Page 1

Nicolas Bauquet Xavier d’Arodes de Peyriague Paul Gilbert (dirs)

«Nous avons vu sa gloire»

donner raison

Pour une phénoménologie du Credo


Sousladirectionde

NicolasBAUQUET Xavierd’ArodESdEPEyriAgUE PaulgiLBErT

ÂŤ Nousavonsvu sagloire Âť PourunephĂŠnomĂŠnologie duCredo


ouvragepubliÊaveclesoutienduCentreculturel–institutfrançaisde l’ambassadedeFranceprèsleSaint-Siègeetdel’UniversitÊgrÊgoriennede rome.

Š 2012 Éditions Lessius, 24, boulevard Saint-Michel, 1040 Bruxelles www.editionslessius.be donnerraison, 36 iSBN :978-2-87299-219-5 d2012/4255/5 diusioncerf


Introduction QU’yA-T-iLdECoMMUN ENTrELAPHiLoSoPHiE ETLATHÉoLogiE ?

La pensÊe chrÊtienne s’est longuement interrogÊe sur le rapport d’AthènesetdeJÊrusalem,delaraisonetdelafoi.L’encycliquedubienheureuxJean-Paul ii,Fides et ratio,enestuntÊmoignagerÊcentÊclatant. Est-ceunrapportdesoumission,l’uneÊtantauservicedel’autre ?ou bienpossèdent-ellesdeuxdomainesparfaitementdistinctsetindiffÊrents l’unàl’autre ?Maisnelesmet-onpassouventenconflitl’unecontre l’autrecommesil’unepouvaitprÊtendreoccuperlemêmeespaceque l’autre ?Nepourrait-oncependantpaspenserplutôtquelesdisciplines oÚsedÊploientlesexigencesdelaraisonetdelafoi,c’est-à-direlaphilosophieetlathÊologie,puissents’appuyermutuellementl’unesurl’autre ? Etsicettedernièrehypothèseestexacte,oÚetcommentlesarticuler ? LorsqueaÊtÊdÊterminÊlecycledeconfÊrences PhilosophieetthÊologie quenousavionsàorganiseràl’UniversitÊpontificalegrÊgorienne àlademandeaussibienduCentreculturelSaint-Louis-de-Francedevenu rÊcemmentl’institut-Français,aveclepleinsoutiendesonExcellence Monsieurl’AmbassadeurStanislasdeLaboulaye,quedel’UniversitÊpontificalegrÊgorienneetdesonrecteurmagnifique,ler.P.François-Xavier dumortiers.j.,nousÊtionspersuadÊsdel’urgenced’unerÊflexionphilosophiqueetthÊologiquequipermetteundialogueentrecesdeuxdomaines. Nousavonsfaitaussilepari,carils’agitd’unvraiparisurl’intelligence, defairedialoguerlaphilosophieetlathÊologiecontemporainesautour desquestionslesplusfondamentalesdelafoichrÊtienne :cellesquiportent surlanaturededieuetdesarÊvÊlation,enprenantcommefilconducteur lesÊnoncÊsessentielsduSymboledeConstantinople,composÊen381.


6

Introduction

orlaphÊnomÊnologie,dontlamÊthodeÊvidemmentphilosophique nemanquepasdetransparaÎtreaussidanslesrecherchesdesthÊologiens, abordelesquestionslesplusradicalesquiseposentà larÊflexioncontemporaine1.EllesemblecependantbousculerlescatÊgoriestraditionnelles delapensÊe,surtoutlorsqu’elletouchedesthèmesquiappartiennentà lathÊologie,unedisciplineparnatureplusattentiveàsatraditionquela philosophie,quiestvolontierscritiquedesessources.LorsquelesthÊologienss’inspirentdel’approchephÊnomÊnologique,ilssevoientdans lanÊcessitÊdeseconfronteràdesinterrogationsdontilsperçoivent naturellementlaprofondeuretlaradicalitÊ,maisensetrouvantdansla nÊcessitÊd’unepartderÊinventerlesmodalitÊsdeleurspropresÊnoncÊs, etd’autrepartderesterfidèlesaudÊpôtdelafoi— ungranddÊfipour lesthÊologiensplusquepourlesphilosophes,mêmesilesunsetlesautres ontàassumerenpremièrepersonneuneexigencespirituelleetintellectuellede fidÊlitÊcrÊatrice .Commentd’ailleurspourraient-ilsfaire autrement,sanss’exilerdelacultureetdevenirinaudibles ? Enoutre,loind’êtreexclueduquestionnementphilosophiquecontemporaindanssestournuresphÊnomÊnologiques,lathÊologiesetrouve commeattendueparlaphilosophie.CertainsonttoutefoisdÊnoncÊce qu’ilsontappelÊle tournantthÊologiquedelaphÊno-mÊnologiefrançaise2 ,untournantdontl’illÊgitimitÊdevraitêtredÊplorÊeetproclamÊe partousceuxquineveulentpasquelarÊvÊlationdonneàpenseren philosophie.LaphÊnomÊnologiedevraitêtrefidèleauxlimitesquelaphilosophiesedonnedepuisles Lumières  ;strictementphilosophique,elle nepeutpass’ÊcarterdesparadigmesdelaModernitÊ.Maisce tournant , enfaitÊvidentmêmesionlenuancesansfin,peutêtreinterprÊtÊd’une autrefaçonquecommeunetrahisondelarigueurphilosophique.Sa fÊconditÊeffectivedanslespublicationsrÊcentesdÊmontrequelarÊflexion phÊnomÊnologiqueÊveilleuneattente,maisqu’iln’appartientpasaux philosophesphÊnomÊnologuesdel’exaucerd’eux-mêmes,carceseraitlà effectivementtropdemanderàleurdisciplinerespectueusedesesexigences rationnelles.LathÊologieestcependantattendueparlephÊnomÊnologue, pourautantqu’elleÊpouseelleaussilesmodalitÊsdelaphÊnomÊnologie, 1.¼onverraàceproposlelivrerÊcent,etexcellent,deCl.romano,Au cœur de la raison, la phÊnomÊnologie,Paris,gallimard(coll.Folio.Essais),2010. 2.¼Voirded.Janicaud,Le Tournant thÊologique de la phÊnomÊnologie française, Combas,L’Éclat(coll.TirÊàpart),1991.


Qu’y a-t-il de commun entre la philosophie et la thÊologie ?

7

c’est-à -direqu’elleregardeetfassevoircequiest,qu’ellearticuleundiscours quisoitporteurdesensenÊchoauxdispositionsetàlalibertÊdel’esprit. C’estd’ailleurslàl’intÊrêtquerevêtlaphÊnomÊnologiepourlethÊologien : ellel’inviteàaccueillirdanssondiscoursdesperspectivesquinepourraient jamaisluiapparaÎtreautrement,etquifontaussiquesarÊflexionnesoit pasrÊfÊrÊeseulementaugenredelangagequiaÊtÊlesienàpartirde culturesquinesontpluslesnôtres.LeregardphÊnomÊnologique,ÊduquÊ aurespectdecequiest,n’est-ilpasd’ailleursessentielaucroyantàl’Êcoute duVerbedansl’ÉcritureetlaTradition ? L’urgencedefairedialoguerenphÊnomÊnologielaphilosophieetla thÊologiecontemporainess’estdoncimposÊeànous3.NousavonspensÊ qu’unteldialogueestdeplusenplusnÊcessaire,etnousavonsfaitlepari qu’ilestpossible.LaphÊnomÊnologiecontemporaine,husserlienned’origine,ayantprisenFranceunetournurequipÊnètredeplusenplus d ’autrespays,nousavonsmobilisÊparmilesplusgrandsphilosopheset thÊologiensfrançaiscontemporainsceuxquiassumentlesperspectives phÊnomÊnologiquesdansleurstravaux.MonsieurleprofesseurJean-Luc Marion,dontonconnaÎtl’importancedel’œuvrephÊnomÊnologique,a donnÊlaleçoninauguraleducycledeconfÊrencesÊditÊici.Saposition estcelled’unphilosophequientendnepassesubstituerauxthÊologiens etàleursresponsabilitÊs.MaislestravauxduprofesseurMarionsonten fait,ons’enrendracomptedansleprÊsentvolume,derÊfÊrenceÊvidente pourlesthÊologiens,quis’attachentàleursdisciplinesrespectivesen intÊgrantunpointdevuephÊnomÊnologique. Pasàpas,confÊrenceaprèsconfÊrence,nousespÊronsainsiouvrirun dÊbatquiserafÊcondetutilepourlesÊtudiants,pourlesprofesseurs,et pourtousceuxqui,niÊtudiantsniprofesseurs,seprÊoccupentdeculture etderecherchedroite,undÊbatfÊcondetutile,sansdoutemêmenÊcessaire, pourl’Église.ilnes’agirapasd’effacerlesdiffÊrencesdemÊthodesd’approchedesconfÊrenciersquenousentendrons.Nousn’entendonspasnon plusÊmousserlesaspÊritÊsquisemanifesterontinÊvitablementaulongde leurparcours,nitentercontreventsetmarÊed’arriveràunaccordsur tout,niterminernotrerechercheenayantdÊfinilescampsdeceuxqui 3.¼LedÊbatestouvertdepuislongtemps,maisilareçuunefortevisibilitÊlorsdela publicationd’unouvragecollectif,PhÊnomÊnologie et thÊologie,Paris,CritÊrion(coll. idÊes),1992(textesdeJean-FrançoisCourtine,Jean-LouisChrÊtien,MichelHenry, Jean-LucMarionetPaulricœur).


8

Introduction

sontpouroudeceuxquisontcontrelesidÊesetlesthèsesquiseront  rÊsentÊesetdÊbattues.LapolÊmique,stÊrilisante,nenousintÊressepas. p L’occasionestplutôtdedÊvelopperunsavoiretdel’articuler,d’encourager unerÊflexion,destimulerunepensÊepourleservicedel’Église. De Trinitate,De Deo uno,De Spiritu Sancto,De Verbo incarnato,De Ecclesia,De Novissimis :à chaquefoisunphilosopheetunthÊologiende premierplandanslemondeuniversitairedÊbattrontd’unemêmequestion, chacundansuneperspectivephÊnomÊnologique.NotreparcoursestdÊterminÊparlasÊquencedesarticlesduSymboledeNicÊe-Constantinople. onpourrasansdoutes’Êtonnerdel’inversionquenousfaisonssubiraux deuxpremiersarticles.LaraisondecetteinversionaÊtÊoccasionnelle :la disponibilitÊdesagendasdesintervenants.Nousmaintenonscependant icicetteinversion,quinousapparaÎtfortsensÊedanslaperspectivede notrerecherche.L’idÊedel’ un esteneffetaussibienpremièreque difficiled’accès.Ellen’apparaÎtd’ailleursquetardivementdansl’histoire delapensÊeetdesreligions,ycomprisbibliques,commeparunesortede miseaujourd’unenÊcessitÊquis’imposeausavoircritiquedesoi,àtoute rÊalitÊ,àl’horizondusens.Nousn’entendonspassoutenirparlàque l ’expÊriencepsychologiquementpremièresoitcelled’unemultiplicitÊ dÊsarticulÊe.LeregardphÊnomÊnologiquesurlelangagemeteneffeten ÊvidencequelamultiplicitÊdesesÊlÊmentss’appellentmutuellement ; l’attentionàl’actedeparolepermetainsiàJean-BaptisteLecuitd’approcher lethèmethÊologiquedel’ inhabitationtrinitaire .ÀcetteconfÊrence enracinÊedanslaphilosophie,correspondletravaild’ÉtienneVetÜqui dÊploie,àpartirdesÊvangiles,lamanifestationdelaTrinitÊdanslafigure duChrist,cequi,selonl’auteur,exiged’outrepasserleslimitesduregard phÊnomÊnologiquequinepeutpasdÊborderl’immanence. Jean-LouisVieillard-Baronmontreensuitecommentl’unitÊdivinea ÊtÊÊlaborÊedanslaspÊculationhÊgÊlienneetschellingienne.ghislain LafontrÊpondàcetteperspectiveenmettantenavantl’attitudeducroyant qui,sedonnantàdieuetàsesfrères,nedÊmultipliepassesinterlocuteurs malgrÊlamultiplicitÊdesesmanièresdeprieretd’agir,maissedonnede multiplesmanières àdieu seul,àdieuquiseulsedonnetotalement. L’unitÊdedieuportedoncàsonaccomplissementlemouvementspirituel engagÊdansunemultiplicitÊreconnuesensÊe.LecœurdecetteunitÊest  esprit .d’oÚlesdeuxÊtudessuivantes.L’esprit,nousditJÊrômedegramontencommentantHusserl,opèreennousundÊplacement,nousporte


Qu’y a-t-il de commun entre la philosophie et la thÊologie ?

9

dansunailleursquinenousestpasÊtranger ;ilinscritlatranscendance dansl’immanence,etnousconstitueainsienunesingularitÊquiatoutde lavie,faisantsigneversl’Espritdedieusanstoutefoispouvoirlenommer personnellementà partirdesonpointdedÊpartphilosophique,l ’espÊrant seulement,l’attendant.BernardForthommeapprofonditcepoint,ensoulignantcombiennotreculturecontemporaineestpÊnÊtrÊeparunesprit dedÊfiance,cequemanifestelamultiplicitÊdescontrôlessociaux ;l’amitiÊ etlaconfiancesontparcontredesdonsdel’Esprit,dusouffledeviequi donnelalibertÊdansl’audace,l’inventivitÊ,lacrÊativitÊ. LaphÊnomÊnologiecontemporaineestattentiveauthèmeducorps : lachristologiepourraitentirerdegrandsavantages.EmmanuelFalque s’yemploiedansuneconfÊrencedontl’horizonestcertesl ’eucharistie, mais dont les catÊgories essentielles permettent de repenser à neuf l ’articulationducorpsetdelachair ;laphÊnomÊnologierÊcenteexaltela chair.Maislecorps( Ceciestmoncorps )n’est-ilpasplusenracinÊdans unerÊalitÊcomplète,enÊvitantlerisquedes’enteniràcequiestseulement  spirituel  ?EmmanueldurandinsistequantàluisurlecaractèreparadigmatiquedeJÊsus, hommeuniversel .SonunicitÊsignifiequeluiseul estcapabled’être,etaÊtÊ,etestpourtoujourstoutl’humain,plushumain quetouthumain.N’est-onpaslà,enfaitàlasourcedelasaintetÊde l’Église ?Nouspassonsainsidelachristologieàl’ecclÊsiologie.PourAgata Zielinski,l’ÉgliseestcommuniondessaintsdansleSaint ;êtreenÉglise estdoncêtreencommunion ;laphÊnomÊnologiecontemporaineabeaucoupàdiresurcethème,depuisqu’elleaconsidÊrÊl’intersubjectivitÊ pourÊchapperausolipsismedelaconscienceindividuelleetconstituante etqu’elleengageunerÊflexionsurlasollicitude.AndrÊBirmelÊmontre alors que les ecclÊsiologies catholique et luthÊrienne, malgrÊ leurs dÊsaccords,sontuniessousdenombreuxpoints,prÊcisÊmentceuxdela communiondansl’amour,àconditiontoutefoisquelesthèsess’enracinent danslaParoledeJÊsusetquesoientreconnueslesfautesdescroyantsqui dÊfigurentrÊellementl’Église ;cequiinvite,selonlethÊologienprotestant, àdesserrerleslienstissÊshabituellementdanslecatholicisme(malgrÊ Vatican ii)entreleChristetl’ÉglisehiÊrarchique. Cesthèses,oÚl’onentendl’immensedÊsird’uneÉglisesainte,invitent àmÊditerdenouveausurlesensdel’histoire,delacroissanceencharitÊ. L’eschatologie,indiquePhilippeCapelle,apuprendreaveclespenseurs modernes la forme d’une idÊe d’Êvolution ou de progrès achevÊ ; la


10

Introduction

 hÊnomÊnologie peut purifier cette idÊe, souvent naïve, en mettant p l ’accentsuruneattitudede souciance pourl’excessif,etdoncpourle transcendant,pourl’inattendu,unexcessifquicependantserÊvèletout debontÊ,d’amour,d’alliance.Nousrevenonsalorsà lachristologie,au ChristenquilePèreaparlÊunefoispourtoutes.PourgiovanniCesare Pagazzi,leregardduChristsurlespersonnes,surlemonde,surtoutle crÊÊ,estunregardquirestauretout,quirecrÊecequelepÊchÊadÊtruit, unregardquisauve ;personnenepeutregardercommeJÊsusregarde,et voirentoutl’approcheamoureuseduPère.LeregardduChristestunique, leregarddel’accomplissementactuel,d’uneeschatologie hodie , sèmeron . Aujourd’hui,s’accomplissentàvosoreillescesparolesdel’Écriture (Lc 4,21). Enguisedeconclusion,PaulgilbertproposeunerÊflexionsurdeux catÊgoriesfondamentalesenphÊnomÊnologie,l’intentionetl ’intuition ; cesdeuxcatÊgoriessenouentdanslesdiffÊrentsparcoursproposÊsdans cetouvrage. Nous voudrions remercier maintenant Monsieur l’Ambassadeur StanislasdeLaboulaye,quivientdequittersonpostederome,pourson soutien aussi dynamique qu’intÊressÊ profondÊment aux questions soulevÊes,ainsiqueJean-PierreSonnets.j.,professeurd’exÊgèsebiblique àlagrÊgorienne,quiacomposÊavecnousleprogrammedesconfÊrences. NotremercienfinàtousceuxquiontacceptÊdeparticiperàtitresdivers àcesconfÊrencesetd’enanimerlesdÊbats.Puissenotrecontribution participeraurenouveaududialogueentrelafoietlaraisondontlepape BenoÎt XVinecessederappelerl’urgencepourlebienetlaviedenos sociÊtÊscontemporaines. nicolasbauquet, directeurdel’institut-Français–CentreSaint-Louis,rome, xavierd’arodesdepeyriague, ancienconseillerecclÊsiastiqueauprès del’AmbassadedeFranceprèsleSaint-Siège, paulgilberts.j., professeurdephilosophieàl’UniversitÊgrÊgorienne,rome.


CoNFÉrENCEiNAUgUrALE


i QU’ATTENdLAPHÉNoMÉNoLogiE dELATHÉoLogiE ? Jean-LucMarion

Bienentendu,rien.S’ilfautencroireiciHeidegger— quel’ondoit eneffetprendreiciparticulièrementausÊrieux,puisque,disait-il encoreen1951, jeviensdelathÊologieetjeluigardeencoreunvieil amour1  —,ondevraittenirpourconstantque leconceptd’une phÊnomÊnologie catholique est même plus contradictoire que le conceptdemathÊmatiqueprotestante2 .Surunmodeplustrivial, despolÊmiquesrÊcentesontd’ailleurspopularisÊcettemiseengarde, ensoulignantque,pardÊfinitiondesamÊthodeetsesprÊsupposÊs,la phÊnomÊnologierÊcuseparavanceetdèssonoriginehusserliennele moindre tournantthÊologique3 .Pourautant,lapensÊesetrouve enpensantcommelemouvementseprouveenmarchant,etnombre detravauxphÊnomÊnologiquesont,depuisplusdevingtans,Êtabli danslesfaitsquelaphÊnomÊnologie,pourunelargepart,nonseulementpouvaits’appliqueràdesquestionsthÊologiques,maisytrouvait un intÊrêt essentiel à son propre dÊploiement. il n’est, pour s’en convaincre,quedeconsidÊrerlesdernierstravauxpubliÊsdeLevinas, 1.¼M. Heidegger, SÊminairedeZurich,6 novembre1951 ,dansSeminare,gA (=gesamtausgabe,Francfort-sur-le-Main,Klostermann)15,p. 437. 2.¼M. Heidegger, Les Problèmes fondamentaux de la phÊnomÊnologie,gA24, p. 28. 3.¼Parexempled.Janicaud,Le Tournant thÊologique de la phÊnomÊnologie française,Combas,L’Éclat(coll.TirÊàpart),1991etLa phÊnomÊnologie ÊclatÊe,Paris, L’Éclat(coll.TirÊàpart),1998.Voiraussi,plusprÊcissurnospositionsetplusargumentÊ,J. Benoist,L’IdÊe de la phÊnomÊnologie,Paris,Beauchesne(coll.Legrenier àsel),2001.


ont s e n s ge a p s e n au certai s e l b i on p s i d s pa e. g a t e l feuil


XIV INTENTION ET INTUITION EN PHILOSOPHIE ET EN THÉOLOGIE Paul Gilbert

En guise de considérations conclusives du cycle de conférences publié ici, je voudrais m’arrêter à quelques questions de méthode. On s’étonnera sans doute d’un tel choix. En matière phénoménologique, toutefois, la méthode est ce qui fait la vérité du parcours, jusqu’à sa fin. Nous sommes à la fin. Parlons donc de méthode. La méthode est phénoménologique. Mais celle-ci n’est-elle pas propre à la philosophie ? Comment pourrions-nous supposer qu’elle puisse l’être aussi en théologie ? Le sous-titre de cet ouvrage ne devrait-il pas être corrigé de fond en comble ? Une théologie phénoménologique a-t-elle un sens ? Le philosophe chrétien n’aura toutefois aucune peine à prendre le théologien chrétien au mot. La foi biblique, et celle de l’Évangile de façon insigne, n’est-elle pas une foi en Dieu qui se révèle dans l’histoire, qui se fait phénomène ? Dieu qui advient en phénomène, n’est-ce pas l’axiome fondamental de la foi chrétienne ? Le théologien consentira peut-être à cette réponse, mais il ajoutera que le phénomène que considère le philosophe n’est pas le phénomène qu’il considère, lui. En réponse à quoi le phénoménologue philosophe demandera comment distinguer ces deux espèces de phénomènes, et quel est le genre commun où ils pourront recevoir des traits qui les spécifieront en manifestant les limites de leurs domaines respectifs. Seraient-ce des traits qui distinguent le phénomène vu par le philosophe et ce qui n’est plus du tout un phénomène de cette espèce pour le théologien ? Cette réponse serait absurde pour la foi biblique et ouvrirait l’espace à des croyances irrationnelles. Si par ailleurs la phénoménologie consiste


268

Question de méthode

à apprendre à regarder ce qui advient en se rendant visible, si elle se concentre sur le mouvement d’advenue généreuse de ce qui est, n’est-elle pas vraiment chez elle quand elle est au cœur de la théologie, et même bien mieux qu’en philosophie ? La philosophie et la théologie suivent traditionnellement des chemins différents ; la première partirait de l’immanence et la seconde de la transcendance. Chacune de ces disciplines comporte certainement aussi de multiples « espèces » possibles qu’on ne peut pas confondre, mais en les configurant dans des « genres » communs, philosophique et théologique précisément. Nous pouvons soutenir, dans une première définition quelque peu sommaire (que nous aurons d’ailleurs à réviser), que la « philosophie comme science » se caractérise principalement par une attention à l’intention spirituelle, à l’esprit qui tend vers ce qui le déborde, le phénomène advenant, et la « théologie comme science » par une manière d’intuition intellectuelle ou de saisie immédiate de la réalité ou du phénomène advenu. Une analyse de chacune de ces disciplines invitera bien sûr à nuancer cette affirmation trop tranchée. Une discipline moderne — la phénoménologie husserlienne — vient en fait bousculer cette distinction, parce qu’elle est attentive à l’intention spirituelle en même temps qu’à l’intuition intellectuelle. Mais elle reconnaît qu’il y a là un lieu de débat, pour ne pas dire de conflit ; des philosophes parmi les plus importants en France s’interrogent en effet sur l’articulation en phénoménologie de ces deux pôles1. Le débat classique entre la philosophie et la théologie ne peut-il donc pas se déplacer alors à l’intérieur de la phénoménologie ? Le débat intérieur à la phénoménologie ne peut-il pas donner de nouvelles orientations au débat classique ? Mon intervention commencera en examinant les problèmes posés par l’intuition intellectuelle qui paraît essentielle à la théologie, qui y est cependant aussi problématique qu’en philosophie. Elle s’attachera ensuite à l’intention spirituelle à laquelle se dédie la phénoménologie 1.¥On verra d’E. Levinas, « Intentionnalité et métaphysique », dans Id., En découvrant l’existence avec Husserl et Heidegger, Paris, Vrin (coll. Bibliothèque d’histoire de la philosophie), 20013, pp. 189-199 ; de M. Henry, « Phénoménologie non intentionnelle. Une tâche pour la phénoménologie à venir », dans D. Janicaud (éd.), L’Intentionnalité en question. Entre phénoménologie et recherches cognitives, Paris, Vrin (coll. Problèmes et controverses), 1995, pp. 383-397.


ont s e n s ge a p s e n au certai s e l b i on p s i d s pa e. g a t e l feuil


TABLE DES MATIÈRES

Introduction. Qu’y a-t-il de commun entre la philosophie et la théologie ? ………………………………………………………………

5

conférence inaugurale I. Qu’attend la phénoménologie de la théologie ?, par J.-L. Marion …… A. Réduction …………………………………………………… B. Avancée ……………………………………………………… C. Débordement ………………………………………………… D. Révélation …………………………………………………… E. Lumière ………………………………………………………

13 14 17 20 24 29

de deo trino II. L’inhabitation trinitaire. Approche théologique à la lumière de la philosophie contemporaine de l’acte de parole, par J.-B. Lecuit …… A. L’analogon de la donation durable du locuteur en son allocutaire 1. L’auto-donation du locuteur en sa parole ………………… 2. L’intériorisation du locuteur en l’allocutaire ……………… 3. La durabilité de l’auto-donation dialogale ………………… 4. Le concept de donation du locuteur en l’allocutaire ………… B. La structure dialogale de l’inhabitation ………………………… 1. L’habitation trinitaire, acte de parole ……………………… 2. Les caractéristiques de l’inhabitation inhérentes à sa structure dialogale ………………………………………………… Conclusion ………………………………………………………

35 38 38 40 43 44 45 45 48 49


300

Table des matières

III. « Qui m’a vu a vu le Père ». Phénoménologie et Trinité, par É. Vetö … A. La manifestation de la Trinité dans la figure du Christ ………… 1. Un mode unique de phénoménalisation …………………… 2. Les « yeux » de la phénoménologie ne suffisent pas ………… B. « Ne jamais se détacher des choses » (Nie von den Sachen Weg) … 1. Ecce homo – ecce Deus …………………………………… 2. Vers un renouvellement de la notion de personne divine …… Conclusion. Théologie trinitaire et phénoménologie ………………

51 52 52 56 60 61 62 66

de deo uno IV. Le Dieu un et sa transcendance, par J.-L. Vieillard-Baron ……… A. Les deux modalités du Dieu un ………………………………… B. Les diverses modalités du Dieu multiple ……………………… 1. La modalité polythéiste …………………………………… 2. La modalité hégélienne …………………………………… a. Polythéisme et monothéisme …………………………

71 72 74 74 74 75

b. Unité et unicité dans la compréhension hégélienne de Dieu ………………………………………………… 3. La modalité schellingienne ………………………………… a. L’unicité de Dieu ……………………………………… b. Le parcours mythologique …………………………… Récapitulons ……………………………………………………

77 81 81 81 83

V. Un seul Dieu. Dieu seul un, par Gh. Lafont ……………………… A. Deux chemins vers Dieu ……………………………………… B. Voies d’une approche phénoménologique de Dieu ……………… Conclusion ………………………………………………………

86 86 90 96

de spiritu sancto VI. L’esprit de la transcendance, par J. de Gramont ………………… A. Transcendance dans l’immanence …………………………… B. De Descartes à Husserl ………………………………………… C. Esprit nôtre et plus que nôtre …………………………………

101 102 105 110

VII. L’esprit d’audace, par B. Forthomme …………………………… A. L’esprit de défiance …………………………………………… B. Racine théologique de l’esprit de défiance ……………………… C. Crise théologique de l’esprit de contrôle ……………………… D. L’amitié comme figure de la confiance spirituelle ……………… E. L’esprit de confiance (Audemus dicere) ………………………… F. Audace par rapport à la vérité …………………………………

115 115 118 121 123 128 131


Table des matières

301

de verbo incarnato VIII. Incarnation et incorporation. Pour une philosophie de l’eucharistie, par E. Falque ………………………………………………… A. L’embardée de la chair ………………………………………… B. Le résidu du corps …………………………………………… C. Ceci est mon corps …………………………………………… D. Le corps en acte ……………………………………………… E. Assimilation et incorporation …………………………………

137 138 141 145 148 151

IX. Jésus, homme universel. Du phénomène à son fondement, par E. Durand ………………………………………………………… A. L’aporie de l’universalité et les excès de la discontinuité ………… B. L’hypothèse d’une proportion de la singularité et de l’universalité …

157 159 161

1. L’amplitude de l’humain, possibilité d’une convenance universelle …………………………………………………… 2. Moyen Âge et Modernité : l’homme rapporté à l’essence ou à la subjectivité ……………………………………………… 3. La condition de l’homme, dans sa variété et ses connivences …… 4. L’implicite christique ……………………………………… C. L’interpellation graduée du Christ Jésus. Enfance et crucifixion … 1. L’enfance : condition commune et épiphanie indirecte ……… 2. L’interpellation universelle du Crucifié …………………… 3. L’ultime fondement divin de l’universalité singulière de l’homme Jésus ………………………………………………………

162 163 166 168 170 170 172 177

de ecclesia X. L’Église : être en relation. La communion des saints : avec et pour autrui, par A. Zielinski …………………………………………… A. Pas sans l’autre ……………………………………………… 1. Constitution transcendantale d’autrui ……………………… 2. Interdépendance ………………………………………… 3. Une visée commune ……………………………………… B. Être affecté par autrui ………………………………………… 1. Malgré soi ………………………………………………… 2. Empathie ………………………………………………… 3. De la compassion à la louange …………………………… C. La sollicitude ………………………………………………… 1. Être pour autrui …………………………………………… 2. Le Bon Samaritain, phénoménologie de la sollicitude ……… 3. Deux éléments de conclusion ………………………………

181 184 184 186 188 191 191 193 195 198 199 200 201


302

Table des matières

XI. L’ecclésiologie, par A. Birmelé …………………………………… A. La définition de l’Église ……………………………………… B. L’analogie Christ – Église ……………………………………… C. La visibilité de l’Église et son mystère ………………………… Conclusion. L’Église une et ses visages multiples …………………

203 204 209 214 219

de novissimis XII. Histoire et accomplissement, par Ph. Capelle-Dumont ………… A. Phénoménologie et théologie : la double irréductibilité ………… B. Phénoménologie et histoire …………………………………… C. L’histoire entre immanence et transcendance ………………… 1. Histoire et providence …………………………………… 2. La compénétration du surnaturel et de l’histoire …………… 3. Ordre temporel et transcendance théologique ……………… Conclusion ………………………………………………………

225 226 229 232 237 238 240 243

XIII. Phénoménologie de Jésus, par G. C. Pagazzi

245 246 249 251 257 259 261

…………………

A. Phénoménologie de Jésus (génitif objectif) …………………… B. Phénoménologie de Jésus (génitif subjectif) …………………… 1. Imagination de Jésus ……………………………………… 2. Intention et attention de Jésus …………………………… 3. L’invisible et le contact …………………………………… 4. Les expériences élémentaires de la vie ………………………

Conclusion question de méthode XIV. Intention et intuition en philosophie et en théologie, par P. Gilbert … A. L’intuition en question ……………………………………… B. L’intention en question ……………………………………… C. À nouvelle culture, nouveau paradigme ………………………

267 269 275 281

Les auteurs ……………………………………………………………

291

Index des noms des auteurs cités ……………………………………

295

Table des matières ……………………………………………………

299


O

Les auteurs : André Birmelé, Philippe Capelle-Dumont, Emmanuel Durand, Emmanuel Falque, Bernard Forthomme, Paul Gilbert, Jérôme de Gramont, Ghislain Lafont, Jean-Baptiste Lecuit, Jean-Luc Marion, Giovanni Cesare Pagazzi, Étienne Vetö, Jean-Louis Vieillard-Baron et Agata Zielinski.

ISBN: 978-2-87299-219-5

9 782872 992195

Diffusion : cerf

Illustration de couverture : Mark Rothko – Weisman (1953) © Sabam 2012.

uvert par Jean-Luc Marion, un cycle de dialogues a réuni à Rome en 2010-2011 des philosophes et des théologiens dans une démarche inédite. Il s’agissait de parcourir le Credo en le mettant sur un nouveau métier — celui de la phénoménologie. Au tournant du XXIe siècle, des théologiens ont en effet adopté avec rigueur et bonheur la méthode phénoménologique, qui est d’origine philosophique. De leur côté, des philosophes ont été poussés par la même méthode en direction de thèmes théologiques. Il était important que les uns et les autres se parlent, sans confusion des genres, dans un cadre intellectuel qui est un laboratoire pour la pensée catholique. « Nous avons vu sa gloire » : le verset de l’évangile de Jean fournit à cette confrontation son lieu symbolique ; il reconduit le philosophe et le théologien à ce qui, de Dieu et de l’homme, ne s’appréhende que phénoménologiquement. Une initiative conjointe de l’Institut français Centre SaintLouis (ambassade de France auprès du Saint-Siège) et de l’Université Grégorienne ; Nicolas Bauquet, directeur de l’Institut français, et Paul Gilbert, professeur à la Grégorienne, en ont assuré la direction.

"Nous avons vu sa gloire". Pour une phénoménologie du Credo  

Des philosophes et des théologiens parcourent le Credo en le mettant sur le métier de la phénoménologie. Au tournant du XXe siècle, des théo...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you