Page 1

8


Loreto Martìnez Troncoso ...mais où ê(te)s-vous/tu physiquement ? Cher-e lect-eu/-r/-ice, Je vous ecris aujourd’hui, mercredi 23 avril 2008, un mois avant que cette lettre soit fait public pour la premiere et peut-être derniere fois.

Je ne sais pas ni à quel moment ni quel jours ni à quelle heure vous la receverez. Je ne sais pas si vous serez seul ou si vous serez acompagné. Si vous serez assis ou si vous serez debut. À coté d’un inconnu. Ou à coté d’un connu. Ou à coté d’un ami, ou d’un ami d’amis. D’un ami d’enfance ou d’un ami de travail ou d’un ami d’ailleurs… De votre amoreuse/amoreux. De votre mere pere freres soeurs enfants et autres familles… Ou peut-être seulement seul. Si vous êtes debut je vous invite à vous assoir… Ça ne prendra pas bcp de temps mais sí un peu. Au même temps, peut-être que vous prefererez rester debut. Peut-être que vous ferez que passer avec l’urgence d’aller voir ce qui se passe dans la salle d’à coté. Peut-être que vous ferais que me lire. Peut-être que… qui sait.

Peut-être que après quelques instants vous partirez et je resterais là à parler seule. Peut-être que… vous serez déjà parti. Je ne pourrais pas le savoir parce que je ne vous voyerais pas. Je ne pourrais pas savoir ni qui vous êtes ni qui vous serez. Je ne peux que… vous imaginer. Un jours quelqu’un me disait qu’on pouvait pas ecrire à quelqu’un qu’on connaisait pas. Que c’etait comme quand on fesait une lecture. Il disait : « Dans le meilleurs de cas, on parle à son microphone ». Bom. Pour l’instant je n’ai pas cette impression donc je tiens à vous parler…


10

« ...MAIS OÙ Ê(TE)S-TU/VOUS PHYSIQUEMENT ? » LORETO MARTINEZ TRONCOSO

Moi qui, comme sera annoncé quelque part, suis Loreto Martínez Troncoso, aidé par el Centro Cultural Montehermoso de Gasteiz-Vitoria, à la création d’un projet que j’avais pensé intituler …pero ¿dónde esta(i)s físicamente?, (…mais où ê(te)s vous/tu physiquement ?), en hommage à un homme que j’ai entendu un jour dire : « Mon grand secret c’est que je ne suis jamais là. Ici, maintenant. Jamais ».

Projet que j’ai ecrit ça fait aujourd’hui exactement 11 mois et 3 jours, exactement 5 mois après avoir dit à voix haute que… peut-être le moment était arrivé. De se sauver. D’arreter les discours. De ne plus être là. De prendre touts les affaires et de les jeter à la mer. De se sentir… lejos de todo. De se perdre. De perdre son temps… sans avoir la mauvaise conscience de le perdre. De ne plus avoir à parler… à… s’expliquer… Pendant qu’on entendait Amalia Rodrigues chanter au loin Estranha forma de vida… Et exactement 7 mois et 1 jour après je suis parti. Loin… sinon de todo, parce que déjà pour commencer, j’ai trainé mon corps avec moi, en tout cas d’ici. Pela estrada fora, par la route dehors… Quand je lisais Livro do desassossego… Quand je lisais Portugal, hoje. O Medo de Existir…

1 mois et 4 jours après avoir lu Harry Haller noter dans son Seulement pour les fous : « Je ne peux pas tenir beaucoup de temps, ni dans le théatre ni dans le cinema, à peine je peux lire un journal, rare fois un livre »… Et où il note : « je ne peux pas comprendre quel sorte de plaisir et de bonheur cherchent les hommes dans les hotels et dans les ferrocarrils totalement plains… dans les bars et varietés des grandes villes, dans les cafés remplis de gens ecoutant une musique fastidieuse et lourde… dans les grands lieux d’expositions et dans les conferences pour les necesiteux d’illustrations… Je ne peux pas comprendre, ni partager, tout ces plaisir, par les quels tant de milliers de personnes s’évertuent et s’agitent. »

1 mois et 4 jours après avoir pris connaisance de l’action Anestesie de Günter Saree… qui proposait en 1972 de « consciencement interrompre notre vie consciente, par une anesthésie générale, pendant une durée déterminée » de 10 à 20 minutes. Cela oui, avec une statis-


« ...MAIS OÙ Ê(TE)S-TU/VOUS PHYSIQUEMENT ? » LORETO MARTINEZ TRONCOSO

11

tique de 1 sur 6000 de ne plus se reveiller. Action après laquelle on aurait eu un certificat de « Interruption Générale de la Conscience… ». Action après laquelle, si jamais on aurait été cet 1 sur 6000 non reveillé, les dispositions et la musique pour la mise en bière auraient été choisis dans un formulaire des Pompes Funebres signé auparavant… Quelques jours après avoir vu David Locke prendre l’identité d’un mort et dire : « J’ai tout abondonné. Ma femme, la maison, un enfant adopté, une belle carrière… » Dire : « Ça n’a pas d’explication n’est-ce pas ? » Et je suis parti.

Et je suis parti.1 mois après je vous ecris dès ma nouvelle chambre. Exactement un mois après avoir trazé 4419 km en 3 mois et 2 jours… 1 mois après avoir passé une total de 888 h à finalement faire… pas grand chose… À me demander : où vous seriez et qu’est-ce que vous seriez en train de faire maintenant ?

À penser et à vous ecrire… à vous et à tous ceux qui m’ont habité et qui m’habitent toujours pendant cet Turisme infini.

Vous me demandiez : qu’est-ce que j’étais venu faire là ? E… andas a procura de quê ?

Tu dis : « il y a quelque chose, un espectre quelquonque, qui nous suit et nous ratrappe. Quelque chose par laquelle nous convoitons. Quelque chose qui nous fait souspirer, gémir et souffrir toute espèce de nausées melliflues… » Toi qui Sur la route nous dis : « que ceci ne peut pas


12

« ...MAIS OÙ Ê(TE)S-TU/VOUS PHYSIQUEMENT ? » LORETO MARTINEZ TRONCOSO

continuer éternellement. Tout cet frenesis, ces courses d’un lieux à un autre ». Tu dis : On doit aller quelque part, on doit trouver quelque chose. Toi qui dit que tout ce que tu as fait à Frisco c’est dormir. Oui, ce que j’ai atteint en m’en allant je l’ignore… et je ne sais pas si un jours je ne l’ignorerais pas.

Et peut-être que vous avez raison quand vous dites que ce n’est, un fois de plus, qu’une fuite, une fausse tentative. Mais… la question on l’a déjà posé : comment s’en sortir sans sortir ? Toi, qui ecrit dans La Mort Morte : « comme le funambule à son ombrelle je m’accroche à mon désequilibre. » Pessoa ecrit que « voyager c’est perdre des pays. Devenir un autre constamment, (…) ne pas avoir des racines et vivre seulement de regarder ! N’appartenir ni à moi ! Aller au front, suivre l’absence d’avoir une fin… et le desir de l’obtenir ! »

Et Enrique Vila-Matas le paraphrase en ecrivant : « Voyager, perdre des suicides, les perdre tous… Voyager jusqu’à épuiser les nobles options de mort qui existent. »

Et on dit : « Allez ! On s’en va ». Et on vous demande : « e para onde é que ides vós ? »

Et vous attendez depuis des dizaines d’années et vous dites : « c’est terrible, rien ne se passe. Personne ne vient. Personne n’arrive. Personne ne s’en va… » Et peut-être que vous avez raison : pour quoi tourner au tour du pot ? Pour quoi des centaines des kilometres si c’est ici qu’on doit faire face au temps qui ne se repose jamais ?

au temps qui ne se repose jamais ? C’est peut-être pour ça que je vous ecris aujourd’hui, un mois avant que cette lettre soit fait public pour la premiere et peut-être derniere fois.


« ...MAIS OÙ Ê(TE)S-TU/VOUS PHYSIQUEMENT ? » LORETO MARTINEZ TRONCOSO

VOILÀ MA BIO, EN QUELQUES LIGNES COMME ON ME L’A DÉJÀ DEMANDÉE : 1978 NÉE…; 1999 DÉPART… BOURSÉE PAR… TRAVAILLE AVEC… ; 2000 FÉLICITÉE PAR… ; 2001 INTERVIENT DANS… SÉLECTIONNÉE DANS… ; 2002 FÉLICITÉE PAR… ACHETÉE PAR… PISTONNÉE PAR… AU… VIDÉO-PROJECTÉE DANS… ; 2003 CONSIDÉRÉE COMME ARTISTE FRANÇAISE PAR… POUR… ANNONCÉE COMME « ONE-WOMAN-SHOW » POUR… VIDÉO-INSTALLÉE DANS… COLLABORE AVEC… ; 2004 MANGE DES PATTES DE POULE… COLLABORE AVEC… PARTICIPE À… CONSIDÉRÉE COMME « ARTISTE QUI TRAVAILLE SUR » POUR… PAR… CONTACTÉE PAR… FAIT UNE LECTURE DANS LE CADRE DU… ; 2005 CARTE BLANCHE AU… « RECOMMANDÉE » COMME ARTISTE « DIGNE DU PLUS GRAND INTÉRÊT » PAR… POUR… CANDIDATURE => RETENUE, PROPOSITION POUR… REFUSÉE PAR… CONSIDÉRÉE « POLITIQUEMENT PAS CORRECTE » PAR… FAIT PARTIE DE L’EXPO… S’AUTOPRÉSENTE COMME « CONFORMISTE » ET NE PERFORME PAS DANS LE FESTIVAL X OÙ ELLE EST

PRÉSENTÉE COMME « FRANCE », BOURSÉE PAR… POUR… ; 2006 PARTICIPE COMME « JEUNE ARTISTE GALICIENNE » À… REFUSÉE AU SALON DU JARDIN ET DE L’AMÉNAGEMENT DE L’EXTÉRIEUR… STRIPTEASE À…, À… ET À… 2007 TUE UNE MOUCHE DANS LE CADRE DE… DEVIENT UNE « VIDÉO-PROJECTION » DANS… SE IN-PRÉSENTE À… SE PROTOCOLE À… 2008 PART SUR LA ROUTE… SA PAROLE COMPTE OU NE COMPTE PAS À… PARLE EN BOUCLE PENDANT EXACTEMENT 3 MOIS ET 7 JOURS AU… SE MEDIUMNISE ET « MONTRE UNE VISION PESSIMISTE DE LA VIE »1 PENDANT… SE SHOWNISE IN… ET ANNONCE QUE LA PROCHAINE FOIS FERA UNE COMÉDIE. EST CONSIDÉRÉE COMME « CRÉATION DE GENRE EN GALICE » AU… PERD SA BOUCHE AU… 2009 ANNONCÉE COMME « ARTISTE ATYPIQUE […] PROMET DE SAVOUREUSE SURPRIS » À… (SE) DOCUMENTE ET SE REGISTRE À LA PREMIÈRE PERSONNE À… EN FINIRA FINALEMENT AVEC (?)… ENTRE AUTRES.

1. EL PAÍS, 21 JUNIO 2008.

13

LORETO MARTÌNEZ TRONCOSO PRÉSENTERA ...MAIS OÙ Ê(TE)S-TU/VOUS PHYSIQUEMENT ? (PROJECTION / PERFORMANCE ?) AU THÉATRE GARONNE SUR L’INVITATION D’HYPERTEXTE LE 27 SEPTEMBRE 2009. L’ESPACE DES ARTS, CENTRE D’ART DE COLOMIERS ET HYPERTEXTE CO-PRODUISENT LORETO MARTÌNEZ TRONCOSO & ABDELKADER BENCHAMMA COMME UN SEUL HOMME, UNE CONFÉRENCE COMME UNE PARTIE DE DAMES, SUR UNE PROPOSITION DE BÉATRICE MÉLINE, LE 29 SEPTEMBRE 2009 À L’OCCASION DU PRINTEMPS DE SEPTEMBRE ET DANS LE CADRE DE L’EXPOSITION MEMORY TIME D’ABDELKADER BENCHAMMA ET CHOUROUK HRIECH.

Mais où es(tes)-tu(vous) physiquement?  

Loreto Martinez Troncoso - Mais où es(tes)-tu(vous) physiquement?

Mais où es(tes)-tu(vous) physiquement?  

Loreto Martinez Troncoso - Mais où es(tes)-tu(vous) physiquement?