Page 1

GÉNÉRALISATIONS

1. Quels sont les principaux facteurs qui empêchent la participation des étudiants de niveau A 2 ? (cause)

Les principales raisons pourquoi les étudiants ne participent pas en classe de langue, ces sont divisés en trois facteurs : 1 les aspects cognitifs : on a trouvé le manque de vocabulaire, des problèmes dans la grammaire (temps, genre et numéro) 2 les aspects émotionnels : la nervosité et L’insécurité 3 les aspects interactionnelles qui fait référence au rôle des camarades au moment de la participation où ils ne faites pas attention, parlent beaucoup parmi eux. D’autre part, on a trouvé un facteur positif dans l’aspect interactionnel qui est que le professeur les aide quand il ne connait pas un mot ce qui génère une attitude plus naturelle au moment quand l’étudiant parle.

2. Quels sont les avantages pour l’étudiant d’avoir une participation active aux activités de production orale pendant la classe ? (effet) La participation en classe a des conséquente par rapport à la langue parce qu’elle permet une utilisation 1) plus spontanée, 2) se corriger lui-même, 3) résoudre des doutes


Dans notre projet, une de nos questions de recherche est centrée sur les principaux facteurs qui empêchent la participation des étudiants de niveau A2. Pour répondre à cette question Padilla, Rivero & Movsovich (DATE) classifient ces facteurs en trois : 1) les aspects cognitifs où l’on trouve le manque de vocabulaire et la grammaire comme les principaux inconvénients. 2) les aspects émotionnels comme la nervosité et l’insécurité qui ne permettent pas une participation active de la part des étudiants et 3) les aspects interactionnels qui font référence au rôle des camarades et du professeur dans l’apprentissage une langue étrangère.

Par rapport aux aspects cognitifs, cette recherche a permis de confirmer l’importance du lexique et de la grammaire lors de la production orale. Pour ce qui est du vocabulaire, selon les observations

faites pendant la collecte de données, on a noté que les

étudiants ont besoin d’avoir un lexique suffisant pour répondre à leurs besoins de communication. Ceci est évident lorsque l’étudiant interrompt sa production pour demander un mot au professeur ou pour le chercher dans le dictionnaire.

Dans le

même sens, l’entretien révèle comment les participants ne sont pas actifs dans les différentes activités à cause du manque de vocabulaire. Dans ce cas, Pierre souligne que « Ce qui est le plus compliqué au moment de participer, les mots adéquats ou l'ordre adéquat, comme je dois dire les choses » (Révision de la traduction) (Pierre, entretien 1). Tandis que Amélie déclare que «Je crois qu’il me manque beaucoup de vocabulaire, étudier beaucoup vocabulaire pour se défendre » (Amélie, Entretien 1).


D’ailleurs, à cause de cette carence de vocabulaire, les étudiants ont recours à la langue maternelle, comme le démontrent les document oraux où par exemple Pierre utilise le mot hospital par hôpital, fundacion par fondation, reciement par récemment (Pierre, Doc oraux 1-2). Dans ce cas, on peut imaginer que le manque de vocabulaire cause l’utilisation de la langue maternelle puisque il y a dans leur production des mots qui sont très semblables. Ces aspects montrent que même pour des échanges simples sur des sujets familiers, caractéristiques du niveau A2, les étudiants ont besoin d’une connaissance lexicale élémentaire.

Le développement de vocabulaire est donc

essentiel pour acquérir une langue étrangère puisqu’il permet de s’enrichir par des termes en impliquant l’obtention de nouvelles connaissances au même temps que les étudiants développent leur production orale.

Pour ce qui est de la grammaire, on remarque qu’une bonne communication passe par l’utilisation de formes grammaticales correctes. Dans ce cas, dans les observations faites, on a constaté l’importance de connaître les structures syntaxiques simples au niveau de temps verbaux comme le présent, le passé composé et le futur pour pouvoir s’exprimer et avancer dans l’apprentissage de la langue.

Les faiblesses que les

étudiants ont quant à la grammaire comprennent la conjugaison du verbe être : « mes dernières vacances est… » (Pierre, Doc. Oral 1) ; « Dis-moi quelles sont l’expérience professionnelle » (Amélie, Doc Oral 2) ; l’identification du genre comme dans « le robe », « le couleur » et « le jupe ». Même s’ils sont simples, ces inconvénients au niveau de la grammaire empêchent la communication, par exemple Luca dans une présentation orale a oublié

la conjugaison du verbe marcher au présent par

conséquent, il a perdu le fil de ce qu’il disait.

Finalement, avec les entretiens on a pu noter que les étudiants sont conscients de leur faiblesses qu’ils ont à ce qui concerne à la grammaire, les trois participants donnent une explication commune, ils dissent que il y a de problèmes avec quelque temps comme le passé composé, l’imparfait mais que dans ce cas, ils ont essayé de pratiquer ou


chercher plus d’information pour surmonter cet difficulté (tous, entretien 2). Selon la théorie de Padilla, Rivero & Movsovich au sujet de la grammaire, ils affirment que avec elle, les étudiants se familiarisent chaque fois avec la langue qu’ils veulent apprendre et d’autre part qu’ils prennent conscience de ce qu’ils disent. NIVEAU DE CONSCIENCE PAR RAPPORT AU LEXIQUE ???

---

D’autre part, un autre facteur qui empêche la participation en classe de langue est l’aspect émotionnel dans lequel les étudiants d'une langue n'expriment pas leurs idées et leurs propres opinions, c’est le exemple de la nervosité dans c’est cas le deus de nos participants ont d’accord en « qu’ils ne participent pas pour la nervosité où ils ne sont pas

surs de ce qu’ils vont dire » ( Luca et Amélie, entretien 1) ce pour cela, dans

quelques occasions ils préfèrent rester en silence et ne rien dire par rapport au thème qu’ils sont en train de parler, mais le problème arrive quand ils doit faire un présentation oral ou l’examen, qui selon Amélie et pierre donnent une explication commune « ils considèrent qu’un de ses faiblesses dans l’examen oral a été la nervosité » (Amélie, Pierre, entretien 1). Aspect qu’on a pu confirme avec la collecte de document oraux où ils faites de petites erreurs comme par exemple Pierre qui dit « le temps a été très génial parce que il faisait bon » (Pierre, doc oraux 1) dans c’est cas, il a oublié fait la liaison à cause aux nerfs ou la vitesse au moment de parler, on a noté qu’Amélie par sa part, elle a une interférence de la langue maternel et l’anglais lenguas quelles,

« Monsieur Carlos que

quelles languages como es ? Quelles langues vous parlez

actuallement ? » (Amélie, Doc oraux 2). Ceci laisse penser qu’à cause d’un moment de tension comme c’est l’examen, l’étudiant peut avoir un lapsus dû aux nerfs où les étudiants oublient vocabulaire qui est propre du niveau A2, et on le confirme parce que dans les observations réalisées, les étudiantes font les respectives liaisons et n’oublient


pas comme dire les mots qui sont en accorde avec leur niveau. En plus, les observations ont révélés qu’en classe, les nerfs ont disparu, alors, on peut assurer que la présence des camarades ou le non tension par une note fait que l’étudiant parle plus tranquillement en donnant une idée clair et structuré

Finalement, on

.

trouve un autre aspect te ; que aspect interactionnelle, si on parle à

propos de lui, on

dirait que

les participants

et

leur

camarades presque jamais

faites silence quand une personne est en train de parler. On croit que cette situation est à cause des plusieurs facteurs qu’on a observé comme l’inquiétude de passer au front

de la classe ou simplement les étudiant croient que

le

thème des autres

camarades n’est pas intéressant, pour cela, il se présente le bruit dans la salle. Dans ce cas, les

observations nos déclare

que

les étudiants

effectivement parlent

beaucoup parmi eux, on croit que cela empêche que l’étudiant peut participer de manière actif dans une activité soit un exposé ou un jeu de rôle; un de nos participants dit « qu’elle parle avec ses camarades et elle n'est pas attentive aux exposé » ( Amélie, observation libre 6). Dans la même ligne de cette aspect, on aperçoit

que pas tout est négative, par

exemple, le professeur est vu comme élément essentiel pour les étudiants, et cela parce qu’il aide aux étudiants quand ils ont des problèmes de prononciation, il les aider, parfois il utilise de gestes. Car cela, on dirait que le rôle du professeur au moment d’interagir avec le groupe génère confiance et fluidité à l’intérieur du même;


D’autre part, Pierre remarque « le professeur est très dynamique, ses activités sont pour générer plus de interaction parmi les étudiants et de cette manière élever le niveau de la langue » (Pierre, entretien 2) ce qu’on vient de mentionner on peut le confirmer dans les observations où la bonne disposition du professeur et le désir de que tous ses étudiants apprennent fait que l’apprentissage une langue soit plus confortable et facile. On peut assurer que l’effort

la majorité des professeurs sont contents et gratifiants avec

que donne chaque étudiant, alors on dirait que l’enseignant c’est un facteur

essentiel parce qu’il peut ou non motiver aux étudiants dans l’apprentissage.

Révisez le CCR, p 123, 7.3.1.

Compétences et caractéristiques des apprenants

(Facteurs cognitifs, affectifs, linguistiques)

7__borrador  

trabajo de fracaise

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you