre qui est dans les cieux ne vous pardonnera pas non plus vos fautes (Mt 6.15). Voir temple . Ð grands preÃtres / scribes / anciens 8.31n ; Mt 2.4n ; 16.21. De quelle autorite (1.22+)... : autres traductions par quel pouvoir... ; de quel droit... Ð fais-tu cela : cf. v. 15ss ; Mt 21.23 ; Lc 20.1. bapteÃme de Jean : cf. 1.4n. Ð du ciel ou des humains ? Ac 5.38s. pas cru Mt 21.32 ; Lc 7.30. Cf. v. 18+. Ð un veÂritable propheÁte : cf. Mt 14.5. Nous ne savons pas : cf. Jn 9.29ss. $

$

$

$

15 16

17

12 13 14

$

$

à te avait 1 Cf. Evangile selon Thomas 65 : « Un homme honne une vigne. Il la donna aÁ des vignerons pour qu'ils la cultivent et qu'il puisse en recevoir le fruit de leurs mains. Il envoya son serviteur pour que les vignerons lui donnent le fruit de la vigne. Ils saisirent son serviteur, le roueÁrent de coups et peu s'en fallait qu'ils ne le tuent. Le serviteur retourna et raconta aÁ son maõÃtre ce qui s'eÂtait passeÂ. Le maõÃtre dit : ``Peut-eÃtre ne l'ont-ils pas reconnu.'' Il envoya alors un autre serviteur. Les vignerons le roueÁrent aÁ son tour de coups. Alors le maõÃtre envoya son fils, et dit : ``Peut-eÃtre montreront-ils du respect pour mon fils.'' Quand ces vignerons surent qu'il eÂtait l'heÂritier de la vigne, ils le saisirent et le tueÁrent. Celui qui a des oreilles, qu'il entende. » Ð en paraboles 4.2. Ð une vigne... : voir Es 5.1s ; Ps 80.8s. Ð tour Mt 21.33n ; Lc 14.28. Ð partit en voyage 13.34. Mt 21.34n. Ð Le moment : autre traduction la saison, cf. 1.15n. son fils bien-aime 1.11// ; 9.7// ; cf. Gn 22.2 ; He 1.1s. Cf. Gn 37.20. le prirent, le tueÁrent et le jeteÁrent... : cf. Mt 21.39 ; Jn 19.17 ; He 13.12s. Le verbe traduit par jeter est rendu par chasser en 1.12n etc., ainsi que dans les paralleÁles de Mt 21.39 et Lc 20.12,15. la principale, celle de l'angle : litt. la teÃte de l'angle ; Ps 118.22ns ;

il le leur envoya le dernier, en disant : « Ils respecteront mon fils. » | Mais ces vignerons se dirent : « C'est l'heÂritier ! Venez, tuons-le, et l'heÂritage sera Áa nous. » | Ils le prirent, le tueÁrent et le jeteÁrent hors de la vigne. | Que fera donc le maõÃtre de la vigne ? Il viendra, il fera disparaõÃtre les vignerons et il donnera la vigne Áa d'autres. N'avez-vous pas lu cette Ecriture : C'est la pierre que les constructeurs ont rejeteÂe qui est devenue la principale, celle de l'angle ; cela est venu du Seigneur, c'est une chose Âetonnante Áa nos yeux. Ils cherchaient Áa le faire arreÃter, mais ils eurent peur de la foule. Ils avaient compris que c'eÂtait pour eux qu'il avait dit cette parabole. Ils le laisseÁrent et s'en alleÁrent. Mt 22.15-22 ; Lc 20.20-26

14

La parabole des vignerons

1319

$

15 16

$

Ils envoient aupreÁs de lui quelques-uns des pharisiens et des heÂrodiens afin de le prendre au pieÁge en parole. | Ceux-ci viennent lui dire : MaõÃtre, nous savons que tu es franc et que tu ne te soucies de personne ; en effet, tu ne regardes pas Áa l'apparence des gens, mais tu enseignes la voie de Dieu selon la veÂriteÂ. Est-il permis de payer la capitation Áa CeÂsar ? Devons-nous payer ou ne pas payer ? Connaissant leur hypocrisie, il leur reÂpondit : Pourquoi me mettez-vous Áa l'eÂpreuve ? Apportezmoi un denier, que je le voie. | Ils en apporteÁrent un. Il leur demande : De qui sont cette image et cette inscription ? Ð De CeÂsar, lui reÂpondirent-ils. Alors JeÂsus leur dit : Rendez Áa CeÂsar ce qui est Áa CeÂsar et Áa Dieu ce qui est Áa Dieu. Et ils s'eÂtonnaient beaucoup Áa son sujet.

cf. Es 28.16 ; Ac 4.11 ; Rm 9.33 ; 1P 2.6-8 ; cf. Evangile selon Thomas 66 : « JeÂsus a dit : ``Montrez-moi la pierre que les baÃtisseurs ont rejeteÂe : c'est elle, la pierre d'angle.'' » 11.18+. Ð compris : autre traduction su. pharisiens / heÂrodiens 3.6n. Ð le prendre au pieÁge : litt. l'attraper (autre terme Mt 22.15). Cf. Evangile selon Thomas 100 : « Ils montreÁrent aÁ JeÂsus une pieÁce d'or et lui dirent : ``Les hommes de CeÂsar reÂclament de nous des impoÃts.'' Il leur reÂpondit : ``Donnez aÁ CeÂsar ce qui est aÁ CeÂsar, donnez aÁ Dieu ce qui est aÁ Dieu, et donnez-moi ce qui est aÁ moi.'' » Un papyrus eÂgyptien (Egerton 2) du IIe ou du IIIe s., reconstitueÂ, porterait le texte suivant : « (Ils) vinrent aÁ lui et le tentaient (c.-aÁ-d. : le mettaient aÁ l'eÂpreuve) par des questions, lui disant : ``MaõÃtre JeÂsus, nous savons que c'est de Dieu que tu viens, car ce que tu fais en teÂmoigne, mieux que pour tous les propheÁtes. Dis-nous donc : est-il permis de rendre aux rois ce qui revient aÁ leur pouvoir ? le leur rendronsnous ou pas ?'' Mais JeÂsus, connaissant leur penseÂe, s'irrita et leur dit : ``Pourquoi m'appelez-vous maõÃtre de la bouche et n'eÂcoutez-vous pas ce que je dis ? IsaõÈe a bien propheÂtise aÁ votre sujet quand il a dit : `Ce peuple m'honore des leÁvres mais son cúur est loin de moi...' '' » (Cf. Mc 7.6s). Ð MaõÃtre : au sens d'enseignant (de meÃme v. 19,32). Ð franc : litt. veÂridique ou vrai ; cf. Jn 3.33+. Ð tu ne te soucies de personne : cf. 11.31s. Ð aÁ l'apparence : litt. aÁ la face, cf. Mt 22.16n ; Lc 20.21n ; Ac 10.34n. Ð tu enseignes... : cf. Ac 18.25s. Ð capitation Mt 17.25n ; 22.17n. aÁ l'eÂpreuve 1.13+ ; 8.11. cette image... : chaque denier portait l'effigie de TibeÁre CeÂsar et une inscription latine signifiant TibeÁre CeÂsar, fils du divin Auguste, Auguste ; la monnaie eÂtait consideÂreÂe comme appartenant aÁ CeÂsar ; comparer avec Ex 20.4,23 ; voir aussi mesures , poids et monnaies. Rm 13.7. Ð ce qui est aÁ Dieu : litt. les choses de Dieu ; meÃme expression grecque 8.33 ; 1Co 2.11 ; cf. 2.14 ; 7.32ss. $

$

$

17


1320

MARC 12 30

Une question sur la reÂsurrection Mt 22.23-33 ; Lc 20.27-38

18 19

20 21 22 23

24 25 26

27

Des sadduceÂens, qui disent qu'il n'y a pas de reÂsurrection, viennent l'interroger : | MaõÃtre, voici ce que MoõÈse nous a prescrit : Si quelqu'un meurt sans enfant, laissant une femme derrieÁre lui, son freÁre prendra la femme et suscitera une descendance au deÂfunt. | Il y avait sept freÁres. Le premier prit femme et mourut sans laisser de descendance. Le deuxieÁme prit la femme et mourut sans laisser de descendance. Il en fut ainsi du troisieÁme, | et aucun des sept ne laissa de descendance. ApreÁs eux tous, la femme mourut aussi. | A la reÂsurrection, quand ils se releÁveront, duquel sera-t-elle la femme ? Car les sept l'ont eue pour femme ! JeÂsus leur dit : VoilaÁ pourquoi vous vous Âegarez ; vous ne comprenez ni les Ecritures, ni la puissance de Dieu. | En effet, quand on se releÁve d'entre les morts, on ne prend ni femme ni mari, mais on est comme des anges dans les cieux. | Quant au fait que les morts se reÂveillent, n'avez-vous pas lu, dans le livre de MoõÈse, ce que Dieu lui a dit preÁs du buisson : C'est moi, le Dieu d'Abraham, le Dieu d'Isaac et le Dieu de Jacob ! | Il n'est pas le Dieu des morts, mais des vivants. Vous vous Âegarez compleÁtement.

31

32 33

34

Seigneur est un, | et tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cúur, de toute ton Ãame, de toute ton intelligence et de toute ta force. | Le second, c'est : Tu aimeras ton prochain comme toi-meÃme. Il n'y a pas d'autre commandement plus grand que ceux-laÁ. Le scribe lui dit : C'est bien, maõÃtre ; tu as dit avec veÂrite qu'il est un et qu'il n'y en a pas d'autre que lui, | et que l'aimer de tout son cúur, de toute son intelligence et de toute sa force, et aimer son prochain comme soi-meÃme, c'est plus que tous les holocaustes et les sacrifices. | JeÂsus, voyant qu'il avait reÂpondu judicieusement, lui dit : Tu n'es pas loin du royaume de Dieu. Et personne n'osait plus l'interroger. Le Christ et David

Mt 22.41-46 ; Lc 20.41-44 35 36

37

JeÂsus enseignait dans le temple : Comment les scribes peuvent-ils dire que le Christ est fils de David ? | David lui-meÃme, par l'Esprit saint, a dit : Le Seigneur a dit Áa mon Seigneur : Assieds-toi Áa ma droite, jusqu'aÁ ce que je mette tes ennemis sous tes pieds. Á peut-il David lui-meÃme l'appelle Seigneur ; d'ou donc Ãetre son fils ? Et la foule, nombreuse, l'eÂcoutait avec plaisir.

Le premier de tous les commandements

Contre les scribes

Mt 23.1-36 ; Lc 20.45-47

Mt 22.34-40 ; cf. Lc 10.25-28

28

29

18

19

20

21 23

24 25

Un des scribes, qui les avait entendus deÂbattre et voyait qu'il leur avait bien reÂpondu, vint lui demander : Quel est le premier de tous les commandements ? | JeÂsus reÂpondit : Le premier, c'est : Ecoute, IsraeÈl ! Le Seigneur, notre Dieu, le Les sadduceÂens (sur leur nom, voir Ez 40.46n) eÂtaient surtout issus de l'aristocratie sacerdotale ; pour eux, seule la loi de MoõÈse (c.-aÁ-d. le Pentateuque, cf. v. 19,26) eÂtait vraiment normative (et non, par exemple, des textes comme Dn 12.2). Ð reÂsurrection : litt. releÁvement (des morts) ; un verbe apparente est traduit par susciter au v. 19 ; de meÃme v. 23 ; cf. 8.31+ ; voir aussi Ac 4.1s ; 23.8. nous a prescrit : litt. a eÂcrit pour nous. Ð Si quelqu'un... : litt. si le freÁre de quelqu'un meurt et laisse une femme et n'a pas d'enfant, que son freÁre prenne la femme et suscite (verbe apparente aÁ ressusciter ) une descendance pour son freÁre Dt 25.5ss ; cf. Gn 38.8. Cf. Tobit 3.8 : « Elle avait eÂte donneÂe sept fois en mariage, et... AsmodeÂe, le deÂmon mauvais, avait tue chaque fois ses maris avant qu'ils ne se soient unis aÁ elle, selon le devoir qu'on a envers une eÂpouse. » prit la femme : litt. la prit. quand ils se releÁveront ou quand on se releÁvera ; l'expression correspondante (de meÃme v. 25), qui n'est ici preÂsente que dans certains mss, est apparenteÂe au substantif traduit par reÂsurrection. vous vous eÂgarez : cf. v. 27n ; Mt 22.29n ; 24.4+. Cf. Ac 23.8. Ð on ne prend... : litt. on ne se marie ni l'on n'est donneÂe en mariage ; cf. 1 HeÂnoch 15.6s (aÁ propos des anges deÂchus, cf. Gn 6.1ss) : « Mais vous, vous eÂtiez de nature des esprits, eÂternellement vivants, soustraits aÁ la mort pour toutes les geÂneÂrations du monde, et c'est pourquoi Je n'ai pas creÂe chez vous de femelles. Les esprits ceÂlestes ont le ciel pour demeure. » se reÂveillent ou se releÁvent, ressuscitent, autre verbe que dans les v. preÂceÂdents ; cf. v. 23n ; 1.31n ; voir reÂsurrection . Ð dans le livre de MoõÈse v. 18n ; voir Ex 3.1ss,6,15s. Vous vous eÂgarez compleÁtement : autre traduction votre erreur est grande, cf. v. 24+. Cf. Lc 10.25-28. Ð Voir scribes . Ð commandements : voir loi . Dt 6.4 ; cf. 1Co 8.6. Ð Ecoute : autre traduction entends. Dt 6.5 ; Jos 22.5 ; cf. 2R 23.25 ; voir aussi cúur . $

39 40

31

$

32 33

28 29 30

$

$

$

Lv 19.18 ; Rm 13.9 ; Ga 5.14 ; Jc 2.8 ; cf. Jn 15.12. Evangile selon Thomas 25 : « JeÂsus a dit : ``Aime ton freÁre comme ton aÃme ; veille sur lui comme sur la pupille de ton úil.'' » Cf. Lc 20.39. Ð il est un... Dt 4.35 ; Es 45.21. intelligence : autre terme qu'au v. 30 (synonyme). Ð de toute sa force : certains mss portent de toute son aÃme, d'autres de toute son aÃme et de toute sa force. Ð plus que tous les holocaustes... 1S 15.22 ; Os 6.6 ; voir aussi sacrifices . pas loin du royaume 1.15. Ð personne n'osait plus... : cf. Mt 22.46//. enseignait dans le temple 2.13 ; 14.49 ; Mt 21.23 ; 26.55// ; Lc 19.47 ; 20.1 ; 21.37 ; Jn 7.14,28 ; 8.20. Ð scribes 2.6+. Ð peuvent-ils dire : litt. disent-ils. Ð le Christ 1.1n. Ð fils de David 10.47n ; Jn 7.42 ; cf. 2S 7.12,16 ; Es 11.1ss ; Jr 23.5 ; 33.15 ; Psaumes de Salomon 17.21 : « Suscite-leur leur roi, fils de David, au moment que tu sais, oà Dieu, pour qu'il reÁgne sur IsraeÈl ton serviteur ! » EpõÃtre de Barnabe 12.10s : « Et, comme David redoutait, en la percevant, l'erreur des peÂcheurs qui allaient dire que le Christ est fils de David, il fait lui-meÃme cette propheÂtie : ``Le Seigneur a dit mon Seigneur...'' Et voici encore ce que dit IsaõÈe : ``Le Seigneur a dit au Christ mon Seigneur : Je l'ai pris par la main droite... (cf. Es 45.1).'' Voyez comment David l'appelle Seigneur et non pas fils ! » par l'Esprit saint 2S 23.2. Ð jusqu'aÁ ce que je mette... : autre traduction que je mette... ; ou, d'apreÁs certains mss, que je fasse de tes ennemis ton marchepied, cf. Ps 110.1 ; Mt 22.44+. Cf. Rm 1.3s. Ð d'ouÁ : autre traduction comment. Ð la foule, nombreuse : certains mss portent une grande foule ; Lc 19.48 ; 21.38. scribes 2.6+. Ð aiment : litt. veulent. Ð se promener : litt. marcher. Ð longues robes : cf. Mt 23.5 ; certains teÂmoins anciens semblent avoir lu, ici et en Lc 20.46 se promener sous les portiques, cf. Ac 3.11 ; 5.12. Lc 11.43 ; 14.7 ; Jn 5.44. ils deÂvorent... : cf. Ex 22.21ss ; Es 10.2 ; Assomption de MoõÈse 7.3ss (il s'agit selon toute vraisemblance d'une description des pharisiens et des sadduceÂens par les esseÂniens) : « Alors reÂgne$

34 35

$

$

$

$

$

36

37

38

$

27

Il leur disait, dans son enseignement : Gardezvous des scribes ; ils aiment se promener avec de longues robes, Ãetre salueÂs sur les places publiques, | avoir les premiers sieÁges dans les synagogues et les premieÁres places dans les dõÃners ; | ils deÂvorent les maisons des veuves et, pour l'apparence, ils font de

$

$

$

26

38

39 40

$

$

$

$


MARC 12±13

longues prieÁres. Ils recevront un jugement particulieÁrement seÂveÁre.

8

L'offrande de la veuve Lc 21.1-4

41

42 43

44

S'eÂtant assis en face du TreÂsor, il regardait comment la foule y mettait de la monnaie de bronze. Nombre de riches mettaient beaucoup. Vint aussi une pauvre veuve qui mit deux leptes valant un quadrant. | Alors il appela ses disciples et leur dit : Amen, je vous le dis, cette pauvre veuve a mis plus que tous ceux qui ont mis quelque chose dans le TreÂsor ; | car tous ont mis de leur abondance, mais elle, elle a mis, de son manque, tout ce qu'elle posseÂdait, tout ce qu'elle avait pour vivre. Mt 24.1-3 ; Lc 21.5-7

2

Alors qu'il sort du temple, un de ses disciples lui dit : MaõÃtre, regarde, quelles pierres, quelles constructions ! | JeÂsus lui reÂpondit : Tu vois ces grandes constructions ? Il ne restera pas pierre sur pierre qui ne soit renverseÂe.

n'est pas encore la fin. | Car nation se dressera contre nation et royaume contre royaume ; dans divers lieux il y aura des tremblements de terre, il y aura des famines. Ce sera le commencement des douleurs de l'accouchement. Mt 10.17-22 ; Lc 21.12-17

9

10 11

La destruction du temple

13

1321

12 13

Prenez garde Áa vous-meÃmes ; on vous livrera aux tribunaux et vous serez battus dans les synagogues ; vous comparaõÃtrez devant des gouverneurs et des rois Áa cause de moi ; ce sera pour eux un teÂmoignage. | Il faut d'abord que la bonne nouvelle soit proclameÂe Áa toutes les nations. | Quand on vous emmeÁnera pour vous livrer, ne vous inquieÂtez pas Áa l'avance de ce que vous direz, mais dites ce qui vous sera donne Áa ce moment meÃme ; car ce n'est pas vous qui parlerez, c'est l'Esprit saint. Le freÁre livrera son freÁre Áa la mort, et le peÁre son enfant ; les enfants se dresseront contre leurs parents et les feront mettre Áa mort. | Vous serez deÂtesteÂs de tous Áa cause de mon nom ; mais celui qui perseÂveÂrera jusqu'aÁ la fin sera sauveÂ. Une grande deÂtresse

Les signes annonciateurs de la fin Mt 24.4-8 ; Lc 21.8-11

3 4

5 6 7

41

42

Mt 24.15-22 ; Lc 21.20-24 14

Comme il Âetait assis sur le mont des Oliviers, en face du temple, Pierre, Jacques, Jean et Andre se mirent Áa l'interroger, en prive : | Dis-nous, quand 15 cela arrivera-t-il ? Quel sera le signe annoncËant la 16 fin de toutes ces choses ? JeÂsus se mit alors Áa leur dire : Prenez garde que personne ne vous Âegare. | Beaucoup viendront en se 17 servant de mon nom, en disant : « C'est moi ! », et ils Âegareront une multitude de gens. | Quand vous entendrez parler de guerres et de rumeurs de guer- 18-19 res, ne vous alarmez pas : cela doit arriver, mais ce ront des hommes pestilentiels et impies qui se preÂtendront justes... des hommes trompeurs, contents d'eux-meÃmes, simuleÂs en tout ce qui les concerne, et aÁ toute heure du jour eÂpris de banquets (et) avides du gosier... Mangeurs des biens des pauvres, disant agir ainsi aÁ cause de la justice, alors qu'ils bannissent ceux qui se plaignent ; trompeurs qui se cachent pour ne pas eÃtre reconnus, impies... » Ð pour l'apparence : autre traduction comme preÂtexte ; le meÃme terme est traduit par excuse en Jn 15.22, preÂtexte en Ac 27.30. Ð un jugement particulieÁrement seÂveÁre Jc 3.1. Sur le TreÂsor du temple , cf. 2R 12.9s ; Ne 12.44 ; Mt 27.6 ; Jn 8.20. Ð y mettait : litt. mettait (ou jetait, versait, de meÃme dans la suite) dans le TreÂsor ; le terme peut deÂsigner plus speÂcifiquement les caisses ou « troncs » destineÂs aÁ recevoir les dons. Ð de la monnaie de bronze ou des chalques (cf. 6.8n). leptes : les plus petites pieÁces de bronze alors en circulation, valant chacune 1/7 de chalque, cf. 6.8n ; voir mesures , poids et monnaies. Ð un quadrant = le quart d'un as (Mt 5.26n) ; cf. Lc 12.59n. Amen Mt 5.18n. Ð plus que tous... : cf. Lc 21.3n. abondance / manque : cf. 2Co 8.12-14 ; voir aussi Ph 4.11. Ð tout ce qu'elle avait pour vivre ou toutes ses ressources ; sur le terme grec correspondant voir 1Jn 2.16n.

4 5 6

13

7 8 9

$

Á phe , la reconstruction du temple de JeÂru1 Selon Flavius Jose salem, entreprise par HeÂrode le Grand, eÂtait toujours en cours au temps de JeÂsus (Jn 2.20n) ; le nouveau temple ne sera acheve qu'en l'an 64, six ans seulement avant sa destruction par les Romains. Ð MaõÃtre : au sens d'enseignant. 2 Jr 7.14 ; 9.11+ ; Lc 19.44. Ð A la fin du v., certains mss ajoutent et apreÁs trois jours un autre sera eÂrige (le meÃme verbe eÂtant traduit ailleurs par relever, ressusciter ) sans (le secours des) mains (de l'homme), cf. 14.58. 3 mont des Oliviers 11.1n. Ð Voir temple . Ð Pierre, Jacques, $

$

$

Jean (5.37+) et Andre 1.16ss. Ð l'interroger, en prive 4.10+. la fin ou l'acheÁvement (cf. Mt 13.39n) ; litt. le signe quand toutes ces choses vont s'achever ; cf. 24.3 ; Lc 21.7. Voir Mt 24.4n,6+ ; cf. Mt 10.17-22. Beaucoup et une multitude de gens traduisent le meÃme mot grec. Ð en se servant de mon nom ou en mon nom, comme en 9.39+. Ð C'est moi 6.50n. cela doit arriver : cf. Dn 2.28. Cf. Es 13.13 ; 19.2 ; Jr 14.12+ ; 2Ch 15.6 ; Mt 24.7n,8n. aux tribunaux : litt. aux sanheÂdrins ; il s'agit de toute eÂvidence ici, non du grand sanheÂdrin de JeÂrusalem, mais des conseils locaux des synagogues. Ð teÂmoignage 1.44+. que la bonne nouvelle (1.1n) soit proclameÂe (1.4n) aÁ toutes les nations 14.9 ; 16.15 ; Mt 24.14 ; 28.18ss ; Col 1.23 ; Ap 14.6 ; cf. Lc 21.24 ; Rm 11.25 ; voir aussi non-Juifs . Mt 10.19s ; Lc 12.11s ; cf. Jn 14.26. Ð ce moment meÃme : litt. cette heure-laÁ. Ð Voir aussi Esprit et saint . Mi 7.6 ; Mt 10.21+. Voir Mt 10.22+ ; cf. 24.9,13 ; Jn 15.18-21 ; 16.2 ; 1P 4.14 ; EpõÃtre de Barnabe 4.9 : « Prenons donc garde dans les derniers jours, car il ne nous servira de rien tout le temps de notre vie et de notre foi, aÁ moins que maintenant, dans le sieÁcle impie et dans les scandales aÁ venir, nous ne reÂsistions comme il convient aÁ des fils de Dieu. » l'abominable deÂvastateur : litt. l'abomination ou l'horreur de la deÂvastation (traduction traditionnelle l'abomination de la deÂsolation) ; l'expression pourrait aussi signifier l'abomination deÂvastatrice, mais la suite est au masculin ; voir Dn 9.27 ; 11.31 ; 12.11 ; cf. Mt 24.15+ ; 2Th 2.3s. Ð fuient : cf. Jr 4.6 ; 6.1 ; 48.6 ; 49.8,30 ; 51.6 ; Ez 7.16. Voir Mt 24.17n ; Lc 17.31. arrieÁre : le meÃme terme a eÂte traduit derrieÁre en 1.7n etc. Lc 21.23 ; 23.29. Ð Quel malheur Mt 11.21n. deÂtresse Mt 24.21n ; 1Th 3.3n ; voir Dn 12.1 ; cf. Ex 9.18 ; Dt 4.32 ; $

10

$

11

$

43 44

Lorsque vous verrez l'abominable deÂvastateur insÁ il ne doit pas Ãetre Ð que le lecteur talle laÁ ou comprenne Ð alors, que ceux qui seront en JudeÂe fuient dans les montagnes ; | que celui qui sera sur le toit en terrasse n'en descende pas, qu'il ne rentre pas pour prendre quelque chose chez lui ; | et que celui qui sera aux champs ne retourne pas en arrieÁre pour prendre son veÃtement. | Quel malheur pour les femmes enceintes et pour celles qui allaiteront en ces jours-laÁ ! Priez pour que cela n'arrive pas en hiver. | Car ces jours-laÁ seront des jours de deÂtresse, d'une deÂtresse

$

12 13

$

14

15 16 17 19

$


1322

20

MARC 13±14

telle qu'il n'y en a pas eu de semblable depuis le commencement du monde que Dieu a creÂÂe jusqu'aÁ maintenant, et qu'il n'y en aura jamais plus. | Si le Seigneur n'avait abreÂge ces jours, personne ne serait sauve ; mais il a abreÂge ces jours Áa cause de ceux qu'il a choisis.

32

Dieu seul connaõÃt le moment de la fin Pour ce qui est du jour ou de l'heure, personne ne les connaõÃt, pas meÃme les anges dans le ciel, pas meÃme le Fils, mais le PeÁre seul.

Mt 24.23-25 21 22

23

Mt 25.13-15 ; Lc 19.12-13

Si alors quelqu'un vous dit : « Le Christ est ici ! », « il est laÁ-bas ! », ne le croyez pas. | Car des christs de mensonge et des propheÁtes de mensonge se leÁveront ; ils donneront des signes et des prodiges pour Âegarer, si possible, ceux qui ont Âete choisis. | Soyez sur vos gardes ; je vous ai bien preÂvenus.

33 34

35

La venue du Fils de l'homme Mt 24.29-31 ; Lc 21.25-28

24

25

26 27

Mais en ces jours-laÁ, apreÁs cette deÂtresse-laÁ, le soleil s'obscurcira, la lune ne donnera plus sa clarteÂ, les Âetoiles tomberont du ciel, et les puissances qui sont dans les cieux seront ÂebranleÂes. Alors on verra le Fils de l'homme venant sur les nueÂes avec beaucoup de puissance, avec gloire. | Alors il enverra les anges et rassemblera des quatre vents, de l'extreÂmite de la terre jusqu'aÁ l'extreÂmite du ciel, ceux qu'il a choisis.

36 37

Prenez garde, restez ÂeveilleÂs, car vous ne savez pas quand ce sera le moment. Il en sera comme d'un homme qui, partant en voyage, laisse sa maison, donne autorite Áa ses esclaves, Áa chacun sa taÃche, et commande au gardien de la porte de veiller. | Veillez donc, car vous ne savez pas quand viendra le maõÃtre de maison : le soir, ou au milieu de la nuit, ou au chant du coq, ou au matin ; | craignez qu'il n'arrive Áa l'improviste et ne vous trouve endormis. | Ce que je vous dis, je le dis Áa tous : Veillez. Le complot contre JeÂsus

Mt 26.1-5 ; Lc 22.1-2

14 2

La parabole du figuier

La PaÃque et les Pains sans levain devaient avoir lieu deux jours apreÁs. Les grands preÃtres et les scribes cherchaient comment le faire arreÃter par ruse et le tuer. | Car ils disaient : Pas en pleine feÃte, de peur qu'il n'y ait de l'agitation parmi le peuple. L'onction aÁ BeÂthanie

Mt 24.32-36 ; Lc 21.29-33

28

29

30 31

20 21 22

Laissez-vous instruire par la parabole tireÂe du figuier : deÁs que ses branches deviennent tendres et que les feuilles poussent, vous savez que l'eÂte est proche. | De meÃme, vous aussi, quand vous verrez ces choses arriver, sachez qu'il est proche, aux portes. Amen, je vous le dis, cette geÂneÂration ne passera pas que tout cela n'arrive. | Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront pas.

Jl 2.2. Ð du monde que Dieu a creÂe : litt. de la creÂation que Dieu a creÂeÂe. Mt 24.22n. Ð ces jours : litt. les jours. Ð aÁ cause de ceux... : litt. aÁ cause des choisis (ou eÂlus) qu'il a choisis ; cf. v. 22,27 ; Ap 7. Cf. Lc 17.20s. des christs... : autres traductions de faux christs et de faux propheÁtes ; des pseudo-christs et des pseudo-propheÁtes ; cf. Ac 5.36s ; voir aussi Jr 6.13 ; 14.14. Ð ils donneront : cf. 8.12 ; certains mss portent ils feront (expression habituellement traduite par produire des signes...). Ð signes / prodiges : cf. Dt 13.2ss ; 2Th 2.9s ; Ap 13.13s. je vous ai bien preÂvenus : litt. je vous ai tout dit aÁ l'avance ; le meÃme verbe est traduit par parler d'avance en Ac 1.16. Es 13.10 ; Ez 32.7s ; Jl 2.10 ; 3.4 ; 4.15 ; Ap 6.12-14 ; 8.12. Es 34.4 ; Jl 2.10 ; 4.16 ; Ag 2.6,21 ; He 12.26s ; Ap 6.13 ; Siracide 16.18 : « Le ciel et les cieux des cieux, l'abõÃme et la terre sont eÂbranleÂs lors de sa visite (c.-aÁ-d. l'intervention de Dieu). » EpõÃtre de Barnabe 15.5 : « Lorsque son fils sera venu pour mettre fin au temps de l'Inique, pour juger les impies et pour changer le soleil, la lune et les eÂtoiles... » Dn 7.13s ; cf. Mt 16.27s ; Mc 8.38 ; 9.9+ ; 14.62 ; 1Th 4.17 ; Ap 1.7 ; 14.14. Ð Fils de l'homme 2.10+ ; Mt 8.20n. Ð Voir gloire . Mt 24.31+ ; cf. Dt 30.4 ; Ez 37.9ss ; Za 2.10 ; Ne 1.9 ; voir aussi anges . Ð ceux qu'il a choisis (ou ses eÂlus) ; certains mss portent les eÂlus, c.-aÁ-d. ceux qui sont choisis ; v. 20+. Cf. 11.13s. Ð deviennent tendres : c.-aÁ-d. bourgeonnent. il (le Fils de l'homme, ou plus geÂneÂralement l'eÂveÂnement ) est proche Ph 4.5. Ð aux portes (de la ville ?) : cf. Jc 5.9 ; Ap 3.20. Amen Mt 5.18n. Ð cette geÂneÂration 8.12+ ; cf. 9.1. Ð pas : au$

23 24 25

$

27

$

$

28 29 30

3

4 5

31

32 33 34 35 36 37

Comme il Âetait Áa BeÂthanie, chez Simon le leÂpreux, une femme entra pendant qu'il Âetait Áa table. Elle tenait un flacon d'albaÃtre plein d'un parfum de nard pur, de grand prix ; elle brisa le flacon et reÂpandit le parfum sur la teÃte de JeÂsus. | Quelquesuns s'indignaient : A quoi bon gaspiller ce parfum ? | On aurait pu vendre ce parfum plus de trois cents deniers, et les donner aux pauvres. Et ils

tres traductions jamais ; en aucun cas (de meÃme v. 31). Mt 5.18 ; Lc 16.17. Evangile selon Thomas 11 : « Ce ciel passera, et celui qui est au-dessus de lui passera ; ceux qui sont morts ne vivent pas, et ceux qui vivent ne mourront pas. » Cf. Mt 24.36+ ; 1Th 5.1s. Ð Voir anges . Ð pas meÃme le Fils 12.6s ; cf. Mt 11.27//. Ð le PeÁre seul : cf. 10.18,27,40 ; Ac 1.7. restez eÂveilleÂs : certains mss ajoutent et priez, cf. 14.38. Voir aussi Mt 24.42ss ; Lc 21.36 ; Ep 6.18. un homme qui, partant en voyage... 12.1. Ð sa taÃche ou son úuvre ; cf. 14.6. Veillez v. 37+. Ð vous ne savez pas... Lc 12.38,40. Cf. Mt 25.5 ; voir aussi craignez . vous / aÁ tous : cf. v. 3 ; Lc 12.41ss. Ð Veillez Mt 24.42 ; Ac 20.31 ; 1Co 16.13 ; 1Th 5.6,10 ; 1 P 5.8. $

$

$

$

$

$

26

Mt 26.6-13 ; cf. Lc 7.36-50 ; Jn 12.1-8

$

14

Cf. Jn 11.47-53. Ð PaÃque / Pains sans levain : voir calendrier et feÃtes ; Ex 12.1-20 ; Lv 23.5s ; Dt 16.1-8. Ð grands preÃtres (v. 43+ ; 11.18n ; Mt 2.4n) / scribes : cf. 8.31n. Â thanie 11.1n ; cf. Jn 12.1. Ð Simon le leÂpreux (cf. 1.40ss ; 3 Be 2.14s ; 7.14ss) : comparer avec Lc 7.39s. Ð flacon d'albaÃtre ou alabastre (voir illustration). Ð nard pur Ct 1.12n ; Jn 12.3n. Ð sur la teÃte de JeÂsus : litt. sur sa teÃte. 4 s'indignaient : on peut comprendre s'indignaient entre eux ou s'indignaient en leur for inteÂrieur (cf. Lc 7.39) ; ou encore s'indignaient les uns contre les autres ; meÃme verbe Mc 10.14,41 ; Mt 20.24 ; 21.15 ; 26.8 ; Lc 13.14. Ð gaspiller : le terme grec eÂvoque habituellement une perte, une mort ou une disparition. 5 trois cents deniers (cf. 6.37n), soit un peu moins d'une anneÂe de salaire au tarif de Mt 20.1ss ; voir aussi mesures , poids et mon$

1

$

$

$


MARC 14

1323

JeÂsus prend le repas de la PaÃque avec ses disciples Mt 26.17-19 ; Lc 22.7-13

12

13 14

15 16

Flacon d'albaÃtre ou « alabastre » (Mc 14.3 n// ; voir aussi Jn 12.3), habituellement destine aux parfums dans l'Antiquite greÂco-romaine.

Á Le premier jour des Pains sans levain, le jour ou Á l'on sacrifiait la PaÃque, ses disciples lui disent : Ou veux-tu que nous allions te preÂparer le repas de la PaÃque ? | Il envoie deux de ses disciples et leur dit : Allez Áa la ville ; un homme portant une cruche d'eau viendra Áa votre rencontre ; suivez-le, | et laÁ Á il entrera, dites au maõÃtre de maison : Le maõÃtre ou Á est la salle ou Á je mangerai la PaÃque avec dit : « Ou mes disciples ? » | Il vous montrera une grande chambre Áa l'eÂtage, ameÂnageÂe et toute preÃte : c'est laÁ que vous ferez pour nous les preÂparatifs. | Les disciples partirent, arriveÁrent Áa la ville, trouveÁrent les choses comme il leur avait dit et preÂpareÁrent la PaÃque. Mt 26.20-25 ; Lc 22.21-23 ; Jn 13.21-26

6 7

8 9

s'emportaient contre elle. | Mais JeÂsus dit : Laissez- 17-18 la. Pourquoi la tracassez-vous ? Elle a accompli une belle úuvre Áa mon Âegard ; | les pauvres, en effet, vous les avez toujours avec vous, et vous pouvez 19 leur faire du bien quand vous voulez ; mais moi, 20 vous ne m'avez pas toujours. | Elle a fait ce qu'elle a pu ; elle a d'avance embaume mon corps pour 21 l'ensevelissement. | Amen, je vous le dis, partout Á la bonne nouvelle sera proclameÂe, dans le monde ou entier, on racontera aussi, en meÂmoire de cette femme, ce qu'elle a fait. Judas s'appreÃte aÁ livrer JeÂsus

11

6 7

22

Judas Iscarioth, l'un des Douze, alla trouver les grands preÃtres afin de le leur livrer. | Quand ils l'entendirent, ils se reÂjouirent et promirent de lui donner de l'argent. Il cherchait une occasion pour le livrer. naies. Ð ils s'emportaient 1.43n. une belle úuvre : cf. v. 8n. les pauvres... : cf. Dt 15.11. Ð vous ne m'avez pas toujours ou pour toujours 2.19s. Ð Cf. EpõÃtre de Barnabe 21.2 : « A vous les notables, si toutefois vous voulez accepter un conseil de ma bonne intention, voici ce que je demande : Vous avez autour de vous des gens aÁ qui faire le bien, n'y manquez pas ! » pour l'ensevelissement : donner une seÂpulture aÁ un mort eÂtait consideÂreÂ, dans le judaõÈsme du Ier s. apr. J.-C., comme une bonne úuvre au meÃme titre que l'aumoÃne (v. 6s) ; cf. 15.42±16.1 ; Jn 12.7 ; EpõÃtre d'Ignace d'Antioche aux EpheÂsiens 17.2 : « Si le Seigneur a recËu une onction sur la teÃte, c'est afin d'exhaler pour son Eglise un parfum d'incorruptibiliteÂ. » Cf. 1.1n ; 13.10+. Ð Amen Mt 5.18n. Ð de cette femme : litt. d'elle. Judas Iscarioth 3.19+. Ð grands preÃtres : cf. 11.18n ; Mt 2.4n. une occasion : cf. 6.21n. ouÁ l'on sacrifiait la PaÃque (c.-aÁ-d. l'agneau de la PaÃque) : le verbe employe peut eÂgalement signifier abattre, dans un sens « profane » (voir ses diffeÂrents emplois en Mt 22.4 ; Lc 15.23ss ; Jn 10.10 ; Ac 10.13 ; 14.13,18 ; 1Co 5.7 ; 10.20). Cf. Ex 12.11n, 14-21 ; Dt 16.2,6 ; Esd 6.20. Ð PaÃque : 14.1+ ; voir calendrier et feÃtes. Cf. 11.2ss ; 1S 10.2-7 ; Mt 17.27 ; comparer avec Mt 26.18. Ð un homme : autre traduction quelqu'un (ce sont habituellement les femmes qui portent l'eau, cf. Gn 24.11 ; Jn 4.7). maõÃtre : au sens d'enseignant. Ð la salle : litt. ma salle. ameÂnageÂe : litt. joncheÂe (de tapis ou de coussins ouÁ l'on s'eÂtendait, selon l'usage, pour prendre le repas) ; meÃme terme Ez 23.41 (LXX ). partirent : litt. sortirent. $

8

$

9 10 11 12

$

$

$

13

14 15

$

16

La CeÁne

Mt 26.26-29 ; Lc 22.15-20 ; cf. 1Co 11.23-26

Mt 26.14-16 ; Lc 22.3-6 10

Le soir venu, il arrive avec les Douze. | Pendant qu'ils Âetaient Áa table et qu'ils mangeaient, JeÂsus dit : Amen, je vous le dis, l'un de vous, qui mange avec moi, me livrera. | AttristeÂs, ils se mirent Áa lui dire l'un apreÁs l'autre : Est-ce moi ? | Il leur reÂpondit : C'est l'un des Douze, celui qui met avec moi la main dans le plat. | Le Fils de l'homme s'en va, selon ce qui est Âecrit de lui. Mais quel malheur pour cet homme par qui le Fils de l'homme est livre ! Mieux vaudrait pour cet homme ne pas Ãetre neÂ.

23 24 25

Pendant qu'ils mangeaient, il prit du pain ; apreÁs avoir prononce la beÂneÂdiction, il le rompit et le leur donna en disant : Prenez ; c'est mon corps. | Il prit ensuite une coupe ; apreÁs avoir rendu graÃce, il la leur donna, et ils en burent tous. | Il leur dit alors : C'est mon sang, le sang de l'alliance, qui est reÂpandu pour une multitude. | Amen, je vous le dis, je

Cf. Jn 13.21-30. qui mange avec moi : cf. Ps 41.10 ; Jn 13.18. AttristeÂs... : litt. ils commenceÁrent aÁ eÃtre tristes et aÁ lui dire... dans le plat : certains mss portent dans le meÃme plat. Cf. Mt 26.24+. Ð Fils de l'homme 8.20n. Ð quel malheur : cf. 13.17+. 22 Cf. 6.41n// ; 8.7 ; Lc 24.30. Ð du pain ou un pain ; cf. Dt 16.3. ReÁgle de la Communaute (QumraÃn ) 6.4s : « Quand ils disposeront la table pour manger et preÂpareront le vin pour boire, le preÃtre eÂtendra en premier sa main pour qu'on prononce la beÂneÂdiction sur les preÂmices du pain et du vin. » ReÁgle annexe de la Communaute 2.17ss : « Et quand ils se reÂuniront pour la table de la communaute et pour boire le vin, et qu'ils disposeront la table de la communaute et meÃleront le vin pour boire, que personne n'eÂtende sa main sur les preÂmices du pain et du vin avant le PreÃtre ; car c'est lui qui beÂnira les preÂmices du pain et du vin et qui eÂtendra sa main sur le pain en premier. Et ensuite le Messie d'IsraeÈl eÂtendra ses mains sur le pain. Et ensuite toute la CongreÂgation de la Communaute beÂnira, chacun selon sa digniteÂ. Et c'est selon ce rite qu'ils proceÂderont en tout repas quand ils seront reÂunis au moins aÁ dix personnes. » Ð Voir aussi beÂneÂdiction . 23 Cf. 8.6+ ; 1Co 10.16. Ð avoir rendu graÃce : cf. Mt 26.27n. 24 sang de l'alliance : certains mss ajoutent nouvelle ; cf. Ex 24.8 ; Za 9.11 ; He 9.20 ; voir aussi Jr 31.31ss. Ð reÂpandu : cf. Gn 9.6 ; Es 59.7 ; Ez 18.10. Ð pour une multitude ou pour beaucoup, cf. 10.45 ; Es 53.11s. Sur le sens de la construction correspondant aÁ pour, cf. Jn 11.50 ; Rm 5.6 ; 8.32 ; 1Co 15.3,29 ; 2Co 5.14 ; 1P 2.21 ; voir aussi 2 MaccabeÂes 8.21, « mourir pour les lois et pour la patrie. » 4 MaccabeÂes 1.10, « ces hommes qui sont morts pour le bien. » Siracide 29.15 : « N'oublie pas les bienfaits de ton garant : aussi bien il s'est expose en personne pour toi. » 17 18 19 20 21

$

$

$

$

$

$

$

$


1324

MARC 14

ne boirai plus du produit de la vigne jusqu'au jour Á je le boirai, nouveau, dans le royaume de Dieu. ou

41

JeÂsus annonce que Pierre le reniera

42

Mt 26.30-35 ; Lc 22.31-34 ; Jn 13.36-38 26 27

28 29 30 31

ApreÁs avoir chanteÂ, ils sortirent vers le mont des Oliviers. | JeÂsus leur dit : Il y aura pour vous tous une cause de chute, car il est Âecrit : Je frapperai le berger, et les moutons seront disperseÂs. Mais apreÁs mon reÂveil, je vous preÂceÂderai en GalileÂe. | Pierre lui dit : Quand cela serait pour tous une cause de chute, cela ne le serait pas pour moi. | JeÂsus lui reÂpond : Amen, je te le dis, aujourd'hui, cette nuit meÃme, avant qu'un coq ait chante deux fois, toi, tu m'auras renie par trois fois. | Mais lui n'en protestait que davantage : Quand il me faudrait mourir avec toi, je ne te renierais pas ! Et tous en disaient autant.

33 34 35 36

37 38 39 40

25 26 27 28

43

44 45 46 47

49

Mt 26.36-46 ; Lc 22.39-46 32

L'arrestation de JeÂsus

Mt 26.47-56 ; Lc 22.47-53 ; Jn 18.2-12

48

La prieÁre de JeÂsus aÁ GethseÂmani

Ils arrivent au lieu nomme GethseÂmani, et il dit Áa ses disciples : Asseyez-vous ici pendant que je prierai. | Il prend avec lui Pierre, Jacques et Jean. Il commencËa alors Áa Âeprouver l'effroi et l'angoisse. Il leur dit : Je suis triste Áa mourir ; demeurez ici et veillez. | S'eÂtant avance un peu, il tombait Áa terre et priait pour que, s'il Âetait possible, cette heure s'eÂloigne de lui. | Il disait : Abba, PeÁre, tout est possible pour toi ; Âeloigne de moi cette coupe. Toutefois, non pas ce que, moi, je veux, mais ce que, toi, tu veux. | Il vient et les trouve endormis ; il dit alors Áa Pierre : Simon, tu dors ! Tu n'as pas Âete capable de veiller une heure ! | Veillez et priez, afin de ne pas entrer dans l'eÂpreuve ; l'esprit est ardent, mais la chair est faible. | Il s'eÂloigna encore et pria en reÂpeÂtant les meÃmes paroles. | Puis il revint et les Cf. Es 25.6. Ð je ne boirai plus : autre traduction je ne boirai plus jamais. ApreÁs avoir chanteÂ, probablement des Psaumes, voir Mt 26.30n. Ð le mont des Oliviers : cf. 11.1n ; Lc 22.39 ; Jn 18.1. Il y aura... : autre traduction vous treÂbucherez tous, de meÃme v. 29 ; cf. v. 50 ; 4.17+. Ð il est eÂcrit Za 13.7 ; cf. Mc 6.34+. apreÁs mon reÂveil ou apreÁs m'eÃtre releve ; apreÁs ma reÂsurrection : voir Mt 26.32n. Ð je vous preÂceÂderai (autre traduction je vous conduirai ) en GalileÂe 16.7// ; cf. 1.14 ; Mt 28.7,10,16 ; Jn 21. V. 68,72 ; Jn 13.38. Ð deux fois : la meÃme preÂcision figure dans un fragment de papyrus du IIIe s. deÂcouvert dans le Fayoum, en Egypte, qui contient un reÂcit comparable aux v. 26-30, dans des termes leÂgeÁrement diffeÂrents cependant. Cf. Jn 11.16. GethseÂmani : cf. v. 26+ ; Mt 26.36n. Ð pendant que je prierai He 5.7. Pierre, Jacques et Jean 5.37+. Ð effroi 9.15n. Je suis (autre traduction mon aÃme est, 8.35n) triste... : cf. Ps 42.6 n ; Jn 12.27. Ð aÁ mourir : litt. jusqu'aÁ (la) mort, cf. Jon 4.9 (meÃme expression dans LXX ; c'est un verbe grec apparente au terme traduit ici par triste qui eÂvoque la coleÁre dans ce passage de Jonas). cette heure : cf. Jn 2.4+ ; 12.27. Abba, PeÁre : voir Rm 8.15n ; Ga 4.6. Ð tout est possible pour toi 10.27+. Ð cette coupe 10.38+. Ð ce que, toi, tu veux : cf. Mt 6.10 ; Jn 5.30 ; 6.38. Pierre / Simon : cf. 3.16. entrer dans l'eÂpreuve ou en tentation ; cf. Mt 6.13n. Ð esprit / chair : cf. Ps 51.7-14. Ils ne savaient que lui reÂpondre 9.6n. Vous dormez encore, vous vous reposez ! autre traduction

50 51 52

31 32 33 34

Mt 26.57-58 ; Lc 22.54-55,63-71 ; Jn 18.13-15 53 54

37 38

$

$

40 41

Ils emmeneÁrent JeÂsus chez le grand preÃtre ; tous les grands preÃtres, les anciens et les scribes se reÂunissent. | Pierre l'avait suivi de loin, jusqu'aÁ l'inteÂrieur du palais du grand preÃtre, dans la cour. Assis avec les gardes, il se chauffait preÁs du feu. continuez aÁ dormir et aÁ vous reposer ! Ð C'en est fait : traduction incertaine ; on a aussi compris cela suffit (c.-aÁ-d. vous avez assez dormi ), ou encore ce n'est plus possible ; le terme grec correspondant est employe dans des recËus pour signaler qu'une transaction est reÂgleÂe (cf. « pour solde de tout compte ») ; certains y voient une allusion aÁ la trahison de Judas (v. 42) ; certains mss portent c'est la fin. Ð Fils de l'homme 2.10+ ; Mt 8.20n. Ð aux peÂcheurs : litt. aux mains des peÂcheurs ; cf. Ga 2.15. Cf. 1.15n ; Mt 26.32n ; Jn 14.31. Judas v. 10. Ð grands preÃtres / scribes / anciens v. 53,55 ; 8.31n ; 11.27. sous bonne garde, comme en Ac 16.23. Rabbi 9.5n. Ð il l'embrassa : le verbe est deÂrive de celui qui est traduit par embrasser au v. 44 ; selon certains, il suggeÂrerait une nuance particulieÁre (embrasser tendrement, longuement ), mais il peut aussi bien eÃtre consideÂre comme un simple synonyme ; de meÃme Mt 26.49 ; Lc 7.38,45 ; 15.20 ; Ac 20.37. Cf. Jn 18.26. Ð l'oreille : autre traduction le lobe de l'oreille (meÃme terme Jn 18.10). sortis : cf. v. 26. Ð comme si j'eÂtais (litt. comme pour ) un bandit : cf. 15.27n ; Jn 18.40. Lc 19.47 ; 21.37 ; Jn 18.20. Ð enseigner dans le temple 12.35+. V. 27+ ; Jn 16.32. Un jeune homme : cf. 16.5. Ð un drap : cf. 15.46. Ð On l'arreÃte ou on se saisit de lui. Cf. Am 2.16. grands preÃtres / anciens / scribes v. 43+. jusqu'aÁ l'inteÂrieur... : litt. jusqu'aÁ l'inteÂrieur, dans la cour (ou dans le palais) du grand preÃtre v. 66 ; cf. 15.16 ; Mt 26.3n. Ð preÁs du feu : litt. aÁ la lumieÁre. $

$

42 43 44 45

47

$

35 36

AussitoÃt, comme il parle encore, survient Judas, l'un des Douze, et avec lui une foule armeÂe d'eÂpeÂes et de baÃtons, envoyeÂe par les grands preÃtres, les scribes et les anciens. | Celui qui le livrait leur avait donne un signal : Celui que j'embrasserai, c'est lui ; arreÃtez-le et emmenez-le sous bonne garde. | AussitoÃt arriveÂ, il s'approche de lui et lui dit : Rabbi ! Et il l'embrassa. | Alors ils mirent la main sur lui et l'arreÃteÁrent. | Un de ceux qui Âetaient laÁ tira l'eÂpeÂe, frappa l'esclave du grand preÃtre et lui emporta l'oreille. JeÂsus leur dit : Vous Ãetes sortis pour vous emparer de moi avec des ÂepeÂes et des baÃtons, comme si j'eÂtais un bandit. | Tous les jours j'eÂtais parmi vous Áa enseigner dans le temple, et vous n'eÃtes pas venus m'arreÃter. Mais c'est pour que les Ecritures soient accomplies. Alors tous l'abandonneÁrent et prirent la fuite. Un jeune homme le suivait, veÃtu seulement d'un drap. On l'arreÃte, | mais lui, laÃchant le drap, s'enfuit tout nu. JeÂsus comparaõÃt devant le sanheÂdrin

$

30

trouva endormis, car ils avaient les yeux lourds. Ils ne savaient que lui reÂpondre. | Il vient pour la troisieÁme fois et leur dit : Vous dormez encore, vous vous reposez ! C'en est fait. L'heure est venue ; le Fils de l'homme est livre aux peÂcheurs. | Levezvous, allons ; celui qui me livre s'est approcheÂ.

48 49 50 51 52 53 54

$

$

$

$

$

$

$


MARC 14±15 Mt 26.59-68 ; Lc 22.63-71 ; Jn 18.19-24 55 56

57 58

59 60

61

62 63 64

65

Les grands preÃtres et tout le sanheÂdrin cherchaient un teÂmoignage contre JeÂsus pour le faire mettre Áa mort, et ils n'en trouvaient pas ; | car beaucoup portaient de faux teÂmoignages contre lui, mais les teÂmoignages ne concordaient pas. Quelques-uns se levaient pour porter contre lui ce faux teÂmoignage : | Nous l'avons entendu dire : « Je deÂtruirai ce sanctuaire fabrique par des mains humaines et en trois jours j'en construirai un autre qui ne sera pas fabrique par des mains humaines. » | Et meÃme sur ce point-laÁ, leurs teÂmoignages ne concordaient pas. | Alors le grand preÃtre se leva au milieu de l'assembleÂe et demanda Áa JeÂsus : Tu ne reÂponds rien ? Que dis-tu des teÂmoignages que ces gens portent contre toi ? | Il gardait le silence ; il ne reÂpondit rien. Le grand preÃtre lui demandait encore : Est-ce toi qui es le Christ, le Fils du BeÂni ? JeÂsus reÂpondit : C'est moi. Et vous verrez le Fils de l'homme assis Áa la droite de la Puissance et venant avec les nueÂes du ciel. | Alors le grand preÃtre deÂchire ses veÃtements et dit : Qu'avons-nous encore besoin de teÂmoins ? | Vous avez entendu le blaspheÁme. Qu'en pensez-vous ? Tous le condamneÁrent, le deÂclarant passible de mort. Quelques-uns se mirent Áa lui cracher dessus, Áa lui voiler le visage et Áa le frapper Áa coups de poing en lui disant : Fais le propheÁte ! Et les gardes le recËurent avec des gifles. Pierre renie JeÂsus

67 68

55 56

Pendant que Pierre Âetait en bas, dans la cour, une des servantes du grand preÃtre arrive. | Voyant Pierre qui se chauffait, elle le regarde et dit : Toi aussi, tu Âetais avec JeÂsus le NazareÂen. | Il le nia, en disant : Je ne sais pas, je ne comprends pas ce que tu

Cf. 15.1. ne concordaient pas : litt. n'eÂtaient pas eÂgaux, cf. v. 59 ; Dt 17.6 ; 19.15 ; cf. le reÂcit de Daniel grec 13.48ss, ouÁ Daniel deÂmasque les faux teÂmoins qui accusent la pieuse Susanne en leur faisant preÂciser seÂpareÂment sous quel arbre ils preÂtendent l'avoir surprise en flagrant deÂlit d'adulteÁre. Cf. 13.2 ; 15.29 ; Jn 2.19ss ; 4.21ss ; Ac 6.14. Ð pas fabrique par des mains humaines 2Co 5.1 ; He 9.11 ; cf. Ac 7.48ss ; 17.24. meÃme sur ce point... : litt. meÃme ainsi leur teÂmoignage n'eÂtait pas eÂgal, v. 56n. Tu ne reÂponds rien... : autre traduction tu ne reÂponds rien aux teÂmoignages que ces gens portent contre toi ? gardait le silence 15.4s ; Es 50.6ss ; 53.7 ; Ps 39.3,10 ; Ac 8.32. Ð le Christ ou le Messie, 1.1n ; cf. 8.29s. Ð du BeÂni (c.-aÁ-d. de Dieu), formule juive pour eÂviter de prononcer le nom divin, en particulier dans une phrase supposeÂe blaspheÂmatoire. C'est moi : autre traduction je le suis, litt. je suis, voir 6.50n ; cf. Mt 26.64 ; Lc 22.67. Ð le Fils de l'homme... 13.26+ ; Dn 7.13. Ð assis aÁ la droite... Ps 110.1 ; He 1.3n. Ð de la Puissance : il faut de toute eÂvidence comprendre de Dieu, dont on eÂvite de prononcer le nom. deÂchire ses veÃtements : signe de deuil, de coleÁre ou de tristesse, par lequel le grand preÃtre marque ici sa reÂaction aÁ une parole qu'il juge blaspheÂmatoire ; cf. Lv 21.10 ; 2R 18.37 ; 19.1. blaspheÁme : cf. 2.7// ; 3.28+ ; Lv 24.16 ; Jn 10.33 ; 19.7. Ð le deÂclarant (sous-entendu dans le texte) passible de mort : cf. 10.33. Cf. 10.34+ ; Es 50.6. Ð voiler ou couvrir le visage. Ð Fais le propheÁte , allusion sarcastique aÁ la reÂputation de JeÂsus (cf. Lc 22.64). cour v. 54n ; 15.16. Ð grand preÃtre v. 47,53ss. Pierre qui se chauffait v. 54. Ð le regarde : meÃme verbe 10.21. $

58 59 60 61

$

62

$

63

64 65

70

71 72

JeÂsus comparaõÃt devant Pilate

15 2 3 4 5

$

DeÁs le matin, les grands preÃtres tinrent conseil avec les anciens, les scribes et tout le sanheÂdrin. ApreÁs avoir lie JeÂsus, ils l'emmeneÁrent et le livreÁrent Áa Pilate. Pilate lui demanda : Es-tu le roi des Juifs, toi ? Il lui reÂpond : C'est toi qui le dis. | Les grands preÃtres portaient contre lui beaucoup d'accusations. | Pilate lui demandait encore : Tu ne reÂponds rien ? Vois tout ce dont ils t'accusent ! | Mais JeÂsus ne reÂpondit plus rien, ce qui Âetonna Pilate. JeÂsus est condamne aÁ mort

Mt 27.15-26 ; Lc 23.13-25 ; Jn 18.39±19.16 6

8 9 10 11

A chaque feÃte, il leur relaÃchait un prisonnier, celui qu'ils reÂclamaient. | Un nomme Barabbas Âetait en prison avec des Âemeutiers pour avoir, lors d'une Âemeute, commis un meurtre. | La foule monta et se mit Áa demander qu'il agisse envers eux comme il avait coutume de le faire. | Pilate leur reÂpondit : Voulez-vous que je vous relaÃche le roi des Juifs ? Car il savait que c'eÂtait par envie que les grands preÃtres l'avaient livreÂ. | Mais les grands preÃtres

Ð NazareÂen 1.24n. alors un coq chanta : cette preÂcision est absente de certains mss ; cf. v. 30,72. 70 A la fin du v. certains mss ajoutent et ta facËon de parler est semblable, cf. Mt 26.73n. Á jurer... : litt. aÁ anatheÂmatiser et aÁ jurer ; le premier verbe grec 71 a est apparente au terme grec transcrit anatheÁme (Ac 23.14 ; Rm 9.3n) ; ici l'anatheÁme ou maleÂdiction (conditionnelle) intervient pour renforcer le serment (cf. « que je sois maudit si je mens »). MeÃme verbe Ac 23.12ss ; autre verbe apparente en Mt 26.74 ; voir aussi beÂneÂdiction . 72 pour la seconde fois... v. 30,68. Ð Pierre se souvint 11.21. Ð il se mit aÁ pleurer : la traduction du premier des deux verbes grecs correspondants est incertaine ; on a aussi compris : il se couvrit (la teÃte) et pleura ; il se preÂcipita dehors et pleura ; en y pensant, il pleurait ; il se mit aÁ pleurer abondamment. 68

$

15 2 3 5 6 7 8

$

66 67

veux dire, toi ! Puis il sortit pour aller dans le vestibule ; alors un coq chanta. La servante le vit et se remit Áa dire Áa ceux qui Âetaient laÁ : C'est l'un d'entre eux. | Lui, Áa nouveau, le niait. Peu apreÁs, ceux qui Âetaient laÁ disaient encore Áa Pierre : Vraiment, tu es de ces gens-laÁ, car tu es aussi galileÂen. | Alors il se mit Áa jurer, sous peine d'anatheÁme : Je ne connais pas l'homme dont vous parlez ! | AussitoÃt un coq chanta pour la seconde fois. Pierre se souvint de la parole que JeÂsus lui avait dite : Avant qu'un coq ait chante deux fois, tu m'auras renie par trois fois. Alors il se mit Áa pleurer. Mt 27.1-2,11-14 ; Lc 23.1-5 ; Jn 18.28-38

7

Mt 26.69-75 ; Lc 22.56-62 ; Jn 18.17,25-27 66

69

1325

9 10 11

grands preÃtres (11.18 ; Mt 2.4n) / anciens / scribes : cf. 8.31n. Ð tinrent conseil : certains mss portent preÂpareÁrent un conseil ; cf. v. 3,11 ; Lc 22.66. Ð Pilate Mt 27.2n. le roi des Juifs v. 9,12,18,26,32 ; cf. Mt 2.2 ; Lc 23.1s. Ð C'est toi qui le dis : cf. Mt 26.25 ; Jn 18.34. Lc 23.3,5,14. 14.60-61+. feÃte : voir calendrier et feÃtes. Cf. Mt 27.16n. Ð eÂtait en prison : litt. eÂtait lieÂ. La foule (cf. 12.37) monta au palais du procurateur (Mt 27.2n), situe sur une colline ; certains mss portent la foule cria. Ð qu'il agisse... : litt. comme il faisait pour eux. le roi des Juifs v. 2+. Cf. Jn 11.47. Ð grands preÃtres : cf. 11.18n ; Mt 2.4n. Ac 3.13s ; 13.27s. $

1

$

$

$

$

$

$


1326

MARC 15

Les paroles de JeÂsus en croix MATTHIEU / MARC

LUC

JEAN

[PeÁre, pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu'ils font.] [Lc 23.34] Amen, je te le dis, aujourd'hui tu seras avec moi dans le paradis. Lc 23.43 Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonne ? Mt 27.46 // Mc 15.34 Femme, voici ton fils. / Voici ta meÁre. Jn 19.26s

PeÁre, je remets mon esprit entre tes mains. Lc 23.46

12 13-14

15

souleveÁrent la foule, pour qu'il leur relaÃche plutoÃt Barabbas. | Pilate reprit : Que voulez-vous donc que je fasse de celui que vous appelez le roi des Juifs ? Ils se remirent Áa crier : Crucifie-le ! | Pilate leur disait : Quel mal a-t-il donc fait ? Mais ils crieÁrent de plus belle : Crucifie-le ! Pilate deÂcida de satisfaire la foule : il leur relaÃcha Barabbas ; et, apreÁs avoir fait flageller JeÂsus, il le livra pour qu'il soit crucifieÂ.

Mt 27.27-31 ; Jn 19.2-3

17 18 19

12

13 14 15

16

Que voulez-vous donc que je fasse... ou, selon certains mss, que ferai-je donc... ? Ð de celui que vous appelez... : certains mss portent du roi des Juifs. Cf. Ac 2.36. Cf. Ac 3.13 ; 13.28. apreÁs avoir fait flageller... : dans l'usage romain, la flagellation preÂceÁde la crucifixion, qui est la peine la plus cruelle et la plus infamante ; cf. Lc 23.16-22 ; Jn 19.1 ; Ac 5.40 ; 16.37 ; 22.19 ; 2Co 11.25. Cf. Philon , In Flaccum, 36-38 (reÂcit de la sceÁne de deÂrision organiseÂe aÁ Alexandrie pour ridiculiser le « roi des Juifs » HeÂrode Agrippa) : « Il y avait un deÂnomme Carabas, atteint de folie, non pas de folie sauvage et bestiale... mais de folie beÂnigne et plus douce... Ils pousseÁrent ensemble ce malheureux jusqu'au gymnase, l'installeÁrent dans le haut, bien en vue de tout le monde. Ils aplanissent une feuille de papyrus qu'ils lui mettent sur la teÃte en guise de diadeÁme. Ils lui couvrent le reste du corps d'une carpette en guise de chlamyde et, en guise de sceptre, l'un d'eux lui remet un petit bout de tige de papyrus du pays, qu'il avait apercËu, jete au rebut, sur la route. Quand on lui eut remis, comme au theÂaÃtre dans les farces, les insignes de la royaute et qu'il fut attife en roi, de jeunes garcËons..., baÃton sur l'eÂpaule, lui firent la haie des deux coÃteÂs, en jouant les gardes du corps. Ensuite, d'autres s'avanceÁrent, qui pour le saluer, qui pour se faire rendre justice, qui pour lui preÂsenter des requeÃtes d'inteÂreÃt public. » Ð palais 14.54n. Ð la cohorte est, au sens strict, une unite d'environ 600 hommes en geÂneÂral ; ici il s'agit peut-eÃtre seulement des soldats preÂsents dans le palais de Pilate ; cf. Ac 21.31n. pourpre et couronne, embleÁmes de la royaute dont on affuble JeÂsus par deÂrision (v. 2+).

21

24 25 26

27

18 19 20 21

22

$

$

$

17

lui. | ApreÁs s'eÃtre moqueÂs de lui, ils lui oÃteÁrent la pourpre et lui remirent ses veÃtements. JeÂsus est crucifieÂ

23

Les soldats l'ameneÁrent Áa l'inteÂrieur du palais Ð le preÂtoire Ð et ils appellent toute la cohorte. | Ils l'habillent de pourpre et posent sur sa teÃte une couronne d'eÂpines tresseÂes. | Puis ils se mirent Áa le saluer : Bonjour, roi des Juifs ! | Ils lui frappaient la teÃte avec un roseau, lui crachaient dessus et fleÂchissaient les genoux pour se prosterner devant

Tout est acheveÂ. Jn 19.30

Mt 27.32-44 ; Lc 23.26-43 ; Jn 19.16-24

22

Les soldats se moquent de JeÂsus 16

20

J'ai soif. Jn 19.28

23

Puis ils l'emmeÁnent pour le crucifier. Pour porter sa croix, ils reÂquisitionnent un passant qui vient de la campagne, Simon de CyreÁne, peÁre d'Alexandre et de Rufus. Et ils conduisent JeÂsus au lieu dit Golgotha, ce qui se traduit « Lieu du CraÃne ». | Ils voulurent lui donner du vin aromatise de myrrhe, mais il n'en prit pas. | Ils le crucifient et se partagent ses veÃtements en tirant au sort ce que chacun emporterait. | C'eÂtait la troisieÁme heure quand ils le crucifieÁrent. | L'inscription indiquant le motif de sa condamnation portait ces mots : « Le roi des Juifs. » Avec lui ils crucifient deux bandits, l'un Áa sa droite, l'autre Áa sa gauche. Bonjour : litt. reÂjouis-toi ! C'est la salutation grecque courante ; cf. Mt 26.49n. 10.34+ ; cf. Mi 4.14. Ð se prosterner : voir culte . moqueÂs de lui v. 31 ; Ps 22.8 ; 44.14 ; 52.8. porter sa croix Mt 27.32n ; comparer avec Jn 19.17. Ð ils reÂquisitionnent : voir Mt 5.41n. Ð qui vient (ou qui revient ) de la campagne ou des champs, c.-aÁ-d. de l'exteÂrieur de la ville ; cf. He 13.12. Ð Simon de CyreÁne Mt 27.32n. Ð Rufus : cf. Rm 16.13. ils conduisent JeÂsus : litt. ils le conduisent. Ð Golgotha (transcription de l'arameÂen) ou Lieu du CraÃne (traduction en grec dans le texte ; le terme sera traduit en latin calvaria, ce qui a donne notre mot calvaire), sans doute d'apreÁs la forme d'un rocher ; l'identification preÂcise du lieu demeure incertaine. Ils voulurent lui donner ou on voulut lui donner, litt. ils lui donnaient (ou on lui donnait ) : cf. Pr 31.6 ; Mt 27.34n ; d'apreÁs le Talmud de Babylone, les femmes de JeÂrusalem se chargeaient de faire boire aux condamneÂs du vin aromatise avec de l'encens, pour leur faire perdre connaissance. Ð myrrhe : cf. Mt 2.11 ; Jn 19.39. Cf. Ps 22.19 ; Jn 19.24. la troisieÁme heure, c.-aÁ-d. entre 8 h et 9 h du matin ; selon certains, les preÂcisions horaires de ce chapitre (aussi v. 33s) feraient correspondre les trois moments marquants de la crucifixion aux trois heures traditionnelles de la prieÁre ; cf. Jn 19.14 ; Ac 3.1+. Cf. 15.2+ ; Jn 19.19-22. Ð Le roi des Juifs 15.2+. ils crucifient : autre traduction on crucifie. Ð bandits : peut-eÃtre des partisans de la lutte armeÂe contre Rome ; cf. v. 7 ; 11.17 ; 14.48 ; Jn 18.40n. Ð l'un aÁ sa droite... : cf. 10.37-40. Certains mss ajoutent ici : Ainsi fut accomplie l'Ecriture qui dit : Il a meÃme eÂte compte avec les sans-loi ; cf. Es 53.12 ; Lc 22.37. $

$

24 25

26 27

[28]

$


MARC 15

1327

L'interpreÂtation de la mort-et-reÂsurrection de JeÂsus dans le Nouveau Testament Condamnation et reÂhabilitation du juste Epreuve et qualification ± AcceÁs aÁ la droite de Dieu ± AcceÁs au statut de Seigneur ReÂveÂlation du Fils ± EleÂvation et glorification du Fils de l'homme ± Institution du Fils de Dieu Combat contre le mal, deÂfaite apparente et victoire La volonte de JeÂsus La volonte de Dieu Selon les Ecritures Force de la faiblesse, sagesse de la folie Preuve de l'amour de Dieu Mort salvatrice Pour une multitude Pour tous Pour les siens Pour les peÂcheÂs ± Le sacrifice expiatoire agreÂe ± L'agneau pascal ± Rachat et libeÂration ± Le chaÃtiment substitutif et la graÃce ± La condamnation du peÂche ± La justification du peÂcheur ± L'intercession pour les coupables La validation de l'alliance La reÂconciliation La fondation de la communaute Les preÂmices de la reÂsurrection des morts Un exemple Mourir aÁ l'ancien et vivre pour le nouveau Mourir aÁ ce qui est en bas et vivre pour ce qui est en haut Mourir aÁ soi et vivre pour le Christ Mourir aÁ soi et vivre pour autrui

Mc 14 ±16// ; Ac 2.24,32 ; 3.13ss ; 4.10s ; 5.30 ; 7.52 ; 8.32s ; 10.38ss He 5.7ss ; 12.1ss Mc 14.62// ; Ac 2.33 ; He 1.3,13 ; 1P 3.22 Ac 2.32 ; Rm 14.8 ; Ph 2.8ss ; cf. Mt 28.18 Ga 1.16 Jn 3.14ss ; 12.32s ; 13.31s ; 17.1,5 Rm 1.3s Jn 14.30 ; 1Co 2.8 ; Col 2.15 ; cf. Mc 8.33// ; Lc 22.53 Jn 10.17s ; 17.19 ; cf. Mt 26.53s Ac 2.23 ; 3.17s,21 ; 4.11,25-28 ; 8.35 ; 13.29 Mc 14.21,27,49// ; Mt 26.54 ; 27.9s ; Lc 22.37 ; Jn 19.28,31-37 ; 1Co 15.3s 1Co 1.18-25 ; cf. 2.2 ; 2Co 13.4 ; Ga 3.1 Rm 5.6-8 ; 8.32 ; 1Jn 4.9ss Mc 10.45 ; 14.24// 2Co 5.14ss ; 1Tm 2.6 Jn 10.15 1Co 15.3-5,17 Rm 3.25s ; 1Jn 2.2 ; 4.10 Jn 1.29,36 ; 1Co 5.7 ; 1P 1.18s Mc 10.45// ; 1Co 6.20 ; 7.23 ; Ga 3.13 ; 4.5 ; 1P 1.18s 2Co 5.21 ; Ga 3.13 ; 1P 2.21-25 ; 3.18-22 Rm 8.3 ; cf. 5.19 Rm 4.24s Rm 8.34 ; cf. Lc 23.34 Mc 14.24// ; He 8 ; 9.15-20 ; 10.29 ; 12.24 2Co 5.18ss Ep 1.20-23 Mt 27.51ss ; 1Co 15.20 ; 2Co 5 ; Col 1.18 ; 1Th 4.14ss ; Ap 1.5 Rm 6.1-11 Col 3.1-4 2Co 5.14ss 1Jn 3.16

Textes de l'Ancien Testament auxquels le Nouveau Testament se reÂfeÁre : Es 52.13±53.12 ; Os 6.1ss (?) ; Za 13.7 ; Ps 16 ; 22 ; 110. 29 30 31

32

Les passants l'injuriaient en hochant la teÃte. Ils disaient : He ! toi qui deÂtruis le sanctuaire et reconstruis en trois jours, | sauve-toi toi-meÃme et descends de la croix ! | Les grands preÃtres aussi, avec les scribes, se moquaient entre eux et disaient : Il en a sauve d'autres, et il ne peut pas se sauver luimeÃme ! | Que le Christ, le roi d'IsraeÈl, descende maintenant de la croix, afin que nous voyions et que nous croyions ! Ceux qui Âetaient crucifieÂs avec lui l'insultaient aussi.

l'injuriaient ou le calomniaient : le verbe est traduit par blaspheÂmer en 2.7 ; le substantif apparente est rendu tantoÃt par blaspheÁme (3.28s), tantoÃt par calomnie (7.22). Ð hochant la teÃte : geste de deÂgouÃt ou de moquerie (v. 31) ; cf. Ps 22.8 ; 109.25 ; Jb 16.4 ; Lm 2.15 ; voir Jr 18.16n. Ð toi qui deÂtruis... 14.58+. 30 Mt 27.43+. 31 grands preÃtres (Mt 2.4n) / scribes : cf. 8.31n. 32 le Christ ou le Messie : 1.1n. Ð roi d'IsraeÈl : cf. v. 2+ ; So 3.15. 29

$

$

La mort de JeÂsus

Mt 27.45-56 ; Lc 23.44-49 ; Jn 19.28-30 33 34

35

A la sixieÁme heure, il y eut des teÂneÁbres sur toute la terre, jusqu'aÁ la neuvieÁme heure. | A la neuvieÁme heure, JeÂsus cria : EloõÈ, EloõÈ, lema sabachthani ? ce qui se traduit : Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonne ? | Quelques-uns de ceux qui Âetaient laÁ l'entendirent ; ils disaient : Tiens, il ap-

Ð Ceux qui eÂtaient crucifieÂs... : cf. Mt 27.44 ; comparer avec Lc 23.39-43. A la sixieÁme heure... : entre 11 h du matin et 3 h de l'apreÁs-midi environ ; cf. v. 25n. Ð teÂneÁbres : cf. Ex 10.22 ; Am 8.9s. Ð sur toute la terre : autre traduction dans tout le pays. Ás 34 cria : litt. cria d'une grande voix. Ð EloõÈ... Ps 22.2, ici d'apre l'arameÂen (cf. Mt 27.46). 35 Tiens : litt. Voyez. Ð Elie : cf. 9.11+ss. 33


1328 36

37 38 39

40 41

MARC 15±16

pelle Elie. | Quelqu'un courut remplir de vin aigre une Âeponge et la fixa Áa un roseau pour lui donner Áa boire, en disant : Laissez, voyons si Elie va venir le descendre de laÁ. | Mais JeÂsus laissa Âechapper un grand cri et expira. Le voile du sanctuaire se deÂchira en deux, d'en haut jusqu'en bas. | Voyant qu'il avait expire de la sorte, le centurion qui Âetait laÁ, en face de lui, dit : Cet homme Âetait vraiment Fils de Dieu. Il y avait aussi des femmes qui regardaient de loin. Parmi elles, Marie-Madeleine, Marie, meÁre de Jacques le Mineur et de JoseÂ, et SalomeÂ, | qui le suivaient et le servaient lorsqu'il Âetait en GalileÂe, et beaucoup d'autres qui Âetaient monteÂes avec lui Áa JeÂrusalem. Le corps de JeÂsus est mis au tombeau

43

44 45 46

47

36 37

16 2 3 4 5 6

7

Mt 27.57-61 ; Lc 23.50-55 ; Jn 19.38-42

42

La reÂsurrection de JeÂsus

Mt 28.1-8 ; Lc 24.1-11 ; Jn 20.1-2

Le soir Âetait deÂjaÁ laÁ, et comme c'eÂtait le jour de la PreÂparation Ð la veille du sabbat Ð | Joseph d'ArimatheÂe, un membre honore du conseil, qui attendait lui aussi le reÁgne de Dieu, arriva. Il osa se rendre chez Pilate pour demander le corps de JeÂsus. | Etonne qu'il soit deÂjaÁ mort, Pilate fit appeler le centurion et lui demanda s'il Âetait mort depuis longtemps. | Renseigne par le centurion, il donna le corps Áa Joseph. | Celui-ci acheta un drap, descendit JeÂsus de la croix, l'enveloppa avec le drap et le mit dans un tombeau taille dans le roc, puis il roula une pierre contre l'entreÂe du tombeau. | Marie-Madeleine et Marie, meÁre de Á on l'avait mis. JoseÂ, regardaient ou

Cf. Ps 69.22. Ð vin aigre ou vinaigre, voir Mt 27.48n. Ð le descendre de laÁ : cf. v. 46. laissa eÂchapper Mt 27.50n. Ð un grand cri : litt. une grande voix ; cf. v. 34n. Ð expira : le verbe ainsi traduit (eÂgalement au v. 39) est apparente au mot grec qui signifie souffle, vent et esprit , cf. Jn 7.39 ; 19.30. Cf. 11.16s ; 13.2 ; Ex 26.31-37 ; He 6.19s ; 9.3,6-12 ; 10.19s ; Testament de LeÂvi 10.3 : « Vous commettrez des iniquiteÂs en IsraeÈl, au point qu'Il ne supportera pas JeÂrusalem aÁ cause de votre malice, mais le voile du Temple sera deÂchire pour qu'il ne cache pas votre indeÂcence. » Testament de Benjamin 9.3s : « Le rideau du Temple sera deÂchire et l'Esprit de Dieu descendra sur les nations » (ajouts chreÂtiens aÁ des textes juifs ?). expire v. 37n. Ð le centurion : aÁ la diffeÂrence des autres auteurs du N.T. qui utilisent un terme grec forme sur le chiffre cent (p. ex. Mt 8.5 ; Ac 10.1), Marc emploie ici et dans la suite (v. 44s) une transcription grecque du terme latin ; la centurie est en fait une unite de 60 aÁ 100 hommes. Ð Fils de Dieu 1.1n ; cf. Mt 14.33n. Cf. Mt 27.56n ; Jn 19.24-27. Ð Marie, meÁre de Jacques... v. 47 ; 16.1 ; cf. 6.3. le servaient : cf. 1.13 ; Lc 8.2s ; 24.10. Ð beaucoup d'autres : autre traduction plusieurs autres. Cf. Dt 21.22s. Ð Voir aussi sabbat . Mt 27.57n. Ð du conseil : sans doute le sanheÂdrin. Ð qui attendait... Lc 23.50s ; cf. 2.38. Ð demander le corps : cf. 6.29 ; voir aussi Ac 13.29. Cf. v. 39n. un drap : cf. 14.51s. Ð descendit JeÂsus de la croix : litt. le descendit ; cf. v. 36. Ð contre ou sur l'entreÂe (litt. la porte) du tombeau. Marie... : litt. Marie, celle de JoseÂ, cf. v. 40+.

8

$ $

9 10

3

$

38

$

$

39

$

40 41 42 43

44 46

47

16

$

Lorsque le sabbat... : c.-aÁ-d. le samedi soir, apreÁs le coucher du soleil. Ð Marie, meÁre de Jacques : litt. Marie, celle de Jacques, cf. 15.40+. Ð l'embaumer : cf. 14.8 ; Jn 19.40. 2 Le premier jour : litt. le (jour) un (cf. Gn 1.5n), c.-aÁ-d. le dimanche matin ; meÃme expression Ps 24.1n (LXX ) ; cf. Ac 20.7 ; 1Co 16.2. Dans le paganisme greÂco-romain le jour du sabbat juif (samedi, 1

$

$

Lorsque le sabbat fut passeÂ, Marie-Madeleine, Marie, meÁre de Jacques, et Salome acheteÁrent des aromates, pour venir l'embaumer. | Le premier jour de la semaine, elles viennent au tombeau de bon matin, au lever du soleil. | Elles disaient entre elles : Qui roulera pour nous la pierre de l'entreÂe du tombeau ? | Levant les yeux, elles voient que la pierre, qui Âetait treÁs grande, a Âete rouleÂe. En entrant dans le tombeau, elles virent un jeune homme assis Áa droite, veÃtu d'une robe blanche ; elles furent effrayeÂes. | Il leur dit : Ne vous effrayez pas ; vous cherchez JeÂsus le NazareÂen, le crucifie ; il Á on s'est reÂveilleÂ, il n'est pas ici ; voici le lieu ou l'avait mis. | Mais allez dire Áa ses disciples et Áa Pierre qu'il vous preÂceÁde en GalileÂe : c'est laÁ que vous le verrez, comme il vous l'a dit. Elles sortirent du tombeau et s'enfuirent tremblantes et stupeÂfaites. Et elles ne dirent rien Áa personne, car elles avaient peur.

5 6

$

Conclusion longue [ApreÁs s'eÃtre releveÂ, au matin du premier jour de la semaine, il apparut d'abord Áa Marie-Madeleine, de laquelle il avait chasse sept deÂmons. | Elle alla porter la nouvelle Áa ceux qui avaient Âete avec lui, alors qu'ils Âetaient en deuil et qu'ils pleuraient.

jour de Saturne, cf. l'anglais Saturday) eÂtait tenu pour un jour « neÂfaste », alors que le jour suivant, dimanche, eÂtait consideÂre comme « faste ». l'entreÂe : cf. 15.46n ; Jn 11.38s. Ð Un ms latin du IVe ou du Ve s. ajoute : Soudain, aÁ la troisieÁme heure (entre 8 h et 9 h du matin environ), il y eut des teÂneÁbres sur toute la terre, et des anges descendirent des cieux (tandis qu'il se levait ?) aÁ la clarte du Dieu vivant ; ils remonteÁrent avec lui, et il y eut de la lumieÁre. Alors elles arriveÁrent au tombeau. Cf. 9.3 ; 14.51s ; Ac 1.10 ; Ap 7.9,13. Ne vous effrayez pas : cf. 6.50+ ; 9.15n ; voir aussi crainte . Ð le NazareÂen 1.24n. Ð il s'est reÂveille ou il s'est releveÂ, c.-aÁ-d. il est ressuscite ; cf. 1.31n ; Ac 2.23s ; 3.15 ; 4.10 ; 5.30 ; 10.40 ; 13.28-30. Cf. 14.28+ ; Lc 24.34 ; 1Co 15.5. stupeÂfaites : cf. 2.12n. Ð ne dirent rien : cf. 1.25+. La conclusion longue qui figure dans les eÂditions traditionnelles (v. 9-20) souleÁve plusieurs difficulteÂs : 1) ce texte est absent des deux mss anciens consideÂreÂs comme les meilleurs pour l'eÂtablissement du texte (Vaticanus et SinaõÈticus) ; 2) il y a une rupture eÂvidente entre 16.8 et 16.9 ; 3) le vocabulaire et le style de ces v. diffeÁrent sensiblement de ce qu'on lit ailleurs dans le deuxieÁme eÂvangile. Ce passage semble donc constituer une sorte d'appendice, ajoute sans doute pour compenser la fin abrupte du v. 8. (Le v. 8 constituait-il primitivement la fin de l'Evangile selon Marc ? Une autre conclusion aurait-elle eÂte perdue treÁs toÃt ? La question reste deÂbattue, bien que la majorite des commentateurs penchent aujourd'hui pour la premieÁre hypotheÁse.) Cependant la conclusion longue est connue et citeÂe par des auteurs anciens comme IreÂneÂe de Lyon (vers 190) et Tatien, dans son DiatessaroÃn (ou harmonie eÂvangeÂlique), au IIe s. apr. J.-C. Qui plus est, elle reÂsume fideÁlement les apparitions et les paroles du Ressuscite rapporteÂes par les autres eÂvangiles, en particulier dans Luc et les Actes. C'est pourquoi la grande Eglise l'a reconnue comme canonique, c.-aÁ-d. comme faisant partie inteÂgrante du N.T. Quelques mss tardifs lui substituent ou lui ajoutent la conclusion courte traduite apreÁs le v. 20. Ð s'eÃtre releve ou eÃtre ressusciteÂ. Ð premier jour v. 2n. Ð aÁ Marie-Madeleine 15.40+ ; Lc 24.10 ; Jn 20.11-18. Ð sept deÂmons v. 17 ; Lc 8.2. $

$

7 8 9

$


MARC 16

1329

Les apparitions du Ressuscite (Annonce d'un jeune homme / d'un ange / de deux hommes Apparitions aux femmes / aÁ Marie-Madeleine aux deux disciples sur le chemin d'EmmauÈs aÁ Simon / CeÂphas (Pierre) aux disciples reÂunis (sans Thomas / avec Thomas) aux disciples reÂunis pour un repas sur le mont des Oliviers (Ascension) aux disciples, sur une montagne de GalileÂe aÁ sept disciples, preÁs du lac de GalileÂe aÁ plus de cinq cents disciples aÁ Jacques aÁ tous les apoÃtres aÁ Paul

11 12 13 14

15 16 17

18

11 12 14

Quand ils entendirent qu'il Âetait vivant et qu'elle l'avait vu, ils ne le crurent pas. ApreÁs cela, il se manifesta, sous une autre apparence, Áa deux d'entre eux qui allaient Áa la campagne. | Ils revinrent eux aussi l'annoncer aux autres, qui ne les crurent pas non plus. Enfin, il se manifesta aux Onze, pendant qu'ils Âetaient Áa table, et il leur reprocha seÂveÁrement leur manque de foi et leur obstination, parce qu'ils n'avaient pas cru ceux qui l'avaient vu apreÁs son reÂveil. | Puis il leur dit : Allez dans le monde entier et proclamez la bonne nouvelle Áa toute la creÂation. Celui qui deviendra croyant et recevra le bapteÃme sera sauveÂ, mais celui qui ne croira pas sera condamneÂ. | Voici les signes qui accompagneront ceux qui deviendront croyants : par mon nom, ils chasseront les deÂmons ; ils parleront des langues nouvelles ; | ils saisiront des serpents ; s'ils boivent Lc 24.11,22-24. Ð ils ne le crurent pas : autres traductions ils ne la crurent pas, ils ne crurent pas. Lc 24.13-35. Ð une autre apparence ou une autre forme, cf. 9.2n. Cf. Mt 28.16 ; Lc 24.25,36-43 ; Jn 20.19-23,26-29. Ð reprocha seÂveÁrement : cf. Mt 11.20n. Ð obstination 10.5n. Ð son reÂveil ou son releÁvement (1.31n), sa reÂsurrection . Ð A la fin du v. un ms intercale le dialogue suivant : Ceux-ci reÂpondirent : Ce monde rebelle et sans foi gõÃt au pouvoir du Satan, qui ne permet pas que la veÂrite et la puissance de Dieu soient recËues par les esprits impurs ; reÂveÁle donc deÁs maintenant ta justice. Ils disaient cela au Christ. Le Christ leur reÂpondit : Le terme des anneÂes de l'autorite du Satan est arriveÂ, mais d'autres eÂpreuves approchent. Et moi, j'ai eÂte livre aÁ la mort pour ceux qui ont peÂcheÂ, afin qu'ils se convertissent aÁ la veÂrite et ne peÁchent plus, de sorte qu'ils heÂritent de la gloire spirituelle et $

Mc 16.5-7 / Mt 28.2-7 / Lc 24.4-8) Mt 28.9s ; Lc 24.10s / Jn 20.14-18 ; [Mc 16.9-11] Lc 24.13-35 ; [Mc 16.12s] Lc 24.34 / 1Co 15.5 Lc 24.36-43 ; (Jn 20.19-23/24-29) ; 1Co 15.5 [Mc 16.14-18] Lc 24.44-53 ; Ac 1.1-11 Mt 28.16-20 Jn 21.1-25 1Co 15.6 1Co 15.7 1Co 15.7 1Co 15.8 ; cf. 9.1 ; Ga 1.16 ; Ac 9 ; 22.3ss ; 26.9ss

19 20

un breuvage mortel, quel qu'il soit, il ne leur fera aucun mal ; ils poseront les mains sur les malades et ceux-ci seront gueÂris. Le Seigneur JeÂsus, apreÁs leur avoir parleÂ, fut enleve au ciel et il s'assit Áa la droite de Dieu. | Et ils s'en alleÁrent proclamer partout le message. Le Seigneur úuvrait avec eux et confirmait la Parole par les signes qui l'accompagnaient.] $ $

$

Conclusion courte [Mais elles annonceÁrent brieÁvement aux compagnons de Pierre tout ce qu'on leur avait enjoint de dire. ApreÁs cela JeÂsus lui-meÃme les envoya porter de l'Orient Áa l'Occident la proclamation sacreÂe et impeÂrissable du salut Âeternel. Amen.]

15 16

impeÂrissable de la justice, qui est au ciel. 13.10+ ; cf. Mt 28.18ss. Ð proclamez v. 20 ; 1.4n. Cf. Jn 3.16,18,36 ; Ac 2.38 ; 16.31ss. Ð deviendra croyant : autres traductions croira, aura foi ; de meÃme v. 17. Ð recevra le bapteÃme : cf. 10.38n. Voir nom . Ð chasseront les deÂmons ou des deÂmons : cf. v. 9 ; 6.7,13 ; Mt 10.8 ; Lc 10.17 ; Ac 8.7 ; 16.18. Ð des langues nouvelles : cf. Ac 2.4,11 ; 10.46 ; 19.6 ; 1Co 14.2ss. des serpents : cf. Lc 10.19 ; Ac 28.3ss. Ð poseront les mains 5.23+. Ð malades 6.5+. Ð gueÂris : cf. Ac 4.30 ; 5.16 ; Jc 5.14ss. enleve au ciel : cf. 2R 2.11 ; Lc 24.50s ; Ac 1.9-11 ; 1Tm 3.16. Ð aÁ la droite de Dieu 12.36// ; 14.62 ; Ps 110.1. Cf. Ac 8.6 ; 14.3 ; He 2.4. Ð s'en alleÁrent : litt. sortirent. Ð proclamer... le message 1.38n. Ð de dire : sous-entendu dans le texte. Sur l'ensemble de la « conclusion courte », voir v. 9n. $

17

18 19 20

$


Selon Luc INTRODUCTION L'Evangile selon Luc est le premier volet d'une úuvre plus vaste, qui se poursuit avec le livre des Actes des ApoÃtres. IreÂneÂe de Lyon (vers 180 apr. J.-C.) identifie l'auteur au meÂdecin bien-aime mentionne parmi les compagnons de Paul (Col 4.14). Pour le public cultive de l'eÂpoque DeÁs le deÂbut, on deÂcouvre un auteur capable de manier avec eÂleÂgance, finesse et preÂcision la langue grecque du premier sieÁcle (koõÈneÁ). Il expose son sujet selon les reÁgles de l'historiographie antique : il annonce ainsi aÁ son lecteur les circonstances et les objectifs de sa composition. Celle-ci est deÂdieÂe aÁ TheÂophile, comme le sera aussi le livre des Actes. Ce nom deÂsigne-t-il un grand personnage connu de Luc, ou l'auteur songe-t-il ici aÁ tout lecteur « qui aime Dieu » (c'est le sens du nom grec TheÂophile) ? En tout cas, plus encore que les autres auteurs du Nouveau Testament, Luc a cherche aÁ atteindre le public cultive de son temps. Le troisieÁme eÂvangile n'est toutefois pas une úuvre classique de litteÂrature helleÂnistique. Bien des expressions, tournures et constructions de phrase sont de style seÂmitique. Elles semblent imiter la Septante (LXX ), meÃme laÁ ouÁ l'auteur ne cite pas directement l'Ancien Testament. L'úuvre est situeÂe par rapport aÁ celles qui ont deÂjaÁ traite du sujet. Comme ses devanciers, Luc s'appuie sur les nombreux teÂmoignages recËus de l'Eglise primitive (1.1s) ; mais il a aussi fait des recherches personnelles, et il a reÂdige une narration suivie (1.3). Il prend eÂgalement la peine de relier les eÂveÂnements qu'il rapporte aÁ ceux de l'histoire geÂneÂrale : c'est pendant que CeÂsar Auguste eÂtait empereur aÁ Rome et Quirinius gouverneur de la province $

de Syrie que JeÂsus naquit aÁ BethleÂem (2.1-3) ; c'est du temps de l'empereur TibeÁre et du gouverneur Ponce Pilate que Jean le Baptiseur commencËa son ministeÁre (3.1). JeÂsus au centre du temps Pour Luc, l'histoire se deÂcoupe en trois grandes peÂriodes : celle d'IsraeÈl, celle de JeÂsus, celle de l'Eglise. C'est le temps de JeÂsus qui fait l'objet de son eÂvangile, tandis que le livre des Actes est consacre au temps de l'Eglise.

Chacune de ces deux peÂriodes est introduite par une manifestation de l'Esprit (Lc 3.21-22 et Ac 2.1-13) et par un discours programme (Lc 4.17-30 et Ac 2.1440). La proclamation de JeÂsus dans la synagogue de Nazareth expose le theÁme de l'eÂvangile : la graÃce de Dieu qui libeÁre, gueÂrit et sauve s'est manifesteÂe dans la personne et l'action de JeÂsus. Elle est offerte aÁ tous les hommes. La transition entre la peÂriode de JeÂsus et celle de l'Eglise est marqueÂe par l'Ascension, mentionneÂe aÁ la fois dans la


LUC ± Introduction conclusion du premier tome Ð l'eÂvangile Ð et l'introduction du second Ð le livre des Actes (Lc 24.49-53 et Ac 1.1-11). Jean le Baptiseur marque, quant aÁ lui, la transition entre le temps d'IsraeÈl auquel il appartient (Lc 16.16) et celui de JeÂsus qu'il inaugure par sa proclamation (Ac 1.21-22 ; 10.36-37). Ainsi deÂlimiteÂe, la peÂriode de JeÂsus apparaõÃt comme « le centre du temps », le centre de l'histoire du salut. Synoptiques, mais diffeÂrents MeÃme si le troisieÁme eÂvangile ressemble en bien des points aÁ Matthieu et Marc, les deux autres eÂvangiles synoptiques (voir « De l'Evangile aux quatre eÂvangiles », p. 1229), Luc utilise pourtant une tradition absente au moins de Marc. Sur les quelque 1150 versets de son eÂvangile, plus de 400 figurent aussi chez Marc ; plus de 200 autres se retrouvent chez Matthieu, eÂmanant peut-eÃtre d'une source commune (voir « Un document cache dans l'Evangile selon Luc ? », p. 1341) ; mais preÁs de 500 versets lui sont propres. On les trouve essentiellement dans les reÂcits de l'enfance (1.5±2.52) et dans ce qu'on a coutume d'appeler « la grande incise » (9.51±18.14 ; ainsi la parabole du bon Samaritain, 10.2537 ; ou celle du fils perdu et retrouveÂ, 15.11-32). L'eÂvangile de l'enfance (1.5±2.52) Les reÂcits des deux premiers chapitres de Luc diffeÁrent sensiblement de ceux de Matthieu 1±2. En une construction litteÂraire assez eÂlaboreÂe, Luc eÂtablit un paralleÁle entre Jean le Baptiseur et JeÂsus (voir ci-contre « Naissance et enfance selon Luc : Jean et JeÂsus »). Ces reÂcits attestent la continuite du dessein de Dieu en ce qui concerne Jean le Baptiseur et JeÂsus. Mais ils font eÂgalement apparaõÃtre la mission speÂcifique du Christ. La grande incise (9.51±18.14) On remarque deÂjaÁ dans les reÂcits de l'enfance l'inteÂreÃt que Luc porte aÁ la ville sainte et au temple . Au cúur de son eÂvangile, il raconte le voyage de JeÂsus vers JeÂrusalem. N'en cherchons pas $

1331

Naissance et enfance selon Luc : Jean et JeÂsus

JEAN 1.25 1.57-58 1.59-66 1.67-79 1.80

Annonce de la naissance Naissance - visites Circoncision PropheÂties Croissance

l'itineÂraire preÂcis. Seul le point d'aboutissement importe vraiment (9.51,53,57 ; 10.38 ; 13.22, 33 ; 14.25 ; 17.11 ; 18.35 ; 19.1,11, 28), car c'est laÁ qu'aura lieu l'essentiel, le deÂpart (en grec exodos) mentionne en 9.31. C'est dans cette longue monteÂe vers JeÂrusalem que Luc regroupe la plupart des reÂcits et paraboles qui lui sont propres (voir paragraphes suivants). De JeÂrusalem vers toutes les nations ApreÁs la reÂsurrection, le rendezvous est fixe non en GalileÂe, mais aÁ JeÂrusalem. Si l'Ascension est situeÂe vers BeÂthanie, c'est aÁ JeÂrusalem que l'eÂvangile s'acheÁve, comme il y avait commence (24.50-53). Luc n'eÂtant probablement pas d'origine juive, s'il insiste tant sur le judaõÈsme et sur JeÂrusalem, c'est qu'il y voit le point d'origine du salut pour tous les hommes (cf. Jn 4.22). DeÁs le deÂbut, SymeÂon avait accueilli l'enfant JeÂsus comme le salut preÂpare par Dieu pour tous les peuples et la lumieÁre pour eÂclairer les nations (2.30-32). De meÃme la mission de Jean le Baptiseur devait permettre aÁ tous de voir le salut de Dieu (3.6). De meÃme encore, tout au long de son eÂvangile, Luc a rendu compte des paroles et des situations qui annoncent clairement que la mission de JeÂsus, meÃme si elle est limiteÂe au territoire habite par les Juifs, concerne toutes les nations. C'est sans doute pour cette raison que l'Evangile selon Luc se poursuit en un deuxieÁme tome, qui deÂcrit l'arriveÂe du salut chez les autres peuples. Sa perspective est donc reÂsolument universelle. L'eÂvangile des meÂpriseÂs Luc accorde un inteÂreÃt particulier aÁ tous les meÂpriseÂs. Les Sa-

JEÂSUS 1.26-38 2.1-20 2.21-24 2.25-38 2.40

maritains , que les Juifs exeÂcraient, sont mentionneÂs plus souvent que dans les autres eÂvangiles. Ils sont meÃme donneÂs en exemple. Ainsi, parmi les dix leÂpreux purifieÂs par JeÂsus, le seul qui revient exprimer sa reconnaissance est un Samaritain (17.11ss) ; ainsi encore, parmi tous ceux qui ont vu l'homme deÂvalise et blesse sur le bord de la route, le seul aÁ montrer de la compassion est le « Bon Samaritain » (10.30ss). Les femmes occupent aussi une place importante dans le troisieÁme eÂvangile : certaines se signalent dans le groupe qui accompagne JeÂsus (8.2s), d'autres l'accueillent chez elles (10.38ss). Luc est encore le seul aÁ montrer JeÂsus, en chemin vers le calvaire, attentif aux femmes de JeÂrusalem qui pleurent sur lui (23.27ss). Enfin les pauvres, les petits, sont les premiers beÂneÂficiaires des dires et des actes de JeÂsus. C'est ce qui a fait eÂcrire aÁ Dante que Luc est « l'eÂvangile de la tendresse de Dieu ». $

La theÂologie de Luc De tous les auteurs du Nouveau Testament, c'est Luc qui parle le plus du pardon de Dieu et de la conversion. La parabole du fils perdu et retrouveÂ, ou du « fils prodigue » (15.11ss), l'histoire de ZacheÂe (19.1ss), celle du malfaiteur en croix aux coÃteÂs de JeÂsus (23.39ss), ne se trouvent que chez Luc, sans compter la ceÂleÁbre prieÁre du crucifie : PeÁre, pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu'ils font (23.34n). Le lecteur entend ainsi l'appel reÂpeÂte aÁ recevoir le pardon et aÁ se convertir. Par l'intermeÂdiaire de Jean le Baptiseur, il deÂcouvre aussi les implications eÂthiques de la conversion (3.8ss). Tout comme celle de JeÂsus, la vie des disciples est marqueÂe par la preÂsence de l'Esprit saint.


1332 C'est en effet par la puissance de l'Esprit que JeÂsus est concËu dans le sein de sa meÁre (1.35). C'est lui qui l'introduit dans son ministeÁre et l'y consacre deÂsormais (3.22 ; cf. Ac 10.38). L'Esprit le remplit et ne cesse de le conduire (4.1,14 ; 10.21). De la meÃme manieÁre, l'Esprit saint introduit les disciples dans leur mission. ReÂpandu sur eux, il leur donne la capacite de proclamer l'Evangile. C'est lui qui les guide jusqu'aux extreÂmiteÂs de la terre.

LUC ± Introduction C'est aussi dans l'Evangile selon Luc qu'on voit le plus souvent JeÂsus en prieÁre : lors de son bapteÃme (3.21) ; tout au long de sa mission (5.16) ; avant de choisir ses apoÃtres (6.12) ; au moment de reÂveÂler sa veÂritable identite (9.18) ; lors de la transfiguration (9.28s) ; sur la croix (23.34). L'importance de la prieÁre est encore souligneÂe par les paraboles suivantes, propres aÁ Luc : l'ami qui se laisse fleÂchir (11.5ss) ; la veuve et le mauvais juge (18.1ss) ; le

pharisien et le collecteur des taxes (18.9ss). Lire l'Evangile selon Luc, c'est finalement s'inteÂresser aÁ la certitude des enseignements recËus (1.4). C'est chercher aÁ vivre une vie renouveleÂe par l'Esprit. Cette preÂsence divine est un don gratuit. LaÁ ouÁ, dans l'Evangile selon Matthieu, Dieu donne de bonnes choses aÁ ceux qui les lui demandent (Mt 7.11), Luc assure de son coÃte que Dieu donnera l'Esprit (11.13).


Selon Luc Introduction Puisque beaucoup ont entrepris de composer un 1 reÂcit des faits qui se sont accomplis parmi nous, 2 tels que nous les ont transmis ceux qui, de Ás le commencement, en ont Âete les teÂmoins oculaires 3 et sont devenus serviteurs de la Parole, | il m'a semble bon, Áa moi aussi, apreÁs m'eÃtre informe exactement de tout depuis les origines, de te l'exposer par Âecrit d'une manieÁre suivie, treÁs excellent 4 The Âophile, | afin que tu connaisses la certitude des enseignements que tu as recËus. 5

6

7

1 2

3

4

5

Annonce de la naissance de Jean le Baptiseur Aux jours d'HeÂrode, roi de JudeÂe, il y eut un preÃtre nomme Zacharie, de la classe d'Abiya ; sa femme Âetait une descendante d'Aaron, et son nom Âetait Elisabeth. | Tous deux Âetaient justes devant Dieu et suivaient d'une manieÁre irreÂprochable tous les commandements et les ordonnances du Seigneur. | Mais ils n'avaient pas d'enfant, parce qu'Elisabeth Âetait steÂrile, et ils Âetaient l'un et l'autre avanceÂs en Ãage. Cf. Ac 1.1. Ð beaucoup : autre traduction plusieurs ; cf. Jn 20.30 ; Ac 1.3 ; 24.10 ; He 1.1. Ð entrepris : meÃme verbe Ac 9.29 (chercher aÁ) ; 19.13. transmis : cf. 1Co 11.2,23 ; 15.1ss,11. Ð deÁs le commencement : cf. 3.23 ; 23.5 ; 24.47 ; Ac 1.1,22 ; 10.37 ; voir aussi Jn 15.27 ; He 2.3. Ð en ont eÂteÂ... : autre traduction sont devenus les teÂmoins oculaires et les serviteurs (meÃme terme traduit par servant 4.20 ; auxiliaire Ac 13.5 ; voir aussi 26.16 ; 1Co 4.1n) ; cf. Ac 1.21s. Ð la Parole 8.12ss ; Ac 6.4 ; cf. 8.4 etc. il m'a semble bon : cf. Ac 15.22,25,28. Ð apreÁs m'eÃtre informeÂ... : litt. apreÁs avoir bien suivi, meÃme verbe 1Tm 4.6 ; 2Tm 3.10. Ð d'une manieÁre suivie : meÃme terme 8.1 (par la suite) ; Ac 3.24 (successeurs) ; 11.4 ; 18.23n (successivement ). Ð treÁs excellent Ac 23.26 ; 24.3 ; 26.25. Ð TheÂophile signifie ami de Dieu ; c'eÂtait un nom assez reÂpandu aÁ l'eÂpoque, parmi les Juifs comme parmi les non-Juifs. que tu connaisses ou que tu reconnaisses (meÃme verbe Ac 19.34). Ð la certitude ou la soliditeÂ, la valeur ; terme apparente Ac 21.34 ; 22.30 (au juste) ; 25.26 (preÂcis). Ð des enseignements : autre traduction possible des informations (litt. des paroles). Aux jours d'HeÂrode (le Grand), entre 37 et 4 av. J.-C. ; cf. 2.2 ; Mt 2.1n. Ð JudeÂe : l'expression deÂsigne ici, non seulement la reÂgion de JeÂrusalem, au sud (v. 65 ; 2.4 ; 3.1 ; 21.21 ; Ac 9.31), mais bien l'ensemble du pays des Juifs (cf. 4.44 ; 6.17 ; 7.17 ; 23.5 ; Ac 2.9 ; 10.37). Ð un preÃtre nomme Zacharie (nom heÂbreu qui signifie Dieu s'est souvenu) : cf. Ne 11.12 ; 1Ch 15.24 ; 2Ch 35.8 ; le ProteÂvangile de Jacques fera de Zacharie un grand preÃtre. Ð de la classe d'Abiya, la huitieÁme des 24 classes sacerdotales ; cf. Ne 12.4,17 ; 1Ch 24.10. Ð une descendante d'Aaron : litt. d'entre les filles d'Aaron, l'anceÃtre des familles sacerdotales ; cf. Lv 21.7,14. Ð Elisabeth, forme grecque de l'heÂbreu ElisheÂba (cf. Ex 6.23), qui pourrait signifier c'est par mon Dieu qu'est le serment, ou peut-eÃtre mon Dieu rassasie. justes 2.25. Ð suivaient d'une manieÁre irreÂprochable tous les commandements : cf. Gn 26.5 ; Nb 36.13 ; Dt 4.40 ; Ez 36.27 ; Ph 3.6 ; voir aussi loi . Ð ordonnances : cf. Rm 5.18n. steÂrile Gn 11.30 ; 16.1 ; 25.21 ; 29.31 ; 30.1 ; Jg 13.2s ; 1S 1.5. Ð avanceÂs en aÃge Gn 18.11. selon le tour : litt. dans l'ordre ; chaque classe de preÃtres (v. 5n) servait pendant une semaine, deux fois dans l'anneÂe. il fut deÂsigne par le sort : la Mishna (voir Talmud ) eÂvoque cette coutume pour deÂsigner ceux des nombreux preÃtres qui devaient

8 9

10 11 12 13

14 15

16 17

1

$

10

11

12

$

$

14

$

15

$

$

16

$

8 9

$

$

$

13

$

7

officier. Ð suivant la coutume du sacerdoce : cette preÂcision, qui figure au deÂbut du v. dans le texte grec, pourrait aussi eÃtre rattacheÂe au v. 8. Ð dans le sanctuaire v. 21s ; il s'agit en l'occurrence du lieu dit sacre ou saint , ouÁ se trouve l'autel de l'encens Ex 30.6ss ; voir temple ; le meÃme mot deÂsigne peut-eÃtre en Lc 23.45 le treÁs-sacre ou saint des saints, ouÁ seul le grand preÃtre entrait. Toute la multitude 8.37n ; 19.37 ; 23.1n ; Ac 15.12 ; 25.24. Ð peuple v. 21,68,77 ; 2.10,32 ; 3.15,18,21 etc. Ð aÁ l'heure de l'encens : le matin ou le soir Ex 30.7s ; Dn 9.21 ; cf. Ac 3.1. l'ange du Seigneur : autre traduction un ange du Seigneur ; cf. v. 19,26ss ; 2.9 ; Ac 5.19 ; 8.26 ; 12.7,23 ; voir Mt 1.20n. Ð lui apparut 22.43 ; 24.34 ; Ac 2.3 ; 7.2,26,30,35 ; 13.31+ ; 16.9 ; 26.16 ; cf. Jg 6.12 ; 13.3 etc. Ð aÁ droite : cf. Ez 10.3 ; Ps 110.1 ; Ac 7.55. Ð l'autel de l'encens Ex 30.1ss ; 37.25ss ; 1R 6.20s ; 7.48 ; cf. 1S 3 ; Es 6. la peur s'empara de lui v. 65 ; 2.9 ; 5.26 ; 7.16 ; 8.25,35,37 ; 9.34 ; 24.5,37 ; Ac 2.43 ; 5.5,11 ; 19.17 ; cf. Ex 15.16 ; Jg 6.22 ; 13.6s, 20,22 ; Dn 8.17s ; 10.7s,11,16 ; voir aussi crainte . N'aie pas peur v. 30 ; 2.10 ; 8.50 ; 12.32 ; Ac 18.9 ; 27.24 ; cf. Gn 15.1 ; 21.17 ; 26.24 ; 46.3 ; Jg 6.23 ; Es 41.10+ ; Dn 10.12,19 ; Mt 28.5,10 ; Mc 16.6. Ð ta prieÁre a eÂte exauceÂe ou entendue : cf. Ac 10.31. Ð Ta femme... : cf. Gn 17.19 ; Jg 13.3,5. Ð tu l'appelleras du nom de... : cf. v. 31,59s ; Gn 16.11 ; 1R 13.2 ; Es 7.14. Ð Jean (grec IoanneÁs) vient du nom heÂbreu YohanaÃn qui signifie le SEIà ce. GNEUR (YHWH) fait gra V. 58 ; cf. v. 28,44,47+ ; 2.10 ; 10.17,20 ; 13.17 ; 15.7,32 ; Ac 2.46 ; 8.8 ; 12.14 ; 13.52 ; 15.3. il sera grand devant le Seigneur : cf. v. 32 ; 7.28 ; Mt 11.11 ; voir aussi Gn 10.9 ; devant le Seigneur peut signifier au service du Seigneur, cf. 1S 2.21 ; 1R 17.1 ; 18.15. Ð ni vin ni boisson alcooliseÂe 7.33// ; Lv 10.9 ; Nb 6.3 ; Jg 13.4,7,14 ; 1S 1.11n. Ð rempli d'Esprit saint v. 35,41,67 ; Ac 2.4 ; 4.8,31 ; 9.17 ; 13.9 ; cf. Ep 5.18. Ð depuis le ventre de sa meÁre : cf. v. 41ss ; voir aussi Jg 13.5 ; 16.17 ; Es 49.1,5 ; Jr 1.4s ; Ga 1.15. il rameÁnera beaucoup, ou une multitude : cf. v. 14 ; Ml 2.6. Ð d'IsraeÂlites : litt. des fils d'IsraeÈl ; cette formule seÂmitique, deÂjaÁ calqueÂe de l'heÂbreu dans le grec de LXX, se retrouve en Mt 27.9n ; Ac 5.21 ; 7.23,37 ; 9.15 ; 10.36 ; Rm 9.27 ; 2Co 3.7,13 ; He 11.22 ; Ap 2.14 ; 7.4 ; 21.12. Il ira devant lui v. 76 ; 7.27 ; Ml 3.1. Ð l'esprit et la puissance (v. 35 ; 4.14+ ; Ac 1.8 ; 6.8 ; 10.38) d'Elie 2R 2.9s ; Ml 3.23n ; Mt 11.14+. Ð ramener... Ml 3.24n. Ð cúur 1.66n. Ð l'intelligence : $

$

6

Or, dans l'exercice de ses fonctions devant Dieu, selon le tour de sa classe, | il fut deÂsigne par le sort, suivant la coutume du sacerdoce, pour entrer dans le sanctuaire du Seigneur et y offrir l'encens. | Toute la multitude du peuple Âetait dehors en prieÁre Áa l'heure de l'encens. | Alors l'ange du Seigneur lui apparut, debout Áa droite de l'autel de l'encens. | Zacharie fut trouble en le voyant ; la peur s'empara de lui. | Mais l'ange lui dit : N'aie pas peur, Zacharie ; car ta prieÁre a Âete exauceÂe. Ta femme, Elisabeth, te donnera un fils, et tu l'appelleras du nom de Jean. Il sera pour toi un sujet de joie et d'alleÂgresse, et beaucoup se reÂjouiront de sa naissance. Car il sera grand devant le Seigneur, il ne boira ni vin ni boisson alcooliseÂe, il sera rempli d'Esprit saint depuis le ventre de sa meÁre et il rameÁnera beaucoup d'IsraeÂlites au Seigneur, leur Dieu. Il ira devant lui avec l'esprit et la puissance d'Elie,

17

$


1334

18 19 20

21 22

23 24 25

26 27

18

19

20

21

22 23

24 25

26

27

LUC 1

afin de ramener le cúur des peÁres vers les enfants et les rebelles Áa l'intelligence des justes, et de former pour le Seigneur un peuple preÂpareÂ. Zacharie dit Áa l'ange : A quoi le saurai-je ? Car, moi, je suis vieux, et ma femme est avanceÂe en Ãage. | L'ange lui reÂpondit : Je suis Gabriel, celui qui se tient devant Dieu ; j'ai Âete envoye pour te parler et t'annoncer cette bonne nouvelle. | Eh bien, tu seras muet, tu ne pourras plus parler jusqu'au Á cela se produira, parce que tu n'as pas jour ou cru mes paroles, qui s'accompliront en leur temps. Cependant le peuple attendait Zacharie et s'eÂtonnait qu'il s'attarde dans le sanctuaire. | A sa sortie, il ne put leur parler, et ils comprirent qu'il avait eu une vision dans le sanctuaire ; il se mit Áa leur faire des signes et demeurait muet. | Lorsque ses jours de service furent acheveÂs, il rentra chez lui. Quelque temps apreÁs, sa femme, Elisabeth, fut enceinte. Elle se cacha pendant cinq mois ; elle disait : Á VoilaÁ ce que le Seigneur a fait pour moi au temps ou il a deÂcide de retirer ma honte parmi les humains. Annonce de la naissance de JeÂsus Au sixieÁme mois, l'ange Gabriel fut envoye par Dieu dans une ville de GalileÂe du nom de Nazareth, | chez une vierge fianceÂe Áa un homme du nom de Joseph, de la maison de David ; le nom autre traduction la facËon de penser ; meÃme terme Ep 1.8. Ð former... un peuple preÂpare (le meÃme verbe est traduit par frayer en 7.27) : cf. v. 76 ; 3.4 ; Ex 19.10s ; 2S 7.24. A quoi le saurai-je ? Gn 15.8 ; cf. Ex 4.3ss ; Jg 6.36ss ; 1S 10.2ss ; 2R 20.8ss ; Es 7.11 ; 1Co 1.22. Ð je suis vieux... v. 7 ; Gn 17.17 ; 18.11. Gabriel v. 26 ; Dn 8.16n ; 9.21 ; cf. Tobit 12.15 : « Je suis RaphaeÈl, l'un des sept anges qui se tiennent devant la gloire du Seigneur et peÂneÁtrent en sa preÂsence. » Ð j'ai eÂte envoyeÂ... : cf. He 1.14. Ð annoncer cette bonne nouvelle : verbe apparente au mot qui a donne eÂvangile ; 2.10 ; 3.18 ; 4.18,43. tu seras muet : cf. v. 64 ; Ac 13.11 ; voir aussi Ez 3.26. Ð tu n'as pas cru ou tu n'as pas eu foi aÁ : cf. v. 45. Ð qui s'accompliront : meÃme verbe 4.21 ; 24.44. Ð en leur temps 12.56 ; 18.30 ; 19.44 ; 21.8,24 ; Ac 1.7 ; 3.20 ; 17.26. D'apreÁs la Mishna (Talmud, Yoma 5.1), le grand preÃtre qui peÂneÂtrait dans le sanctuaire le jour de l'Expiation (cf. Lv 16) ne devait pas s'y attarder pour ne pas effrayer IsraeÈl. Cf. Dn 10.7. Ð muet, ou peut-eÃtre sourd-muet, cf. v. 62. Lorsque ses jours... 2.6,21s ; 9.51 ; Ac 2.1 ; 9.23. Ð il rentra chez lui (litt. dans sa maison), v. 38 ; 2.15 (meÃme verbe) ; cf. 1.39 ; voir aussi v. 56 ; 2.20,39,51. V. 13,36. Ð Quelque temps apreÁs : litt. apreÁs ces jours-laÁ. Cf. Gn 21.6 ; 30.22s ; sur la honte associeÂe aÁ la steÂriliteÂ, celle-ci eÂtant parfois regardeÂe comme un chaÃtiment divin (Lv 20.20s ; 2S 6.23), voir aussi 1S 1.11 ; Es 4.1. Ð au temps : litt. aux jours. Ð il a deÂcide de : litt. il a regarde (pour), cf. Gn 29.31s ; Ex 2.25 ; Ps 10.14 ; 11.4. sixieÁme mois v. 24. Ð l'ange Gabriel v. 11,19. Ð par Dieu ou de devant Dieu. Ð GalileÂe / Nazareth (cf. 4.16n) Mt 2.22n-23n ; la ville est en fait une petite bourgade (cf. 2.4,39 ; 4.31 ; 7.11 ; voir aussi Jn 1.46). vierge v. 34 ; voir aussi Mt 25.1ss ; Ac 21.9 ; 1Co 7.25 ; 2Co 11.2 ; Ap 14.4. Ð fianceÂe 2.5 ; Mt 1.18n ; cf. Dt 22.23. Ð Joseph : sur ce nom , cf. Gn 30.24n ; Esd 10.42 ; Ne 12.14 ; 1Ch 25.2,9. Ð de la maison ou de la famille de David : cf. v. 32s ; 2.4 ; 3.23ss ; cf. 1R 12.19 ; 2Ch 23.3 ; voir aussi Mt 1.1,20 ; Rm 1.3 ; 2Tm 2.8. Ð Marie, en grec Mariam, de l'heÂbreu Miryam (Ex 15.20) ; Lc emploie eÂgalement la forme Maria, v. 41 etc., comme Mc (6.3 etc.) et Mt (1.16ss etc. ; cf. 13.55n). ReÂjouis-toi : c'est la salutation (normalement matinale) courante dans le monde grec, qu'on traduit habituellement par bonjour (on la retrouve, p. ex., en Mt 26.49n ; 27.29 ; 28.9) ; il est cependant probable que dans ce contexte elle doive eÃtre entendue, au-delaÁ de son sens banal, comme un veÂritable appel aÁ la joie ; cf. v. 14 ; Jl 2.21 ; So 3.14ss ; Za 9.9 ; Lm 4.21. Ð toi qui es combleÂe par la graÃce : le verbe correspondant (qui en grec fait assonance avec la salutation), vient du mot habituellement tra-

28 29 30

31 32

33 34 35

36 37 38

duit par graÃce (v. 30) ; il revient seulement en Ep 1.6. Ð le Seigneur est avec toi Jg 6.12 ; Rt 2.4 ; cf. Gn 26.24 ; 28.15 ; Ex 3.12 ; Jr 1.8,19 ; 15.20. TreÁs troubleÂe : cf. v. 12. Ð elle se demandait : le meÃme verbe est traduit par raisonner, et un terme apparente par raisonnement en 2.35 ; 3.15 ; 5.21s ; 6.8 ; 9.46ns ; 12.17 ; 20.14 ; 24.38n ; cf. 1.34 ; 2.19. N'aie pas peur : cf. v. 13+ ; voir crainte . Ð trouve graÃce : cf. 2.40,52 ; 4.22 ; 6.32nss ; voir Gn 6.8+ ; Ex 33.16 ; 1S 1.18 ; Pr 12.2. Cf. 2.21 ; Gn 16.11 ; Jg 13.3 ; Es 7.14 ; Mt 1.21nss. Il sera grand : litt. celui-ci sera grand (cf. v. 15). Ð Fils du TreÁsHaut (v. 35,76 ; 6.35 ; 8.28 ; Ac 7.48 ; 16.17) : cf. 2S 7.14// ; Ps 2.7 ; 89.27. Ð le troÃne de David, son peÁre 2S 7.12s,16// ; Es 9.6 ; Am 9.11 ; Ps 132.11 ; Mc 11.10. Ð Un texte apocalyptique arameÂen treÁs fragmentaire de QumraÃn (4Q246) pourrait eÃtre reconstitue comme suit : « Il sera grand sur la terre. (...) Il sera appele Fils de Dieu, et on l'appellera Fils du TreÁs-Haut. (...) Son royaume sera un royaume eÂternel, et toutes ses voies seront de veÂrite et de droiture. La terre sera dans la veÂrite et tous feront la paix. » Il reÂgnera (cf. 19.14,27,38 ; 23.2s,37s) pour toujours... Mi 4.7. Ð la maison de Jacob, c.-aÁ-d. IsraeÈl ; cf. Ex 19.3 ; Es 2.5s ; 8.17 ; 48.1. Ð son reÁgne n'aura pas de fin Es 9.6 ; Dn 7.14 ; cf. He 7.24. Cf. v. 18,27. Ð je n'ai pas de relations... : litt. je ne connais pas d'homme, eupheÂmisme d'origine heÂbraõÈque, cf. Gn 4.1n ; 19.8 ; Nb 31.17,35 ; Jg 11.39 ; 21.12 ; Mt 1.25n. L'Esprit saint ... : cf. v. 17 ; Mt 1.18+,20 ; voir aussi Gn 1.2n ; Es 11.1ss. Ð viendra sur toi Ac 1.8 ; cf. Es 32.15. Ð la puissance (v. 17+) du TreÁs-Haut (v. 32+) : cf. 5.17. Ð te couvrira de son ombre : meÃme verbe 9.34// ; Ac 5.15 (couvrir ) ; cf. Ex 40.34s ; Nb 9.15 ; voir aussi Ps 91.1,4. Ð l'enfant qui naõÃtra : litt. ce qui est engendre ; autres traductions l'enfant qui naõÃtra sera appele saint, Fils de Dieu ; le saint qui sera engendre sera appele Fils de Dieu. Ð saint : cf. 2.23 ; 4.34 ; Es 4.3 ; Ac 3.14 ; 4.27,30. Ð Fils de Dieu (cf. v. 32) 3.22 ; 4.3,9,41 ; 8.28 ; 9.35 ; 10.22 ; 22.70 ; Mc 1.1 ; Jn 10.36 ; Ac 9.20. Cf. v. 7,24,26. rien : autre traduction aucune parole ; cf. 18.27// ; Gn 18.14 ; Jr 32.17 ; Za 8.6 ; Jb 42.2 ; 2Ch 14.10. Ð de la part de Dieu : certains mss portent pour Dieu. l'esclave : autre traduction la servante ; dans le grec du Ier s. apr. J.-C. le terme correspondant eÂvoque beaucoup plus la deÂpendance de l'esclave, son appartenance aÁ son maõÃtre (7.2ss ; 12.37ss ; 14.17ss ; 17.7ss etc.) que l'ideÂe d'un service volontaire. Ici, en outre, le style rappelle particulieÁrement l'A.T., ouÁ la politesse heÂbraõÈque veut qu'on se deÂsigne par l'expression ton serviteur, ta servante (cf. 1S 1.11 ; 25.41 ; 2S 9.6 ; Rt 3.9). Ð qu'il m'advienne... : cf. 22.42 ; Ac 21.14. $

29

$

30

31 32

$

$

$

33

34

35

$

$

28

de la vierge Âetait Marie. | Il entra chez elle et dit : ReÂjouis-toi, toi qui es combleÂe par la graÃce ; le Seigneur est avec toi. | TreÁs troubleÂe par cette parole, elle se demandait ce que pouvait bien signifier une telle salutation. | L'ange lui dit : N'aie pas peur, Marie ; car tu as trouve graÃce aupreÁs de Dieu. Tu vas Ãetre enceinte ; tu mettras au monde un fils et tu l'appelleras du nom de JeÂsus. Il sera grand et sera appele Fils du TreÁs-Haut, et le Seigneur Dieu lui donnera le troÃne de David, son peÁre. Il reÂgnera pour toujours sur la maison de Jacob ; son reÁgne n'aura pas de fin. Marie dit Áa l'ange : Comment cela se produira-t-il, puisque je n'ai pas de relations avec un homme ? L'ange lui reÂpondit : L'Esprit saint viendra sur toi, et la puissance du TreÁs-Haut te couvrira de son ombre. C'est pourquoi l'enfant qui naõÃtra sera saint ; il sera appele Fils de Dieu. Elisabeth, ta parente, a elle aussi concËu un fils, dans sa vieillesse : celle qu'on appelait femme steÂrile est dans son sixieÁme mois. | Car rien n'est impossible de la part de Dieu. | Marie dit : Je suis l'esclave du Seigneur ; qu'il m'advienne selon ta parole. Et l'ange s'eÂloigna d'elle.

36 37

38

$

$


LUC 1

39 40 41 42

43 44 45

46 47 48

49

39

40 41

Marie rend visite aÁ Elisabeth En ces jours-laÁ, Marie partit en haÃte vers la reÂgion montagneuse et se rendit dans une ville de Juda. | Elle entra dans la maison de Zacharie et salua Elisabeth. | DeÁs qu'Elisabeth entendit la salutation de Marie, l'enfant tressaillit dans son ventre. Elisabeth fut remplie d'Esprit saint | et cria : BeÂnie sois-tu entre les femmes, et beÂni soit le fruit de ton ventre ! Comment m'est-il accorde que la meÁre de mon Seigneur vienne me voir ? | Car deÁs que ta salutation a retenti Áa mes oreilles, l'enfant a tressailli d'alleÂgresse dans mon ventre. | Heureuse celle qui a cru, car ce qui lui a Âete dit de la part du Seigneur s'accomplira ! L'hymne de Marie Et Marie dit : Je magnifie le Seigneur, je suis transporteÂe d'alleÂgresse en Dieu, mon Sauveur, parce qu'il a porte les regards sur l'abaissement de son esclave. DeÂsormais, en effet, chaque geÂneÂration me dira heureuse, parce que le Puissant a fait pour moi de grandes choses. Son nom est sacreÂ,

En ces jours-laÁ... v. 36 ; cf. 2.1 ; 4.2 ; 5.35 ; 6.12 etc. Ð partit : litt. se leva et partit, tournure seÂmitique. Ð en haÃte : cf. Ex 12.11. Ð vers la reÂgion montagneuse... : cf. v. 23,65. Zacharie / Elisabeth v. 5. l'enfant : le meÃme terme (aussi v. 44) sera traduit par nouveaune 2.12,16 ; 18.15 ; Ac 7.19 ; voir aussi 2Tm 3.15 ; 1P 2.2. Ð tressaillit ou bondit : cf. v. 44 ; 6.23 ; le verbe grec correspondant est celui qui est employe en Gn 25.22 (LXX ), pour se heurter. Ð remplie d'Esprit saint v. 15+. et cria : autre traduction poussa un grand cri et dit. Ð BeÂnie sois-tu ou es-tu (le verbe est sous-entendu dans le texte) entre les femmes (ou plus que toutes les autres femmes) ; cf. 11.27 ; Jg 5.24n ; Ct 1.8 ; 2 Baruch 54.10 : « Bienheureuse ma meÁre parmi celles qui ont enfanteÂ, que soit loueÂe, parmi les femmes, celle qui m'a enfante ! » Ð beÂni soit le fruit... Dt 7.13 ; 28.4,11 ; 30.9 ; cf. Gn 30.2 ; Mi 6.7 ; Ps 132.11. Comment m'est-il accorde : litt. d'ouÁ (vient) pour moi ceci ; cf. 2S 6.9 ; 24.21. Ð mon Seigneur : cf. 2.11 ; 20.41ss. tressailli (v. 41n) d'alleÂgresse v. 14,47. Heureuse : cf. v. 48 ; 6.20ss// ; 7.23 ; 10.23 ; 11.27 ; 14.15. Ð qui a cru... : autre traduction qui a cru que ce qui lui a eÂte dit... ; cf. v. 20,38 ; He 11.11. Cf. 1S 2.1-10. Ð Marie : certains mss latins portent Elisabeth ; cf. v. 41,48s. Ð Je magnifie : litt. mon aÃme magnifie (meÃme verbe v. 58n ; Ac 5.13 ; 10.46 ; 19.17), cf. Mc 14.34n// ; voir aussi Ps 34.3s ; 69.31. je suis transporteÂe d'alleÂgresse : litt. mon esprit exulte ou s'est mis aÁ exulter ; cf. v. 14,44 (terme apparenteÂ) ; 10.21 (meÃme verbe) ; Mt 5.12 ; Jn 8.56 ; Ac 2.26n,46 ; 1P 1.6+ ; Jd 24 ; Ap 19.7 ; cf. Es 61.10 ; Ha 3.18 ; Ps 9.15 ; 13.6 ; 31.8 ; 35.9. Ð Dieu, mon Sauveur : le meÃme titre sera applique aÁ JeÂsus 2.11+ ; cf. Dt 32.15 ; 1S 10.19 ; Es 12.2 ; 17.10 ; Mi 7.7 ; Ps 24.5 ; 25.5 ; 27.1,9 ; 62.2,7. il a porte les regards... 9.38 ; 1S 1.11 ; cf. 9.16 ; Gn 16.11 ; 29.32 ; Ps 31.8 ; 113.6s ; Jc 2.3n. Ð l'abaissement (ou l'humiliation ; cf. v. 25) de son esclave (v. 38n), c.-aÁ-d. mon abaissement ; cf. 2.29n ; Ac 4.29n. Ð DeÂsormais 5.10 ; 12.52 ; 22.18,69 ; Ac 18.6. Ð me dira heureuse v. 45 ; Gn 30.13 ; cf. Ml 3.12 ; Ps 72.17 ; Jb 29.10s ; Pr 31.28 ; Ct 6.9. le Puissant : le meÃme terme grec est employe dans la traduction (LXX ) de So 3.17 (heÂros) ; Ps 89.9. Ð de grandes choses : cf. Dt 10.21 ; 11.7 ; Jg 2.7 ; Ps 71.19. Ð Son nom est sacre ou saint

50

51

52 53 54 55

56

57 58

59 60 61 62

50

42

51

52

44 45

46

47

48

49

$

$

$

Ps 111.9 ; cf. 1S 2.2 ; Es 57.15. Ps 103.17. Ð de geÂneÂration en geÂneÂration Ps 100.5 ; cf. 61.7 ; 89.2. Ð sur ceux qui le craignent Ps 61.6 ; 103.11,13 ; cf. Ac 10.35. le pouvoir ou la force, litt. il a fait force par son bras ; cf. Ps 89.11. Voir aussi Ex 6.6 ; Dt 4.34 ; Es 40.10 ; 51.5,9 ; 53.1 ; Ps 118.15s. Ð ceux qui avaient des penseÂes orgueilleuses : litt. les orgueilleux dans la penseÂe de leurs cúurs (v. 66n) ; cf. 2S 22.28 ; Es 2.12 ; 13.11. Cf. 10.29ss ; 15.11ss ; 16.19ss ; 18.9ss ; 1S 2.7s ; Es 2.11ss ; Ez 21.26,31 ; Ps 113.7 ; 147.6 ; Jb 5.11 ; 12.19 ; 1Co 1.26ss ; 2Co 8.9 ; Ph 2.6ss ; Siracide 10.14 : « Le Seigneur a culbute les troÃnes des princes, il a eÂtabli les doux aÁ leur place. » Cf. 1S 2.5. Ð rassasieÂ... Ps 107.9. Ð renvoyeÂ... Jb 22.9 ; cf. Gn 31.42 ; Dt 15.13 ; Rt 1.21 ; 3.17 ; Lc 20.11 ; voir aussi 1S 2.7 ; Ps 34.11 ; Jb 15.29. Il a secouru... Es 41.8s. Ð son serviteur : cf. Es 42.1 ; 44.1 ; 45.4 ; 52.13. Ð s'est souvenu... v. 72 ; Ps 25.6 ; 98.3 ; cf. Gn 8.1 ; 9.15 ; Ex 2.24. comme il l'avait dit... Mi 7.20 ; cf. Gn 17.7 ; 18.18 ; 22.17s ; 2S 7.11ss. Ð envers (autre traduction aÁ) Abraham et sa descendance Gn 17.9 ; cf. Ps 18.51. avec Elisabeth : litt. avec elle ; cf. v. 46n. Ð trois mois : cf. v. 36. Ð Puis elle retourna... : cf. v. 23,38 ; 1S 1.19 ; voir aussi Lc 1.80 ; 3.20. Ð chez elle : litt. dans sa maison v. 26 ; cf. v. 40. V. 13. Ð arriva : litt. fut rempli ou accompli, de meÃme 2.6 ; cf. Gn 25.24. apprirent : cf. v. 24,36. Ð avait fait preuve... : litt. avait grandi (ou magnifieÂ, v. 46n) sa compassion envers elle, imitation d'une tournure heÂbraõÈque (cf. Gn 19.19). Ð ils se reÂjouirent avec elle v. 14. Le huitieÁme jour 2.21 ; Gn 17.11s ; 21.4 ; Lv 12.3 ; Ac 7.8 ; Ph 3.5. Ð ils allaient lui donner (autre traduction ils lui donnaient ) le nom... : le nom est donne aÁ la circoncision et non plus aÁ la naissance, cf. Gn 4.1 ; 21.3 ; 25.25s. Cf. v. 13n ; c'est aussi la meÁre qui donne le nom en 1.31 ; Gn 29.32ss ; 30.6,24 ; 35.18 ; Jg 13.24 ; 1S 1.20 ; 4.21 etc. Ð sa meÁre dit : litt. ayant pris la parole, sa meÁre dit, seÂmitisme. Sur d'autres emplois du nom Jean ou YohanaÃn (v. 13n), cf. Ne 12.13,42. Cf. v. 22n. C'est le peÁre qui donne le nom Gn 16.15 ; 17.19 ; 35.18 ; Ex 2.22. $

$

$

43

Naissance de Jean le Baptiseur Á Elisabeth devait accoucher arriva, et Le temps ou elle mit au monde un fils. | Ses voisins et les gens de sa parente apprirent que le Seigneur avait fait preuve envers elle d'une grande compassion, et ils se reÂjouirent avec elle. Le huitieÁme jour, ils vinrent circoncire l'enfant, et ils allaient lui donner le nom de son peÁre, Zacharie. | Mais sa meÁre dit : Non, il sera appele Jean. | Ils lui dirent : Il n'y a dans ta parente personne qui porte ce nom. | Et ils faisaient des signes Áa son peÁre pour savoir comment il voulait l'appeler.

$

$

$

et sa compassion s'eÂtend de geÂneÂration en geÂneÂration sur ceux qui le craignent. Il a deÂploye le pouvoir de son bras ; il a disperse ceux qui avaient des penseÂes orgueilleuses, Ãnes, il a fait descendre les puissants de leurs tro Âeleve les humbles, rassasie de biens les affameÂs, renvoye les riches les mains vides. Il a secouru IsraeÈl, son serviteur, et il s'est souvenu de sa compassion Ð comme il l'avait dit Áa nos peÁres Ð envers Abraham et sa descendance, pour toujours. Marie demeura avec Elisabeth environ trois mois. Puis elle retourna chez elle.

$

$

$

1335

53

54

55

56

57 58

59

$

60

61 62

$


1336 63 64 65

66

67 68

69 70 71 72

73

63 64

LUC 1±2

Zacharie demanda une tablette et il Âecrivit : Son nom est Jean. Et tous s'eÂtonneÁrent. | A l'instant meÃme, sa bouche s'ouvrit et sa langue se deÂlia ; il se mit Áa parler et Áa beÂnir Dieu. | Tous les habitants des alentours furent saisis de crainte et, dans toute la reÂgion montagneuse de la JudeÂe, on discutait de tous ces ÂeveÂnements. | Tous ceux qui en entendaient parler se mirent Áa reÂfleÂchir. Ils se demandaient : Que sera donc cet enfant ? Car la main du Seigneur Âetait avec lui. L'hymne de Zacharie Zacharie, son peÁre, fut rempli d'Esprit saint et se mit Áa parler en propheÁte, en disant : BeÂni soit le Seigneur, le Dieu d'IsraeÈl, d'eÃtre intervenu en faveur de son peuple, d'avoir assure sa reÂdemption et de nous avoir suscite une corne de salut dans la maison de David, son serviteur, Ð comme il en a parle par la bouche de ses saints propheÁtes d'autrefois Ð un salut qui nous deÂlivre de nos ennemis et de tous ceux qui nous deÂtestent. C'est ainsi qu'il montre sa compassion envers nos peÁres et qu'il se souvient de son alliance sacreÂe, selon le serment qu'il a jure Áa Abraham, notre peÁre ; il eÂcrivit : litt. il eÂcrivit, disant, seÂmitisme. Ð s'eÂtonneÁrent : cf. 8.25,56 ; 9.43 ; 11.14 ; 24.12,41 ; Ac 2.7 ; 3.10. Cf. v. 20. Ð A l'instant meÃme 4.39 ; 5.25 ; 8.44,47,55 ; 13.13 ; 18.43 ; 19.11 ; 22.60. Ð sa bouche... : litt. sa bouche fut ouverte, et sa langue ; cf. Dn 10.16. Ð beÂnir Dieu v. 68 ; 2.28 ; 24.52s ; Rm 1.25 ; 2Co 1.3 ; 11.31 ; Ep 1.3 ; 1P 1.3. saisis de crainte : cf. v. 12 ; 5.26 ; 7.16 ; 8.25,37 ; Ac 2.43+. Ð reÂgion montagneuse de la JudeÂe v. 39. Ð on discutait : meÃme verbe 6.11. Ð ces eÂveÂnements ou ces paroles (seÂmitisme) ; cf. 2.15,19,51 ; Ac 5.32 ; 10.37. se mirent aÁ reÂfleÂchir : litt. mettaient dans leur cúur, le cúur eÂtant ici, comme dans l'A.T., consideÂre comme le lieu de l'inteÂriorite et de la reÂflexion ; cf. 2.19,35,51 ; 3.15 ; 5.22 ; 9.44n ; 21.14n ; Ac 5.4. Voir aussi 1S 21.13 ; Ml 2.2. Ð la main du Seigneur Ac 11.21 ; 13.11 ; cf. 1R 18.46 ; 2R 3.15 ; Ez 1.3 ; 3.14,22 ; Ps 80.18 ; 139.5 ; 1Ch 4.10. Cf. v. 64. Ð rempli d'Esprit saint v. 15+. Ð parler en propheÁte : cf. v. 76 ; 7.27. BeÂni soit le Seigneur... : certains mss portent seulement BeÂni soit le Dieu d'IsraeÈl Gn 9.26 ; 14.20 ; 24.27 ; Ex 18.10 ; 1S 25.32 ; 1R 1.48 ; 8.15 ; Ps 41.14 ; 72.18 ; 106.48 ; 1Ch 16.36 ; 2Co 1.3 ; Ep 1.3 ; 1P 1.3. Ð d'eÃtre intervenu en faveur de ou d'avoir visite son peuple ; meÃme verbe grec v. 78 ; 7.16 ; terme apparente 19.44 ; cf. Ac 15.14 ; sur le verbe heÂbreu sous-jacent, qui eÂvoque le plus souvent une intervention salvatrice, plus rarement une intervention punitive, voir Jr 6.15n ; cf. Gn 21.1 ; 50.24s ; Ex 3.16 ; 4.31 ; 13.19 ; 32.34 ; Es 10.16 ; Jr 29.10 ; Ps 65.10 ; 80.15 ; 106.4 ; Rt 1.6. Ð d'avoir assure sa reÂdemption : litt. d'avoir fait reÂdemption ou deÂlivrance, meÃme terme 2.38 ; mots apparenteÂs en 21.28+ ; 24.21 ; Ac 7.35 ; cf. Es 63.4 ; Ps 111.9 ; 130.7s ; Tt 2.14 ; He 9.12,15 ; 1P 1.18. susciteÂ... : litt. eÂveille ou fait se lever ; le meÃme terme peut avoir le sens de ressusciter ; cf. 3.8 ; 5.23s ; 6.8 ; 7.14,16,22 ; 8.54 ; 9.7,22 ; 11.8,31 ; 13.25 ; 20.37 ; 21.10 ; 24.6 ; Mt 2.13n ; Mc 1.31n ; Jn 2.19n ; voir aussi Jg 2.16ss ; 3.9,15 ; Ac 13.22. Ð une corne, c.aÁ-d. une puissance (seÂmitisme) ; cf. v. 71,77 ; 19.9 ; cf. Ps 18.3 ; voir aussi Dt 33.17 ; 1S 2.1,10 ; Ez 29.21 ; Ps 75.5 ; 89.25 ; 132.17 ; 148.14. Ð dans la maison de David 2S 7.12s ; Mt 1.1. Ð son serviteur Es 37.35 ; Ps 18.1 ; 1Ch 17.4,24 ; Ac 4.25. de ses saints propheÁtes d'autrefois ou des saints d'autrefois, ses propheÁtes ; cf. 24.44 ; Ac 3.18,21 ; Rm 1.2 ; 2P 3.2 ; Ap 10.7+. Ps 18.18 ; 106.10. Ð salut v. 69. C'est ainsi qu'il montre (autre traduction pour montrer ) sa compassion envers nos peÁres Mi 7.20 ; cf. Dt 7.9 ; 1R 8.23. Ð il se souvient de son alliance sacreÂe ou sainte v. 54 ; Ps 105.8s ; 106.45 ; 111.5 ; cf. Gn 17.7 ; Ex 2.24 ; Lv 26.42 ; Ez 16.60 ; Ac 3.25 ; 7.8 ; 1 MaccabeÂes 4.10 : « Crions vers le Ciel ; s'il veut de nous,

74 75 76

77

78

79

80

66

67 68

73 74

71 72

76

$

77

78

$

$

$

$

$

$

$

$

$

$

79

$

70

il se souviendra de l'alliance des peÁres. » selon le serment : autre traduction et du serment ; cf. Gn 22.16s ; 26.3 ; Jr 11.5 ; Mi 7.20 ; Ps 105.8ss. Mi 4.10 ; Ps 97.10. Ð des ennemis : certains mss portent de nos ennemis. Ð Voir crainte . Ð lui rendre un culte 2.37n. saintete (ou pieÂte ; termes de la meÃme famille Ac 2.27 ; 13.34s ; 1Th 2.10 ; 1Tm 2.8 ; Tt 1.8 ; He 7.26 ; Ap 15.4 ; 16.5) / justice Ep 4.24n ; cf. Jos 24.14 ; Tt 2.12. Ð tout au long de nos jours : certains mss portent tous les jours de notre vie ; cf. 9.23. mon enfant : litt. enfant. Ð propheÁte du TreÁs-Haut : cf. v. 32+ ; voir aussi 7.26// ; 20.6. Ð tu iras... : cf. v. 17 ; 3.4// ; 7.27 ; Es 40.3 ; Ml 3.1. Ð le Seigneur : cf. v. 17,43. connaissance du salut : cf. v. 71 ; 3.7ss. Ð par (ou dans) le pardon de ses peÂcheÂs 3.3// ; cf. 5.20+ ; Es 55.7 ; Ps 25.18 ; Mt 26.28 ; Ac 5.31. la tendre compassion : litt. les entrailles de compassion, les entrailles eÂtant percËues comme le sieÁge des eÂmotions, notamment de la pitie (Col 3.12n) ; cf. Es 54.7 ; 63.7,15 ; Jr 31.20 ; Za 1.16 ; Ps 79.8 ; 119.77 ; 145.9 ; Mt 9.36n. Ð le soleil levant : autres traductions l'aurore ; un astre levant ; litt. un levant ; cf. Nb 24.17 ; Ml 3.20 ; Mt 2.2,9 ; le verbe correspondant peut s'appliquer au lever d'un astre, mais aussi aÁ la pousse d'une graine ; d'ailleurs le terme grec qui apparaõÃt ici est, dans LXX , la traduction du mot heÂbreu rendu par germe en Jr 23.5 ; Za 3.8 ; 6.12 ; cf. Es 11.1 ; voir aussi 60.1s ; 2P 1.19. Ð brillera sur nous : litt. nous visitera (certains mss ont le passe nous a visiteÂs) ; sur le verbe grec, voir v. 68n. Ð d'en haut : cf. 24.49 ; terme apparente (superlatif) en 2.14 (les lieux treÁs hauts) ; le meÃme terme est traduit par hauteur en Ep 3.18 ; 4.8. eÂclairer : autre traduction se manifester aÁ (Tt 2.11+). Ð ceux qui... Ps 107.10,14 ; cf. Es 9.1 ; 42.7 ; Mt 4.16 ; Ac 26.17s. Ð vers (ou sur ) le chemin de la paix (ou un chemin de paix) : cf. 2.14,29 ; 7.50 ; 8.48 ; 10.5s ; 11.21n ; 12.51 ; 14.32 ; 19.38,42 ; 24.36 ; Es 59.8 ; Rm 3.17 ; voir aussi Es 9.5s ; Mi 5.4. Cf. 2.40,52 ; Gn 21.8,20 ; Jg 13.24s ; 1S 2.21,26 ; 3.19. Ð et devenait fort par l'Esprit : autre traduction possible et son esprit se fortifiait ; cf. v. 15,41,67. Ð dans les deÂserts ou dans les lieux deÂserts ; cf. 3.2,4// ; 7.24 ; voir Mt 3.1n. $

75

$

$

69

La jeunesse de Jean le Baptiseur Or l'enfant grandissait et devenait fort par l'EsÁ prit. Il demeurait dans les deÂserts, jusqu'au jour ou il se preÂsenta devant IsraeÈl.

La naissance de JeÂsus Á parut un deÂcret de CeÂsar Auguste, En ces jours-la 2 2 en vue du recensement de toute la terre habite Âe. | Ce

$

65

ainsi nous accorde-t-il, | apreÁs avoir Âete deÂlivreÂs des ennemis, de pouvoir sans crainte lui rendre un culte | dans la saintete et la justice, devant lui, tout au long de nos jours. Et toi, mon enfant, tu seras appele propheÁte du TreÁs-Haut ; car tu iras devant le Seigneur pour preÂparer ses chemins, pour donner Áa son peuple la connaissance du salut par le pardon de ses peÂcheÂs, graÃce Áa la tendre compassion de notre Dieu. C'est par elle que le soleil levant brillera sur nous d'en haut pour Âeclairer ceux qui sont assis dans les teÂneÁbres et dans l'ombre de la mort et pour diriger nos pas vers le chemin de la paix.

$

80

$

2

 cret : cf. Ac 17.7+. 1 En ces jours-laÁ : cf. 1.5,24,36,56 ; 3.1,23. Ð de Ð CeÂsar Auguste, titre d'Octave, empereur de Rome de 27 av. J.-C. aÁ 14 apr. J.-C. (voir « Rome et les Romains », p. 1224). Ð toute la terre habiteÂe : expression hyperbolique pour tout l'Empire romain ; meÃme terme 4.5 ; 21.26 ; Ac 11.28 ; 17.6,31 ; 19.27 ; 24.5 ; voir Mt 24.14n. 2 Ce premier recensement... : autre traduction ce recensement fut


LUC 2

3 4

5 6 7

premier recensement eut lieu pendant que Quirinius Âetait gouverneur de Syrie. | Tous allaient se faire recenser, chacun dans sa propre ville. | Joseph aussi monta de GalileÂe, de la ville de Nazareth, pour se rendre en JudeÂe, dans la ville de David appeleÂe BethleÂem, parce qu'il Âetait de la maison et de la famille de David, | afin de se faire inscrire avec Marie, sa fianceÂe, qui Âetait enceinte. Á elle devait Pendant qu'ils Âetaient laÁ, le temps ou accoucher arriva, | et elle mit au monde son fils premier-neÂ. Elle l'emmaillota et l'installa dans une mangeoire, parce qu'il n'y avait pas de place pour eux dans la salle. Un ange apparaõÃt aÁ des bergers Cf. Mt 2.1-15

8 9

10 11

Il y avait, dans cette meÃme reÂgion, des bergers qui passaient dans les champs les veilles de la nuit pour garder leurs troupeaux. | L'ange du Seigneur survint devant eux, et la gloire du Seigneur se mit Áa briller tout autour d'eux. Ils furent saisis d'une grande crainte. | Mais l'ange leur dit : N'ayez pas peur, car je vous annonce la bonne nouvelle d'une grande joie qui sera pour tout le peuple : | aujour-

le premier qui eut lieu... ; cf. Ac 5.37n. D'apreÁs les sources dont nous disposons, Quirinius (la transcription grecque de ce nom latin rappelle le mot CyreÁne, 23.26), a eÂte gouverneur (exactement : leÂgat ) de Syrie aÁ partir de l'an 6 apr. J.-C., apreÁs le rattachement du pays des Juifs aÁ la Syrie, et il a proceÂde aÁ un recensement au deÂbut de son mandat ; diffeÂrentes hypotheÁses ont eÂte eÂmises pour harmoniser ces donneÂes avec celle de 1.5n (HeÂrode le Grand est mort en 4 av. J.-C.) : Quirinius aurait eu un premier mandat auparavant, ou il serait intervenu dans le pays aÁ un autre titre... dans sa propre ville : comparer les v. 4 et 39. Joseph 1.27. Ð monta : on monte de GalileÂe en JudeÂe ; il s'agit en l'occurrence d'un voyage d'au moins 130 km ; cf. 18.31 ; 19.28 ; Ac 11.2 ; voir aussi Esd 1.3. Ð Nazareth v. 39 ; 1.26n. Ð David / BethleÂem 1S 16.1 ; 17.12,58 ; 20.16 ; cf. Mt 2.5s ; Jn 7.42. Dans l'A.T. la ville de David est habituellement JeÂrusalem (2S 5.7,9 ; 6.10,12 ; Es 22.9). sa fianceÂe : certains mss portent sa femme ; cf. 1.27. Cf. 1.57 ; Gn 25.24. Ð le temps... arriva : litt. les jours s'accomplirent. Cf. Mt 1.25. Ð premier-ne : cf. v. 23 ; Ex 13.2ss ; Nb 3.12s ; 18.15s ; Dt 21.15ss ; voir aussi Rm 8.29 ; Col 1.15,18 ; He 1.6 ; Ap 1.5. Ð l'emmaillota : cf. Ez 16.4 ; Sagesse 7.4s : « J'ai (Salomon) eÂte eÂleve dans les langes, au milieu des soucis. Aucun roi n'a deÂbute autrement dans l'existence. » Ð une mangeoire ou une creÁche ; le terme grec correspondant deÂsigne habituellement une mangeoire pour bestiaux ; ici il pourrait aussi deÂsigner l'eÂtable ; cf. 13.15 ; Es 1.3. Ð la salle ou le gõÃte, le relais ; il s'agit sans doute ici d'un caravanseÂrail ; le meÃme terme revient dans un autre contexte en 22.11// ; il apparaõÃt dans le texte grec (LXX ) de 1S 1.18. des bergers : cf. 1.38,52 ; 1S 16.11 ; 17.15 ; 2S 7.8. Ð qui passaient... : litt. qui gardaient les gardes ; l'expression pourrait rappeler celle qui est traduite par assurer le service Nb 1.53+ ; dans le monde juif et helleÂnistique, la nuit eÂtait habituellement diviseÂe en trois veilles ou gardes d'environ quatre heures chacune ; chez les Romains, en quatre veilles de trois heures ; cf. Lc 12.38n. Cf. Ac 26.13. Ð L'ange du Seigneur : cf. v. 15 ; voir 1.11n,19n ; voir aussi 24.4 ; Ac 12.7. Ð survint : meÃme verbe v. 38 ; 4.39 (se pencher ) ; 10.40 ; 20.1 ; 21.34 (arriver ) ; 24.4 ; Ac 4.1 ; 6.12 ; 10.17 ; 11.11 ; 12.7 ; 17.5 (assieÂger ) ; 22.13,20 (eÃtre preÂsent ) ; 23.11,27 (intervenir ) ; 28.2 (se mettre aÁ tomber ) ; 1Th 5.3 ; 2Tm 4.2,6. Ð la gloire (9.26,32 ; 21.27 ; 24.26) du Seigneur Ex 16.7,10 ; 24.16ss ; 33.18ss ; 34.29ss ; 40.34 ; Ps 63.3 ; 2Ch 7.1 ; cf. Nb 12.8. Ð se mit aÁ briller tout autour d'eux : meÃme verbe en Ac 26.13. Ð Ils furent saisis d'une grande crainte ou ils eurent treÁs peur (v. 10) : cf. 1.65 ; Mc 4.41. N'ayez pas peur 1.13+,30. Ð je vous annonce la bonne nouvelle 1.19n. Ð grande joie 1.14+ ; 24.52 ; Mt 2.10.

12

13 14

15

16 17 18 19 20

11

5 6 7

12

13 14

$

$

10

aujourd'hui 3.22n ; 4.21 ; 5.26 ; 12.28 ; 13.32s ; 19.5,9 ; 22.34,61 ; 23.43 ; cf. He 3.7ss. Ð ville de David v. 4n. Ð sauveur v. 30 ; 1.47n,69 ; Jn 4.42 ; Ac 5.31 ; 13.23 ; Ep 5.23 ; Ph 3.20 ; 2Tm 1.10 ; Tt 1.4 ; 2.13 ; 3.6 ; 2P 1.1,11 ; 2.20 ; 3.18 ; 1Jn 4.14 ; cf. Jg 3.9,15. Ð le Christ (ou le Messie, celui qui a recËu l'onction , v. 26 ; 3.15 ; 4.41 ; 9.20 ; 20.41 ; 22.67 ; 23.2,35,39 ; 24.26,46 ; le terme fait allusion au sacre des rois de la dynastie de David par une onction d'huile sainte ; les preÃtres eÂtaient consacreÂs de facËon semblable), le Seigneur Ac 2.36 ; quelques teÂmoins anciens ont lu le Christ du Seigneur ; cf. Lm 4.20 ; Lc 2.26 ; Psaumes de Salomon 17.32 : « Leur roi est le Messie Seigneur » (certains traduisent Messie du Seigneur ). V. 7. Ð signe : cf. v. 34 ; 1.18ss,36 ; 11.29s ; Ex 3.12 ; 2R 19.29 ; Es 37.30 ; 38.7. Ð nouveau-ne 1.41n. Ð couche v. 16 ; le meÃme verbe est traduit par est laÁ au v. 34 ; on le retrouve en 3.9 (est preÃte aÁ) ; 12.19 (en reÂserve) ; 23.53 (gisait ) ; voir aussi Jn 2.6n. l'armeÂe ceÂleste : cf. 1R 22.19 ; Jr 19.13 ; Dn 7.10 ; Mt 26.53. Ð louait Dieu : cf. Ps 148.2. Cf. 19.38. Ð Gloire aÁ Dieu : cf. v. 9 ; Rm 11.36 ; He 13.21. Ð dans les lieux treÁs hauts : cf. 1.78n ; Ps 148.1 ; Jb 16.19 ; Psaumes de Salomon 18.10 : « Grand et glorieux est notre Dieu, il habite dans les lieux treÁs hauts. » Ð paix 1.79+ ; 24.36 ; Es 9.5s ; 52.7 ; 57.19 ; Mi 5.4 ; Ep 2.14ss ; 6.15+. Ð les humains en qui il prend plaisir ou (tous) les humains, en qui il prend plaisir (cf. v. 10 ; 3.6), litt. les humains du bon plaisir, traduction classique les hommes (ou les gens) de bonne volonte ; chez Luc, le terme se reÂfeÁre geÂneÂralement aÁ la volonte ou au plaisir de Dieu ; selon certains mss, on pourrait encore comprendre bienveillance pour les hommes ; meÃme terme 10.21 ; verbe apparente 3.22 ; 12.32 ; voir aussi Ps 51.20 ; Ph 2.13n ; Hymnes (QumraÃn ) 4.32s : « Afin que toutes Ses úuvres connussent la force de Sa puissance et l'immensite de Sa miseÂricorde envers tous les fils de Sa bienveillance. » Voir anges . Ð ce : litt. la parole ou l'eÂveÂnement, cf. 1.65n. Ð le Seigneur : cf. v. 9. Ð fait connaõÃtre : meÃme verbe v. 17 ; Jn 15.15+ ; Ac 2.28 (verbe apparente 7.13, se faire reconnaõÃtre) ; Rm 9.22n ; Ep 1.9n. Cf. 8.39. Ð l'avoir vu : litt. avoir vu. s'eÂtonneÁrent v. 33+ ; 1.21,63. retenait ou conservait preÂcieusement ; un verbe apparente est traduit de la meÃme manieÁre v. 51 ; cf. Gn 37.11 ; Dn 7.28 ; le meÃme verbe est traduit par se conserver Mt 9.17 et proteÂger Mc 6.20. Ð ces choses ou ces paroles 1.65n. Ð y reÂfleÂchissait : litt. y reÂfleÂchissait dans son cúur ; autre traduction possible en cherchait le sens ; cf. 1.66. s'en retourneÁrent 1.23+. Ð en glorifiant ... : cf. v. 13s,28,38 ; 1.64 ; 5.25s// ; 7.16 ; 13.13 ; 17.15,18 ; 18.43 ; 19.37 ; 23.47 ; 24.53 ; Mt 15.31 ; Ac 3.8s ; 4.21 ; 11.18 ; 21.20. Ð entendu et vu : cf. Ac 4.20. $

$

$

$

9

Les bergers aÁ BethleÂem Lorsque les anges se furent ÂeloigneÂs d'eux vers le ciel, les bergers se dirent les uns aux autres : Allons donc jusqu'aÁ BethleÂem, et voyons ce qui est arriveÂ, ce que le Seigneur nous a fait connaõÃtre. | Ils s'y rendirent en haÃte et trouveÁrent Marie, Joseph, et le nouveau-ne couche dans la mangeoire. | ApreÁs l'avoir vu, ils firent connaõÃtre ce qui leur avait Âete dit au sujet de cet enfant. | Tous ceux qui les entendirent s'eÂtonneÁrent de ce que disaient les bergers. | Marie retenait toutes ces choses et y reÂfleÂchissait. | Quant aux bergers, ils s'en retourneÁrent en glorifiant et louant Dieu pour tout ce qu'ils avaient entendu et vu, conformeÂment Áa ce qui leur avait Âete dit.

$

$

8

d'hui, dans la ville de David, il vous est ne un sauveur, qui est le Christ, le Seigneur. | Et ceci sera pour vous un signe : vous trouverez un nouveau-ne emmaillote et couche dans une mangeoire. Et soudain il se joignit Áa l'ange une multitude de l'armeÂe ceÂleste, qui louait Dieu et disait : Gloire Áa Dieu dans les lieux treÁs hauts, et, sur la terre, paix parmi les humains en qui il prend plaisir !

$

$

3 4

1337

15

17 18 19

20

$

$


1338

LUC 2

La naissance de JeÂsus : reÂcits et leÂgendes Les reÂcits relativement sobres des deux premiers chapitres de Matthieu et de Luc touchant la naissance de JeÂsus sont de ceux qui ont offert le plus de prise au deÂveloppement de la leÂgende. Plusieurs eÂvangiles apocryphes en ont fait leur principal objet. Les histoires qu'ils racontent ont contribueÂ, largement autant que les eÂvangiles canoniques, aÁ la formation des traditions de NoeÈl (le búuf et l'aÃne, le nombre et les noms des mages devenus rois, etc.). Dans leurs premieÁres moutures, elles se saisissent souvent d'un deÂtail de Matthieu ou de Luc, cherchant parfois aÁ harmoniser les deux narrations. ProteÂvangile de Jacques $ (dialogue entre Joseph et la sage-femme) 19.1 : Elle dit : « Et qui est celle qui va enfanter dans la grotte ? » Et je lui dis : « Celle qui m'est fianceÂe. » Et elle me dit : « Ce n'est pas ta femme ? » Et je lui dis : « C'est Marie, celle qui a eÂte eÂleveÂe dans le Temple du Seigneur. J'ai eÂte deÂsigne par le sort pour la recevoir comme femme ; elle n'est pourtant pas ma femme, mais elle a un fruit concËu de l'Esprit Saint. » (Cf. Mt 1.18,20 ; Lc 1.27,35 ; 2.5.) ProteÂvangile de Jacques 14.1 : Joseph fut rempli d'une grande crainte et se tint coi aÁ son eÂgard, reÂfleÂchissant aÁ ce qu'il ferait d'elle. Et Joseph dit : « Si je cache sa faute, je me retrouve combattant la Loi du Seigneur ; et, si je la deÂnonce aux fils d'IsraeÈl, je crains que peut-eÃtre ce qui est en elle ne soit d'un ange et que je ne me retrouve livrant un sang innocent aÁ une condamnation aÁ mort. Que ferai-je donc d'elle ? Je la renverrai secreÁtement de chez moi. » (Cf. Mt 1.19.) Evangile du Pseudo-Matthieu 10.2 (VIe ou VIIe sieÁcle) : Joseph leur dit (aux jeunes filles qui essaient de le convaincre que Marie est vierge) : « Pourquoi taÃchez-vous de me tromper afin que je croie qu'un ange de Dieu l'a rendue enceinte ? Il est possible que n'importe qui se soit fait passer pour un ange et l'ait seÂduite. » Et ayant dit cela il pleurait et disait : « De quel front irai-je au Temple de Dieu ? De quel visage regarderai-je les preÃtres de Dieu ? Que ferai-je? » Et, disant cela, il songeait aÁ se cacher et aÁ la reÂpudier. (Cf. Mt 1.19ss.) ProteÂvangile de Jacques 21.2 : Les mages dirent : « Nous avons vu une eÂtoile eÂnorme qui brillait parmi ces eÂtoiles-ci et qui les eÂclipsait au point que les autres eÂtoiles n'eÂtaient plus visibles. Et ainsi nous avons connu qu'un roi eÂtait ne pour IsraeÈl, et nous sommes venus l'adorer. » (Cf. Mt 2.2.) ProteÂvangile de Jacques 21.3 : L'eÂtoile qu'ils avaient vue en Orient les conduisit jusqu'aÁ ce qu'ils fussent entreÂs dans la grotte, et elle se tint sur la teÃte de l'enfant. (Cf. Mt 2.9.) ProteÂvangile de Jacques 11.1ss : Et elle prit sa cruche et sortit puiser de l'eau. Et voici qu'une voix lui dit : « ReÂjouis-toi, pleine de graÃce ; le Seigneur est avec toi ; tu es beÂnie parmi les femmes. » Et Marie regardait aÁ droite et aÁ gauche, pour voir d'ouÁ venait cette voix. Et, toute tremblante, elle entra dans la maison ; et, apreÁs avoir deÂpose sa cruche, elle prit la pourpre, s'assit sur sa chaise et se mit aÁ filer la pourpre. Et voici qu'un ange se tint devant elle, disant : « Ne crains pas, Marie, car tu as trouve graÃce devant le MaõÃtre de toutes choses. Tu concevras de sa Parole. » Et elle, Marie, ayant entendu ces paroles, se mit aÁ les scruter en elle-meÃme, disant : « Concevrai-je, moi, du Seigneur Dieu vivant, de la meÃme manieÁre qu'enfante toute femme ? » Et voici qu'un ange se tint devant elle, lui disant : « Non pas ainsi, Marie ; car la puissance de Dieu te couvrira de son ombre... » (Cf. Lc 1.26ss.) ProteÂvangile de Jacques 12.2s : Or Marie, pleine de joie, s'en alla chez sa cousine Elisabeth et frappa aÁ la porte. Et Elisabeth, ayant entendu, jeta l'eÂcarlate, courut aÁ la porte, lui ouvrit, la beÂnit et dit : « D'ouÁ me vient que la meÁre de mon Seigneur vienne chez moi ? Car voici que ce qui est en moi a tressailli et t'a beÂnie. » Or Marie avait oublie les mysteÁres dont avait parle l'ange Gabriel. Et elle leva les yeux au ciel et dit : « Qui suis-je, moi, pour que ± oui ! ± toutes les geÂneÂrations de la terre me proclament bienheureuse ? » Et elle passa trois mois aupreÁs d'Elisabeth. Et de jour en jour son sein grossissait. Et, remplie de crainte, Marie alla dans sa maison, et elle se cachait des fils d'IsraeÈl. Or elle avait seize ans quand ces mysteÁres s'accomplirent pour elle. (Cf. Lc 1.39ss.) ProteÂvangile de Jacques 17.1 : Et il arriva un ordre de l'empereur Auguste, que soient recenseÂs tous ceux qui eÂtaient aÁ BethleÂem de JudeÂe. Et Joseph dit : « Moi, je ferai inscrire mes fils. Mais, de cette jeune fille, que ferai-je ? Comment la ferai-je inscrire ? Comme ma femme ? J'en ai honte. Alors, comme ma fille ? Les fils d'IsraeÈl savent qu'elle n'est pas ma fille. » (Cf. Mt 2.1ss ; Lc 2.1ss.) ProteÂvangile de Jacques 17.3±18.1 : Ils eÂtaient arriveÂs aÁ mi-chemin quand Marie lui dit : « Joseph, descendsmoi de l'aÃne, car ce qui est en moi me presse pour sortir. » Et, laÁ, il la fit descendre et lui dit : « OuÁ t'emmeÁnerai-je et mettrai-je aÁ l'abri ta pudeur ? Car l'endroit est deÂsert. » Et il trouva laÁ une grotte, l'y introduisit, mit preÁs d'elle ses fils et sortit chercher une sage-femme juive dans la reÂgion de BethleÂem. (Cf. Lc 2.6s.) ProteÂvangile de Jacques 22.2 : Marie, ayant appris qu'on massacrait les enfants, saisie de peur, prit l'enfant, l'emmaillota et le mit dans une mangeoire aÁ beÂtail. (Cf. Mt 2.13ss ; Lc 2.7.) Les reÂcits relatifs aÁ l'enfance de JeÂsus, en revanche, n'ont trouve que peu de matieÁre dans le Nouveau Testament (Lc 2.39ss). Extrapolant, souvent maladroitement, aÁ partir de la doctrine de la divinite de JeÂsusChrist, les deÂveloppements posteÂrieurs le font apparaõÃtre comme un enfant omniscient et omnipotent, parfois cruel et tyrannique (cf. Evangile de l'enfance de Thomas $).


LUC 2

21

22 23 24

25

26 27

28 29 30 31

21

JeÂsus est preÂsente dans le temple Quand huit jours furent accomplis, il fut circoncis et on lui donna le nom de JeÂsus, celui que l'ange avait indique avant sa conception. Et, quand les jours de leur purification furent accomplis selon la loi de MoõÈse, ils l'ameneÁrent Áa JeÂrusalem pour le preÂsenter au Seigneur Ð | suivant ce qui est Âecrit dans la loi du Seigneur : Tout maÃle ne le premier de sa meÁre sera consacre au Seigneur Ð | et pour offrir en sacrifice une paire de tourterelles ou deux jeunes colombes, selon ce qui est dit dans la loi du Seigneur. SymeÂon et l'enfant JeÂsus Or il y avait Áa JeÂrusalem un homme du nom de SymeÂon. Cet homme Âetait juste et pieux ; il attendait la consolation d'IsraeÈl, et l'Esprit saint Âetait sur lui. | Il avait Âete divinement averti, par l'Esprit saint, qu'il ne verrait pas la mort avant d'avoir vu le Christ du Seigneur. | Il vint au temple, pousse par l'Esprit. Et, comme les parents apportaient l'enfant JeÂsus pour accomplir Áa son Âegard ce qui Âetait en usage d'apreÁs la loi, | il le prit dans ses bras, beÂnit Dieu et dit : Maintenant, MaõÃtre, tu laisses ton esclave s'en aller en paix selon ta parole. Car mes yeux ont vu ton salut, celui que tu as preÂpare devant tous les peuples, circoncis 1.59+ss ; cf. Ga 4.4. Ð on lui donna le nom de... 1.31+. Ð l'ange 1.30ss. purification : cf. 5.14 ; voir Lv 12.2ss. Ð la loi de MoõÈse v. 23s,27,39. Ð ils l'ameneÁrent : litt. le firent monter (v. 4n) ; meÃme verbe 4.5 (conduire plus haut ) ; Ac 7.41 (apporter un sacrifice ) ; 9.39 ; 12.4 (faire comparaõÃtre ) ; 16.34. Ð aÁ JeÂrusalem : Lc utilise ici le nom grec de la ville, HieÂrosoluma, qui rappelle les mots grecs pour saint , sacreÂ, temple etc. (de meÃme 13.22 ; 19.28 ; 23.7 et souvent dans les Actes) ; aÁ partir de 2.25 il emploiera plus souvent IeÂrousalem, simple transcription de l'heÂbreu. Ð preÂsenter : meÃme verbe Rm 12.1+ ; voir aussi 1S 1.22ss. Cf. v. 7. Ð la loi du Seigneur v. 24,39 ; cf. v. 22. Ð Tout maÃle... Ex 13.2,12,15 ; 22.29s ; Lv 27.26s ; Nb 3.13 ; 8.17s ; cf. Ex 13.13 ; 34.20 ; Nb 18.15s. Ð ne le premier de sa meÁre : litt. qui ouvre la matrice, heÂbraõÈsme. Ð sera consacreÂ... : litt. sera appele saint pour le Seigneur, cf. 1.35. colombes ou pigeons, cf. Lv 5.11 ; 12.8 ; voir aussi sacrifice . SymeÂon : cf. ProteÂvangile de Jacques 24.4 : « Les preÃtres tinrent conseil pour savoir qui ils mettraient aÁ la place de Zacharie [assassine par HeÂrode]. Et le sort tomba sur SymeÂon : c'eÂtait lui, en effet, qui avait eÂte averti par l'Esprit saint qu'il ne verrait pas la mort jusqu'aÁ ce qu'il euÃt vu le Christ dans la chair. » Ð juste ... : cf. 1.6. Ð pieux : meÃme terme Ac 2.5 ; 8.2 ; 22.12. Ð il attendait... v. 38 ; 23.50s ; cf. 6.24 ; 24.21 ; Es 40.1 ; 49.13 ; 51.12 ; 52.9 ; 61.2. Ð l'Esprit saint ... : cf. 1.15+ ; Nb 11.17,25,29 ; 2R 2.15 ; Es 11.2 ; 42.1 ; 61.1 ; Ez 11.5. divinement averti... : cf. Ac 10.22+ ; voir aussi 21.11. Ð ne verrait pas la mort : cf. Ps 89.49 ; Jn 8.51 ; He 11.5 ; voir aussi Lc 9.27 ; Jn 21.22s. Ð le Christ du Seigneur ou l'homme qui a recËu l'onction du Seigneur ; cf. v. 11n ; 1S 24.7,11 ; 26.9, 11,16,23 ; 2S 1.14,16. temple : cf. v. 46,49 ; 19.45ss ; Ac 3.1,11. Ð pousse par l'Esprit : litt. dans l'Esprit. Ð les parents v. 41,43 ; cf. v. 33,48. Ð d'apreÁs la loi : cf. v. 22. Cf. 1.67ss. Ð il le prit ou l'accueillit ; cf. 4.24 ; 8.13 ; 9.5,48,53 ; 10.8,10 ; 18.17. Ð beÂnit Dieu : cf. v. 34 ; 1.64 ; 24.53. MaõÃtre : meÃme terme Ac 4.24. Ð tu laisses... : c.-aÁ-d. tu peux me laisser, moi, ton esclave (voir 1.38n,48n ; Ac 4.29n) s'en aller (cf. Gn 15.2) en paix Gn 15.15 ; cf. 46.30. Ð selon ta parole v. 26 ; cf. 1.38. Cf. 1.69,71,77 ; 3.6 ; 10.18,23s ; Es 40.5 ; 52.10 ; 56.1 ; Ps 67.3 ; 98.2ss ; Jb 19.27 ; 42.5 ; Tt 2.11. preÂpare : cf. 1.17,76 ; 1Co 2.9. Ð devant tous les peuples Es 52.10 ; cf. Ps 31.20. $

$

32

33 34

35

36

37

38

39

32

$

22

$

23

24 25

$

26

33 34

35

36

$

37

$

31

$

$

38

$

30

$

$

$

29

lumieÁre... : autre traduction lumieÁre des nations (ou des paõÈens, des non-Juifs , cf. Mt 4.15n) pour une reÂveÂlation Es 42.6 ; 49.6,9 ; cf. 25.7 ; 60.1ss ; Lc 24.47 ; Ac 28.28 ; voir aussi 10.45n. Ð et gloire ... : autre traduction et pour la gloire... ; cf. Es 45.25 ; 46.13 ; voir aussi Ac 13.46. Son peÁre et sa meÁre : cf. v. 27+. Ð s'eÂtonnaient v. 18 ; 4.22 ; 9.43 ; 20.26 ; Ac 3.12. les beÂnit 6.28 ; 9.16 ; 24.50s ; Ac 3.26 ; cf. Gn 14.18s ; Nb 6.23 ; 1S 2.20. Ð est laÁ ou est en reÂserve, cf. 12.19. Ð la chute : cf. 20.17s ; Es 8.14 ; 28.16 ; Dn 11.41 ; voir aussi 1Co 1.23 ; 1P 2.8. Ð le releÁvement : le terme est traduit ailleurs par reÂsurrection , cf. 14.14 ; 20.27-36. Ð signe : cf. v. 12+ ; Es 8.18. Ð un signe qui provoquera la contradiction ou l'opposition, litt. un signe contredit ; cf. 20.27n ; meÃme verbe en Jn 19.12 (se deÂclarer contre) ; Ac 13.45 ; 28.19n,22 ; Rm 10.21 (contester ) ; Tt 1.9 ; 2.9. Cf. v. 48 ; 8.21 ; 11.27s ; 12.51ss ; Jn 19.25ss,34. Ð te transpercera : litt. traversera ton aÃme, cf. 1.46n ; Ez 5.1s,17 ; 6.8s ; 14.17 ; Ps 37.15 ; Oracles sibyllins 3.316 (description d'une invasion de l'Egypte) : « Le glaive, en effet, te traversera par le milieu. » Ð raisonnements : cf. 1.29n ; meÃme terme 5.22 ; 6.8 ; 9.46s ; 24.38n ; cf. Ac 28.27s. Ð de beaucoup : litt. de beaucoup de cúurs ; cf. 16.15 ; Mc 7.6ss ; Ac 1.24 ; 15.8. propheÂtesse : cf. Ex 15.20 ; Jg 4.4 ; 2R 22.14 ; Es 8.3 ; Ac 2.17 ; 21.9 ; 1Co 11.5 ; Ap 2.20. Ð Anne : cf. 1S 1±2. Ð Aser Gn 30.13 ; 49.20 ; Dt 33.24s. Ð treÁs avanceÂe en aÃge 1.7. Ð sept ans : un teÂmoin ancien du texte a lu sept jours. veuve : cf. 4.25s ; 7.12 ; 18.3ss ; 20.47 ; 21.2s ; Ac 6.1 ; 9.39ss ; voir aussi 1Tm 5.3ss ; Judith 8.4,6 : « Judith vivait chez elle dans le veuvage depuis trois ans et quatre mois... Elle jeuÃnait tous les jours de son veuvage, excepte les sabbats et leurs veilles, les nouvelles lunes et leurs veilles, les feÃtes et les jours de reÂjouissances de la maison d'IsraeÈl. » Ð elle ne s'eÂloignait pas du temple Ps 23.6 ; 26.8 ; 27.4 ; 84.5,11. Ð prenait part au culte le meÃme verbe est traduit par rendre un culte en 1.74 ; 4.8// ; cf. Ac 7.7,42 ; 24.14 ; 26.7n ; 27.23 ; Rm 1.9,25 ; Ph 3.3 ; 2Tm 1.3 ; He 8.5n ; Ap 7.15+. Ð nuit et jour 18.7 ; Ac 9.24 ; 20.31 ; 26.7. Ð des prieÁres : cf. 1.10. ce moment : litt. cette heure. Ð louait : autre traduction remerciait ; le verbe grec correspondant n'apparaõÃt qu'ici dans le N.T. Ð de l'enfant : litt. de lui. Ð qui attendaient... : cf. v. 25+. Ð la reÂdemption ou la deÂlivrance 1.68n ; cf. Es 43.3s ; 45.14 ; 49.26 ; 52.9 ; 54.1ss ; Ps 49.8s,16 ; 130.8. Ð de JeÂrusalem : certains mss portent aÁ JeÂrusalem ; d'autres d'IsraeÈl. Cf. Mt 2.22s. Ð la loi ... v. 21,23. Ð Nazareth, leur ville : cf. v. 3 ; 1.26n. $

$

28

Retour aÁ Nazareth : la jeunesse de JeÂsus Lorsqu'ils eurent accompli tout ce que prescrivait la loi du Seigneur, ils retourneÁrent en GalileÂe, Áa Nazareth, leur ville.

$

$

27

Anne, la propheÂtesse Il y avait aussi une propheÂtesse, Anne, fille de Phanuel, de la tribu d'Aser. Elle Âetait treÁs avanceÂe en Ãage. ApreÁs avoir veÂcu sept ans avec son mari depuis sa virginiteÂ, | elle Âetait resteÂe veuve ; ÃageÂe de quatre-vingt-quatre ans, elle ne s'eÂloignait pas du temple et prenait part au culte, nuit et jour, par des Ãnes et des prieÁres. | Elle aussi survint Áa ce mojeu ment meÃme ; elle louait Dieu et parlait de l'enfant Áa tous ceux qui attendaient la reÂdemption de JeÂrusalem.

$

$

$

La propheÂtie de SymeÂon Son peÁre et sa meÁre s'eÂtonnaient de ce qu'on disait de lui. | SymeÂon les beÂnit et dit Áa Marie, sa meÁre : Celui-ci est laÁ pour la chute et le releÁvement de beaucoup en IsraeÈl, et comme un signe qui provoquera la contradiction | Ð et, toi-meÃme, une ÂepeÂe te transpercera Ð de sorte que soient reÂveÂleÂs les raisonnements de beaucoup.

$

$

$

lumieÁre pour la reÂveÂlation aux nations et gloire de ton peuple, IsraeÈl.

$

$

$

1339

$

$

39

$


1340 40

41 42 43

44

45 46 47 48

49 50 51

40

LUC 2±3

Or l'enfant grandissait et devenait fort ; il Âetait rempli de sagesse, et la graÃce de Dieu Âetait sur lui. JeÂsus aÁ douze ans dans le temple Ses parents allaient chaque anneÂe Áa JeÂrusalem, pour la feÃte de la PaÃque. Lorsqu'il eut douze ans, ils y monteÁrent selon la coutume de la feÃte. | Puis, quand les jours furent acheveÂs et qu'ils s'en retourneÁrent, l'enfant JeÂsus resta Áa JeÂrusalem, mais ses parents ne s'en apercËurent pas. | Pensant qu'il Âetait avec leurs compagnons de voyage, ils firent une journeÂe de chemin et le chercheÁrent parmi les gens de leur parente et leurs connaissances. | Mais ils ne le trouveÁrent pas et retourneÁrent Áa JeÂrusalem en le cherchant. | Au bout de trois jours, ils le trouveÁrent dans le temple, assis au milieu des maõÃtres, les Âecoutant et les interrogeant. | Tous ceux qui l'entendaient Âetaient stupeÂfaits de son intelligence et de ses reÂponses. | Quand ils le virent, ils furent Âebahis ; sa meÁre lui dit : Mon enfant, pourquoi nous as-tu fait cela ? Ton peÁre et moi, nous te cherchions avec angoisse ! | Il leur reÂpondit : Pourquoi me cherchiez-vous ? Ne saviez-vous pas que j'ai Áa faire chez mon PeÁre ? | Mais ils ne comprirent pas ce qu'il leur disait. | Puis il descendit avec eux Áa Nazareth ; il leur Âetait soumis. Sa meÁre retenait toutes ces choses.

Cf. v. 52 ; 1.80 ; 1S 2.21,26. Ð sagesse : cf. v. 47,52 ; voir aussi 11.31 ; 21.15 ; Mc 6.2. Ð la graÃce ... 1.30 ; Ac 4.33 ; cf. 6.8 ; 7.10. Ð sur lui v. 5 ; cf. 1.66. Cf. v. 19 ; 1S 1.3,7,21. Ð Ses parents v. 27,33,43. Ð la feÃte de la PaÃque : cf. 22.1,7ss ; Jn 13.1 ; cf. Ex 12 ; 23.14ss ; 34.18,23 ; Lv 23.6 ; Dt 16.1-4,16 ; Ez 45.21ss ; Jn 2.13,23 ; voir aussi calendrier et feÃtes. douze ans : cf. 1R 2.12n ; la tradition juive qui fixe aÁ l'aÃge de 13 ans le moment ouÁ un garcËon devient responsable au regard de la loi (Bar-Mitsva) est vraisemblablement posteÂrieure aÁ Lc ; selon Flavius JoseÁphe , Samuel serait devenu propheÁte (1S 3.3) aÁ l'aÃge de douze ans. Ð monteÁrent v. 4n ; cf. 18.10,31 ; 19.28 ; Ac 3.1 ; 11.2 ; 15.2 ; 21.12,15 ; 24.11 ; 25.1,9. quand les jours furent acheveÂs : cf. Ex 12.15,18 ; Lv 23.5s. Ð resta : le verbe correspondant signifie ailleurs endurer, perseÂveÂrer (un terme apparente est traduit par perseÂveÂrance en 8.15 ; 21.19) ; meÃme sens Ac 17.14. avec leurs compagnons de voyage : autre traduction (ailleurs) dans la caravane. Ð les gens de leur parenteÂ... 1.58 ; 14.12 ; 21.16 ; Ac 10.24. Au bout de trois jours Ac 25.1 ; 28.17 ; expression diffeÂrente en Lc 9.22 ; 18.33 ; 24.7,21,46 ; Ac 10.40. Ð dans le temple : cf. 20.1 ; Jn 7.14,28 ; 8.20 ; 18.20 ; Ac 3.11 ; 5.12,21,25. Ð assis au milieu des maõÃtres : cf. 5.3. Cf. v. 40. Ð stupeÂfaits 8.56 ; 24.22 ; Mc 2.12n ; Ac 2.7,12 ; 8.13 ; 9.21 ; 10.45 ; 12.16 ; cf. 4.13. Ð de son intelligence et de ses reÂponses : autre traduction de l'intelligence manifeste dans ses reÂponses. eÂbahis 4.32 ; 9.43 ; Ac 13.12 ; voir aussi Jn 7.15. Ð Mon enfant : litt. enfant ; meÃme expression 15.31 ; 16.25. Ð pourquoi... : cf. Gn 12.8 ; 20.9 ; 26.10 ; 29.25 ; Ex 14.11 ; Nb 23.11 ; Jg 15.11. Ð nous te cherchions : certains mss portent nous te cherchons. Ð avec angoisse : litt. tourmenteÂs ; cf. v. 35 ; le meÃme verbe est traduit par souffrir en 16.24s, eÃtre attriste en Ac 20.38. j'ai aÁ faire chez mon PeÁre : la phrase est ambigueÈ : on pourrait comprendre il faut que je sois chez mon PeÁre comme il faut que je m'occupe des affaires de mon PeÁre, voire il faut que je sois parmi les gens de mon PeÁre ; cf. 19.46 ; 23.46 ; 24.49 ; Jn 2.16 ; voir aussi 4.34 ; 6.36+. ils ne comprirent pas : cf. v. 47 ; 9.45 ; 18.34. Ð ce : autre traduction la parole (le meÃme terme, au pluriel, est traduit par choses au v. 51). Cf. v. 4 ; 1.23,26. Ð retenait toutes ces choses ou ces paroles ; voir v. 19n.

52

Jean le Baptiseur, propheÁte de Dieu

Mt 3.1-6 ; Mc 1.2-6 ; cf. Jn 1.19-23

3 La quinzieÁme anneÂe du gouvernement de TibeÁre CeÂsar Ð alors que Ponce Pilate Âetait gouverneur de la JudeÂe, HeÂrode teÂtrarque de la GalileÂe, Philippe, son freÁre, teÂtrarque de l'ItureÂe et du territoire de la 2 Trachonitide, Lysanias te Âtrarque de l'AbileÁne, | et du temps des grands preÃtres Anne et CaõÈphe Ð la parole de Dieu parvint Áa Jean, fils de Zacharie, dans le deÂsert. Mt 3.1-6 ; Mc 1.2-6 ; Jn 1.19-23 3 4

5

6

52

$

41

$

42

44

46

3

48

49

50

51

V. 40+. Ð en stature : autre traduction en aÃge, meÃme terme 12.25n (dureÂe de la vie) ; 19.3 (taille). Ð Voir graÃce . Ð aupreÁs de Dieu et des humains Pr 3.3s ; Rm 14.18. Á re peut 1 Cf. 1.5 ; 2.1s ; Ac 26.26. Ð La quinzieÁme anneÂe de... Tibe commencer en octobre 27, en janvier ou en aouÃt-septembre 28 en fonction du moment preÂcis de la carrieÁre de TibeÁre qu'on interpreÁte comme le deÂbut de son gouvernement de CeÂsar, comme successeur d'Auguste (2.1n). Ð Ponce Pilate 13.1 ; 23.1ss ; Ac 3.13 ; 4.27 ; 13.28. Ð eÂtait gouverneur : terme apparente aÁ celui qui a eÂte traduit preÂceÂdemment par gouvernement ; cf. 20.20 ; une inscription retrouveÂe aÁ CeÂsareÂe lui donne le titre de praefectus (preÂfet ) ; il a occupe ce poste de 26 aÁ 36 apr. J.-C. (voir « Ponce Pilate », p. 1290). Ð HeÂrode Antipas, fils cadet d'HeÂrode le Grand (1.5), teÂtrarque (aÁ l'origine titre de celui qui gouvernait le quart d'une reÂgion donneÂe, dans l'eÂvangile au sens plus geÂneÂral de prince de second rang) de 4 av. J.-C. aÁ 39 apr. J.-C. ; c'est encore de lui qu'il sera question v. 19 ; 8.3 ; 9.7ss ; 13.31s ; 23.7ss ; Mc 6.14 ; Ac 4.27 ; 13.1. Ð Philippe, autre fils d'HeÂrode le Grand, teÂtrarque de l'ItureÂe et de la Trachonitide (entre autres), reÂgions situeÂes aÁ l'est du Jourdain, vers la frontieÁre syrienne ; cf. Mc 6.17 ; 8.27. Ð Le Lysanias le plus connu est un fils de PtoleÂmeÂe, roi de Chalcis en CúleÂsyrie, mort en 39 av. J.-C. Mais ce nom a eÂte porte plus tard par plusieurs autres princes de la reÂgion (l'AbileÁne est la reÂgion d'Abila, au nordouest de Damas, dans l'Anti-Liban). Anne, nomme grand preÃtre par Quirinius (cf. 2.2n) en 6 apr. J.-C., avait eÂte deÂpose en l'an 15 ; CaõÈphe, son gendre, a eÂte grand preÃtre de 18 aÁ 36 ; cf. Mt 26.3+ ; Mc 11.18n ; Jn 11.49 ; 18.13ss ; Ac 4.6. Ð la parole de Dieu parvint... : cf. 1.76 ; 7.26 ; Jr 1.1 etc. Ð fils de Zacharie 1.13,63. Ð dans le deÂsert v. 4 ; 1.80 ; 7.24. la reÂgion du Jourdain : cf. Gn 13.10ss. Ð proclamant 4.18s,44 ; 8.1,39 ; 9.2 ; 11.32 ; 12.3 ; 24.47 ; Ac 8.5 ; 9.20 ; 10.42 ; 19.13 ; 20.25 ; 28.31 ; voir Mc 1.4n. Ð bapteÃme : cf. v. 16 ; Mc 1.4n ; Jn 3.22ss ; Ac 18.25 ; 19.3s. Ð changement radical ou repentance, conversion v. 8 ; 5.32 ; 10.13 ; 11.32 ; 13.3,5 ; 15.7,10 ; 16.30 ; 17.3s ; 24.47 ; Mt 3.2n ; Ac 13.24 ; 19.4. Ð pardon des peÂcheÂs : cf. 1.77 ; voir aussi Nb 14.19 ; Ps 25.18. Cf. 1.76 ; Es 40.3ss ; Mc 1.2s,5 et les notes ; voir aussi propheÁte . Ð chemin ou voie : cf. 20.21. Ð rendez droits : autre traduction aplanissez, mais cf. v. 5. Cf. 1.79 ; voir aussi 1.52 ; 14.11 ; 18.14 ; Es 2.2ss ; Ps 68.16s. 2.30+s ; Ac 28.28 ; Tt 2.11. Ð tous : litt. toute chair . $

$

47

Il se rendit dans toute la reÂgion du Jourdain, proclamant un bapteÃme de changement radical, pour le pardon des peÂcheÂs, | selon ce qui est Âecrit dans le livre des paroles du propheÁte EsaõÈe : C'est celui qui crie dans le deÂsert : preÂparez le chemin du Seigneur, rendez droits ses sentiers ! Toute valleÂe sera combleÂe, toute montagne et toute colline seront abaisseÂes, les passages tortueux deviendront droits, les chemins raboteux seront niveleÂs, et tous verront le salut de Dieu.

$

$

43

Et JeÂsus progressait en sagesse, en stature et en graÃce aupreÁs de Dieu et des humains.

2

3

$

$

$

$

4

5 6

$

$


LUC 3

1341

Un document cache dans l'Evangile selon Luc ? Pour rendre compte des ressemblances et des diffeÂrences entre les trois eÂvangiles synoptiques (voir « De l'Evangile aux quatre eÂvangiles » p. 1229 et le tableau p. 1231), les savants du XIXe sieÁcle ont eÂlabore une theÂorie ceÂleÁbre, dite « des deux sources ». Celle-ci reconnaõÃt en Marc le premier eÂvangile, dont Matthieu et Luc se sont inspireÂs (cf. Lc 1.1-3) ; quant aux passages communs aÁ Matthieu et aÁ Luc, mais absents de Marc, elle les suppose issus d'un autre document (deÂsigne par la lettre Q, de l'allemand Quelle qui signifie « source »), un document ignore de Marc et perdu pour nous ; en outre, elle repeÁre des mateÂriaux propres, aÁ Matthieu d'une part et aÁ Luc d'autre part, auxquels elle attribue respectivement les symboles SMt et SLc (S signifiant Sondergut, le « bien propre » de chacun). On arrive ainsi au scheÂma suivant : Mc

SMt

Q

Mt

Lc

SLc

Selon ce scheÂma, il suffirait de seÂlectionner les passages communs aÁ Matthieu et aÁ Luc et absents de Marc pour retrouver le document Q (ou, plutoÃt, ce que Matthieu et Luc en ont retenu); d'apreÁs une reconstruction reÂcente, on pourrait se faire une bonne ideÂe de ce document en lisant les passages suivants dans Luc : Lc 3.1-4,7-17,21s Lc 4.1-13 Lc 6.12,17,20-49 Lc 7.1-10,18-35

Lc 9.57-62 Lc 10.1-24 Lc 11.1-36,39-43,46,52 Lc 12.1-59

Lc 13.18-35 Lc 14.1-12,15-27,34s Lc 15.1-10 Lc 16.13,16-18

Lc 17.1-6,20-37 Lc 18.14 Lc 19.11-27 Lc 22.24-30

A quelques nuances preÁs, cette theÂorie maintenant classique convainc toujours la majorite Рmais non pas la totalite Рdes speÂcialistes du Nouveau Testament. Evidemment, la deÂlimitation preÂcise des textes et a fortiori l'ordre dans lequel ils se preÂsentaient dans le document Q restent sujets aÁ discussion. Dans certains cas, on peut se demander si telle ressemblance entre Matthieu et Luc doit s'expliquer par une meÃme source eÂcrite ou par un fonds commun de tradition orale. Enfin, la theÂorie n'explique pas pourquoi, dans certains deÂtails de textes globalement inspireÂs de Marc, Matthieu et Luc s'accordent entre eux en divergeant de Marc. Des remises en question plus radicales sont possibles. Ainsi, on pourrait envisager que Marc ait lui aussi connu le document Q, mais qu'il en ait deÂlibeÂreÂment fait un usage plus restreint que Matthieu et Luc. Du reste, si, comme certains le croient, les eÂvangiles sont le fruit de plusieurs reÂdactions successives, qui ont pu s'influencer reÂciproquement aÁ chaque eÂtape, il en reÂsulte forceÂment un systeÁme beaucoup plus complexe. En tout eÂtat de cause, force est de constater que les textes indiqueÂs ci-dessus forment un ensemble assez coheÂrent, constitue essentiellement de paroles de JeÂsus (et non de reÂcits). S'il y a bien derrieÁre eux un document source, celui-ci pourrait eÃtre beaucoup plus ancien encore que l'Evangile selon Marc.

La proclamation de Jean le Baptiseur Mt 3.7-10

7 8

9

7

8

Il disait donc aux foules qui venaient pour recevoir de lui le bapteÃme : VipeÁres, qui vous a montre comment fuir la coleÁre Áa venir ? | Produisez donc des fruits dignes du changement radical, et ne commencez pas Áa vous dire : « Nous avons Abraham pour peÁre ! » Car je vous dis que de ces pierres Dieu peut susciter des enfants Áa Abraham. | Maintenant deÂjaÁ la hache est preÃte Áa attaquer les arbres Áa la racine : tout arbre donc qui ne produit pas de beau fruit est coupe et jete au feu.

aux foules... : cf. 7.29. Ð bapteÃme 3.3+. Ð VipeÁres : voir Mt 3.7n. Ð la coleÁre 21.23 ; cf. Es 13.9 ; Ez 7.19 ; So 1.14ss ; 2.2 ; voir aussi Rm 1.18 ; 2.5 ; 3.5 ; 9.22 ; Ep 5.6 ; Col 3.6 ; 1Th 1.10. Produisez : litt. faites, cf. v. 10. Ð fruits dignes... : cf. 6.43s ; Ac 26.20. Ð changement radical 3.3+. Ð Abraham pour peÁre 13.16 ; 16.24 ; 19.9 ; cf. Gn 12.1ss ; Es 51.1ss ; Jn 8.33ss ; Ac 3.25 ; 7.2 ; Rm 4.1 ; Ga 3.29. Ð de ces pierres... : cf. Ez 36.26 ; voir aussi Ex 32.9s. Ð susciter : voir 1.69n. Cf. Mt 7.19 ; Jn 15.6. Ð est preÃte... : litt. se tient (2.12n) contre la racine des arbres ; cf. 13.6ss ; Es 10.33s. Ð feu : cf. v. 16s. V. 7,12,14 ; 10.25 ; 18.18 ; Ac 2.37 ; 16.30 ; 22.10. Cf. 19.8 ; Dt 15.4 ; Es 58.7 ; Ez 18.7 ; Ac 2.44s ; 4.32,35 ; Rm 12.8 ; Ep 4.28 ; Jc 2.15ss. $

$

9 10 11

10 11

12 13 14

Les fruits du changement radical Les foules l'interrogeaient : Que devons-nous donc faire ? | Il leur reÂpondait : Que celui qui a deux tuniques partage avec celui qui n'en a pas, et que celui qui a de quoi manger fasse de meÃme. Des collecteurs des taxes aussi vinrent pour recevoir le bapteÃme ; ils lui demandeÁrent : MaõÃtre, que devons-nous faire ? | Il leur dit : N'exigez rien audelaÁ de ce qui vous a Âete ordonneÂ. | Des soldats aussi l'interrogeaient : Et nous, que devons-nous faire ? Il leur dit : Ne faites violence Áa personne, n'accusez personne Áa tort, et contentez-vous de votre solde.

collecteurs des taxes 5.27ss ; 7.29,34 ; 15.1s ; 18.10ss ; 19.2,7 ; voir Mt 21.31s ; Mc 2.14n,15n. Ð bapteÃme 3.3+. Ð MaõÃtre ou enseignant, instructeur ; cf. 7.40 ; 9.38 ; 10.25 ; 11.45 ; 12.13 ; 18.18 ; 19.39 ; 20.21,28,39 ; 21.7. 13 Cf. 19.8. Â signe normale14 Des soldats : litt. des combattants ; le terme de ment des hommes enroÃleÂs dans une armeÂe ou des militaires en campagne (1Co 9.7n) ; il s'agit peut-eÃtre ici des membres de la garde juive d'HeÂrode Antipas, ou bien de mercenaires juifs aÁ la solde de Rome. Ð n'accusez... ou ne harcelez personne ; sur le verbe grec correspondant, voir aussi 19.8n ; on le trouve dans la traduction grecque (LXX ) de Lv 19.11. Ð solde : cf. 1Co 9.7n ; 2Co 11.8n. 12

$

$

$


1342

LUC 3

une forme corporelle, comme une colombe. Et il survint une voix du ciel : Tu es mon Fils bienaime ; c'est en toi que j'ai pris plaisir.

Jean le Baptiseur annonce celui qui vient

Mt 3.11-12 ; Mc 1.7-8 ; cf. Jn 1.24-28 15 16

17

Comme le peuple Âetait dans l'attente, et que tous se demandaient si Jean n'eÂtait pas le Christ, | il leur reÂpondit Áa tous : Moi, je vous baptise d'eau, mais il vient, celui qui est plus puissant que moi, et ce serait encore trop d'honneur pour moi que de deÂlier la lanieÁre de ses sandales. Lui vous baptisera dans l'Esprit saint et le feu. | Il a sa fourche Áa la main, il va nettoyer son aire ; il recueillera le ble dans sa Ãlera la paille dans un feu qui grange, mais il bru ne s'eÂteint pas.

20

Jean annoncËait la bonne nouvelle au peuple avec beaucoup d'autres encouragements. Mais HeÂrode le teÂtrarque, Áa qui Jean faisait des reproches au sujet d'HeÂrodiade, femme de son freÁre, et au sujet de toutes les mauvaises actions qu'HeÂrode avait commises, | ajouta encore Áa toutes les autres celle d'enfermer Jean en prison.

15

Quand tout le peuple recËut le bapteÃme, JeÂsus aussi recËut le bapteÃme ; et, pendant qu'il priait, le ciel s'ouvrit, | et l'Esprit saint descendit sur lui sous se demandaient : litt. se demandaient en leurs cúurs ; voir 1.29n. Ð si Jean n'eÂtait pas le Christ (ou le Messie 2.11n) ; cf. Jn 1.19-20+ ; l'attente d'un (ou de plusieurs) Messie(s) (roi et / ou preÃtre ideÂal) est attesteÂe dans le judaõÈsme au moins depuis le IIe s. av. J.-C. Elle est particulieÁrement preÂsente dans les eÂcrits de QumraÃn ; cf. Dn 9.25n ; voir aussi onction . aÁ tous 7.29. Ð baptise 3.3+. Ð il vient, celui... ou il en vient un qui est... ; cf. 7.19+ ; Ac 13.25 ; voir Ml 3.1,23. Ð plus puissant : cf. 11.22 ; Es 1.24 ; 9.5 ; 11.2. Ð ce serait... 7.6 ; Mt 3.11n. Ð Lui vous baptisera... : cf. Ac 1.5 ; 11.16. Ð Esprit / feu Es 4.4s ; 32.15 ; 44.3 ; Ez 36.25s ; Ml 3.2s ; Ac 2.3s ; comparer avec Mc 1.8n. fourche ou van, voir Mt 3.12n ; cf. Es 30.24 ; Jr 15.7 ; 51.2. Ð dans sa grange : certains mss portent dans la grange. Ð un feu qui ne s'eÂteint pas Mc 9.43 ; cf. Es 66.24 ; Jr 7.30ss ; voir aussi Es 5.24 ; 47.14 ; Jl 2.5 ; Na 1.10. annoncËait la bonne nouvelle 1.19n. Ð encouragements ou exhortations ; un terme apparente est traduit par consolation en 2.25 ; Ac 2.40+. HeÂrode le teÂtrarque v. 1n. Ð son freÁre HeÂrode, un autre fils d'HeÂrode le Grand, d'apreÁs JoseÁphe ; ou bien HeÂrode Philippe (v. 1n), d'apreÁs Mc 6.17n. Cf. Lv 18.16 ; 20.21. Cf. 9.7ss ; Ac 12.1ss. Autre traduction ApreÁs que tout le peuple (cf. v. 7 ; 7.29) eut recËu le bapteÃme ... Ð pendant qu'il priait : cf. 1.10 ; 5.16 ; 6.12 ; 9.18,28s ; 10.21 ; 11.1s ; 22.32,40ss ; 23.34,46 ; cf. Mt 14.23+ ; Mc 6.46+. Ð le ciel s'ouvrit : cf. Ez 1.1. Ð Cf. Evangile des eÂbionites (Epiphane, Panarion, 30,13,7s) : « Le peuple ayant eÂte baptiseÂ, JeÂsus vint aussi se faire baptiser par Jean. Comme il remontait de l'eau, les cieux s'ouvrirent et il vit l'Esprit saint sous la forme d'une colombe qui descendait et entrait en lui. Une voix venant du ciel dit : ``Tu es mon Fils bien-aimeÂ, en toi je me suis complu.'' Et aÁ nouveau : ``Je t'ai engendre aujourd'hui.'' AussitoÃt une grande lumieÁre eÂclaira tout l'endroit. » Cf. Mc 1.10n ; Jn 1.32. Ð l'Esprit saint ... : cf. 4.18. Ð sous une forme corporelle : autre traduction sous une apparence corporelle ; cf. 24.37-43. Ð une voix du ciel 9.35 ; Ac 10.13,15 ; 11.7,9. Ð Tu es mon Fils bien-aime ou mon Fils, le bien-aime : cf. 1.32,35 ; Jr 31.20 ; un ms et plusieurs teÂmoins occidentaux (voir introductions au N.T. et aux Actes des ApoÃtres) lisent Tu es mon Fils, c'est moi qui t'ai engendre aujourd'hui (cf. Ps 2.7 ; Ac 13.33 ; Rm 1.4 ; He 1.5 ; 5.5). Ð bien-aime : cf. Mc 1.11n. Ð c'est en toi... 2.14n ; cf. Es 42.1 ; 44.21 ; 62.4. La geÂneÂalogie de Lc compte, selon le texte le plus probable,

18

19

20 21

31 32 33 34 35

37 38

$

27 31

32

$

$

33

34

$

22

$

77 (11 x 7) geÂneÂrations d'Adam aÁ JeÂsus (cf. Mt 1.17n) ; cf. 4 Esdras 14.11 : « La dureÂe du monde est diviseÂe en douze parties. » Un ms (le principal teÂmoin du texte occidental) reproduit ici, dans l'ordre inverse, la geÂneÂalogie de Mt 1. Ð aÁ ses deÂbuts : litt. quand il commencËa ; cf. 1.3 ; 23.5 ; Ac 1.1,22 ; 10.37 ; 11.15. Ð environ trente ans : cf. v. 1 ; 1.5 ; 2.2 ; Gn 41.46 ; Nb 4.3 ; 2S 5.4. Ð Il eÂtait, aÁ ce qu'on pensait... : autre traduction il eÂtait consideÂreÂ, en droit, comme fils de Joseph... ; cf. 2.27,41,48 ; 4.22 ; Jn 1.45 ; 6.42. Ð fils de HeÂli : comparer avec Mt 1.16. Zorobabel Ag 1.1 ; Esd 3.2 ; 5.2 ; Ne 12.1 ; 1Ch 3.17-19. Ð Salathiel ou SheÂaltiel, voir Mt 1.12n. Natham ou Nathan : cf. 2S 5.14 ; Za 12.12 ; 1Ch 3.5 ; 14.4 ; en suivant la ligneÂe de Nathan plutoÃt que celle de Salomon (cf. Mt 1.6s), la geÂneÂalogie de Lc eÂvite de mentionner tout autre roi que David (1S 16.1,13 ; cf. Lc 1.27 ; 2.4) ; voir aussi Jr 22.28ss ; 36.30s. Cf. 1Ch 1.34±2.15. Ð Jesse / Yobed 1S 16.1 ; 17.12 ; 20.27 ; Rt 4.17-22 ; Ac 13.22 ; Rm 15.12 ; voir Mt 1.5n. Ð Sala ou SalmoÃn, selon certains mss ; Mt 1.4+. Ð NaassoÃn ou NahshoÃn Ex 6.23 ; Nb 1.7 ; Rt 4.20 ; 1Ch 2.10. Aminadab / AdmõÃn / Arni : les mss preÂsentent ici des variantes particulieÁrement sensibles. Ð Hesrom / PhareÁs Gn 38.29 ; 46.12 ; Nb 26.21 ; Rt 4.12 ; Mt 1.3n. Ð Juda Gn 29.35 ; 1Ch 2.1 ; He 7.14. Gn 11.10ss ; 1Ch 1.17-34. Ð Jacob 1.33 ; 13.28 ; 20.37 ; Gn 25.26. Ð Isaac Gn 21.2s ; 24.64. Ð Abraham 1.55. Ð Thara, d'apreÁs LXX , pour le nom heÂbreu TeÂrah Gn 11.26s ; Jos 24.2 ; 1Ch 1.26. Ð Nahor Gn 11.22. Serouk ou Serouch (LXX), pour Seroug Gn 11.20ss. Ð Ragau (LXX), pour ReÂou Gn 11.18 ; 1Ch 1.25. Ð Phalek (LXX), pour PeÂleg Gn 11.16. Ð HeÂber ou Eber Gn 10.24 ; 11.14. Ð Sala (LXX), pour SheÂlah Gn 10.24 ; 11.13 ; 1Ch 1.24. Gn 5.1-32 ; 1Ch 1.1-4. Ð KaõÈnam Gn 10.24n. Ð Arphaxad / Sem Gn 9.26s ; 11.10 ; 1Ch 1.24. Ð Noe Gn 5.29 ; 6.9. Ð Lamek (LXX) pour LeÂmek Gn 5.25. Mathusalem : le grec eÂcrit Mathousala Gn 5.21 ; 1Ch 1.3. Ð HeÂnoch Gn 5.18,24 ; Jd 14. Ð Yareth : LXX transcrit Yared le nom heÂbreu YeÂred, Gn 5.15 ; 1Ch 1.2. Ð MaleÂleÂel : cf. Gn 5.12. Ð KaõÈnam v. 36 ; cf. CaõÈnaÃn ou QeÂnaÃn Gn 5.9. Enos ou Enosh Gn 4.26 ; 5.6. Ð Seth Gn 4.25s ; 5.3. Ð fils d'Adam, fils de Dieu : cf. v. 22 ; 1.35 ; Gn 5.1 ; Ac 17.26,31 ; Rm 5.12 ; cf. Siracide 49.16 : « Sem et Seth furent glorieux parmi les hommes, mais au-dessus de tout eÃtre vivant dans la creÂation est Adam. » $

35

36

$

37

$

23

JeÂsus, Áa ses deÂbuts, avait environ trente ans. Il Âetait, Áa ce qu'on pensait, fils de Joseph, fils de HeÂli, | fils de Matthath, fils de LeÂvi, fils de Melki, fils de YannaõÈ, fils de Joseph, | fils de Mattathias, fils d'Amos, fils de Nahoum, fils de Hesli, fils de NaggaõÈ, | fils de Maath, fils de Mattathias, fils de SeÂmeÂÃõn, fils de Yosek, fils de Yoda, | fils de YoanaÃn, fils de RheÂsa, fils de Zorobabel, fils de Salathiel, fils de NeÂri, | fils de Melki, fils d'Addi, fils de Kosam, fils d'Elmadam, fils d'Er, | fils de JeÂsus, fils d'ElieÂzer, fils de Yorim, fils de Matthath, fils de LeÂvi, | fils de SymeÂon, fils de Juda, fils de Joseph, fils de Yonam, fils d'Eliakim, | fils de MeÂleÂa, fils de Menna, fils de Mattata, fils de Natham, fils de David, | fils de JesseÂ, fils de Yobed, fils de Boos, fils de Sala, fils de NaassoÃn, | fils d'Aminadab, fils d'AdmõÃn, fils d'Arni, fils de Hesrom, fils de PhareÁs, fils de Juda, | fils de Jacob, fils d'Isaac, fils d'Abraham, fils de Thara, fils de Nahor, | fils de Serouk, fils de Ragau, fils de Phalek, fils de HeÂber, fils de Sala, | fils de KaõÈnam, fils d'Arphaxad, fils de Sem, fils de NoeÂ, fils de Lamek, | fils de Mathusalem, fils d'HeÂnoch, fils de Yareth, fils de MaleÂleÂel, fils de KaõÈnam, | fils d'Enos, fils de Seth, fils d'Adam, fils de Dieu. $

$

$

17

27

$

$

16

26

36

Mt 3.13-17 ; Mc 1.9-11 ; cf. Jn 1.29-34.

22

25

30

Le bapteÃme de JeÂsus

21

24

29

Mt 14.3-4 ; Mc 6.17-18

19

Mt 1.1-17

23

28

HeÂrode et Jean le Baptiseur 18

La geÂneÂalogie de JeÂsus

38

$


LUC 4

1343

JeÂsus mis aÁ l'eÂpreuve par le diable

Le culte du sabbat aÁ la synagogue

Mt 4.1-11 ; Mc 1.12-13

4 2

3 4 5 6

7 8

9 10

11

12 13

JeÂsus, rempli d'Esprit saint, revint du Jourdain et Á il fut mis Áa fut conduit par l'Esprit au deÂsert, | ou l'eÂpreuve par le diable pendant quarante jours. Il ne mangea rien durant ces jours-laÁ et, quand ils furent acheveÂs, il eut faim. | Alors le diable lui dit : Si tu es Fils de Dieu, dis Áa cette pierre de devenir du pain. JeÂsus lui reÂpondit : Il est Âecrit : L'eÃtre humain ne vivra pas de pain seulement. Le diable le conduisit plus haut, lui montra en un instant tous les royaumes de la terre habiteÂe | et lui dit : Je te donnerai toute l'autorite et la gloire de ces royaumes ; car elle m'a Âete livreÂe, et je la donne Áa qui je veux. | Si donc tu te prosternes devant moi, elle sera toute Áa toi. | JeÂsus lui reÂpondit : Il est Âecrit : C'est devant le Seigneur, ton Dieu, que tu te prosterneras, et c'est aÁ lui seul que tu rendras un culte. Le diable le conduisit encore Áa JeÂrusalem, le placËa sur le haut du temple et lui dit : Si tu es Fils de Dieu, jette-toi d'ici en bas ; | car il est Âecrit : Il donnera aÁ ses anges des ordres aÁ ton sujet, afin qu'ils te gardent ; et : Ils te porteront sur leurs mains, de peur que ton pied ne heurte une pierre. JeÂsus lui reÂpondit : Il est dit : Tu ne provoqueras pas le Seigneur, ton Dieu. ApreÁs avoir acheve de le mettre Áa l'eÂpreuve, le diable s'eÂloigna de lui pour un temps.

SELON $ LE TALMUD

Liturgie (confession de foi et prieÁre) Le Shema (Dt 6.4n-11 ; 11.13-21 ; Nb 15.37-41) Les Dix-huit BeÂneÂdictions (voir introduction aÁ l'Evangile selon Jean, p. 1388) Lecture de la Torah par sections, dans l'ordre du texte, selon un cycle de trois ans Lecture des PropheÁtes (portion associeÂe aÁ la Torah du jour) Enseignement BeÂneÂdiction sacerdotale (Nb 6.24-26)

Mt 4.12-17 ; Mc 1.14-15 ; cf. Jn 4.1-3,43-46

15

4 2

JeÂsus retourna en GalileÂe, avec la puissance de l'Esprit ; le bruit s'en reÂpandit dans toute la reÂgion. | Il enseignait dans leurs synagogues, et il Âetait glorifie par tous.

1 rempli d'Esprit saint v. 14,18 ; 3.22 ; cf. 1.15+. Ð revint (ou s'eÂloigna) du Jourdain 3.3. Ð par l'Esprit ou sous l'action de l'Esprit, litt. dans l'Esprit ; cf. 1.17 ; 2.27. Ð au deÂsert : cf. Lv 16.10 ; Es 13.21 ; 34.14 ; Os 2.16 ; Ap 17.3. mis aÁ l'eÂpreuve ou tente ; un verbe apparente est traduit par provoquer au v. 12 (aussi 10.25n) ; cf. v. 13 ; 8.13 ; 11.4,16 ; 22.28,40,46 ; Mt 4.1n ; He 2.18 ; 4.15 ; Jc 1.13. Ð diable : voir deÂmon . Ð quarante jours : cf. Mt 4.2+ ; Mc 1.13 ; voir aussi Ex 16.35 ; Dt 8.2,4 ; Ac 1.3. Fils de Dieu 1.32,35 ; 3.22 ; cf. 23.35ss. Il est eÂcrit v. 8,10 ; cf. 3.4. Ð L'eÃtre humain... Dt 8.3. Certains mss ajoutent mais de toute parole de Dieu. terre habiteÂe 2.1+. toute l'autoriteÂ... : litt. cette autorite (ou ce pouvoir ) et leur gloire ; cf. v. 32+ ; 12.11 ; 20.20 ; 22.53 ; 23.7. Ð elle m'a eÂte livreÂe (autres traductions confieÂe ; remise) : il s'agit de l'autorite ou (moins probablement) de la gloire ; cf. 10.22 ; 22.29 ; voir aussi Jb 1.12 ; Dn 7.14 ; Mt 28.18 ; Jn 12.31 ; 14.30 ; 2Co 4.4 ; 1Jn 5.19 ; Ap 13.2. tu te prosternes devant moi ou tu m'adores ; cf. 24.52 ; Ac 7.43 ; 10.25s ; voir Mt 2.2n ; voir aussi culte . Dt 6.13 ; 10.20. aÁ JeÂrusalem : cf. Ez 8.3. Ð sur le haut du temple : voir Mt 4.5n. Ps 91.11s. Cf. Lc 11.16,29s ; 23.35ss ; voir aussi Dn 3.16ss et anges . Dt 6.16. Ð provoqueras v. 2n ; cf. Es 7.12 ; 1Co 10.9 ; He 4.15. de le mettre aÁ l'eÂpreuve : litt. toute eÂpreuve ou toute tentation, cf. v. 2+ ; 22.28,40,46. Ð pour un temps : litt. jusqu'aÁ un temps, meÃme expression Ac 13.11 ; d'autres comprennent jusqu'au temps fixeÂ, cf. Mc 1.15n ; voir aussi Lc 22.3,28,39ss,53 ; Jn 6.70s ; $

5 6

17

18

$

14

15

$

$

8 9 10

$

$

12 13

Lc 4.16-19 ; Ac 13.15 Lc 4.20s ; Ac 13.5,15-41 ; 14.1

Á il avait Âete ÂeleveÂ, et il se Il vint Áa Nazareth, ou rendit Áa la synagogue, selon sa coutume, le jour du sabbat. Il se leva pour faire la lecture, | et on lui remit le livre du propheÁte EsaõÈe. Il deÂroula le livre Á il Âetait Âecrit : et trouva le passage ou L'Esprit du Seigneur est sur moi, parce qu'il m'a confeÂre l'onction pour annoncer la bonne nouvelle aux pauvres ; il m'a envoye pour proclamer aux captifs la deÂlivrance,

13.2 ; 14.30. retourna : meÃme verbe traduit par revint v. 1. Ð GalileÂe 5.17 ; 8.26 ; 23.5,49,55 ; Ac 10.37 ; 13.31. Ð avec (ou dans) la puissance... 1.35 ; 5.17 ; 6.19 ; 8.46// ; 9.1 ; 21.26s ; 24.49 ; Ac 8.10. Ð Esprit v. 1+,18. Ð le bruit... : cf. v. 23,37 ; 5.15 ; 7.17 ; Mt 9.26+ ; Ac 26.26. enseignait ou instruisait v. 31 ; 5.3,17 ; 6.6 ; 11.1 ; 13.10,22,26 ; 19.47 ; 20.1,21 ; 21.37 ; 23.5 ; Mc 1.21 ; Ac 1.1. Ð synagogues v. 16,44 ; 6.6 ; 13.10 ; Mt 4.23+ ; Mc 1.23 ; Ac 9.20 ; 13.5,14 ; 14.1 ; 17.1s,10. Ð glorifie par tous 5.26 ; 7.16 ; 18.43 ; 19.37. Nazareth 1.26n ; les meilleurs mss eÂcrivent ici Nazara, comme en Mt 4.13n. Ð eÂleve v. 24 ; 2.51s ; cf. Ac 22.3. Ð synagogue (v. 15+) / sabbat v. 31 ; 13.10 ; Mc 3.1 ; 6.2 ; Ac 13.14 ; 15.21 ; 18.4. Ð selon sa coutume Mc 10.1 ; Ac 17.2 ; cf. 2.46 ; 3.1 ; 4.1 ; 5.12,42 ; 21.26. Ð faire la lecture : selon le Talmud (voir « Le culte du sabbat aÁ la synagogue ») la coutume eÂtait de lire les PropheÁtes (v. 17) apreÁs la Loi ; cette lecture eÂtait habituellement suivie d'un sermon explicatif ; cf. Ac 13.15,27 ; 17.2s. eÂcrit 7.27 ; 10.26 ; 18.31 ; 20.17 ; 21.22 ; 22.37 ; 24.44,46 ; Ac 13.29. Es 61.1s ; voir aussi Esprit . Ð il m'a confeÂre l'onction ou il m'a oint ; c'est le verbe dont provient le mot Christ (2.11n) ; on pourrait aussi traduire il m'a fait Christ (cf. Ac 4.26ns ; 10.38) ; voir aussi 1R 19.16 ; autre traduction possible : il m'a confeÂre l'onction. Il m'a envoye annoncer... proclamer... Ð annoncer la bonne nouvelle 1.19n aux pauvres 7.22 ; cf. 6.20 ; 14.13,21 ; 16.20,22 ; 18.22 ; 19.8 ; 21.3 ; voir aussi Rm 1.16 ; 2.10 ; certains mss ajoutent pour gueÂrir ceux qui ont le cúur brise (cf. Es 61.1). Ð deÂlivrance : le meÃme mot revient dans l'expression traduite plus loin par libres ; il a aussi le sens de pardon 1.77 ; 3.3 ; 24.47 ; Ac 2.38 ; cf. Lv 25.10ss ; Dt 15.2 (ces deux derniers passa$

$

16

$

$

7

Ac 13.15

Mt 13.53-58 ; Mc 6.1-6

16

$

3 4

Cf. Ac 16.13

A Nazareth, JeÂsus est rejeteÂ

JeÂsus commence son úuvre en GalileÂe 14

ALLUSIONS POSSIBLES DANS LUC ET LES ACTES

$

17 18

$

$


1344

19 20 21

22 23

24 25

26 27

28 29

30

LUC 4

et aux aveugles le retour aÁ la vue, pour renvoyer libres les opprimeÂs, pour proclamer une anneÂe d'accueil de la part du Seigneur. Puis il roula le livre, le rendit au servant et s'assit. Les yeux de tous, dans la synagogue, Âetaient fixeÂs sur lui. | Alors il se mit Áa leur dire : Aujourd'hui cette Ecriture, que vous venez d'entendre, est accomplie. Tous lui rendaient teÂmoignage, ÂetonneÂs des paroles de graÃce qui sortaient de sa bouche ; ils disaient : N'est-ce pas le fils de Joseph ? | Il leur dit : Certainement, vous me citerez ce proverbe : MeÂdecin, gueÂris-toi toi-meÃme ; tout ce qui s'est produit Áa Capharnau Èm, selon ce que nous avons appris, fais-le aussi ici, dans ton pays ! | Il leur dit encore : Amen, je vous le dis, aucun propheÁte n'est bien accueilli dans son pays. | En veÂriteÂ, je vous le dis, il y avait beaucoup de veuves en IsraeÈl aux jours d'Elie, lorsque le ciel fut ferme trois ans et six mois et qu'il y eut une grande famine sur tout le pays ; | et cependant Elie ne fut envoye vers aucune d'elles, mais vers une veuve de Sarepta, dans le pays de Sidon. | Il y avait aussi beaucoup de leÂpreux en IsraeÈl au temps du propheÁte EliseÂe ; et cependant aucun d'eux ne fut purifieÂ, mais Naaman le Syrien. | Lorsqu'ils entendirent cela, tous, dans la synagogue, furent remplis de fureur. | Ils se leveÁrent, le chasseÁrent hors de la ville et le meneÁrent jusqu'aÁ un escarpement de la montagne sur laquelle leur ville Âetait construite, afin de le preÂcipiter en bas. | Mais lui passa au milieu d'eux et s'en alla.

ges sont associeÂs aÁ Es 61.1 dans un texte de QumraÃn ). Ð aveugles 7.22. Ð renvoyer libres... Es 58.6. une anneÂe d'accueil de la part du Seigneur (litt. accueillie du Seigneur ) ; autre traduction une anneÂe de faveur du Seigneur ; cf. v. 24 ; voir aussi Lv 25.10ss ; 2Co 6.2. servant 1.2n : le meÃme mot est traduit par auxiliaire en Ac 13.5. Ð s'assit : c'eÂtait peut-eÃtre la position habituelle pour donner la parole d'encouragement ou « sermon » qui faisait suite aÁ la lecture (cf. Ac 13.15, ouÁ un tel sermon est pourtant donne debout) ; cf. Lc 5.3. Ð yeux... fixeÂs 22.56 ; Ac 1.10+ ; 6.15. Aujourd'hui 2.11+. Ð cette Ecriture... : litt. cette Ecriture (cf. Mc 12.10 ; Ac 8.35) s'est accomplie aÁ vos oreilles ; expressions comparables Dt 5.1 ; 2S 3.19 ; cf. Mt 5.17 ; Mc 1.15 ; Lc 2.25 ; 7.22. lui rendaient teÂmoignage : autre traduction possible reconnaissaient cela ; certains ont compris teÂmoignaient contre lui ; cf. Ac 6.3 ; 10.22 ; 16.2 ; 22.5,12. Ð eÂtonneÂs ou eÂmerveilleÂs ; cf. 2.33+ ; Ac 2.7. Ð paroles de graÃce : cf. 2.40,52 ; Ac 14.3 ; 20.24,32 ; voir aussi Ec 10.12 ; Ep 4.29 ; Col 4.6. Ð fils de Joseph 2.33,48 ; 3.23 ; Jn 6.42. proverbe : le meÃme mot grec est traduit ailleurs par parabole ; cf. 5.36+ ; 6.39 ; des proverbes analogues aÁ MeÂdecin, gueÂris-toi toimeÃme se retrouvent dans la litteÂrature grecque comme dans la litteÂrature juive ; cf. 5.31 ; 23.35ss//. Ð CapharnauÈm v. 31ss ; 7.1 ; 10.15 ; cf. 4.15 ; voir Mt 4.13n ; 11.23. Ð ton pays ou ta reÂgion d'origine, de meÃme v. 24 (autre terme au v. 25) ; cf. v. 16. Amen ou en veÂriteÂ, transcription de l'heÂbreu ou de l'arameÂen 12.37 ; 18.17,29 ; 21.32 ; 23.43 ; voir Mt 5.18n. Ð propheÁte 11.49s ; 13.33. Ð accueilli v. 19n ; Jn 4.44 ; cf. Evangile selon Thomas 31 : « JeÂsus a dit : ``Un propheÁte n'est pas accepte dans son propre village ; un meÂdecin ne soigne pas ceux qui le connaissent.'' » En veÂriteÂ... : ici, contrairement au v. 24n, le texte emploie une formule grecque (voir aussi 9.27n) ; de meÃme 20.21 ; 22.59 ; Mc 12.14,32 ; Ac 4.27 ; 10.34. Ð Elie 1.17+. Ð le ciel fut fermeÂ... (pour qu'il ne pleuve pas) 1R 17.1 ; Ap 11.6 ; Siracide 48.3 : « Par la parole du Seigneur il (Elie) ferma le ciel. » Ð trois ans et six mois : cf. Jc 5.17 ; comparer avec 1R 18.1 ; voir aussi Dn 7.25 ; 12.7 ; Ap 11.2,6 ; 12.6,14. mais vers... : litt. sinon (de meÃme v. 27) aÁ Sarepta de Sidon

L'esprit de deÂmon impur Mc 1.21-28

31 32 33 34

35

36

37

GueÂrisons de malades Mt 8.14-17 ; Mc 1.29-34

38 39

40

41

$

19

20

21

22

$

23

24

$

$

25

27 28 29 30 31

Il partit de la synagogue et se rendit chez Simon. La belle-meÁre de Simon Âetait en proie Áa une forte fieÁvre, et ils le solliciteÁrent en sa faveur. | Il se pencha sur elle, rabroua la fieÁvre, et la fieÁvre la quitta. A l'instant meÃme elle se leva et se mit Áa les servir. ApreÁs le coucher du soleil, tous ceux qui avaient des malades atteints de divers maux les lui ameneÁrent. Il les gueÂrissait en imposant les mains Áa chacun d'eux. | Des deÂmons aussi sortaient de beaucoup de personnes, en criant : Toi, tu es le Fils de

(c.-aÁ-d. hors du pays d'IsraeÈl) vers une femme veuve, 1R 17.9s. leÂpreux en IsraeÈl 2R 7.3ss ; 2Ch 26.19ss. Ð Naaman 2R 5.1ss, 9-14. Comparer avec Mc 6.5. hors de la ville : cf. 23.26 ; Ac 7.58 ; He 13.12s. Ð un escarpement... : l'endroit n'a pas pu eÃtre identifieÂ. Cf. v. 13 ; 13.33 ; Jn 7.30 ; 8.59n ; 10.39 ; 18.6. descendit : CapharnauÈm (v. 23) est au bord du lac de GalileÂe, environ 600 m plus bas que Nazareth ; cf. Mt 4.13n ; 9.1. Ð il enseignait v. 15. Ð le jour du sabbat ou un jour de sabbat ; autre traduction possible les jours de sabbat (cf. 13.10 ; Ac 17.2). Cf. Mt 7.28s. Ð eÂbahis 2.48 ; 9.43. Ð de l'autorite ou du pouvoir : cf. v. 14,36 ; 5.24 ; 7.8 ; Mc 1.22n. synagogue v. 15+ ; cf. 7.5. Ð un esprit de deÂmon impur (voir pur , impur) ou un esprit, un deÂmon impur ; cf. v. 36. Ð qui cria : litt. qui cria d'une grande voix. Voir Mc 1.24n. Ð Pourquoi... 8.28. Ð pour notre perte : cf. 8.31 ; 10.19. Ð le Saint de Dieu : cf. v. 41 ; 1.35. le rabroua : meÃme verbe (aussi traduit par reprendre) en 4.39,41 ; 8.24 ; 9.21,42,55 ; 17.3 ; 18.15,39 ; 19.39 ; 23.40 ; voir Mt 8.26n ; Mc 1.25n. Ð sors v. 41 ; 5.8n ; 8.29,33,38 (cf. v. 46) ; 11.24 ; Ac 16.18. saisis d'effroi 5.9 ; Mc 1.27n ; voir aussi crainte . Ð Quelle est cette parole ? autre traduction Qu'est-ce que c'est ? Le mot traduit ici par parole a le sens d'affaire en Ac 8.21 ; 15.6. Ð autorite (ou pouvoir ) et puissance v. 14+,32+ ; 9.1. Ð esprits impurs : cf. v. 33 ; 6.18 ; 8.29 ; 9.42 ; 11.24. Cf. v. 14+. Ð la rumeur : le meÃme terme (qui a donne notre mot eÂcho) est traduit par bruit en 21.25 ; Ac 2.2 ; son He 12.19. Cf. Ac 10.38. Ð chez (litt. dans la maison de) Simon : cf. 5.3ss ; 6.14 ; 22.31 ; 24.34 (autres personnages du meÃme nom 6.15 ; 7.40 ; 23.26 ; Ac 8.9 ; 9.43) ; Ac 10.5,18,32 ; 11.13. Ð belle-meÁre : Simon (Pierre) eÂtait marieÂ, cf. 1Co 9.5. se pencha sur elle : cf. 1R 17.21 ; Ac 20.10. Ð rabroua : cf. v. 35+,41. Ð A l'instant meÃme... 1.64 ; 13.13 ; Ac 3.7. Ð se leva : le meÃme verbe signifie ailleurs ressusciter , cf. 2.34n. Ð les servir 8.3+ ; sur le verbe correspondant, voir Mt 4.11n. Ac 28.9. Ð imposant les mains 13.13 ; Mt 9.18+ ; Ac 6.6+. deÂmons associeÂs aÁ la maladie : cf. v. 39 ; 11.14 ; 13.11 ; Ac 10.38 ; 19.12. Ð tu es le Fils de Dieu v. 3,9 ; 3.22 ; Mc 3.11+ ; cf. $

32 33

$

$

$

34

$

35

36

37 38

39

$

26

Il descendit Áa Capharnau Èm, ville de la GalileÂe ; il enseignait le jour du sabbat. | Ils Âetaient Âebahis de son enseignement, car sa parole avait de l'autoriteÂ. Il se trouvait dans la synagogue un homme qui avait un esprit de deÂmon impur, et qui cria : | He ! Pourquoi te meÃles-tu de nos affaires, JeÂsus le NazareÂen ? Es-tu venu pour notre perte ? Je sais bien qui tu es : le Saint de Dieu ! | JeÂsus le rabroua, en disant : Tais-toi et sors de cet homme. Le deÂmon jeta l'homme Áa terre au milieu de l'assembleÂe et sortit de lui sans lui faire aucun mal. | Tous furent saisis d'effroi ; ils se disaient les uns aux autres : Quelle est cette parole ? Il commande avec autorite et puissance aux esprits impurs, et ils sortent ! | Et la rumeur Áa son sujet se reÂpandait en tout lieu dans la reÂgion.

$

$

40 41

$

$


LUC 4±5

Dieu. Il les rabrouait et ne leur permettait pas de parler, parce qu'ils savaient qu'il Âetait le Christ. JeÂsus annonce la bonne nouvelle en GalileÂe Mt 4.23 ; Mc 1.35-39

42

43

44

Lorsque le jour parut, il sortit et alla dans un lieu deÂsert. Les foules se mirent Áa sa recherche et vinrent jusqu'aÁ lui ; elles voulaient le retenir, afin qu'il ne les quitte pas. | Mais il leur dit : Il faut aussi que j'annonce aux autres villes la bonne nouvelle du reÁgne de Dieu ; car c'est pour cela que j'ai Âete envoyeÂ. Et il proclamait le message dans les synagogues de la JudeÂe.

8 9 10

11

5 2 3

4 5 6 7

Comme la foule se pressait autour de lui pour entendre la parole de Dieu, et qu'il se tenait preÁs du lac de GenneÂsareth, | il vit au bord du lac deux Á les peÃcheurs Âetaient descendus pour bateaux d'ou laver leurs filets. | Il monta dans l'un de ces bateaux, qui Âetait Áa Simon, et il lui demanda de s'eÂloigner un peu du rivage. Puis il s'assit, et du bateau il instruisait les foules. Lorsqu'il eut cesse de parler, il dit Áa Simon : Avance en eau profonde, et jetez vos filets pour peÃcher. | Simon lui reÂpondit : MaõÃtre, nous avons travaille toute la nuit sans rien prendre. Mais, sur ta parole, je vais jeter les filets. | L'ayant fait, ils prirent une grande quantite de poissons : leurs filets se deÂchiraient. | Ils firent signe Áa leurs associeÂs qui Âetaient dans l'autre bateau de venir les aider.

Ac 16.17 ; Jc 2.19. Ð rabrouait v. 35+,39. Ð pas... parler Mt 8.4+ ; Mc 1.25+. Ð ils savaient Ac 19.15. Ð Christ 2.11n ; cf. 1.32,35 ; 22.67,70. 42 Lorsque le jour parut : cf. v. 40. Ð aÁ sa recherche... : cf. Ac 21.8ss. 43 Il faut... : cf. v. 18 ; 2.49n. Ð aux autres villes : cf. v. 29,31 ; 7.11. Ð la bonne nouvelle du reÁgne (ou royaume) de Dieu 8.1 ; Mt 4.23 ; 9.35 ; 24.14 ; Mc 1.14s ; sur le reÁgne ou royaume de Dieu chez Lc, voir 6.20 ; 7.28 ; 8.10 ; 9.2,11,27,60,62 ; 10.9,11 ; 11.2,20 ; 12.31s ; 13.18ss,28s ; 14.15 ; 16.16 ; 17.20s ; 18.16s,24s,29 ; 19.11 ; 21.31 ; 22.16,18,29s ; 23.42,51 ; Ac 1.3 ; voir aussi Es 52.7 ; Ps 93.1s ; 95.3 ; 96.10 ; 97.1 ; 98.6 ; 99.1ss. 44 il proclamait (ou il continuait aÁ proclamer ) le message : litt. il proclamait 3.3+ ; cf. Mc 1.38n. Ð la JudeÂe : certains mss portent la GalileÂe ; JudeÂe est sans doute aÁ entendre ici dans son sens large, cf. 1.5n ; comparer avec 5.17.

5

2 3 5

6 8

1 la parole de Dieu 8.11,21 ; 11.28 ; Mt 15.6 ; Mc 7.13 ; Jn 10.35 ; Ac 4.31 ; 6.2,7 ; 8.14 ; 11.1 ; 12.24 ; 13.5,7,44,46,48 ; 16.32 ; 17.13 ; 18.11 ; Rm 9.6 ; 1Co 14.36 ; 2Co 2.17 ; 4.2 ; 1Th 2.13. Ð preÁs du lac de GenneÂsareth ou de GalileÂe (cf. 4.44n) ; GenneÂsareth deÂsigne la reÂgion aÁ l'ouest du lac, au sud de CapharnauÈm. Cf. Mc 2.13 ; 3.7. deux bateaux : certains mss ont ici un diminutif, qu'on pourrait traduire par deux barques, comme en Mc 3.9n. Cf. Mt 13.1ss ; Mc 4.1s. Ð Simon 4.38+. Ð s'assit : cf. 4.20n. Ð instruisait : meÃme verbe traduit par enseigner 4.15+. MaõÃtre : Lc emploie ici un terme grec particulier, qui eÂvoque le commandement plus que l'enseignement ; il est surtout employe par les disciples ; ainsi en 8.24,45 ; 9.33,49 ; 17.13. Ð les filets : certains mss portent le filet. se deÂchiraient : autre traduction eÂtaient sur le point de se deÂchirer ; cf. Jn 21.11. Simon (4.38+) Pierre 6.14 ; 8.45,51 ; 9.20,28,32s ; 12.41 ; 18.28 ; 22.34,54s,58,60s ; cf. Mt 16.16 ; Jn 21.2ss. Ð tomba... : autre traduction tomba aÁ genoux devant JeÂsus. Ð eÂloigne-toi... : le meÃme verbe est traduit par sortir en 4.35+s ; 5.27 ; voir aussi 18.13. Ð peÂcheur : il n'y aucun rapport en grec entre le mot correspondant (deÂrive de peÂcheÂ) et celui qui a eÂte traduit par peÃ$

Ceux-ci vinrent et remplirent les deux bateaux, au point qu'ils enfoncËaient. | Quand il vit cela, Simon Pierre tomba aux genoux de JeÂsus et dit : Seigneur, Âeloigne-toi de moi : je suis un homme peÂcheur. | Car l'effroi l'avait saisi, lui et tous ceux qui Âetaient avec lui, Áa cause de la peÃche qu'ils avaient faite. | Il en Âetait de meÃme de Jacques et de Jean, fils de ZeÂbeÂdeÂe, les compagnons de Simon. JeÂsus dit Áa Simon : N'aie pas peur ; deÂsormais ce sont des Ãetres humains que tu prendras. | Alors ils rameneÁrent les bateaux Áa terre, laisseÁrent tout et le suivirent. JeÂsus gueÂrit un leÂpreux Mt 8.1-4 ; Mc 1.40-45

12

Les quatre premiers disciples

Cf. Mt 4.18-22 ; Mc 1.16-20 ; Jn 1.35-51 ; 21.1-11

1345

13 14

15

16

Il Âetait dans une de ces villes quand un homme couvert de leÁpre survint. Voyant JeÂsus, il tomba face contre terre et lui adressa cette prieÁre : Seigneur, si tu le veux, tu peux me rendre pur. | Il tendit la main, le toucha et dit : Je le veux, sois pur. AussitoÃt la leÁpre le quitta. | Puis il lui enjoignit de n'en parler Áa personne. Ð Mais, dit-il, va te montrer au preÃtre, et fais une offrande pour ta purification comme MoõÈse l'a prescrit ; ce sera pour eux un teÂmoignage. | On parlait de lui de plus en plus ; de grandes foules de gens se rassemblaient pour l'entendre et pour Ãetre gueÂris de leurs maladies. | Mais lui se retirait dans les deÂserts et priait. Le paralytique de CapharnauÈm Mt 9.1-8 ; Mc 2.1-12

17

9 10

Un de ces jours-laÁ, il enseignait. Des pharisiens et des maõÃtres de la loi Âetaient assis ; ils Âetaient venus de tous les villages de GalileÂe et de JudeÂe, et de JeÂrusalem ; et la puissance du Seigneur Âetait laÁ cheur (de peÃche, v. 2). Le jeu de mots qui pourrait eÃtre percËu dans ce texte serait donc tout aÁ fait accidentel ; cf. Es 6.5 ; Mc 2.15n. l'effroi 4.36 ; Ac 3.10 ; voir crainte . Ð la peÃche... : litt. la peÃche des poissons qu'ils avaient pris. Jacques / Jean (aussi 22.8 ; Ac 3.1,11 ; 4.13,19 ; 8.14) Lc 6.14 ; 8.51 ; 9.28,54 ; Mt 4.21+ ; Ac 1.13 ; 12.2. Ð compagnons : cf. v. 7. Ð N'aie pas peur 1.13+. Ð deÂsormais : meÃme expression grecque 1.48 ; 12.52 ; 22.18,69 ; Ac 18.6. Ð que tu prendras : litt. que tu attraperas vivants, selon l'eÂtymologie du verbe grec (cf. 2Tm 2.26n) ; voir Mc 1.17 ; cf. Jr 16.16 ; Am 4.2 ; Ha 1.14s ; Hymnes (QumraÃn ) 5.7 : « Tu m'as place dans un lieu d'exil parmi des peÃcheurs nombreux qui eÂtendent un filet sur la face des eaux, et parmi les chasseurs mandeÂs contre les fils de perversiteÂ. » Cf. v. 27s ; 9.23,49,57,59,61s ; 11.41 ; 12.33 ; 14.26-33 ; 18.22,28 ; Mt 19.27. dans une de ces villes : cf. 4.43. Ð leÁpre 17.11ss ; voir Lv 13.2n ; Mc 1.40+. Ð tomba... : cf. 17.16 ; Gn 17.3,17 ; Nb 14.5 ; Rt 2.10. Ð tu peux (cf. 4.37 ; 2R 5.3) me rendre pur : cf. v. 13 ; 4.27 ; 7.22 ; 11.39 ; 17.14,17 ; Mt 8.2+ ; voir aussi Ac 10.15 ; 11.9 ; 15.9. le toucha 6.19 ; 7.14 ; 8.44,46 ; cf. 4.40 ; Ac 5.14s ; 19.11s. Ð AussitoÃt... : cf. 4.39. dit-il : sous-entendu dans le texte. Ð va te montrer... : cf. 17.14 ; Lv 13.49 ; 14.1ss ; Mt 8.4+. A la fin du v. le principal teÂmoin du texte occidental (voir introductions au N.T. et aux Actes des ApoÃtres) ajoute l'eÂquivalent de Mc 1.45±2.1 (premieÁre partie du v.). Ð Voir preÃtre . Ð offrande : voir sacrifices . Cf. 4.14,37 ; 7.17. Ð On parlait de lui : litt. la parole aÁ son sujet circulait. priait 3.21+ ; 4.42 ; cf. Mc 1.35. pharisiens : cf. v. 21,30,33 ; 6.2,7 ; 7.30,36 ; Ac 23.6. Ð maõÃtres ou enseignants de la loi : cf. v. 21 ; 1Tm 1.7. Ð GalileÂe / JudeÂe / JeÂrusalem : cf. 4.44n ; 6.17. Ð la puissance 4.14+,36 ; cf. 6.19n ; 8.46 ; 9.1 ; Ac 3.12 ; 4.7,33 ; 8.10 ; 10.38. Ð du Seigneur (Dieu) : cf. 1.6,9,11,15ss etc. Ð eÂtait laÁ... : litt. eÂtait pour qu'il gueÂrisse ou, selon certains mss, pour leur gueÂrison ; cf. 6.18 ; 7.7 ; 8.47 ; 9.2,11,42 ; 14.4 ; 17.15 ; 22.51 ; Ac 9.34 ; 10.38 ; 28.8,27. $

$

11 12

$

13 14

$

15 16 17

$

$

$


1346 18

19

20 21

22 23

24

25 26

LUC 5±6

pour qu'il reÂalise des gueÂrisons. | Des hommes arriveÁrent, portant sur un lit un homme qui Âetait paralyse ; ils cherchaient Áa le faire entrer et Áa le placer devant lui. | Comme ils ne savaient pas par Á le faire entrer, Áa cause de la foule, ils monteÁrent ou sur le toit et le firent descendre au travers des tuiles avec son lit, au milieu de l'assembleÂe, devant JeÂsus. | Voyant leur foi, il dit : Tes peÂcheÂs te sont pardonneÂs. | Les scribes et les pharisiens se mirent Áa raisonner : Qui est-il, celui-ci, qui profeÁre des blaspheÁmes ? Qui peut pardonner les peÂcheÂs, sinon Dieu seul ? | JeÂsus connut leurs raisonnements ; il leur demanda : Pourquoi tenez-vous des raisonnements ? | Qu'est-ce qui est le plus facile, de dire : « Tes peÂcheÂs te sont pardonneÂs », ou de dire : « LeÁve-toi et marche ! » Eh bien, afin que vous sachiez que le Fils de l'homme a l'autorite sur la terre pour pardonner les peÂcheÂs Ð il dit au paralyse : Je te le dis, leÁvetoi, prends ton lit et rentre chez toi. | A l'instant meÃme, l'homme se leva devant eux, prit sa couche et s'en alla chez lui en glorifiant Dieu. | Tous, stupeÂfaits, glorifiaient Dieu ; remplis de crainte, ils disaient : Nous avons vu des choses Âetranges aujourd'hui !

29

18 19

20

ApreÁs cela, il sortit et apercËut un collecteur des taxes, nomme LeÂvi, assis au bureau des taxes. Il lui dit : Suis-moi. | Celui-ci laissa tout, se leva et se mit Áa le suivre. LeÂvi donna pour lui un grand banquet chez lui ; il y avait une grande foule de collecteurs des taxes et Cf. Mc 2.2. le toit : on pourrait traduire le toit en terrasse, comme en 12.3 ; 17.31 ; Ac 10.9 ; cf. Mt 24.17n ; mais la preÂsence des tuiles suggeÁre sans doute ici une repreÂsentation diffeÂrente ; autre terme en Mc 2.4n. 7.48ss. Ð foi 7.9,50 ; 8.25,48 ; 17.5s,19 ; 18.8,42 ; 22.32 ; Ac 6.5 ; 11.24. Ð Tes peÂcheÂs ... : litt. Homme (de meÃme 12.14 ; 22.58,60), tes peÂcheÂs... ; cf. 1.77+ ; Ac 2.38 ; 5.31 ; 13.38s ; 26.18. Ð te sont pardonneÂs ou t'ont eÂte pardonneÂs, de meÃme 7.47s ; forme leÂgeÁrement diffeÂrente en Mt 9.5 ; Mc 2.9. scribes / pharisiens : cf. v. 17,30 ; 11.53 ; 15.2 ; Mt 5.20 ; 12.38 ; 15.1 ; 23.2ss ; Mc 2.16 ; 7.1ss ; Jn 8.3 ; Ac 23.9. Ð Qui... 7.49 ; 8.25 ; 9.7ss,18ss ; Jn 5.12. Ð blaspheÁmes Mc 2.7+. connut leurs raisonnements (2.35+ ; 12.17s) : cf. 4.23 ; 6.8 ; 7.39s ; 9.46s ; 11.17 ; 20.23. Ð Pourquoi... : litt. pourquoi raisonnez-vous dans vos cúurs ? Autre traduction quels raisonnements tenezvous dans vos cúurs ? Cf. Mt 16.8. le Fils de l'homme 6.5,22 ; 7.34 ; 9.22,26,44,58 ; 11.30 ; 12.8, 10,40 ; 17.22,24,26,30 ; 18.8,31 ; 19.10 ; 21.27,36 ; 22.22,48,69 ; 24.7 ; Ac 7.56 ; cf. Mt 8.20n. Ð l'autoriteÂ... pour ou le pouvoir, le droit... de : cf. 4.6,32+ ; Mt 28.18. Ð leÁve-toi... : cf. Jn 5.8 ; Ac 9.33ss. Ð chez toi : litt. dans ta maison. Cf. Jn 5.9. Ð A l'instant meÃme 1.64+. Ð chez lui : litt. dans sa maison. Ð glorifiant Dieu 2.20+ ; 13.13 ; 17.15 ; 18.43 ; 23.47. Cf. 1.65+ ; 7.16. Ð stupeÂfaits : cf. Mc 2.12n ; voir aussi crainte . Ð choses eÂtranges : le terme correspondant, qui a donne notre mot paradoxe, n'apparaõÃt qu'ici dans le N.T. Ð aujourd'hui 2.11+. apercËut ou remarqua ; le meÃme verbe est traduit par voir en 7.24 ; 23.55. Ð collecteur des taxes 3.12+ ; Mc 2.15n. laissa tout v. 11+ ; 14.33. Ð le suivre : cf. 9.23s,61s ; 14.27. Cf. 15.1. Ð chez lui : litt. dans sa maison : c'est ici, sans ambiguõÈteÂ, celle de LeÂvi (cf. Mc 2.15n). Les pharisiens et leurs scribes : cf. v. 17,21+. Ð maugreÂaient : cf. 15.2 ; 19.7 ; sur le terme, voir Mt 20.11 ; Jn 6.41n. Ð aÁ ses disciples : cf. 6.1s. Ð mangez / buvez : cf. 7.33s. Ð collecteurs des taxes / peÂcheurs 7.34 ; 15.1 ; cf. 18.11 ; 19.7 ; voir Mc 2.15n. meÂdecin : cf. 4.23 ; voir aussi Es 3.7 ; Jr 8.22 ; 2Ch 16.12. justes / peÂcheurs : cf. 15.7// ; 19.10. Ð je suis venu 7.34 ; 18.8 ; $

21

22

24

25

$

32

JeÂsus et le jeuÃne

33

34 35 36

37

27 28 29 30

Les eÂpis arracheÂs

6

33

31 32

34 35

$

$

36

39

$

$

$

$

19.10. Ð appeler aÁ un changement radical : cf. 3.3n ; 7.36ss ; 13.1ss ; 15 ; 16.30 ; 19.1ss ; 23.40ss ; 24.47. Les disciples de Jean le Baptiseur 7.18s ; 11.1 ; Jn 3.25s ; 4.1s ; Ac 18.25s ; voir aussi pharisiens . Ð jeuÃnent 7.33 ; 18.12 ; cf. Mc 2.18+. Ð font des prieÁres 11.1. Ð mangent et boivent : cf. v. 30 ; 7.34. les amis du marie : litt. les fils de la salle des noces (ou de la chambre nuptiale), voir Mc 2.19n ; cf. Jn 3.29. Les jours viendront... : cf. 17.22 ; 19.43 ; 21.6 ; 23.29 ; voir aussi 22.35s ; Jr 7.32 ; 16.14 ; 31.31 ; Am 4.2 ; Za 14.1. Ð ils jeuÃneront Mt 9.15+ ; Ac 13.2s ; d'apreÁs la DidacheÁ , l'Eglise de la fin du Ier ou du deÂbut du IIe s. apr. J.-C. jeuÃnait le mercredi et le vendredi (par opposition au jeuÃne juif des lundi et jeudi ; cf. Mt 6.16n). Evangile selon Thomas 104 : « Ils dirent aÁ JeÂsus : ``Viens, prions aujourd'hui et jeuÃnons.'' JeÂsus reÂpondit : ``Quel est donc le peÂche que j'ai commis, ou en quoi ai-je eÂte vaincu ? Mais quand l'eÂpoux sera sorti de la chambre nuptiale, alors qu'ils jeuÃnent et prient !'' » Il leur disait (ou il leur dit ) aussi une parabole (4.23n) : cf. 6.39 ; 12.16,41 ; 13.6 ; 14.7 ; 15.3 ; 18.1,9 ; 20.9,19 ; 21.29. Ð neuf / vieux : cf. 2Co 5.17 ; voir aussi Ga 4.9 ; 1Jn 2.7s. Ce v. est absent de quelques mss. Ð n'en veut : certains mss ajoutent aussitoÃt (apreÁs). Ð bon ou meilleur. Cf. Mt 11.30n ; voir aussi Jn 2.10 ; Siracide 9.10 : « Ne deÂlaisse pas un vieil ami, car un ami de fraõÃche date ne le vaut pas. Vin nouveau, ami nouveau ; quand il aura vieilli, tu le boiras avec joie. » Evangile selon Thomas 47 : « Personne ne boit du vin vieux et n'a aussitoÃt envie de boire du vin nouveau. Et on ne verse pas du vin nouveau dans de vieilles outres, de peur qu'elles n'eÂclatent ; et le vin vieux, on ne le verse pas dans une outre neuve, de peur qu'elle ne le gaÃte. On ne coud pas une vieille pieÁce sur un veÃtement neuf, parce qu'il se produirait une deÂchirure » (cf. Mt 6.24n). $

$

$

Comme il traversait des champs un jour de sabbat, ses disciples arrachaient des Âepis et les $

$

$

Ils lui dirent : Les disciples de Jean, comme Ãnent freÂquemment et ceux des pharisiens, jeu font des prieÁres, alors que les tiens mangent et Ãner boivent. | JeÂsus leur dit : Pouvez-vous faire jeu les amis du marie pendant que le marie est avec Á le marie leur sera eux ? | Les jours viendront ou Ãneront, en ces jours-laÁ. enleve ; alors ils jeu Il leur disait aussi une parabole : Personne ne deÂchire une pieÁce sur un habit neuf pour raccommoder un vieil habit ; autrement, il aura deÂchire l'habit neuf et la pieÁce qu'il en aura prise ne sera pas assortie au vieux. | Et personne ne met du vin nouveau dans de vieilles outres ; autrement le vin nouveau fait Âeclater les outres, il se reÂpand, et les outres sont perdues ; | il faut mettre le vin nouveau dans des outres neuves ! | Et personne, apreÁs avoir bu du vin vieux, n'en veut du nouveau, car il dit : Le vieux est bon ! Mt 12.1-8 ; Mc 2.23-28

$

26

d'autres personnes Áa table avec eux. | Les pharisiens et leurs scribes maugreÂaient ; ils disaient Áa ses disciples : Pourquoi mangez-vous et buvez-vous avec les collecteurs des taxes et les peÂcheurs ? | JeÂsus leur reÂpondit : Ce ne sont pas ceux qui sont en bonne sante qui ont besoin de meÂdecin, mais les malades. Ce ne sont pas des justes, mais des peÂcheurs, que je suis venu appeler Áa un changement radical. Mt 9.14-17 ; Mc 2.18-22

39

Mt 9.9-13 ; Mc 2.13-17

28

31

38

Le banquet chez LeÂvi 27

30

6

Â1 un jour de sabbat : certains mss ajoutent un adjectif myste rieux, deuxieÁme-premier, que quelques-uns ont tente d'expliquer aÁ partir d'un calendrier sacerdotal en vigueur aÁ QumraÃn (il s'agirait du premier sabbat apreÁs la feÃte des Pains sans levain, qui est le deuxieÁme sabbat apreÁs la PaÃque ; cf. Lv 23.15). D'autres comprennent le deuxieÁme sabbat du premier mois (ouÁ il $

$


LUC 6

2 3 4

5

mangeaient, apreÁs les avoir frotteÂs dans leurs mains. | Quelques pharisiens dirent : Pourquoi faites-vous ce qui n'est pas permis un jour de sabbat ? | JeÂsus leur reÂpondit : N'avez-vous meÃme pas lu ce que fit David, lorsqu'il eut faim, lui et ceux qui Âetaient avec lui ? | Ð comment il entra dans la maison de Dieu, prit les pains offerts, en mangea et en donna Áa ceux qui Âetaient avec lui, alors qu'il est permis aux preÃtres seuls d'en manger ? | Et il leur disait : Le Fils de l'homme est maõÃtre du sabbat.

1347

JeÂsus choisit les douze apoÃtres Mt 10.1-4 ; Mc 3.13-19 ; Ac 1.13

12 13 14 15 16

L'homme aÁ la main paralyseÂe

En ces jours-laÁ, JeÂsus s'en alla prier dans la montagne ; il passa toute la nuit Áa prier Dieu. | Quand le jour parut, il appela ses disciples et en choisit douze, Áa qui il donna aussi le nom d'apoÃtres : | Simon, Áa qui il donna aussi le nom de Pierre, AndreÂ, son freÁre, Jacques, Jean, Philippe, BartheÂlemy, | Matthieu, Thomas, Jacques, fils d'AlpheÂe, Simon, celui qu'on appelle le ZeÂlote, | Judas, fils de Jacques, et Judas Iscarioth, qui devint traõÃtre. JeÂsus instruit la foule et gueÂrit les malades

Mt 12.9-14 ; Mc 3.1-6

6 7

8

9

10 11

2

3 4 5

Un autre jour de sabbat, il se rendit Áa la synagogue pour enseigner. Il se trouvait laÁ un homme dont la main droite Âetait paralyseÂe. | Les scribes et les pharisiens observaient JeÂsus, pour voir s'il ferait une gueÂrison le jour du sabbat : c'eÂtait afin de trouver un motif de l'accuser. | Mais il connaissait leurs raisonnements ; il dit Áa l'homme qui avait la main paralyseÂe : LeÁve-toi et tiens-toi laÁ au milieu. Il se leva et se tint debout. | Et JeÂsus leur dit : Je vous le demande, qu'est-ce qui est permis le jour du sabbat ? Est-ce de faire du bien ou de faire du mal, de sauver une vie ou d'en causer la perte ? | Alors, promenant ses regards sur eux tous, il dit Áa l'homme : Tends ta main. Il le fit, et sa main fut reÂtablie. | Remplis de fureur, ils discutaient entre eux sur ce qu'ils pourraient faire contre JeÂsus.

eÂtait interdit de manger du grain de la nouvelle reÂcolte, Lv 23.14). D'autres enfin y voient un ajout de certains copistes, cherchant aÁ exprimer un rapport au sabbat mentionne en 4.31 ; voir aussi 6.6. Ð arrachaient des eÂpis... : cf. Dt 23.26. Voir Mt 12.2n ; Mc 2.24n ; cf. Jn 5.10 ; voir aussi pharisiens . Ð ce qui n'est pas permis : certains mss portent ce qu'il n'est pas permis de faire ; le principal ms teÂmoin du texte occidental porte pourquoi tes disciples font-ils, le sabbat, ce qui n'est pas permis ? Cf. 1S 21.2-7. pains offerts Mt 12.4+. Ð Voir preÃtres . Dans le principal teÂmoin du texte occidental (voir introductions au N.T. et aux Actes des ApoÃtres), ce v. est reporte apreÁs le v. 10, et on lit aÁ sa place : Ce meÃme jour il vit un homme qui travaillait pendant le sabbat ; il lui dit : Si tu sais ce que tu fais, heureux es-tu ; mais si tu ne le sais pas, tu es maudit, transgresseur de la loi. Ð il leur disait : autre traduction il leur dit. Ð Fils de l'homme 5.24+. Ð maõÃtre ou Seigneur. sabbat / synagogue / enseigner 4.15+,16n. Ð paralyseÂe : litt. seÁche, de meÃme v. 8 ; cf. 8.6 ; 23.31 ; voir Mt 12.10n. scribes / pharisiens 5.21+. Ð observaient JeÂsus : litt. l'observaient ; cf. 13.14 ; 14.1s ; 20.20 ; voir aussi Ps 37.12. il connaissait... : cf. 2.35+ ; 5.22+. Ð LeÁve-toi / Il se leva : le verbe correspondant traduit ici les deux verbes grecs traditionnellement rendus par ressusciter ; le premier d'entre eux peut eÂgalement signifier se reÂveiller (1.69n). Voir reÂsurrection . Cf. 13.16 ; 14.3ss ; Mc 3.4n. de fureur : le mot peut aussi signifier folie, stupidite (ainsi en 2Tm 3.9), voire ignorance. Ð discutaient 1.65n. Ð ce qu'ils pourraient faire... : autre traduction la facËon dont ils pourraient traiter JeÂsus, cf. Ac 4.16. Cf. Ac 1.2. Ð montagne / aÁ prier Dieu (litt. dans la prieÁre de Dieu, 3.21+) 9.28 ; cf. 19.29 ; 21.37 ; 22.39 ; Mc 6.46 ; Jn 6.15 ; voir aussi Ex 32.30 ; 34.2. il appela : autre traduction il s'adressa aÁ (Lc emploie un autre verbe que Mc 3.13). Ð ses disciples : cf. v. 1. Ð choisit : cf. 9.35 ; Jn 6.70 ; Ac 1.2,22-24 ; 6.5 ; 15.7,22,25. Ð douze... apoÃtres (ou envoyeÂs, cf. 9.10 ; 11.49 ; 17.5 ; 22.14 ; 24.10 ; voir aussi 24.47s ; Ac 1.8) Mt 10.1+,2n.

Mt 4.24-25 ; Mc 3.7-13

17

18

19

Bonheurs et malheurs Mt 5.2-12

20

14

7

15

16 17

18

8

$

$

$

9 11

12

13

$

Cf. Ac 1.13. Ð Simon / Pierre 5.8+ ; le principal teÂmoin du texte occidental preÂcise le premier, comme en Mt 10.2 ; voir aussi Mt 16.18 ; Jn 1.42 ; cf. Gn 17.5,15 ; 32.29 ; 2R 23.34 ; 24.17 ; voir aussi nom . Ð Andre : cf. Mc 1.16,29 ; 13.3 ; Jn 1.40s,44 (aussi Philippe) ; 6.5-8 ; 12.22. Ð Jacques / Jean 5.10+. Matthieu : cf. Mt 9.9n. Ð Thomas Jn 11.16 ; 20.24. Ð Jacques, fils ou freÁre d'AlpheÂe : cf. Mc 3.18n. Ð le ZeÂlote : Lc emploie la traduction grecque et non une transcription du terme arameÂen comme Mt 10.4n ; Mc 3.18. Judas : cf. Jn 14.22n. Ð fils ou freÁre de Jacques. Ð Iscarioth : forme grecque en 22.3 ; cf. Mt 10.4n ; Jn 6.71 ; 13.26. descendit : cf. v. 12 ; Ex 32.7ss ; 34.29. Ð s'arreÃta : autre traduction se tint debout (cf. 4.20). Ð grande foule... : cf. 19.37 ; Jn 6.60,66. Ð JudeÂe... : cf. 4.44n ; 5.17. Ð Tyr / Sidon, en territoire non juif (4.26) 10.13s ; Ac 21.3,7 ; 27.3 ; cf. Mc 3.8n. gueÂris : le meÃme verbe traduit ici deux verbes grecs synonymes (sur le premier, qui revient au v. 19, voir 5.17+). Ð perturbeÂs : le verbe est deÂrive du mot traduit par foule au v. 17 ; verbe apparente en Ac 5.16. Ð esprits impurs (voir pur , impur) : cf. 4.33,36+. le toucher : cf. 5.13+. Ð une force ou une puissance : cf. 5.17+ ; 8.44,46// ; Mc 6.56 ; voir aussi Ex 34.29ss. Cf. Testament de Juda 25.4s : « Ceux qui seront morts dans la tristesse, se releÁveront dans la joie ; ceux qui auront eÂte pauvres aÁ cause du Seigneur seront enrichis, et ceux qui auront peÂri aÁ cause du Seigneur se reÂveilleront pour vivre... mais les impies se lamenteront, et les peÂcheurs pleureront. » Ð Heureux (le verbe correspondant aÁ eÃtes-vous est sous-entendu dans le texte ; de meÃme v. 21s) 7.23 ; 10.23 ; 11.27s ; 12.37,38,43 ; 14.14s. Cf. Es 30.18 ; 32.20 ; Ps 1.1 ; 2.12 ; 32.1s ; 33.12 ; 34.9 ; 84.5s,13 ; Pr 3.13 ; 8.32,34 ; Dn 12.12 ; Mt 13.16 ; 16.17 ; Jn 13.17 ; 20.29. Ð les pauvres 1.52 ; 4.18 ; 7.22 ; 14.13,21 ; 16.19ss ; 19.8 (voir aussi 10.21 ; 14.11 ; 18.14) ; Es 61.1 ; Ps 34.19 ; 40.18 ; 69.30ss ; 140.13 ; cf. Mc 10.29s ; Ac 2.44s ; 4.32ss ; Jc 1.9 ; 2.5 ; Psaumes de Salomon 10.6 : « Les saints le loueront dans l'assembleÂe du peuple, et Dieu aura pitie des pauvres pour la joie d'IsraeÈl. » Evangile selon Thomas 54 : « Heureux, vous, les pauvres, car le Royaume des cieux est aÁ vous. » $

$

$

Alors, levant les yeux sur ses disciples, il disait : Heureux Ãetes-vous, vous les pauvres, car le royaume de Dieu est Áa vous !

$

$

$

6

Il descendit avec eux et s'arreÃta sur un endroit Á se trouvait une grande foule de ses tout plat, ou disciples et une grande multitude du peuple de toute la JudeÂe, de JeÂrusalem et du littoral de Tyr et de Sidon. | Ils Âetaient venus pour l'entendre et pour Ãetre gueÂris de leurs maladies. Ceux qui Âetaient perturbeÂs par des esprits impurs Âetaient gueÂris. | Et toute la foule cherchait Áa le toucher, parce qu'une force sortait de lui et les gueÂrissait tous.

$

19 20

$

$

$

$


1348

LUC 6 24

« Bonheurs » et « malheurs » dans le Nouveau Testament HEUREUX...

25

QUEL MALHEUR POUR...

Mt 5.3-11 ; 11.6 ; 13.16 ; Mt 11.21 ; 18.7 ; 23.13-29 ; 16.16s ; 24.46 24.19 ; 26.24 Mc 13.17 ; 14.21 Lc 1.45,48 ; 6.20-22 ; Lc 6.24-26 ; 10.13 ; 11.42-52 ; 17.1 ; 7.23 ; 10.23 ; 11.27s ; 12.37s,43 ; 14.14s ; 21.23 ; 22.22 23.29 Jn 13.17 ; 20.29 Ac 20.35 Rm 4.7s ; 14.22 1Co 9.16 Jc 1.12 ; 5.11 1P 3.14 ; 4.14 Jd 11 Ap 1.3 ; 14.13 ; 16.15 ; Ap 8.13 ; 12.12 ; 19.9 ; 20.6 ; 22.7,14 18.10,16,19

26

L'amour pour les ennemis Mt 5.38-48

27 28 29

30 31 32

21

22

23

21

22

Heureux Ãetes-vous, vous qui avez faim maintenant, car vous serez rassasieÂs ! Heureux Ãetes-vous, vous qui pleurez maintenant, car vous rirez ! Heureux Ãetes-vous lorsque les gens vous deÂtestent, lorsqu'ils vous excluent, vous insultent et rejettent votre nom comme infaÃme, Áa cause du Fils de l'homme. ReÂjouissez-vous en ce jour-laÁ et tressaillez de joie, parce que votre reÂcompense est grande dans le ciel ; car c'est ainsi que leurs peÁres traitaient les propheÁtes. rassasieÂs : cf. 9.17 ; 15.16 ; 16.21 ; voir aussi 12.37 ; 13.29 ; 14.14ss ; Es 35.10 ; 49.10,13 ; 65.19 ; Jr 31.12,25 ; Ez 34.29 ; 36.29 ; Ps 37.19 ; 81.17 ; 107.9 ; 132.15 ; Ap 7.16s. Ð pleurez / rirez : cf. 2.25 ; Es 25.6ss ; 40.1,29,31 ; 41.17 ; 61.2s ; 65.18s ; 66.10 ; Jr 31.7ss ; 33.6 ; Za 2.10ss ; Ps 126.1s,5s ; Ap 21.4. Cf. 20.9-19. Ð deÂtestent : cf. Ps 69.5 ; Mt 10.22 ; Mc 13.13 ; Jn 15.19. Ð excluent : cf. Jn 9.22+. Ð insultent : un terme apparente est traduit par honte en 1.25 ; Rm 15.3 ; He 11.26n ; 1P 4.14. Ð votre nom : cf. Ac 11.26 ; 26.28 ; Jc 2.7 ; 1P 4.16. Ð infaÃme : litt. mauvais, meÂchant, de meÃme v. 35,45. Ð aÁ cause du Fils de l'homme (5.24+) : cf. 9.24. Cf. Ac 5.41 ; 14.22 ; Jc 1.2 ; 1P 4.13. Ð tressaillez ou bondissez, cf. 1.41n. Ð reÂcompense v. 35 ; 10.7n ; Mt 5.12+. Ð dans le ciel : cf. Ap 20.12. Ð leurs peÁres (c.-aÁ-d. les anceÃtres des Juifs qui se sont opposeÂs aÁ JeÂsus et aÁ ses disciples)... 11.47-51 ; 13.33s ; Ac 7.52 ; cf. 1R 19.10 ; Jr 26.20ss ; 38.6ss ; 2Ch 36.16 ; 1Th 2.15. quel malheur... 10.13 ; 11.42ss ; 17.1 ; 21.23 ; 22.22 ; cf. 1.51ss ; 16.19ss ; voir aussi Es 3.10s ; Jr 17.4ss ; Pr 28.14 ; Ec 10.16s. Ð riches 8.14 ; 18.24 ; Mt 19.23s// ; Jc 5.1n. Ð consolation : le terme est aussi traduit par encouragement ; cf. 2.25+ ; 16.25 ; Ac 4.36 ; 9.31 ; 13.15 ; 15.31. rassasieÂs / faim : cf. 1.53 ; Es 5.22 ; 65.13s. Ð qui riez Jc 4.9 ; cf. Ec 7.6. Ð deuil / larmes : cf. Mc 16.10 ; Jc 4.9 ; Ap 18.11,15,19. tout le monde ou, selon certains mss, les gens v. 22 ; Jc 4.4. Ð propheÁtes de mensonge ou faux propheÁtes, pseudo-propheÁtes Es 30.10s ; Jr 5.31 ; 6.14 ; 23.16s ; Mi 2.11 ; 2Tm 3.1-9. Cf. v. 22,35 ; voir Mt 5.43-44n ; Rm 12.14ss,21. Ð qui eÂcoutez : autre traduction qui entendez. Ð faites du bien 1 P 2.15,20 ; 3.6,17. Ð ceux qui vous deÂtestent : cf. 1.71. beÂnissez ... : cf. Gn 12.3 ; 27.29 ; Jg 17.2 ; Ps 109.6ss,28 ; voir aussi Rm 12.14,21 ; 1Co 4.12 ; 1P 2.23 ; 3.9. Ð priez : cf. 23.34 ; Ac 7.60. Ð qui vous injurient : autre traduction possible qui vous

33 34

35

36

29

31 32

$

24

25 26

$

27

28

$

Mais je vous dis, Áa vous qui Âecoutez : aimez vos ennemis, faites du bien Áa ceux qui vous deÂtestent, beÂnissez ceux qui vous maudissent, priez pour ceux qui vous injurient. | Si quelqu'un te frappe sur une joue, preÂsente-lui aussi l'autre. Si quelqu'un te prend ton veÃtement, ne l'empeÃche pas de prendre aussi ta tunique. Donne Áa quiconque te demande, et ne reÂclame pas tes biens Áa celui qui les prend. Ce que vous voulez que les gens fassent pour vous, faites-le pareillement pour eux. | Si vous aimez ceux qui vous aiment, quel gre vous en saura-t-on ? Les peÂcheurs aussi aiment ceux qui les aiment. | Si vous faites du bien Áa ceux qui vous font du bien, quel gre vous en saura-t-on ? Les peÂcheurs eux-meÃmes en font autant. | Et si vous preÃtez Áa ceux de qui vous espeÂrez recevoir, quel gre vous en saura-t-on ? MeÃme des peÂcheurs preÃtent Áa des peÂcheurs afin de recevoir l'eÂquivalent. | Mais aimez vos ennemis, faites du bien et preÃtez sans rien espeÂrer. Votre reÂcompense sera grande et vous serez fils du TreÁs-Haut, car il est bon pour les ingrats et pour les mauvais. Soyez magnanimes, comme votre PeÁre est magnanime. maltraitent ; meÃme verbe en 1P 3.16. Si quelqu'un te frappe... Mt 5.39 ; Jn 18.22s ; Ac 23.3 ; cf. Ex 21.24 ; Lv 24.20 ; Dt 19.21 ; voir aussi 1Co 6.7. Ð ton veÃtement (de dessus, par opposition aÁ la tunique) : cf. 10.30 ; Ex 22.25s ; Dt 24.10-17 ; Am 2.8 ; Ct 5.7 ; comparer avec Mt 5.40n. Cf. Mt 7.12 ; Rm 13.8ss. quel greÂ... : le meÃme mot est traduit ailleurs par graÃce (1.30+ ; de meÃme dans la suite), cf. 17.9 ; voir aussi 2.52 ; Ac 7.46 ; comparer avec 1P 2.19s ; Siracide 12.1 : « Si tu fais le bien, sache aÁ qui tu le fais, et on te saura gre de tes bienfaits. » Ð Voir peÂche . preÃtez : cf. Ex 22.24 ; Lv 25.35ss ; Dt 23.21. Evangile selon Thomas 95 : « JeÂsus a dit : ``Si vous avez de l'argent, ne preÃtez pas aÁ usure, mais donnez... aÁ celui de qui vous ne le recevrez plus.'' » aimez... v. 27+. Ð sans rien espeÂrer : d'autres comprennent sans deÂsespeÂrer de rien ; certains mss portent sans deÂsespeÂrer personne (ou de personne ?). Ð reÂcompense Mt 5.12+. Ð fils du TreÁs-Haut : cf. 1.32,76 ; Ps 82.6 ; voir aussi Mt 5.45 ; Rm 8.14s ; Ga 4.5s ; Siracide 4.10 : « Sois pour les orphelins comme un peÁre, et un mari pour leur meÁre : tu seras comme un fils du TreÁs-Haut, il t'aimera plus que ta meÁre. » Ð bon Mt 11.30n ; Rm 2.4n ; cf. Ps 25.8 ; 86.5 ; Sagesse 15.1 : « Mais toi, notre Dieu, tu es bon et fideÁle, tu es patient et gouvernes tous les eÃtres avec miseÂricorde. » Cf. Mt 5.48. Ð magnanimes ou cleÂments, geÂneÂreux, compatissants, miseÂricordieux ; meÃme terme Jc 5.11 ; termes apparenteÂs Rm 9.15 ; 12.1 ; 2Co 1.3 ; Ph 2.1 ; Col 3.12 ; He 10.28 ; cf. Ex 34.6 ; Dt 4.31 ; Jl 2.13 ; Jon 4.2 ; Ps 78.38 ; 86.15 ; voir aussi Lv 19.2 ; Targum (Tg ) du pseudo-Jonathan sur Lv 22.28 : « Mon peuple, enfants d'IsraeÈl ! Comme je suis miseÂricordieux dans les cieux, ainsi vous serez miseÂricordieux sur la terre. » Ð votre PeÁre 2.49+ ; 12.30 ; cf. 9.26 ; 11.2,13. $

$

23

Mais quel malheur pour vous, les riches ! Vous tenez votre consolation ! Quel malheur pour vous qui Ãetes rassasieÂs maintenant ! Vous aurez faim ! Quel malheur pour vous qui riez maintenant ! Vous serez dans le deuil et dans les larmes ! Quel malheur pour vous, lorsque tout le monde parle en bien de vous ! C'est ainsi que leurs peÁres traitaient les propheÁtes de mensonge !

$

34

$

35

$

$

36

$


LUC 6±7 47

La paille et la poutre Mt 7.1-5

37 38

39 40

41 42

Ne jugez pas, et vous ne serez jamais jugeÂs ; ne condamnez pas, et vous ne serez jamais condamneÂs ; absolvez, et vous serez absous. | Donnez, et l'on vous donnera ; on versera dans la grande poche de votre veÃtement une bonne mesure, serreÂe, secoueÂe et deÂbordante ; car c'est avec la mesure Áa laquelle vous mesurez qu'on mesurera pour vous en retour. Il leur dit aussi une parabole : Un aveugle peut-il guider un aveugle ? Ne tomberont-ils pas tous deux dans une fosse ? | Le disciple n'est pas au-dessus du maõÃtre ; mais tout disciple bien forme sera comme son maõÃtre. Pourquoi regardes-tu la paille qui est dans l'úil de ton freÁre, et ne remarques-tu pas la poutre qui est dans ton úil Áa toi ? | Comment peux-tu dire Áa ton freÁre : « Mon freÁre, laisse-moi oÃter la paille qui est dans ton úil », toi qui ne vois pas la poutre qui est dans ton úil ? Hypocrite, oÃte d'abord la poutre de ton úil ! Alors tu verras comment oÃter la paille qui est dans l'úil de ton freÁre. Mt 7.16-20 ; 12.33-35

44

45

Il n'y a pas de bon arbre qui produise un fruit pourri, ni d'arbre malade qui produise un beau fruit. | Car chaque arbre se connaõÃt Áa son propre fruit. On ne cueille pas des figues sur des Âepines, et l'on ne vendange pas des raisins sur des ronces. L'homme bon, du bon treÂsor de son cúur, fait sortir du bon, et le mauvais, de son mauvais treÂsor, fait sortir du mauvais ; car c'est de l'abondance de son cúur que sa bouche parle. Les deux maisons

37

38

39 40

42

43 44 45 46

Pourquoi m'appelez-vous « Seigneur ! gneur ! » et ne faites-vous pas ce que je dis ?

$

Mt 8.5-13 ; cf. Jn 4.46-54

7 2 3

4

6

7

8

Sei-

jugez : meÃme verbe 7.43 ; 12.57 ; 19.22 ; cf. Rm 14.10. Ð jamais : autre traduction en aucun cas. Ð absolvez : litt. deÂliez, relaÃchez (23.25) ; le meÃme verbe est traduit par renvoyer en 8.38, deÂlivrer en 13.12 (verbe apparente en Mt 18.18) ; cf. Mt 6.14. Cf. 8.18 ; 19.25s ; Mt 7.2n ; Mc 4.24. Ð on versera : autre traduction ils verseront ; mais le pluriel a souvent valeur d'indeÂfini (on), deÂsignant en l'occurrence l'action de Dieu ; cf. 12.20 ; 16.9. Ð la grande poche de votre veÃtement : traduction traditionnelle votre sein, meÃme terme 16.22s ; Jn 1.18 ; 13.23 (il a aussi le sens de golfe en Ac 27.39) ; il s'agit du pli du veÃtement, qui pouvait eÂventuellement servir de poche, cf. Rt 3.15. On trouve des expressions comparables pour exprimer la reÂtribution (au sens de punition) en Es 65.6ns ; Jr 32.18n ; Ps 79.12n. Ð car : le terme correspondant est absent de certains mss. Ð c'est avec la mesure... Mt 7.2 ; Mc 4.24. Cf. Mt 15.14 ; 23.16 ; Rm 2.19 ; voir aussi Es 24.17s ; 2Tm 3.13. Ð parabole 4.23n ; 5.36+. Ð guider : cf. Ac 8.31. Cf. Mt 10.24s ; Jn 13.16 ; 15.20. Ð tout disciple... : autre traduction le disciple sera forme exactement comme son maõÃtre ; sur le verbe traduit par former, voir 2Co 13.11n. Ð maõÃtre : au sens d'enseignant. Comment... : certains mss portent ou bien comment... Ð Hypocrite 12.1,56 ; 13.15 ; Mt 6.2n. Ð tu verras... Mt 7.5n ; cf. Lc 24.31 ; Ac 26.17s. Mt 7.16+ss ; cf. Jc 3.11s. eÂpines / ronces : cf. Gn 3.18 ; Os 10.8 ; He 6.8. Mt 12.34. Ð bon treÂsor de son cúur : cf. 11.39ss. Cf. 13.25 ; Mt 7.21 ; voir aussi Es 29.13 ; Ml 1.6. Sur la reÂpeÂtition

Quiconque vient Áa moi, entend mes paroles et les met en pratique, je vais vous montrer Áa qui il est semblable : | il est semblable Áa un homme qui construit une maison. Il a creuse profondeÂment et pose les fondations sur le roc. Une inondation est venue, et le torrent s'est rue contre cette maison, sans Ãetre capable de l'eÂbranler, parce qu'elle avait Âete bien construite. | Mais celui qui entend et ne met pas en pratique est semblable Áa un homme qui a construit une maison sur la terre, sans fondations. Le torrent s'est rue contre elle : aussitoÃt elle s'est ÂecrouleÂe, et la ruine de cette maison a Âete grande. JeÂsus et le centurion de CapharnauÈm

9

Mt 7.24-27

46

49

5

L'arbre et son fruit 43

48

1349

10

ApreÁs avoir acheve tous ces discours au peuple qui l'eÂcoutait, il entra Áa Capharnau Èm. Un centurion avait un esclave malade qui Âetait sur le point de mourir et qui lui Âetait treÁs cher. | Il entendit parler de JeÂsus et lui envoya quelques anciens des Juifs pour lui demander de venir sauver son esclave. | Ils arriveÁrent aupreÁs de JeÂsus et le supplieÁrent d'une manieÁre pressante en disant : Il est digne que tu lui accordes cela, | car il aime notre nation, et c'est lui qui a construit notre synagogue. JeÂsus s'en alla avec eux. Il n'eÂtait plus treÁs loin de la maison quand le centurion envoya des amis lui dire : Seigneur, ne prends pas tant de peine, car ce serait trop d'honneur pour moi que tu entres sous mon toit. | C'est aussi pour cela que je ne me suis pas juge digne de venir en personne vers toi. Mais dis une parole, et que mon serviteur soit gueÂri ! | Car je suis moi-meÃme soumis Áa l'autorite de mes supeÂrieurs et j'ai des soldats sous mes ordres ; je dis Áa l'un : « Va ! » et il va, Áa l'autre : « Viens ! » et il vient, et Áa mon esclave : « Fais ceci ! » et il le fait. | Lorsque JeÂsus entendit ces paroles, il s'eÂtonna Áa son sujet, se tourna vers la foule qui le suivait et dit : Je vous le dis, meÃme en IsraeÈl je n'ai pas trouve une telle foi. | De retour Áa la

Seigneur ! Seigneur ! cf. Lc 10.41 ; 22.31 ; Jn 13.13. Ð faites... : cf. 8.21 ; 10.28,37 ; 11.28 ; Mt 21.30 ; Rm 2.13 ; Jc 1.22,25 ; 1Jn 2.17. à tre capable : cf. 13.24 ; 14.6,29s ; 48 le torrent ou le fleuve. Ð sans e 20.26. Ð eÂbranler : le meÃme verbe a eÂte traduit par secouer v. 38 ; cf. He 12.27.  au verbe traduit par se ruer. 49 ruine : terme apparente

7

2

Cf. Mt 7.28+. Ð CapharnauÈm 4.23+. Un centurion : cf. Ac 10.1ss. Ð sur le point de mourir : meÃme construction, avec un autre verbe eÂquivalent, en Jn 4.47. Ð qui lui eÂtait treÁs cher : comparer l'attitude de ce non-Juif avec celle du Samaritain de 10.25ss. entendit parler de JeÂsus 4.37. Ð anciens : cf. 20.1 ; 22.52 ; Ac 4.5,8,23. Ð sauver : voir Mt 14.36n (meÃme verbe). Il est digne... : cf. v. 6s. Cf. Ac 10.2. Ð il aime... : cf. 6.27. Ð synagogue : cf. 4.33. s'en alla avec eux : cf. Ac 10.20,23. Ð ne prends pas tant de peine : le meÃme verbe grec est traduit par importuner 8.49. Ð ce serait trop d'honneur... : cf. 3.16+ ; voir aussi 17.10. Ð que tu entres... : cf. Ac 10.28 ; 11.3,12. dis une parole ou un mot ; comparer avec 5.17 ; 6.19. Ð et que... : certains mss portent et mon serviteur (voir Mt 8.6n) sera gueÂri, comme dans Mt 8.8. de mes supeÂrieurs : sous-entendu dans le texte. Sur l'autorite de JeÂsus, cf. 4.32+. se tourna... : autre traduction se tourna et dit aÁ la foule... ; cf. v. 44 ; 9.55 ; 10.23 ; 14.25 ; 22.61 ; 23.28. Ð trouve une telle foi : cf. 18.8. 1

$

$

3 4 5 6

7

8 9

$


1350

LUC 7

maison, les envoyeÂs trouveÁrent l'esclave en bonne santeÂ. 11 12

13 14

15 16

17

Le jeune homme de NaõÈn Ensuite il se rendit dans une ville appeleÂe NaõÈn ; ses disciples et une grande foule faisaient route avec lui. | Lorsqu'il approcha de la porte de la ville, on portait en terre un mort, fils unique de sa meÁre, qui Âetait veuve ; et il y avait avec elle une importante foule de la ville. | Le Seigneur la vit ; il fut Âemu par elle et lui dit : Ne pleure pas ! | Il s'approcha et toucha le cercueil. Ceux qui le portaient s'arreÃteÁrent. Il dit : Jeune homme, je te l'ordonne, reÂveilletoi ! | Et le mort s'assit et se mit Áa parler. Il le rendit Áa sa meÁre. | Tous furent saisis de crainte ; ils glorifiaient Dieu et disaient : Un grand propheÁte s'est leve parmi nous, et : Dieu est intervenu en faveur de son peuple. | Cette parole se reÂpandit Áa son sujet dans la JudeÂe tout entieÁre et dans tous les environs. Les envoyeÂs de Jean le Baptiseur

19 20

21

22

10 11

12

13

14

Les disciples de Jean lui raconteÁrent tout cela. Jean appela deux de ses disciples | et les envoya demander au Seigneur : Est-ce toi, celui qui vient, ou devons-nous en attendre un autre ? | ArriveÂs aupreÁs de lui, les hommes dirent : Jean le Baptiseur nous a envoyeÂs te demander : « Est-ce toi, celui qui vient, ou devons-nous en attendre un autre ? » | A ce moment meÃme, il gueÂrit beaucoup de gens de maladies, d'infirmiteÂs et d'esprits mauvais, et il rendit la vue Áa de nombreux aveugles. | Et il leur reÂpondit :

l'esclave : quelques mss portent l'esclave malade ou le malade. Ensuite : certains mss portent le (jour) suivant ; cf. 8.1. Ð NaõÈn : dans le sud de la GalileÂe, aÁ preÁs d'une quarantaine de kilomeÁtres de CapharnauÈm. Ð ses disciples ou, selon quelques mss, un assez grand nombre de ses disciples ; cf. v. 9 ; 6.17. Cf. 8.49ss ; 1R 17.17-24 ; 2R 4.32-37. Ð Lorsqu'il approcha... : cf. 15.25 ; 19.29,41 ; 1R 17.10. Ð fils unique 8.42 ; 9.38 ; cf. 1R 17.12 ; Jr 6.26 ; Am 8.10 ; Za 12.10. Le Seigneur v. 19 ; 10.1,39,41 ; 11.39 ; 12.42 ; 13.15 ; 17.5s ; 18.6 ; 19.8,31,34 ; 20.44 ; 22.61 ; 24.3,34 ; cf. 1.43 ; 2.11 ; Mt 21.3 ; Mc 11.3 ; Ac 1.21 ; 4.33 ; 5.14 ; 8.16 etc. Ð eÂmu 10.33 ; 15.20 ; Mt 9.36n. Ð Ne pleure pas 8.52 ; Ap 5.5. toucha 5.13+. Ð je te l'ordonne : litt. je te dis. Ð reÂveille-toi ou leÁve-toi (meÃme verbe v. 16, et pour ressusciter v. 22) ; cf. 1.69n ; 5.23s ; 6.8 ; 8.54 ; 9.7,22 ; 20.37 ; 24.6,34 ; voir aussi Mc 5.41// ; Ac 3.15n. s'assit... Ac 9.40ss. Ð le rendit aÁ sa meÁre 9.42 ; 1R 17.23 ; cf. 2R 4.36. saisis de crainte 1.65+. Ð glorifiaient Dieu 2.20+. Ð propheÁte 24.19 ; cf. 4.24,27 ; 9.8 ; 13.33 ; Mt 21.11 ; voir aussi Dt 18.15ss ; 1R 17.17ss ; Ml 3.23s. Ð s'est leve ou a eÂte suscite v. 14n ; 9.8,19 ; cf. 3.8n ; 11.31 ; Jg 2.16ss ; 3.9 ; Es 45.13 ; Dn 8.18. Ð est intervenu... 1.68n. Cette parole... ou cette histoire... 4.14+,37 ; 5.15 ; Ac 11.22. Ð la JudeÂe 1.5n ; 4.44n. disciples de Jean 5.33n ; cf. 3.16-20 ; Jn 3.25s. Ð deux : cf. Dt 19.15. au Seigneur v. 13+. Ð celui qui vient, cf. 3.16 ; 13.35 ; 19.38 ; voir Mt 11.3n (voir aussi 3.11+) ; comparer avec 1P 1.10s. le Baptiseur v. 33 ; 9.19. A ce moment meÃme : litt. en cette heure-laÁ ; autre traduction il venait de gueÂrir... Ð il rendit la vue : litt. il fit graÃce de voir ; le verbe correspondant aÁ faire graÃce , apparente au mot habituellement traduit par graÃce, revient avec des sens diffeÂrents v. 42s ; Ac 3.14 ; 25.11,16 ; 27.24 ; Rm 8.32n. Ð aveugles : cf. 4.18 ; 18.35ss. Cf. Es 26.19 ; 29.18 ; 35.5-6 ; 42.18 ; 61.1. Ð leÂpreux... purifieÂs 4.27 ; Mt 8.3// ; 10.8. Ð se reÂveillent ou se releÁvent, cf. 1.69n ; voir aussi reÂsurrection . $

15 16

17 18 19 20 21

$

$

24 25

26 27

28

Mt 11.2-19

18

23

29 30

31 32

23 24

25 26 27 28

29

$

$

$

$

30

$

$

$

22

Heureux : cf. 6.20+ ; Jn 20.29. Ð cause de chute 17.1ss ; voir Mt 11.6n. Autre traduction possible (de meÃme dans la suite) : Pourquoi eÃtes-vous alleÂs au deÂsert ? Pour voir... ? 3.7. Ð deÂsert 1.80 ; 3.2,4. Ð Un roseau... : cf. 1R 14.15 ; voir Mt 11.7n. Ð Evangile selon Thomas 78 : « JeÂsus a dit : ``Pourquoi eÃtes-vous alleÂs aÁ la campagne ? Pour voir un roseau agite par le vent, et pour voir un homme reveÃtu d'habits raffineÂs, comme vos rois et vos magnats ? Ce sont eux qui portent des habits raffineÂs, mais ils ne pourront pas connaõÃtre la veÂriteÂ.'' » veÃtu... : cf. Mt 3.4// ; 11.8n. Ð somptueux ou glorieux, meÃme terme 13.17. Ð luxe : cf. v. 33 ; 8.14. propheÁte 1.76+. Ð plus... : cf. 11.31s ; voir aussi Jn 1.21. 1.17n,76 ; Ex 23.20 ; Ml 3.1. Ð devant toi : voir Mt 11.10n. Cf. 1.15,57 ; 16.16 ; voir Mt 11.11n. Ð il n'y en a pas... : certains mss portent aucun propheÁte n'est plus grand que Jean. Evangile selon Thomas 46 : « JeÂsus a dit : ``Parmi ceux qui sont neÂs de femmes, depuis Adam jusqu'aÁ Jean-Baptiste, il n'y a personne qui soit plus grand que Jean-Baptiste, si bien que tous doivent baisser les yeux devant lui. Mais j'ai dit que quiconque d'entre vous deviendra petit connaõÃtra le Royaume et deviendra plus grand que Jean.'' » Tout le peuple... 3.7,12,21 ; cf. Mt 21.32. Ð l'avait eÂcoute : cf. Rm 10.17 ; on pourrait aussi traduire qui l'a eÂcouteÂ... ont justifieÂ... (30) ont rejeteÂ... Les v. 29s peuvent se comprendre comme la suite des paroles de JeÂsus ou, plus probablement, comme un commentaire de l'auteur. Ð collecteurs des taxes 3.12+ ; Mc 2.15n. Ð avaient justifie Dieu (c.-aÁ-d. lui avaient donne raison) : le meÃme verbe revient v. 35 ; 10.29 ; 16.15 ; 18.14. les speÂcialistes de la loi 10.25 ; 11.45s,52 ; 14.3 ; Mt 22.35. Voir scribe et pharisiens ; 5.21+. Ð avaient rejete : autres traductions ont fait eÂchouer, ont reÂduit aÁ neÂant, cf. 10.16 ; Ps 33.10s ; Rm 10.3. Ð les deÂcisions (ou la deÂcision) de Dieu aÁ leur eÂgard : autre traduction ont rejeteÂ, pour leur part, les deÂcisions de Dieu ; meÃme mot en 23.51 ; voir aussi 10.22 ; 22.42n ; on retrouve le meÃme terme Ac 2.23 ; 4.28 ; 13.36 ; 20.27 ; Ep 1.11. Cf. 13.18,20 ; Es 40.18,25 ; 46.5 ; Ez 31.2 ; Lm 2.13. Ð geÂneÂration 1.48,50 ; 9.41 ; 11.29ss,50s ; 17.25 ; 21.32 ; Ac 2.40 ; voir aussi Mt 12.39+. $

$

$

Allez raconter Áa Jean ce que vous avez vu et entendu : les aveugles retrouvent la vue, les infirmes marchent, les leÂpreux sont purifieÂs, les sourds entendent, les morts se reÂveillent, la bonne nouvelle est annonceÂe aux pauvres. Heureux celui pour qui je ne serai pas une cause de chute ! ApreÁs le deÂpart des messagers de Jean, il se mit Áa dire aux foules Áa propos de Jean : Qu'eÃtes-vous alleÂs voir au deÂsert ? Un roseau agite par le vent ? | Alors, qu'eÃtes-vous alleÂs voir ? Un homme veÃtu avec raffinement ? Mais ceux qui portent des veÃtements somptueux et qui vivent dans le luxe sont dans les palais royaux ! | Qu'eÃtes-vous donc alleÂs voir ? Un propheÁte ? Oui, je vous le dis, et plus qu'un propheÁte. | C'est Áa son sujet qu'il est Âecrit : J'envoie devant toi mon messager, pour frayer ton chemin devant toi. Je vous le dis, parmi ceux qui sont neÂs de femmes, il n'y en a pas de plus grand que Jean. Cependant, le plus petit dans le royaume de Dieu est plus grand que lui. Tout le peuple qui l'avait ÂecouteÂ, et les collecteurs des taxes, avaient justifie Dieu en recevant le bapteÃme de Jean ; | mais les pharisiens et les speÂcialistes de la loi, en ne recevant pas de lui le bapteÃme, avaient rejete les deÂcisions de Dieu Áa leur Âegard. A qui donc comparerai-je les gens de cette geÂneÂration ? A qui sont-ils semblables ? | Voici Áa quoi ils

31

$

$


LUC 7±8

33 34

35

sont semblables : des enfants assis sur la place publique, qui s'appellent les uns les autres pour dire : Ãte, et vous n'avez Nous vous avons joue de la flu pas danse ; nous avons chante des complaintes, et vous n'avez pas pleureÂ. Car Jean le Baptiseur est venu, il ne mangeait pas de pain et ne buvait pas de vin, et vous dites : « Il a un deÂmon ! » | Le Fils de l'homme est venu, mangeant et buvant, et vous dites : « C'est un glouton et un buveur, un ami des collecteurs des taxes, des peÂcheurs ! » | Mais la sagesse a Âete justifieÂe par tous ses enfants. JeÂsus et la peÂcheresse

Cf. Mt 26.6-13 ; Mc 14.3-9 ; Jn 12.1-8 36 37

38

39

40 41 42 43

44

32 33 34

Un des pharisiens l'invita Áa manger avec lui. Il entra donc chez le pharisien et s'installa Áa table. | Or une femme, une peÂcheresse de la ville, sut qu'il Âetait Áa table chez le pharisien ; elle apporta un flacon d'albaÃtre plein de parfum | et se tint derrieÁre lui, Áa ses pieds. Elle pleurait et se mit Áa mouiller de ses larmes les pieds de JeÂsus ; elle les essuyait avec ses cheveux, les embrassait et reÂpandait sur eux du parfum. | En voyant cela, le pharisien qui l'avait invite se dit : Si cet homme Âetait propheÁte, il saurait qui est la femme qui le touche et ce qu'elle est : une peÂcheresse. JeÂsus lui dit : Simon, j'ai quelque chose Áa te dire. Ð MaõÃtre, parle, reÂpondit-il. | Ð Un creÂancier avait deux deÂbiteurs ; l'un devait cinq cents deniers et l'autre cinquante. | Comme ils n'avaient pas de quoi le rembourser, il leur fit graÃce Áa tous les deux. Lequel des deux l'aimera le plus ? | Simon reÂpondit : Je suppose que c'est celui Áa qui il a fait graÃce de la plus grosse somme. Il lui dit : Tu as bien jugeÂ. Puis il se tourna vers la femme et dit Áa Simon : Tu vois cette femme ? Je suis entre chez toi, et tu ne m'as pas donne d'eau pour mes pieds ; mais elle, elle

Cf. Pr 29.9. Ð nous avons chante : certains mss preÂcisent nous vous avons chanteÂ. pas de vin : cf. 1.15. Ð Il a un deÂmon : l'expression peut signifier il est fou, cf. Jn 10.20s. Fils de l'homme 5.24+. Ð mangeant et buvant v. 36ss ; 11.37 ; 14.1 ; 15.2 ; 19.7. Ð glouton... : cf. Dt 21.20 ; 1Co 15.32. Ð ami... : cf. v. 36ss ; 5.27ss ; 15.1ss ; 19.1ss ; 23.40ss ; voir aussi peÂche . la sagesse : cf. 2.40,52 ; 11.31,49n ; 21.15 ; voir aussi 1Co 1.24ss. Ð justifieÂe v. 29+. Ð par ou de par tous ses enfants : cf. Pr 8.32 ; Siracide 4.11 : « La sagesse exalte ses fils, et prend soin de ceux qui la recherchent. » Voir aussi Jn 1.12. Cf. v. 34+. Ð pharisiens v. 30 ; 5.17+ ; cf. 11.37 ; 14.1. Ð chez le pharisien : litt. dans la maison du pharisien, de meÃme dans la suite. Ð s'installa aÁ table : litt. s'eÂtendit (en s'accoudant, comme on le faisait dans les grandes occasions, la teÃte vers la table et les pieds vers l'exteÂrieur, v. 38) ; cf. 11.37 ; 12.37 ; 13.29 ; 14.7ss ; 17.7 ; 20.46 ; 22.14 ; 24.30. Mc 14.3//. Ð peÂcheresse v. 39,47. Cf. Jn 12.3. Ð derrieÁre lui : cf. 9.23n. Ð les pieds de JeÂsus : litt. ses pieds. Ð les embrassait v. 45 ; Mc 14.45n. propheÁte v. 16+,26 ; Jn 4.19 ; certains mss portent le propheÁte (cf. Dt 18.15 ; Ac 3.22s ; 7.37). Cf. 5.22 ; 6.8 ; voir aussi Gn 24.33s. Ð Simon : cf. Mc 14.3. Ð MaõÃtre 3.12n. deÂbiteurs : cf. 16.5. Ð deniers : pieÁces d'argent ; un denier correspondait au salaire d'une journeÂe de travail d'un ouvrier selon Mt 20.2 (voir mesures , poids et monnaies). il leur fit graÃce v. 21n ; Col 2.13 ; cf. Mt 18.26s. bien juge : cf. 10.28 ; 20.21n. tu ne m'as pas donne d'eau pour mes pieds : autre traduction, moins vraisemblable, tu ne m'as pas verse d'eau sur les pieds ; $

45 46 47

48 49 50

La parabole du semeur Mt 13.1-9 ; Mc 4.1-9

4 5

6 7 8

45

$

$

36

37 38 39 40 41

$

$

46 47 48 49 50

$

Une grande foule se reÂunit aupreÁs de lui, des gens de diverses villes. Il dit cette parabole : | Le semeur sortit pour semer sa semence. Comme il semait, une partie de la semence tomba le long du chemin : elle fut pieÂtineÂe, et les oiseaux du ciel la mangeÁrent. | Une autre partie tomba sur le roc ; quand elle poussa, elle se desseÂcha, parce qu'elle n'avait pas d'humiditeÂ. | Une autre partie tomba au milieu des Âepines ; les Âepines pousseÁrent avec elle et l'eÂtouffeÁrent. | Une autre partie tomba dans

cf. Gn 18.4 ; 19.2 ; 24.32 ; 43.24 ; 1S 25.41 ; voir aussi Jn 12.3 ; 13.5nss ; 1Tm 5.10. depuis que je suis entre : on a aussi compris elle, de chez qui je suis venu (chez toi) ; certains mss portent depuis qu'elle est entreÂe. Ð m'embrasser v. 38+ ; cf. 22.47s ; Rm 16.16+. sur mes pieds : cette preÂcision est omise par certains mss ; cf. Jn 11.2 ; voir aussi Ps 23.5. Cf. 19.8s. Ð celui aÁ qui... : cf. 18.10ss. Cf. 5.20//. qui va jusqu'aÁ pardonner... : autre traduction qui pardonne meÃme les peÂcheÂs ; cf. 5.21+. 8.48 ; cf. 1.79+ ; 17.19 ; 18.42 ; Mc 5.34+ ; Ac 3.16 ; 16.36. Ð va en paix 8.48. $

8 2

Á cheminer : autre traduc1 Cf. v. 4 ; 4.18s,43+ ; 7.11. Ð il se mit a tion il cheminait ; meÃme verbe Ac 17.1. Ð Les Douze 6.13 ; 9.1,12 ; 18.31 ; 22.3,47 ; cf. Ac 10.39ss. femmes 23.49 ; Ac 1.14 ; cf. Jn 4.27. Ð gueÂries 4.38ss ; 6.17ss. Ð esprits mauvais : voir deÂmon . Ð Madeleine, c.-aÁ-d. de Magdala, localite situeÂe vraisemblablement aÁ l'ouest du lac de TibeÂriade ; cf. 24.10 ; Mc 15.40+ ; Jn 19.25. Ð sept deÂmons : cf. v. 27,30 ; 11.26 ; Mc 16.9. Jeanne 24.10. Ð HeÂrode Antipas (3.1n) : cf. 9.7ss ; Ac 13.1. Ð beaucoup d'autres : autre traduction plusieurs autres. Ð les servir : meÃme verbe 4.39 ; 10.40n ; 12.37 ; 17.8 ; 22.26s ; Mt 4.11n ; Ac 6.1ns ; certains mss portent le servir, cf. Mc 15.41. diverses villes : cf. v. 1. Ð parabole 5.36+. sa semence : cf. Mc 4.26ss. Ð oiseaux du ciel 9.58 ; 13.19 ; Ac 10.12 ; 11.6 ; cf. Gn 1.26ss ; Ez 31.6 ; Ps 104.12 ; Dn 4.11,18 ; voir Mc 4.4n. pas d'humidite : cf. Jr 17.8. $

$

$

42 43 44

a mouille mes pieds de ses larmes et les a essuyeÂs avec ses cheveux. | Tu ne m'as pas donne de baiser, mais elle, depuis que je suis entreÂ, elle n'a pas cesse de m'embrasser les pieds. | Tu n'as pas reÂpandu d'huile sur ma teÃte ; mais elle, elle a reÂpandu du parfum sur mes pieds. | C'est pourquoi, je te le dis, ses nombreux peÂcheÂs sont pardonneÂs, puisqu'elle a beaucoup aimeÂ. Mais celui Áa qui l'on pardonne peu aime peu. | Et il dit Áa la femme : Tes peÂcheÂs sont pardonneÂs. Ceux qui Âetaient Áa table avec lui commenceÁrent Áa se dire : Qui est-il, celui-ci, qui va jusqu'aÁ pardonner les peÂcheÂs ? | Mais il dit Áa la femme : Ta foi t'a sauveÂe ; va en paix.

Les femmes qui accompagnent JeÂsus 8 Par la suite, il se mit Áa cheminer de ville en ville et de village en village ; il proclamait et annoncËait la bonne nouvelle du reÁgne de Dieu. Les Douze 2  etaient avec lui, | ainsi que quelques femmes qui avaient Âete gueÂries d'esprits mauvais et de maladies : Marie, celle qu'on appelle Madeleine, de qui 3  etaient sortis sept deÂmons, | Jeanne, femme de Chuza, intendant d'HeÂrode, Susanne, et beaucoup d'autres, qui utilisaient leurs biens pour les servir.

$

35

1351

3

4 5

6

$

$


1352

LUC 8

la bonne terre ; quand elle poussa, elle produisit du fruit au centuple. En disant cela, il s'eÂcriait : Celui qui a des oreilles pour entendre, qu'il entende !

Quelques femmes du Nouveau Testament la belle-meÁre de Simon Pierre. . . . . . . . . . . . . . . . . . Mc 1.29ss BeÂreÂnice . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Ac 25.13,23 ; 26.30s les compagnes de voyage de JeÂsus . . . . . . Mc 15.40s// ; 16.1-8// ; Lc 8.1-3 Dorcas (Tabitha) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Ac 9.36ss Eunice. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2Tm 1.5 Evodie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Ph 4.2 la femme adulteÁre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . [Jn 8.3-11] la femme de CeÂphas (Pierre) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1Co 9.5 la femme de Pilate . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Mt 27.19 la femme qui parfume les pieds de JeÂsus (Marie) . . . . . . Mc 14.3ss// ; (Jn 11.2 ; 12.1ss) la femme qui touche le veÃtement de JeÂsus et la jeune fille ressusciteÂe. . . . . . . . . . . . . . . . . Mc 5.21-43// les femmes de JeÂrusalem . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .Lc 23.27-31 les filles de Philippe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Ac 21.9 HeÂrodiade et sa fille . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Mc 6.17-29// l'infirme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .Lc 13.11-13 Jeanne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Lc 8.3 ; 24.10 « JeÂzabel » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Ap 2.20ss LoõÈs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2Tm 1.5 Marie, femme de Clopas . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Jn 19.25 Marie-Madeleine. . . . . . . . . . . Mc 15.40,47// ; 16.1// ; Lc 8.2 Marie, meÁre de Jacques et de Jose (Joseph) . . . . . . . . Mc 15.40,47// ; 16.1// ; Jn 20 Marie, meÁre de Jean surnomme Marc . . . . . . . .Ac 12.12 Marie, meÁre de JeÂsus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Mt 1.16ss ; 2.11 ; Mc 3.31// ; 6.3// ; Lc 1.26-56 ; 2.5s,16,19,33-35,48 ; Jn 2.1-5; 19.25-27 ; Ac 1.14 Marthe et Marie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Lc 10.38-42 ; Jn 11±12 la meÁre de Jacques et de Jean . . . . . . . . Mt 20.20 ; 27.56 la peÂcheresse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Lc 7.36-50 Phúbe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Rm 16.1 Prisca (ou Priscille). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Ac 18.2,18,26 ; Rm 16.3 ; 1Co 16.19 ; 2Tm 4.19 Salome . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Mc 15.40 la Samaritaine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Jn 4 Syntyque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Ph 4.2 la Syro-pheÂnicienne (CananeÂenne) . . . . . . . . . Mc 7.24-30 (Mt 15.21-28) la veuve de NaõÈn . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Lc 7.11-17 la veuve pauvre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Mc 12.41-44//

8

9 10

produisit du fruit : cf. 3.8. Ð au centuple : cf. Gn 26.12. Ð il s'eÂcriait : autre traduction il s'eÂcria. Ð Celui... : cf. 14.35 ; Mt 11.15+. disciples v. 1s. connaõÃtre les mysteÁres... : cf. 11.52 ; Ac 1.3 ; l'expression les mysteÁres de Dieu revient souvent dans les eÂcrits de QumraÃn . Ð de sorte... : cf. 9.45 ; 11.50 ; Es 6.9s ; Ac 28.25ss. signifie : litt. est ; autre traduction voici ce qu'est la parabole. Ð parole de Dieu 5.1+ ; cf. Mt 13.18n ; 1P 1.23. diable : voir deÂmon . Ð qu'ils n'aient pas la foi pour eÃtre sauveÂs : litt. qu'ils ne soient pas sauveÂs pour avoir cru ; cf. Ac 16.31 ; 1Co 1.21 ; voir aussi Mc 4.12. accueillent... Ac 8.14+. Ð pas de racine (trait non eÂvoque au v. 6) : cf. Col 2.7. Ð pour un temps : cf. 9.23. Ð eÂpreuve ou tentation 4.2+ ; cf. Ac 20.19. Ð ils s'eÂloignent : le verbe correspondant est apparente au terme habituellement transcrit apostasie ; cf. 2.37 ; 4.13 ; 13.27 ; Ac 5.37n ; 1Tm 4.1n ; He 3.12. ceux qui... : autre traduction ceux qui ont entendu et qui, allant sous le poids des inquieÂtudes, des richesses et des plaisirs de la vie, sont eÂtouffeÂs et ne donnent pas... Ð inquieÂtudes 10.41 ; 12.11,22,25s ; 21.34 ; 1Co 7.32ss. Ð richesses 6.24+ ; cf. 7.25. Ð $

11 12

13

14

Pourquoi JeÂsus parle en paraboles

Mt 13.10-17 ; Mc 4.10-12 9 10

Ses disciples lui demandaient ce que signifiait cette parabole. | Il reÂpondit : A vous, il a Âete donne de connaõÃtre les mysteÁres du reÁgne de Dieu ; mais pour les autres, cela leur est dit en paraboles, de sorte qu'en voyant ils ne voient rien, et qu'en entendant ils ne comprennent rien. Explication de la parabole du semeur Mt 13.18-23 ; Mc 4.13-20

11 12

13

14

15

Voici ce que signifie la parabole : La semence, c'est la parole de Dieu. | Ceux qui sont le long du chemin, ce sont ceux qui entendent ; puis le diable vient enlever de leur cúur la Parole afin qu'ils n'aient pas la foi pour Ãetre sauveÂs. | Ceux qui sont sur le roc, ce sont ceux qui, lorsqu'ils entendent, accueillent la Parole avec joie ; mais ils n'ont pas de racine, ils ne croient que pour un temps, et au temps de l'eÂpreuve ils s'eÂloignent. | Ce qui est tombe parmi les Âepines, ce sont ceux qui, apreÁs avoir entendu, sont ÂetouffeÂs en cours de route par les inquieÂtudes, les richesses et les plaisirs de la vie, et ne donnent Ãrs. | Ce qui est dans la bonne terre, pas de fruits mu ce sont ceux qui entendent la Parole avec un cúur noble et bon, la retiennent et portent du fruit avec perseÂveÂrance. La parabole de la lampe Mc 4.21-25

16

17

18

15

$

Personne, apreÁs avoir allume une lampe, ne la recouvre d'un vase ni ne la met sous un lit ; mais on la met sur un porte-lampe, afin que ceux qui entrent voient la lumieÁre. | Car il n'est rien de cache qui ne doive devenir manifeste, rien de secret qui ne doive Ãetre connu et venir en pleine lumieÁre. Prenez donc garde Áa la manieÁre dont vous Âecoutez ; car on donnera Áa celui qui a, mais Áa celui qui n'a pas on enleÁvera meÃme ce qu'il pense avoir.

plaisirs : cf. 12.19 ; 16.19. Ð la vie : le terme grec s'applique en particulier aÁ la vie preÂsente, consideÂreÂe dans sa dureÂe (cf. 21.34 ; Ac 26.4 ; 1Co 6.3s [termes apparenteÂs] ; 1Tm 2.2 ; 2Tm 2.4) ; meÃme terme au v. 43 pour ressources ; 15.12,30 bien ; 21.4 ce qu'elle avait pour vivre (sur cet autre sens, voir 1Jn 2.16n). avec un cúur (cf. Ac 16.14) noble et bon : litt. bel et bon (la bonne terre eÂtant ici, litt., la belle terre ; c'est l'autre adjectif en revanche qui apparaõÃt au v. 8) ; l'expression grecque correspondante deÂsignait l'homme de qualite dans la bonne socieÂte (on la retrouve en Tobit 5.14 « d'excellente origine », 9.6 « fils excellent d'un homme excellent », 2 MaccabeÂes 15.12 « homme de bien », mais nulle part ailleurs qu'ici dans le N.T.). Ð perseÂveÂrance ou endurance 21.19 ; Rm 2.7 ; 5.3s ; 8.25 ; 15.4s ; 2Co 1.6 ; 6.4 ; 12.12 ; Col 1.11 ; 1Th 1.3 ; He 10.36 ; 12.1 ; Ap 3.10 ; 13.10 ; 14.12. Cf. 11.33 ; Mt 5.15. Ð afin que ceux qui entrent... : cette proposition est absente de certains mss. Cf. 2.30ss ; 12.2 ; Mt 10.26 ; Mc 4.22n ; Rm 2.16 ; 1Co 3.12s. la manieÁre dont vous eÂcoutez (ou entendez) : cf. v. 12-15. Ð on donnera aÁ celui qui a... 19.26 ; Mc 4.25+. Ð ce qu'il pense avoir : autre traduction ce qu'il semble avoir. $

$

$

16 17 18


LUC 8

La meÁre et les freÁres de JeÂsus Mt 12.46-50 ; Mc 3.31-35

19 20 21

Sa meÁre et ses freÁres se preÂsenteÁrent, mais ils ne pouvaient l'aborder Áa cause de la foule. | On l'en informa : Ta meÁre et tes freÁres se tiennent dehors, et ils veulent te voir. | Mais il leur reÂpondit : Ma meÁre et mes freÁres, ce sont ceux qui entendent la parole de Dieu et la mettent en pratique. JeÂsus apaise une tempeÃte Mt 8.18,23-27 ; Mc 4.35-41

22 23 24

25

Un de ces jours-laÁ, il monta dans un bateau avec ses disciples. Il leur dit : Passons sur l'autre rive du lac. Et ils partirent. | Pendant qu'ils naviguaient, il s'endormit. Une bourrasque fondit sur le lac : le bateau se remplissait, ils Âetaient en danger. | Ils vinrent le reÂveiller, en disant : MaõÃtre, maõÃtre, nous sommes perdus ! ReÂveilleÂ, il rabroua le vent et les flots, qui s'apaiseÁrent ; le calme se fit. | Puis il Á est votre foi ? Saisis de crainte et leur dit : Ou d'eÂtonnement, ils se disaient les uns aux autres : Qui est-il donc, celui-ci ? Il commande meÃme aux vents et Áa l'eau, et ceux-ci lui obeÂissent. JeÂsus gueÂrit un deÂmoniaque

31 32

33

34 35

36 37

38 39

Mt 8.28-34 ; Mc 5.1-20

26 27

28

29

30

19 20 21 22

23

24 25 26 27

28

29

Ils abordeÁrent dans le pays des GeÂraseÂniens, qui est en face de la GalileÂe. | Lorsqu'il fut descendu Áa terre, un homme de la ville, qui avait des deÂmons, vint au-devant de lui. Depuis longtemps il ne portait pas de veÃtement et il ne demeurait pas dans une maison, mais dans les tombeaux. | Voyant JeÂsus, il poussa un cri, tomba Áa ses pieds et dit d'une voix forte : Pourquoi te meÃles-tu de mes affaires, JeÂsus, Fils du Dieu TreÁs-Haut ? Je t'en prie, ne me tourmente pas ! | Car JeÂsus enjoignait Áa l'esprit impur de sortir de l'homme, dont il s'eÂtait empare depuis longtemps ; on le gardait lie de chaõÃnes, et les fers aux pieds, mais il brisait ses liens et Âetait pousse par le deÂmon dans les deÂserts. | JeÂsus lui demanda :

Cf. 11.27s ; Mc 3.21. Cf. Ac 1.14+. Ð ils veulent te voir : cf. 9.9 ; 19.3s ; 23.8. Cf. 11.28. Ð mes freÁres Jn 20.17+. Ð qui entendent : autre traduction qui eÂcoutent. avec ses disciples v. 1ss,9. Ð l'autre rive du lac (5.1), aÁ l'est, en pays non juif (cf. v. 26). Ð ils partirent ou ils gagneÁrent le large ; le meÃme verbe est traduit par faire voile en Ac 13.13 ; 16.11 ; 18.21 etc. s'endormit : cf. Mc 4.38+. Ð Une bourrasque : litt. une tempeÃte de vent ; cf. Mc 4.37+. Ð le bateau se remplissait : litt. ils se remplissaient. MaõÃtre 5.5n. Ð rabroua 4.35+. Ð calme Mc 4.39+. OuÁ... : cf. 17.6 ; 18.8. Ð crainte / eÂtonnement : cf. 1.12+,63+ ; 4.36 ; 9.43 ; comparer avec Mt 8.27 ; Mc 4.41. GeÂraseÂniens : certains mss portent GergeÂseÂniens, d'autres GadareÂniens ; cf. Mt 8.28n. des deÂmons : cf. v. 2+. Ð Depuis longtemps : selon certains mss, cette preÂcision serait aÁ rattacher aÁ ce qui preÂceÁde : qui avait des deÂmons depuis longtemps. Ð tombeaux : voir Mc 5.3n. Pourquoi... 1R 17.18 ; Mc 1.24n. Ð Fils du Dieu TreÁs-Haut 1.32 ; cf. 4.34,41 ; Ac 16.17 ; voir aussi Gn 14.18. Ð Je t'en prie : meÃme verbe v. 38 ; 5.12 ; 9.38 ; 10.2 ; Ac 8.34 ; 21.39 ; 26.3. JeÂsus (litt. il ) enjoignait : autre traduction s'appreÃtait aÁ enjoindre ; ou, selon certains mss, il enjoignit, il avait enjoint. Ð esprit impur (voir pur , impur) Mc 1.23. Ð il s'eÂtait empare : meÃme verbe Ac 6.12 ; 19.29 ; 27.15 (entraõÃner ). Ð depuis longtemps 13.16 ; Mc 9.21 ; Jn 5.6. Ð dans les deÂserts : cf. 4.1 ; 11.24 ; Lv 16.10 ; Es 13.21 ; 34.12ss ; voir aussi Ap 18.2. $

Quel est ton nom ? Ð LeÂgion, reÂpondit-il. Car beaucoup de deÂmons Âetaient entreÂs en lui. | Et ils le suppliaient de ne pas leur ordonner de s'en aller dans l'abõÃme. | Il y avait laÁ un important troupeau de cochons en train de paõÃtre sur la montagne. Les deÂmons le supplieÁrent de leur permettre d'entrer en eux. Il le leur permit. | Les deÂmons sortirent de l'homme, entreÁrent dans les cochons, et le troupeau se preÂcipita dans le lac du haut de l'escarpement et se noya. Voyant ce qui s'eÂtait passeÂ, ceux qui les faisaient paõÃtre s'enfuirent et reÂpandirent la nouvelle dans la ville et dans les hameaux. | Les gens sortirent pour voir ce qui s'eÂtait passeÂ. Ils arriveÁrent aupreÁs de JeÂsus et ils trouveÁrent l'homme de qui Âetaient sortis les deÂmons assis aux pieds de JeÂsus, veÃtu et avec toute sa raison ; et ils eurent peur. | Ceux qui avaient vu ce qui s'eÂtait passe leur raconteÁrent comment le deÂmoniaque avait Âete sauveÂ. | En foule, tous ceux de la reÂgion des GeÂraseÂniens demandeÁrent Áa JeÂsus de s'eÂloigner d'eux, car ils Âetaient en proie Áa une grande crainte. Il monta dans le bateau et s'en retourna. | L'homme de qui Âetaient sortis les deÂmons le priait de le garder avec lui. Mais il le renvoya en disant : | Retourne chez toi et raconte tout ce que Dieu a fait pour toi. Il s'en alla et proclama par toute la ville tout ce que JeÂsus avait fait pour lui. La fille de JaõÈros et la femme qui touche le veÃtement de JeÂsus Mt 9.18-26 ; Mc 5.21-43

40 41 42

43

30 31 32 35 36

37

A son retour, JeÂsus fut accueilli par la foule, car tous l'attendaient. | Un homme du nom de JaõÈros arriva ; il Âetait chef de la synagogue. Tombant aux pieds de JeÂsus, il le suppliait de venir chez lui, | car il avait une fille unique d'environ douze ans, qui se mourait. Pendant qu'il y allait, les foules le pressaient au point de l'eÂtouffer. Or il y avait laÁ une femme atteinte d'une perte de sang depuis douze ans, qui avait deÂpense toutes ses

Voir Mc 5.9n. Cf. 11.24ss. Ð l'abõÃme : cf. Gn 1.2n ; Ps 107.26 ; Rm 10.7 ; Ap 9.11+ ; 20.1ss. cochons 15.15n ; Mc 5.11n. assis aux pieds de JeÂsus 10.39 ; Ac 22.3. Ð avec toute sa raison ou tout son bon sens (terme apparente en Ac 26.25). Autre traduction : Ceux qui avaient vu comment le deÂmoniaque avait eÂte sauve le leur annonceÁrent ; sur le verbe correspondant aÁ sauver, qui signifie aussi gueÂrir, cf. v. 12,48,50 ; 6.9 ; 7.50 ; 17.19 ; 18.42 ; 19.10 ; 23.35,37,39. Cf. 4.28s. Ð En foule... : litt. toute la multitude de la reÂgion... 1.10+. Ð demandeÁrent aÁ JeÂsus : litt. lui demandeÁrent. Ð grande crainte 1.65+ ; 7.16 ; Ac 2.43 ; 5.5,11. Ð Il monta... : cf. Mt 9.1. le priait v. 28n. Ð de le garder avec lui : litt. d'eÃtre avec lui. Retourne chez toi (litt. dans ta maison) : comparer avec 9.59s ; 14.26 ; 18.28. Ð raconte : un terme apparente est traduit par reÂcit en 1.1. Ð la ville v. 27,34. retour : cf. 10.17. Ð accueilli : cf. 9.11. Ð la foule v. 4,19 ; cf. 4.42//. Ð l'attendaient : cf. 7.19s ; 12.46 ; 2P 3.12ss. JaõÈros Mc 5.22n. Ð chef de la synagogue (4.15+) : formule leÂgeÁrement diffeÂrente v. 49 et Mc 5.22 ; voir Mt 9.18n. Ð venir chez lui (litt. dans sa maison) : comparer avec 7.6. une fille unique... : cf. 7.12+. Ð douze ans : cf. v. 43 ; Mc 5.42n. Ð le pressaient au point de l'eÂtouffer : litt. l'eÂtouffaient (meÃme verbe v. 14). perte de sang Lv 15.25ss. Ð qui avait deÂpense toutes ses ressources chez les meÂdecins : cette preÂcision est absente de certains mss. Cf. Mc 5.26. $

38 39

$

$

1353

40 41

42

$

43

$


1354

44 45 46 47

48 49 50 51

52 53 54 55 56

LUC 8±9

ressources chez les meÂdecins et qui n'avait pu Ãetre gueÂrie par personne. | Elle s'approcha par-derrieÁre et toucha la frange du veÃtement de JeÂsus. A l'instant meÃme sa perte de sang s'arreÃta. | JeÂsus dit : Qui m'a touche ? Comme tous s'en deÂfendaient, Pierre dit : MaõÃtre, les foules te serrent et te pressent ! | Mais JeÂsus reÂpondit : Quelqu'un m'a touche : je sais bien, moi, qu'une force est sortie de moi. | La femme, se voyant deÂcouverte, vint toute tremblante se jeter Áa ses pieds et expliqua devant tout le peuple pourquoi elle l'avait touche et comment elle avait Âete gueÂrie Áa l'instant meÃme. | Mais il lui dit : Ma fille, ta foi t'a sauveÂe ; va en paix. Il parlait encore lorsque arrive de chez le chef de la synagogue quelqu'un qui dit : Ta fille est morte ; n'importune plus le maõÃtre. | Mais JeÂsus, qui avait entendu cela, dit au chef de la synagogue : N'aie pas peur, crois seulement, et elle sera sauveÂe. | Lorsqu'il fut arrive Áa la maison, il ne laissa personne entrer avec lui, si ce n'est Pierre, Jean et Jacques, ainsi que le peÁre et la meÁre de l'enfant. | Tous pleuraient et se lamentaient sur elle. Mais lui dit : Ne pleurez pas ; elle n'est pas morte : elle dort. | Eux se moquaient de lui, sachant qu'elle Âetait morte. | Mais il la saisit par la main et dit d'une voix forte : Mon enfant, reÂveille-toi ! | Son esprit revint ; Áa l'instant meÃme elle se leva. Il ordonna qu'on lui donne Áa manger. Les parents de la jeune fille furent stupeÂfaits ; il leur enjoignit de ne dire Áa personne ce qui Âetait arriveÂ.

5

6

La perplexite d'HeÂrode Mt 14.1-2 ; Mc 6.14-16

7 8 9

Mt 10.1-14 ; Mc 6.7-13

2 3 4

44 45

46 48

Il appela les Douze et leur donna puissance et autorite sur tous les deÂmons, et pour gueÂrir les maladies. | Il les envoya proclamer le reÁgne de Dieu et gueÂrir les malades. | Il leur dit : Ne prenez rien pour la route, ni baÃton, ni sac, ni pain, ni argent, et n'ayez pas deux tuniques chacun. | Quelle

toucha 5.13+. Ð frange Mt 9.20n. Ð du veÃtement de JeÂsus : litt. de son veÃtement. Ð A l'instant meÃme v. 47 ; 1.64+. s'en deÂfendaient : le meÃme verbe est traduit par (se) renier (9.23 ; 12.9n) et par nier (22.57). Ð Pierre : cf. 9.20 ; 12.41 ; certains mss ajoutent et ceux qui eÂtaient avec lui, cf. Mc 5.31. Ð MaõÃtre 5.5n. je sais bien (ou je me suis rendu compte) ... qu'une force... 5.17n ; 6.19n. Ma fille : litt. fille ; cf. v. 42 ; 13.26. Ð ta foi... v. 12+,50 ; 7.50+. Ð va en paix 7.50. Il parlait encore... : cf. 22.47. Ð n'importune plus 7.6n. Ð maõÃtre 3.12n. N'aie pas peur 1.13+ ; voir crainte . Ð crois : le temps du verbe, diffeÂrent de Mc 5.36n, peut avoir la nuance de crois maintenant, fais un acte de foi. Ð sauveÂe v. 36n,48. Cf. v. 10. Ð Pierre (5.8+), Jean et Jacques (5.10+) 9.28 ; Ac 1.13 ; cf. Mt 17.1+ ; Lc 22.8 ; Ac 3.1ss,11 ; 4.13ss ; 8.14 ; 12.2. et se lamentaient : autre traduction se frappaient (la poitrine), 23.27n ; Mt 11.17n ; expression comparable dans Gn 23.2 ; 1S 25.1 (LXX). Ð Ne pleurez pas 7.13+. Ð morte / dort Mc 5.39+. Cf. Ac 17.32. Mc 5.41n. Ð reÂveille-toi ou leÁve-toi (autre verbe au v. 55) 1.69n ; 7.14n. Cf. 1R 17.21s. Ð Son esprit ou son souffle. stupeÂfaits Mc 2.12n. Ð ne dire aÁ personne : comparer avec v. 39 ; Mt 8.4+.

Mt 14.13-21 ; Mc 6.30-44 ; Jn 6.1-15

10

11

12

13

14 15

2 3

50

51 52

53 54 55 56

9

4 5 6 7

$

$

$

9 10

11 12

1

$

proclamer le reÁgne... 4.43+ ; cf. 10.9 ; Ac 28.31. Ð gueÂrir les malades : certains mss portent seulement gueÂrir. Cf. 10.4 ; 22.35s. Ð ni baÃton : comparer avec Mt 10.10 ; Mc 6.8. Ð ni argent : Lc emploie le mot qui deÂsigne l'argent-meÂtal et les monnaies d'argent, alors que Mc 6.8 parle de monnaie de bronze (de valeur infeÂrieure ; voir mesures , poids et monnaies). Ð chacun : cette preÂcision est absente de certains mss. Cf. 10.7. Cf. 10.11 ; Mt 10.14n ; Ac 13.50s ; voir aussi 18.6 ; 22.23. Ð en sortant... : cf. 17.29. Ð en teÂmoignage (5.14) contre eux ou sur eux. partout : cf. Ac 17.30 ; 24.3 ; 28.22. HeÂrode le teÂtrarque, c.-aÁ-d. HeÂrode Antipas, 3.1n. Ð Jean : cf. 3.19s. Ð reÂveille ou releveÂ, cf. 1.69n ; 7.14n ; voir reÂsurrection . Cf. v. 19. Ð Elie 1.17 ; cf. 7.24ss ; Ml 3.23s ; Mt 17.10-11n. Ð un des anciens propheÁtes : cf. 7.16+ ; Mt 16.14. Ð s'eÂtait releve (c.aÁ-d. avait eÂte ressusciteÂ) : autre traduction eÂtait reÂapparu ; cf. v. 19 ; voir aussi 16.31 ; 18.33 ; 24.46. qui est-il... v. 18ss ; cf. 5.21 ; 7.20,49 ; 8.25. Ð il cherchait aÁ le voir 23.8s ; cf. 8.20 ; voir aussi 13.31ss. Les apoÃtres 6.13n. Ð raconteÁrent aÁ JeÂsus : litt. lui raconteÁrent v. 1ss ; cf. 8.39 ; 10.17. Ð Il les prit avec lui v. 28 ; 18.31. Ð aÁ l'eÂcart : cf. 10.23 ; Ac 23.19. Ð du coÃte d'une ville : on pourrait comprendre dans une ville, mais ce sens est peu probable dans ce contexte (v. 12). Ð BethsaõÈda Mc 6.45n. Les foules... : cf. Jn 6.2. Ð accueillit 8.40. Ð reÁgne... 4.43+ ; cf. Mc 6.34. Ð gueÂrit : cf. Mt 14.14 ; 15.30. Le jour... : expression analogue 24.29 ; cf. 4.40. Ð Douze v. 1+. Ð lieu deÂsert : cf. v. 10n. Cf. 2R 4.42ss. Mc 6.40n,44n. Ð Installez-les : litt. faites-les s'eÂtendre, cf. 7.36n. $

8

$

Cf. 10.1-12. Ð Il appela ou convoqua, meÃme verbe 15.6,9 ; 23.13 ; Ac 5.21 ; 10.24 ; 28.17. Ð les Douze 6.13 ; 8.1+. Ð puissance / autorite (ou pouvoir ) 4.36+. Ð Voir deÂmon .

Ãtres, Áa leur retour, raconteÁrent Áa JeÂsus Les apo tout ce qu'ils avaient fait. Il les prit avec lui et se retira Áa l'eÂcart, du coÃte d'une ville appeleÂe BethsaõÈda. | Les foules s'en apercËurent et le suivirent. Il les accueillit ; il leur parlait du reÁgne de Dieu ; il gueÂrit aussi ceux qui avaient besoin de gueÂrison. Le jour commencËait Áa baisser. Les Douze vinrent donc lui dire : Renvoie la foule, pour qu'elle aille se loger et trouver du ravitaillement dans les villages et les hameaux des environs ; car nous sommes ici dans un lieu deÂsert. | Mais il leur dit : Donnez-leur vous-meÃmes Áa manger. Ils dirent : Nous n'avons pas plus de cinq pains et deux poissons, Áa moins que nous n'allions nous-meÃmes acheter des vivres pour tout ce peuple. | En effet, il y avait environ cinq mille hommes. Il dit Áa ses disciples : Installez-les par rangeÂes d'une cinquantaine. | Ils firent ainsi ; ils

$

$

49

HeÂrode le teÂtrarque apprit tout ce qui se passait, et il Âetait perplexe. Car les uns disaient que Jean s'eÂtait reÂveille d'entre les morts ; | d'autres, qu'Elie Âetait apparu ; d'autres encore, qu'un des anciens propheÁtes s'eÂtait releveÂ. | HeÂrode disait : Jean, c'est moi qui l'ai fait deÂcapiter ; alors qui est-il, celui-ci, dont j'entends dire de telles choses ? Et il cherchait Áa le voir. JeÂsus rassasie cinq mille hommes

JeÂsus envoie les Douze en mission

9

Á vous entrerez, demeurez-y, et que soit la maison ou Á les que ce soit de laÁ que vous partirez. | Et partout ou gens ne vous accueillent pas, en sortant de la ville, secouez la poussieÁre de vos pieds en teÂmoignage contre eux. | Ils partirent et se mirent Áa passer de village en village ; ils annoncËaient la bonne nouvelle et reÂalisaient partout des gueÂrisons.

13 14

$


LUC 9 16

17

les installeÁrent tous. | Il prit les cinq pains et les deux poissons, leva les yeux vers le ciel et prononcËa la beÂneÂdiction sur eux. Puis il les rompit et se mit Áa les donner aux disciples pour qu'ils les distribuent Áa la foule. | Tous mangeÁrent et furent rassasieÂs, et on emporta douze paniers de morceaux qui Âetaient resteÂs.

25 26

27

Pierre deÂclare que JeÂsus est le Christ

1355

sauvera. | Et Áa quoi sert-il Áa un Ãetre humain de gagner le monde entier, s'il se perd ou se ruine lui-meÃme ? | En effet, quiconque aura honte de moi et de mes paroles, le Fils de l'homme aura honte de lui quand il viendra dans sa gloire, dans la gloire du PeÁre et des saints anges. | Et je vous le dis, en veÂriteÂ, quelques-uns de ceux qui se tiennent Ãteront pas la mort avant d'avoir vu le ici ne gou reÁgne de Dieu. La transfiguration de JeÂsus

Mt 16.13-20 ; Mc 8.27-30 ; cf. Jn 6.67-71 18 19

20 21 22

Un jour qu'il priait Áa l'eÂcart et que les disciples Âetaient reÂunis aupreÁs de lui, il leur demanda : Au dire des foules, qui suis-je ? | Ils reÂpondirent : Pour les uns, Jean le Baptiseur ; pour d'autres, Elie ; pour d'autres encore, un des anciens propheÁtes qui s'est releveÂ. | Ð Et pour vous, leur dit-il, qui suis-je ? Pierre reÂpondit : Le Christ de Dieu. | Il les rabroua, en leur enjoignant de ne dire cela Áa personne, ajoutant qu'il fallait que le Fils de l'homme souffre beaucoup, qu'il soit rejete par les anciens, les grands preÃtres et les scribes, qu'il soit tue et qu'il se reÂveille le troisieÁme jour.

Mt 17.1-9 ; Mc 9.2-10

28 29 30 31 32 33

Comment suivre JeÂsus Mt 16.24-28 ; Mc 8.34±9.1

23 24

16

Il disait Áa tous : Si quelqu'un veut venir Áa ma suite, qu'il se renie lui-meÃme, qu'il se charge chaque jour de sa croix et qu'il me suive. | Car quiconque voudra sauver sa vie la perdra, mais quiconque perdra sa vie Áa cause de moi la Cf. 22.19 ; Mt 14.19n ; 26.26 ; 1Co 11.24 ; voir aussi Lc 24.29s ; Ac 2.42,46 ; 20.7,11. Ð prononcËa la beÂneÂdiction sur eux : autre traduction les beÂnit ; voir Mc 6.41n ; 8.7n. rassasieÂs 6.21+ ; cf. Ex 16.4,12 ; Ps 78.29. Ð qui eÂtaient resteÂs : meÃme terme grec 12.15 (abondance) ; 15.17 ; 21.4 ; Ac 16.5 ; cf. 2R 4.44. priait v. 28 ; 3.21+. V. 7s ; cf. Jn 6.14s. Autre traduction possible : Les uns reÂpondirent : Jean le Baptiseur , d'autres : Elie, d'autres encore : un des anciens propheÁtes ... Cf. Jn 6.67ss. Ð Pierre 5.8+ ; cf. 8.45. Ð Le Christ 2.11n de Dieu 23.35 ; cf. 2.26 ; 4.41 ; Ac 3.18 ; voir aussi 2S 23.1 ; Ps 2.2 ; Mc 14.61 ; voir aussi onction . rabroua 4.35n. Ð leur enjoignant : meÃme verbe 5.14 ; 8.29. Ð dire cela aÁ personne : comparer avec 24.46ss ; Ac 2.36 ; 3.18 ; 4.26 ; 10.39ss. Cf. v. 31,44s ; 17.25 ; 18.32s ; 24.7,26,46 ; Ac 2.23 ; 26.23. Ð ajoutant : litt. disant. Ð Fils de l'homme 5.24+. Ð anciens (cf. 7.3) / grands preÃtres (cf. 3.2 ; 22.50,54 ; Mt 2.4n) / scribes (les trois composantes du sanheÂdrin) 20.1 ; cf. 22.52 ; Ac 4.5 ; 23.14 ; 25.15 ; voir Mc 8.31n. Ð tue : cf. Ac 2.23,36 ; 3.15. Ð se reÂveille ou se releÁve, c.-aÁ-d. ressuscite ; cf. v. 7 ; 7.14n,22. Ð le troisieÁme jour 13.32 ; 18.33 ; 24.7,21,46 ; Ac 10.40 ; 1Co 15.4 ; cf. Os 6.2. Cf. 14.27. Ð aÁ tous : cf. v. 17s. Ð aÁ ma suite : litt. derrieÁre moi ; meÃme preÂposition v. 62n ; 7.38n ; 14.27n ; 17.31n ; 19.14n ; cf. Mc 1.7n,17n. Ð qu'il se renie lui-meÃme, meÃme verbe 8.45n ; 12.9 ; Ac 3.13s ; 7.35 ; comparer avec Lc 10.27. Ð qu'il se charge... : cf. 23.26 ; voir aussi Gn 22.6. Ð chaque jour 11.3 ; cf. Rm 8.36 ; 1Co 15.31. Ð croix : cf. Mt 27.32n. 17.33 ; cf. Jn 12.25s. Ð sauver sa vie ou se sauver lui-meÃme Mc 8.35n. Ð perdra sa vie (ou se perdra lui-meÃme) : cf. Ac 14.22. Cf. 12.16-21. Ð se ruine : un terme apparente est traduit par dommage en Ac 27.21. Cf. 12.8s ; 22.56ss ; Mt 10.33+ ; 2Tm 2.12. Ð honte Rm 1.16 ; 2Tm 1.8. Ð Fils de l'homme 5.24+. Ð quand il viendra : cf. 21.27. Ð sa gloire v. 31s ; 24.26 ; cf. 2.9 ; Ac 7.2,55. Ð saints anges : cf. Mc 8.38 ; 13.26s ; 1Tm 5.21. en veÂrite : adverbe grec apparente au terme de 4.25n ; de meÃme 12.44 ; 21.3 ; il est traduit par vraiment en Mt 26.73 ; Mc 14.70. Ð ici ou laÁ (meÃme terme Ac 21.4). Ð ne gouÃteront pas (autres traductions jamais ; en aucun cas) la mort : cf. Jn 8.52. Ð vu le reÁgne (ou le royaume) de Dieu : cf. v. 32 ; 8.10 ; 11.20 ; 17.20 ;

34 35

$

17

18 19

28

29

$

$

20

30

$

21

22

$

31

$

$

24 25 26

32

$

33

34

$

$

27

$

19.11 ; 21.31 ; Ac 1.6 ; sur l'attente des premiers chreÂtiens, voir aussi Lc 24.21 ; Rm 5.2 ; 8.18,21 ; 1Co 2.7 ; 15.43 ; 2Co 3.18 ; 4.17 ; Ph 3.21 ; Col 1.27 ; 3.4 ; 1Th 2.12 ; 2Th 2.14. Huit jours : cf. 2.21 ; Lv 23.36 ; Jn 20.26. Ð apreÁs ces paroles : autre traduction apreÁs cela. Ð Pierre, Jean et Jacques 8.51+. Ð montagne / prier (3.21+) 6.12 ; cf. 22.39ss ; voir aussi Ex 34 ; 2P 1.18. Cf. Ex 34.29ss ; Ac 6.15. Ð blancheur Ac 1.10 ; cf. Ap 2.17 ; 3.18 ; 7.14. Ð eÂclatante ou eÂtincelante ; le mot eÂvoque l'eÂclair ; terme apparente en 17.24n ; 24.4 ; cf. Ez 1.4,7,27s ; Na 3.3 ; Dn 10.5s ; Ap 1.12ss ; voir aussi Ps 104.2. MoõÈse : cf. 16.29,31 ; 24.27 ; Ac 26.22 ; cf. Dt 18.15,18 ; 34.5s ; Ml 3.22. Ð Elie 1.17 ; 2R 2.11s ; Ml 3.23s. dans la gloire : cf. v. 26+,32 ; 24.50s ; Ex 24.17 ; 34.30ss ; 40.34. Ð son deÂpart (cf. v. 22+,51) ou, si l'on se contente de transcrire le mot grec employe ici, son exode (c.-aÁ-d. sa sortie), terme oppose pour venue ou entreÂe en Ac 13.24 ; cf. He 11.22 ; 2P 1.15n ; le mot eÂvoque meÂtaphoriquement la mort en Sagesse 3.2 : « Aux yeux des insenseÂs, ils (les justes deÂceÂdeÂs) passeÁrent pour morts, et leur deÂpart sembla un deÂsastre. » 7.6 : « Pour tous, il n'y a qu'une facËon d'entrer dans la vie comme d'en sortir. » Ð qui allait s'accomplir : litt. qu'il allait accomplir ; meÃme verbe 1.20 ; 4.21 ; 21.24 ; 22.16 ; 24.44 ; Ac 3.18 ; 13.25 (achever ). Ð aÁ JeÂrusalem v. 51 ; 13.33s. eÂtaient accableÂs (litt. alourdis, cf. 21.34) de sommeil : on pourrait comprendre ils dormaient d'un profond sommeil, mais ils se reÂveilleÁrent ou bien ils avaient grand sommeil, mais ils se tinrent eÂveilleÂs ; la sceÁne est peut-eÃtre nocturne (cf. v. 37) ; voir Mc 14.40 ; voir aussi Gn 15.12 ; Dn 8.18 ; 10.9. Ð ils virent sa gloire ... v. 26+,30s ; cf. Jn 1.14 ; Rm 6.4 ; 2P 1.16ss. Au moment... : litt. Alors qu'ils se seÂparaient de lui, Pierre dit aÁ JeÂsus. Ð MaõÃtre 5.5n. Ð dressons trois tentes : cf. 16.9 ; voir Mc 9.5+. nueÂe Mc 9.7+. Ð couvrit de son ombre : cf. 1.35. Ð saisis de crainte : cf. Mc 9.6 ; voir aussi Dn 10.7. Ð ils entraient : il s'agit vraisemblablement des disciples, mais le texte n'est pas absolument clair sur ce point ; il pourrait s'agir seulement de JeÂsus, MoõÈse et Elie (certains mss tranchent dans ce sens) ; cf. Ex 24.18. Cf. 3.22. Ð celui qui a eÂte choisi ou celui que j'ai choisi (traduction traditionnelle l'eÂlu) ; terme apparente en 23.35 ; cf. Jn 1.34n ; voir aussi Es 42.1 ; 49.7. Certains mss portent mon Fils bienaimeÂ. Ð Ecoutez-le ! Dt 18.15 ; Ac 3.22. $

$

$

23

Huit jours environ apreÁs ces paroles, il prit avec lui Pierre, Jean et Jacques, et il monta sur la montagne pour prier. | Pendant qu'il priait, l'aspect de son visage changea, et ses veÃtements devinrent d'une blancheur Âeclatante. | Il y avait laÁ deux hommes qui s'entretenaient avec lui : c'eÂtaient MoõÈse et Elie | qui, apparaissant dans la gloire, parlaient de son deÂpart, qui allait s'accomplir Áa JeÂrusalem. | Pierre et ses compagnons Âetaient accableÂs de sommeil. ReÂveilleÂs, ils virent sa gloire et les deux hommes qui se tenaient avec lui. | Au moÁ ces hommes se seÂparaient de JeÂsus, Pierre ment ou lui dit : MaõÃtre, il est bon que nous soyons ici ; dressons trois tentes, une pour toi, une pour MoõÈse et une pour Elie. Il ne savait pas ce qu'il disait. Comme il parlait ainsi, une nueÂe survint et les couvrit de son ombre ; ils furent saisis de crainte, tandis qu'ils entraient dans la nueÂe. | Et de la nueÂe survint une voix : Celui-ci est mon Fils, celui qui a

$

$

35

$


1356 36

LUC 9

Âete choisi. Ecoutez-le ! | Quand la voix se fit entendre, JeÂsus Âetait seul. Les disciples gardeÁrent le silence et ne raconteÁrent rien Áa personne, en ces jours-laÁ, de ce qu'ils avaient vu.

48

JeÂsus gueÂrit un enfant posseÂde Mt 17.14-21 ; Mc 9.14-29

37 38 39

40 41

42 43

Le lendemain, lorsqu'ils furent descendus de la montagne, une grande foule vint Áa sa rencontre. Du milieu de la foule, un homme s'eÂcria : MaõÃtre, je t'en prie, porte les regards sur mon fils, car c'est mon fils unique. | Un esprit s'empare de lui, et tout Áa coup il pousse des cris, il le secoue violemment, le fait Âecumer et le quitte Áa grand-peine, apreÁs l'avoir tout meurtri. | J'ai prie tes disciples de le chasser, et ils n'ont pas pu. | JeÂsus dit : GeÂneÂration sans foi et perverse, jusqu'aÁ quand serai-je avec vous et vous supporterai-je ? AmeÁne ton fils ici. Comme il approchait, le deÂmon le jeta Áa terre et le secoua violemment. Mais JeÂsus rabroua l'esprit impur, gueÂrit l'enfant et le rendit Áa son peÁre. | Et tous furent Âebahis de la grandeur de Dieu. JeÂsus annonce de nouveau sa mort

44 45

36 37

38 39 40 41

42

44

51 52

57 58

Ils se mirent Áa raisonner entre eux pour savoir qui, parmi eux, Âetait le plus grand. | JeÂsus, qui JeÂsus eÂtait seul : litt. JeÂsus fut trouve seul (cf. v. 33). Ð silence : cf. Mc 9.9ss. Le lendemain : certains mss portent durant la journeÂe (ou le meÃme jour ) ; cf. 8.1 ; Mc 9.14. Ð descendus de la montagne : cf. v. 28 ; 6.17 ; Mc 9.9. Ð vint aÁ sa rencontre : meÃme verbe 22.10 ; Ac 10.25 ; 20.22 (arriver ). MaõÃtre : au sens d'enseignant ; cf. 3.12n. Ð je t'en prie 8.28+. Ð porte les regards : cf. 1.48. Ð fils unique 7.12n. Cf. Mc 1.26. Ð eÂcumer : cf. 1S 21.14. tes disciples : cf. v. 1 ; 5.30. Ð pas pu : cf. v. 1 ; 10.17 ; cf. 2R 4.31. Cf. Nb 14.27 ; Es 6.11 ; 65.2 ; Pr 1.20-33. Ð GeÂneÂration 7.31+ ; 11.29ss,50s ; 17.25 ; cf. Dt 32.5,20 ; Ph 2.15. Ð jusqu'aÁ quand... : cf. Jn 14.9. Ð supporterai-je Nb 11.12 ; Es 46.4. rabroua 4.35+ ; cf. Mc 9.25ss. Ð esprit impur : voir deÂmon et pur , impur. Ð gueÂrit : cf. Ac 10.38. Ð le rendit aÁ son peÁre 7.15. eÂbahis 4.32+ ; cf. 8.25 ; 11.14. Ð grandeur : meÃme terme Ac 19.27 ; 2P 1.16. Ð s'eÂtonnaient 1.63+. Ð aÁ ses disciples v. 14,16, 18,40. preÃtez bien l'oreille... : litt. mettez ces paroles (ou ces choses, cf. v. 28n) dans vos oreilles ; cf. 1.66n ; 21.14n ; voir aussi 1.44 ; 4.21n ; Ac 11.22. Ð Fils de l'homme (le meÃme terme est traduit par humains dans la suite) ; cf. v. 22+. Ð livre 18.32 ; 21.12,16 ; 22.4,6,21s,48 ; 23.5 ; 24.7,20. ne comprenaient pas : litt. ne connaissaient pas ; cf. 2.50 ; 18.34 ; 24.25,45. Ð afin qu'ils n'en saisissent pas le sens ou de sorte qu'ils n'en saisissaient pas le sens. Ð avaient peur de l'interroger : cf. Jn 16.19 ; voir crainte . Cf. 22.24ss. Ð Ils se mirent aÁ raisonner... : litt. un raisonnement entra en eux ou entre eux, cf. v. 47n ; voir 1.29n. qui connaissait : cf. 5.22+ ; 6.8. Ð leur raisonnement : litt. le raisonnement de leur cúur ; cf. v. 46n. Cf. 18.17 ; Mt 10.40+. Ð en mon nom : cf. v. 49 ; 21.8 ; 24.47 ; Ac 4.17s ; 5.28,40 ; 15.14. Ð celui qui m'a envoye : cf. 4.43 ; 10.16 ; Jn 5.23 ; 7.28 ; 12.44s,49 ; 13.20 ; 17.3,18. Ð grand : autre traduction le plus grand.

59

49

$

50 51

$

52

47

$

48

$

Ceux qui deÂsirent suivre JeÂsus Mt 8.19-22

Pendant qu'ils Âetaient en chemin, quelqu'un lui Á tu iras. | JeÂsus lui dit : dit : Je te suivrai partout ou Les renards ont des tanieÁres, les oiseaux du ciel ont Á poser sa des nids, mais le Fils de l'homme n'a pas ou teÃte. | Il dit Áa un autre : Suis-moi. Celui-ci reÂpondit : Jean v. 54 ; 5.10+. Ð MaõÃtre 5.5n. Ð un homme qui chasse des deÂmons : cf. v. 1 ; 11.19 ; Ac 16.18 ; 19.13ss ; cf. 8.9-24. Ð par ton nom : cf. 10.17 ; Ps 54.3 ; 124.8 ; Ac 3.16 ; 9.34 ; 16.18. Ð empeÃcher Mc 9.38n ; cf. Nb 11.28. Ð il ne te suit pas... : litt. il ne suit pas avec nous, ce qui pourrait aussi se traduire : il n'est pas des noÃtres. Comparer avec 11.23 ; Mc 9.40n. arrivaient : litt. s'accomplissaient ; cf. 1.23 ; 2.6,21s ; 21.22 (autres verbes synonymes) ; Ac 2.1 (meÃme verbe). Ð ouÁ il allait eÃtre enleve : litt. de son enleÁvement ; cf. v. 31 ; voir 24.51 ; Mc 16.19 ; Ac 1.2,11,22 ; 1Tm 3.16 ; voir aussi Gn 5.24 ; 2R 2.1,11. Ð il prit la ferme reÂsolution : litt. il endurcit (ou affermit ) sa face ; cf. 2R 12.18n ; Ez 6.2 ; 13.17 ; 14.8 ; voir aussi Es 50.7. Ð se rendre aÁ JeÂrusalem v. 53 ; 13.22 ; 17.11 ; 18.31 ; 19.28 ; Mt 19.1//,15 ; 20.17//. il envoya devant lui (litt. devant sa face, cf. v. 51n ; de meÃme en 10.1) des messagers : cf. 7.27 ; Ml 3.1. Ð Samaritains 10.33ss ; 17.16ss ; Ac 1.8 ; 8.1ss,25 ; 9.31 ; 15.3 ; comparer avec Mt 10.5 ; Jn 4.4ss,9n,40 ; voir aussi 2R 17.24ss ; Esd 4.2ss,10n,17. Ð preÂparatifs : cf. 10.1. on ne l'accueillit pas : cf. 10.10. Ð il se dirigeait... : litt. sa face allait vers JeÂrusalem, cf. v. 51n ; expression analogue en 2S 17.11 (LXX ) pour marcher au combat. Cf. v. 45 ; 6.29. Ð Jacques et Jean 5.10+. Ð que nous disions au feu... : cf. 2R 1.10ss ; Mc 3.17. se tourna... 10.23 ; 14.25. Ð A la fin du v. certains mss ajoutent : et il leur dit : Vous ne savez pas de quel esprit vous eÃtes (c.-aÁ-d. : quel esprit vous anime) ; (56) [car, selon quelques mss] le Fils de l'homme n'est pas venu pour perdre (ou pour faire disparaõÃtre) des vies (ou des aÃmes) d'hommes, mais pour les sauver ; cf. 19.10 ; Jn 3.17. Cf. 4.30. Cf. Ap 14.4. les oiseaux du ciel : cf. 8.5+. Ð le Fils de l'homme 5.24+. Suis-moi 5.27. Ð Seigneur : le terme correspondant est omis par certains mss. Ð ensevelir : cf. Nb 6.6s ; Mt 8.21n. $

53

$

54 55

$

46

Un village des Samaritains refuse d'accueillir JeÂsus Á il allait Ãetre enComme arrivaient les jours ou leveÂ, il prit la ferme reÂsolution de se rendre Áa JeÂrusalem | et il envoya devant lui des messagers. Ceux-ci se mirent en route et entreÁrent dans un village de Samaritains, afin de faire des preÂparatifs pour lui. | Mais on ne l'accueillit pas, parce qu'il se dirigeait vers JeÂrusalem. | Quand ils virent cela, les disciples Jacques et Jean dirent : Seigneur, veux-tu que nous disions au feu de descendre du ciel pour les deÂtruire ? | Il se tourna vers eux et les rabroua. | Et ils alleÁrent dans un autre village.

$

$

45

Jean dit alors : MaõÃtre, nous avons vu un homme qui chasse des deÂmons par ton nom ; et nous avons cherche Áa l'en empeÃcher, parce qu'il ne te suit pas avec nous. | JeÂsus lui reÂpondit : Ne l'en empeÃchez pas ; en effet, celui qui n'est pas contre vous est pour vous.

$

$

$

43

50

54

Mt 18.1-5 ; Mc 9.33-37

47

Mc 9.38-41

49

Tandis que tous s'eÂtonnaient de tout ce qu'il faisait, il dit Áa ses disciples : | Quant Áa vous, preÃtez bien l'oreille Áa ces paroles : le Fils de l'homme va 55-56 Ãetre livre aux humains. | Mais les disciples ne comprenaient pas cette parole ; elle Âetait voileÂe pour eux, afin qu'ils n'en saisissent pas le sens ; et ils avaient peur de l'interroger Áa ce sujet. Qui est le plus grand ?

46

Ceux qui se servent du nom de JeÂsus

53

Mt 17.22-23 ; Mc 9.30-32

connaissait leur raisonnement, prit un enfant, le placËa preÁs de lui | et leur dit : Quiconque accueille cet enfant en mon nom m'accueille moi-meÃme ; et quiconque m'accueille accueille celui qui m'a envoyeÂ. En effet, celui qui est le plus petit parmi vous tous, c'est celui-laÁ qui est grand.

56 57 58 59

$


LUC 9±10

60 61 62

Seigneur, permets-moi d'aller d'abord ensevelir mon peÁre. | Il lui dit : Laisse les morts ensevelir leurs morts ; toi, va-t'en annoncer le reÁgne de Dieu. | Un autre dit : Je te suivrai, Seigneur, mais permetsmoi d'aller d'abord prendre conge de ceux de ma maison. | JeÂsus lui dit : Quiconque met la main Áa la charrue et regarde en arrieÁre n'est pas bon pour le royaume de Dieu. JeÂsus envoie soixante-douze disciples Mt 10.7-16

10 2

3 4 5 6

7 8 9 10

ApreÁs cela, le Seigneur en deÂsigna soixantedouze autres et les envoya devant lui, deux Áa Á lui-meÃme deux, dans toute ville et en tout lieu ou devait se rendre. | Il leur disait : La moisson est grande, mais il y a peu d'ouvriers. Priez donc le maõÃtre de la moisson d'envoyer des ouvriers dans sa moisson. | Allez ! Je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups. | Ne portez ni bourse, ni sac, ni sandales, et ne saluez personne en Á vous entrerez, dites chemin. | Dans toute maison ou d'abord : « Que la paix soit sur cette maison ! » | Et s'il se trouve laÁ un homme de paix, votre paix reposera sur lui ; sinon, elle reviendra Áa vous. Demeurez dans cette maison-laÁ, mangez et buvez ce qu'on vous donnera, car l'ouvrier meÂrite son salaire. Ne passez pas de maison en maison. | Dans Á vous entrerez et ou Á l'on vous accueiltoute ville ou lera, mangez ce qu'on vous offrira, | gueÂrissez les malades qui s'y trouveront, et dites-leur : « Le reÁgne de Dieu s'est approche de vous. » | Mais dans toute

Cf. Mt 8.22+. Ð annoncer le reÁgne de Dieu v. 2 ; 4.43+ ; 8.1. Cf. 1R 19.19ss. Ð prendre conge ou dire adieu ; le meÃme verbe est traduit par renoncer en 14.33 ; Mc 6.46 ; Ac 18.18,21 ; 2Co 2.13.  sus dit. Ð en arrieÁre ou 62 JeÂsus lui dit : certains mss portent Je derrieÁre (v. 23n) 17.31 ; Jn 6.66 ; Ph 3.13 ; cf. Gn 19.17,26. Ð bon pour... : meÃme expression 14.35. Ð le royaume ou le reÁgne de Dieu v. 60. 60 61

10

2

3

4

5

6 7

8 9 10 11 12

Cf. 9.1ss,52. Ð le Seigneur 7.13+. Ð soixante-douze : certains mss portent soixante-dix, de meÃme au v. 17 ; cf. Gn 10.1n ; Ex 1.5 ; 24.1 ; Nb 11.16,24 ; Dt 10.22 ; 32.8n. Ð devant lui 9.52n. Ð deux aÁ deux Mc 6.7 ; cf. Nb 35.30 ; Dt 19.15 ; Ac 8.14 ; 13.2 ; 15.32,40. Mt 9.37s. Ð moisson : cf. 3.16s ; 8.15 ; Jn 4.36ss ; voir aussi Es 27.11s ; 33.11 ; 41.15s ; Jr 13.24 ; 51.2,33 ; Jl 4.13 ; Am 9.9. Ð Priez... 22.32 ; Ac 8.22,24 ; 10.2. Je vous envoie... 9.2 ; 1 HeÂnoch 89.14 (eÂvocation alleÂgorique de la venue des onze freÁres de Joseph en Egypte) : « Le MaõÃtre fit venir les onze moutons pour habiter et paõÃtre avec lui parmi les loups. » Cf. 9.3 ; 22.35s. Ð ne saluez personne... : allusion probable aux longs eÂchanges de la politesse orientale, cf. v. 5 ; 2R 4.29 ; Ps 129.8. paix ... 1.79+ ; il s'agit de la salutation habituelle en Orient, mais le texte lui donne vraisemblablement un sens plus fort (v. 6) ; cf. 24.36 ; Jg 6.23 ; 19.20 ; 1S 25.5s ; Jn 20.19,21,26 ; voir aussi Ga 6.16. un homme de paix : litt. un fils de paix, seÂmitisme. Ð reposera sur lui : cf. 1P 4.14. Cf. 9.4 ; Ph 4.18. Ð l'ouvrier... 1Tm 5.18 ; cf. 1Co 9.14ss ; voir aussi Nb 18.31. Ð salaire : le meÃme terme a eÂte traduit par reÂcompense en 6.23+. Ð Ne passez pas de maison en maison, en queÃte d'une hospitalite plus avantageuse. Cf. 1Co 10.27. Voir aussi Mc 7.18n. 9.2. Ð s'est approche de vous : cf. 11.20 ; 17.21 ; 19.11 ; 21.31 ; voir Mt 3.2n. Cf. 9.5. Ð grandes rues 14.21+. 9.5+ ; Mc 6.11n ; Ac 13.51 ; 18.6. V. 14. Ð en ce jour-laÁ v. 14 ; cf. 6.23 ; 21.34 ; 2Th 1.10 ; voir aussi Es 10.20 ; Jr 30.8 ; Za 12.3s. Ð Sodome Gn 19.24s ; Mt 10.15+ ; 1

$

$

11

12

1357

Á vous entrerez et ou Á l'on ne vous accueillera ville ou pas, allez dans les grandes rues et dites : | « MeÃme la poussieÁre de votre ville qui s'est attacheÂe Áa nos pieds, nous la secouons pour vous la rendre ; sachez pourtant que le reÁgne de Dieu s'est approcheÂ. » | Je vous dis qu'en ce jour-laÁ ce sera moins dur pour Sodome que pour cette ville-laÁ. Les villes qui refusent de croire Mt 11.21-23

13

14 15 16

17 18 19

20

13

Quel malheur pour toi, Chorazin ! Quel malheur pour toi, BethsaõÈda ! Si les miracles qui ont Âete faits chez vous avaient Âete faits Áa Tyr et Áa Sidon, il y a longtemps que leurs habitants auraient change radicalement, qu'ils se seraient veÃtus de sacs et assis dans la cendre ! | C'est pourquoi, lors du jugement, ce sera moins dur pour Tyr et Sidon que pour vous. | Et toi, Capharnau Èm, seras-tu ÂeleveÂe jusqu'au ciel ? Tu descendras jusqu'au seÂjour des morts ! Celui qui vous Âecoute m'eÂcoute, celui qui vous rejette me rejette, et celui qui me rejette rejette celui qui m'a envoyeÂ. Le retour des soixante-douze disciples Les soixante-douze revinrent avec joie et dirent : Seigneur, meÃme les deÂmons nous sont soumis par ton nom. | Il leur dit : Je voyais le Satan tomber du ciel comme un Âeclair. | Je vous ai donne l'autorite pour marcher sur les serpents et les scorpions, et sur toute la puissance de l'ennemi, et rien ne pourra vous faire de mal. | Cependant, ne vous reÂjouissez 11.24. Quel malheur... 6.24+. Ð Chorazin / BethsaõÈda (9.10+), preÁs du lac de TibeÂriade Mt 11.21n. Ð miracles : en grec, c'est le pluriel du mot habituellement traduit par puissance 4.14+ ; Mc 6.2n ; voir aussi Lc 16.31. Ð Tyr / Sidon 6.17n ; Mt 11.21n. Ð que leurs habitants... : litt. qu'elles auraient change radicalement (ou se seraient repenties, se seraient converties) dans le sac et la cendre 3.3n. Sur ces signes de deuil, de tristesse ou de peÂnitence, cf. Jon 3.6 ; Mt 11.21+. Cf. v. 12. Ð lors du jugement Ml 3.5s ; Jd 6. CapharnauÈm 4.23+ ; 7.1ss. Ð seras-tu eÂleveÂe... : certains mss portent celle qui est eÂleveÂe jusqu'au ciel ; cf. Es 14.13ss. Ð Tu descendras : certains mss portent tu seras abaisseÂe. Ð seÂjour des morts : en grec hadeÁs ; cf. 16.22ss ; voir aussi Es 14.9,11,15 ; Ez 26.20 ; 31.16s. Cf. 9.48+ ; Mt 10.40. Ð eÂcoute : cf. 6.47. Ð rejette 7.30n ; cf. Jn 12.48 ; 15.23 ; 1Th 4.8 ; 1Jn 2.23. soixante-douze ou soixante-dix : voir v. 1n. Ð revinrent 9.10//. Ð joie 1.14+. Ð les deÂmons ... : cf. 4.33ss,39 ; 9.1,40,49 ; 11.20 ; Mc 16.17. le Satan (voir deÂmon , diable, Satan) 11.18 ; 13.16 ; 22.3,31s ; Za 3.1s ; Jb 1.6ss ; 2.1ss ; 1Ch 21.1. Ð tomber... : autre traduction tomber comme un eÂclair du ciel ; cf. v. 15 ; 4.34 ; voir aussi Es 14.12 ; Jn 12.31 ; Ap 9.1ss ; 12.7ss. Je vous ai donne : certains mss portent je vous donne. Ð l'autorite pour ou le pouvoir de 9.1. Ð marcher sur les serpents (cf. Gn 3.15 ; Ps 91.13 ; Mc 16.18 ; Ac 28.6 ; Rm 16.20 ; voir aussi Gn 3.1ss ; Nb 21.6ss ; Ps 58.5 ; 140.4) et les scorpions (Lc 11.11s ; cf. Dt 8.15 ; 1R 12.11,14 ; Ap 9.10s ; Siracide 39.30 compte « les scorpions, les vipeÁres », au nombre des instruments de chaÃtiment utiliseÂs par Dieu) ; Testament de LeÂvi 18.12 : « BeÂliar (= Satan) sera lie par lui (le grand preÃtre nouveau), et il donnera aÁ ses enfants le pouvoir de fouler aux pieds les esprits mauvais. » Testament de SimeÂon 6.6 : « Alors tous les esprits d'eÂgarement seront livreÂs pour eÃtre fouleÂs aux pieds, et les hommes reÂgneront sur les esprits mauvais. » Ð l'ennemi : cf. Mt 13.39. Ð rien ne pourra... : autre traduction il ne pourra vous faire aucun mal. Cf. Mt 7.22. Ð esprits : certains mss portent deÂmons, comme au v. 17. Ð vos noms sont inscrits dans les cieux Ex 32.32s ; Es 4.3 ; 34.16 ; Ml 3.16s ; Ps 56.9 ; 69.29 ; 87.6 ; Dn 12.1 ; Ph 4.3 ; He 12.23 ; Ap 3.5+ ; 13.8 ; 20.12 ; ReÁglement de la Guerre (Qum$

14 15

$

16 17

$

18

19

$

$

$

$

$

20

$

$


1358

LUC 10

pas de ce que les esprits vous sont soumis, mais reÂjouissez-vous de ce que vos noms sont inscrits dans les cieux. La joie du Fils

22

29

30

Mt 11.25-27

21

28

A ce moment meÃme, il fut transporte d'alleÂgresse, sous l'action de l'Esprit saint, et il dit : Je te ceÂleÁbre, PeÁre, Seigneur du ciel et de la terre, parce que tu as cache ces choses aux sages et aux gens intelligents, et que tu les as reÂveÂleÂes aux toutpetits. Oui, PeÁre, parce que tel a Âete ton bon plaisir. | Tout m'a Âete remis par mon PeÁre, et personne ne sait qui est le Fils, sinon le PeÁre, ni qui est le PeÁre, sinon le Fils et celui Áa qui le Fils deÂcide de le reÂveÂler.

31 32 33 34

35

Le bonheur des disciples Mt 13.16-17

23 24

Se tournant vers les disciples, il leur dit en prive : Heureux les yeux qui voient ce que vous voyez ! | Car je vous dis que beaucoup de propheÁtes et de rois ont voulu voir ce que, vous, vous regardez, et ils ne l'ont pas vu ; ils ont voulu entendre ce que vous entendez, et ils ne l'ont pas entendu.

39

Cf. Mt 22.34-40 ; Mc 12.28-34

26 27

Un speÂcialiste de la loi se leva et lui dit, pour le mettre Áa l'eÂpreuve : MaõÃtre, que dois-je faire pour heÂriter la vie Âeternelle ? | JeÂsus lui dit : Qu'est-il Âecrit dans la Loi ? Comment lis-tu ? | Il reÂpondit : Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cúur, de toute ton aÃme, de toute ta force et de toute ton intelligence, raÃn ) 12.2 : « Le livre des noms de toute leur armeÂe (celle des ``Saints '') est avec toi dans ta sainte demeure. » 1 HeÂnoch 47.3 : « J'ai vu le Principe des jours prendre place sur Son troÃne de majesteÂ, les livres des vivants ouverts devant Lui. » 104.1s : « Dans le ciel les anges font de vous une mention favorable devant la gloire du Grand et que vos noms sont eÂcrits devant la gloire du Grand. » 108.3 : « Le nom des impies doit eÃtre efface du livre de vie et des eÂcrits des Saints. » JubileÂs 30.20ss : « (LeÂvi) a eÂte inscrit sur les tables ceÂlestes en qualite de juste et d'ami (de Dieu)... S'ils transgressent... ils seront inscrits sur les tables ceÂlestes en qualite d'ennemis. Ils seront effaceÂs du livre de vie et inscrits dans le livre de ceux qui peÂriront et avec ceux qui seront extirpeÂs de la terre. » ce moment : litt. cette heure. Ð transporte d'alleÂgresse 1.47+. Ð sous l'action de (litt. dans ou par ) l'Esprit saint : certains mss portent seulement en esprit (ou par l'Esprit ) ; cf. 1.35 ; 4.1,14,18. Ð Je te ceÂleÁbre ou je te rends graÃce ; voir 22.6n ; Mt 11.25n. Ð PeÁre 6.36 ; 9.26 ; 11.2 ; 22.42 ; 23.34,46. Ð Seigneur du ciel et de la terre Ac 17.24. Ð cache : cf. 19.42. Ð reÂveÂleÂes 12.2 ; 17.30 ; 1S 3.7,21 ; Dn 2.19 ; 10.1 ; 1Co 1.19-28 ; 2.7s. Ð tel a eÂte ton bon plaisir 2.14n ; Mt 11.26n. Certains mss portent au deÂbut du v. : se tournant vers les disciples, il leur dit : (cf. v. 23). Ð remis Mt 11.27n ; cf. Jn 10.15 ; 17.2. Ð Voir Fils . Se tournant... 7.44 ; 23.28. Ð en prive : cf. 9.10. Ð Heureux 6.20+. Cf. 24.25,44 ; Jn 8.56 ; 12.41 ; Rm 16.25 ; Ep 3.4s,9 ; Col 1.26 ; 1P 1.10ss ; voir aussi propheÁtes . Cf. 18.18-20. Ð speÂcialiste de la loi 7.30+. Ð le mettre aÁ l'eÂpreuve : autre traduction le provoquer, meÃme verbe 4.12 ; verbe apparente en 11.16 ; cf. 4.2+ ; Mt 4.1n. Ð MaõÃtre : au sens d'enseignant (cf. 3.12n). Ð que dois-je faire... 3.10+ss ; Ac 16.30. Ð vie eÂternelle 18.30 ; Dn 12.2 ; Ac 13.46,48 ; l'expression revient souvent dans les eÂcrits de QumraÃn ou 1 HeÂnoch p. ex. Cf. 20.3. Ð JeÂsus lui dit : litt. il lui dit. Ð eÂcrit dans la Loi 2.23. Ð Comment lis-tu ? 4.16 ; 6.3 ; Ac 8.28ss ; 13.27 ; 15.21. Tu aimeras le Seigneur... Dt 6.5 ; 10.12 ; Jos 22.5 ; Mc 12.30 ; voir aussi cúur . Ð ton prochain... v. 29+ ; Lv 19.18 ; Rm 13.9 ; Ga 5.14 ; Jc 2.8. $

$

37

38

La parabole du bon Samaritain 25

36

40

41

28

$

29

30

$

21

$

22

$

31

32 33 34

35

$

23 24

36 37

$

25

$

$

26 27

$

38

39 40

$

41

et ton prochain, comme toi-meÃme. | Tu as bien reÂpondu, lui dit JeÂsus ; fais cela, et tu vivras. | Mais lui voulut se justifier et dit Áa JeÂsus : Et qui est mon prochain ? JeÂsus reprit : Un homme descendait de JeÂrusalem Áa JeÂricho. Il tomba aux mains de bandits qui le deÂpouilleÁrent, le roueÁrent de coups et s'en alleÁrent en le laissant Áa demi-mort. | Par hasard, un preÃtre descendait par le meÃme chemin ; il le vit et passa Áa distance. | Un leÂvite arriva de meÃme Áa cet endroit ; il le vit et passa Áa distance. | Mais un Samaritain qui voyageait arriva preÁs de lui et fut Âemu lorsqu'il le vit. | Il s'approcha et banda ses plaies, en y versant de l'huile et du vin ; puis il le placËa sur sa propre monture, le conduisit Áa une hoÃtellerie et prit soin de lui. | Le lendemain, il sortit deux deniers, les donna Áa l'hoÃtelier et dit : « Prends soin de lui, et ce que tu deÂpenseras en plus, je te le paierai moi-meÃme Áa mon retour. » | Lequel de ces trois te semble avoir Âete le prochain de celui qui Âetait tombe aux mains des bandits ? | Il reÂpondit : C'est celui qui a montre de la compassion envers lui. JeÂsus lui dit : Va, et toi aussi, fais de meÃme. JeÂsus chez Marthe et Marie Pendant qu'ils Âetaient en route, il entra dans un village, et une femme nommeÂe Marthe le recËut. | Sa súur, appeleÂe Marie, s'eÂtait assise aux pieds du Seigneur et Âecoutait sa parole. | Marthe, qui s'affairait Áa beaucoup de taÃches, survint et dit : Seigneur, tu ne te soucies pas de ce que ma súur me laisse faire le travail toute seule ? Dis-lui donc de m'aider. | Le Seigneur lui reÂpondit : Marthe, Marthe, tu t'inquieÁtes et tu t'agites pour beaucoup de bien reÂpondu v. 37 ; 7.43 ; cf. Mc 12.34. Ð lui dit JeÂsus : litt. lui dit-il. Ð tu vivras Lv 18.5 ; Ez 20.21 ; Ne 9.29 ; Rm 10.5 ; Ga 3.12. se justifier 7.29+ ; 16.15 ; 18.9ss,14 ; 20.20n ; Mt 23.28 ; cf. 22.35. Ð qui est mon prochain ? v. 27 ; cf. Lv 19.11,13,15ss,33s ; voir aussi Ex 20.16s ; 21.14,18,35 ; Dt 10.19 ; Mt 5.43n. Cf. 7.40ss ; 12.16ss ; 14.16ss,28ss ; 15.3ss ; 16.1ss ; 18.9ss ; 19.12ss ; 20.10ss. Ð La route qui descendait de JeÂrusalem (environ 700 m au-dessus du niveau de la mer) aÁ JeÂricho (dans la valleÂe du Jourdain, environ 200 m au-dessous du niveau de la mer MeÂditerraneÂe ; 18.35 ; 19.1) traversait le deÂsert de Juda ; les attaques de bandits y eÂtaient freÂquentes. Cf. 19.11n. un preÃtre 1.5. Ð passa aÁ distance ou prit l'autre coÃte de la route, meÃme possibilite v. 32 ; cf. Lv 5.3 ; 21.1ss ; Nb 5.2 ; 6.6ss ; 19.11ss ; Ez 44.25ss. leÂvite Nb 18.2ss ; Esd 2.40ss. Samaritain 9.52+. Ð eÂmu 7.13+. de l'huile (pour ses proprieÂteÂs adoucissantes, Es 1.6 ; Mc 6.13 ; Jc 5.14) et du vin (pour ses proprieÂteÂs deÂsinfectantes) Ap 6.6 ; 18.13 ; cf. Ex 23.11. Ð il le placËa... : cf. 19.35 ; Ac 23.24 ; voir aussi 2Ch 28.5-15. deux deniers 7.41n (voir mesures , poids et monnaies). Ð je te le paierai ou je te le rendrai ; je te le rembourserai ; meÃme verbe 4.20 ; 7.42 ; 9.42 ; 12.59 ; 19.8 ; 20.25 ; Ac 4.33 ; 5.8 ; 7.9 ; 19.40. Ð aÁ mon retour : meÃme terme 19.15. avoir eÂte : autre traduction s'eÃtre fait. compassion 1.72 ; Mi 6.8. Ð fais de meÃme v. 25,28 ; 3.11 ; 6.31,46ss. en route 9.51. Ð un village : cf. 9.56. Ð Marthe et Marie : cf. Jn 11.1 ; 12.2s. Ð le recËut : certains mss preÂcisent dans sa maison (c.-aÁ-d. chez elle) ; cf. 7.36 ; 9.53 ; 19.6 ; Ac 17.7. assise... 8.35+ ; cf. Jn 11.32 ; 12.3. Ð Seigneur 7.13+. qui s'affairait : voir 1Co 7.35n. Ð aÁ beaucoup taÃches : litt. aÁ un service nombreux, c.-aÁ-d. complique ; c'est une autre forme du meÃme adjectif qui est traduit par beaucoup de choses au v. 41 ; cf. 8.2s ; Jn 11.20 ; 12.2. Ð tu ne te soucies pas... : cf. Mc 4.38. Ð faire le travail : litt. servir. Cf. 12.37 ; 22.27. Ð Marthe, Marthe : cf. 22.31 ; Ac 9.4. Ð tu t'inquieÁtes : cf. 1Co 7.34. $

$

$

$

$


LUC 10±11 42

choses. | Une seule est neÂcessaire. Marie a choisi la bonne part : elle ne lui sera pas retireÂe.

11

JeÂsus et la prieÁre Mt 6.9-13

11 Il priait un jour en un certain lieu. Lorsqu'il eut acheveÂ, un de ses disciples lui dit : Seigneur, enseigne-nous Áa prier, comme Jean aussi l'a enseigne Áa 2 ses disciples. | Il leur dit : Quand vous priez, dites : PeÁre, que ton nom soit reconnu pour sacreÂ, que ton reÁgne vienne ! 3 Donne-nous, chaque jour, notre pain pour ce jour ; 4 pardonne-nous nos peÂcheÂs, car nous aussi, nous remettons sa dette Áa quiconque nous doit quelque chose ; et ne nous fais pas entrer dans l'eÂpreuve. 5 Il leur dit encore : Qui d'entre vous aura un ami chez qui il se rendra au milieu de la nuit pour lui 6 dire : « Mon ami, pre Ãte-moi trois pains, | car un de mes amis est arrive de voyage chez moi, et je n'ai 7 rien Á a lui offrir. » | Si, de l'inteÂrieur, l'autre lui reÂpond : « Cesse de m'importuner ; la porte est deÂjaÁ fermeÂe, mes enfants et moi nous sommes au lit, je ne peux me lever pour te donner des pains », | 8 Ð je vous le dis, me Ãme s'il ne se leÁve pas pour les lui donner parce qu'il est son ami, il se leÁvera Áa cause de son insistance effronteÂe et il lui donnera tout ce dont il a besoin.

42

11 2

12 13

Eh bien, moi, je vous dis : Demandez, et l'on vous donnera ; cherchez, et vous trouverez ; frapUne seule est neÂcessaire : certains mss portent peu de choses sont neÂcessaires, d'autres encore peu de choses sont neÂcessaires, ou (meÃme) une seule ; cf. 18.22 ; voir aussi 12.29ss ; Ac 6.2. Ð la bonne ou la meilleure part Ps 16.5 ; 119.57. Ð pas retireÂe : cf. 8.18 ; 12.19ss,33. Il priait 3.21+ ; cf. 9.18. Ð Seigneur 5.8 ; 7.13+. Ð comme Jean... : cf. 5.33. PeÁre 10.21+ ; 22.42 ; Mt 6.9n. Ð Voir nom . Ð reconnu pour sacre ou saint , traduction traditionnelle sanctifie ; cf. Mt 6.9+ ; Jn 12.28. Ð que ton reÁgne vienne : certains mss ajoutent sur nous ; GreÂgoire de Nysse, au IVe s., a lu que ton Esprit saint vienne sur nous et nous purifie. chaque jour : cf. 9.23 ; voir aussi Ex 16.4. Ð notre pain pour ce jour : autres traductions notre pain pour le lendemain (terme apparente en Ac 7.26 le jour suivant ; 16.11 ; 20.15 ; 21.18 ; 23.11), le pain dont nous avons besoin ; cf. Ac 14.17 ; 17.25 ; voir Mt 6.11n. pardonne et remettons sa dette (cf. 7.47ss) traduisent un meÃme verbe grec ; on pourrait aussi traduire ... nous pardonnons aÁ quiconque nous offense ; cf. 13.2,4n ; Mt 6.12n ; voir aussi peÂcheÂs . Ð ne nous fais pas entrer dans l'eÂpreuve ou en tentation, 22.40,46 ; cf. 4.2+ ; 8.12s ; voir Mt 6.13n. Cf. 18.2-5. Ð Qui d'entre vous... v. 11 ; 12.25 ; 14.5,28 ; 15.4 ; 17.7 ; Es 42.23 ; 50.10 ; Ag 2.3. Ð au milieu de la nuit ou aÁ minuit ; cf. Mc 13.35 ; Ac 16.25 ; 20.7. lui reÂpond : autre traduction lui reÂpondait. Ð Cesse de m'importuner : meÃme tournure 18.5, eÂgalement rendue par tracasser en Mt 26.10// ; Ga 6.17. Ð mes enfants et moi... : il faut se repreÂsenter une maison d'une seule pieÁce, ouÁ l'on dispose des matelas pour la nuit : il est impossible d'aller ouvrir sans reÂveiller toute la famille. Ð des pains : sous-entendu dans le texte. je vous le dis : cf. 7.14n ; 14.24 ; 15.7,10 ; 18.8,14 ; 19.26 ; 23.43. Ð il se leÁvera... : autre traduction parce qu'il est reÂveille par son insistance effronteÂe, il finira par lui donner... ; se lever traduit deux verbes grecs partiellement synonymes, cf. 1.69n. Au lieu de aÁ cause de son insistance effronteÂe, on a aussi compris aÁ cause de sa (propre) honte, mais ce sens est moins probable. Eh bien, moi, je vous dis... : cf. 16.9 ; voir aussi 6.27 ; Mt 16.18 ; 21.24. Ð et l'on vous donnera : litt. il vous sera donne (de 1

Mt 12.22-30 ; Mc 3.22-27

14 15 16 17

18

19

20

22

10 11 12 13

$

$

3

4

14

15

16

$

5

7

8

9

pez, et l'on vous ouvrira. | Car quiconque demande recËoit, qui cherche trouve, et Áa qui frappe on ouvrira. | Quel peÁre parmi vous, si son fils lui demande un poisson, lui donnera un serpent au lieu d'un poisson ? | Ou bien, s'il demande un úuf, lui donnera-t-il un scorpion ? | Si donc vous, tout mauvais que vous Ãetes, vous savez donner de bonnes choses Áa vos enfants, Áa combien plus forte raison le PeÁre ceÂleste donnera-t-il l'Esprit saint Áa ceux qui le lui demandent ! JeÂsus a-t-il partie lieÂe avec les deÂmons ?

21

Mt 7.7-11 9

10

1359

17

18 19 20

21

22

Il chassait un deÂmon qui Âetait muet. Lorsque le deÂmon fut sorti, le muet parla, et les foules furent ÂetonneÂes. | Mais quelques-uns dirent : C'est par BeÂelzeÂboul, le prince des deÂmons, qu'il chasse les deÂmons ! | Et d'autres, pour le mettre Áa l'eÂpreuve, lui demandaient un signe venant du ciel. | Comme il connaissait leurs penseÂes, il leur dit : Tout royaume divise contre lui-meÃme va Áa sa ruine ; les maisons y tombent les unes sur les autres. | Si donc le Satan est divise contre lui-meÃme, comment son royaume tiendra-t-il, puisque vous dites que c'est par BeÂelzeÂboul que je chasse les deÂmons ? | Et si, moi, je chasse les deÂmons par BeÂelzeÂboul, vos fils, par qui les chassent-ils ? C'est pourquoi ils seront eux-meÃmes vos juges. | Mais si c'est par le doigt de Dieu que, moi, je chasse les deÂmons, c'est donc que le reÁgne de Dieu est parvenu jusqu'aÁ vous. | Lorsqu'un homme fort et bien arme garde sa proprieÂteÂ, ÃreteÂ. | Mais si un plus fort que lui ses biens sont en su survient et le bat, il lui enleÁve toutes les armes meÃme dans la suite) ; cet emploi du passif sert souvent aÁ eÂvoquer l'action de Dieu sans le nommer. on ouvrira ou, selon certains mss, on ouvre. Quel peÁre... v. 5+. Ð Certains mss ajoutent (avant le poisson) : (si son fils demande) du pain, lui donnera une pierre ? (cf. Mt 7.9). Cf. 10.19+. donner de bonnes choses : cf. Jc 1.17. Ð le PeÁre ceÂleste : litt. le PeÁre du ciel ; d'apreÁs certains mss, on pourrait aussi comprendre le PeÁre donnera-t-il du ciel... Ð l'Esprit saint : autre traduction de l'Esprit saint ; cf. 10.21 ; 24.49 ; Ac 1.4,7s ; Rm 8.15,26 ; comparer avec Mt 7.11. Ð qui le lui demandent, litt. qui lui demandent, autre traduction qui le prient. qui eÂtait (c.-aÁ-d. qui rendait ) muet ou peut-eÃtre sourd-muet 1.22n ; sur le deÂmon comme cause de diverses maladies et infirmiteÂs, cf. 13.11,16 ; Mc 9.17ss. Ð eÂtonneÂes 1.63+. quelques-uns... : litt. quelques-uns d'entre eux ; un ms porte quelques-uns parleÁrent comme des hommes forts, en disant... Ð BeÂelzeÂboul : cf. v. 18 ; voir Mt 9.34n ; Mc 3.22n. eÂpreuve 4.2+ ; 10.25n. Ð signe... v. 29ss ; Mc 8.11//. Ð du ciel, c.-aÁ-d. de Dieu ; 15.7,18,21 ; 20.4 ; cf. Dn 4.23n ; Mt 21.25 ; Jn 3.27. les maisons : outre la construction, le terme peut aussi deÂsigner la famille ou maisonneÂe ; cf. 10.5 ; 19.9 ; Ac 16.15. Ð les unes sur les autres ou les unes contre les autres (cf. v. 18). le Satan : cf. v. 15 ; 10.18+. Voir deÂmon , diable, Satan. Ð son royaume : cf. 4.5s. vos fils : autre traduction les voÃtres ; il s'agit d'exorcistes juifs, cf. Ac 19.13s. le doigt de Dieu Ex 8.15 ; 31.18 ; Dt 9.10 ; Ps 8.4n. Ð que, moi, je chasse : certains mss portent seulement que je chasse. Ð le reÁgne ou le royaume de Dieu... : cf. 10.9,18 ; 17.21. Ð est parvenu... : autre traduction vous a atteints ; meÃme verbe Mt 12.28 ; Rm 9.31n ; 2Co 10.14 ; Ph 3.16 ; 1Th 2.16 ; il a le sens de preÂceÂder en 1Th 4.15n. sa proprieÂte : le terme grec signifie habituellement cour ou palais (Mt 26.3n), voire enclos (Jn 10.1,16). Ð ses biens : meÃme terme 8.3 ; 12.15,33,44 ; 14.33 ; 16.1 ; 19.8 ; Ac 4.32. Ð en suÃrete : litt. en paix ; cf. 1.79+. Cf. Es 49.24s. Ð un plus fort : cf. 3.16 ; 10.19n ; 1Jn 4.4. Ð le bat : litt. le vainc. Ð il lui enleÁve... : cf. Col 2.15. Ð il peut... : litt. il distribue ses deÂpouilles ou son butin : cf. Es 53.12. $

$


1360

23

LUC 11

de Ninive se leÁveront, lors du jugement, avec cette geÂneÂration, et ils la condamneront, parce qu'ils ont change radicalement Áa la proclamation de Jonas ; et pourtant il y a ici plus que Jonas.

auxquelles il se fiait, et il peut distribuer le butin qu'il lui a pris. | Celui qui n'est pas avec moi est contre moi, et celui qui ne rassemble pas avec moi disperse. Le retour de l'esprit impur Mt 12.43-45

24

25-26

27

28

Lorsque l'esprit impur est sorti de l'eÃtre humain, il passe par des lieux arides, cherche du repos et, comme il n'en trouve pas, il se dit : « Je vais reÁ je suis sorti. » tourner dans ma maison, celle d'ou Quand il arrive, il la trouve balayeÂe et orneÂe. | Alors il s'en va chercher sept autres esprits plus mauvais que lui ; ils entrent laÁ et s'installent, et la condition dernieÁre de cet homme-laÁ est pire que la premieÁre. Le vrai bonheur Tandis qu'il parlait ainsi, une femme Âeleva la voix du milieu de la foule et lui dit : Heureux le ventre qui t'a porte et les seins qui t'ont allaite ! | Mais il reÂpondit : Heureux plutoÃt ceux qui entendent la parole de Dieu et qui l'observent ! Le signe de Jonas et le Fils de l'homme

30

31

32

23 24 26

Cf. 9.50. Ð rassemble (ou recueille, 3.17) / disperse Mt 25.24ss ; Jn 11.52. esprit impur (voir pur , impur) : cf. v. 14 ; 4.33. Ð l'eÃtre humain ou l'homme (meÃme terme v. 26). Ð lieux arides : cf. 8.29+. sept autres esprits 8.2. Ð la condition... Jn 5.14 ; 2P 2.20. Cf. Le Pasteur d'Hermas , Sim. IX,17,5 : « ApreÁs eÃtre entreÂs dans le meÃme lieu et avoir forme un seul corps, certains d'entre eux se sont souilleÂs et ils ont eÂte rejeteÂs du peuple des justes et ils sont redevenus tels qu'ils eÂtaient auparavant et meÃme plutoÃt pire. » eÂleva la voix 17.13 ; Ac 2.14 ; 14.11 ; 22.22. Ð la foule v. 14. Ð Heureux 6.20+ ; cf. 10.23 ; 23.29. Ð le ventre... : cf. 1.28,31,42,48 ; Gn 49.25 ; Evangile selon Thomas 79 : « Une femme dans la foule lui dit : ``Heureux le ventre qui t'a porte et les seins qui t'ont nourri !'' Il lui dit : ``Heureux ceux qui ont entendu la parole du PeÁre et l'ont gardeÂe en veÂrite ! Car des jours viendront ouÁ vous direz : `Heureux le ventre qui n'a pas concËu, et les seins qui n'ont pas allaite !' '' » (Cf. Lc 23.29.) Cf. 6.47 ; 8.15,21// ; Jc 1.22 ; Ap 1.3. Ð plutoÃt : le terme grec correspondant peut signifier que la parole de JeÂsus s'oppose aÁ l'affirmation qui preÂceÁde (Rm 9.20 ; 10.18 au contraire), ou bien qu'elle rencheÂrit sur elle (Ph 3.8 en fait ). Ici on pourrait comprendre que JeÂsus reprend aÁ son compte l'exclamation de la femme, tout en la corrigeant (v. 26 ; cf. 1.28,42,45). Ð qui entendent : autre traduction qui eÂcoutent. Ð qui l'observent : litt. qui la gardent, sans doute au sens de qui la mettent en pratique ; cf. 18.21 ; Dt 4.6 ; 28.13,15 ; Ac 7.53. Cf. Mc 8.12. Ð les foules v. 14. Ð Cette geÂneÂration 7.31+. Ð un signe v. 16 ; voir aussi v. 20 ; 7.22 ; Ac 2.22 ; 1Co 1.22 ; cf. Jg 6.17 ; Es 7.11. Ð Jonas 2R 14.25 ; Jon 1±4 ; voir « Le ``signe'' de Jonas », p. 1154. Fils de l'homme 5.24+. reine du Sud : cf. 1R 10.1ss ; 2Ch 9.1ss. Ð se reÂveillera ou se releÁvera, cf. 1.69n ; 6.8n ; 7.14n ; autre verbe au v. 32 (voir reÂsurrection ). Ð lors du jugement 10.14. Ð des extreÂmiteÂs de la terre :

36

JeÂsus accuse les pharisiens et les speÂcialistes de la loi

38 39

40 41

42

$

$

27

35

32 33

34 36

$

28

29

30 31

$

Tandis qu'il parlait, un pharisien l'invite Áa deÂjeuner chez lui. Il entra et se mit Áa table. | Le pharisien vit avec Âetonnement qu'il n'avait pas fait les ablutions rituelles avant le deÂjeuner. | Mais le Seigneur lui dit : Vous, les pharisiens, vous purifiez le dehors de la coupe et du plat, et Áa l'inteÂrieur vous Ãetes pleins de rapacite et de meÂchanceteÂ. | Gens deÂraisonnables ! celui qui a fait le dehors n'a-t-il pas fait aussi le dedans ? | DonÃt, par des actes de compassion, ce qui est nez pluto dedans, et tout sera pur pour vous. Mais quel malheur pour vous, les pharisiens ! Vous payez la dõÃme de la menthe, de la rue et de cf. Ps 2.8 ; 22.28 ; 46.10 ; 59.14 ; 65.6. Ð la sagesse (2.40+) de Salomon 1R 3.5ss ; 5.9s ; 10.23s. Ð et pourtant... : cf. 7.35. Ð plus que... : cf. 7.26s. ils ont change radicalement ou ils se sont repentis, ils se sont convertis 3.3n ; cf. Jon 3. Cf. 8.16 ; Mt 5.15 ; Mc 4.21. Ð ou sous le boisseau : les termes correspondants sont absents de certains mss. Ð on la met : sous-entendu dans le texte. Ð la lumieÁre : certains mss portent la clarteÂ. Cf. Ep 1.18. Ð bon ou sinceÁre, geÂneÂreux, litt. simple ; cf. Mt 6.22n,23n. Cf. Es 42.6s ; 45.7 ; 59.9s ; Mi 7.8 ; Ps 18.29 ; 112.4 ; Jb 29.3 ; Pr 4.18s ; Jn 1.9 ; Evangile selon Thomas 24 : « Il y a de la lumieÁre dans un homme de lumieÁre, et il illumine le monde entier ; s'il n'illumine pas, c'est l'obscuriteÂ. » (Cf. Jn 1.38n.) un pharisien ... : cf. 5.17+ ; 7.36 ; 14.1. Ð deÂjeuner : le terme peut deÂsigner le petit-deÂjeuner ou, plus probablement ici, le repas de midi ; cf. Jn 21.12,15. Cf. Mc 7.1ss// ; voir aussi Gn 18.4 ; Jg 19.21 ; Mt 15.20. Ð fait les ablutions rituelles : dans d'autres contextes, le verbe correspondant est traduit par baptiser, recevoir le bapteÃme . Mt 23.25ns ; cf. Mc 12.40. Ð le Seigneur 7.13+. Ð aÁ l'inteÂrieur : cf. 16.15. deÂraisonnables 12.20. Ð Cf. Evangile selon Thomas 89 : « JeÂsus a dit : ``Pourquoi lavez-vous l'exteÂrieur de la coupe ? Ne comprenez-vous pas que celui qui a fait l'inteÂrieur est le meÃme que celui qui a fait l'exteÂrieur ?'' » par des actes de compassion ou en aumoÃne. Ð ce qui est dedans : il faut vraisemblablement comprendre ce qui est dans la coupe et dans le plat (v. 39) ; autres traductions donnez en actes de compassion ce que vous avez ; faites vos dons de compassion du fond du cúur ; cf. 6.30 ; 12.33+ ; 16.9 ; 18.22 ; 19.8 ; 21.1ss ; Ac 9.36 ; 10.2,4,31 ; 11.29 ; 24.17 ; voir aussi Es 58.7ss. Mt 23.23. Ð quel malheur... 6.24+. Ð dõÃme 18.12 ; Dt 14.22ss ; cf. 12.6ss ; 26.12ss ; Lv 27.30ss ; Nb 18.12,21ss ; Ml 3.8ss ; Ne 10.37s ; $

$

37

38

$

$

39 40

41

$

$

Ton úil est la lampe du corps. Lorsque ton úil est bon, tout ton corps aussi est illumine ; mais s'il est mauvais, ton corps aussi est dans les teÂneÁbres. Prends donc garde que la lumieÁre qui est en toi ne soit teÂneÁbres. | Si donc tout ton corps est illumineÂ, sans avoir aucune partie dans les teÂneÁbres, il sera entieÁrement illumineÂ, comme lorsque la lampe t'illumine de son Âeclat.

Mt 23.4-36

Comme les foules s'amassaient, il se mit Áa dire : Cette geÂneÂration est une geÂneÂration mauvaise : elle cherche un signe ; il ne lui sera pas donne d'autre signe que le signe de Jonas. | En effet, de meÃme que Jonas fut un signe pour les Ninivites, de meÃme le Fils de l'homme en sera un pour cette geÂneÂration. La reine du Sud se reÂveillera, lors du jugement, avec les hommes de cette geÂneÂration, et elle les condamnera, parce qu'elle est venue des extreÂmiteÂs de la terre pour entendre la sagesse de Salomon ; et pourtant il y a ici plus que Salomon. | Les hommes

$

La lampe du corps Personne n'allume une lampe pour la mettre dans une cachette ou sous le boisseau ; mais on la met sur le porte-lampe, afin que ceux qui entrent voient la lumieÁre. Mt 6.22-23

34

37

Mt 12.38-42

29

33

42

$


LUC 11±12

43

44

45 46

47 48

49 50

51

52

toutes les plantes potageÁres, et vous neÂgligez la vous-meÃmes n'eÃtes pas entreÂs, et ceux qui voulaient justice et l'amour de Dieu ! C'est cela qu'il fallait entrer, vous les en avez empeÃcheÂs. 53 pratiquer, sans omettre le reste. Quand il fut sorti de laÁ, les scribes et les phariQuel malheur pour vous, les pharisiens ! Vous siens commenceÁrent Áa le presser violemment et Áa le aimez avoir le premier sieÁge dans les synagogues et 54 faire parler sur beaucoup de sujets, | lui tendant des Ãetre salueÂs sur les places publiques ! pieÁges, pour s'emparer de quelque parole qui sorte de sa bouche. Quel malheur pour vous ! Vous Ãetes comme les tombeaux que rien ne signale, et sur lesquels on Ceux qui se deÂclarent pour JeÂsus marche sans le savoir ! Un des speÂcialistes de la loi s'eÂcria : MaõÃtre, en 12 Sur ces entrefaites, la foule s'eÂtant rassembleÂe par dizaines de milliers, au point que les gens s'eÂcradisant cela, tu nous outrages, nous aussi ! saient les uns les autres, il se mit Áa dire, Áa ses Il reÂpondit : Quel malheur pour vous aussi, speÂdisciples d'abord : Gardez-vous du levain des phacialistes de la loi ! Vous chargez les gens de charges risiens, qui est l'hypocrisie. difficiles Áa porter, et vous n'y touchez pas vousmeÃmes d'un doigt ! Mt 10.26-33 Quel malheur pour vous ! Vous construisez les 2 Il n'y a rien de voile qui ne doive Ãetre reÂveÂleÂ, rien tombeaux des propheÁtes, alors que ce sont vos 3 de cache  qui ne doive Ãetre connu. | C'est pourquoi peÁres qui les ont tueÂs ! | Vous Ãetes donc teÂmoins et vous approuvez les úuvres de vos peÁres, car eux, tout ce que vous aurez dit dans les teÂneÁbres sera ils ont tue les propheÁtes, et vous, vous construisez ! | entendu en plein jour ; ce que vous aurez chuchote Áa l'oreille, dans les pieÁces les plus retireÂes, sera C'est pourquoi la sagesse de Dieu a dit : Je leur Ãtres ; ils en tueenverrai des propheÁtes et des apo proclame sur les toits en terrasse. ront et en perseÂcuteront, | afin qu'il soit demande 4 Je vous le dis, Áa vous, mes amis : ne craignez pas compte Áa cette geÂneÂration du sang de tous les ceux qui tuent le corps et qui, apreÁs cela, ne peuvent 5 rien faire de plus. | Je vais vous montrer qui vous propheÁtes qui a Âete reÂpandu depuis la fondation devez craindre. Craignez celui qui, apreÁs avoir tueÂ, du monde, | depuis le sang d'Abel jusqu'au sang de Zacharie, que l'on a fait peÂrir entre l'autel et la a l'autorite pour jeter dans la geÂhenne ; oui, je vous Maison ; oui, je vous le dis, il en sera demande 6 le dis, c'est lui que vous devez craindre. | Ne vendon pas cinq moineaux pour deux as ? Cependant, compte Áa cette geÂneÂration. pas un seul d'entre eux n'est oublie devant Dieu. Quel malheur pour vous, les speÂcialistes de la 7 Me Ãme les cheveux de votre teÃte sont tous compteÂs. loi ! Vous avez enleve la clef de la connaissance ; 12.44 ; 13.5,12 ; 2Ch 31.5ss. Ð rue : herbaceÂe sauvage ; des textes juifs posteÂrieurs l'excluent de la dõÃme. Ð justice : le terme grec est habituellement traduit par jugement ; on le retrouve dans un sens comparable en Mt 12.18 ; Jn 7.24 (jugement ) ; Ac 8.33 (droit ). Ð l'amour de Dieu 10.27 ; Jn 5.42. 14.7 ; 20.46// ; Mt 23.6s. Mt 23.27s. Ð sur lesquels on marche, se rendant ainsi rituellement impur (voir pur , impur), cf. Lv 5.3 ; 21.1ss,11 ; Nb 19.1122 ; Mt 23.27n. speÂcialistes de la loi 7.30+. Ð MaõÃtre : au sens d'enseignant (3.12n). Mt 23.4 ; cf. 11.30 ; Ac 15.10. Mt 23.29ss. Ð les tombeaux : autre traduction les monuments commeÂmoratifs. Ð peÁres 1.55 ; 6.23,26 ; voir Ac 7.52. teÂmoins / approuvez : autre traduction vous eÃtes donc teÂmoins que vous approuvez ; cf. Ac 8.1. Ð vous construisez : cf. 20.1ss. Mt 23.34ss. Ð la sagesse... v. 31 ; 7.35 ; cf. 1Co 1.24,30 ; 2.7 ; Col 2.3. OrigeÁne attribue aÁ « l'eÂvangile » une formule comparable : « La sagesse enverra ses enfants » (cf. Lc 7.35). Ð Je leur enverrai des propheÁtes ... : cf. 4.24 ; 6.23 ; 13.33 ; Jr 7.25s ; Ap 18.24 ; JubileÂs 1.12 : « Je leur enverrai des teÂmoins pour teÂmoigner, mais ils n'eÂcouteront pas ; et meÃme, ils tueront les teÂmoins, ils perseÂcuteront ceux qui recherchent la Loi... » Ð des apoÃtres ou des envoyeÂs, terme deÂrive du verbe traduit ici par enverrai ; cf. 6.13n ; 13.34. Ð ils en tueront... Ac 12.2ss. qu'il soit demande compte... : litt. que soit reÂclame aÁ cette geÂneÂration (v. 29ss,51 ; 21.32) le sang ... ; cf. Gn 9.5 ; 42.22 ; 2S 4.11 ; Ez 3.18,20 ; 33.6,8 ; Ps 9.13 ; Mt 27.24s. Ð la fondation du monde Mt 13.35 ; 25.34 ; Jn 17.24 ; Ep 1.4 ; He 4.3 ; 9.26 ; 1P 1.20 ; Ap 13.8 ; 17.8. le sang d'Abel Gn 4.8ss ; He 11.4n. Ð Zacharie : cf. 2Ch 24.20ss ; voir aussi Za 1.1 ; Mt 23.35n. Ð fait peÂrir : le meÃme verbe (aussi 13.33) est traduit par disparaõÃtre, faire disparaõÃtre en 13.5 ; 17.27ss ; 19.47 ; 20.16. Ð la Maison, c.-aÁ-d. le temple . Ð je vous le dis 7.28 ; 12.5. Mt 23.13n. Ð enleve : certains teÂmoins lisent cacheÂ. Ð la clef de la connaissance : cf. Pr 9.1. Ð ceux qui voulaient entrer : litt. ceux qui entraient. Ð Cf. Evangile selon Thomas 39 : « JeÂsus a dit : ``Les pharisiens et les scribes ont recËu les cleÂs de la gnose (= connaissance) et ils les ont cacheÂes. Eux, ils ne sont pas entreÂs, et aÁ ceux qui voulaient entrer ils ne l'ont pas permis. Quant aÁ vous, soyez prudents comme les serpents et simples comme $

43 44

$

45 46 47 48 49

les colombes.'' » (Cf. Mt 10.16.) Cf. 6.11 ; 19.48 ; 20.19s ; 22.2. Pour les v. 53s certains mss portent : Pendant qu'il leur disait cela devant tout le peuple, les pharisiens et les speÂcialistes de la loi se mirent aÁ lui en vouloir terriblement ; ils deÂbattirent avec lui sur beaucoup de sujets, cherchant une occasion pour le prendre (en deÂfaut) et trouver de quoi l'accuser. Ð scribes / pharisiens 5.21+. Á ges : le meÃme verbe est traduit 54 Cf. 20.20. Ð lui tendant des pie par preÂparer un guet-apens en Ac 23.21. 53

$

12

$

2 3

$

$

$

4

$

$

52

1 Mt 16.5s,12 ; Mc 8.14s. Ð par dizaines de milliers (litt. myriades) : cf. 11.29 ; Ac 2.41+. Ð s'eÂcrasaient : le meÃme verbe est traduit par pieÂtiner en 8.5 ; certains mss portent s'eÂtouffaient. Ð d'abord : le terme correspondant pourrait aussi se rattacher au discours de JeÂsus : Avant tout, gardez-vous du (ou prenez garde au... ; cf. 17.3 ; 20.46 ; 21.34 ; Ac 5.35 ; 20.28) levain... 13.21 ; cf. Mt 13.33n ; 1Co 5.6ss ; Ga 5.9. Ð pharisiens 5.17+. Ð l'hypocrisie v. 56 ; 6.42 ; Mt 6.2n. Cf. 8.17. C'est pourquoi : autre traduction parce que (meÃme formule 1.20 ; 19.44). Ð chuchote : litt. dit, autre verbe dans la premieÁre partie du v. Ð les pieÁces les plus retireÂes : le meÃme terme est traduit par celliers au v. 24 ; cf. Mt 6.6n ; voir aussi Jg 16.9 ; 1R 22.25. Ð sur les toits en terrasse (5.19n) : en Orient, on peut souvent communiquer d'un toit aÁ l'autre, du fait de la proximite des maisons. mes amis Jn 15.13ss ; cf. Ac 27.3 ; 3Jn 15. Ð ne craignez pas ou n'ayez pas peur (de), meÃme formule v. 7. Cf. 2 CleÂment 5.2ss : « Le S