Page 9

04– 2nde partie

29/12/06

11:08

Page 55

L’époque gallo-romaine

La recherche archéologique et historique a souffert en Bretagne, jusqu’au dernier tiers du 20e siècle, d’une indifférence pour les Gallo-Romains, éclipsés entre les mégalithes et les Bretons, tous plus ou moins englobés sous l’appellation de Celtes. Comparativement à d’autres régions où les fouilles mettaient au jour des vestiges, le nombre et la diversité des témoignages dans le Finistère, les Côtes-d’Armor, l’Ille-et-Vilaine et le Morbihan furent faibles, la Loire-Atlantique étant

moins touchée par ce manque de curiosité. En conséquence, a durablement prévalu l’idée d’une faible romanisation : peu de textes épigraphiques (les inscriptions gravées dans la pierre), peu de monuments visibles, des campagnes vides d’hommes et couvertes de forêts, etc. Depuis, prospections aériennes, fouilles de sauvetage, fouilles programmées (plus rares) ont permis d’améliorer notre connaissance de l’antiquité des cinq départements bretons.

Chantier de fouilles archéologiques sur l’emplacement de l’ancien collège de l’Immaculée, rue de la Visitation à Rennes (Ille-et-Vilaine), novembre 2004.

L ’ é p o q u e

g a l l o - r o m a i n e

55

Bretagne est univers  
Bretagne est univers  

Bretagne est univers

Advertisement