Issuu on Google+

90 AnniversAire e

Savoir n° 43 • Toute l’actualité des PUF • Octobre - Décembre 2011

www.puf.com

Jacques ANDRÉ • Jean-Robert ARMOGATHE • Paul-Laurent ASSOUN • Sylvain AUROUX • Régine AZRIA • Georges BALANDIER • Jean-Pierre de BEAUMARCHAIS • Lucien BÉLY • Ali BENMAKHLOUF • Jean-Paul BETBÈZE • Raymond BOUDON • Fabienne BRUGÈRE • Monique CANTO-SPERBER • Anne CAUQUELIN • Catherine CHABERT • Johann CHAPOUTOT • Dominique CHARPIN • Colette CHILAND • André COMTE-SPONVILLE • Marcel CONCHE • Philippe CONRAD • Jean CUISENIER •

72 textes pour penser et Agir Julien DAMON • Michel DELON • Chantal DELSOL • Paul DENIS • Dominique DESJEUX Pascal GAUCHON • Claude GAUVARD • Bernard GOLSE • Nicolas GRIMALDI • Jean GRONDIN • Danièle HERVIEU-LÉGER • Olivier HOUDÉ • Roland JACCARD • Bertrand JACQUILLAT • Jean-Baptiste JEANGÈNE VILMER • Robert KANDEL • Jean-François KERVÉGAN • Blandine KRIEGEL • Hervé LANDAU • Charles LARMORE • Guillaume LE BLANC • David LE BRETON • Dominique LECOURT • Claude LE GUEN • Michael LÖWY • Jean-Luc MARION • Michela MARZANO • Jean-François MATTÉI • Alain de MIJOLLA • Henri MITTERAND • Thierry de MONTBRIAL • Pierre-François MOREAU • Alain MORVAN • Philippe NEMO • Vanessa NUROCK • Bruno PALIER • Serge PAUGAM • Jean-Michel QUINODOZ • Dominique REYNIÉ • Stéphane RIALS • Jean-François SIRINELLI • Colette SOLER • Laurent de SUTTER • Pierre-André TAGUIEFF • Serge TISSERON • Didier TRUCHET • Agnès VAN ZANTEN • Alain VIALA • Frédéric WORMS • Yves Charles ZARKA


[

À la une

]

Aux origines des puF

1921-2011

Sous l’emblème du « quadrige d’Apollon » sont rassemblés quatre fonds d’éditeurs dont le rôle est central en France dans la diffusion de la pensée scientifique depuis le Second Empire jusqu’à nos jours.

Paul Angoulvent est nommé directeur des PUF en 1934. Il est alors décidé d’un regroupement de différents services entre Alcan, Rieder et les PUF pour alléger les coûts. Les PUF prennent en gérance les trois maisons d’édition, qui sont aussi les principaux clients de l’imprimerie.

D’abord associé avec l’éditeur Gustave Germer Baillière, Félix Alcan prend son indépendance en 1883 et fonde sa propre maison, renommée « Éditions Félix Alcan-René Lisbonne » en 1910. Félix Alcan, s’appuyant sur la Revue philosophique fondée avec Théodule Ribot, promoteur de la psychologie, développe au sein de son catalogue les courants les plus novateurs issus de la philosophie et de la médecine et contribue de manière décisive à l’essor des sciences sociales en France. Il accueille ainsi l’Année sociologique de Durkheim.

La pression économique est trop forte, la fusion des quatre éditeurs devient incontournable. Elle est réalisée en décembre 1939. Le quadrige d’Apollon, dieu de la science, symbolise désormais les quatre firmes : Alcan, Rieder, Leroux et PUF. Le nom retenu est celui des Presses Universitaires de France, attestant clairement l’option universitaire et non plus scolaire, ni littéraire, du groupe. La société est maintenue en statut de coopération jusqu’en 1941.

Ernest Leroux, quant à lui, fonde sa maison en 1871. Il illustre la tradition de la librairie d’érudition du XIXe siècle dont la spécialisation orientaliste coïncide avec l’essor de la colonisation française. Son catalogue est surtout ouvert aux domaines des beaux arts, de l’archéologie, mais aussi de la philosophie, de l’histoire de la religion, de l’ethnologie et de l’anthropologie. Frédéric Rieder, en 1913, rachète la librairie de son patron Edouard Cornély, spécialisé en histoire, et tente après 1919 avec Albert Crémieux et Pierre Caron de marier édition savante et fiction, tout en s’engageant politiquement. La maison choisit de donner un axe plus littéraire à sa politique éditoriale.

Les puF de 1939 à nos jours La fusion de ces entreprises en 1939 procure aux PUF un catalogue d’une richesse sans précédent. Paul Angoulvent sait alors donner un second souffle à la firme pour qu’elle réponde aux besoins de la population étudiante en plein essor et se place dans une position de quasi monopole dans les sciences humaines, économiques et juridiques. En 1941, naît la collection encyclopédique de poche « Que sais-je ? ». En 1945, Paul Angoulvent inaugure une politique d’exportation de la production.

Les Presses Universitaires de France sont fondées en 1921 par une société coopérative d’universitaires. L’idée était de créer une structure analogue aux presses universitaires de Grande-Bretagne et des États-Unis. L’association des universitaires et de la forme économique de la coopérative était totalement inédite en France.

L’entreprise change plusieurs fois de statut au cours des années et devient une société à directoire et conseil de surveillance en 1968. Pierre Angoulvent prend la relève de son père en 1968. Michel Prigent intègre les PUF comme secrétaire du Directoire et devient ensuite directeur littéraire jusqu’en 1994, date à laquelle il devient président du directoire. Les PUF connaissent une très importante restructuration dans les années 2000 avec l’abandon de la librairie place de la Sorbonne, l’ouverture aux capitaux de sociétés privées et la vente de l’imprimerie de Vendôme en 2002. Libris, un regroupement d’universitaires, détient aujourd’hui la majorité de la société.

La fusion de 4 éditeurs

Aux PUF, activités de librairie, d’impression comme d’édition s’entremêlent les premières années. Côté librairie, les PUF, en 1922, reprennent un commerce situé place de la Sorbonne. Côté impression, la maison signe, en 1928, un accord avec l’imprimerie de François Launay, située à Vendôme. L’entreprise devient l’imprimerie des Presses Universitaires de France. Côté édition, contrairement à d’autres éditeurs, la production des PUF se construit autour d’un catalogue au service des universitaires. Il n’y a pas de directeurs de collection. L’originalité de la coopérative est d’avoir opté d’emblée pour des comités techniques de spécialistes en mathématiques, physique, chimie, histoire naturelle, philosophie, psychologie, sociologie, histoire, géographie, philologie, sciences médicales, droit, belles-lettres, langues vivantes, enseignement et pédagogie.

Sous l’impulsion de Michel Prigent, les PUF s’imposent comme leader sur le marché de l’édition d’ouvrages universitaires et organisent leur catalogue autour de plusieurs lignes : • Des collections de recherche de référence : Nouvelle Clio, Le Nœud gordien, Épiméthée, Le Fil rouge, Bibliothèque de psychanalyse, Le Lien social, Les Œuvres Complètes de Freud / Psychanalyse, etc. • Des manuels : Major, Thémis, Droit fondamental, Apprendre, Licence, etc. • Des collections d’essais : Perspectives critiques, Pratiques théoriques, Travaux pratiques, Éthique et philosophie morale, Intervention philosophique, Philosophie française contemporaine, Éducation et société, Sociologie d’aujourd’hui, Souffrance et théorie, Lignes d’art, Les Littéraires, etc. • Deux grandes collections de poche : Que sais-je ?, mais aussi Quadrige (avec 4 segments : les Dicos poche, les Grands textes, les Manuels, les Essais/débats). • Une trentaine de revues (Revue Française de Psychanalyse, Revue Historique, Revue Française de droit constitutionnel, Cités, etc.) dont la plupart sont disponibles en version numérique sur le portail Cairn. La mort de Michel Prigent est survenue en cette année 2011. Un nouveau président du directoire a été nommé : Alain Morvan. Avec 5 500 titres actifs au catalogue et des centaines d’ouvrages traduits en 40 langues, les Presses Universitaires de France fêtent leur 90e anniversaire dans un dynamisme toujours renouvelé et défendent, plus que jamais, les valeurs du savoir.

Des rapprochements commencent à s’opérer entre les PUF et Alcan en 1924. Alcan change de statut en devenant une société anonyme. La maison possède un fond philosophique important. Alcan est notamment éditeur de Bergson, Le rire (1900), La pensée et le mouvant (1934), et de Freud La science des rêves (1926). En 1923, un principe de « non-concurrence » est rapidement signé entre les PUF et Alcan. Les PUF s’engagent à abandonner leurs publications philosophiques et Alcan confie ses travaux d’impression aux PUF. Du côté de la maison Rieder, Frédéric Rieder se retire de la maison qui porte son nom en 1926. Les successeurs d’Ernest Leroux cèdent le fonds de librairie aux PUF. Paul Pelliot et Louis Eisenmann représentent les intérêts de la librairie Leroux au conseil d’administration des PUF. En 1928, les Éditions Rieder deviennent société anonyme et sont financées par la Banque des coopératives et les PUF. La crise économique de 1929 touche la banque des coopératives, qui fait faillite en 1934. Cette crise touche rapidement les PUF, ce qui change la donne. 2


Les PUF fêtent en cette fin d’année leur 90e anniversaire, l’occasion de retracer l’histoire d’une maison d’édition unique dans la configuration du paysage culturel français, mais aussi d’inscrire dans le présent et le futur la mission des PUF, premier éditeur universitaire français et éditeur de savoir de premier plan. Enfin, c’est aussi l’occasion de rendre hommage à Michel Prigent, mort en mai dernier, qui, à la tête des PUF, consacra sa vie à la défense d’un modèle exigeant, soutenu en cela par les auteurs que nous avons voulu placer au cœur de cet anniversaire, en leur demandant ce que représentait aujourd’hui pour eux le savoir.

Pour les 90 ans des PUF, un livre anniversaire engagé : À quoi sert le savoir ?… Pour les 90 ans des PUF, nous avons demandé à nos auteurs de répondre à la question « À quoi sert le savoir ? », question brûlante pour la société d’aujourd’hui, question au cœur de notre métier et de la pratique de nos auteurs, universitaires chargés de transmettre les connaissances, chercheurs appelés à réfléchir et à anticiper dans tous les domaines. Philosophes, psychanalystes, sociologues, historiens, politologues, juristes, tous auteurs des PUF, proposent ici leurs réponses, variées, parfois polémiques, toujours engagées. Leurs textes sont précédés d’une chronologie qui rappelle l’histoire des Puf, depuis leur origine en 1921. Elle a été établie par Valérie Tesnière, historienne des Puf, auteur de Le Quadrige. Un siècle d’édition universitaire (2001).

Quelle meilleure façon, pour une maison d’édition, de célébrer sa propre vitalité que la production d’un livre ? C’est parce qu’il en était convaincu que Michel Prigent, en sa qualité de président du Directoire des PUF, proposait le 15 avril 2011, un mois à peine avant sa mort, la rédaction d’un ouvrage collectif. Cet ouvrage a permis à quelques dizaines d’auteurs parmi les plus représentatifs de notre maison de réfléchir à leur propre démarche intellectuelle et à leur mission spécifique de diffuseur des connaissances en questionnant ce qui est à la fois notre matériau commun et notre projet, c’est-à-dire le savoir.

Michel Prigent avait une haute idée de ce qu’est une institution, instance de transmission, de conservation et de transformation des rapports humains. S’il avait su se muer en chef d’entreprise efficace, il considérait les PUF d’abord comme une institution. Il insistait sur la «mission de service public » inscrite dans ses statuts, conformément à l’esprit de ses fondateurs en 1921. […]

Alain Morvan, président du directoire.

C’est pourquoi, en plein accord avec les instances dirigeantes de notre maison, Michel Prigent avait décidé de célébrer le quatre-vingt dixième anniversaire de l’institution par la publication d’un livre illustrant, dans sa plus grande diversité, l’activité d’édition qui demeure la finalité du rassemblement des universitaires qu’elle a pour première mission de servir.

Dominique Lecourt, président du conseil de surveillance.

3


une ne grande opération en librairie : un livre puF acheté, le livre-anniversaire puF offert. À partir du 16 novembre, les libraires proposeront aux lecteurs le livre-anniversaire des PUF, offert à toute personne achetant un livre PUF.

• Publication : le 16 novembre • Format poche, 256 pages

Des pArtenAires De prestige L’Express, le 2e news français (avec une diffusion de 434 000 exemplaires chaque semaine) s’engage à nos côtés. À partir du 23 novembre, et pendant quatre semaines, les PUF seront présentes à travers la rubrique « À mots ouverts », placée à la jonction de la rubrique société et de la rubrique culture. Les auteurs joueront le jeu de cette page d’intervention, qui est un appel à une expression libre sur un sujet qui fait problème. Un rendez-vous à ne pas manquer… où le savoir sera en acte. D’autre part, une campagne de publicité dans les pages“livres“ de L’Express annoncera pendant quatre semaines l’opération en librairie.

France Inter, la grande chaîne généraliste du service public, l’un des leaders du paysage radiophonique français devient partenaire des PUF. À partir du 24 novembre, nous serons présents pendant 4 semaines :

• Plusieurs auteurs des PUF seront les invités de l’émission « La tête au carré » de

Mathieu Vidard (quotidienne, de 14 h à 15 h) pour s’exprimer sur leur activité de chercheur et sur la mission de partage de savoir qui est la leur.

• Une édition spéciale de l’émission « Service public », de Guillaume Erner (quotidienne de 10 à 11h), diffusée le vendredi 25 novembre, sera toute entière consacrée à la question du savoir aujourd’hui, avec la participation de plusieurs auteurs PUF.

Des spots radio annonceront l’opération autour des 90 ans des PUF et du livre-anniversaire.

GMF est le partenaire de ce dispositif qui symbolise son soutien à une réflexion sur le savoir et à la diffusion de la culture.

Nous remerçions également l’Institut Français et le Centre National du Livre pour leur soutien. 4


[

GRAND DÉBAT

]

La première grande synthèse sur la Syrie politique et religieuse

À

ISBN : 978-2-13-058805-4

l’heure où l’on s’interroge sur le poids de l’islam politique en Syrie, cet ouvrage vient combler un vide majeur en mettant en lumière les acteurs les plus influents d’une scène religieuse particulièrement méconnue : les oulémas. Leurs choix politiques constituent une donnée capitale pour l’avenir d’un pays en proie à une vague de contestation populaire sans précédent. Avec l’éradication des Frères Musulmans suite à l’insurrection manquée de 1979-1982, ceux-ci sont devenus les représentants quasi exclusifs de la mouvance islamique dans le pays. Bien qu’affaiblis par la répression, ils sont parvenus à reconstituer leurs forces et profitent de la désaffection de l’idéologie baasiste pour accroître patiemment leur influence sociale mais aussi économique et politique. S’est ainsi mise en place une configuration paradoxale, où un régime de tradition laïque et dominé par la minorité alaouite doit faire une place croissante à l’élite religieuse sunnite.

Entraînant le lecteur dans les mosquées et madrasas syriennes, ce livre analyse des dynamiques largement méconnues, comme l’émergence de vastes mouvements éducatifs informels chapeautés par des oulémas, mais recrutant chez les diplômés des facultés séculières, le rôle fondamental des clercs dans le développement des associations de bienfaisance, la défaite historique des savants salafistes face à leurs rivaux traditionalistes ou encore le poids des tribus bédouines au sein de l’élite religieuse alépine. Voici donc une lecture indispensable pour qui s’intéresse au présent et à l’avenir de la Syrie, qui enrichit également le débat sur les transformations de l’autorité religieuse dans l’islam contemporain en démontrant que l’on a largement sous-estimé le rôle des oulémas dans le « réveil » islamique observé depuis les années 1970.

5

Collection « Proche orient » 29 e • 336 pages

~

Cet ouvrage explique les profondes divisions affichées par le clergé face au soulèvement entamé en mars 2011, en mettant en lumière deux processus fondamentaux observés durant le règne de Bachar al-Assad. Le premier est l’approfondissement du partenariat entre le régime et certains éléments du clergé grâce à une stratégie de cooptation, mais grâce aussi à la libéralisation économique qui renforce les liens entre l’État et la classe marchande, alliée traditionnelle des oulémas. Le second processus est, à l’inverse, l’incapacité du pouvoir à prévenir la renaissance d’îlots de contestation au sein de l’élite religieuse à la faveur d’un allègement relatif de la chape de plomb sécuritaire.

Parution le 19 octobre

Thomas PIERRET

La grave crise que traverse actuellement la Syrie suscite une demande croissante d’analyse concernant la société et la politique de ce pays. Or, il n’existait aucune monographie consacrée à l’islam syrien contemporain, que ce soit en français ou en anglais. Ce livre arrive donc à point nommé : il est proposé par un jeune docteur en sciences politiques, Thomas Pierret « Lecturer in Contemporary Islam » à l’Université d’Édimbourg.

Attachée de presse : Patricia Ide-Beretti • 01 58 10 31 89


Quatre ouvrages e anniversaire de la

COLLECTION

R

La Fondation Bodmer, créée par Martin Bodmer (1899-1971), réunit, selon la volonté de son fondateur, tous les écrits qui ont marqué l’histoire intellectuelle de l’humanité et jalonné son évolution, des origines de l’écriture à nos jours. La bibliothèque-musée de la Fondation, installée à Cologny (Genève), est riche de plus de 150 000 ouvrages : éditions originales, incunables, autographes, papyrus, manuscrits médiévaux et orientaux, partitions de musique et objets d’art. Président : Jean Bonna Directeur : Charles Méla www.fondationbodmer.org

Un témoin unique de la culture juive

ISBN : 978-2-13-059102-3

Une co-édition des PUF et de La Fondation Martin Bodmer

ISBN : 978-2-13-058851-1

Une sublime danse macabre du XVe siècle

Incunable Bodmer 268 Format : 18 x 23,5 cm

Format : 19,5 x 27,5 cm 25 € • 112 pages

23 € • 112 pages

e tte danse des morts de la fin du XVe siècle, magnifiquement illustrée, est un des plus beaux livres suscités, au début de l’ère de l’imprimerie, par une mode qui touche alors toute l’Europe.

C

u’est ce que la fête de Pessah ? Qu’est-ce qu’une haggadah et quelles sont les différentes versions existantes de ce récit de la sortie d’Égypte ? Quelle place occupe dans le calendrier liturgique juif cette fête de Pessah qui n’était, à l’origine, qu’une simple occasion de réjouissance agraire ?

q

Le texte allemand de l’original, traduit pour la première fois en français, est précédé d’une introduction qui place le phénomène de la danse macabre dans son contexte social et historique et reconstitue les grandes étapes de son essor international.

Pour bien appréhender l’importance et la signification de ce remarquable manuscrit hébraïque sur parchemin datant du XVe siècle, il convient de répondre préalablement à ces questions. On comprendra alors le soin apporté à de tels textes qui font partie du patrimoine religieux de tout foyer juif, tant à l’époque médiévale qu’aujourd’hui.

L’iconographie médiévale ne laisse guère planer le doute : la mort sème la terreur. La danse macabre évoque le cortège désordonné des damnés du Jugement dernier. Elle est aussi un appel à ne pas se laisser surprendre par la mort, à s’y préparer. Comment expliquer son succès, émergeant au XIVe siècle, où la guerre de Cent Ans apporte épidémies et famines, pour triompher un siècle plus tard ?

Au plan de la sociologie religieuse, il suffit de relever ce fait déterminant : certaines familles juives, particulièrement observantes, refusaient de donner leur fille pour épouse à un prétendant qui n’aurait pas su lire… la haggadah de Pessah et n’aurait donc pas pu tenir son rang lors de cette mémorable veillée !

Sans doute la Peste noire et le traumatisme qu’elle provoqua n’y sont-ils pas étrangers, mais cette représentation prend aussi ses sources dans les méditations poétiques sur la vanité de la vie mondaine face à la mort.

U

U

Introduction de René Wetzel Traduction de Anna Sziráky • René Wetzel est professeur ordinaire à l’Université de Genève où il enseigne la littérature allemande médiévale.

• Anna Sziráky est chargée d’enseignement à l’Université de Genève. Elle enseigne la littérature allemande médiévale et l’allemand langue étrangère.

C d p p p t s

L t d p C r p c

Préface de Maurice Ruben-Hayoun

• Spécialiste de la philosophie médiévale judéo-arabe

et du renouveau de la pensée judéo-allemande de Moïse Mendelssohn à Gershom Scholem, Maurice Ruben-Hayoun a enseigné au département de philosophie de l’Université de Genève de 2003 à 2011.

6

M d R


s exceptionnels pour le cinquième e la collection. Exceptionnel : Cendrars

traditions ancestrales

magnifiquement illustré par Sonia Delaunay

Couverture du livret 112 pages - Format : 18 x 24 cm 45 € • Format : 19,9 x 32,7 cm

Coffret contenant la reproduction en fac-similé du manuscrit et un livret de 64 pages qui propose une introduction à l’œuvre et la traduction complète du texte siamois en français.

e s t e e e

e t . s r

r r u u

parution 2 novembre

ISBN : 978-2-13-058853-5

ISBN : 978-2-13-058854-2

ISBN : 978-2-13-058853-5

Rêver le Royaume de Siam :

le

39 € • Format du coffret : 18,2 x 25,4 cm Un dépliant magnifique de 2 mètres de haut ! • Coffret contenant le fac-similé du « Premier Livre simultané » signé Blaise Cendrars et Sonia Delaunay, le prospectus original annonçant la parution de l’ouvrage en 1913, ainsi qu’un livret de 88 pages composé d’une introduction de Miriam Cendrars et du texte de Cendrars.

Un manuscrit exceptionnel : Il mesure plus de 9 mètres !

l’occasion du cinquantenaire de la mort de Blaise Cendrars (1887-1961), voici un objet unique, le fac-similé du « premier livre simultané ». L’histoire d’un adolescent qui se hisse à bord d’un poème illuminé par les sept couleurs de l’arc-en-ciel, en partance pour le multiple voyage de sa mémoire vers l’âge d’homme. Le lecteur embarque avec lui dans son transsibérien pour suivre son devenir à travers les tourments terrestres et les interrogations de l’âme. Blaise Cendrars adresse cette invitation à chaque lecteur : À toi « ce livre qui touche à tout mon être ». L’introduction de Miriam Cendrars évoque la réception mouvementée de l’œuvre, témoin d’un turbulent renouveau des arts.

a

e manuscrit reproduit, traduit et expliqué ici révèle des croyances et des coutumes qui paraîtront d’une rare étrangeté : celles du Royaume de Siam au XIXe siècle. Ce document exceptionnel combine trois traditions, d’ordinaire exposées séparément : un traité de prédictions à l’usage des hommes de guerre, un précis médical sur les massages thérapeutiques par pression et un manuel de divination. Sur le ton solennel de la prophétie, magie et astrologie saturent ces différents savoirs.

L

Les illustrations accompagnant les prédictions, tout comme les grandes représentations anatomiques de corps humains sur lesquelles sont marqués les points de massage, sont exécutées de main de maître. Ce document exceptionnel a sans doute été réalisé dans un atelier royal de Bangkok, peut-être pour satisfaire la curiosité d’un riche collectionneur étranger.

Après la vision « simultanée » des paroles de Cendrars dans leur particulière typographie, alliées aux couleurs qu’elles inspirent à Sonia Delaunay (1913), on lira la version de 1919, également reproduite ici, qui, « dédiée aux musiciens », appelle à tendre l’oreille aux sonorités, aux cadences et aux vibrations de la voix intérieure du poète.

U

U

Introduction et traduction de Pattaratorn Chirapravat

Introduction de Miriam Cendrars Fille de Blaise Cendrars, elle-même écrivain et journaliste, • Miriam Cendrars s’emploie à garder vivant le souvenir de l’œuvre et de la personnalité de son père, mort en 1961. Elle a publié entre autres Blaise Cendrars. La vie, le verbe, l’écriture (Denoël).

• Professeur à California State University, Sacramento, M. L. Pattaratorn Chirapravati est une spécialiste de la culture et de l’art thaïlandais, de même que Nicolas Revire, son traducteur d’anglais en français. 7

Attachées de presse : Patricia Ide-Beretti 01 58 10 31 89 ide-beretti@puf.com ■■■

Caroline Psyroukis 01 58 10 31 91 psyroukis@puf.com


À l’occasion de la parution du « Que sais-je ? », Les secrets de famille, nous avons rencontré Serge TiSSeron. Il nous livre quelques éclairages sur son travail. Psychiatre et psychanalyste, les secrets de famille sont un de ses principaux objets d’étude. Il a découvert celui de Hergé par la seule lecture des albums de Tintin (1983) plusieurs années avant que ce secret soit confirmé, et publié notamment : Tintin et les secrets de famille (1990), Secrets de famille, mode d’emploi (1996) et un ouvrage destiné aux enfants Le Petit Livre pour bien vivre les secrets en famille (2006). Dans la collection « Que sais-je ? », il est également l’auteur de La résilience.

~

Parution le 5 octobre 128 pages • 9 e

Vous étudiez – et soignez – les secrets de famille et leurs ravages depuis de nombreuses années. Qu’avez-vous découvert de neuf que vous nous livrez ici ?

Votre livre aborde également les secrets d’état, les « mensonges officiels ». Le même processus y est-il à l’œuvre que dans les secrets de famille ?

Lorsque j’ai commencé à travailler sur les secrets de famille au début des années 1980, je devais me battre pour faire passer l’idée qu’ils pouvaient provoquer des ravages sur plusieurs générations. Aujourd’hui, c’est le problème inverse, certains disent qu’il faudrait « tout se dire », ce qui est évidemment absurde. Dans cet ouvrage, je montre que tout secret à une fonction et qu’il est important de la comprendre avant de s’y attaquer. Et aussi que cette fonction n’est pas seulement privée, mais sociale. Tout secret grave a une composante sociale en plus de sa composante familiale.

Oui, ce sont exactement les mêmes processus qui interviennent dans les secrets d’état et dans les secrets de famille. À tel point qu’on peut dire que les uns et les autres se soutiennent mutuellement. Lutter contre l’idéologie des secrets de famille, c’est aussi lutter pour une société plus démocratique, dans laquelle chacun se sente le droit de poser des questions, et d’attendre une réponse précise. Pas une réponse à côté comme en donnent trop souvent les politiques !

Vous délivrez à la fin de votre livre un certain nombre de messages optimistes : vous conseillez de dire le secret le plus tôt possible et aussi de déculpabiliser, notamment l’enfant à qui on apprend un secret : c’est le fameux « Tu n’y es pour rien » : le poids du secret s’allège donc si on sait s’y prendre ?

Guérit-on jamais d’un lourd secret de famille ? Et à quelle condition ? Au fil des générations, un secret de famille perd naturellement en gravité, pour la seule raison que chaque enfant est confronté à deux histoires, celle de son père qui peut être marquée par des secrets personnels ou familiaux, mais aussi celle de sa mère, porteuse d’éventuels autres secrets. Dans la plupart des cas, l’enfant peut aborder avec chacune de ces deux branches familiales ce qu’il ne peut pas aborder avec l’autre. Le problème survient lorsqu’un secret est si grave qu’une famille se rapproche d’une autre qui est porteuse d’un secret proche, voire semblable. C’est inconsciemment une façon de s’assurer que personne n’en parlera. Mais c’est évidemment beaucoup plus problématique pour l’enfant qui grandit en étant confronté aux mêmes silences des deux côtés.

Oui, je suis plutôt naturellement porté au pessimisme, mais je suis optimiste par résolution ! Ces problèmes sont si complexes qu’il faut les aborder en nous efforçant d’en voir les aspects positifs. Or il y en a un. C’est qu’un enfant n’est pas préoccupé de la vie de ses parents, sauf s’il a l’impression qu’ils vont mal à cause de lui et / ou qu’il doit absolument leur venir en aide. C’est pourquoi, quand des parents ne peuvent pas parler d’un problème grave qui les préoccupe - que ce problème les concerne eux, leurs parents ou même leurs grands-parents -, ils doivent au moins dire que quelque chose les préoccupe, et que l’enfant n’y est pour rien. Cela suffit souvent à désamorcer la bombe à retardement que peut constituer un secret de famille.

Quelle est la pire des positions : être le détenteur d’un secret ou ne pas savoir ?

Autre message d’espoir, qui ramène le secret – et sa délivrance – à notre portée : vous dites que « le Secret s’oppose plus à la communication qu’à une Vérité toujours mouvante. »…

Ces deux positions sont également difficiles. Mais la première laisse planer l’illusion d’être le maître du secret que l’on garde, alors que la seconde s’accompagne du sentiment qu’on ne vous fait pas confiance puisqu’on nous cache quelque chose. Elle est donc plus douloureuse.

Oui, c’est apparemment paradoxal, et pourtant c’est vrai. Pour bien gérer les secrets de nos familles, il faut renoncer à connaître la vérité ! Même si quelqu’un prétend nous la dire, nous ne saurons jamais si ce n’est pas une histoire qu’il s’est racontée à lui-même, et à laquelle il a fini par croire. En revanche, il faut nous préoccuper de rétablir la communication. En effet, quand il existe un secret dans une famille, plus personne n’ose communiquer sur rien, de peur d’aborder « le sujet qui fâche ». Rétablir la communication, c’est que chacun accepte de dire ce qu’il sait, ce qu’il a cru comprendre, ce qu’il a imaginé, afin que tous ensemble, les membres de la famille se construisent une mythologie familiale, que les descendants pourront à leur tour préciser et enrichir. Car à chaque génération, de nouveaux moyens de connaître les secrets existent : tests génétiques, ouvertures d’archives, Internet… L’avenir est devant nous, bien sûr, mais aussi, d’une certaine façon, le passé ! À condition que nous sachions garder vivante et en éveil la curiosité de nos enfants. n

Vous expliquez que découvrir un secret ne règle pas tout. Comment (s’) en sortir ? Quand un enfant grandit dans une famille à secret, il adopte des attitudes mentales et relationnelles en rapport avec le fait qu’il pressent qu’on lui cache quelque chose, et aussi avec les histoires qu’il se raconte à lui-même pour essayer de l’expliquer. Quand on lui confirme l’existence du secret, et qu’on lui en donne le contenu, ces habitudes subsistent. Par exemple une tendance à la cachotterie, ou le sentiment de ne pouvoir faire confiance à personne. C’est un peu comme si on avait lié un arbuste pour le faire pousser penché sur le côté. Enlever les liens quand l’arbre a 12 ou 15 ans ne suffit pas à le redresser ! C’est la même chose pour un enfant qui a grandi dans une famille à secrets. La confirmation du secret ne le libère pas de ses chaînes, mais cela lui permet de commencer à le faire s’il en éprouve le désir parce qu’il saît qu’il n’a pas « fantasmé » chaque fois qu’il avait l’impression qu’on lui cachait quelque chose.

8

Attachée de presse : Caroline Psyroukis • 01 58 10 31 91


[

GRanD DÉBaT

]

ISBN : 978-2-13-05 87

Au moment même où se pose la question de la création d’un État palestinien à l’ONU et où s’affrontent des positions diamétralement opposées, la revue CITÉS soulève, dans un numéro exceptionnel, une question restée à l’arrière-plan, mais qui est centrale pour comprendre les éléments sous-jacents expliquant les raideurs et les blocages de part et d’autre : l’antagonisme fondamental entre sionisme et anti sionisme. Dans ce dossier spécial, engagements, positions, réflexions d’intellectuels et universitaires de tous bords permettent de faire un point sur une controverse de plus en plus vive en Israël aujourd’hui.

05-7

un numéro de cités exceptionnel pour faire avancer le débat

Parution le 12 octobre 25 e • 384 pages

L’État juif peut-il être un État démocratique ?

C’est sur la question du sionisme que la dissemblance d’Israël d’aujourd’hui d’avec celui d’hier est la plus sensible. Tous les idéaux du sionisme des origines, celui qui a rendu possible la création de l’État, soit se sont dissous purement et simplement, soit sont devenus l’objet de doutes obsédants qui vont jusqu’à la remise en cause, en Israël même, des fondements de l’idée d’un État juif. On perçoit que l’inquiétude morale se substitue à la confiance dans la légitimité de leur cause qui animait les pionniers du sionisme et de l’État. Le postsionisme est donc un antisionisme : le dépassement du sionisme est en vérité une destruction de celui-ci. Il faudrait faire d’Israël un État sans spécificité juive. Mais que serait cet État ? Pourquoi le nommer Israël ? Si on détruit la chose, il faut aller jusqu’au bout et supprimer le nom. Perspective proprement effrayante quand on pense qu’elle repose sur la croyance qu’il n’y a plus de risque pour les Juifs d’être à nouveau persécutés dans le monde contemporain démocratique.

Yves Charles Zarka, directeur de la revue Cités.

Deux écLairageS inaTTenDuS Sur La queSTion

>Jugement de Rousseau sur le peuple juif :

Mais un spectacle étonnant et vraiment unique est de voir un peuple expatrié n’ayant plus ni lieu ni terre depuis près de deux mille ans, un peuple altéré, chargé, mêlé d’étrangers depuis plus de temps encore, n’ayant plus peut-être un seul rejeton des premières races, un peuple épars, dispersé sur la terre, asservi, persécuté, méprisé de toutes les nations, conserver pourtant ses coutumes, ses lois, ses mœurs, son amour patriotique et sa première union sociale quand tous les liens en paraissent rompus. Les Juifs nous donnent cet étonnant spectacle, les lois de Solon, de Numa, de Lycurgue sont mortes, celles de Moïse bien plus antiques vivent toujours. Athènes, Sparte, Rome ont péri et n’ont plus laissé d’enfants sur la terre. Sion détruite n’a pas perdu les siens, ils se conservent, ils se multiplient, s’étendent par tout le monde et se reconnaissent toujours, ils se mêlent chez tous les peuples et ne s’y confondent jamais ; ils n’ont plus de chefs et sont toujours peuple, ils n’ont plus de patrie et sont toujours citoyens.

Jean-Jacques Rousseau - Fragments politiques, « Des Juifs »

>Jugement de Rousseau sur l’État juif :

Œuvres complètes, Paris, Gallimard, Pléiade, vol III, p. 499

Je ne croirai jamais avoir bien entendu les raisons des Juifs qu’ils n’aient un État libre, des écoles, des “universités où ils puissent parler et discuter sans risque. Alors seulement nous pourrons savoir ce qu’ils ont à dire. ” Jean-Jacques Rousseau - Emile, Livre IV, Œuvres complètes, Paris, Gallimard, Pléiade, vol IV, p. 62

9

• Ariella AzoULAy • Isabelle BArBérIS • Georges BenSoUSSAn • Fabienne BrUGère • Denis CHABIT • Bruno CHAoUAT • Joseph CoHen • Christian GoDIn • Ilan GreILSAmmer Antoine GUGGenHeIm • • Amal JAmAL • Alice Le GoFF • marie-Anne LeSCoUrreT • emmanuel LInCoT • éric mArTy • Pierre meLAnDrI • Didier mIneUr • Adi oPHIr • otto PFerSmAnn • Bruno PInCHArD • Jean-François PrADeAU Jacques De SAInT-VICTor • • Clément SénéCHAL • Jacques TAmInIAUx • Cécile VAn De VeLDe • elhanan yAkIrA • Alexander yAkoBSon • Avraham B. yeHoSHUA • yves Charles zArkA • moshe zUCkermAnn

Attachée de presse : Patricia Ide-Beretti • 01• 58 Attachée de presse : Patricia Ide-Beretti 01 10 58 31 10 89 31 89


[

PHIlOsOPHIe

]

Bergson et James en regard

I

Cet ouvrage, issu d’une journée d’études organisée en 2008 à l’Université Paris 7 – Denis Diderot, dans le cadre des activités du Centre Georges Canguilhem est, une contribution à la compréhension des nombreux échanges entre pragmatisme et bergsonisme, instrumentalisme et conventionnalisme, anti-intellectualisme et modernisme, qui ont ouvert la philosophie du XXe siècle.

ISBN : 978-2-13-058205-2

l y a cent ans paraissaient simultanément L’Évolution créatrice de Bergson et Le Pragmatisme de James. Pour James, L’Évolution créatrice était « un véritable miracle dans l’histoire de la philosophie » ; pour Bergson, Le Pragmatisme était « le programme, admirablement tracé, de la philosophie de l’avenir ». Les deux auteurs ont partagé une même gloire, puis un commun oubli. Aujourd’hui que leurs œuvres font de nouveau l’objet de l’attention philosophique, une nouvelle comparaison s’impose, instruite cette fois des contresens du passé. Jusqu’où la psychologie de James et celle de Bergson concordent-elles ? Qu’y a-t-il de commun entre leurs philosophies de la connaissance ? Faut-il voir dans l’empirisme pluraliste de James une tentative similaire à la métaphysique de la durée que propose Bergson ? En quel sens soutiennent-ils l’un et l’autre une morale du héros et une religion du mystique ? D’où vient leur goût partagé pour les « recherches psychiques », ancêtre de la parapsychologie ? Parution le 30 novembre

Collection « Science histoire et société » 18 e • 192 pages

~

Ouvrage dirigé par Stéphane MadeLRieux, ancien élève de l’École Normale Supérieure, agrégé de philosophie, enseignant-chercheur en philosophie à l’Université de Paris 7 - Denis Diderot. Il est notamment l’auteur, aux PUF, de William James. L’attitude empiriste.

Si la publication des œuvres complètes de Bergson (dans la collection Quadrige) est désormais complète, l’éditeur a décidé d’offrir aussi la possibilité de découvrir dans des petits volumes, traités à part, certains textes essentiels. Douze volumes sont prévus au total, dont les derniers paraîtront en 2012.

ISBN : 978-2-13-059045-3

FLASH SUR... BERGSON EN qUAdRiGE

ISBN : 978-2-13-059044-6

Parution le 9 novembre

9 e - 120 p.

> Quatre textes essentiels de Bergson à paraître le 2 novembre • En reprenant dans L’âme et le corps (1912), les termes du dualisme le plus traditionnel, Bergson les transforme profondément. Ce qui les distingue, mais aussi les relie, ce ne sont pas deux types d’être, mais deux modes d’action : un corps qui répond aux contraintes de la vie et une création qui suppose un principe capable de s’en détacher, d’y ajouter.

nous nous représentons en fait après coup. Il actualise, en revanche, des virtualités qui sont le temps, la vie, la durée même ; l’illusion rétrospective, la création imprévisible, l’une et l’autre essentielles à notre vie. Voilà ce qui se joue ici, dans ce texte écrit, juste après la guerre.

• La vie et l’œuvre de Ravaisson (1904), n’est pas seulement un hommage à une vie et à une œuvre individuelle, c’est une médi-

ISBN : 978-2-13-059047-7

• Dans Le possible et le réel (1920), Bergson propose une distinction qui change tout : le « réel » dépasse, un « possible » que

8 e - 96 p.

ISBN : 978-2-13-059046-0

• Le cerveau et la pensée (1904), Bergson cherche à y montrer que le cerveau, s’il participe à la production de la pensée, la suppose aussi, comme toute « représentation ». Il n’y a pas plus de production de la pensée sans pensée que de pensée pure sans objet et sans corps ; à cette double illusion, il faut opposer une seule relation, entre notre corps et notre durée.

8 e - 96 p.

tation sur une philosophie qui a pensé la vie, l’action et l’œuvre individuelle, leur fondement dans l’être et leur expression dans l’art, comme la question la plus essentielle. C’est ainsi une introduction à la philosophie de Ravaisson comme à celle de Bergson, dans leur relation même, et leur singularité propre. Attachée de presse : Patricia Ide-Beretti • 01 58 10 31 89

10

9 e - 132 p.


L

Mais Le plus sublime des hystériques n’est pas que cela. Il est aussi l’occasion d’une analyse tout à fait inédite du phénomène totalitaire, d’une critique dévastatrice du poststructuralisme et de la déconstruction, d’une théorie renouvelée de la nécessité (comme naissant toujours de la contingence), d’un portrait décalé du « communisme réel », d’un éloge inattendu de la représentation, ou encore d’une mise en œuvre irrésistible de la pratique du Witz. Bref, Le plus sublime des hystériques est Žižek à son sommet : le « plus dangereux philosophe de l’Occident » (comme le disait la revue néoconservatrice New Statesman) révolutionnant mille idées reçues en même temps qu’il révolutionne la lecture de Hegel.

ISBN : 978-2-13-059310-2

e plus sublime des hystériques est le chef-d’œuvre de Slavoj Žižek. En novembre 1986, au département de Psychanalyse de l’Université Paris VIII, Žižek soutenait sa thèse de doctorat, rédigée sous la direction de Jacques-Alain Miller. C’était le point de départ d’une carrière prodigieuse, qui a fait de lui un des penseurs les plus puissants, les plus originaux et les plus populaires de notre temps. Vingt-cinq ans après cette soutenance légendaire, les Presses universitaires de France sont fières de publier le texte que Žižek a tiré de son doctorat – texte qui est à la fois la matrice intellectuelle de toute son œuvre, et une magistrale monographie sur Hegel. À travers l’étude de l’œuvre du grand philosophe allemand – étude menée avec toute la pyrotechnie intellectuelle dont il a, depuis, accoutumé ses lecteurs –, ce sont en effet les thèmes fondamentaux de son propre travail qu’il commençait à déployer : l’idée d’universel comme exception, le concept d’interpassivité, la logique du « Je sais bien, mais quand même », etc.

Parution le 2 novembre Collection « Travaux pratiques » 28 e • 448 pages

Slavoj ŽiŽek est philosophe et psychanalyste. Docteur en philosophie de l’Université de Ljubljana et docteur en psychanalyse de l’Université Paris VIII, Il enseigne à la European Graduate School (Saas-Fé) et est le directeur international du Birkbeck Institute for the Humanities (Université de Londres). Il a été candidat en 1990 à la première élection présidentielle libre de Slovénie. Son œuvre compte plus d’une quarantaine de titres, traduits dans le monde entier, dont Plaidoyer en faveur de l’intolérance (Climats, 2004), Bienvenue dans le désert du réel (Flammarion, 2005) ou Après la tragédie, la farce ! (Flammarion, 2010). Elle a fait l’objet d’un nombre considérable d’études et de commentaires, d’une revue spécialisée (The International Journal of Žižek Studies), et de deux films : The Pervert’s Guide to Cinema (2004) et Žižek ! (2008).

~

• L’État-monde, Jacques BiDeT

Parution le 30 novembre - 27 e - 312 pages - Collection « Actuel Marx confrontation »

Jacques Bidet propose une thèse inédite : selon lui, il émerge aujourd’hui un État-monde de classe, articulé au Système-monde impérial. Dans la tradition de Marx, de Weber, de Bourdieu et de Foucault, il fait travailler la philosophie avec les sciences sociales. L’argumentaire met aux prises philosophes (Spinoza, Kant, Hegel, Althusser, Derrida, Habermas…) et historiens du moderne (Brenner, Meiksins, Wood) et du global (Wallerstein, Arrighi, Sassen). Certains chapitres s’adressent aux économistes, d’autres aux sociologues, aux politologues, aux féministes, aux altermondialistes, aux théoriciens du discours, aux historiens ou aux géographes. Ils prennent chaque destinataire sur son terrain « scientifique » particulier. Le lecteur peut choisir de lire tel ou tel article selon ses intérêts. Mais il s’agit d’un ouvrage systématique, qui tente de définir le terme territorial, politico-écologique, vers lequel tend « l’histoire globale » de l’espèce humaine. Il met en œuvre une théorie de la modernité proposée comme une critique et une refondation du marxisme.

ISBN : 978-2-13-058476-6

FLASH SUR...

• Hannah Arendt. Totalitarisme et banalité du mal, Annabel Herzog Parution le 30 novembre - 19 e - 176 pages - Collection « Débats philosophiques »

Peu de philosophes sont aussi étudiés qu’Hannah Arendt. Mais certaines de ses formulations, comme la très discutée « banalité du mal », restent mal comprises. Ce livre a pour but d’exposer les concepts principaux de sa philosophie, de la genèse de ses analyses du totalitarisme aux outils conceptuels pour penser la crise ou la mondialisation, en passant par sa relation au judaïsme et à la tradition philosophique occidentale. Dirigé par Annabel Herzog, Senior lecturer à l’École de sciences politiques de l’Université de Haïfa (Israël), l’ouvrage retravaille la pensée d’Arendt en créant des liens critiques avec des auteurs comme Borkenau, Scholem, Levinas, Foucault ou Agamben. Avec des textes de Arno Münster, Martine Leibovici, Sylvie Courtine-Denamy, Annabel Herzog, Aurore Mréjen, Laura Quintana Porras et Étienne Tassin. 11

Attachée de presse : Patricia Ide-Beretti • 01 58 10 89

ISBN : 978-2-13-059095-8

r

Le chef-d’œuvre de Ž iž ek


[

]

PHIlOsOPHIe

que sont devenues pour nous les « choses », par Tristan garcia.

Q

u’est-ce qu’une chose ? Abattant les dernières barrières philosophiques qui limitaient le champ des choses, ce Traité considére sur un plan d’égalité une table, un silex taillé, un quark, un gène, une personne humaine, le mot « vérité », une robe rouge, le rouge d’un tableau abstrait, un tiers de branche d’acacia, l’espèce chimpanzée, cinq secondes, un dieu, un rite de passage, l’inexistence d’un fait ou un cercle carré. Voilà les choses qui sont désormais les nôtres : un tohu-bohu de réel, de possible, de matériel, de symbolique et de contradictoire.

Dans un second temps seulement, avec en poche la boussole de cette solitude ontologique radicale, Tristan Garcia invite à retrouver la possibilité d’un univers, c’est-à-dire d’un ensemble de choses non plus seules, mais les unes dans les autres. Le désert théorique se transformera alors en encyclopédie luxuriante de nos objets contemporains, traversés d’ordres et de valeurs cosmologiques, biologiques, anthropologiques, artistiques, économiques ou sexuels. Né en 1981 à Toulouse, normalien, professeur de philosophie, tristan GaRcia enseigne à l’Université de Picardie-Jules Verne. Il est l’auteur d’un essai, Nous, animaux et humains (Bourin, 2011) et de deux romans remarqués, parus aux éditions Gallimard : La meilleure part des hommes (2008, Prix de Flore) et Mémoires de la jungle (2010).

ISBN : 978-2-13-057968-7

Face à ce paysage nouveau, ce Traité ne propose ni une phénoménologie des objets ni une analyse du concept de « chose » ni une pensée critique de la réification. Il invite plutôt à prendre le large pour une toute autre aventure. Il suggère d’explorer d’abord notre monde comme s’il était vraiment plat, en lui ôtant toute intensité, toute valeur.

Parution le 30 novembre Collection « MétaphysiqueS » 29 e • 492 pages

~

Désir d’enfant : d’une histoire intime à un enjeu politique.

C

À partir d’une conception du désir d’enfant fondée sur une analyse philosophique et étayée par une lecture critique du corpus psychanalytique, le livre aborde la controverse sur la liberté de procréation, en défendant une perspective fondée sur l’idée de solidarité. Comment justifier cette solidarité ? Jusqu’où l’étendre ? sont ici proposées des réponses argumentées à ces questions où se nouent l’histoire intime des sujets et la vie politique des sociétés contemporaines. Normalienne, agrégée et docteur en philosophie, master en sciences politiques, chargée de recherche au CERSES (Centre de recherche sens, éthique et société, CNRS-Université Paris Descartes), Marie GaiLLe est notamment l’auteur de La valeur de la vie (Les Belles Lettres, 2010) et Machiavel et la tradition philosophique (PUF, 2007).

~

Parution le 2 novembre Coll. « La Nature humaine » 14 e • 184 pages

• Corps et sens, Jacques FonTAniLLe

Parution le 26 octobre - 25 e - 210 pages - Collection « Formes sémiotiques »

Le corps n’est pas, pour la sémiotique, un domaine d’analyse parmi d’autres. L’incarnation des processus signifiants leur procure un substrat qui s’impose à toutes les élaborations cognitives et émotives : des corps qui interagissent conservent dans leur chair ou sur leur enveloppe corporelle les empreintes de ces interactions, et ce sont ces empreintes qui doivent être identifiées, extraites et interprétées. Une sémiotique décryptée ici par Jacques Fontanille, président de l’Université de Limoges, professeur de sémiotique et membre honoraire de l’Institut Universitaire de France, qui éclaire d’un nouveau jour l’énonciation, la narrativité, le jeu figuratif, le sens des textes, des images et des objets. Attachée de presse : Patricia Ide-Beretti • 01 58 10 31 89

12

ISBN : 978-2-13-059122-1

FLASH SUR...

ISBN : 978-2-13-057590-0

et ouvrage propose une perspective doublement originale. Il propose tout d’abord de prendre un recul indispensable par rapport au débat moral, juridique et politique actuel, en s’intéressant au désir d’enfant en tant que tel et à l’inflation récente d’un discours sur ce désir, dans la sphère publique ou le colloque singulier entre patients et médecins. Que signifie-t-il ? Quelle portée donner à ses variations d’intensité repérées dans la médecine de la procréation ?


célestin Monga ou le voyage comme vocation philosophique

C

À travers des anecdotes, des faits vécus, des observations et des réflexions, Célectin Monga invalide l’alternative stérile entre universalisme et relativisme, et présente le dépaysement comme un élément primordial de la pratique de soi. L’humilité est donc à la fois un mode de connaissance, un vecteur d’accès à l’imaginaire d’autrui, et un moyen de méditer sur le sublime. Rejetant l’illusion d’un ordre moral qui régirait un quelconque choc des civilisations, cette quête d’absolu suggère, au final, un assortiment d’éléments pour déchiffrer la condition humaine. Acteur majeur du mouvement démocratique du début des années 1990 au Cameroun, emprisonné pour ses prises de position, célestin MonGa, économiste camerounais, est aujourd’hui conseiller directeur à la Banque mondiale.

ISBN : 978-2-13-059301-0

e carnet de voyage est un prétexte : la collection de courts essais qui le constitue offre bien plus qu’une chronique humoristique des pérégrinations d’un Africain en Extrême-Orient. Ici, l’Asie n’est pas une destination touristique, mais une vocation philosophique, une ressource pour penser la différence et l’identité. L’auteur considère que le fait de quitter les univers qui lui sont familiers est une expérience spirituelle indispensable.

Parution le 9 novembre Collection « Perspectives critiques » 18 e • 216 pages

~

Auteur d’une œuvre variée et traduite en plusieurs langues, il a publié aux PUF, dans la même collection Un Bantou à Washington (2007) et Nihilisme et négritude (2009).

REVUE DES REVUES ISBN : 978-2-13-059270-9

• Actuel Marx - 2011 - n° 50

Pourquoi Marx ? entre sciences sociales et philosophie Jacques BiDeT 24 e - 224 pages Parution le 26 octobre

ISBN : 978-2-13-058699-9

• Diogène 2010 - n° 232 12 e - 152 pages Parution le 7 décembre ISBN : 978-2-13-058004-1

• Les études philosophiques

Le Songe de Scipion de Cicéron et sa tradition

22 e - 144 pages Parution le 7 décembre ISBN : 978-2-13-058004-1

• revue de métaphysique et

de morale - Temps physique et temps métaphysique

20 e - 144 pages Parution le 7 décembre ISBN : 978-2-13-058741-5

• revue philosophique 2011 tome 136 - n° 4

Leibniz, rousseau, Hegel

FLASH SUR... • Philosophie occidentale et concepts bouddhistes Joseph Stephen o’LeArY

Parution le 23 novembre - 18 e - 176 pages - Collection « Chaire Etienne Gilson »

Un regard critique sur la réception de la philosophie bouddhiste en Occident, qui recommande le recours à Hegel, maître du concept et à Heidegger, maître du phénomène. Un livre qui réunit les brillantes conférences du théologien irlandais Joseph S. O’Leary, professeur à l’Université de Tokyo, auteur d’une trilogie en théologie fondamentale: Questioning Back (Minneapolis, 1985), La vérité chrétienne à l’âge du pluralisme religieux (Éditions du Cerf, 1994), et L’art du jugement en théologie (Éditions du Cerf, 2011).

ISBN : 978-2-13-059309-6

25 ans d’Actuel Marx

30 e - 224 pages Parution le 26 octobre

• Argumentation et débats publics Constantin SALAvASTru

Parution le 16 novembre - 29 e - 296 pages - Collection « L’Interrogation philosophique »

À partir de l’importance des débats publics, le livre propose une investigation sur la réalité de la communication humaine du point de vue de ses fondements rationnels et expressifs. Il s’agit d’une plaidoirie pour la résolution des divergences, fondée sur la conviction qu’écouter, comprendre et évaluer les opinions de nos interlocuteurs est la seule possibilité de découvrir ensemble la vérité. L’investigation s’attache fidèlement aux mots de Voltaire : « Je désapprouve totalement ce que vous dites mais je défendrai jusque dans la mort votre droit de dire ».

ISBN : 978-2-13-058978-5

• Actuel Marx

Yvon BreS

21 e - 144 pages Parution le 30 novembre ISBN : 978-2-13-058757-6

Contact : Hanna Buisseret 01 58 10 31 60

13

Attachée de presse : Patricia Ide-Beretti • 01 58 10 31 89


[

PHIlOsOPHIe

]

À l’origine de la « science des races »

Dans cette intéressante synthèse, Carole Reynaud-Paligot explique comment s’est opérée cette racialisation des identités nationales dans un contexte d’exacerbation des identités nationales européennes et américaine, revivifiant les vieux mythes identitaires (gaulois, anglo-saxon, aryen).

ISBN : 978-2-13-059155-9

O

n a oublié à quel point, à partir des années 1850, une véritable « internationale raciologique » voyait le jour au sein des sociétés occidentales. Des sociétés savantes apparaissent, des cours sont dispensés, des revues et des ouvrages sont publiés, des musées exposent des collections de crânes et des cerveaux momifiés aux côtés d’objets ethnologiques. Cette science s’installe dans un contexte particulier, au moment où les identités collectives prennent comme référence centrale la nation, au moment où s’affirment les identités nationales des États occidentaux. La science des races apporte ainsi sa contribution à la construction des identités nationales au sein des nations occidentales, contribuant à une véritable racialisation des identités dans des États très différents : les anciens États-nations (France et Grande-Bretagne), les vieux Empires multiculturels (Autriche-Hongrie, Russie tsariste puis soviétique), les États-nations en formation tels que l’Allemagne ou encore la Turquie kémaliste.

Parution le 26 octobre Coll. « Science histoire & société » 28 e • 288 pages

~

Chercheure associée au centre de recherche en histoire du XIXe siècle Paris1Paris 4, carole Reynaud-PaLiGot enseigne au sein des universités de New York et de Californie à Paris. Elle est l’auteur de : La République raciale 1860-1930. Paradigme racial et idéologie républicaine (PUF, 2006), Races, racisme et antiracisme dans les années 1930 (PUF, 2007).

Le sport au crible de la philosophie

F

~

Médecin et philosophe de formation, Jean-noël MiSSa est professeur à l’Université libre de Bruxelles et directeur de recherches au Fonds National belge de la Recherche Scientifique (FNRS) et membre de l’Académie Royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique. Il a publié notamment les ouvrages suivants : Nouvelle Encyclopédie de Bioéthique (avec G. Hottois, 2002.) ; Naissance de la psychiatrie biologique (PUF, 2006), Les maladies mentales (PUF, 2008).

ISBN : 978-2-13-058438-4

ascination pour les différences d’un côté, revendication d’égalité de l’autre : tel est le paradoxe du sport de compétition, que Coubertin avait lui-même fort bien repéré. On glorifie l’esprit sportif, mais on cherche dans le même temps à accroître les infimes différences qui vont, in fine, donner l’avantage à tel athlète plutôt qu’à tel autre. Le dopage n’est, dans cette perspective, qu’une technique parmi d’autres pour accroître les différences qui sont décisives pour l’issue d’une compétition. La progression de la pharmaco-chimie et des biotechnologies a rendu le débat encore plus complexe… Les essais contenus dans cet ouvrage s’intéressent aux questions éthiques et philosophiques nouvelles que suscite la problématique du dopage.

Parution le 26 octobre Coll. « Science histoire & société » 20 e • 248 pages

• Aux origines de l’occident : machines, bourgeoisie et capitalisme Augusto ForTi

Parution le 9 novembre - 19 e - 120 pages - Coll. « Science histoire & société »

Augusto Forti offre une vision nouvelle du rôle de la machine au XIVe et au XVe siècles, moment de la naissance du capitalisme et de la bourgeoisie. Il montre que ni le marché comme échange (Braudel), ni l’éthique vécue (Weber), ni la seule structure économique (Marx-Engels) ne sont le facteur crucial de la renaissance de l’Europe, mais c’est surtout la technique qui l’est, entendue comme système de machines et de temps précis de production.

• Les métamorphoses du ciel, Jean-François roBreDo

Parution le 9 novembre - 27 e - 168 pages - Collection « Science histoire & société »

L’univers n’est-il qu’une illusion ? Le voyage dans le temps est-il possible ? L’homme est-il un accident cosmique ? Ce sont quelques-unes des questions les plus actuelles auxquelles Jean-François Robredo, docteur en philosophie et histoire des sciences, répond de manière claire et précise. Des mythes à la science, en passant par la religion, la voûte étoilée a subi depuis l’Antiquité bien des métamorphoses. Loin d’être dépassée, l’histoire de notre rapport au ciel est le guide indispensable de nos interrogations actuelles. Attachée de presse : Patricia Ide-Beretti • 01 58 10 31 89

14

ISBN :978-2-13-059317-1

FLASH SUR...

ISBN : 9978-2-13-058481-0

~

Biologiste et philosophe, Pascal nouveL est professeur à l’Université de Montpellier. Il a publié plusieurs ouvrages, notamment : Le possible et les biotechnologies (avec Claude Debru, PUF, 2003), Histoire des amphétamines (PUF, 2009).


[

aRTs

]

un journal de la pensée esthétique de Zourabichvili

O

ISBN : 978-2-13-058565-7

Comment l’art nous touche-t-il ? De quelle manière la philosophie peut-elle appréhender l’art ? Que valent les prétendues métaphores dans l’œuvre de Deleuze et de Guattari ? Cet ouvrage posthume du philosophe François Zourabichvili, mort prématurément à quarante et un ans, grand spécialiste de Deleuze et de Spinoza, se dévoile comme une suite de croquis logiques de sa pensée sur l’art. En effet, à travers une série d’articles passionnants, écrits dans une langue claire et belle, se succèdent de magistrales analyses d’œuvres littéraires, plastiques, cinématographiques. François Zourabichvili nous livre ici sa pensée sur l’art comme jeu et définit une esthétique pour le contemporain. L’œil du montage, la révolution, l’œuvre interactive, le jeu comme acte d’instaurer une règle toujours variable nous introduisent ici à la pensée de François Zourabichvili, à son œuvre propre.

~

François ZouRaBichviLi (1965-2006) était un philosophe spécialiste de Spinoza et Deleuze. Il a publié aux PUF : Deleuze. Une philosophie de l’événement (1994), Spinoza. Une physique de la pensée (2002) et Le conservatisme paradoxal de Spinoza. Enfance et royauté (2002), Le vocabulaire de Deleuze (2003).

Parution le 30 novembre Collection « Lignes d’art » 25 e • 256 pages

REVUE DES REVUES

FLASH SUR...

• revue d’histoire

littéraire de la France 2011 - n° 4

Quand Clément rosset fait son cinéma

20 e - 256 pages Parution le 7 décembre

• Propos sur le cinéma, Clément roSSeT

ISBN : 978-2-13-058680-7

De ce recueil de textes consacrés au cinéma, on retiendra les goûts cinématographiques, souvent déconcertants et ironiques, d’un Clément Rosset au mieux de sa forme. Né d’un entretien avec Roland Jaccard autour du premier film de son enfance, Les naufrageurs des mers du sud de Cecil B. de Mille, le livre évoque aussi les grandes revues cinématographiques françaises, qu’il s’agisse de Positif ou des Cahiers du cinéma, et traite de thèmes tels que « Psychanalyse et cinéma » ou « Philosophie et cinéma » ; enfin il réunit des extraits de textes parus dans différents ouvrages et revues.

ISBN : 978-2-13-058621-0

Parution le 23 novembre - 13 e - 144 pages - Collection « Quadrige / Essais débat »

Xviie siècle 2011 - n° 253 Histoire comparée des arsenaux de marine 24 e - 192 pages Parution le 30 novembre ISBN : 978-2-13-058714-9

• La linguistique

2011 - vol.47 - n° 2 Colette FeuiLLArD

31 e - 192 pages Parution le 7 décembre ISBN : 978-2-13-058722-4

Clément ROSSET est philosophe. Il a publié plusieurs ouvrages dans la collection « Perspectives critiques » dont Une passion homicide et Écrits satiriques (2008), ainsi que L’anti-nature ; Schopenhauer ; philosophe de l’absurde ; L’esthétique de Schopenhauer ; La philosophie tragique ; Logique du pire, repris au format de poche dans la collection « Quadrige ».

15

Contact : Hanna Buisseret 01 58 10 31 60

Attachée de presse : Patricia Ide-Beretti • 01 58 10 31 89


[

aRTs

]

genèse de la photographie, invention de la modernité.

C

À l’autre bout, 1917 voit l’interruption de la parution de la revue Camera work fondée en 1903 par Alfred Stieglitz, infatigable promoteur de l’art photographique, et plus largement de l’art moderne. Entre ces deux dates, un point nodal, 1889 : la commercialisation par George Eastman du premier Kodak, qui souligne l’aspiration démocratique comme un contenu majeur de l’idée de photographie au XIXe siècle. François Brunet l’étudie ici en Europe, mais aussi aux États-Unis, dimension largement négligée jusqu’à présent. Ainsi, on verra comment l’idée de photographie est à la fois évidence de l’image ancrée dans le réel et utopie d’une pratique déterminée dès son commencement comme accessible à tous. C’est la généalogie de cette idée qui permet d’en comprendre la radicalité et la productivité, dont on retrouve de nombreuses traces dans les débats actuels sur la technologie, la philosophie et l’esthétique de l’image.

ISBN : 978-2-13-059326-3

et ouvrage est une histoire de la photographie classique, ou du moins de sa genèse au XIXe siècle. Or, ce qui commande au XIXe siècle l’idée de photographie, est la notion d’invention plutôt que celle d’image, et ce dans un double rapport à l’historicité et à la technicité. De fait, le découpage chronologique de cette étude se borne à la période 1839-1917. 1839 est l’année de la publication des premiers procédés photographiques et surtout d’une loi qui, en France, consacre les inventeurs Daguerre et Niépce et institue le statut de la photographie.

Parution le 7 décembre Hors collection 29 e • 368 pages

~

Membre senior de l’Institut universitaire de France, François BRunet enseigne l’histoire des arts, de la littérature et de la culture des États-Unis à l’Université Paris Diderot. Il a notamment publié Visions de l’Ouest : photographies de l’exploration américaine 1860-1880, catalogue de l’exposition présentée en 2007 au Musée d’art américain de Giverny, Photography and Literature (2009), et une anthologie critique de textes américains du XIXe siècle sur les images : Agissements du rayon solaire (2009).

FLASH SUR... • La rhétorique des arts, Sous la direction de LAurenT PernoT Parution le 7 décembre - 20 e - 240 pages - Hors collection

Cet ouvrage collectif, issu d’un colloque présidé par Marc Fumaroli, de l’Académie française, apporte une nouvelle perspective sur l’histoire intellectuelle et artistique de l’Europe, prolongeant en cela l’Histoire de la rhétorique dans l’Europe moderne, publiée aux PUF en 1999. Son propos consiste à mettre les beaux-arts en relation avec la rhétorique : d’un côté, la peinture, la sculpture, l’architecture, la musique ; de l’autre, l’art de produire et d’analyser les discours. Rapprochement inattendu, et pourtant… Alors que la rhétorique a parfois la réputation d’être une discipline aride ou spécialisée, on découvre ici que, tout au long de l’histoire européenne, elle a constitué pour les artistes une référence partagée, un répertoire de thèmes et de formes d’expression, une sorte de langue commune. Allant plus loin, la rhétorique a exercé une influence sur les arts. S’est constitué un art de persuader propre à chaque art.Tels sont les thèmes sur lesquels porte la réflexion, à propos d’une longue durée qui couvre l’Antiquité gréco-romaine, le Moyen Âge occidental et byzantin, la Renaissance, l’Âge classique et l’époque moderne contemporaine. Attachée de presse : Patricia Ide-Beretti • 01 58 10 31 89

16

ISBN : 978-2-13-058497-1

une dimension méconnue de l’histoire des arts


[

HIsTOIRe

]

Blandine Kriegel analyse la naissance de la république moderne en europe C’est sur un aspect demeuré à notre avis inaperçu, que portera notre “étude : la contribution éminente et fondamentale des penseurs français à la naissance de la république des Provinces-Unies. » Quels étaient les

ISBN : 978-2-13-058557-2

Français qui ont ainsi appuyé la révolte des Provinces-Unies ? Pourquoi et avec quels motifs l’ont-ils fait ? Quelles étaient les idées neuves qui les motivaient ? Que nous apprend enfin sur la république en général, la première expérience de république moderne d’État ? Telles sont quelques-unes des questions auxquelles nous tentons ici d’apporter quelques éléments de réponse. Blandine Kriegel, extrait de l’introduction.

À

l’heure où, partout dans le monde, les peuples se tournent vers la république démocratique, mais à l’heure aussi où l’Europe hésite à bâtir une république commune, que sait-on véritablement de l’histoire de la république européenne ? Est-elle issue, comme l’affirme nombre d’historiens anglais, des cités antiques et médiévales ? Est-elle née comme le voudrait un préjugé francocentrique tenace de la Révolution française de 1789 ?

Parution le 16 novembre Hors collection 24 e • 392 pages

En contournant ces deux généalogies — trop longue ou trop courte — la philosophe Blandine Kriegel retrace ici une histoire originale et inédite de la république moderne. Celle-ci naît en effet de la rencontre inattendue des traditions des républiques de cité et de celle du droit politique moderne de l’État qui permet à l’insurrection des Pays-Bas néerlandais de vaincre le despotisme impérial de Philippe II. Mieux, tous les États-nations européens, au premier rang desquels la France et l’Angleterre, contribuent à sa victoire. Mieux encore, le droit politique neuf de cette première république d’État qui s’affiche dans les discours de Guillaume d’Orange, véritable « Prince moderne », comme dans les Déclarations d’indépendance des Provinces-Unies, est rédigé par des Français, protestants et « politiques ». L’épilogue de cette histoire culmine avec le « Grand Dessein » d’Henri IV et de Sully de construire une république européenne… devant laquelle nous trébucherons encore. La république moderne, une idée européenne ? Ou quand le retour sur le passé peut permettre de frayer la voie à l’avenir.

Blandine KRIEgEl

~

Philosophe, professeur émérite de l’Université Paris X, Blandine Kriegel a joué un rôle pionnier dans le redéploiement de la philosophie politique en remettant à jour la notion d’État de droit qui lui a valu un succès international. Son œuvre explore la philosophie et l’histoire politique à travers l’évolution de l’État et les concepts du droit politique de la république antique et moderne. Elle est en partie traduite (anglais, chinois, etc.) et plus discutée aujourd’hui à l’étranger, notamment aux États-Unis, qu’en France. Blandine Kriegel, membre du Comité consultatif d’éthique, a été conseillère à la présidence de la République (2002-2007) et présidente du Haut Conseil à l’Intégration. Elle est directrice des collections « Questions » et « Les chemins de l’histoire » aux PUF.

17

Attachée de presse : Patricia Ide-Beretti • 01 58 10 31 89


[

HIsTOIRe

]

L’expresion publique au Moyen Âge : apport d’Habermas et études de cas.

L

Mais c’est à l’enquête empirique qu’il appartient de définir les lieux et les moments, les formes et les acteurs de cet échange politique au Moyen Âge, de la place publique à la cour du roi en passant par l’université et les conseils de ville. À travers différentes études de cas, on tente ainsi de saisir la manière dont se déploie une sphère où les hommes du Moyen Âge ont pu éprouver un usage politique de la raison.

~

Ouvrage publié sous la direction de Patrick BoucheRon et nicolas oFFenStadt, tous deux historiens et enseignants à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne. Ils s’intéressent, chacun à leur manière, aux usages contemporains du passé médiéval. Nicolas Offenstadt est membre du Comité de vigilance face aux usages publics de l’histoire (CVUH).

ET AUSSi... PENSER L’HiSTOiRE

ISBN : 978-2-13-.....

’histoire du Moyen Âge n’est pas seulement celle de la domination : on échange, on débat, on critique, on proteste. Mais s’agit-il pour autant d’un espace public au sens que le philosophe allemand Jürgen Habermas a donné à ce terme ? Telle est la question que posent les différentes contributions rassemblées dans ce livre, proposant d’abord une réflexion sur les intentions et les implications de la théorie habermassienne, explorant notamment les usages qu’en firent historiens et spécialistes des sciences sociales.

Parution le 5 octobre Collection « Le Noeud gordien » 28 e • 380 pages

• L’historiographie, nicolas oFFenSTADT Parution le 12 octobre - 9 e - 128 pages Collection « Que sais-je ? »

Ce livre, en privilégiant une approche thématique, permet de présenter jusqu’aux courants les plus récents et les plus dynamiques de l’historiographie : la nouvelle histoire mondiale (global history) ou encore l’histoire du ¨gender¨, du genre (c’est-à-dire le sexe tel qu’il est socialement vécu et construit). L’historien sait bien aujourd’hui qu’il lui faut réfléchir sur ses pratiques et ne pas faire comme s’il n’était ni d’aucun temps, ni d’aucun lieu. Cela invite à interroger la place des historiens dans nos sociétés où les débats sur le passé sont parfois très douloureux.

REVUE DES REVUES

Contact : Hanna Buisseret 01 58 10 31 60

• revue d’assyriologie et

• revue historique - n° 659

78 e - Parution le 7 décembre

26 e - 256 pages Parution le 21 septembre

d’archéologie orientale 2010 - vol. 104

ISBN : 978-2-13-057711-9

enjeux de pouvoir à notre-Dame de Paris

ISBN : 978-2-13-058752-1

Attachée de presse : Patricia Ide-Beretti • 01 58 10 31 89

18

ISBN : 978-2-13-059157-3

Contrairement à ce que la place de l’histoire en France pourrait faire croire, faire de l’histoire n’a rien de naturel, réfléchir le passé non plus. Certaines sociétés se dispensent de tout regard sur ce qui semble terminé, tandis que – dans les nôtres – d’aucuns appellent sans cesse à se projeter dans l’avenir sans se retourner. Il faut donc comprendre comment la discipline et le métier d’historien se sont constitués, pourquoi et comment les historiens travaillent ; comment, aussi, leurs questions et leurs manières de faire évoluent en fonction des défis de leur temps.


[

DROIT

]

Le premier dictionnaire de la police et de la justice

R

Ainsi, cet ouvrage offre-t-il un panorama général des questions de police et de justice. Conçu et rédigé comme un outil de travail, il donne, pour chaque notion, la définition, les grands principes et les évolutions récentes. Il contribuera avec profit à la formation et la réflexion intellectuelles de ceux qui, assurent la sûreté juridique et la sécurité publique, et au-delà à la culture générale de tous les citoyens.

ISBN : 978-2-13 057784-3

ecouvrant un large champ de la vie sociale, les diverses entrées de ce dictionnaire appartiennent aux multiples disciplines des sciences humaines (droit, histoire, philosophie, sociologie), mais aussi à la médecine. Elles abordent tant des questions doctrinales (rétribution, vengeance) que pratiques (autopsie, balistique). Pour mener à bien cette entreprise, il a été fait appel à plus de quatre-vingt-dix auteurs, des universitaires ainsi que des praticiens spécialisés. Un grand nombre de ces derniers enseignent à l’Institut de criminologie de Paris (Université Panthéon-Assas, Paris II).

Parution le 30 novembre Collection « Major » 29 e • 400 pages

~

• La dangerosité saisie par le droit pénal geneviève giuDiCeLLi-DeLAge et Christine LAzergeS Parution le 26 octobre - 18 e - 320 pages - Collection « Les voies du droit »

et si nous étions en train de bâtir une société de la peur ? Déjà en 1982, l’immense juriste Jean Carbonnier écrivait : « Les modernes ont mis en forme criminologique cette méfiance ancestrale, et c’est la théorie de l’état dangereux : le menu fait symptomatique devrait être soigné, sinon puni, non pour le peu qu’il est, mais pour l’abîme qu’il dévoile ». Ce sont aujourd’hui les fondements du droit pénal classique qui sont ébranlés, voire bafoués : le principe de l’égalité, le principe de nécessité, le principe de proportionnalité, la présomption d’innocence. Ne sommes-nous pas en train de bâtir sur le sable une société de la peur ou l’égale dignité de chaque être humain est en danger sans que pour autant des gages nouveaux de sécurité accrue et de protection publique soient donnés ?

ISBN : 978-2-13-057475-0

FLASH SUR...

ISBN : 978-2-13-057475-0

Ouvrage publié sous la direction de Stamatios tZitZiS directeur de recherche au CNRS, directeuradjoint de l’Institut de criminologie de Paris (Université Paris II), professeur associé à l’Université Laurentienne (Canada) ; Guillaume BeRnaRd, maître de conférences (HDR) à l’ICES et Sciences Po Paris ; denise JoLivet, secrétaire générale honoraire de l’Institut de criminologie de Paris (Université Paris II).

REVUE DES REVUES • Droits 2010 - n° 52

L’esclavage : la question de l’homme

• Droit du travail, Pascal LoKieC

Tome 1 - Les relations individuelles

Parution le 7 décembre 32 e - 240 pages

Parution le 5 octobre - 32 e - 480 pages - Collection « Thémis »

ISBN : 978-2-13-057706-5

Tome 2 - Les relations collectives de travail Parution le 26 octobre - 32 e - 480 pages - Collection « Thémis » - ISBN : 978-2-13-057345-6

Le droit du travail est devenu par son importance pratique et la place qui lui est aujourd’hui reconnue tant dans les amphithéâtres des universités que dans les grands débats de société (trente-cinq heures, licenciement, emploi…), un thème majeur du droit. Il présente pour spécificité de posséder une dimension à la fois individuelle (le rapport de travail) et collective (les relations professionnelles). Cette double dimension, plus développée encore aujourd’hui qu’à l’époque où le « Thémis » avait pour auteurs J. Rivero et J. Savatier, justifie que soient rédigés deux tomes distincts. Chacun d’entre eux entend présenter l’état du droit de manière à la fois pédagogique et complète, et proposer au lecteur une analyse synthétique de l’essentiel des questions qui agitent aujourd’hui les spécialistes de la matière.

• revue française de droit

constitutionne - 2011- n° 88 Didier MAuS, Louis FAvoreu

Parution le 7 décembre 26 e - 224 pages ISBN : 978-2-13-058243-4

Contact : Hanna Buisseret 01 58 10 31 60

• Les grandes notions du droit privé, Judith roCHFeLD

Parution le 9 novembre - 35 e - 730 pages - Collection « Thémis » - ISBN : 978-2-13-055188-1

• Procédure pénale, Coralie AMBroiSe-CASTeroT, Philippe BonFiLS Parution le 9 novembre - 29 e - 512 pages - Collection « Thémis » - ISBN : 978-2-13-057346-3 19

Attachée de presse : Patricia Ide-Beretti • 01 58 10 31 89


[

sOcIÉTÉ

]

Baby-boomers : quand la famille fait boom !

E

À partir de données démographiques, d’enquêtes et de récits de vie de 90 baby-boomers de Londres et Paris, ce livre décrit cette métamorphose. Il montre la diversité des chemins et les tensions qu’elle a engendrées au sein des couples et des générations : si le lien de filiation reste une donnée essentielle pour les baby-boomers, il en va autrement du lien conjugal qui est toujours à reconstruire. En cela, les baby-boomers ont réinventé la famille : sans la renier, ils ont prouvé qu’elle pouvait s’adapter au désir de liberté.

ISBN : 978-2-13-058099-7

n soixante ans, la famille s’est radicalement métamorphosée : autrefois unique, elle est devenue plurielle. À la fin des années 1960, les baby-boomers, élevés selon des normes familiales ancrées dans le XIXe siècle, sont porteurs de nouvelles valeurs de liberté et d’indépendance. Certains prédisaient la mort de la famille ; qu’en a-t-il été réellement ? Comment les femmes de ces générations, pionnières en matière d’accès au travail salarié, ont-elles initié un nouveau modèle à l’inverse de celui de leur mère ? Comment les baby-boomers français ont-ils concilié leurs aspirations à l’autonomie avec le modèle culturel de la famille solidaire ? Les baby-boomers britanniques ont-ils évolué différemment ? Parution le 23 novembre Collection « Le Lien social » 29 e • 388 pages

~

• Les vieilles élites de la nouvelle économie geoffrey geuenS Parution le 23 novembre - 16 e - 216 pages - Collection « La Politique éclatée »

nouvelle économie : un envers du décor Selon l’auteur qui étudie la question dans son pays, la Belgique, mais aussi en France et aux USA, les responsables des principaux groupes internationaux du multimédia et des TIC s’identifient aux managers apatrides et apolitiques de la « révolution numérique ». Dans le discours social, ces dirigeants se doivent de tenir bon contre les dynasties d’affaires, les financiers anglo-saxons et la vieille noblesse d’État ; et d’incarner le mythe de l’entreprise technologique. Or, les « vieilles » élites des nouveaux médias devraient pourtant être considérées pour ce qu’elles sont, à savoir de fidèles et dignes représentantes des classes dirigeantes traditionnelles…

• Le destin de la classe ouvrière, Maurice HALBwACHS Parution le 23 novembre - 31 e - 680 pages - Collection « Le Lien social »

Ce volume réunit pour la première fois deux livres depuis longtemps introuvables de Maurice Halbwachs (1877-1945), élève de Bergson et de Durkheim, immense sociologue de l’entre-deux-guerres qui fonda la sociologie de la mémoire collective. Le premier, La classe ouvrière et les niveaux de vie. Recherches sur la hiérarchie des besoins dans les sociétés industrielles contemporaines, date de 1912. Le second, L’évolution des besoins dans les classes ouvrières, a été publié en 1933 à la suite du séjour de l’auteur à l’université de Chicago en 1930. Ces deux ouvrages portent sur la réalité sociale de la première moitié du dix-neuvième siècle. Fondés sur l’analyse détaillée des carnets de compte, ils permettent de connaître avec une grande précision les parts que consacraient dans leur budget les ouvriers et les employés de l’époque à leurs aliments, leurs vêtements ou leurs logements. Mais au-delà de cet intérêt historique, la réédition de ces deux livres concerne aussi le présent de nos propres sociétés puisqu’elle permet de mesurer, sur des bases précises, l’évolution des consommations sur un siècle. Ces deux livres constituent des jalons dans l’histoire sociale des ouvriers mais aussi de la consommation et des façons de l’appréhender. Ils enregistrent déjà, à vingt ans d’intervalle, entre l’avant et l’après 14-18, des transformations considérables. Attachée de presse : Caroline Psyroukis • 01 58 10 31 91

20

ISBN : 978-2-13-058590-9

FLASH SUR...

ISBN : 978-2-13-058371-4

catherine BonvaLet démographe, est directrice de recherche à l’INED (Institut national d’études démographiques). céline cLéMent, est maître de conférences à Paris Ouest Nanterre La Défense. Jim oGG, est chercheur à la Direction des recherches sur le vieillissement (CNAV).


Les relations sociales, comment ça marche ? ISBN : 978-2-13-059064-4

C

e livre étudie la façon dont les relations et les réseaux personnels forment un système qui évolue au cours de la vie et qui construit le lien entre l’individu et le monde social. Les amis, parents, collègues et connaissances constituent l’entourage, le réseau d’une personne. Un réseau toujours en évolution : au cours de la vie, certaines relations disparaissent, d’autres naissent, certaines s’affirment ou se dissocient. Les évolutions de ce système relationnel sont liées aux situations sociales et aux événements de la vie. Elles ouvrent l’accès à différents milieux en dessinant un système de contraintes, de ressources, d’influence. La sociologie des dynamiques relationnelles proposée ici explore ce « niveau intermédiaire » d’appréhension du monde social, qui fait le lien entre individus, cercles sociaux et organisations. En mobilisant deux enquêtes inédites et les acquis d’une abondante littérature, ce livre explore la dynamique des réseaux personnels dans les différentes phases des parcours de vie.

Parution le 23 novembre Collection « Le Lien social » 29 e • 356 pages

alain deGenne, claire BidaRt et Michel GRoSSetti sont tous trois sociologues au CNRS. Ils ont publié respectivement des ouvrages sur les réseaux sociaux, l’amitié, l’entrée dans la vie adulte, l’action intentionnelle, l’imprévisibilité, les bifurcations, les politiques publiques territoriales, les relations entre science et industrie, les méthodes statistiques.

• vocabulaire d’analyse des activités Jean-Marie BArBier Parution le 9 novembre - 15 e - 152 pages - Collection « Formation et pratiques professionnelles »

ISBN : 978-2-13-059286-0

~

FLASH SUR... Ce vocabulaire, proposé par Jean-Marie Barbier, professeur au Conservatoire national des arts et métiers et directeur du Centre de recherche sur la formation et de la Maison de la recherche sur les pratiques professionnelles, est un outil qui permettra à tous ceux qui utilisent professionnellement la terminologie de l’action de se questionner sur les catégories dont ils usent. Il est destiné à tous les professionnels et chercheurs pour qui l’analyse des activités apparait comme une entrée stratégique.

REVUE DES REVUES

Contact : Hanna Buisseret 01 58 10 31 60

• Sociologie 2011 - n° 3

• L’année sociologique 2011 - vol. 61 - n° 2

ISBN : 978-2-13-058760-6

Parution le 26 octobre 26 e - 256 pages

Parution le 26 octobre 20 e - 160 pages

• ethnologie française 2011 - n° 4

valeurs, métier et action : évolutions et permanence raymond BouDon

ISBN : 978-2-13-058702-6

La diffusion des sports Jean CuiSenier

• Le travail humain 2011 - vol. 74 - n° 4

Parution le 5 octobre 22 e - 192 pages

Parution le 7 décembre 21 e - 96 pages

ISBN : 978-2-13-058414-8

Activités et risques psychosociaux

ISBN : 978-2-13-058765-1

21

Attachée de presse : Caroline Psyroukis • 01 58 10 31 91


[

sOcIÉTÉ

]

une révolution gourmande !

L

ISBN : 978-2-13-05 92

35-8

e Guide Champérard est une institution gastronomique depuis trente ans. Cette année, le Guide connaît une révolution, transformé en « Champérard Premium ». Simple, vrai, direct : le Guide Champérard Premium 2012 est à l’image de cette grande cuisine pour tous que prône depuis toujours Marc de Champérard.

Notre pari ? Inventer le guide du millénaire naissant en n’y mettant que l’indispensable, en nous posant la vraie question, celle de l’envie. Avons-nous envie d’aller dans ce restaurant, de consommer tel produit ou de boire tel vin ? Voici donc 1 200 bonnes raisons d’être gourmand tout au long de l’année. Alors, quid des 10 000 adresses du guide que vous connaissez ? Vous les retrouverez sur le site www.guidechamperard.com. Elles seront, au fil du temps, des visites et de vos commentaires, enrichies de photos voire de vidéos. Vous pourrez ainsi, en toute connaissance de cause, faire vos réservations. (…)

Parution le 12 octobre

Désormais, vous aurez à votre disposition deux guides : le Champérard généraliste numérique sur notre site, et le Premium, plus détaillé pour une sélection plus fouillée chez votre libraire préféré. Dans cette nouvelle édition, nous avons tenu à mettre en valeur Joël Robuchon, le plus grand chef français en exercice, mais aussi deux femmes d’exception que vous découvrirez dans notre palmarès. La cuisine moléculaire est aujourd’hui morte de sa belle mort. Nous avons été les premiers à vous informer de son côté intrinsèquement pervers et sans avenir. Comme disait Bernard Loiseau, «la seule star, c’est le produit». Le produit est donc de retour. En revanche, le savoir-faire et la technique en cuisine ont tendance à se perdre. Trop de chefs ne maîtrisent pas leur art à fond. Cela donne du tout et du n’importe quoi. Attention à ne pas encenser ce dérisoire- là, ce que les médias font trop souvent, faute d’avoir du sérieux à vous mettre sous la dent ! (…) Enfin, tous les symboles du Champérard ancien ont été supprimés, les classifications ont évolué seule la note est restée pour les restaurants. Voilà notre nouvelle édition. Vous jugerez de sa qualité et des améliorations qui ont été pensées à votre intention. Comme chaque fois, amis lecteurs, c’est vous qui aurez le dernier mot.

Marc de CHAMPÉRARD, Préface Premium

29 e • 672 pages

•Une classification des res-

taurants simplifiée, triés par catégories : Les Grandes Tables, les Tables à suivre, les restaurants où l’on trouve une cuisine classique régionale ou une cuisine étrangère, les Bistrots, les Brasseries, enfin les “Pourquoi pas ?”.

•Des

cartes en couleurs pour repérer en un clin d’oeil rest aurants et bonnes adresses (viticulteur s, boulangers, bouchers, confiseurs…).

~

Né à Lyon, capitale gourmande s’il en est, Marc de chaMPéRaRd est devenu une référence dans l’univers gastronomique, non seulement parce qu’il publie chaque année, depuis trente ans, le fameux Guide champérard, mais aussi parce qu’il hante depuis toujours les restaurants, en salle mais surtout en cuisine, côtoie les chefs, connus ou méconnus, comme les artisans et producteurs français de tout bord. Sa passion et son engagement à défendre les produits du terroir et le patrimoine gastronomique de la France sont tout aussi entiers que sa volonté à partager le plaisir gourmand avec tous. C’est pourquoi il a été le co-fondateur de l’Université populaire du goût et le créateur de l’Université populaire de la cuisine. Il a également publié de nombreux ouvrages, dont aux Puf « Mes mots gourmands » (2009) « Le manger vrai » (2010), enfin « La grande cuisine pour tous » (Puf, 2010) et « Les quatre saisons des grands chefs » (Puf, 2011) .

• Les 100 lieux de la gastronomie, Alain BAuer et Laurent PLAnTier 9 e - 128 pages - Collection « Que sais-je ? »

Une promenade en gastronomie conduit le gourmand vers les meilleures tables du monde, auréolées d’étoiles. Mais il flâne volontiers aussi dans les marchés d’exception, recherche les meilleures boutiques (confiseries, épiceries, etc.), visite les terroirs… Il n’oublie pas non plus qu’il faut parfois quitter les sentiers battus tant certains trésors culinaires ne se découvrent qu’en explorant les quartiers populaires. De Eataly, grande surface turinoise du slow food à la Tour d’Argent, du marché aux poissons de Tsukiji (Tokyo) au restaurant D.O.M. à Sao Paulo, des grandes tablées des Hawker Centres de Singapour aux vignobles australiens de Barossa Valley, cet ouvrage propose, à travers 100 lieux célèbres ou à découvrir, une géographie des plus savoureuses. Attachée de presse : Caroline Psyroukis • 01 58 10 31 91

22

ISBN :978-2-13-058825-2

FLASH SUR...

Parution janvier 2012


[

Psy

]

Fécondité des pulsions de mort

Les pulsions de mort, situées au plus inconscient de l’être humain, ne font-elles œuvre que de destruction ou revêtent-elles parfois une forme dynamique, en définitive au service des formes de vie ? C’est cette dernière hypothèse que développe l’œuvre de Nathalie Zaltzman, en évoquant la pulsion anarchiste, davantage déliaison que destruction. Côtoyer la mort, s’en approcher au plus près est parfois la meilleure façon de ne pas s’y soumettre. La « pulsion anarchiste » est une des contributions les plus originales à la psychanalyse d’aujourd’hui, qui envisage les pulsions de mort sous l’angle paradoxal de leur fécondité. La pulsion anarchiste, les déliaisons qu’elle produit, n’ont d’autre visée que de rendre la vie à nouveau intéressante, appelant à se tenir en équilibre instable « entre la fragilité des raisons de vivre et leur indestructibilité ».

ISBN : 978-2-13-058887-0

H

uit psychanalystes débattent autour de l’œuvre de Nathalie Zaltzman, l’une des plus vivantes de la psychanalyse française de ces dernières décennies, au sein de laquelle côtoyer la mort est parfois la meilleure façon de ne pas s’y soumettre.

Parution le 16 novembre Coll. « Petite bibliothèque de psychanalyse » 16 e • 224 pages

Volume sous la direction de Jacques andRé, psychanalyste, professeur de psychopathologie à l’Université Paris-Diderot – Paris VII, directeur de la collection « Petite bibliothèque de psychanalyse » aux Puf.

~

Avec la collaboration de : Nathalie ZAlTZmAN, André BEETschEN, catherine chABERT, corinne ERhENBERg, Roberta guARNIERI, Jean-michel hIRT, Dominique scARfoNE, Evelyne TysEBAERT.

quel rôle Shakespeare a-t-il joué dans l’élaboration de la psychanalyse ?

L

Elle en suit le destin, de sa genèse à son accomplissement dans le Moïse. Shakespeare y apparaît comme outil pour penser la question du « vrai » auteur. Au fil des chapitres se dessine la silhouette singulière du Shakespeare de Freud. Les citations de Shakespeare et son nom apparaissent comme des revenants, au cœur de la langue de Freud, éclairant les formations de l’inconscient (mots d’esprit, lapsus, rêves), la folie, le meurtre des pères, le retour du ghost. Et si Shakespeare n’était pas Shakespeare ? Deux chapitres enquêtent sur l’hypothèse freudienne d’un « grand inconnu » qui se cacherait derrière le nom de Shakespeare, et rapprochent ce nom de celui de Moïse, l’autre « étranger ».

ISBN : 978-2-13-059068-2

a psychanalyse aurait-elle été différente sans Shakespeare ? Freud lui donne une place à part, à la croisée de son roman familial et de son œuvre. Dans la langue de Freud, ce sont des dizaines de citations, une vingtaine de pièces, plus de trente personnages, Hamlet en tête, suivi de près par Macbeth et Lady Macbeth, Brutus, César, Falstaff… Pour Henriette Michaud, il y a bien au cœur de l’œuvre de Freud, une « fonction Shakespeare », liée à la force de ses mots et à l’énigme de son nom.

Parution le 5 octobre Coll. « Petite bibliothèque de psychanalyse » 15 e • 200 pages

henriette Michaud, est psychanalyste, membre du Cercle Freudien. Docteur de Recherches en psychanalyse (Université Paris Diderot) et agrégée d’anglais, elle a contribué à un livre collectif sur les correspondances de Freud (PSN, 2007) et publié une étude sur Yves Bonnefoy traducteur de Shakespeare (Cahiers de l’Herne Yves Bonnefoy, 2010).

~

23

Attachée de presse : Caroline Psyroukis • 01 58 10 31 91


[

Psy

]

un outil psychanalytique encore méconnu

C

Ce livre, qui donne au corps toute son importance organisatrice pour la psyché, montre que l’on peut innover à partir de Freud pour aider psychanalytiquement ces personnes qui présentent des souffrances identitaires et narcissiques.

ISBN : 978-2-13-059059-0

et autre divan utilise autrement le divan de la cure psychanalytique classique : le divan est placé dans le vis-à-vis du regard de l’analyste. Si cette pratique peut éveiller la curiosité, l’auteur s’applique ici à en théoriser la valeur organisatrice pour la psyché puisqu’elle s’adresse spécialement aux patients dont la mémoire du corps a gardé les traumatismes primaires enkystés bloquant ainsi l’évolution libidinale et se manifestant par une symptomatologie souvent bruyante particulièrement dangereuse pour le fonctionnement psychique et pouvant engager des risques vitaux. Il s’agit d’un outil encore trop méconnu adapté aux pathologies non névrotiques des patients dont le fonctionnement psychique est une contre-indication du divan habituel. Ce concept de la « Psychothérapie Psychanalytique Corporelle » (PPC) est issu de la rencontre des travaux de Julian de Ajuriaguerra et des recherches post-freudiennes sur les pathologies des limites. Parution le 12 octobre Collection « Le Fil rouge » 28 e • 312 pages

~

FLASH SUR...

• Manuel de psychothérapie brève des troubles émotionnels de l’enfant, Filippo MurATori, Francisco PALACio eSPASA Parution le 2 novembre - 27 e - 264 pages - Collection « Le fil rouge »

L’ambition de ce manuel consiste à suggérer une voie, pour modifier des interactions entre parents et enfants, qui ne se réduit pas simplement à indiquer et à prescrire aux parents des changements de comportements.

ISBN :978-2-13-059031-6

Monique dechaud-FeRBuS, psychanalyste, membre titulaire de la SPP, ancienne consultante à l’Hôpital Sainte-Anne à Paris, est présidente fondatrice de l’AEPPC (Association pour l’enseignement de la psychothérapie psychanalytique corporelle).

• La construction en psychanalyse Sous la direction de Juan MAnzAno, Adela ABeLLA La construction est devenue un concept charnière occupant une place centrale dans le débat actuel sur la pratique psychanalytique et psychothérapeutique, tant chez l’enfant et l’adolescent que chez l’adulte. Cette notion interroge la possibilité et les modalités de compréhension de la relation du sujet à son passé et s’avère donc capitale, non seulement pour les professionnels mais aussi pour tous ceux qui s’interrogent sur la relation de l’homme avec son histoire. Ce livre réunit les divers points de vue relatifs à la notion de construction, exposés par des auteurs prestigieux représentatifs de divers courants de pensée de la psychanalyse d’aujourd’hui.

ISBN : 978-2-13-059291-4

Parution le 30 novembre - 22 e - 248 pages - Collection « Le fil rouge »

• en deçà de la sublimation, Murielle gAgneBin Qui est vraiment l’auteur d’une œuvre d’art ? Celle-ci, à un moment bien précis de son élaboration, n’est plus dirigée par l’artiste lui-même mais par une entité autre, que Murielle Gagnebin dénomme « Ego alter ». Elle l’aborde par la notion psychanalytique de projection avec son cortège de régressions et de dépersonnalisations. Ce, à travers des œuvres littéraires (Rousseau, Artaud, Walser, des Forêts, Bonnefoy, Barthes), des œuvres plastiques (Van Gogh, le surréalisme, les frères Van Velde, et des peintres contemporains) et des cinéastes, tels Eustache, Sokurov, Van der Keuken. Ces terres insolites ne sauraient être confondues avec le domaine du rêve, dont M. Gagnebin analyse les multiples fonctions, à même des films. L’auteur s’interroge sur les éclipses de cet Ego alter avec Beckett, Amiel, et Angelopoulos.

ET AUSSi...

À découvrir page 29

Attachée de presse : Caroline Psyroukis • 01 58 10 31 91

• De l’âge bête - inédit. Un ouvrage de Paul Denis, qui décrypte le travail psychanalytique auprès des enfants et des adolescents. 24

ISBN : 978-2-13-059111-5

Parution le 19 octobre - 28 e - 264 pages - Collection « Le fil rouge »


quelle éthique pour la psychanalyse ?

I

Mais en tant que méthode basée sur le transfert de motions pulsionnelles, c’est l’« homme de l’éthique », avec ses valeurs morales et esthétiques, qui l’interpelle et la contraint à préciser ses principes spécifiques. La formule de Freud, « sincérité totale contre discrétion absolue », soutient cette exigence d’avoir à côtoyer et penser le transgressif plutôt que de le bannir et le condamner. L’ouvrage traite donc aussi de l’éthique dans ses implications pratiques dans le cadre de la cure, de ses enjeux dans la construction de la méthode analytique et de sa place dans la formation dispensée aux psychanalystes de demain. Bernard cheRvet est psychiatre, psychanalyste, président de la SPP et membre titulaire formateur de la SPP et de ses Instituts. Il est également membre du comité éditorial des « Monographies et débats de psychanalyse ». Jean-Michel PoRte psychiatre, psychanalyste, est membre titulaire formateur de la Société psychanalytique de Paris qu’il a présidée entre 2007 et 2011. Avec le professeur Claudio Eizirick, ancien président de l’Association psychanalytique internationale, il a présidé le colloque dont les actes sont publiés ici.

~

• Avec la collaboration de : Marilia Aisenstein, Jean-Louis BALdAcci, thierry BokAnowski, Bernard Brusset, Bernard chervet, emmanuelle chervet, Paul denis, Gilbert diAtkine, Jean-Luc donnet, Annette FréJAviLLe, André Green, cláudio LAks eizirik, roger Misès, Françoise MoGGio, claire-Marine FrAnçois Poncet, Jean-Michel Porte, Frédéric worMs.

ISBN : 978-2-13-059272-3

l ne s’agit ici, ni de recenser les règles qui régissent la technique analytique, ni de dénoncer quelques nouvelles dérives spectaculaires de la pratique analytique. Ce collectif s’intéresse plutôt à l’évolution du concept depuis Freud et à sa place dans les conceptions psychanalytiques au regard des profonds bouleversements sociaux et technologiques. En effet, depuis l’effondrement du mythe du Progrès au cours du XXe siècle, tous les champs de la culture se sont confrontés à une réflexion éthique. En tant que méthode thérapeutique, la psychanalyse ne pouvait échapper à l’éthique séculaire médicale, tout comme actuellement, l’éthique du soin.

Parution le 23 novembre Coll. « Monographies et débats de psychanalyse » 26 e • 240 pages

REVUE DES REVUES • Journal de la psychanalyse de l’enfant - 2011 - n°1

Parution le 12 octobre 26 e - 320 pages

ISBN : 978-2-13-059268-6

• La psychiatrie de l’enfant 2011

FLASH SUR... • La compulsion de répétition

Sous la direction de Bernard CHerveT Parution le 19 octobre - 28 e - 224 pages Collection « Monographies et débats de psychanalyse »

Ce volume a pour objet la compulsion de répétition aussi bien dans ses implications théoriques que pratiques grâce à des études fondées sur le travail en séance et les difficultés rencontrées par les différents cliniciens. Perçue comme la résistance la plus redoutable que puisse rencontrer l’analyste et son patient, elle contient également une potentialité de transformations en faveur du but des thérapies psychanalytiques que cet ouvrage met en lumière. Ouvrage publié sous la direction de Bernard Chervet

ISBN : 978-2-13-059175-7

vol. 54 - n° 2

Parution le 7 décembre 38 e - 320 pages ISBN : 978-2-13-058730-9

• revue française de psychanalyse 2011 - tome 75 - n° 4 Pratiques psychanalytiques et société

Parution le 19 octobre 31 e - 320 pages

ISBN : 978-2-13-058745-3

• revue française de psychosomatique 2011 - n° 40 L’amour

Parution le 7 décembre 27 e - 192 pages ISBN : 978-2-13-058748-4

• Journal de la psychanalyse

Avec la collaboration de Christine Jean-Strochlic • Avec les contributions de : christian deLourMeL, christian GérArd, André Green, danielle kAswin-BonneFond, sabina LAMBertucci MAnn, Michel ody, elsa schMid-kitsikis, Françoise seuLin, nathalie ziLkA.

de l’enfant - 2011 - n°2 Autisme

Parution le 7 décembre 26 e - ISBN : 978-2-13-059269-3 Contact : Hanna Buisseret 01 58 10 31 60

25

Attachée de presse : Caroline Psyroukis • 01 58 10 31 91


[

Psy

]

Pourquoi le monde médical souffre-t-il ?

L

Cet ouvrage d’un chirurgien hospitalier analyse la perte d’autonomie professionnelle des médecins, consécutive à une conception gestionnaire et quantitative aussi bien de la maladie que de la relation de soin. Il nous montre que des logiques cohérentes sont à l’œuvre derrière les évolutions récentes. Il s’agit de logiques de standardisation censées nous « sécuriser », de la réaffirmation du risque zéro comme objectif ou du principe de précaution comme méthode. La science et l’objectivité sont alors présentées comme des réponses rassurantes face aux vicissitudes de la maladie ou aux difficultés du soin. Il y a là une méconnaissance profonde du débat épistémologique sur la nature de la maladie ou de la thérapeutique dont les principaux arguments sont ici récapitulés.

~

Julien duMeSniL est chirurgien hospitalier en obstétrique. Outre ses études de médecine, il a également étudié l’éthique à l’université Paris 12. Il poursuit un travail d’analyse critique et d’épistémologie médicale.

ISBN : 978-2-13-059083-5

’hôpital est en crise. Des logiques déshumanisantes sont régulièrement dénoncées par les professionnels de santé. Mais s’agit-il là de simples revendications corporatistes ou sommes-nous face à une mutation profonde de la relation de soin, une évolution susceptible de dégrader la qualité de la médecine ? Si cette dernière hypothèse était validée, alors les évolutions de l’organisation et du travail dans le secteur de la santé pourraient bien devenir un problème de société majeur. Qui peut en effet rester indifférent à la manière dont, dans un futur certain, il sera soigné ?

Parution le 23 novembre Collection « Souffrance et théorie » 17 e • 160 pages

résister et désobéir ; subir et reproduire.

C

e livre interpellera tous ceux qui s’intéressent à la souffrance au travail, mais aussi plus largement aux rapports de domination. Cherchant à résoudre l’énigme de la résistance et de la désobéissance au travail (en Guadeloupe), ce livre explore l’origine de ce phénomène dans les milieux professionnels, mais étudie aussi les conduites de résistance dans le cercle familial.

ISBN :9978-2-13-059084-2

Est mise d’abord en évidence une forme de stratégie collective de défense contre la souffrance au travail qui passe par l’adoption de conduites de résistance et de désobéissance transversales au genre et aux métiers. Puis, partant du concept d’assignation du genre proposé par Jean Laplanche, Valérie Ganem décrit un autre phénomène : l’assignation de la couleur de peau. Il lui est en effet apparu que les enfants nègres, c’est-à-dire ceux dont la couleur de peau était perçue comme la plus foncée de la fratrie ou de la famille, pouvaient subir plus souvent que les autres de la violence de la part des adultes. Ils pouvaient aussi électivement être désignés pour réaliser le travail domestique de la maisonnée. En infligeant ce traitement à leurs enfants, les adultes chercheraient à les préparer à la domination inhérente à leur condition de nègre. Des observations qui peuvent s’étendre bien au-delà de la Guadeloupe. Parution le 7 décembre

~

valérie GaneM est maître de conférences à l’Université Paris 13. Elle a exercé en qualité d’intervenante dans les milieux du travail aux Caraïbes pendant vingt ans. Elle intervient aujourd’hui en France métropolitaine et est membre de l’Association internationale des spécialistes en psychodynamique du travail (AISPDT).

• J’arrête de lutter avec mon corps, Jean-Christophe SezneC

Notre corps est devenu un terrain de lutte contre nous-mêmes ! Dans ce ring existentiel règne la maltraitance par la restriction ou l’addiction : qu’on se ronge les ongles, qu’on fume ou qu’on boive, qu’on ornemente son corps de tatouages, de piercings, ou que l’on cherche à s’oublier par une hyper-activité physique, professionnelle ou un comportement alimentaire inadapté, c’est toujours la même chose : le corps subit. Pour sortir de cette spirale, Jean-Christophe Seznec, spécialiste en thérapie comportementale et cognitive, propose ici, grâce à la thérapie par l’action, d’accompagner le patient dans une réflexion qui a pour but d’accepter son corps, ses pensées et ses émotions. Attachée de presse : Caroline Psyroukis • 01 58 10 31 91

26

59062-0

Parution le 5 octobre - 18 e - 320 pages - Collection « Psychoguides »

ISBN : 978-2-13-0

FLASH SUR...

Collection « Souffrance et théorie » 18 e • 160 pages


[ sPÉcIal ÉTuDIanTs : lIcence ] Permettre d’apprendre, de comprendre et de réussir : tel est le pari de tous les livres PUF, et en particulier de la collection « Licence », dédiée à tous les étudiants de L1, L2, L3. Lancée il y a maintenant trois ans, elle compte déjà 68 titres et couvre toutes les disciplines des sciences humaines. Son principe est simple : offrir à un prix unique de 15 e (pouvoir d’achat étudiant oblige), des synthèses de cours claires et efficaces, rédigées par des enseignants, tous universitaires au contact des étudiants. }

Méthodo

}

droit

}

économie

}

Géographie

}

histoire

•introduCtion à la maCroéConomie

}

Langues

Parution le 12 octobre - 15 e - 320 pages

}

Lettres

•Civilisation espagnole Contemporaine Marie-Claude CHAPUT, Julio PEREZ SERRANO

Parution le 19 octobre - 15 e - 350 pages ISBN : 978-2-13-057375-3

Rubin GOULvEN

ISBN : 978-2-13-057639-6

Philo

de l’europe depuis 1945 Sylvain KAHN

}

Psycho

Parution le 12 octobre - 15 e - 336 pages

Parution le 19 octobre - 15 e - 256 pages ISBN : 978-2-13-058982-2

Franck SALAüN

Parution le 16 novembre - 15 e - 272 pages ISBN : 978-2-13-058338-7

ISBN : 978-2-13-057200-8

}

Clarisse DiDELON Yann RiCHARD Gilles vAN HAMME

•les lumières

•Histoire de la ConstruCtion

}

•le territoire européen

•le roman jusqu’à

socio

la révolution française Jean-Paul SERMAiN

Parution le 19 octobre - 15 e - 272 pages ISBN : 978-2-13-058359-2

•droit de la famille Anne-Marie LEROYER

Parution le 9 novembre - 15 e - 272 pages ISBN : 978-2-13-057503-0

•les grandes questions sur la ville et l’urbain Jean-Marc STÉBÉ Hervé MARCHAL

Parution le 26 octobre - 15 e - 272 pages ISBN : 978-2-13-058361-5

•pHilosopHie des sCienCes Pascal NOUvEL

Parution le 26 octobre - 15 e - 256 pages ISBN : 978-2-13-058342-4

27

Attachée de presse : Patricia Ide-Beretti • 01 58 10 31 89


espace poches

QUADRIGE inédit

Quadrige

•Art et éthique - Perspectives anglo-saxonnes

MAnUEls

Sous la direction de Carole TALON-HUGON

Des œuvres d’art moralement transgressives défrayent régulièrement la chronique. Inversement, un certain nombre d’artistes contemporains affirment poursuivre par leurs œuvres, des buts éthiques. Cette dimension éthique, négative ou positive, a-t-elle une place dans la valeur globale de l’œuvre ? Est-elle légitime ? Quelles formes peut-elle prendre ? Que penser de l’idée de censure ? En France, la philosophie de l’art s’est emparée depuis peu de ce sujet, mais aux États-Unis il a donné lieu depuis une trentaine d’années à un débat théorique approfondi et passionnant. Cet ouvrage propose, traduits en français pour la première fois, une sélection de dix articles qui en sont issus, et qui ont joué un rôle séminal dans un vaste débat qui est loin d’être clos.

Attachée de presse : CAroline Psyroukis

Carole Talon-Hugon est professeur de philosophie à l’université de nice-Sophia antipolis et directrice du Centre de Recherches en Histoire des Idées. Elle a récemment publié L’Esthétique (PuF, Que sais je ?, 2004), Avignon 2005 : le conflit des héritages (actes Sud, 2006), Goût et dégoût. L’art peut-il tout montrer ? (éd. J. Chambon, 2003), Morales de l’art (PuF, 2009), et a dirigé le n° 6 de la nouvelle Revue d’Esthétique : « Éthiques d’artistes » (PuF, 2011).

PARUTION LE 2 NOVEMBRE 20 E • 384 pages

ISBN : 978-2-13-059296-9

nouveauté quadrige

Attachée de presse : CAroline Psyroukis

Quadrige EssAIs DébAts

•Pratiques sociales et représentations Sous la direction de Jean-Claude ABRIC

Comment analyser et comprendre les pratiques de prévention des jeunes face au sida ? Quels sont les facteurs qui déterminent certaines pratiques professionnelles ? Comment les membres d’une entreprise réagissent-ils à l’introduction d’un changement dans leur activité ? À toutes ces questions, la théorie des représentations sociales présentée ici permet d’apporter des éléments de réponse originaux. C’est le contenu des représentations sociales, mais aussi leur structure interne qui permet de comprendre comment les individus ou les groupes développent des pratiques sociales spécifiques. Jean-Claude abRIC est professeur émérite à l’université d’aix-Marseille. Il y a dirigé pendant 20 ans le laboratoire de psychologie sociale. Il est également consultant psycho-sociologue et travaille pour un certain nombre d’entreprises et d’organisations publiques.

PARUTION LE 9 NOVEMBRE 25 E • 312 pages

ISBN : 978-2-13-059041-5

nouveauté quadrige

Contact : ClAire bAllossier

Quadrige

•Sémiotique générale

MAnUEls

Anne HÉNAULT

« les enjeux de la sémiotique dont il s’agit ici, sous-tendent la conviction que la sémiotique peutêtre «mise en jeu», qu’elle est à la fois un exercice ludique et un engagement risqué. Elle n’est pas une science mais un projet scientifique, elle est un faire qui ne se justifie que si son but est la découverte. » (A. J. Greimas) L’auteur explique dans cet excellent ouvrage que si la sémiotique n’est pas une science comme les autres disciplines, traitant de la partie matérielle du langage telle la grammaire, elle n’est pas pour autant une discipline subjective et requiert une véritable démarche scientifique. anne HÉnaulT est Professeur des universités (sciences du langage) à l’IuFM de Paris et Directeur de recherche à l’Ecole doctorale de Paris IV. Elle dirige aux PuF, la collection « Formes sémiotiques ».

PARUTION LE 2 NOVEMBRE 25 E • 320 pages 28


Quadrige Quadrige EssAIs DébAts

•De l’âge bête - La période de latence Paul DENIS

L’âge bête correspondrait, selon la tradition, à une période de latence durant l’adolescence. Mais la bêtise ne mérite-t-elle pas une certaine considération, au moins le respect accordé à tout symptôme en psychanalyse d’enfant ? Elle a le mérite de constituer un moyen de traiter les émois et les bouleversements identitaires induits par l’entrée dans l’adolescence : dépression, violence, relations difficiles avec les proches, sentiments d’étrangeté.

inédit

Ce livre rassemble plusieurs textes traitant de cette période de latence et de la dépression chez l’enfant. Réédition de l’Éloge de la bêtise, paru en 1991, dans la collection « Quadrige », le texte de Paul Denis décrypte le travail psychanalytique auprès des enfants et des adolescents. française de psychanalyse. auteur aux PuF, entre autres, du « Que sais-je » sur Les phobies (2011), de Rives et dérives du contre-transfert (2010) et de L’inconscient freudien (2010), il a reçu le prix « Maurice bouvet de psychanalyse » en 1991, l’année de la première publication de ce texte sous le titre Éloge de la bêtise.

PARUTION LE 16 NOVEMBRE 14 E • 204 pages

ISBN : 978-2-13-059203-7

Paul DEnIS est membre titulaire de la Société psychanalytique de Paris, directeur de la Revue

Attachée de presse : CAroline Psyroukis

Quadrige MAnUEls

inédit

•Manuel de psychiatrie clinique et psychopathologique de l’adulte

Ce manuel vient combler le fossé entre les notions utilisées par la grande majorité des praticiens de terrain, en psychiatrie publique ou privée, et la psychiatrie « standardisée » issue des classifications internationales (DSM, CIM) et des connaissances en recherche biomédicale. Sa base est la pratique clinique : il présente de très nombreuses illustrations cliniques, il propose des descriptions sémiologiques qui approfondissent les observations de l’exercice quotidien. En même temps, il fournit systématiquement les éléments nécessaires pour faire le lien entre cette pratique clinique et les théories psychopathologiques, psychanalytiques ou cognitives. Issu de la tradition psychiatrique française, il reflète toutes les influences que doit intégrer une psychiatrie « centrée sur la personne », des neurosciences aux sciences humaines. Vassilis KaPSaMbElIS est psychiatre, praticien hospitalier et psychanalyste, membre de la Société psychanalytique de Paris. Il est le directeur général de l’association de Santé Mentale dans le 13e arrondissement de Paris, l’institution qui a inauguré les soins psychiatriques de secteur en France. Il est l’auteur de nombreux livres et articles portant essentiellement sur la psychopathologie et les approches thérapeutiques des états psychotiques.

PARUTION LE 16 NOVEMBRE 30 E • 928 pages

29

ISBN : 978-2-13-057210-7

Sous la direction de Vassilis KAPSAMBELIS

Contact : ClAire bAllossier


Pensez

Affiche Campagne publicitaire « Que sais-je ? » 2011.

• le front populaire - Jean vigreux ISBN : 978-2-13-058848-1 • Attachée de presse : Patricia Ide-Beretti

128 pages - 9 e

Le Front populaire fait partie des moments fondateurs de l’histoire contemporaine de la France. Événement mythique, inscrit au Panthéon des gauches, le Front populaire est une étape historique qui participe aux changements de la société française ; ayant suscité des espoirs, mais aussi des peurs et certains désenchantements, ses traces restent profondes au sein de la culture nationale. Toutefois, au-delà des légendes, il demeure important de comprendre les enjeux de l’époque, les tensions à l’œuvre au cours de la période 1934-1938. L’enchaînement des manifestations, l’émergence de nouvelles pratiques politiques et culturelles permettent de mieux saisir l’expérience du Front populaire. Ces dimensions multiples invitent également à penser l’événement dans un jeu d’échelles, où les logiques internationales rencontrent les logiques nationales, voire locales (le « front populaire au village »).

Attachée de presse :

PATrICIA IDe-BereTTI

Le Front populaire s’inscrit alors dans différents territoires tout en cumulant trois dynamiques : un mouvement social, une séquence politique et un foisonnement culturel sans précédent. De l’antifascisme à la lutte contre la crise économique et sociale, il propose une alternative aux politiques menées depuis la fin des années 1920, pour défendre et renforcer la République. Grâce à l’ouverture d’archives nouvelles – en particulier celles de Moscou, ou encore celles des banques suisses – on peut revisiter cette période fondatrice, tout en l’inscrivant dans une séquence historique plus longue, puisqu’elle reste une matrice de la Résistance, du CNR et de la Libération. Jean Vigreux est professeur d’histoire contemporaine à l’université de Franche-Comté.

• les biomédicaments - Marina CAvAZZANA-CALvO, Dominique DEBiAiS ISBN : 978-2-13-058822-1• Attachée de presse : Patricia Ide-Beretti

128 pages - 9 e

Les biomédicaments représentent une véritable révolution dans la prise en charge des maladies et des patients. Ils permettent de soigner, ou d’envisager de soigner à moyen terme, des pathologies graves que l’arsenal thérapeutique chimique traditionnel ne parvient pas toujours à traiter. Grâce à la connaissance sans cesse améliorée du fonctionnement du corps humain, les scientifiques savent désormais concevoir des outils de soin plus ciblés, qui miment le biologique. D’ores et déjà, c’est 325 millions de patients qui ont bénéficié des biomédicaments tels que les interférons, les hormones recombinantes, les anticorps humanisés, ou encore les vaccins thérapeutiques ou préventifs. Cet ouvrage explique ce que sont les biomédicaments, et par extension les biothérapies. Il montre combien cette nouvelle approche de la médecine est porteuse d’avenir.

Attachée de presse :

CAroLIne PSyroUkIS

et Aussi…

Marina CaVazzana-CalVo est professeur d’hématologie à l’université Paris Descartes et chef du Département de biothérapie à l’hôpital necker. Dominique Debiais est directeur des affaires gouvernementales d’amgen France.

• Les secrets de famille Serge Tisseron

cf. page 8 - ISBN : 978-2-13-058666-1

• Les 100 lieux de la gastronomie Alain Bauer, Laurent Plantier

cf. page 22 - ISBN : 978-2-13-058825-2 30


Quoi de neuf ?

Prix littéraires ➜ LES PRIX DE L’AcADÉMIE FRANÇAISE

Événements

• Gilles Philippe, professeur de stylistique française à l’Université Paris III Sorbonne Nouvelle, sera récompensé le 1er décembre de la médaille d’argent du prix Émile Faguet, dans la catégorie « Prix de littérature et de philosophie », pour son livre « Le français, dernière des langues. Histoire d’un procès littéraire » (PUF, coll. “Perspectives critiques”, 2011).

➜ JEUDI 17 NOVEMBRE

• Johann Chapoutot, agrégé d’Histoire, docteur de l’Uni-

Présentation du livre de Blandine Kriegel « La République et le Prince moderne » : Blandine Kriegel présentera son ouvrage « La République et le Prince moderne », au Centre national du livre, le jeudi 17 novembre à 19h. La soirée sera animée par Alexis Lacroix, journaliste, essayiste. • Infos pratiques : CNL - Hôtel d’Avejan - 53 rue de Verneuil - Paris 7e rsvp@centrenationaldulivre.fr

➜ SAMEDI 19 NOVEMBRE

Colloque de la Société Psychanalytique de Paris La société psychanalytique de Paris organise son colloque annuel autour du thème, « L’interprétation », le samedi 19 novembre 2011, au Palais Brongniart, de 9 h à 18 h. Ce colloque sera organisé sous la présidence de Bernard Chervet, président de la SPP, qui ouvrira la journée à 9 h. • Infos pratiques : Palais Brongniart - Place de la Bourse - Paris 2e www.spp.asso.fr/spp/colloques/index.htm

➜ DIMANchE 27 NOVEMBRE

Rencontre à l’occasion de la parution du numéro de la revue Cités : Sionismes / Antisionismes autour de la question « Le sionisme a-t-il un avenir ? » La conférence se déroulera au Centre Communautaire de Paris, le dimanche 27 novembre de 15 h à 19 h, en présence d’Yves Charles Zarka, directeur de Cités, et de Georges Bensoussan, Antoine Guggenheim, Christian Godin, Jacques Tarnero, Otto Pfersmann, A. B. Yehoshua. • Infos pratiques : Centre Communautaire de Paris 119, rue La Fayette - Paris 10e / www.centrecomparis.com

versité Paris I, spécialiste de l’Allemagne contemporaine, recevra le 1er décembre le prix Eugène Colas, dans la catégorie « Prix d’histoire et de sociologie », pour son livre « Le meurtre de Weimar » (PUF, coll. “Perspectives critiques”, 2010).

• Jean-Bertrand Pontalis, célèbre philosophe, psycha-

nalyste et écrivain français, professeur émérite de l’Université Paris VII, sera récompensé pour l’ensemble de son œuvre du Grand prix de Littérature, le 1er décembre prochain. Il a notamment publié aux PUF le célèbre « Vocabulaire de la psychanalyse », avec Jean Laplanche (4e éd, coll. “Quadrige Dicos-poche”, 2007), un volume réédité 14 fois dans la collection “Bibliothèque de psychanalyse”.

➜ PRIX ŒDIPE LE SALON 2011 • Colette Soler, agrégée de l’Université,

psychanalyste formée par Jacques Lacan, a obtenu le prix Œdipe le Salon 2011, mardi 4 octobre dernier, pour la publication de son ouvrage « Les affects lacaniens » (PUF, Hors collection, 2011).

➜ PRIX DES ASSISES DU JOURNALISME • Éric Scherer, directeur de la Prospective et de la Straté-

gie numérique du groupe France Télévisions, est lauréat du Prix des Assises du Journalisme 2011 pour son ouvrage « À-t-on encore besoin des journalistes ? » (PUF, Hors collection, 2011). Il a été décoré mi-novembre, par le Président du Jury Pierre Haski, directeur de la rédaction de Rue89.

Campagne promotionnelle de la ColleCtion « que sais-je ? » ➜ Une opération de communication d’envergure a été

➜ SAMEDI 3 DÉcEMBRE Rencontre à l’ENS autour de l’ouvrage de Blandine Kriegel

menée en ce mois d’octobre 2011 afin de promouvoir la collection « Que sais-je ? ».

L’École de la Cause freudienne et l’Institut Lacan inaugureront leur série mensuelle « Conversations » en accueillant Blandine Kriegel à L’École normale supérieure, le samedi 3 décembre de 15 h à 18 h, pour évoquer avec celle-ci son essai « La République et le Prince moderne », autour d’une conférence intitulée « La République et le Prince moderne, de Guillaume d’Orange à Nicolas Sarkozy ». La rencontre sera modérée par Jacques-Alain Miller, en présence de Bernard-Henri Lévy et de Vincent Giret, directeur délégué de la rédaction de Libération.

• Une importante campagne d’affichage dans les gares (600 panneaux présents dans toutes les grandes gares de France) a eu un impact significatif sur le grand public capté au moment des départs en vacances de la Toussaint.

• Infos pratiques : École normale supérieure, salle Dussane. 45 rue d’Ulm - Paris 5e / www.lacanquotidien.fr/blog/?s=kriegel

➜ Nomination de Monique Labrune au poste de directrice éditoriale des PUF nommée à ce poste par le

➜ VENDREDI 9 & SAMEDI 10 DÉcEMBRE XIe édition du Colloque Gypsy Le colloque annuel GYPSY se penchera cette année sur la question : « Peut-on tout dire ? Secret et transparence ». Les journées d’études, organisées par le Pr. René Frydman et le Dr. Muriel Flis-Trèves, se dérouleront le vendredi 9 et le samedi 10 décembre à la Faculté de Médecine de Paris. • Infos pratiques : Faculté de Médecine - Amphithéâtre Binet 45 rue des Saints Pères - Paris 6e / www.jpecho.com/congres-gypsy 31

• Une opération en librairie « Deux Que sais-je ? achetés, le troisième offert », a remporté un vif succès auprès des lecteurs.

Vie de l’entreprise président du directoire, Alain Morvan. Monique Labrune a pris ses fonctions fin août dernier. Ancienne élève de l’École normale supérieure de la rue d’Ulm, agrégée de philosophie, Monique Labrune a dirigé le département des sciences humaines des éditions Flammarion de 1996 à 2003 et le département des sciences humaines des éditions du Seuil de 2003 à janvier 2011. Elle est notamment à l’origine de plusieurs vastes entreprises de retraduction des grands classiques de la philosophie, de la psychanalyse et a récemment contribué à l’émergence d’une nouvelle génération de philosophes français sur la scène éditoriale.


Savoir n° 43

les lundis du

président du directoire :

Alain Morvan

Grand Palais

directrice éditoriAle :

Monique labrune ■

Le Grand Palais et les Presses Universitaires de France organisent tous les lundis des débats passionnés sur des thèmes d’actualité, animés par Arnaud Laporte, journaliste producteur de l’émission « La dispute » sur France Culture. Rendez-vous au Grand Palais (salle de projection) tous les lundis (Hors période de vacances scolaires) de 18 heures 30 à 20 heures

conseillers éditoriAux :

paul Garapon Julie Gazier Anne-laure Génin reynal sorel

■ directrice de lA coMMunicAtion :

dominique reymond

01 58 10 31 85 reymond@puf.com

■ chArGée de coMMunicAtion :

➥ CyCLe Le ViRtUeL

➥ CyCLe jeUx Vidéo

• Le numérique : le savoir universel à portée de tous ?

• Les jeux vidéo : un plaisir stimulant ou une menace pour nos neurones ?

Adrienne Alix, Arnaud Beaufort, Martine Lemalet et Paul Mathias (PUF) LUndi 3 octoBre

LUndi 28 noveMBre

• Le virtuel est-il plus séduisant que le réel ?

LUndi 5 déceMBre

thomas Gaon, Aude Mathey, tristan Schulmann et Yves charles Zarka (directeur de la revue cités, PUF) LUndi 10 octoBre

• Le jeu vidéo, un nouvel art ? • 30 millions de joueurs en France ! tous accros aux jeux vidéo ? » LUndi 12 déceMBre

• Le numérique et les données personnelles, tous fichés ?

• Le jeu en réseau : progrès technologique ou complète mutation sociale ?

nicolas Arpagian (La cybersécurité, PUF 2011), Stéphanie Lacour, Jean Marc Manach et Alexis Mons LUndi 17 octoBre

LUndi 19 déceMBre

• Faut-il connaître l’histoire de l’art pour apprécier l’art ? Alain Jaubert, claude Mollard, nathalie Heinich et thierry Geffrotin (Les 100 mots de la musique classique, PUF, 2011) LUndi 7 noveMBre

• Collectionner : passion ou investissement ? »

carole talon-Hugon (Art et éthique, PUF, 2011) LUndi 14 noveMBre

01 58 10 31 83 pelletier@puf.com ■

AttAchées de presse :

patricia ide-Beretti 01 58 10 31 89 ide-beretti@puf.com • Littérature • Arts • Philosophie • Religions • Histoire • Géopolitique

caroline psyroukis 01 58 10 31 91 psyroukis@puf.com • Psy • Sciences-Santé • Éducation • Société- Sociologie • Économie ■

relAtions enseiGnAnts :

Droit & manuels toutes disciplines claire Ballossier

Janvier 2012

➥ CyCLe L’ ARt AUjoURd’HUi

Virginie pelletier

➥ CyCLe étHiqUe • Notre société est-elle violente ? » LUndi 9 JAnvier 2012

01 58 10 31 48 ballossier@puf.com ■

droits étrAnGers :

Marion colas colas@puf.com ■

Maria Vlachou

• L’art peut-il tout montrer ? »

vlachou@puf.com

LUndi 16 JAnvier 2012

• que reste-t-il de la morale à notre époque ? » LUndi 23 JAnvier 2012

• Le marché de l’art, un monde d’initiés ?

laurence Zarra

zarra@puf.com ■

direction coMMerciAle :

Ghislaine Beauvois beauvois@puf.com

■ conception et réAlisAtion

laurent Marquès

LUndi 21 noveMBre

Programme disponible sur le site du Grand Palais www.grandpalais.fr et le site des PUF www.puf.com

Pour recevoir gratuitement le Magazine Savoir 01 58 10 31 83 pelletier@puf.com


Savoir n°43