Page 22

05– 3e partie

29/12/06

12:51

Page 176

est faite au bord du ruisseau ou au lavoir le plus proche. Dans les fermes les plus isolées cette situation dure parfois au-delà de 1970. L’habitat est souvent ancien et vétuste ; vers 1960, plus de la moitié des fermes datent d’avant 1871. Enfin, plus de la moitié des agriculteurs indépendants ou salariés vivent en 1962 dans des logements surpeuplés. Il est donc indispensable de moder-

niser l’ensemble des bâtiments de la ferme ; c’est dans ce contexte que EDF lance en 1957 l’expérience des fermes-pilotes. Il s’agit d’aménager l’habitat rural, de créer un cadre fonctionnel. Pour inciter à ces transformations, EDF s’adresse aux hommes pour les bâtiments de ferme et aux femmes pour l’aménagement intérieur de la maison d’habitation et en particulier pour la cuisine. Les prospectus montrent une cuisine modèle « tout-électrique » : éclairage, réfrigérateur, plaques électriques, eau courante, machine à laver le linge, chauffe-eau électrique, cafetière électrique, etc. En 1961, 3 % des ménages agricoles bretons ont effectivement un réfrigérateur, 8,5 % une machine à laver mais pour l’ensemble de la France les chiffres sont respectivement de 14 et 20 %. La ferme-modèle introduit le confort, la propreté avec la fin des sols en terre battue, qui subsistent cependant jusqu’au milieu des années 1970, en particulier dans le centre de la Bretagne. Ce confort nouveau qui se généralise progressivement sur plus d’une décennie allège la tâche domestique des femmes et leur permet de se tourner vers les autres activités de la ferme dont la gestion de l’exploitation. PRODUCTIONS

Dépliant L’électricité ménagère à la ferme – Éditions Sodel, Imprimerie Chaix, Paris, années 1950

Alors que bon nombre de fermes ne disposent dans les années 1950 que d’un équipement ménager sommaire, voire très ancien, l’iconographie de ce document présente une fermière très urbanisée, suréquipée d’articles fonctionnant à l’électricité. Seules les poutres évoquent une construction ancienne.

176

B

R E T A G N E

E S T

E T I N D U S T R I E S AG R O - A L I M E N TA I R E S

À partir des années 1960, la production agricole bretonne se tourne de plus en plus vers la production animale : vaches laitières, porcs et volailles, tandis que se développe une production de fruits et légumes hors sol. La croissance des rendements et de la qualité témoigne de l’ampleur de la révolution agricole que la Bretagne a connue. Ces productions ont généré un secteur industriel profondément enraciné dans l’économie régionale dont la transformation, la modernisation étaient les plus porteurs d’avenir. Ces industries agro-alimentaires sont un véritable prolongement naturel de l’activité agricole bretonne et une source d’emplois. La plupart d’entre elles sont anciennes et remontent soit à l’avant-guerre,

U N I V E R S

L ’ è r e

c o n t e m p o r a i n e

Bretagne est univers  
Bretagne est univers  

Bretagne est univers

Advertisement